Version classiqueVersion mobile

La ville d’Alger vers la fin du XVIIIe siècle

 | 
Tal Shuval

Introduction. Aperçu historique

Texte intégral

Alger devient la capitale

À la veille de l’époque ottomane

  • 1 A. Laroui, 1977, pp. 229-232 ; A. C. Hess, 1978, p. 46 ; R. Mantran, 1984, p. 3.

1À l’aube du xvie siècle, les États du Maghreb apparaissent en pleine décomposition politique. Cette situation résultait du déclin des trois forces principales qui dominaient dans la région (Mérinides au Maroc, Abd al-Wadides au Maghreb central et Hafsides au Maghreb oriental), déclin dû à la série de longs conflits entre ces dynasties ainsi qu’à des problèmes intérieurs. Cette décadence entraîna l’affaiblissement des villes maghrébines soumises à des attaques venant de l’intérieur, notamment du côté des tribus locales, qui se sont multipliées à l’époque, créant une véritable frontière entre les villes et les tribus1.

  • 2 N. Barbour, p. 133 ; C. A. Julien, pp. 251-253 ; J. M. Abun-Nasr, pp. 159-161.

2À l’extérieur, cette période de faiblesse du Maghreb correspondait à une époque d’expansion espagnole et portugaise sur la côte nord-africaine. Il s’agissait d’une offensive poursuivant l’opération de la « reconquête » : la reprise de la péninsule Ibérique des mains des musulmans. Elle était motivée par une idéologie chrétienne de guerre sainte contre les infidèles musulmans, mais également par des mobiles économiques : la volonté de s’emparer des voies du commerce maritime dans le bassin ouest de la Méditerranée. Les Espagnols espéraient aussi porter un coup d’arrêt aux ravages infligés par les corsaires maghrébins aux navires espagnols ainsi qu’au territoire même de l’Espagne. La menace potentielle d’une alliance entre les gouvernants du Maghreb et les Mamelouks d’Égypte incitait également les puissances de la Méditerranée occidentale à développer leur activité dans le Maghreb2.

  • 3 Nous remercions A. Raymond d’avoir mis à notre disposition le plan de base de la ville d’Alger que (...)
  • 4 Sur l’ancienne Qasba, cf. E. Pasquali, pp. 39-43 ; G. Delphin, p. 219 ; F. Cresti, 1982, p. 13. On (...)

3À l’époque, Alger était une petite ville berbère indépendante, dotée d’un port médiocre. Elle vivait sous la protection des arabes Tha’âliba, installés dans la région. La ville n’occupait qu’une partie de l’espace qui fut le sien à l’ère ottomane. L’ancienne ville berbère comportait une citadelle (qasba), qui se trouvait dans la zone qui devait porter plus tard le nom de Sîdî Ramdân (F/3 sur le plan)3, et qui marquait selon toute probabilité le point le plus haut de la ville4. L’existence dans la partie basse de la ville (G/8) de la Grande Mosquée, érigée au début du xiie siècle par les Almoravides, peut indiquer que cette partie était habitée elle aussi. La ville était entourée de murailles, renfermant plusieurs espaces non construits, et des zones construites où la densité des édifices semble avoir été assez faible. On estimait le nombre des habitants à la veille du xvie siècle à vingt-six mille, chiffre qui nous semble dépourvu de toute réalité, de même que toutes les statistiques concernant cette ville avant le milieu du xixe siècle.

L’arrivée des Ottomans

  • 5 A. C. Hess, 1978, p. 157.

4L’attaque ibérique contre le Maghreb central et occidental, couronnée par plusieurs victoires (Mers el-Kébir [1505], Penon de Valez [1508], Oran [1509], Bougie [1510], Tripoli [1510]), semblait donner le contrôle de toute la région aux Espagnols, lorsque dans l’arène maghrébine apparut un nouvel élément politique : l’Empire ottoman. Celui-ci ne se contentait pas de porter un coup d’arrêt à l’avance ibérique, mais créait une frontière entre les Ottomans et l’Empire des Habsbourg, en annexant la majeure partie du Maghreb à ses territoires. A. C. Hess considère que, vue du Maghreb, l’arrivée des Ottomans par la mer a une importance qui ne peut être comparée qu’à la conquête de la région par les Arabes au viie siècle5.

  • 6 Idem, 1968, p. 7. Sur les origines du mot « course », et sur les différences entre la piraterie et (...)

5Les nouveaux arrivés avaient l’intention de participer à la guerre de course qui avait pris un tournant décisif depuis l’expulsion et l’immigration des musulmans andalous pendant et après la reconquête. Car, pour les expulsés, qui constituaient un élément belliqueux, la guerre maritime sous forme de course contre l’Espagne faisait partie de la guerre sainte6. Les Ottomans qui venaient prendre part à cette guerre ne constituaient pas une force régulière de l’Empire. Il s’agissait d’aventuriers, motivés tout autant par la volonté de faire la guerre sainte aux chrétiens que par le profit d’un éventuel butin. Ces guerriers, des ghâzî, collaboraient avec les musulmans d’Espagne, tant en les aidant à émigrer qu’en participant aux raids sur la côte espagnole.

  • 7 Y. Bû`Azîz, pp. 134-135.

6Dans le cadre de l’offensive ibérique, la ville d’Alger avait livré en 1511 un des îlots qui barraient son port aux Espagnols. Ces derniers avaient construit une forteresse (le Penon) sur cet îlot situé à trois cents mètres face à la ville. Pour se débarasser de cette menace, les habitants de la ville s’adressèrent au corsaire `Arûdj, qui entra dans Alger en 1515. Après une courte période, il fit exécuter l’ancien gouverneur de la ville pour prendre sa place7.

La métamorphose d’Alger

7Avec la prise du pouvoir à Alger par les corsaires, son histoire ainsi que celle de la quasi-totalité du Maghreb, prennent un nouveau cours : les Ottomans, sous la direction de `Arûdj au départ, puis celle de son frère Khayreddîn qui l’avait remplacé après sa mort en 1518, allaient intégrer la région au sein de l’Empire. De ce fait, Alger, devenue le centre du nouveau territoire ottoman, allait connaître un développement très important qui correspondait à son nouveau statut de capitale.

  • 8 V. Y. Boutin, p. 36.

8Le véritable point de départ d’Alger en tant que capitale fut la conquête et la destruction de la forteresse espagnole le 27 mai 1529 par Khayreddîn. Après avoir débarrassé la ville de la menace permanente que représentait le Peñon, dont les canons demeuraient braqués sur elle, il avait utilisé ses débris pour la construction d’un môle de deux cents mètres de long, vingt-cinq mètres de large et quatre mètres de hauteur, reliant à la terre ferme les quatre îlots qui se trouvaient devant la ville. Le port avait subi depuis de nombreux changements : il avait été élargi et approfondi, mais d’une profondeur n’exédant pas entre quinze et vingt pieds. Trop exposé aux vents, le port d’Alger n’était pas considéré comme un bon port. Pourtant, il fut redouté par toutes les marines européennes pendant trois siècles. Il assurait la défense de la ville face à la mer, d’où venait la menace depuis la création du vilayet. À cette fin, outre la présence de navires armés, le port lui-même était protégé par toute une série de fortifications qui dissuadaient, ainsi qu’en a fait la remarque Boutin, d’essayer d’attaquer la ville de son côté8.

  • 9 Ibid., op. cit., p. 32.
  • 10 E. Pasquali, p. 17. Cf. Le Tourneau, « al-Djzâ’îr », pour qui la longueur de la muraille s’élève à (...)
  • 11 P. Boyer, 1963, pp. 35-36 ; H. Klein, p. 75.
  • 12 Sur le système de défense d’Alger, cf. J.A. Peyssonnel, pp. 247-250, M. Belhamissi, pp. 24-28 et V (...)
  • 13 Il y avait plusieurs maisons de campagne à l’extérieur de l’enceinte, mais n’étant que des logemen (...)

9La guerre maritime et les tentatives espagnoles pour conquérir Alger durant la fin de la première moitié du xvie siècle obligèrent les nouveaux maîtres d’Alger à renforcer les défenses existantes et a en construire d’autres. L’enceinte de la ville, dont une partie suivait le tracé de l’ancienne enceinte de la ville berbère, fut refaite par Khayreddîn et ses successeurs. Elle consistait en un mur de onze à treize mètres de hauteur, couronné d’ouvertures à meurtrières, et de deux cent quatorze embrasures à canon9. D’une longueur légèrement supérieure à 2 500 mètres, le rempart était lui-même protégé par des fossés profonds de huit mètres environ et larges de onze mètres cinquante à quatorze mètres cinquante, dans lesquels étaient placés des tours carrées et des bastions de surveillance10. Le rempart était également défendu par une dizaine de batteries (tubkhâna, du turc topkhâne)11, en plus d’un dispositif de défense constitué de plusieurs forts qui se trouvaient à l’extérieur d’Alger12. En raison de la précarité de sa situation vis-à-vis de l’ennemi européen, la ville d’Alger s’était vu interdire tout développement en dehors de ses remparts. La construction de l’enceinte au début du xvie siècle avait fixé l’étendue d’Alger jusqu’à l’arrivée des Français en 1830, ce qui avait eu des répercussions sur la modalité de croissance de la ville, qui jusque-là ne pouvait se faire que dans la partie intra-muros13.

  • 14 M. Belhamissi, p. 29.
  • 15 L. d’Arvieux, p. 232.
  • 16 G. Delphin, p. 220.
  • 17 A. Devoulx, « Ahad Aman », p. 215.
  • 18 A. Raymond, 1985, p. 171. Le plan de la Casbah est publié par E. Pasquali, pp. 12-13, ainsi que pa (...)

