Version classiqueVersion mobile

Edmond Bartissol (1841-1916)

 | 
Jean-Louis Escudier

Quatrième partie. Recentrage sur la France

Chapitre XI. Bartissol en viticulture ou le capitalisme agraire

Texte intégral

  • 1 D’après Le Progrès agricole et viticole, 1er octobre 1905, p. 390.
  • 2 Le seul Mas de la Tourre occupait à titre permanent un régisseur, un palefrenier, un laboureur et d (...)
  • 3 Joseph Farines fut conseiller général du canton de Thuir de 1885 à 1898.

1De 1902 à 1905, Bartissol semble totalement absorbé par la gestion de ses chantiers et de ses affaires commerciales à Perpignan, à Salonique, au Mozambique ou ailleurs. Mais la spécialisation n’est pas dans la nature du personnage qui vient occuper un terrain où on ne l’attendait guère : celui de chantre de la viticulture méridionale. D’une part, il accroît considérablement son patrimoine viticole. Après plusieurs acquisitions dans l’Aude et dans l’Hérault, Bartissol se trouvera en 1906 à la tête d’un « empire viticole » produisant en moyenne 45 000 hectolitres répartis sur six propriétés, sans tenir compte du domaine Pinheiro au Portugal1. Eu égard aux conditions de production dans l’agriculture du début du xxe siècle, ce sont ainsi plusieurs centaines de personnes qu’il emploie sur ses domaines agricoles et viticoles2. Cet ensemble économique est sous la responsabilité d’un fondé de pouvoir, Joseph Farines, ancien conseiller général des Pyrénées-Orientales3. D’autre part, le député Bartissol se conforme enfin aux pratiques des autres parlementaires du Midi, exclusivement absorbés par la question viticole.

De la crise de la viticulture...

  • 4 Chambre des députés, débats, séance du 12 janvier 1905, JO du 13 janvier 1905, p. 9.

2Depuis la première crise de surproduction en 1893, les cours du vin connaissent des variations sensibles au gré de l’abondance des récoltes. Mais au printemps 1904, la crise s’exacerbe : à un franc le degré hectolitre, les recettes ne couvrent plus le prix de revient, même dans les vignobles de plaine. Parallèlement, les ouvriers agricoles s’organisent en syndicats, revendiquent une amélioration de leurs salaires et, à la fin de l’année 1904, les grèves se multiplient. Au plan national, le gouvernement Combes connaît ses derniers jours. L’année 1905 commence donc dans un climat d’inquiétude et de tensions. C’est dans ce contexte que Bartissol va occuper tout au long de l’année les premières loges de la revendication viticole. Dès le 12 janvier, il interpelle le gouvernement sur les mesures que celui-ci compte prendre pour mettre fin à la crise sur les vins naturels des régions viticoles du Midi4.

  • 5 Compte rendu du congrès dans L’Éclair, 23 janvier 1905.
  • 6 Le premier numéro de L’Action viticole est conservé dans le carton 7 M 526 des AD de l’Hérault. Nou (...)

3Avant la création des chambres d’agriculture en 1924, les congrès viticoles sont un lieu incontournable de dialogue entre milieux professionnels et pouvoirs publics. Le congrès viticole, qui rassemble à Béziers plus de 2 000 participants du 20 au 22 janvier 1905, aurait pu être un modèle du genre. Mais, en raison de la conjoncture politique, le dialogue va tourner à la surenchère, sinon à la confrontation. Le cabinet Combes est démissionnaire depuis quelques jours ; il est donc stratégique de mettre sous pression Maurice Rouvier appelé par le président Loubet à former le prochain gouvernement. Le congrès « demande la suppression complète du sucrage sous toutes ses formes ». Les congressistes optent pour la grève de l’impôt et la démission de l’ensemble des parlementaires des départements viticoles si cette suppression n’était pas adoptée. Dès lors, les clivages politiques resurgissent. Venu assister, comme la plupart des parlementaires du Midi, à la dernière journée des travaux, Bartissol ravit les congressistes en déclarant que si les revendications du Midi ne sont pas accueillies favorablement, il votera contre le gouvernement et donnera sa démission5. Jules Razimbaud adopte une position semblable. En revanche, les députés radicaux-socialistes se sentent piégés. Louis Lafferre de Béziers, Jules Pams et, bien sûr, Albert Sarraut, mais aussi des socialistes tels Aldy de Narbonne ou Bénézech de Montpellier refusent de cautionner cet ultimatum du congrès. Le Comité régional de défense viticole des intérêts du Midi constitué à l’issue du congrès se choisit pour président un avocat biterrois, Antonin Palazy, propriétaire d’un grand domaine à Vendres. En quête de tribune, Palazy et son comité lancent un nouveau journal, L’Action viticole. Le premier numéro, qui paraîtra le 21 mai suivant, témoigne de l’« amplitude politique » du comité : un article de l’ancien ministre de Méline, Adolphe Turrel, désormais président d’honneur de la société des viticulteurs de France, y côtoie l’éditorial de Palazy ; le radical Justin Augé ainsi que le conservateur Auguste de Crozals offrent aussi leur plume6.

  • 7 Chambre des députés, annexe n° 2250, JO, 1905, pp. 147-148.

4En février, Bartissol a déposé une proposition de loi tendant à instaurer une déclaration de récolte afin de lutter contre la fraude par sucrage et mouillage des vins à la propriété. Pour lui, la déclaration de récolte serait un garde-fou bien plus efficace qu’un contrôle sur l’utilisation des sucres comme le préconise le gouvernement. Bartissol n’était pas homme à se laisser aller au lyrisme. L’exposé des motifs accompagnant sa proposition est d’autant plus remarquable. On y trouve tous les thèmes à la mode dans le discours viticole de l’époque : « peu à peu, on se déshabitue d’une boisson nationale qui, quand elle est loyale, donne la force, donne la joie et est un des facteurs ataviques de l’originalité de notre race. L’ouvrier mal servi délaisse le vin pour les alcools et, peu à peu, on voit dans les grands centres la consommation des liqueurs, des absinthes et des poisons de tout ordre augmenter sans cesse au détriment de la santé publique. Il faut en finir, il faut exiger qu’on ne boive en France que du vin fait avec des raisins et sans mélange d’aucun autre produit7 ». En dépit de ce vibrant plaidoyer, cette proposition tarde à venir à discussion devant la Chambre.

  • 8 JO, Chambre des députés, débats, séance du 20 juin 1905, p. 2318.
  • 9 JO, Chambre des députés, débats, séance du 14 juin 1905, p. 2202.
  • 10 JO, Chambre des députés, débats, séance du 20 juin 1905, pp. 2324.

5En ce printemps 1905, la question viticole « envahit » le Parlement ; du 18 mai au 28 juin, les députés discutent d’un projet de loi relatif au régime des spiritueux en général et à la répression de la fraude sur les vins en particulier. Tout au long de la discussion, les élus du Midi font l’union sacrée : le modéré Frédéric Escanyé et les conservateurs de Laurens-Castelet et de Ramel s’associent à des radicaux-socialistes comme Paul Pujade, Albert Sarraut, Jules Sauzède, Ferdinand Théron, Justin Augé, Jules Razimbaud et Gaston Doumergue, et même aux socialistes Félix Aldy ou Jean Bourrat. En effet, si la question viticole est d’ordre économique et législatif, elle revêt également une forte composante sociale et culturelle : les clivages entre la France du Nord, urbaine et industrielle, et le Midi méditerranéen et sa viticulture hégémonique sont alors profonds. Gaston Doumergue synthétise en ces termes le rapport de force : « Nous représentons un petit nombre de départements, cinq ou six, qui sont sur le point d’agoniser, le mot n’est pas très fort. La vie administrative, la vie politique seront très probablement à bref délai arrêtées dans cette région8. » En dépit de ces appels pathétiques, les « députés du vin » restent largement minoritaires. À l’issue du scrutin sur le contre-projet qu’il avait présenté avec Aldy et Sarraut, Gaston Doumergue désabusé s’exclame : « C’est le sacrifice du Midi. Il faut protéger le sucre contre la viticulture9. » Il faut certainement voir dans ce sentiment d’incompréhension un des ferments de la révolte de 1907. Lors de ce débat de 1905, Justin Augé prévient ses collègues de la gravité de la situation dans le Midi : « À l’heure où nous discutons ici et où nous nous débattons péniblement devant un parti pris que nous ne pouvons peut-être pas vaincre, à l’heure qu’il est, la population viticole du Midi, s’insurge10. » Et Augé d’expliquer que le dimanche précédent, au cours d’un grand rassemblement à Béziers, le refus de l’impôt et la démission de l’ensemble des élus, à l’exception des députés, avaient été décidés par acclamation. Mais de telles mises en garde font sourire une Chambre des députés habituée aux propos excessifs des Méridionaux.

