Version classiqueVersion mobile

La ville d’Alger vers la fin du XVIIIe siècle

 | 
Tal Shuval

Première partie. La population : composantes, activités et habitat

Chapitre III. Les re`ÂyÂ

Texte intégral

Les ulémas

  • 1 A.Raymond, 1985, p. 81. Nous suivons l’auteur qui propose de rassembler sous l’appellation de `ula (...)
  • 2 B.Johansen (1982, p. 24) compte 370 « serviteurs des mosquées », nombre auquel il faut ajouter les (...)
  • 3 P.Boyer, 1963, p. 200 ; cf. aussi, F.Khiari, 1989, pp. 256-257.
  • 4 B.Johansen, 1982, p. 26.

1La division fondamentale à l’intérieur de la société dans l’Empire ottoman était identique à celle qui existait entre les askeri (le mot comprend toute la couche des gouvernants) et les re(les sujets). Nous avons déjà traité de la première partie, celle de la caste dominante. Avant d’entamer l’analyse du groupe des sujets, il faut traiter un groupe qui se trouve en quelque sorte entre les gouvernants et les gouvernés, qui est celui des gens de religion, les ulémas. Issus de la population indigène pour la plupart, les ulémas ne constituaient pas un groupe social cohérent, mais plutôt « un “ordre”, dans lequel toutes les variétés du niveau socio-économique étaient représentées1 ». Ce groupe, qui comptait environ cinq cents personnes à Alger2, était assez ouvert, et l’appartenance à ses rangs pouvait signifier aussi le début d’une ascension dans la hiérarchie sociale3. Baber Johansen affirme, par exemple, que malgré une tendance assez remarquable à garder les postes des employés de mosquées au sein de quelques familles, il y avait « un afflux de nouvelles familles et de nouveaux noms qui apparaissent constamment sur la liste (des « serviteurs des mosquées »)4 ». Cela peut signifier la réussite de l’ascension sociale d’individus qui entraînait celle de leur famille, grâce à l’appartenance au groupe des ulémas.

  • 5 A.Devoulx, « Édifices », p. 380.
  • 6 G.-H.Bousquet, 1954, p. 176.
  • 7 Registre vol. 2, p. 211.

2Pour illustrer cette ascension en termes financiers, on peut comparer les 13 inventaires après décès des tullâb (étudiants), qui sont des gens de religion novices avec deux inventaires des ulémas « installés » que contiennent les registres. Les inventaires des étudiants datent tous de la période 1786-1803. Alors que la fortune moyenne des hommes civils à cette période s’élève à 652 riyâl, celle des étudiants n’est que de 63 riyâl. Les étudiants sont décrits comme un élément peu stable de la population, que l’on distingue à peine des vagabonds5. Une partie au moins des étudiants d’Alger gagnaient leur vie en écrivant et en vendant amulettes et talismans6. Les treize étudiants étaient célibataires ; pour huit d’entre eux dont l’inventaire mentionne le type de logement, cinq résidaient dans des zâwiya. Le plus riche de ce groupe, un dénommé Madûnî, mort dans le mois de ramadân AH 1202/juin-juillet 1788, seul résident d’une maison, laissait une succession d’une valeur de 255 riyâl seulement (moins de la moitié de la fortune moyenne des hommes civils à l’époque)7. Manifestement, le début d’une carrière de `alîm n’était pas facile.

  • 8 Idem, p. 119.

3Or, pour ceux qui réussissaient, les perspectives étaient très différentes. Sî Muhammad `Iwân al-sharîf, qâdî al-hanafiyya d’Alger, mort au mois de muharram AH 1203/octobre 1788, bénéficiait d’une situation économique qui semble correspondre à l’importance de son poste : la valeur de sa succession s’élevait à 2 179 riyâl (trois fois plus que la fortune moyenne des civils à l’époque qui se montait à 652 riyâl)8, ce qui le faisait figurer parmi le groupe le plus riche à l’époque. Avec cette succession, ce qâdî faisait partie des 5 % des 1 395 civils dont les inventaires furent enregistrés entre 1786-1803, et dont la valeur de succession dépasse les 2 000 riyâl.

  • 9 Vol. 1, pp. 117-120.
  • 10 Ibn Hamadouch, p. 242, n. 682.

4Le montant de la succession du faqîh al-Sayyid Muhammad al-Sa`adî b. Muhammad al-Tuwâtî, mort au début du mois de rajab AH 1112/décembre 1700, est dix fois supérieur à la fortune moyenne des civils à son époque (27 363 à comparer avec 2 742 saîma)9. Ce faqîh était membre de la famille al-Sa`adî, une des anciennes familles d’Alger10. L’ancienneté de la famille, ainsi que la carrière qui aboutissait à une des plus hautes positions des ulémas, rendent compte de la richesse du Sayyid Muhammad.

  • 11 P. Boyer, 1963, p. 73.
  • 12 G. Delphin, p. 186 ; A. C.Hess, 1978, p. 170 ; pour A. Lutfi Al-Sayyid Marsot, p. 131, les ulémas (...)
  • 13 Hérault, pp. 67-68 ; P.Boyer, 1963, pp. 78-79.
  • 14 P.Boyer, 1963, pp. 27, 79 ; Tachrifat, p. 47. Noter que dans cette source qui cite 18 et 17 marabo (...)

5Les relations des gouverneurs et des ulémas étaient très complexes car les autorités ottomanes, qui avaient besoin de la légitimation des ulémas pour mieux se faire accepter par la population, ne pouvaient pas supporter la présence d’une autre autorité à côté de la leur. Or, grâce à leur situation dans la société, les ulémas exerçaient une influence considérable sur le « petit peuple11 », auquel ils servaient, en usant d’une terminologie contemporaine, de « moyen d’expression ». Il était bien dangereux pour le pouvoir de s’aliéner leurs sympathies12. Pour mieux contrôler ceux qui faisaient partie du « noyau dur » des ulémas, c’est-à-dire les gens de religion stricto sensu, le Divan nommait et révoquait les deux muftî ainsi que les imâm des principales mosquées (hanéfites et malékites). Depuis le début du xviiie siècle, c’était le dey qui s’en occupait13. Aussi, les gouverneurs ottomans employèrent deux méthodes différentes dans leurs relations avec les ulémas : au début de l’époque turque, ils les intégrèrent dans l’administration de la ville, ensuite ils ajoutèrent des avantages financiers à leurs postes ; ainsi une partie des impôts perçus sur les juifs est attribuée aux ulémas ; une partie des profits de la course maritime était touchée par les marabouts14.

  • 15 A.Devoulx, « Édifices », ch. XLVI, III, p. 387. Il s’agit d’une chronique dite « du fils du mufti  (...)
  • 16 Ibid., op. cit., ch. XXXVI, II, pp. 292-294.
  • 17 Ibid., op. cit., ch. XXXVI, II, pp. 290-291, 376-377, 388-389.

6À côté de la méthode « douce », consistant en l’achat de la bonne volonté des ulémas, les gouverneurs n’hésitèrent pas à employer d’autres moyens pour se faire respecter. Le simple fait pour un « servant » de se rendre populaire semblait dangereux aux gouverneurs. Ce fut le cas pour Karabach Effendi, qui a été le mufti hanéfite et le premier khatîb (prêcheur) de la mosquée al-Jadîd au début des années 1660. « Il devint le chef d’un parti considérable, remarque le chroniqueur, et c’est là un fait que détestent les gouvernements ; il fut donc exilé15. » Si avoir trop d’influence entraînait l’exil, le fait d’être mêlé activement à la politique pouvait coûter la vie au coupable : ce fut le cas du mufti malékite, Sîdî Ahmad b. al-Hâjj Ibrâhîm, exécuté par ceux qu’il avait essayé d’empêcher de prendre le pouvoir (Mehmed Bektach Dey et ses complices), en dhûl-hijja AH 1118/mars-avril 170716. Toutefois, l’exil ou la peine capitale n’étaient que très rarement employés. En principe, comme le montre à plusieurs reprises la chronique du fils du mufti, la destitution était la sanction qui répondait aux divers « délits ». Ce fut le cas du muftî malékite Sîdî Muhammad b. Sîdî Sa`îd, momentanément révoqué en 1670 à la suite d’une accusation « d’actions honteuses et de manque de dignité » ; son frère Sîdî Ahmad, qui l’avait remplacé, après sa mort, fut destitué en 1706 « à cause d’une question de droit pour laquelle il différait d’opinion avec le mufti hanafi ». Ce dernier fut remplacé par son neveu, le Sayyid `Abd al-Rahman al-Murtada, lui aussi destitué en 1710. Le père du chroniqueur fut révoqué en 1706, et son remplaçant, al-Hâjj Muhammad al-Niyar fut révoqué à son tour cinq ans plus tard. Une querelle des ulémas, entre le mufti hanéfite et le mufti malékite, se termina par leur destitution en 181117. Toutes ces destitutions et révocations des ulémas ne sont pas les seules, la chronique en cite d’autres exemples.

  • 18 Inventaire vol. 2, pp. 119, 66.
  • 19 A. Devoulx, « Édifices », ch. XXXVI, p. 372. Il nous semble que l’impossibilité de faire circoncir (...)
  • 20 A. Devoulx, op. cit., loc. cit., p. 371. Cf. aussi, sur les différents niveaux de richesse des ulé (...)

7Le nombre réduit d’inventaires concernant les gens de religion ne nous permet pas d’approfondir l’analyse de ce groupe. Les conclusions que l’on peut tirer d’un aussi petit nombre (39, si l’on inclut les 13 darwîsh) semblent néanmoins confirmer que les ulémas se trouvaient dans toutes les couches de la population et que, même lorsqu’il s’agissait de postes identiques, leur situation économique était très différente : seize mois avant la mort de Sî Muhammad Twân al-sharîf, qâdî al-hanafiyya qui avait laissé une succession d’une valeur de 2 179 riyâl, c’était un autre qâdî, Kûlî Osmân al-turkî, qui avait trouvé la mort en ce terrible mois de mai 1787 (sha`bân AH 1201) où la peste faisait rage à Alger. La valeur de sa succession ne s’élevait qu’à 129 riyâl, (6 % de celle de Sî Muhammad)18. Selon le chroniqueur, des écarts très importants concernant le niveau de richesse pouvaient exister au sein d’une même famille d’ulémas. Ainsi, le muftî malékite, qui était aussi le khatîb de la Grande Mosquée (comme l’étaient tous les muftî malékites), Sîdî Ammar (1723-1731), avait dit un jour : « Par dieu ! je ne possède que la chemise qui est sur moi, et mes deux enfants sont nus et sans souliers, je voudrais les faire circoncire, mais je n’ai pas de quoi leur donner des vêtements afin qu’ils puissent changer d’habillement le jour de la circoncision !19 » Or, le khalîfa de ce muftî, son beau-frère, Sîdî Muhammad b. Sîdî Hûda, menait une vie de riche et « il lui arrivait, certaines nuits, de dépenser jusqu’à trente ou quarante rial pour traiter ses invités20 ». Les documents du bayt al-mâl corroborent ce témoignage.

La composition de la catégorie de re`âyâ

8Hormis quelques Européens libres, représentants des pays européens, qui n’étaient pas des sujets ottomans, le reste de la population était des re`âyâ. Ils constituaient la masse de la population de la ville, ayant en charge l’activité économique – la production et le commerce. Les sujets ne constituaient pas un seul groupe homogène. Ils étaient divisés selon leurs origines ethniques ou religieuses, leur situation au sein de la société différait. Le tableau ci-après montre la fortune moyenne de tous les groupes des re`âyâ à Alger entre 1786 et 1803, d’après les inventaires après décès :

Tableau XXIII : La répartition des civils selon les origines et la richesse (1786-1803)

Tableau XXIII : La répartition des civils selon les origines et la richesse (1786-1803)
  • 21 Dans la rubrique « autres citadins » sont regroupés les originaires des autres villes (algériennes (...)

Note 2121.

9Le groupe de militaires que nous avons étudié comptait à cette même époque 1 072 inventaires avec une fortune moyenne de 468 riyâl.

Les baldi

  • 22 Venture de Paradis, p. 109 et aussi p. 48. Cet auteur inclut donc dans ce terme le groupe dit des (...)
  • 23 P.Boyer, 1963, p. 148.

10La majeure partie de la population à Alger était composée des baldi, les Algérois de souche appelés « Maures » par un grand nombre de voyageurs et de chercheurs. Venture de Paradis, qui distingue entre les « Maures » et les « Arabes », considère comme « Maures » tous ceux qui ne sont ni « turcs » ni kuloghlu. Également exclus sont les juifs, les chrétiens et les esclaves22. Ils « forment une population fière de sa condition citadine, qui rejette tout lien avec les Arabes et les Berbères du bled », écrit P. Boyer, pour qui les « Maures » sont une véritable race, issue d’un brassage de population qui s’est effectué notamment à l’époque où la course était florissante et où « la débauche s’étalait au grand jour dans la ville »23.

11Nous considérons comme baldi les civils dans notre corpus dont l’inventaire ne porte aucune mention d’origine. Nous sommes conscient du danger de toute déduction « par défaut » de ce genre, mais il semble que, même en dehors d’Alger, il était d’usage de mentionner les origines seulement dans le cas des « étrangers », et non pas dans le cas des baldi. Le fait que, dans notre corpus qui compte 1 515 inventaires de civils, aucun ne porte la mention baldi, ou al-jazâ’irî, semble significatif et justifie notre choix.

  • 24 Venture de Paradis, p. 109 ; M.Rozet, p. 70.
  • 25 Pour la période 1699-1701 le pourcentage est de 77,5 % (93 baldi sur 120 civils) ; il est de 65 % (...)

12Dans diverses estimations de voyageurs, notamment celles remontant à la fin de l’époque ottomane, les « Maures » représentent entre 60 et 65 % de la population de la ville d’Alger : Venture de Paradis estime leur nombre à 32 000 sur un total de 50 000 ; M. Rozet estime qu’il y avait 18 000 « Maures et Kou-louglis » parmi les 30 000 habitants de la ville24. Sur un total de 1 515 inventaires après décès des civils, toutes périodes confondues, le nombre d’inventaires des baldi s’éleve à 993 (environ 66 %)25, ce qui parait confirmer cette évaluation.

  • 26 L.de Tassy, p. 44.
  • 27 Cf. Venture de Paradis, p. 165 ; P.Boyer, 1970, pp. 79-80.

13Ces « Algérois » étaient l’élément stable de la ville. Ils constituaient la base économique de la société, en raison de leurs activités commerçantes ou artisanales. Ils « font du commerce par mer et par terre. Ils exercent sous les ordres du dey d’Alger, des beys, ou aghas des places, les emplois pour ce qui regarde les gens de leur nation. Ils ont des métiers et sont les propriétaires des maisons et des biens de campagne, qu’ils acquièrent par leur argent. En un mot ce sont les bourgeois des villes de ce royaume26 ». Dans notre corpus les baldi forment un des deux groupes les plus riches : leur fortune moyenne, qui est de 702 riyâl dans la période 1786-1803, n’est inférieure qu’à celle des quinze kuloghlu, dont nous possédons l’inventaire, qui s’élève, quant à elle, à 1 642 riyâl. La richesse relative des baldi est due entre autres à ce qu’ils étaient l’élément le mieux adapté à la ville et au milieu urbain. L’éducation, reçue aussi bien à la maison qu’ailleurs, facilitait leur intégration au sein de la société. Leurs activités économiques leur avaient apporté une richesse relative, comme nous le verrons. Seule la combinaison d’au moins une partie au pouvoir du groupe dominant, avec les avantages de l’appartenance à une famille indigène, souvent parmi les plus influentes, avec son réseau de liens sociaux, aurait pu produire un groupe encore mieux adapté à la ville que les baldi, celui des kuloghlu : cela peut expliquer l’écart entre le niveau de leur richesse et celui de la richesse des Algérois de souche27.

Le problème des Andalous

  • 28 Sur les Andalous au xviiie siècle, cf. F.Khiari, 1993. Pour le début du xviiie siècle, cf. D. Brah (...)
  • 29 L.de Tassy, pp. 48-49, 51.
  • 30 F.Khiari, 1993, p. 120.

14Une des composantes les plus importantes de la population d’Alger, considérée comme l’élément urbain par excellence, était la communauté des Andalous28. Dans sa description de la population de la Régence, L. de Tassy compte les « mahométans qui ont été chassés des provinces d’Espagne » parmi les « Maures », « mais, remarque-t-il, la plupart de ceux-là restent dans les villes, où ils ont acquis du bien par leur industrie », ou encore : « On ne voit presque dans les villes que les Maures, qui ont été chassés d’Espagne. Ils s’y sont établis en faisant la cour aux puissances turques, se sont adonnés à des métiers et au commerce, ont pris les fermes des droits et des tailles, et ont fait la course et le trafic des esclaves29. » « Leur essor résumait à lui seul celui de la cité, s’il fallait se limiter à un groupe-étalon qui concentrerait en lui tous les paramètres de la dynamique urbaine », écrit dans un article récent F. Khiari30.

