Version classiqueVersion mobile

Edmond Bartissol (1841-1916)

 | 
Jean-Louis Escudier

Cinquième partie. Les limites du système Bartissol

Chapitre XIII. Le pouvoir économique et ses contradictions

Texte intégral

1Malgré la multiplicité des activités qu’il exerce désormais en Roussillon, Bartissol ne tient à y cantonner ni sa vie sociale ni sa vie professionnelle. De fait, il restera toujours en marge de la bonne société perpignanaise. S’il est membre de la Société agricole, scientifique et littéraire des Pyrénées-Orientales depuis 1890, il n’assiste que rarement aux séances. Contrairement à ses adversaires ou amis politiques, il ne sera jamais administrateur de la chambre de commerce. Il n’exercera pas davantage de fonction locale dans le département. De toute évidence, lors des élections municipales de 1904, il pouvait prétendre devenir maire de Perpignan. Il se contentera d’être président du comité de soutien à la « Liste républicaine des intérêts municipaux » conduite par Eugène Sauvy qui l’emportera sur les radicaux et les socialistes. Certes, le changement de municipalité va favoriser les affaires de l’entrepreneur mais l’homme préfère jouer le châtelain-vicomte dans son domaine de Pinheiro au Portugal, où il réside une partie de l’année, et à Fleury-Mérogis où, jusqu’à son dernier jour, il régnera en seigneur.

L’affirmation du libéralisme économique

  • 1 Chambre des députés, séance du 13 décembre 1905, JO du 13 janvier 1905, p. 3919.
  • 2 Ibid.

2Au-delà de la question viticole, l’activité parlementaire de Bartissol reste modeste. Le député fait de la politique « en pointillé », intervenant selon ses centres d’intérêt du moment, se manifestant surtout à l’approche du renouvellement de la Chambre. Il est vrai que bien d’autres activités l’accaparent alors. Tout au long de cette législature de mai 1902 à avril 1906, on ne relève qu’une intervention du député Bartissol. Le 13 décembre 1905, il monte à la tribune de la Chambre pour s’insurger contre le projet de rachat et d’exploitation par l’État du réseau de la Compagnie des chemins de fer de l’Ouest. Chaque année, l’État paye des sommes considérables en garanties d’intérêt pour une compagnie qui n’assure pas le renouvellement de son capital fixe. Dans ce débat, Bartissol revient sur les arguments d’ordre technique qu’il avançait quinze ans auparavant : « vous avez fait du troisième réseau un réseau électoral ; au lieu de le faire avec des voies étroites et des voies économiques, vous avez voulu le faire avec des lignes qui coûtent fort cher1 ». En 1905, le député/entrepreneur est toujours aussi attentif à l’utilisation des fonds publics mais sa position est nettement plus empreinte de libéralisme économique qu’en 1890 : « Si les compagnies de chemin de fer sont aujourd’hui obérées, si elles ont mangé leur avoir, la cause en est incontestablement aux conventions que vous leur avez imposées en 1883... Il est certain que l’État, quoi qu’on fasse et quoi qu’on dise, exploitera toujours plus mal qu’une compagnie, parce que le pouvoir est trop loin2. »

  • 3 AD Pyrénées-Orientales, 3 M 296, affiche électorale.
  • 4 Ibid.
  • 5 Ibid.
  • 6 Les résultats de cette élection sont les suivants : E. Bartissol, 6960 voix, L. Caulas (radical) 3  (...)

3Dans le Midi méditerranéen, les problèmes viticoles sont plus que jamais au cœur du débat politique et Edmond Bartissol doit recentrer son propos sur ce thème incontournable. Pour la campagne électorale des législatives de mai 1906, il abandonne le titre d’ingénieur-constructeur qu’il affectionnait jusqu’alors pour celui de propriétaire-viticulteur. Il se présente sous la devise : République. Liberté. Travail. Défense de la Viticulture. Il stigmatise l’action des radicaux au pouvoir : « Où l’œuvre de la dernière législature a été surtout néfaste, c’est en ce qui concerne nos intérêts économiques absolument méconnus, odieusement sacrifiés. Viticulteurs, nous n’avons rien pu obtenir, malgré tous nos efforts, de la majorité qui nous a gouvernés pendant quatre ans... J’ai fait mon devoir. C’est la majorité radicale qui a manqué au sien. Elle pouvait tout, elle n’a fait que décréter notre ruine3. » Selon un scénario désormais bien rodé, il met en avant sa puissance d’industriel et d’homme d’affaires : « J’ai prouvé mon attachement à la classe ouvrière en consacrant mes capitaux à des œuvres d’intérêt général dont l’exécution a donné du travail à des milliers d’ouvriers4. » Enfin, énumérant ses votes durant la législature écoulée, il ne manque pas de rappeler ses prises de position « sociales » : « Mes votes ont été ceux d’un républicain : j’ai voté la loi du service militaire à deux ans, la loi sur l’extension de la compétence des juges de paix, la loi sur l’assistance aux invalides et la loi sur les retraites ouvrières. Ce sont là les actes d’un républicain dévoué au progrès politique et social5. » Désormais aussi bien implanté en milieu urbain que dans les villages, Edmond Bartissol est brillamment réélu dès le premier tour6. Pourtant, cette élection va à contre-courant de l’évolution politique puisque, sur le plan national, ces législatives de 1906 se traduisent par un net infléchissement à gauche de la majorité de la Chambre. La marginalité du politique Bartissol va s’en trouver renforcée sinon légitimée.

  • 7 Cette lettre est reproduite dans L’Indépendant des Pyrénées-Orientales du 7 février 1907.
  • 8 Ibid.

