Version classiqueVersion mobile

Edmond Bartissol (1841-1916)

 | 
Jean-Louis Escudier

Cinquième partie. Les limites du système Bartissol

Chapitre XIV. Une crise de croissance non résolue

Texte intégral

  • 1 JO, Chambre des députés, débats, séance du 11 juin 1906, p. 1457, et Chambre des députés, annexe n° (...)
  • 2 Chambre des députés, séance du 3 février 1910. p. 569, et Documents parlementaires, annexe n° 3054, (...)

1Durant les années 1906-1910, le député Bartissol est plus discret que jamais à la Chambre. Certes, en 1909, conjointement avec deux autres députés de son département, il dépose une proposition de loi tendant à attribuer une aide de 500 000 francs aux agriculteurs des Pyrénées-Orientales victimes de la grêle et de la gelée. Mais depuis quelques années c’est Emmanuel Brousse qui gère le dossier viticole départemental et, à n’en pas douter, l’action de Bartissol sur ce dossier se limita à l’apposition de son paraphe1. Plus personnelle est son ultime démarche parlementaire. On y retrouve son goût pour la démesure et les projets pharaoniques. Le 3 février 1910, soit quelques semaines avant la fin de la législature, il dépose une proposition de loi visant à réaliser un canal de dérivation de la Seine à Paris. La réalisation d’un tel ouvrage serait, à ses yeux, le seul moyen d’éviter le retour d’inondations catastrophiques telles que la capitale vient d’en subir en ce début d’année 1910 : une Seine qui atteint un niveau de 8 mètres, des arrondissements entiers sous les eaux, plus de 200 000 sinistrés ! D’une longueur de 9 kilomètres, dont la moitié en tunnel, ce canal utiliserait les terrains des anciennes fortifications. Certes, de son propre aveu, la dépense serait un peu forte : 90 millions de francs-or ! Mais, comme toujours, Bartissol met en avant les avantages commerciaux d’une telle infrastructure. Il propose de déduire de cette dépense la valeur des terrains non utilisés et alors occupés par les fortifications. Enfin, le service de navigation de la Seine pourrait faire transiter par ce canal toutes les marchandises qui ne sont pas destinées à Paris2. Renvoyée à la Commission des travaux publics, des chemins de fer et des voies de communication, cette proposition n’aura pas de suite et, après bien d’autres projets, l’option de barrages écrêteurs de crues sera finalement retenue dans les années trente. Décidément, Paris n’est pas Perpignan !

Le port de Recife ou le principe de Peter3 ?

  • 3 D’après l’ouvrage de Peter Laurence et Hull Raymond, Le Principe de Peter ou pourquoi tout va toujo (...)
  • 4 Cité par Perruci Gadiel, Le Pernambouc (1889-1930), contribution à l’histoire quantitative du Brési (...)

2Au cours de l’année 1908, parallèlement au chantier du chemin de fer transpyrénéen, Bartissol négocie un gros marché, celui des travaux d’amélioration du port de Recife au Brésil. L’appel d’offres émane du gouvernement fédéral brésilien lui-même. Une sévère concurrence va mettre au prise quatre constructeurs. Outre l’entreprise Bartissol, sont sur les rangs l’anglais Walker, constructeur du port de Rio de Janeiro, le groupe américain Pearson, constructeur du port de Belém, et le groupe Hersent, qui vient de construire le port de Rosario en Argentine. La firme Hersent s’est, depuis les années 1880, spécialisée dans le génie portuaire et elle est mondialement reconnue. Georges et Jean-Baptiste Hersent peuvent également compter sur le soutien de plusieurs banques influentes : l’Union parisienne, la Banque de Paris et des Pays-Bas, Schneider et Cie... Au sein de ce carré d’as, Bartissol est donc le seul à ne pas pouvoir se prévaloir de la moindre réalisation en Amérique latine. Ses chantiers portuaires – Porto et Salonique – sont ici des références lointaines. Mais il a la sagesse de s’associer avec le député brésilien Dimetrio Nunes Ribeiro, ancien ministre d’État chargé des travaux publics. Qui plus est en s’engageant à exécuter les travaux contre le paiement de 32 milliards de reis, soit 50,3 millions de francs, il offre les conditions financières les plus avantageuses. En bon commercial, il propose également une formule de paiement en titres au pair pour 52,3 millions de francs ou encore l’option dans laquelle il prend en charge les opérations financières (57,8 millions de francs)4.

  • 5 Archives du ministère des Affaires étrangères, Correspondance commerciale et politique, Nouvelle sé (...)

3Finalement, Bartissol rencontrera l’opposition la plus résolue de la part des promoteurs de l’autre projet français. Alors que l’adjudication se discute, le groupe Hersent déclenche à Rio une campagne de presse contre Bartissol. Celui-ci ne se laisse pas impressionner et fait jouer ses relations. Le 22 avril 1908, il écrit à Clemenceau, alors président du Conseil, pour lui demander son appui5. Clemenceau est-il intervenu ? Nous n’en savons rien. Qu’il ait assuré la représentation diplomatique de son soutien à son ami Bartissol n’est pas exclu mais les milieux bancaires avaient-ils, pour autant, de bonnes raisons d’être sensibles aux arguments du politicien radical ? Quoi qu’il en soit, en dépit des manœuvres de ses concurrents, manœuvres que Bartissol juge « aussi déloyales qu’antipatriotiques », Hersent, Pearson et Walker sont renvoyés à leurs chères études. En juin, le gouvernement brésilien accepte officiellement la proposition Bartissol/Ribeiro et, le 4 août 1908, les deux hommes, ou leurs représentants, signent à Rio le contrat avec le gouvernement brésilien.

  • 6 Convention en date du 9 juin 1908, AN, 89 AQ 1509.
  • 7 Contrat passé entre le gouvernement du Brésil et MM. Edmond Bartissol et Demetrio Nunes Ribeiro pou (...)

4Les travaux que Bartissol et Ribeiro s’engagent à accomplir à Recife sont considérables : un brise-lames de 1150 mètres avançant dans la mer jusqu’à la profondeur de 9 mètres, un môle de blocs jetés de 800 mètres, différents quais d’amarrage, de chargement et de déchargement pour une longueur totale de plus de 2 kilomètres, le dragage du port pour porter sa profondeur jusqu’à 9 mètres, la construction de magasins pour entrepôt et de docks entièrement aménagés et enfin l’équipement complet du port avec ses grues, voies ferrées, chaussées et installations électriques. Il s’agit donc de la fourniture d’une infrastructure portuaire « clefs en mains ». Seules la fourniture et la pose des constructions métalliques et de l’outillage du port sont réservées à la Compagnie de travaux Dyle et Bacalan, laquelle interviendra en quelque sorte comme sous-traitante de Bartissol et Ribeiro6. Le texte du contrat est extrêmement précis quant à la nature du contrôle des agents de l’État, aux aspects techniques et aux types de matériau préconisés7. Le couronnement du brise-lames se fera par des blocs posés au moyen du Titan, cette grue géante utilisée pour la réalisation du port de Leixoès vingt cinq ans auparavant. En outre, les entrepreneurs s’engagent à recourir de préférence aux autochtones, dans une proportion d’au moins deux tiers des salariés.

  • 8 Dans le dossier établi pour l’obtention du titre d’officier de la Légion d’honneur, Edmond Bartisso (...)
  • 9 Contrat passé entre le gouvernement du Brésil et MM. Edmond Bartissol et Demetrio Nunes Ribeiro pou (...)
  • 10 Société anonyme du port de Pernambuco, statuts, p. 13, article 17.
  • 11 CA de la SHER du 11 juillet 1908. Jules Robert demande un congé en tant qu’administrateur de la SHE (...)

5Le montage financier adopté est relativement courant pour des chantiers de ce type dans les pays peu industrialisés. Le montant prévisionnel des travaux est de 53,5 milliards de reis payables en titres de la dette publique brésilienne amortissables sur cinquante ans. Ces titres d’une valeur nominale de 500 francs seront reçus au pair et rapporteront un intérêt de 5 % par an8. Les fonds vont être sollicités sur les places internationales. La Banque française pour le commerce et l’industrie chargée de l’opération doit émettre 85 000 titres de 500 francs portant un intérêt de 12,50 francs par semestre. Actions et obligations seront admises à la cote officielle des Bourses de Rio de Janeiro, Paris, Londres, Bruxelles, Amsterdam et Hambourg9. Bartissol prend l’engagement de s’occuper pendant six ans de la direction des travaux et de l’organisation de la marche de tous les services. En contrepartie, il recevra les deux cinquièmes des 25 % des bénéfices attribués au conseil d’administration10. Bartissol n’ira pas lui-même superviser le chantier au Brésil. Son âge, sa fonction de député et les difficultés de ses entreprises sises sur le territoire français justifient plus que jamais sa présence en France. D’août 1908 jusqu’au printemps 1910, c’est donc Jules Robert qui, en son nom, suivra sur place ces lointaines affaires11.