15L’intégration des Andalous dans la société indigène avait toutefois atteint son terme au xviiie siècle. Il semblerait qu’à l’époque où Venture effectuait son séjour à Alger, les Andalous ne soient plus comptés séparément, mais comme une partie intégrante du corps des baldi : Venture ne les mentionne pas séparément. Les inventaires après décès non plus ne mentionnent aucun « Andalou ». Pour retrouver des traces de cette communauté il faut chercher ailleurs, dans les actes de habus, où les Andalous, qui autrefois formaient une véritable communauté, jamâ`at al-andalus, figurent aussi bien parmi les fondateurs des waqf que parmi les bénéficiaires, notamment du waqf fuqarâ’ al-andalus (« des pauvres des Andalous »).

  • 31 CAOM 1 Mi 70. Sur un total de cinquante-trois actes, dans quarante-cinq actes la date de la fondat (...)
  • 32 Le registre CAOM 1 Mi 64 (8), publié par A.Temimi. Cf. A.Temimi, « Grande Mosquée », pp. 163-165.

16Un des registres des résumés des waqfiyyât est intitulé : hasab al-amâkin al-mawqûfa `ala fuqarâ’al-andalus (nombre d’endroits habus au profit de pauvres de la communauté des Andalous)31. Ce registre regroupe les actes habus concernant les pauvres de cette communauté qui ont été trouvés par l’administration française après l’occupation de la ville. Une courte analyse de ce registre peut expliquer, au moins partiellement, que les Andalous ne soient pas mentionnés comme tels dans les inventaires. Une comparaison est effectuée avec un autre document du même genre : un registre des résumés des actes de fondations pieuses au profit de la Grande Mosquée (al-Jâmi` al-A`zam) de la ville, qui bénéficiait du plus grand habus à Alger après celui des deux villes saintes, La Mecque et Médine. Ce registre avait été préparé lui aussi à l’attention de l’administration après la conquête32.

Tableau XXIV : Les fondations habus aux bénéfices de fuqarâ’ al andalus

Tableau XXIV : Les fondations habus aux bénéfices de fuqarâ’ al andalus
  • 33 CAOM 1 Mi 70, p. 41.
  • 34 CAOM 1 Mi 60 Z 161, p. 33. Cf. aussi, même source, pp. 18, 27 ; 1 Mi 70 n. 20, pp. 47-8.

17Les courbes dessinées par les nombres de fondations montrent clairement qu’alors que le waqf al-Jâmi` al-A`zam ne fait que s’accroître avec le temps, il n’en est pas de même pour le waqf jamâ`at al-andalus. Le xviie siècle, qui est d’ailleurs l’époque où cette communauté s’est accrue d’une manière spectaculaire, en raison de l’expulsion des musulmans de l’Espagne, marque l’apogée du nombre de fondations. Le début du xviiie siècle a vu encore la fondation de quelque six habus mais la date limite que nous avons trouvée est le début de l’an AH 1133/fin 172033. Passée cette date on ne trouve aucun établissement d’un nouveau habus pour les Andalous. Notons cependant que parmi les fondateurs d’autres habus on trouve des Andalous même après cette date : c’est le cas par exemple de `Alî b. al-Hâjj Ahmad b. `Umar al-Andalusi, qui avait fondé en habus pour les pauvres des deux villes saintes La Mecque et Médine la moitié d’une maison au mois de sha`bân AH 1168/mai-juin 175534.

  • 35 A.Devoulx, « Notes », p. 392.
  • 36 Cité par D. Brahimi, 1970, p. 50.
  • 37 F.Khiari, 1993, p. 132.

18Si nous considérons la fondation de habus en faveur des pauvres de la communauté andalouse comme un acte de solidarité, notamment de la part des membres les plus riches de cette communauté en faveur de leurs frères moins fortunés qu’eux35, nous constatons que cette solidarité, liée à l’identité andalouse, semble beaucoup moins importante pendant le xviiie siècle. Ce constat, ainsi que la disparition de la mention « Andalus » des actes de habus après la première moitié du xviiie siècle, font penser que l’identité andalouse avait perdu beaucoup de sa vigueur vers la fin du xviiie siècle, et que les membres de cette communauté ne se distinguent plus du reste de la population de la ville. Cette impression est encore renforcée par la remarque de l’abbé Raynal qui déplore en 1788 que « les quatre ou cinq cent mille Arabes proscrits en 1610 par l’Espagne » ne sont pas tous venus à Alger, ce qui aurait pu éviter, selon lui, le dépeuplement, la pauvreté et la barbarie d’Alger36. En conclusion, si l’établissement de la fondation pieuse au profit des pauvres de la communauté des Andalous « souligne le statut d’étranger » de cette communauté, comme l’écrit F. Khiari37, la quasi-disparition de nouveaux établissements de ce genre à partir du début du xviiie siècle peut signifier l’intégration de cette communauté, probablement au prix d’une perte au moins partielle de son identité. Cette hypothèse est confirmée par l’absence de mention d’individus d’origine andalouse dans les inventaires après décès. On doit donc supposer que même si des personnes d’origine andalouse avaient gardé la mémoire de leur origine, la communauté en tant que telle l’avait perdue. À la fin du xviiie siècle les Andalous étaient donc apparemment intégrés à la population baldi.

Les barrânî

  • 38 M.Hoexter, 1979, p. 4.

19Le mot barrânî (étranger) qui indique qu’une personne ou un groupe est étranger, remarque M. Hoexter, est devenu à Alger un terme administratif qui désigne les gens qui séjournent dans la ville sans être citadins. Il s’agit de plusieurs groupes de gens originaires de différentes régions, certaines très éloignées d’Alger. Les membres de ces groupes gardaient leurs particularités et ne s’intégraient pas à la population citadine38.

  • 39 P.Boyer, 1963, p. 165.
  • 40 H.Touati, p. 278.
  • 41 Ibid., op. cit., p. 279.
  • 42 L.de Tassy, pp. 93, 149 ; Venture de Paradis, pp. 109, 118-119.
  • 43 M.Hoexter, 1983, p. 19 ; cf. H. Touati, p. 277 : « Quatre parmi elles (c’est-à-dire parmi les jamâ (...)

20Si les baldi sont généralement décrits comme une « bourgeoisie », les barrânî, et notamment les Biskris sont souvent qualifiés de « prolétariat » d’Alger39. Les barrânî étaient en général des petits commerçants, ouvriers et manœuvres, hommes de peine, jardiniers, mais aussi boulangers, maîtres de bains publics, etc. Ils étaient intégrés dans le tissu urbain par un système de corporations (jamâ`a) qui fonctionnait à la fois en tant que corporation de métiers et comme encadrement communautaire. Chacune de ces jamâ`a, dirigée par un amîn nommé, semble-t-il, par le dey, avait un ou plusieurs domaines professionnels qui lui étaient propres40. Ce système, à la fois administratif et social, servait à mieux contrôler cette masse humaine sans racines véritables à l’intérieur de la ville, mais il fonctionnait aussi « comme une authentique structure de sociabilité solidaire de ses membres et capable de leur fournir une multitude de services (emploi, logement, aide matérielle)41 ». Les voyageurs mentionnent comme corporations de barrânî, celles des Biskris, des Mozabites, des Djidjellis, ainsi que celle des Kabyles en général42. M. Hoexter compte les groupes suivants : les originaires de la région du Mzâb, de Biskra, de Djidjelli, d’al-Aghwât, et de la tribu des Mzîta. Elle inclut aussi parmi les barrânî les Nègres, parmi lesquels ceux qui étaient libres s’étaient organisés eux aussi en corporation comme tous les « étrangers43 ».

21Nos inventaires ne font état que d’une partie de ces groupes, au total 86 individus (sans compter les Nègres). Leur dénominateur commun est le bas niveau de la fortune moyenne : elle ne s’élève qu’à 191 riyâl à comparer avec 545 riyâl pour l’ensemble des civils dans la période 1786-1803. Les différents groupes de barrânî mentionnés dans notre corpus pour les années 1786-1803 sont les suivants :

Tableau XXV : Les composants du groupe des barrânî

Tableau XXV : Les composants du groupe des barrânî
  • 44 Venture de Paradis, p. 119. Cf., au sujet de cette corporation, M.Hoexter, 1979, pp. 7-8, et, au s (...)
  • 45 P.Boyer, 1963, p. 165.

22La première chose que révèle, par défaut, ce tableau est l’absence des Mozabites dans notre échantillon. Il y avait pourtant, sans aucun doute, une corporation de Mozabites à Alger, qui bénéficiait de « plus de privilèges que les Maures » selon Venture44. Cette corporation, une des plus nombreuses selon M. Hoexter qui estime à quelques centaines le nombre de Mozabites à Alger, n’est représentée par aucun inventaire. Ce groupe de musulmans ibâdites se distinguait sur le plan religieux de reste des musulmans sunnites d’Alger, aussi bien les hanéfites que les malékites, qui les tenaient pour hérétiques45. Peut-on avancer que, à l’instar des juifs, tenus à l’écart de la société et absents des registres algériens, les Mozabites ne faisaient pas partie aux yeux des autorités algériennes de la communauté des musulmans ? Ainsi s’expliquerait leur absence des registres du bayt al-mâl.

  • 46 Ibid., op. cit., p. 164 ; M.Hoexter, « Tolba », pp. 122-123 ; M.Gaïd, p. 201.

23Quant aux autres groupes de barrânî, notons la forte proportion d’hommes, qui constituent environ 78 % des 86 barrânî, à comparer avec 56 % d’hommes parmi les baldi. La raison de cette forte présence masculine est liée au caractère même du groupe : ce sont des jeunes gens qui viennent pour la plupart travailler à Alger plus ou moins longuement, pour ensuite rentrer dans leur lieu d’origine, où ils vont créer leur famille46. Notons aussi que, hormis une exception, les femmes sont plus riches que les hommes. Les inventaires ne nous donnent malheureusement pas assez de renseignements pour permettre de comprendre l’origine de cette différence.

  • 47 Le nom qabâîli désigne aussi des barrânî qui ne sont pas nègres, dont l’origine n’est ni mozabite (...)

24Le groupe le plus important parmi les 86 barrânî est celui des Kabyles : 38 inventaires portent la mention qabâîli, trois autres concernent des gens originaires de Flissa, huit autres des membres des différentes tribus nomades47. Au total, 49 individus. Ce groupe, composé de 36 hommes et de 13 femmes est très pauvre : il bénéficie d’une fortune moyenne de 147 riyâl. À elle seule, la fortune moyenne des hommes kabyles ne dépassait pas les 82 riyâl. La pauvreté de ce groupe est liée à son caractère et à ses occupations : il s’agit d’une population fort instable, qui ne reste pas longtemps en ville. Ils sont pour la plupart des ouvriers agricoles, des servants ou des petits revendeurs. Les registres confirment tout à fait les remarques faites par les voyageurs sur ce point.

  • 48 M.Hoexter, 1979, p. 9.
  • 49 Venture de Paradis, p. 119.
  • 50 Vol. 2, p. 52.
  • 51 Venture de Paradis, loc. cit.

25Le deuxième groupe par son importance est celui des originaires de la ville de Djidjelli : 27 inventaires (fortune moyenne de 269 riyâl), dont 24 hommes (fortune moyenne de 287 riyâl).Pour M. Hoexter, les originaires de Djidjelli composaient un groupe « beaucoup plus petit que les autres groupes des barrânîyya48 », ce qui n’est pas confirmé par nos documents. « Ils jouissent ici des mêmes privilèges que les Turcs levantins à l’exception de la paie », note Venture qui explique que c’était un signe de reconnaissance de la part des Ottomans envers ceux qui ont été les premiers à les accueillir dans leur pays49. Les membres de ce groupe étaient souvent boulangers, il y avait même une corporation spéciale des boulangers originaires de Djidjelli : l’inventaire après décès d’un `Alî fils du boulanger, mort au mois d’avril 1787, mentionne que les biens dont était composée la succession furent apportés par amîn al-jîjliyya al-kuwwâshîn (chef de la corporation des boulangers originaires de Djidjelli)50. Selon Venture, ils étaient « chargés des fours du beylik pour le pain des ioldachs et des esclaves51 ». Ce groupe est le plus riche de notre échantillon de barrânî, mais cette richesse reste très médiocre si on la compare avec la fortune moyenne de l’ensemble des civils à l’époque.

  • 52 L.de Tassy, p. 93 ; Venture de Paradis, p. 109.
  • 53 L.de Tassy, loc. cit. Cf. aussi : M.Hoexter, 1979, p. 6.

26Les Biskris représentent le groupe le plus important par le nombre de ses membres dans les récits des voyageurs : « Il y a toujours dans Alger un nombre de ces Arabes, connus sous le nom de Biscaras, remarque Laugier de Tassy, qui y viennent pour faire les plus vils ouvrages » ; plus de soixante ans plus tard, cette impression semble toujours valable, car Venture, qui note leur présence à Alger, remarque lui aussi que « les gens de Biscra font ici l’office que les Savoyards et les Auvergnats remplissent à Paris »52. Ils ne sont cependant représentés dans les registres que par sept inventaires (fortune moyenne 123 riyâl), dont six d’hommes. Leur petit nombre et la faiblesse économique des membres de ce groupe semblent eux aussi liés à leur comportement : « Lorsqu’ils ont gagné une dizaine d’écus, ils retournent chez eux, où ils sont regardés comme très riches », remarque encore Laugier de Tassy53. Mais il est aussi probable que leur extrême pauvreté explique leur faible présence dans les inventaires : leur « succession » ne nécessitait pas une liquidation judiciaire.

  • 54 M.Hoexter, 1979, pp. 8-9.

27Quant aux autres groupes, ils sont peu représentés : nous avons trouvé trois inventaires de laghuwâti (originaires de Laghouat), et aucun inventaire d’originaires de Mzîta. Il nous semble que les membres de ce groupe, originaires d’une tribu kabyle dont l’occupation à Alger était principalement celle de mesureurs de grains, sont comptés parmi les autres Kabyles mentionnés par les inventaires. Les deux groupes étaient d’ailleurs peu fournis. Ils ne sont pas mentionnés par les voyageurs54.

  • 55 H. Touati, p. 291.

28Il résulte de l’encadrement des barrânî dans le système de corporations, comme le remarque H. Touati, que « la solidarité instaurée entre les membres de la corporation était [...] mécanique dans la mesure où elle enfermait l’individualité de ces derniers dans le moule contraignant de la similitude. Leur personnalité individuelle n’était, dès lors, qu’un appendice de leur « personnalité » corporative, agrégat de ressemblances55 ». Une manifestation, « mécanique » elle aussi, de ce phénomène est la manière dont les inventaires mentionnent l’identité du défunt : si parmi 846 inventaires d’hommes civils, toutes époques confondues, le nom de la personne figure dans 594 cas (70 %), le pourcentage ne dépasse pas 42 % chez les barrânî (29 cas sur 70 inventaires d’hommes, toutes époques confondues). Il semble que les barrânî constituaient une couche sociale nécessaire par les services rendus, mais presque transparente aux yeux du reste de la population d’Alger.

Les Nègres

  • 56 P.Boyer, 1963, p. 165.
  • 57 Idem, loc. cit.
  • 58 M. Hoexter, 1979, p. 12 ; P. Boyer, 1963, p. 166.

29Parmi les corporations dites barrânî il y en a une que nous traiterons séparément : celle des Nègres. De par sa structure très différente (pratiquement la seule à avoir une majorité de femmes) et son niveau de fortune très faible, cette catégorie constitue un cas à part. De plus, contrairement à l’affirmation de P. Boyer, nous ne pensons pas qu’il s’agisse d’une « population importée, au même titre que les Turcs, les Berrani, ou les esclaves chrétiens56 ». Importés, certes, mais contrairement aux « Turcs » et aux barrânî, ils ont été amenés à Alger malgré eux, et contrairement aux « esclaves » chrétiens, ils ne faisaient pas partie d’un butin de guerre, et n’étaient pas gardés principalement pour être échangés contre de l’argent. Du « bétail humain », écrit P. Boyer, initié aux rudiments de l’Islam, et apporté à Alger pour y être vendu comme tel. Pour la plupart, il s’agit de gens originaires du Soudan « achetés par des trafiquants touaregs aux potentats locaux moyennant quelques chéchias, babouches, pièces de tissus, etc.57 ». On estimait que le nombre d’esclaves arrivant à Alger annuellement au début du xixe siècle était compris entre 150 et 50058. Le premier nombre semble plus vraisemblable que celui de 500 qui nous paraît beaucoup trop élevé, si on le compare avec le nombre annuel de recrues de la milice à l’époque, qui était d’environ 285, nous l’avons vu.

  • 59 M.Rozet, p. 70.
  • 60 M.Gaïd, p. 201 ; P.Boyer, 1963, loc. cit., supra.
  • 61 Ibn Hamadouch, pp. 239, 241, 244 ; M.Gaïd, p. 201 ; P.Boyer, 1963, loc. cit., supra.

