Version classiqueVersion mobile

Le corps, la voix, le voile

 | 
Fanny Soum-Pouyalet

Prologue

Texte intégral

1« Cheikha » : artiste.

2Au commencement, il y a un chant pour porter les paroles d’un peuple, la ‘ayta, le « cri ». Il y a cette particule devant un prénom, ce titre magnifique, honorifique « cheikh », « cheikha » : le chef, l’ancien, le maître. Et puis, l’histoire est passée là-dessus. Le chant a éclaté en morceaux, boudé par les jeunes générations. Cherchant malgré tout à séduire encore, il s’est maquillé de paroles scandaleuses, s’est entouré de pratiques licencieuses. Chioukh et cheikhat ont quitté les campagnes pour investir les cabarets citadins. Les chanteuses sont devenues des danseuses lascives. À présent que les chansons modernes envahissent les kiosques à musique, que reste-t-il de ce patrimoine populaire marocain ? Que deviennent ces femmes ? Dans les archives, les mémoires des anciens, on retrouve les traces d’une splendeur perdue, l’époque où la cheikha était seule maîtresse de la fête, son indispensable pilier et l’âme du Maroc. Dans les chants de la ‘ayta c’est l’histoire du peuple, qui se fait et se défait, la révolte de Kharboucha, l’exil de Mohammed V. Mais aujourd’hui, de nouveaux chants ont vu le jour, de nouvelles façons de crier sa colère, de chanter son amour ou de célébrer les étapes de la vie. En Algérie, les chebbat (les « jeunes ») ont succédé aux cheikhat (les « vieilles »), les cheb aux chioukh. Mais au Maroc, qui revendique une parenté avec les cheikhat ? On s’en détache, on s’en distingue. On les met à distance... La distance... Transgresser les espaces, entre les hommes et les femmes, du domaine public au domaine privé, de l’intime à la rue, tel est l’ultime outrage des cheikhat aux normes sociales. Corps séduisant, corps licencieux, la cheikha incarne le contre exemple, la femme affranchie des codes de bonne conduite qui régissent la société marocaine.

3« Cheikha » : injure.

4Les tentes qaïdales sont montées dans le champs, prêtes pour accueillir les convives. Le chauffeur de la camionnette se gare un peu à l’écart. Dans cet espace étroit, à l’abri des regards, elles se préparent. Troquant les djellabas et les foulards contre les kaftans aux couleurs vives et les lourdes ceintures dorées. Les bijoux sortent des sacs à main. Trousses à maquillage sur les genoux, chacune s’improvise un espace et s’affaire à composer son personnage avec le plus grand sérieux. Kohl charbonneux autour des yeux et rouge piquant sur les lèvres, tels sont les impératifs. Pour le reste, chacune ajoute à sa fantaisie, qui un peu de rose aux joues, qui un peu plus de fards à paupières, qui apprête sa somptueuse chevelure brune avant de la mettre en scène. Séduire est un impératif qui réclame la plus grande attention. Plaire est leur métier. Il ne faut rien laisser au hasard : mettre en scène leur corps c’est un peu comme accorder un instrument. Alors elles ne se hâtent pas, les invités attendront. Sous mes yeux, les figures jusque-là anonymes se transforment peu à peu en femmes à la beauté effrontée. Les chioukh sont déjà sur place. La peau des derbouka se chauffe près des qanun, musiciens et chanteuses s’échauffent d’un verre de thé ou de « rouge ». L’orchestre a déjà entamé son jeu depuis longtemps. Les voilà prêtes pour le spectacle. L’une après l’autre, leurs lourdes silhouettes s’acheminent vers les tentes. Enfin elles entrent en scène, tarijat à la main.

5Ce ne sont d’abord que de légers mouvements de hanches qui scandent le rythme. Toutes en ligne autour de leur chef de troupe, parée d’un kaftan de couleur différente pour bien marquer son statut, elles entament leur premier chant d’une voix stridente. Assis sur des cousins, des nattes ou à même le sol tout autour de la tente, les hommes les plus enjoués les encouragent de leurs battements de mains. Les plaisanteries fusent. Un liquide un peu trop ambré pour être du thé coule de certaines théières. Quelques bouteilles de « rouge » circulent discrètement. Dans le coin qui leur est réservée, les cheikhat profitent elles aussi des boissons et des victuailles qui leur sont offertes. Pas de fêtes sans cheikhat. Pas de cheikhat sans alcool. Pour de nombreux hommes, l’ensemble est indissociable. L’un ne va pas sans l’autre.