6Le marché enlevé, il faut mobiliser les fonds nécessaires à cette réalisation et là n’est pas le plus simple. C’est seulement le 2 février 1909 qu’est constituée la Société anonyme du port de Pernambouc. Le siège social sera installé à Paris, au 7 rue La Fayette, évidemment. Le capital de 5 millions de francs divisé en 10 000 actions de 500 francs est avancé par la Banque française, le Crédit mobilier, la Société française industrielle d’Extrême-Orient, la Compagnie Dyle et Bacalan, qui participent pour 1 million chacun, et par Bartissol et Ribeiro qui apportent chacun 500 000 francs. Il semble qu’Edmond Bartissol éprouve alors des difficultés à mettre en œuvre ce projet portuaire. Très rapidement, il perd le contrôle de la Société anonyme du port de Pernambouc. À Paris, le siège social quitte le 7 rue La Fayette pour le 47 rue Laffitte. En janvier 1910, le président de la société est Jacques de Lapisse, président du Crédit mobilier français. Bartissol ne siège même plus au conseil d’administration. Outre Jacques de Lapisse, ce conseil comprend Dimetrio Ribeiro qui, pour sa part, garde donc une certaine influence, Georges Dubail administrateur de Dyle et Bacalan, et H. Legru.

  • 12 AN, 89 AQ 1509.

7Ce montage financier va se traduire immédiatement sur le terrain. En effet, par contrat passé le 19 janvier 1910, la Société anonyme du port de Pernambouc charge la Société de construction des Batignolles des frères Gouin d’organiser et de réaliser l’exécution des travaux12. Voilà donc le grand négociateur Bartissol obtenant un marché important pour le compte de sa propre société contraint d’en confier la réalisation à une des plus grandes entreprises françaises de travaux publics de l’époque. Intervenant alors même que le chantier n’a pas encore commencé, cette passation de pouvoirs ne peut être mise sur le compte de blocages techniques. Au contraire, elle apparaît comme une conséquence directe de l’insuffisante « surface financière » de Bartissol. Puisqu’ils sont seuls à même de mobiliser les fonds indispensables, les financiers décident et choisissent leurs entrepreneurs.

  • 13 Contrats selon décret du 6 mars 1918 et accord du 22 mai 1919 (AN, 89 AQ 1513).
  • 14 Cf. Burnel Anne, La Société de construction des Batignolles de 1914 à 1939. Histoire d’un déclin, G (...)

8Ce chantier de Recife ne sera pas une sinécure pour la Société des Batignolles. Sous la responsabilité de l’ingénieur-conseil Adolphe Guérard, il mobilisera 3 000 personnes pendant plusieurs années. Le délai de six ans fixé pour la construction de l’ensemble des infrastructures ne pourra être tenu. Les travaux étaient bien avancés en juin 1914 mais le déclenchement de la guerre, la pénurie de personnel, en grande partie mobilisé, et surtout la crise financière majeure qui affecte le Brésil en cette année 1914 entraîneront la suspension du chantier. Le service de la dette brésilienne est interrompu et par là même le dispositif de financement du chantier du port de Recife. L’ensemble des infrastructures portuaires ne sera livré qu’au cours de l’année 1919. La société de construction du port s’en voit confier l’exploitation en 1917 mais le gouvernement brésilien reprendra le contrôle définitif du port en 192213. Cette exploitation se révéla d’ailleurs bien moins rentable pour la Société des Batignolles que ne l’espéraient ses dirigeants. Le gouvernement ne paya intégralement sa dette envers la Société anonyme du port de Pernambouc et la Société des Batignolles qu’en 1932 et, comme le change du milreis en franc subissait alors une forte baisse, ces fonds durent être réinvestis sur place14.

9Avec Recife, Bartissol avait emporté le plus gros marché de toute sa carrière. C’est donc tout à fait logiquement qu’apparaissent à cette occasion les insuffisances des structures d’entreprise élaborées depuis une trentaine d’années par l’homme d’affaires. Le temps des chantiers lancés avec très peu de capitaux, comme cela pouvait se faire sous le Second Empire ou dans les années 1880, est désormais révolu et l’efficacité du système Bartissol trouve ses limites. Est-il abusif d’avancer qu’à Recife, Bartissol avait peut-être atteint son degré d’incompétence ? Certes, il ne s’agit pas d’incompétence technique, Bartissol ayant toujours veillé à s’attacher les services d’ingénieurs de qualité mais d’incompétence ou plutôt d’incapacité en matière de haute finance. Ce retournement de tendance ne se cantonne pas aux activités internationales mais affecte aussi ces entreprises localisées en France.

Un président sans pouvoir

  • 15 Poutensan P., op. cit., p. 443.
  • 16 CA de la SHER du 4 février et 3 juin 1908.
  • 17 SHER, AG extraordinaire du 20 mai 1908.
  • 18 Bulletin annexe au JO. Insertions obligatoires à la charge des sociétés, 1909, p. 410.
  • 19 CA de la SHER du 3 juin 1908.
  • 20 SHER, AG ordinaire du 19 mai 1909 et CA du 6 juin 1908. Cf. aussi délibérations du conseil municipa (...)
  • 21 SHER, AG ordinaire du 19 mai 1909.

10La dynamique du succès qui avait caractérisé l’action d’Edmond Bartissol en Roussillon est stoppée. Après les débuts prometteurs des années 1905-1906, la revente des terrains libérés par la destruction des remparts de Perpignan ne va pas être aussi aisée qu’il le semblait a priori15. Les terrains vendus en 1907 et 1908 se négocient encore à 40 ou 50 francs le mètre carré mais les acheteurs se font plus rares16. Les liquidités manquent d’autant que la ville de Perpignan a pris une inscription hypothécaire sur l’ensemble du terrain acquis par la Société hydroélectrique roussillonnaise. Pour régler les affaires courantes, Bartissol est alors prêt à tous les expédients. Un nouvel emprunt obligataire est lancé : 3 000 obligations de 500 francs pour un montant de 1,5 million de francs17. Parallèlement, la SHER décide de vendre une partie de ses terrains à la Société d’opérations immobilières grenobloise-toulousaine. Cette société initiée en 1897 par quatre entrepreneurs de travaux publics avait jusqu’alors cantonné son action à la revente de terrains à bâtir à Toulouse18. Pour la cause, le fidèle Salomon endosse les habits d’agent immobilier et opère la transaction19. Tous les terrains compris entre la porte Saint-Martin et la Pépinière, soit 58 502 mètres carrés, sont cédés à la Société d’opérations immobilières moyennant 900 000 francs, soit 16 francs le mètre carré20. La direction de la SHER tente de présenter la transaction comme une bonne opération : « La surface des terrains appartenant à la SHER était au 31 décembre 1908 de 93 147 mètres carrés et revenait à une dépense de 1 278 000 francs, soit 13,72 francs le mètre carré. Si les ventes continuaient au même prix dans la même zone, il suffirait de vendre 33 141 mètres carrés pour liquider le passif de la section remparts21. » Mais qui peut être dupe ? Un tiers du capital immobilier de la société vient d’être bradé à un concurrent dont l’activité entravera la vente des terrains encore disponibles !

  • 22 Cité par Poutensan P., op. cit., p. 442.
  • 23 SHER, AG ordinaire du 24 juin 1910.

11Sur l’ensemble de l’année 1909, la S.H.E.R n’arrive à vendre que 1 030 mètres carrés pour la somme de 41 374 francs. La succursale de la Banque de France estime qu’il y a « peu de preneurs pour les emplacements libérés car on trouve les prix trop élevés [...] cette affaire paraît peu rémunératrice22 ». Le début de l’année 1910 est légèrement meilleur mais les ventes restent modestes : 2 541 mètres carrés au 18 mai pour 103 275 francs. La SHER le reconnaît sans peine : « nos ventes de terrains n’ont pas atteint cette année un chiffre bien élevé ; cela tient toujours à la crise viticole qui n’est pas encore terminée et aussi à ce que la Société d’opérations immobilières cherche de son côté à retenir les acquéreurs23 ». Comme il était prévisible, le providentiel intermédiaire se transformait en un redoutable concurrent sur le marché immobilier local.

