Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books CNRS Éditions Histoire Carnets. Tome IV Carnets Marcel Cachin – Année 1945

Carnets. Tome IV

 | 
Marcel Cachin

Année 1945

Carnets Marcel Cachin – Année 1945

Texte intégral

1 Premières pages de l’agenda

2La Résistance entre l’arrivisme et le règlement.

3Reculer quand il faut, pour mieux progresser.

4Il y a un grand péril à mener une politique qui inclinerait un tout petit peu plus qu’il ne faut à gauche.

5Dix-sept chevaux, un litre aux cinq kilomètres.

6La politique est l’art des possibilités. Tout commence en mystique et finit en politique.

  • 1 L’Assemblée consultative provisoire (ACP) d’Alger, composée de 84 résistants et parlementaires char (...)

7Assemblée consultative : 13 communistes, 27 socialistes, 16 CGT1.

8Sommes-nous en période révolutionnaire ?

  • 2 Lucien Bastard, dit Luc Estang, né en 1911, est surtout connu à l’époque comme poète.

9« Dans notre civilisation bourgeoise, l’homme exploite l’homme ; l’argent est roi ; elle doit périr. Les préjugés et le calcul remplacent la morale. Mammon se couvre avec Dieu. Les richesses ont coûté cher au monde. » Luc Estang2.

10Secrétariat 18 décembre 1944.

11Poursuivre l’organisation dans les milieux juifs sur la base culturelle ou des revendications spéciales à cette catégorie. Ne jamais oublier que les juifs de France sont Français ; lutter contre les tendances nationalistes poussant à un racisme à rebours.

  • 3 L’ordonnance du 13 décembre 1944 nationalise les Houillères du Nord et du Pas-de-Calais, organise l (...)

12Mines du Nord et du Pas-de-Calais3. L’État gère. La propriété est réservée. C’est le pays qui résoudra. En attendant on donnera 8 F par tonne et par mois à tous les actionnaires. L’exploitation se fait à perte. L’État fait l’appoint. Il s’agissait de mater 200 familles. On va ameuter deux millions d’actionnaires qui serviront de cuirasse aux 200 familles. Il fallait socialiser et non nationaliser. La représentation du personnel n’est que consultée ; elle ne participe en rien à la gestion.

  • 4 L’ordonnance du 18 octobre 1944 prévoit la confiscation des profits illicites. Pour diminuer la cir (...)

13 Les finances publiques. Budget 1er trimestre 1945 : 101 milliards (43 défense nationale). Circulation de billets : six fois plus qu’avant guerre. On n’a pas frappé les profiteurs de guerre. Il faut réduire la circulation. On l’augmente. On fait un emprunt 3 % sans limite. Un louis d’or égal 4 000 F. En Suisse, 1 000 F français égal 0,90 F. Times : « Il faut une unité monétaire occidentale. » Dette française : 1 650 milliards. Circulation : 650 milliards réduite à 572 après emprunt 3 %. Il faut l’échange des billets ; la déclaration des avoirs à l’étranger. Il faut restreindre le pouvoir d’achat4.

14Emprunt forcé à 1 %. Il faut mobiliser toutes les ressources ; assurer la sécurité de la monnaie ; rechercher les profits illicites. Bloquer une partie des disponibilités. Empêcher la hausse des prix. Confiscation des bénéfices illicites. Impôt sur les bénéfices licites. En 1918 : 30 milliards de billets en circulation. En 1914 : 6 milliards de billets en circulation. Décembre 1940 : encaisse-or de la Banque de France : 85 milliards plus 10 milliards de fond de stabilisation des changes. Les particuliers français ont beaucoup d’or. En 1871, après la guerre, la Banque de France n’avait que 160 tonnes d’or ; aujourd’hui 1 725 tonnes d’or. Le franc vaudra ce que vaudra le travail national. Le travail est le support de la monnaie. En 1945 les dépenses seront de 500 milliards, les recettes seront de 140 milliards donc 350 milliards de déficit. On peut échanger les billets valeur pour valeur. Les manipulations financières sont inopérantes.

  • 5 René Pleven (1901-1993) avait rejoint Londres, en juillet 1940, et avait été notamment ministre des (...)

15Pleven5 : maintenir la production ; l’augmenter. Déflation progressive par l’emprunt, par la confiscation des profits illicites, par une fiscalité draconienne. Il faut du temps. Cadastre des fortunes.

Janvier

Lundi 1er janvier 1945

  • 6 André De Vavrin, dit colonel Passy (né en 1911), polytechnicien, professeur à Saint-Cyr, avait rall (...)

16DGSS – Direction générale des services de sécurité : Soustelle, Passy6. En France : en 1918, 927 000 immeubles détruits. En 1944, 1 500 000 immeubles détruits. Dommages : 3 000 milliards de francs. La France avait 460 000 wagons en 1939, aujourd’hui, 160 000. La France avait 13 000 locomotives en 1939, aujourd’hui, 5 300. Sur 500 000 véhicules automobiles, autos en 1939, aujourd’hui 160 000. L’Occupation a coûté 860 milliards de francs.

17Les jours augmentent d’une heure. Vingt minutes le matin, quarante minutes le soir.

18Valy, Creston, Jaffrio, Magnet, Bretons émancipés, 63, rue de Vaugirard – LIT 76-94.

Mardi 2 janvier 1945

19Paris et la Seine. En 1867 : Paris 1 800 000 habitants. Saint-Denis 173 000 habitants. Sceaux 140 000 habitants. Seine 2 100 000 habitants. En 1936 : Paris 2 783 000 habitants. Saint-Denis 1 200 000 habitants. Sceaux 882 000 habitants. Seine 4 900 000 habitants. En soixante-dix ans, plus du double.

  • 7 Hubert Pierlot (1883-1963), Premier ministre belge en 1939, avait dirigé le gouvernement en exil à (...)

20Les Américains reprochent aux Anglais de s’être annexés la Belgique avec l’assentiment de Pierlot-Spaak7. Les socialistes britanniques sont pour les Polonais de Londres.

Mercredi 3 janvier 1945

  • 8 Membre du PCF probablement depuis 1939, le peintre André Fougeron (né en 1913) avait transformé son (...)

21Fougeron, Front national des arts8.

22L’URSS et le Canada vont transformer le nord de leurs pays et se rapprocher. Ce sera une révolution comme celle de l’expansion coloniale au XIXe siècle. URSS et Canada se rapprocheront par l’avion et le Mackenzie et les fleuves sibériens.

23Les Américains disent : la Grande-Bretagne est plus préoccupée de ses lignes de communication en Méditerranée que de la défaite de l’Allemagne.

  • 9 Anthony Eden (1897-1977) est ministre des Affaires étrangères de Churchill depuis 1940.

24La lutte entre Anglais et Américains : Yorkshire Post (Eden9) : les Américains parlent de nous avec mépris ; ils nous font de joyeux sermons ; ils déclarent que nous ne faisons pas notre devoir en guerre. C’est indigne, c’est insupportable. Ils ne dissimulent pas qu’ils veulent des bases dans notre Empire. Sont-ils décidés à établir après la paix des relations commerciales qui bénéficient à tout le monde ? Veulent-ils assurer à l’Angleterre sa sécurité future ?

Jeudi 4 janvier 1945

25Neige. Les Allemands disent qu’au cours de la bataille d’hiver, les alliés ont perdu 26 000 prisonniers et 50 000 morts. Les Américains exigent 20 000 lits pour blessés à Paris. Les Allemands ont perdu 60 000 hommes dans les Ardennes.

  • 10 La loi de prêt-bail (tend and lease), autorisant le président des États-Unis à envoyer en Europe de (...)
  • 11 Le patron de la Compagnie générale d’électricité Ernest Mercier (1878-1955) avait refusé de souteni (...)

26Conférences des hommes d’affaires à Rye (État de New York), 10- 18 novembre 1944. Représentants de cinquante-deux États (banquiers, industriels). Divergences irrémédiables entre hommes d’État américain et anglais. Les Américains sont farouchement opposés à tout contrôle. Les Anglais craignent les résultats de prêt-bail10. Les Américains ne veulent accepter aucune limitation de puissance et d’expansion. Ils veulent exporter leur chômage, augmenter les exportations américaines dans tous les domaines. C’est recommencer 1929. Les Américains ne veulent pas d’une banque internationale pour le développement des relations commerciales. Les Américains ne veulent pas que les pays où ils investiront leurs capitaux les grèvent de taxes arbitraires. Les financiers réunis avaient tous plus ou moins aidé l’Allemagne et Mussolini. Le capital ne connaît pas de frontières. Les Français présents : Mercier, Fould, Hennessy, Bommelaer, Delataille, Jean Martin11.

Vendredi 5 janvier 1945

  • 12 Organisme de direction de la Résistance intérieure, le Conseil national de la Résistance avait été (...)

27Le CNR12 décide : confisquer les entreprises et biens de ceux qui se sont mis volontairement au service de l’ennemi pendant l’occupation. Réquisitionner les entreprises qui sabotent. Réorganiser les comités d’organisation de Vichy.

  • 13 Contre le gouvernement polonais en exil à Londres et l’armée de l’intérieur créée en 1940, l’URSS a (...)

28En Angleterre les cadres ouvriers sont plus conservateurs que les masses ; et les cadres gardent leurs influences. Il faut mobiliser les hommes et les richesses. L’Economist demande à Churchill de déclarer qu’il n’est pas d’avis de démembrer le Reich. Grande colère contre l’URSS qui reconnaît Lublin13.

  • 14 Louis Saillant (1910-1974) avait été l’un des dirigeants de la CGT, puis de la CGT réunifiée avant (...)

29Saillant14 à l’Opéra, 2 janvier : un comité syndical franco-soviétique est créé. En février à Londres, une conférence syndicale mondiale.

  • 15 Wilhelm Pieck (1876-1960), membre du CE de l’IC, était l’un des principaux dirigeants du PC alleman (...)

30Deux Allemands de l’Allemagne libre : Wilhelm Pieck, Erich Weinert, poète, Niebergall (en France)15.

  • 16 Ernest Bevin (1881-1951), dirigeant de premier plan des trade-unions britanniques, membre du parti (...)

31Bevin16 : il y a la défense du peuple grec. Oui ! Mais il y a aussi l’Empire britannique !

32Les Turcs reprochent aux Bulgares de vouloir se saisir de territoires turcs. « Nous n’avons jamais eu confiance en eux » (Tanin).

Samedi 6 janvier 1945

33Angleterre et Amérique, article de l’Economist 30 décembre 1944. Les Américains disent : l’Angleterre est impérialiste, réactionnaire, personnelle, exclusive. L’Angleterre ne combat pas en Europe. Elle n’a pas l’intention de battre les Japonais. L’Angleterre ne pense qu’à la Méditerranée. Riposte anglaise : nous avons perdu tout notre avoir. L’Amérique réclame l’annexion de toutes les bases navales dont elle a besoin dans les deux océans. L’Amérique veut imposer pour plaire à ses Juifs, la création d’un État juif dans la Palestine où la majorité est arabe. L’Amérique veut chasser les Européens de l’Amérique du Sud. En Amérique, on menace de se retirer immédiatement de l’Europe si on ne fait pas droit immédiatement aux intérêts américains. En Amérique on veut bien participer à un conseil de sécurité sans préciser sa politique, sans faire aucune promesse, en restant observateur. Jamais l’Amérique ne nous a garanti notre intégrité territoriale. Dès lors, poursuivons notre propre chemin. En 1940, l’Amérique n’a rien fait pour nous. Ne sacrifions pas nos intérêts essentiels à la collaboration américaine. Personne ne nous a tendu la main, que l’Union soviétique. Assez d’humiliations et de concessions ! Ne payons plus qu’à la livraison. Les Américains ont tordu une fois de trop la queue du lion.

Dimanche 7 janvier 1945

34C’est électoral ! Pas de fusion, pas de mélange.

  • 17 L’Organisation civile et militaire, mouvement de résistance de zone nord, était dirigé, à la Libéra (...)

35Congrès OCM de l’Île-de-France : l’Union travailliste est fondée (SFIO-OCM, Mouvement républicain populaire). Pour la planification de l’économie. Pour la nationalisation des industries clés et du crédit. Réaliser le programme du CNR17.

  • 18 Le congrès constituant le Mouvement républicain populaire s’est tenu en novembre 1944. Ses fondateu (...)
  • 19 Il s’agit de Pie XII (Eugenio Pacelli, 1876-1958), qui avait toujours refusé d’encourager l’allianc (...)

36Congrès de la Jeune République : trois groupes chrétiens : Jeune République, Démoc. populaire – Simon, Mouvement républicain populaire. La Jeune République refuse la fusion par 117 contre 11418. L’Aube proteste contre la Pravda (attitude du pape19). À Moscou des délégués de la CGT française vont constituer le Comité syndical franco-soviétique. Il y a déjà un comité anglo-français et anglo-soviétique.

  • 20 Le Mouvement de libération nationale s’est formé, en décembre 1943, par la fusion des Mouvements un (...)

37MLN (fort en zone sud), 37 membres à la Consultative20. Bourgeoisie, petits bourgeois, ceux qui ont peur ; parlementaires éliminés, hauts fonctionnaires. Cinq quotidiens à Paris, beaucoup en province, de l’argent. D’accord avec les socialistes SFIO. Veut faire sauter les vieux partis.

  • 21 Membre du MLN, le mouvement Résistance avait été créé par des membres de la Jeune République, dont (...)

38Le journal Résistance, Maurice Lacroix (Jeune République)21.

Lundi 8 janvier 1945

39Pravda – Le pape a dit : « Je suis partisan de l’égalité de traitement pour les vainqueurs comme pour les vaincus. » C’est prêcher l’injustice, c’est protéger les nazis ; or la mémoire des peuples est longue.

40L’Allemagne libre – Calpo : « Nous sommes prêts à participer à la reconstruction de l’Europe. Détruit par ordre de Hitler. Reconstruit par la nouvelle Allemagne pour effacer la honte. » Les amputations de territoire ne sont pas bonnes pour la paix. Nous voulons une Allemagne pacifique et démocratique.

41Un fort courant en Iran en faveur de la Russie. Le gouvernement est tombé parce qu’il était trop favorable aux Anglais et qu’il voulait leur céder des mines de pétrole dans le nord du pays.

42Tâches du comité syndical franco-soviétique : finir la guerre victorieusement, restauration des industries après la guerre, les sanctions contre l’Allemagne, l’organisation de la paix, contact personnel des deux CGT française et russe, l’unité du mouvement syndical international.

Mardi 9 janvier 1945

43Grèce. Guerre civile depuis le 3 décembre. Churchill, Eden à Athènes 26 décembre.

  • 22 Après l’occupation de la Grèce par les troupes italiennes puis allemandes, la Résistance grecque s’ (...)

4427 décembre : ELAS22 exige 40 % des ministres ; plébiscite en février sous contrôle international.

454 janvier : Plastiras veut établir une dictature militaire et de grands armateurs.

4610 janvier : Plastiras arrête communistes et ELAS.

4711 janvier : Scobie le général anglais négocie avec ELAS.

4812 janvier : les conversations se poursuivent. La Tribune publie une lettre du roi Georges de Grèce au parti royaliste d’Athènes : « Churchill m’a promis que je remonterais sur le trône pour chasser les résistants grecs. »

4913 janvier : armistice entre ELAS et Scobie.

5016 janvier : trêve, échange de prisonniers.

  • 23 Walter Citrine (né en 1887), leader des trade-unions britanniques et de la Fédération syndicale mon (...)

5127 janvier : Citrine23 à Athènes : le gouvernement britannique a ses responsabilités en Grèce tant que l’ordre n’est pas rétabli. Il faut mettre un terme à la situation présente.

  • 24 Demetrios Partsalidis (né en 1905), membre du CC du parti communiste grec, devient, en 1944, secrét (...)

521er février : réunion à Athènes, les communistes de l’ELAS convoqués pour discuter de l’entente avec les autres partis. Délégation de trois membres de l’EAM : Siantos, Partsalidis, communistes, Tsirimokis démocrate-chrétien24. Plastiras est limogé.

5312 février : accord signé. Costa Vidalis communiste dit : « Bravo ! l’extrême gauche revient à la vie légale : l’avenir est sauf ».

Mercredi 10 janvier 1945

54De Gaulle : une armée de métier fortement articulée, amplement mécanisée.

55Carnot : amalgame révolutionnaire.

  • 25 Vincent Auriol (1884-1966) avait voté contre les pleins pouvoirs, en juillet 1940. Emprisonné en 19 (...)

56Vincent Auriol à Rodez25 : socialistes et communistes unis, oui sur le plan national mais pas local. L’action politique sera-t-elle légale ou illégale ? Il faut l’indépendance vis-à-vis des gouvernements quels qu’ils soient.

57En cinquante ans : 1897 : 404 000 débits en France, 1936 : 508 000 débits en France. Vingt litres d’alcool par tête en France, record de la consommation dans le monde.

  • 26 La plume de Marcel Cachin confond l’ancien ambassadeur d’URSS en France Christian Rakovsky (1873-19 (...)

58Les Russes ont accepté en Hongrie le gouvernement Miklos qui a été hitlérien et a rallié les alliés. Dans le gouvernement il y a des aristocrates, des socialistes, des communistes (sans Rakoski sic)26. Ces ministres furent choisis par des assemblées locales librement consultées. Les Russes évitent ainsi les conflits comme à Athènes, Rome, Bruxelles. En Pologne libérée, les terres de 700 grands propriétaires (quelque 10 000 ares) sont partagées entre 110 000 familles. Plus tard, un million de familles seront pourvues de terres.

Jeudi 11 janvier 1945

59Banques pendant la guerre – Crédit lyonnais, Société générale, Comptoir d’escompte, Banque nationale crédit, Banque Paris Pays-Bas, Crédit commercial de France – ont créé une société financière pour le développement de l’industrie en France et colonies (réalisation des projets industriels franco-allemands).

60Johnston, président de la chambre de Commerce des États-Unis à Moscou. Il voit Staline. Il dit : « Vos communistes américains n’ont aucune action. Ils répètent vos formules. Si vous prenez du poivre, ils éternuent. Rien à faire pour eux aux États-Unis. Nous restons capitalistes, vous communistes, mais nous pouvons nous entendre : 1 °) parce que nous sommes tous antifascistes ; 2°) parce que nous avons une passion commune pour la machine ; nous sommes deux pays jeunes, enthousiastes ; nous travaillons pour le plaisir de produire ; 3°) nous devons échanger nos produits et nous aider les uns les autres à produire davantage ; votre manganèse ne sait pas qu’il est socialiste ; nos machines-outils ne savent pas qu’elles sont capitalistes. C’est heureux que ces basses formes de la matière n’aient pas d’idéologie. Elles nous serviront d’intermédiaires. »

Vendredi 12 janvier 1945

  • 27 L’ordonnance du CFLN du 6 mai 1944 sur le « régime de la presse en temps de guerre » a été complété (...)

61Libération dit : il y a conflit entre de Gaulle et la Résistance : 1°) refus opposé au CNR d’aller en Algérie ; 2°) suppression d’un journal de la Résistance ; 3°) création d’une commission gouvernementale pour fixer la parution et la suppression des journaux27. C’est la guerre à la Résistance. La campagne a été ouverte dans l’intercession du Jour de l’an. La protestation du MLN contre de Gaulle.

  • 28 Jacques Debu-Bridel (1902-1993) Journaliste et homme de lettres proche d’André Tardieu, dans les an (...)

62Debu-Bridel28 : le trust du papier, le trust de la presse de trahison, déclarent la guerre à la presse de la Résistance. La fédération nationale de la presse contre Frézal, le dirigeant du trust du papier (Comptoirs français du papier journal), lequel ravitaillait la presse allemande. Le format des journaux va être diminué.

  • 29 La société des moteurs Gnome et Rhône (construction aéronautique) est menacée de nationalisation, à (...)

63Claudel de Gnome et Rhône contre les nationalisations (Figaro)29.

  • 30 Menemencioglu, ancien ministre des Affaires étrangères de Turquie, nommé ambassadeur en France, en (...)

64Les Turcs permettent le passage des Dardanelles : Menemencioglu30. Le fondement de la politique turque est l’alliance avec la Grande-Bretagne. Nos relations avec l’URSS sont excellentes. L’URSS n’a aucun mauvais dessein.

Samedi 13 janvier 1945

65Congrès France-URSS.

66Les trusts français réclament un relèvement des prix industriels, c’est-à-dire le renchérissement de la vie.

67Paris : 893 049 électeurs, 761 428 électrices.

68La presse paraîtra sous format réduit. La cour martiale pour tout détenteur d’armes, équipement, matériel de guerre.

  • 31 La conférence réunie à Hot Springs, du 6 au 17 janvier, pour discuter des problèmes du Pacifique ab (...)

69Conférence du Pacifique à Hot Springs31 : démantèlement du Japon, occupation du Japon, internationalisation de Singapour, en Indochine, coopératives agricoles analogues aux kolkhozes, proposition du Français Delaroche, délégué officiel.

  • 32 François Mauriac (1885-1970) participe, à partir de 1942, aux Lettres françaises clandestines, orga (...)

70Mauriac32 : il y a divorce entre l’esprit jacobin de la Résistance et l’opinion publique française.

  • 33 Josip Brzo, dit Tito (1892-1980), secrétaire du PC yougoslave clandestin depuis 1937, est à la tête (...)

71En Yougoslavie, Tito33 se trouve en face des vingt divisions de Von Weichs. Il les a décimées et empêchées d’aller en Hongrie aider les troupes allemandes.

72Sicile, mouvement séparatiste. Les fascistes et les paysans pauvres mènent le mouvement. Ils veulent une République sicilienne, plus Tunisie, plus Tripolitaine.

Dimanche 14 janvier 1945

73Offensive russe. Les Turcs ouvrent les Dardanelles à l’URSS.

74Restrictions générales. Il gèle au Massif central, au dégel, il y aura de l’électricité.

75Quand de Gaulle a voulu soulever l’insurrection en France pendant la guerre, un officier français a dit : « Vous voulez donc armer la révolution ! »

76L’Angleterre met la main sur l’Éthiopie.

  • 34 Le roi Farouk et son Premier ministre Ali Maher Pacha avaient déclaré la non-belligérance de l’Égyp (...)

77En Égypte, Nahas Pacha tombe du pouvoir. Le roi l’abandonne. Son ennemi Ahmed Maher Pacha est président du Conseil34.

78Les journaux américains : pourquoi les Anglo-Saxons ont refusé les armes aux Français ? Parce qu’ils redoutent que si de Gaulle avait une armée, sa dépendance vis-à-vis d’eux serait moins grande. D’autres redoutent que, s’il y avait une armée française, elle ne soit mêlée à la guerre civile, comme en Grèce. Pas de citoyens-soldats !

79L’Angleterre a liquidé son portefeuille extérieur. Elle est débitrice. Elle n’est plus la commanditaire des Dominions, au contraire, le Canada lui prête de l’argent. Elle devra demander davantage aux colonies.

80Les Allemands préparent l’évacuation de l’Italie du Nord.

81En Grèce, tous les partis reprochent à l’ELAS de retenir des otages. Les socialistes demandent l’union des démocrates contre les communistes.

82Fermeture du gaz à 8 h 30. Pas de courant de 8 h 30 à 17 h.

Lundi 15 janvier 1945

  • 35 Le maréchal Gerd von Runstedt est commandant en chef du front Ouest.

83Début de l’offensive d’hiver soviétique. Les Anglais déplorent qu’on ne puisse à l’Ouest attaquer Runstedt35, qui a réussi à détruire les préparatifs des alliés. Berlin dit : « La plus formidable offensive de tous les temps. » Moscou veut emporter la décision finale. 250 divisions russes : 2 millions d’hommes. Un appel des Alliés aux soldats allemands : « L’offensive de Runstedt est manquée, rendez-vous. Déjà 850 000 des vôtres se sont rendus à l’ouest de l’Europe. »

  • 36 Ibn-Saoud Abbd el-Aziz III (1880-1953), roi d’Arabie Saoudite en 1932.

84L’Unité panarabe : buts : indépendance de la Syrie, du Liban, de la Palestine, de l’Afrique du Nord (Ibn-Saoud36).

85Une armée de 300 000 Polonais sur le front de l’Est combattent avec l’Armée Rouge. Les quatre cinquièmes de la Hongrie sont libérés. Le gouvernement d’union rend hommage à l’URSS.

86Les quatre partis bulgares ont fait un front patriotique durable pour faire une Bulgarie nouvelle.

87Les Allemands disent : il est incompréhensible que les Anglais continuent à lutter si onéreusement pour bolcheviser l’Europe. C’est qu’ils sont menés par les Juifs. L’ouverture des Dardanelles signifie que l’URSS devient puissance méditerranéenne et que l’Angleterre abandonne toutes ses traditions.

Mardi 16 janvier 1945

88Secours populaire. La Défense, 11, boulevard Montmartre.

  • 37 Les citoyens soviétiques, soldats ou déserteurs de la Wehrmacht (armée Vlassov notamment), ainsi qu (...)

89Les prisonniers soviétiques en France sont répartis dans quatre-vingt camps en France37.

  • 38 Arthur Vandenberg est sénateur républicain du Michigan.

90Les Républicains américains (Vandenberg38) abandonnent l’isolationnisme. Les généraux américains avaient décidé d’abandonner l’Alsace. Les Français ont réagi vigoureusement. Les Américains allaient diminuer leur effort de guerre mais leurs usines vont augmenter la fabrication de guerre. Les Américains s’aperçoivent que la guerre sera longue.

91L’influence russe atteindra l’Égée et l’Adriatique

92Sur le front ouest, 60 divisions allemandes, 80 divisions alliées. Sur le front est, 150 divisions allemandes, 200 divisions russes.

93Conséquences de l’infériorité technique de l’agriculture française : le protectionnisme. C’est dire que, lors des négociations internationales prochaines, la France sera dans une fâcheuse posture. On parlera de collaboration internationale et elle répondra : je ferme mes frontières ! Il faut donc équiper l’agriculture pour qu’elle produise davantage et meilleur marché. Il ne faut pas de hauts prix agricoles prélevés sur le consommateur.

Mercredi 17 janvier 1945

  • 39 Les Soviétiques entrent dans Varsovie en ruines, le 17 janvier. Installée sur la rive droite de la (...)
  • 40 Le maréchal Hermann Goering (1893-1946) est commandant en chef de l’aviation militaire allemande et (...)

94Varsovie. Cracovie aux Russes39. Goering40, les généraux et les industriels allemands veulent la fin de la guerre. En février-mars de lourds événements peuvent se produire.

95La Résistance n’a rien obtenu depuis cinq mois, ni une armée populaire, ni une limitation des pouvoirs de la bureaucratie, ni dans la finance, ni dans l’industrie. La Résistance végète dans une opposition larvée au gouvernement. Elle végète parce qu’elle réunit les adversaires et les partisans des réformes. Il faut un minimum d’homogénéité à gauche.

96Le communisme a trois idées forces : analyse objective de la réalité, sens des masses, critique juste de la démocratie formelle.

Jeudi 18 janvier 1945

97Les Russes ont avancé hier à 75 kilomètres à l’ouest de Varsovie. Churchill dit : « Staline est en avance sur son horaire. » Churchill aux Allemands : « Capitulez plutôt dans nos bras que dans ceux des Russes. Nous ne sommes pas des monstres. » Les Anglo-Saxons ont 80 divisions en France. C’est trop peu. Ils ont trop compté sur l’aviation. Des bombardiers ne remplacent pas une réserve stratégique sur terre.

98Tagblatt de St-Gall. – C’est vous, les alliés, qui avez armé le peuple de France et maintenant vous dites : rien n’est plus dangereux pour la démocratie que de laisser des armes aux particuliers. Or en Suisse, nous pensons que le premier devoir d’être du citoyen en démocratie, c’est d’avoir son fusil et ses cartouches.

  • 41 La Terre, « hebdomadaire paysan du PCF », est publié depuis 1937.

99La Terre tire à 200 00041.

100On parle d’enrichissement de la personne humaine, de perfectionnement, on exalte l’idée de sacrifice et de discipline.

Vendredi 19 janvier 1945

  • 42 Le Parti réorganise, à partir de 1944, ses écoles fédérales et centrales (la première avait été ins (...)
  • 43 Secrétaire de l’IC des jeunes et membre du CC du PCF et du CE de l’IC avant la guerre, Raymond Guyo (...)

101École des journalistes, Arcueil, le journaliste communiste42. Appel à la jeunesse par R. Guyot43 ; appel à l’apprentissage. En 1939, 40 000 apprentis sur 450 000 jeunes gens. C’est une situation catastrophique. École d’apprentissage dans chaque usine.

102Paysans français 40 %. L’agriculture française est appauvrie ; sa production est diminuée. Or il faut que l’agriculture couvre nos besoins. Il faut que l’agriculture produise toujours plus. Les prix agricoles sont insuffisants (d’où le mécontentement paysan).

103Maintien de Vichy, de ses parasites et leurs marges officielles de sa bureaucratie formidable, qui prélèvent 72 %. Puis il y a le marché noir ; les trusts ont des bénéfices. 800 millions de bénéfices pour le trust du lait, 80 millions de bénéfices pour Nicolas. Les comités de Vichy paralysent tout ; anti-paysan, anti-français. Il y a un système d’amendes fait par Vichy pour les paysans qui ne livraient pas aux Boches ; or on les réclame aujourd’hui partout ; des départements avec frontières. En Allier, les paysans refusent leur beurre et leurs volailles et ils les livrent aux consommateurs.

104Coopératives, prêts agricoles. Il faut rétablir progressivement la liberté, relever les taxes agricoles, persécuter le marché noir, faciliter les coopératives directes, donner soufre, engrais. Aider les ouvriers, fermiers, métayers. Produire plus dans le pays, machines, engrais. Électrifier. Exproprier les terres achetées pendant la guerre par les bourgeois.

Samedi 20 janvier 1945

  • 44 Marcel Cachin préside, salle Pleyel, le meeting de commémoration de la mort de Lénine (21 janvier 1 (...)

105La neige ! Pleyel, Lénine44.

106En Alsace, méfiance pour tout ce qui vient de Paris.

107Legentilhomme, régiment de Rouen. – Passe encore que la faucille et le marteau ornent les salles d’officiers. Mais pour les sous-officiers et la troupe, non !

  • 45 À la suite d’un appel de l’Humanité, en août 1943, des milices patriotiques armées, chargées de la (...)

108Toutes les armes au front, même celles des milices patriotiques. C’est un soulagement. Elles ont joué leur rôle de gardes civiques républicaines. Ce serait des prétextes à nous poursuivre45.

  • 46 Marcel Cachin prend en note, sur la fin de la page, des discours prononcés lors du Comité central, (...)
  • 47 Le PCF cherche à utiliser à son profit les Comités départementaux de libération (CDL, créés à parti (...)

109Bossus, Paris-Ville46. Nous poussons à la solidarité envers l’armée. Nous procédons à l’instruction militaire des jeunes. Les CLP47 font double emploi avec la préfecture. Si la préfecture n’agit pas, il faut manifester, agir, aller à la préfecture. 800 cellules locales, 28 000 adhérents à Paris, 650 cellules entreprises, 2 700 jeunes.

110Lamps, Somme. Gardes civiques luttent contre le marché noir ; il faut y substituer le peuple entier. Il faut mettre les choses à leur place. Notre police a été patriote.

111Les nationalisations : renflouent le capitalisme en faillite ; renforcent le régime capitaliste. Bismarck, Hitler ont été des nationalisateurs. Les nationalisations ne sont pas le socialisme.

112Dans [de ?] Paris, 83 000 prisonniers de guerre, 120 000 déportés.

Dimanche 21 janvier 1945

  • 48 Après un « salut à l’Armée rouge », le CC est introduit, le 21 janvier, par une allocution de Marce (...)

113Comité Central48

  • 49 Gabriel Roucaute (1904-1960), secrétaire de la région Loire en 1938-1939, avait été résistant et co (...)
  • 50 Les comités de gestion se développent à la Libération, en particulier dans des entreprises de l’anc (...)

114Roucaute, de la région Loire49. Un journal quotidien ; en septembre, 299 entreprises sous séquestre, 7 milliards, on aurait pu en avoir 15 milliards. 218 arrestations. Syndiqués 90 % ; bonnes relations avec catholiques. Production charbon, 230 000 tonnes en juillet 1944 ; 250 000 tonnes en décembre 1941 ; 40 comités de gestion et comités de production avec techniciens, ouvriers50 ; surtout à la manufacture de Saint-Étienne, 10 000 fusils, 1 000 mitrailleuses. Parrainage de FFI, un million pour eux à la manufacture. Beaucoup de patrons dans les comités de gestion ; cinq patrons, deux ingénieurs, deux techniciens, six ouvriers dans un comité départemental. Certains patrons à Firminy sabotent. 106 communes avec les communistes ; 3 300 adhésions en 1939, aujourd’hui 8 900.

115Breut, Paris-Ouest. 19 000 membres du PC, 3 600 jeunes, 570 élus municipaux ; 700 membres chez Renault au lieu de 7 000 ; 42 écoles.

  • 51 Etienne Fajon (1906-1991), membre du CC avant-guerre, emprisonné jusqu’en 1943, avait retrouvé la d (...)

116Fajon51, l’éducation du parti. Écoles de section, écoles régionales, école centrale, école de journalistes ; 1 200 élèves à Paris. Université nouvelle : 2 000 élèves. Il faut que des régions organisent des écoles. Rien n’y est fait.

  • 52 Paul Esnault (né en 1908). Syndicaliste et membre du PCF avant-guerre, il constitue le Comité popul (...)

117Esnault,52 Paris-Sud. 12 479 membres, 2 500 jeunes ; nous sommes en retard dans les usines.

  • 53 Secrétaire-adjoint de la section coloniale du PCF et membre du bureau de la région Paris-Est, à la (...)

118Deloche53, Paris-Est. Région résidentielle non d’usines ; 10 000 ; peu de cellules d’usine, peu de sections syndicales.

  • 54 Marcel Giroux, dit Gitton (1903-1941), membre du Bureau politique et secrétaire à l’organisation du (...)

119Paris-Ville, Paris-Est, Paris-Nord, Paris-Sud, Paris-Ouest, Paris S., Front National : 14 000. À Paris-Est privilège d’avoir eu des traîtres : Clamamus, Capron, Parsal, Gitton, POP54. Nous avons perdu des milliers de cadres. Parti du Peuple de France. Anéantir le fascisme partout.

Lundi 22 janvier 1945

  • 55 Le maréchal Hindenbourg (1847-1934) avait vaincu l’armée russe à Tannenberg en 1914.

120Tannenberg. Hindenbourg55.

121Côtes-du-Nord, 7 500 cartes ; Ardennes, 3 500 cartes. Il y a 4 000 comités de paysans en France, surtout dans la zone Sud. Il faut une grande confédération de l’agriculture. Congrès à Paris 17 et 18 février de tous les paysans ; Gabriel Paul.

122Nord, textiles 200 000 ouvriers Lille-Roubaix-Tourcoing, aujourd’hui 80 000. Dans le Nord, outillage intact, même augmente. Métallurgie idem. Quatre cargos de laine et coton (10 000 tonnes) suffiraient pour un mois. Les socialistes du Nord refusent les offres d’action commune et disent : c’est au sommet qu’il y a unité, pas ici. 20 000 membres Nord et 20 000 Pas-de-Calais.

123Volet, Orne. – 600 adhérents, pas de paysans ; herbagers très hostiles. Il faut des cadres locaux qui manquent tout à fait.

  • 56 Passé d’Espagne à Moscou, en 1939, puis à Alger, en 1943, pour représenter le PCF auprès du général (...)
  • 57 Après avoir très mal reçu l’enrôlement obligatoire des FFI dans l’armée régulière promulgué à l’aut (...)

124A. Marty56. – Parachutistes en France. Il est possible qu’une nouvelle invasion allemande en France ; il faut un sacrifice considérable. La guerre est une guerre des peuples. Nous avons réhabilité l’idée nationale révolutionnaire : juin 1940-juillet 1941, puis insurrection août 1944. Il faut une armée pour battre l’ennemi ; technique, une armée de masses avec réserves ; plus de FFI, plus de petites armées spécialisées hors de la nation. Il faut des guérillas. Plus d’armée de caste Pétain, une armée démocratique nationale, un seul dirigeant, pas d’armée rouge. Nous ne sommes pas en socialisme. Nous devons écraser l’hitlérisme et non faire la révolution. Nous avons été battu en Espagne parce qu’il n’y avait pas une armée nationale. Il faut une armée républicaine, démocratique, nationale. Il y a 300 000 hommes plus 250 000 réserve, donc mobilisation. Tout pour la bataille57.

Mardi 23 janvier 1945

  • 58 François Vittori (1902-1977), militant communiste, chef d’État-major des FTP de Corse, était l’un d (...)

125Avance PC dans la zone sud. Yonne, Cher, Corrèze, Creuse, Ariège, Allier. Vittori Corse PC58. Parenthoen Côtes-du-Nord.

126Il y a des communistes dans les armées, Tunis – Arabes. Il ne faut pas insulter les officiers. 13 000 officiers FFI ; les officiers réactionnaires ont appris à aimer les communistes. Il faut la fusion ; les officiers qui se sont mis au service de l’Allemagne, exécutés. Pour les autres, il faut les prendre et les surveiller, les gagner ; discipline humaine. Il faut aller à l’école. Les FFI doivent s’instruire, s’adapter. Il y a des difficultés : sabotage, sectarisme, étroitesse d’esprit ; pas d’armées autonomes, indépendantes, morcelées, en face des armées hitlériennes. Il faut poursuivre les embusqués jeunes de vingt ans. Il faut que toutes les armes aillent au front. Union de l’armée et peuple : réelle ; il faut aider les combattants, parrainages, marraines du soldat.

12795 000 membres des jeunesses (plus 100 000 dans l’armée).

  • 59 Roger Ginsburger, dit Pierre Villon (1901-1980), communiste arrêté en 1940, évadé en 1942, était se (...)

128Villon59. – Il ne faut pas accaparer le Front national même si on est une minorité (il faut chasser le sectarisme).

  • 60 Henri Dupont (né en 1909), ouvrier métallurgiste membre de la SFIO, était entré au PC pendant l’Occ (...)
  • 61 S’agit-il de Gabriel Ellen-Prevost (1877-1952), maire SFIO de Toulouse, de 1935 à 1940 ?
  • 62 Il s’agit de Gilbert Zaksas, avocat d’origine lettone, ancien communiste, organisateur à Toulouse d (...)

129Dupont, Haute-Garonne60. – Peu d’ouvriers qualifiés dans nos usines. Trois partis socialistes ; Hélène Prévost61 Résistance ; révolutionnaires, Zaks62. Beaucoup d’arrestations arbitraires pour l’épuration. 8 000.

130Parenthoen, Côtes-du-Nord. 30 000 FN, 7 000 communistes. Le communisme est né dans la bataille.

131Haute-Vienne, 6 000. Var, 6 000. Rhône, 15 000, 100 000 syndiqués, 100 000 Voix du Peuple. Deux Savoies, 6 000. Corse, 22 000 combattants, aujourd’hui Front national puissant, 55 000 PC plus les soldats, 10 000 journaux, Fédération paysanne 16 000, 10 000 femmes de France. 10 millions d’hommes, 13 millions de femmes électrices, 270 000 femmes UFF. Au congrès de Pentecôte, PC 500 000.

Mercredi 24 janvier 1945

132A l’Est avance rapide des armées rouges.

  • 63 Albert Kamper appartient à la Fédération départementale du Bas-Rhin. Georges Wodli, cheminot alsaci (...)

133Kamper, Bas-Rhin. – Notre pensée a été pour la France et notre parti, Wodli63.

134Journaux américains : en ce moment l’Europe se dirige vers le communisme. Londres ne veut pas d’une paix bolchevique (journaux américains). La classe possédante française envisage l’avenir avec inquiétude. La Russie a remporté une victoire décisive dans sa lutte contre la Grande-Bretagne pour l’influence mondiale. Les États-Unis refusent d’admettre les exigences sionistes en Palestine.

135Vandenberg : « Maintenant on est sûr que l’Amérique est pour la coopération internationale. Nous ne devons pas permettre à Moscou de dire à la France qu’elle est sa meilleure et sa seule amie » (journaux américains).

136De Gaulle a demandé à la France de revenir à la légalité. Les communistes répondent favorablement. La France s’est rapidement redressée grâce à l’appui anglo-saxon, mais surtout parce que l’URSS lui a tendu une main secourable et amicale (Turcs). Tous les grands journaux français ont été supprimés pour avoir collaboré avec les Allemands, par esprit de lucre. Churchill a reconnu qu’il appartenait aux Soviets de décider du sort de la Hongrie, de la Roumanie et de la Bulgarie. Tito propose une fédération balkanique, cristallisation de tout le Sud-Est. L’Angleterre reconnaît que les Russes doivent jouer un rôle important dans les Balkans et en Méditerranée. Le 31 janvier, élection à Moscou du nouveau patriarche de Moscou. Toutes les églises orthodoxes y seront représentées, même le patriarche de Constantinople. L’URSS a constitué un système d’alliances avec des États demi-souverains, demi-communistes. L’URSS sera représentée en Illyrie.

Jeudi 25 janvier 1945

  • 64 Proche du PCF et engagé dans les mouvements antifascistes avant-guerre (cf. Carnets 1936 et 1937), (...)

13713 h Langevin64, restaurant des folies, 40, rue René-Boulanger. Nicole Joliot.

  • 65 La cible du jeu de mots est Georges Bidault (1889-1983), professeur d’histoire engagé dans les mouv (...)
  • 66 Alfred Rosenberg (1893-1946) s’était fait le théoricien du racisme national-socialiste dans Le Myth (...)

138In Bideau [sic] veritas65. Charles XI. Le délégué syrien à Ivry : nous sommes contre le panarabisme de nos féodaux arabes. C’est réactionnaire. Rosenberg66 nous place à la 13e place dans l’échelle des races. Alliance fraternelle des peuples français et arabes. Tunisien ! On a voulu empêcher les Tunisiens de venir à Ivry. On a interdit au CNR d’aller en Afrique du Nord.

  • 67 Maurice Viollette (1870-1960), secrétaire général du parti républicain-socialiste, avait été gouver (...)

139Depuis la Libération : fusillades (34 Arabes), famine ; on décore les hitlériens, on emprisonne les nôtres. Les grands propriétaires parlent de séparatisme, Viollette67 grand colon. On nous a empêché de manifester après la libération de Paris. On interdit un journal arabe anti-allemand. Nous voulons faire une politique démocratique française en Tunisie. Le bloc musulman se disloque. En Alsace : 35 000 Humanité deux fois par semaine.

  • 68 Il s’agit du discours de Maurice Thorez au CC d’Ivry, cf. S’unir, combattre, travailler, Ed. du PCF (...)

140Discours M. T68. Il y a des officiers de valeur chez les anciens pétainistes ; l’autorité légale seule peut juger et exécuter les jugements ; les forces de police régulière suffiront ; nous ne pouvons imposer des solutions communistes aux Français non communistes ; les Comités de libération ne doivent pas se substituer aux maires et préfets ; pas d’exclusive contre aucun Français bien que nous soyons laïcs.

  • 69 La Croix et l’Ordre font partie des journaux d’avant-guerre qui reparaissent en 1945. Jean Marin es (...)

141La Croix, l’Ordre, un journal radical, un Jean Marin, un Jacquinot69.

142Beaucoup de Roumains se rapprochent de l’URSS. La Roumanie rentrera dans la Fédération balkanique.

Vendredi 26 janvier 1945

  • 70 Il s’agit du retour des pilotes de chasse de la France libre, qui combattirent sur le front germano (...)

143Aviateurs – 4 h Normandie70.

  • 71 Le livre blanc britannique de 1939 avait limité l’émigration juive en Palestine sous mandat, et int (...)

144Palestine (1 million Arabes, 600 000 Juifs). Depuis que les Anglais ont arrêté l’émigration juive en Palestine la société Stem de terroristes multiplie les actes de terrorisme. C’est elle qui a tué Lord Moyne71 au Caire.

14520 millions d’Allemands sans domicile, 42 % des maisons allemandes détruites ; sur 60 grandes villes allemandes de plus de 100 000 habitants, 38 ont cessé d’exister.

  • 72 Le général Georges Catroux (1887-1969) était gouverneur général de l’Indochine en 1940. Il rejoint (...)

146Spears relevé de ses fonctions. Catroux72 a libéré la Syrie et le Liban en 1943 ; libération reconnue par Amérique, URSS, Iran, Arabie. Donc la France n’a plus de droits sur ces territoires. Vingt-cinq ans de mandat ont rendu les Syriens hostiles à la France. Mais le successeur de Spears dit : « La France est toujours détenteur par la Société des Nations du mandat sur la Syrie. Les liens de la France en Syrie sont plus solides que ceux qui lient la Grande-Bretagne à ses dominions. »

147Nous importons : caoutchouc 100 %, laine 85 %, lin 67 %, jute 100 %, coton 98 %, cellulose 75 %, pétrole 97 %, zinc 100 %, charbon 33 %.

Samedi 27 janvier 1945

  • 73 Charles Luizet, ancien préfet de la Corse libérée, est à la tête de la Préfecture de police de Pari (...)

148Airaud, 9 h préfecture. Luizet73 ; F.M. maîtresse de la haute-police.

149Admiration pour votre parti et pour le discours de M.T. Vous êtes l’aile marchante de la démocratie ; à l’insurrection de Paris vous avez été très modérés et prudents. De Gaulle n’est pas réactionnaire. Il est mal entouré d’anticommunistes. Il est peuple. Voyez-le. Il faut que l’évolution se fasse sans heurts. Vous avez raison politiquement. Méfiez-vous des trotskystes.

150En treize jours, les Russes font 295 000 tués, 90 000 prisonniers, 34 000 camions, 4 000 canons. Encore huit semaines avant le dégel.

151Offensive russe commencée le 14 janvier. En treize jours, ils ont fait la moitié du chemin Varsovie-Berlin.

Dimanche 28 janvier 1945

152Bretons, mairie du 13e, 14 h.

153Production de beurre avant la guerre : 230 000 tonnes. 70 % des producteurs ne livrent rien. En Ille-et-Vilaine on livre 10 % à 20 % ; 70 % de la production en 1944 ne livre rien. 100 000 tonnes passent au marché noir à 400 F par kilo = 40 milliards par an de bénéfice.

154Ancien officier de l’armée royale, Lazare Carnot, député montagnard depuis 1791. « 93 » que la grande et l’unique affaire soit de sauver la République. Il lève 300 000 h. Il restait des officiers et des sous-officiers de valeur de l’ancienne armée. Dubois-Crancé proposa l’amalgame. Deux bataillons de réquisitionnés étaient associés à un bataillon de vieilles troupes pour former une demi-brigade. Le résultat fut excellent. L’unité de l’armée fut scellée dans les combats. Les savants furent mobilisés. 40 forges forgent les canons. Poudrerie de Grenelle. Berthollet trouve du salpêtre. Tous les cordonniers mobilisés. Vie nationale suspendue. La France une vaste campagne. Le civil sacrifie tout à l’armée. Mot d’ordre : attaquer sans cesse. Représentants en mission pour châtier les erreurs. Hoche, Marceau, Desaix a vingt-cinq ans. Houchard exécuté pour n’avoir pas exploité le succès à Hondschoote. En juin 1794 Jourdan en Sambre et Meuse (31 ans) ; Kléber, 41 ans ; Ney, 25 ans ; Saint-Just, 27 ans.

155L’action de la Résistance dépend du gouvernement, s’il la dédaigne, s’il ne l’associe pas à ses tâches, s’il se défie d’elle, rien à faire. L’Union des Français dépend du gouvernement et de sa confiance en la Résistance.

Lundi 29 janvier 1945

156Pologne sur l’Oder, France sur le Rhin. Pologne occidentalisée.

  • 74 Jean Oswald, dit Dorval (1902-1971), avait été administrateur de l’Humanité dans les années 1930, e (...)
  • 75 Le Petit Parisien, très proche du PPF pendant l’Occupation, disparaît en 1944. Son imprimerie, rue (...)

157Dorval74 – Schoeller : neuf nouveaux journaux vont paraître, avec quel argent ? Le Petit Parisien est installé 13 rue d’Enghien ; il offre 11 000 F par mois aux ouvriers du Parisien libéré pour leur faire un journal75.

  • 76 Le premier congrès national du MLN se tient à Paris, du 23 au 28 janvier. Le débat porte sur le cho (...)

158Congrès MLN76. Socialisation banques, assurances, électricité. Union de la résistance autour du MLN. Prêt à s’entendre avec tous les Résistants pour l’unité d’action, première étape d’une fédération. Contre le capitalisme, dans le respect de la dignité humaine et de la liberté de conscience.

  • 77 Le congrès du FN se déroule à Paris, du 30 janvier au 2 février. Plus de 1 200 délégués votent une (...)

159Congrès FN77. Tout pour la guerre. Épurer. Confisquer les fortunes des profiteurs. S’armer, travailler, libérer le sol, Union française. Nourrir la France.

  • 78 Jean Zyromski (1890-1975), ancien secrétaire de la Fédération SFIO de la Seine, membre de la CAP du (...)

160FN. Les socialistes deviendront un parti radical. Zyromski78 : les socialistes n’ont plus de contact ouvrier. La Résistance représente le pays, mais il y a malentendu entre le gouvernement et la Résistance. Petit, professeur faculté des sciences Marseille.

Mardi 30 janvier 1945

  • 79 Le comité directeur du FN avait appelé, en septembre 1944, les CDL à se réunir à l’échelle national (...)

161Congrès national du Front national (du 30 janvier au 2 février). Il propose une tenue des états généraux de la renaissance française reprise par les CDL79. Armée nationale puissante. Epuration. Confiscation des biens des traîtres. Révision des taxes du ravitaillement, garde civique républicaine vigoureuse.

162Il faut réaliser l’unité des cinq mouvements français : MLN, Libération Nord, Ceux de la Libération. Dans plusieurs départements, Front national et MLN s’unissent.

  • 80 Militant du mouvement ouvrier, Stefan Jedrychowski (né en 1910, orthographié ci-dessous, par Cachin (...)

163Jedrychowski80, ambassadeur du gouvernement polonais de Varsovie à Paris : on a distribué aux paysans les entreprises agricoles dépassant 50 hectares, 20 000 gros propriétaires sont atteints, on leur donnera une rente modeste, plus grande s’ils étaient résistants. Pas de socialisation.

164Argentine fasciste.

165Mutter, avocat à Troyes.

  • 81 Les secrétaires sont Thorez, Duclos et Marty. Charles Tillon, Gaston Monmousseau, Lucien Midol, Flo (...)

166BP : les trois secrétaires, B. Frachon, Tillon, M.C., Monmousseau, Bonte, Signor, Rochet, Fajon, Marc Dupuy, Bossus, Mauvais, Gillot, Guyot, Cogniot, Midol81.

Mercredi 31 janvier 1945

167Combat : les partis et le gouvernement abandonnent l’idée révolutionnaire, nous la reprenons.

168Economist, 27 janvier : « L’été dernier, les experts militaires anglo-saxons avaient déclaré que la guerre serait terminée avant octobre 1944. »

169Avant de signer l’accord anglo-français, de Gaulle veut régler l’affaire du Proche-Orient.

  • 82 Dwight Eisenhower (1890-1969), commandant des troupes américaines en Europe puis des troupes alliée (...)

170Deux fautes capitales des Anglo-Saxons en Europe : priver Eisenhower82 de troupes envoyées en Extrême-Orient ; avoir fait une offensive avec des forces insuffisantes avant l’offensive russe.

171L’affaire polonaise est réglée. Le gouvernement de Londres devrait se dissoudre. Mais que deviendront les armées qui se battent et l’or ?

  • 83 Édouard Benès (1884-1948) avait été ministre des Affaires étrangères puis président de la Républiqu (...)

172La Tchécoslovaquie rompt avec l’Occident pour se rapprocher de la Russie. Le gouvernement de Londres sera liquidé. Benès83 sera seul maintenu.

173Le congrès MLN a fortifié de Gaulle et les socialistes contre les communistes.

Notes fin janvier

1747 000 localités allemandes prises par l’Armée rouge.

  • 84 André Morel, dit André Ferrat (né en 1902). Ancien membre du BP du PCF, il avait été exclu, en 1936 (...)
  • 85 Le parti ouvrier internationaliste (trotskiste) devient, en 1944, parti communiste international, s (...)

175Ferrat socialiste84. Parti communiste international, section française de la IVe Internationale85. Ouvrier communiste quitte le PC qui te trahit.

176Il faut que les journaux continuent de paraître un, deux ou trois jours.

  • 86 Florimond Bonte (1890-1977) avait été chargé par l’IC de fonder le Groupe ouvrier et paysan après l (...)

177À Laval, 800 personnes au théâtre avec Florimond Bonte86. Les communistes de Laval sont des Bretons.

178Il faut diffuser les décisions du Comité central dans tout le parti, jusqu’au fond des cellules.

  • 87 Henri Frenay (1905-1988), officier de carrière, est à l’origine du mouvement de résistance Combat. (...)

179Combat très fielleux : si le PC a changé, c’est sur ordre de Moscou. C’est Frenay87 qui voulait le parti unique.

180Les trotskystes doivent être remis à la police.

  • 88 Daniel Mayer (1909-1996), journaliste au Populaire, prend une place politique de premier plan penda (...)
  • 89 André Tollet (né en 1908) était, en 1939, secrétaire de la CGT pour la région parisienne. Il partic (...)

181Commission d’arbitrage, les socialistes disent : les communistes ne sont pas démocrates ; il y a action du gouvernement russe sur le PC. Le secrétaire du parti socialiste de la Seine donne un mot d’ordre contre l’unité (Jacquet). Mayer88 a dit : il faut en finir avec les manigances du PC qui fait des offres localement et régionalement. C’est pour désorganiser les ouvriers. Les socialistes font des listes anticommunistes. Tollet89 ne comprend pas la politique du parti.

Février

Jeudi 1er février 1945

182France-URSS, 29, rue d’Anjou – 17 h réception Normandie-Niemen.

183Pailleret.

  • 90 Condamné pour désertion, en novembre 1939, le secrétaire général du PCF a été amnistié, en octobre  (...)
  • 91 Joseph Laniel (1889-1975), député du Calvados depuis 1932, sous-secrétaire d’État aux Finances du g (...)

184Le discours d’Ivry empêche l’isolement du PC. Il place le gouvernement devant ses responsabilités. Aucun trouble dans le PC, compréhension, confiance inébranlable comme en 1939. Seulement deux au 15e remettent leurs cartes. Il faut dire construction, non revendication. Au CNR on n’a discuté que le rapport de M. Thorez90. Laniel91 est très objectif et pas hostile aux communistes. Saillant accepte. Il y aura une déclaration du CNR. Il y a sectarisme. Vous avez laissé passer l’heure. Vous allez en arrière (très rare). Il faut écraser le fascisme. Voilà ce qu’il faut insister. Beaucoup ont cru qu’on allait au pouvoir. Comme en février 1917. Or les bolcheviks en 1917 voulaient la paix et la paix aujourd’hui, c’est sauver l’hitlérisme. Le discours d’Ivry favorise notre propagande. Les gardes civiques passent au XIe dans les ardents [?]. Les trotskistes ont des armes dans les usines ; ils sont subventionnés par la police. Ivry a précisé notre caractère national.

  • 92 Le Monde a été lancé par Hubert Beuve-Méry, en décembre 1944.

185Radio Berlin cite Combat et Monde92, il dit : les communistes obéissent à Moscou ; les communistes préparent la révolution et essayent d’attirer les masses pour faire la révolution.

186Caractère progressif d’une guerre juste. Reprendre les mots d’ordre hitlériens à la TSF, repris en France par les trotskystes. Revendiquer en fonction de l’effort de guerre ; bien nourrir l’ouvrier pour qu’il puisse travailler.

Vendredi 2 février 1945

187Congrès 20-27 mai. À Ivry, nous avons déblayé. Il faut défendre le programme du CNR. Il faut défendre les revendications ouvrières parce que les ouvriers ont besoin de se nourrir et d’avoir le nécessaire pour bien travailler pour la guerre. Ivry a brisé l’anticommunisme. On nous attaque de gauche et de droite. Ce n’est pas une minorité qui fera la Révolution. Aux socialistes : si vous faites des listes communes, que ce soit d’abord avec nous ! Notre attitude change avec les événements. On veut un pardessus en été, pas en hiver.

188Local 14, commission des affaires étrangères. Commission désapprouve la politique du gouvernement en Espagne.

189En Allemagne, c’est la chute de Babylone, partout panique et terreur ; les digues sont rompues, les murs s’écroulent.

Samedi 3 février 1945

  • 93 Il s’agit de la fille de Marcel Cachin, Marie-Louise.

190Marie-Louise93 12 h 15.

  • 94 Sans doute, Jean Duret (dit François Koral, 1900-1971) ; l’économiste s’était rapproché de la CGT e (...)

191Nationalisation égale socialisme d’État : on paye une rente aux obligataires. Socialisation égale étatisation, elle suppose un changement de classe au pouvoir. Duret94 : nous voulons nationaliser peu de secteurs pour permettre de relever le pays et diriger l’économie. Jusqu’ici on a nationalisé le déficit. Opérations à la Bismarck qui n’ont rien à voir avec le socialisme. C’est de la démocratie faite par des non-socialistes. Le vrai problème : confiscation des biens des traîtres. Il reste en France beaucoup de possibilités. Beaucoup d’usines intactes (mécanique).

  • 95 René-Paul Duchemin était PDG de l’entreprise chimique Kulhmann et régent de la Banque de France. Il (...)
  • 96 Le Comité d’organisation de la sidérurgie avait largement été le continuateur du Comité des forges, (...)

192Trusts traîtres : produits chimiques, Kulhmann – Duchemin95, Comité des Forges96, Cartel automobile, Assurances : un pool avec les assurances allemandes, banques, mines.

193La loi nazie de l’enseignement primaire. On donne 480 millions par an à l’appareil diocésain. Il ne faut pas ranimer le vieil anticléricalisme. Nous n’abandonnerons pas le rationalisme. Le laïcisme est dans les mœurs du pays. L’école laïque est républicaine, antifasciste. Pas de monopole. Si vous voulez une école, payez-la. Nous nous passons de l’enseignement communiste à l’école, faites comme nous. Il faut unir les intellectuels au peuple comme en 93. Pardon pour les Allemands. Laissez-nous refaire des affaires avec eux.

Dimanche 4 février 1945

  • 97 Maxime Blocq-Mascart (1894-1965), économiste de formation, avait dirigé la branche civile de l’OCM. (...)
  • 98 Maurice Schumann (né en 1911) avait été le porte-parole de la France libre. Il devient, en 1944, le (...)
  • 99 Pierre-Henri Teitgen (né en 1908), professeur de droit révoqué en 1941, est résistant, arrêté puis (...)

194Le CNR demande au gouvernement d’en revenir à la collaboration qui existait dans la clandestinité entre gouvernement et CNR. (Blocq-Mascart97, intérimaire de Saillant) 3 février 1945. Il faut que le gouvernement parle. Schumann98 attaque Monde et réclame les réformes de structure. Le congrès radical a été contre. Teitgen99 dit : il faut différer, réserver l’avenir.

195Médecin général Peloquin, 9, rue Saint-Romain. Dr Gaye, 24, boulevard de Vanves, Chaville.

Lundi 5 février 1945

19617 h salon Victor Hugo, conférence des présidents. Katz.

19711 h 15 Bidault, ministre des Affaires étrangères.

1983 h 30, Huma, Taurines [?].

199La France ne justifie pas ses prétentions par des forces suffisantes (New York Times). Churchill propose un consortium interallié pour la Rhénanie.

200Huma : Paris 76 000 moyenne journalière plus 13 000 gare, métro égale 89 000. Banlieue 95 000, province 70 000, soit 270 000, mais on ne réussit que là où nous n’avons pas de quotidien. À Paris, le Parisien libéré vient après l’Huma, ensuite le Figaro. Vente Popu : 70 000 Paris, 54 000 banlieue, 53 000 province, soit 177 000.

201Khodassevitch, 40, place J. Ferry, Montrouge. Général major Dragoum, chargé du rapatriement pour l’Ouest européen.

Mardi 6 février 1945

20210 h 30 groupe communiste au Sénat ; Poupon.

203À Londres 800 000 maisons détruites.

  • 100 Philip Murray, secrétaire du syndicat des mineurs, avait été l’un des artisans de la scission de l’ (...)
  • 101 William Bullitt premier ambassadeur à Moscou, en 1933, puis ambassadeur à Paris, à la veille de la (...)

204Conférence mondiale des syndicats. 31 nations alliées et 7 neutres. CIO américain, Philip Murray100. 40 millions travailleurs. Bullitt101 a trompé l’Amérique au sujet de Pétain. Le département d’État est à Washington aux mains des fils de milliardaires qui sont tous de la 5e colonne.

205France – 1918 : 360 000 débits de boisson. 1945 : 520 000. 1918 : 577 000 bouilleurs de cru. 1939 : 3 millions. Consommation d’alcool par tête : 9 litres par an en 1900. 46 litres par an en 1939.

20677 journaux communistes régionaux, dont 9 quotidiens. Nous voulons non imposer le communisme par la force, mais unir tous les Français, le peuple entier pour faire appliquer le programme du CNR.

Mercredi 7 février 1945

207La France a moins de soldats que les Bulgares et les Polonais.

  • 102 La Fédération syndicale mondiale, née en 1913, était restée fidèle à la IIe Internationale. Après l (...)

208FS1102, antisoviétique – c’est une ruine : n’a pas soutenu les sections nationales pendant la guerre ; son architecture n’est pas démocratique ; n’est pas mondiale.

20980 communistes chez Citroën – 800 avant la guerre. 700 communistes chez Renault – 7 000 avant la guerre. 1 500 communistes à Lille, 1 500 à Tourcoing. Dans le Nord un quart des habitants sont paysans. Il faut que la France ait une grande armée.

  • 103 Félix Gouin (1884-1977) avait refusé de voter les pleins pouvoirs, en juillet 1940. Dans la clandes (...)
  • 104 Jules Moch (1893-1985) était membre de la CAP de la SFIO. En 1939, il s’était engagé dans la marine (...)
  • 105 Louis Noguères (1881-1956), avocat, dirigeant SFIO des Pyrénées-Orientales, résistant. Il est membr (...)
  • 106 Jules Jeanneney (1864-1957), président du Sénat depuis 1932, avait rompu avec Vichy, en 1942, et pr (...)
  • 107 Adrien Tixier (1893-1946), socialiste, était sous-directeur du BIT, à la veille de la guerre. Il qu (...)
  • 108 André Malraux (cf. Carnets 1936) avait consacré deux ouvrages à la Révolution chinoise (les Conquér (...)

210Les socialistes sont pour l’Angleterre. Aussi s’inspirent-ils de la politique anglaise. Gouin103, Moch104 se dressent contre de Gaulle. Les socialistes soutiennent un projet financier : aligner le franc français sur la livre ; attaque de Noguères105, Jeanneney106 arrêté par Tixier107 ministre de l’Intérieur. Les socialistes préparent leurs élections en divisant les communistes, en faisant appel à tous. Nous renforçons les courants d’unité dans le parti socialiste qui sont d’ailleurs assez forts. Pour eux, les socialisations sont un morceau de socialisme. Or l’Etat capitaliste doit disparaître, c’est la première condition du socialisme. Moch prépare un avant-projet de programme d’union communiste et socialiste. Les socialistes veulent bavarder sur les socialisations et non confisquer les traîtres. Dans le parti socialiste, pressions internes et externes (anglais). Malraux108 est de l’Intelligence Service, même son livre sur la Chine le prouve. Au MLN, le MLN va craquer sous ses contradictions.

Jeudi 8 février 1945

  • 109 D’origine russo-polonaise, Léo Goldenberg (1908-1995), avocat à la Cour d’appel de Paris était, ava (...)

211Hamon = Goldenberg109.

  • 110 Député socialiste du Nord, Augustin Laurent (1896-1990) avait été, pendant l’Occupation, l’un des a (...)

212Il faut continuer notre politique d’unité d’action. Les socialistes vont essayer de nous entraîner à l’anti-gaullisme ; ayons avec eux des rapports fraternels, pas de hargne, favorisons les courants unitaires à la base. Augustin Laurent110 a été dans le Nord dire aux socialistes pas d’unité, car il y a un courant d’unité à la base. Nous poussons à l’unité organique, parti ouvrier national ; or les socialistes disent : l’unité doit être internationale. Les socialistes disent : nous voulons rester avec les socialistes britanniques. Bien, mais alors nous aussi nous voulons être avec les communistes russes. Les socialistes ne veulent pas être unitaires. Pour nous, ce n’est pas de la finasserie, mais une grande politique ouvrière.

  • 111 Les élections municipales doivent avoir lieu en avril.

213Listes uniques municipales111 : dans 12 départements les socialistes et communistes s’unissent. Élections municipales : listes démocratique d’unité française, républicain antifasciste ; ou listes avec socialistes ; ou listes avec radicaux et gauches. Proportionnelle au premier tour, non au deuxième tour. Nous aurons les radicaux et modérés avec nous dans un bloc démocratique antifasciste. Il faut empêcher collusion socialistes et catholiques. Il ne faut pas se laisser isoler. Il faut défendre la démocratie anti-Vichy. Il faut la représentation proportionnelle à Paris et dans toute la France. Les socialistes ministres disent à de Gaulle : hâtez l’accord avec l’Angleterre. Socialistes demandent socialisation des banques d’Alsace-Lorraine. Tixier est contre les élections.

Vendredi 9 février 1945

214Après la séance, 4e bureau Varenne.

  • 112 À l’invitation des trade-unions, la Conférence syndicale mondiale se tient à Londres, du 6 au 17 fé (...)
  • 113 Walter Citrine était président de la FSI depuis 1928.
  • 114 Norman Thomas dirigeait, depuis les années 1920, le parti socialiste américain.
  • 115 Vassili Kousnetzov (né en 1901), devenu ingénieur après avoir combattu dans les rangs de l’Armée ro (...)

215Toledano112 et Saillant battent Citrine113 à la Conférence syndicale internationale. La délégation soviétique supplante l’influence britannique ; ascendant sur les délégués. La réunion syndicale se place sur un autre terrain que les trois ; la conférence a son individualité, son existence organique. Elle a un grand sens de l’importance des mouvements de libération en Europe occupée. Thomas114 des États-Unis est pour l’unité. 12 délégués français, 30 délégués russes (Kousnetzov115), 40 centrales, 250 délégués.

Samedi 10 février 1945

  • 116 Thomas Lawrence, dit Lawrence d’Arabie (1888-1935), envoyé par la Grande-Bretagne, avait joué un rô (...)

216Panarabisme. Lawrence, Hussein, Faysal ont les premiers rêvé d’un État syrien arabe116. Syrie, Transjordanie, Liban, Palestine, on les enterre à Versailles. En 1930, Faizal songe au même rêve, mais élargi de l’Irak et de l’Égypte. L’idée se propage dans tous les pays arabes. En 1943 et 1944 pourparlers nombreux au Caire avec l’Arabie Saoudite, le Yémen et les pays déjà gagnés à l’idée panarabe. On proteste contre le foyer juif arabe et l’émigration juive. On réclame l’indépendance du Liban. Mais Ibn Saoud et le Yémen se retirent de l’Union. On essaye de les ramener. De grandes difficultés pour le panarabisme. Les féodaux du Yémen et Saoudites n’ont rien de commun avec les Palestiniens, Syriens etc. Le roi d’Égypte n’est pas un Arabe, c’est un Turc. Le panarabisme n’est pas concevable en ce moment.

Dimanche 11 février 1945

  • 117 Le PCF, la SFIO, le MLN, la Ligue des droits de l’homme, etc., organisent une grande manifestation (...)

