Version classiqueVersion mobile

Le corps, la voix, le voile

 | 
Fanny Soum-Pouyalet

Introduction

Texte intégral

  • 1 Markale, J., 1994, Siegfried ou l’Or du Rhin, Paris, Retz, p. 115.

« Il y a faute contre la morale courante, il y a rupture par rapport à la coutume. Mais c’est précisément cette rupture qui amène une évolution. C’est en transgressant les interdits qu’on passe à un stade supérieur. Le seul problème qui est essentiel, consiste à déterminer qui est capable de supporter le poids de la transgression1. »

1« Cheikha » !

2À l’énoncé de ce terme, il nous vient des images de fêtes, de chants, de danses, de gaieté et de réjouissances. Pourtant, suivant l’intonation qu’on lui donne, les images peuvent prendre une autre connotation, celle du mépris ou de l’injure, reflet d’une condition féminine difficile et souvent montrée du doigt. Telle est l’ambiguïté de la cheikha.

3Si les études sur les cheikhat, évoquent avant tout leur fonction artistique, leurs chants et leurs danses, leur statut et leur rôle dans la société restent peu étudiés. Pourtant, le caractère singulier de cette profession justifie qu’on la replace dans son cadre : celui de la société marocaine. Le personnage de la cheikha comme tout acteur social est historiquement construit et son évolution nous amène à effectuer un va-et-vient avec celle de la société marocaine dans son ensemble.

4Garante du passage entre la transgression et la normalisation, elle est à la fois dans la société et en dehors d’elle. Parler de la marge c’est à la fois la concevoir comme « espace » autonome (fonctionnant en lui-même et pour lui-même) et comme miroir du groupe. La cheikha figure pour les autres les marges, les frontières entre « normal » (dans les normes) et « anormal » (hors normes), entre convenable et transgressif.

5André Adam (1950 et 1968) comme Robert Montagne (1948-1950) ou plus récemment Pierre Vermeren (2001) ont insisté sur l’importance des flux migratoires internes et externes au Maroc et sur la constitution de zones en banlieues des villes auxquelles ils donnent naissance. Ces « marges » où se mêlent et se combattent les influences de la culture occidentale, de la modernité citadine et des valeurs pérennes du monde rural, constituent un vivier de transformation sociale, culturelle et politique. C’est dans ces lieux où tous les courants se rencontrent et s’affrontent que se décide le Maroc de demain, celui du vécu populaire.

6Or, là se regroupent aussi les cheikhat venues de tous les horizons. Elles n’y sont pas par hasard : femmes issues de cette déconstruction des normes, de cet héritage chaotique de l’histoire, elles sont un trait d’union entre une tradition orale et communautaire encore forte et la quête du plaisir individuel indissociable de la modernité. Leur fonction, comme leur identité sont le reflet des dysfonctionnements et des enjeux actuels d’une société marocaine en train de se faire, voire en train de se chercher.

7À travers l’analyse de l’histoire de la vie de chacune de ces femmes, il s’avère que la construction de l’identité de cheikha fait l’objet d’un véritable processus. Cette fonction amène ces femmes à être marginalisées. Mais ce statut de marginale n’est pas immuable. La définition sociale de la cheikha suit l’évolution de la société. Elle s’effectue aujourd’hui sur de nouvelles bases, entre folklore et art, ce qui laisse supposer bien des changements. C’est à partir d’une recherche historique sur les cheikhat et l’évolution de leur art que se révèle toute la dimension du problème.

8En raison de son côté subjectif et abstrait, difficile à porter à l’analyse, l’art s’oppose presque à la scientificité, face à laquelle les sciences dites humaines (ce qui est humain n’est pas infaillible ni mécanique, donc peu rassurant pour celui qui en fait l’analyse) ont conçu un complexe d’infériorité.

9Dans les recherches en anthropologie sociale, l’art est sacrifié à des formes plus concrètes de rapport au réel, telles que l’économie ou le politique. Pourtant, il est une parole qui mieux que n’importe quel discours formel fournit un témoignage sur le vécu intime de la population. L’art symbolise les liens sociaux et la logique sociale et il est loin d’être uniquement un objet d’étude pour les folkloristes ou les avant-gardistes.

10Évoquer l’évolution d’une société et de ses mentalités à travers des chanteuses-danseuses peut apparaître réducteur. Pourtant c’est à travers l’incorporation de la danse et les manifestations de la parole, que se révèlent le mieux les rapports de l’individu à la communauté et la définition des genres dans une société donnée. L’art reflète les rapports de l’homme au monde.