  • 24 M. Edmond Bartissol. Notes biographiques, L’Indépendant des Pyrénées-Orientales, 18 août 1916.
  • 25 SHER, rapport du CA à AG ordinaire du 24 juin 1910.
  • 26 CA de la SHER du 4 octobre 1911.
  • 27 SHER, rapport du CA à AG ordinaire du 24 juin 1910.
  • 28 L’Indépendant des Pyrénées-Orientales du 16 octobre 1905, cité par Frenay Etienne, Thermalisme en R (...)
  • 29 Délibérations du conseil municipal de Perpignan.

12La ville ne se hâte guère pour assurer l’aménagement des voies publiques à sa charge. Les éventuels marchés qui pourraient échoir à l’entrepreneur de travaux publics Bartissol semblent de plus en plus incertains. Impatient, Edmond Bartissol prend les devants en édifiant des infrastructures stratégiques susceptibles d’encourager la dynamique immobilière que la seule destruction des remparts s’avère incapable de susciter. En 1908, sur l’un de ses terrains, à deux pas du Castillet, la SHER entreprend la construction d’un immeuble destiné à abriter le nouvel hôtel des postes24. Edmond Bartissol explicite sa stratégie : « cet immeuble, construit par nous au milieu de nos terrains, créera un courant d’activité susceptible de déplacer le centre des affaires de l’ancienne ville et de nous amener par conséquent des acquéreurs25 ». Moyennant un loyer annuel de 10 000 francs, les services des Postes et Télégraphes commencent à fonctionner dans ce nouveau bâtiment le 11 septembre 191026. L’édification d’un café champêtre en face du square des Platanes relève de la même analyse de promotion immobilière : « cet établissement aura l’avantage d’amener du monde sur nos terrains et animera par conséquent ce quartier27 ». Mais l’entrepreneur voit plus grand. Sur une partie des terrains libérés, face au square des Platanes, il envisage la construction d’un bâtiment thermal de grand luxe ; une canalisation y conduirait les eaux de la Preste, station du Haut-Vallespir, distante de Perpignan de 70 kilomètres ! Doté d’un sens inné de la communication, il sait à merveille utiliser les médias pour faire connaître et accepter ses projets. En octobre 1905, Bartissol s’adresse aux journalistes locaux en ces termes : « J’avais promis au Conseil municipal de Perpignan de travailler à assurer la prospérité de Perpignan en activant la construction d’une nouvelle ville sur les terrains de la fortification. Je me suis préoccupé de cette question et croyez que ce n’était pas tâche facile que d’attirer des capitaux dans une région où règne malheureusement la misère par suite de la mévente des vins. Par bonheur, j’étais en relation avec des hommes sérieux, ayant fait leurs preuves, qui ont bien voulu m’accorder leur concours28. » Mais ses talents de communicateur ne suffiront pas à faire sortir des cartons cet ambitieux projet. Il ne lui restait plus qu’à regretter une fois de plus l’incompréhension de ses contemporains29.

  • 30 Reflets du Roussillon, n° 71, automne 1970, p. 21.
  • 31 Ibid., p. 20.
  • 32 Délibérations du conseil municipal de Perpignan, 11 février, 1er juillet 1910 et 17 mai 1911.

13Comme l’homme ne manque pas d’idées, il va faire feu de tout bois. Bartissol avait commencé à acquérir des terrains à Perpignan dès la fin des années 1870 tant et si bien qu’il était au tournant du siècle « propriétaire de la plupart des terrains et immeubles du quartier des Variétés30 ». Au début 1907, l’Alcazar, qu’il avait mis en gérance, cesse son activité de café-concert, victime d’une mauvaise gestion et de trop lourdes charges tout autant que de la crise de l’économie viticole. Dès septembre suivant, moyennant 5 000 francs par an, ses locaux sont loués à la société musicale « La Lyre perpignanaise31 ». En ce début de xxe siècle, le cinéma est encore une activité confidentielle, faisant figure de simple curiosité, souvent annexée aux représentations théâtrales ou musicales. La salle de La Lyre perpignanaise va accueillir courant 1908 plusieurs cinémas ambulants. Mais, déjà, cette distraction conquiert un public de plus en plus large. Lorsque, en 1910, les représentants de la société du chocolat Poulain chercheront une salle pour créer un véritable cinéma permanent, ils remarqueront l’ancien Alcazar. C’est ainsi que le 25 mars 1911 le premier cinéma sédentaire de Perpignan ouvre ses portes dans un bâtiment de Bartissol. Pour autant, gardons-nous de voir en lui un mécène ou un pionnier du septième art ! Toutes les opérations susceptibles d’apporter de l’argent frais, y compris les plus prosaïques, sont alors les bienvenues. Ainsi, cette même année 1911, lorsque la municipalité recherche un nouvel emplacement pour les abattoirs dont les nuisances commencent à émouvoir les riverains, l’homme d’affaires s’empresse de proposer son terrain de l’Alcazar, entre Têt et Basse. Il s’attache le soutien de la corporation des bouchers, s’efforce de médiatiser le projet mais, en dépit de cette agitation, la transaction n’aboutira pas32.

14Dans ce contexte financièrement difficile, la SHER va se rapprocher de la Société méridionale de transport de force (SMTF) dont l’activité était jusqu’alors cantonnée au département voisin de l’Aude. Le patron de la SMTF est Joachim Estrade. Pour être bien différent de celui de Bartissol, le parcours d’Estrade n’en est pas moins brillant. Il est né en 1857 dans une famille modeste d’un petit village des Elautes-Pyrénées. Sa famille s’était établie en 1870 à Caunes-Minervois dans l’Aude où le père avait trouvé un emploi dans l’exploitation des carrières de marbre. Élève brillant, Joachim est admis à l’École des arts et métiers d’Aix-en-Provence dont il sort major en 1876. Entré dans l’administration des ponts et chaussées, on le retrouve chargé d’étudier le tracé de la ligne de chemin de fer de Quillan à Rivesaltes. Ce séjour dans la haute vallée de l’Aude va convaincre Estrade des potentialités énergétiques de la contrée et, contrairement à Bartissol, il concentrera désormais la totalité de son activité et de ses moyens financiers à l’expansion de l’industrie électrique et de ses multiples applications.

  • 33 Sur la dynamique de la SMTF, cf. notre communication au 12e congrès de l’histoire de l’électricité (...)

15Dans cette région qu’il connaît bien. Estrade décide dès 1890 d’installer des chutes hydroélectriques et de distribuer le courant par sa Société méridionale d’électricité. Le succès va être rapide et durable. Dès 1891, les gros bourgs industriels de Quillan, Alet et Chalabre puis la ville de Carcassonne sont successivement raccordés à son réseau de distribution. Les années suivantes vont confirmer le succès initial. L’éclairage électrique gagne Narbonne dont le dernier bec de gaz s’éteint fin 1896. En 1900, Estrade franchit un nouveau pallier dans son implantation industrielle avec la mise en service de l’usine Saint-Georges près d’Axat, dans la haute vallée de l’Aude. En 1904, 105 communes reçoivent l’électricité de l’entreprise d’Estrade, dont la raison sociale est désormais la Société méridionale de transport de force (SMTF)33. À la fin 1910, la SMTF dessert 182 communes, regroupant 210 000 habitants. Bref, pour être parti légèrement après Bartissol dans la course à l’électrification, Estrade n’en a pas moins quelques longueurs d’avance lorsque le marché se développe enfin après deux décennies de diffusion laborieuse de l’innovation.

  • 34 CA de la SMTF du 14 juin 1911.
  • 35 Ibid.

16Estrade et Bartissol ne pouvaient méconnaître leurs activités respectives mais rien n’indique qu’ils aient entretenu des liens personnels avant 1910. De toute évidence, ce ne sont pas des impératifs techniques qui contraignirent la SHER à se rapprocher de la SMTF Confronté une fois de plus à des besoins de liquidités, Bartissol avait vendu une bonne part de ses actions, et Estrade et ses hommes les avaient achetées. Cette échappatoire devait se payer à terme par la perte de l’indépendance de la SHER En mars 1911, Bartissol s’abouche avec un banquier de Narbonne, Louis Grenouillet, à qui il propose de vendre ses parts dans la SHER En dépit de son titre de banquier, Grenouillet s’apparente davantage à un agent financier qu’à un bailleur de fonds. Il s’empresse de s’entretenir avec le patron de la SMTF Désireux d’élargir son aire de distribution, Estrade regardait depuis quelques années déjà du côté de Perpignan ; il perçoit donc aussitôt toutes les potentialités qu’il peut tirer de l’embarras de Bartissol34. Celui-ci a peut-être réussi à trouver ailleurs l’argent frais qui lui faisait défaut en mars et, au cours des mois suivants, il tente d’échapper à l’emprise d’Estrade mais il ne peut se dérober35.