4Les préoccupations politiques, agricoles et commerciales sont loin de détourner Edmond Bartissol du monde des affaires et des travaux publics. Toujours prêt à s’enflammer pour les grandes réalisations d’infrastructure, il ne pouvait qu’être fasciné par le projet déjà ancien de tunnel sous la Manche. Tout au long des années 1880, deux conceptions s’étaient affrontées : d’un côté le projet de pont élaboré par Hildevert Hersent et financièrement soutenu par les Rothschild, et d’autre part le projet de tunnel avancé dès les années 1870 par Alexandre Lavalley. Beaucoup plus proche de Lavalley que d’Hersent, Bartissol soutenait sans ambiguïté l’option du tunnel ferroviaire. Le 4 février 1907, alors que la France s’apprête à recevoir le roi d’Angleterre, Édouard VIII, il adresse au Petit Journal un long article intitulé « Le tunnel sous la Manche et le canal de Suez » dans lequel il soutient que les Britanniques retireraient de cette liaison d’aussi grands profits que du canal de Suez qu’ils contrôlent depuis les années 18807. Après l’exposé des arguments techniques, Bartissol se laisse aller à une évocation empreinte de lyrisme : « Le chef-d’œuvre de la civilisation moderne, c’est de supprimer au fur et à mesure sur notre petite planète, les barrières créées par la nature ou les révolutions du globe : percement des isthmes de Suez, de Panama, traversée des plus hautes montagnes : Mont-Cenis, Saint-Gothard, Simplon... Ainsi, la France donne la main au travers des Alpes à l’Italie et sous peu la donnera au travers des Pyrénées à l’Espagne. Et c’est l’Angleterre, maîtresse de la mer, qui s’enliserait dans un reste de superstition atavique irraisonnée8 ! » Mais, sous la pression d’Édouard VIII lui-même, le projet sera à nouveau abandonné dès le mois suivant.

Le maire Bartissol contre le député Bartissol ?

  • 9 Délibérations du conseil municipal de Fleury-Mérogis, 26 août 1899.
  • 10 Lettre à Charles Caron, 4 novembre 1900.
  • 11 Lettre au sous-préfet de Corbeil, 5 novembre 1900.
  • 12 Délibérations du conseil municipal de Fleury-Mérogis, 10 août 1901.
  • 13 Délibérations du conseil municipal de Fleury-Mérogis, août 1910.

5En 1899, Bartissol décide que, le moment venu, il sera inhumé à Fleury-Mérogis. Cette année-là, il souhaite faire don à la commune dont il est le maire, d’un terrain de 340 mètres carrés pour agrandir le cimetière « à la seule condition qu’il se réservera une partie pour établir la sépulture perpétuelle de sa famille9 ». Mais les autorités préfectorales semblent réticentes à cautionner cet accord entre la municipalité Bartissol et le propriétaire Bartissol. L’homme d’affaires n’apprécie guère ces atermoiements administratifs. Le 4 novembre 1900, alors que la situation est bloquée, il fait part de son impatience et de son amertume à son adjoint, Charles Caron : « L’Administration ne sait que mettre des retards et des obstacles à toutes les propositions qui sont faites. On agrandit le cimetière sans frais et on trouve à redire. Cependant, il y a un proverbe disant “à cheval donné, on ne regarde pas la bride”. Mais l’Administration veut regarder la bride. » Et de conclure par une menace qui a le mérite de la franchise : « Si on refuse, j’irai au ministère de l’intérieur et on saura je pense les faire marcher10. » Le lendemain, Bartissol interpelle sèchement le sous-préfet : « l’interprétation donnée à ma donation est entièrement fantaisiste... Déjà les familles du comte de Fleury et M. Grandidier, mes prédécesseurs dans la propriété du domaine de Fleury-Mérogis, ont des concessions dans le genre de celle qui m’est attribuée... En tout cas, le Conseil Municipal n’a pas à délibérer à nouveau sur cette question car si la Préfecture refuse l’approbation, je retire ma proposition11... » Edmond Bartissol transigera tout de même et l’affaire se conclura le 10 août 1901 par une nouvelle délibération municipale acceptant « la donation d’un terrain de 51 mètres carrés clos de murs qui s’ouvrira par une petite grille en fer, le terrain étant donné sous la condition expresse formulée par M. Bartissol que ce clos restera à perpétuité affecté à la sépulture de sa famille12 ». Par la même occasion, le « châtelain » offre 600 francs pour réparer ledit cimetière municipal. En 1910 enfin, déjà soucieux de l’« après-Bartissol », il demande le droit d’ouvrir une porte de communication entre le cimetière et le terrain devant servir de lieu de sépulture pour lui et sa famille et prévoit que ses héritiers payeront autant de fois la valeur de deux mètres de terrain qu’il y aura de concessions13 ! Un tel attachement à cette terre francilienne peut surprendre mais, assurément, l’homme se sentait plus à son aise dans les habits de maire de Fleury-Mérogis que dans ceux de parlementaire.

