Version classiqueVersion mobile

Edmond Bartissol (1841-1916)

 | 
Jean-Louis Escudier

Introduction

Texte intégral

  • 1 « La biographie est-elle utile à l’histoire économique ? », Problèmes et méthodes de la biographie, (...)
  • 2 Bourdieu Pierre, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, juin 1986 (...)

1La biographie est-elle utile à l’histoire économique ? Telle est la question que posait non sans provocation Hubert Bonin il y a une quinzaine d’années1. À l’évidence, la question méritait d’être soulevée. En tant que méthode de recherche historique, la biographie a fait l’objet de nombreuses critiques plus ou moins radicales, et force est de reconnaître que, pour l’essentiel, ces critiques étaient fondées. La biographie a longtemps relevé de l’hagiographie. Les trop nombreuses publications sur le mode L’Homme, la vie, l’œuvre destinées à louer un grand personnage, un homme providentiel, ont déconsidéré le genre. Les réserves exprimées par la communauté des historiens se trouvaient encore renforcées chez les économistes, plus orientés vers une approche en termes d’agrégats ou d’agents, mais aussi chez nombre de sociologues ; on connaît les réticences d’un Pierre Bourdieu fustigeant l’« illusion biographique2 ».

2Le présent ouvrage s’inscrit clairement dans le champ de la biographie. Il ambitionne également de se nourrir et de fournir des matériaux à l’histoire économique en recourant à la monographie d’entreprise. L’industrie des travaux publics dans le cadre duquel se déroule l’essentiel de l’activité d’Edmond Bartissol (1841-1916) présente quelques spécificités majeures qui nous paraissent légitimer cette double entrée méthodologique. La nature itinérante de l’activité, le recrutement sur place de tout le personnel d’exécution, le financement public spécifique par marché font de chaque chantier une entité financière et économique. Nous ne prétendons certes pas avoir totalement échappé au risque d’empathie qui, dans un travail biographique, guette tout chercheur. Pour autant Edmond Bartissol n’est pour nous ni un modèle ni une exception. Il offre un « parcours » dans lequel l’itinéraire individuel est étroitement confronté à la transformation du monde économique et social depuis le milieu du xixe siècle jusqu’à la Première Guerre mondiale. L’indigence de nos sources relativement à la vie privée du personnage (Mémoires, journal, correspondances d’ordre privé...) nous ont gardé de la tentation de faire du seul individu notre propos central. Par voie de conséquence, ce que l’on appelle communément et confusément la psychologie du personnage sera pratiquement absente de notre propos. Convaincu que toute personnalité se construit dans son action sociale, nous n’avons pas cherché à écrire « la vie d’un individu », ni prétendu révéler une personne en soi, pour soi. Notre objet de recherche fut autant l’activité économique initiée par un individu que cet individu lui-même.

Des séries et des hommes

  • 3 Vovelle Michel, « De la biographie à l’étude de cas », Problèmes et méthodes de la biographie, op. (...)
  • 4 Cf. Escudier Jean-Louis, « Kondratieff et l’histoire économique française ou la rencontre inachevée (...)

3Depuis le débat qui opposa Seignobos et Simiand au tout début du xxe siècle, tout historien devait « choisir son camp ». Pendant des décennies, l’histoire des faits économiques et sociaux s’est opposée à l’histoire événementielle. L’École des Annales qui se structure à la fin des années vingt autour de Marc Bloch et de Lucien Febvre est le fruit de ces conflits. Or, loin d’être antagoniques, le mouvement des agrégats économiques et l’histoire par les hommes sont interdépendants. D’un côté, l’individu est irréductible à tout système économique ou social ; d’un autre côté, les formes sociales, économiques et culturelles ont un poids structurant sur l’individu et ses activités. C’est pourquoi, avec Michel Vovelle, nous pensons que « beaucoup plus qu’un désaveu des approches sérielles quantifiées, le retour au qualitatif par le biais de l’étude de cas en est le complément, permettant cette analyse en profondeur3 ». Osons faire appel à nos propres recherches en économie historique pour illustrer notre propos. Ces recherches s’inscrivent dans le cadre de la théorie des cycles longs de type Kondratieff et recourent à la méthode de l’histoire économique quantitative initiée en France par François Perroux et Jean Marczewski. Or, la construction de ces outils théoriques et méthodologiques est le fruit de la réflexion d’hommes évoluant dans un environnement social et économique en transformation. Nicolaï Kondratieff ou Joseph Schumpeter, pour ne citer que deux des inventeurs du cycle long, ont élaboré ce concept en interprétant un réel4. Qu’ils se soient personnellement confrontés aux bouleversements majeurs de leur temps, la révolution bolchevique et le stalinisme pour le premier, le nazisme pour le second, n’est pas indifférent.

