Version classiqueVersion mobile

La ville d’Alger vers la fin du XVIIIe siècle

 | 
Tal Shuval

Conclusion. La ville d’Alger au xviiie siècle

Texte intégral

  • 1 A.Raymond, 1985, p. 327.
  • 2 M.Hoexter, 1979, p. 89.

1Si pour la plupart des grandes villes arabes, la période ottomane n’a été qu’un épisode plus ou moins important de leur histoire1, il semble que pour Alger cette période a eu une signification plus considérable. La transformation même de la ville, d’une petite bourgade, peu peuplée, en capitale d’une province, a eu lieu pendant l’époque ottomane, et ses gouvernants ottomans ont exercé un certain contrôle sur sa croissance, ainsi que sur la composition de la population2. Aussi l’importance de cette période dans son histoire nous semble-t-elle essentielle.

2La fin du xviiie siècle a marqué pour la ville d’Alger la fin d’un second apogée. Si la première partie du xviie siècle a constitué l’âge d’or de l’Etat corsaire que représentait la Régence à cette époque, la fin du siècle suivant a été celui de la Régence en tant que province ottomane, dirigée par Vodjak, et tirant ses revenus des ressources terrestres plutôt que de la mer. Cette période marque l’apogée d’un système, qui avait mis longtemps à parvenir à sa maturité. Mais, ce dernier une fois installé, il semble que la Régence a trouvé une nouvelle prospérité. La tâ’ifa et Vodjak semblent avoir oublié au xviiie siècle leur ancienne rivalité. Avec les chefs corsaires inscrits dans les registres de la milice ottomane, et avec des janissaires à bord des navires corsaires, la marine est en quelque sorte devenue partie intégrante de l’armée. La milice et son Divan, autrefois si agités, ont retrouvé leur place, laissant le chef de la Régence, assisté des cinq « Puissances », diriger l’Etat d’une manière qui amenait Venture à déplorer que le dey Mehmed Pacha bin Osmân fût âgé, et que par conséquent il ne pût pas continuer à gouverner longtemps encore.

  • 3 N. Saidouni, 1985, pp. 434-437.
  • 4 Cf. sur cette période, C. A. Julien, pp. 289-298.

3Le déclin de la ville, aussi bien sur le plan politique que sur les plans démographique et économique, s’est amorcé avec les problèmes qui ont caractérisé le début du xixe siècle. Il y eut tout d’abord une suite de catastrophes naturelles : la peste de 1787-1788 a été de retour entre 1792 et 1798, et encore entre 1804 et 1808, et elle a connu un passage particulièrement meurtrier en 1817-1818. La fin du xviiie siècle et le début xixe siècle ont été également caractérisés par une série de tremblements de terre (1790, Oran ; 1810, Anaba ; 1818, Alger), ainsi que par d’autres calamités naturelles passages de sauterelles (1787, 1798-1800, 1804, 1816, 1822, 1824), sécheresse (1778-1779, 1800, 1806-1807, 1816-1819) et famine (1787-1789, 1794, 1800-1807, 1816, 1819)3. Toutes ces catastrophes, accompagnées comme elles l’étaient d’instabilité politique, et de révoltes dans la campagne4, ne pouvaient qu’amorcer un déclin, mais il nous semble qu’il ne faut pas l’envisager avant la fin de l’époque de Mehmed Pacha bin Osmân.

  • 5 F. D.de Haëdo, 1870, pp. 491, 495.

4Vers la fin du xviiie siècle, la population d’Alger était composée de trois grands groupes, qui se divisaient eux-mêmes en sous-groupes : les membres de la milice, les baldi, autrefois divisés selon leurs différentes origines (« ceux qui sont nés dans la ville », et les originaires d’Espagne qui « se divisent en deux catégories : les Mudéjares sortis de Grenade et de l’Andalousie, et les Tagarins provenant des royaumes d’Aragon, de Valence et de la Catalogne »5), mais qui ne se distinguaient plus les uns des autres à la fin du xviiie siècle et enfin les différents groupes de « gens de l’extérieur », les barrânîyya, toujours organisés selon leurs origines géographiques et religieuses. Parmi ces gens de l’extérieur, un groupe se signale par son absence dans nos documents, celui des Mozabites. Il semble que, pour les autorités, ce groupe de musulmans ibâ-dites était considéré comme un groupe hérétique et que, par conséquent, il était tenu à l’écart, tout comme la communauté juive qui formait elle aussi un groupe à part. Nos documents ne font malheureusement état d’aucun de ces deux groupes.

