Version classiqueVersion mobile

Edmond Bartissol (1841-1916)

 | 
Jean-Louis Escudier

Première partie. Les fondements d’un système d’entreprise original

Chapitre II. Du canal de Suez au Portugal

Texte intégral

1En 1865, Edmond Bartissol a vingt-quatre ans ; il est employé à la gare de Narbonne pour le compte de la Compagnie du Midi. Mais le salaire qu’il perçoit (125 francs par mois) n’est pas significativement plus élevé que le traitement auquel il pouvait prétendre en tant qu’employé secondaire dans les ponts et chaussées. Or le jeune homme a d’autres ambitions et, bientôt, c’est vers Suez qu’il va se tourner.

Suez ou l’apprentissage des grands travaux

  • 1 D’après Escarguel Jules, L’Indépendant des Pyrénées-Orientales, 18 août 1916.
  • 2 Sur Louis Companyo père, cf. le Dictionnaire de biographie française, op. cit., t. IX, p. 409.
  • 3 Voisin-Bey, Le Canal de Suez, t. I, 1902, p. 324.
  • 4 Cité dans Les Grands Constructeurs français..., op. cit., p. 9, et Biographie de M. Edmond Bartisso (...)
  • 5 Sur le compte rendu de cette épidémie de choléra, voir Voisin-Bey, Le Canal de Suez, op. cit., t. V (...)
  • 6 « En 1866, ayant fait connaissance à l’Hôtel de la Perdrix de Perpignan où il était alors pensionna (...)

2La diffusion jusqu’alors confidentielle des hebdomadaires et mensuels tels que L’Illustration, Le Monde illustré ou Le Tour du monde s’étend sous le Second Empire. Avides d’exotisme, ces revues se font amplement l’écho de l’entreprise lancée par Ferdinand de Lesseps. Or, Edmond Bartissol est sans doute déjà fasciné par ces grands travaux entrepris dans des contrées lointaines. Qui plus est, plusieurs Perpignanais sont partie prenante de cette vaste entreprise. Bartissol écrit donc à l’un de ses compatriotes pour lui demander de l’aider à se faire engager sur le chantier. Il s’agit de Louis Companyo fils. Les deux hommes se seraient connus à l’Hôtel de la Perdrix à Perpignan où Bartissol était alors pensionnaire1. Louis Companyo est à Suez depuis 1861. Son père, également prénommé Louis, est le fondateur du musée d’Histoire naturelle et conservateur du Jardin des plantes de Perpignan2. Durant toute la durée du chantier, Companyo fils est médecin attaché au service de santé de la Compagnie. Il dirige la circonscription d’Ismaïlia sous la responsabilité du médecin-chef du canal de Suez, Aubert-Roche3. Companyo aurait répondu à Bartissol : « Ne venez pas, tout est pris ; ce qui peut devenir libre est promis ; il y a le choléra ici, et on y meurt comme des mouches4. » Effectivement, la principale épidémie de choléra qu’eut à subir le chantier se propage du 16 juin au 31 juillet 18655 ; cette épidémie tue 203 personnes parmi la seule population européenne de l’isthme et Ismaïlia, où exerçait Companyo, fut le lieu le plus touché avec 108 décès. Une autre version biographique laisse entendre, au contraire, que Companyo aurait aidé à Suez le jeune homme à obtenir un premier emploi de conducteur de travaux6. Les deux explications ne sont pas forcément contradictoires. Companyo a pu tenter dans un premier temps de dissuader Bartissol de venir en Égypte et, une fois celui-ci parvenu à Suez contre son avis, l’avoir tout de même introduit auprès des entrepreneurs du chantier pour faciliter son recrutement. Probablement, l’opinion favorable du frère aîné, Jean, dont on connaît l’influence sur le jeune Edmond, a également joué dans sa décision de partir au Moyen-Orient.

3Quelles que soient les motivations profondes qui présidèrent à ce choix, Bartissol saura, par la suite, tirer partie de cette initiative peu banale. Toutes les notices biographiques reprendront la même description mélodramatique de ce qui est devenu une épopée :

  • 7 D’après la biographie de 1898, le Journal des Pyrénées-Orientales illustré et Les Grands Constructe (...)

« C’est alors dans un beaucoup d’audace où se révélera toute sa confiance dans sa destinée qu’il va vraiment décider de sa vie. Le Canal de Suez promet de relier deux continents par des mers jusque-là séparées. M. Bartissol, à peine âgé de vingt-cinq ans, va s’enrôler dans la phalange des travailleurs qui se sont voués à ce grandiose projet. Il sait qu’on meurt beaucoup là-bas ; il n’hésite pas et il part pour Suez afin d’y chercher la fortune au risque d’y rencontrer la mort. Il partit en Égypte sans appui, sans parrain, riche simplement d’expérience et de trois cents francs – pourquoi ne pas le dire ? – qu’un ami lui avait prêtés. Il avait écrit avant à l’administration du canal pour lui demander un emploi quelconque ; on lui avait répondu qu’il n’y avait pas une seule place vacante, que celles qui viendraient à se produire étaient promises depuis longtemps. Baste ! Il verrait bien si une fois là-bas il ne ferait pas son trou. Une poignée de main à ses camarades qui se moquaient un peu de lui, un adieu aux siens qui n’espéraient plus le revoir et en route7 ! »

4Le 10 avril 1866, Edmond Bartissol assiste à Portel au mariage de sa sœur Armandine. Peu de temps plus tard, il s’embarque pour Suez. Même si les complaisants biographes n’ont pas hésité à forcer le trait, il est incontestable que la détermination du jeune homme devait être grande pour partir ainsi dans l’inconnu.

