Version classiqueVersion mobile

Edmond Bartissol (1841-1916)

 | 
Jean-Louis Escudier

Deuxième partie. Les affaires et la politique

Chapitre V. La stratégie d’implantation en Roussillon

Texte intégral

1Durant les années 1880, Bartissol conduit ses activités dans la péninsule Ibérique et, simultanément, opère un retour vers le Roussillon de sa jeunesse. En dépit de son éloignement physique, Edmond Bartissol était toujours resté proche du Roussillon où son frère Jean est devenu un notable discret mais attentif aux bouleversements que connaît le département des Pyrénées-Orientales.

  • 1 Sur Adolphe Durand, cf. Plessis Alain, Régents et gouverneurs de la Banque de France sous le second (...)

2À partir du Second Empire, ce territoire s’ouvre au monde. Pour la bourgeoisie et l’aristocratie en quête de pittoresque et d’exotisme, la mode des stations thermales relancée par le couple impérial qui fréquente les Eaux-Bonnes, la fascination exercée par le massif pyrénéen et la douceur du climat roussillonnais, se conjuguent pour inciter à découvrir ce bout de France où l’on parle encore catalan. Industriels et hommes d’affaires trouvent encore d’autres charmes à ce pays tels que la présence de mines de fer de qualité dans le massif du Canigou, la proximité de l’Espagne et une ouverture maritime. Rémy Jacomy tente alors de créer, entre Aude et Roussillon, un groupe industriel intégrant mines de fer, mines de charbon et hauts fourneaux. Certes, ces potentialités existaient avant Napoléon III, mais elles ne pouvaient guère s’exprimer. La mise en service du chemin de fer de Narbonne à Perpignan en 1858 allait favoriser le développement des loisirs comme l’essor industriel. L’avènement de l’ère du rail s’incarne ici dans un homme d’importance, le patron de la compagnie des chemins de fer du Midi, Isaac Pereire. À la tête du Crédit mobilier, les frères Émile et Isaac Pereire sont au sommet de leur gloire et de leur influence lorsque, en 1863, Issac choisit les Pyrénées-Orientales pour se faire élire au Corps législatif. Simultanément, un Catalan expatrié est alors au cœur du pouvoir financier ; il s’agit d’Adolphe Durand, régent de la Banque de France, jusqu’à son décès en 18791.

  • 2 Sur les différentes branches de la famille Pams et leurs activités, cf. Praca Edwige, « Les Pams, u (...)
  • 3 Sur les entreprises Bardou, cf. Praca Edwige, « Les premiers ateliers de façonnage de papier à ciga (...)
  • 4 Sur les entreprises de Fernand de Chefdebien, cf. Praca Edwige, Les Établissements de Chefdebien à (...)

3 Loin d’annihiler l’activité industrielle, la vigne qui gagne les plaines durant les années 1860-1870 la stimule par les profits qu’elle génère et le mode de consommation qu’elle induit. Dans ce département, le développement de la vigne et celui de l’activité industrielle vont de pair. Ainsi, avec Port-Vendres, où quelques maisons comme celle des frères Pams commercent avec l’Espagne et l’Orient, la contrée s’ouvre à la Méditerranée2. En une ou deux décennies, quelques hommes entreprenants vont hisser une activité familiale au rang d’entreprise de dimension nationale. Grâce aux récents travaux d’Edwige Praca, nous connaissons mieux le rôle joué par ces industriels tels que les frères Pierre et Joseph Bardou, imposant chacun de leur côté une grande affaire de papier à cigarettes, le Job et le Nil3, ou encore les frères Simon et Pallade Violet, fabriquant à Thuir le Byrrh un apéritif à base de vin promis à une grande renommée. Certains sont éclectiques, tel un Fernand de Chefdebien (1838-1914), créant d’abord une entreprise de briqueterie puis une usine métallurgique à Perpignan, tout en lançant à Prades une structure de production de la bouillie catalane, une poudre anticryptogamique pour la vigne4. Loin de rester en marge de la révolution viticole, tous ces industriels deviennent rapidement, par leurs alliances et leurs acquisitions, les principaux propriétaires viticoles du département. Le parcours de Bartissol en Roussillon ne dérogera pas à cette règle.

  • 5 Le nom de Philippart apparaît sur un acte de la cour d’appel de Montpellier du 8 décembre 1890 rela (...)
  • 6 Sur Henri de Burnay, cf. Encyclopedia portuguesa et brasiliera, op. cit.. t. V, pp. 210-211 et sur (...)

4Dès le Second Empire, la contrée est suffisamment industrieuse pour attirer des hommes venus d’ailleurs, tel l’Alsacien Jacob Holtzer, désireux de s’assurer en Roussillon la matière première pour ses forges d’Unieux dans la Loire. Si l’affairiste belge Simon Phillipart, en disgrâce dans son pays et dans le nord de la France, fit ici seulement une brève incursion dans les années 1870, quelques autres vont s’y établir durablement5. Ainsi, la station thermale de Vernet-les-Bains, nichée au flanc du Canigou, en proie à des difficultés financières, est achetée en 1887 par un des principaux banquiers portugais, Henri de Burnay (1837-1909). On trouve Burnay à la tête de la Banque d’Outre-Mer ou au cœur de la combinaison financière qui assurera le renflouement de la dette flottante portugaise en contrepartie du monopole de la vente des tabacs au Portugal. À plusieurs reprises, le gouvernement portugais fit appel à ses bons offices pour servir d’intermédiaire dans les négociations avec les gouvernements étrangers. Burnay réside rarement au Vernet, géré par un directeur, mais il y investit une part de ses capitaux. En quelques années, la petite station se transforme en lieu à la mode ; de grands hôtels se dressent dans l’étroite vallée, le plus beau d’entre eux prenant évidemment l’appellation d’Hôtel du Portugal6. Bartissol et Burnay avaient-ils noué des relations au Portugal durant ces années 1880 ? Le premier a-t-il vanté au second les charmes du Roussillon et les vertus de ses eaux ? Rien ne permet de l’affirmer ; en revanche, les deux hommes seront plus tard en affaires, au Mozambique.

5Le retour de Bartissol en Catalogne s’était limité dans un premier temps à ses acquisitions foncières mais l’entrepreneur va rapidement s’impliquer dans la vie sociale, économique et bientôt politique du département. Durant trente ans, tout en poursuivant de grands chantiers au-delà des frontières, il sera ici au cœur des projets les plus utopiques comme des plus prosaïques et fructueuses réalisations.

Jalons pour le siècle suivant

  • 7 Broc Numa, « L’hydraulique agricole en Roussillon : aspects historiques », Bulletin de la Société l (...)

6Edmond Bartissol connaissait de longue date l’ingénieur en chef des travaux publics des Pyrénées-Orientales, Antoine Tastu. Sous le Second Empire, alors que Bartissol n’était encore qu’un simple employé subalterne anonyme, Tastu avait en charge de superviser la réalisation des chemins de fer de Perpignan à Prades et de Perpignan à Cerbère. Natif de Perpignan, Tastu a poursuivi de brillantes études ; en 1840, à sa sortie en très bon rang de Polytechnique, il fait un bref passage aux Ponts et Chaussées, puis débute à Prades une carrière exclusivement consacrée à son département natal. Il en dirigera l’administration des travaux publics à partir de 1866. Tastu s’efforcera toute sa vie de faire réaliser sur le site des Bouillouses, en Cerdagne, de vastes réservoirs destinés à écrêter les crues et à assurer convenablement l’irrigation des basses plaines de la Têt ; c’est dans ce contexte qu’il contacte Bartissol dans le courant de l’année 1881, mais, préconisant une position différente sur l’emplacement des réservoirs, Bartissol se démarque rapidement de Tastu7. Le décès de Tastu en 1883 permet à Edmond Bartissol et Jean-Baptiste Dauderni de reprendre à leur compte ses projets d’irrigation.

  • 8 Cf. Almanach national. Annuaire officiel de la République française, année 1885.

