Version classiqueVersion mobile

Carnets. Tome IV

 | 
Marcel Cachin

Année 1947

Carnets Marcel Cachin. Année 1947

Texte intégral

Janvier1

  • 1 Le texte des Carnets pour le mois de janvier 1947, tel qu’il est présenté ici, correspond à une rec (...)
  • 2 Il s’agit de la page de garde du carnet normal.

1Agenda de l’Assemblée nationale. 19472

2Directeur de l’Information, M. Koch, ELY 82 00. Documents étrangers, M. Luca, Bibliothèque de la Chambre. Mme Winckler pour la liaison.

31er juin, La Rochelle ; 13 juillet (8 juin), Saint-Brieuc ; 15 juin, Congrès national. Les députés réclament un salaire de 653 000 F au lieu de 85 000 F en 1939. Huma recettes : 10 millions par mois ; rotativistes 380 F par jour.

4Mars 1946. Allemands : aigris, haine contre l’occupation, chauvinisme, courant contre les Anglo-Saxons, croyance que l’unité allemande se fera.

5Augmentation du prix de la vie : 26 % au Canada, 32 % en Angleterre, 48 % en Suisse, 50 % en Norvège, 58 % au Brésil, 125 % au Mexique, 200 à 300 % en Chine.

6Le ministre de la Population a la nationalisation des étrangers et l’immigration. Et les subventions et les collectivités municipales et départementales. Manchester Guardian, 25 000 exemplaires ; Daily Worker, 100 000.

Dimanche 12 janvier 1947 (carnet fragmentaire, même date)

7Élysée, lieu où je réunis les amis.

Mardi 14 janvier 1947 (carnet fragmentaire, même date)

  • 3 Marcel Cachin prononce, le 14 janvier 1947, un discours à l’Assemblée nationale où, comme doyen d’â (...)

8Rentrée de la Chambre3.

  • 4 Paul Coste-Floret, né le 9 avril 1911 ; juriste de formation, député de l’Hérault en 1945, ministre (...)

9Il y a des gaullistes au Rassemblement des gauches, Pleven et au MRP, Coste-Floret4. Chez les socialistes, plusieurs. Ils veulent Herriot comme candidat des droites à la présidence de la Chambre. Nous avons agi contre le MRP. Aujourd’hui, changement chez les radicaux : certains sont venus chez nous ; d’autres sont aventuriers.

10Les classes moyennes. Les radicaux sont colonialistes, un contenu social nouveau chez les radicaux.

  • 5 Auguste Champetier de Ribes, né en 1882 et mort le 6 mars 1947, président du Conseil de la Républiq (...)
  • 6 Auguste Champetier de Ribes en a été élu président, contre Georges Marrane, candidat communiste.

11Échec du MRP à la Chambre. Il faut empêcher un MRP à la présidence de la République5 ou un succédané pour faire le lit de de Gaulle. Auriol comme candidat des gauches grâce à nous. Au Conseil de la République, les apparentés ont flanché6.

12Nous avons agi dans le sens national et républicain en votant pour Auriol.

Mercredi 15 janvier 1947 (carnet fragmentaire, même date)

  • 7 Léon Blum arrive en visite officielle à Londres, le 13 janvier 1947, pour rencontrer Clement Attlee

1319 école Capitaine Lagache 17e. Blum veut un accord alliance avec l’Angleterre7.

Jeudi 16 janvier 1947 (carnet fragmentaire, même date)

  • 8 Le 16 janvier, à Versailles, Vincent Auriol est élu président de la République au premier tour, ave (...)
  • 9 Le gouvernement Blum impose, pour juguler l’inflation, une baisse des prix de 10 % : 5 % en janvier (...)

14Versailles, président de la République8. BP, 10 h, salon de lecture, Hôtel de ville de Versailles. CC du 18 : les masses ne se font pas d’illusion sur les 5 %9. Il faut le minimum vital. Il faut régler le problème des fonctionnaires. Le Préfet de la Seine a officialisé les commissions d’assainissement des prix. Le MRP parle de reconduction. Le parti communiste apparaît comme victorieux à Versailles. La concentration républicaine dans le gouvernement.

15Pas de discussion sur la participation gouvernementale. Nous avons créé un courant républicain. Il y a danger réactionnaire. Elle veut écarter les communistes et user les socialistes. Il faut exiger la baisse des prix, le minimum vital ; action vigoureuse pour la baisse des prix. Il ne faut pas nous laisser isoler. Il faut négocier au meilleur prix. À l’intérieur, ils sont prêts à tout. Faisons des concessions pour entrer au gouvernement, un gouvernement avec nous ne sera pas réactionnaire : Bidault a une position réactionnaire sur l’Allemagne, Ramadier n’est pas plus mauvais qu’un autre. On veut nous éliminer du gouvernement.

Vendredi 17 janvier 1947 (carnet fragmentaire, même date)

  • 10 Léon, Félix, Benjamin Boutbien, né en 1915, docteur en médecine. Militant de la SFIO dès 1930, il é (...)
  • 11 La candidature de Jacques Duclos est finalement retirée, et Édouard Herriot est élu président de l’ (...)

161 h 15, ambassade de Pologne. 17 h commission de politique étrangère. Bureau du BP. Boutbien10 : l’entente est possible. Nous laissons peser la candidature Duclos sur la présidence de la Chambre sur Herriot11. Il faut aller au gouvernement malgré tout avec des concessions. La réaction veut créer le désespoir dans les masses. C’est pourquoi il faut des communistes au pouvoir. La réaction ne veut pas des communistes au pouvoir. C’est pourquoi elle a soutenu Blum et le gouvernement socialiste homogène. Il faut un gouvernement avec un programme modéré mais progressif pour réunir tous les Français non réactionnaires. Le programme est : contre la hausse ! Il faut croire à la baisse des prix. Il n’y a pas de cycle infernal. Depuis juin, augmentation des salaires de 25 %, de la vie 50 %.

  • 12 Benoît Frachon, secrétaire général de la CGT en « dyarchie » avec Léon Jouhaux (CCN du 5 septembre  (...)

17Au CCN, deux Unions départementales seules ont voté contre Frachon. Les socialistes, Jouhaux voulaient qu’on abandonne les 84 000 F12. Au gouvernement, nous ne pouvons pas faire triompher nos points de vue, mais nous empêcherons certaines des tentatives pour l’Allemagne et le Vietnam. Chez Citroën, les patrons ont exigé diminution des temps de repos. Pas la politique du pire !

Samedi 18 janvier 1947 (carnet fragmentaire, même date)

18CC, 120 rue Lafayette. Les industriels ont lutté d’abord contre les comités d’entreprises, mais aujourd’hui les patrons distribuent à la fin de l’année des 1 000 F aux comités d’entreprises. C’est une tentative de démoralisation syndicale.

  • 13 Albert Ouzoulias (né en 1915) milite aux JC dès 1934, devient permanent, en 1935, comme membre du b (...)

19Ouzoulias13 est président de l’investigation des stocks pour la Seine, et des CGT et UFF et patronales. Ramadier est le seul qui n’ait pas voté contre nous. C’est pourquoi Thorez a dit à Vincent Auriol : « Nous voulons Ramadier. »

20Le Conseil national des patrons dit : « Pas d’augmentation de salaires. »

  • 14 Commençant ses consultations, il reçoit Maurice Thorez et Jacques Duclos, le 17 janvier.

21À 6 h, Duclos : on veut nous empêcher de revenir au gouvernement. Nous avons fait élire Auriol, mais les socialistes eux-mêmes n’attendaient pas le succès. Ramadier est chargé de mission14. Le MRP discute encore. Le Rassemblement des gauches discute. On essaiera la reconduction. Le Rassemblement des gauches présente Herriot pour la présidence. Nous leur avons dit : « Oui, mais nous sommes très surpris et nos amis sont irrités. Allez-vous vous laisser mener par des aventuriers ? Le MRP ne veut pas de nous. Il veut le pire. »

Dimanche 19 janvier 1947

22Et alors, nous, nous voulons un gouvernement républicain. Et alors, vous, êtes-vous prêts à faire un gouvernement avec les socialistes et nous ? Il y a aggravation lutte des classes et regroupement des anticommunistes partout pour nous isoler. Il faut donc unifier les ouvriers et républicains. C’est notre ligne stratégique. On essaie Blum et avec des phrases gauches. Ce fut une transition pour se préparer à l’attaque anticommuniste et à nous écarter. On veut nous jeter dans l’opposition. Mais nous avons conservé notre sang-froid. Nous avons créé un climat communiste soviétique. Alors il fallait d’autres opérations : ce fut celle de la baisse des prix. Or, les nôtres ont boudé. Il faut pousser le gouvernement loin, mettre les masses en mouvement, comités d’entreprises, d’assainissement. Nous avons opposé à Blum le minimum vital. Et Ramadier nous dit : « Pas d’augmentation de salaires. » Nous avons répondu : « Nous soutenons la CGT, il faut un compromis. Il faut l’accroissement de la productivité. Le MRP fait la politique du pire. »

  • 15 Suite à des discussions, à Londres, entre Léon Blum, Clement Attlee et Ernest Bevin, un communiqué (...)

23Il y a une provocation Vietnam. Puis aujourd’hui, une bombe : l’alliance franco-britannique pour cacher l’échec du charbon15. Staline a dit à de Gaulle : « Faisons l’alliance à trois. » Non, a dit de Gaulle.

  • 16 Les vendeurs de l’Humanité de la région parisienne y reçoivent leurs étrennes ; discours de Cachin.

24CDH, 15 h. Palais des expositions16. 10 h, 72 avenue des Champs-Élysées, Comité parisien d’assistance aux anciens prisonniers et déportés soviétiques.

Lundi 20 janvier 1947 (carnet fragmentaire, même date)

  • 17 Cérémonie du 23e anniversaire de la mort de Lénine, sous la présidence de Maurice Thorez, avec un d (...)
  • 18 Jacques Sadoul (1881-1956) s’est éloigné de la vie militante après 1945, tout en restant au comité (...)

25Mutualité, Lénine 11 h17. Jacques Sadoul sur Lénine18. Le chantage de De Gaulle n’existe plus puisqu’il y a un président de la République et de Gaulle serait un factieux s’il s’insurgeait. Mauriac dit : « Les communistes quand ils sont ministres, ils ne font pas comme les autres. »

26Il faut proposer un gouvernement socialiste-communiste. Même un gouvernement avec [ill.] c’est à gauche s’il y a des communistes. Ligne stratégique : la même ! Ligne tactique : ça change !

Mardi 21 janvier 1947 (carnet fragmentaire, même date)

  • 19 Madeleine Braun (1907-1980), femme de Jean Braun, qu’elle a épousé en 1930, fut membre du comité di (...)

2711 h du matin. Bureau Madeleine Braun19, groupe des Affaires étrangères. Enregistrement studio.

2811, rue Christophe Colomb à partir de 14 h. Lénine fondateur de l’URSS.

  • 20 Cette demande, appuyée par les Soviétiques, concerne la Carinthie du Sud.

29Tito réclame la Carinthie qui est en Autriche20.

Mardi 21 janvier 1947 (carnet normal, mercredi 1er janvier 1947)

  • 21 Ramadier a été investi président du Conseil à l’unanimité, le 21 janvier.
  • 22 Marius Moutet (1876-1968), socialiste, député du Rhône puis de la Drôme avant la guerre, est consei (...)
  • 23 Dans le gouvernement Ramadier investi les 21 et 29 janvier, le ministère de la Défense revient à Fr (...)

30Le gouvernement du 21 janvier21. On voulait nous tenir hors du gouvernement par le gouvernement Blum. Nous sommes pour la baisse des prix. Nous avons fait élire le président de la République. Nous avons barré la route aux gaullistes. La situation politique est nouvelle. Il y a une situation favorable au groupement national et républicain. Auriol nous a écoutés pour appeler Ramadier. Ramadier est suspect aux socialistes. C’est un vieux radical démocrate, renaudélien (août 1938). Il vota contre notre déchéance. Les radicaux ministres sont anti-Daladier. Le MRP a hésité trois jours : il a reculé. Maintenant, nous sommes dédouanés. Il y a la guerre chez les socialistes. Algarade, Moutet22, Le Trocquer. Ils sont les mieux servis. C’est un scandale. Nous avons forcé les portes de la défense nationale23. C’est une réplique à de Gaulle. Il y a un an qu’il est parti. Il croyait qu’on allait le rappeler. Il n’y a plus de première place pour lui puisqu’il y a un président de la République. Il ne peut plus être qu’un factieux.

31En province, les ouvriers sont ravitaillés ! À Paris, il n’y a plus de marchandises. Il faut que le gouvernement ravitaille Paris et le problème des salaires sera facilité. Il faut réaliser l’union républicains et socialistes et démocrates. Le 9 février, on devrait manifester.

Mardi 21 janvier 1947 (carnet normal, jeudi 2 janvier 1947)

32La majorité des ministères est socialiste, communiste, radicale. On peut ainsi dégager une majorité démocratique. Il faut réaliser la baisse des prix. Il faut réexaminer le problème du ravitaillement, gare aux exportations. Appui sur les coopératives agricoles et urbaines. Il y a scission dans le MRP. Il faut l’étudier à fond. Il a des éléments populaires et des éléments financiers. Il faut étudier le parti radical et le parti socialiste.

33Les socialistes du Nord ont gagné depuis le ministère Blum. Ils gagnent et nous aussi. Les centres industriels manquent de beurre, viande, aliments essentiels, pommes de terre. Il y a chez les ouvriers protestation contre les paysans. Socialistes et communistes sont au gouvernement pour bataille des prix. Il faut réaliser l’union à la base.

Mardi 21 janvier 1947 (carnet normal, vendredi 3 janvier 1947)

  • 24 Jean Letourneau, né en 1907, résistant, dans le mouvement « Liberté », avec François de Menthon et (...)

34Les erreurs ne nous sont pas permises. Il y a beaucoup d’adhésions au PC. Notre victoire ministérielle est certaine, mais que de difficultés ! Les socialistes se sont taillés une bonne place ; s’il y a des succès, ils en profiteront. S’il y a des revers, ils paieront. Les socialistes ont les moyens : ils ont le pouvoir. Ça pourra nous arriver un jour. Et la solidarité ministérielle ? Et la presse ? À l’Huma, pas de coups d’épingle ? Contre Letourneau24.

Mercredi 22 janvier 1947 (carnet normal, même date)25

  • 25 C’est, sans doute, à cette date que Marcel Cachin a changé d’agenda, utilisant les pages antérieure (...)
  • 26 Léon Blum est en voyage à Londres, du 13 au 16 janvier 1947.

3517 h, Commission de politique étrangère au 44. Blum à Londres26.

36Les communistes sont contre la centralisation excessive. Il faut que les communes profitent d’une certaine décentralisation, de certaines libertés. Il faut que la commune ait son budget. Il faut diminuer le budget d’État et augmenter le budget communal. Comme en URSS. Il faut une large autonomie financière et politique des collectivités locales. Il faut davantage de recettes pour faire des routes. Péréquation entre les communes.

Jeudi 23 janvier 1947

  • 27 D’après les Archives du PCF, cette réunion du Bureau politique a lieu le 22 janvier 1947, avec deux (...)

37BP27.

Jeudi 23 janvier 1947 (carnet normal, samedi 4 janvier 1947)

  • 28 Il s’agit du rapport présenté au Bureau politique le 22, par Léon Jean Feix (1908- 1974), institute (...)
  • 29 Le Manifeste du peuple algérien est publié par Ferhat Abbas, en février 1943. L’Association des ami (...)

38Afrique du Nord. BP du 2228. Feix. La situation est sérieuse, aggravée. Il y a bloc de réaction impérialiste avec une politique de force. Un bloc chauvin, sectaire, contre la France, pour la guerre sainte contre les Juifs, les Européens. Entre ces deux blocs, une masse du Manifeste29 et du communisme algérien. Violence des colonialistes contre les Arabes et les communistes. Puis le bloc arabe de plus en plus chauvin qui interdit la langue française. Incidents quotidiens de haine contre la France. Climat de peur chronique. On cherche à vendre. 2 800 fonctionnaires veulent rentrer en France. Extrême sensibilité partout. Le Vietnam a une influence grandissante.

39Deuxième aspect : l’administration française périmée, interventions dans les élections, arrestations de communistes, disposition de troupes de la Légion étrangère très impopulaires, visites de généraux, DGER.

40Troisième aspect : il y a des centaines d’Anglais et d’Américains en harmonie avec les gros colons qui disent qu’ils quitteront la [ill.]. Il y a des Égyptiens qui parlent aux intellectuels musulmans contre le communisme.

41Quatrième aspect : misère des campagnes, deux récoltes mauvaises, chômage grave, 4 000 jeunes sans travail, vie chère, peu de vêtements.

  • 30 Hadj Ali Abdelkader (1883-1957), dirigeant nationaliste algérien, est exclu du PC en 1931.
  • 31 Allusion à un discours de Maurice Thorez, en 1939 : « L’Algérie est une nation en formation dont le (...)
  • 32 Dissous en 1939, le PPA de Messali Hadj poursuit une existence clandestine. Libéré en novembre 1946 (...)

42Dès lors : le Mouvement national algérien se développe dans les masses paysannes, dans les douars éloignés, en haillons, couches nouvelles. Ce sont les femmes arabes. Les Béni oui-oui sont contre la France, ils sont amis du Manifeste. Abd El-Kader30 proteste contre les assassinats. Le Mouvement national ne comprend pas d’Européens. L’Algérie est une nation en formation31 avec risque de déviation raciale. Grande confusion dans le PPA : pas de programme concret ; les amis du Manifeste se retirent devant le PPA32. Il y a les organisations religieuses, avec les amis du Manifeste et les oulémas.

Jeudi 23 janvier 1947 (carnet normal, lundi 6 janvier 1947)

  • 33 Il s’agit – peut-être – d’une allusion à l’appui que Robert Murphy, représentant de Roosevelt à Alg (...)

43Amis du Manifeste a des sympathies pour les Soviétiques et les communistes français. UDMA progressif et le plus influent d’Algérie ; c’est la bourgeoisie musulmane en voie d’évolution avec des féodaux, des oulémas et des maraboutistes ; font du commerce avec les Anglo-Saxons. Une partie de la bourgeoisie musulmane préfère l’alliance avec les Anglo-Saxons à la France33.

44Union du Manifeste très importante.

  • 34 Il s’agit des cinq députés algériens, proches du PPA, élus à l’Assemblée nationale en novembre 1946 (...)

45Le PPA, Messali : indépendance nationale, exaltation de l’Islam, contre le PC algérien, contre le peuple de France, contre le PC français. Organisation ; Messali est le dieu, il est à Melun ; on croit qu’il est dans les mains du PPA. Pas de discussion, mais des ordres. Organisation fasciste, il influence des ouvriers et des jeunes et des paysans, très religieux. Ils ne grandissent pas. Ils sont sectaires. Leurs cinq députés ne font rien à Paris34.

Jeudi 23 janvier 1947 (carnet normal, mardi 7 janvier 1947)

  • 35 Le PC A a été créé en 1936.

46Ce qui nuit au PPA c’est le sabotage de l’unité arabe ; on parle de scission. Quelles sont les relations Ferhat-Abbas-Messali ? Ils s’entendent pour battre le PC algérien. Ils veulent un front national musulman. Mais nous avons réalisé l’unité avec les amis du Manifeste. Abbas n’a pu parler à Tlemcen. Le PPA contre lui. On lui a interdit de parler français à Sidi Bel Abbès. Le PC algérien en juillet n’avait pas 3 000 membres, pas de cadres sûrs, parti jeune35, sectaire ou après opportuniste ; d’abord anti PPA. Puis réaction pour Messali. Rupture des pourparlers avec le PPA pour une liste commune avec PPA. Pas de mouvement dans les campagnes. Pas de mouvement syndical. Cependant, il s’est amélioré, on compte avec lui, il a imposé l’union avec PPA et amis du Manifeste, il a clarifié la situation. Les socialistes sont colonialistes, il n’y a plus de musulmans dans le parti socialiste. Aux élections du Conseil de la République, un communiste élu avec les voix PPA. On peut rassembler les démocrates européens. Dans les syndicats, communistes et PPA élus ensemble.

Jeudi 23 janvier 1947 (carnet normal, mercredi 8 janvier 1947)

47Un certain redressement du PC, nouvelles adhésions chez les Européens et les musulmans. Il faut : un programme agraire, des revendications, problème national, Front national démocratique algérien, discussions dans le PPA, préparer les élections municipales prochaines, il faut une base syndicale ouvrière agricole, femmes et jeunes, un véritable parti communiste algérien.

4890 % d’illettrés disséminés ! Des Algériens viennent travailler en France ; ils n’ont pas de travail, ils écrivent là-bas que les Français ne veulent pas les faire travailler. L’Algérie dans l’Union française ; les trois départements sont périmés. Il faut une assemblée algérienne, locale, élisant des Européens et des musulmans. Alors l’Algérie serait un territoire associé. Ça éclaircirait l’atmosphère. Entrée dans l’Union française. État libre et démocratique lié à la France, dans l’Union française. Des chambres Tunisie et Maroc.

Jeudi 23 janvier 1947 (carnet normal, jeudi 9 janvier 1947)

  • 36 Alice Gilberte Cremades (Alger, 1909) adhéra au PC, en 1935, avant de devenir membre du Comité cent (...)
  • 37 Il s’agit, sans doute, de Korner David, dit Barta, dit A. Mathieu (1914-1976), d’origine roumaine, (...)

49En Tunisie, Maroc, beaucoup de problèmes communs. Deux partis nationalistes en Tunisie et au Maroc. Le Mouvement nationaliste est contre l’union avec la France. Visées impérialistes au Maroc. Les Américains ont les aérodromes, des sociétés de transports, de recherche minière. En Tunisie, ils demandent l’adhésion avec la Ligue arabe. Au Maroc, ils demandent l’union avec les Américains. Mouvement national puissant. Le PC marocain y a un pied. Les femmes, les jeunes filles jouent au basket dévoilées. Au Maroc, la fille du sultan parle dévoilée en français aux jeunes Françaises. Nous voulons rompre avec certaines traditions. Alice Sportisse36 fait des réunions aux musulmans enthousiastes. Ces partis tunisien et marocain ont tendance à s’allier avec les anticolonialistes. En Tunisie, des syndicats adhèrent à l’Internationale syndicale mondiale. Franco se lie à la Ligue arabe. Bartana37, trotskiste, ami de Jules Moch.

Jeudi 23 janvier 1947 (carnet normal, vendredi 10 janvier 1947)

  • 38 Marcel Cachin doit faire allusion à l’UGTT, l’Union générale des travailleurs tunisiens, reconstitu (...)

5010 000 syndiqués au Maroc. Relations entre socialistes et communistes. Les socialistes sont liés au parti socialiste français. Les communistes sont un parti algérien. Il faut raccrocher le PC algérien au PPA et aux amis du Manifeste. Les amis du Manifeste : on peut faire le front unique avec eux et aussi avec le PPA dont une couche se rapprochera de nous et fera scission. La Tunisie est une femme (fasciste). L’Algérie est un homme (travailleur). Le Maroc est un guerrier (industrialisé). Au Maroc, 10 000 syndiqués. Tunisie : deux CGT, une française, une musulmane38.

Jeudi 23 janvier 1947 (carnet normal, samedi 11 janvier 1947)

  • 39 Robert Murphy est, en 1946, conseiller politique du général Lucius Clay, commandant les forces amér (...)
  • 40 Il s’agit des suppléants des ministres des Affaires étrangères. Ouverte le 14 janvier, la Conférenc (...)

51Allemagne : Murphy39, délégué américain à la conférence des suppléants à Londres40, propose de ne pas imposer à l’Allemagne un traité de paix, mais un statut international. On enlève à l’Allemagne 20 % de son territoire. Après cela, on soumettrait le traité à l’Allemagne en un référendum.

Vendredi 24 janvier 1947 (carnet normal, même date)

52Nous avons battu Daladier, rallié quelques radicaux républicains, rapproché des socialistes, écarté le MRP de l’Élysée, brisé l’isolement, axé la politique à gauche.

  • 41 Les Andartès sont les combattants de l’Armée populaire de libération de la Grèce, l’ELAS procommuni (...)

53L’Armée démocratique grecque (Andartès41) emporte des victoires militaires. 37 États souverains se partageaient l’Allemagne au temps de Napoléon ! En 1920, ils ne sont plus que 17.

Samedi 25 janvier 1947 (carnet normal, même date)

54Falaise, 10 h au 270. Le chef des Informations, Mme Winckler. Il faut rattacher le service de documentation à la présidence du Conseil plutôt qu’aux Affaires étrangères. Celui-ci est encore dominé par l’idée de garder secrets des documents qui sont publiés dans tous les journaux étrangers. Le service comprend une cinquantaine de fonctionnaires, mal payés, dont la situation est incertaine et précaire. Il doit être pourvu d’un statut. Il faut qu’il ne soit pas trop universitaire mais qu’il soit inspiré de l’idée de rapidité, d’actualité, d’efficacité. Il faut qu’il renseigne objectivement et rapidement le public.

Dimanche 26 janvier 1947 (carnet normal, même date)

55Villeneuve. Femmes en URSS : 250 000 dans les tracteurs, 350 000 dirigent des fermes et des kolkhozes, un million dans l’instruction publique, 100 000 médecins, 33 000 dans les instituts scientifiques, 130 000 décorées militairement, 100 000 dans les soviets. En Pologne, démocratie populaire, réelle, moderne, nouvelle.

56Les Anglais : « Il y a un vide en Allemagne ; il ne faut pas qu’il soit comblé par le communisme. »

57L’unanimité des cinq grandes puissances a battu le fascisme.

58Leur division encourage la réaction. L’Angleterre a écarté la France du Proche-Orient. La Palestine est sa base militaire.

  • 42 La Fédération syndicale mondiale.

59L’ONU veut collaborer avec la FSM42. La brouille fait partie de l’arsenal des pays de force.

Lundi 27 janvier 1947 (carnet normal, même date)

  • 43 Le parti socialiste unifié d’Allemagne (SED), créé le 21 avril 1946, comptait alors 1 298 000 membr (...)

6017 h 15, Mutualité, clôture du stage des 1 600 000 membres du parti socialiste unifié d’Allemagne. Il a la première place aux élections43.

Mardi 28 janvier 1947 (carnet normal, même date)

  • 44 George Catlett Marshall, né en décembre 1880, est nommé secrétaire d’État le 7 janvier 1947.

61Marshall, 66 ans44 : « Bien que je parle comme un soldat, je dois déplorer l’influence dominante des militaires. » Fils d’un petit marchand de charbon, démocrate, nommé chef d’état-major par Roosevelt pardessus la tête de vingt généraux. Il hait la guerre, il est démocrate.

Mercredi 29 janvier 1947 (carnet normal, même date)

  • 45 Stanislaw Grabski (né en 1871), membre du Comité national polonais à Paris en 1919, ministre de Pil (...)

624 h, audition Bidault. Grabski45, vice-président du Conseil national de la Constituante demande à être entendu par la commission, vendredi 11 h [ill.], Ferhat Abbas dans l’Égalité souligne le discours de la rentrée de janvier. Il a eu le plus profond retentissement en Afrique du Nord et dans tous les pays opprimés.

Jeudi 30 janvier 1947 (carnet normal, même date)

  • 46 Marcel Cachin, reçu à l’émission de radio « la tribune libre de la presse », y prononce un discours (...)
  • 47 La réunion du BP du 30 janvier 1947 est consacrée à la question du Viêt-nam, avec un rapport de Ray (...)
  • 48 Barbé Raymond, né en 1911, est professeur, dirigeant communiste de la Seine-Inférieure et de l’Héra (...)

63Radio46, BP47 Vietnam, Barbé48 ; France-Angleterre, Bonte. Carinthie Slovène, territoire Slovène ethniquement compact : 120 000 Slovènes et 60 000 Allemands (dans les villes), germanisateurs, Autrichiens.

  • 49 Roger Garreau (né en 1891), premier secrétaire de l’ambassade de France à Moscou en 1925-1927, rejo (...)

64(Va voir Blum.) Garreau49, ambassadeur de France en Pologne, réactionnaire est pour les frontières actuelles de la Pologne bien qu’il soit antisoviétique. C’est Schuman qui en Amérique a parlé de l’internationalisation de la Silésie ; d’accord avec les réactionnaires américains. Ils vont demander l’administration internationale. Tchèques et Polonais ne s’entendent pas. Benès dirige la Tchécoslovaquie. Il est pro-anglais. Gottwald n’a pas d’autorité.

Jeudi 30 janvier 1947 (carnet normal, dimanche 12 janvier 1947)

  • 50 Ce sont les accords Sainteny-Hô Chi Minh.
  • 51 La conférence de Fontainebleau s’est achevée le 14 septembre 1946.
  • 52 Le docteur Tinh s’est suicidé le 9 novembre 1946.

65BP du 30 janvier. Barbé Vietnam. Hanoï, 20 octobre. Accords franco-vietnamiens du 6 mars 194650 : État libre ayant son Parlement, référendum mais Leclerc acceptait l’indépendance. Les troupes françaises limitées à 15 000 soldats. Après : Fontainebleau51, tout cela a été violé par la France. Les régions d’Indochine : au nord du 16e parallèle, grande autorité de Hô Chi Minh ; il y a des Cao-bang, Vietminh. Suicide de Tinh52 : son successeur a été décoré par les Japonais. Toutes les populations d’Indochine sont pour le Vietnam. Leurs journaux : 120 000. Chez les Mois, les Annamites n’y ont pas une grande influence ; les Mois sont attardés mais attachement peu profond. De même avec le Cambodge. Pas d’influence du Vietnam qui a des usuriers. De même avec le Laos féodal, comme le Cambodge.

Jeudi 30 janvier 1947 (carnet normal, lundi 13 janvier 1947)

  • 53 René de La Charrière (né en 1915), professeur de droit, est conseiller du haut-commissaire de Franc (...)
  • 54 L’amiral Thierry d’Argenlieu (voir 1946) déclare dans une interview publiée par France-Soir, le 2 j (...)

66De La Charrière53 est dégoûté du rôle qu’on lui fait jouer. D’Argenlieu sabote le modus vivendi de septembre54. Les officiers français font dire : supprimez les chefs communistes ; il y a des commandos de tueurs d’Annamites dans les régiments.

  • 55 Les forces du Viêt-minh attaquent Hanoï le 19 décembre, sur ordre de Giap. C’est un échec.

67Ho Chi Minh parle de son ami d’Argenlieu ; il dit : « Blum guide de l’humanité. » Manque de vigilance sur les trotskistes. Trotskistes vietnamiens à Paris payés par le Vietnam. 19 décembre, déclenchement de violences55. Le Vietnam s’était préparé à la contre-attaque. Mais était-ce le moment d’attaquer ? Car ce sont eux qui ont commencé.

  • 56 Le colonel Dèbes. L’ultimatum français sur Haiphong date du 23 novembre 1946.

68A partir du 20 novembre, provocations françaises à Haïphong ; ordre de prendre Hanoï au moment où des accords colonel Lamy et Viêt-nam. 23 novembre, le colonel français56 dit : « Il faut évacuer une partie de Hanoï. » C’est dans ces conditions qu’éclata le 19 décembre. Il y a transport de troupes massif au Tonkin ; on les engage ; l’armée française en ce moment ne peut pas favoriser une action française en Indochine. C’était l’avis de plusieurs officiers de l’état-major.

Jeudi 30 janvier 1947 (carnet normal, mardi 14 janvier 1947)

  • 57 Allusion probable aux accords Moutet-Hô Chi Minh à Fontainebleau, le 14 septembre 1946.

69On a voulu nettoyer le Viêt-nam et sa direction communiste pour les remplacer par des marionnettes. Qu’a fait Hô Chi Minh depuis le 20 décembre ? Il fait des propositions de cessation des hostilités permanentes et libérer les prisonniers, arrêter les envois de troupes françaises en Indochine, appeler des rapports personnels entre Moutet et Hô Chi Minh. Référendum en Indochine ; organisation de la Fédération indochinoise. Telles sont les conditions formulées par Hô Chi Minh à Moutet57.

  • 58 Parti en mission en Indochine le 2 janvier 1947, Marius Moutet revient à Paris, le 8 janvier.

70Qu’a fait le gouvernement Blum ? On a envoyé Moutet58, impérialisme, ami de Tchang Kai-Chek. Le fils Moutet dans les sociétés américaines, capitaliste lié à la Banque de l’Indochine, liée à la Banque américaine. Plantations d’hévéas. Cet appareil financier a poussé Moutet. Moutet a été reçu par le Comité France-Vietnam ; il a dit : « Vous êtes tendancieux ! La parole est aux armes. » Il a varié selon les territoires où il a parlé.

Jeudi 30 janvier 1947 (carnet normal, mercredi 15 janvier 1947)

  • 59 Le 9 décembre 1946, le Populaire publie un appel de Hô Chi Minh à l’opinion française, appel commen (...)

71Ça peut durer un an ou deux. Pas d’action militaire. Et Ramadier : « On nous a agressés. Nous n’acceptons pas. » Mais en face, les leaders socialistes qui ne sont pas du gouvernement : article de Blum du 12 décembre59. Il faut pousser aux négociations. Et les puissances étrangères ? Les Américains : « La France est trop faible ; elle n’a pas de troupes ; la colonisation arrive à son terme ; les Français ne sont pas compréhensifs de l’Asie ; la Chine occupe les îles Paracels inhabitées, mais base excellente. » L’Angleterre a aidé les troupes françaises en Indochine. Inde et Birmanie veulent venir en aide au Viêt-nam. Le gouvernement hindou va prendre un blocus économique contre nos cinq comptoirs au moment où deux communistes sont élus en Inde. Dans l’Epoque : Blum a été avisé par Bevin que l’Amérique va intervenir en Indochine.

Jeudi 30 janvier 1947 (carnet normal, jeudi 16 janvier 1947)

72Quid de notre position ? Position nationale : rappeler la Syrie et le Liban où l’on regrette la France ; nous compromettons notre situation militaire car nous n’avons pas assez de forces ; signaler l’importance de nos pertes : 3 000 par mois avant le 19 décembre ; nécessité de négocier, si les responsabilités sont partagées, faisons la paix sur des bases acceptables, celles du 6 mars. Hô Chi Minh est le meilleur interlocuteur. Seul il représente l’autorité, seul il est désireux de s’entendre avec la France. Les autres sont dans la main des impérialistes.

  • 60 Thierry d’Argenlieu est rappelé un mois plus tard, et Émile Bollaert lui succède le 5 mars 1947.

73Les événements d’Indochine tragiques mais encore répercussions dans tout l’Empire. On perd tout si on ne cède jamais. L’Association France-Vietnam doit agir. Il faut négocier tout de suite : l’envoi d’une commission parlementaire est dépassé ; il faut rappeler d’Argenlieu antisoviétique60. Il faut une personnalité politique anticolonialiste. Les Américains viendront par les Chinois quand nous aurons été chassés.

Jeudi 30 janvier 1947 (carnet normal, vendredi 17 janvier 1947)

  • 61 Florimont Bonte (1890-1977), membre du Comité central depuis 1926, député de la Seine (1945-1958), (...)
  • 62 Jules Moch arrive à Londres une semaine avant Léon Blum, le 7 janvier 1947.

74Le Monde dit : « On ne peut pas tenir, ce n’est pas la guerre comme nous l’entendons. » Rapports franco-anglais (Florimont Bonte61). Qu’a dit Blum à Londres ? Voyage inopiné, mais mûrement préparé. Blum va à Londres sur un avion anglais. Moch va à Londres avant Blum pour le préparer62. Puis les journaux anglais appellent Blum : courageux old. Diplomatie secrète dit le Times. Echange personnel de Blum et Attlee. Puis les Anglais ont dit aux Français : pas d’illusions sur le charbon ! Il faut, dit Blum, harmoniser l’industrie française et anglaise. Les Anglais reprennent des articles de Paris. Les deux économies sont contradictoires, à moins que la France ne soit vassale de l’Angleterre. Quels sont les motifs du voyage ?

  • 63 En janvier 1947, Giuseppe Saragat (né en 1893), voir 1945, quitte le PSI de Pietro Nenni et fonde l (...)

751°) Opération de politique intérieure française pour reconduire le gouvernement. 2°) En profiter pour faire une alliance franco-anglaise. 3°) Relever le prestige de Blum en France pour qu’il soit encore président du Conseil et qu’il aide le socialisme occidental au moment où Saragat fait la scission63.

Jeudi 30 janvier 1947 (carnet normal, samedi 18 janvier 1947)

  • 64 Le général Bernard Law Montgomery (1887-1976), le vainqueur d’El-Alamein, est nommé chef de l’état- (...)
  • 65 Winston Churchill crée l’United Europe Movement, le 17 janvier, à Londres.
  • 66 Kurt Schumacher, président du parti socialiste allemand, le SPD, depuis le 10 mai 1946.
  • 67 Le plan français de contrôle allié sur la Ruhr, demandant la création d’un « statut spécial », est (...)

76Le voyage de Blum est fait au moment du voyage de Montgomery64 à Moscou. Louis Lévy a dit dans le Populaire l’éloge de Blum et les résultats considérables pour la France. Communauté d’aspirations entre Blum et Attlee. Fiasco économique du voyage de Blum : aux plans économique et politique. Rien obtenu. Blum a admis comme impossible aux Anglais de nous donner le charbon de la Ruhr. C’est le même spectacle, mise en scène de Washington. Vingt-quatre heures après le voyage de Blum, on a réuni, à Londres, le Comité Churchill pour les États-Unis d’Europe65, c’est-à-dire bloc occidental. Le voyage de Schumacher66 a précédé celui de Blum à Londres. Schumacher demande à venir en France. Ce voyage, c’était d’obtenir un rapprochement anglo-français pour Moscou sur l’Allemagne, consolidation de l’Europe occidentale contre Europe orientale. C’est un échec complet. Que va faire Ramadier ? Le gouvernement a répondu. Les thèses anglaise et française sont opposées pour le problème allemand. La France ne s’est pas alignée sur la position anglaise de la Ruhr. Elle est plus près de l’Union soviétique67.

Jeudi 30 janvier 1947 (carnet normal, dimanche 19 janvier 1947)

  • 68 Prévue à New York en décembre 1946, la conférence sur la question allemande, réunissant les ministr (...)
  • 69 Alfred Duff Cooper (né en 1890) est ambassadeur de Grande-Bretagne à Paris, depuis 1944. C’est lui (...)

77Blum voulait que la signature d’un traité précède la discussion à Moscou68. Nos intérêts s’opposent à ceux de l’Angleterre. Nul n’a défendu au gouvernement la position Blum-Angleterre. Nous sommes pour l’alliance anglo-française, pour l’alliance avec le peuple anglais contre l’impérialisme allemand et son agression. Chez les ouvriers anglais, il y a idée d’une alliance contre la catastrophe. Bidault a pris contact avec Duff Cooper69 mais ce n’est pas pressé. Si les Anglais avaient voulu, nous aurions chauffé nos enfants. Les journaux économistes font des réserves sur le voyage Blum. Il faut d’abord le charbon allemand pour les réparations. Les Anglais doivent donner l’exemple de leur solidarité avec la France dans la Ruhr. La sécurité et les réparations, voilà l’essentiel. Il faut enlever la propriété de la Ruhr à l’Allemagne, contrôler l’industrie pour qu’elle puisse payer les réparations. C’est la thèse soviétique. Quelle est la part d’acier que doit produire l’Allemagne ? Une élévation de l’acier. Mais nous pouvons concevoir que ce soit nous qui produisions de l’acier chez nous. Nous pouvons produire l’acier dans nos hauts-fourneaux. Il faut de l’acier.

Jeudi 30 janvier 1947 (carnet normal, lundi 20 janvier 1947)

78La thèse française diffère de l’anglaise. Pour avoir la main sur la Ruhr, il faut comme un protectorat, ce n’est pas l’avis des Soviétiques. Nous voulons exproprier les magnats de la Ruhr, mais à qui cette propriété ? C’est aux nations unies les plus intéressées, les quatre grands et les limitrophes. La gestion ? Les quatre nations plus les voisines. Propriété internationale. Les bénéfices serviront à l’Allemagne pour payer les ouvriers comme il faut. Ce n’est pas socialiser pour les Allemands, c’est-à-dire pour la social-démocratie allemande. Pas la propriété au peuple allemand comme dans la zone soviétique. Schumacher et les Anglais disent : d’abord l’Allemagne. Occupation internationale. Nous, disent les Anglais, ce doit être nous qui occupons. Et la Sarre ? Nous disons : rattachement économique de la Sarre. Les Anglais : oui, à condition que vous renonciez à la Ruhr !

Jeudi 30 janvier 1947 (carnet normal, mardi 21 janvier 1947)

79Fédéralisme ou centralisme ? Ça n’a pas d’importance, ce qui compte, c’est l’unité alliée. Nous avons fait front contre Blum et sa politique. Un seul ministre, Gouin, a essayé de dire : « Il faut bien une retraite. » Mais Auriol a dit : « Pour la Ruhr, se battre à fond, ne lâchez pas ! » Les Anglais nous ont déjà joué des tours en 1919. Ramadier était aussi de notre avis. Il faut un mark de la Ruhr variant avec les volontés alliées, sans rapport avec le mark allemand. Tout ça va contre Blum. Il y a progrès vers l’Union soviétique ; contrôle interallié de la Ruhr.

Vendredi 31 janvier 1947

80Dîner ambassade polonaise.

  • 70 Hentgès, militant communiste, est affecté, par le Secrétariat du BP du PCF, au cabinet ministériel (...)

8117 h, Hentgès70 : la Ruhr, la Sarre. 11 h, Grabski à la commission des Affaires étrangères, Bekker.

82Huma : 370 000, sauf vendredi-samedi 440 000 parce qu’il y a vente CDH. Franc-Tireur équilibre l’Huma en banlieue. 300 000 syndiqués dans la zone française. Il faut qu’ils participent à la dénazification. Internationalisation de la Ruhr. Il faut une organisation centrale syndicale allemande adhérente à la Fédération syndicale mondiale.

  • 71 Jean-Paul Sartre écrit dans un article intitulé « Qu’est-ce que la littérature ? », publié, en févr (...)

83Sartre, une philosophie à quatre pattes ; une philosophie du désespoir. L’existence humaine est accidentelle, insupportable, sans issue, n’a pas de sens. Sartre paradoxal, contradictoire, pessimiste, rabaisse l’homme, la pathologie est la norme de l’existence humaine71.

84L’autorisation préalable pour les journaux disparaît le 28 février. Depreux, rue Mouffetard.

Février

Samedi 1er février 1947

  • 72 J. Thomas, né en 1930, FTPF en 1943-1944, est décoré de la croix de guerre le 30 janvier 1947 : il (...)

854 h, le plus jeune résistant de France72. Valhy. Assemblée générale des Bretons émancipés.

86Schumacher. – La demande des réparations est une demande réactionnaire ; avant les réparations, l’Allemagne ; pas de culpabilité collective du peuple allemand ; la Pologne n’est pas capable de gérer ses nouveaux territoires.

  • 73 Il s’agit peut-être de Bazile Georgiou (cf. supra).

87Visite Georgiu73. La délégation française désignée par Blum pour la Grèce est sur place : quatre réactionnaires, réédition de Laparsa. Prier Monmousseau de réunir le comité franco-grec.

88La presse annonce un changement de politique du gouvernement français en Indochine.

Dimanche 2 février 1947

89Mairie Saint-Denis, 6 h 15. Laniel, ministre plénipotentiaire en Afrique du Sud.

Lundi 3 février 1947

  • 74 Jean-Jacques Juglas, né en 1904, professeur d’histoire, est l’un des fondateurs du MRP. Député en 1 (...)

903 h, Commission pour la réduction des armements. Ministère des Affaires étrangères, salon de l’Horloge. Marcel Cachin, Paul Boncour, Cot, Juglas, Jouhaux, Maroselli, Directeur général des Affaires étrangères. Couve de Murville, Aff. étrangères. Directeur des conférences internationales : Fouques-Duparc74.

91Affaires étrangères, ingénieur général Ziegler, artilleur général Peydennot [ill.], un représentant du comité de l’Énergie atomique, un représentant du Plan.

Mardi 4 février 1947

92Attentats allemands contre les chambres de dénazification, faits par des nazis anticommunistes et antisocialistes. Riposte des syndicats. A 220 F le kilo de viande, tout le monde s’y retrouverait ! La vie est neuf fois plus chère qu’en 1937. 400 000 paysans ont touché indûment la retraite des vieux. Envoi d’une lettre au Guardian, journal de Capetown, à l’occasion de son 10e anniversaire ; Betty Radford contre le principe de la suprématie des Blancs.

Mercredi 5 février 1947

93Bidault. 4 h, Commission des Affaires étrangères. Pour la France, dangers : pénurie de combustibles, instabilité financière. Pour la Ruhr, il faut extraire plus de charbon. La Ruhr démilitarisée est la base de l’indépendance et unité allemande et pacifique en Europe. Il y faut le contrôle des quatre grandes puissances. Pour empêcher le communisme en France, les Américains vont avoir recours à l’artillerie des dollars.

Jeudi 6 février 1947

  • 75 Marcel Cerdan, champion d’Europe de boxe, est reçu à l’Humanité.
  • 76 Henry Agard Wallace (1888), vice-président des États-Unis de 1941 à 1945, secrétaire au Commerce en (...)

9415 h, Marcel Cerdan75. 18 h, ambassade de Bulgarie, 64 bis, rue de Monceau. Aujourd’hui, les États-Unis pénètrent dans les positions du Moyen-Orient que l’Angleterre ne peut plus tenir et les États-Unis agissent en Turquie. Aujourd’hui les États-Unis et l’Angleterre bloquent pour la question allemande. Ils bloquent contre Wallace76 et Williams. Polonais et Russes veulent l’unité allemande mais sur de nouveaux fondements. La Ruhr ne doit pas être l’arsenal de Schumacher-Churchill. Il y a six millions et demi de syndiqués allemands dans les quatre zones.

Vendredi 7 février 1947

9517 h, au 44 : les problèmes allemands.

  • 77 D’après les Archives du PCF, la réunion du Bureau politique qui a lieu le 6 février 1947 est consac (...)

9618 h : ambassade de Bulgarie. Les sinistrés : 6 000 milliards de sinistres en France. 90 % des organisations de sinistrés entre les mains de la droite. L’organisation que nous dirigeons a 70 000 adhérents. Le 23 mars, il y aura un congres unifié. Il faut que les communistes y soient représentés. BP77 : le Mouvement des sinistrés en France.

Samedi 8 février 1947

97Comité directeur France-URSS. Saillant, Mutualité, Salle C, 14 h. Établissements Éco, rue Réaumur, à déjeuner. Barteletti, le sculpteur entre 11 h et midi. La Ruhr pour les Anglais : Ruhr allemande, Etat Rhin-Westphalie ; la propriété de la Ruhr aux mains du gouvernement central allemand : contrôle international de la production ; contrôle par l’URSS s’il y a un contrôle de la Silésie ; une force internationale dans la Ruhr.

  • 78 Il s’agit peut-être d’André Lenormand, député du Calvados de 1946 à 1958.

981947, 30e anniversaire de l’URSS. Besançon. Nicolle78. Lenormand de Marseille. Députés à 52 000 F par mois, nous n’avons pas fait assez de propagande pour l’URSS, [ill.].

Dimanche 9 février 1947

99Va-t-on convertir les billets de 5 000 F en Bons du Trésor ? Sucre en France : 1947 : 680 000 tonnes, 1946 : 414 000 tonnes. En France, 30 % du salaire versé à la Caisse de solidarité et aux Allocations familiales. En Belgique, 25 % (cotisations patronales et ouvrières).

  • 79 Louis André Saillant (1910-1970), militant à la CGT depuis 1929, est l’un des créateurs de Libérati (...)

100France URSS. Saillant79. 257 000 adhérents France-URSS. Pertes 27 000 sur 1946. Onze départements sans organisation. 250 000 lecteurs France-URSS. Cinéma en progrès. 2 600 spectacles et 260 000 spectateurs. 590 000 F de brochures. On nous doit un million pour les brochures. Quarante inaugurations Stalingrad en 1946. Centre culturel, bibliothèque, 4 600 volumes. Bénéfice de la revue : 2 millions. Bénéfice du cinéma : 200 000 F. Recette : 4 100 000 F. Frais de l’Association : 3 900 000 F.

Lundi 10 février 1947

  • 80 Bibrowski (cf. supra) communiste polonais, est membre des Brigades internationales, avant de vivre, (...)

101Bibrowski80, Madeleine Riffaud ; Grabski vient me remercier de l’avoir invité à la Commission des Affaires étrangères. Il me prie d’aviser Bidault de se méfier de compromis à Moscou. La Pologne ne peut renoncer à la région entre les deux Neisse où se trouve la grande industrie silésienne. C’est la Neisse occidentale qui doit être la frontière polonaise. Grabski va à Rome. Pie IX était pro-polonais, Pie XII est proallemand.

Mardi 11 février 1947

102Commission du centenaire de la révolution de 1848, 16 h, 110, rue de Grenelle, salle du Conseil supérieur de l’Instruction publique. Les Américains officiels nous ont dit au gouvernement : « Il faut renoncer aux idées colonialistes. »

Mercredi 12 février 1947

  • 81 Pierre Kaldor (1912), avocat, membre du PCF depuis 1935, membre de la direction du Front national j (...)

103Rôle de la Chambre 13-15 Tchèques. 17, avenue Charles Floquet. 10 h commission des Affaires étrangères. 5 h, Clementis. Kaldor81 : Secours populaire français : 50 000 cartes payées. Secours aux victimes du fascisme. Il a récolté 2 millions pour les Espagnols, on leur a donné 500 000 F ; 56 départements ont une fédération. La Défense, 50 000 dont 2 500 abonnements. 30 enfants de fusillés (à l’abandon), la Villette aux Aulnes.

Jeudi 13 février 1947

  • 82 La réunion du BP du 13 février 1947 est consacrée à la question algérienne, avec un rapport d’André (...)

104BP Algérie82 ; Chinois. 13-15 ambassade yougoslave. 3 h TSF Élysées.

Vendredi 14 février 1947

105École Viroflay après-midi. 16 h, Balzac.

106Bulgares : hôtel Claridge, 13 h 30. 5 h 30, Grecs, 213, rue Lafayette. Algérie : collectivité autonome arabo-berbère ; autonomie administrative et financière, territoires associés dans l’Union française, égalité des droits pour tous les Arabes, abolition radicale de l’indigénat, liberté de tous les cultes, biens religieux énormes assurés, langue arabe officielle comme la française, élections au suffrage universel ; provisoire : deux collèges, Européens, musulmans. L’Assemblée aura tous pouvoirs pour l’Intérieur et non pour l’Armée et les Affaires étrangères. Les lois sont promulguées par le Président de la République. L’Assemblée établit ses budgets. Banques nationalisées comme en France. Gouvernement élu par l’Assemblée, moitié Européens, moitié Arabes. Un gouverneur envoyé par la France près du gouvernement algérien. Communes mixtes supprimées, territoires du Sud supprimés. Conseils municipaux élus.

107Les Arabes ne savent ni lire ni écrire : Algérie territoire associé, plus de départements. Algérie dans l’Union française, c’est une étape.

Samedi 15 février 1947

  • 83 Le projet de statut de l’Algérie, élaboré, officiellement, par le PCA, est déposé par ses députés, (...)

108La guerre a précipité l’évolution. Algérie : nation en formation. Mouvement puissant de rénovation. Vietnam, propagande énorme ; propagande raciste, fanatisme, agents égyptiens panarabistes PPA, il faut pénétrer les Arabo-Berbères, sans cela guerre civile ; PPA dit : tous les Français communistes, PRL sont les mêmes ; PPA en crise : les ouvriers sont désorientés parce que Messali ne dit rien. Ils se rapprochent dans les syndicats. Ils vont au Manifeste qui se rapproche de nous. Il faut libérer Messali pour lui enlever son fanatisme. Le parti socialiste se vide des éléments arabo-berbères. Il faut un statut pour l’Algérie. Nous l’avons déposé83. L’Algérie depuis 1898 a son budget autonome par délégations financières (colons 2/3), ultra-réactionnaires et aujourd’hui antifrançais. De Gaulle les a dissoutes en 1945 pour cette raison. Le Gouvernement général est l’instrument de la finance – l’ouenza el Kouif – et des 100 seigneurs de l’Algérie, les colons. En 1945, mouvement constantinois, émeute et réaction. Massacres. Grands Arabes demandent l’industrialisation. PPA avec les Anglo-Saxons. Rétablir l’Algérie dans le cadre de l’Union française.

Dimanche 16 février 1947

  • 84 D’après les Archives du PCF, il n’y a aucune réunion du BP entre celle du 13 février et celle du 20 (...)

10910 h, 17e, FFI ; 3 h, 17e, cartes distribuées. Chinois au BP84. Surtout le mouvement syndical. Deux zones en Chine : l’Enfer et le Paradis. Notre armée née de l’expédition de 12 000 kilomètres. En huit ans, nous avons libéré 140 millions d’hommes dont 1 500 000 ouvriers (80 % ruraux). Armée : 8e et 4e armées, plus de 1 million ; milices populaires, deux millions. Certains avions se rendent à nous. Un million de communistes, parti marxiste-léniniste ; diminution des fermages ; épuration, à chaque laboureur sa terre. Nationalisation, entreprises privées, coopératives. Élections 1/3 sans parti, 1/3 PC, 1/3 les autres partis.

110Réaction Kuomintang : [ill.] propres, fonctionnaires corrompus, clique. Quatre grandes familles ; fascistes notoires.

111Aide extérieure, les Américains donnent des crédit énormes : trois milliards de dollars. Ils s’emparent du pays, ils le colonisent : pillages, viols américains plus mauvais que les Japonais. 90 % industrie compromis. Prix 10 000 fois augmentés, chômage, réquisitions pour l’armée, Gestapo chinoise.

Lundi 17 février 1947

11211 h, Tchécoslovaquie. 3 h, Commission consultative de désarmement. Peuple chinois, paix, démocratie. Tchang Kai-Chek : « Je ne mourrai tranquillement que si le PC est annihilé. Notre lutte sera longue mais nous continuerons toujours ; nous avons des îlots partout. » Les réactionnaires nous attaquent violemment, foudroyant ; leurs lignes de communication sont longues, guerre de partisans et de mouvement ; ce peut être très long. Le Kuomintang a 75 divisions ; nous avons détruit 45 divisions et [ill.] ; soi-disant Assemblée nationale, dictature, duperie fasciste, parlement croupion. Madame Sun Yat-sen contre. Le PC a le peuple avec lui. En nous battant : lutte armée plus lutte politique, nous voulons le front unique patriotique unifié. Nous avons des intellectuels, des anciens combattants anti-japonais, bouddhistes et chrétiens à nos côtés ; nous avons des relations dans tout le pays ; nous essayons d’attirer les troupes Kuomintang, des généraux se rendent à nous.

Mardi 18 février 1947

113La commission désarmement, 15 h. Ministère des Affaires étrangères, salle 32, 1er étage. Nous organisons des manifestations, des grèves. 100 000 manifestants à Shang-Haï. Nous nous infiltrons chez l’ennemi. Indépendance nationale, événements quotidiens. Lutte longue, complexe ; à Shang-Haï, 70 % communistes. 19 régions libérées, dans chaque région, un gouvernement régional, cantonal et communal.

114La crise anglaise : l’Angleterre n’est plus assez riche pour qu’elle tienne ses engagements à l’étranger. Elle doit exporter. Mais elle ne veut pas importer des ouvriers, ses ouvriers veulent les 40 heures, elle a 1 500 000 soldats, elle ne peut les rappeler en Angleterre. Le nouveau Dunkerque anglais.

  • 85 Le général Revers, ancien chef de l’ORA, chef d’état-major de l’armée de Terre, est nommé chef d’ét (...)

115Revers, chef d’état-major, réactionnaire, fasciste85. Ramadier veut bloquer les salaires. Pas un mot sur les prix [ill.] de Menthon. En Allemagne, les zones anglaise et américaine sont des zones de banqueroute.

Mercredi 19 février 1947

  • 86 Le gouvernement français a approuvé le projet de traité franco-anglais, le 14 février. La signature (...)
  • 87 Le 19 février est signé un traité culturel franco-polonais, ainsi qu’un projet de révision du trait (...)
  • 88 Georgiu Tatarescu, né en 1892, ambassadeur de Roumanie à Paris en 1940, vice-président et ministre (...)

116Visite à Bidault, vendredi 14 : le texte du traité est arrivé à Paris86. Ce sera comme le traité franco-soviétique, un traité d’alliance contre l’Allemagne. Si elle attaque l’un ou l’autre des deux pays, elle trouvera devant elle les deux nations. Si elle se refuse à obéir aux décisions du traité de paix, l’action sera commune pour l’y contraindre. Je suis opposé à la conception britannique de rétablir l’Allemagne dans sa puissance économique avant d’avoir aidé la France. Je suis opposé à une Allemagne centralisée. J’ai préparé un traité avec la Tchécoslovaquie très prochain ; nous préparons un traité avec la Pologne87. Ce sera plus délicat avec la Yougoslavie. Pour la Roumanie, je ne suis pas sûr que Tataresco représente un gouvernement solide88.

Jeudi 20 février 1947

117En Tchécoslovaquie, les prix et les salaires ont augmenté de trois à quatre fois. Chez Saillant. En France, augmentation des salaires 4 1/8 % ; augmentation des prix 9 et 10 et 11. Les actions ont augmenté de 10 %. Textiles : trente fois plus cher qu’en 1938. Des ouvriers [ill.] = 200 F de l’heure ; marché noir des salaires. 70 millions de syndiqués dans le monde, 6 millions en France, 6 millions en Italie. Unité syndicale nécessaire. Nous demandons le salaire vital. Nous tenons compte des circonstances politiques. Nous ne voulons pas faire le jeu des fascistes et des réactionnaires. Mais il faut qu’on demande des sacrifices aux patrons comme aux ouvriers. Ramadier a demandé des sacrifices aux ouvriers seuls. Les industriels augmentent les salaires parce qu’ils manquent de main-d’œuvre. Il faut fixer des salaires officiels, minimum vital. Nous ne demandons pas l’augmentation des salaires des ambassadeurs.

  • 89 Jean Rieu (1921-1972), militant communiste en 1935-1936, résistant et déporté, fut secrétaire de la (...)
  • 90 Fernand Audeguil (1887-1956), professeur, membre de la SFIO depuis 1932- 1934, élu député en 1936, (...)

118Jean Rieu, Lahousse, Gilberte Tamise, Marc Dupuy89, Odette Lafont, Audeguil maire Bordeaux90, Renault adjoint au maire, vendredi soir, comité fédéral, samedi 11 h, mairie Bordeaux, Cadillac, 15 h marché.

Vendredi 21 février 1947

119On vend 6 000 VO à Bordeaux, Yzotte secrétaire UD. Gironde : 6 communistes à la mairie de Bordeaux. Octobre 1945, socialistes : 136 000, communistes : 60 000 ; juin 1946, socialistes : 112 000, communistes : 63 000 ; novembre 1946, socialistes : 90 000, communistes : 74 000. En octobre 1946, socialistes + communistes = 90 400 + 75 500 = 165 900 ; MRP + R. gauches + PRL gaullistes : 75 500 + 71 000 + 70 000 = 216 500. De 1945 à 1946, les socialistes ont perdu 46 000, les communistes ont gagné 14 000. À Bordeaux, ville juin 1945 : communistes 18 700 + socialistes 31 000 = 49 700 + Rassemblement des gauches 3 300 = 53 000. MRP 34 700 + PRL 21 500 = 56 200. Élection Blanqui : 1re Bordeaux [ill.], Bacalan. la Gironde populaire, 10 rue Porte-Dijeaux. Les fonctionnaires les plus mal payés ont 93 000 F. Les ouvriers les moins payés ont 63 000 F.

Samedi 22 février 1947

  • 91 Discours de Marcel Cachin à l’Alhambra de Bordeaux, pour le 29e anniversaire de l’Armée rouge.

120Bordeaux, 29e anniversaire de l’Armée rouge, fête d’hiver de la Fédération girondine91. 11 h, mairie de Cadillac ; 17 h 30, réception Hôtel de ville de Bordeaux ; 22 h 30, Alhambra. Démilitariser l’Allemagne, la démocratiser, c’est assurer la paix. Contrôle interallié de la Ruhr. Les comités d’entreprises participent à la gestion des usines. Nationalisation de la sidérurgie. Comités d’usines doivent travailler avec les syndicats. Ils représentent les ouvriers. Ils dirigent les œuvres sociales, sportives, musique. Ils doivent faire des comptes rendus de leurs mandats. Les patrons subventionnent les cantines. Quand une idée s’empare des masses, c’est une force. Les comités d’usines affichent dans les usines.

