Version classiqueVersion mobile

Edmond Bartissol (1841-1916)

 | 
Jean-Louis Escudier

Quatrième partie. Recentrage sur la France

Chapitre XII. L’apéritif Bartissol ou un petit pas vers la postérité

Texte intégral

1En 1904, Bartissol décide d’investir dans la vente du vin, un domaine qu’il n’avait pas encore abordé. Mais il ne tient pas à lancer une nouvelle maison de négoce de vins courants comme il en existe des centaines dans le Midi méditerranéen. Nous venons d’ailleurs de voir le peu d’estime qu’il accordait à cette corporation, au point d’imaginer une organisation de nature à supprimer ces intermédiaires. Délaissant le commerce des vins ordinaires, il se tourne vers un des vins les plus prestigieux du Midi puisque c’est à Banyuls-sur-Mer qu’il décide de s’implanter. Ce choix de Banyuls peut surprendre. Si Bartissol est propriétaire de vastes vignobles en Roussillon, ceux-ci se situent en Salanque et dans les Aspres et nullement sur la côte Vermeille. Politiquement, les Banyulencs ne sont plus ses électeurs depuis son échec aux législatives d’août 1893. Alors faut-il chercher sa motivation dans sa rivalité avec Jules Pams qui l’a jadis évincé de cette aire géographique ? Jules Pams, député de la circonscription, jouit d’un prestige politique considérable depuis qu’il a fait adopter dans le cadre de la loi de finance de 1898 la défiscalisation des vins de liqueur produits dans le Midi, texte désormais connu sous le nom de loi Pams. Les Pams sont ici chez eux. Leur société de négoce de vins, les Caves Pams Frères, installée à Port-Vendres depuis 1847 est prospère. Les Pams et quelques autres maisons de négoce (Trilles, NadaL..) également installées depuis plusieurs décennies semblent bien maîtriser le marché local du banyuls.

Une structure combinant coopérative et société commerciale

  • 1 L’Indépendant des Pyrénées-Orientales, 23 juillet 1905.

2En dépit de ce contexte apparemment peu propice à un nouveau venu, Bartissol va investir la place de Banyuls. Il imagine un dispositif à plusieurs niveaux dont la base repose sur un groupement professionnel, le « syndicat de propriétaires ». Dans cette zone de micro-propriétés, il faut fédérer de nombreuses structures productives pour être influent. En ce domaine, le succès est immédiat : 442 propriétaires adhèrent à cette organisation1. Le second étage du dispositif est une société purement commerciale qui, pendant une durée de trente ans, s’engage à acheter le vin aux adhérents à un prix fixé, assure la mise en bouteilles et commercialise. Cette structure est la Société des vins de Banyuls naturels (SVBN), créée en septembre 1904 pour une durée de soixante ans avec un capital initial de 1 million de francs divisé en 2 000 actions de 500 francs.

  • 2 AD Aude, 6U1 234. Sur les Mendia, cf. Grande Enciclopedia Portugese et Brasiliera, op. cit., t. XVI(...)

3Comme en matière d’électricité, cette société anonyme est largement familiale. Différence majeure avec la Société hydroélectrique roussillonnaise, cette fois, il n’y a pas d’apport en nature ; tout est à mettre en place et donc à financer. Edmond Bartissol souscrit près des trois quarts du capital, soit 1 450 actions, Jules Robert en aura 50, un autre neveu, le médecin Léon Jaubert, en achète 25, de même que trois des hommes du « groupe » : l’ingénieur Julius Salomon, l’avocat Auguste Cayrol et le comptable Étienne Cabanis. Restent 400 actions, souscrites à parts égales par le comte Eugène de Mendia et son fils, Édouard, demeurant à Jésus dans la province de Lisbonne. Mendia père connaissait Bartissol depuis une trentaine d’années puisqu’il était déjà administrateur de la Compagnie des chemins de fer de la Beira Alta dans les années 1880. Probablement Bartissol avait-il su faire miroiter à ces relations lusitaniennes la rentabilité de ses affaires roussillonnaises2. Ici aussi, on se trouve devant un actionnariat limité au strict minimum légal, sept souscripteurs. Fort logiquement, Edmond Bartissol présidera le conseil d’administration de la société dont il est à l’origine et l’autre poste d’administrateur échoit à Jules Robert. Le siège social de l’entreprise est établi à Paris, au 7 rue La Fayette, avec les autres entreprises du « groupe Bartissol », l’agence générale de Perpignan est tout naturellement installée à la Cité Bartissol.