7En ce début des années 1880, Dauderni s’est déjà forgé une solide réputation en Roussillon. C’est un entrepreneur de travaux publics reconnu ; il est sur le point d’obtenir de la ville de Perpignan le marché de l’adduction d’eau. En dépit de la position sociale acquise ici par son frère Jean, probablement Edmond fait encore à cette époque figure de « second » de Dauderni. Pour lancer ce projet d’irrigation, les deux hommes vont faire jouer leurs relations. Avec Charles Cotard, ils constituent une sorte de « lobby de l’irrigation » regroupant des conseillers généraux, de gros propriétaires et un banquier. Depuis la fin du chantier de Suez où ils s’étaient rencontrés, Bartissol et Cotard avaient suivi des voies différentes avant de se retrouver au Portugal dans la Compagnie des chemins de fer de la Beira Alta. Mais, après s’être intéressé aux différents projets de chemin de fer central-asiatique, Cotard a fait de l’aménagement des voies navigables et des canaux d’irrigation sa spécialité. Il a publié en 1877 une Note sur l’aménagement des eaux aux divers points de vue de l’agriculture, de la navigation, de l’industrie et du régime des cours d’eau avec une application au bassin de la Garonne et de l’Adour. En 1880, il a présenté à la Société des ingénieurs civils une étude sur la question de la navigation. Depuis 1882 il est membre du Conseil supérieur de l’agriculture au titre de l’hydraulique agricole8.

  • 9 Conseil général des Pyrénées-Orientales, session ordinaire d’avril 1883, rapport du préfet et procè (...)
  • 10 Sur Justin Alavaill, cf. Maitron Jean, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, 1972, t. X, (...)

8Participe également à ce projet un homme bien particulier, Justin Alavaill, frère d’Élie Alavaill, conseiller général de Millas9. Très tôt impliqué dans les combats politiques des républicains, Justin Alavaill est un ancien communard. Exilé en Espagne, puis incarcéré à Barcelone, libéré sous caution, il passa en Suisse où il fréquenta Henri Rochefort. Rentré en France il fut emprisonné à Pontarlier et libéré en 1878. Mais dans ces années 1880, Alavaill a évolué vers des positions beaucoup moins radicales. À partir de 1883, il est rédacteur en chef du Républicain des Pyrénées-Orientales, l’organe des républicains modérés du département et, lors des législatives de 1885, il soutient la liste opportuniste. Dans le département des Pyrénées-Orientales, hier comme aujourd’hui, de tels glissements politiques ne sont pas si rares. En revanche, il est plus inattendu de voir Justin Alavaill revenir dix ans plus tard à ses idées de jeunesse. Désormais clairement socialiste, il sera le candidat de la fédération socialiste lors des législatives de 1898 à Perpignan et restera l’un des leaders de ce parti jusqu’à sa disparition en 190210.

  • 11 Lettre d’Edmond Bartissol à Justin Alavaill, 11 décembre 1882, in Alavaill Justin, Réservoirs et ca (...)

9Alavaill et Bartissol estiment que, pour avoir quelque chance de réussite, le projet proposé doit consister en réservoirs à proximité de la plaine, avec des canaux distribuant l’eau exclusivement aux propriétaires adhérents. Bartissol rejette l’idée de réservoirs-barrages (envasement, risque de rupture...) et préconise « la construction de digues en terre en travers des vallées secondaires voisines de Vinça pour la Têt, de Céret pour le Tech et d’Estagel pour l’Agly11 ». Un canal partant de ces réservoirs pourrait rejoindre les canaux actuels et leur donner l’eau. C’est pourquoi, dès 1882, Bartissol avançait l’idée d’un projet de barrage sur la Têt, à Vinça. En 1935, lorsqu’un ingénieur des ponts et chaussées, M. Quesnel, défendra à nouveau l’option d’une grande retenue d’eau sur la Têt, c’est ce rapport Bartissol qu’il exhumera.

  • 12 AD Pyrénées-Orientales, 3 E 45/76, n° 610 du 12 octobre 1883.

10Jean-Baptiste Dauderni et Edmond Bartissol constituent alors la Société d’études des réservoirs et canaux d’arrosage des vallées de l’Agly, de la Têt et du Tech dont les statuts sont déposés le 14 octobre 1883. La forme juridique retenue est la société anonyme et son siège social est fixé à Perpignan, au 10 rue des Augustins. Les 50 000 francs du capital social sont répartis en cent parts de 500 francs. Dauderni souscrit quarante parts, Bartissol, vingt-deux, Charles Lazerme cinq, les trente-trois autres actions se répartissant entre trente et un souscripteurs, la plupart propriétaires à Rivesaltes12. Financièrement, cette société est donc assimilable à une affaire de Dauderni et de Bartissol. Aux côtés des deux entrepreneurs, membres de droit de la direction, le conseil d’administration accueille de grands propriétaires comme Numa Lloubes, Justin Vaquer et Escaro-Ferrand et Charles Lazerme, qui assumera la charge de président. La société est pensée comme une structure temporaire puisque créée pour une durée de six ans seulement. Justin Alavaill devient le secrétaire général et Charles Cotard, l’ingénieur-conseil de la société. De l’aveu même des responsables du projet, les propriétaires des vallées de la Têt et du Tech sont réticents à cette initiative. On convient donc de laisser des places vacantes au conseil d’administration pour des représentants de ces régions quand ils se décideront à participer.

  • 13 Alavaill Justin, op. cit., p. 142.
  • 14 Conseil général des Pyrénées-Orientales, session ordinaire d’avril 1884, procès-verbal des délibéra (...)
  • 15 Conseil général des Pyrénées-Orientales, session ordinaire d’août 1883, procès-verbal des délibérat (...)
  • 16 Conseil général des Pyrénées-Orientales, session ordinaire d’avril 1884, procès-verbal des délibéra (...)
  • 17 Conseil général des Pyrénées-Orientales, session ordinaire d’avril 1885, procès-verbal des délibéra (...)

11Pour l’heure, la société d’études entend poursuivre la régularisation des arrosages « sur toutes les parties arrosées ou arrosables du département13 ». Tout ce beau monde s’accorde sur la nécessité de se mettre rapidement à l’ouvrage. Bartissol rejoint Paris dès le 19 octobre pour choisir, avec Cotard, l’ingénieur qui, dès le mois suivant, viendra élaborer sur place les projets et devis d’exécution des canaux reconnus praticables. La priorité est donnée à l’exploration de la vallée de l’Agly et à l’étude d’un projet de canal avec réservoir sur la rive gauche de cette rivière. Parallèlement, Élie Alavaill ne ménagera pas ses efforts pour mobiliser l’administration et sensibiliser ses collègues du Conseil général. À son sens, la société d’études « tente de réaliser ce plan admirable qui ferait de notre département le jardin modèle de la France14 ». Trois années durant, en tant que rapporteur de la commission des travaux publics, Alavaill déclamera avec éloquence de longs rapports sur les efforts de la société. Il fait adopter par l’assemblée départementale une série de vœux, notamment celui que l’administration continue à soutenir et à faciliter la tâche de la société d’études. Un acte, à vrai dire, guère compromettant pour une assemblée sans grands pouvoirs ; néanmoins, ces prudents notables prennent la précaution d’indiquer qu’il s’agit d’un « soutien moral, sans aucune implication financière15 ». Le 26 avril 1884, Alavaill présente avec force détails l’avancement des travaux de la société d’études : « Stimulés par votre précieux encouragement, quelques hommes de louable initiative sont parvenus à constituer une société [qui] fonctionne depuis plusieurs mois et a obtenu du ministère de l’Agriculture l’autorisation de procéder à l’étude de réservoirs et de canaux dans le département [...]. La société a dressé l’avant-projet des travaux qui intéressent plus particulièrement les viticulteurs de la vallée de l’Agly16. » Après s’être réjoui de l’active participation à ces études des ingénieurs des ponts et chaussées du département, Alavaill détaille les huit structures proposées tout au long de ce bassin de l’Agly. Toute une panoplie de retenues et de canaux amènerait l’eau jusqu’aux propriétés des usagers ; le barrage d’une capacité de 8,5 millions de mètres cubes envisagé sur la commune de Saint-Arnac, en aval de Saint-Paul-de-Fenouillet, constituerait la pièce maîtresse de ce dispositif destiné à irriguer 4 000 hectares de vignes. Mais la procédure administrative est lente et, un an plus tard, les services de l’État ne se sont toujours pas prononcés17.

