Version classiqueVersion mobile

Edmond Bartissol (1841-1916)

 | 
Jean-Louis Escudier

Quatrième partie. Recentrage sur la France

Chapitre X. Seigneur à Fleury, roi en Roussillon

Texte intégral

1Nous avons évoqué au chapitre IV l’achat par Edmond Bartissol en février 1888 d’une splendide propriété en région parisienne : le château de Fleury-Mérogis, en Seine-et-Oise. Cette implantation à Fleury-Mérogis marque à plusieurs titres l’ascension sociale de l’homme d’affaires. Avoir un « château » aux abords de la capitale est alors un signe tangible d’appartenance à la bonne société parisienne. Mais Bartissol ne va pas pour autant oublier le Roussillon, où il développe de nombreuses activités.

Le « seigneur » de Fleury-Mérogis

  • 1 A. Duparchy aurait acquis cette propriété d’un ressortissant espagnol en échange de travaux non pay (...)

2Alexis Duparchy était, depuis 1883, propriétaire du château de Savigny-sur-Orge, commune voisine de celle de Fleury-Mérogis1. Cette proximité n’est probablement pas fortuite. Duparchy a-t-il joué un rôle direct dans la transaction, notamment en mettant en relation Bartissol avec le vendeur, Ernest Grandidier ? À tout le moins, sa présence à Savigny put-elle inciter son associé à s’installer sur ces terres franciliennes. Le prix d’achat (1 200 000 francs) suffirait pour témoigner de la nature de la propriété dont Bartissol prend possession. Le domaine de Fleury-Mérogis occupe alors 451 hectares, soit les deux tiers de la superficie de la commune. Le « château » est suffisamment ostentatoire pour que nul ne doute de la puissance du propriétaire. S’étendant sur une cinquantaine d’hectares, le seul parc d’agrément est remarquable par son agencement et ses ornements ; dans l’axe du « château » trône une fontaine sculptée, La Saône et le Rhône, copie de celle installée sur la place Bellecour à Lyon.

  • 2 Acte notarié, étude Cros. Corbeil.

3Bartissol met en fermage les terres agricoles, notamment la ferme de Fleury-Mérogis regroupant 171 hectares. Le bail de dix-huit ans consenti à Léon Blavet laisse une grande latitude au fermier qui peut entreprendre des investissements conséquents. Blavet est redevable d’un loyer annuel de 18 000 francs, indice du rapport relativement modeste de cette propriété dont la terre est de qualité médiocre ; les cultures de base sont le blé et les fourrages2. Les dépenses d’entretien de la somptueuse maison d’habitation et du parc, le recours à une importante domesticité contribuaient à obérer la rentabilité financière de ce domaine. Mais Bartissol est suffisamment avisé en la matière pour ne pas avoir été pris en défaut. Au sein de son patrimoine foncier et immobilier, Fleury-Mérogis avait le statut particulier de bien d’agrément et de prestige. Sans être totalement négligés, les impératifs de profit qu’il exigeait de ses investissements n’étaient pas ici la raison première. Néanmoins, lorsque les besoins de financement exigeront des garanties hypothécaires, la valeur vénale de la propriété pourra être (et sera) donnée en gage.

  • 3 Girard Georges, Histoire de Fleury-Mérogis, 1899, réédité le 1er juin 1989 par le « Comité pour l’h (...)

4Fleury-Mérogis est alors une toute petite commune de 280 habitants. Le propriétaire du château y est encore considéré comme un seigneur fournissant le travail et assurant l’ordre. C’est donc en toute logique que Bartissol devient maire de Fleury-Mérogis dès janvier 1892, à l’occasion d’une élection partielle. Il le restera jusqu’à sa mort. Évidemment, Bartissol gère de loin et de haut les questions municipales. Il assiste rarement aux séances ordinaires du conseil municipal ; il n’est même pas présent le jour de sa première élection. En 1894, un procès-verbal de délibération le qualifié de « maire empêché à chaque conseil municipal » ! Le maire cantonne son action aux interventions auprès des pouvoirs publics pour obtenir les subventions indispensables à une petite commune. Mais, à l’occasion, il ne s’embarrasse pas de procédures administratives pour solliciter de l’État ou du conseil général une aide, à ses yeux, dérisoire. L’homme pressé et fortuné préfère faire appel à sa bourse ; qu’il s’agisse de repeindre les murs de l’école ou de créer une bibliothèque municipale, il offre à la collectivité les fonds nécessaires3. Quant aux affaires courantes, elles sont confiées à ses adjoints successifs, Louis Duchesne jusqu’en 1894, Charles Caron de 1894 à 1904 et, enfin, Léon Blavet.

  • 4 D’après la légende d’une carte postale représentant le domaine.
  • 5 Délibérations du conseil municipal de Fleury-Mérogis, 7 juin 1888.
  • 6 Délibérations du conseil municipal de Fleury-Mérogis, 10 février 1892.

5Bartissol tient à ce que tout un chacun sache qu’il met en valeur le domaine, notamment par des « opérations d’assainissement », mentionnées y compris sur des cartes postales éditées par le propriétaire des lieux4. En fait, nous avons surtout retrouvé trace de ses efforts de restructuration. Dès le 7 juin 1888, alors qu’il n’est propriétaire que depuis quelques mois, Bartissol propose à la municipalité d’échanger des pièces de terrain avec la commune. Pour agrandir la place du village, contre une surface de 250 mètres carrés sur le chemin de Fleury à Sainte-Geneviève-des Bois, valant 150 francs, il cède une bande de terrain de 100 mètres de long sur 6 mètres de large, valant 600 francs. Bon prince, il fait cadeau à la commune de la différence de 450 francs5. Une fois maire, Bartissol continue à rationaliser le réseau vicinal en multipliant les échanges entre le domaine public et sa propriété. Ainsi, en 1892, il troque une portion du chemin des Mulets contre le chemin du Tour des Clos6. Rue des Petits-Champs, il fait construire un groupe d’une dizaine d’habitations communément dénommé, comme à Perpignan, cité Bartissol. Évidemment, ces constructions, destinées avant tout à loger les nombreux ouvriers et domestiques du château, forment un ensemble bien plus modeste que celui du chef-lieu des Pyrénées-Orientales. Mais, à l’échelle du Fleury-Mérogis de l’époque, il s’agit d’un progrès notable pour les petites gens de la bourgade. Distingué, respectueux des traditions, pour les habitants du lieu, Edmond Bartissol sera toujours « Monsieur le Vicomte ». Sa compagne, désormais divorcée mais qu’il n’a pas épousée pour autant, sera toujours appelée ici avec déférence « Madame la Vicomtesse ». Évidemment, cette omniprésence des « châtelains » en irrite plus d’un, y compris parmi les notables ayant quelque attache dans la commune. Ainsi, dans plusieurs poèmes d’Ernest Grenet-Dancourt, lequel réside périodiquement à Fleury-Mérogis, on peut déceler des allusions peu amènes à l’endroit de Bartissol et de sa compagne.

  • 7 Sur les activités politiques et financières de Maurice Rouvier, cf. notamment Estebe Jean, Les Mini (...)
  • 8 Lettre du 10 septembre 1909, Archives privées.

6Le château de Fleury-Mérogis devient le lieu de réception de grandes personnalités des affaires et de la politique. Georges Clemenceau, Maurice Rouvier et Joseph Joffre participent régulièrement aux parties de chasse organisées sur les terres du domaine. L’amitié avec Joffre, natif de Rivesaltes, n’a rien de surprenant. Certes les deux hommes ont suivi des parcours on ne peut plus différents (Joffre fit Polytechnique avant d’intégrer l’École du génie de Fontainebleau) et ils ne sont pas de la même génération puisque Joffre est plus jeune de onze ans. Mais ils pouvaient partager une nostalgie commune du « pays » ; les relations d’affaires de Bartissol avec le frère cadet de Joffre, François, ont également pu favoriser leurs rencontres. Avec Rouvier, Bartissol partageait la même conception libérale de l’économie et une pratique constante des affaires parallèlement à leur carrière politique7. Signe de la longévité de ces relations personnelles, en 1909, Rouvier prie Bartissol de l’excuser de ne pas pouvoir « faire une fois de plus l’ouverture de la chasse chez vous, selon une tradition vieille de plus de vingt ans8 ».

  • 9 Sur cet épisode, cf. Duroselle (Jean-Baptiste), Clemenceau, Fayard, 1988, p. 226.
  • 10 Lettre de Georges Clemenceau à Amédine Robert, 25 octobre 1919, Archives privées.