  • 11 JO, Chambre des députés, débats, 1re séance du 28 juin 1905, pp. 2538.
  • 12 Ibid., pp. 2538.

6Assurément, Bartissol juge-t-il stériles toutes ces discussions de politiciens. Néanmoins, comme sa propre proposition de loi n’est pas encore inscrite à l’ordre du jour, il va tenter de faire adopter la déclaration de récolte sous la forme d’un amendement à la proposition de loi relative à la répression de la fraude sur les vins. Le 28 juin, il se résout à monter à la tribune de la Chambre. Il rappelle qu’en 1890 il a soutenu Méline dans son combat parlementaire pour l’instauration des droits sur les blés étrangers, le fameux tarif Méline : « Nous n’avons pas de blé ; cependant, nous avons voté le blé cher et nous payons le pain cher. Le blé est donc à un prix normal, nous vous demandons de mettre le vin à un prix normal11. » Mais Bartissol n’est pas homme de dossier, il ne peut intervenir longuement sans ramener son propos à son expérience, à sa situation. Comme en matière de chemin de fer, il se place au centre de la démonstration : « Je suis moi-même propriétaire de vignes et je peux vous dire comment j’ai vendu mon vin : en 1897 : 14 francs, en 1898 : 18,50 francs, en 1899 : 16,65 francs. C’étaient là des années assez bonnes. Mais en 1900, nous avons vendu le vin 5 francs l’hectolitre alors qu’il nous a coûté 10 francs. Cette année, je le vends 5 francs et il faut bien vous mettre en tête, Messieurs, qu’il nous a coûté 10 francs12. »

  • 13 Ibid., p. 2550.
  • 14 JIbid., pp. 2537-2539.

7Ne s’embarrassant pas de formules juridiques, il propose que chaque propriétaire réponde simplement aux trois questions suivantes : 1) Quelle quantité de vin avez-vous récoltée ? 2) Quelle surface cultivez-vous en vigne ? 3) Quelle quantité de vin vieux reste-t-il dans votre cave ? Et de conclure : « Le propriétaire n’aurait qu’à répondre à ce questionnaire, à le signer et nous aurions satisfaction13. » Reprenant une expression de Gaston Doumergue, il souhaite contrôler le vin à son origine, « à la vigne », au lieu de le suivre « au jus de raisin » : « Quand chaque producteur aura indiqué la superficie de ses vignes, on sera fixé d’une façon certaine parce que sa déclaration sera facile à contrôler... La régie saura donc où aller réprimer la fraude14. » La proposition de Bartissol sera finalement fondue dans un amendement similaire du député de la Gironde, Périer du Larsan. Bien que soutenu par la quasi totalité des députés du Midi, cet amendement connaîtra le même sort que tous ceux déposés par les élus méridionaux : il est repoussé à une très large majorité au nom du principe de liberté. La loi du 6 août 1905 se contentera d’instaurer les acquis pour la circulation du vin. On sait que la mise en place de la déclaration de récolte ne sera finalement votée que deux ans plus tard, après les dramatiques événements du printemps 1907.

  • 15 Lettre reproduite dans le Bulletin de la Société agricole, scientifique et littéraire des Pyrénées- (...)
  • 16 D’après G. Gavignaud (Propriétaires viticulteurs en Roussillon, Publication de la Sorbonne, 1980, p (...)

8En mars 1906, Bartissol s’adressera au ministre des Finances pour réclamer une application plus stricte de la réglementation : « C’est grâce aux acquis fictifs que les négociants peu scrupuleux parviennent à pratiquer les fraudes qui ruinent notre malheureux Midi et à discréditer, par surcroît, le commerce honnête15. » L’homme d’affaires a rarement fait preuve d’une telle ténacité à la Chambre mais ce tardif intérêt pour les débats parlementaires et l’économie viticole est loin d’être fortuit16.

... au trust Bartissol

9Dans le même temps, Edmond Bartissol se lance dans la commercialisation des vins, jusqu’ici chasse gardée des puissantes maisons de négoce. Il met en place à Banyuls-sur-Mer le groupement commercial qui va donner naissance à la marque d’apéritif Bartissol. Nous présenterons plus loin cette entreprise ; pour l’heure, il convient de la situer dans le cadre plus général que souhaitait lui donner son instigateur. En effet, fidèle à sa nature, Bartissol voit grand et la structure mise en place à Banyuls n’est à ses yeux que le premier pas d’un regroupement beaucoup plus large qu’il va appeler « Trust des vins du Midi » mais que la presse et les milieux professionnels qualifient rapidement de « trust Bartissol ».

  • 17 Le Progrès agricole et viticole, n° 43, 22 octobre 1905, p. 475.
  • 18 Le Progrès agricole et viticole, n° 33, 13 août 1905, p. 193.
  • 19 Lettre de Francis Laur à E. Bartissol, en date du 27 juillet 1905, reproduite dans L’Indépendant de (...)

10Ce projet résulte de l’analyse que Bartissol fait de la crise viticole. Pour faire remonter les cours qui se détériorent depuis près de dix ans, le rassemblement d’une grande partie des producteurs méridionaux de vin s’impose. Regroupés, ceux-ci pourraient réguler l’offre, garantir la qualité des vins et, par là même, obtenir des prix plus élevés. Plus que dans les associations viticoles qui se mettent alors en place, notamment aux États-Unis, l’inspiration du projet d’Edmond Bartissol est à rechercher dans les trusts financiers et les cartels industriels formés à la fin du xixe siècle. À un interlocuteur reprochant à son projet d’être une pâle copie du trust Percy-Morgan des vins de Californie, Bartissol répond franchement qu’il n’avait « pas connaissance de ce contrat17 ». À l’en croire, l’idée lui en serait venue par simple bon sens : « Propriétaire-récoltant comme vous tous, j’ai constaté qu’en vendant mon vin directement à la consommation j’en retirais 15 francs, alors que le commerce m’en offrait cent sous [5 francs]. C’est de cette expérience que je tire mon meilleur argument. Ce que je fais moi-même, nous pourrions tous le faire en nous associant. D’où l’idée du trust des vins18. » Signe que son initiative rencontre un écho au-delà du monde viticole, Bartissol reçoit l’appui de Francis Laur, un ancien député de la Loire puis de la Seine, spécialiste de l’industrie minière et désormais directeur-fondateur de la revue Trusts et cartels. Laur manifeste son soutien avec enthousiasme : « Allez de l’avant, vous êtes dans le vrai et je vous suivrai19. »

11Bartissol met l’accent sur les problèmes de stockage et tente de démontrer par son exemple que le trust est la seule possibilité de rétablir des bénéfices pour la viticulture méridionale :

  • 20 Lettre en date du 2 octobre 1905 au Progrès agricole et viticole, n° 41, 8 octobre 1905, p. 421.

« Si je vous ai envoyé mon adhésion comme propriétaire ce n’est pas sans avoir examiné la situation qui me sera faite par ce contrat. Pour la récolte de 1904, j’avais retardé le plus possible la vente de mon vin, parce que les offres étaient de 5 francs l’hectolitre ; mais mes caves étant insuffisantes pour loger deux récoltes, j’ai été obligé de vendre une grande partie à ce prix de 5 francs l’hectolitre. J’ai vendu le 25 septembre dernier 2 000 hectolitres de vin pesant 10°3, au prix de 7 francs l’hectolitre parce que ma cave de la Tourre était encombrée par la récolte de 1904 et que je devais faire place à la récolte de 1905. Mes frais de culture pour les vins pesant environ 10° sont de 8 francs l’hectolitre. La récolte de 1904 m’a donné un déficit de plus de 50 000 francs. Cette situation ne peut pas durer. Avec les prix du trust, je vends à 12 francs l’hecto et j’aurai un bénéfice de 4 francs par hectolitre et, pour mes 45 000 hectolitres, 180 000 francs. Voilà pourquoi je suis adhérent à mon trust20. »

12Pour être convaincante, la démonstration n’en est pas moins maladroite. Loin de rassurer, de tels chiffres ne pouvaient que confirmer à l’immense majorité des paysans du Midi que Bartissol ne jouait pas dans la même catégorie qu’eux. Les viticulteurs méridionaux récoltant en moyenne 45 000 hectolitres et pouvant supporter un déficit de 50 000 francs se comptaient alors sur les doigts d’une seule main !

  • 21 Cité par Castelnau Édouard, Des associations de vente du vin dans le midi de la France. Coopérative (...)
  • 22 Lettre en date du 2 octobre 1905 au Progrès agricole et viticole, n° 41, 8 octobre 1905, p. 422.
  • 23 Le lecteur trouvera de plus amples détails sur ce projet de trust Bartissol dans les numéros 33 (13 (...)