  • 92 Henri Chassaing, né en 1907, militant communiste (JC, 1927), secrétaire fédéral de la Gironde (1936 (...)

121Jean Rieu, Chassaing92, secrétaires fédéraux.

Dimanche 23 février 1947

  • 93 Cérémonie d’inauguration d’une place Stalingrad à Bordeaux, en présence des élus locaux, de Fernand (...)
  • 94 Marius Olivier (1886-1952), syndicaliste cheminot, grande figure de la grève de mai 1920, militant (...)

122Bordeaux, gagner du temps. Inauguration de la place Stalingrad, 4e anniversaire93. Bègles. Cenon. Marins Olivier, maire de Bègles94 (43 % communistes). Les générations futures de tous les pays du monde se souviendront avec émotion de cette bataille qui a décidé du sort de leurs peuples et de l’humanité tout entière. Gironde populaire : 35 000, 14 000 à Bordeaux, Vaysier, Ondur ; Nouvelle République soc. 120 000 ; Sud-Ouest 220 000.

  • 95 Dean Acheson (1893-1971), diplomate, délégué à la conférence de Bretton Woods, sous-secrétaire d’Ét (...)

123L’Américain Dean95 est un ami de Churchill, antisoviétique farouche. En Chine, l’Amérique aide le Kuomintang. L’Amérique veut le Groenland. L’URSS veut le Spitzberg. L’alliance militaire anglo-américaine est réalisée. Unification de la direction militaire.

Lundi 24 février 1947

  • 96 Styles Bridges, né en 1898, républicain, est sénateur du New Hampshire depuis 1937.

124Bordeaux-Paris. Tsaritsyne. Stalingrad, siège cinq mois, 4 septembre 1942-2 février 1943 (6e armée allemande, 4e armée de chars, 300 000 Allemands perdus, 91 000 prisonniers, 24 généraux). Soldats soviétiques aussi grands que ceux de la Révolution française. Daladier et Chamberlain avaient envoyé des hommes et des avions et du matériel de guerre à la Finlande. Aujourd’hui, le sénateur américain, Bridges96, appelle à se dresser contre l’URSS. La 6e armée russe victorieuse. Stalingrad, chef-d’œuvre de stratégie et de tactique (Tchouikov). L’armée allemande fut encerclée. Les Allemands essayaient de prendre Moscou à revers. Mythe de l’invincibilité de l’armée hitlérienne. Réalisme, sagesse, maîtrise de Staline. Stratégie du chef, habileté tactique des troupes, faits d’armes glorieux quotidiens. La France renaît alors à l’espoir, la résistance s’affirme. Héros de Stalingrad, merci. Stalingrad, ville tranchée sur soixante kilomètres, amas de décombres, enfer.

Mardi 25 février 1947

  • 97 Cérémonie en l’honneur de Paul Langevin, sous la présidence de Vincent Auriol, en présence de Naege (...)
  • 98 Le BP, lors de sa réunion du 20 février 1947, décide, au sujet de la « délégation des amies de la p (...)

125Grand amphithéâtre de la Sorbonne, 21 h, Langevin97. Lizi, déléguée en Grèce avec les Amis de la Grèce98.

126Naturalisations : 17 000 en 1946, nous voulons les accélérer surtout pour les mineurs. Il y a 200 000 dossiers en instance. Le personnel est MRP ; on peut naturaliser 80 000 par an. Immigration : Français, 40,5 millions ; 300 000 étrangers ont quitté la France. On a reçu en France 2 millions d’étrangers. 85 000 Africains. 200 000 Italiens, nous allons les recevoir mais il faut les loger. Gare aux déplacés (Allemands, Polonais nazis). Il est possible que nous soyons appelés à recevoir les Allemands qui sont en trop en Allemagne, surtout les ouvriers qualifiés, même en acceptant les prisonniers. La radio française est contre le gouvernement (Ramadier).

Mercredi 26 février 1947

127Croix-Rouge : nous n’avons que trois camarades. Grandes subventions, appareil énorme, 612 employés au siège central. Il faut une réorganisation. Entraide française gabegie française, 1 million de subventions. Il faut intégrer l’Entraide dans la Croix-Rouge.

128On ne pourra signer le traité franco-anglais avant Moscou. A l’esbrouffe. La France demande danger d’agression et non-agression caractérisé comme voulait l’Angleterre. Et l’Angleterre veut dans la Ruhr faire signer l’Allemagne avant Moscou. Si Blum avait été là, nous aurions été moins libres à Moscou.

  • 99 La deuxième baisse des prix de 5 % est entrée en vigueur le 24 février.

1296 mars, début Indochine. En Belgique, les réactionnaires s’activent contre la baisse des prix. Ici, la réaction dit : pas de baisse des prix sans baisse des salaires99.

Jeudi 27 février 1947

  • 100 Le 24 février 1947, le Secrétariat fixe l’ordre du jour suivant, pour la réunion du BP du 27 févrie (...)

130BP, discussion réunion Moscou100. Réception sportifs soviétiques du Cross de l’Humanité.

Vendredi 28 février 1947

131Palais de Chaillot, 20 h 30, 29e anniversaire de l’Armée rouge. Avant la guerre, la Ruhr produisait 440 000 tonnes de charbon par jour. Prélèvement sur la production allemande comme en 1919. De 1919 à 1939, nous avons reçu beaucoup de charbon d’Allemagne. Jusqu’ici nous avons reçu en France 1 milliard de matériel. Nous avons reçu 60 000 ton. de navires ; sur 122 usines, 33 à la France, 16 millions de marks. En 1919, nous avions reçu 10 milliards de marks-or. La Sarre, 10e de la Ruhr.

132Salaires-prix, problème de lutte. Dans la CGT, les fractions socialistes se remuent. Ils essaient de prendre des positions. Au gouvernement, on cherche à prendre en main la CGT. Échec possible de la baisse des prix. Nos camarades qualifiés ne toucheront pas des augmentations de salaires. Comité confédéral national prochain. Ramadier a un brain-trust.

133Appétit des capitalistes, les revenus de la distribution vont doubler, les salaires diminuer. Toutes les industries nationalisées produisent plus qu’en 1939. Dans l’électricité, chemins de fer, le gaz, [ill.] 93 % de 1939. Coefficient de salaire 5, coefficient coût de la vie 9. C’est pourquoi il faut augmenter tous les salaires, pas d’indemnités provisoires.

134Il faut produire et organiser la production. Il faut des primes à la production. Il faut lutter pour la baisse des prix contre laquelle les capitalistes [ill.] augmentation. Il faut surveiller les prix de vente, les prix de revient. Les comités d’entreprises doivent surveiller les stocks. Il faut des sanctions contre les spéculateurs, confisquer les biens des coupables. Magasins-témoins, mettre au travail les oisifs. La [ill.] Congrès national. « Personnes déplacées ». Prérogative des comités d’entreprises. Entre la venue en France des « personnes déplacées ».

Mars

Samedi 1er mars 1947

13510e anniversaire de Ce Soir, 19 h 30, 30 rue Bonaparte, Pré aux Clercs. 16 h, Juifs dans la Résistance, 83, rue de La Boétie.

Dimanche 2 mars 1947

136Daily Mail : « L’Angleterre vacille sous le fardeau de ses dépenses de défense nationale. Les États-Unis nous condamnent pour notre impérialisme. Ils attendent notre héritage. Ils feraient mieux de nous aider en Grèce et en Palestine ; mieux vaut un partenaire vivant que le souvenir – même agréable – d’une puissance morte. » « L’Empire français va à la désagrégation. Il faut revenir à de Gaulle, à un pouvoir fort » (Daily Telegraph). L’Angleterre évacue l’Inde. Elle ne pouvait faire autrement. A vouloir à tout prix conserver l’Inde, l’Angleterre s’exposait à la perdre à coup sûr. Aujourd’hui, elle peut attendre une certaine sympathie chez les Indiens et le maintien de relations économiques étroites.

Lundi 3 mars 1947

137Déjeûner, ambassade bulgare. Vietnam : il faut maintenir la souveraineté française. Il faut établir des rapports nouveaux, non plus colonialistes mais en faire des États libres. Un peuple qui en opprime un autre n’est pas libre. C’est la guerre. On creuse le fossé entre la France et l’Indochine. On excite les appétits. C’est le 19 décembre, agression dit-on. Non ! Ce fut la suite d’événements où la France a joué un mauvais rôle. Il y avait le 6 mars avec indépendance. État libre avec un gouvernement. Unité référendum et nous faisons un gouvernement Cochinchine. Nous devons leur inspirer confiance. On veut persister dans la politique contre l’unité et la nation. Il faut créer les conditions d’une discussion France-[ill.]. Ou bien, retour au colonialisme. Nation et morale sont des produits historiques.

Mardi 4 mars 1947

  • 101 Par décision du Secrétariat, le 3 mars 1947, les membres du BP se voient remettre un rapport écrit (...)

13816 h, Hugo, École Centrale. Reconstruction : 1 546 000 maisons détruites. Destructions immenses. 262 villes, 451 000 bâtiments publics, 2 000 milliards de pertes sans compter les routes. Reconstruction à peine amorcée. On n’est pas près d’en finir des centaines de mille (225 000) logements taudis. La moitié des maisons en France a plus de cent ans. 200 000 Parisiens dans les taudis. Des centaines de mille de familles, quatre dans une pièce. Terrible crise de l’habitat. Problème long et difficile. Il n’y a pas d’industrie du bâtiment rationnelle. Coût très élevé de la construction. 6 000 F le m2 de toit. Il faut régler le problème des loyers. On a promis aux sinistrés qu’ils seraient remboursés. On a fait beaucoup de bâtiments, maisons pour l’État. Il faut que les sinistrés reçoivent désormais satisfaction. Nous avons des chantiers d’État qui pourraient faire des maisons-types. Il faut que les sinistrés commencent à bâtir. Il faut hâter les réparations possibles101.

Mercredi 5 mars 1947

  • 102 Un projet de traité est examiné par la conférence des suppléants des ministres des Affaires étrangè (...)

13916 h 30, réception Martinez Barrios et Llopes, hôtel de la Présidence. 12 h 30, La Pérouse, franco-polonais, 53 Grands Augustins. La question autrichienne, espagnole, grecque. Le traité avec l’Autriche102 doit garantir que ce pays ne servira plus de tête de pont pour une attaque contre les pays voisins, et qu’il se donnera à l’instauration d’une véritable démocratie.

140Mais les crédits manquent. Les Finances ne veulent pas que les sinistrés aient satisfaction. Il faut faire appel aux capitaux privés. Les sinistrés ne font pas preuve d’initiative. Il faut des matériaux. Les immeubles ne sont pas rentables. On ne les entretient pas. Budget : 160 milliards. Pas de bois, ni matériaux de couverture. Peu d’ardoises. On propose des tuiles en ciment. 50 % d’ouvriers du bâtiment de moins qu’en 1914. Avec la main-d’œuvre actuelle, il faut dix ans. Il y a 5 000 jeunes apprentis au lieu de 30 000. Il faut des procédés techniques nouveaux. Il faut des chantiers d’État, maisons-témoins. Les prix sont très élevés. Organisation rationnelle des chantiers. Il faut des délégués départementaux. Les entrepreneurs résistent. Ils ont collaboré.

Jeudi 6 mars 1947

141Dîner général soviétique, Marie-Louise. Il faut collaborer avec les municipalités, les syndicats, les organisations de sinistrés. Il faut de la main-d’œuvre, des primes à la production. Loyers : on va faire des prix dès janvier 1948 : pour trois pièces, un million louées 50 000 F. Pour le loyer, il faut 10 % du revenu au lieu de 3 % aujourd’hui. Le MRP propose une allocation au loyer par des cotisations patronales. Ce serait l’économie nationale qui fixerait les prix des loyers. Augmentation des loyers HBM, nécessaire 50 %. Droit de réquisition des mairies. Baraquements, personne ne paie. Plateau de Saclay. Les organisations de sinistrés sont dans les mains des réactionnaires et des entrepreneurs. Il faut un travail de masse parmi les sinistrés.

  • 103 Le salaire minimum vital n’est créé officiellement que le 31 mars.

142Au premier rang : la baisse des prix. Ramadier avait voulu bloquer les salaires. Il a été obligé de donner le minimum vital103. Par la prime au rendement, il sera battu sur sa thèse de la fixité des salaires.

Vendredi 7 mars 1947

143Vietnam à la Chambre. Ramadier a dit hier : « Si le budget n’est pas en équilibre, je m’en vais ! » Or, il y a aujourd’hui dix milliards de déficit. Est-ce que la France peut se redresser ? Oui, si elle a du charbon, car la classe ouvrière est prête à travailler et à produire. On a augmenté les allocations familiales de 10 %, plus les 7 000 F. Sans atteindre la baisse des prix. C’est un pas vers le minimum vital. Or, qu’est-ce qu’il va devenir ? Nous n’empêcherons pas les ouvriers qualifiés de revendiquer et d’obtenir. Prix-salaires, conventions collectives, menaces réactionnaires. Réponse à Teitgen qui dit que c’est la CGT qui menace la République et la démocratie. La Société nationale des entreprises de presse : SNEP.

Samedi 8 mars 1947

  • 104 La conférence de Moscou débute le 10 mars.

14415 h, Mutualité. Journée internationale des femmes. Démarche ambassadeurs d’Angleterre et d’Amérique près de Bidault pour nos voyages104 : à dire que nous étions d’accord sur l’Allemagne. 17 h, les Roumains, 124, avenue de Wagram. Les légionnaires à Sidi Bel Abbès achètent 500 Liberté. À Toulon, grand mouvement contre la guerre au Viêt-nam. Primes à la production. Comités d’entreprise. Commission d’assainissement.

Dimanche 9 mars 1947

145Drancy, gymnase municipal Pierre Semard, 14 h 30. En France, 410 000 cheminots syndiqués CGT sur 483 000. En février, 100 000 timbres de plus qu’en 1946. Congrès national du 25 au 28 juin, Strasbourg.

Lundi 10 mars 1947

146Le sculpteur grec Grégori. Madame Pozner, socialiste, réclame un article sur l’Allemagne.

Mardi 11 mars 1947

  • 105 Jean Decoux, né en 1884, vice-amiral d’escadre, gouverneur général de l’Indochine de 1940 à 1945, e (...)

147Discussion Vietnam. La résurrection de Varsovie et Pologne. Viêt-nam : c’est le nom du pays ; parti Viêt-minh : Hô Chi Minh (parti de). Amiral Decoux105 après général Decroux. 9 mars 1945, le Japon envoie les Français dans les camps de concentration. Viêt-minh reçoit en 1946 une majorité écrasante. Parti Vietminh Hô Chi Minh, 19 décembre 1946.

Mercredi 12 mars 1947

  • 106 Le 12 mars 1947, le président Truman demande au congrès que soit accordée une aide de 250 millions (...)
  • 107 Guy Mollet (1905-1975), maire d’Arras (1945) et député du Pas-de-Calais (1946), est secrétaire géné (...)

14820 h 30, 213, rue Lafayette, 2e étage, Comité d’aide à la Grèce. 9 h, Hôtel Matignon. 10 h, Commission des Affaires étrangères. Les Américains vont-ils inclure la Grèce dans leur zone d’influence ? La Grèce joue un rôle vital dans la stratégie américaine du Moyen-Orient. 17 h 30, Commission consultative du désarmement, salle 32, service de presse 1er étage, ministère des Affaires étrangères. L’absence de presse gêne la France. On remet le fascisme en Grèce sous couleur de démocratie. C’est l’hitlérisme. Discours de Truman106, cynique, réaction internationale vigoureuse, virulente. Aujourd’hui, un mouvement démocratique n’existe plus dans les pays anglo-saxons. C’est le drame. Il faut aider les Grecs. Passivité de Ramadier pour la presse. Blum est derrière Ramadier qui cherche son point de chute. Guy Mollet107 parle du gouvernement homogène et contre le communisme. On prépare la chute du gouvernement.

Jeudi 13 mars 1947

149Viêt-nam. La réaction nationale et internationale.

  • 108 Wladyslaw Anders (1892-1970), le général polonais, émigre à Londres en 1948.

150Vichinsky propose à Moscou démocratie, dénazification. Molotov : on ne démobilise pas la Wermacht, dissolution de toutes les unités militaires allemandes. 8 000 Yougoslaves exilés en Allemagne plus Anders108. En face Truman, cynique. Allons en Grèce, envoyons des ingénieurs en Grèce. 250 millions de dollars à la Grèce. Plus 150 millions de dollars pour la Turquie, alliée des Allemands pendant la guerre, Bergery.

  • 109 André Philipp (1902-1970), membre du Comité directeur de la SFIO en 1944- 1945, député du Rhône, mi (...)
  • 110 François Billoux (1903-1978) est ministre de la Défense dans le gouvernement Ramadier.

151Subventions : 58 milliards que Philip109 voulait supprimer, déficit SNCF, métro, PTT. Et Ramadier parle d’équilibre du budget. La réaction s’agite, inquiétude. L’opération André a été préparée. Le PC n’a pas sa place au gouvernement Billoux110. On redemande pour l’Indochine pour trois mois. 34 milliards par an : 100 millions par jour. Mais ces chiffres sont au-dessous de la vérité : un soldat, 116 000 F par jour. Socialistes : parti de la mesure et MRP. Le PC est comme les fascistes. Congrès MRP, repense les solutions économiques. Philip a accepté les prix du Comité des Forges. La manœuvre André de diversion.

Vendredi 14 mars 1947

  • 111 Joanny Benier, dit Berlioz (1892-1965), voir Carnets 1945 et 1946, sénateur de la Seine (novembre 1 (...)
  • 112 Il s’agit, peut-être, de Ts’ai Chang, née en 1900, dirigeante communiste chinoise, étudiante à Pari (...)
  • 113 Il s’agit, peut-être, de Suzanne Gauvin, née en 1916, professeur, militante communiste, membre du b (...)
  • 114 Peut-être, Vladimir Pozner, né en 1905, écrivain, membre du PCF (1933), parti aux États-Unis au mom (...)

15217 h, Berlioz111 sur l’Angleterre. Ts’ai Chang112, Gauvin113, Pozner114, Grigori le sculpteur. 5 h, Berlioz. Il faut mobiliser les forces ouvrières contre la réaction. La date du 25, lutte pour la défense des salaires et de la République. Le Comité confédéral national de la CGT vote unanimement la condamnation de Blum, du cercle vicieux. Augmentation sur l’échelle des salaires. Nous avons fixé le travail des Comités de l’entreprise. Plus un appel et mots d’ordre, mardi 28 mars. Schuman à la commission des Finances : ou augmentation des prix ou inflation ; sacrifices pour les ouvriers, diminution des salaires (Coste-Floret) ; contre les nationalisations. Déficit du gaz électricité, 18 milliards. Les industries nationalisées ont augmenté la production. Il faut s’appuyer désormais sur la démocratie allemande et italienne. Ce sont les Américains qui dirigent le PRL. Les Américains ont soutenu Pétain et Darlan.

Samedi 15 mars 1947

153La démocratie, c’est la loi de la majorité. Accroissement de la lutte des classes. Réaction française appuyée sur les Anglo-Saxons. 2 h, Ts’ ai Chang hôtel Vernet. Truman : « La liberté d’entreprise dans le monde est plus importante que la paix. » La guerre avec l’Indochine : l’opinion française y est opposée. Les prix sont provisoirement stabilisés.

Dimanche 16 mars 1947

154Truman : croisade contre la Russie, politique impérialiste américaine, tactique de valeur douteuse. Truman décore Ibn Saoud, le vassal des hommes d’affaires américains de l’Arabian American Oil Company qui a la main sur tout le pétrole et tous les minéraux de l’Arabie. C’est une grande défaite pour l’Angleterre et pour la France qui a perdu sa participation aux pétroles de l’Orient moyen. Pipe-line du golfe Persique à la Méditerranée. Ils vont être obligés de prendre parti en Palestine, en Égypte, en Grèce, en Turquie. Psychose de crise aux États-Unis. La capacité de production a doublé pendant la guerre. C’est inabsorbable. Il n’y a pas de clients solvables dans le monde. Tous les Américains sont sûrs de la crise.

Lundi 17 mars 1947

1555 h 30, préparation 1948. Aux États-Unis à la veille de la crise. Production 170 milliards de dollars au lieu de 110 en 1939. 58 millions d’ouvriers civils plus 2 millions d’ouvriers militaires. Bénéfices capitalistes : 7 % en augmentation, part salaires 70 % en diminution. Bénéfices de guerre considérables, 50 milliards de dollars. Réduction du pouvoir d’achat. Hausse des prix : 60 % sur 1939. D’où conflits, vague de grèves, perte de 130 millions de jours de travail. Audace, succès des Républicains. Lois en préparation supprime le droit de grève. Commerce extérieur, 5 milliards de dollars. Exportations. Prêts : 3 milliards à l’Angleterre, 2 milliards aux autres nations. Perspectives mauvaises : 200 milliards de produits en 1947. Comment les placer ? Aux États-Unis, diminution du pouvoir d’achat. À l’extérieur, pas d’argent. Les prix vont augmenter avec les salaires. Union des deux CGT pour résister. Leur politique extérieure : 1°) concurrencer les Anglais ; 2°) contenir le communisme et le soviétisme ; 3°) orienter le monde vers le libre-échange pour favoriser leur expansionnisme. Diplomatie du dollar et bombe atomique.

Mardi 18 mars 1947

  • 115 Sous la présidence de Jacques Duclos a lieu une cérémonie en hommage à la Commune.
  • 116 Il s’agit, sans doute, d’Albert Aubry (1892-1951), militant socialiste, résistant, déporté, député (...)
  • 117 Jefferson Caffery, né en 1886, ambassadeur des États-Unis en France depuis 1944.
  • 118 Walter Lippman, né en 1889, journaliste au New York Herald Tribune, essayiste (US War Aims, 1944).
  • 119 Charles Phelps Taft, né en 1897, républicain, conseiller au département d’État en 1944.

156Mutualité115. Aubry116. Expansionnisme américain. Discours Truman orchestré magistralement. La position de l’Angleterre a obligé les États-Unis à prendre des initiatives. Elle quitte l’Inde, l’Égypte ; en Allemagne il faut que les Américains donnent de l’argent à l’Angleterre. D’où nécessité de sauver les pétroles si on lâche la Grèce et la Turquie. Truman dit : « Nous sommes les géants du monde. Il faut le libre-échange, la libre entreprise. » Puis le discours au Congrès : « Il faut relever la Grande-Bretagne partout et aider les pays non totalitaires. » Caffery117 et Marshall parlent comme Truman. Il faut que la France suive les États-Unis comme l’avait promis Blum. On s’engage en Grèce pour dix-huit mois, aide financière, contrôle économique, c’est un simple prêt. Il y a beaucoup de critiques aux États-Unis. Lippman118 critique : « Vous éparpillez les forces, vous dépassez vos possibilités. C’est un gouffre. » Et puis, les Américains n’ont pas d’expérience comme l’Angleterre. Taft119 dit : « Isolationnisme. Gare ! Car l’URSS peut en faire autant. »

Mercredi 19 mars 1947

  • 120 La conférence de Genève, consacrée aux questions douanières, aboutit aux accords du GATT (General a (...)

157Comité central. 5 h 30, Commission du désarmement. Bureau 32, Affaires étrangères. Vous soutenez les forces réactionnaires partout. Wallace dit : « Vous êtes contre les Nations unies. Adressez-vous au Conseil de sécurité. Vous substituez la volonté américaine à l’ONU. » Et les réactions de Truman à l’étranger ? Il a groupé les réactionnaires du monde avant Genève pour le libre-échange120. L’Angleterre a été choquée. Les Américains veulent donner Chypre à la Grèce. Toute l’Angleterre réagit vivement. Les Russes gardent leur sang-froid : Molotov a évoqué la Chine. Genève sera très important ; les Russes n’y seront pas probablement. Bretton-Woods a défendu de manier les monnaies, mais il reste les tarifs douaniers. Si les États-Unis l’emportent, ils ligotent l’univers.

Jeudi 20 mars 1947

  • 121 Les débats sur la guerre d’Indochine et sur les crédits militaires ont commencé le 17 mars, à l’Ass (...)

158Indochine, crédits121. Vincent Auriol dit au Conseil des ministres : « C’est grave pour l’extérieur à Moscou. Ne provoquez pas la crise. Si vous partez, il y aura un gouvernement contre vous. Alors, et la République ? C’est dangereux. » V. Auriol consulte les chefs de groupes.

  • 122 Le 18 mars, F. Billoux, ministre de la Défense nationale, a refusé de s’associer à l’hommage de l’A (...)
  • 123 Le Conseil national de la SFIO, les 19 et 20 mars, est consacré à l’Union française : « Pas d’aband (...)
  • 124 Paul Ramadier ayant demandé la confiance, le groupe communiste s’abstient, les ministres communiste (...)

159Réponse : pour nous, la cohésion de l’Union française et le souci de l’intérêt de la France, la présence française en Indochine. Vous semez le doute sur la France. Vous divisez le Viêt-nam. Vous ne voulez pas Hô Chi Minh. Ce n’est pas nous qui provoquons la crise122. C’est votre politique. Vous créez le danger. Les communistes sont loyaux. Le parti socialiste a deux politiques123, votre démocratie sociale est un double jeu, déloyauté. Nous avons trouvé des compromis sur tous les points. Le seul journal qui condamne Bidault et acclame Bevin c’est le Populaire. Nous nous sommes abstenus sans voter contre par égard pour l’unité gouvernementale124. Ils sont effrayés de leur politique surtout les socialistes. Il faut changer la politique du Viêt-nam. Si on nous la refuse, nous irons devant le pays. Paul Reynaud veut sauver la République avec nous. Le PRL dit : nous ne ferons plus d’anticommunisme. Il faut que vous restiez dans le gouvernement.

Vendredi 21 mars 1947

  • 125 Joannis Sophianopoulos, libéral de gauche, est depuis 1945 ministre des Affaires étrangères grec. Q (...)

160Sophianopoulos125. Déjeuner ambassade d’Angleterre.

Samedi 22 mars 1947

161Rue Ferdinand Flocon. Mandat.

Dimanche 23 mars 1947

  • 126 Déjeuner-réunion des Amis de la Commune. Discours d’André Marty et de Marcel Cachin.

162La Commune a 76 ans (11 h, hôtel Vernet)126.

163La Commune est élue le 26 mars. La Commune ne prit pas la Banque de France qui était à la France. La Commune ne prit pas l’offensive contre Versailles. La Commune n’avait pas de programme. Plus de police, ni d’armée, mais armement général du peuple. La Commune a réorganisé la démocratie par les soviets. Après la guerre qui désorganise l’économie, on peut avoir avec soi la majorité du peuple. La Commune fut législative et exécutive. L’idée : c’était la Commune qui devait être la forme politique de tous les villages qui éliraient la délégation à Paris. La destruction de la machine bourgeoise n’empêche pas le centralisme démocratique volontaire, la fusion des communes prolétariennes pour détruire la machine d’État bourgeoise, militaire et bureaucratique. Les Parisiens : souplesse, initiative historique, faculté de sacrifice, prêts à monter à l’assaut du ciel. En septembre 1870, Marx recommande d’être avec le gouvernement provisoire. En mars 1871, six mois après, il salue la Commune.

Lundi 24 mars 1947

  • 127 Préparant des élections partielles dans la Drôme, Maurice Thorez prononce un discours à Valence, le (...)

164Paris-Valence-Arnay-le-Duc127. À Moscou, Molotov : « Laissons la Chine sans y intervenir. » Les Américains refusent. Molotov se plaint qu’on ne touche pas au potentiel de guerre allemand de la zone anglo-américaine et qu’on liquide les formations allemandes militaires en zones américaine et anglaise. La Ruhr aux quatre. 631 000 prisonniers allemands en France. 800 000 en Russie. Sur les réparations et le contrôle de la Ruhr, accord franco-soviétique et sur la Sarre et sur le contrôle de la Ruhr par les quatre. Bidault fédéraliste. Molotov répond : « L’Allemagne n’est ni inférieure ni élue. Il faut l’unité allemande. Sans quoi, un nouvel Hitler. » Et le Japon reste centralisé. Il faut un référendum allemand sur l’unité. Molotov veut qu’il y ait un gouvernement allemand pour signer le traité. Le traité franco-anglais ne nous a servi à rien. Et pendant la discussion à Moscou, nous n’avons pas voulu renverser le gouvernement. La France nous a compris. La réaction a voulu nous compromettre avec l’affaire indochinoise. Meeting le 3 avril. Grande importance de notre attitude sur l’Indochine dans tous les pays coloniaux. [ill.] n’est pas à Saigon mais à Djibouti.

Mardi 25 mars 1947

  • 128 Le 17 mars, la CGT a appelé à une « grande démonstration nationale » pour « une baisse réelle des p (...)
  • 129 Marcel Cachin y donne un meeting, avant les élections partielles dans la Drôme.

165Manifestation CGT128, 6 h du soir, Saint-Vallier129. Application baisse des prix, lutte contre la réaction, primes à la production et au rendement, conventions collectives, unité ouvrière, mise au travail des oisifs et trafiquants.

166Depuis la baisse de 5 %, l’État a perdu 20 milliards, les patrons ont gagné 200 milliards.

  • 130 Hardy est arrêté, le 24 mars, à quelques kilomètres de Colombey-les-Deux-Églises.

167Pour la viande, c’est Philip qui agit ; par les comités d’entreprises, il faut agir, grande victoire de la CGT le 25. Dépenses militaires : 315 milliards au lieu de 180 milliards promis. L’affaire Hardy c’est la DGER, la mafia de Londres130. Général Danichel, provocateur.

  • 131 Charles Tillon est ministre de l’Armement dans le gouvernement de novembre 1945.

168On ne réduit pas les effectifs, on ne fait pas d’armement, on sera obligé d’acheter à l’extérieur, on a arrêté la fabrication des moteurs de Tillon131.

Mercredi 26 mars 1947

169De Valence à Paris par Epinouze. Campagne anticommuniste en Amérique car les pays ont le souci de leur indépendance et regardent vers l’URSS. Les Américains ne veulent pas faire la guerre. Cette campagne anticommuniste sent la crise. Or, nous dépendons de l’Amérique. Nous avons du chômage dans le bâtiment. On peut en avoir d’autres. Comment réagir ?

  • 132 Dans la presse communiste, le « complot des soutanes » fait référence à l’affaire Joanovici, présen (...)

170Les 10 000 chemises des Galeries Lafayette. Billoux demande 266 millions, les autres 175 milliards. Le 25, les trains ont été retardés d’un quart d’heure. Complot des soutanes132. Courants réactionnaires dorgéristes chez les paysans. Les artisans-commerçants contre la Sécurité sociale. Relever les ruines de la France, améliorer les conditions de travail. Ramadier, socialiste, est le seul chef des armées responsable des dépenses militaires.

Jeudi 27 mars 1947

  • 133 Par décision du BP, la dénonciation du sabotage et de « l’organisation de complots » est confiée à (...)

171BP 13 h, 13e Chambre du palais de justice. Sabotage133 ; le coton flambe au Havre, à Saint-Cyr. En Amérique, crainte de la crise ; la vie augmente, on achète à crédit, on ne répare pas les écoles, budgets économiques des villes en déficit, lutte contre les communistes, faire supporter aux ouvriers les conséquences de la crise, les Américains poussent à la guerre civile tous les pays. Les Américains disent : faites la fusion, tout s’arrangera. Jules Moch : « Il faut un gouvernement de droite. » L’Histoire ne se répète pas. En Amérique, super-industrialisation monstrueuse.

Vendredi 28 mars 1947

17217 h, franco-polonais, 29 rue d’Ulm. À la conférence de Crimée, février 1945, les puissances ont voulu une Pologne forte, libre, indépendante et démocratique. Revenir sur Yalta, c’est annihiler les premiers succès de la reconstruction européenne. Les charges qui pèsent sur nous sont trop grandes (Daily Herald). Réunion 8 h 30 au 44 : Pierre Cot sur l’Amérique. Si les députés socialistes avaient voté comme les communistes sur l’Indochine !

173Viande de 260 F à 100 F. Prix moyen : 180 F. Philip refuse les 100 F ; résultat : plus de viande, marché noir à 350 F. Il faut baisser les prix, que Philip s’en aille. Conception réactionnaire de la femme au foyer. Il faut des crèches. On veut discréditer la Résistance.

Samedi 29 mars 1947

  • 134 De Gaulle prononce, le lendemain, un discours à Bruneval ; il doit prononcer un autre discours, le  (...)

174Rue Robert Estienne. Compte rendu de mandat. Le journal l’Humanité de mardi. De Gaulle à Strasbourg devant l’ambassadeur des États-Unis. Pas de politique dira-t-on à de Gaulle sinon pas de manifestation134. Ceux qui misaient sur Hitler misent sur les Américano-Anglais.

Dimanche 30 mars 1947

  • 135 Il s’agit des résultats des élections partielles de la Drôme. Les deux candidats communistes sont : (...)

175Drôme : Michel, Jenny Flachier135 43 331, MRP 42 484, socialistes 25 500, gauches 12 000 ; Saint-Vallier : 2 967 communistes, 2 564 socialistes, 3 426 MRP, 570 gauches (Saint-Rambert d’Albon), (Sainte-Uze), Tain 1 300 communistes, 1 100 socialistes, 2 000 MRP.

Lundi 31 mars 1947

176170 candidats communistes au Japon, 30 femmes aux démocrates, seulement 2 millions de voix. Houphouët-Boigny, député de Côte d’Ivoire. A la conférence du désarmement, on a plongé la question de la bombe atomique dans un bel imbroglio.

177En Turquie : persécution contre les communistes et les démocrates, création d’une opposition démocratique, augmentation de la militarisation, xénophobie, antisoviétisme, tentative de créer un bloc oriental avec les pays arabes sous l’égide turque, c’est une œuvre proanglais.

  • 136 Les parlementaires girondins, élus en novembre 1946, sont : pour le PCF, Marc Dupuy et Renée Reynau (...)

178Gironde, élections du 10 novembre 1946 : votants 390 000 ; SFIO 90 396 Audeguil-Guyon, MRP 75 500 H. Teitgen-Lignard, communistes 73 953 Marc Dupouy-Mme Reynaud, Rassemblement des gauches 71 575 Chaban-Delmas et M. Dupuy, PRL 69 848 Ramaroing Sourbet136. Sur 2 juin : socialistes 112 000, MRP 102, PRL 79 000, communistes 63 000, gain communiste 10 000. Novembre 1946 : socialistes 90 000 + communistes 74 000 = 164 000. Rassemblement des gauches 71 000, MRP 75 500 + PRL 70 000 = 145 000. Mercredi 19, Rodzelewski, ambassade de Pologne à 15 h.

  • 137 David Eli Lilenthal, né en 1899, ancien directeur de la Tennessee Valley Authority, est nommé direc (...)

179Jeudi 20 à 21 h, 47, rue des Écoles, ambassadeur de Pologne ; Saillant, 1, rue Vernet à 8 h 30. Dimanche 23, Bordeaux. Mardi 25, anniversaire de Langevin, grand Amphithéâtre de la Sorbonne. 6 juillet, Vaucluse. 13 juillet, Côtes-du-Nord. 3 août, Finistère. 10 août, Rouen. Fédérations : Côtes-du-Nord, 6 juillet. Charente, 8 juin. Ts’ai Chang. La guerre a précipité l’évolution. Manchester Guardian est très réactionnaire, attaque les communistes français et l’URSS. Lilienthal est nommé président de la commission de l’Énergie atomique des États-Unis137. Le drame actuel c’est que dans les deux pays réactionnaires (Angleterre et États-Unis) il n’y ait pas une démocratie nombreuse et vigilante pour arrêter les impérialismes qui préparent la guerre. À Cuba : 15 000 membres du PC, aux États-Unis 70 000. 480 F : 1 livre sterling.

Agenda de l’Assemblée nationale. Deuxième trimestre 1947

  • 138 Après l’échec du projet parlementaire sur les chemins de fer, en février 1838, Lamartine, dans un d (...)

180Lamartine et les chemins de fer, 10 mai 1838138. Les idées et les principes vieillissent. Les situations politiques se modifient.

181Le réveil de l’Asie change la face du monde.

182La France pays du système métrique et du Code civil, logicien : Abélard, Descartes.

183L’Histoire ne se répète pas. Aux États-Unis psychose de crise. Truman : « La liberté d’entreprise est plus importante que la paix. » Daily Mail : l’Angleterre vacille sous le fardeau, les États-Unis attendent notre héritage. Ruhr en 1939 : 440 000 tonnes par jour. 6 millions de syndiqués allemands dans les quatre zones. 1,5 million de socialistes unifiés en zone russe.

184Nous aimons mieux être persuadés que commandés.

185Sartre : l’existence humaine n’a pas de sens ; elle est accidentelle et insupportable, sans issue, il rabaisse l’homme.

186Huma 370 000 ; 1947 : Seine 105 000, Paris-ville 50 000, Banlieue 45 000, Nord 47 000, Pas-de-Calais 35 000, Seine-et-Oise 24 000, Rhône 23 000 ; recettes Huma : 10 millions par mois ; mai 1947, l’Huma a 64 millions de réserve.

187La France a perdu 620 000 morts pendant la guerre.

188Américains en Grèce. Walter Lipman (New York Herald Tribune) : n’agissons pas en Grèce avant l’avis de l’ONU. Nous avons de l’argent, du prestige, de la puissance. Il faut de l’humanité. Américains en Turquie : si l’Angleterre et les États-Unis standardisent leurs armements, c’est qu’elles envisagent qu’elles entreront en guerre un jour ensemble comme alliés. La Turquie sera avec elles. L’Amérique sera au premier rang dans les affaires d’Orient. Le syndicalisme corporatif mussolinien en Turquie. Les Américains possèdent l’étain bolivien et le malais. Les Américains refusent de quitter le Groenland.

189« Les philosophes aiment mieux une absurdité qu’ils imaginent qu’une vérité que tout le monde adopte » (Condillac).

  • 139 Émilien Amaury, résistant (OCM), crée le Parisien libéré, en août 1944, avec Claude Bellanger. En 1 (...)

190Amaury139, gaulliste, homme d’affaires du MRP : Carrefour, le Parisien libéré, le Matin, accord avec Reuter.

  • 140 Zéphyrin-Rémy Camélinat (1840-1933) résume, à lui seul, une bonne part de l’histoire du mouvement o (...)

191Zélie et Berthe Camelinat, Camelinat mort à 92 ans en 1933140. Il était chez Henri depuis 1885.

192Élections Sécurité sociale à Paris (avril-mai) : votants 1 600 000 ; CGT 862 000, 21 sièges ; chrétiens 370 000, 9 sièges ; mutualistes 190 000, 4 sièges.

  • 141 Il s’agit, sans doute, d’Abd Al-Rahman Azzam Pacha, membre du secrétariat général de la Ligue arabe (...)

193Azzam Bey secrétaire général de la Ligue arabe141.

194École Viroflay quatre mois. Huit secrétaires de fédération, cinq femmes. De Gaulle à Toulouse, septembre 1944. Socialistes + MRP contre le communisme. Aujourd’hui nous avons isolé de Gaulle ; socialistes et MRP contre de Gaulle. Nous allons montrer que seuls hier et demain nous avons défendu la nation. Démocratie sans trust. Régime qui n’est pas socialiste mais pas communiste. Nous recrutons moins parce que nous ne ferons peut-être [ill.]. Pas imiter la Russie ; il y aura d’autres moyens. Il faut la lutte. Oui, mais alors il faut changer les formes du parti ; il faut une démocratie large dans le parti. Nous sommes à 1920, trop centralistes.

1958 juin, Charente Maritime ; 18 juin, Vaucluse ; 13 juillet, Côtes-du-Nord ; 3 août, Finistère ; 10 août, Seine-inférieure ; 14 septembre, Loire.

196Ventes Huma à Paris le dimanche 4 mai : 95 675 + 12 000 gares, banlieue immédiate 25 000 + CDH + gares. Après la crise ministérielle gain quotidien de 3 000 à Paris.

197[ill.] 50 ans de Paris. Blum, vibration peu virile avec un tutu de danseuse, coudes aigus, face chevaline, apôtre manqué, vanité morbide, croit à sa destinée surhumaine, le vaseux de Soissons [ill.] ; la voix de fête de Paul Reynaud 1935, ministres sous la 3e République, 108 ministères.

198Salaire minimum vital, augmentation des prix 10 %, augmentation des bénéfices capitalistes 10 %, augmentation des salaires 4 %, prime au rendement. France, déficit de la balance commerciale : 450 millions de livres, billets de banque 737 milliards, 142 en 1939, 625 en 1946, 400 milliards de bons, 6 000 milliards de sinistres. La France peut se relever si elle a du charbon car sa production augmente grâce à ses ouvriers. Les États-Unis disposent sur leur territoire de 60 % des forces productives du monde entier. Jamais les Russes ne feront la guerre pour les Dardanelles ou Salonique. Elle a du sang-froid et du réalisme. Les journaux turcs : « Les frontières de l’Amérique, qu’elle doit protéger pour sa défense et sa sécurité passent par les Dardanelles. »

Avril

Mardi 1er avril 1947

  • 142 Lierman, ingénieur agronome, est président de la commission de Modernisation de la production végét (...)

199L’agriculture française en 1950 (Lierman142) : diminution des surfaces labourables, augmentation des prairies, spécialisation plus grande des régions agricoles, formation professionnelle des agriculteurs, organisation des marchés (coopératives) ; rendement du blé : 19 au lieu de 15 à l’hectare ; que la France produise tout son blé, augmentation des fruitiers, augmentation des engrais chimiques.

200Truman s’élève contre l’augmentation continue des prix.

201Molotov réclame la non-intervention en Chine. La presse réactionnaire américaine s’élève violemment contre Molotov. Grèves dans la Ruhr, un million d’ouvriers : dénazification, ravitaillement. Les journaux anglais disent : nazisme et communisme ! 350 000 salariés dans la Seine bénéficient des 7 000 F.

Mercredi 2 avril 1947

202Il a fallu dix ans pour réparer les pertes en bétail de la guerre 1914- 1918. Cette fois, nous manquons de stocks, de main-d’œuvre, les colonies expédient moins, la monnaie est dépréciée, pas de charbon, le monde est plus pauvre.

20370 millions de souscription électorale. Les adhérents au PC. En 1945, envoi de un million (de cartes), placées 923 000, exactement 785 000. En 1946, envoi de un million, placées 936 000, exactement 814 000. En 1947 (31 mars), 840 000 cartes envoyées. Depuis, plusieurs fédérations ont demandé des cartes nouvelles (300 000). Dans vingt fédérations, augmentation. Dans trente, assez bonne. Dans d’autres, il y a fluctuations. Cher, Jura, Lozère, Puy-de-Dôme, Saône-et-Loire ont perdu des adhérents et des voix. Treize fédérations importantes ont perdu 1 000 ou 2 000 adhérents, chacune malgré que la confiance reste au PC. Seine-Inférieure 120 000 voix, 8 000 membres du PC. C’est la proportion la plus faible. Dans la Seine, sur huit électeurs, un membre du PC. Les fonds rentrent. En 1947, nous avons reçu 18,5 millions. On prend régulièrement des timbres. Causes de la stagnation : c’est que dans le PC il y a peu d’enthousiasme pour l’organisation. Les militants ne connaissent pas leurs forces et encore moins ne connaissent pas les forces des adversaires. Ils ne connaissent pas le nombre des comités d’entreprises. Puis il n’y a pas la conception que nous devons renforcer le PC, on se contente des résultats obtenus. On ne soupçonne pas nos possibilités dans les réservoirs CGT, femmes, presse. Puis il y a des conceptions sectaires, Corse. Les nouveaux adhérents sont peu renseignés sur le marxisme, on doit le gagner, on le tient pour un sympathisant. Il faut militer activement et payer, mais même si les [ill.]

Jeudi 3 avril 1947

  • 143 Manifestation au Vel’ d’Hiv’« pour faire échec au complot contre la République », sous la présidenc (...)

204Vel d’Hiv143. Nouveaux adhérents sont peu actifs, il faut les intéresser, leur donner des tâches et non les radier.

205Nous ne sommes pas une secte fermée mais un grand parti de masse. Puis il y a un dédain pour les femmes, les jeunes. On ne met pas de femmes dans les secrétariats fédéraux. On exagère le tapage des adhérents pour les souscriptions, timbres spéciaux. On a eu des illusions parlementaires et on a quitté le PC.

206Nous n’avons pas assez travaillé dans les entreprises. Les rapports des centres fédéraux avec les sections ne sont pas assez fréquents. Certaines cellules sont plus un mouvement qu’un parti : parce qu’il n’y a pas action, discussion politique. Mauvaise répartition des tâches, pas de surcharges.

207Chez Peugeot 500 ouvriers au PC sur 10 000 ! Donc, aux usines ! Aux usines ! La base du PC c’est la cellule d’entreprise. Élargir les assemblées. Nous n’utilisons pas les savants dans le PC. Il ne faut pas de repli sectaire, mais conception large du PC. On apparaît comme un parti difficile et non comme un parti large, qu’on éduque et qui doit agir dans l’idée de la démocratie nouvelle, d’un parti de gouvernement. Les Italiens ont l’idée d’un parti large de 2,5 millions d’adhérents. Les syndicats français ont 500 000 membres de plus qu’en 1946.

Vendredi 4 avril 1947

208UFF, les femmes. Le MRP donne l’exemple. Il parle de Sécurité sociale. Il veut que les allocations familiales soient augmentées. Il veut une allocation de logement. Il veut l’aide familiale féminine, payée pour aller faire des ménages. La femme au foyer, salaire pour les ménagères. Ils groupent un million de familles. Il y a 30 milliards de frais par an. Enseignement technique. Recrutement des assistantes sociales par le clergé ! Vote familial (Billoux). On attend tout du gouvernement. Rien contre le patronat.

  • 144 Le 3 avril, Jeannette Vermeersch présente son rapport devant le BP, sur « La politique sociale et f (...)

209En face de ça, nous n’avons pas une politique sociale144. La femme au foyer ! Avec des allocations et des salaires suffisants. Vote familial. Aides familiales catholiques, ce serait des fonctionnaires. 3 000 femmes iraient à domicile aider les familles. C’est dans le plan Monnet, payées par l’État pour faire la propagande dans les foyers ouvriers.

210Ravitaillement : on donne une prime aux gros fournisseurs de lait. Le MRP au ministère ne convoque jamais l’Union des femmes françaises pour la Fête des Mères. L’UFF contre l’Union nationale des associations familiales, même nos municipalités ne comprennent pas. L’UFF doit mobiliser les femmes et ne pas seulement être philanthrope de distribution. Abroger la motion Billoux. Allocations familiales de salaire unique, c’est le MRP. Pour la Fête des Mères, ce sont les maires qui invitent et dirigent. Au ministère de la Population, c’est le MRP.

Samedi 5 avril 1947

  • 145 Les membres du BP assistent à la séance de clôture de l’École centrale des cadres. Marcel Cachin y (...)

211École centrale de quatre mois ; 11 h, École Viroflay145. Il y a 3 ou 4 millions de femmes au travail industriel et commercial. 70 % dans le textile, 30 % dans la métallurgie. Nous avons fait un salaire égal pour les hommes et pour les femmes. Augmentation 30 % des salaires comme charges sociales ; on peut à peine la supporter. 18 % du salaire pour la Sécurité sociale. 12 % du salaire pour les Allocations familiales. Pas de salaire unique car c’est la femme au foyer, c’est [ill.]. Il y a des salaires de 7 000 F par quinzaine dans le textile, ouvrières qui cardent la laine. Il y a des femmes tourneuses. Nous avons les utilisations des caisses des œuvres sociales, des milliards par an. Il faut des allocations familiales. Il faut des enfants à la France. Il faut d’abord une politique patronale. Nous ne pouvons approuver les aides sociales qui font de la propagande cléricale. Mais il faut des assistantes sociales recrutées. Il y a des usines où les ouvriers paient 2 F leur déjeuner.

Dimanche 6 avril 1947

  • 146 Il s’agit, sans doute, de Ts’ai Chang, cf. supra.

212Tchang Tsaï146.

  • 147 Harold Laski (1893-1950), chairman du bureau exécutif du Labour Party, en 1945-1946, journaliste et (...)

213Laski147 : les États-Unis sauvegardent leurs intérêts en Iran, Irak, Arabie. Les États-Unis veulent la porte ouverte en Chine. Ils équipent les armées de Tchang Kaï-Chek. Rien là n’est à l’actif de l’Angleterre. L’Angleterre est un partenaire mineur de l’Amérique au Proche-Orient, en Irak, dans l’Arabie Saoudite. Bevin nous a suscité des antipathies dans le monde entier par sa politique en Palestine. Bevin doit cesser sa politique visant à exclure la Russie du Moyen-Orient. Il ne doit pas être l’instrument de l’Amérique. M. Acheson ne veut pas à Athènes d’un gouvernement d’obédience communiste. Mais il accepte un gouvernement fasciste. On ne peut plus isoler les communistes des masses populaires dont ils traduisent les sentiments. Seul le PC est un bloc sans fissure. Il met ses actes en accord avec ses paroles.

Lundi 7 avril 1947

  • 148 Ève Denise Curie, née en 1904, fille cadette de Pierre et Marie Curie, écrivain, rejoint la France (...)
  • 149 Thomas Edmund Dewey, né en 1902, gouverneur de New York depuis 1942, est candidat républicain à la (...)

214Il y a 220 tonnes d’or allemand entre les mains des Américains dans leur zone, plus l’or chez les neutres (Suisse-Suède). Ève Curie148 : aux États-Unis, le peuple est avec Truman ; le peuple n’est pas ennemi de l’Allemagne, le peuple, les soldats, disent : mon pays est le meilleur du monde ; l’Amérique veut développer ses marchés dont elle a absolument besoin. Le PC interdit par Dewey149 dans l’État de New York.

215La lire en péril : livre sterling 9 500, dollar 750.

216De Gaulle à Strasbourg lance le Rassemblement du peuple français, RPF. États-Unis et France s’opposeront à toute tyrannie nouvelle. De Gaulle à Ramadier : le MRP non ! Mais avec les socialistes ! Oui !

Mardi 8 avril 1947

217Juan, 16, rue Barthélemy Duprat, Bagneux.

Mercredi 9 avril 1947

218Marché couvert, Choisy-le-Roi.

Jeudi 10 avril 1947

219Conférence internationale du commerce à Genève (Clayton). Les Américains veulent une réduction des tarifs douaniers et l’abolition des contingentements. C’est l’invasion de la France par les produits américains et l’invasion des capitaux américains en France. C’est une pièce maîtresse dans le jeu américain. Seize groupes douaniers seront à Genève. L’URSS n’y sera pas. Un journaliste retour d’Indonésie ! Mario Bordone, 93, rue de l’Assomption, 16e, Simca.

Vendredi 11 avril 1947

  • 150 Il s’agit, sans doute, d’Albert Jaouen (1909-1976), militant communiste (JC, 1925, PC, 1930), membr (...)
  • 151 Marie-Louise Cachin est, depuis mars 1947, avocat désigné pour défendre Duong Bach Mai, communiste (...)

22013 h 15, déjeuner (ambassade Pologne), 12 bis avenue Élisée-Reclus. Keller, Jaouen150, Yves, Florimont Bonte, Eva, Marie-Louise151, un journaliste américain.

Samedi 12 avril 1947

  • 152 Joris Ivens, né en 1896, hollandais, maître du documentaire social (Zuydersee, 1930-1933, Borinage, (...)

221Mairie du 11e, 15 h France-URSS, 16 h 30 Joris Ivens cinéaste152 (Indonésie), 92, avenue des Champs-Élysées. Georgiu pense que l’offensive grecque échouera. Les avions ne peuvent que tuer des villageois. Voir Amaury presse. Ezaldine Abd-el-Kader, délégué du Front communiste égyptien, hôtel de Flandre, 16, rue Cujas, 5e, Tél. ODE 6730.

Dimanche 13 avril 1947

222Loir-et-Cher, Chinon, Chimery.

223Les gens de Loings vendent des asperges, 200 F le kilo. Quinze sont vingt fois millionnaires. Ils réclament 400 000 F du département pour mettre en équilibre le budget municipal.

  • 153 Augustin Laurent, né en 1896, ouvrier mineur, est militant de la SFIO depuis 1912 ; conseiller géné (...)

224Nord : nous avons en 1947 : 38 900 (28 000 en 1938), 1 115 cellules, 280 d’entreprises, très peu de femmes, 10 %. Les cellules manquent d’activité politique dans les masses. Pauvreté des cadres, il vaut mieux de grandes cellules. Jeunes : 11 200, femmes 14 000, FN 5 000, FTP 4 000. Liberté dans le Nord 120 000 : de 96 000 avant les 4 F, nous sommes à 72 000 et puis en mars 82 000. La Voix du Nord : 900 000 ; MRP contre de Gaulle. Nord Matin, socialiste 140 000. Augustin Laurent, Thomas153 avec de Gaulle.

225UD : gain en 1947, 30 000 de plus, 250 000 en 1946 ; quatre communistes et trois socialistes à la tête. Nous avons la direction du syndicat textile de Roubaix. Trente Unions locales dont vingt-deux à nous. 300 000 JOC ; CFTC textile, un tiers des nôtres.

Lundi 14 avril 1947

  • 154 Robert verdier, né en 1910, agrégé de lettres, syndicaliste, résistant, secrétaire général adjoint (...)
  • 155 Le MDRM (Mouvement démocratique de la rénovation malgache) est créé en 1946. Son leader est Raseta, (...)

226Ambassade Pologne, 20 h, Ogrodzinski, Moro, Verdier154, P. Cot. Lion, 11 h. Razeta : Rassemblement démocratique de Madagascar de rénovation malgache155. Il n’y a pas seulement des meneurs, il y a la masse. Votre politique liquide l’Union française. Nous ne ferons pas une politique impérialiste colonialiste. On mène la France à la catastrophe sous la remorque et l’impulsion de l’étranger. Pour le rassemblement anti-guerre ça commence par le bas, c’est le mieux. Billoux est dépouillé de toute autorité. On n’arrêtera pas immédiatement Razeta, ça commence par la tragédie, ça se termine en farce. Au Maroc, on est prêt à déposer le sultan. Il faut en revenir au programme du CNR. Moch est un agent anglais : il va à Londres souvent. On veut revenir en arrière sur tous les problèmes intérieurs. Amorce de réaction sur tous les plans.

Mardi 15 avril 1947

  • 156 Il s’agit, sans doute, de Paulo Bittencourt (1895-1963), travailliste, directeur du Correio da Manh (...)

22713 h, 87, avenue Terra, cercle de l’Amérique latine. Ascise Châteaubriant. Bettencour, journaliste du Brésil156. Échec des États-Unis sur la bombe atomique et l’Est européen. Ces échecs les conduisent à l’aventure. Ils ont fait les matamores comme Hitler et Mussolini mais ils peuvent être débordés. Sur la Ruhr, sur les répartitions, sur l’Allemagne, sur l’occupation : nous sommes d’accord avec les Russes qu’on veut écarter de la Ruhr. Nous avons eu la Sarre pendant quinze ans et ça n’a pas empêché le relèvement de l’Allemagne car elle avait la Ruhr. Après Dunkerque, Anglais et Américains ont essayé de faire pacte à trois. Les Américains disent : la Sarre oui mais renoncez aux réparations. C’est Blum qui dirige le gouvernement.

Mercredi 16 avril 1947

22813 h, M.T. Talleyrand. 17 h 15, réduction des armements, salle de presse, 1er étage. Les États-Unis : l’expansionnisme de la liberté, anticommunisme, politique agressive de Truman. Il y a une part de bluff depuis l’atome. Or, ils n’ont pas la possibilité de faire la guerre. Ils veulent isoler l’URSS. Les Anglais les aident. Bevin est un sous-secrétaire d’État de Marshall. En Angleterre il est très critiqué. Marshall voulait entraîner Bidault après le traité franco-anglais. La France a besoin de la Ruhr. Le plan anglo-saxon veut se servir de l’Allemagne comme potentiel d’attaque contre la démocratie. Les États-Unis ne peuvent accepter que la Russie ait son rôle dans la Ruhr. On veut placer les cartels allemands sous le contrôle des États-Unis ; d’où leur fédéralisme. Ils se sont servis de la Sarre pour entraîner la France dans le bloc occidental. Molotov avait dit : oui, mais la Ruhr reste essentielle (19 mars). Si on se contente de la Sarre, c’est la fin des réparations. Il faut un comité international pour régler le charbon. Le potentiel de guerre allemand est intact en Ruhr. Il nous faut notre droit de regard sur la Ruhr. En 1919, on a permis à l’Allemagne de se relever.

Jeudi 17 avril 1947

  • 157 Marcel Cachin est invité à la fête du journal Vaillant, dont le 100e numéro est tiré à 315 000 exem (...)

229BP, 17 h, 100e n° de Vaillant157.

230Boulevard Montmartre. Nord : 38 910 cartes PC.

  • 158 Les principaux points évoqués par Jacques Duclos, dans son rapport devant le BP du 17 avril, sont l (...)

231Le pacte à quatre est noyé. Les Russes voulaient des mesures concrètes sur la Ruhr, sur les cartels. Les Américains refusent. Les Russes sont pour l’occupation jusqu’à la démocratie en Allemagne, les Américains contre. Anglais et Français à la remorque des États-Unis à Moscou. L’URSS n’a pas été accommodante. Elle a eu bon sens, n’a pas cédé au chantage. Les États-Unis vont chercher l’alliance de Gaulle mais les Anglais ne sont pas chauds pour de Gaulle. On appelle communiste tout ce qui ne convient pas. À New York, 2 500 nouveaux adhérents au PC, 250 000 dollars de souscription en vingt jours. Herriot est pour l’union contre de Gaulle, UDSR contre les radicaux. Il y a un rassemblement Rhin. La France et l’Union française. Il y a un plan américain pour affaiblir la France dans son Empire. On fait une politique qui éloigne les colonies de la France. On veut nous déshonorer en nous mêlant à l’affaire malgache pour nous jeter. On ne parle plus que de Blum. On veut le gouvernement homogène Blum pour préparer un rassemblement travailliste et de Gaulle est pour. On viole la Constitution, par là on fait le jeu de De Gaulle. On veut liquider l’Union française158.

Vendredi 18 avril 1947

  • 159 Marc Scouamec (1894-1968), militant de la CGTU, membre du PC depuis 1925- 1926, maire de Guilvinec (...)

232Marc Scouamec, maire de Guilvinec159 ; Désiré Lamiral, conseiller général, président du Comité d’aide aux familles de naufragés de Guilvinec-Lechiagat remercient l’Humanité.

Samedi 19 avril 1947

233Troyes.

Dimanche 20 avril 1947

234Wallace à Oslo, contre la guerre devant 100 [ill.] et [ill.]. Les Américains sont mal renseignés surtout sur la Russie. Les Grecs demandent à Wallace d’aller en Grèce. Les royalistes grecs disent : il faut lui écraser la tête. Ils demandent la tête de Sofiouropoulos.

Mardi 22 avril 1947

235Wallace (Chaillot), 5 h, 54, rue de Varenne, Centre d’étude de la politique étrangère. Le verbiage de De Gaulle, New Chronicle ; son autoritarisme. La France ne peut le suivre. La France n’a pas besoin d’un sauveur, elle se sauvera seule.

236PC du Venezuela : 20 000 membres.

237Rasoir, 44, rue Gustave Courbet, Bagneux. Detœuf fils CDH.

  • 160 Marcel Bloch, né en 1892, Dassault depuis 1947, acquiert en 1935 la société des avions Marcel Bloch (...)
  • 161 En tournée en Europe, depuis le début du mois d’avril, Henry Wallace est invité en France par un co (...)

238Marcel Bloch160 (avions) veut qu’on nationalise ses usines. Wallace arrive à 1 h 20 à Orly161. Pas de guerre préventive. L’Amérique vaut mieux que sa presse. Je suis pour la propriété et pour l’homme, mais en cas de conflit, je suis pour l’homme.

