Version classiqueVersion mobile

La ville d’Alger vers la fin du XVIIIe siècle

 | 
Tal Shuval

Deuxième partie. La structure de la ville d'Alger

Chapitre VI. La répartition de la population

Texte intégral

Répartition des habitants

  • 1 P. Boyer, 1963, p. 51.

1Une des questions qui se posent, pour Alger à l’époque ottomane, à propos de la population, est celle de sa répartition dans la ville. Nos sources contiennent quelques informations sur l’importance relative des différentes zones et sur la nature de la population qui les habitait, et elles peuvent nous permettre de vérifier les impressions des voyageurs et des historiens sur ce point : « La ville basse, El-Outha (al-watâ’), remarque P. Boyer, est bien plus animée et aussi plus composite1 » ; nous avons donc analysé les inventaires après décès d’après le lieu d’habitation des personnes. Le nombre d’inventaires après décès datant de 1699-1701, fournissant suffisamment d’informations sur ce point, est à notre avis trop réduit pour que des conclusions significatives puissent être tirées : 146 inventaires donnent des adresses dans la ville et 135 inventaires concernent des résidents dans les casernes. Notre analyse porte donc sur les 1 726 inventaires datant de la période 1786-1803 qui mentionnent une adresse. Il s’agit d’inventaires concernant des habitants de la ville appartenant à tous les groupes hormis les esclaves, aussi bien des janissaires (925 cas) que des civils (801 cas dont 616 cas des baldi).

2Comme la localisation et les limites des quartiers ne sont qu’approximatives, et que les adresses mentionnées dans les inventaires sont également souvent assez vagues, nous établirons la répartition de la population de notre échantillon dans les différentes zones de la ville d’après les coordonnées du plan (par carrés) et non d’après les quartiers. Nous analyserons donc des carreaux d’un hectare chacun, espace qui, comme nous l’avons vu, correspond à peu de chose près à la surface moyenne des quartiers d’Alger. Malgré ces inconvénients, puisqu’il s’agit de « circonscriptions » factices, cette méthode nous paraît susceptible de limiter les erreurs.

  • 2 Nous ne disposons malheureusement pas de données suffisantes pour examiner de la même manière le r (...)

3Nous observerons d’abord l’ensemble de la population telle que la présentent les inventaires, qui ne donnent qu’une « image » que l’on espère fidèle de la population réelle, afin d’avoir une idée globale de sa répartition dans la ville. Ensuite seront étudiées séparément la répartition des militaires et celle des civils, en envisageant également les baldi en tant que groupe séparé2. La Qasba et les quartiers situés aux alentours (4 carrés d’un hectare) sont considérés dans les calculs comme une seule zone, les inventaires de cette région de la ville donnant le plus souvent comme adresse « la Qasba », « la Nouvelle Qasba » ou encore « près de la Qasba », sans autre précision. Nous comptons donc un total de 48 carrés.

4Pour permettre des conclusions globales nous avons tenté de délimiter la partie basse de la ville (26 carrés) qui représente, grosso modo, la zone publique, et une partie haute (22 carrés), la zone résidentielle. Pour cette division nous avons pris en compte des données géographiques : la ligne de démarcation entre ces deux parties de la ville suit à peu près la cote de 25 mètres, qui sépare la « plaine » de la « montagne ». Nous avons également pris en considération les informations concernant l’emplacement des centres économiques, administratifs et religieux qui se situaient au centre de la ville et nous paraissent appartenir à la ville basse, les quartiers résidentiels relevant de la ville haute. Sur l’ensemble de l’espace de la ville, la répartition moyenne par carré est de 35,9 inventaires (voir plan VIII).

Zones de forte concentration

5Le premier phénomène que montrent les documents est une forte concentration (nous considérons comme telle une concentration deux fois plus grande que la moyenne, soit plus de 72 inventaires par carré) dans plusieurs endroits dans la ville basse (B/7, B/8, D/8, I/9). Si l’on ajoute les carreaux H/9 et I/8, on constate que ce sont les endroits dans lesquels étaient situées les casernes de janissaires : c’est bien leur présence qui est la cause de cette concentration, ce qui est confirmé par le plan concernant la répartition des militaires dans la ville. Rappelons-nous que parmi les 1726 inventaires de notre échantillon, 403 (soit 23,3 %) concernent des militaires résidents des casernes.

  • 3 Les noms des quartiers sont donnés à titre indicatif, car un carré ne correspond pas à un quartier

6Une concentration relativement importante se trouve aussi dans la région du quartier de Sîdî Muhammad al-Sharîf (C/5) dans la ville haute. Si, dans le cas de la plupart des concentrations dans la ville basse, l’explication tient à l’existence de logements collectifs (casernes), le commentaire est plus difficile pour la ville haute. D est possible que notre échantillon soit responsable de cette concentration, le hasard nous ayant fourni davantage d’inventaires après décès dans cette partie de la ville, mais il est tout aussi possible que cette région ait été effectivement plus peuplée que les autres. En comparant le plan de la répartition de la population avec celui de la situation des bains publics par exemple, on observe que les trois régions les plus peuplées dans la ville haute (les quartiers Sîdî Muhammad al-Sharîf, C/5, Bin Jâwr `Alî, D/5, et Qîj Ghaliyâta, E/53) étaient desservies par quatre hammâm dont deux dans la région C/5 (80 inventaires) et un dans chacune des deux autres (46 et 45 inventaires respectivement). Les régions C/5 et D/5 étaient aussi munies de marchés de quartier, ainsi que de moulins à farine. Cette concentration d’équipements pourrait indiquer que les quartiers qui se trouvaient dans cette région étaient effectivement très peuplés.

