Version classiqueVersion mobile

La ville d’Alger vers la fin du XVIIIe siècle

 | 
Tal Shuval

Deuxième partie. La structure de la ville d'Alger

Chapitre IV. La région du centre

Texte intégral

Zone publique

  • 1 Cf. l’article de B.Johansen, 1981. Cf. aussi, A.Raymond, 1985, pp. 173-174 ; A.Marcus, pp. 282-283
  • 2 Pour R.Berardi, il s’agit plutôt d’un prolongement de l’extérieur de la ville, qui est ouvert mome (...)

1La notion de « zone publique » est connue de la jurisprudence musulmane1. Elle est liée à l’allure de la voirie (large et ouverte) et à la présence de monuments (grandes mosquées, marchés importants)2. A Alger, la zone publique se trouvait dans la Watâ’, en contraste avec la zone vouée à la résidence notamment des baldi, qui se trouvait principalement sur le Jabal. Comme nous l’avons vu, l’organisation spatiale de ces deux zones était très différente, et elle correspondait à l’activité qui se déroulait dans chacune d’elles.

  • 3 Cité chez M.Hoexter, 1982, pp. 122-123.

2Au niveau « municipal », la zone publique, où étaient concentrés tous les organes essentiels de la ville et de l’Etat, ainsi que les centres économiques les plus importants, bénéficiait aussi d’un régime particulier pour assurer la sécurité : « Dans les quartiers commerçants, qui se vidaient à la tombée de la nuit, lorsque les commerçants et les artisans se retiraient aux quartiers résidentiels, les gardes Biskris qui, selon l’évaluation de von Rahbinder, étaient plus de 150, se postaient devant les boutiques et les magasins pour les protéger contre vols et effractions3. »

Localisation de la zone publique

  • 4 D.de Haëdo, 1870, p. 420.
  • 5 Si l’on peut appeler « faubourgs » les quelques édifices situés à l’extérieur de la ville de ce cô (...)
  • 6 OREF-GAM, p. 82.
  • 7 A.Raymond, 1981, p. 73.
  • 8 D.de Haëdo, 1870, p. 421.

3La zone publique était traversée par les trois voies principales de la ville, liant entre elles les trois portes les plus importantes : Bâb `Azzûn, Bâb al-Wâd et Bâb al-Jazîra. Du côté de la terre était située la porte sud de la ville, celle de Bâb `Azzûn (B/8) : « La porte Babazoun est extrêmement fréquentée à toute heure du jour : en effet elle donne issue à tous ceux qui veulent se rendre aux champs, dans les douars ou dans toutes les localités de la Berbérie. C’est par là également que pénètrent les provisions de bouche, ainsi que les Maures et Arabes qui de toutes parts se rendent à la ville », écrit dès la fin du xvie siècle Haëdo4. En raison de son importance pour le passage de marchandises de toutes sortes vers la ville, la rue qui menait vers la porte sud constituait une véritable prolongation du centre économique. Parsemée de marchés et de caravansérails à l’intérieur de la ville, elle aboutissait à un endroit qui était le seul « faubourg » que possédait Alger, à proximité immédiate du côté extérieur de cette porte5. Il ne s’agit, en fait, que d’une prolongation de la rue, hors les murs. Cette partie extérieure de la rue constituait une zone de contact entre la ville et la campagne. Là, étaient reléguées les activités réputées nuisibles, ou qui exigeaient de l’espace : tanneries, abattoirs, marché au charbon de bois, aux bestiaux. Plusieurs caravansérails étaient situés à cet endroit6. La porte nord, celle de Bâb al-Wâd (I/5), était en revanche beaucoup moins importante, car cette direction constituait un cul-de-sac7. Une autre entrée importante de la ville était celle de la voie maritime par la porte Bâb al-Jazîra (I/9) : « Elle est extrêmement fréquentée du matin au soir par un concours considérable de gens de mer chrétiens, Maures et Turcs, et par une infinité de marchandise et gens de toute condition8. » Il semble que l’emplacement du badistân, le marché aux esclaves (G/7-8), près de la rue qui mène à cette porte, est lié à la proximité de la porte d’entrée maritime.

  • 9 Sur les caravansérails, cf. plus bas.

4L’étendue de la zone publique couvrait donc de larges parties de la ville basse. Elle était caractérisée par la voirie, mais aussi par la présence d’un très grand nombre de caravansérails qui se trouvaient principalement des deux côtés de la rue Bâb `Azzûn, et également le long des rues Bâb al-Wâd et de la Mer9. De ce fait, il y avait dans la partie basse d’Alger une grande concentration de gens de passage. De nombreux cafés se trouvaient dans cette partie de la ville, le plus connu étant celui dit al-Qahwa al-Kabîra (le Grand Café), mais aussi Qahwat al-Hassârîn, et celui qui se trouvait près de Bâb `Azzûn dans le marché Sûq al-Saffârîn, ou encore le café près de la porte de Bâb al-Jazîra, ainsi que celui situé à côté de la fonderie de cuivre dâr al-nuhâs près de Bâb al-Wâd.

Le centre politique administratif et militaire

  • 10 P.Eudel, pp. 69-86 ; plan, pp. 76-77. A. Raymond, 1981, pp. 73-84 ; plans, pp. 82-84.
  • 11 Sur les raisons de la destruction, la polémique s’ensuivit, y compris dans ses étapes plus tardive (...)

5Au coeur de la zone publique se trouvait le vrai centre d’Alger. Cette partie de la ville a fait l’objet de plusieurs recherches, et d’essais de reconstitution du plan dont le premier, celui de Paul Eudel, remonte à 1900, le dernier en date, qui remonte à 1981, étant celui d’André Raymond10. Grâce à ces travaux nous sommes en mesure de connaître cette partie de la ville, qui rassemblait sur environ 3 hectares (E-F/7-8) les principaux marchés, les plus importantes mosquées et la plupart des centres de l’administration : elle fut un des premiers endroits « aménagés » par les nouveaux maîtres d’Alger en 1830, ce qui eut pour résultat sa disparition presque totale dans les deux années qui suivirent la prise de la ville11.

Le palais du dey

  • 12 Il semble que R. Le Tourneau (« al-Djzâ’ir ») se trompe en affirmant que le palais avait été const (...)
  • 13 L.de Tassy, p. 134.

6C’est ici qu’était située la Jenina (petit jardin), nom donné au bâtiment qui servait de palais au gouverneur de la ville avant même l’arrivée des Ottomans, car l’endroit était habité par les anciens souverains d’Alger. La date de la construction de cet édifice, disparu en 1856, reste inconnue12. Les quelques lignes écrites par L. de Tassy résument très bien le rôle de ce palais : « Ce qu’on appelle la maison du roi, qui est un bâtiment qui appartient à l’État, et qu’on pourrait bien appeler la maison de l’État, est affectée au dey et à son domestique. C’est dans cette maison que l’on règle toutes les affaires du royaume ; l’on y rend la justice, et le trésor y est enfermé13. »

  • 14 Venture de Paradis, pp. 110-112. Cf. aussi, La Condamine, pp. 357-358.

7Les descriptions de ce complexe qu’était le palais du dey – dont la première, celle de Nicolas de Nicolay, remonte à 1550 – abondent. Venture en fait un tableau assez détaillé14 : « La maison du Dey n’est point bâtie différemment [c’est-à-dire de la maison dite « moresque »] : la cour est très large, et tout à l’entour sont des galeries où le divan se tient. On y est garanti de la pluie par les galeries qui s’avancent sur la cour. Le corps de logis où demeurait le pacha que la Porte envoyait était au fond de cette cour ; ils servent de magasins pour les effets du beylik, et le dey y tient au bas ses chevaux et ses mules. Il est d’usage que la petite musique y joue tous les matins. Au-dessus et attenant à ces magasins est le jardin du khaznaji actuel, nommé Assen Effendi ; c’est le plus joli jardin des environs d’Alger. Les appartements où se tient le dey sont tout petits et étroits ; il nous a reçus deux fois dans une antichambre qui n’a pas plus de six pieds de large. Personne ne monte dans ses appartements sans sa permission [...]. La cuisine du dey est dans la galerie supérieure ; c’est là qu’on donne à manger aux grands qui sont obligés de se tenir dans cette maison depuis l’aube du jour jusqu’à l’assere [`asr, arabe, prière de l’après-midi] [...]. On distingue la maison du Dey premièrement par un mât de pavillon surmonté d’une pomme dorée ; secondement, par un fanal semblable aux fanaux des galères, posé sur l’angle gauche de la terrasse qui est au-dessus de la porte ; troisièmement, par une grande porte ferrée du cintre de laquelle pend une chaîne, qu’on a coutume de fermer un quart d’heure avant l’assere en dehors avec un cadenas. »

  • 15 L.Golvin, p. 20.
  • 16 Venture de Paradis, pp. 168-169.

8Il faut ajouter quelques précisions à cette description : « l’ensemble palatin » comptait deux cours (patio), l’une plus grande que l’autre. Toutes les deux comportaient au centre des fontaines octogonales en marbre, munies de jets d’eau. L’ensemble comprenait, ainsi que nous l’avons vu, les appartements privés du dey, les logements du personnel, des magasins, des fours, des entrepôts du produit de la dîme. L. Golvin place aussi dans cet ensemble une caserne de janissaires et probablement un oratoire privé15 ; en ce qui concerne la caserne, il semble que cet auteur fait allusion à la garnison chargée de la garde du palais, dont Venture a donné une belle description16. Il s’agit de 32 soldats et de leurs officiers, qui se tenaient sur un banc en pierre à l’extérieur du palais durant le jour, et qui entraient à l’intérieur pour y passer la nuit.

9Parmi les trois milices ottomanes du Maghreb, seule l’odjak d’Alger a gardé sa position de corps responsable de « l’élection » du dey. La fondation de la dynastie Husaynite à Tunis (depuis 1705) et celle des Karamanli à Tripoli (depuis 1711) avaient profondément changé la vie politique dans ces deux provinces ottomanes, et notamment le rôle de la milice. L’an 1711 est aussi une année charnière pour la milice d’Alger, car c’est lors de cette année-là que le dey se fît attribuer le titre de pacha par le Sultan, de sorte que désormais son indépendance vis-à-vis du centre de l’Empire s’accrût considérablement, cependant que s’accentuait sa dépendance à l’égard de la milice.

  • 17 R. P. Fau, p. 252. Cf. aussi, L.de Tassy, pp. 131-134.
  • 18 P.Boyer, 1963, pp. 91-92.

10Nous avons déjà proposé une explication pertinente de l’idéologie qui préside au maintien du caractère turc de la milice pour rendre compte de la différence entre les trois vilayet maghrébins. Cependant, il semble que l’emplacement au centre d’Alger du palais du dey, et le fait que ses habitants ne pouvaient se protéger contre une attaque, notamment de la part des janissaires, soient aussi liés à cette différence. Différents auteurs ont déjà souligné que le souverain résidant au palais était exposé aux dangers, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de sa demeure. R. P. Fau remarque que « le bey [lire dey] ne sort que rarement de son palais ; il arrive souvent qu’étant hors de son palais il est salué par quelque mécontent d’un coup de mousquet qui luy (sic) enleve la qualité de bey avec la vie17 ». Mais la meilleure illustration du danger couru par le gouvernant est le récit, cité par P. Boyer, d’un témoin de l’assassinat du dey Ahmed Pacha, au mois de novembre 1808 : « Je fréquentais alors une école sise vis-à-vis des bains de la Jenina, au quartier Chemaïn. Un jour nous entendîmes une sourde rumeur, puis de violentes clameurs éclatèrent, enfin de toutes parts la fusillade retentit. Le palais était assiégé ; les janissaires tiraillaient sur toutes les issues. [...] Près de notre école, dans une ruelle, habitait un soldat turc, ami de mon père, nommé Ahmed Allayali. Dès le commencement de l’attaque, j’avais vu ce Turc charger avec soin son fusil sur le seuil de sa porte, puis se mettre à l’affût. Il avait les yeux braqués sur le mur des dépendances du palais, espérant que l’ouverture d’une fenêtre lui donnerait l’occasion d’un beau coup de fusil. Tout à coup un homme éperdu et haletant se présente au haut du mur, sur la terrasse, se ramasse pour prendre son élan et franchir l’étroite ruelle. Mon Turc ajuste flegmatiquement et lâche son coup. L’homme est atteint. Il dégringole sur un des rondins qui étaient dans la ruelle, reste plié en deux puis tombe lourdement sur le sol. Le Turc se précipite vers lui et jette un cri de joie. Le coup de fusil était beau en effet : le pacha gisait dans la ruelle près de nous, qui étions pleins d’épouvante. La foule des janissaires accourut bientôt aux cris d’Ahmed Allayali, puis se ruant sur le mort le mit en pièces18. »

  • 19 H.-D.de Grammont, p. 227.
  • 20 Sur la révérence des janissaires envers les pacha, cf. H.-D.de Grammont, loc. cit., supra.

11La menace qui pesait sur les souverains ne datait pas des débuts de la Régence. Ce n’est qu’à partir du moment où les élus de la milice sont devenus les véritables maîtres d’Alger, au détriment des envoyés du Sultan, que commence cette histoire sanglante : H.-D. de Grammont est le premier à remarquer que, sur plus de trente pachas qui régnèrent de 1515 à 1659 (le début de l’époque dite « des Agha »), un seul fut assassiné, alors qu’à partir de 1659, date qui signale la prise de pouvoir réel par les élus de la milice, les quatre agha qui gouvernèrent (1659-1671) furent massacrés, et plus de la moitié des deys19. Entre 1671 et 1710, cinq des dix deys furent assassinés. La différence entre le sort des pachas d’un côté et des agha avec celui des deys d’autre part est dû à ce que les premiers étaient les représentants du Sultan20.

  • 21 H.-D.de Grammont, pp. 276-277.
  • 22 P.Boyer, 1963, p. 90.
  • 23 Venture de Paradis, p. 200. Venture ne précise pas la date, mais il semble qu’il s’agit de l’attaq (...)

12À l’intérieur de son palais, dépourvu d’une défense effective, le dey était à la merci de sa milice, ce qui l’empêchait d’accomplir des actions qui pourraient être considérées défavorables par ses membres. À l’époque, avant que `Alî Tchâvûch n’eût réussi à se faire conférer le titre de pacha, il n’était pas question pour lui de s’aliéner la milice, dont la complicité lui était nécessaire pour résister à la volonté du Sultan en renvoyant en 1711 le nouveau pacha venu d’Istanbul21. Cette nouvelle qualité de pacha, dont bénéficiaient désormais les deys, servit de protection pour la personne considérée dorénavant comme le représentant du Sultan. Entre 1710, date de la prise du pouvoir par `Alî Tchâvûch, et la fin du xviiie siècle, on décompte neuf deys, dont sept décédèrent de mort naturelle. La fin du siècle marque la fin de cette époque de stabilité : entre 1798 et 1817, on décompte sept deys, tous morts assassinés22. Cette situation rendait indispensable un changement nécessaire pour que la Régence retrouve sa stabilité. L’occasion s’en présenta à la suite du bombardement d’Alger en 1816, qui rendit évident la nécessité de l’éloignement physique du dey de la rade. Mais alors que, dans un cas précédent, le dey Mehmed Pacha bin Osmân, qui s’était mis temporairement à l’abri dans la Qasba lors du bombardement espagnol, après que deux bombes furent tombées dans son palais, « et qu’un boulet même vint frapper à une fenêtre par laquelle il regardait un instant auparavant la flotte espagnole23 », l’épisode s’était terminé par le retour du dey au palais, avec son entourage, cette fois-ci, le dey avait préparé son départ d’avance, pour éviter cet endroit où il se sentait exposé à tous les dangers.

  • 24 H.-D.de Grammont, p. 276.
  • 25 A.Juchereau de Saint-Denis, p. 127.
  • 26 P.Boyer, p. 93.

13H.-D. de Grammont interprétait déjà le transfert du palais de la Jenina à la Qasba en termes politiques : `Alî Khodja, le dey qui effectua ce changement, « montait sur le trône avec l’intention bien arrêtée de se soustraire au joug de la milice et de se débarrasser de cette troupe indisciplinable (sic) ; dès le premier jour de son règne, il mit ses projets à exécution. Tout d’abord, il quitta la Jenina, et vint s’enfermer dans la Qasbah, qu’il avait soigneusement armée ; il y transporta inopinément le Trésor public, et se fit garder par une troupe de deux mille Kabyles24 ». L’importance de ce dernier fait, qui semble constituer un élément révolutionnaire dans la vie politique de la milice, n’a pas échappé aux yeux des historiens. Entouré de sa « garde nombreuse, composée de Maures et de Nègres », à l’intérieur de la citadelle, où le Trésor public était gardé, il songeait, selon Juchereau, à abolir et à exterminer la milice, dont il aurait déjà éliminé mille huit cents des membres durant les premiers mois de son règne. « Il se croyait déjà le chef d’une dynastie naissante qui, de même qu’à Tunis, occuperait le trône d’Alger par droit héréditaire25. » Le déplacement de sa résidence – conjugué à la création d’une garde personnelle indépendante de la milice -doit donc être interprété comme une volonté manifeste du dey de créer une dynastie héréditaire, ce qui n’était pas réalisable dans l’ancien palais. « Le temps a manqué pour que la révolution de 1817 produise ses effets, sinon en ce qui touche la prolongation de la vie du dey. Elle ouvrait la voie à une sorte de monarchie héréditaire qui n’aurait plus été appuyée exclusivement par l’Odjaq, mais aussi par une fraction de la population non turque. Peut-être se serait-il produit une évolution dans un sens national, analogue à celle que connut la Tunisie26. »

  • 27 A.Raymond, 1985, p. 171.
  • 28 L.Meslem, « Tarkîb », p. 25.