30Nous avons trouvé dans notre corpus 218 inventaires de Nègres. Dans la seule période 1786-1803, le nombre d’esclaves noirs est 213. A lui seul, ce groupe constitue 71,2 % de l’ensemble des barrânî. Il semble que ce nombre relativement élevé soit dû à ce qu’ils étaient effectivement assez nombreux. M. Rozet estimait le nombre de Nègres au double de celui des autres barrânî (2 000 et 1 000 respectivement), ce qui n’est pas loin des proportions que nous avons relevées (213 pour 86)59. Véritable signe de richesse, les esclaves noirs étaient très recherchés, notamment par les familles aisées d’Alger : « Aucune famille ne pouvait se prétendre telle [c’est-à-dire, famille bourgeoise] si elle ne possédait pas à son service un certain nombre de serviteurs nègres60. » Les Négresses étaient particulièrement recherchées, soit pour les offrir dans la dot de la jeune mariée, soit pour servir de concubines, dans la ville où la population était à majorité masculine61.

  • 62 registre vol. 2, pp. 113, 131, 151, 176, 199.
  • 63 Cf. Venture de Paradis, p. 250.

31En effet, parmi les 213 Nègres que compte notre échantillon dans la période 1786-1803, il y avait 138 femmes, soit 65 % du total. Une proportion très forte qui est confirmée par ailleurs : un des registres du bayt al-mâl comprend cinq listes d’esclaves noirs, enregistrés entre les années 1788-179162. Il semble que ces esclaves faisaient partie du paiement des impôts « en nature63 ». Les listes en question ont pour titre « liste des esclaves arrivés en cadeau » (bayyân mâ ja’a min `abîd al-hadîya).Sous ce titre seules figurent la mention du sexe de l’esclave et celle de son prix. Le nombre total d’entrées dans ces listes est 145, dont 96 concernent des femmes et 49 des hommes ; 66 % du total sont donc des femmes. Le même pourcentage de femmes noires étant relevé d’une part à l’entrée à la ville et d’autre part parmi les inventaires après décès, les femmes étaient sans conteste majoritaires dans leur groupe. Cela s’explique par l’importation plus massive des femmes noires que celle des hommes pour des raisons démographiques déjà soulignées (les femmes noires corrigeaient un déficit en élément féminin à Alger). La logique du commerce suit en effet cet indice : malgré une « offre » plus importante, le prix moyen des femmes est plus élevé que celui des hommes (295 riyâl à comparer avec 213 riyâl).Considérées donc comme marchandises, il était plus rentable d’importer des femmes noires que des hommes noirs.

  • 64 P.Boyer, 1963, p. 167.
  • 65 Idem, loc. cit.
  • 66 M. Gaïd, p. 201.

32La fortune moyenne des esclaves noirs s’élève à 73 riyâl. Cette fortune moyenne, très basse, ne doit pas nous surprendre, étant donné la situation sociale des membres de ce groupe. La fortune moyenne des 138 femmes s’élevait à 83 riyâl, à comparer avec 56 riyâl, fortune moyenne des 75 hommes. Il est très vraisemblable que la différence entre la fortune des femmes et celle des hommes reflète aussi la préférence envers ces premières. La richesse relative des femmes de ce groupe est encore plus remarquable quand on constate qu’un seul homme se trouve parmi les dix esclaves noirs les plus riches (dont la fortune moyenne s’élève à 736 riyâl !). Les esclaves noirs qui avaient été affranchis, ou les descendants des affranchis, formaient la population noire de statut libre, qui était encadrée par la corporation des Nègres. Le nombre de ces wasîf libres n’est pas connu, mais on l’estime au tiers de l’effectif des Nègres d’Alger64. Ce pourcentage n’est pas confirmé par l’échantillon, qui ne comprend que 17 (environ 8 %) affranchis (ma`tûq).Ces Nègres étaient principalement ouvriers, plâtriers, nattiers et notamment musiciens65. Leur fortune moyenne s’élevait à 97 riyâl, chiffre qui semble confirmer la remarque de M. Gaïd : « Alors que les captifs chrétiens, en se convertissant à l’islam, achetaient leur liberté et amélioraient considérablement leur condition sociale, les Nègres, quoique musulmans, amélioraient rarement la leur, étant donné l’étanchéité qui existait entre les classes66. »

Les activités économiques

L’« industrie »

  • 67 P.Boyer, 1963, p. 184.
  • 68 M.Fontenay, 1988, p. 856.
  • 69 G.Metzon, 1954 ; M.Hoexter, 1979, p. 55 ; P.Boyer, 1963, pp. 184-185.

33Comme dans les autres villes arabes, les deux activités principales d’Alger étaient l’artisanat et le commerce. Il existait néanmoins quelques établissements qui relevaient de l’industrie, comme par exemple le chantier naval, la fonderie des canons dite dâr al-nuhâs (la maison du cuivre) ou encore l’Hôtel des monnaies (dâr al-sikka).Tous ces établissements étaient liés directement à l’État, qui en gardait le contrôle, et qui fournissait la main-d’œuvre pour les deux premiers. L’entreprise la plus importante de la Régence était le chantier naval67. Dans la seconde moitié du xviie siècle, il y avait « quasi en permanence, sous les remparts d’Alger, quatre à six coques en construction : de quoi donner du travail à une bonne centaine de charpentiers, calfats, scieurs et manœuvres68 ». Au xviiie siècle, l’activité de ce chantier était beaucoup moins importante. Selon les témoignages elle était le fait des esclaves69.

  • 70 V.Pachero, p. 275.
  • 71 P.Boyer, 1963, p. 186 ; M.Hoexter, 1979, p. 55.
  • 72 Cf. N.Rosalem, p. 102, n. 25 ; M.Belhamissi, pp. 63-65.

34Une autre entreprise « industrielle » était la fabrication des canons, qui semble avoir commencé presque parallèlement avec la création du vilayet : le premier témoignage date de mars 153470. Au début du xviiie siècle fut créée la fonderie de canons dite dâr al-nuhâs. Elle est restaurée en 1775 à l’époque du dey Mehmed Pacha bin Osmân. Elle fonctionna jusqu’en 1808, sous la direction d’experts européens71. A voir le nombre toujours croissant de canons demandés (et reçus) à chaque signature de traité de paix avec les pays européens, il est clair que cette fonderie ne répondait pas aux besoins d’Alger en canons72. Il semble que seuls les esclaves travaillaient dans dâr al-nuhâs, comme dans la fabrique de poudre, située elle aussi près de Bâb al-Wâd, qui fonctionnait depuis 1815 sous la direction d’un Danois.

  • 73 M.Hoexter, 1979, p. 55.

35Le dernier grand établissement était le dâr al-sikka qui employait 24 ouvriers juifs sous la direction d’un amîn al-sikka qui était turc73. Tous ces établissements ne concernaient donc pas le groupe musulman d’Algérois de souche, un fait confirmé par les inventaires après décès qui ne comptent aucun baldi y ayant travaillé.

Artisanat et commerce

  • 74 M.Emerit, 1952, p. 6. Cf. aussi, P.Ernest-Picard, pp. 22-26.

36« En réalité, écrit M. Emerit, le produit de la piraterie, quoique très considérable à certaines époques, n’a jamais été qu’une fraction des revenus de la Régence turque [...]. Quoique pauvre et mal cultivé, le pays pouvait exporter des céréales, de la cire et de la laine. « Malgré la pénétration des produits manufacturés européens, notamment au début du xixe siècle, le pays » conservait la possibilité de fabriquer de petits objets à bon marché à l’usage des tribus peu éloignées. Cette activité entraînait un monde de petits bourgeois maures et d’artisans que l’administration militaire, au début de l’occupation française, n’a pas su retenir74 ». L’artisanat était effectivement l’activité principale de la population économiquement active. Avec le commerce, et notamment le petit commerce, ces deux activités ont marqué la ville, comme toutes les autres villes arabes. Le centre économique d’Alger était divisé en différents marchés portant chacun le nom du métier qui y était exercé, et différents caravansérails dans la ville basse étaient le lieu de fabrication de produits divers.

  • 75 M.Hoexter, 1979, p. 18.
  • 76 P.Boyer, 1963, p. 189.
  • 77 M.Amine, « Conditions », p. 44.

37La plupart des métiers artisanaux à Alger sont les mêmes que ceux qui se trouvent dans toutes les villes, comme la maçonnerie, la menuiserie, la forge, etc. Une partie des métiers sont destinés à répondre aux besoins spécifiques de la milice, comme la fabrication d’un pain spécial, la fabrication d’armes, de chaussures de soldats, etc. A côté de ces métiers traditionnels, se sont développées à Alger la soierie, la lainerie ainsi que les professions liées au travail de cuir75. La valeur de cet artisanat reste très inégale, remarque P. Boyer : « Dans quelques spécialités, comme par exemple la broderie, les Algérois sont passés maîtres. Les cuivres, les harnachements de chevaux, les bijoux ne peuvent se comparer à ceux que l’on fabrique au Levant, néanmoins leur qualité est certaine. » En revanche, note cet auteur, tout ce qui n’est pas artisanat traditionnel est soit d’une qualité très médiocre, soit inconnu76. La production était destinée d’abord à la consommation locale, mais une partie de ces produits étaient exportés, notamment dans le Maghreb, durant la seconde moitié du xviiie siècle77.

  • 78 Le textile et le cuir étaient les deux « industries » les plus importantes au Caire du xviiie sièc (...)
  • 79 Venture de Paradis, pp. 120-121, 143. Il semble néanmoins que M.Gaïd (p. 190) exagère un peu en af (...)
  • 80 Venture de Paradis, p. 135.

38La branche la plus importante selon les inventaires après décès est celle du textile : 48 personnes étaient liées soit à la production, soit au commerce des textiles, ce qui représente 13 % des 363 personnes dont nous connaissons l’activité professionnelle. Immédiatement après nous trouvons 43 personnes (12 %) dans l’artisanat et le commerce du cuir et de ses produits78. Il semble que cela corresponde avec la réalité de la vie économique d’Alger, car ces deux « industries » sont mentionnées aussi en premier lieu par Venture de Paradis. Dans ses descriptions de l’artisanat et du commerce, cet auteur remarque la fabrication en très grande quantité de toiles grossières en lin, qui « servent au peuple de la ville et de la campagne, mais il n’en fait point d’exportation ». En revanche « les ceintures de soie simple, ou en or et en argent, sont un article de plus grande conséquence : on en fait des envois considérables dans la Barbarie et dans le Levant », et « les haïks sont l’objet le plus important d’industrie qui sorte du royaume d’Alger »79. La fabrication et le travail des ceintures en soie semblent être un des rares cas où l’on trouve une importation de matières premières d’Europe, la ville de Lyon en l’occurrence, pour fabriquer des produits qui seront vendus ailleurs80.

  • 81 Ibid., op. cit.. p. 122.
  • 82 Ibid.. op. cit.. pp. 124, 135.

39Il n’en est pas de même pour ce qui est de la fabrication des produits en cuir. Dans ce domaine, on trouve côte à côte l’exportation de matières premières et celle de produits : « On fait à Alger des maroquins jaunes, noirs, violets et rouges, pour la consommation du pays simplement. [...] Il y a quantité de gens qui s’occupent à broder sur le maroquin : ils font des souliers de femmes, des espèces de portefeuilles et de gibecières [...], il en passe beaucoup en Levant81. » Mais aussi, « il sort annuellement du port d’Alger 20 à 25 000 cuirs », chargés sur cinq ou six bâtiments82. L’exportation de matières premières dans ce cas ne s’était pas faite au détriment de l’artisanat local, mais en supplément. Le contrôle de ces matières premières d’ailleurs étant le fait d’un préposé, khûjat al-jild, qui possédait le monopole sur les cuirs.

  • 83 P.Boyer, 1963, p. 192 ; M.Amine, « Conditions », p. 37.
  • 84 P.Boyer, 1963, p. 195.
  • 85 M.Amine, 1991, notamment, chap. II.

40Il en allait de même pour tout commerce de matières premières : le très grand commerce de ces matières était le monopole de l’État, qui employait les services de commerçants juifs, ou traitait directement avec les commerçants européens83. « C’est entre les mailles du réseau réglementaire dont le beylik enserre la Régence que le commerce privé se développe84 », commerce qui a souvent été considéré lui aussi comme l’apanage d’étrangers et de juifs Algérois, mais qui était aussi le fait des Algérois de souche musulmans, comme le montre M. Amine dans sa thèse sur le commerce extérieur et les commerçants d’Alger à la fin de l’époque ottomane85.

Autres activités économiques

  • 86 Inventaire vol. 2, pp. 106-107.

41Les inventaires après décès des plus riches parmi les baldi révèlent parfois des traces d’autres activités économiques que le commerce ou l’artisanat, notamment des investissements dans des biens immobiliers, et des prêts d’argent. La succession de Wald Klâjî, une des personnes les plus riches parmi les baldi dans notre échantillon, harrâr (soyeux) de son métier, comprend des marchandises d’une valeur de 11 543 riyâl, soit environ 48 % du total (24 105)86. Mais ce soyeux possédait de très grosses sommes d’argent en liquide : 5 807 riyâl (24 % du total). Son inventaire mentionne aussi trois prêts d’argent et une hypothèque (3 111 riyâl, soit 13 % du total). Pour tout bien immobilier, il était propriétaire d’une hânût (atelier, boutique) d’une valeur de 432 riyâl.

  • 87 Il s’agit vraisemblablement de droits de dévolutaire de biens habus, puisqu’il touchait le loyer d (...)
  • 88 Vol. 2, pp. 95-96.

42Dans la succession du Hâjj Mustafâ al-sarrâj (sellier), l’inventaire mentionne la présence de pas moins de cinq hânût différentes, sur lesquelles il avait des droits87. Parmi ces hânût, l’une est hânût al-haffâf (boutique de barbier), une autre est hânût al-barâd`î (atelier de bâtier)88. Ce sellier est une des rares personnes dans notre échantillon qui ait investi aussi dans l’activité maritime, puisque la succession mentionne une somme de 522 riyâl, qui est sa part de la birkanti (brigantin) qu’il possédait « en association avec le fils de mu`allim al-sufun (constructeur de navires) », et une somme de 108 riyâl qui est sa part dans la firkâta (frégate). L’investissement dans cette activité ne représente cependant que la moitié du prix de son esclave (1 315 riyâl), et moins de 7,5 % du montant de la succession qui s’élève à 8 597 riyâl.

43Enfin, mentionnons la « succession de Muhammad bin al-Sârf, dont une partie des biens est apportée de sa maison à Bâb al-Sûq et une [autre] partie du funduq al-Qahwa al-Kabîra au mi dhûl-hijja AH 1203/sept. 1789 : cette succession dont le montant s’élève à 15 636 riyâl comprend entre autres des droits (gharama) sur un atelier de qazzâz (passementier), la moitié de la jalsa d’une hânût, et toute la jalsa d’une autre, quatre bayt dans funduq al-Qahwa al-Kabîra, encore deux hânût, dont une de tailleur. Le total de tous ces ateliers et boutiques s’élève à 3 657 riyâl (environ 23 % du montant de la succession). En sus, nous trouvons une petite hypothèque (67 riyâl), et trois prêts d’argent à des particuliers : 1 161, 1 515 et 1 350 riyâl, le total représente environ 26 % du montant de la succession. En dehors de son activité de passementier, le défunt investissait donc dans des ateliers et prêtait de l’argent. Cette dernière activité explique la somme relativement importante de 2 083 riyâl en numéraire trouvée chez lui.

  • 89 Vol. 4, pp. 50-51.
  • 90 Vol. 2, p. 206.

44Dans plusieurs inventaires d’artisans ou de commerçants qui mentionnent la propriété d’un ou de plusieurs lieux de travail, les prix de ces derniers représentent un pourcentage assez élevé du montant de la succession : la hânût d’al-Hâjj Ahmad al-kasâksî (marchand de couscous sec) dont le prix s’élève à 2 000 riyâl, représente environ 22 % du montant de la succession (8 989 riyâl)89 ; Bakîr al-harrâr, dont la valeur de la succession s’élève à 9 424 riyâl, était le propriétaire de deux hânût à al-Mâqâîsiyya (600 et 1 200 riyâl, respectivement), et d’une dukkân (boutique) à Dâr al-Qâdî (1 350 riyâl), toutes les trois représentent environ un tiers de sa succession90. Il y a plusieurs exemples de ce type qui nous font penser que la propriété de la boutique ou de l’atelier était un choix qui relevait de la volonté d’investir dans des biens fonciers car, comme nous le verrons, l’offre de boutiques et d’ateliers à louer, à des prix modérés, soit de la part de habus, soit de la part du Beylik, semble avoir été suffisamment grande. La mention, dans les inventaires de quelques-uns des plus riches des baldi, de la présence de plusieurs hânût parmi les biens laissés par les défunts semble confirmer cette hypothèse.

  • 91 F.Khiari, 1989, cf. par exemple, pp. 241-244, 259-260, 264-276.