  • 18 Conseil général des Pyrénées-Orientales, session ordinaire d’août 1885, rapport du préfet, pp. 131- (...)
  • 19 Les Grands Constructeurs..., op. cit., p. 12.

12Désormais, le président de la société d’études est Jules Deit, conseiller général d’Arles-sur-Tech, signe que la société ne fédère plus uniquement des propriétaires de la seule vallée de l’Agly. Mais l’État ne débloquera pas les moyens financiers nécessaires. Le projet Cotard pour la vallée de l’Agly est rejeté par le gouvernement en août 1885 au motif que les 2 400 mètres cubes d’eau par hectare de vigne prévus pour l’irrigation seraient insuffisants18. L’aventure de la société d’études se terminait là. Quant à Bartissol et Dauderni, ils étaient déjà sous d’autres cieux, accaparés par d’autres affaires. En dépit de tous ces efforts de promotion, le projet global d’irrigation n’aboutira pas. Il faudra attendre près d’un siècle pour que l’essentiel de ce projet soit réalisé par la Compagnie d’aménagement du Bas-Rhône-Languedoc. Après bien des péripéties, le barrage de Vinça sera finalement mis en service en 197819. La vallée de l’Agly devra patienter encore quelques années, le projet de barrage évoqué en 1884 ne se concrétisera qu’en 1994 avec la retenue de Caramany, légèrement en aval de Saint-Arnac.

La Cité Bartissol, centre résidentiel, administratif et industriel

13En 1883, la commission des hospices de Perpignan décide de reconstruire un nouvel hospice en périphérie de la ville. La vente des locaux désaffectés de l’ancien hospice de la Miséricorde doit financer l’acquisition du nouveau terrain. En juin 1885, une partie de ces bâtiments est vendue par adjudication à Jean-François Campana, moyennant 81 000 francs et les locaux non encore vendus et estimés à 124 101 francs sont divisés en sept lots qui doivent faire l’objet d’une nouvelle adjudication. Edmond Bartissol et son frère Jean perçoivent alors toutes les potentialités de l’emplacement libéré. La situation – en centre-ville, juste à côté de la cathédrale Saint-Jean – est propice à une opération immobilière fort rentable. L’avenir montrera qu’Edmond envisageait une utilisation industrielle de ces terrains avant même d’en être propriétaire. Il va donc proposer d’acheter l’ensemble des sept lots restants à condition que la vente s’opère à l’amiable et non par adjudication. Selon un procédé que nous retrouverons ultérieurement dans sa pratique des affaires, il avance méthodiquement ses pions pour créer les conditions d’un rapport de force en sa faveur à l’issue des négociations.

  • 20 Campagne François, « Dissertation sur l’église Saint-Jean-le-Vieux à Perpignan », Bulletin de la So (...)
  • 21 Ibid., p. 111.
  • 22 « Saint-Jean le Vieux devrait être sauvé d’une démolition. C’est le seul édifice roman dans notre v (...)
  • 23 Délibération conseil municipal de Perpignan, 29 juin 1887.
  • 24 Délibération conseil municipal de Perpignan, 4 janvier 1888.
  • 25 Acte étude É. Tarbouriech, Perpignan, n° 13949.

14Durant ces transactions, les bonnes âmes de la ville commencent à se soucier du devenir de l’ancienne église Saint-Jean-le-Vieux qui constitue le sixième des sept lots à vendre. Certes, cet édifice roman est « depuis plus d’un siècle dépouillé de toutes ses traditions religieuses20 », les trois nefs avaient été murées entre les piliers, l’ancienne église transformée « en ateliers, en magasins et quelquefois même en écurie21 ». Mais cette fois, la crainte de la démolition pure et simple soulève l’émotion. Le 28 mai 1887, la Société agricole, scientifique et littéraire des Pyrénées-Orientales proteste par la voix de son président, Léon Ferrer22. Le conseil municipal souhaiterait également conserver Saint-Jean-le-Vieux au titre de monument historique. Le rapporteur de la commission des finances, Vernet, ne manque pas de lyrisme lorsqu’il propose à ses collègues de s’opposer à cette vente : « Voyez la ville de Nîmes, toucherait-elle à sa Maison Carrée et à ses Arènes, celle de Montpellier démolirait-elle ses grands aqueducs, celle d’Orange vendrait-elle son Arc de Triomphe, Arles, Aigues-Mortes et tant d’autres villes qui possèdent les monuments de cette nature ne s’imposent-elles pas des sacrifices pour les conserver23 ? » La municipalité prie le préfet d’inviter la commission des hospices à surseoir à la vente de Saint-Jean-le-Vieux pour permettre à la ville d’acheter le monument. Celle-ci ne disposant pas de fonds suffisants, les édiles envisagent un temps de solliciter une subvention auprès du ministère des Beaux-Arts, démarche qui implique l’aval du préfet. Or, ce dernier s’avère plus sensible aux arguments de Bartissol qu’à ceux de la municipalité. En effet, malgré l’avis défavorable du conseil municipal, l’administration préfectorale donne son feu vert à cette vente à l’amiable. Évidemment, les différentes sensibilités du conseil municipal trouvent là une occasion supplémentaire d’attiser leurs querelles. Lorsque Vernet qualifie ironiquement de « presque régulière » cette vente, un membre de l’opposition municipale, Guibeaud, s’insurge : « La vente de l’ancienne Miséricorde a été tout à fait régulière, la publicité a été complète, l’enquête scrupuleusement observée et l’offre Bartissol n’a pas été couverte, donc c’est légalement que la vente a été consentie24. » La transaction entre les hospices et Bartissol a finalement lieu le 24 décembre 1887 moyennant le prix d’estimation de 1885, c’est-à-dire 124 101 francs et la contrainte de construire une rue pour desservir la propriété Campana. L’affaire conclue, Edmond est déjà parti sous d’autres cieux et, selon un scénario désormais bien rodé, il revient à son frère Jean d’assumer les formalités notariales25.

  • 26 Annuaire des syndicats professionnels, industriels et agricoles déclarés conformément à la loi du 2 (...)
  • 27 Cité par Poutensan P., op. cit., p. 438, d’après le dépouillement des rapports des inspecteurs géné (...)

15Désormais, Edmond Bartissol peut déployer à Perpignan ses projets urbanistiques et industriels. Rapidement, il construit plusieurs immeubles de luxe, ensemble immobilier qui dès son origine sera dénommé Cité Bartissol et restera sa propriété jusqu’à la fin de sa vie. Il installe un gérant et met en location la majorité des vingt ou vingt-cinq appartements. Toutefois, il se réserve certains locaux. Plusieurs des appartements sont occupés par des membres de la famille. Après le décès de Jean, Edmond y hébergera sa belle-sœur jusqu’à sa mort en 1917. Trente ans durant, la Cité Bartissol sera le siège perpignanais de toutes les activités de l’homme d’affaires : QG électoral, bureaux et usine de l’entreprise d’électricité, succursale de la Société des vins de Banyuls naturels, salle de réunion, etc. Au fil du temps, la Cité Bartissol va aussi devenir une sorte de centre d’affaires ou d’union patronale ; c’est ainsi qu’en 1908, le syndicat perpignanais des marchands de tissus, mercerie et habillement, celui des libraires et papetiers ou encore celui des bijoutiers et quincailliers y ont leurs locaux26. Le placement aura été judicieux puisqu’en 1905 la Banque de France évaluera ce groupe d’immeubles à 800 000 francs27. Aujourd’hui encore, la Cité Bartissol constitue un ensemble résidentiel de qualité dans le quartier historique de Perpignan. Seul indice de ce passé glorieux, les initiales E.B. que le passant averti devine dans l’ornementation des portes d’entrée cossues.

