Version classiqueVersion mobile

Edmond Bartissol (1841-1916)

 | 
Jean-Louis Escudier

Deuxième partie. Les affaires et la politique

Chapitre VI. Un homme d’affaires en politique

Texte intégral

  • 1 Garrigues Jean, La République des hommes d’affaires (1870-1900), Aubier, coll. Histoires, 1997, 432 (...)
  • 2 Mollier Jean-Yves, Le Scandale de Panama, Fayard, 1991.

1Dans les années 1880, Bartissol est engagé dans de multiples entreprises, c’est un homme connu tant au Portugal qu’en France, ses revenus sont conséquents. Mais cette situation ne lui suffit pas, il va se lancer en politique. Bartissol allait, à son niveau, participer à cette « République des hommes d’affaires » si bien analysée par Jean Garrigues à partir du comportement des députés libéraux1 et par Jean-Yves Mollier, à travers le scandale du Panama2. Si les industriels et les financiers et autres hommes d’affaires français ne sont jamais majoritaires sur les bancs de la Chambre des députés ou du Sénat, leur influence y est notable. Quelques-uns vont accéder à des postes politiques de tout premier plan, tels un Léon Say, chef du centre droit dans les années 1870- 1880, un Jean Casimir-Perier, éphémère président de la République, ou encore un Maurice Rouvier, plusieurs fois président du Conseil. Mais la plupart préférèrent jouer de leur influence sans prétendre participer directement aux affaires gouvernementales.

Bartissol, élu du peuple

2Alors qu’il n’avait jusqu’à ce jour exercé aucune activité politique, Edmond Bartissol, à l’approche de la cinquantaine, décide de se présenter aux élections législatives du 22 septembre 1889 dans la circonscription de Céret, petite sous-préfecture des Pyrénées-Orientales. Il fréquentait bien quelques élus locaux, notamment Auguste Cayrol, conseiller général de Millas depuis 1886, son avocat attitré dans toutes les procédures judiciaires liées à ses affaires. Probablement avait-il envisagé auparavant une entrée en politique mais les conditions n’étaient pas réunies. Même si la vie politique ne repose pas encore sur des entités formelles, le scrutin de liste départementale pratiqué pour les législatives de 1885 favorisait les hommes d’appareil. En revanche, le vote uninominal dans le cadre de l’arrondissement rétabli à l’occasion de ces élections de septembre 1889 accorde davantage de chances à des individualités. Bartissol a pu trouver dans ce changement de mode de scrutin une incitation décisive à se lancer dans la compétition.

3Au niveau national, ces législatives sont marquées par le positionnement vis-à-vis du général Boulanger. Ministre de la Guerre de janvier 1886 à mai 1887, Joseph Boulanger a bénéficié d’un fort courant de sympathie dans l’opinion publique. Écarté du gouvernement, il a lancé un mouvement de pression politique d’inspiration populiste et antiparlementaire qui trouve appui ou bienveillance dans les milieux les plus divers : dans la droite nationaliste, parmi les radicaux et même chez certains socialistes. Localement, Charles Floquet, ancien président du Conseil et député des Pyrénées-Orientales depuis 1882, renonce à se représenter dans le département pour solliciter les suffrages des Parisiens. Frédéric Escanyé va logiquement se présenter sur les hautes terres de Cerdagne et Capcir et Émile Brousse jette son dévolu sur Perpignan. Reste la circonscription de Céret qui regroupe les quatre cantons d’Argelès-sur-Mer, Thuir, Arles-sur-Tech et Céret, pour laquelle va opter Bartissol.

  • 3 Profession de foi citée par Bertrand A, La Chambre des députés de 1889, Paris, 1889, n° 391.
  • 4 Il s’agit respectivement de Jacques Vilar, François Carrère, François Hostalrich et Paul Pujade.
  • 5 AD Pyrénées-Orientales, 3 M 289.