45En somme, l’activité économique des artisans et des commerçants telle qu’elle se dessine dans les inventaires après décès semble très limitée. Nous avons cherché, notamment dans les plus grandes successions, des activités complémentaires, comme l’investissement dans des biens immobiliers, dans l’agriculture, dans la course maritime ou autres. Nous avons trouvé très peu d’éléments qui dépassent l’activité artisanale ou commerciale proprement dite des gens de métiers. Dans quelques rares cas, nous avons relevé des profits qui étaient investis dans des immeubles de rapport, notamment de boutiques et d’ateliers, mais ceux-ci ne correspondaient pas forcément au métier du propriétaire, autrement dit, il ne s’agissait pas d’investissements dans le fonds de commerce, mais plutôt d’une spéculation. Les prêts que nous avons relevés sont des exceptions, la plupart des inventaires, et même ceux de très riches personnes, n’en font pas état. Les investissements dans des biens immobiliers, ne serait-ce que l’achat de sa propre maison, sont très rares. Comparés avec les successions présentées par F.Khiari pour l’époque comprise entre 1570 et 167091, nous constatons que nos inventaires après décès sont beaucoup plus pauvres en renseignements de ce genre que les successions de l’époque précédente, mais nous ne pouvons pas affirmer qu’il s’agit d’un défaut dans notre documentation, ni d’ailleurs que cela résulte d’un changement dans le comportement des Algérois, car malheureusement les successions de cette époque ancienne sont éparses, et il nous est donc impossible d’en tirer une conclusion.

  • 92 CAOM 1 Mi 64, n. 8 ; publié par A.Temimi, « Grande Mosquée ».
  • 93 CAOM 15 Mi 48.
  • 94 CAOM 1 Mi 70 n. 24, « État des propriétés du beylik ».
  • 95 Vol. 4, p. 34.
  • 96 Vol. 2, p. 38.
  • 97 A.Devoulx, « Notes », p. 471.

46Le nombre réduit d’artisans et de commerçants dont l’inventaire mentionne le lieu du travail et spécifie qu’il s’agit de propriété ou de location dans notre corpus ne nous permet pas d’affirmer d’une manière positive que la location des ateliers était la règle. Il est toutefois très vraisemblable que, quoique nos inventaires après décès montrent le contraire, la propriété du lieu de travail ait été l’exception, la location étant donc très fréquente. Les preuves les plus tangibles de cette situation sont celles des registres de habus et de biens du beylik, qui regroupent plusieurs centaines de boutiques et d’ateliers. A titre d’exemple, sur 543 entrées que compte le registre de biens habus de la Grande Mosquée d’Alger, 113 concernent des hânût92. Un autre registre, celui de biens habus des casernes de janissaires (diyâr al-jaysh) en compte, sur 272 entrées, 147 concernant des hânût93. Un examen du registre regroupant les propriétés du beylik révèle une tendance à acquérir pour le compte de l’État un nombre toujours croissant de hânût à partir du quatrième quart du xviiie siècle94. Tous ces ateliers et boutiques étaient loués à des artisans et commerçants à un prix qui semble très peu élevé : un atelier de fabricant de soie, dont le prix avoisi-nait 2 000 riyâl, pouvait être loué pour 17 riyâl par an95. Le prix d’une hânût d’un Hamida bin `Abd al-Qâdir al-`attâr (l’épicier) est de 1 422 riyâl. Sa deuxième boutique, dont il était le locataire, lui coûtait 31 riyâl par an seulement96. Le loyer moyen d’une boutique, d’après les données d’A. Devoulx, aurait été d’environ 30 riyâl97. Au total, sur 50 hânût mentionnées par les inventaires après décès dans la période 1786-1803, 21 étaient louées. La fortune moyenne des locataires de ces hânût s’élevait à 1 148 riyâl, contre 5 638 riyâl pour les 23 propriétaires de leur hânût (ou au moins d’une partie), et 4 060 riyâl pour les 9 propriétaires de la jalsa de l’atelier. De cette manière, l’institution du waqf aurait été un des facteurs encourageant la production, en facilitant l’accès à un atelier sous forme de location, ce qui semble capital, vu le faible niveau économique de beaucoup de métiers de production.

Les caractères de l’activité économique

Une source de richesse

  • 98 Les « gens de la religion » non compris.

47Le nombre d’inventaires qui donnent des indices sur l’activité économique ou professionnelle de la personne décédée est de 363 dans notre échantillon98. Les activités économiques semblent avoir favorisé la fortune de ceux qui la pratiquaient, aussi bien les baldi que les autres : alors que la fortune moyenne des 508 inventaires que nous possédons pour la période 1699-1701 est de 1 633 saîma, elle est deux fois plus importante (3 633 saîma) pour ceux (48) dont l’inventaire mentionne une activité économique. Il en va de même pour la période 1786-1803 : la fortune moyenne de l’ensemble est de 512 riyâl, elle est deux fois plus importante (1 117 riyâl) chez ceux (315) dont l’inventaire mentionne une activité économique.

  • 99 Les chiffres pour les sous-groupes de civils ne sont pas assez importants pour être mentionnés sép (...)

Tableau XXVI : Le niveau de fortune des hommes de profession (1699-1701)99

Tableau XXVI : Le niveau de fortune des hommes de profession (1699-1701)99

48Notons que le pourcentage de gens de métier mentionnés comme tels parmi les hommes civils s’élève à 33 % (25 sur un total de 76 hommes civils), alors que chez les militaires ce pourcentage est de 6 % seulement. Dans la période 1786-1803 où le nombre d’inventaires le permet, nous faisons la distinction entre le groupe des Algérois de souche et les autres civils :

Tableau XXVII : Le niveau de fortune des hommes de profession (1786-1803)

Tableau XXVII : Le niveau de fortune des hommes de profession (1786-1803)
  • 100 Vol. 2, pp. 40, 63, 70, 129, 144 ; vol. 4, pp. 77, 79.

49Comme pour la période précédente, nous constatons une très faible participation des militaires et des civils autres que les baldi dans l’activité économique. Le taux de participation à cette activité est de 45 % chez les baldi, à comparer avec seulement 15 % chez les autres hommes civils dans la ville. Le pourcentage est extrêmement bas chez les militaires : 4 % à la même période. Ces chiffres sont assez éloquents : les baldi sont l’élément le plus important du point de vue de l’activité économique de la ville et cette activité est, comme le montre le tableau, une source de richesse pour ceux qui la pratiquent. Notons encore que parmi les baldi qui pratiquaient une activité professionnelle, nous avons trouvé 7 femmes (non incluses dans le tableau). La fortune moyenne de ces femmes s’élève à 1 027 riyâl, ce qui est deux fois plus élevé que celle de l’ensemble des femmes à l’époque (413 riyâl)100. La fortune moyenne de tous les gens de profession avec les femmes (315 personnes) s’élevait à 1 117 riyâl.

Une division du travail très importante

  • 101 Tachrifat, p. 43 ; H. Touati, p. 271. Peut-on avancer que le Tachrifat ne compte que des « groupem (...)
  • 102 Cf., à ce sujet, A.Raymond, 1973, p. 215 ; H.Touati, p. 276.
  • 103 H.Touati, loc. cit.

50Dans l’ensemble des 363 inventaires de personnes ayant exercé une activité économique (tous groupes et toutes périodes confondus, y compris les femmes), nous avons trouvé les noms de 86 métiers, un nombre partiel, car il ne concerne que ceux que nous avons trouvés mentionnés dans les préambules des inventaires après décès (les waqfiyyât mentionnent encore 19 autres métiers). Ce nombre est beaucoup plus grand que le nombre de 28 métiers que mentionne le Tachrifat, ou même les 47 métiers comptés par H. Touati101. Ce nombre élevé de professions est le résultat d’une importante division du travail, qui n’est pas le fruit d’une rationalisation : « Il faut y voir plutôt le résultat d’une sorte de limitation volontaire de l’horizon professionnel », remarque A. Raymond, qui explique le phénomène par le caractère héréditaire du métier102. H. Touati ajoute à cette explication qu’à Alger « la division du travail est ouvertement surdéterminée par une normativité éthico-religieuse », selon laquelle le travail ne serait pas « une source d’accumulation mais un moyen de gagner dignement sa vie »103. Cette dernière explication nous semble un peu optimiste, dans une société où les inégalités de la répartition de la richesse étaient aussi grandes qu’à Alger au xviiie siècle, comme le montrent les documents.

  • 104 Ibid., op. cit., pp. 274-275.
  • 105 M.Hoexter, 1979, p. 29.
  • 106 A.Raymond, 1973, p. 216 ; H.Touati, p. 276.

51Quoi qu’il en soit, il est certain que la division du travail était très poussée : rien que dans la fabrication de cuir nous trouvons dix appellations différentes de métiers : dabbâgh-tanneur ; maqfûljî-cordonnier ; shubralî-cordonnier pour femmes ; bâbûjî-fabricant de babouches ; balaghjî-fabricant de balgha (espèce de pantoufles, de souliers ordinairement en cuir jaune, couvrant tout le pied) ; jazmâjî (turc, tchizmedji)-fabricant de bottes ; tammâq-fabricant de bottes ; sarrâj-sellier ; barâdi 7-bâtier, bourrelier ; halâtjî-brodeur sur cuir. Ce phénomène, qui n’est pas spécial à Alger, ne se limite pas aux différents types de production. Il se manifeste dans d’autres domaines aussi : c’est ainsi, par exemple, que les sources mentionnent l’existence de plusieurs corporations de métiers pour une seule profession, avec une spécialisation « géographique », comme par exemple dans le cas des trois corporations de hammâlîn (portefaix) : une de Bâb al-Jazîra, une du Badistân, et finalement celle du quartier d’al-Rummâna104. Dans d’autres cas, le partage se fait en fonction des origines des membres des jamâ`ât (mot qui signifie à la fois corporation et communauté) comme les deux corporations de kuwwâshîn (boulangers), l’une composée des originaires de Djidjelli, l’autre des baldi, ou encore les deux corporations de dallâlîn (crieurs publics), l’une des originaires de Biskra, l’autre, celle de Bâb `Azzûn, des baldi105. Cette division du travail limitait en conséquence les gains des gens de métiers, mais aussi le sens de la concurrence, et encourageait la perpétuation des techniques traditionnelles de production106.

La primauté du commerce

  • 107 A. Raymond, 1974, pp. 213-214 ; Idem, 1977, p. 188.

52Nous avons regroupé les différentes occupations économiques en trois catégories, à savoir : commerce, production et « services ». Ce regroupement est dans une certaine mesure artificiel, car la délimitation entre l’activité artisanale et commerciale, à Alger comme dans les autres villes arabes à l’époque, est très difficile à établir, en raison de l’absence de séparation entre le processus de fabrication et le processus de vente107. Nous regrouperons donc dans la première catégorie tout ce qui concerne le commerce – qu’il soit en gros ou au contraire en détail, aussi bien des fruits que des tissus de soie. La deuxième catégorie, « activité productrice », comprend tout ce qui concerne la fabrication des objets divers (chausseurs, couteaux, fusils, etc.), mais aussi la transformation de matériaux (forgerons, tourneurs, etc.), la construction et l’agriculture. Dans la troisième catégorie, celle des « services », nous avons inclus des métiers de divertissement (lutteurs, chanteurs, etc.), ainsi que des métiers qui n’entrent pas dans les deux premières catégories (barbiers, laveurs de morts, maîtres des bains publics, etc.).

  • 108 Nous ne considérons que les métiers mentionnés dans les inventaires après décès, les seuls qui don (...)
  • 109 A.Raymond, 1977, p. 189.

53Parmi les 86 noms de métiers que nous avons trouvés108, 44 peuvent être classés dans la catégorie de la production (51 %), 24 dans celle des services (28 %) et 18 dans la catégorie du commerce (21 %). La répartition des nombres de personnes figurant dans les inventaires pour chacune des branches est la suivante : 163 dans l’artisanat (45 %), 67 dans les services (18 %) et 133 dans le commerce (37 %). Par conséquent, d’après nos documents, la production représente la catégorie d’activité économique la plus importante numériquement à Alger. Ce résultat n’est pas sans rappeler celui trouvé par A. Raymond pour le Caire au xviiie siècle : les artisans représentent la moitié de la population active, les commerçants environ un tiers et les « services » environ un cinquième109. Il n’en allait pas de même de l’importance économique : regroupés en trois catégories, commerce, production et « services », l’analyse des inventaires qui mentionnent une activité économique montre les résultats suivants :

Tableau XXVIII : Les activités économiques
Période 1699-1701

Tableau XXVIII : Les activités économiquesPériode 1699-1701
  • 110 Les sept cas de femmes qui pratiquaient une activité économique sont comptés dans ce tableau.

Période 1786-1803110

Période 1786-1803110
  • 111 La deuxième caractéristique est l’inégalité des fortunes. A. Raymond, 1985, p. 89.
  • 112 Idem, loc. cit.
  • 113 F. Khiari, 1990, pp. 282-284.
  • 114 P.Boyer, 1963, p. 239. M. Amine, « Conditions », pp. 12-13.
  • 115 P.Boyer, 1963, pp. 192-197 ; M.Amine, « Conditions », p. 23.

54Dans les deux périodes étudiées, le commerce était manifestement l’activité la plus rentable. C’est d’ailleurs la première des deux caractéristiques essentielles que présente selon A. Raymond la société indigène économiquement productive du Caire111. Notons que même le coefficient de 4 qui est celui de la différence entre la fortune moyenne des commerçants et celle des artisans à Alger à la fin du xviiie siècle est à peu de chose près égal à celui du Caire à la même période (4,4)112. La « primauté des marchands dans la hiérarchie urbaine » au xviie siècle est soulignée et commentée par F. Khiari, qui l’explique par la participation à l’entreprise de la course ainsi qu’à l’exploitation agricole de l’arrière-pays113. La raison avancée, qui peut donner des éléments de réponse pour le xviie siècle, ne semble plus valable en ce qui concerne Alger au xviiie siècle. A cette époque, nous l’avons vu, la course maritime n’est plus à son apogée, et la vente de butin, qui semble d’ailleurs avoir échappé depuis toujours aux commerçants baldi, car laissée aux commerçants juifs114, ne peut être considérée comme la base de cette primauté, non plus d’ailleurs que le commerce des produits agricoles, dont l’État semble avoir eu le monopole115.

  • 116 Venture de Paradis, pp. 120-122.
  • 117 P.Boyer, 1963, p. 194.
  • 118 M.Amine, « Géographie », p. 287.
  • 119 Ibid., « Conditions », p. 26.
  • 120 CAOM 1 Mi 70, n° 44.
  • 121 R.Le Tourneau, pp. 49, 57, 63.

55L’explication doit donc se trouver dans l’activité du commerce intérieur, notamment celui des produits mentionnés par Venture de Paradis, comme des toiles, des étoffes, et des rubans de soie116, ainsi que dans la capacité des commerçants à trouver et à utiliser les « mailles du réseau réglementaire dont le Beylik enserre la Régence117 » et dans « l’audace des tujjâr qui échangeaient des marchandises avec les places les plus diverses et des pays multiples118 », même si le niveau de cette activité commerciale, comme le montre M. Amine, restait assez médiocre119. La suprématie du commerce sur l’artisanat se justifie aussi par la faible rentabilité de ce dernier. En effet, la production artisanale, de petite échelle, avait lieu dans des ateliers (hânût) de dimensions et d’imortance réduites. Nous avons trouvé mention de fabriques de soie (al-hânût al-mu`adda li-san`at al harrârîn) situées au deuxième et même au troisième étage d’immeubles (tabaqa)120 ; ce qui fait penser que la place qu’elles occupaient dans l’activité économique ne devait pas être très importante. L’énergie utilisée dans ces ateliers est celle de l’homme, les techniques de la production sont traditionnelles, les outils de travail sont archaïques et rudimentaires. Ajoutons à tous ces éléments, qui sont mentionnés d’ailleurs pour la ville du Caire, la spécialisation trop poussée et la fragmentation de la production ; « dans ces conditions, le patron n’est pas un homme riche, ni même, la plupart du temps, un homme aisé », remarque R. Le Tourneau121.

Des inégalités de fortunes

  • 122 A. Raymond, 1985, p. 89. Cf. aussi, pour Alep, A.Marcus, p. 162.
  • 123 Vol. 2, p. 27.
  • 124 Idem, pp. 106-107.
  • 125 Vol. 4, pp. 35-37.

56La deuxième caractéristique du groupe de la population économiquement active, relevée pour le Caire, à savoir « une extrême inégalité des fortunes122 », est également valable pour Alger : pour la période 1786-1791, la succession la plus faible d’un homme de métier dans notre échantillon, celle d’un `Alî brodeur sur cuir (halâtjî), mort début avril 1787, ne s’élève qu’à 2 riyâl123. La succession la plus importante en revanche, celle d’un Wald Klâjî, soyeux (harrâr), mort au mois de juillet 1788, s’élève à 24 105 riyâl124. Le rapport est de 1 à 12 000 environ. Dans la période 1799-1803, les disparités entre les fortunes des gens de métier sont également très importantes. Les montants extrêmes des actifs relevés dans les inventaires sont les suivants : un zawwâq (décorateur) dont le nom n’est pas mentionné (avril 1802), 7 riyâl ; al-Hâjj `Utmân, marchand de soie (harrâr), (janvier 1801) 64 445 riyâl125. L’écart est dans la proportion de 1 à 9 000 environ. Sur toute la période qui couvre 1786 à 1803, les extrêmes sont donc 2 et 64 445 riyâl, un rapport d’environ 1 pour 32 000.