14On peut donc dire que le déplacement du gouvernement du centre de la ville vers la citadelle ne constituait pas seulement un alignement sur le plan géographique de la ville d’Alger avec les autres capitales de provinces arabes à l’époque27 : ce déplacement semble avoir aussi constitué les débuts d’un autre alignement, politique celui-ci, avec les autres vilayets ottomans du Maghreb sur la forme de la transmission du pouvoir. Mais cette expérience a donc été trop courte pour que le changement politique soit mené à bien et pour que la mutation du centre de pouvoir, et le transfert du palais du dey à la Qasba, s’impriment dans la tradition de la ville28.

Le local des bölükbachï

  • 29 Venture de Paradis, pp. 112-113. Cf. J. A.Peyssonnel, p. 252.

15La façade du palais du dey donnait sur la rue principale de la ville, face à une petite place carrée couverte d’une treille. D’après Venture, la place, qui avait une fontaine au milieu, était entourée de « diverses boutiques où se tiennent tous les officiers du gouvernement et de l’odjac lorsque le divan n’est point assemblé ». Parmi ces « boutiques », on compte une grande salle où se tiennent les « officiers, écrivains et attachés du gouvernement », mais aussi le local du kâhiya, celui de l’agha des janissaires ainsi que celui de l’agha des spahis. C’est à cet endroit qui se trouvait aussi le local des bölükbachï, ainsi que le local des tchâvûch29.

  • 30 A. Raymond, 1981, p. 84.
  • 31 P.Eudel, p. 80.
  • 32 CAOM 1 Mi 70 (19), p. 36. Sur la synonymie entre jâmî’ al-Shâwush et jâmî’ Khayr al-Dîn, cf. A.Dev (...)
  • 33 CAOM 1 Mi 66 z 249.
  • 34 A.Devoulx, « Édifices », loc. cit., supra.
  • 35 Le plan est tiré de A. Raymond, 1981, p. 84.

16D’après Venture, tous ces locaux (« boutiques ») étaient localisés sur la petite place qui se trouve vis-à-vis de la façade du palais. Dans sa reconstitution du centre d’Alger, A. Raymond, suivant P. Eudel, situe le local des bôliikbachï du même côté de la rue Bâb al-Wâd que le palais du dey, ce qui semble erroné30. La source de cette confusion est due à ce que ces auteurs ont inversé la position de ces locaux et celle de la mosquée dite « Al-Chououch31 », qui formait le prolongement de la façade du palais. Dans un acte de waqf dont nous possédons le résumé, cette mosquée est mentionnée comme jâmî` Khayr al-Dîn bâshâ al-lasîq bi-dâr al-lmâra, « la mosquée Khayreddîn Pacha contiguë à dâr al-lmâra « (qui est le nom arabe du palais du dey)32. Un autre acte de habus, traduit en français pour servir l’administration française après la prise d’Alger, présente cette mosquée comme « Mosquée-Djamâ el-Pacha, attenant à dar el-imara33 ». A. Devoulx, qui cite plusieurs actes de habus qui décrivent la mosquée comme « contiguë au palais », place ainsi cette mosquée, qui fut construite par Khayreddîn en 1520 : « Tout près de l’entrée principale de la Jénina et faisant suite à la façade de cet ancien palais des pachas34. » Par conséquent, c’est la description de Venture qui fixe le bon endroit des « boutiques », c’est-à-dire les locaux des officiers de l’État et de l’armée, autour de la place avec sa fontaine, c’est-à-dire du côté est de la rue Bâb al-Wâd, face au palais. L’emplacement de la mosquée en question était donc au nord du palais, du côté ouest de la rue (voir plan II)35.

Dâr al-sikka

  • 36 Venture de Paradis, p. 261 ; P.Eudel, p. 78 ; A.Raymond, 1981, loc. cit., supra ; L.Golvin, p. 19.
  • 37 D. de Haëdo, 1871, p. 96.
  • 38 La Condamine, p. 377.
  • 39 Venture de Paradis, p. 261.

17L’Hôtel de la monnaie (Dâr al-Sikka), où était frappée la monnaie algérienne par une équipe d’une vingtaine de juifs sous le contrôle d’un amîn al-sikka ottoman, responsable de la frappe36, était contigu au palais du dey (voir plan II). Cet établissement semble avoir joué un rôle non négligeable dans la politique monétaire de la Régence, car la qualité de l’aloi était fixée par les deys en fonction de leurs besoins : déjà au xvie siècle, selon la remarque de Haëdo, « toutes ces pièces, réaux, écus, soltani, etc. [c’est-à-dire qui sont frappées à Alger], ont une valeur incertaine, parce que les pachas d’Alger la font monter ou descendre, suivant les exigences du moment37 ». La même remarque est encore faite en 1731 : « On prétend qu’il y en a quelques-uns (c’est-à-dire, des aspres) qui sont d’argent, qu’ils devraient tous en être, et qu’ils ne sont remplis d’alliage que par la mauvaise foi du Prince, qui s’est servi de ce moyen pour s’enrichir38. » Venture fait une observation similaire en 178839.

  • 40 C. Féraud, p. 299.
  • 41 Tachrifat, p. 85 ; M. Hoexter, 1979, p. 324, n. 43.
  • 42 P.Boyer, 1963, p. 191 ; M. Rozet, pp. 32, 103.

18Il semble que l’emplacement de Dâr al-Sikka que nous connaissons date seulement de 1791, car une chronique de l’époque donne cette information : « La maison de la monnaie (dar es-Seka) a été démolie pour être transformée en magasin ; le divan l’a affectée au magasin à riz40. » Nous ne connaissons pas cet ancien endroit, mais il nous semble qu’il pouvait bien se trouver soit à l’intérieur même du palais, soit à proximité immédiate : la frappe de monnaie, ayant une valeur symbolique (la frappe de la monnaie et la lecture de la khutba au nom du Sultan constituent les deux manifestations symboliques de l’appartenance à l’Empire ottoman), ainsi qu’une importance réelle, il est vraisemblable que le dey préférait avoir cet établissement près de lui. On peut tirer cette conclusion à la fois de l’emplacement que nous connaissons du Dâr al-Sikka entre 1791 et 1817 (à côté de la Jenina), et de ce qu’il fut transféré à la Qasba le jour même du transfert du palais du dey de la Jenina à la Casbah (le 2 novembre 1817)41. En cette occasion les machines de frappe de monnaie furent enlevées de l’annexe de la Jenina où elles se trouvaient et placées dans une salle de la forteresse, attenante à celle où l’on conservait le trésor42.

Le bayt al-mâl

  • 43 P.Eudel, p. 80 ; A.Raymond, 1981, p. 78 ; L.Golvin, p. 19.
  • 44 CAOM 1 Mi 70, n° 20, II, p. 15.
  • 45 CAOM 1 Mi 69. Rue du Genièvre : Erressaïssié ; Beit-el-Mal ; Pelet ; H.Klein, p. 60.

19Séparé du palais par la mosquée al-Sayyida, se trouvait le bayt al-mâl, siège de l’administration financière (voir plan II)43. La première mention que nous ayons trouvée de cette institution dans les documents consultés remonte à AH 1035/1625-26 : il s’agit en l’occurrence de la fondation en habus d’une boutique « située au marché des fabricants de burnous (al-Hâkka) près de bayt al-mâl44 ». Il semble que le bayt al-mâl avait donné son nom à la partie de sûq al-Ghazzâl (marché du filé) dans lequel il se trouvait, c’est-à-dire la partie proche du carrefour entre les rues al-Qîsariyya (marché franc) et al-Sâgha (les bijoutiers) et sûq al-Ghazzâl, car nous trouvons cette appellation dans un acte de waqf, datant de AH 1138/1725-26 : « La boutique située à sûq al-Sâgha, la troisième à la droite de celle qui descend de zanqat Bayt al-mâl vers ledit marché45. »

Dâr sirkedji

  • 46 OREF-GAM, p. 173.
  • 47 Venture de Paradis, p. 255. Cf. aussi H.-D.de Grammont, p. 230. Selon lui la punition des janissai (...)
  • 48 G.Delphin, p. 220.

20Une autre institution concernant l’administration de la milice était la maison de l’agha des janissaires dite dâr Sirkedji (la maison du fabricant de vinaigre), qui se dit aussi en arabe dâr al-Khall (la maison du Vinaigre). Il n’y a pas de certitude sur l’origine du nom de cette maison : a-t-elle servi de dépôt de vinaigre46, ou bien cette appellation concernait-elle, au départ, une seule pièce dans la maison, « qu’on nomme sirkagi odasi, la chambre distributeur du vinaigre, probablement à cause du vinaigre et du sel qu’on applique sur la partie meurtrie de celui qui a reçu la bastonnade47 » ? Il est même possible, d’après le renseignement fourni par le chroniqueur connu sous le nom du fils du muftî, que le surnom Sirkedji ait concerné la vocation ancienne de la maison avant qu’elle ne devienne la résidence du chef des janissaires48.

  • 49 L. de Tassy, p. 137.
  • 50 Venture de Paradis, p. 255.

21D’après la même source, l’affectation de cet immeuble à la résidence de l’agha des janissaires date du temps de Baba Hasan le doulatli (1682-1683). On y installa en même temps la prison réservée aux membres de la milice. Le fait que la maison de l’agha servait aussi de prison aux janissaires est mentionné par plusieurs témoins. L. de Tassy remarque : « C’est dans sa maison [c’est-à-dire, la maison de l’agha] seule que sont punis secrètement les Turcs, soit par la bastonnade, soit par la prison, ou mis à mort, le tout cependant par les ordres exprès du dey. Il loge dans une maison uniquement destinée pour celui qui est revêtu de cet emploi. Il est entretenu aux dépens du gouvernement, qui paie sa table et les domestiques qui conviennent à son rang. [...] Il ne peut avoir dans cette maison ni femme, ni enfants49. » Plus d’un demi-siècle plus tard, Venture fait la même observation : « Les prisons à Alger ne sont qu’un entrepôt, en attendant le jugement qui doit être prononcé peu d’heures après. On mène un ioldach qui aura commis une faute dans la maison du janissaire agha, nommé communément l’agha des deux lunes, et il y est bâtonné ou étranglé. Pour le dernier supplice, c’est ordinairement la nuit. On fait les exécutions dans un appartement de plain-pied, qu’on nomme sirkagi odasi50. »

22La maison de Yagha, qui servait de prison aux membres de la milice, ainsi que de lieu d’exécution capitale le cas échéant, était située, avant 1817, dans une rue qui portait son nom, zanqat Dâr al-Khall (E/5), à une distance d’environ 250 mètres à l’ouest de la Jenina (voir plan I). En 1817, lors du transfert des centres politique et administratif vers la Qasba, il semble que la maison de Yagha ait elle aussi changé de place pour être mise à proximité du nouveau siège du pouvoir.

Autres centres d’administration

Le local du shaykh al-balad

  • 51 « Ministère de la Guerre », p. 186. Quant à ses attributions en tant que chef de police, cf. M.Hoe (...)
  • 52 Tachrifat, p. 23.
  • 53 L. de Tassy, p. 142. Cf. aussi J. A.Peyssonnel, p. 239.
  • 54 M.Hoexter, 1982, loc. cit., supra.
  • 55 A.Devoulx, « Édifices », chap. lix.

23« À Alger, le chef de l’administration civile et municipale était le Scheikh-el-belad [lire shaykh al-balad], appelé aussi Scheikh-el-Medinah [chef ou gouverneur de la ville]. Il était seul chargé de la justice municipale et de la police. Sous ses ordres étaient des Naibs [lieutenants] et des Amins [chefs de corporations]51. « Le Tachrifat lui attribue la surveillance des corporations de métiers52. Il avait dans ses attributions, selon quelques auteurs, « les réparations de la ville, les rues et autres choses semblables53 ». Il a également été responsable de leur nettoyage54. Ce fonctionnaire avait à sa disposition un local (dukkân) qui se trouvait à proximité du palais de dey, dans la rue dite de la Couronne, près d’une zâwiya nommée, en raison de son voisinage avec ce local, Zâwiyat Shaykh al-Balad (F/6)55. C’était sans doute son local administratif (voir plan I).

  • 56 L.de Tassy, p. 142.
  • 57 T.Shaw, p. 316.

24Il semble que la maison du shaykh al-balad avait elle aussi une importance particulière : c’est dans sa maison « qu’on met en arrêt les femmes de bonne réputation qui ont mérité quelque punition » ; cette maison servait aussi d’« entrepôt », où étaient détenues des « femmes ou des filles de quelque distinction » dont le dey attendait une bonne rançon. Elles y restaient jusqu’à ce qu’elles soient rachetées56. Il nous semble que, contrairement au cas de la maison de l’agha des janissaires, dont les résidents changeaient mais qui gardait ses fonctions, la maison du shaykh al-balad était véritablement la maison personnelle de ce préposé urbain, et que, chaque fois qu’un nouveau shaykh al-balad entrait en fonction, c’était sa maison qui devenait la maison du shaykh al-balad. Cela concorde avec l’affirmation de Thomas Shaw suivant laquelle, lorsqu’une femme mérite un châtiment, elle est envoyée dans une maison privée (« some Private House of correction ») pour y subir son supplice57. Notons aussi que la « Maison du Vinaigre » avait donné son nom à une rue, à un bain public ainsi qu’à un four à pain qui portent tous l’appellation Sirkedji du fait de leur voisinage ; comme nous le verrons, d’autres endroits ayant de l’importance sur le plan administratif de la ville, avaient laissé des traces semblables dans la toponymie. Le fait qu’aucun monument ne porte le nom de la maison de shaykh al-balad corrobore notre hypothèse que ce local changeait de place à chaque nouvelle nomination du shaykh al-balad.

La prison du mizwâr

  • 58 D.Haëdo, 1871, pp. 468-69 ; Pétis de la Croix, p. 16 ; L. de Tassy, p. 146 ; J. A.Peyssonnel, p. 2 (...)
  • 59 Cf. à ce sujet, M. Hoexter, 1982, pp. 121, 126-7.

25Le mizwâr était un des préposés urbains d’Alger, que tous les Européens ayant écrit sur la ville d’Alger, prennent soin de mentionner58. Responsable du maintien de l’ordre public dans la ville, de la police, notamment de la police nocturne, il devait l’intérêt que lui portaient les voyageurs à ce qu’il exerçait un contrôle sur les prostituées, ainsi que nous avons eu l’occasion de le remarquer. Les attributions du mizwâr, qui était issu des « Maures », s’étaient limitées à la seule population indigène d’Alger, les membres de la milice étant soumis au système de police et de justice qui relevait de Vodjak59.

  • 60 Venture de Paradis, p. 256.
  • 61 Pelet ; H. Klein p. 55 ; OREF-GAM, p. 175.
  • 62 Pelet ; H.Klein p. 60 ; OREF-GAM, p. 165.
  • 63 CAOM 1 Mi 61 (s.n.), p. 9.
  • 64 H. Klein, p. 58.
  • 65 CAOM 1 Mi 58 z 147(18).

26« Le mezouar chargé d’une patrouille de nuit, le caïd des Zevawis chargés aussi d’une patrouille nocturne, ont une prison pour entreposer ceux qu’ils prennent commettant quelque faute ou marchant après l’acha [souper] sans lumière60. « En 1830, cette prison se trouvait selon le plan de Pelet dans la ville haute, dans une rue qui portait le nom de ce préposé : Zenqat el-Mezouar, rue de la Baleine (C/3)61, ou encore Zenqat el-Mezouar, rue de la Gazelle (C/3)62. La rue de la Baleine constituait une bifurcation de la rue de la Gazelle. La prison en question se trouvait donc, sans doute, à l’intersection de ces deux rues. Mais, il semble bien que cette localisation n’est pas antérieure à 1817, et qu’avant cette date, la prison du mizwâr se trouvait dans la ville basse, en plein cœur du quartier commerçant de la ville ; deux actes de habus, qui figurent tous les deux dans le même registre, mentionnent cette prison : l’un datant de AH 1073/1662-3 mentionne la prison habs al-mizwâr à sûq al-Maqfûljiyya (marché de cordonniers), l’autre, datant de AH 1220/1805-6, la situe près du tribunal malékite al-mahkama al-malikiyya63. Le marché des cordonniers, qui portait aussi le nom de Bashmâqjiyya64, était situé en G/7, et le tribunal malékite se trouvait effectivement dans la même région, dans une impasse qui portait le nom d’impasse du Corbeau65. D semble que cette impasse ait disparu assez rapidement, lors de l’aménagement de la place du Gouvernement qui a occasionné la destruction de la plus grande partie du centre d’Alger.

