Version classiqueVersion mobile

La ville d’Alger vers la fin du XVIIIe siècle

 | 
Tal Shuval

Première partie. La population : composantes, activités et habitat

Chapitre premier. La population d’Alger

Texte intégral

Le nombre

  • 1 Venture de Paradis, p. 48. Cf. aussi D. Ayalon, p. 18 ; D. Panzac, 1985, pp. 232-240, et particuli (...)

1« Dans tous les pays soumis à l’Al-Coran, il n’y a aucune donnée pour calculer la population. Le gouvernement et ses agents n’ont point intérêt à s’en occuper, parce que l’individu musulman ne paie nulle part la capitation et que l’impôt est attaché à la terre et à ses productions. Les inductions tirées de la mortalité annuelle ne peuvent avoir lieu dans des pays que la peste vient ravager. Les naissances n’y sont point enregistrées ; ainsi, toutes les règles qu’on emploie en Europe pour évaluer le nombre des habitants d’une ville sont nulles pour l’Asie. En comparant une ville musulmane à une ville chrétienne de même étendue, on ne peut même juger d’une population que d’une manière bien vague, parce que tout particulier un peu aisé, surtout dans la Barbarie, a coutume de renfermer ses femmes, ses négresses et ses enfants1. »

  • 2 Au sujet de tapu dans les provinces arabes de l’Empire ottoman, cf. B.Lewis, 1951. La plupart des (...)
  • 3 J. A.Peyssonnel, p. 256.

2Cette observation de Venture de Paradis est à relativiser, car nous savons bien qu’autour du xvie siècle des recensements ont été effectués dans l’Empire ottoman. Pour ce qui est du xviiie siècle, Venture semble toutefois donner une description exacte2. Le problème de la population d’Alger est d’autant plus compliqué que les divers témoins ayant passé ou séjourné dans la ville ont essayé d’évaluer le nombre de ses habitants et nous ont laissé des chiffres qui semblent détachés de toute réalité. La remarque de J. A. Peyssonnel, quant au nombre de maisons de campagne, objets qui se prêtent facilement au sondage, est très significative. « On compte, dit-on, vingt mille de ces masseries c’est-à-dire maisons de campagne ; mais je crois que ceux qui ont fait le calcul des masseries d’Alger y ont ajouté un zéro, et ainsi il faut réduire le nombre de 20 000 à celui de 2 0003. » Cette remarque montre que, parmi les témoins, les différences de calcul concernant même des objets facilement calculables sont parfois énormes. À plus forte raison donc pour les estimations de la population dans une ville, où une grande partie des habitants reste à l’abri des regards indiscrets des étrangers.

  • 4 Lanfreducci et Bosio, cité par F.Cresti, 1982, p. 8.

3Un rapport de deux chevaliers de l’ordre de Malte, Franceco Lanfreducci et Giant Ottone Bosio, datant de 1587, décrit la situation de la ville en ces termes : « Alger est plein d’habitants comme un œuf : il y a au moins cent trente mille âmes, dont six mille janissaires, et vingt-cinq mille soldats en tout ; les esclaves chrétiens se chiffrent à 20 000 environ4. » Le mérite de cette description se trouve dans l’illustration très éloquente qu’elle fait de la densité de la population. Cette image d’une ville « pleine comme un œuf » peut expliquer les valeurs beaucoup trop élevées du nombre des habitants d’Alger, avancées par les deux chevaliers, ainsi que par la grande majorité des voyageurs qui les avaient suivis. Ces chiffres élevés semblent vouloir transmettre ce sentiment de densité plutôt que donner une évaluation plus ou moins précise des habitants.

  • 5 Pour toutes les estimations de la population, cf. F.Cresti, 1986, p. 155.
  • 6 Ibid., op. cit., 1986, p. 154.
  • 7 M.Rozet, pp. 69-70. Noter que rozet compte 52,8 hectares pour l’espace de la ville ; cf. Plus bas (...)

4Les chiffres de la population sont assez variables, parfois pour la même année5. L’évolution démographique de la population de la ville décrirait d’après ces chiffres une courbe signalant une croissance rapide dès le début du xvie siècle, que se stabilise autour de 100 000 habitants pendant le xviie siècle, pour descendre assez rapidement à partir de la moitié du xviiie siècle, et atteindre finalement le chiffre de 30 000 en 18306. Il est utile de rappeler que ce dernier chiffre de trente mille, qui est accepté par la plupart des chercheurs pour la population d’Alger à la veille de l’intervention française, n’est que le résultat d’une spéculation : « Dans le dénombrement que nous avons fait, note M. Rozet, nous n’en avons trouvé que 16 000. J’admets que la difficulté de pénétrer chez les musulmans, et la crainte des juifs que l’on impose les familles en raison du nombre de leurs membres, aient fait commettre une erreur d’un cinquième en moins, et qu’un tiers ait émigré suite à l’arrivée de l’armée française, ce qui porterait la population à 30 000 ames (sic) ,et, continue-t-il avec perspicacité, je pense que c’est déjà beaucoup sur un espace de 528 000 mètres carrés où une grande partie des maisons n’est occupée que par une seule famille7.« Cette dernière remarque indique une analyse possible qui peut permettre d’accepter ou au contraire de rejeter les chiffres proposés : celle de la densité de la population d’après les différentes propositions, et la comparaison des résultats avec les données qui ont été avancées pour d’autres villes arabes à l’époque.

  • 8 A.Raymond, 1985, p. 63.
  • 9 E.Pasquali, pp. 128-129. L’explication de ce surpeuplement se comprend à la lecture de facteurs dé (...)
  • 10 A.Raymond, 1985, p. 63.
  • 11 Par exemple, les deux passages meurtriers de la peste, en 1654 et en 1664, qui enlevaient au dire (...)

5La densité de la population des différentes villes arabes au xviiie siècle a été étudiée par A. Raymond, qui arrive aux hypothèses suivantes : Le Caire, environ 400 habitants à l’hectare (une densité beaucoup plus grande dans le centre économique – Qâhira, environ 600 hab./ha) ; Alep, 327 hab./ha ; Damas, 288 ; Mossoul, 283 ; Baghdâd, 265 ; Tunis, 346 habitants à l’hectare8. Avec une population de 30 000, la densité dans la ville d’Alger en 1830 serait plus grande que celle du centre économique du Caire : 646 habitants à l’hectare. Accepter le chiffre de 100 000 voire 150 000 habitants pour Alger au xviiie siècle signifie l’acceptation des valeurs d’une densité entre 2 174 et 3 261 habitants à l’hectare, valeurs tout à fait inconnues avant l’ère moderne. A titre de comparaison, dans un mémoire écrit en 1951 par E. Pasquali, l’ingénieur chef du service de l’urbanisme de la ville d’Alger, l’auteur dresse un tableau démographique de la « Casbah » (nom donné à toute la ville ancienne) depuis 1830 jusqu’à 1949. A la fin de l’époque qu’il avait étudiée, le nombre d’habitants dans les 34 hectares qui forment « la Casbah supérieure » s’élève à 64 000. La densité décrite est de 1 882 hab./ha. « Avec un tel chiffre, nous sommes bien loin des normes urbanistiques actuelles... Il est incontestable que ce quartier souffre d’un surpeuplement particulièrement important9 ». Il n’est donc pas étonnant qu’A. Raymond remarque que les chiffres que l’on avance normalement pour la population d’Alger « justifient le scepticisme le plus total10 ». En somme, malgré la convergence entre la plupart des estimations du niveau de population à Alger, celles-ci ne sont pas crédibles. Les chiffres semblent avoir été avancés par les uns et recopiés par les autres, ils ne s’accordent que pour constater qu’il y avait beaucoup de monde dans cette ville. Le fait que leur valeur en tant qu’indicateurs n’est pas grande est démontré à la fois par l’énorme densité d’habitants qu’ils impliquent, et en ceci qu’ils restent invariables, même après de véritables crises démographiques11.