  • 5 Escudier Jean-Louis, « Sur la dimension spatiale dans les théories des mouvements économiques de lo (...)

4L’histoire économique quantitative vise à construire un ensemble de comptes rétrospectifs sur le modèle de la comptabilité nationale. Les travaux menés à bien depuis près de trente ans ont produit des instruments d’analyse indispensables du produit national, des dépenses publiques, des différentes branches d’activité économique. Mais l’interprétation de ces séries statistiques de longue période passe par une analyse du cadre institutionnel ; les fluctuations d’une dépense publique, des prix ou des salaires ne prennent tout leur sens que rapprochées des réactions des acteurs économiques et sociaux. Le champ du politique et les rapports sociaux qui le sous-tendent sont indispensables à la compréhension de l’évolution économique et juridique de toute société. L’homme et son activité économique révèlent un espace économique interdépendant et diversifié. Nous avons par ailleurs analysé la recomposition de l’espace économique au travers des cycles longs de type Kondratieff5. Chaque phase de dépression longue est marquée par des transformations structurelles que les différentes branches d’activité, les différentes économies nationales intègrent à des degrés divers.

  • 6 Bourdieu Pierre, « L’illusion biographique », op. cit., p. 71.

5Assurément, les transformations économiques et sociales majeures s’imposent à tout un chacun. L’activité d’un entrepreneur doit composer avec les politiques budgétaires, la montée des mouvements sociaux, les degrés d’industrialisation différents selon les pays, le niveau général du taux de profit et les relations internationales. Mais les réponses individuelles sont aussi intéressantes à analyser. Lorsque Bartissol quitte en 1873 l’Autriche pour le Portugal, consciemment ou intuitivement, il s’adapte à la nouvelle donne internationale. Il se détourne du pays situé à l’épicentre d’une crise financière majeure initiatrice d’une dépression longue, pour s’orienter vers une économie encore essentiellement agricole où les crises de type capitaliste sont amorties par l’état de sous-développement industriel, un pays où la croissance va rester soutenue jusqu’au milieu des années 1880. En s’orientant vers les marchés de pays peu développés (Espagne et Portugal, essentiellement), Bartissol tend à contourner les difficultés qui se présentent à lui dans l’espace économique français et dans les autres pays européens développés avec l’apparition de la longue stagnation. Réflexe conscient ou intuition, opportunité ou obligation, peu importe. Nous rejoignons Pierre Bourdieu lorsqu’il définit les événements biographiques « comme autant de placements et de dépassements dans l’espace social6 ». Les activités économiques, sociales et politiques de Bartissol s’inscrivent dans un espace social en transformation. Nous faisons le pari que l’analyse de ces activités est porteuse de sens pour interpréter les transformations macroéconomiques et sociales. Que l’on parle en termes de cycles longs ou de parcours d’entrepreneurs, nous ambitionnons de contribuer à la recherche en histoire économique, que chacune des entrées méthodologiques enrichisse l’autre.

  • 7 Cf. notamment Fontaine Philippe, Marco Luc, « La gestion d’entreprise dans la pensée économique aux (...)
  • 8 Schumpeter Joseph A., Théorie de l’évolution économique, 1935, Dalloz, p. 553.
  • 9 Pour une explication plus complète de la théorie de Schumpeter, cf. notamment Conus Marie-France, « (...)