217Manifestation antifasciste et patriotique117.

  • 118 Henri-Georges Tanguy, dit Roi-Tanguy (né en 1908), membre du PCF depuis les années 1920, chef des F (...)

218110 000 soldats. Chaque jour on révoque des officiers FFI. Campagne contre Rol118. Le ministre de la guerre est paralysé, pagaille dans le ministère. Je préfère la fidélité à la compétence. On ne veut pas d’une armée.

219Armée, industrie, transports, ne marchent pas. De Gaulle croit qu’il nous roule, qu’il roule Staline ; il a dit : « J’ai liquidé les FFI, je peux tout me permettre. »

Lundi 12 février 1945

22017 h conférence des présidents.

  • 119 Lord William Henry Beveridge (1879-1963). L’économiste et sociologue avait publié, en 1942, un plan (...)

221Plan Beveridge119. Aurore 11-12 février. Social Insurance, retraite des vieux : 65 ans : 11 000 F. Montès, 66, rue de La Rochefoucauld, peintre.

222Les paysans notre programme.

223Les Russes avancent de 15 à 20 kilomètres par jour.

  • 120 Les trois chefs d’État, Staline, Roosevelt et Churchill, réunis à Yalta, depuis le 7 février, publi (...)
  • 121 Du 21 août au 7 octobre 1944, la conférence de Dumbarton Oaks (États-Unis) avait réuni les représen (...)

224Les Trois120. Allemagne payera : nous voulons détruire l’état-major allemand, son industrie de guerre, le parti nazi, l’armée allemande, le militarisme, le nazisme ; nous occuperons chacun une zone et les Français une autre zone. Gouvernements polonais et yougoslave seront élargis. Une conférence 25 avril 1945 à San Francisco, la France et la Chine y seront invitées, sur la base de Dumbarton Oaks121. Vous avez liquidé les FFI. Vous ne pouvez pas libérer l’Atlantique. Les Français ne participent pas à la conférence des états-majors parce que nous n’avons que 8 divisions ; or, à Alger, nous avons demandé 1 million d’hommes. On ne nous a pas suivis. Il faut une armée de masse, liquider Vichy, travailler. Unir, travailler, combattre.

Mardi 13 février 1945

225Popu : le gouvernement est impuissant, parce qu’il n’a pas de plan d’action ; parce que les ministres n’ont pas de partis derrière eux.

226Les Anglais : exporter ou mourir.

227Les Trois : unité anti-hitlérienne. Pour la démocratie : consolidation de l’unité des nations ; Russie contre Japon. Dans l’Europe libérée, action commune des Trois pour détruire le fascisme et faire la démocratie ; victoire soviétique sur la Pologne et Yougoslavie. France consultée dans la politique Europe libérée et comité Berlin-San Francisco.

228Les radicaux avec nous approuvent ; socialistes prudents. Combat anticommuniste (impérialisme soviétique) internationaliser Bakou, fer Lorraine.

229Parisien libéré – Mettemich 1815 – Sainte-Alliance (politique Hitler).

230Vatican, pas content : 3 contre la force spirituelle. Victoire pour l’URSS, pour la France son alliée, contre l’hitlérisme. Le gouvernement de Gaulle n’a pas réagi ; il fait marcher sa presse. Si on n’était pas à Yalta c’est parce qu’on n’a pas suivi notre ligne, parce que l’Angleterre a résisté en 1940, parce que les Américains ont chassé les isolationnistes et ont fait des sacrifices.

231Dans la presse et radio, regrets contre la dictature des grands. Partout les peuples manifestent leur joie. La France a sa place, de Gaulle non. C’est la mise en application pratique de la Charte atlantique à Yalta ; c’est la lutte antifasciste. On veut dresser la France contre les 3.

Mercredi 14 février 1945

  • 122 Jules Crapier (né en 1895). Syndicaliste cheminot, il dirige, en 1943-1944 les comités populaires d (...)

23217 h Front national J. de France, 36, boulevard des Italiens. Dr Champi, Emay PTT, Crapier122.

233Arrondissement Saint-Denis 20 000 membres PC, Sceaux 12 900 membres PC, Seine-et-Oise 18 900 membres PC. Nord 34 000 cartes envoyées en janvier dans les cellules ; certains ouvriers de la Villette gagnent 2 000 F par jour, marché noir. Paris-Ville : 34 000 cartes envoyées. Seine : 67 000 PC. De Gaulle : il faut que les journaux songent à rendre leurs locaux à leurs anciens propriétaires.

Jeudi 15 février 1945

  • 123 Maurice Viollette avait été député et maire de Dreux (depuis 1908).

234Si on interrogeait aujourd’hui la France, 60 % voteraient pour Pétain et le bifsteak. Viollette123 (Dreux).

  • 124 Dirigeant du syndicat de la confection américain et l’un des fondateurs du CIO, Sydney Hilmann avai (...)

235Mouvement syndical international à Londres (250 délégués). Hillmann124 – CIO – Toledano. Le congrès accepte une fédération syndicale démocratique. Elle siégera à Paris. Un deuxième congrès au plus tard fin 1945. Les syndicats chrétiens auront un délégué, observateur, non votant. Le comité élu devra représenter les syndicats à la conférence de la Paix, 41 membres. Il accepte la déclaration des trois grands. Au comité représentatif, la France 2 délégués, comme les trois grands. Grand esprit d’unité. Accroître l’effort de guerre. Détruire le fascisme. Il faut apprendre des Anglais l’art de faire faire par d’autres certaines besognes.

  • 125 Sans doute, Zhu Xuefan (né en 1901 ou 1905), principal responsable syndical du Kuomintang, membre d (...)

236Isaacs Grande-Bretagne, Kousnetzov URSS, Saillant, Toledano, Chou Hsuen-Fan125, Ichnavels, Goodwin Rhodésie, un communiste canadien, un communiste australien.

Vendredi 16 février 1945

  • 126 La Fédération sportive du travail, née en 1919, devenue Fédération sportive et gymnique du travail, (...)

2376 h [ill.] – FSGT126 90 % communistes depuis la trahison Guillevic. Fête de la jeunesse sportive féminine, au 19e sous l’égide de Sport libre. Escrime, danse, basket-ball, gymnase.

Samedi 17 février 1945

238Mariage Albert-Montel. Artistes bretons, 13, boulevard Madchim [?] (Suisse), 5 mars 14-17 h.

Dimanche 18 février 1945

2398e Cross Huma, 4 h 15, à la piste municipale de Vincennes. 2 615 engagés. Tous les champions, 30. Commandant Clayeux : pas un dixième des Français n’est sportif. La France n’a plus de cadres. Or les anciens députés et sénateurs sont des cadres. De Gaulle veut les réhabiliter. Il tolère qu’ils se réunissent au Palais-Bourbon.

Lundi 19 février 1945

  • 127 Pierre-Marie Koenig (1898-1970). avait rallié la France libre, en juin 1940. Le général Koenig devi (...)

2404 h 30, audition M. Bidault. Dakar, plaque tournante de la planète. Les Américains nous ont dit : vous n’avez pas préparé à Dakar, alors nous les devançons. Koenig127 veut déconsidérer la Résistance. Le gouvernement a demandé sa place à Yalta. Pas de réponse. Roosevelt a reçu les nègres, roi d’Égypte, Arabes. De Gaulle a refusé.

241La France ne peut être forte que si elle est démocratique, parce que les 3 ont dit qu’ils extirperaient le fascisme de partout, même en France.

Mardi 20 février 1945

  • 128 Le général Henri Giraud (1879-1949) avait été coprésident du CFLN, à Alger, jusqu’à l’affirmation d (...)

242Les vieux parlementaires sont pour Giraud128 contre de Gaulle. Soustelle, socialiste, chef DGSS.

243Supposez des élections réactionnaires et fascistes en France ! Quelle impression à l’extérieur ! Donc il faut des élections républicaines. Donc continuons des listes communistes socialistes, radicaux, Front national.

  • 129 Charles Dumas (1883-1955), journaliste et responsable socialiste, l’un des responsables de la SFIO (...)

244Les socialistes contre le gouvernement de Gaulle, parce que l’Angleterre a été écartée par de Gaulle ; pas de pacte franco-britannique et parce qu’à Yalta, l’URSS et les États-Unis ont battu l’Angleterre sur la Pologne. Alors Dumas129 attaque la Russie sur la Pologne. Et ensuite, de Gaulle se dresse contre l’Amérique. De Gaulle perd ses avances partout. Il fait ici saisir les journaux polonais en France. Il nous combat ; c’est de l’incohérence gouvernementale. On tue des hommes FFI pour des actes d’avant la libération.

245F. Gouin a reçu une réponse de De Gaulle sur les ordonnances. Il va lui répondre. Il dit : « Si de Gaulle veut la bagarre, il l’aura ! » Les socialistes préparent un projet non de nationalisation, mais de socialisation. Nous allons proposer des nationalisations.

  • 130 Chef de cabinet de Vincent Auriol, pendant le Front populaire, Édouard Depreux (1898-1981) joue, so (...)
  • 131 Albert Gazier (né en 1908). Syndicaliste et socialiste, il appartient, sous l’Occupation, au bureau (...)

246De Gaulle n’est pas un instrument aisé à manier par les trusts ; de Gaulle est très affaibli. De Gaulle refuse d’aller saluer Roosevelt à Alger. Ressentiment. Auriol, Depreux130, Darrian, Gazier131, Moch attaquent Bidault. Ils défendent la Grande-Bretagne et le Bloc Occidental. Pourquoi les conditions de De Gaulle aux Anglais. Êtes-vous pour les annexions ? Les Anglais seront désireux d’avoir un gouvernement à eux. Le socialistes aident l’Angleterre. Article de Dumas sur la Pologne (Populaire).

Mercredi 21 février 1945

247Ce qui manque le plus aujourd’hui, ce sont les locomotives en France. Les terres françaises sont épuisées ; les emblavements restreints ; les récoltes d’automne mal faites (betteraves, pommes de terre) ; on mobilise trois classes. D’où la conclusion : le rationnement n’est pas près de disparaître, ni la hausse des prix, car il faut importer cher. Comment concilier la liberté politique et le contrôle économique. Il y a des stocks spéculatifs, ils seront jetés sur le marché à la fin de la guerre.

248Le ministre de la Guerre : je suis résolu à maintenir ma politique vis-à-vis des FFI.

249Jules Moch : il faut en finir avec le scandale des FFI et les attaques contre l’armée régulière.

  • 132 Fernand Grenier (1901-1992) avait été déchu de son mandat de député, en janvier 1940, s’était évadé (...)

250Quand les FFI du Vercors ont réclamé sans résultat des armes à Alger, on ne leur répondit pas. Ils envoyèrent une dépêche : « Vous êtes des lâches et des traîtres. » Grenier132 présenta les dépêches à de Gaulle qui lui ordonna de se rétracter. Grenier s’exécuta.

251Journaux russes : Yalta prouve que l’alliance des 3 est durable. Ce n’est pas une combinaison éphémère. Elle a un avenir immense.

Jeudi 22 février 1945

  • 133 Le PCF avait proposé, dès la fin de 19,4 à la SFIO l’unité d’action et l’unité organique. En févrie (...)

252Comité d’entente socialiste-communiste133 : ordre du jour : élections municipales, listes communes avec nous ; projet Moch sur nationalisations.

253Dans les milieux bourgeois anglais, l’accord franco-anglais est nécessaire (Economist).

254Un Anglais dit : on sait l’amitié des communistes pour les Américains, à la conférence de presse de Teitgen.

  • 134 Les usines Renault ont été nationalisées, en raison de l’attitude de Louis Renault pendant l’Occupa (...)
  • 135 Pierre Neumeyer (1878-1960) était avant-guerre membre de la SFIO, secrétaire général adjoint de la (...)

255Moch veut laisser croire que le socialisme peut se faire par réformes sans changer l’État. Non, les nationalisations sont d’ordre démocratique. L’État ne représente en ce moment que les classes dirigeantes. Nationaliser seulement les trusts pour ne pas effrayer les Français. L’État ne contrôlera pas Renault134. Il y a un regroupement des forces réactionnaires en France. Il faut que les républicains se regroupent aussi. Neumeyer135 dit : « Quel malheur qu’un travaillisme ne réussisse pas ».

256Pas de monopole de l’enseignement, car ça permet aux réactionnaires de dire qu’on va anéantir les écoles libres.

  • 136 André Diethelm (1896-1954) avait été chef de cabinet de Georges Mandel au ministère des Colonies, p (...)
  • 137 François de Menthon (1900-1984), professeur de droit, membre du PDP avant guerre, résistant au sein (...)

257Diethelm136 veut une armée de métier ; de Menthon137 fasciste. Des inspecteurs du travail disent aux ouvriers : faites la grève. De Gaulle veut se faire plébisciter par les élections.

Vendredi 23 février 1945

  • 138 Le PCF fait enregistrer une série de discours sur disques : Thorez (« S’unir, combattre, travailler (...)

258Réception ambassade soviétique 5 h. Mutualité 7 h 30, 2 h disque – Unité138.

259Vers un seul parti de la classe ouvrière et du peuple de France. Studio Sergent, 60, rue François Ier.

260Il faut faire le bloc démocratique contre la réaction en insistant près des socialistes. Nous grandissons après le CC. De Gaulle spécule sur les contradictions anglo-américaines ; il veut le bloc occidental avec Espagne et Italie, c’est une politique aventurière.

261Moch : « Il faut faire la révolution par le haut ; il faut en finir avec les FFI. »

Samedi 24 février 1945

  • 139 Comités de défense de l’Humanité.

26218 heures à Paris CDH139. CDH à Paris 2 000, chez André Scholher. Marise, Choisy 10 h midi. 5 h Pleyel.

263Lieutenant Grunebaum, 56, rue Pergolèse, Kel 70.39. Ely 13-82, Mademoiselle Choquet. Radiodiffusion, voir Grenier mardi pour lui fixer rendez-vous.

264Ambassade des États-Unis, 2, avenue d’Iéna, 6 h 30.

  • 140 Le pacte franco-soviétique, signé à Moscou en décembre 1944, est ratifié le 15 février.

265De Gaulle mécontente une fraction du capitalisme français liée aux Américains. Il mécontente le peuple français. Il s’est servi du pacte franco-soviétique140 comme d’un échange contre les Anglais.

266Saillant à l’ambassade américaine : « Citrine pense que nous allons nous casser les reins et qu’il reprendra la direction de la FSI. »

267Madame Duchesne : Passy 97.61.

  • 141 Charles Cachin, fils de Marcel Cachin.

268Épina[y], préfecture Seine (Charles141).

Dimanche 25 février 1945

269Popu attaque l’Amérique.

270Conférence syndicale de Londres. Avant un an il y aura une nouvelle organisation syndicale internationale. Lutte contre le fascisme international ; approbation de Yalta. On ne fera pas la paix sans les ouvriers. Grande considération pour la délégation française à cause du rôle des ouvriers français dans la Résistance. Le siège à Paris. On ne nous a pas contesté notre place de grande nation. Il y avait des CGT chrétiens à Londres, on recherche une entente.

Lundi 26 février 1945

2714 h trésorerie du Sénat. 5 h présidents. 60 000. 13 h, 4, rue du Sénat. Envoyer compte percepteur Choisy. Livre sterling égale à 200 F, dollar égale à 50 F, c’est trop, estime du franc.

  • 142 André Colin (1910-1978) était professeur de droit à l’Université catholique de Lille. Résistant, il (...)
  • 143 Auguste Champetier de Ribes (1882-1947), plusieurs fois ministre dans l’entre-deux-guerres, avait f (...)

272Le Mouvement républicain populaire inspiré par Bidault, Colin142, de Menthon écarte les anciens démocrates populaires (Champetier de Ribes143, Simon). Ils n’iront pas très loin à cause de leur néo-cléricalisme.

273Avril et mai élections ; donc pas de session de la Consultative.

  • 144 André Diethelm avait dirigé les finances de l’Indochine comme inspecteur des Finances. François de (...)

274Vendredi 9 h 30, discussion statut de Paris. Indemnité, Ch. Laurent, comme des gros fonctionnaires. Ravitaillement agricole ; reconstruction ; information. Expropriation des trusts avec indemnité raisonnable ; puis il y a la confiscation que nous réclamons. Wendel, Goering, Diethelm Banque Indochine144.

Mardi 27 février 1945

275Article sur la jeunesse, Grenier, [Grunenbaum ??].

276Mutualité Kousnetzov, Hilmann. Sidney Hilmann, né à Odessa, du syndicat du vêtement, vice-président du CIO a soutenu Roosevelt. Comité pour l’organisation industrielle CIO. Committee for industrial organisation.

277Général Lee – Robinson.

  • 145 Nikolaï Chvernik (1888-1970), président du Conseil des syndicats de l’URSS de 1930 à 1944.

278Kousnetzov, président du conseil central des syndicats, ingénieur de la métallurgie. Chvernik145 est vice-président du conseil des syndicats soviétiques.

279John Abt Abt.

  • 146 G. Bidault est à Londres, du 25 au 27 février.

280Questions écrites avant le 5 mars (pour le 9 mars). Accord franco-anglais contre l’Amérique, froid contre la Russie146. Le projet financier est une mauvaise préface aux élections. C’est une politique réactionnaire qu’on veut dissimuler derrière les nationalisations, bavardage contre les trusts : 50 % à l’État, 49 % aux capitalistes. Or il faut faire autre chose.

281Il se regarde pisser.

Mercredi 28 février 1945

  • 147 Le CNR publie, le 26 février, un communiqué déplorant le faible rôle de l’Assemblée consultative et (...)

282Ce soir Sadoul revue Monde libre. C’est le Popu qui avait lancé le plan prétendu de Pleven. Il révoque l’auteur de l’article : il a aidé la spéculation. Le Figaro applaudit la rupture du CNR-De Gaulle147.

283Aube : l’Angleterre affaiblie par la guerre (Commonwealth ébranlé, plus d’avoirs à l’étranger). Il lui faudra exporter. Il lui faudra réorganiser l’économie allemande. Donc il faut un grand ajustement des intérêts entre France et Angleterre.

Notes fin février

284Réveil, Ille-et-Vilaine – Aurore, Finistère – Clarté, Loire-Inférieure – Aube nouvelle, Côtes-du-Nord.

  • 148 Les Comités d’organisation, créés par Vichy en 1940, sont provisoirement maintenus sous le nom d’Of (...)

285Conférence régionale préparatoire au congrès national. Retraite aux vieux et aussi aux vieux paysans. Exode rural. Les amendes vichyssoises aux paysans. Renaissance de la France. Les fuhrer du parti national breton, marché noir. Les organismes régionaux, les préfets régionaux, énormes organismes parasitaires de Vichy. Comité d’organisation148, commission de ravitaillement remplacée par des coopératives.

286Les Jeunesses communistes. Les revendications, les comités d’entreprises.

287Les régions bretonnes du PC ont demandé au ministère de l’Information de faire paraître un quotidien : l’Avenir de l’Ouest.

288Pendant ce temps-là on ne s’occupe pas des ch. actuelles, Louis Blanc. La commission du Luxembourg s’occupait des plans d’avenir. De Gaulle veut une conférence (commission) du Luxembourg comme en 1848. De Gaulle reçoit Gouin et le bureau de la Consultative, 28 février. Nous sommes pour les 80 parlementaires et que les nôtres soient aussi intégrés, (cf. Aurore).

  • 149 La SNCF a été créée par le Front populaire, en 1937.

289Il faut présenter les nationalisations comme elles sont. Pas recommencer la SFCN (sic)149 ; dans les usines d’av. l’État a 90 %, 92, 95 %. Ce sont des réformes démocratiques ; ça nous rapprochera des radicaux.

  • 150 Le 11 février a eu lieu une réunion des anciens du parti social français du colonel de La Rocque, q (...)

290Les élections. Il faut l’union démocratique contre la réaction et le fascisme. Mutter lâche le PSF150. Rassembler toutes les forces républicaines ; laïcité ; nous ne voulons pas supprimer l’école libre. Il faut Yalta contre le fascisme. Le peuple est inquiet ; le fascisme reprend ; il faut le combattre. On nous refuse le papier pour les élections.

291Il faut socialiser l’aluminium et ne pas exporter la bauxite pour l’aviation ; il nous faut des directions non capitalistes, pas de sous-traitants.

292Les socialistes sont contre les états généraux.

  • 151 Pierre Mendès France (1907-1982), député radical de l’Eure, embarqué sur le Massilia en 1940, arrêt (...)

293Projets financiers. L’Angleterre veut nous dominer et prendre notre or. Comptoir d’Escompte et BNCI semblent hors de cause [Pleven ?]. Peut-être les choses ne vont pas aussi bien avec l’Angleterre. Rien contre le capital dans le budget des finances. Augmentation des droits sur l’alcool, de la taxe sur le chiffre d’affaires. Pleven s’expliquera à la loi de finances. On veut faire un prélèvement sur le capital, mais pas à 20 000 F. L’État donne 300 millions par mois à la sidérurgie française. Mendès France151 veut des nationalisations selon SFCN (sic). C’est-à-dire bon pour les capitalistes, 49 % aux capitalistes. Ce qu’il faut, c’est la confiscation des biens des trusts ; nous ne voulons pas qu’on dise : socialisation au lieu de nationalisation ; rappel du programme du CNR. C’est des réformes démocratiques. Moch dit : « Tout de même laissez le mot deux fois. »

294PS et PC doivent, dit Mayer, parler ensemble avant de Gaulle. Les socialistes sont, après le retour de Bidault, contre de Gaulle. Yalta est renforcé par le discours de Churchill et Roosevelt. Ça ne va pas avec l’Angleterre ; de Gaulle va d’un côté et de l’autre, il avance et recule. Il n’y a pas d’accord financier entre la France et l’Angleterre. De Gaulle va faire de la démagogie intérieure. Que faire ? Il faut ne pas le gonfler. Les trusts ne craignent pas de Gaulle. Les radicaux sont contre les nationalisations et les catholiques sont pour. Ça permettra l’alliance socialistes-catholiques.

295De Gaulle : vous n’êtes que des critiques propres à rien. La France est en faillite. On a liquidé le petit industriel à Vichy. La France a ce qu’il faut pour se renouveler. L’industrie est intacte ; saisissez les biens des grands traîtres.

  • 152 André Philip (1902-1970), député SFIO de Lyon, avait voté contre les pleins pouvoirs, résisté au se (...)

296A. Philip152 [ill.] demande une augmentation des subventions aux écoles catholiques. Vers l’unité : Philip n’est pas un marxiste, c’est un chrétien, il ne peut se placer sur le matérialisme. Il est respectable mais non socialiste. Ou bien des listes uniques ; si on ne peut pas, listes républicaines.

297Il faut maintenir les comités de gestion qui existent.

  • 153 Les comités d’entreprise sont créés par l’ordonnance du 22 février 1945, dans toutes les entreprise (...)

298Comités d’entreprise153. Le gouvernement a nié son propre projet. Usines de plus de 100 ouvriers, 9 580 usines touchées 3 millions d’ouvriers sur 10 millions. Les ouvriers étrangers ne voteront pas. C’est un concept arriéré [?]. Créer un collectif de travail avec les capitalistes ; les ouvriers auront la main sur les œuvres sociales de l’entreprise. Il y a du positif. On parle de contrôle, mais ! Le comité d’entreprise sera informé non obligatoirement. La direction échappe à l’examen des ouvriers. Pas d’examen des comptes. Les ouvriers voteront à 18 ans s’ils sont depuis 2 ans dans l’usine ; durée du mandat : 3 ans. Une seule liste avec les cadres, disons-nous ! a été refusée ; il y aura plusieurs listes CGT, chrétiens et cadres. Pas de droit de contrôle sur les affaires. Ce peut être une œuvre de masse. La gestion des œuvres sociales sera entre les mains des ouvriers.

Mars

Jeudi 1er mars 1945

  • 154 Charles Tillon (1897-1993), membre du secrétariat du PC clandestin, avait organisé la lutte armée à (...)

299Tillon154. Jeanneney. Rhin, avenue française.

300La radio, ce matin : à bas les politiciens, vive de Gaulle !

301Mayer veut remettre les 50 Liberty aux trusts ; il faut nationaliser la marine marchande.

302La lutte de Frédéric le Grand n’avait pas pour but comme aujourd’hui, l’existence même de l’Allemagne. L’évacuation de Berlin est impossible (pas de transports, pas de centre d’accueil).

  • 155 Il s’agit sans doute de Zhou En lai (1898-1976), dirigeant du PC chinois et son représentant à l’IC (...)

303Échec des pourparlers PC chinois – Kuomintang. Tchou-Lay155 leader chinois.

  • 156 Née d’une chanson populaire, l’expression « by Jingo » symbolisait, depuis la fin du XIXe siècle, l (...)

304Churchill à Yalta avec un bonnet de fourrure russe. Le Jingo156 soumis au Kremlin.

Vendredi 2 mars 1945

305De Gaulle parle contre les trusts. Les nationalisations ne sont pas le socialisme ni le communisme. 667 000 cartes.

Samedi 3 mars 1945

  • 157 Paul Langevin préside plusieurs organisations, dont l’Union française universitaire. Celle-ci organ (...)
  • 158 Le colonel Georges Groussard, commandant de Saint-Cyr, spécialiste du renseignement dans les années (...)

306Joly, déjeuner, Charles. 16 h 30, Sorbonne, 73e anniversaire Langevin157. Général Groussard158, Steyr intelligence service, Kohn [Kahn ?], Airaud.

307La réaction relève la tête.

308Les Jeunesses communistes (à Pâques, congrès). Quatorze fusillés du comité directeur, 4 en Allemagne.

309180 000 cartes envoyées ; à Pâques 150 000 : Région parisienne 12 500, Nord 10 000, Pas-de-Calais 7 000, Bouches-du-Rhône 5 000, Rhône 5 000, Corse 4 000, Côtes-du-Nord 3 000, Corrèze 4 300.

310Jeunesses dans l’armée. Front patriotique des jeunes, [25 000 ?], MLN 30 000, jeunes filles 35 000, jeunes paysans, où nous avons une action dirigeante. Total 250 000 jeunes en France plus les sportifs.

311Nous avons des ennemis ; pression de l’ennemi contre la guerre, marché noir, appel à lâcheté. Les revendications (apprentissage). Enseignement. Prêt au mariage. Union de la jeunesse. Les jeunes communistes n’ont pas le droit, dit-on, de se mêler de politique. A 25 ans, les JC rentrent dans le Parti. Il faut faire une organisation de masse. Gare au sectarisme. Les jeunes pourront adhérer au PC après avoir réfléchi. Il faut des clubs locaux de jeunesse et les diriger. Les jeunesses socialistes sont paulhanistes [?]. Il faut un million de jeunes.

Dimanche 4 mars 1945

  • 159 Georges Marrane (1888-1976), maire d’Ivry, a joué un rôle important dans la réorganisation du PC cl (...)
  • 160 Carn Alfred ou Albert, ouvrier métallurgiste syndicaliste, membre du PCF, est depuis 1944 et 1946, (...)
  • 161 Auguste Gillot (né en 1905), secrétaire de la région Paris-Sud et conseiller municipal de Saint-Den (...)

312Saint-Denis. Les fusillés de Saint-Denis : 23 fusillés. À la mairie de Saint-Denis, Marrane159, Cam160, union des syndicats, M.C., Gillot161.

313Ce qui préoccupe les politiques, ce sont les élections. Et ils commencent à provoquer. Il y a des grèves. On veut diviser la France. Il faut attendre. Nous allons prier les socialistes de faire un comité d’entente pour pousser l’unité à la base. On s’est entendu sur les nationalisations puis sur l’épuration. Il faut le parti unique de la classe ouvrière. Nous voulons des listes avec les socialistes mais en plus nous voulons aller avec les démocrates populaires. Nous avons appelé les radicaux en disant qu’ils étaient contre les nationalisations.

  • 162 François Billoux (1903-1978) était, à la veille de la guerre, membre du CC et du BP. Arrêté, envoyé (...)

314Campagne pour ameuter les viticulteurs et bouilleurs contre Billoux162. Dans la période actuelle il faut laisser la question. Les ouvriers disent : il vaut mieux nous donner du vin que de combattre l’alcoolisme au moment où le monde s’écroule, c’est bête de s’attaquer à l’alcool.

Lundi 5 mars 1945

315Dîner BP, 7, rue Germain Pilon. 47 000 paysans organisés en Allier. 11 h conférence des Présidents.

316Le FN a lancé l’idée des états généraux 13 septembre.

317Etats généraux – Une semaine finissant 14 juillet. Comment désigner les délégués ? Par les organisations, dit-on, ratifiées par les masses (Saillant 28 février). Nous disons : non ! Les masses doivent désigner ; dans le pays on ne s’en préoccupe pas. On a pensé gauchiste, on voulait dans l’Allier substituer à l’assemblée un gouvernement d’états généraux, par un mouvement impétueux des masses. Le rôle des CDL et CLL est de préparer la guerre. Les socialistes sabotent les états généraux et aussi le MRP. L’Ardèche est pour. Elle a fait des cahiers constructifs. Il faut que les états généraux s’occupent de la préparation de la guerre, exaltent la lutte du peuple pour se libérer ; appliquer le programme du CNR, guerre et reconstruction, épuration, nationalisation. Renforcer l’union dans les masses. On veut discuter sur la nouvelle constitution. Il faut lier élections et états généraux. Il faut y intéresser le CNR. Le congrès d’Avignon est resté sans lendemain. La question actuelle c’est la guerre. Elle ne sera pas finie au 14 juillet. Effort de guerre à l’usine, dans les entreprises. Unité comme en 1935. Tout pour la guerre. Défendre la république, voilà le programme.

Mardi 6 mars 1945

318Ambassade de Belgique, 17 h, 25, rue de Suresnes.

  • 163 Prononcé à l’Assemblée consultative le 2 mars 1945.

319Discours de De Gaulle163 : esprit conservateur ; contre les nationalisations. Déception générale dans l’assemblée, prestige de De Gaulle atteint. Attitude louvoyante de De Gaulle, car les trusts s’agitent, font le barrage. Dans les masses, un courant pour changer les hommes et les institutions.

320Depuis vendredi, repli des socialistes vis-à-vis de De Gaulle. Socialistes n’ont pas paru dans le débat sur FFI et information ; il défendent Teitgen. Ils sont poussés par les Anglais, San Francisco – Dumbarton Oaks, dit-on, en contradiction avec pacte franco-soviétique. Il faut une majorité, 7 sur 15, dont les 5. Il faut exalter Yalta à cause de son caractère démocratique et anti-hitlérien. La réaction s’agite contre Yalta et la défense des petites nations. Campagne contre les soviétiques.

321Discours Churchill bon, mais Eden et Bidault ont été en cheville. Eden contre la Pologne de Lublin. Il faut défendre la réunion des trois pour défendre l’URSS. Il ne faut pas d’un isolement de la France. La Sarre va être le Fiume français. On veut transformer les Sarrois de Paris en associés de la France pour mettre les alliés face au fait accompli.

322L’assemblée provisoire est contre le gouvernement parce que le peuple est mécontent. De Gaulle n’est plus aussi tabou. Les curés s’avancent ; le PSF s’agite. Voilà notre base [?] bloquer les démocrates et républicains ; faire le courant républicain et antifasciste. Ne pas nous isoler. Avancer et reculer ; manœuvres politiques nécessaires.

323Listes uniques : Union des forces républicaines. Listes communes, défense de la République et laïcité. Les 3 aideront les nations à se débarrasser du fascisme, Yalta. C’est cela qu’on leur reproche.

Mercredi 7 mars 1945

32417 h 30 Hôtel de la Présidence : presses parlementaire, française et étrangère. Ch. Meunier, Haye, entre 6 h 30 et 7 h soir.

325Teitgen – Seuls paraîtront les journaux auxquels je permettrai de paraître. Il faut l’autorisation du gouvernement. La presse est gouvernementale.

326Mardi comité d’entente. Congrès communiste du 26 au 30 juin 1945.

  • 164 Alphonse Juin (1888-1967) commandait les forces françaises en Afrique du Nord, en 1941, et rallie l (...)

327Même Juin164 contre De Gaulle et le fanatisme du char. De Gaulle n’a jamais reçu le CNR. Dans le Nord et Pas-de-Calais, socialistes contre communistes, refus de listes communes.

328Ma mission est de combattre le communisme en France (De Gaulle).

Jeudi 8 mars 1945

329Gouin, dîner.

330Algérie : PC 11 500 adhérents, dont 4 200 musulmans.

331Une grande question : ravitaillement, même en blé. Blé base de l’alimentation des musulmans ; 7,5 kilos grains par mois et encore ! Pas de figues et dattes, oranges en Angleterre ; famine latente. Les gros colons fascistes s’arment. Provocation monstrueuse pour écraser le mouvement musulman progressif et écarter l’Algérie de la France. Donc il faut agir sur le ravitaillement.

  • 165 Le PPA indépendantiste avait été dissous en 1939, et fut accusé d’être proche du PPF de Jacques Dor (...)
  • 166 Le 4 mars a eu lieu, au Caire, la réunion fondatrice de la Ligue arabe (Égypte, Irak, Arabie Saoudi (...)
  • 167 Yves Chataigneau, gouverneur général de l’Algérie en 1945.

332Développement de l’activité nationaliste anti-française. Parti populaire algérien, hitlérien, dissous, mais actif. Amis du Manifeste (influence américaine)165, un journal. Rumeurs panarabistes (Anglais)166. Le préfet d’Alger est inquiet sur des élections anti-françaises. Nous avons les amis de la démocratie avec nous ; réunion arabe et kabyle où Fajon assiste, Chataigneau167 gouverneur général est pour l’assimilation totale ; il défend les chefs arabes féodaux ; haï par les arabes, veut faire des kolkhozes ; il est démocrate, favorable aux communistes, il nous reçoit.

333Le PC s’accroît. Liberté 130 000 le plus grand algérien. 200 000 syndiqués, dont 40 000 musulmans agricoles, fellahs, Khamirs, petits métayers. 8 000 femmes dont 1 000 voilées groupées, font des pâtisseries pour les soldats musulmans, ont donné leur sang pour eux, de l’argent pour aider les soldats.

334Tunisie – socialistes et communistes unis. Le PC algérien crée un mouvement d’union pour aider les petits Arabes malheureux.

Vendredi 9 mars 1945

33510 h 30 Gare de Lyon.

Samedi 10 mars 1945

  • 168 Membre du CC et du BP du PCF, Pierre Sémard (né en 1887) avait été arrêté, en 1940, puis livré aux (...)

336Obsèques Sémard168 – 13 h 45 Gare de Lyon. 16 h Claridge, 76 Champs-Élysées. Constitution de l’association France-Roumanie. 10 h Bidault commission Affaires étrangères. Usine Pillot demande à M. Thorez de libérer leur patron.

  • 169 Georges Altman (1901-1960), journaliste d’extrême-gauche, puis membre du PCF dans les années 1920, (...)

337Franc-Tireur. Altman, Fourrier169, trotskystes – Zaks exclu pour malversation.

Dimanche 11 mars 1945

338Bretons de Saint-Denis, gala au profit des soldats et marins bretons, 2 h 30.

3391 000 membres JC septembre 1944 au lieu de 250 avant guerre. 2 000 membres JC fin 1944. 3 000 membres JC en 1945.

340Parti communiste internationaliste. Trotskystes. Trois groupes : IVeInternationale est le plus important. La Vérité a sorti 9 numéros, 72 journaux ronéotypés à Paris et d’autres en province. Ils ont des brochures.

  • 170 La MOI (main-d’œuvre immigrée) avait été créée, au lendemain de la Première Guerre mondiale, par le (...)

341La Gauche communiste avec la M01170, Étincelle dirigée par un Grec.

342Les communistes révolutionnaires, journal, pouvoir ouvrier contre les trotskystes.

  • 171 La Vérité (créé clandestinement en 1940), L’Étincelle (1942-1943) et le journal syndical Front ouvr (...)

343Deux centres : Lyon, Paris. À Lyon presse légale Front ouvrier ; diffusion importante, moins grande aujourd’hui qu’en janvier ; activité en province. Bordeaux importante, Lyon, Marseille171.

  • 172 Jacques Chaban-Delmas (né en 1915), inspecteur des Finances depuis 1943 et résistant, est, en 1944, (...)

344La police a proposé avant la libération une organisation com. anti-PC. Un autre lit [?]. Chaban-Delmas172, général 29 ans, dirige un service de police, il réunit les trotskystes ; il a donné 5 millions aux trotskystes. Radio hitlérienne appuie. Le trotskisme est d’inspiration hitlérienne.

345Aujourd’hui nos sections réagissent, sauf dans Paris-Ouest et à Malakoff et Argenteuil où les usines sont contaminées (La Lorraine) Somua, Gnome et Rhône et 13e, [ill.] du 13e. Depuis que le PSF recommence, les trotskystes reculent. Le trotskysme attaque surtout l’industrie de l’aviation ; il est composé de demi-intellectuels, contient beaucoup de jeunes. Caudron, Renault, beaucoup de trotskystes. Le trotskysme est l’agent de l’ennemi, il contient des miliciens.

  • 173 Octobre est le journal du PCI, dans le Sud-Ouest, depuis 1944. Charles Torielli, dit Pierre Rimbert (...)

346C’est la police qui fait les journaux, les Soviets comme en 1920. Le journal Octobre à Bordeaux. Il ne faut pas dramatiser ; quand on va voir les ouvriers, c’est liquidé. Rimbert trotskyste, avec Marty-Capgras de Libertés173.

Lundi 12 mars 1945

347Conférence des présidents, 11 h. La générale Regnier – 6-7.

  • 174 Pierre Pucheu (1899-1944), normalien, avait fait carrière dans l’industrie. Démissionnaire du PPF, (...)

348Fils Bayet directeur du cabinet du préfet de police (SPAC). Le fils Bayet arrêté pour avoir été au service de la police anticommuniste créée par Pucheu174 en septembre 1941. Bayet était secrétaire général de la préfecture de Nantes. Il nie.

349La Ligue des droits de l’homme. À la veille de la discussion du budget de l’information, des mesures ont été simultanément dirigées contre plusieurs membres de l’Assemblée provisoire inscrits pour prendre part à cette discussion. Le public ne sait rien des intentions et des actes du gouvernement. La commission des Affaires étrangères demande une entrevue avec de Gaulle « pour rendre plus effective la collaboration avec le gouvernement ».

350Yalta admet qu’on ne pourra, à San Francisco, prendre de mesures contre l’agression d’une grande puissance.

351Radio allemande : on va en Roumanie à la bolchevisation totale, de même en Yougoslavie et en Finlande. La guerre est loin d’être terminée (All.). Hitler dit : fanatisme, raidissement, alors le tout-puissant ne nous refusera pas sa bénédiction.

352A Paris, pas de beurre depuis 6 semaines, pas de viande depuis 15 jours.

Mardi 13 mars 1945

353Comité d’entente socialiste-communiste. Labarthe. Ma mission est de combattre le communisme en France (De Gaulle).

  • 175 La France a accepté l’invitation à la conférence de San Francisco, adressée le 9 mars, mais refuse (...)

354Lundi 5 h, de Gaulle : « J’ai agi dans l’intérêt de la grandeur et de l’indépendance du pays en refusant Alger et l’invitation à San-Francisco175. Ayez confiance en moi. Vous verrez que cette attitude fière servira la France. Je tiens ferme à l’alliance militaire franco-russe. Les Russes m’ont fait dire qu’ils veulent d’abord que Yalta donne ses fruits, mais Molotov nous a donné des assurances certaines. Je tiens moins au pacte franco-anglais. Les Anglais ne savent pas encore ce qu’ils feront de l’Allemagne. Ils sont lents. Ils sont dominés par l’Amérique. Ils sont préoccupés de leurs affaires. Ils hésitent. Ils ne nous donnent pas à l’heure actuelle le sentiment qu’ils se donnent à nous. Je ne veux pas signer un engagement qui me lie les mains et qui ne soit pas surtout clair comme celui que nous avons pris avec les Russes. »

355Alger, ce sont des incidents inévitables, non une politique (De Gaulle). De Gaulle pour la sécurité internationale ; nous voulons jouer cette carte. Trois étapes de sécurité : pacte franco-soviétique ; divergence entre les 3 sur Dumb. Oaks. Pacte franco-soviétique, pierre angulaire. Nous ne ferons pas [ill.].

Mercredi 14 mars 1945

35610 h 55 ministère de la Guerre. Les membres du bureau et de la conférence des présidents. 9 h 30, groupe communiste au Sénat.

357« Je suis seul responsable devant le pays » (De Gaulle).

358Les droites espèrent que les élections seront à droite et qu’alors on écartera la racaille.

359Ne pas lier l’Union soviétique avec San Francisco ; s’ils sont victorieux à droite, l’Amérique et l’Angleterre diront : la France n’est plus démocratique. La Russie ne discutera pas avec le pape.

  • 176 En attendant les élections au Conseil municipal de Paris, le gouvernement a désigné par décret, le  (...)

36029 conseillers municipaux communistes à Paris176.

361La désagrégation de l’armée marche à pas de géant. Dans la marine on ne nomme plus que des officiers de Vichy ; on casse tous les officiers FFI. Les comités d’usines ne sont pas des ch.[ambres ?] révolutionnaires. Ce n’est pas la révolution par en haut. Vote des soldats, puisque des vichyssois voteront.

Jeudi 15 mars 1945

362200 F = une livre. La Dépêche de Paris, journal de Daladier, Hazet.

36333 000 membres du PC dans le Pas-de-Calais ; régression socialiste.

  • 177 Paul Ramadier (1888-1961). Le ministre du Travail du Front populaire avait voté contre les pleins p (...)

364De Gaulle pas sincère envers l’Union soviétique, attention. De Gaulle lui a fait perdre de son prestige extérieur. On le discute, on se plaint. De Gaulle égale Pétain. Les ministres se trompent. Lui tabou. De Gaulle se compare à Gambetta. De Gaulle compte sur les socialistes plus les démocrates-chrétiens. Il prépare un accord financier avec l’Angleterre. La France réglera en or pour un tiers. La France est enchaînée à la finance anglaise. Socialistes en cheville avec MRP chrétiens. De Gaulle s’appuie sur eux. Nous avons préparé un texte pour l’entente avec les socialistes sur la démocratie et la laïcité, CNR ; nous avons proposé la liste unique avec les socialistes. Pas de réponse. Le plan socialiste est de nous amuser pendant qu’ils s’entendent avec les chrétiens. Ramadier177, Teitgen. Le MLN demande à signer l’accord socialiste-communiste sur les nationalisations. Oui, mais alors êtes-vous avec nous pour les élections ?

365Les socialistes veulent torpiller les états généraux. Vincent Auriol a dit : on ne sait jamais où vont ces mouvements. Mais Saillant veut les états généraux ; d’où prudence ; critique prudente et ferme. Les socialistes ne veulent pas d’unité républicaine commune ; ils veulent l’unité avec les MRP sous l’égide de De Gaulle. Les socialistes nous offrent un pacte de non-agression. Non ! Mayer et Colin associés, en conjonction.

  • 178 Comité confédéral national de la CGT.

366La CGT va-t-elle participer aux élections ? Le CCN178 doit parler sur le ravitaillement et la démocratie. Personne ne parle plus de gardes civiques en France depuis que le PC a parlé. Il faut parler clair devant l’opinion sur le trotskysme. C’est la 5ecolonne en France qui voit qu’on va liquider le fascisme. Alors la réaction s’agite. Il y a des parachutages ; activité de la radio-Berlin.

Vendredi 16 mars 1945

367Les alliés occupent 90 000 km2 en Allemagne. Les Russes seuls 70 000. Renouveau de l’anti-soviétisme.

368De Gaulle : il a sa police personnelle contre la résistance. De Gaulle s’identifie à la France. La France c’est de Gaulle. Ayez confiance en moi. Seul je suis responsable devant la France. Oui, pour les nationalisations, mais plus tard. Mon programme : l’anticommunisme.

369Révision de la Constitution : renforcer l’Exécutif. Bonne loi sur la presse.

  • 179 Marc Sangnier (1873-1950) était l’incarnation d’un engagement chrétien démocrate ; fondateur du Sil (...)

370Depreux et Maurice Lacroix, catholique, parlent ensemble au Plessis-Robinson. Unissons Sangnier179, Jaurès, dit Depreux.

371Conseil des ministres. Jeanneney : il faut amnistier tous les hommes politiques qui ont voté pour Pétain. Tixier : Non. N’admettons que ceux qui ont rendu à la République des services appréciables.

372Constitution : pas de constituante. Que le gouvernement prépare un projet et le soumette au pays en un plébiscite.

373On va augmenter les salaires. Les prix vont monter. On ne trouve plus rien au marché réel ; on trouve tout au marché noir. Alors les réglementations n’ont pas de sens ; les salaires officiels courent après les prix réels et ne les atteignent pas.

Samedi 17 mars 1945

  • 180 Giuseppe Di Vittorio (né en 1892), membre du CC du PC italien, exilé en France puis commissaire pol (...)

374Di Vittorio, secrétaire CGT italienne. Nicoletti180.

  • 181 Fin 1944, Soustelle a transformé la DGSS en DGER, abandonnant la sécurité militaire. Au printemps 1 (...)

375Direction générale Études et Recherches181. DGER ancienne DGSS, BCRA. DGER (Budget du gouvernement provisoire). Elle étend sur le pays un réseau de surveillance politique. Elle est censée être un bureau d’Études et Recherches intéressant la défense nationale. Elle surveille le CNR, le Front national. Elle est composée de réactionnaires, anticommunistes, de cagoulards. Elle échappe à tout contrôle. Elle dirige une censure politique au nom de De Gaulle. Elle comprend d’anciens policiers vichyssois. Elle occupe 30 000 agents qui surveillent les patriotes. Il faut que ces gens-là soient soumis à un service contrôlable. Or, ch. 15 fonds spéciaux 220 millions et mémoire. 300 millions pour d’autres services. 70 millions pour des services rattachés.

376Conseil des ministres, désaccord : – entre Jeanneney et Tixier sur les inéligibles de Vichy, – entre membres du gouvernement sur l’opportunité des élections d’avril, – entre de Gaulle et les communistes.

377Pas d’élections parce que la liberté du vote n’est pas garantie ; parce que les prisonniers ! parce que les collaborateurs voteront et pas les soldats. Les élections ne refléteront pas l’opinion française.

Mardi 20 mars 1945

378De Gaulle, quand il s’agit des choses essentielles, pour l’instant et pour quelques mois encore, il ne peut s’agir que de celles-là. Nous sommes tous rassemblés et étroitement unis. La tentative de nous torpiller a avorté. Nous sommes un morceau dur à avaler.

Mercredi 21 mars 1945

379Nous réclamons l’application du programme du CNR. C’était notre politique d’avant la guerre, pendant la guerre, après la guerre. Union, combat, travail pour la République et la France. Vaincre l’hitlérisme, libérer et grandir la Patrie.

380Listes communes partout !

381Il faut être forts et avoir une politique réaliste. Ce ne sont pas les autres qui nous sauveront. Nous sommes laïques parce que nous ne voulons pas des anciennes querelles. Il n’y a qu’une école aux yeux de l’État, celle qui est neutre au point de vue philosophique, respectueuse de l’incroyance de certaines familles et de la foi de certaines autres.

382Il n’est pas possible d’admettre l’inertie du Ravitaillement, le prolongement du vichysme.

Jeudi 22 mars 1945

  • 182 Henri Avril (1888-1949), député des Côtes-du-Nord, entre 1919 et 1924, inscrit au groupe de l’Actio (...)

383Départ Plourivo. François FN avec Avril182 SFIO – Mussat (le Patriote). Parenthoen, Perros-Guirec, 25, rue Vicairie. 78 sections, 600 cellules, 13 000 cartes expédiées.

384Samedi : 9 h 30 conférence, 17 h 30 meeting, 20 h conférence.

  • 183 Yves Rallon (1896-1955), militant socialiste à Guingamp, secrétaire fédéral des Côtes-du-Nord, en 1 (...)

385Dîner, conférence. Socialistes : Rallon Guingamp, Lavoquer (équivoques)183. Lundi : Lannion.

386Côtes-du-Nord deux tiers paysans, 5 000 chômeurs. 20 000 mines sur la côte. Pas de sel.

  • 184 L’ordonnance du 12 octobre 1944 dissout la Corporation paysanne. Les comités de défense et d’action (...)

387Aube nouvelle 17 000, 70 CDA184. Congrès 6 janvier, 200 délégués.

388Les socialistes bretons préparent l’apparition de la République sociale. Les socialistes des Côtes-du-Nord ont un hebdomadaire : Combat social.

  • 185 Il s’agit de Lavoquer et d’Antoine Mazier (1908-1964), qui étaient, à la veille de la guerre, secré (...)

389Socialistes : Lavauquer et Mazié185, François, Avril, Rallon, secrétaire fédéral.

Vendredi 23 mars 1945

390Lancerf. À la conférence de Saint-Brieuc, siège, 15, rue Vicairie : 82 sections représentées, 480 délégués, 553 cellules.

  • 186 Union des femmes françaises.

391Côtes-du-Nord : 30 000 FN, 300 MLN, 38 000 salariés agricoles, 18 000 CGT, 6 750 UFF186, 2 500 JC Huguen, 10 500 PC, dont 2 530 cultivateurs, 625 fonctionnaires, dont 150 instituteurs, 620 commerçants, 6 500 ouvriers.

392En caisse : 15 000 F, recettes : 400 000 F.

393Anne-Marie Duval secrétaire du Parti à Pleumeur-Gautier.

394Aube nouvelle : 17 000. Le Bret, île Grande, 240 membres PC. Thoraval fait une école à Guingamp. Corson, Plouméliau : Le Bris. Gouarec, Gaillard, école unique. Madame Camille Bello, secrétaire permanente du PC dans FUFF. Leverge Maël, Plestiviers, cultivateur CGA. Les femmes dans le PC « Ici on est timide ».

Samedi 24 mars 1945

39540 000 FN Côtes-du-Nord, dont plusieurs prêtres, devient anticommuniste.

396Côtes-du-Nord : 3 000 jeunes communistes, 250 avant guerre, 1 000 en septembre 1944.

  • 187 François Tanguy-Prigent (né en 1909), député socialiste du Finistère, avait voté contre les pleins (...)

397Tanguy-Prigent187 : je vous aurais donné le quart de votre récolte pour l’alcool, mais Billoux m’a empêché. Pour les élections, pas de papier, donc mobilisation du PC. Juin contre de Gaulle. Attention aux provocations de De Gaulle pour préparer la dictature ; le 25 août, de Gaulle a reçu un délégué de Pétain. Faire opposition à la politique aventurière extérieure de De Gaulle. Coupure entre les masses et de Gaulle. Conjonction socialistes-cléricaux. On promet des places aux socialistes à Havas publicité. Le peuple de 1945 n’est plus celui de 1936. Nous sommes des républicains laïcs comme Poincaré et Waldeck Rousseau.

398Le demi-milliard !

399Huma 340, le Soir 320, Popu 237, Aube 147, Aurore 85.

400On va nous tendre des pièges. Listes républicaines communes antifascistes. Souplesse tactique. Il ne faut pas lâcher les radicaux. On ne va pas socialiser les maisons de coiffure.

401Ramadier n’a pas brisé le système de Vichy, l’autonomie départementale ; Ramadier n’a pas réduit les marges bénéficiaires des parasites intermédiaires et trusts. Ramadier n’a pas réalisé l’alliance ville et campagne. Paris a faim.

402Union des républicains, des forces de démocratie et progrès : pour intensifier l’effort de guerre, par une armée forte populaire, liée au pays ; pour nationaliser les monopoles de fait et confisquer les biens des traîtres ; pour défendre la laïcité menacée ; pour écraser le fascisme en Allemagne et en France, pour faire renaître la France.

Dimanche 25 mars 1945

403Congrès départemental agricole 8 mars. Espoir du Morbihan. Côtes-du-Nord, Finistère, conférence régionale.

404Il faut que la France ait une grande armée de masse populaire. Nous ne voulons pas imposer le communisme par la violence. Le peuple entier doit faire appliquer le programme du CNR. Le Parti recommence à discuter, il fait des progrès. C’est le comité central qui l’a obligé à réfléchir. Travaillez et revendiquez en fonction du travail. Laïcité – les catholiques peuvent adhérer au Parti, main tendue.

405Les paysans sont les alliés de la classe ouvrière. Il faut que quelques communistes soient au FN, mais pas tous. Il faut une action large, démocratique, non sectaire. Nous gagnons à l’extérieur du Parti. À l’intérieur on réfléchit plus. Châtiment des traîtres, épuration, confiscation des biens des traîtres. Vigilance. Gare aux infiltrations hitlériennes dans le PC. On va tout nous prendre ! Et si les Russes arrivent ! Contre la bureaucratie vichyssoise qui empêche le ravitaillement.

406660 000 en mars, 582 000 cartes parties en janvier.

407Nous seuls avons une politique. Nous avons été nationaux. Nous avons été positifs. Les autres n’ont pas de politique mais des aventures au jour le jour. Ils espèrent avoir des élections à droite. Donc pas d’exagération. Il n’y a pas de démocratie. Refus du contrôle par de Gaulle, fasciste.

408Les socialistes ont reculé sur les socialisations (ce n’est pas du socialisme). C’est un pas vers l’unité avec les socialistes.

409Leroux, professeur chaire celtique Rennes.

410Listes communes, républicaines aux élections, sur le programme du CNR. On félicite les gardes civiques et républicaines de leur mission accomplie. Entraîner tous les citoyens français à participer à la vie publique.

Lundi 26 mars 1945

411Lannion. Le maire, le sous-préfet, restaurant Lebras. Visite au maire de Tréguier. Il réclame : la voie normale Plovec-Tréguier ; la régie d’État pour le collège moderne.

412Frénétique attaque de l’Église contre les laïcs.

  • 188 Peut-être René Le Bars (né en 1912), membre du PCF depuis 1936 et secrétaire du Syndicat des contri (...)

413Conférence Saint-Brieuc : Lebars188, secrétaire union départementale. Coadout, Plougrescant, Boulard. Les marins et les pêcheurs. Créer une commission au comité central pour les marins. Retraite des vieux, Plouvara, Pleneuf. Grande vente de la Terre. Des instituteurs réclament la nationalisation de l’enseignement.

414Voir Florimond Bonte pour le journal quotidien communiste en Bretagne.

Mardi 27-mercredi 28 mars 1945

415Lancerf.

  • 189 Le général George Smith Patton (1885-1945) avait commandé le débarquement américain, en Afrique du (...)

416Américains et Anglais ont traversé le Rhin. Une colonne Patton189 est en flèche vers Nuremberg. Les Américains disent : c’est la plus grande victoire de tous les siècles.

Jeudi 29 mars 1945

417Lancerf.

Vendredi 30-samedi 31 mars 1945

418Palestine. Foyer national juif. En Palestine, patriotisme juif vigoureux ; invincible expansion, éviction des étrangers. Il est utopique d’espérer une fédération juive-arabe comme le pense le docteur Magnès. Est-ce que les Arabes peuvent être entraînés par le grand courant économique moderne. Le Proche-Orient peut devenir un pays industriel (pétrole). C’est douteux. Il peut y avoir un réveil subit de l’islamisme contre les Juifs. L’arabisme est contre toute civilisation occidentale. Vénalité et torpeur. L’Islam regrette l’Andalousie comme il regrette la Palestine. Les deux peuples arabe et juif se croient des peuples élus. L’Islam est encore puissant au Hindoustan, en Moyen-Orient, en Afrique. Palestine, foyer de discorde, de contradictions. Le développement du Home national juif peut créer des difficultés insurmontables. Il faut que l’on réunisse, en Occident, toutes les autorités et les autorités religieuses pour examiner le problème. Il faut reconstruire sur la colline de Sion une ville de Paix.

Notes fin mars

419L’URSS. Est-ce qu’après la guerre 500 divisions russes déferleront sur l’Europe pour lui imposer le communisme ? La Russie est un pays d’Europe. Elle ne peut pas se désintéresser des affaires de l’Europe. Mais elle ne veut pas y établir sa suprématie. Elle ne prendra pas de territoires. Par la Tchécoslovaquie amie, par la Yougoslavie, elle a ses assurances de sécurité et son accès à la Méditerranée. Par les pays baltes, la Baltique. Elle immobilise Hongrie, Bulgarie, Roumanie. Elle donne des compensations à la Pologne. Il lui faut l’alliance française. Or la France n’est pas encore sûre : les rapports devront s’améliorer et il faut que la France ne croit pas que l’URSS égale communisme en France.

420Turquie, Syrie, Irak, Liban, Iran sont des pays de future influence soviétique. Ces pays tiennent en respect l’expansive puissance anglo-saxonne. En Italie, bonnes relations avec l’URSS. L’URSS ne tend pas à la révolution en Europe. L’URSS ménage l’amour-propre des peuples, reconnaît leur droit à la vie. Elle a une grande sagesse politique. Elle aura besoin de se reconstruire. C’est vers les peuples inorganiques de l’Est que se tourne la politique extérieure de l’URSS. Et c’est pourquoi elle veut, en Europe, assurer ses arrières.

421Georges Aguesse.

422Allemagne. Delenda Germania. Il faut en faire une petite nation sans rêves pour faire de l’Europe un continent sans cauchemar. Est-ce possible ? Oui. Il faut multiplier les minorités allemandes. L’Allemagne a depuis la guerre des minorités asservies. Les minorités restent calmes quand elles n’espèrent pas de secours de l’extérieur. On ne remplacera pas l’ordre allemand par un autre ordre. L’Allemagne ne se résignera jamais aux conséquences de sa défaite. Elle rêvera toujours d’un destin plus vaste. Il faut le dépècement de l’Allemagne ; mais ne pas étouffer le génie allemand.

423L’Allemagne doit être un peuple sans espace, ainsi l’Europe ne tremblera plus : elle pourra se rassembler. L’idée d’une fatalité de la puissance allemande a perdu toute réalité. Il faut lui enlever l’idée de la toute-puissance.

424Peut-on rééduquer l’Allemagne ? L’Allemagne résistante a été catholique et communiste. L’Allemagne ne se ralliera pas d’elle-même à un idéal démocratique. On l’a vu après 1919.

425Se ralliera-t-elle au communisme ? La rééducation de l’Allemagne se fera-t-elle par des Allemands ou par des non-Allemands ? Elle ne pourra se faire que par la force. Or les Allemands ne l’accepteront pas. Et même chez les vainqueurs on se fatiguera. Et puis quelle éducation ? Anglaise, française, russe ? Aura-t-on recours à une fédération de petits États ? Ils s’uniraient vite. Un ordre collectif n’est considéré comme stable que par ceux qui en profitent. Or les Allemands ne se contenteront jamais d’un monde où les sources de matières premières leur sont enlevées et possédées par d’autres.

  • 190 Harry D. White, sous-secrétaire d’État au Trésor, représentait les États-Unis à la conférence finan (...)

426Pour créer une économie dirigée mondiale. Plan américain, création d’une Banque mondiale – White190. Seule l’Amérique a des stocks d’or suffisants pour être le banquier des autres. Ce sera en fait une banque américaine. Il faudra que les pays emprunteurs donnent des garanties, c’est-à-dire qu’ils devront aliéner leur souveraineté et leurs droits sur leurs territoires outre-mer. Les pays qui ne pourront donner de garanties seront exclus. Seuls les pays à ressources profiteront.

427Déjà les États-Unis se sont assurés tous les moyens de paiement et tous les actifs. Ils veulent s’assurer par surcroît une influence économique sur le monde entier et aussi une influence politique sur l’emprunteur. La Cité y est opposée. Aux États-Unis, le groupe Morgan est contre, car il émet des emprunts pour le compte d’États et il redoute la concurrence de la Banque. C’est le fruit d’une imagination en délire, c’est une éruption de la fièvre unificatrice dont les États-Unis sont atteints.

428La grande industrie américaine est elle aussi contre la Banque. Elle veut l’exclusivité sur les marchés étrangers et son contrôle de certaines matières premières. Elle dit que le marché intérieur des États-Unis est incapable d’absorber la totalité de la production. Et alors apparaît le spectre du chômage.

Deuxième trimestre

429« La tâche de ma vie est l’élévation de la classe ouvrière, le renforcement non pas d’un État national, mais d’un État socialiste qui encourage les travailleurs du monde entier. Si chacun de mes pas n’avait pour objectif le renforcement de cet État, je devrais considérer ma vie comme tout à fait futile. »

430BEL 12 70

  • 191 Jean-Daniel Jurgensen, l’un des dirigeants de Défense de la France, puis du MLN.

431Jurgensen191 du MLN.

432Le vieux cadavre poussiéreux du Parti SFIO.

433À mesure qu’il disparaît une âme, il en paraît dix autres pleines de sève et toutes en fleurs.

  • 192 Romain Rolland était mort en 1944.

434Ce qu’on croit, on doit le soutenir (R. Rolland)192.

Avril

Dimanche 1er avril 1945

435Plourivo.

Lundi 2 avril 1945

436Réunion Plourivo.

Mardi 3 avril 1945

437Voyage Lancerf – Choisy.

Mercredi 4 avril 1945

438150 000 prisonniers sont rentrés.

439De Gaulle veut cléricaliser la France avec le concours des femmes électrices. On veut des élections cléricales pour renouveler l’assemblée consultative et revenir sur le vote du 26 mars (128-48). En France, il n’y a pas de démocratie.

Jeudi 5 avril 1945

440BP.

441744 000 cartes du PC ; 700 000 femmes organisées en France ; 150 000 jeunes.

  • 193 Il s’agit du comité confédéral de la CGT, dominée par les ex-unitaires menés par Benoît Frachon (18 (...)
  • 194 Oreste Capocci (1888-1950), militant syndicaliste membre de la SFIO depuis 1922, était depuis 1929  (...)
  • 195 La « tendance Jouhaux » des ex-confédérés s’oppose à la « tendance Frachon » au sein des unions dép (...)

442Au comité confédéral national, B. Frachon apparaît dirigeant incontesté193. Rapport des forces modifié. Capocci194 : « Je ne reconnais pas la maison. » Personne n’attaque le PC. Influence trotskyste nulle. Les secrétaires d’UD ne sont plus les préfets de Jouhaux195. Activité syndicale moins grande.

  • 196 Le congrès des Jeunesses communistes s’est déroulé du 31 mars au 2 avril. Afin d’élargir leur recru (...)

443Congrès des Jeunesses : 1 540 délégués enthousiastes, 386 filles. Les JC s’appelleront désormais : Union de la jeunesse républicaine de France196. Les jeunes ne veulent pas rentrer dans le PC comme colleurs d’affiches. Le devoir : apprendre. Les jeunes doivent avoir de 15 à 20 ans.

444Mots d’ordre : contre Pétain, lois laïques, service civique, préparation militaire.

Vendredi 6 avril 1945

44520 000 prisonniers par jour à l’Ouest. Alliés sur la Weser. Russes près de Vienne.

446Pleven : confisquer les profits illicites, super impôt sur le revenu, bons de la libération. Or ce qu’il faut c’est produire. Il faut remplacer les biens disparus. Il faut une grande abondance de produits.

447Baruch veut faire du Reich un pays agricole.

448En Grèce, terreur blanche de Plastiras.

Samedi 7 avril 1945

449École d’Arcueil 10 h 15.

450France-URSS, 4 h, 29 rue d’Anjou.

451Dimanche 8 avril 1945-lundi 9 avril 1945

  • 197 Léon Andrzejewski (pseudonyme de A. Lajb-Wolf, 1910-1978) avait, semble-t-il, vécu en URSS pendant (...)

452Comité polonais de libération nationale, 4, square Rapp. Pietk, Andrzejewski197.

453Visite au directeur général des chemins de fer, ligne Ploeuc-Tréguier.

454Le blé. Coopératives et commerçants : 450 F le quintal, 432 F aux paysans. Les organismes stockeurs payent le prix fixé 432 F ; ils revendent à la meunerie à un prix réduit et sont subventionnés par l’État de 12 milliards. Le prix de vente à la meunerie, au 11 octobre 1944 : 249 F, marge de rétrocession 18 F mais 8 F réels.

455Depuis le 11 octobre 1944 : 450 F au paysan, 400 F vente à la meunerie, 67 F indemnité compensatrice.

Mardi 10 avril 1945

456Il faut revenir sur la décision du CCN sur le 1er mai.

457Produits chimiques, habillement, textile, alimentation, métallurgie, ouvriers spécialisés bénéficient des augmentations de salaires du gouvernement !

458Mais salaires féminins ! Trop de zones ! En province l’augmentation n’est pas prévue avant fin juin. Or le coût de la vie monte en flèche. Pourquoi ne parle-t-on pas de l’échelle mobile ? Il y a un manque d’ouvriers qualifiés ; les patrons cherchent des ouvriers et font des avantages aux ouvriers.

  • 198 Cachin reprend les tendances de la SFIO d’avant-guerre : « néos » (dissidence de Marcel Déat, en 19 (...)

459Les Néos s’associeront aux Paul F., contre nous198. Il n’y a qu’un parti : le PC et les socialistes unitaires.

Mercredi 11 avril 1945

460La réunion du Vel d’Hiv. sur les femmes, 80 % de femmes. Remis au PC 84 436 F (sur 98 420).

461Un grand tract : vieux parti socialiste SFIO, 66, rue des Martyrs. « Coup de force du néo-parti scissionniste de M.D. Mayer. C’est un procédé fasciste. C’est la chasse aux places ».

  • 199 Jean Garchery (1872-1957) membre du PCF jusqu’en 1929, député de la Seine en 1932 et 1936, avait re (...)

462Fédération de la Seine, Garchery secrétaire – Imbert199. Nous ancienne direction du parti socialiste. Nous allons rentrer d’urgence dans la vie politique. Nous voulons le rapprochement des Français en dehors de toute pression étrangère. Rejoignez tous la vieille maison.

  • 200 Paul Faure (1878-1960), secrétaire général de la SFIO depuis 1920, avait incarné, dans les années 1 (...)
  • 201 Jean-Baptiste Séverac (1879-1951), secrétaire-général adjoint de la SFIO depuis 1924, était, à la v (...)
  • 202 Les socialistes René Burtin (1892-1975), député de Saône-et-Loire, Jean Castagnez (1902-1973), dépu (...)

463P. Faure200 : ce qui presse c’est de remettre sur pied notre vieux et solide parti socialiste. Une commission administrative provisoire : P. Faure, Séverac, Saumoneau, Bretin, Mallarte201. Une commission exécutive du groupe parlementaire, Berlin [?], Burtin, Castagnez, Deudon, Dubois, Lemaux, L’Hévéder, Meffray [?], Morin, Nouelle, Roux, Thomas, Voirin202. Le Conseil national du 22 janvier 1941. La plupart des membres ont appris leur désignation par la presse. Nous avons fait la politique de la présence dans les municipalités. Pas de guerre civile. De Gaulle est gagné aux forces populaires sociales. Nous sommes avec lui. Nous sommes attachés à la pensée jaurésienne. Le parti scissionniste est celui de M.D. Mayer. Le parti est celui de Guesde et de Jaurès. Il y a eu un coup de force des néos. Nous sommes indignés. Les néos : sectarisme, basses rancunes, perfides, accusations odieuses.

Jeudi 12 avril 1945

464Les quatre cinquièmes des forces allemandes sont à l’Est. Il y a des difficultés à propos de la Pologne. Londres intrigue.

465Russie, traité avec le Japon ; après les Américains ont changé leur position contre l’URSS.

  • 203 Pierre Mendès France favorable au blocage des billets pour stopper l’inflation est en désaccord ave (...)

