Version classiqueVersion mobile

Carnets. Tome IV

 | 
Marcel Cachin

Année 1939

Carnets Marcel Cachin. Année 1939

Texte intégral

1Méfiez-vous des égarements de la logique comme de ceux de la passion ! L’esprit légiste est inflexible. C’est une malédiction de l’humanité. Le bonheur est dans la bataille, le malheur dans la soumission. Voici la fin et ce n’est rien ! Le communisme est la logique vivante de la démocratie. L’excès de la raison n’est pas désirable (Montesquieu). Cézanne, c’est le paysage d’Aix et du Mont Sainte-Victoire. Son ciel, c’est le ciel provençal. Il lui a appris qu’il faut introduire dans les vibrations de la lumière rouge et jaune des bleutés pour faire sentir l’air. « Ne pensons pas trop au papa Corot. La nature est encore meilleure à consulter ».

2Quelle est la caractéristique d’un bon État ? « C’est celui où les étrangers accourent en foule » ! (Voltaire).

3Sénat. Il y a 64 000 délégués sénatoriaux en France. 53 102 sont délégués par les communes au-dessous de 3 500 habitants. Les communes (20 millions d’habitants) ont les 5/6 des délégués. Les 16 plus grandes villes de France ont 10 millions d’habitants. Elles ont 1 098 délégués sénatoriaux. Ainsi la volonté populaire est faussée.

4Usines groupées dans le Comptoir français du papier-journal. Il faut à la presse française 400 000 tonnes par an.

5Papeteries :

Beghin

81 500 t

de la Chapelle

93 000 t

Darblay

40 000 t

Sonopa

83 000 t

Étienne

38 000 t

de la Seine

48 000 t

Ledor

8 400 t

6Première Internationale. Fondée à Londres, en 1864, par les Français et les Anglais. Comité de 20 membres, dont Marx : adresse inaugurale, conquête du pouvoir politique par la classe ouvrière. Prolétaires unissez-vous. Elle fut publique, fédérative, démocratique, non plus secrète. Un congrès annuel. Le premier à Genève, en 1866, modéré, syndicats, coopérateurs. Deuxième à Lausanne, 1867 : orientation politique : Tolain, Camélinat, Varlin, Melon, Landrin. Le troisième à Bruxelles, en 1868 : les proudhoniens sont battus par les collectivistes. Survient, le 15 juillet 1870 la guerre. L’Internationale intervient dans la Commune. Marx fait trois manifestes. Déchirements intérieurs. En 1872, le gouvernement français met l’Internationale hors la loi. La Ire Internationale : internationalisme, conscience de classe, action politique, conquête des masses, propriété collective, solidarité internationale. La IIe Internationale naît en 1889.

7Les trois plus grands faits historiques modernes : découverte de l’Amérique, circumnavigation de la Terre, création de l’Internationale. La fondation de la plus modeste association ouvrière a plus d’importance que les plus grandes batailles (Jacobi).

8Marines marchandes : Angleterre, 17 millions de tonnes, Etats-Unis, 12 millions, Japon, 5 millions, Allemagne, 4 millions, Italie, 3,5 millions, France, 2,88 millions, Norvège, 2,5 millions, Grèce, 2 millions, Hollande, 2,8 millions, Suède, 1,5 million.

  • 1 C’est en janvier 1936 que le PCF avait mis à la disposition du couple Cachin la maison de Choisy, d (...)

1939 Choisy1 :

Charbon

5 600

Impôts

3 000

Gaz

1 300

Électricité

900

Eau

500

Téléphone

600

Réparation

500

Jardin

500

Total

12 900 F

  • 2 Il connut, en 1931, un petit spasme cérébral. Il avait également de grosses bronchites à répétition (...)

9Première attaque à soixante-deux ans, 18 mai 1931, malaise dure douze jours2. « Il convient de se méfier », disait Socrate.

Janvier

Dimanche 1er janvier 1939

10Les fatalités du corps me dominent (duchesse de Réville).

  • 3 L’examen budgétaire à la Chambre dura du 15 décembre 1938 au 2 décembre 1939 et clôtura la 2e sessi (...)

11Le crédit et la monnaie de la France ne sont pas au service de son économie. En France, 110 milliards billets en circulation. Il y avait en France 200 milliards-or et devises à la Banque de France en 1931. En 1937 : 80 milliards. Dette française en 1938, 580 milliards. Dépenses pour la guerre en 1939, 41 milliards3. Dépenses pour la guerre de 1914, 15 milliards. On a dépensé pour la guerre 217 milliards de 1919 à 1937. La France accroît sa dette : 18 milliards par an. Armée de la France : en temps de paix, 600 000 hommes. 75 hauts fourneaux allumés, 133 hauts fourneaux éteints en France.

  • 4 Cachin fait évidemment référence aux deux victoires de la gauche de 1932 et de 1936. Reynaud s’étai (...)

12Reynaud recommence Poincaré 1926. La monnaie a été dépréciée trois fois. C’est lui qui recommandait la dévaluation. La livre aussi est dévaluée comme le mark. On nous dit : travaillez. La Bourse travaille. La vie devient inabordable. La reprise boursière n’a rien à voir avec la reprise économique. Le vote du budget même, fin décembre, n’a rien à voir avec la reprise économique. La reprise de 1926 fut sans influence sur la reprise économique. Résultats élections de 1928 : Tardieu-Chiron amena élections de 1932, Doumergue, Laval amena élections de 1936. Reynaud4 ?

Lundi 2 janvier 1939

  • 5 Grève (et son échec) du 30 novembre 1938.

13Menton. Castillon. Passe-crassane. Doyenné du comice. Depuis le 30 novembre5, tentatives multipliées d’isoler les [ill.] dans le Front populaire, dans la franc-maçonnerie et dans les syndicats.

Mardi 3 janvier 1939

  • 6 Né en 1907, Paul Maertens milita dans le Nord, puis à Paris. Succédant à Victor Michaud comme respo (...)

14Nice, 2, rue Bavastro. Maertens, Corbani6. Tirage Huma : 534 000 le dimanche, 345 000 en semaine. Vente à Paris : du 1er au 10 janvier : 50 000.

1540 % des blés ensemencés dans l’Est ont gelé. Il sera nécessaire de semer à nouveau fin janvier ou février. Bien qu’il y ait un million d’hectares de moins [ill.] blés en France, la récolte ne cesse d’augmenter avec les semences sélectionnées et les fumures.

Mercredi 4 janvier 1939

16Castillon.

Jeudi 5 janvier 1939

  • 7 Cultivateur puis ouvrier potier à Vallauris, Dominique Gavotto fut candidat (malheureux) aux munici (...)

17Nice. Rue Bavastro, 2, Golfe Juan. Société d’alimentation de la Riviera. Gavotto7. 470 10.

18En Tchécoslovaquie, depuis Munich, on ne fait plus rien pour l’Espagne, mais on suit attentivement les affaires d’Espagne. Les fascistes veulent se rapprocher de Franco. Les peuples sont contre Munich, contre Franco. On interdit les collectes pour l’Espagne.

Vendredi 6 janvier 1939

  • 8 Ouvrier potier, Étienne Lieutaud (1884-1967) militait dans les organisations syndicales et politiqu (...)
  • 9 Horticulteur de profession, Henri Pourtalet (1899-1974) avait pris des responsabilités politiques a (...)
  • 10 Pourtalet avait laissé sa place, dès le lendemain de sa victoire du 20 juin 1936, à son adjoint Pie (...)

19Départ Menton 15 h 19. Vallauris : 10 000 habitants, 1 500 électeurs votants, 550 communistes. Lieutaud8. Cannes : 5 h, permanence Pourtalet9. Sénés, Chalmette10. Cinq candidats communistes, Arnaud, Dumond, Roètte, Raybaud, Maubert. Contre les décrets-lois. Réforme fiscale. Contre la guerre, union des démocraties.

Samedi 7 janvier 1939

  • 11 Dans un message au LXXVIe Congrès des États-Unis, le 4 janvier, Roosevelt présenta un véritable réq (...)
  • 12 Après un nouveau durcissement de la politique italienne à l’égard de la France, Daladier profitait (...)
  • 13 318 parlementaires français avaient signé l’appel du RUP contre l’octroi de la belligérance à Franc (...)

20Cannes, départ 9 h 22. Saint-Raphaël 9 h 45, Saint-Tropez. C’est très dur en Catalogne, mais on tient. Roosevelt veut rompre avec la neutralité11. Voyage de Tunisie contredit Munich12. Amélioration de l’opinion sur l’Espagne. Amélioration de la situation intérieure en France (Duclos). On peut revenir au Front populaire. Si les actes du gouvernement révisent sa politique extérieure espagnole, nous sommes prêts à dire oui à ce gouvernement, et à dire seulement : à bas Bonnet. Non-intervention et pause ont amené Munich et les décrets-lois. Si Daladier donne des armes à l’Espagne, nous sommes prêts à aider Daladier. Quelle est la suite des 31813 ? Qu’allez-vous faire maintenant ?

Dimanche 8 janvier 1939

21Pampelonne. Tirage Huma : 340 000, plus 530 000 le dimanche. Populaire, 160 000, Œuvre, 250 000. À Paris : Huma, 50 000, Œuvre, 65 000, Populaire, 20 000.

Lundi 9 janvier 1939

  • 14 Les réticences de la commission des Affaires étrangères du Sénat devant le traité franco-syrien ava (...)
  • 15 Il s’agit, sans doute, de Fouad Kazan, délégué permanent du PC syro-libanais auprès du PCF. Le PCSL (...)
  • 16 Au début de 1938, le PCF avait décidé de dépêcher deux députés pour relancer le processus de coopér (...)

22Saint-Tropez à Paris. Syrie14. Sur 150 000 ouvriers, 16 000 syndiqués en Syrie. Le journal communiste syrien est hebdomadaire, 2 500 numéros. Jusqu’en 1937, le PC syrien était illégal. 3 000 communistes en Syrie. Pas d’argent, pas de cadres. Les communistes syriens sont dans le bloc national syrien ; une cellule de femmes voilées communistes à Damas. Un délégué syrien au BP15. En Syrie, on est monté contre la droite française ! On est pour le Front populaire. Grande campagne contre la France des fascistes allemands et italiens, aidés par certains nationalistes arabes. Les nationalistes syriens disent : nous n’avons que les communistes français pour nous défendre. Nous, communistes syriens, disons : 1°) nous sommes avec la France démocratique, antifasciste ; 2°) les horreurs de l’Italie en Tripolitaine ; 3°) bloc national, union nationale. Indépendance sur la base d’une alliance avec la France. Le gouvernement syrien reste attaché à la France, mais est opposé à Daladier qui retarde la signature du traité. Dans le bloc national, c’est le communisme qui est le plus applaudi. Les nationalistes arabes, chauvins, panarabes ne crient plus vive Hitler, mais ils luttent contre la France. Les nationalistes de l’Irak et de l’Égypte sont anticommunistes et réclament notre dissolution. La moitié de notre force vient du PC français. Le PC syrien est maintenant respecté depuis le voyage Barel-Grésa16. Nous luttons pour les revendications immédiates. Les nationalistes sont contre ; nous sommes pour la libération de chaque pays arabe : Tunisie, Liban, Maroc, Syrie, etc. Le panarabisme est appuyé par Hitler et Mussolini.

Mardi 10 janvier 1939

  • 17 Après un premier vote favorable de la Chambre mais un refus du Sénat, Jacques Duclos avait proposé (...)

23Paris. Les banques déclarent au fisc les revenus des clients qui encaissent leurs coupons aux guichets. Mais elles ne sont pas tenues de déclarer le paiement des coupons dont le montant a été crédité en compte. Ainsi les gros capitalistes échappent au contrôle du fisc17.

Mercredi 11 janvier 1939

  • 18 Ambassadeur soviétique à Paris. Daladier était président du Conseil depuis le 12 avril 1938.

24Conversation avec Daladier, 13 avril 1938. J’ai rassuré Souritz18. Je suis prêt à causer, non à faire causer les états-majors. Mais si on nous envoie des officiers, ils verront Gamelin. Je tiendrai bon sur le pacte franco-soviétique. Je me ferai couper en morceaux plutôt que de céder.

  • 19 Henry Bérenger (1867-1953), sénateur radical de la Guadeloupe depuis 1912, était président de la co (...)

25Conversation avec H. Bérenger : l’Angleterre se lie à l’Italie. Elle essaye de séparer l’Italie de Hitler. Elle y réussit. L’Angleterre arrête la politique de Mussolini en Méditerranée. Nous devons être à côté de l’Angleterre tout de suite19.

26Beaucoup d’Anglais pensent qu’il faut laisser l’Allemagne s’étendre et battre l’URSS ; il faut aussi laisser l’Italie se satisfaire et même laisser le Japon. Pendant ce temps, ils laissent la tranquillité à l’Empire.

Jeudi 12 janvier 1939

27Angleterre : 78 milliards de déficit à la balance commerciale. Il est compensé par : le revenu de la marine marchande, le revenu des capitaux placés à l’étranger, les commissions et escomptes, le tourisme. Reste un déficit de 10 milliards en 1937. Londres : marché de l’argent, du tonnage, de l’or, platine, mercure, aluminium, fer, acier, argent, étain, charbon, laine, caoutchouc, thé, café, cacao, sucre, pelleteries dont plusieurs sont centraux pour le monde entier. La Cité est la plus grande organisation financière du monde. Le gouvernement la consulte avant toute décision.

Vendredi 13 janvier 1939

  • 20 Ce jour, l’organisation présidée par Francis Jourdain, Paix et liberté, organisait treize meetings (...)

28Ivry. Paix et liberté20. Solidarité Espagne. On dit : c’est la Russie qui multiplie les risques de guerre. Non ! Ce n’est pas la Russie qui fait la guerre à l’Éthiopie, à la Chine, à l’Espagne, qui a asservi l’Autriche, la Tchécoslovaquie et qui menace la France.

29Les syndiqués instituteurs du Rhône : « La grève du 30 novembre stalinienne est blâmée. En plein accord avec Munich, avec l’accord Ribbentrop-Bonnet qui doit logiquement aboutir au désarmement. » Vote par 1 000 voix contre 80 le départ de la CGT.

Dimanche 15 janvier 1939

  • 21 Terrace (et non Terrasse) était un communisant qui avait un poste au château de Fontainebleau. Et i (...)

30Charles à Fontainebleau (Terrasse)21.

Lundi 16 janvier 1939

312,5 millions d’Arabes en Tunisie. Dans la presqu’île du cap Bon, il n’y a que des Italiens gros colons. Le gouvernement français est en train d’exproprier ces colons parce que c’est une position stratégique essentielle. 36 chalutiers pour la pêche en Tunisie, 30 sont italiens et pour toute la pêche c’est la même proportion. 10 000 élèves sont dans les écoles italiennes, dont 1 000 Arabes. Les Tunisiens sont 2 millions. Les Italiens siciliens sont aussi misérables que les Arabes. Il y a un chômage des intellectuels tunisiens : sur 150 médecins de Tunis, 146 sont italiens.

  • 22 Il s’agit sans doute de Gaston Aubert (1897-1945), ancien ouvrier ébéniste, ayant adhéré au PC en 1 (...)

32Aubert22 : la Tunisie, 400 000 chômeurs. Matières premières [ill.] stratégique primordial ; démocratie. Les chefs factieux français restent maîtres en Tunisie. Il ne faut pas laisser la Tunisie en famine ! Elle est un trait d’union entre l’Orient et l’Algérie. En 1918, les révoltes des paysans et ouvriers contre les caïds et les princes. Le bey a profité de la colonisation. La ruine de l’industrie artisanale, la prise des terres par les colons a créé un prolétariat nombreux (200 000). À ce prolétariat il faut des syndicats, des organisations, une culture. Les ressources de la Tunisie : 1,5 milliard. Les agriculteurs ne mangent pas, dettes, usure. Les paysans tunisiens ont été refoulés dans le Centre et le Sud. La dépossession se produit. 6 F et 11 F par jour aux salariés ; rien aux chômeurs ; artisans misérables. Subventions énormes aux mines ; aucun développement industriel.

Mardi 17 janvier 1939

33En Tunisie, 400 communistes qui régissent les syndicats. Les ouvriers italiens en Tunisie ne peuvent pas se syndiquer. Il faut leur en accorder le droit. Il ne faut pas faire des Italiens en Tunisie des Sudistes. Les Italiens ne peuvent pas être expulsés de Tunisie ; il faut que ces droits durent. Péri demande le droit commun pour les Italiens. Non ! car c’est la suppression des droits. Depuis 1896, il y a des privilèges pour les Italiens. Les autorités consulaires françaises ont des privilèges spéciaux. Supprimez-les car le gouvernement fasciste ne s’en sert pas. Mais les droits des travailleurs italiens doivent être respectés par la démocratie. Il faut opposer à Mussolini le bloc des Français, des Italiens et des Tunisiens. Il faut gagner les Italiens de Tunisie. Les travailleurs italiens de Tunisie vivent dans de meilleures conditions que les travailleurs qui restent en Italie. Il faut que les travailleurs italiens puissent se grouper avec les Français et les autres ouvriers.

  • 23 Dans les décisions du Bureau politique du PCF, on relève au point 6 : revoir toutes les questions c (...)

34Destour, parti national. De 1924 à 1936, répression en Tunisie. Au Front populaire, les lois sociales furent appliquées en Tunisie. Les gros colons ont alors provoqué la population : on tire sur les ouvriers qui crient le Front populaire. Paris discrédite Guillon. Émeutes. Les organisations italiennes et françaises fascistes sont libres et agissent ensemble. Les fascistes italiens sont près des Arabes : les Italiens sont ouvriers, entrepreneurs, commerçants. Les Destour sont avec Mussolini. Les PC n’ont pas de contact avec les Arabes. Presque pas d’Arabes dans le PC. Pas d’édition arabe23.

Mercredi 18 janvier 1939

  • 24 Du 15 au 22 janvier était organisée une « semaine nationale de solidarité » avec l’Espagne. Réuni l (...)

35Vel-d’Hiv : Espagne24. 2 h 30, transporteurs routiers. Commission Travaux publics.

3680 % des catholiques américains sont avec Franco.

  • 25 Né en 1872, Benjamin Schmidt, dit Jammy-Schmidt, était député radical de l’Oise depuis 1921 (élu al (...)
  • 26 Joseph Paul-Boncour (1873-1972) fut très marqué par Waldeck Rousseau dont il fut le secrétaire part (...)

37J. Schmidt, secrétaire général politique, accepte. Cardinal Verdier souhaite la défaite de Franco. Boussotrot prépare la réunion franco-anglaise avec Tessan25. Mardi, meeting RUP. Boncour26. L’Allemagne ne peut faire la guerre. L’état-major est contre : car il y aura la coalition ; car il faut huit ouvriers travaillant pour un soldat ; la Pologne n’a pas une politique définie. Si Daladier allait en Pologne ! Il faut lui donner quelque chose.

Jeudi 19 janvier 1939

  • 27 Rédacteur dans les journaux doriotistes, Claude Popelin avait déposé plainte pour diffamation contr (...)

38Procès Marty-Popelin27. Franco est un ennemi de la France. Popelin a eu tort d’aller en Espagne et de se porter garant de lui.

39Aujourd’hui : 269 000 cartes prises. Monnerot : 6 500 numéros des Cahiers par semaine.

  • 28 Le 19 janvier se tenait une réunion du BP. On peut penser qu’on retrouve ici trace du débat et des (...)

40Le 30 septembre 1938 a été une défaite provisoire. Les ouvriers français et anglais n’ont pas répondu à l’attente. Partout la bourgeoisie est dressée contre la nation. Il faut que la classe ouvrière apparaisse au premier plan de la défense de la nation. D’où grande vigilance pour surveiller la politique extérieure et militaire de la bourgeoisie. Il faut poursuivre la campagne pour l’unité ouvrière internationale. Il faut créer le Front populaire en tous pays ; pas trop d’intimité avec la moyenne et la petite bourgeoisies. Les Tchèques ont fait trop confiance à Benès28.

Vendredi 20 janvier 1939

  • 29 Meeting pour le 15e anniversaire de la mort de Lénine.
  • 30 Laurent Casanova (1906-1972) était l’homme de confiance de Thorez, sans fonction précise après avoi (...)

41Lénine : à la Mutualité29. Casanova30. Les conceptions religieuses sont profondes en Islam dans le peuple. Les masses rurales sont aux mains des marabouts. Les ulémas sont les représentants de la petite bourgeoisie citadine. Mais chez les ulémas, il y aura des gens qui iront au Front populaire et d’autres qui iront au fascisme. Le congrès musulman était petite bourgeoisie ; aujourd’hui son influence diminue. Le néo-destour est aujourd’hui fasciste ; il est dans le plus grand embarras. Il eut fallu dans le congrès musulman diriger le mouvement. Les communistes n’ont pas su y travailler. Il s’effrite. Il faut une politique algérienne du PC et non seulement arabe. Il faut un cadre de conteurs arabes communistes. Il faut connaître le Coran, citer le Coran, parler aux paysans arabes leur langage religieux. Il n’y a presque pas d’Arabes dans le PC algérien. C’est une faillite. Soyons unis avec d’autres organisations. Mais ce ne sont que des compagnons de route.

Samedi 21 janvier 1939

  • 31 La conférence de Gennevilliers se tint du 21 au 23 janvier. Cachin y prit la parole pour l’Espagne, (...)

42Gennevilliers : conférence annuelle du PC31. Notre PC a su voir et indiquer la voie. Forest (Sarthe), Déziré (Seine-Inférieure).

  • 32 Margarita Nelken y Maasberberger de Paul, élue député PSOE aux Cortes, était de fait communiste dep (...)

43Nelken32 : il n’y a pas de fortifications devant Barcelone. On creuse en ce moment des tranchées. Le moral reste admirable à Barcelone. Daladier dit : oui, j’envoie 200 mitrailleuses. Et quand on va à Vincennes, aucun ordre écrit n’est arrivé. Les mitrailleuses achetées aux gangsters ne valent rien. Dans les villages catalans pris par les rebelles, la haine espagnole se venge ; ils tuent tout le monde. Deux ennemis de l’Espagne : la peur zoologique des honnêtes gens, la trahison des autres. Les communistes français ont fait depuis dix jours le maximum de visites, de réunions, de pression, de coups de téléphone pour l’Espagne. Halifax dit à Bonnet à Genève : si la France aide les républicains, nous nous désintéressons de ce qui peut arriver ensuite. Si Franco triomphe, Mussolini et Hitler referaient son armée disparate, écraseraient les marxistes espagnols, enverraient à la France leur ultimatum.

Dimanche 22 janvier 1939

  • 33 Les Bretons émancipés constituaient une véritable « organisation de masse », contrôlée par le PC, r (...)

44Premier congrès des Bretons émancipés33 , 72, avenue Félix-Faure, patronage laïque. (M. Cachin, Billoux, Péri, Fajon, Mauvais, Decaux). Un vieil arabe me dit : je n’ai rien, je suis pauvre. Voilà mon burnous ! Pour l’Espagne.

  • 34 Né en 1904, Ben Ali Boukort fut le secrétaire du PC algérien de 1936 à 1939, après avoir milité dan (...)
  • 35 Originaire de Grande Kabylie, Amar Ouzegane avait été promu, par André Ferrat, en second de Boukkor (...)
  • 36 Le développement d’un mouvement de réforme religieuse d’inspiration orientale est l’un des phénomèn (...)
  • 37 L’instructeur du PCF, Jean Chaintron (remplacé ensuite par Deloche), avait poussé dans deux directi (...)

45Ben Ali Boukort34. Amar Ouzegane35. Bakdach. Qu’est-ce que l’association des ulémas ? Est-elle toute fasciste ? Non. Ce sont des religieux qui essayent de débarrasser le Coran des superstitions des marabouts. En politique ils sont pour les lois sociales et liberté progressive. Elle a des éléments fascisants36. Ben Djelloul est encore très influent chez les Arabes. Le congrès musulman a été très important. Comme le Front populaire mystique encore en France, il a proclamé la nécessité de l’union avec les éléments démocratiques de France. Il a uni les Arabes algériens. Juin 1936. En juin 1937, l’exécutif a essayé de rejeter les musulmans communistes du congrès musulman. 100 voix pour nous contre 45. Ben Djelloul puis les ulémas veulent diriger les musulmans. Et voilà les communistes qui interviennent eux aussi pour les intérêts musulmans. Nous nous sommes imposés en Algérie, alors qu’en 1934 les communistes étaient isolés en Algérie. Les communistes ont imposé le salaire égal avec les musulmans. En juin 1937, les ulémas et Djelloul veulent rompre avec le Front populaire, invitent les élus à démissionner. Les ulémas ont aidé Ben Djelloul. Le mouvement était si fort que nous avons suivi. Mais nous ne voulions pas rompre avec le Front populaire. Nous avons évité la rupture complète37.

Lundi 23 janvier 1939

  • 38 Né en 1902, Eugène Franceschi fut secrétaire du syndicat CGTU des cheminots du PLM de 1928 à 1934, (...)
  • 39 Cachin et Thorez avaient demandé par lettre à De Brouckère, président (?) de l’Internationale ouvri (...)

46Conférence nationale Gennevilliers (Franceschi38, Cannes). 4 h, RUP. J’envoie une lettre express à Brouckère pour proposer une réunion des deux Internationales39.

47Les autorités militaires proposent l’évacuation du département des Basses-Pyrénées en cas de conflit. Ils disent déjà : il y a une troisième frontière à défendre.

  • 40 Né en 1890, Raymond Laurent, démocrate-chrétien, avait été élu député de la Loire à l’occasion d’un (...)

48Le PPF a affiché à Saint-Étienne et Saint-Chamond : R. Laurent40 est un homme de Moscou, des rouges, de l’athéisme. En réponse, socialistes, communistes, démocrates-chrétiens, syndiqués font une réunion en commun à Saint-Étienne.

  • 41 Né en 1902 dans une famille juive oranaise, Mardochée Azuelos était très bien accepté par le milieu (...)

49Azuelos41 : si le gouvernement français laisse de côté le traité franco-syrien, c’est le panarabisme, le panislamisme, reconstitués contre nous. Il y a une solidarité énorme entre tous les Arabes. Les massacres à Jérusalem soulèvent tous contre les Anglais. Il y a les réactionnaires, les ulémas, agents directs du fascisme, amis du PPF. Ils exaltent le nazisme contre Mussolini. Le PPF est comme le nazi. Pas assez de médecins en Algérie. Fonctionnaires et ouvriers arabes moins payés que les Français. Les ulémas font l’apothéose du PPF, qui leur a promis de respecter l’Islam, la religion. Ils repoussent Viollette pour le projet Doriot, qui veut avoir des députés musulmans comme les Français. Il y a des petits marabouts qui vivent près des paysans et qui ont leur audience. Le congrès musulman a permis l’arabisation des cadres. C’est là que nous avons trouvé des cadres.

Mardi 24 janvier 1939

  • 42 Condamné pour ses activités anticolonialistes, après avoir épuisé ses possibilités de recours, Jean (...)

50Conférence coloniale : Syrie, Tunisie, Italiens, Algérie. Bartel42. Assurer le barrage au fascisme en France et aux colonies. Les peuples coloniaux ont droit à l’indépendance. Les communistes français doivent les aider pour l’indépendance. En considération des événements actuels, il y a nécessité d’union actuellement entre nous, communistes français, et vous.

  • 43 Le projet Blum-Viollette prévoyait pour l’Algérie l’octroi du droit de vote à quelque 25 000 musulm (...)

51Algérie. Libre disposition des peuples. Boukort. Ne pas couper les amarres avec le prolétariat métropolitain. La grosse colonisation algérienne favorise le séparatisme par sa réaction contre les réformes. Elle est contre l’indigène et contre ses droits. Au contraire, socialistes, radicaux, communistes sont aujourd’hui avec le mouvement revendicatif : abrogation du code indigénat, projet Blum-Viollette. Les intellectuels et les paysans algériens sont de plus en plus à gauche depuis que le gouvernement a rejeté le projet Blum-Viollette43.

52Depuis que Mussolini revendique la Tunisie, revirement : ni musulmans, ni les autres ne veulent Mussolini ni Hitler. Il faut que la démocratie française satisfasse leurs revendications. Actuellement les fascistes et coloniaux sont désaxés. Rozès, maire d’Alger lui-même, est considéré anti-français ; les Algériens sont mécontents que Daladier n’ait pas dit un mot sur les revendications démocratiques. Mussolini fait de la radio arabe très intelligente en Algérie. Radio-Bari.

  • 44 Membre du PC au début des années 1920, S. Facsi, acquis à l’assimilation, était à la tête de l’Asso (...)
  • 45 L’émir cheik Arslân Chakîb était le maître à penser politique des ulémas. Pendant la Première Guerr (...)

53La presse du Proche-Orient pro-Mussolini se répand, mais on divulgue en face ce qui se passe en Abyssinie et en Tripolitaine, et Mussolini est un colonialiste (Azuelos Oran). Azuelos, Juif oranais. Il se diffuse des tonnes de brochures de Mussolini en Algérie et au Maroc. Contre le Négus et la France. Radio-Bari, quatre émissions chaque jour. Histoire religieuse. Dans les cafés maures Radio-Tétouan, Radio-Séville insultent la France. Ouzegane, Facsi, Bendip, Azuelos, Zannetacci44. Celui qui a le plus d’autorité en Afrique du Nord : l’émir ch. Arslan45.

Mercredi 25 janvier 1939

54Internationale communiste. Commission pour l’aide politique et matérielle à l’Espagne républicaine. La guerre d’Espagne est une guerre menée en Espagne contre la France par l’Italie et l’Allemagne. Ecole d’Arcueil, 9 h 30.

  • 46 En France depuis 1933, Wilhelm Pieck et Franz Dalhem dirigeaient le KPD (parti communiste allemand) (...)

55Tchèques, Allemands, Anglais, Espagnols, Belges, Français, Suédois, Hollandais, Autrichiens, dernière réunion : 6 octobre 1938. Pieck, Dalhem, Nelken, Pollitt, Relecom, Bell, Keller, Luis46. Contre une nouvelle réunion des quatre pour régler l’affaire d’Espagne. Solidarité par tous moyens pour l’Espagne. Aujourd’hui offensive italienne en Catalogne, engagée avec l’appui de Chamberlain à Rome, qui proclame la bonne foi de Mussolini, qui viole les accords de non-intervention. Menace sur Barcelone ; pas de pessimisme. Réalités.