4Dans cette campagne, Bartissol a pour adversaire le conservateur Joseph Delmas, le socialiste Jean Bourrat et un républicain, le maire de Collioure, Coste. Sa profession de foi affiche les idées-forces de son engagement politique : « Je n’appartiens à aucune coterie, estimant que tous les efforts doivent tendre à la concorde et à la cohésion parmi les fractions du parti républicain. Anti-boulangiste de la première heure, je suis et je resterai l’adversaire des coalitions injustifiables qui essayent de ramener le pouvoir sous la forme d’une dictature césarienne. Partisan de l’élargissement des attributions administratives de nos assemblées départementales et communales, je suis, de longue date, fermement opposé aux traités de commerce qui ont porté atteinte à la production nationale3. » À une époque où les partis politiques au sens actuel du terme n’existent pas encore, un tel républicanisme modéré empreint de protectionnisme autorisera Bartissol à soutenir le gouvernement qui émergera des tractations post-électorales, quel que soit le futur président du Conseil. Bartissol ne s’est pas aventuré en politique sans appui puisqu’il est ouvertement soutenu par les conseillers généraux des quatre cantons de la circonscription4. Il est aussi le candidat du préfet que le commissaire spécial de police s’efforce de rassurer : « La candidature de M. Bartissol fait tous les jours des progrès et, à moins de circonstances extraordinaires, il est sûr de son succès. Partout où il a passé il a été très bien accueilli. L’opinion générale s’est retournée en sa faveur pour deux raisons : 1) à cause de son programme qui est protectionniste... 2) à cause de sa grande fortune qui lui donnera du poids dans la nouvelle Chambre et qui lui permettra de faire des avances aux communes pour leur faciliter la création de nouvelles routes ou chemin de fer dont le département aurait un besoin urgent5... » Si cette espérance d’avances financières pose plus d’une interrogation sur la nature de la gestion communale de la Troisième République, elle a le mérite de révéler la teneur des arguments politiques de Bartissol.

  • 6 AD Pyrénées-Orientales, 3 M 289.
  • 7 Fils de Louis Pams et de Laure Vallarino, Jules Pams est né à Perpignan le 14 août 1852 et non le 1 (...)
  • 8 AD Pyrénées-Orientales, 3 M 289.
  • 9 Rapport du commissaire spécial au préfet des Pyrénées-Orientales sur une réunion de J. Pams à Port- (...)

5Au premier tour, Bartissol totalise 2 847 suffrages, le conservateur Delmas, 2413, Coste 1835 et Bourrat 1 6096. En vertu de la pratique de la discipline républicaine, Bartissol, arrivé en tête, aurait dû retrouver comme seul adversaire le représentant des conservateurs. En dépit de ses différends avec l’homme d’affaires, Bourrat respecte cette loi républicaine non écrite ; en revanche, le code électoral autorisant alors d’être candidat au second tour sans l’avoir été au premier, un avocat perpignanais, Jules Pams, va profiter de cette disposition législative. Bien qu’il ne le cite jamais nommément, Pams n’épargne guère Bartissol dans sa profession de foi : « Il m’est pénible de le dire, mais la question qui va être vidée au scrutin du 6 octobre est de celles qui intéressent la sincérité même du suffrage populaire. L’on a osé considérer ce fier arrondissement comme un bourg pourri où des promesses d’argent devaient avoir raison de toutes les résistances. C’est à l’indignation de ceux qui se sentent touchés dans leur honneur de citoyen que je dois ma candidature...7 » L’attaque se fait ensuite plus précise : « Je leur ai promis de lutter non seulement pendant la campagne électorale mais après la victoire contre ces coalitions d’intérêts douteux que résume en lui mon adversaire... Citoyens, vous rejetterez du pied ceux qui ont fait à notre arrondissement de Céret l’injure de croire qu’il était à vendre8. » Dans les réunions publiques, la polémique tourne à l’attaque personnelle. Pams stigmatise celui « qui a obtenu sa fortune et son titre de vicomte en Portugal et qui rougirait de son nom s’il n’était pas précédé de la particule9 ». Contrairement aux apparences, Pams ne va pas livrer un combat perdu d’avance. Tant par ses origines, le négoce viticole, que par son alliance avec la famille Bardou-Job à laquelle appartient son épouse, il est partie prenante du milieu catalan des affaires. Qui plus est, Jules Pams est déjà conseiller municipal de Perpignan.

  • 10 AD Pyrénées-Orientales, 3 M 289.
  • 11 JO, Chambre des députés, séance du 21 novembre 1889, pp. 101-102.
  • 12 Ibid.