6Dans les temps de pause qui succèdent aux danses soutenues, l’une ou l’autre allume une cigarette et se confie.

7Elle s’appelle N. Elle est née et a été élevée dans un petit village près de Safi. Son père travaillait la terre. À la maison, ils étaient huit : cinq filles et trois garçons. Ses parents avaient besoin d’elle pour aider à la maison. Alors elle n’a pas été à l’école. Elle n’a connu que l’école coranique comme beaucoup d’autres parmi ses collègues. Ce n’était pas suffisant. Elle aurait bien aimé en apprendre davantage. Elle s’en rend compte à présent qu’elle est seule et qu’elle éprouve de grandes difficultés avec les administrations et notamment avec la police. « Comment veux-tu que je me défende face à eux ? Je ne sais pratiquement pas lire ! ». Elle s’est mariée très jeune avec un voisin, un homme plus âgé qu’elle « mais pas trop non plus c’était peut-être ça le problème ». À quinze ans, elle a quitté la maison pour s’installer à Safi. Par la suite, elle a eu deux enfants. « J’ai été heureuse, je ne peux pas dire le contraire. J’avais la belle vie. On n’était pas riche mais je ne manquais de rien ». Malheureusement son mari s’est lassé d’elle. « Il a été envoûté, c’est sûr ». Elle a bien essayé de le récupérer. Elle est allée consulter un fqih à son tour mais rien n’y a fait. Alors elle s’est retrouvée seule avec ses enfants. Ses parents ne voulaient plus la voir. « Une femme répudiée c’est la honte ». En outre, ils ne pouvaient pas la prendre en charge elle et ses enfants. Alors au début pour les nourrir, elle « allait avec des hommes », elle se prostituait. Jusqu’à ce qu’une amie lui propose de s’engager dans la troupe. Elle a appris sur le tas. Elle avait une jolie voix et puis elle connaissait déjà quelques chansons pour les avoir entendues étant petite. « Il est mieux de travailler comme cheikha : on est mieux payée ». Elle explique qu’en tant que prostituée, les risques étaient plus grands et que les hommes ne la payaient pas toujours. Outre la rentabilité du travail de cheikha, en troupe, elle se sent plus rassurée et grâce au chauffeur qu’elles emploient, elles peuvent travailler loin de chez elle, c’est mieux pour ses enfants. Aujourd’hui ceux-ci ont sept et neuf ans. « Ils sont bientôt en âge de comprendre, ça me fait peur ! Qu’est-ce que je vais leur dire ? Qu’est-ce que je leur dirai s’ils reviennent de l’école en me disant que leurs camarades leur ont dit que leur mère est une cheikha ? Il faut que je change de métier ! Mais je ne sais pas quoi faire d’autre ». Elle évoque une autre cheikha, une ancienne collègue qui a mis ses enfants dehors parce qu’ils lui en voulaient de pratiquer cette activité. Elle redoute d’en arriver là. « Avec une mère cheikha, on est montré du doigt. On a mauvaise réputation. Surtout pour une fille. Un fils de cheikha on dit forcément que c’est un voleur mais pour une fille alors... Une fille de cheikha ne trouve pas de mari, elle n’est pas convenable. Personne n’en veut. Être cheikha c’est dur mais être enfant de cheikha c’est pire encore ». Elle espère que ses enfants l’aideront lorsqu’elle sera trop vieille pour exercer. « Un homme qui vieillit ça se débrouille toujours mais une femme... Celles qui n’ont pas d’enfants se retrouvent à la rue, à mendier. Elles finissent mal ».

