Version classiqueVersion mobile

Edmond Bartissol (1841-1916)

 | 
Jean-Louis Escudier

Cinquième partie. Les limites du système Bartissol

Conclusion

Texte intégral

1Notre approche se voulait tout à la fois biographique puisque centrée sur un individu, Edmond Bartissol, et monographique dans la mesure où nous ambitionnions d’analyser la dynamique des entreprises initiées par cet hommes d’affaires. Au terme de notre ouvrage, il convient donc de procéder à un bilan intégrant ces deux plans de recherche et enfin de s’interroger sur les synergies entre l’homme et son activité professionnelle, tels que nous venons de les analyser en respectant, autant que faire se peut, leur chronologie.

Autopsie d’un autodidacte

  • 1 Charle Christophe, Les Élites de la République (1880-1900), Fayard, 1987, p. 166.
  • 2 L’un des ouvrages les plus connus est probablement le livre de Leroy-Beaulieu Paul, L’Art de placer (...)

2Dans Les Élites de la République, Christophe Charle présente Bartissol comme « le seul exemple d’un self-made-man dans toute l’acception du terme » qu’il a repéré dans son échantillon1. Nous nous inscrivons en faux par rapport à une telle affirmation car, si Bartissol était autodidacte, il ne fut aucunement un self-made-man. Plus fondamentalement, bien que la confusion soit courante, l’autodidacte n’est pas assimilable à un self-made-man. L’homme qui s’est fait lui-même : une fois traduite, l’expression révèle tout ce qu’elle comporte d’ambiguïté. Les diplômés ne se sont-ils pas formés eux-mêmes ? Un autodidacte n’a-t-il pas reçu un enseignement, même si cet enseignement se prodigue sous la forme de conseils donnés sur un chantier et non de cours magistraux ? Dans la seconde moitié du xixe siècle, l’autodidacte désireux d’acquérir des connaissances pratiques sur son métier trouve alors à sa disposition toute une panoplie d’ouvrages. Dans le secteur des travaux publics, la « Bibliothèque de l’agent voyer et du conducteur de travaux publics » propose une large gamme de publications afférentes aux savoirs techniques indispensables à la profession. Quelques « classiques » sont également disponibles dans les grandes librairies, tels le Dictionnaire administratif des travaux publics de A. Debauve ou encore le Traité théorique et pratique des travaux publics de E. Perriquet. En matière de finance et de gestion des fonds, rentiers et spéculateurs de tout poil sont invités à se plonger dans de nombreux ouvrages spécialisés2, et d’innombrables feuilles hebdomadaires ou mensuelles prodiguent quantité de conseils, plus ou moins désintéressés, pour la gestion des portefeuilles. Enfin et surtout, l’autodidacte se « fait », comme le diplômé, par sa capacité à apprendre auprès des autres, à connaître les autres et à valoriser ses propres compétences.

3L’autodidacte ne peut se permettre d’être un self-made-man. Sans vouloir cultiver le paradoxe, soulignons que tout individu désireux de progresser professionnellement et socialement a d’autant plus besoin des autres qu’il est autodidacte. Ne pouvant pas, par définition, prétendre à des postes de responsabilité correspondant à ses diplômes, l’autodidacte doit s’approprier le savoir de ses supérieurs, de ses collègues, de ses concurrents. Tous ses efforts visent à s’infiltrer dans leurs réseaux pour construire sa propre réussite. Quand on n’est qu’un jeune conducteur de travaux, il faut sentir les hommes et les événements susceptibles de vous mener au succès. Pour Edmond Bartissol, cette appropriation du savoir d’autrui trouve sa genèse dans le cadre familial, avec son père peut-être, auprès de son frère aîné assurément. Que Bartissol se soit associé avec Duparchy et Daudemi, eux aussi autodidactes, n’est certainement pas le fruit du hasard. Originaires du Languedoc, de Franche-Comté ou du Hainaut, ces trois hommes partagent une perception commune de leur métier où sens de l’intuition et pragmatisme priment sur les études scientifiques, techniques et financières.

  • 3 Charle Christophe, op. cit., p. 166.

4Contrairement au cliché sciemment colporté par les notices biographiques, Edmond Bartissol n’est financièrement pas parti de rien. La famille et la réussite sociale du frère étaient là pour fournir les premiers mille francs, ceux qui, bien utilisés, allaient lui assurer un pécule plus consistant, à nouveau, judicieusement réinvesti par l’entreprenant entrepreneur. Là aussi le discours véhiculé par les notices biographiques a induit Ch. Charle en erreur lorsqu’il écrit : « Ce brasseur d’affaires tout droit sorti de La Curée ou de L’Argent est une exception dans ce groupe. Presque tous ses confrères ingénieurs disposent d’une aide familiale3. » Et Charle de citer tel qui bénéficie du capital accumulé par son père ou tel autre celui d’un beau-père. Bartissol sorti de La Curée ou de L’Argent ? L’image est forte mais est-elle juste ? Certes, tels les Rougon-Macquart, pour poser les premiers jalons de son extraction sociale, la famille Bartissol profita du Second Empire, de sa nouvelle classe dirigeante et des relations que l’on pouvait y tisser. Mais Bartissol n’est ni Aristide Saccard ni son demi-frère Eugène Rougon. Son ascension professionnelle ne doit pas davantage à un maroquin ministériel qu’à un chimérique projet de Banque Universelle. Au contraire, Bartissol a assis sa réussite sur des entreprises de travaux publics, branche d’activité en continuité directe de la profession de maçon exercée par ses ascendants et ses frères aînés.