6Dans la pensée économique, l’interrogation sur la direction de l’entreprise est fort ancienne. Jean-Baptiste Say puis les saint-simoniens avaient tenté de systématiser les fonctions managériales de l’entrepreneur7. Mais, c’est avec Joseph Schumpeter que le rôle de l’entrepreneur devient central dans la construction théorique. Dans sa recherche du profit, l’entrepreneur initie le mouvement général de l’innovation. Ces innovations sont regroupées dans le temps et dans l’espace, processus que Schumpeter désigne sous le terme de clustering, et la multiplication de ce comportement tend à imposer les transformations structurelles du système productif : « la réussite d’un entrepreneur ou de quelques entrepreneurs rend plus facile et, par là, provoque elle-même l’apparition d’entrepreneurs toujours plus nombreux8 ». Ces innovations apparaissent dans quelques branches industrielles puis se généralisent à l’ensemble de l’économie. Pour Schumpeter, le processus innovatif est multiple : fabrication d’un produit nouveau, introduction d’une nouvelle méthode, maîtrise d’une nouvelle source de matières premières, mise en place d’une nouvelle organisation. L’occurrence de ces innovations et la nature de leurs effets d’entraînement sur le système économique n’étant pas équivalents, il en résulte trois types de cycles économiques de durée et d’amplitude différentes, cycles que Schumpeter qualifie du nom de l’économiste qui les a mis en évidence pour la première fois : les Kitchin, les Juglar et les Kondratieff. Les idées de Schumpeter sur le rôle de l’innovation ont servi de fondements à la problématique d’un certain nombre d’auteurs contemporains (G. Mensch, A. Kleinknecht, J. Van Duijn, C. Freeman...). En dépit de conceptions fort disparates, ces auteurs sont généralement regroupés par commodité sous le terme générique de néo-schumpetériens. Mais, d’une manière générale, ces auteurs ont négligé le rôle de l’entrepreneur pour se concentrer sur la mesure et l’analyse macro-économique de l’innovation9.

Histoire d’entrepreneurs et histoire d’entreprises

  • 10 Bouvier Jean, Le Crédit lyonnais de 1863 à 1882. Les années de formation d’une grande banque de dép (...)
  • 11 Gille Bertrand, « Paulin Talabot. Recherches pour une biographie », Revue d’histoire des mines et d (...)
  • 12 Lévy-Leboyer Maurice (sous la dir. de), Le Patronat de la seconde industrialisation, Cahiers du mou (...)
  • 13 Cf. notamment les deux numéros spéciaux de la revue Entreprises et histoire sur les dynasties d’ent (...)
  • 14 Burnel Anne, La Société de construction des Batignolles de 1914 à 1939, coll. Mémoires et Documents (...)

7La business history est née aux Etats-Unis dans les années vingt où une chaire relative à cette discipline est instituée à la Harvard Scholl of Business Administration dès 1927. Mais ce sont les travaux d’Alfred Chandler relatifs aux grandes entreprises américaines à partir de leurs archives qui mirent en lumière tout l’intérêt de la discipline. L’essor de la business history en France est plus tardif. Depuis le début des années soixante, l’entreprise est devenue objet d’histoire. La Compagnie de Suez, Saint-Gobain, Renault, Christofle, Schneider, le Crédit lyonnais ou encore le Crédit foncier ont donné lieu à des travaux remarquables10. Mais longtemps, les recherches ont davantage porté sur les institutions que sur les hommes. Or, loin d’être antagonistes, l’approche par l’entreprise et l’approche par l’entrepreneur sont complémentaires. Dès 1970, Bertrand Gille, que chacun s’accorde à considérer comme le père de l’histoire d’entreprises en France, avait appelé à une recherche biographique approfondie autour d’un industriel, en l’occurrence Paulin Talabot11. La réflexion engagée à la fin des années soixante-dix autour de Maurice Lévy-Leboyer sur le patronat de la seconde industrialisation marquait un tournant décisif12. Les travaux récents sur les dynasties d’entrepreneurs impulsés notamment par François Crouzet, Emmanuel Chadeau et Dominique Barjot, et largement diffusés par les revues Entreprises et histoire et Histoire, économie et société vont dans le sens du rapprochement entre histoire d’entreprises et histoire d’entrepreneurs13. En mettant en évidence le lien « organique » entre entreprise et entrepreneur, la thèse d’Anne Burnel sur la famille Goüin et la Société de construction des Batignolles14 témoigne du bien-fondé de cette démarche.