  • 8 Barjot Dominique, La Grande Entreprise française de travaux publics (1883-1974) : contraintes et st (...)
  • 9 Bonin Hubert, Suez. Du canal à la finance, (1858-1987), Economica, 1987, p. 22. Sur les conditions (...)

5Le chantier sur lequel arrive le jeune Bartissol est gigantesque ; il s’étend sur 160 kilomètres. L’entrepreneur général des travaux, Voisin-Bey, l’a organisé en cinq divisions : Port-Saïd, El Guisr, Ismaïlia, Suez et canal d’eau douce, divisions regroupant chacune deux, trois ou quatre sections. Bartissol découvre à Suez un chantier fortement mécanisé. La première époque, celle qui vit 30 000 fellahs réquisitionnés au titre de la corvée par le vice-roi Mohammed Saïd, est bel et bien révolue. Son successeur, Ismaïl, ayant supprimé la corvée, Lesseps doit changer de stratégie. Dès 1864, il fait appel à une main-d’œuvre qualifiée recrutée dans toute l’Europe et aux meilleurs spécialistes français de dragage, Paul Borel et Alexandre Lavalley. Ce dernier vient de mettre au point un modèle de drague aux performances jusqu’alors inégalées. C’est également à Suez que l’excavateur, sorte de drague sur chariot roulant circulant, pour plus de stabilité, sur une voie à trois rails, inventé par Alphonse Couvreux en 1860, fit la preuve de son efficacité8. Dans le cadre du chantier général de percement du canal, l’entreprise Borel-Lavalley creusera 150 kilomètres ! Adjudicataire des travaux de dragage, cette entreprise mobilisera un important parc de machines. En 1865- 1866, on dénombre déjà trente-deux dragues et cinq excavateurs à sec ; en 1867-1868, les dragues en fonctionnement sont quarante-deux, et dans la phase terminale du chantier, en 1868-1869, soixante9.

  • 10 Parmi eux, Félix Paponot, chef de la section de Kantara, division d’El Guisr, que l’on retrouvera d (...)
  • 11 D’après la biographie de 1898, le Journal des Pyrénées-Orientales illustré et Les Grands Constructe (...)
  • 12 AN, LH 850/17.
  • 13 Montel Nathalie, Le Chantier du canal de Suez (1859-1869). Techniques et techniciens de travaux pub (...)

6Quelles furent les fonctions de Bartissol sur cette entreprise du siècle ? Comme le chantier comprenait douze sections, douze ingénieurs seulement avaient le titre et les fonctions de chef de section10. Or, Bartissol va se prévaloir du titre d’ancien chef de section sur le canal de Suez. Si l’on en croit les nombreuses notices biographiques qu’il suscita, Bartissol serait rapidement monté dans la hiérarchie de ce gigantesque chantier : « Débutant comme conducteur à 3 600 francs par an, il est, un an plus tard, conducteur principal, fonctions qui le conduisent en quelques mois à celles de chef de section, aux appointements de 15 000 francs. » Borel et Lavalley l’auraient chargé de l’exécution de la section à sec de la plaine de Suez : « le climat y est meurtrier, et il fallait commander à 15 000 nègres du Soudan, les seuls hommes dont l’endurance résistait à la température embrasée dans laquelle ils devaient travailler, et encore fallait-il les relayer par tiers tous les six mois11 ». Dès 1887, Bartissol sollicitant la Légion d’honneur résumera en ces termes son activité durant les années 1866-1870 : « attaché à la construction du Canal de Suez, à titre de chef de section et a construit en cette qualité la section de la plaine de Suez sur la Mer Rouge12 ». Or le chef de section de la plaine de Suez est un Ariégeois, André Fabre13, et Bartissol devait se trouver sous ses ordres.

  • 14 Sur le creusement de cette section de la plaine de Suez, voir Voisin-Bey, Le Canal de Suez, op. cit (...)
  • 15 H. Chauvet, Le Vieux Perpignan, Remparts disparus, Perpignan, Imprimerie de l’Indépendant, 1911, p. (...)
  • 16 H. Chauvet, La Politique roussillonnaise, Perpignan, 1934, p. 147.

7Cette section de la plaine de Suez correspond à une longueur de 9,3 kilomètres. Les travaux y ont été entrepris au début de l’année 1866. Au cours des années 1867 et 1868, le nombre d’ouvriers attachés à cette portion du chantier fluctue entre 1 000 et 2 500. En revanche, entre février et juillet 1869, y sont employés jusqu’à 5 000 à 6 000 ouvriers à la brouette et 2 000 sur les plans inclinés14. L’image d’un Bartissol devant « commander à 15 000 nègres du Soudan », image que l’homme d’affaires mentionna sur plusieurs versions de sa biographie, probablement pour exciter l’imagination de Français en quête d’exotisme colonial, relevait donc d’une exagération toute méridionale. Évidemment, cette référence à la fonction de chef de section allait être largement reprise. Pour le journaliste Horace Chauvet qui connut bien Bartissol, celui-ci « collaborait brillamment comme chef de section aux gigantesques travaux du canal de Suez15 ». Plus tard, une fois Bartissol disparu, les propos du même journaliste vont s’infléchir quelque peu : « parti de rien, il obtient un emploi de conducteur de travaux dans l’entreprise de l’Isthme de Suez16 ». Plus vraisemblable que celle de chef de section, l’accession aux fonctions de conducteur de travaux est en soit une belle promotion pour un petit employé autodidacte.