Zones de faible concentration

7Face à ces zones de forte concentration de la population, signalons un nombre réduit d’inventaires dans certains secteurs : en H/8, près de la Grande Mosquée, on ne trouve aucun inventaire. Il nous est impossible d’expliquer ce cas, excepté par le caractère fortuit des dépouillements et de la localisation des successions. Le nombre réduit d’inventaires en D/2 (au-dessus de Bîr al-Jabâh) et I/4 (quartier de Bâb al-Wâd) peut refléter le fait qu’il ne s’agit que d’une zone réduite (moins d’un carré sur le plan). Dans le cas du secteur H/5, qui se trouve près de la porte de Bâb al-Wâd, il n’est pas exclu que, comme de nombreuses adresses de cette région se réfèrent à cette porte, cela nous ait amené à localiser au moins une partie excessive des habitants de la zone parmi les résidents de la région désignée par I/5, ce qui peut expliquer à la fois la concentration autour de I/5 et la faible population de H/5.

8Dans le cas du carré E/7, qui englobe le quartier dit Saba` Luwiyât, le nombre relativement bas d’habitants est certainement dû à ce que nos documents ne comprennent pas d’inventaires de juifs, car il s’agit là d’une région à forte présence juive. Cela peut expliquer également que le nombre de musulmans qui y habitaient ne fût pas très élevé : comme nous le verrons par la suite, les musulmans qui y résidaient n’étaient pas parmi les plus riches.

9On voit que les inventaires de notre échantillonnage nous obligent à beaucoup de réserve dans l’interprétation des chiffres et même, dans de nombreux cas, à nous résoudre à n’en rien déduire. Nous pouvons cependant en conclure que la ville basse était plus peuplée que la ville haute. Les 26 carrés qui correspondent sur le plan à la ville basse rassemblent 1 135 inventaires, soit 66 % de l’ensemble des inventaires sur 54 % de l’ensemble de l’espace (une moyenne de 43,6 inventaires par carré). Pour les 22 carrés de la ville haute, cités comme lieu d’habitation dans 591 inventaires, la relation est de 34 % des inventaires sur 46 % de l’espace, et une moyenne de 26,8 inventaires par carré. Nous sommes conscient de ce que la proportion de militaires dans notre échantillon est trop élevée par rapport à l’ensemble de la population de la ville. Toutefois, comme nous le verrons, la répartition des civils dans la ville, d’après notre échantillon, est à peu près homogène sur l’ensemble des régions ; les militaires avaient effectivement une préférence pour la ville basse, où se trouvaient les casernes, mais aussi les caravansérails ; enfin les barrânî habitaient eux aussi dans la ville basse où était concentrée l’activité économique. Cet ensemble de données nous amène à penser que, comme le montre le plan, la ville basse était effectivement plus peuplée que la ville haute.

La répartition des différentes composantes de la population

10Il est intéressant d’analyser également la répartition des diverses catégories de la population telles que nous les font connaître les inventaires. En ce qui concerne les militaires (présents dans la quasi-totalité des quartiers de la ville), leur plan de répartition (voir plan IX) montre une forte différence entre la ville haute et la ville basse : la majeure partie des militaires habitaient la ville basse (739 sur les 925, soit 80 % des militaires dans une région qui couvrait environ 54 % de l’espace de la ville). On ne peut cependant négliger l’existence d’une concentration des militaires dans la ville haute, dans le quartier de Sîdî Muhammad al-Sharîf (C/5). Dans ce secteur, nous l’avons vu, se trouve une grande concentration d’inventaires de l’ensemble de la population. Le nombre relativement élevé d’inventaires de membres de la milice semble confirmer que le quartier de Sîdî Muhammad al-Sharîf ait été effectivement parmi les plus peuplés dans la ville haute. Hormis cette exception que révèle le plan, la présence des militaires dans la ville haute, selon notre échantillonnage, est cependant nettement plus faible que dans la ville basse. Même en ce qui concerne les inventaires des militaires qui habitaient hors des casernes (521 dans notre échantillonnage) la répartition est de 336 (soit 64,5 %) dans la ville basse et 185 seulement (35,5 %) dans la ville haute (environ 46 % de l’espace de la ville).

11Le plan de la répartition des inventaires des militaires dans la ville montre deux carrés « vides » (H/7 et H/8), qui se trouvent dans la ville basse, près du centre économique administratif et religieux, au voisinage aussi avec les casernes Dâr al-Durûj, Usta Mûsâ et Muqriyyîn. Nous ne pouvons pas expliquer ce phénomène. Notons néanmoins que le carré H/8 est « vide » aussi de civils. Les deux secteurs forment ensemble une région « vide » de militaires dans la partie dite quartier de la Marine, considérée comme une des parties riches de la ville.

12Pour ce qui est des civils, la répartition paraît assez homogène sur l’ensemble de l’espace de la ville (voir plan X) : 396 soit 49,5 % des 801 civils avaient leur adresse dans la partie basse de la ville (54 % de la surface de la ville). C’était particulièrement vrai des Algérois de souche (voir plan XI) : sur un total de 616 inventaires de baldi, 321 (soit 52 %) concernent la partie basse de la ville, ce qui correspond presque exactement à la part relative de la ville basse dans la surface de la ville. Une des raisons de cette répartition somme toute assez égale tient sans doute à ce que le logement en commun est beaucoup plus rare chez cette population qu’il ne l’était chez les militaires. Il existe néanmoins quelques concentrations de baldi dans des endroits plus ou moins surprenants, par exemple aux alentours de Bâb al-Wâd (H/6, I/5 et I/6) dans la ville basse, et aux environs de Bâb `Azzûn (notamment B/8, C/7, C/8, et D/7). Dans ce dernier cas, leur présence relativement massive s’explique par l’importance économique de cette région, ainsi que par le nombre de caravansérails qui s’y trouvaient : nous avons déjà remarqué le nombre important de baldi résidents des funduq que mentionnent les documents.

  • 4 A. Raymond, 1991, p. 21.

