Version classiqueVersion mobile

La ville d’Alger vers la fin du XVIIIe siècle

 | 
Tal Shuval

Note sur les transcriptions

Texte intégral

  • 1 Raymond A., Grandes Villes arabes à l’époque ottomane, Paris, 1985.

1Pour transcrire les mots et noms propres arabes nous avons adopté le système utilisé dans le livre Grandes Villes arabes à l’époque ottomane1. Les lettres arabes suivantes sont donc transcrites ainsi :

2tâ’ et tâ’ (3e et 16e lettres de l’alphabet arabe) par t

3thâ’ (4e lettre) par th

4jîm (5e lettre) par j

5hâ’ (6e et 26e lettres) par h

6khâ’ (7e lettre) par kh

7dâl et dâd (8e et 15e lettres) par d

8dhâl (9e lettre) par dh

9zâ’ et zâ’ (11e et 17e lettres) par z

10sîn et sâd (12e et 14e lettres) par s

11chîn (13e lettre) par sh

12ghayn (19e lettre) par gh

13qâf (21e lettre) par q

14kâf (22e lettre) par k

15wâw (27e lettre) par u ou par w

16Les hamza par (') et les ’ayn par (’). Les lettres longues sont rendues par â, î et û.

  • 2 Mantran R., (éd.), Histoire de l’Empire ottoman, Paris, 1989.

17Pour les mots et noms propres turcs nous avons adopté le système de transcription du livre Histoire de l’Empire ottoman2 :

18ï au lieu du i « sans point »

19c est transcrit dj

20ç par tch

21Le g doux par gh

22Le chîn turc par ch

23Pour les mots arabes, ou d’origine arabe, utilisés en turc ottoman, les ayn (`), les hamza (') et les kha (kh, neuvième lettre de l’alphabet turc-ottoman, septième de l’arabe) sont notés dans la transcription.

Notes

1 Raymond A., Grandes Villes arabes à l’époque ottomane, Paris, 1985.

2 Mantran R., (éd.), Histoire de l’Empire ottoman, Paris, 1989.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search