8Au total, même si le jeune Bartissol n’a pas joué à Suez un rôle aussi fondamental qu’il le prétendra par la suite, il sut saisir les opportunités qui se présentèrent à lui. Confronté à l’organisation d’un très grand chantier utilisant les technologies les plus avancées pour l’époque, il acquit une formation technique de premier ordre. En côtoyant les plus grands entrepreneurs de travaux publics du moment, il apprit l’importance des relations personnelles et des réseaux d’influence. Ce double apprentissage technique et relationnel allait lui être précieux tout au long de sa vie professionnelle.

Suez ou l’art des relations publiques

  • 17 Sur Alexandre Lavalley et Charles Cotard, voir Catalogue des imprimés de la Bibliothèque nationale, (...)

9Au-delà de l’apprentissage technique, Suez est pour Bartissol le lieu où il noue des relations qui vont marquer son itinéraire futur et le jeune homme fait déjà preuve de sérieuses dispositions en la matière. Il sympathise avec Charles Cotard, un ingénieur au service de l’entreprise Borel et Lavalley. Cotard est un ancien de Polytechnique où il est entré en 1854. Il doit donc avoir une dizaine d’années de plus qu’Edmond Bartissol. Sous la direction d’Alexandre Lavalley dont il est un fidèle collaborateur, il a déjà effectué de grands chantiers pour le compte d’Ernest Gouin, notamment des ponts : à Mâcon et Culoz en France, à Tagliamento en Italie, en Pologne, sur la Vistule et en Russie les ponts de la grande Compagnie des chemins de fer russes17. À Suez, son statut de chef de division, de mars 1864 à la fin des travaux, fait de Charles Cotard un des ingénieurs de tout premier plan. Nul doute que le jeune autodidacte qu’est alors Edmond Bartissol ne manqua pas d’apprendre auprès de l’ingénieur diplômé.

  • 18 Sur Alexis Duparchy, voir AN, LH 850/17 ; Coindreau Pierre, Savigny sur-Orge, De Sabinus à Savigny, (...)
  • 19 Dictionnaire biographique du département du Jura, Arts et littérature, Lons-le-Saunier, 1996, p. 19 (...)
  • 20 AN, LH 850/17 et Barjot Dominique, « Un grand entrepreneur du xixe siècle : Ernest Goüin (1815-1885 (...)

10À Suez, Bartissol se lie également d’amitié avec Alexis Duparchy, qu’on retrouvera par la suite associé à plusieurs de ses activités de travaux publics18. Originaire du Jura, fils de cultivateurs, Duparchy semble être lui aussi un autodidacte ; il débuta à Paris comme secrétaire d’un avocat avant de donner une autre orientation à sa vie professionnelle19. De six ans plus âgé que Bartissol, Duparchy a déjà participé à quelques grands chantiers avant d’embarquer pour Suez. Entrepreneur pour le compte de la Compagnie des chemins de fer russes, de 1861 à 1863, il a peut-être rencontré Cotard. De 1863 à 1865, il est au service de l’Établissement Ernest Goüin et Cie ; la Compagnie des chemins de fer du nord de l’Espagne a confié à Goüin les travaux des 25 kilomètres les plus délicats de la traversée des Pyrénées entre Olazagita et Beasin, dont 11 kilomètres de tunnels20. En dépit de ces brillants états de service, Duparchy ne pouvait guère prétendre aux premiers rôles à Suez. Comme Bartissol, il n’est jamais mentionné parmi les chefs de section du chantier, mais lui aussi se prévaudra de cette fonction.

  • 21 Voisin-Bey, Le Canal de Suez, op. cit., t. I, 1902, p. 336.
  • 22 Guiter Henri, « Un érudit roussillonnais : André Guiter », Tramontane, n° 329, janvier 1951, pp. 14 (...)
  • 23 Sur ces activités culturelles d’André Guiter en Égypte, voir Goby Jean-Édouard, « L’isthme de Suez  (...)

11Outre Companyo, un autre Catalan occupe un rôle majeur sur le chantier du canal de Suez ; il s’agit d’André Guiter, lequel est présent sur le chantier de Suez depuis 1861, où, pour le compte de Borel et Lavalley, il dirige la section d’Ismaïlia21. Originaire de Saint-Laurent-de-la-Salanque, un gros bourg côtier situé à une quinzaine de kilomètres de Perpignan, Guiter est né en 1823. C’est un ancien élève de l’École des arts et métiers d’Aix-en-Provence où il est entré en 1839. À l’issue de sa formation, il s’engage dans l’armée qui l’expédie en Algérie où, déjà, il s’occupe davantage d’archéologie que de stratégie militaire. En 1860, il est envoyé en Tunisie... pour faire l’exploration du site de Carthage22. Il démissionne de l’armée en 1861 et se fait engager par Lesseps à Suez. Chef de section à la division d’El Guisr, il est dès 1862 chargé de l’exploration géologique des Lacs Amers traversés par le canal. Comme en Algérie et en Tunisie, Guiter se fera remarquer en Égypte surtout pour son intérêt pour l’archéologie. Dès 1861, il fonde la Société artistique de l’isthme de Suez, une société savante devant laquelle il fera plusieurs communications23. Néanmoins, il doit également assumer sérieusement ses attributions d’ingénieur puisque, en 1865, il est nommé chef de la section d’Ismaïlia, fonction qu’il conserva jusqu’à la fin des travaux.

  • 24 État civil Saint-Laurent-de-la-Salanque, naissance le 18 août 1832 (AD Pyrénées-Orientales, 145 EDT (...)
  • 25 Mariage de Pino Jean, dit Honoré, et de Follys Louise, dite Amédine, le 7 juillet 1854 (état civil (...)
  • 26 « Un document sobre l’origen del comerç franco-etiop : una lletra en català rossellonès adreçada an (...)