7En revanche, les liens entre Bartissol et Clemenceau sont plus complexes, plus difficiles à interpréter. Hormis leur année de naissance commune – 1841 –, tout semble séparer ces deux hommes : leur origine géographique, leur formation, leur engagement politique. Clemenceau est natif de la Vendée, il fera des études de médecine. Lorsqu’il embrasse la carrière politique, c’est à l’extrême gauche qu’il se situe. Bartissol s’honorait de ne pas avoir composé avec les « Communeux », alors que Clemenceau avait été maire du XVIIIe arrondissement en septembre 1870. Certes, au fil des années, le positionnement politique de Clemenceau est moins marqué mais, aux yeux de l’opinion comme de la classe politique, il restera un homme de gauche, au moins jusqu’au tournant du siècle. Assurément, Bartissol eut davantage d’affinités politiques avec le « Clemenceau briseur de grève » présenté par Jacques Julliard qu’avec le rédacteur de La Justice ou de L’Aurore. En dépit de son évolution, Clemenceau restera un radical ; c’est à ce titre qu’il est le principal soutien de Jules Pams lors de sa candidature à la présidence de la République en 19139. Clemenceau pouvait donc être politiquement proche de Pams et entretenir des relations amicales avec Bartissol alors que ces deux hommes se détestaient franchement. On pourrait penser à des liens noués dans une de ces loges maçonniques où se côtoyaient des hommes politiques d’horizons différents, mais Clemenceau ne fut jamais franc-maçon. Alors peut-être la seule passion de la chasse explique-t-elle ce rapprochement inattendu. Nous verrons que l’estime réciproque entre les deux hommes ne sera même pas altérée par les événements viticoles de 1907. Ces liens d’amitié perdureront après la mort de Bartissol, comme en témoigne cette lettre d’octobre 1919 par laquelle Clemenceau annonce à Amédine Robert, petite-nièce d’Edmond, son arrivée à Fleury-Mérogis en compagnie de son petit-fils10.

8Fleury-Mérogis ne se résume pas à une gentilhommière occasionnelle, dévolue à de prestigieuses parties de chasse. Bartissol y réside souvent, comme l’atteste le courrier qu’il traite depuis le château. Le maire de Fleury-Mérogis se veut aussi homme de culture. Il réhabilite la tour du télégraphe optique Chappe sise sur les terres du château. Dès sa création en 1895, il est membre de la Société historique et archéologique de Corbeil, d’Étampes et du Hurepoix ; à supposer qu’il se donne le temps d’assister aux séances de cette société savante, il y côtoie, entre autres, Paul Decauville, l’inventeur du chemin de fer à voie étroite utilisé sur les chantiers de travaux publics du monde entier.

De l’amalgame entre les affaires et la politique

9Parallèlement à ses implications lointaines au Mozambique ou au Portugal, Edmond Bartissol opère un retour vers la Catalogne où, de 1898 à 1914, il déploie une activité considérable. Au cœur de tous les projets d’aménagement de quelque importance qui s’élaborent à cette époque en Roussillon, Bartissol apparaît dans le rôle du concepteur, du maître d’œuvre ou du bailleur de fonds, quand il ne joue pas les trois rôles en même temps. L’homme est de plus en plus éclectique : il était entrepreneur de travaux publics, agent immobilier et propriétaire foncier, il devient industriel et renoue avec la politique.

  • 11 AD Pyrénées-Orientales, 3 M 294.
  • 12 AD Pyrénées-Orientales, 3 M 294.
  • 13 Voir Chauvet H., La Vie politique roussillonnaise, pp. 147-151.

10En ce début d’année 1902, les cercles de notables bruissent des projets de candidatures en vue des législatives du 27 avril suivant. En dépit de son activité professionnelle débordante et de ses précédents déboires électoraux, Edmond Bartissol n’a pas fait son deuil d’un retour au Parlement. Toute nouvelle tentative en Narbonnais étant exclue et Jules Pams étant désormais solidement implanté dans la région de Céret, Bartissol doit trouver un autre point de chute. Il s’intéresse tout particulièrement à la première circonscription de Perpignan qui comprend une partie de la ville et un vaste secteur rural s’étendant de la Salanque aux Corbières catalanes. Le 26 février, « les principaux chefs du parti républicain progressiste décident de présenter Eugène Sauvy dans la seconde circonscription et d’adresser un télégramme à Edmond Bartissol, ancien député, le priant de faire connaître sans retard si oui ou non il accepte la candidature dans la première circonscription de Perpignan11 ». En mars, la candidature Bartissol, « patronnée par plusieurs négociants, entrepreneurs et propriétaires de Perpignan », semble se confirmer. L’informateur de la préfecture expose sans détour les atouts de l’homme d’affaires : « on pense que ce candidat millionnaire, grand industriel, ex-député opportuniste de Céret, concessionnaire de l’éclairage électrique de Perpignan et propriétaire d’un groupe de maisons dit “Cité Bartissol” aurait quelque chance de succès en raison de sa situation d’entrepreneur, étant donné surtout que sa candidature a été acclamée dans une réunion le 2 courant à l’Alcazar, immeuble lui appartenant12. » Horace Chauvet décrit un Bartissol conseillé, voire manipulé par son avocat, Auguste Cayrol, qui, par son intermédiaire, chercherait à régler ses différends avec le maire radical de Perpignan, Louis Caulas13. Gageons que Bartissol n’était pas dupe et devait trouver dans la situation quelque satisfaction personnelle.

  • 14 AD Pyrénées-Orientales, 3 M 294.
  • 15 Rapport au préfet des Pyrénées-Orientales, AD Pyrénées-Orientales, 3 M 294.
  • 16 Lettre du commissaire central de police au préfet des Pyrénées-Orientales, AD Pyrénées-Orientales, (...)

11Durant ces mois de février, mars et avril 1902, Edmond Bartissol réside dans sa propriété de Pinheiro au Portugal. De Perpignan, Cayrol l’informe régulièrement par télégramme des tendances locales de l’opinion et des agissements de chacun dans le petit cercle des notables. Mais Bartissol tient fermement les rênes ; à Cayrol qui lui conseille d’annoncer son désistement, surtout si Caulas est candidat, il répond sèchement : « Ne prenez aucune décision importante avant mon arrivée14. » En fait, Bartissol attend le moment propice pour se déclarer. Pour l’heure, la candidature annoncée de l’ancien député, Émile Brousse, désormais conseiller à la cour d’appel d’Aix-en-Provence, embarrasse Bartissol. Brousse, qui bénéficie du soutien du maire de Rivesaltes, le docteur Parès, est capable de rassembler au second tour la plupart des suffrages républicains. Le 3 avril, une estimation de la préfecture donne même Brousse « élu sans problèmes au second tour15 » mais, le 9, ce dernier retire sa candidature, laissant la voie libre. D’abord annoncée pour le 14, l’arrivée de Bartissol est repoussée au 19 avril en gare de Perpignan par le train de 9 h 36 où ses partisans sont invités à se rendre en grand nombre pour l’accueillir16. Mais, finalement, « pour éviter toute manifestation », Bartissol descendra en gare de Rivesaltes pour rejoindre Perpignan entouré des responsables de son comité de soutien. Connaissant le sens « médiatique » du personnage, on reste sceptique sur le caractère improvisé et anonyme de cette arrivée en voiture !

  • 17 Ibid.
  • 18 Profession de foi, affiche électorale AD Pyrénées-Orientales.
  • 19 Cité par Frenay Etienne, « Les débuts du mouvement syndical dans les Pyrénées-Orientales (1894-1914 (...)

12Il reste huit jours avant les élections, dont le premier tour est fixé au 27 avril. Son comité de soutien s’installe évidemment Cité Bartissol, au deuxième étage du numéro 6. La campagne électorale sera à la mesure du personnage : rapide, dense et originale. Le 16 avril, avant même son arrivée à Perpignan, sous le titre Le Travailleur républicain, Organe des intérêts roussillonnais, est sorti le premier numéro de son journal de campagne. Sur le toit d’un des immeubles de la place de la Loge à Perpignan, il fait installer une réclame lumineuse en lettres de 0,75 mètre sur 1 mètre de haut portant cette maxime : vive le travail, bartissol17. Les temps ont bien changé depuis son élection de 1889. Cette fois, le soutien total de L’Indépendant des Pyrénées-Orientales lui est acquis. Face à lui se bouscule une pléthore de candidats se réclamant du radicalisme (Caulas, Drogart, Bertrand, Alavaill) ou du socialisme (Deslinières). Les radicaux perpignanais apostrophent « le Vicomte Edmond de Bartissol, Commandeur du Christ du Portugal18 ». Bartissol est également combattu par les syndicalistes ; Bazerbe, dirigeant de la Bourse du travail de Perpignan, fustige « le Rothschild portugais19 ».

  • 20 Profession de foi, affiche électorale AD Pyrénées-Orientales
  • 21 Ibid.

13Bartissol a une proposition sur tous les thèmes de société. Son programme politique mentionne, entre autres : réduction du fonctionnarisme, réduction des frais de justice, réduction des impôts, service militaire à deux ans, retraites ouvrières, développement des institutions de prévoyance et de mutualité... Le programme viticole, essentiel pour tout candidat dans le Midi, est tout aussi fourni. Certains points apparaissent démagogiques, notamment lorsqu’il se déclare pour la « libération du vin de toutes ses charges, pour le vin au soldat, pour la réduction et unification des frais de transport pour le vin, les produits agricoles et les engrais » ou pour « l’abaissement des droits de douane dans les pays étrangers20 ». Mais Bartissol fait également une proposition originale qui connaîtra des prolongements au cours des années suivantes ; il lance l’idée d’une « organisation des trusts » et prône la « formation d’une puissante société d’exportation21 ». Enfin, son « programme local » n’est pas mince : chemin de fer à voie normale de Rivesaltes au Barcarès, chemin de fer local de la Salanque, arrosage de la vallée de l’Agly, darse du Barcarès, construction de réservoirs et de canaux d’arrosage, et évidemment la destruction des remparts de Perpignan, dont le projet envisagé depuis une dizaine d’années se trouve alors au point mort.

  • 22 Les résultats de cette élection sont les suivants : Bartissol, 7 391 voix, Caulas, 1697 voix, Desli (...)
  • 23 Sur cette élection, voir Balent A., L’Implantation militante et électorale du parti socialiste dans (...)
  • 24 Cité par Frenay Étienne, « Les débuts du mouvement syndical dans les Pyrénées-Orientales (1894-1914 (...)
  • 25 JO, Chambre des députés, débats, séance du 24 juin 1902, p. 1974.