8À mesure que la nuit avance, les esprits s’échauffent. Une bagarre éclate, vite désamorcée par ceux qui ne veulent pas voir la fête gâchée. C’est au tour de F. de me raconter sa vie et ce qui l’a menée à exercer ce métier. Elle est, elle aussi, issue d’un milieu populaire, mariée jeune, divorcée quelques années plus tard, elle est également chargée de famille. « Je ne pouvais pas être bonne. Les femmes étaient jalouses de ma beauté, elles avaient peur que je leur vole leur mari et puis pour faire la bonne, elles cherchent des petites filles qu’elles peuvent former et commander facilement, pas des femmes mûres comme moi ». Elle m’explique qu’elles sont nombreuses à se retrouver ainsi sans ressources à la suite d’un divorce, contraintes à se livrer à la prostitution ou à devenir cheikha. « Beaucoup de cheikhat ont cette vie. J’aime le chant bien sûr. Mais ce métier m’skina ! Ce n’est pas un métier pour une femme ». Elle se débrouille pour ne pas avoir à se prostituer mais on lui propose souvent et c’est utile pour se faire un peu plus d’argent. « Le salaire d’un spectacle, ce n’est pas grand-chose... Regarde ce soir, on ne va pas rester longtemps, ils ont la bourse serrée ! Ce sont des avares ! ». Maintenant heureusement, elle a un amant. « Je suis à demi mariée ». Cet homme lui apporte une aide au quotidien. « Il est gendarme alors il faut souvent qu’on se cache ». Il lui fait des cadeaux, lui amène de la viande... « C’est ça qui est bien. Mais j’ai une amie qui a deux amants. Si jamais ils se rencontrent... Ouili ouili ouili ! Il ne faut pas chercher les ennuis comme ça ».

9Les cheikhat se font plus lascives. Elles circulent entre les convives et forcent leur générosité en les harcelant de mouvements suggestifs. Mains baladeuses, plaisanteries salaces et rires fusent. Jeunes hommes inexpérimentés, vieillards respectables, hommes avares, jusqu’aux notables qui s’encanaillent : tout est matière à moqueries. Billets à la ceinture ou dans les décolletés, elles collectent à tour de rôle le salaire de l’ambiance qu’elles mettent à la fête. Les autres se tiennent en retrait, attendant leur tour, le kaftan parfois relevé sur les cuisses. « Celui qui danse ne cache pas son visage » me murmure un convive, « elles se tiennent comme ça parce qu’elles n’ont plus rien à cacher ».

10Elle, c’est H. Elle a à peine une vingtaine d’années ce qui fait d’elle la benjamine de la troupe. Son parcours est un peu différent de celui des autres. Elle n’est pas divorcée, elle n’a d’ailleurs jamais été mariée. Elle est née dans la banlieue de Rabat, aînée d’une famille très pauvre de sept enfants. « On ne mangeait pas tous les jours et souvent c’était robs u zit (le pain et l’huile) et c’est tout ». Elle n’affiche pas les rondeurs de l’âge. Elle détonne un peu dans cette troupe de femmes mûres et elle avoue elle-même qu’elle est bien jeune pour être cheikha. Mais elle aime ce métier. « Mes parents m’ont confiée très tôt à une cheikha du quartier pour qu’elle fasse mon apprentissage ». Dès son enfance, elle a baigné dans cette ambiance de musique, de chants et de fêtes. « Je connais bien plus de chansons que la plupart des femmes ici ». Elle raconte comment elle était surtout la servante de cette mère d’adoption un peu particulière, pour qui elle faisait le ménage, le repas, à qui elle servait de bonne et de fille à tout faire. « Mais elle était bien. Elle ne ramenait pas d’homme. Toutes les cheikhat ne sont pas comme ça. Elle, c’était une artiste. Elle avait l’amour du chant. Elle était sérieuse ». Durant ces années de servitude, elle a ainsi appris le maniement de divers instruments et les paroles des principales chansons de la ‘aita. « Elle avait un vieux kamanja. Elle l’avait acheté en pensant que ce serait bien pour la troupe et elle en était très fière. Mais quand elle a essayé de m’apprendre à en jouer, j’ai compris qu’elle ne savait pas trop s’en servir elle-même », explique-t-elle en riant. Très vite, H. a été intégrée à la troupe pour parfaire son apprentissage. Mais elle ne gagnait pas assez d’argent. Cette femme lui soutirait une grande partie de son salaire alors qu’elle devait aussi en envoyer une partie à sa famille pour l’éducation de ses jeunes frères et sœurs. « Je suis partie avec une autre troupe, puis encore avec une autre. J’envoie régulièrement de l’argent à ma famille. Ils sont fiers de moi. Ils sont fiers d’avoir une fille qui chante et qui gagne bien sa vie ». Pour l’instant, elle n’envisage pas de faire un autre métier. « Pourquoi ? J’aime chanter. Et puis qu’est-ce que je peux faire d’autre ? ».

