Version classiqueVersion mobile

La ville d’Alger vers la fin du XVIIIe siècle

 | 
Tal Shuval

Deuxième partie. La structure de la ville d'Alger

Chapitre V. La zone résidentielle

Texte intégral

1Autour du centre d’Alger, notamment dans la ville haute, s’étalait la zone presque exclusivement consacrée à la résidence. Alors que la ville basse englobait le centre économique administratif et religieux, ainsi que des concentrations assez importantes de janissaires, de Barrânî et de juifs, en revanche la ville haute servait principalement de lieu de résidence aux Algérois de souche, et aussi aux originaires de l’extérieur. Cette zone d’Alger, qui avait été construite en grande partie durant l’époque berbère, se distinguait clairement de la ville basse, notamment de la région du centre, par sa voirie, plus étroite et tortueuse.

  • 1 E.Wirth, p. 195.

2En général, dans les villes arabes traditionnelles on constate une opposition entre deux types de rues tout à fait différents : d’un côté, les grands axes et les principales voies de communication qui relient le centre et les portes de la ville par un réseau relativement large facilitant la circulation ; de l’autre, les ruelles, souvent tortueuses, qui remplissent les espaces entre les principaux axes de circulation1. À Alger ce phénomène fut accentué encore, parce que les grands axes, et les rues plutôt larges et droites, caractérisant le centre économique, se trouvaient dans la ville basse, relativement plate, alors que la zone résidentielle, traversée de rues plus étroites et tortueuses, était située dans la partie accidentée, dans le Jabal, dont la topographie n’a fait qu’aggraver le phénomène.

  • 2 R.Lespès, p. 167.
  • 3 E.Pasquali, p. 47.
  • 4 A.Raymond, 1985, p. 186.
  • 5 A.Lézine, pp. 131-132. Cf. aussi, J.L.Abu-Luohod, p. 168.

3Une grande partie des rues d’Alger, notamment dans la zone résidentielle, aboutissaient à des impasses : en 1830, le chef de bataillon Collas comptait 180 rues et presque autant d’impasses dans la ville tout entière2. E. Pasquali précise que le nombre d’impasses s’élevait en 1830 à plus de 1513. Mais ce grand nombre d’impasses (151 sur 331, soit 45,6 %) ne se partageait pas d’une manière équilibrée entre les deux parties de la ville : alors que dans la ville basse le nombre d’impasses dans l’ensemble de la voirie n’atteignait que 24,5 % seulement, dans la ville haute en revanche leur pourcentage atteignait 59,9 %4. Cette concentration d’impasses dans la ville haute était directement liée à sa qualité de zone résidentielle : l’impasse est le type de rue le mieux adapté à la principale exigence des habitants, à savoir l’isolement de la vie privée. De ce fait, elle constitue l’élément de base de l’urbanisme arabe traditionnel5.

  • 6 E.Wirth, 1982, pp. 195-196. Cf. aussi, R.Brunschvig, 1947, pp. 134-135.
  • 7 A.Marcus, p. 283.
  • 8 A.Raymond, 1985, p. 185.

4Du point de vue juridique, remarque E. Wirth, « le droit islamique considère pour ainsi dire l’impasse comme propriété privée commune aux riverains avec une limitation des droits d’usufruit. Ainsi, l’impasse fait [...] partie pour ainsi dire du domaine privé de la maison où le droit public est soumis à de sévères restrictions6 ». Dans un jugement, rendu à Alep au milieu du xviiie siècle, le qâdî acceptait en effet l’argument des riverains comme quoi l’impasse constituait « une voie privée exclusivement destinée à l’usage des seuls riverains7 ». Ceux-ci avaient le droit de fermer l’entrée de leur rue par une porte, ainsi qu’ils le faisaient dans différentes parties de la ville. Le fait que la plus grande partie des rues de la ville haute d’Alger aboutissaient à une impasse n’était donc pas le fruit du hasard, ni « le triomphe de l’anarchie » : cela constituait « l’aboutissement normal de la tendance à la ségrégation de la cellule familiale8 ». Cela rendait aussi les habitants de la zone résidentielle propriétaires en quelque sorte de leur environnement immédiat.

Les quartiers

  • 9 P. Boyer, 1963, p. 50.
  • 10 R.Le Tourneau, pp. 21, 35. Cf. aussi F.Stambouli et A.Zghal, pp. 197-198. Pour une critique de cet (...)
  • 11 F.Stambouli et A.Zghal, p. 198.

5Unités de base des villes arabes, les quartiers « constituent de petites entités sociales que les soucis d’ordre public ont matérialisées9 ». Pour nombre de chercheurs la ville en elle-même n’est autre chose qu’un groupement de quartiers. Au niveau de la ville, aucune administration n’avait existé, ou presque, comme l’a dit R. Le Tourneau d’une manière très explicite : « Je crois, écrit-il, que le particularisme tenace des différentes cellules composant la cité fournit la meilleure explication de la rareté des organismes communs10. » Le rôle des quartiers dans cette conception serait donc primordial : « C’est finalement au niveau du quartier et non pas sur le plan des institutions administratives elles-mêmes que les citadins jouissent d’une relative autonomie11. »

6Cette conception met peut-être un accent exagéré sur le manque de cohésion dans la ville : nous avons vu que les différents services vitaux pour l’existence de la ville étaient gérés par des préposés urbains, qui en garantissaient le bon fonctionnement. De même, les problèmes de la sécurité de la ville, constamment menacée par les pays européens, nécessitaient des efforts communs. Il nous semble donc qu’il ne faut pas croire à une anarchie urbaine à laquelle le quartier aurait apporté une réponse. On a d’autre part l’impression qu’à Alger le quartier ne jouait pas le rôle considérable qui lui était accordé dans d’autres villes arabes.

  • 12 R.Le Tourneau, p. 35. Sur le rôle du shaykh al-hâra au Mashreq, cf. A.Abdel-Nour, pp. 162-163. Cf. (...)
  • 13 Cf. A.Cohen et B.Lewis, pp. 38-40.

7Il est difficile de définir le rôle de shaykh al-hâra à Alger. Il faut noter que nous n’avons en effet trouvé dans les documents consultés aucune mention de chef de quartier. Les fonctions ne sont pas mentionnées dans le Tachrifat. Les voyageurs non plus ne relèvent pas de tels préposés. Dans son article dédié à la shurta d’Alger, M. Hoexter ne mentionne pas le chef de quartier, pourtant censé détenir des fonctions en ce domaine. On ne peut naturellement pas tirer de conclusion de ce que l’on n’ait pas trouvé de traces de cette fonction dans les documents. Mais il est frappant de voir que les documents consultés mentionnent des dizaines d’amîn des corporations de métiers, ainsi que des organisations ethniques qui constituaient des groupements de la population au même titre que le quartier12, mais aucun shaykh al-hawma. La multitude de préposés à Alger et le fait que nous n’avons trouvé aucune mention de chef de quartier semblent indiquer que le rôle de chef de quartier était moins important qu’ailleurs13.

Une unité de base

  • 14 E.Emerit, 1959, p. 241. M.Hoexter, 1982 (qui cite Rahbinder), p. 122 ; P. Eudel, p. 78 ; P. Boyer, (...)
  • 15 CAOM 1 Mi z 18. F.Khiari (1989, t. II, pp. 308-312) traduisait l’acte sans mentionner la porte.
  • 16 CAOM 1 Mi 70(19).
  • 17 CAOM I Mi 70(16).
  • 18 CAOM 1 Mi 70(24), p. 15-2.
  • 19 CAOM 1 Mi 70(19).