6Certes, au soir du second tour, Bartissol est élu mais on est loin du triomphe annoncé. Avec 3 723 suffrages contre 3 307 à Pams et 2 789 à Delmas, il n’obtenait qu’une étroite majorité relative10. En revanche, Pams pouvait être satisfait car il avait pris date ; son score flatteur laissait présager le proche avènement d’un homme politique d’envergure. Qui plus est, Pams ne s’avoue pas régulièrement battu. Il vient plaider sa cause devant la commission parlementaire de validation et sollicite l’annulation de l’élection de Bartissol. Il soutient qu’on aurait proposé 50 000 francs à Bourrat pour obtenir son désistement en faveur de Bartissol avant le second tour. Bartissol avait même traîné – sans succès – Bourrat devant le tribunal correctionnel de Céret pour diffamation11. Les partisans de Pams affirment que « d’abondantes libations, de véritables rastels avaient eu lieu dans plusieurs communes de la circonscription, notamment à Saint-Laurent-de-Cerdans et Amélie-les-Bains12 ». Les membres de la commission estimèrent que s’il y avait eu quelques irrégularités, elles n’étaient pas de nature à remettre en cause l’élection de Bartissol. L’homme d’affaires pouvait donc entamer sa « carrière » de parlementaire.

Quand un constructeur devient député...

  • 13 Séance du 7 décembre 1889, JO du 8 décembre 1889, p. 314 ; texte de la proposition en annexe n° 154 (...)
  • 14 JO, annexe, séance du 4 mars 1890, p. 399.
  • 15 JO, Chambre des députés, séance du 22 mars 1890, JO du 23 mars 1890, p. 601.
  • 16 JO, Chambre des députés, annexe n° 2132, session ordinaire, séance du 31 mai 1892, p. 1120.

7Dans un premier temps, Bartissol semble prendre à cœur sa fonction de député. Dès décembre 1889, élu depuis deux mois seulement, il dépose une proposition de loi relative au déclassement des routes nationales13. Il s’agit d’un projet profondément novateur qui impliquerait une décentralisation de fait des compétences en matière de travaux publics. Les départements se verraient affecter les sommes correspondant à l’entretien des anciennes routes nationales. Les voies de communication seraient regroupées en deux catégories, routes départementales et chemins communaux. Dans le même temps, il propose une réforme des compétences respectives des grandes écoles formant les ingénieurs de travaux publics. On comprend qu’un tel projet se soit heurté aux lobbies des microcosmes politiques et administratifs, au premier rang desquels le tout-puissant corps des ingénieurs des ponts et chaussées. Lorsque la proposition vient devant la Chambre quelques mois plus tard, le ministre des Travaux publics, Yves Guyot, « fait les plus expresses réserves au sujet de cette proposition » mais ne s’oppose pas à sa prise en considération. La discussion traîne en longueur. Après avoir franchi l’étape de la commission d’initiative parlementaire14, cette proposition est renvoyée à la commission chargée d’examiner le projet de loi sur l’impôt des prestations, laquelle avait déjà été saisie d’une proposition analogue du député du Jura, Jean-Baptiste Bourgeois15. Le député du Tarn, Ludovic Dupuy-Dutemps, ne présentera son rapport qu’en mai 1892. Délaissant le projet de nouvelle organisation des ponts et chaussées, la commission se prononce favorablement au déclassement des routes nationales : « M. Bartissol fait remarquer avec infiniment de raison que les routes nationales ont aujourd’hui perdu leur importance primitive ; leur rôle se borne à celui des anciennes routes départementales, les chemins de fer ayant absorbé tous les grands parcours16... » La formulation initiale se transforme en un article unique ainsi libellé : « Les routes nationales sont déclassées et leur entretien est confié aux départements. » Mais la législature se terminera en juillet 1893 sans que cette nouvelle proposition ait été soumise au vote de la Chambre. Edmond Bartissol devait commencer à mesurer combien la durée est indispensable à l’efficacité politique. Or, cette spécificité du temps parlementaire était aux antipodes de sa démarche d’homme d’affaires.

  • 17 Chambre des députés, débats, séance du 19 novembre 1890, JO du 20 novembre 1890, p. 2142.

8Lors de la discussion du projet de budget pour 1891, Bartissol intervient sur les conventions avec les compagnies des chemins de fer. À ses yeux, de nombreuses lignes projetées doivent faire l’objet d’un réexamen en raison d’un coût de construction prohibitif. Il n’hésite pas à faire référence à son activité professionnelle pas plus qu’il ne ménage ses collègues alors membres du gouvernement : « Je suis constructeur, j’ai construit des lignes dans des pays difficiles, et je puis assurer que, quand je vois réclamer 750 000 francs par kilomètre, je me demande comment on peut faire pour les dépenser... Je réclame une révision et le renvoi à une commission chargée d’examiner les tracés aujourd’hui abandonnés à je ne sais quelles personnalités17... » Il demande une réduction de l’ordre de 10 % du crédit affecté aux conventions avec les compagnies.

