Version classiqueVersion mobile

Edmond Bartissol (1841-1916)

 | 
Jean-Louis Escudier

Troisième Partie. Une stratégie d’ouverture internationale

Chapitre VIII. Au cœur de l’empire colonial portugais

Texte intégral

1Par-delà les turbulences qui secouèrent le Portugal entre 1870 et 1914, Bartissol eut l’habileté de maintenir des relations privilégiées avec les gouvernements successifs de ce pays. À partir des années 1880, le Portugal devient pour lui une seconde patrie. Il réside périodiquement dans son domaine de Pinheiro. L’entrepreneur est toujours plein d’idées pour ce Portugal où il est impliqué dans plusieurs réalisations d’envergure, notamment le port de Leixoès dont la construction se poursuit jusqu’en 1892. Il reste à l’affût d’une bonne affaire mais la conjoncture économique et financière joue désormais contre lui. Il ne parvient plus à susciter la mise en œuvre de nouveaux chantiers, comme en témoigne son échec dans le projet de pont sur le Tage élaboré avec Théophile Seyrig. Le pays ploie sous la dette publique et les capitaux privés ne sont guère enthousiasmés par le lancement d’infrastructures à la rentabilité aléatoire. Dans tous les pays européens, cette configuration économique peu favorable aux investisseurs contribue à orienter les capitaux disponibles vers les colonies. Comme Bartissol a l’essentiel de ses intérêts et de ses relations au Portugal, c’est à partir du Portugal qu’il va se lancer dans l’aventure coloniale.

2En dépit de l’indépendance obtenue en 1820 par le Brésil, par l’ampleur de ses possessions en Afrique – Mozambique, Angola – ou au large de ce continent – Cap-Vert, Madère –, le Portugal reste à la fin du xixe siècle une grande puissance coloniale. Mais ce pays peu peuplé, pauvre, empêtré dans la gestion d’un déficit chronique de ses dépenses publiques, n’a pas les moyens d’une politique coloniale d’occupation et de mise en valeur des ressources naturelles. Alors le gouvernement portugais décide de mettre en place des « Compagnies à charte », c’est-à-dire des structures de droit privé, fonctionnant avec des capitaux exclusivement privés mais jouissant d’une partie des prérogatives régaliennes, notamment les pouvoirs de police et de levée de l’impôt. En contrepartie, ces compagnies ont pour mission d’assurer les investissements d’infrastructures routières, ferroviaires et portuaires, d’implanter écoles et hôpitaux et évidemment de favoriser la colonisation de leur territoire en délivrant des concessions de terre ou d’exploitation minière. Au Mozambique, le Portugal installe sur ce modèle la Compagnie de Niassa, qui aura autorité sur toute la partie septentrionale de la colonie, la Compagnie de Mozambique et, sur un schéma juridique voisin, la Compagnie du Zambèze, chargée de régenter les territoires et les populations de la rive gauche du fleuve. Mais cette politique s’opère dans un contexte international et diplomatique particulièrement tendu.

Dangereuses spéculations au pays de l’or

3Tout au long des années 1880, un profond différend oppose le Portugal à l’Angleterre au sujet de leurs possessions africaines. Le Portugal convoitait les terres du Congo pour réunir l’Angola et le Mozambique ; c’est l’époque de la fameuse « carte rose » représentant cette vaste colonie qui n’exista jamais que dans l’esprit des dirigeants ou des aventuriers portugais. L’Angleterre et le Portugal se disputaient notamment la souveraineté sur les territoires du Malica réputés, à tort ou à raison, pour leur richesse en gisements aurifères. L’esprit aventureux et affairiste d’Edmond Bartissol est attiré par cette colonie... si peu colonisée qu’est alors le Mozambique.

  • 1 Sur Joaquim Carlos Paiva de Andrade, cf. Grande Enciclopedia Portuguesa et Brasiliera, op. cit., t. (...)
  • 2 Sur Manuel Antonio de Sousa, cf. Grande Enciclopedia Portuguesa et Brasiliera, op. cit., t. XXIV, p (...)

4Joaquim Paiva de Andrade, un curieux militaire, tout à la fois aventurier et homme d’affaires, cherche depuis des années à mobiliser des hommes et des capitaux pour investir au Mozambique1. Mais tout investissement sur ces territoires est évidemment fort aléatoire, surtout avant le règlement du contentieux anglo-portugais. En 1878, son affectation à Paris comme attaché militaire auprès de l’ambassade du Portugal lui donne l’occasion de prospecter dans les milieux tant intellectuels qu’affairistes pour exploiter la concession que le gouvernement portugais vient de lui octroyer sur des gisements d’or et de fer, des étendues forestières et 100 000 hectares de terre à culture, il fonde une Société des fondateurs de la Compagnie du Zambèze. Lucide, Paiva de Andrade mesure sur le terrain que toute mise en valeur suppose au préalable la maîtrise des populations. Alors, pour mettre au pas les chefferies locales, il s’attache les services d’un ambitieux Goanais, Manuel Antonio de Sousa2, lequel va guerroyer vingt ans durant avec les autochtones récalcitrants.

  • 3 Cité par Malet Charles, Le Parlement français. Ouvrage historique contenant les biographies et port (...)
  • 4 Newitt Malyn, Historia de Moçambique, Publicaçoes Europa-America, 1997, p. 330.
  • 5 Clarence-Smith Gervase, The Third Portugese Empire (1828-1975), Manchester University Press, 1985, (...)
  • 6 Cf. Autheman André, La Banque impériale ottomane, Comité pour l’histoire économique et financière d (...)

5Assurément, dans ses multiples occupations au Portugal, Bartissol était en relation avec quelques diplomates et hommes d’affaires tentés par ces terres lointaines et peu connues. Paiva de Andrade et Bartissol étaient donc appelés à se rencontrer, à Paris ou à Lisbonne tant leurs compétences étaient complémentaires et leurs intérêts conjoints. Bartissol n’est certainement pas insensible au chant des sirènes qui lui susurrent les profits à réaliser et il s’associe à la démarche de Paiva de Andrade vers le milieu des années 1880 ainsi qu’à la mise en place d’une autre société visant à l’exploitation des richesses du Mozambique, la Compagnie d’Ophir. En 1889, Bartissol est présenté comme le « commanditaire principal de la Compagnie portugaise qui a obtenu le monopole de l’exploitation des mines d’or du Zambèze et des pêcheries de corail sur les côtes du Mozambique3 ». Enfin, Bartissol est également l’un des instigateurs de la première Compagnie de Mozambique créée en 1888 au Portugal, dans le but d’acquérir des concessions, notamment des droits miniers, dans l’Afrique orientale portugaise. Le capital social de la compagnie, d’un montant initial de 40 000 livres sterling (soit 1 million de francs), est doublé dès 1889. Pour M. Newitt, ce capital avait été réuni à Paris par Edmond Bartissol4. G. Clarence-Smith précise que cette mise de fonds avait été avancée par « quelques commerçants fortunés de Lisbonne et par Edmond Bartissol de la Banque impériale ottomane5 ». Sans être en mesure de le confirmer ni l’infirmer, il n’est pas exclu que Bartissol ait agi pour le compte de la Banque impériale ottomane. En effet, il entretenait alors des relations suivies avec Raphaël Bischoffsheim, l’un des principaux actionnaires de la Banque ottomane et avec Théodore Berger qui va devenir l’un des patrons de cet établissement financier6.

  • 7 Cf. Lazerme Philippe, Noblesa Catalana. 1977, t. III, pp. 261-266.

6Les hommes de cette première Compagnie de Mozambique occupent d’abord Beira, sur la côte, puis Macequece, à 300 kilomètres à l’intérieur des terres, au centre du Manica, car la rumeur colporte que cette contrée recèlerait les plus beaux filons d’or de la planète. Le représentant sur place de Bartissol est Charles de Llamby. Issu d’une des plus anciennes familles roussillonnaises, Llamby peut se prévaloir entre autres, d’un trisaïeul conseiller du roi et d’un bisaïeul membre de l’assemblée de la noblesse du Roussillon en 1789, soit une ascendance fort éloignée de l’extraction plébéienne de son employeur7. Néanmoins, contrairement à ses ancêtres, Charles de Llamby avait fait le choix de l’industrie puisque diplômé en 1876 de l’École centrale des arts et manufactures en 1876. Probablement Bartissol sut-il avancer quelques arguments sonnants et trébuchants pour convaincre ce garçon de bonne famille de s’engager dans une telle « galère ».