  • 36 Ibid.
  • 37 CA de la SHER du 30 juin 1911.
  • 38 CA de la SHER du 30 juin et du 27 juillet 1911.
  • 39 CA de la SHER du 5 mai 1911.

17S’ils ne révèlent pas la teneur exacte des accords passés entre Estrade et Bartissol, les documents officiels des deux entreprises sont suffisamment explicites pour affirmer qu’en cette année 1911, la SHER est absorbée par sa voisine et concurrente, la SMTF À Carcassonne, on parle désormais de « la filiale SHER ». Début juin, Bartissol vient à Perpignan pour signer devant notaire « avec MM. Grenouillet et Estrade, administrateur délégué de la SMTF agissant en cette qualité les divers arrangements qui étaient en cours36 ». Une nouvelle époque commence pour la SHER Estrade est désormais administrateur délégué, signe évident de sa mainmise sur la société37. Dans le même temps, trois de ses proches, Vital Bringuet, Augustin Marty et le président de la chambre de commerce de Carcassonne, Paul Drevet, accèdent également au conseil d’administration38. Edmond Bartissol va jusqu’à envisager « pour des considérations personnelles de repos, de vendre ses actions et de se démettre de ses fonctions de Président39 » mais il se ravise bien vite. Certes sa capacité à peser sur les orientations de l’entreprise est désormais fort réduite mais de l’extérieur il n’aurait plus aucune influence.

  • 40 SHER, AG ordinaire du 21 mai 1912.
  • 41 CA de la SHER du 5 mai 1911.
  • 42 SHER, AG ordinaire du 5 mai 1911.
  • 43 Ibid.

18La prise de pouvoir d’Estrade au sein de la SHER se traduit par une rapide remise en ordre. Manifestement, Estrade ne goûte guère le mélange des genres si prisé par Bartissol. Une entreprise d’électricité doit produire de l’électricité et non des opérations immobilières : la SHER recentrera donc son activité sur sa raison d’être initiale et la vente des terrains sera « externalisée ». Bartissol doit « à ses risques et profits liquider toutes les affaires pendantes et laisser à la société libre de toutes charges, l’actif industriel de la société au 30 juin et les terrains non encore vendus au premier avril 1911 à l’exception du passif hypothécaire jusqu’à concurrence de 650 000 francs40 ». Il est aimablement prié de « nettoyer » rapidement la société de ses activités annexes, désormais considérées comme parasites. Son compte personnel avec la société est liquidé, l’usine d’électrochimie destinée à la fabrication de pierres précieuses, encore en construction, est vendue à Bartissol lui-même pour 11 750 francs41. L’hôtel des postes et le café du Square des Platanes, encore inachevé, sont également vendus42. Comme Bartissol ne tient pas à brader son patrimoine, ce sont deux de ses nièces, les filles de Jean, qui récupéreront ces biens indésirables : l’hôtel des postes est vendu à Marie, mariée à Louis Caubet, moyennant 175 000 francs, et le café du Square à Rose, l’épouse du docteur Jaubert, pour 75 000 francs43. On a là un exemple de ces montages « familio-financiers » dont Bartissol avait le secret.

  • 44 Ibid.
  • 45 Bulletin annexe au JO. Insertions obligatoires à la charge des sociétés, 15 mai 1911, p. 500.
  • 46 CA de la SMTF du 5 mai 1911.
  • 47 Ibid.
  • 48 SHER, AG ordinaire du 14 juin 1913.
  • 49 SHER, AG du 21 mai 1912.
  • 50 CA de la SHER du 1er mars 1916, du 24 mars 1917, du 20 mars 1918, du 10 décembre 1918 et du 6 avril (...)

19Dès 1911, la SHER de Joaquim Estrade distribue un dividende, certes modeste – 15 francs par action – mais d’autant plus symbolique que c’est une première pour cette entreprise44. Plus fondamentalement, Estrade tient à débarrasser la SHER de son activité immobilière devenue un lourd fardeau. Une structure ad hoc est créée : la Foncière méridionale, société anonyme au capital de 1 million de francs divisé en 400 actions de 250 francs45, capital dont la SMTF souscrit pour 300 000 francs46. Le président est Louis Grenouillet mais, associé avec d’autres financiers, peu après, il perd le contrôle de cette société qui va connaître une existence bien agitée. Bien que le siège social en soit établi au 7 rue La Fayette à Paris, manifestement, ce ne sont pas les hommes de Bartissol mais ceux d’Estrade qui en tiennent les rênes. L’objet social est tout à la fois large et ciblé. La société peut pratiquer toutes sortes d’opérations mobilières, immobilières, financières, industrielles et commerciales relatives à des terrains et immeubles mais dans le cadre restreint de Perpignan et de ses communes voisines47. Les terrains provenant des remparts restent la propriété de la SHER, la Foncière méridionale lui payera un loyer et recevra une rétribution au prorata de ses ventes. Les résultats ne se font pas attendre. En 1913, les comptes financiers de la SHER sont assainis et un dividende de 35 francs par action est servi48. Le produit de la vente des immeubles et des terrains est immédiatement affecté au rachat de 1 129 obligations de la société49. Dans les années suivantes, Estrade « invite » le conseil d’administration de la SHER à affecter une part de ses bénéfices au rachat des actions SHER détenues par la SMTF Entre 1916 et 1920, 1 400 actions, pour un montant total de 700 000 francs, seront ainsi rachetées50. Bartissol gardera la présidence de la SHER jusqu’à sa disparition en août 1916 et son neveu, Jules Robert, lui succédera à ce poste jusqu’à son propre décès en 1938 mais la fonction est devenue honorifique. La Société méridionale de transport de force parachèvera sa stratégie de contrôle total de la SHER en 1932 par le truchement d’une forte augmentation de capital.

  • 51 Wolf Philippe (sous la dir. de). Histoire de Perpignan, op. cit.. p. 224.
  • 52 SHER, AG du 29 juin 1907.
  • 53 CA de la SHER du 22 avril 1919.

20Si rien ne permet d’affirmer qu’il ait été financièrement perdant, cette opération « remparts » n’a, de toute évidence, pas enrichi Edmond Bartissol. Assurément, ses affaires avaient été bien plus fructueuses au Portugal ou à Salonique qu’à Perpignan. Son métier restait avant tout les travaux publics et probablement n’avait-il pas correctement évalué tous les risques inhérents aux opérations immobilières. Curieusement, cette dépossession de Bartissol de la SHER n’a jusqu’à présent pas été clairement perçue. Pour E. Frenay, cette entreprise avait été lucrative pour l’homme d’affaires : « En estimant à 700 000 francs les frais d’actes et le coût du dérasement et en déduisant la surface des voies secondaires prévues dans le lotissement et à la charge de la SHER (36 000 m2), Bartissol obtient 134 000 mètres carrés pour 2 millions de francs. Le mètre carré de terrain à bâtir lui revient donc aux environs de 15 francs et peut-être un peu moins51. » En fait, le coût de démolition des fortifications ayant atteint plus de 900 000 francs, la charge foncière totale des terrains, incluant le prix de cession des remparts, le coût de dérasement, les aménagements urbains et les frais de gestion, était estimée à 19 francs le mètre carré en 190752. Il est surtout abusif d’attribuer à Bartissol les bénéfices de l’ensemble de l’opération immobilière puisque, à partir de 1911, il ne contrôle plus la SHER. D’ailleurs, le nouveau montage avec la Foncière méridionale ne s’avéra guère plus heureux que la gestion directe des ventes. De nombreux terrains n’avaient pas encore trouvé preneur en 1914. Durant la guerre, la Foncière méridionale cessera ses activités, puis elle fit l’objet de placements malheureux, de malversations. La SMTF perdra dans l’aventure le capital qu’elle avait investi et sa filiale, la SHER, gardera encore longtemps des terrains qu’elle ne parvenait pas à vendre53.