13Le trust des vins du Midi envisagé par Bartissol est gigantesque. Il s’agirait de former une société commerciale au capital social de 300 millions dont la moitié serait consacrée à la construction de cuves d’une contenance totale de 30 millions d’hectolitres sur les lieux de production et l’autre moitié au fond de roulement. L’ensemble de cette production serait vendue en bouteilles par un réseau spécifique de représentants, ce qui constitue pour l’époque une originalité de premier ordre : « Pour éviter le mouillage, tout le vin de la société sera vendu en bouteilles et portera sur le bouchon et à la cire le degré et le prix21. » Devant le scepticisme de la profession, Bartissol insiste sur la faisabilité de cette entreprise : « Je suis allé visiter à Charenton l’installation mécanique de M. Loiseau, qui opère sur 50 000 bouteilles par jour. Avec 300 jours de travail par an, cela donne 15 millions de bouteilles. On voit par ces chiffres qu’il suffirait d’avoir deux établissements de ce genre par département pour embouteiller 2 milliards de bouteilles22. » Le vin serait acheté aux producteurs par le trust en vertu d’un contrat d’exclusivité et les bénéfices répartis à raison de 45 % à la société, de 45 % aux viticulteurs et de 10 % aux ouvriers23. On perçoit combien la philosophie d’un tel projet se situe aux antipodes du mouvement coopératif qui, avec le soutien des bourses du travail et des militants socialistes, commence à poindre dans le Midi viticole comme à Maraussan, près de Béziers, ou à Bompas, non loin de Perpignan.

  • 24 L’Indépendant des Pyrénées-Orientales, 4 août 1905.

14Profitant des vacances parlementaires, au cours de cet été 1905, Edmond Bartissol sillonne les départements viticoles pour promouvoir son projet. Le 3 août 1905, il le présente aux viticulteurs catalans, à Perpignan. La réunion est prévue au n° 6 de la Cité Bartissol, dans les locaux du Cercle républicain. Mais le succès de cette invitation est tel – l’Indépendant avance le chiffre de 2 000 personnes – que les participants se déplacent à l’Alcazar. Cette assemblée, au sein de laquelle se distinguent Prosper Auriol, président de la Société agricole, scientifique et littéraire des Pyrénées-Orientales, et de grands propriétaires tel Jonquères d’Oriola, approuve à l’unanimité le principe du trust24.

  • 25 « Notre enquête sur le trust Bartissol ». Progrès agricole et viticole, 12 novembre 1905, pp. 559-5 (...)
  • 26 « Le projet Bartissol et les ouvriers viticoles », Le Petit Méridional, 21 octobre 1905.

15Le trust Bartissol aura de nombreux partisans dans les Pyrénées-Orientales mais ne rencontrera qu’une adhésion très partielle dans les autres départements méridionaux. D’après l’enquête effectuée par la rédaction du Progrès agricole et viticole auprès de ses lecteurs, si 68 % des viticulteurs des Pyrénées-Orientales y sont favorables, cette proportion tombe à 35 % dans l’Aude et à 15 % dans l’Hérault25. Outre la trop longue durée de l’engagement – cinquante ans –, la critique majeure portée par la majorité des vignerons réside dans la faiblesse des prix d’achat proposés aux producteurs : de 1 à 2 francs le degré hecto selon le degré alcoolique. Les producteurs de coteaux, où les rendements sont faibles, sont radicalisés contre un projet qu’ils estiment dangereux pour leur avenir. Ils accusent Bartissol de « jouer à la baisse », de favoriser les vins de moindre qualité. Enfin, les syndicats d’ouvriers agricoles repoussent une organisation qui aurait, entre autres pouvoirs, celui de fixer le niveau des salaires26.

  • 27 Assemblée générale du 8 mars 1906, Bulletin de la Société agricole, scientifique et littéraire des (...)
  • 28 Le Progrès agricole et viticole, n° 17, 29 avril 1906, p. 505.

16Au cours de ce second semestre 1905, le président du Comité de défense viticole, Antonin Palazy, lance le projet d’une Association mutuelle des vins du Midi et les vignerons vont devoir se prononcer entre les deux projets. Le montage d’Edmond Bartissol continue à prévaloir en Roussillon. Il a les faveurs des notables de la Société agricole, scientifique et littéraire des Pyrénées-Orientales ; en mars 1906, cette assemblée sollicitée par Palazy décide de « notifier le vote de la Société approuvant le trust Bartissol et le maintien de ce vote jusqu’à ce qu’il lui soit présenté un projet de trust plus avantageux que celui de M. Bartissol27 ». Évidemment, Bartissol lui-même est très réservé sur ce projet alternatif et il n’est pas dupe. Un tel empressement à mettre en avant une contre-proposition n’est certainement pas fortuit, peut-être même celle-ci est-elle téléguidée par les radicaux-socialistes, inquiets de la perspective d’un Bartissol régnant sur l’ensemble du Midi. Néanmoins, toujours aussi pragmatique, il n’attaque pas de front : « Je trouve que le projet Palazy ne donne pas aux producteurs une sécurité assez grande et que ce projet est trop vague ; mais on peut attendre les adhésions qu’il pourra recueillir28. »

  • 29 Ibid. D’après E. Castenau (pp. cit., p. 214), Bartissol se serait rallié au projet de Palazy en mai (...)

17En dépit de plusieurs concessions de sa part (augmentation du prix de référence, diminution de la durée de l’engagement), le projet de trust de Bartissol ne verra donc pas le jour. Pour son promoteur, il importe de montrer sa capacité à rebondir après ce qu’il convient d’appeler un échec. Pour cela, il n’hésite pas à faire dans l’œcuménisme : « Pour mon compte, je travaille en ce moment à la constitution du Trust des Vins de la Vallée de l’Agly, qui pourra être comparé au Trust de M. Palazy. J’ai déjà recueilli de nombreuses adhésions et si, lorsque notre travail aura pris une forme précise, on peut faire une entente pour aboutir au trust général, je m’en féliciterai car je pense que seul le trust général peut apporter un remède efficace à tout le Midi29. » Ce repli annoncé sur la vallée de l’Agly dont le fleuron viticole est constitué par le cru Maury peut s’interpréter en termes politiques dans la mesure où ces viticulteurs sont également les électeurs potentiels du député Bartissol rééligible en cette année 1906.

  • 30 Sur ce projet de Coopérative des Viticulteurs de l’Aude, voir notamment Le Télégramme. n° 3808, du  (...)

18Assurément, cette initiative de trust fit à son auteur une heureuse publicité dans un pays où toutes les préoccupations tournent alors autour de la mévente et de la fraude sur les vins et Bartissol saura habilement fructifier ce capital confiance. Durant quelques mois, sinon quelques années, il va être considéré par de nombreux viticulteurs catalans comme un homme providentiel. Il serait certainement excessif de qualifier ce projet de Trust des vins naturels du Midi de « coup de bluff », comme le firent les adversaires politiques de Bartissol. L’atomisation de l’offre était un handicap majeur pour les petits producteurs méridionaux confrontés à un négoce de plus en plus structuré. Pour autant, la formule du trust ou de l’association générale n’était certainement pas adaptée, justement en raison de cette multiplicité des producteurs. Bien qu’il ménageât davantage les intérêts des négociants, le trust Palazy, ou le projet de Coopérative des Viticulteurs de l’Aude initié par Paul Taillefer et soutenu par Adolphe Turrel30, ne connaîtront d’ailleurs pas davantage de concrétisation que le « trust général » de Bartissol. C’est seulement depuis une vingtaine d’années, après la concentration de la production et la mise en marché par les coopératives dans un premier temps, par les groupements de producteurs dans un deuxième temps, qu’a pu se développer une grande société commerciale rayonnant sur plusieurs départements méridionaux, les Vignerons du val d’Orbieu.

  • 31 AD Aude, 3 Q 18/190 et 3 Q18/276.
  • 32 Nous ne connaissons pas le prix d’achat de cette propriété par Bartissol mais Prosper Capelle, qui (...)
  • 33 CA de la SHER du 26 avril 1906.

19En ce qui concerne son patrimoine, Edmond Bartissol continue à jouer la diversification. En 1905, il adjoint à son patrimoine viticole deux grands domaines. Le premier se situe dans le Minervois, à Ventenac-d’Aude, et regroupe environ 200 hectares de vignes produisant de l’ordre de 10 000 hectolitres. L’ensemble est de grande qualité. Si le « château » est une très vaste demeure, le joyau de Ventenac est incontestablement sa cave à trois niveaux. Tout à la fois grandiose et artistique, elle a été édifiée en 1880 par les Compagnons de France, au pied du canal du Midi. Cette propriété du château appartenait depuis plusieurs générations à une famille narbonnaise, enrichie dans le négoce viticole, les Séguy31. La dernière descendante, Léonie de Saint-Cyran, se décide à vendre et Bartissol qui offre un bon prix devient, pour la première fois, à soixante-quatre ans, propriétaire sur ses terres natales de l’Aude32. Durant les quelques années au cours desquelles il sera propriétaire, Bartissol va apporter au château de Ventenac quelques aménagements, notamment l’installation électrique réalisée en 1906 par les services de la SHER33.