5La milice ottomane comptait au xviiie siècle parmi ses membres une majorité d’individus originaires d’Anatolie, mais aussi des Albanais et des gens d’autres parties de l’Empire ottoman, ainsi qu’un nombre assez minime de convertis et des Algériens de souche. Ce dernier élément est à souligner car il est en contradiction avec tous les témoignages dont nous disposons sur la composition de l’odjak ; or, nos documents ne laissent pas de doute sur ce point. Notons que chacun des trois registres d’inventaires après décès montre un nombre égal de convertis (dont le niveau de participation à l’activité de la milice nous semble surévalué par les différents témoins) et d’Algériens. Il semble que ces indigènes, membres de la milice, révèlent l’impossibilité de répondre aux besoins de l’odjak par le seul recrutement dans les différentes partie de l’Empire ottoman, mais également que ce qui semble constituer une ligne idéologique (l’exclusion des indigènes de la milice) ne correspond pas toujours à la réalité. Quoi qu’il en soit, cet élément indigène au sein de la milice n’a pas facilité l’intégration des militaires dans la ville.

6Les membres de la milice avaient deux activités principales. Dans l’armée terrestre, ils étaient chargés de lever les impôts au cours de la mahalla et de résider dans des garnisons (nûba), mais ils devaient aussi mener de temps en temps de véritables guerres, soit contre leurs voisins, soit contre les tribus rebelles. Leur deuxième activité était la course maritime. Dans ces deux champs d’action nos documents nous ont montré une évolution entre le début et la fin du xviiie siècle.

7Quant à la mahalla, organisée de manière plus régulière à la fin du siècle qu’à son début, elle semble avoir subi un changement par rapport à son objet initial : aux siècles précédents, ainsi que dans la première partie du xviiie siècle, elle était surtout destinée à assurer à la fois la collecte des impôts et le contrôle de la milice sur le territoire de la Régence, étant donné que les rapports entre l’État et la population, notamment les tribus, étaient basés sur la force et l’utilisation de la violence. A la fin du siècle (avant que ne commencent les révoltes des confréries, notamment celles des Derqawa en Kabylie et aux alentours d’Oran en 1803), les trois camps mobiles semblent remplir un but presque symbolique, ce qui fait penser qu’effectivement la force seule ne régissait plus les relations entre le gouvernement et la population.

8L’évolution de la course maritime au xviiie siècle est considérée comme un des signes de la dégradation de la Régence, la diminution du nombre de navires corsaires étant interprété comme un des symptômes de ce déclin. Or, le nombre de navires corsaires au début du siècle (nous en avons compté 18 dans les documents pour la période 1699-1701, et Laugier de Tassy en mentionne 24 pour 1724) n’était pas sensiblement plus élevé que celui de la période 1786-1792 (17 selon A. Devoulx, qui ne compte pas les cinq bateaux mentionnés dans nos documents), ou que celui de la période 1799-1803 (20 vaisseaux mentionnés par A. Devoulx). En revanche, le nombre de départs des navires corsaires dans ces trois périodes (28 pour deux ans, 37 pour six ans et 67 pour quatre ans) montre qu’effectivement l’activité de la course a diminué à l’époque du dey Mehmed bin Osmân Pacha (1766-1791), mais nous savons que la baisse des revenus qui en a résulté avait été compensée par les tributs payés par les différents pays. Pour se convaincre que la diminution de la force maritime de la Régence n’était pas un signe de faiblesse, il suffit de se rappeler qu’à cette époque Alger avait repoussé le débarquement espagnol (en 1775), avait résisté à deux bombardements en 1783 et 1784 et que la ville d’Oran était tombée aux mains des Algériens en 1791.

