Version classiqueVersion mobile

Le corps, la voix, le voile

 | 
Fanny Soum-Pouyalet

Conclusion

Texte intégral

1L’étude de la cheikha constitue un prisme à travers lequel peuvent être mis en évidence le fonctionnement et le dysfonctionnement de la société marocaine dans la synchronie et dans la diachronie. En tant que marginale, la cheikha est un révélateur des mécanismes inhérents à sa société et des tensions qui s’y exercent. Parce qu’elle est intimement liée à la gestion et à la remise en question des normes, aux fondements même du pouvoir et de la logique sociale, elle est, d’une part, celle qui protège la société contre le danger d’implosion, et d’autre part, celle qui en révèle les failles.

2Censée garantir l’ordre social, elle peut tout aussi bien provoquer le désordre et le chaos. Elle prend en charge la transgression, dans un cadre temporel et spatial précis, régi somme toute par des règles strictes, afin qu’aucun élément de perturbation n’en ressorte. Son histoire de femme sans homme, loin de l’émanciper en fait, la confine dans ce rôle ingrat qui la conduit à symboliser dans son corps et son nom la transgression et à être ainsi exclue des relations sociales.

3L’ambiguïté qui caractérise la cheikha se retrouve à tous les niveaux de représentation. Elle lui permet d’accomplir son rôle, de gérer la transgression mais aussi la mutation et les clivages sociaux et culturels de la société marocaine. Cette polyvalence lui permet de s’approprier le changement et de lui donner corps. Ainsi, les cheikhat répondent aux besoins « modernes » de distraction. Elles définissent un espace de liberté nécessaire à l’équilibre social actuel, aux hommes comme aux femmes.

4Ce rôle de la cheikha n’est pas un phénomène singulier en soi. Au contraire, il serait vraisemblablement la survivance d’autres stratégies de préservation de l’intégrité sociale qui étaient susceptibles d’exister chez les Berbères dans des temps plus anciens. Dans la définition des cheikhat et de leur devenir, l’histoire est d’ailleurs partie prenante. Avec l’affluence d’éléments de modernité, issus de l’influence orientale ou occidentale, les cheikhat voient leur statut redéfini une fois encore. Si des orientations s’affirment aujourd’hui : la quête de l’authenticité d’une part et l’innovation d’autre part, il est néanmoins difficile de prévoir quelles vont être les perspectives offertes aux cheikhat. Leur condition est liée à l’évolution de deux facteurs distincts, l’art et la définition du statut de la femme marocaine.

5Sans vraiment réaliser l’enjeu qui se joue, les cheikhat en quête de modernité, sont en fait et avant tout, en quête d’un statut. Elles recherchent par le biais de l’innovation artistique à s’émanciper de leur rôle de média populaire qui les a conduites à être définies comme des viatiques indispensables de « défoulement ». Ce travestissement de leur fonction communautaire, les a poussées à se concevoir en dehors de cette fonction publique, en tant qu’individu, c’est-à-dire en tant qu’artiste à part entière.

  • 1 D’après l’expression employée par Willy Jansen tout au long de son étude, 1987, Women without men (...)

6En cherchant à conquérir sa place au sein de la société, la cheikha contribue à l’émanciper de ses références traditionnelles. Elle est cette hajjâlâ1, qui n’a rien à perdre et tout à gagner. Sans qu’elles le sachent, ces femmes s’inscrivent dans la problématique qui anime aujourd’hui la société marocaine. Elles intègrent cette recherche du difficile compromis entre les traditions familières et les modernités étrangères.

7La « modernité », altérité inévitable issue du renouvellement constant de l’être-au-monde, est vécue comme une violence car elle renvoie à la dégradation progressive de l’individu dans le temps, au caractère altérable et éphémère du vivant. Elle véhicule l’éclatement du sens commun, le chaos par la remise en question des normes, et engendre la confrontation directe de l’individu face à sa propre cohérence, à son caractère animal et fugace.

  • 2 Colonna F., Daoud Z. (dir.), 1993, Être marginal au Maghreb, Paris, Éd. CNRS.

8La société musulmane s’est construite autour de la pérennité que garantit l’ordre relayé par la cohésion sociale dont le prix est la stricte obéissance aux règles et aux normes qui la garantissent. Ainsi que le souligne Zakia Daoud2, il s’établit un parallèle entre la perte de l’hymen et la perte d’identité dans la société maghrébine. La tradition, les racines, l’histoire, tous ces éléments ne sont-ils pas représentés par les femmes, qui en sont les réceptacles et les garantes ?

9C’est aux frontières de la société, aux abords de la marginalité, que se construit le devenir de la société. À travers les cheikhat se révèlent donc les questionnements d’une société marocaine en pleine transition.

  • 3 On peut citer, par exemple, celle créée par Aïcha Ech-Chenna : « Solidarité féminine », fondée en (...)

10L’indépendance des cheikhat, surtout lorsqu’elle est subie, questionne le devenir de la femme au Maroc. Les cheikhat sont conduites à la marginalité parce qu’elles sont dépendantes d’un système de valeurs que les contraintes de la société moderne mettent en faillite. Cette crise sociale a comme conséquence la nécessité de voir évoluer les référents sociaux d’une société en devenir. L’implication de Marocaines de tous milieux dans des associations3, souvent caritatives, visant à améliorer les conditions de vie des femmes et à revendiquer l’intégration dans la société de celles qui en ont été exclues témoigne d’une prise de conscience et d’une lente évolution des mentalités.

  • 4 Les tentatives d’évolution et de changement effectuées par une femme sont souvent imputées à une m (...)
  • 5 Selon le titre du livre de Fatima Mernissi, 1983, Sexe, Idéologie, Islam, Paris, Éd. Tierce.

11Or, l’argument principal qui leur est opposé consiste à leur faire porter la responsabilité de la dissolution de la culture et de la société, de la fitna qu’elles provoquent en cautionnant des idées réformatrices et « modernes »4. La revendication de la tradition est en fait le reflet de cette « peur-modernité »5 qui peut être comprise aussi comme la volonté de se définir autrement que par les modèles imposés par l’Occident.

  • 6 Cf. (Chelbi, 29, 1989). Cette citation est en fait un proverbe africain.

12Ce vécu quotidien des Marocains, ces rapports d’amour et de haine, d’attirance et de répugnance entretenus avec la modernité, ne sont pas seulement l’effet d’une prise de conscience individuelle. Ils sont aussi influencés par le sort des plus démunis : la plupart ont conscience que leur sort se joue à terme à travers les conditions et les opinions de la majorité. Dans le parcours des marginaux, dont les cheikhat font partie, est révélé ce douloureux constat : « Je suis [sous-entendu : ce que je suis] parce que nous sommes »6.

Notes

1 D’après l’expression employée par Willy Jansen tout au long de son étude, 1987, Women without men – gender and marginality in an Algerian town, Leiden, Éd. E. J. Brill.

2 Colonna F., Daoud Z. (dir.), 1993, Être marginal au Maghreb, Paris, Éd. CNRS.

3 On peut citer, par exemple, celle créée par Aïcha Ech-Chenna : « Solidarité féminine », fondée en 1985 pour venir en aide aux mères célibataires. Il en existe une multitude, de plus ou moins grande envergure.

4 Les tentatives d’évolution et de changement effectuées par une femme sont souvent imputées à une mauvaise influence extérieure : celle de l’Occident.

5 Selon le titre du livre de Fatima Mernissi, 1983, Sexe, Idéologie, Islam, Paris, Éd. Tierce.

6 Cf. (Chelbi, 29, 1989). Cette citation est en fait un proverbe africain.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search