Version classiqueVersion mobile

La construction nationale syrienne

 | 
Stéphane Valter

Deuxième partie. Le discours historique et la preuve archéologique

Chapitre II. Les débuts de l’histoire récupérés par le discours historique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le présent chapitre concerne les modes de représentation des débuts de l’histoire en Syrie, c’est-à-dire les premières civilisations ayant laissé des traces écrites ; il faut à ce propos garder en mémoire l’importance attribuée par le discours historique au rôle de l’écriture, vue comme la preuve scientifique par excellence. Il est clair en ce sens que les nombreuses et anciennes traces d’enregistrement écrit du passé permettent une large récupération idéologique. Dans le dessein de montrer l’ancienneté et la continuité de l’identité syrienne, le vestige archéologique et le témoignage épigraphique sont ainsi considérés par le discours historique comme des preuves scientifiques. Autour de ce qui est présenté par les producteurs de discours historique comme des postulats de base, on remarquera la mise en valeur simultanée d’une multiplicité de références identitaires, parfois contradictoires, mais qui oscillent entre les deux grands pôles que sont l’arabité (élément essentiel) et l’is...

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search