Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Briser la mosaïque

 | 
Géraldine Chatelard

Remerciements

Texte intégral

1Le Centre d’études et de recherches sur le Moyen-Orient contemporain (CERMOC) a joué un rôle déterminant dans la réalisation de ce travail. De 1994 à 1998, c’est au sein de son antenne d’Amman que j’ai bénéficié d’un appui sous la forme d’une allocation de recherche, puis d’une bourse Lavoisier du ministère français des Affaires étrangères. Ma très vive reconnaissance va aux membres du conseil scientifique du centre ; à Jean Hannoyer et Élisabeth Picard, ses directeurs successifs ; et à tous les membres des équipes scientifique et administrative de l’époque. Je sais particulièrement gré à Riccardo Bocco, alors secrétaire scientifique de l’antenne d’Amman, de son soutien critique et amical sans faille. D’une égale importance fut la confiance que m’a accordée Lucette Valensi en acceptant de diriger la thèse de doctorat dont cet ouvrage est issu. Je lui exprime ici toute ma gratitude pour ses encouragements, sa patiente, la justesse de ses intuitions, ses conseils de lecture et de méthode. Ses propres travaux me furent un modèle tout au long de cette recherche.

2Grâce aux pères Jean-Baptiste Humbert, Marcel Sigrist et Jean-Michel de Tarragon, j’ai pu à loisir exploiter les richesses documentaires de la photothèque et de la bibliothèque de l’École biblique et archéologique française de Jérusalem (EBAF), sans laquelle une grande partie des ouvrages des voyageurs et scientifiques du xixe siècle m’aurait été difficilement accessible depuis le Moyen-Orient. Je les remercie chaleureusement de leur accueil. Par ailleurs, le père Michele Picirillo, de la custodie franciscaine de Terre sainte, responsable du mont Nébo et spécialiste des mosaïques byzantines de Jordanie, a été une source irremplaçable pour pointer les enjeux économiques et politiques de l’archéologie dans ce pays. Mentionnons également l’École française de Rome, qui m’a octroyé une bourse pour un séjour d’un mois au cours duquel j’ai pu consulter les archives de la Congrégation pour la propagation de la foi relatives à la Terre sainte et utiliser les ressources de la bibliothèque du palais Farnèse.

3Je tiens bien sûr à exprimer ma reconnaissance à plusieurs personnes en Jordanie, tout particulièrement à Madaba, qui ont témoigné d’un véritable intérêt pour la façon dont j’abordais l’histoire et les dynamiques sociales de leur communauté ou de leur famille. Une mention spéciale va au père Iyad Twal qui se chargea de ma toute première introduction à Madaba et aux « bédouins chrétiens ». De manière générale, les ecclésiastiques de Madaba n’ont pas compté le temps qu’ils m’accordaient et m’ont ouvert aussi bien leur table que les archives de leurs paroisses respectives. Je pense ici aux pères George al-Far et Imad Twal à la paroisse latine, et au père Innokentios Exarchos à la paroisse orthodoxe, en qui j’ai trouvé de véritables interlocuteurs passionnés, érudits et curieux. Avec le Dr Suhayl Twal, qui s’est montré à mon égard d’une rare disponibilité à Amman comme à Madaba, j’ai pu saisir les enjeux et les pratiques de la politique locale et ses ramifications nationales. Enfin, sans le Dr Sami Nahhas, lui-même historien, une bonne partie de l’expérience douloureuse des chrétiens de la « gauche progressiste » arabe à Madaba me serait demeurée invisible. Nombreux ont été les autres interlocuteurs en Jordanie et en Palestine à m’accorder généreusement leur temps et, bien souvent, leur hospitalité prolongée.

4Une pensée va aux collègues et amis qui ont contribué à faire avancer ma connaissance du terrain et ma réflexion, ou qui m’ont assisté pour l’accès aux sources et aux personnes, en particulier Jean-Christophe Augé, Bernard Botiveau, Brigitte Curmi, Samer Haddadin, Jean-François Legrain, Remy Levaud, Philippe Merichelli, Jean et Françoise Métral, Asem al-Omari, François Pouillon, Flavia Roméro, la famille Sabanekh, ainsi qu’Annie Flamant pour les traductions du russe.

5Un dernier témoignage de gratitude va à Henry Laurens qui a rendu possible cette publication, mais dont la contribution à cette recherche est antérieure, en particulier grâce à la communication de documents d’archives et à de nombreuses et enrichissantes discussions.

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540