  • 126 A.Raymond explique cela ainsi : « L’indice d’inégalité sociale de Gini est calculé en établissant (...)
  • 127 A.Raymond, 1985, p. 89.

57En suivant l’exemple de l’exposé sur la disparité des situations socio-économiques d’A. Raymond pour le Caire, comparons également la répartition de la fortune moyenne à l’intérieur d’un large échantillon : les 31 successions les plus importantes (10 % du nombre total) se partagent 259 948 riyâl (environ 74 % du montant total des successions), alors que 157 personnes (50 %) se partagent 8 594 riyâl, ce qui représente moins de 2,5 % du montant total. Pour exprimer la disparité des fortunes, nous avons recours à l’indice d’inégalité sociale de Gini126. En appliquant ce calcul aux 315 inventaires de gens de métier que nous possédons pour la période 1786-1803 nous obtenons un indice de 0,89 qui témoigne d’une inégalité très grande. Pour la ville du Caire, le même calcul appliqué à 567 successions pour la période 1776-1798 donne un coefficient de 0,78. Nos documents montrent donc, qu’à la même époque de la fin du xviiie siècle, la population économiquement active d’Alger, telle qu’elle est représentée dans notre échantillon, se trouvait dans une situation d’inégalité encore plus marquée que celle de son homologue dans la capitale égyptienne127. Notons que nous utilisons l’indice de Gini (qui s’applique habituellement à des revenus) pour des fortunes, ce qui doit donner des inégalités plus fortes.

58Parmi les diverses activités commerciales, comme parmi les autres activités économiques, qu’elles soient productrices ou de services, il y a aussi des différences assez importantes. Afin de les exposer, nous avons établi un tableau dans lequel nous avons regroupé les métiers qui sont représentés dans notre échantillon de la période 1786-1803 par plus de cinq inventaires. Nous avons marqué pour chaque groupe les montants des successions les plus basses et les plus importantes, ainsi que les proportions entre les deux. Le tableau est rangé suivant l’ordre décroissant des fortunes moyennes des pratiquants des différents métiers. Ce tableau n’a qu’une valeur d’illustration (les sommes sont en riyâl).

Tableau XXIX : Moyenne des fortunes selon les métiers

Tableau XXIX : Moyenne des fortunes selon les métiers
  • 128 La lettre « f » signifie fabricant, le « m », marchand.
  • 129 Parmi eux deux femmes.

Note 128128.
Note 129129.

59Notons que le tableau montre clairement la primauté du commerce sur toute autre activité : les trois occupations les plus rentables appartiennent à cette catégorie, 5 parmi les 7 différentes branches de commerce se trouvent parmi les 10 métiers les plus riches. Les services (courtiers et barbiers) se trouvent assez haut placés eux aussi, ce qui correspond, ainsi que nous l’avons vu, à leur situation. Les métiers liés à la production, qui sont les plus nombreux dans cet échantillon, montrent une tendance assez marquée à la pauvreté (8 parmi les 10 métiers les plus pauvres, et seulement 3 parmi les 10 plus riches).

  • 130 H.Touati, p. 276.

60Les inégalités de fortune que nous avons constatées entre les membres d’un même métier semblent contredire l’hypothèse formulée par H. Touati, selon laquelle « tout consiste à freiner la course au gain130 », et qu’il n’y a pas concurrence entre membres d’un même métier : il semble bien, d’après les inventaires après décès, que les facteurs d’inégalité l’emportent fortement sur les facteurs de nivellement. Notons que malgré le nombre réduit d’inventaires dans chaque métier, pour la plupart d’entre eux les proportions entre la succession la plus faible et la plus importante sont assez élevées : dans plus de la moitié des cas les proportions dépassent 1 %.

Rigidité du système ?

  • 131 A.Raymond, 1974, pp. 378-379.
  • 132 H.Touati, loc. cit.. supra.
  • 133 R.Le Tourneau, pp. 62-63.
  • 134 H.Touati, p. 275, parle d’une « `açabiya », une « solidarité agnatique » qui fonctionnait aussi bi (...)

61L’inégalité de la richesse est donc aussi remarquable entre les différents groupes de métiers qu’entre individus du même groupe. Cette situation d’inégalité des artisans et des commerçants est également observée pour la ville du Caire, où « un nombre de facteurs contribuaient à bloquer artisans et commerçants dans leurs conditions sociales et économiques ». Un de ces facteurs est le caractère héréditaire des métiers131. Il en allait de même à Alger, où l’hérédité semble avoir été même inscrite dans les règlements du travail : « Le fils du m’allam ne peut être m’allam que dans le lieu de son père », est une clause inscrite dans le Qânûn du travail d’Alger que cite H. Touati. Nous n’irons pas aussi loin que cet auteur, qui affirme que « ainsi recrutés les maîtres-artisans formaient une véritable classe sociale consciente de son rang et de ses privilèges132 », mais il semble que la définition de R. Le Tourneau décrit bien le « milieu » des artisans : « On serait tenté de dire que les artisans des villes maghrébines forment une caste, si ce mot n’avait pas un sens trop précis. » Il explique que les artisans d’une ville sont le plus souvent « originaires d’un certain nombre de familles spécialisées, probablement depuis des siècles dans un même métier »133. Ce « milieu » solidaire était lié par l’appartenance familiale, qui servait à renforcer le groupe lui-même contre une « infiltration » d’étrangers dans ses rangs134.

  • 135 Ibn Hamadouch, p. 9.
  • 136 Ibid, op. cit.. pp. 241-243.
  • 137 H.Touati, pp. 276-277.

62Pour illustrer cette affirmation, évoquons des contrats de mariage qui viennent de ce milieu : l’auteur d’une rihla, Abderrazaq ibn Hamadouch al-Dja-za’iri, lui-même issu d’une famille de tanneurs, avait laissé dans son livre quelques contrats de mariage, parmi lesquels on trouve le contrat de son premier mariage ainsi que celui du deuxième, et celui de sa sœur. L’auteur, Abderrazaq, est fils d’un maître tanneur (Muhammad al-dabbâgh), mais il n’excer-çait pas ce métier. D’après A. SaadAllah qui avait annoté la rihla, « il exerça certaines fonctions religieuses135 ». Il épouse sa cousine Fâtma, fille de son oncle, maître tanneur lui aussi (al-Hâjj Ahmad al-dabbâgh).Dans son deuxième mariage, ce fils de dabbâgh se marie avec Zahra bt. Muhammad, fille du chef de la corporation des dinandiers (amîn jamâ`at al-saffârîn), qui était aussi la petite-fille d’un amîn al-saffârîn, car son père avait hérité ses fonctions de son père dénommé Muhammad lui aussi. Le troisième contrat est celui de la sœur d’Ibn Hamadouch, Assya bint al-Hâjj Muhammad al-dabbâgh, avec `Alî al-harrâr (soyeux), fils de Hâjj `Alî amîn jamâ`at al-harrârîn136. Ces trois contrats montrent clairement l’existence de familles « spécialisées » dans certains métiers : la famille de l’auteur, le tannage (son père et son oncle, mais pas lui), la famille de sa première femme, la dinanderie, et finalement la famille de son beau-frère `Alî, une famille de soyeux. Ces contrats montrent aussi l’existence d’un véritable « milieu » des artisans et des commerçants, qui se marient entre eux en dépassant les « frontières » des métiers, ainsi qu’une « corrélation entre statut de maître et mariage endogamique137 ».

  • 138 M.Hoexter, 1979, pp. 32-33. Cf. H.Touati, pp. 275-276.
  • 139 H.Touati, p. 275.

63À Alger, l’organisation de la vie professionnelle passait aussi bien par les différentes occupations économiques que par les origines ethniques ou religieuses. Tous ceux qui faisaient partie de la population productrice appartenaient à l’un des trois groupes suivants : corporations de métier des baldi, corporations des barrânî, qui étaient à la fois des corporations de métiers et des organisations communautaires et finalement la communauté juive dont l’organisation formait le cadre communautaire et professionnel138. Une telle structure, s’ajoutant au caractère héréditaire des métiers et à une réglementation qui interdisait les intrusions dans « les territoires professionnels des autres139 », fait croire à une situation figée, dans laquelle l’hérédité des métiers serait effectivement la règle absolue.

  • 140 Sur 296 inventaires qui mentionnent le métier du défunt, 32 seulement mentionnent le nom du père, (...)
  • 141 CAOM 1 Mi 61 (s.n.), p. 54.
  • 142 CAOM 1 Mi 60 Z 161, p. 101.
  • 143 CAOM 1 Mi 61 (s.n.), p. 27.
  • 144 CAOM 1 Mi 70, n° 19, p. 97.
  • 145 CAOM 1 Mi 61 (s.n.), p. 16.
  • 146 CAOM 1 Mi 60 Z 161, p. 38.

64Il est donc assez surprenant de constater que le changement de métier entre père et fils n’était pas rare. Le nombre d’inventaires qui mentionnent le métier du défunt et celui de son père est cependant trop limité pour que l’on puisse tenter une véritable analyse140. Il est possible néanmoins, en utilisant les actes de habus, de constater que dans la plupart des cas où les métiers du père et du fils sont mentionnés, il s’agit d’occupations différentes : c’est ainsi que nous trouvons par exemple un qazzâz (fabricant de soie) fils de dabbâgh (tanneur)141, un sammâr (maréchal) fils de najjâr (menuisier)142, nous avons même trouvé un acte de waqf d’un Muhammad amîn jamâ`at al-khayyâtîn (chef de la corporation des tailleurs), fils d’al-Hâjj Ahmad al-maqfûljî (cordonnier)143. Nous avons également trouvé des cas où la même personne avait changé de métier : al-Hâjj Ahmad al-barâd’î (bâtier), devenu `attâr (épicier)144 ; un ancien tailleur de pierres, hajjâr, devenu marchand de soie, harrâr145 ; ou encore al-sayyid al-Hâjj Mahdî al-tâjir alân al-najjâr kân (aujourd’hui négociant, anciennement menuisier)146. Certes, le nombre de cas est beaucoup trop limité pour en tirer des conclusions. Il semble néanmoins que malgré la rigidité du système, une certaine mobilité était toujours possible aussi bien vis-à-vis de l’occupation familiale, qu’entre les différentes corporations de métiers. L’hérédité que nous avons mentionnée plus haut ne jouerait que dans le cadre de l’appartenance à une couche sociale et non pas dans celui du rattachement à une profession déterminée.

Résistance à la pénétration économique européenne

  • 147 Venture de Paradis, p. 121.
  • 148 Ibid., op. cit., p. 137.
  • 149 T. Shaw, p. 295.
  • 150 A.Juchereau de Saint-Denis, 1831, p. 86 ; A.Amine, « Conditions », p. 29.
  • 151 P.Boyer, 1963, p. 195.

65Si pour l’artisanat du Caire du xviiie siècle, la pénétration économique européenne commence à produire des résultats néfastes, il n’en est pas de même pour Alger, du moins avant la fin du xviiie siècle. Selon le témoignage de Venture, l’« industrie » du textile algérien avait su résister à son époque aux essais de pénétration des marchandises européennes, grâce à sa qualité supérieure : c’était le cas des « rubans couleurs écarlate et violet [qui] ont même plus d’éclat et de solidité que ceux de la chrétienté147 ». Un autre exemple est l’échec de l’introduction dans le marché algérois des bonnets manufacturés à Marseille en raison de leur qualité inférieure. « Dans toute la Syrie et en beaucoup de pays de Turquie, remarque l’auteur, on se contente cependant de ceux qui sont fabriqués en France et à Gênes148. » Des remarques de voyageurs on peut apprendre qu’au moins une grande partie des importations ne concurrençait pas la production locale mais la complétait : en parlant de la fabrication des textiles et de la soie, T. Shaw remarque qu’elle n’est pas assez importante pour répondre aux besoins de la population locale, et que l’importation de textiles sert à combler les déficits149. Il ne s’agit donc pas d’une concurrence entre la marchandise européenne et la fabrication locale. Le jugement de Juchereau va dans la même direction : « Toutes les marchandises importées étaient des objets de luxe ; à l’exception des soies écrues de Smyrne [Izmîr], elle ne pouvaient alimenter aucune industrie locale150. » La liste d’importations de la Régence, établie par le consul américain Shaler en 1822, montre clairement « le caractère très particulier des objets importés, soit produits de luxe [...] soit denrées coloniales de faible volume, complément indispensable de la production locale151 ».

  • 152 A.Raymond, 1977, p. 191.
  • 153 M.Hoexter, 1979, pp. 51-57.
  • 154 M.Amine, « Conditions », pp. 18-19.

66Il semble donc que contrairement à l’artisanat cairote qui souffrait de « l’état d’anarchie intérieure qui s’aggrava au dix-huitième siècle et [de] l’indifférence des autorités152 », la situation à Alger était très différente. Non seulement la seconde moitié du xviiie siècle a été marquée par une stabilité remarquable, notamment sous le règne de Mehmed Pacha bin Osmân, mais encore les autorités suivaient de près un très grand nombre de professions artisanales, du fait d’un « système exceptionnellement développé des arrangements permanents entre les autorités et les artisans », qui prévoyait l’approvisionnement de l’État en produits divers, comme l’avait montré M. Hoexter153. Le résultat était donc une production assez variée et d’une qualité suffisante pour répondre à la plupart des besoins d’Alger, aussi bien des dirigeants que de ceux du peuple. Il ne faut pas, néanmoins, avoir l’impression qu’il s’agissait d’une « production industrielle », car ce n’était pas le cas. Tous les témoignages s’accordent sur la très faible valeur de l’exportation algérienne à l’époque, même si, comme le montre M. Amine, les échanges avec Marseille avaient tendance à se développer à l’époque du pacha Mehmed bin Osmân154.

Les femmes

67Nous avons déjà vu que le nombre de femmes dans notre corpus est de 669 à comparer avec 2 306 hommes (environ 29 %). Parmi l’ensemble des Algérois de souche (baldi) ce rapport est plus équilibré : 438 femmes et 555 hommes (environ 44 %). Pour la période 1699-1701 nous possédons 89 inventaires de baldi dont 31 femmes. Ce petit groupe de femmes bénéficiait d’une fortune moyenne de 3 334 saîma, contre seulement 2 626 saîma pour les 58 hommes. Pour la période de 1786-1803, nous disposons de 407 inventaires de femmes d’origine algéroise, dont la fortune moyenne de 521 riyâl ne représente qu’environ 60 % de celle des 497 hommes de la même origine (850 riyâl).Les documents semblent indiquer un processus d’appauvrissement des femmes algéroises survenu durant le xviiie siècle, mais faute d’un échantillon plus important pour le début du siècle, nous ne pouvons l’affirmer. Si, en revanche, on compare la fortune moyenne des femmes baldi avec celle des 66 femmes libres dont les inventaires indiquent des origines autres que baldi (390 riyâl), on constate que les femmes baldi bénéficiaient d’une fortune moyenne un peu plus élevée. Le groupe des femmes baldi se distingue aussi de celui des autres femmes libres d’Alger (des femmes barrânî, originaires d’autres villes algériennes ou pays arabes) dans la période 1786-1803 par un taux de mariage plus élevé : 185 sur 407 baldi (soit 45 %) contre 23 sur 66 femmes libres dont les origines se trouvaient ailleurs (soit 35 %). La fortune moyenne des femmes mariées est toujours plus élevée que celle des célibataires : elle s’élève à 726 riyâl chez les baldi et à 655 riyâl chez les autres.

La composition du patrimoine des femmes

  • 155 Inventaire vol. I, pp. 13-14.
  • 156 Idem, p. 97.

68Dans la période 1699-1701, une partie non négligeable du patrimoine des femmes riches se composait de biens immobiliers qui étaient leur propriété mulk. Six des inventaires de femmes mentionnent la présence de tels biens dans les successions, et ils pouvaient représenter environ 75 % de la somme totale de la succession : la succession de la femme la plus riche du groupe du début du siècle, Nafisa bt. Usta Muhammad, morte au mois de rabî` al-awwal AH 1111/août-septembre 1699, s’élève à 27 448 saîma. Elle compte entre autres : un sixième de hammâm (825 saîma), une maison (3 050 saîma), un tiers d’une autre maison (8 533 saîma), un jardin et un haûsh (d’une valeur de 8 120 saîma)155. Il en est de même dans le cas d’une autre femme parmi les plus riches de la même période, `Awîsha bt. al-Hâjj al-Baqât, dont 78 % de la valeur de la succession (10 074 sur 12 847 saîma) sont des biens immobiliers (trois maisons et des parties de maison en l’occurrence)156. Dans les deux cas, le reste de la succession est composé principalement d’objets personnels, de vêtements et de meubles.