21Le désir de s’investir dans tout ce qu’il percevait comme propice à marquer l’avenir de son empreinte ne pouvait qu’aviver chez Bartissol la fascination exercée par la fée Électricité sur la plupart des hommes d’affaires de son temps. Probablement avait-il placé dans le secteur de l’électricité beaucoup d’espoir. Après vingt ans de luttes, de procédures et de lourds investissements, il parviendra à mettre sur pied un outil industriel performant et rentable. Mais il commettra alors une erreur d’appréciation en entraînant la SHER dans le secteur de l’immobilier où elle allait s’engluer. En détournant son entreprise de sa vocation initiale, à savoir la production et la distribution d’électricité, il devra finalement se résoudre à la voir phagocytée par un rival. Bartissol avait connu sur d’autres terrains, à moindre frais, des réussites bien plus éclatantes. Dans cette affaire, l’homme public perdait aussi une part de son prestige auprès de ses compatriotes catalans et cela allait être fatal à l’homme politique.

En guise de testament...

  • 54 Caillot Patrice, Bibliographie de la presse française politique et d’information générale (1865-194 (...)

22Bien qu’il soit davantage éloigné de la vie politique qu’il ne l’a jamais été, Edmond Bartissol se représente aux législatives du 24 avril 1910. Il bénéficie toujours du soutien de L’Indépendant des Pyrénées-Orientales et de son rédacteur en chef, Jules Escarguel. Pour l’occasion, il fait également reparaître un petit hebdomadaire local, L’Agly, dont le sous-titre « Journal de Rivesaltes, de la Salanque et des Corbières » exprime clairement la correspondance entre son champ d’action et l’espace géographique de sa circonscription électorale54. Suivant une tradition désormais bien établie, le député publie une notice biographique mais celle-ci est signée de son conseiller en politique, Auguste Cayrol. Puisque, depuis les événements de 1907, tout candidat à une élection dans le Midi, quelles que soient ses options politiques, doit, pour être crédible, se réclamer de la défense de la viticulture, ce document électoral porte le sous-titre « Son action viticole ». À quelques variantes près, on retrouve dans cette brochure les épisodes désormais traditionnels de l’épopée Bartissol (l’origine modeste, Suez, le Portugal, l’action politique...), exprimés dans les mêmes termes que dans les versions précédentes.

23Plus intéressante à nos yeux est la lettre-programme qui suit la biographie. Bartissol signe ce texte du double titre de « député, vigneron ». Passant sur la justification de ses choix politiques au cours de la législature écoulée, arrêtons-nous sur le chapitre intitulé « Mon passé ». La nature et l’emphase du propos confèrent à ces lignes une tonalité de testament politique et économique :

  • 55 Biographie de M. Edmond Bartissol. Sa lettre-programme à ses électeurs, op. cit., p. 25.
  • 56 Ibid., pp. 25-26.

« Ma vie depuis que j’ai l’âge de raison n’a pas connu un jour de repos. C’est ma fierté. On ne me l’ôtera pas. Mes adversaires qui sont jeunes, parlent beaucoup, mais ils n’ont pas un cep de vigne à défendre et ils ne donnent pas une journée de travail à un Catalan. Ils vont jusqu’à me faire un grief d’avoir étendu mes activités aux quatre coins du monde. Mais l’ai-je refusée au Roussillon ? Il est vrai que j’ai porté partout où j’ai pu l’honneur du nom de la France, le génie de ses inventions ; j’ai l’orgueil de dire que là où j’ai passé, j’ai fait aimé ma patrie... Élevez plutôt vos regards au-dessus du clocher natal. Dites que vous voudriez pour vos fils le sort de ce fils de paysan que je suis ; dites que c’est aimer son village, sa petite patrie, que chaque homme, quand il s’en va, emporte dans son cœur, que de faire aimer la grande en répandant au loin l’éclat de son rayonnement55. » Et Bartissol de conclure en revenant à l’objet immédiat de son propos : « Arrivé vers le terme de ma carrière, si je me retourne du toit paysan qui abrita mon enfance vers les larges horizons que j’ai parcourus et que j’ai marqués d’une œuvre, si je compte les échelons que j’ai gravis, je trouve que je serais peu de chose si je demandais au mandat que je sollicite une autre satisfaction que l’honneur de mettre mon expérience et mon dévouement au service du bien public56. »

24L’altruisme est toujours sa seule motivation !

  • 57 JO, Chambre des députés, débats, séance du 22 novembre 1906, p. 2630, et séance du 30 novembre 1906 (...)

25Bartissol rappelle à ses électeurs qu’il a voté contre les « 15 000 francs ». Si cette formule est aujourd’hui peu explicite, elle était fort évocatrice au début du xxe siècle. Il s’agit du nouveau montant de l’indemnité annuelle des députés qui, dès son adoption en novembre 1906, fit grand bruit. Depuis 1843, les parlementaires recevaient 9000 francs, somme importante en comparaison du salaire moyen mais insuffisante pour assurer aux députés ne jouissant pas de revenus par ailleurs un train de vie en relation avec leurs fonctions. Nul doute que Bartissol lui-même dépensait bien davantage pour l’entretien de ses proches et de sa nombreuse domesticité dans ses différentes résidences. Mais, quelque peu démagogue, il sait combien les protestations contre les « 15 000 francs » trouvent écho parmi la population. Profondément influencés par des courants de pensée antiparlementaires, voire antirépublicains, certains acteurs du mouvement viticole du printemps 1907 en avaient fait un de leurs thèmes favoris. Aussi, au cours de la discussion du projet de loi, Edmond Bartissol vote en faveur d’un amendement du socialiste Jaurès, tendant à repousser cette décision57.

  • 58 Lettre du procureur général à Montpellier au garde des Sceaux (AN, LH 128/75).

26Pour cette nouvelle et ultime campagne électorale, Bartissol est soutenu par Emmanuel Brousse qui loue les mérites du « député grand vigneron ». Brousse souligne le travail réalisé par son aîné au sein du groupe viticole de la Chambre, rappelle les propositions de loi sur la déclaration de récolte et « regrette que le parti pris politique soit venu faire échouer la conception grandiose du trust des vins du Midi ». Certes, le soutien de Brousse, désormais fort populaire en Roussillon et en Cerdagne, n’est pas négligeable. Cependant le rappel avec autant d’insistance des mérites passés de l’homme d’affaires n’était-il pas un aveu de faiblesse de sa part ? De fait, dans cette élection, Bartissol se sent menacé. Son âge – près de soixante-dix ans –, le peu d’activité politique dont il a fait preuve au cours de la législature et, surtout, la qualité de son adversaire, le fragilisent. Face à Bartissol, le radical Frédéric Manaut bénéficie de deux atouts : son assise politique et sa formation. Président du conseil général des Pyrénées-Orientales, il est pour les notabilités locales un intermédiaire de choix dans leurs relations avec l’administration d’État. Centralien, il est à même de contrer Bartissol sur son terrain de prédilection. Bartissol doit aussi faire face aux socialistes. Pour une fois, il semble perdre son sens de la pondération au point qu’il sera condamné par le tribunal correctionnel de Perpignan pour diffamation envers son adversaire socialiste, Lucien Deslinières58.

  • 59 Les résultats de ce premier tour sont les suivants : Manaut (radical), 4 103 voix, Deslinières (soc (...)

27Au soir du premier tour de scrutin, Bartissol est nettement devancé et il se retire59. Il achève là, sans gloire, une carrière politique dans laquelle, assurément, il n’avait pas mis le meilleur de lui-même. Malgré les sollicitations dont il semble avoir fait l’objet en mai 1914, il aura la sagesse de refuser une nouvelle candidature.

Dernières affaires

  • 60 L’Indépendant des Pyrénées-Orientales, 18 août 1916, article de Jules Escarguel.
  • 61 Sur les bijoux en grenat du Roussillon, cf. Poirot Fernand, Métiers du terroir en Roussillon, Massa (...)

28Les années passant, Edmond Bartissol reste très actif et toujours aussi polyvalent. En 1910, il entreprend de créer une usine de pierres précieuses artificielles à Perpignan60. Peut-être l’idée lui est-elle venue au fil de quelque lecture dans ces revues de vulgarisation scientifique relatant les progrès accomplis en électrochimie. En effet, depuis les années 1890, nombreuses sont les manipulations d’artisans tendant à obtenir des rubis et des émeraudes artificiels. Depuis 1904, le chalumeau oxhydrique de Verneuil permet la fabrication industrielle du rubis et du corindon synthétiques. En cette année 1910, Baekeland met au point une nouvelle pierre synthétique, qu’il dénomme bakélite. Mais cette nouvelle prétention de Bartissol est particulièrement saugrenue, voire iconoclaste dans cette ville où depuis le xviie siècle quelques joailliers travaillent en « taille Perpynya » les grenats du Roussillon pour orner les croix badines, parure traditionnelle des riches Catalanes61.