  • 15 Chadeau Emmanuel, Les Inspecteurs des Finances au xixe siècle (1850- 1914). Profil social et rôle é (...)
  • 16 Brunot A., Coquand R., Le Corps des ponts et chaussés. Histoire de l’administration, CNRS Editions, (...)
  • 17 Charle Christophe, Telkes Éva, Les Professeurs du Collège de France. Dictionnaire biographique (190 (...)
  • 18 Grelon André, Les Professeurs du Conservatoire national des arts et métiers. Dictionnaire biographi (...)
  • 19 Cf. Huguet Françoise, Les Professeurs de la faculté de médecine de Paris. Dictionnaire biographique (...)

8Néanmoins, nous avons le sentiment que le détour par la prosopographie est indispensable pour pouvoir réintroduire ces parcours d’entrepreneurs et ces trajectoires d’entreprises dans l’évolution macro-économique. La prosopographie vise à étudier des groupes sociaux plus ou moins homogènes à partir de l’analyse des cursus d’un certain nombre d’individus considérés comme représentatifs du groupe social en question. Sorte d’éthologie du genre humain, la prosopographie décrypte les comportements de groupes sociaux par un échantillon d’individus. Même si ce champ de la recherche historique ne s’est pas encore constitué en discipline, plusieurs travaux remarquables contribuent déjà à mieux saisir le fonctionnement et la culture de certains groupes sociaux. Mais, justement parce qu’elle repose sur cette notion de représentativité des individus, la prosopographie est encore peu sortie de l’étude des grands corps de l’État : les polytechniciens, les normaliens, les inspecteurs des finances15, les ingénieurs des mines et des ponts et chaussées16 ou encore les professeurs au Collège de France17, au Conservatoire national des arts et métiers18 ou à l’Université de Paris19.

  • 20 Charle Christophe, Les Élites de la République (1880-1900), Fayard, p. 166.
  • 21 Montel Nathalie, Le Chantier du canal de Suez (1859-1869). Techniques et techniciens de travaux pub (...)
  • 22 À l’heure actuelle sont parus, aux éditions Cenomane Picard, les volumes suivants : Nord (sous la d (...)

9À ce jour, les entrepreneurs autodidactes sont les grands oubliés de la prosopographie et c’est là un problème inhérent à leur condition d’autodidactes. Par définition, ils n’ont pas fréquenté les grandes écoles, ils ont souvent fait leur carrière dans le secteur privé car la référence aux diplômes y est moins exclusive, et surtout ils apparaissent souvent comme atypiques et, par là même, non représentatifs. Au total, les autodidactes ne sont guère nombreux lorsque le chercheur a établi son échantillonnage. Dans Les Élites de la République, Christophe Charle relève, justement à propos d’Edmond Bartissol, qu’il s’agit pratiquement du « seul autodidacte de son échantillon20 ». Lorsque l’individu sans formation supérieure exerce son activité dans une entreprise privée, il devient insaisissable. Ainsi, N. Montel qui a étudié le parcours professionnel des hommes du chantier du canal de Suez, reconnaît sans peine que « le technicien autodidacte employé par l’entreprise Borel, Lavalley et Cie est le profil type de l’individu passé au travers de [ses] filets21 ». Dans ce contexte, la prosopographie des entrepreneurs du Second Empire lancée sur une base régionale représente une avancée fondamentale. Ce programme de recherche historique ambitionne le recensement et l’identification biographique des dirigeants d’entreprises de plus de 200 salariés et ayant réalisé plus de 500 000 francs de chiffre d’affaires dans les années 186022. En se donnant pour critère de détermination du groupe social la réussite économique et non plus la formation initiale, la méthode prosopographique relève ici clairement de l’histoire économique.