  • 28 Documents de l’Institut national de la propriété industrielle, CIII, Papiers à cigarettes, nos462, (...)
  • 29 Voir Praca Edwige, « Les premiers ateliers de façonnage de papier à cigarettes dans les Pyrénées-Or (...)

16En 1893, dans le cadre même de la Cité Bartissol, Edmond Bartissol fondera une fabrique de papier à cigarettes dont la force motrice est évidemment fournie par les installations hydroélectriques Bartissol28. Nostalgie et image de marque obligent, le papier s’appelle le « Suez ». Mais la concurrence est particulièrement rude sur la place perpignanaise. Avec trois autres entreprises dont deux déjà anciennes, celle des fils de Joseph Bardou qui fabrique le Nil et le Job de Justin Bardou, Perpignan est alors un des tout premiers centres français de production de papier à cigarettes29. Joseph et Justin Bardou disposent d’un réseau international, animé par des correspondants en Espagne, au Moyen-Orient et dans les principales villes de l’empire colonial français.

  • 30 Publicité parue de juin 1899 à juillet 1900 dans le Journal des Pyrénées-Orientales illustré... et (...)
  • 31 Le Télégramme, Journal de la Démocratie, 25 avril 1898.

17La publicité présente le Suez comme « le meilleur des papiers à cigarettes qui ait paru jusqu’à ce jour en cahiers brochés et cartonnés30 ». Le pavé publicitaire conçu pour paraître dans la presse méridionale fait référence à des préoccupations de santé publique que l’on ne s’attend pas forcément à trouver à cette époque sous la plume d’un industriel : « Fumeurs ! Si vous tenez à conserver votre santé, ne faites usage que du papier à cigarettes Suez blanchi sans chlore et fabriqué avec des substances antinicotiniques qui neutralisent complètement l’âcreté du tabac et les dangereux effets de la nicotine. Se trouve dans tous les débits de tabac. Edmond Bartissol. Perpignan31. » En dépit de tous ces efforts de promotion, le Suez devait rencontrer les plus grandes difficultés à s’imposer sur un marché déjà fort encombré. Aussi l’aventure industrielle ne dura guère. Bartissol vendra son entreprise et sa marque en 1903 ; la marque est reprise par une société de Clermont-Ferrand. Quant à l’usine, l’arrêt de son activité permettait de donner un peu plus de place à l’activité électricité bien à l’étroit dans le cadre inadapté de la Cité Bartissol. Sur les motivations de la vente par Bartissol, faute de renseignements, nous en sommes réduits à formuler des hypothèses : besoins de liquidités pour un homme dont la Banque de France estime alors qu’il a du mal à trouver du crédit sur place en raison de ses immobilisations, lassitude d’un univers industriel qui n’est pas vraiment son domaine de prédilection, constat d’un profit insuffisant. À moins que sa décision ne résulte des trois causes à la fois.

Une ambiance électrique

  • 32 Ces relations entre Dauderni et Herz autour des marché publics de l’électricité, de la téléphonie s (...)

18À la fin des années 1870, l’énergie électrique sort enfin du champ restreint des expériences scientifiques où elle était cantonnée depuis des décennies pour entrer dans la sphère de l’exploitation industrielle. De fait, entrepreneurs et financiers subodorent depuis un certain temps déjà les potentialités de ce marché. L’Exposition universelle de Paris en 1878 et le Congrès international d’électricité également organisé à Paris en 1881 furent des jalons décisifs de ce passage à l’électricité industrielle. La Société de dépôts et de comptes courants, par ailleurs étroitement associée aux affaires portugaises de Bartissol et Duparchy, est le premier groupe financier à investir dans ce secteur d’avenir. Nous avons également vu que Jean-Baptiste Dauderni, associé à Bartissol et Duparchy dans ces mêmes affaires portugaises, entretenait des relations étroites avec l’un des financiers gravitant dans ce monde de l’électricité, Cornélius Herz32. Ainsi, même s’il est alors accaparé par ses chantiers portugais, selon toute vraisemblance, Bartissol suit avec intérêt les développements de l’électricité industrielle naissante.

  • 33 D’après Lanthier Pierre, Les Constructions électriques en France : financement et stratégie de six (...)

19À l’issue du Congrès international d’électricité de 1881, Thomas Edison, qui détient déjà une bonne part du marché américain, décide de s’implanter en France. En 1882, le groupe Edison lance en France trois sociétés aux vocations complémentaires : la Société industrielle et commerciale Edison, spécialisée dans la fabrication du matériel et des appareils nécessaires à l’exploitation des inventions d’Edison ; la Compagnie continentale Edison (CCE), destinée à construire un peu partout en Europe des centrales électriques ; la Société électrique Edison (SEE), chargée des installations isolées dans les villes de moins de 10 000 habitants ainsi que dans les villes plus importantes ne disposant pas encore de centrale électrique. Cette dernière société devait préparer le terrain pour le groupe et se retirer lorsque la CCE construirait une centrale dans la ville en question33. À la fin de l’année 1882, la CCE et la SEE avaient assuré à travers l’Europe l’équipement de 100 installations avec 158 dynamos pouvant alimenter 20 000 lampes. Mais cet engouement pour la fée Électricité est beaucoup plus prononcé à Milan, à Berlin ou à Saint-Pétersbourg qu’à Paris.

  • 34 Délibérations du conseil municipal de Perpignan, 13 février 1883.
  • 35 Ibid.
  • 36 Délibérations du conseil municipal de Perpignan, 22 mai 1883.

20En France, durant cette année 1882, seules une vingtaine d’entreprises industrielles s’équipent de dynamos alimentant pour la plupart de 60 à 120 lampes. Parmi celles-ci se trouve à Perpignan l’usine de papier à cigarettes de Joseph Bardou, l’un des plus gros employeurs de la ville. Par ses dimensions, par l’influence de ses dirigeants, l’entreprise de Bardou représentait pour le groupe Edison une superbe introduction sur la place de Perpignan. Les Bardou ne se contentent pas de s’équiper Edison, ils font du prosélytisme pour la firme américaine puisqu’ils sont qualifiés de « représentants de la société électrique Edison34 ». Conformément à la logique du groupe, Joseph Bardou et son fils tentent dès 1883 de promouvoir un projet d’éclairage de la ville de Perpignan qui serait évidemment réalisé par la Compagnie continentale Edison35. Devant le conseil municipal, Elie Delcros fait remarquer que « l’éclairage actuel de l’usine Bardou permet d’apprécier les avantages de la lumière électrique ». Pour la commission municipale chargée d’examiner la demande de Bardou, il faut laisser aux commerçants et industriels de la ville désireux d’adopter ce genre d’éclairage « la facilité de se servir d’un système qui, malgré ses imperfections provenant pour ainsi dire de sa création récente, semble cependant appelé à devenir, peut-être sous peu, l’éclairage de l’avenir36 ». Mais la Compagnie continentale Edison n’obtient pas les mêmes succès que la SEE Jusqu’en 1887, seules Dijon, Saint-Étienne et Reims se dotent de centrales Edison et surtout le marché parisien reste fermé au constructeur américain ; à Perpignan, le projet Edison/Bardou ne verra pas le jour.

  • 37 Sarda Claire, L’Électrification des Pyrénées-Orientales (1880-1946), mémoire de maîtrise, Universit (...)

21Assurément, Edmond Bartissol avait suivi cette tentative avec le plus vif intérêt puisqu’en 1888, associé pour l’occasion à Ernest Lamy, il propose à la municipalité de Perpignan d’assurer l’éclairage public de l’agglomération par un réseau électrique. Ernest Lamy se prévaut d’une solide expérience en matière d’énergie électrique. Sa société aurait déjà réalisé l’éclairage d’une dizaine de petites villes en France dont Mende (Lozère), Châteaulin (Finistère), Bourganeuf (Creuse) ou encore Espalion dans l’Aveyron37. En revanche, Bartissol aborde alors un domaine dans lequel il n’a guère de compétence, tout au plus son association avec Jean-Baptiste Dauderni lui a-t-elle, peut-être, donné l’occasion de côtoyer le milieu des pionniers de l’industrie électrique naissante.