9La course semble avoir subi une transformation très importante durant le xviiie siècle, surtout quant à l’identité de ses participants. Le rôle de l’élément indigène dans la marine, et la richesse tirée de l’activité maritime par celui-ci, sont beaucoup plus grands à la fin du siècle qu’ils ne l’étaient à son début. Les indigènes représentaient 8 % des marins dans notre échantillon au début du siècle, avec une richesse moyenne très médiocre, 129 saîma contre une fortune moyenne de 253 saîma pour les marins membres de la milice, les ra’îs exclus. Ils représentaient 24 % des marins dans notre échantillon pour la période 1786-1792, avec une fortune moyenne de 401 contre 191 riyâl pour les marins membres de la milice, à l’exclusion des ra’îs. Enfin, les indigènes comptaient pour 26 % des marins dans l’échantillon de la période 1799-1803, avec une fortune moyenne 8 fois plus élevée que celle des marins membres de la milice (873 contre 104 riyâl, respectivement). Il est donc clair que le rôle joué par les indigènes dans la course maritime a été beaucoup plus important à la fin du xviiie siècle qu’au début. Leur richesse relative semble indiquer une meilleur efficacité et une carrière plus longue au sein de la marine, signes qui annoncent l’arrivée du seul grand corsaire algérien du xixe siècle, le ra’îs Hamîdu, qui était lui aussi un indigène.

10La participation à la course entraînait le risque de tomber aux mains des ennemis. Les témoins européens étaient tous d’accord sur le fait qu’une fois pris, les corsaires algériens étaient considérés comme morts par les autorités, qui non seulement restaient indifférentes à leur capture, mais procédaient même à la confiscation de leurs biens. Or, contrairement à ces assertions, les documents montrent clairement qu’ils n’étaient pas considérés comme morts, et que ceux d’entre eux qui réussirent à rentrer à Alger (plus de 50 % de notre échantillon) récupérèrent la quasi-totalité de la valeur de leurs biens qui avaient été confiés au bayt al-mâl.

  • 6 A.Raymond, 1985, pp. 71-72.

11Les membres de la milice se distinguaient clairement des autres Algérois, pas seulement par la langue qu’ils parlaient (turc) ou le rite hanéfite dont ils étaient adeptes, alors que la plupart des autres musulmans d’Alger parlaient l’arabe et suivaient le rite malékite. Les membres de Yodjak formaient un groupe qui ne s’était pas mêlé au reste de la population. La situation de la milice d’Alger à cet égard semble profondément différente de celle des autres groupes de janissaires dans d’autres parties de l’Empire ottoman, où l’on constate une entrée plus ou moins massive des indigènes au sein de la milice, à tel point qu’il devient difficile de savoir si le porteur d’un grade est vraiment un soldat ou bien un civil6.

12Une grande majorité des membres de la milice résidaient dans les casernes, formant ainsi de grandes concentrations « turques » dans les diverses parties de la ville basse. Pour les simples soldats, le logement dans la caserne était presque la règle : nouveaux dans la ville, bénéficiant d’une fortune très limitée, ils trouvaient dans la caserne une solution très satisfaisante au problème de leur hébergement, qui offrait en plus l’avantage de les maintenir dans un « milieu turc ». En ce qui concerne les gradés, dont la plupart habitaient ailleurs, le logement dans la caserne semble lié à un choix personnel, qui pouvait aller jusqu’à l’acquisition d’une chambre, pour un prix parfois plus élevé que celui d’une petite maison ailleurs dans la ville.