  • 34 Sur les propriétés de la famille d’Andoque et Sériège, se référer à Bergasse Jean-Denis, L’Eldorado (...)
  • 35 Acte de vente du 27 novembre 1905, Archives privées d’Andoque de Sériège.
  • 36 Le Progrès agricole et viticole, 31 décembre 1905, p. 777.

20La seconde acquisition est une superbe propriété située aux confins de l’Aude et de l’Hérault, le domaine de Sériège. Situé sur la commune de Cruzy, Sériège est un des plus beaux fleurons de la viticulture méridionale : 350 hectares d’un seul tenant dont 250 de vignoble, une cave d’une capacité de 30 000 hectolitres et un « château » aussi somptueux qu’inutile puisque, édifié en 1884, il ne fut jamais aménagé ni habité. Ce domaine appartenait depuis des siècles à la famille Andoque qui, la notabilité venue, avait jugé à propos d’adjoindre « de Sériège » à un patronyme par trop roturier34. Mais les grèves très dures qui affectent l’exploitation en décembre 1904 ont, semble-t-il, convaincu Alexandre Andoque de Sériège de vendre. Edmond Bartissol est alors un des rares propriétaires à avoir les moyens d’acquérir et de mettre en valeur un tel domaine. La transaction s’effectue pour 550 000 francs qu’il s’engage à acquitter par paiements échelonnés au cours des années suivantes35. Pour Bartissol, alors concentré sur son projet de trust des vins du Midi, Sériège, comme Ventenac, pouvait être un atout dans le démarrage de cette gigantesque entreprise commerciale. D’ailleurs, dans le cadre de sa « campagne » pour la mise en place du trust, il fait au moins une fois explicitement référence à Sériège : « J’ai une propriété à Sériège, près Quarante (Hérault), mon vin pèse 10°3 ; au prix du trust, je vendrais 12,36 francs l’hectolitre et on m’offre 8 francs. Avec les prix du trust, j’ai un bénéfice de 400 francs par hectare parce que je produis 100 hectolitres [par hectare] et que les frais de culture sont de 800 francs par hectare. Avec les cours actuels, je couvre à peine mes frais36. » Mais, pas plus que les autres propriétaires viticoles absorbés dans leurs préoccupations mercantiles, Bartissol ne mesure l’ampleur du mécontentement ouvrier qui du monde industriel, tend à faire tache d’huile dans le monde agricole. L’année 1906 enregistre le record de jours perdus pour fait de grève. Loin de désamorcer la contestation, la catastrophe de Courrières qui, le 10 mars, coûte la vie à 1 099 mineurs avive la rancœur ; une longue grève s’ensuit dans les houillères. Après dix ans d’existence, marqués par des luttes de tendance, la Confédération générale du travail (CGT), créée en 1895, atteint enfin sa phase de maturité et commence à fédérer les revendications ouvrières. Au niveau politique, le rassemblement en 1905 des principales tendances du socialisme dans une structure unique permet de soutenir plus efficacement les revendications auprès des pouvoirs publics sinon de l’opinion publique.

Luttes de classes dans les vignes

  • 37 AD Hérault, 10 M 280, lettre au sous-préfet de Saint-Pons, 14 octobre 1906.
  • 38 AD Hérault, 10 M 280 (anciennement 194 M 29), lettre au préfet de l’Hérault, 8 octobre 1906.
  • 39 Relatant les événements de cette grève, Matillon R.E. (Les Syndicats ouvriers dans l’agriculture, P (...)
  • 40 AN, lettres du Parquet de Montpellier au garde des Sceaux en date des 7 et 23 novembre 1906.

21En cette année 1906, Sériège est « administré » par l’ancien ministre des Travaux publics, Adolphe Turrel37. La direction des domaines Bartissol étant assumée par Joseph Farines et Sériège étant géré par un régisseur, Joseph Astre, on cerne mal le rôle exact joué par Turrel. Lui-même définit ainsi sa fonction : « Habitant Paris et ne pouvant s’en occuper, [M. Bartissol] m’a demandé, à titre amical et gracieux, de vouloir bien donner un coup d’œil à cette propriété38. » Et de s’empresser de préciser : « Je n’ai d’autre intérêt en tout ceci que celui de M. Bartissol dont l’exploitation ruineuse s’est chiffrée par 50 000 francs de perte. » Néanmoins, en octobre 1906, Turrel est suffisamment présent à Sériège pour que les journalistes dépêchés sur place pensent que le domaine lui appartient39. Le nouveau propriétaire est si discret qu’à Cruzy même, nombreux sont ceux qui considèrent Bartissol et Turrel comme de simples prête-noms d’Alexandre Andoque de Sériège40 !

  • 41 AD Hérault, 10 M 280.
  • 42 AD Hérault, 10 M 280, lettre au sous-préfet de Saint-Pons, 14 octobre 1906.
  • 43 Ibid.

22Avec ses 30 gagés et ses 60 brassiers, Sériège connaît des rapports de production plus proches de l’industrie que de la paysannerie ; ici les ouvriers savent s’organiser, chaque conflit est le garant d’une plus grande force lors du conflit suivant. Lorsque, le 8 octobre, Turrel annonce que Bartissol a décidé de se séparer des journaliers, soit 62 des 94 ouvriers, lesdits journaliers répondent immédiatement par le blocus du domaine. L’action est efficace car elle interdit la vente des vins et le déroulement des travaux de pressurage. Ainsi commençait sur les terres de Bartissol une des grèves les plus dures que le Midi viticole ait connues. Adolphe Turrel est donc en « première ligne » sur le front du conflit. Dès son déclenchement, il alerte le préfet de l’Hérault : « Je vous informe qu’au domaine de Sériège, les journaliers empêchent par la force les gagés d’entrer dans la cour et de faire les pressurages41... » Le préfet de l’Hérault, Marraud, ne viendra sur place que le 22 octobre et il repartira pour Montpellier dès le lendemain. Il délègue ses pouvoirs au sous-préfet de Saint-Pons, Mounier, lequel va passer des semaines à négocier, effectuant des séjours répétés à Sériège. Turrel n’aura de cesse de solliciter un renforcement du détachement de gendarmerie. Il réclame 100 gendarmes car « des forces presque exagérées au début sont le seul remède efficace », fait référence à son expérience ministérielle : « J’ai eu bien souvent des grèves considérables à apaiser pendant mes trois années de ministère, j’y suis toujours parvenu par une action rapide et imposante42... » Mais le gouvernement radical-socialiste n’est pas disposé à recevoir des leçons d’un ministre de Méline ! En revanche, lorsque Turrel prévient le sous-préfet que « Bartissol est allé voir M. Clemenceau qui est son ami43 », le message sera reçu cinq sur cinq et transmis à tous les échelons administratifs concernés.

  • 44 AH Hérault, 10 M 280, commissaire spécial de Montpellier à Cruzy.

23Le leader des ouvriers est Augustin Philibert Calmette, à la tête du Syndicat des ouvriers cultivateurs et terrassiers de Cruzy depuis sa création en février 1904. Pour le commissaire spécial, Louis Eymery, « M. Calmette est un gréviculteur qui, sûr de son ascendant sur les esprits faibles et timorés, n’a qu’un seul désir, celui de se faire un nom dans les milieux collectivistes au grand détriment des ouvriers qu’il sait moins intelligents que lui44 ». Né le 4 septembre 1873 à Cruzy – il a donc trente-deux ans –, Calmette semble effectivement bénéficier d’un certain ascendant sur ses collègues. Mais, contrairement au portrait qu’en donneront les autorités agacées par son charisme, il apparaît socialement stable. Marié et père d’un enfant, il est conseiller municipal de Cruzy, élu sur la même liste que le maire, Jules Mouly.

  • 45 AD Hérault, 10 M 280, rapport du Commissaire spécial en mission à Cruzy au préfet de l’Hérault, 1er(...)