Mercredi 23 avril 1947

  • 162 Le discours de bienvenue à la commission des Affaires étrangères, prononcé par Marcel Cachin, est c (...)

239Réceptions Wallace. Llopes rédacteur chez New Republic. Commission des Affaires étrangères, 10 h 30, audition Wallace162. Wallace parti des États-Unis le 8 pour l’Europe : Angleterre, Suisse, Norvège, Danemark, France. Pas d’impérialisme, ni américain, ni anglais, ni russe. Pas d’aide militaire à la Grèce et à la Turquie. Il faut rapprocher les démocraties occidentales de l’URSS, sans cela, c’est la guerre. On a déjà échoué deux fois dans l’attaque contre l’URSS, 1919 et pendant l’Axe. Truman échouera à son tour.

240Truman veut une base à Lemnos. Roosevelt en Crimée voulait reconstruire une Europe démocratique. Le discours de Truman n’a pas produit en Russie une profonde réaction. On veut la paix à Moscou et on ne s’attarde pas à la déclaration Truman. Wallace : l’anticommunisme c’est la guerre. La [ill.] et la guerre. Le danger pour l’Amérique du Sud n’est pas le communisme mais l’impérialisme américain. Contre l’hystérie anticommuniste. C’est grave car l’attitude américaine peut influer les États extérieurs et aboutir à une guerre. Restons fidèles à l’ONU. L’Amérique doit aider les peuples non par politique mais les plus atteints, l’URSS avant tout. 10 h 15, Colbert Wallace. Les États-Unis produisent 70 % de plus qu’avant la guerre. La crise les guette. Les États-Unis sont plus puissants que ne le fut jamais un État. Les choses peuvent se modifier avec la rapidité de l’éclair. Jésus-Christ en personne aujourd’hui serait appelé communiste. Moi, j’ai été en 1919 traité de bolchevik. Après 89, on emprisonnait les partisans de la Révolution française. Tout progressiste est traité de [ill.].

Jeudi 24 avril 1947

241Paris-Londres (Londres, 16 King Street).

242Syndicats de la zone d’occupation soviétique. Début 1946 : 17 syndicats de production, 5,5 millions d’ouvriers. Les entreprises travaillent à 70 %. Production en 1946 : 7,5 milliards de marks. Journée de huit heures, tribunaux ouvriers, sécurité socialiste assurée par ouvriers, employés et fonctionnaires. 400 000 ouvriers suivent les cours techniques. Épuration du fascisme. Les plus importantes usines nationalisées. Presse, radios syndicales. Réforme agraire, aide aux agriculteurs. Planification, rationalisation, comités d’usines élus par tout le personnel.

243Cinq jours de travail dans les mines anglaises. Américains au Brésil et Paraguay [ill.] bimoteurs. Admirable rendement de la machine fiscale britannique. Mettre les gens au travail dans les usines.

Vendredi 25 avril 1947

  • 163 Le discours prononcé par Marcel Cachin, le 26 avril, à Manchester, au cours d’un meeting organisé p (...)

244Manchester 730 000, Salford 230 000 (Irwall). Town Hall 1877, le plus grand d’Europe. A la suite d’un appel lancé par M. Ellis Smith, député et président de la fédération des industries du Lancashire, M.C. (Marcel Cachin) participe à une campagne de conférences pour étudier la solution du problème de la production dans cette région. C’est une erreur de l’Agence France presse : Manchester, c’est une réunion communiste de propagande163.

245De Londres à Manchester, la campagne anglaise n’est plus tout à fait verte, mais on a cultivé d’importantes surfaces. Ce n’est plus la prairie. Ce sont des champs labourés.

Samedi 26 avril 1947

  • 164 Le discours, prononcé devant le lord-maire, T.H Adams, travailliste, en présence de Harry Pollitt, (...)

246Manchester 11 h, réception à la mairie164. Le XVIIIe siècle fut le grand siècle de l’Angleterre. Elle répand en Europe ses idées politiques, philosophiques, économiques. Essor de son commerce international. Voltaire : Angleterre, pays de la liberté politique, religieuse. Newton expérimental contre la scolastique. Parlement, pas de privilèges fiscaux. Pour les Anglais, le parlementarisme reste le meilleur gouvernement. 7 h, dîner du comité de direction du PC des comités de Lancashire et Cheshire.

  • 165 Nahum, d’origine indienne, communiste anglais, était un ami proche de Marcel Cachin.

247On dîne vendredi chez Nahum165. Mon allocution au Lord maire sera placée dans les archives de la ville. Visite de l’Hôtel de Ville sous la direction du Lord maire. Manchester, ville noire de fumée, les usines sous la ville. Très provincial, très vulgaire, commerçants industriels très puissants. Beaucoup de grands industriels juifs qui favorisent et aident le PC. Quand Manchester a donné l’exemple, Londres suit. Crise du charbon, de la construction des maisons, de la viande. Les journaux sont remplis de nouvelles de sports.

Dimanche 27 avril 1947

248Manchester. Belleme [ill.]. Grissin, ambassade de Grande-Bretagne. Martine, directeur du New Talman. Chartistes, charte du peuple, Hunt Owen 1817, répression. On tient le meeting à Belleme, salle où parla Wallace il y a quinze jours.

Lundi 28 avril 1947

  • 166 Les premières élections aux conseils d’administration des caisses de Sécurité sociale et d’allocati (...)

249De Manchester à Londres. Les socialistes ont fait voter pour les listes anticommunistes pour la Sécurité sociale. CFTC + patrons + mutualistes ont eu 38 %. CHT : 69 %. Il faut une campagne de la main tendue166.

Mardi 29 avril 1947

250Londres. 10 h à 12 h réunion du Bureau politique du PC britannique à King Street. 12 h, un journaliste grec. 13 h, un journaliste malais, un journaliste hindou. 2 h à 5 h, Jardin botanique royal. 5 h à 6 h au Daily Worker.

  • 167 La ration de pain est réduite à 250 grammes par jour, à partir du 1er mai.

251En France, on a réduit la ration de pain comme aux pires jours de l’occupation167. À Moscou, la seule question : qui sera redressé le premier, l’Allemagne ou ses victimes ? Envoyé 855 900 cartes en 1947 fin avril, 994 000 en 1946, 824 000 en 1945.

Mercredi 30 avril 1947

252Voyages de Londres à Paris. Après la guerre de Trente Ans, il a fallu aussi des années pour arriver au Traité de Westphalie. Bidault a tout cédé pour ne rien obtenir, ni sécurité, ni réparation. Bidault a complètement changé d’attitude. Il est dans l’orbite anglo-saxonne sans que les besoins de la France soient satisfaits. Les journaux américains : « C’est à la conférence de Genève que se résolvent les problèmes de la paix ou de la guerre. » La Hollande maintient sa politique impériale. Les journaux américains se plaignent de la hausse des prix. La vie va encore augmenter avec la hausse des salaires pour l’acier. A Moscou, les démocrates de l’Ouest se sont rapprochés contre l’URSS ! Le peuple français est mobilisé. Le de Gaulle est loin de ses préoccupations.

253L’URSS lutte avec conséquence pour la paix. La France n’a pas une ligne claire, constructive de l’Union française. Elle a perdu le sens de 89 qui fit la grandeur de la France dans les temps modernes.

Notes

25414 fonctionnaires socialistes de la [ill.] démissionnent parce qu’on exclut les socialistes unitaires. Il faut démocratiser l’Allemagne et liquider les monopoles allemands. Il faut un contrôle des quatre sur la Ruhr pour démilitariser l’Allemagne. Laski : il faut que l’Angleterre, si elle veut rester libre, se rapproche de l’URSS. Au [ill.] syndical à Berlin, 85 % unitaires, 15 % socialistes. Bevin est un prisonnier de l’Amérique. Bevin se soumet aux fauteurs de guerre américains, il obéit au dollar. Nous voulons la paix et l’amitié réelle.

255Il y aura une échelle mobile pour l’attribution du charbon à la France. Rien n’est changé pour le charbon, on va réduire le charbon de la Ruhr grâce au charbon de la Sarre. En France, la santé publique est une nécessité nationale.

256À Genève, les Français proposent d’augmenter les douanes sur les machines américaines. Les journaux américains disent : ce n’est pas ce que nous a promis Léon Blum.

257[ill.] 15 livres sur 30. Les Américains disent : les Français utilisent nos dollars pour acheter de la nourriture et non des machines ; c’est la fin du plan Monnet. Les États-Unis vont au devant de graves difficultés intérieures. La France et l’Angleterre n’iront pas jusqu’au bout de la politique de la main forte.

  • 168 La bizone anglo-américaine est créée officiellement le 1er janvier 1947. Marshall ordonne d’intensi (...)

258En Allemagne, dissentiments entre Anglais et États-Unis. L’unification de leurs zones168 n’a rien donné. L’Angleterre est pour la nationalisation, l’Amérique contre le socialisme. L’Angleterre veut un gouvernement central pour les huit provinces. L’Amérique veut une confédération lâche, le conseil des huit ministres. On veut associer la Ruhr et la Bavière pour éviter la faim et la misère qui mènent au communisme.

259Après la conférence de Moscou, les Russes diront aux Allemands : si on a évité le morcellement de l’Allemagne, c’est grâce à nous. Après Moscou, disent les Anglais, il nous faut une autre politique en Allemagne. Il faut une Allemagne qui subvienne à ses besoins. Mais l’Angleterre et l’Amérique n’ont pas la même politique sur l’Allemagne. Les Américains pensent que les frontières américaines sont désormais en Europe occidentale. Ils doivent intégrer politiquement et économiquement l’Europe occidentale.

Mai

Jeudi 1er mai 1947

  • 169 Le défilé du 1er mai a lieu de la République à la Concorde.
  • 170 Joseph Wright Alsop, né en 1910, et son frère Stewart Oliver Alsop, né en 1914, sont journalistes a (...)

26014 h à 15 h, 50, boulevard du Temple. La Concorde169 ! Le PC français a été fortifié par la visite de Wallace pacifiste. Il faut que les Russes comprennent que nous sommes à l’ère du siècle américain (journaux américains). Il faut partout renforcer les démocrates aux dépens des communistes. La France demande aux États-Unis une avance de [ill.] millions de dollars ; oui, dit l’Amérique, à condition qu’il y ait en France des observateurs américains pour contrôler l’emploi de cette somme. Roosevelt enseveli dans l’oubli. Alsop170 : on ne peut pas résister à l’expansion des Russes seulement avec des mots fermes et avec des dollars. Mais attention à leur expansion militaire !

  • 171 Une grève commence aux usines Renault à partir du 25-28 avril. L’Humanité dénonce l’œuvre de provoc (...)
  • 172 Une demande d’enquête sur cette grève est faite par le Secrétariat, le 28 avril, demande confirmée (...)

261Il a suffi à quelques provocateurs chez Renault parce que les salaires y sont inférieurs171 ! Nos camarades n’y ont pas fait attention172. Les socialistes ont voulu une nouvelle affaire PTT. Il aurait fallu prendre la tête des revendications. Nous avons précisé une revendication : 10 F. Mais on veut faire parler la CGT. Nous suivrons les événements et nous soutiendrons la revendication : 5 F, 8 F, 10 F. Mais nous avons le souci d’avoir en main les troupes.

Vendredi 2 mai 1947

  • 173 Après dépôt de plusieurs interpellations, dont celle de Waldeck-Rochet « sur la question du pain », (...)
  • 174 Ambroise Croizat (1901-1951), membre du CC depuis 1929, député de la Seine, est ministre du Travail (...)
  • 175 Dans un communiqué du 30 avril, le Comité directeur de la SFIO annonce le maintien de la politique (...)

262Question de confiance173. Aggravation de la classe ouvrière en ces derniers temps. Croizat174 : aux élections pour la Sécurité sociale, 60 % pour la CGT. Donc dans la classe ouvrière : c’est inquiétant. Il faut renforcer notre [ill.] avec les ouvriers catholiques. On empêche Croizat d’augmenter les salaires même si peu que ce soit. Mécontentement grandissant dans la métallurgie de l’Est. Philip contre le dégrèvement des impôts ouvriers. Les socialistes proposent de poursuivre les patrons qui augmentent les salaires175. La provocation va s’aggraver. On va dire : le PC se fout de la production, le PC est le parti du désordre. On a bridé Croizat par tous les moyens. Il y a glissement des gouvernants vers la droite et ils nous accusent d’aller à gauche. Il faut ressusciter les comités départementaux de la Libération. Il y a une fédération des commerçants, une fédération des artisans.

263Beaucoup d’usines ont donné satisfaction aux ouvriers.

Samedi 3 mai 1947

264CC pour l’ordre du Congrès, 120, rue Lafayette, 8 h 30. Ordre du jour du Congrès : la rentrée, la politique des cadres, les élections municipales. Les femmes, douze femmes au CC. Nous ne faisons pas de manœuvres. C’est que nous ne pouvons pas nous solidariser avec une politique étrangère (Bidault), avec la politique de l’Union française, avec la politique économique prix et salaires.

265Nous avons seulement le souci des intérêts de la classe ouvrière et du peuple de France lié à toute la nation. Nous avons fait beaucoup de concessions, mais il faut penser à l’avenir du peuple, de la République, de la France. Le blocage des salaires n’a pas fait diminuer le prix de la vie.

266[ill.] parti n’a parlé des profits mais attention ! Ne soyons pas gréviculteurs. Défendons la classe moyenne qu’on soulève contre nous.

267La CGT demande une augmentation des primes de rendement. Beaucoup d’employés dans les usines, ils sont mensuels. C’est une des raisons de notre échec relatif aux élections de la Sécurité sociale. Le gouvernement n’a pris aucune mesure contre les stockeurs et les affameurs.

Dimanche 4 mai 1947

  • 176 Le groupe parlementaire communiste refuse la confiance au gouvernement Ramadier.
  • 177 Juliette Dubois, née en 1911, est militante communiste (1936), résistante, déportée, conseillère de (...)

268Vote sur la question de confiance176. 60 % pour les communistes, 30 % pour les chrétiens ! Sécurité ! Ils ont réuni tous les mécontents. La provocation a réussi chez Renault. Nous y avons 2 500 PC d’une vie végétative. Chez Citroën, 250 sur 10 000 ; Peugeot 400 sur 15 000. Le PC déserte les usines. Il faut travailler aux usines. Petits journaux constipés. Juliette Dubois177.

  • 178 François Tanguy-Prigent (1909-1970), militant socialiste (1926), plus jeune député du Front populai (...)

269Dans l’Hérault, des ouvriers agricoles s’offrent pour travailler chez les petits paysans après leurs journées. Philip fait la politique de Menthon. Le PC aidera toutes les revendications ouvrières par entreprises où les ouvriers réclament des augmentations de prime de rendement. Ce sont les autres qui abandonnent leur programme sur les prix. Tanguy Prigent est ministre de l’ Agriculture depuis deux ans178. On voit le résultat. La Régie nationale, Renault : climat trouble, mécontentement, les employés contre nous.

Lundi 5 mai 1947

  • 179 Paul Ramadier renvoie les ministres communistes de son gouvernement, le 5 mai.

270Le Front unique a pour but l’action, la lutte. Il faut se saisir d’événements locaux et entraîner tous les travailleurs : on aboutira même si on ne réussit pas. La politique de baisse des prix a échoué. Le mécontentement est général à cause de la politique du gouvernement. Ravitaillement. Pas de viande, pain. Dans l’opposition179 nous devons être comme au gouvernement et constructifs. Il faut [ill.] la Régie Renault. Il faut plus de matières premières. La grève de Renault a commencé chez les ouvriers spécialisés qualifiés. Ils voulaient 3 F pour arriver aux salaires des ouvriers. Il y a démoralisation : chez Renault, 7 000 avant la grève, 2 000 aujourd’hui ; on n’a plus la même confiance dans les militants locaux, car les nôtres sont absorbés par les comités de cantine, etc.

  • 180 Le projet de « forces locales de sécurité », où « s’effacerait toute différence entre combattants d (...)

271On peut admettre le programme Billoux sur l’armée180. Seul, le PC apparaît comme le seul qui défend la classe ouvrière. Prime à la production, ce n’est pas augmentation des salaires.

Mardi 6 mai 1947

272L’apprenti sorcier a peur de son succès. Des camarades ont dix-huit organisations ! Revalorisation du salaire réel. Lisette du Tchad.

  • 181 Roger Garaudy, né en 1913, militant communiste (1933), député (1945-1946), est chargé de réorganise (...)
  • 182 Édouard Depreux, né en 1898, militant socialiste (1919), résistant, député de la Seine et maire de (...)
  • 183 Yves Chataigneau, né en 1891, professeur d’histoire, militant socialiste, est gouverneur général de (...)

273Algérie : exportation massive des produits vers d’autres pays que la France, année de sécheresse, déficit de blé, mort de moutons. Magasins remplis de marchandises françaises. Progrès anglais et américains. La vie augmente. 4 000 F par mois pour les ouvriers. Croissance du national. Garaudy181 grande influence. La question du statut de l’Algérie. Les colons sont contre la France, pour l’Amérique. Espoir en Amérique. Provocation de Depreux182. Troubles en Kabylie, armes distribuées aux colons, arrivée de soldats et armes, munitions, avions. Presse déchaînée. Les radicaux sont très colonialistes, les socialistes pour la colonisation. Les démocrates d’Oran et [ill.] antisocialistes. Les socialistes font des [ill.]. Le Trocquer, Chataigneau183 et l’administration socialiste.

Mercredi 7 mai 1947

2746 h 30, rue Duchesne, pour tous les ouvriers du 18e. Les sociétés métallurgistes françaises ont fait, en 1946, 293 millions de gains. Elles avaient prévu, en 1945, 105 millions.

275Algérie : sentiment national partout. Même les femmes veulent la liberté. PPA. Les enfants nationalistes et religieux. Dans l’armée, rupture entre les Français et les Arabes. L’islam réactionnaire avec Messali, drapeau vert, sultan du Maroc. Manifeste. Le plus fort, Ferhat Abbas avec les socialistes et les caïds. Il reconnaît que les communistes sont loyaux mais il mise sur les deux tableaux socialistes-communistes. C’est confus, peu homogène, [ill.] près de nous, Sakor aussi. Il dit : « Union française mais avec l’Union arabe. » Les oulémas, démocrates progressistes, aile religieuse du Manifeste. Puis à côté, Messali avec les ouvriers d’Alger et de Kabylie. Il est prophète, saint, sacré. Des rumeurs : c’est pour demain ! Les soldats se disent : on va nous envoyer en Asie ; on va avoir la guerre. Politique du PC algérien : liberté, terre, paix, Union française, réforme agraire, eau pour prés et moutons. Mouvement syndical : 225 000, faible.

Jeudi 8 mai 1947

  • 184 Par décision du Secrétariat, le 5 mai 1947, André Marty présente un rapport devant le BP du 8 mai s (...)
  • 185 Amar Ouzegane (1910-1981), militant communiste, est secrétaire général du PCA de 1936 à 1937, et de (...)

2766 h chez Bidault. Algérie : syndicats d’ouvriers agricoles faibles, racisme partout. Artisans ; métayers, fellah, trois hectares. Le PC algérien est dit roumi, étranger, irreligieux. Effondrement de 80 000 à 18 000 aux élections récentes. Suppression du gouverneur général, un Parlement. Les communistes français apprennent l’arabe. Liberté, 42 000, a baissé. Le parti comprend la politique du BP en Algérie184. Islam, peuple conquérant, grande civilisation. Le PC algérien bloqué entre PPA et Manifeste ; 10 000 cartes du PC ; gains à la campagne ; les femmes viennent au PC voilées, [ill.]. Les jeunes sont dominés par le PPA. Direction lente, peu active, hésitations. Ouzegane peu courageux en 19 3 9185. Une assemblée algérienne avant juillet. Elle sera manifeste, grande bourgeoisie, mais nous avons quelques élus gouvernementaux ; aide aux pays coloniaux : grand prestige de l’Union soviétique.

Vendredi 9 mai 1947

277Les Américains maîtres du Maroc ; sentiment national profond. Puissants capitalistes marocains. Jeunesses avec le sultan. On excite les Sénégalais contre les Arabes. Parti communiste marocain. 5 000 mineurs syndiqués. Un Maroc libre dans l’Union française. Suppression du protectorat, monarchie constitutionnelle. Le Sultan est le sultan de tout le Maroc, même Tanger, [ill.], les communistes espagnols refusent. Une Assemblée marocaine constituante élue au suffrage universel garantissant les droits des minorités française et espagnole. Le PC marocain : 8 000. Récolte bonne. Tunisie, troisième année de sécheresse, pas d’eau, chômeurs. Nationalisme profond, Bey martyr. Ligue arabe : Anglo-Saxons, Néo Destour, Union syndicale tunisienne. Il y a scission des syndicats en Tunisie. PC tunisien se décompose : parti des juifs.

278Glissement de Bidault vers la politique américaine.

Samedi 10 mai 1947

  • 186 William Bullitt est ambassadeur des États-Unis en France, de 1936 à 1940. Il est proche de Léon Blu (...)
  • 187 Oreste Capocci (1888-1950), militant syndicaliste et socialiste depuis 1910- 1912, membre de la SFI (...)

279Rue Danrémont. Les Américains sont enchantés que les communistes soient chassés. Les Anglais non. Blum est l’homme des Américains. Il a vu Bullitt186. Les socialistes vont aller à Zurich le 2 juin. Les Anglais ne veulent pas la IIe Internationale. Le parti socialiste français coupé en deux. Capocci187, on nous a écartés du gouvernement pour gouverner avec la droite. Grand courant anti-américain dans l’Amérique du Sud et au Mexique qui deviennent très nationalistes. Péron anti-américain et anticommuniste mais on peut être avec lui contre l’Amérique. Les bases américaines : impérialisme yankee. Et les biens des traîtres. On n’est pas sûr de faire la soudure. Il nous faut 20 millions pour l’an prochain, mais il y a des preneurs partout. Vatican très américain.

Dimanche 11 mai 1947

  • 188 Serge Norbert Lefranc, né en 1903, militant communiste (1921), conseiller municipal de la commune d (...)

280Saclas, Serge Lefranc188, Dan. Nous ne pouvons pas capituler. Schuman dit : « Pas de ratification aux impôts sur les 84 000 F. Il faut que tout le monde paie pour être intéressé à l’État. » On vient de remplacer les ouvriers du lait par des soldats. Ramadier a dit : « Les grèves, nous les battrons. L’Amérique ne peut pas sauver tous les réactionnaires du monde. » On laisse les grossistes libres, que voulez-vous que fassent les petits commerçants. Le MRP propose 9 000 F. On va ramener le pain à 250-200 grammes à partir du 15 mai. Croire que Ramadier va faire le jeu de la classe ouvrière, c’est ridicule. Ils nous ont mis dehors parce que c’est l’ordre de Truman. Les Américains aident les Grecs pour éloigner les Anglais. Il faut la pression des masses. Il y aura des mouvements. Les ouvriers vont lutter. Nous ne laisserons pas faire l’expérience Ramadier. Les masses vont réagir contre le glissement à droite. Le parti socialiste va se casser en deux. Les socialistes anglais ne sont pas contents des socialistes français. La crise du blé sera de dix-huit mois ou plus.

Lundi 12 mai 1947

  • 189 Le lendemain : le troisième gouvernement de Gasperi est démissionnaire le 13 mai. Le 31 mai, le qua (...)

281La rectification des pignons hélicoïdaux. Les fours catalans. Frédo. Les crédits américains sont réservés aux nations antisoviétiques. Aide aux pays menacés par les politiques totalitaires (Acheson). Refus aux indésirables (Acheson). A Moscou, l’Europe est entrée dans l’ombre et la nouvelle puissance mondiale américaine (Rheinischer Merkur). Sarre : rattachement économique de la Sarre à la France sans esprit d’annexion. Marshall : la Sarre à la France ? Oui ! À condition qu’elle renonce à ses réparations. Acheson : les États-Unis, la Grèce et la Turquie ont des vues identiques sur les principes de la liberté. Notre désir est d’aider ces pays qui résistent à la pression exercée sur eux pour les détourner du régime démocratique sous lequel ils vivent. L’Amérique ouvrira des crédits aux nations antisoviétiques. La presse anglaise demande un accord commercial entre la Russie et l’Angleterre. La Russie envoie en Angleterre du bois de charpente pour la construction des maisons. On a chassé les communistes des ministères en France, au Chili, en Belgique, à quand l’Italie189 ?

Mardi 13 mai 1947

28210 h, Foire de Paris. 11 h 30, 44, anniversaire Frachon. La prodigieuse mécanique. À Moscou, l’Europe est entrée dans l’ombre de la nouvelle puissance mondiale américaine (les journaux rhénans).

Mercredi 14 mai 1947

  • 190 Madeleine Vincent est rédactrice en chef du journal Filles de France.

283Ambassade de Hongrie, 15, rue de Berri, 13 h. Bullitt : « Les Américains envisagent de financer le mouvement anticommuniste en France. » Quel profit pour la France à l’unification des trois zones de l’Allemagne occidentale ? Les Anglais : Allemagne fédérale, économie centralisée et planifiée, socialisation. Américains : économie décentralisée entre des gouvernements indépendants. La Bavière n’envie rien à la Ruhr. Or, on déclare que des négociations sont engagées à Berlin pour adjoindre la zone française aux deux autres. Confédération générale du commerce et de l’industrie. Confédération des petites et moyennes entreprises. BP, 17 h. Filles de France, 53, avenue Hoche, 100e numéro. Madeleine Vincent190, 17 h.

Jeudi 15 mai 1947

  • 191 D’après les Archives du PCF, la réunion du BP a lieu le 14 mai 1947 ; Jacques Duclos rapporte sur l (...)

284BP191.

Vendredi 16 mai 1947

28510 h, Foire de Paris. Nous avons 1 500 000 tonnes de navires de commerce. 2 800 000 tonnes en 1939.

Dimanche 18 mai 1947

  • 192 Ce prêt de 250 millions de dollars est discuté à l’Assemblée nationale, le 23 mai.

286Vétheuil. 774 milliards de billets circulent, 444 en juin 1945. Indice des prix : 837 au lieu de 375 en juin 1945. 1/3 du budget de l’État aux crédits militaires. On ne trouve plus de [ill.] au primaire et au secondaire. L’Amérique nous avance 250 millions de dollars, 30 milliards de francs. Là-dessus, 200 millions de dollars pour le blé. L’Amérique nous demande d’énormes contreparties192. Budget de Paris : 20 milliards. L’armée coûte 45 milliards par trimestre. 65 000 décès en France par an par cancer.

Lundi 19 mai 1947

287Vétheuil. Paris.

Mardi 20 mai 1947

28883, rue La Boétie, 3 h. En URSS, 1 700 villes, 70 000 villages détruits. Les États-Unis ont gagné 50 000 millions de dollars à la guerre. L’URSS a perdu 128 millions de dollars à la guerre. Sept millions de citoyens soviétiques sont morts, 25 millions sans toit. États-Unis : 300 000 morts à la guerre !

289Confédération des petites et moyennes entreprises : 2 500 000 adhérents, [ill.] commerçants parisiens, 55 % de la production, 90 % de la répartition ; 4 juin, vingt-quatre heures de grève, grève de l’impôt.

Mercredi 21 mai 1947

290Commission consultative pour la réduction des armements, quai d’Orsay, 5 h 30, salle 32. 9 h 30, commission des Affaires étrangères. Rue Dussoubs. 10 h, Bidault.

291Sans l’opposition russe, nous aurions déjà la Sarre et son charbon. La question des zones : il n’y a aucune raison de parler de la fusion tant que cette perspective déplorable n’est pas réalisée. Mais sur bien des points, la position anglo-saxonne se rapproche de la France. La réaction française exige la fusion, la coupure de l’Europe en deux. Bevin veut remettre l’industrie de la Ruhr aux Allemands. L’Angleterre se rapproche de l’URSS. Les États-Unis exigent un cabinet d’union en Angleterre avec Churchill.

Jeudi 22 mai 1947

  • 193 Il s’agit, peut-être, du maréchal Alphonse Juin (1888-1967). Chef d’état-major général de la Défens (...)

292Juin vient voir Maurice au 44193. Prime à la production d’ensemble d’une usine. Ceci est pour la prime au rendement qui n’est que le travail aux pièces.

293Byrnes a dit : « Il faut s’entendre avec Staline. » Bevin fait un discours de rapprochement soviétique. Bidault : « On a voulu à Dunkerque signer à trois. Insuccès. Mais on l’a fait à Moscou. » L’Aube dit aujourd’hui nous allons avoir un peu plus de charbon et [ill.].

294La France accepte la trizone [ill.] plus de réparations. Les Américains disent : il faut que la France paie en dollars les importations de la bizone. Il faut que la France paie les prisonniers allemands en dollars. On ne pourra pas disposer de nos marks-or. On veut annuler ces marks. La France va fournir des phosphates, produits chimiques ; échanges commerciaux. On exportera en Allemagne plus qu’on importera. Bidault a tourné le dos à l’URSS ; il est dans les mains des Anglo-Saxons. Il y a tendance à faire accroître l’envoi américain de charbon américain en France. L’Amérique veut donner plus de crédits à l’Allemagne qu’à la France.

2952 juin les socialistes à Zurich, pour la IIe Internationale avec les chrétiens (Spaak). Les Anglais sont réservés. Schumacher et les chrétiens d’Allemagne. La France est un enjeu, un jouet. Bidault dit comme de Gaulle.

Vendredi 23 mai.

296On nous a chassés du gouvernement ; nous n’avons pas démissionné. Nous ne sommes pas en perte de vitesse. Les ouvriers réclament des primes à la production. Le gouvernement les accorde aujourd’hui. Mais il faut que nous fassions la campagne contre la hausse des prix car les patrons s’agitent. Les socialistes s’isolent au Mur ; il faut être très unitaire. Il faut revaloriser le prix du blé. Le prix du blé dans un terrain riche est le même que dans un terrain aride (Marx). Double labour, engrais. Il manque 1,5 [ill.] blé plus du blé à haut rendement. Il faut du blé, donc pas de prix différentiel. Rendements 159 [ill.] à l’hectare. Prix moyen en France. Dans les départements du Nord, 22 moyenne ; certains arrivent à 30-35. Sur un million de producteurs de blé 50 000 livrent la moitié en France.

  • 194 Ce pourrait être Albert Lhermitte, militant syndicaliste d’Ille-et-Vilaine de 1924 à 1948. Par déci (...)

297Les communistes chinois prennent Tchang-Tchoung, capitale de la Mandchourie. 2 h 30 Huma, Lhermitte194. Rémunérations en 1929, 430 milliards de francs ; en 1938 : 375 ; en 1946 : 312 ; en 1947 : 357.

Samedi 24 mai 1947

  • 195 André Tollet, né en 1908, secrétaire de la CGT pour la région parisienne en 1939, dirige l’action s (...)
  • 196 Henriette Psichari, membre de la famille de Jean Psichari (1854-1929), helléniste, gendre de Renan (...)

298CDH Chaillot, 4 h, clôture des galas. 11 h Tollet195, le 1er juin [ill.]. Au 44 : 14 h à l’Huma ; 15 h Psichari ; 16 h CDH Chaillot ; 17 h Léon. Henriette Psichari196 : 10 h mairie ; les officiels 1 h banquet ; 4 h meeting.

Dimanche 25 mai 1947

  • 197 La manifestation annuelle au mur des Fédérés.
  • 198 Ouverture du congrès du Labour Party.

299Le Mur197. Congrès britannique à Margate198.

Lundi 26 mai 1947

3003 h, parc de la Légion d’Honneur, Bretons de Saint-Denis. Le monde musulman a placé la femme derrière un voile. Les Britanniques cèdent au Moyen-Orient mais renforcent en Afrique leur impérialisme. Le plan Monnet voulait 15 millions de tonnes d’acier et fonte pour l’industrie française. Les Anglo-Saxons les accordent à l’Allemagne. Le gouvernement veut s’opposer à la classe ouvrière, la désorganiser, discréditer la CGT. Il veut que la classe ouvrière se batte prématurément. Pour le ravitaillement, si on nous avait écoutés, la situation serait meilleure. Il faut l’accord du 6 mars en Indochine. Reconnaissance des syndicats marocains, du droit d’association à tous les artisans, fellahs. Plus de corvées. Reconnaître les grands partis nationaux. Ramadier nous a obligés en posant la question de confiance à prendre position. Et après, on a donné satisfaction aux ouvriers. Les primes à la production sont données partout.

Mardi 27 mai 1947

  • 199 Le 25 mai, le gouvernement annonce que le personnel d’EDF-GDF est réquisitionné.
  • 200 Robert Lacoste, né en 1898, militant de la CGT (1931), résistant, député de Dordogne (novembre 1946 (...)
  • 201 Marcel Paul (1900-1982), militant de la CGTU, militant communiste, résistant, déporté, membre du CC (...)

301Jouhaux voit Ramadier et lui annonce que tout le bureau confédéral est opposé à la réquisition199. C’est après cela que Ramadier cède ! En juillet on verra où en sont les prix et les salaires. Alors, on agira. Jouhaux dit : rien ne me sépare de Frachon. Lacoste200 avait dit : nos précautions sont prises, ça marchera. Marcel Paul201 avait mis dans son jeu le directeur de l’Électricité de France. Nous voulons les revendications dans le cadre de l’intérêt général.

  • 202 Herbert Stanley Morrison, né en 1888, parlementaire, membre du Labour Party, leader de la Chambre d (...)

302Le Labour n’est pas pour le Congrès de Zurich, malgré Blum. À Budapest tous les socialistes se sont élevés contre l’entrée des socialistes allemands à Zurich. Morrison202 parle bien de l’URSS. Mme Revan contre les États-Unis. Hoover dit : ce n’est pas le socialisme qui est responsable de la pénurie européenne. Le plan Blum était en décembre, l’éloignement des communistes du gouvernement. Avec l’affaire du gas oil, on voulait une épreuve de force, mais nous avons réagi sagement pour les classes moyennes ; pas de bataille rangée.

Mercredi 28 mai 1947

303Nous avons évité la bagarre qui nous aurait séparés des paysans et des classes moyennes. Pas de division CGT. Le conseil d’administration du Gaz et Électricité était avec les ouvriers. Lacoste était sûr que tout irait bien. Nous avons fait reculer le gouvernement : il y a maintenant un précédent pour la réquisition. En Belgique, revendications des salaires comme en France. Il faut revaloriser les pensions des invalides de guerre. Les commerçants pour le 4 juin. Allocation aux vieux. Dépenses militaires, Billoux, réductions. La moyenne des augmentations de primes à la production déjà accordées : 9 F l’heure, ça va de 4 F à 14 F. La politique de baisse a fait faillite. Ils ne veulent pas des comités d’entreprises. Ils veulent bloquer les salaires. Ils disent : les communistes veulent la grève générale et l’insurrection et le gouvernement les a déjoués. La CGT dit : nous n’acceptons pas.

  • 203 La reprise du travail aux usines Renault s’amorce le 16 mai.

304Si en juillet les prix sont élevés, nous reprendrons l’action. Chez Renault : 215 au lieu de 200 depuis la grève ; chez Renault203, des ouvriers font soixante-douze heures. Les impôts ouvriers sont énormes. Les 84 000 F sont le minimum vital. Alors pas d’impôts pour ce salaire. Ils veulent la guerre et non la guérilla.

Jeudi 29 mai 1945

  • 204 Allusion au rapport sur l’Indochine présenté, devant le BP du 29 mai, par Lhermitte (cf. supra).

305BP. Six millions par jour en Indochine204.

306Conseil d’administration de l’Humanité, 14 h ; bilan 1946, projets, grève, etc. 18 h, ambassade de Pologne, le procureur général de la République polonaise. On prête aux politiques beaucoup de desseins. Il y a peu de desseins. Richelieu.

Samedi 31 mai 1947

30711 h 30, Présidence de la Chambre. Femmes d’Outre-mer. Mme Bachaouche d’Alger.

308107 000 cartes dans la Seine PC. Billoux a réparé 460 000 bâtiments et logé 400 000 personnes. Il a préparé la loi sur les dommages de guerre, 19 milliards. Il a déminé, déblayé, voirie. Les sinistrés ne peuvent participer à la reconstruction. Les finances publiques sont gênées. Billoux a fait voter une loi qui couvre tous les sinistrés. En dessous de 2 millions réparation intégrale, après 10 %. Les sinistrés pour commencer à réparer leurs maisons [sic].

Juin

Dimanche 1er juin 1947

30915 h, Jeunesses de la CGT. 9 h, Gaumont Palace, fête de l’École laïque du 18e. Inauguration de l’exposition des centres d’apprentissage. 11 h, mairie du 18e.

Lundi 2 juin 1947

31010 h, rue Gustave [ill.], travaux des élèves de l’École laïque du 18e. Champeau, direction de l’Enseignement de la Seine.

Mardi 3 juin 1947 Mercredi 4 juin 1947

3112 h 30, Bibrowski. 2 h, Elariss, du Liban.

3125 h, Comité du désarmement Affaires étrangères.

Jeudi 5 juin 1947

313BP. 14 h, départ pour Niort.

Vendredi 6 juin 1947

314Lens. Saint-Symphorien. L’importance stratégique de la Corée commande la politique américaine en Chine. Les États-Unis jouent le jeu de l’Empire japonais. Ils resteront en Corée et au Japon ; alors, quid de la démocratie ? La bizone allemande n’est pas viable. C’est la course aux armements en Angleterre et aux États-Unis. 70 % de la production vont au marché noir. Bizone = marasme économique, moins de charbon, séparatisme dangereux pour l’Europe, couvre les plans de relèvement de l’impérialisme allemand, favoriser les trusts allemands. Il y a un an, Blum revenait d’Amérique. Est-ce que notre ravitaillement est amélioré ? Est-ce que la reconstruction en a été aidée ? Est-ce que le franc a été aidé ? Aux États-Unis, les dépenses militaires sont onze fois celles de l’avant-guerre. L’argent américain va aller aux cliques réactionnaires. L’Amérique traite l’Angleterre comme une zone d’influence. Hoover : « Il faut des traités séparés avec l’Allemagne et le Japon, il faut que le charbon de la Ruhr reste à l’Allemagne pour faire de l’acier ; c’est lui qui aida l’Allemagne en 1920, par son moratoire, à se relever. Il faut à l’Allemagne un équipement économique supérieur. » L’Aube se plaint de la politique unilatérale anglo-américaine en Allemagne. L’Amérique investit des capitaux en Allemagne comme en 1920. Les Anglo-Américains contre l’unité économique de l’Allemagne, contre la nationalisation de la Ruhr ; ils créent un conseil économique allemand dans leurs zones. Ce sera la base d’un gouvernement à leur solde.

Samedi 7 juin 1947

  • 205 Les 6 et 7 juin a lieu une grève des cheminots. Par décision du BP du 29 mai, il ne faut pas « perm (...)
  • 206 Par décision du BP du 29 mai, il faut « démontrer que nous sommes seuls (...) à rester fidèles à la (...)

315Saintes à 5 h à la mairie. Pas de mouvements prématurés205. Classe moyenne et paysannerie. Augmentation de la production et des primes. Rester fidèle à la déclaration ministérielle de janvier206. Il faut adapter les salaires à la production et aux [ill.]. L’échec de Ramadier nous ramènera au gouvernement. Les augmentations de salaire sont justifiées. Il faut de la compréhension sympathique pour l’URSS. Ramadier divise l’Indochine pour régner. Il réussit à étendre la révolte. Les Hollandais font la même politique en Indonésie. Les Anglais ont compris qu’il faut laisser [ill.] l’Inde et [ill.] section de Saintes, 5 h 30. Mairie : huit communistes, dix socialistes, huit républicains, 6 h 30. Les communistes ont appelé les ouvriers français au travail. Maintenant, on viole la démocratie. Ils le disent : on glisse à droite.

Dimanche 8 juin 1947

  • 207 Marcel Cachin se rend à Saintes et à La Rochelle, à l’occasion de la fête de la Fédération communis (...)
  • 208 Georges Raoul Gosnat (1914-1982), militant communiste (JC, 1930), proche de Thorez, est sous-secrét (...)

316Charente Maritime (La Rochelle) [ill.] 16 h. Réception à la mairie à 11 h 30207. Communistes : 49 008 ; socialistes : 37 862 ; 2 députés, Grosnat, Brillouet208 ; les socialistes perdent 7 000 voix. PRL : 46 218 ; MRP : 34 600 ; radicaux : 26 805. Le PC, premier à Rochefort. La Rochelle, Saintes. La guerre d’Indochine coûte trois milliards par mois.

  • 209 Dans un discours prononcé le 4 juin, Paul Ramadier dénonce le « chef d’orchestre clandestin », resp (...)

317Combes n’aimait pas l’Église. Il la trouvait dangereuse, il voulait la réduire, sans haine. On l’appelait Dioclétien. Contre les congrégations d’hommes et de femmes. Il voulait le triomphe républicain sur le parti clérical qui se croit détenteur de la vérité absolue. Libre penseur tolérant, fils de paysan cévenol. On nous brûlerait vifs (Renan). Combes, Albigeois, labeur tenace, désintéressement, pas frivole, courageux, tranquille. Il vint à Tréguier avec M. Berthelot et A. France contre la domination catholique romaine. Pas de république cléricale et militaire. Le chef d’orchestre clandestin, c’est la misère209. L’Humanité : 828 dépositaires, 4 255 CDH, 326 abonnés. 11 h, mairie La Rochelle, moitié socialistes, moitié communistes, 16 h meeting.

Lundi 9 juin 1947

318La Rochelle, Lens, Paris. Au Congrès socialiste, la moitié du congrès déclare : on ne gouverne pas contre les masses ouvrières ou alors on fait la besogne de la réaction. Discours de Ramadier contre la CGT. Phrases de gauche, actes de droite. Prix pour 29 articles d’alimentation : janvier 1946, 480 ; décembre 1946, 861 ; mai 1947, 883.

Mardi 10 juin 1947

319Il faut ne pas être vaincu pour un syndicat.

320On aurait pu éviter la grève des cheminots. Ou proposer de discuter avec Ramadier et Auriol. On est prêt à tout pour porter un coup à la CGT. Il faut parler aux socialistes qui sont mécontents. Il faut aller aux masses. Pas d’isolement. Toute la politique de Ramadier mène à de Gaulle.

Mercredi 11 juin 1947

321Paris- Saint-Étienne.

Jeudi 12 juin 1947

322Réception à la mairie d’Avignon.

Vendredi 13 juin 1947

323Vaisons, Carpentras, Bédouin, Beauvoisin, Ventoux.

Samedi 14 juin 1947

324Bollène, Mondragon, le Canal du Rhône.

325Programme [ill.] municipal. Appeler les ouvriers au travail collectif comme à Marseille et Vaucluse. Élargir les libertés municipales par la réforme des finances locales. Logement, enfants, éducation, vieux, école laïque. Commerçants et artisans, ravitaillement. Défense des intérêts communaux et de la Résistance. Ravitaillement, chauffage, logement, écoles, la faucille. Statut municipal sur les finances locales. Ce que nous avons réalisé ! Réalisation des maires ruraux de l’Hérault. Office des HBM. Les élections municipales ont un caractère politique. Il faut mobiliser le PC.

Dimanche 15 juin 1947

326Orange, fête fédérale du Vaucluse.

327Daladier : « Je suis prêt à remettre en prison les communistes, je ne regrette rien » (au Capitole d’Orange aux dernières élections).

Lundi 16 juin 1947

  • 210 Marshall annonce son plan dans un discours prononcé, à Harvard, le 5 juin.

328Apt, Roussillon, Saint-Étienne. La politique extérieure : deux problèmes : l’extérieur, Bevin-Bidault. Plan Marshall210. Diplomatie atomique. Nous avons la bombe, alors nous allons dominer. Mais l’URSS n’a pas été frappée et cela fait match nul. Puis diplomatie du dollar avec liberté d’entreprise et prêt à la Grèce. Ça a provoqué des remous. Aujourd’hui dollar à caractère économique. Les Américains ont éprouvé des déboires en Chine qui n’est pas stable. Alors on se tourne vers l’Europe. Je veux vous prêter 25 milliards de dollars. L’URSS dit : il y a une commission de l’ONU. Puis le prêt n’est pas seulement économique. Les Américains vont à la crise. Ils veulent le dirigisme économique. Le glissement à droite de la France. Changement complet de Bideau [sic].

Mardi 17 juin 1947

  • 211 La proposition de plan Marshall est acceptée par la France et l’Angleterre, le 17 juin.

329Saint-Etienne, Paris. Il a signé le traité franco-anglais, le traité du charbon et l’alignement de la France sur l’Amérique et l’Angleterre211. Bidault a tout lâché. D’où l’on achète du charbon aux Américains plus cher qu’à la Ruhr. Bevin à Paris : Bevin est plus indépendant de l’Amérique que Bidault, car en Angleterre, il y a des protestations contre l’Amérique. Emprunter pour ne pas être colonisé, dit Bevin. Bevin propose à Molotov de s’unir aux deux. Le plan Marshall est la suite de Moscou. C’est une inspiration antisoviétique. En France [ill.] financiers Schuman. Les socialistes vont se dorer la pilule. On veut attaquer la Sécurité sociale et les nationalisations. Teitgen dit : il faut faire revenir les communistes. Bidault se croit Talleyrand ; il perd la boule.

Mercredi 18 juin 1947

330Commission des Affaires étrangères.

  • 212 Bechara-el-Khoury est président de la République du Liban depuis 1941.
  • 213 Francisque Gay (1885-1963), fondateur de l’Aube (1932), résistant, créateur du MRP, député, ministr (...)

3313 h, un Libanais, Khalil El-Khoury, fils du Président de la République du Liban212. Gay213 dit : « Si vous étiez là, ça irait mieux. » Mais les Américains sont exigeants et ils veulent l’exclusion des communistes. On veut liquider la retraite des vieux. On va augmenter l’acier. La bourgeoisie veut diviser le parti socialiste pour aller plus à droite. L’Amérique veut détruire l’aviation et l’automobile françaises et le cinéma et le blé (Copenhague). Ne dites plus faites payer les riches car ce sont les sociétés capitalistes qui échappent au fisc. Plus exproprier les traîtres, saisir les biens des traîtres, [ill.] financières, sociétés capitalistes au lieu de trusts.

Jeudi 19 juin 1947

3326 h Bourdon, 3 h 30 Henriette Psichari.

Vendredi 20 juin 1947

  • 214 Celle-ci s’est terminée le 25 avril. Le 19 juin, le BP approuve les interpellations des députés com (...)

333La conférence de Moscou214.

Samedi 21 juin 1947

  • 215 Charles Chailloux est typographe à l’Humanité.

33415 h, Parc des Expositions, exposition nationale de l’apprentissage. 11 h, les Bretons de Paris, les Grecs, les Tchécoslovaques (Lusace). 18 h, Chailloux, quarante ans de présence Huma, soixante-neuf ans, du PS en 1907, du PC en 1920215.

Dimanche 22 juin 1947

335Fédération de la Seine. 5 h 15, piste municipale Vincennes, grand prix cycliste de l’Humanité. 12 h, Huma, Nahum Daniel, mon affaire vaut deux milliards. J’en dirige 76 %, les autres sont des parents bourgeois. Dois-je la faire prospérer ? J’ai une propriété de 30 millions au Maroc. Je songe à la donner au PC français. J’irai en [ill.] début août.

Lundi 23 juin 1947

336Les étudiants grecs à Paris m’invitent à une réunion publique pour le vendredi 4 juillet, 8 h 30, salle Jean Goujon.

Mardi 24 juin 1947

337Paris-Strasbourg. Strasbourg sur l’Ill, 200 000 habitants. Cathédrale, 192 mètres (XIIIe-XVe siècle), gothique rayonnant, bombardée un mois en 1870 ; Kléber, Kellerman, Pont de Kehl. Bourg sur la route (de Gaule en Germanie) fondée par Drusus frère de Tibère. Elle eut un gouvernement municipal, un grand et petit Sénat. Kléber fils d’un maçon, armée de Sambre et Meuse, Fleuras, Égypte, assassiné au Caire. Ain, Saône-et-Loire, Vaucluse : préfets socialistes.

338En 1932, 5 700 tonnes d’or en France. En septembre 1944, 1 800. En juin 1947, 396, 800 milliards de billets en circulation. Les usines Latécoère [ill.] les socialistes de Toulouse. Auriol veut les rendre aux anciens capitalistes. 71 millions FSM. Péchiney dans l’Hérault.

Mercredi 25 juin 1947

  • 216 Il s’agit, peut-être, d’Émile Schwartz, né en 1893 dans le Bas-Rhin, Alsacien réintégré Français, c (...)

339XIe Congrès du PC du 25 au 28 juin à Strasbourg. Non Gero Schwartz216. Les vieux Alsaciens ne parlent pas français. Les jeunes pendant la guerre allaient dans les écoles allemandes. Schwartz, 15, route de Brumath, Sonffelwegersheim, Bas-Rhin.

Jeudi 26 juin 1947

340Strasbourg. J. Bronner, 16, boulevard de Lyon, à Strasbourg.

Vendredi 27 juin 1947

  • 217 L’Humanité publie le lendemain un poème de Paul Eluard : « Strasbourg, XIe Congrès. À Jeannette Ver (...)

341Strasbourg. La situation des femmes en France. Eluard arrive au congrès217.

Samedi 28 juin 1947

  • 218 Les notes qui suivent reprennent, dans ses grandes lignes, le discours d’André Marty au Congrès, co (...)

342De Gaulle au musée. Strasbourg, à 20 h chez le préfet du Bas-Rhin. Jeunes : il faut sauver le pays. Les 200 familles ont trahi la France. Depuis ils sabotent notre richesse. C’est le peuple qui fera l’œuvre gigantesque. La jeunesse est un trésor218. C’est elle qui doit élever. Aujourd’hui, le milieu a gâté une partie de la jeunesse. Gangsters de quinze à dix-huit ans, produits du fascisme. Sceptiques ou militaires travaillés par la propagande gaulliste, par la haine du peuple. Les mauvais salaires des jeunes ouvrières. Il y a une campagne de démoralisation des jeunes, de désertion pour l’Amérique, d’existentialistes. Comment orienter la jeunesse ? En 1848, orientée par la réaction : la jeunesse a été anti-ouvrière. À Berlin jeunesses hitlériennes, brutes sauvages. Il faut la jeunesse soudée au peuple. Il faut intéresser 10 à 12 millions de jeunes de quinze à vingt-cinq ans, de douze à dix-neuf ans. Les ennemis du peuple ont des réseaux de jeunes. Comment entraîner les jeunes ? Favoriser leurs intérêts immédiats. Leur donner des perspectives d’avenir. Les communistes sont capables de diriger le pays au cabinet des mines et à l’usine. Que veut la jeunesse ? Un métier pour la vie d’aujourd’hui. Leur assurer la santé. Fixer les conditions du métier et le socialisme comme idéal. Ton avenir sera ce que tu le feras en harmonie avec peuple. Apprentis chez la CGT.

343CGT. Revendications d’étudiants, des paysans. 10 000 apprentis par les syndicats des métaux parisiens. On perfectionne leur instruction technique et générale. Puis les sports et les amusements de la jeunesse. Gironde et Rhône, 200 apprentis hautement qualifiés (Tillon) et dans toutes les usines d’aviation. Former des ouvriers de haute qualité pour la France.

Dimanche 29 juin 1947

  • 219 Paul Langevin (1872-19 décembre 1946), qui adhère au PCF le 29 septembre 1944, préside, à partir de (...)

344Réunion place Broglie, Strasbourg. Les jeunes, A. Marty : étudiants : logement, nous avons organisé un service (chambres, 1 900 F à 2 000 F par mois), bourses, cours, valeurs de la solidarité, Union des étudiants français. Enseignement, recrutement : aujourd’hui seuls les fils de collabo ont assez d’argent. Il faut des bourses. Les crédits universitaires mutilés. Réorganisation de l’enseignement par Langevin219. La pensée sortie du travail mutuel doit aller à l’action. Les jeunes paysans : plus de routines, modernes. Il n’y a rien pour eux au village. École saisonnière d’hiver dans les départements. Loisirs par les jeunes paysans. Revendications paysannes.

345La République a donné quelque chose aux jeunes : Constitution, droit à l’enseignement à tous les degrés, meilleurs salaires, congés payés, jeunes fonctionnaires. Il faut aller aux sports, pas de secte sans vie. La jeunesse est idéaliste. Il nous faut leur apporter notre idéal : parti de gouvernement, de réalisations. Créer, construire, bâtir à tous les échelons avec la CGT démocratique. Le devoir du jeune communiste, c’est d’être le premier à l’école. On démonte le mécanisme de la société capitaliste comme on démonte un moteur. Nous lui donnons une boussole ; elle doit se former elle-même. Nous lui offrons le socialisme (Jaurès) comme en URSS. Nous offrons des hommes nouveaux, la lutte, les hommes nouveaux russes. Le communisme développe la personnalité humaine. Le PC, école de courage et de dévouement. Départ après la réunion pour rentrer à Paris à minuit.

Lundi 30 juin 1947

346Dans leur campagne en Sicile, les communistes : « Si Jésus-Christ était là, il serait avec nous pour chasser les hobereaux des grandes propriétés. » Manon : « Je travaille avec les cochons. Je ne savais pas que les cochons faisaient tant de petits. » La culture motorisée épargne 30 % de frais. En 1950, 200 000 tracteurs remplaceront 700 000 chevaux. Il y a demande actuellement de 210 000 tracteurs pour cultiver 20 millions d’hectares labourés sur nos 35 millions d’hectares. Il faut 300 000 véhicules montés sur pneus.

  • 220 Harry Pollitt, secrétaire général du parti communiste anglais.

347Notes : Olive et H. Pollitt220 à Victoria. Londres, 25 avril. Voyage à Manchester (Maud). Pourquoi le mouvement communiste est lent en Angleterre ? 1°) Parce que les ouvriers ont été bien payés pendant la guerre par Bevin ; 2°) parce qu’à l’heure actuelle, ils savaient que si des privations leur sont imposées, elles s’appliquent à tout le monde ; 3°) parce que leurs préoccupations de nourriture, de logement, de vie matérielle les éloignent de toute préoccupation de politique extérieure. Hôtel des Ambassadeurs à Londres : hôtel coopératif, linge en charpie, pas de serviettes à table. Nos communistes britanniques étudient avec soin le mouvement de l’Afrique noire. Pas de communistes dans l’Afrique colonisée par l’Angleterre. Manchester : les femmes ne vont pas aux réunions et sont peu communistes. Elles pensent que leur place est au foyer. Les hommes communistes le pensent aussi. Le peuple anglais a voté Labour. Il attend que les députés et le gouvernement lui apportent le bien-être. Il commence à être déçu par les travaillistes. Mais il dit : « Faisons lui encore confiance. »

348Depuis la guerre les communistes du Lancashire et [ill.] ont perdu 2 000 adhérents. Si on n’avait pas de collecteurs pour les cotisations, les membres du PC ne paieraient pas. À Manchester, on me dit : « C’est difficile, c’est impossible. » Passivité.

349Notes : Trouvé dans le train de retour un patron d’Avesnes : « On travaille, on produit, mais il faut l’autorité. » Salaires des ouvriers à Londres : 5 livres par semaine (480 F), cinq jours et demi de travail. Pas un autre parti en Angleterre ne pourrait tenir un meeting comme celui de Manchester. Les bourgeois anglais redoutent les États-Unis, mais ils redoutent encore davantage l’URSS.

  • 221 Rajani Palme Dutt, né en 1896, membre du BP du parti communiste anglais depuis 1921-1922, est l’édi (...)

350Nehru : il veut faire une République d’accord avec l’Angleterre. Il a une droite importante à son congrès. Il doit manœuvrer. Il est opposé à l’anticommunisme. Palme Dutt221 : « Nous ne voulons pas nous battre contre Nehru. L’ennemi c’est l’Angleterre. » L’Angleterre renforce son armée et ses défenses dans les Indes. Les socialistes en promettant la libération en juin 1948 font une manœuvre. Opération qui demande des explications. On dit que les Russes ont bien des troupes partout. Dans le Lancashire 45 000 mineurs, 60 communistes, 200 000 textiles, 100 communistes. Il y a 600 000 membres dans le Labour. Ils ne militent nullement à la base. À la réunion de Manchester, 156 adhésions, 5 700 auditeurs payant 37 F d’entrée. Wallace : 4 000 auditeurs. À Liverpool : 800 PC.

351Notes : Nahum à Manchester. Il a voulu vendre le Daily Worker dans la rue. Non ! Pas une maison construite en pierre, des briques à Manchester.

352Un Malaisien [ill.] Indonésien dans le gouvernement indonésien des communistes. Le PC indonésien a des écoles marxistes. Une misère extrême en Indonésie. Un Parlement indonésien avec [ill.] communistes. En Malaisie, 400 000 syndiqués, 10 000 PC. Les Anglais ont été dépouillés de leurs entreprises d’étain et de caoutchouc par les Américains.

353Ils ont encore leurs fonctionnaires à Singapour. Hindous, Malais, Chinois dans le PC malais. Les Chinois sont les éducateurs. Discipline de fer dans le PC. Les Anglais exploitent toujours la Malaisie.

354Palme Dutt : les socialistes anglais disent aux communistes : vos progrès syndicaux nous inquiètent ; bientôt, vous serez propriétaires et nous locataires car ce sont les syndicats qui paient le Labour. Les socialistes n’ont jamais pu soutenir un journal quotidien. Les progrès syndicaux des communistes : chez les mineurs d’Angleterre et d’Écosse, chez les métallurgistes (1 million de membres), les bourgeois disent : « Les chefs sont communistes. » [ill.] dans les transports de Bevin, un tiers des dirigeants communistes. C’est plus difficile chez les cheminots. Les shop-stewards sont communistes.

  • 222 Richard Howard Crossman, né en 1907, militant du Labour Party depuis 1937, est membre de la rédacti (...)

355Notes : [ill.] Palme Dutt. Les BP sont des clubs de suicide. L’Angleterre devient continentale, européenne. Churchill a avec lui tous les Munichois. Au dernier congrès des Trade Unions, 77 communistes sur 700 délégués ; or les syndicats restent la base du Labour. Crossman222 dit : le PC est le seul parti de la classe ouvrière en France. On constate une offensive générale de la Réaction internationale. Dette extérieure de l’Angleterre : 5 milliards de livres, dette intérieure, 24 milliards. La relève des Anglais par les Américains au Moyen-Orient n’est qu’un premier pas pour une relève dans les diverses régions du monde. Les [ill.] d’abandonner la politique antirusse et impérialiste et élaborer un plan social pour faire face à la crise anglaise qui s’accentuera lorsque l’emprunt américain en dollars sera épuisé. Protestation contre l’accord financier britannique avec Franco. Des millions de syndiqués britanniques refusent de payer leurs cotisations au parti travailliste.

356En Angleterre, le mode de scrutin majoritaire, élection au 1er tour empêche le développement du PC. Le Labour est organisé pour empêcher les communistes d’y prendre la parole. En Angleterre, il faut importer de quoi nourrir 26 millions d’habitants. L’Angleterre doit 6 milliards de livres. Le 15 juillet, il faut payer à l’Égypte, 192 milliards de francs. Les Anglais nomment Dinckelbach à la direction du trust de l’acier de la Ruhr.

357Benoît Frachon me dit : « Nous avons offert à Jouhaux une propriété à la campagne que la CGT lui donnerait. »

358Notes : les autres partis sont infidèles au contrat. Il n’y a pas un changement dans la politique du PC. Il y un glissement de la politique française vers la droite, la réaction. On nous a inclus dans un pacte à trois à Dunkerque. L’an dernier, un officier américain a dit : « Ne produisez plus de blé mais des fleurs. » On a voulu faire un prix international du blé à 800 F pour nous subordonner à l’Amérique.

359Pour l’Union française, la guerre continue en Indochine et à Madagascar.

360Nous voulons empêcher le glissement à droite. Prix et salaires, nous avons voulu la baisse des prix ; nous constatons qu’on n’a pas appliqué notre politique ; on n’a pas aidé les comités d’entreprises et d’assainissement. On n’a pas réduit les crédits militaires, donc nous n’avons pas changé notre politique. Sécurité, Ruhr, on a changé la politique. La baisse des prix est arrêtée. Donc, après ce bilan, nous ne faisons pas une manœuvre. Les anticommunistes cherchent par des manœuvres chez Renault, à nous discréditer ; mais c’est parce qu’on voit une aggravation de la lutte des classes ; la réaction s’acharne contre les forces ouvrières très fortes en France.