10Le troisième élément majeur de la métamorphose de la petite ville berbère en capitale d’un vilayet ottoman, c’est la citadelle (qasba).Gardée par des burj (forts) élevés plus ou moins loin, entourée de remparts et de batteries, la ville était dominée depuis la fin du xvie siècle par la nouvelle citadelle, située à la cote de cent dix-huit mètres au-dessus du niveau de la mer. Bâtie entre l’arrivée des Ottomans et la fin du xvie siècle sur un emplacement plus élevé que l’ancienne, la nouvelle qasba constituait un complexe imposant, intimement lié à l’histoire de la ville14. A en croire les témoignages, elle va inspirer la terreur à tout le monde, y compris aux « Turcs » qui « y voient les mortiers et les pilons dont on s’est servi et dont on se sert encore quelquefois pour piler des hommes tout vifs »15. La Casbah, qui servait de résidence à l’agha et de prison aux janissaires ainsi que de lieu de réunion du Divan (dîwân, conseil) durant une partie des xvie et xviie siècles, avait perdu ses fonctions vers la fin du xviie siècle16. Au milieu du xviiie siècle, la Casbah servait aussi bien de logement du corps des bölükbachï que de dépôt de munitions, de vivres, et une partie au moins du trésor y était placé17. Ce n’est qu’en 1817, à la suite du bombardement de la ville par lord Exmouth, que la Casbah devint le siège du dey et du gouvernement. Avant cette date, Alger faisait exception parmi les grandes villes arabes, et le centre du gouvernement se trouvait effectivement dans le centre de la ville, dans le palais de la Jenina18.

  • 19 A. Raymond, 1985, pp. 163-167 ; F. Cresti, 1990, pp. 53-54.

11Toutefois, l’œuvre du xvie siècle et de la première partie du xviie siècle ne se limita pas aux seules défenses de la ville : c’est de cette période également que datent plusieurs constructions à l’intérieur de la ville, dont les principales furent les casernes des janissaires, un nombre important de mosquées, notamment de rite hanéfite, ainsi qu’un grand nombre de bains publics, de moulins, etc. Cet élan de construction semble avoir duré tout le long de l’époque ottomane sous la forme de reconstructions et de rénovations de monuments existants. Il faut mentionner aussi la construction et le maintien des systèmes de canalisation d’eau vers la ville : l’aqueduc du Telemly vers 1550, celui de Birtraria en 1573, l’aqueduc du Hamma en 1611, et celui de ’Aîn Zeboudja au milieu du xviiie siècle19.

Métamorphose de la population

  • 20 On estime à 1 500 000 le nombre total des expulsés musulmans depuis 1492, répartis sur tout le Mag (...)

12La croissance de la ville était l’expression naturelle d’une croissance très rapide du nombre de ses habitants : la ville bénéficia à la fois d’une arrivée plus ou moins massive d’expulsés andalous, notamment en 1492, en 1566 et en 160920, ainsi que de l’installation d’une véritable armée ottomane, forte de 6 000 hommes, envoyée par le sultan, qui formait la base de la milice d’Alger. Le xvie siècle est donc la période où la composition de la population d’Alger devint ce qu’elle allait être durant toute l’époque ottomane : les musulmans expulsés d’Espagne et les membres de la caste dominante, recrutés pour la plupart en Asie Mineure, mais aussi en Albanie et dans d’autres parties de l’Empire ottoman, se sont joints à la population d’origine berbère qui s’y trouvait déjà. Un nombre relativement élevé d’individus originaires des différents pays d’Europe est arrivé pour se mélanger à cette population : on comptait parmi eux des prisonniers de la guerre maritime qui faisait rage sur la Méditerranée, des Européens libres qui sont venus prendre part à cette guerre aux côtés des Algériens, et dont une partie sont devenus « Turcs par profession » ou « Renégats » (terme auquel on doit préférer celui de « convertis »). Cette population comprenait aussi une communauté juive anciennement installée qui fut renforcée par des apports d’Espagne et d’Italie, en particulier de Livourne. On doit tenir compte enfin de la présence des gens venus provisoirement d’autres parties de la Régence.

  • 21 D. Haëdo, 1870, p. 495.

13Il semble que dans un premier temps chaque composante de la population a gardé son identité particulière, au point que l’on pouvait distinguer les originaires des différentes parties de l’Espagne : « Ils se divisent en deux catégories », remarque vers la fin du xvie siècle le bénédictin Haëdo : les Mudéjares (originaires de l’Andalousie ou de Grenade) et les Tagarins (originaires de Valence, d’Aragon ou de Catalogne)21. Cependant, au xviiie siècle, ces différences d’origines n’avaient plus la même importance : à cette époque, seule comptait la séparation entre les membres de la caste dominante (`askerî) et les civils (les re’âyâ), et, parmi eux, la division entre les citadins de souche (baldi) et les éléments étrangers (barrânî), venus des régions de l’intérieur pour travailler à Alger mais non pas pour s’y installer. Les trois siècles de domination ottomane semblent avoir forgé un groupe homogène, celui des baldi, la plus stable de toutes les composantes de la population de la ville.

La gestion de la ville au xviiie siècle

  • 22 A. Raymond, 1985, p. 124 ; A. Raymond, 1994, pp. 2 000-2 001.
  • 23 Tachrifat, p. 20. Cf. aussi : Al-Zahâr, p. 24 ; H. Klein, p. 26 ; F. Cresti, 1990, p. 47.
  • 24 CAOM 15 Mi 19, vol. 70, 71, 72. En A H 1131 / 1718-1719, la corporation payait des salaires à ving (...)
  • 25 Tachrifat, p. 22 ; L. de Tassy, p. 101 ; M. Rozet, p. 96 ; E. Pasquali, pp. 54-55.
  • 26 L. de Tassy, p. 142 ; J.A. Peyssonnel, p. 239 ; Tachrifat, p. 22 ; Venture de Paradis, p. 256 ; «  (...)
  • 27 M. Hoexter, 1982, p. 144.

14Capitale du vilayet ottoman, la ville d’Alger semble avoir été gérée par des préposés urbains d’une manière beaucoup plus centralisée que ne l’étaient d’autres villes arabes à l’époque22. Des problèmes qui touchaient l’ensemble de la ville étaient confiés à ces préposés qui y pourvoyaient avec efficacité : l’alimentation de la ville en eau potable était du ressort d’un qâîd ou khûjat al`uyûn (secrétaire aux fontaines), chargé du contrôle des aqueducs, des fontaines et des biens habus qui dépendaient de son administration23. Ce préposé semble avoir été le responsable de la corporation dite jamâ’at al-sâqaiyya, un corps assez important, qui s’occupait de l’alimentation en eau de la ville24. Le nettoyage et l’entretien des égouts et du pavage de la ville dépendaient du qâîd al-jûra (responsable des égouts)25. Quant au maintien de la sécurité et de l’ordre, cela relevait de la responsabilité de plusieurs personnes : le mizwâr, responsable du contrôle de la population indigène sous l’angle de la police, le kol aghasï (chef de la patrouille), responsable d’une patrouille nocturne, le « caïd des Zevawis », responsable lui aussi d’une autre patrouille qui sillonnait les rues d’Alger la nuit, le shaykh al-balad remplissait également des fonctions de police, ainsi que des responsabilités concernant la propreté et l’entretien des édifices urbains, qu’il partageait d’ailleurs avec le mizwâr26. Malgré la multiplicité de responsables (dont les domaines n’étaient pas très bien définis), il s’agit en fait d’un système centralisé, directement subordonné au dey. Ce système assurait d’une manière très efficace la prévention des crimes et des délits27.

  • 28 Idem, 1979, p. 88.
  • 29 Cf. A. Raymond, 1973, pp. 442-443 ; A. Marcus, p. 325.
  • 30 Sur l’encadrement de la population en corporations, aussi bien celles de métier que les « corporat (...)
  • 31 Le titre de ces responsables étaient normalement amîn, mais il y avait aussi le muqadim de la comm (...)
  • 32 M. Hoexter, 1979, p. 21.

15Le manque d’outils administratifs qui auraient permis un lien direct entre les autorités et les sujets a obligé le gouvernement du vilayet, comme pour d’autres centres de l’Empire ottoman, à se procurer des interlocuteurs directs. La solution trouvée à ce problème consistait à diviser la société en groupes selon des critères qui leur étaient propres, et à la nomination d’une personne du groupe, pour représenter celui-ci devant les gouvernants. Cette personne se voyait normalement attribuer par le pouvoir une autorité vis-à-vis des membres de son groupe. Sa position lui assurait habituellement des privilèges28. Toutefois, si cette description correspond à peu près à celle du shaykh al-hâra (chef de quartier) dans d’autres villes arabes à cette époque29, à Alger en revanche le quartier ne semble pas faire partie de ces groupes administratifs30. Toute la population de la ville, hormis les baldi (algérois de souche), était encadrée par des groupements communautaires, chacun ayant à sa tête un amîn31, responsable de ses hommes devant l’autorité. Les chefs avaient été choisis parmi les membres de leurs groupes, habituellement parmi ses membres les plus importants. Ces chefs de communautés et de groupes ethniques et religieux étaient nommés par les autorités ottomanes, habituellement par le dey32, après avoir été élus par les membres du groupe. Il semble que les chefs de différents groupes de barrânî (« gens de dehors ») d’Alger avaient une certaine influence sur les amîn des groupes des barrânî dans d’autres villes du vilayet.

  • 33 Idem, 1983, pp. 22-24.

16Les barrânî, ainsi que la communauté juive, étaient ainsi constitués en communautés. Leur chef exerçait des pouvoirs de police sur les membres. La taxation des membres de ces groupes se faisait au niveau de celui-ci : c’était le chef qui était en principe le fermier des impôts et répartissait les impositions33. Le chef de la communauté servait d’interlocuteur auprès des autorités. L’encadrement de cette partie de la population était très efficace, bien plus d’ailleurs que ne pouvait l’être un encadrement sur la base territoriale du quartier ; la plupart des barrânî par exemple constituaient une population très instable, sans logement, dont une grande partie des membres ne restaient dans la ville que temporairement. Le cadre communautaire facilitait donc le contrôle de ces groupes.

  • 34 Idem, 1979, p. 88.
  • 35 Sur la ségrégation au niveau des corporations de métiers, cf. M. Hoexter, 1979, pp. 29-33 ; H. Tou (...)
  • 36 Tachrifat, p. 23 ; « Ministère de la Guerre », p. 186.
  • 37 Tachrifat, pp. 22-23 ; R. Le Tourneau, p. 35.
  • 38 Sur la taxation à Alger, cf. M. Hoexter, 1983, pp. 19-39.
  • 39 M. Rozet, p. 88. Cf. aussi, M. Hoexter, 1979, p. 60.
  • 40 Venture de Paradis, p. 194.