12C’est également à Suez que Bartissol aurait rencontré celle qui allait devenir la compagne de sa vie. Amédine a presque dix ans de plus qu’Edmond. C’est un euphémisme de dire que, jusqu’alors, sa vie n’a guère ressemblé au cours d’un long fleuve tranquille. Elle voit le jour à Saint-Laurent-de-la-Salanque en 1832 où elle est déclarée sous le prénom de Louise. Enfant naturel, née de Marie Parès et de père inconnu, elle ne sera reconnue qu’à l’âge de seize ans par Louis Follys, un militaire de carrière, qui en 1848 épouse sa mère à Paris24. Pour autant, les liens avec le pays natal ne sont pas rompus, au contraire. En 1854, Louise, appelée déjà communément Amédine, se marie à Saint-Laurent-de-la-Salanque avec un négociant de ce bourg, Honoré Pino25. Les Pino appartiennent à l’une des plus anciennes lignées de la Salanque ; plusieurs membres de cette famille devinrent capitaines au long cours. Bientôt, profitant du canal de Suez, Éloi et son frère, Honoré, commerceront dans la mer Rouge entre Djibouti et l’Abyssinie26. La rencontre entre Edmond et Amédine est peut-être le fruit des relations plus ou moins étroites qu’entretenaient les membres de la communauté catalane expatriée, à moins qu’ils ne se soient connus en Roussillon avant l’aventure de Suez.

  • 27 S’il fallait en croire le Guide historique et pittoresque des Pyrénées-Orientales publié par Pierre (...)
  • 28 D’après AN, LH 128/75.

13Si la présence d’Amédine à Suez semble attestée, en revanche, son statut social et sa situation matrimoniale sont plus troubles. D’après certains témoignages de membres de la famille, son mari – ou son oncle – aurait été diplomate en poste en Égypte mais, mezza voce, des explications beaucoup moins flatteuses sont évoquées. Dans ce xixe siècle bien-pensant, il fallait à une femme une bonne dose d’indépendance et, à tout le moins, un caractère bien trempé pour refaire sa vie et oser braver les interdits de la bourgeoisie provinciale27. Nous savons finalement bien peu de chose sur cette femme qui sera la compagne de l’homme d’affaires durant plus de quarante ans. Cela ne signifie pas pour autant que son influence se soit limitée au cercle strictement privé. Lorsque Bartissol obtiendra la Légion d’honneur en 1887, le chancelier de l’Ordre recevra une lettre anonyme de dénonciation où, entre autres amabilités, on peut lire : « Cet individu vit maritalement avec une femme qu’on croit sienne et d’Égypte, qu’il a avec lui depuis 15 à 18 ans et dont il se sert pour arriver28. » Au -delà des insinuations peu charitables, doit-on en conclure qu’Amédine n’était pas totalement absente de la vie professionnelle d’Edmond ?

  • 29 La mère d’Edmond, Marguerite, mourra en décembre 1882, en plein cœur de l’épidémie de fièvre typhoï (...)
  • 30 Seul le Dictionnaire des parlementaires le signale comme affecté au 270e bataillon.
  • 31 JO, Chambre des députés, séance du 11 juillet 1898, p. 2035.

14Edmond Bartissol retrouve la France en janvier 1870. Pendant son séjour de près de quatre ans en Égypte, sa famille a été durement éprouvée. Deux de ses trois sœurs sont décédées, Élisabeth en janvier 1867, Armandine en août 1868 ; la première avait trente-trois ans, la seconde seulement vingt. Le père Bartissol, Alexis, est mort en mars 1869, à l’âge de soixante-dix ans29. Edmond revint-il alors dans son village natal rendre visite aux siens ? Probablement mais, désormais, sa vie est ailleurs. Au moment où la France entre en guerre contre la Prusse, Bartissol se trouve dans la capitale et se porte volontaire pour servir dans la Garde nationale. Affecté à la 4e compagnie du 260e bataillon de marche, il aurait participé aux combats du siège de Paris30. Bien plus tard, devant ses collègues de la Chambre des députés, il reviendra sur le sens qu’il donnait à cet engagement : « Je me suis fait incorporer au 260e bataillon de la Garde Nationale et, comme tout bon Français, j’ai fait mon service militaire ; mais, pendant la Commune, j’ai refusé de me présenter à l’appel. Un beau jour, j’ai reçu un avis conçu en ces termes : “Le garde Bartissol est invité à se présenter à la caserne de la Pépinière demain à neuf heures du matin ; en cas de non-comparution, il est prévenu qu’il est passible du Conseil de Guerre et que la peine encourue est la peine de mort”... Messieurs, je suis de ceux qui n’ont pas voulu tirer sur les pantalons rouges... Je ne suis pas un communeux31. » Une telle insistance n’était pas indispensable pour convaincre son auditoire. Certes, une partie de la Garde nationale formée pour défendre la France contre les Prussiens rejoignit les rangs des fédérés lorsque éclata la Commune de Paris en mars 1871, mais, ni ses amis ni ses détracteurs ne pouvaient douter un seul instant de l’inclination de Bartissol pour le parti de l’Ordre. Les choix politiques de sa famille en faveur du bonapartisme et son itinéraire personnel n’étaient pas de nature à le rapprocher du mouvement communaliste. Il eût été au contraire surprenant de voir un ingénieur, qui plus est frère d’un maire imposé par l’Empire, venir prêter main-forte aux ouvriers et artisans de la Commune.

  • 32 D’après le témoignage de l’une des arrière-petites-nièces d’Edmond Bartissol.