Les casernes

27Nous avons déjà mentionné les casernes d’Alger qui servaient de résidence aux janissaires célibataires qui le voulaient. Sur le plan de la ville (voir plan I), la répartition des huit casernes, toutes situées dans la partie basse de la ville, semble loin d’être le fruit du hasard : cinq parmi elles se trouvent dans la région de la porte terrestre la plus importante de la ville, celle de Bâb `Azzûn (une à B/8, deux autres à B/7, les deux dernières à D/8), les trois autres sont voisines de la porte de Bâb al-Jazîra (une à H/9, une autre à I/9, et enfin une à I/8) ; elles étaient donc situées à côté des deux points les plus susceptibles de subir une attaque venant de l’extérieur.

  • 66 A. Raymond, 1985, p. 285. Cf. aussi P.Boyer, 1963, pp. 133-134. Le relevé est conservé aux Archive (...)

28Le plan de construction de ces casernes, qui étaient de dimensions différentes, était plus ou moins identique. Le relevé de la caserne dite Dâr al-Qadîma, effectué en 1840, nous permet d’observer la structure architecturale de ce grand bâtiment, qui comprenait un rez-de-chaussée et un étage construits autour d’une cour intérieure de 20 x 20 mètres, entourée de pièces s’ouvrant sous des arcades. Nous retrouvons la même disposition à l’étage qui donnait sur une galerie. Cette structure, remarque A. Raymond, « était tout à fait comparable à celle des caravansérails, avec en plus deux mosquées, qui étaient disposées au rez-de-chaussée et au premier étage66 ».

  • 67 D. de Haëdo, 1871, p. 394.
  • 68 Idem, 1870, p. 513.
  • 69 G. Braun, S. Novellanus, F. Hogenberg, 1575. Sur ce plan, et sa valeur, ainsi qu’une analyse fort (...)

29Les sources donnent très peu de renseignements quant à la date de la construction de ces grands bâtiments. Dès la fin du xvie siècle, le livre du bénédictin Haëdo décompte sept casernes, « les édifices publics destinés aux janissaires dont il y a cinq grands et deux petits, tous divisés en chambres hautes ou basses. Tous ont des galeries et des cours très spacieuses au milieu desquelles est toujours une fontaine. Chacun des grands bâtiments peut contenir de 4 à 600 hommes logés par chambrées ; les plus petites en contiennent de 2 à 30067 ». Il explique ailleurs que dans ces casernes, construites par des anciens pachas, les janissaires vivaient par chambrée de huit à douze hommes68. Cinq casernes sont localisées sur un plan d’Alger, publié dans l’Atlas de Braun et Hogenberg en 1575, mais qui fut réalisé selon toute probabilité vers 1570-157169. Ces cinq casernes (seraglio de Genizeri, ou encore casa de soldati) sont désignées par les lettres K, L, M, N et O (voir plan III).

  • 70 Tous les renseignements concernant le nombre de chambrées et celui des hommes dans les casernes so (...)
  • 71 G.Delphin, pp. 175-178.
  • 72 A.Devoulx, RA, t. 3. p. 149 ; J.Deny, p. 219.
  • 73 A.Devoulx, RA, t. 3. p. 147.
  • 74 G.Marçais, 1954, p. 445.

30En partant de la région de Bâb `Azzûn, on trouve un peu à l’est de cette porte (B/7) les deux casernes dites respectivement Qadîma (ancienne), 31 chambrées, 1 089 hommes, et Jadîda (nouvelle) 19 chambrées et 856 hommes70. Dans son article concernant les casernes des janissaires, A. Devoulx, qui est probablement l’une des seules personnes à avoir lu la totalité des documents que comprenaient les archives d’Alger après la conquête71, note la première mention qu’il avait trouvée de chacune d’elles dans les documents relatifs au habus. Cette première mention est évidemment précieuse lorsque la date exacte de la fondation fait défaut. Pour la caserne dite Dâr al-Jadîda, sa première mention ne remonte qu’à AH 1134/1721-22, mais il est évident qu’elle existait déjà avant cette date, car elle est mentionnée parmi les huit casernes décomptées dans un registre de solde des janissaires datant de l’année AH 1100h/1688-8972. Quant à Dâr al-Qadîma, la première mention remonte à AH 1071/1660-166173. G. Marçais date à AH 1037/1627 la construction de l’ancienne, et à AH 1047/1637 celle de la nouvelle, par l’architecte Mûsâ, d’origine andalouse, et par son fils74. Il est cependant possible que la date de la construction de ces deux casernes remonte à une époque encore plus proche de l’arrivée des Ottomans à Alger : la caserne K du plan de 1575 semble effectivement se trouver à peu près à l’emplacement des deux casernes dites Dâr al-Jadîda et Dâr al-Qadîma (B/7). On ne peut affirmer que ces deux casernes existaient avant les dates citées par Marçais (1627 et 1637), mais il semble néanmoins d’après ce plan, et d’après les indications données par Haëdo sur les casernes d’Alger à son époque, qu’elles aient été construites à l’endroit où il y eut jadis une caserne.

  • 75 A.Berbrugger, RA, t. 3. p. 133.

31À côté de Bâb `Azzûn (B/8), se trouvait une caserne qui portait le nom de cette porte de la Ville (28 chambrées, 1661 hommes). D’après A. Berbrugger, une inscription fixerait la date de sa construction en AH 955/1548 par Mehmed b. Mustafâ75. Ce dernier serait l’architecte (?) car le gouverneur d’Alger à l’époque était Hasan Pacha, le fils de Khayreddîn qui gouverna en 1544-1551 pour la première fois, 1557-1561 (deuxième fois) et 1562-1567 (troisième et dernière fois). Il n’est pas douteux que la caserne désignée par la lettre L sur le plan de 1575 est bien celle de Bâb `Azzûn.

  • 76 Ibid., op. cit.. p. 134. Il s’agit en effet de deux casernes, répertoriées en une seule et même ca (...)
  • 77 A. Devoulx, RA, t. 3, p. 142.

32Nous avons déjà discuté le problème concernant les deux casernes (Sâlih Pacha et `Alî Pacha), qui sont comptées pour une seule caserne sous le nom de Dâr al-Kharrâtîn (50 chambrées, 2782 hommes). La tradition considère qu’elle a été construite par Khayreddîn et serait par conséquent la plus ancienne76. La première mention de cette caserne dans les documents trouvés par A. Devoulx remonte à 1599-160077. Il semble que son emplacement corresponde à la caserne désignée par la lettre L sur le plan de 1575, réalisé comme nous l’avons vu une trentaine d’années avant cette première mention. Nous pensons que, comme les deux casernes « Nouvelle » et « Ancienne », la caserne dite Kharrâtîn était plus ancienne et remontait au moins à 1571/72.

  • 78 Ibid. op. cit., p. 147 ; J.Deny, 1920, p. 24.

33La caserne dite Dâr al-Durûj (H/9), située au bord de la mer, au nord de la Grande Mosquée, était la plus petite de ces casernes : elle ne comptait que quinze chambrées pour un effectif de 602 hommes. La première mention dans les documents de habus qu’avait trouvés A. Devoulx (AH 1106/1694-1695) est plus tardive de six ans que la mention de la même caserne dans le registre étudié par J. Deny (AH 1100/1688-89)78. Il est possible cependant que cette caserne corresponde avec la construction qui se trouve au nord de la Grande Mosquée sur le plan de 1575, et qui est désignée par la lettre N ; elle remonterait donc au xvie siècle.

  • 79 A.Devoulx, op. cit., p. 145.
  • 80 A.Berbrugger, RA, t. 3, p. 136.
  • 81 A.Raymond, 1985, p. 164. Cf. aussi F. Cresti, 1990, p. 47.

34Presque en face de Dâr al-Durûj se trouvait Dâr Usta Mûsâ (I/9). C’était un grand bâtiment (31 chambrées, 1833 hommes), dont la première mention remonte à 167479. A. Berbrugger donne le renseignement suivant : « Les Turcs l’appelaient Mta` Sta Moussa, ou de Maître Moussa, parce que ce maure Andalou, à qui l’on attribue la construction de l’aqueduc du Hamma, y demeurait en qualité de janissaire80. » Si cette information est exacte, cela ferait remonter la construction de cette caserne à une époque antérieure à 1611, année où fut achevé l’aqueduc du Hamma attribué effectivement à ce personnage81.

  • 82 A.Devoulx, RA, t. 3, p. 139 ; J.Deny, p. 219.
  • 83 La mention la plus ancienne de cette caserne que nous ayons trouvée dans les documents consultés r (...)

35La dernière caserne était celle dite al-Muqriyyîn (I/7). Elle comptait 27 chambrées pour un effectif de 899 hommes. A. Devoulx attribue sa construction à `Alî Pacha (1568-1572), date considérée comme erronée par J. Deny, qui n’en propose cependant pas d’autres82. Sur le plan de 1575, la lettre O désigne la Casa de Mocharreri83, qui est évidemment cette caserne dont cependant l’emplacement indiqué semble erroné.

  • 84 A. C. Hess, 1978, p. 167.

36Il nous semble donc que les casernes furent construites avant le xviie siècle ou à son début, « par les anciens pachas » pour reprendre l’expression de Haëdo. Le xvie siècle fut l’époque des grands travaux, que nécessitait l’arrivée massive (pour la petite bourgade qu’était Alger à l’époque) des corsaires, des expulsés d’Espagne, des 6 000 soldats envoyés par le Sultan ottoman pour consolider l’entrée de la région au sein de son Empire, ainsi que des nombreux prisonniers de guerre, qui fournissaient aussi la main-d’œuvre nécessaire à des travaux d’une telle envergure84. C’était le début de l’époque ottomane, et les nouveaux maîtres de la région s’efforçaient de démontrer qu’une ère nouvelle venait de commencer : édification de fortifications autour de la capitale, dominée par une nouvelle citadelle, très imposante, et qui se voyait de loin ; construction d’un port qui allait servir de base pour les combattants de la guerre sainte, mais qui allait également devenir une source d’enrichissement pour la ville ; aqueducs érigés pour alimenter en eau potable les dizaines de fontaines ; bagnes construits pour héberger les prisonniers de guerre (considérés et traités comme des esclaves) ; construction de casernes pour loger les membres de la milice, qui étaient désormais les maîtres. Tout cela représentait un ensemble remarquable de constructions.

Le centre économique

  • 85 « La ville arabe traditionnelle » est le terme qu’utilise A. Raymond (« Islamic City », pp. 12-18) (...)
  • 86 A.Raymond, 1985, pp. 168-169, 172, 179-184.
  • 87 E.Wirth, pp. 197-198.

37Les deux premières caractéristiques communes aux villes arabes traditionnelles85, intimement liées l’une à l’autre, sont « le rôle déterminant des fonctions économiques, et en particulier commerciales », et « la très forte différenciation qui existait entre les régions centrales, où se concentrait l’activité économique, et les zones consacrées à la résidence »86. Pour E. Wirth, l’expression spatiale la plus remarquable de l’activité économique dans la ville, le sûq (marché) constitue « la caractéristique et le signe distinctif le plus frappant des villes de culture islamique », ainsi que « la seule innovation de l’époque islamique87 ». Située dans une zone séparée des zones résidentielles, traversée par des rues plus ou moins larges et ouvertes, à proximité immédiate des grands centres religieux, la zone d’activité économique se distinguait très nettement des autres zones de la ville. Alger n’était effectivement pas différente sur ce plan des autres villes arabes de la même époque, car son centre, qui servait aussi de centre administratif jusqu’en 1817, nous l’avons vu, constituait d’abord son centre d’activité économique.

Un héritage pré-ottoman ?

  • 88 R. Lespès, p. 167.
  • 89 F.Cresti, 1982, notamment p. 15.
  • 90 J.-J.Deluz, p. 9.
  • 91 H.Touati, pp. 271-272.

38C’est autour du point de rencontre des trois axes principaux que s’était donc développé à l’époque ottomane un véritable centre économique, doté d’un réseau plus ou moins hiérarchisé de marchés88. Il n’est pas exclu que cette zone, ou du moins une partie, ait déjà servi de centre économique avant l’arrivée des Turcs. C’est la thèse que soutient F. Cresti dans son analyse des premières descriptions et représentations de la ville, datant du xvie siècle89. La même idée est exprimée aussi par J.-J. Deluz, pour qui « la part de ce qui fut proprement l’apport des Turcs et de ce qui a été le prolongement, la permanence de la ville arabo-berbère des siècles précédents, n’apparaît pas clairement ». D’après cet auteur, il y a tout lieu de penser que l’organisation de la ville n’a pas été modifiée après la conquête ottomane, et que les « tracés structurants » – les trois rues principales de la ville, ainsi que les rues qui menaient l’une vers Bâb al-Jadîd (rue de la Porte Neuve) l’autre vers la citadelle (rue de la Casbah) – existaient déjà dans la ville « arabo-berbère » ; mais, ajoute Deluz, « cette hypothèse se base plutôt sur un sentiment que sur des certitudes »90. H. Touati semble aller dans la même direction en affirmant que l’« ordination spatio-économique façonne l’urbanité d’Alger depuis bien avant l’arrivée des Turcs91 ».

Signes de continuité

  • 92 Cf. aussi, F.Cresti, 1982, p. 10.
  • 93 F.Cresti, 1982, p. 10.
  • 94 Ibid., op. cit., loc. cit.
  • 95 CAOM 1 Mi 70(19).

39Cette idée d’une certaine continuité entre l’époque ottomane et la précédente est confortée en ceci que plusieurs éléments urbains liés au commerce, que nous identifions à la fin de l’époque ottomane, sont déjà indiqués sur le plan d’Alger publié dans l’atlas de Braun et Hogenberg en 157592, à des endroits qui correspondent à ceux que nous connaissons (voir plan III)93. Cela semble être le cas d’al-Sâgha (E/7) (la rue des Orfèvres, n° 6 sur le plan), ainsi que de la Qîsariyya (F/7) (n° 7 sur le plan), ou encore de al-Shaqmâqjiyya (F/8) (n° 9 sur le plan). Le plan signale aussi l’existence d’une casse di tentori (maison du teinturier), que F. Cresti juge « bizarrement placée à côté du palais du roi94 ». Le plan, qui donne à cette « maison » le numéro 8, la situe face à l’endroit où aboutissait la rue des Teinturiers (al-Sabbâghîn), et à l’endroit où se trouvait un caravansérail portant le nom de Dâr al-Dabbâgh (maison du Tanneur) à Sha-braliyya95. La ressemblance entre les mots Sabbâgh et Dabbâgh peut expliquer que ce caravansérail soit nommé « maison du Teinturier » par l’auteur dudit plan.

  • 96 G.Marçais, p. 426.
  • 97 R.Le Tourneau, p. 11.

40Le problème de l’exactitude du plan mentionné mis à part, le fait que les endroits mentionnés existaient déjà en 1575 indique qu’au moins une partie d’entre eux se trouvaient sur place avant même l’arrivée des Ottomans ; par conséquent, l’hypothèse qui situe effectivement le centre d’Alger dans la partie de la ville déjà incluse dans la ville berbère ne peut être écartée. Cependant, le laps de temps qui sépare l’arrivée des Ottomans de l’année de l’exécution du plan est beaucoup trop long pour permettre de l’affirmer. Il existe néanmoins un indice plus sûr, qui est la localisation de la Grande Mosquée (G/8) dans la ville basse, près du centre économique d’Alger. Cette mosquée, dont la construction avait précédé l’arrivée des Ottomans de quelque 400 ans, puisque la date de sa construction remonte à 109696, était la mosquée malékite principale à l’époque ottomane. L’association de la Grande Mosquée et du marché principal étant une des constantes des villes nord-africaines97, cette localisation peut indiquer effectivement que le centre (ou qu’un centre) économique existait déjà dans cette région de la ville à l’époque précédente.

Signes de changement

  • 98 CAOM 1 Mi 70(16), p. 11.
  • 99 La « Nouvelle Rahba » est mentionnée déjà sur la carte d’Alger de 1575 à l’endroit qui était le si (...)
  • 100 Venture de Paradis, p. 247 ; P. Boyer, 1963, p. 68.
  • 101 CAOM 1 Mi 61 (45).