  • 62 AD Pyrénées-Orientales, 5 M 141.
  • 63 Lettre de la Compagnie de gaz de Perpignan en date du 4 décembre 1911 et réponse de Nou pour E. Bar (...)

29Le commandant Nou est promu par Bartissol chef de ce service d’électrochimie62. L’entreprise occupera un des terrains libérés par la destruction des remparts. Une petite usine à gaz est installée entre la rue du Bastion-Saint-Dominique, la rue du Rempart et l’ancien mur d’enceinte. Deux gazomètres seront en service, l’un pour contenir de l’hydrogène, l’autre de l’oxygène. Dans un premier temps, les hautes températures indispensables à ce genre d’opérations seront obtenues sous l’influence de l’oxygène par la combustion du gaz d’éclairage fourni par la ville ; l’hydrogène ne sera substitué au gaz que plus tard et sera emmagasiné dans trois gazomètres d’une capacité totale de 300 mètres cubes. Ce projet se heurte à de nombreuses oppositions : celle, traditionnelle des dames Campana, qui continuent un combat entamé en 1887 par leur père ; celle, plus délicate, émanant de la Compagnie de gaz de la ville de Perpignan, laquelle soutient que cette usine lui fait perdre son monopole de fourniture de gaz. S’appuyant sur des exemples locaux susceptibles de faire jurisprudence (Jules Pams, à Perpignan même, ou le propriétaire des mines de fer de Batère à Arles-sur -Tech), Bartissol rétorque que la pose de câbles électriques pour une utilisation privée ne remet pas en cause les droits du concessionnaire de la ville63.

  • 64 Sur les liens entre Joseph Bonnet, Paul Corbin et Georges Bergès, cf. Soudan Paul, Au pays du Mont- (...)
  • 65 Sur la carrière de Joseph Bonnet, cf. Guillet Léon, op. cit., pp. 402-404.
  • 66 D’après AD Hérault, 2 U1 176, arrêt de la cour d’appel de Montpellier, 17 juillet 1911, 1re Chambre (...)
  • 67 L’annuaire téléphonique des départements pour l’année 1914 mentionne encore, pour la ville de Perpi (...)

30Pour développer cette activité qui ne lui est pas familière, Edmond Bartissol a besoin de s’attacher les services d’un spécialiste ; il s’associe donc avec Joseph Bonnet. Celui-ci a suivi de brillantes études. Admis simultanément à l’École normale supérieure, section sciences, et à Centrale, il a opté pour cette dernière (promotion 1885). Il complète sa formation technique par une formation juridique, couronnée par le doctorat en droit. Avocat, il se spécialise dans les affaires industrielles. Avec son beau-père, Charles Thirion, lui-même centralien, il monte à Paris un cabinet d’ingénieur-conseil en propriété industrielle qui devient rapidement la référence en la matière. A travers cette activité, Bonnet a noué de très nombreuses relations dans les milieux industriels, notamment dans les secteurs les plus innovants, comme l’électrochimie et l’électrométallurgie. Lié d’amitié avec Georges Bergès et Paul Corbin, en 1901, Bonnet devient président de la Société des forces motrices et usines de l’Arve64. Il prend ensuite la direction de la Société universelle des explosifs et de la Société des produits électrométallurgiques des Pyrénées65. Initié aux pratiques électrochimiques depuis le début des années 1900, expert en matière de brevets, Bonnet était tout indiqué pour apporter son savoir-faire technique et juridique à cette nouvelle initiative de Bartissol. Bonnet fournit les machines adaptées à cette fabrication, mais rapidement la discorde s’installe entre les deux hommes et c’est devant les tribunaux que finira cette entreprise mort-née. Bartissol est contraint de n’utiliser désormais que des brevets tombés dans le domaine public et de remettre à Bonnet le brevet sur les radiateurs à gaz66. Il semble que Bartissol s’obstina encore quelque temps dans cette voie des pierres synthétiques mais, privé des talents et des fours de son ancien associé, sa tentative était vouée à l’échec67.

  • 68 Lettre de Bartissol au préfet des Pyrénées-Orientales en date du 23 octobre 1912 (AD Pyrénées-Orien (...)
  • 69 Lettre de Bartissol au préfet des Pyrénées-Orientales en date du 29 octobre 1912 (AD Pyrénées-Orien (...)

31À la même époque, les travaux du transpyrénéen révèlent à Bartissol le passé minier de ces contrés montagneuses. Au cours d’une visite du chantier, il inspecte la mine de fer de Porté-Puymorens, jadis exploitée par la Société métallurgique de l’Ariège mais abandonnée depuis plusieurs années. En octobre 1912, l’entrepreneur sollicite auprès de l’administration la concession de cette mine aux portes de l’Andorre. Fidèle à ses habitudes, il met en avant sa « surface financière » et les synergies qu’il est capable de mettre en œuvre : « Les installations que je possède tant à L’Hospitalet qu’à Porté et le matériel de transport qu’elles comportent me permettent, mieux qu’à personne, l’exploitation économique de la mine, qui permet seule d’en tirer parti68. » Cette mine située à plus de 2 000 mètres d’altitude n’est exploitable que du 15 mai au 15 octobre et les produits extraits doivent être acheminés par charrettes jusqu’à Ax-les-Thermes, distant de 13 kilomètres. Bien au fait de ces contraintes, Bartissol envisage différemment l’évacuation du minerai : il installerait un câble aérien prolongé jusqu’à la frontière andoranne où il compte également exploiter d’autres gisements69. Mais, confronté aux réticences des communes propriétaires du sol, en conflit permanent avec les travailleurs autochtones et à leurs municipalités dans le chantier du transpyrénéen, ne parvenant pas à boucler le montage technique du dossier et mesurant les aléas du projet, Bartissol abandonne rapidement ses prétentions sur cette mine.

  • 70 L’Indépendant des Pyrénées-Orientales, 18 août 1916, article de Jules Escarguel.

32En 1914, l’entreprise Bartissol obtient un marché de grands travaux à San Sebastián, au Pays basque espagnol : aménagements de quais et de digues et rénovation d’un quartier résidentiel. Mais la mobilisation des ingénieurs perturbe le fonctionnement de l’entreprise et, dès août 1914, Jules Robert s’installe à San Sebastián pour diriger ce chantier. Ce marché en terre d’Espagne dut être l’occasion de renouer des liens avec les pouvoirs publics du pays puisqu’il semble que le roi Alphonse XIII envisageait de confier à Bartissol et Robert la réalisation du port de Vigo destiné, selon le monarque, à devenir le grand port de liaison du commerce entre Europe et Amérique70.

Des silences polis aux hommages plus ou moins sincères

  • 71 État civil Mairie de Paris, XVIe arrondissement. Le décès est déclaré par le cousin d’Edmond, Charl (...)

33Le 21 avril 1911, Bartissol avait perdu la compagne de sa vie, Amédine71. Enfant naturel puis reconnue, mariée, séparée et enfin divorcée de Pino, loin de ses origines et de son passé, l’énigmatique Catalane avait accédé, à Fleury-Mérogis, au rang de « Madame la Vicomtesse ». Il lui reviendra le triste privilège d’être la première du clan Bartissol à être inhumée dans le cimetière de Fleury-Mérogis. Désormais, le « patriarche » vivra avec la famille Robert : Jules, le fidèle lieutenant en affaires, son épouse Marguerite et leurs trois filles, Amédine, Juliette et Marie-Thérèse. L’aînée, Amédine, est désormais une jeune fille de dix-sept ans choyée par son parrain Edmond qui lui offre les plus belles toilettes et les meilleures écoles de Paris.

  • 72 L’Indépendant des Pyrénées-Orientales, 18 août 1916, article de Jules Escarguel.

34Edmond Bartissol continue à gérer ses affaires depuis ses résidences parisiennes, avenue Foch et rue La Fayette, ou depuis son château de Fleury-Mérogis. Désormais, il ne fait plus que de rares apparitions en Roussillon. Au cours de l’une d’entre elles, il s’entretient avec le directeur de L’Indépendant, Jules Escarguel, de son projet de faire ériger une statue à la gloire du général Joffre, vainqueur de la bataille de la Marne72. Comme souvent, Bartissol lance des idées un peu prématurément.