Les éléments connus : surface habitable et nombre de maisons

  • 12 F.Cresti, 1982, p. 16 ; F.Cresti, 1986, p. 156.
  • 13 Cette surface se composait de 50 hectares 53 ares (la ville) et 4 hectares et 9 ares de l’amirauté (...)
  • 14 Pour les estimations du nombre de maisons, cf. F.Cresti, 1986, p. 155.
  • 15 Pour les dates des tremblements de terre, cf. N.Saidouni, 1985, pp. 434-436.

6Depuis la fin du xvie siècle, et jusqu’à l’occupation, l’extension de l’espace bâti d’Alger n’a pas changé12. La surface de la ville s’était étendue sur 54 hectares 62 ares, dont l’espace bâti occupait 46 hectares13. Le nombre de maisons à l’intérieur de la ville est estimé vers la fin du xvie siècle par Haëdo à 12 200, mais à partir de 1625 ce nombre s’accroît pour atteindre 15 00014. En 1784, S. Palermo estime encore que la ville compte 15 000 maisons. Ce n’est qu’avec l’estimation de 5 000 maisons par Venture de Paradis que le chiffre devient vraisemblable pour une ville de cette dimension. Il faut noter qu’à l’instar des estimations de population, celles du nombre de maisons ne tiennent pas compte des catastrophes naturelles : par exemple, le tremblement de terre de 1632, qui causa de très grands dégâts. Pour l’année 1625, Salvago estime le nombre de maisons à 15 000, même estimation par le père Dan en 1634. Il en va de même en 1729, après le cataclysme de l’année 1717, considéré comme particulièrement dévastateur15.

  • 16 J.-F.Aumerat, 1897, p. 321. Aristide Gilbert, cité dans M.Lacheraf, p. 57, donne le nombre de 5 00 (...)
  • 17 R.Lespès, p. 140. Sur la manière dont on a procédé au numérotage des maisons, cf. H.Klein, pp. 26, (...)
  • 18 H.Klein, P. 30 ; D.Lesbet, p. 35.
  • 19 G.Cladel et P.Revault, p. 4 ; L.Golvin, 1988, pp. 75-78.

7Après la prise d’Alger en 1830, un sondage fut effectué par le Génie de l’armée française. Le nombre d’immeubles avancé par ce sondage est de 8 00016, mais il semble que l’on a compté des portes et non pas des immeubles, ce qui amène R. Lespès à abaisser cette estimation à 6 80017. Dans ses Feuillets d’El-Djezaïr, H. Klein donne le chiffre de 4 000 comme étant le nombre de maisons à Alger à la veille de l’occupation18. Cela donnerait une surface moyenne de 115 mètres carrés par maison. Notons que, dans la typologie des maisons de la médina de Tunis de G. Cladel et P. Revault, c’est la surface moyenne de très petites maisons dans la médina, et que le rez-de-chaussée d’un immeuble (à cinq niveaux) de la ville d’Alger, décrit comme « petit » par L. Golvin, occupe plus de 200 mètres carrés19. En revanche, le nombre de 15 000 maisons donne une surface moyenne d’environ 31 mètres carrés, ce qui est tout à fait invraisemblable. Ces remarques amènent à conclure que le nombre de 15 000 maisons sur un espace bâti de 46 hectares ne peut être maintenu, ni pour le xviiie siècle ni pour aucune autre période. Il semble donc que le nombre réel des maisons que comptait la ville à l’époque ottomane est proche de celui mentionné par Venture de Paradis, ou même de celui calculé par H. Klein, soit entre 4 000 et 5 000 maisons.

  • 20 F.Cresti, 1986, p. 158.
  • 21 F.Khiari, 1989, p. 235. Même si l’on accepte ce procédé, il n’en reste pas moins que dans des vale (...)
  • 22 L.d’Arvieux, t. 5, p. 225.
  • 23 L.Golvin, 1988, p. 78.

8Quelle est la signification du nombre de maisons par rapport au nombre d’habitants à Alger ? Selon F. Cresti, qui n’écarte pas la possibilité que la population ait compté 100 000 âmes, « la typologie de l’habitat de l’Alger ottoman aurait pu permettre les densités très élevées de population, postulées par les chiffres que certains auteurs européens ont avancés à différents moments de son histoire20 ». Cette proposition a été reprise par F. Khiari qui considère que « la concentration verticale » permettrait l’habitation de plusieurs familles dans une seule maison21. Mais le fait de bâtir en hauteur ne veut pas dire que les maisons abritaient plus d’une seule famille chacune. Au contraire, dès avant la fin du xviie siècle, le Chevalier d’Arvieux observait « qu’il est très rare qu’il y ait plus d’une famille dans une maison22 ». M. Rozet considère également que la plupart des maisons sont habitées par une seule famille, nous l’avons vu. Analysant « la maison commune » d’Alger à l’époque ottomane, L. Golvin décrit un immeuble à cinq niveaux : « Cette maison [...] ne manque pas d’allure. Nous y voyons, à ses origines, la demeure d’une famille assez réduite vivant confortablement [...]. D’autres immeubles ne diffèrent pas sensiblement de celui-ci23. »

  • 24 Sur les 1 515 inventaires de civils étudiés, 211 donnent des indices sur le type de logement de la (...)
  • 25 F.Khiari, 1989, p. 235, avance le chiffre de 4,2 individus par famille ou « feu ». M. Hoexter (197 (...)

9La règle de l’habitat unifamilial est confirmée par l’analyse des inventaires après décès. Quant aux rares cas de gens qui habitaient dans des parties de maisons, il s’agissait d’une grande majorité de célibataires aussi bien chez les civils que chez les militaires24. Cela montre bien que, même dans les cas où plus d’une seule famille résidait dans une maison, il devait probablement s’agir d’un seul habitant ayant joint la famille en tant que locataire. La notion d’une densité plus grande, en raison de l’architecture verticale de la ville, qui permettrait l’occupation d’une maison par plusieurs familles, n’est donc pas confirmée par les documents. Dans la plus grande partie des cas il semble bien qu’une maison était habitée par une seule famille, au moins au xviiie siècle. Puisque les documents ne permettent pas une définition d’un nombre moyen des membres d’une famille, faute de détails, nous sommes amené à suivre les estimations d’autres chercheurs. Nous tablons donc sur une moyenne d’entre quatre et cinq personnes par famille25. En acceptant ces estimations, pour un chiffre entre quatre et cinq mille maisons, le nombre des résidents dans les maisons à Alger au xviiie siècle se situerait donc entre seize et vingt-cinq mille personnes.

  • 26 Pour une étude plus détaillée des caravansérails, se reporter à la deuxième partie du présent trav (...)