361Lundi 14, ambassade Pologne. Mardi 15. Mercredi 16, 13 h, Talleyrand, rue Saint-Florentin. Jeudi 17. Vendredi 18. Samedi 19. Dimanche 20. Lundi 21. Mardi 22. Mercredi 23, réception Wallace à la Commission des Affaires étrangères. Jeudi 24, départ pour Londres. Vendredi 25, Londres et Manchester. Samedi 26, réception Hôtel-de-Ville de Manchester. Dimanche 27, Manchester. Lundi 28, Manchester-Londres. Mardi 29, Christiana. Mercredi 30, Londres-Paris. Jeudi 1er mai, Paris. Vendredi 2, Paris. Samedi 3, CC. Dimanche 4, CC.

362Nos efforts n’ont pas réussi à faire prédominer nos idées favorables au peuple ; mais nous restons fidèles aux intérêts du peuple et c’est la raison de notre attitude. Nous n’avons jamais fait une politique de facilité mais de courage. Nous restons un parti de gouvernement pour la bataille du peuple. Nous n’allons pas entrer dans l’aventure. Nous ferons une politique nationale et démocratique. Nous continuerons à aider tous les efforts pour le peuple sans dénigrement. Humanité : 64 millions en caisse. 8 mai : 15 000 n° augmentation, à Paris 67 000 prises. En 1946, la vente baisse en juillet. Les 4 F. En décembre 1945, 488 000. En décembre 1946, 430 000 = 58 000 de baisse. Avril 1947, vente Paris 77 000, grande banlieue 125 000. Dans les grands journaux : 6 responsables ont plus de 100 000 F par mois. Les quotidiens communistes français répandent 1 300 000 n° par jour. VO = 470 000. 70 hebdomadaires. 13 juillet, Côtes-du-Nord. 10 août, Seine-Inférieure. 14 septembre, Loire, Roanne.

  • 223 Il s’agit, peut-être, du petit-fils de Marcel Cachin, Daniel, alors âgé de huit ans, que sa mère, M (...)

363Nous avons des responsabilités. Pas d’énervement, discipline, dignité prolétarienne et communiste. Il faut travailler pour revenir au gouvernement dans les meilleures conditions. On est dans le chaos parce qu’on nous a empêché [ill.] le pouvoir. Il faut l’unité avec les socialistes. Nous voulons qu’ils nous mettent à la partie parce que nous voulons défendre les ouvriers. Il faut que les ouvriers socialistes et républicains comprennent que nous ne partons pas de bon gré, mais que même rejetés du gouvernement, nous restons un grand parti de gouvernement sans [ill.] pour rassembler les républicains. Fidélité au programme du CNR. Nahum Daniel223.

Troisième trimestre

  • 224 Edgard Pisani, né à Tunis en 1918, nommé préfet en 1944, après avoir participé à la libération de P (...)

364Le réveil de l’Asie change la face du monde. L’Angleterre vacille sous le fardeau. Les États-Unis attendent notre héritage. Nous aimons mieux être persuadés que commandés. Les frontières des États-Unis passent par les Dardanelles. Ils nous ont chassés du gouvernement pour avoir défendu les ouvriers. Franc-Tireur loué par le Matin comme le dernier journal jacobin. Le peuple de l’orgueil sera couché dans la poussière. Pisani224 gendre de Le Trocquer, préfet de Haute-Loire. 14 vivants sur 1 000 atteignent quatre-vingt ans. Au BP : huit membres du CC tués pendant la guerre : Sémard, Péri, Cadras, Catelas, Woldli, Rebière, Ramier, Nedelec. Agriculture : il faut 25 000 tracteurs, 300 000 véhicules sur pneus. Chez les Anglais, optimisme injustifié, inaptitude à se décider, manque d’esprit d’analyse ; entre les deux guerres, ils ont favorisé l’Allemagne ; ils recommencent ; ils échouent en Grèce, Palestine, Indes ; ils ne relèvent pas leur production parce que leur instruction populaire est faible.

  • 225 Roger Desormières (1898-1963), compositeur, chef d’orchestre, collaborateur de l’Humanité (1936), f (...)

365Dr Nahum, Manchester. Desormières225 à Strasbourg. De loin, on disait du bien, de près, c’en est.

366Aux États-Unis (les frères Alsop, New York Herald Tribune) Wallace, Raymond Walsh, Michel Straight, Harold Young, C.B. Baldwin, Miss Anna Dorner. Pour le troisième parti, celui de la paix et des travailleurs. Roosevelt à Yalta voulait construire une Europe démocratique ; aujourd’hui, l’Amérique veut restaurer d’abord la Chine et l’Allemagne. Truman : nous donnons des crédits aux nations qui ont les mêmes vues que nous sur la liberté, Turquie, Grèce [ill.]. Nous donnerons la Sarre à la France si elle renonce aux réparations. Nous contrôlerons l’emploi de nos dollars. En Europe, 300 millions d’habitants.

367Notes : Il y a 80 milliards de plus de billets en France parce qu’il y a 280 milliards de dépenses militaires. Ce sont les militaires qui mangent les milliards de la République qui font le complot [ill.]. C’est pour cela qu’on refuse le pouvoir aux communistes. Dans les couvents, châteaux, curés contre la République. Nous allons vers de grandes batailles économiques. Il faut que nous parlions des revendications. Pain, viande chez les mineurs, cheminots ; mots d’ordre par catégories, guérillas. Les patrons chassent les ouvriers qui freinent la production ; si le PC n’est plus au gouvernement, les mineurs travaillent moins. On va payer le blé 1 800 F. C’est notre triomphe. Cela va permettre l’inflation. Les socialistes veulent liquider la Résistance, CNR, Comités de libération.

  • 226 Le 1er juillet, Molotov, au nom de la délégation soviétique arrivée à Paris le 27 juin, refuse « le (...)

368Notes : Lundi, déjeuner 1 h 30, ambassade yougoslave, boulevard Ballessur. Le congrès, la jeunesse, cohésion, enthousiasme, confiance, courage, homogénéité, force, gravité de la situation. Deux points : discussion le 3 [ill.]. Le plan Marshall avait pour but : bloc occidental. Quand Bevin-Bidault ont convoqué Molotov, ils se disaient : il refusera ; on fut désappointé par l’acceptation. Bidault dit : « Il faut que l’Europe s’entraide, il faut voir ce qu’il y a dans les pays. » On esquive les réparations, les sacrifices, les pertes ; on liquide les réparations. Avec ça, nous montrons que Bidault c’est l’abandon. On a voulu montrer que l’Union Soviétique est riche et on a voulu dresser les petits pays contre l’Union Soviétique. La transaction, Bidault disait : « Pas d’intervention mais enquête bénévole. Échange européen sans restriction. » Molotov a répondu : « Indépendance des pays, pas d’ingérence dans les pays ; le plan anglo-français aboutirait à la fin des réparations et à la division de l’Europe. On recommencera 1914-1918. On découpe l’Allemagne en deux. Le plan des États-Unis, c’est se servir de l’Allemagne occidentale, de la Ruhr pour développer son industrie. »226

Mardi 1er juillet 1947

  • 227 L’Humanité dénonce une marche sur Paris, organisée par la Cagoule et des officiers de l’armée d’All (...)

369L’aide américaine ira à l’Allemagne et l’Espagne. Nous avons à être les défenseurs des intérêts français. On va attaquer l’URSS ; la misère sera son fait. La politique extérieure de la France n’est plus celle d’avant Moscou. Mais depuis l’accord Blum anglo-français et américano-français, Bidault s’est aligné derrière l’Amérique. Et il y a répercussions sur la politique intérieure. Les Américains pensent qu’avec les communistes, ce n’est pas aisé de mettre la main sur la France. Aujourd’hui, la bourgeoisie française ne veut plus de communistes au gouvernement ; elle se dit : on arrive à l’apaisement, les grèves sont liquidées ; plus de communistes. Mais c’est une illusion, les fonctionnaires. On refuse d’appliquer le statut dans la fonction publique. Chez les socialistes, la volonté c’est de prouver aux Américains qu’ils valent mieux que de Gaulle pour faire la politique du dollar. Ils sont décidés à liquider leur propre parti. Le discours de Ramadier, on n’a pu en saisir le sens. Congélation de la viande. L’ordre du jour socialiste demandait : réquisition du bétail, dirigisme plus grand ; on a enlevé ces deux points car le Rassemblement des gauches refusa. On a décidé un ordre du jour pour [ill.]. Il y a volonté commune d’unité socialistes-MRP. Ramadier a voulu attaquer les grévistes et les cagoulards227. Il prépare la dévaluation.

Mercredi 2 juillet 1947

370On réclame 267 milliards pour la guerre.

  • 228 Paul Ramadier pose la question de confiance, le 2 juillet, à l’issue du débat sur la politique écon (...)

37117 h, audition Bidault. Chez les socialistes : la presse socialiste constate le glissement à droite, et on veut se servir des socialistes liés aux chrétiens pour la réaction ; nous ne pouvons pas faire la croix sur le parti socialiste. Il faut aussi parler aux syndiqués chrétiens. Nous allons à des choses difficiles ; le gouvernement résiste228 ; les heurts sont plus violents ; le parti socialiste n’a pas été ébranlé, sa base reste anticommuniste. Chez les cheminots, les socialistes veulent la division, et dans d’autres [ill.] il y a attaque anticommuniste. Les cadres sont trotskystes dans la Région parisienne. C’est l’Amérique qui agit. Dans la classe ouvrière, ce n’est pas suffisant. Son action essentielle, c’est qu’elle prouve que c’est sur elle que repose la production. C’est que la lutte avance. Avec les conditions économiques faites à la classe ouvrière, il y aura encore des troubles. On n’a rien réglé qu’à moitié. Les fonctionnaires trouvent insuffisante une proposition de 900 F ; ils veulent 1800 F. On [ill.] là-dedans les militaires pour 2/5e. On ne donne que 1 000 F aux ouvriers.

Jeudi 3 juillet 1947

  • 229 Le bureau confédéral de la CGT, réuni le 2 juillet, décide la poursuite de l’action pour la révisio (...)
  • 230 À la réunion du BP du 3 juillet, il est décidé d’« exploiter la découverte du complot et l’attitude (...)

372Il faut réviser prix et salaires en juillet pour mieux répartir le revenu national ; il y a [ill.] union qui demande la grève générale229 : nous allons réclamer 8 000 F et non 7 000 F ; l’expérience Blum, c’est une augmentation de 92 %. Nous ne grandissons pas dans la Région parisienne ; contre nous, toutes les forces concentrées, la presse ; c’est comme pour l’Humanité. Il faut mobiliser les masses contre les complots230. Au Congrès, le niveau politique du PC est très élevé, plus que jamais, mais la situation est sérieuse. Tous les anticommunistes disent : il faut que les ouvriers paient ; ils ne se disputent que sur des détails ; notre politique est pour les ouvriers, pour la production, pour la France. Les autres veulent s’appuyer sur l’étranger. Pour changer cela, il faut remuer les masses : dans l’Assemblée, il faut diviser les partis. On abandonne les réparations et la sécurité ; c’est pour nous un argument pour les paysans et la classe moyenne.

Vendredi 4 juillet 1947

  • 231 Le 3 juillet s’ouvre le Congrès de l’Union générale des fédérations de fonctionnaires.

373Les États-Unis n’achètent plus les produits français, ni cognac, ni parfums ; le slogan made in France est fini. Les fonctionnaires exigent 30 milliards, on leur en offre 15231. Production. Productivité ! Bevin : d’un coté une conception matérialiste de l’histoire, de l’autre nous, Anglo-Saxons, qui croyons en la liberté.

Samedi 5 juillet 1947

  • 232 Il s’agit, peut-être, de la femme de Charles Michels (1903-1941), élu communiste parisien, fusillé (...)

374Mairie du 19e. Madame Michels232. 51, rue des Bois, 19e. 15 h, 20, rue Médéric, apprentis du 17e. 35, avenue de l’Opéra, 2 h 45. Georgiev Bulgare me présente l’ami de Dimitrov, membre du BP bulgare. Georgiou me présente Svoronos, socialiste grec.

  • 233 Le 4 juillet, le Congrès de l’Union générale des fédérations de fonctionnaires, enlevé par Neumeyer (...)
  • 234 Christian Pineau (1904-1995), employé de banque, militant syndicaliste, résistant (Libération-Nord) (...)

375Benoît Frachon sur la grève des fonctionnaires : si nous pouvions éviter la grève des fonctionnaires233 ! Pineau234 vient pour proposer certaines satisfactions. Ca ne suffit pas ; nous pensons que c’est la Chambre qui doit trancher. Il y a un premier résultat mais nous voulons réunir les cartels départementaux où on dénoncerait le gouvernement socialiste. Il faut que nous demandions discussion immédiate. Notre souci : mettre un terme à l’agitation dans le pays. La CGT dit : « Nous voulons une conférence nationale. »

Dimanche 6 juillet 1947

376Nous voulons une aide mais pas de recul de notre indépendance réduite (Plan Marshall), domination européenne. La situation politique aux États-Unis : crainte économique. Morrison craint la crise pour l’automne : insécurité des affaires, krack dit Wallace ; une psychologie de peur domine le gouvernement des États-Unis. La guerre n’a pas touché les États-Unis ; c’est pourquoi la campagne pour la guerre a été suivie. Échec américain en Chine, d’où le plan Marshall : essayer de dresser l’Europe contre l’URSS. Blum défend l’expansion américaine qui n’est pas impérialiste. Les États-Unis veulent se servir des socialistes depuis le voyage de Blum ; Blum réunit les diplomates socialistes en France. On veut nous vassaliser à l’Angleterre et aux États-Unis. On veut portugaliser l’Europe. Marshall n’a que la moitié de l’Europe ; c’est un échec. Ses crédits sont insuffisants. Il faut 17 milliards par an, on nous présente 15 milliards en cinq ans. Ils exigent qu’ils contrôlent l’usage de l’argent. Ils cherchent l’uranium, ils ont pris celui du Congo. Ici, on va faire appel aux Français crédules. Il faut mettre au premier plan le problème de l’Allemagne ; c’est l’enjeu. Est-ce que demain l’Allemagne aidera les États-Unis ? Ils veulent que l’Allemagne se relève avant la France.

  • 235 Le Conseil national de la SFIO s’est ouvert, le 5 juillet, à la Mutualité.

377Conseil national socialiste235 : anticommunisme. Guy Mollet dément les déclarations : on suit l’impérialisme des États-Unis ; les socialistes ont beaucoup de classes moyennes ; on prépare la dévaluation en France parce que nous ne pouvons pas exporter. Nos prix sont trop élevés. Protester contre les dépenses excessives. Nous défendons la monnaie. Harmonie des prix de l’agriculture et de l’industrie. Pour les socialistes, Marshall est le sauveur. Bidault sans Thorez. Le MRP ne veut pas la présidence du gouvernement. Il veut Ramadier pour le moment.

Lundi 7 juillet 1947

378Il faut un climat propice à la production. Pour le complot, on n’en parle plus. Nous ne devons pas attaquer toute l’armée. Les patrons acceptent de discuter avec la CGT, ils sont inquiets. Les ouvriers socialistes ont été très bien dans les grèves, comme les chrétiens ; unité de la CGT. Nécessité de ne pas inquiéter les classes moyennes ; ce ne sont pas les communistes qui mènent les grèves. Il faut que nous fassions un effort contre les forfaits des artisans (on a triplé les forfaits). Notre plan financier y pourvoie. Prix du blé.

379La situation est grave : ce qui se prépare, c’est un bloc anticommuniste pour les élections municipales ; les socialistes contre nous (villes de plus de 50 000 habitants). Les MRP : proportionnelle sans panachage pour les villes de plus de 20 000 habitants, avec panachage pour les villes de 20 000 à 35 000 [ill.] pour les petites de 3 500 majoritaires. Nous, nous disons : RP avec prime à la majorité ; la première liste à la moitié des mandats, même pour les petites communes.

380Le parti socialiste n’est pas sorti diminué de son Conseil national. Il est le parti des classes moyennes. Il faut pousser à l’unité. On peut se servir du complot. Il faut, pour l’unité, porter l’effort sur les instituteurs. Il faut, après le 14 juillet, continuer à défendre la Résistance. Au Vietnam et à Madagascar, la tension grandit ; ce sont des rébellions généralisées et étendues. Marshall renforce l’Allemagne en Espagne. Le cinéma américain ; automobiles américaines à Paris ; aviation américaine.

Mardi 8 juillet 1947

  • 236 Le 8 juillet, l’Humanité publie un article de Marcel Cachin : « Ce soir, à la Mutualité, pour la dé (...)
  • 237 Il s’agit, peut-être, d’Élias Tsirimokis, créateur de l’Union pour la démocratie populaire (1941), (...)

381Mutualité. Les Grecs236. Tsirimokis, socialiste avocat237. M. Wielou. Boutbien. Phocar. Si on nous avait écoutés, nous aurions maintenant une armée puissante et bon marché ; la campagne de France d’abord sur le complot est bonne. Dans Carrefour : Bullitt, les [ill.]. Les ouvriers ont perdu 50 % de leur capacité d’achat. Il faut plus de production et de rendement. Ouvriers CGT et patrons se rencontrent. Les paysans ont voté pour nous parce qu’ils croyaient que nous resterions au gouvernement ; mais notre mise à l’écart c’est diminution d’influence. Le prolongement des conflits sociaux provoque l’inquiétude. Il faut éviter la grève des fonctionnaires. Il faut un règlement des salaires entre patrons et ouvriers. Il ne faut pas être toujours contre tout. Dans le Morbihan, des comploteurs déclenchent le complot en Bretagne. En Algérie, au Maroc, les colons, on prépare le complot. Il faut employer le programme du CNR.

Mercredi 9 juillet 1947

  • 238 Par décision du Secrétariat du 8 juillet, il faut « veiller à ne pas prendre systématiquement une p (...)

382Déjeuner Élysée, 13 h 15. On veut transformer l’armée en organisation de coup d’État. Situation grave : nécessité de lutter contre le sectarisme dans le PC. De Gaulle et les socialistes anticommunistes. Le mouvement démocratique est en recul en France. Les conditions ont amené un groupement rétrograde dirigé par le parti socialiste. Nous avons échoué dans les élections partielles. Il faut tenir compte des forces des autres ; les forces de droite se renforcent. La situation est très difficile pour la prochaine période. Il y a danger dans les classes moyennes qui peuvent, en France, être poussées à droite. On veut nous montrer comme le parti du trouble qui empêche le redressement. Les bases sociales du munichisme se reconstituent. Tous les journaux disent avec Ramadier : il y a l’extrême droite et l’extrême gauche ; il faut que nous soyons pondérés, raisonnables, français, patients, pondérés et non comme organisateurs des grèves. Les socialistes nous ont provoqués pour nous pousser à gauche ; ils nous poussent. Nous ne sommes plus en 1890. La situation est sérieuse. Nous sommes parti de gouvernement. Si nous n’étions que dans l’opposition, nous serions battus. Les socialistes veulent paraître les hommes d’ordre. Pas d’opposition systématique238. Pas toujours avec le PRL. Il vaut mieux s’abstenir. Nous ne voulons pas gêner le gouvernement. Si nous reculons aux élections municipales, alors les autres nous frapperont.

Jeudi 10 juillet 1947

  • 239 Par décision du Secrétariat du 8 juillet, exposée par Jacques Duclos dans son rapport au BP du 10 j (...)
  • 240 L’Humanité fait campagne « pour un 14 juillet d’union contre les factieux ».

383Paris-Lancerf. BP. Il faut secouer l’indifférence, la suffisance du PC. Il faut renforcer l’éducation, l’explication. Il faut essayer l’entente patrons-ouvriers pour la production. Il faut défendre les intérêts des masses des paysans, faire du blé en France. Il y aura une grande production de blé, énorme cette année. Les Américains nous ont envoyé du maïs, mais pas de froment ; et, en Amérique, ils donnent le blé aux porcs239. Les patrons peuvent s’entendre avec nous pour sauver la production. Unité ne doit pas être un mot, une formule ; nous sommes coupés du parti socialiste, il faut raisonner. Le 14 juillet, unité ouvrière240 . 80 sur 90 comités de délibération ont répondu à Saillant. Il nous faut revenir au gouvernement. Nous voulons une armée populaire.

Vendredi 11 juillet 1947

384Lancerf. Jeanne Kergal a quatre-vingt-dix ans. Riou.

Samedi 12 juillet 1947

  • 241 Le 12 juillet s’ouvre, à Paris, la conférence des seize pays européens qui acceptent le plan Marsha (...)
  • 242 Le BP du 10 juillet a décidé de « démontrer le mécanisme de la tentative des États-Unis de vassalis (...)

385Lancerf. Le plan Marshall. La conférence des 14 à Paris241. La reconstruction partielle de l’Europe sera fonction des investissements et des exportations des États-Unis. Nos courants économiques seront orientés et intégrés dans le système américain. C’est le contrôle américain sur l’Europe242. Volonté d’hégémonie des trusts américains. Les Américains : la Ruhr reste l’usine génératrice et le cœur industriel de l’Europe. L’industrie lourde allemande va renaître. Et les réparations de la France ? On menace la conférence des Quatre de novembre. On prépare la paix séparée avec l’Allemagne démembrée. Blé, 1 850 F le quintal. Paris, 22 F le kilo.

Dimanche 13 Juillet 1947

386Saint-Brieuc. MRP, 99 982 ; communistes 86 700 au lieu de 79 000 ; socialistes 55 600 au lieu de 63 000 ; Rassemblement des gauches, 34 000. On va reconstruire les villes allemandes comme Mayence avant Brest et Lorient. En Normandie, les Américains reconstruisent les écoles libres, mais pas l’école laïque. L’attaque de l’armée fasciste grecque ! Le gouvernement grec accuse des brigades internationales d’entrer par l’Épire. Les Chinois s’élèvent de plus en plus contre l’armée Tchang Kaï-Chek. CGT et patrons décident de poursuivre les contacts.

Lundi 14 juillet 1947

387Lancerf. Wallace dans l’État de Washington, toutes les richesses sont trustées ; le parlement réactionnaire fait des lois impopulaires, contre les grévistes, supprime les avantages des retraites. Le chômage est très important, salaires réduits. Les démocrates s’organisent pour lutter contre les lois de famine. Les fermiers dans l’Ouest et le Nord-Est s’organisent. Le parlement s’attaque aux coopératives et syndicats de fermiers ; surproduction de fruits et céréales. On attend l’effondrement du prix du blé et du coton. Déclin de l’aisance des fermiers. Il y a 9 millions de travailleurs agricoles. Dans le Sud, à la réunion, on sépare les blancs des noirs. Le machinisme grandit, lance-flamme pour toutes les mauvaises herbes, machine à ramasser le coton. Les démocrates s’organisent. Dans le Middle-West, étudiants et fermiers sont pour la paix. Il y a la tendance à la dépression économique, à la paix avec l’URSS. Il y a division des forces progressistes. Les prix agricoles très élevés. À Chicago, ville inquiète, on attend le krach pour l’automne. On annule des commandes par crainte de l’avenir. Amertume et peur. On fait des lois fascistes contre les prétendus subversifs servant une puissance étrangère.

Mardi 15 juillet 1947

  • 243 La Conférence nationale des fonctionnaires décide, le 14 juillet, de poursuivre son action « sur le (...)

388Lancerf. Dans Combat (Dadelsen). Marshall veut établir en Europe une frontière américaine à maintenir coûte que coûte contre tout empiétement soviétique. C’est l’opinion des conservateurs anglais. Le plan Marshall a pour but de maintenir le capitalisme orthodoxe. En Angleterre, on se montre très inquiet des plans Marshall. Les Américains réclament à la Grèce, Mitylène pour contrôler les Dardanelles. Le Monde et Paris-Presse félicitent les postiers scissionnistes. Le Populaire leur fait de la réclame. Les fonctionnaires attendent le vote de l’Assemblée nationale243. Au Quai d’Orsay, sur 22 pays convoqués, 14 sont présents. L’Assemblée se sépare jusqu’en septembre.

Mercredi 16 juillet 1947

  • 244 Le 15 juillet, Marshall prononce un discours sur l’aide aux pays européens, déclarant : « Nous étud (...)

389Lancerf : « Nous nous plaçons en Europe au point de vue des intérêts américains. » Marshall244. Les États-Unis repoussent l’internationalisation de la Ruhr, et réclament l’unité des trois zones occidentales, le relèvement de l’industrie allemande, la restauration de la Ruhr. On peut faire en sorte, par une bonne diplomatie, que s’il y a une nouvelle guerre, les Allemands soient les alliés de la civilisation occidentale (Churchill fils Daily Telegaph). L’Angleterre reprend sa politique de 1920. 500 millions de dollars anglo-américains à l’industrie allemande. La Ruhr, organisme vital de l’économie européenne. Les réparations, après ! La marine de guerre italienne fait des manœuvres avec la marine américaine. On veut remettre sur pied les monopoles capitalistes allemands.

Jeudi 17 juillet 1947

  • 245 Le 16 juillet est publiée une déclaration commune au CNPF et à la CGT, annonçant la poursuite des n (...)

390Tréguier. La guerre du Vietnam coûte 35 milliards par an. Les fonctionnaires ont obtenu 27 milliards au lieu des 23 prévus par le gouvernement. CGT et Conseil national du patronat français (CNPF) s’entendent pour : augmenter la productivité, augmenter les salaires quand la production croîtra245, donner un acompte immédiat aux ouvriers, augmenter l’attribution à la France du charbon de la Ruhr.

Vendredi 18 juillet 1947

391Tréguier. Expédition d’un télégramme de la famille Renan et du maire de Tréguier à l’ambassadeur de Grèce. Les flottes anglaise et américaine stationnent dans les eaux grecques du 16 juillet au 30 août. Des pilotes anglais survolent l’armée démocratique grecque. Les généraux anglais et américains dirigent l’armée grecque.

Samedi 19 juillet 1947

392Marcel Jigou, contrôleur des PTT à Tréguier. 90 PC à Tréguier Plougial, 1 200 électeurs.

Dimanche 20 juillet 1947

  • 246 Cérémonie d’inauguration de la maison natale d’Ernest Renan, à Tréguier. Le discours prononcé par M (...)

393Tréguier, Renan246. Acte de foi dans la culture et la raison, raison exigeante, tonique, dignité, honnêteté d’esprit, renoncement, amour du prochain. Pas de grâce, pas de rédemption. Il est plus difficile d’être un homme qu’un croyant. Mesure, sagesse, bonté. Il faut communiquer avec l’humanité, avec l’univers. Pas de surnaturel.

  • 247 Gustave Monod, directeur de l’enseignement secondaire au ministère de l’Éducation nationale, assist (...)
  • 248 Édouard Herriot, présent, prononça un discours pour la cérémonie d’inauguration.

394Kerambrun-Monod247. L’enseignement secondaire est systématiquement envahi par les catholiques. Il y a des collèges de filles de 500 élèves, presque sans crédit et sans professeurs, où le professeur d’enseignement ménager fait la cuisine. Herriot salue les républicains et le curé de Tréguier qui se sont unis pour glorifier Renan248. La guerre recommence en Indonésie. La Hollande engage les hostilités. C’est le moment que les Américains choisissent pour leur offrir des dollars.

Lundi 21 juillet 1947

395Henriette Psichari, Santos vice-président de la République de Colombie. Madame Siohan, 16, rue Chaptal, chef de chœur à l’Opéra. Morrison : le déficit britannique de la balance commerciale est redoutable. Gare à l’automne. Nous sommes au bord de la catastrophe ! Les Anglais importent du charbon. Les journaux anglais : la Grande-Bretagne va avoir aux Indes, deux Dominions nouveaux. Les journaux américains : il n’est pas sur que le Congrès américain tienne une session extraordinaire en automne pour préparer l’application du plan Marshall. Les Américains disent : l’URSS se relève ; elle va avoir une bonne récolte. Elle n’a pas besoin de l’Amérique. C’est pourquoi elle se raidit. Elle dit à ses amis : tenez bon encore un an ; l’Amérique sera alors en crise.

Mardi 22 juillet 1947

  • 249 Le 20 juillet, Soekarno fait appel à l’ONU, après que les combats ont repris entre Indonésiens et H (...)
  • 250 Le 18 juillet, l’Exodus est arraisonné par l’armée anglaise, au large de Gaza.

396Ambassade de Pologne. Dr Soekarno, président de la République ; Dr Sjahrir, Premier ministre ; Java est musulman. La Ligue arabe les aide ; nous irons dans la jungle, jusqu’au dernier homme ; Dr Sjahrifiddin, socialiste, remplace Sjahrir ; général Soedirman, général en chef indonésien249. Quid des 4 500 immigrants juifs de l’Exodus 47250 ? Refoulés sur la France. Les États-Unis ne peuvent pas faire la guerre aux Soviets parce que les Anglais sont contre. Les Américains flattent le sentiment national aux colonies, or on ne sait jamais où ça va. Il y a des contradictions contre le bloc antisoviétique.

Mercredi 23 juillet 1947

  • 251 Marie Pierre Kœnig (1898-1970), Commandant de la zone d’occupation française en Allemagne, de 1945  (...)

397La politique fédérale allemande est à vau l’eau. On veut rattacher politiquement la Sarre à la France. Nous, économiquement. Notre zone d’occupation : situation meilleure qu’en France, blocage des prix et des salaires ; la zone équilibre recettes et dépenses, donc pas de trizone. On déboise la Forêt noire. Réduction du personnel français ; cabinet Kœnig251 1 500 personnes (215 000 Français en zone allemande). Les gouverneurs satrapes. Il y a 20 millions de soldats dans le monde, coût : 3 250 milliards de francs. Il n’y a pas de guerre civile en [ill.] ; il y a une guerre nationale d’indépendance.

Jeudi 24 juillet 1937

  • 252 Lors de la réunion du BP du 24 juillet, Pierre Cot rapporte sur la politique extérieure et la situa (...)
  • 253 Le BP du 24 juillet décide de « considérer que le plan Marshall s’insère dans la politique expansio (...)

398BP252. La famine de dollar. La politique aux États-Unis. PC, 65 000. Évolution fasciste, désordonnée, pas de parti fasciste. Pas d’hommes d’État. Truman médiocre. Pas de partis aux États-Unis. Pas de conscience ouvrière. Situation économique à plein rendement. Production, 3 % de plus que l’an dernier. Plein emploi de la main d’œuvre. 2,5 millions de chômeurs. C’est peu. Mais perspective de crise dans deux ans. Stocks pleins. On va faire des logements. 20 milliards de dollars pour la guerre plus les dépenses atomiques. 20 milliards d’exports sur la production de 221 milliards. Politique intérieure réactionnaire, préfasciste, anti-ouvrière. Chasse aux rouges non seulement communistes. W. Schaerer chassé comme prosoviétique. Il y a réaction libérale dans les syndicats (corruption et antidémocratie y subsistent), dans le New Deal Wallace, grand succès aux États-Unis. En 1948, il y aura succès républicain, Dewey-Dulles, proallemands. Orientation vers un troisième parti après les élections de 1948. Politique extérieure, antisoviétique. Psychose de guerre atomique ; terrifiés par l’idée que la Russie aura aussi des bombes atomiques. Il faut des débouchés. 70 % d’augmentation de la production des États-Unis, en Europe 30 % de diminution. La perspective de marchés extérieurs [ill.] favorisée par Roosevelt. Truman antiKomintem a abouti à fermer les marchés vers les Soviétiques ou la Chine, l’Amérique latine ; c’est l’explication du plan Marshall qui veut le marché européen253. Or, il y a un courant isolationniste marqué (Républicains) (Taft) contre le plan Marshall. Ils sont pour la réduction des impôts. Iront-ils à la guerre ? Beaucoup disent oui, dans un an ! Il y a une chance sur trois. Il y a un parti de la guerre dans l’administration. L’opinion est antisoviétique. Si la guerre ne vient pas les États-Unis pourront traiter avec l’URSS pour avoir le marché soviétique. C’est pourquoi les Soviétiques demeurent sérénité.

Vendredi 25 juillet 1947

  • 254 Ouverture du débat de politique extérieure à l’Assemblée nationale.
  • 255 Le BP du 24 juillet décide de « retenir que la position de l’Union soviétique a eu pour résultat de (...)
  • 256 Le 25 juillet, l’Humanité publie un article de Marcel Cachin sur ce sujet, sous le titre « Mare nos (...)

399Discussion politique extérieure254. Proposition Marshall : développer le marché européen, relever l’Allemagne, plus de réparations. Ils ne veulent plus payer pour l’occupation allemande. Or le plan Marshall a échoué, il voulait toute l’Europe. Or l’Europe est coupée en deux et le bloc occidental a des fissures255. Il est douteux que le Congrès vote les crédits Marshall. Les États-Unis n’ont qu’un intérêt médiocre pour l’Europe. Ils veulent seulement relever l’Allemagne. La politique extérieure de Bidault est vouée à l’échec, Bidault est responsable. Il a viré à Moscou et depuis ! Il refuse de traiter avec la Pologne et la Tchécoslovaquie. Il n’a pas fait appel à l’ONU, ni à la Commission européenne économique. Il a voulu un Comité directeur. Cette politique = la France est isolée. Plus de la moitié de l’Europe est dehors. Autour de Bidault, il y a les non-résistants. C’est Munich. La France n’entraîne plus personne. Il fallait savoir que l’Amérique a besoin de l’Europe. Il y a une grande protestation contre le service militaire obligatoire. Browder [ill.] reste correspondant de Tass. Les communistes sont avec Wallace. Il y a risque d’emprisonnement des chefs communistes. Marshall prépare les bases de l’agression antisoviétique. Blum dit : « On aurait dû être plus habiles vis-à-vis de l’URSS pour la compromettre davantage. » On a laissé une flotte italienne en Méditerranée contre l’Union soviétique256. Sur terre, les Américains veulent des soldats contre l’Union soviétique ; ce seront les Allemands.

Samedi 26 juillet 1947

400La diplomatie de l’URSS a été souveraine. Les trois ont repoussé Potsdam-Yalta ; alors l’URSS dit : faites vos opérations ; du coup, les contradictions éclatent. Résultat : l’URSS est plus forte que jamais et les oppositions éclatent entre les trois. Nous sommes d’accord avec les Soviétiques : réparations, sécurité, internationalisation de la Ruhr. Bidault a changé ! Pourquoi, si les communistes n’avaient pas protesté ! Aujourd’hui, tout le monde nous donne raison. Bidault a quitté l’ONU. Bidault a affaibli la position de la France en violant son pacte avec l’URSS.

  • 257 Le 26 juillet, l’Assemblée nationale examine un « plan de congélation de la viande ».

401Halbout, MRP. Orne, son plan pour l’achat et la répartition de la viande257. Condorcet : il faut se laisser diriger par l’intérêt des pauvres. C’est la démocratie.

Dimanche 27 juillet 1947

  • 258 Le 27 juillet, à Rennes, le général de Gaulle dénonce devant 60 000 personnes les membres du PCF : (...)

402De Gaulle à Rennes258. Nous, les Américains, nous sommes isolationnistes ; nous avons toujours de la sympathie pour le plus faible ; nous sommes pour la charte de l’Atlantique, le communisme est pour nous l’épouvantail. Mao Tsé-toung, Chou En-laï. Kung Chan-tang contre Kuomintang.

  • 259 Geneviève Tabouis, née en 1892, rendue célèbre par ses chroniques de politique étrangère dans l’Œuv (...)

403Parlement hongrois dissous. Tabouis259 : atmosphère d’anxiété à Vienne. Moscou va installer un gouvernement satellite dans sa zone. Tito réclame la Carinthie. Les Russes kidnappent des Viennois et des exilés réactionnaires. À Vienne, disette, montée des prix 40 % à 80 %. En Roumanie, on va envoyer [ill.]. C’est la terreur à Budapest.

Lundi 28 juillet 1947

404À l’Europe, il faut de la nourriture et de l’énergie ; charbon, semences, engrais, acier. À la France, il faut des réparations sur la production courante, des livraisons en nature. Nous n’avons plus d’or. Potsdam proposait les réparations par prélèvement de matériel, d’outillage et par des objets de production courante. Dans la Fédération PTT, 5 000 scissionnistes ; cheminots. Quels sont leurs arguments ? Manque de démocratie dans les syndicats. Il faut abandonner la démocratie. On nous accuse d’autarcie [ill.] ! D’être comme Maurras. La Chambre a voté le budget civil ordinaire, 425 milliards. Reste le budget extraordinaire qui doit être alimenté (la reconstruction) par le Trésor, c’est-à-dire par les emprunts, bons du Trésor. Reste le budget de la guerre.

Mardi 29 juillet 1947

405Il faut relever le pays sans le livrer aux Américains. Nous voulons le calme, l’effort français, l’ordre Charbon, sécurité ; on abandonne les intérêts français. Difficultés politiques en Angleterre et en France. L’argent américain est mangé pour vivre en Angleterre et en France. L’URSS a tenu la dragée haute aux Anglais après la conférence de Paris.

  • 260 Le 28 juillet est signé un accord de principe entre la CGT et le CNPF sur l’augmentation des salair (...)

406On ne touchera rien de l’Amérique avant janvier. En 1947, importations : 1 250 000 dollars [ill.] pour 500 000 dollars. Les importations vont s’arrêter. On ne peut plus toucher à l’or minimum de la Banque de France : 450 millions de dollars. Nous sommes à la merci d’événements. Peut-être rentrerez-vous avant novembre. Le budget extraordinaire est équilibré, mais l’extraordinaire ! On veut dévaluer le franc. Il y a des journaux de Wall Street en France qui veulent la dévaluation. Nos prix sont trop élevés. Oui mais il y a des taxes aux États-Unis. Si le franc est dévalué, les dollars conquerront la France. Il faut donc produire, mais le gouvernement ne le peut pas ; la CGT et le patronat vont s’entendre mais il faudra surveiller les prix260.

  • 261 Le 30 juillet, l’Humanité diffuse une affiche, « Réponse à Monsieur le général de Gaulle », où celu (...)

407De Gaulle s’offre aux Américains plus que Ramadier ; il est général français, il a signé le pacte franco-soviétique et nous avons introduit les communistes dans le gouvernement. Il est l’homme de la réaction, de La Rocque261, PSF : il inquiète les républicains. C’est trop réactionnaire. Le MRP répond à de Gaulle : « Nous sommes encore plus anticommunistes que vous. »

Mercredi 30 juillet 1947

408Combat, organe provocateur, veut attaquer les chefs communistes et non les militants. De Gaulle ne se contente pas de chasser les communistes du pouvoir, il veut diviser la CGT et créer un complot anticommuniste avec ses terribles aléas.

409F.T. démagogue.

410De Gaulle ou les communistes : nous ne devons pas laisser poser ainsi le problème, mais dictature ou démocratie ; notre riposte sereine : grâce à de Gaulle, la réaction est apparue à tous ; face à de Gaulle, l’actuel gouvernement n’est pas assez fort ; de Gaulle prend la tête de la réaction et le MRP dit : « Je suis encore plus anticommuniste que vous, les communistes sont hors du pouvoir et les comités d’entreprises sont annihilés. » De Gaulle croit à la guerre, mais il n’y a qu’un fauteur de guerre possible, c’est l’Amérique ; comme Paul Reynaud l’a montré ; depuis que les communistes ne sont plus au gouvernement, ça va encore plus mal. Nous sommes isolés, ni les chefs ni les masses ne répondent à nos appels ; en 1934, c’était différent ; il faut montrer que de Gaulle fait la politique des États-Unis. C’est de Gaulle qui a chassé les FFI ; notre démocratie est plus avancée qu’avant la guerre ; l’appel Stulpnagel contre le communisme. En Seine-et-Marne, nous avons réuni le Comité de libération, très réussi ; le Front national y reste fort ; le PC ne peut suffire à tout ; dans le Pas-de-Calais, l’unité socialiste-communiste progresse dans les syndicats ; dans l’Espoir, journal socialiste, la base socialiste ne participe plus.

Jeudi 31 juillet 1947

  • 262 Le discours prononcé par Marcel Cachin, à cette occasion (commémoration de la mort de Jaurès), est (...)

41118 h, hommage à Jaurès, 138, rue Montmartre262.

412Il y a volonté de scission contre le communisme à la socialiste. De Gaulle, aventurier, croit à la guerre et veut le Bloc occidental. On scissionne les syndicats ; la manifestation. Libération fut faible ; nous sommes isolés ; de Gaulle nous croit en déclin (élections cantonales) ; il attaque tous les partis mais aujourd’hui surtout le PC pour flatter les anticommunistes ; les difficultés grandissant, de Gaulle ne veut pas que les communistes reviennent au pouvoir : il a réussi [ill.] Lecourt ; notre souplesse va donner des résultats ; personne ne croit plus que nous sommes les chefs d’orchestre ; il faut montrer que de Gaulle menace la République : de Gaulle a une base sur l’élément national, de Gaulle se contredit, il a changé sa politique soviétique et communiste de 1944- 1945, il subordonne le peuple à son idéologie réactionnaire ; le pays est en danger : il faut s’unir, de Gaulle divise, de Gaulle est contre la classe ouvrière ; il dit que la République est impuissante, mais quand il était là ! Que signifie l’anticommunisme ? Calomnie éculée. Nous sommes [ill.] à l’URSS comme de Gaulle en 1944 ; de Gaulle revient à son Livre à Pétain, à l’autorité, la philosophie du dictateur, César, Napoléon, Au fil de l’Épée.

Notes

  • 263 L’essentiel des décisions prises par le BP, à la réunion du 31 juillet, porte sur le « discours de (...)

413Il faut alerter le PC sur la gravité de la situation. Il faut diriger les coups contre de Gaulle263, non contre le PS ou le MRP, et leur dire : ne vous lavez pas les mains, ça ne réussit pas.

414Nos revendications : salaires, loyers, vieux, Sécurité sociale. Le Front uni ne va pas bien ; il y a Guy Mollet et la gauche ; il faut convaincre les ouvriers socialistes de travailler avec nous pour l’unité, leur donner le goût de la doctrine ; Guy Mollet veut quitter le gouvernement mais c’est dangereux ; de Gaulle serait dangereux.

  • 264 Feix rapporte sur l’Afrique du Nord devant le BP, le 31 juillet (Archives du PCF, décisions du Secr (...)
  • 265 Jacques Soustelle est secrétaire général du RPF depuis avril 1947.

415Feix, Algérie264 : J. Chevalier ; l’Algérie est dans le camp anglo-américain, allons à l’ONU ; sans l’Union française, la France ne sera qu’un petit pays ; on prépare la bataille contre l’Algérie, armement des gros colons ; risque algérien. Vietnam, Soustelle265 à Alger ; les Américains travaillent ; le PPA est américain, le mouvement d’indépendance grandit, se raidit ; Messali : il faut un rassemblement musulman illégal ; Ferhat Abbas : flirt avec Vichy, Giraud, de Gaulle, avec les socialistes et les communistes, il peut se livrer aux Américains ; les communistes et les Amis du Manifeste à la base s’unissent ; PC algérien : 15 000 ; il est en progrès national, dans les campagnes organisation souple, propagande parlée ; 700 adhésions en un mois.

Août

Vendredi 1er août 1947

  • 266 Abd-El-Krim, retenu prisonnier par la France dans l’île de la Réunion depuis 1926, s’en évade et dé (...)

416Paris-Lancerf. Le mouvement syndical grandit, ouvriers agricoles, ouvriers mineurs ; les jeunes musulmans s’organisent ; Ligue arabe : foyer d’intrigues anglo-saxonnes. Abd El-Krim266 offre l’Algérie aux Américains contre le communisme.

417Tunisie : misère, famine, oliviers brûlés ; c’est exploité contre la France ; PC tunisien faible ; Néo-Destour, Vieux Destour : Ligue arabe ; cinq cortèges au 1er mai, mouvement syndical divisé ; Mons est libéral mais il est pour ce qui existe.

418Maroc : visées américaines précises ; bases aériennes et navales où les Français n’ont pas le droit d’aller ; presse à leur discrétion ; intérêts dans tous les secteurs économiques ; alignement de la monnaie sur le dollar ; 40 usines de conserves, textile, savonnerie, mineurs, chantier ; les ouvriers sont mal payés, dévaluation. Abd El Krim et le Sultan sont américains ; Juin pour l’autorité, pas d’Union française avec Maroc ; répression anticommuniste et syndicale ; gros colons armés ; malgré cela, 9 000 PC dont 8 000 Marocains ; 9 000 syndiqués menacés par Juin.

Samedi 2 août 1947

419Nations en formation, Front national démocratique, libération démocratique ; mouvement impétueux de sentiment national dans l’univers ; l’impérialisme américain complique tout, le gouvernement français ne comprend rien ; catastrophe possible ; divisions de tous les partis socialiste, MRP, arabes ; élection d’une Assemblée constituante panarabisme = réaction ; l’intérêt algérien est d’être avec l’Union française, avec le peuple français ; États associés.

420Intermarium : Internationale nazie.

421Le communisme sort des souffrances, de la République, de l’évolution ; nous avons organisé les travailleurs avant qu’ils ne soient [ill.] ; vous attribuez à quelques hommes l’évolution universelle ; on déserte la politique républicaine, c’est nous qui la ferons ; on veut lutter contre le peuple en marche ; séance de la Chambre, 21 septembre 1893, Jaurès : la droite reproche aux syndicats d’être socialistes ; le communisme sort de l’école rationnelle, laïque ; ne mettez pas la République sous le patronage de la propagande ; ne pouvant pas détruire la laïcité, vous y introduisez l’esprit clérical.

Dimanche 3 août 1947

  • 267 Marcel Cachin préside, à Pont-l’Abbé, la « fête de la Bretagne ». Marie Lambert est secrétaire fédé (...)

422Pont-l’Abbé, Marie Lambert267. Lancerf, Guinguan, Cartraix, Châteauneuf, Quimper, Pont-l’Abbé, 160 kilomètres. 13 000 Bretagne, 11 000 PC, 8 000 jeunes, 6 500 UD [ill.] professeur d’allemand, 9, communistes au lycée de Quimper.

  • 268 Le 1er août sont signés, entre le CNPF et la CGT, les « accords du Palais-Royal », prévoyant une ha (...)
  • 269 Le 3 août, l’Humanité publie un article de Marius Patinaud, « Les personnes déplacées, troupes de c (...)

423Accord CGT-patrons268 : 11 % d’augmentation des salaires, minimum 42 F 50 l’heure pour Paris, maintien des prix. 250 000 départ de Paris en vacances. Gasperi refuse le visa aux ouvriers italiens pour la France ; on veut nous envoyer les personnes déplacées, fascistes269, gens de [ill.] 1946, Bretagne = 640 000 MRP, 320 000 communistes, 260 000 socialistes, 130 000 radicaux, 150 000 PRL = 800 000 réactionnaires, 700 000 républicains.

Lundi 4 août 1947

  • 270 Le débat sur la loi électorale, pour les élections municipales d’octobre, s’ouvre à la commission d (...)

424Indemnité parlementaire : 685 000 F = 18 000 F par mois. On veut nous isoler par la loi électorale municipale270 : tous ont la haine du communisme mais ils sont divisés ; il y a le RPF, croisade anticommuniste ; c’est un [ill.] dangereux pour le MRP ; Lecourt a dit : « Notre anticommunisme est plus efficace que le vôtre, les communistes ne sont plus au gouvernement, on les élimine des comités d’entreprises. » Situation incertaine, fluide, changeante ; les socialistes voulaient aider les petits partis ; ils voulaient le statu quo partout sauf en Seine ; MRP et socialistes veulent s’entendre ; l’Église ne veut pas se laisser dépasser, Suhard et les semaines sociales, et Vergnolle, ce fut en 1944 l’avis de De Gaulle. Il faut que nous déjouions ce plan d’union anticommuniste ; par conjonction d’intérêt, communistes et MRP contre le parti socialiste qui dans le statu quo serait bénéficiaire. Ils voulaient des maires dans toutes les grandes villes avec appui ici des communistes, là des socialistes. Nous nous entendons avec le MRP sur la RP. La liste en tête a la moitié plus un des sièges ; il faut la RP plus la possibilité d’avoir un maire stable ; base : que tient sur la base des inscrits les deux tiers des sièges restants. Coste-Floret remplace Reille-Soult ; calcul du quotient sur la plus forte moyenne ; RP dans les communes de plus de 2 500 habitants.

Mardi 5 août 1947

425Dans les communes petites, statu quo à un tour, panachage dans les communes de 2 500 habitants avec volonté de le rendre inefficace ; dans les communes de plus de 10 000 habitants, pas de panachage, on ne peut décapiter la liste ; il y aura vote préférentiel (20 %). Paris-RP (9 secteurs) avec la plus forte moyenne ; sur 78 communes de la Seine de plus de 2 500 habitants, nous avons 43 communes à majorité absolue. Ou cela ! Ou le statu quo ! Les socialistes et les radicaux seraient victimes de ce système ; il y a en France 35 000 communes de moins de 2 500 habitants. Un seul tour dans les communes de moins de 2 500 habitants. C’est ce qu’exige le MRP. Il faut présenter ou soutenir des listes partout ; il faut des listes d’intérêt républicain, d’intérêt local, tactique souple, variée, mais action partout.

Mercredi 6 août 1947

  • 271 En Tunisie, des grèves lancées par l’UGTT, le 5 août, pour protester contre la faiblesse des salair (...)

426Commission des Affaires étrangères. Présenter une proposition relative à la situation au Maroc ; liberté syndicale. Pas quatre Européens contre un Arabe dans les bureaux ; Tunis : la famine271 ! Il ne reste plus que 450 millions de dollars d’or à la Banque de France : si elle s’en dessaisit, elle fait de faux billets.

  • 272 Le Congrès de la SFIO, à Lyon, doit s’ouvrir le 14 août.
  • 273 Jean-François Jacquet (1895-1979), négociant en vin à Rivesaltes, militant socialiste, conseiller g (...)
  • 274 Il s’agit, sans doute, d’Henri Vergnolle (1898-1958), architecte, militant socialiste (1921), résis (...)
  • 275 Il s’agit, sans doute, de Marcel Édouard Fourrier (1895-1966), avocat, journaliste à Clarté (1919-1 (...)
  • 276 Il s’agit, sans doute, de Jean-Maurice Hermann, né en 1905, journaliste et militant socialiste ; jo (...)
  • 277 Andrée Marty-Capgras (1898-1963), militante socialiste de la Seine, tendance Bataille socialiste, m (...)

427Congrès socialiste de Lyon272, six motions. Guy Mollet, Fédération du Rhône contre le gouvernement, Leenhardt, extrême droite. Blum, Ramadier, Jacquet273, Vergnolle274, Bataille socialiste, Fouriès275, Herman276, Marty-Capgras277 ; trois résolutions antigouvernementales ; les fractions sont ouvertement reconstituées, malaise. Le [ill.] de Blum aux parlementaires ; les élus d’outre-mer menacent de s’en aller ; Blum agite l’épouvantail communiste, plus de gouvernement socialiste homogène ; il faut laisser Ramadier ; dans la Bataille socialiste hebdomadaire (troisième numéro) : « Nous avons été déçus ; le parti socialiste va à la liquidation ; c’est la dernière expérience pour sauver le socialisme et la démocratie. »

Jeudi 7 août 1947

  • 278 Les différentes motions sont examinées par les congrès fédéraux de la SFIO, les 6 et 7 août.
  • 279 Lors de sa réunion du 7 août, le BP décide d’« intensifier dans l’Humanité la campagne pour l’unité (...)
  • 280 André Morel, dit Ferrat, né en 1902, militant communiste et membre du BP à la fin des années 1920, (...)

428Ils avouent que la base socialiste est changée pour aller au radicalisme ancien ; dans la motion Mollet, pas d’unité d’action avec les communistes ; la Fédération du Rhône278 prône l’unité même organique, mais c’est faible ; et aussi la Bataille socialiste ; nos fédérations sont passives en face du Congrès socialiste ; cela signifie la passivité sur l’unité d’action279 et la passivité sur la gravité de la situation actuelle ; il y a sectarisme contre les socialistes de base ; beaucoup de socialistes sont hésitants, doutant de leur parti ; crise de conscience ; et les nôtres ne font rien près d’eux, c’est sectaire ! On ne sent pas l’exigence de l’unité d’action ; on croit que le PC suffira à tout ; c’est ne pas comprendre la situation en France ; il faut insister sur la pratique de l’unité d’action ; appui à la CGT pour l’accord ; unissons-nous aux socialistes pour les fêtes de la Libération ; utiliser la Bataille socialiste qui parle d’unité. Si des socialistes veulent quitter le parti socialiste, recevons-les ; cela vaut mieux que de constater une opposition dans le parti socialiste. Il faut que les fédérations communistes s’intéressent beaucoup à la situation précise des socialistes dans leur département. Dans le Rhône, les socialistes ne sont plus avec Philip et Ferrat280 ; à Hazebrouck, les socialistes votent Guy Mollet ; la secrétaire de l’UD quitte les socialistes, vient aux communistes ; Guy Mollet est allé à Phalempin ; on s’installe souvent dans cet état d’isolement et d’antisocialisme.

Vendredi 8 août 1947

  • 281 À l’issue d’une rencontre le 7 août, CGT et CNPF publient un communiqué commun confirmant la validi (...)
  • 282 Daniel Mayer, né en 1909, journaliste au Populaire, organise pendant la guerre la reconstruction cl (...)
  • 283 Pierre Ricard est le premier vice-président du CNPF.
  • 284 Le 6 août, le gouvernement Ramadier dénonce les accords passés entre la CGT et le CNPF, visant à un (...)

429Accords CGT-patrons281. Ramadier a dit : « La CGT a été roulée par les patrons » ; Daniel Mayer282 a dit : « Nous gouvernons sur une fiction [ill.] les salaires et les prix ; il ne faut pas détruire cette fiction. » Daniel Mayer : « Vous avez fait la collaboration des classes ; trinquez avec Ricard283 » ; et il a injurié Delamarre, socialiste. Le gouvernement a dit : « Nous allons maintenant réviser les prix » ; il voulait désarticuler l’accord284 ; il y aura manœuvres ; le gouvernement reçoit la CGT à 4 h jeudi. C’est un fait qu’à la CGT, on est avec les communistes ; donc, il ne faut pas être sectaire dans le PC, il faut savoir parler à la base socialiste contre la réaction.

  • 285 Suite à un changement dans le gouvernement républicain espagnol, exilé en France, l’Humanité publie (...)

430En Espagne, Prieto vient de faire sauter le gouvernement Llopès285. Il y a inquiétude dans les masses socialistes ; quand nous avons élu Vincent Auriol, il y a eu détente. Depuis, beaucoup de modifications : guerre d’Indochine, communistes chassés du gouvernement ; maintenant, inquiétude ; de Gaulle attaquait tous les partis, aujourd’hui, contre le communisme seulement. La motion Guy Mollet va dans notre sens.

Samedi 9 août 1947

431Pouvoir d’achat ouvrier diminué de 50 %.

432Les juifs de l’Exodus envoyés au Kenya. En Italie, Livourne les femmes de seigneurs. 2 000 milliards de francs en or au prix du noir, en France chez les particuliers.

Dimanche 10 août 1947

  • 286 Le 10 août, Marcel Cachin, après avoir été reçu à la mairie du Petit-Quevilly, dans la banlieue de (...)
  • 287 René Cance (1895-1982), instituteur, militant communiste, conseiller général du 3e canton du Havre (...)
  • 288 Victor Michaut, membre du BP, est député de la Seine-Inférieure.

433Rouen, Petit-Quevilly286, Parc des Chartreux, juin 1946 : Seine-Inférieure, 1re circonscription Rouen, Elbeuf, Neufchâtel ; 2e circonscription, Le Havre, Dieppe, Yvetot : communistes, 112 000 ; MRP, 76 000 ; SFIO, 67 000 ; Rassemblement des gauches, 46 000 ; Coty, 81 000 ; (gain 9 000 en octobre 1946) ; Cance287, Hertal, Michaut288, Lucie Guérin. Cartons de tir (Bolbec). 10 h, mairie du Petit-Quevilly ; 15 h, allocution ; 16 h 30, remise des cartes du parti au stand du recrutement de la Fédération.

434Accords CGT-patronat ; de Gaulle, c’est République ou dictature, et non ni de Gaulle ni Thorez. A Rouen, communistes premier parti. Avenir normand : 30 000.

Lundi 11 août 1947

435États-Unis : 38 millions de tonnes de blé en 1947. Europe : 34 millions (diminution 10 %) sauf URSS.

Mardi 12 août 1947

436Vacances, Paris-Lancerf.

Mercredi 13 août 1947

437Lancerf.

Jeudi 14 août 1947

438Modez (Leguern). Gromyko : les Américains ont créé en Grèce une atmosphère malsaine, passé le lacet au cou de la Grèce. Élections nationales le 26 octobre.

Vendredi 15 août 1947

  • 289 Après l’ouverture du Congrès national de la SFIO, le 14 août, le rapport moral présenté par Guy Mol (...)

439Lancerf. Prochainement, indépendance de l’Inde, l’Empire des Indes n’est plus. Motion Guy Mollet, 36 000 pour, 1 011 pour et 640 abstentions289. On ouvre la frontière à Franco ; Blum reçoit Prieto.

Samedi 16 août 1947

440Conférence panaméricaine à Rio de Janeiro : organiser la défense des Amériques : résistances. Pas de participation automatique de tous les États ; les États-Unis s’offrent à être l’arsenal de tous les États, c’est la colonisation par le dollar.

441Fédération socialiste des municipalités à Lyon : 2 500 maires, 30 000 conseillers. On réduit de 10 % le contingent d’acier pour les industries minières, électriques, gaz. On ne modernise pas les mines ; on construira moins de barrages. On n’aura pas le charbon de la Ruhr augmenté dans son prix de 50 %. On va dévaluer la livre : elle vaut 4 dollars, elle ne vaudra que 2,5 ou 3. On rétablit le bâton dans les écoles allemandes, le gourdin, la trique, la botte.

Dimanche 17 août 1947

  • 290 Yves Dechezelle, né en 1912, militant socialiste (Jeunesses socialistes, 1930- 1936), puis militant (...)
  • 291 Le débat de politique générale, au Congrès national de la SFIO à Lyon, se conclut avec le vote de l (...)
  • 292 Rémy Roure, dit Pierre Fervacque (1885-1966), journaliste, résistant. Depuis 1945, il collabore au (...)

442Bréguilis. Guy Mollet, 2 041 ; Verdier, 1 332 ; Leenhardt, 400. Dechezelle290 : unité d’action, 231 ; bataille socialiste : unité organique, 30291. Ramadier : « Les communistes sont hors du cadre social, il ne faut pas taquiner le MRP sur ses idées confessionnelles ; de Gaulle et sa dangereuse propagande. » Sommation de Schuman, menaces de Rémy Roure292 : « Ramadier au-dessus des partis ! » Le parti communiste unit socialistes et MRP. Évitez les mises en demeure au parti socialiste.

Lundi 18 août 1947

  • 293 La motion Guy Mollet, adoptée au Congrès de la SFIO, préconise l’« autorisation de toute coalition (...)

443Vote d’une proposition Pineau sur la tactique socialiste, réquisition du blé, acheteur unique de la viande par les mutuelles, adaptation des salaires aux prix ; pas d’éventail des salaires ; confiance aux élus et à Ramadier. Vote de politique générale : 2 400 pour Guy Mollet, 2 000 pour le Nord ; D. Mayer dit à G. Mollet : « Unis ! » ; « Non » dit Mollet. Vote sur l’Algérie : maintien de la motion socialistes-communistes. Aux élections, liberté pour les ententes avec les autres partis, laïcité pour les ententes contre le MRP293.

  • 294 Au cours d’une conférence de presse, le 18 août, de Gaulle précise son point de vue sur le statut d (...)

444De Gaulle : « Pas de compromis en Algérie, le gouverneur ne peut être responsable que devant le gouvernement français ; impossible d’aliéner la souveraineté française. »294

445G. Mollet : 2 443 + Rhône + Bataille socialiste ; Nord : 2 002.

Mardi 19 août 1947

  • 295 Le BP du 21 août, auquel assiste Jacques Duclos, décide « en s’appuyant sur la résolution du congrè (...)

446J. Duclos à Lancerf. La réaction de la base n’a pas été inutile au Congrès de Lyon ; on a injurié grossièrement les communistes, mais on est inquiet. On a résolu de battre la réaction ; c’est cela qu’il faut maintenant traduire en fait295. Quant aux mesures de contrainte pour le ravitaillement, c’est du Philip pur, c’est antipaysan. L’Aube : résultat de Lyon, déception, inquiétude, égaré par les querelles de tendances ; on a condamné le stalinisme et le MRP, on s’est isolé ; c’était le désarroi, l’inconscience.