  • 18 Ibid.
  • 19 Ibid.

9Lors de ce débat, Bartissol est perçu et réagit en entrepreneur et non en homme politique. Ainsi, lorsque le député de la Savoie, Jules Horteur, l’apostrophe non sans ironie en ces termes : « Prenez-les à forfait pour 250 000 francs ! », Bartissol réplique sans hésiter : « Si vous me les donnez, je m’engage à les prendre pour 250 000 francs18. » Dans sa réponse, perfidement, le rapporteur, Émile Cornudet, député de la Creuse, fait référence aux antécédents professionnels de son collègue : « Vous qui êtes un constructeur de chemin de fer, vous qui êtes particulièrement compétent en matière d’évaluation, même et surtout lorsqu’il s’agit des pays étrangers, vous qui avez fait partie de l’administration des ponts et chaussées [...] vous savez fort bien qu’il ne faut pas confondre l’évaluation probable avec le coût définitif d’une ligne19. » Bartissol ne sera pas suivi ; son amendement sera repoussé par la Chambre à une très large majorité. Au cours de ce débat, Bartissol s’oppose à tous les députés des Pyrénées-Orientales, excepté Émile Brousse, et évidemment, à tous les représentants de l’Aude avec lesquels il est en complet désaccord à propos du tracé de la ligne de chemin de fer de Rivesaltes à Quillan.

  • 20 Chambre des députés, débats, séance du 25 novembre 1890, JO du 26 novembre 1890, p. 2246.
  • 21 Ibid.

10Lorsque, quelques jours plus tard, le vote des avances aux compagnies de chemin de fer pour garanties d’intérêts en vertu de conventions signées en 1883 vient à discussion, Bartissol soutient que le revenu net de l’ensemble du réseau de chemins de fer étant de l’ordre de 5 %, les compagnies sont assez riches pour payer un intérêt rémunérateur à tous les capitaux engagés dans la construction. Sa conclusion prend des allures de profession de foi : « Notre système d’exploitation est vicieux, car avec un réseau aussi riche, un revenu aussi important, il est évident que l’État, après avoir donné 3 milliards 500 millions de subvention gratuite, ne devrait pas être obligé de pourvoir en outre à des insuffisances... Je suis de ceux qui pensent qu’il ne faut pas laisser s’accroître cette dette, car, lorsque un vice aussi important se manifeste, il faut le couper dans sa racine, sinon il vous submerge20. » Il conteste les choix opérés à propos de certaines lignes à faible trafic, notamment dans le Massif central. Des voies étroites autorisant des courbes plus accentuées et des pentes plus fortes auraient été de nature à réduire le coût de construction au kilomètre. Cette fois, Bartissol est moins isolé. Le rapporteur de la commission, Camille Pelletan, est, pour l’essentiel, d’accord avec lui. La commission du budget ajoute à son rapport qu’elle « invite le Gouvernement à étudier sans retard un programme d’exploitation conçu de façon à réduire par des économies, le montant de la garantie d’intérêts et des comptes d’exploitation partielle21 ». En conséquence, Bartissol retire son amendement.

  • 22 Rapport fait au nom de la commission chargée d’examiner le projet portant règlement définitif du bu (...)
  • 23 Ibid.

11Bartissol reviendra en 1891 sur cette proposition. Il s’exprime cette fois en tant que rapporteur de la commission chargée d’examiner le règlement définitif du budget de 1887, commission présidée par Félix Faure. Cette position lui confère une plus grande autorité : « Les constructions de voies étroites devraient s’imposer comme la règle... Avec le tiers des 160 millions affectés tous les ans à la construction de nouveaux chemins de fer, c’est-à-dire avec 50 à 60 millions par an, on aurait pu établir une même longueur de lignes qui rendraient les mêmes services que la voie large et dont les frais d’entretien et d’exploitation coûteraient moitié prix. Ces lignes de construction plus modestes suffiraient largement au trafic qu’elles sont appelées à desservir22. » Plus fondamentalement, il conteste le traitement budgétaire des versements de l’État aux compagnies. Les conventions de 1883 ont généré en marge du budget général un budget spécial uniquement soumis à une surveillance administrative et conclut : « Il est temps de soumettre à un contrôle normal le budget considérable créé par les conventions de 188323. »

  • 24 Cité par Chauvet Horace, La Vie politique roussillonnaise, Perpignan, 1934, p. 148.
  • 25 Chambre des députés, 13 décembre 1905.