8À Alger, comme dans les autres villes arabes à l’époque, la zone résidentielle était composée d’un certain nombre d’« unités » plus ou moins fermées, les quartiers. D’après plusieurs auteurs il semble qu’au moins une partie des quartiers aient été munis d’une porte14. Seul un inventaire après décès cite la porte du quartier al-Slâwî : il s’agit d’un document, datant du mois de muharram AH 1095/décembre-janvier 1683-1684, qui mentionne dans la succession une maison « située à hârat al-Slâwî à l’intérieur d’Alger la bien gardée, la première à droite en entrant par la porte de ladite hâra (`ala yasâr al-dâkhil min bâb darb al-hâra al-madhkûra)15 ». Un autre indice de l’existence des portes est le mot darb (impasse ordinairement fermée par une porte), qui accompagne quelques toponymes : ainsi, on connaît le quartier dit Darb al-Qusayr (la petite porte du quartier, B/4)16, ainsi que l’endroit dit al-Darb al-Mahrûq (la porte brûlée) près de Bâb al-Jazîra (I/8)17. Les documents mentionnent aussi un darb à Qâ` al-Sûr (I/8)18, ainsi que celui situé à Rahba al-Qadîma (H/6)19.

  • 20 CAOM 1 Mi 68 (50), p. 19.
  • 21 Idem, p. 5.
  • 22 CAOM 1 Mi 60 z 161, pp. 20, 23 ; 1 Mi 64, n° 8.
  • 23 CAOM 1 Mi 68 (50), p. 5, 9 ; 1 Mi 70 (19).
  • 24 CAOM 1 Mi 60 z 161.
  • 25 CAOM 1 Mi 61 (45).

9Le mot utilisé le plus souvent pour dire « quartier » dans les documents consultés est hawma. On trouve également le mot hâra, notamment hârat al-Yahûd (le quartier juif), ou encore hârat al-Slâwî (aussi désigné comme Hawmat al-Slâwî). Il n’est pas rare que le nom du quartier figure dans les textes sans qu’il soit précédé par le mot quartier : on trouve aussi bien la désignation Bin Jâwr`Alî que hawmat Bin Jâwr `Alî, Kajâwa tout court et hawmat Kajâwa, al-Slâwî et hawmat al-Slâwî, etc. Notons que le mot hawma ne veut pas toujours dire quartier. Il est aussi bien utilisé pour désigner une rue, une impasse ou même un souq : dans un acte datant de AH 1152/1739-40 on relève « la maison située à hawmat Awlâd al-Agha dans la région de Bâb `Azzûn (C/7)20 » ; dans un autre acte, de AH 1128/1716, figure l’adresse suivante : « La maison située à Haddârîn Bâb `Azzûn, au bout d’un chemin dit Sikkat Awlâd al-Agha21. » On relève de même l’endroit nommé d’après Khodja Bîrî, mentionné une fois en tant que hawma, et une fois en tant que zanqa22. Il en est de même pour ce qui est de l’endroit nommé aussi bien Hawmat al-Jarâba, Zanqat al-Jarâba ou encore Sikkat al-Jarâba23. L’endroit dit Sûq al-Halfâwiyyin figure aussi comme Hawmat al-Halfâwiyyin24 ; Hawmat al-Khaddârîn Bâb `Azzûn est aussi le souq qui porte le même nom25, etc.

10Le nom du quartier pouvait être tiré d’un monument important qui s’y trouvait (hawmat al-Jâmi` al-A`zam, hawmat Dâr al-Inkishâriyya al-Qadîma, etc.). Ce nom pouvait résulter d’une particularité topographique du quartier (al-Jubayla – la colline, hawmat al-Khandaq – le fossé, etc.). Il pouvait évoquer une personne (hawmat Iskandar, hawmat Usta Wâlî etc.), ou encore un groupe humain (hawmat al-Slâwî – les originaires de la ville de Salé, hârat al-Yahûd – le quartier Juif, hawmat al-Jarâba – les originaires de Djerba, etc.).

Le nombre des quartiers

  • 26 A.Raymond, 1985, pp. 135-136. Cf. A.Abdel-Nour, p. 158 ; A.Marcus, p. 316.
  • 27 L.Meslem, « Tarkîb », p. 28.

11Nous avons trouvé dans nos documents quelque 140 noms de hawma différents. Ce nombre ne représente pas toutefois le nombre réel des quartiers. Dans d’autres villes beaucoup plus grandes qu’Alger, le nombre de quartiers était moins élevé : une centaine pour le Caire (660 hectares, 263 000 habitants), une trentaine à Damas (313 hectares, 90 000 habitants) et 72 pour Alep (367 hectares, 120 000 habitants), 41 pour Tunis (231 hectares, 80 000 habitants)26. Ces exemples sont suffisamment nombreux pour supposer que 140 quartiers pour une ville de 46 hectares, qui ne comptait à notre avis pas plus de 50 000 habitants, est un nombre exagéré. Une estimation récente, de L. Meslem, fixe le nombre de quartiers d’Alger à une vingtaine27 : ce qui, en revanche, semble trop réduit et ne correspond pas aux renseignements tirés de nos documents.

  • 28 CAOM 1 Mi 70, 24a (I). Notons que nous avons trouvé seulement ces trois cas : malgré les apparence (...)
  • 29 CAOM 1 Mi 60 z 161, 1 Mi 68 (50), 1 Mi 69 (s.n.), 1 Mi 70 (16), 1 Mi 70 (20), un registre comprend (...)

12L’examen des divers registres préparés à l’intention des autorités françaises après la conquête d’Alger révèle une multitude de noms de quartiers, où sont mélangés les noms anciens et nouveaux, et même les chiffres attribués à certains quartiers pour toute désignation dans un registre : quartiers numéros 9, 17 et 19, par exemple28. Nous avons analysé sept registres de ce genre, dont cinq comprennent des résumés des waqfiyyât, un registre comprend les résumés d’actes de propriété (mulkiyyât), et enfin un registre traitant des biens qui appartenaient au beylik29 : dans tous ces registres, les différents résumés sont classés selon un ordre géographique, dans des chapitres qui portent le nom du quartier où les biens sont localisés. Par exemple, dans le registre CAOM 1 Mi 60 z 161, le chapitre premier porte le titre « Qâ` al-Sûr ». Il réunit 28 résumés d’actes de habus concernant des biens qui se trouvaient dans ce quartier. Dans le chapitre suivant sont réunis 35 résumés sous le titre Hawmat Jâmi` Safir, etc. Notons que les différents résumés regroupés dans le même chapitre (qui porte le nom du quartier auquel ils appartiennent) ne mentionnent pas toujours le nom de ce quartier comme adresse, et que parfois ils donnent un autre nom de quartier : dans le registre 1 Mi 60 z 161 par exemple, le chapitre regroupant les résumés d’actes de habus qui porte le nom Hawmat Rahba al-Qadîma, comprend des actes relatifs à des biens qui donnent comme adresse Rahba al-Qadîma, mais aussi `Uqîbât al-Salâm et Kûshat `Uqîbât al-Salâm, ainsi que Furn al-Khatîb. Dans un autre registre, regroupant les traductions françaises des résumés des actes de propriété des biens appartenant au beylik (CAOM 1 Mi 70, n° 24), le chapitre qui a pour titre « Zenkat Ben Farés » regroupe des actes dont les adresses mentionnent bien entendu Zanqat Bin Fâris, mais aussi « houmet El Kaddus » et « houmet Sidi Bouguedour ».