10À côté des maisons familiales, la ville comprenait un nombre relativement élevé d’habitations collectives : huit casernes de janissaires, capables de loger douze mille personnes dans de très bonnes conditions, ainsi qu’une trentaine de caravansérails, de taille assez réduite, de moins d’une trentaine de chambres pour la plupart26. Ces habitations communes pouvaient donc ajouter environ quinze mille personnes, des militaires pour la plupart mais aussi des étrangers et même des Algérois, à la population de la ville. En gardant le chiffre le plus élevé de notre hypothèse sur les résidents dans les maisons (vingt-cinq mille), avec les quinze mille résidents de ces logements collectifs, cela donne quarante mille personnes. Ajoutons à ce chiffre les prisonniers chrétiens, les « gens de l’extérieur » dont une partie couchait dans la rue, ainsi qu’une marge d’erreur : le nombre des habitants d’Alger ne semble pas avoir pu dépasser les cinquante mille cités par Venture de Paradis.

Démographie

Catastrophes naturelles et maladies

11Les xviie et xviiie siècles avaient été marqués par une série de catastrophes naturelles, plus ou moins graves, qui avaient laissé des traces sur la population. Alger n’était pas différente des autres villes de l’époque, villes qui eurent elles aussi leur part de malheur. Parmi les plaies qui se sont abattues sur Alger, il y a les tremblements de terre, dont quelques-uns détruisirent une bonne partie des immeubles de la ville. Ce fut le cas en 1632, 1676, 1717 et 1755. Mais il y eut d’autres catastrophes naturelles, les invasions de sauterelles, les années de sécheresse et de famine. Parfois une plaie en entraînait une autre, comme en 1787-1789, où l’invasion de sauterelles causa une famine qui favorisa ensuite une épidémie de peste.

La mortalité « normale »

  • 27 D.Panzac, 1985, pp. 366-368.
  • 28 Mort par assassinat : vol. 1, pp. 49, 51, 61, 106, 137 ; vol. 2, pp. 102, 174, 183, 205 ; vol. 4, (...)
  • 29 D.Panzac, 1985, pp. 378-379.
  • 30 P.Sebag, p. 62.

12Sans parler des épidémies ou autres catastrophes, les gens mouraient « naturellement » pour une grande variété de raisons : les maladies habituelles justifiaient un taux annuel élevé de décès. Le défilé saisonnier des maladies : les maladies gastro-intestinales et le typhus l’été, le paludisme à la fin d’été-automne et les maladies pulmonaires en hiver, ne laissait que peu de repos à la population27. Pour les femmes, l’accouchement représentait un très grand risque, et la mortalité infantile était très élevée. A toutes ces morts naturelles il faut ajouter les morts violentes subies pendant des opérations militaires, les cas d’assassinat, les accidents ou même les suicides28. Selon D. Panzac, la mortalité au xviiie siècle, dans les villes de l’Empire ottoman, sans compter les effets de crises telles que les épidémies de variole ou de peste, pouvait atteindre 40 voire 50 pour mille29. P. Sebag estime ce taux à 30-40 pour mille pour la ville de Tunis aussi bien au xviie siècle qu’au début du xxe siècle30.

13Afin de donner une idée relative des différences saisonnières du taux de mortalité, nous avons compté le nombre mensuel des inventaires après décès de civils, dont la vie, plus paisible que celle des militaires, aboutissait à une mort naturelle, dans les périodes « normales », c’est-à-dire les périodes qui ne sont pas touchées par une catastrophe majeure. Nous sommes conscient de ce que nos inventaires souffrent de lacunes assez importantes, par exemple, la date réelle de la mort n’y figure pas, ce qui par conséquent remet en cause l’exactitude de toute cette opération. Néanmoins, il nous semble que, normalement, l’enregistrement se faisait assez rapidement après le décès, en moyenne guère plus d’un mois, comme nous l’avons montré plus haut. Le décalage dont on doit tenir compte en utilisant les documents de succession entre le temps « administratif » et le temps « réel » est donc très réduit.

  • 31 Les tableaux sont organisés selon le calendrier grégorien qui facilite la lecture des saisons. Par (...)

14Les années AH 1201-1202 ayant été des années de peste, nous ne décomptons que les successions civiles à partir de AH 1203 dans des années normales. On ne tient compte que des inventaires des années complètes : pour les années AH 1203-1206 (octobre 1788-mi août 1792), nous avons trouvé 358 inventaires de civils, pour les années AH 1214-1217 (juin 1799-avril 1803) nous en avons trouvé 357. Ces deux périodes sont considérées comme une seule période de 96 mois31.

Tableau II : Le nombre d’inventaires par mois

Tableau II : Le nombre d’inventaires par mois

Tableau III : Le nombre moyen d’inventaires par mois

Tableau III : Le nombre moyen d’inventaires par mois
  • 32 Pour la période 1699-1701, où le nombre des civils est relativement réduit, le nombre mensuel des (...)

15Le tableau montre qu’à l’instar de la situation dans la plupart des pays de l’Empire ottoman, une seule saison était plus ou moins salubre à Alger, et que le reste de l’année était plus difficile. Les chiffres bas figurent en avril-mai-juin, et les chiffres élevés en novembre-décembre-janvier. En tenant compte du décalage entre la mort de la personne et l’enregistrement de sa succession, nous concluons que le printemps était vraisemblablement la saison la plus saine, l’hiver semblant en revanche la saison la plus dure32. Notons aussi que le nombre d’enregistrements au mois d’avril ne représente qu’environ 60 % de celui du mois de novembre. La différence entre les saisons était donc très marquée.

Analyse de deux années de peste (1787-1788)

  • 33 D.Panzac, 1985, p. 29.
  • 34 Berbrugger, 1847, p. 239 ; N. Saidouni, 1985, pp. 433-434. Pour le nombre des années de peste et d (...)

16Parmi les fléaux qui s’étaient abattus assez régulièrement sur la ville d’Alger pendant le xviie et le xviiie siècles, on comptait la peste, « la calamité la plus fréquente et la plus meurtrière, qui puisse s’abattre sur les habitants de l’Empire ottoman du xviie siècle au début du xixe siècle33 ». Les retours du fléau étaient fréquents : tous les dix ou quinze ans. La maladie sévissait parfois pendant plusieurs années. Le nombre des années de peste s’élève à trente pendant le xvie siècle, à trente-neuf au xviie siècle et à vingt et un au xviiie siècle34. Parmi ces passages, quelques-uns ont décimé la population : pour le xviie siècle nous avons déjà mentionné la peste de 1654 et celle de 1664. Pour le xviiie siècle les plus graves occurrences ont été celles de 1740, de 1764 et des années 1787-1788. Cette dernière épidémie s’étant produite dans la période que couvre le registre vol. 2, cela nous donne l’occasion d’examiner de plus près l’effet de la peste sur la population de la ville d’Alger, tel que nos documents permettent de l’évaluer.

  • 35 Al-Zahar, p. 51.
  • 36 Venture de Paradis, pp. 154-155. N.Saidouni (1985, p. 434) cite les chiffres donnés par Raynal, de (...)