13Nous avons cherché à vérifier si la résidence des janissaires hors de la caserne constituait un signe d’intégration à la population de la ville, avec des facteurs relatif au type du logement, aux relations de propriété et à la localisation du logement. Le résultat de l’analyse effectuée montre à notre avis un niveau d’intégration plus élevé au début du xviiie siècle qu’à sa fin, notamment en ce qui concerne les gradés figurant dans notre échantillon. On trouve pratiquement le même pourcentage de gradés dans les casernes au début du siècle (20 %) et à la fin (21 %). Toutefois, à la fin du siècle, les gradés qui n’habitaient pas dans la caserne étaient très regroupés, notamment dans des caravansérails (80 % de ceux dont le type de logement est mentionné, contre seulement 15 % au début du siècle) dans la ville basse. En ajoutant que le taux de propriété chez les gradés dans notre échantillon est quatre fois plus bas à la fin du siècle qu’à son début (12,5 % et 56 % respectivement), il nous semble que l’intégration des gradés (qui étaient pourtant l’élément le plus susceptible de se fondre dans la population en raison d’un séjour plus long à Alger, de sa richesse et de son taux de mariage également plus importants que ceux des simples soldats) était très faible.

  • 7 A.Raymond, 1985, pp. 71-72.

14Ces différences entre les militaires et le reste de la population apparaissent dans d’autres domaines. Globalement, les militaires étaient moins riches que les baldi : pour la période 1786-1803, les fortunes moyennes respectives sont de 704 riyâl pour les baldi et de 468 riyâl pour les militaires. Cette forte différence résultait, entre autres, de ce que la milice dans son ensemble était constituée de simples soldats, dont la paie était relativement basse, mais aussi de ce que la participation des militaires aux différentes activités économiques était très faible : selon nos documents, 4 % des militaires participaient à une activité économique, artisanale ou commerciale contre 45 % parmi les hommes baldi dans la période 1786-1803. Le taux de participation des militaires à l’activité économique d’après nos documents est très bas par rapport à la situation qui prévalait dans d’autres parties de l’Empire ottoman, où ce phénomène avait favorisé leur intégration, à tel point qu’en Égypte, par exemple, les gens de la milice étaient considérés par les Égyptiens comme très proches d’eux7.

  • 8 M.Rozet, p. 366.

15Un phénomène intéressant, lié partiellement à cette faiblesse économique relative des membres de la milice, est le faible taux de mariage qui caractérise ce groupe : seulement 18 % des militaires dans notre échantillon sont mariés contre 42 % parmi les Algérois de souche. Ce phénomène est lié à une politique particulière de Vodjak vis-à-vis du mariage de ses membres, notamment les yoldâch. La milice essayait de décourager les simples soldats de se marier, en leur opposant des obstacles, comme l’expulsion de la caserne ou la perte du droit aux rations quotidiennes de pain, ce qui représentait peu de chose pour un gradé, mais qui a pu avoir un effet non négligeable sur le taux de mariage enregistré chez les yoldâch. Cette politique s’explique car les simples soldats formaient la base de l’activité militaire, et Vodjak préférait les tenir regroupés dans les casernes, sans doute aussi par conviction qu’après le mariage, le yoldâch « ne valait plus rien8 ».

16La seconde raison était guidée par le souci de maintenir l’identité turque de la milice : nous évoquons ici le problème des fils de militaires et de femmes indigènes, les kuloghlu. Comme ces « métis » étaient liés à la population indigène, ils n’étaient pas considérés comme « turcs » et leur loyauté envers Vodjak était considérée comme problématique. L’« idéologie » de la milice tendait donc à limiter leur nombre (ce qui semble acquis), et à les éloigner des postes de responsabilité et des hauts grades de la milice. Les documents consultés nous ont cependant permis de déceler l’écart qui existe entre les témoignages des voyageurs, affirmant la rigueur de cet éloignement des kuloghlu que nous pouvons considérer comme « la ligne idéologique » de la milice, et une réalité qui était très différente, ainsi que le montre la présence parfois très importante des kuloghlu dans tous les rangs et tous les grades de la milice. Notons que, contrairement à ce qui a été dit, le mariage ne constituait pas en lui-même un obstacle à l’avancement dans la hiérarchie de Vodjak. Plusieurs deys avaient été mariés, ainsi qu’un grand nombre de gradés dans notre échantillon.