  • 157 Sur l’utilisation du mot fard pour signifier une chaîne en or, cf. Ibn Hamadouch, p. 239, n. 673.
  • 158 CAOM 1 Mi 8, Z – 17. Cf. plusieurs exemples dans la même source, et aussi, Ibn Hamadouch, pp. 238- (...)

69Dans la période 1786-1803 la propriété de biens immobiliers est exceptionnelle, aussi bien chez les hommes que chez les femmes : sur notre échantillon de 904 inventaires des Algérois de souche, seuls 18 mentionnent la propriété mulk du logement. La composition du patrimoine est donc différente : la succession d’un grand nombre de femmes parmi les plus riches est composée de bijoux et d’argent liquide, qui peuvent représenter une partie très importante de la succession. Les bijoux figurent d’ailleurs parmi les biens promis aux femmes dans les contrats de mariage, où il est question de quantité et non pas de valeur : Ibrâhîm shâwush al-`askar (`asker tchâvûchï) indique par exemple dans le contrat de son mariage avec al-Zahra bt. Hasan (du mois de jumâdâ al-thâni AH 1234/avril 1819) qu’il lui donnera au titre de sa dot (sadâq) une somme de 1 000 dînâr ainsi qu’un cafetan d’une valeur de 15 dînâr sultâni (chaque dînâr représente une valeur de 9 riyâl), une ceinture d’une valeur de 12 dînâr, ainsi que cinq qintâr de laine, cinq chaînes d’or (afrâd)157, deux qintâr et demi de perles (jawhar) et une esclave noire d’une valeur de 80 dînâr158.

  • 159 Vol. 4, p. 8.
  • 160 Vol. 2, p. 168.
  • 161 A. Devoulx, « Registre », p. 74.
  • 162 Vol. 4, p. 58.
  • 163 Idem, pp. 66-67.

70Dans le cas de la succession d’une femme dont le nom n’est pas indiqué, datant de rabV al-awwâl AH 1214/août 1799, on trouve que 87 % du montant de la succession, s’élevant à 5 362 riyâl, est constitué de bijoux (d’une valeur de 4 648 riyâl)159. La part des bijoux et du numéraire dans la succession n’est pas toujours aussi grande, néanmoins ils composent une partie non négligeable du montant de la succession. Ainsi, la succession d’une Maryûma bt. Mustafâ, morte en jumâdâ al-thâni AH 1205/février-mars 1791, est composée de ses effets personnels d’une valeur de 1 612 riyâl, de ses bijoux (1 209 riyâl), et d’une somme de 948 riyâl en argent liquide. Les bijoux et le numéraire constituent donc 57 % de la succession160. Quant à la succession de la fille du wardiyân (mot de la langue franque : gardien161), morte le mois de jumâdâ al-thâni AH 1216/octobre-novembre 1801, les bijoux (1 957 riyâl) et l’argent liquide constituent 51 % de son patrimoine dont la valeur s’élève à 4 632 riyâl162. Les mêmes objets constituent 49 % de la somme totale réalisée à la vente de la succession de la fille d’al-Hâjj Sulîmân (2 251 sur 4 593 riyâl)163.

  • 164 Idem, p. 80.
  • 165 Vol. 2, p. 143.

71Signalons une riche succession, datant de mi-rajab AH 1217/novembre 1802, où l’on trouve des biens immobiliers : dans celle d’une femme dont le nom ne figure pas dans le document, le prix de la maison (8 625 riyâl) constitue environ 94 % du montant de la succession164. Dans ce dernier cas l’inventaire ne mentionne pas la présence de bijoux. Finalement, la succession d’une Fâtma bt. `Ashâsh, de la fin rabV al-thânî AH 1204/mi-janvier 1790, est composée à la fois de ses affaires personnelles (2 778 riyâl), ses bijoux (871 riyâl) et une hânût (boutique) d’un prix de 1 400 riyâl165. La partie de la succession composée de la boutique et des bijoux s’élève à 45 %.

72Les exemples sont assez nombreux pour nous permettre d’avancer qu’à la fin du xviiie siècle, les bijoux ont remplacé les biens immobiliers en tant que placement pour les femmes, ou ont constitué au moins un moyen de garder leurs richesses. Nous ne saurions dire pourquoi des objets de valeur qui ne rapportent rien ont été privilégiés, et non sur d’autres placements financiers. Ce choix figure néanmoins parmi les raisons qui ont pu entraîner l’appauvrissement des femmes, mis en évidence par les documents.

Activité économique des femmes

  • 166 A.Marcus, p. 157.
  • 167 D.Haëdo, 1871, p. 203.

73Les documents comprennent huit inventaires de femmes qui exerçaient une activité professionnelle. Ce nombre réduit représente environ 1 % de l’ensemble des femmes toutes périodes confondues. Il n’est néanmoins pas exclu qu’un certain nombre de femmes aient exercé une activité artisanale, comme le tissage qui pouvait se faire à la maison sans que cela fût mentionné dans l’inventaire. Une activité de ce genre n’était pas rare parmi les femmes d’Alep au xviiie siècle par exemple166. Pour la fin du xvie siècle, Haëdo remarque qu’il y avait des femmes qui travaillaient dans le tissage soit chez elles, soit même dans des ateliers publics167, mais nous n’avons trouvé aucun indice sur l’existence de tels ateliers pendant le xviiie siècle.

  • 168 Vol. 4, pp. 79,81-82.
  • 169 M.Rozet, p. 60.

74Dans les huit cas de femmes exerçant un métier, il s’agit de métiers que l’on peut qualifier de féminins : coiffeuse, colporteuse qui se doublait de marieuse, chanteuse, etc. Une seule parmi elles était mariée. La femme la plus riche de ce groupe exerçait le métier de mâshta (coiffeuse). Le montant de la succession de cette femme, morte en novembre 1802, dont l’inventaire ne mentionne pas le nom, s’élevait à 3 011 riyâl. Il semble intéressant de noter que plus de la moitié de la succession est composée de numéraire (1 300 riyâl) et de bijoux (434 riyâl)168. Le fait que l’inventaire ne mentionne pas la présence d’une boutique semble indiquer qu’elle exerçait son métier ou bien chez les clientes ou bien dans des hammâm169.

  • 170 Vol. 2, pp. 40, 129.
  • 171 E. Lane, pp. 161, 191, 193. A. Raymond, 1973, p. 275.

75Deux femmes, d’une situation très inégale, sont décrites comme exerçant le métier de dallâla (courtière, colporteuse) : Nasra al-dallâla, morte le mois de mai 1788, laissait une succession d’une valeur de 49 riyâl, à comparer avec les 1 924 riyâl qui constituaient le montant de la succession de `Awîsha bt. Nadra, al-dallâla, seule femme mariée parmi ces huit femmes ayant une profession, morte au mois de mai 1789170. On peut supposer que ces dallâla étaient semblables à celles d’Egypte, où ces femmes servaient d’intermédiaire pour des femmes de haut rang désireuses de vendre ou d’acheter des ornements, des vêtements, etc., mais à qui leur condition ne permettait pas d’aller elles-mêmes au marché. Les dallâla exerçaient parfois également le métier de marieuse171.

  • 172 L.de Tassy, p. 108, cf. aussi, M.Rozet, p. 59.
  • 173 M.Hoexter, 1979, p. 333, n. 29.
  • 174 Vol. 4, pp. 77-78.

76Une esclave noire (ama) est décrite comme mu`allimat hammâm al-Janîna (exerçant le métier de maîtresse du bain public du quartier de la Jenina). « Les femmes ont leurs bains particuliers, où les hommes n’oseraient entrer », écrit L. de Tassy172, mais il est aussi possible que dans ce cas il se soit agi d’un hammâm qui servait les hommes le matin et les femmes l’après-midi. Les bains publics étaient le monopole des Mozabites, qui étaient obligés d’y employer des femmes aux heures d’ouverture pour femmes. Ils avaient l’habitude d’employer des esclaves noires173, mais d’après notre document il semblerait qu’une partie de ces esclaves noires avaient plus de responsabilités que les simples employées en tant que responsables du hammâm. Cette esclave noire, morte en octobre 1802, laissait une succession d’une valeur de 1 762 riyâl, une somme considérable, quatre fois plus élevée que la fortune moyenne de l’ensemble des femmes dans la période de 1786-1803 (413 riyâl)174.

  • 175 M.Beaussier, p. 924. Cf. aussi E.Lane pour une description de chanteuse (‘A’l’meh), pp. 354-355.
  • 176 Pour une description et un dessin de cet instrument, cf. E.Lane, pp. 355-356.
  • 177 Vol. 2, pp. 63, 70.

77Deux inventaires concernent la chanteuse Nafisa al-maddâha et la musicienne Fâtma al-Kamânja (joueuse de kâmanja ou kâmansha).La maddâha est décrite comme une « chanteuse qui joue du tambour dans les noces et autres cérémonies175 ». Quant à la kamânja, il semble que le nom de son instrument de musique soit devenu son surnom176. La valeur de la succession de ces deux femmes, mortes au mois de mai 1786 toutes les deux, s’élevait à 22 et 400 riyâl respectivement177.

  • 178 Vol. 2, p. 144.
  • 179 Idem, p. 66.

78Le dernier inventaire de femme qui mentionne explicitement un métier concerne une prostituée (mûmisa) dont le document, datant du mois de février 1790, n’indique pas le nom. Sa succession d’une valeur de 22 riyâl est apportée par le mizwâr (chef de la police nocturne et inspecteur des prostituées, ce qui confirme bien les fonctions remplies par ce préposé)178. Un autre inventaire semble concerner lui aussi une prostituée, car les biens de la défunte dont l’inventaire n’indique pas le nom sont apportés eux aussi par le mizwâr, au mois de juin 1787. Le montant de la succession est de 10 riyâl179. Les deux inventaires, qui montrent un niveau de fortune très bas, peuvent indiquer que l’une des raisons qui ont poussé ces femmes vers ce métier est leur pauvreté, mais ils peuvent également signifier que la prostitution n’était pas un métier lucratif.

  • 180 L. de Tassy, p. 146 ; J. A. Peyssonnel, p. 239 ; Venture de Paradis, p. 225 ; M. Rozet, pp. 113-11 (...)
  • 181 M.Rozet, p. 113.
  • 182 A.Corbin, p. 64.
  • 183 M.Wood Hill, pp. 27, 32.
  • 184 « Ministère de la Guerre », p. 317.
  • 185 La milice ottomane qui avait déséquilibré les proportions hommes-femmes dans la ville ayant dispar (...)

79La prostitution à Alger à l’époque ottomane semble avoir été la réponse au problème que posait une grande concentration de ces jeunes hommes célibataires qu’étaient la plupart des janissaires. Le phénomène de la prostitution a attiré l’attention de tous les voyageurs, qui n’ont pas manqué de le commenter mais qui, malgré cet intérêt manifesté, n’ont pas laissé de renseignements fiables : comme ils le remarquent, ces femmes étaient interdites aux non musulmans, par conséquent toute information à leur égard ne peut pas être un témoignage direct180. Les chiffres avancés pour décrire cette population semblent excessifs : « On m’a assuré qu’il y en avait près de six mille ; mais cependant ce nombre me semble un peu exagéré », remarque M. Rozet qui propose le nombre de 3 000, « ce serait encore bien assez, ajoute-t-il, pour une ville de trente mille âmes »181. Faute de documentation suffisante il nous est impossible d’entrer dans une analyse de ce sujet. Nous pensons que le nombre de 3 000 prostituées pour la ville d’Alger en 1830 semble bien trop élevé, car il signifierait qu’environ 10 % de l’ensemble de la population de la ville se livraient à ce métier ! A titre de comparaison, notons que dans son analyse des données sur la prostitution en France, A. Corbin fixe à 17,35 pour dix mille de la « population féminine âgée de 15 à 49 ans » le nombre de prostituées dans sept départements français, répartis sur l’ensemble du territoire national en 1851. Le nombre de ces prostituées s’élevait à 16 239182. Le nombre de prostituées à New York en 1831 est estimé à 2,1 % de la population féminine de la ville183. Ce pourcentage est presque égal à celui d’Alger en 1833, où selon le « Tableau de la situation des établissements français dans l’Algérie » il y avait seulement 175 prostituées pour l’an 1833184 : à cette date la population est estimée à 16 000, dont à peu près la moitié serait des femmes185, les prostituées représentaient donc en 1833 environ 2 % de la population féminine d’Alger.

  • 186 A. Marcus, 1989, p. 157-158.

80Pour conclure, les femmes exerçant une activité professionnelle, en accord avec ce que nos documents nous permettent d’identifier, représentent un nombre très limité. Tous les métiers indiqués dans les inventaires de femmes tombent dans la catégorie de « service », et peuvent être décrits comme des professions féminines. A cet égard, la situation des femmes algéroises n’est pas différente de celle des femmes dans la ville d’Alep à la même époque186. Il est très vraisemblable qu’à Alger, à l’instar d’Alep, les femmes exerçant une activité économique étaient issues des couches les plus défavorisées de la population, mais, comme le montre une partie des inventaires, il n’était pas impossible pour les femmes d’amasser une fortune assez importante.

  • 187 A.Temimi, « Grande Mosquée ».
  • 188 CAOM 1 Mi 60, z. 161 ; 1 Mi 61, s.n. ; 1 Mi 70, n° 16 ; 1 Mi 70, 20, n° 2.

81La rareté des cas de femmes exerçant une profession, mentionnées dans les inventaires, n’indique pas qu’elles étaient économiquement inactives. Elles participaient, d’une manière assez passive, il est vrai, aux transactions de biens fonciers, sans lesquelles le développement ou même l’entretien de la ville aurait était impossible. En leur qualité d’héritières, un nombre non négligeable d’immeubles leur était dévolu. Si ces biens ne se trouvent pas dans les successions, c’est qu’il faut les chercher ailleurs. Une analyse des registres de différents habus d’Alger révèle qu’environ 30 % des habus fondés par les habitants de la ville (aussi bien les militaires que les civils) l’étaient par des femmes. Par exemple, dans le registre des biens habus au profit de la Grande Mosquée d’Alger qui est publié par A. Temimi, 140 des 507 entrées qui mentionnent le nom du fondateur citent des femmes (environ 28 %)187. Cette proportion est confirmée par nos documents : parmi les 1 101 actes de fondation de habus que dénombrent les quatre registres de waqf utilisés par nous dans l’étude des kuloghlu, 350 sont le fait des femmes (32 %)188.

  • 189 Cf. M.Hoexter, 1984. Idem, 1997.
  • 190 T.Shuval, 1996 ; M.Hoexter, 1997.
  • 191 Le mauvais état explique pourquoi les responsables (le qâdî ou le majlis `ilmî) se mettent d’accor (...)

82Comme les femmes étaient propriétaires, et qu’elles constituaient des habus, elles faisaient partie de la population économiquement active ; car le fait qu’un bien foncier soit constitué habus ne signifiait pas sa sortie définitive du cercle de l’économie : il pouvait être loué, échangé, et même loué à très long terme sous forme de bail de `anâ’. L’activité concernant les biens habus est normalement enregistrée : les quatre registres de waqf mentionnés plus haut comptent, outre les 1 101 résumés de waqfiyyât, 75 actes de `anâ’, un bail qui consiste en la location à très long terme de l’emplacement d’un immeuble habus que son mauvais état a rendu inutilisable et en un engagement du locataire à construire un autre immeuble à sa place189. Trois de ces `anâ’ sont conclus par des femmes. Un autre système de réintégration des biens habus dans le cercle de l’économie visait l’échange de ces biens contre des biens mulk (mu`âwada), un exercice qui n’était pas apprécié des ulémas, mais qui était néanmoins assez répandu190. Dans les mêmes registres nous avons trouvé 83 actes de mu`âwada. Aucun de ces échanges n’est à l’initiative d’une femme. Dans les cas où une femme fait partie de la transaction, c’est toujours en tant que dévolutaire de biens habus qui doivent être échangés à cause de leur mauvais état, ce qui signifie que la dévolutaire ne pouvait pas les entretenir faute de moyens suffisants191. Le rôle joué par les femmes, même en tant que propriétaires ou dévolutaires, était donc limité, mais surtout passif.

  • 192 G.Baer, 1983, p. 27.

83Cela peut d’ailleurs expliquer un certain appauvrissement des femmes entre le début et la fin du xviiie siècle, car, comme l’a déjà montré G. Baer, pour les femmes d’Istanbul au xvie siècle, sur le long terme, le waqf favorisait le recyclage de la propriété qui lui était dévolue, au sens où des biens attribués à des femmes sous forme de succession ou autres revenaient graduellement aux mains de bénéficiaires mâles et sous contrôle d’administrateurs mâles. Ainsi, concluait cet auteur, l’évolution du waqf révélait un affaiblissement effectif de la situation économique des femmes en tant que groupe192.