14Le pari politique de Bartissol réussit parfaitement, probablement au-delà de ses espérances. Arrivé en tête dans la quasi-totalité des communes, il est brillamment élu dès le premier tour avec près de 60 % des suffrages22. Son concurrent a priori le plus dangereux, l’ancien maire de Perpignan, Louis Caulas, réalise un score dérisoire. Manifestement, de nombreux électeurs de gauche, radicaux et même socialistes, ont voté pour lui, y compris dans les Corbières rouges23. Dépité, Bazerbe conclut : « Nombre de consciences trouvèrent au fond d’une bouteille ou d’un verre d’absinthe le nom du candidat millionnaire24. » Le retour de Bartissol à la Chambre des députés ne laisse pas indifférent et, à nouveau, la validation de son élection va donner lieu à contestation. Certes, le rapport d’Étienne Flandin est favorable à la validation. Mais, le 24 juin, lorsque la discussion de cette élection arrive à l’ordre du jour de la Chambre, le député de la seconde circonscription de Perpignan, le radical-socialiste Jean Bourrat, réclame l’annulation. Bourrat s’appuie sur plusieurs passages de la profession de foi et des affiches de Bartissol pour stigmatiser l’amalgame entretenu entre ses affaires et sa candidature. Comme Bartissol ne s’embarrasse jamais de circonlocutions littéraires, Bourrat peut citer des passages fort révélateurs de cette collusion d’intérêts : « À propos des chemins de fer de Saint-Laurent et Le Barcarès : Je m’engage à faire tous mes efforts pour obtenir l’exécution de ces lignes. La facilité de transport d’énergie électrique à de grandes distances permet aujourd’hui de réaliser facilement ce programme de travaux publics. Qui donc sera mieux à même que moi de le mener à bonne fin, grâce à l’immense force électrique dont dispose l’usine de Vinça25 ? » On pourrait difficilement être plus clair ! Mais le mélange des genres n’a jamais dérangé Bartissol et il ne s’en cache pas. Il est vrai que l’homme d’affaires est alors omniprésent en Roussillon.

15Dans son réquisitoire, Bourrat trouve un appui en la personne de Jean Jaurès. Le tribun socialiste accuse :

  • 26 Ibid.

« Il me paraît infiniment grave, pour un entrepreneur puissamment riche, de subordonner à l’octroi du mandat législatif qu’il sollicite la réalisation de grands travaux en annonçant qu’il tient dans ses mains les capitaux nécessaires à l’exécution de ces travaux... C’est la perpétuelle confusion des puissants moyens dont M. Bartissol dispose comme riche entrepreneur, et des moyens nouveaux qu’il demande au suffrage universel. Voilà où est la gravité de ces affirmations, de ces promesses ; et il est singulier que l’on s’attache à relever comme on l’a fait jusqu’ici dans beaucoup de dossiers, des traces de corruption, lorsqu’il s’agit de sommes minimes distribuées directement aux électeurs, et qu’on laisse impunie parce qu’elle est indirecte et parce qu’elle n’est permise qu’aux puissants capitaux, cette forme, la plus dangereuse de toutes, parce qu’elle s’adresse à tout un pays, qui consiste à édifier son élection sur la promesse de grands travaux réalisables par son capital26. »

  • 27 Ibid.

16Dédaignant la tribune, Bartissol défend sa cause, depuis sa place, sereinement ; « Le canal dont il est question est un canal qui peut être construit par une entreprise particulière. Il y a vingt ans, j’ai formé une petite société pour faire l’étude de ce travail. Nous avons consacré 50 000 francs à cette étude. Aujourd’hui, j’ai annoncé que je pourrais reprendre, à titre d’entrepreneur, ce travail. Ce n’est pas un travail d’administration, n’importe qui peut faire un canal d’arrosage ; ce sont les particuliers qui payent... Je n’ai pas promis autre chose. De même, les remparts de Perpignan peuvent être démolis par l’administration ou par une entreprise particulière. Il y a vingt ans que je dirige des travaux analogues. Il n’y a là aucun acte de corruption27. » Finalement, l’ampleur du succès électoral de Bartissol aidant, la demande d’enquête présentée par Jean Bourrat et appuyée par Jaurès sera repoussée par 291 voix contre 216. Après son retour manqué de 1898, cette fois, Edmond Bartissol accède à nouveau au Palais Bourbon.

  • 28 Pendant la 8e législature de la Troisième République (1902-1906), les dates des sessions ont été le (...)

17L’organisation de son emploi du temps déjà bien fourni va devoir composer avec cette fonction élective. L’année parlementaire est alors ordinairement composée d’une session ordinaire qui court de janvier à juillet, avec une interruption en mai, et d’une session extraordinaire qui se tient du 20 ou 25 octobre jusqu’à la veille de Noël ou à l’extrême fin de l’année28. Les mois d’août et de septembre sont alors libérés pour permettre aux élus de rejoindre leur province où ceux qui siègent au conseil général de leur département peuvent assister à la session de septembre. L’été est donc pour les députés des circonscriptions lointaines, tel Edmond Bartissol, le temps privilégié pour les contacts avec les électeurs et les notables locaux. Depuis que le chemin de fer a développé ses grandes lignes dans les années 1860, toutes les régions de la France métropolitaine se sont « rapprochées » de Paris. Néanmoins, les correspondances imposées par les changements de réseaux augmentent le temps de trajet qui, pour un Paris-Perpignan en 1910, est encore de l’ordre de quinze à dix-huit heures. Il est certes possible grâce aux trains de nuit d’effectuer de courts séjours en province et Edmond Bartissol le fit souvent, mais pour une destination aussi excentrée que Perpignan, ceux-ci restent exceptionnels. Il n’est alors pas envisageable, comme le font aujourd’hui tous les parlementaires, d’organiser son emploi du temps selon une partition de la semaine ; l’élection au Parlement implique pour un représentant du Midi de vivre à Paris la plus grande partie de l’année. Pour Bartissol, habitué à gérer ses affaires par courrier, par télégramme, par téléphone et par délégation, l’exercice n’avait rien d’inédit.

L’eau, source d’énergie et de conflits

  • 29 Arrêt du 2 août 1895, Recueil des arrêts du Conseil d’État statuant au contentieux des décisions du (...)

18Dans les dernières années du siècle, conscient qu’il doit réussir pour ne pas être discrédité aux yeux du grand public, Bartissol va s’attacher à dépasser les difficultés qu’il avait rencontrées jusqu’alors dans son entreprise de production d’électricité. Il est d’autant plus encouragé à investir dans ce domaine que les procédures en cours contre la ville évoluent en sa faveur. Nous avons vu que, débouté par le conseil de préfecture en 1891, il s’était pourvu devant le Conseil d’État, lequel lui donne gain de cause le 2 août 1895 : il n’est pas contraint d’installer la totalité de son réseau par voie souterraine29.

  • 30 Arrêt du 27 décembre 1901, Recueil des arrêts du Conseil d’État statuant au contentieux des décisio (...)
  • 31 Arrêt du 11 mars 1904, Recueil des arrêts du Conseil d’État statuant au contentieux des décisions d (...)

19En 1896, Bartissol demande à la ville de lui payer la location de ses appareils d’éclairage : nouveau conflit, nouvelle condamnation de Bartissol par le conseil de préfecture (25 novembre 1896) et nouveau recours en Conseil d’État. Le processus judiciaire va être encore plus lent. En décembre 1901, cette juridiction décide qu’il y a lieu de procéder à une expertise pour « déterminer la nature et la valeur des appareils fournis par le sieur Bartissol30 » et le jugement ne sera prononcé qu’en 1904 ! C’est une nouvelle victoire de Bartissol puisque, au regard de l’expertise, le Conseil d’État décide qu’il y a lieu de lui rembourser 110,70 francs par candélabre, 32,56 francs par lanterne et 62,75 francs par poteau, soit la coquette somme de 44 122 francs à laquelle s’ajoutent les intérêts cumulés depuis 1896 ! Les dépens de première instance et d’appel ainsi que les frais d’expertise sont mis à la charge de la ville de Perpignan31. Ironie de l’histoire, cette somme devra être payée par la municipalité Eugène Sauvy qui vient d’être élue avec un comité de soutien présidé par... Edmond Bartissol !

  • 32 D’après Payret Joseph, « L’usine hydroélectrique de Rodes », Journal des Pyrénées-Orientales illust (...)
  • 33 Le Roussillon, 9 février 1898, cité par Frénay E., Perpignan à la Belle Époque.
  • 34 Rapport sur l’installation de l’usine d’électricité de Perpignan par M. Gustave Vieira, ingénieur d (...)

20Dans l’intervalle, il renforce la capacité de son usine perpignanaise et, dès le 10 février 1898, Perpignan est éclairée à la lumière électrique32. Le journal des conservateurs, Le Roussillon, se réjouit par avance de cet événement : « C’est demain 10 février que notre ville va être définitivement éclairée à la lumière électrique. Des essais ont eu lieu la semaine dernière dans les différents quartiers de la ville et ont donné de bons résultats. La lumière était nette et sans flottements. Les défectuosités de l’éclairage étaient jusqu’à présent attribuées non seulement à l’usure rapide des lampes, mais encore à la faiblesse des courants33. » La capacité de production de la centrale thermique, de l’ordre de 750 à 800 CV, va rapidement s’avérer insuffisante, la livraison aux abonnés est également sujette à caution et, en 1899, l’entreprise fait l’objet de la part de l’administration de tutelle d’un sévère rapport d’inspection34. Bartissol lui-même perçoit les limites de son installation peu adaptée aux contraintes de la vie urbaine. Enfin et surtout, dans une région dépourvue de gisement houiller, le fonctionnement au charbon est onéreux et éloigne les perspectives de bénéfices. Comme les progrès dans le transport de force autorisent désormais des installations plus lointaines, il décide de se tourner vers l’hydroélectricité.