4Lors de la création de la société, un quart seulement du capital initial avait été libéré. La pratique est courante ; les actionnaires avaient alors un délai de cinq ans pour acquitter la totalité de leur souscription au capital de la société. Cette option est fréquemment retenue car elle permet aux actionnaires d’étaler leur dépense et de spéculer sur l’attribution des premiers bénéfices pour financer en partie leur investissement.

  • 3 L’Indépendant des Pyrénées-Orientales, 23 juillet 1905.
  • 4 L’Indépendant des Pyrénées-Orientales, 26 juillet 1905.

5Sur le terrain, les opérations sont rondement menées. Tout près de la gare de Banyuls, dans le quartier Matifoc, après avoir arasé une colline, on construit d’importants chais qui seront opérationnels pour accueillir la récolte des adhérents dès 1905. Lorsque, au cours de l’été 1905, il lance l’idée d’un trust de vins du Midi, Bartissol peut déjà se prévaloir de cette réalisation : « J’ai moi-même établi le Trust des Vins de Banyuls en contractant avec un Syndicat de 442 propriétaires3. » Le directeur de la SVBN est Julius Salomon, que nous connaissions plutôt comme l’un des responsables des activités de travaux publics du « groupe ». Une fois la première récolte rentrée, vient le temps des inaugurations. Le 22 octobre, dans la cave décorée pour l’occasion de tentures, un grand banquet réunit vignerons et dirigeants de la société sous une devise très « bartissolienne » : Paix et Travail. L’initiative hasardeuse de Bartissol semble avoir été couronnée de succès dès la première année. Se faisant l’avocat du Trust des vins naturels du Midi, Emmanuel Brousse fait parler les Banyulencs en ces termes : « Ce que nous savons bien c’est que nous avons vendu en 1903 nos raisins à 10, 12, 14 francs au plus les 100 kg et que maintenant depuis 1904, nous sommes assurés de les vendre pendant trente ans à 27 francs les 100 kg ou 45 francs l’hectolitre de vin. C’est un résultat inespéré, aussi nous mettons-nous à replanter la vigne avec ardeur4. » Il est évidemment difficile d’établir la part des mérites respectifs d’un relèvement des cours du marché et de l’efficacité commerciale de la nouvelle structure. Néanmoins, l’effet recherché semble avoir joué. Isolés, les petits propriétaires se trouvaient en situation de dépendance vis-à-vis des courtiers et des négociants ; regroupés, ils pouvaient influer sur les cours.

  • 5 Assemblées générales de la SVBN du 9 mai 1906 et du 11 avril 1908 (AD Aude, 6U1 234).
  • 6 D’après Pech Monique, Pech Rémy, Sagnes Jean, 1907 en Languedoc en Roussillon, Espace Sud, 1997, p. (...)

6Le mouvement de yo-yo qui affecte le capital social mérite quelque attention car il procède d’une pratique inhabituelle. En effet le capital est porté à 2 millions en 1906 pour être finalement ramené à 1 million en 19085. En l’absence des registres de délibérations des assemblées générales, il est difficile d’interpréter ce mouvement. Un capital de 2 millions était probablement excessif pour une jeune société de ce type mais cela aurait pu apparaître dès 1906. Cette rapide rétractation a peut être quelque lien avec les difficultés financières auxquelles est confronté l’actionnaire principal à partir de cette année 1908, notamment en raison des difficultés de sa société immobilière à Perpignan. En diminuant le capital social, l’actionnaire principal limite d’autant les versements complémentaires auxquels il s’était engagé. Cette réduction du capital social traduit aussi la fragilité de l’échafaudage monté entre les vignerons et la société commerciale. L’entente initiale entre les coopérateurs, la société commerciale et la municipalité se lézarde dès l’automne 1906 sur fond de différend politique6.

Le Bartissol, fleuron du cru Banyuls

  • 7 Bulletin officiel de la propriété industrielle et commerciale, documents de l’Institut National de (...)
  • 8 Ch. Blazy (Survol rétrospectif..., op. cit., p. 330), repris par P. Poutensan(op. cit., p. 272), f (...)