13Ce qui paraît ressortir de l’analyse de la répartition de la population dans la ville, telle que la présentent les inventaires, c’est tout d’abord la confirmation de la préférence des membres de la milice pour la ville basse. Pour des raisons de sécurité, comme l’indique l’emplacement des casernes qui étaient assez proches des portes principales de la ville, mais aussi par commodité, semble-t-il : le grand nombre de funduq, la proximité des centres administratifs, économiques et religieux, devaient peser lourdement dans le choix du lieu de résidence des membres de la milice ; la présence dans la ville basse de concentrations de militaires dans les casernes devait encourager d’autres janissaires à y habiter pour rester dans « un milieu turc », phénomène connu dans d’autres parties de l’Empire ottoman, notamment au Caire4.

14Ensuite, l’analyse montre que si la ville haute était effectivement habitée principalement par les Algérois de souche, ces Algérois ne se limitaient pas à cette zone de la ville, mais qu’au contraire ils résidaient pratiquement dans toutes les parties de la ville. On doit nuancer un peu cette constatation en remarquant que, dans une partie des cas, le nombre des civils semble relativement bas dans des endroits où on lit une forte présence militaire : c’est vrai notamment dans le nord et le nord-est de la ville : près des trois casernes de janissaires, Dâr al-Durûj (H/5), Usta Mûsâ (I/8) et Muqriyyîn (I/7), mais aussi près de la caserne Kharrâtîn (D/8). Il est vrai que les casernes étaient de très grands édifices, qui ne laissaient pas beaucoup de place à proximité pour le logement d’autres personnes. Cela ne peut cependant pas expliquer totalement ce phénomène, car il n’en va pas de même près de Bâb `Azzûn, où une très grande concentration de militaires est accompagnée d’une présence assez relevée de baldi. On ne peut donc pas parler d’une règle, mais d’une tendance des civils à s’éloigner des concentrations de militaires.

15Il serait donc excessif de parler d’une division dichotomique de la ville entre « ville autochtone » et « ville turque ». On doit plutôt évoquer une partie à forte concentration de militaires, qui correspond à peu près à la ville basse, et une partie avec une majorité de baldi, correspondant à la ville haute.

La répartition de la population selon le niveau de fortune

  • 5 A. Abdel-Nour, p. 165.
  • 6 A. Raymond, 1992, pp. 160-161.

16Dans son introduction à l’histoire urbaine de la Syrie ottomane, A. Abdel-Nour affirme qu’à Alep, « il n’existait pas de réelle distinction dans la ville entre secteurs riches et secteurs pauvres », ce qui selon cet auteur correspond à une règle générale car « traditionnellement le voisinage des familles riches et pauvres est de règle dans les villes arabes »5. A propos d’Alep, A. Raymond aboutit à la conclusion contraire : « la répartition radio-concentrique, en auréoles successives [autrement dit, d’une valeur décroissante à partir du centre vers la périphérie] de l’habitat à Alep [...] est conforme à un type d’organisation spatiale que l’on retrouve, avec la même netteté, à Tunis et au Caire », en accord avec la règle stipulant que « dans les grandes villes arabes, les structures sociales trouvent habituellement une expression géographique »6.

  • 7 A. Raymond, 1992, p. 147.
  • 8 D. Chevalier, 1982, p. 13. Cf. à ce sujet, A. Raymond, « Zones de résidence ».

17Une telle divergence de vues remet en cause l’approche même de l’étude de la « ville arabe ». Doit-on étudier les structures sociales, et leur expression spatiale, en cherchant des explications dans la société sans négliger bien entendu ses spécificités culturelles, ou, en revanche, doit-on prendre comme point de départ cette culture, comme vecteur de la société ainsi que de ses expressions géographiques ? L’approche « géographique » voit dans l’organisation urbaine des grandes ville arabes à l’époque ottomane « un reflet des structures sociales7 ». La seconde approche cherche « la diffusion et l’homogénéisation d’un ordre architectural et topographique issu d’un modèle social, à mesure que s’impose très puissamment le rôle normatif de la civilisation islamique ». La ville s’inscrit comme l’expression directe des idéaux de l’Islam : « La ville, à la fois complémentarité et achèvement, a été agencée pour initier et intégrer ceux qui venaient y chercher la citadinité comme perfection d’une culture8. » Quel que soit le point de vue choisi, le problème de l’existence d’une distinction entre des quartiers riches et des quartiers pauvres est des plus essentiels dans l’étude de la ville. La richesse des différents quartiers peut être mesurée par le nombre relatif des maisons des différentes catégories qui s’y trouvaient : plus le nombre relatif de grandes maisons dans un quartier est important, plus le quartier est riche. La comparaison est effectuée selon des critères définis par les chercheurs en liaison directe avec les données existantes et le champ d’étude du chercheur. Un historien étudiant les documents des tribunaux religieux peut comparer les prix des maisons dans les différents quartiers : c’est la démarche de N. Hanna pour Le Caire et d’A. Marcus pour Alep. Un chercheur qui analyse des maisons ou leurs vestiges sur le terrain peut en comparer la taille, l’aspect, les matériaux de construction, etc. C’est ce que fait J.-C. David pour Alep. Encore faut-il déterminer dans tous ces cas ce que l’on entend par maison riche, moyenne et pauvre.

  • 9 L. Golvin, 1988.
  • 10 La répartition de ces maisons dans la ville est présentée, mais seulement à titre d’illustration.

18Pour Alger nous ne disposons hélas que de très peu d’éléments quant aux dimensions et aux caractères des maisons. Nous n’avons aucun renseignement sur la superficie des bâtiments et des maisons, ni dans les waqfiyyât ni dans les inventaires après décès. Le livre de L. Golvin, consacré aux demeures et aux palais d’Alger9, étudie un nombre assez réduit de palais à l’intérieur de la ville, concentrés pour la plupart autour de l’ancien palais du dey, ce qui ne nous renseigne pas sur le reste de la ville ni sur l’habitat non palatial. Pour ce qui est des prix, les inventaires après décès mentionnent parfois le prix de la location du logement, mais ne précisent jamais la durée de la période pour laquelle le loyer est dû, ce qui rend cette information difficilement utilisable. Seule une petite partie des inventaires après décès de la période 1699-1701 contiennent des renseignements sur le prix d’une boutique ou celui d’une maison, mais sans information sur la taille du bâtiment, son état, etc., détails qui auraient pu servir pour une comparaison éventuelle entre les maisons des différents quartiers10.

