Version classiqueVersion mobile

Carnets. Tome IV

 | 
Marcel Cachin

Année 1946

Carnets Marcel Cachin. Année 1946

Texte intégral

Notes

1Hitler, ses buts.

2Depuis les invasions mongoles de l’Europe au XVIe siècle il n’y a pas eu de boucherie méthodiquement impitoyable à une telle échelle. Et ce n’est que le commencement. Il reste à la famine et aux épidémies d’achever l’œuvre de Hitler. Nous sommes en présence d’un crime sans nom.

3La guerre était dirigée jadis contre des armées et des souverains. Hitler a voulu anéantir des sujets, des civils, des races : « Le conflit c’est celui de sang et sang, race et race, peuple et peuple. » Il faut modifier les rapports biologiques de l’Europe en faveur de l’Allemagne. Il faut diminuer le taux de natalité des groupes sociaux non allemands. On a tué en masse des Juifs, des Russes, des Polonais. On a détruit systématiquement des pays et des villes. On a scientifiquement organisé la démoralisation.

  • 1 Charles Dubost, procureur général de la France au procès de Nuremberg.

4Dubost1 : 29 660 otages français ont été fusillés.

5Au métro 11 000 employés en 1945, aujourd’hui : 12 000, 774 malades par jour, bureau centre 400, anciens prisonniers réintégrés, en vacances. Les Allemands ont exigé abusivement 557 milliards pour leurs frais d’occupation en France. D’automne 1940 à février 1944, la vie a augmenté en France de 166 %.

6Les cinq merveilles bretonnes : Kermascledan, Saint-Fiacre du Faouet, Locronan, Folgoët, Kreisker.

Janvier

Mardi 1er janvier 1946

7Annemasse-Saint-Tropez (Biscarlet) région 16, rue d’Alboso, Nice.

8Charles a opéré Rol à Murcie.

9Les colonies s’appellent maintenant les territoires de l’Union française.

10Les jeunes. L’Église influence un million de jeunes et enfants. Depuis le changement de la jeunesse communiste en jeunesse républicaine, pas de programme de revendication immédiate (apprentissage, enseignement technique, laïcité). 45 000 Vaillants et Vaillantes. Création de foyers laïcs. Pendant six ans, il y a eu rupture du PC et des jeunes. Il faut donner des perspectives aux jeunes, celles d’une République luttant contre les trusts. Il faut des revendications. Les catholiques ont la JOC, les étudiants, les employés, les paysans par corporation, par école professionnelle. Il faut des entraîneurs de jeunesse, des clubs sportifs. Le PC s’occupe des vieux, des syndiqués, mais pas des jeunes. Il faut des slogans pour la jeunesse.

11Paris : 47 000 cartes en 1945.

Mercredi 2 janvier 1946

12Saint-Tropez (Borelli). Tomazo Bartolotto.

  • 2 Gaston Defferre (1910-1986). Socialiste, il dirige ce journal. Il remplace André Malraux au gouvern (...)

13Var : 22 conseillers généraux sur 30 (socialistes). Chef socialiste Quiniou, instituteur à Toulon. 12 000 PC. 720 cellules. Rouge Midi 75 000 ; Provençal 120 000 Defferre2.

14Deux usines coopératives viticoles. 100 communes avec des communistes. 44 en majorité. Liberté du Var (CLN) 60 000.

  • 3 Ercoli, pseudonyme de Togliatti Palmiro (1893-1964). Le dirigeant du PCI est ministre sans portefeu (...)
  • 4 Longo Luigi (1900-1980). Membre de l’aile gauche du parti socialiste italien, il adhère au PCI à sa (...)

15En Italie : le premier congrès depuis quatorze ans. Neuf jours, 1 700 délégués. Ercoli3 Longo4 (Gallo). Ercoli : contre la monarchie, contre l’Eglise, contre la démocratie chrétienne. Formule très équivoque. Pour les prisonniers, pour la Constituante. Il faut des concessions substantielles au papisme. Il fait tolérance pour la religion ; pas d’attaques contre l’intolérance religieuse. Rejet de la fusion organique avec les socialistes. Transformation du PC italien. On abandonne le marxisme. 1 700 000 membres dont une majorité de croyants. Alors pas de discipline de [ill.], mais pratique. Rien sur les revendications immédiates, sur la situation intérieure misère. Pas un mot sur l’URSS.

Jeudi 3 janvier 1946

  • 5 Jacques Sadoul (1881-1956) Avocat, il milite à la SFIO, dès 1903, et fait partie du groupe communis (...)

16Sainte-Maxime mairie Sadoul5.

17Bartolotto.

  • 6 Demetrios Partsalidis, Mitsos, en fait Partsalides (né en 1905). Il adhère aux JC, en 1924, puis pa (...)

18EAM à Paris : Partsalidis6, général Grigoriadis, Georgalos, Loulis.

19En Italie : Longo : la fusion n’est pas mûre mais délégation paritaire pour une longue période. Renforcer l’unité d’action. La gauche chrétienne n’a pas d’idéologie. Le PC n’est pas athée. L’acceptation du marxisme n’est pas nécessaire. Confusion voulue entre parti de masse et mouvement de masse. Vous abandonnez le Parti, malaise profond dans les cadres du PC. Au Comité central : vote secret, inégalité du chiffre de voix, il faut être populaire ; ils disent : notre unité nationale est faible, il y a un mouvement fasciste, il y a un mouvement séparatiste, pas d’esprit démocratique, inégalité menaçante, il faut un courant bourgeois non fasciste, Nenni ne fera pas de division socialiste, il faut un parti de type nouveau, aider la bourgeoisie et surmonter sa crise, confusion dans la classe ouvrière.

Vendredi 4 janvier 1946

20Pampelonne, route de Ramatuelle, Magali et l’Auberge des Maures.

21Italie : le prestige du PC devrait les faire adopter des solutions hardies. Il y a un grand élan pour le Parti. Nos camarades sont gênés par leur propre force. Jeu compliqué : la bourgeoisie italienne enthousiaste, les catholiques des alliés plus loin, à Salazar et Franco, on leur répond : ils ne sont pas athées. Ils n’ont pas discuté avec eux. Courant opportuniste. Nous n’avons pas su donner toutes garanties aux socialistes (Longo). Les socialistes de la Julienne Vénétie aiment mieux Tito que Rome et le disent. Ne parlons pas de Trieste. Débat sur la morphologie du latin. C’est une tentative de liquidation. C’est que l’IC est dissoute. La situation italienne est très mauvaise. Magma avec les catholiques. Prestige sentimental de l’URSS.

Samedi 5 janvier 1946

22Saint-Tropez, salle du Latitude 43, 5 h. Capello, Vuarin, Thomas, La Bravade.

23Portugal : chemises vertes, fascisme, féroce oppression. Les mendiants pullulent. Le Portugal est un anachronisme, il s’est arrêté en 1550 (40 % d’analphabètes). Il vit par l’Angleterre. Deux groupes d’opposition mais sans papier ni argent. Listes électorales truquées, candidat officiel seul.

24Un journaliste américain : « Les troupes américaines en Vénétie Julienne sont une avant-garde à la frontière entre la démocratie véritable et les communistes, et même comme un rempart contre l’envahisseur soviétique. »

Dimanche 6 janvier 1946

25Grasse, Peymenade, Honoré, Rose, Clémence, Yvonne Gourlan. Aubert à L’Aurore Saint-Raphaël.

26Saint-Tropez : l’usine de torpilles, 450 ouvriers ne font rien. Toulon : 4 000 ouvriers de l’Arsenal travaillent sur 12 000. Les autres ne font rien.

  • 7 Frederic Morgan. Ce général anglais est le chef de l’UNRRA (Agence des Nations unies pour le secour (...)

27Question juive : les Juifs n’ont rien d’un peuple persécuté (Morgan7, chef de l’UNRRA). « La présence des Juifs en Allemagne peut porter en germe une Troisième Guerre mondiale » (Commission anglo-américaine en Allemagne). L’antisémitisme grandit en Pologne, en Angleterre. Les Juifs ont en vue un exode massif hors d’Europe.

28L’armée : la situation de l’Allemagne permet d’espérer une période de paix de cinq ans. Nos classes sont maigres.

29Notre trésor est à sec. 70 000 hommes suffisent pour occuper l’Allemagne, 60 000 hommes suffisent pour l’Afrique du Nord, or de Lattre veut 900 000 hommes.

Lundi 7 janvier 1946

  • 8 Raoul Dautryc (1880-1951). Il est remplacé, le 26 janvier, comme ministre de la Reconstruction et d (...)

30Sainte-Maxime. Pin parasol. Dautry8 à Sainte-Maxime. Roger Belfort, ingénieur du génie maritime.

31Il faut à la France une industrie lourde, des usines pour fabriquer des machines-outils.

32[Aurore 27 avenue de la Victoire. Nous aurons la joie d’accueillir Marcel Cachin à la Direction fédérale dans quelques jours. Édouard Voisin secrétaire fédéral.]

33En Savoie, les socialistes sont dans F Armée secrète (AS) et jettent des bombes à la préfecture, évêché, tribunal. Porez.

34Budget 500 milliards, la moitié du revenu national. 37 milliards pour le service de la Dette, 52 milliards de subventions (charbon, pain, viande), 36 milliards déficit chemins de fer.

351 036 000 fonctionnaires en France (Pleven), 687 000 en 1938. Diminution du sens de l’autorité.

Mardi 8 janvier 1946

  • 9 Michel Zunino (1889-1958). Ancien membre du comité directeur du Front national, il est député commu (...)
  • 10 Eugène Merle (1911-1969). Instituteur, il adhère à la SFIO en 1932 et au PCF en 1941. Après un pass (...)

36Saint-Tropez. Réunion. Zunino9, Merle10 conseiller général.

Mercredi 9 janvier 1946

37Saint-Tropez-Turin.

  • 11 Jean Médecin, né à Nice en 1890, avocat, était député (indépendant de gauche) des Alpes-Maritimes d (...)

3821 octobre, Alpes Maritimes : communistes 71 000, socialistes 33 000, Médecin11 39 000, Chaigneau 15 000, MRP 17 000.

Jeudi 10 janvier 1946

39Nice. E.D. Voisin secrétaire fédéral. Paul Martens.

40Refus du 37e congrès SFIO de réaliser l’unité. Des sections du POF se constituent, des Amis du POF se constituent à l’Ariane... Plusieurs dizaines de milliers aux Amis du POF. Aurore 5 janvier.

4120 janvier, assemblée générale des Nations Unies à Londres.

4216 000 cartes du PC : Alpes-Maritimes.

43Nice. Réception à L’Aurore. Les Amis du POF : la carte 5 F, 40 000 placées. Le succès des Amis : on escompte 50 000.

44Situation des journaux du PC. Il faudrait un congrès des 11 chefs des quotidiens.

45Un typo : 900 F par jour, un chef d’atelier 27 000 F par mois (six heures par jour), un chef rotativiste 30 000 F par mois. Le plus petit salaire : 10 000 F. Le journal perd 0,75 F par numéro.

46Aurore : 35 000 par jour, Patriote : 42 000 par jour, Nice-Matin socialiste : 42 000, Liberté MRP : 30 000.

47Grand succès de la Vierge de Boulogne à Nice dans les quartiers populaires.

Vendredi 11 janvier 1946

48Saint-Tropez. Miousset secrétaire du syndicat des ingénieurs de l’usine de torpilles.

  • 12 La première Assemblée générale de l’ONU (51 membres) vient de s’ouvrir la veille, à Londres, sous l (...)

49ONU : Organisation des Nations unies12.

50Une commission des Nations unies contrôlera l’énergie atomique.

Samedi 12 janvier 1946

51Marseille-Saint-Tropez : 130 kilomètres.

  • 13 Jean Cristofol (1901-1957). Douanier, au cours des années 30, il milite activement contre le fascis (...)
  • 14 Né en 1907, Lucien Molino est membre suppléant du CC du PCF. À la Libération, il devient secrétaire (...)
  • 15 Lucien Goux, dit Gaillard, né en 1905. Agrégé de sciences naturelles, il adhère au PCF, en 1934. Cl (...)
  • 16 Yvonne Estachy (née Paimpec) (1907-1985). Artisane couturière, elle adhère au PC, en 1936. Elle par (...)
  • 17 Marcel Guizard (né en 1907). Agent manipulant des PTT, il militait, en 1928, à la CGTU. Il adhère a (...)

52Jean Cristofol13’ vice-président du Conseil municipal de Marseille. Remacle, rédacteur en chef de Rouge-Midi. UD des Bouches-du-Rhône : 174 000. Molino14’ Goux15, Estachy16 Opéra de Marseille en régie. 17 000 PC Marseille. 27 000 Bouches-du-Rhône. (Méridional MRP.) Guizard17 Marseillaise. Defferre. Lionel grand juif trust l’huile.

  • 18 Antoine Avinin (1902-1962). Avinin est élu député UDSR (dont il est l’un des fondateurs) de la Sein (...)
  • 19 Né en 1901, Gaston Palewski a été ancien chef de cabinet de Paul Reynaud, en 1938 ; il devient chef (...)
  • 20 Édouard Herriot (1872-1957). Ancien président du Conseil et maire de Lyon. En février, à Lons-le-Sa (...)
  • 21 Georges Villiers, l’un des patrons les plus influents, devient le premier président du CNPF, le 12  (...)

53Colonel Passy-Vavrin : Avinin18 ; colonel Monnet, Palewsky19, casser les partis, regrouper dans un tiers parti (UDSR, MRP, radicaux, plusieurs socialistes, Paul Boncour, Herriot20’ Blum). Que de Gaulle fasse l’opération ou tout de suite ou après le débat sur la Constitution. Déjà le groupe Villiers21 (Lyon) donne 50 millions. Beaucoup de concours financiers.

Dimanche 13 janvier 1946

  • 22 Marcel Cachin rappelle ici la mémoire de Pauriol Fernand (1913-1944). En 1931, il adhère au PC et p (...)
  • 23 Pierre Emmanuelli est né en Corse, en 1912. Il adhère à la CGTU, en 1930, et au PC, un an plus tard (...)

54Marseille. Pauriol22’ rédacteur en chef de Rouge-Midi. Réunion Marseille Hôtel de Ville. Émile Seillon. Emmanuelli23.

  • 24 Jean Gouin, dit Félix (1884-1977). C’est après la Libération que sa carrière politique prend une en (...)
  • 25 André Philip (1902-1970) Agrégé de droit en 1926, ce militant SFIO devient député sous le Front pop (...)

55Comité central du 19 janvier (le premier après Issy, fin octobre). Difficultés mais possibilités. Le parti socialiste n’est pas liquidé. Nous avons voté de Gaulle car il avait eu la majorité Oui Oui. Nous avons évité l’isolement. Nous sommes apparus comme un grand parti de gouvernement et non comme des agitateurs mais nous avons montré que nous savions résisté à de Gaulle. Le 15 novembre de Gaulle dit à Maurice Thorez : pas de grand ministère. On met en cause le caractère national du PC blessant pour notre honneur de Français. Le 17 novembre nous demandons la présidence du ministère. Les socialistes répondent : oui si le gouvernement est tripartite. Or le MRP était hostile. Le 18, de Gaulle offre sa démission. Alors nous proposons Félix Gouin24. Nous envoyons une lettre aux socialistes : « Voulez-vous faire un ministère d’action républicaine, voulez-vous faire avec nous le ministère républicain ? » Refus socialiste. Et les socialistes, par une manœuvre, votèrent de Gaulle à cause du Oui Oui mais en demandant pour de Gaulle un mandat impératif démagogique. Le 20 novembre entrevue de Gaulle, les 9 des trois partis. De Gaulle devenait conciliant. Il nous offre l’Armement, il écarte Philip25 du ministère. On avait voulu mettre notre patriotisme et celui de Thorez en cause, alors nous avons imposé Maurice Thorez. Ça crée l’ambiance du dauphin. Grande victoire communiste. Nous nous dressions contre de Gaulle que les socialistes et MRP soutenaient. Nous n’avons pas été sectaires. Nous avons pris nos responsabilités. Nous avons élevé le niveau de conscience du Parti. Pas d’illusions enfantines. Ceux qui attendaient des miracles aujourd’hui se disent déçus.

Lundi 14 janvier 1946

56(Marseille-Annemasse. De 8 h à 8 h du soir).

  • 26 Robert Lacoste, ministre de la Production dans le gouvernement du général de Gaulle jusqu’en novemb (...)
  • 27 Marcel Paul (1900-1982), ministre communiste de la Production industrielle du gouvernement de Gaull (...)

57On nous a donné quatre ministères avec un dessein de traquenard : Économie nationale avec dévaluation, Production industrielle avec réduction du courant, Travail avec perspectives de chômage. On voulait nous faire mettre en difficulté. Nous n’avons pas reculé. Lacoste26 fut remercié par de Gaulle mais il lui dit : « Les communistes vont se casser la figure. » Or les résultats ? Après deux mois de participation, avons-nous tiré des avantages ? Oui ! Le 23 novembre : les centrales électriques allaient s’arrêter. On le savait. On avait promis 450 kilos de charbon démagogiquement (200). Marcel Paul27 a distribué du charbon parce que les mineurs avaient travaillé. On a fait le statut des mineurs et des industries électriques. On allège les restrictions de courant. Marcel Paul a été en Allemagne. Nous avons 370 000 tonnes de charbon. Nous sommes en train de gagner la bataille de l’électricité. La bataille du charbon continue depuis le 22 juillet. On est passé de 630 000 tonnes par semaine à 1 million. Paul propose la nationalisation des houillères. Marcel Paul a déposé hier la nationalisation de l’électricité. À l’armement, 200 000 ouvriers. Réduire les improductifs, les parasites qui sont plus nombreux que les productifs. Il faut fabriquer des canons. Les sophismes socialistes reprennent : l’inutilité de l’armée a été proclamée chaque fois qu’il y a progrès armement, mais il faut [ill.] l’équipement national. Les 2 et 3 février, congrès de la production. Plan de reconversion. Rééquipement national. Il faut une nouvelle armée. Les 20 % de réduction des socialistes. Économie nationale : on a séparé le ministère des Finances. On a voulu lui enlever la direction du plan. On a dévalué mais nous avons imposé un taux moins grave pour les Français.

Mardi 15 janvier 1946

58(Annemasse-Paris, de 10 h à 9 h du soir).

59On va bloquer les prix. Il y a des Vichyssois à l’Économie nationale. Il faut réviser le contrôle économique. Il faut éviter les abus techniciens. Puis il y a l’histoire des assurances qui ont trahi au profit des Allemands et du marché noir, police d’assurances pour marché noir. Nous avons pris le projet de la CGT et déposé pour les assurances. Dans trois mois suppression des autres Vichyssois. Fixation des prix en tenant compte du prix de revient et marges bénéficiaires.

60Travail ; retraite des vieux, invalidité vieillesse, rémunération du chômage, travail insalubre, prime d’allaitement, heures supplémentaires après 40 heures, retraite des mineurs. Bilan positif.

  • 28 Maurice Thorez (1900-1964), secrétaire général du PCF, ministre communiste. En janvier 1946, il par (...)

61Thorez28 est chargé de la Fonction publique qui tourne à vide. Inflation des fonctionnaires, réforme administrative cadre départemental, suppression des rouages régionaux. Il faut faire des coupes sombres et créer des fonctions utiles pour les licenciés. Il faut être courageux. Nous gagnerons à la campagne. Création d’un grand département Seine et entrer des lois laïques en Alsace-Lorraine.

62Nous avons déposé des projets sur la nationalisation des banques d’affaires. Interventions parlementaires pour soulager les impôts salariés. On va prélever l’impôt sur les patrimoines, nous avons soulagé les petits patrimoines.

63Le débat sur les fonctionnaires.

Mercredi 16 janvier 1946

64Paris-Constituante.

  • 29 Jacques Duclos (1896-1975). Député, membre du BP du PCF. Le 15 janvier, il dépose un projet pour la (...)

65Defferre demande à Duclos29 de l’aider à voter une loi supprimant les élections municipales complémentaires.

66Les socialistes votent avec les communistes à la commission de la Constitution depuis trois ou quatre jours. On proposera le 15 février le rapport sur la Constitution. Même en province les socialistes se rapprochent des communistes. Nous proposons l’étude en commun de la Constitution (socialistes, communistes). N’attaquons pas le patriotisme du parti socialiste. Limitation des pouvoirs du président de la République. Défense de la République. Il faut un dossier sur le MRP. Pas de référendum seul pour réformer la Constitution. La Constitution sera votée vite. Aussitôt après, référendum. Trois semaines après, élections (mai-juin).

67La victoire du PC lors de la crise ministérielle de novembre. On avait voulu nous donner les ministères difficiles : Économie nationale, Production industrielle, Travail. C’étaient des traquenards. De Gaulle a dit : « Je vais donner l’Économie nationale aux communistes. Ils s’y casseront la figure. » Il y a eu des illusions chez nous. Est-ce que de Gaulle nous a eus ? Non ! Nous avons réalisé. Quelle est la situation financière et économique du pays ? L’inflation continue. On ne fait rien contre. Et il n’y a pas de production accrue. Le grand capital se prépare. Pleven est attaqué par les socialistes et MRP.

Jeudi 17 janvier 1946

  • 30 Marcel Cachin préside la réunion (voir la Terre n° 69, semaine du 24 au 30 janvier 1946, p. 1 et 3) (...)

68La Terre 100 000e numéro. Au 12030

  • 31 Albert Boccagny (1894-1983). Militant SFIO, il rejoint la SFIC au Congrès de Tours. Il milita activ (...)

69Boccagny31 me dit : les Savoyards sont dans la stupeur depuis qu’on sait le départ de Charles. On sera obligé d’aller à Genève.

  • 32 Christian Pineau (1904-1996), député SFIO de la Sarthe. Ancien ministre du Ravitaillement, il est m (...)
  • 33 Georges Bidault (1889-1983). Le fondateur du MRP qui soutient le tripartisme est nommé président du (...)
  • 34 François de Menthon (1900-1984). Député MRP de Haute-Savoie, il est procureur général français lors (...)

70Le Parti vis-à-vis de ses difficultés. Il faut qu’aux élections nous apparaissions comme les dauphins. Les socialistes ont l’affaire Pineau32. Socialistes et MRP se décollent. Ils bloquaient contre nous. Socialistes ont refusé de faire un ministère avec nous. Si on ne fait pas mieux, c’est qu’il n’y a pas assez de communistes. UDSR a dupé les socialistes. UDSR est gaulliste. MRP et Bidault33, attaqués par les socialistes. Philip et de Menthon34 à la commission de la Constitution étaient ensemble. Depuis, revirement. Chez les socialistes ébranlement ! Il faut critiquer les socialistes mais il y a la manière. Vote obligatoire ! On peut attaquer les MRP avec les socialistes. Liberté d’enseignement. Pouvoir du président de la République (pouvoir personnel). Il faut aller au pays avec les socialistes contre les MRP. On parle d’un tiers parti de Gaulle réac. Il y a trouble partout même dans le MRP. Remous chez les socialistes. Les socialistes se rapprochent d’Herriot. Gare au mur. Herriot contre de Gaulle, tendresse pour Vichy. De Gaulle a lâché Quilier contre lui. Nous devons créer un grand courant de gauche pour les élections. Nous sommes une grande force. Nous montons à la campagne. Nous sommes contre les démagogues pacifiques. Nous sommes au gouvernement, parti de gouvernement sérieux. Le mécontentement est superficiel.

Vendredi 18 janvier 1946

71Le Parti fait confiance à sa direction (ministère 18 novembre).

  • 35 Paul Rivet (1876-1958). Anthropologue et ethnologue, il dirige le musée de l’Homme. Il est élu dépu (...)

72Nous sommes en état de crise latente. Le gouvernement de Gaulle perd. Nous, non ! De Gaulle dit : je suis découragé. Pourrait-on aller encore ensemble ? Rivet35, agent du 2e Bureau, trotskiste. Dans le Parti, quelques hésitations, faiblesse, étroitesse sectaire, sous la pression de l’ennemi.

  • 36 René Pleven (1901-1993). Député des Côtes-du-Nord à partir de 1945, il était ministre des Finances (...)

73[Cf. p. 13, 14, 15.] CC. Nos élus se tiennent bien. Les autres se battent. Chez nous, unité. La situation du pays. Il faut pousser Pleven36 à dire le bilan actuel. Pleven a désigné pour administrer les banques des financiers. Il a faussé la loi sur la nationalisation des banques. Nous dirons : si ça se passe, c’est qu’il n’y a pas assez de communistes. L’inflation grandit. Un milliard par jour et plus. On ne fait rien pour arrêter l’inflation. On ne fait pas d’emprunt national. Pourquoi ? Trusts. On va emprunter aux États-Unis. La reconstruction en pleine pagaille. Salaires : 1 000 F par jour pour les ouvriers qui détruisent les blockhaus de l’Atlantique.

74Le moment politique actuel. La lutte anticommuniste grave. Les socialistes ont été déçus par l’UDSR et le MRP. Les socialistes disent : nous irons aux élections seuls sans l’UDSR. Et le mur ? Attention ! Pas de mur électoral.

Samedi 19 janvier 1946

  • 37 Paul Pagès (1909-1957). Maire communiste de Suresnes.

75CC. Pagès37 11 h, la Marche du temps.

  • 38 Jean-DanielJurgensen. Député UDSR de Paris, il rejoint la SFIO.

76Et les socialistes ? Glissement à droite. Plus de marxisme. Empêcher l’unité, au profit du MRP et avec les catholiques partout. Or les contradictions s’affirment. Utilisons ces contradictions. Deux erreurs à éviter. Il faut signaler les erreurs socialistes et les combattre. Mais comment les combattre, en argumentant politiquement. Il faut créer une situation politique qui les pousse à l’unité. Or les dirigeants socialistes avec mauvaise foi signalent nos attaques. Il faut discuter politiquement et ne pas se laisser provoquer. Les socialistes voient arriver les élections. Ils sont rivaux avec les MRP. Il y a un courant qui a peur. Ils cherchent à se rapprocher des communistes, se dégager du gouvernement. On peut aujourd’hui faire pression sur les socialistes. Mais le MRP pourrait aussi se séparer des socialistes. (Colin) Une attaque du Populaire contre MRP. L’idylle est passée à la commission de la Constitution. D’abord de Menthon et Philip marchent ensemble : aujourd’hui laïcité, pouvoir du président de la République à limiter. La stratégie gaulliste est mise en échec. À Toulouse de Gaulle et Blum pour l’unité. Aujourd’hui on parle d’un tiers parti. Ce n’est pas simple. Il y a des possibilités d’éclatement du parti socialiste (Jurgensen38). Herriot, de Gaulle abaissés devant la Chambre. Les socialistes sont sans principe. Nous avons offert aux socialistes l’unité pour la Constitution. Nous voulons un rassemblement des forces démocratiques, c’est notre stratégie politique. Or la Constitution c’est central. Il ne faut pas une Constitution réactionnaire. Accroissons les contradictions socialistes MRP. Les socialistes ne s’entendent pas. Ça pousse à la base même parlementaire. Notre objectif : entraîner les socialistes avec nous même s’il faut un compromis. On va discuter pratiquement les textes de la Constitution avec les socialistes. Si on est d’accord le référendum sera bon pour nous.

Dimanche 20 janvier 1946

77CC. De Gaulle démissionne. Journée historique. Nous avons eu de Gaulle sans effrayer la population.

78Les socialistes sont disposés à marcher avec nous pour une Constitution démocratique. Ce sera le rassemblement des gauches dont nous serons les bénéficiaires.

  • 39 Francisco Franco Bahamonde, général (1892-1975). Chef de l’État espagnol, Franco ferme, le 28 févri (...)

79L’Angleterre s’est toujours servie des petites nations de la Société des Nations. Les socialistes sont à la remorque de l’Angleterre. Internationalisation de la Ruhr : nous sommes pour avec l’URSS et les États-Unis. L’Angleterre battue à Moscou essaie sa revanche avec l’appui de la France. Là les socialistes sont contre le communisme. L’Angleterre veut lien entre socialistes allemands et centre. Sur la politique extérieure nous sommes contre les socialistes, mais sur le problème démocratique, moyens de contacts socialistes même pour défendre la Grèce et l’Espagne. Il faut la sécurité du Rhin. Rhin internationalisé, il ne faut pas laisser l’Angleterre renforcer l’Allemagne. L’Angleterre ne veut pas que les syndicats à l’ONU. L’Angleterre ne veut pas rompre avec Franco39.

80Nous avons des responsabilités au CC. Plus d’un million de cartes 12 000 cellules rurales. Les paysans ne sont pas touchés par le ravitaillement. Il faut dire la vérité, nets dans la critique. La situation change d’une semaine à l’autre. Il y a des mauvais membres dans le PC : on n’a pas réagi dans nos sections. Il faut mobiliser tous les jeunes, femmes, cellules d’entreprises. Congrès CGT au printemps, Amis du POF. Nos cadres. Il faut faire monter les jeunes. Fermeté idéologique. Souplesse tactique. Révolte contre la bureaucratie.

81Conseil national du MRP. Instance suprême. Dure mardi très longtemps.

Lundi 21 janvier 1946

  • 40 Lénine (1870-1924). Le PCF commémore le 22e anniversaire de sa mort. Thorez et Marty participent au (...)
  • 41 Daniel Mayer (né en 1909). Secrétaire général de la SFIO, il est député de la Seine. Le 14 mai, il (...)

82Pleyel. Lénine40. « Vous n’avez pas fait une seule erreur » disent nos ennemis. De Gaulle s’en va le 20 après avoir parlé quelques secondes à ses ministres. Si nous sommes sérieux et patients il ne reviendra pas. En novembre il a essayé de nous éliminer. En vain. Nous avons admis le compromis. En deux mois notre parti a continué à progresser. De Gaulle s’est dit : si ça continue, les communistes vont grandir. Il vaut mieux que je parte avant la nationalisation de l’électricité. Nous ne retenions pas de Gaulle. Nous demandons la direction du gouvernement. Les socialistes disent : « Est-ce que vous êtes les plus qualifiés dit Mayer41 ? » Réponse : nous ne voulons pas succéder à de Gaulle. Nous voulons Gouin. Pas Auriol ! Mais le président de la Constituante. Nous ne donnons pas une satisfaction complète mais c’est un progrès d’être débarrassés de De Gaulle. Nous voulons un gouvernement à majorité socialiste-communiste ou tripartite. Il faut s’appuyer sur une majorité.

  • 42 Pierre-Henri Teitgen (né en 1908), garde des Sceaux. Il reste ministre de la Justice dans les gouve (...)

83Teitgen42 : avec le MRP pourvu que le franc soit sauvé. Nous vous aiderons. Pleven : le gouvernement a réussi la nationalisation des banques et la dévaluation. Nous avons 120 milliards de possibilités. La trésorerie est suffisante. Les capitalistes peuvent retirer les Bons du Trésor (400 milliards). Tenons-nous près des socialistes. Disons oui avec eux. MRP sera coupé en deux. Conversation, nous proposons Maurice Thorez président du Conseil. MRP : nous ne voulons pas Thorez pour des raisons internationales. Socialistes : nous ne voulons pas Thorez pour des raisons internationales. Écrivez-nous ça ! Communistes : nous ne voulons pas qu’on recommence novembre et qu’on nous oppose notre prétendue incapacité de prendre la tête du gouvernement. Nous proposons Gouin. Auriol vice-président de De Gaulle c’est le gouvernement de De Gaulle sans de Gaulle. Nous ne voulons pas qu’on porte atteinte au prestige du PC. Puisque le MRP n’accepte pas le gouvernement tripartite avec Maurice Thorez alors nous disons aux socialistes : puisqu’ils refusent, gouvernement bipartite. Non, dit le parti socialiste. Tripartite.

Mardi 22 janvier 1946

84Maison de la Chimie, 28, rue Saint-Dominique.

  • 43 Marie-Claude Vaillant-Couturier (née en 1912). De retour de déportation en 1945, elle devient membr (...)
  • 44 Jean Pronteau (né en 1919). Professeur, il est élu député communiste de la Charente. Il dirige l’UJ (...)
  • 45 Auguste Havez (1897-1959). Permanent du PCF avant la guerre, résistant arrêté et déporté en 1942, i (...)

85Milliex 9 h. Ministère du Travail Sirot. Ministère du Travail Marie-Claude Vaillant-Couturier43, Pronteau44, Havez45, Barley.

86Il faut aller vite. Gouin union des Partis. Puisque les socialistes refusent le bipartisme alors nous offrons [ill.] Gouin, non à présidence socialiste mais à Gouin hors parti. Qui succéderait à Gouin ? Réponse communiste : un socialiste. Ce matin, réunion socialiste de 10 h à 14 h. Dispute. Réponse des socialistes : refus Gouin, mais Vincent Auriol président socialiste. Les socialistes auraient la présidence de la Chambre et du gouvernement. Nous refusons. Nous faisons un grand sacrifice : Gouin. Alors il faut compensation. Accepter V. Auriol c’est dire que le parti socialiste est indispensable. Vincent Auriol a dit : je suis dépassé. Vincent Auriol c’est Blum et peut-être de Gaulle. Les socialistes ont dit : ailleurs on souhaite Vincent Auriol. PC sérénité dans la crise. Les socialistes refusent un gouvernement à direction communiste. Et ils demandent la direction. Il s’agit de résoudre la crise puisqu’avec le MRP vous refusez Maurice Thorez, basé sur le MRP. Ce que vous voulez c’est un gouvernement socialiste-MRP. Ce n’est pas la volonté populaire. Vous voulez nous imposer un gouvernement déterminé et fixé par socialistes plus MRP. Nous sommes sur une base démocratique. Gouin accepte. Il dit : moi, président sans portefeuille.

87Trois ministres communistes, ministre des Affaires sociales, quatre sous-secrétaires d’État députés communistes, Maurice Thorez est vice-président.

  • 46 François Billoux (1903-1978) et membre du CC du PCF et député communiste des Bouches-du-Rhône. Le 1 (...)

88Ministre de l’Économie, Production industrielle, organisation du ravitaillement communistes. Communiste Billoux46.

89Ministre de la Défense nationale communiste, trois secrétaires d’État.

90Trois ministres communistes plus trois socialistes, trois MRP, un radical à l’Éducation nationale. 16 secrétaires d’État. Ce sera un choc psychologique. Nous avons dit : il vaudrait mieux un programme que des ministres sans pouvoir. Ravitaillement aux communistes. Les secrétaires d’État adversaires du ministre. Ce sera l’irresponsabilité, la désintégration à moins que les sous-secrétaires soient du même parti. Il faut que les socialistes aient le Ravitaillement..

Mercredi 23 janvier 1946

91Gouin : un moineau bien sympathique (Daily Herald).

92Le matin réunion communistes, MRP, socialistes. Nous avons protesté contre l’article du Populaire de ce matin. Nous avons dit : nationalisation des mines, électricité, assurances, banques d’affaires. MRP dit : trêve. Nous faisons un gouvernement ! Nous ne voulons pas être ligotés par la Constitution. MRP de 10 h à 14 h cherche une base de rupture. Les socialistes s’accrochent au MRP. Car si les MRP désertent les socialistes, les obligera au gouvernement socialiste-communiste.

93La politique Pleven : chien crevé au fil de l’eau. On fait des billets.

Jeudi 24 janvier 1946

  • 47 Accords MRP-SFIO-PCF : ce sont les débuts du tripartisme.
  • 48 Mendès France (1907-1982). En 1946, il retrouve sa circonscription de l’Eure. Chef de la délégation (...)
  • 49 Antoine Neumeyer, dit Pierre (1878-1960). Secrétaire général du Cartel central des services publics (...)
  • 50 Charles Tillon (1897-1993). À la Libération, il est élu maire d’Aubervilliers puis député communist (...)

94Les MRP acceptent les conditions47. Les socialistes renoncent à la réforme de structure du ministère. Les socialistes veulent la réforme financière Mendès France48. Mendès France : on va à la faillite du franc. Gouin : il faut les mesures héroïques de Mendès France. Sinon je rends le tablier. Déficit 1946 : 350 milliards. Train de vie de l’État trop lourd. Il faut réduire les dépenses, augmenter les recettes. Dépenses : dépenses ordinaires et dépenses d’investissement. Réduction massive de 40 milliards des crédits militaires. Il y a 811 000 hommes sous les armes. On peut faire des économies, mais sur quoi ? Les propositions Gouin sont superficielles. Le ministre des Finances a le droit de réduire seul les finances, demande Mendès France. Suppression de l’avancement pendant un an, plus d’augmentation de personnel. Rationalisation de l’organisation des banques nationalisées. Nationalisation des assurances. Augmentation du prix du charbon. Stabilisation des salaires des fonctionnaires. Recettes remaniées : augmentation des tarifs de l’impôt sur le revenu, estampillé, nominatif. Vente des immeubles des compagnies d’assurances nationalisâmes. Mendès France veut l’Économie nationale. Neumeyer 49 demande cinq milliards de plus. Gouin ne veut rien pour les fonctionnaires. On propose de bloquer les salaires. Mais et les prix ? Qu’on supprime des fonctionnaires mais pas d’arrêt d’avancement ! Mendès France est l’homme des Anglais. « Nous sommes en train de faire la reconversion » dit Charles Tillon50. Nous voulons faire des cargos, avions, nous pouvons donner du travail à pleins bras. Mais il faut une armée et non pas seulement une armée de métier. Le train de l’armée est monstrueux, il y a l’appareil de Vichy et celui de De Gaulle.

Vendredi 25 janvier 1946

95Le MRP veut faire traîner.

96L’Angleterre propose d’augmenter à 7,5 millions de tonnes la quantité d’acier produite par l’Allemagne. Le comité de contrôle allié avait dit 5 800 000 tonnes. Ce n’est pas là détruire le potentiel de guerre de l’Allemagne. Russes disent : l’Allemagne sera le premier pays relevé !

97Gouin dit : ou Mendès France (pro-anglais) ou rien. Il fait traîner. Chantage pour nous faire accepter les impossibilités. Blum + Gouin + Vincent Auriol contre le PC. Il veut laisser les ouvriers des arsenaux sans rien faire en les payant. Renoncer au Jean-Bart, c’est s’aligner sur l’Angleterre. Un an de service militaire, suppression de la garde mobile, liquidation de l’armée de métier, réduction des effectifs à 400 000 hommes. Les Américains et les Anglais veulent liquider nos arsenaux. Les socialistes veulent acheter aux Anglais des bateaux. Nous voulons réaliser la réforme de l’armée. Vichy et de Gaulle ont fait une politique de facilité. C’est leur héritage. C’est la politique d’incohérence. Il faut en finir. On achète le charbon aux industries 650 F, on l’achète 2 300 aux Américains et 1 600 aux Anglais.

98Contre la montée du communisme : on veut créer la panique, on parle de l’estampillage des billets, on retire l’argent des banques nationalisées, on joue la ruine du franc, on rembourse avec les Bons du Trésor. Tous se demandent : comment faire pour saper le PC. Mendès France ne parle pas de production.

Samedi 26 janvier 1946

  • 51 Auguste Largentier, mort en 1969. Militant socialiste et de la CGT du Livre, il continua son activi (...)
  • 52 Jean Luchaire, journaliste collaborateur aux Nouveaux Temps, puis ministre de l’Intérieur à Sigmari (...)
  • 53 Giuseppe Di Vittorio est alors membre du CC du PCI.

99Grève des clicheurs et rotativistes. Largentier51 dépose pour Luchaire52. De Vittorio53.

100Nous répondons aux propositions Mendès France : il faut diminuer les dépenses et augmenter les recettes mais mieux que vous. Nous voulons entrer au ministère, dire à Gouin que nous acceptons ; et nous nous battrons à l’intérieur. Puis : vite une Constitution et vite aux élections ! Philip aux Finances. Il est pro-américain. Nous plaçons au premier rang la production et non les procédures financières. De Gaulle n’a pas eu le courage de dire la vérité. Reprenons le programme de la délégation des gauches. Il faut tout faire pour éviter de Gaulle. Il faut arrêter l’hémorragie financière.

Dimanche 27 janvier 1946

10151bis, rue Victor Hugo, Pontoise – Colly.

102CDH Clichy, avenue Guy Moquet, 17e.

103Pontoise : 12 000 habitants. Vexin français (entre Oise et Andelys) il y a aussi un Vexin normand. Clichy, 7, rue Martissot.

Lundi 28 janvier 1946

104École des cadres (Balzac) 2 h 30.

105On a chassé de Gaulle, il faut l’empêcher de revenir : appliquer la trêve, dire la vérité. Cf. Journal officiel d’aujourd’hui.

  • 54 Wladislaw Anders (1892-1970). Général polonais, né à Blonie, il participa à la Première Guerre mond (...)

106Le général polonais Anders54, en Italie, entretient une armée polonaise de blancs contre Varsovie. 125 000 hommes. Il y a aussi une armée polonaise en Écosse.

107La conférence des trois Grands à Moscou en décembre a décidé la création d’une commission de contrôle de l’énergie atomique, composée de membres de la Commission de sécurité de l’ONU. Ce conseil est chargé du maintien de la paix. Il est chargé de veiller à ce que l’énergie atomique soit utilisée pour des fins créatrices et non pour des fins d’anéantissement et de destruction. C’est le premier grand acte de l’ONU, il sera ratifié par les 47 nations.

108On va disperser la flotte de guerre allemande et l’Allemagne ne pourra plus faire de navires de guerre,

  • 55 Frédéric Joliot-Curie (1900-1958). Ancien président du comité directeur du Front national, ce physi (...)

109Joliot-Curie55, président de la commission d’Énergie atomique en France. Il ne faut plus de secrets générateurs de conflits.

  • 56 Marcel Cachin reprend exactement le discours de la réunion du Secrétariat du PCF, le même jour où l (...)

110Présidence F. Gouin hors-parti. On a dénoué la crise : succès contre la réaction56, six ministres communistes, un ministre d’État, neuf sous-secrétaires d’État. Teitgen dans le Figaro : notre rôle est de combattre, de barrer la route au communisme. Aux prochaines élections nous irons en réclamant la direction du gouvernement.

Mardi 29 janvier 1946

  • 57 Le socialiste Félix Gouin forme son gouvernement qui comprend 23 membres, dont sept communistes. Ma (...)

111Ministère Gouin se présente57. Le flot qui monte est plus pur que celui qui s’en va. Appréciation du Spectator : communistes très habiles. Nous entrons dans une étape difficile. Nous allons avoir des difficultés d’argent.

  • 58 Albert Gazier, né en 1908. Syndicaliste et socialiste, il entre au gouvernement de Félix Gouin comm (...)

112Par 1 200 voix contre 400 la grève continue. La CGT se refuse à prendre position, Gazier58.

113La montée des paysans est constante vers le Parti. Ils veulent essayer les communistes. Les ouvriers comprennent que nous avons eu de Gaulle. Nous avons préparé la République en France.

Mercredi 30 janvier 1946

11418e, rue de la Chapelle. 10 h.

  • 59 Jacques Rueff, sous-gouverneur honoraire de la Banque de France, membre de l’Institut, dirige l’age (...)

115Commission des Affaires étrangères. Rueff59. Les réparations.

116Il faut empêcher le retour de De Gaulle, seul espoir de la réaction. Il faut dire la vérité au pays. La droite de la Chambre soutient de Gaulle. Dans le MRP, contradictions aggravées. C’est le parti communiste qui a dirigé la formation du ministère. Il faut dire que nous allons diminuer les très gros traitements. Il faut proposer des grandes économies.

117Étape de transition politique. Les socialistes vont prendre des décisions difficiles. Ils se diviseront. L’intérêt du PC est celui de la France. Il faut engager une grande bataille contre la réaction qui va prendre de Gaulle comme porte-drapeau. Il y aura des mois difficiles. Il faut aller vers les élections en revendiquant la direction du gouvernement.

  • 60 Henri Frenay (1905-1988). Ancien ministre, membre du Comité directeur du MLN, il démissionne, en ju (...)

118Je vais réduire de 50 % les gros fonctionnaires. Les socialistes veulent planifier le capitalisme. C’est absurde. Dépouiller les trusts c’est de la démocratie non du socialisme. Nous avons sous de Gaulle réclamé la réforme de l’armée, contre Frenay60, contre les gaspillages sous de Gaulle. Nous avons dit il faut travailler, produire parce que le capitalisme voulait détruire la nation.

119Nous avons besoin d’argent. Les Américains en donneront à Blum, pas à nous. Et encore ! Les Américains diront : après les élections !

120Il faut dire : nous appliquerons la démocratie, l’union. À l’ambassadeur français près du pape, Maurice Thorez a dit : dites au pape qu’il faut nous aider à relever notre pays et non aider les Allemands. Mais nous ne faisons pas la guerre à la religion.

Jeudi 31 janvier 1946

  • 61 Marcel Servin (1918-1968). Cheminot, Marcel Servin adhère au PC, au milieu des années 30. Pendant l (...)

121BP. Servin61. 8 h soir. Molidor, secrétaire de la section. De Gaulle est responsable ; mais c’est surtout la guerre, Hitler et Vichy qui sont responsables. On aurait dû revenir à la démocratie. De Gaulle n’a pas compris. Il ne faut pas couper la France en deux. Il faut liquider Vichy. Mais il faut des comités de répartition qui répartissent la matière et les commandes puisqu’il n’y a pas assez de marchandises. Mais que de bureaucratie. Les patrons ont des syndicats. Servez-vous en. Il faut se servir des grands capitalistes et de leurs syndicats. Il y avait 18 000 dans les organisations de Vichy. Marcel veut en garder 28 000 qu’il faudra payer. Il n’y a plus de faillite, les petits commerçants gagnent. Il faut liquider les comités d’organisation.

122Billoux. 21 000 fonctionnaires. Dautry. Reconstruction et dommages de guerre. 100 % pour les mobilisés. Rien pour le luxe. Reloger [ill.] et les sinistrés. Écoles, il faut réparer.

123Le Garrec, député de Madagascar.

  • 62 Laurent Casanova (1906-1972). Il entre au PCF, en 1928, et participe activement à la résistance. Au (...)

124Casanova62 : ministre politique (Frénay), déporté, prisonnier de guerre, ancien combattant 1939-1945, resserrement du personnel, [ill.] de pension !!, liquider les hommes de Frénay, emplois réservés, anciens combattants d’Espagne, secours, subventions de Frenay.

  • 63 Ernest Bevin (1881-1951). Ministre travailliste des Affaires étrangères dans le gouvernement Attlee (...)
  • 64 José Giral, ce docteur chef du gouvernement espagnol en exil, vit à Mexico. Il dénonce la dictature (...)

125Espagne : lutte armée des partisans très ample. L’Angleterre envoie du charbon, des camions à Franco. C’est une intervention réelle de Bevin63, Giral64 admet des communistes dans son gouvernement, 14 avril anniversaire de la Révolution espagnole.

1261 800 000 grévistes aux USA (aciéries).

Février

Vendredi 1er février 1946

  • 65 Georges Cogniot (1901-1978). Membre du CC du PCF. Député communiste, il intervient lors des débats (...)
  • 66 Eugène Grindel, dit Paul Éluard (1895-1952). Le poète français, qui fut dirigeant du CNE en zone No (...)
  • 67 Roger Picard (1884-1950). Professeur de droit, membre du CC du PCF.
  • 68 Eugénie Cotton (1881-1967). Première agrégée de physique à l’ENS, en 1904, elle fit une carrière à (...)
  • 69 Pauphilet de la direction de l’École normale supérieure publie, en 1946, l’Université à l’étranger  (...)
  • 70 Lucien Febvre (1878-1956). Agrégé de grammaire, il fonde avec Marc Bloch, en 1929, les Annales. Il (...)
  • 71 Henri Lévy-Bruhl (1884-1964). Professeur de droit, fils du philosophe et sociologue Lucien Lévy-Bru (...)
  • 72 Marcel Cohen (1884-1974). Agrégé de grammaire, il devint linguiste de renommée internationale. En 1 (...)
  • 73 Eugène Prenant, dit Marcel (1893-1983). Membre suppléant du CC du PCF. Élu député à la Constituante (...)
  • 74 Louis Barrabé, professeur de biologie à la Sorbonne. Depuis la Libération il dirige le SNESup, qu’i (...)
  • 75 Henri Wallon (1879-1962). Ancien membre du comité directeur du Front national, membre de l’ACP, il (...)
  • 76 Paul Langevin (1872-1946). Physicien, président de la LDH et conseiller municipal de Paris, Paul La (...)

12712 h banquet de l’Institut à la Délégation grecque. Restaurant « Voltaire », place de l’Odéon. Georgalos, professeur de minéralogie à l’Université d’Athènes, et quinze membres de l’Institut. Milliex-Morlier directeur de l’Institut français à Athènes. Au banquet M. Thorez, G. Cogniot65, M. Cachin, Eluard66, Georgalos, Carvounis (Presses de l’EAM), Mazon (direction de l’institution Thiers de l’Institut), Picard67, Cotton68 de l’Institut, Tessier direction de la Recherche scientifique, Pauphilet69, direction de l’ École normale supérieure, Lucien Febvre70 de l’Institut, (Petibon), Georges Le Bras, professeur à la Faculté de Droit, de Paimpol, Lévy-Bruhl71, Cohen72, Prenant73, Vranoussis (Recherche scientifique), Challey doyen de la Faculté de Lettres, Auhel, Barrabé74, Oral (Muséum Sorbonne), Parreaux, secrétaire de l’Union nationale des universitaires. Excusés : Wallon75, Langevin76.

  • 77 Konni Zilliacus (1894-1967). Député travailliste britannique qui se distingue par ses prises de pos (...)

128Hedelman, Zilliacus77 favorables à la Grèce démocratique. Le Populaire refuse de recevoir Georgalos. Faire un comité France-Grèce.

Samedi 2 février 1946

12911 h l’école.

130Les généraux russes entre deux victoires allaient à l’école. Trois mois d’école dirigés par Joannès. 33 élèves. Moyenne d’âge : 25 à 35 ans. 6 métallurgistes, 5 instituteurs, 2 agricoles, 3 mineurs, 3 femmes, 6 secrétaires fédéraux, 1 responsable paysan. (Cécile Angrand). Ne faites pas peur ! Agissez ! Grande famille unie sur la ligne du Parti. Le PC est le seul parti démocratique. Ayez le sentiment de responsabilité. Une seule faute est irréparable : l’inaction. Au début, un élève a dit : « Je sais que je suis perdu. » Soyons sages. Confiance raisonnée dans le PC. Intransigeance théorique, souplesse tactique. Amour de l’étude, de la lecture. Chaque communiste est responsable de l’avenir du PC. Il nous faut braquer de Gaulle et les MRP aujourd’hui divisés. Assez de provisoire. Les socialistes croient qu’on peut injecter le socialisme au capitalisme. Il faut chaque jour agir sur les événements. Ils ne changent pas en un jour. Il faut les diriger.

Dimanche 3 février 1946

13118 h 30, banquet municipal, Saint-Denis.

13214 h, Père -Lachaise : Louis Thorez-Mourre, mairie du 20e.

133Intérieur : 14 000 fonctionnaires en 1939, 96 000 en 1946.

134Affaires étrangères : le nombre a doublé en 1946.

135400 milliards de bons viennent à échéance en 1946.

Lundi 4 février 1946

  • 78 Le général Joinville, député communiste de la Seine, est chargé par le Secrétariat de présenter un (...)
  • 79 Jean-Marie de Lattre de Tassigny (1889-1952). Le général de Lattre est, depuis 1945, chef de l’état (...)

136Loi d’organisation de l’armée (Joinville78) l’armée française. Effectifs au 1er janvier : on ne sait pas exactement. 830 000 Terre Air Mer. 400 000 métropole, 59 000 colonies, 63 000 gendarmerie, 90 000 dans les colonies. 900 000 hommes dans la nation, 180 000 en Algérie, 180 000 en Allemagne. On voulait ramener à 500 000 (l’an dernier). Le haut commandement procède à des réformes, supprime les divisions FFI, les classes 44 et 45 non rappelées, ce sera l’armée de métier. On amène la Légion étrangère d’Algérie en France. Allemagne, colonies, ordre à l’intérieur. Les chiffres changent constamment. Durée de service : 240 000 hommes par an, temps d’instruction six mois. On a tendance à diminuer l’Air et Marine. L’armée de métier plus chère que métropole. Il ne devrait pas y avoir en France que les soldats à l’instruction. 154 000 en Allemagne, il faut les réduire, il faut 70 000 pour l’Aviation (ou 50 000), pour la Marine 45 000, pour l’Allemagne et l’Autriche 80 000 ou 50 000, pour l’Afrique du Nord 100 000 à cause de l’Espagne. Indochine : 50 000. Autres colonies : 50 000. De Lattre79 propose 425 000 dont 125 000 contingent. Il faut une préparation militaire puis l’instruction courte puis la réserve. Un soldat de métier coûte 60 000, un gendarme 120 000 F. On peut réduire les crédits et avoir une armée de métier. Il faut des gardes pour 1 500 000 prisonniers. On a dépensé 200 milliards pour l’armée en 1945. Il ne faut plus que 72 milliards, il faut 45 000 pour la Marine, il faut 70 000 ou 50 000 pour l’Air.

Mardi 5 février 1946

  • 80 André Diethelm (1896-1954). Le ministre de la Guerre du GPRF est élu, en octobre 1945, député des V (...)
  • 81 Edmond Michelet (1899-1970). Député MRP, il est ministre de la Défense nationale dans le gouverneme (...)

137En Indochine, les indigènes sont poussés par les Américains qui veulent s’installer en Indochine. Allons-nous laisser les Américains nous chasser ? En Afrique du Nord attention ! Les franquistes sont nombreux au Maroc espagnol. En Autriche les Français agissent avec Otto de Habsbourg. Les Russes ne veulent pas quitter l’Autriche, c’est de la politique internationale. Pas besoin de 70 000 hommes dans l’Air. Pourquoi des divisions blindées autour de Paris ? On veut payer les officiers renvoyés pendant trois ans. Il faut 3 milliards par an pour les effectifs. L’URSS a les pieds sur le sol. Les Anglais se remuent mais ils sont obligés de s’incliner devant les deux Grands. Le monstre de Diethelm80, de Gaulle, Michelet81 à abolir. Il faut une autre armée, démocratique. Les généraux Juin, de Lattre s’entendent avec de Gaulle. Ils disaient : « Nous avons 530 000 hommes » mais ils savaient qu’il y en avait 800 000. Ils trompaient la France. Gaspillage de devises en Indochine. Si on renonce au Jean-Bart, je ferme un arsenal. On va faire des machines à battre à Rennes, des fusils de chasse à Saint-Étienne, des casseroles, tracteurs, des porcelaines à Toulouse au lieu de poudre. Les ouvriers des arsenaux très mal payés.

Mercredi 6 février 1946

13865, rue Danrémont. Commission des Affaires étrangères. 15 h à l’Huma le Comité central.

139Les petites nations.

  • 82 Guy de Boysson (né en 1918). Issu d’une famille catholique, il fréquente le lycée Janson de Sailly, (...)
  • 83 Pierre Bourdan, mort en 1947. Pour participer au rassemblement des gauches, il fonde la « Ligue de (...)
  • 84 Laurent Augustin, né en 1896, ancien ministre des PTT du FP, entre au gouvernement Blum comme minis (...)

140Mainjoy, Rivet, Guy de Boysson82 de Moustier, Bourdan83, Jurgensen. 9 membres sur 10. Augustin Laurent84, général Lappare. Chevigné.

141Que pense la France des élections.

142L’Institut français n’a plus rien de commun avec l’ambassade française.

143Merlin, Merlier, Milliex.

144Cinq MRP votent contre le gouvernement. De plus en plus d’accord avec les socialistes à la Constituante.

145À Roanne, on fait des 155. Les ouvriers ne font rien !!

146Nous ne nous laisserons pas dépouiller des colonies par des impérialistes.

147Bombe atomique : ou destruction du monde ! ou plus de guerre ! Aucun plan n’est possible en régime capitaliste.

Jeudi 7 février 1946

148Comité du Front national arménien, 9, place de la Madeleine, 12 h 15 restaurant Prunier, rue Duphot.

149Tchobanian président. 500 000 Arméniens en Turquie se tournent vers l’URSS. 130 000 Arméniens soviétiques. Deux millions dans le monde exilés ayant fui les Turcs. L’Arménie soviétique est heureuse et tranquille. Il faut unifier les partis de l’Arménie. Abdoul Hamid Talaat Pacha les persécutions. Archag Tchobanian.

150On donnera l’autonomie financière aux arsenaux actuels. Pas de commandes à l’étranger. La base sait que le fond c’est l’industrie. Il faut de la fonte et de l’acier. C’est la base d’une armée forte.

  • 85 Jean-Richard Bloch (1884-1947). Professeur, il est, pendant les années 30 un compagnon de route. Il (...)
  • 86 Matjas Rakosi (1892-1971). Militant socialiste hongrois, il est prisonnier, pendant la Première Gue (...)

151Banquet du Front national arménien. Eluard, Jean-Richard Bloch85, Bagrarian Ismai Hongrois Akko Boullir glorifier la République hongroise, Rakosi86 vice-président.

  • 87 Cachin cite le général britannique, à propos de l’Arménie, mais Wilson Henry Maitland, qui a le com (...)

152Wilson87 a promis la tutelle américaine. Le style original est d’origine arménienne. Journal arménien interdit, Front national non reconnu, argent bloqué.

153Abdoul Hamid 98 Talaat 1913.

Vendredi 8 février 1946

15410 h, commission des Affaires étrangères. M. Péri, 2, rue des Marronniers au 5e. Foyer municipal de Saint-Gratien.

155Les ministres travaillistes soutiennent Franco, soutiennent Anders, arment les fascistes grecs, mitraillent les Indonésiens.

Samedi 9 février 1946

  • 88 Pablo Picasso (1881-1973). Ce peintre et artiste espagnol adhère au PC en 1944. Au cours de l’année (...)

15611 h. Parisiadès. Vernissage Picasso88 Galerie Visconti.

Dimanche 10 février 1946

15730, rue du Bac, France-URSS, 12 h 30. 13 h 30 Paris [ill.] 3, avenue de la République.

158380 000 cheminots syndiqués CGT. 30 000 cheminots chrétiens.

159A. Marty a visité les Gobelins. (Les artistes, tous communistes, sauf un, font des fauteuils pour l’Élysée.) André leur demande : « Croyez-vous qu’il y ait encore un président de la République ? » « Bien sûr, disent les artistes, et ce sera Marcel Cachin. »

160Prudence, patience !

161Concernant congrès d’août. Chez les socialistes, on veut supprimer l’article Ier, c’est un recul contre le marxisme, pas de lutte des classes. On va faire un congrès des secrétaires fédéraux socialistes pour les 23 et 24 février pour statuer sur cet article Ier. Une commission de 16 membres a travaillé avec Blum (décembre). Ils réclament : laïque, lutte des classes mais n’admettent pas le marxisme. Ils disent : Blum est plus marxiste que Marx. Le 23 février les secrétaires fédéraux acceptent la thèse Blum, mais il y aura trouble à la base. C’est général dans tous les partis socialistes en Europe. En Hollande le parti socialiste se dissout et devient parti travailliste. Grand effort contre le communisme.

Lundi 11 février 1946

  • 89 Louis Saillant (1910-1974). Président du CNR, il arbitre la grève avec la presse parisienne. Secrét (...)

16214 h au 120. 16 h journaliste grec. 17 h, 7, rue Vernet Georges V, Saillant89.

163On ne travaille à plein que dans les usines réquisitionnées (sans patron).

164Il n’y a plus de cartes de rationnement en URSS.

  • 90 Henri Longchambon (1896-1969). Commissaire de la République à Lyon, il devient ministre du Ravitail (...)
  • 91 Julien Racamond (1895-1966). Ouvrier agricole puis ouvrier boulanger, à Dijon. Il part très tôt pou (...)

165Nous allons à une aggravation du ravitaillement. Pour le blé le stock volant diminue et les importations diminuent. Pour le vin, c’est deux litres au lieu de quatre et le vin n’arrive pas. Longchambon90 pas sérieux : vente libre des patates. C’est du Pineau. Le comité du Ravitaillement est présidé par Racamond91. Or, il faut se décoller de Longchambon. Augmentation du [ill.] en même temps que l’augmentation du travail et de la production.

Mardi 12 février 1946

166Choisy. Section. La situation politique.

167Quand nous allons recevoir des machines d’Allemagne, allons-nous les donner pour des industries privées ou pour faire une grande industrie nationalisée.

168Dautry voulait faire Rouen Moyen Âge et voulait faire Blois Renaissance. C’est insensé !

169Armée 450 000 hommes. Armée de conscription liée à la préparation militaire pour les jeunes gens et à l’organisation des réserves. Hors de l’armée, ceux qui ne se sont pas battus. L’armée populaire est la moins chère. Plus de commandes d’armement à l’étranger. Minimum de fabrication d’armes. Arsenaux outillés pour le développement du pays. Il faut une puissante industrie. Il faut des machines allemandes réunies dans une grande usine.

170Deuxième lecture accepter pour éviter deux Chambres.

171Il faut 80 000 logements à Paris.

172Il ne faut pas nationaliser le déficit.

173À Londres, on se prépare à signer un traité avec le roi d’Espagne. Un agent du Caudillo signe à Rome, au Vatican, un accord pour la transmission des pouvoirs. En Espagne et en Grèce !

Mercredi 13 février 1946

17410 h 30 Partsalidis. Montmartre 2860. Parisiadès 50, rue de la Goutte d’Or.

  • 92 Ben Smith, ministre du Ravitaillement en Angleterre, doit lutter contre la pénurie alimentaire. « L (...)
  • 93 Harry Truman (1884-1972). Élu sénateur démocrate du Missouri, en 1935, il devient vice-président de (...)
  • 94 Il s’agit peut-être du général Gabriel Cochet, président de l’association des « Premiers de la rési (...)

175Les Américains : oui au prêt, mais il faut des gages. En Angleterre Ben Smith92 réduit les rations, Truman93 invite les Américains à se priver pour aider l’Europe, mais il faut des dollars pour acheter en assurance ! Le Parti démocrate est constitué le 10 février. Cochet94 juge [ill.]. Imposer sur le bénéfice réel (Viollette). Il y a des difficultés pour l’adoption des réformes financières. Les socialistes s’y opposent. Il y a tirage socialiste et du MRP démagogique Schuman. C’est la bataille entre démocratie et réaction qui veut empêcher le gouvernement de faire sa politique et décourager les masses. Le socialiste n’a pas voulu parler de la production. Les sacrifices sont nécessaires aujourd’hui. Philip dit « augmentation des 3e ». C’est idiot. Manque d’intelligence politique. Le plan de réaction empêche le gouvernement d’arriver aux élections. Notre plan : aller vite pour arriver aux élections. C’est le MRP qui agit pour la réaction. Il faut avec les socialistes aller vite pour la Constitution. MRP empêche la nationalisation de l’électricité. Gouin est impliqué dans les affaires [ill.].