15Une fois la paix et l’ordre retrouvés, Bartissol se préoccupe de son avenir professionnel. Loin de lui l’idée de rejoindre le Midi et la petite entreprise familiale. Au contraire, il semble avoir pris goût aux réalisations gigantesques, comme en témoigne le tracé d’un chemin de fer Paris-Pékin qu’il dessine sur un planisphère en 1871, accompagné de cette sentence aussi explicite que prétentieuse : « Parce que le Progrès le permet et l’avenir de la Civilisation l’exige32 ! »

De l’Europe centrale aux mines du Portugal

  • 33 Biographie de M. Edmond Bartissol. Sa lettre-programme à ses électeurs, op. cit., p. 5.
  • 34 Reclus Élisée, Nouvelle géographie universelle. La terre et les hommes ; t. III : L’Europe centrale(...)

16De Suez, Bartissol a ramené une solide expérience des grands travaux et de précieuses relations, deux atouts qu’il va s’attacher à valoriser. Il a notamment gardé des contacts avec Alexandre Lavalley. En 1871, ce dernier lui confie la mission d’étudier l’organisation des chemins de fer en Galicie, alors région de l’Empire austro-hongrois. La mission de Bartissol qui, pour l’occasion est accompagné d’Amédine, se situe entre Cracovie et Lwow. L’Autriche-Hongrie est alors en pleine euphorie économique. À Vienne, d’importants travaux de régularisation du Danube sont en cours depuis 1869. Sur ce chantier, deux grands entrepreneurs français vont faire progresser les technologies déjà utilisées à Suez : Hildevert Hersent pour la drague à godets et Alphonse Couvreux pour l’excavateur. Bartissol a peut-être profité de son séjour dans la région pour suivre ces développements technologiques. D’après l’une des multiples notices biographiques sur sa personne, il aurait même été directement impliqué dans les travaux de régularisation du Danube33. Mais la croissance économique se couple d’un vaste mouvement de spéculation financière et le retournement de conjoncture est brutal. En mai 1873, le krach de la Bourse de Vienne voit « s’évaporer » les deux tiers du capital financier du pays ; les quatre cinquièmes des établissements financiers de l’Empire font faillite. À la « furie de construction » des chemins de fer que connaissait le pays, vont succéder l’atonie et la méfiance34. Pour les hommes d’affaires comme Bartissol, ces terres ne sont plus du tout fréquentables.

  • 35 AN, LH 128/75.
  • 36 Cf. Broder Albert, « Les investissements étrangers en Espagne au xixe siècle : méthodologie et quan (...)

17En 1873, Bartissol effectue d’autres missions d’étude, d’abord en Turquie, toujours en prévision de l’établissement d’un chemin de fer, sur les bords de l’Adriatique ensuite, pour envisager la construction d’un port à Fiume (aujourd’hui Rijeka en Croatie)35. En 1874, il est sollicité par le Comptoir national d’escompte pour étudier le tracé de voies ferrées. Le Comptoir d’escompte est alors l’une des banques françaises les mieux implantées dans l’empire colonial et à l’étranger. Longtemps spécialisé dans les prêts aux gouvernements étrangers, cet établissement de crédit entreprend justement en 1873 de financer les activités industrielles étrangères, notamment les chemins de fer36. Assurément, Bartissol bénéficie déjà d’une honorable réputation professionnelle pour qu’un établissement de cette importance fasse appel à lui.

  • 37 Grande Enciclopedia Portuguesa e Brasiliera, t. XI, pp. 598-602.

18Aux alentours de 1875, l’une de ses missions d’étude conduit Bartissol au Portugal. Il représente alors la Société financière de Paris, une émanation de la Société de dépôts et de comptes courants, elle-même issue du Crédit industriel et commercial. Bartissol arrive dans un pays en pleine mutation. Dans les années 1860, le développement du Portugal a été érigé au rang de doctrine par un homme, Antonio Fontes Pereira de Melo, d’où la dénomination de fontismo. Pendant près de quarante ans, Fontes Pereira occupera une place centrale dans la vie politique portugaise, assurant successivement les principaux postes ministériels : ministre des Finances en 1851-1852, ensuite ministre des Travaux publics de 1852 à 1856, il fut par trois fois président du Conseil (1871- 1877, 1878-1879, 1881-1886)37. Le fontismo repose sur deux principes complémentaires : la mise en place d’une forte infrastructure de communication pour favoriser le développement industriel du pays et le recours aux capitaux étrangers tant pour amorcer le processus de développement que pour financer les dépenses publiques. Trente ans durant, Edmond Bartissol va inscrire son activité professionnelle dans cette doctrine qui recoupe parfaitement ses intérêts.

  • 38 Cf. « Mines de cuivre de San Domingos, en Portugal », Annales des Mines, 1866, 6e série, t. IX, pp. (...)
  • 39 Bartissol Edmond, Rapport sur les mines de fer magnétique de San Thiago, Province d’Alentejo, Portu (...)
  • 40 Ibid., p. 22.
  • 41 Ibid., p. 23.