17Baptisée al-wabâ’ al-kabîr (la Grande Épidémie) par la population35, cette épidémie se révèle à très grande échelle, puisque pratiquement toutes les régions de l’Empire en ont souffert à la même période. Dans le cas d’Alger, la peste fut importée de Tunisie, contaminée elle-même par l’équipage d’un navire en provenance d’Alexandrie. Les ravages de la maladie furent très grands dans toute la Régence. Venture de Paradis, témoin oculaire de l’événement, donne des chiffres très élevés de morts : « Pendant quatre mois, tous les jours il mourait 200 et jusqu’à 240 musulmans, sans compter les chrétiens et les juifs [...]. La peste de 1787 aurait emporté le tiers des habitants36. »

18Une comparaison entre les nombres moyens d’enregistrements des inventaires après décès, calculés pour les différents mois, avec les nombres d’enregistrements des inventaires de civils pendant les années de peste illustre bien les effets de la peste sur le taux de mortalité :

Tableau IV : Nombre mensuel d’inventaires de civils pendant la peste

Tableau IV : Nombre mensuel d’inventaires de civils pendant la peste
  • 37 Venture de Paradis, pp. 154-155.
  • 38 Sont considérés comme mois touchés par la peste tous les mois où le nombre de morts dépasse au moi (...)
  • 39 Cf. D.Panzac, 1987, p. 85, pour le calendrier de la peste en Alexandrie.

19De prime abord, il est clair que les ravages de cette maladie ont été très importants, mais très inégaux pour les deux années concernées. La description de Venture est confirmée par les inventaires : « L’an 1787 a été funeste pour Alger ; la peste y a fait un ravage affreux. [...] L’année 1788, la peste a repris, mais elle n’a pas été si cruelle37. » Il y a pourtant quelques différences entre l’image de la peste telle que l’avait décrite Venture et ce que nous montrent les inventaires. Alors que Venture parle de quatre mois pendant lesquels « tous les jours il mourait 200 et jusqu’à 240 musulmans » (soit environ entre 24 000 et 29 000 morts), le tableau montre que l’épidémie a duré en fait six mois (février-juillet)38. D’autre part, tandis que Venture donne l’impression que la puissance meurtrière de la peste est restée égale durant ces quatre mois, les inventaires montrent que l’apogée a duré deux mois seulement (avril et mai 1787). La maladie se manifeste, dans notre registre, au mois de février 1787, avec un nombre d’enregistrements des inventaires après décès sept fois plus élevé que la moyenne de ce mois. Elle a pris de l’ampleur les mois suivants pour atteindre un nombre d’enregistrements vingt et une fois plus élevé que le nombre normal au mois de mai, qui marque le summum de cette épidémie, ainsi que le déclin de sa propagation. Le mois suivant, le nombre d’enregistrements n’est que neuf fois plus élevé que d’habitude. Le nombre continue à descendre ensuite pour atteindre en août un niveau plus bas que la moyenne normale au mois d’août39. En 1788 l’ampleur de l’épidémie a été beaucoup plus faible, et sa durée plus courte, quatre mois seulement : les trois mois avril-juin et apparemment une dernière irruption au mois de septembre, qui compte un nombre relativement élevé d’inventaires après décès. Le nombre d’enregistrements le plus élevé lors de cette reprise de l’épidémie, celui du mois de mai, n’est que quatre fois plus élevé que la moyenne.

20L’analyse des inventaires des militaires casernés (sans tenir compte bien entendu de ceux qui ont trouvé la mort sur le champ de bataille) révèle des différences par rapport au déroulement de l’épidémie chez les civils :

Tableau V : Nombre mensuel d’inventaires de militaires pendant la peste

Tableau V : Nombre mensuel d’inventaires de militaires pendant la peste

21L’épidémie se manifeste dans le registre au mois de février 1787, tout comme chez les civils, avec peut-être un peu plus de vigueur, car le nombre d’enregistrements est douze fois plus élevé que la moyenne de ce mois. La maladie prend de l’ampleur pendant les mois suivants pour atteindre son maximum au mois d’avril avec un nombre d’inventaires trente-deux fois plus élevé que la normale. Le mois de mai marque une décroissance très remarquable du nombre d’enregistrements, seulement huit fois plus élevé que le nombre normal, alors que chez les civils ce mois marque le point culminant de l’épidémie. Au mois de juin, la maladie devient plus virulente, comme l’atteste un nombre d’inventaires vingt fois plus élevé que d’habitude pour ce mois. Mais le mois de juin marque la fin de l’épidémie aussi bien chez les militaires que chez les civils. La seconde année de la peste révèle elle aussi quelques différences entre le développement de l’épidémie chez les civils et chez les militaires vivant dans les casernes. Les différences peuvent provenir de la grande concentration de ces derniers dans des logements communs.

  • 40 Cf. N.Saidouni (1985, pp. 433-434) qui cite le chiffre de 16 721 morts donné par Raynal.
  • 41 Venture de Paradis, pp. 123, 135.

22La cruauté de l’épidémie de 1787-1788 peut être démontrée par un simple calcul mathématique. En estimant le taux de décès « normaux » à quarante pour mille, le nombre de décès dans une année normale s’élèverait à 2 000, nous l’avons vu. En multipliant proportionnellement ce nombre en fonction des différences que l’on trouve entre le nombre moyen d’inventaires et celui des années de peste, le résultat s’élève à 14 60040, ce qui représente environ 29 % du nombre maximal de la population de la ville ! La peste n’a pas toujours frappé avec la même force, mais sa présence était manifeste durant tout le xviiie siècle. Son impact sur la population de la ville s’exprimait de deux manières : à court terme, la mort d’un grand nombre de personnes entraînait une baisse sensible de l’activité économique. Nous trouvons les traces de ce phénomène chez Venture de Paradis, qui explique la croissance de la quantité de laine exportée d’Alger par « la quantité de bras que la peste a enlevés aux fabriques de bernus et de barracans ». Étant donné qu’il y avait moins d’ouvriers pour traiter la laine, une plus grande part restait donc disponible pour l’exportation. Ailleurs, en parlant de la fabrication de ceintures de soie, il remarque : « La peste de 1787 et 1788 a enlevé de nombreux ouvriers et cet article essuiera une grande diminution pendant plusieurs années41. » L’activité économique baisse, les prix augmentent, et la vie en général devient plus dure pour les survivants.

  • 42 D.Panzac, 1985, pp. 378-379.

23Un autre effet de cette plaie s’exerce sur le taux de croissance de la population. Selon D. Panzac, la peste provoquait des crises périodiques de mortalité qui, à long terme, se traduisaient par une augmentation annuelle de la mortalité de dix pour mille. Cela signifie que le taux annuel urbain de mortalité, qui résulte au xviiie siècle de la conjonction des maladies ordinaires, de la variole et de la peste, se situe en moyenne à soixante pour mille. Dans de telles conditions, les villes qui sans la peste ne parviendraient que difficilement à assurer le maintien de leur population sont, à cause d’elle, pour utiliser les mots de cet auteur, « de véritables mouroirs ». Normalement, la solution à ce problème était apportée par une immigration venue des campagnes. Les zones rurales, faiblement peuplées mais relativement épargnées par la maladie, fournissent les nouveaux citadins appelés à remplacer les disparus. Cependant, comme le taux annuel de croissance dans les campagnes, selon D. Panzac, est entre trois et cinq pour mille, il fallait plusieurs années pour que cette population arrive à combler les vides dus à la maladie42.

L’apport de l’extérieur

  • 43 Seuls les aspects démographiques de ces divers groupes sont analysés ici. Il convient de noter que (...)