6Les deux fonctions électives étaient si rigoureusement étanches dans son esprit qu’il adoptait des attitudes différentes selon qu’il agissait en tant que député de Perpignan ou en tant que maire de Fleury-Mérogis. À son sens, le député et le maire n’avaient pas à penser et à agir de la même façon. Loin de pâtir de telles contradictions, le personnage y trouve l’expression de ses multiples facettes. Nous en prendrons pour preuve les relations que Bartissol entretenait avec l’Église et la franc-maçonnerie. Si de nos jours l’appartenance à une loge maçonnique n’est pas incompatible avec des sentiments religieux, voire une pratique religieuse, il en va tout différemment dans ces années 1890-1910 lorsque la question cléricale est à son paroxysme. On connaît l’outrance des manifestations plus ou moins folkloriques opposant alors curetons et frangins. Plus fondamentalement, la partition entre cléricaux et francs-maçons constitue une profonde ligne de fracture de la société française. Dans la mesure où le cléricalisme va le plus souvent de pair avec un refus de la république, c’est la forme politique du régime et la nature des rapports sociaux qui sont en jeu. Bartissol avait déjà été attaqué sur ce thème en 1898, quand il avait tenté de conquérir le siège de député de Narbonne. Voici en quels termes les socialistes locaux stigmatisaient son attitude :

  • 14 La République sociale, numéros du 28 avril et 5 mai 1898.

« Lors des élections de 1893 et afin de s’aliéner le parti conservateur de Céret, on le vit suivant pieusement les processions à Collioure. Or tandis que d’un côté, il donnait un gage aux cléricaux, Môssieu le Vicomte laissait un pied dans les loges maçonniques. Car on ne l’ignore pas, Bartissol est franc-maçon. Il a été initié aux mystères maçonniques de la Loge Saint-Jean-des-Arts dont le local est sa propriété, vers la fin de 1892. Quatre mois après, au mois de mars 1893, il était élevé au grade de maître. Ce qui ne l’empêchera pas au moment des élections de faire un pacte avec les conservateurs, prônant, tout bas il est vrai, sa haine pour la Libre Pensée, tout en laissant à la Loge le local des séances dont il était propriétaire14. »

  • 15 D’après Annuaire du Suprême Conseil, 1897, p. 54 cité par Saint-Pastour, La Franc-Maçonnerie au Par (...)
  • 16 Comité antimaçonnique, État-Major de la franc-maçonnerie pour la France et les possessions français (...)

7Par-delà son ton polémique et partial, cet article illustre parfaitement les positions ambiguës du personnage. En effet, Bartissol fut bel et bien franc-maçon. L’ Annuaire du Suprême Conseil pour l’année 1897 le présente comme appartenant à la Loge Saint-Jean-des-Arts de Perpignan15. Se référant à cette même source, un certain Comité antimaçonnique l’épingle dans son État-Major de la franc-maçonnerie publié en 190216. Bartissol n’exerça néanmoins jamais la moindre responsabilité dans son obédience maçonnique. Tout au contraire, il s’évertua avec constance à préserver le secret de cette appartenance. En revanche, cette affiliation lui a peut-être ponctuellement facilité des contacts utiles en politique ou en affaires. À partir des années 1900, lorsque politiquement il se rapproche des conservateurs, probablement prend-il encore plus de distance envers son obédience maçonnique.

  • 17 AC de Fleury-Mérogis.
  • 18 AC de Fleury-Mérogis, correspondances entre la mairie et la préfecture, 1907-1914, lettre du préfet (...)
  • 19 Lettre du préfet de Seine-et-Oise en date du 26 septembre 1908.
  • 20 AC de Fleury-Mérogis, copie d’un article paru dans L’Indépendant de Seine-et-Oise, octobre 1908.

8Que « Madame la Vicomtesse » fréquente l’église de la paroisse de Fleury-Mérogis, qu’elle offre deux chandeliers pour orner cette même église peut se comprendre, même de la part de l’épouse d’un député républicain du début du xxe siècle17. Plus surprenant est de voir, en 1907, ce même député républicain tenir tête à l’administration préfectorale lorsque celle-ci lui ordonne, au titre de sa fonction de maire, d’enlever un Christ en croix situé dans la salle de classe de la commune. D’autant que l’argument avancé par M. le Maire est pour le moins spécieux : « Lors de la création de l’école de Fleury-Mérogis, un Christ a été mis sur l’un des murs. Personne dans la commune n’en a demandé l’enlèvement et il semble inutile de procéder à cette opération que le Conseil Municipal juge inutile18. » Bartissol refusant de se plier à de nouvelles injonctions du préfet, le Christ sera finalement retiré de l’école par le commissaire de police de Corbeil chargé de le remettre à la mairie19 Mais le maire Bartissol persiste puisqu’en 1908, le même Christ est accroché... dans le bureau de la mairie20 !

  • 21 Ibid.
  • 22 Élections législatives. AD Pyrénées-Orientales, 3 M 296.

9Évidemment, l’obstination cléricale du maire de Fleury-Mérogis irrite autant les radicaux du cru que les socialistes méridionaux. Ils réagissent par des articles vengeurs dans leur presse locale, tel celui-ci paru dans L’Indépendant de Seine-et-Oise et précisément signé « Vangis » : « Si le Conseil s’occupe de Dieu et de ses saints, qu’il me soit permis de lui faire remarquer qu’il néglige totalement les questions d’hygiène. Il ferait beaucoup mieux d’assurer l’écoulement des eaux dans le bas de la route de Fleury où un cloaque infect empeste les habitants. Il est vrai qu’on ne peut à la fois assurer son bien-être sur la terre et dans le ciel21. » Pourtant, le député Bartissol avait bien voté en faveur de la séparation des Églises et de l’État le 3 juillet 1905. Certes, dès 1906, année électorale oblige, il nuançait sa position en la matière : « La loi de Séparation devait être une loi de liberté. C’est dans cet esprit que j’ai voté tous les amendements, qui étaient de nature à rassurer les consciences. Le nouveau régime doit être une œuvre de paix religieuse et non un élément de troubles que les passions sectaires se proposent d’aggraver encore22. » L’explication n’est pas totalement convaincante et, dans le contexte de la Troisième République, une telle ambivalence pouvait être assimilée à des palinodies. Il est vrai le député républicain modéré Bartissol a besoin de l’électorat conservateur pour assurer sa réélection.