17La population d’Alger dans sa majorité était composée de baldi, les Algérois de souche. Nous avons vu qu’au xviiie siècle, notamment à la fin de ce siècle, une des composantes de ce groupe, les « Andalous », ne se distingue plus du reste des baldi, ce qui atteste leur intégration et relativise quelque peu les conceptions classiques sur le caractère compartimenté de la société indigène. Les baldi constituaient l’élément le plus actif quant à l’économie de la ville. Cela explique la richesse relative des baldi globalement, car l’activité économique était un facteur d’enrichissement : les inventaires après décès qui mentionnent chez l’intéressé une activité économique révèlent une fortune moyenne deux fois plus élevée que ceux qui n’en indiquent pas, aussi bien chez les civils que chez les gradés militaires.

18L’activité économique, à Alger comme dans les autres grandes villes arabes de l’époque, est caractérisée par une division du travail très poussée, qui n’était pas le résultat d’une rationalisation de l’activité, mais avait trait plutôt au caractère traditionnel de l’artisanat et à une limitation volontaire du champ d’action des artisans. Nous avons relevé 86 métiers différents mentionnés dans les inventaires après décès. 51 % des métiers que comprend notre échantillon concernent des métiers de production. Ces activités étaient aussi celles qui employaient le nombre le plus élevé de gens de métier dans notre échantillon (45 %). Cette importance des activités productives indique peut-être que, à la fin du xviiie siècle, l’artisanat algérois résistait mieux à la pénétration des produits européens qu’on ne l’a suggéré. Le fait qu’une partie des métiers étaient destinés à répondre aux besoins spécifiques de la milice et la stabilité politique relative ne sont sans doute pas étrangères à cette résistance. Le commerce, qui ne comptait que 21 % des métiers, occupait 37 % des personnes de notre échantillon. A Alger, comme dans les autres villes arabes à l’époque, le commerce était l’activité la plus rentable. Les métiers de services (28 % des métiers) n’occupaient que 18 % des personnes dans notre échantillon, ce qui n’est pas surprenant pour une ville où des esclaves étaient en charge de nombre de ces métiers.

19Notre échantillon d’inventaires après décès, ainsi que les waqfiyyât, indiquent une faible participation des femmes à la vie économique d’Alger. Bien que les femmes aient été propriétaires, et parfois riches, le nombre d’inventaires de femmes indiquant une activité économique est dérisoire (environ 1 %). La participation des femmes aux transactions immobilières était plutôt passive, les documents le montrent assez nettement : les femmes ne sont que très rarement les initiatrices de la transaction, et leur participation aux transactions semble plutôt résulter de leur impossibilité à assurer l’entretien de leurs biens. Les documents, malheureusement trop rares dans la première partie du siècle, paraissent indiquer une dégradation dans leur situation économique, survenue entre le début et la fin du siècle, peut-être occasionnée par cette passivité, mais faute de documentation suffisante, cela n’est qu’une hypothèse.

20Quant à la structure physique de la ville, la fin du xviiie siècle est marquée par l’amélioration du cadre existant plus que par de nouvelles créations, comme cela avait été le cas au début du xvie siècle. Condamnée par la crainte de la guerre (notamment contre l’ennemi espagnol) à un développement limité à l’intérieur de ses murailles qui datent du début de l’époque ottomane, la ville, qui avait déjà trouvé sa forme finale, ne restait pourtant pas figée. Ce dynamisme apparaît dans l’entretien permanent des fortifications de la ville, aussi bien extra-muros qu’intra-muros. On le relève aussi dans la construction et la reconstruction des mosquées.

21Alger était divisée en deux parties qui correspondaient à peu près à la disposition naturelle du site, mais aussi à deux destinations différentes de l’espace urbain. La ville basse, située dans la partie plus ou moins plate, la « Plaine », correspondait aussi dans une large mesure à la zone publique d’Alger : avec ses centres économiques administratifs et religieux, avec les casernes des janissaires et les caravansérails. Cette ville basse, plus peuplée et moins riche que la ville haute, abritait, outre la plupart des janissaires et des ra’îs, des gens exclus de la ville haute ; c’est dans cette partie de la ville que se trouvaient les quartiers juifs ainsi que les maisons des consuls européens. La ville haute en revanche s’étendait comme en témoigne son nom (al-Jabal) sur la partie de la montagne. Elle était consacrée presque exclusivement aux quartiers résidentiels, et était habitée par une majorité des baldi.