17Les exigences des autorités ottomanes à l’égard des Algérois de souche, les baldi, portaient sur leurs activités économiques. Les impôts de cette population, en espèces ou en nature, étaient liés à cette activité : « C’est pourquoi on avait choisi la profession comme critère pour la division de cette population en groupes, et non pas le quartier, qui n’est pas pertinent34. » Les baldi étaient donc encadrés par les corporations de métiers, de la même manière, semble-t-il, que les barrânî par les organisations communautaires. Ces dernières englobaient parfois des corporations de métiers qui étaient propres aux membres de la communauté : le phénomène des corporations de métiers communes aux baldi et aux barrânî n’existait pas à Alger, où la ségrégation ethnique et religieuse semble s’exprimer mieux dans ce domaine que sur le plan géographique de la ville35. Les chefs (amîn) des corporations étaient subordonnés au shaykh al-balad36, et non pas au muhtasib, comme c’était normalement le cas dans les villes maghrébines37. La collecte des impôts s’effectuait par la corporation, aussi bien les taxes et les impôts habituels que les impositions extraordinaires38. Lorsque, après le bombardement d’Alger par Duquesne, Louis XIV eut imposé un tribut à Alger, on le fit peser sur tous les corps de métiers, et les amîn furent les responsables de la perception de cette taxe extraordinaire39. En une autre occasion, lors de la guerre de 1770 contre les Danois, ainsi que cinq ans après, lors de la guerre contre l’Espagne, on fit appel aux corps de métiers pour venir effectuer des travaux de fortification de la ville40. Comme « le corps des juifs » est mentionné parmi les « corps de métiers », il est clair que l’on avait fait appel aux corporations de métiers et aux « corporations » de communautés. Ces exemples indiquent que les autorités ottomanes de la ville aient pu prendre la corporation de métier et la communauté ethnique ou religieuse comme cellule de base, et non pas le quartier. Cette « administration » plus ou moins centrale des divers aspects de la ville, tant au niveau de l’encadrement de la population en groupes ethniques et religieux qu’à celui des corporations de métiers, dont les chefs étaient choisis par les autorités et demeuraient leurs interlocuteurs, englobait donc la totalité de la ville à un niveau plus élevé que celui du quartier.

Survol de l’histoire politique de la Régence d’Alger (xvie-xviiie siècles)

  • 41 Tout ce développement est basé essentiellement sur H.-D. De Grammont ; C. A. Julien, pp. 250-302 ; (...)
  • 42 R. Mantran, 1993, p. 133. Le mot odjak signifie « foyer ». Sur les origines de ce mot et les diffé (...)

18Du point de vue politique, l’époque ottomane à Alger se divise en trois grandes périodes41 : à partir de l’installation de la suprématie ottomane jusqu’à 1587, ce fut l’époque des beylerbey (gouverneur) qui gouvernaient avec l’assistance du Divan (dîwân, conseil) des janissaires et dont l’autorité englobait l’ensemble des territoires ottomans du Maghreb. En 1587, le Maghreb ottoman fut divisé en trois provinces (vilâyet) : celle d’Alger, celle de Tunis et la province tripolitaine. Ces provinces ayant été dénommées odjak, mot qui sert normalement à désigner la milice, on mesure le rôle essentiel des janissaires dans ces trois provinces42.

19De 1587 jusqu’à 1711 Alger fut gouvernée par des pachas triennaux, envoyés du centre de l’Empire. L’autorité des pachas semble avoir été limitée à la seule population indigène de la ville d’Alger et aux tribus de l’intérieur. Théoriquement tout-puissants, les pachas étaient limités par le pouvoir de la milice et de son Divan, et ils n’avaient aucune autorité sur l’organisation des corsaires, la tâ’ifat al-ra’îs, qui menait ses actions comme si elle faisait partie intégrante de la flotte ottomane. La collecte des impôts et le maintien de l’ordre public semblent avoir été les principales obligations de ces pachas, avec bien entendu l’obligation d’assurer la paie de l’odjak.

  • 43 H.-D. De Grammont, p. 227.

20Les pachas avaient gardé au moins une partie de leurs privilèges et de leurs droits jusqu’à 1659. Cette année-là, la révolte des agha les écarta définitivement du pouvoir, en leur substituant d’abord des agha (1659-1671), remplacés ensuite par les élus de la milice, les deys (en turc : dayï, oncle maternel). Dès lors, va s’ouvrir le chapitre plutôt mouvementé de l’histoire politique de la Régence, car, jusqu’ici, en tant que représentants du sultan, la personne des pachas était sacrée. Même lorsque les relations entre la milice et le pacha s’avéraient mauvaises, la solution consistait dans le renvoi de ce dernier et non pas dans son élimination physique43. À partir du moment où la personne qui tenait le pouvoir ne bénéficiait plus du même prestige, l’assassinat devint le moyen le plus efficace pour s’en débarrasser. C’est ainsi que les quatre agha qui gouvernèrent entre 1659 et 1671 furent assassinés, et qu’un seul des onze deys qui gouvernèrent entre 1671 et 1710 connut une mort naturelle. Durant toute cette période (1659-1710) des pachas continuèrent cependant à être envoyés d’Istanbul à Alger.

Milice et Tâ’ifa

21Bien que les corsaires eussent été les initiateurs de l’inclusion du Maghreb au sein de l’Empire ottoman, ce n’est qu’avec l’envoi d’une armée terrestre, composée de soldats bénéficiant des mêmes privilèges que ceux des janissaires, et avec la création de la milice d’Alger, l’odjak, qu’avait eu lieu l’entrée effective de cette région sous la souveraineté ottomane. Depuis la création du vilayet d’Alger, il y avait donc eu deux pouvoirs concurrents : tâ’ifat al-ra’îs (la corporation des corsaires), qui s’occupait de tout ce qui avait trait à la marine, y compris les relations avec les puissances étrangères. Cette corporation de corsaires détenait une grande partie de la richesse de la ville durant les xvie et xviie siècles. Le second pouvoir était détenu par la milice, responsable de l’activité terrestre : défense du vilâyet contre l’ennemi et collecte des impôts.

  • 44 P. Boyer, 1973, pp. 168-169. Cf. aussi : R. Mantran, 1984, p. 5.
  • 45 A. Raymond, 1989, p. 407.

22Il semble que la composition de la tâ’ifa (un grand nombre d’aventuriers aux origines très variées, aussi bien des différentes parties de l’Empire ottoman que des pays européens, ou encore des indigènes) et sa vocation (la guerre maritime) constituèrent les principales raisons qui l’empêchèrent de prendre le contrôle de la Régence d’une manière durable, et même, semble-t-il, d’entretenir de véritables aspirations à gouverner. L’objectif des corsaires dans la lutte entre la tâ’ifa et l’odjak ne semble pas avoir été la prise de pouvoir dans le vilayet, mais l’acquisition de plus de liberté d’action vis-à-vis de l’État, ainsi que du centre de l’Empire ottoman. Sur ce point, les conclusions de P. Boyer qui minimalise l’importance de cette lutte sont à notre avis justifiées44. Cette lutte entre les deux corps n’affaiblissait pas Alger car les intérêts communs entre la milice et la marine corsaire étaient trop importants pour que leur rivalité refrène le développement de la Régence et de la course. Quoi qu’il en soit, cette lutte resta « le pivot de l’évolution de l’Algérie de la fin du xvie à la fin du xviie siècle45 ».

  • 46 Cf. à ce sujet, P. Boyer, 1973, pp. 159-170.

23Contrairement à la tâ’ifa, la milice avait des aspirations durables au contrôle de l’État. Son organisme permanent, le Divan des janissaires, avait été destiné à diriger les affaires de l’odjak. Regroupant (sous formes différentes) les plus hauts gradés, le Divan avait une permanence qui le rendait beaucoup plus apte à prendre des décisions que le chef de l’odjak, l’agha des janissaires, dont le mandat ne durait pas plus de deux mois : aussi devint-il un véritable appareil d’État. Dotée de sources de revenus beaucoup plus limitées que celles de la tâ’ifa, la milice avait cherché à contrôler la Régence, ne fût-ce que pour assurer la régularité de sa paie. C’est ainsi que l’on observe pendant la première partie du xviie siècle l’ascension du pouvoir politique du Divan de la milice au détriment du pacha. Ce processus atteignit son point culminant en 1659 lors de la « révolution des agha », à la suite de laquelle le pouvoir effectif était passé définitivement des mains des pachas, qui le détinrent jusqu’en 1710, aux mains de la milice, qui le confia à son élu, le dey46. Toutefois, durant la plus grande partie du xviiie siècle, grâce à ce nouvel équilibre politique entre le dey, un petit groupe de dignitaires appelés « les Puissances » et le Divan, l’odjak semble avoir retrouvé sa constitution d’origine : celle d’une armée qui sert aussi, il est vrai, comme appareil de l’État, mais se contente surtout d’exécuter ses ordres sans trop intervenir dans les décisions de ses dirigeants.

Alger la bien gardée

  • 47 A. C. Hess, 1977, pp. 74-75, 77-78.

24La création même de la Régence avait été directement liée à la guerre entre le monde musulman et le monde chrétien, ou plus spécifiquement à la guerre entre l’Empire ottoman et celui des Habsbourg. Les relations de guerre caractérisent la plus grande partie de l’histoire des relations entre la Régence et les pays européens. Après une véritable guerre entre les deux empires, durant la majeure partie du xvie siècle, la trêve qu’ils avaient signée en 1580 avait abaissé le niveau du conflit à une guerre de course et à des représailles de part et d’autre. Devenue l’élément qui marqua l’histoire d’Alger durant les xvie et xviie siècles, la course maritime accrût la peur que provoquait la Régence. Avec les impôts, la course maritime était encore considérée comme une des deux principales sources de revenus de la Régence au début du xviiie siècle47.

  • 48 C. A. Julien, pp. 285-289 ; N. Barbour, p. 120. Pour le récit d’une partie de ces attaques du côté (...)

25En retour, les Européens qui s’estimaient victimes de la course opéraient des actes de représailles, habituellement sous forme de bombardements de la ville d’Alger. L’efficacité de ces actions punitives n’est pas prouvée car, malgré les dégâts, parfois importants, que les bombes infligèrent à la ville, la course ne cessait pas. Le xviie siècle est caractérisé par les nombreuses attaques de ce genre qu’Alger dut subir : à titre d’exemple, on dénombre du côté de la marine britannique les bombardements de 1622, 1655 et 1672, et de la part de la marine française ceux de 1661, 1665, 1682, 1683 et 168848.

  • 49 C. A. Julien, pp. 296-297.