Les transpyrénéens ou comment le député s’efface devant l’entrepreneur

  • 23 Regelsperger Gustave, « Les transpyrénéens. Ce qu’on peut en attendre », Revue politique et parleme (...)

10En 1904, la France et l’Espagne signent une convention prévoyant la réalisation de trois lignes de chemin de fer transpyrénéennes, à l’ouest par le Somport, au centre par Saint-Girons et la vallée d’Aulus et à l’est par le col de Puymorens. Le député de l’Ariège, Théophile Delcassé, alors ministre des Affaires étrangères, a usé de toute son influence pour conclure cet accord en instance depuis vingt-cinq ans. Ces voies ne sont pas d’un intérêt économique indiscutable, l’essentiel du trafic de longue distance devant continuer à emprunter les lignes existantes aux deux extrémités des Pyrénées. Plus d’un politique ou d’un industriel partage alors l’opinion de Gustave Regelsperger pour qui « la création de transpyrénéens ne paraît nullement s’imposer comme une nécessité pour les besoins du commerce international23 ». Pour certains, des lignes à voies étroites, moins coûteuses seraient suffisantes pour satisfaire les relations économiques entre les régions frontalières des deux pays. On se souvient qu’en 1890, Bartissol préconisait lui-même cette option pour les chemins de fer de montagne.

  • 24 JO, Chambre des députés, année 1905, annexe n° 2420, p. 495.
  • 25 Biographie de M. Edmond Bartissol. Sa lettre-programme à ses électeurs, op. cit., p. 15.

11Des trois lignes évoquées, celle d’Ax-les-Thermes à Ripoll en Espagne par le col de Puymorens et Bourg-Madame paraît la moins rationnelle. Elle n’était d’ailleurs pas envisagée dans les projets de convention précédents. En 1905, la commission parlementaire chargée d’examiner le projet de loi concluait que « la ligne de Toulouse à Barcelone par la vallée de l’Ariège, le col de Puymorens et Ripoll présenterait de très grandes difficultés d’exécution et coûterait très cher... Cette ligne semblait définitivement écartée quand elle fut reprise en raison de l’inertie opposée par l’Espagne à la construction de la ligne de Toulouse à Lérida24. » Mais Delcassé, député de la circonscription de Pamiers, tient tout particulièrement à cette ligne et il va mettre tout son pouvoir en jeu pour susciter un groupe de pression ad hoc. Le congrès des maires de l’Ariège et des Pyrénées-Orientales réuni en 1904 pour réclamer la construction de ce transpyrénéen est un bel exemple de cet efficace travail de « lobbying ». Bartissol suit attentivement l’évolution des événements. Par chance, Delcassé, dont il partage l’essentiel des vues politiques, l’apprécie. Si l’on en croit Auguste Cayrol, devant le congrès des maires, Delcassé aurait fait l’éloge de son collègue en ces termes : « Si la France avait dix hommes comme Bartissol, elle serait devant l’Étranger le premier pays du monde25. » L’outrance du propos fait planer un doute sur son authenticité, mais, qu’elle relate ou non les paroles et la pensée de Delcassé, cette phrase parut suffisamment juste à Bartissol et à son conseiller pour être reprise à des fins électorales.

  • 26 JO, Chambre des députés, débats, année 1907, pp. 1530-1534.
  • 27 Sur ce point, voir Bouneau Christophe, « Les transpyrénéens ferroviaires : un dilemme pour la Compa (...)

12La Chambre des députés adopte la déclaration d’utilité publique des trois lignes des transpyrénéens et leur concession à la Compagnie des chemins de fer du Midi le 27 juin 1907, alors que Parlement et gouvernement sont agités par les débats consécutifs aux événements viticoles26. Pour la Compagnie des chemins de fer du Midi, la réalisation des transpyrénéens ne constitue pas forcément une bonne perspective. Ses dirigeants redoutent le report sur ces nouvelles lignes d’une partie du trafic dont bénéficient les deux pénétrantes par les contreforts pyrénéens, par Hendaye à l’ouest et par Cerbère, à l’est. Mais les conditions avantageuses accordées par l’État qui prend à sa charge la plus grande partie des dépenses d’infrastructure, les espoirs de désenclavement d’un réseau souvent qualifié de cul-de-sac et les économies induites par le choix de l’électrification auront raison des réticences des administrateurs de la Compagnie du Midi27.

13Le député Bartissol, si prompt par le passé à dénoncer les lignes non rentables, est bien discret tout au long du débat parlementaire relatif à l’élaboration de ces projets ferroviaires. Comment interpréter ce silence ? N’a-t-il rien à dire dans un débat centré sur les relations avec la péninsule Ibérique et le rôle des chemins de fer dans leur développement, deux domaines dont il est un des rares spécialistes à la Chambre ? Faut-il chercher les raisons de la non-intervention du député dans la stratégie de l’homme d’affaires et de ses intérêts ? De fait, si l’homme politique garde le silence tout au long de l’élaboration de ces projets ferroviaires, en revanche, l’homme d’affaires va être partie prenante, puisque son entreprise est adjudicataire de la majeure partie des travaux. Bartissol obtient le premier lot, à savoir la réalisation du tunnel de faîte et de deux autres tunnels, soit au total plus de six kilomètres de galeries. Le deuxième lot est accordé à l’entreprise Pellerin, l’entreprise Escoffier Frères construira le tunnel hélicoïdal de Seillens, sur la commune de Merens, et un quatrième lot échoit à l’entreprise Lambert. Enfin, les services des ponts et chaussées se voient confier en régie les travaux de rectification de la route nationale. La proximité géographique des chantiers menés par chacune de ces entreprises va jouer un rôle non négligeable dans les rapports conflictuels qui caractériseront cette réalisation du transpyrénéen ariégeois.