19Bartissol commence par s’intéresser aux potentialités minérales du pays et plus particulièrement à un gisement de fer dans l’Alentejo. Cette province méridionale du Portugal fait déjà l’objet d’une exploitation minière conséquente. Depuis 1858, le cuivre est extrait à San Domingos près de Mertola, dans un premier temps par un Français, Deligny, puis par une compagnie anglaise. Le capital investi (300 000 livres, soit 7,5 millions de francs) et le réseau commercial mis en place avec l’Angleterre font de San Domingos la mine la plus performante du bassin de Huelva en Espagne auquel elle se rattache. Mais ce gisement rapporte peu à l’économie portugaise qui ne bénéfice même pas d’effets induits puisque le minerai est expédié sur le port de Huelva38. Les mines de fer magnétique de San Thiago près de Casa Branca auxquelles s’intéresse Bartissol sont dans une situation moins excentrée, à seulement 90 kilomètres de Lisbonne. En 1876, il évalue les potentialités économiques de ce gisement dont une concession est déjà exploitée par une compagnie britannique de Glasgow. Bartissol estime qu’avec une exploitation minimum de 100 000 tonnes le capital à engager (de l’ordre de 1 million de francs) serait amorti « dans un temps très restreint39 ». Il se félicite que la main-d’œuvre du Portugal soit bon marché, abondante et par là même docile : « les ouvriers étant nombreux, ils sont faciles à conduire. Leur nombre permet de faire un choix qui donne des résultats satisfaisants40 ». On relève dans ce rapport plusieurs idées qui vont resurgir de manière récurrente tout au long de sa vie professionnelle, notamment la primauté accordée aux chemins de fer. Réaliste, Bartissol fait pour les années à venir l’hypothèse de l’expédition du minerai brut en Angleterre mais il préconise l’établissement à moyen terme de hauts fourneaux, de forges et de laminoirs à Barreiro, c’est-à-dire aux portes de Lisbonne, parce que « le Portugal est à la veille de construire des chemins de fer d’un développement assez important, votés par les Chambres, qu’il en est de même en Espagne et que l’usage des rails en acier tend de plus en plus à se généraliser41 ». De fait, le Portugal s’est lancé dans la constitution de son réseau de chemin de fer, avec un temps de retard sur les autres pays européens mais, depuis les années 1860, les investissements en infrastructures ferroviaires sont soutenus.

20La société d’exploitation minière projetée par Bartissol dans son rapport voit rapidement le jour. Elle est d’obédience britannique comme l’attestent sa raison sociale, la San Thiago Iron Company, et son capital social exprimé en livres. Ce dernier s’élève à 48 000 livres, soit 1,2 million de francs ; il est divisé en deux parts égales de 2 000 actions de 300 francs, la première revenant aux fondateurs, la seconde étant à souscrire par des actionnaires ordinaires. Nous ne savons pas quelle somme Bartissol avait investie dans cette société ; probablement sut-il avantageusement valoriser sa contribution aux travaux préparatoires (études de faisabilité, contacts préliminaires, promesses de vente...) pour se voir attribuer, sans bourse délier, un nombre appréciable de parts de fondateurs.

  • 42 La Compagnie anonyme des chemins de fer d’intérêt local de l’Hérault, dont Résie était administrate (...)
  • 43 Diplomate de 1850 à 1877, Ernest Armand avait pris part aux plus importantes négociations de la dip (...)

21Le conseil d’administration associe des individus d’horizons différents ; seule leur implication dans des entreprises ferroviaires semble un lien entre eux. Le président de la nouvelle compagnie est le comte Victor de Résie. Administrateur et bientôt président des chemins de fer d’intérêt local de l’Hérault, société dont la situation est particulièrement difficile, Résie doit peut-être son implication dans les mines portugaises à des contacts noués avec Bartissol en Languedoc42. Parmi les autres administrateurs, notons la présence d’un diplomate de premier plan en la personne d’Ernest Armand, ancien ministre plénipotentiaire de France à Lisbonne entre 1869 et 1878. Au besoin, les réseaux d’Armand pourraient être un atout dans les relations de la San Thiago Iron Company avec les autorités portugaises43. James Hall, de la maison Palmer, Hall and Cie, de Newcastle-on-Tyne, occupe une position particulière en tant que propriétaire d’une concession. Il aura la fonction de représenter la compagnie à Newcastle. Un ancien élève de Polytechnique et de l’École des mines, Ladame, alors administrateur du chemin de fer de Clermont-Ferrand à Tulle, un rejeton d’une vieille famille bourguignonne, le vicomte de Ganay, par ailleurs administrateur du chemin de fer de Madrid à Saragosse et à Alicante, et le comte de Reilhac qui ne prétend qu’à la fonction de « propriétaire », complètent cette assemblée disparate dans laquelle Bartissol, généreusement qualifié d’ingénieur en chef, occupe la fonction d’administrateur délégué, représentant la compagnie à Lisbonne. La direction de la mine est confiée à un Français, Pouhin.

  • 44 Journal do Comercio de Lisbonne du 29 mars 1878, reproduit par L’Indépendant des Pyrénées-Orientale (...)
  • 45 San Thiago Iron Compagny, assemblée générale ordinaire et extraordinaire du 28 novembre 1879, rappo (...)

22La compagnie doit acquitter une redevance aux propriétaires des mines, James Hall et R.P. Russel. Moyennant 25 000 francs, une autre concession, celle de Noguerinha, est rachetée à un certain Anduze. La construction d’un chemin de fer minier de six kilomètres pour rejoindre la ligne principale nécessite 135 000 francs supplémentaires ; la ligne est achevée en mars 1878. Lorsque, par décret du 29 mars 1878, Edmond Bartissol reçoit la croix de commandeur du Christ du Portugal, le Journal do Comercio do Lisbonne s’en fait l’écho en des termes particulièrement flatteurs : « Le motif de cette distinction honorifique a pour base les efforts déployés par cet ingénieur distingué, pour la constitution de la compagnie d’exploitation de la mine de San Thiago et de la bonne direction qu’il a donnée à ces travaux. Cette mine a déjà donné beaucoup d’argent à gagner à de nombreux ouvriers, aussi bien qu’un rendement important au chemin de fer du Sud et promet de donner beaucoup plus par la continuation de l’exploitation. Il est juste qu’on récompense les hommes qui apportent de semblables bénéfices au pays44. » Ces propos sur la réussite de cette entreprise sont pour le moins prématurés, puisque en cette année 1878, l’exploitation des mines de San Thiago est encore balbutiante et cette phase initiale n’est guère encourageante. Loin de l’optimisme journalistique, le rapport du conseil d’administration à l’assemblée générale du 28 novembre 1879 – le seul document comptable afférent à cette société dont nous disposons – révèle en effet une entreprise en proie à de multiples difficultés face aux aléas de la production et de la mise en marché45. Les quelques tonnes de minerai extraites ont été expédiées à titre d’échantillons en Amérique, en Angleterre et au pays de Galles et la direction en conclut fièrement : « nos minerais sont aujourd’hui connus et recherchés ». Pour autant, aucun contrat ferme n’a encore été signé ni même évoqué ! Certes, le problème de l’acheminement jusqu’à Barreiro est résolu, à ceci près que, faute d’appontements que l’État doit construire, les minerais doivent être transbordés par gabares et le coût de transport en est majoré d’autant.