5D’aucuns ont cru deviner Edmond Bartissol dans l’Isidore Lechat de la pièce Les affaires sont les affaires d’Octave Mirbeau. Or Mirbeau avait « construit » Isidore Lechat en amalgamant les personnalités de deux patrons de presse, Charles Lalou et Eugène Letellier, qu’il connaissait fort bien pour avoir, pendant de longues années, régulièrement proposé des papiers à leurs journaux. Surtout, la psychologie des personnages est différente. Isidore Lechat est emporté, voire brutal, vaniteux et aveuglé par sa cupidité au point de se faire berner. Edmond Bartissol était beaucoup plus subtil, plus réfléchi ; d’ailleurs Lechat finit ruiné et déconsidéré, ce qui fut loin d’être le cas de Bartissol.

6Certes, nombre des projets imaginés ou soutenus par Bartissol n’ont pas abouti : le canal des Deux-Mers et le port de Narbonne, la traversée du Tage à Lisbonne, le canal de dérivation de la Seine et même son projet de creusement du canal de Panama étaient techniquement réalisables mais relevaient d’une utopie financière. En dépit de ce penchant pour les projets pharaoniques, à notre connaissance, Edmond Bartissol ne fit pas d’erreurs irrémédiables. Il évolua durant des décennies dans ce milieu des affaires, de l’industrie et du pouvoir sans se brûler les ailes. En quarante ans passés à côtoyer les « requins » de la finance internationale, il ne se trouva personne pour le détruire professionnellement parlant. Mais il lui fallut admettre sur la fin de sa vie que les plus hautes places lui seraient toujours interdites. Assurément, sa réussite, ses pratiques, peut-être même son extraction sociale lui valurent de solides inimitiés. Il serait évidemment hasardeux de prétendre que ses affaires furent toujours marquées du sceau de la plus indéfectible intégrité ; Bartissol connaissait le pouvoir de l’argent et sut en faire usage. Nous avons vu son aptitude à « rebondir » après certaines désillusions et surtout après le coup d’arrêt porté à son ascension dans les années 1891-1894. La seconde crise à laquelle il est confronté dans les années 1908-1912 est de nature profondément différente. Il doit alors faire face à une crise de croissance. Au début des années 1890, s’agissant de réalisations ponctuelles, l’obtention d’un ou deux marchés lucratifs et son retour sur la scène politique suffirent à le relancer. En revanche, lorsqu’il va « asseoir » ses affaires sur des sociétés anonymes, il sera plus vulnérable.

7Sorti du rang, sans véritable formation technique et scientifique, Edmond Bartissol pouvait devenir un grand homme d’affaires ; en revanche, il lui était plus difficile de devenir un véritable entrepreneur de travaux publics. La solide formation scientifique dispensée à Polytechnique et à Centrale ou encore l’enseignement plus appliqué professé aux Arts et Métiers lui auraient peut-être permis de concevoir le procédé technique réellement nouveau de nature à lui assurer un avantage incontestable dans quelques chantiers de travaux publics. Il compensa ces insuffisances en faisant appel à des collaborateurs de haut niveau dont bon nombre de centraliens (Robert, Seyrig, Llamby, Pellet, Joffre, Sanyas, Siry, Pouard). Parfois ses relations d’affaires avec des professionnels confirmés (Clémençon, Bonnet...) ont tourné en sa défaveur, peut-être en raison de ces différences de culture professionnelle. Enfin, peut-être lui a-t-il manqué en quelques occasions cruciales, telles que la tentative de reprise du Panama, au sein de la Compagnie de Mozambique ou pour le port de Recife, les appuis qu’offre la naissance dans l’aristocratie ou la haute bourgeoisie ou encore l’esprit de corps dont bénéficient les anciens des grandes écoles.

Pragmatisme et éclectisme

8La force d’Edmond Bartissol reposait sur un ensemble de qualités que chacun, ami ou adversaire, lui reconnaissait. Sa capacité de travail, sa polyvalence, son extraordinaire mobilité à la limite du don d’ubiquité, son aptitude à faire synergie entre ses différentes entreprises expliquent une bonne part de cette réussite professionnelle. Il fit toujours preuve d’un grand pragmatisme. Dans un premier temps, il déploie ses activités à l’étranger et reviendra ensuite entreprendre de grands travaux en France. Mais il sera toujours prêt à se lancer dans de grands chantiers au-delà de nos frontières. Alors qu’il semblait devenir un spécialiste des chemins de fer, il va diversifier ses réalisations : ponts, ports, bâtiments publics... Le pragmatisme de Bartissol s’exprime également dans son habileté à jouer avec le temps. Rapide à l’extrême quand l’obtention d’un marché, le règlement d’un conflit ou encore une opportunité politique l’exigent, il sait aussi attendre des mois, des années qu’un projet mûrisse et lui échoie. Il composera avec la lenteur des arcanes judiciaires pour obtenir gain de cause après dix ans de procédure, comme dans ses différends avec la mairie de Perpignan.