7À son origine, le banyuls est commercialisé comme « vin naturel réconfortant », sans référence explicite à Edmond Bartissol. Sur chaque étiquette figure la mention « Syndicat des 442 propriétaires du Terroir7 ». La Société des vins de Banyuls aurait rapidement commercialisé environ 20 000 hectolitres par an8. Elle bénéficie d’une reconnaissance institutionnelle puisque sur chaque étiquette est représenté le blason de la ville de Banyuls couronné de la mention « Concession du conseil municipal ». Mieux, les bouteilles sont estampillées d’un cachet de garantie représentant la République et portant la mention « Mairie de Banyuls-sur-Mer, Pyrénées-Orientales ». On a beau être libéral, il serait malvenu de refuser le soutien des institutions publiques !

  • 9 AD Hérault, 2 U1 221.

8En ce début de xxe siècle, les concepts de terroir et d’appellation d’origine commencent tout juste à poindre dans les milieux viticoles méridionaux. En Roussillon comme en Languedoc, les négociants achètent, assemblent et vendent les vins en toute liberté. On parle certes de Fitou, de Corbières ou de Banyuls, mais ces dénominations tendent, au mieux, à indiquer des types de vins. Reconnu depuis 1855 pour les grands bordeaux, le concept de terroir n’a nulle part dans le Midi d’existence réglementaire. Ainsi, en 1901, la maison Trilles fit un procès à la société Clément et Cie de Valence qui commercialisait du banyuls sous la dénomination « Vin de Saint-Raphaël ». Mais, curieusement, c’est l’usage du terme Saint-Raphaël que Trilles contestait en l’occurrence et non l’appellation Banyuls pour des vins qui n’étaient pas forcément produits sur la côte Vermeille9 ! La crise majeure du printemps 1907 va faire office d’électrochoc ; prenant conscience de la nécessité de différencier leur terroir, les producteurs des coteaux réclament l’instauration d’appellations d’origine.

  • 10 « Commission de délimitation des régions viticoles qui auront un droit exclusif à l’appellation ban (...)
  • 11 Ibid., p. 93.
  • 12 JO, 24 septembre 1909, p. 9687.

9Dès l’automne 1907, les différents acteurs de la profession (producteurs, négociants, distributeurs) débattent sur la délimitation de l’aire de production du Banyuls. Bien qu’il soit invité à la Commission de délimitation des régions viticoles qui auront un droit exclusif à l’appellation banyuls, en tant que député, c’est par le directeur de la Société des vins de Banyuls, Julius Salomon, que Bartissol s’y fait représenter10. Celui-ci se fait l’avocat de son patron qui souhaiterait voir cette aire limitée aux vins récoltés sur la seule commune de Banyuls-sur-Mer. Mais une position aussi malthusienne était d’autant plus difficile à défendre que Bartissol lui-même avait, semble-t-il, envisagé de faire entrer dans son groupement banyulenc « les propriétaires des bons vins de Collioure11 ». Finalement, le décret du 18 septembre 1909 conférera l’appellation banyuls « aux vins récoltés et manipulés sur le territoire des communes de Cerbère, Port-Vendres, Banyuls et sur la partie de la commune de Collioure, jusqu’au Ravaner12 ».

  • 13 D’après une brochure de la Société des vins naturels Banyuls-Bartissol. Imprimerie B. Arnaud, Lyon- (...)

10Le matériel publicitaire de la société insiste fortement sur cette identité avec le terroir du banyuls : « La SVBN a eu l’heureuse idée, pour obtenir une production uniforme, de réunir ces divers crus et de les harmoniser afin de donner à son produit, le BANYULS BARTISSOL, avec toute la quintessence du bouquet du Banyuls, l’ensemble des propriétés fortifiantes et reconstituantes qui caractérisent ce roi des vins de liqueur naturels. La supériorité des BANYUS BARTISSOL résulte encore d’une vinification plus parfaite que celle obtenue par les procédés fort rudimentaires employés habituellement par la plupart des propriétaires, presque tous à la fois pêcheurs et vignerons, dont plus de la moitié ne récolte guère que dix à vingt hectolitres13. »

Le Banuyls Bartissol, vin-médicament ?

  • 14 Annuaire du commerce Didot-Bottin, Paris, 1911, t. I, p. 3237.