  • 95 Paul Ramadier (1888-1961). Député socialiste de l’Aveyron, il est nommé rapporteur de la commission (...)

176Ramadier95 ?? Campagne de l’Aurore et radicaux. On fait un nouveau parti. Grande offensive contre les nationalisations. Il faut d’abord la Constitution, il ne faut pas que le gouvernement culbute. Il y a rapprochement socialistes communistes. Nous irons ensemble pour le référendum. Il faut couper le parti radical.

Jeudi 14 février 1946

177Ambassade polonaise 18 h. Notre politique est nationale.

178La réaction veut l’inflation, la ruine, le désordre. L’inflation n’a ruiné en Allemagne que les moyens riches, les vieux, les petits rentiers. Les gros qui avaient des propriétés, des usines, de l’or, des devises étrangères. Il y a des gaspillages effrénés.

179Dans l’ONU la Russie a donné un coup très sévère à l’Angleterre. L’Angleterre veut avoir influence à Trieste.

180L’[association] France/URSS est trop intellectuelle, il faut qu’il soit ouvrier et paysan.

  • 96 Ambroise Croizat (1901-1951). Député communiste, membre du CC. Ministre du Travail dans le gouverne (...)
  • 97 Marc Dupuy (1889-1979). Devient, au Xe Congrès, membre du CC et suppléant au BP. Il est élu député (...)

181Croizat96. Il y a mécontentement profond dans les masses ouvrières. On peut avoir des mouvements. 35 % d’augmentation des salaires sur un an, 50 % d’augmentation du prix de la vie. Nous ne pourrons pas tenir longtemps. Ce qui importe Dupuy97 c’est le ravitaillement. Il faut dire : nous allons majorer les heures supplémentaires. La commission du Travail doit se hâter pour faire voter le projet de gouvernement.

182Fini le chantage à la bombe atomique. Il n’y aura pas de guerre tout de suite.

183Les radicaux ont retiré Cot de la commission des Constitutions. Ils sont pour la liberté de l’enseignement.

184Les augmentations de salaires seront [ill.] par une production accrue.

185Il faut 600 000 kilos de semences pommes de terre et nous n’avons que 200 000 kilos de semences.

  • 98 Pierre Cot (1895-1977). Député radical-socialiste de Savoie, il est exclu du parti radical-socialis (...)

186Pierre Cot s’apparente au PC98.

Vendredi 15 février 1946

187Illusions : nous avons 150 députés c’est fini ! On dit : Allez-vous en ! Isolez-vous ! Non ! Il faut unir les ouvriers socialistes et tous les démocrates.

  • 99 Georges Gorse, né en 1915. Député UDSR de Vendée, il rejoint le parti socialiste. Il est rapporteur (...)
  • 100 René Massigli, ancien commissaire aux Affaires étrangères du CFLN, il devient ambassadeur de France (...)

188À Londres : Gorse99 ; nous nous défendrons pour représenter la France. Les journalistes disent : le gouvernement a trois semaines. Massigli100.

189Accident et [ill.] pour les artisans et paysans

190360 généraux. DGER.

191La question n’est pas salaires mais démocratie ou fascisme. Travail aux pièces, prime au rendement, c’est le souhait présent. Il faut bloquer les prix. Les nationalisations font passer les sacrifices. La perruque dans les usines ! Les ouvriers enlèvent la marchandise (usine de savon). Il y a désorganisation dans les usines. Il n’y a plus de discipline, les patrons n’ont plus de discipline. On va augmenter la fonte, l’acier, [ill.] hauts-fourneaux sont allumés. Il y a plus de charbon, il y aura du bois, du ciment, donc on peut développer la production. Ça commence, alors tout s’arrangera. Il faut dire cela ! Contrer l’attaque car cela s’améliore ! L’hiver a été clément, on n’a pas souffert du froid, nous avons du charbon. Ce sont les communistes qui nous les ont donnés.

192Il y a un mouvement à gauche, il y a un bouillonnement démocratique partout. Le parti russe grandit. Il y a des socialistes contre Gouin. Démagogie vulgaire : Canard enchaîné, Franc-Tireur. Les socialistes n’ont pas de perspective. Ils sont perdus.

193Pas d’effort, pas de sacrifices.

Samedi 16 février 1946

  • 101 François Godard, dit Justin (1871-1956). Avocat et militant radical d’avant la guerre, il fut élu d (...)

194Front national Justin Godard101. 11 h Louise Malga.

195Revenu national français 1936 : 1 500 milliards. La propriété bâtie vaut 600 milliards, la propriété non bâtie vaut 1 500 milliards. Circulation fiduciaire : 600 milliards. Nos réserves d’or et de devises s’épuisent.

Dimanche 17 février 1946

196Cross de l’Huma. 18 h P. Rivet au Musée de l’Homme, au Trocadéro.

197Armée Anders en Italie 107 000 hommes, 1 milliard par mois.

  • 102 Alphonse Juin (1888-1967). Chef d’état-major général de la Défense nationale. Il assiste au discour (...)

198Réforme militaire. Bureau politique. Réduire massivement les crédits militaires. Armée républicaine nationale démocratique. Organisation rationnelle des réserves. Préparation militaire. Réduire les fabrications d’armement. Diminuer les achats à l’étranger. Philip et Michelet sont contre cela. Réduction infime des crédits militaires. On nous inflige une armée de métier, 600 000 au moins. Préparation militaire n’existe pas, pas de réserves. On fait les marchés à l’étranger. Il y a très peu d’appelés. Qu’y a-t-il aujourd’hui ? 900 000 sous les drapeaux, prévus 600 000 par Michelet, Juin102. Sur 600 000, 60 000 du contingent français, c’est une armée de métier. 37 000 officiers en service, 7 000 officiers réserve, + 1 500 officiers détachés à des fonctions, 6 000 assimilés placés dans les divers ministères, vichystes et fascistes avérés.

Lundi 18 février 1946

199Marie-Louise.

200H. Roux, sous-directeur des Affaires orientales.

201La Marine est un métier [ill.] cadres d’officiers d’active, pas d’épuration ; les officiers de marine de 40 sont PPF et cagoulards ; on liquide les officiers FFI, on les envoie à l’école de Marseille avec les officiers prisonniers, Saint-Cyr. Ceux-là moins éduqués seront [ill.] 1 817 officiers détachés dans l’intérieur, colonies, production industrielle, présidence du Conseil, affaires allemandes. C’est la voie de garage. On ne prévoit pas l’élimination des officiers assimilés [ill.]. Sous-officiers venus des FFI sont autorisés à s’en aller. Tassigny dit : Revers n’est plus au gouvernement général de Paris, sympathisant, remplacé par d’Auzelin neveu [?] d’Odessa qui se flatte d’être fasciste. On chasse Petit mis en disponibilité. Des généraux pétainistes cagoulards sont pourvus de grands postes. Camp de formation des sous-officiers, on y refuse ceux qui ont été FFI. Le colonel Drumont est nommé à Marseille, gare à son chef !! C’est moi qui dirige l’armée dit de Lattre de Tassigny.

Mardi 19 février 1946

202Dîner Jacques, Polonais. 1 h 30, sportifs soviétiques. Lutétia.

203Il manque 8 millions de tonnes de blé et de riz. Dans les six mois prochains famine.

  • 103 Le général Jean-Marie Bergeret est un ancien ministre de Pétain.

204Les officiers sont de plus en plus antirépublicains, veulent croire quelques PPF (Bergeret103). Le général de Lattre se moque du gouvernement.

205Quelle possibilité d’appliquer notre programme ? Formation prémilitaire, armée populaire, réserves. Il faut 450 000 hommes, 29 000 officiers. Algérie : 80 000 Algériens, 30 000 gendarmes.

206Il faut un budget de huit milliards. Renvoyez les officiers provichystes, créer des groupes d’officiers de réserve et de sous-officiers, réduire le chapitre solde des officiers, réduire vélomoteurs 60 000 pour les gendarmes, réduire de deux milliards les crédits d’essence. Il faut élargir notre action et influence chez les militaires professionnels honnêtes qui se sont battus. Propagande dans le peuple [pour] armée de masse, pas d’armée de métier en retard d’une guerre. Guerre aujourd’hui. Elle n’a pas de professionnels, mécaniciens ; l’armée non bureaucratisée, dans la vie. Les généraux soviétiques sont des civils, ingénieurs. Pas d’antimilitarisme verbal et pacifiste.

Mercredi 20 février 1946

207Cf. discours de Staline. Pas d’armée Diethelm.

208Il faut renvoyer les officiers sans trois ans de solde. Il faut lier l’armée à la Nation par les syndicats, les femmes, les municipalités, demander le rapatriement des coloniaux, préparer les préparations militaires.

209Armement. Il faut une puissante économie pour avoir une armée forte. Usines d’État servent la production, elles sont techniquement organisées, il faut les garder. Reconversion difficile. Il faut réparer les navires, susciter l’initiative des ingénieurs et ouvriers. Plus de fabrique de divers militaires inutiles, équiper les lignes aériennes, fabriquer des machines outils, fabriquer des engrais.

210Dans la guerre, ce sera les divisions aéroportées, il faut des contingents partout. Plus de constructions navales très chères. Artillerie de fusée. Radar, fusée.

211De Lattre veut beaucoup de soldats en Algérie. De Lattre prévoit de grandes opérations. Il leur faudrait 1 200 hommes pour moitié venant de France en Indochine. Ce sont des Anglais qui dirigent là-bas. Les Anglais donnent les navires et l’essence et nous donnerons les prisonniers japonais aux Français.

  • 104 Joanny Benier, dit Berlioz Johanny (1892-1965). Ce professeur de langues adhère au PCF, en 1920, et (...)

212Berlioz104, rapporteur du budget de l’armée. Que va coûter le dégagement des cadres ?

Jeudi 21 février 1946

  • 105 Marcel Cachin préside le meeting de l’anniversaire de l’Armée Rouge, conformément aux décisions du (...)

213Vel d’Hiv’. Armée rouge105.

214Il faut lâcher pour ne pas perdre tout. Les officiers français en zone française en Allemagne favorisent les nazis en Allemagne.

215C’est la question des réserves qui est centrale. Ils veulent les liquider. Ils veulent revenir à 1940 sans problème technique (démagogie de Philip sur l’armée et sa capitulation).

216Il faut [ill.] accroître à la réduction des dépenses militaires. Il faut huit mois de service et des réserves. Nous arrivons à désorganiser les plans de Lattre. Maurice Thorez va parler à Gouin.

  • 106 Philippe de Hauteclocque Leclerc, dit (1902-1947). Il commande le corps expéditionnaire envoyé en I (...)
  • 107 Georges Thierry d’Argenlieu (1889-1964). Compagnon du général de Gaulle, en 1940, il reste un fidèl (...)

217Indochine, il y avait plan d’opérations guerre pour mars. Le chef anamite est communiste, est en rapport officiel avec les Français. Même les militaires français veulent négocier. Leclerc106 et d’Argenlieu107 anti-anglais. Anglais et Américains présents en Indochine. Trotskistes.

218Du [ill.] autogouvernement. Les Américains veulent toute l’Indochine. La France aura des avantages économiques et culturels. Alors, nous enverrons des troupes françaises pour relever les troupes chinoises (les Russes à Londres n’ont pas parlé d’Indochine). Les Chinois agissent par les Américains, pour les Américains. Indochine ne veut pas des Américains.

Vendredi 22 février 1946

2198 h, 48, rue Duhesme, CDH. 11 h, Ch. Meunier. 7 h, Mowrer.

220Les Américains nous envoie 600 000 prisonniers allemands. Comment les employer ? Il y a du chômage en France.

221Il faut rééduquer les fonctionnaires.

222Dehors MRP en Grèce.

223Deux points délicats à la commission de la Constitution. La deuxième assemblée, le président de la République. La dissolution automatique de la Chambre. Discussion publique 7 mars. Trois séances par jour.

  • 108 Hô Chi Minh (1890-1969). De son vrai nom Nguyên Tat Thanh, militant socialiste, il participe au Con (...)

224Hô Chi Minh108, président du gouvernement Viet-minh, cause avec les dirigeants français. La France renonce au protectorat, la France abandonne ses prérogatives politiques.

Samedi 23 février 1946

225Ambassade soviétique, armée rouge. Misouri, camarade italien responsable à Paris PRO 8278.

226Major Lyall Wilkes 17 février. Si vous agissiez en socialiste, il n’y aurait pas de difficultés avec la Russie. Personne ne peut approuver Bevin en Grèce. Il ne faut pas empêcher la Russie d’avoir accès à la Méditerranée. Il faut soutenir [ill].

  • 109 René Capitant (1901-1970). Gaulliste, il fonde et dirige à Alger « France combattante », en 1943 ; (...)
  • 110 Jacques Soustelle (1912-1990). Ministre des colonies dans le gouvernement de Gaulle, il a entrepris (...)
  • 111 Yves Farge (1889-1953). Ancien commissaire de la République à Lyon. Dans le cadre du rassemblement (...)

227Rassemblement républicain des radicaux. Parti démocrate Cochet, Juge, Roux. Parti républicain de la liberté. Anciens PSF. Gaullisme, Capitant109, Soustelle110. Ligue de la République Y. Farge111, Bourdan, Ph. [ill.], Lacroix.

22811 h ambassade de Grèce 17, rue Auguste-Vacquerie. Falaise. Secrétaire Bidaucier.

229À l’ambassade soviétique. Italiens contre Tito. Un jeune attaché d’ambassade soviétique à Washington : quand j’étais prisonnier, mon groupe s’appelait Marcel Cachin.

Dimanche 24 février 1946

230Mairie du 14e. Bretons émancipés.

Mardi 26 février 1946

231Départ de Villacoublay remis brouillard.

Mercredi 27 février 1946

232Nouveau retard.

Jeudi 28 février 1946

233Nouveau retard.

Notes

234Y a-t-il des papiers ? (Byrnes).

235Fédération syndicale mondiale.

  • 112 En juin, Walter Citrine participe à la session de la FSM, à Moscou, et donne sa démission, le 1er j (...)
  • 113 Noël-Baker Philip (1889-1982). Ce député travailliste anglais est nommé ministre d’État au Foreign (...)

236Bidault à la Commission des Affaires étrangères (6 février). La Fédération syndicale mondiale a demandé à participer à titre consultatif et délibératif aux Nations unies à San-Francisco. Opposition britannique et bulgare [?] (car les organismes officiels seuls (pouvaient être acceptés BIT). Opposition anglaise et américaine et néozélandaise parce que la FSM n’est pas gouvernementale. Citrine112 contre Bevin (le grand air). Discussion deux semaines. L’américain sénateur du Texas très brutal qui dit : il faut alors admettre l’American Federation of Labour conservatrice. C’est un défi à l’Amérique. Nous le retenons. Noll Baker113 disait : Et la [ill.] des [ill.]us. Les Français et les Soviétiques renoncent à la participation aux Nations Unies mais demandent la participation au Conseil économique et social (Billoux). Proposition repoussée 26 voix contre 22. On entendra la FSM avec beaucoup d’autres.

237Trusteeship. Tutelle. C’est à Yalta (trois des grands) (mise sous tutelle de certains territoires) memorandum américain pour les mandats existants et pour les territoires de nature coloniale non colonies et les territoires repris à l’ennemi. (Les territoires sous mandats, nous n’étions pas seuls dépositaires). Discussion ardue. Il y avait une opposition anticolonialiste violente et une majorité anticolonialiste. (C’est nous qui avons demandé qu’on reconnaisse la Syrie et Liban. Donc notre mandat y a pris fin.) (La France refuse de mettre aucune de ses colonies sous tutelle.) Il y a un conseil de tutelle (pays qui ont des colonies). Quels sont ses pouvoirs ? C’est comme le conseil des territoires sous mandat. Il respecte les droits du gouvernement qui a la tutelle. Il reçoit les plaintes des peuples mais pas de déplacement des souverainetés. On s’entendra avec les pays maîtres de la tutelle. C’est une reconduction du mandat. R. C’est très incertain. Nous avons voulu éviter que les tutelles fussent mêlées aux colonies.

Notes

238Présidence commission = trusteeship.

239Trustee : homme de confiance.

240Les puissances non coloniales voulaient soulever la question coloniale. Les Belges et les Anglais sont contre. Voulaient continuer à traiter nos colonies sous mandat comme jusqu’à présent depuis vingt et un ans. Nous avons des représentants à la Chambre du Togo et Cameroun. Ils sont intégrés à la communauté française. On nous a violemment critiqués. Vous annexez ! On soulève à tout propos l’attitude contre le colonialisme. L’assemblée s’est bornée à prendre acte. On a dit : on en parlera à New York à l’automne. Les Syriens et Libanais veulent contrôler le [Togo, Cameroun. Nous n’avons rien abandonné.

241Riz et blé. Il faut une organisation internationale pour la distribution. Nous avons demandé une coordination des mesures. Nous avons eu des mécomptes.

242Espagne. Le Panama a déposé un texte : contre les puissances de l’Axe, l’Espagne ne sera pas invitée. Voté, 42 contre, 2 abstentions.

  • 114 En 1946, Vychinski est commissaire adjoint aux Affaires étrangères de l’URSS.
  • 115 Eleanor Roosevelt, femme de l’ancien président des États-Unis. Déléguée américaine à l’Assemblée gé (...)

243Réfugiés : ce sont les Anglais qui les soulèvent. Débats passionnés. Vychinsky114, Mme Roosevelt115. Thèse britannique : les soldats polonais nous ne pouvons pas les abandonner. Les Soviétiques les réclament. L’UNRA cessera son activité fin 1946. Il faut assurer aux réfugiés des secours. Il faut une politique d’émigration et d’installation dans les pays de refuge. Thèse soviétique : il y a des Polonais, des Baltes, des Yougoslaves et des Russes en Europe. Il faut qu’ils reviennent dans leurs pays d’origine. Il ne faut leur donner des secours [à ceux] qui refusent qu’avec la volonté du gouvernement d’où ils sont ressortissants. Interdiction de la propagande contre le retour. Le personnel des camps doit être fait par les pays originaires.

Notes

244Empire britannique est une entité qui n’est définissable que par elle-même. Débat qui ne finira qu’avec la parole humaine.

245Les Français ont proposé un compromis : 1. Les réfugiés d’avant-guerre sont à part. Russes blancs, Sarrois, Juifs allemands, Espagnols républicains. Il faut les garder. 2. Il faut faire effort pour faciliter le retour dans les pays d’origine mais pour des raisons valables, quelques – uns refusent leur rapatriement, on ne peut le leur imposer, il faut les installer ailleurs. C’est un problème difficile. Longs débats. Mme Roosevelt. On renvoie la question à une commission avec les principes suivants : aucun réfugié qui ne veut pas retourner dans son pays n’y sera forcé, il faut les encourager à retourner dans leur pays.

  • 116 Cristino Garcia (?-1946). Suite à la condamnation à mort de ce républicain espagnol, qui avait part (...)
  • 117 Le 26 février, le gouvernement français décide de fermer sa frontière avec l’Espagne.

246Espagne : exécution de Garcia116. Notre délégué français en Espagne avait été voir Garcia dans sa prison. Franco a jeté des cadavres en défi à la démocratie. Nous avons fermé la frontière, arrêt du trafic, aucun trafic117. Nous avons proposé d’examiner les moyens d’une rupture diplomatique. Nous avons reçu une longue réponse de Londres. Cette réponse n’est pas un refus. Elle demande des explications sur des difficultés qu’ils pensent insurmontables. Ça équivaut à une négation. Le gouvernement des Etats-Unis n’a pas répondu. Il y a une déclaration commune franco-anglo-américaine, qu’en penser ? Le gouvernement de transition proposé ne comprendra aucun des ministres actuels. L’Espagne choisira elle-même ses chefs. Est-ce un coup d’épée dans l’eau ? Est-ce platonique ? Bavardage ? (On ne pourra jamais considérer le gouvernement Franco comme un gouvernement avec lequel on puisse traiter, c’est cela qui est important.)

Notes

247Le travail du Parti n’est pas seulement le travail dans le Parti. Il faut à tout instant réfléchir.

Vendredi 1er mars 1946

248Il neige. Charles rentre à Paris. Chez Caudron section du POF. Il faut gagner les ouvriers catholiques. 900 femmes dans la 15e section. 30 aux UFF.

Samedi 2 mars 1946

  • 118 Yvonne Dumont (née en 1911). Institutrice militante communiste. Clandestine depuis 1941, elle parti (...)

249Il neige. Porte de Versailles ; fondation de la Fédération de la Seine, 1 400 délégués. 110 000 membres. Chez Renault 21 000 ouvriers, 1 750 membres PC. 16 000 chômeurs du bâtiment dans la Seine. 35 000 femmes à l’UFF Seine. Pour augmenter la production, il faut des primes de rendement. 600 cellules locales, 400 cellules d’entreprise. Championnet : 221 membres du PC sur 1 600 ouvriers. Comité d’entreprise. Cinq millions à la CGT. Commission des cadres ; contrôle la CGT, ancien collaborateur. Yvonne Dumont118, travail parmi les femmes.

250La production est devenue un but de classe, sans oublier les revendications. Produire c’est travailler aux revendications. Ce n’est plus une question de traitement, c’est la République.

251140 000 postiers syndiqués, trois quarts communistes. Trois milliards pour les houllières, confiance dans le gouvernement. Plus de rentrées, moins de billets.

Dimanche 3 mars 1946

252Éclaircie. Nous venons de loin, nous irons loin. Fédération de la Seine. Défense des intérêts de Paris, combat pour la production. Volonté ! Organisation ! Créer des amis du POF. Contre la pègre et l’immoralité.

253Un fait domine l’histoire du quart de siècle, la Révolution soviétique.

254De Gaulle avait voulu faire un gouvernement socialiste-MRP ; aujourd’hui, changement, parce que nous ne nous sommes pas laissé isoler ; nous avons resserré les liens avec les socialistes et comme de Gaulle avait voulu nous isoler, il est isolé. Nous n’en sommes pas à la Révolution socialiste, mais à la démocratie dans une période historique. Ce n’est pas de circonstance. Après « Oui-Oui », nous avons dit gouvernement à l’image de l’Assemblée et avec une majorité socialiste-communiste. Nous ne nous sommes pas laissé isoler. La réaction savait que ce serait difficile et que nous prendrions nos responsabilités, [ou] que le peuple se retirerait de nous. Sur le plan de nos rapports avec les masses, ça va. Il y a moins de tensions avec les socialistes. Le 10 février, fermeture Espagne. Mineurs, bâtiment, textile, ravitaillement.

Mercredi 6 mars 1946

255Ruhr et Rhénanie. La France, Bidault réclame une amputation territoriale du Reich, séparation de la Ruhr et de la Rhénanie du Reich. Les socialistes : internationalisation de la Ruhr économique, occupation militaire par les Nations Unies puis par la force internationale. Nous réclamons : un million de tonnes de charbon de la Ruhr pendant vingt ans.

Jeudi 7 mars 1946

256Départ Athènes.

  • 119 La République démocratique du Viêt-nam est reconnue indépendante dans le cadre de l’Union française (...)

257Le gouvernement français reconnaît la République du Viêt-nam comme État libre ayant son gouvernement, son parlement, son armée, ses finances, faisant partie de la fédération indochinoise et de l’Union française119. Hô Chi Minh. Ouverture immédiate de relations amicales avec la France.

  • 120 Léopold Senghor, né en 1906. Agrégé de grammaire et poète sénégalais, il est élu député socialiste (...)

258Égalité de droits et collège électoral unique. (Senghor120, professeur École coloniale) 40 000 voix en France pour un député, 500 000 voix aux colonies pour un député. Ainsi il y aurait 100 députés de la France d’Outre-mer. Le vote par double collège c’était la reconnaissance de la supériorité de race des colons, de la supériorité de classe. Le collège unique c’est la fraternité du travailleur blanc et du travailleur de couleur. La réforme entrera en application dans cinq ans. On refuse aujourd’hui aux colonies françaises le droit à l’instruction. On ne fait pas d’écoles pour les indigènes. Et après cela on se plaint de leur évolution arriérée.

Vendredi 8 mars 1946

259Congrès fédéral national Bois et bâtiment en France, 658 600 membres. Bonne reprise en 1946. 1 850 syndicats. Bois 90 000 adhérents. Donc 700 000 dans la nouvelle organisation de fusion. 80 % PC au congrès. Ingénieurs et femmes au congrès. Cinquante jeunes de moins de vingt ans. Unanimité des votes du congrès. Menace de chômage, aider à la renaissance de la France, assurer aux travailleurs une vie décente. Bilan de Dautry. But : reconstruire les immeubles, reconstruire les ports, ouvrages d’art, reconstruire les barrages pour l’électricité. Logements : déficit de logements, déficit augmente. Dans dix ans, ce pourrait être 50 % de logements en moins. Il faut 2 500 000 logements. Service public national. Il faut reloger les sinistrés, accord avec Billoux. Sécurité dans le travail. Revendications en 1945. Renforcer les cadres, écoles centrales, fédérales. Unions départementales du Bâtiment. Bases multiples. Jeunes de treize à dix-sept ans apprentissage, de dix-sept à vingt ans, de vingt-quatre à trente ans rééducation.

Samedi 9 mars 1946

  • 121 Le 5 mars, Winston Churchill, au Westminster College de Fulton, dans le Missouri, déclare que le da (...)
  • 122 Léon Jouhaux (1879-1954). En décembre 1945, il participe au lancement du journal Force ouvrière, qu (...)

260Il faut s’élever professionnellement et relever la qualification. Faire confiance aux jeunes. Les comités d’entreprises sont intéressés à la reconstruction. Améliorer nos bases juridiques de défense. Il faut des matériaux de construction, fer et ciment. Techniciens, ingénieurs, cadres, agents de maîtrise, 800 dans la fédération. Beaucoup sont hors de notre fédération. Vigilance politique contre certains courants. Quelques-uns voulaient consolider le capitalisme. Quelques autres disaient il y a trop d’écarts entre les salaires des manœuvres et des qualifiés. Travail au rendement. Les salaires ne sont pas bloqués. Contre les salaires exagérés corrupteurs d’ouvriers pour qu’ils partagent les responsabilités des scandales patronaux. Et les coopératives ouvrières de production. Trop d’illusions. 320 coopératives ouvrières du Bâtiment en France. Nous ne les attaquons pas mais démocratie. Main-d’œuvre étrangère. Émotion quand on a dit : il y aura un million d’étrangers. Contre le système D. Encore quelques anarcho-syndicalistes. Il y a eu chômage ces dernières semaines, c’est intolérable en ce moment. Indemnité de chômage 75 % pour empêcher le chômage. Heures supplémentaires. Caisse de compensation pour les intempéries. Bonne intervention de Billoux contre Dautry. Saillant a attaqué Churchill121, Jouhaux122 a défendu Churchill.

Dimanche 10 mars 1946

261Article pour le lancement de l’Huma.

262La France a connu douze Constitutions depuis 1789. La nouvelle sera la treizième. 1791, 1793 an III, an VIII, 1815 (100 jours), 1814, 1830, 1848, 1852, 1870, 1875, Vichy.

263Congrès fédéraux. Bâtiment et bois fondus. Il faut une relation avec les sinistrés. Il faut plus de cellules d’entreprises créées par les membres du PC. Il y a encore des vols de caisse.

264Les fonctionnaires. Pruja. On a fusionné les 700 organisations antérieures. Avant, c’était Laurent-Neumeyer. Il fallait abattre le bureau fédéral. Cristel franc-maçon, communiste-anticommuniste. Nous sommes rentrés au Bureau fédéral pour lui donner de la démocratie. Il fallait briser le Bureau fédéral. Notre projet a passé à une faible majorité. Le conseil fédéral s’est déshonoré par ses manœuvres. Ils ont mis en avant Le Léap. Nous ne sommes pas intransigeants : nous nous rapprochons des instituteurs. Le Bureau fédéral voulait un autre congrès. Il fut battu. Le congrès allait contre la tribune. Et la désignation du Bureau fédéral ?

Lundi 11 mars 1946

265Quelle opposition entre la fédération du Bâtiment et celle des Fonctionnaires. Il a fallu choisir.

  • 123 Alain Le Léap (1905-1986). Inspecteur des impôts, il adhère à la CGT en 1928 et devient le secrétai (...)
  • 124 Paul Delanoue (1908-1983). Instituteur, après avoir milité à L’école émancipée, il adhère au PC, en (...)

266L’histoire de la lettre de Pruja à Lyon. Neumeyer a voulu faire le procès de tendance. Pruja attaque le premier, [ill.] lettre à Neumeyer. Pruja, je n’emploie pas de tels moyens. Malgré tout cela, le Bureau fédéral a été battu. Il s’est défendu. Nous avons écarté Laurent et Lavergne et Bornial. On a gardé Neumeyer. Cristel battu (Le Léap123 élu par nos voix). Nous aurions pu avoir le secrétariat général. Dans la police nous avons la majorité. Nous pouvons renforcer notre position. On a constaté que le bureau était pourri. Les indirects viennent à nous. Pruja s’est situé comme futur secrétaire général. Les instituteurs sont les plus nombreux dans la Fédération des fonctionnaires. Atmosphère hésitante et peu élevée dans le congrès de l’enseignement. Delanoue124. Les trotskistes alliés aux réformistes nous ont battus parce que 10 départements communistes n’étaient pas là. Sur huit secrétaires, nous en aurons deux. Nous avons une bonne équipe de cadres syndicaux.

Mardi 12 mars 1946

267Bretons de Saint-Denis.

268Nationalisation internationale de la Ruhr. Élimination des anciens propriétaires allemands par de nouveaux propriétaires capitalistes. Que la Ruhr soit séparée de l’Allemagne c’est le problème de la paix ou de la guerre. Il faut régler la question Ruhr-Rhénanie avant de songer au règlement européen.

269Congrès du Bâtiment. Indique un progrès énorme. Elle va devenir énorme, car il faut bâtir. Il faudra des travailleurs étrangers.

270Le congrès des fonctionnaires a été une pagaille. Aucune orientation dans la discussion. Peu d’influence du PC. On n’a pas posé le problème de la renaissance. On n’a pas posé le problème du sacrifice des fonctionnaires à la reconstitution de la France. Seul Pruja s’est battu. Chez les instituteurs, on a raté la direction à 10 voix dans la Seine, à 10 voix en France qui étaient absentes. Delanoue aurait pu et dû accepter le secrétariat et la direction du syndicat. Il y a 40 % d’instituteurs avec nous.

Mercredi 13 mars 1946

27110 h, commission Affaires étrangères.

272Le plan de la Cité [City] en Belgique c’est de chasser les communistes du pouvoir. C’était le plan de De Gaulle en novembre.

273Dans les instituteurs nous avons des militants nombreux mais en minorité. Nos dirigeants instituteurs ont peur, ont un complexe d’infériorité. Il leur faut plus d’allant.

274450 000 adhérents à la fédération générale des fonctionnaires. Et sur ce nombre : Administration générale (70 000), Économie nationale (50 000), Police (100 000) : dirigeants communistes.

275Les fonctionnaires ne parlent plus de leurs revendications car de Gaulle est parti et la question ne se pose plus comme sous de Gaulle. Le problème est celui de la démocratie.

276Chômage dans le bâtiment. Il faut des crédits d’investissements, non mêlés aux crédits du ministère des Finances.

Jeudi 14 mars 1946

277BP : congrès du Bâtiment et fonctionnaires.

278Article d’Esprit. Enquête dans la jeunesse : pourquoi êtes-vous communiste ? Il est ridicule d’être socialiste. Il n’y a plus que le catholicisme et le communisme.

Vendredi 15 mars 1946

279Grange-aux-Belles, CDH, 7 h 30. Commission des Affaires étrangères.

280Vote de mon message à l’EAM par la commission (20 membres).

  • 125 Jacques Baumel (né en 1916). Le secrétaire général de l’UDSR est député de la Creuse jusqu’au 10 no (...)

281L’URSS accepte seule la proposition française de porter la question de l’Espagne au comité de sécurité de l’ONU. Le Mexique soutient aussi la France. Baumel125 évoque l’Iran. Il faut demander à l’Angleterre et aux Américains d’ordonner à Franco de retirer les troupes de la frontière française. La sécurité de la France est menacée.

Samedi 16 mars 1946

2824, rue de Florence, 8e. Ouzoulias. Compte rendu de mandat.

283De l’Ouenza a été envoyé en Angleterre en 1945 pour 480 millions de minerai de fer.

284On demande moins de Bons du Trésor et de Bons de la libération.

  • 126 Claudine Michaut, membre suppléant du CC du PCF.

285À l’École féminine Arcueil (trois semaines). Vingt-deux femmes (Yvonne Dumont, Claudine Michaut126). 34 élves à l’École de trois mois dont trois femmes.

Dimanche 17 mars 1946

286Les amis de la Commune, 2, avenue Parmentier, 14 h 30.

  • 127 Salomon Grumbach (1884-1952). Militant socialiste alsacien qui fut élu, en 1928, député de Mulhouse (...)

287Grumbach127 a vu Bidault.

288Grèce. Faites la démarche d’urgence. Il l’a faite sans illusion. Les élections seront maintenues. Le régent est contre le retard des élections. Notre mission d’observation des élections. Lapera Général Arnaud a 204 personnes, 49 civils. Ça ne dépend pas de la France, c’est l’Angleterre et l’Amérique.

Lundi 18 mars 1946

28950 000 demandes ont été déposées par des personnes françaises désirant ouvrir un commerce. 312 coiffeurs demandent à ouvrir boutiques à Lens.

Mercredi 20 mars

290Viry-Châtillon.

  • 128 Riad Solh est ancien président du Conseil libanais, en 1943. Il pose le problème de l’occupation du (...)

291Visite Riad es Solh128, ancien président du conseil libanais. Commission affaires étrangères.

292En Allemagne occupée par les Français, trois partis, socialiste, communiste, MRP très semblables à ceux de France.

293En Autriche : 7 000 soldats, 2 000 gendarmes. Il faut des soldats très mobiles vu leur petit nombre. Qualité basse des policiers officiers. Les Autrichiens sont outrés.

294Nous devons nourrir les populations. Dans le pool allié nous apparaissons comme pauvres. On a envoyé en France des machines-outils. Les officiers récupérateurs font du zèle mais il y a les biens autrichiens et les biens allemands. 1,5 milliard de frais d’occupation en 1946. Pourra-t-on les récupérer ? On n’a pas épuré. L’Autriche veut vivre de sa vie hors l’Allemagne. Les fonctionnaires français en Autriche sont des hommes de Pétain. Il n’y a pas organisation de l’épuration. Si nous nous retirons les nazis reviendront.

295Six polices françaises se concurrencent et se contredisent. Ils n’arrêtent pas Déat. 9/10e des policiers français ne parlent pas allemand. Des policiers sont arrêtés pour vol et viol. On a arrêté les envois pour la France des propriétés allemandes et nous n’avons aucune compensation pour nos dépenses et on m’a dit : ils paieront en dollars. Désorganisation complète. Personnel douteux, immoral qui déhonore la France.

296Les Russes ont emporté des usines utiles. Nous avons emporté du matériel de guerre. Les fonctionnaires sont des industriels et font leurs affaires. Les Français favorisent les démocrates-chrétiens. Les Autrichiens disent : contrôlez mais laissez-nous administrateurs, [ill.] je ne peux pas gouverner. Les trois quarts des étudiants autrichiens sont nazis, à Vienne tous les professeurs sont nazis. Il n’y a pas moyen de les remplacer.

Jeudi 21 mars 1946

297Départ Lancerf. Viry-Châtillon.

298M. Thorez me rassure sur la situation financière. Les billets actuellement tirés sont garantis par des traites commerciales. On prend plus de bons du Trésor. Sur les 13 milliards de billets, cinq sont sous garantie. Il y en avait 125 en janvier, 25 en décembre.

299Comité central 19-20 avril.

300Nous voterons le référendum avec des réserves.

301Nous venons de loin, nous irons loin.

Vendredi 22 mars 1946

  • 129 Le secrétaire général de la CGT continue à soutenir la bataille de la production tout en appuyant l (...)

302Viry-Châtillon. Paris-Saint-Étienne. Congrès CGT : 16 000 syndicats dont quelques-uns ont des dizaines de syndicats d’entreprises. 72 UD sur 93, 27 fédérations sur 39. Les grands patrons au comité du Plan disent : nous sommes d’accord avec B. Frachon129. Vie ouvrière : 340 000. La Terre 280 000 numéros dont 125 000 abonnés. L’Avant-Garde 220 000 numéros, 300 000 adhérents.

303UFF un million.

304Cizeron (Saint-Étienne).

Samedi 23 mars 1946

305Conférence fédération Côtes-du-Nord, Guingamp. Saint-Étienne.

306Un ministère, c’est une étape. Esaü a vendu son droit d’aînesse pour un plat de lentilles. La France ne se vendra pas pour un morceau de pain. Il faut produire pour l’indépendance du pays. Ceux qui vivent sont ceux qui luttent. En URSS pas de crises ! Ailleurs des crises.

307La Convention, la Commune = une chambre unique.

308Bazaine = Pétain peur du peuple. Plutôt Bismarck que le peuple français en 1871, plutôt Hitler que le peuple français en 1939.

309L’Église a 2 000 ans. Nous vingt ans. Le socialisme se réalisera de toute autre manière. Aujourd’hui dans MRP : supprimer l’exploitation de l’homme par l’homme. Oui mais ça c’est le socialisme. On ne peut pas injecter le socialisme au capitalisme. Se battre ! Se battre ! On ne travaille à plein que dans les usines réquisitionnées. La production est devenue [?].

310Saint-Étienne, 11 h, France-URSS, professeur Mayer. 10 h au siège du PC. 5 h, la rédaction du Cri du peuple.

311La Révolution donne un choc initial. Puis les répercussions dans les autres pays. C’est le cas pour la Révolution française et la russe. Les événements ne seront pas nécessairement comme en Union soviétique.

Dimanche 24 mars 1946

312Saint-Étienne.

313Loire, sept députés, 300 000 votants. MRP 127 000, Bidault, Mont., Ott., Meunier.

  • 130 Marius Patinaud (1910-1987). Ouvrier armurier, militant syndicaliste actif à Saint-Étienne, il devi (...)
  • 131 Denise Bastid (1916-1952). Infirmière, elle abandonne son travail pour le PCF et participe activeme (...)
  • 132 Eugène Claudius-Petit (1907-1989). Ancien dirigeant du MLN, il s’attache à éviter la prise de contr (...)

314Communistes 86 650 Patinaud130, Mme Bastid131. Socialistes. UDSR 43 000 Claudius Petit132. Radicaux 13 000. Réactionnaires 14 000.

31520 000 adhérents, 700 cellules, 45 sections.

316On a revalorisé le métier de mineur. On recrute de nouveaux mineurs. Les anciens passementiers sont mineurs.

317Premier adjoint au maire Buard. Secrétaires Patinaud, Piot, Launay PC. UD Thibaud.

  • 133 Le 15 mars 1946, Léon Blum et Jean Monnet conduisent la délégation française qui vient négocier des (...)

318Fédération socialiste de la Seine. Équivoque des formules d’Union nationale. Contre le discours de Gouin. Contre toute politique de pause consentie sous la pression du capital étranger (Blum aux États-Unis133).

Lundi 25 mars 1946

319Saint-Étienne-Paris. Arrêt midi Varennes-sous-Nevers. Boulet [ou Boulay].

  • 134 Antoine Neyret (1911-1977). Ouvrier des produits chimiques, il adhère au PC en 1936. Arrêté en 1941 (...)

320Neyret134 les grandes [ill.] de la Loire auront une liste, MRP un élu.

Mardi 26 mars 1946

321Saint-Maur. Champigny. Invitation du ministre yougoslave. 15-20 avril à Belgrade.

322Discours de Gouin : les dépenses sont réduites, le plan économique va sortir. (Or, mauvaise situation économique, financière, ravitaillement). La foule souffre. Au point de vue extérieur : il faut le charbon de la Ruhr, il faut internationaliser la Ruhr, aide extérieure pour que nous puissions participer aux échanges internationaux.

  • 135 Edgard Lalmand, ministre du Ravitaillement en Belgique.

323Ministère du Ravitaillement : 600 bureaux, 3 milliards de dépenses, 21 000 agents. Ministère du papier. Monstre. Pas de pomme de terre, vin, pain, déception. Lalmand135. Il faut organiser la répartition. Aujourd’hui contradictions, vexations, [ill.]. Un demi-milliard d’êtres humains dans le monde.

324Il faut réviser les valeurs locatives. Taxe sur les transactions. Octroi nécessaire parce que si on l’enlève les commerçants gagneront seuls. Confédération générale des Cadres. Grève. Un MRP les conduit. Ils vont être représentés dans les organismes consultatifs. Caractère politique antigouvernemental. On distribue des tracts, Parti républicain de la Liberté.

  • 136 Mao Zedong (1893-1976). Président du CC du PCC. Il dénonce l’aide américaine au Guomindang.

325Mao Tse Tung136 chef communiste chinois.

Mercredi 27 mars 1946

326Amis de la Commune, rue Ganneron, 18e arrondissement, rue de Maistre.

327Bidault.

328Réception Bazil Georgiou rédacteur en chef. Rizospastis.

  • 137 En liaison avec le rapport de Barbet au BP du PCF (Archives du PCF, Bureau politique, 27 mars 1946)

329Dans la commune de Nanterre, 2 300 centimes additionnels. Il faut assurer l’équilibre des budgets. La situation financière des communes. Barbet : ou des centimes ou l’emprunt137. Quand va-t-on envoyer les feuilles d’impôt ? Va-t-on augmenter le gaz et l’électricité avant les élections ? Oui pour le gaz. En ce moment nous ne pouvons rien réparer ou créer. L’an prochain nous aurons beaucoup de dépenses. Les petits propriétaires ne pourront pas payer l’impôt. Il faut que l’État nous avance de l’argent. Il faut de l’emprunt. En prévision, on a doublé les impôts et on a équilibré les impôts sans emprunt. Pas d’emprunt pour équilibrer le budget car il faut des centimes pour gager l’emprunt. L’an prochain il faudra des emprunts pour construire. Obtenir des allocations d’État. Il faut aussi faire des réductions de dépenses personnel. Si les communes ne peuvent pas équilibrer, le Préfet diminuera les dépenses et augmentera les recettes. Prix huit fois plus élevés qu’en 1939 pour réalisations ; personnel quatre fois plus élevé qu’en 1939. L’emprunt gêne les réalisations futures. À Cahors, la politique d’emprunt a écrasé les budgets.

Jeudi 28 mars 1946

33017 h Polonais à l’Hôtel de la Présidence. 18 h, ministre de Syrie, 15, avenue Maréchal-Mausoury. 20 h 15 : présidence de la Chambre, dîner ambassadeurs URSS, Chine, Amérique.

331Il faut 100 000 tonnes de charbon pour faire démarrer l’acier.

332Paul Marcel dit : il faut augmenter le gaz et l’électricité !!! S’il n’y avait pas nationalisation, l’augmentation serait plus grande.

  • 138 Eugène Hénaff (1904-1966). Ouvrier cimentier, il milite activement à la CGTU, adhère au PC, en 1924 (...)

333Hénaff138 (Union des syndicats de la Seine) : beaucoup de petits syndicats absents du Congrès. Direction élue unanimement. Rapports votés 2 700 voix contre 84. 41 PC, 9 socialistes à la direction. Les instituteurs et trotskistes se sont [ill.] menacé de la grève du Livre pour les élections. Métaux. Jourdain 912 000 cartes payées, 8 000 cadres sur 40 000. Soixante-dix interventions aux [ill.], manque de matières premières, acceptation du salaire au rendement. 1 000 comités d’entreprise [ill.] 1 650 000. Compression des prix de revient. Nous créons une école de cadres, [ill.] pas d’adversaire sauf dans le Nord. Un million d’adhérents. Textiles. Aubert. 443 syndicats sur 762, beaucoup de petits syndicats, 63 femmes et jeunes. Pas de critiques sérieuses. 270 adhérents de cadres CGT. Cadres catholiques. 4 500 sont les représentants des grands textiles. Un tiers socialistes. 275 000 cartes sur 322 000.

Vendredi 29 mars 1946

334Nous allons vers une bataille sévère, on fera campagne pour l’abstention. Ambassade polonaise.

335Syndicats chrétiens du textile. Nord, Lyon, Saint-Étienne. Ces forces sont infimes sauf dans les employés et cadres. Pas plus de 20 000 en France. Il y a moyen de produire plus et l’on peut exporter pour 150 millions de dollars, textiles fibres artificielles.

  • 139 Henri Lespès est député MRP.

336Il y a 16 000 syndicats dans la CGT. On va faire adopter le vote par adhérent. Démocratiser la CGT. 3 000 syndicats dans l’agriculture. Contrats collectifs pour eux. 200 usines textiles à Roubaix de 200 à plusieurs milliers d’ouvriers. Il faut des sections syndicales d’entreprises. Les tullistes n’ont pas de fil, de coton fin. Attention à la surexploitation des ouvriers. Dans le textile beaucoup de femmes, d’où le syndicalisme chrétien. Rapports des syndicats ouvriers et des syndicats d’artisans textiles. Confédération générale des cadres. Lespès139 MRP, on ne fait pas la propagande chez les cadres, il faut que la CGT s’en occupe. Grande influence du PC sur les ouvriers, pas assez sur les cadres, ça doit être une tâche essentielle.

Samedi 30 mars 1946

337Vendredi 17 h, Mutualité salle G, Georgiou. 19 h, ambassade de Pologne, 57, rue Saint-Dominique.

Dimanche 31 mars 1946

338Notre avis : président de la République (élu par les deux tiers ; imposé par le MRP) de la Chambre seule et à la majorité absolue, la moitié + 1. Auriol propose : plus les présidents des conseils généraux, plus les maires des grandes villes.

Notes

339Il faut une armée de conscription. À court terme organiser la préparation militaire et les réserves. Nous préparons des millions de jeunes gens et nos réserves. Marine : l’armée de mer. Amiral Lunounès traître, corps de métier fermé, les officiers de marine ont trahi tous la France avec Pétain, ils ont travaillé pour le roi de Prusse.

  • 140 Pierre Billotte (général), chef de l’état-major général, adjoint de la Défense nationale, est désig (...)

340Nous n’avons rien de commun avec les pacifistes. L’armée nouvelle non une armée démocratique. L’armée nouvelle de Jaurès s’applique à la Suisse. De Lattre veut chasser 10 000 officiers, surtout les nouveaux. Nous avons gagné dans les officiers ceux qui se sont battus. Les officiers prisonniers qui se sont résignés ont perdu le droit d’être des officiers. Billotte140 gaulliste. Ne donnons pas dans la [ill.] de demi-solde comme en Espagne, rapatriez les Noirs, les troupes en France, tirez les 55 des Légions étrangères, il y a 800 000 hommes : 300 000 plus les gendarmes, 18 000 officiers suffiraient, articuler préparation militaire, instruction militaire, réserve. Trois à quatre millions de soldats à instruire. Avec le projet de l’armée de métier 500 millions [ill.]. [ill.] Vichy et de Gaulle. Briser l’armature gaulliste. Pas de désarmement unilatéral de la France. 800 000 actuellement armée de terre. L’armée nationale armée bon marché, armée efficace, réduction massive des crédits, armée de conscription. Il faut une armée, mettre en jeu toutes les forces économiques et humaines du pays, importance des diverses armées, armée moderne, technique, mobilisation de toute la nation : plus d’active et de réserve, confiance aux citoyens : dépôt d’armes dans les cantons, armée réduite à l’instruction pendant la paix, il faut un appareil permanent, un encadrement et organisation des réserves, centres d’instruction, puis versés dans un régiment permanent puis réserve. Il faut réduire massivement des crédits parce qu’aujourd’hui on a une armée de métier. Il faut briser ça. Sabrer ce qui est. 40 000 officiers à mettre à la porte et briser les lois qui donnent trois ans de solde aux anciens officiers, officiers hors cadre, 22 000 en Allemagne. Qui doit rester dans l’armée ? Ceux qui se sont battus. Or les réactionnaires se sont poussés. Ils veulent faire stationner les troupes hors de France ou encadrement des forces métropolitaines (Diethelm). Il faut désarticuler le système des réactionnaires déjà mis en place, renvoyer les officiers. Problème des réserves, défense du territoire métropolitain, faire ce qu’on fait les FTP, stationnement en France. L’armée créée par de Gaulle est une armée de réaction, il faut démontrer que la démocratie peut organiser l’armée, il faut démanteler l’armée de De Gaulle grâce à la crise financière, on peut s’allier aux socialistes pour mettre à la porte les officiers de De Gaulle, si de Lattre veut défendre son armée, on peut agiter l’opinion, il faut surveiller les comptes hors budget, armée de la République, préparation militaire et officiers de réserve, tout compris il faut 450 000, défense nationale.

341Pas de plan possible en régime capitaliste.

342Le CNR italien, Comité italien de libération nationale invite 23 journalistes français à se rendre en Italie pendant une dizaine de jours pour information sur la participation de l’Italie à sa libération, participation dans les maquis, participation à l’effort de reconstruction.

343On ne peut pas manger sa soupe sans autorisation. On a plus fait en ces deux mois qu’en quinze mois avant.

344Hérault, 9 000 adhérents. Haute-Vienne, Paul Marcel avait promis du charbon aux porcelainiers. Il a tardé. Il est arrivé. Nous avons groupé 700 communautés constituées en groupes d’achats. Leubail, 12 000 PC, 6 500 socialistes.

345Labrousse (Bâtiment). Dautry est un fléau. Valse de millions ; il veut construire 25 000 maisons de transition d’ici mai. Or ça coûte cher, mur de 0,5 mètre, gâchis, inconfort. Il faut réparer les maisons réparables, il faut faire des maisons. Un ingénieur a créé un ciment bon marché, suie substituée à l’argile et au charbon. Clinquère. On peut faire des usines près des mines. Logements ouvriers pour les ouvriers du bâtiment qui reconstruiront. Ouvriers à 5 000 centimes, 5 200 centimes par jour. 120 centimes l’heure dans le Vaucluse chez Dautry.

346Rassemblement des démocrates. Rapprochement socialistes-communistes. La Constitution contre les monopoles. MRP : un président de la République avec pouvoirs étendus, deux Assemblées, une corporative, dissolution automatique de la Chambre, référendum à une grande échelle, statut des partis politiques devenus des appendices de l’État avec une aide financière de l’État. C’est le pouvoir personnel, néo fascisme. Une collusion avec les socialistes nous isolait. Or Blum l’acceptait avec de Gaulle. Ce plan a échoué car nous avons proposé une Constitution républicaine devant le public et demandé aux socialistes un accord pour la Constitution. Au début conjonction socialistes-MRP. Censure obligatoire pour renverser le gouvernement ; validation des députés par le Conseil d’État, vote de censure pour abattre le gouvernement. Depuis, communistes et socialistes s’entendent sur la laïcité et la limitation des pouvoirs du président : rejet de la Chambre consultative, les socialistes adhèrent à un accord sur le débat constitutionnel, alors on peut faire une Constitution démocratique qui sera repoussée par MRP et de Gaulle car ils sont contre l’Assemblée unique conventionnelle.

347CGT. Trois quarts des syndicats, 22 camarades, 18 fédérations sur 40, 20 UD sur 93. Rapport : tabac, coiffeurs, bijoutiers, dockers, fonctionnaires, employés, instituteurs.

348Mikhaïlov. 75, Champs-Elysées, rédacteur en chef Nouvelles soviétiques.

349Nous sommes au moment où les forces ouvrières et bourgeoises s’équilibrent. Gouvernement impossible.

350Jéhovah a dit à la mer : « Je t’ai enfermée dans des barrières et tu viendras jusque-là et tu n’iras pas plus loin. »

351Daniel Traller, secrétaire Jeunesse républicaine.

  • 141 Abélard ou Abailard Pierre (1079-1142). C’est le créateur en logique qui intéresse ici Marcel Cachi (...)

352Nous n’abandonnerons pas le terrain gagné par la pensée française. La France tente la route, toutes les haines du passé sont ameutées contre elle. Tout ce qui a horreur de la raison a horreur de la France. La France a fondé l’Évangile de la liberté. Avec elle rien n’est fini : tout est à recommencer toujours. Une lumière qui s’éclipse n’est pas une lumière qui s’éteint. Le flot qui arrive est plus pur que celui qui s’en va. Le Français est avant tout logicien : Abélard141, Descartes, système métrique, Code civil. La France a forgé le droit universel. XIXe siècle français : l’homme est capable de progrès indéfini, lente victoire de la science, de la raison sur l’ignorance. La grandeur de la France est fonction de la Révolution qu’elle réalisera, de son travail, de sa reconstitution... Pas de chimères ! Croyons à l’enthousiasme créateur du peuple. Nous continuons la France !

353Hieemantibus annis non mihi deficiet ardor. Mourir de vieillesse c’est un privilège rare. Claudicat ingenium delirat linguaque marisque.

  • 142 Petros Roussos (né en 1906), membre du CC du PC grec, l’un des dirigeants de l’EAM.

354Grèce : Partsalidis secrétaire EAM, maire de Cavalla, Chryssa Roussos142, Darivas.

Deuxième trimestre

  • 143 MauriceBedel, qui a présidé la réunion avec les Grecs le 29 mars, est un médecin proche du PCF. Il (...)
  • 144 Léon Andrzejewski (pseudonyme de A. Lajb-Wolf, 1910-1978).

355Charrières Goutte-d’Or. Pouilly. Maurice Bedel143. Nalkovska et Andrzejanski144 reçus à la Chambre 28 mars.

356MRP + PRL = 40 % du corps électoral.

357Aude. Lézignan, communiste. Carcassonne, communistes premier parti.

358(Maurice Bedel préside la réunion grecque le 29 mars.) Passas, Georgiou).

359G. de Chanay, la synarchie. Librairie Médicis.

360La Constitution. C’est un compromis. Il faut trouver les meilleures institutions adaptées à notre époque. Notre projet met un terme à l’idée coloniale et crée l’Union française, communauté pour poursuivre ce qu’il y a de meilleur dans nos traditions. 100 millions de citoyens français. Le gouvernement sera fort et démocratique. 75 pas démocratique : le Sénat avait les mêmes droits que la Chambre, navettes, équilibre, instabilité. Nous avons organisé l’unité française : nous avons renforcé les assemblées locales, il y aura un Conseil économique (information), il y aura un Conseil de l’Union française (réflexion, conseil). L’Assemblée élit le président du Conseil. Le président de la République présidera le Conseil de la magistrature. Le président de la République présidera le Conseil des ministres. Le président de la République conseillera les hommes politiques.

361La démocratie est l’expression de la volonté de la majorité, la démocratie est l’expression des droits de la minorité. Nous aurions voulu le contrôle des élus. Nous avons accepté la création d’un conseil de l’unité française sans pouvoir législatif mais plus de Sénat.

362École laïque. Formation des jeunes intelligences. Observation, réflexion, cultiver le sentiment de justice et d’humanité, de tolérance, de respect des croyances, appel à la raison, science, dévouement au bien public, sacrifice à la patrie, à la liberté, admiration pour la Révolution française, école du courage, de la vertu, le travail est un honneur et un devoir, un plaisir.

363Statut des fonctionnaires : 1. Limitation rationnelle du nombre des fonctionnaires. 2. Situation matérielle digne. 3. Régime de Sécurité sociale. 4. Les intéresser à la marche du service et du rendement par l’initiative et la responsabilité.

364Descartes est au premier rang de la science et de la pensée parce qu’il a jugé la société selon sa raison propre. Il fut avec Galilée le créateur de la science expérimentale.

3657 avril 1946 : Perpignan. 14 avril : Rœulx. 21 avril : Belgrade.

366CGT : 76 UD sur 93, 27 fédérations sur 39. Saillant Jouhaux fraction.

  • 145 Albert Bayet (1880-1961). Professeur agrégé de lettres, il entra à la Sorbonne en 1932. Il milita a (...)
  • 146 François Mauriac (1885-1970). Écrivain, ancien membre du comité directeur du Front national, il par (...)
  • 147 Ancien combattant, le pasteur Jules Jézéquel, secrétaire de l’Alliance internationale et universell (...)

367PC. Parti socialiste. MRP. Parti républicain de la Liberté a fait un effort énorme. Rassemblement des gauches sans socialistes et communistes. Ligue de la République avec des catholiques. Radicaux de gauche contre Munich et les trusts, Herriot, Bayet145, Kayser. Ligue de la République, Boncour, Mauriac146, Jézéquel147, Maurice Lacroix. Parti démocrate, Juge.

  • 148 Alexandre Varenne, député UDSR du Puy-de-Dôme, président de l’Association nationale pour l’Indochin (...)
  • 149 En octobre 1945, il est élu député d’Ille-et-Vilaine et préside le groupe des républicains et résis (...)

368Bloc des gauches républicaines. Varenne148, Astier149, Forcinal, Delorme, Sorbi, abattre la dictature des trois grands partis, des listes dans tous les départements avec les autres partis : radical, UDSR, etc. Congrès radical : 4 avril, Lyon.

369PC. PS. MRP. PRL ancienne droite et PSF fascistes. Rassemblement des gauches républicaines, axé sur les radicaux qui abandonnent leur étiquette. La France ne se vendra pas pour un morceau de pain. Indépendance d’abord. 40 000 voix en France pour faire un député, 500 000 voix en Afrique occidentale. Il y aura 100 députés de la France d’outre-mer. La France reconnaît la République du Viêt-nam comme État libre faisant partie de l’Union indochinoise et de l’Union française. Hô Chi Minh. Mao Tsé-toung chef communiste chinois.

Avril

Lundi 1er avril 1946

370Un fait domine l’histoire de ce siècle : la Révolution soviétique. L’Église a 2 000 ans. Nous en avons vingt.

371Croizat est pour la prime au rendement, Gazier est contre. Un million de tonnes de charbon de la Ruhr pendant vingt ans. 50 000 demandes en France pour ouvrir de nouveaux commerces. On paie 5 centimes l’œuf à la ferme, il coûte 8 centimes à Paris.

  • 150 Guy Mollet (1905-1975). Député socialiste, il est élu, en février, président de la commission de la (...)

372Au congrès socialiste, D. Mayer battu par Guy Mollet150. Grand brouhaha, impatience générale.

373Ravitaillement Beaubois, Roul, Fédération nationale des groupes d’achats, 12, rue du Renard ARC 2581.

374Lancement du 31 mars. Huma : tirage : 1 084 000, 400 000 vente ordinaire. Supplément : 500 000 Seine, 200 000 province.

375Mato Jaksic, ministre plénipotentiaire de Yougoslavie, s’absente à Londres. Voir Yoka l’attaché de presse. L’ambassade va prendre l’affaire en main. Du 15 au 21 avril. Paris-Prague, Prague-Belgrade.

Mardi 2 avril 1946

376Le complexe d’infériorité, c’est l’état d’esprit d’un homme qui n’a pas la certitude mais qui a le sentiment d’être trompé.

377Congrès socialiste. Guy Mollet a vaincu Blum. Les socialistes se sont éloignés des MRP. Rupture. Les socialistes feront des listes homogènes. Les socialistes unitaires avec les communistes gagnent du terrain contre Daniel Mayer. Beaucoup d’entre eux étaient pour le scrutin d’arrondissement. Pas d’annexion rhénane. Internationalisation de la Ruhr. Unité allemande. La Région parisienne est malade.

  • 151 Amadou Lamingaye ou Lamine-Gueye (1891-1968). Juriste, il est l’une des figures socialistes du Séné (...)
  • 152 Marius Moutet (1876-1968). Député SFIO, l’ancien ministre des Colonies dans le cabinet Blum de juin (...)

378Lamingaye151 de Dakar. Indochine, Madagascar. Moutet152, Indochine. En mars 1945 la France avait promis un statut à l’Indochine. Quand nos troupes sont arrivées, elles ont trouvé le Viêt-minh soulevé. Leclerc trouva des bandes à côté des patriotes luttant pour l’indépendance. Les Japonais ont aidé le Viêt-minh et y sont encore. D’Argenlieu avait traité avec Laos et Cambodge. Au Tonkin et Laos armée chinoise. Les Chinois appuyaient le Viêt-minh. Fallait-il se battre ou s’entendre ? Nous avons fait la relève pacifique des Chinois en Indochine. Les Chinois ont accepté. La situation des 15 000 Français à Hanoï était précaire : assassinats, violation des domiciles, pillés. Il fallait aller vite. D’accord avec Argenlieu le 6 mars nous reconnaissons Viêt-minh État libre et indépendant, en contrepartie, le Viêt-minh s’intègre dans l’Union française et l’Indochine. Les officiers français sont intégrés dans l’armée vietnamienne. Les armées françaises débarquent et un accord s’est fait à Haïphong. Nous avons des bases aériennes et navales pendant cinq ans. On consultera Annam, Indochine, Tonkin pour savoir s’il y aura fédération. Il y a eu des difficultés avec Chinois, certains chefs chinois. Ils refusent de partir, ils sont encore à Hanoï et dans le Laos. Tchoung-Ching ne savait rien.

Mercredi 3 avril 1946

37916e compte rendu. 185, avenue de Versailles. CGT : 6 120 000.

380On vient de fixer les endroits où iront nos troupes. Dans le nord du Tonkin, il y a encore des batailles. Le Viêt-minh veut l’accord. Il veut nous envoyer des délégués à la Constituante. Le roi du Cambodge veut aussi venir à Paris. Nos buts : organiser une fédération avec autonomie pour chacun des trois pays annamites. Le Laos refuse. Il craint les Annamites. Nous voulons qu’il soit autonome. La Cochinchine est la partie la plus riche. Elle veut l’autonomie. Dans chacun des pays un Parlement et dans la fédération un président qui serait un Français où un représentant de la France serait près du président. Il y aurait des représentants de la Chambre française. Il faut régler les affaires financières et économiques, le droit des Français de séjourner et de posséder. État d’extrême misère au nord du 16e parallèle. Un million de morts de famine, rivières débordent. Si nous pouvons les nourrir, la situation française sera meilleure. L’accord n’est pas accepté par l’ensemble de la population mais depuis le 6 mars amélioration. Le Viêt-minh ne sait pas gouverner. Le Viêt-minh demande aux Anglais de le reconnaître comme indépendant. Les Anglais refusent. Il faut que les Chinois évacuent l’Indochine. Or les généraux chinois veulent rester dans le pays. Ils pillent le pays.

381Bidault. Les Anglais ont évacué au-dessous du 16e parallèle mais, au-dessus, il faut s’entendre avec le gouvernement chinois. Le 28 février accord franco-chinois. Nous renonçons aux droits d’extraterritorialité. Accord sur les rapports entre Chinois et Français. Nous avons renoncé à nos concessions en Chine dès janvier 1943 comme les Anglais et les Américains.