9Si Bartissol fut un « touche à tout », il ne s’aventura jamais dans des opérations purement commerciales. Il tenait à réaliser du concret, comme en témoigne son attachement à la dénomination d’ingénieur-constructeur. L’entrepreneur est un patron absolu qui n’intégrera jamais dans son comportement la montée des revendications sociales. Habitué au rapport de domination absolue que conférait au xixe siècle le pouvoir d’embauche en France et a fortiori dans les pays moins avancées tels que le Portugal, il se trouvera confronté à partir des années 1900 à des conflits longs et incertains, notamment à Sériège ou sur le chantier du transpyrénéen. Personnage atypique à plus d’un titre, il incarne malgré tout assez bien le monde des bâtisseurs d’avant la Première Guerre mondiale, à une époque où les entreprises, même les plus importantes, ne vivaient que le temps d’un chantier, recrutaient les ouvriers sur place. Nombreux furent ceux qui lui reprochèrent une plus grande aptitude à remporter un marché qu’à le mener à terme dans les conditions initialement prévues. Le débat est loin d’être clos ; les dépassements de devis sont aujourd’hui encore monnaie courante en matière de travaux publics. L’insistance des responsables des BTP à faire prévaloir dans les adjudications la notion de mieux disant sur celle de moins disant témoigne de la pérennité de cette revendication professionnelle.

10Bartissol fut parlementaire mais ne devint jamais un homme politique. Non que ses interventions aient été mineures ou réduites à leur plus simple expression. En dépit d’une présence parlementaire à éclipses, il a, somme toute, traité davantage de dossiers que bon nombre de ses collègues de la Troisième République. Mais il s’agit d’une action politique menée en franc-tireur, d’une action qui ne tient guère compte des rapports de force, des sensibilités de certains ténors de la Chambre, et dont, par là même, les chances d’aboutir sont fort minces. Par contre, les couloirs, les salons du Palais Bourbon sont un lieu incomparable d’informations et d’influence et Bartissol sut cultiver de bonnes relations personnelles avec des personnalités politiques très éloignées les unes des autres. Nous avons vu notamment combien ses liens avec Clemenceau et Rouvier furent durables et peu altérés par la conjoncture politique ou sociale. L’homme percevait son activité publique et politique comme un complément utile à ses affaires, non comme une fin en soi. On relèvera à ce propos la formidable capacité d’adaptation dont il fit preuve face aux changements politiques. Si son ascension professionnelle débuta sous le Second Empire, il obtint l’essentiel de ses marchés dans le Portugal monarchiste et dans la France républicaine. De plus, il ne semble avoir été nullement déstabilisé lorsque la République s’imposa au Portugal en 1910. Chez lui, le pragmatisme confine parfois à l’opportunisme ; il sait cultiver la contradiction jusqu’à l’extrême. Ainsi, de son apologie du nationalisme économique en 1893 ou de ses relations ambiguës avec la laïcité dans les années 1905-1908. En cela, l’homme est porteur des contradictions de cette France de la fin du xixe siècle qui s’ouvre à l’étranger alors même que semble triompher le discours politique le plus protectionniste de son histoire moderne.

11Le propriétaire viticole est davantage atypique. Contrairement à ce que colportent certaines biographies à vocation électorale, Bartissol ne consacra guère de temps à la surveillance des travaux viticoles. Alors que ses collègues parlent terre et production, l’homme pense la viticulture en termes de mobilisation des capitaux et d’organisation des marchés. Il tentera souvent, avec des fortunes diverses, d’appliquer une logique industrielle à un monde qui obéit à d’autres valeurs. En ce début du xxe siècle, propriétaires viticoles, courtiers et négociants évoluent encore dans un univers où la reconnaissance se fonde sur le statut social et les pratiques de consommation, non sur les stratégies d’investissement ou d’analyse du marché.

12Autant l’homme public avait de l’entregent, autant l’homme privé nous semble peu concerné par les mondanités de toutes formes. Bartissol ne chercha jamais à apparaître comme un homme cultivé ; il avait conscience de ses points faibles comme de ses atouts. Le théâtre, l’opéra, les salons, aucun de ces lieux de prédilection de la bourgeoisie et de l’aristocratie du xixe siècle ne trouvait grâce à ses yeux. Il ne fut pas plus sensible à d’autres formes de loisirs. Il ne sacrifiait jamais au rite du séjour estival dans quelque station thermale. L’existence dans les villes d’eaux où la vie s’alanguit au rythme des promenades, des excursions ou des soirées au casino, devait lui paraître bien fade. Pas davantage d’attirance chez lui pour la pratique sportive à laquelle la bourgeoisie s’éveille à la Belle Époque. Ni l’escrime ni même le rugby que les fils de bonnes familles de Toulouse ou Perpignan découvrent lors de leurs études à Paris. Ses seuls loisirs semblent s’être limités à la chasse et aux promenades à cheval, c’est-à-dire à des activités campagnardes – et encore s’agit-il le plus souvent d’invitations à visées professionnelles.

