Version classiqueVersion mobile

Edmond Bartissol (1841-1916)

 | 
Jean-Louis Escudier

Première partie. Les fondements d’un système d’entreprise original

Chapitre premier. Un lieu, une famille, un métier

Texte intégral

  • 1 Portel prendra le nom de Portel-des Corbières par décret du 26 décembre 1974.
  • 2 Répartition du territoire par communes lors de la création du cadastre (période moyenne 1825), dépa (...)

1Portel en 1830 : une commune des Corbières maritimes de 3 500 hectares, avec de nombreuses garrigues, royaume des troupeaux et des coupeurs de bois1. L’élevage et les céréales priment encore sur la vigne bientôt souveraine. La commune compte alors 900 hectares de terres labourables, et 2 200 hectares de garrigues et de terrains vagues pour seulement 220 hectares de vignes2. Ce vaste territoire communal fait vivre environ 800 habitants. Ici comme dans tout le Bas-Languedoc, la vigne va gagner du terrain dès les années 1840. L’habitat est groupé ; plus de 90 % des habitants résident dans le bourg. Pour autant, les quelques « campagnes » – Mattes, Lastours, les Campets – sont loin d’être quantité négligeable. Par-delà les changements de régime politique, ces domaines incarnent le lieu du pouvoir ; la famille de Sabran-Pontevès, propriétaire de Mattes, avait été toute-puissante sous la monarchie, les autorités du Second Empire choisirent le propriétaire de Lastours, Antoine Calas, pour assumer les fonctions de maire de la commune sous le Second Empire. L’avènement de la république ne remettra pas en cause cette suprématie politique des domaines ; élu pour la première fois en 1896, Joseph Guiter, propriétaire des Campets et républicain modéré, restera maire de Portel pendant près d’un demi-siècle.

  • 3 Dubois Léon, Laffarge-Coppée, 150 ans d’industrie, Belfond, coll. Histoire et vie des entreprises, (...)
  • 4 Statistique de la France. Enquête Industrie, 1848, t. II, p. 106.

2Ce village languedocien apparemment bien conventionnel dispose d’une originalité qui va devenir un atout : ses plâtrières. La barre rocheuse qui surplombe le bourg, la Bade, abrite une des plus belles réserves de gypse de la région méditerranéenne. En 1807, pour le prix de 5 000 francs, le sous-préfet de Narbonne, d’Audéric, adjuge à Jacques Foulquier, agriculteur, le « droit d’extraire la pierre de plâtre sur tous les terrains de la commune, à l’exclusion des bois, pâturages, marchés, promenades, églises, et autres immeubles destinés à l’usage commun des habitants3 ». Durant quelques décennies, l’extraction n’eut qu’une portée limitée ; en 1848, deux exploitations occupent chacune six hommes et six enfants4. C’est au cœur de ce village, rue de l’Arceau, qu’Edmond Bartissol voit le jour le 20 décembre 1841.

Entre Occitanie et Catalogne

  • 5 Belver Joseph, Nom de famille et origine étymologique des noms catalans, Saint-Estève, Imprimerie F (...)
  • 6 Costa Georges J., Répertoire-Atlas patronymique des Pyrénées-Orientales au xixe siècle, t. I, pp. 1 (...)

3Le patronyme Bartissol est si peu commun qu’il n’est mentionné dans aucun dictionnaire des noms propres de France, pas même le Dauzat, véritable référence en la matière. En revanche, Joseph Belver répertorie ce patronyme parmi les noms catalans et plus précisément parmi les noms du Roussillon. Cet auteur en donne la définition suivante : « construction de Barthès al sol, c’est-à-dire buisson ou ronces au soleil5 ». Effectivement, il ne fait guère de doute que le patronyme Bartissol soit à l’origine issu de barta, terme qui, en occitan comme en catalan, désigne un buisson ou un lieu envahi par les broussailles. Mais, alors qu’il y a des Barthe, des Barthès et des Barthas dans toute l’Occitanie, le nom de Bartissol est ici fort rare. En revanche, en Roussillon, on trouve des Bartissol dans plusieurs villages. Sans appartenir aux noms les plus courants, Bartissol n’y est pas exceptionnel. Dans son Atlas des patronymes des Pyrénées-Orientales au xixe siècle, Georges Costa a répertorié soixante-quinze porteurs du patronyme dans dix communes différentes. Parmi eux, trente-cinq, soit près de la moitié de ces Bartissol du Roussillon, vivent alors à Rivesaltes qui apparaît comme un berceau de cette famille6. Pour autant, aucun indice ne vient étayer la thèse d’une origine commune des Bartissol du Roussillon et des Bartissol de Portel.

4Des Bartissol habitent déjà à Portel en 1 602 lorsque se met en place l’état civil de cette commune et, dès le xviie siècle, une autre famille Bartissol vivait à Lagrasse, au cœur de ce qui allait devenir plus tard le département de l’Aude. Par ailleurs, il n’est pas exclu que l’origine du patronyme Bartissol à Portel réside dans une déformation locale de Bartissou qui, dans le langage parlé, signifiait le fils de Barthe et plus précisément le fils aîné de Barthe, les autres fils n’ayant droit à être individualisés que par leur prénom. Or, à Portel, résident également depuis fort longtemps des Barthe. En occitan, l’homophonie entre Bartissol et Bartissou facilitait cette transformation de la graphie. La dénomination Bartissou apparaît d’ailleurs une fois dans un acte d’état civil du xviiie siècle : « L’an 1762 et le 25 d’août a été baptisée Geneviève Bartissou, née la veille, fille de Charles Bartissou, masson, et de Claire Limousi. » En l’occurrence, il semble que le vicaire, officiant exceptionnellement à la place du prêtre, ait inscrit cet acte de baptême en calquant l’orthographe sur la phonétique. De fait, le père de l’enfant est bien Charles Bartissol, marié le 22 février précédent et arrière-grand-père d’Edmond.