Lieux de résidence des baldi

  • 193 51 baldi et seulement 13 autres civils ayant une adresse, et 38 baldi et 13 autres civils sans dom (...)

84Comme dans le cas des militaires, nous n’avons d’indices sur les logements des civils que pour une partie des inventaires. Nous avons divisé les baldi en deux groupes : ceux pour lesquels on a un indice de logement dans l’inventaire, et ceux qui sont sans domicile connu. Nous comparerons les baldi avec les autres civils hormis les esclaves, car les esclaves étaient logés selon leur situation particulière : ceux qui appartenaient au beylik étaient logés dans des bagnes, ceux qui appartenaient à des particuliers habitaient normalement chez leur maître. Les cas pour la période 1699-1701 étant trop réduits pour une analyse193, seule est étudiée la situation dans la période de 1786-1803.

Tableau XXX : Les logements des civils

Tableau XXX : Les logements des civils
  • 194 La rubrique « autres » regroupe les civils autres que les baldi.

Note 194194.

  • 195 M.Rozet, p. 66. Cela est corroboré par la composition de la succession d’une partie de ces gens, q (...)

85Le tableau montre tout d’abord qu’avec ou sans adresse connue, ce sont toujours les baldi qui bénéficiaient d’une fortune moyenne plus importante. Il démontre aussi que, alors que les Algérois de souche dont l’inventaire n’indique aucune adresse bénéficiaient d’une fortune moyenne de plus de deux fois plus élevée que celle des autres baldi, il n’en allait pas de même chez les « non-baldi ». L’explication de la pauvreté relative des « sans domicile connu » parmi ces derniers semble liée à la composition même du groupe dont une grande partie (30 sur 59) sont des barrânî, un des éléments les plus pauvres de la population de la ville, nous l’avons vu. Le grand nombre de barrânî dans ce groupe indique aussi la possibilité qu’au moins une partie de ces « sans domicile connu » aient habité effectivement dans la rue, comme en témoigne M. Rozet : « Presque tous les Arabes et les Berbères qui viennent à Alger [...] couchent au milieu de la rue195. »

  • 196 CAOM 1 Mi 60, z 161 ; 1 Mi 61 (s.n.).

86Chez les baldi, la situation est inverse, les 155 individus « sans domicile connu » bénéficiant d’une fortune moyenne deux fois plus importante que celle de l’ensemble des Algérois de souche. Cela montre clairement que ce groupe était à l’abri du besoin, et que ses membres devaient logiquement habiter quelque part, les inventaires n’indiquant malheureusement pas le lieu exact. Une des raisons possibles de cette omission est qu’il s’agissait d’habitations localisées dans des logements qui étaient habus, fondés par l’individu ou dévolus en sa faveur. Pour cette raison, le logement ne figure pas parmi les biens, car il n’en fait plus partie. Comme la personne habite un logement qui est waqf et dont elle tire bénéfice, elle ne paie plus aucun loyer. Étant donné que la vente du logement ou le loyer dû sont les motifs de son enregistrement, un logement qui est waqf, mais dont l’habitant ne paie pas le loyer puisqu’il est lui-même le bénéficiaire, échappe ainsi à l’enregistrement. Cette hypothèse semble valable vu le grand nombre de habus dans la ville, et le petit nombre de cas où les résumés des waqfiyyât mentionnent la date de l’arrivée des biens aux mains du dévolutaire définitif, œuvre religieuse, prière, etc. : sur 886 résumés de habus que comprennent les registres des waqf al-Haramayn par exemple, seuls 124 (environ 14 % du total) mentionnent une telle date196. Cela peut signifier qu’une grande partie des biens habus étaient administrés effectivement par des individus qui en étaient dévolutaires, et par conséquent le fait qu’ils en tiraient profit ne figure nulle part.

Types de logements

  • 197 Dans tous les calculs concernant le logement, les Noirs ne sont pas comptés, parce qu’ils habitaie (...)
  • 198 Pour faciliter la comparaison nous avons ajouté un tableau récapitulatif des types de logement des (...)

87Les inventaires nous renseignent très peu sur le type de logement des Algérois. Nous trouvons des indices dans 36 sur 89 inventaires de baldi (fortune moyenne : 2 873 saîma), et 9 sur 26 autres civils (fortune moyenne 2 815 saîma) pour la période 1699-1701. Cet échantillon est très réduit, et se prête difficilement à une analyse statistique. Dans la période 1786-1803 nous trouvons des indices dans 112 des 904 inventaires de baldi (fortune moyenne : 702 riyâl) et 42 des 278 autres civils (fortune moyenne 397 riyâl)197. La répartition des différents types de logement dans la période 1786-1803 est représentée dans le tableau ci-après198.

Tableau XXXI : Types de logement de la population (1786-1803)

Tableau XXXI : Types de logement de la population (1786-1803)

88Nous constatons la forte prédominance de la maison en tant que lieu d’habitation des Algérois de souche au détriment de tout autre. C’est aussi vrai pour les « autres civils » dont une petite majorité habitait elle aussi dans des maisons. Il n’en allait pas de même pour ce qui est des janissaires, dont seulement une minorité logeait dans des maisons. Comme la fortune moyenne des « autres civils » résidant dans des maisons n’est pas très différente de celle des baldi dans la même situation, nous pensons qu’au moins une partie de ces « autres civils » étaient en fait des Algérois qui avaient gardé le nom de leur lieu d’origine bien qu’intégrés dans la ville depuis longtemps.

  • 199 L. de Tassy, p. 105.

89En revanche, si l’on constate que les habitants des maisons forment le groupe le plus riche parmi les Algérois de souche dont le type de logement est connu, ce qui paraît logique, il n’en va pas de même pour les « autres civils », dont le groupe le plus riche se trouve dans les caravansérails. Les funduq « sont de grands corps de logis appartenant à des particuliers, écrit Laugier, où il y a plusieurs cours, des magasins et des chambres à louer. Les marchands turcs du Levant, ou autres, qui viennent avec des marchandises à Alger, vont loger dans ces fundus (sic), où ils ont toutes les commodités nécessaires pour leur commerce199 ». Il y avait dans la ville une trentaine de ces bâtiments qui servaient à la fois de logement temporaire à des gens de passage et aux commerçants étrangers, ainsi qu’un lieu d’échange et parfois de production. Comme nous l’avons déjà constaté, ces funduq constituaient aussi un lieu d’habitation pour les militaires n’habitant pas dans la caserne. Le grand nombre de résidents des funduq parmi les « autres civils » et leur fortune moyenne, qui est la plus élevée parmi les résidents des logements dont le type est connu, semblent confirmer l’observation des voyageurs qui considéraient qu’il y avait de riches commerçants parmi eux, même si les inventaires ne le mentionnent pas.

  • 200 L. de Tassy, loc. cit. ; M.Rozet, p. 66.

90Le nombre de résidents dans des caravansérails parmi les baldi (environ 29 % du nombre de baldi dont le type de logement est indiqué dans l’inventaire) semble anormalement élevé, notamment lorsqu’il s’agit des originaires de la ville d’Alger. Aucun des voyageurs qui mentionnent les caravansérails ne relève un tel phénomène200. Notons que la fortune moyenne de ce groupe représente moins de la moitié de celle de l’ensemble des baldi dont le type de logement est connu. Il faut aussi remarquer que le taux de mariage parmi ces baldi est très bas par rapport à l’ensemble des Algérois de souche : 19 % (6 sur 32) à comparer avec un taux de 42 % pour l’ensemble. Le nombre d’hommes dans ce groupe est de 29 (sur 32). Le profil de la très grande majorité des baldi résidant dans des caravansérails est donc le suivant : ce sont des hommes, célibataires, bénéficiant d’une fortune moyenne inférieure à celle de l’ensemble des baldi. Cela peut expliquer la présence de ces Algérois dans des funduq, mais nous ne trouvons pas d’explication à leur nombre relativement grand.

91Le tableau met en évidence le nombre relativement bas des individus résidant dans des appartements et des parties de maisons (bayt, ghurfa, misriyya), qui est de 10,5 % chez les baldi et de 14 % chez les autres civils. Il en allait de même pour les résidents dans des étages supérieurs (`ulwî) : 4,5 % des baldi et une seule personne parmi les autres civils. En ce qui concerne les appartements et les parties de maison, il en était de même au début du siècle. Quant aux `ulwî, ils venaient en deuxième lieu chez les baldi au début du siècle, mais ils étaient beaucoup moins populaires à la fin de celui-ci. Nous avons déjà souligné l’importance de cette forme de logement pour le calcul de la population de la ville. Il nous semble que ce nombre peu élevé des Algérois de souche habitant dans des parties de maison s’explique par la pratique à Alger de l’habitat uni familial.

Propriété et location des logements

92Pour ce qui est de la propriété des logements des baldi, nous avons décompté les locations à très long terme, la `anâ’ et la jalsa, avec les propriétés. Nous n’avons pas établi dans ce cas une rubrique séparée pour les « autres civils » car leur nombre est très réduit : trois locataires et un seul propriétaire dans la période 1699-1701, et deux propriétaires dans la période 1786-1803, mais quarante-deux locataires avec une fortune moyenne de 796 riyâl, pratiquement égale à celle des baldi.

Tableau XXXII : Propriété des logements des baldi

Tableau XXXII : Propriété des logements des baldi

93La proportion des locataires et des propriétaires parmi les Algérois de souche n’est pas différente de celle des militaires et des civils en général. La même tendance apparaît : une proportion relativement élevée de propriétaires au début du siècle, par rapport à celle, très basse, de la fin du siècle, et une proportion élevée de locataires au début du siècle qui ne fait qu’augmenter à sa fin. Notre hypothèse, déjà présentée plus haut, est que la croissance du nombre de biens fondés en habus ou acquis par le beylik, dans une ville comme Alger, où le nombre total de bâtiments est limité, entraînait une diminution du nombre d’immeubles appartenant en mulk à des particuliers, ce qui devait créer une pression sur le marché de l’immobilier. Le résultat de cette situation serait une augmentation du nombre de biens habus introduits dans ce marché sous des formes diverses, notamment le contrat de `anâ et l’échange. La croissance du nombre d’échanges et des contrats du genre `anâ servirait donc d’indice de la diminution du nombre des bâtiments « libres », ce qui signifierait une augmentation de l’offre de logements à location.

  • 201 CAOM 1 Mi 60 z 161 ; 1 Mi 61 (sans numéro Z).
  • 202 CAOM 1 Mi 70 n° 24. Il faut souligner qu’une entrée dans le registre peut concerner plusieurs bâti (...)

94L’analyse de deux registres des biens habus au profit des deux villes saintes peut mettre en évidence une telle situation201. Outre les 911 fondations de habus que comptent ces registres, dont 529 sont le fait d’Algérois de souche, ils comprennent des actes de location à très long terme (`anâ’), et des échanges de biens habus contre des biens mulk, dits mu`âwada. Puisque le phénomène concerne aussi bien les baldi que le reste de la population, nous examinerons l’ensemble des actes de habus, ensuite les actes de `anâ’ et d’échange. A côté de ces deux registres, nous analysons un registre des biens du beylik202. Ce registre compte 87 entrées portant sur des maisons, des boutiques, des fours, etc. La répartition de ces actes figure dans le tableau ci-après.

  • 203 Nous n’avons compté que les résumés portant la date de la fondation, d’où les différences de nombr (...)

Tableau XXXIII : La décroissance du nombre des bâtiments « libres »203

Tableau XXXIII : La décroissance du nombre des bâtiments « libres »203
  • 204 Il ne faut pas oublier que les nombres pour la période 1215-1246 portent sur une trentaine d’année (...)
  • 205 A.Abdel Nour, p. 108.
  • 206 D. Lesbet, p. 34.

95Ce tableau montre une croissance continue du nombre de fondations de habus jusqu’au milieu du xviiie siècle. A partir de cette époque, nous constatons que la croissance s’arrête, et que le nombre de fondations de nouveaux habus diminue de manière très remarquable. Contrastant avec cette diminution, les nombres des actes de `anâ’ et des échanges des biens habus contre des propriétés mulk commencent à s’accroître204. De même, on constate une croissance très rapide dans les acquisitions des biens par le beylik qui coïncide avec la décroissance du nombre des fondations de habus. Ces résultats nous permettent effectivement de suggérer une diminution du nombre des biens fonciers « libres » en circulation immobilière ; la croissance du nombre d’acquisitions par le beylik semble avoir concurrencé les achats des particuliers, ce qui expliquerait l’introduction des biens habus dans le marché immobilier. Il ne faut pas oublier qu’Alger était une ville sans faubourgs, et sans espaces intérieurs vides. Le marché immobilier portait donc soit sur des bâtiments déjà existants, soit sur des ruines qui libéraient leur emplacement pour de nouvelles constructions. Dans de telles conditions, la sortie d’un très grand nombre d’immeubles de la circulation commerciale devait entraîner des biens habus dans le marché, comme le montre le tableau. Il faut noter néanmoins que le recours à la location de logement, même s’il paraît logique, car beaucoup moins onéreux que la propriété, n’était pas une démarche évidente. Il est intéressant de faire une comparaison avec la situation d’Alep, qui est bien connue. « L’Alépin était généralement propriétaire de son logement. Constatation banale, remarque A. Abdel Nour, mais qui devait peser lourdement sur les comportements sociaux. » La tendance à acquérir ou construire une maison était très forte, bien qu’il s’agît d’un investissement difficile à assurer, continue cet auteur qui explique que la ville d’Alep, au xviiie siècle, connaissait une situation de déclin commercial, et peut-être déjà artisanal aussi, qui coïnciderait avec une puissante immigration rurale. « La conjugaison des effets de ces deux phénomènes fut très grave sur l’habitat qui se dégrada rapidement par un morcellement des bâtiments, qui furent partagés entre plusieurs familles205. » Pour revenir à Alger, il semble toutefois que cette dégradation des maisons (ainsi que des lieux de culte) n’est survenue qu’après la prise de la ville en 1830206.

Notes

1 A.Raymond, 1985, p. 81. Nous suivons l’auteur qui propose de rassembler sous l’appellation de `ulamâ tous ceux dont les activités sont « liées à la communication de la religion et du savoir, à l’administration de la justice, à la diffusion de la culture ». D’habitude, les ressources de cet ensemble « dépendaient des revenus que distribuaient les fondations à but religieux et charitable (waqf et habous), et tout aussi largement du patronage de l’État » (Ibid., op. cit.. p. 79). On voit donc que la définition du groupe est très large.

2 B.Johansen (1982, p. 24) compte 370 « serviteurs des mosquées », nombre auquel il faut ajouter les deux qâdî et le personnel des deux cours, les deux mufti et les personnes à leur disposition, et notamment les quelque dizaines d’enseignants (« une infinité » selon L. de Tassy p. 104, « une centaine » selon M.Rozet, p. 74. Cf. aussi « Ministère de la Guerre », p. 249).

3 P.Boyer, 1963, p. 200 ; cf. aussi, F.Khiari, 1989, pp. 256-257.

4 B.Johansen, 1982, p. 26.

5 A.Devoulx, « Édifices », p. 380.

6 G.-H.Bousquet, 1954, p. 176.

7 Registre vol. 2, p. 211.

8 Idem, p. 119.

9 Vol. 1, pp. 117-120.

10 Ibn Hamadouch, p. 242, n. 682.

11 P. Boyer, 1963, p. 73.

12 G. Delphin, p. 186 ; A. C.Hess, 1978, p. 170 ; pour A. Lutfi Al-Sayyid Marsot, p. 131, les ulémas sont plutôt des « public opinion makers and manipulators ».

13 Hérault, pp. 67-68 ; P.Boyer, 1963, pp. 78-79.

14 P.Boyer, 1963, pp. 27, 79 ; Tachrifat, p. 47. Noter que dans cette source qui cite 18 et 17 marabouts, additionnés ils donnent 36 !

15 A.Devoulx, « Édifices », ch. XLVI, III, p. 387. Il s’agit d’une chronique dite « du fils du mufti » dont l’origine arabe est perdue, seuls des fragments sont traduits en français chez A.Devoulx (« Édifices ») et par G.Delphin.

16 Ibid., op. cit., ch. XXXVI, II, pp. 292-294.

17 Ibid., op. cit., ch. XXXVI, II, pp. 290-291, 376-377, 388-389.

18 Inventaire vol. 2, pp. 119, 66.

19 A. Devoulx, « Édifices », ch. XXXVI, p. 372. Il nous semble que l’impossibilité de faire circoncire les enfants est plutôt un motif littéraire et non pas une description de la réalité. Cf. Ibn Hamadouch, p. 118.

20 A. Devoulx, op. cit., loc. cit., p. 371. Cf. aussi, sur les différents niveaux de richesse des ulémas à Alger au xviie siècle, F. Khiari, 1989, pp. 258-261.

21 Dans la rubrique « autres citadins » sont regroupés les originaires des autres villes (algériennes ou des autres pays arabes) qui sont mentionnés dans le chapitre concernant la démographie. Noter l’absence des juifs qui ne figurent malheureusement pas parmi nos inventaires.