  • 35 Delonca Émile, Le Canal d’Ille, Perpignan, Imprimerie du Midi, 1949, p. 97.
  • 36 « Un village, une histoire, Rodès, Dommnova, Ropidera, le Canal de Corbera », D’Ille et d’ailleurs, (...)
  • 37 Cité in Historique et exposé de l’affaire Roquet-Lalanne contre Ed. Bartissol, pp. 6-7.
  • 38 Ibid.

21Dans un premier temps, Bartissol envisage une implantation sur la Têt au débouché de la Guillère. Un sériciculteur d’Ille-sur-Têt, Joseph Domenach, venait d’acquérir le droit d’y implanter un barrage pour construire une petite usine hydroélectrique en vue d’assurer l’éclairage de sa commune. Domenach n’arrivant pas à concrétiser son projet, Bartissol lui rachète son emplacement en décembre 189635. Mais les agriculteurs locaux utilisent depuis des siècles la rivière pour l’irrigation de leurs terres et ils ne voient pas d’un très bon œil la venue de l’homme d’affaires sur leur territoire ; devant ces réticences, Bartissol se met en quête d’un autre point de chute. Après un temps de prospection, il décide de construire le barrage trois kilomètres en amont, sur la commune de Vinça. Quant à la chute et à l’usine, elles seront implantées aux confins de Vinça et de la petite commune de Rodès. Les eaux de la Têt seront dérivées jusqu’à l’usine par le canal de Corbère. Cela ne va pas sans opposition. Les conseillers municipaux de Rodès craignent que lors d’une crue de la Têt le barrage projeté ne vienne à rompre, entraînant la submersion de leur village36. Une autre difficulté réside dans la présence sur le site même d’un concurrent, François Roquet-Lalanne, directeur de la Société roussillonnaise d’électricité, concessionnaire de l’éclairage électrique à Amélie-les-Bains, qui projette d’éclairer les neuf communes de la vallée de la Têt depuis Vinça jusqu’au Soler. Roquet-Lalanne a d’ores et déjà obtenu la concession des communes de Vinça et d’Ille-sur-Têt, mais Bartissol a décidé de s’implanter sur ce lieu et rien ne va l’en empêcher. En septembre 1897, il achète le moulin loué par Roquet-Lalanne et le mois suivant la partie du canal de Corbère où il compte implanter son usine. Le 9 octobre, dans un courrier à son fondé de pouvoir, Sébastien Jourda, il écrit ces lignes aussi cyniques que réalistes : « Roquet-Lalanne et ses agissements ne m’intéressent nullement ni ne m’inquiètent... Ses coups de pioche sont trop petits et ne vont pas assez profond ! Nous continuerons notre affaire tranquillement et sans crainte. La demande au Préfet pour la ligne est faite37... » Après plusieurs années de procédure, Bartissol parviendra à bouter ce concurrent hors de la zone de distribution qu’il convoite38.

  • 39 Broc Numa, « La maîtrise de l’eau dans les Pyrénées-Orientales aux xixe et xxe siècles », in De l’e (...)
  • 40 AD Pyrénées-Orientales, 13 Sp 14.
  • 41 Ibid.
  • 42 Délibération conseil général des Pyrénées-Orientales du 12 avril 1899 (A. D Pyrénées-Orientales, 13 (...)
  • 43 Delonca Emile, op. cit., p. 100.

22Sans commune mesure avec les installations hydroélectriques alpines qui se mettent alors en place, l’usine de Vinça constitue néanmoins pour l’époque un équipement de qualité. Alimentée par une chute d’eau de 20 mètres de haut et trois dynamos de 350 000 watts chacune, l’usine est destinée à produire annuellement 17 millions de kilowatts-heure39. L’électricité produite avec une puissance de 8400 volts est transmise par câbles sur poteaux jusqu’à Perpignan, distante de 34 kilomètres. Les travaux de pose des poteaux de la ligne électrique autorisée le 30 mars 1899 commencent dès le printemps40. Au grand dam des riverains et de certains élus locaux, la construction du barrage est également entreprise... hors de toute légalité41. Le 12 avril, le conseil général émet le vœu « que le Préfet n’accorde aucune autorisation au pétitionnaire avant que la séparation absolue des eaux devant alimenter l’usine hydroélectrique et des eaux attribuées au canal de Corbère ne soit un fait accompli42 ». Mise devant le fait accompli et peut-être pressée par les autorités supérieures, le 30 juin 1899, l’administration préfectorale autorise Bartissol à construire son barrage sous réserve de n’apporter aucune modification aux conditions de prise d’eau du canal de Corbère et d’opérer un partage des eaux avec ledit canal43. Qui plus est, la SHER prendra à sa charge les dépenses d’entretien du canal ; c’était là un moyen habile de s’assurer la bienveillance des agriculteurs qui se trouvaient déchargés des dégâts occasionnées par les fréquentes crues de la Têt. L’ensemble du dispositif est opérationnel à la fin de l’été 1899.

  • 44 AD Pyrénées-Orientales, 4 U 1122.

23Pour financer ces réalisations, Bartissol décide de modifier la forme juridique de son activité électrique. En août 1899 est créée la Société hydroélectrique roussillonnaise (SHER), société anonyme au capital de 2 millions de francs, divisé en 4 000 actions de 500 francs. L’apport de Bartissol consistant en l’usine de Perpignan évaluée à 50 000 francs, l’usine de Vinça estimée 250 000 francs, la ligne électrique de Vinça à Perpignan comptant pour 100 000 francs et surtout l’outillage, les machines, les conduites souterraines et aériennes, la clientèle et le traité avec la ville de Perpignan, évalués à 1,2 million. En contrepartie de cet apport en nature, il reçoit donc 3200 actions représentant 80 % du capital. En fait, la société se réduit à une poignée d’actionnaires, sept, soit le minimum légal pour une société anonyme. D’après la déclaration initiale lors de la constitution de la société, les 800 actions restantes auraient été initialement ainsi réparties44 : Edmond Bartissol : 280 actions, Alexis Duparchy : 200 actions, Adrien Ragot : 100 actions, Jules Robert : 100 actions, Ambroise de Cours : 50 actions, Bernard Merzbach : 50 actions, Gaston Bouteillier : 20 actions.

  • 45 Cf. Saul Samir, La France et l’Égypte de 1882 à 1914. Intérêts économiques et implications politiqu (...)

24Ces actionnaires sont des hommes de confiance sinon des prête-noms. Nous ne savons pratiquement rien sur l’un d’entre eux, Adrien Ragot. En revanche, les autres ne nous sont pas inconnus. Alexis Duparchy était associé à Bartissol et à Dauderni pour les travaux de chemin de fer au Portugal et en Espagne et il était aussi partie prenante dans la direction de la Compagnie de Mozambique. Nous avons déjà rencontré l’avocat Gaston Bouteillier dans les fonctions de conseiller politique durant la campagne électorale de Bartissol à Narbonne. Toujours aussi proche de l’homme d’affaires puisque domicilié au 7 rue Lafayette, peut-être est-il désormais son conseiller juridique. Le docteur Ambroise de Cours est un cousin germain de feu Dauderni, dont il était le fondé de pouvoir sur ses propriétés agricoles et pour son chantier d’adduction d’eau potable à Perpignan. Quant à la famille Merzbach, à Paris, elle contrôle la Banque commerciale et industrielle (capital de 8,5 millions de francs) mais ses membres sont surtout implantés à l’étranger. Dans les années 1910, on retrouvera les fils de Bernard Merzbach en Égypte où ils dirigent la Banque commerciale et agricole d’Égypte45.

25Cette répartition initiale du capital ne fut finalement pas scrupuleusement observée puisque Duparchy et Ragot semblent ne pas avoir réellement participé au capital. En revanche, d’autres actionnaires apparaissent dès les premières réunions du conseil d’administration et des assemblées générales. Ces modifications n’affectent pas significativement la nature de l’actionnariat, elles contribuent seulement à en accentuer le caractère confidentiel puisque ces « nouveaux » venus sont trois proches parents. L’amiral Louis Caubet est un neveu de Bartissol puisqu’il a épousé Marie, la fille de Jean. Alexandre Patrouix est un Perpignanais dont le fils va épouser une fille Robert. Enfin, le « dauphin », l’héritier, Jules Robert, est également partie prenante. Le conseil d’administration se réduit à Edmond Bartissol et Jules Robert. Au total, la SHER est dès son origine une affaire de famille avec les atouts et les faiblesses inhérents à ce type d’entreprise.

Un succès mitigé dans la distribution d’énergie électrique

  • 46 CA. de la SHER, 23 janvier 1900 (Archives SHER à EDF).
  • 47 CA de la SHER, 28 avril 1904.
  • 48 CA de la SHER, 6 juin 1908.