13Notre analyse partira donc des titres de chapitres, qui sont les noms des quartiers. Nous pensons que le fait de regrouper des actes portant des adresses différentes sous un même nom de quartier signifie que ce nom concerne une entité plus grande que toutes les appellations qui figurent comme adresse dans le même chapitre, et que, dans le cas où les adresses sont désignées comme hawma, mais avec un nom différent de celui du quartier-titre, il s’agit soit d’un double emploi, soit d’une nomination ancienne qui n’est plus en usage. Nous arrivons ainsi au nombre de 59 quartiers mentionnés par ces registres. Cependant, il faut noter qu’aucun registre ne mentionne la totalité de ces 59 quartiers, et qu’une partie seulement de ces noms figurent dans plusieurs registres, ce qui semble indiquer qu’il faudrait encore en réduire le nombre.

  • 30 Le registre CAOM 1 Mi 60 z 161 mentionne les deux quartiers Bin Jâwr `Alî et Kûshat Iskandar. Le r (...)

14Il arrive que le même quartier figure parfois sous une autre appellation dans d’autres registres : c’est le cas de Hârat al-Slâwî (B/6), que l’on trouve aussi sous le nom de Hawmat Sîdî al-Mrâîshî (du nom d’une mosquée). C’est aussi le cas du quartier de Sûq al-Samn (E/7), que l’on relève aussi sous le nom de Hawmat al-Hâshiyya, ou Hawmat Sûq al-Shammâ`în (G/7), et encore Hawmat al-Badistân, appelé ailleurs Hawmat al-Balânsa. Parfois, le fait que deux noms figurent dans le même registre ne signifie pas forcement qu’il s’agissait de deux quartiers différents. Par exemple, le quartier dit al-Hammâmât (C/5) et le quartier Sîdî Muhammad al-Sharîf (C/5), qui sont mentionnés tous les deux dans le même registre (1 Mi 61, s.n.), nous semblent être un seul et même quartier, que nous trouvons sous le nom de Hammâmât dans les registres 1 Mi 70 (24a) et 1 Mi 69 (s.n.), et sous le nom Sîdî Muhammad al-Sharîf dans le registre 1 Mi 60 z 161. Il en va de même pour les quartiers Bin Jâwr `Alî (D/5) et Kûshat Iskan-dar (D/5) que l’on découvre aussi appelés Hawmat Zanqat Bin Fâris (D/5)30, ainsi que pour Hawmat Sîdî bin `Alî (E/4) et Kûshat `Alî (E/4). Après analyse de ces 59 noms de quartiers, le nombre de quartiers que nous avons trouvés et approximativement localisés se réduit à 41 (voir plan VI).

  • 31 R.Le Tourneau, 1957, p. 69.
  • 32 Ibid., op. cit., p. 37. Cf. A.Abdel-Nour, pp. 158-160.

15Remarquons encore la distinction que fait R. Le Tourneau pour les villes du Maghreb en général, entre « quartier réel, c’est-à-dire la petite unité urbaine de base qui gravite autour d’un four, d’un oratoire ou d’une mosquée, d’une fontaine et des quelques boutiques31 », et les « quartiers administratifs qui le plus souvent groupent chacun deux ou trois quartiers réels ». Ces quartiers administratifs, qui forment un groupement artificiel, explique cet auteur, sont maintenus par la création d’une « véritable communauté politique » entre les différents quartiers réels ainsi réunis, dont il résulte que « ce que ce découpage pouvait avoir de factice au début s’est très vite atténué32 ». Selon cette hypothèse, une grande partie des 140 noms que nous avons trouvés seraient ceux de ces « quartiers réels » (parfois seulement des ruelles, de petits groupements de maisons ou même des rues), et les quartiers que nous avons relevés seraient leurs regroupements.

  • 33 Cf. au sujet de l’incertitude des limites des quartiers, T. H.Greenshields, p. 120.
  • 34 Comme cette liste a été préparée d’après les renseignement fournis par des registres qui ont été r (...)

16Dans la liste ci-après figurent donc les noms des quartiers que nous avons trouvés, aussi bien dans les registres mentionnés que dans d’autres documents, notamment les inventaires après décès. Le nom de quartier qui figure est celui qui est le plus usité dans les documents. Entre parenthèses figurent les coordonnées du plan de la ville. Notons que la fiabilité de la localisation est relative, en raison de l’inexactitude des descriptions des adresses dans les documents, et aussi parce que la délimitation des quartiers n’est jamais mentionnée33. C’est par comparaison des localisations relatives des quartiers (l’adresse d’une maison la décrit comme étant située dans un quartier qui est « plus haut » ou au contraire « plus bas » qu’un autre quartier), par la mention de leur voisinage avec un monument (dont l’adresse peut être assez approximative elle aussi), que nous sommes arrivé à ce résultat. Sur le plan les quartiers sont énumérés du haut en bas et de la gauche vers la droite34 :