22 Venture de Paradis, p. 109 et aussi p. 48. Cet auteur inclut donc dans ce terme le groupe dit des barrânîyya, que nous étudierons séparément.

23 P.Boyer, 1963, p. 148.

24 Venture de Paradis, p. 109 ; M.Rozet, p. 70.

25 Pour la période 1699-1701 le pourcentage est de 77,5 % (93 baldi sur 120 civils) ; il est de 65 % pour la période 1786-1803 (900 sur 1 395 civils).

26 L.de Tassy, p. 44.

27 Cf. Venture de Paradis, p. 165 ; P.Boyer, 1970, pp. 79-80.

28 Sur les Andalous au xviiie siècle, cf. F.Khiari, 1993. Pour le début du xviiie siècle, cf. D. Brahimi.

29 L.de Tassy, pp. 48-49, 51.

30 F.Khiari, 1993, p. 120.

31 CAOM 1 Mi 70. Sur un total de cinquante-trois actes, dans quarante-cinq actes la date de la fondation est mentionnée.

32 Le registre CAOM 1 Mi 64 (8), publié par A.Temimi. Cf. A.Temimi, « Grande Mosquée », pp. 163-165.

33 CAOM 1 Mi 70, p. 41.

34 CAOM 1 Mi 60 Z 161, p. 33. Cf. aussi, même source, pp. 18, 27 ; 1 Mi 70 n. 20, pp. 47-8.

35 A.Devoulx, « Notes », p. 392.

36 Cité par D. Brahimi, 1970, p. 50.

37 F.Khiari, 1993, p. 132.

38 M.Hoexter, 1979, p. 4.

39 P.Boyer, 1963, p. 165.

40 H.Touati, p. 278.

41 Ibid., op. cit., p. 279.

42 L.de Tassy, pp. 93, 149 ; Venture de Paradis, pp. 109, 118-119.

43 M.Hoexter, 1983, p. 19 ; cf. H. Touati, p. 277 : « Quatre parmi elles (c’est-à-dire parmi les jamâ’at) sont expressément nommées par le Qânûn. »

44 Venture de Paradis, p. 119. Cf., au sujet de cette corporation, M.Hoexter, 1979, pp. 7-8, et, au sujet de Mozabites, M.Hoexter, 1983, pp. 121-136.

45 P.Boyer, 1963, p. 165.

46 Ibid., op. cit., p. 164 ; M.Hoexter, « Tolba », pp. 122-123 ; M.Gaïd, p. 201.

47 Le nom qabâîli désigne aussi des barrânî qui ne sont pas nègres, dont l’origine n’est ni mozabite ni biskri. Cf. M.Hoexter, 1979, p. 12.

48 M.Hoexter, 1979, p. 9.

49 Venture de Paradis, p. 119.

50 Vol. 2, p. 52.

51 Venture de Paradis, loc. cit.

52 L.de Tassy, p. 93 ; Venture de Paradis, p. 109.

53 L.de Tassy, loc. cit. Cf. aussi : M.Hoexter, 1979, p. 6.

54 M.Hoexter, 1979, pp. 8-9.

55 H. Touati, p. 291.

56 P.Boyer, 1963, p. 165.

57 Idem, loc. cit.

58 M. Hoexter, 1979, p. 12 ; P. Boyer, 1963, p. 166.

59 M.Rozet, p. 70.

60 M.Gaïd, p. 201 ; P.Boyer, 1963, loc. cit., supra.

61 Ibn Hamadouch, pp. 239, 241, 244 ; M.Gaïd, p. 201 ; P.Boyer, 1963, loc. cit., supra.

62 registre vol. 2, pp. 113, 131, 151, 176, 199.

63 Cf. Venture de Paradis, p. 250.

64 P.Boyer, 1963, p. 167.

65 Idem, loc. cit.

66 M. Gaïd, p. 201.

67 P.Boyer, 1963, p. 184.

68 M.Fontenay, 1988, p. 856.

69 G.Metzon, 1954 ; M.Hoexter, 1979, p. 55 ; P.Boyer, 1963, pp. 184-185.

70 V.Pachero, p. 275.

71 P.Boyer, 1963, p. 186 ; M.Hoexter, 1979, p. 55.

72 Cf. N.Rosalem, p. 102, n. 25 ; M.Belhamissi, pp. 63-65.

73 M.Hoexter, 1979, p. 55.

74 M.Emerit, 1952, p. 6. Cf. aussi, P.Ernest-Picard, pp. 22-26.

75 M.Hoexter, 1979, p. 18.

76 P.Boyer, 1963, p. 189.

77 M.Amine, « Conditions », p. 44.

78 Le textile et le cuir étaient les deux « industries » les plus importantes au Caire du xviiie siècle. A.Raymond, 1977, p. 193. Cf. pour Alep, A.Marcus, pp. 159-160.

79 Venture de Paradis, pp. 120-121, 143. Il semble néanmoins que M.Gaïd (p. 190) exagère un peu en affirmant que, « à Alger, 3 000 tisserands confectionnent des tissus et des foulards ».

80 Venture de Paradis, p. 135.

81 Ibid., op. cit.. p. 122.

82 Ibid.. op. cit.. pp. 124, 135.

83 P.Boyer, 1963, p. 192 ; M.Amine, « Conditions », p. 37.

84 P.Boyer, 1963, p. 195.

85 M.Amine, 1991, notamment, chap. II.

86 Inventaire vol. 2, pp. 106-107.

87 Il s’agit vraisemblablement de droits de dévolutaire de biens habus, puisqu’il touchait le loyer de ces hânût, mais leur prix ne fait pas partie de la succession.

88 Vol. 2, pp. 95-96.

89 Vol. 4, pp. 50-51.

90 Vol. 2, p. 206.

91 F.Khiari, 1989, cf. par exemple, pp. 241-244, 259-260, 264-276.

92 CAOM 1 Mi 64, n. 8 ; publié par A.Temimi, « Grande Mosquée ».

93 CAOM 15 Mi 48.

94 CAOM 1 Mi 70 n. 24, « État des propriétés du beylik ».

95 Vol. 4, p. 34.

96 Vol. 2, p. 38.

97 A.Devoulx, « Notes », p. 471.

98 Les « gens de la religion » non compris.

99 Les chiffres pour les sous-groupes de civils ne sont pas assez importants pour être mentionnés séparément.

100 Vol. 2, pp. 40, 63, 70, 129, 144 ; vol. 4, pp. 77, 79.

101 Tachrifat, p. 43 ; H. Touati, p. 271. Peut-on avancer que le Tachrifat ne compte que des « groupements de corporations » (le terme est utilisé par A.Raymond, 1973, pp. 519-520), ce qui expliquerait la grande différence entre le nombre de métiers donné par le Tachrifat et celui que nous avons trouvé ? Sur ce phénomène, cf. H.Gerber, p. 35.

102 Cf., à ce sujet, A.Raymond, 1973, p. 215 ; H.Touati, p. 276.

103 H.Touati, loc. cit.

104 Ibid., op. cit., pp. 274-275.

105 M.Hoexter, 1979, p. 29.

106 A.Raymond, 1973, p. 216 ; H.Touati, p. 276.

107 A. Raymond, 1974, pp. 213-214 ; Idem, 1977, p. 188.

108 Nous ne considérons que les métiers mentionnés dans les inventaires après décès, les seuls qui donnent suffisamment de détails pour une analyse de la richesse.

109 A.Raymond, 1977, p. 189.

110 Les sept cas de femmes qui pratiquaient une activité économique sont comptés dans ce tableau.

111 La deuxième caractéristique est l’inégalité des fortunes. A. Raymond, 1985, p. 89.

112 Idem, loc. cit.

113 F. Khiari, 1990, pp. 282-284.

114 P.Boyer, 1963, p. 239. M. Amine, « Conditions », pp. 12-13.

115 P.Boyer, 1963, pp. 192-197 ; M.Amine, « Conditions », p. 23.

116 Venture de Paradis, pp. 120-122.

117 P.Boyer, 1963, p. 194.

118 M.Amine, « Géographie », p. 287.

119 Ibid., « Conditions », p. 26.

120 CAOM 1 Mi 70, n° 44.

121 R.Le Tourneau, pp. 49, 57, 63.

122 A. Raymond, 1985, p. 89. Cf. aussi, pour Alep, A.Marcus, p. 162.

123 Vol. 2, p. 27.

124 Idem, pp. 106-107.

125 Vol. 4, pp. 35-37.

126 A.Raymond explique cela ainsi : « L’indice d’inégalité sociale de Gini est calculé en établissant les distributions cumulées par personne et par revenu, à partir des pourcentages établis pour chaque tranche de revenus (par exemple : 0 à 1 000, 1 001 à 2 000, 2 001 à 5 000, etc.). A partir de ces données une courbe est construite qui permet de calculer l’indice de Gini. Plus la courbe est « plate » plus l’égalité est grande, plus elle est « creusée » plus l’inégalité des revenus est forte. Un taux de 0 pour l’indice signifierait une égalité totale ; un taux de 1 une inégalité totale. « A. Raymond, 1974, p. 375. Cf. aussi, C.Establet et ai, pp. 171-174. Pour Damas au début du xviiie siècle l’indice de Gini était 0,74. (C. Establet et ai, p. 180.)

127 A.Raymond, 1985, p. 89.

128 La lettre « f » signifie fabricant, le « m », marchand.

129 Parmi eux deux femmes.

130 H.Touati, p. 276.

131 A.Raymond, 1974, pp. 378-379.

132 H.Touati, loc. cit.. supra.

133 R.Le Tourneau, pp. 62-63.

134 H.Touati, p. 275, parle d’une « `açabiya », une « solidarité agnatique » qui fonctionnait aussi bien entre les baldi qu’entre les barrânî.

135 Ibn Hamadouch, p. 9.

136 Ibid, op. cit.. pp. 241-243.

137 H.Touati, pp. 276-277.

138 M.Hoexter, 1979, pp. 32-33. Cf. H.Touati, pp. 275-276.

139 H.Touati, p. 275.

140 Sur 296 inventaires qui mentionnent le métier du défunt, 32 seulement mentionnent le nom du père, et seulement quatre parmi ces dossiers mentionnent le métier du père, qui est différent de celui du défunt dans tous ces cas. Vol. 1, p. 80 (qazzâz. fils de dallâl) ; vol. 2, p. 99 (fakkâh fils de farsâd), vol. 2, p. 141 (jaqmâqjî, fils de bâbûjî), et enfin vol. 4, p. 84 (haffâf, fils de hawwât).Cf. aussi la liste des commerçants musulmans dressée par M. Amine : sur 155 tujjâr recensés, le patronyme ne figure que 62 fois, le métier du père ne figure que dans 4 cas : 3 bah-hâr et un amîn al-sabbâghîn.

141 CAOM 1 Mi 61 (s.n.), p. 54.

142 CAOM 1 Mi 60 Z 161, p. 101.

143 CAOM 1 Mi 61 (s.n.), p. 27.

144 CAOM 1 Mi 70, n° 19, p. 97.

145 CAOM 1 Mi 61 (s.n.), p. 16.

146 CAOM 1 Mi 60 Z 161, p. 38.

147 Venture de Paradis, p. 121.

148 Ibid., op. cit., p. 137.

149 T. Shaw, p. 295.

150 A.Juchereau de Saint-Denis, 1831, p. 86 ; A.Amine, « Conditions », p. 29.

151 P.Boyer, 1963, p. 195.

152 A.Raymond, 1977, p. 191.

153 M.Hoexter, 1979, pp. 51-57.

154 M.Amine, « Conditions », pp. 18-19.

155 Inventaire vol. I, pp. 13-14.

156 Idem, p. 97.

157 Sur l’utilisation du mot fard pour signifier une chaîne en or, cf. Ibn Hamadouch, p. 239, n. 673.

158 CAOM 1 Mi 8, Z – 17. Cf. plusieurs exemples dans la même source, et aussi, Ibn Hamadouch, pp. 238-244.

159 Vol. 4, p. 8.

160 Vol. 2, p. 168.

161 A. Devoulx, « Registre », p. 74.

162 Vol. 4, p. 58.

163 Idem, pp. 66-67.

164 Idem, p. 80.

165 Vol. 2, p. 143.

166 A.Marcus, p. 157.

167 D.Haëdo, 1871, p. 203.

168 Vol. 4, pp. 79,81-82.

169 M.Rozet, p. 60.

170 Vol. 2, pp. 40, 129.

171 E. Lane, pp. 161, 191, 193. A. Raymond, 1973, p. 275.

172 L.de Tassy, p. 108, cf. aussi, M.Rozet, p. 59.

173 M.Hoexter, 1979, p. 333, n. 29.

174 Vol. 4, pp. 77-78.

175 M.Beaussier, p. 924. Cf. aussi E.Lane pour une description de chanteuse (‘A’l’meh), pp. 354-355.

176 Pour une description et un dessin de cet instrument, cf. E.Lane, pp. 355-356.

177 Vol. 2, pp. 63, 70.

178 Vol. 2, p. 144.

179 Idem, p. 66.

180 L. de Tassy, p. 146 ; J. A. Peyssonnel, p. 239 ; Venture de Paradis, p. 225 ; M. Rozet, pp. 113-116.

181 M.Rozet, p. 113.

182 A.Corbin, p. 64.

183 M.Wood Hill, pp. 27, 32.

184 « Ministère de la Guerre », p. 317.

185 La milice ottomane qui avait déséquilibré les proportions hommes-femmes dans la ville ayant disparu depuis 1830.

186 A. Marcus, 1989, p. 157-158.

187 A.Temimi, « Grande Mosquée ».

188 CAOM 1 Mi 60, z. 161 ; 1 Mi 61, s.n. ; 1 Mi 70, n° 16 ; 1 Mi 70, 20, n° 2.

189 Cf. M.Hoexter, 1984. Idem, 1997.

190 T.Shuval, 1996 ; M.Hoexter, 1997.

191 Le mauvais état explique pourquoi les responsables (le qâdî ou le majlis `ilmî) se mettent d’accord pour effectuer l’échange. Cf. CAOM 1 Mi 60 Z. 161, pp. 49, 74, 75, 78, 84.

192 G.Baer, 1983, p. 27.

193 51 baldi et seulement 13 autres civils ayant une adresse, et 38 baldi et 13 autres civils sans domicile connu.

194 La rubrique « autres » regroupe les civils autres que les baldi.

195 M.Rozet, p. 66. Cela est corroboré par la composition de la succession d’une partie de ces gens, qui ne dépasse pas parfois les seuls vêtements du défunt, comme la succession d’un Kabyle dont le nom n’est pas indiqué, d’une valeur de 2 riyâl, composée de son seul haïk. Vol. 2, p. 21.

196 CAOM 1 Mi 60, z 161 ; 1 Mi 61 (s.n.).

197 Dans tous les calculs concernant le logement, les Noirs ne sont pas comptés, parce qu’ils habitaient normalement chez leurs maîtres.

198 Pour faciliter la comparaison nous avons ajouté un tableau récapitulatif des types de logement des membres de la milice, tous grades confondus, l’analyse de ces données pour la partie que nous appelons « l’armée » se trouve dans le chapitre concernant les logements des membres de la milice.

199 L. de Tassy, p. 105.

200 L. de Tassy, loc. cit. ; M.Rozet, p. 66.

201 CAOM 1 Mi 60 z 161 ; 1 Mi 61 (sans numéro Z).

202 CAOM 1 Mi 70 n° 24. Il faut souligner qu’une entrée dans le registre peut concerner plusieurs bâtiments. C’est le cas notamment en ce qui concerne ce registre de biens du beylik.

203 Nous n’avons compté que les résumés portant la date de la fondation, d’où les différences de nombres.

204 Il ne faut pas oublier que les nombres pour la période 1215-1246 portent sur une trentaine d’années seulement, alors que les autres périodes sont d’une cinquantaine d’années chacune ; ce qui accentue encore cette croissance.

205 A.Abdel Nour, p. 108.

206 D. Lesbet, p. 34.

Table des illustrations

Titre Tableau XXIII : La répartition des civils selon les origines et la richesse (1786-1803)
Légende Note 2121.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3690/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Tableau XXIV : Les fondations habus aux bénéfices de fuqarâ’ al andalus
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3690/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Tableau XXV : Les composants du groupe des barrânî
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3690/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Titre Tableau XXVI : Le niveau de fortune des hommes de profession (1699-1701)99
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3690/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Tableau XXVII : Le niveau de fortune des hommes de profession (1786-1803)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3690/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre Tableau XXVIII : Les activités économiquesPériode 1699-1701
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3690/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Période 1786-1803110
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3690/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Tableau XXIX : Moyenne des fortunes selon les métiers
Légende Note 128128.Note 129129.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3690/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Tableau XXX : Les logements des civils
Légende Note 194194.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3690/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Tableau XXXI : Types de logement de la population (1786-1803)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3690/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Titre Tableau XXXII : Propriété des logements des baldi
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3690/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau XXXIII : La décroissance du nombre des bâtiments « libres »203
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3690/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 169k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search