41Les renseignements du xvie siècle paraissent montrer une grande stabilité en ce qui concerne la localisation de quelques marchés, restés au même endroit depuis la fin du xvie siècle jusqu’à leur disparition après la conquête d’Alger par l’armée française. Il n’en va pas de même au début du xvie siècle, ce qui laisse planer le doute sur la question de la continuité du centre avant l’époque ottomane. Nous avons trouvé plusieurs documents, actes de fondation de habus pour la plupart, qui témoignent des changements survenus dans cette zone : soit la mention d’un monument ou d’un marché nouveau, soit la mention du nom ancien d’un endroit, accompagnée d’une explication devenue nécessaire puisque le monument mentionné n’existait plus, ou parce que le marché avait changé de spécialité. Même s’il nous est impossible de mentionner une date, le changement est évident : au nord de la zone que nous décrivons comme centrale, se trouve un endroit dit al-Rahba al-Qadîma (l’ancienne halle aux grains, H/6), dont la première mention remonte au mois de rabî` al-thânî de l’an AH 947/juillet-août 1542 dans un acte de habus d’une maison au voisinage de cette rahba98. Il semblerait que cet endroit remplissait auparavant les mêmes fonctions que la halle aux grains (rahba) que nous connaissons, et qui se trouvait à l’époque ottomane tout près de Bâb `Azzûn (B/8)99. Nous ignorons toutefois la date du déplacement de ce marché relativement important. Malgré l’intervalle relativement court qui sépare la date de 1542 de l’installation des Ottomans à Alger, il ne semble pas erroné de présumer que ce changement ait eu lieu à cette époque car, comme nous l’avons vu, il s’agissait d’une époque d’expansion (à l’intérieur de la muraille bien entendu) et de croissance de la ville dont la population s’était accrue de façon spectaculaire. Une autre rahba qui semble avoir changé de place durant le xvie siècle est celle du charbon : le marché au charbon se trouvait, depuis la fin du xvie siècle, extra-muros près de Bâb `Azzûn100. Or, une waqfiyya datant de AH 954/1547-8, mentionne une Rahbat al-Fahm « dâkhil al-balad » (marché au charbon à l’intérieur de la ville)101 dont nous ne connaissions pas l’ancien emplacement. Le fait qu’il ait changé de place à l’intérieur de la ville au début de l’époque ottomane semble indiquer des changements et des aménagements, notamment dans la partie de la ville vouée à l’activité économique.

  • 102 CAOM 1 Mi 70, n° 16, p. 12.
  • 103 CAOM 1 Mi 66 (2), s.d.
  • 104 CAOM 1 Mi 61 (45), CAOM 1 Mi 61 (45). Cf. aussi A. Devoulx, « Édifices », chap. LXII.
  • 105 CAOM 1 Mi 68 (50), p. 17. Cf. aussi, A.Devoulx, « Édifices », loc. cit.

42Un résumé de waqfiyya, datant de jumâdâ al-awwâl AH 978/juin-juillet 1579, relatif aux biens habus de la Grande Mosquée situés autour de Sûq al-Samn (marché au beurre, E/7), mentionne l’existence de Sûq al-Jazzârîn al-Qadîm (l’ancien marché des bouchers) dans ce quartier102, qui paraît avoir disparu. La traduction française d’une waqfiyya cite le marché « souk el Khiathin » (des tailleurs-khayyâtîn, E/7), « anciennement connu sous le nom de Souk el Melad (?) »103. On a le même cas en ce qui concerne le quartier anciennement appelé Hawmat al-Sakkâjîn (fabricants de fourreaux), qui est appelé actuellement Kharrâtîn (tourneurs sur bois), explique-t-on dans un acte datant de AH 975/1567-8104. Le marché dit des Kabyles (E/8), explique-t-on dans un autre résumé de waqfiyya datant de 1712, est celui qui était connu autrefois comme al-Mallâhîn (les marchands de sel)105.

  • 106 CAOM 1 Mi 61 (45), Hawmat al-Balânsa, 10. Sur `Alî Bitchnîn, cf. A.Devoulx, « Édifices », chap. XI (...)
  • 107 CAOM 1 Mi 69 (s.n.).
  • 108 D.de Haëdo, 1871, p. 53.
  • 109 F.Cresti, 1982, p. 8 ; A.Raymond (1985, p. 234) semble croire que le Badistân fut édifié avant 158 (...)

43La première mention que nous ayons trouvée du marché du Badistân (G/7) date de AH 1025/1616-1617 : « La mosquée (masjid) qui se trouve à l’intérieur du badistân dit `Alî Bitchnîn » (c’est celui qui fit bâtir sept ans plus tard la mosquée dite `Alî Bitchnîn)106. Dans un acte postérieur, datant de AH 1031/1621-1622, on trouve la désignation d’al-Badistân al-Jadîd (le nouveau)107. Nous ignorons s’il s’agit du « nouveau » par rapport à l’« ancien », ou si le mot « nouveau » met l’accent sur la nouveauté de l’installation de ce marché aux esclaves. En 1580, Haëdo ne mentionne pas ce nom : « Les chrétiens se vendent dans les souk, rues où se trouvent les principales boutiques108. » Le rapport des deux chevaliers de l’ordre de Malte, Francesco Lanfreducci et Giant Ottone Bosio, datant de 1587, mentionne l’existence, au milieu de la rue qui traverse la ville entre les portes Bâb ` Azzûn et Bâb al-Wâd, d’une « place nommée Basistan, close de murs et pleine de boutiques de marchandises109 ». Il semblerait d’après cette information que le Badistân était donc situé au point de rencontre des rues Bâb `Azzûn et Bâb al-Wâd, et qu’il fut déplacé par la suite à l’endroit où il se trouvait à l’époque que nous citerons ; mais faute de détails supplémentaires nous ne pouvons l’affirmer.

  • 110 G.Delphin, p. 189.

44Ces divers éléments indiquent que le centre économique de la ville, même s’il avait été partiellement hérité de l’époque précédente, n’avait pas encore atteint sa forme définitive au début de l’époque ottomane. Ce n’est qu’avec le temps, notamment durant le xvie siècle que la ville basse avait trouvé son aspect, qui n’a guère changé par la suite. « A l’arrivée des Turcs, des espaces vides immenses existaient encore à l’intérieur de la ceinture d’épaisses murailles, écrit G. Delphin. Des chèvres passaient là où s’élève la cathédrale actuelle qui est une ancienne mosquée peu modifiée, et dont le nom de Ketchaoua, « champ aux chèvres » rappelle l’état primitif des lieux. Les maisons, de plus en plus nombreuses, ne tardaient pas à s’élever, constituant de nouveaux quartiers avec des marchés aux légumes, aux grains, au charbon de bois, aux marchandises d’importation étrangère, sans parler, bien entendu, de celui aux esclaves installé au Badestan et dont la place Mahon actuelle marque assez exactement l’emplacement110. « Mais, difficile de dire si le changement s’est produit par rapport à une situation pré-ottomane, ou par rapport aux premiers temps de la période ottomane.

Les marchés

  • 111 A.Raymond, 1985, pp. 236, 251.
  • 112 A.Abdesselem, p. 50. Cf. aussi A.Raymond, 1985, p. 242.

45Les éléments les plus marquants du centre d’activité économique sont bien entendu les marchés, notamment les marchés spécialisés, et les caravansérails : leur nombre fournit un indice de l’intensité de l’activité économique, et leur localisation définit le centre-ville111. La plupart des marchés d’Alger étaient désignés par le nom de la profession qui les occupait ou du produit dont ils avaient la spécialité. A Tunis, on distinguait entre marché spécialisé et « rue marchande polyvalente », écrit A. Abdesselem : le premier est désigné par le mot sûq suivit du nom du métier ou du produit dont il avait l’exclusivité, alors que le deuxième, le marché non spécialisé, appelé sûq lui aussi, était désigné par sa localisation : le nom de la rue où il était situé, ou le nom d’un monument proche, etc. Très tôt, l’usage était aussi d’abréger, en désignant les marchés par le nom du métier ou du produit qui le désignait, sans les faire précéder par le mot sûq112.

  • 113 CAOM 1 Mi 68 (50), pp. 7, 13.
  • 114 CAOM 1 Mi 64 n° 8 ; 1 Mi 68 (50), pp. 7, 13 ; (50) p. 14.
  • 115 CAOM 1 Mi 64 n° 8 ; 1 Mi 69 (s.n.).
  • 116 CAOM 1 Mi 70 (19) ; i Mi 70 (20).

46Cette remarque semble décrire aussi la situation à Alger, mais le fait que le mot sûq figure ou non dans la désignation du marché ne semble pas le résultat d’une évolution. L’usage était double : parfois il s’avère que la mention la plus ancienne d’un marché le désigne seulement par le nom du métier alors que le mot sûq figure dans une mention plus tardive et vice versa : dans un acte datant de AH 1091/1680-81, Sûq al-Kharrâtîn (marché des tourneurs sur bois, D/8, sur le plan) est désigné seulement comme Kharrâtîn dans un autre acte, datant de AH 1224/1809-1810 celui-ci113 ; mais Sûq al-`Attârîn (droguistes, épiciers, parfumeurs, E/7) dans un acte qui remonte à AH 1214/1799-1800 est désigné tout simplement comme `Attârîn dans un acte datant de AH 989/1581-2114 ; Shabrâliyya (cordonniers, E/7) est le nom donné à ce marché en AH 1226/1811-1812, alors qu’il est désigné Sûq al-Shabârliyya en AH 1111/(1699-1700)115 ; mais on trouve aussi Tammâqîn (fabricants de bottes, E/8) en AH 1035/(1625-1626), et Sûq al-Tammâqîn en AH 1134/(1624-1625)116. L’usage à Alger était visiblement de désigner le marché par le nom du métier qui y était exercé, et l’utilisation du mot sûq était facultative. C’est d’ailleurs l’usage courant au Caire.

  • 117 A.Raymond, 1985, p. 242.

47Notons qu’à Alger, comme nous l’avons vu, on trouve plusieurs exemples de changements du nom d’un sûq, survenus à la suite d’un changement de spécialisation du marché. Il est aussi possible qu’un nom de métier ne devienne un toponyme n’ayant plus aucune signification relativement aux activités qui se déroulaient effectivement à cet endroit, comme c’était par exemple le cas au Caire ottoman, où l’endroit dit Fâhhâmîn (charbonniers) était occupé au xviiie siècle par des marchands de tissus117.

  • 118 H.Touati, p. 271.
  • 119 M.Rozet, pp. 66-67.
  • 120 CAOM 1 Mi 70, n° 44.
  • 121 CAOM 1 Mi 70, n° 44 ; cf. aussi A.Devoulx, « Édifices », chap. LII.

48Il faut remarquer encore que, si par « marché spécialisé » on entend un marché dans lequel est exercé le même métier, ou un marché où l’on vend un seul et même produit, la réalité à Alger semble un peu plus nuancée, contrairement à l’affirmation de H. Touati : « Les métiers étaient disposés dans l’espace économico-urbain de la ville selon un ordre précis. Chacun était, en effet, circonscrit dans une place (rahba) [...] une halle (funduq) [...] et plus généralement dans un marché (sûq)118. « Quelques-uns des métiers étaient pratiqués en plusieurs endroits, et, en revanche, le même lieu a pu regrouper plusieurs métiers. L’exemple le plus frappant est celui du marché de l’huile, qui avait lieu dans un caravansérail, dont le nom témoignait de son activité principale : Funduq al-Zayt (de l’huile, E/8). L’on y fabriquait aussi, au deuxième étage, des tissus en fil d’agave, teints dans des teintureries qui se trouvaient elles aussi dans le même établissement119. Le résumé de l’acte de la fondation en habus de « toute la jalsa de l’atelier destiné à la fabrication de soie, situé à l’intérieur de Funduq al-Zayt à l’étage supérieur120 », montre que l’on tissait aussi de la soie dans le même caravansérail. Il est clair que cet endroit servait à la fabrication et à la vente de plusieurs produits. En revanche, en utilisant toujours la même source, qui est le résumé d’une waqfiyya de Hasan Pacha (1791 à 1798) au profit de la mosquée de Kajâwa121, nous constatons que la fabrication des tissus de soie était dispersée dans plusieurs régions de la ville. La dotation compte une dizaine d’ateliers, qui se situent dans trois régions différentes : aux alentours de Bâb al-Wâd (I/5), au quartier de Kajâwa (F/6) et au Funduq al-Zayt (E/8).

La répartition des marchés

  • 122 Pour une liste des marchés d’Alger, cf. annexe I.

49Autour de la porte Bâb `Azzûn se trouvaient six marchés122. Ils regroupaient principalement l’artisanat plus ou moins « lourd », et dans la rahba il s’agissait de la vente des grains, une marchandise assez volumineuse et peu lucrative. Si, du côté sud de la rue Bâb `Azzûn, on trouve encore des artisanats plus ou moins « lourds », au fur et à mesure que l’on s’approche du Sûq al-Jadîd, c’est le commerce des produits alimentaires et des tissus, ainsi que des produits en cuir qui apparaît. Le souq dit Sûq al-Jadîd marque donc le point sud-ouest du centre économique d’Alger.

  • 123 A.Raymond, 1985, p. 237, ne décompte que quarante marchés dont une quinzaine au centre d’Alger.
  • 124 Cf. par exemple, D.Haëdo, 1870, p. 421.
  • 125 Venture de Paradis, pp. 138-139. La porte de Bâb al-Bahr était la porte d’entrée des pêcheurs, ce (...)
  • 126 Les Européens la connaissaient sous le nom de porte de la Marine, et après la prise d’Alger elle f (...)

50Le centre économique d’Alger s’étendait, comme le montre la grande concentration des sûq, aux alentours du carrefour des trois axes principaux de la ville, notamment dans la région marquée par les coordonnées F/7, F/8, G/7 et G/8, et qui délimitent une surface d’environ trois hectares. Il est clair que le centre économique couvrait un espace au moins deux fois plus large que ne le suppose A. Raymond (1,1 hectare)123. À elle seule, cette partie de la ville comptait la moitié des marchés que dénombre la liste (27 sur 54). La répartition des marchés montre également l’importance de la rue Bâb ` Azzûn, depuis son extrémité sud et jusqu’au centre. Cette disposition des marchés, entre la porte sud et le centre de la ville, sans prolongement, ni vers la porte nord ni vers la porte maritime, nous semble significative de la grande importance de Bâb ` Azzûn, mais permet aussi de mettre en doute l’importance des deux autres portes mentionnées. Nous avons constaté que le chemin qui traversait la porte de Bâb al-Wâd constituait un cul-de-sac, puisqu’il ne débouchait pas sur une région agricole importante. Cela peut expliquer l’absence totale d’installations économiques liées au marché dans ses environs. Quant aux portes maritimes, il en y avait deux qui donnaient vers la mer : Bâb al-Bahr (« de la mer », F/8), désignée « porte de la Douane » à la fin du xvie siècle, car sur son côté se trouvait une maison qui servait de douane124. Vers la fin du xviiie siècle, la douane sur les importations en provenance d’Europe se trouvait à la maison du dey125. C’est par la porte du môle, dite Bâb al-Jihâd (de la guerre sainte, I/9) ou encore Bâb al-Jazîra (de l’île), que les ra’îs partaient à la course126. Cette porte maritime est décrite comme ayant servi au passage de beaucoup de marchandises et de butin pris par les corsaires. Or, si cela était le cas, ce passage n’a pas favorisé la naissance de marchés, contrairement à la porte Bâb `Azzûn. L’absence d’établissements économiques entre la porte maritime et le centre (qui n’est pas trop éloigné, il est vrai) remet en question le rôle véritable de la course maritime dans l’économie algéroise. Cette conclusion renforce ce que nous avons dit de la médiocrité de la richesse des corsaires, relevée plus haut.

L’organisation et la hiérarchie spatiale des marchés

  • 127 L.Meslem, « Tarkîb », p. 26.

51Les marchés d’Alger ne semblent pas relever d’une conception architecturale monumentale. Les boutiques ou ateliers se présentaient, de part et d’autre de la rue, comme autant d’alvéoles aménagées dans la base des maisons ou des autres édifices, mais sans communication avec eux127.

  • 128 A.Raymond, 1985, p. 242.
  • 129 H.Touati, p. 272 ; cf. aussi, A.Raymond, 1985, p. 229.
  • 130 M. Hoexter, 1983, p. 22 ; cf. annexe I, numéro 26. Pour une division très poussée au sein même du (...)
  • 131 A.Raymond, 1985, p. 242.
  • 132 Venture de Paradis, p. 119 ; H.Touati, pp. 277-280, 284 ; M.Hoexter, 1979, pp. 6-17.
  • 133 Les personnes qui travaillaient au marché des Kabyles formaient une corporation spécifique appelée (...)
  • 134 La liste des marchés, annexe I.
  • 135 CAOM 1 Mi 70(16).