11Très vite, la société personnalise les produits. La dénomination Banyuls Bartissol, souvent symbolisée par les initiales BB, est adoptée. La marque Bartissol est alors synonyme de banyuls. Les encarts publicitaires précisent : « Direction, caves, chais et vignobles à Banyuls-sur-Mer14. » Le produit se réclame de la dénomination « vin doux naturel », catégorie de vins instaurée par la loi Pams de 1898. Par-delà les transformations que connaîtra le Bartissol au cours du xxe siècle, il restera toujours un vin doux naturel alors que le Byrrh est un apéritif à base de vin. Cette différence d’appellation n’est pas très explicite pour le consommateur moyen et pourtant elle est déterminante quant à la nature des produits et leur commercialisation. Les vins doux naturels du Roussillon relèvent d’une appellation d’origine contrôlée et à ce titre obéissent à une réglementation stricte : parcelles classées, cépages sélectionnés, rendements et méthode de vinification codifiés. Les apéritifs à base de vin n’ayant aucune appellation d’origine, les fabricants sont autorisés à s’approvisionner en raisin sur n’importe quel marché national ou étranger. C’est ainsi que la maison Violet importera des mistelles d’Espagne et d’Algérie pour élaborer son Byrrh. En revanche, bénéficiant de droits réduits sur les alcools depuis la loi du 13 avril 1898, les vins doux naturels peuvent être mis en marché à un prix sensiblement inférieur à ceux des apéritifs à base de vin qui, eux, doivent acquitter les droits pleins sur l’alcool.

  • 15 Affaire Société des vins de Banyuls naturels contre la Régie des contributions indirectes et le min (...)
  • 16 Ibid., p. 9.

12Ce privilège ne va pas sans quelques inconvénients lorsque le cadre juridique contraignant se couple avec une administration pointilleuse. La SVBN allait rapidement en faire l’expérience et les frais. En 1907, la société n’ayant plus le droit d’élaborer elle-même du vin doux naturel décide de vendre 250 hectolitres d’alcool, soit la presque totalité de son stock, à un négociant de Perpignan, M. Deleuze. À la suite de circonstances qui restent confuses (erreur ? substitution ?), l’alcool livré s’avéra être d’un titrage inférieur à celui qui avait quitté les caves de Banyuls-sur-Mer. Condamnée en 1909 à 144 000 francs d’amende par le tribunal correctionnel, la SVBN fit appel15. Mais les arguments développés par la défense sont davantage d’ordre moral que technique : « Quel est l’esprit raisonnable, l’homme de bonne foi qui admettra que ces deux personnalités [Salomon et Bartissol], qui habitent si loin de Banyuls, dont la situation matérielle et morale est si élevée, soient tombées dans la petite vilenie de commettre une fraude pour un misérable et méprisable intérêt de 821,26 francs16 ? »

  • 17 Ibid.
  • 18 Ibid.

13La Société des vins de Banyuls naturels commercialise quelques autres produits, notamment le Porto royal Pinheiro, élaboré avec les vins issus du domaine portugais d’Edmond Bartissol. Située à l’embouchure du Sado, cette propriété n’est nullement dans la zone du porto. La publicité est d’ailleurs particulièrement ambiguë : « Le vin récolté dans certaines parties du vignoble de Pinheiro peut rivaliser en qualité avec les meilleurs crus du Portugal, y compris le porto dont il a le parfum et le goût17. » Manifestement, la défense des appellations d’origine dont la société se fait le champion pour le cru Banyuls ne va pas jusqu’à respecter l’appellation d’origine du porto ! Outre le Porto Royal Pinheiro et un Muscat Romain, la SVBN propose sous le nom de Réal un banyuls au quinquina. La réclame présente cet apéritif tonique et reconstituant comme un véritable médicament : « Son goût est des plus agréables et ses qualités particulièrement toniques le recommandent spécialement aux personnes faibles ou convalescentes. Il apporte à l’anémie et à toutes les déchéances organiques le plus efficace des remèdes. C’est le meilleur stimulant et le plus actif des reconstituants18. »

  • 19 Bouchardat A. et G., Nouveau formulaire magistral, 31e éd., Alcan, 1897, p. 522.