12Edmond Bartissol ne va pas donner suite à ces débuts, somme toute, plutôt prometteurs à la Chambre des députés. À partir de 1892, l’homme d’affaires ne consacrera plus qu’une infime partie de son énergie à l’activité politique. Du politicien, il ne possédait ni la formation – dans leur grande majorité, les parlementaires sont alors des juristes – ni le profil. Un publiciste catalan qui l’a bien connu, Horace Chauvet, évoquera sa diction « lente et traînante24 ». Désormais, il interviendra rarement et toujours sur des problèmes techniques. À la tribune, il n’est pas à l’aise et ne s’en cache pas. En 1905, après huit années de mandat, demandant à ses collègues de bien vouloir le laisser parler, il en viendra à dire : « Je n’occupe pas souvent cette tribune ; vous devriez, Messieurs, avoir quelque indulgence pour vos collègues qui viennent rarement retenir votre attention25. »

L’utopique canal des Deux-Mers

  • 26 Dupeyrat Auguste, Canal maritime de jonction de l’océan à la Méditerranée considéré comme le prolon (...)
  • 27 JO, Chambre des députés, séance du 24 juin 1889, annexe n° 3834, pp. 1258-1263.

13Il convient d’évoquer ici un projet dont le parlementaire Bartissol fut l’un des promoteurs, à savoir le projet de canal des Deux-Mers. Le 11 mars 1893, il dépose une proposition de loi tendant à construire un canal maritime de l’océan à la Méditerranée, dénommé canal des Deux-Mers. Véritable autoroute navigable reliant Bordeaux à Narbonne, la voie d’eau envisagée suivrait un trajet totalement distinct de celui du canal du Midi. L’idée n’en était ni nouvelle ni limitée aux milieux d’affaires. Le premier projet d’un tel canal avait fait l’objet d’une publication en 1861 par un certain Auguste Dupeyrat, qui considérait cette voie d’eau comme « le prolongement de l’isthme de Suez pour relier l’Orient à l’Occident26 » ! Par la suite, plusieurs projets de constitution de sociétés d’exploitation de ce nouveau canal furent élaborés, notamment, en 1880, le projet de Société d’études Duclerc et, en 1884, le projet de la Société d’études de travaux français. Depuis 1885, les pétitions émanant de conseils municipaux, de négociants, de chambres de commerce ou encore de propriétaires se multipliaient dans tout le Midi pour demander la mise à l’étude de cette « grande œuvre nationale ». Plusieurs propositions de loi allant dans ce sens avaient été déposées au Parlement depuis 1867. La dernière en date, en 1889, était signée entre autres par les socialistes Jean Jaurès et Ernest Ferroul, alors tout nouveau député de Narbonne27.

  • 28 JO, Chambre des députés, séance du 11 mars 1893, annexe n° 2635, p. 245.
  • 29 Ibid.
  • 30 Ibid., pp. 240-245.

14Bartissol se verrait bien dans la peau d’un Riquet des temps modernes. Il rapproche le caractère novateur de son projet de la réalisation du canal du Midi au xviie siècle : « Il y a plus de deux siècles que, grâce à la protection et à la volonté de Louis XIV, l’œuvre conçue par l’Ingénieur Riquet fut achevée. Le progrès a marché depuis lors et le canal du Languedoc considéré longtemps comme une merveille pour la communication de l’Océan à la Méditerranée, est devenu à peu près inutile. Les hommes qui gouvernent aujourd’hui la France républicaine s’honoreraient en s’inspirant des traditions d’initiative gouvernementale du grand roi pour réaliser la même idée grandiose28... » Il situe son projet dans le cadre d’un plan de grands travaux publics qui comprendrait également la création d’un port de mer à Paris et un canal de jonction du Rhône à la mer. Nul ne sera surpris d’entendre l’ancien chef de section de Ferdinand de Lesseps se référer au creusement du canal de Suez : « De même que le canal de Suez est venu avec raison remplacer le canal ensablé des Pharaons, le canal des Deux-Mers doit prendre la place de l’œuvre aujourd’hui insuffisante de Riquet29. » Plus surprenant est le ton franchement nationaliste adopté dans l’exposé des motifs : « À quoi sert trop souvent l’épargne de la France ? N’est-ce pas par milliards que les gouvernements étrangers sont venus prendre chez nous l’or qu’il leur fallait pour devenir nos concurrents ? Combien coûtent à la Nation française les emprunts turcs, les emprunts italiens, les emprunts hongrois, les emprunts autrichiens, les emprunts espagnols, les emprunts portugais, les emprunts d’États de l’Amérique du Sud ? Il serait salutaire de se demander si l’on n’a pas laissé jusqu’à présent trop de facilités aux spéculateurs pour drainer l’or de notre pays au profit d’œuvres étrangères dont la réalisation nous est indifférente quand elle n’est pas nuisible à la prospérité nationale. L’entreprise du Canal des Deux-Mers est une œuvre véritablement nationale30... » Étonnant plaidoyer dans la bouche d’un homme qui a bâti sa fortune sur les plus grands chantiers de travaux publics des pays qu’il cite ici, d’un homme qui s’est efforcé de mobiliser sur le marché financier parisien les capitaux nécessaires à la construction des voies ferrées du Portugal et de l’Espagne !