  • 38 Délibérations du conseil municipal de Perpignan, 1er septembre 1888.
  • 39 Rapport de F. Joffre au conseil municipal, délibérations du conseil municipal de Perpignan, 1er sep (...)

22En avril 1888, la ville de Perpignan signe un contrat avec la Société d’éclairage électrique de Perpignan dont Lamy et Bartissol prétendent qu’elle dispose d’un capital de 400 000 francs. Mais, pour des raisons qui nous échappent, les relations entre Lamy et Bartissol se détériorent rapidement. Dès le 3 mai, Lamy avertit Bartissol qu’il « ne [veut] ni ne [peut] continuer à rester en société avec lui38 ». Bartissol lui répond par voie d’huissier et l’escalade continue : le 24 mai, Lamy assigne Bartissol devant le tribunal de commerce de Perpignan. Le 28 mai, Bartissol annonce que la société d’éclairage électrique avec qui la municipalité avait traité n’est pas constituée et il propose à la ville de s’attacher les services de Lamy ou de tout autre concessionnaire, lui-même renonçant à toute réclamation. Toutefois, bon prince, dans le cas où la ville ne trouverait pas à traiter avec d’autres concessionnaires aux conditions du cahier des charges, il serait prêt à s’engager seul aux mêmes conditions. On est alors en plein renouvellement municipal et ce n’est que le 17 juin suivant que le nouveau conseil municipal met en demeure Lamy et Bartissol de commencer les travaux. Entre temps, le Tribunal de Commerce de Perpignan a déclaré nulle la Société d’éclairage électrique de Perpignan, donnant ainsi raison à Bartissol39.

23Le 27 septembre 1888, Bartissol écrit au maire de Perpignan, Thomas Amadis, une longue lettre qui ressemble fort à un cours de droit des sociétés. Il nous a paru utile d’en reproduire de larges extraits tant elle témoigne de l’esprit d’entreprise de Bartissol :

  • 40 Cf. également AD Hérault, 2 U1 157 : Ernest Lamy contre Bartissol, 21 avril 1890, arrêt de la Cour (...)

« J’ai eu l’honneur de vous voir ce matin et de vous exposer ce qui à mon avis doit être fait pour éviter tout malentendu. Le contrat dont la ville paraît toujours se préoccuper n’a jamais eu d’existence légale. La Ville, en effet, avait cru traiter avec une société anonyme qui n’a jamais existé ; sans doute, dans le traité, on affirmait que cette Société avait des statuts déposés chez Me Tarbouriech, notaire. Des statuts ne suffisent pas pour qu’une Société Anonyme soit constituée, je n’ai pas besoin de vous le dire. La Ville avait donc devant elle non point une personne morale ayant rempli toutes les conditions que la loi exige pour son existence mais ce que je puis appeler une simple conception de M. Lamy, qui prenait ses désirs pour la réalité et était assez heureux pour faire partager ses illusions. Sans doute cette Société anonyme était projetée mais il fallait pour que le projet devienne une réalité des versements qui n’ont jamais pu s’effectuer. Je m’étais obligé à fournir des fonds. J’étais prêt mais il n’en était pas de même de M. Lamy, il n’a jamais pu se procurer les fonds promis40. »

24Et Bartissol de poursuivre son réquisitoire :

  • 41 Délibérations du conseil municipal de Perpignan, 3 octobre 1888.

« En dehors de la Ville, M. Lamy et moi, nous avions constitué une société en vue de la création de la Société Anonyme. Notre contrat particulier était lui-même sans valeur comme l’a reconnu le Tribunal de Commerce, et la Ville a sagement fait de ne donner aucune suite à des engagements sur lesquels elle ne peut plus consentir la moindre illusion. Elle n’avait point contracté d’obligation car elle avait fait une concession à un être qui n’existait même pas et elle n’avait pas d’obligations à faire valoir ni d’exécution à poursuivre. On ne traite pas avec le néant. C’est donc une erreur de croire que le traité du 26 mars 1888 puisse et doive être maintenu ; il n’a aucune valeur, il est bon de le dire afin que les dernières illusions disparaissent et que le nouveau contrat se poursuive dans la pleine liberté des parties contractantes et en dehors de toute considération empruntée à l’ancien projet41. »

25Thomas Amadis aurait pu très mal prendre ce ton condescendant, d’autant que l’attitude de Bartissol envers la municipalité avait été en l’occurrence pour le moins cavalière. Mais le maire de Perpignan passe outre et choisit de ne traiter qu’avec Bartissol, lequel, moyennant certaines modifications du cahier des charges initial, accepte.

  • 42 Cité par E. Frenay, Histoire de Perpignan (sous la dir. de Ph. Wolf), Privat, 1985, p. 220.
  • 43 Délibérations du conseil municipal de Perpignan, 1er septembre 1888.
  • 44 Sarda C., op. cit., p. 49.

26Ce cahier des charges est discuté et enfin approuvé par le préfet le 12 décembre 1888. Bartissol s’engage à distribuer l’électricité publique par voie aérienne jusqu’à 800 mètres de l’usine tant que « les moyens de la science ne permettent pas, au point de vue pratique de porter la lumière » à une distance supérieure et le nombre de lanternes est fixé à 672. En revanche, des canalisations souterraines assureront l’éclairage des particuliers prêts à s’abonner42. Par ailleurs, Bartissol devra fournir l’électricité nécessaire à l’éclairage du théâtre municipal. L’ingénieur de la ville juge le traité très avantageux pour Perpignan qui « obtient l’éclairage public pour 0,02 F par bec et par heure et l’éclairage privé pour 0,04 F alors que la ville de Montpellier paie respectivement 0,04 F et 0,07 F soit le double environ43 ». En s’engageant sur les bases de ce contrat, Bartissol prenait des risques non négligeables. Pour C. Sarda qui a analysé ces premiers temps de l’électricité en Roussillon, le marché était effectivement consenti à un tarif préférentiel mais Bartissol « savait que lors du passage de l’éclairage au gaz à l’éclairage électrique des rues, des bâtiments publics et de la généralisation de cet éclairage dans les foyers perpignanais, il serait gagnant et n’aurait aucune peine à amortir les premiers et lourds investissements44 ». Tel était peut-être son calcul, mais l’avenir allait prouver que dans cette affaire, il n’avait pas correctement évalué le rapport coûts-bénéfices.

L’industrie électrique : une fausse bonne affaire

  • 45 Acte notarié, étude Tarbouriech, Perpignan, dossier n° 119, acte n° 14500 du 28 septembre 1889.
  • 46 Acte notarié, étude Tarbouriech, Perpignan, dossier n° 123, acte n° 15917 du 3 décembre 1890.

27Bartissol ne perd pas de temps. Confirmant les craintes énoncées par les édiles municipaux et quelques érudits locaux, c’est sur l’emplacement de l’église Saint-Jean-le-Vieux, au cœur même de Perpignan, qu’il construit une usine électrique équipée de six machines à vapeur. Comme il n’est guère présent physiquement en Roussillon, Edmond doit pouvoir se reposer sur des hommes de confiance pour traiter cette affaire naissante. Dans un premier temps, en 1888, il donne procuration à son frère Jean « pour signer tous les documents, passer tous les marchés45 ». En 1890, la charge de « gérer et administrer toutes les affaires relatives à l’établissement et la direction de l’éclairage électrique échoit à Léon Jaubert46. Ce dernier n’est autre que le neveu d’Edmond depuis 1888, année de son mariage avec Rose Bartissol, la fille aînée de Jean. Sa qualité de docteur en médecine ne le prédisposait guère à se retrouver investi de telles responsabilités mais, dans la parentèle Bartissol, la polyvalence est une qualité essentielle.