56Après Munich, les communistes étaient seuls. Aujourd’hui revirement pour l’Espagne républicaine, car le danger apparaît à tous ; c’est le développement dialectique de la situation. Le parti socialiste veut réviser sa position. Il s’excuse en disant : j’avais confiance dans les dictateurs. C’est une avance. Mais il dit : il faut changer. Le parti radical tient un exécutif contre l’intervention de l’Italie pour reconsidérer la politique de non-intervention. Les catholiques et démocrates-populaires et Kérillis. La sympathie, c’est bien ! Mais il faut des armes. Il faut une conférence ouvrière internationale. Coordination de toutes les bonnes volontés pour l’Espagne. On dit : l’Angleterre ne veut pas ! Boycott Italie, Allemagne. Crédits. Le gouvernement a même des difficultés à faire rentrer les volontaires.

57Pollitt : désillusion en Angleterre. Inquiétude sur l’Italie chez les techniciens militaires. Guerre inévitable. L’Angleterre envoie des milliers de télégrammes à Chamberlain. Aujourd’hui manifestation monstre à Londres. Si Barcelone tombe, rien n’est fini. Chamberlain cède. Changement politique en Angleterre comme en France. Les trade-unions disent : nous agirons si les Français agissent. Citrine et Jouhaux verront le même jour Chamberlain et Daladier. Échange d’or anglais-français. Jeudi, ouverture du Parlement anglais. Venez-y. J’ai été voir Chamberlain, on a fait un bruit énorme dans la presse anglaise sur la visite.

Jeudi 26 janvier 1939

58Caractère de l’impérialisme italien qui fait la guerre contre la démocratie internationale. Cela n’est pas une affaire de non-intervention. Il n’y a pas non-intervention, il y a intervention.

  • 47 Au sein du parti ouvrier belge (POB), le sénateur de Bruxelles, Henri Rollin, et Louis De Brouckère (...)

59En Belgique, revirement de l’opinion publique. Mais le gouvernement et le POB (Rollin) ont agi contre toute coordination d’efforts pour l’Espagne. Spaak a reconnu Burgos47. Des ouvriers socialistes refusent de reprendre leurs cartes. Les experts militaires disent : notre pays est en danger. Congrès du POB truqué, dit de Brouckère. Je n’irai pas. Il ne représente pas les ouvriers belges. 4 février, grande réunion en Belgique pour l’Espagne. Démarche au roi pour l’envoi de charbon en Espagne.

60Suède. Notre gouvernement dit : nous ne ferons que ce que feront l’Angleterre et la France. Conséquence : c’est l’aide à Hitler ; le gouvernement a reconnu Franco sans aucun prétexte. Les socialistes ont attaqué Branting pour son attitude gauche. Après Munich, les socialistes ont dit : l’Espagne est perdue. Inutile de l’aider. Schevenel a dit aux syndiqués suédois : « Vous avez tort de participer au comité de coordination car l’argent va aux communistes espagnols. »

  • 48 Cf. supra, Codovilla.
  • 49 Le Temps du 22 janvier présentait à sa une un article informatif intitulé « Les gouvernements brita (...)

61Luis48. Chamberlain et Daladier ont résolu de laisser battre l’Espagne (cf. le Temps d’hier, article de fond49). Malgré l’héroïsme de l’Espagne, il faut une action internationale pour mobiliser politiquement les masses, syndicats, politiques, envoi de délégués aux gouvernements. Il n’y a pas de question Espagne, il y a question liberté. On liquide l’Espagne par un Munich. Nous sommes près de la guerre si vous n’agissez pas pour faire changer la politique. Empêcher le transport d’armes. Démonstration nationale dans chaque pays, un même jour, dans tous pays. C’est à nous de mettre les masses en mouvement.

Vendredi 27 janvier 1939

62Choisy. Après Munich, pessimisme, [ill.] depuis ! En Tchécoslovaquie, haine contre le fascisme et les capitulards, illusions perdues. En Autriche, de même. Rien n’est décidé en Europe. L’Espagne encourage les peuples. Les gouvernements empêchent l’URSS d’aider l’Espagne. L’Union soviétique aidera l’Espagne même si on l’aide. La retraite des troupes d’occupation italiennes, c’est le mot d’ordre actuel, même si on n’a pas avancé en Estramadure parce qu’il n’y a pas d’armes. Il faut que les gouvernements français et anglais aident l’Espagne du Centre à se ravitailler. Valence. Des armateurs anglais acceptent. Droit d’asile ! Nourrissons les enfants ! Prenons les blessés graves ! Crédits pour les vivres. Il y a un mouvement de masse grandiose contre les gouvernements qui veulent étouffer l’Espagne.

63Dalhem. Hitler cache son intervention en Espagne. Vous devez dire au peuple allemand : du pain au lieu de canons pour Franco. Nous faisons cette propagande par radio en Espagne par ondes courtes. Depuis Munich, grande angoisse en Allemagne ; depuis les exigences de Mussolini. Alors Barcelone est la menace pour la vie des ouvriers allemands. Avant Munich, angoisse de la guerre en Allemagne ; dans toutes les régions, la majorité allemande était contre la guerre ; ils savaient qu’Hitler est pour la guerre ; après les pogroms, les Allemands ont mieux compris ; il y a une opinion très forte contre les pogroms. Et après l’agression de Mussolini contre la France, c’est plus fort. Défiance énorme contre Hitler. Dans la Sarre, on discute que l’Allemagne ne peut s’engager avec Mussolini et qu’elle doit respecter l’accord de Paris. Cela dans le parti nazi, malgré la presse nazie. Il faut donc faire agir la radio pour éclairer l’Allemand. La situation est dure pour Hitler. Les masses sont hostiles à un gouvernement contre la France. Elles haïssent l’Italie depuis sa trahison en 1915. Les ouvriers, douze à quatorze heures de travail ; rationalisation insupportable. L’Allemagne est mobilisée, enfants de quinze ans sont mobilisés. Les mutilés de cinquante ans et les femmes à l’usine !

Samedi 28 janvier 1939

64Le régime ne vit que de la terreur. Pendant Munich, l’Allemagne a prouvé son désir de paix. Barcelone soulève l’Allemagne ouvrière. Les Anglais du 25 décembre au 1er janvier ont envoyé 15 000 tracts en Allemagne contre les pogroms. Que faire pour soulever les pays fascistes ?

65Suisse. Pression énorme des Allemands et Italiens ; le gouvernement est prêt à capituler ; le peuple est de plus en plus antifasciste et anti-allemand. On redoute le partage de la Suisse ; boycott contre les produits allemands et italiens. Cinq cantons suisses ont interdit le PC ; le gouvernement dit : contre le fascisme et contre le communisme ; absence absolue d’action du gouvernement français en Suisse ; les Allemands et Italiens violeront la frontière suisse ; c’est déjà la thèse de la Triplice.

  • 50 Né en 1899, Paul De Groot avait tout d’abord adhéré au PC belge, dès 1921, comme il était ouvrier d (...)

66De Groot50, Hollande. Le gouvernement est pour Franco. Les socialistes sont contre la non-intervention, mais ils sabotent les comités d’aide à l’Espagne. Les catholiques ont soutenu les volontaires.

67Conférence française de secours aux populations civiles d’Espagne. Nourrir, protéger, soigner les victimes. Sauvegarder des vies humaines.

68Comité d’aide à l’Espagne (Maison de la chimie, 10 h). Pleyel, 20 h.

Dimanche 29 janvier 1939

  • 51 Sur le congrès du 29 janvier, cf. supra.

69Bretons émancipés51 de Choisy, 11 h, salle Chevalier (porte d’Auteuil [ill.]). Albion perfide ou loyale (Geneviève Tabouis). La crise internationale de septembre 1936 (Mazon). Jouve, 15, rue Racine.

70La Chambre a voté l’amnistie pour les volontaires qui ont été en Espagne. Le Sénat, pas encore.

Lundi 30 janvier 1939

  • 52 Il s’agirait du nombre de cartes du PC envoyées aux fédérations (voir infra dans le texte et supra (...)
  • 53 Selon certaines indiscrétions parues dans la presse américaine, Roosevelt aurait déclaré devant la (...)

71Aujourd’hui, 270 000 cartes du Parti prises à Paris52. Roosevelt a parlé anti-munichois53. En France, force nouvelle à tous les courants de résistance, contre les capitulations. Moscou accueille bien Roosevelt. Bonnet disait : Hitler va vers l’Ukraine, mais Hitler ne parle plus de l’Union soviétique ni de Staline, il enguirlande les Cooper, etc. Nous devons parler de l’Union soviétique ; il faut dire : Angleterre, Amérique, Union soviétique. Bonnet est prêt à tout lâcher pour l’Italie ; la pauvre Italie n’est pas bien partagée, il faut lui donner mieux que les sables. Il faut lui donner Djibouti.

  • 54 Le Populaire du 28 janvier publiait le communiqué suivant, en première page : « Fédération socialis (...)

72Personne ne peut dormir tant que l’Espagne est en danger. Le pacte franco-soviétique est nécessaire pour la France et pour la paix en Europe. Zyromski ne prend pas la direction de la fédération Seine ; il veut la contre-intervention ; c’est le sabotage de notre tactique. Blum laisse Faure contre l’unité. Nous les obligeons à faire des meetings pour l’Espagne54.

  • 55 Dans le contexte de reconquête des fédérations par l’aile droite du parti radical, dix jours après (...)

73Les radicaux de la Seine battus ; il faut les aider à lutter contre Bauzin (Daladier) ; il y a le 22 février pour réunir socialistes et radicaux et aider l’Espagne55.

Mardi 31 janvier 1939

74200 F jeunes filles de France. 100 F [ill.] Espagne. 100 F Espagne. Vente Huma : première quinzaine de janvier à Paris : en 1935, 31 438 ; en 1936, 36 600 ; en 1937, 62 070 ; en 1938, 67 930 ; en 1939, 55 000. Deuxième quinzaine de janvier, 56 025.

  • 56 Un des points importants de son discours du 30 janvier 1939 devant le Reichstag (avec pour la premi (...)

75Discours d’Hitler : on essaye ici d’endormir le public. On veut envoyer à Berlin Bonnet. Or Hitler a parlé nettement : si l’Italie est en difficulté, je suis avec elle56. Chamberlain n’a pas dit : si la France est attaquée, je vais à son secours. Roosevelt excellent.

Février

Mercredi 1er février 1939

  • 57 Après l’ouverture de la première session ordinaire des Assemblées, le 10 janvier 1939, les bureaux (...)

76Première réunion : commission de l’armée au Sénat57 ! Roosevelt à la commission de l’armée d’Amérique du Nord : il faut sauver non l’Espagne, mais la France. Il faut rassembler tous les Français qui ne veulent pas le fascisme. Le fascisme est antinational, racial. Nous sommes disposés à aider Daladier s’il agit pour l’Espagne.

  • 58 À l’issue d’ un très long débat de politique étrangère qui eut lieu à la fin janvier, Léon Blum dép (...)

77Blum nous a dit : Mandel va envoyer des mitrailleuses destinées à l’Annam en Espagne. Il voulait nous faire voter pour Daladier. Or tout ce qu’on nous a dit était du bluff. Daladier a dit : j’en ai marre de l’Italie, j’aide l’Espagne. Il a bluffé devant le groupe radical. Mais quand nous avons déposé notre additif à la confiance, Blum a dû voter contre Daladier58. Nous avons voté pour l’intégrité de la France ; pour l’ouverture de la frontière. Nous avons essayé de voir Daladier ! En vain ! Ça agit comme un frein contre Bonnet. Bonnet veut fermer la frontière et envoyer un ambassadeur à Burgos.

  • 59 Juan Negrin avait succédé à Francisco Largo Caballero à la tête du gouvernement espagnol, après la (...)

78Où sont les quintaux de blé ? Billoux a été à la frontière voir les communistes espagnols pour réagir contre les courants de lâchage (Araquistain, Caballero). Negrin59 dit : les communistes seuls m’appuient. En Catalogne, la FAI a dégoûté les classes moyennes et elle a affaibli la résistance. Il faut tenir le coup en Espagne. Le gouvernement a laissé entrer les déserteurs avant les femmes, puis on a multiplié les obstacles. Il faut harceler le gouvernement pour avoir des résultats. Si nous ne réagissons pas, le gouvernement fermerait la frontière ; il faut un combat quotidien.

Jeudi 2 février 1939

  • 60 La grève du 30 novembre 1938 avait été suivi, par une répression spectaculaire. Venait à l’ordre du (...)

79Cheminots : 5 000 sanctions, rétrogradations, 12 révoqués. Perte syndiqués bâtiment, 45 %, perte syndiqués cuirs, peaux 30 %60.

80Blum prépare la conférence internationale. Elle peut être bonne ou déplorable.

  • 61 Sans doute, une intervention de Billoux à l’occasion du BP du 2 février. Commissaire inspecteur des (...)
  • 62 Ces deux militants communistes, Lister puis Modesto, se succédèrent à la tête du mythique 5e régime (...)

81Billoux61 : l’armée est réorganisée. Pourquoi on a quitté Barcelone ? Supériorité des Italiens. Fuite CNT et anarchistes, francs-maçons. Le PC, pas de lâcheté ; on a quitté Barcelone au dernier moment, ils sont déjà organisés partout au nord de la Catalogne ; pas d’énervement, aucun contact perdu. Meeting Gérone. Figueras ; pas de fuite, pas de panique. On a récupéré 5 000 soldats qui sont repartis au front. Les journaux reparaissent (5 000) ; ce sont les communistes qui les font tous paraître. Il faut que le PC français soutienne l’Espagne avant tout. Nous pouvons encore reculer, mais la résistance s’affirme. On peut encore faire quelque chose. Si nous avons des armes et de la nourriture, nous pouvons encore vaincre, tenir plusieurs mois. Il faut des armes, grosse artillerie. Il reste 1 800 volontaires. Modesto. Lister62. Que tous les Espagnols en France aillent là-bas.

82Renforcer la rédaction de l’Huma. Renforcer l’appareil de la région communiste. Les camions de vivres ne passaient pas la frontière jusqu’à hier. Aujourd’hui tout passe, pas de douane. Il faut un train sanitaire militaire. Les 200 familles des responsables espagnols à placer chez des militants parisiens.

Vendredi 3 février 1939

83Comité français de coordination pour l’aide aux populations civiles de l’Espagne républicaine. 17 h, 38, rue de Châteaudun.

Dimanche 5 février 1939

84Espagnols : 200 F. En 1904, je passe à Dax. Meeting. Un avocat, Despax, me dit : vous vous plaignez que les ouvriers ne gagnent que 2 F par jour. Ils en ont de reste. Deux ans après, il se présente à la Chambre. Cette phrase le fit battre, son adversaire ne fit qu’une affiche relatant le fait. Milliès la Croix.

Lundi 6 février 1939

85Le projet Blum-Viollette intéresse 20 000 Arabes, petite bourgeoisie et intellectuels.

Mardi 7 février 1939

  • 63 L’interpellation de Cachin dans le cadre du débat de politique étrangère, le 7 février, concerna l’ (...)
  • 64 Officier de marine en Méditerranée, Marc Aubert avait fourni, en septembre 1938, des renseignements (...)
  • 65 César Campinchi était ministre de la Marine militaire depuis avril 1938.

86Sénat : interpellation sur les affaires extérieures63. L’enseigne de vaisseau Aubert est condamné à mort par le tribunal maritime de Toulon pour trahison. Sa trahison aurait causé la mort de centaines de marins et la perte de nombreux navires64. La France sera une île en temps de guerre. La marine de guerre anglaise, 1 200 000 tonnes, française, 700 000, italienne, 600 000, allemande, 200 000. Il n’est pas vrai qu’on met deux ans à faire un navire anglais ou allemand et quatre ans en France. Campinchi65. Aujourd’hui, semaine de quarante-quatre heures avec équipes.

  • 66 Exilé en France, Pietro Nenni avait été, en 1930, l’artisan de la réunification entre « réformistes (...)

87Nenni66. Pourquoi la débâcle en Catalogne ? Usure du temps, souffrances, privations. Les gens d’ordre, les anarchistes, les Catalans n’ont pas réalisé le danger. Sentiment d’isolement de la population qui s’est crue abandonnée. Que fait la France ? L’Angleterre, l’Amérique ? Après la défaite du Segre, panique.

  • 67 La section du Rhône animait le courant « ultra-pacifiste » au sein du SNI., autour d’Émery, profess (...)

88Nous ne demandions que des armes. Quand, en septembre, Wendel disait : il n’y a qu’à tenir pour gagner la partie sans coup férir, on lui a répondu au Comité des forges : vous n’êtes pas à la page. Nous ne tenons pas à abattre Hitler et Mussolini. Le syndicat des instituteurs du Rhône blâme Roosevelt et félicite Hitler de son discours pacificateur67.

Mercredi 8 février 1939

  • 68 Les 8, 9 et 10 février se tint une réunion commune et secrète des commissions de l’Armée, de la Mar (...)

8914 h 45, salle de Brosse. Séance secrète commission du Sénat68. Vu Daladier : quid de l’armée soviétique ? En septembre, l’Union soviétique a accepté d’envoyer son armée en Tchécoslovaquie. Mais la Pologne a refusé et la Roumanie a refusé. Carol a dit : je laisserais passer les avions, mais l’armée, jamais ! Je lui ai répondu : les choses n’en peuvent rester là ! Dans une des prochaines réunions de la commission de l’armée, je demanderai qu’on mette la question à l’ordre du jour, et je te prierai de venir devant elle ce jour-là. Entendu.

  • 69 Cachin reprend des données de l’intervention de Daladier. Il n’évoque pas en revanche le rapport de (...)

90Nous avons 20 000 canons qui ont coûté 80 milliards. Nos munitions pour nos canons sont immenses ; le 75 modernisé reste le meilleur. La motorisation est très poussée. On va étendre la ligne Maginot dans le Nord et le Jura. La guerre aura un front de la mer du Nord au Sahara, de la Hollande au Sud-Tunisien. DCA assurée par des milliers de 75 qui portent à 7,5 km. Sur 66 milliards du budget, 41 pour la défense nationale en 1939 ; nous construisons cette année pour 25 milliards de matériel de guerre. L’entente avec les États-Unis pour la fourniture de tout ce matériel de guerre est complète. La fourniture portera non seulement sur les avions, mais sur tout le matériel.69

Jeudi 9 février 1939

91Séances commission du Sénat, 14 h 45 (général Stuhl). Guy Lachambre : je n’avais pas d’outillage en 1938. J’ai dépensé un milliard pour m’en procurer. Maintenant la France va produire. En janvier, 94 avions sont sortis. Il a été nécessaire de tout créer. Avec notre vieux matériel, on ne peut bombarder que la nuit. Jusqu’ici, la fabrication des avions a été faite en France par des artisans, par des façonniers. Maintenant on va enfin produire en série. En ce printemps, l’Allemagne aura 5 000 avions neufs de 500 km/h. La France : 250 plus 2 000 vieux. En juin, la France produira 220 avions par mois. En décembre, 300. L’Angleterre, 700 en décembre. Lioré est l’avion de bombardement français. On fait cinq hélices par jour en France. En Allemagne, 400. En France, 40 000 heures pour un bombardier, 15 000 pour un avion de chasse. En Italie, 1 500 avions inférieurs aux nôtres, sauf les bombardiers. Pilotes : un pilote de réserve dans un avion de 500 km/h, c’est comme un chauffeur de taxi dans une auto de course. Pas d’avions sous terre. Les trusts d’aviation contre l’unité de la défense nationale. Indiscrétions des sténos du Sénat. On fait 213 moteurs par mois. Il en faut 700. Il y a quatre ans, l’Angleterre a voté un plan de cinq ans pour son réarmement : 270 milliards de francs. Il est augmenté de 50 % : 400 milliards. Pour l’air : 35 milliards (80 000 ouvriers).

Samedi 11 février 1939

92Banquet section Choisy. Congrès CDH, Paris-Sud.

  • 70 Devant la retraite républicaine, le gouvernement français avait improvisé des camps d’hébergement d (...)
  • 71 Le 9 février, les troupes franquistes débarquaient à Minorque, tandis que la garnison se soulevait. (...)

93Plus de camps de concentration70. Droit de séjour en France pour les Espagnols. Retrait des Italiens et des Allemands. Franco n’est pas libre en cas de guerre entre l’Italie et la France, ni politiquement, ni économiquement. Les usines de Franco, la police de Franco, n’est plus espagnole, mais italienne et allemande. Pas de reconnaissance de Franco. Vraie neutralité. A Carthagène, on va faire le coup de Minorque71. On ne peut refaire la conférence à quatre. On va tout mettre en œuvre pour en finir. Il faut protester contre les insultes de lâcheté lancées contre les Catalans. Le Petit Méridional dit : le préfet est avec les fascistes installés à la préfecture de Perpignan. La CGT ne dit rien. Dans le Midi, tout le monde est Front populaire ; il faut agiter l’opinion. Tous les cadres militaires qui agissent à Perpignan sont contre le Front populaire. D’où leurs violences. Ils feront la même chose demain contre les Français. Le PC du Midi a été en dessous de tout, sectaire ; instituteurs trotskistes dans le PC ; trafic de monnaie, pègre, trotskistes. On excite les Espagnols à la haine contre la France ; briser l’armée républicaine de Modesto, Lister. On ne veut pas les laisser ensemble, on les vole. Ils sont dans l’enfer : alors partons chez Franco contre les Français. Travail des fascistes intense.

Dimanche 12 février 1939

  • 72 Le 12 février était organisée, à Paris, une manifestation commune appelée par le comité du Front po (...)
  • 73 Le 11 février, Chamberlain envoyait Hodgson comme observateur qualifié à Burgos, pour préparer la r (...)

94Les Juifs. Mutualité. Manifestation place de la République72. En France, recul de Munich et Bonnet. En Angleterre et Amérique, contre Chamberlain73. Hongrie, Serbie, mouvement antifasciste. Ici, pour la réaction, tout est fini en Espagne ; les socialistes disent : les soldats espagnols dans des camps de soldats ; le gouvernement veut briser la résistance de Negrin et renvoyer les soldats chez Franco. Scandale des camps de concentration. Mais si le Centre tient, tout peut être modifié, donc il faut que le Centre tienne pour modifier la situation politique internationale. Il faut une campagne pour aider le Centre. Il faut renvoyer les soldats à Valence et le matériel. Droit pour les soldats d’aller se mettre à la disposition de l’armée et du gouvernement républicains. On doit laisser les soldats libres d’aller où ils veulent, chez Franco ou chez Negrin. Envoyer les cadres qui sont en France. Pas de reconnaissance de Franco sans conditions. La réception des soldats espagnols dans les camps de concentration, c’est une répétition pour le prolétariat français. Unité d’action nécessaire. Conférence internationale pour la paix. La paix, c’est l’Espagne. Chute verticale de la Catalogne. Optimisme béat ; assurances déraisonnables des députés français, agents de Daladier qui ont tout promis dans les trois semaines et rien n’est venu. Ils avaient des armes, on les étale à Perpignan pour dire : ce sont des lâches qui ont fui. Or c’est la non-intervention responsable. Il n’y avait plus de cadres, ni aliments, ni même quantité de canons et avions. La France a eu aussi un Charleroi. Et la Belgique aussi !

Lundi 13 février 1939

95Paris. Huma : 49 875.

Mardi 14 février 1939

  • 74 Dans un éditorial paru dans l’Humanité du 15, sous le titre « Toujours et plus que jamais, unité !  (...)

96De Brouckère. On n’a jamais été plus loin d’un rapprochement entre communistes et socialistes74. Il ne peut s’agir que d’une action parallèle, dans des organisations comme le RUP. En Belgique, nous allons à la lutte sans merci entre Flamands et Wallons. Les Allemands envahiront par la Hollande parce que leur matériel ne pourra pas passer par la Belgique fortifiée et dont les chemins sont trop étroits pour un passage massif. En Hollande on pourra les inonder et le canal Albert est une bonne tranchée. Le roi commence à comprendre qu’il ne pourra échapper à la guerre. Pour l’unité, il faut créer une atmosphère ! En Belgique, deux petits journaux en comparaison avec la grande presse : le Peuple et le journal communiste. Le journal communiste accuse Spaak, puis le Peuple répond : Staline ; attaques quotidiennes sur les détails. En Angleterre, le PC est trop petit. Le parti Labour se défie des intellectuels qui résistent aux trade-unions.

Mercredi 15 février 1939

  • 75 Le 15, Chamberlain déclarait aux Communes qu’il fallait exiger le retrait d’Espagne des troupes d’o (...)

97On offre des fortunes à Miaja, Negrin, Rojo pour qu’ils cessent les hostilités. On leur dit ; si vous ne cédez pas nous serons obligés de vous combattre. Il faut permettre aux gouvernements français et anglais d’aider Franco à chasser d’Espagne les Italiens et les Allemands75.

98Negrin. Bénès. Il faut faire une campagne sentimentale contre la réception dans les camps français de fil de fer barbelé gardés par des Noirs et des spahis marocains. Il faut faire campagne avec la loi du 13 février pour actes et omissions : tous les adhérents aux partis de gauche sont suspects, même les abstentionnistes ; tribunal : deux généraux, deux phalangistes, deux magistrats gouvernementaux. Pour la restitution de l’armée et des armes au gouvernement de Madrid. Pour la continuation de la lutte.

  • 76 À la séance du 15 février de la commission de l’Armée du Sénat, six sous-commissions étaient effect (...)

99Commission de l’armée, six sous-commissions. Désigné pour la sous-commission des fabrications et nationalisations (président Delmont). Avec la loi de deux ans, l’armée actuelle a 445 000 Blancs, dont 160 000 de carrière. On va lever 100 000 hommes de plus. En 1940, il y aura donc 550 000 hommes. Une classe française après les années creuses : 250 00076.

Jeudi 16 février 1939

  • 77 Alvarez del Vayo, ministre des Affaires étrangères de Negrin, était venu à Paris, le 16, pour conva (...)

100Del Vayo me dit : à Figueras, Negrin m’a proposé [mots barrés ill.]. Des Vayo l’en a dissuadé. Il ajoute : il faut obtenir des autorités britanniques qu’elles sauvent au moins les républicains qui auront tenu jusqu’au bout et qu’elles ne les livrent pas aux représailles de Franco. Franco sera impitoyable. Il prendra l’argent des Anglais et gardera son alliance italo-allemande. Azaña ne parlera pas77.

  • 78 Les noms qui apparaissent montrent l’audience du RUP que Pierre Cot coprésidait avec lord Cecil, et (...)

101Faire faire par Bishop une large publicité autour de la conférence78. Demander une conférence parlementaire internationale, demander une conférence internationale pour la paix.

  • 79 Stanford Cripps (1889-1952) était un avocat de grande renommée, devenant, en 1926, le plus jeune «  (...)

102Pour Cripps, 22 sections du Labour party de Londres sur 2879. Il va faire une pétition dans toute l’Angleterre et dans tous les partis pour le Front populaire. Le Labour continue à refuser l’entente avec les libéraux ; hier, un échec à des élections partielles. Chamberlain dit : en reconnaissant Franco, je le détache de Rome et Berlin. Cette attitude l’a renforcé en Angleterre.

Vendredi 17 février 1939

103Paris-Londres : Middleton, secrétaire L. Attlee, Baker, Dallas, président du L., Jager, employé, Dalton, Morrison. Pritt, Cripps. Le groupe franco-espagnol de la Chambre, 286 membres. On prépare pour lundi un déjeuner à Westminster. Sinclair, Nicholson, les travaillistes, Cooper, Churchill. Spinasse, Grumbach, Perrin, Boncour, Delahoche, Prache, Bossoutrot, Vineux. Lord Faringdon. Établir des relations personnelles ; à Londres : 2, 3, 4 juillet 1938, 12, 13, 14 février 1939. On descend Grosvenor Hotel, près Victoria Station. La chambre, 15 shillings : 15 x 9 = 135 shillings, sans déjeuner. C’est le RUP anglais qui l’avait recommandé. Nous le quittons pour l’Eccleston (90 F la chambre).

  • 80 Angell Baker (prix Nobel de la paix 1933) ou Philip Noël-Baker, deux des principaux responsables du (...)

104Baker80 : C. peut rentrer comme il veut en Angleterre. Il trouble nos réunions. Cecil invite chez lui les lords individuellement pour les convaincre.

Samedi 18 février 1939

  • 81 Les 18 et 19 février se tient le conseil général du RUP à la Gas Industries House, Hyde Park, Londr (...)

105Conseil général du RUP, Gas industries house, Hyde park, SW181. Grosvenor Hotel. Départ 12 h 15 Nord, arrivée Londres 19 h (Victoria). Cristina Hastings, 45, Wellington Road, Saint-John Wood, Primrose, 1066. Affaire d’Espagne et de Chine. Les menaces de guerre des fascistes contre les démocraties. Un ultimatum possible de l’Italie à la France et de l’Allemagne, Italie pour les colonies et le partage des matières premières et du monde.

106Déjeuner chez L.R. Cecil. Li yu Ying, Elvin, Cot, Grumbach, M.C., Buisson, Cummings, Jézéquel (May, coopératives). Interrogations de Cecil sur l’URSS. Il avait de graves préjugés contre l’URSS. Est-ce que l’URSS ne s’associera pas à l’Allemagne hitlérienne.

107Lyons : les servantes, cinquante-quatre heures de travail par semaine : deux livres de salaire.

Dimanche 19 février 1939

  • 82 Première femme d’un gouvernement conservateur (1924), la duchesse d’Atholl avait pris des positions (...)
  • 83 Des organisations de jeunesse organisaient une manifestation à Trafalgar Square, le 19 février.
  • 84 La Chine était l’autre point sensible du globe en cette fin des années 1930, avec l’offensive japon (...)

108Londres. Atholl82 battue : les Françaises. Réception des jeunesses britanniques. 2 500 jeunes pèlerins sont venus à Londres, prêts à défendre le pays si le gouvernement défend la démocratie et la paix83. Ils représentent tous les jeunes d’Angleterre (sauf les communistes). Le gouvernement ne peut compter sur nous, à moins que le gouvernement ne défende la liberté, la démocratie. Entre le service national et le gouvernement qui livre la démocratie aux fascistes, il y a divorce. Nous sommes avec l’Espagne et la Chine ; nous sommes contre le désespoir et le défaitisme84. Forster, rapporteur de la commission.

109Déjeuner Mme Adélaïde Livingstone, Cot, M. Cachin, duchesse d’Atholl, Forcinal, Lady Hall, M. Duchesne.