24Pour survivre, la ville avait donc besoin d’un apport de population extérieur. Étant donné la situation particulière d’Alger (capitale du vilayet ottoman ainsi que base de la course maritime), cet apport ne comprenait pas que des ruraux comme pour la plupart des villes, mais également des éléments recrutés pour combler par exemple des vides dans les rangs de la milice. Dans notre corpus, 315 inventaires de civils sur 1515 (toutes périodes confondues) comportent aussi l’origine de la personne (Qâsim « al-bijawî », Hasan « al-biskrî », Muhammad « al-tunsî », etc.). Il est donc possible d’essayer de montrer les diverses composantes de cette population43.

25Le groupe le plus important est celui d’« Algériens » originaires d’autres villes de la Régence, comme ’Annâba, Constantine, Tlemcen, etc. Ils représentent environ 30 % des gens dont les origines sont connues (94 sur 315). La proportion hommes/femmes parmi eux est pratiquement égale à celle que nous avons trouvée pour l’ensemble des civils dans la ville : 53 hommes (soit 56 %) et 41 femmes (soit 44 %). Cela autorise à penser qu’au moins une grande partie de ce groupe était composée de citadins venus s’installer dans la ville d’Alger. Il n’en est pas moins sûr qu’une partie d’entre eux n’étaient que de passage dans la ville, vraisemblablement des commerçants. Le fait que le taux de résidents dans des caravansérails parmi eux (9 sur 17 dont le type de logement est connu) est plus de deux fois plus élevé que celui relevé pour l’ensemble des civils (53 sur 211 dont le type de logement est connu) est très éloquent à ce sujet. Ces gens étaient en provenance des villes de ’Annaba (7), Bijâiya (28), Blîda, (6), Madiya (1), Maliyâna (4), Mu’askar (1), Mustaghânim (6), Qlî’a (3), Qsantîna (12), Sharshâl (5), Tadllis (4), Tlimsân (13), Zamûra (4).

  • 44 M.Hoexter, 1979, p. 4. Sur l’interdiction des femmes mzâbî de quitter leur ville d’origine, cf. M. (...)
  • 45 F.Cresti, 1986, p. 161.
  • 46 P.Boyer, 1963, p. 23.
  • 47 M.Rozet, p. 70.

26Le deuxième groupe par son importance était composé de l’élément rural. Il s’agit notamment des groupes dits barrânîyya, les « gens de dehors ». Les barrânî avaient l’habitude de venir travailler à Alger pour une durée plus ou moins longue, et de retourner ensuite dans leur contrée d’origine. Pour la plupart, il ne s’agissait donc pas de citadins stables, et leur séjour dans la ville n’entraînait pas leur urbanisation. Ce groupe se caractérisait par la présence presque exclusive des hommes, dont une grande partie semble avoir été célibataire44. L’apport de ces ruraux est un phénomène constant, mais les données chiffrées sont très rares et éparpillées, et ne permettent pas de confrontation valable d’un témoignage à l’autre45. P. Boyer estime leur nombre à la veille de l’occupation française à 5 000, ce qui paraît exagéré46. M. Rozet n’en comptait (avec les Noirs) que 3 00047. Dans notre échantillon, 91 inventaires indiquent des origines barrânî. Leur nombre relatif (environ 29 % de ceux dont les origines sont mentionnées) semble surévalué en raison de la nature même des documents que nous étudions, qui comprend davantage de célibataires et de gens sans héritiers, deux catégories dont la plupart des barrânî faisaient partie. Il n’en reste pas moins que leur nombre est impressionnant (environ 6 % de l’ensemble des civils toutes périodes confondues). Il est intéressant de constater que 70 sur 91 (environ 77 %) sont des hommes, et seulement 21 des femmes. Si l’on compare cette proportion avec celle des hommes et des femmes dans l’ensemble des civils, qui est de 56 % d’hommes contre 44 % de femmes, on voit que l’apport de ce groupe (les barrânî) est essentiellement masculin, ce qui confirme les impressions des voyageurs.

27Vingt-sept des civils dont les origines nous sont connues (environ 9 %) sont originaires des autres pays arabes : la Tunisie (13), le Maroc (7), la Libye (2), l’Egypte (2), mais aussi de La Mecque (1), la Syrie (1) et finalement la ville de Bassora (1). Une grande partie de ce groupe d’originaires d’autres pays arabes est constituée d’hommes, 21 contre 6 femmes seulement. Il n’est pas illogique d’avancer qu’au moins une partie de ces individus originaires d’autres pays arabes étaient des gens de passage.

  • 48 M.Colombe, p. 180.
  • 49 J.Deny, p. 36.
  • 50 Venture de Paradis, p. 109.

28Il y avait cependant d’autres « étrangers », attirés à Alger par des promesses de richesse, ou par la possibilité d’améliorer leur situation sociale : c’était le cas des recrues qui arrivaient périodiquement pour combler les vides dans les rangs de la milice. D’après les recherches de M. Colombe, le nombre des recrues arrivées à Alger depuis 1800 jusqu’à l’occupation française est de 8 53348. Ce nombre d’environ 285 nouvelles recrues par an n’aurait pas suffit pour maintenir l’effectif de la milice qui était de 12 000 au début du xviiie siècle ainsi qu’en 175449. Mais, en 1778, Venture de Paradis estimait le nombre des membres de la milice de sept à huit mille, dont seuls 3 000 étaient résidents de la ville50. A la fin de l’époque ottomane leur nombre ne dépassait pas 4 000 hommes. Dans ces conditions l’apport mentionné par Colombe paraît suffisant. Si l’on peut attribuer la diminution de l’effectif de la milice à l’époque de Venture de Paradis à la stabilité relative qui régnait dans le vilayet, notamment vers la fin du règne du dey Mehmed Pacha bin Osmân, il semble qu’à la fin de l’époque ottomane l’effectif réduit de la milice symbolise le déclin subi par l’Algérie lors des trois dernières décennies de son existence. Il va de soi que les recrues de la milice étaient tous des hommes. Les documents ne fournissent aucun indice sur la date d’arrivée des militaires à Alger. Leurs origines seront étudiées dans le chapitre consacré à la milice ottomane.

  • 51 Cf. à titre d’exemple : 1 Mi 60 Z 161, pp. 27 (Asiya bint Hüseyin al-turki), 39 (Mehmed al-turki), (...)
  • 52 Cf. al-Zahra, p. 2, « La plupart des combattants du jihâd à Alger sont des Turcs... », et passim.
  • 53 Dans une chanson écrite en turc et qui vante la victoire algérienne contre les infidèles, on trouv (...)

29Les documents, à savoir les actes de habus et les inventaires, utilisent le mot « Turc » pour désigner des membres de la milice, mais aussi des « civils51 ». Le terme de « Turc » est utilisé par les chroniqueurs algériens52 et par les poètes issus des janissaires53. Il semble donc que ce soit le terme employé par la population d’Alger pour désigner les membres de la milice et les civils en provenance des régions du centre de l’Empire. Par conséquent, c’est sans doute le terme qu’eux-mêmes utilisaient. Sur cette base, on emploiera ce terme pour décrire les individus et le caractère particulier de la milice.