  • 23 Parmi bien d’autres, citons les travaux de Borgis (Jean-Pierre), Charles Morel, constructeur dauphi (...)

10Jusqu’à une date récente, l’histoire d’entreprises resta pour l’essentiel circonscrite aux grands groupes industriels ou bancaires. Les investigations sur des entreprises de taille plus modeste furent longtemps livrées aux bonnes volontés des sociétés savantes, aux érudits locaux, comme s’il s’agissait d’une recherche de seconde zone, d’une « recherche provinciale ». L’émergence de la micro-histoire aidant, les conceptions en la matière ont changé ; depuis une dizaine d’années, certains universitaires orientent leurs étudiants vers des recherches sur des entreprises de dimension régionale et quelques thèses témoignent du bien-fondé de cette évolution23. Avec l’activité professionnelle d’Edmond Bartissol, nous avons été confronté à des entités économiques de dimensions relativement modestes, disparates et néanmoins fortement imbriquées. Le fonctionnement de cet ensemble informel que nous avons dénommé « groupe Bartissol » relève d’une logique entrepreneuriale, d’un système.

  • 24 Vovelle (Michel), « De la biographie à l’étude de cas », op. cit., p. 196.

11Si, comme le soutient Michel Vovelle, « l’étude de cas représente le retour nécessaire à l’expérience individuelle, dans ce qu’elle a de significatif, alors même qu’elle peut apparaître atypique24 », le choix d’Edmond Bartissol et de ses entreprises était judicieux. Alors qu’une solide formation scientifique ou tout au moins les enseignements d’une bonne École d’arts et métiers sont déjà quasiment indispensables pour espérer se faire rapidement une place dans l’industrie des travaux publics, Edmond Bartissol va en moins de vingt ans passer du statut de petit employé à celui de grand chef d’entreprise. Dans cette société française du xixe siècle qui valorisa plus souvent la rente et le maintien des hiérarchies sociales que l’esprit d’entreprise, un tel parcours est suffisamment atypique pour mériter notre attention.

12L’interrogation croisée sur un dirigeant d’entreprise et sur la dynamique des structures productives et commerciales qu’il impulsa nous paraît riche de sens.

Canaliser les multiples sources de vie

  • 25 Corbin Alain, Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot (1798-1876). Sur les traces d’un inconnu, (...)

13Une fois précisé l’objectif de notre reconstitution biographique et monographique centrée sur un entrepreneur autodidacte et ses activités professionnelles, il convient d’expliciter la méthode de recherche, de collecte des données. Aborder la question fondamentale des sources implique d’évoquer au premier chef leur nécessaire multiplicité. La remarquable biographie de Louis-François Pinagot que vient de nous offrir Alain Corbin témoigne que, potentiellement, tout individu, toute vie, même la plus humble, participe de l’histoire générale25. Cet homme ordinaire du xixe siècle, ce sabotier analphabète de l’Orne, accède à l’existence historique, par le talent et le travail de recherche et de construction historique fondé sur la confrontation de sources multiples. La démarche adoptée dans le présent ouvrage s’inscrit résolument dans cette lignée.

  • 26 Montel Nathalie, Le Chantier du canal de Suez (1859-1869), op. cit., p. 144.
  • 27 Cf. catalogues de la série 65 AQ des Archives nationales.

14La condition d’autodidacte de l’entrepreneur concerné impose encore plus fortement la multiplicité des sources. La thèse de Nicole Monte ! sur les « hommes de Suez » en offre la démonstration a contrario. Lorsque cet auteur souligne que « l’étude des autodidactes pose l’éternel problème de l’absence de sources les concernant susceptibles de saisir les différents éléments de leur trajectoire26 », elle extrapole à partir de la source unique qu’elle a consultée, à savoir les archives de la Compagnie de Suez. Autant les archives d’entreprises sont riches pour les grandes entreprises27, autant les entreprises plus modestes, à direction essentiellement familiale, échappent pour l’essentiel au dépôt et à l’archivage publics. Le caractère itinérant et fluide de l’activité industrielle particulière qu’est la branche des travaux publics rend encore plus complexe le suivi – ou plutôt la représentation – de l’itinéraire d’un autodidacte. Il convient donc d’examiner les potentialités des différentes catégories de sources.