Lundi 20 février 1939

  • 85 Né en 1886, Edward Louis Spears entra dans l’armée, en 1903, jusqu’à devenir major général. Il fut (...)
  • 86 Grand maître d’œuvre du RUP, lien avec l’IC, il n’en était pas moins grandement suspecté par l’appa (...)
  • 87 H.J. May était secrétaire de l’Alliance coopérative internationale.
  • 88 La première résolution, le 20 février, protestait contre toute pression sur le gouvernement légitim (...)

110Londres, à la House of Commons (78 questions). Chez le général Spears85. Déjeuner Westminster. Tea à 5 h. Dolivet : aux États-Unis, toutes les organisations sont pour l’accord avec l’URSS86. May, des coopératives87 : il faut s’entendre avec l’URSS. Le président du Conseil australien : impossible de s’allier à l’URSS puisqu’elle a envoyé des subsides à nos grèves de mineurs. Chamberlain envoie une délégation commerciale avec Moscou. Le RUP contre la loi dite des Responsabilités politiques, 13 février contre tous les républicains espagnols. Les conservateurs et libéraux du RUP contre la reconnaissance. Le droit international : tant qu’un gouvernement légal dure, on n’a pas le droit de reconnaître un autre gouvernement dans le pays88. Dans les pays balkaniques, on attend les secours des grandes démocraties.

Mardi 21 février 1939

  • 89 Daniel était le premier enfant de Marcelle Hertzog, donc le petit-fils de Marcel Cachin.

111Londres à Paris. Daniel89, 4 h du matin. Arrivée à Paris : grippe, 39,6 de fièvre.

112Général Spears : si la France ne pouvait résister à la pression sur terre, ce serait mortel pour la France et l’Angleterre.

Mercredi 22 février 1939

  • 90 Le 23 février, Morizet, Thoumyre et Maupoil devaient interpeller le ministre des Travaux publics, d (...)

113La fièvre, le lit. Morizet au Sénat. Technic : Prost. Les travaux du comité supérieur d’aménagement de la région parisienne. En 1938, 391 600 véhicules roulaient dans la Seine. 200 000 en cas d’alerte doivent quitter la Seine en quelques heures. Comment ? Si les militaires prenaient pour eux la 186, Paris est embouteillée. Monzie : la SNCF a fermé 7 000 km de rails au service voyageurs, et 2 250 partiellement. La substitution des autorails aux trains normaux, c’est une dépense plus élevée. On voyage moins, on trafique plus. Les transports à grandes distances au rail ; les transports à petites distances au camion. Déficit de la SNCF : 6,5 milliards par an90.

Jeudi 23 février 1939

114La fièvre, le lit.

  • 91 Dumoulin était en pointe dans la dénonciation de ce qu’il appelait la « colonisation » communiste d (...)

115Dumoulin : il faut réviser nos moyens d’action. Notre Pontigny du Nord veut que le patronat ait la même bonne volonté que les ouvriers. Émile Roche, vous avez raison de signaler que nous repensons notre syndicat. Mathé : oui, la servitude vaut mieux que la guerre, car de la servitude on sort, on ne sort pas de la guerre. Toute la presse bourgeoise est fasciste : « Dumoulin défend l’indépendance du vrai syndicalisme et son redressement, c’est-à-dire la collaboration féconde avec le patronat. » Les pacifistes intégraux considèrent comme bellicistes les gens de bon sens qui pensent qu’il ne faut pas traverser sans armes une forêt obscure hantée de bandits. Être contre la capitulation, ce n’est pas être pour la guerre. Le pacifisme intégral, c’est le défaitisme contre-révolutionnaire. Les pacifistes disent : Hitler n’est pas pour l’hégémonie du nazisme sur le monde. Il faut avoir confiance dans ses paroles de paix. Le discours d’Hitler du 30 janvier est modéré et pacifique. Celui de Roosevelt est belliciste et blâmable : syndicat du Rhône des instituteurs. Delmas : il ne voit pas la réalité des classes ; il a confiance en Chamberlain et dans la sagesse des gouvernants ; il ignore les possibilités du prolétariat91.

Vendredi 24 février 1939

116La fièvre, le lit.

117L’Intelligence Service travaille : la Garde de fer brisée en Roumanie, la Yougoslavie liquide Stoyadinovitchi, les Polonais manifestent contre l’Allemagne, le gouvernement de Madrid doit être jeté à la mer.

Samedi 25 février 1939

118Disparition de la fièvre. (28 février Monzie). Rail et route : trains légers de deux ou trois voitures, 15 F au km, autorail, de 7 F à 12 F, autobus de trente places, 4 F. L’autobus remplace le train : économie de 26 300 F par km. Création de la SNCF (31 août 1937). Baisse de trafic des chemins de fer, 40 % (1930 à 1937). Les petites distances au camion. Les grandes distances au rail. Parité tarifaire. Il faut que les trains survivent et que les camions vivent.

Dimanche 26 février 1939

119Vin de Lussault. La grippe continue sans fièvre. Mars 1918 : Brest-Litovsk. 1922 : Rapallo.

Lundi 27 février 1939

120Les quintes persistent, surtout la nuit, dans la position couchée.

121L’encerclement de la France dans l’histoire. En 1519, Charles Quint est élu empereur d’Allemagne contre François Ier. Il est maître de l’Allemagne, Flandre, Espagne, Italie. François Ier lui livre quatre guerres. Le fils de Charles Quint, Philippe II, veut mettre un Espagnol sur le trône de France. Henri IV se prépare à lutter contre la maison d’Autriche quand il est assassiné. Richelieu veut l’abaissement de la maison d’Autriche. Il fait la Guerre de trente ans, s’allie aux protestants et à Soliman. Vainqueur au traité de Westphalie. Louis XIV se marie à l’aînée des infantes d’Espagne. Il place son petit-fils en 1 700 sur le trône d’Espagne. L’Angleterre, l’Autriche lui déclarent la guerre, mais après la guerre, Philippe IV reste roi d’Espagne. Napoléon met son frère en 1804 sur le trône d’Espagne. En 1869, le roi de Prusse veut y mettre un Hohenzollern. D’où la guerre de 1870-1871.

122Si, en juillet 1936, le Front populaire français avait aidé le Front populaire espagnol, il restait dans la grande tradition française. Il eut fait de l’Espagne républicaine une amie. Il eut empêché l’encerclement de la France que tentaient depuis cinq siècles les ennemis de la France.

Mardi 28 février 1939

123Permanence de la grippe, sans fièvre.

  • 92 Ayant entendu le compte rendu de la mission officielle de Léon Bérard, Daladier et Bonnet proposaie (...)

124Le 27 février 1939, reconnaissance de Franco92. Chamberlain et Daladier pensent que l’Espagne va devenir une colonie anglo-française et que la guerre recule. Calcul aventuré ! L’Espagne sera fasciste et anti-française. Les journaux allemands disent : Franco n’avait nul besoin de cette reconnaissance. Il n’a pas levé le doigt pour l’obtenir. Grand merci pour lui. Il n’a pris aucun engagement pour l’avenir. Il obtient la reconnaissance sans aucune condition. Ils ajoutent que la France et l’Angleterre tournent le dos à Munich en se comportant comme concurrents de l’Axe dans l’est de l’Europe.

  • 93 La visite du ministre des Affaires étrangères italien en Pologne, engagée le 25 février, n’était pa (...)

125Ciano à Varsovie : la Pologne veut être anti-russe et anti-allemande93. Le Premier ministre Skladkovski est à Paris. Beck va à Londres en mars. Les Polonais ont signé un pacte commercial avec Moscou. Hitler construit une ligne Siegfried à la frontière polonaise.

Mars

Mercredi 1er mars 1939

126Grippe persiste. Quintes la nuit lorsque je suis allongé. Je couche dans un fauteuil.

127Deux dates :

  • 94 Sir Samuel Hoare était, en 1935, le ministre des Affaires étrangères du cabinet conservateur Baldwi (...)
  • 95 Par référence à l’attitude de Laval dans l’affaire éthiopienne.

128Septembre 1935. En septembre 1935, S.S. Hoare94 demande à Laval d’accepter un effort de la France et l’Angleterre contre l’Italie qui menace la paix. Laval répond : vous venez de conclure un accord naval avec Hitler. Et je mise sur l’amitié de Mussolini. Ce fut la faute grave. L’application des sanctions (pétrole, Suez) était un précédent illustre pour la sécurité collective. Le 3 octobre, Mussolini attaque l’Ethiopie. Du 11 au 26 octobre, l’Angleterre presse Laval d’accepter. Laval gagne du temps, se dérobe. Hoare donne sa démission le 19 décembre. La presse française insulte l’Angleterre. Quand, en mars, Flandin alla à Londres demander l’action commune contre l’occupation de la Rhénanie, on lui rappela que la France avait répudié la sécurité collective dans l’affaire des sanctions italiennes95.

129Juillet 1936. Les gouvernements français et anglais ne comprennent pas la nécessité d’aider les républicains espagnols à briser la rébellion des généraux.

130Lors de ces deux dates, les rivalités franco-anglaises ont laissé les mains libres à Hitler et à Mussolini.

Jeudi 2 mars 1939

  • 96 Le fils de Marcel Cachin, Charles, né en 1907, avait passé son internat en 1931. C’est lui qui avai (...)

131Visite du docteur Quenouille. Il faut aider le cœur. Les artères sont dures. Pas de sorties avant plusieurs jours. Il faut d’abord faire disparaître les quintes de toux. Grand éloge de Charles comme chirurgien96 ; sérieux et propre.

  • 97 Jean Chiappe, préfet de police de Paris de 1927 à 1934, avait mené une action anticommuniste résolu (...)

132Cinéma soviétique et censure. Spartacus est le cinéma rue de Grenelle. Chiappe97 dissout Spartacus. Plus tard, la censure laissa passer quelques films en coupant, raturant. Elle fut favorable en 1936- 1937 (Exposition). Mais après le député de la Baltique et Pierre le Grand, fini ! Depuis dix-huit mois, pas un film soviétique dans les salles de Paris.

Vendredi 3 mars 1939

  • 98 De fait, Pétain fut désigné par le Conseil des ministres du 2 mars et, s’il fut agréé le jour même (...)

133À l’envoi de Pétain à Burgos, les franquistes répondent : nous n’avons nul besoin des Français, nous soutenons les prétentions des Italiens. Nous ne donnerons pas l’amnistie aux républicains. La diplomatie française est un objet de risée mondiale98.

  • 99 Le ministre de l’Intérieur espagnol, depuis 1937 (et beau-frère de Franco) déclarait en effet au co (...)

134Serrano Suner, ministre de l’Intérieur de Burgos, dit : Barcelone est malade moralement et politiquement99. La politique catalane est à sa fin. La langue catalane n’aura aucune carrière officielle. L’unité espagnole fut une unité catholique. Nous laisserons aux religieux l’éducation religieuse morale, mais l’éducation politique sera réservée à la phalange. Aujourd’hui les amis de l’Espagne affluent. Nous les recevrons poliment, mais nous saurons distinguer entre les Italiens et les Allemands et les nouveaux amis dont nous connaissons les mobiles. Nous n’oublierons pas nos frères et amis de la première heure.

Samedi 4 mars 1939

135Le but, c’est que la collaboration franco-anglaise soit complétée par une collaboration franco-soviétique et anglo-soviétique.

Dimanche 5 mars 1939

136Première bonne nuit calme, sans toux, du 5 au 6. Quatorzième jour de la grippe.

  • 100 Le Conseil national de la SFIO s’est tenu les 4 et 5 mars. Cachin reprend ici les thèses des pacifi (...)

137Conseil national SFI0100. Les Munichois affichent l’anticléricalisme, pacifisme à tout prix, sectarisme antireligieux. Plutôt la servitude que la mort. La vie est le plus grand des biens ; le but du socialisme est de la préserver, même derrière des fils de fer barbelé. Les Communards, les Espagnols sont des nigauds s’ils croient que la vie vaut d’être sacrifiée pour un idéal révolutionnaire. Et puis, pour les Munichois, l’anticléricalisme est une division contre leurs adversaires de tendances.

Lundi 6 mars 1939

138Bonne nuit.

Mardi 7 mars 1939

139Bonne nuit. Docteur Quenouille : pas de sortie avant samedi. Après, un mois de repos. Vous devriez renoncer à 10 % de votre activité d’avant la grippe.

Mercredi 8 mars 1939

  • 101 Hore-Belisha était le ministre britannique de la Guerre. Le 8 mars, dans un discours aux Communes, (...)

140L’Angleterre enverra sur le continent : 13 divisions d’infanterie, 3 divisions motorisées, 2 brigades de cavalerie ; des divisions de chars d’assaut. (Hore-Belisha)101.

Vendredi 10 mars 1939

141Huma à Paris : 51 800.

Samedi 11 mars 1939

142Huma : 49 575.

Dimanche 12 mars 1939

143Première sortie, visite à Charles. Hôtel Flots-bleus, Lavandou.

  • 102 Né en 1857, Lévy-Bruhl est mort le 12 mars 1939. L’essentiel de l’œuvre de ce philosophe et sociolo (...)

144Lévy-Bruhl102 : la morale et la science des mœurs. Il n’y a pas de morale scientifique. Le savant n’a pas à fixer de règle d’action. Il doit établir des faits et des rapports. La mentalité primitive. La mentalité des primitifs n’est pas la nôtre. Ils n’obéissent pas au principe d’identité. Une chose peut être à la fois elle et son contraire. Ils n’obéissent pas au principe de causalité (miracles). Ils n’ont pas une mentalité logique mais prélogique. C’est dire que l’esprit humain a évolué et qu’il évoluera encore. Il n’y a pas d’idées innées. Il n’y a pas un type humain éternel créé par Dieu à son image. Il n’y a pas dans l’esprit humain de principe de la raison comme pour les civilisés. Les mentalités successives de l’humanité sont fonction de l’expérience. La nôtre pourra être dépassée par celle de nos successeurs. Il y a possibilité de progrès indéfini.

Lundi 13 mars 1939

  • 103 Gaston Veyssière (1875-1948), avocat de formation, et président de la Chambre d’agriculture de Roue (...)
  • 104 Sénateur radical de la Seine depuis 1914, Théodore Steeg avait dirigé la liste Front populaire, où (...)
  • 105 L’élection à la présidence de la République faisait l’objet d’importantes tractations, d’autant que (...)

145Au Sénat : Veyssière103. Vu Steeg104 au Sénat. Bouisson est candidat à l’Élysée. Laval le patronne au Sénat, mais il n’a aucune chance au Sénat. Jeanneney peut encore accepter, sinon Herriot ! Au premier tour, beaucoup de candidats. C’est le deuxième tour qui sera important à moins qu’Herriot ou Jeanneney n’aient fait acte de candidature au deuxième tour105. La scission éventuelle du parti SFIO inquiète beaucoup les radicaux du Front populaire. Les partisans de Paul Faure vont faire un hebdomadaire illustré dirigé par Brunet, ami de Bonnet et Daladier qui veulent la scission SFIO. Déjà dans la région parisienne, les amis de P. Faure organisent des réunions et des banquets pour les communes et les arrondissements sans aviser les sections.

146France et Soviets.

147Vu le président de la commission de l’Air au Sénat : « Mais tu sais bien que les Russes sont désormais avec les Allemands officiellement. »

148Beaumont : mais que font donc les Russes en ce moment lorsque Hitler envahit Prague ?

149Buré : Staline a bien parlé, mais Manouilsky !

150Général Stuhl : que vaut l’armée soviétique ? Je veux y aller voir !

151Guy Lachambre : l’aviation soviétique est affaiblie ; il n’y a plus d’ingénieurs dans les usines, il n’y a plus que des contremaîtres.

  • 106 Le débat sur l’alliance soviétique était à l’ordre du jour avec le démantèlement de la Tchécoslovaq (...)

152Caillaux : vous êtes assez insolents pour nous proposer que la France soit sauvée par les bolcheviks. Les Russes restent passifs face à Hitler !106

Mardi 14 mars 1939

  • 107 Réduite, après Munich, à une confédération de trois États autonomes, la Tchécoslovaquie était liée (...)

153Les Allemands entrent à Prague107. À Munich, France et Angleterre avaient adouci l’épreuve de la Tchécoslovaquie en lui garantissant solennellement que ses nouvelles frontières seraient à l’abri d’un nouvel attentat. Nous aiderons la République tchèque à poursuivre sa vie libre (Daladier). Nous sommes dans l’obligation morale envers la Tchécoslovaquie de traiter cette garantie comme si elle était dès maintenant en vigueur (Ch. aux Communes). Aujourd’hui, la Tchécoslovaquie est dépecée. Personne ne bouge.

  • 108 Montigny fut à l’origine d’un incident à la Chambre. Au ministre de l’Intérieur qui s’interrogeait (...)

154Toute la Chambre, sauf Montigny, approuve Sarraut quand il affirme qu’il ne livrera pas les républicains espagnols à Franco108.

  • 109 Ferdinand Friedensburg (1886-1972), Die Berwirtschaft der erde ; Bodenschatze, Bergbau und Minerali (...)

155L’Allemand Friedensburg publie un livre109 : « Sans charbon, minerai de fer et pétrole, pas de guerre possible. Or, en Allemagne, pas de pétrole, peu de minerai de fer, peu de cuivre, manganèse et aluminium. En Italie, aucune matière première. Japon, pas de coke, charbon, fer, pétrole. En Allemagne, le pétrole synthétique coûte trois fois plus cher que l’autre. »

Mercredi 15 mars 1939

  • 110 On connaît la fibre artistique de Cachin (voir, en particulier, le premier volume de ses Carnets). (...)
  • 111 Né en 1879, Joseph Harent est sénateur non inscrit de la Somme depuis 1936, président de la fédérat (...)

156Déjeuner Jeanneney. Huisman110 me dit de rentrer au groupe de l’art au Sénat. Entre Harent et Lavergne111 . Harent me dit : peut-être Hitler après avoir remporté tant de victoires sans guerre va-t-il proposer de faire lui-même les États-Unis d’Europe ! H. Sellier. Dans la désagrégation du parti radical, les SFIO et les communistes ont un potentiel énorme, mais leur direction est faible, divisée, sans mystique. La seule mystique possible est l’unité.

157Les Italiens fortifient le Brenner en ce moment.

158Pour le 75, les munitions abondent. Non pour le 105 court et le 105 long !

Vendredi 17 mars 1939

15915-16 mars, Huma Paris : 52 162.

Samedi 18 mars 1939

  • 112 Daladier demandait de pouvoir prendre par décrets-lois toutes les mesures nécessaires à la défense (...)

160Les décrets-lois permettront à Daladier de se rapprocher de Moscou et de raffermir le pacte franco-soviétique car il n’aura plus besoin de l’avis de la droite112. Que les exigences de l’Italie seront modestes et qu’on pourra les accepter. Il pense que Chamberlain est toujours antisoviétique et qu’il y aura un troisième Munich. On veut leur imposer de renoncer à la Bessarabie pour permettre le passage des troupes russes en Roumanie. Il est d’avis de faciliter le voyage en URSS à de nombreux réactionnaires. Car quelques-uns peuvent être frappés et si les autres disent du mal de l’URSS, leur témoignage ne porte pas.

Dimanche 19 mars 1939

  • 113 Socialistes et communistes se retrouvaient au Sénat dans l’opposition aux décrets-lois, le vote éta (...)

161Décrets-lois au Sénat. Intervention, explication de vote113. (200 F à Mouly pour les blessés miliciens de Choisy rentrés d’Espagne).

  • 114 Depuis le 8 mars circulait un tract de l’UDIF sur les journées précédant Munich et évoquant la mobi (...)

162Bonnet avait convoqué le 27 septembre Delmas, Mathé, Lacoste ; il leur a menti sur le communiqué du Foreign Office. Lacoste a protesté. Mathé a approuvé Bonnet. Bonnet a manœuvré les chefs syndicaux pacifistes114.

Lundi 20 mars 1939

  • 115 Après avoir fait l’historique des coups de force hitlériens en Europe centrale, lord Halifax expliq (...)

163Halifax : la Grande-Bretagne ajourne sine die toute reprise de ses efforts précédents d’entente et d’apaisement. Il n’y a plus de négociation possible avec l’Allemagne115.

164Franco n’a pas encore reçu Pétain. Il a télégraphié à Hitler pour le féliciter d’avoir rattaché à l’Allemagne un ancien territoire du Reich.

Mardi 21 mars 1939

  • 116 Peut-être s’agit-il de cet homme proche de Roosevelt que Lilite avait fait connaître à Cachin.

165I h, Higgins116. Bracke sur la culture classique, 9 et 13 juin 1922. JO des 10 et 14 juin, numéros 67 et 68.

166Exporter ou mourir a dit Hitler. Ce qui frapperait le plus l’esprit des Allemands, ce serait la menace généralisée des États-Unis de ne plus recevoir leurs marchandises. Ils ont la hantise du blocus et du boycott. Paris et Londres ont rompu les négociations commerciales avec Berlin. Le traité de la Pologne et de la Roumanie était signé par les deux pays contre l’URSS.

Mercredi 22 mars 1939

  • 117 Veyssière avait été chargée par la commission de l’Agriculture du Sénat d’un rapport sur le ravitai (...)
  • 118 Si un secrétaire général par interim était chargé de préparer la mobilisation agricole et alimentai (...)

167(100 F chorale populaire, 100 F les miliciens volontaires de Choisy). Commission de l’armée. Veyssière117. Le ravitaillement alimentaire civil et militaire en cas de guerre. C’est le ministère de l’Agriculture qui l’assurerait. Un secrétariat général y est déjà désigné. Brazard et Mouillot le dirigent118. Pendant le premier mois, les militaires seraient les maîtres.

168Il faut organiser la production agricole en cas de guerre. Il n’y aura plus d’hommes dans les villages. On fera venir des Marocains et des Algériens. On ne mettra aucun des travailleurs agricoles dans les camps de concentration. On les gardera tous en les surveillant : Italiens, Espagnols, Polonais, etc. Dans chaque département, cantons, communes, une organisation des non-mobilisables réglera le travail.

1692,5 millions de chevaux : l’armée les réclame tous. Il n’y a que 25 000 tracteurs en France. Mais on ne leur donnera pas d’essence. Il ne pourra y avoir que des tracteurs gazogènes. On en construit dès maintenant. Stocks : blé, il y a des silos pour 6 millions de quintaux. Il y a du café au Havre : il faut le transporter au centre de la France. La France mange 2 millions de tonnes de viande en temps de paix, 3,5 millions de tonnes en temps de guerre. On fera venir la frigo d’Amérique. Il faut faire ici des graines de betterave qui viennent d’Allemagne et de Pologne.

[Note]119

  • 119 Chiffres rajoutés après coup à cet endroit du carnet. Voir, au 1er juin d’autres indications chiffr (...)

170Février 1939 : Paris-Ville, 20 105 cartes. Vente Huma 17 mars : 52 666

17122 mars : 53 787

1724 mai : 47 850

mars 1935

32 078

mars 1936

37 685

mars 1937

62 789

1re quinzaine mars 1939

53 599

2e quinzaine mars 1939

62 435

1re quinzaine avril 1939

51 753

2e quinzaine avril 1939

53 426

1re quinzaine mai 1939

50 774

2e quinzaine mai 1939

47 693

Jeudi 23 mars 1939

  • 120 Rare information sur les difficultés du RUP. Schwernick, secrétaire général de l’union des syndicat (...)

173RUP : crise financière. Personne ne paye, sauf les Russes. On a écrit à Schvernick. Cot envisage la liquidation du RUP. Costes touche 1 800 F par mois et ne fait rien. Les thèses du RUP triomphent mais l’organisation se disloque. Raynaud n’y vient jamais. Quelles directives ? La dernière réunion de Londres et le dernier exécutif ont été désertés. Jouhaux déclare que la CGT ne peut plus donner d’argent. Elle est endettée120.

Dimanche 26 mars 1939

174Le parti socialiste et le parti communiste ont encore un potentiel important. L’idée d’unité servira de mystique pour réunir les masses. Le parti radical se vide de son contenu.

175On nous dit : il faut distribuer à nouveau les matières premières pour supprimer le conflit franco-allemand. Mais : en temps de paix, l’Allemagne peut, comme la France, acquérir librement toutes les matières premières dont elle a besoin. À la France aussi, il manque du pétrole, du cuivre, du coton, etc. Ce que l’Allemagne veut, c’est l’hégémonie sur les pays qui possèdent les matières premières afin de pouvoir faire la guerre. Elbel et Clerc font une besogne singulière dans leur centre économique franco-allemand.

  • 121 Cf. supra sur l’offensive de Bonnet en septembre 1938.

176Lacoste, Delmas, Giroux ont vu Bonnet, le dimanche 22 septembre vers 22 h, au ministère des Affaires étrangères. Des syndicalistes allemands voient un ministre de Daladier. Bonnet réunit ceux qui disent : mieux vaut la servitude que la guerre121 !

Lundi 27 mars 1939

  • 122 Il est fait référence à la rencontre Laval-Mussolini des 5 et 6 janvier 1935. À la fin de la même a (...)

177La lettre de Laval est anodine. Il est trop fin renard pour avoir écrit une ligne compromettante. Mais l’avis unanime de tous ceux qui l’ont vu à Rome en janvier 1935 c’est qu’oralement il a laissé entendre aux Italiens, à Mussolini, que la France leur laissait les mains nettes en Abyssinie122.

178Dans les chemins de fer, jusqu’à 18 % de personnel en moins.

179Les 363. A [ill.] à la mairie de Plourivo en 1870 ; révoqué, personne ne veut la remplacer. En 1871, conseiller général de Paimpol. En mars 1876, député 363. Le 16 mai 1877, Mac Mahon fait son coup d’État. Le Sénat réactionnaire dissout la Chambre. Les élections se font le 14 octobre 1877. Sur les 363, 327 sont réélus. Mac Mahon se retire le 30 janvier 1879. Grévy est élu.

Mercredi 29 mars 1939

  • 123 Après une première séance, le 8 mars, à laquelle Cachin n’avait pu assister, Pineau, directeur de l (...)
  • 124 La Roumanie représentait un enjeu politique et économique important. Un accord commercial germano-r (...)
  • 125 Berthelot évoque une étude en cours sur un nouveau procédé de stockage, qui consiste à noyer des ré (...)

180Pineau-Berthelot à la commission Armée123. La Roumanie ne produit plus que 6 millions de tonnes de pétrole au lieu de 9124. Nous sommes obligés d’acheter en Amérique car la Méditerranée sera peu sûre. Les Allemands achètent le pétrole roumain qui appartient à la France et à l’Angleterre. Pour les recherches pétrolifères, la France a dépensé depuis la guerre 370 millions en forage. On a rien trouvé. Un sondage coûte 12 millions, parfois 30. Il faut descendre à 1 000 mètres, souvent rien. Il faut aller à 3 000 mètres. Pour dissimuler les citernes à essence, on va les enfouir dans le sable, étang de Berre, et utiliser les carrières, mais c’est cher125. Pour les carburants de remplacement (gazogène, etc.), ce n’est pas au point. Ils encrassent. Les autres en sont aux études de laboratoire !

Jeudi 30 mars 1939

181Nord : 17 300 cartes au lieu de 20 000. Cause : les suites du 30 novembre. 8 000 communistes ont été chassés des usines. 2 500 jeunes au lieu de 3 500. 173 jeunes filles de France.

  • 126 Cf. supra sur le congrès de l’UD du Nord.

182Au congrès : 1 300 syndicats avec nous. 1 500 Dumoulin. Mais trois semaines après, nous avions la majorité des syndicats dans les congrès locaux. Legay, syndicat des mineurs, refuse un congrès où il serait battu. 360 000 syndiqués dans le Nord. Les réformistes cherchent ouvertement la scission. Lebas est contre Salengro et Saint-Venant. Lille, socialistes munichois. À Roubaix, on n’a pas perdu de syndiqués. Car on collecte à domicile. Pour les ouvriers que les patrons vont chercher dans les autobus, il y a les collecteurs d’autobus126.

Vendredi 31 mars 1939

183Suner, ministre de l’Intérieur à Burgos : nous affirmons notre inébranlable loyauté envers ceux qui se joignirent à nous dans les heures d’incertitude. L’Espagne a vaincu la Russie et les peuples qui aspiraient à faire de nous des vassaux.

Avril

Samedi 1er avril 1939

184Huma Paris : 53 087. 500 F Marcelle. 150 CDLP. 150 blessés d’Espagne.

Dimanche 2 avril 1939

  • 127 La Centrale sanitaire internationale, animée par le Dr Rouquès, continuait à jouer un rôle essentie (...)

185Maison des blessés d’Espagne : 2 800 blessés en France127.

Mercredi 5 avril 1939

  • 128 L’élection du 15e président de la République se déroula à Versailles, devant l’Assemblée réunie en (...)

186Versailles : élection du président de la République128.

Jeudi 6 avril 1939

187De Paris à Lancerf.

Vendredi 7 avril 1939

  • 129 Le 7 avril au matin, les troupes italiennes débarquaient en Albanie. Le lendemain, Tirana était pri (...)

188Vendredi saint. Lancerf. L’agression contre l’Albanie129.

Samedi 8 avril 1939

189Lancerf. La religion naturelle de Rousseau s’oppose au catholicisme et à l’athéisme. J.-J. Rousseau. Voltaire détruit les abus. Rousseau construit la société future, défend le faible et l’opprimé. Il affirme la souveraineté du peuple. Le despotisme doit être remplacé par la République. Rousseau ne comprend pas la société sans un contrat qui lie tous ses membres. Il faut rapprocher l’homme de la nature. Il lutte contre l’athéisme, pour la religion du Christ, pour l’Évangile. Il est pour la paix universelle. Il est pour le respect des contrats entre individus et entre États. Dans la République, le peuple n’a pas de maîtres, mais des serviteurs qui préparent les lois qui seront soumises au vote du peuple. La révolution qui détrône les rois est un acte juridique. Contre les puissants et les riches. La Constitution de Genève est la meilleure. Le peuple n’obéit qu’aux lois votées par lui. D’après le Contrat social appliqué à Genève, la loi est placée au-dessus des hommes, et ainsi la liberté est assurée à tous. Le peuple est souverain ; les sénateurs choisis par lui préparent les lois qui seront soumises au vote du peuple.

190Les premiers hommes n’ont pas su faire leur contrat. Je l’offre aujourd’hui à l’Europe. C’est la République de Genève. Le gouvernement doit faire appliquer les lois faites par le peuple. Mais il ne faut pas de députés comme en Angleterre. Ce qu’il faut, c’est que le peuple, comme à Athènes et à Rome, soit assemblé pour voter sur la place publique. Le peuple décrète que tous seront soldats et qu’il n’y aura pas d’armée permanente. Pas de vote secret ! Ou la République est perdue. Il faut des chefs honnêtes. L’éducation publique pour tous. Le contrat social doit assurer le travail à tous. Le respect des ouvriers, la famille, la propriété sont sacrés. Luttez contre le luxe, l’argent, les faux besoins. La fédération est nécessaire entre les peuples.