  • 54 J.Deny, pp. 39-40. Cf. Tachrifat, p. 26 : « Tous les Turcs ou coulougli (fils de turcs) fixés à Al (...)
  • 55 J. A.Peyssonnel, p. 234.
  • 56 L.de Tassy, p. 105.
  • 57 Cf. P.Boyer, 1963, p. 127.
  • 58 Les deux femmes sont Khadîdje al-Turkiyya dont le fils vivait en Turquie (wa lahâ ibn bi-bar al-tu (...)

30« Il est entendu que tout Turc touchait une solde à Alger54. » Mais tous les « Turcs » étaient-ils vraiment des militaires ? Rien n’est moins sûr, car des remarques comme celle de J. A. Peyssonnel : « Nul Turc n’est estimé à Alger s’il n’est soldat inscrit à la paie55 », ou tout simplement la mention de « marchands turcs du Levant, ou autres qui viennent avec des marchandises à Alger qui vont loger dans des caravansérails56 », font penser que des « Turcs » civils se trouvaient effectivement à Alger. J. Deny, qui a étudié les registres des soldes de la milice, remarque que les « civils d’origine turque » sont introuvables sur les registres de la milice, confirmant ainsi que, contrairement à ce qui avait été dit à leur sujet, tout « Turc » arrivant à Alger n’est pas toujours inscrit sur les registres des janissaires57. Parmi les 315 inventaires étudiés qui mentionnent les origines des civils, 55 (environ 17 %) concernent des « Turcs » dont l’appartenance à la milice n’est pas indiquée. Tous les membres de ce groupe (excepté deux) sont des hommes58. Même civils, il semble que des « Turcs » arrivèrent seuls à Alger, probablement dans l’espoir de faire fortune. Le taux de résidents dans des caravansérails parmi eux est plus élevé que celui de l’ensemble des civils : 7 sur les 16 dont le type de logement est indiqué chez les « Turcs » à comparer avec un taux d’environ 25 %. Le taux de mariage relevé dans ce groupe, 19 sur 55 (environ 35 %), qui est pratiquement égal à celui de l’ensemble des civils (37,5 %) et deux fois plus élevé que celui des militaires (19,5 %), peut indiquer une meilleure intégration des « Turcs » civils que des militaires.

  • 59 F.Cresti, 1986, pp. 158-160. S. Gsell et ai, p. 184.
  • 60 M.Hoexter, 1979, p. 20.
  • 61 M.Beaussier, pp. 670-671.

31Un autre élément de la population était constitué par les prisonniers chrétiens, pris par les corsaires algériens. Les chiffres avancés pour cette population durant le xviie siècle (entre 35 000 et 40 000) semblaient exagérés même à leurs auteurs59. A partir de la fin du xviie siècle les chiffres deviennent plus raisonnables : ils se situent autour de deux à trois mille. Le nombre annuel de prisonniers chrétiens détenus par les autorités de l’État algérien entre 1736 et 1816 était en moyenne de 1 16060. Une partie de ces prisonniers s’étaient convertis à l’islam, pour s’intégrer soit à la milice, soit à la population civile. Ces convertis, les « Renégats » des récits des voyageurs, étaient désignés par le mot `ilj (`ilja pour les femmes), qui désigne aussi un esclave blanc61. Parmi les 315 civils dont les origines sont connues, 24 individus (environ 8 %), 16 hommes et 8 femmes, sont désignés par ce mot. Un autre groupe de convertis est celui des juifs qui avaient adopté l’islam, désignés par le mot islâmî. Les documents ne renseignent pas quant à leurs origines géographiques : nous ignorons s’ils étaient des juifs indigènes, ou, au contraire, des juifs venus d’ailleurs. Quoi qu’il en soit, parmi les douze inventaires des juifs convertis que nous avons trouvés, il y en a dix concernant des femmes (islâmiyya) et seulement deux des hommes.

  • 62 Toutes ces désignations signifient « esclave noir », mais il ne s’agit pas des origines proprement (...)
  • 63 Venture de Paradis, p. 225.

32Les esclaves noirs (wasîf, `abd) constituaient eux aussi un groupe distinct dans la population d’Alger. Les inventaires les désignent sous le nom de wasîf, `abd, khâdim et ama pour les femmes. Nous en avons trouvé 218 dans notre échantillon de 1 515 « civils » (environ 14 %)62. Ce groupe a la particularité d’être composé d’une forte majorité de femmes (143, soit environ 66 %) contre une minorité d’hommes. Peut-être y avait-il là une réponse au problème que posait le nombre relativement bas des femmes dans la ville ? Si l’on compte le nombre des femmes par rapport à l’ensemble des hommes dans notre échantillon, et non aux seuls hommes « civils », le rapport est de 669 femmes contre 2 306 hommes, soit environ 22 % seulement. Certes, cela n’était pas le rapport réel, néanmoins il pourrait indiquer que les femmes étaient en minorité dans la ville. Le phénomène, décelé chez les esclaves noirs, ainsi que dans le tout petit groupe des juifs convertis, peut ainsi expliquer un pourcentage largement supérieur de femmes. Il est logique que, dans une ville qui manque de femmes, leur nombre puisse être augmenté soit par l’achat d’esclaves, soit par une ouverture plus grande à des femmes issues de groupes normalement exclus, comme les juifs dans une ville musulmane. Un autre phénomène lié à ce déficit habituel de l’élément féminin (en particulier pour ce qui concerne la milice), observé par tous les voyageurs, était celui de la prostitution institutionnalisée dans la ville. Il est logique que, dans de pareilles conditions, la prostitution ait été florissante et tolérée, même contrôlée et taxée par l’État, comme elle l’était à Alger63.

  • 64 M.Hoexter, 1979, p. 13.

33Un dernier groupe, malheureusement totalement absent dans nos documents, est composé par les juifs. La communauté juive était divisée essentiellement entre les indigènes, dont une partie s’était établie sur place depuis l’Antiquité, et une autre partie comprenant des expulsés d’Espagne, et des originaires de Livourne en Italie (Grâna, pluriel de Gûrnî, Livournais). Ces derniers bénéficiaient d’un statut d’Européens, et étaient sous la protection du consulat de France. Les juifs indigènes en revanche avaient le statut habituel de non musulmans dans un pays musulman, celui de dhimmî (« protégés »). Les estimations quant au nombre de juifs à Alger, comme celles concernant le nombre des membres de tout autre groupe à Alger, semblent exagérées (pour le xviiie siècle la fourchette avancée se situe entre 5 000 familles en 1725 et environ 10 000 personnes en 1787). Selon M. Hoexter, cette communauté constituait environ 17 où 18 % de l’ensemble de la population de la ville64. Faute de renseignements à ce sujet nous ne pouvons confirmer cette estimation.

Conclusion

  • 65 En 1787, Venture de Paradis estimait que plus de la moitié des janissaires se trouvaient en perman (...)
  • 66 F.Khiari, 1989, p. 236.