  • 7 Biographie de M. Edmond Bartissol, candidat du Congrès républicain, élections législatives du 8 mai (...)
  • 8 Ribeyre F., La Nouvelle Chambre (1889-1893), 1890.
  • 9 Ribeyre F., ibid., et Cayrol Auguste, Biographie de M. Edmond Bartissol, 1910, p. 3.

5Il n’entre pas dans notre propos de trancher ce problème d’onomastique, d’autant que les Bartissol de Portel, ou tout au moins Edmond, surent au contraire jouer sur cette dualité. Pour les besoins d’une campagne électorale dans l’Aude il mettra en avant son ancrage audois : « Sa famille était déjà fixée [à Portel] en 1600, époque la plus lointaine à laquelle remontent les livres de l’état civil de cette commune et elle ne cesse de demeurer durant plus de trois siècles, attachée à ce sol nourricier et menant là, de père en fils, la pénible existence de la Narbonnaise7. » À l’inverse, on lit parfois que « sa famille est d’origine roussillonnaise8 ». Plusieurs notices biographiques destinées aux électeurs de Perpignan préciseront que Portel est « sur la limite du département des Pyrénées-Orientales9 », ce qui est quelque peu abusif. Certes, vu de Paris l’expression peut être recevable mais avant l’installation du chemin de fer, les quarante kilomètres séparant Portel de Salses, premier village du Roussillon, n’étaient pas négligeables.

6Pour les Catalans, à tort ou à raison, les Bartissol étaient bel et bien d’extraction catalane. Jamais on ne trouve mentionné à leur égard le terme quelque peu condescendant de gavach dont les Roussillonnais affublent leurs voisins audois dès le premier contact. Quand on sait le rôle des relations, des réseaux dans la conduite des affaires tant économiques que politiques au xixe siècle, cette considération n’est pas mineure.

Les Bartissol, maçons de père en fils

7Installés à Portel depuis des siècles, les Bartissol y sont particulièrement nombreux au xixe siècle. En 1836, cinquante et une personnes du village portent ce nom de famille ; en 1851, on en dénombre cinquante-quatre, et en 1876, cinquante-neuf, ce qui représente 6 à 7 % de la population communale. La reconstitution généalogique que nous avons opérée met en évidence leurs liens de parenté et leurs alliances, lesquelles se scellent pour la plupart au sein même du village. En dépit de ce solide ancrage à Portel, les Bartissol ne sont pas devenus des propriétaires fonciers. Au cours du temps et des générations, les branches les plus fortunées où se succèdent maçons ou plâtriers se différencient des « parents pauvres » voués à des fonctions moins valorisées, moins rémunératrices telles que bergers, brassiers ou revendeurs. En parcourant les actes d’état civil, la proportion considérable de Bartissol qualifiés de maçons et le caractère « héréditaire » de la fonction retiennent l’attention. Le père d’Edmond, Alexis Bartissol, né en 1798, est maçon comme son propre père, Jean (1771-1848), comme son grand-père, Charles (1735-1800), et son arrière-grand-père, Pierre, lequel vécut dans les années 1700-1760. Cette permanence des maçons est assurément à rapprocher de l’activité des plâtrières à Portel mais le rapport de causalité n’est pas simple à déterminer. La présence du gypse a probablement favorisé l’implantation des maçons mais, réciproquement, l’implantation ancienne d’une « dynastie » de maçons a, peut-être, contribué à asseoir le développement des plâtrières locales.

  • 10 Biographie de M. Edmond Bartissol, candidat du Congrès républicain, op. cit., p. 1. et Cayrol Augus (...)
  • 11 M. Edmond Bartissol, Notes biographiques, L’Indépendant des Pyrénées-Orientales, 18 août 1916.

8Curieusement, parmi les nombreuses variantes biographiques qu’inspira Edmond Bartissol, aucune ne fait référence à la profession de maçon de ses ancêtres. Probablement trouvait-il plus convenable de mettre en avant la condition commune de paysan que la réelle spécialisation de sa famille dans la maçonnerie : « Ses parents étaient, de père en fils, depuis plusieurs générations, des cultivateurs, de modestes propriétaires, menant sur leur petit bien la pénible existence du paysan vigneron10 » ou bien encore il aurait abandonné « les vignes paternelles pour venir en Roussillon11 ». C’est à « cette longue ascendance paysanne » que le personnage serait redevable de l’ensemble des qualités de patience, de travail, de probité que lui accordent généreusement les complaisants biographes. La réalité était tout autre.

  • 12 AD. Aude, Portel, série O.

9En 1830, Alexis Bartissol a épousé une fille du village, Marguerite Sabatier. Un premier enfant, Jean, voit le jour seize jours à peine après le mariage. Six autres enfants suivront au cours des dix-huit prochaines années. Edmond est le cinquième de sa famille après Jean, Urbain né en 1832, Élisabeth née en 1834 et Frédéric, né en 1838, qui décédera en 1845. Deux autres filles, Marguerite née en 1845 et Armandine en 1848, compléteront cette belle famille. Jusqu’aux années 1850, le foyer d’Alexis Bartissol est loin de vivre dans l’opulence. En 1851, on le voit accepter en régie la construction d’une fontaine de Portel, tâche qui lui sera payée par la mairie à la journée. Il effectue ces travaux avec son fils Urbain... et sa fille Élisabeth, signe de la modestie de sa situation professionnelle et sociale à cette époque12. Ainsi, les Bartissol sont loin d’appartenir aux notabilités du lieu. Pas de trace d’alliances avantageuses, pas de fonctions publiques. Les Bartissol sont alors une famille populaire comme tant d’autres, une famille où, faute de fortune, chaque génération doit à son seul travail d’assurer la subsistance de ses membres. Mais, en raison de l’absence de biens fonciers, sociologiquement, cette famille s’apparente davantage au monde de l’artisanat ou du prolétariat urbain qu’à ces lignées de petits propriétaires ruraux structurées par la terre, son exploitation et sa transmission.

  • 13 AD Aude, W0 349.
  • 14 Ibid.
  • 15 Délibération du Conseil municipal de Portel.