  • 28 Bertholet Denis, Les Français par eux-mêmes (1815-1885), Olivier Orban, 1991, 360 p.

15Tout d’abord, le chercheur ne peut guère espérer exploiter la littérature personnelle (Mémoires, journal personnel, récit, essais). D’une manière générale, le patron autodidacte n’aime guère écrire. Il n’en a ni le temps ni le goût. Bondissant d’un dossier à un autre, il ne se donne pas le temps de la réflexion. Conscient de ses atouts et de ses handicaps, l’autodidacte se sent mal à l’aise sur le terrain de l’intellectuel et il s’y aventure rarement. Son niveau d’instruction réduit, son ignorance totale de cette culture classique si prisée au xixe siècle ne l’incitent guère à se répandre. La recension des textes autobiographiques opérée par Denis Bertholet pour la période 1815-188528 confirme qu’il s’agit là d’un comportement général et Bartissol ne déroge pas à cette règle. Lorsqu’il prend la plume, c’est pour traiter une affaire, donner des ordres à un collaborateur ou s’enquérir des potentialités d’un prochain marché. Même le style épistolaire est à ses yeux trop exigeant. Le télégramme et bientôt le téléphone avec les expressions lapidaires qu’ils autorisent auront ses faveurs.

16Face à ce constat, nous avons résolument opté pour une démarche transversale. L’utilisation des archives d’entreprise relève du pointillisme. Détecter un chantier pour lequel l’entrepreneur a passé commande de matériel à une autre entreprise, suivre les mouvements d’acquisition et de vente de certaines affaires est un exercice fastidieux. Nous avons eu recours aux documents d’entreprise pour plusieurs affaires initiées par Edmond Bartissol : la Compagnie des chemins de fer de la Beira Alta, la Compagnie de Mozambique, la Société hydroélectrique roussillonnaise, la construction du port de Recife au Brésil ou encore la Compagnie de Panama qu’il eut la prétention de relever. Les statuts, la répartition du capital entre les actionnaires, les délibérations d’assemblées générales et de conseils d’administration sont autant de documents précieux pour appréhender la fonction d’un individu dans une structure de production et la place de cette structure dans l’ensemble des affaires animées par l’individu Bartissol.

17Les sources administratives (Journal officiel, annonces légales, délibérations des conseils municipaux, des conseils généraux ou de la Chambre des députés...) fournissent des informations sur les marchés contractés, sur les débats auxquels ont donné lieu certains projets dans des assemblées locales, départementales ou nationales. Les sources notariales et les archives de l’enregistrement offrent des jalons indispensables pour apprécier la nature et la valeur des transactions. Quant aux sources judiciaires, elles sont également précieuses tant pour ce qu’elles nous révèlent des conflits de personnes que pour les informations relatives aux actes commerciaux (constitution de sociétés, apports financiers, clauses particulières des contrats commerciaux...).

18Les notices biographiques dont on connaît tout à la fois les vertus et les vices se sont révélées aussi utiles que dangereuses. Utiles car elles sont autant de fenêtres entrouvertes vers d’autres catégories de sources moins personnalisées. Dangereuses car élaborées à partir des éléments fournis par les personnes concernées, elles traitent uniquement des événements dont le « biographé » estime souhaitable de faire publicité. Les notices biographiques sont avant tout des matériaux pour la construction du héros que le personnage veut offrir au regard public et doivent être ainsi considérées par l’historien. Tout au long de notre recherche, nous avons mesuré combien une notice biographique pouvait être facilement manipulée par ces individus hors norme, mobiles et souvent polyvalents que sont les brillants autodidactes : en l’absence de dossier administratif, l’éditeur, à supposer qu’il le souhaite, ne peut guère vérifier les indications fournies par l’intéressé ou son entourage. Edmond Bartissol sut à merveille utiliser ce support des notices biographiques pour valoriser ses initiatives.