  1. La Qasba et ses alentours (B-C / 2-3). Notons que la partie de la ville qui est située près de la Qasba est composée de plusieurs « quartiers » plus ou moins petits, mais un seul figure comme nom de chapitre dans un registre. Il s’agit en l’occurrence de Madfa« Jarbah (B/3) ; le plus souvent les adresses de cette région parlent d’une maison (ou tout autre immeuble), sise « près de la Qasba ».
  2. Bâb al-Jadîd (la porte neuve), (B/4).
  3. Hawânît Bin Râbha (petit marché de Bin Râbha), (B/5).
  4. al-Slâwî (les originaires de la ville de Salé au Maroc), (B-6). Nous n’avons pas fait la preuve d’une présence quelconque de personnes de cette origine ni dans ce quartier ni ailleurs.
  5. Dâr al-Inkishâriyya al-Qadîma (la caserne « ancienne »), (B/7). Cette seule caserne a donné son nom au quartier, bien qu’une autre caserne (Dâr al-Jadîda) y était elle aussi située.
  6. Bâb `Azzûn (B/8).
  7. Jâmi` Safir (du nom de la mosquée), (C/4).
  8. Sîdî Muhammad al-Sharîf (C/5). La mosquée portant ce nom se trouvait à l’ouest du quartier. Pour fixer l’emplacement du quartier nous avons suivi le plan de Pelet et H. Klein, qui donne le nom de Zanqat Sîdî Muhammad al-Sharîf à la rue Damfreville, reliant cette mosquée avec la rue de la Porte Neuve35.
  9. `Aîn Shâh Husayn (fontaine nommée d’après un personnage dont on ne sait rien), (C/6).
  10. Hammâm Fuwîta (de la petite serviette), (C/7).
  11. Bîr al-Jabâh (puits de la ruche ?), aussi "Aîn al-Mzûqa (la fontaine décorée) (D/3).
  12. Hawânît Sîdî `Abd-Allah (les boutiques de sîdî `Abd-Allah), (D/4)
  13. Bin Jâwr `Alî (le fils de`Alî, l’aveugle, du turc kôr), (D/5).
  14. Sûq al-kuttân (marché au lin), (D/6).
  15. Suwîqat `Ammûr (les boutiques de `Ammûr), (D/7).
  16. Khidr Pacha (du nom de la mosquée qui s’y trouvait), (D/8).
  17. Hawânît Ziyân (les boutiques de Ziyân), (E/3).
  18. Sbât al-`Ars (le passage aux colonnes), aussi Kûshat "Alî (le four de "Alî), (E/4).
  19. Qîj Ghaliyâta (la quille de la galiote36), (E/5).
  20. Msîd al-Daliyya (l’école de la vigne), (E/6).
  21. Sûq al-Samn (le marché au beurre), (E/7).
  22. Saba« Luwiyât (les sept coudes), (E/7). Ce nom désignait à la fois le quartier, qui était le quartier juif, ainsi que la rue qui le traversait. Ce quartier figure déjà sur le plan de 1575 comme une des trois zones où étaient concentrées les juifs (les deux autres étaient à côté de Bâb `Azzûn et de Bâb al-Wâd). Quoiqu’il s’agisse du quartier juif, l’appellation hârat al-Yahûd ne figure pas comme titre d’un chapitre. Les deux appellations hârat al-Yahûd et Saba« Luwiyât sont très anciennes : la mention initiale que nous avons trouvée de la première remonte à AH 978/1570-71, et pour la seconde à AH 98037.
  23. al-Bûza (la bière) (E/8).
  24. Sîdî Ramdân (de la mosquée de ce nom), (F/3).
  25. Kûshat Bûla `ba (four de Bûla `ba), (F/4).
  26. Sbât Biyâla (la voûte de Piyâle), (F/5).
  27. Kajâwa (chemin de chèvres, ce nom désignait aussi bien le quartier que la mosquée qui s’y trouvait), (F/6).
  28. Balânsa (Balancelle), (F-G/7). Sous ce nom sont réunis les centres économiques religieux et administratifs d’Alger. Cette appellation est assez rarement mentionnée en raison de la grande concentration de monuments et de marchés dans cette zone, qui sont normalement cités en guise d’adresse.
  29. Bîr al-Rummâna (puits de la grenade), (G-H/4-5).
  30. `Aîn al-Hamra (la fontaine rouge), (G/5).
  31. Sûq al-Jum`a (le marché de vendredi), (G/5).
  32. Bâb al-Sûq (la porte du marché), (F-G/6).
  33. Jâmi` al-A`zam (la Grande Mosquée), (G/8).
  34. Jâmi` `Alî Bitchnîn (la mosquée de `Alî Bitchnîn), (H/6).
  35. Rahba al-Qadîma (l’ancienne halle aux grains), (H/6).
  36. Bâb al-Jazîra (la porte de l’île), (H-J79).
  37. Bâb al-Wâd (H-I/4-5)
  38. Hammâm al-Mâlih (le bain à l’eau salée), (I/6).
  39. Sîdî `Alî al-Fâsî (du nom de la mosquée), (I/7).
  40. al-Qshâsh (du nom de la mosquée, une des plus anciennes d’Alger), (I/8).
  41. Saba` Tabarîn (les sept tavernes), nommé ainsi en raison des nombreuses tavernes qui s’y trouvaient. Il s’agit d’une partie de la zone dite après la conquête d’Alger « le quartier de la Marine », (J/7).

17Le plan des quartiers fait apparaître trois zones qui semblent être vides : une zone autour de la Qasba (B-C/2-3), ainsi que le secteur près du quartier de Bîr al-Rummâna (n° 29, G-H/4-5), et dans la ville basse (H/7-8). Cela est peut-être dû à ce que l’emplacement des chiffres sur le plan soit plus ou moins approximatif : faute de connaître les limites exactes des quartiers, les chiffres ne sont pas toujours placés au milieu de ceux-ci, ce qui risque de créer l’impression de « vide », là où il y avait en fait des quartiers. En ce qui concerne les alentours de la Qasba, la présence de cette dernière influait tant les appellations des lieux dans ce secteur qu’elle a pu oblitérer les autres appellations, comme nous l’avons vu. Quant à la zone de Bîr al-Rummâna (G-H/4-5), nous pensons que l’espace « vide » sur le plan était comblé par le quartier de Kûshat Bûla"ba (n° 25, F/4), ainsi que celui de Bîr al-Rummâna qui couvrait la partie dite Khirb Maymûn (G/4). Il est possible que même le quartier de "Aîn al-Hamra (n° 30, G/5) ait couvert une partie de cette zone vide. Quant à la partie « vide » dans la ville basse, il n’est pas exclu que l’organisation de cette région ait été effectivement différente de celle des autres parties de la ville à cause de la concentration de trois casernes de janissaires (Dâr al-Durûj, H/9, Usta Mûsâ, I/9 et la caserne Muqriyyîn, I/8), ainsi que de sa proximité du centre économique et administratif d’Alger. Notons que ce « vide » se trouve dans la partie dite du quartier de la Marine, habité autrefois par les corsaires, et que dans ce quartier se trouvaient aussi les logements des consuls des pays européens.

  • 38 A.Raymond, 1985, p. 136.
  • 39 P. Boyer, 1963, p. 50.

18Avec une quarantaine de quartiers donc, le quartier moyen d’Alger aurait couvert environ un hectare (peut-être un peu moins dans la ville haute et un peu plus dans la ville basse). La population moyenne dans un quartier aurait en conséquence été d’environ un millier d’individus, soit 200 à 250 familles par quartier, « une communauté assez restreinte pour que ses membres puissent se reconnaître entre eux38 », et pour constituer, pour reprendre l’expression de P. Boyer, « une petite entité sociale39 ».

L’équipement des quartiers

  • 40 R.Le Tourneau, pp. 20-21.
  • 41 OREF-GAM, p. 80.
  • 42 A.Devoulx, « Édifices ».

19« Chaque quartier d’une grande ville est pourvu des organismes élémentaires indispensables à la communauté qui l’habite, explique R. Le Tourneau : mosquée, four à pain, boutiques où l’on trouve des objets de première nécessité40. « Ces équipements, liés à l’activité de quartiers, note L. Meslem, se répartissaient de façon plus harmonieuse à travers le tissu de la ville haute que les équipement concentrés dans la ville basse41. En fait, comme nous le verrons, la répartition de ces équipements était somme toute très homogène sur l’ensemble de la ville. En ce qui concerne les mosquées, nous avons relevé la répartition des plus importantes, les mosquées à khutba. Les autres mosquées, habituellement de petite taille, étaient réparties sur l’ensemble de la ville, en nombre varié d’un quartier à l’autre. Dans son travail sur les édifices religieux, A. Devoulx les a décrites et situées dans la ville42.

Des petits centres commerciaux : hawânît et suwîqa

  • 43 J.Sauvaget, pp. 452-3.

20Les marchés spécialisés se trouvaient tous dans la ville basse, dans une zone bien délimitée, ce qui facilitait le commerce en gros, ainsi que la surveillance aussi bien des prix que de la qualité des produits. Toutefois, pour les habitants des hauteurs du Jabal, c’est-à-dire une bonne partie de la population, cette localisation n’était pas très commode, car la pente rendait la distance encore plus grande, et aller faire « des courses » dans le centre était une véritable expédition. Pour résoudre ce problème, la ville haute était parsemée de petites concentrations de boutiques, formant des petits marchés non spécialisés, destinés à satisfaire les besoins quotidiens des habitants du quartier. Dans les villes arabes traditionnelles, ces petits marchés non spécialisés portaient normalement le nom de suwîqa (petit marché). La description qui en a été faite pour les villes syriennes par J. Sauvaget est tout aussi appropriée pour celles de l’Orient que pour celles du Maghreb43 ; mais il nous semble néanmoins que le nom de suwîqa correspond plutôt à la hawânît maghrébine, et que le mot même de suwîqa signifie un genre intermédiaire de souq.