382En mars 1945, en août 1945, Convention rétrocède à la Chine. Discussion interminable. 28 février traité signé. Nous renonçons à nos droits en Chine, à nos concessions. Nous pouvons nous établir en Chine avec droits égaux. Puis, accord sur l’évacuation des armées chinoises en Indochine. Ce fut un marché, des centaines de milliers de commerçants, banquiers chinois en Indochine.

Jeudi 4 avril 1946

383À Saint-Étienne vers Perpignan.

  • 153 Jacques Meyrier, ambassadeur français en Chine, négocie l’accord franco-chinois signé en mars.
  • 154 Clement Attlee (1883-1967). Leader du parti travailliste, il est Premier ministre après la victoire (...)

384En février 1946 Meyrier153’ ambassadeur français en Chine, étudie les rapports franco-chinois. On a abouti. Les Chinois pourront s’établir en Indochine avec privilèges, une zone douanière spéciale pour les Chinois. Accord commercial. Le chemin de fer de Yunnan était entre les mains des Chinois. Nous avons consenti la vente du chemin de fer en Chine. Nous avançons les fonds et nous serons payés par les Japonais. Traités onéreux. La France reste en Indochine. La Chine partira. Les Mois n’aiment pas les Annamites. Nous les protégerons. Il y a un gouvernement autonome en Cochinchine. Si la Cochinchine était autonome, la France s’y renforcerait. Il faut leur réserver des places dans la future Assemblée française. Le traité avec les Chinois est très lourd. Vichy a préparé cet échec. Les Chinois ne s’en iront pas d’Indochine. Bientôt les Annamites exigeront le départ d’Indochine des troupes françaises. Nous payons Vichy le couteau sur la gorge. Vichy a laissé les Japonais s’installer en Indochine. Nous avons été incapables de protéger l’Indochine contre les Japonais. Nous n’avions que 15 000 hommes de débarquement. Nous ne pouvions agir en France. Nous en sommes à 15 milliards de dépenses et nous n’avons plus d’argent. Dans l’Asie troublée nous avons réoccupé nos territoires. Attlee154 et les Hollandais font comme nous. Le monde est autre qu’avant la guerre.

385Madagascar. Traité de 1896 aboli. Ce sont nos collègues de Madagascar qui proposent l’indépendance. Le Madagascar intégré dans la France. Nos collègues ne représentent que les Hovas (évolués, restreints, aristocrates du pays). Il faut faire des élections larges mais le corps électoral sera Hovas. Il faut des circonscriptions, trois ou quatre. Il n’y a rien de commun entre les hauts plateaux et la côte.

Vendredi 5 avril 1946

386De Saint-Étienne à Perpignan, la vallée du Rhône, symphonie de blanc. Cette [Sète]. Bar des Jouteurs. Agde. Sarras pays du bon fruit.

387Aujourd’hui les Malgaches ne demandent plus l’abolition du traité de 1896. Il y a peu de Hovas à Madagascar, ce sont eux qui gouvernent. Il y a plus de Sakalaves. Il faut des assemblées locales délibérantes. Aujourd’hui tous les habitants des colonies vont pouvoir voter, tous ceux qui ont une carte de travail.

Samedi 6 avril 1946

  • 155 Louis Noguères (1881-1956). Député, élu président de la Haute Cour de justice par l’Assemblée const (...)

388Perpignan. Les socialistes avec Noguères155 ont mis la main sur le journal quotidien la République du Midi, Perpignan.

389Roussillon et Cerdagne : Pyrénées-Orientales. Partie de la Narbonnaise puis wisigoth, puis arabe, puis franc. Partagé entre l’Aragon et la France, conquis par Louis XIII. Au traité des Pyrénées 1659 rattaché à la France. Cerdagne capitale Mont Louis. La Cerdagne espagnole capitale Puycerda. À Collioures vins : grenache, rancio. Masnou-Mercader maire. Les Gavacht.

Dimanche 7 avril 1946

390Perpignan. 14, rue de l’Argenterie. Canigou. (Grenache vin.) Jack, secrétaire André, 8, rue de la Loge. Bonnaventure Pajol, 12, rue Nicolas Lancret Perpignan.

  • 156 François Arago d’Estagel (1786-1853). Ce physicien et astronome s’est distingué par ses idées libér (...)

391François Arago d’Estagel156 admis à l’Académie des Sciences et professeur à l’École Polytechnique à vingt-trois ans. Député des Pyrénées-Orientales républicain. Porté en 1848 au gouvernement provisoire. Professeur d’astronomie, clair. Son fils Emmanuel du gouvernement de la Défense nationale en 1870.

3921 500 PC Perpignan, 6 000 PC Pyrénées-Orientales. 25 000 travailleurs hebdomadaires. 43 000 voix le 21 octobre. 41 000 socialistes. Un radical.

Lundi 8 avril 1946

393Perpignan à Limoges. Limoges, le Populaire 50 000, Écho du Centre 30 000 Front national.

394Marcel Paul grâce à ses attributions de charbon a permis à la porcelaine de démarrer. La chaussure [ill.] à Limoges. On aura des chaussures à 40 F la paire 40 millions. Les tissus sont plus abondants. Costumes à 2 500.

395Pineau a rendu la liberté au marché de la viande. Jusque-là, les préfets avaient le pouvoir de réquisition. Et lorsque les chevillards et les grossistes avaient payé très cher les bêtes aux paysans, le préfet intervenait, réquisitionnait et faisait distribuer la viande à 100 F le kilo. Mais si le boucher achète le bétail à plus de 50 F le kilo de vif, il perd. Et maintenant on peut difficilement revenir à la taxe sur la viande. Le paysan réclame brabants, tracteurs, engrais, vêtements. S’il thésaurise c’est pour se payer son nécessaire.

396Pour le vin on a multiplié les appellations contrôlées et les vins de qualité qui sont en vente libre et atteignent des prix énormes.

397Il faut des groupements d’achats avec marges bénéficiaires. Il ne faut plus de grossistes. Il ne faut plus de stocks. Il faut contrôler les grossistes et non le détail. Il faut contrôler les communes, les conseils municipaux et ne pas gêner les paysans.

Mardi 9 avril 1946

398Limoges Paris.

399Depuis que la viande et les légumes sont en vente libre, tout va au marché noir. Pour le pain, le blutage varie de département en département. Si les salaires augmentent et si les prix augmentent sans cesse, ce sera l’inflation ; la catastrophe. Il faut dire aux paysans qu’une montée désordonnée des prix serait redoutable.

Mercredi 10 avril 1946

  • 157 Raymond Guyot (1903-1986). Au Xe Congrès, il devient membre titulaire du BP. Député de la Seine en  (...)
  • 158 Né en 1904, Gaston Auguet était conseiller municipal, secrétaire de la région Paris-Ville, suppléan (...)

400Ier arrondissement Raymond Guyot157 Auguet158. Nous sommes l’espérance. Nous n’avons pas été les coureurs de places.

  • 159 8 avril 1946 : nationalisation du gaz et de l’électricité.

401Préparation du CC. Faire le bilan des cinq mois. Renaissance démocratie unité. PC grand parti de gouvernement. Charbon électricité159. Nationaliser les banques. Pleven a choisi comme directions les anciens dirigeants des banques convaincus d’intelligence avec l’ennemi. Les socialistes 7 % des économies et 40 % pour Charles Tillon. Il faut suivre les chefs de la finance. Car les financiers voient la normalisation du régime avec inquiétude. Ils veulent créer la panique. Or il nous faut être prudents et sages. Nous avons été le parti de l’énergie nationale bien que nous ne soyons pas maîtres du gouvernement. Nous voulons prendre nos responsabilités.

402L’Angleterre ne veut pas que la France soit garantie sur le Rhin. L’alliance franco-anglaise suffirait (comme en 1919). Il faut internationaliser la Ruhr avec les Russes. Or les capitalistes anglais ne veulent pas. Ils veulent utiliser l’Allemagne pour une politique réactionnaire internationale. Le dernier Conseil des ministres n’a pas plu à l’Angleterre. La Fédération républicaine nous félicite. Des Vichyssois sont allés au PRL. Les communistes sont avec les intérêts nationaux. Nous sommes un parti national. Réparations. Ruhr pour gagner la bataille de l’acier. Les communistes allemands ne veulent pas l’internationalisation de la Ruhr. C’est leur affaire ! Mais nous, nous sommes Français. Nous voulons les réparations. Nous voulons la politique traditionnelle de la France, amitié avec la Tchécoslovaquie, la Pologne démocratique, la Yougoslavie, contre le bloc occidental. Il faut éviter les aventures à la France.

Jeudi 11 avril 1946

40313 h, ambassade de Bulgarie, 64 bis, rue Montceau.

404Programme du PC pour les élections (CNR). Les responsables de la catastrophe s’agitent. Il faut renouveler l’industrie, l’agriculture, les échanges intérieurs et extérieurs. Restaurer les finances, revaloriser la fonction publique, la santé, le ravitaillement, l’éducation. Liberté. Colonies. Paix. Sécurité, l’armée. Il faut des hommes nouveaux au gouvernement : courage, audace, réalistes, ordre. La Constitution sera votée. Nous dirons oui avec réserves. La réaction veut le désordre. Elle votera contre la Constitution. Radicaux Rassemblement République. Nous voterons oui avec les socialistes. Victoire pour l’unité ouvrière. Le MRP est en contradiction (gauche et droite du MRP). Si les radicaux votent non avec la réaction, les radicaux de la base nous aideront. On ne joue pas avec la République. Il faut mobiliser le PC à l’offensive ! Que chacun ait sa responsabilité ! Notre PC au pouvoir ne change pas. C’est le PC qui choisit ses hommes comme ministres. Pas de carrière ! Nous ne sommes pas un parti comme les autres.

  • 160 Ce Congrès, qui s’est déroulé du 8 au 12 avril à Paris, s’est le premier depuis celui de 1938, à Na (...)

405Les socialistes et le congrès de la CGT160 sont ralliés à la production. Il y a encore des hésitations à cause du ravitaillement. Depuis le 21 octobre nous avons fait de grandes choses, nous avons consolidé l’unité ouvrière, écarté de Gaulle. Nous serons au pouvoir légalement. Il peut y avoir un coup de main. Nous aurons à battre les factieux. Pour pousser plus loin. Au point de vue international nous sommes très forts. On a avancé dans la production. Nous avons été les premiers. Production. Revendication. Plus on produit plus on satisfait les revendications. Il n’y a pas de blocage des salaires puisqu’on paie au rendement. Nous avons réduit les impôts des ouvriers. Pour les fonctionnaires nous avons fait le statut, ils nous appuient. Nous avons augmenté de 1 300 F par mois les fonctionnaires. Nous avons augmenté les vieux de 50 %.

Vendredi 12 avril 1946

406Suresnes CDH.

407Pas de démagogie ni gauchisme. Les prix de gros ont augmenté de 20 %. Il y a assez de pneus pour qu’on laisse libre le commerce.

408Les socialistes sentent qu’ils vont perdre. Il ne faut pas qu’ils perdent trop car il faut aller à gauche. Les radicaux reprennent. Munich. Il faut les combattre mais il ne faut pas qu’ils perdent trop. Il faut avec les socialistes faire la campagne ensemble pour le oui.

409Avec les chiffres de 1945 nous avons : 156 en France, 10 sièges en Algérie, 15 dans les autres colonies = 180. On peut aller à 200.

410Gouin refuse l’élargissement des retraites des vieux (deux millions seraient bénéficiaires).

411L’ambassadeur de Yougoslavie me dit que depuis six mois il sollicite en vain une entrevue avec Bidault. En vain ! Il a été obligé de signaler le fait à Gouin et il est convoqué pour mardi au Quai d’Orsay.

Samedi 13 avril 1946

412Blanc-Mesnil.

413Aujourd’hui 622 milliards en circulation. Augmentation continue. Visite des délégués du Syndicat des agents du ravitaillement. On parle de licencier un grand nombre des agents du ministère avant juillet. Une commission de la réforme administrative est désignée.

414On fait beaucoup de textiles en France : 65 % d’Avignon. Mais les industriels exportent, mais les industriels stockent. On peut faire cette année : 8 millions de complets, 20 millions de robes de laine, coton, soie, 58 millions de pièces de lingerie, 25 millions de paires de draps, 90 millions de serviettes, 130 % de vêtements de travail de plus qu’avant-guerre.

415Vin. On a fait en France 25 millions d’hectolitres en 1945. C’est la plus faible récolte en soixante-dix ans. On avait quatre litres sous l’Occupation. Mais les Allemands ont tari nos réserves. D’ici la récolte, ration à deux litres.

Dimanche 14 avril 1946

416Choisy-le-Roi. Les vieux. Sous la halle. Rœulx. Rues Gabriel Péri, J. Lebas. Avec un socialiste du Nord.

41711 h 15 réception au pont de Rœulx, 12 h 15 repas socialistes communistes, 14 h réception à la mairie, 15 h manifestation, meeting. Assurance, homme lié, banque, retraite des vieux, nous allons demander un vote par siège. La Constitution finit mercredi soir, les lois organiques, collectif vendredi, Conseil de l’Union française, grève des réactionnaires et radicaux si on prolonge la session.

Lundi 15 avril 1946

  • 161 Ilia Ehrenbourg participe comme journaliste au procès de Nuremberg. L’écrivain soviétique anime plu (...)

418Ilya Ehrenbourg161 ambassade soviétique.

41916 h avec Charles à l’Instruction publique.

420Est-ce que le MRP se retire ? Les États-Unis répondront à Blum après les élections françaises.

421À la Chambre : commission régionale de presse. Que l’Humanité ne soit pas mise en minorité dans son local. C’est le ministre qui l’a exigé. Nous avons été battus parce qu’il n’y avait pas assez de députés communistes. Les propriétés des journaux étaient en jeu.

422Vendredi midi et soir sera votée la Constitution. Vote non sur la Constitution : 144 MRP, 22 Résistance démocratique et socialiste, 36 députés PRL, 22 radicaux-socialistes, 8 paysans, 12 indépendants.

Mardi 16 avril 1946

423Guerre de 1939 : 19 millions de morts, 3,5 millions en Allemagne, 15,5 chez les Alliés.

  • 162 Auguste Lecœur (1911-1985). Député communiste du Pas-de-Calais. Sous-secrétaire d’État à la Product (...)

424Situation de la production financière en France. Charbon gagné, Ruhr, Lecœur162. Aluminium amélioration. Matériaux de construction, produits chimiques, matières colorantes, verre, textile, accroissent leur production. Prix de gros en hausse. Il faut contrôler les prix de revient. Finances, déficit 185 milliards. Il y a une bureaucratie parasitaire. Intérieur : 14 000 fonctionnaires en 1939, 96 000 en 1946. L’état des finances : il serait possible de le rétablir. On a transféré 36 milliards d’or, les journaux créent la panique, il faut s’attendre à la campagne de panique. Il ne faut pas inquiéter les porteurs d’actions. Quatre banques de dépôts nationalisées (Pleven) mais il faut les deux banques d’affaires. Les administrateurs sont ceux de 1942. Il faut tranquilliser les industriels du secteur libre. Nous ne sommes pas des planistes.

425Pneus de vélos bloqués. Il faut les débloquer pour les paysans et les ouvriers. Et les textiles. Il faut exporter. Il faut changer.

Mercredi 17 avril 1946

42616e (Mayet), rue Chernoviz.

42711 h, Roul, président de la Fédération des groupements d’achats. De 6 à 7 Truffaut Commandant (Tillon. Yougoslavie). Setola bureau 119. Dan 58-58. 3, bis, rue Mabillon, 6e. Ravitaillement général de la Seine. Il y aurait un phonographe au ravitaillement que ça n’irait ni mieux, ni plus mal. Nous sommes un sixième à la CGA. Des milliers de communes rurales sans pain. Le beurre va en Angleterre. Le gruyère de Dijon va être débloqué.

  • 163 Draga Mikhaïlovitch, général, est décédé en 1946. Officier de l’armée régulière de Yougoslavie, il (...)
  • 164 Edouard Kardelj (né en 1910). Il adhère au PC yougoslave en 1928, puis part en 1934 étudier à l’ELI (...)

428Draja Mikhaïlovitch163 arrêté le 13 mars 1946. Les Américains demandent à envoyer un officier au procès. Kardelj164 vice-président du Conseil : « Demandez à la haute cour. »

429Lister. Modesto.

Jeudi 18 avril 1946

430Ambassade de Yougoslavie, TRO 18-48.

  • 165 Waldeck Rochet (1905-1983). Député communiste de Saône-et-Loire, le secrétaire de la section agrair (...)

431Nous avons déposé à la Chambre 120 propositions de lois. Nationalisation. 13 propositions sur le travail et les salaires, 10 propositions pour l’enseignement, 17 propositions pour l’agriculture, Waldeck Rochet165 président de la Commission agricole ; revendications des fonctionnaires 1 000 F par mois augmentation ; 8 propositions sur les prisonniers de guerre, dédommagement pour leur captivité, intégration dans le travail ; 8 propositions de défense de la propriété commerciale, débits de boisson, arrêt des réquisitions ; 10 propositions locataires solidarité nationale, justice, amnistie, Algérie, colonies, plus de mandataires aux halles. Extension des libertés communales, réduction des impôts pour la tranche de 40 à 70 millions, abattement à la base jusqu’à 40 000 F. Impôt sur le patrimoine, nous avons dit moins aux petits propriétaires, nous avons voulu faire payer les gros, 21 milliards refusés.

432480 000 pensions : Casanova, Frenay 770 millions d’économie, de 21 000 employés à 7 000, voleurs pourchassés. L’Office des victimes de la guerre consulté, aide aux 300 000 déportés, allocations aux familles de disparus, on aidera les sinistrés et leurs enfants.

433Croizat : associer les syndicats à la production, convention collective.

434Patinaud immigration main-d’œuvre spécialisée, répartition de la main-d’œuvre.

435Nous sommes les soldats de la République.

Vendredi 19 avril 1946

  • 166 Le projet de Constitution est adopté par la Constituante : 309 voix pour (communistes, socialistes (...)

436Vote de la Constitution166. Parti de la libération nationale, de la production, de la stabilité financière.

437Ce qui se joue, c’est l’avenir de la République démocratique. Pas d’aventure désormais. Nous n’insistons pas sur l’exclusion des MRP du gouvernement. Nous avons beaucoup sacrifié pour sauver la France de l’inflation. Il faut réduire le train de maison de la France. Mais aussi investir pour enrichir la France. Tillon nationalise Gnome et Rhône. Il a créé l’[ill.], il a encouragé les jeunes pour l’aviation. Billoux centre de vacances, carnet de santé, prêt aux jeunes ménages. Maurice Thorez réforme de la Fonction publique, 10 février, 26 mars, rajeunir et réformer l’administration, supprimer les préfets régionaux, tous les fonctionnaires sincères chrétiens l’approuvent. Tillon plan de reconversion, réparation cargos et locomotives, engrenage pour chalutiers, moteurs Diesel, machines et appareils agricoles, machines pour décolletage, forage, fraiseuses, faucheuses, charrues, outillage, fusils de chasse, buffets, tables, fours électriques, articles de ménage, tracteurs, remorqueurs. Reconstruction (Billoux contre les assurances). Réparations : interdiction d’abattre les maisons réparables, consulter les municipalités. Maires peuvent réquisitionner. Que l’Intérieur arrête. Achèvement du déminage. 25 000 logements en 1946. Production industrielle, Marcel Paul a pris une succession catastrophique. Aujourd’hui besoins électriques couverts. Plus de kilowatt heure qu’en 1939. Bataille de l’électricité gagnée. 28 mars nationalisation. Bataille de l’acier : 100 000 tonnes par mois de plus. Mais il faut le charbon de la Ruhr. Lecœur à Washington pour le charbon. On rétablit les droits des petits artisans et commerçants, retraite 36 000 F. Marcel Paul détruit les organismes de Vichy. Charbon Lecœur 108 % d’avant-guerre. Statut des mineurs, retraite, nationalisation des Houillères. Travail : défend les masses laborieuses, Sécurité sociale 9 200 à 10 800 à Paris, rajustement des droits incapacité professionnelle, allocation de chômage, 80 % des frais médicaux, 3 600 F prime d’allaitement.

Samedi 20 avril 1946

438Prise de Tchang-Toun aux communistes.

439Comité central. 288, 260 votes sur les articles. Nous sommes un grand parti national, le seul. Production économique nécessaire au progrès démocratique et à l’indépendance nationale. En France enseignement santé. Montée formidable de la démocratie dans le monde. Les États-Unis sont plus nuancés vis-à-vis de Tito. Nous défendons les intérêts nationaux de la France, nous défendons la sécurité de la France. Amitié de la France avec la Tchécoslovaquie, Yougoslavie, Pologne. La Tchécoslovaquie a un bon voisin. C’est la tradition française constante. Nous sommes nationaux. La démocratie nationale ne peut se séparer de la démocratie internationale.

440Grand émoi chez les 309. Depuis janvier, socialistes plus communistes à la commission de la Constitution malgré Vincent Auriol transaction. Nous disons : c’est l’affaire de tous les Français de bonne volonté de refaire la France. Socialistes et MRP ensemble pour une deuxième Chambre parce que nous sommes le premier parti. Pour eux Conseil de l’Union française = Sénat. On a voulu isoler les communistes. De Gaulle = socialistes + MRP. Schuman a tout gâté hier. De Menthon avait dit : « Il n’y a que de petites différences. » Schuman a dit : « Votre constitution n’est pas une constitution ! Il n’y a rien de bon dans votre Constitution. »

  • 167 Odette Roux est aussi membre suppléant du CC du PCF, depuis le Xe Congrès.

441Odette Roux167, maire des Sables-d’Olonne. Vendée : 45 000 enfants écoles libres. Les instituteurs sont socialistes, luttent contre nos jeunes. Plus de pain. Les Hobereaux du bocage.

442Alpes maritimes : Amis du POF (40 000, 40 sections), comités de l’Enfance 27 comités, associations de parents d’élèves, 846 000 cartes, 59 % des voix à l’Escarène, conférence fédérale 1 200 délégués.

443Védrines 69 000 au 21 octobre, 78 000 socialistes (15 000 cartes 3 000 Montluçon). Socialistes anti-unitaires, CGA 34 0000, UFF 13 000. Mines métallurgie. Dunlop (on bloque les pneus).

  • 168 Juliette Dubois (1911-1993). Employée des chèques postaux, dans les années 1930 elle milite à l’UJF (...)

444Juliette Dubois168, Côte d’Or. Très catholique, fédération très molle, ni conseiller général, ni député.

445En octobre 1945 abstentions : 15 % à Paris, 24 % en province.

Dimanche 21 avril 1946

446CC. Monde : vers la démocratie autoritaire. Lunet technicien métallurgie.

447Orne sinistrée, vaste champ de mines, ça ne va pas ! Il y a pénurie de vaches laitières, les fromages sont exportés, CGA dorgériste.

448Yonne disette de pain dans un pays excédentaire. Le préfet au-dessous de sa tâche.

449Haute-Vienne deux listes socialistes le 2 juin ; divisions : deux sections socialistes. Démission. Il faut faire la campagne ravitaillement et épuration.

  • 169 Léon Mauvais (1902-1980). Membre suppléant du BP du PCF depuis 1945, il est élu conseiller municipa (...)

450Léon Mauvais169 : 350 000 socialistes a dit Daniel Mayer, 235 000 MRP. En 1945 : 1 032 000 communistes, aujourd’hui 935 000 cartes. Pas plus de 10 % à 15 % de femmes.

451Moselle : Kaufman.

  • 170 Alain Signor (1905-1970). Membre du CC du PCF, il est envoyé à Moscou comme correspondant de l’Huma (...)

452Signor 170 : il y a une majorité républicaine en France. Preuve : le vote de la Constitution. Si l’unité avait eu lieu avant on n’aurait pas perdu de temps. Les ouvriers socialistes ont applaudi Jacques Duclos. Dans le parti socialiste dualité entre les chefs socialistes et la base. En 1945 les socialistes étaient contre la production. (« On ne fait pas l’unité pour faire du charbon » D. Mayer.) En 1946 Gouin vante la production. Les socialistes étaient vassaux des Britanniques. Ils attaquaient l’URSS. Aujourd’hui attaques voilées et Gouin vante : « Imitons l’URSS », dit-il. Blum attaque le matérialisme et la conception de l’État. En quelques mois changement important dans le parti socialiste.

453Jeunes : organisations catholiques liées aux scouts sont dirigées par l’Angleterre. Sportifs et fêtes catholiques des jeunes chanteurs. Jeunesse socialiste faible et sectaire. Ligue de l’Enseignement faible. Nous avons la Fédération gymnique et la Jeunesse républicaine de France. Union des Jeunes filles de France 50 000 Vaillants et Vaillantes. Patronages municipaux. Les jeunes voteront à 20 ans, éligibles à 23 ans.

  • 171 François Tanguy-Prigent (1909-1970). Député socialiste, il est spécialiste des questions agricoles (...)

454Les gros agrariens veulent faire la grève du blé, du lait pour affamer les villes, surenchère démagogie. Tanguy-Prigent171, il vaut mieux se jeter à l’eau que l’unité avec les communistes. C’est en France que la lutte des classes est toujours poussée jusqu’au bout.

455225 millions au Parti (recettes par an). 16 000 syndicats CGT. Recettes CGT (1,5 milliard), 20 F par mois et par adhérent.

Lundi 22 avril 1946

456Villeneuve. Ylitch. L’armée de la réaction se bat avec le soleil dans les yeux.

45710 h : pas de révolution par en haut. Betons du Gers. 100 00 PC dans la Seine.

Mardi 23 avril 1946

  • 172 Il s’agit du 2e secteur de la Seine ; la liste est composée comme suit : Marcel Cachin, J. Vermeers (...)
  • 173 Il s’agit peut-être de Joseph Denais. Député du PRL, il s’oppose, en avril à la nationalisation des (...)

4586 h, rue Duhesme. À quarante jours du 2 juin. 43 réunions préparées dans le 18e. 12 candidats dans le 2e secteur172, 96 permanences en octobre 1945, c’est insuffisant, il faut 200. En octobre 1945 45 000 voix au 18e il faut monter les étages pour vendre les brochures. Denais173 Lecourt Julia.

Mercredi 24 avril 1946

459TRO 0959. 1, boulevard Delessert. Yougoslavie. TRO 1848.

460D. Mayer : « Ils nous proposent l’unité pour produire du charbon. »

Jeudi 25 avril 1946

461Préau Ch. Lermitte, porte Aubervilliers. Élections Milan : 600 000 votants, 200 000 socialistes, 160 000 communistes, 193 000 MRP.

Vendredi 26 avril 1946

46226 et 27 réunion des commissions départementales du ravitaillement au ministère du Ravitaillement.

Samedi 27 avril 1946

463Dussoubs 2e. Arras.

464École Auteuil. La politique extérieure. Les Balkans.

Dimanche 28 avril 1946

465Arras.

Dimanche 2 à 5 à l’Huma.

466Nous sommes à l’âge de l’électricité et de l’acier. Demain industrie atomique. Il faut d’abord avoir la matière première de l’énergie nucléaire, l’uranium. Nous avons des gisements de minerai d’uranium dans la région d’Autun et Limoges (au Congo, Madagascar). Il faut pour la mettre en œuvre beaucoup d’électricité. Il faut orienter la technique des transmutations vers l’amélioration du sort des hommes. Elle peut accroître la puissance mise à la disposition des hommes.

467Yougoslavie : 16 millions d’habitants. Réforme agraire en Yougoslavie. 76 % d’agriculteurs. Un tiers moins de deux hectares, 88 % moins de 10 hectares = 55 % surface totale. Une grande partie des industries et des terres appartenaient à des étrangers : Allemands, Italiens, Hongrois. Aujourd’hui : formule : donner la terre à celui qui la travaille, expropriation sans indemnité, attribution de terre variable selon le terrain. 10 hectares de terres maraîchères en vignes c’est une grande propriété.

468À Paris il s’appelle Bronzev. Joseph Broz Tito né à Laniet près de Zagreb. C’est un Croate, fils d’un forgeron, devient ouvrier métallurgiste. 1914 dans l’armée autrichienne, envoyé au front russe, fait prisonnier, délivré par la Révolution russe, s’engage dans l’Armée rouge, guerre civile contre les Blancs, en prison à Lepoglava, libéré va en Russie, en France, Brigades internationales. En trois ans 250 000 hommes soldats.

Lundi 29 avril 1946

469Kasteman. Kambouchner (Royes) M.C. Lunet. Gaston. Charles. (Commandant Cuffaud.) (Lister Modesto.) Belgrade.

  • 174 Moshe Pijadé Pijade. Membre du BP du PC yougoslave, vice-président du Parlement de Yougoslavie, dél (...)

470Kardelj vice-président du gouvernement yougoslave, instituteur Slovène. Pour nous, nous continuerons à nous accrocher à Trieste et à Tripoli et à prendre soin de nos relations avec l’Italie. Observer 26 avril. Villacoublay 7 h 30. 348 députés. Un pour 40 000. La Constitution est stalinienne. Lutte contre les tchetniks de Mikhaïlovitch. Lutte contre les Italiens et les Allemands. La Constitution ne parle pas de communisme. Elle prévoit la propriété privée mais la plus grande partie du commerce et de l’industrie est passée à l’État. Au gouvernement : des socialistes, des agrariens, des républicains. Les oustachis sont catholiques. Kardelj instituteur Slovène. Hebrang théoricien Marx. Moshe Pijade174 juif souvent emprisonné. Rankovitch chef de l’Ozna. Ribnikar Yougovitch, Sapovitch, Vlakov. Peuples égaux en droits : Serbes, Croates, Slovènes, Macédoniens, Monténégrins, Bosnie-Herzégovine. Les conseils du peuple administrent localement. Le régime se fonde sur les aspirations populaires. Croyez-moi cela se terminera bien. Ma-Na = Magasin national. On distribue les terres ecclésiastiques aux paysans. On a comme but la coopération des petits paysans, l’État est en train d’annexer les propriétés britanniques en Yougoslavie (mines d’étain et zinc de Tresca). Élections 11 novembre. Le chien de Tito.

Mardi 31 avril 1946

471(Belgrade.) Stankovich professeur.

472Conseil antifasciste de la libération nationale (AVNOF) 1942. Y a-t-il encore des troupes soviétiques en Yougoslavie ? Avant la guerre la Yougoslavie était arriérée : joug étranger. Ce fut une terre torturée. Un million d’hommes tués en guerre. Aujourd’hui élan, terre de jeunesse, une véritable armée.

47310-12 visite au soldat inconnu. Général Gosniak Ivanovitch. 16 h 30 ambassadeur [ill.]. 17 h 30 France-Yougoslavie. Visite à la Chambre des députés 12 h. 20 h, dîner avec la BP Pijade. 21 h, Grand théâtre. 13 h, visite à la CGT reçu par le président. Les ouvriers ont donné plus de 100 000 journées sans salaire pour la reconstruction. Chaque jour encore nombreux travaillent une heure pour la nation. Deux semaines vont être consacrées par 100 000 ouvriers pour refaire les routes et les voies de chemin de fer. 800 000 syndiqués dont 40 % à 45 % de femmes. Stankovich nous reçoit à l’aérodrome.

Notes

474Remis la lettre d’André Marty à l’Association des volontaires yougoslaves des Brigades internationales. Général Gordon. Envoi de 50 boursiers yougoslaves à l’Université de Paris. Chaque ouvrier reçoit 400 g de pain par jour, 600 g dans les métiers durs. Deux jours de viande par semaine assurés. Le marché noir a été jugulé : 1°) par les moyens énergiques de la confiscation des biens des délinquants ; 2°) par l’organisation de la collecte de la distribution ; 3°) on a demandé aux ouvriers de supporter la pénurie pendant quelques jours pour organiser le nouveau ravitaillement.

47543 réunions préparées pour la campagne électorale. Lundi 29, mardi 30, mercredi 1er mai, jeudi 2, vendredi 3, samedi 4, dimanche 5. La soirée théâtrale (30 avril). Chorale de la IVe armée qui a pris Trieste. Tito M.C. danse du IXe siècle en Dalmatie. « Vive la France » a dit Tito. Nous donnerons notre vie mais pas Trieste. Vive Trieste yougoslave (un Italien), Istrie Macédoine, Raguse, Serbie, Croatie. Richesse, variété des costumes.

Mai

Mercredi 1er mai 1946

476Belgrade. Manifestation 9h-14h. 18 h : réunion avec une délégation de déportés.

Jeudi 2 mai 1946

47710 h, visite d’une fabrique. 11 h, conférence de presse, 13 h, déjeuner avec le maréchal. 18 h, conférence à l’assemblée de France-Yougoslavie. 21 h, réception à l’ambassade de France (Payard). Le président du Praesidium de Yougoslavie, président de la République, me remet la décoration de l’ordre de la Fraternité.

Vendredi 3 mai 1946

478Belgrade-Paris (commandant Cantraine).

Samedi 4 mai 1946

479Rue Ferdinand Flocon.

480Le mot d’ordre « Thorez à la présidence du Conseil » a effrayé la bourgeoisie grande et petite.

Dimanche 5 mai 1946

481Référendum : 10 450 000 Non, 53 % ; 9 280 000 Oui, 47 %. Socialistes communistes perdent 300 000 voix en France.

482Dans les trois zones allemandes de l’Ouest : l’industrie reste aux mains des capitalistes nazis, la terre reste aux grands propriétaires fonciers, les fascistes occupent des postes élevés dans les services économiques, dans les administrations publiques.

483Seulement 12 % d’abstentions à Paris. Seine : Oui 1 200 944, Non 1 204 098, 1845 majorité. Paris : 160 000 voix majorité Non, 761 000 Non, 594 000 Oui. 2e secteur : 160 520 Oui (182 000 en octobre), 291 434 Non (240 000 en octobre). Socialistes et communistes perdent 15 578, réaction gagne 51 000. En France : inscrits 25 millions, votants 20 millions, exprimés 19 700 000, pertes socialistes et communistes 300 000, gain réaction 800 000. Socialistes communistes 49,8 % en octobre, 47 % en mai, réaction 50,2 % en octobre, 53 % en mai. Paris : 745 000 Non, 574 000 Oui. Paris 575 000 Banlieue 726 000 Oui.

Lundi 6 mai 1946

  • 175 Pham Van Dong participe à la Conférence de Fontainebleau, où il prononce un violent discours, craig (...)

484Délégation parlementaire du Viêt-nam. Maison internationale Cité Universitaire 19, boulevard Jourdan. 4 h, le président de la délégation parlementaire du Viêt-nam et ses collègues. Pham Van Dong175, Grand Hôtel du Louvre, rue de Rivoli.

48518 h, 64 bis, rue de Monceau, légation royale de Bulgarie. La délégation bulgare à la conférence interparlementaire.

Mardi 7 mai 1946

  • 176 René Cassin (1887-1975). Comme vice-président du Conseil d’État et délégué français à la Commission (...)

486Association Yougoslavie-France R. Cassin176. Maison des Alliés, 33, faubourg Saint-Honoré.

  • 177 Vyacheslav Mikhaïlovitch Molotov (1890-1986). En 1946, il est ministre des Affaires étrangères de l (...)

48717 h, Viêt-nam, 120, rue Lafayette. 17 h 30 Yougoslaves. 21 h 30 Molotov177 à l’ambassade soviétique.

Jeudi 9 mai 1946

488Secours populaire français 11, boulevard Montmartre. Viêt-nam. Contre l’accord du 6 mars.

Vendredi 10 mai 1946

489Palais de Chaillot, Yougoslaves.

490Vel d’Hiv présentation des candidats. À 13 h, BP, à 14 h CC, à 20 h 45 Vel d’Hiv, à 22 h postiers du 18e.

4915 mai fut un arrêt provisoire de notre avance. On a voulu faire croire que nous voulions la révolution alors que nous voulons la démocratie. L’influence étrangère croît en France. Il ne faut pas faire écraser notre avant-garde comme en Grèce. L’ennemi essentiel c’est la réaction, ce n’est pas le socialiste ou le radical. Il faut rassembler toute la France républicaine pour reconstruire le pays. La réaction internationale grandit.

Samedi 11 mai 1946

492École centrale 10 h 45 Auteuil les Balkans. 9 h 45, 18e rue Danrémont.

493CGT demande que les libertés syndicales soient sauvegardées, que les lois ouvrières soient laissées intactes, que les ouvriers participent à la gestion des entreprises, que les œuvres de la sécurité sociale soient assurées.

494La Pologne nous enverra 400 000 tonnes de charbon par mois. Lecœur aux États-Unis obtient plus de charbon de la Ruhr. Sans le blé soviétique nous n’aurions pas de pain, la grande meunerie sabote. L’URSS propose à la France la participation de 25 % au pétrole de l’Iran.

  • 178 Passy-Wavrin, colonel (André Dewavrin dit, né en 1911). Directeur général du BCRA (Bureau central d (...)

495Passy DGER disposait de centaines de millions178.

496La misère en Italie pour amener le fascisme. En Allemagne, les alliés anglo-saxons ne dénazifient pas.

497Il nous faut : 65 millions de tonnes de charbon, 25 millions de kilowattheures, 15 millions de tonnes acier fonte, 50 000 tracteurs agricoles.

Dimanche 12 mai 1946

498Ateliers de Vitry, 1, rue Édith Cavell. Cheminots de Vitry. Villeneuve. Casanova.

499MRP. Bidault, Dauphin. Nous restons fidèles à la Résistance. La France est restée la pays de la petite bourgeoisie.

Lundi 13 mai 1946 179

  • 179 Il est à noter que le Secrétariat du PCF décide à partir de cette date de renforcer la sécurité de (...)

500D. Mayer : notre mystique religieuse pour Staline, nous sommes épris de libre discussion et de liberté individuelle.

501Le Sénat américain accorde l’emprunt aux Britanniques. Les journaux anglais disent : nous avons vendu l’Empire pour une somme d’argent négligeable. Les États-Unis moissonneront où nous avons semé. 7 mai. Les Anglais demandent cinq ans pour transporter leur matériel d’Égypte en Transjordanie. Ils veulent Tobrouk et le Soudan. Leur mainmise sur la Transjordanie est camouflée en alliance. Aux Indes, la conférence de Simla a échoué. Il y a famine.

Mardi 14 mai 1946

50219 h, 48 Duhesme.

503523 000 prisonniers allemands en France. 200 000 à l’agriculture, 46 000 mines, 54 000 reconstruction.

504Les Russes prélèvent la moitié du pétrole hongrois qui appartient à une compagnie américaine.

Mercredi 15 mai 1946

505Rue Lepic.

  • 180 Le 12 mai, jour où la victoire et la fête de Jeanne d’Arc sont célébrées, le général se rend en Ven (...)
  • 181 Robert Lecourt, député et président du groupe parlementaire MRP.

506De Gaulle est allé avec les PRL à la tombe de Clemenceau180 et non avec les MRP. À la réunion MRP du Vel d’Hiv on a préféré Bidault à de Gaulle. Lecourt181 dit : « Nous serons exigeants. Mais chacun y mettra du sien. » Il sont pour une deuxième Assemblée, mais pas de Sénat. Houk parrain de P. Reynaud à Dunkerque. [ill.] paraître les incompréhensions avec la classe moyenne. Dalton essaie de refaire la deuxième internationale, instrument antisoviétique, instrument britannique.

507Le parti socialiste a intérêt à l’arrangement sans les radicaux. Le 2 juin peut rectifier le 5 mai s’il y a une majorité socialiste-communiste le 2 juin. Nous avons gagné ces jours-ci par notre sagesse. Faisons élire le plus grand nombre de paysans et puis on verra. Marcel Paul : 75 % aux petits commerçants. La réaction va jeter des centaines de millions dans la bataille. Si elle est victorieuse le 2 juin, elle dénationalisera, luttera contre les lois sociales, les vieux.

50823/8e % et 4 % pour les emprunts internationaux (Blum).

  • 182 André Mercier (1901-1970). Limonadier-restaurateur, il adhère à la CGTU en 1928 et devient secrétai (...)

509Mercier182 dans France Nouvelle dit : « Les communistes ont tout fait pour la propriété commerciale. » Il faut être contre le vote préférentiel car avec 300 ou 400 électeurs de masse de manœuvre on abat les chefs. L’URSS n’a pas de divergences avec la France, l’URSS n’a pas de divergences avec les classes ouvrières.

Jeudi 16 mai 1946

51055, rue de la Chapelle, Marx Dormoy.

511Les employés : il faut qu’ils bénéficient de la prime au rendement avec augmentation de la vente. La prime au rendement anéantit le blocage des salaires.

512La réaction essaie de désunir les ouvriers et alors la social-démocratie provoque, c’est faire le jeu de la réaction. Les socialistes attaquent non la réaction mais le communisme. Taxe à la production sur les paysans Longchambon aggravation. Statu quo Tanguy-Prigent. Thorez liberté pour la viande, il y a de la viande, rétablissez la liberté du commerce, il y aura de la viande. Philip, pas de liberté. Il y a vente libre des légumes et fruits. Pour la farine, c’est de la provocation socialiste ou la province du haut en bas de la France.

513Nous sommes orientés sur la France, sécurité. Qui nous soutient dans la Ruhr ? Ni les Anglais, ni les Américains qui veulent laisser se renforcer l’Allemagne contre l’URSS. Seule l’URSS soutient la France en Italie et en Allemagne. Nous avons fait une politique de paix et les socialistes une politique antifrançaise. Notre politique démocratique est une expression de notre politique de classe.

Vendredi 17 mai 1946

514Parrainage 47, rue de la Victoire, 9e, 19 h.

515Politique américaine : produire à outrance. Ils peuvent produire en acier, aluminium, machines-outils, navires, avions, autos pour la consommation du monde entier. Leur but est d’avancer de l’argent à toutes les nations pour coloniser les marchés mondiaux.

516La France doit travailler pour produire elle-même. Elle a besoin de machines ; mais elle doit se libérer vite du crédit étranger par des exportations.

517Fonctionnaires : droit syndical, formation égale pour les postes de direction, paie en fonction du rendement, avancement au choix, traitement de base 130 % du salaire vital, comités paritaires pour l’avancement, trente ans de service pour la retraite, sanction : communication du dossier.

518État-major de la marine française avec les communistes contre l’impérialisme anglais. Les Anglais ne nous attribuent que 16 % du charbon de la Ruhr, les Anglais exigent le paiement immédiat de 35 millions d’or, Bevin s’oppose à la demande de la France sur la Sarre, plusieurs firmes anglaises ont ravitaillé pendant la guerre l’Allemagne et l’Italie et les ont aidées à poursuivre la guerre.

519La meilleure défense est d’attaquer. Depuis deux mois l’Amérique a abandonné l’attitude de Roosevelt vis-à-vis de l’URSS. On veut la mettre au pied du mur.

Samedi 18 mai 1946

520Dussoubs. Mairie du 9e, 17 h.

  • 183 Hodja Enver ou Hoxha (1908-1985). Après avoir étudié en Belgique et en France, Enver Hodja rentre d (...)

521Albanie (Tirana) occupée par les Anglo-Américains. Nishani président de la Chambre, général Hoxha183 président du Conseil ami de Tito.

522Grand Moulin de Paris, Peyerimhoff. Grand Moulin de Corbeil : baron Davilius, administrateur de banque et de sociétés d’électricité. Gros stockeurs de farine.

523En 1892 : 5 700 000 propriétaires en France, en 1939 : 3 900 000 propriétaires en France. 72 % des cultivateurs possèdent 22 % du sol.

Dimanche 19 mai 1946

524Antony. Kermesse.

  • 184 Albert Ouzoulias (né en 1915). Après la Libération, il est nommé conseiller municipal provisoire et (...)

525Amis des Écoles publiques du 8e arrondissement. Ancien Beaujon avec A. Bayet et-Juliette-Ménard (soc.). Wallon. André Ouzoulias184. Le maire adjoint communiste du 8e.

  • 185 Robert Vansittart (Gilbert, lord) est conseiller diplomatique du gouvernement de Grande-Bretagne. I (...)

526Vansittart185 : il faut une Allemagne fédérale avec un pouvoir central à pouvoirs limités. C’est l’unique manière d’éviter un national-communisme qui remplacerait le national-socialisme.

Lundi 20 mai 1946

52715 h, Mutualité, Auguet, Marcel Paul, petits commerçants.

5281. Communiste. 2. Socialistes. 3. MRP. 4 PRL. 5. Gauches républicaines. 6. Républicains de gauche. 7. Royalistes.

Mardi 21 mai 1946

529Rue du Mont-Cenis. 15 h, [ill.].

  • 186 Yves Fournis. Ingénieur, il entre dans la clandestinité en août 1943 et devient membre du Comité di (...)

53011 h : cadres. Comités de défense des intérêts du personnel du cadre de maîtrise, 23, rue de Lübeck. Teitgen. Ducros. Fournis186. Confédération générale des Cadres (105 000). Le ministre Croizat refuse à la CGC une représentation dans les comités consultatifs et dans les conseils d’administration des entreprises nationalisées. Réclame une augmentation de salaire pour les chefs d’atelier 14 %, pour les ingénieurs 33 %.

Mercredi 22 mai 1946

53118 h 30 cheminots de la Chapelle. 130, rue Longchamp. Cheminots cinéma Ordener 18 h 30. Les cheminots ont fait des 48 h et 54 h par semaine 60 h. Ils ont refait les ponts et les locomotives. Sans eux, les transports ne seraient pas relevés comme aujourd’hui. Sans eux, pas de ravitaillement. Ils ont plus fait que les mineurs. Sans la production : chômage, misère, dictature. Vous n’avez certes pas les salaires que mérite votre travail. Aussitôt que la situation s’éclaircira, vous devrez être les premiers à recevoir les ajustements indispensables. Vous recevez les augmentations des heures supplémentaires. Et vous avez confiance en votre puissant syndicat pour vous aider.

532Franc-Tireur avec Pleven : il annonce un communiste en Côtes-du-Nord.

  • 187 Henri Queuille (1884-1970) est un radical-socialiste corrézien. Le maire d’Ussel, après de nombreux (...)

533Allons Blum rompez avec les communistes et faites un travaillisme français. Queuille187 : nous allons gagner quantité de positions perdues, au détriment des Trois Grands, le tripartisme est fini. Bourdan : socialistes et communistes vont perdre au profit du PRL et du Centre, non des radicaux.

Jeudi 23 mai 1946

53420 h 30 jeunes Salle Wagram. 7 h 30 Radio-Huma de 4 à 6. 118, Champs Élysées Radiodiffusion, 2e étage, Bureau 206.

Vendredi 24 mai 1946

535Rue Hippolyte Lebas, 9e.

536Que veut l’Amérique en Allemagne ? Pas d’Allemagne coupée en deux : Est à la Russie, Ouest à l’Angleterre. Pas d’occupation prolongée coûteuse. Démobiliser l’Allemagne pendant vingt-cinq ans. Une centralisation administrative de l’Allemagne et une décentralisation gouvernementale, c’est-à-dire fédérale.

537L’Angleterre ? Elle ne veut pas que la Ruhr soit internationalisée, ni soit politiquement séparée du Reich. Pas d’administration internationale en Ruhr, une administration anglaise. Elle veut que la Silésie ne soit pas donnée à la Pologne. Elle veut l’unité allemande avec les socialistes au gouvernement.

538Le cercueil de Mahomet est resté suspendu entre ciel et terre.

Samedi 25 mai 1946

  • 188 Pour la diffusion du film les Lendemains qui chantent au palais de Chaillot, ce samedi 25 mai, Marc (...)

539CDH 14 h 30 Chaillot188. (Péri), vingt minutes, 44 rue Pouchet.

  • 189 Vasil ou Basil Kolarov (1877-1950). Ce Bulgare alla à l’université de Genève et rejoignit, en 1897, (...)

540Kolarov189. 11 h.

541Byrnes : c’est l’ONU qui devra s’occuper des traités de paix. Mais ni l’Angleterre ni la France ne pourront signer de traité de paix sans la Russie, leur traité d’alliance l’interdit. Pas un seul des pays balkaniques ne signerait rien sans l’URSS. Les Anglais veulent proposer aux Russes : à vous l’est de l’Allemagne, à nous l’ouest, c’est contraire aux accords de Potsdam. La question de l’Allemagne, c’est une épreuve de force entre l’URSS et l’Angleterre. C’est l’Allemagne qui est la clé de la.

54210 000 grandes propriétés allemandes ont été confisquées dans la zone russe et réparties entre 400 000 !

Dimanche 26 mai 1946

543126, boulevard Ney, 10 h, HBM, plaque aux fusillés. À 15 h Puteaux, Maison de la jeunesse, patronage laïque, maternité, Nennig.

Mardi 28 mai 1946

54412 h, rue de la Bienfaisance 8e. 1, boulevard Delessert. 11 h personnel de cadres, maîtrise, techniciens.

5454, rue de Chevreuse, réception de l’Université polonaise.

  • 190 Le 28 mai, Blum et Byrnes signent, après deux mois de négociations, les accords de Washington, qui (...)

546Nous recevons 600 milliards mais l’indépendance de la France est menacée190. C’est un boulet. On dit : redressez-vous et après 1950 liberté commerciale. Nous nous étonnons que l’on obéisse aux trusts américains. Et puis les colonies ! Il y a le franc Madagascar, Afrique occidentale non dévalués : les colonies sont moins défendues que la France, l’Amérique va les envahir.

547Depuis le rajustement des salaires, 70 % d’augmentation des prix. Nous proposons 25 % pour les salaires, pour tous les salariés ingénieurs et ouvriers et fonctionnaires. Il y a la lutte contre les prix. Dans chaque département une commission des prix populaire.

Mercredi 29 mai 1946

  • 191 Raymond Bossus (1903-1981). Il aurait adhéré secrètement au PCF en 1923. Élu, en 1945, conseiller m (...)

548Place Jeanne d’Arc. Raymond Bossus191 20e arrondissement, mairie.

549Accords franco-américains. La France supprime le contingentement de ses importations. Les achats seront faits en Amérique par des personnes privées. On examinera sympathiquement les facilités d’importation françaises. Invasion du cinéma américain.

550Les SFIO veulent un parti travailliste en France sans les communistes.

  • 192 Phil Murray et Pressman s’occupent du CIO (Congress of industrial organization).

551En Amérique : CIO. Apt. Murray192. Son secrétaire Pressman.

Jeudi 30 mai 1946

552Les médecins. Maison de la Chimie.

  • 193 André Le Trocquer (1884-1963). Député socialiste de la Seine, président du conseil municipal de Par (...)

553Interférence des événements extérieurs et intérieurs. Le discours de Le Trocquer193 est dans un plan concerté. L’entrée de Maurice Thorez au gouvernement au pouvoir était un grand fait politique. Il était dédouané. L’attaque de Le Trocquer c’est l’essai de diminuer ce fait. Or aujourd’hui il faut empêcher un communiste d’arriver au pouvoir. Le Trocquer a essayé de dégager une majorité travailliste en excluant communistes et PRL. Les forces politiques internationales jouent dans ce jeu. La tentative de refaire une deuxième internationale. Teitgen va à Bordeaux dire : on ne peut travailler avec les communistes. Blum a dit aux Américains : ne vous désintéressez pas de l’Allemagne social-démocrate. Mais ils ne peuvent gouverner sans la classe ouvrière. Et la décision de la CGT est très grosse, c’est un facteur de consolidation de notre influence. Les fonctionnaires contre Philip et Gazier.

554Accords de Blum. Il y a du positif. C’est le résultat de notre thèse de la production. Lecœur aux États-Unis. Crédit en argent français peu important. Conséquence politique : liquidation du cinéma français, donc une politique américaine d’influence sur la France. La liberté du commerce pour les Américains. Blé et automobile français ne peuvent résister à la concurrence. Nous allons dépendre des Américains. Plus d’économie indépendante. Or en ce moment tension américano-soviétique. On veut chasser la Russie de l’Europe et lui faire perdre ses bases en Europe. L’Italie devient une colonie américaine (Trieste). Nous voulons garder l’indépendance de la France. Réparations. Sécurité. Parti de sagesse. La loi de [ill.] actuellement est morte.

Vendredi 31 mai 1946

5557, rue Saint-Ferdinand, 17e. 15 h 30 Dussoubs.

556La réaction relève la tête en France et ailleurs. On liquide les réparations allemandes. Les accords ? Nous devons avoir une position de réserve. Il faut étudier le document. Il y a un article sur l’acquisition d’immeubles en France, de biens immobiliers, c’est-à-dire aérodromes. Il y a un paragraphe sur l’enseignement. Le gouvernement américain y aura son avis. Et puis pourquoi 500 millions de dollars ! Puis, nous savons que les obligations vont jusqu’à 1981. Et nous ne savons pas ce que nous recevrons des réparations. Or Byrnes a dit : renoncez aux réparations. Il devrait nous aider aux réparations. Le Monde dit : pas d’augmentation des salaires. Or nous ne serons pas des hommes qui abandonneront les ouvriers. Nous ne serons pas des manœuvres. Vous avez laissé 600 millions à Wavrin à Londres. France-Soir a reçu 10 millions avec Jurgensen et Salmon. Automobile, aviation françaises liquidées avec le contrat Blum car l’Amérique sera en crise. Colonisation de la France. Blum a vendu la France. C’est pire que Munich. Et on nous interdit les réparations.

557Ravaille ancien inspecteur primaire. Réunion. 4, rue Gaston-Pinot. NOR 0477.

558La première séance de la Chambre le 11 juin, le travail le 16 juin.

Notes

559Un papier roumain avant le 9 juin. Rôle de l’URSS dans la libération des peuples, rôle de la France démocratique.

  • 194 André Stibio, député SFIO proche de Ramadier.

560Stibio194 : les communistes ont fait leur plein, ils sont en perte de vitesse. A la Chambre sortante : 151 communistes, 150 MRP, 139 socialistes, 35 PRL, 25 radicaux. À la Chambre : 586 députés dont 522 métropole. Pour les élections du 2 juin : on avait donné aux préfets le mot d’ordre centre-gauche. On va continuer : il faut raconter aux socialistes où ça va nous conduire. Nous gagnons dans les campagnes parce que le problème de la vie matérielle ne s’y pose pas.

  • 195 Jean Monnet (1888-1979). Nommé commissaire général du Plan, au début de l’année, il lance le premie (...)

561Monnet195 : la prospérité en 1950. En quatre ans, il nous faut un outillage moderne alors on transformera les conditions de la vie. Il faut plus de charbon, d’électricité, d’acier.

Juin

Samedi 1er juin 1946

56237, rue des Bourdonnais. 55, rue Marx Dormoy. La Chapelle.

  • 196 Maurice Lemaire (mort en 1979). Ancien élève de l’École polytechnique (promotion 1919), le Vosgien (...)
  • 197 Pierre Sémard (1887-1942). Ce dirigeant communiste, fusillé par les Allemands, le 7 mars 1942, dans (...)

563Les cheminots : directeur de la SNCF Lemaire196. Pierre Sémard197. De 2 000 locomotives en 1944 aujourd’hui 10 000. Il y aura en juillet autant de trains qu’avant guerre. Augmentation des salaires : 25 % dès juin.

564Si les communistes sont élus en Europe occidentale ils se heurteront à la résistance des armées anglo-américaines.

565Dans la Seine perte 15 000 voix communistes. Socialistes : 45 000 dont 20 000 3e secteur. MRP : 100 000 dont plus de 5 000 à Paris. Communistes perdent 1 300 voix dans le 2e secteur, gagnent 4 000 voix dans le 1er secteur, perdent partout ailleurs. 15 000 trotskistes dans la Seine. Le travail dans les usines est faible. Les Amis du POF se développent. Le PC ne travaille pas assez dans les usines. Les classes moyennes urbaines ont fléchi, nous avons eu tort de sauver les bistrots ; les classes moyennes sont autre chose que les commerçants. Dans la Seine, nous n’avons pas retrouvé 1936. Les socialistes n’ont rien perdu dans la Seine, ils ont perdu en France sauf dans le Nord et le Pas-de-Calais. Quand nous sommes unis nous gagnons.

Dimanche 2 juin 1946

5662e secteur : 863 000 habitants, 405 000 votants, 40 016 quotient. Voix communistes (1945) 1er 4 135, 4 021, 2e 5 277, 5 414, 8e 4 068, 4 229, 9e 7 771, 7 942, 16e 10 783, 10 763, 17e 22 236, 22 385, 18e 44 564, 44 708. 21 octobre communistes 100 729, MRP 133 432, socialistes 81 417, réaction 65 226.

567Élections 21 octobre, 11 listes : MRP 133 702, PC 100 192 (2 juin : 99 062), socialistes 81 516, républicains résistants 18 294, [?] 65 323, Unité française 17 021, républicains sociaux 12 420, monarchistes 7 159, concentration républicaine 4 023, Union socialiste 2 240, [?] 1 175. Électeurs inscrits 522 640. Votants 457 737, nuls 14 679, quotient 44 306.

  • 198 Ces élections à la seconde Assemblée constituante se caractérisent par un succès du MRP, qui devanc (...)

568France métropolitaine 2 juin : 160 députés MRP, 142 communistes, 115 socialistes, 67 droite, 38 gauche, gains communistes 318 731, gains MRP 705 700, pertes socialistes 330 000198.

Lundi 3 juin 1946

569Paris : communistes 378 101, MRP 318 747, PRL 260 785, socialistes 246 737, Gauches 105 968. Banlieue : communistes 420 817, MRP 253 552, socialistes 217 725, PRL 89 848, Gauches 28 348. Communistes Seine 799 000, MRP 672 000, socialistes 464 000. 2 juin en France métropolitaine ; communistes 5 236 334, socialistes 4 165 813, gauches 1 894 058, MRP 5 491 100, PRL 2 146 000.

Mardi 4 juin 1946

570Le MRP décime la vieille droite et mord sur les radicaux et les socialistes. Après la guerre : chrétiens, humanistes (ils se cherchent), communistes. Quel est l’avenir du MRP : va-t-il savoir gouverner, gérer la production, augmenter le rendement du travail, diriger l’État. Pour l’Epoque : le communisme n’est plus le premier parti, la collusion socialistes-communistes est morte.

571En Italie : démocrates-chrétiens 5 800 000, socialistes 3 700 000, communistes 3 400 000.

572Trotskistes outil du ministère de l’Intérieur.

573Le mouvement est nécessaire aux communistes. Nous avons consolidé nos positions. Il faut aller de l’avant.

Mercredi 5 juin 1946

57417 h, Maison des Sciences, 5, rue des Ursulines. Vin d’honneur à Marcel Prenant. D’Harcourt secrétaire des Étudiants. De l’UFF.

  • 199 Francisque Gay (1885-1963). Ministre par intérim des Affaires étrangères en janvier, il répond favo (...)
  • 200 Louis Terrenoire, député MRP de l’Orne. Il démissionnera en 1947 du MRP avec Philippe Livry-Level, (...)

575Pour comprendre le présent et préparer l’avenir, il faut connaître le passé. On a voulu nous diminuer par quatre contre un pour faire un gouvernement sans les communistes et faire un gouvernement travailliste. Ce fut un échec. On pensait que Blum serait en tête (en Amérique) et que nous serions battus. Les socialistes se sont associés aux municipales aux MRP. Le 21 octobre on pensait à une victoire travailliste et on favorisait le MRP. À Moulins on insultait le PC et on flattait Gay199 et tous les réactionnaires. La cause de l’échec socialiste c’est qu’il est avec l’Allemagne, il n’a pas parlé des réparations (il ne faut pas la morceler artificiellement, dit Grumbach). Les socialistes ont eu tort le 5 mai de ne pas défendre la Constitution. Gouin a fait amende honorable : il a voulu le double jeu, partie double. Succès MRP : listes élus PRL dans 43 départements. Ailleurs les réactionnaires sont allés aux MRP. Trusts et Église : victoire MRP. Église va au MRP (cf. appel MRP Orne Terrenoire200). Le MRP est la forme nouvelle de la réaction, c’est un gros danger. Le catholicisme international : danger : papisme. Il faut attaquer le catalyseur des forces réactionnaires. Les ouvriers socialistes disent : c’est la conséquence de Blum. Les MRP ne veulent pas de la présidence du gouvernement. Aube dit satisfaction aux salariés. Les socialistes veulent manœuvrer. Nous devons tout faire pour détacher les masses socialistes et les conquérir. Nous avons perdu dans 31 circonscriptions 97 000 voix, les socialistes 187 000. Dans 70 circonscriptions nous avons gagné.

Jeudi 6 juin 1946

576151 + 7 apparentés communistes, 5 200 000 voix. Pertes dans les départements algériens. Ambassade roumaine.

577Nous sommes en période électorale, il faut généraliser le porte à porte, à domicile. Nous avons gagné 300 000 voix. La réaction a marqué un succès en empêchant que nous soyons les premiers. D’où nécessité de l’unité. Nous gagnons plus à la campagne qu’en ville. Disparition des gaullistes. Il faut plus de revendications et ravitaillement. Le MRP gagne un million de voix. Les socialistes perdent. Nous perdons dans le Nord, à Valenciennes et Textiles, dans le Bassin de la Sambre au profit du MRP. Au cours de la bataille, la bourgeoisie s’est concentrée sur MRP pour nous barrer la route. Les socialistes perdent 24 000 voix en Gironde. 7 000 voix trotskistes en Gironde. Grandes déceptions socialistes en Gironde. À Marseille pertes communistes 10 000. Dans la Loire 3 600 voix perdues, liste gaulliste nouvelle liée à l’étranger. Le PC a gagné, la réaction se renforce. Les conditions de vie sont très dures. Le conseil municipal de Marseille n’est qu’un organe consultatif. Les petits commerçants contre le communisme à Marseille. Le Front national à Marseille s’est effondré. 10 000 ouvriers huiliers à Marseille.

Vendredi 7 juin 1946

57810 h. Congrès roumain. 10 h 30, 2, rue Montpensier.

579Nous venons de passer une période d’attaque, nous y avons fait face et nous gagnons. La réaction est renforcée, il y a un progrès vichyste mais nous n’avons pas groupé des forces nouvelles vers nous. Vichy est encore très fort, armée, préfets. Il faut rassembler la démocratie, unis. Nous avons fait des fautes tactiques mais nous sommes plus forts qu’au 5 mai. Il faut faire comprendre à la classe ouvrière qu’il y a danger réaction. Les chefs socialistes avouent le danger : c’est une première affirmation du Populaire. Blum. Discours aux socialistes : vos chefs vous ont fait reculer, si ça ne change pas c’est la catastrophe. Nous allons poser des conditions au gouvernement : 1. les salaires, châtiment des traîtres ; 2. rupture avec Franco. Le gouvernement sera-t-il dirigé par MRP ? Non ! Nous disons : Union ! Il faut un grand rassemblement des gauches contre la réaction. Le Populaire demande : les communistes vont-ils faire des propositions à notre Conseil national. Ravitaillement avec agriculteurs. Un des trois postes : Armée, Affaires étrangères, Intérieur. Exclusive contre Le Trocquer. Nous sommes forts, mais nous sommes seuls !!! Attention !