13Il convient maintenant d’apprécier la dynamique des multiples entreprises initiées par l’individu dont nous venons de présenter la trajectoire.

La mesure financière du groupe Bartissol

14Edmond Bartissol a mis en place un système financier original, à la fois juridiquement décentralisé et techniquement concentré. À partir de 1896, il fonde plusieurs sociétés anonymes couvrant chacune un pan de son activité : la Société de construction et la Société d’exploitation du port de Salonique, respectivement créées en 1896 et 1898, la Société hydroélectrique roussillonnaise créée en 1899, dont l’activité relève pour partie de la gestion immobilière, la Société des vins de Banyuls naturels fondée en 1904 et la Société anonyme du port de Pernambouc, en 1909. Parallèlement, certains de ses chantiers, tel le tunnel du transpyrénéen, sont réalisés en nom personnel. Le premier avantage que Bartissol voyait dans la formule juridique de la société anonyme tient à son essence même, c’est-à-dire à l’engagement des actionnaires jusqu’à concurrence du seul capital social. Le second avantage, probablement central dans son système, est la possibilité de négocier des actions lorsque le besoin de liquidités pour une autre affaire se fait pressant. Mais la destinée de la Société hydroélectrique roussillonnaise lui rappela que cette opération n’était pas sans risque.

15Dans ce système, les hommes comme les capitaux se doivent d’être polyvalents ; toutes ces sociétés sont donc gérées par un petit nombre d’individus, les hommes du groupe Bartissol. Si Jules Robert est administrateur de la Compagnie de Mozambique, il intervient également dans l’entreprise d’électricité, la gestion immobilière, et il est partie prenante dans les chantiers des ports de Salonique et de Recife. Julius Salomon est chef des travaux du transpyrénéen, directeur de la Société des vins de Banyuls naturels et grand ordonnateur de la vente des terrains de Perpignan pour le compte de la SHER. Les quatre sociétés anonymes ont leur siège au 7 rue La Fayette à Paris dans le quartier de l’Opéra, alors quartier des affaires par excellence. La rue Laffitte, celle du siège des affaires contrôlées par les Rothschild, est à deux pas. La concentration des activités en un même lieu et entre quelques mains présente, entre autres avantages, ceux de minimiser les frais de gestion et de bien cerner les agissements des collaborateurs.

  • 4 AD Hérault, 2 U1 224, cour d’appel de Montpellier. 2e Chambre civile, 2 mars 1905.

16Le schéma parisien est reproduit dans le Midi. À Perpignan, la Cité Bartissol est le QG des affaires roussillonnaises du groupe Bartissol. Ainsi, lorsque le directeur de la Cité Bartissol, Pellet, tombe en disgrâce, on apprend que ses fonctions consistaient à « gérer et administrer les immeubles de Perpignan, faire les locations, diriger les réparations et percevoir les loyers », ce qui est logique, mais aussi « recevoir les produits des propriétés rurales, faire les ventes de ces produits, en toucher les prix ainsi que les montants de la manufacture de papier à cigarettes4 ». Ainsi, les vins du Mas de la Tourre et du domaine de Cabanes mais peut-être aussi celui des propriétés jadis acquises par le frère aîné se vendaient depuis la Cité Bartissol entre une commande de papier à cigarettes et l’établissement d’un bail à un organisme professionnel souhaitant avoir pignon sur rue dans cet ensemble de prestige qu’est alors la Cité Bartissol. Pour mener de front autant d’activités diverses et géographiquement dispersées, le patron Bartissol devait impérativement s’entourer de personnes compétentes et utiliser the right man at the right place, comme disent les Anglo-Saxons. L’éclatement géographique des activités impose une gestion par délégation de pouvoir, laquelle repose sur la seule relation de confiance. Lorsque la confiance vient à manquer, il n’hésite pas à se séparer d’un collaborateur, quitte à devoir en payer le prix fort.

17À partir de 1900, Edmond Bartissol multiplie les sociétés anonymes mais, pour encadrer l’ensemble de ses activités, il ne créera jamais une société-mère, une holding. Cette option n’est pas neutre. Une telle structure aurait dû produire des comptes consolidés du groupe Bartissol. L’homme d’affaires n’y tenait guère puisque tout le système qu’il avait mis en place reposait sur une mobilisation permanente de ses actifs pour le financement de ses nouvelles opérations. Pour cela, il a recours à plusieurs montages financiers. Comme il réinvestit toujours ses bénéfices, il manque continuellement de liquidités. Il est donc contraint de fournir ses actifs en gage des sommes sollicitées auprès des banques. Nous avons vu comment la SHER paye à l’État le prix des remparts de Perpignan par le nantissement d’actions de la Société d’exploitation du port de Salonique. De même, aux yeux des banquiers ou des prêteurs occasionnels qui survivent à côté des grands établissements financiers, l’hypothèque de ses riches domaines agricoles constitue une garantie tangible. Même son joyau immobilier, le château de Fleury-Mérogis, sera grevé de plusieurs hypothèques.