Dimanche 9 avril 1939

191Lézardrieux. Kergrist (Pierre).

Lundi 10 avril 1939

192Dans les bois !

Mardi 11 avril 1939

193(cf. Études socialistes de Jaurès. Œuvres, 1er tome, 1988-1997 : l’organisation sociale).

Mercredi 12 avril 1939

194Penc’hoat.

195Ouest-Éclair : « Si l’on pouvait obtenir le départ des Italiens de l’Espagne, des Baléares, du Maroc, si l’on pouvait obtenir des assurances italiennes pour les Balkans et la Méditerranée orientale, et qui sait ! dessouder l’Axe ? On pourrait faire semblant de croire à la bonne foi de Mussolini et même aider l’Italie !... Un Italien disait hier à Londres : si le bloc anglo-français est fort, nous marchons avec lui, non avec l’Allemagne... L’avenir dira si Chamberlain a joué un jeu de dupes avec Mussolini comme avec Hitler ! »

Vendredi 14 avril 1939

  • 130 Directeur d’école en retraite à Paimpol, Louis Le Guillermic était le beau-frère de Marcel Cachin, (...)

196Paimpol. 200 F Louis Le Guillermic, 100 F Élisa130.

Samedi 15 avril 1939

  • 131 Réuni les 5 et 6 avril, le comité confédéral de la CGT décidait que, vu les circonstances, la céléb (...)

197Lancerf. En Allemagne, on fêtera le 1er mai. Jouhaux. La CGT dit : on ne fera pas de 1er mai parce qu’il y a eu le 30 novembre. Cette décision prélude à un renoncement ouvrier pour la lutte des revendications et pour l’union sacrée qui sacrifie la défense des ouvriers. Ainsi, on prête le flanc aux démagogues. Il faut le 1er mai. Le PC ne peut pas formuler de directives, surtout de grève. Car on dirait que les communistes attaquent la CGT. Mais il faut donner au 1er mai un peu plus que ce qu’on propose. Partout où c’est possible, cessation de travail ; si quelques syndicats veulent la grève, laissez faire. Il faut des manifestations : 29, 30 avril, 1er mai, surtout le 1er mai. Grande manifestation de rue le 30 avril ; manifestation de rue le 1er mai à la sortie des usines. Manifestation le 1er mai à la fin de la journée. Fermeture des mairies le 1er mai. Congé aux ouvriers municipaux. On ne peut pas supprimer le 1er mai131.

  • 132 Les décrets-lois du 21 mars avaient déjà autorisé de porter à 60 heures la durée de travail hebdoma (...)

198On va à soixante heures132. Plus de 200 000 ouvriers métallurgistes font plus de cinquante heures par semaine. Toute la métallurgie est rangée dans les industries de guerre. On a supprimé les conventions collectives dans l’aviation. Les ouvriers sont très mécontents. On ne peut pas faire plus de quarante-huit heures, accidents multipliés. Les ouvriers sont très mécontents de la CGT ; on constate une diminution des cotisations. Certains ouvriers ont dit à propos de la décision de la direction de la CGT : 1914 recommence, avec l’appui des communistes !

Dimanche 16 avril 1939

  • 133 Syndicaliste, et quelques mois, en 1938, l’un des quatre secrétaires de la région Nord du PCF, il é (...)

199Les fractions socialistes anticommunistes dans la CGT sont ouvertement constituées. On chasse les communistes des directions syndicales (Moerman)133. Il faut rendre publiques ces manœuvres. (Unité syndicale faite en octobre 1935).

20026 communes communistes dans la Seine. On veut les chasser des syndicats intercommunaux. Il y a un recul ouvrier syndical à cause de la désaffection pour la CGT. Cependant, 3 200 000 timbres payés en mars. Il y a une reprise du mouvement ouvrier en ce moment ; sur le plan de la politique extérieure, on trouve que nous avons eu raison. Les métallurgistes parisiens : 14,50 F de l’heure à soixante heures par semaine, 900 F par semaine.

Lundi 17 avril 1939

201Lancerf-Paris. Panne à Saint-Brieuc.

Mardi 18 avril 1939

  • 134 Le 18 avril, le Comité d’entente national des partis communiste et socialiste se réunissait au sièg (...)

2025 h 44, Comité d’entente134. La CAP a accepté la reprise des pourparlers par quatorze voix contre treize. Conditions d’une reprise possible. Tel est l’ordre du jour proposé par la CAP.

Mercredi 19 avril 1939

203Réunion internationale à Arcueil. Pasionaria, Moreno.

204Dolorès : nous sommes vaincus mais notre politique était juste. Le Front populaire était nécessaire contre tous nos ennemis. C’est pourquoi nos ennemis ont essayé de briser le Front populaire espagnol ; des concessions aux fascistes appellent d’autres concessions. L’Italie et l’Allemagne non seulement ne retirent pas leurs troupes, mais renforcent leurs forces en Espagne pour préparer l’assaut contre les grandes démocraties. Le peuple espagnol n’est pas vaincu. Il a eu le pouvoir pendant trois ans. Il a donné la terre aux paysans ; aujourd’hui, exploitation écrasante des ouvriers. La presse fasciste avoue ses difficultés. La haine antifasciste subsiste et contre les curés. Catalogne irréductible, Basques hostilité profonde. Le fascisme espagnol est instable. L’Italie et l’Allemagne essayeront de maîtriser l’Espagne, mais la France et l’Angleterre lutteront avec les démocrates espagnols. Il faut lutter contre la terreur, contre la loi d’extermination, que l’Espagne ne se sente pas isolée ; aide aux réfugiés. Centrale sanitaire internationale.

  • 135 L’éditorial (pp. 155-164) avait pour titre : « Contre la politique de Munich, unité de la classe ou (...)

205En Belgique, l’argument essentiel des anticommunistes, c’est l’attitude des communistes et des soviets en Espagne. Ce sont les socialistes qui ont mené la bataille. En Angleterre, Chamberlain ne change pas sa politique (Cf. l’Internationale communiste n° 2 de 1939135).

Jeudi 20 avril 1939

  • 136 Journaliste de métier, membre de la CAP de la SFIO au titre de la Bataille socialiste de Jean Zyrom (...)
  • 137 Il s’agit de Valy, le secrétaire général des Bretons émancipés.

206BP. 4 h, Huma, A.M.-Capgras136. 6 h, Valy137.

  • 138 Dans la nuit du 14 au 15 avril, Roosevelt envoyait le même télégramme à Mussolini et à Hitler, leur (...)

207En Allemagne, discussions dans les usines : les nazis disent : l’Allemagne est invincible. Mais le message de Roosevelt a eu une grande influence138. La radio a eu une grande action. On a cru à la paix. L’Allemagne a peur de la guerre. Les fascistes disent : on peut avoir tout en paix. Après la Tchécoslovaquie, dans les usines, des tracts faits en allemand. Notre mot d’ordre : Hitler, c’est la guerre. La force d’Hitler, ce fut la lutte contre Versailles. Ça a été brisé par la Tchécoslovaquie, l’Espagne et par la brutalité d’Hitler d’espace vital [sic]. Nous commençons à lutter dans les usines avec les socialistes.

208Ni Chamberlain ni Daladier, qui agissent maintenant sous la pression des masses, ont toujours la même politique [sic], mais ils ont besoin de se servir de nouvelles manœuvres. En France, les journaux réactionnaires montrent encore que les ennemis réels sont les soviets. Les fascistes cherchent à créer l’incertitude ; ils réussissent à désagréger les prolétaires. Les socialistes disent : c’est fini en Espagne, il n’y a plus rien à faire. C’est toujours la capitulation ; mais les communistes ont une autre attitude. Pas de confiance en Chamberlain, Daladier. La lutte n’est pas finie en Espagne. Le gouvernement est plus clairvoyant en faveur de Franco. Renforcer l’unité en démasquant les chefs (Munich, non-intervention, anticommunisme, antisoviétisme).

Vendredi 21 avril 1939

  • 139 Telle était la métaphore qu’avait utilisée Staline devant le XVIIIe Congrès du PC(b) US.

209Menace imminente de guerre. La guerre est à la merci d’un événement. Pas d’illusions ! Pas de naïveté. Offensive fasciste depuis Munich. Les masses se disent : le fascisme peut tout se permettre vu la trahison des gouvernements Chamberlain-Daladier. Ils ont fait une politique de faillite. Il faut en venir à la sécurité collective et à l’URSS, paix. Voilà ce que les masses pensent. Et les gouvernants disent : nous sommes avec la Russie. Pas d’engagements précis. C’est pas si simple. Il ne faut pas d’illusions. Il faut que les gouvernants fassent des actes. Les États capitalistes ne perdent pas l’espoir de s’unir tous contre l’URSS. On tergiverse avec l’URSS et alors les fascistes agissent. Pour les Russes, ils sont pour la paix. Nous soutiendrons tous les peuples qui luttent pour l’indépendance, comme en Espagne. Vous nous demandez : que ferez-vous pour la Pologne et la Roumanie ? Nous vous répondons : une organisation générale de la sécurité. On riposte à Londres : donnez à la Pologne des canons, des avions. Les Russes disent : non ! l’Armée rouge ! Voir Terryn. Qu’avez-vous fait des avions que j’ai envoyés en transit chez vous ? Je ne donnerai pas des avions à Beck qui peut demain en faire autant pour Hitler. Bien, si la guerre éclate, les gouvernants franco-anglais ne laisseront pas écraser le fascisme. C’est pourquoi il ne faut pas avoir confiance dans Chamberlain-Daladier. Il peut y avoir un deuxième Munich. Il faut être réservé, méfiant. Il faut exiger un autre gouvernement. L’URSS ne veut pas tirer les marrons du feu pour Chamberlain139.

Samedi 22 avril 1939

210A. Marty-Capgras. Valy. Bretons émancipés, 100 F. Lesouple, 62, rue du Colombier, Carrières-sur-Seine.

211Voltaire, apôtre de la tolérance depuis 1762. Il est religieux. De l’âme, le mal dans le monde l’obsède. Article « Ignorance » dans le Dictionnaire philosophique. Sa profession de foi : recherche ardente pour arriver à l’incertitude. Son but : la vérité, même quand elle est désolante à l’homme.

Dimanche 23 avril 1939

212Villeneuve.

Mardi 25 avril 1939

213100 F. Intellectuels. Maublanc.

214L’impérialisme de Franco : il n’a de place qu’au Portugal, à Gibraltar, au Maroc. L’Espagne est la plate-forme de l’Italie et de l’Allemagne pour la Méditerranée et l’Atlantique.

Mercredi 26 avril 1939

215Max Brœmer, 134, rue d’Alésia. Deuxième commission conseil général, allocations aux vieux savants et artistes.

216Pétrole : consommation allemande en temps de paix : 7 millions de tonnes ; en temps de guerre : deux fois plus. En Roumanie, 6 millions de tonnes par an ; en Pologne, 700 000 ; en Albanie, 120 000 ; en URSS, 30 millions ; en Iran, 12 millions ; en Irak, 4,5 millions.

217Le RUP nous lie aux combattants, aux catholiques, à Boncour, aux socialistes. Faut-il conserver la liaison ? Alors que H. Raynaud participe plus activement. S’il ne le fait pas, qui pourrait l’aider ?

218Les Allemands de Paris disent qu’Hitler n’est pas prêt et qu’il ne fera pas la guerre cette année.

  • 140 Journaliste pendant la Première Guerre mondiale, William C. Bullitt fit ensuite sa carrière dans le (...)

219Dolivet voit Bullitt140 pour la TSF allemande.

  • 141 Au premier tour de scrutin, le 23 avril, le PCF obtenait, aux élections municipales partielles de C (...)

220A Clamart, les socialistes anticommunistes nous avaient injuriés pendant quatre ans ; ils avaient démissionné. Ils ont perdu 500 voix ; nous avons gagné 700 voix141. À La Villegozet, les socialistes ont perdu 1 000 voix ; nous avons gagné ; nous les avons battus cette fois.

Jeudi 27 avril 1939

2215 h 30 au 44, Comité d’entente.

  • 142 Dans le procès-verbal de décisions du BP, le premier et principal point est consacré à la campagne (...)

222BP142.

  • 143 La dernière mission de Charles Tillon l’avait mené à la tête d’une délégation internationale qui, e (...)
  • 144 Le 27 avril, la Chambre des communes adoptait par 376 voix contre 148 le principe du service milita (...)

223Hitler et Mussolini désarticulent la sécurité collective car ni la France ni l’Angleterre ne parlent clair avec l’URSS. Alors : Yougoslavie, puis retour des ambassadeurs, puis affaire d’Espagne. Tillon143. Mais : la Pologne. La conscription anglaise, à quoi servira-telle, à quoi servira l’armée nationale, fera-t-elle la politique de paix ? Si oui, alors nous en sommes144 ! La poussée des masses. En France, régression sociale et politique ; il y a régression de cinquante ans en France ; liberté du travail abolie par les décrets-lois. Si tu n’acceptes pas les heures supplémentaires, pas de travail pendant six mois. Il faut un autre gouvernement ; sécurité collective. Le parti communiste monte. Le Front populaire se raffermit.

  • 145 Les décrets-lois du 21 avril organisaient le « secteur mobilisé ». Ils touchaient à la durée du tra (...)

224Les derniers décrets-lois c’est : les 10 milliards du 1 % sur l’alimentation ; l’abolition des quarante heures, la liquidation des lois sociales de 1936 ; l’interdiction d’augmentation de salaires145.

225Au congrès de Nantes : la CGT fidèle au Front populaire fait appel à toutes les organisations. Pour le 1er mai, la CGT appelle le Front populaire à manifester avec les syndicats.

Vendredi 28 avril 1939

« Il ne faut pas croire à la spontanéité ! »

Samedi 29 avril 1939

226Choisy, déjeuner.

Dimanche 30 avril 1939

  • 146 Il fit effectivement froid le 30 avril, entre 4 et 11°C dans la région parisienne. L’union des synd (...)

227Il fait froid jusqu’en fin avril. On ne peut travailler sans feu. À Vincennes, CGT146.

Mai

Lundi 1er mai 1939

228Payé 600 F au Sénat, abonnement téléphone.

229Wagner était le beau-frère d’Émile Olivier. Il avait été révolutionnaire. Après 1870-1871, il se rallia à l’impérialisme germanique.

Mardi 2 mai 1939

  • 147 Le 2 mai se réunissait, sous la présidence de Marcel Cachin et de Francis Jourdain, le jury de conc (...)

230À 14 h 45, Maison de la culture, 29, rue d’Anjou. Choix du projet de monument à Vaillant-Couturier (Moussinac). Deuxième degré du concours ; attribution des prix. Érection du monument147.

  • 148 Un décret-loi du 21 avril limitait grandement les pouvoirs budgétaires du conseil général de la Sei (...)

231Il faut défendre le conseil général de la Seine, mais non le conseil municipal de Paris148.

Mercredi 3 mai 1939

  • 149 Comme Cachin, le colonel Fabry était sénateur depuis 1935 (Doubs, Union républicaine) et, comme lui (...)
  • 150 La retraite des vieux fut un des débats importants au premier semestre 1939, à la Chambre comme au (...)

232Commission de l’Armée. Controverse Fabry (Matin)149. À 2 h 30, les vieux voient Legorgeu150.

  • 151 Le lendemain, Déat publiait, dans l’Œuvre, un article à sensation sous le titre : « Mourir pour Dan (...)
  • 152 Dans la première phase des négociations anglo-franco-soviétiques, qui ont débuté au lendemain de l’ (...)

233L’Union soviétique veut une organisation générale de la sécurité collective, et non aider la Pologne et la Roumanie. Nous sommes prêts, à aider la Pologne et la Roumanie. Vous êtes pris en Méditerranée, vous n’avez rien fait. Pourquoi borner à la Pologne et la Roumanie. Mais faisons une entente entre nous trois pour résister et défendre la paix. Vous dites : Pologne et Roumanie ont répugnance pour les soviets. C’est contradictoire avec ce que vous nous demandez. Vous redoutiez que le pacte anti-komintern s’étende. Non. Vous ne voulez pas vous compromettre avec nous. Nous sommes prêts à vous aider. Et vous, êtes-vous prêts à nous aider ? Donc il faut l’assistance mutuelle. Vous n’avez pas aidé l’Espagne et la Tchécoslovaquie ; il nous faut des garanties. Ne préparez-vous pas un Munich ? L’URSS : une politique conséquente de paix depuis 1917. C’est la politique de paix de l’URSS. Toujours elle a été près de ceux qui sont menacés et pour la paix, contre l’agression. (Cf. Ord [?]) Déat et Munich151. Le pacte franco-soviétique tombait le 2 mai ; il a été reconduit, maintenu. Bonnet déjeune avec Souritz152.

Jeudi 4 mai 1939

234BP.

  • 153 Ce jour, le projet de conscription passait en deuxième lecture aux Communes, après le vote sur le p (...)

235La Revue d’économie politique. La concentration en France. Conscription en Angleterre : acceptation de principe ; réserves sur Chamberlain153. Le 1er mai en France, très faible ; les élections bonnes. En Espagne, le Front populaire s’est disloqué à la fin. Et même le PC a été très atteint par un affaiblissement intérieur parce que les cadres étaient aux armées, disséminés ; à Madrid, le PC a été faible et peu lié aux masses. Il faut dans toutes les conditions et situations garder le contact entre les masses et les cadres, et entrer dans la clandestinité en quelques heures.

236À Marseille : 50 000 timbres en avril à l’Union départementale au lieu de 120 000. Baisse du chiffre dans la reprise des cartes PC. Chômage croissant : dockers, un jour et demi par semaine, port a perdu 60 %. Bâtiment arrêté. L’unité d’action avec les socialistes fait progrès. 87 000 timbres en avril métaux Paris. Depuis les décrets-lois, recul sensible dans les syndicats. Les ouvriers n’ont pas de perspective. On ne peut pas combattre les décrets-lois ; grèves impossibles. Il faut préparer un programme de revendications ; montrer une issue aux ouvriers comme en 1934, 1935, 1936. Les ouvriers n’accepteront pas les décrets-lois indéfiniment ; ils restent combatifs. Retour aux 40 heures, contre les licenciements ; retour aux contrats collectifs ; commission mixte pour offres d’emplois et licenciements ; révision des salaires.

Vendredi 5 mai 1939

  • 154 Il s’agissait, bien entendu, de célébrer le 150e anniversaire de l’ouverture des états généraux.

237Ouverture des états-généraux : 14 h, Versailles. 1°) cour de l’hôtel des Menus plaisirs (avenue de Paris) ; 2°) galerie des Glaces.154

238Réunion à 13 h à la Chambre.

Samedi 6 mai 1939

  • 155 Dans la première phase des négociations tripartites, l’URSS avait avancé un contre-projet, le 19 av (...)

239En ce moment, les gouvernants français font pression sur Chamberlain pour qu’il accepte l’action commune France-Angleterre-Russie. Même Bonnet pousse. Chamberlain résiste obstinément155.

  • 156 Le remplacement de Litvinov par Molotov faisait effectivement grand bruit. Cachin lui-même prit la (...)

240L’affaire Litvinov est d’ordre purement personnel et non politique. Litvinov, hautain, ambitieux, personnel156 ! Nivellet est maintenant pro-soviétique. Le gouverneur de Paris aussi, Gamelin aussi.

Dimanche 7 mai 1939

  • 157 Alexandre Lavigne était l’un des deux enfants du leader guesdiste bordelais, Raymond Lavigne. Comme (...)

241Françoise et Henri à Choisy. Chassaing, 1, rue Sullivan, Bordeaux. Al. Lavigne157, Comptoirs des entrepôts girondins, chemin Bel-Air, Camblanes, tel : 13 Camblanes, le matin. Aux archives de Bordeaux : Réveil social, Soc. de la Gironde. Archives de la fédération chez le fils Gamelle.

Lundi 8 mai 1939

242La guerre sur deux fronts en Allemagne. La seule chance de l’Allemagne, c’est l’application rapide du plan Schlieffen. C’est la victoire totale, décisive, à l’ouest sur la France par l’encerclement et la concentration des forces sur l’aile droite au nord par la Belgique. Schlieffen refusait d’envisager une guerre sur deux fronts. Après la Marne, Hindenburg et Ludendorff voulurent foncer sur la Russie. Falkenhayn s’y opposa. Il ne faut qu’une simple couverture en Russie ou faire la paix séparée avec la Russie. Bethmann refusa. La politique contre la stratégie. Si la Russie avait été capable d’une offensive, la France eut vaincu rapidement en 1914-1918. Mais la résistance russe, même faible pendant trois ans, prépara la victoire de 1918.

243Même après Munich, le rapport des forces militaires, dans le cas d’une guerre sur deux fronts, reste en 1939 défavorable à l’Allemagne. Il faut à l’Allemagne une victoire triomphale pour assurer son hégémonie. Il lui faut d’abord écraser la France et pour cela ne laisser qu’une mince couverture à l’est et donner toutes ses forces contre la France. Or, cela, elle ne le peut pas car l’Armée rouge est trop forte. L’Allemagne peut avoir 300 divisions sur pied de guerre : 100 sans instruction militaire, 100 de première ligne, 100 de réservistes. L’Union soviétique peut en avoir 400. Il faudrait que l’Allemagne mette les deux ou les trois cinquièmes de ses forces à l’est au lieu du un huitième comme en 1914. Donc, pas de campagne foudroyante à l’ouest sans la menace d’une défaite à l’est. Puis une ligne anti-allemande peut se constituer sur la Vistule et le bas Danube avec les petites puissances.

Mardi 9 mai 1939

244Dantzig. Hitler signait en 1934 un accord de dix ans avec la Pologne. Cinq ans plus tard, il dit : c’est intolérable. Depuis cinq ans, pas une plainte sur le transit du corridor. Pour les Polonais, ce n’est pas un corridor ; c’est une province, une vieille province polonaise où vivent 91 % de Polonais, 9 % d’Allemands. C’est en 1793, au deuxième partage de la Pologne que la Prusse s’empara de Dantzig. Jusque-là Dantzig était un grand port, le débouché de la Vistule, fleuve polonais. Maintenant, c’est un port de troisième ordre.

245Potentiel de guerre de l’Allemagne : il décroît, le nôtre s’accroît. À la rigueur, elle a assez de vivres pour alimenter mal sa population. L’industrie des armements est très forte. 3 740 000 ouvriers métallurgistes contre 2 570 000 France-Angleterre. En production chimique, elle est supérieure. Mais nous avons l’Amérique. Ses transports intérieurs sont en mauvais état. Sa main-d’œuvre est très fatiguée par la tension de guerre ; le moral en guerre serait faible. L’armature industrielle générale ne peut soutenir une guerre longue. Angleterre et France : 1 800 000 tonnes navires de guerre. Allemagne, Italie : 620 000 tonnes. Au bout de six mois, l’Allemagne serait très fatiguée. Au bout d’un an, elle ne pourrait plus l’emporter. Il lui faut la guerre brusquée ; pour l’empêcher, il faut des alliés, la Russie.

Mercredi 10 mai 1939

  • 158 Durant tout le cabinet Daladier, l’ancien président du Conseil Camille Chautemps fut vice-président (...)

246Chautemps158. Sa nouvelle femme, dactylo qui se croit artiste, veut aller chanter en Allemagne pendant que madame Goebbels viendrait en Alsace. Colère de Daladier en apprenant l’histoire.

247P. Reynaud. Madame P. Reynaud se rend aux dîners des ambassadeurs où se trouvent son mari et la femme qu’il a prise à la place de son abandonnée. Il y a ainsi deux madame Reynaud au dîner des ambassadeurs.

  • 159 De fait, l’ambassadeur américain était très proche de Daladier, et le secrétaire général du Quai d’ (...)

248Daladier a été avisé que Bonnet et l’ambassadeur anglais à Paris n’ont pas transmis à [ill.] pour Chamberlain le texte exact des propositions de Daladier insistant pour l’acceptation des propositions soviétiques d’alliance. Bullitt se rapproche de Daladier contre Bonnet. Léger est avec Daladier contre Bonnet159.

Jeudi 11 mai 1939

  • 160 Député travailliste à plusieurs reprises, ministre des Transports de 1929 à 1931 et major du London (...)

249Halifax est catholique. Morrisson160, disciple de K. Hardie.

250Jouhaux, recevant le RUP dit : 1°) le RUP est utile pour reconstituer le Front populaire qui se disloque ; 2°) il est utile en raison de ses relations extérieures. Green y travaille avec nous et surtout pour nos liens avec l’Amérique, il est très important.

Vendredi 12 mai 1939

  • 161 Le ministre du Travail redoutait à juste titre la politique de blocage du président de la commissio (...)

251Pomaret : Le Gorgeu est un obstacle au projet de la retraite des vieux. Il faut être très modeste à cause de Caillaux et des Finances161.

Samedi 13 mai 1939

  • 162 Les 13 et 14 mai se tenait à Paris la Conférence internationale pour la défense de la démocratie et (...)
  • 163 La conférence était organisée sous l’égide du prix Nobel de la paix et de Paul Langevin (cf. BMP, b (...)

252Paix et liberté (groupe Barbusse)162. La démocratie ; pour la paix, la personne humaine, défense des petits pays. Conférence internationale ouvrière. Contre la IIe Internationale. Contre les gouvernements démocratiques, contre l’antisémitisme. Contre Munich, pour l’humanisme, contre le fascisme. Zyromski, Blum, Brikcheid sont contre. Dolivet aussi. Ferrero dit : pourquoi contre la guerre ? Il faut battre le fascisme par la guerre ; d’autres disent oui, mais sans les communistes. En Angleterre, N. Angell163 accepte des conservateurs anglais, Cripps, des libéraux. En Hollande, on accepte ; Belgique faible. Quatre Américains et madame Roosevelt. Langevin préside (Maison de la chimie).

Dimanche 14 mai 1939

253Conférence internationale. Intervention à 5 h.

Mardi 16 mai 1939

  • 164 Né en 1879, Charles Cachin, le frère de Marcel, avait été médecin colonial, s’installant à Paris ap (...)

254Mort de Charles164.

Jeudi 18 mai 1939

255BP. De 55 000 à Paris, nous sommes à 47 000. Nous sommes grignotés. La formule de l’édition de province est périmée. L’équilibre financier est menacé pour l’Huma. Dangon se plaint. Il vient d’acheter pour 6 millions de machines.

256Lancerf. Paimpol. Enterrement de Charles.

Vendredi 19 mai 1939

257Enterrement de Charles. Loguivy, Larcouest. Gitton, Gourdeaux, Lecorre, Clamamus.

Samedi 20 mai 1939

258Lancerf.

Dimanche 21 mai 1939

  • 165 Larmor était un village proche de Kermouster, où s’était constitué une organisation d’aide aux Espa (...)

259Larmor. Les Espagnols. Marianne Larivain165.

Lundi 22 mai 1939

260Lancerf-Paris.

Mardi 23 mai 1939

  • 166 Walter Citrine était, depuis 1926, secrétaire général des Trade Unions Congress, et, depuis 1928, p (...)

261Citrine : les Anglais sont décidés à Zurich à faire l’unité syndicale. Les Belges et les Suisses sont hostiles à l’URSS166.

  • 167 De fait, une rencontre à Genève dans le cadre de la SDN, les 22 et 23 mai, confirmait l’impression (...)
  • 168 D’après les prises des messageries, en mars 1939, l’Ordre tirait à 12 000 exemplaires et LlŒuvre à  (...)
  • 169 Daladier soutenait le montage de banques anglo-hollando-françaises visant à constituer un emprunt a (...)
  • 170 Le 1er mai, l’IC avait lancé un appel à l’IOS et à la FSI pour la convocation d’une conférence inte (...)

262Unité internationale. Gros tirage entre l’URSS et Chamberlain167. Aucune confiance en Chamberlain ; il signera comme Laval, sous la pression des masses. En Angleterre, on veut l’alliance avec l’URSS. Chamberlain reste munichois, entente avec le fascisme, Mussolini et Hitler. Il continue. L’Ordre, l’Époque gagnent. L’Œuvre aussi168. La majorité de Blum est affaiblie. Le petit bourgeois se raccroche à la planche pourrie. Le 15 mars, on craignait la guerre. Alors Munich se cache. Aujourd’hui, deux mois après, c’est déjà loin ; le petit bourgeois dit : nous avons échappé alors demain nous en sortirons aussi, ça se tassera ! Voilà pourquoi le petit bourgeois évolue. C’est parce que nous avons des difficultés en raison de ces oscillations. Il faut lutter contre Bonnet. Défendre l’Espagne et combattre l’emprunt à Franco car D. réclame l’emprunt169. Il faut l’attaquer. Ybarn.[egaray] dit : nous acceptons l’URSS alors vous cédez sur l’Espagne ! Montigny attaque l’Union soviétique, il faut attaquer Montigny poulain de Caillaux contre la retraite des vieux, et Montigny refuse l’alliance avec l’URSS et demande qu’on brise le PCF. Il faut une campagne spéciale pour les propositions de l’IC sur l’unité internationale avec les socialistes et les syndicats (FSI). Il faut allier les syndicats soviétiques à la FSI (affiliation)170.

Mercredi 24 mai 1939

263Commission de l’Armée. La commission désigne les délégués au contrôle sans attendre l’audition du ministre.

264Citrine a dit à la FSI : je veux soutenir l’adhésion des syndicats soviétiques ; il faut pousser à fond. L’Union des syndicats de la Seine, métaux, métallurgie, cheminots, avait opté pour l’unité. Il faut y revenir. Si le front de la paix empêche la guerre, qui peut assurer ce front ? D’abord l’unité ouvrière internationale, sinon la petite bourgeoisie oscillera encore ! Ou bien c’est la guerre. Alors qui peut travailler contre la tendance bourgeoise à écraser la classe ouvrière ? L’unité internationale. Chamberlain essaye de traiter avec le fascisme. Qui peut l’empêcher ? L’unité ouvrière internationale.

  • 171 Le congrès se tiendra en fait du 5 au 7 juillet.

265Maurice, cuirs et peaux. Congrès FSI à Zurich début juillet (3 au 7)171.