10Le Second Empire s’inscrit dans le cadre d’une période d’expansion économique longue. Le produit national est en forte progression, les profits s’envolent, le processus de salarisation de la main-d’œuvre initié sous la monarchie de Juillet se généralise. Cette situation économique s’appuie sur la normalisation politique et sociale consécutive au coup d’Etat du 2 Décembre. Dans les Corbières comme dans l’ensemble du pays, l’heure est à l’investissement. En 1858, l’État entreprend la réalisation de la route départementale n° 3 qui doit relier Carcassonne au port de La Nouvelle. Prévu depuis fort longtemps, cet investissement de nature à rapprocher les Corbières intérieures du littoral était toujours repoussé pour des raisons financières. L’adjudication des travaux se réalise par lots. Ainsi, la construction du pont de Tamaroque sur la Berre est attribuée à un entrepreneur de Cette (Sète), la portion de route départementale entre le col de Laval et le pont de Tamaroque sera réalisée par Joseph Babou et le tronçon reliant Portel à Sigean est confié à Jean Bartissol. Ce seul chantier va mobiliser quarante terrassiers, trente casseurs de pierre, six maçons ou tailleurs de pierre et plusieurs tombereaux à deux colliers. Au travers de ce chantier, Jean Bartissol apparaît comme un entrepreneur doublé d’un coriace homme d’affaires. Ainsi, après avoir consenti 17 % de rabais sur l’appel d’offres pour obtenir le marché, il lui est accordé, « à titre tout à fait exceptionnel, en raison de l’augmentation des prix », une majoration de 13 % pour tous les travaux réalisés après le 1er juin 1861, si bien que les 77 100 francs qu’il encaissera correspondent pratiquement au montant du marché initial13. Une fois les travaux achevés, il réclamera sous plusieurs motifs une indemnité de l’ordre de 10 % ; requête dont il sera débouté, mais la démarche témoigne de son opiniâtreté14. Jean Bartissol termine sa portion de route en décembre 1863. Quant au pont de Tamaroque, emblème de cette nouvelle voie d’accès, il est solennellement inauguré le 20 août 186415.

  • 16 Delmas Jacques, Histoire et géographie de l’Aude, 1867, p. 172.

11Une fois la route départementale construite, les données économiques changent radicalement dans la contrée. La vigne s’impose ; elle s’étend au point de devenir la culture unique, elle façonne le paysage et tend à marginaliser terres à blé et pacages ; la population ouvrière augmente, les profits également. Cette aisance paysanne est bénie pour les maçons que sont les Bartissol. À Portel, ils construisent de nombreuses bâtisses de part et d’autre de la route départementale qui devient le nouvel axe du village, supplantant la grand-rue, reléguée au rang de venelle. À la fin du Second Empire, un visiteur étranger à la région décrivait en ces termes le bourg de Portel : « Le village est situé dans un bas-fond environné par une ceinture de coteaux peu élevés d’où on aperçoit facilement la mer. Il est bâti sur la rive gauche de la Berre, sur laquelle on remarque à peu de distance du village le beau pont de Tamaroque, de 34 mètres d’ouverture sur 20 mètres d’élévation ; sur ce pont passe la route départementale n° 3, une des plus utiles et des plus fréquentées du département16. » La dimension esthétique du nouveau pont et la fonction commerciale de la route sont clairement soulignées.

  • 17 AD Aude, 8 M 113.
  • 18 D’après les mentions portées sur les actes d’état civil.
  • 19 Delmas Jacques, op. cit., p. 172.
  • 20 Ditandy A., Géographie élémentaire du département de l’Aude, Carcassonne, Imprimerie Pomiès, 1875, (...)
  • 21 Drilles Marcel, Evolution des industries extractives dans les Pyrénées-Orientales et le sud de l’Au (...)

12Les propriétaires des plâtrières vont trouver dans ce désenclavement de Portel et des Corbières l’opportunité de développer leur marché. Dès 1863, Pascal Mestre installe une nouvelle fabrique de plâtre équipée d’une machine à vapeur17. En 1867, la commune compte trois exploitations de plâtrières, dont celle de Charles Bartissol18. Un petit manuel d’histoire et de géographie locale de l’époque mentionne : « Portel possède trois fabriques de plâtre qui fonctionnent au moyen d’une machine à vapeur. Ce plâtre, avec raison réputé supérieur, est expédié en très grande quantité dans tout le département et dans plusieurs départements voisins19. » En 1875, les écoliers du département apprennent par la Géographie élémentaire du département de l’Aude, de Ditandy, que « Portel possède deux usines à plâtres mues par la vapeur et occupant une trentaine d’ouvriers20 ». Certes l’exploitation de ces plâtrières reste encore bien artisanale si l’on en croit Marcel Drilles évoquant « les femmes qui montaient le gypse dans des paniers d’osier sur leur tête21 ». Néanmoins le marché extérieur est désormais accessible ; par voie de conséquence, plusieurs habitants de Portel vont s’établir hors de la commune pour exercer à une plus large échelle les métiers de la construction.

  • 22 Annuaire du département de l’Aude pour l’année 1848 et Annuaire de l’Aude de 1856.
  • 23 Actes d’état civil, 30 septembre 1862 (mariage de Jean Bartissol) et 18 janvier 1888 (mariage de Ro (...)

13Le premier de ces Portelais à diffuser son savoir-faire de bâtisseur au-delà du village est l’un des oncles d’Edmond, à savoir le plus jeune frère d’Alexis Bartissol, Charles, né en 1817. Faut-il chercher dans sa situation peu enviable de petit dernier d’une famille modeste de neuf enfants les raisons de cette orientation ? Quoi qu’il en soit, Charles Bartissol va devenir agent voyer cantonal. En 1848, il occupe ce poste à Durban, dans les Hautes-Corbières, puis, durant les années 1850, à Sigean22. Charles abandonne ensuite l’administration vicinale et, en 1862, on le retrouve entrepreneur de travaux publics ; en 1888 enfin, alors qu’il a soixante et onze ans, un acte d’état civil le qualifie d’architecte23. Nous aurons l’occasion de retrouver plus tard cette branche de la famille, toujours très liée à Edmond et à ses affaires. À nos yeux, l’important dans le cursus professionnel de cet oncle réside dans l’amorce de ce mouvement qui incite les Bartissol à sortir de Portel pour valoriser ailleurs leur savoir-faire ancestral, celui de la construction. Dans un tel contexte, l’itinéraire d’Edmond Bartissol est davantage l’aboutissement d’une « culture économique locale » qu’un parcours isolé, voire aberrant, dans le milieu rural du xixe siècle.