26À partir de la fin du xviie siècle, et durant le xviiie siècle, au lieu d’avoir recours à des actes de représailles, les puissances européennes préférèrent conclure des accords avec la Régence. Les pays européens les moins puissants (et les États-Unis) devinrent tributaires d’Alger, car ils aimaient mieux s’acquitter d’un droit de navigation annuel que de voir leurs bateaux pillés et les équipages réduits à l’esclavage49. Cela ne veut pas dire pour autant que la course maritime ait cessé d’être pratiquée, mais que la Régence avait trouvé le moyen de continuer à profiter de cette activité, alors même que la marine algérienne n’avait plus la même puissance qu’auparavant. Les quelques tentatives faites pour envoyer une expédition punitive contre Alger dans la seconde partie du xviiie siècle, notamment l’essai de conquête tenté par les Espagnols en 1775, se soldèrent toutes par un échec, ce qui ne fit qu’augmenter la réputation d’invincibilité d’Alger.

La Régence au xviiie siècle

27Du point de vue politique, la fin du xviie siècle et le début du xviiie siècle sont caractérisés tout autant par l’utilisation de la violence comme moyen politique que par la cristallisation d’un système politique qui allait faire ses preuves tout au long du xviiie siècle. Une des raisons de la réussite du système entre 1711 et 1798 fut la consécration des deys qui reçurent le titre de pacha : le dey Sökeli ’Alî Tchâvûch (élu par la milice en 1710) avait réussi en 1711 à se faire nommer pacha, et, depuis cette date, Istanbul cessa d’envoyer des pachas à Alger, le dey devenant le représentant du sultan. Le résultat est que, durant la période 1710-1798, on ne compte que neuf deys dont sept sont morts de mort naturelle.

  • 50 Cf. le chapitre, « Les sources », sur cette institution.

28Une autre raison de ce succès tient à la formation du groupe de dignitaires, communément dénommés « Puissances », qui se sont emparés des pouvoirs du Divan des janissaires, et parmi lesquels s’est instaurée une hiérarchie : le kha-zinedâr (en arabe : khaznâjî, trésorier), en premier lieu responsable, comme l’indique son nom, du trésor de la Régence. Il recevait les revenus de la Régence et payait la solde des janissaires. Venait ensuite l’’arab aghasï (Agha des Arabes), chef de l’armée et responsable des « affaires indigènes » et de la sécurité dans la région de dâr al-sultân. Le troisième dans l’ordre de la hiérarchie des « Puissances » était le at khodjasï (khûjat al-khayl secrétaire aux chevaux). C’était le contrôleur de toutes les rentrées en matière d’impôts en nature, ainsi que le gestionnaire des propriétés appartenant au beylik. Ensuite, il y avait le beytülmâldji (bayt al-mâljî, administrateur des finances, responsable du bayt al-mâl)50.Enfin, on trouvait le yalï vekîl khardjï (wakîl al-kharj, ministre de la Marine), responsable de l’entretien de la flotte algérienne. A ce titre il officiait en quelque sorte comme ministre des Affaires étrangères de la Régence.

29La mise à l’écart du gouvernement des janissaires en général, et de leur Divan en particulier, l’instauration d’un groupe de « Puissances » avec une hiérarchie interne, au sein duquel était choisi le successeur du dey, et qui était le seul à pouvoir le désigner, tous ces facteurs ont contribué à la stabilisation de la situation dans le vilayet. Parallèlement à la croissance du pouvoir du dey au détriment de la milice, le début du xviiie siècle marque aussi un affaiblissement de la tâ’ifa : l’importance de l’organisation des corsaires était en relation directe avec celle de la course maritime. C’est dire si à la fin du xvie et au début du xviie siècle, qui constituent l’âge d’or de la course algérienne, cette organisation avait été puissante et importante. Au début du xviiie siècle en revanche, la course avait beaucoup perdu de sa gloire à la suite de la baisse de sa rentabilité et de son remplacement par des tributs.

  • 51 A. Raymond, 1970, p. 278.

30Le xviiie siècle est donc caractérisé par une stabilité politique, qui a permis à une partie des deys de gouverner relativement longtemps : Mehmed Pacha bin Osmân fut dey vingt-cinq ans (1766-1791). Cette situation ne caractérise pas seulement la ville d’Alger. Depuis le xvie siècle le vilayet était divisé en quatre parties : le dâr al-sultân, la région d’Alger et ses alentours, gouvernée directement par le dey, et trois provinces : celle de l’ouest avec pour capitale successivement Mazouna, Mascara et depuis 1792 Oran, celle de l’est avec Constantine, et la région du sud avec Médéa, chacune de ces trois dernières gouvernée par un bey. Jusqu’au milieu du xviiie siècle l’histoire de ces beyliks semble avoir été assez mouvementée. La seconde partie du xviiie siècle, en revanche, est caractérisée par une tranquillité relative. Au moment même où régnait le dey Mehmed Pacha bin Osmân, les deux provinces les plus importantes furent gouvernées elles aussi par des beys exceptionnels : Sâlih, 1771-1791, dans la province de l’est, et Muham-mad al-Kabîr, 1779-1796, dans la province de l’ouest. La fin du xviiie siècle marque donc l’apogée de l’époque ottomane de la Régence51. Il semble que cette période signifie aussi pour Alger l’arrivée à la maturité d’un système politique, qui allait se révéler inadapté aux conditions du xixe siècle, mais dont la transformation ne put s’achever en raison de la conquête d’Alger en 1830.

Les sources

  • 52 A. Temimi, « Sommaire ». Cf. aussi F. Khiari, 1994.
  • 53 Sur les circonstances de la conservation de ces archives, cf. A. Temimi, « Inventaire », pp. 83-90

31La source principale de cette étude est constituée par les documents qui se trouvent sous forme de microfilms au Centre des archives d’outre-mer à Aix-en-Provence (CAOM). Ces documents font partie des archives communément appelées « fonds arabo-turcs ». Elles se divisent en deux séries différentes : la série 15 Mi comprend 54 bobines de microfilms. Cette série a été répertoriée par A. Temimi52. La seconde série, 1Mi, connue comme « la série Z », comprend soixante-dix bobines de microfilms. Seules les sept dernières bobines de cette série (numéro 64-70), qui sont constituées de registres microfilmés, avaient été répertoriées elles aussi par A. Temimi. Les autres 63 bobines, comprenant des milliers de documents (qui se présentent « en vrac »), n’ont pas encore fait l’objet d’une classification. Les deux séries comprennent des documents très variés : registres de diverses comptabilités de l’Etat, actes d’achat ou de vente des particuliers, cahiers d’élèves d’école ou actes de fondations pieuses, pages du Coran et décisions des pachas, etc.53. Un grand nombre des documents ne portent pas de numéros de pages, ce qui fait que l’on est parfois obligé de donner comme référence d’un renseignement se trouvant dans un registre celle même du registre (sans indiquer la page), ou simplement la cote de la bobine. Nous avons utilisé plus particulièrement des documents émanant du bayt almâl d’Alger, ainsi que des documents concernant les divers waqf de la ville.

Les documents de bayt al-mâl (l’administration des finances)

L’institution de bayt al-mâl

  • 54 Sur les droits de la `asaba, cf. J.Schact, Mîrâth, pp. 108-109.
  • 55 Sur le bayt al-mâl d’Alger, cf. Venture de Paradis, pp. 184, 214-215 ; Tachrifat, p. 20 ; Sidi ham (...)

32À la tête de l’administration des finances (bayt al-mâl) se trouvait un fonctionnaire, dit beytiilmâldji, qui était considéré comme un des plus hauts personnages de l’Etat. Assisté par un cadi particulier, ainsi que par deux « notaires », des greffiers et des teneurs de registres, le beytiilmâldji était chargé de l’administration de la succession des personnes mortes sans laisser d’héritiers sur place, ou de personnes n’ayant pas d’héritier mâle (’asib)54. En cas d’absence de tout héritier, l’Etat bénéficiait de la totalité de la succession. En cas d’absence d’héritier mâle, l’Etat se substituait à lui et prenait sa part. Le bayt al-mâl d’Alger était aussi chargé de l’administration des biens des individus disparus, et de ceux qui avaient été faits prisonniers. Il supportait encore des tâches comme l’habillement des esclaves appartenant à l’Etat, l’enterrement des pauvres et des étrangers, le traitement des professeurs ainsi qu’une distribution d’aumônes tous les jeudis à deux cents pauvres55.

  • 56 M. Rozet, p. 351. Cf. aussi : J.-F. Aumerat, 1897, pp. 322-323. P. Boyer, 1963, p. 97.
  • 57 Le registre CAOM 1 Mi 70 (n° 24), regroupe 87 résumés relatifs aux biens du beylik. Dans 84 résumé (...)
  • 58 Venture de Paradis, pp. 183, 193 ; CAOM 15 Mi 1, vol. 2, p. 106.

33Outre les successions d’individus sans héritiers et autres, sur lesquelles le bayt al-mâl avait des droits, cette administration était responsable de l’exécution de la confiscation des biens de ceux qui avaient été condamnés. M. Rozet remarque même que ces confiscations, notamment chez les condamnés à la peine capitale, étaient devenues la source principale de la richesse du bayt al-mâl et du dey qui en profitait aussi en personne56. Cependant, les inventaires donnent l’impression que l’on a peut-être exagéré l’importance du phénomène57. L’absence quasi-totale d’inventaires de confiscations des biens chez les particuliers à la fin du xviiie siècle peut s’expliquer aussi par le fait que les confiscations n’étaient pas toutes enregistrées comme telles. Le cas de l’inventaire de Hüseyin khazinedji (trésorier), qui fut exécuté, et dont les biens furent confisqués confirme cette hypothèse. Enregistré au début sha’bân AH (anno hegirae) 1202 / mai 1788, l’inventaire ne mentionne ni la raison de la mort de ce personnage (à la suite d’une condamnation) ni la confiscation dont ses biens faisaient l’objet58.

  • 59 « Ministère de la Guerre », p. 224.
  • 60 Cette formule, avec quelques variations, se trouve au début de la plupart des registres de cette i (...)
  • 61 Notons que la préservation des droits des orphelins mineurs semble constituer la raison principale (...)
  • 62 G. Veinstein et Y.Triantafyllidou-Baladié, p. 196.