  • 31 Rapport au président de la République par M. Louis Barthou, ministre des Travaux publics, et décret (...)
  • 32 Cité par Bouttier Armand, « Le canal du Midi. Des projets aux réalisations », in Bergasse Jean-Deni (...)

15Bartissol développe avec fougue les avantages commerciaux, agricoles, militaires et maritimes que la France retirerait d’une telle réalisation. L’entreprise serait extrêmement coûteuse (760 millions de francs-or) et présenterait des difficultés techniques considérables. Mais, à un homme comme Bartissol, rien ne paraît insurmontable. Confiant dans le succès économique d’un tel canal, il prévoit un trafic de 10 millions de tonnes dès la quatrième année de fonctionnement. Il faudra attendre septembre 1894 pour que le ministre des Travaux publics, Louis Barthou, très réticent vis-à-vis de ce projet, accepte de relancer la procédure ; une commission est chargée d’examiner la faisabilité et l’opportunité du projet31. En avril 1896, cette commission conclura que « le canal n’est pas théoriquement inexécutable, mais les quelques avantages qu’on pourrait en retirer ne peuvent être mis en balance avec les sacrifices d’argent que cette œuvre exigerait32 ». On sait que, comme ses prédécesseurs, ce projet restera sans suite.

  • 33 JO, Chambre des députés, séance du 18 mars 1893, annexe n° 2651, JO, p. 280, JO, Chambre des député (...)

16Dans le même temps, Bartissol soutient un dossier beaucoup moins glorieux mais plus réaliste : l’exécution d’un canal d’irrigation et de submersion des vignes à Ribaute dans l’Aude. Rapporteur de la commission chargée d’examiner le projet de loi servant de cadre à cette réalisation, Bartissol en soumet le texte à ses collègues le 18 mars 1893 et le projet sera adopté par la Chambre des députés le 27 avril suivant33. Sans doute, l’homme d’affaires a accepté ce rôle sur la sollicitation d’Adolphe Turrel, élu de la deuxième circonscription de Narbonne, et beaucoup plus au fait des questions viticoles.

L’élan rompu

  • 34 AD Pyrénées-Orientales, 3 M 320.
  • 35 AD Pyrénées-Orientales, 3 M 291.
  • 36 Note du commissaire spécial au préfet des Pyrénées-Orientales, 28 décembre 1892 (AD Pyrénées-Orient (...)
  • 37 Note du commissaire spécial au préfet des Pyrénées-Orientales, 20 juin 1893 (AD Pyrénées-Orientales (...)

17En quatre années de mandats, le bilan d’activité du député Bartissol est relativement modeste. Surtout, aucun des dossiers sur lesquels il s’est penché ne concerne directement le Roussillon, donc ses électeurs. La position politique de Bartissol est d’autant plus fragile à l’approche du renouvellement de la Chambre d’août 1893 que son adversaire, Jules Pams, a conforté ses positions. Ce dernier est entré en août 1892 au conseil général des Pyrénées-Orientales en se faisant élire par les électeurs du canton d’Argelès-sur-Mer... contre Edmond Bartissol ! Des quatre cantons que comprenait la circonscription de Céret, celui d’Argelès était le seul dont les électeurs avaient préféré Pams à Bartissol au second tour de la législative de 1889. Peu clairvoyant sur l’évolution de l’électorat, Bartissol espérait probablement inverser la tendance. Il n’en fut rien : Pams l’emporta avec près de 1 000 voix d’avance34. Depuis cette élection cantonale, Pams menait une campagne très active en vue des prochaines législatives35. Dès lors, Bartissol hésite. En décembre 1892, l’informateur de la préfecture des Pyrénées-Orientales pense qu’il ne se représentera pas à Céret ; il chercherait « une autre circonscription dans le département de la Seine-et-Oise où il a des propriétés36 ». Quelque temps plus tard, la préfecture prête à Bartissol l’intention de se tourner vers la première circonscription de Perpignan, ville dont il vient d’acquérir un journal local, L’Éclaireur37.