  • 44 R.Le Tourneau, p. 69.

21Des petits groupes de huit à dix boutiques formaient des petits marchés « où se vendent les objets absolument indispensables à n’importe quel moment de la vie quotidienne : il y a là le marchand de corps gras, huile, savon noir, beurre et miel [...], l’épicier proprement dit (`attâr) chez qui l’on trouve des épices, du sucre, des bougies, des bonbons, des œufs, des balais, le marchand de charbon de bois (fahhâm), [...] le marchand de légumes et fruits frais (khdâyrî), le marchand de beignets (ftâyrî), et, en Algérie et en Tunisie, le cafetier44 ».

  • 45 Cf. aussi, A.Raymond, 1985, p. 188.

22Ces petits marchés du quartier portaient à Alger le nom de hawânît (boutiques), auquel était joint normalement le nom d’une personne ou celui du quartier : Hawânît Bin Râbha (B/5), Hawânît al-Jarîba (C/3), Hawânît Ziyân (D/3), Hawânît Sî `Abd-Allah (D/4), et enfin Hawânît Jlâbî (F/3)45. Outre ces cinq groupes de boutiques que nous avons pu localiser (voir plan IV), les documents consultés en mentionnent encore trois : Hawânît al-sayyid Ahmad, celle d’al-sayyid `Abd al-Rahman et celles de Sa`ad.

  • 46 R.Le Tourneau, p. 70.
  • 47 OREF-GAM, p. 80.

23R. Le Tourneau indique également un groupement de boutiques, plus grand que le petit marché du quartier, mais qui n’est pas un marché spécialisé (sûq).« Quant aux bouchers, aux marchands de poteries et de poissons, on ne les trouve que dans des marchés plus importants (vingt à trente boutiques), qui desservent deux ou trois quartiers de base réunis46. « Cette forme de marché, « zone d’échange inter-quartier », selon l’expression de L. Meslem47, était désignée à Alger par le mot suwîqa. Les documents mentionnent quatre de ces suwîqa (voir plan IV) : celle de Bâb al-Wâd (I/5), celle de Bin Jâwur `Alî (D/5), Suwîqat Sîdî Muhammad al-Sharîf (C/5) et Suwîqat `Ammûr (C/7).

  • 48 CAOM 1 Mi 70, n° 19.
  • 49 CAOM 1 Mi 61 (45).
  • 50 CAOM 1 Mi 68 (50) p. 5.
  • 51 Idem, p. 19.
  • 52 CAOM 1 Mi 60 z 161, pp. 20, 23.

24Il nous semble que les mots hawânît et suwîqa ne sont pas interchangeables, et que chaque nom s’applique effectivement à un genre spécifique de petit marché de quartier. Il s’avère que les documents consultés, qui appellent plusieurs fois le même endroit par des désignations différentes, ne se trompent jamais sur ces marchés. Nombre d’exemples montrent une certaine instabilité dans l’emploi des noms qualifiant les lieux : pour les rues (zanqa) et les quartiers (hawma) les noms semblent interchangeables : l’endroit dit al-Bûza est décrit parfois comme hawma (quartier)48, et parfois comme zanqa (rue, impasse)49, Awlâd al-Agha figure tantôt comme nom de rue (sikka)50, tantôt comme quartier51. Le nom Khodja Bîrî est celui d’une zanqa, mais aussi d’un quartier52. Pour les hawânît et les suwîqa les désignations sont toujours les mêmes, et cela semble confirmer qu’il s’agissait bien de deux établissements différents.

25La répartition de ces marchés plus ou moins petits sur le plan de la ville laisse à penser qu’il y en avait d’autres dont la présence n’est pas mentionnée par les documents, car alors que quelques régions semblent bien desservies, notamment les alentours de la Qasba (entourée pratiquement des marchés dans les zones, B/5, C/5, C/3, D/5, D/4, D/3, grâce, semble-t-il à la présence d’une clientèle de militaires qui habitaient dans la citadelle), il n’en allait pas de même pour toute la région qui se trouve au voisinage de la porte de la Marine, ainsi que pour celle de la porte Bâb al-Wâd. Les deux côtés de la majeure partie de la rue qui menait à la Qasba semblent aussi assez mal desservis (le long des carreaux, H76, G/5, G/4, F/4, E/3).

26Notons pour conclure que la carte des souqs révèle une nette distinction entre les zones où étaient situés les grands marchés (le centre), et celles où l’on trouve les hawânît et les suwîqa ; cela ne laisse pas de doute sur le fait que les hawânît et les suwîqa faisaient partie de l’équipement des quartiers de résidence et étaient des institutions complémentaires des souqs.

Les kûsha (fours à pain)

  • 53 M.Rozet, pp. 97-98.

27M. Rozet, qui a visité Alger deux ans après la prise de la ville par l’armée française, a laissé une description très détaillée de ces fours à pain : « Il y a dans chaque rue un ou plusieurs fours publics, où chacun vient apporter son pain, mais ce ne sont pas ceux de boulangers qui cuisent du pain pour le vendre. » Les fours sont construits dans une pièce couverte assez grande. « On chauffe le four dès le matin avec des broussailles et, quand il est chaud, on rejette le feu d’un côté de manière à ce qu’il occupe le moins de place possible, et on l’entretient constamment, afin que le four soit toujours à peu près à la même température. » Les gens, d’habitude des femmes ou des esclaves, apportent leur pain, qu’ils marquent auparavant pour pouvoir le reconnaître, et l’homme qui est chargé du four les prend au fur et à mesure et les enfourne. C’est lui qui s’en occupe durant la cuisson, et, à la fin du processus, on le paie pour son travail. « Cette manœuvre dure toute la journée, en sorte que dans chaque four on voit continuellement entrer des femmes avec du pain cru, et d’autres sortir emportant du pain cuit53. »

  • 54 CAOM 15 Mi 52 z 159.
  • 55 Cf. la description de ces fours chez M.Rozet, p. 43.
  • 56 Venture de Paradis, p. 119.
  • 57 Nous en avons trouvé quatre : près de Hammâm al-Mâlih (I/6), à Sûq al-Shammâ`în (G/7), à Sîdî Muha (...)

28Ces fours publics étaient très nombreux : nos documents en mentionnent 98, répartis pratiquement dans tous les quartiers de la ville. Mais cette liste est sans doute doublement inexacte, car elle comprend à la fois des lacunes et des doubles emplois. Un document qui réunit les noms des fours appartenant à la seule administration du waqf des deux villes saintes, La Mecque et Médine, datant du mois de rajab AH 1220/septembre-octobre 1805, en compte 7154. Un document de ce genre est d’un grand avantage pour notre recherche, car il nous montre l’existence, à une date donnée, d’un nombre déterminé de kûsha. Or, cette administration des Haramayyn n’était pas la seule propriétaire de fours à pain, car il y avait aussi les fours du beylik dans lesquels on faisait cuir le pain des janissaires55, administrés par la corporation des gens originaires de Djidjelli56 : plusieurs étaient désignés comme « Kûshat al-Jijliyya57 ». Parmi les 71 fours décomptés, nous en avons localisé 69 (voir le plan VII). Ils sont répartis d’une manière assez régulière dans toutes les régions de la ville, chaque quartier semble en avoir possédé au moins un, un grand nombre de quartiers en ayant possédé plusieurs.