466Divergences Pleven – Mendès France203 (politique sociale). Les Belges sont plus anglais que jamais. Résistance des ouvriers pour la stabilisation des salaires, leur blocage. Pleven achète blé et viande en Amérique ; c’est une perte de substance nationale, et faite contre les paysans, politique qui ruine les paysans. Les socialistes sont contre Pleven (querelle anglo-américaine) ; mais ils ne sont pas contre les quatre banques françaises. Nous sommes contre le blocage des billets mais contre les quatre banques que Pleven protège. Les socialistes belges sont pour le 1er mai (chômage) et les socialistes français aussi. Ils veulent nous prendre à gauche. Il faut donc reconsidérer la question du 1er mai.

  • 204 Les municipales doivent avoir lieu les 29 avril et 13 mai. Le 31 mars, l’ACP avait refusé de les aj (...)

467Le gouvernement veut nous infliger des échecs électoraux dans la région parisienne, d’où les manigances des socialistes et cléricaux ici. Le MRP est de plus en plus anticommuniste. Les 11 de Rosny. Il faut provoquer des scissions dans le parti socialiste en banlieue. Les socialistes ont refusé la liste commune avec les communistes, mais l’ont réalisée avec le MRP. Il faut éclairer les ouvriers socialistes et les gagner. Ces élections sont provisoires (sans les prisonniers). La consultation du pays du 29 n’est pas politique204. Il faut une véritable consultation du pays. Les socialistes ont fait un projet d’unité organique ; on va en discuter dans le comité.

  • 205 Léon Blum avait été arrêté, en septembre 1940, par la police de l’État français, emprisonné au chat (...)

468Les Paul Fauristes se remuent [?]. Bretin, Castagnez, L’Hévéder, Saumoneau, Séverac, Castagnou [?], Garchery, Morin, Nouelle, Voirin s’unissent contre les scissionnistes, D. Mayer. Nous sommes le vieux parti. On ressort Blum et son livre paru en guerre205. Pour le 1er mai congé avec récupération le jour de l’Ascension.

Vendredi 13 avril 1945

469Le 1er mai pas jour de fête, mais de lutte. En France on a travaillé deux ans, dix heures par jour sans arrêt.

  • 206 La campagne électorale s’ouvre le 14 avril. Le PCF propose des listes d’Union patriotique républica (...)

470Les socialistes avaient accepté les listes communes206. Maintenant ils sont revenus sur leur décision.

471L’attaque anticommuniste prend une grande ampleur. Affiche de Paris.

472À Paris, les usines battent à vide.

473Nous sommes des constructeurs. Nous sommes prêts à prendre le gouvernement.

474Groussard, ancien chef de police de Vichy, aujourd’hui antisoviétique, en Suisse.

475La classe ouvrière veut montrer sa force.

476M. Thorez : le 29 avril. À Paris, nous gagnerons. En banlieue, nous perdrons des plumes.

Samedi 14 avril 1945

  • 207 Louis Marin (1871-1960), président de la Fédération républicaine (1924), plusieurs fois ministre av (...)

477Association franco-roumaine, à la Sorbonne, amphithéâtre Richelieu (M., Hélène Vacaresco, L. Marin, de Martonne207).

478Association France-Roumanie, 18, rue Bachaumont. Chr. Louka.

479Pentecôte (20 mai), congrès Labour.

Dimanche 15 avril 1945

  • 208 Président des États-Unis depuis 1933, Franklin Delano Roosevelt est mort le 12 avril. Le gouverneme (...)

48010 h Choisy. Roosevelt208 égal d’Abraham Lincoln.

Lundi 16 avril 1945-mardi 17 avril 1945

481Gymnase du 20e, rue Bidassoa. Marie-Thérèse Fleury. Vitry, place du Marché.

Mercredi 18 avril 1945

482Choisy.

  • 209 Harry Truman était vice-président, Edward Stettinius, ancien président de l’US Steel, avait présidé (...)

483Pleven bloquera un dixième des billets. Si Truman meurt, c’est Stettinius qui succède ; ses conseillers sont anti New-Deal et Mc Cormik, sénateur, réactionnaire209.

  • 210 Gustav Krupp (1870-1950) et son fils Alfred (1907-1967) avaient mis leurs usines au service du réar (...)

484Krupp, Von Papen210, deux fils du Kaiser se rendent aux Américains. Alexandrov, la culpabilité du peuple allemand.

485À Vienne peu de dégâts, car la population s’est soulevée. Braning fait l’éloge des sociaux-démocrates. C’est l’alliance entre socialistes et catholiques comme en Belgique et en France. On essaye de créer un courant franco-sarrois en Sarre ; c’est contre les alliés. Il faut poser le problème contre les nazis en Sarre. En Grèce, c’est le demi-fascisme. En Espagne, grand trouble traduit par la déclaration de guerre au Japon.

48627 villes de banlieue : socialistes plus catholiques.

  • 211 Emmanuel d’Astier de la Vigerie (1900-1969), ancien élève de l’École navale puis journaliste, était (...)

487Libération, journal de d’Astier211.

488À Paris, 14 à 15 listes dans chaque secteur.

489Article Bare, Blum : le communisme est un parti de l’étranger.

490Nous allons avoir des succès en province.

491En Pas-de-Calais, grande confusion : bloc avec MRP.

492Les organisations de techniciens de la CGT se rapprochent des chrétiens.

493Très peu de monde à Paris dans les réunions socialistes électorales. 760 lampistes à Drancy. Insistons sur la défense de la République. C’est l’exigence populaire : laïcité, salaires. Il ne faut pas revenir au passé.

4941er mai national et antifasciste. De Gaulle refuse à Tillon, et à Billoux de parler dans les élections. De Gaulle gracie les condamnés à mort. Grève des jurés à Marseille. Comment éduquer nos recrues ? Organiser la presse, les brochures.

Jeudi 19 avril 1945

  • 212 Henri Janin (1901-1946), membre du PCF depuis 1922, avait été élu maire de Villeneuve-Saint-Georges (...)

495Villeneuve-Saint-Georges, mairie 20 h 15, Janin, Benoist212. Salle 13, Sénat, 17 h, amitié franco-polonaise.

496Il faut aller jusqu’au Parti ouvrier français. Il y a un courant à la base socialiste pour l’unité.

  • 213 Les premiers déportés libérés par les armées américaines ou soviétiques commencent à rentrer en avr (...)
  • 214 Georgette Cadras (née en 1912), sœur de Félix Cadras (l’un des dirigeants clandestins du PCF, fusil (...)

497Les communistes femmes allemandes : colon führer à Ravensbruck, ustensile de torture, cercueils où on les battait sur le derrière. Les NN (brouillard)213 ; travail dans les usines de guerre et pour l’armée. Georgette Cadras214. Nues dans la neige. NN otages de dernière heure. Le camp est miné (si les Russes arrivent). Tous les Allemands disaient : plutôt les Américains que les bolcheviks. Les Polonaises étaient anticommunistes.

  • 215 Martha Desrumeaux (1897-1982), importante responsable syndicale et politique de la région du Nord, (...)
  • 216 Marcel Paul (1900-1982), membre du PCF et dirigeant syndical, avait appartenu à la Résistance armée (...)

498Martha215 avait changé son nom. Dans un camp où était Paul Marcel216, 300 membres de nos cadres. On mettait les morts dans des garages bombardés. La Croix Rouge suisse propose de faire libérer Blum sans échange.

Vendredi 20 avril 1945

499Les médecins, 500 auditeurs. 80 000 intellectuels groupés en France. 3 000 étudiants communistes en France.

500La guerre est terminée, mais la lutte contre le fascisme et la dictature commence. On prépare les campagnes contre l’URSS et le communisme.

Samedi 21 avril 1945

501Association franco-roumaine, amphithéâtre Richelieu à la Sorbonne. Hélène Vacaresco, de Martonne, Pompu Luka.

Dimanche 22 avril 1945 Lundi 23 avril 1945

  • 217 Jean Chauvel, fondateur d’un bureau d’études clandestin au quai d’Orsay sous l’Occupation, est secr (...)

502Juge. 3 h 45, antichambre ministre, Chauvel217.

Mardi 24 avril 1945

503Terracini. Nous sommes 500 000, après la libération du Nord, un million.

504France : 14 millions électrices, 10 millions électeurs.

505À Paris : 716 000 électrices, 860 000 électeurs. 624 000 femmes, 616 000 hommes en banlieue.

506À cette date, il reste en Allemagne : 1°) Dans le réduit central, on pourra réunir 18 divisions venant de Croatie. Elles seront dans les Alpes bavaroises et Autriche. 25 divisions venant d’Italie. 2°) 10 divisions en Norvège et Danemark. 3°) 6 divisions en Hollande. 4°) 10 divisions Mecklembourg. 5°) 25 divisions en Courlande. 6°) Atlantique et France : 120 000 hommes. Soit plus de 100 divisions.

5071 577 000 votants à Paris. 1 241 000 votants en banlieue soit 2 818 000 votants.

Mercredi 25 avril 1945

50867, rue Damrémont, 18e. 11 h 30 Hôtel Matignon, Jeanneney .

  • 218 Harry Pollitt (189-1960), l’un des fondateurs du PC britannique, secrétaire général depuis 1928, av (...)

509H. Pollitt218 : 22 candidats en Angleterre, 6 élus prévus.

  • 219 Le cardinal Pierre Gerlier (1880-1965), archevêque de Lyon, primat des Gaules, avait soutenu le rég (...)

510Cardinal Gerlier219 : la tâche est de réconcilier de Gaulle et Pétain.

511Lieutenant Boussuge, 24, rue des Saules, Thiais, lieutenant 42e Draveil.

512Commission militaire du Front national, 12, rue St-Georges, commandant Baudouin.

513Violente altercation De Gaulle – Tillon, au Conseil des ministres.

Jeudi 26 avril 1945

514Choisy. 9 h 45 instituteurs. La défense de la laïcité. La comtesse de Maudhuy à l’Huma.

Vendredi 27 avril 1945

515BP. G. Reynaud, 33, avenue de Versailles.

  • 220 Plusieurs anciens membres du Comité secret d’action révolutionnaire, organisation d’extrême droite, (...)
  • 221 Gaston Palewski (1901-1984), proche de Paul Reynaud dont il avait été le directeur de cabinet, rall (...)

516Passy de Vavrin, fils d’un grand industriel du Nord, ancien secrétaire de Deloncle220, chef de l’anticommunisme, fasciste, en Amérique et en France (enquêtes, listes). Palewsky221, chef de l’anticommunisme.

  • 222 Pierre Lazarev (1907-1972), était, depuis 1931, le rédacteur en chef de Paris-Soir, créé par le fil (...)
  • 223 L’avocate Suzanne Blum, sœur d’André Blumel et femme de Paul Weill, amie de Léon Blum, était aux Ét (...)

517Lazarev dirige l’équipe de remplacement de Prouvost. Prouvost et Dupuy222 achètent en Amérique les plus belles machines modernes d’imprimerie. Aux États-Unis, les grands Juifs ont placé leur argent et se sont enrichis pendant la guerre. La sœur de Blumel223 est leur avocate à New York. La Banque Lazard a exporté son argent à New York – Weyler aussi.

  • 224 Le général Leclerc (Philippe de Hauteclocque dit, 1902-1947), officier de carrière, avait rejoint l (...)

518L’armée Leclerc224 : les SS [?] de De Gaulle, Versaillais. Le luxe des grands Juifs à Paris plus grand qu’avant guerre.

519Les Américains contre de Gaulle. Ils auront une armée d’occupation grande en Allemagne. État-major en Belgique.

520Labarthe a aidé les communistes à Alger. Muzelier : « De Gaulle m’a dit. » 89, avenue Paul Doumer, AUT 04-20. De Gaulle a proposé aux Américains de faire un coup de nettoyage en France contre le communisme.

Samedi 28 avril 1945

  • 225 Maurice Thorez était né le 28 avril 1900.

521Montreuil. Choisy. 14 h 30, Mutualité. Thorez, 45 ans225.

Dimanche 29 avril 1945

522Boussuge, 14, rue des Saules, Thiais. De Wavrin-Passy.

523Élection à Paris : 1 555 454 électeurs, 1 169 664 votants. Communistes 347 251 ; socialistes 129 303 ; rép. Soc. 12 730 ; radicaux 55 741 ; MRP 179 867 ; modérés 194 099 (Fédération républicaine L. Marin) ; autres listes modérés 140 000. Soit, dit Marin : 515 000 modérés contre l’extrême gauche, contre le marxisme.

Lundi 30 avril 1945

  • 226 Président de la Chambre des députés en juillet 1940, le leader radical s’était abstenu lors du vote (...)

524Notre but : réunir ceux qui avaient combattu. Pas de griserie ! Donner la parole au peuple. Après les élections du 29, succès de gauche. Le gouvernement voulait une base de masse pour une politique de droite, de réaction ; isoler le PC, nous battre à Paris. Le MRP et les socialistes ont aidé le gouvernement. Mais le peuple a voulu l’Union, a vu l’ambition cléricale, le peuple a voulu le programme de la Résistance, blâmé le retour de Pétain, porté un coup sérieux à de Gaulle. L’entrée en scène de Herriot226 change beaucoup ; de Gaulle n’est plus irremplaçable ; le parti radical peut jouer son rôle.

  • 227 Le maréchal Pétain, réfugié en Allemagne, se constitue prisonnier le 25 avril et est interné au for (...)

525La première armée française est très faible en Allemagne. Il faut une armée populaire. Frictions internationales. Mauriac veut sauver Pétain227. Pas de manifestation à Montrouge. Il y a le 2e tour. Ce fut une élection politique. Veut-on retarder les élections au conseil général ? Il ne faut pas. Il faut des élections au conseil général pour nous unir aux radicaux. Il faut le bloc démocratique au 2e tour. Il faut donner la parole au peuple pour la Constituante. Jeanneney est chargé de faire la Constituante. Il veut que ce soit la Consultative. Non ! Comment élire la Constituante. Il faut que le CNR parle des états généraux du 14 juillet. Il faut changer le gouvernement actuel ; chasser ceux qui n’ont pas le quotient.

526Le Populaire continue les combinaisons avec le MRP ; ils veulent la proportionnelle, c’est-à-dire éliminer la victoire démocratique. On veut l’embrassade. Pas de coalition car il faut tirer les couches politiques contre le MRP ; il faut s’allier aux radicaux. Il y a une crise chez les politiques. Il faut des listes antifascistes au 2e tour avec socialistes radicaux (car il y a la laïcité) et non MRP.

Notes fin avril

527Le Vatican a chômé le 1er mai.

  • 228 La conférence de San Francisco s’est ouverte, le 26 avril, par la première séance de l’Assemblée de (...)

528À San Francisco228, on refuse la Pologne, on accepte l’Argentine. Bruguier battu à Nîmes. Le 7 septembre, de Gaulle à Toulouse : « Il faut union socialistes-catholiques » ; c’est parce que nous avons parlé laïcité. MRP : il faut rechristianisation de la France.

529Communistes à Paris 1924 : 131 000, 1945 : 347 000.

530Nous aurons des milliers de conseillers municipaux en France.

531D. Mayer : nous ne voulons pas aller vite à l’unité.

532À Lille, Roubaix, Tourcoing, nous pouvons avoir des élus. Progrès énormes. 100 municipalités communistes au lieu de 10, enlevées aux socialistes, dans le Pas-de-Calais ; rapports très tendus avec les socialistes qui sont avec le MRP. Courbevoie : 1 200 voix majorité sur les socialistes et MRP. Au deuxième tour, socialistes et MRP travaillistes. Saint-Denis : 19 000 communistes ; 10 000 socialistes catholiques.

  • 229 Georges Bruguier (1884-1962), conseiller municipal de Nîmes et sénateur socialiste du Gard avant-gu (...)

533Bruguier, maire de Nîmes battu229, campagne anticommuniste dans certaines communes socialistes et catholiques réactionnaires élus ; à Alais, anticommunisme, curés en chaire. Et les maires de Paris ? Et les comités locaux de libération. Nos jeunes sont dans l’armée. Le 1er mai, ils n’ont pas paru [perm.?].

534Tous les peuples s’ébranlent vers la démocratie. L’URSS institue des démocraties en Europe. Campagne d’élection des militaires. Vote des soldats. La Consultative est confirmée par le vote du 29. Il faut un gouvernement autre.

Mai

Mardi 1er mai 1945

  • 230 Sans doute, Théodore Steeg (1868-1950), député et sénateur radical, plusieurs fois ministre, s’abst (...)

535Manifestation CGT. Steeg230 1 1 h Humanité. Section communiste Choisy 9 h à la maison.

Mercredi 2 mai 1945

  • 231 Alice Brisset (1894-1974), membre du parti communiste depuis le congrès de Tours (au CC entre 1926  (...)

5364 h, rue des Bleuets, inauguration dispensaire. Dispensaire du syndicat des métaux. Mairie Choisy. Alice Brisset231, congrès Bordeaux : camarades vous avez dans vos chemises tout ce qui intéresse les hommes.

537Si nous avions 30 divisions, nous aurions libéré tous nos prisonniers. Nous voulons une armée nationale et non de métier.

538Union, Action, Organisation.

Jeudi 3 mai 1945

539Jedrychoxski de 5 à 7 h, 51, rue Pierre-Charron, délégué du gouvernement provisoire de la République polonaise.

54010 h Commission affaires étrangères.

541Ayraud, 8 h.

  • 232 Raoul Dautry (1880-1951), ancien directeur des Chemins de fer de l’État était ministre de l’Armemen (...)

542Dautry232 : les tanks ne sont bons qu’à encombrer les routes.

543Front national : 800 000 membres en France, mais maintenant que nous sommes laïcs, déchet. Que va-t-il devenir ? Évêque de Rouen pour le FN. UFF beaucoup de femmes catholiques. Le pays va à gauche, il est démocrate, il est pour l’union républicaine ; il est pour le CNR, contre le gouvernement, pas gaulliste ; il est pour l’action, nous sommes l’espoir.

544Le pays a liquidé la coalition socialiste-catholique. Lens puis Bruay puis les syndiqués mineurs. Lille, Roubaix, Tourcoing : sensationnel ; Wattrelos, Briffault. Haute-Vienne : St-Julien, Eyme, Ambazac, Limoges, 100 mairies. Là où les socialistes ont accepté les listes uniques, ils sont élus ; là où les FTP il y a des [ill.] où on s’est battu. Nantes, Rennes en tête. Basses-Alpes, Ardèche, listes patriotiques. Corrèze, Périgueux. Il faut gagner la base socialiste ; si nous sommes unis socialistes et communistes, nous sommes en mairies.

  • 233 Paul Reynaud, président du Conseil en mars 1940, avait démissionné le 16 juin. Arrêté en septembre  (...)
  • 234 Le BP du 3 mai décide la constitution de listes communes pour le 2e tour avec les « forces de démoc (...)

545Deuxième tour : prudent, n’étalons pas nos forces ; il nous faut une politique de coalition ; nous sommes forts. Remaniement ministériel : Herriot, Blum, Reynaud233. La parole au peuple. Bloc républicain. Radicaux : poussée à la campagne. Pas de proportionnelle avec les MRP ; ce serait confusion. Vous avez profité des voix de la droite classique234.

Vendredi 4 mai 1945

546Section Choisy.

547De Gaulle ajourne les élections au conseil général. Commission affaires étrangères 15 h.

  • 235 À la conférence de Mot Springs, Américains et Canadiens avaient défendu l’idée d’une charte de l’ad (...)

548Trusteeship235 : les Américains veulent équiper les colonies. Nous approuvons. Quand les colonies seront industrialisées, c’est le chemin du communisme.

  • 236 G. Bidault a présenté, le 2 mai, à San Francisco les projets français pour la Sarre et le Rhin.

549De Gaulle : « les 3 grands ne me consultent pas », très amer. Le gouvernement n’a rien de préparé pour l’armistice ni pour le partage des zones, ni pour l’utilisation des prisonniers, ni pour l’armistice s’il a lieu, ni pour la répartition des réparations de guerre (cheptel, matières premières, vivres, matériaux). De Gaulle veut la Sarre, le Rhin de Cologne en Suisse236.

550Maroc : famine, pas d’épuration, taudis, PPF. La France semble donner sa démission. Les Américains s’établissent. Les Arabes deviennent pro-américains, autonomistes. Pas de troupe au Maroc ; salaires misérables : 13 F, 18 F par jour.

Samedi 5 mai 1945

  • 237 L’Association républicaine des anciens combattants, proche du PCF, et la Jeunesse ouvrière sont née (...)

5519 h, ARAC de Choisy. Foyer des JOC [?]237. Destrées, 3, place de la Halle. 4 h, société des Beaux-Arts Choisy le Roi. 9 h, conseil municipal.

552Commission des affaires étrangères (Assemblée consultative).

553Livraison des stocks de vivres existant en Allemagne. Livraison du matériel ferroviaire, transports par fleuve et par mer. Livraison du charbon, essence, caoutchouc. Restitution du matériel industriel. Restitution du cheptel et matériel agricole. Un coefficient de main-d’œuvre pour réparations. Rattachement de la Sarre, pour les réparations. Mandat international sur le Ruhr. Zone internationale de sécurité sur la rive gauche du Rhin (la France de Cologne à Bâle).

Dimanche 6 mai 1945

554Élu maire de Choisy à 10 h ; démission à 10 h 05.

555Les journaux qui ont servi l’ennemi verront confisquer leurs biens. Le matériel sera vendu à des coopératives ou à des sociétés d’imprimerie. Les journaux paraissant aujourd’hui auront un droit d’option provisoire.

556La commission centrale de contrôle alliée gouvernera l’Allemagne pendant 3 mois après la capitulation. 4 000 personnes. Après, des gouverneurs civils administreront l’Allemagne.

Lundi 7 mai 1945

557Ayraud 8 h. Colombes, rue Reine Henriette.

558Fin de la guerre. Capitulation de l’Allemagne à 1 h 30.

Mardi 8 mai 1945

  • 238 Petre Groza (ou Grozea), communiste roumain, organise le Front des laboureurs pour mobiliser les pa (...)

559FN roumain de France, Front national démocratique roumain, Congrès roumain, société savante, Danton. Roumanie libérée le 24 août. Groza238 démocrate paysan. 3 ministres communistes, 9 FN.

  • 239 Roll = Rol-Tanguy. Georges Beaufils (né en 1913), membre de la commission des cadres du PCF avant-g (...)

560Colonel Roll, Colonel Drumont239 : sergent chef. Ils vont s’en aller. Il n’y a plus d’armée française. Colonel Gel [Gal ?] décoré par de Gaulle.

Mercredi 9 mai 1945

  • 240 Émile Zimmermann (1884-1972), conseiller municipal communiste de Thiais depuis 1935, devient membre (...)

561Thiais. Salle des fêtes, Zimmermann240. Il faut faire une fête laïque, une fête des vieux (voir Saint-Denis).

56211 h, défilé de la victoire, Choisy. 5 h, 9 h Thiais.

Jeudi 10 mai 1945

563Colombes, rue Reine Henriette.

564Radicaux avec nous ! Liste antifasciste 10 000, Rad. 4 000, MRP 7 000, SFIO 5 000. Les MRP bénéficie des droites.

565Toledano domine le Mexique et l’Amérique du Sud.

Vendredi 11 mai 1945

566Suresnes, FFI italiens, Gallo en Italie du Nord.

  • 241 Sans doute, Gabriel Citerne (1901-1981), responsable communiste dans les Deux-Sèvres puis la Haute- (...)

567En route pour Limoges. Indre, Châteauroux, Marcel Peyret, 33 place Gambetta. Fernand Citerne241, 2, boulevard Louis Blanc. Loiret, Faucheux 39, boulevard Alex. Martin, Orléans.

  • 242 Le général Petit, en mission à Moscou depuis la reconnaissance de De Gaulle comme chef de la France (...)
  • 243 Jean-Marie de Lattre de Tassigny (1889-1952), emprisonné par Vichy, s’était évadé et avait rejoint (...)
  • 244 Boris Guimpel (1911-1979), architecte, membre des JC et des Brigades internationales. En 1942-1943, (...)

568Général Petit242 à Moscou, catholique : donnez-moi une division communiste, je suis sûr avec elle de la victoire. Général de Lattre de Tassigny243 décore de sa propre croix le lieutenant-colonel Guimpel244 FFI, nommé à son lit de mort sous-lieutenant, rétrogradé ; convoque Roll à son état-major, admire nos soldats FFI : « Je veux une armée de masse ».

Samedi 12 mai 1945

569Groussard à Paris. Villeneuve-le-Roi.

  • 245 Cf. infra note sur Chaintron.

570Limoges : Barthel245, Citerne, 3, boulevard Louis Blanc. Union antifasciste : 20 000, SFIO : 14 000, MRP : 12 000.

  • 246 Robert Lacoste (1898-1989), socialiste, responsable syndical CGT de la fédération des fonctionnaire (...)

571Jouhaux revient en bonne forme ; il ne se plaint pas d’avoir été maltraité, au contraire, nous avons été traités autrement qu’à Buchenwald. Il est pour les nationalisations comme la CGT. Il n’est pas pour Lacoste246. Il est contre les Anglais et Américains. Il garde ses distances vis-à-vis de De Gaulle. Il était anti-munichois.

572Visite à Oradour-sur-Glane, conseil communiste élu contre les socialistes : 321 contre 245.

  • 247 Georges Guingouin (né en 1913), instituteur communiste devenu chef du maquis du Limousin, membre du (...)

573Communistes 7 % des voix avant la guerre, eu 1945 : 43 %. Popu 40 000, Écho 25 000 FN. 27 000 syndiqués Haute-Vienne, 17 000 syndiqués à Limoges (Guiraud). Limoges, très fière de la capitale du Limousin, Gouingouin (sic), Fraisseix, Chaintron247, Citerne, Madame Tavet, [ill.].

574Haviland, Limoges, Cercle Marcel Cachin, 17, rue François Chémieux.

Dimanche 13 mai 1945

575Chaintron.

576BP : c’est à Berlin que l’acte définitif de reddition est signé. Union des pays slaves, dit Staline. Ni démembrer, ni orienter l’Allemagne.

  • 248 Viatcheslav Molotov (1890-1986), commissaire du peuple aux Affaires étrangères, depuis mai 1939, et (...)

577Les Anglais utilisent des gestapos à Berlin (Daily Telegraph). Molotov248 domine San Francisco, disent les Anglais. Les 16 Polonais sont de l’Intelligence Service.

578Les problèmes économiques vont se poser. En Amérique, 20 000 chômeurs. Passage de la guerre à la paix : difficultés économiques ; il faut que nous ayons des solutions positives, non critiques.

579Élections vues de l’étranger : Angleterre flatte MRP. Herriot et Reynaud vont changer la politique. Rupture des communistes avec l’Angleterre, disent les Anglais.

  • 249 Pascal Copeau (1908-1982), fils de l’homme de lettres et de théâtre Jacques Copeau, s’était tourné (...)

580Glissement à gauche significatif. Formules communistes subtiles et géniales : Patrie, République, Union antifasciste. Il nous faut une politique de coalition démocratique antifasciste avec accord des 3 grands. CNR a encore des perspectives de développement en unissant les résistants démocrates : Copeau249, d’Astier : prenez le drapeau de l’union de la Résistance pour la République, alliance URSS.

  • 250 Henri Gourdeaux (1881-1961), membre du PCF depuis 1920 et du CC depuis les années 1930 (où il est r (...)

581Châteauroux midi, Issoudun 12 h 30. Issoudun, banquet de la section Lescat (H. Gourdeaux250), Berrichon, Macchabée. Madame Cassan, contributions indirectes. Boussicaut, Magniaval, Piquemal. Aufrère, maître de recherches à l’Institut géographique, adhérent à la cellule de Bommieres (?) (Indre).

Lundi 14 mai 1945

5826 h, cellule des Eaux. À la CGT : il nous faut encore 10 UD. Toujours unitaire et paritaire. Saillant sera secrétaire Internationale syndicale. Jouhaux, Frachon.

583Aujourd’hui nous avons les municipalités des centres miniers, Nancy (industrie lourde), textiles, cheminots.

58456 municipalités dans la Seine, 10 préfectures, 25 sous-préfectures ; élus dans 40 préfectures. Dans la Seine, union socialistes-MRP l’emporte dans quelques communes, en province ! Besançon, Reims, majorité communiste. Indre : 80 instituteurs, UFF très florissante. 7 000 communistes, 1 500 socialistes.

585Les déportés sont de deux sortes : ceux des châteaux, ceux des camps. Il y a des revenants, disent les réactionnaires en pensant à Herriot. Nous sortons grandis des élections ; il faut que nous réclamions ce qui nous est dû, c’est-à-dire le programme du CNR. De Gaulle s’installe à Paris. C’est le seul article du programme qui est réalisé.

Mardi 15 mai 1945

586Lahaut, Salpétrière, salle Esquirol. 15 h Assemblée consultative.

587Roosevelt sur de Gaulle (aux États-Unis contre de Gaulle) : « Je crains que de Gaulle ne soit pas démocrate, il agit antidémocratiquement. »

588Ouvriers aux États-Unis, 7 dollars par jour, dans une famille parfois 3 salaires. Grande propagande allemande. Sympathie pour l’URSS. 80 000 adhérents au PC américain. L’attorney général des États-Unis dit : « De Gaulle use d’une police d’apaches, d’une police de gestapo. ». B. Frachon.

  • 251 En juin 1940, Frachon serait entré en contact avec Anatole de Monzie pour proposer un nouveau gouve (...)

589Élections. Démocratie et progrès, laïcité ; notre attitude modérée mais critique. On veut nous annexer à de Gaulle. La France a voté républicain et antifasciste. Le gouvernement ne reflète pas la France, 18, 20 ou 30 % ? On veut nous faire dire : c’est du 18 juin que date la résistance. Or le 6 juin251, le PC a proposé de défendre Paris et c’est la date du débarquement des Alliés ! Et les socialistes disent : les communistes n’ont commencé leur patriotisme qu’en juin 1941.

590Vont venir les attaques. Mais pour nous c’est toujours la campagne de l’Unité. Les socialistes nous ont dit : on vous prépare un projet d’unité ; nous allons être compris par les socialistes. Ferrat est socialiste mais exclu du MLN.

591(Gr.!) Pierre Clemenceau.

Mercredi 16 mai 1945

592Nous aurons le 14 juillet les États généraux. Défense de la démocratie. En menant la campagne pour la Constituante en octobre 1945. Donner la parole au peuple. Empêcher le rassemblement de tous contre nous. Chercher l’ennemi essentiel.

593MRP et socialistes écrivent : le 1ertour avait pu donner l’impression vers le communisme. Le 2e paraît plutôt un succès socialiste.

Jeudi 17 mai 1945

59417 h, anniversaire B. Frachon, maison des métallurgistes (94, rue Pierre Timbaud). Bretons émancipés, 63, rue de Vaugirard.

  • 252 Il s’agit du bureau confédéral de la CGT. Georges Buisson (1878-1946), dirigeant syndicaliste au se (...)

595Bureau confédéral réformiste : Buisson (employé), Gazier (idem), Deniau (idem), Neumeyer (fonctionnnaire), Bothereau (idem), Jouhaux (ouvrier)252.

596Airoldi, adjoint maire de Lyon, Lecœur, maire de Lens.

Vendredi 18 mai 1945

  • 253 Le CC du 18 mai 1945 réunit, outre les membres du Comité central et de la Commission de Contrôle po (...)
  • 254 André Le Trocquer (1884-1963) était député SFIO du 12e arrondissement, en 1936. Il est l’avocat de (...)

597Comité central. Les élections municipales. 75 présents253. Paris [ill.] socialistes anticommunistes : c’est parce qu’ils ont perdu. Communistes du 12eavant Le Trocquer254, communistes 41 % au 13e, 38 % au 19e 35 % au 20e. Bossus, Paris-Ville. 3 500 adhésions pendant l’élection ; 33 000 communistes à Paris, 973 cellules d’entreprise à Paris. Paris-Ville n’a pas retrouvé ses effectifs de 1939. Grande immoralité, perruque, marché noir, combines, chômeurs 90 F par jour. Employé 4 000 F à Paris et 3 500 F pour les femmes. Élargir les comités locaux de libération. Antisocialisme à Paris. Il faut réagir. Il y a des socialistes unitaires. Reconstitution du fascisme à Paris. Fédération nationale des locataires de bonne foi, 3e, 4e, 9e. Paris n’est pas représenté à la Consultative.

  • 255 Raymond Latarget (1911-1946), appartenait à la direction des JC, depuis 1934. Au début de la guerre (...)

598Latarget255 (banlieue) : 25 [ill.] dans Saint-Denis. Coalition socialistes écrasés. Femmes très actives ; il faut les organiser, UFF. Classe moyenne vient au PC (Suresnes). Il ne reste que dix élus communistes à Bondy (sur 29). À Clichy [ill.] éliminé. Mécontentement dans les usines (salaires).

  • 256 Julien Airoldi (1900-1974), secrétaire de la Fédération communiste du Rhône, membre suppléant du CC (...)
  • 257 Georges Lévy (1874-1961), député communiste du Rhône, interné à Alger jusqu’en 1943, avait été dési (...)
  • 258 Robert Verdier (né en 1910), résistant en zone Nord, devient, à la Libération, secrétaire général a (...)
  • 259 André Denis (né en 1910), militant syndical du bâtiment, participe à la reconstruction de la CGT en (...)

599Airoldi256 . 70 % pour les communistes antifascistes, les autres écrasés ; les socialistes se sont coupés de la Résistance : 134 000 voix pour les antifascistes, 31 000 pour les socialistes. 17 radicaux, 6 communistes à Lyon, 7 [ill.] Philip est battu. G. Lévy257, maire de Villeurbanne, banlieue lyonnaise aux communistes enlevée aux socialistes. 5e arrondissement [ill.] : les communistes battent Verdier258 + socialistes ; Verdier fait campagne en chaire. Après les élections, mécontentement ouvrier : salaires insuffisants, prix montant en flèche ; invasion de la préfecture par la foule ; Denis259 UD délivre la préfecture.

Samedi 19 mai 1945

600Il faut faire monter les hommes. Trop peu de femmes dans le PC. Développer en France UFF. Les prisonniers étaient jusqu’ici dans le cirage ; aujourd’hui ils se retrouvent à nos côtés. Nos jeunes n’ont pas de locaux pour se réunir. Scissions chez les socialistes. Soyons modestes. Cellules d’usines en retard dans la région parisienne.

601Rhône : 13 000 membres PC. S’il y avait union socialistes-communistes, 40 % des sièges dans le Rhône.

  • 260 Auguste Lecœur (1911-1992) avait dirigé, dès 1940, le travail syndical clandestin et la réorganisat (...)

602Lecœur260 (Pas-de-Calais), nous avions 9 municipalités, aujourd’hui plus de 60 municipalités enlevées aux socialistes ; tout le bassin minier, épine dorsale socialiste. Grande victoire politique d’union du PC. Les socialistes disaient : ou Blum, ou Thorez ; campagne anticommuniste violente. Nous avons posé le problème De Gaulle ; il faut continuer. Les communistes ont joué l’accordéon dans les réunions où les socialistes voulaient faire du bruit. 100 municipalités dans le Pas-de-Calais. Union. Socialistes déshonorés, alliance réactionnaire, à Lens, Bruay. Pas-de-Calais, 35 000 cartes placées. Nous travaillons dans les syndicats. La jeunesse n’a pas fait la campagne électorale. Dans les régions paysannes, succès mais beaucoup à faire.

603Chaintron : succès dans les campagnes, dans les classes moyennes, avant 14 municipalités, 90 aujourd’hui. Communistes dans 153 communes sur 200, gain sur la droite. 22 municipalités réactionnaires dont 10 MRP. 92 municipalités socialistes au lieu de 74 en 1935, là où ils ont fait union avec nous. 9 000 PCF Haute-Vienne. Les femmes ont le sens national. Tentative du Paul Faurisme.

Dimanche 20 mai 1945

604Vastes États généraux. FFI ravitaillement plus épuration antifasciste.

605Esnault (Sceaux). Au 1er tour dans 14 localités union socialistes-communistes. Au 2e tour, 22 sections socialistes communistes. Socialistes plus MRP : Issy, Vanves, socialistes partout. Un échec : Clamart, Fresnes, faiblesse du PC. Pour gagner la jeunesse, travailler avec les patronages laïques ; les curés font une grosse propagande.

  • 261 Arthur Ramette (1897-1988). Secrétaire, en 1939, de la Fédération communiste du Nord, membre du CC (...)

606Ramette261 : avant la guerre, 30 municipalités. En 1945 : 143 au 1er tour, 115 au 2e tour. 109 municipalités communistes, peut être 130 sur 800, plus minorités dans d’autre villes. Succès à Lille, Roubaix, Tourcoing. Maire Tourcoing radical, prisonnier des communistes ; arrondissement de Lille : 63 à nous sur 3 avant guerre ; à Lille 4/5 section socialiste favorable à l’union socialiste-communiste contre MRP. Là où les socialistes plus MRP, battus (Valenciennes). La guerre est finie. Maintenant revendications ouvrières. Nord : 47 000 cartes.

607Seine-et-Oise : 691 communes, 89 communistes, 59 gains. 250 communistes dans les mairies. Coalition immorale socialistes-MRP : Versailles, Argenteuil, Mantes, Sannois, Villeneuve-le-Roi, Villeneuve-St-Georges. Versailles avec un maire unitaire, Poissy, socialiste par notre faute. Aulnay socialiste-MRP battus, Athis-Mons socialistes-MRP battus. Beaucoup de communes rurales. Sur 180 000, 130 000 au 1er tour. Socialistes divisés, discussions intestines. (Rueil socialiste-MRP). Bezons 80 % des suffrages. 24 000 membres du Parti.

  • 262 Henri Lozeray (1898-1952) avait été un dirigeant des JC, puis du Parti avant sa chute, dans l’affai (...)

608Lozeray262, Villon : il faut faire vivre le FN ; il y a 700 000 membres. Au Havre, le maire Vichy est réélu. Il faut que le FN nous lie à des masses catholiques. Les évêques vont interdire le FN. Il y a des programmes communs avec les Résistants, prisonniers, FFI. Trusts, vacances, parrainage, villes et villages.

Lundi 21 mai 1945

609Bretons de Saint-Denis. Arrivée du prix de l’Huma. Pardon, Jaffrès. Stade municipal de Saint-Denis, Tanguy-Prigent. À 13 h à Clichy, salle des syndicats, rue Matisseau.

610B. Fr.[achon] : les masses évoluent rapidement. Nous l’avons freiné, canalisé, le mouvement des masses sans nous, il y aurait le désordre. Or, aujourd’hui, il y a des grèves. Elles réussissent. Nous sommes avec les grévistes. La politique du gouvernement est réactionnaire pour les salaires ; nous voulons la diminution des zones et catégories. On a rétabli les zones ; d’où grèves. Le gouvernement débloque les prix, on paye tout plus cher, tout augmente. Plus de contrats collectifs, le ministre du Travail les refuse, il veut tout diriger. On ne fait pas l’épuration des patrons, ingénieurs, des agents de l’ennemi. Les ouvriers protestent. On sabote la production partout ; locomotives, 4 500 réparées par les ouvriers.

611Rétention de la production en France. La France envoie en Amérique des vichyssois pour acheter. Ils font leurs affaires personnelles. La France a besoin de 200 000 machines-outils. Les patrons ne veulent rien acheter parce qu’ils craignent la concurrence de ces machines. Ils veulent construire peu, vendre cher, et des douanes. Les ingénieurs du froid disent : on perd 4 milliards de marchandises ; les ministres refusent à cause de la concurrence ; les ouvriers le savent. Or les patrons français emprunteront aux banques.

Mardi 22 mai 1945

  • 263 Le PPA de Messali Hadj est en rivalité avec Ferhat Abbas (1899-1985), qui tente de fédérer les forc (...)

612Parti populaire algérien ; Ferhat Abbas263. La France à San Francisco est apparue [ill.]. Ambassade soviétique : la Victoire.

61315 millions de tonnes de charbon en Sarre. Il faut les exploiter. On refuse. On dit : il n’y a pas de mineurs. De même pour la sidérurgie : 10 hauts-fourneaux marchent au lieu de 100, c’est parce que les industries métallurgiques reçoivent 300 millions sans travailler. Nos hauts-fourneaux sont périmés ; les patrons ne veulent pas produire parce qu’ils ont peur de la Révolution. Pas d’agitation, mais soyons avec les ouvriers.

614La moralité est basse en France ; c’est parce qu’il faut un gouvernement qui mobilise la France pour sa reconstruction et crée l’enthousiasme.

615Les ouvriers qui protestent contre Jouhaux admettent Saillant. La CGT n’est pas le PC. Nous n’avons pas tous les ouvriers. Il faut que nous ayons la parité avec les Jouhaux.

616Haute-Garonne : Dupont. Socialistes divisés en Haute-Garonne mais restent sectaires. Toulouse, union au premier tour. PC, 2 000 voix de moins. 11 élus communistes, 4 adjoints. Listes communes élues dans les cantons ruraux. À Muret, nous avons eu difficultés pour liste commune. Auriol anticommuniste. Aujourd’hui, en Haute-Garonne, 400 élus plus ceux du 2e tour. 10 000 membres PC Radicaux divisés.

617824 000 cartes expédiées du centre. Or peu de femmes membres du PC. Donc...!

618Ain 7 000, Basses-Alpes 3 400, Ardèche 4 000, Vaucluse 4 300, Cantal 2 500, Corrèze 8 000, Côtes-du-Nord 10 500, Dordogne 9 000, Finistère 9 000, Ille-et-Vilaine 5 600, Loire 10 000, Lot 3 200, Puy-de-Dôme 8 000, Hautes-Pyrénées 3 000, Rhône 20 000, Saône-et-Loire 7 000, Var 8 500, Vendée 2 000, Haute-Vienne 6 000, Gironde 6 400, Seine-Inférieure 5 000.

Mercredi 23 mai 1945

619Williams !

  • 264 Marcel Rosenblatt (1908-1973), membre du CC, dirigeait la région communiste d’Alsace. Arrêté par la (...)

620Rosenblatt264. Les communistes allemands de Dachau s’engageaient dans les SS. On jette les déportés dans l’eau à 0°. Inanimés, on les réveille avec une lampe à arc. Un homme inanimé entre deux femmes nues. Un arbre de Noël, un homme sur l’arbre fouetté, musique de Beethoven. Vivisection sur des hommes par des professeurs de Munich, cloches pneumatiques. Des prêtres affamés qui s’enlèvent le pain de la bouche. Prisonniers asphyxiés dans des wagons s’entr’égorgent. SS détraqués sexuels. 80 000 soldats russes fusillés à Dachau. Femmes et hommes piqués pour suivre l’évolution des maladies.

  • 265 André Blum (1893-1973), journaliste et avocat, membre de la SFIO depuis 1911, avait pris avant-guer (...)

621Blumel265 : les socialistes sous la direction de D. Mayer ont eu ces derniers temps une attitude imbécile. S’ils avaient lié partie avec nous, quel succès pour nos deux partis !

  • 266 Bibrowski, communiste polonais, membre des Brigades internationales, puis, semble-t-il, en France.
  • 267 Peut-être Rémy Roure (1885-1966), connu sous le nom de plume de Pierre Fervacques, l’un des dirigea (...)

622Bibrowski266, 14, rue Amiral Courbet, Saint-Mandé. Roure267.

Jeudi 24 mai 1945

623C’est l’État qui règle les salaires.

624Campagnes anticommunistes internationales.

625Entre Reims et Berlin : on a à Berlin réglé la question de la reddition des armées. Les Américains disent : l’Allemagne doit être le rempart contre l’URSS. Il ne faut pas de paix sévère, disent les Américains. Exigeons le châtiment des criminels de guerre, pour nous opposer aux Américains et Anglais.

  • 268 Des affrontements ont lieu, depuis le 20 mai, entre manifestants syriens et soldats français. En 19 (...)

626En Syrie268, de Gaulle a agi stupidement et s’est laissé manœuvrer. Des officiers du 2e bureau Homo disent : aux usines Gnome et Rhône, on donne un revolver à chaque ouvrier communiste. DGER centre de l’anticommunisme. De Gaulle augmente les prix industriels. Il faut associer le problème des salaires et la production. Or les trusts sabotent la production. On veut nous pousser en flèche et nous laisser ensuite.

  • 269 Arrivé en France le 11 mai, Blum prononce, le 20, son premier discours à la Conférence des secrétai (...)

627Rentrée Blum269. Il blâme la politique socialiste discordante ; démocratie dans le parti. Indépendance du gouvernement. Blum dit : pas de grandeur matérielle, préparation au pacifisme, discours entortillé. Il y a divergences dans la SFIO.

628Insistons sur l’unité, offensive pour l’unité. Avec les radicaux, notre situation est bonne ; pour les élections cantonales, bloc au 2e tour avec les radicaux. Il faut réunir CGA et CGT. Il faut des contacts avec tous les mouvements de résistance. Il faut réquisitionner les maisons et hôtels pour loger les sinistrés et les Juifs.

629À l’UD du Nord, les socialistes poussent aux grèves générales dans le Nord. Les socialistes de la municipalité de Lille ont refusé de recevoir Maurice Thorez, dimanche.

Vendredi 25 mai 1945

  • 270 Le vicomte Bernard Law Montgomery of Alamein (1887-1976) commandait depuis 1944, les armées britann (...)

630Exposition des armées britanniques. Montgomery270. 15 h annexe du Grand Palais, entrée par les Champs-Élysées. 10 h Affaires étrangères.

631Les petits cheminots ont obtenu les salaires des grands cheminots.

632Blum veut le rapprochement avec Paul Faure. On augmente les engrais de 80 à 100 %. Pain à 7 F 40. On pourrait le vendre 5 F 60 (blutage 85 %). Pain à 10 F dans le Vaucluse. Boulangers et minotiers favorisés. Augmentation des marges des négociants. C’est-à-dire qu’on a augmenté les trusts, les salaires aussi. Et maintenant on dit : bloquons les prix agricoles.

633Lille : 18 000 voix communistes.

634Bevin contre l’URSS, veut être ministre des Affaires étrangères. L’Italie est plus avancée que nous. Il nous faut plus d’action et de vigilance que jamais. Nous sommes unitaires mais pas gaullistes. Il faut être avec les banques ou avec le peuple.

635États généraux : pas de doléances. Seul le peuple peut nous sortir d’affaire. La population ne peut ni manger ni se vêtir : elle est exaspérée. Violences de la radio.

636Canada, Angleterre, Belgique vont aux élections. Et la France ?

637Le fascisme veut revivre. Il multiplie les provocations. Soyons prudents ! Patients ! Pas d’antisémitisme. Du calme ! Sage et français.

638En Algérie, démocratie pas indépendance.

Samedi 26 mai 1945

639Jacques Besse, direction des jeunesses. CDH, [ill.] communarde, sur la commune. À 7 h., à 8 h. 9 h Villejuif. Raymond Pons, consul de France. Baron, sculpteur, des CDH. Majid Rahnema, Carnot 82.90, 82.91, secrétaire de l’ambassade d’Iran.

  • 271 Augustin Hamon (1862-1945), homme de lettres breton, s’était distingué, dans la SFIO des Côtes-du-N (...)

640Les socialistes juifs roumains à Paris essayent de faire France-Roumanie-URSS contre France-Roumanie. L’instigateur est un cousin de Daniel Mayer. Les deux filles d’Augustin Hamon271. Les Bretons de Villejuif.

Dimanche 27 mai 1945

  • 272 La commémoration de la fin de la Commune, au mur des Fédérés du Père Lachaise, a lieu pour la premi (...)

641Commune272. Le mur.

642Ton histoire, bourgeoisie,

643Est écrite sur ce mur.

644Ce n’est pas un texte obscur

645Ta féroce hypocrisie

646Est écrite sur ce mur.

647Henri Paul, 28, avenue V. Hugo, Choisy. Charles arrive de la Rochelle.

648Shiva Rao, correspondant du Manchester aux Indes : il faut aux Indes le suffrage, un programme économique ; l’administration de l’Angleterre est l’opposé de la démocratie.

649Tout le monde arabe veut l’application de la Charte de l’Atlantique. L’Angleterre a pris le Liban sous sa protection. Les journaux arabes parlent avec enthousiasme de l’URSS qui veut libérer tous les pays. La Russie craint surtout une coalition anti-russe à la pointe de laquelle serait l’Allemagne. L’Union soviétique agit sans consulter les Alliés.

Lundi 28 mai 1945

  • 273 Le philosophe Georges Politzer (né en 1903) et le physicien Jacques Solomon, gendre de Paul Langevi (...)

650Solomon, Politzer273 (Mutualité). Le peintre Fougeron vient pour mon portrait. Il me dit que Signac est le plus grand aquarelliste avec Delacroix. Pour la peinture, après Seurat, il se laisse dominer par le procédé pseudo -scientifique.

651André Marty reçu par de Gaulle : quel ministère voulez-vous ? L’Information, dit André Marty. Le Trocquer de Paimpol (socialiste) maire de Saint-Maur.

Mardi 29 mai 1945

  • 274 Harry Hopkins était l’ami et le premier conseiller du président Roosevelt.

652Harry Hopkins274 à Moscou (ami de Roosevelt). Juin, de Lattre, trop populaires. Leclerc et Koenig.

653Les tendances socialistes du MRP sont hostiles à l’Église. Le catholicisme est conservateur. MRP contre le remaniement ministériel.

Mercredi 30 mai 1945

654Il ne faut pas taper sur tout le monde en même temps ; pas de piqûres ; tous les jours on nous annonce des coups d’Etat. Amélioration sensible entre URSS et États-Unis. Daily Miror (Sydney) : l’Angleterre doit se tourner contre la Russie comme contre Hitler. Bogdomovski nommé commandant des forces polonaises (300 000). Il y a en Angleterre un fort courant prosoviétique.

655Échec de De Gaulle dans son remaniement. Décevant, provisoire.

656Herriot : désertion dit de Gaulle. De Gaulle terriblement isolé ; il recule politiquement, énervé et inintelligent. Il n’y a pas place aujourd’hui pour un coup d’État. De Gaulle : base notable dans le parti socialiste et radical et paysanne. Il ne faut pas de désordre dans le pays car alors il pourrait trouver une base. Nous sommes un parti de gouvernement. De Gaulle recule sur les élections de la Constituante.

657Recul de De Gaulle sur les salaires (zone). Ça va faire finir les grèves. Le parti est maître de la situation. Nous sommes des agitateurs, mais pas des réalisateurs avec les masses.

658De Gaulle n’est plus que la DGER (100 000 policiers). Il est isolé. Il a perdu la face en Orient, en Algérie, en Russie, en Angleterre ; en France il n’a pas de partis avec lui. Il est affaibli.

659Avons-nous des organisations contre le marché noir ?

660De Gaulle est conservateur, trusts, réactionnaire. DGSR.

Jeudi 31 mai 1945

661Constituante : droit de dissolution. DGSR 100 000 policiers.

  • 275 Lors du remaniement ministériel du 31 mai, Teitgen devient garde des Sceaux à la place de F. de Men (...)

662Sabotage croissant de l’industrie française. Officiers disent : nous sommes nationalisés ; alors qu’on nous donne des ordres. Il faut poser la question de la production. 25 milliards à Frenay qui alimente la DGSR. Teitgen remplace de Menthon275. Il y a, chez nous, croyance à la Révolution par en haut.

663Grandes responsabilités du PC. La France va au rang d’une puissance secondaire ; il y a sabotage de la production. Politique aventurière de De Gaulle. Coups d’épingle ; êtes-vous grande nation dernière ou première des petites nations, âne de Buridan. Il faut une politique de grande perspective. De Gaulle c’est Pétain conservateur, c’est une buse ! De Gaulle peut encore conduire la France à l’abîme. Donc : unir, c’est agir. Produire, travailler. Contre les trusts. Grande démocratie avec les radicaux, socialistes, catholiques. De Gaulle : recul devant la réponse du pays.

664Marie de Guingamp, retour de Buchenwald.

Notes fin mai

665Espagne. Les Américains veulent mettre la main sur le marché espagnol. Les Anglais veulent un roi en Espagne. Les Américains s’entendent avec les Allemands en Espagne pour faire des affaires. Les prisonniers espagnols pris par les Américains vont être rapatriés en Espagne. Il faut protester. Les Espagnols sont maltraités en France. La France interdit les journaux républicains espagnols. La France a choisi. [ill.] espagnol à Paris. La France laisse les franquistes maîtres des camps de concentration. Maubeuge.

666Le gouvernement autrichien c’est le CNR. Les Russes tolèrent. Ils demandent aux autres de l’imiter.

  • 276 Peut-être Saul Amsterdam (pseudonyme de Gustaw Henrykowski, dit aussi Dunski ou Dunajewski, 1898-19 (...)

667Saül Amsterdam com. pol. influent. Palmiro Togliatti276.

Juin

Vendredi 1er juin 1945

668Bidault 3 h 30, commission des Affaires étrangères. 10 h Baron, sculpteur.

Samedi 2 juin 1945

  • 277 André Hoschiller, dit Carrel, né en 1911, journaliste communiste, également responsable des jeuness (...)

669Carrel277, Comité directeur Front national de la Seine. 10 h, 36, boulevard des Italiens. Le sculpteur de 2 à 7.

Dimanche 3 juin 1945

670Politzer, Solomon, Université nouvelle, 94, rue d’Angoulême, 3 h.

671Roubaix.

  • 278 Sumner Welles (né en 1892), diplomate américain, avait été sous-secrétaire d’État de 1937 à 1943.

672Trusteeship international pour l’administration des colonies : « Tous les peuples comme les individus possèdent un droit naturel à la liberté publique. Jusqu’à ce qu’ils puissent jouir de cette liberté, les puissances administrant les peuples dépendants seront tenues pour responsables devant l’opinion publique mondiale, par le truchement de l’organisation internationale pour la manière dont elles s’acquittent de leur mission de puissance tutélaire. » Sumner Welles278.

Lundi 4 juin 1945

  • 279 Honoré Carlevan (né en 1903), membre du PCF depuis 1924, s’était lié avec Marcel Cachin en travaill (...)

67311 h conférence des présidents. Carlevan279 retour de Dachau. Les Américains : nous n’aiderons pas les Anglais contre l’URSS.

67492 UD. 62 communistes. 19 fédérations socialistes dont 5 hésitantes. 21 fédérations communistes.

Mardi 5 juin 1945

675Rentrée de la Consultative.

Mercredi 6 juin 1945

676Commémoration du débarquement des Alliés.

677Les Grecs de Paris adhèrent au CADI (Comité d’action et de défense des immigrés). Adhèrent au Front national grec, au Comité d’unité hellénique. Les Grecs de Paris veulent resserrer les liens d’amitié franco-grecs. Ils veulent être les meilleurs patriotes constructifs. Ils préparent le congrès panhellénique de France.

678Athènes s’est libéré deux mois après Paris. Les ouvriers ont confiance en l’EAM. Les syndicats grecs sont avec l’EAM. La drachme a une couverture d’or. En Grèce piraterie économique. Les alliés nourrissent la Grèce et lui fournissent des machines.

67912 h Quai d’Orsay : les Polonais, Bibrowski.

680Une Grèce unie, démocratique et indépendante.

Jeudi 7 juin 1945

6817, rue Toullier, 5e. Congrès grec (Darivas), Mutualité, salle G, 9 h 30.

  • 280 Le RP Anselme Carrière (1883-1957), supérieur des Dominicains du Caire où il avait plaidé à l’organ (...)

682Trois gouvernements fascistes. Leper, Scobie, Anglais. Évolution à gauche, progrès communiste. Socialistes anti-unitaires ; très peu de socialistes en Grèce. Un socialiste ministre des Affaires étrangères. Vulgaris président du Conseil. Anglais à Rhodes et Dodécanèse. 800 000 Grecs morts de faim. Marine entre les mains des Anglais. EAM. Il faut des élections libres. De 1936 à 1940, dictature Metaxas, puis domination italienne et allemande. Il y avait 7,5 millions de Grecs ; reste 6 millions. 100 000 FFI, 400 000 membres du PC. Grande influence de l’Eglise officielle. Le peuple grec s’est libéré seul. On n’a pas épuré. On a voulu désarmé la Résistance qui a refusé. Depuis la domination anglaise, trois gouvernements fascistes. Saillant et Mauriac ont refusé de venir au meeting. Mauriac dit que le RP Carrière280 et Baillet sont des bolcheviks.

683Valy : GOB 28-61 à 9 h du matin, 63, rue de Vaugirard, Littré 76-94.

Vendredi 8 juin 1945

684Entrevue Tixier – communistes sur l’Algérie. Pas d’hostilité socialiste-communiste, Tixier compréhensif. Tixier dit : c’est la révolte arabe. C’est faux. On persécute les communistes en Algérie. Lui rend hommage aux communistes dans la politique algérienne.

685Nos remèdes : frapper les gros colons et vichyssois. Amélioration du ravitaillement ; l’Algérie est ravitaillée au jour le jour par l’Amérique, d’où la menace d’émeute de la faim, la soudure ne se fera pas en France.

686Remède : élections municipales en Algérie. Rendre les combattants électeurs français. Appliquer les lois sociales aux Algériens.

687Tixier : il faut que les socialistes et les communistes s’entendent pour que je m’appuie sur les deux partis.

688Un lieutenant de Leclerc. M. et Mme Jacquier.

6893 600 000 syndiqués sous l’influence communiste. 600 000 s’y ajouteront au congrès prochain.

Samedi 9 juin 1945

  • 281 Louis Lallemand (mort en 1983) était secrétaire de la région Nord du PCF depuis 1937. Il appartient (...)
  • 282 Denis Cordonnier (1893-1952), médecin, adjoint au maire de Lille et conseiller général SFIO avant l (...)

690Nord : Lallemand281, secrétaire régional. Lille à 5 h, 18, rue Ackermann, près de la préfecture. 6 h commissaire régional de la République à Lille. 20 h repas fraternel. Dr Cordonnier282, maire de Lille. Visite au préfet régional Closon. Visite à Martha Desrumeaux. Visite au musée de Lille, Palais Rameau.

  • 283 Sans doute, Victor Provo (1903-1983), secrétaire adjoint de la Fédération socialiste du Nord. Direc (...)

691Les socialistes refusent de recevoir les communistes à Lille et à Tourcoing. Le maire de Lille est abordable. C’est un médecin. Celui de Roubaix, Provost283, vichyssois, est sectaire ; le socialisme à Roubaix est discrédité. Il perd tout avec Lebas. Les camarades de Lille nous offrent un tableau. Importante société des artistes lillois.

Dimanche 10 juin 1945

692Roubaix. Au stade à 2 h 30, Provost maire de Roubaix (Vichy). Roubaix, 16 communistes, 20 socialistes. Terryn, 215, rue Daubenton.

693L’industrie textile ne démarre pas. Métallurgie et verrerie du Nord s’arrêtent faute de charbon. Les patrons répondent à l’augmentation des salaires par le chômage imposé.

694Dans les mines, l’État nationalise. Il va remettre les mines en état, puis on les rendra aux capitalistes quand elles seront redevenues rentables.

695Les Belges : allez-vous chasser le roi ? Non ! il y a les Anglais. En Belgique : jeunesses catholiques 100 000, jeunesses communistes : 10 000.

69611 h réception section de Roubaix. 12 h repas aux délégués d’organisation. 14 h 30 manifestation et meeting. 1 074 cartes à Roubaix. Doyen instituteur, 1er adjoint : 15 000 socialistes, 13 000 communistes, 50 voix séparaient les deux listes.

697Liberté de Lille : 125 000 (communiste), Nord-Matin : 175 000 (socialiste), L’ancien Écho : 350 000, MRP : 130 000.

698Avec le travail aux pièces des mineurs, la production augmenterait d’un tiers.

Lundi 11 juin 1945

6995 h, amitié franco-polonaise, salle 13.

700Moscou cherche à organiser l’est de l’Allemagne sans les Alliés. Ils sont maîtres à Berlin et à Vienne, zone à part. Moscou veut avoir à Berlin et à Vienne un gouvernement provisoire pour mettre indirectement la main sur toute l’Allemagne et toute l’Autriche par des tendances centripètes.

701En Allemagne : 80 millions avant guerre ; après la guerre 55 millions. Aujourd’hui sont distraits : 6 millions d’Autrichiens, 1 million de Sudètes, 5 millions d’annexés, 3 millions qui iront travailler en Russie, 6 millions morts ou disparus.

702L’agriculture d’après-guerre en Allemagne occupera la moitié de la population. Pour payer les réparations, il faut que l’Allemagne garde la Ruhr et la Sarre. Les Allemands voulaient vivre mieux que les Anglais. Ils vivront plus mal que les Russes.

Mardi 12 juin 1945

703Prisonniers et déportés à Pleyel. Téléphoner à Marcel Paul.

704Canada, élections : Libéraux 118, conservateurs 62, socialistes 26, communiste 1.

705L’union démocratique de la Résistance [mot rayé : républicaine].

  • 284 Paul Beynet (1883-1969), officier de carrière, commandant de la région militaire d’Algérie en 1940- (...)

706Syrie. Levant. Haine contre les Français pourchassés, résultat de la politique du gouvernement. Beynet284, général vichyste a perdu le prestige français, tort irréparable à la France ; politique de force dont nous n’avons pas les moyens. Les Français de Syrie disent : pas de renforts ou c’est fini ! C’est que la France depuis 1940 a perdu la face. Il fallait rester démocratique. Les Anglais veulent prendre la Syrie pour la stratégie et le pétrole. La Ligue arabe [ill.] est anglaise. Elle veut la rupture de tous les pays arabes avec la France. Confiscation des biens français en Syrie. France démissionnée. C’est le prolongement de la politique vichyste. La politique de grandeur de De Gaulle nous fait perdre des positions.

707Américains au Maroc contre la France. Il faut que la France soit et agisse [?] en démocrate. L’URSS veut les 5 pour les affaires du Levant. Il faut l’indépendance du Levant non le Levant anglais.

708Fédération européenne (pro-anglais).

709Détente soviéto-alliée. Affaire Pologne arrangée comme voulait URSS. La conférence de San Francisco n’est pas un échec.

Mercredi 13 juin 1945

710Libération Nord (Saillant)

711Blum prépare un [ill.] rassemblement.

712Le gouvernement se demande comment ne pas donner la parole au peuple ? On compte sur les prisonniers, comme on a compté sur les femmes.

713Comment consulter le peuple ? Oui, élections à une Constituante mais pour elle pas de pouvoir souverain. Constitueront commissions [?] et le gouvernement continuerait à régner. Et puis on veut des élections au Conseil général pour constituer les électeurs du Sénat. Les radicaux disent : nous voulons agir contre le pouvoir personnel. Il faut dire : Constituante souveraine. Catholiques, socialistes contre une vraie Constituante et pour de Gaulle. Ils sont contre le peuple.

  • 285 Les débats sur la fusion MLN-FN sont relancés depuis fin mai. Le 7 juin, la majorité du comité dire (...)
  • 286 Pierre Hervé (né en 1920), membre de la direction du MLN, directeur de l’hebdomadaire Action proche (...)
  • 287 Sans doute, Jean Pierre-Bloch (né en 1905), député socialiste et journaliste au Populaire, évadé, r (...)

714Union démocratique de la Résistance285. (C’est Frenay qui commande). Contre les communistes. Hervé286 est contre ce mouvement. Il faut faire l’union des Résistants. Blumel, Bloch287 sont pour Hervé. CGT avec lui. Il faut une action concertée républicaine. L’affaire MLN c’est le conglomérat des adversaires [de la] République. Il faut faire un grand mouvement de la Résistance démocratique et il faut faire ça avec force. Les socialistes et Frenay seront battus ! C’était une tentative anticommuniste.

  • 288 Le 12 juin, l’Humanité publie sous forme de Charte des propositions pour un parti unique fusionnant (...)

715Charte d’unité288. Les jeunes socialistes de la Seine disent : nous sommes d’accord. La charte reste révolutionnaire et doctrinale ; nous allons vers les larges masses. Il faut être marxiste. L’hiver se présente comme catastrophique. Ça ne va pas. La production ne va pas. Au congrès, il faut parler production.

Jeudi 14 juin 1945

  • 289 Christian Pineau (né en 1904) avait été l’un des fondateurs de Libération-Nord et l’un des responsa (...)

716Pineau289 en 1939 anticommuniste avec Giraudoux ; il veut que les paysans livrent sans quoi pas d’électricité ni transports. Contre la taxe de luxe. Pleven va faire des taxes contre les paysans et les classes moyennes. Or il faut agir contre les trusts.

  • 290 Jean de Vogue était l’un des dirigeants du mouvement Ceux de la Résistance, qui refuse la fusion av (...)
  • 291 Édouard Froment (1884-1973), député socialiste de l’Ardèche depuis 1932, avait voté contre les plei (...)

717De Voguë290 avec Villon. Il faut attaquer Diethelm à propos de la Syrie ; attaque Froment291 et fait attaquer par les FFI Froment.

  • 292 Georges Izard (1903-1973) avait participé, en 1932 à la fondation d’Esprit. Il fut élu député de Me (...)

718Goldenberg, Izard292 et les socialistes de l’UDR ont agi avec de Gaulle. Jouhaux et Saillant ont refusé l’UDR. L’opération UDR est en mauvaise posture. Elle est avec OCM. Les socialistes sont déjà au MLN.

  • 293 Waldeck Rochet (1905-1983), député et membre suppléant du CC avant-guerre, est responsable des ques (...)

719À la CGA, c’est Waldeck Rochet293 qui domine avec Rambaud. Union avec la CGT contre les trusts. CGT et CGA font une démarche commune au gouvernement.

720Viande, situation grave. Sucre, pas de charbon pour l’industrie sucrière. Blé, deux mois de déficience. Vin arrivé à Paris, disparu. Pineau va changer son personnel central en entier.

721Les jeunesses socialistes offrent un contact avec les communistes pour les prisonniers et les déportés ; ils sont d’accord avec la charte. Grande répercussion dans le parti socialiste. C’est nouveau.

  • 294 Soustelle a remplacé Teitgen au ministère de l’Information fin mai.
  • 295 André Pelabon (né en 1910), ingénieur en chef du génie maritime, il avait rejoint Londres. Il est d (...)

722Asphyxie de l’industrie française ; on veut que ça aille mal ; on attend le sauveur suprême. Soustelle, information294 ; Passy, police ; Pelabon295, sûreté nationale.

  • 296 Dwight Eisenhower (1890-1969), commandant des troupes américaines en Europe puis des troupes alliée (...)

723Hôtel de ville, Eisenhower296.

Vendredi 15 juin 1945

724198, avenue Victor Hugo. Choisy. 8 h. Commission Enseignement.

725Souscription pour la campagne électorale. M.C. président du comité de gestion des fonds.

726Nous avons un gouvernement policier, méthode du Second Empire, régime faible. Il faut que nous soyons le grand parti patriote et républicain en France. Seule la classe ouvrière peut faire une politique démocratique.

727Commission des Affaires étrangères. Consultative : affaires de Syrie. Marko. Ambassade de Chine. Choisy, commission de l’Enseignement.

  • 297 Harold Laski (1893-1950), théoricien et dirigeant du Labour Party.
  • 298 Georges Bonnet (1889-1973), radical hostile au Front populaire, était le ministre de Affaires étran (...)
  • 299 La Grande-Bretagne vient de rejeter la proposition française d’une conférence des « cinq grands » p (...)

728Laski297 voit V. Auriol à Paris. Le gouvernement anglais n’est pas responsable, mais les officiers anglais et français de Syrie. Oliva a menti disent les Anglais ; Les Libanais n’approuvent pas Churchill . Il y a erreur des deux côtés. Les Anglais travaillistes veulent arranger les choses. Envoyer une commission franco-anglaise en Syrie. C’est Bonnet298 en 1938 qui fit repousser l’esprit de libérer la Syrie signé en 1936. C’est à l’intervention des Cinq qu’il faut recourir299.