7Cette région du Manica à laquelle Bartissol s’intéresse tout particulièrement est alors une contrée pour le moins inhospitalière ; l’accès en est très difficile : pas de voies d’eau, pas de chemins de fer, juste un sentier muletier sommaire et incertain. Une partie de la région est occupée par les Makalolos. Certains auteurs portugais avancent que les Makalolos ne seraient pas un peuple autochtone ; originaires de diverses peuplades, ils auraient servi d’escorte à Livingstone dans un de ses voyages à travers le continent africain au début des années 1870, et ce dernier les aurait ensuite abandonnés sur ces terres. En fait, les Makalolos étaient établis au Manica depuis fort longtemps. L’explication portugaise était loin d’être innocente : ces propos peu amènes envers le célèbre missionnaire britannique alimentaient le conflit plus ou moins larvé qui opposait alors l’Angleterre et le Portugal et légitimaient l’appropriation d’un territoire en déshérence, un territoire où l’on peut faire fi de toute culture autochtone et du droit international.

  • 8 Sur Joao de Resende, cf. Grande Enciclopedia Portuguesa et Brasiliera, t. XXV, pp. 233-234.
  • 9 Nos financiers en robe de chambre. Revue biographique et critique, 3e année, n° 5, 18 février 1891.

8Devant la faiblesse politique, économique et militaire du gouvernement portugais, les Britanniques sont en position de force. Après une situation tendue en janvier 1890, les longues négociations qui se déroulent entre les représentants de Lisbonne et de Londres débouchent le 20 août 1890 sur un accord de délimitation des frontières. Mais faute d’être ratifié par les Cortes portugais, cet accord ne voit pas le jour. Ce contexte diplomatique délétère laissait le champ libre aux coups de main de bandes armées plus ou moins contrôlées. Cecil Rhodes, qui vient de fonder en 1889 une compagnie à charte britannique, la British South Africa Company, mesure l’opportunité qu’il peut tirer de cette non-ratification du traité anglo-portugais s’il parvient à susciter une montée des tensions dans la région. En fin politique, Cecil Rhodes s’attache dans un premier temps à obtenir la soumission du chef local, Mutassa. Après quoi, il lance la seconde phase de sa stratégie. Le 20 novembre 1890, les hommes de la British South African Company envahissent manu militari le camp des Portugais à Macequece. Charles de Llamby va se trouver bien malgré lui au cœur des événements puisqu’il est enlevé en même temps que les représentants portugais de la Compagnie du Mozambique, Joao de Rezende8 et Joaquim Paiva de Andrade. Le représentant de la British South Africa Company, Trevor, signifie à Llamby son arrestation. Celui-ci parvient à prévenir le consul français du Cap qui doit intervenir pour obtenir leur libération. Sommés de se soumettre à l’autorité britannique ou de quitter le pays, Llamby et Rezende prennent le parti de quitter le Manica et de rejoindre Beira qu’ils atteignent après treize jours de marche. Aussitôt les deux hommes embarquent pour l’Europe, soulagés d’avoir réchappé à cette aventure dont ils auraient bien fait l’économie9.

  • 10 Ibid.

9Ces conflits au cœur de l’Afrique profonde trouvent un certain écho dans la presse française toujours prompte à satisfaire le goût prononcé du bourgeois comme de l’homme du peuple pour les récits empreints d’exotisme. En février 1891, une revue satirique dont l’époque est friande accorde à Bartissol l’honneur de sa couverture10. On ne saurait classer cette revue, au titre aussi précis que sibyllin : Nos financiers en robe de chambre, parmi les publications éphémères puisqu’elle paraîtra jusqu’en 1929. Le portrait-charge représente l’homme d’affaires en robe de chambre (évidemment !), un pic à la main, montant à l’assaut de l’Afrique et plus précisément du Mozambique. Il a déjà un pied sur le Manica, la région sur laquelle il avait jeté son dévolu.

  • 11 Ibid.
  • 12 Cf. AD Pyrénées-Orientales, 3 E 61/33, étude Boluix, acte n° 301 du 2 septembre 1887.

10Dans le compte rendu des événements qu’il adresse à Bartissol dès son retour à Lisbonne, Charles de Llamby justifie son retrait du Manica et son embarquement pour le Portugal. Le retour était nécessaire pour éclairer la compagnie sur les événements, parce que la prise de possession des bâtiments de la compagnie et l’usurpation de ses privilèges ne lui permettaient plus de remplir ses fonctions et enfin, « en admettant que les Anglais vinssent à se retirer, nous ne pouvions compter reprendre les travaux avant qu’une expédition eût lieu pour châtier Mutassa et ramener la sécurité dans le pays aussi bien que le prestige des Portugais11 ». Un tel argumentaire donne l’impression d’un homme tentant de légitimer un départ qui aurait pu être interprété comme une fuite par son commanditaire. Quelques mois après son retour, le 22 avril 1891, Llamby se marie à Cascais avec une jeune fille de la bonne société portugaise, Amalia-Sofia da Silva. Après avoir vécu en Espagne, le couple retrouvera le Roussillon et la propriété familiale de Ponteilla12 ; Charles de Llamby n’apparaîtra plus dans les nombreuses affaires lancées par Bartissol.

  • 13 Axelson Éric, Portugal and the Scramble for Africa (1875-1891), Johannesburg, Witwatersland Univers (...)

11Devant cette démonstration de force, Bartissol déclare à la presse qu’il envisage de protester auprès du ministre français des Affaires étrangères, Alexandre Ribot. Mais la menace n’est que de pure forme ; Bartissol sait bien que cette requête ne serait d’aucun effet et, surtout, l’homme est suffisamment pragmatique pour ne pas rompre tout contact avec les Britanniques. De son côté, la British South Africa Company a d’autant plus intérêt à un accord à l’amiable que les 2 000 prospecteurs britanniques implantés au Manica se plaignent de ce coup de force initié par la compagnie à Macequece13. Alors on temporise, on négocie.

Négociations sur le devenir du Manica

  • 14 Ibid., p. 275.

12La compagnie britannique dépêche à Paris un émissaire, Cawston, pour rencontrer Bartissol dès les derniers jours de novembre 189014. Ce dernier explique à Cawston qu’il a investi des sommes importantes dans la Compagnie de Mozambique et que si le gouvernement portugais était incapable de protéger cette compagnie et ses hommes, il se retournerait vers le gouvernement français. Bartissol met en avant un montage spécifique consistant en une compagnie franco-portugaise qui achèterait tous les droits appartenant à la Compagnie de Mozambique, y compris les concessions et prazos. Le capital serait détenu par des « amis » de la British South Africa Company. Le siège social, initialement localisé à Paris, serait transféré à Londres lorsque cela ne choquerait plus l’opinion publique portugaise. Bartissol et ses associés persuadent le gouvernement portugais de rédiger la nouvelle charte de la Compagnie de Mozambique en ce sens. Bartissol et Cawston conviennent de se rencontrer à nouveau à Paris le 15 décembre pour discuter des derniers points de détail, mais Cawston ne vient pas au rendez-vous. En effet, Cecil Rhodes devant rentrer sous peu en Angleterre, les dirigeants de la British South Africa Company ne tiennent pas à prendre de décision avant son arrivée. Une fois à Londres, Cecil Rhodes annonce au chef du gouvernement britannique, Salisbury, qu’il souhaite bouter les Portugais hors de ces hautes terres et ce dernier se résout à suspendre les négociations.

  • 15 Ibid., p. 276.

13En janvier 1891, la British South Africa Company envoie un nouveau représentant, Tiano, pour renouer le dialogue avec Bartissol. Les deux hommes proposent que la compagnie britannique se retire à l’ouest de la ligne dite du « 20 août » et, dans le cas où des négociations entre les deux gouvernements garantiraient une frontière à l’est de cette ligne, un tiers des profits nets de cette aire reviendraient à la Compagnie de Mozambique. D’autres clauses prévoyaient la construction rapide du chemin de fer vers la côte, auquel les Britanniques étaient attachés pour assurer l’expédition de leurs produits de la future Rhodésie. La direction de la British South Africa Company rejette cet accord en raison de la nature politique de plusieurs clauses. Alors, Tiano et Bartissol revoient leur copie. Cette fois, le retrait des Britanniques du Manica n’est pas avancé. La Compagnie de Mozambique recevrait un tiers des profits nets des mines situées à l’est de la ligne du 20 août et son ou ses sous-concessionnaires, dont les droits dans les vallées du Revue et de l’Umtali seraient sauvegardés, se verraient garantir 1 500 daims dans l’aire de la compagnie britannique. Enfin, une compagnie franco-portugaise, dont les administrateurs seraient des représentants de ces deux pays en proportion du capital souscrit, aurait la charge de la construction du chemin de fer. Mais, pressantant qu’une telle solution conférerait un pouvoir exorbitant aux principaux actionnaires en général et à Bartissol en particulier, la direction de la compagnie britannique ne ratifia pas davantage ce deuxième protocole d’accord15.