Samedi 8 juin 1946

5802 h 30 délégation de la Marche Julienne. 4 h Salon de Choisy.

Dimanche 9 juin 1946

58110 h Saint-Denis, défilé breton. 2 h le Mur.

Lundi 10 juin 1946

582Bretons Saint-Denis.

Mardi 11 juin 1946

  • 201 Lors de la réunion du secrétariat du PCF, il est décidé que le bureau du groupe communiste serait c (...)

583Ouverture de la Chambre201.

Mercredi 12 juin 1946

58410 h Katz. Tchobanian. Z (ill.).

Jeudi 13 juin 1946

  • 202 Raoul Calas (1899-1978). Instituteur, militant communiste depuis les années 1920, il réside, depuis (...)

585Radio avant 18 h. 10 h, réunion des présidents. 14 h 30 au 44, la voiture de la présidence. Voir Calas202 pour Béziers.

  • 203 Arrivée d’Hô Chi Minh en métropole pour participer à la Conférence de Fontainebleau, qui débute le  (...)

586Hô Chi Minh à Biarritz203.

  • 204 La même année, il est élevé au rang de lord (lord Citrine of Wembley) et participe à l’Office natio (...)
  • 205 Alcide de Gasperi (1881-1954). Homme politique italien, Alcide de Gasperi, militant antifasciste, f (...)

587Grande-Bretagne : 268 000 voix contre l’affiliation communiste, 1 468 000 voix pour l’affiliation communiste. Sir W. Citrine204 devient baron pour vingt-cinq ans de service de secrétaire général du congrès des Trade-Unions. Bevin admet pour l’Allemagne une organisation fédérale. La République proclamée en Italie. De Gasperi205 chef de l’Etat. Les Américains détruiront les bombes atomiques. Tran Van Khuong.

  • 206 René Arthaud (né en 1915), pharmacien, est secrétaire fédéral communiste du Vaucluse. Ce député fai (...)

588Arthaud206 pharmacien, secrétaire fédéral, député du Vaucluse.

Vendredi 14 juin 1946

589Pas quatre contre un, tous contre un ! 10 h, réunion des présidents de groupes.

590Blum à Bournemouth prend parti pour Bevin contre Bidault et le gouvernement français. Or, il faut détacher politiquement la Ruhr de l’Allemagne. Sans cela les Allemands empêcheront qu’elle soit exploitée économiquement. Il faut socialiser sur une base internationale les mines et les usines de la Ruhr. On ne peut les laisser à des magnats ou à l’État Allemand.

591Le mouvement « Abondance » fait campagne à Marseille pour la liste gaulliste. Finistère, faiblesse politique et idéologique. Le travail social de nos femmes est inférieur à celui du MRP, dames patronnesses. Le PRL a voté pour Daladier. Le clergé aussi ! Les socialistes ont perdu 7 000 voix au profit de Daladier. Nous avons trop poursuivi Daladier avec violence. Daladier a gagné dans les villes petits commerçants. Il faut une propagande porte à porte.

592arrondissement Lyon : unité socialistes communistes. À Lyon, les chefs socialistes : il faut aider les trotskistes contre les communistes. Il ne faut pas avoir l’air d’être une succursale du PC, disent les socialistes. Dans le Vaucluse, plusieurs socialistes favorables à l’unité. A Marseille, des socialistes adhèrent pour protester contre Le Troquer.

593Finistère : beaucoup de socialistes pour l’unité.

594Isère : décomposition socialiste.

Samedi 15 juin 1946

  • 207 Élisabeth Ricol, dite Lise, épouse London (1916). Née à Montceau-les-Mines, cette fille d’émigrés e (...)
  • 208 Mathilde Méty (1895-1974). Institutrice et militante au SNI, elle adhère au PCF en 1936. À la libér (...)
  • 209 Né en 1907, Molino Lucien est membre suppléant du CC du PCF. À la Libération, il devient secrétaire (...)
  • 210 François Vittori (1902-1977), militant communiste, chef d’état-major des FTP de Corse et l’un des o (...)

595Comité central, 9 h, mairie de Saint-Denis. Que le Comité central ne soit pas un mur des lamentations. Lise Ricol207 : ravitaillement. Garcia : ravitaillement. Mathilde Méty208 : notre travail est trop mécaniste, pas d’initiatives. Molino209 (647 adhésions) : nous augmentons nos syndiqués mais mécontentement des ouvriers et employés, mauvais ravitaillement. Beaucoup de ménagères n’ont pas voté. Nos conseillers municipaux et généraux ont peu fait de réunions concrètes. Le Rouge Midi est peu régional, trop général. Vente : 92 000 numéros du journal, 150 000 syndiqués. Corse, Vittori210 : deux clans, Gavini, Landry [?]. Communistes 32 000, socialistes 12 100. Isère : 18 000 voix, gain. Le MRP est avant nous, 3 700 trotskistes, 22 000 radicaux. Les communistes battent Hussel à Vienne. Pas de participation à tout prix.

Dimanche 16 juin 1946

  • 211 Né en 1907, Marc Domenech fut ouvrier agricole à Boujan-sur-Libron ; il adhère au PC en 1927. Le PC (...)
  • 212 Joseph Lazare (1885-1967). Il est élu maire de Béziers, en mai 1945, et conseiller général en septe (...)
  • 213 Il s’agit peut-être de Louis Gautrand, né en 1897, directeur ajoint du cabinet de Charles Tillon, d (...)
  • 214 Paul Balmigère né en 1908, est militant communiste depuis 1920, et il devient membre du bureau régi (...)
  • 215 Antonin Gros (1890-1977), député communiste de l’Hérault, secrétaire de la Fédération nationale agr (...)

596Béziers, 5, allée de Riquet. Unité des forces ouvrières et démocratiques du Languedoc. Marc Domenech211, Joseph Lazare212, maire de Béziers. Gautran213. Balmigère214, secrétaire fédéral. Antonin Gros215, section fédérale agricole.

597L’Allemagne de Guillaume II était une Allemagne fédérale. Dans l’Allemagne anglaise et américaine les nazis sont en place. Blum est contre le gouvernement français, contre Potsdam, pour laisser à l’Allemagne sa forge et son arsenal de guerre.

  • 216 Il s’agit peut-être de Léon Pradal secrétaire général du syndicat CGT du Bâtiment de Béziers, dès 1 (...)

598UD Hérault : 80 000 syndiqués, agricoles, mineurs, dockers, pétrole. Parti communiste espagnol, Béziers. Parti socialiste unifié de Catalogne, section de Béziers. Lézignan POF. Émile Vinches, Nissan. Pradal216, Olonzac. Les socialistes de Villeveyrac. Les socialistes et communistes de Lézignan POF. Le secrétaire des ouvriers agricoles, de l’Aude. La Compagnie vinicole des Salins, 3 millions de pieds de vignes plus 6 millions de pieds en Camargue plus des salines en Afrique Occidentale. Banquet Jaurès, 30, avenue 1905, au collège Henri IV.

Lundi 17 juin 1946

59916 h, soir. La situation en Grèce. Sulbey travailliste. Georgea : terreur croissante en Grèce, on dissout les syndicats pour les remplacer par des fascistes, les Anglais accaparent le commerce intérieur et extérieur grec.

600« Éloquence parlementaire. L’ouverture de la session de la IIe assemblée constituante a été marquée, selon la tradition, par une allocution du président d’âge, en l’occurrence Marcel Cachin. Ici se firent entendre, dit-il notamment, les grands maîtres de la parole et de la politique qui furent les chefs et les guides de plusieurs générations. Ici parlèrent Victor Hugo et Lamartine... Mais pourquoi monsieur Cachin n’a-t-il pas nommer Barrès ? » [collage d’une coupure de journal]

Mardi 18 juin 1946

601Attentat contre le 44 !

  • 217 Édouard Depreux (1898-1981). Député socialiste, il soutient activement le projet constitutionnel d’ (...)
  • 218 Le colonel de La Rocque est mort le 28 avril 1946.
  • 219 René Mayer (1895-1972). Commissaire général aux Affaires allemandes et autrichiennes, il est élu dé (...)

602Les socialistes ont pris mercredi des responsabilités graves. Ils ont voté MRP sans se soucier de notre acceptation. Ils soutiennent la bourgeoisie. Ils favorisent la droite. Depreux217 dit blanc et noir : nous ne serons pas intransigeants sur les 25 %, nous verrons pour les nationalisations. Ce sera la pause. La situation politique est meilleure pour nous depuis le discours de Bayeux [16 juin] : un rapprochement républicain est possible. La réaction veut nous faire chanter. Il y a des PC puissants partout. Il y a des remous dans l’impérialisme. De Gaulle est impatient. C’est une faute politique. Il cherche le pouvoir personnel : le rôle du président de la République, maître absolu pouvant chasser la Chambre. Et les manifestants du 44 montrent de Gaulle comme un successeur du colonel La Rocque218. Il est chef d’une équipe réactionnaire. Politiquement nous faisons un pas en avant car ce n’est pas nous qui faisons peur, c’est le fascisme. Les masses oscillantes ont eu peur de nous, aujourd’hui elles ont peur du désordre fasciste. Les masses se mobilisent en une réaction excellente parce que le communisme est l’ennemi numéro un de la réaction. Nous sommes l’avant-garde de la République. La Ligue des Droits de l’homme avec nous. Nous allons être partie civile. Herriot nous applaudit. Bidault est l’élu du parti socialiste. Nous avions dit : « Nous ne proposerons pas de candidat contre Bidault. » Thorez voit Bidault : « Je compte sur vous pour garder nos postes. » Bidault recherche une formule pour les salaires. Il faut faire quelque chose. Finances René Mayer219. Il va voir la CGT. Et les trois ministères ? Et l’Intérieur ? Il nous faut des portefeuilles politiques et non seulement, techniques. Et le Ravitaillement ? Farge. Teitgen va demander que les loyers soient augmentés à partir de janvier 1947. Il faut l’épuration, attaquer Teitgen et de Menthon, reprendre le programme du CNR. Il faut entrer dans la Ligue des Droits de l’homme. Bidault veut Marin. 67 voix socialistes pour Bidault (57 contre).

Mercredi 19 juin 1946

603La question des salaires est plus importante que les trois postes. Il faut une augmentation immédiate inconditionnelle des salaires sinon nous ne marchons pas. Ça va dépendre de l’action de la CGT et de la manifestation de la classe ouvrière.

604À tous ses visiteurs français le Pape répète toujours : « Souvenez-vous que le vrai ennemi c’est le communisme. »

Jeudi 20 juin 1946

605Manifestation ouvrière contre le fascisme au 44.

606Indice des prix de gros : 100 en 1938, 521 en mars 1946, 526 en avril 1946, 622 en mai 1946. Le nombre des commerçants augmente de 200 000 en France. Cerises achetées 15 F au producteur, 60 F à Paris.

607Huma vente ce jour : à Paris 130 000, tirage 500 000. Huma tirage 21 : 530 000.

608Production industrielle = 79 % d’avant guerre. Les patrons : en trois mois nous pouvons faire baisser les prix : attendez ! Il faut une monnaie saine, des économies massives.

Vendredi 21 juin 1946

60915 septembre, Argenteuil, Marx.

  • 220 Stanislas Mikolajczyk, ministre de l’Agriculture de la Pologne, dirige le parti paysan. Il accuse l (...)

610En Pologne, l’opposition se plaint que le gouvernement veut faire disparaître le parti paysan PSL parce que Mikolajczyk220 refuse de s’associer aux listes uniques gouvernementales aux élections. L’opposition dit que la Pologne va être livrée à la dictature communiste. Les socialistes polonais à l’étranger PPS contre le gouvernement de Varsovie.

611Allemagne : zone américaine, 20 millions d’Allemands ; zone anglaise, 22 millions d’Allemands ; zone française, 8 millions d’Allemands. On veut fédérer les Allemands de ces trois zones. On unirait la réaction de ces trois zones pour faire contre-poids aux gouvernements de Berlin contrairement à Potsdam. La fédération réactionnaire aurait pour capitale Stuttgart avec la base militaire de la Ruhr. C’est une base pour une nouvelle guerre. A Hanovre, manœuvres des réactionnaires yougoslaves et polonais.

612Bidault à la CGT : « Je ferai quelque chose d’important pour les plus déshérités. »

Samedi 22 juin 1946

61310 h 30, Isay. Le pasteur ami de Charles. 35, rue Milton, 15 h, Valeyre.

614En Belgique, on n’augmente pas les salaires, on essaie de faire baisser les prix. En Argentine, les prix augmentent. Aux États-Unis, les prix augmentent. En Italie, déflation, misère. En Hongrie, misère générale, inflation très dure. En Angleterre, les frais de production augmentent.

61535, rue Milton. Éloge du directeur de l’École, Commandant d’État-major tué le 22 juin 1940.

616Visite du pasteur ami de Charles, client de Marcel : Que pensez-vous de Dieu vivant ? Pourquoi les Russes ont-ils chassé les protestants de l’Estonie ? Tricot.

617Bidault : 9 000 F par mois, rien au-dessus de 10 000 F. Augmentation des allocations familiales. Il y a 30 % de fonctionnaires qui ne touchent pas 6 000 F. (Bidault ne veut pas que les patrons augmentent les ouvriers.) 12 millions de salariés dont 2 millions de fonctionnaires. Avec l’augmentation des salariés, les impôts sur les salaires ouvriers permettraient de payer les augmentations de fonctionnaires. 50 % d’allocations familiales pris sur les assurances sociales.

Dimanche 23 juin 1946

618Parc des Princes, Grand Prix cycliste de l’Humanité 16 h 30.

619La base de la production ce sont les ouvriers qualifiés, les cadres, les ingénieurs. Bidault ne leur donne rien. Si Bidault donne aux salariés les plus pauvres, on pourra éviter les grèves. Donc il faut reposer et maintenir les positions. Les chrétiens proposent 1 500 F. Ils se présenteront comme les plus favorables aux ouvriers. Salaire ouvrier : 7 500 à 8 000 F par mois. 874 000 fonctionnaires de l’État dont 510 000 ont moins de 4 600 F. Et les trois quarts n’ont pas d’allocations familiales puisqu’ils n’ont pas deux enfants. Quand Bidault a cru que nous rompions, il a dit : « Oui les 25 % » à Jacques Duclos et Maurice Thorez. Falaise interrogé dit : « Non ! » La réponse de Bidault au PC reste vague, sans aucune précision sur les chiffres. Il dit : « Allocations familiales et indemnités de vie chère. » Bidault : « Pas de mesures générales ! » Aux socialistes : « Si vous nous aviez assisté, on aurait obtenu davantage. » La presse dit : « Les communistes sont conciliants ! » Aucune précision de Bidault. Un recul de Bidault. Les socialistes disent : « Faites vite ! Les communistes lâchent ! On veut nous faire entrer dans le gouvernement sans condition. Non, mais tenons nos positions. »

Lundi 24 juin 1946

  • 221 Livio Agostini (1883-1963). Militant socialiste italien, il s’était rapproché du Komintern.

620L. Campolonghi. Agostini221. Hongrie, 15, rue de Berry.

621CGT : il ne faut pas participer ; les fonctionnaires seront plus difficiles à retenir. Les ouvriers obtiendront quelque chose de beaucoup de patrons. Indice des prix de gros : 1938, 100 ; mars 1946, 521 ; avril 1946, 526 ; mai 1946, 622. Indice des salaires : 400 en mai 1946. La hausse des prix mine la valeur intérieure de la monnaie. Circulation : 632 milliards de billets. Aux États-Unis, on va abolir le contrôle des prix. Le pouvoir d’achat de la France diminuera de 30 % à 50 %. En Angleterre on va nationaliser les industries métallurgiques, les mines, l’électricité. Pour éviter l’inflation il faut faire des ponctions d’argent. On ne pourra plus équilibrer les budgets. Nationalisations : il y a beaucoup de poissons dans le filet et autre chose que des goujons.

Mardi 25 juin 1946

622Arméniens chez Doucette, 12 h 15, place Gaillon, 30, rue Saint-Augustin.

  • 222 Yvon Delbos (1881-1956). Ancien ministre des Affaires étrangères, il est délégué à la première Asse (...)

623Les radicaux ont eu tort de refuser un poste au gouvernement. Y. Delbos222 voulait accepter. Ils attaquent le tripartisme et ils le consolident.

  • 223 Émile Buré (1876-1952). De retour des États-Unis, il fit reparaître le quotidien l’Ordre qu’il diri (...)
  • 224 À la Libération, Léon Moussinac dirige le Cercle national des intellectuels à Toulouse et, en 1947, (...)

624Tchobanian président du CC des Arméniens de Paris, 9, rue Say, Paris 9e. Général Brémond, 26, rue Desnouettes, 15e. Général Dufieu : le fait du jour. 2 000 Arméniens prisonniers de l’armée française en Allemagne. Le père Dubarde, lundi 1er juillet, Wagram. Bayet, Buré223, Moussinac224. 80 000 Arméniens en France, 250 000 Arméniens en Amérique, 200 000 Arméniens en Europe et Asie, un million d’exilés.

Mercredi 26 juin 1946

  • 225 Georges Bidault (MRP) vient de former le deuxième gouvernement tripartite qui comprend 22 ministres (...)
  • 226 Il semble que la réunion du bureau du groupe communiste ait eu lieu à 11 h et celle du groupe à 14  (...)

625Le ministère devant la Chambre225. 11 h à la Chambre. 4 h Bureau226. Centre intersyndical du 2e arrondissement, 8, rue de la Banque : salaires, ravitaillement.

626Péron président justice. Kriegel Valrimont. Règlement Mercier.

6272, 5, 8, 10 ministres communistes. Figaro : « Le temps n’est pas encore mûr pour un gouvernement sans les communistes. » Le parti communiste s’est renforcé. La réaction aussi s’est renforcée. Le parti socialiste reflète la petite bourgeoisie hésitante. La thèse du blocage des salaires a sauté. Et les masses sont en mouvement après le premier résultat des 25 %. Les ouvriers maintenant vont s’adresser aux patrons. Les socialistes n’ont pas voulu reconduire Gouin. Alors nous avons cédé au MRP. Nous ne sommes pas isolés mais fermes.

Jeudi 27 juin 1946

628BP, 11 h. Commission sur l’Algérie. 17 h, Affaires étrangères. Odette Moreau.

629Hô Chi Minh offre dîner à l’hôtel Royal Monceau, président de la République démocratique du Viêt-nam. Taï Tao. Avec Pham Van Dong président de la délégation viêtnamienne. Les colons et fonctionnaires de la Cochinchine quittent le pays. Ils demandent que soit maintenue l’influence de la culture française.

630Ravitaillement : 65 millions [ill.] bon cheptel, pommes de terre, progrès énormes. Les prix agricoles sont au niveau des prix industriels, sauf le prix du blé. On propose 1 360 F. C’est exagéré. L’an dernier 819 F. Nous disons 1 000 F à 1 100 F. Alors prix du pain : 12 F le kilo avec la subvention. Sans la subvention : 15 F. Lait : les bêtes de boucherie sont plus avantageuses que les bêtes de lait. Il faut augmenter le prix du lait : 10 F l’hiver. Il faut supprimer la subvention des bouchers = 8 milliards, et la reporter sur le lait. Il faut diminuer le prix de la viande. Et la liberté ? Il faut rationner le pain car il n’y aura pas assez de blé, le vin, sucre. Liberté pour bœufs, légumes secs, volailles, pommes de terre. Il y a 400 grammes de viande disponibles. Donc liberté à condition que les riches n’achètent à tout prix 180 kilos à 200 kilos. Alors il faut garantir une partie à un prix taxé 250 grammes par semaine à 15 millions d’ouvriers, le reste en vente libre. En Ille-et-Vilaine, organisation CGT fait vendre la viande à 100 F le kilo, mais dans les départements voisins 180 F à 200 F.

Vendredi 28 juin 1946

631Kolarov, Bulgarie 64 bis, rue de Monceau. Vitry section (2 juillet). 10 h matin, Falaise au ministère des Affaires étrangères.

632Les industriels fabricants de conserves achètent à des prix forts car ils vendent des qualités de luxe à des prix très forts. Ils font des stocks. Un baril de haricots 60 F. Le prix acheté 6 F. Le bouillon « kub » fait avec des détritus de brasserie. Jamais on n’a plus falsifier la nourriture. Commission de surveillance des prix et de recensement des ressources à la CGT. La marge bénéficiaire du commerçant = 33 %, c’est trop. Familles nombreuses, CGA, petits commerçants et artisans, UFF avec la CGT. 300 000 commerçants nouveaux en France, 600 par mois dans les Pyrénées-Orientales.

633Le chef des archives du Quai d’Orsay : en mai 1940 on a brûlé toutes les archives de 1936 à 1940 ; on les reconstitue en ce moment.

Samedi 29 juin 1946

63412 h 30, école Auteuil.

635Richard : il ne faut pas oublier les mandataires, il y a des mercantis, nouveaux commerçants, expéditeurs, qui achètent à n’importe quel prix. Il faut la fédération des groupements d’achat, il faut des boutiques témoins, il faut des contrôles démocratiques non bureaucratiques. Trop grandes cascades de marges bénéficiaires. Expéditeurs, mandataires, grossistes. À l’Économie nationale, il y a Fourmont entendu avec les gros fabricants de conserves.

Dimanche 30 juin 1946

636Fête de l’École laïque, Choisy.

637Blum dit aux socialistes de fuir leurs responsabilités. Il craint d’affirmer ce qu’il est : psychologue subtil, pas un chef.

Notes

  • 227 Pascal Copeau (1908-1982). S’étant rapproché du PCF, ce député de la Haute-Saône fera partie des 11 (...)
  • 228 Étienne Fajon (1906-1991). Membre du CC et du BP du PCF. Député, il fait partie de la commission ch (...)
  • 229 Pierre Charles Bastid, directeur du journal Gringoire, est déféré avec M. Pinci devant un tribunal (...)

638BP du jeudi 27. Nous avons posé le problème des salaires au premier rang de la crise ministérielle. Nous avons causé à Bidault des salaires et exigé un texte écrit. Nous avons parlé à Bidault de notre programme et non des portefeuilles. Les socialistes n’ont songé qu’à Washington et à des fauteuils confortables. Ils ont agi en fonction de nos décisions. Il nous fallait entrer au gouvernement. Et la classe ouvrière serait un peu abattue si nous avions eu une attitude négative. Nous avons effacé le 5 mai. Le Troquer éliminé, Maurice Thorez vice-président. Le Comité central n’avait pas dit : « Nous n’entrerons pas dans un gouvernement dirigé par le MRP. » Hier Bidault a été correct. Reste le programme. Salaires avec la CGT. Hier Mayer a parlé des ministres socialistes pas des salaires. C’est maintenant dans la commission que la CGT va défendre son point de vue. Les 15 % sont pour aujourd’hui. Il faut aménager les 15 %. Nous avons obtenu quelque chose, maintenant c’est à la masse d’obtenir davantage en faisant fixer les prix. Ça coûte plus cher de distribuer que pour produire. On peut réduire les prix. C’est aux syndicats d’agir activement, aux syndiqués, aux femmes, aux sections du PC. Après Bayeux et les attentats fascistes il y a changement en France. Les radicaux ont voté pour. Il y a quelque chose de nouveau. Il y a mécontentement chez les socialistes. Beaucoup de socialistes disent : « Les socialistes ont abandonné la présidence du gouvernement. » Les républicains trouvent cela idiot. Les communistes demandaient la reconduction du gouvernement. Un tiers des députés va être envoyé dans les départements de province difficiles. Il faut argumenter avec les socialistes sans injures. Les socialistes sont dépités : ils sont les plus petits des trois grands. L’intelligence politique les abandonne. À la commission de la Constitution on vient avec de nouveaux projets. Nous reprenons notre projet et nous nous battons là-dessus. Pierre Cot va nous aider à plein. La CGT porte son effort sur la surveillance des prix qui doit être appliquée partout grâce au comité de surveillance des prix. Les associations familiales demandent à agir avec les comités départementaux de surveillance des prix. Bidault n’a pu donner des explications à la délégation de la CGT, sauf 1 500 F pour au-dessous de 6 000 francs. Ça fait 37 % pour 4 000 F, 27 % pour 5 000 F et 25 % à 6 000 F. Plus, doubler les allocations familiales. Monnet a la certitude que d’ici la fin 1946 on arrivera à la production de 1938. La production s’accroît. Le courant des 25 % reste très fort dans les masses. Dans la commission : Cot, Copeau227, Fajon228. Notre oui a eu 47 % des voix. Constitution. MRP dit : pas de gouvernement d’assemblée mais un gouvernement parlementaire ; ils veulent éliminer les députés des Colonies de la Chambre française ; il faut deux Chambres dans le cadre métropolitain : un conseil de la République qui serait élu par les conseillers municipaux et généraux, qui pourra arrêter de deux mois le vote des lois ; la Chambre ne pourra élire le président du Conseil ; le président de la République pourra dissoudre la Chambre avec l’accord du ministre ; il y aura une assemblée des délégués d’Outre-Mer. Il faut essayer de faire une Constitution avec une coupure à droite. Hier, le PRL n’a pas voté contre. Il continuera demain. Or, nous nous battrons sur chaque article, sur chaque amendement. Et nous tiendrons notre attitude jusqu’au dernier scrutin. Bastid229 est directeur du Gringoire d’aujourd’hui. Pour les radicaux, Bayeux leur a mis la puce à l’oreille. Il faut faciliter la rencontre avec les radicaux sur la laïcité. Les gaullistes avaient pensé que les colonialistes élus à l’Assemblée aideraient la réaction contre les gauches. Or, dans les colonies il y a majorité démocrate. Alors ils n’en veulent plus. Donc pour nous, nous devons vouloir les députés d’Outre-Mer dans l’Assemblée. Donc, plus de trois assemblées : on peut ici s’entendre avec Herriot, il dit : il faut une Chambre des nationalités. Alors voilà les deux Chambres. Pas trois Chambres.

6391er mai à Belgrade, défilé de 9 h à 14 h. Amour pour Tito, les femmes enthousiastes, antifascistes plus nombreuses que les hommes. Union des paysans et des ouvriers. Front populaire. Émulation. Plan dépassé. Salut à nos alliés anglais et américains. Vive la France, vive le parti communiste français, vive Marcel Cachin. Les cadres techniciens. Les académiciens. Les pionniers. Les élèves des lycées, des facultés. Nous avons reconstruit ou remis en service 25 % des maisons, 75 % des routes, 78 % des ponts. Nous avons donné 22 000 heures de travail gratuites. La belle jeunesse, mort aux mauvaises notes. 50 % des ouvriers ont chaussures : troupe de choc. 80 % des paysans sont coopérateurs, ils ont aidé au ravitaillement. 80 % des députés sont communistes, 80 % des officiers sont communistes. Paysans, cavaliers au défilé. 11 000 étudiants à l’université de Belgrade. En Yougoslavie, paysans 75 %. Tabac ressource nationale. 50 % des paysans n’ont pas de chaussures de cuir. Les étudiantes bosniaques laissent le voile en arrivant à l’université. 24 000 jeunes vont partir jusqu’en septembre finir dix-huit kilomètres de voie ferrée. Notre pays est libre ! Pourvu que Tito soit en bonne santé ! Tito notre belle fleur. Danses de Raguse, de Croatie, Slovénie, Istrie. Tito aimé ! Tito la belle violette.

640Breton. Discret, désintéressé, amoureux de raison et d’idéal, sentiment de l’honneur, ne se sert pas le premier à table, romantisme moral. Ses brumes : imaginatif, sensitif. Roman de chevalerie. Soif d’idéal.

641Avril : Lundi 1er : CDH Choisy. Mercredi 3 : 16e. Dimanche 7 : Perpignan. Mercredi 10 : 1er arrondissement. Vendredi 12 : Suresnes, CDH. Samedi 13 : Blanch-Mesnil. Dimanche 14 : Rœulx. Mercredi 17 : Passy. Samedi 20 : CC. Dimanche 21 : CC. Jeudi 25 : Chapelle. Samedi 27 : Arras. Lundi 29 : départ.

642Mai : 1er : mère. Vendredi 3 : Rentrée. Mercredi 15 : rue Lepic. Jeudi 16 : 55, Chapelle. Samedi 18 : Mairie 9e, 17 h, Dussoubs. Dimanche 19 : 8e, ancien Beaujon. Lundi 20 : 15 h, Mutualité. Mardi 21 : Mont-Cenis. Mercredi 22 : 18, 15, Cheminot, rue de la Chapelle. Jeudi 23 : 20 h 30, Wagram, jeunes. Vendredi 24 : 10 h, Hyppolite Lebas. Samedi 25 : CDH, 14 h 30, Maillot-Pouchet. Dimanche 26 : Puteaux, 126, boulevard Ney. Mardi 28 : rue Bienfaisance, 8e. Mercredi 29 : 13e. Vendredi 31 : rue Saint-Ferdinand, 17e.

643Juin : Samedi 1er : rue Bourdonnais. 18e, Chapelle.

644Hô Chi Minh.

645Il faut rejeter le poids mort du passé, nous voulons une vie meilleure.

64628 juillet, Lyon.

6474 août, Tours.

648Il y a en France l’instinct de survie, de renaissance grandiose : bon sens, âme française.

Troisième trimestre

649Aujourd’hui la réaction internationale observe l’URSS pour conjurer le péril révolutionnaire. Mais en 1815 la Sainte-Alliance tenait en observation la France pour la même raison.

  • 230 Émile Durkheim (1858-1917). Il est l’un des fondateurs de l’école sociologique en France ; ses trav (...)

650La religion est le soupir de la créature accablée par le malheur, l’âme d’un monde sans cœur, l’esprit d’une époque sans esprit. C’est l’opium du peuple : c’est son bonheur illusoire. Durkheim230 : la religion est une fonction sociale nécessaire.

651« La civilisation française est peut-être le système de pensée et d’action le plus haut et le plus complet que l’homme ait édifié depuis Platon » (signé : NYH T[ill.]). On regarde encore vers Paris, la France reste encore pour le monde une espérance.

652La formation professionnelle : Marius Patinaud. Il y a pénurie de main-d’œuvre qualifiée, grand obstacle à la renaissance française. Il faut de l’énergie charbon et de la main-d’œuvre. Il faut donc former la main-d’œuvre qualifiée. On peut transformer rapidement des manœuvres en professionnels qualifiés. Croizat a créé 84 centres d’activité pour 10 000 places par an, plus des centres pour jeunes. On y apprend son métier tout en gagnant sa vie. Salaire 25 % inférieur à un salaire de manœuvre. En six mois on arrive à des résultats satisfaisants. Les moniteurs sont sélectionnés, les candidats sont sélectionnés. L’école de la rue Dareau à Paris (Institut national de formation des cadres professionnels) forme les moniteurs.

653MRP + PRL = 40 % du corps électoral.

654École laïque : formation des jeunes intelligences, cultiver les idées, justice, humanité, tolérance, respect des croyances, appel à la raison, science, sacrifice à la liberté, courage, vertu, admiration pour la Révolution française, le travail est un honneur, un devoir, un plaisir. Descartes : au premier rang, la Raison.

655Fonctionnaires : limiter le nombre, améliorer la situation, régime de sécurité, traitement et avancement au rendement, au mérite et à l’initiative.

656Complexe d’infériorité : un homme qui n’est pas sûr de lui, qui a le sentiment d’être trompé.

657Il faut à la France 65 millions de tonnes de charbon, 25 milliards de kilowatts-heure, 15 millions de tonnes d’acier et de fonte, 50 000 tracteurs agricoles. Monnaie : la prospérité vers 1950. En 1892 : 5 700 000 propriétaires en France ; 1939 : 3 900 000 propriétaires en France. 72 % des paysans cultivent 22 % du sol.

658Vansittart : une Allemagne fédérale, pouvoir central limité, seule manière d’éviter le communisme. Les Russes ont exproprié 10 000 grandes propriétés données à 400 000 paysans.

659Indice des prix de gros : 1938 : 100, mars 1946 : 521, avril 1946 : 586, mai 1946 : 622.

660Blum : Faites un parti travailliste non marxiste contre les communistes.

661Nous sommes forts, mais nous ne sommes pas seuls ! Attention ! 2 juin : communistes 5 136 334, socialistes 4 165 813, gauches 1 894 050 : 11 millions. MRP : 5 491 180, PRL : 2 146 000 = 7 640 000.

662Le journal : le fait du jour.

  • 231 Total Paris-banlieue.

6632 juin, les socialistes perdent depuis le 21 octobre : 10 000 voix dans le premier secteur, 20 000 voix dans le troisième secteur, 6 000 voix dans le deuxième secteur, 3 000 voix dans le quatrième secteur, 6 000 voix dans le cinquième secteur, 1 000 voix dans le sixième secteur, 45 000 voix dans la Seine. Les socialistes perdent 330 000 voix en France. Les socialistes sont distancés en France par les communistes d’un million de voix. Mai 36 PC : 161 000 voix à Paris, 199 000 voix en banlieue (140 000 socialistes)231. 94 000 en Seine-et-Oise, 20 000 en Seine-et-Marne. Total 474 000.

  • 232 Cet ancien ministre de l’Agriculture et du Ravitaillement sous Vichy voit la Haute Cour de justice (...)

664Caziot232, la Terre en France (1939) : sur 4 millions d’exploitations rurales, 1 700 000 ont disparu, 5 millions d’hectares ne sont pas cultivés. En soixante-dix ans la population rurale diminue de 22 %. En 1895, 7 millions d’hectares sans froment, en 1925, 5,5 millions d’hectares sans froment.

665Minimum vital : 1 800 calories. L’inflation menace les États-Unis. L’inflation a la vitesse d’un feu de prairie. Dette française actuelle 1 830 milliards, dette française dans trois ans 6 000 milliards. Alors il faudra 240 milliards pour les intérêts. Alors le budget sera de 850 milliards. La reconstruction coûtera 2 000 milliards. Alors que vaudra le franc ?

666Mao Tse-Tung. Mao Tse-Tung. Hô Chi Minh.

Juillet

Lundi 1er juillet 1946

667Les Arméniens à Wagram. Tchobanian général Brémond. Un million d’exilés. Tchobanian, 9, rue Say.

66811 h, les cadres, 23, rue de Lübeck, 16e. 11 h, trois électeurs rue Coquillère.

669Que les cadres acceptent la politique de sécurité sociale ! Qu’ils versent une somme supplémentaire à leurs caisses actuelles dont ils peuvent ainsi conserver les avantages. La sécurité portera sur 100 milliards par an ! Jusqu’ici ce sont les patrons et l’Église qui distribuaient ces sommes. Désormais c’est la CGT communiste.

Mardi 2 juillet 1946

670Vitry, école Camille Pelletan, 20 h 30. Compte rendu du Comité central. Discussion.

Mercredi 3 juillet 1946

6714 h 30, Mannant, vétérinaire de la Préfecture de police.

Jeudi 4 juillet 1946

  • 233 Cachin répare ici l’impair commis la veille par l’Humanité, qui n’avait pas mentionné le discours d (...)

672Radio, 6 h. 16 h 45 Hôtel de Ville Hô-Chi-Minh233.

673Après la grève des cheminots américains, Truman a proposé la peine de mort pour les chefs syndicaux qui passeraient outre à l’ordre gouvernemental interdisant les grèves. Les ouvriers grévistes seraient emprisonnés, les ouvriers grévistes seraient incorporés dans l’armée. Ces propositions furent adoptées par la Chambre et le Sénat. Les ouvriers n’auront plus le droit de conclure des contrats collectifs avec le patron. C’est de l’hystérie folle dit Ph. Murray CIO. On veut détruire le mouvement ouvrier. L’American Federation of Labour proteste elle aussi. C’est un tournant brusque de la politique des États-Unis un an après la mort de Roosevelt. Le Sénat et la Chambre n’ont pas accepté toutes les propositions Truman, mais ils maintiennent l’emprisonnement des ouvriers qui font grève malgré le gouvernement.

Vendredi 5 juillet 1946

67410 h 30, le sculpteur de Bracke. Haller [ill.].

675Paul Reynaud, commission des Affaires étrangères, Chambre. Madame Périllier, principal collège [ill.]. Albriet, Cazaux.

Samedi 6 juillet 1946

676La statuaire Hélène.

67710 h 30, allée des réservoirs derrière le lac de la Grande Cascade du carrefour Longchamp. Les 35 résistants tués le 16 août 1944.

678Les stocks américains désignés comme surplus.

679Fusion politique Yougoslavie – Bulgarie – Albanie, république fédérative.

680La voiture Grigori Kaiser aux États-Unis.

681Plan de la Sécurité sociale (Aube).

Dimanche 7 juillet 1946

  • 234 Edgar Longuet (1879-1950). Médecin, il resta fidèle à la « vieille maison », au Congrès de Tours. É (...)

682Edgar Longuet234, Buré, Maurice Thorez.

683Conférence ravitaillement UFF. Mairie de Vincennes de 9 h à 18 h. Bodéré, Poissons.

684MRP demande : quatre Chambres, un président de la République élu par trois Chambres, nommerait le président du Conseil, pourrait dissoudre le Parlement, aurait l’initiative des lois.

Lundi 8 juillet 1946

68516 h, Vaillants du 10e.

686Les Parisiens ont reçu 200 grammes de viande fraîche en six mois.

687Les Russes pensent que les petites puissances doivent entériner les décisions des quatre Grands. Les 21 nations donneront des recommandations, les quatre décideront.

688En Palestine, les Anglais ne font qu’attiser les haines entre nationalités. En Grèce, les réactionnaires sont appuyés par l’Angleterre. Transjordanie, État fantoche anglais. Irak est une colonie anglaise qui veut sa liberté. Égypte lutte pour la libération de son territoire. En Iran la British Oil Company gouverne le Sud et réduit à néant la souveraineté iranienne.

Mardi 9 juillet 1946

689Molotov : quarante ans d’occupation de l’Allemagne, l’épuration, les réparations, plus de potentiel de guerre. Il n’y a que dans la zone soviétique que la vie a repris. Ailleurs faites comme nous la réforme agraire et l’expropriation des trusts.

Mercredi 10 juillet 1946

690Bas Montmartre. 7, rue Gustave Rouanet. 9 h, Rex. Jeunesse laïque du 2e arrondissement. 10 h, commission des Affaires étrangères. 14 h 15, 10e Bureau. 18 h, ambassade roumaine, 123, rue Saint-Dominique.

691Les pommes de terre se vendent si cher qu’on n’élèvera plus de porcs ; on vend les pommes de terre. Du jour où on a taxé la viande, les paysans n’ont plus vendu leurs bêtes. Il faut l’abondance pour que les paysans fassent des offres à des prix raisonnables.

692La Révolution de 1848 donne le suffrage universel à la France. L’Europe est ébranlée, en Autriche, Italie, Allemagne. Mais deux ans après, la réaction triomphe partout. La loi Falloux du 15 mars 1850 subordonne le corps enseignant au clergé, abolie par Ferry en 1881- 1882. Pie IX 80 articles du Syllabus 1864, condamne l’autorité civile, la subordonne à l’Église supérieure à l’État. L’Église doit avoir seule le droit d’enseigner. Condamne la souveraineté populaire, le droit électoral, les autres religions, le divorce, le mariage civil. 1870, le Pape déclaré infaillible. Concile du Vatican. En 1876 la réaction française essaye un coup d’État. Elle est vaincue par l’Union des républicains : les 363 brisent le complot et font l’État et l’école laïques. La France, terre classique des révolutions.

Jeudi 11 juillet 1946

693Paris-Lancerf.

694Saint-Just. Ni riche ni pauvre. Gouvernement populaire énergique, républicain, amour de l’humanité, culte de la raison, de la liberté, égalité politique, égalité sociale. Disciple du XVIIIe. Rapporteur du Comité de Salut public. Représentant aux Armées. La Révolution a pour cause la misère du peuple. Sur le territoire français, plus un malheureux. But : le bonheur du peuple, plus un oppresseur. Dans une république il faut la vertu, la probité, la justice, la modestie, la volonté de servir, le retour à la morale, la simplicité, la frugalité ; la lutte contre les tyrans, l’énergie impitoyable contre les ennemis du peuple et de la patrie. Pas plus de 2 500 F de rente. La première de toutes les lois est la conservation de la République contre la corruption des mœurs. Il faut une mystique républicaine. L’exaltation. Son rêve : la République socialisante des petits paysans et artisans s’appuyant sur la masse et contrôlée par elle. Un gouvernement fort, un dictateur sorti du peuple. Liberté de paroles, de presse, égalité politique. Unité de la nation par le vote du peuple. Toutes les fonctions temporaires et électives, tous [ill.]. Le corps législatif est l’âme de la nation. Référendums. Juges élus. Contre la bureaucratie. La puissance suprême, la Convention. Le législatif commande en paix et en guerre, surveille les généraux, armée républicaine, officiers élus sauf les supérieurs. La patrie n’est pas le sol, c’est la communauté des affections. La France veut la liberté du monde. La Cour de Londres et Carthage, mais non le peuple anglais. Il faut surveiller les finances, la monnaie a une influence souveraine. Contre les assignats. Pas trop de réglementation, liberté du commerce. Le bonheur est une idée neuve en Europe. Comprimer la richesse, aider les pauvres. Travail, nécessité sociale. République et travail s’identifient. Les enfants sont à leur mère jusqu’à neuf ans. Après à la République. Critique de la religion révélée, l’Être Suprême.

Vendredi 12 juillet 1946

695Lancerf.

696L’Église est vraiment totalitaire. Elle veut unifier l’univers sous son dogme romain. L’Église a cherché durant plusieurs siècles à réaliser un plan de domination universelle. Elle fut vaincue en Angleterre et en Allemagne au XVIe siècle. Maintenant au XXe siècle elle atteint l’apogée de sa puissance. Elle a créé au Moyen Âge l’office de la Sainte Inquisition contre la perversion hérétique. Il faut arrêter les progrès des ennemis de la foi. Sous l’Ancien Régime l’Église catholique est religion d’État. La Révolution sépare l’Église de l’État qui est laïc, elle reconnaît l’égalité de tous les cultes, elle enlève l’état civil à l’Église, elle met les biens du clergé à la disposition de la nation, elle fait élire les évêques par le peuple comme autrefois, elle ne reconnaît pas les vœux perpétuels. Pour l’Église, la liberté de conscience est une maxime fausse, absurde, délire. Léon XIII : les travailleurs accepteront la place que la Divine Providence leur a assignée.

Samedi 13 juillet 1946

  • 235 Il s’agit peut-être de Marie Perrot (1915-1981), qui a épousé Georges, Gosnat. Elle a adhéré au PCF (...)
  • 236 Il s’agit peut-être de René Jézéquel instituteur militant socialiste des Côtes-du-Nord ou de Claude (...)

697Lancerf, Trigastel, Penvenan, Port Blanc, Bugalès, Plougucel, Tréguier, Mme Perrot235, Jézéquel236, Baguélés.

698La Révolution a proclamé les Droits de l’homme. Elle a signifié leur dignité à tous les êtres humains. Les peuples peuvent conquérir leur liberté souveraine. Elle a brisé le système féodal, aboli la dîme, la corvée, le servage. Le peuple du 10 août a abattu la royauté. Le 10 août, c’est Je premier rayon de la République. La législative a renversé une Église inconstitutionelle, a établi le divorce, a proclamé l’égalité des Noirs et des Blancs, a vendu les biens des émigrés aux paysans, a abattu la royauté, a déclaré la guerre à l’Autriche, a fait du peuple une puissance politique et sociale, a exproprié l’Église et les nobles, a armé le peuple, a donné le suffrage universel. Condorcet songe à un plan d’instruction public universel. La Révolution a séparé l’Église de l’État, supprimé le crime d’hérésie, reconnu l’indépendance de la conscience, l’égalité de tous les cultes, enlevé au clergé l’état civil ; « nulle religion ne doit empiéter sur la société civile ». La Révolution supprima le salaire des prêtres. Napoléon fit le clergé ultramontain, il fut joué par le Pape. En 1815, la direction de l’Église veut faire de la France une théocratie. Elle voulut reprendre les biens d’Église et l’enseignement public. Le peuple fait 1830 contre l’Église. En 1850, la loi Falloux, le clergé domine l’enseignement primaire et secondaire et le conseil d’université. Pie IX et le Syllabus (1864), c’est le gouvernement ecclésiastique, la puissance de l’Église, la subordination du civil au religieux catholique. L’infaillibilité papale (1870) subordonne la femme au mari, doctrine théocratique. L’État n’a pas le droit de limiter le pouvoir de l’Église, l’Église condamne la liberté des cultes, la liberté de pensée, d’enseignement, de presse.

Dimanche 14-mardi 16 juillet 1946

699Lancerf.

Mercredi 17 juillet 1946

700Lancerf.

  • 237 Texte imprimé.

701Marx ni Engels n’ont jamais rien prétendu de tel : « D’après la conception matérialiste de l’Histoire, a au contraire écrit ce dernier, le facteur déterminant dans l’Histoire est, en dernière instance, la production et la reproduction de la vie réelle. Ni Marx ni moi n’avons jamais affirmé rien de plus. Si quelqu’un veut déformer cette affirmation jusqu’à dire que le facteur économique est le seul déterminant, il transforme cette proposition en une phrase vide, abstraite, absurde... L’histoire se fait de telle façon que le résultat final se dégage toujours des conflits d’un grand nombre de volontés individuelles dont chacune à son tour est faite ce qu’elle est par suite d’une foule de conditions particulières d’existence... Mais du fait que les diverses volontés dont chacune veut ce à quoi la poussent sa constitution physique et les circonstances extérieures, économiques en dernière instance, ou ses propres circonstances personnelles ou les circonstances sociales générales n’arrivent pas à ce qu’elles veulent, mais se fondent en une moyenne générale, en une résultante commune, on n’a pas le droit de conclure qu’elles sont égales à zéro. Au contraire, chacune contribue à la résultante et, à ce titre, est incluse en elle. »237

702Signe l’horizon du doigt. On distingue presque en même temps, très loin, les premiers contreforts de l’Olympe et, dans un repli de terrain, les premières maisons de Larissa. Larissa est la ville de Grèce qui abrite le plus grand nombre de policiers. Il y a un gendarme pour deux habitants. L’explication en est simple : la ville est le dernier bastion gouvernemental avant le no man’s land de l’Olympe. Elalona est une tête de pont. Les gendarmes sont sur le pied de guerre. Ils contrôlent avec minutie notre camion, et nous avertissent : régions dangereuses, bandits réfugiés dans les montagnes. Notre camion démarre. Deux « équipages » qui ont franchi le barrage quelques minutes plus tôt nous attendent à dix kilomètres ; les chauffeurs descendent, se serrent les mains et nous affirment : « Fini, police ! Maintenant, partisans, KKE, liberté... » En décembre dernier, l’EAM donnait à Athènes le signal de l’insurrection. Des luttes sanglantes, accompagnées d’actes inhumains, se déroulèrent dans les différents centres, puis les canons anglais, débarqués en hâte, vinrent trancher le débat et consolider les haines. Ces haines, toujours aussi vives, constituent aujourd’hui le nœud du problème grec. Les anticommunistes ne pardonnent pas décembre à leurs adversaires. [Lettre infrapaginale, texte imprimé.]

Samedi 20 juillet 1946

703Lancerf.

704Le sol est l’unique source de la richesse. (Physiocrates) Turgot. Malesherbes. Quesnay. Dupont de Nemours. Adam Smith. Les physiocrates furent les pères de l’économie moderne. Le capital se dégage au cours de l’opération du travail. Ils fixent la valeur de la force du travail. C’est le temps nécessaire pour produire les moyens d’existence à la vie du travailleur comme tel, seul est productif le travail qui crée une plus-value c’est-à-dire le produit du travail fourni au capital au-dessus du quantum de travail qu’il reçoit dans son salaire. Or, la plus-value n’apparaît dans aucune branche de production plus clairement que dans l’agriculture. La somme des moyens d’existence consommés par l’ouvrier est moindre que la somme des moyens d’existence qu’il produit. Dans l’industrie on ne voit pas directement l’ouvrier produire ces moyens d’existence et leur surplus. Là l’opération se fait par la circulation, l’achat et la vente. C’est parce que le travail agricole est pour les physiocrates le seul productif, le seul qui produit la rente foncière, seule forme de la plus-value qu’ils connaissent (au XVIIIe siècle). Ils considèrent le profit industriel comme une usure.

Dimanche 21 juillet 1946

705Lancerf-Paris. À Chartres, Robert Vidalin le prêtre de la cathédrale.

706Il serait désirable que chaque secrétaire fédéral fasse établir une monographie exacte de l’état économique de son département (situation industrielle, agricole, commerciale) et sort des salariés dans chaque branche d’activité.

707Les Juifs en Palestine 1 600 000. Les Anglais, à la veille de perdre l’Égypte, ont besoin des États arabes pour maintenir l’Empire au Moyen-Orient. Ils construisent des bases navales et aériennes puissantes au sud de la Palestine.

Lundi 22 juillet 1946

708Ambassade Polonaise.

  • 238 Marie Pierre Kœnig (1898-1970). Devenu général, il commande, de 1945 à 1949, la zone française d’oc (...)
  • 239 On retrouve exactement le discours du Secrétariat du PCF qui stipule : « Ruhr : il ne peut y avoir (...)

709Dans l’Allemagne occupée par la France (Baden-Baden) : pas d’organisation économique ni politique, pas d’épuration administrative, pas d’autorisation pour les partis et syndicats. Beaucoup de préfets et intendants de police de Vichy, beaucoup de représentants des trusts français. Dualisme entre Lafont civil et Koenig238 (bureau de 400 officiers). Organisme considérable maître. Grumbach citait treize hauts fonctionnaires de Vichy à remplacer (cinq à six sont partis). 60 000 Polonais dans notre zone. Camps d’internement pour nazis. Il faut nommer des Allemands dans l’administration, la France se contenterait de contrôler. Et dans le Würtemberg ce sont uniquement des nazis. De grands patrons industriels allemands dirigent l’économie. Il faut un plan de l’économie pour les réparations, or très peu de réparations pour la France239.

710En Grèce, 800 000 habitants sans gîte.

Mardi 23 juilet 1946

  • 240 Il s’agit de la réunion, à Paris, du Comité exécutif de la FMJD (Fédération mondiale de la jeunesse (...)

711Barteletti, 77, Denfert-Rochereau, 10 h. Fédération mondiale de la Jeunesse240 : elle a son siège à Paris. 45 millions de membres. Beaucoup de socialistes. Trois secrétaires : un Australien, un Danois, une Anglaise. Beaucoup cherchent à minimiser les communistes. Scoutisme de protestants adhèrent, sportifs participeront au Congrès international de Prague en août. Il est des adversaires du siège à Paris. La fédération vient de faire un voyage en URSS, très bons résultats.

Mercredi 24 juillet 1946

  • 241 Van Acker constitue le nouveau gouvernement belge, en avril, dont il assure la direction.
  • 242 Paul-Henri Spaak est ministre des Affaires étrangères du gouvernement belge. En janvier, il est élu (...)

71210 h, commission des Affaires étrangères. BP : la question des salaires domine tout. Schuman dit : « À la Commission on a cédé aux patrons sur les prix. » Aujourd’hui la presse dit : « Les prix ! » Ceci n’est pas seulement en France. C’est en Belgique crise politique. Van Acker241 a avorté parce qu’il voulait alliance avec MRP. Spaak242 échoue. On veut isoler les communistes pour se rapprocher des MRP. Ici, du nouveau chez les socialistes. « Blocage des salaires et des prix » disaient Gouin et Depreux qui s’opposent à l’augmentation des salaires. Mais aujourd’hui Moch combat Gouin et le groupe socialiste a donné raison à Moch. Derrière les salaires se joue un jeu politique occidental. On veut réduire l’influence de la CGT. À la Commission économique, la CGT avait réussi. On a tenté d’aménager les prix, d’augmenter les salaires de 20 %, contre l’augmentation du gaz, électricité, charbon (ce sont les techniciens de Marcel Paul qui les ont fait augmenter). L’expansion du blé [ill.]. Nous avions dit : « Il faut réduire les profits des capitalistes. » Schuman : « Les prix augmentent. » De Menthon a fait une conférence de presse où il annonce l’augmentation des prix : il est contre la conférence de la Commission. C’est une provocation. Il augmente les transports. Il nous faut nous en tenir aux conclusions de la Commission. Il faut voir de près la politique des subventions 85 milliards, il faut les garder pour les vieux. Il est des gens qui veulent la crise en France. Les socialistes disent : « Il faut quitter le ministère. » Nous devons défendre la Commission en étudiant de près le prix du blé. De Gaulle parle à Bar-le-Duc dimanche. Bidault dit : « Il faut que je parle à Saint-Étienne pour répondre à de Gaulle. »

Jeudi 25 juillet 1946

  • 243 Marcel Cachin répond à l’invitation du Secrétariat du PCF : « Demander à Marcel Cachin de reprendre (...)

713Le souci des MRP c’est la défense de la monnaie, celui des communistes la défense des salaires, dit la presse, après de Menthon et Schuman qui approuvent l’augmentation des transports. Il faut que Croizat fasse une conférence de presse pour répondre à De Menthon, qu’il dise de s’en tenir aux solutions de la Commission. Il faut que la CGT agisse contre les spéculations, la vie chère et les hausses des prix243. L’attitude de de Menthon, suppression des subventions, est celle des patrons qui veulent la liberté des prix. Il y a beaucoup de matières premières et on freine la production, on fait des stocks de la production. Donc ils disent : liberté des prix pour les hausses. Et alors on dira : « La hausse des prix c’est les communistes qui veulent hausser les prix. » En même temps on dit : « Nous voulons restreindre les prix agricoles. » Il y a 20 millions de paysans en France. Les gros industriels sont contre les paysans. Or la Commission avait interrogé les techniciens de l’Électricité et du Gaz qui disent : aucune augmentation. Et après ça, de Menthon dit : « Augmentation des électricité et gaz ». Et Marcel Paul laisse faire. Il faut reprendre l’affaire avec la Commission. Le gouvernement dit : il faut 240 milliards pour l’armée. Or c’est un ministre MRP : il augmente les dépenses ; or il faut diminuer les dépenses de guerre. Il faut garder les subventions aux Chemins de Fer. Or, c’est une tradition [ill.] les subventions. Nous devons nous opposer aux augmentations des tarifs des transports (15 % voyageurs, 35 % marchandises). Nous avons nationalisé les banques pour que les banques avancent les millions nécessaires au démarrage de l’industrie, gaz, électricité, charbon. Si nous ne réagissons pas contre la politique des prix, c’est le découragement chez les ouvriers. On va vendre la viande à 290 F le kilo pour le marché libre, on va vendre le pain, l’électricité, le gaz 40 %. Or nous avions dit : augmentation des salaires sans augmentation des prix. Et puis il y a la menace d’inflation.

Vendredi 26 juillet 1946

714Manifestation CGT à Paris, la plus puissante que jamais.

715De Gaulle candidat à la présidence de la République en octobre. Candidat anti-communiste, candidat anti-Russe, se rapproche de l’Angleterre. Les paysans veulent vendre leurs récoltes sur un marché libre.

716Pas d’épuration, validation des trois collaborateurs et traîtres, procès scandaleux des traîtres, augmentation des salaires : SFIO et MRP ont là une attitude de classe.

  • 244 Ferhat Abbas (Ferrat Habas, 1899-1985). Ce pharmacien nationaliste est libéré, en 1946, suite à l’a (...)

717Favoriser l’unité (Obadia). Ferrat Habas244 au groupe communiste.

718En Allemagne l’occupation anglaise lui coûte 32 milliards par an. Molotov : « Nous voulons un gouvernement allemand qui déracine tous les restes du fascisme, plus de nazis dans les postes importants, alors l’occupation prendra fin, pas avant. »

Samedi 27 juillet 1946

  • 245 Le PCF a ses propres analyses qui divergent avec Moscou. Les Soviétiques sont favorables au maintie (...)
  • 246 Le général Lucius Clay est gouverneur militaire adjoint de la zone américaine d’occupation en Allem (...)

719L’Allemagne : les Russes veulent une Allemagne communiste, les Français veulent exploiter les ressources allemandes pour la France, les Américains veulent une Allemagne capitaliste demi-fédérale, les Anglais veulent faire de l’Allemagne un élément positif du capitalisme britannique. Molotov pour une Allemagne centralisée. Le redressement de la France économique dépend du charbon, de la Ruhr. Molotov oblige les communistes français à renier tout ce qu’ils ont dit de l’Allemagne. Non ! Les communistes français verraient très bien une Allemagne soviétique. Les Russes veulent une Allemagne centralisée à Berlin. Ils ont fait une manœuvre hardie. Ils ont pris parti pour les communistes allemands contre les communistes français245. Les Américains ne veulent pas que l’on aide la France et l’URSS à se relever puisque Clay246 interdit les livraisons au titre des réparations. Molotov ne veut pas internationaliser la Ruhr. L’Allemagne doit rester une puissance industrielle. Duclos a été dire à Bruxelles qu’il faut internationaliser la Ruhr. Mais Molotov est pour que l’Allemagne répare, il veut 10 milliards de dollars. Il est possible que la situation évolue. Nous voulons la sécurité et les réparations. L’URSS aussi. Mais les Anglais et les Américains sont opposés. L’URSS dénazifie, les Anglo-Saxons non. Nous disons : « Internationalisation, séparation politique et économique de la Ruhr, pas de fédéralisme. »

Dimanche 28 juillet 1946

  • 247 Julien Airoldi (1900-1974). Secrétaire de la Fédération communiste du Rhône, membre suppléant du CC (...)

720Lyon. 8, place des Jacobins. Airoldi247, Méty. 10 h, défilé, 10 h 30 Vénissieux et Saint-Fons, 12 h 30, banquet, 17 h, meeting. Lyon : communistes 66 758 au lieu de 74 850, radicaux 66 786 au lieu de 29 410, socialistes 40 868 au lieu de 49 000, MRP 55 235 au lieu de 64 000, PRL 34 618, trotskistes 4 949. Département : communistes 95 642, radicaux 85 700, MRP 94 000, socialistes 59 000. Les socialistes vaincus, sa base populaire se rétrécie. Hésitants, vacillants, tour de valse. Dans le Rhône perte de 7 000 voix.

721On augmente les salaires de 50 F par jour, on peut augmenter le pain de 2 F par jour. On escompte 45 millions d’hectolitres de vin dont 5 millions d’appellation contrôlée. Courbevoie : socialistes et MRP commémorent Jaurès.

722Nous avons accru notre influence sur la classe ouvrière : union avec la CGA, ouvriers agricoles = bâtiment, à Paris mobilisation de masses ouvrières importantes, les patrons s’arrachent les bons ouvriers. 1 700 000 producteurs de moins de 50 quintaux, 107 000 de 50 à 200 quintaux, 47 000 de plus de 200 quintaux, et ceux-ci ont plus de blé que les 1 700 000. La CGA a plus qu’elle demandait sur le blé, lait, viande.

Lundi 29 juillet 1946

723PC axé sur la classe ouvrière. Le blé à 1 112 F et non 1 000 F net au lieu de 676 F en 1945. 13,75 F ou 14,95 F le kilo de pain avec la subvention de 20 milliards c’est 12,50 F le kilo (et non 14 F de Menthon). Il peut être accepté par la CGA.

  • 248 Philippe Lamour, secrétaire général de la CGA, exploitant dans le Gard.

724On va de difficultés en difficultés. Nous les surmonterons ! Blum, Moch veulent mettre le gouvernement en difficulté, poussés par les Anglais. Les socialistes n’ont pas adopté les 25 % jusqu’ici. Nous avons un peu cédé sur la question des prix, or nous avions dit diminution des prix. Cependant Raynaudit par la suite cède et Lamour248 cède encore davantage. Il ne faut pas se laisser pousser trop loin par Lamour. Il faut mettre Jules Moch dans le bain pour les augmentations des chemins de fer. Les ministres communistes ont dit : nous ne voulons pas céder sur le point des salaires et sur l’union ouvriers-paysans. Nous communistes entrés au gouvernement avec 15 %, nous obtenons 21 %. Les socialistes ne nous ont pas aidé. Il y a la provocation de Menthon. Il y a les socialistes qui se prétendent les défenseurs de la CGT. Or c’est nous seuls qui nous sommes battus. Nous dirons à Bidault : nous ne reculerons pas 21 %.

725On nous a isolés dans les trois validations. De Gaulle est plus redoutable ; les Anglais l’appuient, l’Amérique aussi. Nous avons une armée prétorienne. Nous avons la confiance des masses. Il vaut mieux un compromis. Il y aura baisse sur la nourriture, chaussures, textiles. L’augmentation de la production permet la baisse des prix.

Mardi 30 juillet 1946

726Jaurès, Guesde. Panthéon, Père-Lachaise. La situation politique évolue sans cesse.

Notes

  • 249 André Colin (1910-1978). Député MRP du Finistère. Le secrétaire général du MRP s’oppose fortement a (...)

727Association catholique des Jeunesses de France (ACJF) : De Menthon, Bidault, Teitgen, Colin249. JOC.

  • 250 Né en 1902, André Ferrat entre au Comité directeur de la SFIO à son XXXVIIIe Congrès, en août 1946.
  • 251 Louis Dupic (1904-1974). Ajusteur-outilleur, il adhère au PC en 1923. Il devint secrétaire de l’UL (...)
  • 252 Roudil Démosthène, Georges, Marius, dit Lanet (8 avril 1905-4 février 1980). Militant communiste du (...)

728Lyon, 28 juillet : Progrès 160 000, Voix du peuple vente 66 000, les socialistes, trotskistes, Eymery, Ferrat250. 2 500 métayers, Montagnier, Longepierre, Juliénas, Fleury, Villée Morgon. 29 000 F la pièce. On reconstruit ! Dupic251 maire Vénissieux. Marguerite Carlet, adjointe, Roudil252 secrétaire Maison du Peuple de Vénissieux. 35 000 métallurgistes syndiqués. Les textiles, métallurgie, bâtiment, contents des salaires. Vin d’appellation : 2 millions d’hectolitres en France, vins courants : 45 millions.

729Blum : obstacles à l’unité sont d’ordre international. Il se place sur le plan des rapports entre les vainqueurs.

730Dès que la production industrielle de masse commencera à donner, la concurrence jouera pour le consommateur. Il faut donc produire : la pénurie des produits est momentanée.

731La Ruhr devient une question anglo-saxonne. La France et l’URSS en sont exclues. L’Angleterre dépense 80 millions de livres par an en Allemagne, les États-Unis dépensent 200 millions de dollars par an en Allemagne. Ils veulent en finir avec ces dépenses : ils vont se payer par la Ruhr.