29Remarquons qu’en ce qui concerne les kûsha et les autres équipements des quartiers que nous présentons sur un plan, les renseignements que nous possédons ne sont pas suffisamment précis pour nous permettre de les situer sur le plan des rues de la ville. Il nous semble néanmoins utile de les localiser par rapport à une circonscription théorique (le carré d’un hectare), et pour cela nous avons choisi d’ignorer les tracés des rues, afin que leur répartition sur l’ensemble de la ville soit plus claire, et qu’il apparaisse bien que la localisation n’est dans ce cas qu’une approximation.

Les furn (moulins à farine)

  • 58 M.Rozet, pp. 98-100.
  • 59 Ibid., loc. cit.

30Installations rudimentaires, les moulins se trouvaient « dans de grandes pièces non pavées et mal construites ; il y a quelquefois deux et même trois tournants dans la même58 ». Ils étaient activés à la force animale : Rozet mentionne des chevaux et Venture parle de mules et de chameaux. L’utilisation de ces derniers semble avoir été plus rare, voire exceptionnelle, car cela a valu son nom à un Furn al-Jamal (moulin à chameau, D/2). Ils sont « assez semblables à ceux que l’on trouve en Espagne », remarque Rozet, qui décrit en détail le mécanisme de ces moulins. A côté des furn mus par des animaux, il y avait un petit nombre de moulins à vent, situés à l’extérieur de la ville pour la plupart, mais aussi à l’intérieur, en haut de la ville, à l’endroit où la muraille de l’est de la ville rencontrait la muraille de la Qasba (C/2). Rozet s’explique qu’il n’en restait que des ruines en 1830 par un ordre donné par un « des derniers deys » qui, faute de comprendre le fonctionnement du mécanisme mû par le vent, craignait qu’il y eût quelque sortilège dans leur construction, et les avait fait détruire59.

  • 60 Venture de Paradis, p. 109, note.
  • 61 Cf. OREF-GAM, p. 85, qui en a trouvé une vingtaine, un chiffre qui, selon cette source même n’est (...)

31« On pourrait peut-être juger de la population d’Alger, remarquait Venture de Paradis, par les moulins à farine qu’il y a dans la ville, moulins à meules tournées par des mules ou des chameaux ; il y en a vingt-cinq tenus par les Mozabis, qui font au plus trente mesures chacun par jour60. « Si, pour les fours, nous avons la certitude de l’existence d’au moins 71 d’entre eux en 1805, il n’en va pas de même pour les moulins : les 26 furn que nous avons localisés (voir plan VII) sont mentionnés dans des documents de dates variées. Il est donc possible qu’une partie de ces furn aient disparu à la fin de l’époque ottomane, ou qu’un changement de nom d’un moulin nous fasse croire à l’existence de deux moulins là où il n’y en avait qu’un. Notons néanmoins que les 28 noms relevés (26 localisés) correspondent assez exactement aux 25 moulins mentionnés par Venture de Paradis61.

Les hammâm (bains publics)

  • 62 D.Haëdo, 1871, pp. 384-386.
  • 63 J.-C.David et D.Hubert, p. 62.

32« On doit aussi comprendre dans la catégorie des édifices notables les bains construits par divers pachas, où les habitants se rendent chaque jour », remarque Haëdo62. En fait, le hammâm est une institution fondamentale dans la ville : « Le bain, quel que soit le lieu de sa pratique, est un des éléments qui rythment le déroulement de la vie ; rythme hebdomadaire ou plus long, suivant les saisons, la classe sociale, le sexe ou la confession religieuse. Il constitue un événement important qui demande une préparation. Il est plus fréquent et sans doute plus important que dans la tradition occidentale63. »

  • 64 D.Haedo, 1871, pp. 384-385.
  • 65 M.Rozet, pp. 54-60. Cf. L.de Tassy, pp. 106-107.

33Les descriptions des bains publics d’Alger abondent : D. Haëdo en a laissé une du hammam Hasan Pacha (F/6), construit selon cet auteur par le fils de Khayreddîn, dans la première moitié du xvie siècle64. La description d’un bain public, faite quelques deux siècles et demi plus tard par M. Rozet65, montre une très grande similitude avec celui décrit par Haëdo : deux salles carrées, spacieuses, dans la première on se déshabille, la seconde est entourée des cabinets, chacun muni d’une fontaine qui verse de l’eau chaude provenant d’une autre salle placée à l’arrière, où l’on chauffe continuellement. Un autre robinet dans chaque cabinet versait de l’eau tiède. C’est dans ces cabinets que les gens étaient lavés et massés par le personnel du hammâm.

  • 66 Les deux sont cités par R.Lespès, qui suggère que le nombre avancé par von Rahbin-der (douze) « es (...)
  • 67 OREF-GAM, pp. 80, 85.

34Un des problèmes qui se posent quant aux hammâm d’Alger est celui de leur nombre. Haëdo, qui n’en mentionne que deux, ne dit pas que c’était le nombre précis de bains publics à Alger, mais qu’ils étaient les plus remarquables. Le nombre cité pour le xviie siècle par Gramaye (62) semble exagérément élevé pour une ville de la taille d’Alger, qui n’avait pratiquement pas de source d’eau à l’intérieur de ses murs. Celui de 12 que rapportait von Rah-binder pour le xviiie siècle semble trop réduit66. Parmi les recherches modernes, l’estimation récente de L. Meslem paraît excessive (une cinquantaine de bains publics à Alger pour la fin de l’époque ottomane)67.

  • 68 L.de Tassy, p. 106 ; J.A.Peyssonnel, p. 251.
  • 69 M.Rozet, p. 54. Cf. P. Boyer, 1963, pp. 215-217.

35Beaucoup d’auteurs ne donnent pas de chiffres précis : Laugier de Tassy mentionne « une infinité de maisons publiques, où l’on prend les bains chauds », J. A. Peyssonnel une « quantité de bains, les uns destinés pour les hommes et les autres pour les femmes68 ». M. Rozet, quant à lui, remarque seulement que les bains publics se trouvaient « dans presque tous les quartiers d’Alger69 ».

  • 70 A.Temimi, « Grande Mosquée », p. 171.
  • 71 Cf. annexe III.
  • 72 D.Haëdo, 1871, p. 384.

