Version classiqueVersion mobile

Évolutionnisme et fixisme en France

 | 
Cédric Grimoult

Avant-propos

Texte intégral

1À la fin du siècle des Lumières, une partie des sciences naturelles connaît une mutation spectaculaire grâce à l’essor considérable de la paléontologie. Le xviiie siècle avait vu se développer la systématique. L’exploration du globe entraînait la découverte de nouvelles espèces toujours plus nombreuses qu’il fallait classer, et donc étudier. L’établissement d’une hiérarchie « naturelle », c’est-à-dire fonctionnelle, était la principale préoccupation des naturalistes. La paléontologie est fille de la systématique car l’introduction des fossiles dans les mêmes classifications que les formes vivantes s’inscrivait dans la logique du développement des sciences naturelles du xviiie siècle. Mais la prise de conscience du rôle du passé dans les phénomènes biologiques actuels devait conduire à une révolution culturelle. Grâce à l’histoire (au sens chronologique du terme), le transformisme allait vaincre le fixisme traditionnel.

2L’idée d’évolution biologique a profondément transformé la vision du monde de l’homme contemporain. Et les sociétés occidentales ont d’abord refusé d’accepter cette réalité. Elles ont mis plusieurs dizaines d’années pour en découvrir les implications les plus élémentaires, tant sur le plan matériel que philosophique. Certes, l’histoire des sciences a dévoilé depuis longtemps que l’idée transformiste était déjà débattue en Europe avant la parution de L’Origine des espèces. Toutefois on ne s’est sans doute pas suffisamment demandé pourquoi il a fallu attendre la seconde moitié du xixe siècle pour que l’évolutionnisme triomphe parmi les biologistes. Comment se fait-il qu’en France, par exemple, les naturalistes n’aient pas tranché en faveur du transformisme lors du débat des années 1825-1832 ?

3L’étude du développement de l’histoire naturelle en France au xixe siècle doit partir des préoccupations spécifiques des scientifiques, ainsi que du contexte idéologique et social de l’époque. Mais les relations entre les théories biologiques (aspect internaliste) et le cadre culturel dans lequel elles s’épanouissent ou disparaissent (aspect externaliste) sont souvent complexes. L’histoire des sciences est donc particulièrement intéressante et sa chronologie significative : « Tout comme dans la vie des espèces biologiques, on retrouve dans l’évolution épistémologique des périodes de science stable – quand le modèle dominant est encore capable de comprendre et d’englober les nouvelles découvertes – et une période de transition qui, en principe, devrait être brève si l’ancien modèle ne s’opposait indûment à celui en train de naître, pour aboutir après cette mutation muée en révolution scientifique à un autre modèle relativement stable [...] grâce à un combat qui devrait être seulement au niveau des idées scientifiques mais qui se prolonge malheureusement, trop souvent sinon toujours, en des luttes politiques, idéologiques, sociales, religieuses, qui parasitent et retardent l’avènement du néotype épistémologique » (Buican, 1993, p. 147).

4Il faut donc porter un regard croisé sur les nombreuses dimensions culturelles de la science contemporaine. De la fin du xviiie siècle aux lendemains de la révolution darwinienne des années 1860, cette étude de l’histoire de l’évolutionnisme doit aussi rendre compte des méthodes et des pratiques scientifiques.

5Il s’agit donc d’abord d’expliquer l’emboîtement des phénomènes temporels. De la tendance séculaire à l’événement ponctuel, en passant par des polémiques à rebondissements à travers une décennie, chaque phénomène historique a des répercussions différentes en fonction de sa durée. Le contexte politique, social, idéologique et religieux, autour des années 1800-1832, fera d’abord apparaître les enjeux du transformisme (première partie). La grande bataille entre les principaux naturalistes du premier tiers du xixe siècle pourra alors révéler les faits et les arguments de méthode qui ont surgi lors des affrontements. Ils doivent permettre d’expliquer le rejet immédiat du transformisme au profit du paradigme créationniste (deuxième partie). Enfin, une analyse plus chronologique, de 1832 à 1882, pourra sans doute mettre en lumière l’obstination d’une communauté dans son rejet de la théorie de l’évolution (troisième partie). Ces cinquante années très originales ont à leur tour le mérite d’expliquer le recul de la France dans la biologie mondiale au xixe siècle.

© CNRS Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search