34Selon le rapport publié par le ministère de la Guerre sous le titre Tableau de la situation des établissements français dans l’Algérie en 1837, le bayt al-mâl était chargé aussi de l’administration des successions « dans l’intérêt des orphelins59 ». Les documents ne nous permettent pas de confirmer cela. Les registres eux-mêmes d’ailleurs définissent ainsi leur propre objet : administration des successions appartenant à l’État (shughl al-mawârîth al-makhzaniyya), ainsi que rôle de dépôt des biens des prisonniers et des disparus (wa-hifz amwâl al-asârâ wal-ghâyyib)60.L’administration des successions dans l’intérêt des orphelins n’est pas indiquée parmi les missions du bayt al-mâl61. Or, les inventaires dressés pour garder les droits des héritiers mineurs sont considérés comme un facteur qui augmente la proportion des grandes fortunes dans l’ensemble des inventaires62. Doit-on conclure le contraire en leur absence ? Faute d’une comparaison valable nous ne saurons le dire.

  • 63 D. de Haëdo, 1871, pp. 377, 470-471 ; L. de Tassy, p. 142 ; Venture de Paradis, pp. 113, 182-183, (...)
  • 64 Venture de Paradis, p. 183 (n.). Les registres comprennent plusieurs listes composées des prix de (...)
  • 65 CAOM 15 Mi 1, Vol. 1, pp. 38, 139.
  • 66 CAOM 15 Mi l, Vol. 2, pp. 114, 117 ; vol. 4, p. 71.

35Pour mieux s’assurer de ses droits, le bayt al-mâl devait être averti dès qu’il y avait un décès dans la ville, aussi l’enterrement ne pouvait-il avoir lieu sans sa permission63. Pour les militaires qui trouvaient la mort en dehors de la ville, il appartenait aux officiers de s’occuper des biens du défunt : de les vendre sur place ou de les rapporter à Alger où, comme tous les biens dévolus à cette administration ils étaient inventoriés, vendus aux enchères et répertoriés dans des registres, les prix obtenus lors de la vente figurant à côté de chaque article64. Il en allait de même pour les personnes ayant trouvé la mort lors du pèlerinage à la Mecque, dont le montant réalisé lors de la vente de leurs effets était versé à la caisse de bayt al-mâl65. Quant aux marins qui étaient faits prisonniers, ou ceux qui avaient trouvé la mort en mer, leurs effets étaient amenés au bayt al-mâl, aussi bien ceux qui se trouvaient dans le bateau que dans leurs logements66.

  • 67 G. Delphin, p. 212.
  • 68 Registre, vol. 1, p. 91.

36La rapidité de l’action du bayt al-mâl est effectivement démontrée dans les cas de grandes catastrophes, qui font un grand nombre de victimes en très peu de temps. Prenons par exemple, au moment de la guerre d’Alger contre la Tunisie, le cas du combat qui eut lieu le 18 rabî’ al-thânî AH 1112/2 octobre 1700. La bataille s’était déroulée près de la ville de Constantine67. Or, les deux premiers inventaires des morts de cette guerre sont enregistrés dès la fin du même mois à Alger68. A la fin du mois de jumâdâ al-thânî / 11 décembre de la même année, 108 des 115 inventaires sont déjà enregistrés. Autrement dit, dans un espace de deux mois, le bayt al-mâl avait terminé l’enregistrement de la quasi-totalité des victimes d’un combat qui avait lieu à une distance de quelque six cents kilomètres d’Alger.

  • 69 Cet enregistrement était une affaire assez rapide : à en croire Venture de Paradis (p. 151), « le (...)
  • 70 CAOM 15 Mi 1, vol. 4, p. 16.
  • 71 A. Devoulx, « Registre », numéro 336.
  • 72 CAOM 15 Mi 1, vol. 4, p. 33.
  • 73 A. Devoulx, « Registre », numéro 349.
  • 74 CAOM 15 Mi 1, vol. 4, p. 71.
  • 75 A. Devoulx, « Registre »,numéro 357.

37Les inventaires des corsaires ayant trouvé la mort durant leur activité maritime peuvent également servir d’exemple. Nous avons trouvé pour quelques cas où la mort est survenue durant un voyage réussi, au cours duquel le navire corsaire a fait des prises, les dates de l’enregistrement de celles-ci69. Ainsi, nous trouvons la succession (mukhallafât) d’un yoldâch (simple soldat), dont le nom n’est pas mentionné, mort sur le navire de Hâdjï Suleymân, au début rajab AH 1214/29 novembre 179970. L’enregistrement de la prise faite par ce ra’îs est daté du 14 novembre 179971. Donc, un délai de seulement quinze jours. Toujours avec Hâdjï Suleymân, un autre simple soldat, Yûsuf bin Osmân a trouvé la mort. Son inventaire est enregistré à la mi-rajab AH 1215/début décembre 180072. L’enregistrement de la prise faite pendant ce voyage est daté du 9 décembre 180073. Dernier exemple, celui d’Ibrâhîm yoldâch, mort sur le bateau du célèbre ra’îs Hamidû. Sa succession est enregistrée fin muharram AH 1217/2 juin 180274. L’enregistrement de la prise (il ne s’agit pas d’une prise quelconque : c’était la frégate portugaise dont la capture avait fait la renommée de Hamidû) est du 27 mai 1802 et, dans ce cas précis, nous connaissons aussi la date de la capture de la frégate, le 8 mai 180275. Ces trois cas montrent en effet que le délai entre l’arrivée de la nouvelle concernant la mort et l’enregistrement de l’inventaire après décès est effectivement court : il durait entre quinze jours et un mois.

Représentativité de l’échantillon

  • 76 D. Panzac, 1985, pp. 378-379.
  • 77 Ce nombre moyen ne concerne que des années « normales », c’est-à-dire des années qui n’ont pas sou (...)
  • 78 C. Establet et J.-P. Pascual, 1994, pp. 28-29. En tenant compte de ce que les inventaires des juif (...)
  • 79 C. Establet et J.-P. Pascual, 1994, pp. 29-30. Les auteurs parlent d’un échantillon de 449 inventa (...)

38Avant d’entamer l’analyse de la société algéroise au xviiie siècle d’après les inventaires après décès, il faut examiner la fiabilité statistique des archives dont nous disposons. Le nombre d’habitants d’Alger à l’époque étudiée ne dépassait pas cinquante mille personnes, nous le verrons. Le taux de mortalité est inconnu. Si l’on tient compte du taux de mortalité que propose D. Panzac pour les villes de l’Empire ottoman au xviiie siècle : 40 voire 50 pour 1 00076, le nombre de morts dans une année « normale » s’élèverait environ à 2 000 (40 ‰ de 50 000). Le nombre moyen d’inventaires par an pour la fin du xviiie siècle se monte à 11577. Ce nombre représente donc un pourcentage de 5,75 % des décès annuels à Alger à la fin du xviiie siècle. En tenant compte de ce que la plupart des défunts dans notre échantillon sont adultes, et que le taux de mortalité infantile à l’époque était très élevé, on peut proposer que le nombre moyen de 115 inventaires représente une proportion encore plus importante78. « Mais, disent C. Establet et J.-P. Pascual à propos d’un calcul semblable qu’ils ont effectué pour la ville de Damas en 1700, cette représentativité quantitative est relativement secondaire pour notre propos : nous n’ambitionnons pas de nous transformer en un Office statistique rétrospectif et de constituer la statistique nationale de Damas à l’époque moderne. La taille absolue de l’échantillon [...] voilà qui permet de comparer, sur des effectifs significatifs, les femmes aux hommes, les riches aux pauvres, ou les résidents de la cité à ceux des faubourgs, ce qui est l’ambition d’un travail d’histoire sociale79. » Pour voir si cette ambition est réalisable, il reste bien entendu à analyser notre corpus d’inventaires après décès.

La composition du Corpus

39Les registres comprennent des inventaires émanant de toutes les parties de la société musulmane d’Alger, aussi bien les inventaires de militaires que ceux de civils, hommes ou femmes. Dans ces registres sont inclus aussi les inventaires des esclaves de toutes les religions ainsi que ceux des esclaves affranchis. Il faut noter cependant une lacune grave, concernant la communauté juive dont les registres ne comprennent pas d’inventaires, et il en va de même pour les chrétiens libres. La répartition des inventaires dans les registres étudiés est la suivante :

Tableau I : Répartition en différents groupes de défunts

Tableau I : Répartition en différents groupes de défunts

40Le nombre relatif d’inventaires concernant les militaires dans l’ensemble des inventaires (environ 49 %) est beaucoup plus élevé que ne l’était le nombre de militaires dans la population. Cela tient au caractère même de la milice (surtout composée de célibataires venus d’ailleurs, et par conséquent sans héritiers sur place), comme nous le verrons dans l’analyse de ce groupe. Le nombre plus bas d’inventaires de femmes parmi l’ensemble des inventaires de civils (44 %) correspond à une certaine réalité quant à la répartition hommes-femmes dans la ville d’Alger. Cependant, le pourcentage global des inventaires des femmes dans l’ensemble des inventaires (669 sur 2975, soit environ 22,5 %) semble beaucoup trop bas. Malgré ces défauts, il nous semble que le corpus permette de traiter des grandes parties de la société algéroise, à condition de ne jamais perdre de vue qu’il ne s’agit pas d’une analyse statistique portant sur la totalité de cette société, mais de l’échantillon que le hasard a mis entre nos mains.

Les registres

  • 80 En tout, il y a aux archives treize registres de ce genre qui remontent à l’époque ottomane : CAOM (...)
  • 81 Tous les registres étant microfilmés, nous ne sommes pas en mesure de mentionner leurs dimensions.

41Trois registres d’inventaires après décès de bayt al-mâl sont utilisés d’une manière exhaustive : le premier, CAOM 15 Mi 1, vol. 1 (désigné comme vol. 1), est le plus ancien parmi les registres de ce genre qui se trouvent aux archives à Aix-en-Provence : il date du tout début du xviiie siècle (1699-1701)80. Il représente l’unique registre de cette période du début du siècle, car le registre suivant ne commence qu’en 1786. Le registre vol. 1, qui comprend 152 feuillets écrits en arabe, couvre une période de 24 mois, du mois de muharram AH 1111/fin juin 1699 à la fin de dhûl-hijja AH 1701/7 juin 1701. Au total, ce registre comprend 508 inventaires81.

42Le deuxième registre, CAOM 15 Mi 1 vol. 2 (désigné comme vol. 2) est aussi le deuxième registre contenant des inventaires dans l’ordre chronologique : aucun registre de ce genre ne couvre la période qui le sépare du registre vol. 1. Il comprend 209 feuillets écrits en arabe. Il couvre 77 mois de dhûlqa’da AH 1200/fin août 1786 au début rabî’ al-thânî AH 1207/mi-novembre 1792. Ce registre date donc de la fin du règne de plus grand dey d’Alger, Mehmed Pacha bin Osmân (1766-1791), et il nous intéresse précisément pour cette raison. Le registre contient 1 862 inventaires.