11Un vieillard me fait part de sa passion pour les cheikhat : « Ça, c’est de la musique ! Écoute ça ! Ça, ce sont des femmes ! ». Un autre m’évoque Hajja Hamounia, Hajja Hamdouia et Fatna bent el Hoceine, les grandes Dames de la ‘aita : « C’est la seule vraie musique. Et elles, ce sont des artistes ! ». Il ajoute pourtant qu’il ne tolérerait pas qu’une femme de sa famille devienne cheikha. « C’est un métier trop dur. Et puis chanter devant les hommes, ce n’est pas convenable ».

12Tard dans la nuit, c’est une troupe fatiguée et silencieuse qui remonte en voiture pour rentrer dans le quartier populaire de la ville. Les somptueuses crinières disparaissent de nouveau sous de sages foulards. Bijoux et ceintures réintègrent les sacs, les corps eux-mêmes disparaissent sous des djellabas sombres. Seule trace de la fête, le maquillage chatoyant trahit ces travailleuses de la nuit aux yeux de voisins croisés par hasard : « Quand on a été cheikha, il en reste toujours quelque chose, on ne peut pas s’en défaire ». Une après l’autre, les silhouettes se hâtent et s’évanouissent dans l’ombre.

13Une brume de chaleur s’est abattue sur la ville ce matin dès 7 h. Dans les rues, circulent des carrioles pleines de légumes. Des cadres pressés grimpent dans les taxis rouges. Un petit air frais s’est levé qui fait penser à l’hiver. À 10 h, la brume a fait place à un soleil écrasant et la ville bourdonne d’activités. Elles se sont tues depuis longtemps. Il ne demeure de la veille qu’une grande fatigue pour celles qui n’ont pas le loisir de se reposer. La pleine lumière, ce n’est pas leur élément. Comment les deviner dans la foule des femmes qui se pressent au marché, sacs plastiques à la main ? Dans le quartier, où j’erre à leur recherche, les langues se délient et me parlent d’elles autrement : « Je la connais ! Mon cousin est un de ses voisins. Elle ne le dit pas mais moi j’ai toujours su qu’elle était une cheikha : sa manière de se conduire tu sais... Ce n’est pas une femme bien. Oh ! Elle est gentille oui mais avec « elles », on n’est jamais sûre. C’est comme les serpents, ça entortille et quand tu ne te méfies plus, ça mord ». Le marché est propice aux bavardages, de voisins, en cousins, de connaissances en connaissances, les rencontres entre les étals apportent de nouveaux témoignages sur ces chanteuses bien particulières : « oui, oui je l’ai vu passer quelques fois, avec des tenues ya latif ya latif ! Les paillettes et tout et tout ! ». Dans les quartiers populaires, les cheikhat laissent rarement indifférents. Chacun rapporte une anecdote ou deux, connaît quelqu’un qui a eu affaire à elles. Les récits d’hommes ruinés par les cheikhat foisonnent. « Elles portent le malheur en elles. C’est comme un poison. Avec ce qu’elles font comment veux-tu ? Elles ne respectent pas Dieu ! ». Alors inévitablement on évoque les Hajjat, celles parmi les cheikhat qui ont fait le pèlerinage à la Mecque et acquis ainsi le titre très vénéré du pèlerin, le « Haj ». En dehors des grandes figures de la ‘ayta comme Hajja Hamounia et Hajja Hamdaouia, certaines cheikhat économisent suffisamment pour s’offrir le voyage de leur vie, celui de la rédemption et de la respectabilité. Les jugements souvent sévères se transforment alors en plaisanteries scabreuses. L’arabe dialectal marocain regorge ainsi de blagues, d’un humour intraduisible, se moquant de la fausse sainteté en l’associant à des références sexuelles. La cheikha même hajja demeure souillée par son métier.