14Cet argument publicitaire n’a rien de surprenant à une époque où le marché foisonne de breuvages plus ou moins à base de vin prétendant être les meilleurs remèdes contre la névrose, l’hystérie ou bien encore l’épilepsie. Sous le titre « Que pense le corps médical du vin de Banyuls ? », la brochure publicitaire du banyuls Bartissol présente un long développement visant à prouver (?) le caractère « médical » du nectar catalan. Pour appuyer sa démonstration, le rédacteur de la brochure fait référence à l’avis d’une sommité médicale, en l’occurrence Appolinaire Bouchardat, membre de l’Académie de médecine. De fait, le Nouveau formulaire magistral d’Appolinaire et Gustave Bouchardat loue les vertus thérapeutiques du vin de Banyuls : « Si le vin est ordonné comme remède avant ou hors des repas, c’est aux vins sucrés et alcooliques que l’on doit donner la préférence. Rien de mieux alors que celui de Banyuls. C’est lui qui depuis longtemps a remplacé avec avantage le vin de Malaga qu’on prescrivait dans les hôpitaux de Paris19. » Mais, en 1897, date de l’édition de l’ouvrage en question, la notion d’appellation n’avait pas encore pénétré les milieux viticoles et, a fortiori, le corps médical français. Le banyuls auquel il fait expressément référence est bien loin du terroir roussillonnais puisque ce « banyuls » n’est autre que... le Saint-Raphaël de M. Clément et Cie... de Valence dans la Drôme, celui-là même auquel Trilles contestait l’utilisation de la marque Saint-Raphaël ! Il est vrai que ce Saint-Raphaël figure en bonne place parmi les annonceurs finançant le Formulaire des professeurs Bouchardat : ceci explique peut-être cela.

  • 20 AD Aude, 6U1 234.

15Après la mort d’Edmond Bartissol en 1916, Jules Robert assurera durant quelques années la présidence du conseil d’administration de la SVBN. Mais sa position est fragilisée. Bien qu’aucun élément objectif ne le confirme, il est probable que, comme en matière d’industrie électrique, Edmond Bartissol se soit désengagé d’une part non négligeable des actifs qu’il possédait dans l’entreprise au cours des dernières années de sa vie. En 1920, les actions des héritiers Bartissol seront converties en parts de fondateurs. Ceux-ci recevront 40 % des bénéfices de l’entreprise mais abandonnent toute participation à la direction de la société. Ainsi, lorsque, en 1924, Jacques Violet, patron, avec sa sœur Simone, de la prestigieuse maison Byrrh, épouse Juliette Robert, petite nièce d’Edmond Bartissol, il entrera au conseil d’administration de plusieurs entreprises du « groupe Bartissol » mais non à celui de la société Bartissol. Pourtant, il avait davantage de compétence en matière de commercialisation d’apéritifs que de gestion portuaire. Le siège social est transféré de Paris à Carcassonne où réside le nouveau président, Prosper Capelle20. Pour le Bartissol, une autre aventure allait commencer mais l’itinéraire de son fondateur n’est plus qu’un lointain souvenir.

Notes

1 L’Indépendant des Pyrénées-Orientales, 23 juillet 1905.

2 AD Aude, 6U1 234. Sur les Mendia, cf. Grande Enciclopedia Portugese et Brasiliera, op. cit., t. XVI, pp. 896-897.

3 L’Indépendant des Pyrénées-Orientales, 23 juillet 1905.

4 L’Indépendant des Pyrénées-Orientales, 26 juillet 1905.

5 Assemblées générales de la SVBN du 9 mai 1906 et du 11 avril 1908 (AD Aude, 6U1 234).

6 D’après Pech Monique, Pech Rémy, Sagnes Jean, 1907 en Languedoc en Roussillon, Espace Sud, 1997, p. 43, Archives privées fonds Prosper Capelle.

7 Bulletin officiel de la propriété industrielle et commerciale, documents de l’Institut National de la propriété industrielle, CL. LXXII, Vins, n° 88391 et nos 89157- 89167.

8 Ch. Blazy (Survol rétrospectif..., op. cit., p. 330), repris par P. Poutensan(op. cit., p. 272), fait erreur en qualifiant de coopérative la structure mise en place par E. Bartissol.

9 AD Hérault, 2 U1 221.

10 « Commission de délimitation des régions viticoles qui auront un droit exclusif à l’appellation banyuls », Bulletin de la Société agricole, scientifique et littéraire des Pyrénées-Orientales, vol. 49, 1908, pp. 85-107.

11 Ibid., p. 93.

12 JO, 24 septembre 1909, p. 9687.

13 D’après une brochure de la Société des vins naturels Banyuls-Bartissol. Imprimerie B. Arnaud, Lyon-Paris.

14 Annuaire du commerce Didot-Bottin, Paris, 1911, t. I, p. 3237.

15 Affaire Société des vins de Banyuls naturels contre la Régie des contributions indirectes et le ministère public, mémoire ampliatif, Perpignan, Imprimerie de l’Indépendant, 1909, 47 p.

16 Ibid., p. 9.

17 Ibid.

18 Ibid.

19 Bouchardat A. et G., Nouveau formulaire magistral, 31e éd., Alcan, 1897, p. 522.

20 AD Aude, 6U1 234.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search