266Les jeunes. Fin juillet à Lille, congrès Internationale socialiste des jeunes. Les jeunesses espagnoles et anglaises socialistes sont unies avec les jeunesses communistes. Le Labour a chassé ses jeunes du parti. Le parti socialiste espagnol a dissous les jeunes socialistes unifiés. En Belgique, les jeunesses sont liées avec les communistes. Le POB a exclu dix dirigeants socialistes. Étudiants socialistes et communistes restent attachés à l’unité. Bon mouvement unitaire jeunes au Mexique, Lettonie, Bulgarie, Italie, Norvège.

Jeudi 25 mai 1939

267BP. RUP.

  • 172 L’arrêté de décisions du BP du 25 mai précisait : « 2. Combattre énergiquement Montigny, l’homme d’ (...)

268300 divisions germano-italiennes, 100 divisions françaises, 15 divisions anglaises. Montigny, Flandin, Lamoureux, hommes d’Hitler172.

269Le plafond militaire d’une nation est voisin d’une division par 500 000 habitants, à condition d’avoir des cadres, du matériel, et des approvisionnements importants.

Vendredi 26 mai 1939

27051, rue Monsieur-le-Prince, deuxième étage : comité Vaillant-Couturier.

Lundi 28 mai 1939

  • 173 La fête des Bretons émancipés se tient à la Courneuve, les 28 et 29 mai 1939. Cachin y prononce un (...)

271Les Bretons à La Courneuve173.

Mardi 30 mai 1939

  • 174 Éva était la veuve de Charles Cachin et donc la belle-sœur de Marcel, mais aussi une amie de Lili C (...)

272Villeneuve-sous-Danmartin (Éva)174.

  • 175 Du 27 au 30 mai se tenait le XXXVIe Congrès de la SFIO. Blum tenait à une motion de synthèse qui fu (...)

273Le congrès de Nantes a été le Biarritz des socialistes. Ils n’ont pas remis le pacte en question, mais ils peuvent venir au prochain congrès avec la rupture du pacte. Certains socialistes de base resteront dans nos groupements. Certains socialistes diront : les chefs auront-ils encore le droit d’écrire dans les journaux bourgeois et de banqueter avec les radicaux et Bonnet ? La résolution socialiste est contre Daladier et contre les décrets-lois. Alors faisons un appel à la CAP. Vous êtes pour l’unité d’action, pour notre pacte, alors examinons le travail en commun175.

27411 h, ministère du Travail. La commission de l’Hygiène a adopté unanimement le principe de la retraite des vieux. Elle a admis aussi qu’il soit voté avant le 1er juillet. 600 000 bénéficiaires. Pomaret : puisque les Finances ne veulent rien donner, prenons sur les fonds capitalisés par les assurances sociales et répartissons tout de suite à ceux qui n’ont jamais cotisé. C’est une spoliation, dit Reynaud. C’est donc le désaccord entre les ministres. Pomaret : je ferai la retraite aux vieux par un décret-loi avant le 15 août. Je suis d’accord avec Daladier. Nous voulons régler l’affaire sans y mêler Reynaud. L’entourage de Reynaud ne veut rien entendre, lorsqu’on parle de menacer la capitalisation. On ne peut parler de jumeler l’assistance à l’assurance. Car les Finances refusent quoi que ce soit à l’assistance. Il accepte de venir jeudi au Sénat pour la fixation de la date de l’interpellation. Il nous demande de la discrétion car le Sénat n’est pas communiste. Nous disons : nous ferons tout pour que la retraite soit votée en principe avant la fin de la session.

Mercredi 31 mai 1939

2752 h, Clamamus, Sénat, demander la date du mardi 6.

2763 h, commission de l’Armée, faiblesse du président.

  • 176 Alors qu’il avait été mis en minorité au sein de la CAP, qui, avant le congrès, avait rejeté le rap (...)

277Le congrès socialiste. L’anticommunisme. Défense de la paix à ; tout prix. Deux trotskistes dans la CAP, c’est-à-dire majorité à P. Faure176. Contenu du congrès : l’anticommunisme. Blum et ses partisans ont attaqué le communisme autant que P.F. Les contradictions s’aggravent dans le parti SFIO et le désarroi. Et la pression internationale du fascisme les aggravera. Et le gouvernement et sa politique intérieure obligeront les socialistes à se diviser. Blum a laissé le pouvoir à P.F. pour ne pas faire le front unique avec les communistes. Blum a été énergique dans la non-intervention ; mais il n’est jamais énergique lorsqu’il ne s’agit plus de la défense de la bourgeoisie. La bourgeoisie est obligée à l’accord avec l’URSS. Il y aura profit pour le communisme français. En France, nous ne sommes pas en Turquie ; il y a une classe ouvrière. Et la bourgeoisie veut empêcher ça. C’est pourquoi les socialistes anglais et français excluent Cripps et les communistes. La politique bourgeoise veut isoler le communisme. Et le parti SFIO l’aide. La SFIO dissimule les problèmes. Nous voulons la clarté.

278Blum a fait venir Schacht ; a fait la pause ; a fait la non-intervention ; a isolé les communistes. Chaque équipe SFIO est avec une équipe de la bourgeoisie. Munichois et anticommunistes. Les ouvriers socialistes seront satisfaits car ils aiment leur parti. Ils veulent l’unité.

Juin

Jeudi 1er juin 1939

  • 177 Siss était le petit nom de Marcelle Hertzog. Sa thèse porta sur : « Postural drainage des affection (...)

279Faculté de médecine : la thèse de Siss177. Le serment d’Hippocrate.

  • 178 La situation du quotidien communiste fut l’objet du BP réuni le 1er juin. La très longue discussion (...)

280BP. (Humanité)178. Vente à Paris rapporte à l’Huma ; en banlieue, on équilibre ; en province, on vend. Décembre 1937, 452 000 ; octobre 1938, 391 000 ; juin 1939, 350 000. Perte : 100 000. Depuis le 30 novembre et les décrets-lois, baisse ininterrompue de 65 000 lecteurs et 8 000 abonnés sur 41 000 en 1937 ; nous avons 33 000 abonnés. À Paris : 59 000 en novembre 1938 ; 46 000 en juin 1939 (22 % de baisse générale). En banlieue, baisse moins sensible qu’à Paris. En province, la vente se maintient surtout dans les centres paysans. 85 000 en province.

2811939, montée de l’Œuvre à Paris : 15 000 lecteurs de plus que nous. Populaire, 14 000 à Paris ; Petit Parisien, baisse énorme : 155 000 prise ; Matin, Journal, baisse énorme, 75 000 prise ; Jour, baisse énorme : 36 000 prise. Stabilité Petit Journal, 35 000, Figaro monte. Époque, 15 000 prise.

28212 centimes en 1931, prix de revient du journal ; 21 centimes en 1939. Il faut augmenter la vente à Paris et l’abonnement. La presse provinciale diminue, la presse parisienne sauf l’Huma et Paris Soir, 1 600 000. Petite Gironde, 300 000 ; Provençal, 170 000 ; Écho du Nord, 300 000. Grand trust Paris Soir qui absorbe le Petit Parisien a donné aux M.P. 30 millions. Marie-Claire, 800 000 ; Match, 600 000. Il va acheter l’Auto. Il veut être le seul journal parisien en province. Édition parisienne de l’Huma : 57 % du tirage, puis édition départementale de l’après-midi : 21 %, de 5 h du soir : 22 %. Dimanche, 170 000 édition départementale de l’après-midi au lieu de 70 000 chaque jour.

Vendredi 2 juin 1939

  • 179 Il s’agit bien du chiffre de cartes placées, ce qui, selon Gitton, secrétaire à l’organisation, cor (...)
  • 180 Par référence à « l’affaire Barbé-Célor » et à la reprise en main sous la houlette de Maurice Thore (...)

283En juin 1939 : 270 000 membres du PC179 ; 3,5 millions à la CGT. C’ est en 1931 qu’on a rectifié le parti communiste français180.[Passage biffé].

Dimanche 4 juin 1939

  • 181 Meeting en plein air, au cours duquel Cachin prit la parole.

28410 h 15, Villeneuve-le-Roi181. Maire, Bonneval. 17 000 habitants à Villeneuve, 6 000 Bretons.

Mardi 6 juin 1939

  • 182 Il n’y a pas trace d’une telle délégation à Moscou. Sans doute s’agit-il d’un projet, associant un (...)

285RUP : une délégation française et internationale, trois membres à Moscou, dont Baker, un Américain ; un Français, Cot182. Un meeting à Paris sur l’URSS et le pacte. La CGT a donné 25 000 F au RUP. Appui du PC pour la journée du 2 juillet. Que pensent les Russes de la réunion mondiale en Amérique avec Schvernik ?

  • 183 Député de 1928 à 1932, Salomon Grumbach l’était à nouveau en 1936, mais se retrouvait alors vice-pr (...)

286Grumbach183 : « N’insistez pas près de nous avant deux ou trois mois pour des réunions communes. Nantes est trop frais, et l’opposition au communisme venait de la base. »

Mercredi 7 juin 1939

287Luc, directeur enseignement technique sur Paimpol.

  • 184 Le président de la commission, réunie effectivement le 7 juin, précise qu’il a remis, cinq jour plu (...)

288Commission de l’Armée184. Daladier viendra le 15 ou 16 juin. Chaque membre de la commission aura une carte. Il s’agit non d’une enquête, mais d’une information. Il faut aviser le ministre quarante-huit heures à l’avance. Les services de l’artillerie écartent toutes les inventions (Brandt).

289Haut commandement français. Haut commandement de la coalition. La ligne Siegfried. En admettant que la guerre se déroule en Hollande et en Belgique, que fera la ligne Maginot pendant ce temps ? En ce moment, Hitler n’a que 22 divisions qui circulent à travers l’Allemagne. Nous, nous avons un million d’hommes sous les drapeaux, on applique une espèce de loi de trois ans. Il faut avoir 10 divisions ou 12 comme celles d’Allemagne et libérer le reste.

Jeudi 8 juin 1939

  • 185 Au Comité central de mai, il avait été décidé de mettre sur pied une commission chargé d’écrire l’h (...)
  • 186 Hubert Rouger (1875-1958) est député SFIO du Gard depuis 1919 (avec une interruption de 1919 à 1924 (...)

290Commission Histoire, PCF, 120, rue Lafayette, 14 h185. Pour le vingtième anniversaire du PCF, 1940. Les deux tiers du PC sont entrés en 1936. Vu Bernard. J’aurai Rouger à Nîmes186.

Samedi 10 juin 1939

  • 187 La conférence se tint les 10 et 11 juin à la Maison de la chimie avec la participation de Madeleine (...)

291Conférence nationale d’aide aux réfugiés espagnols187.

Dimanche 11 juin 1939

  • 188 Le 11 juin, Cachin participa à une fête champêtre du PCF à Choisy, qu’il présida, à la fête de l’un (...)

292Orly. Ivry, Bretons émancipés. Course cycliste Huma188.

Lundi 12 juin 1939

  • 189 Tribune libre de Joseph-Barthélemy parue en première page du Temps, le 12 juin (daté du 13), sous l (...)

293J. Barthélemy au Temps189 : « Si par exemple après une guerre victorieuse pour la France, l’Angleterre et la Russie, le totalitarisme de la Moskova s’installait au bord de la Spree et du Tibre, l’avantage serait plus que mince. » Voilà l’avis du Temps et des Débats, c’est-à-dire des trusts et du Comité des forges.

  • 190 Le long article quotidien de Maurras dans l’Action française du 12 juin 1939 a pour premier titre d (...)

294Maurras contre Prouvost. Maurras : « La Russie reste liée à l’Allemagne »190. Daladier a interdit les livraisons à l’Allemagne du minerai de fer français. Mais les marchands de minerai, de canons ne sont pas contents. Ils font et payent la campagne pacifiste et défaitiste qui reprend dans le pays.

Mardi 13 juin 1939

  • 191 Charles Cachin, le fils de Marcel, était marié avec Ginette Signac, la fille du peintre.

295Cinquième anniversaire du mariage de Charles191.

296Marseille 23 000 hectares, Toulouse 11 820, Paris 10 402, Strasbourg 7 831, Nantes 6 442, Lille 2 069,

Mercredi 14 juin 1939

297Visite au sous-directeur de l’enseignement technique pour Paimpol : Ragey.

298Sauf urgence, la commission de l’Armée se réunira pendant les vacances les derniers mercredis du mois à 3 h. Sous-commission des fabrications et inventions. Visite des usines de fabrication en septembre.

  • 192 Dorgères animait un mouvement paysan, en perte de vitesse cependant (les « chemises vertes »), mais (...)

299Fascisme en France : un seul parti subsiste, PSF et Dorgères192. De la Rocque a été officier de renseignement, d’espionnage. Il faut faire une statistique région par région. Le PSF est très actif. Laroque visite souvent ses cadres. Par la loi du 10 janvier 1936, les Croix de feu sont dissoutes et le PSF fut approuvé par le gouvernement Blum-Salengro comme l’a dit Ybarnegaray à la Chambre. Groupes de rues, de maisons. Laroque a été condamné pour reconstitution de ligue dissoute. Détournement d’un million de la fête Berlitz en mai 1936. D’anciens membres Croix de feu ont protesté. Équipes volantes de propagande ; chefs militarisés maîtres de la politique du mouvement ; dans un congrès votent les membres des sections, les élus : 10 voix ; les représentants des sections : une voix pour 100 membres ; les présidents des fédérations départementales choisis par Laroque. Les adhérents sont minorisés toujours par une caste de dirigeants. Syndics de maisons. Le PSF s’occupe de la défense passive. C’est un parti de réaction, organisé d’abord avec la police. Travail, famille, patrie. Droit au travail. La profession organisée dans chaque région sous le contrôle de l’État. Jardins ouvriers ; ouvriers fidèles, participation aux bénéfices, droit de remontrance, droit de regard des ouvriers, coopération de classe ; petits propriétaires, coopératives, revalorisation contre les patrons rétrogrades, contre les partis de réaction, contre les vieux routiniers.

Jeudi 15 juin 1939

  • 193 Dans l’arrêté de décisions du BP du 1er juin, il était déjà indiqué pour l’Humanité, en 9e point, « (...)

300BP193. (Petit Journal 180 000). Munichois-Coblentz. Rupture du pacte franco-soviétique. Nous sommes avec Franco. PSF défend la famille, législation nouvelle, la femme au foyer grâce à un sur salaire familial. Un État indépendant du capital, des partis. Institutions rajeunies, renforcer le président de la République, pouvoirs de la Chambre diminués. Statut des fonctionnaires : pas de grève, droit de remontrance. Nous voulons le pouvoir par la force si les partis de révolution veulent obtenir le pouvoir (ils ont échoué). Syndicats professionnels ; contre le stalinisme ; il y a des patrons qui ne veulent pas les syndicats professionnels, mais indépendants et autonomes. Les arguments des PSF sont ceux de Dumoulin. Il y a congrès patronal PSF (petits patrons). Contre l’office du blé, contre la propriété culturale ; les prix rémunérateurs ne peuvent être assurés que par la profession ; pas de retraite pour les paysans. Ils ont voté les pleins pouvoirs et les décrets-lois. Liquider le chômage en incorporant le chômage dans l’armée. Parti à la solde du capital. Le Petit Journal, octobre 1937. Auxiliaires sociales pour chaque maison ouvrière. Enfants. Charité, philanthropie.

  • 194 Plusieurs fois ministre, président de la Fédération républicaine, Louis Marin était le concurrent d (...)

301La défense passive (Mlle de Préval). Volontaires de la défense passive. Chefs d’îlots, de secteurs, la préfecture et les maires les désignent parmi les PSF. PSF contre Marin194. La défense passive de Laroque, c’est la préparation à la guerre civile. Il faut dissoudre le PSF. Il est une organisation de combat. Ils ont utilisés les femmes excellemment. Ils sont dans l’armée, aviation, marine où il n’y a plus que des engagés. Cadres du PSF dans le Nord : employés de bureaux, contremaîtres de mines et d’usines, fils de cultivateurs riches. Insigne : tête de mort. Ils ont vaincu Doriot.

Vendredi 16 juin 1939

  • 195 Fernand Grenier était secrétaire national des Amis de l’URSS depuis juin 1935. Il s’agit du carrefo (...)
  • 196 Comme prévu, Daladier était entendu par la commission de l’Armée du Sénat, le 16 juin. Il parla, en (...)

302Amis de l’URSS, Choisy-Pompadour. Grenier195, Cadenet. 10 h 30, commission Armée, Daladier196. Les avions font 850 km/h ; ils en feront 1 000.

  • 197 Daladier dit précisément : « Il faut donc que nous ayons une collaboration de toutes les forces qui (...)

303Daladier, commission Armée du Sénat : « L’agresseur, c’est celui qui entre armé dans un pays, même si ce pays le laisse entrer. Nous enverrons Georges à Moscou. Nous avons le devoir de nous assurer tous les concours. Nous prenons le concours soviétique non dans l’esprit turc de combattre les communistes de l’intérieur de la France car ils se battront bien ! »197. On travaille en moyenne quarante-huit heures dans les mines ; on va à soixante heures pour les usines d’aviation ; et à la chaîne ! C’est très épuisant. Nous avons décentralisé 400 usines en province. DCA, 4 000 obus à la minute pour Paris. Une attaque brusquée est possible. La situation s’aggrave. Italiens ont 1 600 000 hommes mobilisés ; les Allemands 1 500 000, plus les paramilitaires. Nous : 900 000. Depuis 1934, ils préparent la guerre. Roosevelt est avec nous, mais le Sénat peut voter la neutralité. L’armée anglaise est déjà insérée à l’armée française. Les Anglais nous envoient des 94 pour la DCA. Les positions des Anglais sont déjà fixées en France. En 1939, la France donnera 53 milliards à la défense nationale. Les alliés démocratiques ont la moitié de l’or ; s’ils s’unissaient pour stocker les matières premières, il n’en resterait plus pour les agresseurs. La puissance des lignes Siegfried et Maginot exige que les manœuvres se fassent ailleurs, en Belgique et en Hollande.

Samedi 17 juin 1939

3046 h, Mlle Plekhanov à l’Huma.

Dimanche 18 juin 1939

  • 198 La municipalité communiste de Saint-Cyr, dans la banlieue parisienne, organisait le 6e pardon breto (...)

305Bretons de Saint-Cyr, midi à la mairie198. Langlais maire. CDH Mutualité.

Lundi 19 juin 1939

306(Le dernier mercredi de chaque mois : commission de l’Armée).

307RUP, Panier : je suis de l’exécutif élargi du RUP. Jeudi 29 juin à l’Opéra. La Révolution française. 100 PC, 250 syndicats. Depuis dix-huit mois pas un meeting à Paris. Le RUP demande 1 000 F par mois au PC. À l’Opéra, Herriot. Quatre étrangers.

Mardi 20 juin 1939

308Del Vayo de retour d’Amérique. À Paris, aujourd’hui, arrivée de dix-sept voyageurs américains qui ont traversé l’Atlantique en quarante-neuf heures en avion. Il fallait quarante-neuf jours du temps de Lafayette. À Paris : Gallimard. Le scandale de la vérité (Bernanos).

  • 199 Outre la réémigration, le gouvernement français offrait alors trois possibilités aux réfugiés espag (...)
  • 200 Après la tenue, le 10 juin, d’une conférence nationale sur l’aide aux réfugiés espagnols, il était (...)

309Espagne. Pour la suppression des camps de concentration. Entrée des réfugiés dans la production. Faut-il envisager la rentrée en Espagne ? Non pour le moment ! Terreur en Espagne ! Répartition des volontaires dans les pays démocratiques. Les volontaires sont un capital politique pour l’IC. Engagement dans la Légion étrangère ? Non ! Car la classe ouvrière n’a pas de contrôle dans la Légion199. Que sont devenus tous les engagés qui sont déjà partis ? Préparation des 13 et 14 juillet200. C’est une question des pays démocratiques. Il faut le 13 et 14, Herriot, Mme Roosevelt, Lloyd George. Il y a un ralentissement dans la défense des réfugiés espagnols. Ce n’est pas fini en Espagne. La question difficile pour Moscou pour recevoir les Espagnols, c’est le logement. Beaucoup de Russes ont donné leurs maisons de repos aux Espagnols. Hernandez a critiqué les communistes français.

Mercredi 21 juin 1939

31050 000 jeunes communistes en France. (Il reste en France 310 000 Espagnols, la plupart sont paysans arriérés).

  • 201 Depuis le congrès d’Arles, en 1937, Raymond Bossus était membre de la Commission centrale de contrô (...)
  • 202 La diffusion de l’histoire du pc(b) US était un des objectifs majeurs de la propagande du Parti au (...)

311Bossus à Moscou201. 1°) aide à l’Espagne. Question politique la plus importante. 2°) diffusion de l’Histoire du parti bolchevique202. A l’IC, on va juger les partis à leur vente de l’Histoire. La diffusion chez les socialistes, les radicaux, les syndicats. C’est un capital vivant. 3°) la question paysanne. 4°) fascisme. PSF. C’est PSF le fascisme français. Il faut étudier le PSF à fond.

312Ou la classe ouvrière s’unifie par l’action et alors succès. Ou non, alors danger fasciste ! Les [sic] IC pensent qu’il y aura scission dans le parti socialiste ; nous n’en avons pas peur. S’unir avec la partie saine du PS. Il faut aider à la différenciation dans le PS. Ne pas rester sur la défensive ; fermeté. Les chefs socialistes réactionnaires, Brunet ; les hommes de carrière ; les froussards politiques (pas de risque !). Il faut une campagne concrète sur l’unité : l’unité se gagne par la lutte en éclaircissant les idées. Il faut que l’Huma soit pourvue des meilleurs dans sa rédaction. Elle est le tract quotidien. Elle est la liaison entre tous les travailleurs français. Il faut plus de liaison française avec les Belges, Anglais, etc. Une émigration qui n’est pas assimilée se décompose (Marx en 1849) et tombe aux mains de la police.

Jeudi 22 juin 1939

313BP.

Vendredi 23 juin 1939

3144 h 30, groupe communiste Chambre avec H. Reynaud.

Dimanche 25 juin 1939

  • 203 Le Comité central du PCF était à l’origine d’une grande fête commémorative du 150e anniversaire de (...)

315Buffalo. La Révolution française203.

Lundi 26 juin 1939

316L’Allemagne perd son or. De 1930 à 1937 : elle organise son exportation par troc, elle conquiert les marchés européens de 4,25 milliards d’exportations en 1935 à 6 milliards en 1937, elle peut armer avec les devises et les matières premières acquises, elle vend meilleur marché que l’Angleterre.

317L’Angleterre. Déficit de la balance : 276 000 livres en 1935, 432 000 en 1937. De 57 millions de tonnes de charbon vendues, elle tombe à 35. En 1938, 50 % de cotonnades vendues sur 1929. De 800 000 mètres, elle tombe à 300 000. Aux Indes, le Japon vend plus que l’Angleterre. La marine marchande, en 1937, est obligée de demander 8 millions de livres de subvention.

Mardi 27 juin 1939

  • 204 La session parlementaire se terminait sur le vote par la Chambre d’une réforme électorale (proporti (...)

318Fin de la session204. « Les Allemands peuvent entrer demain à Dantzig » (Daladier). Aujourd’hui le franc vaut 7,5 centimes, soit treize fois moins qu’avant guerre.

Mercredi 28 juin 1939

319Midi, André Marty. Luc : l’affaire de l’atelier-école est réglée. Luc : à Bucarest on chante la Marseillaise. Altercation des Roumains et de Ley. Les Italiens à Bucarest chantent la Marseillaise. Le peuple est pour la France. Le roi aussi ! Les Allemands les traitent de haut. Mais il faut les aider. Ils n’ont pas de routes, et les femmes marchent à pied dans les rues et à la campagne.

Jeudi 29 juin 1939

  • 205 Dans le cadre des célébrations de la Révolution française, le RUP organisait à l’Opéra un grand gal (...)

320Opéra : la Révolution française205.

Vendredi 30 juin 1939

321L’Europe chaudron de sorciers (aux États-Unis).

Juillet

Samedi 1er juillet 1939

  • 206 Conseiller municipal et député socialiste de Paris, Jean Colly avait suivi les majoritaires au Cong (...)

322Colly, métro Martin, Nadaud, 16 h 25206.

Lundi 3 juillet 1939

  • 207 Il doit s’agir d’Eugène Fried.
  • 208 Les conversations entre la FSI et les syndicats soviétiques s’étaient officiellement engagées à la (...)

323La FSI à Zurich. Clément207, Choisy. À Zurich : neuf millions pour l’adhésion des syndicats soviétiques, six millions contre208.

Mardi 4 juillet 1939

  • 209 Né en 1878, Pierre Clouchard avait rejoint la SFIO en 1904, puis la SFIC. Il était secrétaire de la (...)

324Départ pour Bordeaux. Clouchard209 tissus, Cadillac. Cadillac, 34 km de Bordeaux, 3 085 habitants, asile d’aliénés.

Jeudi 6 juillet 1939

325Marcelle à Bordeaux, 21 h 48.

326Al. Lavigne vient à Cadillac : « J’ai quarante caisses de documents. Je les ai promis à Bracke et à J.R.! » Il avait d’abord dit : « Je n’ai plus rien d’intéressant. »

327Marié à Madeleine Rébersat. Al. Lavigne : « Pourquoi ne vous êtes vous pas marié avec ma sœur ? Vous auriez eu une situation matérielle immédiate. »

  • 210 Secrétaire fédéral du POF en Gironde, Raymond Lavigne avait quitté ses responsabilités, puis le POF (...)

328Lavigne en 1902 s’est retiré parce que G.[uesde] et vous aviez blâmé son action avec les réactionnaires. Lavigne s’est occupé de toutes les fédérations françaises. Sa correspondance est nationale et internationale. Il était venu au socialisme après une réunion de Guesde en 1881. Charriot et Bernadet étaient avant lui guesdistes. Ferrit, maire du Bouscat. (août 1896, Liebknecht à Lille et à Londres). Dufouy Tabanac par Langoiron. Urbain Savignac, congrès de Saint-Médard en 1898. Congrès de Langon en 1898 après Montluçon, on parle de ressusciter la question soc. On édite le Socialiste, je suis rédacteur en chef. Il disparaît en octobre 1900 à la scission. Fellonneau, allumettes. (Jaurès en 1900 : j’écraserai le POF)210. Laporte, adjoint au maire d’Anglet, 2 000 ouvriers d’aviation. Barbé en prison. Lende, La Tresne, Constans, Pujols.

Vendredi 7 juillet 1939

  • 211 Paul Hertzog, son gendre, et Marcelle, sa fille, membres de la Centrale sanitaire internationale, é (...)

329Marcelle sera à Pauillac vendredi. Agence Lamarthonie, courtier maritime Ferrière. Écrire Pauillac, poste restante, Paul H.211.

330Syndicats de Bordeaux. 50 000 adhérents. Sur 35 membres de la direction de l’Union départementale, un communiste. Dockers, secrétaire Martinez ; tonneliers, Crispel. 8 000 cheminots, secrétaire communiste ; métallurgistes, secrétaire Leray, communiste ; 1 000 bâtiment, secrétaire communiste, Chassagne ; produits chimiques, secrétaire communiste ; chaussures, secrétaire communiste. Les communistes de Bordeaux négligent la propagande à la campagne. Chassaing. William. Labrousse, aviation. Pailly, port autonome. Froment, textile. Leray. Chassagne. Laporte, sculpteur. Rochereau, jeunesses. Labrousse.

Samedi 8 juillet 1939

  • 212 Le Service d’évacuation des réfugiés espagnols (SERE) avait été créé par le gouvernement Negrin. Du (...)

331Pauillac. [ill.]. Winnipeg. SER [sic] (Duroc) = Service d’évacuation des républicains212.

Dimanche 9 juillet 1939

  • 213 Cachin présidait la fête du PCF au vélodrome du Jard, à Mérignac. l’Humanité annonce la présence de (...)

332Bordeaux. Mérignac. Jard213. 150e anniversaire de la Révolution française. 50e anniversaire de la vie politique M.C. Que fait le PSF ? Yzante, Pichon, Chassaing. À Bordeaux en octobre 1933 la Gironde Populaire. Peyrot, 7, avenue des Cèdres, Bordeaux. Bx 878 41, téléphone de Chassaing. Madame Dumonteil au RUP, radicale, institutrice.

Lundi 10 juillet 1939

333Bordeaux-Paris.

Mardi 11 juillet 1939

33417 h, RUP, assemblée générale.

  • 214 On annonçait l’arrestation pour espionnage d’un journaliste du Matin, Poirier, et d’un autre du Tem (...)
  • 215 Robert Marchadier (1911-1977) était depuis 1936 secrétaire du syndicat CGT de l’usine Michelin, à C (...)

335France et Angleterre à la croisée des chemins. Sabotage de l’accord franco-soviétique. Ils veulent avant tout s’unir contre l’Union soviétique. Dans l’Huma le ton est mauvais. Il faut un ton tranquille. Pas de phrases, des faits ! Les socialistes mettent sur le même pied les Soviétiques et Chamberlain-Daladier. L’URSS négocie, même avec Hitler. Mais la discussion n’est pas la capitulation, ni l’agression. Ils ne sont pas maîtres de leur politique. Arrestation de deux journalistes (Brunet)214. Toute la presse se déchaîne contre nous. Il faut répondre à tout avec un ton qui nous attire les ouvriers, le peuple, le petit bourgeois. Pas de fulmination ; pas d’épithète ! Marchadier sort de prison215. Les fascistes hitlériens y entrent.

  • 216 La manifestation du 14 juillet 1939, que le PCF se retrouvait seul à organiser, n’avait guère à voi (...)

336Le gouvernement ne voulait pas de 14 juillet. Ils savent que ce sera une journée communiste. Les socialistes et radicaux seront absents. Ce sera un coup dur pour eux. Ils seront submergés par l’unité. Les Droits de l’homme n’y seront pas. Sarraut autorise la manifestation. Il a dit : ne faites pas signer à Daladier le serment de 1935216.

Vendredi 14 juillet 1939

  • 217 Cachin et Thorez inauguraient à Vitry l’école primaire de filles et trois nouvelles dénominations d (...)

33710 h, école de filles Lakanal, rue du Chevalier-de-la-Barre. Robespierre217. Concert : comment résister à l’offre de 50 000 F par mois ? Le SERE, service d’évacuation des réfugiés espagnols.

Samedi 15 juillet 1939

  • 218 Les 15 et 16 juillet se tint, à Paris, la conférence internationale d’aide aux réfugiés espagnols a (...)