  • 73 D’après AN, LH 128/75.

35Vieillissant, Edmond Bartissol est plus que jamais sensible aux décorations. Il postule au grade d’officier de la Légion d’honneur et son acharnement à parvenir à ses fins a quelque chose de pathétique. Une fois de plus, il revient à Emmanuel Brousse de plaider sa cause. Et celui-ci d’argumenter auprès du ministre de l’Agriculture : « M. Bartissol est à la tête de la Société de construction du Port de Salonique, société française qui a rendu de grands services à notre influence en Orient... Permettez-moi d’insister une nouvelle fois auprès de vous pour que M. Bartissol soit nommé Officier de la Légion d’Honneur. Ce sera le couronnement d’une belle carrière et une digne récompense pour les efforts déployés à l’étranger par M. Bartissol, efforts qui ont été grandement profitables au développement de l’influence française en Espagne, au Portugal, au Mozambique, au Brésil et en Orient73. » Ce vibrant plaidoyer finira par porter ses fruits puisque, le 16 mai 1914, Bartissol obtient enfin la rosette d’officier de la Légion d’honneur au titre du ministère des Affaires étrangères.

  • 74 Lettre de Jules Robert à Adolphe Turrel, 8 février 1916.
  • 75 Délibérations du conseil municipal de Fleury-Mérogis.

36En mars 1916, selon une habitude désormais bien ancrée, Bartissol quitte Paris pour rejoindre Pinheiro où il doit résider deux ou trois mois. Accompagné de ses petites-nièces, il fait une halte de quelques jours au domicile des Robert à San Sebastián avant de poursuivre son voyage74. Ce sera son dernier séjour dans ce Portugal auquel il devait tant. Peu après son retour, le 2 juillet, il préside le conseil municipal de Fleury-Mérogis qui débat au titre de la session ordinaire de... mai75. Le 16 août 1916, victime d’une congestion pulmonaire, Edmond Bartissol meurt à son domicile parisien. Le fonctionnaire parisien qui enregistre la déclaration, probablement de la part de Jules Robert, n’a pas l’oreille exercée à l’accent rocailleux du Roussillon puisque, sous sa plume, le département de naissance de Bartissol, l’Aude, se transforme en Orne !

  • 76 Chauvet Horace, « Les journalistes de l’humour : Jules Escarguel », Reflets du Roussillon, n° 8, p. (...)
  • 77 M. Edmond Bartissol. Notes biographiques, L’Indépendant, 18 août 1916.

37Alors qu’aux confins de la France, la bataille de Verdun fait rage, la presse parisienne a d’autres préoccupations que cette disparition « ordinaire ». Dans la cadre de leur chronique mondaine, Le Temps et Le Figaro publieront de brèves et approximatives notices nécrologiques. Edmond Bartissol est inhumé au cimetière de Fleury-Mérogis, dans la modeste sépulture pour laquelle il avait légué un terrain. L’enfant de Portel-des-Corbières avait choisi pour toujours cette terre d’Île-de-France où le fils d’un maçon était devenu « Monsieur le Vicomte ». Le décès d’Edmond Bartissol ne donnera pas lieu à de nombreux hommages en terre catalane. Il est vrai qu’en ces temps de guerre, la mort est chose quotidienne. Le jour où la nouvelle de son décès parvient dans le Midi, la population est certainement davantage préoccupée par les nouvelles du front de l’Est. En effet, ce 18 août, la 32e division de Perpignan dont relèvent nombre d’enfants du pays monte au feu à Verdun. Qui plus est, Bartissol n’a pas laissé que des amis dans le Midi. Enfin, sa disparition et son inhumation en région parisienne expriment une forme de rupture avec son pays natal. Néanmoins, L’Indépendant des Pyrénées-Orientales et son rédacteur en chef, Jules Escarguel, lui rendent un hommage appuyé. Dans son éditorial, Escarguel laisse parler ses sentiments : « M. Bartissol est mort. Nous en éprouvons pour notre part une profonde peine car nous avions pour lui une affection sincère... » Les deux hommes entretenaient une certaine amitié. Dans une boutade peu charitable pour ses collègues, Bartissol gratifiait Escarguel du qualificatif de « seul journaliste intègre que je connaisse76 ». L’Indépendant regrette la relative disgrâce dans laquelle était tenu au cours des dernières années de sa vie, « cet homme qui était venu donner à sa patrie d’adoption les derniers restes d’une énergie indomptable, d’une intelligence toujours vivace ». Et l’oraison funèbre de se terminer par cette sentence pour le moins abusive : « [il] est mort frappé au cœur par la plus cuisante des blessures, l’ingratitude de ses concitoyens77 ».

  • 78 CA de la SHER du 15 novembre 1916.

38Un autre hommage, celui du patron de la Société méridionale de transport de force, Joaquim Estrade, inséré dans les délibérations de la société hydroélectrique roussillonnaise, sonne faux. Certes, ce concurrent qui avait phagocyté la société électrique de Bartissol pouvait se montrer magnanime mais l’éloge tourne au panégyrique : « Le nom de Bartissol est sur la liste des Grands Français et c’est aux historiens de notre Patrie qu’incombera le devoir de dire ce qu’il fut78. » Des propos qui traduisent un trait dominant parmi les hommes d’affaires, attentifs à livrer à l’opinion publique une apparence de cordialité par-delà les rapports de force qui structurent le milieu.

  • 79 Cette plaque apposée sur la fontaine de Cayrol signale que celle-ci « fut construite en 1851 par Al (...)
  • 80 Delteil Gérard, Le Portrait de la dame en noir ou Rouletabille au château de Fleury, A la découvert (...)

39D’une manière générale, les hommes d’affaires ne suscitent guère de lieux de mémoire. Bartissol ne déroge pas à la règle, d’autant que l’individu n’était guère consensuel. Néanmoins, les références au personnage que nous avons pu localiser présentent un certain intérêt du point de vue de l’historiographie. À Portel-des-Corbières, une plaque apposée en 1997 devant une fontaine jadis rénovée par son père témoigne des humbles origines de l’entrepreneur79. À Perpignan, la rue Bartissol et la rue Cité-Bartissol, dans le quartier que l’entrepreneur avait urbanisé, doivent leur appellation à la force de l’habitude puisque nulle délibération du conseil municipal ne les a jamais officialisées. Mais l’ombre d’Edmond Bartissol continue à planer sur la ville dès qu’un quidam évoque avec nostalgie l’église Saint-Jean-le-Vieux transformée en usine ou les remparts arasés. À Banyuls-sur-Mer, la salle des fêtes communale établie dans les anciens chais des établissements Bartissol a pris la dénomination de salle Bartissol, mais il s’agit dans l’esprit des Banyulencs d’une référence à la marque qui fut établie ici jusqu’en 1964 et non à son lointain créateur. À Fleury-Mérogis, grâce à la persévérance de René Davoine, municipalité et habitants retrouvent les charmes de la mémoire collective. Récemment, le château de Fleury et son « châtelain » de la Belle Époque ont été largement mis à contribution dans une nouvelle inédite de Gérard Delteil, Le Portrait de la dame en noir, invitant à une découverte originale de la commune80. Au Portugal, la ville de Setúbal, à quelques encablures de ce domaine de Pinheiro qu’il affectionnait particulièrement, a donné le nom d’Edmond Bartissol à une artère nichée au cœur de la vieille cité ; le choix est élogieux puisqu’il s’agit de la rue où se situe la maison natale, aujourd’hui transformée en musée, de la gloire locale, le poète Manuel Barbosa du Bocage. Finalement, c’est par la bouteille d’apéritif et les campagnes publicitaires radiophoniques à succès des années cinquante, notamment l’« Homme des Vœux Bartissol », que le nom chantant de l’homme d’affaires a été le plus diffusé et reste aujourd’hui encore dans la mémoire des plus anciens.

Notes

1 JO, Chambre des députés, débats, séance du 11 juin 1906, p. 1457, et Chambre des députés, annexe n° 2558, p. 1238.

2 Chambre des députés, séance du 3 février 1910. p. 569, et Documents parlementaires, annexe n° 3054, pp. 64-65.

3 D’après l’ouvrage de Peter Laurence et Hull Raymond, Le Principe de Peter ou pourquoi tout va toujours mal, Stock, 1970, 187 p.