Samedi 16 juin 1945

  • 300 Marcel Prenant (1893-1983), biologiste très proche du PCF avant la guerre, dirigeant FTP, déporté, (...)

729Réception de Prenant300 à la Sorbonne.

73010 h 30 école Arcueil, école des syndiqués, école des jeunes.

731CGT 85 Benoit Fr., 48 réformistes, UD plus fédérations.

Dimanche 17 juin 1945

732Fête de natation à Choisy. Charles à Choisy.

Lundi 18 juin-mardi 19 juin 1945

733« Solidaridad Espanola », 8, avenue Mathurin Moreau. Les déportés à Choisy, Thiais. Conférence des présidents 11 h. Club des Intellectuels fatigués. À Nantes, 7 000 JOC travaillent dans l’enthousiasme. 151e à Huma, à 6 h chez Jaffrès.

Mercredi 20 juin 1945

734Bidault 10 h matin. Ch. Meunier, 14, rue Desbordes Valmore, 4 h 30 thé.

735Si en Côtes-du-Nord, les socialistes et communistes faisaient une fédération du POF ? Oui !

736Pineau demande à nous voir ! Soit ! Il veut jeter hors des vichyssois et prendre des FFI. On peut aussi voir T. Prigent.

7371 300 délégués au congrès, surtout de 30 à 40 ans ; 39 femmes ; 55 jeunes. On dit : il faut être dans l’opposition, plus hardi.

  • 301 Lucien Molino (né en 1907) était l’un des dirigeants CGT des Bouches-du-Rhône avant la guerre, memb (...)

738Mon intervention : mercredi après-midi, URSS. Molino301 (Bouches-du-Rhône).

Jeudi 21 juin 1945

739Prenant à la Sorbonne, 17, rue de la Sorbonne. 10 h 30 Soustelle : les journaux bretons, Musset, 1er dimanche d’août Quimper.

  • 302 Jan Christian Smuts (1870-1950), Premier ministre de l’Union sud-africaine, nommé maréchal en 1941, (...)

740La France a une armée joujou. Smuts302 : ou vous serez un dominion ! Ou vous mourrez ! Si la France ne travaille pas, pas de grandeur ! On essaye de sauver les cartels allemands. On va aider l’Allemagne, aider son réarmement comme après 1919. Il faut occuper les ouvriers allemands, mais il y a des inconvénients parce que nous sommes en capitalisme. En URSS c’est différent.

741Staline : nous sommes capables de battre n’importe quel ennemi !

742L’Amérique recule en Allemagne. Il faut que l’Allemagne répare en nature, par la main-d’œuvre allemande obligée. Il ne faut pas de main d’œuvre allemande en Allemagne, sans ça on va renforcer les trusts allemands ! Il faut donc envoyer les ouvriers allemands en URSS. Il faut que les Allemands réparent. Les Américains et les Anglais veulent prendre des mines espagnoles. Pour cela ils favorisent Franco ! Nous sommes un pays sans machines, machines vieilles de 20 ans. En 1936 : 300 000 mineurs, aujourd’hui 200 000. Si on électrifie, économie 10 millions de tonnes de charbon. Les chemins de fer s’y opposent.

743Visite à Soustelle ! Dans huit jours une réponse pour le quotidien breton.

Vendredi 22 juin 1945-samedi 23 juin 1945

  • 303 Émile Dufois (né en 1914), responsable de la CGTU et des JC dans la région de Tours, il participa à (...)

744Le Travailleur de Loir-et-Cher, Blois, Émile Dufois303, secrétaire.

  • 304 Robert Cartier (1895-1966), instituteur puis professeur de collège à Blois, militant socialiste et (...)

745Loir-et-Cher : 4 000 membres, 9 000 syndiqués. 244 délégués, 9 femmes, 100 paysans. Des sections dans tous les cantons ; la première force politique du département. Trois communistes au conseil municipal de Blois. Château de Blois, conférence du PC. PC quai St-Jean sur la Loire. Socialiste Durand, Cartier304 instituteur au banquet, chez le préfet et sa femme.

  • 305 Édouard de Larminat (1895-1962), alors colonel, avait rallié la France libre, en 1940, et commandé (...)

746L’armée Larminat305 dans le Val de Loire. 12 maires, 106 conseillers municipaux, 9 communistes à la mairie de Blois. FTP ont libéré Vendôme, Blois, les prisonniers politiques à la prison de Blois. Les prisonniers allemands sont très mal nourris. Ils refont le pont.

Dimanche 24 juin 1945

747Blois, Château de Blois, 16 h 30 meeting.

Lundi 25 juin 1945

748Manifestation Choisy. États généraux de la Renaissance française.

749Douze quotidiens régionaux. Nous occupons les locaux des grands journaux, mais nous ne sommes que les clients précaires d’un imprimeur. Nous payons trop cher la location et les frais. Nous n’avons que des rapports d’affaires avec les administrateurs de séquestre. Aujourd’hui, l’argent des journaux est plus rare qu’au début.

  • 306 Havas avait dû céder, en 1940, au gouvernement de Vichy sa branche information, devenue l’Office fr (...)

750Agence française de presse, AFP306. C’est une agence gouvernementale. Il faut qu’elle devienne une coopérative des journaux. Pour la diffusion des journaux, qu’on garde la coopérative ouvrière d’aujourd’hui (2 500 employés). Les PTT devront assurer les transports.

Mardi 26 juin 1945

  • 307 Le Xe Congrès du PCF se déroule, du 26 au 30 juin, porte de Versailles, rassemblant 1 300 délégués.

751Congrès du PCF307. 910 000 cartes expédiées. 20 délégués des Côtes-du-Nord dont 5 femmes.

75212 quotidiens du PC ; ils ne pourront pas vivre s’ils sont gérés isolément ; difficultés financières ; il faut une exploitation saine ; il faut que chacun vive sur ses moyens.

753Baril demande [péril à demander ?] une augmentation des salaires. Pinson, Lecointe. Les trusts ont des journaux : Combat, Époque. La presse du FN doit avoir pour but : classe moyenne non communiste ; il faut qu’elle soit d’information. Toulouse : journal FN, 140 000. 14 journaux FN en France.

754Grenoble, nous consultons les ouvriers pour les salaires, 2 300 000 F en réserve. 70 hebdomadaires. 27 concierges au journal de Marseille.

  • 308 André Wurmser (1899-1981), journaliste très proche du PCF auquel il adhère officiellement en 1942, (...)

755Amoux, Wurmser308, Dorval, jouent un grand rôle au syndicat de la Presse. L’Huma n’a que 15 % du papier à Paris. La période des vaches grasses est passée. Il faut que le PC organise centralement l’administration de la presse.

Mercredi 27 juin 1945

7565 h intervention au Congrès.

757Presse : Hélio et typo, c’est l’avenir. On va changer les formules. Il faut des capitaux importants ; demain des capitalistes peuvent les répandre. Puis, avions pour transports ; il faut des avions ; donc il faut centraliser notre presse.

758Il faut une commission centrale de presse du PC : pour l’administration, pour la rédaction. Bonte commence déjà pour la rédaction ; il faut centraliser notre presse ; un seul type pour la France. L’Huma aura un avion pour envoyer les flancs sur 4 pages, 2 pages viendraient du centre Huma.

759Le centre devra surveiller la technique de rédaction, d’imprimerie, de distribution, d’illustration, de publicité et d’affichage, d’achat en commun, de comptabilité générale, service juridique, financier, de formation des cadres, école de journalistes et d’administration.

760Quels rapports avec le syndicat du Livre ? Salaires. Linos demandent 25 F par jour. Les journaux communistes peuvent en mourir. Cadres à former ; salaires insuffisants dans l’administration.

Jeudi 28 juin 1945

761Havas trust énorme.

762Commission presse. C’est aujourd’hui une suppression provisoire ; nous avions réclamé la confiscation des biens et journaux des traîtres. 100 présents dont 5 femmes. Des journaux collaborateurs pourront être jugés et acquittés. 21 août 1944 prise de possession des journaux. Information, Petit Parisien, Paris Soir espèrent reparaître. Il faut un statut définitif de la presse, mais on n’a pas réglé notre situation actuelle. Il faut que l’entreprise [ill.] soit comme locataire, soit comme propriétaire.

763Nous nous sommes emparés des Messageries Hachette ; direction ouvrière de Hachette et puissance considérable. 2 500 employés ; plusieurs centaines de millions par mois ; transport [ill.] presse ; c’est le ministère des PTT qui veut prendre en main les messageries ; c’est-à-dire le gouvernement.

764Information. Havas, remplacé par AFP, Agence française de presse.

Vendredi 29 juin 1945

765Ambassade soviétique de 5 à 7 h. 8 h Commission de la Presse 18, rue de Cambronne. Intersyndicale des métaux. Waldeck Rochet 17 h.

766Publicité. Avant la guerre Havas contrôlait les journaux par la publicité. Trust Havas subsiste, Teitgen un de ses chefs. Les ministères des finances et des colonies distribuaient les fonds, I milliard par an pour distribuer de nouveaux journaux. Havas est à l’État ; ses dirigeants actuels voudraient que Havas gère la publicité des journaux. Ce sont les démocrates populaires qui dirigent. Havas a les cinémas, l’affichage. Papier : trust international ; le trust français est un groupe [ill.]. Il faut avoir une organisation du papier.

767Il y a des journaux à Paris qui sont encore dans les mains des trusts. On essaye de supprimer la Résistance ; des groupes financiers achètent du matériel à l’étranger. Or ça va vite. Les journaux actuels, il y en a de bien différents. La presse communiste : aujourd’hui un million d’exemplaires. Aujourd’hui à Paris : 27 journaux, plus qu’avant la guerre. On morcelle, on divise, pour nous enlever le papier.

Samedi 30 juin 1945

7689 h discussion sur le rapport Rochet. Après-midi : élection du CC. Réponse de M. Thorez. 20 h 30, Opéra : Faust.

Notes fin juin

769Angelo. 1er juillet, fête de l’école laïque.

770Émission des billets par la Banque de France : 588 milliards.

771700 000 membres du FN en mai 1945. 300 000 adhérents Union Jeunesses républicaines de France (UJRF) ; Thuillier, secrétaire national.

772Conseil municipal de Paris : 27 communistes, 13 socialistes, 7 résistants, (46 gauche), 14 MRP, 23 réactionnaires dont 10 vichyssois, radicaux et socialistes indépendants.

773Jeunesse communiste de France : 250 000, c’est trop peu. Il faut que les Jeunesses républicaines de France réunissent des millions de jeunes.

7748 juillet, JC Bretagne, St-Brieuc.

775Le PC se comporte comme un étranger au milieu de la Nation (De Gaulle).

  • 309 Joseph Lazare (1885-1967) était entré à la SFIC, en 1920, et était devenu l’un des dirigeants du Pa (...)
  • 310 Irène Calas (née en 1898), institutrice, militante communiste depuis les années 1920, résidait, dep (...)
  • 311 Simon Sabiani (1888-1956), est membre de la SFIO, puis du PCF, puis « socialiste-communiste », dépu (...)

776À Béziers : Lazare, maire (Roucayrol, collaborateur) en Allemagne309. À Narbonne toute la rédaction vote pour Blum. Irène Calas, Gautrand (Air)310. Les socialistes marseillais emploient à Marseille les procédés de Sabiani311.

Troisième trimestre

777BEL 12-70. À mesure qu’il disparaît une âme, il en paraît dix autres, pleines de sève et toutes en fleur.

  • 312 Le parti indépendantiste Néo-Destour de Bourguiba s’était renforcé, alors que le bey Moncef avait t (...)

778Mots d’ordre pour le Maroc et la Tunisie : Union avec la France, avenir commun. Le Destour312 est fasciste, avec Le Caire.

779Algérie : l’Algérie n’est pas une région française. L’Algérie est une nation qui se développe. Elle contient un million de Français, des Juifs, des musulmans. Il faut les réunir. L’intérêt de l’Algérie est de vivre avec la France comme une nation associée à la France. Elle n’a aucun intérêt à passer sous un joug étranger.

Juillet

Dimanche 1er juillet 1945

780Fête des écoles laïques, Choisy. Bussière, square Montholon, hôtel William.

Mardi 3 juillet 1945

7816 h, rue du Docteur Roux, cellule des Eaux.

Mercredi 4 juillet 1945

782Paris – Lancerf.

Jeudi 5 juillet 1945

783Lancerf.

Vendredi 6 juillet 1945

784Lancerf, Douarnenez, Trégastel, Sizun.

785Il faut que l’horloge bretonne sonne à l’heure. Les ossuaires bretons. Il n’y en a qu’en Bretagne, où l’on a le culte de la mort ; coffres, ossuaires ciselés comme des châsses. Tristan et Iseult, fatalité de la passion. Perceval, pureté, effort vers les tâches surhumaines.

Samedi 7 juillet 1945

786Douarnenez, grand marché de poisson. Bas-Breton, égalitaire, mystique, flamme démocratique ; intense accent tonique. L’Arrée a son individualité, très éveillée, ardemment démocrate.

787Poul-David, Tréboul 5 000, Ploaré 3 000, clocher hardi. Port-Ru, Rosmer.

788550 bateaux : 250 sardiniers, 52 thoniers, 50 langoustiers. Douarnenez ville de la pêche : 4 700 marins, 1 200 ouvriers des usines.

789En Bretagne on ne s’est jamais soumis aux féodaux. Le Breton fut toujours rebelle et réfractaire, démocrate et révolutionnaire. Chacun se sent l’égal du voisin. Amour du peuple. Certaine rudesse ; besoin de rêve intense, le rêve aboutit à l’action ; sensibilité aiguë. Alliance du sentiment démocratique et du sentiment religieux. L’art breton est un art paysan, un art populaire. Imagiers de la Renaissance bretonne. Pierre et bois ; délicatesse, réserve, orgueil.

790Menez Hom. Les seigneurs dans le Finistère étaient soumis aux évêques. Le clergé y a toujours affirmé sa suprématie sur les évêques. Les saints bretons n’ont jamais attendu la consécration de Rome. En Bretagne, amour fanatique de la liberté, sens plébéien.

Dimanche 8 juillet 1945

  • 313 Sans doute, Ambroise Bazin, militant communiste et syndicaliste, né et mort à Douarnenez (1974).
  • 314 Joseph Pencalet, maire sortant de Douarnenez, est réélu le 8 juillet.

791Douarnenez. Louis Le Faou, instituteur Ploaré. Bazin313 (à la mairie), Jos. Lemoal. Un navire moyen vaut 1, 2, 3 millions. Un marin pêcheur ne pourra plus en acheter ; Pencalet314 en a acheté un il y a 14 ans 75 000 F. Il y a encore 3 200 marins-pêcheurs à Douarnenez. Bonne reprise de la pêche à Douarnenez et Concarneau. Pomme de terre primeur à 6 F le kilo.

Lundi 9 juillet 1945

  • 315 Jean Rospars (1881-1948), militant communiste de Concarneau, déporté à Buchenwald, devient conseill (...)

792Rospars315 à Concarneau. 9 h 30 Huma Labarthe. La grippe française. Réaction américaine antisoviétique violente. Choix (extraits des journaux de tout l’univers). ODE 11-60.

Mardi 10 juillet 1945

793Amphithéâtre Richelieu, Sorbonne, 17, rue de la Sorbonne. Les savants français de retour de l’URSS. 15 h 15 au ministère de l’Information (Pleven).

794Pour arrêter la hausse des prix, il faut : des réformes fiscales, monétaires, produire, faire des opérations de démarrage.

795L’OCM (95 000 membres dans 35 départements), vote pour l’Union démocratique et socialiste de la Résistance. Unité d’action permanente avec SFIO et Jeune République ; accepte une action révolutionnaire, s’inspire uniquement des intérêts de la France.

796Sarre : les Français contrôlent l’extraction, l’organisation européenne du charbon ; contrôlent la distribution.

79714 octobre : élections et référendum.

Mercredi 11 juillet 1945

79810 h école Émile Zola, les lauréats.

  • 316 Le gouvernement a présenté le 9 juillet un projet de loi sur les élections aux conseils généraux en (...)

79923-30 septembre : élections cantonales. 14 octobre : élections Constituante316.

800La Constituante établira une Constitution. Cette Constitution sera soumise au référendum. Si le référendum est contre, l’assemblée sera une Chambre des députés et on la complétera par un Sénat.

801Pleven recommande l’épargne ! Production : 35 % d’avant guerre.

Jeudi 12 juillet 1945

8023 h Ivry.

  • 317 Les états généraux de la Renaissance française rassemblent 1 800 délégués du CNR et des CDL au pala (...)

803Les états généraux317. Aux états généraux : 1 753 délégués : 212 CGT, 45 Radicaux, 151 PC, 78 CG [?], 202 FN, 20 MRP.

804238 ouvriers, 297 employés, 288 enseignants, 78 cadres, 73 commerçants, 73 médecins, 134 paysans, 13 curés, 19 militaires dont 3 généraux, 148 femmes, 941 intellectuels en tout : 400 communistes. Très influencés par les mots d’ordre du PC : défense de la République, votée à l’unanimité, enthousiasme.

  • 318 Eugène Claudius-Petit (1907-1989), démocrate-chrétien, résistant à Lyon au sein du mouvement Franc- (...)

805Le peuple est inquiet. Il a conscience des dangers. De Gaulle veut maintenir la situation du provisoire et rester seul maître. Il a fait venir Claudius318 ? Il est pour 1875. Il a joué radical. Il veut empêcher le peuple de parler. Si on ne suit pas, il y a crise, disait-il, alors nous avons évité la crise. Parce que notre congrès avait dit : produire ! Nous avons dit : pas de crise ; les socialistes étaient d’accord avec de Gaulle (V. Auriol).

806Samedi, nos ministres ont combattu de Gaulle. Lundi, nous avons décidé pas de vote avec de Gaulle car il ne veut pas de contrôle des élus. Or il faut contrôle de l’Exécutif, disent les radicaux. De Gaulle a fait unanimité contre lui, même Auriol recule. La Consultative votera contre. On ne vote pas au conseil des ministres ; mais il faut que le gouvernement puisse dire : c’est unanime. Votons pour une Constituante souveraine. Que fera la Constituante ? Elle sera libre. Ainsi nous ne heurtons pas les radicaux ; faisons l’union avec les radicaux qui sont contre le césarisme. Il n’y a pas de vote au Conseil des ministres, mais vous insisterez pour que ce soit au procès-verbal.

Vendredi 13 juillet 1945

807Delferrière. 11 h émission sur Jaurès. Un article sur Jaurès pour l’Avant-Garde, un article sur Guesde pour La Pensée.

808Tillon : de Gaulle m’a dit : « je dirais à la Consultative que les ministres communistes ont fait leurs réserves et étaient contre. » Schumann : « Vous jouez le double jeu ».

809Il n’y a pas de liberté de la presse en France puisqu’on fait paraître un journal chaque jour. Il faut la démocratie intégrale tout de suite.

810Il faut réaliser les choses possibles aujourd’hui, sans ça tout va aller mal cet hiver. De Gaulle veut la dictature avec sa bande de gangsters. De Gaulle a refusé à Grenier les avions pour envoyer des armes en Savoie. Il a refusé d’envoyer des troupes en Corse. Giraud les a envoyé malgré De Gaulle. Il ne voulait pas que le peuple s’arme. Il reste dans la même ligne.

811À l’école jusqu’à 17 ans ? Démagogie !

81266 départements aux États généraux votent le monopole de l’enseignement. Il faut élargir le CNR qui est très insuffisant et qui doit être élu ; il ne répond pas à une organisation de direction de masse. Il faut y apporter du sang nouveau ; des forces nouvelles, élues par les États généraux.

813Billoux a dit à la fin de la discussion en conseil des ministres : « Nous maintenons notre position ; inscrivez notre réserve au procès-verbal. » Il n’y a pas de procès-verbal.

814Élargissez les comités départementaux et les comités locaux de libération et le CNR.

Samedi 14 juillet 1945

8159 h, mairie de Choisy. 10 h, inauguration de la rue de l’Insurrection Parisienne. 13 h 30, Champs-Élysées. 20 h, kermesse.

816Blum défenseur de la banque. Blum veut nous entraîner dans des polémiques, laissons-le courir. Mais tous les jours : Vive l’unité !

  • 319 Le nouveau Conseil central de la Renaissance française est composé de l’ancienne direction du CNR ( (...)

817Les états généraux acceptent d’élargir le CNR. Ils constituent un conseil national : les 17 du CNR et 18 élus des régions319 ; ils dirigeront le CNR. Nous allons faire le grand bloc républicain pour le 14 octobre. Jeanneney est anti-gaulliste.

818États généraux : caractères positifs. Contre le gouvernement. Il faut faire éclater les cadres du CNR et y adjoindre des éléments nouveaux.

819Le nouveau conseil central de la Renaissance française se réunira une fois par mois. Les états généraux se sont élevés contre le discours de De Gaulle ; des bulletins avec mentions. Constituante souveraine.

  • 320 Laurent Bonnevay (1870-1957) avait voté contre les pleins pouvoirs. Membre de l’ACP, il se prononce (...)

820ODE 11 60. Bonnevay320 : c’est un projet d’essence bonapartiste ; dans les 23 il y aura encore des tactiques, on va diviser les Républicains ; il ne faut pas une Constituante aux pouvoirs limités. Hamon, Zaksas sont hypocrites, ont voté contre de Gaulle, bien qu’ils soient gaullistes.

Dimanche 15 juillet 1945

821Villeneuve-le-Roi, 2 h 30 gare. Clouchard. 120 000 policiers civils et militaires, syndiqués, demandent leur adhésion à la CGT. Détails, récrimination.

  • 321 Le 18 juillet s’ouvre, à Potsdam, une conférence entre les chefs d’État américain, soviétique et br (...)

822Conférence des 3321. La politique bloc slave, grands résultats autour URSS. Churchill et Espagne. Rencontre avec Franco : retour à un roi élevé par l’Angleterre ; journaux, URSS ont beaucoup protesté. Les Anglais disent : Churchill est léger, il offense la France, mépris, rancœur (Manchester Guardian). On essaye le bloc occidental. Le Reynold News contre Churchill . Churchill essaye de faire la réaction en Europe, restaurer les monarchies. Truman refuse d’aller à Londres avant Potsdam pour ne pas froisser Staline. Allemagne : l’Angleterre veut faire le bloc occidental. Vansittart écrit au Daily Mail : il faut accord franco-anglais, c’est l’impérialisme britannique.

823Renaissance, démocratie, unité. Les milieux officiels ne font que compliquer la situation économique. Il faut insister sur le problème de la production. Les trusts veulent le chaos économique.

824Il faut nous rapprocher des radicaux. Pour cela deux étapes : mettre au premier plan les élections du 14 octobre ; il faut que les radicaux soient avec nous ; le problème est simple : après le 14 octobre, est-ce que le gouvernement sera responsable devant les Chambres ?

Lundi 16 juillet 1945

8258 h, Maison de la Chimie, comité franco-polonais. Le maire communiste de Varsovie.

826Il faut que les Républicains s’associent ; il faut que l’Assemblée constituante soit souveraine. Que se passera-t-il ensuite ? Y aura-t-il un Sénat ? On verra après. La dispute est entre les Républicains et les non-démocrates. Blum nous reproche nos listes ; il veut que nous fassions de la propagande, non de la politique qui entraîne les masses. Il faut une proportionnelle sans panachages ; après cela on peut faire des listes communes avec un ordre préférentiel, sur la base de la proportionnelle. On votera au conseil général. Dans la Seine nous irons seuls. Dans les autres départements, nous pouvons créer une situation qui nous permette de marcher avec les radicaux. Devons-nous aller aux élections du 14 octobre seuls ou coalition avec les Républicains ? Il faut faire comme aux municipales : alliances électorales avec les socialistes et radicaux. Disons aux socialistes : en avril l’union socialiste-communiste a réussi. Là où il y a eu division, insuccès. Il faut créer le climat d’alliance pour les élections au conseil général 23-30 septembre. Il faut une grande victoire républicaine fin septembre. On veut détourner le peuple de la politique en créant le chaos économique.

Mardi 17 juillet 1945

827Section de Choisy 8 h : compte-rendu du congrès. Billecard 10, rue Octave Feuillet, TRO 21-93.

  • 322 Léon Mauvais (1902-1980), secrétaire de la CGTU jusqu’en 1935, membre du CC du PCF, s’était évadé d (...)

828Blum nous demande de faire de la propagande, de renoncer à la politique. Le congrès de la fédération Seine, dimanche : ce sont les membres du parti socialiste qui peuvent résoudre seuls l’unité. Jeudi soir, les socialistes réunissent tous les partis. Pourquoi ? Pour faire hara-kiri aux partis. Mauvais322 ira ; nous écouterons sans nous engager.

829Production : il faut des baraques aux sinistrés avant octobre. Il faut recenser les soldats pour qu’ils votent. C’est dans le bâtiment que les ouvriers comprennent le mieux la nécessité de la production.

  • 323 Henri Dorgères dirigeait dans les années trente le mouvement agricole d’extrème-droite Front paysan (...)
  • 324 Joseph Denais (1877-1960), député de la Seine était l’un des dirigeants la Fédération Républicaine. (...)

830Le 20 juillet à 890 F le quintal de blé sinon grève agricole disent les Dorgéristes323. Menace de grève du lait par les Pétainistes. On parle de mettre les usines en congé massivement comme en 1936. Il y a mécontentement dans les masses ; les trotskystes ont une feuille légale. Dans le bassin houiller c’est la période des congés payés ; on arrête des puits entiers, en métallurgie et en textile aussi, alors qu’on pourrait faire des congés échelonnés. La société nationale des houillères veut limiter les salaires. Défendre la production, c’est défendre la République. Les mineurs disent : « Avec 180 F j’ai assez. » Et puis corruption ; c’est la pagaille dans le ravitaillement : 9 litres de vin par semaine, alors on vend le vin : grève d’ouvriers agricoles dans le Nord. Lecœur : Denais324 [ill.] agit en provocateur.

Mercredi 18 juillet 1945

  • 325 Sans doute Marie-Claude Vaillant-Couturier, veuve de Paul Vaillant-Couturier (mort en 1937), l’une (...)

8317 h, Marie-Claude325 à l’Huma.

  • 326 Franz Dalhem (1892-1981), dirigeant communiste allemand, avait émigré en France, en 1933, et devien (...)

832Dalhem326 : presque tout entière, l’Allemagne a donné son adhésion à Hitler. Elle est responsable des fautes nazies. Elle ne fera pas aisément amende honorable. Aujourd’hui nous aurions 10 millions de voix plus les 3 millions Allemands en Russie, 60 % pour nous. Nous sommes pour la paix que dicteront les Alliés. Les nazis souhaitent la séparation de la Bavière et de la Rhénanie.

833Il faut payer le blé aux paysans 1 100 F à 1 200 F le quintal. Prisonniers allemands en France : dans un mois 500 000 dans un an 1 750 000.

834Sarre, 800 000 habitants. 15 millions de tonnes de houille, 30 hauts fourneaux. Elle troquait son charbon pour le minerai de fer français.

835Gare au marasme prolongé de la France ! Aucun Belge n’est républicain. On reproche au roi de s’être marié avec une Flamingante. Les Anglais ont annexé Anvers. Ils nourrissent l’Allemagne par Anvers.

83615 voix contre 5 : Assemblée constituante souveraine.

Jeudi 19 juillet 1945

837Les trusts sabotent, mais il faut que la production reparte. Les gros paysans du Nord demandent 1 100 F le quintal, et ils exigent que les sucreries aient du charbon.

838Closon a exécuté (suspendu) deux délégués mineurs sans interroger les ingénieurs. Ça nous ramène en 1939 ; c’était une provocation. Unité dans le Pas-de-Calais. Les socialistes passent à l’offensive ; à la base les socialistes marchent, mais se soumettent à la discipline.

839De Gaulle essaye de faire un plébiscite sur son nom. Il est pour une Constituante à pouvoirs limités. Il prend position. Ça signifie, si c’est voté, que le pays est avec lui. Il espère avoir Vichy, les radicaux, les socialistes, MRP. Vincent Auriol lui a fourni le premier texte Blum préconstituante.

840En Normandie, rien n’a été fait ; tout le monde est mécontent ; on a peur de cet hiver dans les baraques en bois ; on est contre les comités d’organisation. De Gaulle impopulaire dans la première armée. Giraud y est populaire.

841Les ouvriers n’ont pas de perspectives ; n’ont pas le sens du danger ; on ne leur parle pas de leurs intérêts immédiats. Le sabotage est énorme et habile, 80 % plus cher un camion qu’il y a trois mois. Diminution des commandes, renvoi de 500 ouvriers Gnome et Rhône. On reprend les collaborateurs.

842En Algérie : élections municipales en Algérie. Deux dangers : elles peuvent être anti-françaises ; les radicaux-socialistes sont avec les gros colons.

Vendredi 20 juillet 1945

8439 h 30, 4e bureau. 10 h, commission des Affaires étrangères.

  • 327 Andreï Jdanov (1896-1948), secrétaire du Parti à Leningrad, membre du CC, du Politburo, du Praesidi (...)

844Jdanov327 successeur ? de Staline.

  • 328 Le comte Galeazzo Ciano (1903-1944), gendre de Mussolini, ministre des Affaires étrangères, avait é (...)

845Journal de Ciano328 : l’Allemagne en 1939 livrait des armes à Mannenheim (comme Daladier et Churchill).

846La première démoralisation, c’est le travail, La première démoralisation, c’est le non-travail.

847En Normandie, on dit : si les communistes venaient ici, tous les applaudiraient, car on n’a rien fait.

848Production. Les mineurs : il faut parler de leurs revendications. On tape trop sur le porion-lampiste. Les patrons décident des grèves d’agents de maîtrise, agents des chefs qui espèrent qu’on va rendre les mines aux compagnies. Les mécaniciens d’extraction veulent faire la grève ; 600 pour le bassin. On demande 50 000 F pour la retraite des mineurs. Il y a des gauchistes. Il y a dans les journaux la campagne : La nationalisation a arrêté la production. C’est très grave. Il faut de vrais nationalisations. Nous paierons des expropriations aux petits artisans. Il y a des mineurs à 450 F par jour et 600 F. Les mineurs de la Loire ont produit plus. Les mineurs haïssent les porions : 140 sont accusés et ne sont pas coupables. 25 % des mineurs absents.

Samedi 21 juillet 1945

84910 h 30, École des femmes.

  • 329 La conférence de San Francisco s’est achevée, le 26 juin, par la signature de la Charte des Nations (...)

850Les Américains achètent l’indépendance espagnole à Franco. Les Américains disent : encore deux ans de guerre au Japon, le réduit de Mandchourie. Trusteeship : c’est le Conseil de sécurité de la Société des Nations unies qui aura la garde des colonies. Les trusts américains s’opposent à l’accès aux matières premières. À San Francisco329 le gain : la force militaire internationale, un Etat-major international. À San Francisco, États-Unis et URSS ont réclamé le droit de veto pour les grandes puissances.

851Les socialistes français essaient de sauver de Gaulle et de renforcer l’exécutif.

Dimanche 22 juillet 1945

  • 330 Cachin accompagne dans le Nord Maurice Thorez, qui prononce le 21 juillet à Waziers un discours con (...)

852Avion à 10 h 30 ; Senlis, Compiègne, Noyon, Ham, Peronne, Arras, Lens. Je suis allé dans le Pas-de-Calais vers 1908 avec Lamendin330 à Liévin et à Avion. Nous avions fait l’unité. Il faut la refaire. 35 000 communistes dans le Pas-de-Calais. Dans le Pas-de-Calais, les socialistes conservent des forces, sectaires (à Barbin 250 socialistes).

853Crapier 7 h 45, angle faubourg Saint-Denis et gare du Nord.

Lundi 23 juillet 1945

854Visite au Louvre.

Mardi 24 juillet 1945

  • 331 Jean Bichelonne (1904-1945) avait été secrétaire général puis ministre de la Production industriell (...)

855La force d’attraction du soleil et de la lune doit remplacer le charbon et le pétrole. Utiliser : les marées (Plâtrier). 200 000 prisonniers allemands peuvent faire des bassins le long des côtes. Il y a un projet Bichelonne331 aux travaux publics. Utilisons la gravitation universelle pour remplacer le charbon. Remplaçons l’essence par l’accumulateur léger.

  • 332 Thierry Maulnier (Jacques Talagrand dit, 1909-1989), essayiste, journaliste à l’Action française et (...)

856« Les auteurs du monde actuel l’ont créé sous l’impulsion de forces dont ils n’avaient pas conscience, comme les insectes qui croient seulement chercher leur nourriture et qui aident à la croissance des végétaux en transportant d’une fleur à l’autre le pollen qui s’est attaché à leurs corps », Thierry Maulnier332.

  • 333 Dans son discours de Brest, le 21 juillet, de Gaulle précise les deux questions au référendum qui a (...)

857À Brest, de Gaulle a pris une position qui a le caractère d’un plébiscite333.

858Demande de rendez-vous à Soustelle.

Mercredi 25 juillet 1945

859Tronchet, Portalis, Bigot, Préameneur, Malleville (code civil). La France a perdu dans cette guerre 3 000 milliards. À Potsdam, les Alliés lui offrent 30 milliards, 1 %.

Jeudi 26 juillet 1945

860Choisy, Lancerf. Lumière, couleur, harmonie. Breton race sensible, énergique et ardente. Kreizker, merveilleuse dentelle de pierre grise. Saint-Michel de Brasparts, Roc le Trévazel. Ossuaires, calvaires, arcs triomphaux des cimetières, clochers, porches, croix, chapelles. Kerné paour, Kerné du. Landes de Lanvaux. Le château de Kerjean, musée de l’art breton. Autel à la mémoire de la Bretagne ancienne et moderne. Kertanouam, Beaumanoir, La Roche Jagu, Beaufort.

861Élections anglaises. Évolution à gauche. Sur 627 élus (manquent 13 districts) : 212 pour Churchill, 415 contre. Le Labour a la majorité absolue à la campagne et à la ville, 153 de plus que tous les autres réunis. On va à une Europe plus démocratique. On va à un bloc occidental. 75 % des soldats pour le Labour. Les conservateurs écrasés par le peuple.

862Le socialisme n’est plus qu’un résidu attendrissant ; vieux et vénaux chefs socialistes qui n’ont pas de nouvel évangile à prêcher ni de révolution à faire.

Vendredi 27 juillet 1945

863Lancerf. Ultimatum au Japon. Le Japon le repousse.

Samedi 28 juillet 1945

864Lancerf. Succès travailliste anglais.

Dimanche 29 juillet 1945

865Guingamp, Trégastel. Valy. Café Kérautret.

86614 cahiers. Finistère 141. [ill.] 59. 40 000 (Cahiers du communisme) en France.

867Place Champ-au-Roi, Guingamp.

868Rallon et sa femme PS. Milon [?] maire socialiste, adjoint communiste. 10 000 auditeurs sur [ill.] de Valy.

Lundi 30 juillet 1945

869Lancerf. La vieille vertu bretonne : ne pas compter sa peine, se donner à sa tâche, ne pas s’en acquitter tout juste.

870Déjà en 1937 le PC a sauvé la République en créant le Front populaire.

871Côtes-du-Nord. 600 élus municipaux, 29 maires communistes. 15 000 FN. 350 communes ont un syndicat agricole sur 390. 18 000 ouvriers syndiqués.

Mardi 31 juillet 1945

872Délégation de Pontrieux [?]. Madame Viau (parapluie), (fils et mari en Allemagne).

Août

Jeudi 2 août 1945

  • 334 Guy Robert (1908-1984), professeur au lycée de Saint-Brieuc, secrétaire de la fédération socialiste (...)

873Socialistes à Saint-Brieuc. Max Le Bail libère la prison. Alain, Madame Queffenlou [ou ?], Henry maire Plouézal. Mazier professeur honoraire lycée. Le socialisme a fait ses preuves en Russie. Guy Robert334 propriétaire à Paris.

874Blum : la Russie et sa politique extérieure ne sont pas dans l’ensemble une politique du socialisme international.

  • 335 Pierre Laval, qui vient d’être renvoyé en France par l’Espagne, témoigne, le 2 août au procès du ma (...)

875Laval335 : c’est moi qui ai empêché les Allemands de fusiller Blum, Daladier, Reynaud.

876Les socialistes italiens : nous ferons l’unité au prochain congrès quand des conditions favorables le permettront et l’imposeront. Unité en Espagne réalisée.

  • 336 L’Assemblée consultative s’est prononcée, fin juillet, sur le projet constitutionnel du gouvernemen (...)

877Consultation : 210 contre 19 rejettent le projet de Gaulle, 108 voix contre 101 rejettent Auriol, 196 contre 92 contre les 2 Chambres, 185 contre 46 Assemblée consultative souveraine336.

878Noguères (Popu), pas de probité intellectuelle.

Samedi 4 août 1945

  • 337 Marcel Cariou (1920-1944), militant communiste de Pont-l’Abbé, résistant FTP, avait été déporté pui (...)

879Pont l’Abbé. Marcel Cariou337. Association des victimes du nazisme.

880Les 5 merveilles bretonnes : Kernasledu, Saint-Fiacre du Faouet, Locronan, Folgoet, Le Kreisker. Art breton (4 siècles). Les sculptures sur bois, peintures sur verre, les cloches, les calvaires, orfèvreries, les puits, les ossuaires, les chapelles, les fontaines, les porches. Tailleurs de pierre, art paysan populaire, religieux. Le granit est une matière rétive. Elle impose l’originalité aux artistes. Anne de Bretagne voulut épouser l’Empereur. Le duc de Bretagne rendait hommage debout, l’épée au côté.

Dimanche 5 août 1945

881Quimper (séminaire). Le maire de Quimper. Région 14 000 cartes. 6 rue Théodore de Hours.

  • 338 Peut-être, Joseph Le Coz (né en 1898), secrétaire de la section communiste de Concarneau, résistant (...)
  • 339 Albert Jaouen (1909-1976), militant communiste, membre des Brigades internationales, avait été l’un (...)

882Paul Gaty secrétaire régional. Gabriel Paul. Lecoz338. Cariou orateur. Affaire Louedec à Quimperlé. Brest devra être le centre politique, siège de l’UD. Albert Jaouen339, [ill.] de Brest, soldat d’Espagne.

883Charles Tillon. Voyage [ill.]. Latécoère. 100 000 ouvriers. 2000 avions par an. Renaissance de l’aviation.

884Quimper ville commerçante, ville administrative. C’est le marin-pêcheur qui est l’élément communiste (hors la ville). Pont l’Abbé, Marcel Cariou. Visite à la fête bretonne de la chorale catholique de Pont-Aven.

885Lan, Plou (famille), Tré, Loc. Organisation paroissiale.

Lundi 6 août 1945

  • 340 La première bombe atomique est lâchée sur Hiroshima, le 6 août. C’est Robert Oppenheimer (1904-1967 (...)

886Bombe atomique (Oppenheimer) = 20 000 tonnes de dynamite340. 100 000 ouvriers y sont occupés aux Etats-Unis. Libération de l’énergie atomique, ère nouvelle dans la compréhension de la nature. Il faut protéger le monde contre le danger d’une destruction soudaine.

  • 341 Ernest Lawrence (1901-1958), prix Nobel de physique 1939 pour l’invention du cyclotron.

887Le cyclotron du Dr. Lawrence341 (Nobel), enfoui dans la montagne, pèse 5 000 tonnes.

888La police de Rennes : contrôlée par Passy. Les francs maçons ont les leviers de commande. Ils [ill.] les Résistants.

  • 342 Regards, hedomadaire communiste illustré de photographies en couleurs, était né en 1932 et reparaît (...)

889Regards342, 9 mars 1939. Daladier, Hitler, Mussolini.

890Formule des officiers de marine français : Dieu, le canon, le roi.

Mardi 7 août 1945

891Pontrieux 2 000 habitants, canton 12 000. Mairie.

892En 1901 : 600 000 habitants dans les Côtes-du-Nord. Émigration. En 1801 : 500 000 hab. En 1866 : 640 000 hab. 1945 : 535 000. Pontrieux a été délivré le 8 août 1944, Paimpol, Ploezal les 15 et 17 août. 1 000 auditeurs. Délégation Pleudaniel. 50 familles. Y. Henri maire Ploezal. Eugénie Viault, place de la Mairie.

893Villon Henri, Louron, commandant Pietri. À Pleine-Fougères : Diethelm. À Fougères, Teitgen (Fournier). Ille-et-Vilaine : 80 élus, 11 à Rennes dont 3 adjoints ; Fougères : 150 PC, 1900 FN. 8 000 femmes manifestent à Rennes. Le préfet promet viande, sucre, beurre, savon, chaussures. Rennes : Rébillon professeur au lycée, anti-unitaire. À Gouarec : Lemoigne maire [ill.]. A Quintin, Dr Quéré.

894La République socialiste. Le journal socialiste de Bretagne mange 40 000 F. par jour ; tout le monde bien payé. Ventes : 98 000. A la dernière louée, 15 à 20 000 F. aux ouvriers agricoles pour trois mois. Louderec, ouvriers agricoles 3000 F. par mois.

Mercredi 8 août 1945

895Tréguier. Madame Perrot. Lecoz.

89620 ministres avec Attlee : 6 mineurs, 1 prédicateur, 1 journaliste, 1 docteur, 1 imprimeur, 1 instituteur, 1 professeur d’Université, des avocats, 1 tailleur, 1 chauffeur taxi.

8971) Nationalisation des mines. 2) Nationalisation de la Banque d’Angleterre. 3) Service d’hygiène national. 4) Logement.

Jeudi 9 août 1945

898L’Autriche sera séparée de l’Allemagne. Le peuple sera appelé à voter librement. Un gouvernement central sera constitué.

899Au Japon, on appliquera les mêmes méthodes qu’en Allemagne : on détruira les industries de guerre, on punira les fauteurs de guerre, on laissera les industries légères, on ramènera l’industrie à 15 ans en arrière. Soie, coton. Les exportations aideront les Japonais à acheter le riz et les matières premières nécessaires. Le Japon sera occupé militairement, 16 % du Japon seulement sont cultivables, le Japon perdra toutes ses conquêtes territoriales, le peuple japonais ne sera pas confondu avec ses dirigeants.

Vendredi 10 août 1945

900Côtes-du-Nord : sept députés au lieu de huit. En France : 500 députés au lieu de 600.

901Capitulation du Japon.

Samedi 11 août 1945 Dimanche 12 août 1945

902Plouézec. St-Riom : 3 000 auditeurs. Marins, Germaine Perrot.

  • 343 Frédéric Joliot-Curie (1900-1958) avait reçu avec sa femme Irène (1897-1956) le prix Nobel de physi (...)

903Joliot-Curie343 : les Anglo-Américains n’ont pas dit le rôle des Français dans la découverte de la bombe atomique. On vous a exagéré les effets de notre invention. Nous ne détruirons pas l’univers. C’est une nouveauté qui jouera le rôle de la dynamite en plus violent. Les applications à la vie économique demanderont encore de longues années d’études. Les savants travaillent à diminuer la peine des hommes, à vous aider à mieux vivre. Les monopoles seront frappés par l’atome. Que sont nos industries françaises à côté de ça ! Joliot a trouvé le neutron particule ultime de la matière. L’uranium se coupe en deux sous l’influence des neutrons qui le bombardent. Le neutron pénètre dans le noyau de l’atome d’uranium et libère l’énergie. 50 kilos d’uranium libèrent 100 milliards de calories. La rupture du noyau d’uranium peut donner naissance au moteur atomique. Le savant va devenir le général.

904Un paysan de Plouézec : tout le monde quitte la terre, le travail y est trop pénible, sans un jour de repos par an.

905Il faut doter les laboratoires richement. L’atome pèsera sur la politique.

Lundi 13 août 1945

906Collinée. Moncontour. Toiles de Quintin et d’Uze, Ploeuc, Loudéac. 4 000 métiers. Quintin : Locronan. Guyader : tisserand.

907Au XVIIIe siècle, grande exportation de toiles dans l’Espagne, Angleterre et Amérique du Sud ; toiles de chanvre et de lin, un peu de drap ; tuées par les guerres de l’Empire, le coton, les grandes machines en Angleterre et dans le Nord. Dans les Côtes-du-Nord, 200 000 personnes occupées à travailler la toile. Et en plus, la culture du lin ; de très nombreuses manufactures ; très bas salaires.

908Grande souplesse de la SNCF dans la reconstruction.

909On entre dans la civilisation nucléaire !

910Papa Staline nous rééduquera, disent les professeurs allemands.

Mardi 14 août 1945

  • 344 T.V. Soong (né en 1894), beau-frère de Tchang Kaï-Chek (et de Sun Yat-Sen), fut ministre des Affair (...)

911Signature du traité d’alliance russo-chinois avec Soong344. Le Japon capitule. Union étroite avec la masse de la nation et avec les Résistants.

912Vichy donnait 480 millions par an aux œuvres diocésaines d’enseignement. La laïcité est entrée dans les mœurs de notre pays républicain. Ne renouvelons pas les querelles religieuses. Vichy a fait le don aux écoles libres sous l’occupation hitlérienne ; repoussons ce cadeau de Vichy.

913Union de tous les républicains pour la défense de la République. Créer un grand courant démocratique et populaire. Profiter de la campagne des Conseils généraux pour créer le courant irrésistible antifasciste.

914Soldats voteront. Pas de vote par correspondance. 26 sièges à l’Algérie ? 35 sièges aux territoires d’outre-mer, 2 sièges à la Tunisie, 3 sièges au Maroc. Scrutin bâtard, compliqué, injuste, contre le peuple ouvrier des grands centres. Référendum, méfiance du peuple.

Mercredi 15 août 1945

91520 h 30, Loudéac. Pichard instituteur. À 5 h (1 500 auditeurs). Lanvollon, Chatelaudrin, Quintin, forêt de Lorge 778, Loudéac, 80 kilomètres.

916C’est le développement de la production qui importe plus que les manipulations financières. Moins d’impôts indirects. Prélèvements sur les grosses fortunes. Impôt progressif sur le revenu. Confiscation des biens des traîtres ; Kuhlman, Duchemin, produits chimiques ont trafiqué avec les Allemands. Comité des Forges, de Wendel, Schneider, Petiot, Lehideux. Malet, de Neuflize pour les assurances. Crédit Lyonnais a aidé à piller la France. Compagnie des Houillères. Haute trahison, lucre, vichyssois. Le peuple veut le changement. Pas de démocratie tant qu’il y aura des trusts.

917Kuhlman : engrais, augmente de 80 % depuis 1944. Outillage agricole augmente de 25 % depuis 1944.

918Mme David La [ill.] Marie. Élisa 68 ans.

Jeudi 16 août 1945

919Loudéac, Paris.

  • 345 Hiro-Hito (1901-1989) était empereur du Japon, depuis 1926, et doit accepter l’instauration d’une m (...)

920Hiro-Hito345.

921Éon de Loudéac, XIIe siècle soulève les campagnes, se dit un 2e Christ. Vaincu par Conan, Duc de Bretagne.

922En France : 2 millions de fonctionnaires, 4 000 censeurs de la correspondance privée. Ravitaillement : 15 000 fonctionnaires nouveaux. Reconstruction : 20 000. Intérieur : 105 000. Présidence du gouvernement : 2 708.

923L’uranium est l’élément essentiel de la civilisation de demain. Uranium ressemble au fer, deux fois plus lourd. On l’extrait du pechblende (Canada).

924Le noyau de l’atome : 1 000 milliards ne pèsent pas un milligramme. Le noyau de l’uranium a 235 particules. Il est donc peu solide. On peut le démolir. En le démolissant, on soutire l’énergie atomique. La radioactivité : phénomène de désintégration spontanée des atomes. La guerre a duré 6 ans.

Vendredi 17 août 1945

  • 346 Tchang Kaï-chek (1887-1975), leader du Kuomintang, dirigeait le gouvernement nationaliste, de nouve (...)

925Discours de Churchill contre l’URSS. En Chine : communistes contre Tchang Kaï-Chek346. Circulation fiduciaire diminuée de 200 milliards. Elle est de 444 milliards. En France sur 1944 [?].

926La diplomatie russe a été active. L’URSS est sauvegardée par des traités d’alliance en Europe et en Asie.

  • 347 Le congrès de la SFIO (12-15 août) rejette l’unité organique avec le PCF.

927Les socialistes rêvent d’une alliance tripartite : parti socialiste, UDSR, MRP. Elle est votée au congrès socialiste347 par 6 104 voix contre 4 500. Ils reprochent aux communistes l’équivoque de la démagogie, des moyens qui dégradent l’esprit humain, dire que la fin justifie les moyens, leur servitude envers l’URSS. Ils reprochent à l’URSS d’asservir des petites nations, de mépriser la sécurité collective. Pour Blum aux élections prochaines : 40 % des voix iront aux socialistes et aux communistes. Ce sera une majorité disparate.

Samedi 18 août 1945

  • 348 Il s’agit d’une exposition consacrée à l’industrie, au commerce et à l’artisanat.

928Saint-Denis, à 15 h, à la Légion d’honneur, exposition de la Renaissance française348.

929Assurances sociales, du berceau à la tombe.

930Il faut que le monde soit débarrassé des militaires (Eisenhower).

  • 349 L’insurrection générale a été déclenchée en Indochine, à l’été 1945, par le Front de l’indépendance (...)

931Le Times : en Indochine, le nationalisme demande non d’être réprimé, mais guidé. Or en Indochine les habitants veulent résister à l’autorité française par la force comme en Syrie. Les Chinois occuperont le Nord de l’Indochine. Les Anglais occuperont le Sud349.

  • 350 Mao Zedong (1893-1976) était l’un des fondateurs du PC chinois, dont il prend la direction, en 1935 (...)

932Mao Tse Toung350, président du PC chinois (1 200 000 membres). 900 000 soldats dans l’armée chinoise. 2 millions de miliciens locaux.

933Les Anglais veulent reprendre Hong-Kong. Les Chinois s’y opposent.

Dimanche 19 août 1945

93411 h, métro Barbès-Rochechouart. 12 h, banquet de la presse de Paris. Cf. Regards 9 mars 1939, Daladier, Hitler, Mussolini.

935L’histoire du monde se fait sans la France. Lourdeur bureaucratique, trop de fonctionnaires, routine, incompétence, pas d’union, moralité déficiente, médiocrité, insuffisances, absurdités.

936Rol au banquet de la presse (socialistes, communistes, catholiques). Rol a été opéré par Charles à Murcie. Rol est à Coblentz où ils vont contrôler le mouvement ouvrier et les soldats occupants. Les généraux sont très divisés. Les officiers sont curieux des communistes. Mais s’il y avait un coup d’État, ils marcheraient par discipline.

  • 351 Sur le Rassemblement universel pour la paix, cf. carnets années 1930.

937J. Delaboche [?] (Ciamoc) RUP351.

938Tout ira mieux quand nous recevrons 2 millions de tonnes de charbon allemand (Dautry).

Lundi 20 août 1945

939La Chine va perdre des territoires au Nord. Elle va chercher des compensations en Indochine. L’Angleterre veut s’élargir en Extrême-Orient. L’Amérique veut éliminer d’Indochine, la France trop inclinée au communisme.

940129 avions français civils. Réseau 110 000 kilomètres.

941En Allemagne, épidémie de suicides. En Suisse, on expulse les Allemands à tour de bras. Après le krach de deux banques suisses, il n’y en aura plus que deux en Suisse au lieu de sept. En Suisse, la banque fédérale liquide. La banque commerciale de Bâle ferme. Ces banquiers avaient collaboré avec les Allemands et les Italiens fascistes.

942Berne se rapproche de l’URSS, un accord diplomatique se prépare, car la Suisse veut que Genève soit le siège de la future Société des nations.

Mardi 21 août 1945

  • 352 Ernest Bevin est devenu ministre des Affaires étrangères du cabinet travailliste formé par Attlee.

943Bevin352 : nous n’interviendrons pas en Espagne. Pas de nouveau cabinet en Grèce. Les gouvernements roumain, bulgare, hongrois pas bons.

944Truman veut agir en Bulgarie contre les Russes. Il veut intervenir pour les Dardanelles. Il a la force de la bombe atomique.

945Combat : le discours de Bevin sera acclamé par les socialistes et les conservateurs (Eden). La Russie ne doit pas être totalitaire comme Hitler.

  • 353 Le congrès du parti radical se tient à Paris, du 20 au 30 août. Paul Anxionnaz (né en 1902), secrét (...)

946Violents discours antigaullistes d’Anxionnaz, Rucart353. De Gaulle néo-fasciste. Les radicaux sont contre la Résistance et contre les nationalisations.

947Le PC déloyal, au service de l’étranger. Le PC dégrade l’esprit humain (congrès socialiste). Mais le congrès a admis les contacts à la base et il a offert de se rencontrer avec nous. Nous avons riposté en répondant sur leurs accusations, mais il ne faut pas être sectaire. Nous ne sommes pas une secte qui discute propagande. Nous voulons peser sur les événements politiques. Le prochain Comité central : offrir un bloc républicain. Les socialistes croient à leur succès électoral ; nous allons proposer l’unité de candidature.

Mercredi 22 août 1945

948Bataille de Russie, film américain. Dîner de la fédération nationale de la Presse française, hall du Palais de Chaillot. Entrée Place du Palais de Chaillot.

949Daladier attaque les communistes. 21 août 1944 : 10 journaux à Paris. 21 août 1945 : 35 journaux à Paris.

  • 354 De Gaulle a quitté Paris pour les Etats-Unis et le Canada, le 21 août.

950De Gaulle va en Amérique pour les règlements commerciaux354. On va viser l’indépendance de la France. Bases pour les États-Unis.

951Indochine : une campagne pour une armée et une aviation. C’est une campagne pour l’Amérique. Les Russes arrivent avant l’Amérique en Chine. Contradictions États-Unis et Angleterre. Trusteeship (Pacifique).

952Les Anglais avaient essayé de retarder le voyage de De Gaulle car ils redoutent ce qu’il va faire aux États-Unis. Les socialistes sont les socialistes de la couronne britannique. L’Angleterre est la nation perdante de la guerre. Elle veut devenir un grand pays, nation unique avec la France et le bloc occidental conservateur même avec les travaillistes. Laski est venu faire le coup au congrès socialiste. Il a repris l’affaire de Smuts, père du bloc occidental. C’est la politique de l’impérialisme britannique. Bevin a dit : l’Angleterre est pauvre. Elle a liquidé son portefeuille, ses bases américaines. Il a dit : il faut travailler pour ne pas être envahi par les productions des États-Unis. Le temps ne travaille pas pour les Anglais ; si vous aviez fait des élections dans les Balkans, vous auriez eu un succès. Maintenant non !

953Pas de démocratie en France. Bevin dit : la Pologne va trop à l’Ouest ; il ne faut pas mutiler l’Allemagne. Bevin dit : non-intervention en Espagne. Bevin, impérialisme classique britannique ; c’est providentiel pour l’Angleterre. Mais en Angleterre, mécontentement. Bevin : réaction camouflée.

Jeudi 23 août 1945

  • 355 Joseph Paul-Boncour (1873-1972), délégué à la SDN, avait quitté la SFIO, en 1931, pour le parti rép (...)

954Association France-Roumanie. Paul-Boncour355. Vacaresco. CNR. Les élections en France seront financées par les Anglais.

955Blum : glissement à droite sur le marxisme ; son métier est de fournir des armes à l’anticommunisme ; il pense nous entraîner à la discussion sur le marxisme. Jouhaux valet des socialistes.

956Les radicaux acceptent le programme du CNR. Ce soir, réunion CGT : nous sommes d’accord pour l’union républicaine, programme CNR, programme de gouvernement. Ce serait un raz de marée contre la réaction. Il faut créer le climat d’unité dans le pays et empêcher les socialistes de rompre.

957Dans l’Aisne, socialistes et radicaux, communistes se sont partagés les cantons de l’Aisne et laissent cinq cantons aux républicains. Il y a des départements où les trois partis républicains unis sur les listes enlèveraient tous les sièges. Dans la Seine, non ! C’est la plus forte coalition qui permet des résultats.

958Rive gauche 1er secteur. 4e et 6e 1-2-9-12-18-19-20-3-4-8-10-11-16-17, huit élus par secteur. Paris perd 13 élus. Nous avions 18 élus à Paris, maintenant 7.

959Si Herriot n’accepte pas la présidence ce sera dur. Herriot : la France aura du prestige si elle est républicaine. Il faut faire vite et le dire avant les élections cantonales. Campagne : il faut dire comment vous découpez la France.

Vendredi 24 août 1945

960Nord : un élu pour 95 000 habitants. Ariège : un élu pour 41 000 habitants.

961Les socialistes disent aux mineurs : ne travaillez pas ; ils n’ont pas travaillé le 15 août ; ils disent : l’effort de production dépend des conditions de travail et du machinisme.

962Dans le Nord, les communistes proposent des candidatures uniques au Conseil Général.

963Aniche l’Escarpelle production accrue ; 15 août. Quelques ouvriers 500 F par jour. Ouvriers allemands : un étudiant, sept commerçants. Prisonniers allemands mal nourris. Il y a fraternisation.

964Le Populaire : Laski, il faut coloniser la France. Tixier : très bonne politique ; il ne veut pas dire son plan de découpage qui est fait ; il faut l’y obliger. On diminue nos députés, on refuse la presse. Ils disent : il ne faut pas une armée, sauf une armée de métier. Nous sommes en retard pour les élections au Conseil général en province. Il faut faire campagne.

965Orléanais et Touraine, pas de vin, de pommes de terre, il n’y a rien, pas à donner à manger aux vaches. La réaction monte, peu d’élan pour les élections. Nos directions régionales sont en retard ; ils attendent tout du centre. Les ministres communistes vont agir contre les comités d’organisation. Supprimer l’entraide et les institutions à la famille. Tixier est contre les élections cantonales, contre la DGER.

Samedi 25 août 1945

9662 h, départ pour le Nord. Dans le Nord, la chicorée est une monnaie d’échange. Les Allemands dans les mines sont sous-alimentés. Dans les hôpitaux de Lens, plus d’Allemands que de Français.

  • 356 Les accords de prêt-bail, renouvelés en février 1945, sont résiliés le 23 août.

967Les Américains abolissent le prêt-bail sans avertissement356. Les Anglais disent que c’est pour eux une ruine. Il faudra payer désormais comptant ou au moyen d’opérations de crédit. Or l’Angleterre importe 2 milliards de livres de marchandises qu’il faudra payer. Cela va faire rendre très difficile la tâche de reconstruction. L’Amérique va aider la France dans son œuvre de reconstruction ; la France donnera des apaisements à la finance américaine. L’Amérique devient le pays le plus fort du monde grâce à la bombe atomique.

Dimanche 26 août 1945

968Aniche. Réinauguration des écoles M. Cachin. Cambrai, Bouchain. Aniche. À 6 h à Aniche.

  • 357 Le socialiste belge Henri de Man (1885-1953), auteur d’Au-delà du marxisme et d’un “plan” d’organis (...)

969Blum : lutte des classes reconnue avant Marx (Thiers, Ricardo). Blum rompt avec Marx pour s’allier avec Frenay, UDSR et les antilaïques. Il veut justifier des coalitions impures et le refus d’unité avec les communistes ; glissement à droite. C’est de Man, Déat357. Beaucoup de délégués socialistes ont protesté ; c’est parce qu’on n’a pas voté et remis le vote à plus tard. On veut faire voter la France à droite alors qu’elle est à gauche. Le système est ingénieux et malhonnête.

  • 358 Jeannette Vermeersch (née en 1910), membre du bureau des JC du Nord puis dirigeante de l’Union des (...)

970J. Vermeersch358 : les femmes au CC ; les femmes à la mine.

Lundi 27 août 1945

  • 359 Les notes ci-dessous (Patinaud, Lecœur, Bossus, Airoldi) et une partie des notes du 28 au 31 août o (...)

971Loire, Patinaud : 17 000 membres ; socialistes anticommunistes359.

972Lecœur : après le congrès socialiste, il faut poursuivre la campagne d’unité ; les communistes sont encore sectaires ; il y avait eu division dans le PS sur l’unité. Les socialistes disent : il y a discipline, notre parti a eu tort ; ils sentent le coup de barre à droite de Blum. Il y a moins d’absentéisme dans les mines ; il y a rapprochement avec la maîtrise. Les socialistes du Pas-de-Calais contre la production, mais les mineurs ne le suivent pas.

973R. Bossus : les socialistes de la Seine. Dans la société capitaliste, il n’y a de perspectives que dans l’exploitation. Les ouvriers de toutes corporations sont avec nous. On continue à discuter le congrès ; dans les sections, on ferme les portes ; on rompt les comités d’entente, on veut continuer à causer. Des groupements nombreux FFI offrent de l’argent à d’anciens FFI. Il faut y entrer.

  • 360 Yves Farge (1889-1953), journaliste, résistant et membre du comité directeur du Front national, a é (...)

974Airoldi : les socialistes de Villeurbanne font l’unité. Les socialistes du Rhône sont unitaires. Unité de candidatures au Conseil général. Farge360 présente une liste.

Mardi 28 août 1945

975Paul téléphone à André Marty pour rendez-vous.

976Union des républicains, union ouvrière.

977Diethelm, dès le 28 août, a voulu disloquer les FFI. Il a continué pendant un an, malgré le peuple de France. Si, à la Constituante, on veut critiquer Diethelm, on nous menacera que nous voulons attaquer de Gaulle.

978Le Parti a le mérite d’avoir lancé la production. Il faut le dire. Vous aurez l’augmentation de l’électricité avant les élections. Et après ! Qu’est-ce que vous n’aurez pas après les élections ! Si vous n’en voulez pas, votez contre de Gaulle.

979Le PC dit : beaucoup d’enfants !

980Nous avons depuis un an un gouvernement autoritaire, sans contrôle, or ce n’est pas brillant. En janvier nous disions : pas de garde civique. Aujourd’hui intrigue de la réaction contre le peuple.

  • 361 Après le congrès de la SFIO, en août 1945, Zyromski adhère au PCF.

981Il faut accepter les adhésions des socialistes, Zyromski361.

Mercredi 29 août 1945

982Dassonville, président CDL, sera dans notre liste non comme communiste. UDSR organise les droites contre le communisme ; elle veut faire les plus fortes moyennes dans certains départements. MRP sera coincé entre droite et nous. Jurgensen est l’ami de l’UDSR. On ne peut rien faire avec les communistes. Ils nous ont exclus avec les radicaux. Vous avez attaqué la réunion de la CGT et le Front populaire (comme Pétain). Et les socialistes sont avec ceux qui condamnent le Front populaire. UDSR démocratie autoritaire ; attaque l’union des républicains.

  • 362 La « Délégation des gauches » s’est formée, le 23 août, à l’initiative de la CGT pour protester con (...)

983Il faut une commission pour examiner le programme du CNR ; il faut préciser, concrétiser. Le CC fera la proposition de nommer une commission pour faire des listes communes à la Constituante ; on aurait la plus forte moyenne (ça briserait la tactique socialiste). On ne pourra pas faire des listes uniques partout. Puis ce soir, il y a la délégation près de De Gaulle pour protester contre la manière de faire les élections362. Il faut que la commission soit permanente.

Jeudi 30 août 1945

984Paroles en concordance avec les actes. Renaissance. Démocratie. Unité. Effort enthousiaste du peuple. Mobiliser les énergies créatrices du peuple (à Waziers). Résultats, mineurs, chez tous les ouvriers. Les communistes [camarades ?] dans les syndicats, dans les PC.

985Les officiels disent : c’est très difficile. Nous : oui, mais il faut faire l’effort. Aujourd’hui, Pleven optimiste électoralement.

98627 étapes pour le charbon du Pas-de-Calais à Paris. On n’a pas essayé de mettre les communistes au pouvoir. Pour appliquer le CNR, il faut des communistes à la Constituante.

987Responsabilité des ministres devant la Chambre. Menace de revenir devant le suffrage si on vote contre le gouvernement.

Vendredi 31 août 1945

  • 363 Le maréchal Wilhelm Keitel (1882-1946) était chef de l’état-major allemand depuis 1938. Il signe la (...)

988Maréchal Keitel363 contre Munich. Daladier.

  • 364 Le thème du complot de la « synarchie » était né à Vichy, au sujet d’un groupe de technocrates (ban (...)

989Trusts. Synarchie364. Le programme du CNR est un programme du gouvernement. Il faut une majorité pour le réaliser. Il exige la démocratie : « Peuple souverain sans entrave ». Les socialistes sont les inspirateurs de De Gaulle (V. Auriol). Nous aussi nous sommes pour la stabilité ministérielle mais pas en brimant la souveraineté populaire. Les socialistes veulent une 2e chambre corporative (fasciste). Jamais le courant unitaire n’a été aussi vigoureux. C’est des communistes que tout dépend.

990La formule lutte de classe est équivoque, dit Blum, mais action, c’est-à-dire glissement à droite pour écarter l’unité ; conquête des pouvoirs publics et non du pouvoir (Blum). Nationaliser, c’est démocratique, mais ce n’est pas la socialisation.

991Dégradation de l’esprit.

Notes fin août

992Aujourd’hui 31 à la CGT, nouvelle réunion des républicains. Unité de candidature aux élections du Conseil général comme en 1936 ; même pour la Chambre, on peut, dans certains départements, faire des listes communes. Grâce aux avantages de la plus forte moyenne les républicains pourraient avoir des majorités énormes. Il faut une Chambre démocratique. Programme du CNR, coalition électorale loyale pour le CNR. Pas de sectarisme. Union des Républicains. UDSR nous a exclus nous et les radicaux. Elle demande à s’unir avec nous. Non ! On peut admettre les socialistes qui veulent adhérer.

993Mineurs de Lens, 91 000 tonnes au lieu de 6 000 à la libération.

994Loire : 3 500 adhésions au PC depuis juillet, 17 000. Renaissance, production, démocratie, unité.

995Mineurs : 64 000 tonnes en juillet, 70 600 tonnes août. Ce sont les mineurs communistes qui sont à la tête. 630 000 tonnes : augmentation générale dans toute la France.

996Attaché de presse ambassade d’Iran : CAR 82.90.

Septembre

Samedi 1er septembre 1945

  • 365 Marcel Cachin prononce l’allocution d’ouverture à la réunion du CC qui se tient à la mairie du 11e (...)

997Comité central, mairie du 11e365 , 9 h Kopner (6 femmes au PC sur 80). Le PC a commencé en 1941 son œuvre FTP. Intérêt du peuple et de la nation.

998Pleven, synarchie. Exonère les sociétés de la taxe à l’enrichissement. Notre PC a dirigé l’insurrection. On ne l’a pas mis au ministère, sauf l’air. Il faut qu’il ait sa place. Le programme du CNR ne sera pas appliqué qu’avec les communistes.

999De Gaulle n’est responsable que devant lui-même. Responsabilité des ministres devant la Chambre. Jaurès pour la lutte de classe contre Blum . Blum contre l’école laïque. Candidats uniques de la démocratie française. On peut le 21 octobre réunir les démocrates sur des listes uniques sur le programme du CNR. Que la CGT nous unisse pour faire des listes communes. UDSR nous a fait des avances. Il faut faire mieux que le Front populaire. Ils vont diviser les républicains. Nous disons : non !

1000300 millions de dépenses par mois. DGER superpolice.

Dimanche 2 septembre 1945

  • 366 Alexandre Ballu (né en 1897), membre du PC, était typographe à l’Humanité. Il organisa la parution (...)

1001Vincennes. Ballu366 prote à l’Huma. Bénéfice Huma, un an, 60 millions. La coopérative Famille nouvelle a fait 3 millions d’affaires.

  • 367 Le socialiste Juan Negrin (1887-1957), chef du gouvernement républicain espagnol, en 1937, avec l’a (...)