24Toutes les négociations et l’organisation sur le terrain sont menées par le sous-préfet et par Louis Eymery. Les autorités préfectorales et militaires déplorent un manque de collaboration de la part du maire de Cruzy. À la tête de la municipalité depuis deux ans seulement, Jules Mouly n’apparaît pas comme un soutien direct des grévistes mais il reste en retrait, ne tient pas à les affronter directement. Eymery stigmatise à plusieurs reprises son attitude. Ainsi, le 17 octobre, il fait une comparaison entre « le maire d’Ouveillan qui, dit-on, a su éviter les grèves dans sa commune en apaisant les ouvriers, en leur faisant comprendre leurs devoirs, en s’occupant de leurs intérêts professionnels et en s’occupant personnellement de faire travailler le plus grand nombre d’entre eux chez les propriétaires » et son homologue de Cruzy, lequel « pour ne pas déplaire aux grévistes, qui sont pour la plupart ses électeurs, les laisse agir à leur guise45 ».

  • 46 AD Hérault, 10 M 280. lettre de Turrel au régisseur de Sériège, 16 octobre 1906.
  • 47 AD Hérault, 10 M 280, lettre du sous-préfet de Saint-Pons au préfet de l’Hérault, 18 octobre 1906.

25Au bout de quelques jours, le rituel de la grève s’est installé : les journaliers arrivent du village de Cruzy vers huit heures du matin. Maintenus à quelque distance par les forces de l’ordre, ils occupent les abords du vieux château, chantent, partagent le repas de midi dans le bois de Sériège et regagnent le bourg vers quatre heures de l’après-midi. En soirée, ils se retrouvent dans les sous-sols de l’Hôtel Bastide, où ils prennent le repas du soir et dorment. Les quatre premiers jours de grève, entre le 8 et le 12 octobre, tout est calme, aucun incident n’est à déplorer, c’est la phase d’observation. Entre le 9 et le 13 octobre, 800 pieds de vigne répartis sur trois parcelles différentes du domaine sont arrachés ou mutilés. Dans la nuit du 15 au 16, les fils téléphoniques reliant Sériège à Ouveillan sont sectionnés. De toute évidence, il s’agit là d’un acte parfaitement réfléchi. Le téléphone est encore peu répandu mais il a été installé à Sériège quelques années auparavant et Bartissol dispose de cette installation à Paris et à Perpignan. En coupant ces fils, les ouvriers interdisent les communications entre Bartissol et son régisseur et signifient qu’ils souhaitent l’ouverture de négociations directes avec Bartissol. Les forces de l’ordre tant réclamées par Turrel finissent par arriver à Sériège : le 16 octobre, une compagnie du 100e de ligne prend position aux abords du domaine ; il s’y ajoutera deux escadrons du 18e régiment de Chasseurs, soit au total plus de 200 hommes. Après une semaine de conflit, Bartissol prend conscience que la personnalité de Turrel risque d’aggraver la situation et il décide de mener directement les négociations46. Usant de son outil préféré, le télégramme, il adresse au sous-préfet cet ultimatum : « Prière me télégraphier Paris si vous avez solution pour résoudre conflit. Je ne veux pas engager plus trente ouvriers. En octobre 1905, il y en avait moins. » Mais ce ton péremptoire n’impressionne pas le haut fonctionnaire en question. Après avoir consulté les livres de comptes de la propriété, le sous-préfet fait remarquer qu’en octobre 1905, période de plantation, Sériège avait occupé 47 journaliers et 28 femmes47.

  • 48 Rapport du sous-préfet au préfet, AD Hérault, 10 M 280.

26Le 16 octobre, quelques grévistes arrêtent à la Croisade une charrette conduite par des ouvriers de Turrel venant chercher à Sériège des pressoirs pour les transporter à Bouquignan, l’une des exploitations viticoles de l’ancien ministre. Des menaces sont proférées et un des grévistes aurait brandi un couteau. Mais le conflit allait connaître son paroxysme durant la journée du 20 octobre. Ce jour-là, un négociant a affrété un bateau pour retirer 96 demi-muids, soit 590 hectolitres de la récolte 1905, vendus par Bartissol depuis le mois de janvier et destinés à la société « l’Épargne » de Toulouse. Pour transporter ces barriques au port de la Croisade, sur le canal du Midi où doit s’opérer le chargement du bateau, deux charrettes de deux chevaux devront faire plusieurs allers et retours. Le sous-préfet, dont on peut supposer qu’il se serait bien passé de cet épisode, organisera la protection militaire des convois : un demi-peloton de cavalerie en tête et en queue, une section d’infanterie sur chaque flanc et une vingtaine de gendarmes à pied ou à cheval ! Loin d’intimider les grévistes, ce déploiement de force semble les motiver encore davantage : ils s’opposent à la sortie des charrettes chargées de vin et des heurts assez violents se produisent dans l’après-midi48. Il s’agira des seuls affrontements directs entre manifestants et gendarmes. Ces échauffourées auxquelles participent de nombreuses femmes donnent lieu à plusieurs arrestations.

  • 49 Cf. Escudier Jean-Louis, op. cit., 1995, pp. 120-125.
  • 50 AD Hérault, 10 M 280, rapport du commissaire spécial en mission à Cruzy au préfet de l’Hérault, 8 n (...)
  • 51 AD Hérault, 10 M 280, commissaire spécial de Montpellier à Cruzy.

27Bartissol mesure alors le caractère indispensable d’un représentant sur place. À partir du 22 octobre, son mandataire à Sériège sera Joseph Guiter. Maire de Portel, commune natale de Bartissol, Guiter est aussi un ami politique de Turrel en faveur duquel il avait accepté de témoigner devant la cour d’assises de l’Aude en 1 89849. Le 24, Guiter monte à Paris pour s’entretenir avec Bartissol. Jouant sur son éloignement géographique, Bartissol eut parfois recours à l’« intox » pour laisser pourrir certains conflits. Mais pour l’heure il opte pour l’intransigeance. De retour à Sériège, Guiter annonce que Bartissol envisage « de faire construire des maisons nouvelles à Sériège dans lesquelles il logerait des ouvriers nouveaux – 200 environ – qu’il recruterait principalement dans les Pyrénées-Orientales et qu’il paierait très cher50 ». En effet, les gagés, c’est-à-dire les ouvriers employés à l’année et logés sur le domaine, se retrouvent dans une situation inconfortable et Bartissol le sait bien. Ces gagés sont dans une position sociale bien différente de celle des journaliers. Venus de départements non viticoles du Massif central pour se placer comme ouvriers agricoles dans les domaines, contrairement à leurs homologues journaliers, ils n’ont aucune attache au village, aucun lopin de terre de nature à leur assurer une certaine subsistance. Par ailleurs, ils ne sont pas directement concernés par le conflit puisque, a priori, leur emploi n’est pas menacé. Mais, par solidarité ou par peur de représailles, ils vont cesser le travail. Le 30 octobre, le régisseur les somme de procéder aux travaux de décuvaison. Devant leur refus, ils sont congédiés et d’autres ouvriers sont recrutés ailleurs pour décuver51. Ces ouvriers « jaunes » doivent travailler sous la haute protection des militaires et, une fois leur tâche accomplie, repartent dans la plus grande discrétion dans la nuit du 3 novembre.

  • 52 Rateau Jules, « La grève de Cruzy. La Révolution aux champs », L’Echo de Paris, numéros des 28, 29, (...)
  • 53 AD Hérault. 10 M 280.
  • 54 AD Hérault, 3 U4 408, tribunal correctionnel de Saint-Pons, jugements nos 213, 214, 244, 245, 246, (...)
  • 55 AD Hérault. 3 U4 408, tribunal correctionnel de Saint-Pons, jugement n° 212 du 27 octobre 1906, con (...)

28La grève est rapidement devenue médiatique. Les principaux organes de presse du Midi (La Dépêche du Midi, Le Petit Méridional, L’Éclair) délèguent un journaliste sur place. Ainsi, le 24 octobre, dans un très long article, Léon Dupré fait un point complet sur la grève pour les lecteurs du Petit Méridional. Mais plusieurs journaux parisiens sont aussi attentifs aux péripéties du conflit. Sous le titre racoleur, « La grève de Cruzy. La Révolution aux champs », L’Écho de Paris ne consacre pas moins de six articles consécutifs à ces événements52. De son côté, la presse socialiste et syndicale relate évidemment le déroulement de la grève. Profitant de cette publicité, le syndicat lance un appel à la solidarité : « Voilà 15 jours que par l’intransigeance d’un patron inhumain, M. Bartissol, qui, à son titre de propriétaire capitaliste ajoute celui de député, 120 familles sont dans la plus noire misère... Avec nos salaires de famine, avec les nombreuses journées de chômage que nous subissons, les ouvriers de Cruzy sont sans ressources. Si vous voulez ajouter une nouvelle victoire à l’actif prolétarien, aidez-nous par vos subsides53. » De fait, le Syndicat des ouvriers cultivateurs et terrassiers de Cruzy est adhérent à la CGT et le mouvement de solidarité s’organise. Des collectes sont effectuées dans de nombreuses communes. Le sous-préfet tient le relevé des mandats-poste adressés aux grévistes ; au 7 novembre, ceux-ci ont reçu 490 francs d’une quarantaine de communes différentes : 50 francs arrivent de Narbonne, 50 francs de Béziers où une quête a rapporté 90 francs, mais des petites sommes arrivent de fort loin : Arles, Paris, Le Havre, Rochefort-sur-Mer. Dans le même temps s’ouvre le volet judiciaire des événements. Une pléthore de procédures est engagée contre les principaux meneurs ou supposés tels. Dès la fin octobre, une quinzaine d’hommes et de femmes sont traduits devant le tribunal correctionnel sous plusieurs motifs : violence, résistance à sommation de dispersion d’attroupement, rébellion, outrages et violences à gendarmerie. Si la plupart des inculpés en sont quittes pour des peines relativement modestes, assorties du sursis pour les femmes et les mineurs54, Voltaire Fages est condamné à six mois de prison ferme55.