  • 16 Ibid., p. 277.
  • 17 Compagnie de Mozambique, Rapport du conseil d’administration à l’assemblée générale, 1897, p. 10.

14À ce stade des négociations, peut-être les Portugais perçoivent-ils que Bartissol ne représente pas suffisamment bien leurs intérêts. En effet, son rôle dans ces discussions s’achève alors puisque deux autres administrateurs de la Compagnie de Mozambique, Fontes et Pinto Basto, sont dépêchés à Paris pour poursuivre à sa place ces laborieuses tractations16. De fait, le maintien de la souveraineté du Portugal sur ces terres africaines n’était certainement pas la préoccupation première de l’homme d’affaires. Quoi qu’il en soit, Fontes et Pinto Basto n’auront pas plus de succès que Bartissol puisque dès le mois de mars 1891, sur ordre de Cecil Rhodes, la British South Africa Company rompt les négociations. Finalement, l’essentiel du Manica reviendra aux Britanniques mais les problèmes de frontières resteront pendants jusqu’en 1897, année où interviendra un arbitrage définitif17.

  • 18 Sur les privilèges de la Compagnie de Mozambique, voir Bonnefont de Varinay P. DE, La Compagnie de (...)

15Alors que les négociations entre Bartissol et les émissaires britanniques traînent en longueur, le gouvernement portugais édicte le 11 février 1891 un décret instituant une nouvelle Compagnie de Mozambique. Cette compagnie obtient une concession sur un vaste territoire de 150 000 kilomètres carrés correspondant à la partie centrale de l’actuel Mozambique. Délimitée au nord et à l’ouest par la frontière anglo-portugaise et la future Rhodésie, à l’est par la rive droite du fleuve Zambèze et l’océan Indien, la concession épouse au sud la ligne du 22e parallèle, au sud de Sabi. En contrepartie de ses obligations, la compagnie bénéficie de nombreux privilèges dont celui de percevoir sur les indigènes des prazos, dont les territoires se trouvent entre le Zambèze et le Pungue, un impôt appelé mussoco, sorte de cote personnelle, et sur tous les territoires de son ressort, l’impôt de pahote par hutte occupée comme maison d’habitation18. Soucieux de préserver sa souveraineté sur cette colonie, le Portugal a élaboré des statuts ad hoc. La compagnie sera dirigée par un conseil d’administration de quinze membres dont huit Portugais et, de droit, le président de la compagnie sera toujours de nationalité portugaise. Enfin, à la tête de l’administration, le gouverneur, également portugais, disposera de tous les pouvoirs civils et militaires. Mais, et ce sera là à la fois l’originalité et la faiblesse de ces compagnies à charte portugaises, les capitaux seront essentiellement sollicités auprès d’investisseurs étrangers.

  • 19 Neil-Tomlinson Barry, The Mozambique Chartered Company 1892 to 1910, School of Oriental and African (...)

16La mobilisation du capital social de la compagnie allait être laborieuse. Le montant souhaité de ce capital était de 1 million de livres (25 millions de francs). Initialement, un accord était intervenu sur une répartition accordant 49 % au « syndicat français » conduit par Edmond Bartissol, 37 % au groupe anglais animé par Algernon Moreing, et 13 % aux Portugais19. Alors que les Britanniques sont rapidement à même de verser leurs 375 000 livres, Bartissol ne parvient à mobiliser que 85 000 des 490 000 livres pour lesquelles il s’était engagé et les Portugais ne peuvent alors se prévaloir de la moindre souscription. Soucieux de ne pas engendrer une structure qui serait entre les mains des seuls Britanniques, le gouvernement portugais se résout à réduire le capital initial à 100 000 livres en actions d’une livre (2,5 millions de francs), réparties à parts à peu près égales entre Français, Britanniques et Portugais, et la nouvelle Compagnie de Mozambique est enfin opérationnelle en mai 1892, soit quinze mois après sa création.

Jeu à trois pour un pouvoir instable

17Le conseil d’administration est composé de trois comités représentant respectivement les Portugais, les Français et les Britanniques. Les ressortissants portugais sont donc majoritaires au sein de l’organe de direction d’une société anonyme dont l’essentiel du capital social est détenu par des ressortissants français et britanniques. Parmi eux, l’incontournable colonel Paiva de Andrade que son « enlèvement » par les Anglais en 1890 n’avait pas rebuté. La présidence reviendra dans un premier temps au vicomte de Carnaxide puis à l’ancien ministre des Affaires étrangères, José Barbosa du Bocage. Les relations au sein de cette « troïka » sont difficiles et, en quelques années, au gré des alliances de circonstance, le pouvoir changera de main à plusieurs reprises.

  • 20 Compagnie de Mozambique, rapport CA à AG, 1894, p. 33.
  • 21 Archives de la Préfecture de Police de Paris, dossier Ba 957.
  • 22 Cf. Saul Samir, La France et l’Égypte de 1882 à 1914. Intérêts économiques et implications politiqu (...)
  • 23 Compagnie de Mozambique, Rapport CA à AG, 1895, p. 3.
  • 24 D’après Vail Leroy, « Mozambique’s Chartered Companies : the Rule of the Feeble », Journal of Afric (...)

18À la fin des années 1880, Bartissol s’était engagé dans cette entreprise coloniale à partir de ses bases portugaises, par l’entremise de relalions strictement personnelles. Mais toute implantation durable implique un dépassement de ces conditions initiales. Il s’attache donc à doter la nouvelle compagnie d’un pôle d’intérêt français. Théodore Berger accède au rang d’administrateur de la Compagnie de Mozambique en mai 1892 et Adrien Bénard en juin 189320. Né en 1848, Berger est plus jeune que Bartissol mais, issu d’une famille protestante fortunée, il jouit déjà d’une belle situation. Alors qu’en 1874 il n’était que second caissier à la Banque impériale ottomane, il accède en 1887 au rang de directeur de cette banque à Paris21. En 1891, associé à Neuflize et Vlasto, Berger vient d’obtenir le monopole de l’exploitation et de la vente des tabacs portugais en échange d’une contribution de 250 millions de francs sous forme de renflouement de la dette du gouvernement portugais vis-à-vis de la France. Bénard est un agent de change que l’on trouve partie prenante dans la Caisse générale de reports qui servait de garantie aux émissions de la Compagnie de Panama au début des années 1880. Il sera plus tard administrateur de la Société française d’entreprises en Égypte et l’on peut penser qu’il est proche de Berger et de Bartissol22. En 1894, c’est le neveu de Bartissol, Jules Robert, qui est admis au conseil d’administration23. Mais les Britanniques avancent aussi leurs pions. En même temps que Bénard, a été nommé en 1893 Albert Ochs, un financier qui a fait fortune dans le commerce du diamant en Afrique du Sud et qui vient en 1892 de réactiver la Compagnie du Zambèze24.

19Le jeu est encore compliqué puisque pour se prémunir du climat délétère qui caractérisera la compagnie jusqu’en 1910, chaque « communauté » aura toujours à cœur de sauvegarder ses intérêts, notamment en créant des sociétés satellites. Bartissol et les autres administrateurs français créent en 1895 la Compagnie du Sud-Est africain au capital de 10 millions chargée d’exploiter directement certaines concessions de la Compagnie de Mozambique et plus précisément, à son origine, d’acquérir des concessions portuaires ou de services publics à Beira. Ses homologues anglais feront de même avec une succursale d’Oceana Company qui exploitait notamment le Beira Railway.

  • 25 Compagnie de Mozambique, Rapport CA à AG, 1894, pp. 6-7.