  • 11 Nous ne disposons hélas pas de données suffisantes pour examiner de la même manière le reste de la (...)
  • 12 Dans les cas de moins de sept inventaires, la somme est indiquée sur le plan entre parenthèses, ai (...)

19Pour tenter d’étudier la répartition de la population suivant sa richesse dans la ville, nous sommes donc amené à nous tourner une fois de plus vers les inventaires après décès, qui mentionnent à la fois la fortune de la personne et son adresse, ce qui est un indice tout à fait satisfaisant. Notre analyse porte donc non pas sur les maisons, mais sur les successions. L’analyse de la répartition de la population suivant le niveau de fortune sera faite en étudiant successivement l’ensemble des inventaires (1 726 cas), pour en avoir une image globale. Puis seront étudiés ceux des militaires et ceux des baldi : nous chercherons à vérifier si le comportement des militaires et celui des baldi sont semblables ou s’il y avait des différences sur ce plan entre ces deux parties de la population11. L’analyse de la répartition des successions suivant le niveau de fortune sera faite elle aussi par rapport aux « carreaux » formés par les coordonnées du plan, pour les raisons que nous avons déjà évoquées dans l’analyse de la répartition de la population. Nous n’avons pris en considération que les carrés pour lesquels nous disposons d’au moins sept inventaires, les autres pouvant servir pour illustrer une tendance, sans toutefois fournir une indication fiable12. Le choix de ce nombre est arbitraire. Il n’est fondé que sur le sentiment qu’au-dessous de ce chiffre le groupe est trop petit, pour en tirer des conclusions statistiques. Cependant, ne pas tenir compte des groupes de sept personnes aurait trop réduit le nombre total des zones analysées, notamment en ce qui concerne les militaires.

20Pour fixer les limites de ce que nous appelons quartier relativement riche ou, au contraire, relativement pauvre, nous proposons d’utiliser un coefficient de 1,5 appliqué à la fortune moyenne du groupe analysé : la fortune moyenne de l’ensemble des 1 726 cas (militaires et civils) s’élève à 362 riyâl. Nous désignons par « relativement riches » les quartiers dont la fortune moyenne des habitants est supérieure à cette somme multipliée par 1,5, c’est-à-dire à partir de 543 riyâl (valeur arrondie à 545 riyâl).Un quartier sera désigné comme « relativement pauvre » si la fortune moyenne des habitants n’atteint pas la fortune moyenne divisée par 1,5, c’est-à-dire 241 riyâl.

L’ensemble

  • 13 L. Golvin, cf. plan, p. 10.
  • 14 R. Le Tourneau, 1954, p. 16, A.Raymond, 1992, p. 160. Pour la ville d’Alep, cf. A. Marcus, p. 319, (...)

21Le plan qui indique la répartition des inventaires de l’ensemble de la population suivant le niveau de fortune (voir plan XII) montre des valeurs maximales, c’est-à-dire une concentration d’une richesse relative dans les quartiers de `Aîn al-Hamra et Sûq al-Jum`a (G/5, 1 544 riyâl) et Bâb al Sûq (G/6, 1 240 riyâl), ainsi que dans les quartiers de Jâmi` `Alî Bitchnîn et al-Rahba al-Qadîma (H/6, 570 riyâl).Notons que les palais décrits par L. Golvin étaient situés pour la plupart dans ce quartier de Bâb al-Sûq13. Le haut niveau de fortune des habitants de ces régions, tout comme celui des régions d’une partie du quartier de Balânsa (F/7, 1 220 riyâl) et des régions voisines (F/8, 605 riyâl ; G/8, 703 riyâl), paraît lié directement à leur voisinage avec le centre économique administratif et religieux d’Alger. Il s’agit d’un phénomène décrit par plusieurs chercheurs et qui se retrouve dans d’autres villes arabes14 : la proximité des quartiers riches avec le centre économique. Le quartier d’al-Bûza (E/8, 988 riyâl) semble présenter le même caractère : il ne s’agit plus de la proximité immédiate du centre que nous avons défini principalement par les alentours du quartier de Balânsa (F/7, G/7, G/8), mais de la proximité avec l’extrémité nord de la rue Bâb `Azzûn, qui constituait le prolongement de ce centre, nous l’avons vu. Il en va de même en ce qui concerne le quartier de Suwîqat `Ammûr (D/7, 614 riyâl), situé un peu à l’ouest de l’axe principal. Il nous semble que la localisation du quartier juif à Saba« Luwiyât (E/7, 254 riyâl), et la présence de la caserne Kharrâtîn dans le quartier Khidr Pacha (D/8, 137 riyâl), expliquent l’absence de cohésion de cette partie plutôt riche, dont on s’attendrait à ce qu’elle s’étende dans toute la partie nord de la rue Bâb "Azzûn.

  • 15 R. Le Tourneau, 1954, pp. 16-17.

22Tous ces quartiers « riches » étaient donc liés aux régions centrales dont les activités économiques étaient intenses. Mais il y en avait d’autres : la région de Sîdî Ramdân (F/3, 1 060 riyâl), et la région située le long de la muraille du côté sud de la ville (quartiers Slâwî – B/6, 814 riyâl, Hawânît Bin Râbha – B/5, 618 riyâl et Bâb al-Jadîd – B/4, 699 riyâl), bénéficiaient d’une richesse relative. Ces zones se situent en pleine zone périphérique, relativement loin du centre. Il semble que dans ces cas nous constatons le mélange d’habitants de niveaux différents de richesse dans les quartiers périphériques. Ces quartiers se trouvent habituellement là où le prix de la terre à bâtir est le moins cher, ce qui attire les pauvres qui ne peuvent pas s’offrir un logement ailleurs, les prix étant trop élevés ; mais les prix relativement bas dans ces endroits attirent aussi les riches, qui cherchent à se construire des maisons plus grandes que ce qu’il leur était possible au centre-ville15. Remarquons néanmoins que nous n’avons pas trouvé mention de grandes maisons ou de palais dans la zone relativement riche du sud de la ville (B/4 – Bâb al-Jadîd, B/5 – Hawânît Bin Râbha et B/6 – al-Slâwî), ni dans le quartier de Sîdî Ramdân (F/3). Notons que ces quartiers, notamment Sîdî Ramdân, étaient bien équipés en bains publics, en fours à pain, et qu’ils étaient proches d’un petit marché (hawânît ou suwîqa).