447Franc-Tireur : Lyon capitale de la Résistance ; si les autres partis n’acceptent pas les décisions de Lyon, que les ministres socialistes s’en aillent, s’ils restent, pas la première fois. Ramadier a une marge de confiance restreinte ; Guy Mollet a 21 sièges sur 31 dans le Comité directeur, pas de nègre blanc, contre Daniel Mayer. Ramadier n’ira pas loin sur cette voie, Lyon n’a été ni logique, ni opportun. Lyon contre Blum qui voulait le travaillisme. Blum = SFIO plus MRP.

Mercredi 20 août 1947

  • 296 Marcel Hamon, né en 1908, enseignant, militant communiste (1934), résistant (officier des FTPF), se (...)
  • 297 Identification incertaine : soit Jean Francisque Leguen (1905-1978), syndicaliste (inscrits maritim (...)

448Tréguier, Parc des sports ou salle des fêtes ; M. Jégou, contrôleur PTT. Marcel Hamon296, Jean Leguen297. Les États-Unis aux Anglais : « Pas de crédits si vous nationalistes ! » Les prix américains croissent : les États-Unis veulent faire une paix séparée avec l’Allemagne ; les États-Unis interviendront en Grèce si l’ONU n’arrange pas les choses avant septembre.

449L’archiprêtre de Tréguier, Laîné : « Il y a cinquante-quatre ans que je vous connais, j’étais le condisciple de Charles au collège. » De Gaulle présente des candidats aux élections d’octobre. Réduction de la ration de pain à 200 grammes ; riz, pommes de terre, mauvaise politique agricole. ONU à propos de la Grèce : avortement. Après Lyon, il faut un gouvernement fort (TSF). Seule une politique [ill.] sauvera l’Union française, que les peuples aient leur place dans l’Union française. La réaction m’en veut de vouloir supprimer les privilèges ; la réaction veut le chaos, le désordre, l’inflation, faire payer les pauvres.

450De Gaulle : « Les communistes veulent un régime où les Français ne disposeraient ni de leurs corps ni de leurs âmes ; le flot menace, il doit reculer ; je leur ai ouvert la voie nationale, ils en prennent une autre. » Les communistes défendent la République contre le pouvoir personnel, pas d’aventure ; notre attitude est un gage de progrès. De Gaulle, mépris du peuple ; nous sommes Progrès Résistance.

Jeudi 21 août 1937

451Tréguier, Marcel Jégou. Au congrès socialiste, Daniel Mayer : « J’adjure Guy Mollet au nom des morts de faire l’unité des vivants. » G. Mollet : « Non ! Il faut que le congrès dise vraiment ce qu’il veut » ; résultat : Nord 2 002, Mollet 2 443, Rhône 274, abstentions 285 = 3 002 (sur 5 004 mandats Ramadier 2 002).

  • 298 Le 20 août est créé un intergroupe gaulliste, comportant 41 élus, à l’Assemblée nationale.

452Sous le régime des partis, la situation s’empire ; de Gaulle présentera des listes aux élections d’octobre dans l’ensemble de la France ; 55 députés UDSR, MRP, indépendants, forment un groupe gaulliste298 ; 75 autres demandent. Les Britanniques n’ont plus de dollars, ils renoncent à certaines livraisons. L’essence rationnée en France. Exclusion des communistes des syndicats américains. La clique gouvernementale grecque veut la guerre.

453Michel Desurmont condamné par le deuxième comité de confiscation des profits illicites à payer 2 milliards et 6 milliards d’amende.

Vendredi 22 août 1947

  • 299 Ce vote concerne le projet de statut de l’Algérie, en discussion à l’Assemblée nationale. Le rappor (...)
  • 300 Le 21 août, Daniel Mayer reçoit la CGT et le CNPF.

454Lancerf. Ramadier fait voter contre la Commission de l’intérieur299, les députés socialistes se divisent : 312-278 ; le rapporteur socialiste donne sa démission ; la commission se réunit pour le remplacer : 19 pour 22 abstentions ; l’Assemblée est rendue juge. Les socialistes députés votent tous contre le gouvernement, seuls les ministres sont dissidents ; c’est comme pour l’Indochine, le comité directeur ne se réunira que mercredi, quand tout sera fini ; il règne et ne gouverne pas. L’intergroupe dit : « Nous ne publierons pas la liste de nos adhérents avant l’automne, nous serons le cheval de Troie ; nous savons attendre. » À Rio, plan d’action anticommuniste, mise hors-la-loi du communisme. Le gouvernement contre la CGT ; il va causer avec les patrons pour les dissocier de la CGT ; il dit à la CGT : « Cordonnier pas plus haut que la semelle. »300 La loi électorale écarte la proportionnelle dans les communes pour empêcher les communistes d’avoir des élus dans toutes les communes de France.

Samedi 23 août 1947

455Lancerf-Lorient, Frouet, Saint-Fiacre, Kernascleden. Lorient : Marie Lefort d’Hennebont, Francine Lemeu [ill.], Inguignol. Les vieux de Lanester : « On ne mange que du poisson, les enfants en sont dégoûtés. » À Hennebont, boîtes de sardines, tôle ondulée ; l’UD est aux communistes depuis quinze jours. Bâtiment, arsenal, pêcheurs ; nous avons sept mairies dans le Morbihan ; voyage à travers la Bretagne, les Montagnes noires.

Dimanche 24 août 1947

  • 301 Marcel Cachin est à Lorient, au lieu-dit Maison-Brûlée, pour la fête de la Fédération communiste du (...)
  • 302 Il s’agit, sans doute, de Joseph Alexis Luslac, né en 1910, militant communiste de Brest (1935), sy (...)
  • 303 Marcel Le Cunff, secrétaire du syndicat CGT des dockers de Saint-Nazaire depuis la Libération, démi (...)

456Morbihan, 256 communes ; Lanester, Maison-Brûlée301. MRP 118 000, gaullistes 29 000 = 148 000. Communistes 57 000, socialistes 38 400, gauches 15 000 = 112 000 ; les communistes gagnent 9 000 voix, les socialistes en perdent 4 000, les MRP perdent 30000 Guiguen. Espoir du Morbihan ; Charles Luslac302, Bouloy maire de Lanester ; Le Cunff303. 9 h, réception mairie de Lanester ; 12 h 30, départ du Prix cycliste ; 12 h 45 déjeuner ; 16 h 30, allocution. Plan [ill.].

Lundi 25 août 1947

457Lancerf.

Mardi 26 août 1947

458Lancerf ; H. Psichari ; ses deux fils, Marie Perrot. Ramadier : « Nous ne réunirons pas plus de 15 millions de quintaux de blé, ce sera une sorte de famine » ; désarroi dans le MRP contre de Gaulle. Tous les journaux accusent de Gaulle de faire le jeu des communistes ; il faut contre de Gaulle l’union des MRP et des socialistes. De Gaulle désorganise les partis de droite, il peut tenter le coup de force.

Mercredi 27 août 1947

  • 304 André Philip, ministre de l’Économie nationale, reçoit la CGT et le CNPF, qui protestent contre la (...)

459Philip va refaire la hausse de Menthon ; on truque les prix de revient, on accroît les prix de vente304. Il faudrait produire plus et faire jouer les comités d’entreprises et les entreprises-témoins ; il faut juguler l’inflation ; la politique Philip, c’est une apparence de blocage et non la réalité. Etton, président de la Commission des affaires étrangères de Washington : « Les événements de Grèce peuvent déclencher la Troisième Guerre mondiale, nous défendrons notre cause jusqu’au bout. »

Jeudi 28 août 1947

  • 305 Le projet gouvernemental de statut de l’Algérie est adopté par l’Assemblée nationale. Les députés c (...)

460Lancerf. Vote Algérie305 322, 90 contre, communistes abstenus ; les socialistes votent pour Ramadier ; majorité refaite ; le comité directeur parle de la gravité de la situation économique française ; récolte un tiers de nos besoins ; ni charbon, ni coke pour la France ; bilan dramatique. La Légion américaine contre le communisme, pour le relèvement de l’Allemagne. Les résultats de Londres sont décevants pour la France.

Vendredi 29 août 1947

461Lancerf. Normand et l’Égypte. TSF : « Nous allons vers un hiver de famine ; l’Amérique prépare la guerre. » En Égypte, fellahs mécontents contre les gros propriétaires égyptiens et contre les Anglais. Nahas Pacha avec les Anglais. Au pouvoir des nationalistes anti-anglais.

462On va réduire les importations de coton, d’essence, de papier ; la liberté n’est pas la [ill.] ! On veut que les ouvriers travaillent et qu’ils n’aient aucun droit. Le gouvernement ne présente aucune solution constructive. L’Aurore, l’Époque, Schuman, contre les communistes. Schuman : « [ill.], c’est Bidault ou Blum. » Mollet est content de Ramadier. Philip : « Encore dix ans de pénurie plus dix ans de difficultés. » Grèves : Peugeot, garçons de café, Brest arsenal.

Samedi 30 août 1947

  • 306 Le 30 août, le gouvernement soviétique ratifie les traités de paix avec l’Italie, la Roumanie, la H (...)

463Lancerf. Les Russes signent les traités avec les cinq anciens satellites allemands306, dans 90 jours on retire les troupes. Aucune condition limitant leur liberté politique, économique. Premier signe d’une détente internationale ; soulagement dans les cinq pays. On relève le Japon comme l’Allemagne. L’Amérique envoie 17 millions de dollars en Grèce. Grèves en France : Rouen, Brest, Peugeot, alimentation Paris. Grèves en Angleterre : mineurs du Yorkshire. Robert Schuman propose de prélever le reste de l’or français pour les Américains. Amas d’incertitudes. Le garde-manger est à l’est de l’Europe ; l’illusion occidentale. Scoutisme : puérilité catholique paternaliste. Les têtes brûlées de Washington.

Dimanche 31 août 1947

  • 307 Le 31 août, les élections en Hongrie voient la victoire du Front national démocratique, composé des (...)

464Lancerf. Honoré Mignot. Élections hongroises : communistes 23 %, socialistes 21 %, petits propriétaires 17 %, bloc gouvernemental 63 %, catholiques 13 %307. De Gaulle : le sabre se sépare du goupillon.

465Notes. À Rio, Truman et le Pape échangent des lettres. Essai de s’appuyer sur l’Église, les forces morales. Le Pape prend rarement position, mais aujourd’hui la situation internationale est grave. Aux États-Unis, efforts pour accentuer le catholicisme et son influence. Truman à Rio : appel anticommuniste, justification de la politique de guerre, assurances aux pays qu’on veut aider. On va envoyer des troupes américaines en Grèce. Ouverture de la frontière aux personnes, à l’Espagne. Prieto : bientôt ouverture pour les marchandises.

466En Hongrie, renforcement démocratique contre les Anglo-Saxons. Il faut un changement de la politique gouvernementale à l’extérieur. Il abandonne les positions nationales ; pour faire venir du blé de Russie et de l’Est, il faut une politique d’amitié avec l’Orient et d’indépendance et de réparations. Les Etats-Unis accentuent la politique de guerre, ce sont des capitalistes sans pitié. De Gaulle attend la bagarre générale de la [ill.] ; il n’est pas pressé, il veut attendre pour le moment.

Lundi 1er septembre 1947

467Lancerf. A Londres, on jette quelques fleurs à la France, mais on dit : « Allemagne d’abord » ; on ne tient pas compte de Paris ni des Russes ; pas d’unité allemande mais Allemagne occidentale entité nationale, protectorat américain en Allemagne occidentale. Truman à Rio ; les Russes protestent contre les États-Unis au Japon. Congrès de l’American Légion à New York. Six millions de dollars de dégâts. On étudie une Corée indépendante. Aux Indes, famine permanente ; trois millions de morts de faim en 1943, idem en 1944 ; il faut une révolution agraire.

Mardi 2 septembre 1947

  • 308 G. Roussy, recteur de l’Académie de Paris, membre de l’Académie de médecine, était présent à la cér (...)

468Leizoun. Tréguier, Plouguescamp, Saint-Gonary. Saint-Gonary XIe siècle, peinture XIIIe. Mausolée Renaissance, Guillaume Halgont, évêque de Tréguier. Olivier, fils d’Henriette Psichari, et sa femme, étudiants, nous précisent la situation politique des étudiants de la Sorbonne : 11 000 à majorité réactionnaire MRP-PRL ; aucune organisation des républicains ; organisation admirable des MRP, catholiques, chrétiens, etc. JEC, Scouts, abbé Charles, aumônier de la Sorbonne. Tort causé par Roussy308 ; les inspecteurs généraux catholiques ; jury d’agrégation de philosophie catholique. Il n’y a pas d’autre politique du charbon que le charbon gratuit de la Ruhr ; or, on abandonne les réparations. Le Travailleur d’Ivry. Liste d’Union républicaine et résistante.

Mercredi 3 septembre 1947

  • 309 La ration de pain est tombée à 200 grammes par jour, le 27 août.

469Lancerf-Paris. Aggravation rapide du ravitaillement ; augmentation du pain, rationnement309 ; augmentation des prix, contre les 11 %. Grèves, mouvements de base : le pai [ill.] même les chrétiens, Seine-inférieure, Clermont. Rationner les oisifs ! Réviser les zones de salaires ; maximum de pain pour les travailleurs. Possibilité de provocations ; il faut prendre la tête du mouvement de mécontentement créé par le gouvernement, d’où réaction sur le Parlement. Le Comité directeur de la SFIO a rappelé à l’ordre Ramadier ; il devra s’en borner là ; les MRP voteront la confiance, Ramadier s’en tirera. Les MRP cherchent un alibi pour les subventions ; nous sommes contre mais ne voulons pas de crise. C’est l’anticommunisme qui sauve le gouvernement. Les masses comprennent la gravité ; elles sentent que l’absence des communistes [ill.].

  • 310 La loi électorale a été adoptée le 13 août. Le 3 septembre a lieu une assemblée d’information des m (...)

470Dans une partie de la France, ça va mal parce que les communistes sont hors du gouvernement. De Gaulle s’en réjouit. Il faut un gouvernement démocratique ; il faut changer de gouvernement, apporter nos solutions. Charbon de l’extérieur : Pologne, Ruhr. Élections municipales à caractère politique310 ; on veut nous éloigner des mairies comme du gouvernement ; il y a dans le pays étroitesse, retard pour établir les listes, pour programmes locaux, il nous faut plus de place dans les municipalités, il faut accélérer la souscription.

Jeudi 4 septembre 1947

  • 311 Lors de la réunion du BP du 4 septembre, L. Mauvais rapporte sur la situation politique. Les décisi (...)

471BP. Mot d’ordre : changer le gouvernement311. La base dit : « Et la grève générale ? » Les paysans veulent avoir 7 F, les spéculateurs offrent 12 (à Saint-Quentin). Il faut attaquer la coalition anticommuniste qui a brisé l’effort de production. Il faut donner une perspective aux ouvriers en démasquant le dessein gouvernemental qui a saboté les accords CGT-patrons. Le problème du pain est très décisif. Le mouvement ouvrier est d’ordre politique, pour avoir du pain, il faut changer de gouvernement. À la CGT nous voulons l’unité et pour cela nous ne pouvons pas donner des buts politiques. C’est alors le PC qui doit intervenir ; il faut que les communistes posent les problèmes politiques dans les urnes, que le PC parle aux ouvriers dans les usines. Il y a colère, chez les ouvriers. Colère ! Il faut faire autre chose que des manifestations. Chez Renault, grève générale. Il y a arrivage de viande à la Villette, fermeture des boulangeries et boucheries. À Rouen, vingt-quatre heures d’arrêt et manifestation, la plus grande depuis la Libération, syndicats débordés. Pain ! Il faut chercher partout du blé pour faire céder l’insolence des États-Unis.

Vendredi 5 septembre 1947

  • 312 Cette manifestation, organisée par l’Union CGT des syndicats de la région parisienne, vise à protes (...)

472Manifestation au Champ de Mars312. On a exclu les communistes il y a 4 mois ; le gouvernement croule sous ses fautes et tout le peuple reconnaît qu’il faut revenir au communisme. On avait dit : « Maintenant que les communistes sont dehors, nous allons progresser. » Or c’est la faillite, nous nous sommes liés poings et mains aux États-Unis. Ramadier : « C’est le bilan d’une faillite. » De Gaulle : « C’est le bilan d’une faillite. » Il faut que le CC fasse un programme sur la base de ses propositions, de ses solutions et se rapproche des socialistes.

473Le peuple veut qu’on change, donc c’est bon ; le peuple ne compte plus sur l’Amérique. Nous avions dit : 1°) Que l’on travaille ! 2°) Il faut des réparations. 3°) Il fallait l’aide des États-Unis. Faillite sur ces points. Où pouvons-nous aller ? Pas de grève générale mais que les unions départementales fassent des mouvements partiels. Pour le pain et le charbon, nous nous sommes abstenus ; notre politique n’est pas définie.

474C’est la résolution G. Mollet qui dit : « C’est la catastrophe » ; après avoir montré leur faillite, il faut exposer notre programme.

Samedi 6 septembre 1947

  • 313 On trouve l’écho d’un discours prononcé par Étienne Fajon, le 5 septembre : « La seule issue, c’est (...)
  • 314 Marceau Pivert (1895-1958), dirigeant socialiste de premier plan avant la guerre. Parti au Mexique, (...)
  • 315 Le 6 septembre a lieu, à l’Assemblée nationale, un vote sur une question de confiance posée par Pau (...)

475Il faut dire : « Il faut un gouvernement démocratique avec un programme, celui de Puteaux arrangé ; Union des républicains313, unité malgré Pivert314 anticommuniste » ; il faut dire : « Revenons au marxisme. » Marceau Pivert contre l’unité, soutient Saragat et Blum. Il faut diriger le mouvement des masses. Au CC, on va nous enlever les mairies où nous sommes 45 %. Il faut un mouvement de masse pour obliger à changer de gouvernement. Donc, félicitons-nous de l’action de masse ; c’est une étape nouvelle du mouvement ; il y a trois mois, c’était différent ; aujourd’hui, c’est la faillite gouvernementale ; Mollet qui veut sauver la France ; or ils vont voter pour le gouvernement315.

Dimanche 7 septembre 1947

  • 316 Le discours de Marcel Cachin à la fête de l’Humanité n’est pas conservé.

476Humanité, Vincennes316. « Le Nil déborde, le Tibre déborde, c’est la faute des chrétiens, il faut les livrer aux bêtes » (Tertullien).

Lundi 8 septembre 1947

  • 317 Dans un article publié par les Cahiers du communisme, en novembre 1947, sous le titre « Trente ans (...)

477Sayers et Kahn, la grande conspiration contre la Russie. Sidney Reilly, Intelligence Service, antirévolutionnaire, trafique avec Savinkov, agent de Noulens, fait tuer Mirbach, ambassadeur d’Allemagne à Moscou. René Marchand les trahit317.

Mardi 9 septembre 1947

478Marinova, ambassade bulgare, 64 bis, rue Monceau. Lion 11 h. Le maire de Versailles avec le gouverneur de la Banque de France, Labeyrie, chez les Bulgares. Direction des combustibles liquides, 3, rue Paul Cézanne, 8e.

Mercredi 10 septembre 1947

479Compagnie des pétroles, 11, rue Lancereaux, 16e, de Montaigu. La France reçoit un million de tonnes de l’Irak, et un million de tonnes du Venezuela, soit 40 % de sa consommation. Les compagnies anglaises voulaient pendant la guerre vendre notre part d’actions, le gouvernement anglais a refusé. Nous pensons qu’en 1952, nous aurons en Irak le quart des 25 millions de tonnes. Nous recevons chaque mois 120 000 tonnes du Moyen-Orient ; nous extrayons en France 4 000 tonnes ; or, nous [ill.] 150 000 tonnes ; il faut réduire de 40 % nos importations de pétrole. Les États-Unis envoient en six mois [ill.].

480Boris Pilosoff (Bulgare) interview.

Jeudi 11 septembre 1947

  • 318 Fernand Dupuy, né en 1917, instituteur, militant communiste (1937), secrétaire de la Fédération com (...)

481Andresco, conseiller de presse de l’ambassade roumaine, Roumains (Sorn). Général Wedemayer : « Il faut augmenter l’aide à Tchang Kaï-Chek. » Dans les communes rurales, les communistes font leurs listes et leurs programmes puis convoquent les électeurs à y souscrire ; il faut faire [ill.] à domicile. Au Champ de Mars, bouderie de quelques métallos et venue de nouvelles recrues, employés, femmes [ill.]. Haute-Vienne, 180 communes sur 210 n’auront que deux listes : un communiste, un socialiste. Fernand Dupuy318. Les socialistes de l’Ariège et de la Côte-d’Or contre le gouvernement.

Vendredi 12 septembre 1947

  • 319 Audition de Georges Bidault devant la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale.

482CC Aubervilliers, Salle des Fêtes, 9 h. Élections municipales, questions idéologiques. Bidault à 10 h 30, audition de Bidault319, la situation internationale.

483La question du pain a fait déborder le vase, et celle du ravitaillement. Ce sont des questions politiques, contre le gouvernement ; le niveau politique des masses s’élève ; le mécontentement grandit mais il ne faut pas se lancer légèrement dans les grèves ; il y aura des provocations de la réaction et du gouvernement contre le PC et la CGT. Des ouvriers réclament de la CGT la grève générale ; il faut chercher des issues locales, régionales. Localement, il faut que les fédérations communistes prennent en main la situation, d’accord avec les unions locales. Le rôle du PC est grand ; c’est l’affaire du Parti d’attaquer le gouvernement ; c’est son rôle dirigeant, il faut que le PC parle aux masses dans les usines ; il faut du calme, le sens du possible, pas d’ultimatum, orientation, pas d’énervement. Le pain est trop cher par rapport au prix du blé. Il y a eu des velléités de grève insurrectionnelle chez les métallos parisiens lors de la manifestation du Champ de Mars ; les adversaires ont encore de grandes possibilités ; les ouvriers métallurgistes se convainquent que les ouvriers parisiens sont plus lents.

Samedi 13 septembre 1947

  • 320 Suite à une grève décidée par la CGT, des heurts violents avec les CRS ont lieu au Mans, le 11 sept (...)

484CC. Paris-Roanne. Il ne faut pas formuler des revendications avec ultimatum, à chaque instant peuvent surgir de nouvelles revendications ; il faut défendre la hiérarchie des salaires. Les incidents du Mans320. Il faut du calme pour relever la France. On peut faire des listes communes avec les socialistes mais qui ne feront pas le jeu des socialistes ; pas de règle absolue, pas de déviation opportuniste. Listes communes dès le premier tour, cas particulier. Nos solutions sont surtout d’avenir. Action méthodique, intelligente du PC.

Dimanche 14 septembre 1947

  • 321 Il s’agit de la fête annuelle de l’arrondissement de Roanne, présidée par Marcel Cachin.
  • 322 René Bonnefille (1892-1972), l’un des créateurs du parti communiste à Roanne (1921), militant très (...)

485Roanne, 1, rue Brizon321. Roanne, Joanny Ange ; Bonnefille322, premier adjoint au maire de Roanne.

486Diminution des crédits militaires, réforme fiscale, production encouragée, réparations, échanges avec tous les pays. MRP 90 700, communistes 85 000, socialistes 23 000, [ill.] 38 000, réaction 50 000. 30 000 PC Roanne [ill.].

  • 323 À la veille de l’ouverture de la session de l’ONU, George Marshall expose sa politique en Grèce.

487Article 51 de la Charte des Nations unies sert à Marshall. « La Grèce est l’objet d’une agression armée, alors, on a le droit de l’aider » dit Marshall323 ; Markos propose un compromis (Times). Roosevelt a imposé le veto (Roosevelt) ; le veto a sauvé les intérêts français. Marshall dit : « La démocratie demande la suppression du veto, la majorité commande ». Oui, mais l’État est souverain sinon c’est la guerre. Luxembourg, Salvador, Angleterre, Russie ! Les Américains disent : « J’ai 20 voix. » Donc il faut l’unanimité pour la coopération des grandes puissances.

Lundi 15 septembre 1947

  • 324 Après le rapport de la commission des Nations unies sur la Palestine (le 31 août), la deuxième sess (...)

488Roanne-Paris. Elgozhy, 2, rue Paul Dupuy, AUT 8469. École nationale ELY 4539, 22, avenue Franklin Roosevelt. Palestine324, Gromyko dit : « Il est normal que les juifs veuillent deux États, mais comment ? 1°) État judéo-arabe ? 2°) Etats fédérés ? 3°) État arabe ? 4°) État juif ? Les deux dernières hypothèses sont fausses. Il faut un État uni judéo-arabe, droits égaux ; sinon deux État fédérés. » Les pétroliers veulent le statu quo pour le dominer. L’ONU présente un rapport : fin du mandat, indépendance d’une Palestine démocratique, deux États, régime pour les Lieux Saints, on admettra 150 000 juifs et puis 60 000. Les Arabes les rejettent. La moitié des juifs accepte. Que conclura l’ONU ? On n’en sait rien.

Mardi 16 septembre 1947

489Paris. Élections municipales. Billoux, anticommunisme croissant, manœuvres, provocations, RPF de plus en plus souple, tiraillements dans le parti socialiste, listes anticommunistes. Petits programmes locaux nombreux, initiatives heureuses, réunions préalables de citoyennes et citoyens où l’on soumet le programme. Listes non encore parvenues au 44. Marseille, 17 000 communistes. Presque partout, des listes du PC : 90 % dans le Midi. Sauf Jura, Saône-et-Loire, Seine-et-Oise, Seine-inférieure, Bretagne (sauf Côtes-du-Nord). En Haute-Vienne, deux listes (une communiste, une socialiste) dans 190 communes. En Allier, même situation. En Hérault, souvent des socialistes demandent à être sur nos listes malgré les chefs locaux qui vont au MRP dès le premier tour. Lot-et-Garonne, union socialiste et communiste au deuxième tour, échec à la réaction. Tarn-et-Garonne, des trotskystes dans le PC. Insuffisance de femmes candidates. Que faire dans les communes où nous n’avons aucune cellule. Voter pour les plus à gauche. Six millions à un mois de l’élection ; dans les [ill.] le dimanche, nous allons passer dans les maisons : résultat 7 000 F.

Mercredi 17 septembre 1947

  • 325 Le 17 septembre, Maurice Thorez et Ambroise Croizat font un compte rendu du CC du PCF dans le XIIIe(...)

490Nahum. 8 h, délégation de Choisy à la maison325. Cinéma : quelques fédérations, 25 ne s’en servent pas. 50 % des fédérations parlent à peine des élections ; lier la campagne de recrutement à l’élection. Les socialistes de la Seine comprennent la force de notre campagne, ravitaillement et Ramadier ; alors, ils s’efforcent de couvrir leur parti et Ramadier ; ils disent : « Nous avons voulu empêcher la spéculation et vous n’en avez pas voulu. » Réponse : « Vous avez tiré la semaine dernière 15 milliards de billets » ; les socialistes des villes accusent les paysans. Ravitaillement, logement (emprunts, matériaux), transports, instruction des enfants, apprentissage, [ill.]. Mobilisation de masse pour établir le programme. Seine-et-Oise, socialistes et communistes d’accord au Conseil général. Orge : 3 700 F enlevé par les brasseurs ; froment : 1 900 F.

Jeudi 18 septembre 1947

  • 326 Lors de sa réunion du 18 septembre, le BP décide de « publier dans notre presse, avec un commentair (...)

491BP, élections municipales. Programme : articles de l’Humanité.326 Les communistes ont les meilleurs programmes, administrateurs intègres, dévoués. Que veut la réaction ? Le gaullisme compte sur l’absorption du Rassemblement des gauches, du MRP, PRL et même des socialistes. La réaction ne veut pas plus de quatre listes, à nous d’en créer ! Haute-Vienne, Allier, il faut accepter les socialistes qui refusent l’appui réactionnaire, il faut détacher du bloc réactionnaire, il faut rappeler le Congrès de Lyon.

  • 327 Le BP du 18 septembre décide de « combattre la thèse américaine prétendant que l’article 51 de la c (...)

49255 nations à New York ; ONU (62 questions) ; le maire de New York : « Il y a des matières inflammables. » Va-t-on à la guerre ? Grèce, veto ? Espagne, lutte acharnée. Les États-Unis veulent substituer leurs satellites au Conseil de sécurité qui veut l’unanimité. Roosevelt-Staline. Quel fut le vide de la SDN ? Elle était antisoviétique, et ça recommence. L’article 51 ne peut être interprété comme Marshall ; la bataille des partisans n’est pas une attaque de l’étranger, c’est la fin de l’ONU, c’est la guerre327.

  • 328 Autre décision du BP, le 18 septembre : « L’attaque actuellement menée par les États-Unis contre la (...)

493La France a pris la tête des 16. Va-t-elle être avec l’Amérique ? (Il n’y a pas de droit de veto. Règle d’unanimité ! Staline-Roosevelt328.)

Vendredi 19 septembre 1947

49418 h, section Magnien. L’ONU, 3 h, Maurice Thorez. Compte-rendu CC. Les 16 vont-ils accepter une alliance militaire avec les États-Unis ? La France sera-t-elle soldat des États-Unis ? Il y a beaucoup de dollars en France, cachés ; si on échangeait les billets ! Les élections municipales, les socialistes essayant l’anticommunisme, Haute-Vienne, Allier, Var, Vaucluse, Midi. Certains accords sont réalisés entre socialistes et communistes, Bretagne, Charente. Certains radicaux dès le premier tour anticommunistes avec MRP tiraillés ; il y aura partout quatre listes ou cinq.

Samedi 20 septembre 1947

  • 329 Le 20 septembre, une délégation de la Fédération CGT des mineurs est reçue par le gouvernement.

495Les mineurs français produisent moins parce qu’ils ont le sentiment que le gouvernement va à la réaction, contre la démocratie et leurs aspirations générales329. Il faut aller aux entreprises ! Il faut aller à la campagne !

Dimanche 21 septembre 1947

  • 330 Le Xe Congrès national des CDH, qui a commencé le 21 septembre, célèbre le 78e anniversaire de Marc (...)

496CDH Clichy330, banquet Antony. Parc Jomain près la mairie, Seitz 15 h 30. Il faut empêcher que la paysannerie aille à la réaction ; nos conférences proposeront des solutions aux paysans ; nous avons un bon programme mais quel est le problème essentiel ? Inquiétude, crainte. Comment user de leurs économies pour améliorer leurs conditions ? Les paysans comprennent que leurs billets c’est rien, mais il nous faut lier l’intérêt du paysan à l’intérêt national. Or, si nous n’avons pas de charbon... pas d’industrie mécanique, pas de matériel agricole. Il faut dire ça aux paysans. Il faut unir les petits paysans et les ouvriers ; on le peut sans nier que le paysan se sent lié avec le gros. On a fait une grande campagne après mai, quand on a chassé les communistes du pouvoir, mais aujourd’hui, ils comprennent qu’on les a bernés. Il ne faut pas les laisser croire que nous sommes à la base des vexations. Mais nous ne sommes plus dans le gouvernement et alors on comprend que nous ne sommes pas les responsables du dirigisme.

Lundi 22 septembre 1947

497Vétheuil. Chez Renault, 2 000 PC sur 35 000 ouvriers, 7 000 avant la guerre ; Renault et Citroën, faibles. Les paysans, nos fonctions dans la CGA, La Terre CGA : dans 19 fédérations départementales nous donnons l’orientation, dans 20 fédérations influence grande, dans 19 quelques forces, dans 30 nous n’avons rien sauf à la base ; nous avons perdu dans le Lot et la Dordogne la présidence. Nous avons regagné les Côtes-du-Nord. Nous avons le secrétaire général. CGA = congrès le 17 novembre prochain. Fermiers et métayers ont une organisation à eux, séparés des exploitants agricoles ; l’organisation fait un congrès à Paris, 77 départements ; nous avons eu 750 mandats contre 1 150 aux socialistes et réactionnaires mêlés. Nous contrôlons 37 départements, les autres 40. Car les exploitants ne veulent pas d’une organisation des fermiers ; ils ont menacé de scission ; ils ont imposé leurs hommes ; nous n’avons pas voulu la scission ; c’est la guerre au couteau.

Mardi 23 septembre 1947

498Cellule des Eaux. 10 communistes sur 26 dans le Conseil des fermiers ; nous aurons le secrétaire général de cette organisation capitale. Ouvriers agricoles : recul aux prises des cartes, 270 000 en France, 17 000 en Algérie ; journal le Paysan, tirage en baisse ; non-application des lois sociales aux agricoles ; nous avons des positions dans les coopératives agricoles ; beaucoup de coopératives locales et départementales sont dirigées par des communistes. La Terre, tirage baisse : nous avions 300 000, 250 000 aujourd’hui ; il y a une grande concurrence. Les socialistes, les curés envoient des tracts pour ne pas lire la Terre. Moisson, socialiste, 15 000, journal agricole. Le Monde paysan MRP, 40 000 ; puis les journaux départementaux CGA, prix inscrit de la cotisation. Puis nos organisations ne donnent plus de diffuseurs ; donc nous maintenons difficilement notre position à la campagne depuis novembre 1946 ; il y a une offensive réactionnaire agressive, vive. Beaucoup de fédérations ne s’occupent pas des paysans. Propositions : tenue de conférences paysannes départementales, travail dans les organisations agricoles, diffusion de la Terre, renforcement du PC à la campagne, éducation des cadres, école de paysans ; conférence nationale des paysans en janvier avec tous nos députés et les dirigeants du PC.

Mercredi 24 septembre 1947

499250 000 ouvriers syndiqués, 1 500 000 exploitants. Pas de jeunesses paysannes communistes. Combien de pain, viande ou pommes de terre pourraient donner 500 plus grands propriétaires terriens. Il faut que nous ayons un programme détaillé pour l’agriculture. Nous devons faire ce programme. Il faut un matériel agricole ; les gros l’ont. Qui a les meilleurs engrais, semences ? Ça, c’est dirigé contre les gros propriétaires ; il faut faire ce matériel en France. Il faut l’union des ouvriers et des paysans. Les coopératives agricoles se développent surtout dans le Midi viticole. Il faut employer des méthodes modernes ; or, en Seine-et-Oise, les dirigeants CGA gardent pour eux les machines, les semences, les engrais. Il faut proposer des réalisations pour l’amélioration du village et même les réaliser. Industrialisation de l’agriculture, centres professionnels pour la jeunesse agricole ; il faut des correspondants locaux et régionaux à la Terre ; Beauce, Midi, Brie.

Mardi 25 septembre 1947

  • 331 Le 25 septembre, Waldeck-Rochet rapporte devant le BP sur les paysans. Son intervention étant prévu (...)

500Il faut mobiliser le PC pour l’agriculture331. Les paysans nous identifient avec les socialistes et les dirigistes. Nous n’avons pas assez précisé notre attitude près de la CGA. Il faut parler national aux paysans. Les paysans ont de l’argent ; ils voudraient des marchandises, ils ne peuvent les acheter, ils ne voient plus d’issue. Dégradation des chemins vicinaux. Il faut un programme de rénovation agricole, des solutions pour les perspectives paysannes. Il faut des foyers ruraux avec des instituteurs communistes, cinéma l’hiver. Il faut augmenter les impôts des gros paysans. Nous avons proposé des primes au rendement des petits producteurs. On n’a pas compris la nécessité de faire un effort spécial pour le machinisme agricole. Il faut parler du franc, monnaie. Nous faisons des journées de machinisme agricole. On ferme les usines où l’on fait des machines agricoles, mais on fait venir de grosses machines américaines.

Vendredi 26 septembre 1947

  • 332 Paul Anxionnaz, né en 1902, secrétaire général du parti radical depuis 1936, a rejoint la France li (...)
  • 333 Le Bail, militant socialiste, député.
  • 334 Nicolas Petkov, chef du parti agrarien bulgare, démissionne du gouvernement de front patriotique, e (...)

501Paris-Lyon. Provocations, attentats. Aggravation de la tension internationale. Bidault jésuitiquement est avec les Américains ; il n’a pas dit un mot sur les réparations mais il a dit : « La Sarre en échange des réparations. » Bloc occidental. Discours d’Anxionnaz332, payé en dollars. Les Américains : « Comment travailler contre le communisme ? » Le Bail333, Anxionnaz, Eug. Thomas, ils croient à la guerre prochaine ou provocation. L’ennemi, c’est la Russie, ce sont les communistes. Il faut les réprimer. Ça va se développer. Diversion Madagascar, 35 millions, continuation de la politique de guerre coloniale. Affaire Petkov, diversion334.

502C’est la même politique que celle de l’Intelligence Service en Russie. On brûle les récoltes parce qu’on n’a pas épuré. Si nous avions pendu les Doriot ! Il s’agit de masquer leur refus pour la démocratie ; brouillard artificiel pour empêcher les masses de lutter pour la France. Il faut soutenir les revendications ouvrières à la tête des masses pour le pain. Laïcité, résolution des institutions.

Samedi 27 septembre 1947

503Lyon-Arles. Midi, boulevard des Lices, Café du Cours, 6 h, réception de la section. L’un des 15 secrétaires d’union locale socialiste adhère au PC.

Dimanche 28 septembre 1947

  • 335 Marcel Cachin préside la fête de la Fédération communiste des Bouches-du-Rhône.

504Arles, aux Arènes335, 3 h (Arles, 30 000 habitants). 11 h, réception mairie ; 3 h, meeting. 12 déportés non revenus dont le docteur Hambert, ancien maire mort en Allemagne. Jourdan, Godorich, Béraud sympathisants. Un socialiste, Charvot quitte la SFIO. 6 500 communistes, 3 400 socialistes, 3 700 MRP-radicaux. 7 000 syndiqués, 1 300 PC, 150 jeunes. Mairie, Front national. Arles-Genève par le Rhône (plan Monnet) ; pont Trinquetaille refait. Arles : 7 206 communistes, 3 000 MRP, 1 200 réac.

Lundi 29 septembre 1947

505Arles-Lyon. Lyon, Voix du peuple.

Mardi 30 septembre 1947

506Rien.

  • 336 Il s’agit, peut-être, de Mihaly Karolyi, membre de la grande famille hongroise des Karolyi de Nagyk (...)

507Notes : 10 h déportés ; 10 h 30-11 h, plaque sur 17 fusillés ; après-midi réunion publique. 5 octobre, Orléans, ce 13-14 ; 10 octobre, Limours. Mercredi 10 octobre, déjeuner Karolyi336 ; 10 octobre, avenue de Versailles ; 4 octobre, 1er arrondissement.

508Union générale des travailleurs tunisiens ; syndicaliste, nationaliste, intellectuels tunisiens, religieux, coranique ; 200 000, chef Fachal Ben Achour, Bourguiba, nationaux-socialistes. Prix et salaires, le cycle infernal ; la plus-value c’est la différence entre le travail effectué et le travail payé ; donc le rapport entre le salaire et le profit peut varier sans que le prix de la marchandise soit modifié ; donc le salaire peut augmenter et le profit diminuer ; on peut donc augmenter les salaires sans augmenter les prix. C’est encore aujourd’hui comme au temps de Proudhon et de Marx, mais depuis il y a eu les monopoles et l’impérialisme ; l’impérialisme tend à faire monter les prix pour assurer des bénéfices plus fabuleux aux monopoles qui ruinent les petits artisans et les salariés. En France, les bénéfices de 1946 sont de 25 à 30 % du capital engagé (queues de hausse de Menthon). Pour 25 sociétés capitalistes françaises, le capital passe de 122 millions en 1945 à 613 millions en 1946 ; donc il est possible d’augmenter les salaires. Mais les socialistes disent : « Et la SNCF, le gaz, l’électricité, les mines ? » Réponse : 1°) Il n’y a pas eu expropriation mais rachat, alors ces sociétés sont grevées de lourdes charges financières au profit des actionnaires (12 milliards). 2°) La plus-value des mineurs et ouvriers du service public (selon la thèse du taux moyen de profit) tombe de la masse de plus-value que se partagent l’ensemble des capitalistes. 3°) Les prix du charbon, transports sont au-dessous de la valeur des produits en service. Ils profitent aux capitalistes ; c’est l’État qui comble les déficits.

509En France, 500 000 commerçants de plus qu’en 1939. Hollywood : bruyant, prosaïque ; c’est un mot péjoratif ; il faut présenter le miroir à Caliban. Nous sommes sûrs de rentrer dans notre argent pour chaque film ; les meilleurs films sont secondaires ; les inférieurs, c’est d’une plate imbécillité ; pour les étoiles, le travail est abrutissant et épuisant. Hollywood rend banal tout ce qu’il touche. Les auteurs de scénarios lisent leur création ; les exécutants achètent et manipulent le texte à leur convenance, ils le stérilisent. Un film coûte 2 millions de dollars. L’industrie du film veut plaire à l’homme moyen ; les frais généraux du studio sont énormes ; l’importance de l’artiste disparaît ; on insinue le plus possible de détails scabreux, on dénature les œuvres dramatiques.

510Hollywood ne sera jamais un foyer d’art vivant, il sera toujours médiocre, de second ordre ; il est entre les mains de monopoleurs conservateurs ; aux États-Unis, on multiplie les films catholiques. Spellman traite l’Église américaine en businessman ; l’Église catholique fournit Rome de plus d’argent que tous les autres pays réunis ; elle veut contrôler cet argent.

  • 337 Frédéric Joliot-Curie (1900-1958), physicien, prix Nobel de chimie (1935), professeur au Collège de (...)

511Joliot-Curie, haut-commissaire à l’Énergie atomique337 ; la participation française à la physique nucléaire, Einstein, Langevin. Joliot-Curie se refuse à faire des recherches sur la fabrication de l’arme atomique. Il nous faut de l’uranium, de l’eau lourde, graphite, pour construire des piles. Il y a de l’uranium en France : on construit à Saclay les deux premières piles à uranium. On espère que l’on arrivera à éliminer l’arme atomique. Il faut des installations pour utiliser pacifiquement l’énergie atomique. Il y a un rideau d’uranium. Amérique, Angleterre [ill.].

512Canada monopolise l’uranium ; il faut trouver l’uranium en France. Nous sommes contre le secret des recherches en physique nucléaire ; la bombe atomique a créé une angoisse ; dans dix ans, nous pourrons faire tourner une centrale électrique à grande puissance. Une tonne d’uranium = 3 millions de tonnes charbon.

513Combien de bombes ? Six par mois, 96 stockées en 1946 ; démenti par le gouvernement des États-Unis ; il faut 2 000 bombes pour paralyser l’URSS. À Clinton près d’Oakridge, on prépare le plutonium à partir de l’uranium 238 ; 80 000 (?) ouvriers, l’usine a coûté 120 milliards de francs. Dans l’État de Washington, 60 000 ouvriers qui ne savent pas ce qu’ils fabriquent. À Los Alamos (Nouveau-Mexique) s’achève le montage des bombes atomiques. Espionnage, contre-espionnage très développé. Mise hors-la-loi des armes atomiques.

Quatrième trimestre 1947

Notes

514Le 19 septembre 1947, 854 milliards de billets, couverture 53. Geneviève Tabouis, France libre 19 septembre : si l’URSS envahit l’Europe ou l’Asie, 16 de nos 170 bombes atomiques anéantiraient les centres vitaux pétroliers et électriques de l’URSS. A Rio, Marshall s’est assuré les 21 voix de l’Amérique du Sud, plus 16 pays européens. Réserves d’or des États-Unis : 22 milliards de dollars. Au 19 septembre, l’Italie n’a plus que 45 millions de dollars (un mois d’achats), plus de blé, de charbon, de matières premières, chômage. Bidault fait dire : l’Italie et la France recevront 700 millions de dollars dans les six mois. Il y a 4 600 tonnes d’or dans les bas de laine français. Gémir, pleurer, prier est également lâche ; fais énergiquement ta longue et lourde tâche.

  • 338 Dans les notes qui suivent, on peut voir une allusion au discours prononcé par Vichinsky à l’Assemb (...)

515Vichinsky.338 – Les Anglos-Saxons ne veulent pas désarmer, d’où inquiétude mondiale ; les États-Unis ne veulent pas mettre hors-la-loi les armes atomiques ; l’aide à la Grèce et à la Turquie n’est pas dans la ligne des Nations-Unies ; vous voulez annihiler le Conseil de Sécurité et l’ONU ; vous voulez mettre le monde sous la domination des États-Unis ; les accusations contre l’Albanie, la Bulgarie, la Yougoslavie sont sans fondement ; vous faites la course aux armements ; vous faites la propagande pour la guerre, c’est un crime ; il faut désarmer ; vos capitalistes veulent la guerre pour faire de nouveaux profits ; vos préparatifs ont passé le stade de la propagande.

516Les États-Unis aident les pays à condition qu’ils renoncent à leur indépendance douanière, qu’ils chassent les communistes du gouvernement (?), qu’ils reprennent les munichois, qu’ils renoncent aux nationalisations, qu’ils réalisent le bloc occidental contre l’URSS, qu’ils réalisent des économies sur les assurances sociales, qu’on contrôle leurs dépenses. Wallace, Young, Anna Domer, Straight Baldwin.

517Roosevelt à Yalta voulait refaire une Europe démocratique. Les États-Unis sont en Méditerranée et dans l’Arctique ; ils ont accaparé le pétrole brésilien comme celui du Moyen-Orient. Les Canadiens protestent contre l’occupant américain. Les États-Unis, pour arrêter les progrès du communisme, doivent donner l’impression d’un pays qui sait ce qu’il veut, qui résout les problèmes de sa vie intérieure, qui peut accepter les responsabilités d’une puissance mondiale, qui a une vitalité spirituelle assez forte pour diriger les courants idéologiques de l’époque.

518L’Éclair de Hiroshima. Ne mettez pas la République sous le patronage de la [ill.]. La démocratie, c’est de servir les intérêts des plus pauvres (Condorcet).

519D. Nahum. – L’Angleterre vacille sous le fardeau ; le peuple de l’orgueil sera couché dans la poussière ; le réveil de l’Amérique change la face du monde. Angleterre : optimisme injustifié, inaptitude à se décider : manque d’esprit d’analyse ; 1917-1939, ils ont favorisé l’Allemagne ; ils recommencent ; échec en Grèce, en Palestine, aux Indes ; leur instruction populaire est faible. S’il y a une guerre, la France deviendrait l’objectif normal des puissances européennes, la cible de la défense aéronavale et terrestre anglo-saxonne ; son territoire serait occupé, sa population détruite. URSS, masse humaine inépuisable, 50 % des réserves minérales du globe. Il ne faut pas jeter l’enfant avec l’eau sale.

520400 000 prisonniers allemands en France : 190 000 dans l’agriculture, 53 000 dans les mines, 28 000 dans le bâtiment, 11 000 dans la métallurgie, 6 000 sur les barrages. Patton a reproché à Montgomery d’avoir songé avant tout à prendre des positions économiques et à y subordonner les opérations militaires. Les Américains n’ont jamais dit leur plan de débarquement à de Gaulle. Ercoli à Alger : surtout pas de rupture ministérielle. Parti américain isolé et son appui le parti socialiste.

521Aux États-Unis, grèves, crise menaçante, baisse de la production, difficultés d’exportation ; expansionnisme pour la guerre, poursuites contre les syndicats.

522De Chagny à Dijon, Montchanin, Meinsault, Volnay, Pommard, Beaune, Nuits-Saint-Georges, Corton, Magny, Comblanchien, Vosne Romanet, Gevrey Chambertin, Clos Vougeot, Chambole Misigny, Morcy Saint-Denis ; Eugène Briganti, Bourse du Travail, Arles. Quatre listes dans Paris : il faut en faire d’autres ; 380 (?) communes ont plus de 9 000 habitants, 462 communes de la Seine voteront à la proportionnelle. Les Allemands sont grands producteurs de sucre, et on leur en envoie !

Octobre

Mercredi 1er octobre 1947

  • 339 Guy La Chambre sera élu député d’Ille-et-Vilaine en 1951, réélu en 1956.

523L’Église reste au MRP, elle est méfiante envers de Gaulle. Pas d’aide américaine avant 1948. Tanguy Prigent : j’ai demandé du blé à l’URSS ; elle ne m’a pas répondu : l’Amérique nous donnera 6 millions de quintaux en 1947. Les pendules anglaises ne sont pas réglées sur l’heure européenne, mais sur l’heure américaine. Dans le Nord, 480 listes sur 500 communes. Renforcement de la pression anticommuniste dans la France. Les gaullistes absorbent le PRL et le Rassemblement des gauches ; glissement du Rassemblement des gauches vers le rassemblement gaulliste, Daladier, de Gaulle, La Chambre339, Anxionnaz. Le RPF viendra souvent après nous. De Gaulle, c’est PRL + Rassemblement des gauches. À Paris : communistes 400 000, SFIO (?) 64 000, MRP 323 000, Rassemblement des gauches 147 000, PRL 216 000, Rassemblement des Gauches + PRL = 363 000. Exclusion des communistes dans les Conseils généraux = ordres de D. Mayer ; beaucoup de socialistes sont embarrassés à propos de l’unité communiste = dans beaucoup de communes, nous avons 100 voix aux législatives et pas de cellule.

Jeudi 2 octobre 1947

  • 340 Les listes des candidats communistes aux élections municipales, dans le département de la Seine, so (...)
  • 341 Roger Roucaute, né en 1912, employé, militant communiste du Gard, résistant. Élu suppléant au CC du (...)
  • 342 Wilhelm Pieck (1876-1960), membre du CE de l’IC et dirigeant du KPD sous la République de Weimar, p (...)

524Têtes de liste à Paris = faibles340 ; le PC gagnera dans les centres industriels, le bloc se fera comme dans les Alpes-Maritimes ; on va attaquer les nationalisations et les assurances sociales ; les socialistes sont prisonniers de la réaction. Nous sommes à l’offensive ; il faut qu’on le comprenne ; un contre tous ; grâce à leur loi, nous prendrons quelques maires mais nous aurons beaucoup d’élus et nous serons les premiers dans beaucoup de villes. Roger Roucaute341, accueil chaleureux, Hollande, Belgique, Hongrie, URSS, Luxembourg ; les Anglais ont le visa. Nous avons dit : nous voulons saluer ceux des Allemands qui reconnaissent les réparations. Je n’ai pas parlé en public. Les Russes voulaient que nous participions au Congrès. J’ai logé chez Pieck342. Autorités soviétiques au Congrès. 1 114 délégués dont 206 de l’Ouest ; pas de jeunes ; ligne générale : édification de l’Allemagne démocratique, responsabilités allemandes, réparations, unité ouvrière antifasciste, unité de l’Allemagne. Francfort, nouvelle capitale allemande ; démocratisation, nationalisations, réforme agraire, réforme administrative, planification nationale. Schumacher est pour les deux Allemagnes. Ceux de la Ruhr ont dit : il y a eu grève, or l’Humanité a mal interprété la grève.

Vendredi 3 octobre 1947

525Parti socialiste unifié : 1 800 000 adhérents ; la jeunesse a été quinze ans hitlérienne, c’est pourquoi il y a peu de jeunes dans les organisations de jeunes : quatre millions de syndiqués. Il faut aider toutes les oppositions allemandes contre l’impérialisme anglo-saxon. Nous avons renoué les contacts, ils sont contents ; la prochaine fois, nous ferons un peu plus. La Sarre, nous en recevons du charbon, il faut la nourrir.

  • 343 Le compte rendu des discussions, lors de la séance du 3 octobre du BP, n’étant pas consultable, il (...)

526Benoît Frachon. – Nous avons été trop parlementaires343 ; si on nous appelle au gouvernement, ce ne peut être que anti [ill.] ; le 1er octobre, discussion des salaires et prix ; nous n’avons pas décelé l’impérialisme américain.

Samedi 4 octobre 1947

5271er arrondissement, Les Halles, 3, rue de la Jussienne. Ambassade de Yougoslavie, déjeuner. Le discours de Bidault à l’ONU, le 20 septembre, défend tous les objectifs des États-Unis en Europe. Pas même une allusion polie et conventionnelle à l’URSS ; les États-Unis ne veulent pas toucher à l’indépendance politique ou économique de la France.

528Venezuela : du pétrole dans tout le pays, exporté à 96 % ; les États-Unis produisent 60 % du pétrole du monde, puis le Venezuela, puis l’URSS ; le pétrole vénézuélien est à la Standard Oil (53 %), à la Shell (31 %) et à la Oil Company (19 %).

529Autos : 2,5 millions en 1938, 3 millions en 1946 ; 360 000 en Angleterre, 65 000 en France au lieu de 215 000 en 1938, 19 000 en Italie.

Dimanche 5 octobre 1947

530Orléans, 10 h. 10 h déportés, 10 h 30, déportés, 11 h plaque 17 fusillés, 10 h 30 hommage aux 17 fusillés, 16 h meeting. Ville d’Orléans novembre 1946 : 8 771 communistes, 5 239 socialistes, 9 423 Rassemblement des gauches, 8 000 MRP, 3 127 PRL. Il y a eu un courant liquidationniste pour les élections municipales et en même temps passivité et sectarisme : pas d’esprit politique, repli du Parti sur lui-même. A Paris, 500 000 discours de Maurice Thorez, 900 000 programmes. Tout faire pour que de Gaulle ne soit pas premier à Paris ; RPF + radicaux + PRL partout ; nous allons répandre le projet.

Lundi 6 octobre 1947

531Karolyi-Eroë, 13 h, légation de Hongrie. Walter Lippman, 11 h, Humanité. 1935 dernier congrès de l’IC, 1943 dissolution de l’IC. Il ne faut pas perdre les pédales.

532Sarre : les communistes sarrois seuls ont voté contre Hitler : Kosman est un pangermaniste ; l’archevêque de Trèves est un naziste ; nous demandons le rattachement de la Sarre à la France, mais non politiquement. Pas d’annexion ; on nous donne ce qui nous appartient déjà.

533Les socialistes se refusent partout à l’unité avec les communistes. Ils sont démoralisés ; comités populaires de quartier ; 14 millions de souscription le 5 octobre ; bons programmes paysans ; laïcité, salaires, ravitaillement, logement, Sécurité sociale, petits commerçants, impôts ; Union des républicains et des résistants ; neuf femmes têtes de liste dans les villes de plus de 9 000 habitants ; 15 femmes têtes de liste dans la France. Listes communistes dans toutes les communes de plus de 1 000 habitants. PRL et radicaux se rassemblent de plus en plus ; rassemblement des anticommunistes.

Mardi 7 octobre 1947

  • 344 Préparant les élections municipales, Maurice Thorez prononce une série de discours en province. Le  (...)
  • 345 Le BP du 3 octobre « approuve la décision de la Fédération de la Seine de placer sur notre liste du (...)

534Nous sommes sur le plan national ; le PC a des auditoires considérables344, auditoires attentifs ; plus on attaque les communistes, plus on les désigne comme les meilleurs ; les socialistes à Paris ne sont plus dans la course ; autour de De Gaulle : vichyssois, Laval, munichois, daladiéristes, réactionnaires, traîtres ; autour de nous : Satragne, radical anti-Daladier345 . 40 % d’augmentation des prix, pas d’augmentation des salaires, c’est Blum. Alliances à la chaîne entre PRL et socialistes. Dans la Haute-Vienne, pas de candidats MRP au Conseil général.

Mercredi 8 octobre 1947

  • 346 La « déclaration des Neuf », texte officiel adopté à l’issue de la conférence de Szklarska Poreba d (...)
  • 347 L’éditorial du Monde, du 7 octobre, affirme que « ceux qui refusaient d’admettre que le monde est d (...)
  • 348 Pietro Nenni, né en 1891, socialiste italien, secrétaire général du parti socialiste italien (PSI), (...)

535Emprise de l’impérialisme américain en France. Le Manifeste des 9 a frappé en plein visage346. Quels furent les commentaires ? On escamote le fond du problème, c’est-à-dire l’impérialisme américain contre l’indépendance des peuples. On parle de Cinquième colonne, du Komintern347. Or, les socialistes, les MRP, les banquiers se réunissent comme nous. Contre les deux blocs. On nous accuse de nous mettre au service d’une conspiration de l’étranger. Les Anglais disent : « Il faut tenter de réunir États-Unis et URSS ; il faut que l’Angleterre se rapproche de l’URSS. » Fierlinger fait des réserves sur les 9. Nenni-Ziliacus348, les Polonais sont bons. Les socialistes français sont tous d’accord sur la politique extérieure ; ils cachent leurs positions pro-américaines ; ils disent qu’il faut être international. Pour répondre à Verdier, il faut accentuer l’attaque contre l’expansionnisme américain qui veut liquider les nationalisations par étapes et la Sécurité sociale. Les impérialistes américains méprisent les socialistes anglais et français ; ils veulent des équipes plus réactionnaires. Il faut la paix ; [ill.] a attaqué l’URSS et a fait son choix ; les Américains se demandent si l’envoi des armes aux Européens ne servira pas aux Russes un jour. Les chefs socialistes essaient de soulever les socialistes de base contre nous : il y a des provocations dans toute la presse.

Jeudi 9 octobre 1947

  • 349 Le 8 octobre, l’Humanité publie, sous le titre « Pour la paix, malgré les expansionnistes », un art (...)
  • 350 Le BP du 9 octobre a deux points inscrits à son ordre du jour : les élections municipales, avec rap (...)

536La Voie du peuple. [sic] 15 h 30, 62, rue Lepic, vieux travailleurs. Les États-Unis veulent se servir de l’Allemagne comme base, donc l’URSS demande la fin de l’occupation américaine en Allemagne. Attaques de la réaction : répression anticommuniste, amnistie pour Vichy. Vichynski349 et la déclaration sont à l’offensive ! Et c’est bon. Il faut parler de l’indépendance française350 : il faut enlever le masque démocratique aux Américains. Pourquoi les Fronts populaires se sont-ils effondrés avant la guerre ? Parce qu’il n’y avait d’accord qu’au sommet : il fallait des comités de base élus par les masses ; et après la guerre, ce fut la même chose pour le Front national ; nous n’aurions pas pu faire comme en Yougoslavie, mais il fallait organiser les FFI et agir ; on nous a minimisés parce que nous n’étions plus que [ill.] et que nous avions suivi de Gaulle : nous avons accepté de nous unir avec les partis au sommet ; il fallait des comités de base. C’est aussi le cas de la CGA. Nous sommes seuls, mais si nous avons les masses ? Nous voulons un gouvernement avec pour les communistes un rôle déterminant, prépondérant, c’est-à-dire que nous ne serons plus des otages.

Vendredi 10 octobre 1947

  • 351 Marcel Cachin préside une réunion organisée par la Fédération communiste de la Sarthe, pour les éle (...)
  • 352 Il s’agit, peut-être, d’Henri Ledru, né en 1901, syndicaliste, membre de la CGT avant la guerre, ré (...)

537Le Mans, Maison sociale351. Manceau, Bry. Nous devons avoir les forces ouvrières et patriotiques et démocratiques ; il faut des comités de base : comités de base, comités de quartiers, comités d’usines. Au Mans ; Carré, Ledru352, Aurore : [ill.] Union départementale communiste. La Banque de France élève le taux du loyer de l’argent ; la production baisse ; la circulation est à 874 milliards.

538[3 pages illisibles, 10, 11 et 12 octobre]

Lundi 13 octobre 1947

539La déclaration des 9 : il faut défendre l’indépendance nationale et la souveraineté de notre pays. Il faut se mettre à la tête des forces de l’indépendance nationale pour lutter contre le camp impérialiste (États-Unis, Angleterre, socialistes de droite). Il y a désir des impérialistes de déclencher la guerre. Il y a loin de là à la possibilité de l’organiser ; les peuples ne veulent pas la guerre ; ils doivent comprendre qu’ils sont très forts ; ils peuvent s’unir, résister aux plans d’impérialisme et d’agression ; il faut unir toutes les forces démocratiques et patriotes des peuples. Les Américains veulent placer l’Europe occidentale sous leur dépendance ; ils veulent reconstruire une Allemagne agressive ; ils veulent empêcher les nations occidentales d’Europe de commercer avec l’Est ; ils veulent venir se battre en Europe qui sera par eux vouée à la destruction. Il y aura une crise en Amérique ; il y aura un effondrement du capitalisme européen ; le plan Marshall est irréalisable ; les Américains ne peuvent reconstruire l’Europe et l’Asie ; les peuples européens ne peuvent pas se fédérer économiquement.