22La ville basse abritait les centres politiques administratifs et militaires, notamment la Jenina, où se trouvait le palais du dey, jusqu’en 1817. L’emplacement même de ce palais semble avoir eu quelque influence sur l’histoire politique de la Régence, dans la mesure où il empêchait les deys qui y habitaient d’avoir beaucoup de liberté d’action vis-à-vis de la milice. Entourée de locaux destinés aux hauts dignitaires – officiers (dâr sirkedji, local des bölükbachï), responsables du beylik (beytiilmâldji, dâr al-sikka), ainsi qu’aux responsables de la ville (local du shaykh al-balad, prison du mizwâr)la Jenina abritait le siège du gouvernement de la Régence, aussi bien avant, que pendant l’époque des deys. Cela constituait alors une exception par rapport aux autres grandes villes arabes dans lesquelles le centre du gouvernement se trouvait le plus souvent à l’écart du reste de la ville. Le transfert du siège du dey à la Qasba en 1817, à la suite du bombardement de la ville par lord Exmouth en 1816, et au milieu d’une instabilité politique qui avait déjà coûté la vie à sept deys, mit fin à cette exception, tout en instaurant une nouvelle stabilité politique dans la Régence.

23À l’est de la Jenina, principalement au nord-est du carrefour de la rue Bâb `Azzûn et de la rue qui menait vers la porte maritime de Bâb al-Jazîra, se trouvait le principal centre économique de la ville. Il n’est pas exclu que ce centre ait déjà existé, au moins partiellement, avant même l’arrivée des Ottomans, comme semble l’indiquer la localisation de la Grande Mosquée à cet endroit depuis le xie siècle. Avec une concentration très importante de souqs (27), ce centre qui couvrait un espace d’à peu près 3 hectares se prolongeait par une antenne sous la forme de plusieurs souqs parsemés le long de la rue Bâb `Azzûn. Le long de cette antenne, l’activité économique était rangée selon une hiérarchie d’importance croissante depuis l’extérieur de la porte de Bâb `Azzûn jusqu’au Badistân et à la Qîsariyya.

24Le prolongement du centre économique le long de la rue Bâb `Azzûn souligne un phénomène qui donne à réfléchir sur l’importance véritable de la course maritime et du commerce extérieur dans l’histoire de la ville : à savoir, le manque de traces d’activités économiques entre le centre de la ville et la porte (Bâb al-Jazîra) par laquelle entraient les marchandises et le butin pris par les corsaires à la ville. Il est assez remarquable que la course maritime, qui est souvent considérée comme la principale source de richesse d’Alger pour le xvie siècle et la première moitié du xviie siècle, n’ait pas laissé de traces en dehors du quartier dit de la Marine sur le plan physique de la ville. Contrairement à la rue qui menait de l’entrée principale au centre de la ville, la rue qui menait du port au centre-ville n’abritait aucun marché, et aucun caravansérail, ce qui semble pour le moins curieux.

25Le centre économique était également caractérisé par la présence de plusieurs caravansérails, datant tous de l’époque ottomane, répartis principalement entre la porte de Bâb `Azzûn et le quartier de Balânsa qui couvrait à peu près le centre commercial. Une partie de ces funduq semblent avoir eu une destination plutôt industrielle ; les autres servaient de lieux d’hébergement aux commerçants et de lieux de commerce. C’est aussi dans les caravansérails que se rassemblaient de nombreux membres de la milice qui n’habitaient pas les casernes.

26Près du centre économique, se trouvaient les trois principales mosquées de la ville : la Grande Mosquée, principale mosquée malékite d’Alger, siège du muftî du même rite, ainsi que du majlis al-`ilmî. La principale mosquée hanéfite, la Jâmi` al-Jadîd, siège du muftî hanéfite, se trouvait elle aussi près du centre, ainsi que la mosquée al-Sayyida, lieu de prière des deys. Centres de l’éducation religieuse, aucune de ces mosquées n’abritait de tribunal, car les tribunaux se trouvaient, pour le malékite dans la région du centre économique, et pour le hanéfite un peu au nord du centre.