19Les traces laissées par l’implication politique d’un individu – Edmond Bartissol fut maire et parlementaire – sont riches d’informations mais leur essence partisane impose des recoupements avec d’autres sources. Traités avec précaution, certains articles de la presse régionale révèlent la position du personnage sur nombre de faits de société, donnent des indications sur ses rapports avec les élites locales. Par-delà l’outrance du propos, les polémiques développées peuvent indiquer des pistes conduisant à approfondir l’interprétation sur tel ou tel point. Enfin, les conflits du travail auquel Bartissol fut confronté en tant qu’industriel ou propriétaire terrien sont autant de « gisements » d’informations sur le fonctionnement économique et social de ses entreprises ; réciproquement, les modalités de gestion de ces conflits peuvent aider à la compréhension des rapports de force qui se développent dans la France du début du xxe siècle.

20Les spécificités propres à la branche des travaux publics et celles inhérentes aux autodidactes plaident toutes deux dans le sens de la multiplicité des sources. Si la confrontation des sources est une règle générale de la recherche historique, elle fut pour nous indispensable à la « construction » de l’objet sous examen, dans sa double composante, humaine, avec le personnage central, et immatérielle, avec l’activité économique. Dans le travail de longue haleine qu’a représenté l’élaboration du présent ouvrage, chaque source supplémentaire s’est avérée une chance et une interrogation. Puisse le lecteur trouver autant de plaisir à sa lecture que nous en avons éprouvé à sa construction.

Notes

1 « La biographie est-elle utile à l’histoire économique ? », Problèmes et méthodes de la biographie, Actes du colloque, 1985, p. 167.

2 Bourdieu Pierre, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, juin 1986, nos 62-63, pp. 69-72.

3 Vovelle Michel, « De la biographie à l’étude de cas », Problèmes et méthodes de la biographie, op. cit., p. 196.

4 Cf. Escudier Jean-Louis, « Kondratieff et l’histoire économique française ou la rencontre inachevée », Annales Economies Sociétés Civilisations, n° 2, mars-avril 1993, pp. 359-383.

5 Escudier Jean-Louis, « Sur la dimension spatiale dans les théories des mouvements économiques de longue durée », Economies et sociétés, série Développement, croissance et progrès, nos 7-8, 1993, pp. 345-369.

6 Bourdieu Pierre, « L’illusion biographique », op. cit., p. 71.

7 Cf. notamment Fontaine Philippe, Marco Luc, « La gestion d’entreprise dans la pensée économique aux XVIIIe et xixe siècles », Revue d’économie politique, n° 4, juillet-août 1993, pp. 579-598.

8 Schumpeter Joseph A., Théorie de l’évolution économique, 1935, Dalloz, p. 553.

9 Pour une explication plus complète de la théorie de Schumpeter, cf. notamment Conus Marie-France, « L’héritage de la pensée de J.A. Schumpeter sur les mouvements économiques de longue durée : avancées ou recul des néo-schumpetériens ? », Revue d’économie politique, n° 4, juillet-août 1993, pp. 579-598.

10 Bouvier Jean, Le Crédit lyonnais de 1863 à 1882. Les années de formation d’une grande banque de dépôts, Paris, SEVPEN, 2 vol., 937 p. Fridenson Patrick, Histoire des usines Renault (1898-1939), Le Seuil, 1972. Alinne Jean-Pierre, Banquiers et bâtisseurs. Un siècle de Crédit foncier, 1852-1940, CNRS Éditions, 1984, 248 p.

11 Gille Bertrand, « Paulin Talabot. Recherches pour une biographie », Revue d’histoire des mines et de la métallurgie, t. II, n° 1, 1970, pp. 49-99.

12 Lévy-Leboyer Maurice (sous la dir. de), Le Patronat de la seconde industrialisation, Cahiers du mouvement social. n° 4, 1979, pp. 277-291.