Le frère aîné pour modèle

14La jeunesse d’Edmond Bartissol est entourée d’incertitudes. Réalité et légende s’entremêlent pour livrer un récit épique que cet homme intelligent et habile a savamment entretenu dans les biographies officielles ou de complaisance. Tout au long de la présente recherche biographique, nous mesurerons combien ces récits laudatifs peuvent être un miroir déformant. C’est ainsi qu’il nous a été difficile de déterminer la nature et le niveau de sa formation initiale.

  • 24 Bertrand A., La Chambre des députés de 1889, Paris, 1889, n° 391. Bien plus tard, les rédacteurs du (...)
  • 25 Bertrand A., La Chambre des députés (1898-1902). Biographies des 581 députés avec avertissement et (...)
  • 26 Biographie de M. Edmond Bartissol, candidat du Congrès républicain, op. cit., p. 2.
  • 27 L’Indépendant des Pyrénées-Orientales, 18 août 1916 : article de Jules Escarguel et « M. Edmond Bar (...)
  • 28 Sur André-Prosper Crova, cf. le Dictionnaire de biographie française, op. cit., t. IX, p. 1295.

15Pour A. Bertrand, biographe des parlementaires de cette fin de siècle, Bartissol avait suivi des études à Perpignan et débuté dans les travaux publics « après avoir obtenu le diplôme d’ingénieur24 » Dix ans plus tard, le même auteur sera plus vague : « Il est ingénieur constructeur25 » ; toute référence à un quelconque diplôme a disparu. En 1898, Bartissol fait publier une nouvelle mouture de sa biographie dans laquelle il apparaît comme un homme sorti du rang. Le portrait frise la caricature : « pour être ingénieur, la pratique des travaux qu’il suivait ne devait pas suffire ; il fallait ajouter à ces connaissances l’instruction théorique qui fait les techniciens de valeur. L’enfant la demanda à des maîtres distingués, comme le physicien Crova, et il consacra toutes ses veillées à augmenter le petit bagage qu’il avait emporté de l’école primaire26 ». L’article détaillé publié par L’Indépendant de Perpignan lors de sa disparition va dans le même sens : « ayant complété son instruction primaire aux cours du soir...27 ». Ainsi, en une douzaine d’années, le profil de l’autodidacte besogneux s’est substitué à celui du brillant diplômé. Où est la vérité ? Bartissol est-il allé au lycée, aurait-il fréquenté une école d’ingénieur ou était-il vraiment un autodidacte ? Nous serions plutôt enclin à penser que Bartissol a réellement fréquenté le lycée de Perpignan. De fait, à partir de 1855, la famille a probablement les moyens d’instruire un enfant qui, paraît-il, aurait montré des capacités intellectuelles exceptionnelles. André-Prosper Crova, auquel fait référence le complaisant biographe, est d’ailleurs professeur au lycée de Perpignan de 1853 à 185928. Lorsqu’il commence à travailler à l’âge de dix-sept ans, il pouvait avoir achevé (ou interrompu) ses études secondaires. Quoi qu’il en soit, Bartissol n’a pas suivi d’études supérieures et, à ce titre, doit être légitimement rangé parmi les entrepreneurs de travaux publics formés sur le tas, par opposition aux anciens des grandes écoles (Polytechnique, Mines, Ponts et Chaussés, Centrale) ou même aux Gadz’arts, ces techniciens supérieurs formés dans les Écoles des arts et métiers d’Angers, Châlons-sur-Marne ou Aix-en-Provence.

  • 29 Mentionné sur plusieurs biographies. Cf. aussi JO, chambre des députés, 11 juillet 1898, p. 2035.
  • 30 Les Grands Constructeurs français, Edmond Bartissol, Perpignan, Imprimerie du Journal commercial, J (...)

16Jean Bartissol a directement participé à la formation d’Edmond. En 1858, Jean a obtenu pour le compte de la Compagnie des chemins de fer du Midi, le marché de la construction d’une partie de la ligne de chemin de fer de Narbonne à Perpignan dont les patrons sont les frères Émile et Isaac Pereire. Edmond Bartissol a dix-sept ans, un âge alors largement suffisant pour travailler lorsqu’on ne poursuit pas d’études. Son frère l’emploie donc sur ce chantier29 : « Il avait dix-sept ans à peine quand il fut amené dans les Pyrénées-Orientales par son frère aîné chargé de la construction d’une partie de la ligne de chemin de fer de Narbonne à Perpignan. À cet âge, Edmond était déjà sur les chantiers, un carnet d’attachements à la main, s’initiant aux petites besognes de surveillance et fixant désormais sa carrière, décidé à devenir ingénieur30. » L’image de la réussite économique et sociale de ce frère aîné et les relations dont il disposait ont joué un rôle non négligeable dans les choix du jeune Edmond.

  • 31 Arrêté préfectoral du 17 janvier 1862, AD Pyrénées-Orientales, 1 S 19.
  • 32 Les Grands Constructeurs français, Edmond Bartissol, op. cit., p. 3.
  • 33 AD Pyrénées-Orientales, 1 S 17, arrêté préfectoral du 17 janvier 1862,
  • 34 AD Pyrénées-Orientales, 1 S 17, lettre au préfet des Pyrénées-Orientales, 3 avril 1862.
  • 35 AD Pyrénées-Orientales, 1 S17, lettre de l’ingénieur en chef du département, Tastu, au préfet des P (...)
  • 36 AD Pyrénées-Orientales, 1 S 17.