Mardi 14 octobre 1947

  • 353 James Forrestal (1892-1949), homme politique américain, sous-secrétaire d’État à la Marine (1940), (...)
  • 354 Averell Harriman, ambassadeur des États-Unis à Moscou, en 1944-1945, dirige, en 1947, la commission (...)

540Épinettes ; Batignolles. Les frères Alsop [ill.] effraient les Américains. Les V2 et les A10, fusées à relais, pourraient anéantir New York. Commentateur micro américain, Walter Winchel, ami de Forrestal353, ministre de la Guerre des États-Unis : les Russes préparent la guerre à microbes et atomique ; il n’y aura pas de déclaration de guerre ; 50 millions d’Américains des côtes atlantiques pourraient mourir en une seule nuit. Joe Alsop tient le même langage. Pendant ce temps, l’URSS cherche un compromis avec les États-Unis pour Londres. Est-ce que l’Amérique est toujours maîtresse de ses voix à l’ONU ? Harriman354, secrétaire au Commerce : nous avons fourni à la France sept fois plus de blé que les Russes ; les socialistes français défendent contre le communisme la liberté, la dignité de l’individu, la constitution, il faut pour les États-Unis une attitude constructive ; félicitations aux Russes pour l’envoi de blé en France. Le gouvernement fait ce que veut de Gaulle ; Luizet a été écarté parce qu’il ne voulait pas mettre des socialistes partout à la tête de la police.

Mercredi 15 octobre 1947

  • 355 Garcia est secrétaire de la Fédération CGT des transports. La grève a été votée à l’assemblée génér (...)
  • 356 Jules Moch, comme ministre des Transports, est l’interlocuteur de la CGT-Transports.
  • 357 Albert Louis Bouzanquet (1897-1971), fonctionnaire, militant socialiste, secrétaire général de la C (...)
  • 358 Robert Bothereau, secrétaire adjoint de la CGT dans les années 1930, résistant, participa à la reco (...)
  • 359 Un appel du PCF, soutenant la CGT et les grévistes du métro, est rendu public le 16 octobre.

54118e, Guadeloupe, Choisy. Garcia disait : pas sûr que les métros veulent la grève355 ; B. Frachon lui a fait comprendre qu’il fallait généraliser. Le syndicat autonome est dirigé par un fasciste. Moch356 avait favorisé Clément ; nous avons repris l’affaire en main ; c’est une attaque contre la CGT. Blum : le moment de la lutte est venu car il faut battre la CGT, c’est-à-dire le communisme. Nous pouvons vaincre car nous avons les forces et du calme ; on a réuni l’intersyndicale des Services publics : 150 000 ouvriers qui ont les mêmes revendications ; pas de grève avant lundi ; on veut aller à la grève générale. Nous avions dit : ce sera pour octobre ; mais la vie monte, il faut une allocation provisionnelle ; il faut changer le salaire tous les trois mois pour l’adapter au prix de la vie. Pas de faiblesse au Bureau confédéral ; Bouzanquet357 réservé mais Bothereau358 et Delamarre bon esprit. Préparons lundi ! Nous avons dit au gouvernement : pas plus loin359 ! On va à une grande bataille ; il faut vaincre. Les chrétiens sont avec nous ; au comité central de grève, syndicats chrétiens et un autonome et des non-syndiqués. Dans les usines, on se réunit pour poser les revendications ; c’est la démocratie syndicale ; il y a une montée générale du mouvement ouvrier ; il y a une grande préparation des esprits, de la police contre nous.

Jeudi 16 octobre 1947

  • 360 Cette réunion électorale dans le XVIe arrondissement, avenue de Versailles, a pour protagonistes Ma (...)

542Suresnes, avenue de Versailles360. Nous sommes les défenseurs de l’honneur national, de l’intérêt national. De Gaulle + Teitgen + Blum anticommunistes. 469 villes de plus de 9 000 habitants. Nous avons 20 000 élus sortants du PC. Quinze listes socialistes-communistes dans la Sarthe, dix dans les Hautes-Pyrénées.

Vendredi 17 octobre 1947

54313 h. Vieux du 2e arrondissement, 17 h (camarade Noailly).

Samedi 18 octobre 1947

  • 361 Autre meeting électoral, dans le Ier arrondissement.

544Les Halles, rue de La Bourdonnais361. Le 9e rue Hippolyte Lebas.

Voix communistes à Paris en novembre 1946 :

18e 46
 600
38 700 en 1947
20e 000
39
325 000
15e 300
36
31 600
11e 000
36
28 800
13e 34
 000
27 500
19e 29
 600
24 500
14e 28
 500
23 300
12e 24
 000
20 700

545Humanité tirage 460 000. De Gaulle veut le régime consulaire.

Dimanche 19 octobre 1947362

  • 362 Premier tour des élections municipales.
Novembre 1946 à Paris Octobre 1947 à Paris
400 600 communistes 319 000
390 000 PRL +
Rassemblement des gauches
322 000 MRP
164 000 socialistes 20 300
En banlieue En banlieue
439 000 communistes 386 000
209 000 MRP
163 000 PRL + rassemblement des gauches
150 000 socialistes 104 000
Seine Seine
839 000 communistes 70 500 communistes
530 000 MRP
550 000 PRL + rassemblement des gauches
310 000 socialistes 207 000 socialistes

546L’intergroupe des gaullistes va se renforcer à la Chambre. Herriot va prendre position : coup d’arrêt au communisme ; perte de vitesse. Gaullisme : explosion de tous les mécontentements. Vichysme triomphant, barrage contre le communisme, cristallise les éléments instables.

Lundi 20 octobre 1947

  • 363 L’article 51 de la Constitution du 27 octobre 1946 stipule que : « Si, au cours d’une même période (...)
  • 364 Georges Gorse, collaborateur du général Catroux avant la guerre, membre du cabinet du général de Ga (...)
  • 365 Léon Blum prononce, le 16 octobre, un discours sur la « 3e force ».
  • 366 Un appel du PCF rendu public le 21 octobre précise que « s’ils étaient unis, les socialistes et les (...)

547On ne peut dissoudre la Chambre qu’en mai et il faut qu’il y ait eu deux crises ministérielles363 ; la majorité gouvernementale est disloquée. Gaullistes : 38 % des suffrages, PC 31 %, SFIO 20 %, MRP 10 %, PC+ SFIO + MRP 62 %. Les gaullistes, des faillis, des imbéciles, des démagogues. On prédisait l’écrasement du communisme (un MRP) ; c’est le MRP qui est atteint ; de Gaulle en tête, les communistes après, les autres nulle part. La victoire de Gaulle non aux dépens du communisme, mais des autres formations réactionnaires. Que vont faire les 162 députés MRP désavoués ? Gorse364, Le Trocquer, Lacoste avec de Gaulle ? Ce serait la caution républicaine. Delamarre au [ill.] à la mairie ; il faut éliminer les grèves. Il faut que les socialistes et le MRP fassent la troisième force365 ; il faut faire le bloc républicain366. L’état actuel du gouvernement de l’Assemblée ne correspond plus à l’esprit public ; si la Chambre refuse sa confiance à Ramadier, Auriol appelle de Gaulle. La représentation proportionnelle est compromise par la défaite du MRP. A Nancy, pas un socialiste. Pertes communistes : 71 000 Paris, 40 000 en banlieue. À Lyon, les socialistes disparaissent, pas 5 %. Somme : nous gagnons à la comparaison.

Mardi 21 octobre 1947

548BP mercredi. Nous tenons nos positions avec quelques pertes. Dans plusieurs départements, listes socialistes bloquent les réactionnaires. Pas-de-Calais, Haute-Vienne, Var, Allier, Gard, Nord. Haute-Vienne, gains sur 1946, gains de voix, 5 000 voix de plus, la droite a voté pour les socialistes dans 198 communes ; nous perdons 300 voix à Limoges, [ill.] dit : si on avait fait comme en France, il n’y aurait plus de péril communiste. Aisne : alliance communistes-socialistes. Nous pourrions avoir le maire dans 69 villes de plus de 9 000 habitants. Plan général : battre le communisme, appel à la peur, l’égoïsme, dictature ; on a été à l’anticommunisme le plus conséquent ; on a essayé la grève des transports à Paris. Le PC s’est bien tenu ; nous sommes le premier Parti ; le RPF n’est pas un parti mais une réunion de partis. Pas de défaite communiste ; le communisme est le seul parti contre de Gaulle. De Gaulle est soumis à l’Amérique, or la Russie nous est indispensable. De Gaulle fonde sa politique sur la perspective de guerre. Nous avons consolidé nos forces pendant la campagne. Le parti socialiste est affaibli malgré ses alliances réactionnaires ; derrière de Gaulle, toute la réaction ; des résistants sont inquiets ; la base socialiste est inquiète : le MRP est inquiet.

Mercredi 22 octobre 1947

  • 367 L’essentiel des décisions du BP, lors de la réunion du 22 octobre, porte sur la lutte contre de Gau (...)
  • 368 Le BP du 22 octobre décide de « démasquer l’idée de l’existence d’une troisième force qui s’opposer (...)
  • 369 Le BP du 22 octobre décide de « développer l’idée de crainte que de Gaulle inspire et le représente (...)

549Gaullisme, néoboulangisme367. Les socialistes préparent des manœuvres ; nous n’avons pas fait appel aux socialistes ; ils auraient répondu négativement, mais les fédérations communistes peuvent prendre contact avec les socialistes, même avec le MRP quoiqu’il ait été révisionniste, mais il est contre le pouvoir personnel. Il faut donner des [ill.] d’adjoint aux socialistes ; il faut s’adresser à la base socialiste ; il faut montrer la responsabilité des socialistes et MRP dans le succès gaulliste. Dénoncer le tiers parti, la troisième force PS-MRP368, le centre. Rassembler les démocrates contre de Gaulle. Le RPF va flatter les socialistes à Marseille. Excellente déclaration de Jouhaux. Après le deuxième tour, quoi ? De Gaulle ne veut pas être président du Conseil tout de suite avec la Chambre actuelle ; il veut attendre et faire éclater la Chambre de l’intérieur par des démissions : de Gaulle veut utiliser les voies légales car il fait peur : il faut le présenter comme l’homme du coup de force369. On peut dissoudre l’Assemblée en liquidant la constitution Pleven ; place à un gouvernement de transition pour ouvrir la porte à de Gaulle. Mener la campagne contre de Gaulle, contre un gouvernement de transition ; montrer la gravité de la situation. Nous avons la classe ouvrière, base ouvrière, solide pour la démocratie.

Jeudi 23 octobre 1947

550Il n’y a eu qu’un rassemblement de la réaction non son renforcement. De Gaulle agent de l’impérialisme étranger. La [ill.] est dès aujourd’hui gaulliste. Nous avons maintenu nos positions avec quelques pertes. Le pays glisse à droite vers le fascisme. Nous consolidons le PC mais il faut grandir ; il faut regrouper les forces démocratiques ; il y a des forces fascistes chez de Gaulle, les gros capitalistes et la droite du parti socialiste (Haute-Vienne). Il faut un Front national pour la reconstruction du pays, recréer l’enthousiasme pour la production. Les socialistes sont pour la troisième force, le centre ; ils veulent des mairies. Dans la Seine, ils ne veulent pas que nous fassions un appel commun pour la fédération ; à Puteaux, ils présenteront un maire socialiste, [ill.] ailleurs ils s’entendent avec les communistes. Il faut accepter des adjoints socialistes là où nous sommes les premiers ; quelques MRP veulent l’unité démocratique. Dans le Nord, nous allons perdre dans les villes de 9 000 habitants sauf Halluin. Les socialistes disent : on présentera des maires partout pour affirmer la troisième force, le centre. Dans le Nord, nous avons gagné dans les petites communes mais perdu dans les grandes villes. Dans le Nord, beaucoup de coalitions des socialistes avec la droite. Après les élections, les ouvriers se serrent autour de nous. Les socialistes : nous sommes la troisième force entre droite et gauche pour sauver le pays. Les socialistes s’éloignent de plus en plus de nous : ils sont prêts à tout contre les communistes.

Vendredi 24 octobre 1947

  • 370 Les propositions du PCF relatives à des accords avec les socialistes pour le deuxième tour des élec (...)
  • 371 L’Humanité publie, le 24 octobre, un article d’André Carrel, intitulé « De Gaulle, espoir des 200 f (...)

551Les socialistes vont aller à de Gaulle370. Defferre, Thomas. En Algérie, Messali gagne ; le PC algérien avec le Manifeste, les socialistes. ’Nous sommes dans le bloc de la paix contre le bloc de la guerre. Les socialistes sont avec Blum anti-communistes. Les unitaires sont très peu nombreux. Le gaullisme, ce n’est ni le fascisme, ni le bonapartisme, ni le boulangisme ; c’est autre chose. Nous avons subi un choc rude français et international ; nous avons tenu ; c’est la chose frappante ; le danger est grand mais il y a donc possibilité [ill.] puisqu’il y a un parti solide ; un rempart ; il y a un barrage. Cela dit le regroupement réactionnaire est sérieux, il y a un mouvement de caractère fasciste, le pouvoir personnel, aventure, coup de force ; il faut dire de Gaulle danger pour la République. Les 200 familles sont gaullistes371 ; la réaction vichyste est gaulliste ; contenu social le capitalisme réactionnaire ; l’Église, la dernière semaine pour de Gaulle ; le Pape avait Taylor : il faut de l’ordre et de la force. Dans l’administration, l’armée et la police, il y a des gaullistes qui sont renforcés ; ils n’ont pas encore réuni toutes leurs forces.

Samedi 25 octobre 1947

  • 372 L’Humanité publie, le 24 octobre, un article dénonçant la « collusion socialistes-RPF : dans la plu (...)
  • 373 Le BP du 22 octobre décide, au sujet de la déclaration des Neuf, de démontrer qu’il « ne s’agit auc (...)

552Et tout le gaullisme est en fonction de la situation internationale, un approfondissement de la lutte des classes internationales, mais les forces [ill.] restent grandes ; en 1852 les ouvriers n’avaient plus confiance, mais aujourd’hui les ouvriers ont confiance en nous. Il faut une critique très vive contre le gouvernement et les socialistes. Il faut se battre contre Blum ou Pivert372 ; il faut afficher à Paris pour le second tour. La réaction se bat toujours sous des couleurs réelles de profit. On dit : choisissez, ou les communistes ou de Gaulle. Non, il faut dire : entre Résistance et vichysme, entre l’indépendance nationale et les États-Unis. La 3e force balance, ni réaction ni révolution ; elle aboutit à affaiblir la démocratie ; Jouhaux l’a montré : 3e force = division ouvrière ; la 3e force d’ailleurs est écrasée. Notre bloc n’est pas oriental373. La puissance de l’État est aux ouvriers en Russie. Rassemblement des masses, comités de base, mobilisation pour les intérêts ; défendre le cinéma, l’automobile française ; la machine agricole [ill.] laïcité, la CGT, le cartel laïc. Un gouvernement démocratique avec un programme, celui de la CGT.

Dimanche 26 octobre 1947374

  • 374 Deuxième tour des élections municipales.
  • 375 Le 25 novembre doit s’ouvrir, à Londres, une conférence sur l’Allemagne, réunissant les quatre mini (...)

553Article 3 de la loi de 1884 (Soustelle et de Gaulle) contre les syndicats ; ils veulent réélire le Conseil de la République ; le faire élire par les conseils municipaux. Reçu hier le correspondant du journal socialiste de Varsovie ; il blâme vigoureusement les socialistes français et leur lutte contre le communisme ; surtout la droite et aussi la gauche ; il me dit que les socialistes et communistes s’entendent très bien en Pologne. Plan Marshall : mobilisation des ressources européennes pour les buts agressifs de l’impérialisme américain ; faire un traité franco-anglo-américain avec l’Allemagne sans l’URSS. Les Russes le 25 novembre proposeraient le retrait des troupes d’Allemagne (pour tous les Alliés)375.

Lundi 27 octobre 1947

  • 376 Dans un discours prononcé le 27 octobre, de Gaulle demande la dissolution de l’Assemblée nationale (...)

554Appel de De Gaulle376. Les Américains : de Gaulle est le dirigeant inévitable ; c’est la lutte ouverte contre les communistes, mais que de Gaulle évite Coblentz ; Ramadier n’est qu’un expédient temporaire. Les Américains : l’ONU doit être une filiale du Département d’État qui prétend à l’hégémonie mondiale. Mais nous ne vivons pas l’ère de l’Amérique ; nous vivons l’ère de la démocratie populaire. De Gaulle doit trouver des solutions pratiques aux problèmes posés et une équipe pour les réaliser. De Gaulle : révision rapide de la Constitution (projet soumis au référendum), dissolution de l’Assemblée, nouvelles élections directes majoritaires. Les grands jours de l’Histoire, les moments de l’Histoire. Le monde est entré dans la voie des dénouements historiques ; entre ceux qui veulent la guerre et ceux de la Paix, entre ceux de la réaction et ceux du Progrès.

Mardi 28 octobre 1947

555Il faut trouver à de Gaulle une gauche ; les socialistes sont prêts : l’Assemblée actuelle est morte ; la 3e force inexistante ; de Gaulle sera vite au pouvoir ; le socialisme sera sa gauche ; il l’a prouvé au choix des maires. Après l’élection : le PC se maintient un tiers des Français, de Gaulle inquiète, le PS et le MRP battus ; 3 993, 30, 64 % des communistes, 3 762, 22 % de gaullistes. Notre progression constante depuis la Libération. Le gouvernement Ramadier a une politique catastrophique qui a servi de Gaulle, le fasciste, chauvin, parti des banquiers et vichystes et aussi des classes moyennes. PS, 10 % dans la Région parisienne, élus par les réactionnaires dans les mairies ; l’appui catholique a manqué au MRP ; le 8 septembre, la Pape dit : « Il faut agir » ; le 9 octobre : la force pour la défense de l’ordre. (15 millions de quintaux de blé soviétique.) Nos exportations diminuent : prix français trop chers, diminution du pouvoir d’achat partout. En Indochine : 15 000 morts, 40 000 blessés, 80 milliards de francs ; l’occupation n’est qu’un leurre et un fardeau. Jusqu’au 1er janvier, on pourra acheter les marchandises étrangères rigoureusement essentielles. Mais en 1948 ?

Mercredi 29 octobre 1947

556CC. 120, rue Lafayette. Approfondissement de la lutte des classes. Les 9 ont montré ces changements dans le monde depuis la Deuxième Guerre mondiale. La victoire soviétique a prouvé la supériorité de l’homme soviétique ; le capitalisme a été atteint ; tout l’Est européen quitte le capitalisme ; le capitalisme est affaibli en Angleterre [ill.]. L’Empire britannique se disloque. Crise générale de l’impérialisme. Il y a encore plus d’inégalité dans le développement des pays capitalistes. Aux États-Unis [ill.] plus d’isolationnisme, visées hégémoniques ; cela se heurte à l’Union soviétique et aux ouvriers américains. Il y a des changements internationaux, nouveau regroupement d’États :

5571) impérialistes réactionnaires antidémocratiques contre les ouvriers ;

5582) démocratie nouvelle anti-impérialiste. Le fils Roosevelt a dit que

559Churchill a repoussé le deuxième front et qu’il avait voulu s’assurer en Europe des conditions d’agression antisoviétiques ; le plan Marshall dirigé contre l’Union soviétique et le communisme, contre l’indépendance française ; relever l’Allemagne avant la France ; il nous refuse l’acier, base de toute force et indépendance ; nous payons en dollars le charbon amené de la Sarre et de la Ruhr.

Jeudi 30 octobre 1947

  • 377 Après remaniement de son gouvernement, le 22 octobre (Philip, Tanguy-Prigent, Moutet sont écartés), (...)
  • 378 Réuni le 29 octobre, le bureau confédéral de la CGT appelle « dans les entreprises et les localités (...)

560Vote pour Ramadier377. Avril 1946 : Blum-Byrnes ; on a disloqué le plan Monnet ; le cinéma français est à l’agonie, désagrège la France. La France est une tête de pont pour l’Amérique. Bridges : « Il faut maintenir les communistes hors du gouvernement. » Blum idéalise les ambitions hégémoniques des États-Unis : il parle de deux blocs : il y a les démocraties et les impérialistes ; la 3e force est la division ouvrière ; les phrases de gauche couvrent la politique de droite ; il ne faut pas sous-estimer nos forces ; aggravation de la crise de la démocratie quand les communistes sont le premier parti ; la faiblesse du front populaire ; il n’était qu’une union des sommets ; le Front national seul a [ill.] d’abord, puis il a cédé ; il faut l’action : Comités de défense de la République : il faut un gouvernement démocratique déterminé par le PC. Comités de défense à partir de la classe ouvrière378. Le secrétaire du Bâtiment de Moselle. 85 000 abstentions à Lyon ; pas 5 % aux socialistes ; MRP effondré. 5 500 syndiqués à Villefranche, nous avons 900 voix le 19 octobre. Le parti américain est sur la défensive par notre action.

Vendredi 31 octobre 1947

561Nous n’avions pas vu assez tôt le changement de la situation internationale. Changement de la situation internationale : formation de deux camps par l’impérialisme américain. C’est aujourd’hui l’essentiel. La France est en plus intéressée par le fait des 9. Nous sommes dans le camp anti-impérialiste ; notre position vis-à-vis du gouvernement n’est plus celle d’hier : il faut pour nous au gouvernement un rôle prépondérant. Il faut grouper tous ceux qui veulent l’indépendance de la France. Est à gauche le progressiste. Il faut tabler sur la classe ouvrière et ébranler les ouvriers socialistes contre les chefs qui sont pour l’impérialisme. Et aussi sur les patrons menacés et sur les partisans de la Paix et de toutes les forces latentes antiaméricaines. Nous sommes la charnière de l’impérialisme américain : de Gaulle est pressé, la misère des ouvriers va grandir. Base actuelle 42 F 50 de l’heure pour les ouvriers. La hiérarchie des cadres est très touchée : un tiers des désavantages aujourd’hui sur avant-guerre ; la Confédération générale des cadres s’agite (CGC) ; elle représente une force ; le mécontentement y est vif ; il faut s’unir à eux contre les patrons.

Notes

  • 379 Émile Bollaert (1890-1978), directeur du cabinet d’Herriot avant 1940, préfet du Rhône en 1940, rév (...)
  • 380 Pierre Neumeyer (1878-1960), militant socialiste avant la guerre, secrétaire général adjoint de la (...)

562La haute trahison des trusts ; mouvement néofasciste ; Frachon : l’américanisation actuelle ressemble au munichisme : nous avons vaincu le munichisme avec l’élite combattante de la classe ouvrière. C’est sur celle-ci qu’il faut encore s’appuyer. Dans la lutte armée pendant la guerre (Tillon) nous n’avions que très peu de combattants communistes avec nous. En mai 1941, nous avons créé le Front national ; alors, des réactionnaires ont compris qu’il ne fallait pas laisser les communistes, seuls, alors de Gaulle entre en jeu : au CNR, Bollaert379, agent de De Gaulle, arrêté, fut relâché. Le CNR nous traite insolemment ; on nous offre en 1944 des postes de ministres subalternes. On a voulu entraîner les MRP sous la direction de De Gaulle ; nous avons refusé. Nous avons gagné à cette tactique d’élargir l’action ; c’est nous seuls qui avons donné l’ordre de l’insurrection nationale, mais nous avons laissé les leviers de commande aux gaullistes. Nous avons gâché la situation ; nous n’avons pas pris les préfectures les armes à la main. À la Libération, nous aurions pu imposer une autre orientation à la politique française. De Gaulle à ce moment-là était un démocrate aux yeux des masses. Nous avons dissous les milices patriotiques parce qu’il fallait écraser le fascisme. Aujourd’hui, nous allons faire des comités de défense de la République ; quand ils seront forts, on essaiera de les émasculer ; alors, il ne faudra pas liquider nos comités de base. Aujourd’hui, Neumeyer380 et Bothereau prennent parti pour Marshall ; il faut lutter contre, entraîner la CGT dans ce sillage ; il faut créer les conditions de résistance aux Neumeyer ; c’est fait, nous allons nous battre. CGT 80 %, communistes 80 %.

Novembre

Samedi 1er novembre 1947

563CGT battue chez Delahaye, diminution syndicale chez Renault-Citroën. C’est le grand capital financier qui crée le fasciste de Gaulle : la réaction nationale fait appel à la réaction étrangère. Ramadier, c’est Kerensky impuissant ; de Gaulle est avec Schneider, le capital financier, Banque Union Paris et Banque Morgan. De Gaulle a saboté la Libération : Vercors, on bombarde Toulon et Marseille au moment de la Libération, pendant une grève ; de Gaulle, c’est Pétain collaborateur du clan syndical ; de Gaulle, c’est le gouvernement américain ; de Gaulle, c’est la protestation contre la Constitution ; c’est la campagne pour l’illégalité ; c’est la violence ; c’est la pénétration dans l’armée ; Guillandot, les bandits, l’armée Leclerc, RPF ; de Gaulle a un complice dans le gouvernement et Blum-Bymes ; toutes les industries financières menacées : couture, avions, automobile, film, école libre.

564Deux camps : impérialisme américain, peuples démocratiques. Rôle des SFIO agent d’exécution de l’Amérique ; l’ennemi n° 1 c’est l’impérialisme américain ; c’est contre lui qu’il faut porter ses coups et contre ceux qui font passer les idées impérialistes dans les couches socialistes ouvrières. La situation française est dominée par la situation internationale : il faut sauver la paix. Crise du capitalisme ; France puissance de deuxième rang ; en 1920, elle était impérialiste, antisoviétique.

Dimanche 2 novembre 1947

565France-URSS, 3e congrès, 9 h 30, 1, rue Arsène Houssaye, Centre culturel France-URSS. Aujourd’hui, les capitalistes français sont l’appendice de l’Amérique. En 1923 nous occupions la Ruhr ; en 1947 [ill.]. Si les SFIO se maintiennent, c’est que leurs troupes sont les petits bourgeois ; il est contre l’Union soviétique et les pays de démocratie nouvelle. Il y aura avec nous les bourgeois qui ne veulent pas aliéner la France et les prolétaires de tous les pays ; les paysans seront avec nous parce que les Américains ne veulent plus de douanes. Il faut voir les changements ; les Américains veulent la guerre contre l’URSS ; nous n’avons pas décelé les causes de notre expulsion du gouvernement par les Américains. Le Vietnam est considéré comme faisant partie du bloc antiaméricain. L’impérialisme américain est l’ennemi principal. Le PPA est avec les Américains en Algérie. Union avec le peuple français et non Union française. Politique expansionniste des Américains : ses répercussions politiques et économiques en France. Le rôle du parti socialiste est une trahison. Il n’y a plus : droite et gauche.

Lundi 3 novembre 1947

  • 381 Jean Zyromski (1890-1975), ancien secrétaire de la Fédération SFIO de la Seine avant la guerre, ani (...)

566L’Angleterre a abandonné les préférences impériales ! C’est un jour sombre, c’est une faute énorme de légèreté, de faiblesse (Daily Express). Le New York Times appuie de Gaulle contre Ramadier. De Gaulle pour l’union du capital et du travail. Il y a un retard dans le PC à comprendre le tournant nouveau pris par la conférence des 9. Grande colère contre les chefs socialistes liés au gaullisme. Il y a des craintes de l’isolement du PC et une démission. Zyromski381 hésitant. Blum applique la politique de De Gaulle. Il faut le rassemblement démocratique patriotique. Pas d’union au sommet mais avec des socialistes, des catholiques, des gaullistes de base qui sont contre le parti américain. Indépendance nationale nécessaire en combattant l’empire américain.

Mardi 4 novembre 1947

  • 382 Georges Villiers (1899-1982), élu premier président du CNPF le 12 juin 1946, est un ancien élève de (...)

567Un journaliste danois. Villiers382, président du Conseil national du patronat français ; le danger, c’est la concurrence américaine ; des crédits, oui ! mais pas de contreparties ; nous n’accepterons jamais l’obédience étrangère ; en mécanique, nous sommes très prêts ; aéronautique, automobile, chimie, cinéma sont menacés : il faut lutter. La campagne contre les gaullistes est puissante dans la presse parce que nous avons démasqué la politique américaine ; fureur du parti socialiste démasqué comme ami de De Gaulle : parti socialiste avec de Gaulle [ill.] Blum + Mollet. Il y a eu Front populaire, Résistance au sommet ; aujourd’hui nous allons grouper à la base et non au sommet ; le parti socialiste est aux ordres de New York, de l’étranger. Attaques contre la CGT ; notre base c’est la classe ouvrière ; il faut que les communistes appliquent la démocratie syndicale. On va essayer de construire un bloc du centre ; Franc-Tireur appuie le centre et Ramadier, mais la 3e force c’est le soutien du parti américain puis chantage à la guerre, guerre des nerfs, politique munichoise. De Gaulle est le camp américain : c’est l’argument essentiel contre lui.

Mercredi 5 novembre 1947

  • 383 Dans ce meeting, à Pantin, Marcel Cachin évoque « les résultats des élections municipales et les dé (...)
  • 384 Il s’agit, peut-être, d’André Faizas, né en 1902, commerçant, élu, en 1929, conseiller municipal so (...)

56818e, compte rendu CC Pantin383, 37 000 habitants, Pigot secrétaire, 884 membres, 1 100 Huma, grosses maisons d’alimentation, parfums, forges, 19 octobre PC 6 800 voix, perte 2 000 ; élus 14 communistes, 2 socialistes, 3 [ill.], 12 RPF. Faizas384, socialiste, élu. Il y a un affaiblissement du travail dans les entreprises. Blum n’a pas choisi entre Franco et la Révolution espagnole ; cela a amené la non-intervention. Dans les campagnes nous avons maintenu nos positions et même progressé ; il faut que nous protestions contre les impôts paysans, La Charte de Genève va être signée : c’est la vassalisation de la France et de l’Angleterre ; août 1946, Duclos attaque les accords Blum-Byrnes. Nous ne regrettons pas le Front unique ; ni le Front populaire ; ni la Résistance. L’URSS peut fournir 300 000 tonnes de céréales. On est en train de détruire tous les nids d’espions en Europe orientale.

Jeudi 6 novembre 1947

  • 385 Par décision du secrétariat du 4 novembre, confirmée à la réunion du BP du 6 novembre, « Duclos, Ca (...)
  • 386 La réunion du BP, qui a lieu le 6 novembre, est consacrée à « l’application des décisions du CC » a (...)
  • 387 Le 6 novembre, le BP décide « d’activer la mobilisation des masses contre le parti américain dans l (...)

56930e anniversaire385. Il va y avoir un bond des prix donc défense des revendications. À Londres, on va séparer l’Allemagne occidentale pour en faire une base contre l’URSS et l’Amérique veut un pool de charbon et de l’acier dont le centre sera en Allemagne rénovée. L’URSS a une politique, celle de l’unité allemande ; tous les Allemands de la zone anglo-saxonne ne sont pas avec les Américains ; les Américains veulent utiliser l’Allemagne. Il faut rassembler les masses et non plus seulement les sommets comme autrefois. Il faut dire : Blum c’est de Gaulle, ils sont du parti américain : les socialistes au gouvernement sont l’aile agissante386 ; il faut insister sur la collusion socialistes-gaullistes dans les mairies ; il faut dire : « Blum c’est un homme au service de l’étranger. Des crédits ? Oui, à condition qu’on n’abandonne pas l’intérêt de la France et qu’on ne liquide pas l’agriculture française. Il y aura des comités de défense de la République dans les usines, à la fois contre l’Amérique et contre de Gaulle. »387 Comités de défense du cinéma, des usines nationalisées et d’aviation, de la République dans les usines et les quartiers.

Vendredi 7 novembre 1947

  • 388 Le fonds Cachin de la BMP contient (boîte 21, dossier 3) un discours de Marcel Cachin de novembre 1 (...)

57030e anniversaire, ambassade soviétique, en liaison avec l’actualité, trois journées prévues388. 1) Contre l’asservissement de la France et pour la paix. 2) Démasquer l’antisoviétisme. 3) Pour l’amitié franco-soviétique. En URSS : 23 millions de petites entreprises rurales ont fait place à 242 000 coopératives de production agricole ; on récoltera en 1950 129 millions de tonnes de céréales ; on a doublé la récolte de betteraves à sucre ; on produit tout le lin et le coton pour l’industrie ; dans les kolkhozes, 62 000 bibliothèques, 475 000 clubs, 19 000 cinémas, 27 millions d’enfants dans les écoles rurales. Les hommes sont des animaux politiques qui ont besoin de chefs. Production de charbon français en octobre : 4 625 000 tonnes ; la production a augmenté en septembre-octobre grâce à l’augmentation des importations de charbon ; en septembre, 2 millions de tonnes dont 1 620 des États-Unis. Du coup, la production de fonte, acier et laminés a dépassé celle de 1938 ; 14 177 voitures construites en septembre ; textile, carburants, bâtiment, électricité en progrès.

Samedi 8 novembre 1947

  • 389 Le meeting du Havre, à la salle de l’Éden, rassemble 5 000 Havrais, selon l’Humanité du 10 novembre (...)

571Le Havre, cours Franklin, baraquement l’Avenir du Havre, visite du port, quartier des Neiges, 17 h, réception du Parti, 18 h, meeting Eden389 ; Rond Point [ill.] 16 communistes, 3 SFIO, 10 indépendants, 8 RPF. Duroméa (Winnipeg), Prodault (aéronautique), Cance, Pierre Naze (mécanicien de marine), préfet Mairey, de Bérouviler agent de De Gaulle, 9 médecins réactionnaires à l’Hôtel de Ville du Havre. Les voitures de luxe américaines arrivent comme cadeaux. Plateau de Caux, grande culture, Brayes, herbages, élevage, fromageries. Dr Bonafé, psychiatre à Saint-Etienne, Vouvray-Chastelin réactionnaire à Rouen. Marie (avec Badin Barentier) patron de la toile. Le Havre. Beaucoup de protestants et de juifs. 1 200 fusillés au Havre.

Dimanche 9 novembre 1947

572En France, 2,5 millions d’entreprises agricoles. Force ouvrière, congrès, 9 : CGT, CCN, 12 ; menace de scission. Le capitalisme ne peut plus apporter à l’humanité que le malheur et la souffrance : seule l’URSS peut la sauver. Des livres comme ceux de Byrnes prouvent l’intention des États-Unis de provoquer un conflit.

Lundi 10 novembre 1947

573Le sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères du gouvernement espagnol.

Mardi 11 novembre 1947

  • 390 Le 11 novembre a lieu une manifestation communiste sur les Champs-Élysées.

574À l’Arc de triomphe de l’Étoile à 3 h390. Le Havre, porte océane, port pétrolier. Raffineries de Basse-Seine. La CIO acclame Marshall par politesse et après lui Michel Guill qui développe les idées de Wallace.

Mercredi 12 novembre 1947

575Commission des Affaires étrangères, 15 h, Hen (New York Herald Tribune) ; 18 h Bidault : général Clay ; « Il faut créer un État d’Allemagne occidentale : il faut favoriser le développement allemand. » Général anglais Robertson : « Il faut une Allemagne unifiée ; nous ne voulons pas d’anti-soviétisme ; les Britanniques contre l’idée américaine : vous nous demandez de l’argent pour faire des navires ; mais nous avons des navires à vous vendre ! » (Harriman). Les États-Unis veulent l’abolition des douanes dans le Commonwealth. Toutes les petites nations contre Harriman car il y aura une organisation américaine de contrôle qui pourrait demander aux gouvernements de changer leurs méthodes. L’Europe a peur que l’Amérique l’entraîne dans une guerre et que nous ne la défendions pas. Il faut que l’Amérique dise : une avance de troupes russes vers l’Ouest serait un acte de guerre et nous n’utiliserons jamais l’arme atomique sinon dans le cas d’une agression militaire délibérée (W. Lippman). Plan Marshall : on demandait 35 milliards de dollars, on en propose 12 à 17 ; l’Allemagne privilégiée ; augmentation des crédits allemands : 9 millions de tonnes de blé et non 25 ; diminuez votre reconstruction ; silence sur les conditions politiques et le remboursement.

Jeudi 13 novembre 1947

5765 h, Annie Besse. Rentrée de la Chambre. Michel Dumesnil de Gramont, des assurances nationalisées, Grand maître de la maçonnerie, socialiste, ami de Blum et de Ramadier, anticommuniste, antisoviétique, est du 3e front ; Truman : guerre à la Grèce ; Marshall : esprit charitable et bonnes affaires, instrument politique pour la domination des États-Unis. [ill.] milliards de charbon américain, 9 milliards de charbon de la Ruhr.

577Au CCN, Capocci a parlé de scission ; au Comité national, les socialistes ont engagé la bataille, nous avons résisté ; nous avons répondu vigoureusement ; leur fraction est homogène ; ils ont voulu empêcher les décisions de revendication et les méthodes d’application ; ils ont voulu se dresser contre les [ill.] et faire l’échange des billets ; ils sont contre la consultation des ouvriers et contre les Comités de défense de la République ; il ne faut pas consulter les non-syndiqués ; ils étaient partisans de l’action au sommet mais pas à la base ; la déclaration Jouhaux nous la dénonçons, les statuts ne sont pas violés.

Vendredi 14 novembre 1947

  • 391 Le 13 novembre, au matin, Léon Jouhaux intervient devant le CCN de la CGT et déclare : « Nous somme (...)
  • 392 À la fin du CCN de la CGT, une résolution contre le plan Marshall et les accords de Genève (GATT) e (...)

578BP 2 h Annie Besse, étudiants. Bulgarie, 13 h, 64 bis, rue Monceau. Comité d’initiative du congrès des Roumains à l’étranger, 8, rue Jean Goujon. La déclaration de Jouhaux a été anéantie par Benoît Frachon391 ; ils ne lui ont pas répondu ; ils n’ont pas parlé du plan Marshall ; ils ont dit : « Nous avons besoin du charbon américain, il faut accepter. » B. Frachon : « Oui, il nous faut du charbon mais Jouhaux n’est pas concret : il faut parler du plan Marshall. » Ils n’ont pas répondu. Nos hommes sont très supérieurs aux leurs. Saillant contre le plan Marshall mais il faut l’avaler. Nous avons eu 88 %392 ; ils ont 12 fédérations départementales. Il y a désarroi dans la base de Force ouvrière ; Jouhaux a dit : « Les ouvriers sont contre la scission. Il faut rendre la vie impossible aux communistes dans les syndicats. »

  • 393 Les troubles de Marseille commencent le 12 novembre, après que la foule eut libéré quatre ouvriers (...)

579À Marseille, des policiers républicains avec le peuple393. Coopération socialistes-de Gaulle.

Samedi 15 novembre 1947

  • 394 Le 15 novembre vient en discussion, à l’Assemblée nationale, un projet de loi visant à introduire l (...)

580Trois journées d’études pour les députés, leur activité sur le plan idéologique, Parc des Expositions, porte de Versailles, petite salle des congrès (de 14 h à 17 h, Musée de l’Homme, France-URSS). Dans la classe ouvrière grandit la grève générale pour décembre ; nous ne devons pas décevoir la masse ; il faut aviser les ouvriers des dangers actuels. La Sarre : la France y introduit le franc juste avant Londres, mais quelle réaction à Londres394 ? Les accords de Potsdam sont valables pour la Sarre, c’est un geste inamical pour la Russie.

Dimanche 16 novembre 1947

581Les étudiants, Lévy : 1 000 étudiants communistes à Paris sur 60 000, 11 polytechniciens, 20 élèves de l’École normale supérieure, 5 élèves des Mines, 35 scientifiques, 80 littéraires, 100 médecins, 25 en droit, des lycéens de khâgne.

  • 395 Marcel Cachin assiste à la fin de la conférence des cellules d’étudiants de la Fédération de la Sei (...)

58244, rue de Rennes, salle de l’Encouragement395. Le Parti américain : il est en désarroi devant notre calme. Il y a un grand changement de l’attitude américaine ; il faut donc pour nous une tactique nouvelle, phase nouvelle de lutte. Les accords de Genève + le plan Marshall, c’est la sujétion de la France. Il faut constituer des Comités de défense de la République et de l’indépendance de la France ; puis il faut leur donner des conditions de vie et de développement ; investissements de capitaux américains en France.

Lundi 17 novembre 1947

  • 396 Il s’agit, sans doute, de la fin du stage d’étude des élus communistes, à laquelle assistent Marcel (...)

5833 h, Bekker, Pologne, quitte Paris. 17 h, Parc des Expositions396. 23 millions d’habitants allemands en zone soviétique. L’Amérique est le peuple le plus capitaliste ; la situation est sérieuse ; les socialistes admettent que l’Amérique peut unifier l’univers sous le régime capitaliste ; c’est leur conception de l’internationalisme. La politique française est dictée par Washington. Notre économie est complémentaire de celle de l’Est ; elle est rivale de l’économie américaine ; nous voulons faire nos machines-outils. Nous pouvons élargir notre influence dans les classes moyennes menacées par l’Amérique. En défendant leurs intérêts de classe, les ouvriers défendent l’indépendance du pays. Il faut défendre le paysan contre les impôts excessifs, contre la concurrence mortelle de l’Amérique. Les gouvernants socialistes ne paient pas. Nous n’avons plus ni stocks d’or, ni devises ; sous le régime de De Gaulle, le gaspillage et l’incurie ; de Gaulle est l’homme de la guerre étrangère et de la guerre civile.

Mardi 18 novembre 1947

  • 397 Le 18 novembre, le Secrétariat prévoit de réunir une conférence des élus municipaux communistes ave (...)

584Ambassade Pologne (18 h) 12bis avenue Élisée Reclus. Alex Bekker. Le rôle des municipalités communistes va devenir très important397. La prostitution, c’est quand les salaires des femmes sont insuffisants ; augmentez leurs salaires, il n’y aura plus de prostitution. Le président du Conseil municipal de Paris, sous-directeur d’une banque qui a trahi pendant la guerre. Il faut être dans les caisses des écoles. Les maires PRL ne réuniront que très rarement les conseils municipaux. Alors nos comités devront se réunir dans la mairie pour exiger des convocations.

Mercredi 19 novembre 1947

  • 398 Il s’agit de l’audition, devant la commission des Affaires étrangères, de Georges Bidault, avant so (...)

585Bidault, 5 h398. Guadeloupe. 3 h, jeunes Marseillais. Truman, son message au congrès. La hausse des prix persiste : l’inflation menace ; il faut un rationnement et le contrôle des prix comme pendant la guerre. Contrôle des crédits en banque, des ventes à tempérament, de la spéculation sur les céréales, des moyens de transport, des ventes du bétail et de la volaille. Les républicains réclament la politique de l’économie libre.

Jeudi 20 novembre 1947

  • 399 Contesté par le MRP, Paul Ramadier démissionne le 19 novembre. Léon Blum est désigné comme candidat (...)
  • 400 Les 18-20 novembre, des incidents ont lieu au camp de transit de Beauregard, entre la police et des (...)

586Gouvernement Blum ; 88e bureau ; Ramadier démissionne399. 10 h, local de la commission des Finances (3 [ill.] réunies) (convention de Genève). W. Lippman : « Il faut aider l’Europe, celle de l’Est, celle de l’Ouest ; pas de paix séparée avec l’Allemagne, pas de coupure de l’Allemagne en deux. » Général Clay, antisoviétique. Beauregard400 : fait pour détourner le public des difficultés économiques. Il y a menace contre les institutions républicaines, contre la vie de la nation. Les Russes veulent l’unité allemande parce qu’ils ont des cadres préparés soigneusement en URSS ; de plus, les Allemands des zones anglo-saxonnes sont mécontents. Il faut une autre politique : extérieure ([ill.]), intérieure (socialistes alliés à de Gaulle), sociale (les grèves ne sont pas politiques), on ne peut plus vivre, les ouvriers en ont assez des vieilles équipes pétainistes, collabo et la misère. La 3e force a pour mission de faire venir de Gaulle au pouvoir légalement pour engourdir les masses.

Vendredi 21 novembre 1947

  • 401 Léon Blum se présente devant l’Assemblée nationale, le 21 novembre, et manque son investiture de ne (...)
  • 402 Le 10 novembre, George Marshall a annoncé qu’il présenterait un programme d’aide économique pour la (...)

587BP Blum se présente401. Salle des Fêtes, Montrouge. Inflation galopante : le franc 1947 vaut le centième du franc de 1914. 1938 = 100 ; 1947 = salaires 680, alimentation 1392. La Mandchourie est l’un des pays les plus riches du monde ; les États-Unis la veulent402 ; les États-Unis n’ont de pétrole que pour cinq ans ; ils manqueront de métaux non ferreux ; ils cherchent des matières premières dans tout l’univers, comme ils cherchent des débouchés.

Samedi 22 novembre 1947

  • 403 Le 3e Congrès national de France-URSS, à Montrouge, se termine avec un discours de l’ambassadeur d’ (...)

588Clôture du 3e congrès national France-URSS, 14 h 30, salle des Fêtes, Montrouge403. CDH, Chaillot, 1er gala. Inflation aux États-Unis ; 40 % de hausse en quinze mois sur les denrées alimentaires ; opposition républicaine aux mesures de contrôle de Truman ; les États-Unis coupent l’Allemagne en deux et mettent la main sur la Ruhr ; la France doit renoncer aux réparations ; les États-Unis sont le grand patron de la Ruhr ; par là, ils espèrent dominer l’Europe. Les Soviétiques veulent une Allemagne démocratique, unique, pacifique ; Lippman contre la coupure de l’Allemagne ; si on ne peut s’entendre, qu’on remette la discussion au printemps.

589États-Unis, production maximum acier, charbon, pétrole, blé, pas de chômage, 61 millions de travailleurs ; et cependant, le pouvoir d’achat au dollar a diminué de 40 % depuis sept ans. Les prix ont monté de 26 % en un an ; alors, l’abondance des produits ne fait pas baisser les prix ! Car le monde entier demande l’appui des États-Unis qui ne peuvent le refuser ! Alors, l’économie des États-Unis redevient semblable à celle de l’économie de guerre ; ils produisent, mais ils placent leurs produits à fonds perdus : alors il faut contrôler la production et la distribution ! Il faut l’intervention de l’État ; alors Taft proteste. Bénéfices américains. 127 % de plus qu’en 1946. Acier, automobile, produits chimiques, équipement électrique.

Dimanche 23 novembre 1947

590Il y a des blindés à Arras et à Metz, envoyés par Kœnig et sélectionnés. C’est Wybot, gaulliste, directeur de la Surveillance du territoire, qui a fait Beauregard ; son adjoint, Mangin, gendre de Pleven. 5 466 salles de cinéma en France ; 1947, 336 films américains, 40 français.

591D’URSS : 300 000 tonnes de céréales en 1948.

  • 404 Désigné par Vincent Auriol comme candidat à la présidence du Conseil, après l’échec de Léon Blum, R (...)

592La politique de la bourgeoisie française est maladroite ; Schuman404 a dressé les cadres contre lui : il manque de subtilité pour diviser les ouvriers et les paysans ; il se soumet à l’Amérique ; il va demander 25 milliards d’impôts aux paysans ; il faut les défendre ; il faut frapper les profits des sociétés capitalistes. Le Daily Mail dit : « La grève est revendicative et les communistes ont raison. »

Lundi 24 novembre 1947

593Ministère Schuman. Radio et presse font la grève des nerfs ; il faut y répondre dans les réunions, bulletins de grève quotidiens ; il faut montrer la misère des ouvriers ; il faut dire : « Il faut faire payer les biens des traîtres et les bénéfices des affameurs. » Rassemblez des comités socialistes, communistes, catholiques pour la solidarité ; il faut des contacts avec les socialistes. Stibb. organiser des caravanes pour les villages ; les commerçants porteront du café chaud aux grévistes ; médecins et pharmaciens répondent favorablement ; il y a un mouvement de solidarité ; initiatives collectives sur les marchés ; mobilisation des classes moyennes pour la grève ; à Montrouge [ill.] gratuits [ill.]. Il faut que les grévistes aient leurs soupes dans les cantines. Les socialistes démasquent leur politique ; ils se battent entre eux.

Mardi 25 novembre 1947

  • 405 Le 25 novembre, les grèves affectent l’enseignement, les PTT, la SNCF, les mineurs, les dockers, le (...)
  • 406 La grève commence, aux Houillères du Nord, le 15 novembre.

594Au Havre, grève totale des dockers. La revendication des trois mois est centrale. Les PTT se sont battus à Paris ; il est difficile de faire partir les grèves, mais une fois déclenchées, les ouvriers disent : « Il faut vaincre »405 ; les masses sont combatives ; les jeunes dans les piquets de grève ; les mineurs disent : « Cette fois, il faut avoir des garanties. » Il y a [ill.] des socialistes qui viennent à nous. Que se passe-t-il chez les socialistes ? Ils sont inquiets. Il y a désordre dans le parti socialiste ; Blum attaque les gaullistes ; Pineau est l’homme de De Gaulle dans les syndicats. Liquidation des forces ouvrières socialistes qui n’osent plus [ill.] ; il faut des feuilles pour répondre chaque jour aux mensonges ; chez les mineurs406, enthousiasme chez les femmes et les jeunes.

Mercredi 26 novembre 1947

5952 h, Southarn, journaliste canadien, le Citoyen. Le ministre des Affaires étrangères du Liban, Hamid Frangieh : « Je suis de la Ligue arabe ; si les troupes anglaises quittent la Palestine ; si l’on applique le plan de l’ONU, c’est la guerre civile. Je suis pour l’autonomie de l’Afrique du Nord française, 80 % [ill.] des Libanais dans les écoles françaises. »

  • 407 Après avoir reçu une délégation de la CGT, les 25 et 26 novembre, Maurice Schuman prononce, le 26 n (...)

596Les propositions Schuman sont celles de Jouhaux ; Schuman et les socialistes ne connaissent rien à la classe ouvrière ; ils croient que les [ill.] sont contre les grèves [ill.] tous les trois mois ; réponse dilatoire ; vos propositions exciteront la colère407.

Jeudi 27 novembre 1947

  • 408 Le 27 novembre, vingt fédérations CGT, refusant les propositions Schuman, forment un comité nationa (...)

597À l’Huma, Pietro Nenni. Grève totale408.

  • 409 Le 27 novembre, le BP insiste pour « constater l’ampleur du mouvement de masse et l’élévation de la (...)
  • 410 Le 27 novembre, le BP décide « d’intensifier la constitution et l’activité des comités de solidarit (...)

598Progrès cheminots ; les cadres ne reçoivent presque rien ; la radio fait une campagne violente ; Rennes, Nantes ont débrayé. Situation sérieuse, misère accrue ; ports en grève, reste l’électricité ; les services publics de la Région parisienne, dans les PTT, hésitations ; plusieurs dirigeants communistes ont peur, mais un niveau élevé de la classe ouvrière409 ; à Marseille la grève générale dure trois semaines ; là où les cellules d’entreprises existent, le mouvement est général ; il faut développer le mouvement, il va progresser ; il faut vaincre ! Les ouvriers ont l’esprit de lutte ; la solidarité s’élargit. Le gouvernement veut décourager les ouvriers de peur de la revendication trimestrielle410 ; il faut que la grève soit payante pour que les ouvriers aient confiance. La lutte est très importante. Si nous l’emportons, la classe ouvrière sera avec nous ; elle est dans le combat de classe, elle progresse ; grande bataille, revendication des trois mois ; ce sera la victoire réelle ; ça rassemble les ouvriers et les cadres.

Vendredi 28 novembre 1947

599Dîner à la Présidence de la Chambre. Gobner.

Samedi 29 novembre 1947

  • 411 Ce meeting avec Marcel Cachin au Havre est dû au fait que, les élections municipales d’octobre y ay (...)
  • 412 Maurice Thorez, parti à Moscou le 31 octobre, s’arrête quelques jours à Berlin, à son retour, et ar (...)

600Le Havre. Fête nationale yougoslave, 18 h. Le Havre, 18 h, Parc des Expositions411. Duromera, 4e canton ; deuxième élection novembre 1946 : 58 800 communistes, 45 000 réactionnaires, 28 000 MRP, 24 000 SFIO, 19 000 radicaux. Maurice à Berlin412 ; Pologne, les communistes ont l’Intérieur et l’Armée. À Berlin, Pieck, secrétariat de seize membres, huit socialistes, huit communistes ; PC 800 000 ; à Berlin, il y a les Américains, les Anglais et les Français ; à Dortmund, union socialistes-communistes ; les Allemands disent : « Les Américains vont nous aider et nous allons revenir » ; la majorité des Allemands ne réalise pas sa défaite ; 450 grammes de pain dans la zone soviétique ; les Allemands ne se rendent pas compte qu’ils ont semé la mort en Europe ; ils se disent : « Nous sommes malheureux et victimes. » Ceux-là, les Américains les armeront contre les Russes ; mais l’URSS dit « Unité allemande ! ». 650 grammes de pain en URSS. Dans la zone française en retard, pagaille, un journal antisoviétique grossier.

Dimanche 30 novembre 1947

  • 413 Sur ce voyage de Maurice Thorez à Moscou, voir le « Compte rendu de la rencontre entre I.V. Staline (...)
  • 414 « Le camarade Staline dit que, selon toute vraisemblance, en France la consolidation et la polarisa (...)
  • 415 « Le camarade Staline déclare qu’il lui semble que les socialistes en France comme le parti travail (...)
  • 416 Thorez déclare que « les camarades yougoslaves ont reproché au parti communiste français », lors de (...)

601Le voyage de Maurice à Moscou413. Ça va s’aggraver en France et partout ; consolidation des forces gaullistes, réactionnaires et ouvrières414, des forces de guerre, de dictature, de réaction. La 3e force condamnée ; ils seront américains ; les dirigeants socialistes sont tous à droite ; ils organisent les pseudo-gauches415. Il faut aller à la base socialiste : Comités de défense de la République. Il faut aller chez les paysans (contre Trotsky) républicains et pacifiques. Il ne faut pas tenir un langage outrancier contre le plan Marshall. Il faut se préparer à l’aggravation. Les Yougoslaves ont eu tort de nous reprocher de n’avoir pas fait la Révolution ; Staline dit : « Oui, eux, ils ont eu l’Armée Rouge ! »416 Si l’Armée Rouge avait été à Paris, ce serait comme en Yougoslavie. Trois jours en Pologne, deux jours en Tchécoslovaquie. La Pologne a perdu 10 millions [ill.] dévastations ; Varsovie plus que Berlin ; aujourd’hui, elle se relève sans crédits américains ; la Pologne va faire 59 millions de tonnes de charbon ; ils font autant d’acier qu’avant guerre ; 28 wagons par jour à Breslau ; ils ont liquidé le passé ; nationalisations ; épuration complète ; la classe ouvrière est déterminante, socialistes 600 000 ; communistes 800 000 ; les socialistes polonais ont compris l’URSS.

Notes

  • 417 Le samedi 29 novembre vient en discussion, à l’Assemblée nationale, un projet de loi déposé par le (...)
  • 418 Le 29 novembre, l’Assemblée générale des Nations unies vote, à la majorité des deux tiers, le plan (...)

602Chambre siège samedi-dimanche, trente-cinq heures417. Contre le partage de la Palestine, les Arabes parlent de guerre sainte418.

  • 419 La série de notes, qui suit, sur les années 1848-1852, peut être mise en relation avec les conféren (...)

603(1848-1852419) 48, les illusions de la fraternité ; sous Louis-Philippe règnent les banquiers, les fonciers, l’industrie où l’on faisait le fer avec du bois, déficit de l’État dont la banque s’enrichit ; plus l’État [ill.] plus il dépend de la banque ; 240 000 électeurs ; aristocratie financière ; à la Bourse, c’est l’emprunt d’État, dette publique. À cette aristocratie s’oppose : la bourgeoisie industrielle et agricole ; c’est l’opposition légale mais bourgeoise : elle se plaint de l’impôt, de la dette publique, c’est-à-dire de l’aristocratie financière ; puis les fonctionnaires, puis l’ouvrier et le paysan hors de l’électorat ; en 48, crise économique ; toutes ces oppositions dans la rue, d’où confusion ; les travailleurs en lutte contre la bourgeoisie ; [ill.] national est bourgeois libre-échangiste : le prolétariat n’a pas de doctrine de classe ; il se mêle à l’opposition bourgeoise ; le prolétariat est en armes : il est victorieux, mais la bourgeoisie, de février à juin, élimine le prolétariat faible et parisien.

604Jouhaux : « C’est de la Révolution qu’il s’agit. En attendant, attendons. » La grève. B. Frachon dit aux socialistes de la Force ouvrière : Nous avons des divergences, mais nous sommes dans le combat ; il faut vaincre. Nous ne ferons rien [ill.] la scission. De votre côté allez-vous nous séparer ? Non ! Et le Bureau confédéral en entier déclare que la loi est un attentat contre la CGT et les organisations syndicales. Les propositions gouvernementales sont inacceptables ; elles bloquent les salaires jusqu’au 9 juin. Les ouvriers se battent partout. Les mineurs ont chassé les gardes républicains du carreau des mines. Les grèves sont en progrès partout, textile de Lille. Le gouvernement avait dit : « Rentrez puis on discutera. » Le succès de lundi est capital. 1848- 1852 Blanqui ne connaît pas la plus-value mais l’usure ; la petite paysannerie, la petite bourgeoisie. Victoire prolétarienne précaire, quelques semaines : 4 mars esclaves, 5 mars suffrage universel, après déclin ; la bourgeoisie écarte le prolétariat du pouvoir en l’envoyant au Luxembourg ; Louis Blanc, Albert ; puis on le divise, on crée la garde mobile, lumpenproletariat à 30 sous par jour et [ill.].

Décembre

Lundi 1er décembre 1947

  • 420 Raoul Calas (1899-1978), instituteur, dirigeant communiste de l’Hérault et du Nord (à partir de 193 (...)

605(Calas420) occupation de la Chambre).

606Puis on discrédite le socialisme par les ateliers nationaux [ill.] payer des gens pour ne rien faire. Puis on isole la classe ouvrière parisienne, on fait des élections immédiates. Folie (Blanqui). Les 45 centimes. On accepte les dettes de la bourgeoisie, cours forcé à la monnaie ; on coupe les crédits aux petits commerçants et paysans. Chambre : 500 modérés, 100 légitimistes royalistes, 100 républicains socialistes.

60722 juin : cinq jours d’insurrection. Après écrasement du prolétariat, la fraction bourgeoise est vaincue ; plus d’influence politique de la bourgeoisie moyenne. 3e force, dit Lénine, terrorisé par le rouge, phrases ; pas de ligne médiane ; trois ans après c’est Napoléon. Après juin, c’est l’élimination de la classe moyenne : on voulait harmoniser socialistes, républicains et réactionnaires. Un parti de l’ordre : monarchistes financiers, grands propriétaires fonciers + les Cavaignac ; ils suivent la Sainte alliance en Italie, en Angleterre. La peur du peuple. Napoléon puis Odilon Barot ; on dissout la garde mobile, clubs dissous. Ledru-Rollin propose l’attaque du gouvernement. Oudinot bombarde Rome. On convoque le peuple de Paris ; il ne se dérange pas ; crétinisme parlementaire, boutiquiers ; calme majestueux ; Changarnier écrase la presse, les députés : l’Assemblée renforce l’Exécutif : loi Falloux, loi sur la presse ; Bonaparte met ses hommes en place ; Soult-Harte paie soldats et officiers avec la perspective de l’insurrection.

Mardi 2 décembre 1947

  • 421 Le 2 décembre, l’Union générale des Fédérations de fonctionnaires menace d’une grève illimitée s’il (...)

608Les prix ont augmenté de 30 % en trois mois. La grève. En province, renforcement de la combativité ; les mineurs se battent, les femmes ; il y a des troupes considérables. Marseille, Avignon, Toulouse. Tous les ports arrêtés. Point faible : Région parisienne ; il y a quinze jours que ça dure, la pression, PTT et cheminots faiblissent ; électricité, les centrales arrêtées ; les marins ont pris les centrales hydrauliques. Menace des fonctionnaires ; les socialistes ont arrêté ; jusqu’ici ils voient Schuman : mais les fonctionnaires421 ! On va essayer le reclassement sans parler des salaires. Si nous étions battus, il v. [sic] mieux, mais dans quelques mois augmentation des prix et salaires bloqués, donc il faut refuser les propositions gouvernementales. Les ouvriers commençaient à être amorphes, mais les ouvriers se battent bien ; les [ill.] mentent ; nous avons des difficultés mais la grève est solide, sauf la Région parisienne ; même dans la métallurgie, il peut y avoir des faiblesses. Il faut maintenir nos positions ; il nous faut la garantie du salaire. Les réformistes continuent à manœuvrer dans l’ombre ; ils n’ont plus la confiance ouvrière mais ils ont l’appui gouvernemental et patronal. Bonne attitude des députés communistes ; quelques patrons offrent des satisfactions. Il faut des soupes populaires + les repas dans les usines ; il faut développer la solidarité. Bâtiment, instituteurs, routiers, chimie, cuirs, employés. La Préfecture de police offre des primes aux policiers. Troubles dans la police ; des policiers essaient de réagir, mécontentement.