Août

Jeudi 1er août 1946

73213e Jaurès et Guesde socialistes communistes. Réception Fédération mondiale de la Jeunesse démocratique. 53, avenue Hoche.

733Les socialistes sont contre les deux tiers à la conférence internationale.

  • 253 Il s’agit de la Conférence bipartite, gouvernement-syndicats, qui s’est tenue du 4 au 29 juillet au (...)

734Nous avons gagné la bataille des salaires253. On avait dit 15 %. Conférence économique 20 % mais nous avons obtenu 20 % + 5 % des allocations familiales = 25 % + primes au rendement. Les prix, il y a provocation. On augmente les marges bénéficiaires. On augmente les transports. Traitement des fonctionnaires, on est en plein débat. Deux thèses : Schuman, M. Thorez. Schuman favorable aux gros traitements, pour nous, les petits. L’Aube attaque les communistes. Schuman expose sa thèse battue au Conseil des ministres, il essaye d’assembler les hauts cadres contre nous. De Menthon avait fait l’opération sur les prix, Schuman fait la même chose. Les hauts cadres poussent à la grève les petits. On cherche à disloquer le gouvernement. On nous accuse de porter atteinte à la solidarité ministérielle.

735Nous avons eu raison sur le prix du blé : 100 F pour les petits paysans. Il faut marcher dans l’affaire des crédits de l’armée. Michelet fait des dépenses scandaleuses pour l’armée de métier en liaison avec de Gaulle et le MRP. Il faut faire campagne pour l’armée populaire et l’amélioration des traitements. De Gaulle a changé en politique extérieure. Il est candidat à la présidence de la République avec grands pouvoirs. Nous sommes contre le pouvoir personnel. Leclerc, la Cochinchine, conférence Viêt-nam interrompue, raidissement des colonialistes français. Les députés réactionnaires refusent la Commission de l’Algérie. Les socialistes cherchent à créer un fossé avec les communistes. Vote préférentiel : on pourra mettre 1 à la place 5 ou 6.

736Les gens des centraux télégraphiques vichystes ont donné ordre de grève. La CGT est coupée. C’est contre les communistes et Thorez. Or la masse des postiers marche aujourd’hui. Ils sont énervés.

Vendredi 2 août 1946

73715 h, au 44 bureau M. Thorez. Constitution de la Section centrale de politique extérieure.

738Il faut être énergique pour briser la manœuvre Schuman. La question essentielle est celle des prix. Les patrons du bâtiment avisent les municipalités qu’ils augmentent. Ceux des garages, les transports. Le lait qui vaut 12 cts chez le détaillant, le pain ! C’est-à-dire augmentation du prix de la vie. Il faut donc continuer la campagne des prix : gaz, électricité. Il faut se raidir, ne pas redouter l’isolement. Nous avons beaucoup gagné chez les ouvriers et les fonctionnaires. Il faut du courage politique. Les socialistes font des efforts pour les instituteurs, reclassement de la fonction publique. Anarchie partout. Dans l’armée, bureaucratie dit la réaction. Il faut un État fort. Contre cela, il faut un groupement républicain, il faut une armée démocratique. Gouin contre l’augmentation des salaires avec MRP. Démagogie socialiste et MRP contre nous, nous pouvons aller dans l’opposition, nous avons gagné sur les salaires. Les syndiqués avaient cédé sur les augmentations des prix industriels et agricoles. Schuman proposait 40 % d’augmentation des salaires sans s’occuper des petits traitements. 890 000 F sont proposés, pour l’ambassadeur, le général. C’est dans l’armée plus d’officiers que de soldats. Bidault disait [ill.] 500 pour mon secrétaire des Affaires étrangères. Pour la nouvelle organisation du statut des fonctionnaires. Les fonctionnaires voulaient 25 % pour les indemnités, ils ont les 1 800. Les retraites. Il y a des retraites à 174 000 F, 290 000 F, pour Schuman. Or il faut une augmentation 1 500 F minimum par mois et 25 %.

Samedi 3 août 1946

739Assimilation des députés aux conseillers d’État, nous sommes contre. Noguères dit oui.

740Les hauts fonctionnaires sont contre les commissions paritaires proposées par Thorez. Ils [ill.] aujourd’hui : la bagarre contre les communistes et excitent aux grèves. Schuman dit « Je peux donner 40 % aux gros fonctionnaires ». Prix : Schuman veut augmenter le pain, nous contre. Les subventions supprimées doivent être portées sur le pain. Épuration : nous ne discréditons pas les institutions juridiques, ce qui la discrédite c’est l’amnistie aux traîtres. Nous sommes avec le CNR. Lieutenant à 5 000 F par mois : il faut les augmenter. Nous nous abstenons sur le vote d’ensemble de la Constitution. Nous espérons, par amendement, améliorer. Sinon : ce sera non !

  • 254 Hadj Messali (1898-1974). Dirigeant du Parti du peuple algérien, qui a succédé à l’Étoile nord-afri (...)
  • 255 Yves. Chataigneau Gouverneur général de l’Algérie, il reçoit une délégation conduite par F. Abbas, (...)

741En Algérie, Comité central à Alger avec A. Marty, ils sont d’accord avec la ligne nouvelle nationale modérée. Très illettrés. Peu de cadres capables. Grand rassemblement national. Communistes se lient au PPA, parti très bien organisé (la liberté ou la mort). On peut s’entendre Arabes et peuple français. Messali254 l’homme le plus populaire en Algérie (PPA). Grande ampleur d’activité pour la liberté en Algérie. PPA favorable au communisme. Il y a urgence pathétique, atmosphère de bataille, on s’arme ! Le général dit : « Je marcherai si on me donne les ordres. » Chataigneau255 socialiste, provocateur anticommuniste. C’est l’oppression nationale qui est condamnée.

Dimanche 4 août 1946

742Tours, 75 000 habitants. (Parc de Grand Mont.) H. de Balzac.

  • 256 Jean Guillon (1908-1974). Professeur d’histoire géographie, il adhère à la JC. en 1930, et au PC, u (...)

743Guillon256. Bonnier, maire de Saint-Pierre. Henry. 11 h, au siège de la fédération, 35, rue Bretonneau. 11 h 45, municipalité de Saint-Pierre-des-Corps. 12 h 15, repas. 14 h 30, à la fête, patronage laïque, 800 enfants. 17 h, allocution. 2 juin : communistes 38 750 augmentation 3 180 sur octobre. Socialistes 45 120, radicaux 55 139 = 99 000. MRP 53 000, PRL 12 000, RF 5 000 = 70 000.

744La zone russe : réforme agraire, destruction des bases du fascisme, 2 millions syndiqués, on travaille, on vit. Le relèvement militaire allemand y est impossible. Nouveaux manuels scolaires. Pas de chômage, vie culturelle, pas de marché noir. En zone anglo-saxonne : le démantèlement de la grosse industrie est interrompu. Les ouvriers allemands travailleront pour le condominium industriel occidental. Au bout du fédéralisme, une Allemagne livrée aux capitalismes hobereaux et Zentrum. La solution : Potsdam : dénazification, plus de Ruhr cap. all. Plus d’appareil militaire.

Lundi 5 août 1946

  • 257 Gustave Avisse (né en 1908). Ce militant communiste docker participe à la libération de Paris comme (...)
  • 258 Jacques Grésa (1898-1964). Il adhère au PC en 1925 et deveint député communiste du Front populaire (...)

745Bouchez. Avisse257. Lieutenant Legendre. Secrétaire de Grésa258. CCN discussion sur les traitements.

746Bouchez, consul à Breslau (son livre contre Munich). Dr Legendre. Bidault influence de sa femme. La Tour du Pin son égérie. Nomme de plus en plus de fonctionnaires réactionnaires.

  • 259 Alexandre Parodi, conseiller d’État. Il est invité par les États-Unis comme observateur aux essais (...)

747Plan de Sécurité sociale. L’ordonnance du 4 octobre 1945 a été préparée par Parodi259 avec toutes les représentations d’organisations CGT, associations familiales, patrons, syndicats chrétiens et mutualistes, 190 voix contre une. Donc ce ne fut pas inactif, mais sérieux. C’est sur la base de cette ordonnance qu’a été créée la Sécurité sociale. Maximum de sécurité à tous les Français et Françaises. C’est un fait d’ordre international. Organisation nationale de la Santé et Sécurité sociale. En France 590 caisses, 300 caisses d’allocations familiales (patrons et chrétiens 325 compagnies d’assurances). Aujourd’hui 138 caisses primaires, 113 caisses d’assurances sociales. On rationalise les œuvres sociales, on écarte les organisations confessionnelles. D’où colère du MRP et offensive. 1 °) Plus de cotisations multiples, une cotisation unique, une caisse unique centralisatrice. Assujettissement de tous à la Sécurité sociale (pauvres et riches). Des manœuvres à Rotschild, tous paieront leur cotisation et auront leur retraite. On dit : « Et la liberté d’adhérer à la caisse de son choix ? » Mais auparavant c’était l’organisation confessionnelle qui faisait adhérer. On dit : étatisation, autoritarisme. Or, en Angleterre, il y a un service national social de santé. C’est la fonctionnarisation. L’État dirige. Les docteurs français se plaignent uniquement des tarifs. Même en France les médecins sont libres, les malades sont libres de choisir les médecins. En Angleterre les médecins sont fonctionnarisés.

Mardi 6 et mercredi 7 août 1946

748Fédération de la Seine. Visite aux champs de pommes de terre. Champigny, Nanterre, Orly. 11 h, P. Renoir. Hachtiany d’Iran.

749En France, la gestion des caisses sera assurée par les assurés eux-mêmes. Deux tiers choisis par les syndicats, un tiers patronat associations familiales, plus un ou deux ou trois délégués du ministère compétent de la Mutualité. Pas d’étatisation mais démocratie. Trois étapes : réorganisation des assurances sociales pour les soins des tuberculeux. 1erjuillet 1946 : fusion des anciennes caisses, des 1 100 caisses disparates par 136 + 113. Les ennemis ont dit : c’est la CGT communiste qui va diriger. Ils ont parlé des cadres. Or les cadres ont un régime particulier non étendu à tout le pays mais réservé à quelques ingénieurs. Si l’ingénieur quitte l’entreprise, il perd tout car rien n’y est obligatoire. De plus l’intégration ne doit pas supprimer les avantages acquis. Pour les ingénieurs de 65 ans n’ayant pas versé, ils auront la retraite des vieux travailleurs. Aujourd’hui le MRP propose un régime particulier pour les cadres. C’est aller contre la solidarité sociale car si tous les métiers en faisaient autant il n’y aurait plus de sécurité française. Appliquer à l’Algérie, colonie française. Nous avons déjà réalisé des progrès. Une femme accouche deux ans après son mariage. À quatorze semaines de congés 12 000 F. Une prime de sécurité prénatale 6 000 F, plus 13 000 F, plus une prime d’allaitement 6 000 F. 37 800 F. Après les deux ans, 23 000 F par an, plus les frais d’accouchement, plus les visites au docteur. Depuis le 1er janvier 1946, un assuré tuberculeux, après deux mois, reçevra 11 400 F pour ses journées perdues. Deux ans de sana. Sa famille recevra 4 800 F par mois. Nous allons proposer une fois par an, pour les vieux, allocation parisienne 3 000 F. La loi de 1941 dit : il faut être salarié. 400 000 paysans touchent la retraite indûment à 65 ans, ce sont les ouvriers qui payent. Si la personne est inapte au travail, nos fonds ne nous permettent pas de donner la retraite aux non-salariés. Pour les retraités en province, 1 200 F augmentation pour les conjoints 4 000 F, dans une ville de moins 5 000 habitants ce sera 18 000 F. Veuves qui ont élevé trois enfants auront une allocation, elles sont 200 000. Nous avons élargi la retraite à des centaines de milliers de vieux de 65 ans malgré l’opposition de Philip. Il y aura 2 millions de vieux retraités. Le chiffre des cotisations : 16 %, 6 % par les ouvriers, 6 % par les patrons, plus 4 % en fait payés par l’industrie et le commerce. Les artisans se plaignent et les commerçants. Voici une famille, père, mère, trois enfants majeurs : elle paiera 45 000 F. C’est faux : ce sera 2 700 F pour chaque personne. Et ce sera un placement satisfaisant. Plus tard, nous proposerons la retraite à tous. Mais nous enlevons les accidents du travail aux compagnies d’assurances qui spéculent sur les accidents. Plus il y a d’accidents plus elles sont riches. Il faut une politique d’accidents. La Sécurité sociale = 200 milliards de francs. Ne prenons pas toutes les places !! 60 ans et inaptes au travail et 65 ans. Les agents d’assurances seront reclassés. Les courtiers ? Majoration des taux d’accidents du travail.

Jeudi 8 août 1946

  • 260 Les grèves qui se multiplient en juillet sont l’initiative d’un vieux militant « ex-confédéré » qui (...)

75017 h, Dacquin [sic], congrès de Tours. BP. [ill.]. Procédure et fond, tout contre l’URSS, en France tout contre le PC. Les fonctionnaires, victoire sur toute la ligne. Dans l’industrie privée, victoire complète. Daniel Mayer : il faut renforcer nos positions dans la CGT en nous servant de l’affaire des PTT260. Le Comité national de grève socialiste contre la fédération postale veut faire un congrès national avec des comités locaux. Grande menace sur le mouvement syndical français. Il faut que nous ayons pour nous les règles de la démocratie syndicale. Les socialistes sont dans leur mission : désagréger le mouvement ouvrier, le diviser. M. Schuman, activité désordonnée, [ill.] des socialistes. Ils veulent proroger de cinq ans la Constituante. Les socialistes perdent dans le pays, [ill.] pour la loi électorale. Le meilleur c’est le statu quo, sans cela c’est la représentation proportionnelle intégrale. Sénat : président de la République, deux points de la Constitution.

  • 261 Eugène Thomas (1903-1969). Instituteur et militant socialiste du Nord, il est élu député en 1936. A (...)
  • 262 Le député socialiste du Nord, Augustin Laurent, ancien ministre des PTT du FP, entre au gouvernemen (...)
  • 263 Jean Letourneau (MRP) est ministre des PTT dans les ministères Gouin et Bidault.

751Les gens du Comité de grève PTT sont des Munichois. Nos camarades sont 75 % des PTT mais avec des réformistes. Ils ont 54 comités de grève. 6 222 000 cartes CGT, 41 millions de timbres pour six mois, c’est 10 % de plus qu’en 1937. Nous avons quelques fonctionnaires de police, administration générale, finances. L’affaire des salaires gr. men. Il faut gagner pour les prix. Il y a des stocks. Il faut la psychose de baisse. Il y aura baisse textile, chaussures, objets de ménage, objets utilitaires. Thomas261, Laurent262, Letourneau263. La grève des PTT a entraîné les 50 %. Nous avons 30 fédérations CGT qui votent B. Frachon.

Vendredi 9 août 1946

75211 h, cinéma soviétique, 15 h 30 Bastik soviétique.

753Fonctionnaires : 1 800 F d’augmentation, cheminots 30 % à 35 % : nous allons pénétrer dans les petits centres. Bâtiment 30 %, les f. 10 %. Ouvriers agricoles, charretiers, garçons de ferme, 1 million. Retraités 1 500 F, 12 000, 15 000 vieux. Cadres et ingénieurs 25 % nous avons maintenu la hiérarchie. Textile 40 %, 50 %. Métallurgie 27 % mais les patrons veulent les conserver. Les allocations familiales augmentent dans des proportions énormes. Ça augmentera de 30 % les salaires. Cheminots satisfaits. Employés, il faut s’en occuper.

754Dans le CCN, socialistes assez discrets. Les socialistes font des réunions de fractions. Ils ont proposé une résolution où on voulait recommençer la lutte contre le gouvernement. Ils l’ont retirée. 720 voix contre 89. Picot est sérieux. Bautemps et [ill.]. [ill.]. Suffisance, mépris de l’adversaire. Si les dissidents veulent faire un congrès pour prendre la tête de la fédération, le bureau de la CGT agira. Dans les services publics on veut 40 heures. Mais les cheminots font 45 heures et ont des suppléments, on nous accuse de les abandonner. Métallurgie 48 heures = 9 200 F, les services publics = 9 000 F. Services des eaux veulent et font 40 heures, services de santé, balayeurs font 40 heures. Les socialistes travaillent le métro mais les salaires y sont bons. Service public à Paris 150 000. On pourrait faire 45 heures et payer les heures supplémentaires. Jamais on a tant obtenu pour les ouvriers. Nous avons 5 000 militants dans les services publics à Paris.

Samedi 10 août 1946

755Togliatti au 44. Politique de l’Internationale renaissance. Renforcer la classe ouvrière, c’est notre but. Nous entraînons à la CGT des millions d’ouvriers. Nous avons replacé les 16 000 dames des PTT dans la parité. Nous allons faire aboutir le statut des fonctionnaires avec l’appui des syndicats.

Dimanche 11 août 1946

756Amiens à la Hotoie, parc, 40 sociétés. Kermesse du Travailleur, les Picards. Communistes 70 127 (Prot, Lamps), socialistes 60 900, gauches 36 000, MRP 67 500. La municipalité de Corbie vend de la viande de 66 F à 200 F.

757CGT 6 200 000 cartes, premier semestre, 40 200 000 timbres. Les ouvriers du vêtement très contents augmentation salaires, cheminots augmentés 40 %, 50 %, employés augmentés 17 % c’est à réviser. Le Pape contre la nationalisation, pour le corporatisme. Amiens 90 000 habitants, velours, tapis, teintureries, tissages, métallurgie, sucreries, hortillons.

758Avec les aménagements de tout ordre, les ouvriers reçoivent 30 % à 35 % d’augmentation des salaires. 1 800 F par mois d’augmentation pour les petits fonctionnaires. Groupement d’Amis du POF dans les usines et localités. Compression des prix de revient des prix industriels. Collaboration de tous pour assainir l’économie du pays. Les détaillants contre les grossistes. Les chevillards font de la surenchère près des producteurs. On fait venir 2 000 bœufs du Danemark. Commission 7 % sur 160 millions = 11 millions pour les affameurs.

Lundi 12 août 1946

7598 h, porte de Saint-Cloud. Paris-Lancerf. Schnitter (ami de Kœnig). Commissariat général, c’est un poids lourd et coûteux et l’exécutant du ministre. Celui qui commande en Allemagne, c’est Kœnig. L’un des quatre commandants en chef (décret de Londres). Kœnig a nos directives. Il comprenait 620 personnes, aujourd’hui 570, 60 automobiles, aujourd’hui 27. Autriche : nous n’exerçons plus qu’un contrôle, on va réduire le nombre des fonctionnaires de 50 %. Allemagne : on a rien fait, nous voulons y donner aux Allemands un rôle important comme dans la zone anglaise. Nous aurons des gouvernements allemands (Würtemberg, Bade, rive gauche). Les Américains nous refusent Karlsruhe (élections septembre-octobre). Centre : Baden. Quel rapport entre Baden et Berlin ? Berlin sous les ordres de Baden. Le commandant en chef commande : il a un général à Berlin et une administration civile, il a un cabinet. Il faut supprimer le commissariat général. Il y a conflits de personnes. Je ne veux pas m’en occuper. Il y a conflits entre civils et militaires. Je ne suis pas content du général en Autriche, il faut tout réorganiser, en Allemagne c’est supérieur. On a changé les fonctionnaires, on les a épurés et on a radié. Les fonctionnaires ne doivent pas faire de politique. Il y a désormais une commission de classement faite de résistants. Nous avons refusé de laisser les Polonais de Londres agir dans les camps allemands. C’est seulement le gouvernement de Varsovie. Seul un militaire peut commander en Allemagne. Nous allons dénazifier. Nous sommes en avant des quatre. Réparation et récupération, nous sommes en avant. Les alliés nous reprochent d’aller trop fort. Nous avons pris 7 milliards, 25 000 machines. Nous ne voulons avantager aucun parti politique en Allemagne. Les partis sont librement organisés et se développent.

Mardi 13 août 1946

  • 264 Béthouart Antoine général Émile-Marie dit (1889-1982). Officier de carrière, le général Béthouart, (...)

760Lancerf. Lenormand. Les vichyssois chassés par Lafont sont repris par Kœnig. Il faut faire disparaître le secrétariat général de Kœnig. Je m’y engage mais pas pour le 1er septembre. Dans deux mois. En Autriche : il y aura une occupation militaire mais on laissera les Autrichiens gouverner sous notre contrôle. En Autriche rien de changé. Les vichyssois sont toujours en place. Il y a cinq polices. En Autriche nous ne sommes plus que des tuteurs. Béthouart264 sera frappé. Les décisions de la Chambre sont restées lettre morte. Ceux que les commissaires de la Commission avaient attaqués sont encore là-bas. Ceux qui sont frappés sont ceux qui nous ont renseignés. C’est une dérision. On ne dénazifie pas. Surtout dans le domaine économique. Le gendre de von Papen grand patron en Sarre, président de la commission d’épuration. Des SS sont présidents de l’épuration. On embauche les officiers SS et des SS dans les chemins de fer. Dans l’enseignement, dans la police, on n’a rien épuré. Il y a très peu d’Allemands dignes de confiance. Il faut introduire notre culture. Que faire des nazis internés en Allemagne ?

Mercredi 14 août 1946

761Lancerf. Minous, institutrice Pludaniel. Béchic.

Jeudi 15 août 1946

762Penvenan. Tréguier. Larmor.

Vendredi 16 août 1946

763Le clergé dans la politique. Vote tarifé : si vous votez communiste : l’enfer, socialiste : vingt ans de purgatoire, républicain : sept ans, MRP : paradis.

Samedi 17 août 1946

764Tréguier. [ill.] Marie Perrot, René Hamon Ploubaylanne, Madame Psichari. Joliot Curie. Renan : « Ma religion c’est toujours le progrès de la Raison, c’est-à-dire de la science. Le recul de la crédulité et de l’ignorance. Il n’y a jamais eu de révélation ni de fait surnaturel. La science seule peut améliorer le sort des hommes. Il n’y a que des hommes frivoles et des sérieux. Il y a dans le peuple une sève saine et supérieure. »

Dimanche 18 août 1946

765Bugales. Jézéquel. Le Varon. Silberman. Jean Painlevé travaille pour la science et la culture, populaire, poétique, émouvant. La larve de libellule. Assassins d’eau douce. Au Conservatoire des Arts et Métiers, au Centre des recherches scientifiques, Painlevé réalise le cinéma en relief. 12 h, banquet Painlevé, Etesse. 16 h, meeting Fourmont maire Penvenan. Côtes-du-Nord : communistes 79 000, socialistes 62 000, MRP 97 000, PRL 16 000, gauches 24 000.

Lundi 19 août 1946

766Lancerf. Guinaud instituteur La Roche-Jaune-Plougueil. Minous instituteur Pludaniel. Préparer à Lancerf deux pages pour le film. La garde des Détroits doit être confiée à tous les Etats riverains de la Mer noire, y compris la Turquie.

Mardi 20 août 1946

767Lancerf-Paris.

Mercredi 21 août 1946

768Schnitter. Les affaires allemandes. Commission Affaires étrangères. 16 h, hall. Merlier Hôtel Littré, rue Littré. 16 h, Brusse. 17 h, Parisiadès. 18 h 30, Tchécoslovaques, 17, avenue Charles Floquet.

Jeudi 22 août 1946

  • 265 Georges Tatarescu est vice-président du Conseil et ministre des Affaires étrangères dans le gouvern (...)
  • 266 Jan Mazarik ou Masaryk, ministre des Affaires étrangères de Tchécoslovaquie. Il signe un traité ave (...)

769Comité France-Roumanie. Tatarescu265 a parlé le 12 août à la conférence. Du 23 août au 14 septembre 1944 la Roumanie combat avec les Alliés. Nouvelle Roumanie amie de la France. Justice sociale, paix, concorde, plus de Garde de fer. Vichynsky et Masarik266 l’appuient. Anglo-Saxons froids. 11 h, ambassadeur d’Iran, 9 h Brusse Warheid.

Vendredi 23 août 1946

770Camarades hollandais. Un florin = 45F. Paris-Amsterdam. De Waarheid la vérité. Gerben Wagenaar président du PC député, De Groot secrétaire du PC. Koleremand rédacteur en chef, Van den Drift directeur Waarheid. Grotzag premier conseiller de la cour d’Amsterdam, M.Z Voorburgwal 230 Amsterdam C. Drapeau rouge 47, rue du Houblon, Bruxelles. Van den Drift 5 Eendrachtstrat, Amsterdam Sud. Baruch, Teixeira de Mattos. Van den Drift. Nicolas Maurer cc. Vve Vein Kop. Descartes à Amsterdam : « Quel autre pays où l’on peut jouir d’une liberté si entière ? » Brusse me donne 75 florins, 50 + 25, 50 florins = 2 250 F, 25 = 1 125 F. À l’hôtel Victoria, face la gare Amsterdam, l’orchestre joue la Paimpolaise à notre intention.

Samedi 24 août 1946

771Amsterdam. Visite à Descartes et Rembrandt. Musée Amsterdam, Rembrandt.

Dimanche 25 août 1946

772Amersfoort, fête de la Liberté, dimanche, Van den Drift. Brusse correspondant de la Vérité 189, rue Ordener. Paul de Groot secrétaire du PC. Gerben Wagenaar président du PC. Koeiemans rédacteur en chef de la Vérité. PC 500 000 voix 10 députés, journal 300 000, CGT 200 000 à Amsterdam. 33 % des voix le premier parti. Il n’y a plus de parti socialiste, mais un parti travailliste (socialistes, chrétiens, catholiques, libéraux). Ils sont au pouvoir. 25 % socialistes, 30 % catholiques. Les communistes proposent l’unité politique et syndicale. La lutte est très aiguë de tous les partis contre les communistes. Le parti catholique très puissant dans le sud. Mineurs du Limbourg, quelques ouvriers votent pour nous. 30 % du pays sont catholiques fanatiques. Les communistes luttent pour l’augmentation des salaires, contre les prix élevés, situation financière très difficile, inflation. Communistes pour la liberté de l’Indonésie. 17 août : anniversaire de la République indonésienne. Le peuple contre l’envoi des jeunes Hollandais en Indonésie. On se nourrit : mal vêtu, mal chaussé. Le socialiste chef du gouvernement indonésien Sjahrir. Les protestants ont un grand journal : 100 000 exemplaires. L’argent français n’a pas cours en Hollande.

Lundi 26 août 1946

773Amsterdam-Paris. Bruxelles. Boulanger 200 F belges, Drapeau rouge. Le marché noir triomphe, pas de sanctions, diminution de rations matières grasses, sucre pas mis en vente, viande prix montent, vin un seul litre pour août, à Nantes attaque des restaurants, à Dijon grève des cheminots réclament 300 g de viande par semaine, à Cherbourg, à Bordeaux.

774Le journal tchécoslovaque communiste, 500 000 numéros. Les socialistes tchécoslovaques sont loyalement unitaires. Benès reste un opportuniste ballotté, hésitant.

775Accords Blum médiocres. Il a oublié le coton. Les prix ont augmenté de 30 % et la hausse continue, ainsi notre pouvoir d’achat est amputé du tiers. Le budget de guerre américain = 100 millions de dollars. On redoute une hausse vertigineuse des prix. La puissance d’achat du dollar peut s’effondrer. Moins de billets de banque, trésorerie à l’aise, déficit budgétaire : 400 milliards.

Mardi 27 août 1946

  • 267 Il s’agit peut-être du pseudonyme de Charles Fréchard, secrétaire des Amis de l’Humanité dès 1935.

776Banquet des journalistes communistes qui assistent à la conférence des « 21 », place de la Madeleine (Lucas267). Notre production représente trois cinquièmes d’avant guerre. Le chef du Kurdistan Gazi Mohammed. Capitaine Mehabad, armée 20 000 hommes. Traité de défense mutuelle avec Azerbaïdjan. Il est [ill.] ami de l’URSS. Pays arriéré. En Azerbaïdjan pays très riche, on mange bien, les ouvriers salaires élevés, vie peu chère. On réforme l’enseignement. On fait une organisation de sécurité paysans et ouvriers. On épure, on mange du pain blanc. Un dindon : 60 F.

Mercredi 28 août 1946

  • 268 Paul Coste-Floret, député MRP de l’Hérault, se prononce le 12 janvier dans Quatrième République en (...)

7773 h, visite à Vincennes. Commission Affaires étrangères (affaire grecque). La Jeune République est gaulliste. Capitant, Avinin. Elle est en bataille contre MRP Coste-Floret268. De Gaulle blâme MRP. La commission de la Constitution a admis : l’armée sera dirigée par le président du Conseil, la deuxième Chambre sera élue au suffrage à deux degrés et représentation proportionnelle, même origine que la Chambre.

778France-Angleterre : l’Angleterre n’exporte plus de charbon, atmosphère de suspicion réciproque, obligation pour les Français de payer leurs dettes en or, mésentente.

Jeudi 29 août 1946

779Hôtel Matignon, 20 h. « Il faut bien reconnaître que la rude discipline du PC et ses appels à la production ont permis de maintenir jusqu’à présent l’ordre social » (le Monde, 30 août). Quotidiens communistes : deux millions d’exemplaires ; hebdomadaires communistes : un million ; Front national : 350 000.

780L’union des intérêts économiques de Billet finance les radicaux. Herriot : « Les trusts chimiques donnent des dizaines de millions. » Conseil de la République.

Vendredi 30 août 1946

781CC. Mairie de Montreuil. Questions financières. Presse du PC. 9 h, BP. Les Vaillants dans les patronages laïques municipaux. L’homogénéité du PC repose sur la confiance du peuple. VO : 390 000. 20 000 diffuseurs en France. A. Marty de 1934 à 1935 à L’Huma. Huma, éducatrice, organisatrice, arme du PC. Voix du peuple de Lyon, un des meilleurs journaux. Les journaux doivent être dirigés par le Bureau fédéral. La Marseillaise : 116 000. Les trois quotidiens de Marseille : 240 000. La majorité des ouvriers de Provence lisent le Provencal, même les communistes. L’Indre-et-Loire paie régulièrement ses dettes au PC. L’Indre, pas de bilan ni versement. Seine-et-Marne, en progrès. Dans la Seine, les membres du PC paient en moyenne 100 F, 130 F par an. Avec un million en France = 100 millions. CGT réunit un milliard par an ; au centre 65 millions. Plus grand personnel. Chaque syndiqué, moyenne 20 F par mois, 30 F par mois, quelquefois 70 F. Les journaux, les revues techniques coûtent cher.

Samedi 31 août 1946

782CC. Les fédérations doivent au PC : 36 millions. Aucune fédération ne sait équilibrer son budget.

Septembre

Dimanche 1er septembre

783Fête Huma.

Lundi 2 septembre 1946

784L’ambassadeur italien à Varsovie, 10 h. Azerbaïdjan, son délégué à la conférence des 21. Les Américains désirent violemment la paix. Ils se battront au besoin pour l’obtenir.

785Leroy. Congrès des jeunesses républicaines 1 017 délégués : 270 jeunes filles, 47 paysans, 260 employés, 450 ouvriers. Laïcité. Amicale laïque ; Armée ; Amicale de la [ill.], sou du soldat ; contre le sectarisme, loisirs, lutte, Amicale d’apprentis. Union des Jeunes filles de France reconstituée. Groupe d’entreprises, syndiqués. Les jeunes socialistes craignent que leur parti leur interdise tout rapport avec nous. La JOC a été partisan de Pétain, collaboratrice, nous l’avons blanchie. Nous voulons nous unir à la JOC pour la défense des jeunes et pour dénoncer le cléricalisme. Animateurs clubs sportifs FSGT. Jeunes du Nord et Bouches-du-Rhône très faibles. 300 000 adhérents. Travailler là où il y a des jeunes. Service prémilitaire.

Mardi 3 septembre 1946

786Déjeuner 1 h 15, légation de Hongrie, 15, rue de Berri. Grumbach, Verdier. Le ministre des Transports hongrois. Le chef des partis socialistes hongrois qui me dit qu’il a été déçu par le congrès, qu’il n’y comprenait rien, que nous avons raison et que les socialistes et communistes hongrois s’entendent très bien. Le ministre communiste me dit qu’ils ont réalisé deux réformes : 600 000 paysans ont reçu la terre des congrégations religieuses, ils ont épuré leur administration en remplaçant 60 000 fonctionnaires. 65 % des Hongrois sont catholiques.

Mercredi 4 septembre 1946

  • 269 Marceau Pivert (1895-1958). Professeur et syndicaliste il fonde à la SFIO la tendance Gauche révolu (...)

78710 h, Dacquin. 62, rue Lepic. Il y a eu glissement à gauche dans le parti socialiste, mécontentement contre la politique socialiste d’où résistance, d’où rejet du rapport moral et interventions anti-Blum. La droite a fait le chantage à l’unité du parti pour la campagne électorale. Courtois trotskiste : trop de divergences entre nous. Nos divergences ne sont que dans les formules (Vincent Auriol). La gauche s’est soumise. Nous avons un lien : l’anticommunisme. Il faut rompre le comité d’entente. La gauche dément qu’elle est communisante. Vote unanime. Blum acclamé par tout le congrès. Philip, qui critique la gauche, est acclamé unanimement. Août 1945, le congrès socialiste accepte le comité d’action. Septembre 1946 il le brise, recul, glissement à droite. En août 1945, le congrès est pour le pacte soviétique. L. [ill.] dit : il faut envoyer des armes aux Espagnols. Et il y a dix ans ! Il y avait 18 partis socialistes représentés. La pénétration trotskiste Marceau Pivert269 La voix de la base étouffée sous des phrases gauchistes. Il y a une poussée gauche à la base. Il y a substitution de personne non de politique. Il faut une action pratique pour l’unité. La base socialiste est heurtée. Elle va agir. Il faut créer le POF. Il faut développer la lutte contre la social-démocratie. Néant doctrinal de la gauche. Le socialiste nie le danger réactionnaire. Nous avons [ill.] la campagne d’unité depuis la Libération. Discours de Guy Mollet, lamentable. Il n’est pas le redresseur marxiste.

788Nous avons 75 000 victimes et 15 000 fusillés. La Ruhr est aux Anglais, non aux Allemands.

Jeudi 5 septembre 1946

789Cinq minutes à la radio, 118 Champs-Élysées, 2e étage, bureau 206, de 3 h à 6 h. L’émission passe à 19 h sur la chaîne nationale.

790Dans le parti socialiste, on a changé la direction, cela fera plaisir à la gauche. On va faire du gauchisme surtout syndical, on va faire des provocations. La direction est aux mains d’aventuriers. Indigence doctrinale, humanisme, impuissance sans réformisme, sans réforme. Blum dit : « Nous sommes un régiment et on ne peut rien faire. Plus d’action, dégénérescence. » « L’unité d’action est indispensable au succès d’une politique conforme aux intérêts du peuple », Guy Mollet. Les socialistes sont pour le panachage pour être élus. Philip dit : l’ennemi c’est le totalitarisme. Cléricalisme de parti. Les socialistes avaient cru que le MRP leur aurait permis d’arriver au pouvoir mais c’est le MRP qui a de l’influence sur certains démocrates parce que Blum l’a proclamé démocrate. Le parti socialiste seul !! Parti de gouvernement de minorité. Nous sommes en face d’une grande offensive réactionnaire. Michelet fait une armée réactionnaire. Amicales du POF renforcées.

Vendredi 6 septembre 1946

  • 270 Le 14 mars, lors d’une réunion de la Commission exécutive du parti radical-socialiste, Paul Anxionn (...)

79110 h 45, Studios Saint-Maurice, rue des Réservoirs, Saint-Maurice. SPAC, service de police anticommuniste. De Gaulle blâme les MRP d’avoir cédé aux communistes. Il les accuse d’être les fourriers du communisme. Anxionnaz270, secrétaire du parti radical, le félicite. De Gaulle déclare la guerre à Coste-Floret.

Samedi 7 septembre 1946

792Toulouse, 9, rue des Coffres, ville rose, ville du bel canto. Putréfaction du capitalisme. Deux voix de majorité pour la laïcité. Confusion volontaire de la motion du congrès SFIO.

Dimanche 8 septembre 1946

  • 271 Gilbert Germa, militant communiste de la Haute-Garonne résidant près de Toulouse. À partir du print (...)

793Toulouse. 310 000 habitants. Germa271, Blagnac. La Voix du Midi en faillite, hebdomadaire. Bureau fédéral en faillite. Mars 1936, congrès de l’unité syndicale à Toulouse. Réception, salle des Illustres au Capitole. 12 000 cartes, 12 000 Voix du Midi, 1 200 jeunes, 6 000 femmes UFF, 11 conseillers municipaux Toulouse, 4 adjoints. 25 000 Espagnols à Toulouse. 6 000 communistes à Toulouse. 58 310 voix 2 juin, 72 000 socialistes, 59 000 MRP, 40 000 radicaux.

794Bidault. Frontière franco-italienne : vallées alpestres. Vieille question, population de langue française. Ce n’est pas une blessure pour l’h. mais un désagrément. Nous aurions pu prendre Vintimille et Aoste. Cela représente un peu de terre et peu d’hommes. Quatres rectifications de frontières admises unanimement par les 21 : 1. Petit Saint-Bernard ; 2. plateau du Mont-Cenis inhabité ; 3. route de Briançon à Modane ; 4. Brigue Tende. Vallée Vésubie Roya, terrain de chasse du roi.

795Craste ! À Toulouse : Jourdan. Le Patriote : 80 000 vendus.

Lundi 9 septembre 1946

  • 272 À Toulouse, M. Cachin commente la position du PCF sur le projet constitutionnel.
  • 273 Gaston Biscarlet (né en 1908). Instituteur, il adhère au PC en 1931. Résistant, il entre au CDL de (...)
  • 274 Colonna, député UDSR de Tunisie, intervient à propos du débat sur l’amnistie des troubles de Sétif, (...)
  • 275 Florimond Bonte (1890-1977). Membre du CC, il siège au BP sans en être officiellement membre. Pour (...)

796Toulouse272, Limoges, Paris. Bidault : mardi. Afrique du Nord. Partout les puissances sont présentes. Tunisie : Destour nationaliste dissous 9 avril 1938, gros incidents sanglants, le chef est au Caire où il a beaucoup d’entretiens. La température monte à la fin du Ramadan. Manifestations ouvertes contre la France. Le 14 août réunion générale du PC tunisien, réclame l’indépendance. Les communistes s’en retirent. Fin août le Destour se réunit pour faire un gouvernement provisoire. L’autorité a agi fermement mais habilement. Le gouvernement unanime : 12 sur 46 sont incarcérés. Il y a des protecteurs qui attendent à la porte. Le 25, ordre de grève trois jours, aucun incident. Le 30, grève générale, 50 % obéissent à l’ordre. Le personnel européen s’est abstenu dans la grève. On propose l’indépendance de la Libye 800 000 hommes. Le monde arabe devient important. Ligue arabe. On va faire des réformes, larges, libérales, raisonnables. Le bey était pour les Allemands, on l’a mis à la retraite avec pension abondante. Mostefaï : libérez les 12 et le bey. Biscarlet273 : et la légion étrangère ? Colonna274, Florimont Bonte275. Le Destour était pro-hitlérien. Hauts fonctionnaires et militaires n’ont jamais aimé les Tunisiens. Le Destour a donné sa résolution au consul de la Grande-Bretagne. Il parle de l’intégrité de la France. Il faut une participation de la Tunisie à son sort, à la direction. On élit déjà aux conseils municipaux.

Mardi 10 septembre 1946

797Commission des Affaires étrangères. Bidault : Tunisie, Espagne, Italie. Hellen.

  • 276 Dans son discours à Stuttgart, le 6 septembre, le secrétaire d’État américain J.F. Byrnes déclare q (...)

798Byrnes, pour la reconstruction de l’industrie allemande276. La Russie, de son côté, progresse en Allemagne. La France fait des réserves pour l’unité allemande. Elle a tort, sa politique est irréelle, aucun allié ne l’appuie (Times). 80 millions de livres par an : Anglais. L’armée américaine restera en Allemagne. La Ruhr est l’arsenal industriel du bloc occidental. France et Angleterre font un traité économique. Elles ouvrent la porte à l’alliance politique et militaire (Daily Mail). Byrnes fait de l’Allemagne un pion sur son échiquier, il lui montre sa sollicitude bienveillante, pour la France sa sécurité est secondaire pour Byrnes.

799L’Égypte occupée depuis soixante-quatre ans par l’Angleterre. Les Égyptiens demandent l’évacuation. Il y a 200 000 soldats anglais en Égypte. Bastion anglais. Deux bases stratégiques en construction autour de Suez, les aérodromes sont anglais. Les troupes d’Anders sont en Égypte et en Grèce pour attaquer la Yougoslavie. Les Britanniques veulent à tout prix sauver l’Empire et pour cela ils jouent la carte américaine. L’Empire gagne la victoire sur les socialistes (Journal de Genève).

800En Espagne pression économique de la France suffirait si les Alliés l’aidaient. Les socialistes internationaux, même les Anglais, décident de rompre avec Franco. L’affaire espagnole va être soumise à l’ONU. Il y a 150 000 Espagnols en France. Rivet dit : « Les Anglais et Bevin sont de notre avis. Tout est objet de stratégie politique. »

Mercredi 11 septembre 1946

801Rue Robert Estienne. Organisation des Nations unies. L’Angleterre va priver la France d’un million de kilowatts-heure par jour, la situation de la France est compromise pour son électricité. A partir d’octobre les articles d’utilité sociale vont déferler sur la France à bas prix. La Suède offre 200 millions de couronnes à l’URSS et 100 millions par an pendant cinq ans. Elle peut recevoir de l’URSS manganèse, essence, textiles. L’Angleterre signe un traité de commerce avec l’URSS.

Jeudi 12 septembre 1946

802Le MRP abandonne de Gaulle sur injonction de Bidault. Référendum 6 octobre, élections 10 novembre. La Chambre adopte l’élection du Conseil de la République, repousse la résolution du Sénat par trois voix.

  • 277 Walter Lippman est un journaliste américain qui participe au procès de Nuremberg. En mai, il affirm (...)
  • 278 Henry A. Wallace, secrétaire au commerce des États-Unis. Il annonce au début de l’année une collect (...)

803Les squatters. Lippman277 : « Nous voulons mettre un terme à l’expansion soviétique » ; Wallace278 : « Nous voulons nous entendre avec l’URSS. » Dans le monde 1946 : faim, sans logis, pauvreté, esclavage.

Vendredi 13 septembre 1946

  • 279 Sumner Welles, ancien sous-secrétaire d’État américain. En mars, il fait une allocution radiodiffus (...)

80410 h 30 à la porte de l’hôpital Saint-Louis avec Artaud. Sumner Welles279 : les Américains veulent une Allemagne forte, unifiée par un gouvernement central. C’est une menace de ruine pour l’Europe. Il peut y avoir une union économique des pays allemands mais pas une unité politique. Il faut un système fédéral libéral. La politique du Kremlin est aussi dangereuse pour la paix.

805En URSS, huit adultes pour un vieillard, en France trois adultes pour un vieillard. En France : 6,3 millions de plus de soixante ans.

806Le président de la République élu au scrutin public. Il sera entre les mains de l’Assemblée. La majorité parlementaire sera la même pour les deux Assemblées. Le président aura droit de demander une deuxième élection.

Samedi 14 septembre 1946

  • 280 Wilhem Pieck (1876-1960). Il fut l’un des fondateurs du parti communiste allemand (KPD). Il dirige (...)
  • 281 Otto Grotewohl (1894-1964), militant social-démocrate et député au Reichstag avant 1933, plusieurs (...)
  • 282 Kurt Dr. Schumacher. Nouveau dirigeant du SPD avec Otto Grotewohl, il est très anticommuniste. Son (...)

80713 h 30, 46, bis, rue Monceau, ambassade Bulgarie. Mariage. Mars 1936, congrès de l’Unité syndicale Toulouse. MRP, parti de la fidélité du bout des lèvres (Passy). La situation alimentaire en Allemagne est désespérée, les Allemands restent nazis, ils attendent la guerre entre Alliés pour se mettre avec le plus fort. W. Pieck280. Otto Grotewohl281. Parti socialiste unifié SED. Socialitische Einheits Partei : il faut détruire le nazisme, la réforme agraire a conquis beaucoup de paysans allemands, internationalisation des richesses de la Ruhr (conseils ouvriers), il faut réparer (Schumacher282 est contre), il faut l’unité ouvrière allemande pour la sécurité de nos frontières.

80817 h 30, métro Georges V. FFI de l’Île-de-France. Luna Park.

Dimanche 15 septembre 1946

809Inauguration. 11 h 30, mairie Argenteuil, plaque maison Karl Marx, Argenteuil, Karl Marx, Edgar Longuet . (Sannois, Bezons, Argenteuil). Conscience scientifique de Marx. « J’exerce la justice historique, j’accorde à chacun ce qui lui revient. » Jamais ses critiques n’ont pu lui reprocher la plus légère inexactitude. Il allait toujours à la source. Il appuyait ses faits et ses chiffres de la meilleure autorité. Il eût préféré brûler ses manuscrits avant qu’il y ait mis la dernière main.

  • 283 Victor Dupouy (1901-1981), ouvrier ajusteur, adhère au PC en 1925. Il est élu maire d’Argenteuil, e (...)

810Argenteuil 60 000 habitants. Asperges et jadis vignes, aujourd’hui maraîchers. 2 700 PC, 300 jeunes, 800 femmes, 100 SFIO. Dupouy283 maire 49 % des voix, 13 000 voix, socialistes 4 500, MRP 4 500.

811L’Amérique crée en Italie une base avec bombe atomique. Byrnes veut que les chefs allemands construisent un Reich unifié et centralisé. Sumner Welles et Wallace critiquent Byrnes, et Pepper, sur sa politique allemande.

812L’Empire français est aujourd’hui l’Union française. Il faut une nuit du 4 août pour les colonies françaises. Il y a éveil de la conscience nationale dans les colonies françaises. Un accord anglo-soviétique économique est signé.

Lundi 16 septembre 1946

  • 284 Gabriel Péri (1902-1941). Ce militant et dirigeant communiste fusillé, par les Allemands, le 15 déc (...)

813112, boulevard Malesherbes, 10 h 30, buste de Gabriel Péri284. 28 milliards d’inflation dans la dernière quinzaine. La circulation est de 648 milliards. Un évêque est plus fort qu’un général. Le MRP battra le gaullisme. Ou le MRP exclut les gaullistes, ou il obtient satisfaction sur le conseil de l’Union française et sur les lois organiques, ou il rejoint de Gaulle. Les socialistes ne veulent pas se séparer des communistes, ils ne veulent pas non plus rester seuls avec eux. Pour le projet de l’Union française, la commission a adopté un article 8 que le gouvernement repousse. On ne peut maintenir le double collège. Le projet du gouvernement sur l’Union française s’oppose à celui de la commission.

814Byrnes veut une Allemagne centralisée aux mains de la Prusse. De Menthon propose des augmentations pour 1 000 articles. Il n’a pas consulté la commission des prix. Morbihan : paysans et bouchers d’accord veau 50 F vif, 100 F détail.

Mardi 17 septembre 1946

815Mutualité 20 h 30, le ravitaillement. Les fonctionnaires : il y a là des socialistes et des trotskistes. Les juges et les instituteurs ont obtenu le reclassement (indemnités d’attente). Ils fédèrent les autres fonctionnaires pour tout le monde. Les socialistes veulent la grève dans les finances : même dans le Nord, ont précédé la grève générale pour faire pression sur la discussion du collectif. Ils n’ont aucune notion du mouvement ouvrier. Neumeyer qui les poussait recule. C’est une affaire fédérale. Benoît Frachon leur dit : vous allez faire la division chez les fonctionnaires, vous avez obtenu 800 F, plus que n’importe qui, et vous faites grève ! Les patrons organisent des grèves. Vous êtes libres de faire grève mais nous ne prenons pas responsabilité. Il peut y avoir grève dans les fonctionnaires parce qu’il n’y a pas de sanction. Mais vous menez votre corporation à la catastrophe. Bidault le leur a dit : vous préparez de Gaulle. Prujar se bat là-dedans, c’est une aventure. 144 voix contre la grève contre 58 et 6 abstentions. Neumeyer dit : les ministres socialistes disent que Thorez a traité les fonctionnaires de mendiants. Moch a dit : il faut payer plus les ingénieurs. Thorez a dit : reclassement au 1er janvier. Il faut le statut du personnel. Les socialistes veulent gauchiser le mouvement comme avec les PTT. La haute administration favorise les grévistes. Le directeur du Budget les pousse.

816La commission des prix. Large rassemblement pour examiner les prix depuis juin 1946 : révision des prix, vérifier les bénéfices, désceller les stocks, poursuites contre les stockeurs et les spéculateurs, nommer des comités de surveillance des prix, sondage dans des grosses entreprises.

Mercredi 18 septembre 1946

81712, rue Bienfaisance. Commission Affaires étrangères, 10 h. 15 h 30, Cogniot. 12 h, Mauvais au BP 44. Eroës, de la Légation hongroise 17 h.

818L’or a baissé et le franc a monté en France : 1°) parce que les 21 ont apporté en France des devises ; 2°) parce que les grands trusts ont été obligés de lâcher leur or pour remettre des billets dans leur coffre, parce que leur trésorerie était à sec.

819Huma : 330 000, 420 000 le dimanche. Huma reste le premier journal. Augmentation de 5 000 par jour depuis le 1er septembre.

820Les femmes dans la Loire passent dans les marchés avec des hautparleurs disant les prix taxés. « Nous sauvons nos francs. » Il manquera 5 millions à 6 millions de quintaux de blé.

821Le fascisme n’était qu’une expression de l’impérialisme.

Jeudi 19 septembre 1946

  • 285 Marcel Cachin fête ses 77 ans au siège de LlHumanité.

822Mairie du 5e Chabot. Dans l’après-midi délégation des halles. 16 h, rédaction de l’Huma pour l’anniversaire285.

  • 286 C’est W. Rochet qui fit un rapport devant le BP sur la Conférence de Copenhague, à laquelle il a pa (...)

823Waldeck-Rochet286 : la Conférence de Copenhague FAO. Conseil international de la crise alimentaire. Organisation internationale pour éviter la surproduction et la pénurie. Organisation anglo-saxonne, ni URSS ni Argentine. On ne touchera pas aux matières premières du bloc britannique. Accord Angleterre-Canada sur le blé. États-Unis et l’Angleterre font stock de matières grasses et blé pour la guerre. Alors pourquoi la France prendrait-elle des engagements ? On parle de lutter contre la famine et organiser la production et répartition des denrées alimentaires. On propose un Conseil mondial du ravitaillement, des stocks toujours, et un financement bancaire. Organisation de la production de chaque pays. Les Américains disent : « Comment éviter les crises de surproduction ? Nous produisons deux tiers de plus qu’avant aux États-Unis. Vous, les Français, pourquoi produisez-vous du blé puisque nous produisons mieux que vous ? » Toutes les directions sont aux mains des Américains. Tanguy-Prigent dit : « Ça, c’est du socialisme international. C’est la paix. » Il faut sacrifier des parcelles de souveraineté pour l’international et s’incliner devant les Anglo-Saxons contre les Soviétiques. C’est le contingentement et les tarifs douaniers qui ont sauvé l’agriculture française. On nous demande d’y renoncer. Nous ne voulons pas aliéner notre indépendance économique devant les exigences des accords de Washington et de Copenhague car il y a des préparatifs de guerre anglo-saxons qui veulent conquérir le monde comme Hitler voulait avant eux.

Vendredi 20 septembre 1946

824Berci.

Samedi 21 septembre 1946

825Limoges. Ilya Ehrenbourg. Mairie de Limoges. Jean Chaintron.

Dimanche 22 septembre 1946

826Eymoutiers. Fraysset. Guingouin. Lemoeuble. Dupuy. Barthel.

  • 287 L’amiral Horthy a dirigé la Hongrie en régence, de 1920 à 1944 ; il fut enlevé par les Allemands en (...)
  • 288 Laszlo de Bardossy, ancien Premier ministre de Hongrie, est condamné à mort comme criminel de guerr (...)
  • 289 Ferenc Szalasi, ancien président du Conseil en Hongrie. Il est acclamé par la droite à Budapest en (...)
  • 290 Depuis février, la République est proclamée en Hongrie, le pasteur Zoltan Tildy, chef du gouverneme (...)

827Il y a eu une résistance en Hongrie contre les Allemands et contre leurs agents Horthy287, Bardossy288, Kallay, Szalasi289. La guerre fasciste fut toujours impopulaire dans le peuple hongrois. À la fin de la guerre un front hongrois se constitue socialistes, agraires, communistes. Tildy290 en septembre 1944 somme le régent de renoncer à l’alliance allemande. En octobre 1944, Saint-Barthélemy de patriotes hongrois. Des groupes de partisans se forment. Des Hongrois de l’étranger en Yougoslavie et en France se joignent aux anti-hitlériens (Petofi à Coulommiers). Décembre 1944, premier gouvernement provisoire Dalnoki Miklos. Novembre 1945, élections libres. 246 élus petits propriétaires, 70 socialistes, 67 communistes, petits paysans 23. Tildy résistant préside le gouvernement. 24 janvier 1946, la République est instaurée. 1er février, M. Tildy élu président de la République. Justice, liberté, paix. Démocratie malgré les magnats et le haut-clergé. Nagy est nommé chef du gouvernement. Bela Vargha, président de l’Assemblée nationale. Kossa, communiste, vice-président. Quatre ministres communistes, quatre socialistes, huit petits propriétaires. Abandon du révisionnisme, alliance avec l’URSS.

Lundi 23 septembre 1946

828Limoges à Paris. Hongrie. Socialistes très décimés pendant la résistance (Monus). Szakavits social-démocrate, très grand résistant. Mme Anna Kethly. Communistes encore plus décimés. Rakosi, vingt ans de prison, Rajk, Revai, Geröe, Lukacs. Le primat de Hongrie Mindzenthy [sic]. CGT 1,5 million dont 300 000 ouvriers agricoles. Comité d’usines. Contrat collectif. Le pillage de la Hongrie par les nazis. Conditions de vie pénibles. Sacrifices immenses. 230 000 ouvriers d’usine. Augmentation du charbon, fer, pétrole. Un plan. But : une monnaie stable ! Le forint en [ill.]. Vie intellectuelle. Il faut renouveler les universités et l’académie. Hevesy chimie Prix Nobel. Fonctionnaires réactionnaires à épurer, 170 000. Politique extérieure, amitié pour les trois Grands. Tchécoslovaquie, nous avons fait un accord, nous y resterons fidèles. Nous désirons des rapports amicaux avec Tito. Nous demandons quelques rectifications de frontière à la Roumanie. 1°) démocratie ; 2°) l’accord des trois grandes puissances. Détresse, optimisme.

Mardi 24 septembre 1946

  • 291 Wallace, favorable à la coopération avec l’URSS, démissionne le 20 septembre 1946.

829Paris. Les Suisses refusent le passage par la Suisse. Georges Bometan, Suisse. Staline et Eisenhower contre les bruits de guerre. On peut trouver en Amérique des partisans de la paix derrière Wallace contre le parti de la guerre aux États-Unis291. Il faut parler de la paix. L’URSS ne veut pas la guerre. Staline a parlé de l’Angleterre parce qu’aujourd’hui c’est aux Etats-Unis qu’il y a une [ill.] de la guerre. Il faut amitié avec l’Angleterre. Il faut utiliser le discours de Wallace contre les trusts États-Unis.

830Grève des postiers, grève des finances contre nous, favorisent de Gaulle. Nous aurons le statut de la fonction publique de M. Thorez car nous forcerons la Chambre à se prononcer. Le MRP veut le scrutin publique pour l’élection du président de la République. Pas de secret pour un élu, le secret pour l’élection, oui ! Nous ne voulons pas casser là-dessus. Elections du Conseil de la République par les collectivités locales et non par les élus. Il faut voter la Constitution. Si de Gaulle accepte cela, ce n’est pas Bayeux ! Le président de la République n’a pas les pouvoirs de De Gaulle. Nous aurons sauvegardé la République, radicaux et PRL peuvent voter contre. Les socialistes veulent l’arrondissement pour avoir les voix réactionnaires contre nous, et les communistes d’autre part. Ils ont proposé le panachage pour torpiller la représentation proportionnelle, ils ont été appuyés par les radicaux et PRL mais nous avons manœuvré avec MRP. Reynaud propose d’attaquer les nationalisations et de les rendre aux capitalistes. Il amorce une campagne contre les entreprises nationalisées.

Mercredi 25 septembre 1946

831Paris. Compte rendu de mandat, rue de la Chapelle, 55. Nous sommes prêts à des abandons dans l’intérêt national, nous sommes un grand parti de gouvernement, nous sommes pour l’union même si de Gaulle accepte la Constitution. De Gaulle spécule sur la guerre entre URSS et États-Unis. Il pense que la guerre est proche, alors il n’est plus possible à la France de rester dans l’expectative, il faut choisir l’alliance avec les États-Unis, Billote l’a dit. De Gaulle dit : « Les États-Unis ont fait reculer Staline. » De Gaulle le dit : « Je deviendrai président de la République et alors il faudra choisir. » Donc c’est de Gaulle la guerre, spécule sur les divergences, de Gaulle énerve les MRP et même les socialistes. De Gaulle dit : « Il y aura la guerre ». Et alors il faut que le président puisse se réfugier en Angleterre ou en Amérique d’où sa campagne pour la Constitution.

832Les ouvriers sont contents des salaires, les fonctionnaires aussi. Il faut reprendre la campagne du ravitaillement. Nous sommes forts avec les paysans. Les socialistes se sont cassé le nez sur les postiers et les fonctionnaires. Ils ont la masse contre eux. Les socialistes se disputent tous chaque jour, ils sont hargneux.

Jeudi 26 septembre 1946

833Pour les élections générales, tous contre nous. Nous avons envoyé 600 000 listes de souscription électorale. Il faut la révision de l’épuration, saisie des biens, car si la réaction grandit, c’est que des vichyssois reviennent pour empêcher notre action, nos protestations ne suffisent plus. Aujourd’hui nous sommes à un déficit de 100 F par tonne. Le président de la République choisit le président du Conseil qui se présentera devant la Chambre pour ratification. Bayeux veut dire que l’exécutif ne dépend pas du législatif. Il faut supprimer le référendum car c’est l’aventure.

Vendredi 27 septembre 1946

834Rue Fourcroy, 17e. Départ Budapest.

Samedi 28 septembre 1946

835Orient-Express, Paris-Budapest, quarante-huit heures. Strasbourg, Stuttgart, Ulm, Augsbourg, Munich, Salzbourg, Linz, Vienne, Budapest. Richesse de l’agriculture allemande.

Dimanche 29 septembre 1946

836Arrivée Budapest, 19 h.

Lundi 30 septembre 1946

837Congrès, intervention à 11 h. Cadeaux du congrès pour Staline, Dimitrov, Rakosi, M.C.

Notes

838(BP du 19 septembre). Wallace (il a dénoncé les trusts pendant la guerre). Difficultés internes en Amérique. Échec du chantage atomique, l’URSS est restée ferme, difficultés économiques se développent aux États-Unis, grèves. Ce sont des manifestations non de force mais inquiétude. Le discours de Wallace dit : « Il faut partager le monde avec l’URSS. » Il a été contre l’impérialisme britannique. C’était l’aveu que les États-Unis ne pouvaient dominer l’univers. Le discours de Byrnes est contre l’URSS. Le relèvement économique de l’Allemagne est pour nous une opération stratégique. Truman n’a aucune autorité : a-t-il lancé Wallace ? Wallace c’est une défense des intérêts américains. La lettre de Wallace est une attaque contre l’impérialisme américain. Il dénonce les préparatifs de guerre des États-Unis. Accusation formidable. Il faut vivre en paix avec l’URSS. Donc il y a des capitalistes américains qui veulent la guerre, puis des capitalistes plus intelligents comme Wallace. Car les impérialistes américains ne pourraient pas trouver des arguments idéalistes. Wallace reste ministre malgré Byrnes. Les États-Unis sont touchés par le discours de Wallace. L’URSS reste un facteur de paix. Il faut utiliser la lettre de Wallace.

839Schuman va en Amérique. Le dollar a perdu en Suède, en Suisse. Les Américains veulent diminuer le dollar pour diminuer la dette intérieure. Alors est [ill.] pour aligner le franc sur le dollar. Accord financier franco-anglais. Marché de dupes pour nous. Notre or a été atteint. Nous devons rembourser 100 millions de livres or. Or jamais nous ne pourrons payer. D’où le moratoire avec des négociations commerciales en échange. Certaines banques anglaises financent nos industries pour nous insérer dans le bloc sterling et le bloc occidental. Il y aura aussi les Américains et leurs réactions. Souhaitons-le pour en bénéficier.

840La grande préoccupation c’est l’Allemagne : à l’Est révolution paysanne, chez les Anglo-Américano-Français c’est l’utilisation des socialistes et des chrétiens. Est-ce que la France sera la tête de pont de la réaction anglo-saxonne ?

841En France, Constitution. L’élection du Conseil de la République. Nous avions avec nous les socialistes pour écarter la difficulté en le renvoyant devant une loi organique. Le MRP voit que notre Constitution est moins mauvaise, moins réactionnaire qu’il espérait. Nous voulions voter la Constitution avant puis une loi organique. Mais il y a du nouveau. La réaction manœuvre. Il y a Capitant, excès de langage, guerre civile, c’est le chien bouffon. MRP travaillé par de Gaulle. Son plan : pousser MRP à se ranger derrière lui. De Gaulle n’est pas le MRP qui a laissé former le gouvernement Gouin. C’est Bidault le responsable. Il y a clan gaulliste. Et d’autres ! De Gaulle fait peur au MRP : je vais vous diviser et enlever vos voix. MRP manœuvre, de Gaulle manœuvre avec PRL, les radicaux gaullistes Bourdan Claudius Petit, Anxionnax de l’Électrochimie. Étoile du soir gaulliste. C’est l’aspect boulangiste. Clemenceau était avec Boulanger. De Gaulle avec PRL et Herriot c’est Boulanger. Il nous faut donc diviser les radicaux UDSR pour éviter notre isolement. Il faut que la force apparaisse de notre côté.

842On a battu les arrondissementiers sur le référendum. Le panachage est fait pour toucher notre parti, abattre certains des nôtres. Nous pourrions nous associer au MRP contre le panachage. Le MRP veut refaire les votes sur les points où ils ont été battus. Philip nous a trahis en disant les lois organiques avant la Constitution. Nous ne sommes pas pressés. Il faudra refaire les conseils municipaux. Ça ne peut pas se faire cette semaine.

843Union française : nous ne sommes pas avec le gouvernement. Nous nous prononcerons pour un compromis. Nous avons établi nos forces en faisant nos déclarations claires.

844Il faut nous battre sur la loi Billoux avant les élections ; différence entre les petits sinistrés et les gros. Puis il y a le statut des fonctionnaires Thorez.