17Après ce temps d’apprentissage, Edmond pouvait choisir entre les deux termes de cette alternative : retourner à Portel où le troisième frère, Urbain, avait repris l’entreprise familiale, ou bien rester dans le sillage de Jean, en Roussillon. Mais le jeune homme préféra tracer son propre itinéraire. On retrouve Edmond Bartissol en 1860, à dix-neuf ans, dans les services départementaux des ponts et chaussées. Après quelques mois passés au bureau principal de Perpignan en tant que surnuméraire, il est intégré dans cette administration des ponts et chaussées en qualité d’employé secondaire de quatrième classe en juillet 186031. À l’en croire, il aurait alors dirigé des travaux publics à Collioure, Argelès et Port-Vendras32. Si la chose n’est pas totalement impossible, eu égard à la modestie de son grade, il ne pouvait s’agir que de travaux tout à fait mineurs. En janvier 1862, Edmond est nommé au service spécial du chemin de fer de Perpignan à Port-Vendras et en Espagne33. Mais concrètement, le jeune homme ne se voit pas appelé à son nouveau poste ; pis, il n’est plus payé par son service d’origine depuis le 1erfévrier ! Il prend le parti d’exposer au préfet sa situation inconfortable, lequel consulte l’ingénieur en chef du département34. Probablement contrarié par cette démarche hardie d’un jeune subalterne, ce dernier répond que « cet arrêté n’a pas encore reçu d’exécution parce que, les travaux n’étant pas commencés sur le chemin de fer, il n’a pas été nécessaire d’augmenter le personnel35 ». Trois jours plus tard, le 24 mai, Bartissol adresse sa démission au préfet. Mais, soucieux que ce départ ne soit pas interprété comme résultant d’un conflit avec l’ingénieur en chef ou l’administration impériale, il ajoute : « cette détermination n’est due qu’aux minimes appointements que je reçois dans ce service36 ». L’explication est révélatrice du caractère et des ambitions du jeune homme. Pourtant, intervenant juste après l’annonce de l’impossibilité de l’affecter au service du chemin de fer projeté, comment ne pas mettre cette démission sur le compte de la déception ?

L’ascension sociale de Jean Bartissol

  • 37 AD Pyrénées-Orientales, 3E 33/44, étude Amouroux, contrat de mariage en date du 16 septembre 1862.

18En 1862, Jean Bartissol, frère d’Edmond, épouse à Perpignan une jeune fille de la bonne bourgeoisie roussillonnaise, Thérèse Berga. Le père de cette dernière, Jean Berga, natif de Cabestany, était propriétaire à Canet (aujourd’hui Canet-en-Roussillon), mais il avait prématurément disparu en 1842, laissant quelques biens à ses deux filles Marguerite et Thérèse, et à son épouse, née Llopet. Il serait abusif de parler en l’occurrence de riche mariage, néanmoins, les termes du contrat de mariage, le régime dotal qui est choisi, l’absence de tout apport du futur mari témoignent de la relative ascension sociale que représente ce mariage pour Jean Bartissol37.

  • 38 AD Pyrénées-Orientales, tribunal civil, 3 U 1351, audience du 25 avril 1866.
  • 39 AD Hérault, 2 U1 321, étude Tarbouriech, dossier n° 86, n° 2509 du 12 août 1878 et cour d’appel de (...)
  • 40 AD Pyrénées-Orientales, 3E 33/45, étude Amouroux, acte n° 54 en date du 30 janvier 1863.
  • 41 Cf. notamment AD Pyrénées-Orientales, 1 X 53.
  • 42 Cf. Rosine, « Si l’Esparrou m’était conté », Reflets du Roussillon, n° 8, hiver 1954, pp. 16-18.

19Professionnellement, Jean Bartissol gère alors une entreprise de dimension régionale : outre la route entre Portel et Sigean dont nous avons déjà parlé, il construit un pont sur l’Agly à proximité de Rivesaltes38. Il semble bien que, pour certains travaux, il ait été associé à son oncle Charles39 mais, en 1864 ou 1865, Jean se détourne des travaux publics. Néanmoins il ne reste pas inactif. Dès 1862, il prend à bail pour neuf ans un moulin à farine avec minoterie dans la banlieue de Perpignan40. Il acquiert ensuite, pour le compte de son épouse ou pour son propre compte, plusieurs propriétés proches de Perpignan. Nous reviendrons sur ces acquisitions foncières parfois menées de concert avec Edmond. Mentionnons pour l’instant que le couple Bartissol possède sur la commune de Canet une partie du domaine de l’Esparou, vaste propriété de plusieurs centaines d’hectares41. L’Esparou est déjà un lieu de relations et de villégiature pour le petit monde de la bourgeoisie et de l’aristocratie perpignanaises. Le principal propriétaire du lieu, Charles Lazerme, fait partie des plus grands notables de Perpignan. Une fois la république rétablie, le négociant Jules Sauvy achètera à Lazerme la majeure partie de sa propriété et il continuera à recevoir à l’Esparou politiciens, journalistes et autres hommes d’affaires42.

  • 43 Sur les conditions de cette élection d’Isaac Pereire dans les Pyrénées-Orientales, voir Bas Robert, (...)
  • 44 Les Grands Constructeurs français, Edmond Bartissol, op. cit., p. 8.
  • 45 Cf. Biographie de M. Edmond Bartissol, candidat du Congrès républicain, op. cit., p. 3. En 1900, le (...)