1002Nombreuses guérillas en Espagne. Negrin367, écarté par les socialistes du Mexique.

1003Blum a dit jadis : « Il faut détruire les cadres du PC. »

1004Fédération de l’alimentation : 200 000 membres. En France : pour un travailleur, dix parasites.

1005A. Marty me rappelle la réunion de Perpignan pour la présentation de sa candidature au Conseil général. Peyra avait fait de la démagogie électorale. Je lui ai répondu : il est temps de parler sérieusement ici.

Lundi 3 septembre 1945

100617 h, Soustelle présidence. Utilisation de la radiodiffusion aux élections.

  • 368 Le général Douglas Mac Arthur (1880-1964) était le vainqueur du Japon.

1007Pepper, sénateur américain (Mac Arthur)368.

1008Combat : Stalingrad est une défaite de l’Europe.

  • 369 Georges Gorse était avant-guerre un collaborateur du général Catroux. Il avait appartenu au cabinet (...)

1009Gorse369 : « Le stalinisme et l’hitlérisme se ressemblent, on passe facilement de l’un à l’autre. » Gorse va dans certaines régions françaises avec un papier de D. Mayer recommandant de lâcher les communistes pour se joindre aux réactionnaires.

1010Le Conseil fédéral socialiste de la Seine. Liste commune avec l’UDSR aux cantonales : 7 664 contre 2 500. Liste commune avec l’UDSR à la Constituante : 6 100 contre 4 000.

Mardi 4 septembre 1945

1011Sénateur Peppers U.S.

1012Les déléguées femmes soviétiques au Conseil international des femmes n’ont pas reçu le visa français à Moscou. L’URSS les envoie par avion militaire.

  • 370 André Tardieu (1876-1945) était alors président du Conseil, et il avait mené une offensive contre l (...)

1013Syndicat métallurgie Paris et Seine : 220 000 membres. À la TSF affaire de Suresnes. De Gaulle pousse les Allemands SS pris en France dans la Légion étrangère. En 1929, Tardieu370 fit offrir 10 millions pour acheter le titre de l’Humanité.

  • 371 Il s’agit du la réunion du comité confédéral de la CGT, les 4 et 5 septembre. Frachon est élu 2e se (...)

1014CCN, Comité confédéral national répond à de Gaulle371.

Mercredi 5 septembre 1945

101511 h 30, secrétaire de l’ambassade d’Iran.

1016De Gaulle et socialistes coéquipiers. La réaction française menace. Il faut lutter pour l’union des Républicains. Les socialistes veulent nous en empêcher, nous isoler, nous repousser à l’extrême gauche ; communistes turbulents extrêmes. De Gaulle veut : démocrates populaires plus socialistes.

  • 372 Dates du 1er tour des cantonales et des élections législatives.

1017Les socialistes avec l’UDSR au 23 septembre et 21 octobre372. Il nous faut le bloc républicain avec les radicaux, et ça nous donne une étiquette de pondération.

1018Le plan socialiste et gaulliste bien orchestré. Blum ambassadeur officieux à Londres. De Gaulle a avorté en Amérique, aujourd’hui il se rapproche de l’Angleterre et des socialistes. C’est pourquoi les socialistes sont contre l’unité. Les socialistes écartent le bloc républicain. Ils veulent nous obliger à ne pas les critiquer. Or nous allons donner nos explications sur le bloc pro-anglais exclusif sans l’URSS et l’Amérique. Les socialistes disent : ne nous portez pas la contradiction sur la politique intérieure et extérieure.

1019Avec le scrutin actuel, 1936 eut eu une Chambre réactionnaire. Mais même, avec ce scrutin, on peut gagner la République avec un bloc républicain, avec une majorité de gouvernement. Il faut le programme, nous l’avons, CNR. Il faut maintenant des listes communes. Les socialistes ne veulent pas. Alors il faut que les masses le sachent. Alors, en dehors d’eux, nous réussirons le maximum d’unité possible en expliquant clairement. Aujourd’hui, nous allons préparer le mémorandum. Demain, on réunira les républicains, le lendemain envoi au gouvernement. Le bloc républicain fait des progrès. Les socialistes disent : il y a notre congrès ! Discipline ! Ce n’est pas un argument pour les masses. Alors ils proposent aux républicains : aussitôt la Constituante élue, on corrigera le scrutin et on distribuera avec justice les places.

Jeudi 6 septembre 1945

1020Dixième anniversaire Henri Barbusse, 19 h 30, Palais de Chaillot.

1021Il ne faut pas nous laisser lanterner par les socialistes. Il faut faire le bloc républicain tout de suite. Au Conseil général de la Seine, nous allons essayer d’inclure des gauches dans nos listes. On va s’adresser aux socialistes dans le Rhône et la Seine. Pour les élections générales Herriot, Astier, têtes de listes. Nous sommes un grand parti de gouvernement pour appliquer le programme de résistance du CNR.

1022Florimond a attaqué vigoureusement hier à la réunion communistes socialistes. Mayer : mal répondu, visqueux ; ils nous haïssent. Hier, pas d’ordre du jour commun, on s’est engueulé. On a dit : les Juifs ont attendu le messie et quand il est arrivé, ils l’ont désavoué ; [ill.] les socialistes attendent le socialisme, quand il est arrivé en Russie, ils l’ont repoussé.

  • 373 Michel Zunino (1889-1958), député SFIO du Var en 1936, avait refusé de voter les pleins pouvoirs, l (...)

1023C’est la deuxième question qui est décisive. Le discours de De Gaulle contre l’URSS et le plébiscite. Le parti socialiste se veut en dehors des forces républicaines. Zunino373 est candidat avec nous dans le Var, et à Toulouse Zyromski malgré la désertion socialiste, nous pouvons faire le bloc républicain ; ils marchent avec de Gaulle pour diviser les forces républicaines.

  • 374 Marcel Astier (1885-1947), député radical de l’Ardèche, avait voté contre les pleins pouvoirs puis (...)

1024Il faut parler laïcité, Résistance. La CGT va être contre de Gaulle. Astier374, tête de liste en Ardèche. Froment ébranlé.

1025Le congrès socialiste a fourni des armes à toute la réaction. Hier, au comité d’entente, Mayer et Moch ont réuni toutes les critiques les plus infamantes contre le communisme. Ils nous ont proposé de garder le silence sur leurs accusations et de ne pas répondre.

Vendredi 7 septembre 1945

  • 375 Lydia Campolonghi (né en 1907) était la fille du socialiste antifasciste italien Luigi Campolonghi (...)

1026[Ill.] Libération italienne. Lidia Campolonghi375, ambassade d’Italie. J. Eloff, 17 rue Félix Faure.

1027Bloc occidental égale bloc antisoviétique, égale Munich, non intervention, égale 3e guerre mondiale. Les communistes en France ignorent les radicaux, ne font pas d’effort pour réaliser le bloc républicain.

1028Qu’attend-on pour réaliser le programme de la Résistance ? Si on nous avait écouté depuis un an ! Or on n’a rien fait. Nous sommes des bâtisseurs. S’il n’y a pas de communistes au gouvernement, on ne fera rien. Pas de crise et stabilité ministérielle si on reste fidèle au programme du CNR. Bloc républicain plus Résistance, Le bloc républicain résulte de la situation actuelle. Avec le système électoral de De Gaulle c’est l’aventure, majorité réactionnaire, instabilité fatale gouvernementale.

1029Les socialistes nous disent : voter bloc républicain, c’est de la déloyauté.

1030Il ne faut pas jeter l’enfant avec l’eau sale.

Samedi 8 septembre 1945

103150e CGT, [ill.]. 50e anniversaire CGT.

1032DGER 280 millions multipliés par quatre. Frenay son instrument. 2e bureau.

1033En mars, plus d’Américains en France. Pepper : « De Gaulle n’est qu’un poseur antidémocrate. » Moch : « Ah ! si la Russie s’orientait vers la démocratie ! »

1034Les femmes arabes ont donné leur sang pour envoyer des colis aux FFI français.

1035220 000 syndiqués métallurgistes de la Seine. De Gaulle invite les prisonniers allemands à entrer dans la Légion étrangère. OCM égale de Gaulle. 300 000 mineurs syndiqués, 160 000 travailleurs de l’État.

1036En Amérique, tout est trusté, même les barbiers et l’opinion publique pour la libre concurrence.

1037Les savants russes emmagasinent la chaleur solaire.

  • 376 Peut-être Jean Pillot (1901-1945), résistant communiste de la région d’Argenteuil, condamné, en 194 (...)

1038Pillot376 au juge d’instruction : « Vous n’avez pas l’esprit cartésien. »

Dimanche 9 septembre 1945

1039Fête des communistes de Choisy. Thiais. 53 mairies communistes dans la Seine.

1040L’Angleterre affaiblie veut nous grouper contre l’URSS et les États-Unis. De Gaulle se tourne vers l’Angleterre avec Blum. Or c’est Munich, la [ill.], l’Espagne, Bevin, la Yougoslavie, la Grèce ; les Américains donnent un peu de charbon, les Anglais, non.

1041De Gaulle et Pleven : l’armée renouveau de pacifisme et antimilitarisme. Il faut avoir une armée de conscription (communistes). De Gaulle écarte les déportés de l’armée, c’est-à-dire les meilleurs ; on veut une armée de caste.

1042Situation nouvelle : il faut rassembler les masses sur le Bloc républicain. Diethelm, depuis 1944, condamne les FFI. On ne pourra plus le renverser avec les propositions de De Gaulle. On nous dit : sept mois ! Non ! Nous avons assez depuis un an. Nous regrettons la décision du congrès socialiste. Il faut s’en tenir là. C’est dommage qu’ils divisent la République. Oui, ils sont avec Vallès [Vallin ?], MRP. Marin, Frenay, avec de Gaulle qui dit non à Jouhaux. Gazier dit : il faut s’incliner devant de Gaulle.

  • 377 Michael Foot (né en 1913), journaliste, est élu député travailliste, en 1945 ; il se situe à la gau (...)

1043Michael Foot377, député travailliste Labour contre Bevin.

Lundi 10 septembre 1945

1044Huma : 410 000 samedi, 580 000 dimanche.

1045La politique de Bidault est trop sensible aux suggestions du Vatican, appuyé par les États-Unis.

  • 378 René Massigli était avant-guerre chargé de la Direction politique du quai d’Orsay. Commissaire aux (...)

1046Spears vient d’être nommé chef du bureau arabe de Londres. Aussitôt, on fait courir le bruit que la Syrie veut être rattachée à la Transjordanie. Massigli378 président de la commission de préparation de la future Société des nations (grâce aux Anglais).

10471°) La loi électorale est injuste : 60 000 voix nécessaires pour un élu à Paris. 25 000 voix nécessaires pour un élu dans les Alpes. 2 000 voix nécessaires pour un élu dans les colonies. 2°) Référendum = plébiscite gaulliste. 3°) Constituante : non à la deuxième question. 4°) DGER, armée de métier, complot contre la République. 5°) Il faut unir les républicains.

1048Renversement immédiat des organismes de Vichy. Demander compte à Frenay et à Pleven de la dilapidation des 25 milliards du budget des déportés et prisonniers ; du milliard des CDER ; misérable traitement des agents des services publics (infirmières, cheminots, 2 000 par mois ; 6 000 cheminots dans les rues de Lille).

Mardi 11 septembre 1945

  • 379 Marcel Bidoux est le directeur du Populaire.

1049Paris-Dinan. Bidoux379, collaborateur de Frossard. DGER, Direction générale des études et recherches.

1050De Gaulle se range au bloc occidental des conservateurs anglais, Churchill. Il divise l’Europe en deux zones. Or il faut l’union de toutes les grandes puissances.

1051De Gaulle : coopération franco-britannique noyau du bloc occidental ; réparation en Syrie ; contrôle français sur la Rhénanie enlevée à l’Allemagne ; internationalisation de la Ruhr et du Rhin.

1052Dinan. 130 Huma, il en faut 200. 3 000 syndiqués.

1053Forget communiste, Petiot socialiste. Pleven se présente comme socialiste. Gerstdorfer avec préfecture de la Seine, bon administrateur, rép. autoritaire, attaques personnelles (Michel). Réunion place Duguesclin.

  • 380 Giuseppe Modigliani est l’un des dirigeants du parti socialiste italien.

1054Modigliani380 anticommuniste. Si la Russie s’oriente enfin vers la démocratie. De Gaulle, Pepper : poseur, antidémocrate. Churchill : il a grossi Eden. Eh bien, citoyen Moreau, vous viendrez vous expliquer à la tribune.

Mercredi 12 septembre 1945

1055Dinan. Forget, Brafart. Lemeur, instituteur trotskiste. Victor Colin, 4, rue Cordonnerie, Dinan, instituteur. Avril pousse François, socialiste FN. Mazier, secrétaire socialiste Côtes-du-Nord, noyaute le PC.

Jeudi 13 septembre 1945

1056Rostrenen. Le Garoff. Laurent, colonie de Clichy.

Vendredi 14 septembre 1945

1057Paimpol. Fégard, forgeron. Il a grossi Eden ! Bidoux, collaborateur de Frossard. Le 31 mars il n’y aura plus d’Américains en France.

Samedi 15 septembre 1945

1058Lancerf.

Dimanche 16 septembre 1945

1059Lancerf. La semaine dernière, la Banque de France a mis 11 milliards de billets nouveaux en circulation.

1060Attentats nombreux en Bretagne.

1061Les MRP ont accaparé le mouvement des prisonniers. Pleven préside les fêtes du retour et les comices agricoles.

1062Les Etats-Unis vont ouvrir des crédits. Les acheteurs récalcitrants subiront des pressions politiques. Or les produits ne peuvent être payés que par des produits. Les Etats-Unis vont envoyer huit milliards de dollars de produits en Chine. Ils nous imposent 100 films par an.

1063Or le monde forme une communauté comme autrefois, celle de la Méditerranée.

  • 381 Bao Dai (né en 1913), empereur d’Annam depuis 1925, avait proclamé l’indépendance, en mars 1945, en (...)

1064Viêt-minh (Union révolutionnaire de l’Annam) dépose l’empereur d’Annam Bao-Daï381.

Lundi 17 septembre 1945

1065Lancerf-Paris.

1066Les trois ministres de la Guerre réclament 37 milliards. Pleven abat 12 milliards.

1067L’Angleterre a seule dominé la Méditerranée. L’URSS veut y avoir une influence.

Mardi 18 septembre 1945

1068Togliatti (Unita) ministre de la Justice. Les Slaves ne nous ont jamais attaqués. Les Allemands, oui ! Min. Justice.

1069Étant acquis que l’URSS influe sur la Méditerranée et le centre de l’Europe, l’Angleterre renonce à l’équilibre européen et veut participer aux affaires d’Europe.

1070Arriba dit : en Pologne, l’athéisme fait de grands progrès. En Roumanie, toute la presse derrière Groza et URSS. Franco entretient en Espagne quatre types de polices. Dans toute la zone d’occupation russe en Allemagne, Saxe, Brandebourg, la terre des hobereaux est distribuée aux ouvriers agricoles, sous forme de propriété personnelle. Les évêques anglais déclarent leur solidarité avec les évêques protestants allemands contre les déportations.

1071Oliphant, professeur à Birmingham. La production sur une grande échelle de l’énergie atomique permettra le remplacement de toutes les autres formes de l’énergie.

1072Huit millions d’Allemands de l’Est ont passé par Berlin. Quatorze millions d’Allemands y passeront encore. Les loups-garous en Allemagne.

1073Crises du XXe siècle, tous les sept ans : 1899, 1907, 1914, 1921, 1929, 1937.

Mercredi 19 septembre 1945

1074La droite classique. Fédération républicaine de Louis Marin, Joseph Denais, prend position contre le MRP, le socialisme, le communisme.

1075Pleven : « Nous pouvons faire marcher la planche à billets ; nous ne sommes plus obligés de payer des défenses de guerre. »

1076En août : 25 milliards de majoration de la circulation fiduciaire. 20 milliards pour empêcher l’augmentation du pain, de la viande, du beurre, du sucre ; 25 milliards pour les transports ; 15 milliards pour le charbon. Tous les expédients : confiscation des profits illicites, change des billets, impôts de solidarité nationale, n’ont servi qu’à vivre au jour le jour.

1077L’Angleterre est pauvre (Bevin) ; la fin du prêt-bail c’est l’attaque contre l’Angleterre. L’Angleterre a perdu ses bases en Amérique, l’Angleterre doit aux Dominions, balance commerciale en déficit. Les États-Unis prêteront à condition que l’Angleterre ouvre son commerce aux États-Unis, renonce à ses douanes ; il faut accrocher la monnaie à l’or.

Jeudi 20 septembre 1945

1078Choisy-le-Roi.

1079A Londres, c’est le problème de la Méditerranée. Il y aura des mandats individuels et des mandats collectifs. C’est la liberté des mers que réclame l’URSS. Est-ce que la Méditerranée sera une mer anglaise ? L’URSS a un rôle mondial.

  • 382 L’économiste britannique John Maynard Keynes (1883-1946) avait, pendant la guerre, poursuivi sa réf (...)

1080En Asie, URSS et États-Unis s’entendent. Van-Tao : « Il faut se séparer de la France. Aidez-nous. » Nous ne pouvons pas parler comme Van-Tao. Aux États-Unis, grandes luttes de classe. Entre les États-Unis et l’Angleterre, grandes divergences. Bloc occidental : économiquement contre les États-Unis. Les États-Unis disent : la livre doit céder au dollar ; libre échange avec l’Angleterre. Keynes382 : la guerre ne paye personne. Il faut des millions de livres d’intérêt. Il faut des bases maritimes et aériennes. Le bloc occidental est la réponse de l’Angleterre à l’Amérique et à ses exigences. Elle veut l’autarcie ; mais les États-Unis combattent et sont contre le bloc occidental.

1081Blum pacte de famille sous l’égide de l’Angleterre. 1761, pacte des Bourbons contre l’Angleterre.

1082Blum : nous avons une même conception idéologique. Pas contre l’URSS, pas d’autarcie contre les États-Unis. Blum, homme de De Gaulle, dit union des pays du Nord, du Midi, d’Angleterre, de France.

Vendredi 21 septembre 1945

1083Union des forces créatrices de la France.

  • 383 Pietro Nenni (1891-1980), socialiste italien, livré par Vichy à Mussolini et libéré en 1943, devien (...)

1084L’Angleterre veut un roi en Espagne. Les États-Unis rompent avec Franco économiquement. En Italie ! Laski accuse Nenni383 antidémocrate, Modigliani contre l’impérialisme soviétique. Blum ressuscite la IIe Internationale, c’est-à-dire le bloc occidental pour la gloire de l’Angleterre. Acrobatie. De Gaulle = Blum ; mais ça ne va pas bien pour l’Angleterre.

1085De Gaulle : pas de majorité de gouvernement dans la Constituante, alors on pourrait continuer la Consultative, majorités de rechange (c’est la raison du scrutin), on veut dégoûter de la démocratie ; homme sauveur, providentiel. Il faut le bloc républicain, mais c’est difficile. Il faut dire à Herriot : il faut marcher mieux.

  • 384 Après la scission du MLN en juin, sa minorité avait formé avec le Front national le Mouvement unifi (...)

1086Ébranlement dans le parti socialiste pour oui et non ; difficultés socialistes pour l’UDSR. Chez nous, aussi le MUR384 veut tenir son rang. Le jeu de la réaction, c’est de pousser en avant le socialisme.

Samedi 22 septembre 1945

1087Montreuil.

1088Les prix : blé 700 F, vin 100 F le degré (9°) hecto au lieu de 50, lait 6 F, beurre 150 F le kilo, pommes de terre 300 F le quintal, betteraves 960 F, viande augmentation 20 à 30 F le kilo, volailles, fruits : libres. Récoltes déficitaires, vignerons satisfaits, beurre 125 F. On importe beaucoup de blé étranger à bon marché et le gouvernement y gagne. Vin augmenté de 7,50 au lieu de 2 F. Lait prime de 2 F pour le consommateur : 2 F augmentation paysan, 7 F augmentation consommateur. Les intermédiaires gagnent ; il faut les réduire. Viande de première qualité passe de 24 à 30 F. Ce sont les gros intermédiaires, les trusts qui profitent des prix élevés. 300 F par hecto pour les grossistes en vin.

1089Grand trouble chez les socialistes pour : Non.

1090Indochine : les Américains gardent les Chinois dans l’occupation du Nord. Le peuple indochinois a proclamé la République : union entre les deux peuples français et indochinois, nous ne favorisons pas certaines intrigues anglaises en Indochine.

Dimanche 23 septembre 1945

1091Litre de vin : 7 F au producteur, 17 F au consommateur.

1092On ne pourra pas gouverner sans les communistes. Il y a dans le MUR des socialistes.

  • 385 Le père Philippe (Jean Rambaud, 1908-1977), supérieur de la Province des Carmes de Paris, était mem (...)

1093Front national : 700 000. Une majorité d’instituteurs dans les cadres ; on s’occupe des déportés. On s’occupe de la production. Presse : trois quotidiens. Lyon, Lille, Bordeaux, Grenoble. Un à Paris, Joseph. FN de Paris opposé au MUR. R.P. Philippe385 contre nous et Debu-Bridel aussi. Gardera-t-on le journal ?

1094Il faut union des résistants et des républicains ; il y a des socialistes dans le MUR. On menace les socialistes du MUR ; Mauriac est parti. Six millions de déficit dans les départements. Adam, ennemi du communisme au FN. Le MUR contient des socialistes et des radicaux ; il est à gauche et Front populaire, républicain, union des trois partis de gauche. Il faut aller au MUR et faire le congrès national en fin d’année. Nous allons gagner des journaux pour la petite bourgeoisie.

  • 386 Sans doute, Georges Liebherr, dit André Ternet (né en 1907), responsable de l’Humanité clandestine, (...)

1095Presse quotidienne 1 200 000, presse hebdomadaire 600 000. Pas de cadres, nous ne les aidons pas ; ils ont une commission de presse (Ternay)386.

Mardi 25 septembre 1945

10961 h 15, ambassade soviétique.

Jeudi 27 septembre 1945

  • 387 Un meeting de protestation contre le « scrutin réactionnaire » rassemble, salle Pleyel, CGT, PC, SF (...)

1097Pleyel387. Contre le mode de scrutin injuste, pour la Constituante.

Samedi 29 septembre 1945

1098Association franco-roumaine.

Dimanche 30 septembre 1945

1099Vel d’Hiv : présentation des listes communistes à la Constituante.

Notes fin septembre

1100Algérie

1101Tubert, maire d’Alger, succès important. Une femme voilée est conseillère municipale dans la banlieue d’Alger. Amis de la démocratie, France combattante.

1102Élections bonnes : 63 % de musulmans démocrates ; surtout où il y avait des syndicats. Contre les nationalités musulmanes, pas de manifestations raciales. Les radicaux sont fascistes, pour les grands propriétaires. Gros succès communiste. Campagne forte : 450 élus dans 100 villes. Listes traitées de communistes ; mais pas de recrutement, pas d’augmentation de la Liberté. Plus d’un gros échec dans les villes religieuses ; élus inexpérimentés. Il faut aider les élus, faire une amicale des élus en liaison avec les amicales françaises. Le fascisme n’est pas écrasé. On arrête les musulmans. Frenay est allé en Algérie. Il sera candidat avec les socialistes. L’Algérie est un pays agraire, il n’y aura pas de PC à notre mode.

  • 388 Pierre Fayet (1887-1977) avait été secrétaire régional de la CGTU puis de la CGT, en Algérie, entre (...)

1103Il ne faut rien faire contre la perspective d’indépendance nationale ; ouverture claire de la perspective ; mais il faut surtout un programme de revendications politiques et économiques. Les Français sont convaincus de la supériorité française. Les musulmans sont surtout nationalistes, surtout dans le Constantinois où le PC est faible. Fayet388 n’a pas de rapprochement avec le PC. Il est attaqué dans le PC et les syndicats. Il faut le rappeler.

1104En Tunisie : notre PC ne progresse pas ; la CGT régresse.

1105L’ennemi va contre-attaquer. 4 000 membres dans la jeunesse ; mais pas de liaison avec les scouts musulmans. Journal jeunesses : 35 000. 15 000 femmes organisées.

1106Ils ont eu leurs fauteuils dans tous les Luxembourg.

1107Taine : au XIXe siècle, l’homme est capable de progrès indéfini. Lente victoire de la science, de la Raison sur l’ignorance. Taine s’élève contre cette conception. Dans tout homme civilisé, la brute archaïque tend à reparaître. La civilisation est une structure fragile.

1108L’humanité ne gardera pas toutes les douceurs de la liberté et tous les bienfaits de l’organisation. La France, forgeron du droit universel.

1109A. Marty au CC, 2 septembre. En un an on a restreint la démocratie, préparé le retour de 1939 ; réhabilité les gens de Vichy. Les trusts ont marqué des avantages, campagne antiunitaire, anticommuniste, antisoviétique ; une grande confusion politique. Donc un danger, complot général. Il faut soulever un grand effort, un élan démocratique de masse.

1110Production : il y a beaucoup à faire parce que les ouvriers, même les communistes, ne comprennent notre mot d’ordre. Le sabotage tient à des raisons politiques ; les trusts sabotent ; le devoir des ouvriers est de produire. Pas de verbiage révolutionnaire mais acte révolutionnaire. Produire, c’est un acte révolutionnaire puisque les trusts sabotent.

1111Démocratie : écraser le fascisme, extirper les racines du fascisme, lutte implacable. Il faut une démocratie débordante. Il faut comme en Pologne distribuer la terre des traîtres ; c’est de l’intérêt général national. En 1939 décrets-lois. La base de la démocratie en France : exproprier sans indemnités les trusts, Wendel, 200 familles : dire les noms. CNR.

1112Union : 9 février 1934, 12 février 1934, action des masses ; montrer le danger du pouvoir personnel ; il faut couper la tête à la trahison.

1113200 000 DGER ; armée de métier ; nous ne montons pas vite en adhérents ; il faut des cellules d’entreprises.

  • 389 L’ancien président de la République (1924-1931), Gaston Doumergue, avait formé au lendemain du 6 fé (...)

1114Daladier : Munich, 6 février, abandonne le pouvoir à Doumergue. Marquet389.

1115Vitellio, Boris Mikhaïlov.

1116Côtes-du-Nord : Bretonnants 300 000. Non bretonnants 290 000.

1117Le communisme donnera encore à ses ennemis quelques maux de tête.

1118Une pilule contre un tremblement de terre.

1119Uranium. La ville d’Oakridge, ville de l’uranium, a coûté un milliard de dollars. L’uranium vient du Congo belge (Katanga) et du Canada. Le minerai c’est la pechblende. On en trouve en Tchécoslovaquie, Cornouailles (Angleterre), en Oural (?), à Autun, à Madagascar.

  • 390 Walter Ulbricht (1893-1973), dirigeant communiste allemand, avait émigré en France, en 1933, puis a (...)

1120PC allemand. En 1932 : six millions de voix sur trente. 100 députés sur 500, 20 %. 13 juin 1945, manifeste du PC reconstitué (Pieck, Ulbricht, Dalhem)390. Front populaire, démocratie, liberté. Contre l’espace vital ; démocratie centralisée à Berlin ; pas de séparatisme rhénan ni bavarois. Pas de déportation en Russie ni Sibérie. Une Allemagne amputée pourra vivre.

Quatrième trimestre

1121Vitellio BEL 12-70.

1122Le communisme donnera encore à ses ennemis quelques maux de tête. Blum : il faut détruire les cadres du communisme.

1123Renaissance, démocratie, unité.

1124J’ai dit au long fruit mûr : « Tu n’es qu’une poire ! »

1125H. Carlevan, Peymenade.

1126Bureaucratie : poison de la démocratie.

1127Uranium : son minerai est la pechblende. La ville de l’uranium aux États-Unis, Oakridge : 1 milliard de dollards.

1128Abstention ! Elections cantonales 23 septembre. 30 et 40 % d’abstention. Seine et Seine-et-Oise : renforcement communiste. 1 362 résultats acquis, 1 434 ballottages. Les socialistes passent de 143 à 313 sièges, les radicaux de 432 à 293. Succès socialiste, communiste, MRP : partis disciplinés, antivichystes, révolution en marche (radicaux conservateurs, peu épurés). Que fera de Gaulle d’une pareille majorité ? Socialistes et MRP Oui-Oui sont les plus forts ; de Gaulle aura sa majorité Oui-Oui. Défaite de la droite et des modérés. Aucun parti n’a de majorité. Le combat de Frenay en faveur des socialistes.

1129Banlieue Seine, URD 80 000, communistes 403 550, MRP 183 000, socialistes 176 000. Arrondissement de Lille, 423 000 votants : 149 000 MRP, 120 500 communistes, 113 700 socialistes, droite et radicaux 40 000.

1130MRP 2e formation organisée dans la Seine. Seine, 150 : 52 communistes, 24 SFIO, 28 MRP, 3 radicaux. Communistes 350 000 à Paris, 400 000 en banlieue, 217 000 en Seine-et-Oise, total : 977 000.

1131Libération, d’Astier de la Vigerie ; aventuriers dangereux, ennemis les plus intelligents du communisme. Mercier est contre de Gaulle. Il est prêt à faire des affaires avec l’URSS. L’URSS accepte car elle veut pouvoir mettre en concurrence deux capitalismes : l’américain et le français. Jamais l’Angleterre ne laissera la France s’installer sur le Rhin et dans la Ruhr. Les socialistes et de Gaulle se méprennent sur l’amitié anglo-française. De Gaulle a signé un traité de commerce avec Franco. Des milliards d’affaires entre les deux pays.

1132De Gaulle soutient l’industrie française contre l’agriculture ; il importe des céréales étrangères. Il veut que le capitalisme français puisse nourrir ses ouvriers à bon marché. Il est contre les paysans.

  • 391 Christian Rakovsky (1873-1941), militant bolchevik d’origine roumaine, proche de Trotsky, ambassade (...)

1133Si Rakovsky391 a trahi, c’est que c’était un intellectuel anarchiste qui n’avait plus de contact avec les masses.

1134Bog. amoureux de sa personne, professeur dans sa chaire.

1135Front national : 900 000 cartes, 13 000 comités locaux. Presse : 17 quotidiens, 1 million de ventes. 3 hebdos : la Marseillaise, France d’abord, Action. 5 hebdos littéraires, 35 périodiques en province. MUR : 71 comités départementaux d’initiative.

1136Sarre : 800 000 habitants. 15 millions de tonnes de houille. 30 hauts fourneaux. Pertes de guerre de la France : 3 000 milliards.

1137Bevin : l’Angleterre est pauvre. Nous n’interviendrons pas en Espagne, nous maintenons le cabinet de Grèce.

1138Viet-minh : union révolutionnaire de l’Annam. Mao Tse Toung, président du PC chinois : 1 200 000 membres. Armée : 900 000.

1139Attlee ne liquidera pas l’Empire. Il résistera à toute politique à courte vue des Trade-Unions.

  • 392 Il s’agit des candidats à la députation au 2e secteur de Paris, derrière M. Cachin qui tient de nom (...)

1140Deuxième secteur : Marcel Cachin, Jeannette Vermeersch, Wallon, Arnoult cheminot, Auguet, Mme Chaussinaud, Mme Moquet, Larbalestrier fonctionnaire, Turpin ancien prisonnier, Collin armée de Tito392. D. Mayer : la CGT a dépassé ses attributions.

1141Crises du XXe siècle : 1891, 1907, 1914, 1921, 1929, 1937. L’histoire du monde se fait sans la France. Assurances sociales du berceau à la tombe.

  • 393 Les résultats définitifs des cantonales du 23 septembre sont publiés par l’Humanité, le 3 octobre.

1142Résultats des élections393. Nous avons un quart des votes. Victoire de De Gaulle. Les journaux : succès socialiste et MRP. Succès des Oui-Oui. Les officieux soulignent la victoire socialistes-MRP, l’affaiblissement radical ; on veut lier socialistes et MRP ; glissement de Blum à droite ; on minimise l’avance communiste ; on s’attendait à mieux pour eux ; mais aujourd’hui, jeudi, après trois jours on change, on avait essayé d’isoler le PC. Nous avons pris les radicaux démocrates ; il y a eu des erreurs d’application dans les Landes mais nous sommes apparus comme alliés des républicains. Partout les radicaux reculent au profit des socialistes. Le 21 octobre, il faut des listes communes peut-être avec les socialistes et des radicaux ! Il y aura des difficultés avec le MUR. Certains hommes de la Résistance ne pèsent pas lourd devant Herriot dans le Rhône. Certains dirigeants fédéraux ont livré les positions du PC aux autres, absence d’idée de Parti.

  • 394 Renaud-Jean (1887-1961), député du Lot-et-Garonne, était en 1939 membre du CC du PCF, après une pér (...)

1143Froment a été candidat unique dans l’Ardèche ; il y a eu erreurs des bureaux fédéraux, imbéciles ; Lot-et-Garonne, on a tout cédé aux socialistes et à Renaud-Jean394. Corrèze, à Meymac ; on a livré les bons sièges aux socialistes. Beaucoup de faiblesses.

  • 395 Pierre Stibbe avait été membre de l’ACP, au titre du mouvement Ceux de la Résistance.

1144Le succès communiste est très grand. Au total des voix le PC est le premier Parti. Les plans de Gaulle- Blum sont contrariés. Stibbe395 : on ne peut gouverner sans les communistes. Le MRP a eu l’appui réactionnaire. Il va falloir parler laïcité pour empêcher (socialistes, MRP) perspective de victoires le 21 octobre.

1145Dans la Seine, stagnation : nous n’avons pas rattrapé 1936 ; il faut un effort formidable à Paris et dans la Seine. Il faut dire : production mais aussi intérêts des masses. Il faut dire : il faut que les communistes soient au gouvernement ; dans le Pas-de-Calais nous avons été frappés ; il y a eu chez nous griserie après les élections municipales ; il faut rétablir la situation. Il faut foncer sur le bloc occidental. Nous allons à une grande bataille. Il faut des succès importants. Ce sera déterminant pour la politique française.

1146Union des forces démocratiques. La résistance a beaucoup perdu (MUR).

1147Dans la Seine, stagnation parce que nos cadres ne sont pas prêts à défendre notre politique de production. Les socialistes ont marqué quelques succès dans la Seine ; ils ont gagné à leur droite. Nous ne mordons pas sur la gauche. Il faut parler de l’hiver, vie chère, chaussures, sinistrés, anciens combattants.

1148150 000 voix communistes dans les Bouches-du-Rhône, 105 000 à Marseille. Le premier dans Marseille et les Bouches-du-Rhône. Pagaille dans le parti socialiste, attaque contre de Gaulle. Nous n’avons pas progressé dans les centres industriels comme à la campagne.

1149Nous devons expliquer pourquoi nous sommes pour la production ; la classe ouvrière seule peut faire renaître la France parce que les trusts continuent à trahir ; pas de culbute électorale si on dénonce les trusts. Le PC a été le défenseur de la France. Le PC a été la base nationale, le grand parti national.

1150Une baraque en Normandie, 900 000 F.

1151Nous voulons une Constitution démocratique et non la dictature du prolétariat. Grande poussée à gauche, il faut que ça change. Progrès socialiste en mandats. Nous sommes les premiers en France. Si les socialistes gouvernaient sans nous, nous grandirions. Nous approchons les cinq millions de voix le 21 octobre. Roubaix, Marseille, Toulouse, Nantes gagnés. Nous devons surveiller les directions régionales et les remplacer. On y a pensé qu’il fallait ne se présenter que si nous étions sûrs d’être élus. Le MRP n’a pas gagné.

1152Var et Pas-de-Calais : les socialistes ont reçu les voix réactionnaires Haute-Vienne : le MRP va se désister pour les socialistes. Bloc anticommuniste dans la Haute-Vienne. Il peut y avoir majorité de non le 21 octobre. Nous sommes les hommes du gouvernement. Nous voulons les responsabilités gouvernementales.

1153Les partis de gauche en Europe auront à choisir entre Bevin et Staline. La solidarité du temps de guerre va disparaître. L’Amérique veut imposer au monde sa suprématie militaire et économique. Économiquement, les États-Unis tiennent l’Europe à leur merci. Il faut que les trusts exportent au détriment de n’importe qui. Il faut leur demander d’y aller doucement.

1154Diethelm a pris un décret de dissolution des FFI en août 1944. Depuis il a réalisé la dissolution.

1155Il y a des officiers d’infanterie et de marine qui sont favorables au PC.

1156La haine du peuple c’est le commencement de la trahison de la France.

1157Le mot d’ordre de production est un mot d’ordre révolutionnaire.

Octobre

Lundi 1er octobre 1945

1158Association France-Bulgarie, 8, rue Jean Goujon.

1159Armée de métier. Dans deux mois, la France aura une armée de métier.

1160Situation en Allemagne : 300 000, hommes ce n’est pas assez et il n’y aura plus que 100 000 hommes avec le décret du 8 septembre. Encadrement, le ministre dit : il faut 20 000 officiers. Et 50 % seront vichystes et anciens prisonniers. Il n’y aura plus de FFI, sauf quelques centaines. L’officier subalterne gagne moins qu’un ouvrier mineur. Recrutement des mercenaires. 20 000 officiers, c’est 400 000 hommes ; ce sera plus cher que l’armée de conscription. Beaucoup de désarroi dans l’armée ; elle attend, quelques officiers viennent vers nous. Il faut accentuer la campagne à propos des élections du 21 octobre, il faut parrainer.

1161France d’abord : 45 000 de vente, 50 % militaires, c’est un échec ; il faut faire un journal militaire.

  • 396 Le général Joinville avait dirigé l’état-major des FFI.

1162Confédération nationale des réserves : général Joinville396 ; l’organisation a démarré. Réfractaires et maquisards. Provocateurs, démagogie, commandant Victoire, commandant Gaspar. Ils s’assagissent. Il y a des communistes dans leurs rangs. Il faut des Amis des FTP : 200 000 adhérents dans 80 départements. Maquisards d’Ille-et-Vilaine s’unissent aux FTP. En Savoie, beaucoup de provocateurs et d’aventuriers dirigés par un socialiste ; attentat par bombes, clandestinité. Ils poursuivent leur politique de dissolution des FFI. On démoralise moralement les FFI. Or il faut que nous tenions le coup en attendant des jours meilleurs.

1163Il y a de bons officiers FFI et même de bons officiers d’autres origines ; mais les officiers prisonniers reviennent et ceux de Vichy ; ça devient difficile, mais il faut tenir en attendant. Il faut organiser les officiers de réserve et rester liés à certains officiers de l’active. Et la marine ? Et l’aviation ?

Mardi 2 octobre 1945

1164Zakhariadis, secrétaire PC grec. Avec ce scrutin, il faut deux fois plus de citadins réputés mal pensants que de ruraux pour élire un député.

116560 000 voix nécessaires, pour un élu à Paris. 20 000 voix nécessaires pour un élu dans certains départements. 2 000 voix nécessaires pour un élu aux colonies.

1166Renversement immédiat des organisations de Vichy, dissolution DGER : (300 millions par mois, superpolice), SS dans la Légion étrangère. Bloc républicain, socialistes avec Frenay et Combat. (Stalingrad défaite pour l’Europe). Bloc occidental antisoviétique. Le scrutin actuel c’est l’aventure, majorité réactionnaire, programme de la Résistance. Laïcité et résistance. CGT centre des gauches. Le congrès socialiste acclamé par la réaction ; glissement à droite ; communisme dégrade l’esprit, au service de l’étranger. Diethelm dès août 1944, a voulu disloquer les FFI. La France est à gauche, on veut la faire voter à droite.

1167À la Bourse de Francfort, tendance à la hausse. Le peuple allemand doit réparer. Bloc occidental pour sauver les cartels allemands.

1168Le refus à la CGT : n’est ni neuf [ill.] ni raisonnable. L’URSS a su manier la faucille, le marteau et le fusil. Il faut dire production, mais aussi souci du peuple, de la masse et de ses intérêts. Il peut y avoir une majorité de Non le 21 octobre. Il y a une offensive de l’ombre.

116913 femmes sur nos listes dans la Seine.

1170Jonquières [?] 120, rue Lafayette.

Mercredi 3 octobre 1945

1171La France a perdu à la guerre 3 000 milliards, les alliés lui en offrent 30.

1172Il a grossi, Eden.

1173Bidoux collaborateur de Frossard. R. Dussaules [?].

1174Aux cantonales 27,6 %, socialistes 23 % dans la Seine. Pour la France : 23,2 % communistes, 22,7 % socialistes, 12,9 radicaux. Haute-Vienne, candidature unique socialistes-MRP. Défaite à Limoges. Paul Marcel tête de liste.

1175La réaction a changé de nom. Elle est MRP : on laisse à droite un petit groupe. On veut aider la collusion réactionnaires et socialistes. MRP très dangereuse formation. Il veut nous isoler et former une majorité gouvernementale socialistes-MRP. Blum dans le Popu définit son plan [ill.] si le PC est le premier. Blum est obligé de dire qu’il ne faut pas exclure le PC. Il faut le même gouvernement qu’aujourd’hui. Blum présente sa position de repli. Il est [ill.] la défense.

1176Il faut rendre le MRP impossible. On veut nous désarmer : vous ne serez pas éloignés de la majorité gouvernementale. Il faut dire au peuple : le MRP, c’est la réaction. Qu’est le MRP dans la politique intérieure et extérieure ! Bidault est avec l’Angleterre contre l’URSS pour les Balkans. MRP a voté contre l’augmentation des prélèvements sur le capital. MRP en Alsace ramasse toute la trahison. Il faut rendre le mariage Blum-MRP impossible.

  • 397 Francisque Gay (1885-1963), journaliste démocrate-chrétien, résistant, devient directeur de la pres (...)

1177Blum mène la bataille pour le Bloc occidental contre l’URSS. En Syrie c’est l’Angleterre, à Saigon c’est l’Angleterre contre la France. Visite de Blum et Gay397. Meilleur rempart pour les profiteurs. Pour être les premiers en France, il faut une campagne mobilisatrice du PC. C’est une grande bataille.

Jeudi 4 octobre 1945

  • 398 De Gaulle visite l’Allemagne occupée et Strasbourg, du 2 au 6 octobre.

1178Si nous sommes, communistes et socialistes, la majorité en France, pas possible de faire un gouvernement MRP et le problème de l’unité ouvrière sera posé d’une façon nouvelle. Il faut se lancer à fond dans la campagne électorale. De Gaulle en Sarre, Trêves, Coblentz398 : « Nous sommes dans l’avenir des Occidentaux ; nous devons nous unir par la religion, par l’économie. Le passé est aboli : il faut faire appel aux Allemands pour faire le bloc occidental ».

1179Les évêques ont dans la Croix invité les catholiques à voter. Le pape : « il faut voter pour les gouvernements qui vont rendre à l’Église sa place dans la vie publique ».

1180Mollesse des socialistes dans le Nord pour le désistement. À Dunkerque, socialistes plus MRP aux municipales. Victoire à Saint-Pol. Accrochez les MRP sur les mandataires aux Halles [?]. De Gaulle essaye [ill.] des réparations de la rive gauche du Rhin. Il va à Fontainebleau et partout voir les soldats.

1181À Marseille, socialistes et MRP. Dix MRP-socialistes Aubagne. 18 restent à la mairie. Municipales 143 000, 175 000 cantonales à Marseille. 50 000 [ill.].

1182De Gaulle a laissé les nazis en place en Allemagne occupée comme on laisse les Vichystes en place. Ingénieur de la Loire nommé en Sarre.

1183Nous à l’Hôtel de ville et socialistes. C’est le gouvernement qui arrange les bulletins et la littérature, or il n’y a pas de papier à Paris.

Vendredi 5 octobre 1945

1184Ambassade URSS.

1185À Marseille, nous ne présenterons pas de candidatures aux élections municipales.

  • 399 L’écrivain Georges Bernanos (1888-1948), en Amérique latine depuis 1938, était rentré en 1945.

1186Est-ce que le futur gouvernement français sera antisoviétique, anticommuniste ? La politique anticommuniste a mené la France à la catastrophe. Le Populaire est toujours antisoviétique. Le MRP véhicule de l’antisoviétique. La France n’est pas ici pour prendre mais pour faire renaître l’Allemagne, dit de Gaulle. Nous sommes européens de l’Ouest. L’Aube n’est plus antimunichois mais antisoviétique. Continuer la politique de la main tendue aux catholiques contre les évêques qui dépendent du pape. Bernanos399 contre les cardinaux.

1187Blum : « Nous sommes d’accord avec le MRP sur les choix internationaux et les réformes de structures. » C’est reprendre les mêmes et recommencer. Nous sommes pour le rassemblement démocratique, laïque réalisé par l’appel de la CGT.

118842 000 voix en Moselle. En Alsace, nous avons remis les socialistes en selle. En Alsace, il n’y a pas eu de lutte contre le fascisme. Le fils du secrétaire fédéral a été SS. Wodli héros.

1189Il faut faire rentrer les francs-maçons dans le PC.

Samedi 6 octobre 1945

  • 400 La Conférence syndicale mondiale se déroule du 25 septembre au 8 octobre au palais de Chaillot. La (...)

1190Beliard, 6 h 30, 48, rue Duhesme. Un grand espoir est né. La Fédération syndicale mondiale est née400.

Dimanche 7 octobre 1945

1191Villeneuve.

  • 401 Gérard Ouradou (1896-1952), adjoint socialiste au maire de Bondy et membre du bureau de la Fédérati (...)

11921er, 2e’8 e, 9e’16e, 17e, 18e. Liste socialiste : Mayer, Ouradou401, M. Buquois, J. Ménard, Flandreau, Fau, Largillier, de Barrai, Billon, Pouvrasseau.

Lundi 8 octobre 1945

  • 402 Cachin intervient à la radio (chaîne parisienne) au nom du PCF.

119315 h 55, cinq minutes. Mont-Cenis. Radio chaîne parisienne402. 10 h, les Grecs de Chypre.

1194Larbalestrier comptable, Jeannette V., textile, Turpin cimentier, Amoult cheminot, Colin menuisier.

11954 h, 116 bis, avenue des Champs-Élysées, studio 45.

1196Nicoletti = Di Vittorio. PC italien : un million et demi. 700 000 socialistes italiens. Très bons rapports socialistes-communistes ; ils feront des listes communes. En Angleterre : 60 000 communistes.

1197Congrès syndical mondial : 70 millions de membres : 56 pays, 65 organisations. 500 000 grévistes en Amérique. Grandes possibilités de chômage en Australie. Industrie en plein essor.

1198Les Anglais, hymne : vive le Roi. Les Français, hymne : aux armes citoyens !

1199Les socialistes français espèrent gouverner avec le MRP. Onze listes dans le deuxième secteur. L’échec de la réunion de Londres. Le désaccord est venu de divergences d’idéaux et des méthodes contradictoires. L’Amérique souhaite vivement la plus étroite collaboration avec la Russie. (Les Américains).

Mardi 9 octobre 1945

  • 403 Le CC reçoit les communistes délégués à la Conférence syndicale mondiale au 120 rue Lafayette, sièg (...)

1200Pierre Badin, L. Turpain, Yvonne Dumont. 3 h au 120 : les délégués du congrès syndical international403.

1201La France fut la grande libératrice de la pensée humaine. Grand peuple réaliste : Ampère, Claude Bernard, Pasteur.

  • 404 Ouverte le 11 septembre, la conférence des cinq ministres des Affaires étrangères à Londres, échoue (...)

1202Hesse, Wurtemberg, Bade et Bavière disposeront de leur gouvernement respectif. Anglais et Américains se refusent à reconnaître les gouvernements roumain, bulgare, yougoslave. Alors l’URSS fait échouer Londres en refusant aux Français et aux Chinois de signer un traité de paix qui concerne l’Est européen404.

  • 405 Cachin évoque le manifeste « Peuple de France », rédigé par Jacques Duclos, le 10 juillet 1940 et d (...)

1203Notre politique est nationale, démocratique, révolutionnaire. La classe ouvrière ne peut se libérer qu’en délivrant la Nation. 6 juin 1940, le PC fait des propositions pour la défense française. 12 juillet 1940, le PC appelle à la résistance. Mai 1941, appel à l’union pour la guerre contre Vichy405. Notre influence est grande parmi les officiers parce que nous sommes la France. En 1944, notre influence était énorme dans l’armée : 500 000 FFI. En 1945, de Gaulle a détruit l’armée ; on y recrute des SS. Il en est qui veulent faire un coup d’État. Nous rassemblerons le peuple sur le terrain démocratique.

1204Pour les colonies, nous voulons appliquer la Charte de l’Atlantique. En Indochine, question nationale révolutionnaire. C’est le moment d’appliquer le programme de 1944 : indépendance de l’Indochine, et les promesses de De Gaulle. Conservons l’amitié de l’Union avec le peuple indochinois ; appliquons la démocratie aux colonies.

  • 406 Tchang-Tsai était une militante du PC chinois, rencontrée par Cachin à Moscou alors qu’elle travail (...)

1205Tchang-Tsai ; Yanan au comité du PC chinois ; Teng-Fa406, Grand Hôtel, 1, rue Scribe, 05-40.

1206Les paysans sont venus à nous à cause de notre attitude nationale.

Mercredi 10 octobre 1945

1207Ambassade chinoise, fête nationale chinoise. 2, rue Ferdinand Flocon. 18 h. 29, boulevard du Temple. Toledano.

120825 000 dockers en grève à Londres.

1209Les cléricaux : nous allons entrer dans la laïque, intégrer les catholiques dans les écoles de l’État. Le syndicat des instituteurs dit : École unique, ça ne nous effraye pas !

1210À Londres, participation de la France à la paix. Bidault a demandé que la France soit dans la [ill.]. Moscou : elle n’a pas combattu. La Russie veut la conférence à trois. Les Anglais veulent la manœuvre avec les petites nations. Truman dit : je reste avec l’URSS. Pourquoi le quai d’Orsay [ill.] il contre l’URSS ? Mines de Bar, pétrole de Roumanie. Les sociétés de pétrole américaines et anglaises ne sont pas expropriées. Les Français qui avaient des intérêts les ont cédé aux Allemands. Et à la paix l’Union soviétique les a pris et a fait une société soviéto-roumaine ; donc Bidault défend les actionnaires français qui ont vendu leurs actions aux Boches. C’est la mine ch. fr. de Bar vendue aux Allemands par les Français, [ill.], exproprier les Allemands.

Jeudi 11 octobre 1945

  • 407 Albert Ouzoulias (né en 1915), militant communiste, est membre de la direction des FTPF, à partir d (...)

121117 h. 19 rue du Cap. Lagache. Ouzoulias, Moquet407.

  • 408 Georgi Dimitrov (1882-1949), secrétaire général du Komintern juqu’à sa dissolution en 1943, membre (...)

1212Dimitrov chef du peuple en Bulgarie ; Kolarov408.

1213Attlee continue Churchill [ill.] lui-même. Isaacs dit : nous gardons les 4 millions de soldats, il faut être prêts à réprimer les troubles en Europe et en Asie, les travaillistes reculent les nationalisations ; ici ils promettent la même chose.

1214Les Anglais disent : donnez-nous de l’argent. Oui disent les Américains, nous nous concurrencerons demain. Ne faites pas le Bloc occidental. Et puis il faut le libre-échange. Et puis il faut que le dollar remplace la livre. La presse anglaise est moins hargneuse que le Populaire qui est à la tête de l’anticommunisme. Les Anglais poussent le Populaire et se réservent.

1215[ill.] est anti-anglais, [ill.] très trouble et en Indochine, Américains contre les Anglais. Les Français se sont laissés rouler par les Anglais en Syrie. Ils font la même chose en Indochine et nous, nous pouvons prendre la défense des intérêts français en Indochine.

1216De Gaulle en Belgique pour faire le bloc occidental ; rassemblement des petites nations ; après son voyage en Allemagne qui est très mal accueilli en France. Contre ça, nous sommes le grand parti national. Le vote non peut être un succès très grand. Le parti socialiste se désagrège.

Vendredi 12 octobre 1945

1217120, rue La Fayette, 18 h, Paris-ville : la campagne électorale. 9 h, 10, rue H. Lebas.

  • 409 Antoine Avinin (1902-1962), industriel, membre de la Jeune République, avait été l’un des dirigeant (...)

1218Avinin409, Lacroix, Jurgensen avec les socialistes ; ça nous permet de gagner les instituteurs ; il y a un trouble extrême. Il faut que nous soyons laïques. On essaye d’exciter des grèves d’instituteurs contre Billoux et des grèves d’ouvriers contre Tillon. Nous allons à la dévaluation par l’inflation ; plusieurs milliards, un par jour. Les augmentations de salaires et de pensions seront annulées. La CGT s’en occupe : réajustement des salaires. Gare aux provocations. Soyons nationaux ! Il faut que ça change.

  • 410 Le maréchal Leclerc commande les troupes françaises en Extrême-Orient, depuis août 1945. Combattant (...)

1219Leclerc dit : « Il faut engager l’affaire le 20. Envoyez-moi des avions »410. Le Populaire attaque l’URSS toujours, il s’allie au MRP. Qui vote oui ? La réaction et les socialistes qui brisent le front républicain. Le parti socialiste est avec la réaction contre la CGT. Saillant : « Mais que donnera voter oui-non ; vous ne pourrez pas voter Jurgensen, Avinin. » Les socialistes ne parlent pas des vieux dans leur appel, pas de revendications immédiates.

1220Les auditeurs ne savent pas que le danger est grand. Il faut montrer l’ennemi avec force. Contre la pagaille et l’incapacité. On sauve Vichy et Franco ; il y a 30 000 hitlériens en Espagne.

Samedi 13 octobre 1945

122116e rue Descamps. Pour l’union républicaine et résistante. Nous sommes des hommes d’action qui réaliseront ; nos listes sont faites d’hommes énergiques qui passeront à l’acte.

1222Les Allemands ont perdu 7 millions et demi d’hommes à la guerre. Steeg pour de Gaulle et le non-oui.

  • 411 L’imprimeur Georges Dangon (1884-1956) avait travaillé pour la presse communiste notamment (voir su (...)

1223Dangon411, le Petit Parisien était estimé en 1942 à 650 millions. Il faut nationaliser l’imprimerie. On payera les petits actionnaires en rentes sur l’État.

1224190 000 habitants dans le 16e : 104 000 électeurs. Communistes en avril 1945 : 10 700 électeurs, 940 membres du PC.

Dimanche 14 octobre 1945

1225Oslo : 73 socialistes, 7 communistes.

1226Tchécoslovaquie, conseils municipaux : communistes, 474 ; Benès, 472 ; socialistes, 186 ; catholiques, 182.

1227Budapest : réactionnaires, 122 ; démocrates, socialistes, communistes, 103.

Lundi 15 octobre 1945

  • 412 Marcel Cachin participe au meeting de la Confédération générale du commerce et de l’artisanat, au V (...)

122815 h. Vel d’Hiv. Commerçants et artisans. Rue de Fourcroy412.

122917e : 222 000 habitants, 123 000 électeurs, 22 000 communistes.

Mardi 16 octobre 1945

1230Rue Bienfaisance, 8e. Ambassade d’Angleterre.

1231Correspondant Daily Herald et Reuter. Dans une conférence avec les Russes, ils disent pendant de longues journées : Non ! Non ! Puis au moment du départ : Oui !

1232Angleterre et États-Unis causent finances. Les États-Unis veulent que les Dominions leur soient ouverts avant de leur prêter de l’argent. Rapprochement entre les États-Unis et l’URSS (New york Herald Tribune du 11 octobre). La France veut détruire Potsdam qui veut détruire le fascisme en Allemagne. Les États-Unis veulent détruire l’industrie [?] allemande et les Anglais veulent la soutenir. Sans l’affaire japonaise, EU et URSS sont d’accord. Les Américains vont soutenir l’Indochine et les Indes néerlandaises. Accentuation de l’antisoviétisme. C’est l’Angleterre qui mène le jeu. On pousse les socialistes partout et on pousse de Gaulle ; mais l’Angleterre n’est pas pour la politique de De Gaulle en Rhénanie.

1233Les mineurs produisent comme avant guerre. Si les Anglais nous envoyaient comme avant guerre et si nous avions le charbon de la Ruhr, ça irait mieux.

1234Il faut créer des fissures entre de Gaulle et les socialistes.

Mercredi 17 octobre 1945

123518, rue des Bauches.

  • 413 Le 19 octobre 1945, le journaliste résistant Jean-Louis Vigier affirme dans l’Époque que le PCF a f (...)

1236On va accuser J. Duclos d’avoir demandé au Gestapo de laisser paraître l’Huma413.

  • 414 Pierre de Gaulle (1897-1959), frère de Charles de Gaulle, était directeur de banque à Lyon et avait (...)

1237De Gaulle : votez pour qui vous voulez mais votez oui-oui. C’est le plus habile. Herriot est sommé de voter oui-oui. On va à l’inflation, à la dévaluation. On a livré la chimie française à l’Allemagne. Le fric de De Gaulle est à la banque de Paris et Pays-Bas. Pierre de Gaulle414 en 1941 et 1942 était dans la banque.

1238Les travaillistes veulent Blum et non de Gaulle. Les démocrates ont le pouvoir et décrets-lois ; dans cinq ans, c’est la fin de la démocraties. On veut la majorité MRP et socialistes, avec les pleins pouvoirs. C’est [ill.] la démocratie et la République et la France. Tout le monde a violé les lois sur l’affichage. Plébiscite : appel au peuple, double pouvoir.

1239Il faut reprendre Potsdam, arracher les racines du nazisme. Le gouvernement refuse de reconnaître Potsdam.

1240Le plébiscite, c’est un homme qui fait voter pour lui. Ce n’est pas un référendum.

Jeudi 18 octobre 1945

  • 415 Cachin, Fajon, Cogniot participent à un meeting, salle Pleyel, pour la défense de l’école laïque et (...)

12411, impasse des Bourdonnais. 3 h. Pleyel, instituteurs415.

1242Référendum en Russie : c’est le bureau du parlement élu qui interroge le pays ; en France, c’est le gouvernement non élu et ne représente que lui-même.

1243Démocratie. Salut de la France. Notre jeunesse est liquidée. Le Popu est à la défensive. Il y aura plus de oui. Ça veut dire : de Gaulle est vainqueur, les communistes battus. Ça veut dire que de Gaulle aura prédominance sur l’assemblée. Listes Avinin antilaïques. Tous les responsables de la défaite sont Oui.

1244Relancer la France. Démocratie. Or on renforce l’exécutif. Confiance au peuple. Le PC a fait son devoir.

Vendredi 19 octobre 1945

  • 416 Cécile Angrand, professeur de philosophie proche du PCF, était la femme de Pierre Angrand, enseigna (...)

12452, rue de Jemmapes. Cécile Angrand416. 55, rue Daint-Dominique, ambassade de Pologne.

1246De Gaulle fait la question et la réponse. Anormal, choquant, parti communiste évité. La France est contre Potsdam. La France veut séparer la Ruhr et la Rhénanie de l’Allemagne. La faillite va imposer des mesures de salut public.

  • 417 Alexandre Kerensky (1881-1970) était l’un des principaux dirigeants du parti travailliste russe. Ap (...)

1247En Angleterre, c’est un régime à la Kerensky417.

Samedi 20 octobre 1945

1248Félix Pécaut. Chapelle.

1249À Paris, stagnation. Pas de bon travail à Paris-ville. Baisse dans les quartiers ouvriers. Les ouvriers croient qu’il y a abandon de la lutte des classes ; cellules d’entreprise n’ont rien fait aux élections ; pas d’action de porte à porte. 8000 trotskystes dans le 1er secteur. Pas assez de campagne parisienne. Le MRP, jeunes de 14 à 25 ans utilisés. France-URSS resté mort.

1250Progrès communiste chez les paysans : 1) communistes dans la guerre, résistants. 2) Notre politique de production, appel au travail. 3) Politique de défense paysanne (La Terre). Les paysans ont voté en masse pour nous mais ils nous attendent à l’œuvre. Il faut consolider nos positions dans la CGA ; utiliser la Constituante comme tribune.

1251Ère de la liquidation totale du système colonial.

1252L’Amérique nous dit : il faut payer encore. En octobre, nous devons 12 milliards à l’Amérique, 15 % de l’encaisse totale.

Dimanche 21 octobre 1945

1253À 11 h, photographe de l’Huma au bureau de vote.

1254Seine : 4 593 650 habitants, 2 818 514 électeurs. Métropole 512 élus, Algérie 26, Tunisie et Maroc 5, autres colonies 35, soit 572. 24 millions d’électeurs.

  • 418 Fritz Sauckel, plénipotentiaire général chargé de la main-d’œuvre sous les ordres de Goering, avait (...)

1255Laval et Pétain avaient déporté en Allemagne aux ordres de Sauckel418 165 952 Français ouvriers et paysans dont 240 000 spécialistes.

1256En Angleterre, plan de quatre ans, on va bâtir : on réquisitionne les terrains, on les payera plus tard, on partagera les maisons pour l’hiver, pas de contrainte.

1257La France doit choisir : ou Bloc national, ou alliance russe. Yougoslavie : 15 millions d’habitants, oustachis, révoltés.

Lundi 22 octobre 1945

1258Élus jusqu’au 6 juin 1946. Communistes : 4 800 000 voix, 152 élus. À la deuxième question : 12 millions de Oui, 6 millions de Non. Nous avons 26 % des suffrages de France. Pas de coup de force car de Gaulle a une majorité de Oui. Nous nous inclinons devant la démocratie.

1259Nous ne voulons plus être élus en parents pauvres au ministère. Des élus communistes dans 77 départements.

12601er secteur de Paris 115 657 ;

12612e secteur de Paris 100 109 ;

12623e secteur de Paris 163 511 ;

12634e secteur de la Seine 150 570 ;

12645e secteur de la Seine 140 153 ;

12656e secteur de la Seine 143 942.

1266Seine 814 000 communistes contre 751 000.

1267Les socialistes doublent leur chiffre à Paris, gagnent 50 000 voix en banlieue.

Mardi 23 octobre 1945

1268Délégation du Conseil suprême des sports soviétiques à une conférence internationale des sports, à 4 h à l’Huma.

1269PC 30 % des voix : 152 élus avec MUR.

1270SFIO 26 % des voix : 133 élus + 9 UDSR.

1271MRP 25 % des voix : 141 élus.

1272Droite 8 % des voix : 26 + URP = 67.

1273Radicaux 5 % des voix : 25 élus

1274MRP, troublant, vague.

1275Seine : communistes 814 348 voix, 22 élus ;

1276MRP 665 571 voix, 17 élus ;

1277Socialistes 419 765 voix, 7 élus.

1278En France : 24 millions inscrits, 19 millions et demi de votants (80 %). Pas d’élus communistes dans 10 départements. 500 000 débits en France. 60 % des Français sont électeurs :

1279Communistes et apparentés : 5 014 121, 26 % ;

1280Socialistes et apparentés : 4 798 578, 25 %. ;

1281MRP : 4 580 000, 24 % ;

1282Les autres : 25 %, radicaux 1 700 000, droite 2 800 000 ;

1283Socialistes-communistes : 20 053.

Mercredi 24 octobre 1945

1284Situation alimentaire et financière désastreuse en Italie.

  • 419 Depuis juillet 1945, le général Koenig commande la zone française d’occupation, en Allemagne.

1285De Gaulle à Coblentz : il y a toutes les raisons pour que vous soyez plus près que loin de nous ; en Sarre : nous sommes à vos côtés, en tant qu’Européens de l’Ouest nous devons travailler de concert, le gouvernement français est prêt à vous aider ; à Trèves : nous sommes ici non pour prendre, mais pour faire renaître. Puis de Gaulle serre les mains et parle en allemand. Et il donne des instructions à Koenig419, aux chefs militaires et civils.

1286Les grandes grèves d’Angleterre, Australie, États-Unis sont les indices de la crise économique et sociale vers laquelle s’achemine le monde d’après guerre. Il faut l’unité des vainqueurs pour des décisions homogènes et rapides.

1287Ulbricht et Pieck en Allemagne donnent des mots d’ordre pour tout le Reich. La jeunesse reste apolitique.

1288Dans 10 départements, pas d’élus communistes.

Jeudi 25 octobre 1945

1289Il faut à de Gaulle le doigté d’un homme d’État et non l’esprit d’autorité d’un soldat.

1290Victoire. Malgré la conjonction Église plus IIe Internationale, MRP parti réactionnaire. Réaction démagogique sociale comme le fascisme. Dynamisme qui entraîne la jeunesse ; fascisme avec l’Église comme en Italie. Il a eu la droite effondrée. On va saboter les nationalisations, les déconsidérer. Le MRP est l’instrument de la Réaction, demain elle en changera. Le parti radical n’est pas liquidé ; sclérose sur le premier Non ; Munich ; non-renouvellement.

1291Les prisonniers de guerre n’ont pas voté pour nous. Nous n’avons pas la jeunesse avec nous. L’Église fait un effort pour la jeunesse. Dans le MRP, ça ne va pas ! On est trop administratif dans les municipalités. À Marseille, des communistes ont mis les carreaux dans une école, alors accroissement communiste [ill.] de bureaucratie : il faut une mobilisation des cellules qui réalisent ; lors de cet hiver, il faut une politique sociale audacieuse. L’Église a fait envoyer des femmes à domicile pour diffamer les communistes dans les masses. Il faut un nouveau travail de masse dans les cellules. Il faut s’occuper de la société, du quartier. Dans sept mois on recommencera ! Il faut se préoccuper des revendications des masses populaires.

1292On fait une scission syndicale chez de Gaulle, Blum, Jouhaux. On va menacer de grèves. Nous devons rester énigmatiques. La France s’est prononcée pour la laïcité, socialistes, communistes, radicaux. Il faut s’incliner, nous sommes des démocrates. Samedi la délégation des gauches se réunit pour étudier le programme CNR dans son application gouvernementale.

Vendredi 26 octobre 1945

1293Iran.

1294Banque ; assurances ; électricité ; sidérurgie ; énergie ; marine marchande. Une fois ces textes acceptés, socialistes et communistes sont d’accord et aussi sur les écoles laïques. Pas d’alliances exclusives en politique extérieure. On va publier ça dimanche. Recrudescence des attaques antisoviétiques en France. La délégation Blum en Angleterre : provocation. Les Anglais vendent le charbon de la Ruhr.

1295Ce sera à notre CC de prendre ses décisions. D’ici là, motus. Il faut que certains hommes du MUR adhèrent au PC. Il faut une organisation du groupe à la Chambre. Il faut préparer la Constitution. Le MRP a utilisé les femmes, les civils, patronages, sports, nos municipalités ont à leur faire concurrence.

1296Nord : recul à Lille, accroissement à Dunkerque et Cambrai ; les municipalités ont une vie difficile. 600 000 numéros de presse contre 195 000 Liberté.

1297MRP : grande force dans le Nord, surtout sur les jeunes ; influence des syndicats chrétiens et la CGT diminue dans les textiles ; activité de solidarité.

1298Gironde : 52 000 communistes, 57 000 MRP, 80 000 socialistes. 29 000 communistes à Bordeaux. Bègles et Ce[a ?]non communistes 5 JOC 1 million en 1930. Assistantes sociales 80 % MRP. Socialistes : campagne systématique anticommuniste, antisoviétique. Conseil général de la Seine : 52 communistes, 27 MRP, 24 socialistes.

Samedi 27 octobre 1945

1299Ambassade Tchécoslovaquie 17 h. 3 h, France-URSS. CDH, 4 h, Palais de Chaillot.

1300À Limoges : 13 000 communistes, 26 000 socialistes, 13 000 MRP. À Limoges, Barthel dirige ; il est naïf, on le rend responsable et le maire du ravitaillement. Manœuvres de Tixier .