26Pour disposer de liquidités, la SHER émet dès 1900 un emprunt obligataire de 500 000 francs46. Les 1 000 obligations d’une valeur nominale de 500 francs recevront un intérêt de 5 % et seront amorties sur cinquante ans. En 1904, la SHER s’ouvre à un membre extérieur au clan, à savoir Edmond Bernheim, qui entre au conseil d’administration47. Bernheim s’est déjà fait une place enviable dans le monde de l’industrie électrique. Avec les frères Ellissen, il a fondé en 1896 la Société d’applications industrielles spécialisée dans la fourniture de matériel électromécanique et le financement de l’équipement électrique. Cette Société d’applications industrielles fournit l’équipement de l’usine de Vinça. Lorsque Bernheim décède en décembre 1907, il est remplacé par un autre « extérieur » en la personne de Jean Berthon, directeur de la Société électrique Alioth48.

  • 49 CA de la SHER, 9 décembre 1899.
  • 50 SHER, AG ordinaire du 29 mars 1902, 31 mars 1903 et 28 mars 1905.
  • 51 Arrêts de la cour d’appel Montpellier, AD Hérault, 2 U1 227, 5 juin 1908 (Bartissol contre Menjou) (...)
  • 52 SHER, AG ordinaire du 31 mars 1939.

27Bartissol installe des ingénieurs de valeur à la tête de la SHER. Faut-il y voir un lien de cause à effet mais les relations avec ses cadres seront souvent difficiles. Le fondé de pouvoir, Sébastien Jourda, tombe en disgrâce dès 1899. Bienvenu Roustan dirige alors l’usine de Perpignan tandis que la direction de l’usine de Vinça est confiée à un certain Ars. Rapidement, Roustan va cumuler les fonctions de directeur des usines de Perpignan et de Vinça, mais lui aussi ne reste pas bien longtemps dans la société49. En 1900, la responsabilité de l’ensemble des services techniques et comptables de la SHER est confiée à Émile Menjou, un jeune centralien de la promotion 1894. Outre une rémunération mensuelle de 12 000 francs, Menjou perçoit 5 % sur les bénéfices. Les premières années, son action est appréciée ; lors des assemblées générales de 1902 à 1905, il est félicité en des termes élogieux « pour les résultats brillants de la société et sa gestion du personnel50 ». Mais, dès 1906, Bartissol lui retire sa confiance et le licencie pour faute lourde à propos d’une affaire de contrat d’assurance. Menjou engage un long procès contre Bartissol et la SHER, lesquels seront condamnés pour congédiement arbitraire51. Un autre centralien, Albert Siry, de la promotion 1886 – celle de Jules Robert –, fait son apparition dans la société mais le nouveau directeur de la SHER est Louis Sanyas ; également diplômé de Centrale (promotion 1902), il a parfait sa formation à la jeune École supérieure d’électricité – Sup Élec – créée en 1894. Cette fois, le courant passera durablement avec Edmond Bartissol ; Sanyas restera à la tête de la SHER jusqu’à son décès, en 193952. Son fils Jean, également centralien (promotion 1932), lui succédera au poste de secrétaire général de la SHER.

  • 53 Dès 1901, la société passe des traités avec les communes de Néfiach, Millas, Saint-Féliu-d’Amont et (...)
  • 54 CA de la SHER, 28 novembre 1903, et AG, SHER du 31 mars 1904. Saint-Laurent-de-la-Salanque est conn (...)
  • 55 Salses en 1905 et Canet en 1906 (SHER, AG ordinaire du 31 mars 1906).
  • 56 La tension de la canalisation des faubourgs qui partait de l’usine d’éclairage à 2 400 volts est po (...)

28À partir de 1900, l’usine de Vinça assure la fourniture de l’énergie à la Société des tramways électriques de Perpignan, dont le réseau est achevé en 1901. Dans Perpignan, les abonnements des particuliers et des entreprises progressent lentement : en octobre 1903, ces clients urbains utilisent seulement 269 lampes et trois arcs. Logiquement, la SHER va rapidement assurer la distribution d’électricité des communes situées le long de sa ligne53. Le réseau s’étend aux gros bourgs de la Salanque qui concentrent plus de 10 000 habitants54 et aux communes du littoral55. En 1907, la SHER passe un traité avec la Société Paris-France pour l’éclairage du grand magasin « Aux Dames de France » qui vient d’être construit à Perpignan. Le traité garantit annuellement un minimum de consommation électrique de 10 000 francs mais, pour répondre à cette commande, la SHER est obligée de moderniser ses installations et de repenser l’ensemble de son réseau56.

  • 57 SHER, rapport du CA à l’AG ordinaire du 31 mars 1903.
  • 58 SHER, AG ordinaire du 31 mars 1906.
  • 59 SHER, AG ordinaire du 24 juin 1910.

29En dépit de ces efforts sur le réseau urbain, les problèmes techniques auxquels l’entreprise se heurte sont loin d’être réglés. Par nature, l’usine de Vinça est tributaire du niveau de la Têt ; les périodes de forte sécheresse estivale que connaît régulièrement le Roussillon limitent et parfois interrompent son activité. En 1902, la pénurie d’eau impose l’arrêt de l’usine du 30 juillet au 20 août et, durant quelques jours, fin septembre57. En 1905, l’usine est arrêtée deux mois durant. L’augmentation de la production par la centrale de Perpignan ne palliant pas totalement cette carence, le secteur de la Têt est alors privé de courant et, en Salanque, seul l’éclairage des particuliers est assuré58. En 1909, Vinça connaît deux arrêts d’une durée totale de vingt et un jours pendant l’été et, même en octobre et novembre, mois habituellement pluvieux, le débit de la Têt étant insuffisant, l’usine de Perpignan doit assurer l’essentiel de la production ; cette année-là se soldera par un doublement de la consommation de charbon par rapport à l’année précédente59.

  • 60 D’après Sarda C., op. cit., p. 77.
  • 61 SHER, AG ordinaire du 24 juin 1910, rapport du CA.
  • 62 Lettre du 4 mars 1903 citée dans SHER, AG extraordinaire du 22 janvier 1907.

30De plus, les aménagements sur le réseau ne se traduisent pas par une croissance significative de la rentabilité financière de l’entreprise. L’éclairage des particuliers reste encore modeste sinon confidentiel ; en 1903, 4 à 8 % des habitants de ces villages ont souscrit un abonnement60. Au cours des années suivantes, le nombre d’abonnés s’accroît sous le double effet de la diffusion de l’électricité domestique et de l’extension de l’aire de distribution. Pour autant, la progression reste modérée : 1 873 abonnés pour 22 215 lampes en 1908 et 2 139 abonnés pour 24 666 lampes en 190961. La croissance du chiffre d’affaires électricité de la SHER, est loin d’être extraordinaire. Les recettes d’exploitation progressent rapidement les premières années sous l’effet direct de l’extension du réseau, laquelle nécessite de lourds investissements. Jusqu’en 1905, le taux de marge brute est en progression constante, mais la tendance s’inverse par la suite. Cet indicateur de rentabilité se maintient jusqu’en 1908 et régresse ensuite nettement en 1909 et 1910 (cf. tableau). Les objectifs de Bartissol qui, en 1903, dans un courrier au directeur Menjou, déplorait que « l’exploitation au lieu de se faire à environ 50 % de la recette, [soit] loin de cette base admise dans les usines du genre de la notre » n’étaient certes pas atteints mais le taux de profit se situait à un niveau satisfaisant durant plusieurs années62.

  • 63 D’après comptes présentés par le CA à l’AG ordinaire annuelle. Comptes donnés à l’AG de la SHER du  (...)

Évolution de la rentabilité de l’activité électricité de la SHER63

DATE
(au 31 décembre)
Solde compte pertes et profits (1) Recettes d’exploitation (2) Taux de marge brute (1)/ (2)* 100
1900 – 45 286 187 840 négatif
1901 66 762 232 360 28, 7 %
1902 82 855 254 149 32,6 %
1903 125 883 438 482 28,7 %
1904 160 622 358 036 44,8 %
1905 170 738 389 036 43,8 %
1906 154 493 412 364 37,5 %
1907 167 697 398 863 42,0 %
1908 178 168 431 851 41,3 %
1909 108 578 483 366 + 22,5 %
1910 104 382 516 858 + 20,2 %
  • 64 D’après Sarda C., op. cit., p. 83.

31Au-delà des conditions propres à l’entreprise, il convient de situer les performances de la SHER dans le contexte des entreprises de sa branche. En effet, alors que Bartissol s’attachait à pérenniser son implantation sur Perpignan et ses proches communes, d’autres sociétés ont vu le jour dans le département. En ce début de xxe siècle, la distribution d’électricité est désormais un véritable marché que, dans les Pyrénées-Orientales, plusieurs sociétés se disputent puis se partagent. La Société roussillonnaise d’électricité initialement dirigée par Roquet-Lalanne passe progressivement sous le contrôle de François Écoiffier ; elle étend son activité de Prades à Ille-sur-Têt. Ainsi, Roquet-Lalanne voit son rayon d’action limité à Amélie-les-Bains et quelques communes voisines. Le réseau de Louis Abram, à cheval sur l’Aude et la Catalogne-Nord, s’étend aux Fenouillèdes et aux Corbières. Quant à la Cerdagne et au Capcir, ils sont desservis par le réseau Angelle64. Passé les limites étroites des Pyrénées-Orientales, la distribution de l’électricité connaît de profondes transformations en raison des progrès technologiques en matière de transport de force. Dès 1910, des lignes à haute tension sont à même de transporter du courant à des centaines de kilomètres sans déperdition majeure et par voie de conséquence la concurrence entre réseaux de distribution s’accroît.