43Le dernier registre étudié, CAOM 15 Mi 1, vol. 4 (désigné comme vol. 4), qui date de la fin du xviiie et du début xixe siècle, couvre une période de 34 mois (entre le début de safar AH 1214/juillet 1799 et la fin de dhûl-hijja AH 1217/ avril 1803). Il nous permet de « boucler » en quelque sorte la totalité du xviiie siècle. Comprenant 102 feuillets, écrits en arabe, il recense 605 inventaires.

Les inventaires

  • 82 J.-P. Pascual, 1992, pp. 168-171. Cf. aussi : G. Veinstein et Y.Triantafyllidou-Baladié, p. 198.

44La structure interne des inventaires dressés par le bayt al-mâl d’Alger n’est pas différente en principe de celle que l’on connaît pour des inventaires après décès ottomans. Ils sont construits selon le modèle relativement uniforme indiqué par J.-P. Pascual pour Damas82 : dans ce modèle on distingue quatre parties d’importance inégale, selon le volume de l’inventaire. La première partie se compose d’un préambule, long de trois à quatre lignes, aux formules stéréotypées faisant état de renseignements concernant le défunt. On y trouve le plus souvent le nom (1 907 cas sur 2 975, soit 64 %), qui peut être accompagné ou non du patronyme, du grade dans le cas d’un militaire ou d’un fonctionnaire de la milice ottomane ( 1 460 cas) ; on y trouve parfois les origines de la personne (476 cas) ainsi que son métier (402 cas), son état civil (839 cas), son adresse (2 403 cas). Dans une centaine de cas on trouve une mention des circonstances de la mort. La dernière mention dans le préambule est la date de l’enregistrement. Contrairement aux inventaires damascènes, la date de la mort ne figure jamais dans ceux du bayt al-mâl algérien. Le préambule nous sert de base pour la présente étude, car notre recherche donne la priorité à l’étude de la société et de la ville. Une recherche plus axée sur la vie matérielle, pour laquelle les mêmes inventaires constituent la meilleure source, viendra, nous l’espérons, dans une étape ultérieure.

45La partie suivante concerne l’actif, c’est l’inventaire du patrimoine. Cette deuxième partie est rédigée selon un ordre plus ou moins régulier, qui débute avec la liste d’effets personnels (vêtements, etc.) pour poursuivre par tout ce qui est lingerie et meubles ; viennent ensuite le numéraire et les bijoux ; on termine avec les biens immobiliers. Chacun des « articles » est suivi d’un chiffre qui correspond à sa valeur déterminée lors de leur vente aux enchères. Tous ces chiffres sont additionnés, et la somme totale obtenue (al-jumla) constitue l’avoir brut de la personne. La somme citée à la fin de l’actif nous sert pour estimer la richesse des différentes personnes.

46La troisième partie est introduite par le mot usqita (déduit). Dans cette partie figurent les frais d’inhumation, les frais (sadâd) du bayt al-mâl, l’éventuel loyer du logement et diverses créances, notamment la partie due de la dot de l’épouse (sadâq) dans le cas de décès d’un homme marié. Notons que dans le registre vol. 2 une très grande partie des inventaires s’arrêtent à la fin de la deuxième partie, c’est-à-dire avant les déductions. Nous ne pouvons pas expliquer ce phénomène, d’autant plus surprenant qu’en procédant ainsi les frais du bayt al-mâl, qui sont normalement déduits de l’actif brut, ne sont pas pris en compte dans l’enregistrement des inventaires. Quoi qu’il en soit, dans un grand nombre de cas, nous avons utilisé l’information de cette troisième partie pour apprendre si le défunt était locataire de son logement. Malheureusement, on ne peut pas tirer de cette partie de renseignements concernant le prix de la location car, même dans les rares cas qui mentionnent le type du logement, la durée du loyer dû n’est jamais indiquée.

  • 83 J.-P. Pascual, 1992, p. 170.

47La dernière partie consiste dans le partage du reliquat entre les différents ayants droit. Si pour Damas il est exceptionnel de ne pas trouver cette partie83, il n’en va pas de même en ce qui concerne les inventaires du bayt al-mâl algérien, où cette partie est la plupart du temps absente. Cela est lié à la nature même des inventaires, dont la majorité représentent des successions sans héritiers, ce qui exclut un partage quelconque. Dans les cas où un tel partage est mentionné, on obtient des informations utiles sur la situation familiale de la personne.

Les monnaies citées dans les registres

  • 84 L. de Tassy, p. 150, Venture de Paradis, p. 164.

48Deux monnaies différentes sont mentionnées dans les trois registres : le registre le plus ancien (vol. 1) mentionne principalement la saîma, une monnaie de compte d’une valeur de 50 aspres tout au long du xviiie siècle84. À titre d’exemple, la première paie d’un simple soldat au début du xviiie siècle s’élevait à 8 saîma (400 aspres) pour deux mois lunaires.

  • 85 Tachrifat, p. 30. Notons que le « Ministère de la Guerre », p. 361, et P. Ernest-Picard, p. 60, qu (...)
  • 86 Il est très difficile d’établir avec certitude la valeur réelle de cette pièce sur laquelle on lit (...)
  • 87 D’après le « Ministère de la Guerre », la mûzûna était divisée en 29 aspres-chiques (p. 361), Mais (...)
  • 88 Venture de Paradis, p. 58.

49La monnaie principalement mentionnée dans les deux autres registres est le riyâl darâhim sighâr, connue par les Européens sous le nom pataque-chique85, dont la valeur à l’époque était comprise, selon les diverses sources, entre 8 et 14 mûzûna86, chaque mûzûna étant d’une valeur de 29 dirham87. La première paie touchée par un simple soldat après son arrivée à Alger s’élevait à 14 mûzûna (406 aspres) pour deux mois. La « paie fermée » ou la haute paie, qui était la solde la plus élevée « car le beylik ne donne rien au-delà à aucun de ses officiers, pas même au chef suprême de l’ogeac (sic) » s’élevait à 27 pataques-chiques (30 livres tournois) pour deux mois88.

  • 89 CAOM 1 Mi 2, vol. 5, p. 145. Cf. à ce sujet : P. Ernest-Picard, pp. 42-47.

50Il semble que l’on peut établir que la relation saîma-riyâl était de 1 pour 4,64 (50 aspres font une saîma, alors que 232 aspres font un riyâl).Nous avons néanmoins décidé d’effectuer les calculs relatifs au début du xviiie siècle en saîma et ceux de la fin du xviiie siècle en riyâl. En effet, il nous semble que, dans l’état actuel de la connaissance de la monnaie algérienne de l’époque ottomane, il manque trop de détails pour que l’on puisse établir le lien entre ces deux monnaies à 75 ans d’intervalle. Notons que les premières informations sur des changements brusques de la valeur de l’argent remontent au xixe siècle seulement, avec la dévaluation de 25 % datant de mi-safar AH 1231/mi-janvier 181689. Les changements précédents de la valeur de l’argent semblent avoir été beaucoup plus modérés, au point que nous nous sommes permis de considérer la période couverte par les deux derniers registres (1786-1803) comme une seule période pour les calculs des fortunes moyennes de la population.

Les résumés des waqfiyyât

Le habus d’Alger

  • 90 M. Worms, 1884, p. 30. Le waqf se dit habus au Maghreb. Cf. aussi au sujet du habus au Maghreb : O (...)
  • 91 E. Zeys, p. 181.

51Lors de la conquête d’Alger, en 1830, l’administration française fut très impressionnée par le grand nombre de biens immobiliers constitués en waqf qu’elle avait trouvés dans cette ville90. Tous ces biens habus posaient un problème grave aux Français dès la prise d’Alger : « C’eût été nous désintéresser de tout projet d’avenir, écrivait E. Zeys, permettre au peuple vaincu de se soustraire à la grande loi du progrès, laisser improductifs d’immenses espaces et ôter à notre conquête toute valeur, toute signification. Notre mission économique était donc de lutter avec énergie contre les conséquences désastreuses d’un système aussi préjudiciable aux indigènes eux-mêmes qu’aux immigrants français91. »

  • 92 Sur le « Domaine », cf. « Ministère de la Guerre », pp. 256-257, 265, 385.
  • 93 J.-F. Aumerat, 1898, pp. 168-173.

52La mainmise de l’administration française avait commencé dès la capitulation d’Alger, avec la déclaration que les biens du beylik appartenaient dorénavant au « Domaine92 », ce qui voulait dire qu’ils seraient administrés par l’administration française. Ensuite, les deux arrêtés du 8 septembre 1830 et du 16 juin 1831 avaient proclamé la confiscation par les Français des biens des Turcs absents, ainsi que des biens habus au bénéfice des deux villes saintes de la Mecque et Médine. Cette dernière disposition, concernant les biens de waqf al-Haramayn, avait entamé le processus qui allait se terminer par l’aliénation de la plupart des habus d’Alger. Auparavant toutefois, l’administration de biens appartenant au « Domaine » avait commencé à réunir les titres de habus pour pouvoir les contrôler93.

  • 94 G. Delphin, pp. 174-175. Sur l’intervalle entre 1830 et 1848, cf. J.-F. Aumerat, 1898, pp. 183-193
  • 95 G. Delphin, p. 177. Cf. aussi : A. Temimi, « Inventaire », pp. 85-88.

53L’application d’une grande partie de ces dispositions était loin d’être efficace. C’est ainsi qu’en octobre 1848, le général Charron promulgua un arrêté qui ordonna que « tout immeuble appartenant aux mosquées, marabouts, zaouias et en général tous les établissements religieux musulmans encore régis par les oukils étaient réunis au Domaine qui devait les administrer. Tous les titres, registres et autres documents relatifs à ces immeubles et à leur gestion devaient être remis à l’agent des Domaines désigné à cet effet94 ». Albert Devoulx, qui fut nommé pour représenter le Domaine à Alger, réunit une véritable collection de documents qui servaient à la fois le but pour lequel il avait été nommé, et la recherche historique : « C’est grâce à lui que nos archives s’enrichirent de nombreuses pièces arabes et turques », se félicite G. Delphin95.