  • 5 Pour l’agriculture, nous avons eu recours aux ratios proposés par Pech Rémy, Entreprise viticole et (...)

18Dans les tableaux suivants, nous avons réuni un certain nombre d’informations visant à livrer une image synthétique des activités professionnelles et du patrimoine tant financier qu’immobilier d’Edmond Bartissol. L’insuffisance des sources, l’extrême imbrication entre les diverses activités, la rotation rapide des actifs, le recours permanent au financement externe (actionnariat, emprunts), la présence constante d’hypothèques sur certains biens, la forte perméabilité de la frontière entre patrimoine personnel et actifs de sociétés se cumulent pour rendre l’exercice particulièrement périlleux. Nous avons dû opérer un certain nombre d’estimations en recourant à des informations partielles relatives au capital des sociétés concernées, ou, pour les exploitations agricoles, à des informations sur la production pondérées par un prix de marché et les taux de marge brute évalués par ailleurs pour des propriétés viticoles équivalentes5. L’évaluation du financement des chantiers de travaux publics présente encore d’autres difficultés tenant aux collaborations et contrats de sous-traitance avec d’autres entrepreneurs. Au total, les résultats obtenus ne peuvent évidemment pas être agrégés pour construire un compte de revenu ou un compte de patrimoine mais ils permettent de donner un panorama général des activités développées par Edmond Bartissol et ses associés.

Essai de synthèse du patrimoine et des activités professionnelles d’Edmond Bartissol

1) Activités industrielles

Intitulé des installations industrielles

Date de création

Montant
de la prise de participation

Date et montant de la vente
des actifs

Usine électrique thermique (Perpignan) et réseau de distribution

1888

300 000 francs

1911
750 000 francs

Usine de papier à cigarettes
Le Suez
(Perpignan)

1893

Non connue

1903
valeur transaction non connue

Usine hydroélectrique (Vinça) et ligne électrique

1899

350 000 francs

1911 valeur nulle

Société des vins de Banyuls naturels

1904

725 000 francs

1920
valeur non connue

Usine d’électrochimie (Perpignan)

1910

100 000 francs (estimation)

1911
50 000 francs (estimation)

2) Chantiers de travaux publics

Identification des chantiers

Date des travaux

Montant du marché (en francs courants)

Compagnie des chemins de fer de la Beira Alta (Portugal)

1879-1882

non connu

Ligne chemin de fer
Torres-Vedras /
Figuira da Foz
(Portugal)

1883-1887

non connu

Construction du port de Leixoès (Portugal)

1884-1892

25 MF

Station centrale métro de Lisbonne
(Portugal)

1886-1890

non connu

Ligne chemin de fer de Belém à Cascaes (Portugal)

1886-1890

non connu

Compagnie des chemins de fer Ouest-Espagne

1889-1896

50 MF payables en actions

Société ottomane d’exploitation du port de Salonique (Empire ottoman)

1896-1905

20 MF (estimation)

Portion du transpyrénéen
Ax-les-Thermes/Ripoll

1908-1913

7 MF (estimation)

Société de construction du port de Pernambouc (Brésil)

1908-1911

50,3 MF participation de
500 000 francs

3) Participations diverses à des sociétés

Sociétés

Montant et date de la prise de participation

date et montant de la vente des actifs

Société d’études des réservoirs et canaux d’arrosage du Roussillon

20 000 francs en 1883

vers 1885 valeur nulle

Mines de San Thiago (Portugal)
50 000 francs

50 000 francs (estimation) en 1877

non connus

Compagnie de Mozambique

1,2 MF entre 1884 et 1890 (estimation)

1904
1,5 MF (estimation)

Société nouvelle du canal de Panama

20 000 francs (estimation) (frais d’études)
en 1893-1894

sans rapport

4) Propriétés immobilières

Identification de la propriété

Date et montant de l’acquisition

Date et montant de la vente

Revenu annuel net moyen (francs 1900)

Immeuble avenue Bois-de-Boulogne, à Paris

900 000 francs (estimation) 1887

après 1920

nul (utilisation privée)

Cité Bartissol, à Perpignan

1887 acquisition :
124 100 francs
200 000 francs de travaux
(estimation)

estimée en 1905 à 800 000 francs vente après 1916

50 000 francs (estimation)

Immeuble de l’Alcazar, à Perpignan

76 580 francs en 1888

non connue (après 1910)

2 000 francs (estimation)

Bureaux 7 rue
La Fayette, à Paris

vers 1890 valeur non connue

après 1916

?