  • 292 Note en marge de la page.

845De Gaulle : je ne me soumettrai à la volonté populaire, je maintiens Bayeux. Si nous avions pu faire accepter la Constitution d’une seule Chambre et des libertés municipales et régionales, c’était une énorme force pour nous. C’est parce que de Gaulle la combat. De Menthon essaie de sauver les trusts comme il a refusé l’épuration. (Nous savons retomber sur nos pieds)292.

846Des entrepreneurs payaient 1 700 F par jour des ouvriers.

847Armée française : 530 000 hommes. Appelés : 83 000, soldats et cadres de métier : 447 000.

848Billoux dit : nous avons concentré nos efforts sur Toulon, Marseille-port. Nous avons fait 150 000 maisons, nous avons réparé un million de maisons depuis 1946. Nous ne sommes arrêtés que par les matériaux, nous n’avons que peu de matériaux. Le capitalisme ne fera plus bâtir. Il faut une péréquation des loyers. Il faut une caisse des péréquations. Il faut élever les loyers des HBM. On va essayer de substituer l’initiative privée des coopératives soc. Il faut payer des loyers plus chers. Vous ne pourrez rien faire en régime capitaliste sans assurer un profit au capital (il faut 25 % pour les loyers). Mais le capitalisme ne peut construire s’il n’est pas sûr que son argent soit rentable. C’est pourquoi on ne bâtit pas.

849MRP. Le Pape condamne les nationalisations. Il reconnaît le corporatisme de Pétain, que les ouvriers s’en remettent à la bonté, à l’humanité des 200 familles qui ont livré la France aux hitlériens.

  • 293 Arthur Horner (1894-1968).

850Arthur Horner293 élu 60 000 voix majorité secrétaire général du syndicat des mineurs à la place de Ebby Edwards.

  • 294 Marcel Cachin résume ici le rapport de F. Billoux au BP du PCF (Archives du PCF, BP du 26 septembre (...)

851Loyers à Paris et dans la Seine, 50 000 familles demandent à être logées. Les HBM sont en faillite. Teitgen propose un plan : il faut les augmenter. Octobre 1945 donne droit réquisition, mais pas au maire. Il faut hausser les loyers, il faut une allocation loyer, il faut une caisse autonome de la reconstruction. Les prix sont douze fois plus chers qu’en 1938. Un logement trois pièces cuisine vaut 600 000 ou 800 000 F c’est-à-dire à un loyer de 17 000 F. Comment financer ? Le logement pour 25 % du salaire dans les pays où l’ouvrier est bien logé. Il faut faire des maisons tout de suite, il faut diminuer le coût de construction. Constructions neuves, réparations, constructions provisoires294.

852Les socialistes sont pour la production, pour l’élan de la production, au premier plan. La réorganisation sociale multipliera la richesse à l’infini. L’énergie du socialisme multipliera les forces de l’homme. Il libérera le travail vivant du travail mort et du travail servile par le développement du machinisme. Le royaume de la production sera toujours le royaume de la nécessité. Et le socialisme répartira mieux les richesses décuplées en mettant l’ordre, l’harmonie, la paix à la place du désordre et de la guerre.

853L’acte béni de l’oubli.

Quatrième trimestre

Notes

854Voir le devoir et ne pas le fuir, ne pas être un passant inutile, avant que je ne m’endorme sous le gazon, on descend pas à son destin, il faut vieillir sans dire : je suis là. La politique est l’art des interprétations.

855Nous aussi avons souci du spirituel et de la morale. Jardin de lauriers roses et d’hortensias bleus. Pense par toi-même, obéis à la déesse aux yeux clairs, libre examen, action libre, dogme glacé. Simenon est le plus grand romancier de cette époque.

856Paris Strasbourg Linz Vienne Bade zone américaine.

  • 295 Lajos Kossuth (1802-1894). Avocat et homme politique hongrois, il participa à la révolution de 1848 (...)

857L’Allemagne a occupé la Hongrie en mars 1944. Elle en a arraché tout ce qu’elle a pu. Elle a laissé un désert. Les dégâts s’élèvent à plus de 4 milliards de dollars. Elle a enlevé les animaux, les machines agricoles, les forêts, les installations industrielles et transports par terre et par eau. Les Hongrois ont réagi avec courage. Réforme agraire, celle des transports. La Hongrie veut revivre libre, indépendante, heureuse, travailleuse. La Hongrie veut devenir une République démocratique et sociale. Le textile atteint 50 % d’avant guerre. 500 000 familles rurales ont reçu la propriété. La Hongrie est un chantier. Horthy a dominé vingt ans la Hongrie. Tous les peuples de l’est de l’Europe sont interdépendants. L’Europe du Sud-Est est une unité. Elle est riche en pétrole, en produits agricoles, en bauxite, il leur faut une coexistence pacifique, il faut qu’ils s’aident mutuellement. Le bassin danubien est leur patrie commune. Qu’ils tirent des fautes du passé les leçons utiles, qu’ils respectent le principe d’égalité des droits pour tous. C’est Lajos Kossuth295 qui a parlé le premier d’une confédération danubienne. Nul chauvinisme : rapprochement, réconciliation des nations danubiennes. Il faut préparer une vie pacifique, fraternelle entre les peuples danubiens. Kossuth et Masarick et Karolyi. La Hongrie est un champ d’expérience pour la démocratie. Le peuple est honnête, bon, de bonnes aspirations. Le 20 janvier 1945 la Hongrie déclare la guerre à l’Allemagne et s’engage à payer des réparations. Groza a garanti que tous les citoyens en Roumanie seront traités sur un pied d’égalité, sans distinction ethnique, religieuse ou raciale. Les Hongrois pourront garder leur langue et leurs habitudes nationales. Il faut mettre un terme aux guerres civiles entre Hongrois et Roumains.

Octobre

Mardi 1er octobre 1946

858Budapest, réception à la légation française. Plan américain pour l’Allemagne : 1. il faut contrôler économiquement la Ruhr ; internationalisation économique ; 2. il faut une Allemagne fédérale mais que les États se constituent d’abord. Après, ce sera le pouvoir central ; 3. les quatre vainqueurs garantiront le désarmement allemand pendant quarante ans.

Mercredi 2 octobre 1946

859À Vienne ville morte, vide. BP du parti communiste autrichien. CC du 5 octobre pour préparer le référendum et les élections du 10 novembre. La rigidité du poteau télégraphique, la souplesse du serpent.

Jeudi 3 octobre 1946

860Vienne-Paris. La belle campagne de Bavière et Würtemberg. Billoux a codifié le statut des dommages de guerre sinistrés. Thorez fait voter le statut de la fonction publique. Grève des PTT, des finances. En un an Maurice Thorez a fait aboutir ce statut que ni les radicaux ni les socialistes n’ont su réaliser. On ne pouvait aller à un nouveau 5 mai à propos du référendum. Il faut une majorité ample. Nous avons tenu compte du 5 mai, volonté du suffrage universel. Le Conseil de la République pourra déposer des propositions de loi sans avoir à se prononcer sur elles. Les conseillers de la République seront des démagogues. Le Président de la République élu par les deux Chambres. Droits politiques, sociaux, laïcité. Rejet du pouvoir personnel puisqu’il faut que le Président de la République se soumette à la volonté du ministère. Le Conseil de la République ne sera pas élu par les conseils généraux et municipaux, mais par un vote proportionnel qui nous donnera notre place. Le MRP est travaillé par le gaullisme, le PRL, il y a conflit dans les rangs réactionnaires. La représentation proportionnelle intégrale aurait permis d’avoir des candidats partout pour tous les partis. Nous avons admis le vote préférentiel. Il faut voter la liste telle quelle. Par le panachage on aurait porté le coup aux têtes de liste. Pour l’Algérie la représentation des Algériens 15-15 pour les indigènes et les Français. Ce fut un compromis aussi pour les autres colonies. Dans le panachage les socialistes auraient rayé quelques-uns des leurs en fin de liste et voté pour des communistes.

Vendredi 4 octobre 1946

861Banquet VO, 33, rue Manin. Toute la politique est faire en fonction de ce que font et veulent les communistes. Les socialistes ont voulu Bidault et refusé Thorez. Nous devons insister sur le danger réactionnaire en France. Pour la politique extérieure, de Gaulle dit : il faut se rappeler qu’il y a deux blocs et nous devons choisir le bloc occidental. Les deux blocs vont se heurter. Il faut être pour les Anglo-Saxons. Nous voulons la paix.

  • 296 Le verdict est tombé le 1er octobre.

862A Nuremberg296 on laisse prêts à recommencer les hommes des trusts qui ont dirigé le fascisme. En France on essaie de remettre les traîtres à flot. Il faut attaque et non défensive. Il faut apparaître comme les reconstructeurs. Il faut unir forces républicaines. Seul notre PC est assez fort pour battre la réaction. Ce sera la victoire d’une politique française, non communiste. Épuration nécessaire contre les traîtres. La Constitution est moins bonne que celle du 5 mai mais acceptable, meilleure que 75. Elle est démocratique. Il faut un gouvernement stable. Pression de la réaction. Mise à jeu de forces réactionnaires considérables. En France les deux cents familles sont toujours là contre la démocratie. 10 novembre élections législatives. 1er décembre élection du Conseil de la République. 15 décembre Président de la République. Puis élections municipales.

Samedi 5 octobre 1946

863CC. Qui est avec le non ? Les collaborateurs, la réaction, les traîtres, Vichy, Munich. Union gaulliste, les 200 familles. Les trotskistes disent : n’allez pas voter ! Contre le tripartisme.

Dimanche 6 octobre 1946

864Banquet Choisy. Les soixante-dix ans de Lebidon. Meeting sous les Halles. Henri entre à la maison. Dans le XVIIIeHuma 5 432, Franc-Tireur 9 973, Parisien 8 083, Aurore 4 359, Populaire 2 187, Époque 1 350, Figaro 6 900.

  • 297 Franz von Papen (1879-1969). Député du centre catholique au Parlement de Prusse, en 1923, il est no (...)
  • 298 Hjalmar Schacht, ministre de l’Économie du IIIe Reich et président de la Reichsbank. Jugé comme cri (...)

865Les Américains renforcent leurs superforteresses en Allemagne et en Alaska. Bases aériennes et navales partout. Ils maintiennent leur flotte en Méditerranée. Le ministre de la Guerre demande une armée permanente de 716 000 hommes. Les Américains se conduisent comme des fauteurs de troubles. Ils acquittent Papen297 et Schacht298. Ils multiplient leurs bases partout. Ils subordonnent la liberté des détroits à celle du Danube. Sous-marins et bases de l’Arctique, la mer glaciale, budget de guerre de demain 13 milliards de dollars, utilisation de Trieste pour s’occuper de l’Europe orientale, prophétisent la Troisième Guerre mondiale, préparent la renaissance de l’impérialisme allemand contre l’URSS. Byrnes à Paris demande la démilitarisation de l’Allemagne. Il faut surveiller son potentiel de guerre, c’est-à-dire empêcher que la Ruhr redevienne une base d’agression ; Byrnes se pose en protecteur de l’Allemagne et repousse un contrôle international sur la Ruhr, mais il veut une révision de la frontière est de l’Allemagne.

Lundi 7 octobre 1946

866Romilly. Lait. En France en 1936 : 160 millions d’hectolitres, en 1939 140, en 1945 76. Nous avons 6,5 millions de vaches laitières au lieu de 8. La production de chaque vache est inférieure. La mortalité infantile est passée de 65 pour 1 000 en 1938 à 108 pour 1 000 en 1945. Il faut nationaliser les Maggi, Fermiers réunis, etc. Il faut une société nationale du lait en France, des coopératives agricoles. On vendra le litre à 13, 50 F. Le Trésor versera une subvention de 3,50 F. Plus de subvention pour le beurre qui passe à 276 F le kilo. Il faut que l’État ait un droit d’acquisition prioritaire sur les denrées alimentaires pour évincer les chevillards et les marchands de bestiaux. La viande augmente quand le marché est libre. Plus de soja dans le pain et blutage à 80 %. L’essence achetée par l’État 2,40 F est vendue 20 F par lui. Les 25 % seront bientôt annihilés : ce fut un bienfait illusoire. Le plan Farge sur viande a avorté. De Menthon a augmenté 475 prix : bois 80 %, aluminium 40 %, savon 24 %, huile 70 %.

Mardi 8 octobre 1946

86760, rue Lemercier. Le pouvoir d’achat de toutes les monnaies diminue partout. Partout les prix sont en augmentation accélérée. C’est que partout on augmente les salaires et non la production. C’est la désorganisation du marché après la guerre.

868En Grèce, Tjaldaris [?] demande aux Anglais des armes pour restaurer un régime fasciste. À Trieste c’est la France qui a mené le jeu. Spears repart pour la Syrie et le Liban. Les Libanais défendent l’URSS amie des Arabes. Acquittement Schacht, Papen : liquidation de l’antifascisme. Le chantage atomique continue malgré le coup de Staline. Il faut pour les Anglo-Saxons que la France soit dans le bloc occidental. Pour cela il faut que le communisme soit attaqué. Il faut assurer la sécurité et les réparations mais les Américains n’aident pas la France. Il faut donc que notre politique nationale s’accentue. La Suède se tourne vers l’URSS, la Suède a rompu avec le dollar. L’anticommunisme est à l’ordre du jour.

Mercredi 9 octobre 1946

  • 299 Yves Farge (1889-1953), ancien commissaire de la République à Lyon. Dans le cadre du rassemblement (...)
  • 300 Malafosse, directeur du service du vin, qui est impliqué dans le dossier du scandale du vin.
  • 301 De Vibraye, marchand de vin en gros qui est mis en cause dans le scandale du vin. Palewsky dément l (...)

869Rue de la Bourdonnais. Au Conseil des ministres. On félicite Farge. Farge attaque Gouin qui a dans son cabinet trois membres plus ou moins compromis dans le scandale des vins. Malafosse, Gouin voulut l’imposer à Farge299. Malafosse300, Savy, de Vibraye301, général Barthe.

870Nous avons réussi à faire voter la Constitution par la Chambre. Nous avons écarté le panachage anticommuniste. Il y a du trouble dans MRP. Nous avons fait voter le statut des fonctionnaires, la charte des sinistrés. Les socialistes demandent aux préfets d’adhérer au parti socialiste (Colin). Vincent Auriol nous attaque à La-Roche-sur-Yon. Nos ministres ont bien travaillé, notre groupe parlementaire a bien travaillé, notre politique extérieure est bonne. Il faut que nous fassions des listes radicales en province, dans la Marne et Vaucluse où radicaux + PRL sont unis. Anxionnaz, Daladier, Aude. De Gaulle contre MRP, il pense qu’il aura 7 millions ou 9 millions. De Gaulle veut s’appuyer sur Philip, Auriol, Gazier.

Jeudi 10 octobre 1946

871J.F. Lépine. 118, Champs-Élysées, 2e étage, bureau 206.

872Légation yougoslave déjeuner 13 h 30, 1, boulevard Delessert. 18 h 30, ambassade de Chine, 11, avenue George V.

873Pas de décret-loi ! Dans la Constitution ceux qui ne votent pas oui sont pour Capitant de Gaulle plébiscite. Il peut avoir une forte minorité. Porte-drapeau vichyssois et réac. contre les 440 députés de la représentation nationale. C’est lui le père du Provisoire Oui Oui. C’est l’arbitraire. Des millions de oui stabiliseront la République. Nous serons les premiers, alors anticomm.

874C’est une affaire de corruption 45 46. Malafosse pas de comptabilité pour couvrir les malversations. Bénéfices sur les vins de table. Malafosse a laissé faire tout cela. Le vin partait au marché noir, [ill.] Aigrefin. Savy 7 millions. Teitgen : on m’a averti que Gouin était menacé. C’est Vichy, Farge a eu raison, pourquoi les anciens ministres socialistes n’ont-ils rien fait, il faut regretter l’interview Combat.

Vendredi 11 octobre 1946

87555, rue Boissière, 16e. Kelvana Tchécoslovaquie. Et les Hongrois !

876Il faut que la justice passe. Il y a les bons textiles. Les socialistes sont dans le bain. De Gaulle était président avec Frenay. Il est possible que certains fonctionnaires de la production industrielle aient été coupables. Il faut que Marcel Paul parle.

877A 140 F ça fait 10 F à 19 F le litre à la production. Et alors à Paris ! Les socialistes demandent 160 F, 180 F ou 200 F. On se plaint de la qualité du pain, il faut mieux bluter. Blé [ill.]. Récolte déficitaire en Afrique du Nord. Il faut importer. Il y aura des patates en France. Un scandale qui porte sur plus d’un milliard de francs (vin).

Samedi 12 octobre 1946

878Rue Ferdinand Flocon, 7e. Il y aura 25 millions d’hectolitres de vin en France au lieu de 35 millions normalement. On propose : 28 F le litre taxé, 50 F le litre libre. Le directeur du Bon Marché : 9 millions de points textiles. Marcel Paul veut frapper les coupables.

879Molotov : il faut arriver à un compromis. La méthode : la coopération des quatre Grands. Aux Indes, il faut que Nehru et Jennah s’entendent. 90 millions de musulmans, leur langue, religion. Il n’y a pas une nation hindoue, il y a deux nations, qu’elles se fédèrent. Les musulmans veulent former l’État du Pakistan. Ils veulent deux États séparés aux Indes. Puis il y a les États des princes.

880Aux États-Unis : en deux semaines pertes à la Bourse, 225 milliards de livres sterling, 890 milliards de francs ; prix augmentés de 30 %, hausse continue, grèves, augmentation de salaires considérable ; tension de classes ; diminution du rendement ouvrier 15 % à 35 % ; crise de 1921 bénigne, crise de 1929 n’a été résolue que par la guerre ; les Américains croient à la crise avant cinq ans ; la marche vers la crise augmente la crainte de guerre ; États-Unis anti-Britanniques, le P.M. intellectuels, les isolationnistes contre l’impérialisme britannique.

Dimanche 13 octobre 1946

881Théâtre municipal de Saint-Denis 14 h. Le syndicat polonais de Saint-Denis.

882Allemagne : sera-ce un Reich centralisé ? Une fédération allemande ? Une décentralisation politique non séparatiste ? Aujourd’hui le rêve allemand c’est un nouveau Reich. Les Russes sont pour une Allemagne centralisée com. Les Anglo-Saxons veulent une fédération des États autonomes de l’Allemagne occidentale. Ils veulent fondre les trois zones occidentales. Les Allemands compareront les deux secteurs puis ils feront leur choix. Les nazis disent : il faut recouvrir la chemise brune du manteau chrétien. Smeets : il faut un rapprochement franco-allemand, il faut une union occidentale (sans l’URSS et États-Unis), il faut relever l’Allemagne de sa défaite, il faut une Allemagne forte, il faut en finir avec la dénazification, il faut Hugenberg et IG Farben, les intérêts économiques dominent tout. Byrnes : il faut faire de la Ruhr un État allemand, il faut un bloc Angleterre, France, Hollande, Belgique, Allemagne de l’Ouest. Roepke : tous contre l’URSS. L’URSS : la paix ne peut être solide que par la coopération internationale et en premier lieu par la collaboration des trois Grands qui ont battu le fascisme. Ils doivent adopter et exécuter ensemble des décisions démocratiques. Ils doivent écraser le fascisme et les militaristes prussiens.

Lundi 14 octobre 1946

883Tracteur de 97 000 F passe à 173 000 F, moissonneuse-batteuse de 44 000 F à 80 000 F, voiture d’enfant augmentée de 16 %. Le pain, on le voulait à 15 F, les communistes ont dit 13 F parce qu’on a supprimé les subventions. Le scandale des appellations contrôlées. Le préfet peut réquisitionner pour les populations, acquisition prioritaire des denrées alimentaires. Le chauffage cet hiver : 100 kg de plus de charbon qu’en 1945. Les besoins industriels doivent être servis d’abord. La production est avec les importations. 50 % d’avant guerre. Électricité : s’il pleut en novembre on ne coupera pas le courant. La consommation nationale domestique est très importante. Il y aura du bois : un million de stères pour la Seine. Lait : 13,40 F ordinaire, 15 F en bouteille. Production déficitaire. Il y aura 900 000 naissances dans les douze mois. Nationalisation des grandes firmes laitières.

Mardi 15 octobre 1946

884Villejuif, Vaillant-Couturier 20 h à la mairie.

885Les Américains attendent les élections pour remettre à la France le prêt de 500 millions de dollars.

886MRP hostile au tripartisme s’allie aux SFIO et à tous les démocrates attachés à l’indépendance nationale. Guy Mollet demande l’union républicains, communistes, socialistes, radicaux, à l’aile gauche du MRP. Franc-Tireur : union des partis de gauche. Les socialistes se réunissent ce soir.

887Les communistes chinois disent qu’il y a 130 millions d’adhérents en Chine. Leur citadelle est Yennan dans le Chan-si. Ils sont devenus plus forts après la capitulation japonaise. Ils resteront dans les régions où ils avaient combattu et y trouveront un armement moderne.

888Production du charbon, acier, électricité, augmente en France. Grande apparition sur le marché des articles utilitaires à des prix en baisse malgré la pénurie des matières premières et main-d’œuvre. On ne peut revenir à la liberté. Là où on a fait cette politique, c’est la misère en Italie et Espagne.

889Les Anglais ont fait la guerre pour empêcher la concurrence allemande. Or aujourd’hui ils la réveillent. Les Russes voulaient en finir avec l’esprit d’agression de l’Allemagne. Or les socialistes unitaires allemands sont nationalistes, et d’un esprit agressif.

Mercredi 16 octobre 1946

890Il faut une grande discipline dans le PC. Union des républicains pour la renaissance du pays. Le référendum est un succès. De Gaulle croyait au succès, il aurait été plus fort que les partis. Le peuple de France s’est cabré. Boulangisme. Échec de De Gaulle. C’était un grave danger. Échec du MRP. Il a dû voter la Constitution, MRP coupé en trois : oui, non, abstention. Blum : la France a échappé à la catastrophe de justesse. Guy Mollet demande un bloc gauches. Aujourd’hui crainte que le communisme soit le premier. Le MRP dit : révisionnisme. Nous nous disons respectueux du suffrage universel. Gouvernement nouveau : quadripartite. MRP veut revenir à de Gaulle contre nous, il va essayer de se montrer comme le seul anticommuniste. Est-ce que de Gaulle va se mettre à la tête d’une campagne révisionniste ? Peut-être ! Ce serait bon. Herriot serait contre. On va tenter des rassemblements. PRL, radicaux, UDSR contre MRP. MRP dénonce le tripartisme mais nous communistes avons proposé aux socialistes en janvier de faire un gouvernement CNR. En juin nous n’avons pas voté pour Bidault à la présidence du Conseil. Il ne faut pas taper sur tout le monde. Il faut parler hausse des prix et épuration et faillite de la police gangsters. De Gaulle n’est plus le premier résistant de France mais le chef de la réaction.

Jeudi 17 octobre 1946

891Vel d’Hiv. Présentation des candidats. Les socialistes : contre le révisionnisme, il faut un gouvernement homogène socialiste. Seul l’électeur [ill.]. Il faut un gouvernement répondant à la classe ouv. CNR. Les socialistes ne ferment pas la porte à l’union sur un programme précis. Or nous ne dirons pas : nous sommes prêts à gouverner seuls. Pour sauver la République il faut un gouvernement d’union républicaine, gouvernement des gauches CNR avec radicaux de gauche. Farge a parlé scandale la veille du référendum. Aujourd’hui on essaie d’étouffer les scandales et de nous attaquer. P. Marcel. Or il faut nous battre sur la politique des utilités.

892Le 24 novembre : élection des grands électeurs. Hausse des prix. Défense de la monnaie. Les Américains disent : votre franc est trop cher il faut dévaluer. Il faut l’équilibre budgétaire contre Michelet. Prix. Épuration. Il faut augmenter les productions malgré le sabotage des réactionnaires.

893Dans le Pas-de-Calais et le Nord, les socialistes disent : l’anticommunisme est notre seule politique pour battre les communistes. Ça a réussi dans le Nord. En Tchécoslovaquie, on a réorganisé la reconstruction grâce à l’épuration.

Vendredi 18 octobre 1946

894Il y a des gaullistes parmi les socialistes dans le Nord. À Lille le dirigeant de la Bourse trotskiste. 8 F le litre de bière dans le Nord. 8 F. Les brasseurs font des bénéfices.

895Pourquoi avons-nous réalisé ? Parce que nous avons une vue claire, en grande partie, l’honnêteté. Nous sommes armés comme jamais. Il y a scandale parce qu’on n’a pas épuré. La hausse des prix ce sont les trusts contre la classe ouvrière.

Samedi 19 octobre 1946

896Tchobanian, 9, rue Say, 11 h, film. Nous continuons la France.

Dimanche 20 octobre 1946

897Office municipal des sports, 13 h 45, stade LPA, rue du Commandant Guilbaut. La démocratie élargie est devenue une arme pour la classe montante contre la classe descendante. Nous avons donné les droits aux femmes, les droits sociaux à tous, les nationalisations, une législation sociale aux ouvriers, paysans, jeunes, vieux.

Lundi 21 octobre 1946

89819 h. 48, rue Duhesme. Parrainage. Affaires étrangères.

Mardi 22 octobre 1946

89926, rue du Mont-Cenis. Comité du souvenir aux morts de la police, 75, rue de la Pompe (17 h).

900Dans huit jours pas de viande, chevillards sabotent, pas de vin, il y a des bateaux à Alger vides, pas de pommes de terre, grands collecteurs sabotent. Il y a 60 000 membres amicales du POF dans la Seine. À la campagne augmentation des prix industriels voulue par de Menthon.

901Les guérillas en Grèce grandissent. La frontière d’Albanie et Yougoslavie reste libre pour leur envoyer des armes. Les soldats de l’armée grecque passent aux Partisans. Le journal du PC paraît toujours à Athènes.

902Si on cède aux paysans, comme on a cédé aux industriels, c’est la dévaluation fatale et l’inflation. Il y aura attaque et agression anticommunistes et provocation de dernière heure. Il faut le travail à domicile. 475 000 métallurgistes dans la Seine.

Mercredi 23 octobre 1946

90312, rue de la Bienfaisance. On a lancé les scandales avant le référendum pour que de Gaulle ait la victoire. Ça a raté. Gros succès. Depuis silence. Accord des socialistes et MRP pour le 20.

90460 départements pas de listes PRL. Il y a beaucoup de listes fantaisistes qui n’agissent [ill.] et disparaîtront. C’est le ministre de l’Intérieur qui fait les listes trotskistes. Huit sièges menacés : Ardennes, Cantal, Charente, Doubs, Deux-Sèvres, Maine-et-Loire, Haute-Marne, Seine-et-Marne. Meuse et Orne ? Gain possible : 19 pourraient être gagnés. Blum écrit des articles pour le soutien contre les communistes. Les soc. ne seraient pas au ministère. Savoie Front populaire Corse. Il faut campagne d’unité contre le danger réactionnaire. Le scandale des assurances arrêté par Teitgen. De Menthon envoie des phosphates en Espagne.

Jeudi 24 octobre 1946

  • 302 Roger Capgras, président du Syndicat national des importateurs et exportateurs des fruits et primeu (...)

905Rue Saint-Ferdinand Parisiadès. Envoyer immédiatement à Alger un rédacteur pour contrôler la situation des 2,5 millions d’hectolitres de vin réquisitionnés qui restent en Algérie alors qu’il y a des bateaux pour les transporter. La réquisition a été faite à 140 F (prix d’achat 100 F) et les grands négociants espèrent 180 F, prix exigé par les vignerons du Midi. Legendre et Capgras302 gros importateurs. Le lait à 13,40 F. Le transport du vin et les frais font doubler le prix à la production.

Vendredi 25 octobre 1946

906Rue Charles Lermitte, 9 h 30 Lunet Duisalion.

907Lundi le préfet de la Seine réunit CGT, CGA, chevillards, marchands de pommes de terre. La France produit 4 millions de tonnes par mois de charbon. Une campagne alarmiste est menée près des paysans par des gens intéressés à raréfier les denrées pour faire élever les cours : Attends ! Tu vendras plus cher ! La cause de cette politique de hausse, c’est la politique de De Menthon, elle conduit à l’inflation.

Samedi 26 octobre 1946

908Rue Dussoubs. Allemagne. Il y a en Allemagne 4,5 millions de femmes de plus que d’hommes. 5 millions militaires et civils tués, 2,5 mutilés. L’Allemagne a perdu le quart de ses producteurs. Il y avait 22 millions d’ouvriers, aujourd’hui 16. Les vieillards l’emportent.

  • 303 Arthur Koestler (1905-1983), écrivain hongrois naturalisé anglais, dénonce dans ce roman les procès (...)

909Arthur Koestler303. Le Zéro et l’Infini (Hongrois). Journaliste berlinois communiste en 1931. J’ai quitté le PC quand on a jugé Boukharine, quand les communistes ont exploité la guerre d’Espagne. Mon roman est une œuvre d’art. Je me suis engagé dans l’armée anglaise, je suis allé en Palestine, je m’oppose à : la fin justifie les moyens.

  • 304 Jules Hardouin Mansart (1646-1708). Architecte français qui réalise la galerie des Glaces de Versai (...)

910Mansart304. La galerie des Glaces Versailles. La façade de 500 m de long, 28, rue des Tonnelles, la place des Victoires, la place Vendôme. Il contribua à la magnificence du règne de Louis XIV.

  • 305 Karl Haushofer, ancien conseiller d’Adolphe Hitler, s’est suicidé en mars 1946. Il était le fondate (...)

911L’Allemand Haushofer305 : si nous étions battus, le lendemain de l’armistice, nous préparerions la guerre suivante. Il faut décentraliser, fédéraliser les États reconstitués.

Dimanche 27 octobre 1946

912Les Anglo-Saxons veulent une Europe dans leur orbite, une pan-Europe où la place de l’Allemagne serait essentielle. Les Allemands ne renoncent pas à ce rêve d’hégémonie.

913Attlee à Brighton (congrès des Trade Unions), le gouvernement russe laisse le peuple soviétique dans l’obscurité, il empêche ses relations avec le reste du monde, il élève un mur d’ignorance et de méfiance contre le reste du monde.

914En Allemagne : on va fédéraliser l’Allemagne sans la zone soviétique. Pour la Ruhr : contrôle international et intégrée dans la fédération. Staline : il faut l’unité politique de l’Allemagne et une administration centrale aux mains des Allemands, il faut l’unité économique de l’Allemagne pour qu’elle puisse payer des réparations.

Lundi 28 octobre 1946

915Tchécoslovaquie 18 h.

916Lunet demande au préfet de la Seine de réunir les chevillards et les négociants de pommes de terre. Accepté pour lundi en présence de la CGT et CGA.

917Pour Bevin et Byrnes le favori politique c’est l’Allemagne contre la Pologne.

918Attlee a voulu éliminer l’influence communiste à l’intérieur des Trade-Unions et du Labour, donné aux socialistes d’Europe l’ex. de la rupture, jeté les bases d’une Internationale socialiste avec siège à Londres. Schumacher va aller à Londres.

919R. Schuman programme financier : réduire les subventions économiques, les dépenses militaires, les fonctionnaires, équilibrer les finances dénationalisées, renforcement du contrôle, rentrée des bénéfices illicites.

Mardi 29 octobre 1946

920Rue Guadeloupe. 11 h Legendre. Dans son interview, Staline se rapproche des Américains et Anglais sur l’unité de l’Allemagne. Les trois Grands se mettent d’accord sur l’Allemagne. Mais comment organiser notre sécurité à l’Ouest et le contrôle de la Ruhr ?

Mercredi 30 octobre 1946

921TSF radio le matin chaîne nationale (rue Ampère Intellectuel)

92217 h, Union franco-hellénique, Porphyrogenès. Les élections en Allemagne zone russe : socialistes unifiés 5 millions, 50 % des voix, à Berlin 19 %, 48 % pour soc. dém. aidés par les Anglo-Saxons. Soc. dém. contre les réparations, contre la frontière orientale de l’Allemagne.

  • 306 Sutan Sjahrir (dr), socialiste, chef du gouvernement indonésien. Il préconise un règlement internat (...)

923En Indonésie luttes violentes. Sjahrir306. La République indonésienne contrôle 47 millions d’habitants. Elle peut résister dix ans. Constitution démocratique sociale avec les musulmans, les nationaux indonésiens, les socialistes, les communistes.

Jeudi 31 octobre 1946

924Les vieux du XVIe 14 h 30. 8 h 30 Buffaut.

Notes

  • 307 Paul Faure (1878-1960). Exclu de la SFIO en novembre 1944, il fonde le parti socialiste démocratiqu (...)

925Est-ce que les Houillères sont en déficit de un milliard par mois ? La question de la main-d’œuvre, déficit en 1947 de un million d’ouvriers. Parti démoc. (P. Faure307), trois listes homogènes, 20 candidats dans les listes du Rassemblement des gauches.

926Pour arrêter la hausse des prix : l’augmentation des salaires ne devait pas avoir d’incidence puisque la production augmentait, accélérer la production, réduire les dépenses, réviser les prix de De Menthon, supprimer les intermédiaires du marché noir.

Novembre

Samedi 2 novembre 1946

927Saint-Isaure Maurice Thorez à 10 h 15.

  • 308 Jacques Bénigne Bossuet (1627-1704). Évêque prédicateur que Marcel Cachin cite pour illustrer son d (...)
  • 309 Jean Charlier, dit Jean de Gerson (1363-1429), théologien et prédicateur.
  • 310 Mgr Denis Affre (-1848). Archevêque de Paris qui est tué par une balle perdue au cours des journées (...)

928Gallicanisme : l’Église de France a toujours exigé que la papauté lui réserve des franchises et libertés. Elle exigea que l’autorité temporelle fût distincte de la spirituelle. Bossuet308 le formula en 1682 dans quatre articles : indépendance temporelle des rois, supériorité des conciles sur le pape, soumission du pape aux canons de l’Église, le pape non infaillible soumis au concile. Au milieu du XIXe siècle le clergé français se divise en gallicans et ultramontains. En 1870 le dogme de l’infaillibilité met fin au gallicanisme. Gerson309, Bossuet, l’abbé Fleury, Frayssinon, Affre310.

929Reçu la photo de La Fuente président du PC chilien.

Dimanche 3 novembre 1946

93020 h 30, Palais de Chaillot, 29e anniversaire de l’URSS.

931À New York on commence à croire que les républicains (ou antisoviétiques ou isolationnistes) pour la guerre et les délégués à l’ONU disent : ce sera la victoire définitive de la Russie dans le monde.

Lundi 4 novembre 1946

  • 311 Lucien Noël dit Noël Noël (1897-1989), acteur de cinéma français.

932Pleyel les jeunes 20 h 30. Un film Noël Noël311. Bernardon.

Mardi 5 novembre 1946

93318 h, Mutualité, salle C, André Marty a soixante ans. Rue Clignancourt. 17 h 30, salle Japy Baudouin secrétaire du service public, Maranne. 11 h, P. Boncour.

934Élections américaines : à New York dans les réunions de l’ONU de nombreux délégués européens sont consternés par la probabilité d’un succès républicain, estimant que ce sera la victoire définitive de la Russie dans le monde, Geneviève Tabouis.

935La France a besoin de trois choses : 1. charbon, 2. stabilité des institutions, 3. main-d’œuvre étrangère.

Mercredi 6 novembre 1946

  • 312 La soirée est présidée par M. Cachin.

936Pleyel anniversaire Révolution URSS312. Rue Damrémont.

937États-Unis (analphabétisme politique). La politique dirigiste de Roosevelt est abandonnée. Très profond mécontentement aux États-Unis. Grèves. Les bénéfices industriels sont 10 milliards de dollars. On a supprimé le contrôle des prix sur la viande en France et en Belgique. États-Unis hausse des prix pour diminuer les salaires. Reconversion difficile aux États-Unis. Les États-Unis disent prospérité par la liberté. Les nègres ont voté pour les républicains anti-esclavagistes. Une aile des démocrates de droite marche avec les républicains. Ils sont obligés de songer à leurs exportations et sont plus isolationnistes. Le cap américain va se lancer dans l’expansion car le pouvoir d’achat intérieur est diminué. Le drame c’est qu’il n’y a pas de PC. 50 000 membres aux États-Unis. Wallace va jouer son rôle.

938Herriot informe la Dépêche contre la révision de la Constitution. L’Aurore est plus trouble. Il y a conflit à l’intérieur du MRP. Les socialistes sont en perte de vitesse, divisés intérieur. Bloquez vos votes sur le PC celui qui est le plus fort et peut seul arrêter la réaction.

Jeudi 7 novembre 1946

939Émission micro 18 h rue Championnet ; 20 h 30, rue Hippolyte Lebas. Les socialistes ont les scandales, les MRP ont la hausse des prix, tous deux accusent Marcel Paul et Christofol. Dans plusieurs départementaux nous avons les anciens électeurs radicaux. Pour être républicain il faut être communiste disent les anciens radicaux. Le MRP et sa tendance de politique extérieure qui devient occidentale et ne parle plus de l’antinazisme en Allemagne.

  • 313 Les élections du 5 novembre sont un succès pour les Républicains qui l’emportent dans trente États (...)

940États-Unis : Chambre : 244 républicains, 190 démocrates, Sénat : 51 républicains, 45 démocrates, gouverneurs : 25 républicains, 23 démocrates313. Le Pacifique : lac américain.

941Il faut nommer les candidats grands électeurs. En octobre 16 milliards de plus billets en circulation. C’est moins que le mois précédent.

Vendredi 8 novembre 1946

942T. Chernowitz, 16e. États-Unis (l’avalanche républicaine). Le problème des débouchés deviendra bientôt un danger sérieux. L’Amérique entre dans une ère nouvelle d’un individualisme ardent. Plus de contrôle, plus de restrictions économiques. Les États-Unis essayèrent la même politique après l’autre guerre. Le résultat fut une crise catastrophique. Les républicains vont s’attaquer aux syndicats, au CIO, aux restes du New Deal. Hoover parle de « l’objectif des hommes libres ». CIO (Congress of Industrial Organization) Phil Murray.

Samedi 9 novembre 1946

943Rue Ferdinand Flocon.

Dimanche 10 novembre 1946

  • 314 Lors de ces élections législatives, le PCF redevient le premier parti de France.

944618 sièges dont 344 dans la métropole. Abstentions : octobre 1945 20 %, juin 1946 18 %, octobre 1946 31 %, novembre 1946 21 %. 33 députés de plus dont 22 pour la métropole. PC 5 756 000 (175 sièges)314. Socialistes 3 454 080 (92 sièges). Rassemblement des gauches 1 971 660 (47 sièges). MRP 5 039 430 (158 sièges). PRL etc. 3 013 610 (89 sièges).

945Micholaizik [sic] en Pologne dans les mains de Londres. Front unique de la classe ouvrière et des démocrates. Les Anglo-Saxons ont promis à l’Allemagne le retour des provinces de l’Est annexées par la Pologne.

Lundi 11 novembre 1946

94624 novembre, élection des grands électeurs du Conseil de la République. 28 novembre ouverture de l’Assemblée nationale. 8 décembre élection du Conseil de la République. 24 décembre ouverture du Conseil de la République. Janvier élection du Président de la République, démission du gouvernement.

Mardi 12 novembre 1946

947Apprenons à naviguer sur une mer tumultueuse ! Visite de Katz. Comment régler les questions de règlement avant la rentrée ? Si de Gaulle était resté tranquille, on allait le chercher à Colombey vers janvier ou février, comme on alla à Tournefeuille. Un seul gouvernement possible ; tous les groupes sauf le PRL. Le 10 novembre. Ligne juste du PC. Nous avons gagné partout. Nous sommes consolidés dans les centres ouvriers surtout à Paris et Seine. C’est décisif. Nous avons été prudents, nationaux, défendu le franc, indépendance de la France, sécurité, réparations, renaissance. Des radicaux, des socialistes ont voté pour nous. 12 000 voix trotskistes en Seine-et-Oise ? MRP s’est maintenu malgré de Gaulle, c’est l’Église. Socialistes vaincus, incohérents, ne répondent à aucun problème, trop anglais, négatifs, démagogie de grève. Nous avons 20 députés de plus que MRP. Nous aurions tort de ne pas revendiquer la présidence du gouvernement. Nos électeurs veulent que nous soyons au gouvernement. C’est le parti socialiste qui a permis au MRP d’avoir un aspect gauche. On risque d’avoir la majorité à une voix : 306. On peut proposer un programme avec les socialistes, on peut prendre l’Intérieur. Il faut un programme, CNR, stabilité monétaire. Pas d’exclusive contre personne, parlons sans précision.

Mercredi 13 novembre 1946

94817 h 30 Tchobanian au ministère des Affaires étrangères. Centre Marcelin Berthelot, 28, bis, rue Saint-Dominique, les soixante-dix ans de Francis Jourdain. (Ivry 56 % des voix). Conseil de la République 315. Grand abattement chez les socialistes du Nord. Les ouvriers socialistes comprennent que l’anticommunisme est une erreur. Les socialistes ont perdu 30 000 voix dans le Nord. Nous en avons gagné 10 000, 10 000 abstentions, 10 000 à droite. Renforcement de la droite extrême. Succès considérable du PC sans équivoque. Consternation anglo-saxonne. Pas d’isolement communiste, gain 30 sièges dont [ill.] en F. Seul le communisme assure la cohésion française Union française colonies. Maturité de la classe ouvrière. Nous sommes le parti de la classe ouvrière, du peuple des campagnes. Liquidation des grèves postiers, etc. Les départements producteurs de viande nous font perdre. Il y a approfondissement de la lutte de classes donc difficultés. Nous avons une direction capable et une classe ouvrière confiante. Ministère de l’Intérieur sur 603 sièges : PC 186, SFIO 104, Rassemblement des gauches 63, MRP 163, PRL 82, divers 5, restent 15 sièges coloniaux non parvenus. Il faut aider les ouvriers socialistes à comprendre. Mauvaise politique antiunitaire des chefs. Intérieur et extérieur agents des Anglais, pas un mot du charbon de la Ruhr, politique de désarroi, pas de direction pour le parti socialiste.

Jeudi 14 novembre 1946

  • 315 René Blech, écrivain et poète, dirige en 1937 la revue Commune de l’AEAR. Pendant la guerre, il fai (...)

949Nous aurons 60 sur 200 au Conseil de la République, et 25 sur 315. René Blech315 2 h.

950Nous sommes le parti de gouvernement. Prudence. Pas d’illusions. Il faut une perspective de gouvernement. Aurons-nous plus de poids dans le gouvernement ? Et quels postes ? On veut nous imposer un gouvernement national de cinq ou six partis pour nous diminuer en nombre. Il nous faut le chef du gouvernement. Nous pouvons susciter l’enthousiasme du peuple. Si les patrons textiles sabotent, nous les prenons. Il faut un programme : progrès social, épuration, Union française. Il faut rassurer les paysans. Il ne s’agit pas de marxisme mais démocratie, République. Finances ! Il faut produire car si on produit il faut plus de papier monnaie. L’économie française est saine ; donc, nous pouvons prendre le gouvernement. Si les MRP acceptent le programme, on verra !

951États-Unis : AF Labour 7 millions, CIO 6 millions. Congrès des organisations ind. L’élévation des salaires a causé celle des prix. Les patrons doivent négocier avec les représentants des ouvriers.

Vendredi 15 novembre 1946

952Wagram 20 h 30 2e secteur. Algérie : catastrophe chez les musulmans, perte chez les Européens, Messali, parti populaire. Les crypto-communistes en Angleterre, 70 députés, 3 sous-secrét. d’État. Taisez-vous ou vous serez exclus du groupe, coiffés du bonnet d’âne pour vous apprendre à réfléchir. Pas de complicité avec le capitalisme américain. En France attention ! Pas d’essence à volonté pour les automobiles de tourisme !

Samedi 16 novembre 1946

953Nord 2e Schuman 131 000 voix 10 novembre, 169 000 voix 2 juin, perte : 38 000 voix. Socialistes perdent 15 000 voix. 114 000 dans la 3e Socialistes perdent 22 000 voix en Gironde, 30 000 voix en Bouches-du-Rhône, 22 000 dans le Rhône. Socialistes perdent 734 000 voix, MRP perdent 550 000 voix, communistes gagnent agriculteurs : 272 000 voix, PRL et droite gagné 513 000 voix et 19 sièges.

Dimanche 17 novembre 1946

954Droits et devoirs égaux pour toutes les créatures humaines. Pas de progrès de l’humanité sans le développement intellectuel de la femme, éternelle mineure. La condition morale de la femme. Le concile de Mâcon. Mêmes droits politiques, civils et économiques. Les femmes prennent part à l’intérêt de la patrie. Elles élèvent des hommes et des héros. L’indépendance économique de la femme, elle doit pouvoir vivre en travaillant. Intelligence, sensibilité morale, Condorcet. Précieux appui au jour de la lutte. Les hommes ont fait le 14 juillet : les femmes ont fait le 6 octobre. Elles ont mis la royauté aux mains de la Révolution. Plus une société se civilise, plus la femme y a de valeur et de considération. C’est elle qui a amorti la force. Elle porte les chaînes du passé. Elle est déjà l’égale de l’homme dans la production, elle doit avoir le même droit à la direction des affaires publiques. Fourier : la civilisation est jugée à la place qu’elle fait à la femme ; elles ont droit aux fonctions éminentes, on a trop longtemps comprimé leur volonté. Elle est très bonne éducatrice, son influence est moralisatrice, bon conseil.

Lundi 18 novembre 1946

955Vincent Auriol me convoque pour 11 h. J’accepte 2 h 30. Conversation Auriol : demain, à la réunion des présidents, la distribution des places pour chaque parti dans la salle des séances. Le mardi suivant, après les élections au Conseil de la République, deuxième réunion pour l’entente sur le bureau.

956La situation est grave. Il n’y a plus que 45 milliards à la Banque de France. Ils seront mangés fin décembre, donc en janvier il faut faire appel à la planche à billets et c’est l’inflation. La Chambre ne peut se réunir utilement que le 3 novembre. Après le 8 décembre, le gouvernement sera élu. La Chambre aura du 14 décembre au 24 pour voter la réforme financière ou le budget des trois premiers mois de 1947.

957Il y a de l’argent en France. Pas une faillite depuis cinq ans. On n’avoue pas sa fortune, on fraude, on stocke.

958Philip : le marxisme dépassé, place à l’humanisme, au travaillisme. La classe ouvrière diminue, la classe moyenne s’accroît. Il n’y a pas de souffle, dit Franc Tireur. La base n’est pas représentée.

Mardi 19 novembre 1946

959Réunion des présidents de groupe à 15 h, bureau du président au palais Bourbon. 14 h 30. Il faut vite désigner le gouvernement (socialiste). Le Président de la République n’aurait qu’à le reconduire. 263 députés travaillistes s’abstiennent. Les Soviétiques se rapprochent des Américains sur l’avenir de l’Allemagne. Échec des tentatives anglaises de refaire la IIe Internationale à Bournemouth.

960Les rebelles anglais sont plus de 100. Le Manchester Guardian de plus en plus réactionnaire. Les libéraux anglais se rapprochent des conservateurs. Progrès communiste en Roumanie et Italie. V. Auriol : les réserves de la Banque de France épuisées en janvier, on ne souscrit plus aux Bons du Trésor, on investit son argent à l’étranger. Il dément : non ! Mais il faut une politique des prix et diminuer les dépenses.

Mercredi 20 novembre 1946

961Visite Marcel Paul. Fernot : Ce soir à l’Huma.

962Vente Paris Huma : juin 98 000, octobre 70 000, 20 novembre 90 000 (Franc-Tireur 105 000). Tirage Huma 1946 : juin 514 000, août 362 000, octobre 377 000, novembre 452 000, dimanche 540 000 (Populaire 764 000 novembre). Ce fut la même courbe pour Ce soir. France-Soir 505 000, Ce Soir 450 000, France-Presse 400 000, Libération-Soir 200 000. Il faut que les CDH trouvent des moyens nouveaux de diffusion. 30 rédacteurs à l’Huma, 93 à l’administration.

963Il faut équilibrer le budget ordinaire et emprunter pour les budgets extraordinaires (reconstitution). Les Anglo-Américains sont aussi diffic. que nous. Les ouvriers paient : impôt sur les salaires + impôt sur le revenu. Sur 376 milliards en 1946 les impôts directs 70, les impôts indirects 231. En 1938 : 115 milliards budget. En 1946 : 532 milliards budget, rentrée impôts 376, 120 de plus qu’en 1945. Il faut une nouvelle organisation financière, les salariés et les fonctionnaires aujourd’hui sont seuls frappés.

Jeudi 21 novembre 1946316

  • 316 Il est étonnant que Marcel Cachin n’évoque pas la réunion du BP où il a été question de la situatio (...)

964Défendons le franc. BP. Il y a un grand barrage contre Maurice Thorez et les socialistes y jouent leur jeu avec les réactionnaires. Hier les socialistes ont pris une décision pour sept commissions. Ils ne disent pas c’est une ouverture de conversation. Ils sentent que leur tactique de juin a été bête, ils ont mis Bidault au pouvoir et ils le regrettent. Les socialistes vont essayer de causer. Ils devront prendre position. Le problème gouvernemental sera posé le 28 car Schuman va proposer des réformes financières et il faut un gouvernement non passager mais solide. Nous devrons amener les partis à se prononcer sur le fond : il faut qu’on sache ceux qui sont pour Thorez ou non. Ils voudraient qu’on dise : nous pouvons marcher avec MRP. Nous disons : il faut le programme. Le CC va siéger mercredi. On va nous interroger sur notre programme. Accroître la production, CNR avec les gauches, accroître les finances ; on dit : désespéré, c’est du chantage, on dit : s’il y a les communistes c’est du désastre.

965Il y avait 540 milliards de billets en août 1944, aujourd’hui 700 milliards. On a trop peu emprunté, il y a thésaurisation. Le danger c’est la hausse des prix (de 500 à 848). Il y a des stocks. Il faut renverser la tendance à la hausse. C’est en produisant. Il faut réviser les prix, il faut équilibre du budget, aujourd’hui déficit 400 milliards. La situation fiscale anglaise est pire. Il y a des ressources fiscales [ill.] en France. France ; en 1931 : 1 460 tonnes d’or, aujourd’hui 700 tonnes + 14 en Suisse. Nous avons plus d’or que l’Angleterre, nous sommes deuxième pays après États-Unis.

Vendredi 22 novembre 1946

  • 317 Raymond Tournemaine (1893-1973). Cheminot, secrétaire général de l’Union Nord CGT et membre titulai (...)

96620 h 30 Ferdinand Flocon, Yvonne Dumont, Tournemaine317.

967La Suisse importe de l’or en France. Il y a de l’or qui se cache en France. Une politique de baisse des prix empêcherait la thésaurisation. Le dollar baisse en Suisse, la livre aussi, en Suède. Nous avons perdu un tiers de l’emprunt Blum. Les Anglais disent : en 1947, la livre à 800 F. Ce n’est pas désespéré. La dévaluation n’est pas un mal inévitable. Si la production conserve son rythme accru, il peut y avoir plus de circulation. 1. Augmentation, productivité il y a malthusianisme ; 2. baisse des prix (...) ; 3. supprimer les crédits sur les stocks (textiles, alimentation) ; 4. équilibre budgétaire, économie, révision militaire, marchés, diminution d’emplois ; 5. recettes, contre la fraude fiscale, un dossier fiscal pour chaque Français, pour chaque société ; 6. accélération des rentrées des profits illicites (75 000 dossiers) ; 7. réforme fiscale ; 8. pas de dévaluation, fixation du franc, on peut sauver le franc ; 9. confiscation des biens des traîtres.

968On a fait 3 millions de paires de chaussures en octobre, où passent-elles ? Pas de semaine de quarante-huit heures. Nous voulons faire quarante-huit heures mais nous tenons au principe de quarante heures.

Samedi 23 novembre 1946

969Prix 8 % d’augmentation, circulation financière 5 % donc pas d’alarme. Il y a augmentation de la production industrielle et agricole, alors si les banques donnent des billets aux industriels et paysans ça va, mais quand l’État fait appel aux billets pour couvrir ses déficits budgétaires = l’inflation. Or aujourd’hui pour les dépenses ordinaires, il y a égalité, mais il y a subventions aux nationalisations. Pour reconstruire il faut l’emprunt. Il faut que l’État ne demande plus de billets pour boucler son budget, il faut supprimer les subventions et faire circuler les marchandises. Il faut la confiance de la classe ouvrière, des petits paysans, des couches populaires.

Dimanche 24 novembre 1946

970Élections des grands électeurs.

971Nord : communistes 10 novembre 221 000, 24 novembre 297 000, le premier parti dans le Nord. MRP 223 000 le 10 novembre perte 97 000, 24 novembre gagne 90 000 voix car il n’y a pas de listes droite. Socialistes chutent : 292 000 2 juin, 225 000 10 novembre, 230 000 24 novembre. Les voix perdues par les socialistes (60 000) nous n’en avons eu que 16 000. La droite en est renforcée. Grand trouble désorienté dans SFIO Nord, à Lille ils perdent 8 000 voix, ce qui signifie que les réactionnaires pourraient reprendre Lille. Les socialistes sont contre notre politique de production, Lille fut le centre de la grève des PTT, des douanes, il a mécontenté les classes moyennes. Ils sont antisoviétiques enragés, ils ne disent rien sur les réparations en charbon. Nord : 5 millions de souscriptions et nous aurons 6 millions, courant d’adhésions.

972Hérault : nous avons pris position sur les 140 F contre Donatien et [ill.].

973Conseil de la République : 70 communistes, 40 socialistes, 30 Rassemblement des gauches, 69 MRP, 34 modérés.

Lundi 25 novembre 1946

974Faire tout de suite un gouvernement à l’image du suffrage universel. Pas de reconduction du gouvernement. Un gouvernement nouveau dirigé par les communistes, nous devons faire voter la Chambre sur le choix de Maurice Thorez, il faut mettre les socialistes au pied du mur, ce serait une faiblesse de céder sur la présidence du gouvernement. Rester dans le gouvernement en tout état de cause.

975Socialistes + communistes en Haute-Vienne : 83 %.

976À Rouen trop ouvriériste, concentration des forces réactionnaires. Il y a regroupement des forces fascistes et réactionnaires. En Allier, beaucoup de MRP votent pour des socialistes dans plusieurs cantons, en Haute-Vienne, dans le Var.

Mardi 26 novembre 1946

977Réunion des présidents de groupes à la Chambre.

Mercredi 27 novembre 1946

  • 318 À cette réunion du CC à Puteaux, le PCF revendique la présidence du Conseil et propose à la SFIO un (...)

978CC Salle des Fêtes, Puteaux, 5, rue Henri Martin318.

Jeudi 28 novembre 1946

  • 319 Démission de G. Bidault. Marcel Cachin prononce un discours devant l’AN, où il appelle à un redress (...)

979Émission micro. Rentrée de la Chambre319.

Vendredi 29 novembre 1946

980Salon de l’aéronautique, 11 h. 18 h, yougoslave. 14 h, réunion des présidents.

Samedi 30 novembre 1946

98111 h, réception des [ill.] hongrois. Moch.

982Madame Eluard. À la réunion des socialistes et communistes les socialistes cherchent des alibis. On ne décide rien. Ils en réfèrent à leurs amis.

Notes

983S’il y a mardi un candidat MRP contre Auriol nous voterons Auriol, sinon non ! Mardi après le vote du président, vote pour le bureau. Mercredi vote pour le président du Conseil. Les socialistes comptent que nous voterons contre Auriol pour dresser leur Conseil national contre nous. Herriot dit : « Nous ne voterons pas Auriol. »

Décembre

Mardi 3 décembre 1946

  • 320 « Élection du bureau de la Chambre : soutenir la candidature de Marcel Cachin à la présidence de la (...)

98411 h, les présidents des groupes de la Chambre320.

Mercredi 4 décembre 1946

985Élection président du Conseil.

9861 025 F pour une livre. 100 F français pour 0,85 F suisse. Anglais et Américains vont investir un milliard de dollars en Allemagne et ainsi, dans trois ans, l’Allemagne sera rétablie dans sa puissance. Schumacher et cinq sociaux-démocrates en Angleterre. Cri de détresse de la Ruhr.

  • 321 M. Thorez n’obtient pas l’investiture à la présidence du Conseil (261 suffrages sur 579 votants).

9874/5 des socialistes votent Thorez321. Le Conseil national réglera ce soir la participation éventuelle ! Ils se sont rendu compte qu’ils sont dans une position désavantageuse. Augustin Laurent : pas de bloc anticommuniste, mais avec quel trouble de conscience. Depreux, Philip, Daniel Mayer, anticommunistes. Daladier voulait opposer un candidat contre Maurice Thorez. Herriot s’est opposé mais s’abstient. Nous ne participerons pas à un gouvernement présidé par MRP. Les socialistes ont voté pour nous, c’est un fait très important. On a fait un pas vers l’unité, vers la présidence communiste. Les socialistes votent hier la résolution de la Sarthe. Républic, ils s’abstiennent si c’est un MRP. Il faut les ancrer dans cette position.

Jeudi 5 décembre 1946

988Émission micro. 76 députés socialistes votent Maurice Thorez, 18 s’abstiennent. Notre vote contre Auriol a eu une grande influence sur la réunion socialiste. On a dénoncé le vote d’Auriol pour l’Élysée. Auriol élu par la droite. Votons Thorez. Au Conseil national socialiste, Augustin Laurent dit : notre trouble de conscience. Il n’y a plus rien derrière Philip, ni derrière Depreux. Blum a parlé en irresponsable, combat Thorez ; si vous votez pour Thorez, vous serez obligés de participer. Le bloc du rassemblement des gauches est plein de fissures. Daladier voulait un candidat contre Maurice Thorez, il a été battu. Les 259 de Maurice Thorez c’est une victoire. Personne ne s’est opposé à la candidature Thorez, ni Paul Reynaud, ni un autre. On s’habitue à l’éventualité d’un communiste à la tête du gouvernement. Les ennemis ne sont pas battus. Les socialistes ont voté la mort dans l’âme pour Maurice Thorez. Ils ne peuvent plus l’attaquer. Vous avez reconnu que nous avions le droit de revendiquer le gouvernement. Maintenant ! Nous avons obtenu ce que nous voulions. Si Schuman était candidat et que Maurice Thorez soit candidat, nous aurions moins de voix. Nous pouvons nous abstenir contre le MRP. Abstention, hostilité. Nous écarterons le candidat MRP et une autre personnalité s’imposera. Les gauches participeront au gouvernement de demain. Ce sera un commencement de majorité de gauche. Ils vont venir avec Schuman technicien pour avoir leur majorité aujourd’hui, plus tard ils reprendront Bidault.

Vendredi 6 décembre 1946

989704 milliards de billets. Pousser Gouin c’est faire une politique unitaire.

  • 322 Eskandari Iradj Eskouderi, chef du parti Toudeh en Iran. En août, il est nommé ministre du Tourisme (...)

990Iran : Anglo-Iranian Oil Company. Ghavam et le parti Toudeh avaient préparé une réforme agraire en Iran, l’augmentation de la production et de la consommation, des salaires. Eskouderi322, chef du parti Toudeh très populaire.

  • 323 Mac Arthur Douglas : général américain, commandant des forces d’occupation au Japon.

991Les socialistes anglais renouvellent les lourdes [ill.] allemandes de Mac Donald. Socialistes allemands et socialistes anglais sont deux choses. Les Allemands affluent en Amérique comme en Angleterre. Au Japon la réaction est maîtresse avec Mac Arthur323.

Dimanche 8 décembre 1946

992Conseil de la République. Il y a 72 millions d’Allemands. Il faut aujourd’hui 100 F pour acheter ce qui coûtait 1,80 F en 1914. La livre a perdu près de 33 % de sa valeur.

Lundi 9 décembre 1946

993Programme : convention collective, suppression des subventions, pas de dévaluation, conception de l’armée, Union française, politique extérieure, Espagne, rupture diplomatique. Personne plus à droite que le MRP. Nous avons voté Blum pour éviter un glissement à droite. Union nationale des démocrates. Si nous réussissons à faire un gouvernement mais avec Blum, c’est plus à gauche que Bidault, et il faut avoir confiance en nous pour que ça réussisse. En 1936 : 150 députés socialistes, 70 communistes. Nous avons été au gouvernement avec de Gaulle, Bidault, pourquoi pas avec Blum ? Blum dit : Je ne peux rien faire sans les communistes qui sont un grand parti. Quel aveu ! Nous exigerons un grand ministère et beaucoup de places.

Mardi 10 décembre 1946

994La crise ministérielle. Nous sommes contre l’union nationale ou l’unanimité nationale. Nous n’excluons pas le MRP du gouvernement mais de sa présidence. Les socialistes : nous avons Guy Mollet. Nous voulons une majorité de gauche, les programmes d’abord. Pas de provisoire. Son programme ? Économie, modification de l’assiette de l’impôt, arrêt de l’extension des fonds de commerce, équilibre du budget ordinaire, emprunts, habitat d’abord. Ce matin, réunion de tous les représentants de partis chez Auriol. Il nous a dit : j’ai lu le programme. Il n’y a pas de différence : accord sur l’équilibre du budget, compression des dépenses civiles et militaires, réduction des ministères, suppression des subventions, deux tiers des fonctionnaires, révision des forfaits, fraude, confiscation, stabilisation des prix, réduction des hausses, viande pas de [ill.] 70 F à la production, office de viande, lait, contre le marché noir. Guy Mollet : un gouvernement de longue durée, politique à longue vue, pas de libéralisme, État dirigiste. Jacques Duclos : communistes se posent le problème de la majorité ! Romandry : on jette des exclusives, il faut l’unanimité. Herriot : rompons le cercle vicieux, dégagez une majorité. Quelle majorité ? Pas d’unanimisme absolu. Schuman : si on veut un gouvernement de passage, il faut une unanimité de passage. Il y a une majorité de gauche. Oui disent communistes, socialistes, Herriot avec réserve. Il y a une majorité socialiste, MRP, radicaux. Non, disent les socialistes et Herriot. Et les gouvernements homogènes ? Avec soutien. Communistes + socialistes avec soutien. Et les quatre ? Le MRP a dit : il faut consulter le groupe. Conclusion : on a écarté l’unanimité nationale. Personne n’a défendu le tripartisme. Réunion le soir à 17 h 30.

Mercredi 11 décembre 1946

9952 h 30 BP. On a cité des noms : Auriol : Depreux, Le Trocquer, Philip, Moch, Ramadier, Herriot, Delbos, Queuille, Marie. Alors dit Auriol séance demain ! Non ! Après-demain. L’objectif des MRP est de laisser tramer les choses en longueur pour imposer Bidault et la reconduction. C’est le quadripartisme ! Il y a une « commission du programme » composée de tous les groupes.