27La ville d’Alger, comme les autres villes arabes, était composée de quartiers. Toutefois, le fait que nous n’avons pas trouvé de mentions de chefs de quartier ni dans nos documents ni dans les récits des voyageurs, et la relative centralisation qui paraît caractériser l’administration de la ville, laissent à penser que le rôle du chef de quartier à Alger était plus limité qu’ailleurs. Cette hypothèse est renforcée par la manière dont la population était encadrée, selon des critères de groupes correspondant aux origines ethniques, ou géographiques, suivant l’appartenance religieuse, ou encore, notamment dans le cas des Algérois de souche, suivant l’activité économique qu’ils pratiquaient. Cela bien entendu n’est pas propre à Alger, car nous connaissons l’organisation en corporations de métiers et en groupes ethniques dans les autres villes arabes. Toutefois, il apparaît qu’il n’y avait pas de corporations de métiers communes aux baldi et aux barrânî à Alger, et que la ségrégation ethnique et religieuse s’exprimait plus clairement dans ce domaine que d’après la répartition géographique de la ville, rendant par là même le contrôle des différents groupes plus efficace qu’un contrôle exercé dans le cadre du quartier. Si l’on ajoute que la taxation ne se faisait que par les corporations de métiers et les communautés ethniques ou religieuses, on comprend que le quartier ne jouait pas un rôle déterminant à Alger.

28La répartition de la population dans la ville, telle qu’elle se dessine d’après les inventaires après décès, indique une plus grande concentration dans la ville basse que dans la ville haute, ce qui semble logique, en raison de la présence dans cette partie de la ville de militaires et de « gens de dehors » qui habitaient des lieux de logement collectifs comme les casernes des janissaires et les caravansérails. La ville basse était habitée également par les Algérois de souche, comme le montrent les documents. La répartition des différentes composantes de la population dans la ville n’est pas homogène : les militaires dans leur grande majorité (80 % de notre échantillon) habitaient dans la ville basse, alors que l’ensemble des civils dans l’échantillon, notamment les baldi, étaient répartis d’une manière beaucoup plus égale. De ce fait, bien que la population de la ville haute ait été en grande partie indigène, il semble inexact de parler de ville indigène à propos de la ville haute, car la répartition des inventaires sur l’ensemble de la ville montre que le nombre relatif des Algérois de souche dans la ville basse était presque équivalent.

29La répartition de la richesse dans la ville, dans l’ensemble de l’échantillon, semble assez conforme avec le modèle proposé pour les autres villes arabes : concentration des quartiers riches autour du centre économique, présence des quartiers pauvres dans les zones périphériques, où se trouvaient aussi des quartiers riches.

30La répartition des militaires dans la ville suivant leur richesse, telle que l’indiquent les documents, est la plus cohérente de ce point de vue, avec une véritable « auréole » de richesse autour du centre, et une « ceinture » de pauvreté dans la périphérie. Il n’en va pas de même pour ce qui est de la répartition des Algérois de souche suivant leur richesse, qui semble beaucoup plus difficile à analyser. Il semble que des raisons historiques, ainsi que d’autres liées aux relations entre les membres de la caste dominante et les Algérois de souche, étaient à la base de cette répartition de la richesse des baldi, telle qu’elle apparaît dans les inventaires après décès. Un phénomène semble néanmoins apparaître de la comparaison de la répartition des militaires et de celle des Algérois de souche suivant leur richesse : l’exclusion mutuelle ; elle confirme le bas niveau de l’intégration des militaires dans la population, phénomène qui paraît de ce point de vue très différent de la situation dans la ville de Tunis où les quartiers « chic » rassemblaient apparemment l’élite dominante et la « bourgeoisie » locale.