23Contrairement aux prévisions optimistes de Bartissol, le capital social s’avère d’ores et déjà insuffisant et l’assemblée générale extraordinaire du 28 novembre 1879 doit voter une augmentation du capital de 220 000 francs (soit 9 600 livres sterling) mais, en dépit de cette rallonge, San Thiago ne prospérera pas. L’échec de l’entreprise semble imputable à plusieurs facteurs d’ordre organisationnel. Le capital social était probablement trop modeste pour ce type d’entreprise nécessitant de lourdes immobilisations, situation elle-même générée par l’absence totale au sein de la direction de ressortissants portugais susceptibles de faire jouer leurs réseaux économiques et par l’absence de banquiers et de financiers à même d’avancer un investissement à rentabilité lointaine. À ces difficultés s’en ajoutèrent d’autres : une cohabitation peut-être tendue entre des propriétaires britanniques et des techniciens français (Ladame, Bartissol, Pouhin) et, probablement, une mauvaise appréciation des potentialités du gisement : la puissance des couches, leur accessibilité, la qualité du minerai semblent ne pas avoir fait l’objet d’études très poussées. Dans l’esprit de Bartissol, cette mine de San Thiago ne fut probablement rien d’autre qu’une rampe de lancement pour ses entreprises portugaises. En effet, en 1879, il est déjà impliqué dans un projet d’une autre importance, la construction d’une ligne de chemin de fer, celle de la Beira Alta.

Notes

1 D’après Escarguel Jules, L’Indépendant des Pyrénées-Orientales, 18 août 1916.

2 Sur Louis Companyo père, cf. le Dictionnaire de biographie française, op. cit., t. IX, p. 409.

3 Voisin-Bey, Le Canal de Suez, t. I, 1902, p. 324.

4 Cité dans Les Grands Constructeurs français..., op. cit., p. 9, et Biographie de M. Edmond Bartissol. Sa lettre-programme à ses électeurs. Son action viticole, 1910, p. 7.

5 Sur le compte rendu de cette épidémie de choléra, voir Voisin-Bey, Le Canal de Suez, op. cit., t. VI, 1, 1906, pp. 379-385.

6 « En 1866, ayant fait connaissance à l’Hôtel de la Perdrix de Perpignan où il était alors pensionnaire de notre compatriote le docteur Companyo, médecin chef de la Compagnie du Canal de Suez, il obtient un emploi de conducteur des travaux dans l’entreprise du percement de l’isthme où il sut faire apprécier ses qualités de travailleur acharné... » (M. Edmond Bartissol. Notes biographiques, L’Indépendant, 18 août 1916).

7 D’après la biographie de 1898, le Journal des Pyrénées-Orientales illustré et Les Grands Constructeurs français..., op. cit.. pp. 8-9.

8 Barjot Dominique, La Grande Entreprise française de travaux publics (1883-1974) : contraintes et stratégies, doctorat d’Etat, Université Paris I, 7 vol., 1989, pp. 242-245.

9 Bonin Hubert, Suez. Du canal à la finance, (1858-1987), Economica, 1987, p. 22. Sur les conditions du creusement du canal de Suez, le lecteur pourra se reporter également à Charles-Roux J., L’Isthme et le canal de Suez. Historique. État actuel, Hachette, 2 vol., 1901.

10 Parmi eux, Félix Paponot, chef de la section de Kantara, division d’El Guisr, que l’on retrouvera dans les tentatives de reprise du chantier du canal de Panama (Voisin-Bey, Le Canal de Suez, op. cit., t. VI, 1906, p. 417).

11 D’après la biographie de 1898, le Journal des Pyrénées-Orientales illustré et Les Grands Constructeurs français..., op. cit., pp. 8-9.

12 AN, LH 850/17.

13 Montel Nathalie, Le Chantier du canal de Suez (1859-1869). Techniques et techniciens de travaux publics au milieu du xixesiècle, thèse de doctorat. École des hautes études en sciences sociales, juillet 1995, p. 217.

14 Sur le creusement de cette section de la plaine de Suez, voir Voisin-Bey, Le Canal de Suez, op. cit., t. V, 1904, pp. 332-359.

15 H. Chauvet, Le Vieux Perpignan, Remparts disparus, Perpignan, Imprimerie de l’Indépendant, 1911, p. 53.

16 H. Chauvet, La Politique roussillonnaise, Perpignan, 1934, p. 147.

17 Sur Alexandre Lavalley et Charles Cotard, voir Catalogue des imprimés de la Bibliothèque nationale, et Montel Nathalie, « Alexandre Lavalley. Profession : ingénieur civil », Histoire, économie et société, n° 2, 1995, pp. 215-228.

