Version classiqueVersion mobile

La ville d’Alger vers la fin du XVIIIe siècle

 | 
Tal Shuval

Deuxième partie. La structure de la ville d'Alger

Introduction à la deuxième partie

Texte intégral

  • 1 J. A.Peyssonnel, p. 247 ; cf. L.de Tassy, p. 99.
  • 2 M. Rozet, pp. 13-14.
  • 3 F. Cresti, 1982, p. 18 n° 35. L.de Tassy, p. 99 ; J. A.Peyssonnel, p. 247 ; R. P.Fau, p. 250 ; La (...)

1La ville d’Alger et sa situation ont toujours excité l’imagination des voyageurs. « Cette ville forme un amphithéâtre fort joli à la vue, et représente, quand on la regarde du côté de la mer, la voile d’un hunier de vaisseau », note J. A. Peyssonnel1. Pour d’autres sa forme ressemble davantage à un triangle2. Coincée entre la montagne de Bouzaréa (407 mètres) et la mer, la ville, dont les maisons couronnées de terrasses étaient disposées en escalier, offrait l’aspect d’un amphithéâtre, image qui est même devenue bientôt un stéréotype3.

  • 4 G. Marçais, 1940 (les pages ne sont pas numérotées) ; cf. aussi, Lespès, p. 44 ; R.Ilbert, 1982, p (...)

2Le fait qu’Alger s’était implantée sur un terrain très irrégulier – d’un côté al-Jabal (la montagne), qui est la partie qui dévale vers la mer – de l’autre la partie dite al-Watâ’ (la plaine), à proximité de la mer, avait eu des répercussions sur le développement de la ville. La cote qui marque à peu de choses près la ligne de démarcation entre al-Jabal et al-Watâ’ est celle de 17 mètres, sur laquelle est tracée la rue principale qui traverse la ville entre Bâb al-Wâd et Bâb `Azzûn. La ville basse se trouve donc à l’est de cette ligne, et la ville haute à l’ouest4.

  • 5 R.Lespès, pp. 179-180.
  • 6 M.Emerit, 1952, p. 11.
  • 7 V. Y.Boutin, p. 33.

3Ces deux zones présentent des caractères très différents, qui se manifestent non seulement dans la topographie (voir plan I), mais également et dans une certaine mesure sur le plan historique : il est vraisemblable que l’agglomération berbère s’était développée principalement sur la ville haute, alors que l’implantation des Ottomans s’était faite essentiellement dans la ville basse. La population indigène, notamment les baldi, habitait dans toute la ville, alors que les membres de la milice préféraient habiter la ville basse, où se trouvaient d’ailleurs leurs casernes5. Dans la ville basse se trouvait le quartier des ra’îs, situé près de la porte dite Bâb al-Jazîra. « La Plaine » était plus ou moins ouverte à des personnes normalement exclues des autres parties de la ville : elle comprenait les quartiers juifs, sur le côté ouest de la rue Bâb `Azzûn, notamment dans la rue dite Sab` Luwiyât (E/7) où se trouvait une synagogue, ainsi que du côté de la porte Bâb al-Wâd (I/5)6. Les quelques Européens libres qui se trouvaient à Alger habitaient normalement dans des maisons situées dans la ville basse, dans le quartier des ra’îs. « Toute la partie supérieure, c’est-à-dire les deux tiers de la ville sont interdits aux Européens ; c’est une espèce de merveille que de passer par la Porte Neuve », écrit dans son rapport le chef de bataillon Boutin7. La partie basse de la ville comptait aussi les quartiers commerçants et artisanaux, notamment le long de la rue Bâb `Azzûn et autour du point de rencontre de cette rue avec celle de Bâb al-Wâd et de celle qui menait vers la porte maritime de Bâb al-Jazîra (F/7).

  • 8 E. Pasquali, p. 32. Cf. A.Raymond, 1985, p. 172.