1301Échec sur le référendum. Donc la France veut l’ordre et le calme. Les ouvriers parisiens n’ont pas compris la position nationale du PC sur la production, d’où les succès trotskystes. Ils s’agit d’une lutte de classe gigantesque et ce n’est pas compris que notre attitude est celle de la classe ouvrière.

  • 420 Fernand Bouxom (1909-1991), l’un des fondateurs de la JOC, résistant, devient vice-président du MRP (...)

1302Bouxom420, agent MRP essentiel. Organisation sur la base de la maison et usines ; les jeunes sont trotskystes (ceux de Fabien). La Résistance est balayée par les classes. Il faut un grand mouvement d’anciens combattants.

1303Pas-de-Calais : nous avons gagné 1 000 voix par jour ; les socialistes ont injurié nos militants. MRP 170 000. Le parti socialiste conserve son action sur ses membres. MRP 2 à 3 millions de familles françaises (associations familiales). Les anciens prisonniers sont groupés par les réactionnaires comme en 1919. Les anciens FFI sont groupés par les communistes. Il y a 300 000 jeunesses républicaines de France : surtout 14, 15, 16, 17 ans ; mais nous n’avons pas 18, 19, 20 ans.

Dimanche 28 octobre 1945

1304L’affaire du Non, nous verrons ça dans quelques mois.

1305La jeunesse, depuis cinq ans, a vécu dans une position démoralisante, misère, sans apprentissage. L’entraide a été utilisée par les curés. Notre faiblesse est dans le travail des masses.

1306Il y a 12 millions de voix républicaines ; alors, pourquoi admettre un gouvernement tripartite ? MUR = bloc des gauches.

1307Notre victoire est immense. Les socialistes du Gers ont voté non. Où allons-nous ? Les vieux coloniaux sont communistes. Pourquoi les SFIO ont-ils gagné ? Parce qu’ils mènent une politique plus subtile. Ils n’ont pas une politique de classe. Ils sont prêts à perdre à gauche pour gagner à droite, on les aime contre nous. Nous avons fait une politique sentimentale d’amitié ; laisse-moi tranquille, je te laisserai tranquille ; on ne répondrait pas aux socialistes. Le Bloc occidental, c’est la suite de Munich et de l’Espagne.

1308Unité c’est action, non concessions. Blum malin les a attaqué et il n’a pas attaqué le MRP qui a profité de son attitude. Blum, dit le MRP, est de bonne foi ; or il y a encore des classes. Les éléments Pétain sociaux et politiques sont MRP ; paysans, maîtrise, Église, mais n’allons pas à l’anticléricalisme.

Lundi 29 octobre 1945

1309Ambassade de Turquie, 29 rue Berton, 18 heures.

1310Il faut attaquer les [ill.] patronales. Il faut attaquer les salaires. Et nous tendons la main aux catholiques.

1311Le PC gagne là où on s’est battu, FFI, dans certains endroits on s’est grisé après les élections municipales. Il faut un parti de gouvernement, non des agitateurs comme en clandestinité.

1312Le PC a été battu sur le réformisme, cela implique une certaine réserve dans l’attribution des portefeuilles (Figaro). Blum : il faudra que les communistes ministres soient solidaires de tous leurs collègues. Hibis [??] : de Gaulle n’entend rien modifier à l’esprit du gouvernement actuel. Le gouvernement doit gouverner, la Constituante faire la Constitution.

1313L’alliance socialistes-MRP est éphémère.

Mardi 30 octobre 1945

1314Les Anglais : Truman garde le secret de la bombe atomique. C’est de la méfiance. Ils réclament des bases. Ils réclament l’indépendance des colonies.

1315À la conférence des secrétaires régionaux socialistes, un petit nombre pour une alliance gouvernementale socialistes-communistes. La réunion plénière de la délégation des gauches.

1316Présidents des Conseils généraux (en France) : radicaux 24, socialistes 43, 8 modérés, 6 MRP, 4 communistes.

  • 421 René Cassin (1887-1976), professeur de droit, avait rallié de Gaulle, en 1940, et était devenu le j (...)

1317Cassin421 vice-président du Conseil d’État. En Amérique, le président de la République est en même temps chef du gouvernement et chef d’État. En Angleterre, non ! L’une c’est la continuité, l’autre c’est la confiance.

Mercredi 31 octobre 1945

131818 h, ambassade de Chine, 11 av. Georges V. Tsien-Tai, délégué à la conférence du Travail. 8 h, Marie-Louise.

1319Une heure chez Maxim’s, rue Royale, avec M. Tannant, de la BBC et de l’ambassade britannique. Restaurant plein d’Anglais. On cause de l’avenir de la radio qui devrait être internationalisée, unifiée et libre sans censure d’aucun pays. Il serait souhaitable que les relations franco-anglaises s’améliorent. L’Angleterre, depuis le décret brutal de Truman sur le prêt-bail, est décidée à se priver pour exporter et gagner des devises. Elle va se priver pendant cinq ans puis elle reprendra toute sa force.

  • 422 Giuseppe Saragat (1898-1988), socialiste italien exilé jusqu’en 1943. devient ambassadeur d’Italie (...)

1320Nigarville, 1er secrétaire au ministère des Affaires étrangères, Italie. Le pape a reçu un communiste avec apparat. Ah ! si je pouvais croire à votre sincérité. Quand le pape verra gronder les communistes, il acceptera un compromis. Nenni est sincère mais peu politique, Saragat422 c’est Blum. Les Américains commandent la politique intérieure italienne. Ils ont imposé qu’il y ait des élections municipales avant les autres. Les officiers américains reçus dans les grandes familles à Rome.

Notes fin octobre

1321Le problème social est celui de la répartition des richesses.

1322La charte des Nations unies est insuffisante parce qu’il suffit pour neutraliser l’action coercitive des Nations unies du veto d’une grande puissance.

1323Il faudrait, disent les socialistes, que la démocratie, c’est-à-dire le principe des majorités s’applique [ill] partout.

1324Le gouvernement du Yunnan s’entend avec Tchang Kaï-Chek.

1325L’Humanité : 456 000 autorisés, à Paris 90 000, moyenne octobre 590 000. Franc-Tireur et Parisien libéré gagn[ent/és ?]. On va transporter par avion. Hachette nous favorise. Nous vendons à la criée en Bretagne et à l’Est. On ne veut pas que l’Huma concurrence les quotidiens régionaux dans 50 départements.

Novembre

Jeudi 1er novembre 1945

  • 423 Les élus communistes parisiens morts pour la France, fusillés comme otage ou comme résistants : Cha (...)

132614 h, place de la République, obsèques Michels, Le Gall, Frot, Losserand, Gardette, Cariou, Auffret423.

Vendredi 2 novembre 1945

1327Esprit du Parti, amour du Parti, amour du Peuple, partout la masse s’ébranle en profondeur à l’exemple de l’URSS, dans le monde. Nous avons gagné une première manche aux élections municipales ; nous ne nous sommes pas laissés isoler. Les autres ont cherché leur revanche. Ils ont été battus à la deuxième manche, bien que la réaction ait divisé la gauche. Mais il faut encore lutter ; la presse a mal accueilli nos propositions de grands ministres. La presse a été neutre. Sans doute mais avec cinq ministres ce sera encore un petit progrès ; il ne faut pas en attendre trop. Pas d’otages ; nous ne voulons pas avoir l’air d’accepter n’importe quoi ; surtout pas de solidarité. Blum, ça jamais. Appliquez le programme, il n’y aura pas de contestation. Il peut y avoir compromis mais pas sur le CNR.

1328Nous sommes inquiets de voir menacée notre position dans le Pas-de-Calais. Le syndicat des mineurs, 80 000 membres, est menacé. Dans le Pas-de-Calais, les communistes ont laissé monter les socialistes.

1329Nous sommes décidés à nous battre à la fédération des gauches avec la CGT. La réaction s’insurge. Le problème est ainsi posé que les socialistes sont obligés d’être d’accord, ça c’est un terrain solide d’unité. Nous garderons les contacts socialistes, mais surtout allons à la base, à l’action. Elevons le débat ; disons, nous serions les maîtres si Blum n’avait pas donné un brevet de civisme au MRP. Blum a dit : plus de lutte de classe ; il faut la lutte contre Blum. Nous luttons contre la religion comme Diderot et Voltaire ; la religion n’est pas une idée vague ; c’est un produit de la production.

Samedi 3 novembre 1945

  • 424 Marcel Cachin prononce l’allocution d’ouverture de la réunion du Comité central d’Issy-les-Moulinea (...)

1330CC, salle des fêtes Issy-les-Moulineaux424. À 9 h, salle de la justice de Paix, maison du peuple, Issy-les-Moulineaux.

1331Finistère : 4 gauches, 5 droites, 71 000 voix communistes, 38 000 voix en Meurthe-et-Moselle : 700 000 habitants, 7 000 PC.

Dimanche 4 novembre 1945

1332CC. Issy.

1333Nord. Les socialistes restent les plus forts dans la région de Lille-Roubaix, donc dans les syndicats. Ils veulent nous chasser de l’UD. Nous n’avons pas de cellules d’entreprise. Nous n’avançons pas dans le bassin minier. Nos municipalités sont bureaucratiques. Nous avons été l’objet d’une offensive socialistes-MRP et nous n’avons pas réagi assez fort. Le MRP est le premier parti dans le Nord. Il a l’appui de toute la réaction et de son appareil social : bonnes sœurs à domicile ; donc il faut la main tendue aux catholiques. Le peuple attend des réalisations du gouvernement de demain.

1334Socialistes et MRP ont décidé de porter leur effort principalement sur les campagnes. On a relevé les prix agricoles, ils suffisent. Mais où s’arrêteront les prix industriels ? Les causes de la vie chère, c’est Vichy et les trusts. Les impôts des paysans ont augmenté de 6 à 15 fois. Les ouvriers agricoles, très nombreux. Il faut les aider. Remise en vente des terres achetées par les nouveaux riches pendant la guerre. La Terre : 225 000. Les dirigeants socialistes de la CGA organisent des fractions avec les réactionnaires pour prendre les directions. Congrès CGA fin décembre. Nos directions fédérales ne se soucient pas du travail paysan.

1335Ariège : premier parti communiste. Ardèche parti : 6 000 membres sans cadres ; radicaux, Astier, 10 000 voix, échec ; réactionnaires perdent 10 000. 36 000 voix communistes ! 50 000 non !

Lundi 5 novembre 1945

1336Idéal moral, forces spirituelles.

  • 425 Pierre Kaldor (né en 1912), juriste communiste, arrêté en 1940 puis évadé, était l’un des dirigeant (...)

133714 h, Secours populaire de France, 11, boulevard Montmartre (victimes du nazisme : Pradines, Kaldor425, secrétaire).

1338En Loire-Inférieure : 1 MRP, 1 communiste, 3 réactionnaires, 2 socialistes, 1 radical. Grande attaque antisoviétique, anticommuniste.

  • 426 Albert Plas intervient au CC au nom du PCF de Savoie, qui a soutenu une liste d’Union des gauches m (...)

1339Plas, Savoie : socialistes contre Cot426, socialistes désorientés.

1340Les socialistes ont refusé l’unité, puis les listes uniques ; ils sont responsables si la droite aujourd’hui peut manœuvrer.

1341Au 13e, 39 % des votes.

1342Tarn : le MRP a été celui de l’Église ; le MRP a été laïque. Le pape en 1941 : contre l’athéisme ; pendant la guerre, la haute Église pour Pétain. Nonce du pape : Pétain providentiel.

  • 427 Il s’agit de notes prises lors de l’intervention de Roger Garaudy (né en 1913, agrégé de philosophi (...)

1343Pas de mécanisme : le mouvement économique n’est pas seul, il faut la dialectique ; il faut aller aux causes : le spirituel n’est pas premier. Marx ; dans le problème juif, pour laïciser l’État ; nous devons comprendre ce qu’il y a de sain dans le christianisme ; désir de progrès ; j’ai essayé de comprendre ; vie intérieure ; grâce des morts et destinée ; forces spirituelles ; signification humaine de notre politique, nos magnifiques perspectives. Ne soyez pas secs, étriqués ; forces spirituelles, l’idéal transfigure les revendications427.

1344Lorsque la droite ne vote pas pour le MRP, il est faible (Gironde).

Mardi 6 novembre 1945

1345Rentrée de la Constituante. Un ciel glacé. 10 h 45, Mutualité, fin de l’école. Déjeuner avec les députés, Chambre. Il faut réclamer tous les préfets auxquels nous avons droit.

1346PC veut du neuf (c’est pourquoi il a chassé les radicaux). Le parti socialiste apparaît encore, épuré, comme un parti nouveau. MRP apparaît aussi comme neuf, révolutionnaire. La bourgeoisie sait qu’elle ne peut apparaître qu’avec des partis nouveaux. Aussi, c’est un raz de marée populaire.

1347Redevenir le parti de la classe ouvrière, qui fait des sacrifices pour faire renaître la France ; s’occuper des intérêts matériels des travailleurs ; choisir des élus parmi les paysans, ouvriers, dans la masse prolétarienne ; vérifier l’exécution des actes. Il ne suffit pas de bien parler ; formation des cadres ; seul peut diriger l’élu de la cellule, de la section, faire des cadres.

1348Métropole 142, Algérie 5, Réunion 2, Martinique 1.

  • 428 E. d’Astier de la Vigerie (Ille-et-Vilaine), Pascal Copeau (Haute-Saône), Gilbert de Chambrun (né e (...)

1349Constituante : élus communistes 150 + 1 paysan Hautes-Alpes. D’Astier, Copeau, Chambeiron, Cot, Tubert, Richier, Dreyfus, Chambrun, Curabet, L’Huissier (10)428.

Mercredi 7 novembre 1945

1350On veut essayer le PC (35 000 voix en Corse, Vittori, 11 000 PC).

1351Seine-Inférieure : 96 000 communistes, 40 000 voix de plus que les socialistes. (10 000 communistes) 20 000 voix MRP, radicaux effondrés.

  • 429 Le siège du PCF, 44, rue Le Peletier dans le 9e.

135211 h 30, au 44429, Étienne Pantalon (10 h 15).

1353Le PC algérien est le premier parti d’Algérie parce que nous avons parlé de la liberté selon les conseils du PC français. Nous avons un élu musulman à Constantine et deux à Oran. L’Algérie a confiance dans le PC français et ses progrès de parti frère de France. Nous allons faire une constituante populaire et non soviétique.

1354MRP, premier dans l’Isère avec des ouvriers. C’est l’Église, le Vatican anticommuniste, il y a danger fasciste dans la collusion socialistes-MRP.

135571 000 voix communistes, il y a eu 2 700 trotskystes. Les instituteurs sont nombreux trotskystes ; ils auront un congrès fin décembre. Il faut donc que nos instituteurs communistes se syndiquent.

1356Nous, communistes, nous demandons le sacrifice pour la production, c’est ça la morale, c’est l’intérêt français, ce n’est pas une manœuvre. Le Vatican, la banque de Londres, ne travaillent pas pour la France. L’URSS travaille pour la France.

1357MC. 6e Bureau.

Jeudi 8 novembre 1945

1358Assemblée nationale constituante. 97, boulevard Saint-Michel, OD 58- 07.

  • 430 Félix Gouin est élu, le 8 novembre, président de l’Assemblée constituante. Jean Capdeville (1912-19 (...)

1359Malraux conseiller culturel du général. Voulez-vous 5 millions ? Blum, en Angleterre, fut tellement antisoviétique qu’il a choqué les Anglais. Capdeville430 : ils sont impatients. Ils veulent se grouper corporativement.

1360Molotov : Force de la démocratie soviétique. Vous n’aurez pas longtemps le secret de la bombe atomique. Solidarité internationale. Effort créateur soviétique pour reconstruire le pays. Le système socialiste va montrer sa supériorité au capitalisme. Pas de crise de reconversion.

  • 431 Pierre Le Brun, membre du secrétariat général de la CGT, est membre de l’ACP pour l’Union des cadre (...)
  • 432 Paul Cuttoli (1864-1949), sénateur de Constantine, membre de l’ACP puis député radical de l’Algérie (...)

1361Le CC a eu une presse très bonne pour les décisions ; décide de participer au gouvernement ; aura des postes importants. Le parti socialiste a voulu saboter le CNR, mais il a été isolé. La CGT était contre (et Jouhaux). Lebrun431 a joué un rôle très important ; programme d’action gouvernemental, bonne base. Cuttoli432, allure républicaine.

1362Socialistes et MRP en cheville. Sur quel point le MRP n’est-il pas d’accord avec le programme de la délégation des gauches. S’il y a aveux de désaccord, nous dirons : nous en référons au PC. Ce n’est pas une orientation, mais un progrès. Nous pouvons prendre le MRP en fourchette. Nous devons nous en tenir au programme. Il peut se créer un courant anti-MRP dans le parti socialiste. De Gaulle voudrait gonfler toutes les formations pour diviser. Des techniciens, des UDSR.

Vendredi 9 novembre 1945

1363École des députés, serment, versement au Parti.

1364Caractère démocratique de la Constitution soviétique. Leurs élus. Les raisons de l’unité russe. Demandons deux ministères : Information, Intérieur. Il faut que ce soit le parti qui désigne ses ministres.

  • 433 Le programme d’action gouvernemental de la délégation des gauches a été publié le 7 novembre.

1365Les socialistes disent : il faut l’unité des trois groupes ; or le programme gouvernemental est déjà établi433. Or nous y tenons, nous ne voulons pas deux projets comme base ; pas de confrontation, ni de discussion entre les deux programmes. Le groupe parlementaire n’est qu’un organe d’exécution ; or, la direction est au 44, non à la Chambre.

1366On nous demande de causer avec de Gaulle. Philip a dit : « Nous allons voir de Gaulle, s’il accepte, oui, sinon nous ne votons pas pour de Gaulle. » Il faut dire à de Gaulle : vous discuterez avec la direction du PC. Il faut qu’il connaisse les partis.

1367Il y a cinq ministères : Industrie, Affaires étrangères, Guerre, Intérieur, Information. Nous demandons l’Intérieur, la Guerre, les Affaires. étrangères. À la Chambre : programme d’abord ! Avant d’élire un président, il faut lui présenter le programme et savoir s’il l’accepte.

1368MC. 6e Bureau.

Samedi 10 novembre 1945

1369Véteuilh.

1370Au Japon, mouvement communiste important.

  • 434 Dix députés de chaque groupe (MRP, PC, SFIO) se réunissent les 8 et 9 novembre sans parvenir à un a (...)

1371Dans la réunion des trois groupes434, les MRP ont refusé d’accepter la laïcité. Les socialistes se sont efforcés de les défendre. On a tenu deux réunions sans pouvoir s’entendre. Auriol donne des conseils à de Gaulle. D. Mayer donne des conseils aux MRP. On a demandé à Tillon, un avion pour Blum qui est à Londres. De Gaulle dit : « Les socialistes veulent me faire jouer le rôle de Lamartine ou de Kerensky. » Ce sont les oui-oui qui créent le malaise.

1372Jdanov, 49 ans, soviet de Leningrad. La Croix : heureusement Blum revient de Londres.

1373Vote pour le chef du gouvernement provisoire.

  • 435 Paul Löbe (1875-1967), député au Reichstag, avait refusé de condamner Hitler en 1933, ce qui ne l’a (...)

1374Socialistes allemands : Löbe, Grotewohl, Severing435, d’accord avec les communistes. La réforme agraire tue le Junkerthurm.

  • 436 Ahmed Sukarno, ou Soekarno (1901-1970), dirigeant du parti national indonésien, avait accepté de pa (...)

1375Soekarno436, en Indonésie.

Dimanche 11 novembre 1945

1376Nous voulons la majorité socialistes-communistes dans le gouvernement.

137715 000 syndicats en France.

1378Réunion des 30. Les socialistes nous ont attaqués dans notre réunion commune. Nous avons dit : derrière le MRP, il y a l’Église. Vous auriez dû être intransigeants envers le MRP. Les banquiers sont pour le contrôle des banques. Si vous aviez fait bloc avec nous, nous aurions fait éclater les contradictions du MRP. Les socialistes très embêtés. Vincent Auriol nous dit : « Le MRP est d’accord avec nous. » D. Mayer a été voir Jouhaux pour être moins intransigeant pour la laïcité. Jouhaux l’a renvoyé à la ligue. Les socialistes voulaient nous amener chez de Gaulle pour lui offrir la candidature et nous lier les mains.

  • 437 Gustav Noske (1868-1946), dirigeant de la social-démocratie allemande, avait réprimé l’insurrection (...)

1379Lundi, coup de téléphone de Mayer au 44 : il y a oui-oui ! Donc pas à nous la présidence du conseil. Je ne suis ni Kerensky, ni Noske437 (Mayer). Nous n’avons pas revendiqué la présidence du Conseil parce qu’il y avait oui-oui. Nous ne ferons pas obstacle au résultat du référendum ; ce seront les socialistes qui ont porté De Gaulle au pouvoir. Un vote unanime n’a pas de signification. Et nous pourrons parler de programme d’abord, de Gaulle a eu le tort de ne pas interroger le 22 octobre les chefs de partis. Il a perdu trois semaines à cause des oui.

1380Le Quintrec, 28, rue Darcet.

Lundi 12 novembre 1945

1381Secours populaire de France, Mutualité, 10 h.

1382D. Mayer dit : « Il faut que de Gaulle admette le programme. » Réponse : oui, mais vous avez voté oui-oui ; mais vous blanchissez le MRP. Je demande à mes amis MRP, qui me comprendront.

1383Lobe, Grotewohl, Severing, sociaux-démocrates allemands (nous sommes en plein accord avec les communistes), contrer le Junkerthurm.

1384La Croix : heureusement Blum revient !

1385De Menthon : la laïcité c’est la guerre religieuse.

1386Soekarno, il faut que l’Inde, l’Indonésie, la Birmanie, Ceylan soient libres.

Mardi 13 novembre 1945

  • 438 Les États-Unis viennent de refuser de communiquer le secret de la bombe atomique à l’URSS. Joliot-C (...)

1387Bombe atomique. Sorbonne438. Joliot-Curie élève de Langevin.

1388Langevin : la désintégration de l’atome ouvre une ère nouvelle comme la découverte du feu. La découverte nouvelle est plus importante que celle de l’électricité. Un kilo uranium = 300 tonnes explosifs.

  • 439 De Gaulle est élu chef du gouvernement à l’unanimité, le 13 novembre. M.C. = Marcel Cachin.

1389De Gaulle a vu Jacques Duclos439. Il lui dit : « J’ai pensé à M.C. pour un poste de ministre d’État. » Non ! dit J.D., il préfère rester à l’Humanité.

Mercredi 14 novembre 1945

1390Champigny, France-URSS.

1391Nous avions demandé la présidence de la Chambre. Les socialistes ont refusé. Ils ont dit programme d’abord. Réunion des 30 pour nous prouver que les MRP étaient d’accord avec les gauches. On aurait voulu nous embarquer avec de Gaulle ; mais nous avons mis l’accent sur le désaccord avec le MRP. Fin de la réunion des 30. Les socialistes, ensuite, nous ont demandé une entrevue ; désagréable : vous êtes avec les MRP plus qu’avec nous. Démagogie sociale ; dans le MRP, il y a des ouvriers mais surtout l’Église ; ils ne sont pas d’accord pour les nationalisations ; ils sont avec les capitalistes. Vatican plus socialistes contre le communisme partout.

1392Les socialistes nous ont posé lundi les questions pour nous embarrasser. Nous avons répondu : vous avez voté oui-oui. Ils ont fait silence sur le discours de Thorez à Ivry. De Gaulle a perdu trois semaines.

1393Mardi, Auriol : vous reculez devant la prise du pouvoir. Très perfide. La déclaration de De Gaulle mauvaise. Vous serez une assemblée représentative et limitée à 30 semaines. Calendrier ! C’est la dernière expérience du régime représentatif. Phrase lourde de menaces. Vous êtes un parti dynamique, pas trouillards. Ou il nous donne notre place, ou il ne veut pas prendre d’engagement et nous empêcher d’accepter, ou il y a chantage : j’en ai marre, je m’en vais et alors on se tourne vers le PC.

Jeudi 15 novembre 1945

1394Le Honduras est moins important que les États-Unis.

1395Nous croyons à ce que nous disons. Nous méprisons la ruse.

1396Il faut être ferme sur la quantité et la qualité des ministères. Le vice-président du conseil doit être un communiste parce qu’on accuse de nous dérober sur les responsabilités. Il y a déjà direction du crédit par la Banque de France ; on veut garder ça. Ou être dans l’opposition, ou être au ministère en parti diminué. On ne peut comparer 1936 et 1945 ; il y a de Gaulle (mauvaise foi).

1397Il s’agit de bouleverser l’économie du pays ; en six mois nous ne pouvons pas tout faire ; il faut d’abord nationaliser le crédit, c’est-à-dire les banques ; liquider Vichy ; sur la laïcité comme en 1939. Si vous nous refusez un des trois grands, dites pourquoi ? Si on refuse des postes, c’est qu’on ne veut pas appliquer le programme ; nous en référons à la direction du PC. Il faut garder nos hommes en réserve. Blum : préparer l’éventualité d’un gouvernement sans nous. V. Auriol : nous divergeons avec le MRP et avec les communistes... Tiens ! Et la lutte des classes ?

Vendredi 16 novembre 1945

139810 h 30, visite aux Halles, rue du Louvre, face à la Bourse du commerce. Place des Deux Écus.

  • 440 Le Congrès national de l’UJRF s’ouvre, le lendemain, avec 400 délégués.

1399Jeunesses440 ; 5 000 à Paris-ville. Jeunesses : 300 000 adhérents, 120 000 filles. Âge des adhérents, de 13 à 18 ans. Peu de 18 à 25 ans. Là où il y a chorales, sports, foyers, clubs, groupe théâtral, bals, dancings : stabilité. 15 000 Vaillants. Les foyers de jeunes filles [ill.]. Activités sociales, entr’aide. Avant-garde : 200 000, 16 000 abonnés. Vaillant : 90 000 pour les garçons. On fera un Vaillant fillettes. Filles de France : 100 000. J3 50 000. Horizons Jeunes Paysans : 20 000. Étudiants : 15 000. (JOC, Ligue de l’Enseignement). Participation aux reconstructions (service civique). Équipes pour la production (Jeunes mineurs). Récompenses, médailles. Accueil des prisonniers. Colonies de vacances. Écoles, 500 élèves. Pourquoi y a-t-il stagnation ? Bureaucratie des [ill.] d’honneur, préfets, généraux ? On glisse à la neutralité politique. Apprentissage, réforme de l’enseignement. Le PC ne s’occupe pas assez des jeunes. Les jeunes étudiants sont trotskystes.

Samedi 17 novembre 1945

  • 441 Devant l’impossibilité de former un gouvernement (le PCF réclamant notamment l’Intérieur, les Affai (...)

1400Union de la Jeunesse républicaine de France : salle du patronage laïque, Kremlin-Bicêtre, rue Brossolette. De Gaulle : « Nous allons faire l’épreuve décisive du régime représentatif., w441

1401La France ne peut choisir entre l’Est et l’Ouest. Vous, vous avez choisi (De Gaulle). Nous avons voté pour vous, non pour éviter la crise, mais par conformité avec notre politique.

1402En janvier, en mai, nous avons dit : nous sommes prêts à participer avec de Gaulle. Je vous l’ai dit en juin. Nous avons pensé que vous étiez utile à la reconstruction. Nous aurions pu causer sur les ministères. Mais vos raisons sont inacceptables. Vous mettez en doute le caractère national de notre parti communiste. Blessant, outrageant. Ce soir, alors si vous refusez, je donne ma démission. Jamais nous n’admettrons que nous sommes agents de l’étranger. Le PC en a fini avec les groupes armés. Seuls les réactionnaires, dans le passé, ont fait appel à l’étranger. Nous, nous représentons les intérêts de la France.

1403Le geste de De Gaulle : chantage ou provocation. S’il s’en va, nous réclamons la direction du gouvernement.

1404De Gaulle s’en va. Blum : l’unité ne tient pas à sa personne. Elle survit. Saillant : le CNR continue comme point de jonction des forces qui veulent reconstruire la France.

1405La France peut récupérer 6 années d’intérêts de nos avoirs à l’étranger. La France n’a pas de dettes extérieures, elle ne doit qu’aux Français. La France peut frapper les fortunes mal acquises. La France peut faire appel aux autres par la persuasion. Pleven les a effrayés par l’impôt sur le capital. La France peut amnistier ceux qui ont leur argent à l’étranger.

Dimanche 18 novembre 1945

  • 442 Alfred Lebidon (1876-1965), conseiller municipal communiste de Choisy-le-Roi, déporté en Algérie en (...)

1406Déjeuner chez Maurice. Lebidon442. 21 octobre : communistes, 150 000 ; socialistes, 84 000 ; MRP, 99 000 ; radicaux, 9 000 ; réactionnaires : 110 000.

1407Il faut refuser des crédits aux nations qui veulent faire des nationalisations (un financier américain).

1408Le Populaire : le parti socialiste a déclaré qu’il voterait pour un communiste [ill.], s’il y avait accord entre les trois grands partis et qu’il ne voterait que pour un candidat présenté par les 3 partis. Première faute de De Gaulle : sa lettre de démission. La réponse à M. Thorez, l’interdit au PC. Deuxième faute de De Gaulle : son discours de samedi à la TSF. Gouin essaye de sauver de Gaulle ; allons le voir (samedi après-midi) ; il vous donnera le ministère de la Guerre. Nous disons : Gouin peut avoir l’unanimité ; nous avons voulu voter Gouin ; nous sacrifions notre droit à diriger le gouvernement. Les socialistes nous ont dit : nous ne voterons pas pour vous, alors nous proposons Gouin ; il aura l’unanimité, De Gaulle non. Américains et Russes blâmeront de Gaulle pour s’être offert comme arbitre. Les Anglais se disent : alors nous ne comptons plus. Notre position : nous ne voterons pas de Gaulle. Nous n’entrerons pas dans un gouvernement de Gaulle. Nous fûmes toujours nationaux avant, pendant, après la guerre.

1409La grande faute de De Gaulle fut sa réponse à la CGT. Les mineurs disent : si on ne donne pas son dû au PC, la grève. Appel au peuple de De Gaulle ; manifestation d’officiers et d’étudiants.

1410Aussi, BP dit : « De Gaulle nous injurie, de Gaulle n’a plus qualité pour faire un gouvernement, nous ne voterons pas pour lui ; de Gaulle partisan d’une réaction. »

  • 443 Le BP s’est réuni le 17, l’Humanité du 18 proclame la rupture avec de Gaulle. Depuis le 16, cinq re (...)

1411Réunion des 15 à 3 h443. Socialistes, MRP disent : possible de s’arranger. Non, dit M.T., de Gaulle ne peut plus être chef d’un gouvernement d’unité. Les socialistes disent : nous ne voterons pas pour de Gaulle, alors de Gaulle ne peut avoir la majorité de l’assemblée, donc il ne faut pas diminuer son prestige puisque sa défaite est certaine. MRP très émus.

Lundi 19 novembre 1945

1412Notre fermeté les a désarçonnés ; alors nous avons parlé. MRP se refuse à voter pour M.T. [Maurice Thorez] alors nous nous tournons vers les socialistes ; vous ne voteriez pas pour nous ; alors nous sommes prêts aux sacrifices. Il faut Gouin, 555 voix, candidat d’unanimité. Il faut rendre ça public. Nous allons revoir MRP à 11 h. Il faut que de Gaulle ne soit pas candidat ; si de Gaulle est candidat, nous sommes candidats.

1413À la Constituante : 151 communistes, 138 socialistes, 22 UDSR, 9 MUR, 24 radicaux = 344. MRP 144, Louis Marin 37, Musulmans 11, Paysans 9 = 201 + 14 UDSR = 215.

1414De Gaulle écrit à Gouin : je n’ai pas donné ma démission. Je demande à la Chambre : me retire-t-elle le mandat qu’elle m’a confié, oui ou non ? Et alors, la majorité relative suffit. Il accepte de rentrer par la petite porte et il ferait un gouvernement de techniciens.

1415Les socialistes par 48 voix contre 46 refusent d’aller voir de Gaulle (Le Trocquer et T. Prigent). Nous proposons aux socialistes de faire un gouvernement républicain.

Mardi 20 novembre 1945

1416La réaction reste encore forte en France et la classe ouvrière est divisée. Les socialistes ont sauvé de Gaulle. M.T. et Jacques Duclos chez de Gaulle. Je ne veux pas perdre la face. Vous avez dit : jamais avec de Gaulle » Réponse : notre présence ici indique notre esprit de conciliation. Allons encore six mois comme ça !

1417De Gaulle à Auriol : « Prenez garde aux Anglais. Cachin est venu ici avec vous et m’a dit qu’il était avec moi, il m’a soutenu contre vous. »

1418De Gaulle : « Et si je prenais la défense nationale ? »

1419De Gaulle : « Il était absurde de faire la guerre en 1939 sans l’URSS et contre l’URSS ; nous n’avions pas d’alliés. Les Anglais ne nous soutenaient que mollement. »

1420De Gaulle : « Votre parti a joué un rôle capital dans la libération. » Un compromis sur l’intérieur, Marrane. Vous seuls avez des hommes. Les socialistes (Philip) ont sauvé le gouvernement. Il ne faut pas être à plusieurs pas avant les masses.

  • 444 La SFIO ayant refusé un gouvernement présidé par Blum avec Thorez comme vice-président du Conseil, (...)

1421Zigzag. Compromis à la Lénine, constructif. Nous aurons la même place que les autres. Vous mettez en suspicion le caractère national du Parti. Nous avons l’armement secret. On reconnaît que les communistes peuvent occuper toutes les fonctions. Il n’y a plus d’interdit, ni exclusive. Nous allons lutter à l’intérieur du gouvernement . Nous sommes le groupe le plus discipliné et le plus nombreux. Les socialistes ont, une fois de plus, sauvé de Gaulle. Nous avons dû accepter le compromis car nous ne sommes que 5 sur 19444. Si on veut que nous allions plus loin, il faut envoyer 200 des nôtres à la Chambre ; sagesse, audace. Nous ne sommes pas isolés.

Mercredi 21 novembre 1945

  • 445 Marcel Cachin et Georges Cogniot sont invités à assister au VIIIe congrès du PC britannique.

1422Autobus de Croydon à Londres445. Air-France. Rust, rédacteur en chef du Daily-Worker, Swinton House, Grays in Road. P. C.B. King Street W.C. 2 – tél. : TER 64-44. Imperial Hotel, Russel Square – 3 livres par jour suffisent, pour 600 F, 1 200 F voyage.

1423Avec les communistes au gouvernement, le Bloc occidental est impossible.

Jeudi 22 novembre 1945

1424En Grèce, 250 000 avec le PC, le plus grand parti, un grand journal quotidien.

1425Depuis deux jours un gouvernement libéral soutenu par le PC. EAM, 70 % communistes. Monnaie avariée : 1 livre = 70 000 drachmes. Les nouveaux députés anglais ont aidé l’EAM.

  • 446 Ernst Fischer (né en 1899), militant socialiste puis communiste autrichien, avait vécu à Moscou de  (...)
  • 447 Wilhelm Koenen (1886-1963) était l’un des dirigeants du KPD et député communiste au Reichstag. Exil (...)

1426En Autriche, deux communistes : Fischer, Koperi446. Koenen447 à Londres.

Vendredi 23 novembre 1945

  • 448 William Gallacher (1881-1965), fondateur du parti communiste anglais et membre du CC depuis 1921, m (...)

1427Paris-Londres. Gallacher, Priatin [?]. Comment renforcer le PCB. Un conservateur tory dit : ne combattons pas trop violemment les socialistes, car après eux, ce sont les communistes. Horner, mineur communiste448. Les ouvriers britanniques n’ont jamais tant gagné d’argent que pendant la guerre. Bien nourris, eux et leurs enfants : lait, orangeade gratuits. Les Anglais sont contre le Bloc occidental. En Angleterre, le peuple est plus l’ami des Russes que des Américains. Daily Express, 3 millions. Evening Standard.

Samedi 24 novembre 1945

  • 449 Marcel Cachin prononce un discours conservé dans le fonds Cachin de la Bibliothèque marxiste (5 p. (...)

1428Congrès du PC britannique. Maxton449, Daily-Worker, Hôtel Scribe. Nous serons interrogés un quart d’heure sur la situation intérieur de la France. Huit délégués étrangers.

1429PCF, 5 millions sur 19 millions. Sur 4 Français, 1 communiste.

1430La cause de la crise, c’est le référendum ; car aucun texte ne peut tenir contre la volonté du pays. Le référendum a faussé les élections.

  • 450 Les notes suivantes concernent visiblement les journées des 18 au 20 novembre.

1431Nous voulons un ministère à l’image des partis en France450. Les socialistes ont voulu aujourd’hui qu’on aille rechercher de Gaulle. Les communistes refusent. La lettre de De Gaulle ne fait que reprendre les outrages anticommunistes. Les MRP ne se refusent pas à causer. Ils disent : nous ne voterons que pour de Gaulle. Nous offrons aux socialistes la présidence du Conseil, Gouin, pour nous la vice-présidence, M.T. Que ferez-vous demain ? Appliquer la volonté populaire. Nous ne sommes que 5 millions sur 19 millions.

1432Union des 3 partis à égalité pour réaliser CNR. Il faut que, lundi, la Chambre élise le successeur de De Gaulle. Pour cela, il faut l’entente socialistes-communistes. Est-ce que le MRP entend nous aider ? Le MRP insiste pour de Gaulle. Non ; mais êtes-vous d’accord. Ils ne peuvent répondre. Nous voulons un gouvernement tripartite avec nous. Répondez ! Ils n’ont pas répondu non.

1433Les socialistes pensent que si nous arrivons lundi sans un gouvernement, ils seraient responsables. À nouveau, réunion à 7 h et demain à 3 h. Si de Gaulle revenait, ce serait fatal à la démocratie.

1434De Gaulle dit : « Je dois parler ce soir à la radio. » C’est plébiscitaire. Mais F. Gay dit : « Comprenez ! Nous sommes républicains ; nous ne pouvons comprendre qu’on puisse se séparer de De Gaulle, peut-être demain ! »

Dimanche 25 novembre 1945

1435Congrès PCB, Seymour Hall, Seymour Place.

Lundi 26 novembre 1945

  • 451 Le général George Marshall (1880-1959) avait été le chef d’État-major de l’armée américaine pendant (...)

1436Congrès PCB. Général Marshall451 nommé commandant des forces américaines en Chine.

1437France 24 % des voix aux communistes ; Hongrie 14 % des voix aux communistes ; Autriche 8 % des voix aux communistes ; Bulgarie 70 % des voix au Front National ; Yougoslavie 70 % des voix à Tito.

1438BP du PC. En Grèce : Partsalidis, secrétaire EAM, maire de Cavalla.

1439France : 5 000 000 communistes, 4 800 000 socialistes, 1 700 000 radicaux. 11 500 000 sur 19 000 000.

Mardi 27 novembre 1945

  • 452 Konni Zilicacus (1894-1967), d’origine américano-finlandaise, avait fait ses études en Angleterre, (...)

1440À la House of Commons : Ziliacus, Maxton, Parkin, Gallacher, Lord Robert Cecil452.

1441Manou : les campagnes allemandes sont intactes et riches ; les villes détruites fondamentalement. Les socialistes allemands disent : pas de démocratie, le socialisme tout de suite ! En Allemagne, le capitalisme n’est pas détruit ; le capitalisme est aidé par les Anglo-saxons. Il faut que les Allemands payent.

1442Allemagne : 400 000 membres au PC. Moins 20 % de leurs anciens cadres (Dalhem, Ulbricht, Pieck). Ne prenez pas une part active à la discussion sur la Rhénanie. Et même si on la sépare de l’Allemagne !

1443Les Anglais et les Américains préparent l’Allemagne à entrer dans le bloc occidental. Le bloc occidental est le but. Les Anglo-Saxons se rapprochent. L’isolement de l’URSS reste le but. La France est antisoviétique. Bidault très antisoviétique. Il faut faire une action très forte sur de Gaulle, par tous moyens. On vous a donné tous les ministères difficiles pour vous compromettre ; c’est le ministère des Affaires étrangères qu’il vous fallait.

1444La Belgique ne menace pas l’Angleterre comme les Balkans ont agressé l’URSS. Il n’y a pas le bloc de l’Est. On sabote à San-Francisco et à Londres le traité franco-soviétique, comme Laval. Il faut décorer J.D. de l’ordre de Lénine.

Mercredi 28 novembre 1945

1445Ambassade de France à Londres. National Gallery.

1446En Autriche, très grave défaite, les nazis sont encore forts. On a fait une campagne violente antirusse. Catholiques, les premiers partis, socialistes 46 %.

1447Les catholiques ont eu les voix réactionnaires et nazis. Un ministre autrichien d’aujourd’hui se déclare hitlérien. 65 % de jeunes catholiques. A Vienne : 56 socialistes, 35 catholiques, 6 % c.[ommunistes]. L’Autriche est dans un danger mortel. Socialistes et catholiques antislaves.

1448Autriche : 85 catholiques, 76 socialistes, 4 communistes. Les extrémistes catholiques fascistes sont les maîtres.

Jeudi 29 novembre 1945

  • 453 James Pritt (1878-1962) était le secrétaire adjoint du parti travailliste jusqu’à sa retraite, en 1 (...)

1449Londres, Imperial Hotel. H. Pollitt, 11 h. Un nouveau fascisme se prépare. 3 h, House Commons, Pritt453, Middleton, Piratin [Priatin ?], Gallacher. 6 h, ambassade yougoslave. La République.

1450Wilkinson a été en Allemagne pour empêcher l’unité et pour créer une dissidence socialiste contre Berlin.

  • 454 Sans doute, Johann Koplenig, cf. 22 novembre.

1451Les Britanniques ont envoyé 12 trotskystes en Allemagne. Les Britanniques ont envoyé Pollak pour diriger l’Arbeiterzeitung à Vienne. En Autriche, 2 communistes : Fischer, Copernic454.

1452Terreur de la bombe atomique en Amérique. Truman contre la réunion des trois.

Vendredi 30 novembre 1945

1453Daily-Worker ; Doyen de Canterbury. Quatre doyens des chapitres en Angleterre. Leur rang est celui des archevêques. Canterbury, cathédrale mère. Doyen est membre du conseil de rédaction du D. W. Hewlett Johnson. Il revient des États-Unis. Il a vu Truman et a fait 15 conférences en 15 jours.

1454Il signale les grands progrès catholiques en Amérique du Nord, Écosse, Canada et Amérique du Sud. L’Église catholique achète de grandes propriétés. Elle a des intérêts immenses aux États-Unis. On a élevé Spellman au rang de cardinal. On parle en Amérique de transporter le Vatican en Amérique et de nommer Spellman pape. Catholicisme impudent, agressif. Il pense qu’un grand bloc antisoviétique va se former en Amérique avec les catholiques liés aux trusts. L’Eglise réformée aiderait l’URSS.

1455Tom Ray catholique irlandais. Johnson dit : Truman, banal entre les mains de l’appareil réactionnaire des États-Unis. La France a un grand rôle à jouer entre la Réforme et le Papisme ! Dans le Massachusetts et Boston 70 % de catholiques, surtout dans la grande société. Si Hitler avait pris l’Islande et Terre-Neuve, il aurait créé une panique à New York en le bombardant.

1456Le peuple américain est pour l’URSS. Le peuple anglais hait les États-Unis.

Notes fin novembre

1457Dans l’Huma de mercredi : Azerbaïdjan demande autonomie et fédération avec Téhéran.

Décembre

Samedi 1er décembre 1945

1458Départ de Londres.

Dimanche 2 décembre 1945

1459Arrivée à Paris.

1460En Yougoslavie, on est élu parce qu’on a lutté. Les Boches ont volé des machines dans toutes les industries françaises. Il faut qu’on les rende.

1461Bidault dit : « Je reviendrai vous parler de nos relations avec les alliés. »

1462Italie à la France en décembre 1944 : nous n’avons pas d’objection à votre opinion sur la Rhénanie (décembre 1944). Sécurité complète. Droits de l’homme. Nous aurons satisfaction dans quelques jours. Je répondrai dans trois semaines ou un mois sur l’Europe. On va arracher aux Allemands la Bible de Hitler et leur enseigner la Déclaration des Droits de l’homme.

1463La Sarre. Les mines ont été livrées par Laval. Le territoire ? Droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Le charbon est à la France qui en a besoin. Nous le prendrons.

Lundi 3 décembre 1945

  • 455 Tsola Dragoicheva (née en 1900), membre du PC bulgare depuis 1919, était membre du CC depuis 1936, (...)

1464Alliance franco-bulgare. Dragoïtcheva455.

1465Au Brésil : Luis Carlos Prestes, directeur du quotidien.

  • 456 Carlos Prestes (1898-1990), secrétaire général du parti communiste brésilien membre de la direction (...)

1466En Argentine : Vittorio Codovilla à la Hora456.

1467Bon sens, bon droit (Bidault). Nous voulons une frontière de bon droit et de bon sens. Lapie : « Que se passe-t-il en Allemagne ? Y a-t-il une tension russo-anglaise ? » Réponse : « Je n’en sais rien ! S’il y a tension, nous n’y sommes pas engagés. » Les Américains ont peur de l’hiver, du désordre ; ils voudraient reporter sur les administrations allemandes le poids des responsabilités alimentaires et autres. Que sera l’administration centrale de l’Allemagne ?

1468Lapie : « Faites-en Allemagne, des espèces de conseils municipaux ou généraux sous le contrôle allié ; pas d’annexion. »

  • 457 Joseph Damand (1897-1945), chef de la milice et secrétaire général au maintien de l’ordre de Vichy, (...)

1469Chambrun : « Des Espagnols républicains en danger ; il y a possibilité d’échange. Et la rupture ? » Réponse : j’ai arraché des Espagnols amis de la France à Franco. Franco nous répond : les Français en Espagne sont de Darnand457 ; il y a une cinquantaine d’intéressés.

1470Pezet. Que sera l’administration centrale allemande ? Il n’y a plus de frontières stratégiques. Quid de l’Iran ? Quid de l’Autriche ? Nous aiderons l’Autriche.

Mardi 4 décembre 1945

1471Camarade Yarolavski, 6 h. Nous sommes prêts à accueillir la personne présentée par le gouvernement français sans objection.

1472Je ne sais rien de ce qui se passe dans la zone britannique (relativement au million de troupes allemandes).

1473Rivet [?] : « Chassez vos grands fonctionnaires des affaires étrangères, réactionnaires et antifrançais. » Réponse : « Il y a 188 fonctionnaires (le quart) qui sont revenus en contrebande ; nous avons sanctionné : 70 ambassadeurs, 40 chefs de légation. Je couvre tous. » Il y a beaucoup de nazis dans la zone française. Je ne peux répondre aujourd’hui sur l’Espagne. Plus tard ! Je fais tout pour faire venir le charbon de la Ruhr. Je réclame avec instance, pas de faute du gouvernement français.

Mercredi 5 décembre 1945

  • 458 Anna Pauker (1893-1960) avait été avant-guerre l’une des dirigeantes de premier plan du PC roumain (...)

1474Anna Pauker458. Commission affaires extérieures, 15 h, local n° 255, audition Bidault.

1475Bidault. On vit dans un monde sévère. Nous n’avons pas été conviés à Potsdam. Confiance et liberté.

1476À Potsdam, on a décidé que l’Allemagne serait coupée de l’Est ; cela a des conséquences. En fonction d’un tel acte ! Alors Sarrebruck ! Cologne ! Mayence ! On parle d’une Allemagne centralisée. Les Américains désirent le rapatriement des soldats américains. En cet hiver dur, ils nous considèrent comme des gêneurs. Il n’est pas vrai que l’occupation française soit un scandale. Nous demandons qu’on coupe comme à l’Oder. Ceux qui seront dans notre zone ne seront pas malheureux. Je ne sais pas par quel bout commencer.

1477Espagne : je ne peux pas tout vous dire. De Gaulle veut reprendre avec l’Espagne quand nous la rencontrerons sur la route de la démocratie. Il faut me laisser travailler. J’ai le doigt sur la gachette. Je ferai d’autant plus qu’on ne me passera pas ; c’est une question de confiance. Méthode chirurgicale si je ne suis pas le seul chirurgien.

  • 459 Hervé Alphand, inspecteur des finances, directeur des Affaires économiques au CFLN puis au ministèr (...)

1478Alphand459 est à Moscou et cela prouve que nous couvrons toutes les obligations du traité franco-soviétique.

  • 460 Madeleine Braun (1907-1980), militante antifasciste, résistante en zone Sud, membre du comité direc (...)
  • 461 Pierre Maillaud, dit Pierre Bourdan (né en 1909), journaliste à l’agence Havas, à Londres, s’était (...)

1479Nous sommes dans une position très grave, très tendue. Une seule femme, Madeleine Braun460. Quelle est la résistance des alliés à la politique française ? (P. Bourdan461). Je ne connais pas les relations des alliés. Je n’étais pas à Potsdam. Il faut l’entente des 3 grands (plus tard des 4).

Jeudi 6 décembre 1945

1480Lundi 10 décembre anniversaire franco-soviétique. J.D., ordre de Lénine.

1481Traversée Atlantique, Washington-Paris 13 h 30 de vol à 530 kilomètres heure.

1482Réception franco-roumaine, Claridge, 74, avenue des Champs-Élysées.

1483Les contradictions croissent dans tous les pays. Les divergences avec l’Union soviétique. Le plus grand danger, c’est les Etats-Unis ; mais l’Angleterre veut nous mettre sous sa coupe, c’est ça le danger. Bidault est la bonne à tout faire. Il ne faut pas seulement couvrir l’Union soviétique. Il faut obtenir les réparations pour le peuple de France. Nous sommes pour l’internationalisation de la Ruhr. L’Angleterre et l’Amérique veulent laisser une grande indépendance en Allemagne pour avoir un bastion contre l’Union Soviétique et la France. Les Anglais veulent nous tenir à la laisse en nous refusant le charbon. Délimitez nos frontières après nous verrons l’administration centrale de l’Allemagne. L’Angleterre ne veut pas que la France ait sa sécurité personnelle sur le Rhin. On n’a pas besoin des Anglais à Sarrebruck, si on veut élargir la Belgique jusqu’à Strasbourg. C’est l’Angleterre qui nous empêche de démarrer ; donnez-nous du charbon, c’est ça l’amitié.

Vendredi 7 décembre 1945

1484Dragoïtcheva, 16 h. Lutetia 628.

  • 462 Guy de Boysson (né en 1918), résistant FTP, membre de l’ACP au titre des Forces unies de la jeuness (...)
  • 463 L’ancien ministre des Affaires étrangères radical Yvon Delbos (1881-1956), déporté en Allemagne ent (...)

1485Commission des affaires étrangères, 11 communistes : Bonte, de Boysson, Madeleine Braun, Cachin, Grenier, Martel, Mercier, Pourtalet, Rosenblatt, Wallon, Barthelémy462. Herriot, Delbos463, Schumann, Marin.

  • 464 Pierre Hervé avait été élu député du Finistère à la Constituante et siégeait au groupe communiste.

1486Il faut laisser Hervé464 parler ; ça n’engage pas M.C. ou C. On pourra le désavouer.

1487Congrès international des femmes : 41 pays, 80 millions de femmes, 500 déléguées françaises. Congrès sous l’impulsion Russie-France ; l’Angleterre a tout fait pour torpiller le congrès ; les SFIO absents du congrès et les MRP. Le Populaire les a réunis sans résultat.

1488Le congrès a été à gauche, d’union, de masses, anti-fasciste, anti-Franco. Ce fut un début. Il y a une direction internationale solide (communistes et démocrates) ; préparation d’une semaine pour venir en aide à l’enfance victime de la guerre. Base de l’amitié entre les peuples et leur action commune. Internationale : jeunes, syndicats, femmes.

1489(624 Dbova).

Samedi 8 décembre 1945

1490Le danger de Gaulle reste grand.

  • 465 Petros Roussos était membre du BP du PC grec.

1491Didon Sotirion, Grèce. Sotirion, Roussos465, Hôtel Trianon Pallas, 1, rue Vaugirard.

1492Accord financier anglo-américain : c’est la fin du sterling. Il faut payer à l’Amérique plus qu’en 1923 alors que nous sommes plus pauvres. Retour à l’étalon-or, c’est-à-dire chômage, réduction du commerce extérieur. Plus de préférences impériales. C’est la main forcée. Nous n’avons pas le choix. Emprunt : 200 milliards de francs. 1 milliard 100 000 livres, 2 % pour faire des achats aux États-Unis. France : dépenses 464 milliards, recettes 220 milliards.

1493Tous les Espagnols exilés par le compromis avec Franco ; sauf les communistes. Il faut faire en France des machines-outils, non des casseroles. Il faut diminuer le budget de la guerre, 125 milliards. Sunday Times (fin novembre) : si le communisme est trop fort en France, il faudrait qu’on intervienne.

Dimanche 9 décembre 1945

1494Accord financier anglo-américain : 4 milliards 400 millions de dollars, remboursable 50 ans 2 %. La livre est liée à l’or. La préférence impériale abandonnée. Les Américains ne veulent pas de commerce étatisé. En Angleterre donc pas de contrôle du commerce extérieur. Angleterre attachée au char américain. Daily Express demande qu’on repousse l’accord, c’est une alliance !

1495Comte Birkenhead (Daily Telegraph) : nous devons profiter de notre force actuelle pour organiser les nations de l’Europe occidentale ayant notre idéal et notre culture (France, Belgique, Hollande, Norvège) un système d’alliances solides. En même temps resserrons nos liens impériaux.

Lundi 10 décembre 1945

  • 466 Une soirée de gala est organisée pour le 1er anniversaire du pacte franco-soviétique.

1496France-URSS. Chaillot466.

Mardi 11 décembre 1945

1497Ch. Meunier, 10-12. [ill.] à Guingamp.

1498Un extrême morcellement des forces républicaines espagnoles pire qu’avant 1936.

1499En 15 mois aucun démarrage dans la reconstruction. Dautry a déjà dépensé 30 milliards. Il couvre d’or des grands patrons tâcherons qui payent les ouvriers 1 100 F par jour.

  • 467 Une commission de la Constitution de 42 membres a été nommée fin novembre et se prononce sur le rég (...)

1500Pour la révocabilité des élus (à la commission de la Constitution) 13 contre 28467. On a voulu imposer le secret des délibérations de la commission. Le pain manque dans certains départements.

Mercredi 12 décembre 1945

1501Matin 9 h 30, commission affaires étrangères.

  • 468 Officier de carrière, le général Antoine Béthouart (1889-1982) fut chef de la mission militaire du (...)

1502Occupation militaire en Allemagne. Béthouart468 est maître en Autriche. Koenig est maître en Allemagne. Les civils sont subalternes. Pas de liaisons ferroviaires, chaque militaire est maître localement. On a chassé 80 % des professeurs et instituteurs nazis, puis on les a repris à l’essai, 75 %, de même pour les juges. Pagaille, préfets vichyssois, désordre, immoralité ; les gens de la francisque sont tous en place. La police nazie est encore en place sous les Français. La presse, les cinémas, entre les mains de vichyssois. 1 000 officiers d’état-major à Baden-Baden. 9 polices antagoniques.

1503La France et ses alliés, par Bidault.

Jeudi 13 décembre 1945

1504Encore 2 millions et demi de Français n’ont pas d’électricité (les écarts). Équipement du pays.

1505Électricité. Pleven en liaison avec Mercier : situation énergétique est un drame. Trust malthusien, il était pour l’équipement thermique ; les marchands de charbon y insistaient ; il manque 12 millions de kilowatts heure. On ne s’est pas appliqué à mettre le Rhône à l’abri de toute sécheresse. Maroger, Mercier, Ulrich contre, le trust nous a ainsi conduits à la ruine. Il mène la bataille contre nous par la bande ; même les socialistes contre la répartition ; les bénéfices sont à la distribution, location compteurs, branchements. Il n’a pas équipé le pays ; les fournisseurs des usines ont gagné des milliards. On dit : il ne faut pas toucher au gaz car il n’y aura plus de concurrence (Pleven).

1506Il faut développer, équiper le gaz par des méthodes rationnelles ; il y a le gaz naturel ; il faut une politique à grande échelle ; il y a possibilité de rééquipement (Auriol contre) et tout est au point. Indemnisation des actionnaires : 25 milliards actions, 25 milliards obligations, 2 %. Il faut 200 milliards pour le rééquipement en 6 ans. Mais où prendrez-vous l’argent ? Nous avons dû songer au financement. Nous aurions fait des emprunts payés par la vente de l’électricité. Deux problèmes : gaz, 200 milliards. Il faut que toute l’électricité soit unifiée : il faut un mécanisme unitaire. Le MRP se tait, les socialistes contre les nationalisations, gestion communalisée est nécessaire.

Vendredi 14 décembre 1945

1507Au conseil des ministres : socialistes en désaccord, MRP silencieux. On est en train d’acheter beaucoup à l’étranger. 800 M. en Amérique, autant en Angleterre. Attention ! Il faut un plan unique ; il faut supprimer les comités d’organisation. Il faut nettoyer au sommet.

1508La Constitution : coalition MRP-socialiste contre le communisme et la démocratie. Ils voulaient le silence de la commission. Ils ont voté la Chambre unique, immunité parlementaire, vote 20 ans, militaires, proportionnelle. Mais ils ont pris des mesures antidémocratiques ; contre les partis et contre la souveraineté de l’Assemblée. Référendum seulement pour la Constitution ; dissolution automatique de l’assemblée si le gouvernement est deux fois mis en minorité. Limitation des pouvoirs législatifs de l’assemblée (deuxième lecture) ; censure obligatoire pour renverser le gouvernement ; indemnité parlementaire égale à celle des conseillers d’Etat : 350 000 francs par an.

1509Ils sont contre les partis ; ils veulent un statut des partis. La pluralité des partis. Déclaration des droits de l’homme. Contrôle des dépenses, organisations démocratiques. L’État aurait le droit de s’immiscer dans les partis et toutes organisations, CGT. Adopté : révocation des élus sur indication des partis. Légalisation des élections. Vote obligatoire. Nous avons voté contre.

1510Majorité contre le communisme et ses progrès futurs, pour une Europe réactionnaire ; et les socialistes ont leurs difficultés internes. C’est du néo-fascisme. On veut nous isoler dans la future assemblée : dissolution en cas de crise ministérielle. Les masses socialistes ne sont pas convaincues que leurs dirigeants trahissent la démocratie.

Samedi 15 décembre 1945

  • 469 En Belgique, la participation électorale fait partie des obligations du citoyen.

1511Socialistes plus MRP, c’est un mur à la commission des finances et à celle de la Constitution. Vote obligatoire c’est belge469, gare au fascisme. Socialistes et MRP sont contre la démocratie. Affaiblir l’assemblée : validation des élus par la Chambre. Dissolution automatique de l’assemblée – c’est un référendum contre l’assemblée. On appelle au peuple en toute occasion. On atomise la représentation nationale des députés bien en main. On fait tout pour le pouvoir présidentiel fort à l’américaine. Or les gouverneurs américains ont de grands pouvoirs.

1512On veut nous empêcher d’accroître notre PC. Il faut gagner les voix socialistes qui sont accessibles en leur montrant que leurs chefs reculent sur tous les points. Ils sont à tout prix pour les MRP au lieu de se rapprocher de l’unité. On disait : nous sommes d’accord. Et alors à chaque fois comment comprendre l’attitude socialiste ? Rappeler aux ouvriers socialistes que nous sommes unitaires. Or, où allons-nous avec la situation socialistes-MRP. On va à la catastrophe. Pourquoi les chefs sont-ils toujours d’accord avec les MRP et jamais avec nous ?

1513FN et MUR (Mouvement unifié de la Résistance). Villon : il faut développer le MUR avec les socialistes, les sans-parti. Il y a un courant liquidateur du FN, car c’était les mêmes militants au FN et MUR. La coexistence des deux mouvements était impossible. Beaucoup de socialistes sont dans le MUR. Copeau très souple. Il y a un FN en Seine-et-Marne très fort ; il peut coexister avec MUR. Et ailleurs aussi. Villon a agi personnellement. FN 150 000 à Paris ; il a seul résolu de liquider le FN. Nous avons voulu faire un groupement unifié à gauche. Les socialistes ont fait l’UDSR en nous imitant ; ils ont 40 députés. Nous, nous avons manqué d’unifier la Résistance. Nous n’avons pas réussi dans le MUR.

Dimanche 16 décembre 1945

1514Argenteuil, 14 h à la mairie d’Argenteuil. Chaillot 8 h soir.

1515Les [ill.] attaquent le FN (Debu-Bridel, Mauriac) e, t après ça, nous liquidons [liquideront ?] nous-mêmes. Et il faut voir que le MUR se présentera contre nous. Il faut faire machine arrière. Il faut repêcher le FN. Pas de liquidation d’une organisation. Libération est au MUR. Il faut aller à un très large mouvement démocratique et républicain, mais notre but est l’unité avec les socialistes.

  • 470 Le cartel des services publics, groupant les fédérations de fonctionnaires, a déclenché, le 12 déce (...)
  • 471 Pierre Neumeyer est secrétaire du cartel des services publics.

1516[ill.]. 1 heure d’arrêt de travail. Les fonctionnaires s’appuient sur Tournemaine470 [ill.]. C’est la grève générale des cheminots. Les socialistes ont créé les conditions d’un compromis et aujourd’hui ils disent : c’est la totalité des revendications. Les ministres socialistes ne disent rien au Conseil. Nous admirons les têtus, comme Neumeyer471. Petits fonctionnaires ont raison, mais il y en a qui poussent à la grève. Nous avons arraché les promesses de Pleven. Les chrétiens exigent, le MRP que dit-il ? Quant M. Pleven s’arrange avec les fonctionnaires.

Lundi 17 décembre 1945

  • 472 Jean Monnet (1888-1979) membre de la mission d’achat britannique à Washington de 1940 à 1943, commi (...)

1517Pleven remplacé par Monnet472 [ill.].

1518L’impôt frappe les salaires ouvriers de 15 % [?]. L’impôt prend 10 % sur tous les revenus. Il n’est pas progressif mais proportionnel.

Mardi 18 décembre 1945

1519Il faudra admettre le [ill.]. Aujourd’hui 1 dollar = 50 francs.

1520Un délégué du CIO à Moscou : le peuple soviétique a beaucoup fait pour la victoire. Il ne convoite pas les terres d’autrui. Il est le seul pays sans crise politique, sans bouleversement économique. On y réalise avec méthode une grande œuvre d’édification. Le peuple avance inlassablement dans la voie juste.

1521On fait en France 100 milliards d’inflation par trimestre. La vie augmente de 30 % en 3 mois.

1522En Allemagne : 17 millions d’habitants en zone américaine, 22 millions en zone anglaise, 19 millions en zone soviétique, 6 millions en zone française, soit 64 millions.

  • 473 Les ministres des Affaires étrangères britannique, soviétique et américain (James Byrnes) sont réun (...)

1523A Moscou, Byrnes et Molotov se font des concessions en chaîne473. Bevin ne veut pas payer les frais du compromis. L’URSS refuse d’accepter Bretton Woods.

  • 474 Supprimé le 1er novembre, le rationnement sur le pain est rétabli par un décret daté du 28 décembre

1524Carte de pain votée par les ministres474, Pineau.

1525M.T. au Conseil des ministres sur les fonctionnaires : ce que feront les socialistes, nous le ferons ; c’est vous les socialistes qui interpellez, et non nous. Les communistes ont conseillé [barré : défendu] la grève générale des fonctionnaires. MRP et socialistes ont eu deux attitudes : excitation à l’extérieur et le ministre Auriol est contre. C’est M.T. qui a défendu les fonctionnaires.

Mercredi 19 décembre 1945

1526Commission des affaires étrangères. 15 h local 255. Loi de finances = loi des restes.

1527La terreur continue à sévir en Grèce. Le banquier Giannini à Rome et Naples.

1528Au Conseil. V. Auriol timide. M.T. : moi aussi j’ai défendu les fonctionnaires, je n’ai pas été soutenu par les socialistes qui font du bruit et intransigeants au dehors ; les MRP n’ont rien dit, les socialistes n’ont rien dit. Le Popu dit : [ill.] ne défendait pas les fonctionnaires. Réponse : si, Duclos a fait une proposition que vous avez refusée. Dans le Conseil des ministres vous n’avez pas soutenu. Les socialistes disent : nos ministres défendent dans le Conseil des ministres. Nous, nous disons : eh bien ! [ill.] les socialistes nous irons aussi loin que vous.

1529Le ministre des Finances dit : pas possible de suivre le Cartel, [ill.] a dit : nous soutenons le Cartel, alors Auriol : il faut revoir, en [ill.]. De Gaulle : rien à faire, je m’en vais. Alors M.T. : c’est insuffisant, il faut faire un pas vers le Cartel, mais il y a un problème avec les socialistes. Le Popu : je suis d’accord avec le MRP plus qu’avec les communistes. Les communistes ne sont pas d’accord avec les ouvriers.

  • 475 Un grand meeting de soutien aux fonctionnaires a eu lieu au Vel d’Hiv le 1er décembre. La demande d (...)

1530Jamais nous n’accepterons, [ill.] a dit : nos ministres iront au bout. Nous irons aussi loin que vous. Nous ferons comme si. De Gaulle repousse toute transaction, il n’accepte pas un ordre du jour d’injonction au gouvernement. Pas de nouveau mandat impératif. Je constate que les communistes ont eu un langage responsable au Vel d’Hiv. Mais les socialistes interpellent, j’y répondrai, retirez votre interpellation. M.T.[Thorez] : vous dites que [ill.] comme dit le Popu. Auriol : venez donc avec moi au groupe socialistes pour qu’il retire son interpellation. Réponse : jamais ! Les socialistes ont demandé à interpeller, qu’ils interpellent, nous les suivrons s’ils retirent leur interpellation475.

Jeudi 20 décembre 1945

153190 le dollar.

1532Créer un mouvement des amis du POF.

  • 476 Le congrès du MRP se déroule, du 13 au 16 décembre, à Paris.

1533CFTC formules hardies, audacieuses, allure de gauche. MRP congrès476. Parti très préoccupé des ouvriers. Défend les révendications de minimum vital. La famille, prêt au mariage, jeunes ménages, relèvement des allocations familiales. Problème de la jeunesse, sports, classes moyennes, retraités. Contre la dévaluation. Très grande place aux paysans, 33 députés ruraux. Ouvriers agricoles salariés comme dans l’industrie, sécurité sociale agricole, assurances sociales, retraites. Déclaration de guerre à la CGA pour le pluralisme. Sourdine sur la laïcité. Nous gagnerons dans 37 départements, nous ne perdrons nulle part. Une journée pour l’organisation. 235 000 adhérents. Visites à domicile. Grande autorité du MRP à la Constituante et chez les paysans. Il est le parti de De Gaulle. Il va vers le fascisme par sa démagogie nationale et sociale. Leurs députés coloniaux sont tous français.

1534La CGA est socialiste. Les socialistes craignent que la CGA soit [ill.] par le MRP. On peut se rapprocher des socialistes. La CGA doit rester démocratique. Il y a chez certains socialistes un rapprochement avec le chrétiens. Nous leur avons dit : on vous a apporté l’unité, vous refusez, vous êtes des diviseurs. Parti de l’Église. Ils ont des équipes spécialisées. Ils font la politique de réaction avec des éléments ouvriers. MRP avec [ill.] a sacrifié les fonctionnaires. MRP ont abandonné la nationalisation des banques.

1535Blum, Vatican, Bloc occidental. Nous avons intérêt à dissocier socialistes et MRP. Ils sont pour l’annexion de la rive gauche du Rhin.

Vendredi 21 décembre 1945

1536Débat financier toute la journée.