18 Sur Alexis Duparchy, voir AN, LH 850/17 ; Coindreau Pierre, Savigny sur-Orge, De Sabinus à Savigny, L’Instant durable, Clermont-Ferrand, 1987 ; Duparchy Jean, Le Percement des Alpes bernoises. Antécédents généraux et conséquences économiques du tunnel du Loetschberg, thèse de doctorat, faculté de droit, Université de Paris, 1913, 257 p.

19 Dictionnaire biographique du département du Jura, Arts et littérature, Lons-le-Saunier, 1996, p. 191.

20 AN, LH 850/17 et Barjot Dominique, « Un grand entrepreneur du xixe siècle : Ernest Goüin (1815-1885) », Revue d’histoire des chemins de fer, 1991, nos 5-6, p. 74.

21 Voisin-Bey, Le Canal de Suez, op. cit., t. I, 1902, p. 336.

22 Guiter Henri, « Un érudit roussillonnais : André Guiter », Tramontane, n° 329, janvier 1951, pp. 14-21.

23 Sur ces activités culturelles d’André Guiter en Égypte, voir Goby Jean-Édouard, « L’isthme de Suez », Journal de l’Union des Deux-Mers, source de l’histoire culturelle de l’Égypte », Actes du 105e Congrès national des sociétés savantes (Caen, 1980), t. I : La diffusion des savoirs de 1610 à nos jours, Paris, CTHS, 1983, pp. 301-313.

24 État civil Saint-Laurent-de-la-Salanque, naissance le 18 août 1832 (AD Pyrénées-Orientales, 145 EDT 95).

25 Mariage de Pino Jean, dit Honoré, et de Follys Louise, dite Amédine, le 7 juillet 1854 (état civil Saint-Laurent-de-la-Salanque AD Pyrénées-Orientales, 145 EDT 100).

26 « Un document sobre l’origen del comerç franco-etiop : una lletra en català rossellonès adreçada an n’Eloi Pino, négociant de Djibouti, 1890 », Etudes roussillonnaises offertes à Pierre Ponsich, Perpignan, 1987, pp. 515-520.

27 S’il fallait en croire le Guide historique et pittoresque des Pyrénées-Orientales publié par Pierre Vidal en 1899 (2e édit., librairie Saint-Martory, Perpignan, p. 54), les femmes de Saint-Laurent « passent pour avoir un caractère impétueux, de véritables Sans-Gêne ; elles ont quelque chose de leste, de vif avec de l’assurance dans l’allure, elles ont la riposte hardie et portant bien, un peu salée quelquefois ». Mais n’est-ce pas là fantasmes d’un notable choqué par les manières des gens du peuple ?

28 D’après AN, LH 128/75.

29 La mère d’Edmond, Marguerite, mourra en décembre 1882, en plein cœur de l’épidémie de fièvre typhoïde qui sévit alors à Portel.

30 Seul le Dictionnaire des parlementaires le signale comme affecté au 270e bataillon.

31 JO, Chambre des députés, séance du 11 juillet 1898, p. 2035.

32 D’après le témoignage de l’une des arrière-petites-nièces d’Edmond Bartissol.

33 Biographie de M. Edmond Bartissol. Sa lettre-programme à ses électeurs, op. cit., p. 5.

34 Reclus Élisée, Nouvelle géographie universelle. La terre et les hommes ; t. III : L’Europe centrale, Hachette, 1878, pp. 464-465.

35 AN, LH 128/75.

36 Cf. Broder Albert, « Les investissements étrangers en Espagne au xixe siècle : méthodologie et quantification », Revue d’histoire économique et sociale, 1976, pp. 29-63.

37 Grande Enciclopedia Portuguesa e Brasiliera, t. XI, pp. 598-602.

38 Cf. « Mines de cuivre de San Domingos, en Portugal », Annales des Mines, 1866, 6e série, t. IX, pp. 628-631 ; Deumié, « Note sur les gisements et l’exploitation des pyrites de fer cuivreuses de la province d’Huelva (Espagne) », Bulletin de la Société d’industrie minérale, 3e série, t. 1, pp. 827-861 ; Launay Louis de, « Mémoire sur l’industrie du cuivre dans la région de Huelva (Rio Tinto, San Domingos, etc..) », Annales des Mines, 1889, 8e série, t. XVI, pp. 427-516.

39 Bartissol Edmond, Rapport sur les mines de fer magnétique de San Thiago, Province d’Alentejo, Portugal, Lallemant Frères, Lisbonne, 1876, p. 19.

40 Ibid., p. 22.

41 Ibid., p. 23.

42 La Compagnie anonyme des chemins de fer d’intérêt local de l’Hérault, dont Résie était administrateur depuis 1875, sera déclarée en faillite en 1884. Résie participera à sa reconstitution et en assumera la présidence jusqu’au milieu des années 1890 (AD Hérault, 5 S 459).

43 Diplomate de 1850 à 1877, Ernest Armand avait pris part aux plus importantes négociations de la diplomatie française, notamment au Congrès de Paris qui mit fin à la guerre de Crimée en 1856 et au traité de Zurich, qui, en 1859, termina la guerre d’Italie. Armand sera député de l’Aube de 1889 à 1893 (cf. Dictionnaire de biographie française, op. cit., t. III, pp. 706-707, et Dictionnaire des parlementaires français, t. I, p. 397).

44 Journal do Comercio de Lisbonne du 29 mars 1878, reproduit par L’Indépendant des Pyrénées-Orientales, 6 avril 1878, p. 3.

45 San Thiago Iron Compagny, assemblée générale ordinaire et extraordinaire du 28 novembre 1879, rapport du conseil d’administration, résolutions de l’assemblée générale, n° 3, Paris, Imprimerie Vve Ethiou-Pérou, 1879, pp. 6 et 7.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search