  • 38 Note du commissaire spécial au préfet des Pyrénées-Orientales, 28 décembre 1892 (AD Pyrénées-Orient (...)

18À Céret, on évoque un temps la candidature de Raphaël Bischoffsheim en quête d’un nouveau point de chute. Bischoffsheim est tout à la fois un richissime banquier et un habitué des salons mondains parisiens. À l’origine notamment de la Banque des Pays-Bas en 1863 et de la Banque franco-égyptienne en 1870, en cette fin des années 1880, il est à la tête d’un réseau bancaire international implanté à Paris, Londres, Bruxelles, Anvers, Francfort, Vienne et New York. Bischoffsheim et Bartissol étaient probablement en relations d’affaires. Or l’élection du banquier comme député de Nice lors des législatives de 1889 avait été invalidée en 1890 pour des actes de corruption par trop manifestes. Les deux hommes d’affaires avaient peut-être envisagé une forme de passation des pouvoirs en terre roussillonnaise, accord qui, bien évidemment, aurait impliqué une contrepartie en faveur de Bartissol. Mais, comme l’écrit sans détour l’informateur de la préfecture, Bischoffsheim souffre du « double handicap d’être étranger au pays et Israélite38 ». Finalement, Bartissol va se résigner à affronter Jules Pams une nouvelle fois.

  • 39 10 août 1893, AD Pyrénées-Orientales, 3 M 291.
  • 40 Rapport du commissaire spécial au préfet des Pyrénées-Orientales, 18 juillet 1893 (AD Pyrénées-Orie (...)

19Désormais, les clivages politiques entre les deux hommes sont nets. Présenté par les radicaux-socialistes, Pams bénéficie du soutien du sénateur Édouard Vilar qui s’était prononcé pour Bartissol en 1889. Quant à Bartissol, candidat des républicains modérés, il reçoit le soutien de deux de ses rivaux de 1889, le docteur Coste, maire de Collioure, et le conservateur Joseph Delmas. Mais, en engageant à reporter « les voies conservatrices sur M. Bartissol pour sauvegarder les intérêts généraux et nos droits les plus sacrés : la religion, la famille et la propriété39 », ce dernier lui offre un soutien bien encombrant en terre républicaine. La lutte est également inégale en termes de réseaux. L’organe de presse le plus influent, L’Indépendant des Pyrénées-Orientales, se rangeant aux côtés de Pams, Bartissol ne peut compter que sur le modeste Courrier de Céret. Pams peut aussi faire jouer les relations tissées par sa famille à partir de l’entreprise de négoce établie à Port-Vendres. Enfin, tous les arguments de cette campagne électorale ne sont pas avouables ; perfide, l’informateur de la préfecture rappelle que « les deux candidats sont riches et ne lésinent pas sur une pièce de vingt francs40 ».

  • 41 AD Pyrénées-Orientales, 3 M 291.

20Dans sa profession de foi, Bartissol évoque bien quelques dossiers locaux tels que l’achèvement du chemin de fer d’Elne à Arles-sur-Tech, mais il développe essentiellement ses positions sur les grands thèmes nationaux, pour conclure : « En matière économique, je continuerai de me tenir en garde contre les théories décevantes du Libre-Échange. J’ai voté et je maintiendrai les lois de protection indispensables au relèvement de notre Viticulture41. » Le résultat du scrutin est conforme à la logique : Pams est confortablement élu dès le premier tour par 5040 voix contre 4 377 à Bartissol. Cette seconde défaite engagea Bartissol à penser qu’il n’aurait plus de chance de succès politique sur ces terres du Vallespir et des Aspres désormais attachées au radicalisme feutré de Jules Pams.