  • 47 Sur les établissements Clémençon, cf. Caron François, Cardot Fabienne (sous la dir. de), 1991, Hist (...)
  • 48 AD Pyrénées-Orientales, 3 U 1387, tribunal civil de Perpignan, audience du 21 novembre 1892.
  • 49 AD Pyrénées-Orientales, 3 U 1382, tribunal civil de Perpignan, Pierre Bardou-Job, propriétaire et m (...)
  • 50 D’après AD Hérault, 2 U1 164, cour d’appel de Montpellier, 1re Chambre civile, 24 mai 1897.

28Bartissol confie la pose des canalisations à une grande entreprise parisienne, les Établissements Clémençon. L’entreprise que dirige Édouard Clémençon a une longue expérience en matière d’éclairage urbain, au gaz depuis 1823 et à l’électricité dès 1880. Elle peut se prévaloir de réalisations prestigieuses telles que l’installation de l’usine génératrice de l’Opéra et, suite à l’incendie meurtrier de l’Opéra-Comique en 1887, l’équipement et de la fourniture d’énergie électrique de plusieurs grandes salles de spectacles parisiennes47. Il aurait donc été difficile de trouver en France une entreprise plus à même d’assurer l’installation électrique de Perpignan. Mais, à son tour, Clémençon sous-traitera l’établissement des conduites souterraines à une entreprise locale, celle de Pierre Nègre du Boulou, et cette délégation semble être à l’origine de certains différends48. Les débuts de l’exploitation sont laborieux. Bartissol se trouve confronté à des difficultés techniques (transport du courant et qualité de l’éclairage), à des problèmes d’ordre relationnel, notamment avec les propriétaires immobiliers qui refusent la pose de supports sur leurs immeubles, au premier rang desquels se trouve Pierre Bardou-Job. Ces conflits donnent lieu à une pléthore d’assignations en justice49. Bartissol tente de faire reposer le surcoût sur l’entreprise Clémençon, mais échoue : après des années de procédures, il sera débouté et devra indemniser Clémençon50. Il ne s’agit là que de péripéties inhérentes à toute entreprise. En revanche, la faible rentabilité de l’opération préoccupe sérieusement l’homme d’affaires.

  • 51 Cf. Praca Edwige, Les Établissements de Chefdebien à Perpignan, op. cit., pp. 34-36.
  • 52 Lettre de Bartissol au conseil municipal de Perpignan, 9 décembre 1890.
  • 53 Ibid.

29Pour sortir de cette impasse, il est impérieux de sensibiliser l’opinion publique. De spectaculaires actions promotionnelles sont lancées, telle la réalisation d’une fontaine lumineuse dans le cadre de la vaste exposition industrielle organisée à l’initiative de la chambre de commerce de Perpignan en juin 189051. Lieu de sortie par excellence de la bourgeoisie locale, le théâtre représente également une vitrine de choix pour cette énergie nouvelle, une incitation à susciter l’abonnement des particuliers. Bartissol s’engage à éclairer cette salle de spectacles moyennant 35 francs par journée de représentation. Pas moins de 273 lampes sont installées dans l’ensemble du bâtiment. Or les soirées se font rares, l’amortissement des investissements est compromis et l’effet publicitaire en est réduit d’autant. Par deux fois, en 1890 et 1896, il sollicitera – en vain – des indemnités de la ville de Perpignan. En fait, Bartissol a mal évalué les contraintes de cette branche industrielle avec laquelle il n’est pas familiarisé. Il reconnaît d’autant plus facilement son ignorance en la matière qu’il en fait un argument pour se disculper. Aux reproches du conseil municipal, il rétorque avec son culot habituel : « Vous n’ignorez pas que je n’ai pu élaborer moi-même le contrat primitif ; je ne possédais pas les connaissances techniques nécessaires52. » Pour lui, la seule issue réside dans l’adoption d’un système de canalisation aérienne ; cette solution aurait été acceptée par la municipalité précédente car elle induit une réduction des coûts de 33 %. Ne se sentant pas en position de force, il propose de chercher une « solution amiable53 ».

  • 54 Délibérations du conseil municipal de Perpignan, 23 mars 1891.
  • 55 Délibérations du conseil municipal de Perpignan, 23 mars 1891.
  • 56 Lettre de Bartissol à Salvat, 3 mars 1891, délibérations du conseil municipal de Perpignan, 5 mai 1 (...)

30Au printemps 1891, la municipalité constate pour le déplorer que « l’éclairage public par l’électricité ne paraît pas devoir fonctionner dans le courant de l’année 189154 ». La ville reproche également à Bartissol le recours exclusif à l’usine Saint-Jean, conséquence de la non-construction d’une usine électrique prévue pour les quartiers de la gare et Saint-Martin, et la dangerosité de la canalisation aérienne, seul système qu’il propose d’utiliser. Le conseil municipal est partagé sur l’attitude à adopter : si certains sont prêts à temporiser, d’autres prônent une attitude intransigeante. Soulignant que la ville devait être éclairée à l’électricité depuis le 9 mai 1890, le radical-socialiste Jean Bourrat demande l’application de pénalités pour ce retard ; la proposition est rejetée. En revanche, la ville intentera un procès à Bartissol pour l’obliger à pratiquer des canalisations souterraines55. Cette prétention lui apparaît absurde : « Au lieu de faciliter la canalisation aérienne comme à Grenoble, à Barcelone et à bien d’autres villes plus importantes que Perpignan, on veut m’imposer la canalisation souterraine qui est d’un prix de revient excessif et qui n’assure pas la régularité des courants électriques sans en diminuer le danger imaginaire56. » Condamné par le conseil de préfecture le 28 novembre 1891, Bartissol ne désarme pas, il porte l’affaire devant le Conseil d’État qui évidemment sera bien long à se prononcer. Pour l’heure, Perpignan est en train de perdre l’avance qu’elle avait su prendre dans le domaine de l’électrification durant les années 1880.

31En dépit de cette situation tendue avec la municipalité de Perpignan, Bartissol garde des relations privilégiées avec quelques membres du conseil municipal, au premier rang desquels figure Firmin Salvat. Le 3 mars 1891, alors que celui-ci le sollicite quant à la destruction des fortifications, il lui fait part de son dépit :

  • 57 Ibid.

« Lorsque je me suis décidé à faire l’achat de l’ancien local de la Miséricorde, à bâtir des maisons, à embellir un quartier de la ville, ce n’était pas le besoin de spéculation à mon profit personnel qui réglait ma conduite. En adhérant sans trop réfléchir au projet d’installation d’une usine pour l’éclairage électrique de Perpignan, ce n’était pas non plus l’appât d’un lucre problématique qui me guidait. Je connaissais les souffrances des classes laborieuses de notre pays à la suite de la crise agricole ouverte par la destruction des vignes et la mévente des vins, et je croyais me rendre utile en distribuant du travail. Vous n’ignorez pas comment j’ai été récompensé de mon effort. J’ai immobilisé à Perpignan des capitaux considérables que j’aurais pu placer ailleurs plus avantageusement et l’on m’a accusé d’exploiter la misère de nos ouvriers. L’éclairage électrique de la Ville m’occasionne (tout le monde le sait) des dépenses exagérées comparativement au résultat industriel qui en découlera. La Ville de Perpignan qui réalisera des économies très grandes sur son éclairage et qui doit seule profiter de l’amélioration, au lieu de me seconder, de me témoigner quelque gratitude, me suscite des embarras. Les conditions du Cahier des Charges que la bonne foi et le bon sens reconnaissent comme onéreuses pour le concessionnaire, ne le sont jamais assez aux yeux de vos collègues qui se font publiquement gloire de poursuivre ma ruine57. »

32Évidemment, Bartissol force le trait. Comment penser que sa préoccupation première lors de la signature du contrat était celui du sort des classes laborieuses privées de travail !

  • 58 AD Pyrénées-Orientales, 9 Mp 11.
  • 59 Tribunal civil de Perpignan, AD Pyrénées-Orientales, 3 U 1382, 10 juin 1890.
  • 60 Cour d’appel de Montpellier, AD Hérault, 2 U1 212, 23 février 1893.