20Une des premières tâches de la nouvelle compagnie est de racheter les droits des concessionnaires précédents, c’est-à-dire à Bartissol, Paiva de Andrade et leurs associés. La valeur des concessions propres des actionnaires est estimée à 613 millions de reis, celle de la Compagnie d’Ophir à 90 millions de reis et les infrastructures réalisées à 185 millions de reis. Magnanimes, ces hommes d’affaires cèdent la totalité de leurs droits antérieurs pour 441 millions de reis, soit environ 2,4 millions de francs-or. La direction ne manque pas de souligner cette mansuétude aux actionnaires : « Le résultat avantageux de cette convention a pu être obtenu parce que les actionnaires de l’ancienne compagnie sont restés les principaux intéressés de la Compagnie nouvelle, ce qui a donné des facilités au conseil d’administration pour obtenir les conditions favorables ci-dessus25. »

  • 26 Albert Ochs détient alors 598 mandats contre 385 pour les actionnaires français et portugais réunis (...)
  • 27 Compagnie de Mozambique, Rapport CA à AG. 26 juin 1895, p. 28.
  • 28 D’après Newitt (Malyn), Historia de Moçambique, op. cit., p. 331.
  • 29 Compagnie de Mozambique, Rapport CA à AG, 30 juin 1897, p. 34.
  • 30 Compagnie de Mozambique, Rapport CA à AG, 10 novembre 1898, p. 17.
  • 31 Vail Leroy, op. cit., p. 403, fait erreur quand il affirme que dépité, Ochs se retire alors de la C (...)

21En 1894, la Compagnie de Mozambique ouvre son capital au marché des principales bourses européennes et ses titres séduisent nombre de petits porteurs tant et si bien qu’en 1896, la direction de la compagnie ne localisait que 35 % de ses actions. Jusqu’en 1895, sans jamais être majoritaire, Bartissol et ses associés français détiennent le plus grand volume d’actions. Mais début 1895, profitant de la hausse du cours de l’action qui atteint alors 3 livres, Moreing et son associé Burrel Bewick se retirent. Dans le même temps, Albert Ochs achète des titres aux anciens actionnaires et sur le marché libre, prend de l’importance et à l’assemblée générale de juin 1895, avec 18 % des actions, il détient la majorité absolue des mandats26. Pour asseoir ses positions, Ochs fait élire au conseil d’administration un de ces proches, Henri Pasteur, décrit comme « un capitaliste suisse qui jouit d’une réputation méritée de compétence dans les affaires coloniales27 ». Désormais détenteur du pouvoir financier, Ochs prône une rentabilité à court terme des investissements consentis par les actionnaires. Ses visées sont spéculatives : il semble bien qu’il escomptait encourager une hausse des cours de l’action avant de s’en défaire progressivement et de réinvestir les bénéfices hors d’Afrique28. Dans cette logique, l’urgence première est de rassurer les actionnaires. Après avoir annoncé un bénéfice substantiel de plus de 750 000 francs pour l’année 1896, la direction conclut : « notre Compagnie se trouve dans des conditions très prospères29 », mais l’exercice relève largement de la méthode Coué tant le bénéfice dégagé résultait d’un artifice comptable. En 1897, pour la première fois, la compagnie verse des dividendes ; une somme de l’ordre de 1 million de francs est affectée à la distribution d’un dividende de 7,5 % aux actionnaires30. Tactiquement, Ochs tente de faire avaliser par les ressortissants portugais, statutairement majoritaires au conseil d’administration, son projet de fusion de la Compagnie de Mozambique avec la Compagnie du Zambèze dans laquelle il était tout-puissant. Échaudés par l’évolution du Sud Zambèze, les Portugais ne le suivent pas dans cette voie31.

  • 32 Le gouvernement portugais bénéficiait statutairement d’un droit de 10 % sur toutes les émissions de (...)
  • 33 Bonnefont de Varinay P. DE, op. cit., p. 26.

22À la fin de 1897, le capital de la compagnie atteint six fois son niveau initial (1,5 million de mil reis contre 250 000 mil reis)32. Ces augmentations successives de capital confèrent enfin à ses dirigeants les moyens d’intervenir significativement sur son territoire. Mais cette rapide évolution du capital est aussi source de conflits entre les deux pôles financiers, français et britannique. Les dissensions au sein du conseil d’administration sont suffisamment fortes pour que les Français imposent en 1897 la création d’un poste d’inspecteur général de la compagnie, poste confié à un Français, P. Bonnefont de Varinay, ancien directeur du port de la Réunion, mais son activité de contrôle ne sera tolérée que l’espace de quelques mois. La crise qui couvait depuis trois ans éclate à l’automne 1898. Bien qu’actionnaire majoritaire, Albert Ochs ne pouvait compter que sur les deux membres du comité de Londres (Pasteur et Boyle) et sur les trois autres Portugais (Fontes Pereira, Barbosa du Bocage et Penha Longa). En revanche, Bartissol dispose alors de la confiance de la majorité des administrateurs. D’une part, le comité français, dont le siège parisien est alors situé au 7 rue La Fayette, véritable quartier général des sociétés du groupe, qui autour de lui regroupe trois de ses proches, Jules Robert, Théodore Berger et Alexis Duparchy, associé avec Bartissol dans toutes ses entreprises de travaux publics au Portugal et en Espagne33. D’autre part, Bartissol bénéficie en 1898 du soutien de cinq des huit représentants portugais (Mayer, Carnaxide, Couvreur, Paiva de Andrade et de Mendia).

  • 34 Neil-Tomlinson Barry, op. cit., pp. 144-148 et Vail Leroy, op. cit., p. 403.
  • 35 Compagnie de Mozambique, Rapport CA à AG, 20 décembre 1899, p. 7.

23En mai 1898, Ochs propose que la compagnie lance un emprunt obligataire de 250 000 livres à 5,5 % dont le produit serait destiné au développement du port de Beira. Bartissol voit d’un mauvais œil l’équipement du port lui échapper et il n’aurait probablement pas les capitaux nécessaires pour souscrire à cette émission obligataire. Avec ses associés français, il s’oppose à cette stratégie et propose une nouvelle émission d’actions, option qui emporte l’adhésion des représentants portugais. Désireux de pousser plus loin son avantage, Bartissol tente alors un coup de force. Le 5 septembre 1898, le comité de Paris prévient la direction de Lisbonne que la Banque de Paris et des Pays-Bas offre d’acheter 106 000 actions de la Compagnie de Mozambique à deux livres. Fort de l’accord de principe des dirigeants portugais, Bartissol tente de passer en force : en dépit des protestations des Britanniques, et bafouant toutes les règles statutaires, il lance le 9 septembre l’émission qui est immédiatement souscrite par la Banque de Paris et des Pays-Bas. Furieux, Ochs riposte aussitôt sur plusieurs fronts : tout en préparant une action en justice, il menace d’une campagne de presse et mobilise les petits actionnaires à Londres, Paris et Lisbonne ; les réclamations affluent auprès des administrateurs portugais mais aussi des gouvernements britannique, français et portugais. Aucune des deux parties n’ayant intérêt à voir se propager un scandale susceptible de déboucher sur l’annulation de la concession et la perte sèche des capitaux engagés, Ochs et Bartissol parviennent à un compromis en novembre. Ce compromis comprend trois volets. D’une part, la souscription de la Banque de Paris et des Pays-Bas est entérinée. Le payement de cette souscription directement par la Compagnie du Sud-Est africain, contrôlée par Bartissol, confirmait que le montage réalisé par le comité de Paris était bien une opération de sa part visant à gonfler sa participation au capital social de la compagnie. D’autre part, le comité de Londres est chargé de procéder à une nouvelle émission de 60 000 actions de deux livres. Enfin, une troisième émission de 60 000 actions, toujours à deux livres, est attribuée à la Compagnie internationale pour le commerce et l’industrie, filiale de la Banque d’Outre-Mer34. L’organe de direction de la compagnie prend acte de cette évolution en nommant au CA deux administrateurs de la Banque d’Outre-Mer, Albert Thys et Alexandre Delcommune, ainsi que Lucien Villars, directeur de la Banque de Paris et de Londres. Toujours aussi atone, le rapport destiné aux actionnaires présente ces nominations comme valant à la compagnie « le concours précieux de personnes absolument versées dans les affaires et d’une influence décisive dans le monde financier35 ». Durant les quatre années à venir, aucun des clans en présence ne peut se targuer de disposer du contrôle financier de la société. Edmond Bartissol accède en décembre 1898 à la présidence des « Comités réunis » de la compagnie. Il s’agit d’une sorte de conseil de surveillance, dont les attributions, sans être purement honorifiques, sont restreintes en raison des règles statutaires des compagnies à charte portugaises. Nous verrons que Bartissol profitera de cette fonction pour exprimer ses idées sur le fonctionnement de la compagnie, mais, au préalable, nous allons présenter les entreprises que l’homme d’affaires a mises sur pied au Mozambique.