32L’usage de l’électricité se popularisant, les installations de l’entreprise, la centrale de Perpignan et l’usine de Vinça s’avèrent insuffisantes pour répondre aux besoins croissants de tous les abonnés de la zone de distribution. Aussi, en 1910, une nouvelle usine à vapeur est mise en chantier dans les faubourgs de Perpignan, sur la route de Prades, au lieu dit Mas Pradal. Bartissol semble alors avoir réussi son pari d’assurer durablement l’approvisionnement électrique de Perpignan et de ses environs. Or, si les obstacles techniques sont globalement surmontés, les difficultés financières restaient à venir.

À Perpignan : de la démolition des remparts à la gestion de l’urbanisme

  • 65 Séance du conseil municipal du 8 mars 1890, cité par Chauvet H., Le vieux Perpignan. Remparts dispa (...)
  • 66 Ibid.

33Au début du xxe siècle, la grande affaire qui alimente les conversations dans la capitale roussillonnaise est la prochaine destruction des remparts de la ville. On sait que le conseil municipal avait déjà contacté Bartissol en 1890, lequel s’était déclaré d’accord pour assurer ce chantier65. Mais, en dépit d’une campagne de sensibilisation de l’opinion publique, l’affaire avait alors échoué en raison des prétentions des autorités militaires qui fixaient le prix de l’ensemble des terrains à 4,7 millions de francs66.

  • 67 La Démolition des remparts, 26 mai 1901, cité par Frenay E., Perpignan à la Belle Époque, op. cit.
  • 68 Ibid.

34Peu avant les élections municipales de 1 900, Bartissol s’efforce de relancer le processus en sensibilisant les citoyens. Il publie un hebdomadaire local au titre on ne peut plus explicite : La Démolition des remparts. Dans les colonnes de ce journal de circonstance, il va pouvoir développer ses arguments. L’objectif est de mettre de son côté l’opinion publique en opposant les besoins du plus grand nombre à la vision conservatrice des nantis : « La démolition des remparts s’impose et cela d’une façon absolue tant pour l’amélioration des conditions d’hygiène que pour la prospérité commerciale et économique de la ville de Perpignan... Seuls les mandarins qui vivent dans des palais, dans des hôtels spacieux et aérés, dans des villes récentes hors des fortifications trouvent que tout est pour le mieux ; tant pis pour les populations qui grouillent dans les taudis dont se composent uniquement les ruelles des quartiers St-Mathieu, La Réal et surtout St-Jacques, c’est-à-dire les deux tiers de la ville67. » À ces propos que l’on qualifierait de nos jours de populistes, Bartissol a l’habileté d’adjoindre des arguments économiques ; il termine sa harangue par une profession de foi parfaitement philanthropique : « N’allez pas vous laisser intimider par ces esprits à l’âme pusillanime qui dans toute œuvre quelle qu’elle soit ne voit toujours qu’une affaire. Et après tout oui c’est une affaire, digne d’une noble et haute ambition, celle de vouloir refaire une ville en la dotant de moyens adéquats à l’évolution sociale du moment. Qu’importe si pour l’heure, ce n’est point une affaire d’or68 ! » Le déclassement des fortifications sollicité depuis plusieurs décennies intervient en 1901 ; désormais, le projet de dérasement des remparts devient envisageable. La municipalité est disposée à racheter à l’État les anciens terrains militaires mais il faudra rapidement assurer la destruction des remparts et l’aménagement urbain des espaces libérés.

  • 69 Sur le rôle de Joseph Joffre comme directeur du Génie, cf. Conte Arthur, Joffre, Olivier Orban, 199 (...)

35Dans un premier temps, c’est François Joffre (1853-1912), qui négociera pour son compte avec la municipalité. Le 10 septembre 1902, François Joffre, agissant pour le compte d’une société en formation dite Société des remparts de Perpignan, propose au conseil municipal d’acheter à l’État les terrains libérés par le déclassement de l’enceinte. Un traité provisoire est signé en ce sens le 18 novembre 1902. Centralien de la promotion 1877, Joffre est l’un des frères du futur maréchal de France, Joseph Joffre. Ce dernier, hasard ou pas, est justement un homme du génie. Alors que les élus de Perpignan et son frère négocient avec les autorités militaires, Joseph Joffre rentre de Madagascar en avril 1903 où il était gouverneur de Diego-Suarez. Nommé directeur du génie au tout début de l’année 1904, il le restera jusqu’en 190669. Avec la réduction des exigences financières du génie à 1,3 million de francs en mai 1903, le projet de dérasement devient enfin réaliste. Dès lors, les événements s’accélèrent. Le 18 mai, François Joffre et la ville signent un nouveau contrat ; Joffre s’engage à payer un cautionnement de 20 000 francs dans les trois mois et à donner des informations sur les moyens de la société qu’il se dispose à créer. Au terme des trois mois, coup de théâtre : Joffre dépose bien le cautionnement in extremis mais déclare que la somme lui a été remise par... Bartissol ! Le conseil municipal et surtout le maire radical, Louis Caulas, mesurent alors avec amertume que Bartissol est réellement incontournable pour l’exécution de ces travaux. L’homme d’affaires apparaît comme le seul entrepreneur local en mesure de supporter financièrement une opération de cette envergure.

  • 70 La République des Pyrénées-Orientales, 1903, n° 893.
  • 71 Frenay E., Histoire de Perpignan, op. cit., p. 224.

36Une fois l’affaire conclue, la SHER dont Bartissol est le principal actionnaire devient le maître d’œuvre. Elle s’engage à verser sur cinq ans les 1,3 million de francs demandés par l’État en payement des 42 hectares de terrains libérés. En contrepartie, elle récupérera pour prix de la démolition 17 des 42 hectares correspondant à l’emprise des remparts et des fossés des fortifications nord et ouest. Pour la municipalité, c’est une opération blanche puisque, sans bourse délier, elle récupère 25 hectares. Dans La République des Pyrénées-Orientales, les adversaires politiques de Bartissol réagissent avec virulence à cet accord : « Personne n’a jamais cru que le financier cosmopolite était prêt à sacrifier deux ou trois millions pour tenir des engagements dont il s’est toujours moqué, et ce pour une bonne raison : c’est qu’en réalité, ses affiches-programmes ont été rédigées par d’autres que lui. Ses mameluks de tous grades ont fait en son nom tant de promesses que véritablement s’ils en avaient été informés, les électeurs ruraux de la première circonscription auraient le droit de demander au vicomte Edmond pourquoi son sacrifice se limite à Perpignan seul tandis que tant d’autres promesses annoncées à grand fracas dans nos campagnes sont oubliées70. » On a alors le sentiment que l’homme d’affaires est en train de réaliser une opération particulièrement lucrative. Ainsi, sur la base d’un calcul un peu trop sommaire, le socialiste Deslinières estime en 1903 que Bartissol vendra ses terrains à 30 ou 40 francs le mètre carré et que, « en prenant son temps, son opération philanthropique lui rapportera de 2,5 à 4 millions de bénéfices nets71 ».

  • 72 Sur Sébastien Pourxet, voir Bonnes (Annie), « Aperçu historique de la ligne de tramway Perpignan-Ca (...)
  • 73 L’Indépendant des Pyrénées-Orientales, 15 mai 1904, cité par Wiard Véronique, Perpignan à l’aube du (...)
  • 74 Chauvet H., Le Vieux Perpignan. Remparts disparus, Imprimerie de l’Indépendant, 1911, p. 64.
  • 75 Statistique des grèves et des recours à la conciliation et à l’arbitrage survenus pendant l’année 1 (...)
  • 76 Chauvet H., Le Vieux Perpignan. Remparts disparus, op. cit., 1911, p. 70.
  • 77 La destruction de l’enceinte aux abords du Castillet commencée dès l’automne 1904 donne lieu à cert (...)

37La direction générale du chantier est confiée à Julius Salomon mais certains travaux sont concédés à des entrepreneurs locaux. Ainsi, Sébastien Pourxet, qui vient de réaliser la ligne de tramway de Perpignan à Canet mise en service en 1900, assurera notamment la destruction du bastion du Castillet72. Les opérations de démolition commencent le 16 mai 1904. La concordance avec le calendrier politique n’est certainement pas fortuite. Le quotidien L’Indépendant, qui soutient la nouvelle municipalité, tient à le signaler à ses lecteurs : « On remarquera que l’ère de travail de la démolition à laquelle on aspirait depuis si longtemps coïncidera avec l’installation du nouveau Conseil municipal républicain [...] cette coïncidence est significative. La classe ouvrière ne manquera pas de le souligner73. » Dès les premiers jours, un impressionnant chantier se met en branle : 545 ouvriers armés de pelles et de pioches mais aussi de machines d’excavation s’activent. Les salaires sont de trois francs par jour pour huit heures de travail quotidien. En 1911, Horace Chauvet écrira la chronique de ce chantier : « Le 16 mai 1904 [...] les terrassiers embauchés par M. Bartissol donnent les premiers coups de pioches : ils sont au nombre de deux cent soixante-quatorze et ce chiffre sera porté à trois cents pendant toute la période des travaux, il atteint même quatre cents à un moment donné74. » Mais dès le 30 mai, jour où l’entreprise ouvre deux nouveaux chantiers, l’un devant le Marché de gros, l’autre en face des Quatre-Cazals, un conflit éclate avec les ouvriers à propos d’un transfert sur un autre chantier. Tous les ouvriers cessent le travail mais le conflit trouve son dénouement dès le lendemain par le remplacement « des trente-deux ouvriers qui avaient refusé de changer de chantier et avaient entraîné leurs camarades à cesser le travail75 ». Quatre des cinq portes de la vieille ville sont détruites, seule la porte Notre-Dame attenante au Castillet sera préservée. Le rempart auquel s’adosse la Cité Bartissol est totalement abattu le 17 septembre. La destruction des fortifications qui jusqu’alors, selon l’expression même d’Horace Chauvet, formaient un paravent à la Cité Bartissol76, eut pour premier effet de donner de l’air à l’ensemble immobilier de l’homme d’affaires et donc d’en accroître la valeur locative. En dépit de ces quelques impondérables, l’opération de dérasement est achevée à la fin 1905, elle avait nécessité moins de deux ans de travaux, signe de l’efficacité de l’entreprise concessionnaire des travaux77.