52À Alger comme dans les autres villes arabes traditionnelles, les marchés étaient caractérisés par une forte spécialisation professionnelle ainsi que par une concentration géographique marquée128. « Cette disposition était en effet assignée par l’organisation doxologique de l’espace citadin musulman », écrit H. Touati, qui explique « en clair » suivant son expression qu’elle visait deux objectifs : faciliter le contrôle des métiers et empêcher la concurrence déloyale au sein de chaque métier129. L’organisation des marchés et des métiers à l’intérieur de la zone d’activité économique, à Alger comme ailleurs dans les villes arabes, se caractérise par leur disposition selon un ordre plus ou moins précis, dicté à la fois par la technique et par l’origine ethnique des personnes qui travaillent dans un seul et même marché. Ce regroupement peut se manifester sur le plan technique (marchés spécialisés) : par exemple, le marché des tourneurs sur bois, le marché des bijoutiers, ou encore les marchés dans lesquels chacun est spécialisé en différentes sortes de chaussures. Les considérations ethniques peuvent expliquer une différenciation topographique ; les deux corporations des courtiers (dallâlîn) sont divisées selon des critères ethniques : la première, composée de Baldi, est située à Bâb `Azzûn, la seconde, celle des Biskris, est située très probablement près de Funduq al-Zayt (E/8)130. Cette différenciation apparaissait également lorsque les membres d’une communauté religieuse ou étrangère étaient spécialisés dans une activité déterminée131, ce qui était le cas à Alger en ce qui concerne les Barrânî et la communauté juive : on trouve ainsi des boulangers originaires de Djidjelli, des meuniers, boulangers, bouchers et tenanciers de bains publics mozabites, des gardiens de prises, bateliers, portefaix et valets biskris, des orfèvres juifs, etc.132. Une expression territoriale concrète de ces regroupements ethniques apparaît avec le marché des Kabyles133 (numéro 25 sur la liste134), celui des originaires de Djerba (numéro 17) ou encore le marché des orfèvres, regroupant les orfèvres juifs (numéro 33). Nous avons même trouvé le nom d’un marché dit du Turc (Sûq al-Turk), que nous n’avons malheureusement pas pu localiser, dans un acte qui date de AH 978/1569-70135.

  • 136 A.Raymond, 1985, p. 232.
  • 137 Cf. R.Brunschvig, 1961, pp. 41-60 ; H.Touati, pp. 283-285.
  • 138 R.Brunschvig, op. cit., p. 46.
  • 139 Ibid., op. cit., loc. cit. ; H.Touati, p. 284.
  • 140 R.Brunschvig, op. cit., p. 50 ; H.Touati, p. 283.

53Ce regroupement professionnel ou ethnique, trait traditionnel de l’organisation du travail dans les villes arabes, était un des facteurs de l’organisation spatiale de l’activité économique d’Alger. Toutefois, dans cette organisation spatiale le rôle prédominant était réservé aux impératifs économiques : « Les activités étaient localisées à partir du centre suivant un ordre reflétant approximativement leur importance relative, les métiers les plus considérés étant situés le plus près du centre (dont le symbole visuel était la Grande Mosquée)136. « Il nous semble que cette définition est une forme de réponse au problème de l’organisation spatiale des marchés suivant la distinction entre « métiers nobles » et « métiers vils », métiers « purs » et « impurs »137, distinction qui semble être quelque peu mitigée par l’importance économique d’une partie des métiers susceptibles d’être « impurs ». Alors que la halle aux grains, où s’exerçait un commerce considéré comme « impur138 », se trouvait effectivement très éloignée du centre de la ville (B/8), le marché des orfèvres se trouvait en revanche en plein centre-ville (F/7), à côté des mosquées principales des deux rites, et cela bien que l’orfèvrerie soit un métier discrédité139, tout comme les hâka (tisserands), exerçant également un métier discrédité, dont le marché se trouvait au centre (F/7)140.

  • 141 OREF-GAM, p. 80.
  • 142 P.Eudel, p. 79. Sur la qaisariyya et sur les origines du mot, cf. A.Raymond, 1973, pp. 252-253. Cf (...)

54La liste des marchés met en évidence une certaine hiérarchie, qui semble respecter le caractère de centralité pour les marchés lucratifs concernant des produits de faible volume avec un fort rapport au point de vue du prix, comme le marché des orfèvres, de fileurs d’or, celui des tisserands de soie. On constate au contraire l’éloignement vers la périphérie de la ville des activités polluantes ou exigeant de l’espace : abattoirs, tanneurs, marché aux bestiaux, qui étaient rejetés hors de Bâb `Azzûn. Les tailleurs de pierres, les potiers, se trouvaient hors de Bâb al-Wâd141. La rue Bâb `Azzûn constituait dans une certaine mesure une démonstration de l’ordre hiérarchique de l’activité économique d’Alger : au souq des maréchaux-ferrants (entre les deux portes) succédaient ceux des forgerons, dinandiers, ferblantiers, tourneurs sur bois, tisserands, tailleurs, marchands de produits alimentaires, et à l’extrémité est la Qaisariyya (l’ancien marché franc), qui était le cœur même du centre économique, normalement consacrée au commerce des marchandises les plus précieuses, et donc mieux protégée, comme en témoignent encore à la fin de l’époque ottomane les deux portes situées à ses deux extrémités142.

Les caravansérails

  • 143 M. Rozet, p. 66.
  • 144 Idem. p. 122.
  • 145 Idem, p. 66.

55Le deuxième indice de l’activité économique du centre, nous l’avons vu, est fourni par le nombre et la localisation des caravansérails. Les documents, aussi bien les actes de habus que les inventaires après décès contiennent de nombreux renseignements concernant quelque 34 funduq. La zone de Bâb `Azzûn du côté extra-muros constituait en elle-même une concentration très importante de caravansérails : huit funduq sont mentionnés comme étant situés à cet endroit. Le « faubourg de Bab-Azoun », remarquait M. Rozet, constituait une concentration des « Arabes et des Berbères qui viennent à Alger, soit pour vendre quelque chose, soit pour leurs affaires particulières »143. Il semble que les maisons situées à l’extérieur de la ville, près de Bâb `Azzûn, qui d’après cet auteur sont presque toutes « des boutiques dans lesquelles on vend des fruits, des légumes et de la viande, et surtout des paniers en feuilles de dattiers et de la poterie »144, sont en fait des caravansérails : M. Rozet mentionne d’ailleurs que tout ce monde qui vient à Alger « couche au milieu de la rue, ou sur les terrasses des maisons dans le faubourg de Bab-Azoun145 ».

  • 146 Pour la répartition des caravansérails, cf. annexe II.
  • 147 A.Devoulx, « Édifices », chap. XXXIII. Vol. 2, p. 100.

56Tout comme les marchés, les caravansérails étaient répartis eux aussi dans la ville basse, mais sans que leur répartition corresponde avec exactitude à celle des marchés146. Nous en trouvons une concentration très importante près de Bâb `Azzûn, ce qui semble tout à fait normal : il s’agit de la porte d’entrée principale de la ville. Ils sont nombreux aussi dans la rue Bâb `Azzûn. Dans le centre économique de la ville ils étaient situés plutôt à la périphérie immédiate de cette zone que dans sa partie centrale. Ensuite, nous trouvons des caravansérails du côté de Bâb al-Wâd, où nous n’avons trouvé aucun marché. Leur présence dans cette zone peut indiquer qu’elle n’était pas totalement dépourvue d’activité économique, même si c’était sur une échelle beaucoup plus réduite que dans la zone de Bâb `Azzûn. Le funduq dit al-Qshâsh, s’il s’agit bien d’un caravansérail et non pas seulement d’une zâwiya147, est situé à côté de la porte maritime Bâb al-Bahr, ce qui est logique : le caravansérail étant à la fois un dépôt de marchandises et un lieu d’accueil pour les commerçants étrangers, comme nous l’avons vu, il n’est que naturel d’en construire au voisinage des portes d’entrée de la ville.

Description de funduq

  • 148 A.Raymond, 1985, pp. 251-252.
  • 149 L.de Tassy, p. 105. Cf. aussi J. A.Peyssonnel, pp. 251-252.
  • 150 Cf. par exemple la description de « wekâleh » in E. W.Lane, p. 316. Cf. aussi A.Raymond, 1973, pp. (...)

57On sait très peu de choses sur les caravansérails d’Alger148, ce qui nous semble justifier un regard un peu plus attentif sur le peu de renseignements que nous possédons. En 1724, L. de Tassy les décrit ainsi : « Il y a quatre fundus, ou alberges en langage franc. Ce sont de grands corps de logis appartenant à des particuliers, où il y a plusieurs cours, des magasins et des chambres à louer. Les marchands turcs du Levant, ou autres, qui viennent avec des marchandises à Alger vont loger dans ces fundus, où ils ont toutes les commodités nécessaires pour leur commerce149. » Cette description n’est pas différente de tant d’autres qui ont été faites pour d’autres époques et dans d’autres pays arabes : il s’agit bien du type habituel du caravansérail, connu aussi bien en Orient qu’au Maghreb, un bâtiment, plus ou moins grand, construit autour d’une cour centrale, avec des magasins au rez-de-chaussée et de petites pièces à l’étage, servant de dépôt de marchandises, et de lieu d’accueil aux commerçants et autres personnes150.

  • 151 M.Rozet, pp. 63-64.

58Une centaine d’années après la visite de Laugier, on trouve chez M. Rozet une description d’établissements, qui paraissent tout à fait identiques aux « fundus » de Laugier, mais que Rozet appelle « bazars » : « Il y avait plusieurs bazars destinés à recevoir les marchands étrangers qui venaient avec une certaine quantité de marchandise. » La suite de la description ne laisse pas de doute sur le fait que Rozet désigne par le nom « Bazar » l’établissement décrit plus haut, qui n’est autre que le funduq : « Ces bazars sont de grandes maisons construites comme celles des particuliers ; seulement, sur chaque côté de la galerie, il y a plusieurs petites chambres indépendantes les unes des autres, et qui se ferment à clef. Chaque bazar a deux et même trois étages, et il contient autant de chambres que l’on a pu en faire. Quand un marchand étranger, un musulman ou tout autre, avait obtenu la permission d’entrer à Alger, il allait dans un bazar louer une ou plusieurs chambres dans lesquelles il logeait avec ses marchandises151. »

  • 152 Ibid., op. cit., pp. 66-67.

59Chez le même auteur, on trouve aussi la mention de « fonducs », qui sont « des établissements dans le genre des bazars »152. Rozet distingue clairement entre ces deux établissements, selon des critères à la fois ethniques et fonctionnels. La distinction ethnique, qui semble la moins importante (quoique non exempte de préjugés dans l’esprit de l’époque), met l’accent sur la différence entre les résidents des deux établissements : marchands étrangers dans les bazars, « Bédouins » dans les « fonducs ». Ensuite, ils se différencient par leur niveau de propreté, « de la propreté desquels [c’est-à-dire des funduq] je crois donner une idée suffisante en disant que les Bédouins y logent avec leurs chevaux et leurs mulets ». Les bazars donc sont propres, alors qu’il n’en va pas de même pour les funduq.

  • 153 A.Raymond, 1985, pp. 268-269.
  • 154 M.Rozet, pp. 66-67. Nous avons l’impression que Rozet a négligé la description du premier étage, n (...)

60Le critère fonctionnel concerne le côté de fabrication des produits divers, notamment des tissus dans les « fonducs », ce qui semble rapprocher ce genre d’établissement de la qaysariyya qui était caractéristique de la ville d’Alep -la qaysariyya de tissage153. Il semble que la description de M. Rozet d’un des caravansérails les plus anciens d’Alger, Funduq al-Zayt, peut nous donner une idée de ce type de caravansérail : « On entre par une grande porte sous une voûte bien sale et bien noire, où on trouve d’abord les marchands d’huile, qui en sont tout dégoûtants, à côté de grands pots en terre cuite dans lesquels ils vident les outres qui servent à l’apporter des montagnes. Arrivé dans la cour, on aperçoit à gauche des teinturiers qui teignent de différentes couleurs les étoffes d’agave ; les trois autres côtés de cette cour sont occupés par de petites chambres, devant lesquelles on voit, sous la galerie, des Bédouins accroupis au milieu de leurs bagages avec les chevaux et les mulets derrière eux. Sur le devant de cette galerie sont plusieurs pots posés sur trois pierres entre lesquelles il y a du feu ; c’est dans chacun de ces pots que deux ou trois Bédouins réunis font leur cuisine. [...] Le second étage de ce fondue, tout sale qu’il est, n’est point occupé par les étrangers, mais par les tisseurs qui fabriquent, avec le fil d’agave, les tissus que l’on teint dans le bas154. » Un lieu donc de tissage des tissus en fils d’agave, mais aussi de tissage de soie, nous l’avons vu, doublé de teintureries et de marché à l’huile ainsi que d’un « hôtel », cet établissement paraît effectivement différent des caravansérails habituels. Il semble que la distinction, entre les caravansérails qui servaient plutôt d’hébergement aux commerçants et de lieu d’échange et ceux où la principale activité était la production, n’est pas une « invention » de Rozet : on comprend ainsi pourquoi, en 1724 et 1725, L. de Tassy et J. A. Peyssonnel ne décomptent que quatre funduq à Alger, alors que la liste montre clairement l’existence à l’époque d’au moins 12 funduq.

  • 155 Ibid., op. cit., p. 63.
  • 156 CAOM I Mi 14 z 28, n° 180 ; A.Devoulx, « Édifices », chap. XXXI. (Devoulx compte deux fois l’étage (...)
  • 157 CAOM 1 Mi 5, pp. 185-192.

61En ce qui concerne les dimensions de ces bâtiments, nous n’avons malheureusement pas de détail précis. M. Rozet remarquait que parmi les « bazars », trois étaient grands, et comptaient jusqu’à quarante chambres155. Les trois descriptions de funduq que nous avons trouvées dans les documents montrent des bâtiments à rez-de-chaussée et un seul étage, avec un nombre plutôt réduit de pièces : Funduq Yeni Müslüman, 6 chambres (bayt) au rez-de-chaussée et 7 à l’étage (ghurfa)156 ; Funduq Bâb al-Wâd, 11 chambres en bas et 13 à l’étage, et finalement Funduq al-Muhtasib, dit al-`Arîsh, 15 bayt et 16 ghurfa157. La plupart des caravansérails d’Alger semblent donc être relativement petits, ce qui correspond à l’importance somme toute moyenne de l’activité économique de la capitale de la Régence. Notons que ni les voyageurs et ni les documents ne mentionnent la présence d’une fontaine dans la cour des funduq, ce qui établit une distinction entre ces établissements et les casernes, mais aussi les bagnes, tous munis d’une fontaine dans la cour intérieure.

  • 158 D.Haëdo, 1871, p. 393.

62Si le problème de l’ancienneté du centre économique de la ville d’Alger en général se pose, il semble qu’il n’en aille pas de même pour les caravansérails. Les funduq d’Alger paraissent tous dater de l’époque ottomane, car remarquait Haëdo, « nous avons déjà dit : contrairement à ce qui se pratique ailleurs et même en Berberie, ils n’ont ni hospices ni hôtelleries. Seulement hors de la porte Bab-Azzoun, il y a quelques locaux pauvres et délabrés où l’on donne, sans lit ni nourriture, une place pour s’étendre sur le sol, et l’attache pour une monture158 ». Si l’on note que parmi les documents consultés aucun acte concernant les funduq ne remonte à l’époque de Haëdo, on est amené à donner crédit à sa remarque.

Les hânût

  • 159 M.Rozet, p. 62. Cf. CAOM 1 Mi 70, n° 20, p. 9. Cf. aussi P.Eudel, p. 70.

63Cellule de base de l’activité économique, aussi bien dans les grands marchés que dans les marchés du quartier, plus ou moins petits, la hânût désigne à la fois la boutique, le magasin, l’atelier et, dans un certain contexte, le local. « Les boutiques des marchands, non seulement à Alger mais dans toutes les villes de Barbarie que j’ai visitées, note M. Rozet, sont des trous dans le mur qui ont deux mètres de profondeur et un de large, et que le marchand remplit presque entièrement quand il est accroupi dedans159. » C’est, somme toute, le modèle classique de boutique, tel qu’on le connaît aussi bien en Syrie qu’en Egypte ou au Maroc. Les boutiques ou ateliers se présentaient des deux côtés de la rue, au rez-de-chaussée de maisons ou d’autres édifices, mais sans communication avec eux.

  • 160 P.Eudel, p. 70.
  • 161 L.Meslem, « Tarkîb », p. 26.
  • 162 L. d’Arvieux, p. 225.
  • 163 L.de Tassy, p. 149.

64La boutique, « une niche d’un accès difficile », écrit Eudel, n’est jamais de plain-pied avec la chaussée. Le client pouvait s’approcher, mais non entrer, poursuit cet auteur160. Les boutiques se fermaient par un système astucieux de volets en bois qui se rabattaient, l’un formant auvent, l’autre servant d’étal161. Les marchands n’habitaient pas normalement dans leur boutique, ce qui pouvait faciliter les vols, remarque le chevalier d’Arvieux. Il est vrai que, la nuit, les marchés étaient protégés par des gardes. Mais, remarque encore d’Arvieux, quand la patrouille est passée, les voleurs « ont tout le tems (sic) nécessaire162 ». Cependant Laugier de Tassy, qui décrit lui aussi les gardes de nuit originaires de Biskra, remarque à propos des vols commis dans des magasins que « ces sortes de cas n’arrivent presque jamais163 ».