Cité Bartissol, à Fleury-Mérogis

construction vers
190 050 000 francs

50 000 francs (estimation)

pas de rapport

Activité immobilière de la SHER : vente de terrains
à Perpignan

1,3 MF (terrains) + 900 000 francs (coût dérasement des remparts)

1911
700 000 francs

perte
1 MF (estimation)

Compagnie immobilière et de régie de terrains à Salonique

création en 1905
1 MF (estimation)

non connus

non connus

Café du Square, à Perpignan

construction 1909
50 000 francs
(estimation)

vente en 1911
75 000 francs

Hôtel des postes de Perpignan

construction 1909
100 000 francs (estimation)

vente en 1911
175 000 francs

10 000 francs

5) Propriétés agricoles

Identification de la propriété

Date et montant de l’acquisition

Date et montant de la vente

Revenu annuel net moyen (francs 1900)

Mas Durand (devenu Mas
Bartissol), Canet (P-O)

55 000 francs en 1874 et 1879

185 000 francs en 1883

10 000 francs (estimation)

Domaine de Pinheiro (Portugal)

1 500 000 francs en 1885 (estimation)

non connus

non connus

Domaine de Cabanne, à Saint-Génis-des-Fontaines (P-O)

300 100 francs en 1887

non connus

25 000 francs (estimation)

Domaine de Fleury-Mérogis (Seine-et-Oise)

1 200 000 francs en 1888

1 400 000 francs en 1921

fermage
18 000 francs

Domaine à Maureillas (P-O)

92 000 francs en 1891

non connus

10 000 francs (estimation)

Mas de la Tourre, à Saint-Laurent-de-la-Salanque (P-O)

150 000 francs en 1895

non connus

20 000 francs (estimation)

Château de Ventenac (Aude)

600 000 francs en 1904 (estimation)

700 000 francs en 1909 (estimation)

25 000 francs (estimation)

Domaine de Sériège, à Cruzy (Hérault)

550 000 francs en 1905

880 000 France en 1910

25 000 francs (estimation)

L’impossible ambition dynastique

19De cette vie « bien pleine », le plus remarquable est peut-être la relation complexe entre l’homme et son milieu d’origine. Assurément, la vie privée et la vie professionnelle d’Edmond Bartissol ont marqué une rupture avec ses origines sociales. Pourtant, cette rupture obéit à une logique de la dynamique familiale. Pendant des siècles, les Bartissol se mariaient dans le village même, reprenaient la petite entreprise de maçonnerie, les quelques vignes ou le troupeau de leur père et ainsi se reproduisait un ordre qui semblait immuable. Avec l’exploitation des plâtrières et surtout avec la richesse engendrée par la monoculture viticole, cet équilibre ancestral allait être rompu. Les itinéraires de l’oncle Charles et du frère aîné, Jean, puis celui d’Edmond comme celui du cousin Charles vont s’inscrire en rupture avec ce passé familial. L’enfance d’Edmond parmi les maçons et plâtriers de Portel-des-Corbières fut incontestablement le ferment de cette vie d’entrepreneur. Devenir maçon, entrepreneur, bâtisseur comme tous les membres de sa famille mais à une dimension qu’aucun de ses ancêtres n’aurait envisager, tel fut probablement le rêve que voulait assouvir le jeune Edmond.

  • 6 D. Barjot, « Apprentissage et transmission du savoir-faire ouvrier dans le BTP aux xixe et xxe sièc (...)
  • 7 Cf. notamment Chadeau Emmanuel, L’Économie du risque. Les entrepreneurs (1850-1980), Olivier Orban, (...)

20À toutes les étapes de sa vie professionnelle, Edmond associera des membres de sa famille et de son village natal : son frère Jean, ses neveux Jules Robert, Louis Caubet et Léon Jaubert, ses cousins Charles Bartissol et Éloi Molinier, et même plusieurs de ses nièces. À ce titre, la parentèle Bartissol est révélatrice des trajectoires familiales reposant sur une activité économique. Comme pour un certain nombre de familles de maçons de la Creuse, les plâtrières avaient constitué une « culture d’entreprise locale » qui allait trouver des prolongements bien au delà de son territoire, dans le monde de la grande entreprise de travaux publics. Dominique Barjot cite certaines de ces familles telles les Ballot, les Chagnaud et surtout les Fougerolles qui virent se succéder trois générations de tailleurs de pierre, puis deux de maçons avant de trouver leur aboutissement avec cinq générations d’entrepreneurs de travaux publics6. La famille Bartissol ne s’inscrit qu’imparfaitement dans ce phénomène de dynastie d’entreprise analysé notamment par Emmanuel Chadeau dans son Économie du risque7 puisque la succession d’Edmond Bartissol marque en quelque sorte la fin du système Bartissol et le déclin de la dynastie.

  • 8 CA de la SHER du 24 novembre 1917.

21Edmond avait pourtant pris soin d’organiser l’après-Bartissol. N’ayant pas d’enfants légitimes, en l’absence de dispositions testamentaires, les biens d’Edmond Bartissol auraient échu à l’ensemble de ses neveux, au nombre respectable de onze. Par testament du 16 février 1914, il faisait de sa nièce Marguerite, la femme de Jules Robert, sa légataire universelle. Jules Robert sera confronté à la gestion d’un héritage envié mais hétérogène et parfois encombrant. Faute de pouvoir accéder aux actes notariés et aux états de succession de moins de cent ans, nous ne sommes pas en mesure d’évaluer le montant de la succession Bartissol. Néanmoins, assurément, l’ensemble est important, de l’ordre de plusieurs millions de francs valeur 1914. Nous avons vu combien Bartissol excellait dans l’art de faire « tourner » ses capitaux et, assurément, si l’actif était attrayant, Robert et son épouse durent assumer un passif dont ils ne soupçonnaient pas toute l’existence, d’autant que la vie privée « complexe » du défunt vint compliquer encore les données du problème. En dépit de ces incertitudes qui ne permettent pas d’appréhender totalement la situation financière que Jules Robert est appelé à gérer, certains indices laissent entrevoir les difficultés auxquelles ce dernier devra faire face. Ainsi, il fait part à ses collègues du conseil d’administration de la SHER des raisons qui amènent « la succession de Monsieur Bartissol à faire vendre par les tribunaux le moulin de Rodès », moulin que finalement cette société rachètera en 1920 en même temps que l’usine d’électrochimie8.