33Cette distribution d’énergie électrique va causer d’autres soucis à Bartissol. En effet, le centre d’une cité n’était pas adapté à une telle installation industrielle, d’autant que l’argument initial de proximité, légitimement avancé en 1889, perd rapidement tout fondement dès lors qu’est maîtrisé le transport de force à des dizaines, voire des centaines de kilomètres. Le fonctionnement de l’usine électrique incommode les riverains : la fumée, le bruit, la vapeur et son évacuation par les égouts dérangent le paisible quartier Saint-Jean. Pendant deux décennies, Bartissol sera en butte aux protestations de Jean-François Campana, qui avait acquis auparavant une partie de l’ancien hospice de la Miséricorde. En raison des nuisances, les logements que ce dernier a construits ne trouvent pas de locataires. Entrepreneur en sulfurisation, Campana fut même, au milieu des années 1880, nommé délégué départemental pour le service du phylloxéra58. Il dispose donc lui aussi de quelques relations et n’entend pas être phagocyté par Bartissol. Expertises et procès se succéderont, interdisant toute possibilité d’entente durable59. En 1892, Bartissol est condamné en première instance à payer 150 000 francs à Campana pour le préjudice que son installation industrielle fait subir à son voisin. Conscient qu’il n’est pas en position de force, Bartissol entreprend des aménagements et s’engage à condenser la totalité de la vapeur générée par son usine. Appréciant les efforts consentis, en 1893 la cour d’appel de Montpellier réduit le montant de l’indemnité à 70 000 francs60. Le pire était évité mais une telle somme risquait d’obérer la rentabilité de la production d’énergie électrique.

La longue marche pour le déclassement des remparts

  • 61 Cité par Frenay F., Histoire de Perpignan (sous la dir. de Ph. Wolf), 1985, p. 221.

34Comme bon nombre de villes françaises, Perpignan est, dans la seconde moitié du xixe siècle, une cité qui étouffe à l’intérieur de ses remparts mais ici, en raison de la situation stratégique de la place, aux portes de l’Espagne, l’emprise des terrains militaires est majorée. Certes, sous la pression démographique, plusieurs faubourgs ont surgi de manière plus ou moins contrôlée, notamment le quartier de la gare, depuis 1858, année où la ville a été reliée au réseau national de chemin de fer. Le dérasement des remparts devenus obsolètes est donc régulièrement évoqué depuis la fin de la guerre de 1870 et, préalable indispensable, le déclassement des fortifications a fait l’objet de plusieurs propositions de loi de la part des parlementaires du département. Depuis 1886, le conseil municipal était contacté par des sociétés intéressées par l’exploitation des terrains à libérer. En 1889, Bartissol lui-même avait exposé à l’ingénieur en chef de la ville les bases sur lesquelles il serait disposé à se charger de la démolition des remparts. Le conseil municipal avait alors pris langue avec lui et il s’était déclaré d’accord pour assurer ce chantier61.

  • 62 Lettre de E. Bartissol à Salvat, 3 mars 1891. reproduite dans les délibérations du conseil municipa (...)
  • 63 Séance du conseil municipal de Perpignan du 8 mars 1890, cité par Chauvet H., Le Vieux Perpignan. R (...)

35Le 16 février 1891, un conseiller municipal, Firmin Salvat, demande à Bartissol s’il est prêt à faire une offre à la municipalité soit en son nom, soit en celui de la société financière qu’il avait promis de créer. Mais le moment pour relancer Bartissol est bien mal choisi puisque la ville vient de lui intenter un procès pour le retard pris sur le dossier de l’éclairage et ce dernier répond sèchement : « Je m’empresse de vous répondre que je ne ferai aucune offre et que je me garderai de prendre une initiative quelconque pour hâter la solution que vous cherchez avec une persévérance dont je vous félicite sincèrement. En voyant suspecter les mobiles qui m’ont jusqu’ici poussé à m’occuper des affaires d’intérêt général dans notre pays, je ne puis que me renfermer dans une réserve expectante... N’attendez donc plus de moi le moindre excès de zèle62. » Une fois exprimée cette marque d’amour-propre, l’homme d’affaires averti se garde bien de couper réellement les ponts avec les élus de Perpignan. En 1892 se crée un « Comité de la démolition des remparts » animé par Salvat et un pharmacien, Emmanuel-Robert Brousse. Ce comité de 80 membres est éclectique ; des propriétaires, des banquiers, l’architecte Louis Trénet y côtoient des gens du peuple : menuisiers, peintres en bâtiment, chapeliers... Bartissol a l’habileté de ne pas apparaître nommément au sein de ce groupe mais il en apprécie l’initiative et contribue à faciliter son action. Néanmoins, les pourparlers avec les autorités militaires restent au point mort tant la somme réclamée par le génie (4,7 millions de francs) est exorbitante63.

  • 64 État civil Portel, 2 septembre 1891, mariage de Joseph Maffre et d’Albine Bartissol.

36Nous avons vu combien, dans les années 1870-1880, l’implantation d’Edmond Bartissol en Roussillon fut redevable à son entourage familial. Dans la décennie suivante, la place d’Edmond dans la parentèle évolue. En effet, ses deux frères disparaissent prématurément : Urbain décède à Portel en janvier 1890, seulement âgé de cinquante-huit ans, et l’aîné de la famille, Jean, dont Edmond était si proche, meurt à Perpignan en novembre 1894. Dans l’intervalle, en 1891, l’oncle Charles aussi est mort à Sigean. Dès lors, tant par son statut professionnel que par sa situation de dernier des hommes de sa branche, Edmond fera figure de chef de clan dans un groupe familial très féminin puisque Urbain et Jean avaient eu chacun trois filles. Parmi les filles de Jean, Rose est déjà mariée à un médecin natif de Thuir, Léon Jaubert, la seconde, Marguerite, est encore célibataire et la troisième, Marie, n’est encore qu’une toute jeune fille lorsque son père disparaît. Quant aux filles d’Urbain, l’aînée, Marguerite, qui a épousé Jules Robert, elle restera sa vie durant auprès de son oncle et parrain. Edmond revient à Portel pour les grandes occasions comme en ce 2 septembre 1891, lorsqu’il est témoin au mariage de sa nièce, Albine, fille d’Urbain64.

Notes

1 Sur Adolphe Durand, cf. Plessis Alain, Régents et gouverneurs de la Banque de France sous le second Empire, Genève, Droz, 1992, et Archives de la Préfecture de Police de Paris, dossier Justin Durand, Ba 1061.

2 Sur les différentes branches de la famille Pams et leurs activités, cf. Praca Edwige, « Les Pams, une notable famille de commerçants roussillonnais, xviiie-xxe siècle », La Clau, n° 1, 1998, pp. 63-93.

3 Sur les entreprises Bardou, cf. Praca Edwige, « Les premiers ateliers de façonnage de papier à cigarettes dans les Pyrénées-Orientales (1838-1858) », Confient, n° 208, juillet-août 1997, pp. 31-45.

4 Sur les entreprises de Fernand de Chefdebien, cf. Praca Edwige, Les Établissements de Chefdebien à Perpignan. Une entreprise dans l’industrie civile, mémoire de maîtrise, Université de Perpignan, 1994, 122 p. ; « Les Établissements Chefdebien à Prades (1884-1940) », Conflent, n° 186, 1993, pp.42-47, n° 187, pp. 73-82 et n° 188. pp. 43-61.

5 Le nom de Philippart apparaît sur un acte de la cour d’appel de Montpellier du 8 décembre 1890 relatif à un conflit opposant Angélina Soumain, exploitante de mines à Corneilla-de-Conflent, à la Société des mines de Fillols (AD Hérault, 2U1 158). Sur Simon Phillipart, cf. Kurgan-Van Hentenryk G., Rail, finance et politique : les entreprises Philippart (1865-1890), éditions de l’Université de Bruxelles, 1982, 392 p.