  • 78 Chauvet H., Le Vieux Perpignan. Remparts disparus, op. cit., p. 86.
  • 79 Frenay H.. Histoire de Perpignan, op. cit., p. 226.
  • 80 Caffe Henri, « Un anniversaire à commémorer : le cinquantenaire de la démolition des remparts », L’ (...)
  • 81 Vick André, « Vieux Perpignan. Propos d’urbanisme », Études roussillonnaises, 1956, t. V, pp. 295-3 (...)
  • 82 Pous Anny de, « L’histoire de la Fidélissima Villa de Perpinya », Reflets du Roussillon, été 1967, (...)
  • 83 Ibid., p. 29. Nous aimerions savoir si elle fait allusion à un ancien maire de la ville ou à Bartis (...)
  • 84 Hoffmann Yves. Quand Perpignan faisait la fête, Perpignan, Rivages des Arts, 1986, p. 21.
  • 85 Hoffmann Yves, Perpignan. Métamorphoses, Barbantane, Équinoxe, 1998. pp. 13 et 33.
  • 86 Roux Antoine de, Perpignan. De la place forte à la ville ouverte (Xe-XXe siècle), Archives communal (...)
  • 87 Vidal Pierre, Histoire de Perpignan des origines jusqu’à nos jours, Paris, 1897, p. 493.
  • 88 Sur la « seconde destruction » des remparts, cf. AC Perpignan, 01 108. Sur ces remparts peu avant l (...)

38Cette destruction des remparts de Perpignan donnera lieu localement à de nombreuses polémiques... a posteriori. Si Horace Chauvet, qui était par ailleurs un ami politique de Bartissol, estime en 1911 que « la ville de Perpignan lui devra une éternelle reconnaissance78 », la même année, le poète local Albert Bausil fait part de ses regrets79. Le cinquantenaire de la démolition des remparts allait relancer la polémique. Si Henri Caffe rend hommage aux artisans de cette démolition80, André Vick ne comprend pas qu’il « existe encore des défenseurs de la destruction81 ». Plus virulente, Anny de Pous qualifiait en 1967 cette destruction de « massacre » et d’« acte de vandalisme intéressé82 ». Le même auteur s’offusque de « voir en ville une stèle surmontée d’un buste dédiée au démolisseur des remparts83 ». Yves Hoffmann évoquait « les agissements iconoclastes de Monsieur Bartissol84 » et, récemment encore, « le vandalisme calculateur des spéculateurs » et « le chaos créé par la campagne de démolition Bartissol85 ». Bartissol ne nous semble mériter ni cet excès d’honneur ni cette indignité. Que la destruction des remparts ait été ou non une décision opportune peut aujourd’hui encore être légitimement débattu. Cependant, le débat mérite d’être replacé dans le contexte de l’époque, laquelle ne se caractérisait pas précisément par la défense du patrimoine architectural. Dans son ouvrage sur la place forte de Perpignan du Xe au xxe siècle, Antoine de Roux souligne combien cette démolition fit l’unanimité en son temps86. Même un historien local aussi attaché au patrimoine de la ville que Pierre Vidal considérait en 1897 que l’avenir de Perpignan était dans la démolition de ses remparts87. La polémique est d’autant plus vaine qu’en 1930, pour le compte de la Société d’entreprises foncières du Roussillon, l’ingénieur Joseph Tixère se voyait confier le dérasement des remparts sud88.

  • 89 SHER, AG du 29 juin 1907.
  • 90 SHER, AG extraordinaire du 22 janvier 1907.

39Une fois les remparts et autres bastions dérasés, commence la phase d’urbanisation de ces terrains. La commune de Perpignan récupérant sans frais 25 hectares, les élus municipaux peuvent envisager sereinement l’aménagement urbain de ces vastes espaces. En revanche, pour la SHER et Bartissol en particulier, le temps presse : il faut rapidement dégager des sommes importantes pour s’acquitter dans les cinq ans des 1,3 million de francs correspondant à la cession des remparts. Dès 1905, les premiers terrains – les mieux placés – se vendent vite et bien et la direction de la société s’en réjouit : « Nous avons vendu jusqu’à ce jour onze parcelles, qui sont, il est vrai, bien placées et qui ont donné une moyenne de 62,52 francs le mètre carré89. » La Société Paris-France est parmi les tout premiers acquéreurs ; le grand magasin Aux Dames de France sera achevé dès septembre 1906. En 1906, 5 693 mètres carrés de terrains sont vendus pour 345 000 francs, soit 60 francs le mètre carré. Cette même année 1906, la SHER paye à l’État une des échéances par un emprunt de 250 000 francs auprès de Lévi Modiano, un financier administrateur de la Société ottomane d’exploitation du port de Salonique. Cet emprunt est d’ailleurs garanti par le nantissement de 800 actions de cette même Société d’exploitation du port de Salonique90. Cette opération immobilière d’envergure ne pouvait avoir été lancée que dans le cadre d’un projet à moyen terme. Bartissol était conscient que les premières années, celles durant lesquelles il faudrait assumer simultanément les frais de destruction et le remboursement des terrains, seraient délicates à négocier mais il pouvait espérer commencer à dégager un profit net à partir des années 1908-1910. Or, la conjoncture économique régionale allait bouleverser les données du problème et le plus difficile restait à venir.

Notes

1 A. Duparchy aurait acquis cette propriété d’un ressortissant espagnol en échange de travaux non payés.

2 Acte notarié, étude Cros. Corbeil.

3 Girard Georges, Histoire de Fleury-Mérogis, 1899, réédité le 1er juin 1989 par le « Comité pour l’histoire de Fleury-Mérogis et Plessis-le-Comte », document dactylographié, pp. 26 et 27.

4 D’après la légende d’une carte postale représentant le domaine.

5 Délibérations du conseil municipal de Fleury-Mérogis, 7 juin 1888.

6 Délibérations du conseil municipal de Fleury-Mérogis, 10 février 1892.

7 Sur les activités politiques et financières de Maurice Rouvier, cf. notamment Estebe Jean, Les Ministres de la République (1871-1914), Presses FNSP, 1982, pp. 165-177.

8 Lettre du 10 septembre 1909, Archives privées.

9 Sur cet épisode, cf. Duroselle (Jean-Baptiste), Clemenceau, Fayard, 1988, p. 226.

10 Lettre de Georges Clemenceau à Amédine Robert, 25 octobre 1919, Archives privées.

11 AD Pyrénées-Orientales, 3 M 294.

12 AD Pyrénées-Orientales, 3 M 294.

13 Voir Chauvet H., La Vie politique roussillonnaise, pp. 147-151.

14 AD Pyrénées-Orientales, 3 M 294.

15 Rapport au préfet des Pyrénées-Orientales, AD Pyrénées-Orientales, 3 M 294.

16 Lettre du commissaire central de police au préfet des Pyrénées-Orientales, AD Pyrénées-Orientales, 3 M 294.

17 Ibid.

18 Profession de foi, affiche électorale AD Pyrénées-Orientales.

19 Cité par Frenay Etienne, « Les débuts du mouvement syndical dans les Pyrénées-Orientales (1894-1914) », CERCA, automne 1965, n° 29, p. 240.

20 Profession de foi, affiche électorale AD Pyrénées-Orientales

21 Ibid.

22 Les résultats de cette élection sont les suivants : Bartissol, 7 391 voix, Caulas, 1697 voix, Deslinières (socialiste), 1887 voix, Drogart (radical-socialiste), 895, Bertrand (socialiste), 464 voix, Alavail (radical-socialiste), 352 voix, M. Joffre, 92 voix. Seules les communes de Rivesaltes, Saint-Estève, Maury, Saint-Paul-de-Fenouillet et Fenouillet ont porté Deslinières en tête.

23 Sur cette élection, voir Balent A., L’Implantation militante et électorale du parti socialiste dans les Corbières catalanes, Actes du 106e Congrès national des sociétés savantes, Perpignan. 1981, « Histoire du Roussillon et questions diverses », t. II, CTHS, 1984, pp. 85-102.

24 Cité par Frenay Étienne, « Les débuts du mouvement syndical dans les Pyrénées-Orientales (1894-1914) », op. cit., p. 240.

25 JO, Chambre des députés, débats, séance du 24 juin 1902, p. 1974.

26 Ibid.

27 Ibid.

28 Pendant la 8e législature de la Troisième République (1902-1906), les dates des sessions ont été les suivantes : sessions ordinaires : 1er juin au 11 juillet 1902, 13 janvier au 14 juillet 1903, 12 janvier au 13 juillet 1904, 10 janvier au 13 juillet 1905 et 17 janvier au 14 avril 1906 ; sessions extraordinaires : 14 octobre au 6 décembre 1902, 20 octobre au 29 décembre 1903, 18 octobre au 28 décembre 1904, 30 octobre au 16 décembre 1905.