  • 9 Jugement du tribunal civil de la Seine, 2e Chambre, 27 avril 1918.
  • 10 Ibid, et transaction du 13 mars 1920.

22Le patrimoine Bartissol était aussi considérable que diversifié. Pour cet ultime inventaire, il est pratique de séparer les biens fonciers des outils industriels. Le domaine de Fleury-Mérogis est vendu dès 1921 pour 1,4 million de francs. Considérant que les prix de détail ont été, en France, environ multipliés par quatre pendant la Première Guerre mondiale, cette somme témoigne d’une nette dépréciation du capital foncier puisque le domaine avait été acheté 1,2 million de francs-or en 1888. La vente nécessite au préalable de finir d’acquitter le prix d’achat et la levée de l’hypothèque grevant le domaine. Les Robert se trouvent aux prises avec une dame faisant valoir un autre testament de Bartissol, lequel testament lègue le domaine de Fleury-Mérogis à ses deux enfants mineurs dont les prénoms sont lourds de sens : Edmond et Marguerite. Les tribunaux sont appelés à trancher le différend ; le procès en première instance déboute les intrus en « prononçant la nullité des legs particuliers tant mobiliers qu’immobiliers faits aux mineurs9... » Mais, peu avant que la Cour examine l’appel de la plaignante, les époux Robert optent pour une transaction ; ils accordent 400 000 francs à ces deux enfants moyennant le désistement de l’appel et donc de leur prétention sur Fleury-Mérogis10. Cette initiative vaut reconnaissance, pour le moins, à ces deux enfants de droits moraux sur la succession Bartissol. La plupart des autres domaines – Pinheiro au Portugal, le Mas Cabanne et Maureillas dans les Albères – sont vendus. Les Robert garderont uniquement le Mas de la Tourre à Saint-Laurent-de-la-Salanque. L’empire viticole de Bartissol avait vécu.

  • 11 AD Aude, 6 U1 234.
  • 12 Annuaire Desfossés, 1964, p. 1048.

23Si le patrimoine foncier est pratiquement liquidé, le patrimoine industriel se réduit également comme peau de chagrin. Robert assurera jusqu’à son décès en 1938 la présidence du conseil d’administration de la SHER. Mais on sait que depuis 1911 le pouvoir réel est détenu par Joaquim Estrade. En dépit de sa fonction, le plus souvent Robert ne juge même pas utile de se déplacer pour les séances du conseil d’administration. La Société des vins de Banyuls naturels sort très rapidement de l’orbite du groupe Bartissol11. Jules Robert en assure la présidence jusqu’en 1920, date à laquelle les actions des héritiers Bartissol sont converties en parts de fondateurs : ceux-ci recevront 40 % des bénéfices de l’entreprise mais abandonnent toute participation à la direction de la société. Il ne restait aux héritiers qu’à négocier ces parts de fondateurs auprès des actionnaires et nouveaux patrons. Seule la Société d’exploitation du port de Salonique semble rester dans le giron familial. Sous la dénomination de Société franco-hellénique du port de Salonique, elle va perdurer jusqu’en 1960, date à laquelle elle est liquidée12. Les administrateurs sont alors les trois gendres de Jules Robert, à savoir Jacques Violet, René Patrouix et Louis Bergé. Au temps de l’entrepreneur succédait celui des rentiers.

  • 13 Sur Jacques Violet, cf. Temerson Henri, Biographies des principales personnalités françaises décédé (...)

24Dans ce contexte de déprise, seules les alliances sont à même de préserver un rang social honorable. Le mariage des trois filles Robert est un acte majeur sinon déterminant. En 1918, l’aînée, Amédine, épouse à Thuir un militaire natif du Finistère, Louis Bergé, fils d’entrepreneur. La cadette, Marie-Thérèse, épouse René Patrouix dont le père était déjà partie prenante dans la Société hydroélectrique roussillonnaise. Mais le mariage le plus prestigieux sera le fait de la benjamine. Le 27 octobre 1924, Juliette Robert, petite-nièce d’Edmond Bartissol, épouse Jacques Violet, patron, avec sa sœur Simone, de la maison d’apéritif Byrrh, alors une des toutes premières affaires françaises de commerce alimentaire. Le couple réside au 17 de la rue du Bois-de-Boulogne et va tous les étés en villégiature à la superbe villa Palalda, de Thuir13. En rupture avec l’austérité de ses ascendants, Jacques Violet mène grande vie et modèle l’entreprise et la marque Byrrh à son image : fastueuse et mégalomane. Ces alliances témoignent que les héritiers Bartissol sont loin d’avoir rompu les liens avec le Roussillon, mais désormais le point de chute de la famille est à Thuir, chez les Violet.