36Dans la seule liste qui énumère les biens habus de la grande mosquée d’Alger on trouve mentionnés treize hammâm70. Le nombre réel des bains publics était évidemment plus élevé. Le dépouillement des registres de waqf déposés aux Archives d’outre-mer nous a permis de compter 34 bains publics71. Dans les 21 cas où nous avons trouvé deux dates extrêmes, l’écart entre la première et la dernière mention est relativement long : en moyenne plus de 150 ans. Nous sommes conscient de ce que les dates citées ne permettent pas d’établir celle de la construction, ni celle de la fin du hammâm. Il semble néanmoins que le résultat obtenu est très parlant dans la mesure où il indique une durée très remarquable pour ces établissements. Cinq des bains publics remontent au xvie siècle : un seul se trouvait dans la ville haute (Hammâm Bin al-Az`ar, C/5) ; les autres étaient situés de la façon suivante : deux à côté de la Grande Mosquée (Hammâm al-Jâmi` al-A`zam et al-Hammâm al-Saghîr, G/8), un autre à mi-chemin entre Bâb al-Wâd et le palais du dey (Hammâm Yitû, H/5), et enfin un près de la Jenina, qui portait à l’époque le nom de Hammâm Khidr Pacha (G/6). Cela semble confirmer l’hypothèse selon laquelle Haëdo ne mentionne que les bains qu’il considérait comme appartenant à la « catégorie des édifices notables72 », et non pas la totalité des bains publics de son époque. Le fait que deux des bains publics relevés pour le xvie siècle étaient situés près de la Grande Mosquée confirme l’importance de cette mosquée (au total on trouve la mention de 4 bains publics dans ses alentours).

  • 73 F.Cresti, 1990, p. 53, n. 47. L’auteur n’en connaît que huit : al-Sbua (C/7), Fuita (C/7), Homir ( (...)
  • 74 Idem, 1990, p. 47.

37La répartition des bains publics dans la ville semble moins homogène que ne l’étaient celles des fours à pain et des moulins à farine. Le plan de la répartition des bains publics indique quelques anomalies assez remarquables (voir plan VII). Une des raisons du manque d’homogénéité de la répartition des bains publics tient sans doute à un problème technique : les hammâm étaient dépendants d’une source d’approvisionnement en eau. Dans l’état actuel de notre connaissance de la ville d’Alger à l’époque ottomane il est impossible d’affirmer que les hammâm étaient reliés au réseau d’eau courante, même pour des époques plus tardives. D’après F. Cresti, c’était probablement le cas des principaux bains publics73. Un système très élaboré de canalisation faisait venir l’eau d’assez loin. Parmi les aqueducs qui alimentaient la ville en eau il y en avait même un qui aboutissait à la Qasba74. Néanmoins, il semble que l’alimentation en eau de la partie haute de la ville constituait un problème, ce qui explique le nombre relativement bas de hammâm autour de la Qasba à partir d’environ 85 mètres d’altitude (la ligne fictive qui relie le point A-5 au point E-3 sur le plan). Remarquons que la région située autour de la Qasba (les secteurs B-C-D-E/3 et B-C/4) est totalement dépourvue de hammâm, alors qu’un bain public se trouvait à l’intérieur de la Qasba (Hammâm al-Qasba al-Jadîda, C/2).

  • 75 Ce n’est qu’une hypothèse car aucune des descriptions des casernes d’Alger ne mentionne l’existenc (...)
  • 76 Il faut noter cependant que tous les palais et demeures d’Alger étudiés par L. Golvin, qui se trou (...)

38Une autre région qui en est dépourvue se trouve sur le plan à l’est de la rue Bâb al-Wâd (H-I/6-7) et dans le quartier dit de la Marine (H-I/6/7), un constat qui est plus difficile à expliquer. Notons cependant que Hammâm al-Mâlih (J/6), malgré sa situation, fait presque partie de cette région, et que cette zone est entourée des bains publics, Hammâm Yitû (H/5) et Hammâm Hârat al-Janân (H/5), ou Hammâm al-Janîna (G/6) et Hammâm `Alî Bitchnîn (H/8), dont la longue existence est confirmée par les documents. Il est aussi assez probable que les trois casernes des janissaires qui se trouvaient dans cette région étaient munies de bains75, ainsi que plusieurs des maisons particulières, car il s’agit d’une zone de la ville connue pour sa richesse, et cette région ne présente pas de problèmes particuliers en ce qui concerne l’approvisionnement en eau. Cela rendrait la présence de bains publics dans cette zone de la ville moins nécessaire, mais nous ne pouvons pas l’affirmer76.

  • 77 J.-C.David et D.Hubert, p. 62.
  • 78 Cf. par exemple : G. E.von Grunebaum, p. 141 et note 4 ; N. AlSayyad, p. 14.
  • 79 OREF-GAM, pp. 80, 85.

39Dans une étude consacrée aux bains publics, J.-C. David et D. Hubert avancent, à propos du bain public à Alep, que « bien que plus ou moins lié à la mosquée par sa fonction religieuse annexe, il n’est pratiquement jamais établi en face ou à côté d’elle, mais décalé et à une certaine distance, ce qui s’explique par ses aspects triviaux77 » (une remarque qui semble ignorer « les aspects triviaux » d’un autre établissement lié à la mosquée, les latrines). Cette juxtaposition est un phénomène classique dans les villes arabes : il est mentionné dans tous les travaux sur la « ville islamique » où l’on relève que la présence du bain est nécessaire afin que les gens puissent effectuer l’ablution rituelle avant la prière78. Cette vue est confirmée par L. Meslem qui remarque, à propos de la mosquée Mizzû Murtû (B/8), que « sa salle de prière, comme beaucoup de mosquées d’Alger, est établie à l’étage, au-dessus d’un hammâm », et qui ajoute : « L’implantation d’un hammam est très souvent associé à celui d’une mosquée et d’une fontaine79. » Il est en effet probable que l’on trouvait à Alger des complexes d’établissements ayant besoin d’eau pour leur fonctionnement : hammâm, fontaine et mosquée. Ces complexes étaient très vraisemblablement reliés au réseau d’alimentation en eau de la ville, mais nos documents ne nous permettent pas de l’affirmer d’une manière positive.

Conclusion

  • 80 M.Hoexter, 1982, p. 122.
  • 81 Pour une carte des lieux de culte, cf. D.Lesbet, carte n° 8.
  • 82 Stambouli F.et Zghal A., p. 198.

40La zone résidentielle était divisée en quartiers, dont nous estimons le nombre à 41. Au moins une partie de ces quartiers étaient munis d’une porte, ou étaient séparés les uns des autres par des grilles80. Les quartiers étaient plus ou moins bien équipés de petits marchés, de fours à pain et de bains publics. Chacun comprenait aussi au moins un, mais normalement plusieurs lieux de culte81. Tous ces équipements jouaient un double rôle : remplir leur fonction principale, mais aussi servir de lieux de rencontre et d’échange sociaux. A ce niveau on peut voir en ces quartiers des unités de solidarité et de vie sociale. De là à dire que « le quartier est un substitut en miniature de la commune82 » il n’y a qu’un pas que nous ne voulons pas franchir.

  • 83 M.Hoexter, 1979, p. 88.

41Cela ne résout pas la question du rôle du quartier, ni celle de son éventuel chef dans la ville d’Alger. Il nous est difficile de penser que des quartiers aient existé sans chefs. Mais il est un fait que nous n’en avons trouvé aucune mention, ni dans nos documents ni dans les récits des voyageurs, ce qui constitue un phénomène troublant. D’ailleurs, comme nous l’avons vu, pour les autorités, le quartier ne servait pas d’unité administrative, et le rôle d’interlocuteurs était dévolu aux préposés des corporations de métier et aux chefs de groupements ethniques et religieux83. En prenant en considération le rôle du quartier en tant qu’unité de solidarité et de vie sociale, nous avancerons que les chefs des quartiers pouvaient avoir un rôle concernant la vie commune dans le quartier, exercer un arbitrage entre voisins, etc.