1537Les MRP ont un secrétariat de la famille lié à l’Église, un secrétariat de la santé ; à leur ministère de la Population, on a réduit les crédits de l’Entraide que nous dirigeons : 800 millions (Godard à l’Entraide).

1538Teitgen a menacé les fonctionnaires de sanctions à propos de la menace de grève. Les assistantes sociales sont catholiques. Il faut des laïques. Supprimer l’Entraide et remplacer par municipalités.

1539Budget : 390 milliards + 82 milliards reconstruction ; liquidation : 464 milliards. 288 milliards de recettes. Déficit : 176 milliards. Recettes 26 milliards impôt ouvrier. 17 milliards confiscation.

  • 477 Les accords monétaires de Bretton Woods (juillet 1944) sont signés le 27 décembre, à Washington. La (...)

1540Bretton Woods477 (juillet 1945, style altruiste). Réquisition d’avoirs à l’étranger, car ils seraient les bénéficiaires de Bretton Woods.

1541Monnaie internationale basée sur l’or. Défaite de l’Angleterre, supériorité du dollar impérialiste. Il faut réduire les obstacles du commerce américain. Il faut des prix favorables au producteur. Peur de la crise, se procurer des débouchés. Toutes les monnaies sont rattachées à l’or. On peut attendre trois mois pour dévaluer le franc. La France ne veut pas attendre. La Banque nous prête 550 millions de dollars à 2 3/8 % [?].

1542Les États-Unis ont liquidé le sterling ; ils veulent diriger notre économie. Jean Monnet est l’organisateur du plan des importations. 90 à 100 serait un alignement des monnaies ; d’autres parlent de 130 à 160. On veut créer le franc Billoux avant les élections ; nous devons nous battre sur la dévaluation au taux le plus élevé.

Samedi 22 décembre 1945

1543Nous pouvons dire : pourquoi dévaluer ? Pleven est pour la défense du franc. Monnet contre. On va dévaloriser le franc après avoir revalorisé les traitements des fonctionnaires.

1544Il nous faut défendre notre monnaie. On sera obligé de dévaluer à 90 mais il ne faut pas se presser. La montée des prix en France a précédé la dévaluation (Thorez), donc on ne verra pas monter les prix. On n’a pas eu le courage de prendre l’initiative de dévaluer dès Alger. Nous sortons de la guerre ruinés et nous voulons que le franc soit aussi fort qu’avant la guerre. Il faut produire, mais il ne faut pas que l’Amérique nous en empêche.

Dimanche 23 décembre 1945

1545Licence es-sciences. Bulgare, 17, rue Vézelay, LAB 28-50.

Mercredi 26 décembre 1945

1546Bretton Woods. 9 h 30, commission Affaires étrangères.

1547Tous les pays adhéreront aux accords. Il fallait la dévaluation au taux le plus bas. Si nous sommes acculés à la dévaluation, c’est Vichy, trusts, leur politique de prix élevés, leur politique d’impôts. On ne peut pas faire autrement. Quelles conséquences ?

1548Il y en a de mauvaises : augmentation des prix ; les dettes de l’État vont diminuer. On va payer en monnaie de singe. L’État gagne 118 milliards ; on va pouvoir acheter plus de produits français à l’étranger ; les échanges internationaux seront plus importants. Va-t-on finir en France de mettre du blé sur les montagnes ? Les Américains auront barre sur notre économie. Il faut diminuer les dépenses, les salaires, épargner, ne plus nationaliser, disent les réactionnaires. Un milliard de billets est lancé par jour. Il faut contrôler les prix ; mobiliser les avoirs à l’étranger. La liberté, c’est la conscience de la nécessité (Engels).

1549Notre franc n’est pas à sa valeur. Il est artificiellement maintenu à 50 F et nous ne pouvons pas vendre à l’étranger, ni acheter car on ne nous donnera pas de crédits. Les prix ont augmenté déjà ; ils ne hausseront pas beaucoup car déjà l’État vendait plus cher les objets importés. On consacre un état de fait. Il faut un taux définitif. Pas de hausses des prix. 150 était la position américaine. Nous disons 120, car la France va travailler.

Jeudi 27 décembre 1945

155027-28-29 : les dépenses financières. 14 h, matinée enfantine, 135, rue Belliard. Il n’y a pas de crise sans issue.

Vendredi 28 décembre 1945

  • 478 Le comte Carlo Sforza (1872-1952, cf. Carnets années 1930) ne regagne l’Italie qu’en 1945 et présid (...)

1551France-Italie, salle Gaveau 21 h, rue La Boétie. Carlo Sforza478, ambassadeur d’Italie à Paris en 1922, démissionne.

1552Comité démocratique France-Italie : Sforza, Saragat, Paul-Boncour, Philip, Colin, Cachin. Comité de libération nationale italien ; Levin, Sforza, Boncour, M. Cachin, Philip, Colin. Sforza : grand démocrate antifasciste exilé, persécuté ; il dit : « La haine au communisme est absurde. » Italie très catholique, papisme plus fort. Pacte de Latran inchangé. Union des femmes italiennes très unie et cohérente. Deux comités italiens à Paris : Italie libre, Comité démocratique France-Italie (intellectuels). Lydia Campolonghi, Anna Goletti, Mme Ravera.

Samedi 29 décembre 1945

1553Lucien Cassy, Vel d’Hiv, arbre de Noël pour enfants des fusillés et déportés.

Dimanche 30 décembre 1945

1554Les territoires de l’Union française. « Nous briserons les hausses non justifiées ; le franc ne baissera plus ; l’épargne peut se rassurer » (Pleven). On peut maîtriser l’inflation ! Notre taux de change était artificiel, arbitraire.

1555Production accrue. Attaque contre le parasitisme.

Lundi 31 décembre 1945

1556Bretton Woods accepté par 44 nations, dont la France avec réserves. Il faut que la France ratifie l’accord de Bretton Woods avant le 31 décembre. On alignera le franc sur l’or, sur le dollar ; on sacrifiera la souveraineté de la France pour faciliter le commerce extérieur et réorganiser le marché international.

1557Bretton Woods : une banque, 8 milliards de dollars (1/3 américains) ; un fonds monétaire pour stabiliser les changes.

1558Région niçoise, 16, rue d’Alboso. Nice. La soupe fait dormir.

1559[2 coupures de presse]

Notes fin décembre et fin de l’agenda

1560Perry, robes et manteaux. Cripps de plus en plus à droite.

1561Nehru propose une fédération avec les musulmans sur base démocratique, une seule assemblée.

1562PC Hindou : deux assemblées constituantes. Il n’y a de marché noir à Londres que pour les nourritures de luxe ; poisson abondant, bon marché, 13 F la livre, lapin 10 F la livre. Piratin élu des Juifs de Londres, petite circonscription, 50 000 habitants juifs. À Londres, les affaires reprennent, bénéfice trois fois plus grand qu’avant la guerre ; plus de demandes que d’offres.

  • 479 Le Danois Niels Bohr (1885-1962) et l’Italien Enrico Fermi (1901-1954) avaient, tous deux, reçu le (...)

1563Bohr, Fermi479, Joliot. Bombe atomique : 25 % des savants du monde sont embauchés par les États-Unis, avec des traitements très forts pour les applications de la désintégration de l’atome. Les États-Unis décident le 15 novembre de ne pas divulguer le secret de la bombe atomique. On met sous clé une branche de la science.

1564Le flot qui arrive est plus pur que celui qui s’en va. Des institutions vieillies s’écroulent. Des générations rajeunies reconstruiront un monde meilleur que l’ancien.

1565Union des forces de gauche : contre l’hégémonie des trusts ; contre l’hégémonie des castes militaires ; contre l’oligarchie des bureaux, pour un programme d’action com., CNR.

1566En Syrie, 14 religions fanatiques.

1567Chambre des Communes : 70 députés pour les Grecs. Ziliacus, Parkin, Maxton, Pritt.

1568L’anticommunisme se développe dans les pays anglo-saxons. C’est du fascisme. Le catholicisme américain anticommuniste et fasciste.

1569Les officiers anglais avaient mis des canons sur l’Acropole. Le Parthénon n’est qu’un point stratégique.

1570Les élections, épreuve de force pour De Gaulle.

1571Grandeur de la France : en fonction de la Révolution qu’elle réalisera, de son travail, de sa reconstruction. Pas de chimères. Enthousiasme créateur du peuple. Abandonner l’inguérissable phobie du communisme.

1572Américains : la France veut qu’on brise l’unité de l’Allemagne ; c’est contre Potsdam. Il faut que la France s’incline ; sans cela, on la privera de sa zone d’occupation. Internationalisation de la Ruhr.

1573La politique du logement en France, en Angleterre, en URSS.

1574L’inflation menace de tout submerger.

1575Le Moyen-Age a laissé : la basilique romane, la cathédrale gothique, la cité fortifiée, la Somme de St-Thomas, la Divine Comédie, la chevalerie dans les petites cours du Midi de la France, la structure féodale, la poésie de la matière de Bretagne avec son merveilleux : Brocéliande, Tristan et Iseult. Grande valeurs spirituelles de la France.

1576Seine :

15771er secteur : 115 657 voix, 3 élus.

15782e secteur : 100 709 voix, 3 élus.

15793e secteur : 163 511 vois, 4 élus.

15804e secteur : 150 376 voix, 4 élus.

15815e secteur : 140 153 voix, 4 élus.

15826e secteur : 143 942 voix, 4 élus.

1583Total : 814 308 voix, 22 élus.

1584Radar : œil électromagnétique émettant des radiations qui permettent de voir à travers le brouillard et la nuit.

158540 journaux quotidiens à Paris. Beaucoup en déficit : le Populaire, six millions. Cité Soir 120 000. Encore trois mois de vie !

  • 480 Salomon Lozovsky (1878-1952) était vice-ministre des Affaires étrangères de l’URSS depuis 1939.

1586L’ambassadeur de Turquie demande à Lozovsky480 : la république arménienne soviétique a dans ses armes le mont Arara. Est-ce qu’elle prétend revendiquer Arara ? Réponse : vous aviez dans vos armes le Croissant. Allez-vous revendiquer la lune ?

1587Nous n’abandonnerons pas le terrain gagné par la pensée française. La France tente la route ; toutes les haines du passé qui résistent en Europe sont ameutées contre elle. En religion, en philosophie, en politique, tout ce qui a horreur de la raison a horreur de la France. La France a fondé l’évangile de la liberté. Avec elle, rien n’est fini : toujours à recommencer. Une lumière qui s’éclipse n’est pas une lumière qui s’éteint. L’abolition du servage, les droits de l’homme, la liberté, l’égalité ont été pour la première fois proclamés en français.

1588On peut faire une histoire des idées sans nommer Valéry ou Léon Blum ; esprits ingénieux sans grandeur.

1589Pas de littérature hermétique, mais une littérature d’enthousiasme et de virilité : il faut de la chair et de la vie.

1590Certains hommes arrivent aux plus hautes places. Ce n’est pas que leur mérite les y désigne, c’est qu’il faut absolument que ces places là soient occupées.

1591En Europe : 400 millions d’habitants.

1592Avant de boire un tel vin, monsieur, on le regarde, on le respire, puis on le goûte.

1593Les socialistes sont devant les communistes comme le lapin devant le boa.

  • 481 Il s’agit des membres titulaires (Thorez, Duclos, Marty, Cachin, Billoux, Ramette, Tillon, Guyot) e (...)

1594BP : Thorez, Marty, Duclos, M. Cachin, Havez, Bonte, Cogniot, Frachon, Mauvais, Fajon, Rochet, Tillon, Billoux, Marcel, Croizat, Ramette, Dupuy, Monmousseau481.

Notes

1 L’Assemblée consultative provisoire (ACP) d’Alger, composée de 84 résistants et parlementaires chargés de formuler des avis sur la politique du CFLN, siégeait depuis novembre 1943. Après la transformation du CFLN en gouvernement provisoire, l’ACP élargie à 248 membres, tient sa première réunion à Paris, le 7 novembre 1944. Le PCF a six sièges au titre de la Résistance métropolitaine, plus sept ex-députés au titre de la Résistance parlementaire.

2 Lucien Bastard, dit Luc Estang, né en 1911, est surtout connu à l’époque comme poète.

3 L’ordonnance du 13 décembre 1944 nationalise les Houillères du Nord et du Pas-de-Calais, organise leur direction (les syndicats forment un tiers des membres du comité consultatif) et leur financement par le Trésor pour faire redémarrer la production.

4 L’ordonnance du 18 octobre 1944 prévoit la confiscation des profits illicites. Pour diminuer la circulation fiduciaire et procurer des ressources à l’État, le ministre des Finances René Pleven ouvre, fin 1944, un emprunt de la Libération, contre l’avis de Pierre Mendès France, ministre de l’Économie nationale, favorable à l’échange des billets.

5 René Pleven (1901-1993) avait rejoint Londres, en juillet 1940, et avait été notamment ministre des Colonies du gouvernement provisoire. En décembre 1944, il succède à Aimé Lepercq, décédé accidentellement, comme ministre des Finances.

6 André De Vavrin, dit colonel Passy (né en 1911), polytechnicien, professeur à Saint-Cyr, avait rallié la France libre en 1940. Il devient, à Londres, l’un des responsables du renseignement militaire de la France libre au sein du Bureau central de renseignement et d’action (BCRAM, puis BCRA, 1940-1943), qui a fusionné à Alger avec les services vichyssois ralliés au général Giraud pour former la DGSS (novembre 1943). Les services spéciaux sont alors confiés à Jacques Soustelle (1912-1990). Le philosophe et ethnologue, proche de la SFIO dans les année 1930, était, en 1940, chargé de mission au Mexique pour le Comité interallié de propagande. Rallié au général de Gaulle, il avait rejoint Londres, en 1942, et était devenu commissaire national à l’Information.

7 Hubert Pierlot (1883-1963), Premier ministre belge en 1939, avait dirigé le gouvernement en exil à Londres. Il regagne Bruxelles en septembre 1944. En 1945, il laisse la place au socialiste Paul-Henri Spaak (1899-1972), son ministre des Affaires étrangères.

8 Membre du PCF probablement depuis 1939, le peintre André Fougeron (né en 1913) avait transformé son atelier parisien en imprimerie clandestine. Il était devenu, en 1944, secrétaire du Front national des arts (contrôlé par le parti communiste, le FN, créé en 1941, se voulait le fédérateur des mouvements de résistance et multipliait les sections professionnelles et locales).

9 Anthony Eden (1897-1977) est ministre des Affaires étrangères de Churchill depuis 1940.

10 La loi de prêt-bail (tend and lease), autorisant le président des États-Unis à envoyer en Europe des armes ou des produits qui seraient remboursés après la guerre, avait été votée par le Congrès américain en février 1941.

11 Le patron de la Compagnie générale d’électricité Ernest Mercier (1878-1955) avait refusé de soutenir le gouvernement de Vichy. Il participe à la réflexion sur la reconstruction lancée à Rye par les hommes d’affaires américains. Le banquier René Fould avait appartenu au comité des Forges, Jean Hennessy, patron des cognacs du même nom, était également député.

12 Organisme de direction de la Résistance intérieure, le Conseil national de la Résistance avait été créé par les envoyés de Londres, et en particulier, de Jean Moulin, en 1943. Le programme du CNR du 15 mars 1944 comprend des « mesures à appliquer dès la libération du territoire », notamment en matière de nationalisations.

13 Contre le gouvernement polonais en exil à Londres et l’armée de l’intérieur créée en 1940, l’URSS avait installé à Lublin un Comité de libération nationale formé de communistes et de sympathisants, qui se proclame, en juillet 1944, gouvernement légal de la Pologne et affirme son pouvoir après l’échec de l’insurrection de Varsovie (cf. 17 janvier).

14 Louis Saillant (1910-1974) avait été l’un des dirigeants de la CGT, puis de la CGT réunifiée avant la guerre. Résistant, il contribue à la fondation de Libération-Nord et à la réorganisation de la CGT clandestine, nouant des contacts avec les ex-unitaires. Fin 1943, il devient président du CNR.

15 Wilhelm Pieck (1876-1960), membre du CE de l’IC, était l’un des principaux dirigeants du PC allemand sous la République de Weimar. Erich Weinert (1890-1953), chansonnier satirique très populaire, poète, était membre du KPD depuis 1929. Il s’était réfugié en France, en 1933. L’un et l’autre, émigrés en France pour fuir Hitler, vivaient, à Moscou, pendant la guerre. Otto Niebergall (1904-1977), également militant du KPD émigré en France, était passé dans la clandestinité sous l’Occupation, dirigeant les Allemands antinazis demeurés en France.

16 Ernest Bevin (1881-1951), dirigeant de premier plan des trade-unions britanniques, membre du parti travailliste, était ministre du Travail du gouvernement de Winston Churchill.

17 L’Organisation civile et militaire, mouvement de résistance de zone nord, était dirigé, à la Libération, par Maxime Blocq-Mascart. Le congrès régional des sections d’Ile-de-France se prononce en faveur d’une « Union travailliste de la Libération », suivant le vœu émis par son comité directeur, en commun avec la SFIO, Libération Nord et le MRP.

18 Le congrès constituant le Mouvement républicain populaire s’est tenu en novembre 1944. Ses fondateurs sont issus des mouvements chrétiens d’avant-guerre : parti démocrate populaire (créé en 1924, avec notamment Paul Simon, né en 1886, alors député du Finistère. Il vote contre les pleins pouvoirs en juillet 1940), Jeune République (fondée, en 1912, par Marc Sangnier) et syndicats chrétiens. Le PDP disparaît en 1944, la Jeune République refuse de se fondre avec le MRP.

19 Il s’agit de Pie XII (Eugenio Pacelli, 1876-1958), qui avait toujours refusé d’encourager l’alliance avec l’URSS, laquelle lui reprochait son silence sur les crimes nazis. Journal du PDP, né en 1934, l’Aube s’était sabordée, en 1940, et reparaît à la Libération comme journal du MRP.

20 Le Mouvement de libération nationale s’est formé, en décembre 1943, par la fusion des Mouvements unis de résistance (MUR) déjà existants en zone sud (Combat, Libération, Franc-Tireur) avec des mouvements de zone Nord.

21 Membre du MLN, le mouvement Résistance avait été créé par des membres de la Jeune République, dont Maurice Lacroix.

22 Après l’occupation de la Grèce par les troupes italiennes puis allemandes, la Résistance grecque s’était divisée entre l’EDES monarchiste – le roi Georges II (1890- 1947) étant en exil – et l’EAM (Front de libération hellénique) communiste et son organisation armée – l’ELAS. Parallèlement à l’installation du gouvernement d’union nationale formé au Caire, des troupes britanniques débarquent au Pirée à l’automne 1944 et se heurtent, jusqu’au printemps 1945, à l’EAM, qui refuse le désarmement et exige plus de ministres communistes.

23 Walter Citrine (né en 1887), leader des trade-unions britanniques et de la Fédération syndicale mondiale pendant l’entre-deux-guerres.

24 Demetrios Partsalidis (né en 1905), membre du CC du parti communiste grec, devient, en 1944, secrétaire général du Front national de libération (EAM). Il est l’un des dirigeants de l’insurrection, puis négocie les accords avec le gouvernement et la Grande-Bretagne. G. Siantos est secrétaire général par intérim du PC, en attendant le retour de déportation de N. Zachariadis.

25 Vincent Auriol (1884-1966) avait voté contre les pleins pouvoirs, en juillet 1940. Emprisonné en 1941, il passe dans la clandestinité, gagne Londres, en 1943, et préside la commission de Affaires étrangères à l’ACP d’Alger.

26 La plume de Marcel Cachin confond l’ancien ambassadeur d’URSS en France Christian Rakovsky (1873-1941) avec Mathias Rakosi (1892-1971), leader du PC hongrois, membre de la direction de l’IC. Emprisonné en Hongrie depuis 1925, il avait été échangé par Moscou, en 1940, et ne regagne Budapest qu’en février 1945. Depuis décembre 1944, la Hongrie est dirigée par le gouvernement provisoire du général Miklos de Dalnok, avec des représentants du Front national (résistance et partis de gauche), mais aussi des personnalités du régime Horthy, allié de l’Allemagne. Rakosi devient Premier ministre, en novembre 1945.

27 L’ordonnance du CFLN du 6 mai 1944 sur le « régime de la presse en temps de guerre » a été complétée par une série de mesures législatives. Les deux principaux problèmes sont les autorisations de parution et la répartition de stocks de papier insuffisants.

28 Jacques Debu-Bridel (1902-1993) Journaliste et homme de lettres proche d’André Tardieu, dans les années 1930, il entre dans la Résistance au sein de l’OCM et du FN. En 1943, il représente les républicains nationaux au CNR. Il est membre de l’ACP de Paris et dirige la rédaction du journal Front national.

29 La société des moteurs Gnome et Rhône (construction aéronautique) est menacée de nationalisation, à la suite de l’attitude de ses dirigeants pendant l’Occupation. L’État exproprie des actionnaires de la société, en mai 1945.

30 Menemencioglu, ancien ministre des Affaires étrangères de Turquie, nommé ambassadeur en France, en novembre 1944.

31 La conférence réunie à Hot Springs, du 6 au 17 janvier, pour discuter des problèmes du Pacifique aborde la guerre contre le Japon (à laquelle la France propose de participer) et l’avenir des colonies.

32 François Mauriac (1885-1970) participe, à partir de 1942, aux Lettres françaises clandestines, organe du Front national des écrivains, publiant en 1943, aux Éditions de Minuit, Le cahier noir sous le pseudonyme de Forez. Il fait partie du comité directeur du FN, siégeant à la Mutualité, en septembre 1944, aux côtés de Marcel Cachin. Proche du général de Gaulle à la Libération, Mauriac fait de ses éditoriaux du Figaro la tribune des débats de la Résistance.

33 Josip Brzo, dit Tito (1892-1980), secrétaire du PC yougoslave clandestin depuis 1937, est à la tête du Conseil antifasciste de libération nationale créé en 1942. Il a reçu l’appui de l’Armée rouge pour achever la libération de la Croatie et de la Slovénie, encore occupées.

34 Le roi Farouk et son Premier ministre Ali Maher Pacha avaient déclaré la non-belligérance de l’Égypte. En 1942, le parti nationaliste Wafd et la Grande-Bretagne portent au pouvoir le gouvernement pro-allié de Nahas Pacha. Ce dernier est destitué en 1944.

35 Le maréchal Gerd von Runstedt est commandant en chef du front Ouest.

36 Ibn-Saoud Abbd el-Aziz III (1880-1953), roi d’Arabie Saoudite en 1932.

37 Les citoyens soviétiques, soldats ou déserteurs de la Wehrmacht (armée Vlassov notamment), ainsi que déportés et prisonniers des stalags du nord de la France, sont regroupés dans des camps de transit, puis rapatriés de gré ou de force sous la demande expresse de Staline.

38 Arthur Vandenberg est sénateur républicain du Michigan.

39 Les Soviétiques entrent dans Varsovie en ruines, le 17 janvier. Installée sur la rive droite de la Vistule, l’Armée rouge avait laissé Varsovie, insurgée depuis août 1944, se faire écraser par les Allemands.

40 Le maréchal Hermann Goering (1893-1946) est commandant en chef de l’aviation militaire allemande et successeur désigné de Hitler.

41 La Terre, « hebdomadaire paysan du PCF », est publié depuis 1937.

42 Le Parti réorganise, à partir de 1944, ses écoles fédérales et centrales (la première avait été installée à Bobigny, la deuxième à Arcueil). Le 8 janvier 1945, le secrétariat du BP aborde la question de l’École centrale des journalistes (Archives du PCF, décisions du secrétariat 1945).

43 Secrétaire de l’IC des jeunes et membre du CC du PCF et du CE de l’IC avant la guerre, Raymond Guyot (1903-1946) était rentré de Moscou, en 1939, avait été déchu de son mandat de député de Villejuif, en 1940. Déserteur, il passe à Moscou, est parachuté en France, en 1942, et devient responsable de la Résistance en zone Sud. À la Libération, il est membre de l’Assemblée consultative. Jacques Duclos lui confie de nouveau la responsabilité de diriger les Jeunesses communistes.

44 Marcel Cachin préside, salle Pleyel, le meeting de commémoration de la mort de Lénine (21 janvier 1924).

45 À la suite d’un appel de l’Humanité, en août 1943, des milices patriotiques armées, chargées de la sécurité publique, se sont développées en 1944. Le CNR en entérine le principe dans son programme, puis leur donne le nom de Gardes civiques républicaines (novembre 1944). La dissolution des milices par de Gaulle, le 28 octobre 1944, ainsi que la remise obligatoire des armes aux gendarmeries, est d’abord vivement contestée par le PCF, puis acceptée en janvier 1945. Cf. infra sur l’intervention d’André Marty au CC d’Ivry.

46 Marcel Cachin prend en note, sur la fin de la page, des discours prononcés lors du Comité central, élargi aux responsables régionaux non membres du CC, qui siège à Ivry, du 21 au 23 janvier 1945.
Raymond Bossus (1903-1981), membre du PC et responsable syndical depuis les années 1920, appartenait, depuis 1937, au secrétariat de région Paris-ville. Blessé, prisonnier, évadé en 1943, il devient l’un des dirigeants clandestins du PC pour la région parisienne, et est également chargé de la réorganisation des syndicats en zone Nord. Il joue un rôle important dans l’insurrection de Paris.

47 Le PCF cherche à utiliser à son profit les Comités départementaux de libération (CDL, créés à partir de 1943 par le GPRF) puis les Comités locaux de libération (CLL, Comités patriotiques de libération, CPL), pouvoirs rivaux des préfets dans les départements.

48 Après un « salut à l’Armée rouge », le CC est introduit, le 21 janvier, par une allocution de Marcel Cachin.

49 Gabriel Roucaute (1904-1960), secrétaire de la région Loire en 1938-1939, avait été résistant et combattant dans divers maquis FTP.

50 Les comités de gestion se développent à la Libération, en particulier dans des entreprises de l’ancienne zone Sud. Ces initiatives syndicalistes locales sont appuyées régionalement et nationalement par le PCF.

51 Etienne Fajon (1906-1991), membre du CC avant-guerre, emprisonné jusqu’en 1943, avait retrouvé la direction du Parti en Afrique du Nord et devient membre de l’ACP. Il est, comme avant-guerre, responsable de la section centrale d’éducation du Parti.

52 Paul Esnault (né en 1908). Syndicaliste et membre du PCF avant-guerre, il constitue le Comité populaire métallurgiste de Paris, s’évade du train qui l’emmenait en déportation, en 1944. Il devient secrétaire de la région Paris-Sud.

53 Secrétaire-adjoint de la section coloniale du PCF et membre du bureau de la région Paris-Est, à la veille de la guerre, Robert Deloche (né en 1909), interné à Châteaubriant, s’était évadé en 1942. Commandant FTP et responsable de Paris-Est à la Libération, il devient le secrétaire de la région Paris-Est.

54 Marcel Giroux, dit Gitton (1903-1941), membre du Bureau politique et secrétaire à l’organisation du PCF, s’était désolidarisé du PCF interdit à l’automne 1939, se rapprochant de Jacques Doriot. Fondant le parti ouvrier et paysan français (POPF), au printemps 1941, il avait été exécuté comme traître par le PCF, en septembre 1941. Maire communiste d’Alfortville depuis 1929 et député de la Seine, Marcel Capron (1896-1982) hostile au pacte germano-soviétique puis à la désertion des dirigeants communistes, s’était désolidarisé du PCF, en 1940. Il succède à Gitton, à la tête du POPF. Jean-Marie Clamamus (1879-1973), maire de Bobigny depuis 1919, sénateur communiste de la Seine en 1936, qui avait rompu avec le PCF en octobre 1939, votant les pleins pouvoirs au maréchal Pétain, est également membre du POPF. André Puech, dit Parsal (1900-1967), député de la Seine en 1936, s’était désolidarisé du PCF, en 1940, et rapproché du POPF. Tous trois sont emprisonnés fin 1944.

55 Le maréchal Hindenbourg (1847-1934) avait vaincu l’armée russe à Tannenberg en 1914.

56 Passé d’Espagne à Moscou, en 1939, puis à Alger, en 1943, pour représenter le PCF auprès du général de Gaulle, André Marty (1886-1956) rentre à Paris en septembre 1944, reprend sa place au BP et devient membre du secrétariat du Parti. Son intervention est publiée par les éditions du PCF, sous le titre Vaincre et vivre, 31 p.

57 Après avoir très mal reçu l’enrôlement obligatoire des FFI dans l’armée régulière promulgué à l’automne 1944, le PCF se rallie à l’intégration des FFI (dont la direction a été dissoute le 18 janvier 1945) dans une armée unique, dont la priorité est la victoire.

58 François Vittori (1902-1977), militant communiste, chef d’État-major des FTP de Corse, était l’un des organisateurs de l’insurrection de septembre 1943.

59 Roger Ginsburger, dit Pierre Villon (1901-1980), communiste arrêté en 1940, évadé en 1942, était secrétaire général du Front national. Membre du Bureau permanent du CNR en 1944 , il avait été l’un des principaux auteurs du programme du CNR. Il préside à la commission de la Défense nationale, à l’Assemblée consultative.

60 Henri Dupont (né en 1909), ouvrier métallurgiste membre de la SFIO, était entré au PC pendant l’Occupation. En 1945, il est secrétaire de la Fédération communiste de Haute-Garonne.

61 S’agit-il de Gabriel Ellen-Prevost (1877-1952), maire SFIO de Toulouse, de 1935 à 1940 ?

62 Il s’agit de Gilbert Zaksas, avocat d’origine lettone, ancien communiste, organisateur à Toulouse du mouvement de résistance Libérer et fédérer, proche du parti socialiste, membre de l’ACP. À la suite des interventions dénonçant « Sackis » ou « Sacks » comme trotskiste, Maurice Thorez affirme : « Ce Sacks est un exclu comme policier. » Dans la salle : « C’est volontairement qu’il a transformé son nom. » Archives du PCF, CC d’Ivry.

63 Albert Kamper appartient à la Fédération départementale du Bas-Rhin. Georges Wodli, cheminot alsacien né en 1900, membre suppléant du CC du PCF depuis 1932. Il avait refusé l’annexion de l’ Alsace-Lorraine, en 1940, et y avait dirigé la résistance communiste. Arrêté en 1942, il mourut torturé ou pendu par la Gestapo, en avril 1943.

64 Proche du PCF et engagé dans les mouvements antifascistes avant-guerre (cf. Carnets 1936 et 1937), Paul Langevin, 1872-1946) est révoqué de ses postes de professeur au Collège de France et, directeur de l’École de physique-chimie de Paris par Vichy, et arrêté à plusieurs reprises. En 1944, il adhère au PCF pour prendre la place, dit-il, de son gendre Jacques Solomon, fusillé par les Allemands.

65 La cible du jeu de mots est Georges Bidault (1889-1983), professeur d’histoire engagé dans les mouvements démocrates, chrétiens avant guerre et fondateur du MRP, en 1944. Antimunichois, il est prisonnier en 1940, gagne Lyon à sa libération et devient l’un des dirigeants du mouvement Combat. Il est président du CNR, après la mort de Jean Moulin, en 1943. De Gaulle le nomme ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement de septembre 1944.

66 Alfred Rosenberg (1893-1946) s’était fait le théoricien du racisme national-socialiste dans Le Mythe du XXe siècle, publié à Berlin en 1930.

67 Maurice Viollette (1870-1960), secrétaire général du parti républicain-socialiste, avait été gouverneur général de l’Algérie (1925-27) et l’auteur pendant le Front populaire du projet « Blum-Violette » de réforme de l’Algérie, prévoyant notamment l’élargissement du droit de vote à l’élite indigène. Révoqué par Vichy, il avait été assigné à résidence, puis clandestin.

68 Il s’agit du discours de Maurice Thorez au CC d’Ivry, cf. S’unir, combattre, travailler, Ed. du PCF, 1945.

69 La Croix et l’Ordre font partie des journaux d’avant-guerre qui reparaissent en 1945. Jean Marin est le fondateur du journal les Nouvelles du matin, qui se veut modéré et sans parti. Louis Jacquinot (né en 1898), sous-secrétaire d’État à l’Intérieur du gouvernement Paul Reynaud, blessé en 1940, avait rejoint Londres. Il est commissaire puis ministre de la Marine, de novembre 1943 à novembre 1945.

70 Il s’agit du retour des pilotes de chasse de la France libre, qui combattirent sur le front germano-russe en Russie blanche (fleuve Niemen), de 1942 à 1945, au sein de l’escadrille « Normandie-Niemen ».

71 Le livre blanc britannique de 1939 avait limité l’émigration juive en Palestine sous mandat, et interrompu le processus de formation d’un État juif. Malgré la trêve décrétée par l’Irgoun lors du déclenchement de la guerre, le groupe armé sioniste créé par Abraham Stern multiplie les actions terroristes, assassinant notamment le ministre-résident britannique au Caire, lord Moyne.

72 Le général Georges Catroux (1887-1969) était gouverneur général de l’Indochine en 1940. Il rejoint alors la France libre. Commandant en chef au Levant, il est, en 1943- 1944 commissaire chargé des Affaires musulmanes et nommé gouverneur de l’Algérie, puis ministre de l’Afrique du Nord (septembre-décembre 1944). Il est ambassadeur à Moscou depuis décembre 1944.

73 Charles Luizet, ancien préfet de la Corse libérée, est à la tête de la Préfecture de police de Paris. Responsable syndical avant-guerre, Arthur Airaud (1895-1975, également orthographié Ayraud par Cachin) était devenu l’un des dirigeants clandestins de la Fédération des cheminots. Il avait été chargé d’organiser le FN police, arrêté au printemps 1944. Depuis septembre 1944, il a été nommé préfet pour présider la Commission d’épuration (CE) de la police parisienne.

74 Jean Oswald, dit Dorval (1902-1971), avait été administrateur de l’Humanité dans les années 1930, en devient le directeur général en 1945.

75 Le Petit Parisien, très proche du PPF pendant l’Occupation, disparaît en 1944. Son imprimerie, rue d’Enghien, est occupée par le Parisien libéré et l’Humanité.

76 Le premier congrès national du MLN se tient à Paris, du 23 au 28 janvier. Le débat porte sur le choix entre « fusion » entre les mouvements de Résistance (notamment le FN, solution prônée par les communistes) et « fédération » socialiste ou travailliste. La fusion est rejetée par le vote du 26 janvier.

77 Le congrès du FN se déroule à Paris, du 30 janvier au 2 février. Plus de 1 200 délégués votent une série de motions d’unanimité patriotique.

78 Jean Zyromski (1890-1975), ancien secrétaire de la Fédération SFIO de la Seine, membre de la CAP du Parti, avait été, dans les années 1930 animateur de la tendance « Bataille socialiste ». Pendant la guerre, il participe à la reconstitution du parti socialiste dans le Sud-Ouest, entre au FN et se rapproche du PCF.

79 Le comité directeur du FN avait appelé, en septembre 1944, les CDL à se réunir à l’échelle nationale. Le principe d’états généraux de la Renaissance française est adopté par le congrès des CDL de zone Sud, qui s’est tenu à Avignon les 7-8 octobre 1944.

80 Militant du mouvement ouvrier, Stefan Jedrychowski (né en 1910, orthographié ci-dessous, par Cachin, Jedrykowsky) vivait en URSS pendant la guerre, et fut chargé, en 1944, de la Propagande et de l’Information au Comité de libération nationale (gouvernement de Lublin). Il en devient, en 1945, le représentant à Paris.

81 Les secrétaires sont Thorez, Duclos et Marty. Charles Tillon, Gaston Monmousseau, Lucien Midol, Florimond Bonte, Waldeck Rochet, Étienne Fajon, Marc Dupuy, Léon Mauvais, Raymond Guyot, Georges Cogniot étaient membres ou suppléants du CC issu du IXe Congrès du Parti (1937). Lucien Midol présidait la commission de contrôle politique, Benoît Frachon s’était officiellement démis de ses fonctions dirigeantes, en raison de ses responsabilités à la tête de la CGT réunifiée.

82 Dwight Eisenhower (1890-1969), commandant des troupes américaines en Europe puis des troupes alliées occidentales, dirige l’assaut final contre l’Allemagne.

83 Édouard Benès (1884-1948) avait été ministre des Affaires étrangères puis président de la République tchécoslovaque, succédant, en 1935, à Masaryk. Il s’exile, en 1939, en France, puis, en 1940, à Londres, où il préside le gouvernement en exil. Il signe, en 1943, un traité d’amitié avec l’URSS et un accord politique avec le PC tchécoslovaque, prévoyant un gouvernement d’union à la Libération.

84 André Morel, dit André Ferrat (né en 1902). Ancien membre du BP du PCF, il avait été exclu, en 1936, pour des désaccords portant notamment sur le problème colonial (cf. Carnets 1936). Résistant au sein du mouvement Franc-Tireur à Lyon, il est, en septembre 1944, membre du comité directeur du MLN et entre à la Fédération SFIO du Rhône.

85 Le parti ouvrier internationaliste (trotskiste) devient, en 1944, parti communiste international, section française de la IVe Internationale.

86 Florimond Bonte (1890-1977) avait été chargé par l’IC de fonder le Groupe ouvrier et paysan après l’interdiction du PCF, en 1939. Emprisonné en Algérie, entre 1940 et 1943, il est membre de l’ACP à sa libération.

87 Henri Frenay (1905-1988), officier de carrière, est à l’origine du mouvement de résistance Combat. Il devient, en 1943, commissaire (puis ministre en 1944) aux Prisonniers, déportés et réfugiés.

88 Daniel Mayer (1909-1996), journaliste au Populaire, prend une place politique de premier plan pendant l’Occupation, en organisant la reconstruction de la SFIO clandestine, en France puis à Londres. Il devient secrétaire général du parti socialiste en 1943, siège à l’ACP et au CNR.

89 André Tollet (né en 1908) était, en 1939, secrétaire de la CGT pour la région parisienne. Il participe à la réorganisation du PC et dirige l’action syndicale clandestine pour la région parisienne, négociant l’action commune avec les confédérés et la réunification de principe de la CGT, en 1943 (accords du Perreux). Président du bureau du Comité parisien de libération dès sa fondation, fin 1943, il s’installe à l’Hôtel de Ville en 1944.

90 Condamné pour désertion, en novembre 1939, le secrétaire général du PCF a été amnistié, en octobre 1944, et est arrivé en France depuis Moscou, le 27 novembre.

91 Joseph Laniel (1889-1975), député du Calvados depuis 1932, sous-secrétaire d’État aux Finances du gouvernement Paul Reynaud, représente la droite modérée au CNR.

92 Le Monde a été lancé par Hubert Beuve-Méry, en décembre 1944.

93 Il s’agit de la fille de Marcel Cachin, Marie-Louise.

94 Sans doute, Jean Duret (dit François Koral, 1900-1971) ; l’économiste s’était rapproché de la CGT et des milieux planistes, après son exclusion du PCF, en 1932. À la Libération, il est membre de la SFIO et de la direction de la CGT.

95 René-Paul Duchemin était PDG de l’entreprise chimique Kulhmann et régent de la Banque de France. Il avait joué un rôle dans la constitution, en 1941, de la société chimique Francolor, à capitaux mixtes, contrôlée par les Allemands et créée sous l’impulsion d’IG Farben.

96 Le Comité d’organisation de la sidérurgie avait largement été le continuateur du Comité des forges, supprimé en 1940. Il est dissous en octobre 1944. En décembre, un groupe d’industriels membre des deux institutions fonde la Chambre syndicale de la sidérurgie française.

97 Maxime Blocq-Mascart (1894-1965), économiste de formation, avait dirigé la branche civile de l’OCM. Membre à ce titre du bureau du CNR, il est délégué à l’ACP de Paris.

98 Maurice Schumann (né en 1911) avait été le porte-parole de la France libre. Il devient, en 1944, le premier président du MRP et le directeur de l’Aube.

99 Pierre-Henri Teitgen (né en 1908), professeur de droit révoqué en 1941, est résistant, arrêté puis évadé, et dirige le Comité général d’études. Il devient ministre de l’Information, en septembre 1944.

100 Philip Murray, secrétaire du syndicat des mineurs, avait été l’un des artisans de la scission de l’American Fédération of Labor formant le Congress for Industrial Organisation (CIO, 1935).

101 William Bullitt premier ambassadeur à Moscou, en 1933, puis ambassadeur à Paris, à la veille de la guerre.

102 La Fédération syndicale mondiale, née en 1913, était restée fidèle à la IIe Internationale. Après la dissolution de l’Internationale rouge des syndicats en 1937, l’idée d’une nouvelle fédération est discutée, pendant la guerre, par les trade-unions qui constituent en 1941 un comité anglo-russe pour accroître l’effort de guerre et préparer une conférence syndicale mondiale.

103 Félix Gouin (1884-1977) avait refusé de voter les pleins pouvoirs, en juillet 1940. Dans la clandestinité, il avait réorganisé la SFIO clandestine aux côtés de Daniel Mayer, puis représenté le parti socialiste et les parlementaires résistants à Londres. À Alger, en 1943, il avait organisé et présidé l’Assemblée consultative.

104 Jules Moch (1893-1985) était membre de la CAP de la SFIO. En 1939, il s’était engagé dans la marine, puis avait refusé de voter les pleins pouvoirs à Pétain. Résistant au sein du mouvement Combat, il avait gagné Londres, en 1943, et avait combattu comme officier dans les FFL. Il est membre de l’ACP.

105 Louis Noguères (1881-1956), avocat, dirigeant SFIO des Pyrénées-Orientales, résistant. Il est membre de l’ACP.

106 Jules Jeanneney (1864-1957), président du Sénat depuis 1932, avait rompu avec Vichy, en 1942, et proposé au général de Gaulle ses « réflexions constitutionnelles ». Il est ministre d’État, chargé de la réforme des institutions, depuis septembre 1944.

107 Adrien Tixier (1893-1946), socialiste, était sous-directeur du BIT, à la veille de la guerre. Il quitte Genève pour Washington, en 1940, devient le représentant officieux de la France combattante. En 1943, il est, à Alger, commissaire au Travail puis aux Affaires sociales du CFLN. Le 9 septembre 1944, il est nommé ministre de l’Intérieur.

108 André Malraux (cf. Carnets 1936) avait consacré deux ouvrages à la Révolution chinoise (les Conquérants, 1928 ; la Condition humaine, 1933). Entré dans la Résistance armée en 1944, commandant de la brigade Alsace-Lorraine, il s’est beaucoup rapproché de De Gaulle, s’opposant à la fusion FN-MLN. Les liens avec Malraux, qualifié d’espion anglais, ont été souvent utilisés dans les purges de 1939-1941 en URSS.

109 D’origine russo-polonaise, Léo Goldenberg (1908-1995), avocat à la Cour d’appel de Paris était, avant-guerre membre du CVIA et conseiller juridique de plusieurs municipalités communistes. Résistant dès 1940, il appartient, en 1944, au bureau du Comité parisien de Libération, est membre de l’ACP. Il adopte alors définitivement son pseudonyme de résistant, Léo Hamon.

110 Député socialiste du Nord, Augustin Laurent (1896-1990) avait été, pendant l’Occupation, l’un des artisans de la reconstitution du PS clandestin dans la région de Lille et président du CDL. En 1944, il prend la tête de la fédération SFIO du Nord. Il devient en septembre 1944, ministre des PTT.

111 Les élections municipales doivent avoir lieu en avril.

112 À l’invitation des trade-unions, la Conférence syndicale mondiale se tient à Londres, du 6 au 17 février. Vicente Lombardo Toledano, fondateur en 1935 de la Confédération des travailleurs mexicains, très proche des communistes, préside, depuis 1940, la Confédération des travailleurs latino-américains

113 Walter Citrine était président de la FSI depuis 1928.

114 Norman Thomas dirigeait, depuis les années 1920, le parti socialiste américain.

115 Vassili Kousnetzov (né en 1901), devenu ingénieur après avoir combattu dans les rangs de l’Armée rouge pendant la guerre civile, était vice-président du Gosplan en 1940. En 1944, il devient président de l’Union des syndicats soviétiques.

116 Thomas Lawrence, dit Lawrence d’Arabie (1888-1935), envoyé par la Grande-Bretagne, avait joué un rôle important dans la révolte des pays arabes contre l’Empire ottoman en 1914-1918. Les Britanniques promettent la création d’un « royaume arabe unifié » que les souverains de la région tentent de réaliser. Hussein ibn Ali (1853-1931), se proclame roi d’Arabie Saoudite en 1916, tandis que Faysal Ier (1883-1933) puis son petit-fils Faysal II (1935-1952) deviennent rois d’Irak. Reconnu par les Anglais, Hussein abdique, en 1924, en faveur de son fils, renversé l’année suivante par Ibn-Seoud Abbd el Aziz III (1880-1953). Roi d’Arabie Saoudite en 1932, il adhère à la Ligue arabe en 1945.

117 Le PCF, la SFIO, le MLN, la Ligue des droits de l’homme, etc., organisent une grande manifestation pour commémorer le 12 février 1934.

118 Henri-Georges Tanguy, dit Roi-Tanguy (né en 1908), membre du PCF depuis les années 1920, chef des FFI d’île-de-France en 1944, avait reçu avec le général Leclerc la reddition de Von Choltitz, commandant la garnison allemande de Paris.

119 Lord William Henry Beveridge (1879-1963). L’économiste et sociologue avait publié, en 1942, un plan sur la sécurité sociale « From wom to tomb » (du berceau à la tombe). L’ACP discute et adopte, le 8 février, le budget de la Sécurité sociale (organisée en décembre 1944).

120 Les trois chefs d’État, Staline, Roosevelt et Churchill, réunis à Yalta, depuis le 7 février, publient le 12 une déclaration commune.

121 Du 21 août au 7 octobre 1944, la conférence de Dumbarton Oaks (États-Unis) avait réuni les représentants américains, anglais, soviétiques, puis chinois, pour discuter de la future organisation des Nations unies.

122 Jules Crapier (né en 1895). Syndicaliste cheminot, il dirige, en 1943-1944 les comités populaires des cheminots, jouant un rôle important dans la grève insurrectionnelle d’août 1944. Il est secrétaire de la Fédération CGT des cheminots en 1944.

123 Maurice Viollette avait été député et maire de Dreux (depuis 1908).

124 Dirigeant du syndicat de la confection américain et l’un des fondateurs du CIO, Sydney Hilmann avait dirigé l’Office of production management pendant la guerre.

125 Sans doute, Zhu Xuefan (né en 1901 ou 1905), principal responsable syndical du Kuomintang, membre du bureau de l’OIT, qui s’était rapproché des communistes dans les années 1940.

126 La Fédération sportive du travail, née en 1919, devenue Fédération sportive et gymnique du travail, dépendait de la CGT.

127 Pierre-Marie Koenig (1898-1970). avait rallié la France libre, en juin 1940. Le général Koenig devient chef d’État-major général adjoint de l’armée, en août 1943. Il est nommé commandant en chef des FFI, en avril-juillet 1944, puis gouverneur de la région militaire de Paris, d’août 1944 à juillet 1945.

128 Le général Henri Giraud (1879-1949) avait été coprésident du CFLN, à Alger, jusqu’à l’affirmation définitive de De Gaulle en 1943.

129 Charles Dumas (1883-1955), journaliste et responsable socialiste, l’un des responsables de la SFIO clandestine, devient rédacteur au Populaire, à la Libération.

130 Chef de cabinet de Vincent Auriol, pendant le Front populaire, Édouard Depreux (1898-1981) joue, sous l’Occupation, un rôle important dans la SFIO clandestine et Libération-Nord. Il est membre de l’Assemblée consultative.

131 Albert Gazier (né en 1908). Syndicaliste et socialiste, il appartient, sous l’Occupation, au bureau clandestin de la CGT et au mouvement Libération-Nord avant de gagner Londres, puis Alger. Il est membre de l’ACP.

132 Fernand Grenier (1901-1992) avait été déchu de son mandat de député, en janvier 1940, s’était évadé du camp de Châteaubriant, puis avait gagné Londres, en janvier 1943, et fut le représentant officiel du PCF auprès de De Gaulle puis du CFLN. Il devient commissaire à l’Air, en avril 1944. Il rend de Gaulle et Soustelle responsables du manque d’armes sur le plateau du Vercors, écrasé par les Allemands, à l’été 1944. Le CC lui demande de présenter les excuses exigées par de Gaulle. En septembre 1944, il perd son ministère au profit de Tillon.

133 Le PCF avait proposé, dès la fin de 19,4 à la SFIO l’unité d’action et l’unité organique. En février 1945 est mis sur pied un comité d’entente chargé de préparer des listes communes pour les élections municipales.

134 Les usines Renault ont été nationalisées, en raison de l’attitude de Louis Renault pendant l’Occupation, le 16 janvier 1945. L’organisation de la Régie nationale des usines Renault est encore en discussion.

135 Pierre Neumeyer (1878-1960) était avant-guerre membre de la SFIO, secrétaire général adjoint de la Fédération des fonctionnaires et membre du bureau confédéral CGT. Résistant au sein du mouvement Libération-Nord, il est membre de l’ACP.

136 André Diethelm (1896-1954) avait été chef de cabinet de Georges Mandel au ministère des Colonies, puis de l’Intérieur, en 1940. Démissionnaire, en juin 1940, il gagne Londres, en 1941, où il devient notamment commissaire aux Finances du Comité national et commissaire à la Production du CFLN. Il est ministre de la Guerre à partir d’avril 1944.

137 François de Menthon (1900-1984), professeur de droit, membre du PDP avant guerre, résistant au sein du mouvement Combat, devient, en 1943, commissaire à la Justice du CFLN (puis ministre, en 1944).

138 Le PCF fait enregistrer une série de discours sur disques : Thorez (« S’unir, combattre, travailler »), Duclos, Marty, Mauvais et Cachin (« L’unité »).

139 Comités de défense de l’Humanité.

140 Le pacte franco-soviétique, signé à Moscou en décembre 1944, est ratifié le 15 février.

141 Charles Cachin, fils de Marcel Cachin.

142 André Colin (1910-1978) était professeur de droit à l’Université catholique de Lille. Résistant, il est, en 1944, l’un des fondateurs du MRP. aux côtés de Georges Bidault, qu’il remplace au CNR, en septembre 1944. Membre de l’ACP, il devient secrétaire général du MRP, en 1945.

143 Auguste Champetier de Ribes (1882-1947), plusieurs fois ministre dans l’entre-deux-guerres, avait fondé, en 1924, le parti démocrate populaire. Il avait voté, en 1940, contre les pleins pouvoirs, s’engageant bientôt dans le mouvement Combat. Il est membre de l’ACP.

144 André Diethelm avait dirigé les finances de l’Indochine comme inspecteur des Finances. François de Wendel (1874-1949), sénateur absent lors du vote des pleins pouvoirs, s’était retiré du Comité des forges, en 1940. Exproprié de ses entreprises en Lorraine, en 1941, il était accusé par la presse communiste d’avoir vendu ses biens à Goering en personne, pour 50 millions de marks.

145 Nikolaï Chvernik (1888-1970), président du Conseil des syndicats de l’URSS de 1930 à 1944.

146 G. Bidault est à Londres, du 25 au 27 février.

147 Le CNR publie, le 26 février, un communiqué déplorant le faible rôle de l’Assemblée consultative et se désolidarisant de l’action du gouvernement.

148 Les Comités d’organisation, créés par Vichy en 1940, sont provisoirement maintenus sous le nom d’Offices professionnels, mais ils sont gérés par l’État et non plus de manière corporatiste.

149 La SNCF a été créée par le Front populaire, en 1937.

150 Le 11 février a eu lieu une réunion des anciens du parti social français du colonel de La Rocque, qui s’étaient éloignés du régime de Vichy. André Mutter, représentant au CNR du mouvement Ceux de la Libération, refuse d’adhérer à l’Union patriotique républicaine de Charles Vallin et fonde le parti de la rénovation républicaine.

151 Pierre Mendès France (1907-1982), député radical de l’Eure, embarqué sur le Massilia en 1940, arrêté et déchu par Vichy, s’était évadé vers Londres. En 1943, il est commissaire aux Finances du CFLN, en 1944, ministre de l’Économie nationale.

152 André Philip (1902-1970), député SFIO de Lyon, avait voté contre les pleins pouvoirs, résisté au sein de Libération-Sud, puis gagné Londres, et avait été commissaire à l’Intérieur du CFLN. Il est rapporteur général de la commission des Finances et du Budget de l’ACP.

153 Les comités d’entreprise sont créés par l’ordonnance du 22 février 1945, dans toutes les entreprises de plus de 100 salariés. Les délégués, élus par les salariés français de plus de 18 ans, sont chargés de gérer les œuvres sociales et de coopérer avec la direction pour l’amélioration des conditions de travail. Ils peuvent émettre des vœux sur la gestion de l’entreprise, dont il sont obligatoirement informés.

154 Charles Tillon (1897-1993), membre du secrétariat du PC clandestin, avait organisé la lutte armée à la tête des FTPF. Il est ministre de l’Air depuis septembre 1944.

155 Il s’agit sans doute de Zhou En lai (1898-1976), dirigeant du PC chinois et son représentant à l’IC depuis les années 1920 (pendant lesquelles il rencontre Cachin) ; il avait participé à la Longue Marche, en 1934. Il devient, pendant la guerre, l’intermédiaire entre Mao et le gouvernement nationaliste du Kuomintang.

156 Née d’une chanson populaire, l’expression « by Jingo » symbolisait, depuis la fin du XIXe siècle, le nationalisme britannique.

157 Paul Langevin préside plusieurs organisations, dont l’Union française universitaire. Celle-ci organise, le 3 mars 1945, un hommage solennel à la Sorbonne, à l’occasion de son 73e anniversaire.

158 Le colonel Georges Groussard, commandant de Saint-Cyr, spécialiste du renseignement dans les années 1930 (notamment de la propagande communiste dans les colonies). Il avait fondé en 1940, à Vichy, le Centre d’information et d’études (CIE) comprenant un service de renseignements, dirigé par le docteur Marin, et une force paramilitaire, les Groupes de protection (GP). Par la suite, il organisa, depuis la Suisse, le réseau de renseignement « Gilbert », contrôlé par l’Intelligence Service.

159 Georges Marrane (1888-1976), maire d’Ivry, a joué un rôle important dans la réorganisation du PC clandestin et le FN de zone Sud. En 1944, il est vice-président du Comité parisien de libération et membre de l’ACP.

160 Carn Alfred ou Albert, ouvrier métallurgiste syndicaliste, membre du PCF, est depuis 1944 et 1946, secrétaire de l’Union des syndicats des métaux de la région parisienne.

161 Auguste Gillot (né en 1905), secrétaire de la région Paris-Sud et conseiller municipal de Saint-Denis avant-guerre, devint l’un des dirigeants du FN et des FTP, en zone Nord. Représentant du PCF au CNR, membre de l’ACP, il est candidat à la mairie de Saint-Denis.

162 François Billoux (1903-1978) était, à la veille de la guerre, membre du CC et du BP. Arrêté, envoyé en détention à Alger, il est libéré en 1943, participe aux négociations avec de Gaulle puis Giraud, et est membre de l’ACP. Il devient, en 1944, commissaire du CFLN aux territoires occupés, puis est nommé ministre de la Santé publique, en septembre 1944.

163 Prononcé à l’Assemblée consultative le 2 mars 1945.

164 Alphonse Juin (1888-1967) commandait les forces françaises en Afrique du Nord, en 1941, et rallie le général Giraud, en 1942. Il commande les FFL pendant les campagnes de Tunisie, puis d’Italie. Le général Juin est chef d’État-major général de la Défense nationale depuis août 1944.

165 Le PPA indépendantiste avait été dissous en 1939, et fut accusé d’être proche du PPF de Jacques Doriot. Le mouvement des Amis du manifeste de la liberté de Ferhat Abbas avait, rejeté par le manifeste de 1943, l’assimilation.

166 Le 4 mars a eu lieu, au Caire, la réunion fondatrice de la Ligue arabe (Égypte, Irak, Arabie Saoudite, Yémen, Transjordanie, Syrie, Liban).

167 Yves Chataigneau, gouverneur général de l’Algérie en 1945.

168 Membre du CC et du BP du PCF, Pierre Sémard (né en 1887) avait été arrêté, en 1940, puis livré aux autorités allemandes qui le fusillèrent, en mars 1942.

169 Georges Altman (1901-1960), journaliste d’extrême-gauche, puis membre du PCF dans les années 1920, avait été chassé de l’Humanité, en 1929, et avait participé à la création du Monde. Travaillant pour le Progrès de Lyon dans les années 1930, il rejoint, en 1942, le mouvement de résistance France Liberté, fondé à Lyon en 1940, et son journal Franc-Tireur. Le mouvement Franc-Tireur participe à la création du MLN, en 1944, et le journal devient parisien. Marcel Fourrier (1895-1966), journaliste, membre du PCF jusqu’à son exclusion en 1928, avait adhéré à la SFIO, en 1934, et fut proche de Marceau Pivert puis d’André Ferrat. Après avoir animé plusieurs journaux résistants, il entre, en 1944, à Franc-Tireur. Sur « Zaks » = G. Zaksas, cf. supra 23 février. Il aurait proposé en vain à Franc-Tireur de fusionner avec son journal Libérer et fédérer.

170 La MOI (main-d’œuvre immigrée) avait été créée, au lendemain de la Première Guerre mondiale, par le PCF et la CGTU pour encadrer les nombreux immigrés sollicités pour la reconstruction. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la MOI joue un rôle majeur dans la résistance urbaine.

171 La Vérité (créé clandestinement en 1940), L’Étincelle (1942-1943) et le journal syndical Front ouvrier (1944) sont tous trois liés au PCI (ex-POI).

172 Jacques Chaban-Delmas (né en 1915), inspecteur des Finances depuis 1943 et résistant, est, en 1944, général de brigade, délégué militaire chargé de la coordination de l’ensemble du territoire national, puis attaché au ministère de la Guerre pour l’organisation de l’armée.

173 Octobre est le journal du PCI, dans le Sud-Ouest, depuis 1944. Charles Torielli, dit Pierre Rimbert (né en 1909), militant au syndicat CGTU du livre, exclu du PCF en 1932, s’était rapproché des trotskistes puis entra à la SFIO, en 1934. Pendant l’Occupation, il anime le groupe et la revue Libertés. Andrée, (1898-1963), militante socialiste de la Seine, favorable à l’unité d’action avec les communistes au sein de la tendance « la Bataille socialiste ». Résistante, elle est nommée membre du comité directeur de la SFIO en novembre 1944. L’un et l’autre appartiennent à la rédaction de Franc-Tireur.

174 Pierre Pucheu (1899-1944), normalien, avait fait carrière dans l’industrie. Démissionnaire du PPF, il devient, en 1941, ministre de l’Intérieur du gouvernement de Vichy, puis gagne l’Afrique du Nord, en 1943, où il est jugé et fusillé.

175 La France a accepté l’invitation à la conférence de San Francisco, adressée le 9 mars, mais refuse d’être puissance invitante pour ne pas se lier aux Quatre grands.

176 En attendant les élections au Conseil municipal de Paris, le gouvernement a désigné par décret, le 12 mars, les 85 membres de l’Assemblée municipale provisoire.

177 Paul Ramadier (1888-1961). Le ministre du Travail du Front populaire avait voté contre les pleins pouvoirs et avait appartenu au CDL de l’Aveyron. De nouveau membre de la SFIO (qu’il avait quittée quittée au moment de la scission « néo »), il est ministre du Ravitaillement depuis septembre 1944.

178 Comité confédéral national de la CGT.

179 Marc Sangnier (1873-1950) était l’incarnation d’un engagement chrétien démocrate ; fondateur du Sillon puis de la Jeune République, il avait soutenu le Front populaire.

180 Giuseppe Di Vittorio (né en 1892), membre du CC du PC italien, exilé en France puis commissaire politique en Espagne (sous le pseudonyme de Mario Nicoletti), regagne l’Italie, en 1943. Il devient secrétaire général de la CGL et retrouve sa place au CC du PCI.

181 Fin 1944, Soustelle a transformé la DGSS en DGER, abandonnant la sécurité militaire. Au printemps 1945, une campagne de l’Humanité dénonce son extension (elle emploie 12 500 personnes) et l’accuse de partialité politique, la rebaptisant Direction générale des ennemis de la République.

182 Henri Avril (1888-1949), député des Côtes-du-Nord, entre 1919 et 1924, inscrit au groupe de l’Action républicaine, était devenu, fin 1943, le président du CDL clandestin des Côtes-du-Nord. Il adhère à la SFIO, en 1944. Le Patriote des Côtes-du-Nord est le journal du FN.

183 Yves Rallon (1896-1955), militant socialiste à Guingamp, secrétaire fédéral des Côtes-du-Nord, en 1939 , ou Marie Rallon, son épouse, militante clandestine dans la même section pendant l’Occupation. Yves Lavoquer (1911-1981), socialiste, professeur à Laval, est l’un des dirigeants de Libération-Nord dans la région.

184 L’ordonnance du 12 octobre 1944 dissout la Corporation paysanne. Les comités de défense et d’action paysanne (CDA) sont proches du PCF. En mars 1945, ils apportent leur soutien à la Confédération générale de l’agriculture (CGA), fondée fin 1944 et dirigée par Pierre Tanguy-Prigent.

185 Il s’agit de Lavoquer et d’Antoine Mazier (1908-1964), qui étaient, à la veille de la guerre, secrétaire de la section socialiste de Saint-Brieuc. Non mobilisé et interdit d’enseignement en 1940, il reprend son activité politique à la Libération. En 1945, il est secrétaire de la Fédération SFIO des Côtes-du-Nord, directeur de son journal le Combat social.

186 Union des femmes françaises.

187 François Tanguy-Prigent (né en 1909), député socialiste du Finistère, avait voté contre les pleins pouvoirs. Il est ministre de l’Agriculture depuis septembre 1944.

188 Peut-être René Le Bars (né en 1912), membre du PCF depuis 1936 et secrétaire du Syndicat des contributions directes du Finistère, résistant.

189 Le général George Smith Patton (1885-1945) avait commandé le débarquement américain, en Afrique du Nord, puis la 3e armée, depuis la Normandie jusqu’au Rhin et à la Tchécoslovaquie.

190 Harry D. White, sous-secrétaire d’État au Trésor, représentait les États-Unis à la conférence financière de Bretton Woods (juillet 1944), où fut décidée la création d’un Fonds monétaire international et d’une Banque mondiale pour la reconstruction et le développement (BIRD).

191 Jean-Daniel Jurgensen, l’un des dirigeants de Défense de la France, puis du MLN.

192 Romain Rolland était mort en 1944.

193 Il s’agit du comité confédéral de la CGT, dominée par les ex-unitaires menés par Benoît Frachon (1893-1975). Secrétaire de la CGT avant guerre, Benoît Frachon en avait été exclu après le pacte germano-soviétique. Clandestin dès 1940, il dirige le Parti avec J. Duclos, se consacrant essentiellement à la lutte syndicale et se faisant l’avocat de la réunification de la CGT. Depuis août 1944, il est secrétaire général de la CGT avec Saillant.

194 Oreste Capocci (1888-1950), militant syndicaliste membre de la SFIO depuis 1922, était depuis 1929 secrétaire général de la Fédération CGT des syndicats d’employés. En 1938, il avait combattu le PC au sein de la tendance « Syndicats », sans pour autant, ensuite, se rallier au maréchal Pétain. En 1945, il reprend la direction des syndicats d’employés et continue à lutter contre l’influence communiste.

195 La « tendance Jouhaux » des ex-confédérés s’oppose à la « tendance Frachon » au sein des unions départementales. Léon Jouhaux (1879-1954), secrétaire de la CGT avait été arrêté, en 1941, et assigné à résidence, maintenant la liaison avec le mouvement syndical et participant à la décision de réunification syndicale (accords du Perreux, avril 1943). Livré aux Allemands en mars 1943, en même temps qu’Herriot ou Léon Blum, il rentre en France, le 8 mai.

196 Le congrès des Jeunesses communistes s’est déroulé du 31 mars au 2 avril. Afin d’élargir leur recrutement à la jeunesse des organisations résistantes, les JC se transforment en l’UJRF, présidée par Raymond Guyot.

197 Léon Andrzejewski (pseudonyme de A. Lajb-Wolf, 1910-1978) avait, semble-t-il, vécu en URSS pendant la guerre. Membre du Comité polonais de libération nationale, Andrzejewski est en charge de la sécurité et, peut-être à ce titre, de la vérification des cadres polonais présents en France.

198 Cachin reprend les tendances de la SFIO d’avant-guerre : « néos » (dissidence de Marcel Déat, en 1933) et paul-fauristes (courant munichois mené par Paul Faure).

199 Jean Garchery (1872-1957) membre du PCF jusqu’en 1929, député de la Seine en 1932 et 1936, avait rejoint la SFIO, en 1936 (cf. Carnets 1936). Ayant voté les pleins pouvoirs au maréchal Pétain, il est exclu de la SFIO, en novembre 1944, fonde le « vieux parti socialiste SFIO » avant de suivre Paul Faure au PSD. Fernand Imbert était secrétaire à la propagande de la fédération SFIO de la Seine avant guerre.

200 Paul Faure (1878-1960), secrétaire général de la SFIO depuis 1920, avait incarné, dans les années 1930, un courant anticommuniste et surtout pacifiste qui l’avait mené à la rupture avec Léon Blum et au refus de la fermeté devant Hitler. À Paris au moment du vote des pleins pouvoirs, il avait accepté sa nomination au Conseil national de l’État français. Exclu de la SFIO lors du Congrès extraordinaire des cadres des fédérations socialistes en novembre 1944, il fonde le parti socialiste démocratique.

201 Jean-Baptiste Séverac (1879-1951), secrétaire-général adjoint de la SFIO depuis 1924, était, à la veille de la guerre, méfiant face aux communistes et résolument pacifiste tout comme Paul Faure, mais il se tint à l’écart de toute activité politique pendant l’Occupation. Exclu de la SFIO en 1944, il suit Paul Faure au PSD. C’est également le cas de Louise Saumoneau (1875-1950), ancienne déléguée à la propagande, Louis Bretin (1879-1956) et Jules Mallarte (1893-1946), ancien membre de la CAP.

202 Les socialistes René Burtin (1892-1975), député de Saône-et-Loire, Jean Castagnez (1902-1973), député du Cher, Maurice Deudon (né en 1889), député du Nord, Philippe Le Maux (1898-1958) député des Côtes-du-Nord, Louis L’Hévéder (1899- 1946) député du Morbihan, Ferdinand Morin (1876-1957), député d’Indre-et-Loire, Georges Nouelle (1887-1966) et François Roux (1889-1969), députés de Saône-et-Loire, et Maurice Voirin (né en 1891) avaient voté les pleins pouvoirs au maréchal Pétain et avaient été exclus en 1944. Marius Dubois (1890-1976), député d’Oran, membre de la CAP de la SFIO, arrivé à Vichy qu’après le vote des pleins pouvoirs, et Jean-Marie Thomas (1895-1967), munichois embarqué sur le Massilia, sont également exclus, malgré leur participation aux combats de la Libération. « Berlin » renvoie sans doute à René Belin, ancien secrétaire confédéral de la CGT devenu ministre du Travail de Vichy, proche du PSD, mais qui n’était pas parlementaire ; « Meffray » à Marcel Meiffret (né en 1906), secrétaire adjoint de la fédération SFIO du Var, mais qui, résistant, est toujours membre de la SFIO.

203 Pierre Mendès France favorable au blocage des billets pour stopper l’inflation est en désaccord avec René Pleven au sujet de la politique des prix et des salaires. Sa démission est rendue publique le 5 avril. Pleven reprend le portefeuille de l’Économie nationale.