14Tandis que les femmes se pressent pour préparer le repas de midi, je me rends à mon premier rendez-vous de la journée auprès de H. Elle habite au rez-de-chaussée dans une vieille maison étroite et peu avenante au fond d’une ruelle du quartier populaire. La plus grande pièce fait office de salon. On y trouve comme dans tous les salons marocains les banquettes recouvertes de coussins et de tissus mais le bois en est simple et les tissus sont élimés. Une petite table basse compose le reste du mobilier. Des couvertures pliées au bout d’une banquette témoignent que la pièce à vivre est aussi celle où les femmes trouvent le repos, qui sur une banquette, qui à même le sol sur une simple natte. Quelques étagères et rangements s’entassent dans l’entrée. Des bibelots dépareillés complètent ce désordre organisé. Dans la petite cour extérieure l’une de mes hôtes prépare la cuisine, sandalettes en plastique aux pieds, accroupie au-dessus d’un grand plat chauffé au qanun. Multiples poches plastiques regorgeant d’ingrédients s’étalent tout autour d’elle. H. m’offre un thé sirupeux. Je la reconnais difficilement avec son fichu noué au-dessus de la tête retenant et dissimulant la masse de sa chevelure. Elle a passé une djellaba très simple, tâchée par endroits, qui contraste avec son kaftan de scène. Elle n’est plus maquillée et ses traits sont tirés. Elle m’explique qu’elles vivent à trois dans ce lieu. « Les loyers sont trop chers. Je n’ai pas le choix si je veux envoyer de l’argent à ma famille ». Alors que je m’interroge sur les personnes présentes dans son foyer, H. me répond qu’elles ne sont pas de sa famille mais qu’elles aussi sont chanteuses. Pourtant, quand je lui demande de quelle troupe elles font partie, H. se trouble : « Oh pas d’ici, pas d’ici, mais ça ne t’intéresse pas, elles ne veulent pas te parler ». Plus tard, elle m’expliquera que ces deux femmes pratiquent le fsad (traduit par : « coucher à droite et à gauche »), en somme qu’elles se prostituent. Elle m’explique qu’elle doit retrouver le reste de la troupe en début d’après-midi pour recevoir son salaire de la veille et me propose de l’accompagner.

15La troupe se réunit sous une enseigne peinte de différents instruments de musique à l’image des ateliers d’artisans des souks. La pièce est minuscule mais il s’agit surtout d’une vitrine, un lieu de rencontre pratique entre musiciens et clients potentiels. Pas question de répéter dans un local aussi exigu qui ne peut guère contenir plus de deux personnes ! : « Et puis on ne répète pas en troupe. Les chioukh ils font ça entre eux. Nous, on va chez les unes, chez les autres pour travailler le chant et la frappe [sous-entendu la frappe de la tarija mais aussi éventuellement du bendir] ». Tous les protagonistes de la veille sont présents, en sobres tenues de ville, échauffés par de vives discussions concernant la rétribution de chacun. On me recommande vivement de m’éloigner, je n’ai rien à faire dans cette conversation-là.

16Plus tard, N. me rejoint la mine visiblement contrariée. « Je suis sûre qu’on a eu davantage hier soir ! On ne peut pas leur faire confiance ! Et en plus on est toujours moins bien payée qu’eux, les musiciens ! ». Je la suis dans les rues, un peu gênée d’attirer l’attention sur nous alors qu’elle se presse, cherchant visiblement à éviter que l’on nous voit ensemble : « Je n’aime pas trop traîner dehors. Les voisins tu sais, ils parlent vite... Je ne veux pas que mes enfants entendent des choses... Je leur dis que je fais des ménages. Quand je pars la nuit, je leur dis que je dors chez une grande amie qui est malade ». Sa maison est petite mais moins modeste que celle de H. Elle compte deux pièces de plus : une petite cuisine et une chambre où les enfants dorment dans le même lit. Il est rudimentaire mais elle en est fière : « Je leur laisse c’est bien pour eux ». Il n’y a pas de salle de bains. C’est un luxe que peu de familles marocaines populaires peuvent s’offrir : « Je n’aime pas aller au hammam. Là-bas les femmes font des histoires. Elles parlent sur toi. Si tu y vas trop souvent, elles disent que c’est à cause de tous tes pêchés. Mais il faut bien se laver ! ». Elle explique qu’il est important d’avoir de bonnes relations avec le voisinage, qu’elle fait ce qu’elle peut pour ça, qu’elle ne ramène pas d’hommes chez elle, qu’elle est très discrète quand elle sort la nuit pour aller travailler. Durant le jour, elle sort peu, sauf pour le travail et les commissions. « Je vis comme une ombre. Je ne dérange personne. Personne ne peut dire sur moi w’allah ! ». Malgré tout, ses rapports avec les voisins restent distants. Les femmes ne la convient pas à venir pour les fêtes ou pour le thé comme il est bien souvent d’usage dans un même quartier : « Elles disent bonjour, au revoir. Elles remercient si je fais un cadeau, si je donne des gâteaux pour l’aid sghrir. C’est tout. ». N. s’est fait une raison : « Tant qu’on ne parle pas sur moi et sur mes enfants. Tant qu’on me laisse tranquille... ».