Les registres de résumés des actes habus

54Pour que l’administration française puisse utiliser l’information que renfermaient les divers documents (actes de fondation de habus, actes portant sur les biens habus, location de ces biens, échange contre des biens des particuliers, etc.), il fallait résumer les actes originaux et les traduire de l’arabe en français. Ce travail fut fait en deux étapes : tout d’abord, les actes furent résumés en arabe et portés sur des registres. A ce stade de l’opération, les biens concernés avaient été identifiés, et leurs nouvelles adresses (les noms de rue français ainsi que les numéros des maisons) avaient été inscrites (d’une manière peu systématique) sur les mêmes registres. La deuxième étape consistait à traduire des résumés en français, ainsi qu’à unifier la forme et le contenu des résumés français. Il semble que c’est A. Devoulx qui fit rédiger ces registres des résumés en arabe et leur traduction en français.

55Tous ces efforts ont laissé des traces sous forme de divers documents, dont les microfilms sont déposés aux archives. Dans la liste suivante nous indiquons les documents concernant les différents habus d’Alger ainsi que les biens dits de « Domaine ». Dans notre recherche nous n’avons utilisé de manière exhaustive qu’une partie d’entre eux (qui sont marqués par un astérisque dans la liste), mais nous avons tiré des renseignements divers de la plupart de ces documents.

56Notre choix s’est porté sur les registres indiqués pour des raisons diverses : nous voulions limiter le nombre de registres utilisés d’une manière exhaustive pour ne pas compter trop de cas de double emploi, mais en gardant la variété des documents. Comme le sujet de la recherche concerne la ville même, nous n’avons pas utilisé les registres portant sur les fondations waqf à ses alentours. Par ailleurs, les registres rédigés en arabe comprenant davantage de détails que ceux rédigés en français, nous les avons privilégiés. Un facteur supplémentaire de sélection a été la facilité relative de la lecture des registres choisis.

Les résumés des waqfiyyât

57Les résumés des actes, qu’ils soient en arabe ou en français, fournissent des renseignements dans deux domaines différents : celui de la société et celui de la ville. Les résumés des actes en arabe, qui sont plus complets, comprennent normalement une très courte description du bien dont seule la nature est en général mentionnée : hânût (boutique), dâr (maison), duwîra (petite maison), etc. Figure également une adresse sommaire (nom du quartier, d’une rue, proximité d’un monument, etc.), parfois des shurût : conditions imposées par le fondateur. Ensuite, le résumé peut mentionner l’institution religieuse bénéficiaire du habus. Ce n’est pas toujours le cas car, dans une partie des registres, les résumés sont regroupés en « chapitres », qui portent le nom de ces institutions (jâmi’ hasan pacha bi-kajâwa, zâwiyat al-andalus ou encore habs al-amâkin al-mawqûfa ’ala fuqarâ’ al-andalus) la présence de cette mention dans le résumé même n’est pas indispensable. Nous avons utilisé cette partie pour l’étude de la structure de la ville.

  • 96 Non affectées au culte.
  • 97 Ce document décompte à Alger (sans toutefois donner assez de détails) 115 établissements religieux (...)
  • 98 650 entrées.
  • 99 344 entrées.
  • 100 Publié par A. Temimi, (A. Temimi, « Grande Mosquée »), 568 entrées.
  • 101 84 entrées.
  • 102 335 entrées.
  • 103 184 entrées.
  • 104 87 entrées.

Note 9696.
Note 9797
Note 9898.
Note 9999.
Note 100100.
Note 101101.
Note 102102.
Note 103103.
Note 104104.

58Dans une deuxième rubrique, le résumé donne les détails concernant le fondateur du habus : son nom et son patronyme, son grade ou sa fonction, éventuellement son métier. Nous avons utilisé les renseignements de cette partie des résumés comme complément lorsque les inventaires après décès faisaient défaut, par exemple pour étudier le cas des fils de militaires et de femmes indigènes (kuloghlu).

59Une troisième rubrique porte la mention de la date, établie avec précision s’il s’agit de la date de la fondation du habus, ou de la date à laquelle une action quelconque concernant le bien waqf a eu lieu. On trouve rarement la mention de l’entrée effective du bien dans l’administration de l’institution, qui est pourtant son objet.

  • 105 Cf. par exemple, les adresses en arabe : 1 Mi 64 sans numéro Z (n° 8). Pour des adresses en frança (...)
  • 106 H. Klein, pp. 26, 53 (n° 2).

60Dans une partie des résumés on trouve aussi l’adresse française du bien waqf, c’est-à-dire le nom donné à la rue après la prise d’Alger par les autorités françaises. Cette adresse peut être écrite en français ou en arabe105. Ces adresses nous ont permis de localiser plusieurs monuments et quartiers. Toutefois il faut noter que l’administration française d’Alger a changé les noms des rues plusieurs fois durant les premières années de l’occupation, et que la numérotation des maisons a subi le même sort106. On ne peut donc pas se limiter à ces indications pour localiser les monuments d’Alger. Il faut toujours avoir recours aux indications des adresses sommaires données par la partie arabe des résumés pour mieux situer les monuments et les quartiers les uns par rapport aux autres.

Notes

1 A. Laroui, 1977, pp. 229-232 ; A. C. Hess, 1978, p. 46 ; R. Mantran, 1984, p. 3.

2 N. Barbour, p. 133 ; C. A. Julien, pp. 251-253 ; J. M. Abun-Nasr, pp. 159-161.

3 Nous remercions A. Raymond d’avoir mis à notre disposition le plan de base de la ville d’Alger que nous avons utilisé dans la présente recherche. Le plan numéro I est tiré de A. Raymond, 1985, p. 333. Les renvois sans référence concernent tous le plan I.

4 Sur l’ancienne Qasba, cf. E. Pasquali, pp. 39-43 ; G. Delphin, p. 219 ; F. Cresti, 1982, p. 13. On trouve dans des actes de waqf la mention du quartier de l’ancienne Casbah avec l’indication qu’il s’agit dudit Sîdî Ramdân : CAOM 1 Mi 70 (20), pp. 46, 48. Cf. aussi : A. Devoulx, « Édifices », ch. LXXXIV.

5 A. C. Hess, 1978, p. 157.

6 Idem, 1968, p. 7. Sur les origines du mot « course », et sur les différences entre la piraterie et la course maritime, cf. A. Bashan (Sternberg), 1970, p. 86.

7 Y. Bû`Azîz, pp. 134-135.

8 V. Y. Boutin, p. 36.

9 Ibid., op. cit., p. 32.

10 E. Pasquali, p. 17. Cf. Le Tourneau, « al-Djzâ’îr », pour qui la longueur de la muraille s’élève à 3 100 mètres, et A. C. Hess, 1978, p. 165.

11 P. Boyer, 1963, pp. 35-36 ; H. Klein, p. 75.

12 Sur le système de défense d’Alger, cf. J.A. Peyssonnel, pp. 247-250, M. Belhamissi, pp. 24-28 et V. Y.Boutin.

13 Il y avait plusieurs maisons de campagne à l’extérieur de l’enceinte, mais n’étant que des logements secondaires, elles ne peuvent être considérées comme la manifestation d’une croissance extra-muros. D’après Haëdo (1870, p. 433), un « magnifique faubourg » de mille cinq cents maisons à côté de la porte de Bâb ’Azzûn fut entièrement détruit par le pacha ’Arab Ahmad en 1573, afin qu’elles ne servent pas d’abri aux ennemis dans une éventuelle attaque.

14 M. Belhamissi, p. 29.

15 L. d’Arvieux, p. 232.

16 G. Delphin, p. 220.

17 A. Devoulx, « Ahad Aman », p. 215.

18 A. Raymond, 1985, p. 171. Le plan de la Casbah est publié par E. Pasquali, pp. 12-13, ainsi que par M. Belhamissi, 1990, pp. 88-89. Dans les deux cas il s’agit d’une reproduction du croquis du commandant Filhon, ingénieur géographe en chef de l’expédition de 1830, réalisé donc au moins treize ans après que la Casbah fut devenue le siège du dey.

19 A. Raymond, 1985, pp. 163-167 ; F. Cresti, 1990, pp. 53-54.

20 On estime à 1 500 000 le nombre total des expulsés musulmans depuis 1492, répartis sur tout le Maghreb. Cf. E. Pasquali, p. 57.

21 D. Haëdo, 1870, p. 495.

22 A. Raymond, 1985, p. 124 ; A. Raymond, 1994, pp. 2 000-2 001.

23 Tachrifat, p. 20. Cf. aussi : Al-Zahâr, p. 24 ; H. Klein, p. 26 ; F. Cresti, 1990, p. 47.

24 CAOM 15 Mi 19, vol. 70, 71, 72. En A H 1131 / 1718-1719, la corporation payait des salaires à vingt-cinq personnes.

25 Tachrifat, p. 22 ; L. de Tassy, p. 101 ; M. Rozet, p. 96 ; E. Pasquali, pp. 54-55.

26 L. de Tassy, p. 142 ; J.A. Peyssonnel, p. 239 ; Tachrifat, p. 22 ; Venture de Paradis, p. 256 ; « Ministère de la Guerre », p. 186 ; P. Boyer, 1963, pp. 120-126 ; M. Hoexter, 1982, p. 123. Sur la signification du terme mizwâr et sur ses origines, ainsi qu’une note bibliographique concernant ce préposé, cf. M. Hoexter, 1982, pp. 120-121 et note 4, p. 120.

27 M. Hoexter, 1982, p. 144.

28 Idem, 1979, p. 88.

29 Cf. A. Raymond, 1973, pp. 442-443 ; A. Marcus, p. 325.

30 Sur l’encadrement de la population en corporations, aussi bien celles de métier que les « corporations communautaires », leur fonctionnement, et les rôles des chefs des corporations à l’époque ottomane, cf. M. Hoexter, 1979, pp. 1-96.

31 Le titre de ces responsables étaient normalement amîn, mais il y avait aussi le muqadim de la communauté juive, ainsi que le qâ’id des affranchis noirs. Cf. à ce sujet, M. Hoexter, 1979, p. 21.