  • 164 A.Raymond, 1985, p. 241.
  • 165 Registre vol. 1, pp. 10, 106.
  • 166 Idem, pp. 115, 106.

65La simplicité des hânût explique la modestie de leur prix. A. Raymond, qui a pu étudier le coût de diverses constructions au Caire, démontre effectivement qu’en ce qui concerne les boutiques, le prix de leur construction était peu élevé164. N’ayant pas trouvé de renseignements semblables pour Alger, nous avons comparé le prix des boutiques avec celui d’un autre bien immobilier, comme la maison. Cette comparaison n’a pas une valeur absolue, d’abord parce que le mot même hânût signifie à la fois boutique et atelier, qui, même situé au même endroit ne devait pas avoir le même prix, nos informations ne précisant pas toujours s’il s’agit de l’un ou de l’autre. Ensuite, les maisons, contrairement aux boutiques, ne sont pas toutes de même taille, et leur prix est donc beaucoup plus variable que celui des boutiques. Il existe encore bien entendu le problème de la localisation, qui devait influencer aussi bien le prix des boutiques que celui des maisons : le prix d’une petite maison située dans un « bon quartier » risque d’être plus élevé que celui d’une maison plus grande située dans un quartier moins demandé. Il en va de même pour les boutiques, qui devaient coûter davantage dans le centre-ville qu’aux alentours de Bâb `Azzûn. Malgré tous ces problèmes, la comparaison nous semble avoir une valeur indicative. Or, comparé avec les maisons, le prix des hânût à Alger ne semble pas avoir été bas : le prix d’une maison près de Sâbât Biyâla (F/4) en AH 1111/1699-1700 s’élevait à 3 494 saîma, celui d’un dukkân (comptoir de marchandises) sis à Sûq al-Kabîr (E/7) était à la même époque de 3 333 saîma165. Alors que le prix d’une maison décrite comme « petite », sise à Bîr al-Jabâh (D/3), s’établissait à 1 500 saîma en AH 1112/1700-1701, on trouve que le prix d’un dukkân d’épicier (`attâr) sis à Sûq al-Kabîr s’élevait à la même date à trois fois plus (4 444 saîma)166 ! Le nombre de cas pour la période du début du xviiie siècle est malheureusement trop réduit pour permettre le calcul d’un prix moyen, ou même une fourchette de prix.

  • 167 Vol. 2, p. 99.
  • 168 Idem, p. 38.
  • 169 Idem, p. 91. Au sujet des boutiques de barbier, cf. M.Rozet, p. 62.
  • 170 Vol. 4, pp. 41, 82.
  • 171 Vol. 2, pp. 133, 90.

66Pour la période 1786-1803, les renseignements sont plus nombreux. Plusieurs inventaires après décès mentionnent simultanément le prix d’une ou plusieurs boutiques et celui d’une maison : on trouve ainsi dans un inventaire qui remonte à AH 1202/1787-8 une hânût à 300 riyâl, une pour 1 200 riyâl, ainsi qu’une maison à 500 riyâl. Dans aucun de ces trois cas le document ne mentionne l’adresse167. Dans un autre document le prix d’une boutique de `attâr s’élève à 1 422 riyâl, et celui d’une maison à 1 122 riyâl seulement168. Le prix d’une boutique de barbier (haffâf) sise au quartier de Kajâwa (F/6) s’élevait à 900 riyâl alors que le prix de la moitié d’une maison sise à Zanqat Lalâhum (H/5), mentionné dans le même inventaire, n’était que de 454 riyâl169. Dans la période indiquée, les documents mentionnent 25 fois le prix des boutiques : le prix moyen s’établissait à 1 066 riyâl. Le prix de la boutique la moins chère était de 232 riyâl, celui de la plus chère s’élevait à 5 100 riyâl170. En comparaison, le prix moyen des 14 maisons dont le prix est marqué dans l’inventaire à la même époque culminait à 3 288 riyâl. La maison la moins chère coûtait 340 riyâl, le prix de la maison la plus coûteuse s’élevait à 11 565 riyâl171. Le prix moyen d’une boutique constituait donc un tiers de celui d’une maison, ce qui semble considérable.

  • 172 A.Devoulx, « Notes », p. 471.
  • 173 CAOM 1 Mi 70, n° 24.
  • 174 D.Haëdo, 1871, p. 56 ; R.Lespès, p. 162.
  • 175 « Ministère de la Guerre », p. 271.

67Nous n’avons aucune estimation fiable sur le nombre de boutiques à Alger à la fin de l’époque turque. Elles étaient certainement nombreuses, car nous savons que 258 boutiques étaient, d’après A. Devoulx, constituées en waqf en faveur des deux villes saintes (La Mecque et Médine)172, ou encore que 87 boutiques peuvent être décomptées dans les 86 entrées d’un registre de biens du beylik173. Le problème du nombre total de boutiques à Alger à la fin de l’époque ottomane nous semble sans réponse possible, le nombre parfois avancé de 2 000 boutiques n’est qu’une hypothèse174, peut-être significative, car le Caire au xviiie siècle paraît avoir compté environ 25 000 boutiques. Une évaluation est d’autant plus difficile qu’un grand nombre furent détruites dès les débuts de l’occupation. Les premiers travaux d’aménagement de la ville effectués par le Génie militaire concernaient les endroits où se trouvait la plus grande concentration de boutiques : en 1830 et 1831 on a démoli environ 90 bâtiments au centre économique d’Alger pour créer la place du Gouvernement, mais « des nouvelles démolitions, plus nombreuses et plus importantes, eurent lieu en 1832 et en 1833 pour l’agrandissement de la place du Gouvernement et des principales rues adjacentes : 355 immeubles furent abattus175 ». Dans une période de moins de trois ans, 450 bâtiments qui formaient le centre économique, et qui abritaient certainement des centaines de boutiques ont disparu, en général sans laisser de trace, car personne ne songeait à faire des relevés des zones « aménagées ».

Les centres religieux

Les centres principaux

Localisation

  • 176 E.Wirth, p. 197 ; A.Raymond, 1985, pp. 169, 232-233.
  • 177 R.Le Tourneau, p. 11.

68Un phénomène, qui n’est peut-être pas propre aux villes arabes traditionnelles, mais qui se retrouve néanmoins dans toutes les villes arabes, est la centralité de la Grande Mosquée, et son association avec les marchés, dont l’organisation spatiale est déterminée dans une grande mesure par la situation de cette mosquée176. En parlant des villes nord-africaines, R. Le Tourneau remarque que les deux éléments que l’on retrouve toujours dans « la cellule mère » de la ville (qui est son noyau central) sont la mosquée et le marché central177. De ce point de vue, Alger n’était pas différente des autres villes arabes. Le centre, qui était le lieu d’une grande concentration d’activités économiques, ainsi que celui de l’administration (jusqu’à 1817), rassemblait aussi les plus importantes mosquées. Ces mosquées avaient toutes une importance particulière du fait que deux d’entre elles servaient de siège au muftî, et qu’une troisième servait de lieu de prière pour les pachas et les deys d’Alger.

Les mosquées principales

  • 178 Cf. au sujet de cette mosquée : Venture de Paradis, p. 254 ; A.Temimi, « Grande Mosquée », pp. 155 (...)
  • 179 M.Hoexter, 1984, p. 261.
  • 180 Venture de Paradis, pp. 113, 254 (qui l’appelle medglis el-cherîf) ; A. Devoulx, « Tachrifat », p. (...)
  • 181 M.Hoexter, 1984, p. 260. Sur le majlis tunisien, cf. R.Brunschvig, 1965.
  • 182 A.Devoulx, « Édifices », p. 381. A. Temimi, « Grande Mosquée », p. 159.
  • 183 Cf. par exemple la waqfiyya de ` Abdî Pacha (CAOM 1 Mi 14 z 28, n° 180) où le terme dans le texte (...)
  • 184 A. Devoulx, « Édifices », p. 49.

69La mosquée principale d’Alger était la Grande Mosquée, dite al-Jâmi` al-Kabîr. Elle est mentionnée dans les documents sous l’appellation d’al-Jâmi` al-A`zam (G/8)178. Cette mosquée, située à l’ouest du centre économique, servait de siège au muftî malékite, ainsi qu’à celui du majlis al-`ilmî (la réunion de docteurs). Composé de deux mufti et de deux qâdî des deux rites, et d’un officier supérieur (yayabachi) qui représentait l’odjak, c’est-à-dire l’État, le majlis al-`ilmi était une institution spécifique à l’Afrique du Nord sous la domination ottomane179. « Lorsque le cadi d’Alger prononce un jugement qui ne paraît pas juste, expliquait Venture, on peut le faire suspendre en l’appelant à ce tribunal qui se tient une fois la semaine, le jeudi, dans la grande mosquée, cathédrale d’Alger180. » Cette instance, selon M. Hoexter, ne constituait cependant pas une cour de justice, et par conséquent elle n’avait pas compétence pour rendre jugement. Ses fonctions étaient purement consultatives, et lorsqu’il s’agissait d’obtenir un jugement, c’était l’intervention du qâdî seule qui le rendait possible181. Lorsqu’il s’agissait d’une affaire entre musulmans, la séance avait lieu à l’intérieur même de la mosquée, mais dans le cas ou une des parties était juive ou chrétienne, elle avait lieu dans une cour attenante à la mosquée. La Grande Mosquée servait aussi de centre d’études : on trouvait parmi son personnel 19 professeurs182, terme qu’utilise Devoulx pour traduire le mot mudarris183.Une autre école (madrasa) dépendait de la Grande Mosquée, celle qui se trouvait à Zâwiyat al-Jâmi` al-A`zam184.

  • 185 Au sujet du subul al-khayrât, cf. C.Mangay, pp. 4-5 ; « Ministère de la Guerre », p. 223 ; A.Devou (...)

70La mosquée al-Jadîd (F/8) qui était la principale mosquée hanéfite, siège du muftî de ce rite, était pratiquement adossée au centre. Elle avait été construite par ordre de la milice, avec les fonds de l’institution dit Subul al-Khayrât (les chemins de bienfaisance)185, responsable de l’administration de la plupart des mosquées hanéfïtes et de leurs biens habus.

  • 186 A. Devoulx, « Édifices », p. 449.
  • 187 D. de Haëdo, 1871, p. 383.
  • 188 CAOM 1 Mi 70 (20), n° 51 ; A. Devoulx, « Édifices », p. 454.

71La dernière grande mosquée parmi celles qui se trouvaient au centre d’Alger était la mosquée al-Sayyida (F/7), lieu de prière des chefs de la Régence186. Dans sa description des « édifices dignes d’être signalés », Haëdo parle de la mosquée qui est « voisine du palais des pachas et dans le marché aux légumes ; ces souverains ont coutume de s’y rendre le vendredi pour la prière »187. Il n’y a pas de doute qu’il s’agit de la mosquée al-Sayyida, qui avait conservé donc cette fonction de lieu de prière des pachas jusqu’à 1817. La mosquée al-Sayyida renfermait elle aussi une école, construite par le beytiilmâldji Sarï Mustafâ bin Hâdji Mehmed en 1703188.

Les tribunaux

  • 189 CAOM 1 Mi 58 z 147 (18), cf. aussi : A. Devoulx, « Édifices », p. 40.
  • 190 CAOM 1 Mi 60 z 161, p. 35.

72Dans la zone du centre économique se trouvait aussi le tribunal malékite (al-mahkama al-malikiyya, G/7), dont la première mention que nous ayons trouvée remonte à AH 1164/1750-51189. Le siège des qâdî hanéfïtes en revanche se trouvait plus au nord, dans la Rahba al-Qadîma (H/6). À la différence du siège du tribunal malékite, nous connaissons la date de la construction du tribunal hanéfite : selon le résumé d’une waqfiyya, ce mahkama fut construit par le dey Baba `Alî (1754-1766) en AH 1168/1754-5, sur l’emplacement d’une maison habus qui était tombée en ruines et que le dey avait acquise par voie d’échange190.

  • 191 A.Raymond, 1981, p. 73.

73Notons que ces deux tribunaux, malékite et hanéfite, qui siégeaient ailleurs que dans les deux grandes mosquées de ces deux rites ne sont mentionnés que dans des actes de habus qui ne donnent aucune information quant à leur fonctionnement. On ignore s’ils étaient les seuls ou si en revanche il y avait aussi des tribunaux qui siégeaient dans les deux mosquées principales des deux rites. A. Raymond semble le penser191, mais lorsque A. Devoulx décrit ces deux mosquées il ne mentionne aucun autre siège de tribunal hormis le majlis al-`ilmî.

Les autres mosquées

  • 192 D. de Haëdo, 1871, pp. 382-383.
  • 193 A. Devoulx, « Édifices », p. 372.
  • 194 C. Mangay, pp. 2-7.
  • 195 CAOM 1 Mi 30 z 60, 1 Mi 66, n° 2. On peut ajouter les nombres de 92 mosquées malékites et 14 mosqu (...)
  • 196 A. Devoulx, « Édifices », p. 375.
  • 197 J.-F.Aumerat, 1897, p. 178 ; G.Marçais, p. 426 ; P.Boyer, 1963, p. 74.

74Outre les mosquées du centre, la ville d’Alger renfermait un grand nombre de mosquées et d’autres lieux de culte. Dès la fin du xvie siècle, Haëdo note l’existence d’une centaine de mosquées, toutes administrées par des « marabouts » (sans doute, comme le dit A. Devoulx, les wakîl qui administraient leurs fonds habus). Toutes ces mosquées, remarque le bénédictin, « ont été édifiées par des Maures, Turcs et Renégats192 ». Pour la fin de l’époque ottomane, A. Devoulx dénombrait 166 lieux de culte : 13 « grandes mosquées », 109 « petites mosquées », 32 « chapelles » et 12 « zaoïa » ; « en tout 176 (sic) édifices consacrés au culte »193. Ce nombre compte aussi bien les édifices consacrés au culte à l’intérieur même de la ville que ceux qui se trouvaient extra-muros. L’administration française en comptait un nombre plus réduit : 19 « marabouts » et 103 mosquées en 1836, d’après le capitaine du Génie C. Mangay194. Dans des rapports qui datent de la même époque sont mentionnées 102 ou 103 mosquées195. Les différences entre le nombre cité par A. Devoulx et ceux cités par les autres observateurs sont dues à ce qu’une grande partie de ces lieux de culte avaient été des « locaux exigus, bas et mesquins », qui ne portaient en général aucun signe extérieur de leur destination196. Une fois délaissé par la population, ce qui semble être arrivé à plusieurs de ces petites mosquées à la suite de l’occupation d’Alger, plus rien ne les distinguait des autres bâtiments de la ville. Par conséquent une partie d’entre elles ne sont pas comptées. Le nombre cité par la plupart des auteurs, qui nous semble le plus proche de la vérité, celui de 122 mosquées, « grandes et petites », correspond à celui que donne A. Devoulx pour les seules mosquées à l’exclusion d’autres « édifices consacrés au culte197 ».

Les mosquées à khutba

  • 198 Cf. G. Marçais, loc. cit., supra.
  • 199 Ibid., loc. cit. ; J.-F. Aumerat, 1898, p. 178.

75A. Devoulx mentionne comme nous l’avons vu 13 « grandes mosquées ». Ce terme désigne les mosquées à khutba198. Mais contrairement à cette évaluation qui est reprise par d’autres auteurs199, le nombre de mosquées à khutba que l’on décompte dans la ville à la fin de l’époque ottomane s’élève à 14 (voir plan V).

  • 200 A.Devoulx, « Édifices », RA, t. 6-14.
  • 201 C.Mangay, 1836, pp. 4-5.

76Ces mosquées sont présentées dans le tableau ci-après. Dans la première colonne figure le nom de la mosquée, suivi par sa localisation sur le plan de la ville. Ensuite est indiquée la date de la construction, ou dans le cas où elle fait défaut, celle de la première mention de la mosquée dans les documents. La rubrique « A. Devoulx » indique l’endroit où se trouve l’information concernant la mosquée dans son travail sur les édifices religieux, publié entre les années 1862 et 1870 dans la Revue africaine200. La dernière rubrique mentionne le rite de la mosquée, tel qu’il est annoté par le capitaine du Génie C. Mangay dans son rapport sur la propriété à Alger201. Les mosquées sont énumérées selon l’ordre d’ancienneté, tel que nous avons pu l’établir.