23Les zones les plus pauvres de la ville, d’après nos inventaires, semblent se trouver pour la plupart dans ses parties périphériques, ce qui est conforme avec la situation d’autres villes arabes traditionnelles. La rue Bâb `Azzûn paraît avoir subi deux influences contradictoires : l’intense activité économique qui avait lieu dans ses souqs, entraînait la concentration des habitants relativement riches (près des quartiers de Balânsa – F/7-8, et al-Bûza – E/8, ainsi que Suwîqat `Ammûr – D/7). Mais cette rue, située dans la zone périphérique d’Alger, comportait aussi de grandes concentrations de militaires et de juifs. De tous ces facteurs il résultait un groupement d’habitants relativement pauvres : dans le quartier de Dâr al-Qadîma (B/7, 168 riyâl), dans celui de Bâb `Azzûn (B/8, 243 riyâl), ainsi que dans le quartier Khidr Pacha (D/8, 137 riyâl).

24En suivant les contours du plan de la ville, on constate que les secteurs relativement pauvres se trouvent pour la plupart en périphérie. H/9 (Bâb al-Jazîra, 170 riyâl), I/9 (Bâb al-Jazîra, 204 riyâl) et I/7 (Sîdî `Alî al-Fâsî, 139 riyâl) sont des secteurs à la fois périphériques et lieux de concentration des janissaires. Les secteurs J/7-8 (Saba`Tabarîn, 99 riyâl), G/4 (Bîr al-Rummâna, 60 riyâl), F/4 (Kûshat Bûla`ba, 245 riyâl), E/4 (Sbât al-`Ars, 150 riyâl) et E/3 (Hawânît Ziyân, 238 riyâl) sont tous situés dans la périphérie de la ville, zone qui sert habituellement de logement pour les plus pauvres parmi les habitants de la ville arabe.

25Dans ce classement général qui paraît cohérent, un secteur pourtant semble exceptionnel : G/7, dans le quartier de Balânsa (238 riyâl).La moyenne très basse du montant des 30 successions relatives à cette région (22 civils dont 14 baldi et 8 militaires) est d’autant plus remarquable qu’elle est entourée des zones de concentration de richesse relative. Nous n’avons aucune explication pour ce phénomène. Comme nous le verrons, cette région englobait des maisons chères, ce qui semble contredire le résultat de l’analyse des inventaires.

26Parallèlement à cette analyse, mais seulement à titre d’illustration, nous présentons le peu de renseignements que nous avons trouvés quant au prix des maisons (32 cas). Notons que la plupart de ces informations remontent au début du xviiie siècle (1699-1701), alors que le plan de la répartition de la population suivant la richesse est basé sur des données de la période 1786-1803, nous l’avons vu. Pour en faciliter la lecture nous avons divisé les prix de ces maisons en quatre catégories : catégorie 1, entre 0 et 5 000 saîma ; catégorie 2, entre 5 001 et 10 000 saîma ; catégorie 3, entre 10 001 et 15 000 saîma ; catégorie 4, plus de 15 001 saîma. Il ne s’agit pas d’une répartition fondée sur une analyse des données ni sur une typologie : la rareté des cas et l’absence totale de toute autre information, en dehors des prix de la maison, ne le permettent pas (voir plan XIII).

  • 16 P. Boyer, 1963, pp. 55-56.

27Sur un total de 32 maisons dont nous connaissons les prix, la première catégorie compte 18 maisons (56 %), la deuxième catégorie 7 maisons (22 %), la troisième catégorie 3 (9 %), et la quatrième catégorie 4 (13 %). La valeur des maisons de la quatrième catégorie (plus de 15 001 saîma) nous laisse à penser qu’il s’agit soit de très grandes demeures, soit de palais. Les quatre maisons de cette espèce que nous avons trouvées sont toutes situées dans la ville basse, dans la région dite quartier de la Marine, ou encore quartier des ra’îs. Ce quartier est effectivement considéré comme un des quartiers les plus riches d’Alger, grâce aux corsaires d’Alger, qui y habitaient16. Cette richesse n’apparaît pas sur le plan concernant l’ensemble de la population, mais, en revanche, la localisation des maisons de la catégorie la plus riche correspond à peu de chose près à la concentration des militaires les plus riches dans cette région.

  • 17 Vol. 2, respectivement p. 47 et p. 90.
  • 18 Idem, p. 59.

28Pour la période 1786-1803 nous n’avons les prix que de quatorze maisons. La fourchette des prix est comprise entre 300 riyâl pour une maison située en I/6 (Hammâm al-Mâlih) et 11 565 riyâl, pour une maison située au souq al-Sammâ`în (G/7)17. Une autre maison au prix élevé (4 800 riyâl, la troisième en ordre décroissant des prix) était située elle aussi dans le souq al-Shammâ`în18. Il s’agit toutefois d’un nombre de maisons trop minime pour en tirer une quelconque conclusion.

Différences entre militaires et baldi

  • 19 Rappelons que les groupes en question ne sont composés que des inventaires de personnes dont nous (...)