Mercredi 3 décembre 1947

  • 422 Le 3 décembre, le BP, après rapport de Maurice Thorez sur la situation politique, décide de « const (...)
  • 423 Allusion à l’échec, le 30 novembre, des négociations entre CGT et gouvernement.

609Cercle d’étude au BP, 14 h. On n’a pas assez insisté sur les revendications immédiates. Pourquoi les cheminots faiblissent-ils ? Parce qu’il y a une couche ouvrière socialiste qui dit : c’est une grève politique. Puis les cadres sont contre la grève (socialistes francs-maçons et ils gagnent assez bien). Puis on ne combat pas les fausses nouvelles. On a forcé les PTT, ce fut une erreur, alors il y a un peu de démoralisation. Il faut donc réexaminer la grève : mais le danger c’est l’effritement ; il faut prévoir une retraite en bon ordre422. Même s’il y avait échec de la grève (comme au 30 novembre423) comme nous nous sommes battus, la confiance nous est revenue. La grève est venue parce qu’on en avait assez. Ce qui reste, c’est la révision automatique des salaires. On peut dire aux ouvriers : on vous a attaqués, vous allez être encore avec des salaires [ill.]. Mais pour le moment, il faut se battre car le mouvement est ascendant : mines, ports, bâtiment, métallurgie. Le gouvernement brise la grève votée par 90 % comme chez les mineurs et électriciens. Cette semaine sera très importante. Il faut voir au jour le jour. Le plan bourgeois c’est : les communistes ont voulu faire la grève générale et ils ont perdu. Il ne faut pas faire de grève sans grévistes ; c’est une série de mouvements, non une grève générale. On est en train d’augmenter les prix.

Jeudi 4 décembre 1947

610Une Allemagne unie, démocratique, c’est la garantie de la paix, mais il faut d’abord qu’elle soit démocratique et indépendante de l’Amérique. Il ne faut pas que les Américains réinstallent les cartels dans l’Occident de l’Allemagne.

  • 424 Giaccobi est président de l’intergroupe gaulliste à l’Assemblée nationale.
  • 425 Dans la nuit du 2 au 3 décembre, l’express Paris-Tourcoing déraille à côté d’Arras : on compte seiz (...)

611Moch chasse 70 commissaires de police, avec gardiens de la paix : c’est l’épuration à l’envers. La caserne Mortier. Avec vos milliards de répression, vous pourriez satisfaire les ouvriers et les fonctionnaires. Pression formidable contre la grève ! Si le mouvement s’effiloche, il vaut mieux dire : « Nous continuerons à nous battre sur d’autres positions, avec de nouvelles luttes. » La 3e force a disparu ; de Lussy à Giaccobi424, on prépare de Gaulle. La loi est terrible : affiches, discours peuvent être poursuivis, contre la grève. Les fonctionnaires demandent une somme de 175 millions ; or c’est PTT, services publics, cheminots. L’ordre de grève générale sera lancé demain. Il faut aller de porte en porte dire la vérité. Paris-Lille déraille425. Ils disent : 1er Juin 1947, puis décembre 1947, puis juin 1948. Il faut se battre. À Saint-Étienne très grande combativité. Il ne faut pas que nous refusions de négocier par corporation.

Vendredi 5 décembre 1947

  • 426 Les 3-5 décembre, les premiers accords sont conclus entre grévistes et entreprises, prévoyant une a (...)

61214 h 30, Viroflay, Balzac. Si certains ouvriers ont satisfaction qu’ils acceptent de rentrer et de garder le contact avec les grévistes. Le métro a eu satisfaction. Retraite syndicale possible par corporation426. La Chambre prépare des lois pour de Gaulle ; ce n’est pas une loi provisoire ; les soutiens de De Gaulle votent avec les socialistes. Huma, 520 000 tirages (vente irrégulière).

Samedi 6 décembre 1947

613Remise de la salutation de la Pravda à l’Humanité, 4 h 30.

Dimanche 7 décembre 1947

  • 427 Deuxième tour des élections municipales au Havre. Le résultat est analysé par Marcel Cachin dans l’ (...)

614Élection du Havre427.

Lundi 8 décembre 1947

  • 428 J.B.S. Haldane, historien, est un collaborateur régulier du Daily Worker, quotidien du parti commun (...)

615Visite de J.B.S. Haldane428 à l’Humanité (Daily Worker). La bourgeoisie anglaise a été capable d’arrêter la hausse des prix ; le syndicalisme anglais est en progrès et le communisme y gagne. Beaucoup d’étudiants des universités, des professeurs et des savants. La bourgeoisie anglaise est très mécontente des Américains. Au Pakistan et en Hindoustan, sympathies pour l’URSS, surtout chez les musulmans. Tour d’horizon cordial et optimiste.

616Les paysans de l’Allier viennent porter des vivres aux grévistes parisiens et saluer l’Huma.

Mercredi 10 décembre 1947

  • 429 Le « comité national de grève », formé par vingt fédérations CGT le 27 novembre, lance, le 9 décemb (...)
  • 430 Le 8 décembre, le Secrétariat décide qu’il ne faut pas « s’écarter des perspectives du mouvement : (...)

617Fin de la grève429. Rue F. Flocon. La rentrée se fait ; grève positive ; mineurs et manufacture de Saint-Étienne ; il faut des explications430 : il faut voir l’ensemble ; les ouvriers rentrent, bon état d’esprit. Il y aura des difficultés ; les adversaires vont agir ; des PRL adhèrent aux syndicats de fonctionnaires. Force ouvrière va agir. Les autonomes aussi. Maintien du pouvoir d’achat, c’était l’essentiel ; or il y a cascade de hausse des prix industriels ; on fermera les ciseaux. On va attaquer les paysans, se rapprocher des paysans. Le gouvernement va ouvrir des discussions. Allons-nous refuser d’y aller ? Non ! Allons déposer nos conditions. Il y a misère chez les ouvriers ; ils ont réagi avec ampleur, lutte politique. Trois millions d’ouvriers en grève ; les jeunes ont participé beaucoup. Il y aura des combats plus ou moins généraux ; certains communistes ont vu trop haut. À Saint-Étienne, grand combat avec objectifs élevés (prise de possession des usines, [ill.]) ; certains ont cru à la grève générale, Marseille, Saint-Étienne. Nous avons trop compté sur les cheminots ; on a poussé artificiellement les PTT, le métro. Les femmes n’ont pas freiné. Grève de l’enseignement pour la première fois. C’est un repli pour repartir. Grève perlée pour faire rentrer les victimes. Il y a eu quelques cas de croyance à la grève insurrectionnelle ; le 29, F [ill.] a dit : à minuit, coup d’État. Nulle part hostilité paysanne et parfois solidarité touchante ; c’est le résultat de notre politique paysanne ; nous n’avons jamais attaqué la paysannerie.

Jeudi 11 décembre 1947

  • 431 À la suite des élections municipales d’octobre 1947, l’ancien maire de Marseille, le communiste Jea (...)

618La classe ouvrière a beaucoup appris à la grève ; les formes de lutte changées sur 1936. Pas moyen de baisser les prix agricoles ; d’ici juin, période difficile, hausse de tous les prix. Dans la Loire, accrochage avec la police déterminant, marche sur Saint-Étienne ; la République en danger ; arrestations à minuit donc mobilisation des masses 29 et 30 et lundi arrêt général du travail : les paysans sont descendus sur Saint-Étienne armés (Noir étable) ; bataille très dure avec la police ; pas de sanctions ; le cadre syndical a bien tenu ; on a retourné les trams ; les femmes combatives. Les ouvriers ont chassé les gardes mobiles des gares après des assauts, des combats. Mécontentement et combativité grandissants. Il y a eu mythe de la grève générale suffisant à tout régler, prix et salaires. Rôle de l’armée qui refuse de lutter contre les ouvriers. Protestations contre les arrestations dans comité de grève. Reclassement des cadres. 200 000 ouvriers dans la lutte dans le Nord, 15 usines textiles malgré les socialistes ; misère extrême dans les foyers textile, dénuement ; point faible chez les cheminots du Nord ; en juin et septembre les cheminots ont obtenu des résultats et les cadres, cette fois, étaient contre la grève. Chez les artisans « il s’agit d’une lutte armée ». La classe ouvrière a mieux compris le caractère réactionnaire du gouvernement. À Marseille, le mouvement est parti du fait qu’on avait écarté les communistes de la mairie431 : à Marseille, ça a été une grève politique. Mais ce n’était pas la lutte finale. Les Américains depuis deux ans essaient de briser la CGT.

Vendredi 12 décembre 1947

  • 432 Après avoir confirmé le rappel de 80 000 réservistes, Jules Moch, ministre de l’Intérieur du gouver (...)

61914 h 30, Balzac, Viroflay. Il faut réclamer la démobilisation des deux classes432 ; voter des économies à faire, demander l’expulsion des Anders ; demander plus de gaz lacrymogènes ; deux avions anglais. En Tchécoslovaquie, on a élevé les salaires et baissé des prix : c’est un pays démocratique.

  • 433 Début novembre, la nouvelle municipalité de Marseille décide d’augmenter le tarif des tramways. La (...)

620À Marseille, on croyait que c’était une bataille définitive. Ils ont supporté des sacrifices immenses. Grande misère à Marseille ; paysans et commerçants sympathisants ; marché noir ; augmentation des trams433 : ce fut une grève politique. Nous en avons assez ; à Marseille, le comité de grève était le maître de la ville, et des usines, et de la rue ; ils se sont dit : « Nous pouvons aussi prendre le gouvernement » ; mardi, les patrons cédaient 25 %, mais Marseille pense que Paris n’a pas tenu ; quand on leur a dit de rentrer, larmes aux yeux, grève perlée (100 Comités de défense de la République). La classe ouvrière française a montré que de Gaulle ne sera pas aisé à faire monter au pouvoir. 2,5 millions de grévistes combatifs. Aggravation de la lutte des classes en France. Le gouvernement s’est raidi, Ramadier cédait. Grande lutte de classe au point de vue international, renforce le plan anti-impérialiste ; tous les partis ont dû se coaliser contre nous : ils vont essayer de démoraliser les ouvriers. Toute grève est politique, mais à la base, c’est revendicatif.

Samedi 13 décembre 1947

621Rue Dussoubs. La Révolution et la contre-Révolution s’élèvent. Secrétaire du PC d’Argentine. Un journaliste américain du Denver Post ; un journaliste de Bagdad, Al-Chab.

Dimanche 14 décembre 1947

622En Grèce : en France, on est au plan Marshall, aide à l’Europe. En Grèce, à Truman : ingérence brutale par les armes et les dollars. En Grèce, le PC est clandestin, journal supprimé. Soplioulis a 88 ans, gauche libérale ; il espère que l’affaire militaire arrêtera alors la paix. Que font les délégués de l’ONU ? Ils préparent l’arrivée des troupes internationales pour occuper la frontière grecque. Il y a en Grèce 5 000 soldats et des civils ; ils souhaitent l’insuccès des Américains.

Lundi 15 décembre 1947

623Viroflay, Balzac. En URSS, les épargnes soviétiques sont rognées de 90 % ; pour les salariés, rien de changé, prix de la vie diminués. En France, il manque 1 milliard par jour.

Mardi 16 décembre 1947

  • 434 Il s’agit du meeting prévu pour l’anniversaire de la mort de Gabriel Péri et Sampaix, sous la prési (...)
  • 435 La conférence des Quatre sur l’Allemagne s’achève à Londres, le 15 décembre, sur un échec.

624Vel d’Hiv, G. Péri, Sampaix. 9 h 30434 : Lyochon : « Avez-vous convoqué Marcel ? » La rupture à Londres,435 l’ère de Yalta est close ; l’Allemagne en deux ou trois tronçons, chacun essaiera de s’attirer l’Allemagne, deux blocs hostiles. La rupture s’est faite sur les réparations. Blum réclame des réparations. Il faut internationaliser la Ruhr, contrôle sur l’Allemagne. Marshall est responsable de la rupture. Ronsac : Molotov est aussi responsable que Marshall. France libre : le pacte franco-soviétique ne sert plus à rien ; il faut le dénoncer. Marshall voulait avoir les mains libres pour faire sa politique en Allemagne et en faire une base contre l’URSS. La politique américaine à l’intérieur comme à l’extérieur est dressée contre la démocratie. Molotov : « On ne s’adresse pas à la Russie comme à la Grèce. »

Mercredi 17 décembre 1947

  • 436 Le 17 décembre, le président Truman signe le projet accordant une aide américaine à certains pays, (...)

62516e, avenue de Versailles. Potsdam, c’est : réparations, démilitarisation et dénazification de l’Allemagne. Les Américains à Londres : division du monde en deux blocs, alignement sur les États-Unis, sécurité et réparations évanouies, complet relèvement prioritaire de l’Allemagne. La Chambre des représentants décide de n’accorder aucun crédit aux gouvernements influencés par les communistes436.

Jeudi 18 décembre 1947

626Jean Larson, ex-commandant à l’état-major de De Gaulle. Jouhaux ne veut pas la scission. Une rencontre privée des Quatre sans public. Bevin : « Je ne veux fermer aucune porte. » Marshall : « Je serais très heureux de recevoir Staline à Washington. » Les Américains deviennent maîtres de la Ruhr. Les gaullistes : le MRP mérite le prix Nobel de la trahison. Molotov : « Je demande les réparations pour les pays qui ont été ruinés par Hitler. » Marshall : « Non ! Nous vous avons avancé de l’argent pour nourrir l’Allemagne, nous voulons rentrer dans notre argent. » Les contrôleurs des États-Unis en France auront un rôle de maîtrise sur toute l’industrie nationale. Colonisation française et européenne. Base d’opération contre l’URSS.

Vendredi 19 décembre 1947

  • 437 Lors de ce meeting organisé par France-URSS, en présence de L. Saillant et Pierre Cot, K. Zilliacus (...)

627Zilliacus, salle Wagram437 ; 11 h, commission des Affaires étrangères.

  • 438 Le 18 décembre, les groupes Forces ouvrières tiennent leur IIe Conférence nationale et décident de (...)
  • 439 Sur 18 secrétaires confédéraux de la CGT, 5 démissionnent et rejoignent Force ouvrière. Marcel Cach (...)
  • 440 Il s’agit de « l’indemnité de vie chère » de 1 500 francs par mois, octroyée par le gouvernement.

628Scission CGT438 : 13 secrétaires439. Les ouvriers ont obtenu beaucoup après les grèves ; mineurs : 1 500 F, plus revendications partielles importantes ; cheminots : 1 500 F440, reclassement pour les mécaniciens-chauffeurs ; ils ont envoyé pour 1948 350 000 cartes.

Samedi 20 décembre 1947

  • 441 Marcel Cachin est invité au 2e Congrès de l’Union démocratique des Hellènes de France, sous la prés (...)

629Rue Dussoubs. Fritz Wortin. 15 h, Castanakis, Union démocratique des Hellènes de France441, 17 h ; Zilliacus, 29, rue d’Anjou, Maison France-URSS, BP. 19 h Zilliacus.

Dimanche 21 décembre 1947

630Comité de défense pour la liberté du peuple grec.

Lundi 22 décembre 1947

631CC 9 h, mairie d’Ivry.

Mardi 23 décembre 1947

632CC.

Mercredi 24 décembre 1947

  • 442 Le rapport de Lapie sur la conférence de Londres, devant la commission des Affaires étrangères de l (...)

6339 h Lapie. Londres442. 11 h, Schneiter, zone française.

Vendredi 26 décembre 1947

  • 443 Les 22-23 décembre, un gouvernement est formé par l’ELAS grecque, sous la présidence du général Mar (...)

634À la Chambre, 100 gaullistes demandent la dissolution ; alors, de Gaulle dit : « C’est pour mars » ; mais Schuman fait le travail de De Gaulle (anticommunisme, asservissement aux États-Unis). Le gouvernement veut nous relever les salaires car il faudrait augmenter ceux des cadres, mais donner une indemnité de vie chère de 2 000 F et [ill.] 1 500. La France est riche de possibilités. Dimitrov : « Nous sommes prêts contre les agresseurs du Sud. » Si Moscou reconnaît Markos, c’est grave443 ! Bientôt, Frachon comme Soubise cherchera ses troupes. W. Lippman : « Les quatre ministres ont échoué, aux quatre chefs d’État d’essayer ! »

Samedi 27 décembre 1947

635Devine 324 Grays Inn Road. WCI.

Dimanche 28 décembre 1947

6367 h 45, rôtisserie Périgourdine, Bastid, l’Unité internationale.

Mercredi 31 décembre 1947

637Si dans dix ans l’industrie peut utiliser la force atomique, quels seront les troubles sociaux qui en résulteront ?

Notes

  • 444 C’est à la fin de l’année 1947 que le journaliste américain Walter Lippman publie The cold war, a s (...)

638Le capitalisme flamboyant. W. Lippman. La guerre froide444. « Les Russes possèdent en Allemagne plus d’atouts que les Américains. Les Américains n’ont à lui offrir que des dollars au compte-gouttes. Il faut que les armées russes et américaines s’en aillent. Ce qui est le plus important, c’est la solution du problème russo-américain. Il faut une trêve dans la guerre froide. »

639Ruhr : Krupp, Stinnes, Thyssen, Flick, Vögler. W. Lippman : la présence des armées russe et américaine sur le sol européen perpétue la division de l’Europe. Or, il faut un accord pour régler l’évacuation de l’Europe. Or, il faut tenir la machine russe en échec pour que les États de l’Est de l’Europe soient libres ; il faut que les Russes s’en aillent. Les États-Unis et l’URSS sont rivaux mais il peut y avoir des relations entre eux. L’histoire de la diplomatie, c’est l’histoire des relations entre nations rivales afin de ne leur permettre à aucune de commettre avec succès une agression. Hausse persistante des prix : 100 en 1939, 196 fin 1947. Baisse de rendement des ouvriers. Marshall, 12 novembre : un puissant mouvement se détache de l’Europe du communisme : cela m’encourage. Les États-Unis doivent donner aux Français le sentiment qu’ils les soutiennent contre le communisme.

640Général Clayton, roi du coton. Général Clayton à Francfort-sur-le-Main octobre 1947 : « Au moment où les États-Unis sont obligés de verser de leur poche tant d’argent pour l’Allemagne, ils ont le droit de ne pas admettre d’expériences comme celle de la nationalisation. » En cas de socialisation, plus de lard américain. Lodge, sénateur américain : « Les élections françaises favorisent le plan Marshall ; de Gaulle aussi ; nous aiderons la France à lutter contre le communisme. »

641Aux États-Unis : c’est la guerre qui a apporté aux États-Unis la prospérité présente à la place de la crise 1929-1932. Le maïs, clé de la nourriture du bétail, est déficitaire. La hausse des prix à l’intérieur peut être combattue par l’exportation ? Crise du tabac, coton. On ajourne les investissements qui accroîtraient la production. Marshall : « C’est l’Allemagne qui est fondamentalement nécessaire à la reconstruction de l’Europe. » 5 466 salles de cinéma en France ; beaucoup aux Américains ; en 1947, 336 films américains en France, 40 français. La potasse au premier rang des industries françaises en mai 1946, 95 % de la production de 1939 ; l’agriculture française est bien approvisionnée.

642Enver Hodja (Albanie).

643Europe : URSS 200 millions d’habitants, Allemagne 72, Italie 45, Angleterre 43, France 39, Pologne 25, Espagne 22, Roumanie 15, Yougoslavie 12, Tchécoslovaquie 14, Autriche 7, Suède 6, Norvège 8, Hongrie 6, Bulgarie 5, Grèce 6, Finlande 3, Eire 4, Danemark 3, Suisse 4, Albanie 1. URSS et démocraties orientales 275 millions.

644Lyochon. La Grèce n’est plus la patrie du peuple grec. C’est une base stratégique pour les plans délirants d’hégémonie des Américains.

Socialistes Communistes
En 1936 1 900 000 1 500 000
21 novembre 1945 4 491 000 5 004 000
2 juin 1946 4 187 000 5 145 000
3 novembre 1946 3 455 000 5 900 000
  • 445 Le bureau d’information (Kominform) a son siège à Belgrade, à partir du début du mois de novembre 1 (...)

645Une clique militaire de généraux américains aux États-Unis. Budget de guerre des États-Unis : 11 fois plus fort qu’avant guerre. Idée de la domination mondiale : expansion économique. La France a sacrifié sa souveraineté en excluant les communistes. La France protectorat américain pour 250 millions de dollars. Les socialistes veulent la IIe Internationale. Les communistes doivent se rencontrer, coordonner leurs efforts, créer un bureau d’information à Belgrade, créer un journal bimensuel445. Il faut dire : « Nous sommes les seuls Français qui ont souci de l’indépendance ; nous ne voulons pas abandonner notre souveraineté. » Nous avons sous-estimé notre force. Il faut que nous soyons à la tête de l’anti-impérialisme américain. La France s’est intéressée au renforcement de l’URSS, la paix. Attention à la formule : « Nous sommes un parti de gouvernement. » Pas de glissement à droite. Les socialistes sont toujours à droite. On peut faire reculer l’impérialisme américain ; il faut mobiliser les masses contre l’Amérique. Les gouvernements d’après-guerre sont provisoires. L’appareil d’État. Pas de putsch mais pas de voie pacifique. Il faut chercher des alliés contre les États-Unis. La France, c’est la clé. Il ne faut pas s’interdire aucune formule de lutte. Le parti socialiste peut devenir l’ennemi principal. Il faut marcher au combat. Les socialistes de droite sont les agents de l’impérialisme. Il faut avoir des perspectives claires. Nous sommes à un nouveau stade de la situation internationale : ce n’est plus le fascisme et l’antifascisme ; c’est l’impérialisme des Alliés anglo-saxons contre l’URSS, les colonies, les démocraties nouvelles, les ouvriers. Il ne faut pas avoir peur du mouvement des masses, sous-estimer les forces ouvrières des masses, tâtonner, hésiter. ICC, Toussaint. Changement tactique ; à l’action ! Nous sortirons renforcés. Malenkov, Jdanov. Vatican : « L’URSS est l’ennemi de la civilisation chrétienne. »

646De Gaulle. Il pense qu’en novembre Auriol le chargera du gouvernement. Quatre semaines après, la situation obligera Auriol d’accepter. Programme : révision constitutionnelle, réforme des syndicats ouvriers. Ce sont les hommes de droite qui gonflent le gaullisme. C’est Vichy. Il était contre Roosevelt ; il est américain. Il ne peut réussir qu’après l’effondrement du régime actuel. Il ne peut être qu’un homme d’extrême droite. De Gaulle désire les pouvoirs d’un président américain. De Gaulle nouveau Komilov. De Gaulle adopte la politique allemande des Américains qui ménagent l’Allemagne pour s’en servir en cas de guerre contre l’URSS. Il lutte contre la classe ouvrière ; il veut l’intégrer ; une CGT nouvelle dans le gouvernement après s’être séparé des séparatistes.

Notes

1 Le texte des Carnets pour le mois de janvier 1947, tel qu’il est présenté ici, correspond à une reconstitution, rendue nécessaire par deux difficultés : la présence de deux Carnets et des incohérences de dates. Marcel Cachin semble avoir utilisé un premier de façon fragmentaire – du 14 janvier, jour de la rentrée parlementaire, au 21 janvier, jour de l’investiture de Ramadier –, puis, dans le second Carnet, il a pris des notes sur toutes les pages du mois de janvier. Mais, dans plusieurs cas, la date de rédaction ne correspond pas à la date indiquée sur l’agenda de l’Assemblée nationale. Afin de respecter la progression chronologique, c’est la date, probable, de rédaction qui a été retenue. Toutefois, nous avons indiqué entre parenthèses la provenance du texte (carnet fragmentaire ou carnet normal) et la date indiquée sur la page de l’agenda. Ainsi on lira, au 30 janvier 1947 (carnet normal, 12 janvier), le texte rédigé lors de la réunion du Bureau politique consacrée au Viêt-nam. Enfin, d’après les documents disponibles, il semble que Marcel Cachin n’ait pas pris de notes au début du mois de janvier 1947, soit du 1er au 12.

2 Il s’agit de la page de garde du carnet normal.

3 Marcel Cachin prononce, le 14 janvier 1947, un discours à l’Assemblée nationale où, comme doyen d’âge, il affirme qu’il « n’est pas trop tard pour renouer les négociations avec le Viêt-nam sur les bases de l’accord du 6 mars 1946 ».

4 Paul Coste-Floret, né le 9 avril 1911 ; juriste de formation, député de l’Hérault en 1945, ministre de la Guerre en 1947.

5 Auguste Champetier de Ribes, né en 1882 et mort le 6 mars 1947, président du Conseil de la République, se présente contre Vincent Auriol comme candidat, soutenu par le MRP, à la présidence de la République.

6 Auguste Champetier de Ribes en a été élu président, contre Georges Marrane, candidat communiste.

7 Léon Blum arrive en visite officielle à Londres, le 13 janvier 1947, pour rencontrer Clement Attlee.

8 Le 16 janvier, à Versailles, Vincent Auriol est élu président de la République au premier tour, avec 452 voix, contre 242 à Auguste Champetier de Ribes et 60 voix à Michel Clemenceau (PRL).

9 Le gouvernement Blum impose, pour juguler l’inflation, une baisse des prix de 10 % : 5 % en janvier et 5 % en mars 1947. La mesure est annoncée par Léon Blum, le 31 décembre 1946.

10 Léon, Félix, Benjamin Boutbien, né en 1915, docteur en médecine. Militant de la SFIO dès 1930, il épouse une des belles-filles de Jean Zyromski. Résistant dès 1940, arrêté le 25 décembre 1940 puis relâché, membre du réseau « Action », arrêté le 14 janvier 1943 et déporté, il est membre du CNR en 1945. Il milite à nouveau à la SFIO, à la Libération, et fait partie de son comité directeur, de 1946 à 1951. Dans une lettre à Jean Zyromski, le 20 septembre 1945, Léon Boutbien écrit : « Pour ma part, je traverse une crise de déception assez grande, mais je n’ai pas trouvé de motifs suffisants pour adhérer au PC » (lettre citée par Claude Pennetier et Jean Raymond, dans la notice de Boutbien, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, op. cit., tome 20).

11 La candidature de Jacques Duclos est finalement retirée, et Édouard Herriot est élu président de l’Assemblée, le 21 janvier 1947.

12 Benoît Frachon, secrétaire général de la CGT en « dyarchie » avec Léon Jouhaux (CCN du 5 septembre 1946), approuve, au début de l’année 1947, la baisse des prix préconisée par le gouvernement Blum, tout en maintenant ses exigences en matière salariale, notamment à propos du minimum vital. Il prend position sur ce sujet dans un article paru dans l’Humanité, en février 1947.

13 Albert Ouzoulias (né en 1915) milite aux JC dès 1934, devient permanent, en 1935, comme membre du bureau national des JC (Congrès de mars 1936). Prisonnier de guerre en 1940, il s’évade en juillet 1941 et entre dans la Résistance. Sous le pseudonyme de « colonel André », il est membre du Comité militaire national des FTP, en 1944. Élu conseiller municipal de Paris en 1945, il le reste jusqu’en 1965.

14 Commençant ses consultations, il reçoit Maurice Thorez et Jacques Duclos, le 17 janvier.

15 Suite à des discussions, à Londres, entre Léon Blum, Clement Attlee et Ernest Bevin, un communiqué commun, diffusé le 15 janvier 1947, précise que l’augmentation des livraisons de charbon de la Ruhr paraît souhaitable aux deux gouvernements, et qu’un traité d’alliance franco-anglais est mis à l’étude.

16 Les vendeurs de l’Humanité de la région parisienne y reçoivent leurs étrennes ; discours de Cachin.

17 Cérémonie du 23e anniversaire de la mort de Lénine, sous la présidence de Maurice Thorez, avec un discours de Jacques Duclos.

18 Jacques Sadoul (1881-1956) s’est éloigné de la vie militante après 1945, tout en restant au comité de rédaction de Démocratie nouvelle, avec Joanny Berlioz.

19 Madeleine Braun (1907-1980), femme de Jean Braun, qu’elle a épousé en 1930, fut membre du comité directeur du mouvement Amsterdam-Pleyel, dirigeante du Front national en zone Sud, dès l’été 1941. Son adhésion au PC date de 1942. Élue député de la Seine en 1945, elle le reste jusqu’en 1951. En janvier 1947, elle est la première femme à accéder à la vice-présidence de l’Assemblée.

20 Cette demande, appuyée par les Soviétiques, concerne la Carinthie du Sud.

21 Ramadier a été investi président du Conseil à l’unanimité, le 21 janvier.

22 Marius Moutet (1876-1968), socialiste, député du Rhône puis de la Drôme avant la guerre, est conseiller de la République (1946), ministre des Colonies et de la France d’outre-mer dans le gouvernement Blum ; il est reconduit à ce poste dans le gouvernement Ramadier.

23 Dans le gouvernement Ramadier investi les 21 et 29 janvier, le ministère de la Défense revient à François Billoux ; celui de la Guerre à Coste-Floret, celui de la Marine à Jacquinot (indépendant), celui de l’Air à André Maroselli (radical).

24 Jean Letourneau, né en 1907, résistant, dans le mouvement « Liberté », avec François de Menthon et Georges Bidault, est membre du comité directeur du MRP, depuis novembre 1944. Élu député de la Sarthe en octobre 1945, il est ministre des PTT dans le gouvernement Gouin et dans le gouvernement Bidault, en 1946, et ministre du Commerce dans le gouvernement Ramadier.

25 C’est, sans doute, à cette date que Marcel Cachin a changé d’agenda, utilisant les pages antérieures au 22 janvier 1947 pour des notes, souvent longues, consacrées à des sujets d’importance, comme le gouvernement Ramadier, la question algérienne et celle du Viêt-nam.

26 Léon Blum est en voyage à Londres, du 13 au 16 janvier 1947.

27 D’après les Archives du PCF, cette réunion du Bureau politique a lieu le 22 janvier 1947, avec deux rapports, l’un de Jacques Duclos sur la situation politique, l’autre de Léon Feix (cf. infra) sur l’Afrique du Nord (Archives du PCF, « décisions du secrétariat » et « réunions du BP », année 1947).

28 Il s’agit du rapport présenté au Bureau politique le 22, par Léon Jean Feix (1908- 1974), instituteur, permanent communiste (1936), journaliste en 1945 (pour l’Algérien en France), nommé, fin 1944, responsable pour l’Afrique du Nord, remplacé en janvier 1945, renommé à ce poste de juillet 1946 à avril 1950, élu suppléant au CC à Strasbourg, en juin 1947.

29 Le Manifeste du peuple algérien est publié par Ferhat Abbas, en février 1943. L’Association des amis du manifeste et de la liberté, incluant les oulémas et le PPA clandestin de Messali Hadj, est créée le 14 mars 1944 et dissoute au printemps 1945, au moment des émeutes du Constantinois. Après l’amnistie du 16 mars 1946, Ferhat Abbas crée l’UDMA, l’Union démocratique du Manifeste algérien.

30 Hadj Ali Abdelkader (1883-1957), dirigeant nationaliste algérien, est exclu du PC en 1931.

31 Allusion à un discours de Maurice Thorez, en 1939 : « L’Algérie est une nation en formation dont le peuple sera un amalgame original d’éléments d’origine européenne, arabe ou berbère qui se seront fondus au point de former une race nouvelle : la race algérienne. Mais cette nation n’a pas encore atteint sa maturité. »

32 Dissous en 1939, le PPA de Messali Hadj poursuit une existence clandestine. Libéré en novembre 1946 et rentré en Algérie, Messali Hadj crée le MTLD, le Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques.

33 Il s’agit – peut-être – d’une allusion à l’appui que Robert Murphy, représentant de Roosevelt à Alger en 1943, avait donné à Ferhat Abbas.

34 Il s’agit des cinq députés algériens, proches du PPA, élus à l’Assemblée nationale en novembre 1946 dans le collège des musulmans non citoyens.

35 Le PC A a été créé en 1936.

36 Alice Gilberte Cremades (Alger, 1909) adhéra au PC, en 1935, avant de devenir membre du Comité central du PCA, en 1936. Elle épousa Lucien Sportisse en 1938 ou 1939. Secrétaire générale de l’Union des femmes d’Algérie depuis août 1943, elle est élue député en novembre 1946. En 1949, elle est membre du Comité central du PCA.

37 Il s’agit, sans doute, de Korner David, dit Barta, dit A. Mathieu (1914-1976), d’origine roumaine, proche de Trotsky (1936), membre du parti ouvrier internationaliste, entré au parti socialiste ouvrier et paysan de Marceau Pivert, en 1939 ; animateur de l’Union communiste (IVe Internationale), en 1945-1947, très actif, en avril-mai 1947, aux usines Renault.

38 Marcel Cachin doit faire allusion à l’UGTT, l’Union générale des travailleurs tunisiens, reconstituée en 1945 par Ferhat Ached.

39 Robert Murphy est, en 1946, conseiller politique du général Lucius Clay, commandant les forces américaines en Allemagne.

40 Il s’agit des suppléants des ministres des Affaires étrangères. Ouverte le 14 janvier, la Conférence de Londres, consacrée au traité de paix avec l’Allemagne, s’achève le 24 février.

41 Les Andartès sont les combattants de l’Armée populaire de libération de la Grèce, l’ELAS procommuniste, commandée par le général Markos.

42 La Fédération syndicale mondiale.

43 Le parti socialiste unifié d’Allemagne (SED), créé le 21 avril 1946, comptait alors 1 298 000 membres. Aux élections de l’automne 1946, il avait obtenu 47 % des suffrages, contre 24,6 % au parti libéral (LDP) et 24,5 % aux démocrates-chrétiens de la CDU.

44 George Catlett Marshall, né en décembre 1880, est nommé secrétaire d’État le 7 janvier 1947.

45 Stanislaw Grabski (né en 1871), membre du Comité national polonais à Paris en 1919, ministre de Pilsudski (1923-1925), membre du Comité national polonais à Londres (1942-1944), est vice-président du Conseil national polonais depuis, 1945, à Varsovie.

46 Marcel Cachin, reçu à l’émission de radio « la tribune libre de la presse », y prononce un discours de politique étrangère.

47 La réunion du BP du 30 janvier 1947 est consacrée à la question du Viêt-nam, avec un rapport de Raymond Barbé (cf. infra), et à la question des rapports franco-britanniques, avec un rapport de Florimont Bonte.

48 Barbé Raymond, né en 1911, est professeur, dirigeant communiste de la Seine-Inférieure et de l’Hérault avant la guerre, résistant. À partir d’août 1945 et jusqu’en 1950, il est responsable de la section coloniale du PCF. Conseiller de l’Union française, il préside le groupe communiste de cette assemblée, de novembre 1947 à 1958.

49 Roger Garreau (né en 1891), premier secrétaire de l’ambassade de France à Moscou en 1925-1927, rejoint la France libre en 1941. Délégué à Moscou de 1942 à 1945, ambassadeur en Pologne de 1945 à 1947, il est nommé membre permanent de la délégation française aux Nations unies en 1947.

50 Ce sont les accords Sainteny-Hô Chi Minh.

51 La conférence de Fontainebleau s’est achevée le 14 septembre 1946.

52 Le docteur Tinh s’est suicidé le 9 novembre 1946.

53 René de La Charrière (né en 1915), professeur de droit, est conseiller du haut-commissaire de France en Indochine et commissaire fédéral à la Justice en Indochine, de 1946 à 1948.

54 L’amiral Thierry d’Argenlieu (voir 1946) déclare dans une interview publiée par France-Soir, le 2 janvier 1947, qu’il « est désormais impossible que nous traitions avec Hô Chi Minh. »

55 Les forces du Viêt-minh attaquent Hanoï le 19 décembre, sur ordre de Giap. C’est un échec.

56 Le colonel Dèbes. L’ultimatum français sur Haiphong date du 23 novembre 1946.

57 Allusion probable aux accords Moutet-Hô Chi Minh à Fontainebleau, le 14 septembre 1946.

58 Parti en mission en Indochine le 2 janvier 1947, Marius Moutet revient à Paris, le 8 janvier.

59 Le 9 décembre 1946, le Populaire publie un appel de Hô Chi Minh à l’opinion française, appel commenté en ces termes par Léon Blum : « Ou bien reconquérir par la force des armes tout ou partie de l’Indochine ; ou bien assurer vertu, consistance et durée à l’accord conclu en mars dernier avec le Viêt-nam. »

60 Thierry d’Argenlieu est rappelé un mois plus tard, et Émile Bollaert lui succède le 5 mars 1947.

61 Florimont Bonte (1890-1977), membre du Comité central depuis 1926, député de la Seine (1945-1958), membre de la commission des Affaires étrangères à l’Assemblée nationale, rédacteur en chef de France nouvelle, est considéré comme un spécialiste de politique étrangère dans la direction du Parti.

62 Jules Moch arrive à Londres une semaine avant Léon Blum, le 7 janvier 1947.

63 En janvier 1947, Giuseppe Saragat (né en 1893), voir 1945, quitte le PSI de Pietro Nenni et fonde le parti social-démocrate SDI. Un des motifs de la scission est le refus du pacte d’unité d’action entre le PC italien et le PSI, pacte signé le 27 octobre 1946.

64 Le général Bernard Law Montgomery (1887-1976), le vainqueur d’El-Alamein, est nommé chef de l’état-major britannique en 1946.

65 Winston Churchill crée l’United Europe Movement, le 17 janvier, à Londres.

66 Kurt Schumacher, président du parti socialiste allemand, le SPD, depuis le 10 mai 1946.

67 Le plan français de contrôle allié sur la Ruhr, demandant la création d’un « statut spécial », est présenté par le gouvernement Ramadier, le 24 janvier 1947. Le 3 février, le Quai d’Orsay envoie une note à ce sujet à Londres, Moscou et Washington.

68 Prévue à New York en décembre 1946, la conférence sur la question allemande, réunissant les ministres des Affaires étrangères américain, anglais, français et russe, doit s’ouvrir à Moscou, le 10 mars 1947.

69 Alfred Duff Cooper (né en 1890) est ambassadeur de Grande-Bretagne à Paris, depuis 1944. C’est lui qui aurait suggéré à Léon Blum de mettre sur pied un traité d’alliance franco-britannique, les 26 et 27 décembre 1946.

70 Hentgès, militant communiste, est affecté, par le Secrétariat du BP du PCF, au cabinet ministériel de maurice Thorez comme chargé de mission (Archives du PCF, réunion du Secrétariat du 3 février 1947). Après le départ des ministres communistes du gouvernement Ramadier, le 5 mai 1947, il est affecté à la rédaction du journal Ce Soir (Archives du PCF, Secrétariat du BP, 12 mai 1947).

71 Jean-Paul Sartre écrit dans un article intitulé « Qu’est-ce que la littérature ? », publié, en février 1947, dans les Temps modernes : « Si l’on demande à présent si l’écrivain, pour atteindre les masses, doit offrir ses services au parti communiste, je réponds que non : la politique du communisme stalinien est incompatible avec l’exercice honnête du métier littéraire. » Jean Desanti réplique avec un article intitulé « L’existentialisme dénoncé », publié dans Action, le 7 février 1947.

72 J. Thomas, né en 1930, FTPF en 1943-1944, est décoré de la croix de guerre le 30 janvier 1947 : il est reçu par Marcel Cachin à l’Humanité.

73 Il s’agit peut-être de Bazile Georgiou (cf. supra).

74 Jean-Jacques Juglas, né en 1904, professeur d’histoire, est l’un des fondateurs du MRP. Député en 1945-1946, il est délégué à la conférence de Fontainebleau en 1946.
André Maroselli, vice-président du groupe parlementaire français à Londres en 1943, sénateur de la Haute-Saône (1946), est ministre de l’Air dans le gouvernement Ramadier, radical-socialiste.
Jacques Maurice Couve de Murville (1907) est alors directeur général des affaires politiques au ministère des Affaires étrangères et suppléant du ministre au Conseil des Quatre.
Jacques Fouques-Duparc, né en 1897, délégué à la SDN dans les années 1920, est ministre plénipotentiaire et directeur du secrétariat des conférences au ministère des Affaires étrangères, en 1946-1947, et est nommé ambassadeur à Rome, en 1947.
Henri Alexandre Ziegler (1906), ingénieur en chef de l’aéronautique en 1938, chef d’état-major FFI à Londres en 1944, directeur technique d’Air France en 1946, est ingénieur général de l’Air.

75 Marcel Cerdan, champion d’Europe de boxe, est reçu à l’Humanité.

76 Henry Agard Wallace (1888), vice-président des États-Unis de 1941 à 1945, secrétaire au Commerce en 1945-1946, éditeur du journal New Republic depuis octobre 1946, est membre de l’aile gauche du parti démocrate américain et opposant à Truman.

77 D’après les Archives du PCF, la réunion du Bureau politique qui a lieu le 6 février 1947 est consacrée aux finances locales (Archives du PCF, décisions du BP, 6 février 1947).

78 Il s’agit peut-être d’André Lenormand, député du Calvados de 1946 à 1958.

79 Louis André Saillant (1910-1970), militant à la CGT depuis 1929, est l’un des créateurs de Libération-Nord, président du CNR (10 septembre 1943), secrétaire de la CGT ; il est aussi l’organisateur du congrès de Paris (26 septembre-8 octobre 1945) qui aboutit à la création de la FSM, la Fédération syndicale mondiale, dont il devient secrétaire de 1945 à 1968, tout en restant secrétaire de la CGT, et proche de Léon Jouhaux.

80 Bibrowski (cf. supra) communiste polonais, est membre des Brigades internationales, avant de vivre, semble-t-il, en France.

81 Pierre Kaldor (1912), avocat, membre du PCF depuis 1935, membre de la direction du Front national judiciaire en 1944, est secrétaire général du Secours populaire de 1945 à 1947, avant de diriger le service de documentation du journal Ce Soir. Le 13 mars 1947, il rapporte avec Gillot sur le Secours populaire français devant le BP ; tenu pour responsable de la stagnation de cette organisation de masse, il est critiqué et réaffecté peu de temps après (Archives du PCF, décisions du BP, 13 mars 1947).

82 La réunion du BP du 13 février 1947 est consacrée à la question algérienne, avec un rapport d’André Marty sur « Le statut de l’Algérie » (Archives du PCF, décisions du BP, 13 février 1947).

83 Le projet de statut de l’Algérie, élaboré, officiellement, par le PCA, est déposé par ses députés, le 13 mars 1947, sur le bureau de l’Assemblée nationale. Par décision du BP du 13 février 1947, le projet de statut de l’Algérie, élaboré par le PCA et corrigé par André Marty, qualifié de « document politique important », doit servir de trame au projet de loi à déposer au bureau de l’Assemblée nationale (Archives du PCF, décisions du BP, 13 février 1947).

84 D’après les Archives du PCF, il n’y a aucune réunion du BP entre celle du 13 février et celle du 20 février 1947.

85 Le général Revers, ancien chef de l’ORA, chef d’état-major de l’armée de Terre, est nommé chef d’état-major général en remplacement du général de Lattre de Tassigny, le 12 mars 1947.

86 Le gouvernement français a approuvé le projet de traité franco-anglais, le 14 février. La signature du traité est annoncée, le 28 février, par Georges Bidault à Paris et par Ernest Bevin à Londres. Le traité est signé à Dunkerque, le 8 mars 1947.

87 Le 19 février est signé un traité culturel franco-polonais, ainsi qu’un projet de révision du traité franco-polonais de 1921.

88 Georgiu Tatarescu, né en 1892, ambassadeur de Roumanie à Paris en 1940, vice-président et ministre des Affaires étrangères roumain depuis 1945, signe, avec Georges Bidault, le traité de paix, le 10 février.

89 Jean Rieu (1921-1972), militant communiste en 1935-1936, résistant et déporté, fut secrétaire de la Fédération communiste de la Gironde après 1945, député de la Gironde en 1956 et membre suppléant du Comité central à la même date.
Charles Albert Lahousse (1906), membre des JC à Bordeaux en 1928, secrétaire du comité de rayon de Bordeaux du PCF en 1934, secrétaire régional du PCF en mars 1935. Élu député de la Gironde à la première Constituante, il est battu en juin 1946.
Marc Dupuy (1889-1979), responsable syndical cheminot, résistant (voir supra), secrétaire de la Fédération CGT des cheminots, député de la Gironde de 1946 à 1958, est élu, au Xe Congrès du PCF, membre du CC et suppléant au BP.

90 Fernand Audeguil (1887-1956), professeur, membre de la SFIO depuis 1932- 1934, élu député en 1936, ayant refusé les pleins pouvoirs en 1940, est résistant, conseiller général de la Gironde (1944-1951), député de la Gironde (1946-1958) et maire de Bordeaux (1945-1947).

91 Discours de Marcel Cachin à l’Alhambra de Bordeaux, pour le 29e anniversaire de l’Armée rouge.

92 Henri Chassaing, né en 1907, militant communiste (JC, 1927), secrétaire fédéral de la Gironde (1936-1940), prisonnier de guerre, secrétaire fédéral de la Gironde (1945- 1949), fut conseiller municipal de Bordeaux en octobre 1947.

93 Cérémonie d’inauguration d’une place Stalingrad à Bordeaux, en présence des élus locaux, de Fernand Grenier, du premier conseiller de l’ambassade d’URSS à Paris, Tantchenko. Le discours de Marcel Cachin est conservé à la Bibliothèque marxiste, fonds Cachin, boîte 21, dossier 2.

94 Marius Olivier (1886-1952), syndicaliste cheminot, grande figure de la grève de mai 1920, militant communiste, est maire de Bègles, de 1945 à 1947.

95 Dean Acheson (1893-1971), diplomate, délégué à la conférence de Bretton Woods, sous-secrétaire d’État en 1947, déclare le 22 janvier : « En France, avec quatre communistes dans le gouvernement dont l’un au ministère de la Défense, avec les communistes contrôlant les plus grands syndicats et noyautant les usines et l’armée, avec près d’un tiers de l’électorat votant communiste et avec des conditions économiques en constante aggravation, les Russes pourraient ouvrir la trappe à tout moment qu’ils choisiraient. »

96 Styles Bridges, né en 1898, républicain, est sénateur du New Hampshire depuis 1937.

97 Cérémonie en l’honneur de Paul Langevin, sous la présidence de Vincent Auriol, en présence de Naegelen, ministre de l’Éducation nationale, de Frédéric Joliot-Curie, Henri Wallon, Louis Saillant. Discours de Marcel Cachin conservé à la Bibliothèque marxiste, fonds Cachin, boîte 21, dossier 2.

98 Le BP, lors de sa réunion du 20 février 1947, décide, au sujet de la « délégation des amies de la paix en Grèce : faire que Marcelle Hertzog-Cachin en fasse partie » (Archives du PCF, décisions du BP, 20 février 1947). Cette décision resta sans lendemain, Marcelle Hertzog-Cachin ayant essentiellement milité, en 1947, dans l’UFF (entretien avec Marcelle Hertzog-Cachin, 4 septembre 1996).

99 La deuxième baisse des prix de 5 % est entrée en vigueur le 24 février.

100 Le 24 février 1947, le Secrétariat fixe l’ordre du jour suivant, pour la réunion du BP du 27 février : la question des naturalisations, avec un rapport de Marrane, et la question allemande, avec un rapport de Florimont Bonte (Archives du PCF, Secrétariat, 24 février 1947, et décisions du BP, 27 février 1947).

101 Par décision du Secrétariat, le 3 mars 1947, les membres du BP se voient remettre un rapport écrit de Charles Tillon sur la question de la reconstruction, de l’habitat et du logement en région parisienne, avant la réunion du BP du 6 mars, où Tillon doit rapporter sur cette question (Archives du PCF, Secrétariat, 3 mars 1947).

102 Un projet de traité est examiné par la conférence des suppléants des ministres des Affaires étrangères, à Londres. Le traité est signé en 1955.

103 Le salaire minimum vital n’est créé officiellement que le 31 mars.

104 La conférence de Moscou débute le 10 mars.

105 Jean Decoux, né en 1884, vice-amiral d’escadre, gouverneur général de l’Indochine de 1940 à 1945, est inculpé de trahison devant la Haute Cour de justice, fin 1945, avant de bénéficier d’un non-lieu en 1949.

106 Le 12 mars 1947, le président Truman demande au congrès que soit accordée une aide de 250 millions de dollars à la Grèce (et de 150 millions à la Turquie). Ce discours est resté célèbre, comme le premier exposé de la « doctrine du containment. »

107 Guy Mollet (1905-1975), maire d’Arras (1945) et député du Pas-de-Calais (1946), est secrétaire général de la SFIO depuis 1946.

108 Wladyslaw Anders (1892-1970), le général polonais, émigre à Londres en 1948.

109 André Philipp (1902-1970), membre du Comité directeur de la SFIO en 1944- 1945, député du Rhône, ministre de l’Économie nationale dans le gouvernement Ramadier, est en butte aux critiques du PCF et de l’aile gauche de la SFIO, ce qui l’amène, en avril 1947, à menacer de démissionner.

110 François Billoux (1903-1978) est ministre de la Défense dans le gouvernement Ramadier.

111 Joanny Benier, dit Berlioz (1892-1965), voir Carnets 1945 et 1946, sénateur de la Seine (novembre 1946), rédacteur en chef de Démocratie nouvelle (1945-1962), est officieusement toujours membre du BP. Le 14 mars a lieu une réunion du BP et des membres, communistes, de la commission de Politique extérieure de l’Assemblée nationale, consacrée au Congrès national du parti communiste anglais (Archives du PCF, Secrétariat, 10 mars 1947).

112 Il s’agit, peut-être, de Ts’ai Chang, née en 1900, dirigeante communiste chinoise, étudiante à Paris de 1919 à 1924, membre du CE de l’IC de 1928 à 1932, dirigeante de la Fédération démocratique internationale des femmes à partir de 1946. Rappelons que la journée internationale des femmes a lieu le 8 mars.

113 Il s’agit, peut-être, de Suzanne Gauvin, née en 1916, professeur, militante communiste, membre du bureau fédéral de la Sarthe en 1945, candidate du PCF aux élections de novembre 1946.

114 Peut-être, Vladimir Pozner, né en 1905, écrivain, membre du PCF (1933), parti aux États-Unis au moment de la guerre, rentré en France, en 1946, et réintégré au PCF.

115 Sous la présidence de Jacques Duclos a lieu une cérémonie en hommage à la Commune.

116 Il s’agit, sans doute, d’Albert Aubry (1892-1951), militant socialiste, résistant, déporté, député d’Ille-et-Vilaine (1946-1951), rapporteur du budget des anciens combattants.

117 Jefferson Caffery, né en 1886, ambassadeur des États-Unis en France depuis 1944.

118 Walter Lippman, né en 1889, journaliste au New York Herald Tribune, essayiste (US War Aims, 1944).

119 Charles Phelps Taft, né en 1897, républicain, conseiller au département d’État en 1944.

120 La conférence de Genève, consacrée aux questions douanières, aboutit aux accords du GATT (General agreement on tariffs and trade).

121 Les débats sur la guerre d’Indochine et sur les crédits militaires ont commencé le 17 mars, à l’Assemblée nationale. Le 20 mars est publiée une résolution du Comité central affirmant : « nous ne croyons pas possible le vote des crédits militaires pour la poursuite de la guerre au Viêt-nam. »

122 Le 18 mars, F. Billoux, ministre de la Défense nationale, a refusé de s’associer à l’hommage de l’Assemblée aux troupes du CEFEO.

123 Le Conseil national de la SFIO, les 19 et 20 mars, est consacré à l’Union française : « Pas d’abandon ni de retour à un colonialisme révolu. »

124 Paul Ramadier ayant demandé la confiance, le groupe communiste s’abstient, les ministres communistes votant pour le gouvernement.

125 Joannis Sophianopoulos, libéral de gauche, est depuis 1945 ministre des Affaires étrangères grec. Qualifié par l’Humanité de « leader des Républicains de gauche », il a un entretien avec Maurice Thorez, le 30 mars.

126 Déjeuner-réunion des Amis de la Commune. Discours d’André Marty et de Marcel Cachin.

127 Préparant des élections partielles dans la Drôme, Maurice Thorez prononce un discours à Valence, le 24 mars.

128 Le 17 mars, la CGT a appelé à une « grande démonstration nationale » pour « une baisse réelle des prix. »

129 Marcel Cachin y donne un meeting, avant les élections partielles dans la Drôme.

130 Hardy est arrêté, le 24 mars, à quelques kilomètres de Colombey-les-Deux-Églises.

131 Charles Tillon est ministre de l’Armement dans le gouvernement de novembre 1945.

132 Dans la presse communiste, le « complot des soutanes » fait référence à l’affaire Joanovici, présenté comme le « trésorier de la Cagoule ».

133 Par décision du BP, la dénonciation du sabotage et de « l’organisation de complots » est confiée à Jean Chaumeil (Archives du PCF, décisions du BP, 27 mars 1947).

134 De Gaulle prononce, le lendemain, un discours à Bruneval ; il doit prononcer un autre discours, le 7 avril, à Strasbourg.

135 Il s’agit des résultats des élections partielles de la Drôme. Les deux candidats communistes sont : Maurice Jean Michel (1904-1984), représentant de commerce, militant communiste (JC, 1923), prisonnier de guerre, conseiller général du canton de Romans (décembre 1945), conseiller municipal de Romans (1946-1959), député de la Drôme (1946 : après invalidation, réélu en mars 1947). Jenny Flachier, élue député en 1946 ; élection invalidée ; battue en mars 1947.

136 Les parlementaires girondins, élus en novembre 1946, sont : pour le PCF, Marc Dupuy et Renée Reynaud ; pour les autres partis, Fernand Audeguil, Jacques Chaban-Delmas, Marceau Dupuy, Jean-Raymond Guyon, Émile Liquart, Jules Ramarony, Jean Sourbet, Henri Teitgen.

137 David Eli Lilenthal, né en 1899, ancien directeur de la Tennessee Valley Authority, est nommé directeur de la Commission pour l’énergie atomique des États-Unis, en octobre 1946.

138 Après l’échec du projet parlementaire sur les chemins de fer, en février 1838, Lamartine, dans un discours du 9 mai 1838, dénonce, à la Chambre, les « concentrations économiques ».

139 Émilien Amaury, résistant (OCM), crée le Parisien libéré, en août 1944, avec Claude Bellanger. En 1946, l’entreprise se transforme en SA, dont Amaury détient la majorité des parts.

140 Zéphyrin-Rémy Camélinat (1840-1933) résume, à lui seul, une bonne part de l’histoire du mouvement ouvrier français : signataire du « manifeste des soixante » en 1864, dirigeant de l’AIT en France, combattant de la Commune, membre de la SFIO, de la SFIC, après le congrès de Tours. Zélie est sa fille.

141 Il s’agit, sans doute, d’Abd Al-Rahman Azzam Pacha, membre du secrétariat général de la Ligue arabe, en visite à Paris à la fin de l’année 1946.

142 Lierman, ingénieur agronome, est président de la commission de Modernisation de la production végétale.

143 Manifestation au Vel’ d’Hiv’« pour faire échec au complot contre la République », sous la présidence de Maurice Thorez, Jacques Duclos et André Marty.

144 Le 3 avril, Jeannette Vermeersch présente son rapport devant le BP, sur « La politique sociale et familiale » (Archives du PCF, décisions du BP, 3 avril 1947).

145 Les membres du BP assistent à la séance de clôture de l’École centrale des cadres. Marcel Cachin y consacre un article dans l’Humanité du 6 avril.

146 Il s’agit, sans doute, de Ts’ai Chang, cf. supra.

147 Harold Laski (1893-1950), chairman du bureau exécutif du Labour Party, en 1945-1946, journaliste et essayiste.

148 Ève Denise Curie, née en 1904, fille cadette de Pierre et Marie Curie, écrivain, rejoint la France libre en 1940 ; correspondante de guerre, elle est co-directrice du quotidien Paris-Presse de 1945 à 1949.

149 Thomas Edmund Dewey, né en 1902, gouverneur de New York depuis 1942, est candidat républicain à la présidence, en 1944.

150 Il s’agit, sans doute, d’Albert Jaouen (1909-1976), militant communiste (JC, 1925, PC, 1930), membre des Brigades internationales en Espagne, résistant, élu conseiller de la République en 1946.

151 Marie-Louise Cachin est, depuis mars 1947, avocat désigné pour défendre Duong Bach Mai, communiste vietnamien arrêté à Paris (Archives du PCF, décisions du BP, 27 mars 1947).

152 Joris Ivens, né en 1896, hollandais, maître du documentaire social (Zuydersee, 1930-1933, Borinage, 1935), est souvent qualifié de « cinéaste lyrique et militant ».

153 Augustin Laurent, né en 1896, ouvrier mineur, est militant de la SFIO depuis 1912 ; conseiller général du Nord depuis 1931, député (1936), résistant, ministre des PTT (gouvernement de Gaulle, 1944, gouvernement Blum, 1946) ; député du Nord (1946- 1951).
Eugène Thomas (1903-1969), militant syndicaliste et socialiste du Nord, député en 1936, résistant, déporté, proche d’Augustin Laurent ; député SFIO du Nord, de 1946 à 1951, il est ministre des PTT, de juin 1945 à janvier 1946, et douze fois ministre, de décembre 1946 à octobre 1949.

154 Robert verdier, né en 1910, agrégé de lettres, syndicaliste, résistant, secrétaire général adjoint de la SFIO (1944-juin 1946), membre du comité directeur et directeur adjoint du Populaire en septembre 1946, opposant à Guy Mollet, élu à la deuxième Constituante (juin-novembre 1946).

155 Le MDRM (Mouvement démocratique de la rénovation malgache) est créé en 1946. Son leader est Raseta, élu député de Madagascar en novembre 1946. Les parlementaires malgaches, rendus responsables de l’insurrection de Madagascar, qui débute les 29 et 30 mars, voient leur immunité parlementaire levée, le 6 juin 1947, après un décret de dissolution du MDRM (avril).

156 Il s’agit, sans doute, de Paulo Bittencourt (1895-1963), travailliste, directeur du Correio da Manha.

157 Marcel Cachin est invité à la fête du journal Vaillant, dont le 100e numéro est tiré à 315 000 exemplaires.

158 Les principaux points évoqués par Jacques Duclos, dans son rapport devant le BP du 17 avril, sont la conférence de Moscou, la création du RPF, la situation de l’Union française (Archives du PCF, décisions du BP, 17 avril 1947).

159 Marc Scouamec (1894-1968), militant de la CGTU, membre du PC depuis 1925- 1926, maire de Guilvinec de 1935 à 1940, résistant, est réélu à la mairie de Guilvinec de 1945 à 1965. Il s’agit de la réponse à un télégramme de condoléances adressé par Marcel Cachin au maire de Guilvinec, le 8 avril 1947 (Bibliothèque marxiste, fonds Cachin, boîte 21, dossier 3).

160 Marcel Bloch, né en 1892, Dassault depuis 1947, acquiert en 1935 la société des avions Marcel Bloch ; l’expansion du groupe commençe en 1946.

161 En tournée en Europe, depuis le début du mois d’avril, Henry Wallace est invité en France par un comité d’initiative présidé par Pierre Cot. Il est accueilli au Bourget par Pierre Cot et Marcel Cachin, au nom de la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale. Ce sont Jacques Duclos et Florimont Bonte qui sont chargés de le recevoir au nom du PCF (Archives du PCF, Secrétariat du 21 avril 1947).

162 Le discours de bienvenue à la commission des Affaires étrangères, prononcé par Marcel Cachin, est conservé à la BMP, fonds Cachin, boîte 21, dossier 3.

163 Le discours prononcé par Marcel Cachin, le 26 avril, à Manchester, au cours d’un meeting organisé par le parti communiste anglais, est conservé à la BMP, fonds Cachin, boîte 21, dossier 2.