17Alors que la journée touche à sa fin, je cherche F., la dernière avec qui j’ai rendez-vous. Je la trouve chez elle, dans un appartement au deuxième étage d’une maison qui donne sur une des rues les plus passantes du quartier. L’endroit est petit mais plus moderne que chez ses consœurs. L’indispensable télévision agrémentée d’un napperon trône sur une desserte qui occupe une grande partie de la pièce. La chambre est entièrement occupée par un grand lit. L’ameublement bien que vieillissant est conçu à l’occidental : pas de canapés le long des murs et de nombreux petits bibelots qui s’exposent ça et là comme des trophées. Dans la cuisine, il y a même la place pour une table et quatre chaises. F. est de bonne humeur malgré la mauvaise paie qu’elle a reçue. « C’est quand même eux [les chioukh] qui vont chercher les contrats. Sans eux, on ne travaillerait pas. C’est normal... ». Elle m’informe très vite que je ne vais pas pouvoir rester longtemps. Son ami doit venir et elle ne veut pas que je sois là quand il arrivera : « Il est tellement méfiant. Je ne veux pas qu’il ait peur. Tu sais... Il pourrait imaginer des choses... Que tu vas aller parler à sa femme... Il est encore marié et il a des enfants. Et puis son travail... Non ce n’est pas bien qu’il te voit ». Elle m’explique qu’elle se fiche qu’il soit marié, qu’après tout il est gentil avec elle et c’est tout ce qui compte. « Et puis les hommes ! safi, baraka [ça se suffit] ras le bol ! J’ai déjà donné moi, le mariage et tout ça ! Regarde où ça mène ! Là au moins je suis libre, je vais avec qui je veux, il ne peut rien me dire ! ». Dans les faits, elle n’a que lui comme amant régulier, elle aurait trop peur qu’il se mette en colère et qu’il l’abandonne si elle prenait quelqu’un d’autre. Peu à peu elle se laisse aller à la mélancolie et m’évoque son fils qu’elle n’a pas vu depuis plusieurs mois : « Il est chez ma sœur, je ne peux pas le prendre avec moi. J’envoie de l’argent pour lui. ». Elle exhibe un portrait couleur tiré devant un paysage de soleil couchant aux tons un peu criards. Sur la photo un jeune garçon sourit sagement à l’objectif, un peu raide et engoncé dans son costume et son nœud papillon : « Il est beau hein ? Habiba diali [mon chéri] !... Il travaille bien à l’école. Je suis fière de lui ! ». Un silence, le froissement du papier, tandis qu’elle range la photo dans son étui cartonné, elle reprend : « Comment veux-tu... Un enfant avec la vie que je mène... Qu’est-ce que je lui dirais moi au gendarme ? ». Elle soupire et devant son émotion, je choisis de changer de conversation et de lui parler de son voisinage. Son rire est un peu amer : « Moi je m’en fous ! Tu sais ici au Maroc on ne peut rien faire sans le regard des autres. Il y en a qui s’ennuient tellement qu’il n’y a que ça, les histoires ! Les femmes ici sont méchantes. Elles disent que tu veux prendre leurs maris. Leurs maris ! ! ! Regarde comme ils sont maigres, même leur porte-monnaie est sec ! Pourquoi j’en voudrais moi ? Elles sont jalouses parce que tu as des bijoux, parce que tu fais la fête. Alors moi je n’écoute plus. Je m’en fous ! ». À présent il est tard et F. empressée me met dehors sans ménagement.

18Les rues se vident de femmes. Bientôt il n’y aura plus dans ces lacets étroits emplis d’ombre que des hommes, et des cheikhat se préparant à accompagner leurs nuits une fois encore. Mais la ‘ayta est à son crépuscule. Abandonnées peu à peu par le peuple, les cheikhat survivent dans l’indifférence, reniées par leurs pairs et par la société. Combien de temps encore entendra-t-on le « cri » mélancolique et strident de ces femmes qui chantent l’amour et la misère qu’elles ont elles-mêmes tant de mal à incarner ?

© CNRS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search