  • 28 JO, Sénat, débats, séance du 5 juillet 1907, p. 859.

14Pour l’entreprise Bartissol, il s’agit d’un chantier à assurer dans des conditions matérielles difficiles, à plus de 1 500 mètres d’altitude. Il faut construire les voies d’accès avant de commencer les travaux de percement proprement dits. En contrepartie, l’entreprise est rémunératrice. L’ensemble des travaux étant évalué à 28 millions de francs dont 10,5 millions pour les tunnels, on peut estimer que l’entreprise Bartissol reçut de l’ordre de 7 à 8 millions de francs28. Les travaux débuteront dès 1908, sous la responsabilité de Julius Salomon qui vient de mener à bien la destruction des remparts de Perpignan. Les ouvriers sont logés dans des cahutes au village de L’Hospitalet. En revanche, Salomon établit les bureaux de l’entreprise et son domicile à Ax-les-Thermes, à 18 kilomètres en aval de L’Hospitalet. Lors des nombreux conflits qui vont intervenir au cours des sept années que dureront les travaux, il jouera de ce relatif éloignement pour prendre de la distance, pour gagner du temps. Ici comme ailleurs, pour l’encadrement, Bartissol privilégie des hommes qu’il connaît de longue date. Parmi les chefs d’équipe se trouve Éloi Molinier, un de ses cousins, lui aussi natif de Portel.

Le conflit permanent

  • 29 Statistique des grèves et des recours à la conciliation et à l’arbitrage survenus pendant l’année 1 (...)

15Pour attirer des ouvriers sur ce chantier particulièrement ingrat, l’entreprise offre des salaires attractifs. Pour une journée de huit heures, les 100 terrassiers mineurs recevaient 4,40 francs par jour et les 100 manœuvres entre 3 francs et 3,50 francs29. Certains ouvriers sont payés 0,90 franc de l’heure, soit neuf francs pour dix heures de travail quotidien. Une telle rémunération n’est évidemment accordée que pour les tâches les plus dures, celles imposant de travailler constamment dans l’eau qui ruisselle. Or depuis le percement du tunnel du Saint-Gothard dans les années 1880, un tel travail est associé à l’ankylostomiase. Cette anémie provoquée par un parasite, l’ankylostome, affectionne particulièrement ce milieu humide, confiné et insalubre et, en 1908, les ouvriers ou tout au moins leurs syndicats sont très au fait de ce risque professionnel. L’ankylostomiase sera d’ailleurs en 1911 la première maladie professionnelle reconnue en France. Par ailleurs, les ouvriers de ces chantiers constituent une clientèle captive ; ils sont contraints d’acheter leur nourriture aux boulangers et épiciers établis sur place. Or, par nécessité ou par cupidité, ces commerçants, concessionnaires de l’entreprise Bartissol, pratiquent des prix très élevés. Enfin, ce chantier isolé du transpyrénéen n’échappe pas à la règle de fonctionnement de ce type de rassemblements : jeux clandestins, luttes de clans, conflits latents entre communautés, en l’occurrence entre Espagnols et Français...

  • 30 Statistique des grèves et des recours à la conciliation et à l’arbitrage survenus pendant l’année 1 (...)
  • 31 Sur l’activité politique et syndicale d’Albert Bedouce et Gabriel-Ellen Prévot, cf. Dictionnaire bi (...)

16Le 6 juin 1910, un représentant de l’entreprise Bartissol « descend » à Toulouse pour embaucher des maçons ; pressé de remonter à L’Hospitalet, il en recrute 27, un peu à la va-vite. Mal lui en prit puisque parmi eux se trouvent Bénazet, secrétaire du Syndicat des maçons de la ville, et son frère. Autant dire que c’était mettre le loup dans la bergerie ! Lorsque ces hommes arrivent sur le chantier le 8 juin, ils découvrent des conditions de travail qu’apparemment ils ne soupçonnaient pas : l’eau suinte de toutes parts et le tunnel est inondé. Alors, au lieu des 9 francs prévus, ils en réclament 15. Devant le refus de Salomon, ils se mettent aussitôt en grève, entraînant une partie des ouvriers dans le mouvement. Consciente du danger de voir le mécontentement gagner l’ensemble du personnel, la direction préfère transiger. Elle prend en charge le rapatriement de ces maçons à Toulouse et va même jusqu’à leur accorder une indemnité30. Pour être mineur, l’incident n’allait pas être sans conséquences. Toulouse est alors un foyer actif du syndicalisme ouvrier et surtout une des places fortes du socialisme. Depuis peu, les socialistes sont les maîtres à la mairie en la personne de Jean Rieux et les deux députés de la ville, Albert Bedouce et Ellen Prévot, sont également issus de leurs rangs31. En décembre 1908, ces socialistes toulousains se sont dotés d’un quotidien régional, Le Midi socialiste. Désormais, les milieux syndicaux toulousains seront sensibilisés aux conditions de travail sur ces chantiers du transpyrénéen et l’entreprise Bartissol placée sous leur vigilance.

  • 32 AD Ariège, 15 M 29 5.

