Version classiqueVersion mobile

La ville d’Alger vers la fin du XVIIIe siècle

 | 
Tal Shuval

Avant-propos

Texte intégral

1Cette étude est une version remaniée de ma thèse de doctorat et porte sur Alger et la population algéroise de la fin du xviiie siècle, époque pour laquelle on commence à avoir des sources exploitables. Marqué par de profonds changements signant la fin d’une époque dans l’histoire de la ville, le xviiie siècle ou, plus précisément, la période couvrant 1711 à 1791 est une période cruciale pour l’histoire politique du vilayet (province) ; elle constitue une unité temporelle pour Alger dont le sort était intimement lié à la situation politique et en particulier à la stabilité globale dans la Régence. En 1711, le dey Sökeli `Alî Tchâ-vûch (1710-1718) prend le titre de pacha. En 1791, le règne du dey Mehmed Pacha bin Osmân s’achève après vingt-cinq ans de pouvoir (1766-1791). Record de durée, cette longue période a marqué l’apogée de l’époque ottomane en Algérie. Avec la disparition du dey, la stabilité politique et la sécurité relative caractérisant cette époque prirent fin. Les turbulences politiques, les rébellions des tribus et une série de catastrophes naturelles (la peste, des tremblements de terre, des passages de sauterelles, des périodes de sécheresse et de famine) se sont abattues sur la ville et ont amorcé son déclin. Celui-ci devait s’affirmer davantage encore au début du xixe siècle tant sur le plan politique que démographique et économique.

  • 1 N.Saidouni, 1978.
  • 2 M.Amine, 1991.

2Nous avons apporté un soin tout particulier à utiliser pour notre recherche des données tangibles, si possible chiffrées, totalement inexistantes dans les sources connues sur le vilayet d’Alger et sa capitale. Ainsi que le montre N. Saidouni dans son article séminal sur la nature de l’historiographie de l’Algérie à l’époque ottomane1, ce type de données est essentiel pour une meilleure compréhension de la composition de la population algéroise à l’époque concernée, et on a pu les établir en exploitant les documents déposés au Centre d’archives d’outre-mer à Aix-en-Provence. Un sondage effectué aux Archives de la chambre de commerce de Marseille, en revanche, n’a rien donné, vu que la correspondance consulaire qui y est déposée touche à peine à la population algéroise, excepté pour des domaines très précis, comme le commerce, objet de la recherche récente et très approfondie de M. Amine, sur laquelle nous nous basons2.

3Les inventaires après décès du Bayt al-mâl sont notre source principale pour l’étude de la population. Afin de compléter les renseignements tirés de ces documents, nous avons utilisé les chroniques algériennes de l’époque, dont une partie est traduite en français, ainsi que des récits de voyages. Reste cependant une lacune : la communauté juive ne figure dans aucun de nos documents. Pour éviter de répéter ce qui a déjà été dit au sujet des juifs d’Alger, sans toutefois pouvoir renouveler ou enrichir le débat, nous avons délibérément choisi de ne pas masquer cette lacune par un exposé de seconde main et nous n’aborderons que brièvement le sujet.

4Une autre lacune, peut être moins grande que la précédente, concerne néanmoins les hommes de religion. Les informations des inventaires sur ce groupe sont à la fois rares et fragmentaires de sorte que, même après avoir utilisé des sources complémentaires, notamment une chronique indigène portant sur ce groupe, nos connaissances sur les ulémas d’Alger sont assez limitées.

5Pour les autres composantes de la population, en revanche, les documents contiennent une mine d’informations qui nous a permis d’étudier la milice ottomane, les origines de ses membres, le niveau de fortune des différents groupes de gradés et hommes de rang, ainsi que leurs occupations militaires, leurs logements, leur localisation, leur taux de mariage, etc. Nous avons pu étudier de la même manière les différents groupes de civils. Cette étude nous a montré, entre autres, qu’après trois siècles à dominance ottomane, la population d’Alger semble bien avoir été composée de deux sociétés distinctes : celle des civils et celle des militaires. La milice restait un groupe à part, le niveau d’intégration de ses membres dans la population indigène étant très limité.

6Un autre type de documents, les résumés des actes de waqf, nous a permis d’étudier la ville elle-même, d’élargir notre connaissance du centre-ville (qui paraît plus important qu’on ne l’a dit), d’étudier les quartiers d’Alger et leur équipement. Les actes de waqf, qui renferment des renseignements concernant la société, permettent parfois de combler les lacunes des inventaires, comme c’est le cas pour le groupe de fils des militaires et des femmes indigènes, ou encore pour celui des originaires d’Andalousie.

7Nous espérons que notre étude, qui s’ajoute aux travaux de M. Hoexter, de F. Khiari et de M. Amine, basés sur l’étude des documents des archives arabo-turques, pourra servir à approfondir notre connaissance d’une ville, qui, malgré sa proximité géographique avec l’Europe et en dépit de la courte période qui la sépare de l’époque actuelle, reste mal connue. Ajoutons que les travaux de P. Boyer, qui ont été la véritable base de l’étude de la ville d’Alger, restent très utiles. Sans avoir étudié les documents arabes et turcs, la valeur de son travail demeure pourtant considérable.

8L’aboutissement de mon projet n’aurait pas été possible sans l’aide et le soutien de plusieurs organisations et personnes, que je tiens à remercier : tout d’abord, monsieur André Raymond, qui fit beaucoup plus que son devoir, même s’il prétend le contraire. Sans son aide inestimable, non seulement mes recherches n’auraient jamais abouti, mais mon séjour en France aurait été beaucoup moins agréable.

9Des bourses m’ont été accordées par la Fondation Winckler et par la Direction des relations culturelles. Le regretté monsieur Claude Domenach, Conseiller culturel à l’ambassade de France en Israël m’a octroyé tout son soutien. La maison de la Méditerranée m’a chaleureusement accueilli, en facilitant mes premiers pas en France. La disponibilité et les conseils de Mme Colette Establet, MM. Jean-Paul Pascual et Daniel Panzac à l’IREMAM, et de Mmes Juliette Nunez, Nicole Célestin et M. Daniel Hick au CAOM, m’ont beaucoup aidé. Monsieur Élie Bankhalter et le Centre Edmond-Fleg de Marseille ont également contribué à l’aboutissement de ce projet. J’aimerais également remercier Meir Grynberg, Hava et Moshé Marcus pour leur soutien et leur patience.

10Je remercie Nadine Kuperty-Tsur pour sa relecture attentive et ses conseils pour le style et la langue du texte définitif. Le plan qui m’a servi de base m’a été communiqué par M. André Raymond. Je tiens à remercier M. Pieter Loup-pen pour sa coopération sur les plans.

11Enfin, à Liora, ma femme, à Noah, Rotem et Shira, mes filles, pour leur compréhension durant une période qui n’a pas été facile pour elles, merci.

Notes

1 N.Saidouni, 1978.

2 M.Amine, 1991.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search