  • 56 AD Hérault, 10 M 280.
  • 57 Ibid. Il s’agit de Jules Razimbaud, député depuis 1904 et fils de Jules Razimbaud, alors sénateur d (...)

29Le conflit s’installe dans la durée ; les pluies d’automne qui surviennent à partir du 1er novembre ne refroidissent pas les ardeurs des grévistes. Alors Bartissol reprend l’initiative. La lettre qu’il adresse à Guiter le 9 novembre, alors que la grève dure depuis un mois, témoigne de la confiance qui rapproche les deux hommes, manifestement d’accord sur la nouvelle manière à adopter : « J’ai reçu votre lettre du 7 courant, me disant que vous pensez qu’il y a une certaine détente de la part des grévistes. Les observations que vous faites sont très justes et on ne pourra arriver à mettre de l’ordre que petit à petit et avec beaucoup de tact56. » Bartissol a été mis en contact à la Chambre avec le député de la circonscription, Jules Razimbaud fils, lors d’une réunion du Groupe viticole. Apparemment, le courant est plutôt bien passé entre le radical-socialiste et le patron de droite : « Nous avons causé et il semble donner tort aux grévistes de Cruzy qui ont d’ailleurs, m’a-t-il dit, voté contre lui57. » Il est vrai que la majorité des ouvriers est alors beaucoup plus proche du parti socialiste que du radicalisme ; dans le Midi viticole, l’électorat radical se recrute essentiellement chez les petits propriétaires.

30Bartissol en vient à l’essentiel. Si le style est approximatif, les directives sont claires et précises :

  • 58 AD Hérault, 10 M 280.

« Le différend étant simplement sur la question d’employer 40 ou 48 ouvriers, la difficulté ne semble pas grande, il n’y a que le principe qui est en jeu. Je lui ai donc dit que, pour faire la paix, on pourrait en accepter 40 dès lundi prochain et que, 3 ou 4 jours après, je prendrai 8 ou 10 en plus, mais cela par complaisance non par imposition ; que je m’engagerai à garder les quarante à peu près toute l’année mais non les 8 ou 10 ouvriers supplémentaires, que je ne prenais qu’à titre temporaire et pour transaction [...] M. Razimbaud fils partira samedi soir c’est-à-dire demain et sera dimanche matin à Cruzy, pour faire ces propositions au syndicat, c’est-à-dire la rentrée de 40 lundi et, mercredi, la rentrée de 8 à 10 à titre temporaire. Bien entendu, comme le dit votre lettre, les ouvriers sont à notre choix et on ne peut nous imposer ni les incapables ni les paresseux. Quant au nombre de femmes, il n’en a pas été question jusqu’à présent mais il est évident que j’en occuperai, comme d’habitude, le nombre qui sera utile58... »

  • 59 Ibid.
  • 60 Voir notre ouvrage Viticulture et politique en Languedoc, op. cit., 1995, et dossier n° BB 18 2326  (...)

31Ainsi tout a été décidé à Paris entre Bartissol et Razimbaud. La forme, le ton, la concision du propos indiquent à quel point, même loin du lieu de l’action, Bartissol reste le véritable décideur. Cette missive se termine par une phrase très révélatrice de sa manière de gérer les conflits : « Soyez très accommodant sur la forme, mais dans le fond nous devons rester fermes, car je veux être le maître chez moi59. » Néanmoins, le pragmatisme prévalait une fois de plus et Bartissol allait transiger. Razimbaud viendra le dimanche suivant à Cruzy mener les ultimes négociations. Par l’accord signé le 13 novembre, la quasi totalité des grévistes était réintégrée60.

  • 61 Archives privées, fonds Adolphe Turrel.

32Toujours habile, Edmond Bartissol sortait de ce difficile conflit d’une manière relativement honorable. L’intransigeance de sa position initiale sera totalement imputée à Adolphe Turrel. Le remplacement de ce dernier ne manqua pas d’être présenté par la presse comme une disgrâce. À vrai dire, dans cette affaire, le fidèle Guiter n’avait pas connu plus d’honneur que Turrel. Ce conflit est révélateur de l’aptitude de Bartissol à changer d’hommes et de tactiques. En un mois, il eut tour à tour recours à trois négociateurs, Turrel, Guiter et Razimbaud, chargés chacun d’un message différent du lointain et discret propriétaire. Cet épisode met surtout en évidence les réseaux de relations qu’entretenaient entre eux les gros propriétaires méridionaux. D’ailleurs, Bartissol et Turrel resteront liés dans les années à venir, comme en témoignent les séjours des enfants Turrel à Pinheiro, la propriété portugaise de Bartissol61. Le fils aîné d’Adolphe Turrel, André, y séjournera en 1912 et sa fille, Louise, durant l’hiver 1915-1916 à l’occasion de son voyage de noces.

  • 62 Une procédure engagée contre X par le ministère public aboutit à une ordonnance de non-lieu le 29 d (...)
  • 63 AD Hérault, 3 U4 597, tribunal correctionnel de Saint-Pons.

33Le conflit de Sériège avait été très long, avec des moments intenses parfois violents. En plusieurs occasions, la confrontation avait failli tourner au drame, mais le pire fut finalement évité. Pour les ouvriers, la fin du conflit ne marqua pas le retour à la quiétude. Certes, ils avaient largement obtenu gain de cause et leur combat allait être cité en exemple dans les luttes ouvrières à venir. Certes, Bartissol jouait l’apaisement ; désireux d’en finir, il ne portait pas plainte pour l’arrachage de 800 pieds de vigne de sa propriété62. En revanche, le processus judiciaire enclenché par l’État au nom de l’honneur de l’autorité militaire suivait son cours. Si, à une exception près, les inculpés d’octobre s’en étaient sortis avec des peines presque symboliques, en revanche, les principaux leaders jugés en janvier 1907, soit deux mois après la fin du conflit, ne bénéficieront pas d’un rapport de force aussi favorable et ils seront lourdement condamnés. Michel Malaret et Voltaire Fages écoperont de six mois d’emprisonnement et Augustin Calmette, le président du syndicat, de quinze mois63.

  • 64 AD Hérault, 10 M 280, rapport du commissaire spécial en mission à Cruzy au préfet de l’Hérault, 1er(...)
  • 65 Acte de vente du 21 décembre 1910, Archives privées d’Andoque de Sériège.

34Dans l’esprit de Bartissol, Sériège ne fut jamais qu’un placement de circonstance, un investissement transitoire. Dès 1906, les ouvriers en grève lui prêtaient, à tort ou à raison, le dessein de vouloir vendre64. En dépit des investissements considérables qu’il prétendait avoir réalisés sur cette propriété, il ne gardera Sériège que quelques années. Le Trust des vins naturels du Midi n’est déjà plus qu’un vieux souvenir et Sériège comme Ventenac ne sont plus indispensables à sa stratégie. Comme les cours des vins ont retrouvé leur niveau des années fastes, il est opportun de vendre. En 1909, il se sépare du château de Ventenac, vendu à un négociant en vins du Biterrois, Jean Meyer, et, en décembre 1910, il revend Sériège à André d’Andoque et sa sœur, épouse de Gustave Fayet. Le retour de Sériège dans le giron de la famille d’Andoque avait un coût. En effet, le prix de revente (880 000 francs) de cette propriété, où il ne vint peut-être jamais, laissait tout de même à Bartissol une confortable plus-value de 330 000 francs en cinq ans65. Heureusement, car c’est avec le produit de la vente qu’il s’acquitta de l’achat réalisé cinq ans auparavant !

L’impasse sur 1907

  • 66 Arguant de vives attaques contre Frédéric Escanyé, Jean Bourrat sollicitera devant la Chambre, mais (...)