4L’opposition des deux parties de la ville s’exprimait aussi dans le tracé des rues. « Nous constatons, écrit E. Pasquali, deux natures distinctes de voies : dans le bas, le tracé en échiquier des Romains. [...] L’ensemble présente une série de rues parallèles (rues des Trois Couleurs, Duquesne, de la Charte, d’Orléans, des Consuls) auxquelles viennent se raccorder une série de rues perpendiculaires (Doria, Navarins, des Lotophages, Bruyès, Bélisaire, Eginaïs, de la Licorne, de la Marine). » Cette description couvre la partie de la ville qui se trouve entre la rue Bâb al-Wâd et la rue dite Tarîq al-Bahar (rue de la Mer) qui menait vers Bâb al-Jazîra. Dans la partie qui s’étend à l’ouest de la ligne formée par les rues Bâb al-Wâd et Bâb `Azzûn, qui est la ville haute, le tracé des voies est complètement différent : « Ce réseau, chaotique, désordonné, sillonne apparemment la colline en tous sens8. »

  • 9 E.Pasquali, loc. cit. Cf. aussi, R.Lespès, pp. 101-102, 160.
  • 10 R.Le Tourneau, p. 11. Cf. aussi, H.-D.de Grammont, 1887, p. 42 ; A.Raymond, 1981, p. 79.
  • 11 Cf. J.-C.David, 1982, p. 14.
  • 12 Sur le problème de la régularité des rues, et son importance dans le débat actuel sur « la ville i (...)

5La régularité des rues dans la ville basse a suggéré aux chercheurs qu’il s’agissait d’un tracé qui constituait « à n’en pas douter, une disposition qui, déformée, certes, est l’ancienne ordonnance urbaine de l’Icosium des Romains9 ». Il semble néanmoins qu’il n’en était rien. L’existence dans le passé d’une ville ancienne et la voirie régulière de la ville basse ne sont pas liées. Selon R. Le Tourneau l’ancienne Icosium n’a eu aucune influence sur la structure d’Alger10. Il est à peu près sûr que pendant la période du ve siècle (disparition de ce qu’était Icosium) au xe siècle (renaissance de la ville berbère) la ville a pratiquement disparu. Cela semble un laps de temps suffisamment long pour éliminer l’ancien tracé, qui ne pouvait par conséquent influencer le nouveau11. D’ailleurs, un réseau régulier de voies, qui aurait pu, effectivement, être l’héritage antique d’une ville arabe succédant à une ville hellénistique ou romaine, se retrouve aussi dans de nombreuses villes de création arabe12.

Notes

1 J. A.Peyssonnel, p. 247 ; cf. L.de Tassy, p. 99.

2 M. Rozet, pp. 13-14.

3 F. Cresti, 1982, p. 18 n° 35. L.de Tassy, p. 99 ; J. A.Peyssonnel, p. 247 ; R. P.Fau, p. 250 ; La Condamine, pp. 378-379 ; Venture de Paradis, p. 109 ; M.Rozet, pp. 13-14.

4 G. Marçais, 1940 (les pages ne sont pas numérotées) ; cf. aussi, Lespès, p. 44 ; R.Ilbert, 1982, p. 13 ; E.Pasquali, p. 32. Dans notre tentative pour délimiter la partie basse de la ville de la partie haute, nous avons pris en considération aussi bien les données géographiques que les informations concernant l’emplacement des centres économique, administratif et religieux. La ligne de démarcation que nous avons fixée entre ces deux parties de la ville suit à peu près la cote de vingt-cinq mètres.

5 R.Lespès, pp. 179-180.

6 M.Emerit, 1952, p. 11.

7 V. Y.Boutin, p. 33.

8 E. Pasquali, p. 32. Cf. A.Raymond, 1985, p. 172.

9 E.Pasquali, loc. cit. Cf. aussi, R.Lespès, pp. 101-102, 160.

10 R.Le Tourneau, p. 11. Cf. aussi, H.-D.de Grammont, 1887, p. 42 ; A.Raymond, 1981, p. 79.

11 Cf. J.-C.David, 1982, p. 14.

12 Sur le problème de la régularité des rues, et son importance dans le débat actuel sur « la ville islamique », cf. A. Raymond, « Islamic City », notamment pp. 6-8.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search