Notes

1 Garrigues Jean, La République des hommes d’affaires (1870-1900), Aubier, coll. Histoires, 1997, 432 p.

2 Mollier Jean-Yves, Le Scandale de Panama, Fayard, 1991.

3 Profession de foi citée par Bertrand A, La Chambre des députés de 1889, Paris, 1889, n° 391.

4 Il s’agit respectivement de Jacques Vilar, François Carrère, François Hostalrich et Paul Pujade.

5 AD Pyrénées-Orientales, 3 M 289.

6 AD Pyrénées-Orientales, 3 M 289.

7 Fils de Louis Pams et de Laure Vallarino, Jules Pams est né à Perpignan le 14 août 1852 et non le 14 août 1835 comme mentionné par erreur sur le Dictionnaire des parlementaires, op. cit., t. VII, 1972, p. 2600 et le Dictionnaire des ministres (1789-1989) de Yvert Benoît, Librairie académique Perrin, 1990, p. 561.

8 AD Pyrénées-Orientales, 3 M 289.

9 Rapport du commissaire spécial au préfet des Pyrénées-Orientales sur une réunion de J. Pams à Port-Vendres le 4 octobre 1899 (AD Pyrénées-Orientales, 3 M 289).

10 AD Pyrénées-Orientales, 3 M 289.

11 JO, Chambre des députés, séance du 21 novembre 1889, pp. 101-102.

12 Ibid.

13 Séance du 7 décembre 1889, JO du 8 décembre 1889, p. 314 ; texte de la proposition en annexe n° 154, JO du 5 mars 1890, p. 289.

14 JO, annexe, séance du 4 mars 1890, p. 399.

15 JO, Chambre des députés, séance du 22 mars 1890, JO du 23 mars 1890, p. 601.

16 JO, Chambre des députés, annexe n° 2132, session ordinaire, séance du 31 mai 1892, p. 1120.

17 Chambre des députés, débats, séance du 19 novembre 1890, JO du 20 novembre 1890, p. 2142.

18 Ibid.

19 Ibid.

20 Chambre des députés, débats, séance du 25 novembre 1890, JO du 26 novembre 1890, p. 2246.

21 Ibid.

22 Rapport fait au nom de la commission chargée d’examiner le projet portant règlement définitif du budget de l’exercice 1887, JO, Chambre des députés, annexe n° 1587, séance du 9 juillet 1891, p. 1310.

23 Ibid.

24 Cité par Chauvet Horace, La Vie politique roussillonnaise, Perpignan, 1934, p. 148.

25 Chambre des députés, 13 décembre 1905.

26 Dupeyrat Auguste, Canal maritime de jonction de l’océan à la Méditerranée considéré comme le prolongement de l’Isthme de Suez, pour relier l’Orient à l’Occident, Paris, octobre 1861, 34 p.

27 JO, Chambre des députés, séance du 24 juin 1889, annexe n° 3834, pp. 1258-1263.

28 JO, Chambre des députés, séance du 11 mars 1893, annexe n° 2635, p. 245.

29 Ibid.

30 Ibid., pp. 240-245.

31 Rapport au président de la République par M. Louis Barthou, ministre des Travaux publics, et décret du 21 septembre 1894 (JO du 22 septembre 1894, pp. 4619- 4621).

32 Cité par Bouttier Armand, « Le canal du Midi. Des projets aux réalisations », in Bergasse Jean-Denis (sous la dir. de), Le Canal du Midi, grands moments et grands sites, Imprimeries Maury, Millau, 1985. p. 418. Le rapport de cette commission. daté du 2 avril 1896, a été publié au JO du 13 mai 1896, pp. 2656-2696.

33 JO, Chambre des députés, séance du 18 mars 1893, annexe n° 2651, JO, p. 280, JO, Chambre des députés, débats, séance du 27 avril 1893, JO, p. 1234.

34 AD Pyrénées-Orientales, 3 M 320.

35 AD Pyrénées-Orientales, 3 M 291.

36 Note du commissaire spécial au préfet des Pyrénées-Orientales, 28 décembre 1892 (AD Pyrénées-Orientales, 3 M 291).

37 Note du commissaire spécial au préfet des Pyrénées-Orientales, 20 juin 1893 (AD Pyrénées-Orientales, 3 M 291).

38 Note du commissaire spécial au préfet des Pyrénées-Orientales, 28 décembre 1892 (AD Pyrénées-Orientales, 3 M 291).

39 10 août 1893, AD Pyrénées-Orientales, 3 M 291.

40 Rapport du commissaire spécial au préfet des Pyrénées-Orientales, 18 juillet 1893 (AD Pyrénées-Orientales, 3 M 291).

41 AD Pyrénées-Orientales, 3 M 291.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search