29Pour comparer la répartition géographique de la richesse entre les Algérois de souche et les militaires19, nous avons gardé les même critères que pour l’analyse d’ensemble, mais en les appliquant aux données de chaque groupe, qui sont analysées séparément : ainsi, avec le même coefficient de 1,5 utilisé plus haut, nous considérons comme un quartier relativement riche chez les baldi (616 cas au total, fortune moyenne, 521 riyâl) un quartier dont la fortune moyenne des habitants (baldi) s’élève à 781,5 riyâl (arrondi à 780) ; dans un quartier relativement pauvre la fortune moyenne des habitants n’atteint pas 347 riyâl (arrondi à 345). Pour les militaires (925 inventaires, 311 riyâl en moyenne), le même coefficient nous fait considérer comme relativement riche un quartier où la fortune moyenne des habitants (militaires) s’élève à plus de 466,5 riyâl (arrondi à 465). Un quartier habité par une population relativement pauvre sera caractérisé par une fortune moyenne inférieure à 207 riyâl (valeur arrondie 205).

Les militaires

30D’après les inventaires, les concentrations des militaires les plus riches se trouvent autour du centre d’Alger (voir plan XIV) : les secteurs désignés par E/6 (Msîd al-Dâliyya, 608 riyâl), D/7 (Suwîqat `Ammûr, 694 riyâl), E/8 (al-Bûza, 507 riyâl), F/8 (Bâb al-Bahr, 735 riyâl), H/6 (Jâmi` `Alî Bitchnîn, 583 riyâl) et G/5 (`Aîn al-Hamra, 2 565 riyâl) forment une auréole presque complète autour des centres économique et administratif, notamment la Jenina. Les inventaires des militaires relatifs au secteur F/5 (Sbât Biyâla) sont trop peu nombreux pour que celui-ci soit rangé parmi les zones riches. La fortune des deux militaires qui y habitaient était néanmoins assez élevée (867 riyâl).Cette auréole semble se prolonger en direction de la porte de Bâb al-Wâd (I/6, 1 077 riyâl, et I/5, 635 riyâl).Notons qu’un des quatre palais mentionnés plus haut se trouve dans le secteur I/6 (Hammâm al-Mâlih), ce qui peut confirmer une richesse relative d’une partie de la population dans cette région, et que le quartier de Bâb al-Wâd (I/5) englobait un funduq, lieu d’habitation préféré des militaires, ainsi qu’une suwîqa. Les deux secteurs se trouvaient à proximité immédiate de moulins (I/4, Bâb al-Wâd, et J/6, Saba` Tabarîn) et étaient munis de hammâm (celui de I/6 se trouvait à l’extérieur du secteur, il est vrai, mais il est clair qu’il peut être considéré comme inclus dans le même quartier).

31Une concentration des militaires riches se trouvait dans le quartier Sîdî Ramdân (F/3). Nous ne trouvons aucune explication à ce phénomène. Ce quartier est assez remarquable par rapport aux quartiers voisins : il est le seul à avoir possédé son hawânît, un des seuls également à posséder son hammâm, il englobe aussi trois fours à pain. Il semble que la présence d’une population de riches militaires n’est pas étrangère au fait que ce quartier soit le mieux desservi parmi les quartiers qui l’entourent, où la richesse des habitants est beaucoup plus basse.

32Les quartiers de population militaire relativement pauvre se trouvaient en règle générale dans les zones périphériques de la ville et dans la ville haute. On constate d’abord que les zones de grande concentration de militaires se traduisaient sur le plan par des moyennes de fortune basse : c’est le cas des zones de concentration des janissaires dans les deux casernes « Ancienne » et « Nouvelle », et dans leur environnement (B/7, 137 riyâl), dans la caserne Kharrâtîn et sa région (D/8, 53 riyâl), dans la caserne Dâr al-Durûj et ses alentours (H/9, 155 riyâl) et dans Dâr Usta Mûsâ et son voisinage (I/9, 82 riyâl).Dans deux cas encore, la concentration de militaires dans les casernes et aux alentours se traduit également par un niveau assez bas de la fortune moyenne des militaires qui y habitaient, quoique selon notre critère il ne s’agisse pas de pauvreté, aux environs de la caserne de Bâb `Azzûn (222 riyâl) et de la caserne Muqriyyîn (242 riyâl).La pauvreté relative des habitants des secteurs où se trouvaient les casernes n’a rien d’étonnant : nous savons que les membres de la milice qui résidaient dans les casernes avaient une fortune moyenne basse (82 riyâl).Comme les casernes constituaient des zones de forte concentration de militaires, le niveau de la richesse de la population aux alentours avait tendance à être bas.

33Dans la ville basse, c’est encore dans des régions situées à la périphérie que la population militaire, telle qu’elle apparaît dans nos documents, se révèle relativement pauvre : les secteurs I/7 (Sîdî `Alî al-Fâsî, 130 riyâl) et il 6-7 (Saba` Tabarîn, 87 riyâl).Dans la ville haute, toute la région de la Qasba et de ses environs (hormis B/4) est caractérisée par une population pauvre. Se résigner à habiter loin du centre, à une distance assez grande des casernes et des caravansérails, donc du « milieu turc », tel était le prix à payer par les militaires les moins riches qui voulaient sortir de la caserne.

Les baldi

34Contrairement à la répartition géographique des militaires, d’après nos documents, qui paraît somme toute conforme au modèle proposé par A. Raymond pour les grandes villes arabes à l’époque ottomane, le cas des civils (voir plan XV) notamment celui des Algérois de souche (voir plan XVI) semble plus complexe. Les baldi bénéficiant d’une richesse relative sont moins dispersés que les militaires : les inventaires indiquent deux concentrations. Dans le voisinage de la région du centre se trouvaient les secteurs, G/8 (Jâmi` al-A`zam, 809 riyâl), G/5 (Sûq al-Jum`a, 2 942 riyâl), G/6 (Bâb al-Sûq, 990 riyâl).Cette concentration, près du centre économique administratif et religieux, chez les baldi comme chez les militaires, est conforme avec la situation relevée dans d’autres villes arabes. La seconde concentration des riches baldi se trouvait dans la zone périphérique B/5 (Hawânît Bin Râbha, 870 riyâl) et B/6 (al-Slâwî, 1 367 riyâl).L’explication de cette localisation d’une zone de résidence des baldi riches est beaucoup plus difficile. Il n’est pas exclu qu’une partie de l’explication soit liée à des raisons historiques : il s’agit d’une région qui, selon toute probabilité, fut construite après l’arrivée des Ottomans, à l’époque de l’arrivée des expulsés de l’Espagne, dont une partie formait une couche plus ou moins aisée de la population. Il est vraisemblable qu’une partie de ces nouveaux venus cherchaient à construire leurs maisons là où le terrain était moins cher, comme c’était le cas des zones périphériques. Ce n’est là qu’une hypothèse.