Des investissements peu rémunérateurs dans les mines et l’agriculture

  • 36 Sur ces pratiques esclavagistes au Mozambique, cf. notamment Pelissier René, op. cit., t. 1, pp. 11 (...)
  • 37 Compagnie de Mozambique, Rapport CA à AG, 1894, p. 24.
  • 38 Ibid.
  • 39 Compagnie de Mozambique, Rapport CA à AG, 10 novembre 1898, p. 13.

24La fonction première des comptes rendus de tout conseil d’administration d’entreprise est de rassurer les actionnaires et, éventuellement, d’encourager les investisseurs potentiels à souscrire aux émissions obligataires ou augmentations de capital. À en croire ces rapports lénifiants, la vie de l’entreprise ne serait qu’un long fleuve tranquille. La Compagnie de Mozambique ne déroge pas à la règle, d’autant que ses dirigeants sont constamment à la recherche de capitaux nouveaux. En réalité, la colonisation n’allait pas sans problèmes avec les populations autochtones. Les pratiques du travail forcé et les formes esclavagistes en vigueur au Mozambique, en ce tournant du xxe siècle, témoignent d’une occupation particulièrement oppressante ; l’envoi annuel de milliers d’individus en Afrique du Sud avec récupération de la moitié de leur salaire par les autorités portugaises est la manifestation la plus achevée de cette oppression, mais elle n’est qu’une forme de cette colonisation reposant dans une très large largement mesure sur la répression36. Certaines zones sous contrôle de la compagnie restent de fait en insoumission permanente. En 1894, le rapport du conseil d’administration de la Compagnie de Mozambique relate en termes transparents la révolte des indigènes du Zambèze : « Le colonel Paiva de Andrade s’est vu obliger de châtier quelques indigènes rebelles qui vivaient dans des postes sur la rive gauche du fleuve et qui maintenaient le pays en état continuel d’agitation et d’inquiétude, volant les voyageurs et interceptant parfois les communications. Le cri de guerre poussé sur la rive gauche s’est répercuté sur la rive droite, placée sous l’administration de la compagnie37. » Mais le rédacteur s’empresse de rassurer les actionnaires par cette phrase aussi explicite que terrible : « Les révoltés ont été promptement mis à la raison38. » Quelques années plus tard, la répression sert à justifier des charges qui pourraient apparaître excessives. L’ampleur des frais généraux en 1898 est expliquée par « la dépense importante qui fut faite pour l’expédition de Gorongoza occasionnée par l’état de rébellion ouverte dans lequel les indigènes s’étaient déclarés vis-à-vis de cette compagnie ainsi que pour les opérations militaires dans le Zambèze qui furent effectuées d’accord avec les autorités du Gouvernement de Sa Majesté39 ».

  • 40 Compagnie de Mozambique, Rapport CA à AG, 1895, pp. 20-23.
  • 41 D’après Neil-Tomlinson Barry, op. cit.. p. 209.
  • 42 Neil-Tomlinson Barry, op. cit., p. 207.

25Edmond Bartissol va investir dans les exploitations minières et dans le développement agricole de la colonie. L’implication financière et économique dans les exploitations aurifères de la nouvelle Compagnie de Mozambique est en continuité avec le projet initial de la Compagnie d’Ophir. Dans un premier temps, Bartissol est l’instigateur du Syndicat français de Manica dont le rapport du conseil d’administration de 1895 donne la structure40. Cette entité représentée sur place par Paul Brière fait valoir six exploitations regroupant 78 claims (concessions) ; les noms attribués aux sièges d’exploitations sont évocateurs des origines de l’homme d’affaires : Sigean, Catalane, Saint-Laurent, Germaine, des appellations que l’on ne s’attend guère à retrouver au cœur du continent africain. À partir de 1898, Bartissol rachète un grand nombre de claims abandonnées et détruites, si bien qu’il se trouve bientôt à la tête d’un tiers de l’ensemble de ces concessions. Sa principale acquisition est celle des mines Braganza et Richmond qu’il met en marche à la mi- 1900. En 1899, Bartissol fonde la Companhia de Minas de Ouro de Macequece destinée à prendre en charge les claims jusqu’alors gérés par ses autres sociétés mozambicaines, le Syndicat français du Manica, la Compagnie du Sud-Est africain, la Compagnie de Luabo41. Toujours vigilant, Ochs veillera à endiguer les visées expansionnistes de son rival notamment en nommant un ingénieur des mines, Freire de Andrade, chargé de régenter pour le compte de la Compagnie de Mozambique les exploitations minières du Manica. Ce dernier va rapidement se trouver en conflit avec Bartissol qui n’apprécie guère d’être chaperonné, et Freire de Andrade sera contraint à la démission en 190242. Plus fondamentalement, dans ces affaires minières mozambicaines, la rentabilité espérée par Bartissol ne sera jamais au rendez-vous.

  • 43 Compagnie de Mozambique, Rapport CA à AG, 1894, p. 26.

26La seconde orientation est révélatrice d’une évolution dans son rapport à la colonisation. Dans un premier temps, Edmond Bartissol, absorbé par ses investissements miniers, se contente d’encourager certaines de ses relations à venir coloniser ces terres d’Afrique. Outre Llamby dont nous avons évoqué les déboires, on trouve mention d’un autre Catalan, Justin Alavaill, qui fut associé au projet d’irrigation des terres roussillonnaises et également l’homme de confiance de Jean-Baptiste Dauderni. Le rapport à l’assemblée générale de 1894 mentionne qu’une concession de 2 000 hectares a été accordée à Justin Alavaill « qui continue à travailler à la formation d’une Compagnie ayant pour objet la mise en valeur de cette concession43 ». Nous n’avons pas trouvé d’autres traces de cette concession ni de la présence effective d’Alavaill au Mozambique. La confrontation à la réalité était souvent rédhibitoire : un accès particulièrement difficile, un climat ingrat, des conditions de vie fort précaires et des populations indigènes hostiles ou, tout au moins, peu enclines à la « collaboration » avec les colonisateurs, se conjuguaient pour décourager plus d’un Européen séduit de prime abord par les perspectives de profit que l’on ne manquait pas de lui faire miroiter.

  • 44 Neil-Tomlinson Barry, op. cit., p. 123.
  • 45 Seyrig H., Rapport sur la situation actuelle et l’avenir possible du Pratzo de Gorongoza, Lisbonne. (...)
  • 46 Cité par Bonnefont de Varinay P. de, op. cit. p. 156.

27À partir du milieu des années 1890, Bartissol change de stratégie et achète à « sa » Compagnie de Mozambique plusieurs sous-concessions à vocation agricole. En 1895, il crée la Compagnie de Gorongoza au capital de 24 000 livres (600 000 francs), dont son complice, Paiva de Andrade, est administrateur44. Bartissol s’attache les services d’un agronome français diplômé de l’école de Grignon, H. Seyrig, lequel, après un examen minutieux de la zone, établira un rapport complet sur les potentialités d’implantation de la Compagnie de Gorongoza45. Outre les cultures vivrières (patates, manioc, haricot, riz), les autochtones expédient alors sur la côte de la cire d’abeille et de l’huile d’arachide vendues avec un bon profit. Cette reconnaissance met aussi en avant l’aptitude à développer des cultures agricoles, notamment le maïs et le manioc, mais l’agronome rappelle aussi que ces territoires ne sont ni pacifiés ni occupés par la Compagnie de Mozambique. Seyrig ébauche ce que pourrait être le commerce avec les indigènes. Il évoque les cotonnades et verroteries mais insiste sur la vente des boissons alcoolisées « dont il est utile de dire que les Noirs en sont très avides » ; après avoir apprécié la quantité d’alcool « qu’on peut leur faire boire sans les alcooliser », il conclut que l’importateur d’alcool peut espérer « un bénéfice net de 40 000 à 50 000 francs et, pour celui qui pourrait distiller dans le pays, un bénéfice double46. ».

  • 47 D’après Neil-Tomlinson Barry, op. cit., pp. 226 et 227.
  • 48 Cf. ibid., pp. 243 et 257.