11La place du chant comme expression sociale n’est plus à démontrer. Depuis hier jusqu’à demain les chants politiques, les hymnes, les chants contestataires, le choix de la langue d’un chant, les thèmes subversifs continueront à jouer leur rôle de média de l’opinion, qu’elle soit celle de la majorité ou celle d’un individu seulement. Face à cette évidence, la danse est trop souvent considérée comme une expression artistique dont la finalité est uniquement esthétique.

  • 2 Mordant, G., 1993, in BRUNI., C. (dir.), Danse et Pensée – une autre scène pour la danse. Acte du (...)

12Or, la danse est le langage du corps par excellence, un « métalangage » dont le signifiant est le geste2. Elle s’inscrit dans les procédés de communication. Au même titre que la parole et que le chant, elle témoigne de la société où elle a pris naissance. S’inscrivant dans la vie de la communauté, reflet de ses mœurs et de ses goûts, la danse s’intègre dans la dynamique de la construction sociale et révèle l’évolution de la société. « À toute culture nouvelle, danse nouvelle » avec son corrélatif : « Toute danse nouvelle annonce une culture nouvelle. » (Bourcier, 1989, 36)

  • 3 C’est le cas de la « Danse des Maures et des Chrétiens » pratiquée en Espagne et au Mexique, qui r (...)
  • 4 C’est le cas, par exemple, de la « post-modern dance » dont la gestuelle libre et spontanée s’appa (...)
  • 5 La rave évoque à la fois la désagrégation de la société et la fuite dans un ailleurs rêvé.

13Le chant et la danse, qui vont souvent de pair, peuvent ainsi symboliser un passage historique3, le symbole d’une libération physique et morale4 ou un profond malaise social5. Ils peuvent conditionner certains rites de passage : naissance, puberté, mort ou mariage. Ils peuvent enfin constituer un outil de remise en cause des codes et des convenances sociales (liés à la sexualité notamment), en amenant au grand jour le domaine du privé et de l’intime. En somme, comme toute forme d’art, ils sont liés à l’histoire de la communauté et de l’individu.

14Pour étudier ces différents facettes des cheikhat et de leur art, l’importance des enquêtes de terrain est indéniable, étant donné le peu de travaux et d’éléments qui concernent ces femmes. Seule l’anthropologie et ses méthodes au plus près du terrain peuvent rendre compte d’une minorité culturelle difficile à appréhender sans des instruments de savoir et d’analyse adéquats. Cette approche résolument empirique du sujet est d’autant plus nécessaire qu’il s’agit d’évoquer une société en mouvement, un passage : d’hier à demain. Les cheikhat, comme tous les acteurs du monde social voient leur rôle, leur fonction et leur symbolique construits et déconstruits jour après jour. L’influence de la société marocaine proprement dite et ses transformations décident pour une grande part de cette constante mutation de la cheikha. Décrire les cheikhat implique donc de rendre compte de cette évolution des normes (sur la base de laquelle s’est construite la déviance) sans lui ôter son caractère dynamique. Or, il n’y a pas un historique des cheikhat, pas d’archives et peu de traces de leur existence en dehors de l’actualité.

15Comprendre, analyser et étudier les cheikhat a donc impliqué un vaste travail de collecte de témoignages et de travaux épars mais fondamentaux, réalisés au Maroc. Mémoires de licence, thèses, articles de journaux, émissions radiophoniques ou télévisées, ces matériaux très importants souvent inexploités constituent une mine d’informations pour la compréhension des cheikhat et de leur art. Cet ouvrage ambitionne en somme de regrouper ces différentes sources et d’en établir une synthèse afin que ce personnage singulier et insaisissable révèle enfin toutes ses nuances et qu’il s’affirme comme un révélateur des enjeux actuels de la société marocaine.

Notes

1 Markale, J., 1994, Siegfried ou l’Or du Rhin, Paris, Retz, p. 115.

2 Mordant, G., 1993, in BRUNI., C. (dir.), Danse et Pensée – une autre scène pour la danse. Acte du Premier Colloque International pour la danse et la recherche chorégraphique contemporaine, Paris, GERMS, p. 403-407.

3 C’est le cas de la « Danse des Maures et des Chrétiens » pratiquée en Espagne et au Mexique, qui retrace la reconquête de l’Espagne aux Arabes et du Mexique aux colons.

4 C’est le cas, par exemple, de la « post-modern dance » dont la gestuelle libre et spontanée s’apparente à la vogue féministe qui lui coexiste.

5 La rave évoque à la fois la désagrégation de la société et la fuite dans un ailleurs rêvé.

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search