Tableau XXIV : Les mosquées à khutba d’Alger

Tableau XXIV : Les mosquées à khutba d’Alger
  • 202 G. Marçais (1954, p. 426) mentionne l’an AH 490/1096 comme la date de la construction de cette mos (...)
  • 203 Cf. aussi B.Johansen, 1982, p. 24.
  • 204 D’après D. Haëdo, 1871, p. 383, cette mosquée fut construite en 1579. A.Devoulx, qui identifie cet (...)
  • 205 Cf. aussi B.Johansen, 1982, loc. cit., supra.
  • 206 Cf. aussi A. Devoulx, « Notes », p. 390 ; B.Johansen, 1982, p. 24 ; N.Saidouni, 1984, p. 184. Note (...)
  • 207 Cf. aussi A.Devoulx, « Notes », p. 390 ; B. Johansen, 1982, p. 24.
  • 208 Cf. aussi A.Devoulx, « Notes », loc. cit. ; B.Johansen, 1982, loc. cit. ; N. Saidouni, 1984, loc. (...)
  • 209 Cette mosquée fut dirigée par l’administration du waqf des deux villes saintes (La Mecque et Médin (...)
  • 210 Cf. aussi : A.Devoulx, « Notes », p. 390 ; B.Johansen, 1982, loc. cit. ; N.Saidouni, 1984, loc. ci (...)
  • 211 Mangay est le seul à attribuer cette mosquée au rite hanéfite. A.Devoulx donne comme date de const (...)
  • 212 Mentionnée comme hanéfite chez A.Devoulx, « Notes », p. 390 ; B. Johansen, 1982, loc. cit. ; N. Sa (...)

Note 202202.
Note 203203.
Note 204204.
Note 205205.
Note 206206.
Note 207207.
Note 208208.
Note 209209.
Note 210210.
Note 211211.
Note 212212.

  • 213 G.Marçais, p. 426 ; cf. D.Haëdo, 1871, pp. 383-384, qui parle d’au moins sept mosquées qui existai (...)
  • 214 CAOM 1 Mi 61 (45).
  • 215 A. Devoulx, « Édifices », p. 30.

77Notons d’abord le grand nombre de mosquées dont la construction ou la première mention remonte au xvie siècle. « Il est notable, remarque G. Marçais, que, parmi celles [les mosquées] qui subsistaient au moment de la conquête française et auxquelles on peut assigner une date, toutes sauf une sont postérieures à 1581 et, par conséquent, n’entrent pas dans le bilan d’Haëdo »213. Toutes les autres mosquées d’Alger ont-elles été construites aux xviie et xviiie siècles ? La question est importante pour ce qui est de l’architecture des mosquées, mais aussi par rapport à la croissance de la ville, car il s’agit de la construction d’édifices plus ou moins grands dans une ville décrite comme « pleine comme un œuf » à la fin du xvie siècle. Un examen plus approfondi révèle que la vérité est un peu plus nuancée. Il est vrai que les dates de leur construction que nous connaissons sont assez tardives, et remontent pour la plupart au xviie siècle, quand ce n’est pas au xviiie siècle. Cependant, en étudiant les documents on s’aperçoit que la plupart d’entre elles furent construites sur l’emplacement d’autres bâtiments, pour la plupart des lieux de culte : le Jâmi` `Alî Pacha (n° 13, 1758) fut construit sur l’emplacement de la zâwiya Sîdî al-Akhal (première mention 1669). La mosquée Khidr Pacha (n° 6, 1596) en remplaçait une autre, la mosquée du Wâlî Abû Dâûd Sulîmân al-Qabâîlî (première mention en 1567). La mosquée al-Sayyida (n° 4) fut reconstruite sur l’emplacement d’une autre mosquée du même nom (première mention en 1564). La grande mosquée hanéfite, al-Jâmi` al-Gadîd (n° 9, 1664), fut édifiée sur l’emplacement d’une école, Madrasat al-Mûlâ Bû `Anân (première mention en 1553-4214). La mosquée Mizzû Murtû (n° 10, 1685) fut construite sur l’emplacement d’une autre mosquée215. Il en allait de même pour la mosquée de Kajâwa (n° 7), qui fut reconstruite sur l’emplacement d’une autre mosquée du même nom dont la première mention remonte à 1612.

  • 216 Ibid., op. cit., p. 107.

78Il est donc vrai que, du point de vue de l’architecture, la majorité des grandes mosquées qu’avaient trouvées les Français en 1830, étaient le fruit de l’activité des xviie et xviiie siècles : les rénovations et les reconstructions dont elles avaient fait l’objet semblent avoir changé, pour au moins une partie d’entre elles, jusqu’au caractère même du plan de la construction, comme par exemple la mosquée de Kajâwa dont la reconstruction avait été effectuée sur le modèle de la mosquée al-Sayyida216. Toutefois, d’après les renseignement conservés dans les documents, l’emplacement de la plupart des grandes mosquées remonte au xvie siècle, époque où des espaces libres étaient encore relativement faciles à trouver dans la ville. La grande période de construction à Alger remonte donc à une date plus ancienne. Mais il est vrai que les périodes des xviie et xviiie siècles représentent des périodes actives de rénovation.

  • 217 Ibid., « Notes », p. 174 ; CAOM, 1 Mi 70 (19), awqâf sîdî Ramdân. Hawmat al-Qasba, n° 1 (acte de 1 (...)
  • 218 A. Devoulx, « Édifices », p. 186.
  • 219 Sur la hiérarchie des mosquées chez les Hanéfïtes, à l’époque ottomane, cf. B.Johansen, 1981, pp. (...)

79Il est remarquable que la plupart des mosquées à khutba se trouvaient hors des quartiers purement résidentiels, et que la plus grande partie (11 sur 14) étaient situées dans la ville basse. Les trois autres étaient les suivantes : la mosquée dite Sîdî Ramdân (n° 2), comme en témoignent des actes de habus, était sise dans l’ancienne Qasba de la ville Berbère217. Elle avait été bâtie dans une région qui bénéficiait autrefois d’un autre statut que le reste de la ville, celle de la citadelle. La deuxième était située dans la Qasba ottomane (n° 14), donc dans une zone distincte du reste de la ville. Seule la mosquée dite Jâmi` Safir (n° 3) se trouvait dans un quartier résidentiel dès sa construction, mais il s’agit d’un cas spécial, car cette mosquée, bâtie comme nous l’avons vu en 1534, le fut dans un endroit qui constituait « un quartier nouvellement annexé à l’ancienne ville berbère218 ». On peut conclure que les grandes mosquées furent construites à l’écart des quartiers résidentiels219, normalement dans la zone basse de la ville.

Construire une mosquée à Alger

  • 220 A.Devoulx, « Édifices », p. 452.
  • 221 Numéro 20 ou 34 sur le plan.

80Le problème posé par le manque d’espace libre, utilisable pour la construction des mosquées, est souvent mis en lumière par les documents. La mosquée du Qâîd Safir (n° 3), dont la construction remonte à 1534 et n’avait pas nécessité la destruction d’un immeuble existant, est une exception : tout comme la mosquée construite par `Abdî Pacha (n° 12, 1726), elle le fut presque au bord de la mer, dans un endroit à moitié désert, « vers le milieu d’une rue peu fréquentée, bâtie d’un seul côté et formant une espèce de chemin de ronde le long du rivage220 ». Il n’en allait pas de même pour la plupart des mosquées que nous connaissons. Nous avons déjà rencontré les cas des mosquées construites ou reconstruites sur l’emplacement de lieux de culte encore plus anciens. Celui de la mosquée de `Alî Bitchnîn (n° 8) est significatif : édifiée en 1622-3 sur une superficie d’environ 500 mètres carrés, dans un endroit assez central de la ville (le carrefour formé par les rues Bâb al-Wâd et de la Qasba), cette mosquée semble avoir été construite sur l’emplacement du bagne (seraglio) ou du palais (palazzo) de Chiobali sur le plan d’Alger de 1575221. C’était aussi le cas de la mosquée de Bâb al-Jazîra, dite Sha`bân Khodja (n° 11, 1693). Pour l’élever, il fallut démolir une maison qui occupait l’espace.

  • 222 CAOM 1 Mi 70 (20), n° 44, trente-neuf entrées. Cf. aussi : A.Devoulx, « Édifices », pp. 411-413.

81La dernière mosquée que nous voulons évoquer pour éclairer ce problème de construction dans une époque relativement tardive est celle de Kajâwa, qui fut entièrement reconstruite en 1794-1795 sur l’emplacement d’une mosquée du même nom, dont la première mention remonte à 1612. La mosquée de Kajâwa nous offre un bon exemple d’une opération de reconstruction et d’agrandissement d’une mosquée, dont les documents ont conservé les détails essentiels222.

  • 223 Pour une courte description de cette mosquée, cf. G.Marçais, pp. 428-431.

82La reconstruction de la mosquée fut terminée en AH 1209/1794-5. Un an auparavant, à partir de AH 1208, Hasan Pacha, le dey à l’époque (1791-1798), avait commencé à acquérir des biens tout autour de la mosquée, soit par voie d’achat, soit par voie d’échange. Durant cette année il avait acquis de cette façon : 24 boutiques, 4 `ulwî, une zindana (cave, taverne souterraine, du turc zindan-prison, un lieu sombre), et un café. Tous ces biens immobiliers qui entouraient auparavant l’ancienne mosquée furent détruits, et leur emplacement fut compris dans la nouvelle construction223. Pour reconstruire la mosquée de Kajâwa, il avait donc fallu disposer de l’emplacement de l’ancienne mosquée, et démolir encore un nombre non négligeable de bâtiments. Cette opération semble exemplaire en ceci qu’elle montre clairement qu’à la fin du xviiie siècle, époque qui est considérée comme faisant partie d’une période de décroissance de la ville vers la fin de l’époque ottomane, la ville ne disposait d’aucun espace libre pour la construction, et qu’il fallait acquérir de nombreuses constructions pour agrandir un monument.

Conclusion

83Le centre d’Alger, qui se trouvait dans la ville basse, semble avoir été partiellement l’héritage de la ville berbère. Un indice probable est l’emplacement de la Grande Mosquée dont l’existence avait précédé de plusieurs centaines d’années l’arrivée des Ottomans. Un autre est l’emplacement de la Jenina, qui semble avoir servi de palais pour les gouvernants de la ville avant les Ottomans. Dans cette hypothèse, un des traits caractéristiques d’Alger, le logement du gouvernant dans la ville basse (dans la Jenina), alors que sur les hauteurs de la ville se trouvait une citadelle, (ancienne qasba à l’époque berbère, et nouvelle à l’époque ottomane), serait antérieur à l’arrivée des Ottomans. Ce centre subit toutefois à l’époque ottomane des transformations majeures, y compris les délocalisations de certains centres économiques, comme quelques toponymes l’attestent.

84Le centre économique, administratif et religieux d’Alger occupait la zone située à l’intersection de deux axes principaux mais, en vérité, il s’agissait de trois centres, qui, malgré leur proximité, restaient assez distincts. Un centre économique avait pris naissance au carrefour des rues Bâb al-Jadîd et de la partie nord de Bâb `Azzûn, pour s’étaler vers le nord et vers l’est comme nous l’avons vu (principalement en F/7 et G/7). Un centre administratif se trouvait plus à l’est de ce centre économique (jusqu’à 1817), autour de la Jenina (F/7), avec aussi les locaux des principaux officiers qui se situaient en face (le local du bôliikbachï) ou à côté (le dukkân du shaykh al-balad).Un centre religieux était constitué par les trois principales mosquées de la ville (G/8 et F/7), dont seule la mosquée al-Sayyida se trouvait véritablement incluse dans l’espace qu’occupaient les souqs principaux. Au total cet ensemble couvrait un espace de presque trois hectares : il était très bien délimité sur les côtés nord, est et ouest, mais vers le sud il se prolongeait par la rue Bâb `Azzûn, dotée d’une forte activité économique.

Notes

1 Cf. l’article de B.Johansen, 1981. Cf. aussi, A.Raymond, 1985, pp. 173-174 ; A.Marcus, pp. 282-283.

2 Pour R.Berardi, il s’agit plutôt d’un prolongement de l’extérieur de la ville, qui est ouvert momentanément aux étrangers, pour se refermer aussitôt (cf. notamment pp. 107-112).

3 Cité chez M.Hoexter, 1982, pp. 122-123.

4 D.de Haëdo, 1870, p. 420.

5 Si l’on peut appeler « faubourgs » les quelques édifices situés à l’extérieur de la ville de ce côté, car comme le disait R. Lespès (p. 184), « les faubourgs d’Alger se réduisaient, en 1830, à fort peu de chose ».

6 OREF-GAM, p. 82.

7 A.Raymond, 1981, p. 73.

8 D.de Haëdo, 1870, p. 421.

9 Sur les caravansérails, cf. plus bas.

10 P.Eudel, pp. 69-86 ; plan, pp. 76-77. A. Raymond, 1981, pp. 73-84 ; plans, pp. 82-84.

11 Sur les raisons de la destruction, la polémique s’ensuivit, y compris dans ses étapes plus tardives, cf. A.Raymond, 1981 pp. 74-75.

12 Il semble que R. Le Tourneau (« al-Djzâ’ir ») se trompe en affirmant que le palais avait été construit par les Ottomans. Cf. L.Golvin, p. 11.

13 L.de Tassy, p. 134.

14 Venture de Paradis, pp. 110-112. Cf. aussi, La Condamine, pp. 357-358.

15 L.Golvin, p. 20.

16 Venture de Paradis, pp. 168-169.

17 R. P. Fau, p. 252. Cf. aussi, L.de Tassy, pp. 131-134.

18 P.Boyer, 1963, pp. 91-92.

19 H.-D.de Grammont, p. 227.

20 Sur la révérence des janissaires envers les pacha, cf. H.-D.de Grammont, loc. cit., supra.

21 H.-D.de Grammont, pp. 276-277.

22 P.Boyer, 1963, p. 90.

23 Venture de Paradis, p. 200. Venture ne précise pas la date, mais il semble qu’il s’agit de l’attaque espagnole de 1784.

24 H.-D.de Grammont, p. 276.

25 A.Juchereau de Saint-Denis, p. 127.

26 P.Boyer, p. 93.

27 A.Raymond, 1985, p. 171.

28 L.Meslem, « Tarkîb », p. 25.

29 Venture de Paradis, pp. 112-113. Cf. J. A.Peyssonnel, p. 252.

30 A. Raymond, 1981, p. 84.

31 P.Eudel, p. 80.

32 CAOM 1 Mi 70 (19), p. 36. Sur la synonymie entre jâmî’ al-Shâwush et jâmî’ Khayr al-Dîn, cf. A.Devoulx, « Édifices », chap. L.

33 CAOM 1 Mi 66 z 249.

34 A.Devoulx, « Édifices », loc. cit., supra.

35 Le plan est tiré de A. Raymond, 1981, p. 84.

36 Venture de Paradis, p. 261 ; P.Eudel, p. 78 ; A.Raymond, 1981, loc. cit., supra ; L.Golvin, p. 19.

37 D. de Haëdo, 1871, p. 96.

38 La Condamine, p. 377.

39 Venture de Paradis, p. 261.

40 C. Féraud, p. 299.

41 Tachrifat, p. 85 ; M. Hoexter, 1979, p. 324, n. 43.

42 P.Boyer, 1963, p. 191 ; M. Rozet, pp. 32, 103.

43 P.Eudel, p. 80 ; A.Raymond, 1981, p. 78 ; L.Golvin, p. 19.

44 CAOM 1 Mi 70, n° 20, II, p. 15.

45 CAOM 1 Mi 69. Rue du Genièvre : Erressaïssié ; Beit-el-Mal ; Pelet ; H.Klein, p. 60.

46 OREF-GAM, p. 173.

47 Venture de Paradis, p. 255. Cf. aussi H.-D.de Grammont, p. 230. Selon lui la punition des janissaires avait lieu « dans la cour du Palais de l’Agha, qui avait reçu pour ce motif le surnom de dar-el-Khâl (maison du vinaigre) ».

48 G.Delphin, p. 220.

49 L. de Tassy, p. 137.

50 Venture de Paradis, p. 255.

51 « Ministère de la Guerre », p. 186. Quant à ses attributions en tant que chef de police, cf. M.Hoexter, 1982, p. 123. Cf. aussi, Sidi hamdan-ben-othman, pp. 94 ; tableau, P.Boyer, 1963, p. 124 ; A.Raymond, 1985, pp. 124, 141, 216.

52 Tachrifat, p. 23.

53 L. de Tassy, p. 142. Cf. aussi J. A.Peyssonnel, p. 239.

54 M.Hoexter, 1982, loc. cit., supra.

55 A.Devoulx, « Édifices », chap. lix.

56 L.de Tassy, p. 142.

57 T.Shaw, p. 316.

58 D.Haëdo, 1871, pp. 468-69 ; Pétis de la Croix, p. 16 ; L. de Tassy, p. 146 ; J. A.Peyssonnel, p. 239 ; Venture de Paradis, pp. 225, 256-257 ; W.Shaler, pp. 74-75. Cf. aussi Tachrifat, p. 22 ; « Ministère de la Guerre », p. 317. P.Boyer, 1963, pp. 124-124 ; M.Hoexter, 1982, pp. 120-122 ; A. Raymond, 1985, pp. 123, 140.