996Nous allons vers des difficultés pour la formation professionnelle. Ça coûtera cher ! Il faut des conventions collectives. Les patrons refusent. Il faut que tous les Français soient appelés au travail productif. Emploi total de la main-d’œuvre française. Le plan de la Sécurité sociale. On va assister à l’offensive contre ce plan. Comment diminuer les prix ?

997Le Rassemblement des gauches a abattu le quadripartisme, alors Auriol menace de démissionner et tous crient : union nationale. Nous sommes contre. Et l’unanimité est impossible parce qu’il n’y a aucune unité sur le programme, par exemple les finances, l’armée, l’Indochine. Le désaccord éclate. Alors ? Nous disons à Guy Mollet : gouvernement socialiste et communiste avec une direction socialiste. Ce qui aiderait l’unité ouvrière, ce qui serait conforme aux directions du peuple, ce qui sortirait du provisoire, ce qui serait une politique cohérente.

Jeudi 12 décembre 1946

998172 milliards pour la guerre en 1946. Blum : 575 voix à l’Assemblée nationale, Maurice Thorez et Jacques Duclos reçus par Blum. Mercredi, commission du programme. On a parlé de la compression des dépenses militaires, très large discussion. Les socialistes voulaient la pause des dépenses. Carence pour cette question. Compression des dépenses civiles, suppression des ministères du Ravitaillement et de l’Information. Compression fonctionnaires, désaccord sur le statut de la fonction publique, on signe aussi la carence. Impossible de faire l’union nationale sur le programme. La commission n’a pas réussi. Mais pas de programme. Mais avez-vous des hommes ? demandait Auriol. Les radicaux disent non ! Delbos un homme choisira ses collaborateurs dans tous les partis, indépendamment de leur parti. Delbos serait le dauphin, c’est l’unanimité nationale. Il faut donc mettre les socialistes en face de leurs responsabilités. Mollet ne veut pas que nous prenions l’initiative mais il faut la publier demain. Candidature Blum, sous condition d’accord général, mais c’est le parti socialiste qui a dit : pas d’union nationale. « Blum est un socialiste de qualité qui jouit de l’estime de tous les Français de qualité » (Le Trocquer). Il ne faut pas rappeler les injures de Blum mais se battre sur les questions actuelles. Le fait que Blum appelle Thorez et Duclos et leur offre des portefeuilles, c’est la reconnaissance du PC. Le plan Blum est de nous embarrasser. C’est la dernière carte de la réaction pour nous faire avaler l’union nationale. Je n’ai pu les déboutonner. Toutes les paroles de Blum sont hypocrites.

Vendredi 13 décembre 1946

999CC à la salle Colbert. Communistes : contre l’union nationale, pour la démocratie et son unité, programme d’abord, quelle majorité ? Blum avait dit, en 1926, il faut laisser faire l’expérience Poincaré. Blum : l’atonie du peuple est grave. Le crédit de la démocratie en France s’use vite, programme vague. Blum : il faut une unanimité de partis au gouvernement avec une majorité de gauche !!! Blum : les ministres d’État super-conseils. Programme, majorité, voilà notre terrain. Puis est-ce le soutien ou la participation ? Puis un des trois grands ministères. Blum : il faut une opération militaire, j’espère au début de la semaine. On peut collaborer, on peut soutenir. Il faut accepter toutes nos responsabilités. Nous sommes un parti de gouvernement par l’unité ouvrière et démocratique. Avons voté pour Blum. C’est le rapprochement avec les ouvriers socialistes. Beaucoup de socialistes du Nord sont allés à la réaction. Ce sont les gens des classes moyennes. À Marseille c’est la base socialiste qui a imposé l’unité socialiste-communiste au conseil municipal. Nous sommes à une bataille entre le progrès et la réaction. Blum et les socialistes sont pour la bourgeoisie, l’obstacle au communisme. On cherche à nous noyer. Nous dominons nos nerfs en face de Blum. Nos forces n’ont pu obtenir la direction : donc en attendant, allons à gauche car la réaction gagne. Il faut un programme favorable aux ouvriers, il faut une majorité à gauche.

Samedi 14 décembre 1946

100018 h hôtel de ville d’Ivry. Maranne au Conseil national de la République.

1001Brown de l’AFL corrompt les scissionnistes de la CGT.

Dimanche 15 décembre 1946

1002Le Mont Valérien.

Lundi 16 décembre 1946

  • 324 Lucien Sampaix (1899-1941). Secrétaire général de l’Humanité, ce militant et dirigeant communiste e (...)

1003Mutualité Péri Sampaix324. Présidence Marcel Cachin. Orateur Cogniot.

Mardi 17 décembre 1946

10048 h 30 légation de Bulgarie. Rôtisserie Périgord.

1005Herriot démissionne de la présidence du Rassemblement des gauches (?). Signe annonciateur pour la clique gaulliste. Les MRP ont froissé le sentiment républicain du pays. Si demain il y avait des élections 500 000 voix de plus pour les communistes, socialistes.

Mercredi 18 décembre 1946

100614 h 30 rue Dussoubs. Il y a un bon climat entre les socialistes et nous. Le plan de la réaction est de nous écarter du gouvernement. Le clan Bidault n’est pas de cet avis. Il pense à revenir au gouvernement. Les socialistes songent à faire durer le ministère actuel. S’il dure ! Il faut qu’il soit transitoire. Il faut faire une déclaration du parti à la France. Il faut respecter la démocratie. On assiste au processus de rassemblement des républicains dans le pays. Il faut que nous essayions de dégager la majorité républicaine. Le patronat est prêt à se battre sur les conventions collectives ; ça ne poussera pas à la production. Il faut montrer l’importance de la réaction. L’Epoque dit : crise de régime. Il faut une union socialo-communiste comme à Marseille. Nous avons droit au ministère de la Défense nationale puisque nous avons eu l’initiative de la Libération et parce qu’il a fait l’aviation. Daniel Mayer reconstitue le syndicat autonome du métro. L’ennemi dit : Marty, Mauvais contre Thorez.

Jeudi 19 décembre 1946325

  • 325 Marcel Cachin vient d’être condamné en tant que directeur de l’Humanité pour diffamation contre R. (...)
  • 326 Adolphe Aumeran (1887-1980). Né à Philippeville, il travaille comme agronome en Algérie. Pendant la (...)
  • 327 Marcel Roclore (1897-1966), député indépendant, est maire de Saulieu.

1007Émission micro. Président de la commission des Affaires étrangères. Général Aumeran326. Position excellente du PC après avoir accepté Roclore327. Nous nous sommes battus sur un grand ministère. Accentuation de la lutte des classes. Manœuvre contre la démocratie. De Gaulle empêche les communistes d’entrer au ministère. Le clan gaulliste dans le MRP et le Rassemblement des gauches veulent montrer que la Chambre est ingouvernable pour préparer la présidence républicaine. De Gaulle est un républicain autoritaire. Ils veulent nous écarter du pouvoir. Nous sommes un parti de gouvernement. Il faut mener la bataille contre les gaullistes. Il faut attaquer la réaction gaulliste dans le MRP.

1008À Marseille, effondrement socialiste, mais leurs troupes vont au MRP. Socialistes : 79 000, 49 000, 34 000. Marseille reste catholique. Defferre 1er adjoint : si ce n’est pas moi, ce ne sera personne.

Vendredi 20 décembre 1946

  • 328 Marcel Cachin est nommé président de la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale

100918 h, mairie du 2e arrondissement. Amis de l’École laïque du 2e. 14 h, président328.

Samedi 21 décembre 1946

  • 329 Émile Kahn (1876-1958). Professeur et journaliste, ce militant socialiste était secrétaire général (...)
  • 330 Bogomolov, ambassadeur de l’URSS en France, participe à la cérémonie d’arrivée dans le port de Mars (...)

101027, rue Jean Dolent Ligue des Droits de l’Homme, soixante-dix ans de L. Kahn329. 17 h. Déjeuner Bogomolov330 avec Lilite.

Dimanche 24 décembre 1946

1011École de Viroflay. La politique balkanique. Les démocraties de l’Europe centrale et méridionale : Albanie, Pologne, Tchécoslovaquie, Hongrie, Roumanie, Yougoslavie, Grèce. 4, avenue de Versailles de 9 h 45 à 11 h.

1012Chambre : 270, Commission des Affaires étrangères. Il est des pays où on aime la France à la fureur. La France a été [ill.] en 1821 libérer l’hellénisme.

Lundi 25 décembre 1946

  • 331 Georges Beaugrand (1893-1981). Ouvrier boucher aux abattoirs de La Villette, il adhéra au PCF en 19 (...)

1013Paris Saint-Étienne. Relais de l’Empereur. Table du roi hôtel des Princes. Boulay Café des sports, Varenne-sous-Nevers, affaire Beaugrand331, Château-Chinon, Arleuf, 3 000 v., Namiens, Roanne.

1014Une bombe atomique n’est pas un rameau d’olivier.

Mardi 26 décembre 1946

  • 332 Il s’agit peut-être de Ramey secrétaire de la Fédération communiste du Vaucluse en 1922
  • 333 Étienne Charpier (1897-1973). Militant communiste depuis la création de la SFIC, il participa aussi (...)
  • 334 Il s’agit peut-être de Jean Lartigue (1910-1987), militant communiste, rédacteur à la préfecture de (...)

1015Saint-Étienne-Avignon-Cannes. Ramey332. Dr Pons maire. Charpier333 premier adjoint. Lartigue334 [ill.]. Budget en équilibre en Avignon, pays riche, paysannerie aisée. 1 200 Vietnamiens manifestent à Sorgues, ils sont là en camp de travail. En Vaucluse, réunions multiples des socialistes et communistes. Alpes-Maritimes : arrêt de l’activité touristique. À Nice, il reste 20 000 chambres de tourisme au lieu de 50 000 avant-guerre, 84 hôtels ont disparu dans les Alpes-Maritimes, en 1946 seize hôtels transformés en appartements.

Mercredi 27 décembre 1946

1016Cannes. Hôtel Martinez grand luxe comité d’entreprise. Conseil municipal majorité communiste. F. Picaud. 7 000 communistes, 3 500 socialistes. Trois repas 3 300, chambres 2 000.

1017Conseil de la République : communistes 72, apparentés 6, Manifeste 4, socialistes 47, Rassemblement des gauches 32, Indépendants 12, MRP 70, apparentés 3, PRL 10, musulmans 4 : 99.

  • 335 Auguste Champetier de Ribes (1882-1947). Ce dirigeant du MRP succède à de Menthon comme délégué du (...)
  • 336 En 1946, Georges Marrane devient administrateur de l’OPHB de la Seine. En novembre, il est élu cons (...)
  • 337 Jules Gasser. Conseiller de la République d’Oran, ce radical socialiste préside la première séance (...)

1018Champetier 224335, Marrane 119336, Gasser 1337, bulletins blancs 9. Le Patriote : Jack Lydet 47 000, la Renaissance 13 000. Budget en équilibre à Cannes. La Côte d’Azur expédie des fleurs pour des milliards.

Jeudi 28 décembre 1946

1019Antibes, après-midi, Chuchana, Madame Cayssan.

1020Pour équilibrer le budget : meilleure répartition des impôts sur les détenteurs de revenus, les salaires bloqués sont sans cesse frappés de taxes, les profits échappent à la fiscalité.

1021Le colonialisme hollandais veut faire de ses sujets une vache satisfaite qui donne du lait, le Français en faire un citoyen, c’est-à-dire un citoyen mécontent.

Vendredi 29 décembre 1946

1022Cannes.

1023Réalisme de la politique soviétique : pas d’obstination sentimentale, pas de politique téméraire ! Prudence ! Il faut viser des résultats qu’on peut atteindre. Dans les Balkans et en URSS mauvaise récolte, famine menaçante en mars, il faudra en appeler au monde entier pour nourrir l’Orient. Consommation de pétrole en URSS 1939 : 35 millions de tonnes, en 1946 production : 35 millions.

1024La compagnie anglaise Anglo-Iranian exploite le pétrole du sud de l’Iran. Elle a vendu pour vingt ans une partie de sa production de pétrole à la Standard Oil of Jersey et au Socony Vacuum. C’est la mainmise de l’Amérique sur le Moyen-Orient et la Méditerranée. Il faut mettre un pipe-line du golfe Persique à Haïfa. L’Amérique et l’Angleterre sont unies pour la concurrence contre les concessions de l’URSS au nord de l’Iran. Les bases américaines au Moyen-Orient auront du pétrole. Les Britanniques ont cédé leur hégémonie économique et politique en Iran et Arabie.

Lundi 30 décembre 1946

  • 338 Joseph Barel, dit Virgile (1899-1979). Après son arrestation, son périple vers l’Algérie puis sa li (...)

1025Nice. V. Barel338. Parreau, Hélène Langevin, Centre de l’Ermitage. Comité (secrétariat fédéral). Visite aux enfants des fusillés recueillis dans le château de Pétain, à Villeneuve Loubet.

1026Dans les Alpes-Maritimes : hôtellerie, tourisme, fleurs, oliviers, raisins divers, parfums, 60 000 travailleurs vivent des fleurs coupées.

1027Année 1946 : circulation fiduciaire passe de 572 à 715 milliards. Hausse des prix, des salaires = vague d’inflation. Impôts prélevés 312 milliards. Le Monde : une stabilisation monétaire est possible, il est encore possible de sauver le franc. Baisse de pouvoir d’achat du franc ! Besoin énorme de trésorerie pour la reconstruction du pays. En 1946 les valeurs à revenu fixe ont perdu 6 %, les valeurs à revenu variable ont gagné de 50 % à 100 %, les valeurs étrangères gagnent 26 %. Mines d’or : on a trouvé un filon d’or d’une teneur jamais éteinte (Odendaalsrust). Le marché de Londres et Johannesburg agités ! Marché de New York brutales fluctuations, troubles sociaux. Les valeurs françaises à l’étranger sont réquisitionnées. Les Argentins ont racheté leur transport, la fraude fiscale reste énorme.

Mardi 31 décembre 1946

1028Visite à Nice, collines de Nice, culture de l’œillet.

  • 339 Habib ibn Ali Bourguiba (Monastir, 1903). Fondateur du Néo-Destour en 1934, il lutte activement pou (...)

1029Habib Bourguiba339 chef du Destour (en Amérique) converse avec Acheson sous-secrétaire d’État, nous voulons secouer le joug de la France.

  • 340 Auguste Dormoy (dit Parenthou) (1876-1970). Fonctionnaire à la préfecture de la Seine, il milita tr (...)

1030Dormoy340 est maire socialiste de Menton.

1031Révéla. Les remueurs de terre des collines de Nice bêchent le sol à 1,50 mètre de profondeur pour préparer la terre des œillets. Créateurs de fleurs qui s’épanouissent en hiver, au moment où les pays du Nord sont sous le froid.

Notes

  • 341 Claude Briday. Directeur d’une coopérative électrique, il était l’une des figures marquantes du com (...)

1032L’évêché avec Médecin. MRP 13 000 voix dans le département. Socialistes en régression, 20 000 au lieu de 30 000. Mercredi 1erNice fête infanterie, Cotta maire de Nice ; 4, naissance de Sylvie ; 5, Rose Panos ; 6 Marcelin secrétaire de section ; 8, mairie de Cannes docteur Picaud, Mandelieu, Desroches, Briday341 ; 9, départ ; 14, rentrée.

1033Marcelin pâtissier secrétaire section Cannes. Alpes-Maritimes : réaction 83 000, communistes 77 000, socialistes : 26 000 (au lieu de 35 000), MRP 13 000. Il n’y a que peu d’écoles libres en Alpes-Maritimes, mais l’Église organise les jeunes adultes. Les radicaux ont presque disparu. Les socialistes n’ont pas de parti organisé ; ils ont des électeurs qui les quittent, ils ont des avocats qui se jalousent.

1034Monde constate à propos de l’élection du président de la République : en mai 1931 M. Marcel Cachin avait obtenu 11 voix, en 1939 74 voix, en 1947 s’il est candidat il aurait 260 voix. 16 Mutualité Péri, Sampaix.

1035À Cannes 600 membres : employés d’hôtel, artisans, commerçants, deux professeurs, deux instituteurs, peu de cheminots, peu de bâtiment. Cannes : 7 000 communistes, 3 000 socialistes.

1036Communistes octobre 1945 5 005 336, 2 juin 1946 5 200 000, octobre 1946 5 600 000. Socialistes : octobre 1945 : 4 561 411, 2 juin 1946 4 187 000, octobre 1946 : 3 450 000.

1037(Clemenceau). Claretie c’est un savon dans la baignoire. Il a plus d’un air dans son répertoire. Tant qu’il y aura rareté des produits il y aura le noir. Vichy a organisé le favoritisme de l’administration, de Gaulle n’y a pas mis un terme. Il a laissé Vichy en place et lorsqu’il l’a remplacé ce fut médiocre.

1038Élection grands électeurs 20 novembre 1946. Abstentions : 27 %. Dans la Seine : communistes 834 430 voix, MRP 790 500, socialistes 269 770, Rassemblement des gauches 30 000, Salut public 306 200, droite 41 000 ; France : communistes 5 106 255, MRP 4 614 207, socialistes 2 960 000, modérés et PRL 3 075 000.

10392e secteur : 522 640 électeurs, 457 730 votants octobre 1945.

2 juin 1946 communistes 2e secteur :

1er arrondissement 4 021
IIe 5 414
VIIIe 4 229
IXe 7 942
XVIe 10 764
XVIIe 22 346
XVIIIe 44 110
Total 98 866

10 novembre 1946 :

1er arrondissement 4 281
IIe 5 793
VIIe 4 498
IXe 8 704
XVIe 11 677
XVIIe 23 510
XVIIIe 46 612
Total 105 075
  • 342 Jawaharlal Nehru (1889-1964) préside le Congrès national indien.
  • 343 Mohammed Ali Jennah ou Jinnah est président de la Ligue musulmane panindienne. Il critique le plan (...)

1040Inde (389 millions d’habitants) : 206 millions d’Hindous de castes les plus nombreux les plus puissants économiquement, 50 millions d’intouchables, 92 millions de musulmans (Pakistan, Bengale, Assam, progrès depuis vingt ans mais Calcutta Hindous), 6 millions de chrétiens, 6 millions de sikhs, 20 millions d’autres religions. Nehru342, Jinnah343. Il n’y a pas de nation hindoue, pas plus que de nation européenne. 9/16e du pays c’est l’Inde britannique, 7/16e ce sont des États indigènes autocratiques.

1041Les Russes. Les Anglo-Saxons (France libre). Les Russes gagnent souvent la partie parce qu’ils sont plus ingénieux que les autres (Uhrquhart, 1854). Ils ont le sens de la puissance et de l’énergie, ils ont la ténacité, ils jouent serré. Ils ont manœuvré habilement en Europe orientale pour refouler les Allemands, pour en exclure les Anglo-Saxons. Succès décisif en politique. Ces méthodes, neuves. Les Anglo-Saxons sont forts militairement, économiquement, politiquement faibles, ils ont l’avantage technique, ils ont l’appareil militaire, bombe atomique, aviation flotte de guerre plus la facilité de produire des armes inattendues. La technique des armes russes est inférieure. Mais pourra-t-on dire : le communisme c’est le pouvoir soviétique plus la bombe atomique ? Les Anglo-Saxons sont satisfaits et riches. Ils ont intérêt au statu quo. C’est une garantie de paix.

Notes

1 Charles Dubost, procureur général de la France au procès de Nuremberg.

2 Gaston Defferre (1910-1986). Socialiste, il dirige ce journal. Il remplace André Malraux au gouvernement comme secrétaire d’État à la présidence du Conseil, chargé de l’Information, le 26 janvier. Il quitte le gouvernement, en juin 1946, avec l’arrivée de Georges Bidault comme président du Conseil. Le 4 décembre, il fait partie des 19 socialistes qui n’ont pas pris part au vote pour investir Maurice Thorez comme président du Conseil. Léon Blum le retient dans son gouvernement, le 16 décembre, comme sous-secrétaire d’État à la France d’outre-mer.

3 Ercoli, pseudonyme de Togliatti Palmiro (1893-1964). Le dirigeant du PCI est ministre sans portefeuille de 1944 à 1947. Le PCI récolte les fruits de sa lutte antifasciste et passe de 400 000 adhérents, en 1944, à plus de 2 000 000, en 1946. Participant au gouvernements de Bonomi, de Parti et puis du démocrate chrétien de Gasperi, le PCI, comme le souligne Marc Lazar (Maisons rouges... Paris, Aubier, 1992, p. 41), « adopte jusqu’en juin 1946 un profil bas et préfère insister sur l’effort de reconstruction : “Nous ne devons pas mettre trop de socialisme dans ces programmes parce qu’alors nous romprions tous les liens que nous avons avec les autres groupes politiques et sociaux (...)” (Togliatti le 29 juin 1945) ».

4 Longo Luigi (1900-1980). Membre de l’aile gauche du parti socialiste italien, il adhère au PCI à sa création, puis participe à la lutte antifasciste. Ce combat le conduit à diriger un groupe des Brigades internationales, en Espagne. Arrêté en France, en 1939, il est livré aux autorités italiennes et emprisonné. En 1943, il dirige la résistance dans le nord du pays, et développe la guérilla, en mars 1944. À la Libération, il devient le second de Togliatti, comme secrétaire général adjoint du PCI.

5 Jacques Sadoul (1881-1956) Avocat, il milite à la SFIO, dès 1903, et fait partie du groupe communiste français de Moscou (1918-1920). Il participe à quelques réunions du CE de l’IC et rentre en France, en 1924. Correspondant français pour les Izvestia depuis 1935, il est arrêté et interné pendant la guerre. Libéré, en 1941, sur l’intervention de Laval, il s’installe à Sainte-Maxime, dont il devient le maire en avril 1945.

6 Demetrios Partsalidis, Mitsos, en fait Partsalides (né en 1905). Il adhère aux JC, en 1924, puis part à Moscou pour étudier le marxisme-léninisme. À son retour en 1935, il est élu député et devient membre du CC du PC grec. Déporté à Corfou de 1938 à 1941, il reste emprisonné jusqu’en 1944. Après sa libération, il devient secrétaire général de l’EAM (Front de libération national de la Grèce). En 1945, il signe les accords de désarmement avec les Anglais et, en 1946, conduit une mission de l’EAM à Londres, Paris puis Moscou. Il a par ailleurs le mandat de maire à Cavalla.

7 Frederic Morgan. Ce général anglais est le chef de l’UNRRA (Agence des Nations unies pour le secours et la reconstruction) en Europe. Il fait une déclaration sur l’exode des juifs de Pologne, qui suscite de profonds émois. On annonce à plusieurs reprises sa démission qu’il refuse de donner. F. La Guardia annonce dans une conférence de presse, en août, , qu’il est démis de ses fonctions.

8 Raoul Dautryc (1880-1951). Il est remplacé, le 26 janvier, comme ministre de la Reconstruction et de l’Urbanisme par François Billoux. Il est nommé administrateur général du Commissariat à l’énergie atomique. En novembre, il est élu membre de l’Académie des sciences morales et politiques.

9 Michel Zunino (1889-1958). Ancien membre du comité directeur du Front national, il est député communiste du Var.

10 Eugène Merle (1911-1969). Instituteur, il adhère à la SFIO en 1932 et au PCF en 1941. Après un passage clandestin en Haute-Savoie, où il réorganise la fédération communiste il retourne dans le Var et devient membre du CDL. Il assure le secrétariat fédéral du PCF, en 1946, et est élu conseiller général de La Seyne.

11 Jean Médecin, né à Nice en 1890, avocat, était député (indépendant de gauche) des Alpes-Maritimes depuis 1932.

12 La première Assemblée générale de l’ONU (51 membres) vient de s’ouvrir la veille, à Londres, sous la présidence de P.H. Spaak. Le ministre norvégien des Affaires étrangères Trygve Lie sera élu secrétaire général de l’ONU le 1er février 1946.

13 Jean Cristofol (1901-1957). Douanier, au cours des années 30, il milite activement contre le fascisme et adhère au PCF, en 1933. Élu, en 1934, conseiller d’arrondissement du 5e canton de Marseille, il devint député communiste de la ville, en 1936. Déchu de son mandat et interné comme ses 26 camarades du chemin de l’honneur, il fut libéré, en 1943, et prit la direction de la région Marseille du PCF. En 1945, il est élu conseiller municipal sur une liste d’union Defferre-Billoux et est élu député aux deux Constituantes et à l’AN. Après la démission de Defferre, il préside le conseil municipal de la ville du 28 janvier 1946 au 1er novembre 1946. Il doit se défendre contre la dissolution envisagée par le Conseil des ministres, en octobre. Fin décembre, il est élu maire de Marseille après huit années de tutelle administrative.

14 Né en 1907, Lucien Molino est membre suppléant du CC du PCF. À la Libération, il devient secrétaire de l’UD-CGT des Bouches-du-Rhône.

15 Lucien Goux, dit Gaillard, né en 1905. Agrégé de sciences naturelles, il adhère au PCF, en 1934. Clandestin pendant la guerre, il milite au Front national et participe à la libération de Marseille. Il fait partie du CDL des Bouches-du-Rhône et du Comité régional de libération. Il publie de nombreux articles dans Rouge-Midi et la Marseillaise.

16 Yvonne Estachy (née Paimpec) (1907-1985). Artisane couturière, elle adhère au PC, en 1936. Elle participe après la guerre à la fondation de l’UFF, dans les Bouches-du-Rhône. Élue conseillère municipale de Marseille en 1946, elle devient, la même, année député.

17 Marcel Guizard (né en 1907). Agent manipulant des PTT, il militait, en 1928, à la CGTU. Il adhère au PC, en 1935. Il organise le Front national en zone Sud, dont il devient secrétaire en 1944 à Paris. À la Libération, il fait partie de l’équipe dirigeante à Marseille et devient directeur de la Marseillaise, et membre du bureau fédéral du PC.

18 Antoine Avinin (1902-1962). Avinin est élu député UDSR (dont il est l’un des fondateurs) de la Seine à la Constituante. Il fait partie des personnalités qui entourent le général de Gaulle lors de son discours de Bayeux, le 16 juin (l’amiral Thierry d’Argenlieu, les généraux Kœnig et Juin, Palewsky, Maurice Schumann, René Capitant, Soustelle, etc.). En décembre, il est élu conseiller de la République.

19 Né en 1901, Gaston Palewski a été ancien chef de cabinet de Paul Reynaud, en 1938 ; il devient chef du cabinet du général de Gaulle 1942 en 1946. Il avait fait réaliser, avec Maurice Aicardi, la reproduction de la Marseillaise de Rude pour décorer la grande salle de la rue de Martignac, où siégeait le conseil du Plan.

20 Édouard Herriot (1872-1957). Ancien président du Conseil et maire de Lyon. En février, à Lons-le-Saunier, il fait l’éloge de la IIIe République et critique les méthodes gouvernementales depuis la Libération. En septembre, il est réélu président du parti radical, puis, en décembre, de l’association des maires. Il entre à l’Académie française, en novembre.

21 Georges Villiers, l’un des patrons les plus influents, devient le premier président du CNPF, le 12 juin 1946.

22 Marcel Cachin rappelle ici la mémoire de Pauriol Fernand (1913-1944). En 1931, il adhère au PC et participe activement au SRI. En 1936, à Marseille, il devient rédacteur en chef de Rouge-Midi. Dans la clandestinité, il devient responsable du PC pour les émissions radio. Il est arrêté, en 1943, incarcéré à Fresnes où il fut fusillé le 12 août 1944.

23 Pierre Emmanuelli est né en Corse, en 1912. Il adhère à la CGTU, en 1930, et au PC, un an plus tard. Il fut l’un des jeunes communistes qui participa à l’ELI. Pendant la guerre, il est prisonnier et après, plusieurs tentatives d’évasion, il se retrouve au camp de Rava-Ruska, en Pologne. De retour en 1945, il reprit ses fonctions à la CA de l’UD-CGT, à Rouge-Midi et fut élu à la conférence du PC des Bouches-du-Rhône.

24 Jean Gouin, dit Félix (1884-1977). C’est après la Libération que sa carrière politique prend une envergure nationale quand il devient président du Conseil (du 26 janvier au 22 juin 1946). À la fin de l’année, dans le cabinet Blum, il devient ministre d’État chargé du commissariat au Plan.

25 André Philip (1902-1970) Agrégé de droit en 1926, ce militant SFIO devient député sous le Front populaire. Il est antimunichois, puis, pendant la guerre, il dirige le journal résistant Libération. Député UDSR, il devient ministre des Finances dans les gouvernements Gouin et Blum. Par ailleurs, il fait partie de la commission de la Constitution mise sur pied en juillet.

26 Robert Lacoste, ministre de la Production dans le gouvernement du général de Gaulle jusqu’en novembre 1945.

27 Marcel Paul (1900-1982), ministre communiste de la Production industrielle du gouvernement de Gaulle, garde ce portefeuille dans les cabinets Gouin et Bidault. Début janvier, il va en Allemagne, puis il annonce le projet de nationalisation du gaz et de l’électricité (effective le 8 avril). Il dépose un projet de loi sur le statut du mineur. En avril, il se rend à Varsovie pour négocier une importation de charbon polonais.

28 Maurice Thorez (1900-1964), secrétaire général du PCF, ministre communiste. En janvier 1946, il participe à l’anniversaire de la mort de Lénine et se rend à Moscou. Vice-président du Conseil dans le gouvernement de Gouin, il appelle à l’unité du tripartisme. Il est reconduit à ce poste dans l’équipe Bidault. Il fait voter, le 19 octobre 1946, la loi sur le statut de la fonction publique qui reconnaît le droit d’adhérer à un syndicat, le droit de désigner des délégués associés à la marche des services et un salaire garanti qui ne peut être inférieur à 120 % du minimum vital. L’interview du 18 novembre au Times, où il rappelle l’ancrage national et démocratique du PCF, constitue un événement majeur dans l’histoire politique du PCF. Sa candidature comme président du Conseil est rejetée le 4 décembre.

29 Jacques Duclos (1896-1975). Député, membre du BP du PCF. Le 15 janvier, il dépose un projet pour la nationalisation des assurances. Il soutient le principe de la représentation proportionnelle lors de la discussion de la loi électorale. Le 3 décembre, il est élu comme vice-président de l’Assemblée (sur 6) avec 357 voix.

30 Marcel Cachin préside la réunion (voir la Terre n° 69, semaine du 24 au 30 janvier 1946, p. 1 et 3). Dans, son discours, il salue la réussite éditoriale de l’hebdomadaire paysan du PCF dirigé par Waldeck Rochet, qui reparaît depuis le 7 octobre 1944. Ce dernier a reconstitué l’équipe rédactionnelle du journal qui a connu de lourdes pertes au cours de la guerre : François Mioch, rédacteur en chef avant la guerre, est mort en déportation, et il est remplacé par Georges Guézennec.

31 Albert Boccagny (1894-1983). Militant SFIO, il rejoint la SFIC au Congrès de Tours. Il milita activement en faveur de la CGPT, en Haute-Savoie. Au début de la Seconde Guerre mondiale, il est arrêté. En 1945, il devient conseiller général de Thonon, puis il est élu député communiste aux deux Assemblées constituantes, et à l’Assemblée nationale. Il participe à la fête pour le « 100 000e abonné de la Terre ».

32 Christian Pineau (1904-1996), député SFIO de la Sarthe. Ancien ministre du Ravitaillement, il est mêlé au scandale du vin (cf. infra). Il est élu président de la commission des Finances de l’Assemblée nationale, le 6 décembre.

33 Georges Bidault (1889-1983). Le fondateur du MRP qui soutient le tripartisme est nommé président du Conseil, le 23 juin 1946, suite au succès de son parti aux élections du 2 juin. Il démissionne le 28 novembre.

34 François de Menthon (1900-1984). Député MRP de Haute-Savoie, il est procureur général français lors du procès de Nuremberg. En janvier, il est remplacé par A. Champetier de Ribes. Il démissionne des fonctions de rapporteur général de la commission sur la Constitution, suite à la décision du MRP (sur la constitutionnalité des lois). Il est nommé ministre d’État dans le gouvernement Bidault.

35 Paul Rivet (1876-1958). Anthropologue et ethnologue, il dirige le musée de l’Homme. Il est élu député socialiste, en 1946.

36 René Pleven (1901-1993). Député des Côtes-du-Nord à partir de 1945, il était ministre des Finances du général de Gaulle.

37 Paul Pagès (1909-1957). Maire communiste de Suresnes.

38 Jean-DanielJurgensen. Député UDSR de Paris, il rejoint la SFIO.

39 Francisco Franco Bahamonde, général (1892-1975). Chef de l’État espagnol, Franco ferme, le 28 février, les frontières de l’Espagne avec le reste de l’Europe. Une démarche collective (française, américaine et anglaise) le somme de laisser place à un gouvernement provisoire. Le caudillo refuse. Le problème espagnol est évoqué à l’ONU, où se dessinent des divisions importantes. Le 8 décembre, grande manifestation à Madrid de soutien à Franco.

40 Lénine (1870-1924). Le PCF commémore le 22e anniversaire de sa mort. Thorez et Marty participent aux cérémonies à Moscou et Marcel Cachin préside les cérémonies en France, dont celle de Pleyel.

41 Daniel Mayer (né en 1909). Secrétaire général de la SFIO, il est député de la Seine. Le 14 mai, il publie un article dans le Populaire, qui stipule son opposition à une candidature M. Thorez à la présidence du Conseil. Guy Mollet prend sa place à la tête de la SFIO, en septembre, lors du XXXVIIIe Congrès. Il devient ministre du Travail et de la Sécurité sociale dans le gouvernement Blum.

42 Pierre-Henri Teitgen (né en 1908), garde des Sceaux. Il reste ministre de la Justice dans les gouvernements Gouin et Bidault. En décembre, dans le cabinet Blum, il est remplacé par P. Ramadier. Il préside, en avril, le congrès fédéral MRP, en Seine-et-Oise.

43 Marie-Claude Vaillant-Couturier (née en 1912). De retour de déportation en 1945, elle devient membre suppléant du CC du PCF, lors du Xe Congrès, et est élue député communiste. Par ailleurs, elle préside la Fédération démocratique internationale des femmes depuis 1945. Elle témoigne, lors du procès de Nuremberg.

44 Jean Pronteau (né en 1919). Professeur, il est élu député communiste de la Charente. Il dirige l’UJRF.

45 Auguste Havez (1897-1959). Permanent du PCF avant la guerre, résistant arrêté et déporté en 1942, il devient secrétaire administratif du CC, en 1945, sans être membre du CC.

46 François Billoux (1903-1978) et membre du CC du PCF et député communiste des Bouches-du-Rhône. Le 11 janvier 1946, en tant que ministre de l’Économie nationale, il intervient pour dénoncer les contrats frauduleux établis par les compagnies d’assurances afin d’aboutir à leur nationalisation. Il est toujours ministre dans les gouvernements Gouin et Bidault, où il a le portefeuille de la Reconstruction et de l’Urbanisme.

47 Accords MRP-SFIO-PCF : ce sont les débuts du tripartisme.

48 Mendès France (1907-1982). En 1946, il retrouve sa circonscription de l’Eure. Chef de la délégation française à la Conférence de Savannah, début mars, il est désigné officiellement comme administrateur et gouverneur français au FMI et à la BIRD, fin mars (il démissionne, en juillet seulement, du poste d’administrateur).

49 Antoine Neumeyer, dit Pierre (1878-1960). Secrétaire général du Cartel central des services publics, il explique la position des fonctionnaires à l’égard des menaces de compression budgétaire. Il conduit la délégation chez Schuman pour négocier le relèvement des traitements des fonctionnaires.

50 Charles Tillon (1897-1993). À la Libération, il est élu maire d’Aubervilliers puis député communiste. Ministre de l’Air du général de Gaulle, il garde ce portefeuille sous les ministères Gouin et Bidault.

51 Auguste Largentier, mort en 1969. Militant socialiste et de la CGT du Livre, il continua son activité sous l’Occupation. Il dépose pour Luchaire, ce qui lui vaut d’être exclu à vie des syndicats de presse, le 28 mars 1946.

52 Jean Luchaire, journaliste collaborateur aux Nouveaux Temps, puis ministre de l’Intérieur à Sigmaringen, est condamné à mort, le 23 janvier, 1946 et fusillé, le 22 février.

53 Giuseppe Di Vittorio est alors membre du CC du PCI.

54 Wladislaw Anders (1892-1970). Général polonais, né à Blonie, il participa à la Première Guerre mondiale et devint, par la suite, un des cadres de l’armée polonaise. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il combat, en 1939, à la fois les troupes allemandes et l’armée soviétique qui le fait prisonnier. Libéré en 1941, il reprend la lutte mais ne tient pas à combattre aux côtés de l’URSS. C’est ainsi qu’il part en Perse (1942), puis engage son corps expéditionnaire en Italie, où il s’empare de Monte-Cassino. Il se rend à Londres, où il dirige l’AK (Armja Krajowa, l’armée nationale), car il s’oppose aux communistes. Il essaye de fonder une armée blanche contre l’armée populaire. En 1946, il est déchu de sa citoyenneté par le nouveau gouvernement reconnu par les Alliés, le 21 août. Il quitte définitivement l’Italie et choisit Londres comme résidence.

55 Frédéric Joliot-Curie (1900-1958). Ancien président du comité directeur du Front national, ce physicien et membre de l’Institut est nommé directeur du CNRS. Il quitte l’Assemblée consultative, en 1946, ainsi que la direction du CNRS pour devenir haut-commissaire au CEA. Il est désigné comme observateur pour assister aux essais américains de Bikini.

56 Marcel Cachin reprend exactement le discours de la réunion du Secrétariat du PCF, le même jour où l’on peut lire : « La formation du gouvernement c’est la victoire de notre Parti (éloigner de Gaulle, éviter Auriol) » (Archives du PCF, place du Colonel Fabien, Secrétariat du 28 janvier 1946)

57 Le socialiste Félix Gouin forme son gouvernement qui comprend 23 membres, dont sept communistes. Maurice Thorez est vice-président du Conseil. Les cinq ministres sont : Charles Tillon à l’Armement, Marcel Paul à la Production industrielle, Ambroise Croizat au Travail et à la Sécurité sociale, François Billoux à l’Urbanisme, Laurent Casanova aux Anciens Combattants et Victimes de guerre. Il y a aussi deux sous-secrétaires d’État : Marius Patinaud (au Travail) et Auguste Lecœur (à la Production charbonnière).

58 Albert Gazier, né en 1908. Syndicaliste et socialiste, il entre au gouvernement de Félix Gouin comme sous-secrétaire d’État à l’Économie. Il est reconduit comme sous-secrétaire d’État aux Travaux publics et Transports dans le ministère de G. Bidault, et devient secrétaire d’État à la Présidence, en décembre, dans le gouvernement Blum. En juin, lors d’un discours à Épinal, il avait fait le procès du tripartisme.

59 Jacques Rueff, sous-gouverneur honoraire de la Banque de France, membre de l’Institut, dirige l’agence interalliée des réparations que doit l’Allemagne. Cette agence est fixée à Bruxelles. Il fait partie de la délégation française qui participe à l’Assemblée générale de l’ONU, qui s’ouvre à New York, à Flushing Meadows, le 23 octobre.

60 Henri Frenay (1905-1988). Ancien ministre, membre du Comité directeur du MLN, il démissionne, en juin, du Comité directeur du MLN, suite à sa prise de position pour les élections. Il attaque l’Humanité pour diffamation et gagne son procès. En juillet, il dépose au procès du SRA, à Dijon. Il adhère à l’UDSR.

61 Marcel Servin (1918-1968). Cheminot, Marcel Servin adhère au PC, au milieu des années 30. Pendant la guerre, il fut dirigeant du Front national. À la Libération, il devient secrétaire de Maurice Thorez, qui le prit comme chef de cabinet à son ministère. En 1946, il est élu député de la Haute-Saône.

62 Laurent Casanova (1906-1972). Il entre au PCF, en 1928, et participe activement à la résistance. Au Xe Congrès du PC, en 1945, il devient membre titulaire du CC. En 1946, il est nommé ministre des Anciens Combattants, Victimes de la guerre et Déportés dans les gouvernements Gouin et Bidault. En avri, il inaugure le monument édifié à la mémoire des 49 martyrs d’Izieu.

63 Ernest Bevin (1881-1951). Ministre travailliste des Affaires étrangères dans le gouvernement Attlee, qui joue un rôle important au cours des négociations sur l’Espagne de Franco, la Grèce, et qui s’oppose à la France pour la Sarre. Il prône l’idée d’une Allemagne fédérale.

64 José Giral, ce docteur chef du gouvernement espagnol en exil, vit à Mexico. Il dénonce la dictature et les crimes orchestrés par Franco et demande au Foreign Office britannique de rompre ses relations avec le régime espagnol. En mai, il entreprend une tournée en Europe, où il fait de nombreuses conférences.

65 Georges Cogniot (1901-1978). Membre du CC du PCF. Député communiste, il intervient lors des débats sur les nouvelles ressources fiscales et sur la liberté de l’enseignement. Il dénonce violement dans l’Humanité le discours de Bayeux où le « chef de l’État » (...) pourrait « rêver (...) de césarisme ».

66 Eugène Grindel, dit Paul Éluard (1895-1952). Le poète français, qui fut dirigeant du CNE en zone Nord, continue son combat en faveur des droits de l’homme, et en particulier ici pour les Grecs.

67 Roger Picard (1884-1950). Professeur de droit, membre du CC du PCF.

68 Eugénie Cotton (1881-1967). Première agrégée de physique à l’ENS, en 1904, elle fit une carrière à l’ENS. Sous le Front populaire, elle est nommée par Jean Zay directrice de l’ENS et fit rattacher cette école à l’enseignement supérieur. Elle eut une activité antifasciste importante et dénonça les accords de Munich. Démissionnée et mise à la retraite par le gouvernement de Vichy, elle entre, en 1944, à l’UFF et, en 1945, à la Fédération démocratique internationale des femmes (deux organisations dont elle assume la présidence).

69 Pauphilet de la direction de l’École normale supérieure publie, en 1946, l’Université à l’étranger : Prague, Oslo, Bergen.

70 Lucien Febvre (1878-1956). Agrégé de grammaire, il fonde avec Marc Bloch, en 1929, les Annales. Il devient professeur au Collège de France, en 1933. En 1934, il participe activement à la lutte antifasciste et entre au CVIA. En 1938, il dénonce les accords de Munich au sein de « l’Union des intellectuels français pour la justice, la liberté et la paix ». Après la guerre, il continue ses activités d’enseignement et de recherche en histoire.

71 Henri Lévy-Bruhl (1884-1964). Professeur de droit, fils du philosophe et sociologue Lucien Lévy-Bruhl, proche de Jaurès, Henri Lévy-Bruhl est adhérent à la SFIO.

72 Marcel Cohen (1884-1974). Agrégé de grammaire, il devint linguiste de renommée internationale. En 1920, il adhère à la IIIe Internationale, et fut l’un des fondateurs, en 1926, du syndicat de l’enseignement supérieur. Il participe au CVIA, au comité Amsterdam-Pleyel, puis dénonce l’action de Mussolini en Abyssinie. Pendant la guerre, en 1941, il est victime des lois antisémites et racistes de Vichy, et entre dans la clandestinité. À la Libération de Paris, il fait partie de l’état-major de Rol-Tanguy. Il retrouve son poste à l’université.

73 Eugène Prenant, dit Marcel (1893-1983). Membre suppléant du CC du PCF. Élu député à la Constituante, il fut président de la commission parlementaire de l’Éducation nationale.

74 Louis Barrabé, professeur de biologie à la Sorbonne. Depuis la Libération il dirige le SNESup, qu’il avait reconstitué dans la clandestinité.

75 Henri Wallon (1879-1962). Ancien membre du comité directeur du Front national, membre de l’ACP, il est élu député du 2e secteur de Paris à la Constituante. Il reçoit le prix P. Pelliot en décembre 1946.

76 Paul Langevin (1872-1946). Physicien, président de la LDH et conseiller municipal de Paris, Paul Langevin avait adhéré au PCF, en 1944. Il disparaît le 19 décembre 1946. L’Humanité consacre un hommage vibrant à l’intellectuel, au savant et au militant. Des obsèques nationales sont organisées et, le 21 décembre c’est une foule nombreuse qui accompagne P. Langevin au Père-Lachaise.

77 Konni Zilliacus (1894-1967). Député travailliste britannique qui se distingue par ses prises de position prosoviétiques et procommunistes.

78 Le général Joinville, député communiste de la Seine, est chargé par le Secrétariat de présenter un rapport sur l’armée devant le BP, le 7 février (Archives du PCF, Secrétariat du 4 février). Spécialiste des questions militaires, il participe activement au débat parlementaire.

79 Jean-Marie de Lattre de Tassigny (1889-1952). Le général de Lattre est, depuis 1945, chef de l’état-major général de l’armée. Il est nommé président de l’amicale de la Ire Armée et inaugure, le 18 juin, un monument à la mémoire des maquisards, à Souesmes. Il effectue un voyage en Grande-Bretagne.

80 André Diethelm (1896-1954). Le ministre de la Guerre du GPRF est élu, en octobre 1945, député des Vosges. Il est également juré à la Haute Cour de justice.

81 Edmond Michelet (1899-1970). Député MRP, il est ministre de la Défense nationale dans le gouvernement de Gaulle. Dans les gouvernements Gouin et Bidault, il détient le portefeuille de l’Armée, et engage des économies et des réductions d’effectifs.

82 Guy de Boysson (né en 1918). Issu d’une famille catholique, il fréquente le lycée Janson de Sailly, puis la faculté de droit, et enfin l’École libre de science politique. Durant la guerre, il se retrouve résistant au sein des FTP, c’est le tremplin pour une nouvelle carrière. Guy de Boysson est élu député communiste de l’Aveyron, et siège aux commissions de l’Éducation nationale et des Affaires étrangères. Il présente devant cette dernière commission, le 7 février, un exposé sur la situation en Grèce. Dirigeant de la Fédération mondiale de la jeunesse démocratique, il est accusé par les soviétiques d’être trop proche des socialistes [CRCEDHC 17-128-884],

83 Pierre Bourdan, mort en 1947. Pour participer au rassemblement des gauches, il fonde la « Ligue de la République », en mars, avec son camarade de l’UDSR Maurice Lacroix, ainsi que Monnerville et Mendès France (radicaux), Philippe Serre (Jeune République), Yves Farge, etc. Le Comité directeur de l’UDSR, sous sa présidence, exclut, en octobre, Capitant et l’amiral Muselier.

84 Laurent Augustin, né en 1896, ancien ministre des PTT du FP, entre au gouvernement Blum comme ministre d’État, en décembre. Président du Conseil général du Nord depuis 1945, il dirige aussi la Fédération socialiste du département. Au cours de l’année, il a polémiqué avec Lecœur sur le passé de J. Thomas, sous l’Occupation.

85 Jean-Richard Bloch (1884-1947). Professeur, il est, pendant les années 30 un compagnon de route. Il participe, aux côtés d’Aragon, à la direction de Ce Soir. Après avoir témoigné en faveur des députés communistes lors de leur procès, en avril 1940, il part en URSS, en 1941. Il revint en France, en janvier 1945, où il reprend la direction de Ce Soir. En 1946, il est élu conseiller de la République et siège avec les communistes. Il participe activement, dans le camp des oui, au référendum de mai.

86 Matjas Rakosi (1892-1971). Militant socialiste hongrois, il est prisonnier, pendant la Première Guerre mondiale, aux mains des Russes. Il rejoint les bolcheviks et fonde, en 1918, le PC hongrois. Durant la République des soviets hongrois, en 1919, il fait partie du gouvernement. Puis, après l’échec, il se réfugie en Russie, où il participe au Secrétariat du CE de l’IC. En 1925, de retour en Hongrie, il est arrêté et condamné à huit ans et demi de prison (peine aggravée à vie en 1934). En 1940, il est libéré, suite à un échange de prisonniers avec les Russes. Il retrouve sa place à l’IC. En 1945, il est de retour en Hongrie, où il devient Premier ministre du nouveau gouvernement. La république de Hongrie est officiellement proclamée le 1er février 1946.

87 Cachin cite le général britannique, à propos de l’Arménie, mais Wilson Henry Maitland, qui a le commandement suprême en Méditerranée, est surtout connu pour avoir publié un rapport sur le débarquement dans le sud de la France, en août 1946.

88 Pablo Picasso (1881-1973). Ce peintre et artiste espagnol adhère au PC en 1944. Au cours de l’année 1946, il expose à Paris (galerie Visconti), à Bruxelles (en mai), etc.

89 Louis Saillant (1910-1974). Président du CNR, il arbitre la grève avec la presse parisienne. Secrétaire général de la FSM, il conduit la délégation qui rencontre A. Sepahbodi pour protester contre la répression en Iran, en décembre 1946.

90 Henri Longchambon (1896-1969). Commissaire de la République à Lyon, il devient ministre du Ravitaillement dans le ministère Gouin. Il s’occupe à mettre en place la soudure par des importations. Il ne fait plus partie du gouvernement Bidault et est nommé commissaire de la République honoraire, en août.

91 Julien Racamond (1895-1966). Ouvrier agricole puis ouvrier boulanger, à Dijon. Il part très tôt pour Paris et devient un syndicaliste actif. En 1921, il rejoint la CGTU et, en 1925, adhère à la SFIC. Il est membre du BP du PC de 1926 à 1930, date à laquelle il est écarté. Après la Libération, à soixante ans, il participe toujours au secrétariat de la CGT et préside la commission nationale du Ravitaillement.

92 Ben Smith, ministre du Ravitaillement en Angleterre, doit lutter contre la pénurie alimentaire. « Les réserves de riz et de blé (...) sont insignifiantes. (...) Après avoir vainement essayé de diminuer la consommation en réduisant la taille des miches de pain, le gouvernement (...) se résoud à imposer le rationnement du pain en juillet », d’après Chariot Monica, l’Angleterre, 1945-1980, Paris, Imprimerie nationale, 1981, p. 51-52.

93 Harry Truman (1884-1972). Élu sénateur démocrate du Missouri, en 1935, il devient vice-président des États-Unis de F D. Roosevelt, en 1944. Il lui succède à sa mort, comme 33e président des États-Unis.

94 Il s’agit peut-être du général Gabriel Cochet, président de l’association des « Premiers de la résistance », qui publie ses appels de 1940-1941 et qui reçoit la grand-croix de la Légion d’honneur, en septembre.

95 Paul Ramadier (1888-1961). Député socialiste de l’Aveyron, il est nommé rapporteur de la commission parlementaire pour la Nationalisation du gaz et de l’électricité. Il fait partie des 42 membres qui travaillent à la commission de la Constitution, mise sur pied en juillet.

96 Ambroise Croizat (1901-1951). Député communiste, membre du CC. Ministre du Travail dans le gouvernement de novembre 1945 du général de Gaulle, il garde ce poste sous les gouvernements Gouin, Bidault puis Ramadier. En janvier, il s’oppose avec force aux grévistes de la presse parisienne, en déclarant qu’ils sont mieux payés que les fonctionnaires et les métallurgistes, et qu’ils ont travaillé pour la presse de collaboration (28 janvier). Il fait adopter une loi sur les délégués du personnel en avril, et travaille activement à la généralisation des assurances sociales.

97 Marc Dupuy (1889-1979). Devient, au Xe Congrès, membre du CC et suppléant au BP. Il est élu député communiste de la Gironde, en 1946.

98 Pierre Cot (1895-1977). Député radical-socialiste de Savoie, il est exclu du parti radical-socialiste, en avril, lors du Congrès de Lyon, et adhère au MURF. Suite aux démissions des rapporteurs MRP, il devient rapporteur du projet constitutionnel, en avril, et suit de près l’ensemble du débat constitutionnel, tout au long de l’année. Il écrit d’ailleurs, dans l’hebdomadaire philo-communiste Action, un article avant le référendum de mai sur « Trois raisons de la victoire du oui ».

99 Georges Gorse, né en 1915. Député UDSR de Vendée, il rejoint le parti socialiste. Il est rapporteur de la commission des Affaires étrangères pour les accords franco-américains de mai (accords de Washington). En décembre, il refuse de voter pour M. Thorez à la présidence du Conseil (bulletin blanc) et entre au gouvernement de Léon Blum, le 18, comme sous-secrétaire d’État aux Affaires musulmanes.

100 René Massigli, ancien commissaire aux Affaires étrangères du CFLN, il devient ambassadeur de France, à Londres. Il est reçu par E. Bevin, suite à la conférence de Moscou. Il est membre de la délégation française à la Conférence de la paix, à Paris. Il reçoit le grade honorifique de docteur en droit de l’université d’Édimbourg.

101 François Godard, dit Justin (1871-1956). Avocat et militant radical d’avant la guerre, il fut élu député, en 1908, entra au gouvernement de 1915 à 1918, puis fut ministre du Travail de 1924 à 1925. Il devient maire provisoire de Lyon, après la Libération, ayant été membre du Comité directeur du Front national. Il avait par ailleurs présidé la Ligue contre le cancer.

102 Alphonse Juin (1888-1967). Chef d’état-major général de la Défense nationale. Il assiste au discours du général de Gaulle à Bayeux, le 16 juin. Il est chargé d’une mission de rapprochement avec la Chine, en mars, et poursuit sa visite dans le Sud-Est asiatique. Il est reçu et décoré par Tchang Kaï-Check. Au cours de l’année, il fait de nombreux voyages, dont un pèlerinage sur les tombes françaises en Italie. Il est nommé commandant en chef de l’Afrique du Nord.

103 Le général Jean-Marie Bergeret est un ancien ministre de Pétain.

104 Joanny Benier, dit Berlioz Johanny (1892-1965). Ce professeur de langues adhère au PCF, en 1920, et entre comme membre du CC du parti, dès 1926. En 1935, il est élu maire d’Épinay-sur-Seine, puis député communiste, en 1936. Déchu de son mandat, au début de la guerre, il fut déporté en Algérie, à Maison-Carrée. Après la guerre, il retrouve son mandat de maire. Il est élu député à l’Assemblée constituante et participe activement à la commision du Budget. Le 23 décembre 1946, il démissionne suite à son élection, le 8, comme conseiller de la République.

105 Marcel Cachin préside le meeting de l’anniversaire de l’Armée Rouge, conformément aux décisions du Secrétariat du PCF (Archives PCF, Secrétariat du PCF, 4 février 1946).

106 Philippe de Hauteclocque Leclerc, dit (1902-1947). Il commande le corps expéditionnaire envoyé en Indochine par le général de Gaulle, et participe aux négociations avec le Viêt-minh. Il est rappelé en métropole, en juillet, et inspecte les troupes d’Afrique du Nord. Fin décembre, il est chargé par Léon Blum d’une mission pour rétablir l’ordre en Indochine.

107 Georges Thierry d’Argenlieu (1889-1964). Compagnon du général de Gaulle, en 1940, il reste un fidèle gaulliste qui assiste, le 16 juin, au discours de Bayeux. Haut commissaire en Indochine depuis 1945, il reste attaché au principe d’une Indochine française. Dans les négociations avec le Viêt-minh, il rencontre à plusieurs reprises Hô Chi Minh (le 24 mars, le 19 avril la Conférence de Dalat, à la Conférence de Fontainebleau qui s’ouvre le 6 juillet...). En septembre, un modus vivendi est adopté, grâce au ministre Moutet. Mais la situation se dégrade d’octobre à décembre et d’Argenlieu n’hésite pas à faire régner l’ordre sévèrement. Après les incidents d’Haiphong et de Langson, c’est le déclenchement de la guerre d’Indochine.

108 Hô Chi Minh (1890-1969). De son vrai nom Nguyên Tat Thanh, militant socialiste, il participe au Congrès de Tours, où il rejoint la SFIC. En 1923, il séjourne à Moscou et fonde, en 1930, le PC vietnamien. Le 10 août 1945, il ordonne le soulèvement général contre les Japonais et proclame l’indépendance de la République démocratique du Viêt-nam. En novembre, il dissout son parti pour se rapprocher des nationalistes. Il est reconnu officiellement par le gouvernement français lors de la signature, en mars, des accords avec Sainteny. En juillet, il est reçu en France comme chef d’État. Mais il rencontre l’opposition de l’amiral d’Argenlieu, ainsi que de certains camarades du Viêt-minh, tel Giap.

109 René Capitant (1901-1970). Gaulliste, il fonde et dirige à Alger « France combattante », en 1943 ; son secrétaire général adjoint est alors Waldeck Rochet, député communiste qui vient d’être libéré. Il reste proche du général de Gaulle et assiste à son discours, à Bayeux. Élu député de la Seine, il est apparenté à l’UDSR. Dès août 1946, il attaque le MRP pour avoir été infidèle au général de Gaulle. Exclu de l’UDSR en octobre, il se présente aux élections du 10 novembre avec une liste intitulée Union gaulliste (non parrainée par le général), qui défend les principes du discours de Bayeux, liste qui obtient 3 % des suffrages exprimés. Cependant, il siège comme apparenté au groupe UDSR.

110 Jacques Soustelle (1912-1990). Ministre des colonies dans le gouvernement de Gaulle, il a entrepris un voyage en Afrique et rentre rapidement fin janvier, suite à la crise ministérielle. Il reste un fidèle compagnon du général.

111 Yves Farge (1889-1953). Ancien commissaire de la République à Lyon. Dans le cadre du rassemblement des gauches, il fait partie de l’équipe qui fonde le comité de la « Ligue de la République ». Membre du Front national, il est ministre du Ravitaillement dans le cabinet de Georges Bidault.

112 En juin, Walter Citrine participe à la session de la FSM, à Moscou, et donne sa démission, le 1er juillet.

113 Noël-Baker Philip (1889-1982). Ce député travailliste anglais est nommé ministre d’État au Foreign Office, en 1945. Il annonce le retrait des troupes britanniques d’Iran, en mars. Il est élu président de la Conférence de Londres sur le ravitaillement en Europe. En octobre, il devient ministre de l’Air et est délégué suppléant à l’Assemblée générale de l’ONU.

114 En 1946, Vychinski est commissaire adjoint aux Affaires étrangères de l’URSS.

115 Eleanor Roosevelt, femme de l’ancien président des États-Unis. Déléguée américaine à l’Assemblée générale de l’ONU où elle prononce un plaidoyer remarqué en faveur des réfugiés, en novembre 1946.

116 Cristino Garcia (?-1946). Suite à la condamnation à mort de ce républicain espagnol, qui avait participé à la Résistance en France, les démarches sont nombreuses pour qu’il soit grâcié. Il est cependant exécuté le 23 février. Le bureau de la CGT demande la rupture des relations diplomatiques avec l’Espagne.

117 Le 26 février, le gouvernement français décide de fermer sa frontière avec l’Espagne.

118 Yvonne Dumont (née en 1911). Institutrice militante communiste. Clandestine depuis 1941, elle participa à la fondation de l’UFF, dont elle devient membre du secrétariat national, en 1945. En 1946, après avoir suivi l’école centrale du PCF, elle devient secrétaire départementale de la Seine de l’UFF. Elle est désignée par l’AN comme membre du nouveau Conseil de la République siégeant à la commission des Affaires étrangères.

119 La République démocratique du Viêt-nam est reconnue indépendante dans le cadre de l’Union française (accords Sainteny – Hô Chi Minh du 6 mars 1946).

120 Léopold Senghor, né en 1906. Agrégé de grammaire et poète sénégalais, il est élu député socialiste du Sénégal-Mauritanie (dans les deux collèges), ainsi qu’en Côte d’Ivoire (dans le collège des non-citoyens seulement). Il fait partie de la commission de la Constitution, mise sur pied en juillet.

121 Le 5 mars, Winston Churchill, au Westminster College de Fulton, dans le Missouri, déclare que le danger vient de l’Est soviétique et lance la formule du « rideau de fer » ; ce sont les prémices de la guerre froide.

122 Léon Jouhaux (1879-1954). En décembre 1945, il participe au lancement du journal Force ouvrière, qui constitue un pôle de rassemblement des « ex-confédérés ». À la tête de la CGT aux côtés de Frachon, il se rend à Moscou, en juin 1946. Il fait partie de la Délégation française qui participe à l’Assemblée générale de l’ONU qui s’ouvre à New York, à Flushing Meadows, le 23 octobre. La délégation comprend : A. Parodi, le représentant permanent français à l’ONU, P. E. Nagiar, ambassadeur de France, Couve de Murville, le général Catroux, H. Alphand, M. Dejean, J. Fouques-Duparc, J. Rueff, Mme Lefaucheux, V. Boustra et J. de la Grandville. Le secrétaire de la CGT est de plus en plus loin du terrain : BIT, FSM, ONU, autant de responsabilités qui en font un ambassadeur de la CGT, alors que B. Frachon est sur place. D’ailleurs comme le souligne P. Buton, une lettre de Signor confirme que le maintien de Jouhaux à la tête du syndicat est purement tactique (CRCEDHC 17-128-967). (Philippe Buton, op. cit., p. 220).

123 Alain Le Léap (1905-1986). Inspecteur des impôts, il adhère à la CGT en 1928 et devient le secrétaire général du syndicat de cette branche, en 1939. Pendant la guerre, il eut une activité clandestine active et, à la Libération, il devient commissaire du Conseil national de la Résistance auprès du ministre des Finances. Secrétaire général de l’Union générale des fonctionnaires CGT, il se rapproche des communistes au contact de Maurice Thorez.

124 Paul Delanoue (1908-1983). Instituteur, après avoir milité à L’école émancipée, il adhère au PC, en 1926, et au syndicat unitaire de l’enseignement. D’avril 1934 jusqu’au début 1935, il est responsable régional du PC pour l’Indre-et-Loire. Pendant la guerre, après s’être évadé d’Allemagne, il entre dans la clandestinité. A la Libération, il est membre du bureau du SNI et secrétaire de sa commission d’action laïque. Il devient rédacteur de la Vie ouvrière jusqu’en mars 1946. En avril 1946, il est élu secrétaire permanent de la FEN.

125 Jacques Baumel (né en 1916). Le secrétaire général de l’UDSR est député de la Creuse jusqu’au 10 novembre 1946, date à laquelle il n’est pas réélu. Durant ses mandats de député, il est président du groupe parlementaire de l’UDSR et participe aux commissions des Affaires étrangères, des Pensions et de la Constitution. C’est lui qui est à l’origine de l’expression du tripartisme, il avait demandé, le 19 novembre 1945, au général de Gaulle de « reprendre ses négociations pour qu’un gouvernement tripartite puisse être formé dans les plus brefs délais ».