164 Le discours, prononcé devant le lord-maire, T.H Adams, travailliste, en présence de Harry Pollitt, secrétaire général du parti communiste anglais, et de W. Gallacher, parlementaire communiste anglais, est conservé à la BMP, fonds Cachin, boîte 21, dossier 2.

165 Nahum, d’origine indienne, communiste anglais, était un ami proche de Marcel Cachin.

166 Les premières élections aux conseils d’administration des caisses de Sécurité sociale et d’allocations familiales ont lieu le 24 avril. La CGT recueille 59 % et 61 % des voix, la CFTC 26 % et 25 % des voix.

167 La ration de pain est réduite à 250 grammes par jour, à partir du 1er mai.

168 La bizone anglo-américaine est créée officiellement le 1er janvier 1947. Marshall ordonne d’intensifier son édification, le 25 avril.

169 Le défilé du 1er mai a lieu de la République à la Concorde.

170 Joseph Wright Alsop, né en 1910, et son frère Stewart Oliver Alsop, né en 1914, sont journalistes au New York Herald Tribune.

171 Une grève commence aux usines Renault à partir du 25-28 avril. L’Humanité dénonce l’œuvre de provocateurs, ainsi « Salvade... un ancien membre de la LVF ».

172 Une demande d’enquête sur cette grève est faite par le Secrétariat, le 28 avril, demande confirmée par le BP du 2 mai. L’enquête est confiée à Raymond Guyot (Archives du PCF, Secrétariat du 28 avril 1947, décisions du BP, 2 mai 1947).

173 Après dépôt de plusieurs interpellations, dont celle de Waldeck-Rochet « sur la question du pain », Paul Ramadier pose la question de confiance. Le vote doit avoir lieu le 4 mai.

174 Ambroise Croizat (1901-1951), membre du CC depuis 1929, député de la Seine, est ministre du Travail dans le gouvernement Ramadier.

175 Dans un communiqué du 30 avril, le Comité directeur de la SFIO annonce le maintien de la politique de blocage des salaires.

176 Le groupe parlementaire communiste refuse la confiance au gouvernement Ramadier.

177 Juliette Dubois, née en 1911, est militante communiste (1936), résistante, déportée, conseillère de la République (Côte-d’Or, 1947-1948), suppléante au CC (juin 1945). La candidature de Juliette Dubois au Conseil de la République, en remplacement de J.-R. Bloch, décédé, est examinée par le BP du 3 avril (Archives du PCF, décisions du BP, 3 avril 1947).

178 François Tanguy-Prigent (1909-1970), militant socialiste (1926), plus jeune député du Front populaire, résistant, est ministre de l’Agriculture de novembre 1945 à octobre 1947. C’est lui qui établit la carte de pain, en janvier 1945. Il est souvent attaqué par le PC, qui le surnomme « Tanguy-Privegens ».

179 Paul Ramadier renvoie les ministres communistes de son gouvernement, le 5 mai.

180 Le projet de « forces locales de sécurité », où « s’effacerait toute différence entre combattants du front et travailleurs des usines », est exposé par François Billoux dans France nouvelle, le 3 mai.

181 Roger Garaudy, né en 1913, militant communiste (1933), député (1945-1946), est chargé de réorganiser le parti communiste algérien en 1945. Par décision du BP du 16 janvier 1947, Roger Garaudy est envoyé, en février-mars, diriger une « école d’intellectuels » du PCA, en Algérie (Archives du PCF, décisions du BP, 16 janvier 1947).

182 Édouard Depreux, né en 1898, militant socialiste (1919), résistant, député de la Seine et maire de Sceaux, membre du Comité directeur de la SFIO, ministre de l’Intérieur dans les gouvernements Blum et Ramadier, est chargé du projet gouvernemental de statut de l’Algérie, qui doit être discuté à l’Assemblée nationale en mai.

183 Yves Chataigneau, né en 1891, professeur d’histoire, militant socialiste, est gouverneur général de l’Algérie de 1944 à la fin 1947, avant d’être nommé ambassadeur de France en URSS, le 10 mars 1948.

184 Par décision du Secrétariat, le 5 mai 1947, André Marty présente un rapport devant le BP du 8 mai sur la question algérienne (Archives du PCF, décisions du BP, 8 mai 1947).

185 Amar Ouzegane (1910-1981), militant communiste, est secrétaire général du PCA de 1936 à 1937, et de 1943 à janvier 1946. Élu conseiller municipal d’Alger en octobre 1937, il vota, en 1939, des crédits de subvention au général Anders et aux réfugiés polonais à Alger. Cela fut le prétexte officiel de sa mise à l’écart du PC algérien, après la réorientation politique de la fin de l’année 1946. Exclu du BP du PCA au début de l’année 1947, il fut exclu du PCA, le 30 décembre 1947.

186 William Bullitt est ambassadeur des États-Unis en France, de 1936 à 1940. Il est proche de Léon Blum, lors de son voyage aux États-Unis, en 1946.

187 Oreste Capocci (1888-1950), militant syndicaliste et socialiste depuis 1910- 1912, membre de la SFIO depuis 1922, secrétaire général de la Fédération nationale des employés CGT de 1937 à 1940, et à partir de 1945, gérant, en 1947, du journal l’Écho des employés et des cadres, est élu au Comité directeur de la SFIO en août 1946, et réélu en août 1947.

188 Serge Norbert Lefranc, né en 1903, militant communiste (1921), conseiller municipal de la commune de Saclas, près d’Étampes (1929), est résistant, maire de Saclas (1945) et conseiller général (1946).

189 Le lendemain : le troisième gouvernement de Gasperi est démissionnaire le 13 mai. Le 31 mai, le quatrième cabinet de Gasperi ne comprend plus de ministres communistes.

190 Madeleine Vincent est rédactrice en chef du journal Filles de France.

191 D’après les Archives du PCF, la réunion du BP a lieu le 14 mai 1947 ; Jacques Duclos rapporte sur la situation politique (Archives du PCF, Secrétariat du 12 mai 1947).

192 Ce prêt de 250 millions de dollars est discuté à l’Assemblée nationale, le 23 mai.

193 Il s’agit, peut-être, du maréchal Alphonse Juin (1888-1967). Chef d’état-major général de la Défense nationale depuis août 1944, il est nommé résident général au Maroc, le 13 mai 1947. D’après les décisions du BP du 29 mai, Marcel Cachin a envoyé au maréchal Juin une lettre demandant que le journal du PC marocain puisse reparaître légalement (Archives du PCF, décisions du BP, 29 mai 1947).

194 Ce pourrait être Albert Lhermitte, militant syndicaliste d’Ille-et-Vilaine de 1924 à 1948. Par décision du Secrétariat, le 27 mai, Lhermitte doit rapporter devant le BP sur la situation en Indochine (Archives du PCF, Secrétariat du 27 mai 1947, et décisions du BP, 29 mai 1947).

195 André Tollet, né en 1908, secrétaire de la CGT pour la région parisienne en 1939, dirige l’action syndicale clandestine en région parisienne, est membre de l’Assemblée consultative en 1944, élu secrétaire confédéral de la CGT en 1945 ; il est l’organisateur, en mai 1947, des « journées de printemps des jeunes de France ».

196 Henriette Psichari, membre de la famille de Jean Psichari (1854-1929), helléniste, gendre de Renan et père d’Ernest Psichari (l’auteur de l’Appel des armes, publié en 1912, deux ans avant sa mort), a consacré plusieurs ouvrages à Renan, dont un Renan d’après lui-même (Paris, 1937). En 1947, elle commence à publier les Œuvres complètes de Renan (Paris, 10 volumes, 1947-1961).

197 La manifestation annuelle au mur des Fédérés.

198 Ouverture du congrès du Labour Party.

199 Le 25 mai, le gouvernement annonce que le personnel d’EDF-GDF est réquisitionné.

200 Robert Lacoste, né en 1898, militant de la CGT (1931), résistant, député de Dordogne (novembre 1946), est ministre de la Production industrielle dans les cabinets Blum et Ramadier.

201 Marcel Paul (1900-1982), militant de la CGTU, militant communiste, résistant, déporté, membre du CC du PCF (1945-1964), est ministre de la Production industrielle de novembre 1945 à novembre 1946, élu président du Conseil central des œuvres sociales d’EDF-GDF, en février 1947.

202 Herbert Stanley Morrison, né en 1888, parlementaire, membre du Labour Party, leader de la Chambre des communes depuis 1945, déclare au congrès de Margate : « L’URSS lutte comme nous pour consolider sa puissance et élever son niveau de vie. »

203 La reprise du travail aux usines Renault s’amorce le 16 mai.

204 Allusion au rapport sur l’Indochine présenté, devant le BP du 29 mai, par Lhermitte (cf. supra).

205 Les 6 et 7 juin a lieu une grève des cheminots. Par décision du BP du 29 mai, il ne faut pas « permettre que la classe ouvrière soit entraînée dans des mouvements prématurés (...) » (archives du PCF, décisions du BP, 29 mai 1947).

206 Par décision du BP du 29 mai, il faut « démontrer que nous sommes seuls (...) à rester fidèles à la déclaration ministérielle de Ramadier » (Archives du PCF, loc. cit.).

207 Marcel Cachin se rend à Saintes et à La Rochelle, à l’occasion de la fête de la Fédération communiste de Charente-Maritime.

208 Georges Raoul Gosnat (1914-1982), militant communiste (JC, 1930), proche de Thorez, est sous-secrétaire d’État à l’ Armement auprès de Charles Tillon (juin-décembre 1946), député à la Constituante (1945-1946), député de Charente-Maritime (1946-1958).
Maurice Olivier Brillouet (1890-1979), employé comptable, militant communiste (1920), est conseiller municipal de Surgères, en Charente-Maritime (1925), puis maire de Surgères (1945-1947) et député (1946-1951).

209 Dans un discours prononcé le 4 juin, Paul Ramadier dénonce le « chef d’orchestre clandestin », responsable des mouvements sociaux.

210 Marshall annonce son plan dans un discours prononcé, à Harvard, le 5 juin.

211 La proposition de plan Marshall est acceptée par la France et l’Angleterre, le 17 juin.

212 Bechara-el-Khoury est président de la République du Liban depuis 1941.

213 Francisque Gay (1885-1963), fondateur de l’Aube (1932), résistant, créateur du MRP, député, ministre (novembre 1945), vice-président du Conseil (janvier 1946), ministre (juin 1946).

214 Celle-ci s’est terminée le 25 avril. Le 19 juin, le BP approuve les interpellations des députés communistes, inscrites dans la discussion des interpellations sur la conférence de Moscou.

215 Charles Chailloux est typographe à l’Humanité.

216 Il s’agit, peut-être, d’Émile Schwartz, né en 1893 dans le Bas-Rhin, Alsacien réintégré Français, cheminot, militant communiste depuis 1930-1932.

217 L’Humanité publie le lendemain un poème de Paul Eluard : « Strasbourg, XIe Congrès. À Jeannette Vermeersch / O congrès mot malin, mot innocent mot simple/ quand il s’agit de tant de visages vivants/ et mêlés comme grains pour le pain nourrissant/ je suis ici cherchant la vie de tous/ qui me consolera de la vie que je souffre/ ici j’ai l’assurance ici j’ai le profit/ d’espérer d’être au monde pour donner raison/ au jour qui donne à l’homme d’être tous les hommes. »

218 Les notes qui suivent reprennent, dans ses grandes lignes, le discours d’André Marty au Congrès, consacré à la jeunesse.

219 Paul Langevin (1872-19 décembre 1946), qui adhère au PCF le 29 septembre 1944, préside, à partir de novembre 1944, la Commission ministérielle pour la réforme de l’enseignement, dite commission Langevin-Wallon, dont le rapport final est remis après sa mort.

220 Harry Pollitt, secrétaire général du parti communiste anglais.

221 Rajani Palme Dutt, né en 1896, membre du BP du parti communiste anglais depuis 1921-1922, est l’éditeur du Labour Monthly.

222 Richard Howard Crossman, né en 1907, militant du Labour Party depuis 1937, est membre de la rédaction du quotidien New Statesman depuis 1945.

223 Il s’agit, peut-être, du petit-fils de Marcel Cachin, Daniel, alors âgé de huit ans, que sa mère, Marcelle Hertzog-Cachin, avait envoyé en Angleterre en 1947 afin qu’il y apprenne l’anglais (entretien avec Marcelle Hertzog-Cachin, 4 septembre 1996).

224 Edgard Pisani, né à Tunis en 1918, nommé préfet en 1944, après avoir participé à la libération de Paris, élu sénateur en 1954, ministre de l’Agriculture de 1961 à 1966.

225 Roger Desormières (1898-1963), compositeur, chef d’orchestre, collaborateur de l’Humanité (1936), fondateur du Front national des musiciens, dirige, de 1944 à 1946, l’orchestre de l’Opéra de Paris, où il crée deux symphonies de Chostakovitch. Il fonde, en 1948, l’Association française des musiciens progressistes.

226 Le 1er juillet, Molotov, au nom de la délégation soviétique arrivée à Paris le 27 juin, refuse « les conditions de l’aide qui pourraient porter atteinte à la souveraineté des pays européens ou à leur indépendance économique ».

227 L’Humanité dénonce une marche sur Paris, organisée par la Cagoule et des officiers de l’armée d’Allemagne.

228 Paul Ramadier pose la question de confiance, le 2 juillet, à l’issue du débat sur la politique économique du gouvernement.

229 Le bureau confédéral de la CGT, réuni le 2 juillet, décide la poursuite de l’action pour la révision générale des salaires et des prix avant la fin du mois.

230 À la réunion du BP du 3 juillet, il est décidé d’« exploiter la découverte du complot et l’attitude du gouvernement pour mobiliser le parti en vue de rassembler tous les républicains pour la défense de la République contre l’extrême-réaction ». Cette conspiration est présentée par le gouvernement comme « le complot des prisons, couvents et châteaux » (Archives du PCF, décisions du BP, 3 juillet 1947).

231 Le 3 juillet s’ouvre le Congrès de l’Union générale des fédérations de fonctionnaires.

232 Il s’agit, peut-être, de la femme de Charles Michels (1903-1941), élu communiste parisien, fusillé à Châteaubriant.

233 Le 4 juillet, le Congrès de l’Union générale des fédérations de fonctionnaires, enlevé par Neumeyer, menace le gouvernement d’une grève générale de la fonction publique.

234 Christian Pineau (1904-1995), employé de banque, militant syndicaliste, résistant (Libération-Nord), déporté, militant à la SFIO (1945), député de la Sarthe et ministre du ravitaillement (1945).

235 Le Conseil national de la SFIO s’est ouvert, le 5 juillet, à la Mutualité.

236 Le 8 juillet, l’Humanité publie un article de Marcel Cachin : « Ce soir, à la Mutualité, pour la défense des démocrates grecs ! » Cette réunion est organisée par l’Union démocratique des Hellènes de France.

237 Il s’agit, peut-être, d’Élias Tsirimokis, créateur de l’Union pour la démocratie populaire (1941), ministre de la Justice (1945), membre fondateur du parti socialiste grec ELD SKE (1945), qui aurait été contacté par le PC grec, en décembre 1947, pour former un gouvernement provisoire opposé à celui d’Athènes.

238 Par décision du Secrétariat du 8 juillet, il faut « veiller à ne pas prendre systématiquement une position d’opposition aux projets du gouvernement » (Archives du PCF, Secrétariat du 8 juillet 1947).

239 Par décision du Secrétariat du 8 juillet, exposée par Jacques Duclos dans son rapport au BP du 10 juillet, il faut « reprendre dans l’Humanité l’essentiel des articles parus dans Temps nouveaux sur la politique du blé aux États-Unis et signaler que dans ce pays le blé est donné au bétail tandis que l’on nous envoie du maïs » (Archives du PCF, décisions du Secrétariat, 8 juillet 1947, décisions du BP, 10 juillet 1947).

240 L’Humanité fait campagne « pour un 14 juillet d’union contre les factieux ».

241 Le 12 juillet s’ouvre, à Paris, la conférence des seize pays européens qui acceptent le plan Marshall.

242 Le BP du 10 juillet a décidé de « démontrer le mécanisme de la tentative des États-Unis de vassaliser l’Europe, montrer que la France le sera doublement, par l’Angleterre et les États-Unis » (Archives du PCF, op. cit.).

243 La Conférence nationale des fonctionnaires décide, le 14 juillet, de poursuivre son action « sur le plan parlementaire », dans un but de conciliation. Cette décision a été emportée par Fernand Piccot, secrétaire général de la Fédération postale.

244 Le 15 juillet, Marshall prononce un discours sur l’aide aux pays européens, déclarant : « Nous étudions avec le plus grand soin les conséquences des différentes solutions possibles au point de vue des intérêts américains. »

245 Le 16 juillet est publiée une déclaration commune au CNPF et à la CGT, annonçant la poursuite des négociations et la conclusion prochaine d’un accord.

246 Cérémonie d’inauguration de la maison natale d’Ernest Renan, à Tréguier. Le discours prononcé par Marcel Cachin, à cette occasion, est conservé à la BMP, fonds Cachin, boîte 21, dossier 2.

247 Gustave Monod, directeur de l’enseignement secondaire au ministère de l’Éducation nationale, assista à la cérémonie.

248 Édouard Herriot, présent, prononça un discours pour la cérémonie d’inauguration.

249 Le 20 juillet, Soekarno fait appel à l’ONU, après que les combats ont repris entre Indonésiens et Hollandais.

250 Le 18 juillet, l’Exodus est arraisonné par l’armée anglaise, au large de Gaza.

251 Marie Pierre Kœnig (1898-1970), Commandant de la zone d’occupation française en Allemagne, de 1945 à 1949.

252 Lors de la réunion du BP du 24 juillet, Pierre Cot rapporte sur la politique extérieure et la situation internationale. Son rapport est approuvé (Archives du PCF, décisions du BP, 24 juillet 1947).

253 Le BP du 24 juillet décide de « considérer que le plan Marshall s’insère dans la politique expansionniste des États-Unis et que l’idée dominante vise au relèvement de l’Allemagne comme moyen susceptible d’éviter la crise économique aux États-Unis et de renforcer les bases antisoviétiques américaines » (Archives du PCF, op. cit.).

254 Ouverture du débat de politique extérieure à l’Assemblée nationale.

255 Le BP du 24 juillet décide de « retenir que la position de l’Union soviétique a eu pour résultat de renforcer autour d’elle le bloc de la démocratie progressive et, par ailleurs, de montrer les difficultés de constituer le bloc occidental appuyé sur le plan Marshall » (Archives du PCF, op. cit.).

256 Le 25 juillet, l’Humanité publie un article de Marcel Cachin sur ce sujet, sous le titre « Mare nostrum ».

257 Le 26 juillet, l’Assemblée nationale examine un « plan de congélation de la viande ».

258 Le 27 juillet, à Rennes, le général de Gaulle dénonce devant 60 000 personnes les membres du PCF : « Sur notre sol, au milieu de nous, des hommes ont fait vœu d’obéissance aux ordres d’une entreprise étrangère de domination, dirigés par les maîtres d’une grande puissance slave (...). »

259 Geneviève Tabouis, née en 1892, rendue célèbre par ses chroniques de politique étrangère dans l’Œuvre, dans les années 1930, qui lui valent d’être surnommée par Hitler die lügentante, la « tante menteuse », se réfugie aux États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale, où elle crée le premier journal français outre-Atlantique. À partir de 1945, elle dirige le service de politique étrangère de l’Information.

260 Le 28 juillet est signé un accord de principe entre la CGT et le CNPF sur l’augmentation des salaires.

261 Le 30 juillet, l’Humanité diffuse une affiche, « Réponse à Monsieur le général de Gaulle », où celui-ci est qualifié de « successeur du colonel de La Rocque ».

262 Le discours prononcé par Marcel Cachin, à cette occasion (commémoration de la mort de Jaurès), est conservé à la BMP, fonds Cachin, boîte 21, dossier 2.

263 L’essentiel des décisions prises par le BP, à la réunion du 31 juillet, porte sur le « discours de Gaulle ». Le BP décide « que le coup principal doit être dirigé contre de Gaulle » (Archives du PCF, décisions du BP, 31 juillet 1947).

264 Feix rapporte sur l’Afrique du Nord devant le BP, le 31 juillet (Archives du PCF, décisions du Secrétariat, 28 juillet 1947).

265 Jacques Soustelle est secrétaire général du RPF depuis avril 1947.

266 Abd-El-Krim, retenu prisonnier par la France dans l’île de la Réunion depuis 1926, s’en évade et débarque au Caire, le 31 mai 1947.

267 Marcel Cachin préside, à Pont-l’Abbé, la « fête de la Bretagne ». Marie Lambert est secrétaire fédérale du PCF dans le Finistère.

268 Le 1er août sont signés, entre le CNPF et la CGT, les « accords du Palais-Royal », prévoyant une hausse des salaires de 11 %, liée à une hausse de la production.

269 Le 3 août, l’Humanité publie un article de Marius Patinaud, « Les personnes déplacées, troupes de choc des ennemis de la République », où l’auteur dénonce cette « lie fasciste ».

270 Le débat sur la loi électorale, pour les élections municipales d’octobre, s’ouvre à la commission du Suffrage universel de l’Assemblée nationale, le 4 août. Le projet du gouvernement (Ramadier-Depreux) est repoussé au 5 août.

271 En Tunisie, des grèves lancées par l’UGTT, le 5 août, pour protester contre la faiblesse des salaires, dégénèrent en émeutes.

272 Le Congrès de la SFIO, à Lyon, doit s’ouvrir le 14 août.

273 Jean-François Jacquet (1895-1979), négociant en vin à Rivesaltes, militant socialiste, conseiller général (1937 ; réélu en 1945 et 1949), maire de Rivesaltes (1944- 1971), est élu à la CAP de la SFIO, en juin 1945.

274 Il s’agit, sans doute, d’Henri Vergnolle (1898-1958), architecte, militant socialiste (1921), résistant, conseiller municipal de Paris (1945), président du conseil municipal de Paris (1946), réélu en octobre 1947 au conseil municipal ; il quitte la SFIO, en 1948, et se rapproche du PCF.

275 Il s’agit, sans doute, de Marcel Édouard Fourrier (1895-1966), avocat, journaliste à Clarté (1919-1928), exclu du PCF en 1928, co fondateur de l’Union communiste en 1933 avec des troskystes, adhérent à la SFIO en 1936, partisan de la tendance de la gauche révolutionnaire, pivertiste, résistant, rédacteur en chef de Franc-Tireur (1944). Il participe au lancement de l’hebdomadaire la Bataille socialiste (n° 1, juillet 1947), et est favorable à l’unité d’action avec le PCF.

276 Il s’agit, sans doute, de Jean-Maurice Hermann, né en 1905, journaliste et militant socialiste ; journaliste au Populaire (1932-1939), membre de la SFIO (1930), candidat de la Bataille socialiste, aux législatives de 1936, résistant et déporté. Secrétaire général du Syndicat national des journalistes en 1939, il le redevient en 1945. Ce syndicat est affilié à la CGT ; Hermann demeure à la CGT après la scission de 1947. Secrétaire général du Monde illustré de 1946 à 1948, il collabore également à Franc-Tireur. Il est directeur de cabinet du ministre de l’Information, Gaston Defferre, en 1946.

277 Andrée Marty-Capgras (1898-1963), militante socialiste de la Seine, tendance Bataille socialiste, membre du Comité directeur de la SFIO (novembre 1944), est favorable à l’unité d’action avec les communistes.

278 Les différentes motions sont examinées par les congrès fédéraux de la SFIO, les 6 et 7 août.

279 Lors de sa réunion du 7 août, le BP décide d’« intensifier dans l’Humanité la campagne pour l’unité, contre le pouvoir personnel et les complots, et mettre en relief ce qu’il y a de positif soit dans telle motion soumise au congrès socialiste, soit dans les votes de certaines fédérations ». Ce travail est confié à Marcel Cachin. Le rapport au BP sur le Congrès national socialiste est présenté par Léon Mauvais (Archives du PCF, décisions du BP, 7 août 1947).

280 André Morel, dit Ferrat, né en 1902, militant communiste et membre du BP à la fin des années 1920, a été exclu du PCF en 1936. Résistant au sein du mouvement Franc-Tireur, à Lyon, il est membre du Comité directeur du MLN, en septembre 1944, et entre à la Fédération SFIO du Rhône.

281 À l’issue d’une rencontre le 7 août, CGT et CNPF publient un communiqué commun confirmant la validité des « accords du Palais-Royal ».

282 Daniel Mayer, né en 1909, journaliste au Populaire, organise pendant la guerre la reconstruction clandestine de la SFIO, en France puis à Londres. Secrétaire général du parti socialiste en 1943, membre du CNR, réélu secrétaire général en août 1945 jusqu’en 1946, il est ministre du Travail dans le gouvernement Ramadier.

283 Pierre Ricard est le premier vice-président du CNPF.

284 Le 6 août, le gouvernement Ramadier dénonce les accords passés entre la CGT et le CNPF, visant à une augmentation des salaires.

285 Suite à un changement dans le gouvernement républicain espagnol, exilé en France, l’Humanité publie, le 8 août, un article de Marcel Cachin sur ce sujet : « À leur tour ! ».

286 Le 10 août, Marcel Cachin, après avoir été reçu à la mairie du Petit-Quevilly, dans la banlieue de Rouen, préside la fête du journal l’Avenir normand, édité par la Fédération de la Seine-Inférieure du PCF.

287 René Cance (1895-1982), instituteur, militant communiste, conseiller général du 3e canton du Havre (1937-1939), est réélu en 1945, jusqu’en 1953. Député du Havre (1945-1951).

288 Victor Michaut, membre du BP, est député de la Seine-Inférieure.

289 Après l’ouverture du Congrès national de la SFIO, le 14 août, le rapport moral présenté par Guy Mollet est adopté (3 068 pour, 1 111 contre).

290 Yves Dechezelle, né en 1912, militant socialiste (Jeunesses socialistes, 1930- 1936), puis militant communiste (1936-1938), résistant, chef de cabinet d’Adrien Tixier en 1943 à Alger, secrétaire administratif du groupe parlementaire SFIO (1945), élu au Comité directeur (1946), donne sa démission du poste de secrétaire général adjoint le 12 juin 1947. Au Congrès de Lyon, en août, il présente une motion d’action socialiste et révolutionnaire qui récolte 274 mandats.

291 Le débat de politique générale, au Congrès national de la SFIO à Lyon, se conclut avec le vote de la motion présentée par Guy Mollet.

292 Rémy Roure, dit Pierre Fervacque (1885-1966), journaliste, résistant. Depuis 1945, il collabore au Monde. Il est membre du comité de fondation du Syndicat national des journalistes ; fin 1947, il rejoint Force ouvrière.

293 La motion Guy Mollet, adoptée au Congrès de la SFIO, préconise l’« autorisation de toute coalition pour faire échec à la réaction », aux élections municipales d’octobre.

294 Au cours d’une conférence de presse, le 18 août, de Gaulle précise son point de vue sur le statut de l’Algérie.

295 Le BP du 21 août, auquel assiste Jacques Duclos, décide « en s’appuyant sur la résolution du congrès socialiste : battre la réaction, défendre la laïcité, empêcher toute coalition MRP-socialistes contre nous » (Archives du PCF, décisions du BP, 21 août 1947).

296 Marcel Hamon, né en 1908, enseignant, militant communiste (1934), résistant (officier des FTPF), secrétaire de Maurice Thorez de novembre 1944 à avril 1945, rédacteur à l’Humanité, est député des Côtes-du-Nord de 1945 à 1951.

297 Identification incertaine : soit Jean Francisque Leguen (1905-1978), syndicaliste (inscrits maritimes du Havre, CGTU avant 1936) et militant communiste, soit Jean-Marie Leguen (1911-1980), militant communiste (1931), résistant.

298 Le 20 août est créé un intergroupe gaulliste, comportant 41 élus, à l’Assemblée nationale.

299 Ce vote concerne le projet de statut de l’Algérie, en discussion à l’Assemblée nationale. Le rapporteur de la commission de l’Intérieur de l’Assemblée nationale, le socialiste Rabier, démissionne, après que Ramadier eut proposé un texte différent de celui de la commission.

300 Le 21 août, Daniel Mayer reçoit la CGT et le CNPF.

301 Marcel Cachin est à Lorient, au lieu-dit Maison-Brûlée, pour la fête de la Fédération communiste du Morbihan.

302 Il s’agit, sans doute, de Joseph Alexis Luslac, né en 1910, militant communiste de Brest (1935), syndicaliste paysan, résistant (officier FTPF dans le Finistère), candidat du PCF en octobre 1945, dans le Finistère, rédacteur en chef du journal la Terre, de 1945 à 1977.

303 Marcel Le Cunff, secrétaire du syndicat CGT des dockers de Saint-Nazaire depuis la Libération, démissionne de ce poste, à la fin de l’année 1947.

304 André Philip, ministre de l’Économie nationale, reçoit la CGT et le CNPF, qui protestent contre la hausse des prix de 5 % prévue par le gouvernement.

305 Le projet gouvernemental de statut de l’Algérie est adopté par l’Assemblée nationale. Les députés communistes s’abstiennent lors de ce vote.

306 Le 30 août, le gouvernement soviétique ratifie les traités de paix avec l’Italie, la Roumanie, la Hongrie, la Finlande et la Bulgarie.

307 Le 31 août, les élections en Hongrie voient la victoire du Front national démocratique, composé des communistes, des socialistes et du parti paysan.

308 G. Roussy, recteur de l’Académie de Paris, membre de l’Académie de médecine, était présent à la cérémonie du 25 février 1947, en hommage à Paul Langevin.

309 La ration de pain est tombée à 200 grammes par jour, le 27 août.

310 La loi électorale a été adoptée le 13 août. Le 3 septembre a lieu une assemblée d’information des militants communistes sur les élections municipales, à la Mutualité.

311 Lors de la réunion du BP du 4 septembre, L. Mauvais rapporte sur la situation politique. Les décisions du BP portent essentiellement sur les « mouvements de masse » : « Le mouvement de masse qui se développe en France n’a pas le même caractère qu’en juin dernier, il n’est plus strictement revendicatif. Partant du manque de pain et de la hausse des prix, il est amené à mettre en accusation l’ensemble de la politique gouvernementale elle-même. Le parti doit se mettre nettement à la tête du mouvement afin de le guider, de l’orienter à gauche et de montrer au peuple l’issue à la situation actuelle » (Archives du PCF, décisions du BP, 4 septembre 1947).

312 Cette manifestation, organisée par l’Union CGT des syndicats de la région parisienne, vise à protester contre la hausse des prix et contre le non-respect des accords conclus entre CGT et CNPF.

313 On trouve l’écho d’un discours prononcé par Étienne Fajon, le 5 septembre : « La seule issue, c’est une politique nouvelle, c’est un gouvernement démocratique, c’est l’unité des travailleurs et l’union des républicains. »

314 Marceau Pivert (1895-1958), dirigeant socialiste de premier plan avant la guerre. Parti au Mexique, il ne rentre en France qu’en 1946, date à laquelle il retrouve son siège au Comité directeur de la SFIO, ainsi que le secrétariat de la Fédération socialiste de la Seine, et ce de 1947 à 1950.

315 Le 6 septembre a lieu, à l’Assemblée nationale, un vote sur une question de confiance posée par Paul Ramadier.

316 Le discours de Marcel Cachin à la fête de l’Humanité n’est pas conservé.

317 Dans un article publié par les Cahiers du communisme, en novembre 1947, sous le titre « Trente ans de luttes de l’Union soviétique pour la paix et la sécurité » (p. 1159-1176), Marcel Cachin évoque les « complots contre-révolutionnaires et l’espionnage ». Il est notamment question des affaires Noulens, Savinkov, etc., des années 1929-1930.

318 Fernand Dupuy, né en 1917, instituteur, militant communiste (1937), secrétaire de la Fédération communiste de Haute-Vienne, en 1946, élu suppléant au CC au congrès de Strasbourg (juin 1947).

319 Audition de Georges Bidault devant la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale.

320 Suite à une grève décidée par la CGT, des heurts violents avec les CRS ont lieu au Mans, le 11 septembre.

321 Il s’agit de la fête annuelle de l’arrondissement de Roanne, présidée par Marcel Cachin.

322 René Bonnefille (1892-1972), l’un des créateurs du parti communiste à Roanne (1921), militant très actif dans la région, résistant. Élu conseiller municipal et premier adjoint au maire de Roanne (Dourdein, socialiste), il est réélu en 1947.

323 À la veille de l’ouverture de la session de l’ONU, George Marshall expose sa politique en Grèce.

324 Après le rapport de la commission des Nations unies sur la Palestine (le 31 août), la deuxième session ordinaire de l’Assemblée générale de l’ONU, qui s’ouvre le 16 septembre à New York, est consacrée au statut de la Palestine.

325 Le 17 septembre, Maurice Thorez et Ambroise Croizat font un compte rendu du CC du PCF dans le XIIIe arrondissement, avenue de Choisy.

326 Lors de sa réunion du 18 septembre, le BP décide de « publier dans notre presse, avec un commentaire, quelques-uns des bons programmes qui nous parviennent ». Il s’agit, bien entendu, des programmes élaborés en vue des élections municipales d’octobre (Archives du PCF, décisions du BP, 18 septembre 1947).

327 Le BP du 18 septembre décide de « combattre la thèse américaine prétendant que l’article 51 de la charte des Nations unies autorise l’intervention armée d’un groupe d’États en Grèce. Démontrer à cet effet que la Grèce n’est pas victime d’une attaque extérieure, mais d’un régime de dictature contre lequel le peuple se soulève légitimement » (Archives du PCF, décisions du BP, 18 septembre 1947).

328 Autre décision du BP, le 18 septembre : « L’attaque actuellement menée par les États-Unis contre la règle d’unanimité que Roosevelt comme Staline avait tenu à inclure dans la charte de l’ONU met en péril le rôle de cet organisme international. »

329 Le 20 septembre, une délégation de la Fédération CGT des mineurs est reçue par le gouvernement.

330 Le Xe Congrès national des CDH, qui a commencé le 21 septembre, célèbre le 78e anniversaire de Marcel Cachin.

331 Le 25 septembre, Waldeck-Rochet rapporte devant le BP sur les paysans. Son intervention étant prévue avant le 22 septembre, il est possible que son rapport, écrit, ait auparavant été remis aux membres du BP (Archives du PCF, Secrétariat, 22 septembre 1947 ; décisions du BP, 25 septembre 1947).

332 Paul Anxionnaz, né en 1902, secrétaire général du parti radical depuis 1936, a rejoint la France libre. Élu député en novembre 1946, il est, en 1947, président de la commission de la Défense nationale à l’Assemblée. Il donne une conférence de presse, le 24 septembre, où il se livre à une attaque en règle de l’URSS. Le BP du 25 septembre stigmatise les « déclarations d’Anxionnaz montrant l’Union soviétique comme l’ennemi essentiel » (Archives du PCF, décisions du BP, 25 septembre 1947).

333 Le Bail, militant socialiste, député.

334 Nicolas Petkov, chef du parti agrarien bulgare, démissionne du gouvernement de front patriotique, en septembre 1945. En juin 1947, il est arrêté pour « activités subversives » et condamné à mort par pendaison, le 16 août 1947. Son exécution soulève un tollé aux États-Unis et en Europe de l’Ouest. Le BP du 25 septembre tient à rappeler « la juste condamnation de Petkov » (Archives du PCF, décisions du BP, 25 septembre 1947).

335 Marcel Cachin préside la fête de la Fédération communiste des Bouches-du-Rhône.

336 Il s’agit, peut-être, de Mihaly Karolyi, membre de la grande famille hongroise des Karolyi de Nagykarolyi, président du Conseil de la République hongroise en octobre 1918, qui laisse le gouvernement à Béla Kun en 1919, s’exile, revient en Hongrie en 1945, ambassadeur de Hongrie à Paris de 1947 à 1949, avant de rompre avec les communistes hongrois et de s’exiler à Paris.

337 Frédéric Joliot-Curie (1900-1958), physicien, prix Nobel de chimie (1935), professeur au Collège de France (1937), directeur du CNRS (1944-1946), adhère au PCF, à la Libération, après avoir été militant socialiste (1934), président du Front national (1942). Nommé haut-commissaire à l’Énergie atomique en 1946, il le reste jusqu’en 1950, représente la France à la commission de l’Énergie atomique de l’ONU. En 1947, il est président de l’Association France-URSS. Le 5 octobre, il inaugure une série d’articles publiés dans l’Humanité, sous le titre générique « Les certitudes nouvelles de la science ».

338 Dans les notes qui suivent, on peut voir une allusion au discours prononcé par Vichinsky à l’Assemblée générale de l’ONU, le 26 septembre.

339 Guy La Chambre sera élu député d’Ille-et-Vilaine en 1951, réélu en 1956.

340 Les listes des candidats communistes aux élections municipales, dans le département de la Seine, sont ratifiées par le Secrétariat le 29 septembre. Billoux rapporte sur cette question devant le BP du 3 octobre. (Archives du PCF, Secrétariat du 29 septembre 1947 ; décisions du BP, 3 octobre 1947).

341 Roger Roucaute, né en 1912, employé, militant communiste du Gard, résistant. Élu suppléant au CC du PCF en juin 1945, maire d’Alès (1945), député de l’Ardèche (1946). Il est envoyé en Allemagne pour représenter le PCF, au Congrès du parti socialiste unifié d’Allemagne et fait, devant le BP du 3 octobre, un compte rendu de ce Congrès (Archives du PCF, Secrétariat du 29 septembre 1947).

342 Wilhelm Pieck (1876-1960), membre du CE de l’IC et dirigeant du KPD sous la République de Weimar, puis émigré en France. Il passe la guerre à Moscou, revient en Allemagne en juillet 1945, prend part à la constitution du bloc des partis antifascistes-démocratiques et prépare la fusion KPD-SPD.

343 Le compte rendu des discussions, lors de la séance du 3 octobre du BP, n’étant pas consultable, il est impossible de savoir si Étienne Fajon et Jacques Duclos, délégués du PCF à la conférence de Szlarska Poreba les 22-27 septembre, revenus à Paris le 2 octobre, ont confié à Benoît Frachon leurs premières impressions sur la réunion constitutive du Kominform.

344 Préparant les élections municipales, Maurice Thorez prononce une série de discours en province. Le 6 octobre, il est à Perpignan, devant 70 000 personnes, selon l’Humanité du lendemain.

345 Le BP du 3 octobre « approuve la décision de la Fédération de la Seine de placer sur notre liste du 7e secteur de Paris le conseiller municipal sortant, Satragne ». Cette liste est emmenée par Marcel Cachin (Archives du PCF, Secrétariat du 29 septembre 1947, décisions du BP, 3 octobre 1947).

346 La « déclaration des Neuf », texte officiel adopté à l’issue de la conférence de Szklarska Poreba des 22-27 septembre, annonçant la création du Kominform et le passage à une ligne politique dure, et exposée par Andreï Jdanov, est publiée par l’Humanité le 5 octobre 1947, sous le titre : « Défendre contre les plans impérialistes d’expansion et d’agression l’honneur national (...) ».

347 L’éditorial du Monde, du 7 octobre, affirme que « ceux qui refusaient d’admettre que le monde est désormais divisé en deux camps n’ont qu’à lire le manifeste de la nouvelle Internationale. »

348 Pietro Nenni, né en 1891, socialiste italien, secrétaire général du parti socialiste italien (PSI), reste favorable à l’unité d’action avec le parti communiste italien, après que Saragat eut fait scission, en janvier 1947.
Konni Ziliacus, (1894-1967), voir Carnets 1945 ; vivant en Angleterre, il est élu député travailliste en 1945, et défend des positions prosoviétiques.

349 Le 8 octobre, l’Humanité publie, sous le titre « Pour la paix, malgré les expansionnistes », un article de Marcel Cachin consacré aux discours de Vichynski.

350 Le BP du 9 octobre a deux points inscrits à son ordre du jour : les élections municipales, avec rapport de Billoux, et la déclaration des Neuf, sans indication de rapporteur. Le BP décide de « considérer que la déclaration constitue un facteur de mobilisation de notre parti, de larges couches ouvrières et qu’elle doit nous permettre d’éclairer les éléments républicains attachés à la paix, à la sécurité de notre pays et à l’indépendance française » (Archives du PCF, décisions du BP, 9 octobre 1947).

351 Marcel Cachin préside une réunion organisée par la Fédération communiste de la Sarthe, pour les élections municipales.

352 Il s’agit, peut-être, d’Henri Ledru, né en 1901, syndicaliste, membre de la CGT avant la guerre, résistant, député socialiste (Sarthe), élu en octobre 1945 et en juin 1946.

353 James Forrestal (1892-1949), homme politique américain, sous-secrétaire d’État à la Marine (1940), secrétaire d’État (1944), ministre de la Guerre (1947-1949).

354 Averell Harriman, ambassadeur des États-Unis à Moscou, en 1944-1945, dirige, en 1947, la commission américaine étudiant l’aide Marshall et sa répartition. Le rapport de cette commission est remis au président Truman, le 5 novembre 1947.

355 Garcia est secrétaire de la Fédération CGT des transports. La grève a été votée à l’assemblée générale du personnel du métropolitain, le 13 octobre.

356 Jules Moch, comme ministre des Transports, est l’interlocuteur de la CGT-Transports.

357 Albert Louis Bouzanquet (1897-1971), fonctionnaire, militant socialiste, secrétaire général de la CGT-Tunisie de 1936 à 1944, secrétaire confédéral de la CGT fin 1944, rejoint FO, à la fin de l’année 1947.

358 Robert Bothereau, secrétaire adjoint de la CGT dans les années 1930, résistant, participa à la reconstitution de la CGT, en 1943. Membre du bureau et du secrétariat confédéral de la CGT après 1944, il organise les anciens confédérés autour du journal Résistance ouvrière et rejoint FO, à la fin de l’année 1947.

359 Un appel du PCF, soutenant la CGT et les grévistes du métro, est rendu public le 16 octobre.

360 Cette réunion électorale dans le XVIe arrondissement, avenue de Versailles, a pour protagonistes Marcel Cachin et Albert Ouzoulias.

361 Autre meeting électoral, dans le Ier arrondissement.

362 Premier tour des élections municipales.

363 L’article 51 de la Constitution du 27 octobre 1946 stipule que : « Si, au cours d’une même période de dix-huit mois, deux crises ministérielles surviennent dans les conditions prévues aux articles 49 et 50, la dissolution de l’Assemblée nationale pourra être décidée en Conseil des ministres, après avis du président de l’Assemblée. La dissolution sera prononcée, conformément à cette décision, par décret du président de la République, les dispositions de l’alinéa précédent ne sont applicables qu’à l’expiration des dix-huit premiers mois de la législature. »

364 Georges Gorse, collaborateur du général Catroux avant la guerre, membre du cabinet du général de Gaulle à Alger, membre de l’Assemblée consultative provisoire ; voir Carnets 1946, 15 février.

365 Léon Blum prononce, le 16 octobre, un discours sur la « 3e force ».

366 Un appel du PCF rendu public le 21 octobre précise que « s’ils étaient unis, les socialistes et les communistes grouperaient autour d’eux tous les républicains, et ensemble ils pourraient jouer un rôle décisif ».

367 L’essentiel des décisions du BP, lors de la réunion du 22 octobre, porte sur la lutte contre de Gaulle et le RPF : « Il faut démasquer le RPF comme force fasciste » (Archives du PCF, décisions du BP, 22 octobre 1947).

368 Le BP du 22 octobre décide de « démasquer l’idée de l’existence d’une troisième force qui s’opposerait à la fois au communisme et à de Gaulle » (Archives du PCF, loc. cit. supra).

369 Le BP du 22 octobre décide de « développer l’idée de crainte que de Gaulle inspire et le représenter comme l’homme du coup de force contre le peuple » (Archives du PCF, ibid.).

370 Les propositions du PCF relatives à des accords avec les socialistes pour le deuxième tour des élections municipales sont repoussées par le Comité directeur de la SFIO, le 23 octobre.

371 L’Humanité publie, le 24 octobre, un article d’André Carrel, intitulé « De Gaulle, espoir des 200 familles ».

372 L’Humanité publie, le 24 octobre, un article dénonçant la « collusion socialistes-RPF : dans la plupart des communes de la Seine. Voilà à quoi aboutissent les directives du trotskiste Marceau Pivert, secrétaire de la Fédération SFIO ».

373 Le BP du 22 octobre décide, au sujet de la déclaration des Neuf, de démontrer qu’il « ne s’agit aucunement d’un bloc oriental destiné à s’opposer au bloc occidental, mais d’un bloc de toutes les forces démocratiques internationales opposé à la politique des trusts américains pour la paix et la démocratie » (Archives du PCF, décisions du BP, 22 octobre 1947).

374 Deuxième tour des élections municipales.

375 Le 25 novembre doit s’ouvrir, à Londres, une conférence sur l’Allemagne, réunissant les quatre ministres des Affaires étrangères.

376 Dans un discours prononcé le 27 octobre, de Gaulle demande la dissolution de l’Assemblée nationale et la révision de la Constitution.

377 Après remaniement de son gouvernement, le 22 octobre (Philip, Tanguy-Prigent, Moutet sont écartés), le deuxième cabinet Ramadier est investi le 30 octobre, avec vingt voix de majorité.

378 Réuni le 29 octobre, le bureau confédéral de la CGT appelle « dans les entreprises et les localités au ralliement de tous les républicains pour la défense des libertés démocratiques et syndicales ».

379 Émile Bollaert (1890-1978), directeur du cabinet d’Herriot avant 1940, préfet du Rhône en 1940, révoqué par Vichy, résistant, membre du CNR, élu conseiller de la République en 1946, est haut-commissaire de France en Indochine, de 1947 à 1948.

380 Pierre Neumeyer (1878-1960), militant socialiste avant la guerre, secrétaire général adjoint de la Fédération des fonctionnaires et membre du bureau confédéral de la CGT. Résistant au sein du mouvement Libération-Nord, membre de l’Assemblée consultative provisoire, il redevient secrétaire confédéral de la CGT. Secrétaire du cartel des services publics, il collabore au journal Résistance ouvrière et rejoint FO, à la fin de l’année 1947.

381 Jean Zyromski (1890-1975), ancien secrétaire de la Fédération SFIO de la Seine avant la guerre, animateur de la tendance « Bataille socialiste », résistant, il entre au Front national, pendant la guerre. Après le congrès socialiste d’août 1945, il adhère au PCF en septembre 1945. Il est élu conseiller de la République, en 1946, et le reste jusqu’en 1948.

382 Georges Villiers (1899-1982), élu premier président du CNPF le 12 juin 1946, est un ancien élève de l’École des mines de Saint-Étienne, chef d’entreprise métallurgique, nommé maire de Lyon, en 1941, avec l’accord d’Herriot, révoqué en 1942, résistant, déporté à Dachau.

383 Dans ce meeting, à Pantin, Marcel Cachin évoque « les résultats des élections municipales et les décisions du CC du PCF » (l’Humanité, 5 novembre 1947).

384 Il s’agit, peut-être, d’André Faizas, né en 1902, commerçant, élu, en 1929, conseiller municipal socialiste de Pantin, qui habita Pantin jusqu’en 1983.

385 Par décision du secrétariat du 4 novembre, confirmée à la réunion du BP du 6 novembre, « Duclos, Cachin et Marty se verront jeudi matin pour mettre leurs interventions au point », en fait les discours qu’ils doivent prononcer le lendemain 7 novembre pour le 30e anniversaire de la révolution d’Octobre (Archives du PCF, Secrétariat du 4 novembre 1947). Le meeting a lieu au Vel’ d’hiv’.

386 La réunion du BP, qui a lieu le 6 novembre, est consacrée à « l’application des décisions du CC » avec rapport de L. Mauvais. Les décisions prises concernent au premier chef « le parti socialiste, aile agissante du parti américain » (Archives du PCF, décisions du BP, 6 novembre 1947). « Constatant certaines incompréhensions même parmi des camarades responsables, le BP rappelle (...) que le coup principal doit être dirigé pour isoler le parti américain et son aile agissante le parti socialiste. »

387 Le 6 novembre, le BP décide « d’activer la mobilisation des masses contre le parti américain dans les comités de défense de l’industrie et de la République » (Archives du PCF, op. cit.).

388 Le fonds Cachin de la BMP contient (boîte 21, dossier 3) un discours de Marcel Cachin de novembre 1947, intitulé « URSS : Lénine, Staline, 1947 » (dactylographié, 11 p.).

389 Le meeting du Havre, à la salle de l’Éden, rassemble 5 000 Havrais, selon l’Humanité du 10 novembre. Étant les plus nombreux au conseil municipal, les communistes n’y ont pas la majorité et ne peuvent faire élire leur tête de liste, René Cance. Marcel Cachin consacre un article à cette question : « Le Havre doit avoir un maire communiste » (l’Humanité, 11 novembre).

390 Le 11 novembre a lieu une manifestation communiste sur les Champs-Élysées.

391 Le 13 novembre, au matin, Léon Jouhaux intervient devant le CCN de la CGT et déclare : « Nous sommes donc obligés d’accepter l’aide des États-Unis. » Benoît Frachon intervient le 13 novembre, dans l’après-midi.

392 À la fin du CCN de la CGT, une résolution contre le plan Marshall et les accords de Genève (GATT) est votée par 857 voix contre 127.

393 Les troubles de Marseille commencent le 12 novembre, après que la foule eut libéré quatre ouvriers métallurgistes, en grève, qui avaient été arrêtés et passaient en jugement. Deux compagnies de CRS sympathisent avec les grévistes et les manifestants, au cours des journées des 12-14 novembre, ponctuées de scènes très violentes. Accusées d’être noyautées par le PCF, elles sont dissoutes par la suite.

394 Le 15 novembre vient en discussion, à l’Assemblée nationale, un projet de loi visant à introduire le franc en Sarre avant la conférence de Londres.

395 Marcel Cachin assiste à la fin de la conférence des cellules d’étudiants de la Fédération de la Seine. La séance est occupée par un rapport sur « le parti et les étudiants », présenté par Annie Besse.

396 Il s’agit, sans doute, de la fin du stage d’étude des élus communistes, à laquelle assistent Marcel Cachin et Jacques Duclos.

397 Le 18 novembre, le Secrétariat prévoit de réunir une conférence des élus municipaux communistes avec le BP, le 21 novembre (Archives du PCF, Secrétariat du 18 novembre 1947 ; décisions du BP, 21 novembre 1947).

398 Il s’agit de l’audition, devant la commission des Affaires étrangères, de Georges Bidault, avant son départ pour la conférence de Londres.

399 Contesté par le MRP, Paul Ramadier démissionne le 19 novembre. Léon Blum est désigné comme candidat à la présidence du Conseil par Vincent Auriol, le 20 novembre.

400 Les 18-20 novembre, des incidents ont lieu au camp de transit de Beauregard, entre la police et des citoyens soviétiques en attente de leur rapatriement en URSS.

401 Léon Blum se présente devant l’Assemblée nationale, le 21 novembre, et manque son investiture de neuf voix.

402 Le 10 novembre, George Marshall a annoncé qu’il présenterait un programme d’aide économique pour la Chine.

403 Le 3e Congrès national de France-URSS, à Montrouge, se termine avec un discours de l’ambassadeur d’URSS à Paris, Bogomolov.

404 Désigné par Vincent Auriol comme candidat à la présidence du Conseil, après l’échec de Léon Blum, Robert Schuman, ministre des Finances dans le gouvernement Ramadier, est investi président du Conseil par l’Assemblée nationale, le 22 novembre.

405 Le 25 novembre, les grèves affectent l’enseignement, les PTT, la SNCF, les mineurs, les dockers, les marins, les métallurgistes et le bâtiment de la région parisienne.

406 La grève commence, aux Houillères du Nord, le 15 novembre.

407 Après avoir reçu une délégation de la CGT, les 25 et 26 novembre, Maurice Schuman prononce, le 26 novembre au soir, un discours à la radio où il annonce ses propositions : l’octroi d’une « indemnité provisoire de vie chère ».

408 Le 27 novembre, vingt fédérations CGT, refusant les propositions Schuman, forment un comité national de grève, qui décide la grève totale et illimitée.

409 Le 27 novembre, le BP insiste pour « constater l’ampleur du mouvement de masse et l’élévation de la maturité de la classe ouvrière » (Archives du PCF, décisions du BP, 27 novembre 1947).

410 Le 27 novembre, le BP décide « d’intensifier la constitution et l’activité des comités de solidarité » et de « mettre en avant la revendication de la révision trimestrielle des salaires » (Archives du PCF, op. cit.).

411 Ce meeting avec Marcel Cachin au Havre est dû au fait que, les élections municipales d’octobre y ayant été invalidées, d’autres élections sont prévues, les dimanche 30 novembre et 7 décembre.

412 Maurice Thorez, parti à Moscou le 31 octobre, s’arrête quelques jours à Berlin, à son retour, et arrive à Paris le 29 novembre.

413 Sur ce voyage de Maurice Thorez à Moscou, voir le « Compte rendu de la rencontre entre I.V. Staline et Thorez », qui eut lieu le 18 novembre 1947 (Archives présidentielles de la Fédération de Russie, 45/1/392/83-106), publié par Mikhaïl Narinski dans Communisme, nos45-46, 1996.

414 « Le camarade Staline dit que, selon toute vraisemblance, en France la consolidation et la polarisation des forces se poursuivra. Bien sûr, les communistes se renforceront, mais les gaullistes aussi », in « Compte rendu de la rencontre entre I.V. Staline et Thorez... », article cité supra.

415 « Le camarade Staline déclare qu’il lui semble que les socialistes en France comme le parti travailliste en Grande-Bretagne créent eux-mêmes des ailes gauches au sein de leur propre parti. Les dirigeants les plus en vue des ailes gauches sont des agents des droitiers », in « Compte rendu de la rencontre entre I.V. Staline et Thorez... », article cité.

416 Thorez déclare que « les camarades yougoslaves ont reproché au parti communiste français », lors de la réunion de Szklarska Poreba des 22-27 septembre « d’être entré tardivement dans la résistance et de ne pas avoir su, au moment décisif, lors de la Libération de la France, donner le pouvoir au peuple. Thorez dit que selon lui cette critique n’est pas justifiée (...). Le camarade Staline déclare que le tableau aurait été tout autre, bien sûr, si l’Armée rouge avait été en France », in « Compte rendu de la rencontre entre I.V. Staline et Thorez... », article cité.

417 Le samedi 29 novembre vient en discussion, à l’Assemblée nationale, un projet de loi déposé par le gouvernement afin de lutter contre les grévistes. Qualifié de mesure de « défense républicaine » par la majorité, de « loi scélérate » par le PCF, qui cherche à empêcher son adoption, il est finalement voté le 4 décembre.

418 Le 29 novembre, l’Assemblée générale des Nations unies vote, à la majorité des deux tiers, le plan prévoyant le partage de la Palestine en deux États.

419 La série de notes, qui suit, sur les années 1848-1852, peut être mise en relation avec les conférences hebdomadaires du groupe parlementaire communiste. Le programme de ces conférences a été arrêté par le Secrétariat le 24 novembre : le 2 décembre 1947, Roger Garaudy présente aux élus communistes un exposé sur « Le coup d’État de 1851 » (Archives du PCF, Secrétariat du 24 novembre 1947).

420 Raoul Calas (1899-1978), instituteur, dirigeant communiste de l’Hérault et du Nord (à partir de 1931), secrétaire général de l’Humanité, prisonnier, rapatrié en 1941, résistant, élu membre du CC en juin 1945. Élu député de l’Hérault en octobre 1945, réélu en avril et novembre 1946. Le lundi 1er décembre 1947, Calas prononce un discours contre l’utilisation de l’armée dans les grèves, qui s’achève par une phrase exaltant la mutinerie du 17e de ligne à Béziers en 1907. Sur proposition d’Herriot, l’Assemblée vota contre Calas une mesure de censure, avec exclusion temporaire. Calas refusa et, escorté de tout le groupe parlementaire communiste, resta à la tribune de 19 h 55 le lundi à 6 h du matin le mardi, où il fut expulsé par la garde. Il fit une autocritique publique de son geste, en 1952.

421 Le 2 décembre, l’Union générale des Fédérations de fonctionnaires menace d’une grève illimitée s’il n’y a pas relèvement des salaires. L’ultimatum est fixé au jeudi 4 décembre.

422 Le 3 décembre, le BP, après rapport de Maurice Thorez sur la situation politique, décide de « constater que l’esprit de combativité de la classe ouvrière s’est considérablement développé » (Archives du PCF, décisions du BP, 3 décembre 1947).

423 Allusion à l’échec, le 30 novembre, des négociations entre CGT et gouvernement.

424 Giaccobi est président de l’intergroupe gaulliste à l’Assemblée nationale.

425 Dans la nuit du 2 au 3 décembre, l’express Paris-Tourcoing déraille à côté d’Arras : on compte seize morts et trente blessés. Le déraillement est l’œuvre d’un sabotage.

426 Les 3-5 décembre, les premiers accords sont conclus entre grévistes et entreprises, prévoyant une augmentation des salaires de 25 %.

427 Deuxième tour des élections municipales au Havre. Le résultat est analysé par Marcel Cachin dans l’Humanité du 7-8 décembre : « Victoire communiste au Havre. »

428 J.B.S. Haldane, historien, est un collaborateur régulier du Daily Worker, quotidien du parti communiste anglais.

429 Le « comité national de grève », formé par vingt fédérations CGT le 27 novembre, lance, le 9 décembre, le mot d’ordre de « repli général » et, le 10 décembre, celui de reprise générale du travail.

430 Le 8 décembre, le Secrétariat décide qu’il ne faut pas « s’écarter des perspectives du mouvement : mettre en lumière l’issue revendicative des grèves ; avoir le souci de conserver intact la volonté de lutte de la classe ouvrière et l’unité des organisations syndicales » (Archives du PCF, Secrétariat du 8 décembre 1947).

431 À la suite des élections municipales d’octobre 1947, l’ancien maire de Marseille, le communiste Jean Cristofol, a perdu la mairie, avec 24 voix pou le conseil municipal, contre 25 pour le nouveau maire, Michel Carlini, RPF, et 14 voix pour Gaston Defferre, socialiste.

432 Après avoir confirmé le rappel de 80 000 réservistes, Jules Moch, ministre de l’Intérieur du gouvernement Schuman, a procédé à la mobilisation du contingent de la classe 1943.

433 Début novembre, la nouvelle municipalité de Marseille décide d’augmenter le tarif des tramways. La CGT réplique en déclenchant un mouvement de grève et de boycott des trams.

434 Il s’agit du meeting prévu pour l’anniversaire de la mort de Gabriel Péri et Sampaix, sous la présidence de Marcel Cachin, avec des discours de Jacques Duclos et de Georges Cogniot.

435 La conférence des Quatre sur l’Allemagne s’achève à Londres, le 15 décembre, sur un échec.

436 Le 17 décembre, le président Truman signe le projet accordant une aide américaine à certains pays, dont les gouvernements ne comprennent pas de communistes.

437 Lors de ce meeting organisé par France-URSS, en présence de L. Saillant et Pierre Cot, K. Zilliacus intervient sur « l’URSS, les États-Unis et la paix ».

438 Le 18 décembre, les groupes Forces ouvrières tiennent leur IIe Conférence nationale et décident de faire scission.

439 Sur 18 secrétaires confédéraux de la CGT, 5 démissionnent et rejoignent Force ouvrière. Marcel Cachin prend position sur la scission dans un article publié par l’Humanité du lendemain, sous le titre : « Les responsabilités sont clairement établies. »

440 Il s’agit de « l’indemnité de vie chère » de 1 500 francs par mois, octroyée par le gouvernement.

441 Marcel Cachin est invité au 2e Congrès de l’Union démocratique des Hellènes de France, sous la présidence du professeur Castanakis.

442 Le rapport de Lapie sur la conférence de Londres, devant la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale, est évoqué par Marcel Cachin dans un article publié, le 25 décembre, dans l’Humanité, sous le titre « Précisions sur l’abandon de la politique des réparations. »

443 Les 22-23 décembre, un gouvernement est formé par l’ELAS grecque, sous la présidence du général Markos.

444 C’est à la fin de l’année 1947 que le journaliste américain Walter Lippman publie The cold war, a study in US foreign policy, New York, Harper.

445 Le bureau d’information (Kominform) a son siège à Belgrade, à partir du début du mois de novembre 1947. Il édite, à partir du 1er novembre, un journal bimensuel, Pour une paix durable, pour une démocratie populaire.

© CNRS Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search