34La population d’Alger semble avoir été beaucoup moins importante que ne l’avaient dit les voyageurs. L’étendue géographique de la ville ne pouvait pas permettre un nombre aussi élevé que 100 000 personnes, et l’architecture verticale de la ville ne nous permet pas de doubler, voire de tripler l’espace bâti pour la bonne raison que la plupart des maisons n’abritaient pas plus d’une seule famille. Certes, ni les huit casernes des janissaires ni les caravansérails de la ville ne doivent être oubliés, car l’on y trouvait de grandes concentrations d’habitants, notamment les membres de la milice ottomane. Cependant, il ne faut pas exagérer leur importance dans ce domaine, car nous verrons dans la partie qui concerne les janissaires que certains d’entre eux résidaient en ville, ailleurs que dans ces lieux d’habitation communs, et que d’autres, environ un quart, se trouvaient en permanence à l’extérieur de la ville65. Quant aux prisonniers chrétiens, concentrés dans des bagnes, nous avons vu que leur nombre durant le xviiie siècle n’était pas très conséquent. Il semble que même pour les périodes plus anciennes les chiffres avancés étaient « démesurément exagérés66 ». On doit donc conclure qu’avec, au grand maximum 12 000 janissaires et environ 1 200 prisonniers, le chiffre de 50 000 cité par Venture de Paradis comme celui du nombre d’habitants dans la ville avant la « grande épidémie » fait déjà figure d’estimation grossière. Une telle population sur un espace de 46 hectares représente une densité, à peu de chose près, de 1 100 habitants à l’hectare, ce qui est deux fois plus élevé que la densité proposée pour la partie la plus peuplée du Caire à l’époque !

  • 67 D.Panzac, 1985, p. 380.

35Quant à l’évolution démographique d’Alger, elle semble suivre une courbe qui correspond aux hypothèses proposées pour une grande partie des villes de l’Empire ottoman : un xvie siècle de croissance assez rapide, plus rapide peut-être que celle d’autres villes, grâce à la place centrale que tenait Alger dans la lutte entre l’Empire ottoman et l’Europe, et suite à l’arrivée massive des expulsés d’Espagne. Le point culminant de la croissance de la population se serait situé dans le premier quart du xviie siècle, époque qui est aussi marquée par le point culminant de la course maritime algérienne. Toutefois, à ce stade, la croissance s’arrête. Il est possible que le xviie siècle ait même vu une diminution de la population, mais cela n’est pas confirmé. Quant au xviiie siècle, il nous semble que le sort de la population d’Alger ne diffère pas de celui de la population de l’Empire en général, qui selon l’hypothèse de D. Panzac « connaît dans son ensemble une probable stagnation durant tout le xviiie et le début xixe siècle67 ». De toute manière l’importance de la mortalité « naturelle », les effets des catastrophes démographiques, eurent évidemment pour résultat de maintenir à un niveau très bas tout accroissement éventuel.

Notes

1 Venture de Paradis, p. 48. Cf. aussi D. Ayalon, p. 18 ; D. Panzac, 1985, pp. 232-240, et particulièrement p. 236 : « Rien n’est plus difficile pour un étranger de passage dans une agglomération quelconque d’évaluer, même approximativement, le nombre d’habitants de celle-ci. »

2 Au sujet de tapu dans les provinces arabes de l’Empire ottoman, cf. B.Lewis, 1951. La plupart des registres mentionnés datent du xvie siècle (pp. 149 sq.) .Cf. aussi, G.Veinstein, « Les Provinces balkaniques », p. 321.

3 J. A.Peyssonnel, p. 256.

4 Lanfreducci et Bosio, cité par F.Cresti, 1982, p. 8.

5 Pour toutes les estimations de la population, cf. F.Cresti, 1986, p. 155.

6 Ibid., op. cit., 1986, p. 154.

7 M.Rozet, pp. 69-70. Noter que rozet compte 52,8 hectares pour l’espace de la ville ; cf. Plus bas dans l’ouvrage.

8 A.Raymond, 1985, p. 63.

9 E.Pasquali, pp. 128-129. L’explication de ce surpeuplement se comprend à la lecture de facteurs démographiques et socio-économiques particuliers, liés à leur tour à la colonisation et à la modernité, facteurs inconnus à l’époque ottomane. Cf. aussi R.Lespès, p. 523.

10 A.Raymond, 1985, p. 63.

11 Par exemple, les deux passages meurtriers de la peste, en 1654 et en 1664, qui enlevaient au dire des témoins respectivement un tiers et la moitié de la population. Or, les estimations avancées en 1642 par de Arnada, en 1662 par le père Auvry et en 1670 par Ogilby sont toutes de 100 000 habitants. Cf. N.Saidouni, 1985, p. 434 ; F.Cresti, 1986, p. 155. Sur la violence de la peste, cf. D.Panzac, 1985, pp. 218-219.

12 F.Cresti, 1982, p. 16 ; F.Cresti, 1986, p. 156.

13 Cette surface se composait de 50 hectares 53 ares (la ville) et 4 hectares et 9 ares de l’amirauté : H.Klein, p. 30 ; A.Raymond, 1985, p. 62.

14 Pour les estimations du nombre de maisons, cf. F.Cresti, 1986, p. 155.

15 Pour les dates des tremblements de terre, cf. N.Saidouni, 1985, pp. 434-436.

16 J.-F.Aumerat, 1897, p. 321. Aristide Gilbert, cité dans M.Lacheraf, p. 57, donne le nombre de 5 000 maisons.

17 R.Lespès, p. 140. Sur la manière dont on a procédé au numérotage des maisons, cf. H.Klein, pp. 26, 53, n. 2.

18 H.Klein, P. 30 ; D.Lesbet, p. 35.

19 G.Cladel et P.Revault, p. 4 ; L.Golvin, 1988, pp. 75-78.

20 F.Cresti, 1986, p. 158.

21 F.Khiari, 1989, p. 235. Même si l’on accepte ce procédé, il n’en reste pas moins que dans des valeurs de densité très élevée, comme celle du Caire par exemple (400 habitants à l’hectare), cela nous donnerait une population d’environ 40 000 et 50 000.

22 L.d’Arvieux, t. 5, p. 225.

23 L.Golvin, 1988, p. 78.

24 Sur les 1 515 inventaires de civils étudiés, 211 donnent des indices sur le type de logement de la personne. La maison est signalée comme lieu d’habitation dans 123 cas (environ 58 %), dans 53 autres (environ 25 %) la résidence se trouve dans un caravansérail, et finalement 35 résidents (environ 16,5  %) habitent dans une partie de maison. Le taux de mariage parmi les 123 habitants des maisons est de 48 %, à comparer avec environ 11,5 % chez les 35 civils habitant dans des parties de maison. Chez les militaires : sur 1 460 inventaires étudiés, 796 donnent des indices sur le type de logement. Parmi eux, 560 concernent des résidents en casernes (71 %), 94 (12 %) habitent dans des caravansérails, 84 (11 %) logent dans des parties de maison, et finalement 58 (7 %) habitent dans des maisons. Le taux de mariage des résidents dans des parties de maison s’élève à 7 %, à comparer avec 55,5 % chez les résidents en maison.

25 F.Khiari, 1989, p. 235, avance le chiffre de 4,2 individus par famille ou « feu ». M. Hoexter (1979, p. 13) traduit le nombre de 5 000 familles juives avancé par L. de Tassy (p. 105) en 25 000 personnes, soit cinq individus par famille. F. Cresti (1986, p. 162) traduit le même nombre de familles juives en 15 000 individus, soit 3 (!) individus par famille. Pour une époque bien plus tardive, E. Pasquali (p. 123), qui se base sur des données qui résultent entre autres d’un « recensement officiel », donne le chiffre de 4,5 personnes par famille. Pour la ville de Constantine, A. Nouschi (1955, p. 374) estime à 4 le nombre d’individus par famille ; pour la ville d’Acre au début du xviiie siècle, une estimation d’environ 4 personnes par famille (T. Philipp, p. 125, n. 2) ; P. Sebag, p. 52, estime une moyenne de 4-5 personnes par famille pour Tunis au xviie siècle. Le « foyer » moyen à Bursa au xvie siècle comptait environ 5 personnes selon G. Veinstein (« L’Empire », p. 216).