20Pour l’heure, dans ces années 1860, politiquement, Jean Bartissol se situe dans la mouvance conservatrice. Fait-il partie des partisans d’Isaac Pereire lorsque, à la demande d’une partie de la bourgeoisie locale, celui-ci vient en 1863 se présenter à l’élection au corps législatif dans les Pyrénées-Orientales, évinçant par là même le candidat pressenti, Justin Durand43 ? Certes, Jean Bartissol a travaillé pour construire les chemins de fer des Pereire. Coïncidence ou pas, en cette même année 1863, Edmond quitte l’administration pour se faire embaucher par la Compagnie des chemins de fer du Midi, donc par les Pereire. La plupart des notices biographiques insisteront sur ce passage dans le privé : « La carrière administrative n’était pas pour satisfaire son besoin d’initiative, d’activité et d’expansion ; aussi, s’affranchit-il de bonne heure de ses lisières étroites pour entrer au service de l’industrie privée44. » La Compagnie du Midi réalise alors en Roussillon la ligne de Perpignan à Prades et Edmond sera conducteur de travaux à la section des études et de la construction de ce chemin de fer, fonctions qu’il occupera une paire d’années. En 1865, il devient dessinateur à la gare de Narbonne. La version biographique distribuée lorsqu’il sera candidat aux élections législatives dans le Narbonnais précisera : « C’est lui qui établit le projet de notre gare des voyageurs. Modeste employé à cent vingt-cinq francs par mois, M. Bartissol passa plus d’une nuit de veille sous le beffroi qu’on voit encore dans la cour de la gare et où se trouvaient alors les bureaux de l’entrepreneur45. »

  • 46 Les républicains avaient été élus avec 75 à 81 voix sur 128 inscrits.
  • 47 AD Pyrénées-Orientales, 3 M 224 et 3 M 229.
  • 48 Robert Saut a consacré une notice biographique à Jean Bartissol dans Canet en Roussillon. Regards s (...)
  • 49 AD Pyrénées-Orientales, 2 M 61.
  • 50 L’adjoint Jacques Xamma, nommé sur proposition de Jean Bartissol, ne faisait pas partie des conseil (...)
  • 51 Saut Robert, op. cit., p. 216.
  • 52 D’après A.D Pyrénées-Orientales, 2 Mi 73.
  • 53 Saut Robert, op. cit., p. 217.

21Jean Bartissol est bien en vue auprès des autorités impériales. Aux élections municipales d’août 1865, il se présente à Canet sur une liste conservatrice. Le souvenir du coup d’État du 2 Décembre et de la répression que subirent les républicains de la commune en 1852 est ici encore vivace et les candidats républicains remportent largement l’élection46. Jean Bartissol est le seul élu de sa liste conservatrice, avec seulement 49 voix sur 128 votants47. Passant outre à cette expression populaire, le préfet nomme Jean Bartissol maire de Canet48. Évidemment, les conseillers municipaux républicains, élus par une large majorité des électeurs, protestent auprès du préfet de la nomination de cet « homme presque étranger à la commune et qui n’a pas été élu par [leurs] suffrages49 ». Les relations au sein de cette assemblée municipale hétérogène ne seront pas simples50. On connaît notamment le conflit qui opposa Bartissol à son conseil à propos de la gratuité de l’école laïque51. Mais n’étant pas originaire du village, Jean Bartissol peut se démarquer de ces luttes de clan locales. Il fera même preuve d’habileté en profitant de la grande affaire qui agite le village depuis des décennies pour asseoir son pouvoir. En effet, le partage des biens communaux qu’attendent tous les petits propriétaires ne peut aboutir sans le soutien de l’administration dont Jean Bartissol est le représentant local. C’est ainsi qu’aux législatives de 1869, Canet votera massivement pour Justin Durand, redevenu candidat officiel de l’Empire, contre le républicain Emmanuel Arago52. Évidemment, après le 4-Septembre, Jean Bartissol devra céder son siège à un républicain. On le retrouvera néanmoins à nouveau conseiller municipal en 1874, à la suite de son élection sur une liste conservatrice53. Entre-temps, en 1873, il est devenu membre résident de la Société agricole, scientifique et littéraire des Pyrénées-Orientales, signe évident de sa reconnaissance parmi les notabilités du département.

22Avec Jean, pour la première fois, un Bartissol était sorti de Portel pour aller vers la « grande ville », se marier hors du champ restreint des « bonnes familles » portelaises et vivre son métier de maçon à une dimension plus large que celle de ses aïeux. Edmond va profiter de ce tremplin pour porter son nom bien au-delà.

Dauderni ou l’esprit d’entreprise

23Le Second Empire est le temps des fortunes rapides. L’industrialisation de l’Europe et les travaux d’infrastructure qui accompagnent ce processus favorisent l’émergence d’une bourgeoisie d’entreprise. Cette nouvelle couche sociale est très hétérogène ; on y retrouve des descendants de petits boutiquiers comme des rejetons de l’aristocratie. Il convient ici d’évoquer une de ces ascensions sociales fulgurantes dans la mesure où le personnage en question, Jean-Baptiste Dauderni, tiendra un rôle de premier plan dans la propre trajectoire d’Edmond Bartissol. Dauderni est né le 11 janvier 1827 à Basècles, un bourg de 5 000 habitants dans le Hainaut, à une vingtaine de kilomètres de Mons. D’extraction modeste puisque son père, prématurément décédé, était journalier, Jean-Baptiste, selon toutes probabilités, n’a pas suivi de longues études. Ce Belge francophone se tourne naturellement vers la France, encore que le choix du sud du pays soit plus inattendu. Lorsque, le 1er septembre 1856, à Narbonne, il épouse une jeune couturière, Amélie Passérieux, Dauderni est qualifié de tâcheron. Son épouse est née à Arles-sur-Tech, un bourg des Pyrénées-Orientales, en Vallespir, à quelques encablures de la frontière espagnole où son père, d’origine audoise, était alors capitaine des douanes. Tout dans l’acte de mariage témoigne de la modeste condition des futurs : leur ascendance, l’absence de contrat de mariage et la profession des témoins. En cette année 1856, le père Passérieux et le père Dauderni sont déjà décédés et les deux époux ne semblent pouvoir compter que sur leurs propres revenus.

  • 54 AD Pyrénées-Orientales, 3 U 1353, tribunal civil, audience du 16 décembre 1868.