25Quant à Charles Bartissol, il s’était établi à Biarritz pendant la Première Guerre mondiale. En collaboration avec l’ancien chef de travaux d’Edmond, Julius Salomon, il a créé une entreprise de travaux publics, entreprise qui, dans cette ville, réalisa notamment le pont sur la Négresse. Dans l’entre-deux-guerres, l’entreprise, désormais implantée au Boucau, se réorientera dans la production de ciment sous la direction du fils de Charles, Raoul Bartissol (1887-1974). Ce dernier deviendra également commissaire des régions dévastées et effectuera d’autres chantiers, telle la construction de l’usine de savon Lechat à Hienville en Normandie. Dans les années vingt, Julius Salomon créera une autre entreprise de travaux publics à Bordeaux où il finira ses jours.

26Cette évolution vers le déclin de la dynastie professionnelle, une génération seulement après qu’Edmond l’eut portée au plus haut, était-elle inéluctable ? La nature même du patrimoine industriel d’Edmond Bartissol ne se prêtait guère à la continuation de son activité. Contrairement à une usine, l’entreprise de travaux publics est sans matérialité, sans lieu pérenne : elle n’existe que par chacun de ses marchés. La référence à une marque, la garantie de qualité sur laquelle a reposé la longévité de certaines entreprises industrielles ne jouent pas un rôle déterminant dans le secteur. Malgré cela, le milieu des entrepreneurs français de travaux publics présente de nombreux cas où la dynastie professionnelle se pérennise après avoir atteint une dimension internationale. Mais ici priment la capacité d’innovation, les gains de productivité, le niveau des prix dans les appels d’offres ou encore les relations nouées avec le personnel politique et administratif. Rien n’est donc jamais assuré, toute la dynamique de l’entreprise générale peut être remise en cause par la rentabilité médiocre d’un seul marché. Les successeurs d’Edmond n’ont probablement pas fait preuve des mêmes aptitudes à l’innovation, à l’entregent indispensable pour la recherche de collaborations.

* *
*

27Au terme de notre ouvrage, nous devons nous interroger sur la validité de notre démarche, à savoir analyser simultanément le parcours d’un entrepreneur autodidacte et l’évolution de ses différentes entreprises. Nous avons le sentiment que par ses apports d’ordre qualitatif, l’approche biographique est un détour indispensable à un développement de la prosopographie économique. Plus largement, la biographie des acteurs économiques contribue à enrichir la recherche historique sur la société française au cours du grand xixe siècle en illustrant, en confortant, en nuançant les tendances révélées par les travaux d’Adeline Daumard sur la structuration et le comportement de la bourgeoisie ou plus récemment de Jacques Dupaquier et son équipe, sur la base de l’enquête des 3 000 familles. L’approche monographique apparaît tout aussi fructueuse pour l’histoire d’entreprises lorsque le chercheur n’est pas confronté à une entreprise univoque mais à une nébuleuse dont chaque composante est tout à la fois indépendante et intimement rattachée à un ensemble instable et indéfini. Enfin, par ce travail, nous espérons avoir apporté une réponse, certes modeste mais claire, à la question que posait Hubert Bonin : oui, lorsqu’elle résiste aux démons de l’hagiographie et de l’empathie, lorsqu’elle s’efforce de situer chaque événement d’ordre personnel par rapport à un ensemble économique et social, alors la biographie est utile à l’histoire économique.

Notes

1 Charle Christophe, Les Élites de la République (1880-1900), Fayard, 1987, p. 166.

2 L’un des ouvrages les plus connus est probablement le livre de Leroy-Beaulieu Paul, L’Art de placer et gérer sa fortune, Paris, Delagrave, 1906, 345 p.

3 Charle Christophe, op. cit., p. 166.

4 AD Hérault, 2 U1 224, cour d’appel de Montpellier. 2e Chambre civile, 2 mars 1905.

5 Pour l’agriculture, nous avons eu recours aux ratios proposés par Pech Rémy, Entreprise viticole et capitalisme en Languedoc-Roussillon, op. cit., pp. 177-184.

6 D. Barjot, « Apprentissage et transmission du savoir-faire ouvrier dans le BTP aux xixe et xxe siècles », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 40/3, juillet-septembre 1993, pp. 484-485.

7 Cf. notamment Chadeau Emmanuel, L’Économie du risque. Les entrepreneurs (1850-1980), Olivier Orban, 1988, 327 p.

8 CA de la SHER du 24 novembre 1917.

9 Jugement du tribunal civil de la Seine, 2e Chambre, 27 avril 1918.

10 Ibid, et transaction du 13 mars 1920.

11 AD Aude, 6 U1 234.

12 Annuaire Desfossés, 1964, p. 1048.

13 Sur Jacques Violet, cf. Temerson Henri, Biographies des principales personnalités françaises décédées au cours de l’année 1963, Imprimerie centrale de l’Ouest, La Roche-sur-Yon, 1968, pp. 281-282.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search