35La population relativement pauvre parmi les Algérois de souche formait une « ceinture » depuis la porte maritime de Bâb al-Jazîra, le long de la muraille du côté nord et est de la ville jusqu’à la Qasba. Cette « ceinture » n’est interrompue que par les deux secteurs G/4 (Bîr al-Rummâna) et C/2 (près de la Qasba), où les habitants semblent avoir été très pauvres, mais en nombre trop peu élevé dans nos dépouillements pour que nous puissions les prendre en compte. On trouve encore deux régions habitées par des baldi pauvres du côté sud de la ville (B/4, Bâb al-Jadîd, 247 riyâl et B/7, le quartier de Dâr al-Qadîma, 282 riyâl), dans la zone périphérique.

36Outre ces régions périphériques, on relève encore des concentrations de baldi relativement pauvres dans des zones centrales de la ville : secteur G/7 (Balânsa, 183 riyâl), que nous avons déjà mentionné, mais aussi F/5 (Sbât Biyâla, 344 riyâl) et F/6 (Kajâwa, 290 riyâl).La présence de quartiers pauvres dans le centre de la ville peut surprendre, car dans beaucoup d’autres villes cette zone est habitée par une population aisée. Il nous semble que l’on peut expliquer cette absence des riches baldi dans le centre par la présence des militaires riches car, comme nous allons le constater, il y avait, semble-t-il, à Alger un phénomène d’exclusion mutuelle entre riches baldi et riches militaires.

37La comparaison des deux plans de répartition des militaires et baldi suivant le niveau de fortune montre apparemment deux groupes distincts. Sur un total de 15 secteurs caractérisés par des habitants relativement riches (cinq de baldi et dix de militaires), seuls deux secteurs semblent abriter des individus appartenant aux deux groupes : G/5 et G/8. La région située autour de Bâb al-Wâd par exemple (I/5, I/6 et H/6), qui est peuplée aussi bien par des militaires que par des baldi, abrite une concentration de riches militaires, mais pas d’Algérois de souche fortunés. On trouve l’inverse dans la région de Hawmat al-Slâwî (B/6) et de Hawânît Bin Râbha (B/5) : une concentration de riches baldi, mais pas de militaires fortunés. On relève dans le quartier de Sîdî Ramdân (F/3) des habitants riches appartenant à la milice, mais les baldi qui y habitaient semblent avoir été relativement pauvres. De même le caractère aisé de la région qui s’étendait le long de la partie nord de la rue Bâb `Azzûn, et à l’est du centre économique, ne concernait pas les baldi : la région E/8-F/8 figure comme une zone de peuplement militaire aisé, mais les Algérois de souche étaient peu nombreux à y habiter.

38Seuls échappent à cette apparente exclusion mutuelle le quartier de Sûq al-Jum`a (G/5) et le quartier de la Grande Mosquée (G/8). Pour ce qui est du premier, il constituait avec celui de Bâb al-Sûq (G/6) le lieu de concentration de grandes demeures et palais des « grands » de Vodjak, qui avaient été construits dans cette zone en raison de sa situation, à proximité du palais du dey et du centre économique de la ville. L’attrait de cette région pour les membres des deux groupes était suffisamment fort pour qu’ils y cohabitent. L’attrait du palais du dey parmi les militaires est démontré aussi par la richesse relative des militaires habitant le quartier de Msîd al-Dâliyya (E/6), du côté ouest du palais. Celui du quartier de la Grande Mosquée (G/8) pour les membres riches des deux groupes était sans doute également lié à la proximité des centres économique et administratif. La présence de la Grande Mosquée devait être par ailleurs un élément très important pour les riches baldi.

  • 20 A.Raymond, « Zones de résidence », pp. 187-190.

39L’éventuelle exclusion mutuelle des riches des deux groupes est peut-être significative sur le plan des relations entre la caste dominante et les baldi : nous avons déjà constaté une tendance des baldi à s’éloigner des militaires sur le plan de la répartition de la population. La répartition des habitants les plus riches de deux groupes semble confirmer cette tendance. Cette relation négative entre les riches militaires et les riches baldi rappelle la situation au Caire, notamment en ce qui concerne la région de Birkat al-Fîl, où les membres de la caste dominante s’isolaient de la population locale indépendamment du niveau de sa fortune. Nul rapport avec la situation qui prévaut à Tunis où la caste dominante était mêlée à la « bourgeoisie » locale à niveau de fortune équivalent20. Il nous semble que la séparation entre ces deux groupes à Alger exprime, entre autres, que les Algérois de souche, et (au moins en principe) les fils des militaires et des femmes indigènes, étaient exclus de la caste dominante. A Tunis, en revanche, où les gouverneurs eux-mêmes étaient des kuloghlu, le préjugé contre le mariage avec les indigènes n’existait pas : la situation y était donc beaucoup plus souple.