28L’année suivante, Bartissol met sur pied la Compagnie de Luabo pour gérer la sous-concession de Chupanga, dans le basse vallée du Zambèze. H. Seyrig est cette fois chargé d’apprécier les possibilités d’implantation de la canne à sucre, dont la culture était pratiquée avec succès depuis 1892 par un jeune Anglais, J.P. Hornung, à Mopeia, sur le cours supérieur du Zambèze. En 1898, avec le soutien de plusieurs banques (Banque française de l’Afrique du Sud, Banque de Rosenthal, Banque africaine de Bruxelles) et de la Compagnie Fives-Lille, Bartissol crée la Sociedade Assucareira da Africa Oriental Portugueze avec un capital de 800 000 mil reis. Pour fonctionner à pleine production dès 1901, la société crée à Marromeu une raffinerie de sucre d’une capacité de 3 000 tonnes de sucre. Les 1 000 hectares de canne à sucre sont desservis par une voie ferrée de 13 kilomètres, sur laquelle circulent trois locomotives à vapeur et 90 wagons ; parallèlement, un réseau de canaux d’irrigation est entrepris. La destruction d’une grande partie de la récolte par une invasion de sauterelles limita la production de sucre à 750 tonnes. Cet épisode malheureux refroidit les commanditaires financiers et ceux-ci refusent d’investir davantage dans une entreprise qui s’avérait à grands risques. Bartissol est contraint de recourir à un groupe de financiers belges et français qui loueront la raffinerie à la société sucrière et les terres à la Compagnie de Luabo sur la base d’une redevance annuelle établie en fonction de la production ; ce nouveau montage financier voit naître une nouvelle structure juridique, la Companhia de Exploracao da Fabrica de Assucar de Marromeu (CEFAM), au capital nominal de 270 000 mil reis. L’année 1902 voit la raffinerie produire sa pleine capacité de 3 000 tonnes mais, en 1903, l’irrigation extensive ne suffit pas à endiguer la sécheresse qui sévit sur Marromeu et la production de sucre chute à 1 190 tonnes. Dépourvue de fonds de roulement pour l’année suivante, la CEFAM ne doit son salut qu’à un emprunt de 72 000 mil reis assuré à parts égales par la Compagnie de Mozambique, A. Ochs, A. Thys et L. Villars47. Si en 1904 la production atteint 3 500 tonnes de sucre, trois années déficitaires suivent (1 950 tonnes en 1905, 736 tonnes en 1906 et 1340 tonnes en 1907). Ce déclin est imputable à une série de causes conjoncturelles telles que la nécessité de déplacer la raffinerie menacée par l’érosion des rives du Zambèze d’être emportée par le fleuve mais, plus fondamentalement, au refus des financiers d’engager des travaux d’irrigation plus conséquents. En 1907, la CEFAM doit contracter un prêt auprès d’Henri de Burnay, un banquier proche d’Edmond Bartissol. La production médiocre de 1908 (moins de 2 000 tonnes) entraîne le retrait de Bartissol et de ses associés au profit de Burnay, lequel se rapprochera d’Hornung, dont les affaires, en revanche, sont florissantes et en 1910 la raffinerie de Marromeu intégrera la Sena Sugar Factory d’Hornung48.

29Dans cette entreprise, les limites de la stratégie d’Edmond Bartissol sont flagrantes. Alors qu’il avait fait le bon choix agronomique en optant pour la culture de la canne à sucre, son incapacité à mobiliser durablement un volume de capitaux suffisant pour que son entreprise atteigne le seuil de viabilité va lui interdire un succès durable et finalement le soumettra à la domination de son concurrent. Nous retrouverons à plusieurs reprises une configuration de ce type dans les entreprises européennes initiées par Edmond Bartissol.

Bartissol, censeur de la Compagnie du Mozambique

  • 49 Bonnefont de Varinay P. de, op. cit., pp. 106-107.

30Par-delà ces luttes de clans, les problèmes de la Compagnie de Mozambique sont nombreux et de tous ordres. En 1898-1899, une évaluation – on parlerait aujourd’hui d’un audit – est menée par l’éphémère inspecteur général de la compagnie, P. de Bonnefont de Varinay. Apparemment, ce travail ne résultait pas d’une commande mais plutôt de la volonté de ce dernier de régler ses comptes avec les dirigeants d’une société qui l’avaient éconduit. Le constat est sévère tant sur les orientations de la compagnie que sur les résultats obtenus. L’attitude de Bartissol lui-même est implicitement mise en cause : « Si le Comité français, représentant la plus forte majorité des actionnaires, a des vues et une opinion, elles sont absolument négligeables. Ce comité, pour des raisons que nous ne voulons pas aborder ici, s’est résigné à ne pas compter et à tout accepter, pourvu qu’on lui réserve sa part d’influence sur le terrain des émissions49. » Mais, sur le fond, l’analyse de Bonnefont de Varinay rejoint largement les critiques exprimées en cette année 1899 par Bartissol lui-même.

  • 50 Bartissol E., Compagnie du Mozambique, Budget de 1899, Rapport fait au nom des Comités réunis, 2 ja (...)
  • 51 Ibid., p. 4.

31Le 2 janvier 1899, Bartissol diffuse le rapport annuel des Comités réunis de la compagnie, dont il avait la responsabilité de la rédaction en tant que président de cette structure. Puisqu’il tient à nouveau les cordons de la bourse, Bartissol est parfaitement autorisé à donner son sentiment sur le fonctionnement et les orientations de la compagnie. Le ton du document tranche catégoriquement avec celui des rapports du conseil d’administration devant l’assemblée générale des actionnaires. La langue de bois qui prévaut dans ces derniers fait place à un style dépouillé et à un propos sans concession. Dans un rapport destiné aux seuls administrateurs, il est certes possible de ne pas mâcher ses mots mais le texte en question s’apparente davantage à un brûlot journalistique qu’à un rapport de dirigeant d’entreprise. Bartissol ne propose pas moins qu’une réorganisation complète du fonctionnement de la Compagnie de Mozambique. Passant en revue tous les postes de dépenses de la compagnie depuis le traitement du gouverneur jusqu’au budget de l’imprimerie ou de l’abattoir, il estime que presque tous les services sont encombrés d’agents dont l’utilité n’est pas démontrée : « Il faut opérer des réductions en ne faisant pas d’engagement et en comblant les vides produits par les démissions ou licenciements, au moyen des agents en excès. Le personnel est en général payé trop cher si on le compare aux traitements touchés à Lisbonne ou dans les colonies portugaises... De nombreux agents touchent un traitement supérieur à celui fixé au budget, quelquefois au contrat d’engagement. C’est ainsi que les chefs de district de Manica et de Sena ont doublé leur traitement50... » D’un point de vue technique, il prône une stricte séparation entre dépenses ordinaires et dépenses extraordinaires de façon à pouvoir « présenter un bilan reposant sur des données sérieuses ». Il va jusqu’à préconiser une forme de comptabilité analytique : « chaque centre administratif devrait avoir son budget spécial, de cette façon on verrait plus clairement ce que nous coûte chaque service51 ».

  • 52 Ibid., p. 14.
  • 53 Ibid., p. 9.

32Le rapport fait ensuite un vaste tour d’horizon de l’influence de la compagnie sur l’activité économique de la colonie. Rappelant que les populations du territoire vivent presque exclusivement de produits importés, il juge indispensable d’encourager l’agriculture et de donner des facilités aux concessionnaires des terrains agricoles. Le constat est particulièrement sévère en matière de gestion immobilière : « La vente prématurée et à vil prix de nos terrains à bâtir à Beira a été une opération désastreuse... Il a été concédé plus de cent parcelles (talhoes) à des prix dix fois inférieurs à celui qui était payé dans les ventes particulières. Ces concessions à vil prix n’ont eu d’autres résultats que de faire passer une grande partie de nos terrains de nos mains dans celles de M. Lawley et autres spéculateurs52. » En citant ainsi nommément certains opérateurs immobiliers, Bartissol rompait avec le code de bonne conduite du milieu des affaires, lequel ne goûte guère la publicité sur son fonctionnement et ses conflits. Il réclame l’interdiction des concessions directes et sans autorisation du conseil et propose que tous les terrains de la compagnie soient désormais vendus aux enchères avec publication anticipée et par petites parcelles. Enfin, les dépenses de police, de santé et de voirie pour une petite ville de 3 000 habitants (Beira) sont à ses yeux « d’une exagération qu’il ne faut pas maintenir53 ».

  • 54 En avril de cette même année 1899, la Compagnie du Mozambique accorde la concession du chemin de fe (...)
  • 55 Dans son « réquisitoire », Bartissol ne fait jamais explicitement référence à l’ouvrage de Bonnefon (...)