24Certes le terme de tâcheron ne saurait être comme aujourd’hui assimilé à celui de manœuvre. Comme l’exprime l’étymologie, le tâcheron est un ouvrier qualifié, parfois un maître ouvrier, dirigeant quelques hommes, embauchés dans le cadre d’un chantier, d’une tâche précise. Même si rien ne permet de l’affirmer, il n’est pas impossible que le tâcheron Dauderni ait à un moment ou à un autre loué ses services à deux entrepreneurs de travaux publics du voisinage, Charles Bartissol de Sigean ou son neveu Jean occupé durant ces années 1856-1860 à la voie de chemin de fer entre Narbonne et Perpignan et à la route de Portel à Sigean. Nous n’avons qu’une connaissance partielle de l’activité professionnelle de Dauderni jusqu’à son association avec Duparchy et Bartissol. Nous savons qu’il poursuivit sa route vers le sud, plus précisément vers l’Espagne qui commence alors à construire son réseau de chemin de fer. Comment, avec quels capitaux, grâce à quelles relations l’ex-tâcheron Dauderni arriva-t-il à décrocher l’adjudication des 200 kilomètres du chemin de fer qui doit relier Manzanares à Cordoue54 ? Mystère. Cette ligne l’occupera de 1864 à 1868, alors que Bartissol et Duparchy sont à Suez. C’est un gros marché qui, après lui avoir causé bien des soucis, lui laissera un bénéfice considérable.

  • 55 AD Pyrénées-Orientales, 3E 13/120, étude Boluix, Perpignan, acte n° 313 du 2 septembre 1864 et 3E 1 (...)
  • 56 AD Pyrénées-Orientales, 3E 13/122, étude Boluix, Perpignan, n° 298 du 29 août 1865.
  • 57 AD Pyrénées-Orientales, 3E 61/3, étude Boluix, Perpignan, n° 273 du 6 juillet 1872 pour 100 000 fra (...)
  • 58 AN, LH 666/63 et JO. du 27 août 1882, p. 4753.

25En moins de dix ans, le tâcheron était devenu un entrepreneur reconnu et un notable. Socialement, il affiche une belle réussite. Dès 1864, moyennant 320 000 francs, il fait l’acquisition d’un des plus beaux domaines du Roussillon, le mas Sainte-Eugénie sur la commune du Soler, dans la vallée de la Têt, à une dizaine de kilomètres de Perpignan55. L’année suivante, il achète une maison à Perpignan, démarche indispensable pour être reconnu par l’élite locale56. En 1867, il entre à la Société Agricole, scientifique et littéraire des Pyrénées-Orientales. Quelques années plus tard, Dauderni augmentera son patrimoine foncier d’une autre propriété d’importance, le château de Blomac, situé dans l’Aude à une vingtaine de kilomètres de Carcassonne. En ces années d’avant-phylloxéra, ces deux propriétés lui assurent une récolte appréciable de l’ordre de 10 000 hectolitres de vin et des revenus conséquents. Ses biens fonciers représentent également une sérieuse garantie vis-à-vis des banquiers et autres bailleurs de fonds lorsque l’engagement d’un chantier nécessite l’ouverture de crédits conséquents. Ainsi, au début des années 1870, Dauderni pourra emprunter la somme considérable de 350 000 francs en hypothéquant Sainte-Eugénie et sa maison de Perpignan57. Entre-temps se renforcent les liens avec les Passérieux, lesquels connaissent aussi une certaine ascension sociale ; en 1865, la sœur de Dauderni, Marie-Thérèse, se marie avec le frère de son épouse, Joseph Passérieux. Ces derniers ont acquis une belle propriété aux portes mêmes de Carcassonne, le château de Lestanière, sur la commune de Cazilhac. Dauderni deviendra chevalier de la Légion d’honneur le 26 août 1882 pour « services exceptionnels rendus dans la construction des chemins de fer internationaux58 ». Au cours de notre propos, nous retrouverons Dauderni à de nombreuses reprises puisque Edmond Bartissol et lui vont être associés dans plusieurs chantiers au Portugal.

Notes

1 Portel prendra le nom de Portel-des Corbières par décret du 26 décembre 1974.

2 Répartition du territoire par communes lors de la création du cadastre (période moyenne 1825), département de l’Aude, SRSA, février 1975.

3 Dubois Léon, Laffarge-Coppée, 150 ans d’industrie, Belfond, coll. Histoire et vie des entreprises, 1988, p. 74.

4 Statistique de la France. Enquête Industrie, 1848, t. II, p. 106.

5 Belver Joseph, Nom de famille et origine étymologique des noms catalans, Saint-Estève, Imprimerie Fricker, 1989, p. 48.

6 Costa Georges J., Répertoire-Atlas patronymique des Pyrénées-Orientales au xixe siècle, t. I, pp. 129 et 336. En fait, pour Rivesaltes, en raison du défaut du recensement de 1841, Costa a dû avoir recours au recensement de 1856. Rien ne permet de penser que la proportion du patronyme Bartissol sur cette commune ait varié de façon significative entre ces deux dates.

7 Biographie de M. Edmond Bartissol, candidat du Congrès républicain, élections législatives du 8 mai 1898, 1re circonscription de Narbonne, Imprimerie Bousquet, Narbonne, 1898, p. 1, et biographie parue dans Journal des Pyrénées-Orientales illustré, commercial, maritime, artistique et littéraire, 1900.

8 Ribeyre F., La Nouvelle Chambre (1889-1893), 1890.

9 Ribeyre F., ibid., et Cayrol Auguste, Biographie de M. Edmond Bartissol, 1910, p. 3.

10 Biographie de M. Edmond Bartissol, candidat du Congrès républicain, op. cit., p. 1. et Cayrol Auguste, Biographie de M. Edmond Bartissol, op. cit., p. 3.

11 M. Edmond Bartissol, Notes biographiques, L’Indépendant des Pyrénées-Orientales, 18 août 1916.

12 AD. Aude, Portel, série O.

13 AD Aude, W0 349.

14 Ibid.

15 Délibération du Conseil municipal de Portel.

16 Delmas Jacques, Histoire et géographie de l’Aude, 1867, p. 172.

17 AD Aude, 8 M 113.

18 D’après les mentions portées sur les actes d’état civil.

19 Delmas Jacques, op. cit., p. 172.

20 Ditandy A., Géographie élémentaire du département de l’Aude, Carcassonne, Imprimerie Pomiès, 1875, p. 120.

21 Drilles Marcel, Evolution des industries extractives dans les Pyrénées-Orientales et le sud de l’Aude, mémoire de maîtrise de géographie, Université Paul-Valéry, 1975, p. 92.