126 Claudine Michaut, membre suppléant du CC du PCF.

127 Salomon Grumbach (1884-1952). Militant socialiste alsacien qui fut élu, en 1928, député de Mulhouse. En 1936, il devient député de Castres et, le 10 juillet 1940, il est à bord du Mass ilia. Après avoir rejoint le Tarn, il est arrêté, emprisonné puis mis en résidence surveillée. Il s’échappe, en 1942, et rejoint sa femme au maquis. En 1944, il fait partie du CD de la SFIO et a la fonction de délégué permanent à l’Internationale socialiste. Élu député du Tarn en 1945, puis 1946, il n’est pas investi, suite à un conflit avec sa fédération – qu’il accusait de vouloir fusionner avec le PC – pour les élections de novembre 1946. Ancien président de la commission des Affaires étrangères, il s’oppose au morcellement de l’Allemagne proposé par le gouvernement Bidault. Il suit la même ligne que Léon Blum, qui s’est rapproché des Anglais. Par ailleurs, il travaille activement aux rapprochements des socialistes européens et participe aux réunions communes d’Hanovre et Hambourg.

128 Riad Solh est ancien président du Conseil libanais, en 1943. Il pose le problème de l’occupation du Liban et de la Syrie à l’ONU. La France déclare que la plupart de ses troupes quitteront le Liban d’ici le 31 août. Il entre au gouvernement de S. Mulah, en mai, et, en décembre, est à nouveau président du Conseil libanais.

129 Le secrétaire général de la CGT continue à soutenir la bataille de la production tout en appuyant les revendications ouvrières pour une augmentation salariale. Il encourage le projet de Marcel Paul pour la nationalisation du gaz et de l’électricité. Il préside au XXVIe Congrès de la CGT qui se tient à Paris du 8 au 14 avril. Si une opposition menée par Valière se fait entendre, le bureau sortant est réélu unanimement : Jouhaux et Frachon demeurent secrétaires généraux (7 ex-unitaires et 6 ex-confédérés). La tendance de Frachon l’emporte sur celle de Jouhaux avec 81 % des mandats. C’est la consécration. En juin, il participe à la réunion du BE de la FSM, à Moscou.

130 Marius Patinaud (1910-1987). Ouvrier armurier, militant syndicaliste actif à Saint-Étienne, il devient, avant la guerre, secrétaire régional du PCF pour la Loire. Arrêté, il peut s’évader la veille de son exécution. À la Libération, il entre comme membre suppléant du CC du PCF. Il est élu député communiste de la Loire. En 1946, il devient sous-secrétaire d’État au Travail et à la Sécurité sociale dans le gouvernement de Félix Gouin. Il garde ce portefeuille dans le ministère Bidault.

131 Denise Bastid (1916-1952). Infirmière, elle abandonne son travail pour le PCF et participe activement au Secours populaire français et au Front national pendant la guerre. Arrêtée en 1943, elle est déportée à Ravensbrück, puis à Swodau. Elle est élue député communiste de la Loire depuis 1945 et participe aux travaux de la commission de la Famille, de la Population et de la Santé publique. Le 3 décembre 1946, elle est élue secrétaire de l’Assemblée nationale.

132 Eugène Claudius-Petit (1907-1989). Ancien dirigeant du MLN, il s’attache à éviter la prise de contrôle du mouvement par les communistes. Député de la Loire, il est président du groupe UDSR, dont il fut l’un des membres fondateurs.

133 Le 15 mars 1946, Léon Blum et Jean Monnet conduisent la délégation française qui vient négocier des prêts américains.

134 Antoine Neyret (1911-1977). Ouvrier des produits chimiques, il adhère au PC en 1936. Arrêté en 1941, il s’évade en 1943. Il devient responsable FTPF du Puy-de-Dôme et Cantal, avant d’être arrêté à nouveau, blessé et libéré par les maquisards à Nîmes. Il prit la direction des FTP de l’Ardèche et fut envoyé en Bretagne. À la Libération, il suit l’école centrale du PCF et milite dans le Lyonnais comme syndicaliste CGT de la Sécurité sociale.

135 Edgard Lalmand, ministre du Ravitaillement en Belgique.

136 Mao Zedong (1893-1976). Président du CC du PCC. Il dénonce l’aide américaine au Guomindang.

137 En liaison avec le rapport de Barbet au BP du PCF (Archives du PCF, Bureau politique, 27 mars 1946).

138 Eugène Hénaff (1904-1966). Ouvrier cimentier, il milite activement à la CGTU, adhère au PC, en 1924, et devient permanent syndical. Après s’être évadé pendant la guerre, il devient adjoint à Charles Tillon pour les FTPF, puis responsable de la liaison du mouvement syndical et FTP. À la Libération, il entre au CC du PCF. Il est secrétaire général de l’Union des syndicats de la région parisienne, qui pousse les salariés à demander une augmentation de leurs salaires. Il participe activement à la rédaction des Cahiers du communisme, dont on retiendra l’article du numéro 1 de janvier 1946, intitulé « Les revendications et les moyens de les faire aboutir ». Au Congrès d’avril, il attaque violemment la minorité qui s’est regroupée autour de Jouhaux, en saluant l’œuvre de Frachon et du « généralissime Staline ».

139 Henri Lespès est député MRP.

140 Pierre Billotte (général), chef de l’état-major général, adjoint de la Défense nationale, est désigné comme membre de la délégation militaire française au comité d’état-major de l’ONU. En mars 1946, il est promu général de division.

141 Abélard ou Abailard Pierre (1079-1142). C’est le créateur en logique qui intéresse ici Marcel Cachin, tout comme le philosophe René Descartes (1596-1650).

142 Petros Roussos (né en 1906), membre du CC du PC grec, l’un des dirigeants de l’EAM.

143 MauriceBedel, qui a présidé la réunion avec les Grecs le 29 mars, est un médecin proche du PCF. Il participera à la conférence de Wroclaw, en 1948.

144 Léon Andrzejewski (pseudonyme de A. Lajb-Wolf, 1910-1978).

145 Albert Bayet (1880-1961). Professeur agrégé de lettres, il entra à la Sorbonne en 1932. Il milita activement, dans les années 30, en faveur de l’amitié franco-soviétique. D’ailleurs, en 1945, il fit une conférence sur « l’esprit démocratique des institutions soviétiques ». Président de la Fédération nationale de la ligue de l’enseignement et de la presse française, ce radical-socialiste, proche de Cot et Chambeiron, est exclu lors du Congrès radical des 6, 7 et 8 avril 1946, à Lyon.

146 François Mauriac (1885-1970). Écrivain, ancien membre du comité directeur du Front national, il participe au mouvement par christianisme et foi en la justice.

147 Ancien combattant, le pasteur Jules Jézéquel, secrétaire de l’Alliance internationale et universelle pour l’amitié par les Églises, était vice-président du RUP.

148 Alexandre Varenne, député UDSR du Puy-de-Dôme, président de l’Association nationale pour l’Indochine française, devient ministre d’État dans le gouvernement de Georges Bidault. Il fait partie de la commission de la Constitution, mise sur pied en juillet. En décembre, le Rassemblement des gauches le présente comme candidat à l’élection du président de l’Assemblée nationale ; il obtient 98 voix, Marcel Cachin 170 et Vincent Auriol 284.

149 En octobre 1945, il est élu député d’Ille-et-Vilaine et préside le groupe des républicains et résistants, apparenté au groupe communiste. Bloc des gauches républicaines.

150 Guy Mollet (1905-1975). Député socialiste, il est élu, en février, président de la commission de la Constitution. Il devient secrétaire général de la SFIO en battant Daniel Mayer. En décembre, il est nommé ministre d’État dans le gouvernement Blum.

151 Amadou Lamingaye ou Lamine-Gueye (1891-1968). Juriste, il est l’une des figures socialistes du Sénégal depuis 1936. En 1946, il est maire de Dakar et député socialiste du Sénégal-Mauritanie, élu par les deux collèges (citoyens, non-citoyens). Il occupe le poste de président de la commission des Territoires d’Outre-mer. Il entre au gouvernement Blum comme secrétaire d’État à la Présidence du gouvernement.

152 Marius Moutet (1876-1968). Député SFIO, l’ancien ministre des Colonies dans le cabinet Blum de juin 1936 retrouve, dix ans plus tard, le portefeuille de la France d’Outre-mer dans les gouvernements Gouin, Bidault et Blum. Il participe activement aux négociations sur l’Indochine et, en particulier, aux entrevues de Fontainebleau. Il abandonne son siège de député pour le Conseil de la République.

153 Jacques Meyrier, ambassadeur français en Chine, négocie l’accord franco-chinois signé en mars.

154 Clement Attlee (1883-1967). Leader du parti travailliste, il est Premier ministre après la victoire du Labour Party, en juillet 1945. Au cours de la session de l’Assemblée des Nations unies, il prononce un discours inaugural, puis celui de clôture. À la Conférence de la paix, il remplace E. Bevin, malade. En octobre, lors du Congrès des trade-unions, il lance une attaque contre les communistes.

155 Louis Noguères (1881-1956). Député, élu président de la Haute Cour de justice par l’Assemblée constituante en février, il est réélu en juin. Il ne préside pas le procès de Pierre Étienne Flandin, car il a participé à l’instruction. Au congrès de la SFIO. en septembre, il intervient pour présenter le fonctionnement et la composition de la Haute Cour.

156 François Arago d’Estagel (1786-1853). Ce physicien et astronome s’est distingué par ses idées libérales. Comme républicain, il a lutté contre la monarchie de Juillet devenu député, en 1848, et il est membre du gouvernement provisoire de février 1848.

157 Raymond Guyot (1903-1986). Au Xe Congrès, il devient membre titulaire du BP. Député de la Seine en 1946 (après avoir été député de l’Aube, en 1945), il est élu, en juin, premier secrétaire de la Fédération parisienne du PCF.

158 Né en 1904, Gaston Auguet était conseiller municipal, secrétaire de la région Paris-Ville, suppléant au CC du PCF depuis 1937. Résistant FTP, il est réélu conseiller municipal de Paris en 1945, retrouve sa place au CC. Il est élu président du Conseil général de la Seine, le 30 juin 1946.

159 8 avril 1946 : nationalisation du gaz et de l’électricité.

160 Ce Congrès, qui s’est déroulé du 8 au 12 avril à Paris, s’est le premier depuis celui de 1938, à Nantes. B. Frachon définit comme « devoir national » la nécessité de produire, et sa motion obtient la majorité absolue des mandats au sein du syndicat.

161 Ilia Ehrenbourg participe comme journaliste au procès de Nuremberg. L’écrivain soviétique anime plusieurs conférences, au cours de l’été 1946, en France, sur l’amitié franco-russe (Paris, Lyon et Saint-Étienne).

162 Auguste Lecœur (1911-1985). Député communiste du Pas-de-Calais. Sous-secrétaire d’État à la Production industrielle (charbon) dans le gouvernement Gouin, il est reconduit au même poste dans le gouvernement Bidault. Fin avril, il entreprend un voyage aux États-Unis pour négocier l’approvisionnement en charbon. Il promulgue le statut du mineur et crée les Charbonnages de France (loi du 17 mai 1946). Il participe activement à la « bataille du charbon », prônée par Maurice Thorez.

163 Draga Mikhaïlovitch, général, est décédé en 1946. Officier de l’armée régulière de Yougoslavie, il prend le maquis contre les Allemands avec ses « chetniks » (1941) et devient ministre de la Guerre du gouvernement de Yougoslavie, à Londres. Il est arrêté en mars 1946, jugé en juin et condamné à mort en juillet. Deux jours après sa condamnation, il est fusillé.

164 Edouard Kardelj (né en 1910). Il adhère au PC yougoslave en 1928, puis part en 1934 étudier à l’ELI. Il participe, aux côtés de Tito, à la résistance yougoslave et devient ministre chargé de rédiger la nouvelle Constitution. Il devient vice-président de Yougoslavie et fait partie de la délégation qui vint à Paris pour la Conférence de la paix (Conférence des Quatre) ; il intervient le 3 mai sur la question de la Vénétie Julienne. Cet instituteur, de formation, accorde fin 1946 une interview à Dominique Desanti, alors journaliste du PCF (les staliniens, Marabout, 1976, p. 126).

165 Waldeck Rochet (1905-1983). Député communiste de Saône-et-Loire, le secrétaire de la section agraire depuis 1934, et le fondateur de la Terre, est désigné comme président de la Commission agricole de l’Assemblée. Conformément au programme du CNR, qui prévoyait « un juste statut du fermage et du métayage », il s’attache à faire voter la loi sur le fermage et le métayage qu’il avait déjà soutenue, en 1936, avec Jean Renaud, votée seulement en mars 1939 par les députés, mais qui était restée enterrée au Sénat. Dès le Xe Congrès du PCF, le 29 juin 1945, il avait évoqué, dans son rapport sur la question agraire – intitulé « Programme de restauration de l’agriculture française » –, le thème de la production, mais il a aussi dégagé les grandes lignes du programme d’ensemble du PCF pour la paysannerie (défense de la petite propriété).

166 Le projet de Constitution est adopté par la Constituante : 309 voix pour (communistes, socialistes et quelques radicaux) et 249 voix contre (le reste des radicaux, le MRP et la droite). Cependant le peuple est appelé à se prononcer par référendum, le 5 mai.

167 Odette Roux est aussi membre suppléant du CC du PCF, depuis le Xe Congrès.

168 Juliette Dubois (1911-1993). Employée des chèques postaux, dans les années 1930 elle milite à l’UJFF en Côte-d’Or. Pendant la guerre, elle est arrêtée et déportée à Ravensbrück. À son retour elle devient membre suppléant du CC du PCF au Xe Congrès. Elle est responsable de la Fédération de Côte-d’Or, après avoir « écarté » Asmus. En 1946, elle est élue conseillère de la République. Elle deviendra la compagne puis l’épouse de Gaston Plissonnier.

169 Léon Mauvais (1902-1980). Membre suppléant du BP du PCF depuis 1945, il est élu conseiller municipal de Paris et conseiller de la République en novembre 1946. Au sein du PCF, il est chargé de suivre l’organisation.

170 Alain Signor (1905-1970). Membre du CC du PCF, il est envoyé à Moscou comme correspondant de l’Humanité de 1945 à 1946. Il dirigeait alors les Cahiers du communisme. De retour fin 1946, il est élu député communiste du Finistère, le 10 novembre.

171 François Tanguy-Prigent (1909-1970). Député socialiste, il est spécialiste des questions agricoles à la SFIO. Il est, avant la guerre, militant à la Bataille socialiste et participe à des réunions organisées par l’Institut agraire international de Moscou, qui a succédé au Krestintern (CRCEDHC, 536-1-301). Pendant la guerre, il participe à la Résistance et fonde, à la Libération, la CGA. Il devient ministre de l’Agriculture, dès 1945, et occupe ce poste jusqu’en 1947. Au cours de l’année, il doit faire face aux pénuries et rétablit la carte T (pain). Il est chargé de conduire la délégation française qui se rend à Copenhague pour la conférence de la FAO. Il participe à de nombreuses réunions en province ou à des manifestations agricoles. Fin septembre, il inaugure, au mont Prabert, un monument à la mémoire du maquis du Grésivaudan.

172 Il s’agit du 2e secteur de la Seine ; la liste est composée comme suit : Marcel Cachin, J. Vermeersch, Henri Wallon, Roger Arnould, Gaston Auguet, Pierre Delon, Yvonne Dumont, Louis Millet, Lucienne Chaussinand, Louis Turpin, André Ouzoulias, Camille Denis. Ces candidatures sont ratifiées lors de la réunion du Secrétariat du PCF, le 23 avril 1946 (Archives du PCF, Secrétariat du 23 avril 1946).

173 Il s’agit peut-être de Joseph Denais. Député du PRL, il s’oppose, en avril à la nationalisation des assurances et s’attache à démontrer leur aspect libéral. Lors du débat sur la loi électorale, en septembre, il critique le principe de la représentation proportionnelle.

174 Moshe Pijadé Pijade. Membre du BP du PC yougoslave, vice-président du Parlement de Yougoslavie, délégué à la Conférence de la paix à Paris, il critique la position américaine sur Trieste, et, pour le traité de paix avec la Bulgarie, il accuse la Grèce de faire obstacle à la solidarité balkanique.

175 Pham Van Dong participe à la Conférence de Fontainebleau, où il prononce un violent discours, craignant que les Français reviennent sur l’accord du 6 mars.

176 René Cassin (1887-1975). Comme vice-président du Conseil d’État et délégué français à la Commission internationale des crimes de guerre, il fait partie de la délégation française qui participe à la première Assemblée générale des Nations unies, en janvier.

177 Vyacheslav Mikhaïlovitch Molotov (1890-1986). En 1946, il est ministre des Affaires étrangères de l’URSS.

178 Passy-Wavrin, colonel (André Dewavrin dit, né en 1911). Directeur général du BCRA (Bureau central de renseignement et d’action), à Londres, puis de la DGER (Direction générale des études et recherches), il démissionne de ses fonctions en février. Il est alors accusé d’avoir profité de sa situation pour effectuer des manœuvres politiques, depuis la Libération, et est arrêté. Il est hospitalisé en août mais n’est toujours pas libéré. Il dépose une requête devant le Conseil d’État en septembre, puis porte plainte contre le ministre E. Michelet.

179 Il est à noter que le Secrétariat du PCF décide à partir de cette date de renforcer la sécurité de Marcel Cachin : « Le service d’ordre central doit protéger Cachin et Frachon au cours des manifestations auxquelles ils participent (responsable du SO central René Maire, en permanence à Paris) » (Archives du PCF, Secrétariat du 13 mai 1946).

180 Le 12 mai, jour où la victoire et la fête de Jeanne d’Arc sont célébrées, le général se rend en Vendée sur la tombe de Clemenceau. Dans ses Lettres, notes et carnets, on peut lire : « Venir, la victoire remportée, vous dire merci des leçons que vous nous avez données. »

181 Robert Lecourt, député et président du groupe parlementaire MRP.

182 André Mercier (1901-1970). Limonadier-restaurateur, il adhère à la CGTU en 1928 et devient secrétaire du syndicat de la Seine. Il est élu député communiste de Paris en 1936 ; déchu en 1940, il entre dans la clandestinité. Après la Libération, il devient député des Deux-Sèvres et est élu comme vice-président de l’Assemblée.

183 Hodja Enver ou Hoxha (1908-1985). Après avoir étudié en Belgique et en France, Enver Hodja rentre dans son pays natal, l’Albanie, où il milite activement au PC et dirige la résistance contre l’occupant nazi. À la Libération, c’est le président de la nouvelle République albanaise.

184 Albert Ouzoulias (né en 1915). Après la Libération, il est nommé conseiller municipal provisoire et est élu, en 1945, comme conseiller communiste de la capitale.

185 Robert Vansittart (Gilbert, lord) est conseiller diplomatique du gouvernement de Grande-Bretagne. Il propose, en avril, une motion sur l’Allemagne, à laquelle le gouvernement britannique se rallie.

186 Yves Fournis. Ingénieur, il entre dans la clandestinité en août 1943 et devient membre du Comité directeur du mouvement Résistance. En juin 1945, il devient secrétaire général de la CGC et est réélu à ce poste, lors du Congrès de mai 1946. Le 8 juillet, il est reçu par Georges Bidault et proteste contre l’exclusion de la CGC du Conseil national économique sur les salaires et les prix. Il obtient gain de cause : le 8 août, A. Croizat annonce à l’Assemblée constituante leur participation à ce conseil.

187 Henri Queuille (1884-1970) est un radical-socialiste corrézien. Le maire d’Ussel, après de nombreux mandats de député, devient conseiller de la République, en 1946.

188 Pour la diffusion du film les Lendemains qui chantent au palais de Chaillot, ce samedi 25 mai, Marcel Cachin prononce une allocution à 20 h 30 (Archives PCF, Secrétariat, décision du Secrétariat du 20 mai 1946).

189 Vasil ou Basil Kolarov (1877-1950). Ce Bulgare alla à l’université de Genève et rejoignit, en 1897, le parti social-démocrate bulgare. Élu député en 1913, il participe à la Conférence de Zimmerwald. Secrétaire du Comité central du PC bulgare dès sa fondation, en 1919, il gravit les échelons du Komintern (jusqu’au CE) et devint l’un de ses commis voyageurs. En 1945, il retourne en Bulgarie et participe, en 1946, à la Conférence pour la paix de Paris. En novembre 1946, il est élu président de l’Assemblée populaire de Bulgarie.

190 Le 28 mai, Blum et Byrnes signent, après deux mois de négociations, les accords de Washington, qui prévoient une aide financière américaine.

191 Raymond Bossus (1903-1981). Il aurait adhéré secrètement au PCF en 1923. Élu, en 1945, conseiller municipal de Paris, il devient secrétaire politique de Paris-ville. À ce titre, il préside la séance d’ouverture du Xe Congrès, à l’occasion duquel il entre au CC.

192 Phil Murray et Pressman s’occupent du CIO (Congress of industrial organization).

193 André Le Trocquer (1884-1963). Député socialiste de la Seine, président du conseil municipal de Paris. Il devient ministre de l’Intérieur dans le gouvernement Gouin et participe à la réorganisation de la police. Il inspecte la Corse, en février, et part pour l’Algérie. En mai, il attaque Thorez pour désertion et un peu plus tard il rend hommage à de Gaulle. En juin, il est remplacé à son poste ministériel par Depreux.

194 André Stibio, député SFIO proche de Ramadier.

195 Jean Monnet (1888-1979). Nommé commissaire général du Plan, au début de l’année, il lance le premier plan de modernisation et d’équipement en 1947. Il souhaite que l’Allemagne fournisse du charbon à la France.

196 Maurice Lemaire (mort en 1979). Ancien élève de l’École polytechnique (promotion 1919), le Vosgien Maurice Lemaire, après avoir fait une carrière remarquée au sein du chemin de fer (inventeur du procédé du soufflage du ballast), est nommé directeur général de la SNCF, dès le mois de mars.

197 Pierre Sémard (1887-1942). Ce dirigeant communiste, fusillé par les Allemands, le 7 mars 1942, dans la prison d’Évreux, est l’un des martyrs du PCF et de la CGT, dont la mémoire est la mieux conservée.

198 Ces élections à la seconde Assemblée constituante se caractérisent par un succès du MRP, qui devance le PCF.

199 Francisque Gay (1885-1963). Ministre par intérim des Affaires étrangères en janvier, il répond favorablement à l’invitation des Alliés pour organiser une conférence sur la paix à Paris. Il est reconduit ministre dans les gouvernements Gouin et Bidault. Dans le premier, il est vice-président du Conseil sans portefeuille (comme M. Thorez) et, dans le second, il est ministre d’État.

200 Louis Terrenoire, député MRP de l’Orne. Il démissionnera en 1947 du MRP avec Philippe Livry-Level, Henri Lespès, Charle Serre, André Guillant, Émile Liquart et Jacques Furaud pour fonder le groupe des Républicains populaires indépendants.

201 Lors de la réunion du secrétariat du PCF, il est décidé que le bureau du groupe communiste serait composé comme suit : « président honneur, Cachin – président, Duclos – secrétaires, Grenier, A. Mercier – membres, Ramette, Fajon, Guyot, Rochet, Garaudy, Braun, A. Sportisse, Peron, G. Roucaute, Joinville, Michaut, Demusois, Lozeray » (Archives du PCF, secrétariat du 11 juin 1946). Par ailleurs, en tant que doyen d’âge de l’Assemblée, Marcel Cachin prononce le discours d’ouverture dans lequel il demande aux constituants de rester fidèles à l’esprit de la Résistance et des libertés républicaines.

202 Raoul Calas (1899-1978). Instituteur, militant communiste depuis les années 1920, il réside, depuis les années 1930 à Béziers, où il occupe les fonctions de secrétaire de la région PC du Languedoc. Puis il part, à la demande du PCF, remplacer A. Ramette, qui est arrêté, pour travailler aux côtés de F. Bonte. De février 1934 à juillet 1936, il devient secrétaire général de l’Humanité. Il retourne par la suite dans sa région, ayant été réintégré avec sa femme dans l’éducation nationale, grâce au gouvernement de Front populaire. Là, il reprend les fonctions de dirigeant de l’Aude-Hérault. Raoul Calas est fait prisonnier, en 1940, alors qu’il était avec son unité dans le Bas-Rhin. En 1941, il est rapatrié et reprend le combat clandestin. Arrêté en 1942, il fut libéré par un groupe FTPF et de l’AS, et prend la tête de la Résistance dans le Lot et la Corrèze, puis dirige les combats de Tulle. Après la Libération, le PCF l’appelle comme permanent à Paris. Au Xe Congrès du PCF, il entre au CC et devient député communiste de l’Hérault.

203 Arrivée d’Hô Chi Minh en métropole pour participer à la Conférence de Fontainebleau, qui débute le 6 juillet.

204 La même année, il est élevé au rang de lord (lord Citrine of Wembley) et participe à l’Office national du charbon. Il préside le Comité pour le bien-être des mineurs.

205 Alcide de Gasperi (1881-1954). Homme politique italien, Alcide de Gasperi, militant antifasciste, fut l’un des fondateurs de la démocratie chrétienne. Suite à la proclamation de la République, Humbert II quitte l’Italie, et Alcide de Gasperi, président du Conseil, est confirmé dans ses fonctions par le Conseil des ministres du 13 juin comme chef provisoire de l’État. Il forme le nouveau gouvernement italien, le 2 juillet.

206 René Arthaud (né en 1915), pharmacien, est secrétaire fédéral communiste du Vaucluse. Ce député fait partie de la commission de la Famille, de la Population et de la Santé. Il entre comme ministre de la Santé publique dans le gouvernement de Georges Bidault le 23 juin. Le 6 août, à Apt, il expose lors d’une conférence de presse son programme. Cependant son ministère dure jusqu’en décembre 1946. Il participe depuis novembre à la commission des Affaires étrangères.

207 Élisabeth Ricol, dite Lise, épouse London (1916). Née à Montceau-les-Mines, cette fille d’émigrés espagnols adhère au JC, en 1931, dans la région lyonnaise. Elle est déléguée au Congrès du mouvement Amsterdam-Pleyel puis part, au cour de l’année 1934, comme dactylo de la section française du Komintern à Moscou. Là elle rencontre Artur London, qui sera son compagnon, puis son mari en 1945. Résistante, elle est arrêtée en 1942, puis déportée en mai 1944, à Ravensbrück, où elle créa un groupe du Front national. De retour à Paris, le 25 mai 1945, elle devient secrétaire nationale de l’UFF et est élue à la commission de Contrôle du PCF, à son Xe Congrès. Elle intervient au CC de juin 1946 sur la question du ravitaillement.

208 Mathilde Méty (1895-1974). Institutrice et militante au SNI, elle adhère au PCF en 1936. À la libération elle entre comme membre du CC. Elle est élue député communiste du Rhône en 1945, puis en 1946.

209 Né en 1907, Molino Lucien est membre suppléant du CC du PCF. À la Libération, il devient secrétaire de l’UD-CGT des Bouches-du-Rhône.

210 François Vittori (1902-1977), militant communiste, chef d’état-major des FTP de Corse et l’un des organisateurs de l’insurrection de septembre 1943. Membre suppléant du CC du PCF, depuis le Xe Congrès de 1945.

211 Né en 1907, Marc Domenech fut ouvrier agricole à Boujan-sur-Libron ; il adhère au PC en 1927. Le PC lui demande de venir à Montpellier, où il s’installe en 1935. Élu secrétaire de la Fédération du PCF de l’Hérault, en 1938, il passe la guerre en captivité, en Allemagne. Il participe à l’activité communiste du département. Mais, le 12 mai 1946, il est victime d’un grave accident qui lui impose le repos. Par la suite, il deviendra secrétaire national du SPF.

212 Joseph Lazare (1885-1967). Il est élu maire de Béziers, en mai 1945, et conseiller général en septembre. Candidat du PCF pour les élections législatives en 1945 et 1946, il n’est pas élu.

213 Il s’agit peut-être de Louis Gautrand, né en 1897, directeur ajoint du cabinet de Charles Tillon, de septembre à novembre 1946.

214 Paul Balmigère né en 1908, est militant communiste depuis 1920, et il devient membre du bureau régional du PCF et responsable du journal le Travailleur du Languedoc. En 1938, il devient secrétaire fédéral du PCF de l’Aude, puis de l’Hérault. Mobilisé en 1940, il est fait prisonnier et passe trois ans en Allemagne. Il revint en 1943 comme rapatrié sanitaire, et reprit le contact avec le PCF. Il est vice-président du CDL de l’Hérault, en 1944, et rejoint le secrétariat fédéral du PCF. En 1945, il est élu conseiller municipal de Montpellier, et conseiller général de Frontignan.

215 Antonin Gros (1890-1977), député communiste de l’Hérault, secrétaire de la Fédération nationale agricole de la CGT réunifiée.

216 Il s’agit peut-être de Léon Pradal secrétaire général du syndicat CGT du Bâtiment de Béziers, dès 1938.

217 Édouard Depreux (1898-1981). Député socialiste, il soutient activement le projet constitutionnel d’avril qu’il considère comme « plus démocratique et plus social que celui de 1875 ». Il devient ministre de l’Intérieur dans le gouvernement de Georges Bidault, le 23 juin, poste qu’il garde dans le ministère Blum. Le 4 décembre, il fait partie des 19 socialistes qui n’ont pas pris part au vote pour investir Maurice Thorez comme président du Conseil.

218 Le colonel de La Rocque est mort le 28 avril 1946.

219 René Mayer (1895-1972). Commissaire général aux Affaires allemandes et autrichiennes, il est élu député radical de Constantine, en juin. Il prononce au Congrès du parti radical, le 8 septembre, un rapport sur la politique extérieure.

220 Stanislas Mikolajczyk, ministre de l’Agriculture de la Pologne, dirige le parti paysan. Il accuse le gouvernement de détruire le parti paysan.

221 Livio Agostini (1883-1963). Militant socialiste italien, il s’était rapproché du Komintern.

222 Yvon Delbos (1881-1956). Ancien ministre des Affaires étrangères, il est délégué à la première Assemblée générale de l’ONU, le 10 janvier, à Londres. Ce député radical socialiste est élu comme vice-président de l’Assemblée, le 13 juin, puis à nouveau, le 3 décembre. Il s’abstient lors du vote pour l’investiture de Maurice Thorez à la présidence du Conseil, le 4 décembre 1946.

223 Émile Buré (1876-1952). De retour des États-Unis, il fit reparaître le quotidien l’Ordre qu’il dirigeait depuis sa fondation, en 1929.

224 À la Libération, Léon Moussinac dirige le Cercle national des intellectuels à Toulouse et, en 1947, il dirige l’IDHEC.

225 Georges Bidault (MRP) vient de former le deuxième gouvernement tripartite qui comprend 22 ministres (8 MRP, 6 SFIO, 6 PCF + 1,1 radical). Maurice Thorez reste vice-président du Conseil (le second est F. Gouin), les cinq ministres communistes du gouvernement Gouin conservent leurs portefeuilles (cf. supra). Les deux nouveaux ministres communistes ou assimilés sont : René Arthaud à la Santé publique et Yves Farge, compagnon de route du PCF, au Ravitaillement.

226 Il semble que la réunion du bureau du groupe communiste ait eu lieu à 11 h et celle du groupe à 14 h (Archives du PCF, Secrétariat, décisions du Secrétariat du 24 juin 1946).

227 Pascal Copeau (1908-1982). S’étant rapproché du PCF, ce député de la Haute-Saône fera partie des 11 communistes, sur 42 membres, qui travailleront à la commission de la Constitution mise, sur pied en juillet.

228 Étienne Fajon (1906-1991). Membre du CC et du BP du PCF. Député, il fait partie de la commission chargée d’élaborer un projet constitutionnel, en juillet 1946.

229 Pierre Charles Bastid, directeur du journal Gringoire, est déféré avec M. Pinci devant un tribunal militaire pour intelligence avec l’armée allemande.

230 Émile Durkheim (1858-1917). Il est l’un des fondateurs de l’école sociologique en France ; ses travaux soulignent le lien entre faits moraux et faits sociaux.

231 Total Paris-banlieue.

232 Cet ancien ministre de l’Agriculture et du Ravitaillement sous Vichy voit la Haute Cour de justice lui rendre un non-lieu en sa faveur.

233 Cachin répare ici l’impair commis la veille par l’Humanité, qui n’avait pas mentionné le discours d’Hô Chi Minh. Le Secrétariat du PC lui a demandé de « réparer l’absence d’information dans le numéro d’aujourd’hui [3 juillet] sur le discours d’Hô Chi Minh » (Archives du PCF, Secrétariat du 3 juillet 1946).

234 Edgar Longuet (1879-1950). Médecin, il resta fidèle à la « vieille maison », au Congrès de Tours. Élu municipal à Alfortville jusqu’en 1925, il milite à la SFIO jusqu’en 1937. Il quitte son parti, suite à la politique de non-intervention en Espagne du gouvernement de Front populaire dirigé par L. Blum. Après la ratification des accords de Munich, il entre au PCF.

235 Il s’agit peut-être de Marie Perrot (1915-1981), qui a épousé Georges, Gosnat. Elle a adhéré au PCF en 1943 et participe activement à la Résistance. A la Libération, elle devient secrétaire fédérale du Finistère et est élue député.

236 Il s’agit peut-être de René Jézéquel instituteur militant socialiste des Côtes-du-Nord ou de Claude Jezequel dit Jean (1910-1984), qui adhère au PCF en 1937. Ouvrier à la pyrotechnie de Saint-Nicolas au Relecq-Kerhuon, il milite au sein de la CGT. Pendant le guerre, il participe activement à la Résistance communiste locale.

237 Texte imprimé.

238 Marie Pierre Kœnig (1898-1970). Devenu général, il commande, de 1945 à 1949, la zone française d’occupation en Allemagne. Le 22 juillet, il décide le rattachement administratif à la Sarre de 79 communes situées entre la Sarre et le Luxembourg, et annonce, en août, la création en zone française d’un « pays » comme celui que les Anglais ont organisé dans la Ruhr. Cela aboutit, en décembre, au bouclage par 1 200 douaniers entre la Sarre et le Palatinat. Au cours du mois de juin, il a assisté au discours prononcé par de Gaulle à Bayeux.

239 On retrouve exactement le discours du Secrétariat du PCF qui stipule : « Ruhr : il ne peut y avoir de véritable contrôle international si cette région n’est pas politiquement détachée de l’Allemagne. Montrer l’activité de l’URSS pour la dénazification de l’Allemagne en regard de la complicité anglo-saxonne avec les trusts allemands » (Archives du PCF, Secrétariat du 16 juillet 1946).

240 Il s’agit de la réunion, à Paris, du Comité exécutif de la FMJD (Fédération mondiale de la jeunesse démocratique, créée à Londres en novembre 1945), qui a débuté le 19 juillet.

241 Van Acker constitue le nouveau gouvernement belge, en avril, dont il assure la direction.

242 Paul-Henri Spaak est ministre des Affaires étrangères du gouvernement belge. En janvier, il est élu, au vote secret, président de l’Assemblée des Nations unies. En mars, il essaye de constituer un gouvernement mais il est vivement combattu par le PC et n’obtient pas le vote de confiance. Il garde son portefeuille dans le ministère de Van Acker. En août, il préside la séance de la commission du Règlement à la Conférence de la paix de Paris.

243 Marcel Cachin répond à l’invitation du Secrétariat du PCF : « Demander à Marcel Cachin de reprendre sa campagne sur le ravitaillement » (Archives du PCF, Secrétariat du 22 juillet 1946).

244 Ferhat Abbas (Ferrat Habas, 1899-1985). Ce pharmacien nationaliste est libéré, en 1946, suite à l’amnistie du 9 mars. Il renoue avec ses amis de l’UDMA (Union démocratique du manifeste algérien), qui reste dissoute, et participe à la campagne électorale de mai-juin avec comme slogan « Ni assimilation, ni nouveaux maîtres, ni séparatisme ». 11 proteste auprès d’Yves Chataigneau contre les pressions exercées lors de la campagne électorale. Il est cependant élu député dans le collège des non-citoyens avec dix autres camarades. Il participe aux travaux de la commission de la Constitution, nommée en juillet (qu’il quitte en septembre). En novembre, il ne présente pas de candidat et soutient officieusement les listes communistes.

245 Le PCF a ses propres analyses qui divergent avec Moscou. Les Soviétiques sont favorables au maintien de l’intégrité de l’État allemand, alors que le PCF parle « d’internationalisation de la Rhur [...], du rattachement de la Sarre » (l’Humanité du 6 août, qui relate le discours de M. Thorez, la veille à Rouen]. Si Philippe Buton ne pense pas qu’il s’agit d’un point d’achoppement lié à la « nationalisation » du PCF – qu’il considère secondaire [Philippe Buton, op. cit., p. 263) –, on peut cependant appréhender une position identique aux autres partis du gouvernement ; ainsi le PCF réagit comme un garant des intérêts de la France même s’il lutte pour le communisme international. D’ailleurs ne faut-il pas voir dans la formule « une Allemagne soviétique » une provocation à l’égard de la diplomatie soviétique, plus qu’une contradiction du PCF ? Le débat reste ouvert.

246 Le général Lucius Clay est gouverneur militaire adjoint de la zone américaine d’occupation en Allemagne.

247 Julien Airoldi (1900-1974). Secrétaire de la Fédération communiste du Rhône, membre suppléant du CC en 1937, il est emprisonné en 1940 puis, évadé, participe à la Résistance dans le Midi. Il est élu conseiller municipal et adjoint au maire de Lyon, puis député du Rhône à la Constituante, il devient membre titulaire du CC, en 1945. Il intervient dans le débat parlementaire sur la nationalisation du gaz et de l’électricité en déposant un amendement stipulant qu’il doit s’agir d’un règlement d’administration, mais non d’une loi. Amendement qu’il retire et l’ensemble de la loi est votée par 490 voix contre 60 (JO, 8 avril 1946).

248 Philippe Lamour, secrétaire général de la CGA, exploitant dans le Gard.

249 André Colin (1910-1978). Député MRP du Finistère. Le secrétaire général du MRP s’oppose fortement au projet de Constitution déposé en mai et parle de « dictature de la majorité ». Il entre au gouvernement de Georges Bidault, le 23 juin, comme secrétaire d’État à la présidence du Conseil.

250 Né en 1902, André Ferrat entre au Comité directeur de la SFIO à son XXXVIIIe Congrès, en août 1946.

251 Louis Dupic (1904-1974). Ajusteur-outilleur, il adhère au PC en 1923. Il devint secrétaire de l’UL CGT réunifiée de Vénissieux. Surveillé pendant la guerre, il est arrêté et déporté en Algérie. En 1944, il lance depuis radio-Alger un appel à la grève insurrectionnelle pour les ouvriers du Lyonnais. En 1945, il est élu maire communiste de Vénissieux.

252 Roudil Démosthène, Georges, Marius, dit Lanet (8 avril 1905-4 février 1980). Militant communiste du Lyonnais, il entre au bureau régional du PCF en 1934 et participe activement au Comité de Front populaire de Vénissieux, dont il est le responsable. Arrêté en novembre 1940, il est livré aux Allemands le 1er juillet 1944. Déporté à Buchenwald, il est de retour en France, le 13 mai 1945, et reprend sa place à la direction fédérale du PCF du Lyonnais. Il est secrétaire de Louis Dupic, maire de Vénissieux, puis devient son adjoint en 1947.

253 Il s’agit de la Conférence bipartite, gouvernement-syndicats, qui s’est tenue du 4 au 29 juillet au Palais Royal. Elle aboutit à un accord qui prévoit une augmentation des salaires de l’ordre de 18 % en moyenne, et un relèvement des allocations familiales de 50 %.

254 Hadj Messali (1898-1974). Dirigeant du Parti du peuple algérien, qui a succédé à l’Étoile nord-africaine, il est emprisonné depuis 1937. Il n’en sort qu’après la guerre. Il renforce le PPA, qui devient le MTLD (Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques) au cours de l’année.

255 Yves. Chataigneau Gouverneur général de l’Algérie, il reçoit une délégation conduite par F. Abbas, en juin, qui proteste contre la pression administrative lors des élections.

256 Jean Guillon (1908-1974). Professeur d’histoire géographie, il adhère à la JC. en 1930, et au PC, un an plus tard. Il milite activement au sein de la CGTU puis de la CGT réunifiée. Pendant la guerre, il fut membre du « triangle de direction » du PC pour l’Indre-et-Loire. À partir de 1943, il dirige le PC clandestin de la Nièvre, puis l’interrégion Nièvre, Loiret, Loir-et-Cher, Indre-et-Loire. Arrêté, il est déporté à Mathausen. En 1945, puis 1946, il est élu député communiste d’Indre-et-Loire.

257 Gustave Avisse (né en 1908). Ce militant communiste docker participe à la libération de Paris comme adjoint de Roi-Tanguy.

258 Jacques Grésa (1898-1964). Il adhère au PC en 1925 et deveint député communiste du Front populaire dans la 2e circonscription du 1er arrondissement de Paris. Signataire de la lettre du GOPF, il fut déchu de son mandat et interné comme ses 26 camarades du « chemin de l’honneur ». Il fut libéré en Algérie, en 1943, et prit la direction du cabinet civil de Fernand Grenier, puis de Charles Tillon. Il est élu député de la Haute-Garonne, en 1945, puis en 1946.

259 Alexandre Parodi, conseiller d’État. Il est invité par les États-Unis comme observateur aux essais nucléaires de Bikini. Représentant français permanent au Conseil de l’ONU, il participe à son Assemblée générale qui s’ouvre à New York, à Flushing Meadows, le 23 octobre 1946.

260 Les grèves qui se multiplient en juillet sont l’initiative d’un vieux militant « ex-confédéré » qui transforme le comité de grève en un comité d’action syndicale, qui devient très vite une Fédération syndicaliste des PTT, en marge de la Fédération postale de la CGT : c’est l’amorce de la scission.

261 Eugène Thomas (1903-1969). Instituteur et militant socialiste du Nord, il est élu député en 1936. Arrêté lors d’une mission clandestine à Paris, en 1943, il est déporté à Buchenwald. De retour en 1945, il retrouve le CD de la SFIO et il est élu député du Nord. Il devient ministre socialiste des PTT dans le ministère de Gaulle. Eugène Thomas retrouve le même portefeuille dans le gouvernement Blum, en décembre 1946.

262 Le député socialiste du Nord, Augustin Laurent, ancien ministre des PTT du FP, entre au gouvernement Blum comme ministre d’État en décembre.

263 Jean Letourneau (MRP) est ministre des PTT dans les ministères Gouin et Bidault.

264 Béthouart Antoine général Émile-Marie dit (1889-1982). Officier de carrière, le général Béthouart, chef de la mission militaire à Washington du général Giraud puis du CFLN, en 1942-1943, chef d’état-major de la Défense nationale à Alger, en 1943, puis commandant du 1er corps d’armée, en 1944-1945, il est nommé, en 1945, commandant de la zone française d’occupation en Autriche, poste qu’il occupe toujours en 1946. Il déclare, le 15 octobre, que « l’occupation de ce pays qui n’est pas un pays vaincu est un paradoxe ». Il est nommé, le 13 novembre, haut-commissaire de la République française en Autriche et s’installe à Vienne.

265 Georges Tatarescu est vice-président du Conseil et ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement roumain. Il est délégué à la Conférence de la paix à Paris, en août. Lors de sa venue en France, il est reçu par le président du Conseil G. Bidault.

266 Jan Mazarik ou Masaryk, ministre des Affaires étrangères de Tchécoslovaquie. Il signe un traité avec la Hongrie sur les minorités hongroises de Slovaquie, en août.

267 Il s’agit peut-être du pseudonyme de Charles Fréchard, secrétaire des Amis de l’Humanité dès 1935.

268 Paul Coste-Floret, député MRP de l’Hérault, se prononce le 12 janvier dans Quatrième République en faveur d’un régime parlementaire et devient rapporteur de la Commission constitutionnelle. Suite à l’abandon du principe de la constitutionnalité des lois par les socialistes, il démissionne, comme ses collègues MRP de Menthon et Viard, le 3 avril. Cependant, il n’abandonne pas ce travail puisque, en juillet il est à nouveau nommé comme membre à la commission de la constitution, dont il sera le rapporteur le 20 août (11 MRP, 11 communistes, 9 socialistes, 3 Rassemblement des gauches, 2 PRL, 2 indépendants, 1 UDMA et 3 députés d’outre-mer).

269 Marceau Pivert (1895-1958). Professeur et syndicaliste il fonde à la SFIO la tendance Gauche révolutionnaire, en 1935, et le PSOP en 1938. Il rentre en France, en 1946, après avoir passé cinq ans d’exil au Mexique. Il est réintégré à la SFIO au Congrès d’août 1946 et prend la direction des services cinématographiques du Parti afin d’organiser la propagande.

270 Le 14 mars, lors d’une réunion de la Commission exécutive du parti radical-socialiste, Paul Anxionnaz défend un projet de fusion avec le MRP pour créer un grand parti de centre gauche. M. Dreyfus-Schmidt et Pierre Cot s’opposent violemment à ce projet, qui ne voit pas le jour.

271 Gilbert Germa, militant communiste de la Haute-Garonne résidant près de Toulouse. À partir du printemps 1946, il est secrétaire fédéral du PCF de l’Hérault.

272 À Toulouse, M. Cachin commente la position du PCF sur le projet constitutionnel.

273 Gaston Biscarlet (né en 1908). Instituteur, il adhère au PC en 1931. Résistant, il entre au CDL de la Haute-Loire et est élu député, dès le 21 octobre 1945, et réélu, en 1946. Il participe aux commissions des Affaires étrangères, des Territoires d’outre-mer.

274 Colonna, député UDSR de Tunisie, intervient à propos du débat sur l’amnistie des troubles de Sétif, où il demande que soient libérés les « 20 000 Français encore prisonniers victimes de la propagande vichyssoise ». Il adhère à l’Union gaulliste de Capitant, dès sa fondation.

275 Florimond Bonte (1890-1977). Membre du CC, il siège au BP sans en être officiellement membre. Pour le référendum de mai, il avait écrit dans l’Humanité : « Jamais Constitution française n’a apporté au peuple plus de libertés, plus de droits, plus de sécurité. »

276 Dans son discours à Stuttgart, le 6 septembre, le secrétaire d’État américain J.F. Byrnes déclare que l’Allemagne doit être reconstituée, doit avoir une unité économique et doit être intégrée au sein des nations pacifiques.

277 Walter Lippman est un journaliste américain qui participe au procès de Nuremberg. En mai, il affirme que l’URSS prépare une nouvelle alliance avec l’Allemagne pour se partager la Pologne.

278 Henry A. Wallace, secrétaire au commerce des États-Unis. Il annonce au début de l’année une collecte de vivres pour l’Europe. Il est en désaccord, avec la politique extérieure des États-Unis de Truman, et rend public son désaccord le 17 septembre. Il dirige alors le journal New Republic et multiplie les déclarations prosoviétiques. Il a l’appui de Taylor et du PC américain.

279 Sumner Welles, ancien sous-secrétaire d’État américain. En mars, il fait une allocution radiodiffusée sur l’Espagne. En août, il critique vivement la position de Byrnes sur un gouvernement central en Allemagne.

280 Wilhem Pieck (1876-1960). Il fut l’un des fondateurs du parti communiste allemand (KPD). Il dirige le SED (Sozialistische Einheitspartei Deutschlands), qu’il fonde avec Grotewohl, le 22 avril 1946.

281 Otto Grotewohl (1894-1964), militant social-démocrate et député au Reichstag avant 1933, plusieurs fois emprisonné pendant la guerre, préside, en 1945, le SPD reconstitué en zone soviétique et met en œuvre l’unité d’action avec le KPD (accord du 19 juin 1945). Président du Comité central du parti social-démocrate de Berlin, il quitte ce parti entre au parti socialiste unifié et travaille avec les communistes. Il dirige le SED (Sozialistische Einheitspartei Deutschlands).

282 Kurt Dr. Schumacher. Nouveau dirigeant du SPD avec Otto Grotewohl, il est très anticommuniste. Son idéal est incarné par la Suède et par l’Angleterre travailliste. Il est accueilli à Londres, le 5 décembre, avec beaucoup d’égards, ce qui vaut une protestation du gouvernement français auprès des Britanniques.

283 Victor Dupouy (1901-1981), ouvrier ajusteur, adhère au PC en 1925. Il est élu maire d’Argenteuil, en 1935. Suspendu de ses fonctions après l’interdiction du PCF, il entre dans la clandestinité et participe à la libération de Marseille. Il est à nouveau élu maire d’Argenteuil, après la guerre.

284 Gabriel Péri (1902-1941). Ce militant et dirigeant communiste fusillé, par les Allemands, le 15 décembre 1941, au mont Valérien, devint un martyr du « parti des 75 000 fusillés ». En mai 1946, on assiste à la formation du comité d’initiative pour l’érection d’un monument à sa mémoire.

285 Marcel Cachin fête ses 77 ans au siège de LlHumanité.

286 C’est W. Rochet qui fit un rapport devant le BP sur la Conférence de Copenhague, à laquelle il a participé au sein de la délégation française.

287 L’amiral Horthy a dirigé la Hongrie en régence, de 1920 à 1944 ; il fut enlevé par les Allemands en 1944. Il vit réfugié au Portugal.

288 Laszlo de Bardossy, ancien Premier ministre de Hongrie, est condamné à mort comme criminel de guerre par le tribunal populaire suprême de Hongrie, début janvier.

289 Ferenc Szalasi, ancien président du Conseil en Hongrie. Il est acclamé par la droite à Budapest en février, puis condamné à mort en mars, et exécuté en août.

290 Depuis février, la République est proclamée en Hongrie, le pasteur Zoltan Tildy, chef du gouvernement, est élu président de la République.

291 Wallace, favorable à la coopération avec l’URSS, démissionne le 20 septembre 1946.

292 Note en marge de la page.

293 Arthur Horner (1894-1968).

294 Marcel Cachin résume ici le rapport de F. Billoux au BP du PCF (Archives du PCF, BP du 26 septembre 1946).

295 Lajos Kossuth (1802-1894). Avocat et homme politique hongrois, il participa à la révolution de 1848 en Hongrie, dont il prit la direction. Contraint de démissionner en 1849, il se réfugia en Turquie, puis en Angleterre et, enfin, au Piémont.

296 Le verdict est tombé le 1er octobre.

297 Franz von Papen (1879-1969). Député du centre catholique au Parlement de Prusse, en 1923, il est nommé à la Chancellerie, en 1932, par Hindenburg. Par sa vision libérale, il laisse les mains libres à Hitler et aux SA.

298 Hjalmar Schacht, ministre de l’Économie du IIIe Reich et président de la Reichsbank. Jugé comme criminel de guerre, il est acquitté lors du procès de Nuremberg, tout comme F. von Papen et H. Fritzsche. Le procureur général de la chambre de dénazification de Nuremberg ordonne son arrestation, puis il est remis en liberté et arrêté à nouveau à Stuttgart. Il est ensuite déféré devant la chambre de dénazification de Bavière.

299 Yves Farge (1889-1953), ancien commissaire de la République à Lyon. Dans le cadre du rassemblement des gauches, il fait partie de l’équipe qui fonde le comité de la « Ligue de la République ». Membre du Front national, il est ministre du Ravitaillement dans le cabinet de Georges Bidault. Aussitôt il s’attaque au problème du marché noir et n’accorde pas immédiatement la liberté du marché de la viande (double secteur). Il conduit la délégation française à la Conférence internationale de la FAO, à Copenhague (août). Le 4 octobre, il fait voter trois textes de loi pour lutter fermement contre la fraude et revient au libre marché pour la viande (JO, 5 octobre). Il est souvent la cible d’attaques violentes de Roger Capgras de J. Bloch-Mohrange et de P. Malafosse (les deux derniers n’hésitent pas à lui intenter des procès pour diffamation).

300 Malafosse, directeur du service du vin, qui est impliqué dans le dossier du scandale du vin.

301 De Vibraye, marchand de vin en gros qui est mis en cause dans le scandale du vin. Palewsky dément l’avoir protégé.

302 Roger Capgras, président du Syndicat national des importateurs et exportateurs des fruits et primeurs. Il critique à plusieurs reprises la politique d’Yves Farge.

303 Arthur Koestler (1905-1983), écrivain hongrois naturalisé anglais, dénonce dans ce roman les procès staliniens. Paru, dès 1940, dans une version allemande, cet ouvrage fut traduit en anglais sous le titre Darkness at Noon. Le PCF a essayé de faire interdire la parution de cet ouvrage en France, par l’intermédiaire de Jacques Duclos. Il échoue et ce livre vient ternir l’image du mouvement communiste. D’ailleurs, la presse communiste annonce la parution prochaine d’une suite le Yogi et le Commissaire (Action du 12 octobre 1946).

304 Jules Hardouin Mansart (1646-1708). Architecte français qui réalise la galerie des Glaces de Versailles. Pour le 300e anniversaire de sa naissance, de nombreuses fêtes et manifestations sont organisées.

305 Karl Haushofer, ancien conseiller d’Adolphe Hitler, s’est suicidé en mars 1946. Il était le fondateur de l’école de « géopolitique » en Allemagne, qui s’inspirait des travaux de H.J. MacKinder sur « l’île-continent ».

306 Sutan Sjahrir (dr), socialiste, chef du gouvernement indonésien. Il préconise un règlement international pour le problème indonésien et approuve la présence des troupes britanniques. Après avoir démissionné en mars, il réforme un gouvernement où il a les pleins pouvoirs pour négocier avec les Pays-Bas. En juillet, il est enlevé avec plusieurs de ses collaborateurs, puis est relâché. Il fait arrêter le responsable du rapt, Soebardjo. En octobre, il effectue un nouveau remaniement ministériel qui ne semble plus correspondre aux aspirations populaires.

307 Paul Faure (1878-1960). Exclu de la SFIO en novembre 1944, il fonde le parti socialiste démocratique.

308 Jacques Bénigne Bossuet (1627-1704). Évêque prédicateur que Marcel Cachin cite pour illustrer son développement sur le gallicanisme.

309 Jean Charlier, dit Jean de Gerson (1363-1429), théologien et prédicateur.

310 Mgr Denis Affre (-1848). Archevêque de Paris qui est tué par une balle perdue au cours des journées de juin 1848 (25 juin), alors qu’il essayait de s’interposer entre les insurgés et la troupe. Des insurgés exilés fondent Affreville en son honneur, en Algérie.

311 Lucien Noël dit Noël Noël (1897-1989), acteur de cinéma français.

312 La soirée est présidée par M. Cachin.

313 Les élections du 5 novembre sont un succès pour les Républicains qui l’emportent dans trente États et qui contrôlent les deux Chambres du Congrès.

314 Lors de ces élections législatives, le PCF redevient le premier parti de France.

315 René Blech, écrivain et poète, dirige en 1937 la revue Commune de l’AEAR. Pendant la guerre, il fait partie du Front national des intellectuels. Il dirigeait l’Écran français.

316 Il est étonnant que Marcel Cachin n’évoque pas la réunion du BP où il a été question de la situation de l’Humanité (Archives du PCF, BP, 21 novembre 1946).

317 Raymond Tournemaine (1893-1973). Cheminot, secrétaire général de l’Union Nord CGT et membre titulaire du CC du PCF depuis le Xe Congrès, il participe activement à la « bataille de la production ».

318 À cette réunion du CC à Puteaux, le PCF revendique la présidence du Conseil et propose à la SFIO un programme de gouvernement.

319 Démission de G. Bidault. Marcel Cachin prononce un discours devant l’AN, où il appelle à un redressement du pays.

320 « Élection du bureau de la Chambre : soutenir la candidature de Marcel Cachin à la présidence de la Chambre et la soutenir afin d’obliger les socialistes à prendre leurs responsabilités et à se déterminer pour une entente avec ou contre nous » (Archives du PCF, Secrétariat du 2 décembre 1946).

321 M. Thorez n’obtient pas l’investiture à la présidence du Conseil (261 suffrages sur 579 votants).

322 Eskandari Iradj Eskouderi, chef du parti Toudeh en Iran. En août, il est nommé ministre du Tourisme et de l’Industrie dans le gouvernement de Ghavam es Sultaneh, et fait une déclaration sur les relations franco-iraniennes. Il quitte le gouvernement en octobre et est assassiné en décembre, lors de la répression qui s’abat sur les partis d’extrême gauche.

323 Mac Arthur Douglas : général américain, commandant des forces d’occupation au Japon.

324 Lucien Sampaix (1899-1941). Secrétaire général de l’Humanité, ce militant et dirigeant communiste est fusillé par les Allemands, le 15 décembre 1941, à Caen. Il devient un martyr du « parti des 75 000 fusillés », son nom est souvent associé, lors des cérémonies comméroratives, à celui de Gabriel Péri (1902-1941).

325 Marcel Cachin vient d’être condamné en tant que directeur de l’Humanité pour diffamation contre R. Baudet par la 17e Chambre correctionnelle de la Seine (le Monde, 19 décembre 1946, p. 8).

326 Adolphe Aumeran (1887-1980). Né à Philippeville, il travaille comme agronome en Algérie. Pendant la guerre, il participe aux campagnes d’Italie, de France et d’Allemagne au sein des FFL, où il obtient le grade de général de brigade. Il se présente, en 1945, sur la liste de « souveraineté française », mais il n’est pas élu. Il participe à la fondation du PRL et est élu comme député, le 10 novembre 1946. Il fait partie de la commission des Affaires étrangères et est nommé juré à la Haute Cour de justice.

327 Marcel Roclore (1897-1966), député indépendant, est maire de Saulieu.

328 Marcel Cachin est nommé président de la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale.

329 Émile Kahn (1876-1958). Professeur et journaliste, ce militant socialiste était secrétaire général de la LDH depuis 1932.

330 Bogomolov, ambassadeur de l’URSS en France, participe à la cérémonie d’arrivée dans le port de Marseille de 52 000 tonnes de blé russe. Il soutient l’initiative française pour débattre de la question espagnole devant le Conseil de sécurité du 8 mars.

331 Georges Beaugrand (1893-1981). Ouvrier boucher aux abattoirs de La Villette, il adhéra au PCF en 1920 et fut militant de la CGTU des travailleurs de la viande. Il devint maire de Gentilly, en 1934. Il est suspendu au début de la guerre et vient s’installer dans une commune morvandelle de la Nièvre, Arleuf, où il se marie. Arrêté, il est transféré au camp de Pithiviers. De cette période à la fin de la guerre, son nom est mêlé à une affaire au sein du PCF : il est désigné comme traître au Parti pour avoir travaillé pour une « officine hitlérienne, le POPF ». Il a toujours démenti ses accusations, mais il est exclu en 1946. Cependant, en 1947, on peut encore lire dans les Archives du secrétariat du PCF : « Nièvre : intervenir auprès de la Fédération afin qu’elle réagisse contre l’attitude de la cellule d’Arleuf vis-à-vis du traître Beaugrand (L. Mauvais) » (Archives PCF, Secrétariat du 10 février 1947).

332 Il s’agit peut-être de Ramey secrétaire de la Fédération communiste du Vaucluse en 1922

333 Étienne Charpier (1897-1973). Militant communiste depuis la création de la SFIC, il participa aussi activement à la lutte syndicale. Il est élu comme conseiller général de Bollène, en 1934. Arrêté en 1940, il fut interné au camp de Chabanet, puis celui de Signes avant d’être transféré en Algérie. Libéré en 1943, il revint en 1944 et fut élu conseiller municipal d’Avignon, puis premier adjoint au maire de la ville. Il fut aussi élu conseiller général de Bédarrides.

334 Il s’agit peut-être de Jean Lartigue (1910-1987), militant communiste, rédacteur à la préfecture de Marseille qui fut déchu de ses fonctions pendant la guerre. À la Libération, il retrouve sa place.

335 Auguste Champetier de Ribes (1882-1947). Ce dirigeant du MRP succède à de Menthon comme délégué du gouvernement français au parquet du tribunal de Nuremberg. Conseiller de la République, il brigue le mandat de président de cette assemblée, en décembre, et est élu au troisième tour. Il sera le candidat MRP pour l’élection présidentielle de 1947.

336 En 1946, Georges Marrane devient administrateur de l’OPHB de la Seine. En novembre, il est élu conseiller de la République et, le 27 décembre, il se présente à l’élection de la présidence de cette assemblée, où il est battu par Champetier de Ribes (MRP) par 124 voix contre 119.

337 Jules Gasser. Conseiller de la République d’Oran, ce radical socialiste préside la première séance du Conseil de la République, en décembre, en tant que doyen d’âge. Il se présente comme candidat RGR à la présidence, mais il est battu.

338 Joseph Barel, dit Virgile (1899-1979). Après son arrestation, son périple vers l’Algérie puis sa libération, en 1943, il devient le secrétaire du Secours populaire en Algérie, et entre comme secrétaire du cabinet de François Billoux, ministre d’État du CFLN. En 1944, il est élu comme dirigeant de la Fédération du PCF des Alpes-Maritimes et est nommé président de la délégation spéciale de la ville de Nice jusqu’en mai 1945. En juillet 1946, il fut critiqué par la conférence fédérale, présidée par Thorez, pour son échec aux élections municipales : il n’était pas jugé assez unitaire et surtout il lui était reproché de n’avoir pas dénoncé Médecin « comme ennemi de toujours des forces démocratiques ». Il démissionne du poste de secrétaire fédéral, mais reste au bureau. Député des Alpes-Maritimes, il participe aux travaux des commissions de la Presse, des Affaires économiques, puis de l’Intérieur.

339 Habib ibn Ali Bourguiba (Monastir, 1903). Fondateur du Néo-Destour en 1934, il lutte activement pour l’indépendance de son pays. En mars, il conduit une délégation nord-africaine pour déposer un mémoire devant la commission d’enquête anglo-américaine sur la Palestine.

340 Auguste Dormoy (dit Parenthou) (1876-1970). Fonctionnaire à la préfecture de la Seine, il milita très jeune dans le mouvement socialiste. Au début du siècle, il adhère au POF, puis rejoint la SFIO. Il fut élu député socialiste en 1919. Malade, il n’était pas à Tours, en 1920, mais il siégea au sein du groupe des députés communistes. Il entra au Comité directeur puis au BP de la SFIO. En 1924, il fut battu aux élections législatives, reprit sa carrière de fonctionnaire et retourna à la SFIO. Pendant la guerre, il vit à Menton et, à la Libération, la municipalité le nomme maire de la ville.

341 Claude Briday. Directeur d’une coopérative électrique, il était l’une des figures marquantes du communisme local.

342 Jawaharlal Nehru (1889-1964) préside le Congrès national indien.

343 Mohammed Ali Jennah ou Jinnah est président de la Ligue musulmane panindienne. Il critique le plan britannique pour la Constitution indienne et demande des garanties pour le Pakistan. Il revendique la séparation du Pakistan et de l’Hindoustan. Il accepte l’invitation du gouvernement britannique pour négocier à Londres. Au Caire, il appelle à la coopération entre musulmans.

© CNRS Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search