204 Les municipales doivent avoir lieu les 29 avril et 13 mai. Le 31 mars, l’ACP avait refusé de les ajourner jusqu’au retour des prisonniers.

205 Léon Blum avait été arrêté, en septembre 1940, par la police de l’État français, emprisonné au chateau de Bourrassol (sauf pendant le procès de Riom, en février-avril 1942) puis livré aux Allemands. Depuis avril 1943, il est dans une villa, aux portes de Buchenwald. La sœur d’André Blumel (cf. 23 mai) avait publié, en 1943, depuis les États-Unis L’Histoire jugera, recueil d’articles du Populaire (Éditions de l’Arbre, Montréal), réimprimé en 1945 (Éditions Diderot).

206 La campagne électorale s’ouvre le 14 avril. Le PCF propose des listes d’Union patriotique républicaine antifasciste, recouvrant des alliances locales mais sans accord avec la SFIO.

207 Louis Marin (1871-1960), président de la Fédération républicaine (1924), plusieurs fois ministre avant-guerre. Il avait refusé l’armistice et le vote du 10 juillet 1940 et avait rejoint Londres, en 1944, il est membre de l’ACP. Emmanuel de Martonne (1873-1955), géographe et professeur à la Sorbonne.

208 Président des États-Unis depuis 1933, Franklin Delano Roosevelt est mort le 12 avril. Le gouvernement français a décrété le 14, jour des obsèques, une journée de deuil national.

209 Harry Truman était vice-président, Edward Stettinius, ancien président de l’US Steel, avait présidé le War Ressource Board puis l’office de prêt-bail, avant de devenir secrétaire d’État, en 1945. Le colonel Robert Mc Cormick, propriétaire du Chicago Tribune, dans lequel il exprimait ses opinions anticommunistes et isolationnistes.

210 Gustav Krupp (1870-1950) et son fils Alfred (1907-1967) avaient mis leurs usines au service du réarmement du Reich. Franz Von Papen (1879-1969), chancelier du Reich en 1932, avait soutenu le nazisme et été ambassadeur à Vienne, avant l’Anschluss.

211 Emmanuel d’Astier de la Vigerie (1900-1969), ancien élève de l’École navale puis journaliste, était entré dans la Résistance, dès sa démobilisation, et avait fondé le mouvement Libération, en janvier 1941. Après un passage à Londres, en 1942, il était revenu en France, avait pris la tête de Libération-Sud puis était entré au CNR. Il est, du 9 novembre 1943 au 9 septembre 1944, commissaire à l’Intérieur du CFLN, qu’il quitte à la suite d’un désaccord avec de Gaulle. Il fonde, à Paris, le journal Libération. Il est membre de l’ACP.

212 Henri Janin (1901-1946), membre du PCF depuis 1922, avait été élu maire de Villeneuve-Saint-Georges, en 1935, puis conseiller général, en 1937 (il était alors professeur à l’École centrale du Parti, à Arcueil). Arrêté, en 1940, puis évadé, il participa à la Résistance en Bretagne. Charles Benoist (né en 1901), député de la Seine en 1936, lui avait succédé à la mairie et avait été destitué, en 1940. Il se présente de nouveau, en 1945.

213 Les premiers déportés libérés par les armées américaines ou soviétiques commencent à rentrer en avril. Les « NN » relevaient du décret « Nacht und Nebel » (« nuit et brouillard »), promulgué en 1941.

214 Georgette Cadras (née en 1912), sœur de Félix Cadras (l’un des dirigeants clandestins du PCF, fusillé en 1942), membre du PCF, était l’une des dirigeantes de l’Union des jeunes filles de France. Elle travaille pendant l’Occupation à l’organisation des Comités féminins du PC, aux côtés de Danielle Casanova. Arrêtée en 1941, elle est déportée en 1944.

215 Martha Desrumeaux (1897-1982), importante responsable syndicale et politique de la région du Nord, avait contribué à maintenir l’appareil clandestin du PCF, dès 1939, puis dans la Résistance, et avait été déportée en 1941.

216 Marcel Paul (1900-1982), membre du PCF et dirigeant syndical, avait appartenu à la Résistance armée et organisé les comités populaires des Services publics, dans la région parisienne. Arrêté en novembre 1941, détenu à Compiègne puis déporté à Buchenwald, en 1944, où il organise la résistance française du camp, il rentre en avril 1945

217 Jean Chauvel, fondateur d’un bureau d’études clandestin au quai d’Orsay sous l’Occupation, est secrétaire général des Affaires étrangères à Alger, puis à Paris.

218 Harry Pollitt (189-1960), l’un des fondateurs du PC britannique, secrétaire général depuis 1928, avait été rétrogradé, en 1940, puis l’était redevenu à l’entrée en guerre de l’URSS.

219 Le cardinal Pierre Gerlier (1880-1965), archevêque de Lyon, primat des Gaules, avait soutenu le régime de Vichy tout en ayant été l’un des rares évêques ou archevêques à avoir dénoncé les déportations de juifs.

220 Plusieurs anciens membres du Comité secret d’action révolutionnaire, organisation d’extrême droite, dite « la Cagoule », fondée pendant le Front populaire par Eugène Deloncle (1890-1944), avaient rallié de Gaulle, à partir de 1941, et avaient été recrutés par le BCRA, d’où la rumeur concernant Passy lui-même.

221 Gaston Palewski (1901-1984), proche de Paul Reynaud dont il avait été le directeur de cabinet, rallie la France libre en 1940, commande les FFL en Afrique puis devient chef de cabinet du général de Gaulle (1942-1946).

222 Pierre Lazarev (1907-1972), était, depuis 1931, le rédacteur en chef de Paris-Soir, créé par le filateur Jean Prouvost. Il dirige, pendant la guerre, le service français de « La voix de l’Amérique » et prend, en 1944, la direction de la rédaction de France-Soir, qui vient d’être fondé par l’équipe du mouvement résistant Défense de la France. Jean Dupuy était avant-guerre à la tête du Petit Parisien.

223 L’avocate Suzanne Blum, sœur d’André Blumel et femme de Paul Weill, amie de Léon Blum, était aux États-Unis depuis 1940. Cf. 23 mai sur Blumel.

224 Le général Leclerc (Philippe de Hauteclocque dit, 1902-1947), officier de carrière, avait rejoint la France libre, en juillet 1940. Commandant militaire de l’AEF, il participe à la campagne de Tunisie, en 1943, au débarquement en Normandie et entre dans Paris à la tête de la 2e DB, en août 1944.

225 Maurice Thorez était né le 28 avril 1900.

226 Président de la Chambre des députés en juillet 1940, le leader radical s’était abstenu lors du vote des pleins pouvoirs et avait totalement rompu avec Vichy, en 1942. En 1944, Herriot est envoyé par les Allemands près de Berlin, il est libéré par l’Armée rouge et se trouve alors à Moscou.

227 Le maréchal Pétain, réfugié en Allemagne, se constitue prisonnier le 25 avril et est interné au fort de Montrouge, ce qui retarde son procès prévu par contumace. Surnommé « Saint François des Assises », Mauriac s’était engagé, depuis le début de l’année, pour sauver de la condamnation à mort certains collaborateurs.

228 La conférence de San Francisco s’est ouverte, le 26 avril, par la première séance de l’Assemblée des Nations unies. L’URSS avait posé comme condition à l’admission de l’Argentine celle du Front national polonais, non reconnu par les États-Unis, mais elle n’obtint pas gain de cause.

229 Georges Bruguier (1884-1962), conseiller municipal de Nîmes et sénateur socialiste du Gard avant-guerre, avait refusé de voter les pleins pouvoirs au maréchal Pétain. Membre de l’ACP, il sera élu maire de Nîmes au 2e tour.

230 Sans doute, Théodore Steeg (1868-1950), député et sénateur radical, plusieurs fois ministre, s’abstient le 10 juillet 1940. Il préside, en 1944, le parti radical en attendant le retour d’Herriot.

231 Alice Brisset (1894-1974), membre du parti communiste depuis le congrès de Tours (au CC entre 1926 et 1929), militante syndicaliste. Elle participa à la Résistance dans l’Indre et fut responsable des comités féminins du PCF.

232 Raoul Dautry (1880-1951), ancien directeur des Chemins de fer de l’État était ministre de l’Armement, en juin 1940. Il s’oppose à l’Armistice. Il est le premier titulaire du ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme, créé le 13 novembre 1944.

233 Paul Reynaud, président du Conseil en mars 1940, avait démissionné le 16 juin. Arrêté en septembre 1940, emprisonné en France puis en Autriche, il est libéré en mai 1945.

234 Le BP du 3 mai décide la constitution de listes communes pour le 2e tour avec les « forces de démocratie et de progrès ». Le MRP (pourtant présent dans certaines alliances du 1er tour) est exclu pour défendre la laïcité et souligner qu’il a reçu les voix de la réaction au 1er tour.

235 À la conférence de Mot Springs, Américains et Canadiens avaient défendu l’idée d’une charte de l’administration coloniale (« Charter of Trusteeship ») pour règler le sort des colonies européennes en Asie. Le problème est discuté à San Francisco.

236 G. Bidault a présenté, le 2 mai, à San Francisco les projets français pour la Sarre et le Rhin.

237 L’Association républicaine des anciens combattants, proche du PCF, et la Jeunesse ouvrière sont nées dans l’entre-deux-guerres.

238 Petre Groza (ou Grozea), communiste roumain, organise le Front des laboureurs pour mobiliser les paysans contre le gouvernement Radescu. En mars 1945, il devient président du Conseil dans le gouvernement du Front national démocratique, dominé par les communistes.

239 Roll = Rol-Tanguy. Georges Beaufils (né en 1913), membre de la commission des cadres du PCF avant-guerre, avait un rôle important dans la Résistance communiste, notamment au Comité militaire national des FTP, sous les pseudonymes de colonel Drumont ou Joseph.

240 Émile Zimmermann (1884-1972), conseiller municipal communiste de Thiais depuis 1935, devient membre du Comité local de libération, et est élu maire, en mai 1945.

241 Sans doute, Gabriel Citerne (1901-1981), responsable communiste dans les Deux-Sèvres puis la Haute-Vienne. Il participe à la Résistance FTP dans la région parisienne puis retrouve les responsabilités de secrétaire fédéral de la Haute-Vienne.

242 Le général Petit, en mission à Moscou depuis la reconnaissance de De Gaulle comme chef de la France libre (1942), puis attaché militaire du CFLN.

243 Jean-Marie de Lattre de Tassigny (1889-1952), emprisonné par Vichy, s’était évadé et avait rejoint Alger, en 1943. Il commande la 1re armée pendant le débarquement en Provence et pour la campagne d’Alsace, en 1944-1945, recevant la capitulation allemande le 8 mai 1945.

244 Boris Guimpel (1911-1979), architecte, membre des JC et des Brigades internationales. En 1942-1943, il devient responsable de la branche armée des FTP, en zone Sud, puis entre comme officier dans la 1re armée du général de Lattre. Il est grièvement blessé sur le Rhin, en avril 1945.

245 Cf. infra note sur Chaintron.

246 Robert Lacoste (1898-1989), socialiste, responsable syndical CGT de la fédération des fonctionnaires, résistant au sein du Comité général d’études, est ministre de la Production industrielle du GPRF, puis du gouvernement de septembre 1944.

247 Georges Guingouin (né en 1913), instituteur communiste devenu chef du maquis du Limousin, membre du bureau fédéral de la Haute-Vienne, est élu maire de Limoges, en avril 1945. Jules Fraisseix (1872-1952), membre du PCF depuis 1920, fut député de la Haute-Vienne, entre 1928 et 1932. Il est président du CDL, en 1944. Jean Chaintron, dit Barthel, (1906-1989) fut membre du CC du PCF à la veille de la guerre, l’un des dirigeants du Parti clandestin après 1940, commandant FFI, et était à la Libération le chef d’état-major de Guingouin. Il est nommé préfet de la Haute-Vienne.

248 Viatcheslav Molotov (1890-1986), commissaire du peuple aux Affaires étrangères, depuis mai 1939, et premier vice-président du Conseil des ministres de l’URSS depuis 1941.

249 Pascal Copeau (1908-1982), fils de l’homme de lettres et de théâtre Jacques Copeau, s’était tourné vers le journalisme. Résistant, il devient l’un des dirigeants du mouvement Libération-Sud. Membre de l’exécutif des MUR, il devient l’un des cinq membres du bureau du CNR, en 1944. À la Libération, il est secrétaire général du MLN et membre de l’ACP.

250 Henri Gourdeaux (1881-1961), membre du PCF depuis 1920 et du CC depuis les années 1930 (où il est responsable de la commission centrale de Contrôle politique), secrétaire de la fédération CGTU des postiers jusqu’en 1938, est, sous l’Occupation, responsable clandestin des syndicats de postiers.

251 En juin 1940, Frachon serait entré en contact avec Anatole de Monzie pour proposer un nouveau gouvernement, la libération de communistes et la défense de Paris pour une guerre « d’indépendance et de liberté ». Le PCF fait de cette date (et non de l’entrée en guerre de l’URSS, en juin 1941) son entrée dans la résistance.

252 Il s’agit du bureau confédéral de la CGT. Georges Buisson (1878-1946), dirigeant syndicaliste au sein de la fédération des employés, était secrétaire adjoint de la CGT depuis 1929. Il gagne Londres, en 1943, et y représente la CGT. Albert Gazier (né en 1908) avait appartenu, sous l’Occupation, au bureau clandestin de la CGT et au mouvement Libération-Nord avant de gagner Londres, puis Alger. L’un et l’autre sont membres de l’ACP. Robert Bothereau (né en 1901), secrétaire adjoint de la CGT, avait pris part aux accords du Perreux.

253 Le CC du 18 mai 1945 réunit, outre les membres du Comité central et de la Commission de Contrôle politique et de la Commission des Finances, des secrétaires régionaux, des représentants de l’UJRF, de l’UFF, de la presse, de la CGT, des instructeurs (Archives du PCF, CC du 18 mai 1945, convocations). Le discours d’introduction est prononcé par Maurice Thorez. Le carnet contient des notes sur le CC jusqu’au 22 mai.

254 André Le Trocquer (1884-1963) était député SFIO du 12e arrondissement, en 1936. Il est l’avocat de Blum au procès de Riom, en 1942, puis participe à la direction du parti socialiste clandestin. Membre de l’ACP, il, devient, en 1943, commissaire à la Guerre et à l’Air, et, en 1944, commissaire (puis ministre) à l’Administration des territoires libérés. Il préside le Conseil municipal de Paris.

255 Raymond Latarget (1911-1946), appartenait à la direction des JC, depuis 1934. Au début de la guerre, il avait été responsable du Parti clandestin dans la région de Marseille.

256 Julien Airoldi (1900-1974), secrétaire de la Fédération communiste du Rhône, membre suppléant du CC en 1937, est emprisonné en 1940, puis, évadé, participe à la Résistance dans le Midi. Il est élu conseiller municipal et adjoint au maire de Lyon.

257 Georges Lévy (1874-1961), député communiste du Rhône, interné à Alger jusqu’en 1943, avait été désigné par le CDL maire de Villeurbanne et confirmé par les élections municipales.

258 Robert Verdier (né en 1910), résistant en zone Nord, devient, à la Libération, secrétaire général adjoint de la SFIO. Il est membre de l’ACP.

259 André Denis (né en 1910), militant syndical du bâtiment, participe à la reconstruction de la CGT en zone Sud, puis aux combats de la Libération de Marseille. En 1944, il devient secrétaire de l’UD CGT du Rhône. Il avait détourné vers la Bourse du travail les grévistes, qui avaient envahi la préfecture.

260 Auguste Lecœur (1911-1992) avait dirigé, dès 1940, le travail syndical clandestin et la réorganisation du Parti dans sa région, le Pas-de-Calais, avant d’être intégré à la direction nationale, en 1942. Il a été élu maire de Lens, en avril 1945.

261 Arthur Ramette (1897-1988). Secrétaire, en 1939, de la Fédération communiste du Nord, membre du CC et du BP, député du Nord. Il gagne l’URSS, en 1940, puis rentre à Paris en même temps que Thorez. Il reprend la tête de la Fédération du Nord.

262 Henri Lozeray (1898-1952) avait été un dirigeant des JC, puis du Parti avant sa chute, dans l’affaire du « noyau des jeunesses » Barbé-Célor. Député communiste en 1936, déchu en 1940, il est interné à Alger jusqu’en 1943.

263 Le PPA de Messali Hadj est en rivalité avec Ferhat Abbas (1899-1985), qui tente de fédérer les forces nationalistes et indépendantistes algériennes au sein des Amis du manifeste. Il est arrêté le 8 mai 1945, au soir des événements du Constantinois et emprisonné jusqu’en 1946. Le soulèvement algérien des 8, 9 et 10 mai et sa répression ont fait l’objet d’un rapport d’André Marty (Archives du PCF).

264 Marcel Rosenblatt (1908-1973), membre du CC, dirigeait la région communiste d’Alsace. Arrêté par la Gestapo, en 1940, il est déporté à Dachau, dont il revient en mai 1945. Il redevient secrétaire de la Fédération du Bas-Rhin.

265 André Blum (1893-1973), journaliste et avocat, membre de la SFIO depuis 1911, avait pris avant-guerre le nom de plume de Blumel. Membre de la CAP, il fut directeur de cabinet de Léon Blum pendant le Front populaire. Un temps délégué de la SFIO à Londres, il est directeur de cabinet d’Adrien Tixier.

266 Bibrowski, communiste polonais, membre des Brigades internationales, puis, semble-t-il, en France.

267 Peut-être Rémy Roure (1885-1966), connu sous le nom de plume de Pierre Fervacques, l’un des dirigeants de Combat, membre du Bureau d’information et de presse de la France libre, rentré de déportation en mai 1945, rédacteur en chef du Monde.

268 Des affrontements ont lieu, depuis le 20 mai, entre manifestants syriens et soldats français. En 1941, la Syrie a proclamé son indépendance ; France et Grande-Bretagne ont alors signé un accord sur le maintien de l’ordre au Proche-Orient jusqu’à la fin du conflit mais sont en opposition sur le rôle de leurs troupes respectives.

269 Arrivé en France le 11 mai, Blum prononce, le 20, son premier discours à la Conférence des secrétaires de fédérations socialistes.

270 Le vicomte Bernard Law Montgomery of Alamein (1887-1976) commandait depuis 1944, les armées britanniques en Europe occidentale.

271 Augustin Hamon (1862-1945), homme de lettres breton, s’était distingué, dans la SFIO des Côtes-du-Nord, en défendant l’URSS et l’unité d’action avec les communistes. En 1944, il adhère au PCF.

272 La commémoration de la fin de la Commune, au mur des Fédérés du Père Lachaise, a lieu pour la première fois depuis cinq ans.

273 Le philosophe Georges Politzer (né en 1903) et le physicien Jacques Solomon, gendre de Paul Langevin (né en 1908), tous deux membres du parti communiste, arrêtés par la police française et remis aux autorités allemandes, furent fusillés comme otages au mont Valérien, le 23 mai 1942.

274 Harry Hopkins était l’ami et le premier conseiller du président Roosevelt.

275 Lors du remaniement ministériel du 31 mai, Teitgen devient garde des Sceaux à la place de F. de Menthon, appelé à siéger au tribunal de Nuremberg.

276 Peut-être Saul Amsterdam (pseudonyme de Gustaw Henrykowski, dit aussi Dunski ou Dunajewski, 1898-1937), entré vers 1920 au PC polonais, dont il devient un dirigeant (CC et Politburo). Il travaille pour le Komintern, à Moscou, depuis la fin des années 1920. Il a disparu dans les purges et n’est réhabilité qu’en 1956. Palmiro Togliatti (1893-1964), dirigeant de premier plan du PC italien et du Komintern, regagne l’Italie depuis Moscou, en 1944, et devient ministre dans les gouvernements du maréchal Badoglio, puis Bonomi et De Gasperi.

277 André Hoschiller, dit Carrel, né en 1911, journaliste communiste, également responsable des jeunesses avant-guerre, participa à la Résistance au sein du PCF clandestin, devint secrétaire général du Front national de l’ Île-de-France, qu’il représenta au bureau du Comité parisien de Libération, créé en 1943. Il est vice-président du Conseil municipal de Paris.

278 Sumner Welles (né en 1892), diplomate américain, avait été sous-secrétaire d’État de 1937 à 1943.

279 Honoré Carlevan (né en 1903), membre du PCF depuis 1924, s’était lié avec Marcel Cachin en travaillant à l’Humanité, entre 1927 et 1933, puis fut envoyé par le Parti dans le Var, dont il était originaire. Arrêté en 1940, il fut déporté en 1943.

280 Le RP Anselme Carrière (1883-1957), supérieur des Dominicains du Caire où il avait plaidé à l’organisation des FFL, était vice-président de l’ACP. Il s’agit sans doute d’Albert Bayet, résistant à Franc-Tireur, favorable à la fusion MLN-FN.

281 Louis Lallemand (mort en 1983) était secrétaire de la région Nord du PCF depuis 1937. Il appartient à la direction clandestine du Parti et à la Résistance FTP. En 1945, il est secrétaire fédéral adjoint.

282 Denis Cordonnier (1893-1952), médecin, adjoint au maire de Lille et conseiller général SFIO avant la guerre, participe à la Résistance et à la reconstitution du parti socialiste clandestin est emprisonné en 1942-1943. Il est élu maire de Lille, en mai 1945.

283 Sans doute, Victor Provo (1903-1983), secrétaire adjoint de la Fédération socialiste du Nord. Directeur du ravitaillement à la mairie de Roubaix, depuis 1940, il avait accepté, en 1942, de remplacer le maire déporté, faisant de la mairie un centre de lutte clandestine. À la Libération, il est confirmé dans ses fonctions par le comité local de libération et élu maire, en mai.

284 Paul Beynet (1883-1969), officier de carrière, commandant de la région militaire d’Algérie en 1940-1941, avait rallié la France combattante, en 1943, et avait commandé la mission militaire française à Washington, d’octobre 1943 à février 1944. Il est depuis cette date, délégué général et plénipotentiaire au Levant.

285 Les débats sur la fusion MLN-FN sont relancés depuis fin mai. Le 7 juin, la majorité du comité directeur ouvre des pourparlers avec divers mouvements de Résistance, la SFIO et la Jeune République pour une fédération qui prendrait le nom d’Union démocratique de la Résistance. L’Union démocratique et socialiste de la Résistance (MLN, OCM, Libération-Nord, Libérer et fédérer) est constituée le 25 juin.

286 Pierre Hervé (né en 1920), membre de la direction du MLN, directeur de l’hebdomadaire Action proche du PC, avait rédigé, en janvier, la motion favorable à la fusion.

287 Sans doute, Jean Pierre-Bloch (né en 1905), député socialiste et journaliste au Populaire, évadé, résistant FFL. Il avait gagné Londres et avait exercé diverses fonctions au CFLN. Il est alors favorable à l’unité organique de la SFIO avec le PCF.

288 Le 12 juin, l’Humanité publie sous forme de Charte des propositions pour un parti unique fusionnant PC et SFIO.

289 Christian Pineau (né en 1904) avait été l’un des fondateurs de Libération-Nord et l’un des responsables de la CGT clandestine. De retour de déportation au printemps 1945, il entre à la SFIO et devient ministre du Ravitaillement jusqu’à fin mai 1945, en remplacement de Ramadier démissionnaire.

290 Jean de Vogue était l’un des dirigeants du mouvement Ceux de la Résistance, qui refuse la fusion avec le MLN.

291 Édouard Froment (1884-1973), député socialiste de l’Ardèche depuis 1932, avait voté contre les pleins pouvoirs, participé à la reconstitution de la SFIO clandestine puis gagné Londres, en 1943. Il est membre de l’ACP.

292 Georges Izard (1903-1973) avait participé, en 1932 à la fondation d’Esprit. Il fut élu député de Meurthe-et-Moselle, en 1936, au nom d’une « gauche indépendante » et chrétienne, puis était entré à la SFIO. Résistant au sein de l’OCM, il est membre de l’ACP. Léo Hamon entre à l’UDSR, malgré le refus de son mouvement. Ceux de la Résistance.

293 Waldeck Rochet (1905-1983), député et membre suppléant du CC avant-guerre, est responsable des questions agraires au PCF. Il est interné en Algérie, de 1940 à 1943, puis représente le Parti à Londres. Il est membre de l’ACP.

294 Soustelle a remplacé Teitgen au ministère de l’Information fin mai.

295 André Pelabon (né en 1910), ingénieur en chef du génie maritime, il avait rejoint Londres. Il est directeur général de la Sûreté nationale au ministère de l’Intérieur depuis septembre 1944.

296 Dwight Eisenhower (1890-1969), commandant des troupes américaines en Europe puis des troupes alliées occidentales, avait dirigé l’assaut final contre l’Allemagne.

297 Harold Laski (1893-1950), théoricien et dirigeant du Labour Party.

298 Georges Bonnet (1889-1973), radical hostile au Front populaire, était le ministre de Affaires étrangères de Daladier, en 1938. Membre du conseil national de Vichy, il est en Suisse, depuis 1943.

299 La Grande-Bretagne vient de rejeter la proposition française d’une conférence des « cinq grands » pour règler la situation au Levant. Celle-ci fait l’objet d’un débat à l’ACP, depuis le 15 juin.

300 Marcel Prenant (1893-1983), biologiste très proche du PCF avant la guerre, dirigeant FTP, déporté, membre à son retour de l’Assemblée consultative au titre du FN, reprend son poste d’enseignant à la Sorbonne.

301 Lucien Molino (né en 1907) était l’un des dirigeants CGT des Bouches-du-Rhône avant la guerre, membre du comité régional du PCF. Résistant, il est l’un des leaders de l’insurrection de Marseille, en 1944. Il devient secrétaire de l’UD CGT des Bouches-du-Rhône, également membre du comité confédéral.

302 Jan Christian Smuts (1870-1950), Premier ministre de l’Union sud-africaine, nommé maréchal en 1941, avait joué un rôle important dans l’Empire britannique pendant la guerre et était l’un des promoteurs des Nations unies.

303 Émile Dufois (né en 1914), responsable de la CGTU et des JC dans la région de Tours, il participa à la Résistance dans le Loir-et-Cher et à la direction du Parti clandestin dont il devient le secrétaire, fédéral en 1943.

304 Robert Cartier (1895-1966), instituteur puis professeur de collège à Blois, militant socialiste et syndicaliste. Membre du Libération-Nord, il est élu, en 1945, conseiller municipal SFIO et adjoint au maire de Blois.

305 Édouard de Larminat (1895-1962), alors colonel, avait rallié la France libre, en 1940, et commandé notamment le 2e corps d’armée en Provence puis les forces de l’Atlantique (1944-1945).

306 Havas avait dû céder, en 1940, au gouvernement de Vichy sa branche information, devenue l’Office français d’information. L’OFI est transformé, en 1944, en l’Agence France Presse.

307 Le Xe Congrès du PCF se déroule, du 26 au 30 juin, porte de Versailles, rassemblant 1 300 délégués.

308 André Wurmser (1899-1981), journaliste très proche du PCF auquel il adhère officiellement en 1942, résistant, devient, à la Libération, président du Syndicat des quotidiens régionaux (comme rédacteur en chef du Patriote de Toulouse) et vice-président de la Fédération nationale de la presse française.

309 Joseph Lazare (1885-1967) était entré à la SFIC, en 1920, et était devenu l’un des dirigeants du Parti dans la région de Béziers. Arrêté et interné, entre 1941 et 1944, il combat dans les FTPF et préside le CDL de Béziers. Il est élu maire, en mai 1945. Fernand Roucayrol (1894-1988) était secrétaire de la Fédération socialiste de l’Hérault, député, conseiller municipal de Béziers. Ayant voté les pleins pouvoirs au maréchal Pétain et contribué à la presse syndicale collaboratrice, il est exclu de la SFIO en novembre 1944.

310 Irène Calas (née en 1898), institutrice, militante communiste depuis les années 1920, résidait, depuis les années 1930, à Béziers, son mari étant secrétaire de la région PC du Languedoc. Louis Gautrand (né en 1897), instituteur communiste dans la région de Montpellier, est arrêté, en 1940, puis interné à Alger. En 1944, il est directeur-adjoint du cabinet de Fernand Grenier commissaire à l’Air.

311 Simon Sabiani (1888-1956), est membre de la SFIO, puis du PCF, puis « socialiste-communiste », député des Bouches-du-Rhône (1928-1936) et conseiller municipal de Marseille. Il avait fondé son pouvoir local sur sa popularité et des « phalanges prolétariennes » armées. Il rallie avec elles Doriot puis le PPF, dont il devient l’un des dirigeants. Il prend la fuite en Allemagne, en 1944.

312 Le parti indépendantiste Néo-Destour de Bourguiba s’était renforcé, alors que le bey Moncef avait tenté de former un gouvernement autonome après l’invasion de la Tunisie par les Allemands (1942).

313 Sans doute, Ambroise Bazin, militant communiste et syndicaliste, né et mort à Douarnenez (1974).

314 Joseph Pencalet, maire sortant de Douarnenez, est réélu le 8 juillet.

315 Jean Rospars (1881-1948), militant communiste de Concarneau, déporté à Buchenwald, devient conseiller municipal de sa ville.

316 Le gouvernement a présenté le 9 juillet un projet de loi sur les élections aux conseils généraux en septembre et à l’Assemblée en octobre. Les responsables politiques sont alors consultés sur le problème constitutionnel et la rupture avec la Constitution de 1875.

317 Les états généraux de la Renaissance française rassemblent 1 800 délégués du CNR et des CDL au palais de Chaillot, du 10 au 14 juillet.

318 Eugène Claudius-Petit (1907-1989), démocrate-chrétien, résistant à Lyon au sein du mouvement Franc-Tireur, fut membre du Bureau politique du MLN puis de l’UDSR.

319 Le nouveau Conseil central de la Renaissance française est composé de l’ancienne direction du CNR (à majorité UDSR) et de 18 délégués des CDL (en majorité communistes).

320 Laurent Bonnevay (1870-1957) avait voté contre les pleins pouvoirs. Membre de l’ACP, il se prononce en faveur des institutions de la IIIe République, non responsables selon lui de l’effondrement de 1940.

321 Le 18 juillet s’ouvre, à Potsdam, une conférence entre les chefs d’État américain, soviétique et britannique.

322 Léon Mauvais (1902-1980), secrétaire de la CGTU jusqu’en 1935, membre du CC du PCF, s’était évadé du camp de Châteaubriant, en 1941, puis était devenu l’un des responsables de la direction du Parti en zone Sud ; il entre au BP, en janvier 1945. Il joue un rôle important dans le comité d’entente socialiste-communiste.

323 Henri Dorgères dirigeait dans les années trente le mouvement agricole d’extrème-droite Front paysan (les "chemises vertes").

324 Joseph Denais (1877-1960), député de la Seine était l’un des dirigeants la Fédération Républicaine. Il avait été placé en résidence esurveillée sous Vichy. Membre de l’ACP, il s’oppose aux nationalisations et à l’impôt sur le capital.

325 Sans doute Marie-Claude Vaillant-Couturier, veuve de Paul Vaillant-Couturier (mort en 1937), l’une des dirigeantes de l’Union des jeunes filles de France, déportée, suppléante au CC depuis juin. Elle dirigeait avant-guerre le service photographique de l’Humanité.

326 Franz Dalhem (1892-1981), dirigeant communiste allemand, avait émigré en France, en 1933, et devient, en 1938, le secrétaire du KPD en exil. Interné au Vernet puis livré par le gouvernement de Vichy aux Allemands, en 1941, il est libéré de Mathausen par l’Armée rouge, en mai 1945, et rentre en Allemagne.

327 Andreï Jdanov (1896-1948), secrétaire du Parti à Leningrad, membre du CC, du Politburo, du Praesidium du Soviet suprême, est devenu l’idéologue du régime.

328 Le comte Galeazzo Ciano (1903-1944), gendre de Mussolini, ministre des Affaires étrangères, avait été exécuté par le parti fasciste pour s’être rallié au gouvernement Badoglio.

329 La conférence de San Francisco s’est achevée, le 26 juin, par la signature de la Charte des Nations unies.

330 Cachin accompagne dans le Nord Maurice Thorez, qui prononce le 21 juillet à Waziers un discours consacré à la production. Le 22, hommage est rendu aux FTP et déportés à Avion. Arthur Lamendin (1852-1920), syndicaliste, maire socialiste de Liévin. Sur ce passage de M. Cachin dans le Pas-de-Calais, cf. Carnets, T. 1, p. 270.

331 Jean Bichelonne (1904-1945) avait été secrétaire général puis ministre de la Production industrielle, depuis 1940. Il fut l’artisan de la collaboration économique.

332 Thierry Maulnier (Jacques Talagrand dit, 1909-1989), essayiste, journaliste à l’Action française et au Figaro, collabore, après la Libératio, à Combat notamment.

333 Dans son discours de Brest, le 21 juillet, de Gaulle précise les deux questions au référendum qui aura lieu le même jour que les législatives : l’Assemblée doit-elle être constituante ? Si oui, approuvez-vous l’organisation des pouvoirs publics proposée par le gouvernement ? Le PCF fait dès lors campagne pour le oui-non.

334 Guy Robert (1908-1984), professeur au lycée de Saint-Brieuc, secrétaire de la fédération socialiste des Côtes-du-Nord avant A. Mazier, est prisonnier de 1940 à 1945.

335 Pierre Laval, qui vient d’être renvoyé en France par l’Espagne, témoigne, le 2 août au procès du maréchal Pétain (ouvert le 23 juillet) comme vice-président du Conseil puis chef du gouvernement de Vichy.

336 L’Assemblée consultative s’est prononcée, fin juillet, sur le projet constitutionnel du gouvernement. Elle tient sa dernière séance le 3 août.

337 Marcel Cariou (1920-1944), militant communiste de Pont-l’Abbé, résistant FTP, avait été déporté puis exécuté.

338 Peut-être, Joseph Le Coz (né en 1898), secrétaire de la section communiste de Concarneau, résistant FTP, vice-président du CDL du Finistère.

339 Albert Jaouen (1909-1976), militant communiste, membre des Brigades internationales, avait été l’un des responsable du FN du Finistère et colonel FTP. En 1945, il devient membre du secrétariat fédéral du PCF du Finistère.

340 La première bombe atomique est lâchée sur Hiroshima, le 6 août. C’est Robert Oppenheimer (1904-1967) qui avait dirigé les recherches sur la bombe atomique aux États-Unis.

341 Ernest Lawrence (1901-1958), prix Nobel de physique 1939 pour l’invention du cyclotron.

342 Regards, hedomadaire communiste illustré de photographies en couleurs, était né en 1932 et reparaît à la Libération.

343 Frédéric Joliot-Curie (1900-1958) avait reçu avec sa femme Irène (1897-1956) le prix Nobel de physique, en 1935, pour la découverte de la structure de l’atome.

344 T.V. Soong (né en 1894), beau-frère de Tchang Kaï-Chek (et de Sun Yat-Sen), fut ministre des Affaires étrangères puis Premier ministre du gouvernement du Kuomintang.

345 Hiro-Hito (1901-1989) était empereur du Japon, depuis 1926, et doit accepter l’instauration d’une monarchie constitutionnelle.

346 Tchang Kaï-chek (1887-1975), leader du Kuomintang, dirigeait le gouvernement nationaliste, de nouveau en rupture avec les communistes, malgré l’alliance anti japonaise de 1937-1945.

347 Le congrès de la SFIO (12-15 août) rejette l’unité organique avec le PCF.

348 Il s’agit d’une exposition consacrée à l’industrie, au commerce et à l’artisanat.

349 L’insurrection générale a été déclenchée en Indochine, à l’été 1945, par le Front de l’indépendance (Viêt-minh) fédérant les nationalistes. La reddition des Japonais aux Chinois, au nord, aux Anglais, au sud, suivant le 16e parallèle, avait été décidée à Potsdam.

350 Mao Zedong (1893-1976) était l’un des fondateurs du PC chinois, dont il prend la direction, en 1935, depuis sa base, dans la province du Yunan. À partir de 1937, sa résistance contre l’invasion japonaise, allié au Kuomintang, fait de lui le chef absolu d’un parti puissant.

351 Sur le Rassemblement universel pour la paix, cf. carnets années 1930.

352 Ernest Bevin est devenu ministre des Affaires étrangères du cabinet travailliste formé par Attlee.

353 Le congrès du parti radical se tient à Paris, du 20 au 30 août. Paul Anxionnaz (né en 1902), secrétaire général du parti radical depuis 1936, avait occupé divers postes auprès des états-majors de la France libre. Marc Rucart (né en 1893), député radical des Vosges, plusieurs fois ministre dans les années 1930, avait refusé de voter les pleins pouvoirs au maréchal Pétain. Résistant, il rentre de déportation, en mai.

354 De Gaulle a quitté Paris pour les Etats-Unis et le Canada, le 21 août.

355 Joseph Paul-Boncour (1873-1972), délégué à la SDN, avait quitté la SFIO, en 1931, pour le parti républicain-socialiste. Ministre des Affaires étrangères du second cabinet Blum, sénateur, il vote contre les pleins pouvoirs, en 1940.

356 Les accords de prêt-bail, renouvelés en février 1945, sont résiliés le 23 août.

357 Le socialiste belge Henri de Man (1885-1953), auteur d’Au-delà du marxisme et d’un “plan” d’organisation économique prévoyant l’abandon de la lutte des classes, avait été favorable à la collaboration puis s’était réfugié en Suisse. Marcel Déat (1894-1955), artisan de la rupture “néo” de la SFIO antibolchevique et planiste, avait dirigé le PSF collaborateur et s’était réfugié en Espagne.

358 Jeannette Vermeersch (née en 1910), membre du bureau des JC du Nord puis dirigeante de l’Union des jeunes filles de France, avait rencontré Maurice Thorez à Moscou, en 1929, et l’avait rejoint en URSS, en 1940. À leur retour en France, elle devient membre suppléant du BP au Xe Congrès.

359 Les notes ci-dessous (Patinaud, Lecœur, Bossus, Airoldi) et une partie des notes du 28 au 31 août ont sans doute été prises lors du CC du 1er septembre.

360 Yves Farge (1889-1953), journaliste, résistant et membre du comité directeur du Front national, a été nommé commissaire de la République à Lyon, en avril 1944.

361 Après le congrès de la SFIO, en août 1945, Zyromski adhère au PCF.

362 La « Délégation des gauches » s’est formée, le 23 août, à l’initiative de la CGT pour protester contre le mode de scrutin et réaffirmer le programme du CNR. Sa demande d’audience est refusée par de Gaulle, le 1er septembre.

363 Le maréchal Wilhelm Keitel (1882-1946) était chef de l’état-major allemand depuis 1938. Il signe la capitulation à Berlin, en mai 1945.

364 Le thème du complot de la « synarchie » était né à Vichy, au sujet d’un groupe de technocrates (banquiers ou industriels) accusés d’organiser l’économie au service des « trusts ».

365 Marcel Cachin prononce l’allocution d’ouverture à la réunion du CC qui se tient à la mairie du 11e arrondissement, à Paris.

366 Alexandre Ballu (né en 1897), membre du PC, était typographe à l’Humanité. Il organisa la parution du premier numéro légal du journal à la Libération.

367 Le socialiste Juan Negrin (1887-1957), chef du gouvernement républicain espagnol, en 1937, avec l’appui des communistes, avait été écarté, en 1939.

368 Le général Douglas Mac Arthur (1880-1964) était le vainqueur du Japon.

369 Georges Gorse était avant-guerre un collaborateur du général Catroux. Il avait appartenu au cabinet du général de Gaulle, à Londres et Alger, et était membre de l’ACP.

370 André Tardieu (1876-1945) était alors président du Conseil, et il avait mené une offensive contre le PCF, ses sources de financement et son journal.

371 Il s’agit du la réunion du comité confédéral de la CGT, les 4 et 5 septembre. Frachon est élu 2e secrétaire général sur le même plan que Jouhaux.

372 Dates du 1er tour des cantonales et des élections législatives.

373 Michel Zunino (1889-1958), député SFIO du Var en 1936, avait refusé de voter les pleins pouvoirs, le 10 juillet 1940, et était devenu l’un des responsables du FN dans la zone Sud. À la Libération, il quitte la SFIO, qui présente un candidat contre lui aux élections, cantonales à Toulon. Il adhère au PCF et se présente comme candidat d’Union républicaine, soutenu par le PC aux législatives.

374 Marcel Astier (1885-1947), député radical de l’Ardèche, avait voté contre les pleins pouvoirs puis gagné Londres. Candidat à la Constituante, il sera battu en octobre.

375 Lydia Campolonghi (né en 1907) était la fille du socialiste antifasciste italien Luigi Campolonghi (1876-1944), exilé, en France dans les années trente.

376 Peut-être Jean Pillot (1901-1945), résistant communiste de la région d’Argenteuil, condamné, en 1944, et mort en déportation.

377 Michael Foot (né en 1913), journaliste, est élu député travailliste, en 1945 ; il se situe à la gauche du Parti.

378 René Massigli était avant-guerre chargé de la Direction politique du quai d’Orsay. Commissaire aux Affaires étrangères du CFLN, il devient ambassadeur à Londres, en septembre 1944.

379 Marcel Bidoux est le directeur du Populaire.

380 Giuseppe Modigliani est l’un des dirigeants du parti socialiste italien.

381 Bao Dai (né en 1913), empereur d’Annam depuis 1925, avait proclamé l’indépendance, en mars 1945, en même temps que Sihanouk celle du Cambodge. Déposé, le 2 septembre, par le Viêt-minh qui proclame la République démocratique du Viêt-nam, il devient conseiller de Hô Chi Minh.

382 L’économiste britannique John Maynard Keynes (1883-1946) avait, pendant la guerre, poursuivi sa réflexion sur l’État providence et proposé un projet d’union monétaire universelle, s’opposant aux conceptions américaines.

383 Pietro Nenni (1891-1980), socialiste italien, livré par Vichy à Mussolini et libéré en 1943, devient secrétaire général du parti socialiste. Il est vice-président du Conseil dans le gouvernement De Gasperi.

384 Après la scission du MLN en juin, sa minorité avait formé avec le Front national le Mouvement unifié de la Renaissance française (MURF), que Cachin nomme ici MUR.

385 Le père Philippe (Jean Rambaud, 1908-1977), supérieur de la Province des Carmes de Paris, était membre de la direction du FN et de l’ACP de Paris. Il quitte le MURF, à la suite des positions prises par le mouvement en faveur du oui-non en même temps que Jacques Debu-Bridel et Georges Adam, directeur et rédacteur en chef du journal Front national.

386 Sans doute, Georges Liebherr, dit André Ternet (né en 1907), responsable de l’Humanité clandestine, d’éditions clandestines communistes puis responsable de la presse au Front national, dont il est membre du comité directeur.

387 Un meeting de protestation contre le « scrutin réactionnaire » rassemble, salle Pleyel, CGT, PC, SFIO, radicaux et Ligue des droits de l’homme.

388 Pierre Fayet (1887-1977) avait été secrétaire régional de la CGTU puis de la CGT, en Algérie, entre 1934 et 1939. Interné à Alger jusqu’en 1943, il devient alors délégué de la CGT auprès du gouvernement provisoire et membre de l’ACP.

389 L’ancien président de la République (1924-1931), Gaston Doumergue, avait formé au lendemain du 6 février 1934, un gouvernement comprenant Adrien Marquet (1884-1955), l’un des chefs de file de la rupture « néo » de la SFIO. Ministre de l’Intérieur, de juin à septembre 1940, il entre au Rassemblement national de Déat, mais se consacre à la mairie de Bordeaux. Il est arrêté en 1944.

390 Walter Ulbricht (1893-1973), dirigeant communiste allemand, avait émigré en France, en 1933, puis avait gagné Moscou, où il avait participé à la formation du Comité national de l’Allemagne libre. En avril 1945, il rentre en Allemagne, où il devient la figure de proue du KPD.

391 Christian Rakovsky (1873-1941), militant bolchevik d’origine roumaine, proche de Trotsky, ambassadeur en France de 1925 à 1927, relégué, dès son retour en URSS, à Astrakhan, a disparu dans les purges.

392 Il s’agit des candidats à la députation au 2e secteur de Paris, derrière M. Cachin qui tient de nombreuses réunions électorales jusqu’aux législatives du 21 octobre. Henri Wallon (1879-1962), titulaire de la chaire de psychologie de l’enfance au Collège de France, suspendu en 1940, était membre du comité directeur du FN universitaire et de l’ACP. Gaston Auguet (1904-1986) était conseiller secrétaire de la région Paris-Ville, suppléant au CC du PCF depuis 1937. Résistant FTP, il est réélu conseiller municipal de Paris, en 1945, et retrouve sa place au CC. Lucienne Chaussinaud (1911-1982), résistante communiste, déportée à Ravensbrück. Juliette Moquet (1898-1953), mère du plus jeune des fusillés de Châteaubriant Guy Moquet, avait été élue conseillère municipale communiste de Paris. Larbalestrier était secrétaire du syndicat de l’alimentation.

393 Les résultats définitifs des cantonales du 23 septembre sont publiés par l’Humanité, le 3 octobre.

394 Renaud-Jean (1887-1961), député du Lot-et-Garonne, était en 1939 membre du CC du PCF, après une période de tension avec la direction sur la politique paysanne. Il marqua son désaccord avec les positions du Parti, en 1939-1940. Arrêté en 1940, interné, puis libéré pour raisons de santé, il est éloigné de la direction en 1945, par la commission des cadres. Il est réélu maire de Samazan et conseiller général.

395 Pierre Stibbe avait été membre de l’ACP, au titre du mouvement Ceux de la Résistance.

396 Le général Joinville avait dirigé l’état-major des FFI.

397 Francisque Gay (1885-1963), journaliste démocrate-chrétien, résistant, devient directeur de la presse au ministère de l’Information, en 1944, et membre de la commission exécutive permanente du MRP, à sa fondation.

398 De Gaulle visite l’Allemagne occupée et Strasbourg, du 2 au 6 octobre.

399 L’écrivain Georges Bernanos (1888-1948), en Amérique latine depuis 1938, était rentré en 1945.

400 La Conférence syndicale mondiale se déroule du 25 septembre au 8 octobre au palais de Chaillot. La FSM réunit syndicats des États socialistes (dominants) et capitalistes, à l’exclusion de syndicats chrétiens et de l’AFL. Louis Saillant en devient le secrétaire général.

401 Gérard Ouradou (1896-1952), adjoint socialiste au maire de Bondy et membre du bureau de la Fédération CGT cheminots, devient responsable des cheminots à Libération-Nord. Il devient secrétaire général adjoint de la CGT.

402 Cachin intervient à la radio (chaîne parisienne) au nom du PCF.

403 Le CC reçoit les communistes délégués à la Conférence syndicale mondiale au 120 rue Lafayette, siège de la Fédération de Paris-Ville.

404 Ouverte le 11 septembre, la conférence des cinq ministres des Affaires étrangères à Londres, échoue, le 2 octobre, sur la représentativité des régimes balkaniques, et le droit de la France et la Chine à se prononcer à leur sujet.

405 Cachin évoque le manifeste « Peuple de France », rédigé par Jacques Duclos, le 10 juillet 1940 et demandant une France « libre et indépendante », la paix et la révolution socialiste, présenté plus tard comme le premier appel du PCF à la Résistance. Mai 1941 est la date de création du Front national.

406 Tchang-Tsai était une militante du PC chinois, rencontrée par Cachin à Moscou alors qu’elle travaillait pour le Komintern. Deng Fa (1906-1946), militant communiste chinois, avait participé à la Longue Marche, dirigé l’École centrale du Parti, avant de devenir responsable central des syndicats. Il participe au Congrès de Paris, en octobre 1945, et est élu membre du comité exécutif de la FSM.

407 Albert Ouzoulias (né en 1915), militant communiste, est membre de la direction des FTPF, à partir de 1942, et du comité parisien de Libération. Il est conseiller municipal de Paris. Juliette Moquet (cf. ci-dessus) ou son époux Prosper Moquet (1897- 1986), député communiste de Paris et secrétaire de la Fédération des cheminots.

408 Georgi Dimitrov (1882-1949), secrétaire général du Komintern juqu’à sa dissolution en 1943, membre du CC du PC russe (il avait pris la nationalité soviétique), rentre en Bulgarie, à l’automne 1945 ; il est alors élu secrétaire général du PC bulgare. Basile Kolarov (1877-1950), membre du CE de l’IC et du CC clandestin du parti communiste bulgare depuis l’entre-deux-guerres, a quitté Moscou pour retourner en Bulgarie, en septembre 1945.

409 Antoine Avinin (1902-1962), industriel, membre de la Jeune République, avait été l’un des dirigeants du mouvement de Résistance Franc-Tireur à Lyon, puis du MLN. Il est membre du bureau du CNR, à partir de 1943, et de l’ACP. Il participe à la fondation de l’UDSR.

410 Le maréchal Leclerc commande les troupes françaises en Extrême-Orient, depuis août 1945. Combattant le Viêt-minh, il est entré à Saigon, le 5 octobre.

411 L’imprimeur Georges Dangon (1884-1956) avait travaillé pour la presse communiste notamment (voir supra).

412 Marcel Cachin participe au meeting de la Confédération générale du commerce et de l’artisanat, au Vel d’Hiv’, puis à un meeting électoral, rue Folcroy.

413 Le 19 octobre 1945, le journaliste résistant Jean-Louis Vigier affirme dans l’Époque que le PCF a fait, en juillet 1940, des démarches pour légaliser le Parti et paraître l’Humanité avec l’accord de la Gestapo. Les vives polémiques à ce sujet ne s’éteignent qu’en 1993 avec l’ouverture des archives de l’IC à Moscou et la publication des documents sur les négociations menées par Duclos et Tréand avec l’ambassadeur Otto Abetz, puis arrêtées par l’IC.

414 Pierre de Gaulle (1897-1959), frère de Charles de Gaulle, était directeur de banque à Lyon et avait été arrêté par la Gestapo, en mars 1943, pour son activité au sein du mouvement Ceux de la Libération. Déporté en Tchécoslovaquie, il est libéré en 1945.

415 Cachin, Fajon, Cogniot participent à un meeting, salle Pleyel, pour la défense de l’école laïque et républicaine.

416 Cécile Angrand, professeur de philosophie proche du PCF, était la femme de Pierre Angrand, enseignant au lycée Rollin, et résistant aux côtés de Politzer, Solomon et Decour.

417 Alexandre Kerensky (1881-1970) était l’un des principaux dirigeants du parti travailliste russe. Après la révolution de février 1917, il fut successivement ministre de la Justice, de la Guerre puis président du Conseil, de juillet 1917 à la révolution d’Octobre, qui le renversa.

418 Fritz Sauckel, plénipotentiaire général chargé de la main-d’œuvre sous les ordres de Goering, avait exigé la venue de travailleurs français en Allemagne, d’où la « Relève » des prisonniers par les ouvriers (1942), puis le Service du travail obligatoire (1943) pour tous les jeunes gens.

419 Depuis juillet 1945, le général Koenig commande la zone française d’occupation, en Allemagne.

420 Fernand Bouxom (1909-1991), l’un des fondateurs de la JOC, résistant, devient vice-président du MRP et membre du comité de rédaction de l’Aube. Il est élu député de la 5e circonscription de la Seine, à la Constituante.

421 René Cassin (1887-1976), professeur de droit, avait rallié de Gaulle, en 1940, et était devenu le juriste de la France libre. Il est à la tête du Conseil d’État, depuis décembre 1944.

422 Giuseppe Saragat (1898-1988), socialiste italien exilé jusqu’en 1943. devient ambassadeur d’Italie en France, en 1945.

423 Les élus communistes parisiens morts pour la France, fusillés comme otage ou comme résistants : Charles Michels (1903-1941, député de Paris), René Le Gall (1899- 1942, conseiller municipal, ) Jules Frot (1900-1941, conseiller municipal), Raymond Losserand (1903-1942, conseiller municipal), Maurice Gardette (1895-1941) conseiller municipal), Corentin Cariou (1898-1942, conseiller municipal, membre du CC de 1932 à 1936) et Jules Auffret (1902-1941, maire adjoint de Bondy, conseiller général de la Seine, secrétaire du PC pour Paris-Est), sont enterrés au mur des Fédérés, au Père Lachaise

424 Marcel Cachin prononce l’allocution d’ouverture de la réunion du Comité central d’Issy-les-Moulineaux, les 3 et 4 novembre 1945.

425 Pierre Kaldor (né en 1912), juriste communiste, arrêté en 1940 puis évadé, était l’un des dirigeants du FN judiciaire. Il devient secrétaire général du Secours populaire de France.

426 Albert Plas intervient au CC au nom du PCF de Savoie, qui a soutenu une liste d’Union des gauches menée par Pierre Cot (1895-1977). Le ministre de l’Air du Front populaire, qui avait gagné Londres, en 1940, puis New York et Alger, en 1943 (il est membre de l’ACP), retrouve Paris, en 1944, après une mission du gouvernement provisoire en URSS. Il s’inscrit à l’Assemblée, dans le groupe radical-socialiste.

427 Il s’agit de notes prises lors de l’intervention de Roger Garaudy (né en 1913, agrégé de philosophie en 1936, devenu membre suppléant du CC en juin, intervenant pour la Fédération du Tarn) sur le matérialisme dialectique. M. Thorez, en clôture, critique sévèrement son « idéalisme » (Archives du PCF).

428 E. d’Astier de la Vigerie (Ille-et-Vilaine), Pascal Copeau (Haute-Saône), Gilbert de Chambrun (né en 1909, jeune diplomate, résistant au sein de Combat, député de la Lozère), Jean Curabet (1902-1967, résistant, président du CDL du Puy-de-Dôme, député du Puy-de-Dôme), Paul Tubert (Algérie) sont inscrits dans le groupe des républicains et résistants, apparenté communiste. Robert Chambeiron (né en 1915), membre du cabinet de Pierre Cot en 1936, résistant dès 1940 aux côtés de Jean Moulin, secrétaire général adjoint du CNR, élu député des Vosges sur une liste d’Union républicaine et de la résistance, soutenue par le PCF, et Pierre Dreyfus-Schmidt (1902-1964), maire radical de Belfort depuis 1935, fait prisonnier en 1940, évadé, participant aux campagnes d’Italie et de Provence, réélu député du Territoire de Belfort sur une liste du MUR, sont inscrits dans le groupe radical. Camille L’Huissier (1879-1948), ancien secrétaire fédéral SFIO de la Mayenne, membre de Libération-Nord, réélu député de la Mayenne sur une liste d’union socialiste-communiste, est inscrit dans le groupe socialiste. Richier est inscrit dans le groupe paysan, apparenté UDSR.

429 Le siège du PCF, 44, rue Le Peletier dans le 9e.

430 Félix Gouin est élu, le 8 novembre, président de l’Assemblée constituante. Jean Capdeville (1912-1977), instituteur socialiste, résistant au sein de Libération-Nord, était secrétaire général de la Fédération SFIO de Seine-Inférieure et député du département.

431 Pierre Le Brun, membre du secrétariat général de la CGT, est membre de l’ACP pour l’Union des cadres industriels français.

432 Paul Cuttoli (1864-1949), sénateur de Constantine, membre de l’ACP puis député radical de l’Algérie, était le doyen d’âge de l’Assemblée. Il prononce le discours d’ouverture, le 6 novembre. Le même jour, le général de Gaulle lui adresse la démission de son gouvernement.

433 Le programme d’action gouvernemental de la délégation des gauches a été publié le 7 novembre.

434 Dix députés de chaque groupe (MRP, PC, SFIO) se réunissent les 8 et 9 novembre sans parvenir à un accord sur un programme de gouvernement. Cf. ci-dessous « les trente ».

435 Paul Löbe (1875-1967), député au Reichstag, avait refusé de condamner Hitler en 1933, ce qui ne l’avait pas empêché d’être arrêté plusieurs fois après l’interdiction du SPD, où il recommence à militer, en 1945. Otto Grotewhol (1894-1964), député, plusieurs fois emprisonné pendant la guerre, préside, en 1945, le SPD reconstitué en zone soviétique et met en oeuvre l’unité d’action avec le KPD (accord du 19 juin 1945). Carl Severing (1875-1952), dirigeant social-démocrate et membre du gouvernement du Landstag de Prusse, avait refusé de s’exiler en 1933.

436 Ahmed Sukarno, ou Soekarno (1901-1970), dirigeant du parti national indonésien, avait accepté de participer à un gouvernement d’occupation japonaise de ancienne colonie hollandaise, puis proclamé l’indépendance de l’Indonésie, dès la reddition du Japon. Il devient, en août 1945, président de la République.

437 Gustav Noske (1868-1946), dirigeant de la social-démocratie allemande, avait réprimé l’insurrection spartakiste de 1919, avec l’appui de l’armée.

438 Les États-Unis viennent de refuser de communiquer le secret de la bombe atomique à l’URSS. Joliot-Curie, Langevin, Thorez président une conférence à la Sorbonne pour la paix et les "échanges scientifiques".

439 De Gaulle est élu chef du gouvernement à l’unanimité, le 13 novembre. M.C. = Marcel Cachin.

440 Le Congrès national de l’UJRF s’ouvre, le lendemain, avec 400 délégués.

441 Devant l’impossibilité de former un gouvernement (le PCF réclamant notamment l’Intérieur, les Affaires étrangères ou la Guerre), de Gaulle remet son mandat, le 16 au soir et l’annonce à la radio, le 17.

442 Alfred Lebidon (1876-1965), conseiller municipal communiste de Choisy-le-Roi, déporté en Algérie en 1941, est élu maire, en mai 1945, après la démission immédiate de Marcel Cachin, tête de liste.

443 Le BP s’est réuni le 17, l’Humanité du 18 proclame la rupture avec de Gaulle. Depuis le 16, cinq représentants des grands partis (« les quinze ») tentent de trouver un accord.

444 La SFIO ayant refusé un gouvernement présidé par Blum avec Thorez comme vice-président du Conseil, de Gaulle forme, le 21 novembre, un gouvernement comprenant cinq ministres communistes (Thorez, Billoux, Tillon, Marcel Paul et Ambroise Croizat).

445 Marcel Cachin et Georges Cogniot sont invités à assister au VIIIe congrès du PC britannique.

446 Ernst Fischer (né en 1899), militant socialiste puis communiste autrichien, avait vécu à Moscou de 1935 à 1945. En avril 1945, il rentre en Autriche, est l’un des quatre députés communistes élus au Conseil national, et devient ministre de l’Éducation et de la Religion dans le gouvernement de coalition de novembre 1945. Kopéri, sans doute Johann Koplenig (1895-1968), secrétaire général du PC autrichien depuis 1925, membre du CE de l’IC, vit à Moscou pendant la guerre qu’il quitte en avril 1945, en même temps que Fischer. Il devient alors vice-chancelier du gouvernement provisoire, secrétaire d’État et est élu député au Conseil national, en novembre.

447 Wilhelm Koenen (1886-1963) était l’un des dirigeants du KPD et député communiste au Reichstag. Exilé en 1933, il passe la guerre en Grande-Bretagne, demeurant l’un des dirigeants du KPD. Il rentre en Allemagne en 1945.

448 William Gallacher (1881-1965), fondateur du parti communiste anglais et membre du CC depuis 1921, membre du CE de l’IC dans les années 1930, dirige le PC britannique, depuis 1943. Il est réélu député, en 1945. Arthur Horner (1894-1968), membre du CC du PC britannique depuis 1923, mis à l’écart en 1929, dirigeant de la Fédération des mineurs du pays de Galles, occupe, à partir de 1945, des postes dirigeants au Parti et au Syndicat des mineurs britanniques.

449 Marcel Cachin prononce un discours conservé dans le fonds Cachin de la Bibliothèque marxiste (5 p. dact.). James Maxton (1885-1946), président de l’Independant Labour Party, avait défendu, dans les années 1930 l’unité d’action avec le parti communiste et s’était opposé (contrairement au Labour Party) à l’entrée en guerre de la Grande-Bretagne, en 1939. En 1945, il est le seul membre de l’ILP réélu député.

450 Les notes suivantes concernent visiblement les journées des 18 au 20 novembre.

451 Le général George Marshall (1880-1959) avait été le chef d’État-major de l’armée américaine pendant la guerre.

452 Konni Zilicacus (1894-1967), d’origine américano-finlandaise, avait fait ses études en Angleterre, et travaillé pendant l’entre-deux-guerres, à la SDN puis au ministère de l’Information, de 1939 à 1945. Il est élu député travailliste, en 1945, et se distingue dès lors par ses prises de position prosoviétiques et procommunistes. Lord Robert Cecil (1864-1958), député conservateur, rédacteur du pacte de la SDN, prix Nobel de la paix 1937, avait été l’un des dirigeants du RUP (cf. Carnets années 1930).

453 James Pritt (1878-1962) était le secrétaire adjoint du parti travailliste jusqu’à sa retraite, en 1944.

454 Sans doute, Johann Koplenig, cf. 22 novembre.

455 Tsola Dragoicheva (née en 1900), membre du PC bulgare depuis 1919, était membre du CC depuis 1936, représentant le Parti au Front patriotique bulgare qui prend le pouvoir, en 1944. En 1945, elle devient présidente de l’Union nationale des femmes bulgares. À la suite du congrès tenu à Paris, la Fédération démocratique internationale des femmes est formée le 3 décembre.

456 Carlos Prestes (1898-1990), secrétaire général du parti communiste brésilien membre de la direction de l’IC, emprisonné après l’échec de l’insurrection de 1936, avait été libéré en mai 1945. Vittorio Codovilla (1894-1970) était membre du PC argentin depuis 1921, et de la direction de l’IC. Il devient secrétaire général du Parti, en 1941.

457 Joseph Damand (1897-1945), chef de la milice et secrétaire général au maintien de l’ordre de Vichy, réfugié à l’étranger comme beaucoup de miliciens et extradé d’Italie, avait été fusillé le 10 octobre.

458 Anna Pauker (1893-1960) avait été avant-guerre l’une des dirigeantes de premier plan du PC roumain et du Komintern. Emprisonnée puis échangée par Staline, en 1940, elle regagne Bucarest, en septembre 1944. Elle est membre du CC et du Politburo du PC roumain. Elle mène la délégation roumaine au Congrès international des femmes.

459 Hervé Alphand, inspecteur des finances, directeur des Affaires économiques au CFLN puis au ministère des Affaires étrangères, était en mission à Moscou pour ouvrir des négociations économiques et tenter d’améliorer des relations franco-soviétiques de plus en plus tendues. La France considérait son exclusion de la conférence de Potsdam comme une violation du pacte franco-soviétique du décembre 1944.

460 Madeleine Braun (1907-1980), militante antifasciste, résistante en zone Sud, membre du comité directeur du FN, était entrée au PCF pendant la guerre. Élue de la 6e circonscription de la Seine à la Constituante, elle appartient comme Cachin à la Commission des Affaires étrangères.

461 Pierre Maillaud, dit Pierre Bourdan (né en 1909), journaliste à l’agence Havas, à Londres, s’était rallié à la France libre puis avait été proche du général Giraud, à Alger. Il est élu député UDSR à la Constituante.

462 Guy de Boysson (né en 1918), résistant FTP, membre de l’ACP au titre des Forces unies de la jeunesse patriotique, élu député de l’Aveyron sur une liste d’Union républicaine, siégeait au groupe communiste. Henri Martel (1898-1982), membre du CC et du BP avant-guerre, dirigeant de la Fédération CGT du sous-sol, interné en Algérie jusqu’en 1943 puis membre de l’ACP, avait été réélu député du Nord à la Constituante. Henri Pourtalet (1899-1974), député communiste des Alpes-Maritimes en 1936, avait été mandaté, en 1943, auprès du général Giraud. À Alger, il entre à l’ACP. Il est membre du CDL des Alpes-Maritimes et réélu député du département à la Constituante. André Barthélémy (1896-1980), militant communiste depuis 1925, membre du CDL du Jura, est élu en 1945 conseiller général du Jura et député du département à la Constituante.

463 L’ancien ministre des Affaires étrangères radical Yvon Delbos (1881-1956), déporté en Allemagne entre 1943 et 1945, est réélu député de la Dordogne à la Constituante.

464 Pierre Hervé avait été élu député du Finistère à la Constituante et siégeait au groupe communiste.

465 Petros Roussos était membre du BP du PC grec.

466 Une soirée de gala est organisée pour le 1er anniversaire du pacte franco-soviétique.

467 Une commission de la Constitution de 42 membres a été nommée fin novembre et se prononce sur le régime électoral, pour une Assemblée unique et la responsabilité des élus (révocables par leur parti et non par les électeurs comme le voulaient les communistes). Le PCF a présenté son propre projet de Constitution, le 23 novembre.

468 Officier de carrière, le général Antoine Béthouart (1889-1982) fut chef de la mission militaire du CFLN à Washington en 1942-1943, chef d’état-major de la défense nationale à Alger, en 1943, puis commandant du 1er corps d’armée. En 1945, il commande la zone française d’occupation en Autriche.

469 En Belgique, la participation électorale fait partie des obligations du citoyen.

470 Le cartel des services publics, groupant les fédérations de fonctionnaires, a déclenché, le 12 décembre, une première grève pour obtenir la revalorisation des traitements. Raymond Tournemaine (1893-1973), militant communiste et syndicaliste cheminot, résistant, est nommé administrateur de la SNCF, et devient secrétaire général de la Fédération CGT des cheminots, en 1945.

471 Pierre Neumeyer est secrétaire du cartel des services publics.

472 Jean Monnet (1888-1979) membre de la mission d’achat britannique à Washington de 1940 à 1943, commissaire à l’Armement et l’Approvisionnement en 1943, puis ministre sans portefeuille. En décembre 1945, il devient commissaire général au Plan, Pleven restant à l’Économie nationale.

473 Les ministres des Affaires étrangères britannique, soviétique et américain (James Byrnes) sont réunis à Moscou, depuis le 16 décembre, et signent des accords sur les Balkans et l’Asie.

474 Supprimé le 1er novembre, le rationnement sur le pain est rétabli par un décret daté du 28 décembre.

475 Un grand meeting de soutien aux fonctionnaires a eu lieu au Vel d’Hiv le 1er décembre. La demande d’interpellation déposée par les socialistes est discutée à la Chambre, le 19.

476 Le congrès du MRP se déroule, du 13 au 16 décembre, à Paris.

477 Les accords monétaires de Bretton Woods (juillet 1944) sont signés le 27 décembre, à Washington. La Constituante a voté la loi autorisant cette ratification, le 26 décembre. Le gouvernement lie cette discussion à la dévaluation du franc, décidée le 23 décembre.

478 Le comte Carlo Sforza (1872-1952, cf. Carnets années 1930) ne regagne l’Italie qu’en 1945 et préside alors l’Assemblée consultative.

479 Le Danois Niels Bohr (1885-1962) et l’Italien Enrico Fermi (1901-1954) avaient, tous deux, reçu le prix Nobel pour leurs travaux sur l’atome.

480 Salomon Lozovsky (1878-1952) était vice-ministre des Affaires étrangères de l’URSS depuis 1939.

481 Il s’agit des membres titulaires (Thorez, Duclos, Marty, Cachin, Billoux, Ramette, Tillon, Guyot) et suppléants (Mauvais, Dupuy, Fajon, Rochet) du BP renouvelé au Xe Congrès, ainsi que des invités permanents, notamment les ministres Marcel Paul (ministre de la Production industrielle) et Ambroise Croizat (1901-1951, secrétaire général de la Fédération des métaux CGT, ministre du Travail), Auguste Havez 1897- 1959, déporté en 1942, secrétaire administratif du CC), Cogniot pour la presse du Parti. Bonte siège au BP sans en être officiellement membre (Archives du PCF, BP du 6 décembre 1945).

© CNRS Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search