17Après ces incidents, les hauteurs de Puymorens retrouvent un calme apparent. Pour autant, le climat social n’est pas bon et, le 28 novembre 1910, une nouvelle grève éclate sur le chantier de L’Hospitalet. Outre des augmentations salariales, les ouvriers réclament le renvoi d’un chef de poste particulièrement brutal. La direction cède sur ce dernier point mais pas sur les salaires. Le travail reprend le 4 décembre mais seulement pour quelques jours. Le conflit qui intervient à partir du 12 décembre est plus profond en raison de la multiplicité des revendications et de la généralisation du mécontentement. Cette fois, l’origine de la grève semble résider dans le renvoi de deux travailleurs français. Les ouvriers réclament le droit de s’organiser en syndicat. Le secrétaire départemental de la CGT de la Haute-Garonne, Marti-Rollan, monte à L’Hospitalet avec la ferme intention de structurer une section syndicale. La direction ne l’entend pas de cette oreille ; par l’intermédiaire de l’un de ses directeurs sur place, Baron, la direction de l’entreprise sollicite l’aide de la force publique pour « protéger le personnel, assurer la liberté de travail, empêcher le sabotage du matériel et la ruine de [ses] usines32 ».

  • 33 D’après Le Midi socialiste, 10 janvier 1911.

18Le préfet de l’Ariège ne lésinera pas sur les moyens : dès le 13, trois compagnies du 59e régiment d’infanterie encadrées par un capitaine, et 38 sous-officiers et brigadiers, soit plus de 300 hommes, investissent les lieux. Les 14 et 15 décembre, les forces de l’ordre procèdent à l’arrestation de neuf ouvriers pour entrave à la liberté du travail. Ils seront condamnés à des peines de huit jours à un mois de prison et surtout, parce que de nationalité espagnole, huit d’entre eux seront expulsés. L’affaire prend une dimension nationale lorsqu’une délégation parlementaire du groupe socialiste se rend sur place pour enquêter. Durant ce mois de décembre 1910, Edmond Bartissol n’interviendra pas directement dans le conflit ; le soin d’afficher une position inflexible et, par là même, le risque de focaliser inimitiés et rancœurs incombe à Julius Salomon. En revanche, début janvier 1911, alors que le rapport de force est désormais plus favorable à la direction, il accepte de recevoir à Paris deux députés socialistes proches du syndicat, Albert Willm et Jean-Baptiste Lavaud. Il leur aurait confié qu’il regrettait l’attitude intransigeante de Salomon33. Décidément, la pratique du fusible ne date pas d’hier !

19Le chantier retrouve le calme mais désormais le conflit entre direction et ouvriers est endémique. En mai 1911, le syndicat envoie à Salomon un cahier de doléances. Les revendications portent sur la présence continue d’un médecin, la ventilation du tunnel, la fourniture de vêtements imperméables, la création d’un service de sécurité et l’augmentation des salaires. Le 27 mai, la totalité des 200 ouvriers du chantier de Porté cesse le travail. Dès le début du conflit, un clivage très net sépare ouvriers français et espagnols. Les premiers sont des autochtones, natifs des communes voisines de Porté-Puymorens et Porta. Les quelques terres qu’ils possèdent leur assurent la subsistance ; ils sont organisés et déterminés, la plupart sont syndiqués. Au contraire, les Espagnols sont totalement dépendants du salaire accordé par l’entreprise et savent qu’à la moindre condamnation pour troubles à l’ordre public, ils seront expulsés. Cette grève va donc être menée par les ouvriers locaux alors que la plupart des Espagnols s’accommodent des conditions de travail antérieures. Les grévistes reçoivent le soutien du maire de Porté, Pierre Ribo-Gil, qui ira jusqu’à refuser d’héberger les gendarmes dans le village. Tout au plus consent-il à ce que les forces de l’ordre cantonnent dans le tunnel en construction.

  • 34 Note du commissaire spécial Pécune au préfet de l’Ariège, 13 juin 1911, AD Ariège, 15 M 29 5.

20Redoutant que ce conflit ne dégénère, Edmond Bartissol arrive à L’Hospitalet le 30 mai ; il inspecte les différents chantiers de l’intérieur et de l’extérieur et s’enquiert de la situation auprès des principaux responsables. Si l’on en croit le commissaire spécial, Pécune, Bartissol aurait déclaré : « Nous pouvons attendre du côté de Porté, ceux qui ne veulent pas travailler n’ont qu’à s’en aller ; je ne consentirai aucune augmentation car je paie 50 % de plus que le taux fixé par l’État. Sur mes chantiers, je perds actuellement 200 000 francs34. » En fait, la direction est loin d’être navrée de la tournure des événements et le commissaire spécial semble découvrir les véritables desseins de Bartissol et Salomon : « Autant l’entreprise paraissait soucieuse d’éviter une grève à L’Hospitalet, autant elle est “satisfaite” de la grève de Porté. J’ai cru comprendre que la grève lui permettrait de se débarrasser des gens du pays employés sur ses chantiers pour les remplacer par des Espagnols. » Probablement, les contraintes techniques du moment (qualité de la roche, voies d’accès, etc.) incitent également à mettre l’essentiel des moyens à L’Hospitalet plutôt qu’à Porté. Dans ces conditions, le rapport de force est défavorable aux grévistes de Porté. Le 14 juin, ils tentent une nouvelle fois d’entraîner dans la grève les ouvriers de L’Hospitalet et ceux travaillant au percement du tunnel de Saillens pour le compte de l’entreprise Escoffier. Sans succès. Même leur demande de fonds pour aider les grévistes ne recueille qu’un faible écho. En revanche, le soutien s’organise à l’échelon régional. L’organe de la Bourse du Travail de Toulouse, La Bataille syndicaliste, lance un appel à la solidarité de « tous les camarades fédérés, confédérés et syndiqués ». Une aide en nature se structure également sous la forme de soupes communistes.

