Version classiqueVersion mobile

La construction nationale syrienne

 | 
Stéphane Valter

Troisième partie. La gestion ambiguë des symboles historiques et patrimoniaux

Chapitre II. Archéologie, histoire et identité

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La réflexion suivante sera menée sur les relations entre recherche archéologique, présentation muséographique (dans le sens de mise en valeur sélective du patrimoine et de ses vestiges, à travers l’institution culturelle qu’est le musée, dans un but commémoratif et édifiant) et construction historique d’un côté, légitimité et pratique du pouvoir politique ainsi que modes de fonctionnement sociétaux de l’autre. L’étude de l’archéologie – témoignage scientifique irréfutable d’une occupation et d’activités humaines passées – vient étayer des constructions historiques en vue de conférer une dimension légitimante aux représentations produites par une communauté politique particulière sur elle-même. Il est en ce sens clair que toute sanctification historique permet au pouvoir, quand il en est l’initiateur, de voir sa propre légitimité politico-symbolique accrue1. Enfin, de même que les mutations du discours historique syrien depuis l’indépendance ont connu de grandes constantes au niveau ...

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search