4 Cité par Perruci Gadiel, Le Pernambouc (1889-1930), contribution à l’histoire quantitative du Brésil, thèse de IIIe cycle, Université Paris X, IHEAL, 1972, p. 212.

5 Archives du ministère des Affaires étrangères, Correspondance commerciale et politique, Nouvelle série, vol. 79, cité par Perruci Gadiel, op. cit., p. 212.

6 Convention en date du 9 juin 1908, AN, 89 AQ 1509.

7 Contrat passé entre le gouvernement du Brésil et MM. Edmond Bartissol et Demetrio Nunes Ribeiro pour l’exécution des travaux d’amélioration du port de Recife (Brésil), Paris, Imprimerie Chaix, 1908.

8 Dans le dossier établi pour l’obtention du titre d’officier de la Légion d’honneur, Edmond Bartissol cite un marché de l’ordre de 80 millions de francs-or (AN, LH 128/75).

9 Contrat passé entre le gouvernement du Brésil et MM. Edmond Bartissol et Demetrio Nunes Ribeiro pour l’exécution des travaux d’amélioration du port de Recife (Brésil), Paris, Imprimerie Chaix, 1908, article 64, p. 26.

10 Société anonyme du port de Pernambuco, statuts, p. 13, article 17.

11 CA de la SHER du 11 juillet 1908. Jules Robert demande un congé en tant qu’administrateur de la SHER pour se rendre au Brésil. Il sera absent de ces conseils d’administration de la SHER du 1er août 1908 au 30 juin 1910.

12 AN, 89 AQ 1509.

13 Contrats selon décret du 6 mars 1918 et accord du 22 mai 1919 (AN, 89 AQ 1513).

14 Cf. Burnel Anne, La Société de construction des Batignolles de 1914 à 1939. Histoire d’un déclin, Genève, Droz, 1995, p. 142.

15 Poutensan P., op. cit., p. 443.

16 CA de la SHER du 4 février et 3 juin 1908.

17 SHER, AG extraordinaire du 20 mai 1908.

18 Bulletin annexe au JO. Insertions obligatoires à la charge des sociétés, 1909, p. 410.

19 CA de la SHER du 3 juin 1908.

20 SHER, AG ordinaire du 19 mai 1909 et CA du 6 juin 1908. Cf. aussi délibérations du conseil municipal de Perpignan, 21 décembre 1912.

21 SHER, AG ordinaire du 19 mai 1909.

22 Cité par Poutensan P., op. cit., p. 442.

23 SHER, AG ordinaire du 24 juin 1910.

24 M. Edmond Bartissol. Notes biographiques, L’Indépendant des Pyrénées-Orientales, 18 août 1916.

25 SHER, rapport du CA à AG ordinaire du 24 juin 1910.

26 CA de la SHER du 4 octobre 1911.

27 SHER, rapport du CA à AG ordinaire du 24 juin 1910.

28 L’Indépendant des Pyrénées-Orientales du 16 octobre 1905, cité par Frenay Etienne, Thermalisme en Roussillon (xviiie-xixe siècles), Direction des Services d’archives des Pyrénées-Orientales, Imprimerie Minuprint, Perpignan, 1987, p. 174.

29 Délibérations du conseil municipal de Perpignan.

30 Reflets du Roussillon, n° 71, automne 1970, p. 21.

31 Ibid., p. 20.

32 Délibérations du conseil municipal de Perpignan, 11 février, 1er juillet 1910 et 17 mai 1911.

33 Sur la dynamique de la SMTF, cf. notre communication au 12e congrès de l’histoire de l’électricité en France : « Stratégie territoriale et mobilisation des capitaux : l’exemple de la Société méridionale de transport de force », février 1999, Paris, 23 p.

34 CA de la SMTF du 14 juin 1911.

35 Ibid.

36 Ibid.

37 CA de la SHER du 30 juin 1911.

38 CA de la SHER du 30 juin et du 27 juillet 1911.

39 CA de la SHER du 5 mai 1911.

40 SHER, AG ordinaire du 21 mai 1912.

41 CA de la SHER du 5 mai 1911.

42 SHER, AG ordinaire du 5 mai 1911.

43 Ibid.

44 Ibid.

45 Bulletin annexe au JO. Insertions obligatoires à la charge des sociétés, 15 mai 1911, p. 500.

46 CA de la SMTF du 5 mai 1911.

47 Ibid.

48 SHER, AG ordinaire du 14 juin 1913.

49 SHER, AG du 21 mai 1912.

50 CA de la SHER du 1er mars 1916, du 24 mars 1917, du 20 mars 1918, du 10 décembre 1918 et du 6 avril 1920.

51 Wolf Philippe (sous la dir. de). Histoire de Perpignan, op. cit.. p. 224.

52 SHER, AG du 29 juin 1907.

53 CA de la SHER du 22 avril 1919.

54 Caillot Patrice, Bibliographie de la presse française politique et d’information générale (1865-1944), Département des périodiques, Bibliothèque nationale, Paris, 1979, p. 20.

55 Biographie de M. Edmond Bartissol. Sa lettre-programme à ses électeurs, op. cit., p. 25.

56 Ibid., pp. 25-26.

57 JO, Chambre des députés, débats, séance du 22 novembre 1906, p. 2630, et séance du 30 novembre 1906, pp. 2808-2820.

58 Lettre du procureur général à Montpellier au garde des Sceaux (AN, LH 128/75).

59 Les résultats de ce premier tour sont les suivants : Manaut (radical), 4 103 voix, Deslinières (socialiste), 3 891 voix, Bartissol, 2 829 voix, Bertrand de Balenda (royaliste), 1645 voix.

60 L’Indépendant des Pyrénées-Orientales, 18 août 1916, article de Jules Escarguel.

61 Sur les bijoux en grenat du Roussillon, cf. Poirot Fernand, Métiers du terroir en Roussillon, Massana, Argelès-sur-Mer, 1983, pp. 130-139.

62 AD Pyrénées-Orientales, 5 M 141.

63 Lettre de la Compagnie de gaz de Perpignan en date du 4 décembre 1911 et réponse de Nou pour E. Bartissol le 14 décembre 1911 (AD Pyrénées-Orientales, 5 M 141).

64 Sur les liens entre Joseph Bonnet, Paul Corbin et Georges Bergès, cf. Soudan Paul, Au pays du Mont-Blanc. Histoire de Passy, Imprimerie Plancher, Bonneville, 1978, pp. 105-113.

65 Sur la carrière de Joseph Bonnet, cf. Guillet Léon, op. cit., pp. 402-404.

66 D’après AD Hérault, 2 U1 176, arrêt de la cour d’appel de Montpellier, 17 juillet 1911, 1re Chambre civile, et 2 U1 177, 1er juillet 1912, 1re chambre civile.

67 L’annuaire téléphonique des départements pour l’année 1914 mentionne encore, pour la ville de Perpignan, le numéro de la fabrique de pierres fines synthétiques (p. 1303).

68 Lettre de Bartissol au préfet des Pyrénées-Orientales en date du 23 octobre 1912 (AD Pyrénées-Orientales, 8 S 128).

69 Lettre de Bartissol au préfet des Pyrénées-Orientales en date du 29 octobre 1912 (AD Pyrénées-Orientales, 8 S 128).

70 L’Indépendant des Pyrénées-Orientales, 18 août 1916, article de Jules Escarguel.

71 État civil Mairie de Paris, XVIe arrondissement. Le décès est déclaré par le cousin d’Edmond, Charles Bartissol.

72 L’Indépendant des Pyrénées-Orientales, 18 août 1916, article de Jules Escarguel.

73 D’après AN, LH 128/75.

74 Lettre de Jules Robert à Adolphe Turrel, 8 février 1916.

75 Délibérations du conseil municipal de Fleury-Mérogis.

76 Chauvet Horace, « Les journalistes de l’humour : Jules Escarguel », Reflets du Roussillon, n° 8, p. 24.

77 M. Edmond Bartissol. Notes biographiques, L’Indépendant, 18 août 1916.

78 CA de la SHER du 15 novembre 1916.

79 Cette plaque apposée sur la fontaine de Cayrol signale que celle-ci « fut construite en 1851 par Alexis Bartissol et ses fils. L’un d’eux, Edmond, élaborera le célèbre apéritif que l’on boit encore aujourd’hui ».

80 Delteil Gérard, Le Portrait de la dame en noir ou Rouletabille au château de Fleury, A la découverte d’une ville en devenir, Fleury-Mérogis, s.d., 39 p.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search