35Entre 1906 et 1910, le député Bartissol n’a plus guère d’initiatives parlementaires. Son silence total pendant la grave crise viticole de 1907 est d’ailleurs surprenant. En effet, Bartissol est l’élu de communes dont les habitants sont à la pointe du mouvement de révolte. Parce que, dès 1906, les propriétaires de Baixas refusèrent de payer leurs impôts, cette commune proche de Perpignan est avec Argeliers, dans l’Aude, un des lieux historiques du soulèvement ; lors du grand meeting de Montpellier le 9 juin, symboliquement, les habitants de Baixas défileront en tête du cortège avec ceux d’Argeliers. Il semble que désormais Bartissol ait décidé de laisser à son nouveau collègue, Emmanuel Brousse, la charge des affaires viticoles. Emmanuel Brousse est le fils du gérant de L’Indépendant des Pyrénées-Orientales. En 1906, il est devenu député de Prades en battant une figure historique de la politique départementale, le vieux radical Frédéric Escanyé66. Brousse entame une brillante carrière parlementaire qui, après guerre, le mènera au secrétariat d’État aux Finances dans le premier cabinet Millerand. En mars 1907, c’est lui qui remet au président du Conseil, Clemenceau, la demande des viticulteurs de Baixas de surseoir à l’exécution des saisies pour non-paiement des contributions. Enfin, Brousse va être un des principaux acteurs des lois des 29 juin et 15 juillet 1907.

36Tout au long des mois de juin et de juillet, alors qu’en raison de la gravité des événements, la Chambre est monopolisée par la question viticole, Bartissol ne participe à aucun débat, à aucune proposition. Il gardera le même silence politique durant les années suivantes. Ce silence est difficile à expliquer, les raisons pouvant en être multiples. Nous avons vu que Bartissol et Clemenceau entretenaient des rapports d’amitié. Or, désormais, dans le Midi viticole, Clemenceau incarne la répression sauvage contre les manifestants, les morts du 20 juin à Narbonne. Tant dans la presse socialiste que dans la presse des républicains modérés auxquels se rattache Bartissol, le président du Conseil n’est plus dénommé que « le fusilleur ». Dans un tel contexte, lorsque des politiques proches de Bartissol, tels Adolphe Turrel ou Emmanuel Brousse, font référence à « M. Clemenceau, ami de M. Bartissol », ils soulignent implicitement qu’eux-mêmes n’entretiennent pas de semblables relations avec le président du Conseil. Le 23 juin, à la tribune de la Chambre, Brousse accuse Clemenceau en des termes d’une rare violence. Comme Bartissol ne semble pas avoir eu envie de lâcher son ami pour « coller » aux sentiments du moment, il se trouvait de facto écarté du club des « défenseurs de la viticulture ».

  • 67 Voltaire Fages avait bénéficié d’une remise de peine par décret du 19 février 1907 (AD Hérault, 3 U (...)
  • 68 Cité in Maitron Jean, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, notice sur Siméon Ca (...)
  • 69 AD Hérault, 3 U4 409, Registre tribunal de première instance de Saint-Pons, audience du 22 janvier  (...)

37Les conséquences du conflit de Sériège placent également Bartissol en position délicate. En effet, lorsque le mouvement commence à prendre de l’ampleur à partir du mois d’avril, deux ouvriers agricoles, Augustin Calmette et Michel Malaret, sont encore détenus suite à leur condamnation en janvier67. Même si Bartissol avait su rester en retrait dans ce conflit, même s’il n’avait pas porté plainte, aux yeux des ouvriers, sa responsabilité dans l’incarcération de leurs deux camarades était directement engagée. C’est Siméon Castan, un pays de Bartissol puisque représentant les syndicats de Peyriac-de-Mer et de Port-la-Nouvelle, qui aura l’audace de souligner les contradictions des propriétaires au cours du premier grand meeting dominical, celui de Narbonne, le 5 mai. Pour Castan, « les ouvriers agricoles ne pouvaient s’associer aux revendications des propriétaires alors que restaient en prison plusieurs dirigeants syndicaux de Cruzy que ces mêmes propriétaires avaient fait condamner68 ». Le maire socialiste de Narbonne, Ernest Ferroul, qui tient à l’unité entre ouvriers et employeurs, s’empresse alors de demander l’amnistie pour ces ouvriers. Le garde des Sceaux, Jean Guyot-Dessaigne, était favorable à une mesure de clémence mais, après consultation du préfet de l’Hérault, Georges Clemenceau, président du Conseil et ministre de l’Intérieur, adopte une position de fermeté. Ferroul et les syndicalistes ne seront pas entendus : Malaret effectuera ses six mois d’emprisonnement et Calmette ne bénéficiera d’une libération conditionnelle que le 5 décembre suivant69.

  • 70 Propos cités par Thuillier Guy, La Vie quotidienne des députés en France de 1871 à 1914, Paris, Hac (...)

38Ce soudain détachement de la viticulture peut également être mis sur le compte d’un certain dépit d’avoir échoué dans son projet de trust ou bien du désir de ne pas se faire accaparer par le dossier viticole. Plus simplement, ce silence peut trouver son explication dans le trop-plein d’activité de l’homme d’affaires. Certes, si l’on en croit le Journal officiel, Bartissol participe à tous les scrutins de cette session parlementaire. Mais ces votes recensés ne sont-ils pas des leurres ? La pratique du vote délégué fonctionnait déjà à merveille sous la Troisième République. Chaque groupe avait son « boîtier ». Léon Daudet a livré des pages savoureuses sur l’un d’entre eux, M. Saumande, un obscur député de la Dordogne qui régnait sur 145 boîtes70. Ainsi, en dépit de ses votes, durant ce printemps 1907 particulièrement agité, l’homme d’affaires était peut-être au Portugal ou à Salonique !

  • 71 Délibérations du conseil municipal de Perpignan, 21 janvier 1908, 1 D1 33.
  • 72 Ibid.

39En dépit de son effacement, Bartissol ne perd pas le sens des affaires. Les journées (et les nuits) de juin sont fort animées à Perpignan. Le préfet du département, David Dautresme, n’avait pas trouvé mieux que de conseiller aux vignerons de remplacer leurs ceps de vignes par des pins et des amandiers, puisqu’ils n’arrivaient pas à vendre correctement leur vin. Ces propos inconvenants et provocateurs ne firent qu’exacerber l’ire des vignerons catalans. Les appels au lynchage et les lapidations de l’hôtel de préfecture n’étaient pas de nature à rassurer le représentant du gouvernement. Aussi, du 21 juin au 21 juillet, Dautresme décida de contraindre la SHER à éclairer l’ensemble des rues de Perpignan toute la nuit alors qu’habituellement l’extinction des lampes intervenait à onze heures du soir. A l’heure du paiement de la facture d’un montant de 1 262 francs, les services de l’État répondirent un peu cavalièrement que le préfet avait agi pour le compte et au nom de la ville, et qu’en conséquence il incombait à cette dernière de payer. Évidemment, les édiles municipaux, peu disposés à l’égard de Dautresme expédié depuis sous d’autres cieux, ne l’entendirent pas de cette oreille. Le conseil municipal n’avait pas été avisé de cette initiative, au demeurant excessive ; le préfet aurait pu se borner à solliciter l’éclairage des seuls abords de la préfecture71. Le différend aurait pu en rester là pour un litige financier aussi mineur, d’autant que la mairie est alors tenue par les amis d’Edmond Bartissol. Mais, et c’est là un trait de caractère du personnage, Bartissol ne se détermine pas en fonction des clivages politiques mais d’une logique des affaires. Une somme lui est due, elle doit lui être payée. Moyennant quoi, la SHER porte l’affaire devant le conseil de préfecture72.

Notes

1 D’après Le Progrès agricole et viticole, 1er octobre 1905, p. 390.

2 Le seul Mas de la Tourre occupait à titre permanent un régisseur, un palefrenier, un laboureur et dix-huit ouvriers (d’après Loubere L., Sandstrom R., « Saint-Laurent-de-la Salanque : étude de structure sociale, 1801-1906 », Annales du Midi, t. CI, n° 188, octobre-décembre 1989, p. 425).

3 Joseph Farines fut conseiller général du canton de Thuir de 1885 à 1898.

4 Chambre des députés, débats, séance du 12 janvier 1905, JO du 13 janvier 1905, p. 9.

5 Compte rendu du congrès dans L’Éclair, 23 janvier 1905.

6 Le premier numéro de L’Action viticole est conservé dans le carton 7 M 526 des AD de l’Hérault. Nous ne connaissons pas de collection complète de L’Action viticole.