13 Cf. notamment les deux numéros spéciaux de la revue Entreprises et histoire sur les dynasties d’entrepreneurs présentés par François Crouzet (n° 9, septembre 1995 et n° 12, juin 1996).

14 Burnel Anne, La Société de construction des Batignolles de 1914 à 1939, coll. Mémoires et Documents de l’École des Chartes, IX, n° 41, Droz, 362 p.

15 Chadeau Emmanuel, Les Inspecteurs des Finances au xixe siècle (1850- 1914). Profil social et rôle économique, Economica, 1986, 185 p. ; Carré de Malberg Nathalie, Les Inspecteurs des finances entre les deux guerres : origine, formation, carrière, 1918-1942.

16 Brunot A., Coquand R., Le Corps des ponts et chaussés. Histoire de l’administration, CNRS Editions, 1982, 915 p.
Thépot André, Les Ingénieurs des mines du xixe siècle. Histoire d’un corps technique d’État, t. I : 1810-1914, Eska, 1998, 511 p.

17 Charle Christophe, Telkes Éva, Les Professeurs du Collège de France. Dictionnaire biographique (1901-1939), CNRS Éditions, 1988, 248 p.

18 Grelon André, Les Professeurs du Conservatoire national des arts et métiers. Dictionnaire biographique (1794-1955), CNRS Éditions, INRP, CNAM, 1994, 2 vol.

19 Cf. Huguet Françoise, Les Professeurs de la faculté de médecine de Paris. Dictionnaire biographique (1794-1939), CNRS Éditions, 1991, 784 p ; Charle Christophe, Les Professeurs de la faculté des lettres de Paris. Dictionnaire biographique (1809-1908), CNRS Éditions, INRP, 1986, 186 p. ; Charle Christophe, Les Professeurs de la faculté des lettres de Paris. Dictionnaire biographique (1909- 1939), CNRS Éditions, INRP, 1986, 224 p. ; Fontanon Claudine, Charle Christophe, Telkes Éva, Les Professeurs de la faculté de sciences de Paris. Dictionnaire biographique (1901-1939), CNRS Éditions, 1989, 272 p.

20 Charle Christophe, Les Élites de la République (1880-1900), Fayard, p. 166.

21 Montel Nathalie, Le Chantier du canal de Suez (1859-1869). Techniques et techniciens de travaux publics au milieu du xixe siècle, thèse de doctorat, EHESS, 1995, p. 144.

22 À l’heure actuelle sont parus, aux éditions Cenomane Picard, les volumes suivants : Nord (sous la dir. de Frédéric Barbier, Droz, 1988), Normandie, Maine, Anjou (dir. Dominique Barjot, 1991), Franche-Comté (dir. Jean-Luc Mayaud, 1991, 181 p.), Bourgogne (dir. Philippe Jobert, 1991, 259 p.), Alsace (dir. Nicolas Stroskopf, 1994, 286 p.), Marseille (dir. Roland Caty, Éliane Richard et Pierre Echinard) et Bordeaux-Gironde (dir. Hubert Bonin, 1999, 233 p.).

23 Parmi bien d’autres, citons les travaux de Borgis (Jean-Pierre), Charles Morel, constructeur dauphinois sous la Troisième République, Presses universitaires de Grenoble, 1990. 351 p., ou encore de Praca Edwige de, Les Établissements de Chefdebien à Perpignan : une entreprise dans l’industrie civile (1877-1939), mémoire de maîtrise, Université de Perpignan, 1994, 122 p.

24 Vovelle (Michel), « De la biographie à l’étude de cas », op. cit., p. 196.

25 Corbin Alain, Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot (1798-1876). Sur les traces d’un inconnu, Flammarion, 1998. 338 p.

26 Montel Nathalie, Le Chantier du canal de Suez (1859-1869), op. cit., p. 144.

27 Cf. catalogues de la série 65 AQ des Archives nationales.

28 Bertholet Denis, Les Français par eux-mêmes (1815-1885), Olivier Orban, 1991, 360 p.

© CNRS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search