29 Arrêt du 2 août 1895, Recueil des arrêts du Conseil d’État statuant au contentieux des décisions du tribunal des conflits et de la Cour des comptes, 1895. p. 630.

30 Arrêt du 27 décembre 1901, Recueil des arrêts du Conseil d’État statuant au contentieux des décisions du tribunal des conflits et de la Cour des comptes, 1901, p. 944.

31 Arrêt du 11 mars 1904, Recueil des arrêts du Conseil d’État statuant au contentieux des décisions du tribunal des conflits et de la Cour des comptes, 1904, pp. 207-208.

32 D’après Payret Joseph, « L’usine hydroélectrique de Rodes », Journal des Pyrénées-Orientales illustré, commercial, maritime, artistique et littéraire, fascicule XXXV, juillet 1899, p. 280-284. Sur ce point, cf. aussi Bouneau Christophe, « Les élites face à l’innovation électrique dans le Grand Sud-Ouest au tournant des xixe et xxe siècles », in Guillaume Sylvie (sous la dir. de), Les Élites Fins de siècle xixexxe siècles, Éditions de la Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 1992, pp. 79-95.

33 Le Roussillon, 9 février 1898, cité par Frénay E., Perpignan à la Belle Époque.

34 Rapport sur l’installation de l’usine d’électricité de Perpignan par M. Gustave Vieira, ingénieur des Mines, dossier « Délibérations du conseil municipal de Perpignan », pièces à l’appui (liasse 35a : délibérations du 14 mars 1900, pièce n° 17, Archives communales de Perpignan).

35 Delonca Émile, Le Canal d’Ille, Perpignan, Imprimerie du Midi, 1949, p. 97.

36 « Un village, une histoire, Rodès, Dommnova, Ropidera, le Canal de Corbera », D’Ille et d’ailleurs, n° 5. janvier 1987, p. 54.

37 Cité in Historique et exposé de l’affaire Roquet-Lalanne contre Ed. Bartissol, pp. 6-7.

38 Ibid.

39 Broc Numa, « La maîtrise de l’eau dans les Pyrénées-Orientales aux xixe et xxe siècles », in De l’eau et des hommes en terre catalane, Editions Trabucaïres, 1992, p. 230.

40 AD Pyrénées-Orientales, 13 Sp 14.

41 Ibid.

42 Délibération conseil général des Pyrénées-Orientales du 12 avril 1899 (A. D Pyrénées-Orientales, 13 Sp 14).

43 Delonca Emile, op. cit., p. 100.

44 AD Pyrénées-Orientales, 4 U 1122.

45 Cf. Saul Samir, La France et l’Égypte de 1882 à 1914. Intérêts économiques et implications politiques, 1997, pp. 117-119.

46 CA. de la SHER, 23 janvier 1900 (Archives SHER à EDF).

47 CA de la SHER, 28 avril 1904.

48 CA de la SHER, 6 juin 1908.

49 CA de la SHER, 9 décembre 1899.

50 SHER, AG ordinaire du 29 mars 1902, 31 mars 1903 et 28 mars 1905.

51 Arrêts de la cour d’appel Montpellier, AD Hérault, 2 U1 227, 5 juin 1908 (Bartissol contre Menjou) et 2 U1 176, 6 décembre 1909 (Menjou contre SHER), et SHER, AG ordinaire du 22 janvier 1907.

52 SHER, AG ordinaire du 31 mars 1939.

53 Dès 1901, la société passe des traités avec les communes de Néfiach, Millas, Saint-Féliu-d’Amont et Le Soler et, en 1902, avec Saint-Féliu-d’Avall, pour l’éclairage public (AG, SHER).

54 CA de la SHER, 28 novembre 1903, et AG, SHER du 31 mars 1904. Saint-Laurent-de-la-Salanque est connecté au réseau le 30 mai 1903, Torreilles le 13 juillet 1903, Saint-Hippolyte le 29 septembre 1903,Claira, le 15 octobre 1903 et Villelongue le 22 décembre 1903.

55 Salses en 1905 et Canet en 1906 (SHER, AG ordinaire du 31 mars 1906).

56 La tension de la canalisation des faubourgs qui partait de l’usine d’éclairage à 2 400 volts est portée à 7 500 volts et plusieurs éléments du réseau sont améliorés (installation de cabines de contrôle, installations des transformateurs 7 500/2400). La ligne de la Salanque précédemment alimentée en bout de ligne à l’aide d’un transformateur surélévateur de tension 2 400 à 7 500 volts est raccordée directement à l’usine de tramways, établissement de feeders pour l’amélioration du voltage de certains quartiers.

57 SHER, rapport du CA à l’AG ordinaire du 31 mars 1903.

58 SHER, AG ordinaire du 31 mars 1906.

59 SHER, AG ordinaire du 24 juin 1910.

60 D’après Sarda C., op. cit., p. 77.

61 SHER, AG ordinaire du 24 juin 1910, rapport du CA.

62 Lettre du 4 mars 1903 citée dans SHER, AG extraordinaire du 22 janvier 1907.

63 D’après comptes présentés par le CA à l’AG ordinaire annuelle. Comptes donnés à l’AG de la SHER du 31 mars 1903. E. Frenay cite le chiffre exagéré de 200 000 francs de bénéfices pour l’année 1903 (Wolf Philippe dir., Histoire de Perpignan, p. 221).

64 D’après Sarda C., op. cit., p. 83.

65 Séance du conseil municipal du 8 mars 1890, cité par Chauvet H., Le vieux Perpignan. Remparts disparus, Imprimerie de l’Indépendant, 1911, pp. 52-54.

66 Ibid.

67 La Démolition des remparts, 26 mai 1901, cité par Frenay E., Perpignan à la Belle Époque, op. cit.

68 Ibid.

69 Sur le rôle de Joseph Joffre comme directeur du Génie, cf. Conte Arthur, Joffre, Olivier Orban, 1991, pp. 89-93.

70 La République des Pyrénées-Orientales, 1903, n° 893.

71 Frenay E., Histoire de Perpignan, op. cit., p. 224.

72 Sur Sébastien Pourxet, voir Bonnes (Annie), « Aperçu historique de la ligne de tramway Perpignan-Canet », Etudes roussillonnaises, t. X, 1991, pp. 155-160.

73 L’Indépendant des Pyrénées-Orientales, 15 mai 1904, cité par Wiard Véronique, Perpignan à l’aube du xxe siècle : une ville à l’assaut de ses remparts, mémoire de maîtrise, Université Paul Valéry, Montpellier, 1988, p. 96.

74 Chauvet H., Le Vieux Perpignan. Remparts disparus, Imprimerie de l’Indépendant, 1911, p. 64.

75 Statistique des grèves et des recours à la conciliation et à l’arbitrage survenus pendant l’année 1904, ministère du Travail et de la Prévoyance sociale, pp. 280- 283.

76 Chauvet H., Le Vieux Perpignan. Remparts disparus, op. cit., 1911, p. 70.

77 La destruction de l’enceinte aux abords du Castillet commencée dès l’automne 1904 donne lieu à certaines réticences de la part des Monuments historiques qui font part, tardivement, de leur volonté de conserver le bastion protégeant le Castillet et la Porte Notre-Dame. Au commencement de 1905, on entreprend la destruction de la Porte de Canet et des fortifications qui enserrent le quartier Saint-Jacques.

78 Chauvet H., Le Vieux Perpignan. Remparts disparus, op. cit., p. 86.

79 Frenay H.. Histoire de Perpignan, op. cit., p. 226.

80 Caffe Henri, « Un anniversaire à commémorer : le cinquantenaire de la démolition des remparts », L’Indépendant, 8 octobre 1956, et « Promenades imaginaires sur des remparts abolis », Reflets du Roussillon, n° 3, juillet 1954, pp. 18- 21.

81 Vick André, « Vieux Perpignan. Propos d’urbanisme », Études roussillonnaises, 1956, t. V, pp. 295-303.

82 Pous Anny de, « L’histoire de la Fidélissima Villa de Perpinya », Reflets du Roussillon, été 1967, n° 58, pp. 27-34.

83 Ibid., p. 29. Nous aimerions savoir si elle fait allusion à un ancien maire de la ville ou à Bartissol, dont nous n’avons pas connaissance que Perpignan l’ait honoré d’une stèle quelconque.

84 Hoffmann Yves. Quand Perpignan faisait la fête, Perpignan, Rivages des Arts, 1986, p. 21.

85 Hoffmann Yves, Perpignan. Métamorphoses, Barbantane, Équinoxe, 1998. pp. 13 et 33.

86 Roux Antoine de, Perpignan. De la place forte à la ville ouverte (Xe-XXe siècle), Archives communales de Perpignan, 1996, pp. 374-378.

87 Vidal Pierre, Histoire de Perpignan des origines jusqu’à nos jours, Paris, 1897, p. 493.

88 Sur la « seconde destruction » des remparts, cf. AC Perpignan, 01 108. Sur ces remparts peu avant leur destruction cf. Rossello, « Les remparts de Perpignan », L’Illustration, n° 4560, 26 juillet 1930, pp. 466-469.

89 SHER, AG du 29 juin 1907.

90 SHER, AG extraordinaire du 22 janvier 1907.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search