Notes

1 E.Wirth, p. 195.

2 R.Lespès, p. 167.

3 E.Pasquali, p. 47.

4 A.Raymond, 1985, p. 186.

5 A.Lézine, pp. 131-132. Cf. aussi, J.L.Abu-Luohod, p. 168.

6 E.Wirth, 1982, pp. 195-196. Cf. aussi, R.Brunschvig, 1947, pp. 134-135.

7 A.Marcus, p. 283.

8 A.Raymond, 1985, p. 185.

9 P. Boyer, 1963, p. 50.

10 R.Le Tourneau, pp. 21, 35. Cf. aussi F.Stambouli et A.Zghal, pp. 197-198. Pour une critique de cette approche, cf. A.Abdel-Nour, pp. 155-156.

11 F.Stambouli et A.Zghal, p. 198.

12 R.Le Tourneau, p. 35. Sur le rôle du shaykh al-hâra au Mashreq, cf. A.Abdel-Nour, pp. 162-163. Cf. aussi A.Raymond, 1985, p. 295, qui compare le quartier avec la corporation.

13 Cf. A.Cohen et B.Lewis, pp. 38-40.

14 E.Emerit, 1959, p. 241. M.Hoexter, 1982 (qui cite Rahbinder), p. 122 ; P. Eudel, p. 78 ; P. Boyer, 1963, pp. 50, 125.

15 CAOM 1 Mi z 18. F.Khiari (1989, t. II, pp. 308-312) traduisait l’acte sans mentionner la porte.

16 CAOM 1 Mi 70(19).

17 CAOM I Mi 70(16).

18 CAOM 1 Mi 70(24), p. 15-2.

19 CAOM 1 Mi 70(19).

20 CAOM 1 Mi 68 (50), p. 19.

21 Idem, p. 5.

22 CAOM 1 Mi 60 z 161, pp. 20, 23 ; 1 Mi 64, n° 8.

23 CAOM 1 Mi 68 (50), p. 5, 9 ; 1 Mi 70 (19).

24 CAOM 1 Mi 60 z 161.

25 CAOM 1 Mi 61 (45).

26 A.Raymond, 1985, pp. 135-136. Cf. A.Abdel-Nour, p. 158 ; A.Marcus, p. 316.

27 L.Meslem, « Tarkîb », p. 28.

28 CAOM 1 Mi 70, 24a (I). Notons que nous avons trouvé seulement ces trois cas : malgré les apparences ce ne sont pas des quartiers mais des regroupements de waqfiyyât, qui ne portent pas l’adresse du bien habus.

29 CAOM 1 Mi 60 z 161, 1 Mi 68 (50), 1 Mi 69 (s.n.), 1 Mi 70 (16), 1 Mi 70 (20), un registre comprend des résumés d’actes de propriété (mulkiyyât) (1 Mi 61, s.n.), et enfin un registre traitant des biens qui appartenaient au beylik, 1 Mi 70, 24a.

30 Le registre CAOM 1 Mi 60 z 161 mentionne les deux quartiers Bin Jâwr `Alî et Kûshat Iskandar. Le registre 1 Mi 70 (16) mentionne les quartiers Kûshat Iskandar et Zanqat Bin Fâris.

31 R.Le Tourneau, 1957, p. 69.

32 Ibid., op. cit., p. 37. Cf. A.Abdel-Nour, pp. 158-160.

33 Cf. au sujet de l’incertitude des limites des quartiers, T. H.Greenshields, p. 120.

34 Comme cette liste a été préparée d’après les renseignement fournis par des registres qui ont été rédigés après la fin de l’époque ottomane, les noms qui y figurent sont ceux utilisés à la fin de cette époque, et ils se rapportent donc à la situation de la fin du xviiie siècle et du début du xixe siècle.

35 H. Klein, p. 59.

36 OREF-GAM, p. 169.

37 CAOM 1 Mi 70 (16), p. 12, et 1 Mi 64, n° 8.

38 A.Raymond, 1985, p. 136.

39 P. Boyer, 1963, p. 50.

40 R.Le Tourneau, pp. 20-21.

41 OREF-GAM, p. 80.

42 A.Devoulx, « Édifices ».

43 J.Sauvaget, pp. 452-3.

44 R.Le Tourneau, p. 69.

45 Cf. aussi, A.Raymond, 1985, p. 188.

46 R.Le Tourneau, p. 70.

47 OREF-GAM, p. 80.

48 CAOM 1 Mi 70, n° 19.

49 CAOM 1 Mi 61 (45).

50 CAOM 1 Mi 68 (50) p. 5.

51 Idem, p. 19.

52 CAOM 1 Mi 60 z 161, pp. 20, 23.

53 M.Rozet, pp. 97-98.

54 CAOM 15 Mi 52 z 159.

55 Cf. la description de ces fours chez M.Rozet, p. 43.

56 Venture de Paradis, p. 119.

57 Nous en avons trouvé quatre : près de Hammâm al-Mâlih (I/6), à Sûq al-Shammâ`în (G/7), à Sîdî Muhammad al-sharîf (C/5) et à Suwîqat `Ammûr (D7).

58 M.Rozet, pp. 98-100.

59 Ibid., loc. cit.

60 Venture de Paradis, p. 109, note.

61 Cf. OREF-GAM, p. 85, qui en a trouvé une vingtaine, un chiffre qui, selon cette source même n’est pas forcément exhaustif.

62 D.Haëdo, 1871, pp. 384-386.

63 J.-C.David et D.Hubert, p. 62.

64 D.Haedo, 1871, pp. 384-385.

65 M.Rozet, pp. 54-60. Cf. L.de Tassy, pp. 106-107.

66 Les deux sont cités par R.Lespès, qui suggère que le nombre avancé par von Rahbin-der (douze) « est plus vraisemblable » R.Lespès, p. 177.

67 OREF-GAM, pp. 80, 85.

68 L.de Tassy, p. 106 ; J.A.Peyssonnel, p. 251.

69 M.Rozet, p. 54. Cf. P. Boyer, 1963, pp. 215-217.

70 A.Temimi, « Grande Mosquée », p. 171.

71 Cf. annexe III.

72 D.Haëdo, 1871, p. 384.

73 F.Cresti, 1990, p. 53, n. 47. L’auteur n’en connaît que huit : al-Sbua (C/7), Fuita (C/7), Homir (G/4), al-Janîna (F/7), al-Buza (E/8), al-Saghir (G/8), Malah (I/6), Ito (H/4) ; tous sont situés dans la partie plus ou moins basse de la ville.

74 Idem, 1990, p. 47.

75 Ce n’est qu’une hypothèse car aucune des descriptions des casernes d’Alger ne mentionne l’existence de bains.

76 Il faut noter cependant que tous les palais et demeures d’Alger étudiés par L. Golvin, qui se trouvaient intra-muros, possédaient un hammâm : cf. L.Golvin, pp. 26, 36-37, 51, 61, 64, 70.

77 J.-C.David et D.Hubert, p. 62.

78 Cf. par exemple : G. E.von Grunebaum, p. 141 et note 4 ; N. AlSayyad, p. 14.

79 OREF-GAM, pp. 80, 85.

80 M.Hoexter, 1982, p. 122.

81 Pour une carte des lieux de culte, cf. D.Lesbet, carte n° 8.

82 Stambouli F.et Zghal A., p. 198.

83 M.Hoexter, 1979, p. 88.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search