Version classiqueVersion mobile

Pour la recherche urbaine

 | 
Félix Ardisson
, 
Sabine Barles
, 
Nathalie Blanc
, 
et al.

Préface

Stéphanie Thiébault et François-Joseph Ruggiu

Texte intégral

1Les liens forts qui unissent le CNRS et la recherche urbaine datent du début des années 1990, quand furent initiés plusieurs programmes de recherche dont le rôle fut profondément structurant. Au Programme interdisciplinaire de recherche sur les villes (1992-1998), porté par le seul CNRS, a ainsi succédé, quelques années plus tard, le Programme interdisciplinaire de recherche sur la ville et l’environnement, plus connu sous l’acronyme PIRVE (2006-2013), mené en partenariat avec le ministère en charge de l’Environnement (MEDDTL). Ces amples opérations ont permis la formation d’une communauté scientifique nombreuse, cohérente et interdisciplinaire.

2Elles se sont inscrites dans un mouvement marqué simultanément par une urbanisation massive à l’échelle planétaire et par le souci croissant des questions écologiques et environnementales. Le champ « ville et environnement » est alors devenu le lieu d’enjeux collectifs majeurs, dont le caractère prioritaire ne s’est pas démenti depuis. Ces enjeux touchent à la qualité de vie des citadins, à la vulnérabilité des sociétés et des espaces urbains vis-à-vis des évolutions socio-écologiques en cours : pollution, étalement urbain et artificialisation des sols, engorgements routiers, îlots urbains de chaleur, concentration des populations en zones urbaines au détriment des zones rurales, accroissement des inégalités, ou encore littoralisation.

3Les différents projets financés ont permis une meilleure connaissance des dynamiques simultanément urbaines et environnementales. Les processus en question mettent en jeu des interactions complexes, entre les objets et les milieux, les fonctions et les systèmes, les échelles spatiales et temporelles, et nécessitent une véritable articulation entre les dimensions humaines, sociales, écologiques, politiques, culturelles et matérielles.

4À cette même période, l’Agence nationale de la recherche (ANR) a lancé un programme « Villes durables » qui

vise à mobiliser conjointement les praticiens et la communauté scientifique, dans la diversité de leurs sensibilités et de leurs démarches, pour éclairer les décisions publiques et produire des outils et des techniques qui permettront aux villes de mieux intégrer les exigences du développement durable.

5En privilégiant des approches systémiques, ce programme apporte de nouvelles connaissances sur les nouveaux services, l’agencement des espaces et la gouvernance, les dynamiques spatiales et la mobilité, l’environnement et les vulnérabilités et encore les infrastructures, réseaux et constructions.

6Dans plusieurs des projets de ce programme, les spécificités de l’apport des sciences humaines et sociales sont plus particulièrement scrutées : elles permettent aux équipes d’envisager des questions environnementales non seulement du point de vue de la préservation de la biodiversité par exemple, mais aussi en mobilisant d’autres registres intimement liés et parfois négligés comme la place et le rôle de la nature en ville, le bien-être des citadins, l’adaptation au changement climatique, la maîtrise foncière publique, etc.

7Mieux partager les connaissances et construire des démarches interdisciplinaires et systémiques a progressivement été reconnu comme fondamental. Ces recherches scientifiques ne peuvent, par ailleurs, pas être dissociées des territoires et des acteurs comme le prouve l’action du réseau thématique pluridisciplinaire (RTP) « Villes durables », en partenariat avec la ville de Paris (2010-2012). Ces démarches ont été, en outre, renforcées et approfondies dans le cadre d’écoles thématiques, soutenues par le CNRS, comme celles autour des relations entre ville et environnement (La Rochelle, 2011) ou autour de l’écologie territoriale (Aussois, 2013).

8De nouvelles dynamiques scientifiques ont été favorisées par ces différents programmes de recherche et initiatives, tant en France qu’en Europe et à l’international. Scientifiquement fécondes, elles ont simultanément contribué à faire rayonner la question urbaine au sein de nombreux projets, réseaux ou structures. Elles sont déployées en France (groupe de travail « Ville » d’AllEnvi, Zone Atelier Environnementale Urbaine, programme « Environnement et urbain » à l’université Sorbonne Paris Cité, Labex [ « Futurs urbains », « Intelligences des mondes urbains »] ou encore fédération de recherche), mais aussi en Europe (JPI Urban, Urban Europe Research Alliance [UERA]) et à l’international (LTER Baltimore ou Urban Climate Change Research Network [UCCRN]). Simultanément elles ont permis de constater l’existence d’une communauté française autour de la question de la ville et de l’environnement, fédérée notamment par les PIRVE. Dans le même temps, les chercheurs doivent faire face à diverses difficultés : la multiplicité des niveaux et échelles de gouvernance institutionnelle et de programmes, le risque de redondance de recherches déjà réalisées sur la ville et qu’il ne s’agit pas de refaire indéfiniment, l’existence de freins, institutionnels et académiques, à l’interdisciplinarité. Ce dernier point est d’autant plus dommageable que les problématiques urbaines apparaissent fortement marquées par la nécessité de faire inter-agir, interpenser, inter-chercher des chercheurs de disciplines et d’environnements scientifiques différenciés pour répondre aux nouveaux enjeux liés aux changements globaux (développement du numérique, croissance urbaine, accès aux ressources, à l’information, ou encore risques climatiques).

9Au regard de ces difficultés, de la grande diversité des travaux, projets, équipes, réseaux... travaillant sur l’une ou l’autre des facettes des questions urbaines, mais également de la multiplication des sollicitations sur les questions urbaines depuis les années 2010, le CNRS a souhaité faire appel à ses chercheurs et à ses chercheuses. L’idée de dresser un panorama des recherches urbaines en forme de prospective s’est rapidement imposée. Cet ouvrage s’inscrit donc dans cette démarche. Que tous ceux et celles qui en ont été la cheville ouvrière, ont suivi le projet, y ont contribué en participant aux séminaires comme à l’école thématique, soient ici chaleureusement remerciés. En appui à ce livre, une prospective plus synthétique permettra aussi de valoriser de façon encore plus pertinente les compétences scientifiques françaises dans le domaine auprès des acteurs concernés, tant au niveau national qu’européen et international pour répondre aux enjeux scientifiques comme aux enjeux des sociétés de demain dans le cadre de l’agenda 2030 des Nations unies.

© CNRS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search