33Manifestement, par ce rapport, Bartissol tenait à persuader les Portugais de sa probité et de son souci constant de tendre vers la mise en valeur de la colonie portugaise54. Ce faisant, il se démarquait des pratiques d’Albert d’Ochs mais mettait aussi implicitement en cause la passivité des administrateurs portugais durant les années précédentes55. Enfin, si Bartissol avait voulu se « mettre à dos » l’ensemble des potentats locaux, il ne s’y serait pas pris autrement. N’était-il pas suicidaire de prétendre s’attaquer aux faveurs, prébendes et autres collusions constitutives des systèmes coloniaux, au Mozambique comme ailleurs ? Pensait-il réellement infléchir les pratiques de la Compagnie ?

34Par ailleurs, rappeler que les relations internationales du moment ne favorisent pas les entreprises franco-britanniques relève de l’euphémisme. La conquête africaine est alors un lieu privilégié d’affrontement des nations européennes. En 1898, l’affaire de Fachoda provoque une très vive tension entre Paris et Londres. Le colonel Marchand, parti quelques années auparavant avec une centaine d’hommes pour atteindre les sources du Nil, se trouve alors face aux troupes britanniques revendiquant la suprématie du Royaume-Uni sur ce territoire. La situation sur le terrain n’est pas fondamentalement différente de celle qui vit en 1891 l’invasion de Macequece par la British South Africa Company mais, cette fois, ce sont deux grandes puissances du moment qui s’affrontent et les relents séculaires d’inimitié entre les deux pays risquent de prendre le dessus. Finalement, la France et son président Félix Faure auront la sagesse de ne pas écouter les sirènes appelant à la guerre ; le rappel de la mission Marchand permettra d’éviter le conflit ouvert. Bartissol mesurait-il la dimension que ses critiques sur la gestion de la compagnie durant ces deux ou trois années de domination du capital britannique risquaient de prendre dans un tel contexte diplomatique ? Le courant anglophobe aurait pu s’emparer de ce conflit pour manipuler l’opinion vers des tendances belliqueuses. Le personnage a suffisamment montré en de multiples occasions son aptitude à la négociation, à la temporisation, sa capacité à attendre les « vents favorables », pour ne pas mettre cette démarche sur le compte de la maladresse.

  • 56 Neil-Tomlinson Barry, op. cit., pp, 152 et 157.
  • 57 Sur Aimable Franquet, comte de Franqueville, cf. Vapereau G., Dictionnaire des contemporains, 6e éd (...)
  • 58 Compagnie de Mozambique. Rapport CA à AG, 20 décembre 1905, p. 24.
  • 59 Ibid., p. 23 et JO, Insertions obligatoires à la charge des sociétés financières, 17 janvier 1910, (...)
  • 60 Neil-Tomlinson Barry, op. cit., p. 241.

35Réfléchi ou pas, ce mouvement d’humeur ne lui donnera pas plus d’influence à l’intérieur de la compagnie. La gestion de la compagnie ne subit pas la remise en ordre souhaitée par Bartissol et bientôt celui-ci prend ses distances. En 1901, lui et ses associés français vendent plus de 90 000 actions, n’en conservant que 77 000. Dans le même temps, Ochs ne s’est séparé que de 20 000 titres et il en détient 121 000. Désormais, le rapport de force est clair, d’autant qu’en 1902 Cecil Rhodes, avec lequel Ochs n’entretenait pas de bons rapports, décède. Ce dernier aura à l’avenir davantage de latitude pour diriger la Compagnie de Mozambique. Pour les Français, la rupture est consommée et il ne leur reste plus qu’à se retirer au meilleur prix. Thys et Villars profitent des cours élevés durant l’année 1903 pour vendre leurs actions. Lors de l’assemblée générale de cette année-là, l’ensemble des administrateurs français ne détient plus que 32 500 actions56. Ochs en tire les conséquences logiques : Villars, Franquet de Franqueville57, Delcommune et Bartissol lui-même ne sont pas renouvelés comme membres du conseil d’administration et des fidèles du nouveau « patron » accèdent à la direction58. Thys, alors président des Comités réunis, est remplacé à ce poste par un Britannique, Thomas Hungerfold Holdish, signe du renforcement de l’influence anglaise sur la compagnie. Ochs réinvestit à nouveau dans la compagnie et, dans les années suivantes, même le Comité dit « de Paris » est investi par les Britanniques59. Enfin, en 1904, Ochs annule la concession de la Compagnie de Gorongoza au motif qu’elle avait failli à sa mission de développer sur une large échelle l’agriculture de la région60. En fait, Albert Ochs n’avait pas envie de laisser Edmond Bartissol drainer des taxes et impôts qui échappaient à la Compagnie de Mozambique.

  • 61 Paillard Yvan G., Expansion occidentale et dépendance mondiale. Fin du xviiie siècle-1914, Armand C (...)

36En dépit de tous leurs efforts, les dirigeants portugais durent convenir que les enjeux économiques ne sauraient être confinés à un arsenal juridico-réglementaire. Les Portugais tenaient à garder la souveraineté d’un territoire que les Britanniques établis dans la Rhodésie voisine pouvaient leur contester. Les Français, et Bartissol en premier, attendaient de la compagnie qu’elle leur ouvre les portes d’un vaste territoire à aménager. Quant aux représentants du comité de Londres, ils cherchèrent à faire fructifier les capitaux qu’ils avaient engagés en privilégiant les plus-values dans leurs sessions de titres. Si le Portugal préservait pour près d’un siècle sa souveraineté sur ces terres africaines, les ressortissants portugais ne détenaient pas le pouvoir réel. Yvan Paillard va jusqu’à qualifier la Compagnie de Mozambique d’« enclave britannique coupant la colonie portugaise en deux61 ». Probablement le jugement est-il trop sévère, tout au moins pour la période 1892-1905. La réalité était forcément plus nuancée, plus complexe. Les intérêts des actionnaires britanniques, soucieux de faire fructifier leurs capitaux, contrariaient parfois les visées des gouvernants du Royaume-Uni, pour lesquels le sous-développement du Mozambique favorisait l’implantation britannique en Afrique australe. Des alliances ponctuelles entre Portugais et Français endiguèrent parfois les tentatives hégémoniques des représentants britanniques.

  • 62 Propos de Hugh MacDonnel, ambassadeur britannique à Lisbonne, rapportés par Vail Leroy, op. cit., p (...)

37Si l’on en croit L. Vail, qui a analysé les rapports de force en présence à partir des seules archives du Foreign Office, les Britanniques vécurent mal la reprise du pouvoir au sein de la Compagnie de Mozambique par Bartissol et ses associés français en 1898. Ils y voyaient l’une des manifestations d’un plan d’ensemble prémédité par Paris visant à dominer le Portugal. Soucieux, les Britanniques recherchent les moyens d’éviter que le Portugal ne tombe sous « les griffes de la France62 ». Nous n’avons pas le sentiment que ces craintes, tout au moins en ce qui concernait la Compagnie du Mozambique, aient été fondées. Certes, depuis qu’il s’est rapproché des milieux bancaires français, pour les puissances étrangères Bartissol a légitimement changé de statut : l’homme d’affaires brillant mais isolé tel un « électron libre », est devenu un personnage puissant, qu’il convient de contrôler. Pour autant, ses agissements prennent-ils un sens politique ? Il semble que le Foreign Office ait été quelque peu abusé par ses fonctions parlementaires – il n’est d’ailleurs plus député depuis 1893 – et lui ait attribué plus de pouvoir politique qu’il n’en eût jamais. Rien dans notre recherche ne nous permet de soupçonner qu’il ait, à quelque moment que ce soit, agi au Mozambique pour le compte ou même simplement en relation avec la représentation politique française. Mais Edmond Bartissol était évidemment bien capable par quelques allusions judicieusement distillées d’entretenir le doute parmi les diplomates britanniques.

  • 63 Sur cette alliance anglo-portugaise voir Pinon René, op. cit., pp. 56-96.