338Comité international de coordination. Conférence internationale d’aide aux réfugiés espagnols218. Professeur Cotton, Académie des sciences. De Brouckère me dit : peut-être sous le poids des préparatifs écrasants, les dictateurs vont tomber ; c’est possible sans guerre. Surtout en Italie où le roi pourra remplacer Mussolini. Basch : lisez la Fausse Paix par Amstrong, chez Jouve (rue Racine).

  • 219 Très rapidement, après l’entrée massive d’Espagnols en France, en février 1939, le gouvernement fra (...)
  • 220 Pour célébrer le 14 juillet, les interbrigadistes internés à Gurs ont réalisé des statues de glaise

339On a envoyé au camp de Gurs219 pour le 14 juillet des ouvrages sur le 14 juillet. La police les a brûlés ! Il faut dans les camps un Français de base, un Anglais de base. Les sculpteurs des camps n’ont pas de matières premières. Ils font des statues en savon220. Pour apprendre le français, l’Alliance française a 300 000 clients inattendus. Dans les camps on a fait des organisations culturelles et écoles. Réfugiés : 1 500 instituteurs, 300 étudiants. En tout 4 600. Statue de Neptune à Madrid. Donnez-moi à manger ou enlevez ma fourchette.

Dimanche 16 juillet 1939

340Conférence internationale, 10 h. Choisy, 2 h. Lord Faringdon. Cristina, comtesse of Huntingdon (Robin Hood), 45, Wellington Road, Saint-John-Wood, 4W8. Primrose 1066. Robin Hood, héros légendaire anglais, chef d’outlaws (Ivanhoé Walter Scott). Tout homme qui a de l’argent est-il un capitaliste ? Non. Il faut qu’il profite de la plus-value.

Lundi 17 juillet 1939

341Paris-Lancerf. J. Nicolétis, ingénieur des poudres, 18, rue de la Liberté, Chevilly-la-Rue.

342Dialectique. Tout est compliqué, le réel est mobile. Il faut conserver les détails des circonstances. Dans l’action, il faut de la souplesse et même de la contradiction si les circonstances changent, car la réalité elle-même se meut à travers des antagonismes et des contradictions. Tout est un processus ininterrompu du transitoire. Toute simplification est arbitraire. Une théorie est approximative. Il n’y a pas de concept statique juste. Tout est en mouvement. La matière se modifie constamment. Toute matière vivante est en mouvement. La réalité procède par des antagonismes de force, c’est-à-dire dialectiquement. Les changements quantitatifs deviennent qualitatifs. Les variations sont insensibles jusqu’à la crise, jusqu’à la mutation brusque.

Lundi 24 juillet 1939

343Visite à Paimpol. Visite à l’école d’hydrographie. Corret-Marion.

Mardi 25 juillet 1939

344Lancerf-Paris.

Mercredi 26 juillet 1939

  • 221 Voly était un sculpteur venu faire le buste de Marcel Cachin à l’Humanité.

345Voly, buste en granit221.

  • 222 Pendant les vacances parlementaires, la commission de l’Armée du Sénat avait décidé de se réunir le (...)

346Commission de l’Armée222. L’évacuation rapide des blessés sur le champ de bataille est une nécessité pour empêcher la démoralisation de l’armée et assurer la récupération des blessés. Or, aujourd’hui, il n’y a dans toute l’armée française que 1 100 voitures d’évacuation alors qu’en 1918 il y en avait 5 000. C’est l’artillerie qui réalise les commandes en voitures du service de santé.

347Il faut des munitions, des munitions ! Il y a beaucoup de pièces, mais la consommation de munitions sera énorme. La DCA de Paris tirera 4 000 coups par minute. Il y a pour 60 milliards de munitions de 75, mais pour l’artillerie lourde très peu. Le canon de 75 porte à 4,5 km. Le canon de 75 long à 7,5 km. Pour défendre Paris, DCA : 65 batteries, dont 15 de 75 long et 4 de 90. La Guerre n’a pas voulu copier la Marine pour son canon de 90 et on a perdu dix-huit mois ; les premiers 90 sortiront en novembre. Les Anglais ont le 94. Il faut une politique du cheval car la motorisation a ses limites. Or il n’y a plus de chevaux que chez les agriculteurs, et en cas de guerre la réquisition rendrait la culture impossible.

Jeudi 27 juillet 1939

  • 223 Secrétaire-général de l’Humanité, Lucien Sampaix passait devant la 12e Chambre pour divulgation de (...)

3482 h, buste en granit. Jean Mozuet, 8, villa des Camélias au fond de la rue des Arbustes. BP, affaire Sampaix223.

  • 224 Poirier était ce journaliste arrêté pour espionnage une quinzaine de jours plus tôt. Le 15 juillet (...)

349Le réseau d’espionnage est très étendu en France. On a dit à Daladier : pas plus loin. Mort de Poirier opportune224. Colonel Henry. Diversion anticommuniste. Gringoire : il faut dissoudre le PC. Certains amis du gouvernement sont dans une position délicate. P. Faure aide le gouvernement à nous isoler. (Exercice du pouvoir et conquête du pouvoir : Blum. Les socialistes veulent laisser Daladier au pouvoir). Il y a un renouveau dans la classe ouvrière et même parmi les classes moyennes. Le gouvernement va abaisser le prix du blé ; il est fidèle à la déflation. La CGT marche bien dans l’affaire Sampaix. Il ne faut pas étouffer la protestation pour l’Huma. Or, le gouvernement dit : huis-clos, d’où silence ! Nous voulons servir la nation.

Vendredi 28 juillet 1939

  • 225 La cour argua que les faits indiqués par Sampaix dans son article du 18 juillet, étaient déjà connu (...)

350Acquittement Sampaix225.

351On croit avoir trouvé du pétrole dans le quadrilatère : Mirande (Gers), Lannemezan, Montesquieu-Avantès, Le Fossat (Ariège).

Samedi 29 juillet 1939

352Paris-Lancerf. Jean Mazuet. « La fragilité des prévisions humaines ».

Dimanche 30 juillet 1939

353Un prolétariat éveillé et attentif. Belle et douce émotion. La Révolution aspire à rénover toute chose. La Révolution a renouvelé les institutions de l’univers. Elle a laissé une doctrine et un esprit. Elle est née d’un besoin d’égalité irrésistible, inexorable. La démocratie, c’est l’égalité des droits. Depuis, selon Royer-Collard, le torrent de la démocratie coule à pleins bords. Les révolutions ont montré ce mépris de la mort qui annonce une résolution inébranlable. Robespierre fut sourd aux séductions comme aux menaces.

Août

Jeudi 3 août 1939

354Paimpol, visite à Bonniec pour remettre le papier de Plouézec. Biniou, cornemuse. Travail de bois supérieur. En Bretagne, on travaille du granit. Le granit, force rude.

Vendredi 4 août 1939

355Saint-Pol-de-Léon, Roscoff. Les clochers du Léon. Kreisker, XVe siècle, prototype des clochers à jour. Soixante-neuf stalles. Notre-Dame du Folgoèt, jubé de granit. Camaret. Le Sillon. Fontaine Salaün. Architecture bretonne à partir du XVe. Elle produit pendant deux cents ans ; type : Renaissance bretonne avec gothique flamboyant. Il y a aussi du roman en Bretagne : nef et porche de Pont-Croix. Plougastel : calvaire, cent quatre-vingt-cinq statues de granit bleu de Kysanten, 1602.

356Visite du cantonnier-chef de Paimpol. Pourquoi les cantonniers départementaux n’ont-ils pas l’indemnité de 100 F par mois accordée aux cantonniers de l’État ?

Samedi 5 août 1939

357Le Raz. Bretagne et sa lande dorée. La vieille péninsule où l’on a tant souffert. Le ciel à la lumière changeante ; des coins de rivage méditerranéens.

358Y. Boudée me dit que les syndicats de marins de Dieppe et Rouen ont augmenté leurs effectifs. A Camaret, quai Gustave-Toudouze. À Audierne, maisons blanches. Côtes-du-Nord : instituteurs : Garivet, Lagnier, Maria Le Maux, Voisin. Saints bretons : Guénolé, Brieux, Ronan, Tugudal, Méen, Melaine.

Dimanche 6 août 1939

359Fête de la Bretagne, Pont-l’Abbé. Guingamp, capitale du Goèls. Bréhat, l’île rose et Penmarc’h. Âpreté, douceur, désolation de l’arrière. Costumes éblouissants : coiffes hautes, gilets brodés, collerettes.

360Aller : Saint-Pol-de-Léon, Kreisker, Le Falgouet près Lesneven, Camaret, Le Raz, Pont-Croix, Audierne, Pont-l’Abbé. Retour : Pleyben, Braspars, Huelgoat, Guingamp, Lancerf. Rospars, de Concarneau, ville close, 37. Bauzec, maire : Serre. Moalic. À Fouesnan, dans la propriété d’un hobereau, La Rocque fait une réunion avec le consensus des plus importants groupes celtiques au bénéfice des œuvres d’entraide. Rabardel, professeur de grammaire au lycée de Brest, rédige le journal syndical des ouvriers de la CGT du Finistère.

Lundi 7 août 1939

361De Pont-l’Abbé à Lancerf. « J’en ai pris une petite pour pouvoir la gouverner. Mais j’ai dû y renoncer ». Germaine Jean, 126, boulevard Magenta (1er octobre).

Mardi 8 août 1939

362Lancerf.

Mercredi 9 août 1939

363Lancerf, Traou Nez.

Jeudi 10 août 1939

  • 226 Éva avait été invitée, avec sa mère, à passer à Lancerf le premier été depuis le décès de son mari.

364Éva quitte Lancerf avec sa mère226.

Vendredi 11 août 1939

365Georges Dumas, le Problème des émotions. Psychologie expérimentale. Il rejette les théories finalistes de Spencer qui voit dans les émotions des procédés employés par la nature pour protéger l’espèce. Dumas est mécaniste comme Descartes. Le sourire : le sourire est le sourire en vertu de la loi du moindre effort. En présence d’une excitation modérée, il réalise la contraction du visage la plus facile à réaliser. Descartes aussi avait fondé sa psychologie sur la physiologie. Le sourire est un léger déclic musculaire. Il étudie la mimique, langage conventionnel. Il étudie le masque professionnel. Il fait un traité de psychologie. Il plonge dans le sous-sol des réalités de centaines et de centaines de radicelles extrêmement vibratiles. Il est en contact avec la science, austère et brutale. Assez de finesse et de fantaisies psychologiques. Il est agnostique et libre-penseur.

Samedi 12 août 1939

366Arrivée de Charles. Le Honolulu est embarqué [ill.] Quiberon.

Dimanche 13 au lundi 21 août 1939

367Lancerf.

Mardi 22 août 1939

  • 227 Ribbentrop, ministre des Affaires étrangères du Reich, arrivait à Moscou pour signer, le lendemain, (...)

368Ribbentrop à Moscou227.

Mercredi 23 août 1939

  • 228 Né en 1908 dans les Côtes-du-Nord, Marcel Hamon avait adhéré au PCF en janvier 1934. Candidat aux l (...)

369Lancerf. Visite de Marcel Hamon228 de Plufur, professeur de philosophie au lycée de Pontivy ; a créé 15 cellules de 250 membres autour de Pontivy. Daniel, aviculteur à Paule, très bon travail à Maèl, Carhaix et environs.

Jeudi 24 août 1939

370Tirage Huma : 400 000, vente à Paris : 58 000.

Vendredi 25 août 1939

  • 229 Le 25 août, les deux grands quotidiens communistes étaient suspendus, suivis bientôt par les autres (...)

371Rentrée à Paris. Soirée et nuit chez Charles. Saisie : Ce Soir et Humanité229. Après le 15 mars, Chamberlain et Daladier décident d’entamer des pourparlers à Moscou. Jdanov, 1er juillet 1939 : « Aucun progrès malgré notre bonne volonté. Ils ne veulent pas de traité avec l’URSS sur la base de l’égalité et réciprocité. Mais jeu avec les délégations militaires sans pouvoir, pour fixer les accords militaires. C’est Munich qui continue. On essaye d’orienter l’Allemagne contre l’URSS. C’est contre le Front de la paix. » Alors Hitler a fait ses offres. Le pacte de non-agression a disloqué l’Axe. Il faut tirer la leçon de l’événement et hâter la conclusion de l’alliance anglo-franco-soviétique. Il faut refaire le Front populaire.

372En mai, discussion sur la garantie territoriale directe demandée par Moscou. Fin juin, garantie des pays Baltes accordée. Première semaine d’août, pourparlers sur l’agression indirecte. En plus des difficultés sur les pourparlers militaires, refus de la Pologne de se laisser secourir par l’URSS. Kérillis : à peine le traité de Munich était signé qu’une partie de la presse française entamait une campagne tendant à orienter les visées allemandes contre l’URSS en promettant l’Ukraine à Hitler. La France doit se désintéresser de l’est de l’Europe et se replier sur son empire.

373Depuis avril : si l’URSS avait discuté avec des délégués du gouvernement de Front populaire et partisans de la sécurité collective, on aurait abouti à un pacte de défense mutuelle sans réserve de l’Union soviétique comme l’Union soviétique offrait son appui sans réserve.

Samedi 26 août 1939

  • 230 Daladier et Sarrault refusèrent de recevoir les délégations communistes venues protester contre la (...)

374Demande d’audience à Daladier230.

Dimanche 27 août 1939

  • 231 Il semble cependant que le RUP ait condamné le pacte germano-soviétique, y compris la branche brita (...)

375Cogniot : BOT 91 84, 45, rue Émile-Desvaux (4e étage). La bourgeoisie hésite devant la guerre, craint les conséquences. On ne mesurera que plus tard. Japon, Espagne, Hongrie, Italie quittent Hitler, donc, il y a dislocation de l’agression fasciste ; bloc fasciste dissout, donc moins de risque d’agression. Le RUP anglais, les socialistes suédois, Nicolle, disent : c’est un coup porté à la guerre231. Il faut réorganiser les peuples. La bourgeoisie s’en montre incapable. On frappe l’Huma. Il faut voir clair ; il faut voir avant, peut-être faire [ill.] échouer cette fois la guerre. Si elle n’a pas lieu.

376Chamberlain a aidé l’Allemagne à s’armer, il l’a financée ; il a favorisé sa politique agressive contre l’URSS. Staline a dit le 10 mars au 18e congrès du PC de l’URSS : 1°) nous sommes pour la paix et la consolidation de nos relations d’affaires avec tous les pas. 2°) nous sommes pour des relations pacifiques étroites avec tous les pays qui ont frontière avec nous. 3°) nous sommes pour le soutien des peuples victimes d’agression et qui luttent pour leur indépendance. 4°) nous sommes prêts à défendre l’URSS contre toute attaque.

Lundi 28 août 1939

  • 232 Selon le souvenir de Marcelle Hertzog, c’est une personne engagée dans le soutien aux républicains (...)
  • 233 Auguste Dumay (1888-1955) avait adhéré à la SFIO en 1917 et rejoint la SFIC, dès sa fondation. Prop (...)

3773 h, 2, rue Monsieur-le-Prince, 2e étage. 12 h, 18, quai d’Orléans232. Plum.[ill.] à l’Huma. Aujourd’hui, Dumay233.

378Malgré que la Pologne ait refusé l’aide de l’URSS, si la Pologne est attaquée et que l’Allemagne l’envahisse, la France vient au secours de la Pologne et le pacte franco-soviétique peut jouer.

  • 234 Réception de Ribbentrop à Paris et signature d’une déclaration franco-allemande, le 6 décembre 1938
  • 235 Tous ces thèmes étaient repris au cours des réunions au moins journalières du groupe parlementaire (...)

379Nous sommes français, ferons tout notre devoir envers la France. On a fait Munich en dehors de l’URSS. Chamberlain a fait un pacte avec Hitler après Munich. Ici on a fait le 6 décembre234. Tout cela contre l’URSS.235

Mardi 29 août 1939

380Reçu lettre de Marcelle du 15 août, Pointe-à-Pitre. (Quatre jours pour Colon, un jour pour le canal, huit à neuf pour Valparaiso). Reçu lettre de Marcelle de Colon, postée le 22 août, le 3 septembre. Vu France-Navigation le 29 août : ils seront le 2 septembre à Valparaiso.

Jeudi 31 août 1939

  • 236 Député de l’Aisne depuis 1928 et ministre de l’Agriculture sous le Front populaire, Georges Monnet (...)

381Des socialistes commencent à redouter que les persécutions contre les communistes heurtent la sensibilité ouvrière qui n’aimerait pas que les gouvernements s’acharnent sur des ouvriers et militants courageux. Monnet dit à Capron : « Le gouvernement frappe trop fort les communistes. Ce serait déshonorant de quitter le parti pendant ces persécutions. »236

Septembre

Vendredi 1er septembre 1939

382L’Allemagne a attaqué la Pologne sur quatre points, le 1er septembre.

383Le 2 septembre à 11 h, l’Angleterre déclare l’état de guerre.

Samedi 2 septembre 1939

384Mobilisation. Martinat, terrassier. Dettré ?

  • 237 De même que Daladier à la Chambre, le vice-président du Conseil, Camille Chautemps, donnait lecture (...)
  • 238 De fait, Daladier ne prononça pas un mot sur l’URSS et insista sur l’union nécessaire de tous les F (...)

385Au Sénat. Échec de Laval que le Sénat refuse d’écouter237. Bon accueil sympathique. Discours de Daladier : pas un mot contre l’URSS238. Belmont : « Vous avez un grand rôle à jouer pour la Russie ».

386V. Barel, adr. personnelle, 4, rue Ferry, Saumur, deux enveloppes. Patigel, Fleurot, Mounié, H. Sellier, Bachelet, Bab. Lacroze, P. Boncour, Lécubier, Camboulives.

  • 239 Les députés communistes se joignirent à leurs collègues pour voter le projet de loi « portant ouver (...)

387À la Chambre : discours excellent de Daladier à la commission des Finances ; Barthélemy Frot demande de ne pas discuter en face des communistes. Les radicaux lui répondent vigoureusement. Il est battu. Vote unanime des crédits sans discours ; Bonnevay. Bonne atmosphère des couloirs ; on cause avec les communistes239. Au Sénat, hier, à la commission des Affaires étrangères, très vive attaque d’un clan contre l’URSS. Même la politique du gouvernement a été critiquée parce qu’il avait trop fait confiance à l’Union soviétique.

Dimanche 3 septembre 1939

38844 députés et sénateurs du parti ne sont pas mobilisables, dont 24 en région parisienne.

389Il fallait des mesures militaires communes. Refus politique ; les aut. : sans pouvoir de signer, sans mandat. On craignait de renforcer l’Union soviétique. Nous avions un traité de non-agression avec l’Italie ; on ne nous l’a jamais reproché.

Lundi 4 septembre 1939

  • 240 Renaud Jean, député communiste du Lot-et-Garonne, était en désaccord profond avec le pacte germano- (...)
  • 241 Né en 1902, Paul Anxionnaz, conseiller général, était l’un des représentants de la gauche du parti (...)

390Hays. Première alerte de la guerre mardi à 4 h du matin. Front renforcé dans les usines. Liaisons vivantes, orales, plus de tracts. Thorez rejoint Arras. Berlioz, Bonte Huma, Gitton rejoint la ligne Maginot. Onze députés communistes au front. Union des syndicats de la Seine offre concours au préfet pour organiser le séjour des évacués, le travail dans les usines. R. Jean240 offre la commission de l’Agriculture à Queuille. Anxionnaz241 : on va se battre.

391Il faut battre Hitler par tous les moyens. La guerre n’est pas le seul moyen. L’Union soviétique a aidé les Espagnols, les Chinois, les Tchèques. Elle a voulu aider les Polonais qui ont refusé son concours. Nous étions dans l’impasse, il a fallu penser à notre nation. Elle aidera aussi les peuples allemands à se libérer d’Hitler. Pertinax : « Rien ne permet de penser que l’Italie se retire et retire son programme impérialiste. Quant à l’URSS, le ressentiment n’est pas un état d’âme politique. On ne connaît rien des clauses de l’accord du 23 août. Il est révisable. Il faut saisir toutes les occasions de le faire réviser et de troubler l’Allemagne hitlérienne. »

Mardi 5 septembre 1939

392Cf. la France militaire, 26, 27 août, général Pelletier. Seule l’union peut abattre Hitler. Aujourd’hui, nos buts de battre Hitler coïncident avec ceux de Chamberlain. Il a pris nos mots d’ordre idéologiques. Mais alors, pourquoi Munich, pourquoi avoir rusé lors des conversations, sinon pour accabler les communistes et faire dire que fascisme et bolchevisme c’est tout un. Les attaques anticommunistes font partie d’un grand plan avec les socialistes. L’état-major veut gagner la guerre. Les autres veulent briser le communisme en disant : partager la Pologne ! Alliance ! Non : neutralité. Chaque jour éclairera notre position, dans le cours de la guerre la façade antifasciste tombera. Nous ferons tout notre devoir de Français. Les socialistes nous haïssent pour des raisons partisanes. D’autres, comme les radicaux, non !

393Les mécontents en Allemagne : Autrichiens, Tchèques, ouvriers antifascistes. Une police innombrable pour parer aux soulèvements intérieurs. BP 15 juin contre les retards dans la signature du pacte franco-soviétique, 22 juin, 6 juin, 4 et 20 juillet.

Jeudi 7 septembre 1939

  • 242 Le parti social-démocrate allemand lançait un manifeste depuis Londres, le 6 septembre, qui disait (...)

394Les socialistes allemands exilés appellent les ouvriers allemands au soulèvement242. Des appels venus de Londres en avion ; aussi si nous pouvions faire de tels appels, les nôtres auraient des résultats auprès des ouvriers allemands, car nous avons dans le passé (Ruhr, Versailles) soutenu une politique de paix. On ne pourra faire ici la guerre contre Hitler qu’en galvanisant les masses, mais ce n’est pas en nous persécutant qu’on y réussira. La classe ouvrière et le peuple se sentiront brimés. Le PC anglais n’est pas dissous. Il lutte contre Hitler.

395En ce moment, deux courants dans la bourgeoisie française : capitulation, résistance. Beaucoup d’anticommunistes sont pour la capitulation. Notre PC demeure inaltéré. On croyait qu’il allait éclater comme un bois où il y a un coin ! Nous ne pouvons pas enlever aux ouvriers français leur idéal ; nous ne pouvons pas les priver de leur croyance dans la transformation sociale réalisée dans le pays du socialisme. Nous briserions leur élan contre le fascisme hitlérien. Ils ont confiance dans leur parti, dans le pays du socialisme. 80 % des communistes sont mobilisés. Des centaines de mille de travailleurs français nous font confiance. La bourgeoisie veut tuer le fascisme, mais elle ne veut pas que le communisme soit son successeur. Les responsables de la situation présente sont ceux qui ont favorisé Hitler jusqu’ici.

Vendredi 8 septembre 1939

  • 243 Le groupe parlementaire communiste se réunit, le 7 septembre, sous la présidence de Marcel Cachin : (...)

396J. Duclos, Tillon, Berlioz, Capron, Bonte, Ramette, R. Jean, Béchard, M.C., Clamamus, Grésa, Daul, Brun, G. Lévy, Bartolini, Costes, Lozeray, Monmousseau, Demusois, Lareppe, Valat, M. Thorez, CG groupe 87, Arras. C.M.243.

Samedi 9 septembre 1939

397La Lumière : « Cette terrible épreuve ne peut pas aboutir au rétablissement de ce qui était. Un ordre nouveau va s’imposer. »

398Les neutres sont contre Hitler, mais pour la paix. Spaak, socialiste belge a signifié aux Britanniques l’absolue neutralité belge. La Pologne n’avait pas de fortifications contre l’Allemagne mais contre l’URSS. L’attitude des féodaux et des colombes à Munich. L’Union soviétique a agi dans l’affaire tchécoslovaque, dans les pourparlers d’avril à juin 1939, dans l’affaire polonaise, dans l’intérêt du Front de la paix.

Dimanche 10 septembre 1939

  • 244 Cantonnement de Maurice Thorez.

399Fourneaux, route 192, par Chaingy244.

400On ne fait pas une guerre anti-hitlérienne en employant à l’intérieur les procédés de répression. Il faut envisager les buts de la guerre. Traiter avec l’URSS. Il faut une paix qui mette enfin la France, l’Europe et le monde en repos. Il ne faut pas confondre Hitler avec le peuple allemand. Hitler = racisme, expansion territoriale par la guerre d’agression, domination impérialiste, écrasement des idées de la Révolution française.

Lundi 11 septembre 1939

  • 245 Sénateur-maire d’Antony (Seine), Auguste Mounié était également l’un des questeurs du Sénat. Tours (...)

401Mounié245 : « Le Sénat a envoyé ses architectes à Tours pour préparer les locaux, mairie et lycée où il pourrait éventuellement tenir séance. Mais plusieurs sénateurs résistent. Les députés veulent que la Chambre siège à Tours. » Jeanneney « Il faut se désolidariser de la duplicité de l’Union soviétique dans les pourparlers, cela a déjà tardé. » Général Pelletier : « Il ne faut pas exagérer l’importance du pacte germano-soviétique. Ses répercussions lointaines peuvent être favorables. » (France militaire, 27 août 1939).

Mercredi 13 septembre 1939

402H. Sellier contre le départ de la préfecture de la Seine (secrétaire général de l’Union des maires).

Jeudi 14 septembre 1939

403Mowrer. Propos de Mowrer : « Au lendemain du pacte, Hitler a fait la guerre à la Pologne. Si l’URSS avait signé, Hitler n’aurait pas osé. Pour le communisme français, tout dépendra de ce que fera demain l’URSS, son rôle n’est pas clair. Sa neutralité sera-t-elle absolue ? Sera-t-elle bienveillante pour l’un des partis ? L’Amérique donnera du matériel à la France et à l’Angleterre. Elle ne laissera pas écraser les démocraties occidentales. Pour vous, ne pourriez-vous pas aller à Moscou leur demander leurs intentions pour demain ? »

  • 246 Après Munich, on avait envoyé André François-Poncet réoccuper l’ambassade de Rome, ce qui était éga (...)

404Après les outrages de Mussolini à la France, on a envoyé Poncet à Rome246. Qu’on envoie quelques-uns à Moscou !

Vendredi 15 septembre 1939

405Au bureau 6 de l’Hôtel de ville. Cinquante maires et élus. Organisation du travail pour l’aide à la population de la Seine. Grande vague d’assaut anglaise contre l’URSS. Collusion pour le partage de la Pologne. Or l’URSS ne prépare pas d’action militaire contre la Pologne. Jamais elle ne s’entendra avec Hitler pour partager. Son action, dit le Petit Parisien, sera indirecte. En fait, France et Angleterre ont poussé la Pologne à une aventure. Ou bien ils la savaient incapable et alors ! Ou bien ils croyaient à sa force. Et alors ! Aujourd’hui, situation confuse en Pologne. Mouvements populaires à Varsovie. Demain si l’Allemagne installe un gouvernement de Mandchoukouo à Varsovie, des troubles populaires plus vastes peuvent éclater. Et alors ! Si Hitler essaye de les briser ! Et si les mêmes mouvements éclatent en Tchécoslovaquie, en Autriche ! L’Union soviétique a traité avec Tokyo. Elle a quatre millions de soldats à sa frontière ; à Berlin on est troublé. Donc la vague d’assaut britannique contre la Russie et le communisme sera brisée. Il n’y a nulle collusion germano-soviétique.

Samedi 16 septembre 1939

  • 247 L’armistice ainsi annoncé mettait fin à une guerre larvée et non déclarée qui durait depuis des moi (...)

406La presse anglaise reste libre. Dans le Daily Express du 10 septembre : L. George a déclaré que Vorochilov avait proposé à nos officiers d’envoyer une armée soviétique contre la Prusse orientale, une autre armée soviétique contre la Silésie allemande. Au milieu l’armée polonaise. On a refusé. L’URSS : mais toute collusion avec Hitler est exclue. Hitler reste l’ennemi irréconciliable de l’Union soviétique et des communistes allemands qui souhaitent sa défaite et y travaillent. Daily World, News Chronicle, Exchange Telegraph déclarent : il n’y a aucune collusion entre la Russie et l’Allemagne pour la Pologne. À la suite d’une grosse défaite japonaise, il y a une trêve japono-russe (Times)247.

Dimanche 17 septembre 1939

  • 248 Angelo Tasca et Lucien Laurat (de son vrai nom Otto Malch) avaient prévu d’organiser les Entretiens (...)

407Du 17 au 27 septembre, les socialistes à Pontigny248. Repenser le socialisme. Laurat, collaborateur des Nouveaux Cahiers. Detœuf, trust de l’électricité. Les Soviétiques sont avec la France, mais ils se méfient de Chamberlain qui les a toujours poursuivis de sa haine.

Notes

408Mai 1936. PC : 161 000 voix à Paris = 199 000 voix en banlieue + 94 000 voix en Seine-et-Oise + 20 000 voix en Seine-et-Marne = 474 000 voix dans la région parisienne. Dans la Seine, un tiers du total. En France, aux élections cantonales de 1937, Front populaire 4 515 542 voix, opposition réactionnaire 3 185 423 voix.

409Haute-Vienne. Limoges : Cercle M. Cachin, 15, rue François-Chénieux. 400 membres du PC à Limoges. Département 64 000 : 43 000 socialistes + 15 800 communistes + 5 500 USR. 50 000 : 27 100 radicaux-socialistes + 23 700 réactionnaires. Betoulle, ménage Lasvergnas. Intrigue de Valière pour le ministère. Codet, Labussière disparus. Vardelle, pour l’unité. Le Bail, Boudot, rédacteurs du Populaire. Les socialistes ont réuni 40 000 F pour offrir un cadeau à Chamberlain et Daladier après Munich. Douze instituteurs communistes dans le syndicat de la Haute-Vienne. Saint-Junien (Lasvergnas, Le Chatelard). Coopératives de mégisserie, de ganterie, de sac à papier, de pharmacie (mutualiste), de boulangerie, de boucherie, d’épicerie. La coopérative couvre le quart du commerce local de Saint-Junien. Tous mutualistes ! C’est l’Union syndicale ouvrière qui possède les coopératives. Ils vendent 1 000 douzaines de gants par mois, dont 9/10 de gants de femmes (chevreau, agneau). Guiraud, secrétaire de l’Union locale des syndicats où les communistes ont la direction.