32 M. Hoexter, 1979, p. 21.

33 Idem, 1983, pp. 22-24.

34 Idem, 1979, p. 88.

35 Sur la ségrégation au niveau des corporations de métiers, cf. M. Hoexter, 1979, pp. 29-33 ; H. Touati, pp. 277-280.

36 Tachrifat, p. 23 ; « Ministère de la Guerre », p. 186.

37 Tachrifat, pp. 22-23 ; R. Le Tourneau, p. 35.

38 Sur la taxation à Alger, cf. M. Hoexter, 1983, pp. 19-39.

39 M. Rozet, p. 88. Cf. aussi, M. Hoexter, 1979, p. 60.

40 Venture de Paradis, p. 194.

41 Tout ce développement est basé essentiellement sur H.-D. De Grammont ; C. A. Julien, pp. 250-302 ; R. Le Tourneau ; A. Raymond, 1970 ; P. Boyer, 1970, pp. 99-124 ; R. Mantran, 1984, pp. 1-14.

42 R. Mantran, 1993, p. 133. Le mot odjak signifie « foyer ». Sur les origines de ce mot et les différences d’utilisation entre Alger et Istanbul, cf. J.Deny, pp. 36-37.

43 H.-D. De Grammont, p. 227.

44 P. Boyer, 1973, pp. 168-169. Cf. aussi : R. Mantran, 1984, p. 5.

45 A. Raymond, 1989, p. 407.

46 Cf. à ce sujet, P. Boyer, 1973, pp. 159-170.

47 A. C. Hess, 1977, pp. 74-75, 77-78.

48 C. A. Julien, pp. 285-289 ; N. Barbour, p. 120. Pour le récit d’une partie de ces attaques du côté algérien, cf. Al-Zahra.

49 C. A. Julien, pp. 296-297.

50 Cf. le chapitre, « Les sources », sur cette institution.

51 A. Raymond, 1970, p. 278.

52 A. Temimi, « Sommaire ». Cf. aussi F. Khiari, 1994.

53 Sur les circonstances de la conservation de ces archives, cf. A. Temimi, « Inventaire », pp. 83-90.

54 Sur les droits de la `asaba, cf. J.Schact, Mîrâth, pp. 108-109.

55 Sur le bayt al-mâl d’Alger, cf. Venture de Paradis, pp. 184, 214-215 ; Tachrifat, p. 20 ; Sidi hamdan-ben-othman, pp. 116-118 ; C. Mangay, pp. 9, 15-16 ; « Ministère de la Guerre », p. 224 ; J.-F. Aumerat, 1897, pp. 323-324. A. Devoulx, « Notes », p. 205 ; cf. aussi : « Bayt al-mâl », E.I. 2.

56 M. Rozet, p. 351. Cf. aussi : J.-F. Aumerat, 1897, pp. 322-323. P. Boyer, 1963, p. 97.

57 Le registre CAOM 1 Mi 70 (n° 24), regroupe 87 résumés relatifs aux biens du beylik. Dans 84 résumés, regroupant à peu près 200 biens, la voie d’acquisition des biens est mentionnée. Un seul bien avait été acquis par confiscation, une maison en l’occurrence, dont la confiscation remonte à AH 1223 / 1808-1809 (CAOM 1 Mi 70 [n° 24], dans le chapitre titré « Rue de l’Intendance »).

58 Venture de Paradis, pp. 183, 193 ; CAOM 15 Mi 1, vol. 2, p. 106.

59 « Ministère de la Guerre », p. 224.

60 Cette formule, avec quelques variations, se trouve au début de la plupart des registres de cette institution.

61 Notons que la préservation des droits des orphelins mineurs semble constituer la raison principale pour l’établissement des documents de ce genre dans le cas des inventaires dressés par le tribunal religieux. Pour la Crète, cf. G. Veinstein et Y.Triantafyllidou-Baladié, p. 196. Pour Damas, cf. C. Establet et J.-P. Pascual, « Famille ».

62 G. Veinstein et Y.Triantafyllidou-Baladié, p. 196.

63 D. de Haëdo, 1871, pp. 377, 470-471 ; L. de Tassy, p. 142 ; Venture de Paradis, pp. 113, 182-183, 184-185, 214, 247 ; SidiHamdan-ben-Othman, pp. 110-113 ; 1994, p. 224 ; M. Rozet, pp. 350-351.

64 Venture de Paradis, p. 183 (n.). Les registres comprennent plusieurs listes composées des prix de vente des effets des soldats morts lors d’un camp mobile, ou durant leur service dans une garnison. Par exemple : CAOM 15 Mi 1, vol. 1, pp. 23, 27, 86, 116, 130, 133. Vol. 2, p. 142.

65 CAOM 15 Mi 1, Vol. 1, pp. 38, 139.

66 CAOM 15 Mi l, Vol. 2, pp. 114, 117 ; vol. 4, p. 71.

67 G. Delphin, p. 212.

68 Registre, vol. 1, p. 91.

69 Cet enregistrement était une affaire assez rapide : à en croire Venture de Paradis (p. 151), « le bâtiment arrivé au port, on vend sur-le-champ la cargaison et les esclaves, après avoir fait une note générale ». Cf. aussi, L. de Tassy, pp. 162-164.

70 CAOM 15 Mi 1, vol. 4, p. 16.

71 A. Devoulx, « Registre », numéro 336.

72 CAOM 15 Mi 1, vol. 4, p. 33.

73 A. Devoulx, « Registre », numéro 349.

74 CAOM 15 Mi 1, vol. 4, p. 71.

75 A. Devoulx, « Registre »,numéro 357.

76 D. Panzac, 1985, pp. 378-379.

77 Ce nombre moyen ne concerne que des années « normales », c’est-à-dire des années qui n’ont pas souffert de crises démographiques graves. Les calculs sont expliqués dans la partie traitant de la démographie.

78 C. Establet et J.-P. Pascual, 1994, pp. 28-29. En tenant compte de ce que les inventaires des juifs, qui selon M. Hoexter (1979, p. 13) représentaient environ 20 % de la population, ne sont pas compris dans nos inventaires, la représentativité de notre échantillon serait donc encore plus grande pour le reste de la population.

79 C. Establet et J.-P. Pascual, 1994, pp. 29-30. Les auteurs parlent d’un échantillon de 449 inventaires enregistrés entre 1686 et 1717.

80 En tout, il y a aux archives treize registres de ce genre qui remontent à l’époque ottomane : CAOM, 15 Mi 1, vols. 1, 2, 3, 4 ; 15 Mi 2, vols. 5, 6 ; 15 Mi 3, vols. 7, 8, 9 ; 15 Mi 4, vols. 11, 12, 13, 14.

81 Tous les registres étant microfilmés, nous ne sommes pas en mesure de mentionner leurs dimensions.

82 J.-P. Pascual, 1992, pp. 168-171. Cf. aussi : G. Veinstein et Y.Triantafyllidou-Baladié, p. 198.

83 J.-P. Pascual, 1992, p. 170.

84 L. de Tassy, p. 150, Venture de Paradis, p. 164.

85 Tachrifat, p. 30. Notons que le « Ministère de la Guerre », p. 361, et P. Ernest-Picard, p. 60, qui le suit, remarquent que « la pataque-chique proprement dite n’existait pas avant la refonte des monnaies en 1822 », époque où une réduction de 25 % avait frappé les nouvelles pièces par rapport aux anciennes. Noter néanmoins que le nom de pataque-chique est mentionné par L. de Tassy, p. 150, et qu’à la fin du xviie siècle, on trouve la mention des deux pataques : la pataque-gourde et la pataque ordinaire : P. de la Croix, p. 15.

86 Il est très difficile d’établir avec certitude la valeur réelle de cette pièce sur laquelle on lit chez A. Devoulx qu’elle était composée de huit mûzûna (Tachrifat, p. 30) ; la même valeur en mûzûna est attribuée à la pataque-chique par le « Ministère de la Guerre », p. 361. Venture de Paradis, p. 261, note, en revanche, que « d’une piastre d’Espagne [d’une valeur de 3 pataques-chiques] qui vaut 36 mezounes, il [le beylik] en fait 42 ». Selon cette estimation la pataque-chique valait donc 14 mûzûna à l’époque à laquelle avait été rédigé notre registre vol. 2, qui coïncide avec le séjour de Venture à Alger. Par ailleurs on trouve chez le même auteur (p. 261, note) que la valeur d’une piastre d’Espagne était de 39 ou 40 mûzûna, mais que « en la fondant on en fait 43 ou 44 mezounes », ce qui nous montre encore la difficulté de connaître avec certitude la valeur réelle de la monnaie. Cf. aussi, A. Nouschi, 1961, pp. 120-122.

87 D’après le « Ministère de la Guerre », la mûzûna était divisée en 29 aspres-chiques (p. 361), Mais le Tachrifat, p. 30, mentionne une division en 30 darâhim sighâr.

88 Venture de Paradis, p. 58.

89 CAOM 1 Mi 2, vol. 5, p. 145. Cf. à ce sujet : P. Ernest-Picard, pp. 42-47.

90 M. Worms, 1884, p. 30. Le waqf se dit habus au Maghreb. Cf. aussi au sujet du habus au Maghreb : O. Pesle ; F. Dulout ; E. Mercier. Pour les estimations de nombre des biens habus, cf. M. Pouyanne, p. 333, n. 2 ; « Ministère de la Guerre », p. 224 ; A. Devoulx, « Corporation », p. 15.

91 E. Zeys, p. 181.

92 Sur le « Domaine », cf. « Ministère de la Guerre », pp. 256-257, 265, 385.

93 J.-F. Aumerat, 1898, pp. 168-173.

94 G. Delphin, pp. 174-175. Sur l’intervalle entre 1830 et 1848, cf. J.-F. Aumerat, 1898, pp. 183-193.

95 G. Delphin, p. 177. Cf. aussi : A. Temimi, « Inventaire », pp. 85-88.

96 Non affectées au culte.

97 Ce document décompte à Alger (sans toutefois donner assez de détails) 115 établissements religieux et 2 801 immeubles leur appartenant.

98 650 entrées.

99 344 entrées.

100 Publié par A. Temimi, (A. Temimi, « Grande Mosquée »), 568 entrées.

101 84 entrées.

102 335 entrées.

103 184 entrées.

104 87 entrées.

105 Cf. par exemple, les adresses en arabe : 1 Mi 64 sans numéro Z (n° 8). Pour des adresses en français dans un registre rédigé en arabe, cf. 1 Mi 70* sans numéro Z (24 b).

106 H. Klein, pp. 26, 53 (n° 2).

Table des illustrations

Titre Tableau I : Répartition en différents groupes de défunts
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3686/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Note 9696.Note 9797Note 9898.Note 9999.Note 100100.Note 101101.Note 102102.Note 103103.Note 104104.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/3686/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 249k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search