38Tant que les relations entre Britanniques et Portugais furent conflictuelles, Bartissol et ses hommes pouvaient apparaître à Lisbonne comme une caution de la France. L’alliance anglo-portugaise qui se noue à l’extrême fin du siècle sonne le glas de la présence de Bartissol au Mozambique63. Pour Bartissol, l’aventure du Mozambique s’arrêtait là. Probablement n’avait-il pas mesuré toutes les difficultés auxquelles se trouve confronté un homme d’affaires dans ce pays plus convoité que prometteur. Nonobstant son engagement financier au Mozambique durant près de deux décennies, il est probable que Bartissol ne se soit pas rendu une seule fois en Afrique australe. Un tel voyage impliquait alors une absence hors de France d’au moins trois mois pour un séjour réduit au minimum. Bartissol préfère fonctionner ici comme ailleurs avec des correspondants sur place qui lui rendent régulièrement compte de leurs activités. Nous verrons plus loin son aptitude à régler ses affaires à distance en utilisant toutes les potentialités de l’époque, notamment le télégramme. Surtout, Bartissol est alors député et, à ce titre, censé concentrer ses efforts sur l’élaboration et le vote des lois de la France. Sa participation active aux affaires coloniales du Portugal, sa contribution au « prestige du Portugal » avaient de quoi surprendre et nul doute qu’elles n’aient irrité nombre de ses collègues du Palais Bourbon. Sous la Troisième République, il était commun et donc moins choquant de voir des hommes politiques impliqués dans les colonies françaises. S’agissant de promouvoir la civilisation française, la tâche était alors autrement plus noble. Mais chez Bartissol, l’entrepreneur et le gestionnaire priment toujours sur l’homme politique. Même si, à l’occasion, il ne dédaigne pas les profits faciles et rapides en jouant sur le cours des titres, Bartissol n’est pas un pur spéculateur. Au Mozambique, Bartissol s’évertua quinze ans durant à aménager, à obtenir des concessions minières, agricoles ou portuaires et cette orientation lui valut bien des déboires.

Notes

1 Sur Joaquim Carlos Paiva de Andrade, cf. Grande Enciclopedia Portuguesa et Brasiliera, op. cit., t. XX, pp. 25-26.

2 Sur Manuel Antonio de Sousa, cf. Grande Enciclopedia Portuguesa et Brasiliera, op. cit., t. XXIV, pp. 817-818, et Pélisser René, Naissance du Mozambique. Résistances et révoltes anticoloniales (1854-1918), 1984, t. 1, pp. 365-393.

3 Cité par Malet Charles, Le Parlement français. Ouvrage historique contenant les biographies et portraits de MM. les députés et sénateurs. M. Edmond Bartissol, député des Pyrénées-Orientales, Librairie Nadaud et Cie, 1889.

4 Newitt Malyn, Historia de Moçambique, Publicaçoes Europa-America, 1997, p. 330.

5 Clarence-Smith Gervase, The Third Portugese Empire (1828-1975), Manchester University Press, 1985, p. 102.

6 Cf. Autheman André, La Banque impériale ottomane, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1995, notamment pp. 88-89 et 109-110.

7 Cf. Lazerme Philippe, Noblesa Catalana. 1977, t. III, pp. 261-266.

8 Sur Joao de Resende, cf. Grande Enciclopedia Portuguesa et Brasiliera, t. XXV, pp. 233-234.

9 Nos financiers en robe de chambre. Revue biographique et critique, 3e année, n° 5, 18 février 1891.

10 Ibid.

11 Ibid.

12 Cf. AD Pyrénées-Orientales, 3 E 61/33, étude Boluix, acte n° 301 du 2 septembre 1887.

13 Axelson Éric, Portugal and the Scramble for Africa (1875-1891), Johannesburg, Witwatersland University Press, 1967, p. 272.

14 Ibid., p. 275.

15 Ibid., p. 276.

16 Ibid., p. 277.

17 Compagnie de Mozambique, Rapport du conseil d’administration à l’assemblée générale, 1897, p. 10.

18 Sur les privilèges de la Compagnie de Mozambique, voir Bonnefont de Varinay P. DE, La Compagnie de Mozambique. Sa concession, son administration, ses résultats, Lisbonne, 1899, pp. 18-23.

19 Neil-Tomlinson Barry, The Mozambique Chartered Company 1892 to 1910, School of Oriental and African Studies, PhD, Université de Londres, 1987, pp. 24-25

20 Compagnie de Mozambique, rapport CA à AG, 1894, p. 33.

21 Archives de la Préfecture de Police de Paris, dossier Ba 957.

22 Cf. Saul Samir, La France et l’Égypte de 1882 à 1914. Intérêts économiques et implications politiques. Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1997, p. 145.

23 Compagnie de Mozambique, Rapport CA à AG, 1895, p. 3.

24 D’après Vail Leroy, « Mozambique’s Chartered Companies : the Rule of the Feeble », Journal of African History, vol. XVII, 1979, p. 394, et Clarence-Smith Gervase, op. cit., p. 100. En revanche Malyn Newitt qualifie Albert Ochs de « juif, d’ascendance belge » (op. cit., 1997, p. 331).

25 Compagnie de Mozambique, Rapport CA à AG, 1894, pp. 6-7.

26 Albert Ochs détient alors 598 mandats contre 385 pour les actionnaires français et portugais réunis (Neil Tomlinson Barry, op. cit., p. 36).

27 Compagnie de Mozambique, Rapport CA à AG. 26 juin 1895, p. 28.

28 D’après Newitt (Malyn), Historia de Moçambique, op. cit., p. 331.

29 Compagnie de Mozambique, Rapport CA à AG, 30 juin 1897, p. 34.

30 Compagnie de Mozambique, Rapport CA à AG, 10 novembre 1898, p. 17.

31 Vail Leroy, op. cit., p. 403, fait erreur quand il affirme que dépité, Ochs se retire alors de la Compagnie du Mozambique.

32 Le gouvernement portugais bénéficiait statutairement d’un droit de 10 % sur toutes les émissions de la compagnie.

33 Bonnefont de Varinay P. DE, op. cit., p. 26.

34 Neil-Tomlinson Barry, op. cit., pp. 144-148 et Vail Leroy, op. cit., p. 403.

35 Compagnie de Mozambique, Rapport CA à AG, 20 décembre 1899, p. 7.

36 Sur ces pratiques esclavagistes au Mozambique, cf. notamment Pelissier René, op. cit., t. 1, pp. 115-116, et Pinon René, « La colonie du Mozambique et l’alliance anglo-portugaise », Revue des Deux-Mondes, 1901, pp. 56-96.

37 Compagnie de Mozambique, Rapport CA à AG, 1894, p. 24.

38 Ibid.

39 Compagnie de Mozambique, Rapport CA à AG, 10 novembre 1898, p. 13.

40 Compagnie de Mozambique, Rapport CA à AG, 1895, pp. 20-23.

41 D’après Neil-Tomlinson Barry, op. cit.. p. 209.

42 Neil-Tomlinson Barry, op. cit., p. 207.

43 Compagnie de Mozambique, Rapport CA à AG, 1894, p. 26.

44 Neil-Tomlinson Barry, op. cit., p. 123.

45 Seyrig H., Rapport sur la situation actuelle et l’avenir possible du Pratzo de Gorongoza, Lisbonne. Livraria Fein, 1897.

46 Cité par Bonnefont de Varinay P. de, op. cit. p. 156.

47 D’après Neil-Tomlinson Barry, op. cit., pp. 226 et 227.

48 Cf. ibid., pp. 243 et 257.

49 Bonnefont de Varinay P. de, op. cit., pp. 106-107.

50 Bartissol E., Compagnie du Mozambique, Budget de 1899, Rapport fait au nom des Comités réunis, 2 janvier 1899, Imprimerie et Librairie centrales des chemins de fer, p. 14.

51 Ibid., p. 4.

52 Ibid., p. 14.

53 Ibid., p. 9.

54 En avril de cette même année 1899, la Compagnie du Mozambique accorde la concession du chemin de fer de Beira au Zambèze à l’ingénieur français H. Porcheron.

55 Dans son « réquisitoire », Bartissol ne fait jamais explicitement référence à l’ouvrage de Bonnefont de Varinay pour appuyer sa critique, peut-être parce que celui-ci était aussi sévère envers sa personne qu’à l’égard des administrateurs portugais.

56 Neil-Tomlinson Barry, op. cit., pp, 152 et 157.

57 Sur Aimable Franquet, comte de Franqueville, cf. Vapereau G., Dictionnaire des contemporains, 6e éd., 1893, p. 616.

58 Compagnie de Mozambique. Rapport CA à AG, 20 décembre 1905, p. 24.

59 Ibid., p. 23 et JO, Insertions obligatoires à la charge des sociétés financières, 17 janvier 1910, pp. 57-60, et 19 juillet 1911, p. 769.

60 Neil-Tomlinson Barry, op. cit., p. 241.

61 Paillard Yvan G., Expansion occidentale et dépendance mondiale. Fin du xviiie siècle-1914, Armand Colin, 1994, p. 232.

62 Propos de Hugh MacDonnel, ambassadeur britannique à Lisbonne, rapportés par Vail Leroy, op. cit., p. 403.

63 Sur cette alliance anglo-portugaise voir Pinon René, op. cit., pp. 56-96.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search