  • 35 Ibid.
  • 36 AD Ariège, 15 M 29 5.

21Le sous-préfet de Prades fait office de médiateur et la direction de l’entreprise Bartissol se plaindra à plusieurs reprises de sa position, à son sens trop conciliante vis-à-vis des revendications ouvrières : « l’entreprise fulmine contre les autorités des Pyrénées-Orientales qu’elle accuse d’incurie et même de mauvais vouloir. Monsieur Bartissol serait dans l’intention d’en référer au ministre de l’Intérieur35. » Le 14 juin, Salomon décline catégoriquement la proposition du préfet des Pyrénées-Orientales d’organiser une rencontre avec les ouvriers grévistes : « Je n’accéderai à aucune des revendications ouvrières. Au surplus, mes chantiers étant fermés pour un temps indéterminé, je procéderai à une date que je ne puis fixer, au réembauchage d’ouvriers que je me réserve de choisir à mon gré36. » La menace est la même qu’à Sériège quelques années auparavant mais ici Bartissol se sent plus fort car les différentes catégories d’ouvriers sont moins solidaires et il n’est pas pressé par des impératifs commerciaux.

  • 37 Ibid.

22À L’Hospitalet, le commissaire spécial chargé d’informer le préfet se croit investi d’une mission sociale. Il discute souvent avec les ouvriers, leur rend visite dans leur cahute, recueille mille et une informations. Surestimant peut-être sa propre influence, il en tire des conclusions définitives : « Nous n’aurons pas de grève. J’ai eu soin d’expulser les éléments mauvais et révolutionnaires ; cela a été mon œuvre dès mon arrivée à L’Hospitalet. Aujourd’hui, il existe un bon esprit parmi le personnel ouvrier qui m’est généralement attaché. Beaucoup d’ouvriers ont été embauchés sur ma recommandation, après examen de leur identité et de leurs papiers, d’autres, nombreux, grâce à moi, ont vu leur situation améliorée... Nous ne craignons donc ni grève ni désordre37. » Pour un peu, on croirait entendre le directeur des relations humaines de l’entreprise Bartissol !

23Le 21 juin 1911, le décès d’un ouvrier espagnol, écrasé dans le tunnel par un bloc de pierre, faillit mettre en péril ce bel échafaudage paternaliste. Choqués, ses compatriotes ne veulent pas reprendre le travail. Pour désamorcer le mouvement, représentants des pouvoirs publics et membres de la direction manœuvrent avec habileté. Les premiers font preuve de compassion : le préfet de l’Ariège et le sous-préfet de Prades assisteront aux obsèques de la victime. Les seconds jouent la conciliation : Salomon annonce la gratuité des soins et des médicaments pour les ouvriers et leur famille ainsi que la création immédiate du poste de médecin, lequel prendra ses fonctions à L’Hospitalet dès le 4 juillet. La direction avait cédé sur les revendications relatives à la sécurité et au confort (médecin, vêtements, ventilation) mais restait intransigeante quant aux salaires. Alors, le mouvement va se durcir. Les lignes télégraphiques sont arrachées, la conduite forcée est endommagée par une charge de dynamite. C’est au milieu de ce climat social on ne peut plus dégradé que la Commission internationale du transpyrénéen visite le chantier le 2 juillet. La grève va se prolonger jusqu’au 8 août ; elle aura donc duré 83 jours.

  • 38 Sur Jean Frago, cf. Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, op. cit., t. XII, p. 2 (...)
  • 39 AD Ariège, 15 M 29 6.

24Après une année 1912 relativement calme, le Syndicat des ouvriers du Transpyrénéen, désormais animé par Jean Frago38, mènera l’année suivante la vie dure à toutes les entreprises impliquées dans cette réalisation. La grève, déclarée le 26 mars 1913 sur le chantier de l’entreprise Pellerin, gagne très vite les entreprises Escoffier et Bartissol ainsi que les travaux en régie. Le 5 mai, le juge de paix d’Ax-les-Thermes organise une tentative de conciliation entre l’entreprise Bartissol, représentée par Maurice Brunet, et trois ouvriers grévistes délégués par le syndicat, mais la conciliation échoue. Cette fois, c’est le sénateur-maire de Foix, Georges Raynald, qui fait office de médiateur. Raynald est loin d’être un révolutionnaire ; il se range plutôt parmi les républicains modérés. Néanmoins, avançant des arguments d’efficacité économique, il prend nettement position pour une augmentation des salaires : « Ce que j’ai pu voir des ouvriers ne m’a montré qu’une main-d’œuvre peu vigoureuse et malingre, d’un rendement sans doute défectueux. Un salaire meilleur pourra tenter une main-d’œuvre de qualité supérieure qui en ce moment fait défaut39. » La grève se poursuivra jusqu’au 22 mai, date à laquelle Edmond Bartissol consent à appliquer provisoirement le tarif dont bénéficient les ouvriers de l’entreprise Pellerin. L’issue positive à ce conflit de près de deux mois aurait pu désamorcer la contestation. Il n’en est rien ; la reprise du travail est de courte durée. Dès le 5 juin, suite au refus de la direction de reprendre un ouvrier, une nouvelle grève est déclenchée. Celle-ci durera longtemps : il faudra attendre le mois d’octobre pour que le travail reprenne sur tous les chantiers du transpyrénéen ariégeois.

  • 40 Chauvet Horace, La Vie politique roussillonnaise, Perpignan, 1934, p. 148.