22 Annuaire du département de l’Aude pour l’année 1848 et Annuaire de l’Aude de 1856.

23 Actes d’état civil, 30 septembre 1862 (mariage de Jean Bartissol) et 18 janvier 1888 (mariage de Rose Bartissol).

24 Bertrand A., La Chambre des députés de 1889, Paris, 1889, n° 391. Bien plus tard, les rédacteurs du Dictionnaire des parlementaires ne retiendront que la version initiale : « Après d’excellentes études à Perpignan, E. Bartissol fit ses débuts d’ingénieur des travaux publics dans sa province natale » (p. 482).

25 Bertrand A., La Chambre des députés (1898-1902). Biographies des 581 députés avec avertissement et documents divers, la liste des ministères qui se sont succédé, la liste alphabétique des députés, etc., L.H. May, Paris, 1898, n° 55.

26 Biographie de M. Edmond Bartissol, candidat du Congrès républicain, op. cit., p. 2.

27 L’Indépendant des Pyrénées-Orientales, 18 août 1916 : article de Jules Escarguel et « M. Edmond Bartissol, Notes biographiques » signées E.R.B. Pour E. Frenay, également, Bartissol fut « formé à l’école de son village, sans qualification » (Histoire de Perpignan, p. 220).

28 Sur André-Prosper Crova, cf. le Dictionnaire de biographie française, op. cit., t. IX, p. 1295.

29 Mentionné sur plusieurs biographies. Cf. aussi JO, chambre des députés, 11 juillet 1898, p. 2035.

30 Les Grands Constructeurs français, Edmond Bartissol, Perpignan, Imprimerie du Journal commercial, J. Payret, avril 1902, pp. 7-8 ; Biographie de M. Edmond Bartissol, candidat du Congrès républicain, op. cit., p. 2.

31 Arrêté préfectoral du 17 janvier 1862, AD Pyrénées-Orientales, 1 S 19.

32 Les Grands Constructeurs français, Edmond Bartissol, op. cit., p. 3.

33 AD Pyrénées-Orientales, 1 S 17, arrêté préfectoral du 17 janvier 1862,

34 AD Pyrénées-Orientales, 1 S 17, lettre au préfet des Pyrénées-Orientales, 3 avril 1862.

35 AD Pyrénées-Orientales, 1 S17, lettre de l’ingénieur en chef du département, Tastu, au préfet des Pyrénées-Orientales, 21 mai 1862).

36 AD Pyrénées-Orientales, 1 S 17.

37 AD Pyrénées-Orientales, 3E 33/44, étude Amouroux, contrat de mariage en date du 16 septembre 1862.

38 AD Pyrénées-Orientales, tribunal civil, 3 U 1351, audience du 25 avril 1866.

39 AD Hérault, 2 U1 321, étude Tarbouriech, dossier n° 86, n° 2509 du 12 août 1878 et cour d’appel de Montpellier, 13 août 1869.

40 AD Pyrénées-Orientales, 3E 33/45, étude Amouroux, acte n° 54 en date du 30 janvier 1863.

41 Cf. notamment AD Pyrénées-Orientales, 1 X 53.

42 Cf. Rosine, « Si l’Esparrou m’était conté », Reflets du Roussillon, n° 8, hiver 1954, pp. 16-18.

43 Sur les conditions de cette élection d’Isaac Pereire dans les Pyrénées-Orientales, voir Bas Robert, La Vie politique dans les Pyrénées-Orientales sous la République décennale et le Second Empire (1851-1870), mémoire de maîtrise d’histoire, Université Montpellier III, 1983, pp. 83-95.

44 Les Grands Constructeurs français, Edmond Bartissol, op. cit., p. 8.

45 Cf. Biographie de M. Edmond Bartissol, candidat du Congrès républicain, op. cit., p. 3. En 1900, le Journal des Pyrénées-Orientales illustré, commercial, maritime, artistique et littéraire reprend textuellement les six premières pages de cette biographie.

46 Les républicains avaient été élus avec 75 à 81 voix sur 128 inscrits.

47 AD Pyrénées-Orientales, 3 M 224 et 3 M 229.

48 Robert Saut a consacré une notice biographique à Jean Bartissol dans Canet en Roussillon. Regards sur 3 000 ans d’histoire, Les Amis du Vieux Canet, 1991, p. 216. Voir également Mcphee Peter, « Changement social et conflit politique dans le midi de la France : Canet au xixe siècle », Études roussillonnaises, 1992, pp. 143-168.

49 AD Pyrénées-Orientales, 2 M 61.

50 L’adjoint Jacques Xamma, nommé sur proposition de Jean Bartissol, ne faisait pas partie des conseillers élus.

51 Saut Robert, op. cit., p. 216.

52 D’après A.D Pyrénées-Orientales, 2 Mi 73.

53 Saut Robert, op. cit., p. 217.

54 AD Pyrénées-Orientales, 3 U 1353, tribunal civil, audience du 16 décembre 1868.

55 AD Pyrénées-Orientales, 3E 13/120, étude Boluix, Perpignan, acte n° 313 du 2 septembre 1864 et 3E 13/126 et acte n° 352, 19 septembre 1867.

56 AD Pyrénées-Orientales, 3E 13/122, étude Boluix, Perpignan, n° 298 du 29 août 1865.

57 AD Pyrénées-Orientales, 3E 61/3, étude Boluix, Perpignan, n° 273 du 6 juillet 1872 pour 100 000 francs et étude Gambus, Perpignan, n° 20018 du 12 avril 1873 pour 250 000 francs.

58 AN, LH 666/63 et JO. du 27 août 1882, p. 4753.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search