31À la fin du xviiie siècle, la ville d’Alger, qui allait entamer l’ultime étape de son histoire en tant que capitale d’une province ottomane, avant son entrée brutale dans l’époque « moderne », ne semble pas avoir été une ville en plein déclin. Les trois siècles de la présence ottomane avaient transformé la ville elle-même d’une petite bourgade sans importance particulière, en marge de l’histoire, en une ville redoutée, qui s’était assez souvent trouvée au centre de la scène politique européenne. On en prend pour preuve l’expansion de l’espace construit dans la ville résultant de l’arrivée des Ottomans et de la croissance en nombre de la population. Les travaux de construction, commencés au xvie siècle, mais renouvelés aux siècles suivants, avaient transformé l’aspect de la ville, qui comptait à la fin du xviiie siècle un port redoutable, un système de défense qui avait fait ses preuves, maintes grandes mosquées, ainsi qu’un très grand nombre de bains publics et un système de canalisation d’eau qui répondait aux besoins de la ville.

32Les caractéristiques de la ville d’Alger et de sa population, telles qu’elles se dessinent dans nos documents, semblent conformes à celles de l’ensemble des villes arabes à l’époque ottomane, avec toutefois quelques particularités, qui sont le résultat de son histoire, marquée par la guerre continue contre des pays européens, notamment l’Espagne, et de sa situation géographique, Alger étant la capitale la plus éloignée du centre de l’Empire ottoman à Istanbul.

  • 9 Rappelons que même avec une population maximale de 50 000 âmes, la densité est de plus de 1 080 ha (...)

33Ainsi, la ville se démarque des autres villes arabes par l’absence de faubourgs, et par une densité de population plus élevée9, par l’importance de l’élément militaire dans la population, et par la médiocrité de son commerce, étant donné qu’il s’agit d’une capitale. A l’intérieur de la ville en revanche, l’organisation spatiale correspond globalement au modèle proposé pour les villes arabes : une division en deux parties principales, une zone publique, dont la structure est déterminée dans une très grande mesure par l’activité économique, et une zone résidentielle beaucoup moins accessible aux étrangers. La répartition des inventaires selon le niveau de richesse montre qu’à Alger comme dans les autres villes arabes la richesse avait tendance à se trouver au centre, alors que les zones périphériques étaient plutôt pauvres.

34Soulignons enfin que l’étude des inventaires après décès et des résumés des waqfiyyât semble très prometteuse pour une meilleure connaissance de la ville et de la société d’Alger. Nous sommes parfaitement conscient de ce que notre approche n’est pas exhaustive, et qu’il reste beaucoup de travail à faire ; par exemple, une étude plus poussée de la partie concernant les objets dans les inventaires après décès pourrait se révéler très fructueuse. Plus approfondie, elle pourrait fournir des renseignements sur la culture matérielle d’Alger au xviiie siècle : les objets utilisés dans la vie quotidienne, les vêtements des membres des différentes couches de la société, autant d’éléments sur la notion de luxe, sur l’expression extérieure de la richesse, mais aussi, à l’opposé, sur la pauvreté et ses manifestations. Ces documents peuvent nous renseigner aussi bien sur la nourriture des Algérois que sur leur vie culturelle (grâce aux livres compris dans les successions).

35Par ailleurs, les actes de habus semblent constituer une véritable mine d’informations, tant pour la population que pour ce qui touche au côté « physique » de la ville. Il est possible, à l’aide de ces documents, d’approfondir l’étude des quartiers d’Alger, d’élucider peut-être le problème de l’alimentation d’Alger en eau potable, etc. Il reste donc beaucoup de travail à faire, car ces deux types de documents semblent loin d’avoir livré toutes les informations qu’ils contiennent.

Notes

1 A.Raymond, 1985, p. 327.

2 M.Hoexter, 1979, p. 89.

3 N. Saidouni, 1985, pp. 434-437.

4 Cf. sur cette période, C. A. Julien, pp. 289-298.

5 F. D.de Haëdo, 1870, pp. 491, 495.

6 A.Raymond, 1985, pp. 71-72.

7 A.Raymond, 1985, pp. 71-72.

8 M.Rozet, p. 366.

9 Rappelons que même avec une population maximale de 50 000 âmes, la densité est de plus de 1 080 habitants par hectare, ce qui est deux fois plus que la densité proposée pour la partie la plus peuplée du Caire : 600 hab./ha.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search