Conclusion

40En conclusion, l’analyse de la répartition de la population suivant le niveau de fortune, tel que l’indiquent les successions recueillies dans la ville, montre d’abord une différence entre la ville haute et la ville basse : la fortune moyenne par carré dans la ville haute s’élève à 481 riyâl, alors que dans la ville basse elle plafonne à 300 riyâl, ce qui est logique car, comme nous l’avons vu, la ville basse abritait un grand nombre de militaires, moins fortunés que les civils. La répartition indique ensuite qu’il y avait à Alger des zones habitées par des habitants relativement riches, notamment au voisinage du centre économique et administratif, mais aussi dans quelques quartiers de la périphérie. Dans l’ensemble, l’écart entre le quartier où la concentration de richesse est la plus importante (G/6, Bâb al-Sûq, 1 544 riyâl) et le quartier où se trouvaient les habitants les plus pauvres (G/4, Bîr al-Rummâna, 60 riyâl) est dans la proportion de 1 à 26, ce qui semble assez important pour une moyenne. Cependant, nous constatons qu’à côté de ce phénomène de concentration d’habitants relativement riches dans des régions précises de la ville selon les différents plans, les habitants de niveaux de richesse différents vivaient côte à côte dans le même endroit.

  • 21 Vol. 2, pp. 136, 161-164.

41Les habitants dont la fortune moyenne était la plus élevée se trouvaient dans le quartier de Bâb al-Sûq (G/6). Il s’agit en l’occurrence de 17 personnes (fortune moyenne 1 544 riyâl), dont 5 militaires (fortune moyenne de 149 riyâl), et 12 civils (fortune moyenne 2 125 riyâl).Parmi ces civils on trouve 8 baldi (fortune moyenne 2 942 riyâl), 2 Turcs (16 et 8 riyâl), un individu originaire de Constantine (1 596 riyâl) et un de la ville de Tunis (343 riyâl).Les deux figures extrêmes de ce groupe apparaissent en comparant la succession d’un Turc, Ibrâhîm al-turkî, mort en AH 1201/1787, et dont la valeur se monte à 8 riyâl, alors que la succession d’un commerçant de soie, Muhammad al-Qazzâz bin al-Sârq, mort deux ans plus tard, s’élevait à 15 536 riyâl, une somme 1 942 fois plus élevée que la précédente21.

  • 22 Idem, pp. 52-53. Dans les deux cas les inventaires ne mentionnent pas le nom de la personne.

42Le groupe des habitants les plus pauvres nous paraît trop réduit pour être analysé (G/4, 7 personnes, 60 riyâl).Nous analyserons donc le deuxième groupe selon la pauvreté de ses habitants, aux alentours du quartier de Saba` Tabarîn (carré J/6-7), 19 personnes (fortune moyenne 99 riyâl).Ce groupe est composé de 7 militaires (fortune moyenne 87 riyâl), de 12 civils dont 2 Kabyles (25 et 4 riyâl) et 10 baldi (fortune moyenne 125 riyâl).Les deux figures extrêmes de ce groupe apparaissent également si l’on compare la succession d’un yoldâch, mort en AH 1201/1786, en laissant 2 riyâl, et celle d’un baldi, mort au début AH 1200/1785 (513 riyâl).La différence entre le plus démuni et le plus favorisé dans ce groupe est donc dans un rapport de 1 à 25622.

  • 23 Idem, p. 14 ; vol. 4, p. 27.

43Le quartier de Sîdî Muhammad al-Sharîf (C/5) où 80 successions ont été localisées (montant moyen de 333 riyâl) fournit un dernier exemple : on y compte 29 militaires (fortune moyenne 168 riyâl), et 51 civils dont 37 baldi (fortune moyenne 451 riyâl), 8 Kabyles (fortune moyenne 225 riyâl), 3 Turcs (92 riyâl) et trois convertis à l’islam (fortune moyenne 991 riyâl).Entre la succession laissée par un yoldâch (que l’inventaire ne nomme pas), mort au début AH 1201/1786 (1 riyâl), et celle d’une femme, al-`Abbâsiyya, épouse d’un marin, qui se trouvait en mer lors du décès de sa femme au début AH 1215/1800, la proportion est de 1 à 2 96723.

44Les écarts entre la richesse des habitants d’un même quartier semblent donc beaucoup plus importants que les écarts entre la richesse des quartiers (ces derniers sont amortis car il s’agit de moyennes).

Notes

1 P. Boyer, 1963, p. 51.

2 Nous ne disposons malheureusement pas de données suffisantes pour examiner de la même manière le reste de la population.

3 Les noms des quartiers sont donnés à titre indicatif, car un carré ne correspond pas à un quartier.

4 A. Raymond, 1991, p. 21.

5 A. Abdel-Nour, p. 165.

6 A. Raymond, 1992, pp. 160-161.

7 A. Raymond, 1992, p. 147.

8 D. Chevalier, 1982, p. 13. Cf. à ce sujet, A. Raymond, « Zones de résidence ».

9 L. Golvin, 1988.

10 La répartition de ces maisons dans la ville est présentée, mais seulement à titre d’illustration.

11 Nous ne disposons hélas pas de données suffisantes pour examiner de la même manière le reste de la population.

12 Dans les cas de moins de sept inventaires, la somme est indiquée sur le plan entre parenthèses, ainsi que le nombre des inventaires.

13 L. Golvin, cf. plan, p. 10.

14 R. Le Tourneau, 1954, p. 16, A.Raymond, 1992, p. 160. Pour la ville d’Alep, cf. A. Marcus, p. 319, qui indique la mixité de la population dans les quartiers, mais qui cependant mentionne que quelques-unes parmi les familles les plus riches habitaient autour du centre-ville.

15 R. Le Tourneau, 1954, pp. 16-17.

16 P. Boyer, 1963, pp. 55-56.

17 Vol. 2, respectivement p. 47 et p. 90.

18 Idem, p. 59.

19 Rappelons que les groupes en question ne sont composés que des inventaires de personnes dont nous avons localisé le logement, et non pas de l’ensemble des militaires, des civils ou des baldi.

20 A.Raymond, « Zones de résidence », pp. 187-190.

21 Vol. 2, pp. 136, 161-164.

22 Idem, pp. 52-53. Dans les deux cas les inventaires ne mentionnent pas le nom de la personne.

23 Idem, p. 14 ; vol. 4, p. 27.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search