410Bretagne. Poulain Corbiou fusillé par les chouans. Caractère collectif de l’âme bretonne. Peu de littérature écrite avant l’époque moderne. Il y eut une littérature orale et populaire (chansons, complaintes) recueillie au XIXe siècle. Au XIXe siècle, Renan, Chateaubriand, Lamennais. L’art est d’imitation. On a dit : breton, doux rêveur, mélancolique. Non ! L’histoire de la Bretagne est toute de batailles souvent horribles. Les Bretons sont doués pour l’action. Il faut rechercher leurs caractères dans leur histoire, dans leurs monuments. Ils ont une langue ; ils ont un caractère national tranché, une personnalité franche, tenace, qui a horreur du joug et de l’oppression, sensible, énergique. La Bretagne a eu son parlement jusqu’en 1789. Ses affaires étaient discutées par ses représentants. Ce n’est pas une province, c’est une nation avec sa poésie, ses mœurs, ses traditions. Ambiance grise du granit et du ciel bretons.

411O pères de la tribu obscure au foyer de laquelle j’ai puisé la foi à l’invisible ! humble classe de laboureurs et de marins à qui je dois d’avoir conservé la vigueur de mon âme !

412Méfiez-vous des égarements de la logique et de la passion ! L’excès de la raison n’est pas désirable (Montesquieu). Le bonheur est dans la bataille, le malheur dans la soumission.

413Le fascisme prolonge le capitalisme, le consolide, écrase les masses populaires, prépare la guerre impérialiste, élimine la culture. Contre la théorie de l’espace vital : l’exportation des matières premières est libre pour toute destination. Il suffit de payer. Que signifie l’espace vital suffisant ? Il implique la possibilité pour une nation de subvenir à ses besoins essentiels par les seules ressources naturelles de territoires soumis à son influence politique.

414Hitler : il a menti pour l’Autriche et la Tchécoslovaquie. Il ment pour la Pologne. Il veut la domination sur les Slaves, race inférieure à la race germanique élue par la Providence. Il faut l’espace vital pour nourrir 200 millions d’hommes de la race élue par un vieux dieu germain. Il a, fin 1938, lancée l’idée d’une Ukraine vassale de l’Allemagne en dépeçant la Pologne, la Roumanie. Il veut imposer à l’URSS, la Pologne, la Tchécoslovaquie, la Yougoslavie, la Roumanie, [ill.]. La guerre de 1914 a éclaté parce que l’Autriche voulait annexer la Serbie slave. Elle a fini parce que l’Allemagne était épuisée et vaincue. Aujourd’hui, malgré les avances des démocraties, elles n’ont reçu que des injures, rebuffades, menaces et violences. On cause avec les fascistes. On fixe des attitudes communes. Ils violent toujours leur parole.

415En Allemagne, une personne sur quarante-quatre possède une auto, en France, une personne sur dix-neuf. L’Allemagne hitlérienne se prétend surpeuplée. Elle importe de la main-d’œuvre. Et elle impose la journée de dix et douze heures ! Elle a rétabli l’autarcie. La politique de conquête a appauvri l’Allemagne. Le minerai de fer en Allemagne : de la Suède, 9 millions de tonnes, de la France, 6 millions de tonnes, de l’Algérie, 1 million de tonnes, de l’Espagne et du Maroc, 9 millions de tonnes. En échange de son minerai, la France reçoit du coke.

416L’économie hitlérienne. La surproduction militaire n’est possible qu’au prix d’une sous-production économique. Et ils ont conduits ou à l’asphyxie lente ou à la guerre. La solution, c’est l’abaissement du potentiel militaire du pays et la collaboration économique avec les autres peuples. La paix dépend non des nations démocratiques mais des fascistes. Il faut faire une Europe libérée de la hantise de la guerre, des douanes, de la misère. Il faut un seul bloc économique dans une fédération européenne où tous les pays seront égaux et autonomes culturellement, linguistiquement, administrativement. Hitler en est à une nouvelle monnaie, gagée sur les recettes futures de l’État. On a renoncé aux bons de livraisons, à bout de souffle. Dette publique : 900 milliards.

417Une population surpeuplée a le droit d’envahir les autres. Non. Il n’y a aucun rapport entre la densité des habitants et le bien-être. Le bien-être dépend de la technique productive ; de l’abondance des capitaux, de son commerce avec l’extérieur. La Suisse est l’un des pays les plus peuplés, les plus exigus et les plus riches d’Europe. Plus les rapports économiques se développent entre les peuples, moins la surpopulation se fait sentir. À condition qu’on consacre ses efforts à produire des biens consommables, à condition qu’on ait non une autarcie, un système de troc et de dumping, mais des relations économiques extérieures saines. L’espace vital est un mensonge. L’économie hitlérienne ! Elle produit à des prix très supérieurs à ceux des autres nations. Elle est, pour exporter, contrainte au dumping pour avoir des devises. Elle ne peut payer que par le troc. Or les pays agricoles ont besoin de capitaux. C’est pourquoi la balance de l’Allemagne est déficitaire. Aujourd’hui la production de guerre est un obstacle à l’économie nationale. C’est elle qui absorbe les meilleures matières premières, les meilleurs ouvriers, techniciens. L’Allemagne ne peut renouveler son outillage usé. Sa population est mal nourrie, vêtue d’ersatz. C’est pourquoi Hitler se jette dans l’aventure. Il remplace la théorie raciale, ethnique, par l’espace vital. « La disparition de l’État polonais est le postulat essentiel de l’Allemagne » (Rosenberg).

418Hitler et Mussolini proclament la vanité de toute coopération et l’efficacité exclusive de la force militaire. Leur volonté de puissance se traduit par des occupations militaires qui leur permettent d’imposer des avantages économiques. Dans le drame historique actuel, l’économie n’a rien à voir. On ne détournera pas tout de l’hégémonie en lui achetant quelques métiers mécaniques. Nous voulons nous emparer de tout territoire que nous jugeons utile ou nécessaire, sans recours qu’à la force [sic].

419On ne peut laisser dire qu’Hitler et Mussolini n’exigent que des matières premières. Ils posent un problème politique, culturel, et racial. Hitler veut imposer une domination ethnique et raciale, même s’il met en avant les problèmes économiques et l’espace vital.

  • 249 Le 20 janvier 1939, en désaccord avec le plan de quatre ans, Schacht était remplacé à la tête de la (...)

420Hitler chasse Schacht (janvier 1939)249. Le troisième Reich est en entier tendu vers un réarmement prodigieux au service du pangermanisme. D’où prédominance de l’industrie de guerre sur l’industrie consommable. Il a nié ses 90 milliards de dettes étrangères. Il a créé l’autarcie pour ne pas acheter à l’étranger. Il a allongé la journée de travail, diminué la qualité et la quantité de marchandises consommables. Schacht avait voulu au moins conserver la conception classique du crédit. Mais la dette intérieure est trop grande. Il a voulu réduire les crédits aux armements. Et c’est la raison de sa chute. L’économie de guerre va s’aggraver. Mais le peuple allemand peut supporter longtemps les privations. L’Allemagne a des travailleurs disciplinés, un outillage excellent. L’Allemagne peut facilement combler le déficit de sa production agricole si elle exporte suffisamment, c’est-à-dire si elle ne réserve pas toute sa force de production à des œuvres qui ne rapportent pas. Qu’elle réduise de moitié son armée ? Que sa politique donne le sentiment qu’elle veut la paix !

421Hitler dit : l’Allemagne a besoin de matières premières. La France aussi. Et l’Allemagne peut se les procurer comme tout le monde. En fait, elle a toujours trouvé le fer, le pétrole, le cuivre, le coton nécessaires au prix mondial. Cela peut durer si l’Allemagne le veut. Mais l’Allemagne ne travaille plus pour les échanges avec l’étranger. Elle ne travaille plus que pour la guerre. Elle veut être la maîtresse du monde. Elle ne crée pas de richesses échangeables. Elle fait essentiellement du matériel de guerre. L’Allemagne est devant la faillite. Pourquoi ? Parce qu’elle consacre toutes ses ressources à la préparation de la guerre. Et pourquoi prépare-t-elle la guerre puisque personne ne la menace ? Breitscheid, janvier 1933 : « Si Hitler veut jouer le jeu démocratique, pourquoi pas Hitler ? » 30 juin 1932 : Severing, le roi sans couronne en Prusse, est sommé de quitter volontairement le pouvoir. Il accepte. Les communistes appellent à la grève générale. Le Vorvaerts dit : gare aux provocateurs ! Loebbe, président du Reichstag en janvier 1933, huit jours avant le coup de force d’Hitler. Il préside au Reichtag la commission du R. composée des représentants de tous les partis. Goering arrive avec les députés fascistes en uniformes et armés. Il dit à Loebbe : « L’heure de la démocratie est dépassée. Il faut lever la séance. » Et Loebbe lève la séance en disant : « Il ne faut pas de lutte. »

422Nul ne menace l’Allemagne. Il n’y a pas de question des matières premières. Les nations qui les possèdent ne demandent qu’à les vendre et à échanger les marchandises contre d’autres qui leur manquent.

  • 250 Professeur à l’école normale de Lyon, Léon Émery était à la tête d’une section départementale du SN (...)

423Pacifisme : les pacifistes sont en liaison avec les capitalistes défaitistes. Ruée à la capitulation ; Challaye : plutôt l’occupation étrangère que la guerre. Muselons en France les lâches qui haïssent l’Allemagne éternelle. Séverac : n’importe quel traité si mauvais vaut mieux que la guerre. Il faut s’accorder avec Mussolini et Hitler. Pas de dignité nationale. Si on est agressé, oui, la guerre, sauf pour les colonies ou par les résultats d’aucun traité comme le franco-soviétique. Pas d’alliance avec l’Union soviétique ; parce qu’elle n’est pas démocratique. Syndicat des instituteurs du Rhône (fin décembre). Blum, la CGT s’en retire. Déclare son accord avec l’œuvre de pacification européenne commencée à Munich, poursuivie par Bonnet, Ribbentrop, et qui doit logiquement aboutir au désarmement. Haguenauer : il faut être contre la préparation à la guerre ; il faut payer le prix de la paix. Delmas : les concessions ouvriront la paix. Il faut causer ! Oui, mais pas avec des gens qui n’ont que l’injure, que la menace à la bouche et qui n’ont que des réclamations sans fondement, qui n’observent aucun contrat. L’Europe devient hitlérienne. Tant mieux. Hitler prépare les États-Unis d’Europe sans guerre. L’École lyonnaise d’Émery est une école d’hitlérisme comme tout le syndicalisme munichois250.

424Dans les Humbles Wallons, Van den Brock : il est impossible qu’Hitler veuille la guerre. Ce n’est pas là qu’il faut aller chercher les responsabilités du crime. C’est ici. Le fascisme est un stade anticapitaliste inéluctable. L’Europe sera fasciste. Ça fait réfléchir (W).

425Japon, rapport Tanaka à l’empereur, 25 juillet 1927. Il faut d’abord conquérir la Chine. Une guerre anglo-japonaise inévitable pour évincer l’Angleterre de l’Inde, de la Chine, de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande. La libération de l’Asie des Blancs doit commencer par la lutte contre l’Angleterre. Puis la guerre contre les États-Unis est tout aussi nécessaire. Les États-Unis nous ont humiliés. Aussi poursuivrons-nous nos armements, dussions-nous réduire le peuple au riz et à l’eau. Nous réaliserons notre mission par tous les moyens sans nous laisser arrêter par aucun obstacle.

  • 251 Sur les manœuvres de Bonnet à la fin septembre 1938, voir supra.

426Bouet : Giroux, PTT, nous a dit en octobre que Delmas avait lancé la pétition sur conseil de Bonnet et Monzie. Lacoste, Lapayre, Bouet, trois témoignages publics que les instituteurs et les postiers en septembre ont été les agents du gouvernement réactionnaire de Chamberlain251. On tendait à remplacer le pacte franco-soviétique par un pacte franco-allemand. Challaye : pour un prolétaire, être dirigé par Berlin ou Moscou, ça ne vaut pas sa peau. Hitler a pris la Tchécoslovaquie, cela ne signifie pas qu’il ait l’hégémonie sur le monde.

427Hitler et Mussolini. Telegrafo, organe de Ciano. Une victoire de Franco, c’est une défaite britannique. Mussolini. De nationale, la révolution fasciste devient internationale. Le vieux monde devra céder devant les forces de la civilisation nouvelle. Les démocraties sont des foyers de corruption, porteurs de bacilles, auxiliaires du bolchevisme. Heureusement l’Italien ne mange qu’une fois par jour. L’entrevue Hitler-Mussolini (octobre 1937) ouvre l’époque de la liquidation des idées de 1789. « Demain l’Europe sera fasciste. Si la parole ne suffit pas il faudra se servir des canons comme en Espagne ». Hitler. Que signifie le troisième Reich ? Il signifie l’organisation d’un grand empire allemand avec de nouvelles frontières. « Je surgirai dans la nuit, je frapperai comme la foudre, avec l’assurance d’un noctambule, je suis la voie que dieu m’a tracée. En 1937, la France a passé à une politique militaire offensive contre l’Allemagne. Les puissances riches veulent continuer de dominer sans égard pour les puissances faibles. Dans l’intérêt de la nation, l’ouvrier allemand doit se contenter d’un faible salaire. Les aberrations continuelles du clergé catholique menacent la santé physique et morale de la jeunesse. Cette peste sera extirpée par l’État ». Il faut à l’Allemagne de nouvelles bases de ravitaillement en Ukraine. En Allemagne, nourriture mauvaise en qualité, déficiente en quantité. Impôt de 26 % sur le salaire.

428Une pierre s’est mise à rouler ; elle continue de rouler avec une vitesse accélérée. Angriff, décembre 1938. Munich a libéré cinquante divisions allemandes. Munich doit agir sur la Méditerranée orientale et occidentale comme sur le continent. 80 % des forces allemandes sont concentrées contre la France. L’ennemi mortel, inexorable du peuple allemand c’est la France. Il faut terminer la lutte éternelle entre l’Allemagne et la France.

  • 252 Député de Paris, Jean Goy préside l’Union nationale des combattants depuis la fin de 1935. Il est s (...)

429Hitlérisme : démagogie sociale. Sentiment national. Versailles. En Allemagne, pas de libre répartition des dividendes ni des réserves, investissements obligatoires ; impôt du capital. Ribbentrop ami de Jean Goy. Brinon vice-président du comité France-Allemagne252. Spieser, agent hitlérien en Alsace.

  • 253 Ancien polytechnicien, Jean Coutrot organisait pendant l’entre-deux-guerres, des groupes d’études, (...)

430La technique. Coutrot253 : le retard technique français. Pour les avions spéciaux, il faut les acheter à l’étranger. La France ne fabrique pas de machines-outils. Les firmes françaises sont battues par les allemandes sur tous les marchés, même quand les prix sont égaux. En France, peu d’organisation scientifique du travail.

431Les résultats les plus surprenants de la technique moderne n’ont servi qu’à la guerre : aviation, sous-marins, chimie des explosifs, haute métallurgie. Les inventions dans l’industrie textile sont dues à des hommes sans préparation culturelle. Kay, Arkwright, Cartwright. Même observation pour la machine à vapeur : Nex Commen, J. Watt, Evans, Stephenson, ouvriers. Les gouvernements aujourd’hui sont obligés de créer des instituts de recherche scientifique. Ils poussent aux inventions. Ils deviennent des dictateurs économiques. Ils abaissent le rôle du capital.

432TSF. La nouvelle télégraphie. Henri Hertz, en 1888, a produit des ondes électriques assimilables aux ondes sonores. Il a créé un excitateur d’ondes électriques, les ondes hertziennes. Produire des ondes électriques, les propager, les recevoir à distance, c’est la TSF. Il faut un diapason électrique analogue au diapason qui, heurté, rend un son qui ébranle l’air et le fait vibrer. Hertz réalise le premier. Turpain imagine en 1894 un nouveau résonateur qu’il essaye dans les caves de la faculté des sciences de Bordeaux. Marconi accroît en 1899 la portée des ondes qui traversent la Manche. Le général Dunwoody invente la galène en 1906. Fleming, la valve qui aboutit à la lampe à trois électrodes ou lampe à grille de L. de Forest en 1907. Chacune de ces inventions augmente la portée des ondes. La TSF est d’origine purement expérimentale. Imaginer la pile, Galvani, Volta. Inventer le solénoïde, Ampère. Découvrir l’induction, Faraday, la lumière c’est de l’électricité. Produire les ondes électriques, Hertz inspiré par Maxwell.

433Les crises. 1815, 1836, 1847,... 1920, 1929, 1938. Conséquences : monnaies dévalorisées, cessation de l’exportation des capitaux, désorganisation des budgets, du crédit, fin du libre échange, guerres économiques générales. Diminution du commerce extérieur, aggravation de la crise agraire, désagrégation des partis bourgeois et des sociaux-démocrates, formation d’une grande bourgeoisie rurale, passage du capitalisme financier au capitalisme d’État, préparation de la guerre civile et étrangère, accroissement de la production, destruction de marchandises. La production accrue est une calamité, le profit diminue, la concurrence pousse au machinisme et au chômage. Les consommateurs sont plus pauvres, aggravation de la lutte des classes.

434En 1937-1938, rationalisation en progrès. En tous pays la production progresse plus que l’emploi. Stagnation du commerce mondial : de janvier 1937 à janvier 1938, moins 13 %. Indice moyen de la production : en 1937, 2,5 % de plus qu’en 1929. En 1938, 14 % en moins. 7 % de plus de chômeurs en 1938 qu’en 1937. En février-mars 1937, boom international. On crut à une reprise de l’économie mondiale. Dès le printemps, recul général. En automne, crise aiguë. Elle dure depuis.

435Classes moyennes. Les classes moyennes ne jouent plus le rôle essentiel. Jeanneney à Luxeuil. Deux tiers de salariés contre un tiers de petits paysans, artisans, commerçants. À la propriété il faut substituer la sécurité. Le petit bourgeois est un petit producteur ; régime d’économie marchande. Or l’économie marchande s’est transformée en économie capitaliste. Le petit est rivé à sa petite production. La peur de perdre sa parcelle ou son outil l’oblige à renoncer à toute juste rémunération. (Les coiffeurs, boulangers, potiers, veulent qu’on n’ouvre plus de boutiques). Depuis un siècle, l’homme produit 40 fois plus d’énergie. Depuis dix ans, il en produit 9 fois plus. La richesse de la classe moyenne ? Une coquille vide. Les banques n’aident pas les classes moyennes. Elles les rançonnent. Les boutiques ne sont plus que les succursales des firmes. Les marchés ont des cours imposés par le capitalisme. Les garagistes sont représentants des grandes maisons automobiles.

436Verriers des Vosges, céramistes de Limoges, tapissiers d’Aubusson, lapidaires du Jura, horlogers du Doubs, armuriers de Saint-Étienne, canuts de Lyon, broderies de Bohain : chômage chronique, ont perdu leurs débouchés ; la standardisation les ruine ; on ne fait plus d’apprentis. Il n’y a pas habileté héréditaire ; la main-d’œuvre qualifiée meurt. Ce ne sont pas les 40 heures ni les hauts salaires qui les ont tués. Pourront-ils s’adapter aux conditions modernes de la vie ?

  • 254 Pierre Caziot (1876-1953) a suivi une longue carrière au Crédit foncier et au ministère de l’Agricu (...)

437Crise. La terre (Caziot254). Savoir ODE 38 29. La propriété rurale a perdu 50 % en valeur depuis la crise. Les grands domaines sont ruinés ; forêts, vignobles girondins. En France : 15 760 000 bovins (14 en 1913). 9,8 millions ovins (16 en 1913). 7 millions porcins (7 en 1913). 2,5 millions de chevaux, 0,5 million de chèvres. En un siècle, sur 13 départements, 5 ont disparu. Paris est trois fois plus peuplé. Sur 4 millions d’exploitations rurales, 1,7 million ont disparu en cinquante ans. Pourquoi ? Sol infertile. Morcellement du sol par le Code civil, travail dur, salaires des ouvriers agricoles. Natalité ralentie, désertion. De 1880 à 1937 (57 ans), la propriété rurale a perdu les 3/4 de sa valeur-or. Depuis 1912, elle en a perdu les 2/3. Cinq millions d’hectares de terre ne sont pas cultivés (Daladier). La guerre a développé l’industrialisation, le développement technique (l’industrie chimique fut fondée en France et en Angleterre, la métallurgie en Italie). La préparation à la guerre y contribue encore aujourd’hui. Les pays agricoles s’industrialisent. Les hommes d’État ne sont plus inspirés par l’esprit paysan. L’industrie augmente le pouvoir d’achat du peuple et ses besoins. Elle favorise l’intensification de la production agricole par le progrès du machinisme dans la culture. Nous importons pour 15 milliards de produits agricoles. 5,5 milliards d’hectares restent en friche en France (rapport du Conseil national économique). Pourquoi ? Parce que ces terres incultes ne rapportent pas assez de profit. En soixante-dix ans, la population rurale a diminué en France de 22 %. En Lot-et-Garonne, 347 000 habitants en 1831. En 1936 : 252 000, dont 30 000 étrangers. Sept millions d’hectares sous froment en France en 1896. En 1925 : 3,5 millions.

438Campanella : la cité du soleil. Travail quatre heures par jour. Le chef de l’État sera le plus grand savant. Trois ministères : Sagesse (Instruction publique), Puissance (Défense nationale), Amour, amélioration de l’[ill.]. Les paresseux seront privés de femmes.

CGT 1937

Métaux

800 000

Bois

80 000

Bâtiment

520 000

Cuirs et peaux

85 000

Textile

350 000

Habillement

90 000

Cheminots

320 000

Éclairage

80 000

Employés

285 000

Trav. de l’État

70 000

Fonctionnaires

280 000

Papier carton

72 000

Sous-sol

275 000

Livre

56 000

Alimentation

250 000

Marins

40 000

Agriculture

180 000

Verriers

30 000

Ind. chimique

170 000

Coiffeurs

25 000

Transport

150 000

Spectacle

18 000

PTT

110 000

Voyageurs

10 000

Ports et docks

95 000

439En France, 41 528 000 habitants, 13 millions de ménages ; 12 millions de salariés (9 719 000 dans le commerce et l’industrie, 1 574 000 isolés, journaliers, etc., 766 000 domestiques) sur 21,6 millions d’adultes dans la production. Quatre millions de salariés dans la grande industrie, 5,5 millions dans 1 784 000 petites entreprises. 512 000 fonctionnaires civils, 190 000 fonctionnaires auxiliaires, 135 000 agents des régies et offices. En France, un million de travailleurs à domicile. De 25 000 à 30 000 naturalisations par an. En France (1938), 800 000 Italiens, 500 000 Polonais, 350 000 Espagnols, 250 000 Belges, 100 000 Suisses, 70 000 Russes, 70 000 Allemands, 48 000 Portugais, 47 000 Tchèques, 36 000 Turcs, 20 000 Grecs, 15 000 Roumains ; soit 2,7 millions d’étrangers ; 400 000 dossiers.

  • 255 État des interbrigadistes dans les camps de Saint-Cyprien et d’Argelès, le 29 mars 1939, avant leur (...)

État des camps au 29 mars 1939255.

Nationalités

Non B.I.

Saint-Cyprien

Argelès

Totaux

Albanais

8

8

Algériens

8

8

Allemands

3

398

292

693

Américains

1

1

Argentins

31

32

146

209

Arméniens

11

4

15

Australiens

1

1

Autrichiens

3

333

156

492

Belges

1

1

Boliviens

1

1

Brésiliens

8

20

28

Bulgares

1

83

74

158

Chiliens

2

1

11

14

Chinois

2

4

6

Colombiens

1

1

2

Croaticca

1

2

3

Cubains

9

22

206

237

Dominicains

2

2

Égyptiens

1

1

Estoniens

22

9

31

Français

3

9

50

62

Grecs

2

9

20

31

Honduras

1

1

Hongrois

125

90

215

Italiens

34

338

545

917

Lettoniens

35

18

53

Lithuaniens

13

13

26

Luxembourgeois

1

1

Maroc espagnol

19

19

Maroc français

20

11

31

Mexicains

16

4

12

32

Nicaragua

1

1

Panama

5

5

Paraguay

3

4

7

Péruviens

9

9

Perses

1

1

Philippines

1

1

Polonais

1

506

405

912

Portorico

1

1

Portugais

35

17

299

351

Roumains

138

39

177

Russes blancs

1

1

Sans nationalité

9

79

56

144

Sudètes

60

32

92

Suisses

3

21

24

Tanger

36

2

49

87

Tchécoslovaques

194

275

469

Turcs

1

1

2

Uruguay

2

4

15

21

Yougoslaves

181

161

342

Venezuela

1

1

2

Totaux

213

2 646

3 089

5 948

Notes

1 C’est en janvier 1936 que le PCF avait mis à la disposition du couple Cachin la maison de Choisy, de même qu’il avait logé plusieurs responsables nationaux. Ces maisons étaient gérées par une société dirigée par Georges Gosnat.

2 Il connut, en 1931, un petit spasme cérébral. Il avait également de grosses bronchites à répétitions.

3 L’examen budgétaire à la Chambre dura du 15 décembre 1938 au 2 décembre 1939 et clôtura la 2e session extraordinaire. Le budget pour 1939 prévoyait aux recettes 66 388 068 027 F, et aux dépenses 66 364 624 059 F, soit un excédent de 23 millions.

4 Cachin fait évidemment référence aux deux victoires de la gauche de 1932 et de 1936. Reynaud s’était opposé à la politique déflationniste de Laval, « une véritable torture infligée à l’économie », et préconisait alors une dévaluation. Le 1er janvier 1939, comme se terminait la navette budgétaire, Jacques Duclos proclamait à la tribune : « Je constate que la dictature des banques s’exerce et que ce que banquier veut, le gouvernement veut. » Il est difficile de minimiser, enfin, la politique de stabilisation engagée après la chute d’Herriot et le rappel de Poincaré, le 21 juillet 1926. La livre était alors à 235 F, et retombait à 120 à la fin de l’année jusqu’à une stabilisation au 1/5e du franc germinal après les élections de 1928. Pour autant, l’impact de 1926 est à relativiser au regard de nombreux indicateurs économiques, très positifs dès cette époque (ainsi de la production industrielle).

5 Grève (et son échec) du 30 novembre 1938.

6 Né en 1907, Paul Maertens milita dans le Nord, puis à Paris. Succédant à Victor Michaud comme responsable de l’Humanité, il était le secrétaire particulier de Duclos. En 1939, il était envoyé à Nice comme secrétaire régional. Virgile Corbani, également communiste (1906-1963), était, depuis juin 1937 secrétaire de l’UD CGT du département.

7 Cultivateur puis ouvrier potier à Vallauris, Dominique Gavotto fut candidat (malheureux) aux municipales de Vallauris, aux élections de 1929 et de 1935, avant d’être élu sur la liste du député Pourtalet le 20 juin 1936, après la démission du conseil municipal.

8 Ouvrier potier, Étienne Lieutaud (1884-1967) militait dans les organisations syndicales et politiques depuis le début du siècle. Il était secrétaire de la cellule communiste de Vallauris, depuis 1922, et conseiller municipal depuis 1936 (après l’avoir été en 1921).

9 Horticulteur de profession, Henri Pourtalet (1899-1974) avait pris des responsabilités politiques après le 6 février 1934, secrétaire du rayon communiste de Cannes-Antibes puis, fort d’un charisme qui lui permettait de toucher bien au-delà de l’électorat communiste, député en 1936. Élu peu après premier maire communiste des Alpes-Maritimes, à Vallauris, il démissionna de ce dernier poste pour se consacrer à son travail parlementaire. Devant les difficultés dans le département, ainsi avec Chalmette, Virgile Barel fut blâmé en octobre 1938, et Pourtalet fut le premier responsable communiste du département.

10 Pourtalet avait laissé sa place, dès le lendemain de sa victoire du 20 juin 1936, à son adjoint Pierre Chalmette. Mais, sur des bases munichoises, Chalmette (1902-1944) avait démissionné du PCF le 3 octobre 1938, dénonçant un parti « voulant la guerre pour elle-même car elle aurait peut-être permis d’instaurer la dictature de ses chefs ». Il s’ensuivit des élections partielles dont le premier tour, prévu pour le 8 janvier 1939, opposa la liste de Chalmette, la liste communiste et le Dr Sénès, qui se présenta seul.

11 Dans un message au LXXVIe Congrès des États-Unis, le 4 janvier, Roosevelt présenta un véritable réquisitoire contre la dictature et souligna le danger de la loi en vigueur sur la neutralité, qui interdisait, en cas de guerre, toute vente d’armes aux belligérants et imposait, pour le reste, un achat au comptant avec livraison aux États-Unis mêmes. Il proposait un amendement permettant l’acquisition d’armes, sous la seule réserve de paiement comptant.

12 Après un nouveau durcissement de la politique italienne à l’égard de la France, Daladier profitait d’un voyage, du 2 au 7 janvier 1939 en Corse et en Tunisie, avant une escale à Alger, pour tenir un discours de fermeté face aux revendications italiennes en Méditerranée. Gabriel Péri écrivait dans l’Humanité du 4 janvier : « Oui, un grand espoir renaîtrait au cœur de tous les amis de la démocratie et de la paix, si, grâce au voyage africain l’année commençait par une défaite de l’esprit de Munich. »

13 318 parlementaires français avaient signé l’appel du RUP contre l’octroi de la belligérance à Franco et pour l’aide à l’Espagne républicaine.

14 Les réticences de la commission des Affaires étrangères du Sénat devant le traité franco-syrien avaient provoqué une vive tension. Le 1er janvier, devant la Chambre syrienne qui avait ratifié le traité le 26 décembre, le président du bloc nationaliste, Chukry Kouatly, et le président du bureau de propagande, Fakri Bakroudi, demandaient au gouvernement de proclamer la fin de la période transitoire prévue par le traité et de proclamer l’indépendance. Le Premier ministre, Djemel Mardam Bey, faisait part, à son tour, des réticences de Bonnet avant de déclarer : « Si la France ne veut plus tenir sa parole, nous sommes prêts à nous défendre par tous les moyens et à sacrifier notre vie et notre fortune pour l’indépendance. »

15 Il s’agit, sans doute, de Fouad Kazan, délégué permanent du PC syro-libanais auprès du PCF. Le PCSL était couplé au PCF depuis 1935.

16 Au début de 1938, le PCF avait décidé de dépêcher deux députés pour relancer le processus de coopération, les traités de 1936 n’ayant pas encore été ratifiés. Telle fut la mission de Virgile Barel et de Jacques Grésa entre le 16 mai et le 6 juin suivants. La réception fut très officielle.

17 Après un premier vote favorable de la Chambre mais un refus du Sénat, Jacques Duclos avait proposé à nouveau un amendement contre la fraude fiscale en demandant que les déclarations faites par les banques ne soient pas limitées aux coupons perçus au guichet, mais prennent en compte les comptes courants et les dépôts. Paul Reynaud ayant posé la question de confiance (pour renvoi de la mise en application au 1er février 1940), l’amendement était repoussé par 363 voix contre 237.