26 Pour une étude plus détaillée des caravansérails, se reporter à la deuxième partie du présent travail.

27 D.Panzac, 1985, pp. 366-368.

28 Mort par assassinat : vol. 1, pp. 49, 51, 61, 106, 137 ; vol. 2, pp. 102, 174, 183, 205 ; vol. 4, pp. 23, 37, 48, 57, 66. Mort par accident : vol. 1, p. 111 ; vol. 2, p. 145 ; vol. 4, pp. 13, 45, 63. Des cas de suicide : vol. 1, p. 20 ; vol. 2, pp. 190, 197 ; vol. 4, pp. 14, 20 (x 2), 41, 48, 54, 71.

29 D.Panzac, 1985, pp. 378-379.

30 P.Sebag, p. 62.

31 Les tableaux sont organisés selon le calendrier grégorien qui facilite la lecture des saisons. Par ailleurs, il ne faut pas perdre de vue que les nombres dont il s’agit ne sont qu’un échantillon quelque peu aléatoire concernant une partie seulement de la population de la ville, sur laquelle le bayt al-mâl avait des droits. Il ne faut pas oublier non plus qu’il s’agit du nombre des enregistrements par mois et non pas du nombre des morts par mois.

32 Pour la période 1699-1701, où le nombre des civils est relativement réduit, le nombre mensuel des enregistrements des inventaires montre les mêmes tendances.

33 D.Panzac, 1985, p. 29.

34 Berbrugger, 1847, p. 239 ; N. Saidouni, 1985, pp. 433-434. Pour le nombre des années de peste et de sa propagation dans d’autres régions de l’Empire ottoman, cf. D.Panzac, 1985, pp. 197-207, et cartes 18, 19, 20 ; pp. 607-608.

35 Al-Zahar, p. 51.

36 Venture de Paradis, pp. 154-155. N.Saidouni (1985, p. 434) cite les chiffres donnés par Raynal, de 16 721 morts. Les dates citées par Saidouni sont erronées (1786-1787). Cet auteur remarque que ce passage de peste avait entraîné la diminution du nombre d’habitants à 50 000. Or, pour Venture de Paradis le nombre de 50 000 habitants est manifestement son estimation pour la période qui précédait la peste, car il cite 2 000 « esclaves et autres chrétiens » lorsqu’il dénombre les différentes composantes de la population (p. 109) ; alors qu’il dit ailleurs à propos des esclaves : « Avant cette peste et les rachats qui ont eu lieu [...], le nombre des esclaves était ici de près de 2 000. » (p. 154).

37 Venture de Paradis, pp. 154-155.

38 Sont considérés comme mois touchés par la peste tous les mois où le nombre de morts dépasse au moins trois fois la moyenne.

39 Cf. D.Panzac, 1987, p. 85, pour le calendrier de la peste en Alexandrie.

40 Cf. N.Saidouni (1985, pp. 433-434) qui cite le chiffre de 16 721 morts donné par Raynal.

41 Venture de Paradis, pp. 123, 135.

42 D.Panzac, 1985, pp. 378-379.

43 Seuls les aspects démographiques de ces divers groupes sont analysés ici. Il convient de noter que l’origine algéroise n’est jamais mentionnée dans nos documents.

44 M.Hoexter, 1979, p. 4. Sur l’interdiction des femmes mzâbî de quitter leur ville d’origine, cf. M. Hoexter, 1983, p. 123. Sur des cas d’installation dans la ville de familles entières de barrânî, cf. R. Le Tourneau, p. 27.

45 F.Cresti, 1986, p. 161.

46 P.Boyer, 1963, p. 23.

47 M.Rozet, p. 70.

48 M.Colombe, p. 180.

49 J.Deny, p. 36.

50 Venture de Paradis, p. 109.

51 Cf. à titre d’exemple : 1 Mi 60 Z 161, pp. 27 (Asiya bint Hüseyin al-turki), 39 (Mehmed al-turki), 42 (Ibrâhim al-turki), etc. Vol. 1, pp. 27 (’Alî yoldâch bin Mehmed al-turki), 51 (Hâdjdj Mehmed al-turki al-najjâr), 85 (Khadidje al-turkiyya), 144 (Mehmed bin ’Alî al-turki), etc. ; vol. 2, pp. 119 (Hamza al-turki), 130 (Sâri Mehmed al-turki), 144 (Mehmed al-turki), etc.

52 Cf. al-Zahra, p. 2, « La plupart des combattants du jihâd à Alger sont des Turcs... », et passim.

53 Dans une chanson écrite en turc et qui vante la victoire algérienne contre les infidèles, on trouve la phrase : « Bonne chance au Turc, à l’Arabe. » J.Deny, 1925, p. 93 (version française) ; p. 129 (original en turc).

54 J.Deny, pp. 39-40. Cf. Tachrifat, p. 26 : « Tous les Turcs ou coulougli (fils de turcs) fixés à Alger touchent une solde, qu’ils soient ou non portés sur les contrôles des janissaires. » La dénomination « Turc » utilisée aussi bien par les voyageurs que par les historiens se référait à l’origine géographique et ethnique de la plupart des membres de la milice, ou des « civils » en provenance des mêmes régions, à leur langue, et à leur appartenance à une culture distincte de celle des autres Algérois. Cf., par exemple, J. A.Peyssonnel, p. 77, mais aussi R.Mantran, 1993, p. 135.

55 J. A.Peyssonnel, p. 234.

56 L.de Tassy, p. 105.

57 Cf. P.Boyer, 1963, p. 127.

58 Les deux femmes sont Khadîdje al-Turkiyya dont le fils vivait en Turquie (wa lahâ ibn bi-bar al-turk) ,vol. 1, p. 85, et Hanife al-Turkiyya, vol. 2, p. 101. Il n’est pas exclu qu’une partie des hommes soient des militaires mais, faute d’indication contraire, ils seront considérés tous comme civils.

59 F.Cresti, 1986, pp. 158-160. S. Gsell et ai, p. 184.

60 M.Hoexter, 1979, p. 20.

61 M.Beaussier, pp. 670-671.

62 Toutes ces désignations signifient « esclave noir », mais il ne s’agit pas des origines proprement dites, et, en raison de cela, nous ne les comptons pas parmi les 315 dont les origines sont connues.

63 Venture de Paradis, p. 225.

64 M.Hoexter, 1979, p. 13.

65 En 1787, Venture de Paradis estimait que plus de la moitié des janissaires se trouvaient en permanence ailleurs qu’à Alger (p. 109).

66 F.Khiari, 1989, p. 236.

67 D.Panzac, 1985, p. 380.

Table des illustrations

Titre Tableau II : Le nombre d’inventaires par mois
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3688/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Tableau III : Le nombre moyen d’inventaires par mois
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3688/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Tableau IV : Nombre mensuel d’inventaires de civils pendant la peste
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3688/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau V : Nombre mensuel d’inventaires de militaires pendant la peste
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3688/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search