25Dans sa chronique historique sur la politique roussillonnaise, le journaliste Horace Chauvet, faisant référence au transpyrénéen, relate une anecdote, vraie ou fausse, illustrant à ses yeux le sang-froid et la sérénité d’Edmond Bartissol : « Ses ingénieurs étaient anxieux de savoir s’ils réussiraient cette délicate opération ; ils avaient attaqué le tunnel par les deux bouts et il s’agissait de se retrouver à moitié chemin, sur un point mathématiquement déterminé. Un jour, Bartissol reçoit de son ingénieur Salomon une dépêche triomphante : “On a parfaitement réussi ! Victoire ! ’’ Un autre aurait exulté, fait déboucher le champagne : “Ah, dit tranquillement notre homme, Ah, fort bien”40. » Évidemment, Horace Chauvet, qui fut dans sa jeunesse un compagnon de route du député Bartissol, omet d’évoquer les importants conflits sociaux qui avaient marqué ce chantier.

26Entre conflit mondial et guerre civile espagnole, la gestation de ces transpyrénéens sera longue et difficile. La voie centrale ne vit jamais le jour, la voie occidentale par le Somport et la voie orientale par le Puymorens ne furent ouvertes qu’en 1929. La concession de ces lignes s’avéra un cadeau empoisonné pour la Compagnie des chemins de fer du Midi car l’exploitation des transpyrénéens ne sera jamais en mesure d’atteindre la rentabilité économique. La guerre d’Espagne et surtout l’isolement du pays durant la longue période franquiste leur porteront le coup de grâce. La ligne Pau-Canfranc par le Somport sera définitivement fermée en 1970. La voie d’Ax-les-Thermes à Ripoll par le Puymorens fonctionne toujours mais elle n’a jamais connu un trafic marchandises ou voyageurs digne de son statut de ligne internationale.

Notes

1 Chambre des députés, séance du 13 décembre 1905, JO du 13 janvier 1905, p. 3919.

2 Ibid.

3 AD Pyrénées-Orientales, 3 M 296, affiche électorale.

4 Ibid.

5 Ibid.

6 Les résultats de cette élection sont les suivants : E. Bartissol, 6960 voix, L. Caulas (radical) 3 699 voix, L. Deslinières (socialiste), 2 983 voix.

7 Cette lettre est reproduite dans L’Indépendant des Pyrénées-Orientales du 7 février 1907.

8 Ibid.

9 Délibérations du conseil municipal de Fleury-Mérogis, 26 août 1899.

10 Lettre à Charles Caron, 4 novembre 1900.

11 Lettre au sous-préfet de Corbeil, 5 novembre 1900.

12 Délibérations du conseil municipal de Fleury-Mérogis, 10 août 1901.

13 Délibérations du conseil municipal de Fleury-Mérogis, août 1910.

14 La République sociale, numéros du 28 avril et 5 mai 1898.

15 D’après Annuaire du Suprême Conseil, 1897, p. 54 cité par Saint-Pastour, La Franc-Maçonnerie au Parlement, 1970, p. 82, et Gaudart de Soulages Michel, Lamant Hubert, Dictionnaire des Francs-Maçons, 1981, p. 69.

16 Comité antimaçonnique, État-Major de la franc-maçonnerie pour la France et les possessions françaises, 1902, p. 26, notice sur E. Bartissol.

17 AC de Fleury-Mérogis.

18 AC de Fleury-Mérogis, correspondances entre la mairie et la préfecture, 1907-1914, lettre du préfet de Seine-et-Oise en date du 15 octobre 1907, lettre d’Edmond Bartissol en date du 17 octobre 1907.

19 Lettre du préfet de Seine-et-Oise en date du 26 septembre 1908.

20 AC de Fleury-Mérogis, copie d’un article paru dans L’Indépendant de Seine-et-Oise, octobre 1908.

21 Ibid.

22 Élections législatives. AD Pyrénées-Orientales, 3 M 296.

23 Regelsperger Gustave, « Les transpyrénéens. Ce qu’on peut en attendre », Revue politique et parlementaire, octobre 1905, p. 79.

24 JO, Chambre des députés, année 1905, annexe n° 2420, p. 495.

25 Biographie de M. Edmond Bartissol. Sa lettre-programme à ses électeurs, op. cit., p. 15.

26 JO, Chambre des députés, débats, année 1907, pp. 1530-1534.

27 Sur ce point, voir Bouneau Christophe, « Les transpyrénéens ferroviaires : un dilemme pour la Compagnie du Midi. 1865-1937 », Le Sud-Ouest et la péninsule Ibérique, 1987, pp. 243-260.

28 JO, Sénat, débats, séance du 5 juillet 1907, p. 859.

29 Statistique des grèves et des recours à la conciliation et à l’arbitrage survenus pendant l’année 1911, ministère du Travail et de la Prévoyance sociale, n° 1220, pp. 364-367.

30 Statistique des grèves et des recours à la conciliation et à l’arbitrage survenus pendant l’année 1910, ministère du Travail et de la Prévoyance sociale, n° 1081, pp. 320-323.

31 Sur l’activité politique et syndicale d’Albert Bedouce et Gabriel-Ellen Prévot, cf. Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, t. X, pp. 243- 244 et t. XIV, pp. 316-317.

32 AD Ariège, 15 M 29 5.

33 D’après Le Midi socialiste, 10 janvier 1911.

34 Note du commissaire spécial Pécune au préfet de l’Ariège, 13 juin 1911, AD Ariège, 15 M 29 5.

35 Ibid.

36 AD Ariège, 15 M 29 5.

37 Ibid.

38 Sur Jean Frago, cf. Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, op. cit., t. XII, p. 219.

39 AD Ariège, 15 M 29 6.

40 Chauvet Horace, La Vie politique roussillonnaise, Perpignan, 1934, p. 148.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search