7 Chambre des députés, annexe n° 2250, JO, 1905, pp. 147-148.

8 JO, Chambre des députés, débats, séance du 20 juin 1905, p. 2318.

9 JO, Chambre des députés, débats, séance du 14 juin 1905, p. 2202.

10 JO, Chambre des députés, débats, séance du 20 juin 1905, pp. 2324.

11 JO, Chambre des députés, débats, 1re séance du 28 juin 1905, pp. 2538.

12 Ibid., pp. 2538.

13 Ibid., p. 2550.

14 JIbid., pp. 2537-2539.

15 Lettre reproduite dans le Bulletin de la Société agricole, scientifique et littéraire des Pyrénées-Orientales, 1907, p. 52.

16 D’après G. Gavignaud (Propriétaires viticulteurs en Roussillon, Publication de la Sorbonne, 1980, p. 573), le 28 décembre 1906, E. Bartissol aurait, conjointement avec Emmanuel Brousse, déposé sans succès une proposition de loi tendant à venir en aide aux ouvriers agricoles roussillonnais pour un montant de 3 millions de francs. Nous n’avons pas trouvé trace de cette initiative dans le Journal officiel. G Gavignaud a repris cette affirmation d’un article de L’Indépendant en date du 30 décembre 1906. Or, au cours de cette même séance du 28 décembre 1906, les députés ont voté à la quasi-unanimité une aide de 3 millions de francs à tous les agriculteurs français victimes de calamités agricoles pendant l’année écoulée. La confusion vient peut-être de là.

17 Le Progrès agricole et viticole, n° 43, 22 octobre 1905, p. 475.

18 Le Progrès agricole et viticole, n° 33, 13 août 1905, p. 193.

19 Lettre de Francis Laur à E. Bartissol, en date du 27 juillet 1905, reproduite dans L’Indépendant des Pyrénées-Orientales du 29 juillet 1905.

20 Lettre en date du 2 octobre 1905 au Progrès agricole et viticole, n° 41, 8 octobre 1905, p. 421.

21 Cité par Castelnau Édouard, Des associations de vente du vin dans le midi de la France. Coopératives et trusts, thèse de doctorat, Université de Paris, 1907, p. 173.

22 Lettre en date du 2 octobre 1905 au Progrès agricole et viticole, n° 41, 8 octobre 1905, p. 422.

23 Le lecteur trouvera de plus amples détails sur ce projet de trust Bartissol dans les numéros 33 (13 août 1905) à 53 (31 décembre 1905) du Progrès agricole et viticole et dans l’étude de Baus J., « Le cartel des vins du Midi », Bulletin de la Société agricole, scientifique et littéraire des Pyrénées-Orientales, 4 vol. 48, 1907, pp. 171-267.

24 L’Indépendant des Pyrénées-Orientales, 4 août 1905.

25 « Notre enquête sur le trust Bartissol ». Progrès agricole et viticole, 12 novembre 1905, pp. 559-560.

26 « Le projet Bartissol et les ouvriers viticoles », Le Petit Méridional, 21 octobre 1905.

27 Assemblée générale du 8 mars 1906, Bulletin de la Société agricole, scientifique et littéraire des Pyrénées-Orientales, t. XLIII, 1907, pp. 12-13.

28 Le Progrès agricole et viticole, n° 17, 29 avril 1906, p. 505.

29 Ibid. D’après E. Castenau (pp. cit., p. 214), Bartissol se serait rallié au projet de Palazy en mai 1906 mais nous n’avons pas trouvé confirmation de cette affirmation. Edmond Bartissol n’apparaît sur aucune des listes de propriétaires adhérant au projet de « trust Palazy » publiées par Le Progrès agricole et viticole entre mai et décembre 1906.

30 Sur ce projet de Coopérative des Viticulteurs de l’Aude, voir notamment Le Télégramme. n° 3808, du 28 janvier 1906, n° 3816 du 5 février 1916 et n° 3818 du 7 février 1906.

31 AD Aude, 3 Q 18/190 et 3 Q18/276.

32 Nous ne connaissons pas le prix d’achat de cette propriété par Bartissol mais Prosper Capelle, qui avait souhaité acheter le domaine, écrit que Bartissol en avait offert bien davantage.

33 CA de la SHER du 26 avril 1906.

34 Sur les propriétés de la famille d’Andoque et Sériège, se référer à Bergasse Jean-Denis, L’Eldorado du vin. Les châteaux de Béziers en Languedoc, Presses du Languedoc, 1994, pp. 125-127 et 177-179.

35 Acte de vente du 27 novembre 1905, Archives privées d’Andoque de Sériège.

36 Le Progrès agricole et viticole, 31 décembre 1905, p. 777.

37 AD Hérault, 10 M 280, lettre au sous-préfet de Saint-Pons, 14 octobre 1906.

38 AD Hérault, 10 M 280 (anciennement 194 M 29), lettre au préfet de l’Hérault, 8 octobre 1906.

39 Relatant les événements de cette grève, Matillon R.E. (Les Syndicats ouvriers dans l’agriculture, Paris, 1908) puis Gratton Ph. (Les Luttes de classes dans les campagnes, Anthropos, 1971) considèrent sur la foi d’articles de presse que A. Turrel est le propriétaire et ne font aucune référence à E. Bartissol.

40 AN, lettres du Parquet de Montpellier au garde des Sceaux en date des 7 et 23 novembre 1906.

41 AD Hérault, 10 M 280.

42 AD Hérault, 10 M 280, lettre au sous-préfet de Saint-Pons, 14 octobre 1906.

43 Ibid.

44 AH Hérault, 10 M 280, commissaire spécial de Montpellier à Cruzy.

45 AD Hérault, 10 M 280, rapport du Commissaire spécial en mission à Cruzy au préfet de l’Hérault, 1er novembre 1906.

46 AD Hérault, 10 M 280. lettre de Turrel au régisseur de Sériège, 16 octobre 1906.

47 AD Hérault, 10 M 280, lettre du sous-préfet de Saint-Pons au préfet de l’Hérault, 18 octobre 1906.

48 Rapport du sous-préfet au préfet, AD Hérault, 10 M 280.

49 Cf. Escudier Jean-Louis, op. cit., 1995, pp. 120-125.

50 AD Hérault, 10 M 280, rapport du commissaire spécial en mission à Cruzy au préfet de l’Hérault, 8 novembre 1906.

51 AD Hérault, 10 M 280, commissaire spécial de Montpellier à Cruzy.

52 Rateau Jules, « La grève de Cruzy. La Révolution aux champs », L’Echo de Paris, numéros des 28, 29, 30 et 31 octobre et des 2 et 3 novembre 1906.

53 AD Hérault. 10 M 280.

54 AD Hérault, 3 U4 408, tribunal correctionnel de Saint-Pons, jugements nos 213, 214, 244, 245, 246, 247 et 248.

55 AD Hérault. 3 U4 408, tribunal correctionnel de Saint-Pons, jugement n° 212 du 27 octobre 1906, confirmé en appel le 22 novembre 1906.

56 AD Hérault, 10 M 280.

57 Ibid. Il s’agit de Jules Razimbaud, député depuis 1904 et fils de Jules Razimbaud, alors sénateur de l’Hérault.

58 AD Hérault, 10 M 280.

59 Ibid.

60 Voir notre ouvrage Viticulture et politique en Languedoc, op. cit., 1995, et dossier n° BB 18 2326 n° 326 A 06 des Archives nationales.

61 Archives privées, fonds Adolphe Turrel.

62 Une procédure engagée contre X par le ministère public aboutit à une ordonnance de non-lieu le 29 décembre 1906 (AD Hérault, 3 U4 596, tribunal correctionnel de Saint-Pons).

63 AD Hérault, 3 U4 597, tribunal correctionnel de Saint-Pons.

64 AD Hérault, 10 M 280, rapport du commissaire spécial en mission à Cruzy au préfet de l’Hérault, 1er novembre 1906.

65 Acte de vente du 21 décembre 1910, Archives privées d’Andoque de Sériège.

66 Arguant de vives attaques contre Frédéric Escanyé, Jean Bourrat sollicitera devant la Chambre, mais en vain, l’annulation de l’élection d’Emmanuel Brousse.

67 Voltaire Fages avait bénéficié d’une remise de peine par décret du 19 février 1907 (AD Hérault, 3 U4 408, jugement n° 212).

68 Cité in Maitron Jean, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, notice sur Siméon Castan, t. XI, p. 139.

69 AD Hérault, 3 U4 409, Registre tribunal de première instance de Saint-Pons, audience du 22 janvier 1907, jugement n° 22.

70 Propos cités par Thuillier Guy, La Vie quotidienne des députés en France de 1871 à 1914, Paris, Hachette, 1980, pp. 132-133.

71 Délibérations du conseil municipal de Perpignan, 21 janvier 1908, 1 D1 33.

72 Ibid.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search