6 Sur Henri de Burnay, cf. Encyclopedia portuguesa et brasiliera, op. cit.. t. V, pp. 210-211 et sur son activité à Vernet-les Bains, cf. Thibaut Paul, « Vernet... fa temps », Terra Nostra, n° 64, 1988, pp. 111-120.

7 Broc Numa, « L’hydraulique agricole en Roussillon : aspects historiques », Bulletin de la Société languedocienne de géographie, t. XIV, fascicules 2-3, avril-septembre 1980, pp. 304-305.

8 Cf. Almanach national. Annuaire officiel de la République française, année 1885.

9 Conseil général des Pyrénées-Orientales, session ordinaire d’avril 1883, rapport du préfet et procès-verbal des délibérations.

10 Sur Justin Alavaill, cf. Maitron Jean, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, 1972, t. X, pp. 121-122.

11 Lettre d’Edmond Bartissol à Justin Alavaill, 11 décembre 1882, in Alavaill Justin, Réservoirs et canaux d’arrosage à construire dans les vallées de l’Agly, de la Têt et du Tech. Étude préparatoire, préface de Charles Cotard, Imprimerie P. Rondony, Perpignan, 1883, pp. 12-17.

12 AD Pyrénées-Orientales, 3 E 45/76, n° 610 du 12 octobre 1883.

13 Alavaill Justin, op. cit., p. 142.

14 Conseil général des Pyrénées-Orientales, session ordinaire d’avril 1884, procès-verbal des délibérations, p. 114.

15 Conseil général des Pyrénées-Orientales, session ordinaire d’août 1883, procès-verbal des délibérations, p. 145.

16 Conseil général des Pyrénées-Orientales, session ordinaire d’avril 1884, procès-verbal des délibérations, p. 110.

17 Conseil général des Pyrénées-Orientales, session ordinaire d’avril 1885, procès-verbal des délibérations, pp. 197-200.

18 Conseil général des Pyrénées-Orientales, session ordinaire d’août 1885, rapport du préfet, pp. 131-132.

19 Les Grands Constructeurs..., op. cit., p. 12.

20 Campagne François, « Dissertation sur l’église Saint-Jean-le-Vieux à Perpignan », Bulletin de la Société agricole, scientifique et littéraire des Pyrénées-Orientales, n° 29, 1888, p. 164.

21 Ibid., p. 111.

22 « Saint-Jean le Vieux devrait être sauvé d’une démolition. C’est le seul édifice roman dans notre ville... Le patrimoine d’une grande cité ne se compose pas seulement d’intérêts matériels, il comprend aussi les souvenirs de son passé » (délibération du conseil municipal de Perpignan, 6 juin 1887).

23 Délibération conseil municipal de Perpignan, 29 juin 1887.

24 Délibération conseil municipal de Perpignan, 4 janvier 1888.

25 Acte étude É. Tarbouriech, Perpignan, n° 13949.

26 Annuaire des syndicats professionnels, industriels et agricoles déclarés conformément à la loi du 21 mars 1884 en France et aux colonies, ministère de l’Intérieur, Direction du travail, 17e année, 1910-1911, pp. 506-512.

27 Cité par Poutensan P., op. cit., p. 438, d’après le dépouillement des rapports des inspecteurs généraux de la Banque de France.

28 Documents de l’Institut national de la propriété industrielle, CIII, Papiers à cigarettes, nos462, 523, 535 et 548. Une seule biographie mentionne cette entreprise : Bertrand A., La Chambre des députés (1898-1902), L.H. May, Paris, 1898, n° 55.

29 Voir Praca Edwige, « Les premiers ateliers de façonnage de papier à cigarettes dans les Pyrénées-Orientales (1838-1858) », op. cit., pp. 31-45.

30 Publicité parue de juin 1899 à juillet 1900 dans le Journal des Pyrénées-Orientales illustré... et dans les Guides méridionaux, 1900.

31 Le Télégramme, Journal de la Démocratie, 25 avril 1898.

32 Ces relations entre Dauderni et Herz autour des marché publics de l’électricité, de la téléphonie sont évoquées par Mollier Jean-Yves, op. cit., pp. 189- 208.

33 D’après Lanthier Pierre, Les Constructions électriques en France : financement et stratégie de six groupes internationaux d’industrie électrique, 1988, pp. 302-312.

34 Délibérations du conseil municipal de Perpignan, 13 février 1883.

35 Ibid.

36 Délibérations du conseil municipal de Perpignan, 22 mai 1883.

37 Sarda Claire, L’Électrification des Pyrénées-Orientales (1880-1946), mémoire de maîtrise, Université de Paris IV-Sorbonne, 1990, p. 43.

38 Délibérations du conseil municipal de Perpignan, 1er septembre 1888.

39 Rapport de F. Joffre au conseil municipal, délibérations du conseil municipal de Perpignan, 1er septembre 1888.
Délibérations du conseil municipal de Perpignan, 3 octobre 1888. Cf. également AD Hérault, 2 U1 157 : Ernest Lamy contre Bartissol, 21 avril 1890, arrêt de la cour d’appel de Montpellier, 1re Chambre civile.

40 Cf. également AD Hérault, 2 U1 157 : Ernest Lamy contre Bartissol, 21 avril 1890, arrêt de la Cour d’appel de Montpellier, 1re Chambre civile.

41 Délibérations du conseil municipal de Perpignan, 3 octobre 1888.

42 Cité par E. Frenay, Histoire de Perpignan (sous la dir. de Ph. Wolf), Privat, 1985, p. 220.

43 Délibérations du conseil municipal de Perpignan, 1er septembre 1888.

44 Sarda C., op. cit., p. 49.

45 Acte notarié, étude Tarbouriech, Perpignan, dossier n° 119, acte n° 14500 du 28 septembre 1889.

46 Acte notarié, étude Tarbouriech, Perpignan, dossier n° 123, acte n° 15917 du 3 décembre 1890.

47 Sur les établissements Clémençon, cf. Caron François, Cardot Fabienne (sous la dir. de), 1991, Histoire de l’électricité en France, t. I, p. 656.

48 AD Pyrénées-Orientales, 3 U 1387, tribunal civil de Perpignan, audience du 21 novembre 1892.

49 AD Pyrénées-Orientales, 3 U 1382, tribunal civil de Perpignan, Pierre Bardou-Job, propriétaire et manufacturier, contre Edmond Bartissol, ingénieur civil concessionnaire de l’éclairage électrique, 4 juin 1890. Voir en bibliographie la liste exhaustive de ces procès.

50 D’après AD Hérault, 2 U1 164, cour d’appel de Montpellier, 1re Chambre civile, 24 mai 1897.

51 Cf. Praca Edwige, Les Établissements de Chefdebien à Perpignan, op. cit., pp. 34-36.

52 Lettre de Bartissol au conseil municipal de Perpignan, 9 décembre 1890.

53 Ibid.

54 Délibérations du conseil municipal de Perpignan, 23 mars 1891.

55 Délibérations du conseil municipal de Perpignan, 23 mars 1891.

56 Lettre de Bartissol à Salvat, 3 mars 1891, délibérations du conseil municipal de Perpignan, 5 mai 1891.

57 Ibid.

58 AD Pyrénées-Orientales, 9 Mp 11.

59 Tribunal civil de Perpignan, AD Pyrénées-Orientales, 3 U 1382, 10 juin 1890.

60 Cour d’appel de Montpellier, AD Hérault, 2 U1 212, 23 février 1893.

61 Cité par Frenay F., Histoire de Perpignan (sous la dir. de Ph. Wolf), 1985, p. 221.

62 Lettre de E. Bartissol à Salvat, 3 mars 1891. reproduite dans les délibérations du conseil municipal de Perpignan, 5 mai 1891.

63 Séance du conseil municipal de Perpignan du 8 mars 1890, cité par Chauvet H., Le Vieux Perpignan. Remparts disparus, Imprimerie de l’indépendant. 1911, pp. 52-54.

64 État civil Portel, 2 septembre 1891, mariage de Joseph Maffre et d’Albine Bartissol.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search