59 Cf. à ce sujet, M. Hoexter, 1982, pp. 121, 126-7.

60 Venture de Paradis, p. 256.

61 Pelet ; H. Klein p. 55 ; OREF-GAM, p. 175.

62 Pelet ; H.Klein p. 60 ; OREF-GAM, p. 165.

63 CAOM 1 Mi 61 (s.n.), p. 9.

64 H. Klein, p. 58.

65 CAOM 1 Mi 58 z 147(18).

66 A. Raymond, 1985, p. 285. Cf. aussi P.Boyer, 1963, pp. 133-134. Le relevé est conservé aux Archives de Vincennes, Génie, article 8, section 1, carton n° 4.

67 D. de Haëdo, 1871, p. 394.

68 Idem, 1870, p. 513.

69 G. Braun, S. Novellanus, F. Hogenberg, 1575. Sur ce plan, et sa valeur, ainsi qu’une analyse fort intéressante de son contenu, cf. F.Cresti, 1982, pp. 8-11. Le plan a été publié aussi par G. Esquer, 1929. « Ce plan fourmille de détails finement observés qui révèlent une connaissance assez poussée de la ville », remarque encore L.Meslem, dans OREF-GAM, p. 58.

70 Tous les renseignements concernant le nombre de chambrées et celui des hommes dans les casernes sont tirés de l’article de J.Deny, pp. 219-222.

71 G.Delphin, pp. 175-178.

72 A.Devoulx, RA, t. 3. p. 149 ; J.Deny, p. 219.

73 A.Devoulx, RA, t. 3. p. 147.

74 G.Marçais, 1954, p. 445.

75 A.Berbrugger, RA, t. 3. p. 133.

76 Ibid., op. cit.. p. 134. Il s’agit en effet de deux casernes, répertoriées en une seule et même caserne par la plupart des sources.

77 A. Devoulx, RA, t. 3, p. 142.

78 Ibid. op. cit., p. 147 ; J.Deny, 1920, p. 24.

79 A.Devoulx, op. cit., p. 145.

80 A.Berbrugger, RA, t. 3, p. 136.

81 A.Raymond, 1985, p. 164. Cf. aussi F. Cresti, 1990, p. 47.

82 A.Devoulx, RA, t. 3, p. 139 ; J.Deny, p. 219.

83 La mention la plus ancienne de cette caserne que nous ayons trouvée dans les documents consultés remonte à AH 986/1578-1579. Il s’agit d’une waqfiyya qui se trouve dans le registre publié par A. Temimi, « Grande Mosqée », p. 179. Dans le registre publié le nom de l’endroit figure comme « Maqâdûn », mais dans l’original il est bien clair qu’il faut lire « Maqârûn ». Cf. CAOM 1 Mi 64, n° 8, entrée 69.

84 A. C. Hess, 1978, p. 167.

85 « La ville arabe traditionnelle » est le terme qu’utilise A. Raymond (« Islamic City », pp. 12-18) pour désigner l’ensemble des villes arabes à l’époque ottomane.

86 A.Raymond, 1985, pp. 168-169, 172, 179-184.

87 E.Wirth, pp. 197-198.

88 R. Lespès, p. 167.

89 F.Cresti, 1982, notamment p. 15.

90 J.-J.Deluz, p. 9.

91 H.Touati, pp. 271-272.

92 Cf. aussi, F.Cresti, 1982, p. 10.

93 F.Cresti, 1982, p. 10.

94 Ibid., op. cit., loc. cit.

95 CAOM 1 Mi 70(19).

96 G.Marçais, p. 426.

97 R.Le Tourneau, p. 11.

98 CAOM 1 Mi 70(16), p. 11.

99 La « Nouvelle Rahba » est mentionnée déjà sur la carte d’Alger de 1575 à l’endroit qui était le sien jusqu’à la fin de l’époque ottomane, sous le numéro 38, « al-rabba ». Cf. aussi F. Cresti, 1982, p. 10.

100 Venture de Paradis, p. 247 ; P. Boyer, 1963, p. 68.

101 CAOM 1 Mi 61 (45).

102 CAOM 1 Mi 70, n° 16, p. 12.

103 CAOM 1 Mi 66 (2), s.d.

104 CAOM 1 Mi 61 (45), CAOM 1 Mi 61 (45). Cf. aussi A. Devoulx, « Édifices », chap. LXII.

105 CAOM 1 Mi 68 (50), p. 17. Cf. aussi, A.Devoulx, « Édifices », loc. cit.

106 CAOM 1 Mi 61 (45), Hawmat al-Balânsa, 10. Sur `Alî Bitchnîn, cf. A.Devoulx, « Édifices », chap. XIII.

107 CAOM 1 Mi 69 (s.n.).

108 D.de Haëdo, 1871, p. 53.

109 F.Cresti, 1982, p. 8 ; A.Raymond (1985, p. 234) semble croire que le Badistân fut édifié avant 1583.

110 G.Delphin, p. 189.

111 A.Raymond, 1985, pp. 236, 251.

112 A.Abdesselem, p. 50. Cf. aussi A.Raymond, 1985, p. 242.

113 CAOM 1 Mi 68 (50), pp. 7, 13.

114 CAOM 1 Mi 64 n° 8 ; 1 Mi 68 (50), pp. 7, 13 ; (50) p. 14.

115 CAOM 1 Mi 64 n° 8 ; 1 Mi 69 (s.n.).

116 CAOM 1 Mi 70 (19) ; i Mi 70 (20).

117 A.Raymond, 1985, p. 242.

118 H.Touati, p. 271.

119 M.Rozet, pp. 66-67.

120 CAOM 1 Mi 70, n° 44.

121 CAOM 1 Mi 70, n° 44 ; cf. aussi A.Devoulx, « Édifices », chap. LII.

122 Pour une liste des marchés d’Alger, cf. annexe I.

123 A.Raymond, 1985, p. 237, ne décompte que quarante marchés dont une quinzaine au centre d’Alger.

124 Cf. par exemple, D.Haëdo, 1870, p. 421.

125 Venture de Paradis, pp. 138-139. La porte de Bâb al-Bahr était la porte d’entrée des pêcheurs, ce qui lui valut le nom de « la porte de la Pescaderie ». L.de Tassy, p. 102 ; J. A.Peyssonnel, p. 248.

126 Les Européens la connaissaient sous le nom de porte de la Marine, et après la prise d’Alger elle fut connue sous le nom de la porte de France ; M.Rozet, p. 119.

127 L.Meslem, « Tarkîb », p. 26.

128 A.Raymond, 1985, p. 242.

129 H.Touati, p. 272 ; cf. aussi, A.Raymond, 1985, p. 229.

130 M. Hoexter, 1983, p. 22 ; cf. annexe I, numéro 26. Pour une division très poussée au sein même du groupe de portefaix biskris, dont l’expression est topographique, cf. H. Touati, p. 279.

131 A.Raymond, 1985, p. 242.

132 Venture de Paradis, p. 119 ; H.Touati, pp. 277-280, 284 ; M.Hoexter, 1979, pp. 6-17.

133 Les personnes qui travaillaient au marché des Kabyles formaient une corporation spécifique appelée Jamâ’at Sûq al-Qabâîl. Vol. 1, p. 18.

134 La liste des marchés, annexe I.

135 CAOM 1 Mi 70(16).

136 A.Raymond, 1985, p. 232.

137 Cf. R.Brunschvig, 1961, pp. 41-60 ; H.Touati, pp. 283-285.

138 R.Brunschvig, op. cit., p. 46.

139 Ibid., op. cit., loc. cit. ; H.Touati, p. 284.

140 R.Brunschvig, op. cit., p. 50 ; H.Touati, p. 283.

141 OREF-GAM, p. 80.

142 P.Eudel, p. 79. Sur la qaisariyya et sur les origines du mot, cf. A.Raymond, 1973, pp. 252-253. Cf. aussi CAOM 1 Mi 70, n° 20 (66), une waqfiyya datant de AH 1089/1678-9 qui mentionne la porte ouest de la qaisariyya.

143 M. Rozet, p. 66.

144 Idem. p. 122.

145 Idem, p. 66.

146 Pour la répartition des caravansérails, cf. annexe II.

147 A.Devoulx, « Édifices », chap. XXXIII. Vol. 2, p. 100.

148 A.Raymond, 1985, pp. 251-252.

149 L.de Tassy, p. 105. Cf. aussi J. A.Peyssonnel, pp. 251-252.

150 Cf. par exemple la description de « wekâleh » in E. W.Lane, p. 316. Cf. aussi A.Raymond, 1973, pp. 256-257, idem, 1985, pp. 248-259, A.Marcus, p. 284.

151 M.Rozet, pp. 63-64.

152 Ibid., op. cit., pp. 66-67.

153 A.Raymond, 1985, pp. 268-269.

154 M.Rozet, pp. 66-67. Nous avons l’impression que Rozet a négligé la description du premier étage, non seulement parce qu’il passe de la description du rez-de-chaussée (qu’il n’appelle pas ainsi) au deuxième étage, comme nous l’avons vu dans sa description, mais aussi à cause d’un dessin de cet établissement, effectué en 1836 par Duvaux (OREF-GAM, p. 48, et numéro 74 dans le catalogue), qui montre clairement trois niveaux différents.

155 Ibid., op. cit., p. 63.

156 CAOM I Mi 14 z 28, n° 180 ; A.Devoulx, « Édifices », chap. XXXI. (Devoulx compte deux fois l’étage supérieur, mais à la seconde fois il faut lire « inférieur ».)

157 CAOM 1 Mi 5, pp. 185-192.

158 D.Haëdo, 1871, p. 393.

159 M.Rozet, p. 62. Cf. CAOM 1 Mi 70, n° 20, p. 9. Cf. aussi P.Eudel, p. 70.

160 P.Eudel, p. 70.

161 L.Meslem, « Tarkîb », p. 26.

162 L. d’Arvieux, p. 225.

163 L.de Tassy, p. 149.

164 A.Raymond, 1985, p. 241.

165 Registre vol. 1, pp. 10, 106.

166 Idem, pp. 115, 106.

167 Vol. 2, p. 99.

168 Idem, p. 38.

169 Idem, p. 91. Au sujet des boutiques de barbier, cf. M.Rozet, p. 62.

170 Vol. 4, pp. 41, 82.

171 Vol. 2, pp. 133, 90.

172 A.Devoulx, « Notes », p. 471.

173 CAOM 1 Mi 70, n° 24.

174 D.Haëdo, 1871, p. 56 ; R.Lespès, p. 162.

175 « Ministère de la Guerre », p. 271.

176 E.Wirth, p. 197 ; A.Raymond, 1985, pp. 169, 232-233.

177 R.Le Tourneau, p. 11.

178 Cf. au sujet de cette mosquée : Venture de Paradis, p. 254 ; A.Temimi, « Grande Mosquée », pp. 155-160 ; A.Devoulx, « Édifices », p. 223.

179 M.Hoexter, 1984, p. 261.

180 Venture de Paradis, pp. 113, 254 (qui l’appelle medglis el-cherîf) ; A. Devoulx, « Tachrifat », p. 77 ; Idem « Édifices », pp. 226-227, qui en parle en termes de « tribunal supérieur » ; M.Hoexter, 1984, pp. 260-262 ; A. Saidouni, 1990, pp. 177-178.

181 M.Hoexter, 1984, p. 260. Sur le majlis tunisien, cf. R.Brunschvig, 1965.

182 A.Devoulx, « Édifices », p. 381. A. Temimi, « Grande Mosquée », p. 159.

183 Cf. par exemple la waqfiyya de ` Abdî Pacha (CAOM 1 Mi 14 z 28, n° 180) où le terme dans le texte arabe est mudarris, et sa traduction par « professeur » chez A. Devoulx (« Édifices », p. 455). Sur le mudarris et sur son enregistrement sur la liste de paie, cf. B.Johansen, 1982, p. 25.

184 A. Devoulx, « Édifices », p. 49.

185 Au sujet du subul al-khayrât, cf. C.Mangay, pp. 4-5 ; « Ministère de la Guerre », p. 223 ; A.Devoulx, « Notes », pp. 389-391 ; B. Johansen, 1982, p. 23.

186 A. Devoulx, « Édifices », p. 449.

187 D. de Haëdo, 1871, p. 383.

188 CAOM 1 Mi 70 (20), n° 51 ; A. Devoulx, « Édifices », p. 454.

189 CAOM 1 Mi 58 z 147 (18), cf. aussi : A. Devoulx, « Édifices », p. 40.

190 CAOM 1 Mi 60 z 161, p. 35.

191 A.Raymond, 1981, p. 73.

192 D. de Haëdo, 1871, pp. 382-383.

193 A. Devoulx, « Édifices », p. 372.

194 C. Mangay, pp. 2-7.

195 CAOM 1 Mi 30 z 60, 1 Mi 66, n° 2. On peut ajouter les nombres de 92 mosquées malékites et 14 mosquées hanéfïtes, donnés par le « Ministère de la Guerre », p. 223.

196 A. Devoulx, « Édifices », p. 375.

197 J.-F.Aumerat, 1897, p. 178 ; G.Marçais, p. 426 ; P.Boyer, 1963, p. 74.

198 Cf. G. Marçais, loc. cit., supra.

199 Ibid., loc. cit. ; J.-F. Aumerat, 1898, p. 178.

200 A.Devoulx, « Édifices », RA, t. 6-14.

201 C.Mangay, 1836, pp. 4-5.

202 G. Marçais (1954, p. 426) mentionne l’an AH 490/1096 comme la date de la construction de cette mosquée.

203 Cf. aussi B.Johansen, 1982, p. 24.

204 D’après D. Haëdo, 1871, p. 383, cette mosquée fut construite en 1579. A.Devoulx, qui identifie cette mosquée avec celle dite al-Masjid al-Qadîm, donne comme date la 1re mention qu’il a trouvée de AH 978/1570-71, mais la construction remonterait selon lui à l’époque pré-ottomane. Cf. aussi CAOM 1 Mi 70 (19).

205 Cf. aussi B.Johansen, 1982, loc. cit., supra.

206 Cf. aussi A. Devoulx, « Notes », p. 390 ; B.Johansen, 1982, p. 24 ; N.Saidouni, 1984, p. 184. Noter que Mangay semble confondre la mosquée de Kajâwa, qu’il considère comme une mosquée malékite, dont l’adresse est au 1 de la rue Boutin, avec la mosquée qu’il appelle « Ahsan Bacha » au 100 de la rue du Divan. Il n’est pas difficile de rectifier cette erreur.

207 Cf. aussi A.Devoulx, « Notes », p. 390 ; B. Johansen, 1982, p. 24.

208 Cf. aussi A.Devoulx, « Notes », loc. cit. ; B.Johansen, 1982, loc. cit. ; N. Saidouni, 1984, loc. cit., supra.

209 Cette mosquée fut dirigée par l’administration du waqf des deux villes saintes (La Mecque et Médine). Cf. C. Mangay, p. 4 ; A.Devoulx, « Édifices », p. 31.

210 Cf. aussi : A.Devoulx, « Notes », p. 390 ; B.Johansen, 1982, loc. cit. ; N.Saidouni, 1984, loc. cit.

211 Mangay est le seul à attribuer cette mosquée au rite hanéfite. A.Devoulx donne comme date de construction 1751-1752, ce qui est impossible, puisque le dey qui l’a construite, `Alî Pacha, régnait entre 1754 et 1766. D’ailleurs, Devoulx cite une inscription qui date la construction en AH 1172/1758-1759.

212 Mentionnée comme hanéfite chez A.Devoulx, « Notes », p. 390 ; B. Johansen, 1982, loc. cit. ; N. Saidouni, 1984, loc. cit.

213 G.Marçais, p. 426 ; cf. D.Haëdo, 1871, pp. 383-384, qui parle d’au moins sept mosquées qui existaient encore en 1830.

214 CAOM 1 Mi 61 (45).

215 A. Devoulx, « Édifices », p. 30.

216 Ibid., op. cit., p. 107.

217 Ibid., « Notes », p. 174 ; CAOM, 1 Mi 70 (19), awqâf sîdî Ramdân. Hawmat al-Qasba, n° 1 (acte de 1600-1601).

218 A. Devoulx, « Édifices », p. 186.

219 Sur la hiérarchie des mosquées chez les Hanéfïtes, à l’époque ottomane, cf. B.Johansen, 1981, pp. 150-152.

220 A.Devoulx, « Édifices », p. 452.

221 Numéro 20 ou 34 sur le plan.

222 CAOM 1 Mi 70 (20), n° 44, trente-neuf entrées. Cf. aussi : A.Devoulx, « Édifices », pp. 411-413.

223 Pour une courte description de cette mosquée, cf. G.Marçais, pp. 428-431.

Table des illustrations

Titre Tableau XXIV : Les mosquées à khutba d’Alger
Légende Note 202202.Note 203203.Note 204204.Note 205205.Note 206206.Note 207207.Note 208208.Note 209209.Note 210210.Note 211211.Note 212212.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3693/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 470k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search