18 Ambassadeur soviétique à Paris. Daladier était président du Conseil depuis le 12 avril 1938.

19 Henry Bérenger (1867-1953), sénateur radical de la Guadeloupe depuis 1912, était président de la commission des Affaires étrangères du Sénat depuis 1931 et jouait un rôle important dans les contacts avec l’Italie (ainsi de sa mission en décembre 1932). Conformément à la procédure décidée à Munich, Chamberlain et son chancelier lord Halifax firent le voyage de Rome du 10 au 14 janvier, les Italiens assurant notamment aux Anglais qu’ils retireraient leurs contingents d’Espagne dès la victoire de Franco, ce que dit Halifax à Bonnet le 15 janvier à Genève, à l’ouverture de la 104e session du Conseil de la SDN.

20 Ce jour, l’organisation présidée par Francis Jourdain, Paix et liberté, organisait treize meetings rien que dans la région parisienne, dont celui d’Ivry, sous la présidence de Thorez, avec un discours de Cachin.

21 Terrace (et non Terrasse) était un communisant qui avait un poste au château de Fontainebleau. Et il s’agit de Charles Cachin, le fils de Marcel.

22 Il s’agit sans doute de Gaston Aubert (1897-1945), ancien ouvrier ébéniste, ayant adhéré au PC en 1925, permanent de l’association des Amis de l’URSS depuis 1931, devenant en 1935 son secrétaire adjoint, et secrétaire pour la région parisienne.

23 Dans les décisions du Bureau politique du PCF, on relève au point 6 : revoir toutes les questions concernant la Tunisie (CRCEDHC, 495-10a-34).

24 Du 15 au 22 janvier était organisée une « semaine nationale de solidarité » avec l’Espagne. Réuni le 16, le bureau du comité de Front populaire de la région parisienne avait décidé pour le 18 l’organisation d’un meeting au Vel’ d’hiv’, où parlèrent Blum, Thorez, Jouhaux et Viollette.

25 Né en 1872, Benjamin Schmidt, dit Jammy-Schmidt, était député radical de l’Oise depuis 1921 (élu alors sous l’étiquette « union des gauches ») et président du conseil général depuis 1931. Il avait été deux fois sous-secrétaire d’État en 1925, au moment du cartel des gauches. Membre du comité exécutif du parti radical depuis 1902, il était l’un des rares « Valoisiens » à militer au RUP, mais il était favorable, au nom de l’antifascisme, à l’union avec les communistes. En 1939, il est même le secrétaire général de la branche française du RUP, mais sa nomination officielle daterait du comité exécutif du 25 mai.
Né en 1883, François Dortet de l’Espigarie de Tessan, était député de Seine-et-Marne depuis 1928. Dans plusieurs cabinets ministériels dans les années 1930, son premier poste fut dans le cabinet de Paul-Boncour, et il fut sous-secrétaire d’État à la présidence du Conseil dans les deux gouvernements Blum.
Grand aviateur, Lucien Bossoutrot (1890-1958) avait été élu en 1936 sur un programme radical-socialiste et soutenu par les partis du Front populaire. Il avait battu de 12 voix le colonel Fabry, candidat de la Fédération républicaine, et ancien ministre de la Guerre.
De fait, le mois suivant, Dolivet réussit à obtenir les signatures du cardinal Verdier, archevêque de Paris, mais également de Mauriac ou de Valéry, du président de la Croix-Rouge française ou du commissaire général de l’armée du Salut, au bas d’un appel « pour soulager la misère du peuple espagnol », en faveur des réfugiés espagnols.

26 Joseph Paul-Boncour (1873-1972) fut très marqué par Waldeck Rousseau dont il fut le secrétaire particulier de 1899 à 1902. Ministre à plusieurs reprises, dès 1911, puis en 1932-1934 (dont les Affaires étrangères en 1933), et dans les deux gouvernements Blum, il fut même président du Conseil, quarante jours durant, à la fin 1932. Député de 1909 à 1914, puis de 1919 à 1931, sénateur du Loir-et-Cher depuis 1931, il était président du groupe parlementaire USR.

27 Rédacteur dans les journaux doriotistes, Claude Popelin avait déposé plainte pour diffamation contre André Marty à propos d’un article paru dans l’Humanité du 30 juillet 1938, à l’occasion du voyage de Doriot et Popelin en Espagne : « Ainsi donc, M. Claude Popelin est officiellement l’agent de liaison des agents nazis en France. » L’affaire fut portée devant la XIIe chambre du tribunal correctionnel de la Seine. Cachin déposa le 19 ; le jugement fut reporté à trois semaines.

28 Le 19 janvier se tenait une réunion du BP. On peut penser qu’on retrouve ici trace du débat et des décisions.

29 Meeting pour le 15e anniversaire de la mort de Lénine.

30 Laurent Casanova (1906-1972) était l’homme de confiance de Thorez, sans fonction précise après avoir abandonné la responsabilité du travail clandestin parmi les soldats quand le PCF changea de stratégie, mais travaillant dans le bureau même de Thorez et participant quelquefois aux réunions du secrétariat.

31 La conférence de Gennevilliers se tint du 21 au 23 janvier. Cachin y prit la parole pour l’Espagne, son discours étant repris dans l’Humanité du 23 sous la titre : « Unité ! main dans la main de nos frères socialistes pour aider l’Espagne. »

32 Margarita Nelken y Maasberberger de Paul, élue député PSOE aux Cortes, était de fait communiste depuis 1935 et représentait le PC espagnol à la conférence.

33 Les Bretons émancipés constituaient une véritable « organisation de masse », contrôlée par le PC, regroupant un grand nombre de Bretons de Paris. Marcel Cachin en était le président. Le congrès d’une centaine de délégués se tint le 29 janvier, confirmant Valy comme secrétaire général, congrès suivi d’une assemblée générale, dans la salle du patronage laïque du 14e arrondissement de Paris.

34 Né en 1904, Ben Ali Boukort fut le secrétaire du PC algérien de 1936 à 1939, après avoir milité dans l’immigration algérienne en métropole. Formé à Paris puis à Moscou, il était retourné en Algérie, où, en 1937, il fut élu conseiller municipal d’Alger. Son accession au secrétariat du PCA voulut marquer l’arabo-berbérisation du nouveau parti, qu’il quittera à la fin de 1939, après avoir dénoncé publiquement le pacte germano-soviétique. Il intervint à la conférence de Gennevilliers.

35 Originaire de Grande Kabylie, Amar Ouzegane avait été promu, par André Ferrat, en second de Boukkort à la tête de la région algérienne du PCF réorganisée en 1934. Mais, en 1936, il consacra surtout son action au Congrès musulman, dont il devint le secrétaire général adjoint. Depuis le IIe congrès du PCA, en décembre 1937, Amar Ouzegane était au BP mais n’était plus au secrétariat, s’étant opposé à la politique du nouvel instructeur français, Deloche, qui privilégiait l’action en milieu européen.

36 Le développement d’un mouvement de réforme religieuse d’inspiration orientale est l’un des phénomènes majeurs de l’entre-deux-guerres en Algérie. D’une réflexion religieuse fondée sur le retour aux sources, les ulémas revendiquent la libération des peuples musulmans.

37 L’instructeur du PCF, Jean Chaintron (remplacé ensuite par Deloche), avait poussé dans deux directions, le Front populaire pour les Européens, et le front anti-impérialiste, avec le congrès musulman, pour les Algériens (.via Ouzegane). Dans une circulaire confidentielle de septembre 1935, Barthel (le signataire) et André Ferrat (l’auteur) préconisaient la constitution d’un « Front populaire de défense indigène » qui devait « grouper tous les éléments, partis ou organisations indigènes, qui sont d’accord pour lutter sur une ou plusieurs revendications du peuple algérien ». La convergence s’opère bientôt entre le parti national algérien, Ben Djelloul et sa Fédération des élus favorable au « rattachement de l’Algérie à la France », les Ulemas, pour le double enseignement (arabe et français), et le PC. L’appel à la constitution du congrès musulman est lancé par Ben Djelloul le 16 mai 1936, dans la foulée de la victoire du Front populaire. Mais, dès octobre, Ben Djelloul était écarté au profit des Ulemas et du PC. À l’occasion du IIe Congrès, le 11 juillet 1937, les Ulemas prenaient leurs distances avec les communistes. Suivit une nouvelle crise en octobre, après la défaite du congrès musulman aux cantonales de 1937.

38 Né en 1902, Eugène Franceschi fut secrétaire du syndicat CGTU des cheminots du PLM de 1928 à 1934, puis du syndicat réellement unitaire fondé dès 1934. Bien que déplacé à Castres après la grève du 30 novembre 1938, il s’était présenté pour la troisième fois aux municipales à Cannes, en 1937.

39 Cachin et Thorez avaient demandé par lettre à De Brouckère, président (?) de l’Internationale ouvrière socialiste, une entrevue afin de préparer une réunion des deux Internationales, en vue d’une action commune d’aide à l’Espagne républicaine. Le 27 janvier, De Brouckère avait répondu qu’il était prêt à toute rencontre personnelle, mais qu’on ne pouvait envisager de rencontre générale.

40 Né en 1890, Raymond Laurent, démocrate-chrétien, avait été élu député de la Loire à l’occasion d’une partielle, en juin 1938. Le 26 janvier 1939, il revenait d’un voyage d’information d’une délégation parlemantaire en Catalogne républicaine et expliquait à la fois que le culte catholique était parfaitement autorisé par le gouvernement républicain, et que l’Italie et l’Allemagne contrôlaient l’Espagne franquiste : « Non seulement la grandeur, mais la sécurité de la France et de son empire colonial se trouvent en péril. »

41 Né en 1902 dans une famille juive oranaise, Mardochée Azuelos était très bien accepté par le milieu algérien musulman, au point d’assurer la liaison pour le PC avec les organisations musulmanes, en particulier les Ulemas. Il entra au CC du PCA en 1938.

42 Condamné pour ses activités anticolonialistes, après avoir épuisé ses possibilités de recours, Jean Chaintron (voir supra) était devenu clandestin, avait rejoint Paris, puis l’Espagne. Avant cela, il avait pu participer, en liberté provisoire, au congrès constitutif du PCA, en octobre 1936, et être élu au secrétariat central auprès de Boukkort et Ouzegane. Rapatrié d’Espagne, dès la fin 1937, pour blessure, il était devenu l’instructeur des JC. Mais il gardait, on le voit, droit au chapitre sur les questions coloniales.

43 Le projet Blum-Viollette prévoyait pour l’Algérie l’octroi du droit de vote à quelque 25 000 musulmans. Si timide fût-il, il ne passa pas.

44 Membre du PC au début des années 1920, S. Facsi, acquis à l’assimilation, était à la tête de l’Association des instituteurs d’origine indigène et avait fondé sa revue, la Voix des humbles, qui fut publiée entre 1922 et 1939. Nicolas Zannetacci, né en 1897 en Algérie, était membre du CC du nouveau PCA depuis 1936, du BP depuis décembre 1937 et secrétaire de l’UD CGT d’Oran depuis 1938. Son élection comme conseiller général d’Oran, en octobre 1937, avait été cassée, mais il avait été réélu.

45 L’émir cheik Arslân Chakîb était le maître à penser politique des ulémas. Pendant la Première Guerre mondiale, il s’était joint au « Comité pour l’indépendance de l’Algérie et de la Tunisie », constitué à Berlin en 1916. Fervent propagandiste panarabe, il se montra, durant les années 1930, très pro-fasciste et pro-nazi.

46 En France depuis 1933, Wilhelm Pieck et Franz Dalhem dirigeaient le KPD (parti communiste allemand) à l’étranger ; Harry Pollitt était secrétaire général du PC de Grande-Bretagne depuis 1928 et il avait joué un rôle déterminant dans une campagne récente pour l’unité d’action (« Unity Campaign ! », avec Cripps et Aneurin Bevan) ; il était secondé par Tom Bell, président des Amis de l’URSS depuis 1930 et responsable de l’International Red Aid (Secours rouge international) ; Xavier Relecom était secrétaire général adjoint du PC belge depuis 1936 et député de Bruxelles ; Bruno Koehler (et non « Keller »), réfugié à Paris depuis Munich, y représentait le PC tchèque, dont il était le secrétaire à l’organisation depuis 1931. Victor « Luis » Codovilla, militant socialiste depuis 1911, avait émigré en Argentine l’année suivante, participant à la création du PC argentin, dont il était membre du BP dès 1921. En 1924, il entrait dans l’appareil du komintern, qu’il représenta en Amérique du Sud et en Espagne, durant les années 1930. Pendant la guerre d’Espagne, il participa à la direction du PCE et entretint des contacts étroits avec le PCF et la France. Le 26 janvier, les PC d’Europe (France, Grande-Bretagne, Allemagne, Italie, Suisse, Autriche, Tchécoslovaquie, Belgique, Pays-Bas, Suède, Norvège, Danemark, Espagne) et des Amériques (États-Unis, Canada, Amérique latine) lançaient un appel pour l’Espagne.

47 Au sein du parti ouvrier belge (POB), le sénateur de Bruxelles, Henri Rollin, et Louis De Brouckère s’opposaient à la ligne défendue par Paul Henri Spaak sur la guerre, ligne dite des mains libres, soit l’indépendance sans les alliances comme l’avait soutenue le roi Léopold en 1936. L’option neutraliste avait été renforcée, au sein du POB, par le décès de son président, Émile Vandervelde, à la fin de 1938, et son remplacement par Henri de Man. Réuni le 15 janvier 1939, le congrès du POB avait certes réitéré la protestation officielle du parti contre l’envoi d’un représentant quelconque à Burgos, mais également réaffirmé que les circonstances imposaient de rester au gouvernement.

48 Cf. supra, Codovilla.

49 Le Temps du 22 janvier présentait à sa une un article informatif intitulé « Les gouvernements britannique et français restent fidèles au principe de non-intervention » et un Bulletin du jour sur « la politique de non-intervention ».

50 Né en 1899, Paul De Groot avait tout d’abord adhéré au PC belge, dès 1921, comme il était ouvrier diamantaire à Anvers. Après avoir rejoint la Hollande en 1926, il était membre du secrétariat du PC néerlandais depuis 1930, et responsable du journal communiste Volksdagblad. Il avait représenté son parti au congrès de l’IC en 1935.

51 Sur le congrès du 29 janvier, cf. supra.

52 Il s’agirait du nombre de cartes du PC envoyées aux fédérations (voir infra dans le texte et supra dans l’introduction, pour la mise au point sur les chiffres).

53 Selon certaines indiscrétions parues dans la presse américaine, Roosevelt aurait déclaré devant la commission de l’armée du Sénat américain : « En cas de guerre, les frontières de la France seront celles de la démocratie, donc celles des États-Unis. » Il dut démentir cependant le 3 février.

54 Le Populaire du 28 janvier publiait le communiqué suivant, en première page : « Fédération socialiste de la Seine. Les secrétaires de sections sollicitées par diverses organisations, en vue de manifestations communes, sont priées de ne suivre que les instructions qui viendront du bureau fédéral. » Très opposé à la non intervention et à la pause, antimunichois convaincu, le leader de la Bataille socialiste, Jean Zyromski, avait rejoint Blum au congrès de Montrouge, en décembre 1938, pour s’opposer au secrétariat général du Parti.

55 Dans le contexte de reconquête des fédérations par l’aile droite du parti radical, dix jours après la tenue du comité exécutif, le 25 janvier 1939 le bureau sortant de la Fédération de la Seine (bastion traditionnel de la gauche) est battu par 226 voix contre 167. La nouvelle direction fédérale est assumée par Lucien Bauzin.

56 Un des points importants de son discours du 30 janvier 1939 devant le Reichstag (avec pour la première fois des députés des Sudètes et d’Autriche).

57 Après l’ouverture de la première session ordinaire des Assemblées, le 10 janvier 1939, les bureaux des commissions furent élus. À la commission de l’armée du Sénat, dont Cachin fit partie, Charles Daniel-Vincent retrouva son poste de président, René Bensard et le général Hirschauer furent vice-présidents, les secrétaires étant le comte d’Harcourt et, nouveauté de l’année, Jean-Paul Rambaud.

58 À l’issue d’ un très long débat de politique étrangère qui eut lieu à la fin janvier, Léon Blum déposa une motion additionnelle à l’ordre du jour de confiance, invitant le gouvernement « à régler l’application des accords de non-intervention, en ce qui concerne les échanges commerciaux, sur la façon dont ils sont respectés par les autres signataires ». La motion fut rejetée par 379 voix contre 232.

59 Juan Negrin avait succédé à Francisco Largo Caballero à la tête du gouvernement espagnol, après la démission des ministres communistes. Journaliste et conseiller de Caballero, Luis Araquistan Quevedo était ambassadeur d’Espagne en France.

60 La grève du 30 novembre 1938 avait été suivi, par une répression spectaculaire. Venait à l’ordre du jour la question de l’amnistie pour faits de grève à laquelle la Chambre consacra deux séances les 3 et 7 février.

61 Sans doute, une intervention de Billoux à l’occasion du BP du 2 février. Commissaire inspecteur des Brigades internationales, adjoint de Marty, il effectua de nombreuses missions en Espagne.

62 Ces deux militants communistes, Lister puis Modesto, se succédèrent à la tête du mythique 5e régiment. Lister prit le commandement d’une division et devint colonel début 1939, tandis que Negrin promut Modesto général le 2 mars, en le mettant à la tête de l’armée du Centre, à la place de Casado.

63 L’interpellation de Cachin dans le cadre du débat de politique étrangère, le 7 février, concerna l’Espagne, qu’il s’agisse du danger de la présence de troupes italiennes et allemandes à la frontière pyrénéenne, de la nécessité d’accueillir comme il convient les réfugiés espagnols ou, au-delà, de mettre en application le traité franco-soviétique de 1935.

64 Officier de marine en Méditerranée, Marc Aubert avait fourni, en septembre 1938, des renseignements importants sur les missions de cette escadre. Sa trahison aurait pu effectivement avoir de graves conséquences. Il est jugé à huis clos par le tribunal maritime de Toulon, le 10 janvier 1939, et condamné à mort.

65 César Campinchi était ministre de la Marine militaire depuis avril 1938.

66 Exilé en France, Pietro Nenni avait été, en 1930, l’artisan de la réunification entre « réformistes » et « maximalistes » au sein du SPI, et, à partir de 1934, du pacte d’unité d’action avec le PCI. En 1936, il s’était porté volontaire dans les Brigades internationales.

67 La section du Rhône animait le courant « ultra-pacifiste » au sein du SNI., autour d’Émery, professeur à l’école normale de Lyon. Très active en 1939, elle diffusa deux tracts pacifistes « Non ! il n’y a pas de guerre de droit » et « Français, voulez-vous mourir pour le Togo, pour le Cameroun, pour Djibouti et pour le canal de Suez. Colonies... et matières premières ».

68 Les 8, 9 et 10 février se tint une réunion commune et secrète des commissions de l’Armée, de la Marine, de l’Air et de la sous-commission de contrôle des crédits affectés à la défense nationale du Sénat, sous la présidence de Caillaux, et en présence des ministres concernés. C’est Fabry qui présenta un long rapport d’introduction au questionnaire de la commission de l’Armée. Compte tenu du caractère secret de la réunion, Cachin ne s’autorisa dans un article de l’Humanité du 11 février qu’à développer deux points : si retard il y a dans les usines travaillant pour la défense nationale, c’est en raison d’un retard dans la production en série et non à cause des ouvriers ; et le ministre a oublié de souligner l’importance de l’URSS et du pacte de 1935.

69 Cachin reprend des données de l’intervention de Daladier. Il n’évoque pas en revanche le rapport de Le Gorgeu sur la Marine et la réponse de Campinchi, et passe au débat sur l’aviation, débat absent cependant du compte rendu conservé au Sénat. Daladier lui-même avait indiqué : « Depuis déjà un an, je répète tous les jours, du matin au soir et du soir au matin : DCA, aviation ; aviation, DCA. Il faut concentrer les crédits sur ces deux postes au lieu de les disperser sur une foule d’utilités secondaires. » (Archives du Sénat, compte rendu sténographique).

70 Devant la retraite républicaine, le gouvernement français avait improvisé des camps d’hébergement de fortune sur les plages du littoral méditerranéen.

71 Le 9 février, les troupes franquistes débarquaient à Minorque, tandis que la garnison se soulevait. Situé dans la zone du gentre, Carthagène était encore sous contrôle républicain.

72 Le 12 février était organisée, à Paris, une manifestation commune appelée par le comité du Front populaire de la région parisienne, à la mémoire des morts du 12 février 1934 et pour le soutien à l’Espagne républicaine.

73 Le 11 février, Chamberlain envoyait Hodgson comme observateur qualifié à Burgos, pour préparer la reconnaissance diplomatique.

74 Dans un éditorial paru dans l’Humanité du 15, sous le titre « Toujours et plus que jamais, unité ! », Cachin en appelait à la tenue d’une « conférence internationale en faveur de la paix ».

75 Le 15, Chamberlain déclarait aux Communes qu’il fallait exiger le retrait d’Espagne des troupes d’occupation italiennes et allemandes.

76 À la séance du 15 février de la commission de l’Armée du Sénat, six sous-commissions étaient effectivement constituées, dont la sous-commission « Fabrications et nationalisations », présidée par Robert Delmont et à laquelle participa Cachin. Le rapport présenté par Fabry, et confirmé par Daladier à la séance secrète, montrait que la loi des deux ans comme régime normal donnait un supplément d’effectif de quelque 100 000 hommes. Fabry proposa, le 15, d’accepter le projet de loi sur les deux ans (le conservant tant que la situation internationale serait ce qu’elle est), mais il demanda au gouvernement de préparer une refonte des lois sur l’organisation de l’armée, le recrutement et les cadres.

77 Alvarez del Vayo, ministre des Affaires étrangères de Negrin, était venu à Paris, le 16, pour convaincre le président Azaña de partir pour Madrid. Mais, persuadé que la défaite était consommée, il refusa, ne fit aucune déclaration et sa démission, annoncée le 14 dans la presse, puis démentie, sera bientôt effective.

78 Les noms qui apparaissent montrent l’audience du RUP que Pierre Cot coprésidait avec lord Cecil, et dont le pasteur Jézéquel était le vice-président.

79 Stanford Cripps (1889-1952) était un avocat de grande renommée, devenant, en 1926, le plus jeune « avocat du roi ». Adhérant au parti travailliste en 1929, il fut élu député en 1931. L’année suivante, comme l’Independant Labour Party (ILP) se désaffiliait du Labour, dans lequel il souhaitait rester, il participait à la fondation de la Ligue socialiste (SL), creuset de la gauche du Labour, avec la direction duquel il fut constamment en conflit. Président de la SL, il lançait une campagne commune avec l’ILP et le PCGB pour l’unité, ce qui provoqua, dès le 27 janvier 1937, l’expulsion de la SL du Labour. La SL prononçait sa dissolution, et Cripps continuait à être constamment réélu au comité exécutif du parti comme représentant des sections locales. En 1938, il relançait l’idée de Front populaire et, le 25 janvier 1939, il était finalement exclu du parti travailliste par le comité exécutif.

80 Angell Baker (prix Nobel de la paix 1933) ou Philip Noël-Baker, deux des principaux responsables du mouvement pacifiste britannique.

81 Les 18 et 19 février se tient le conseil général du RUP à la Gas Industries House, Hyde Park, Londres (siège de la LNU).

82 Première femme d’un gouvernement conservateur (1924), la duchesse d’Atholl avait pris des positions résolument antifascistes au milieu des années 1930, comme en témoigne son ouvrage, paru en 1938, Searlight on Spain. Lire les commentaires d’Orwell sur l’antifascisme d’une partie non négligeable de la haute société britannique (Essais, articles, lettres, vol. 1, 1920-1940, Paris, éd. Ivrea, 1995).

83 Des organisations de jeunesse organisaient une manifestation à Trafalgar Square, le 19 février.

84 La Chine était l’autre point sensible du globe en cette fin des années 1930, avec l’offensive japonaise, et l’autre terrain de prédilection du RUP, avec l’Espagne.

85 Né en 1886, Edward Louis Spears entra dans l’armée, en 1903, jusqu’à devenir major général. Il fut député conservateur de Leicester, de 1922 à 1924, et de Carlisle, de 1931 à 1944. C’était alors un homme d’affaires et un industriel important.

86 Grand maître d’œuvre du RUP, lien avec l’IC, il n’en était pas moins grandement suspecté par l’appareil de l’Internationale, depuis déjà la fin de 1936. Secrétaire du comité national français, il était très proche de lord Cecil et de Pierre Cot, les deux présidents du RUP. A la rencontre de février, il revenait d’un séjour de deux mois aux États-Unis, soutenu par Henry Atkinson, le secrétaire général de l’Union des Églises pour la paix et de l’Alliance universelle pour l’amitié internationale. Il remit un rapport où il appelait à une collaboration étroite entre les États-Unis et l’Europe, seule condition pour sauvegarder la paix.

87 H.J. May était secrétaire de l’Alliance coopérative internationale.

88 La première résolution, le 20 février, protestait contre toute pression sur le gouvernement légitime espagnol, et demandait l’indépendance politique et économique du pays, le retrait immédiat des forces militaires étrangères et la garantie qu’aucune personne ne serait persécutée du fait de son attitude pendant la guerre civile.

89 Daniel était le premier enfant de Marcelle Hertzog, donc le petit-fils de Marcel Cachin.

90 Le 23 février, Morizet, Thoumyre et Maupoil devaient interpeller le ministre des Travaux publics, de Monzie, sur l’organisation et la coordination des moyens de transport. Sénateur socialiste de la Seine depuis 1927, maire de Boulogne-Billancourt depuis 1919, André Morizet, interrogea sur les mesures propres à assurer l’évacuation rapide de Paris, le cas échéant, ce à quoi de Monzie répondit qu’en cas d’alerte 200 000 voitures pouvaient quitter Paris en quelques heures. C’est le sénateur Union républicaine Robert Thoumyre qui l’interpella sur la SNCF.

91 Dumoulin était en pointe dans la dénonciation de ce qu’il appelait la « colonisation » communiste de la CGT. Les bruits de scission se multipliaient avant le congrès de l’UD des syndicats ouvriers du Nord, dont Dumoulin était le secrétaire général. Le 24 février, Benoît Frachon signait un article dans l’Humanité, sous le titre « Les ennemis de l’unité à l’œuvre ». Le congrès s’ouvrit le 25 et il n’y eut pas de scission. Par 1 541 voix contre 1 319, Dumoulin obtint le maintien du statu quo contre la parité dans les organismes de direction. Il était avec Delmas, au SNI, et, bien entendu, Belin, l’un des principaux leaders de la tendance Syndicats. C’est le secrétaire de la fédération postale, Jean Mathé (1886-1973), qui, au congrès confédéral de Toulouse, en mars 1936, termina son discours par ces mots : « Plutôt la servitude que la guerre, parce que de la servitude on en sort ; de la guerre on n’en revient pas. »

92 Ayant entendu le compte rendu de la mission officielle de Léon Bérard, Daladier et Bonnet proposaient le soir même, le 27 février, « la reconnaissance de jure du gouvernement du général Franco ».

93 La visite du ministre des Affaires étrangères italien en Pologne, engagée le 25 février, n’était pas couronnée de succès, puisque la Pologne refusait d’adhérer à l’Axe, ou au pacte anti-komintern, et de soutenir la politique italienne en Méditerranée.

94 Sir Samuel Hoare était, en 1935, le ministre des Affaires étrangères du cabinet conservateur Baldwin. Il misait beaucoup sur la carte italienne.

95 Par référence à l’attitude de Laval dans l’affaire éthiopienne.

96 Le fils de Marcel Cachin, Charles, né en 1907, avait passé son internat en 1931. C’est lui qui avait envoyé le Dr Quenouille pour soigner la nouvelle bronchite de son père.

97 Jean Chiappe, préfet de police de Paris de 1927 à 1934, avait mené une action anticommuniste résolue à Paris, à la fin des années 1920, en liaison avec un gouvernement Tardieu bien décidé à atteindre le PCF, isolé dans la société française, par la répression directe et l’attaque des sources de financement.

98 De fait, Pétain fut désigné par le Conseil des ministres du 2 mars et, s’il fut agréé le jour même par le gouvernement espagnol, il ne partira que le 15 mars et ne présentera ses lettres de créance que le 24.

99 Le ministre de l’Intérieur espagnol, depuis 1937 (et beau-frère de Franco) déclarait en effet au correspondant du Völkischer Beobachter : « L’accueil enthousiaste (...) ne doit pas nous illusionner. La population (...) est malade moralement et politiquement. Barcelone sera donc traitée par nous, au début, comme un être malade. »

100 Le Conseil national de la SFIO s’est tenu les 4 et 5 mars. Cachin reprend ici les thèses des pacifistes intégraux. Cependant, sur la politique extérieure, la motion Lebas-Auriol, soutenue par Blum, recueillait 4 018 voix contre la motion Spinasse, soutenue par Paul Faure, 3 140 voix. Pourtant, dans le même temps, les propositions communistes d’unité d’action étaient rejetées.

101 Hore-Belisha était le ministre britannique de la Guerre. Le 8 mars, dans un discours aux Communes, il annonçait qu’en cas de conflit 19 divisions seraient envoyées sur le continent.

102 Né en 1857, Lévy-Bruhl est mort le 12 mars 1939. L’essentiel de l’œuvre de ce philosophe et sociologue, plus encore à la fin de sa vie, portait sur la différence entre mentalité primitive et mentalité moderne, et sur les procédés d’explication chez les « primitifs ».

103 Gaston Veyssière (1875-1948), avocat de formation, et président de la Chambre d’agriculture de Rouen, était sénateur (Union républicaine) de la Seine-Inférieure depuis 1927.

104 Sénateur radical de la Seine depuis 1914, Théodore Steeg avait dirigé la liste Front populaire, où fut élu, également, Marcel Cachin.

105 L’élection à la présidence de la République faisait l’objet d’importantes tractations, d’autant que, de tradition, un président sortant ne se représentait pas.

106 Le débat sur l’alliance soviétique était à l’ordre du jour avec le démantèlement de la Tchécoslovaquie. Joseph Caillaux était le président de la commission des Finances du Sénat, Guy Lachambre le ministre de l’Air, le général Stuhl (1862-1942) un sénateur de la Moselle (Action nationale, républicaine et sociale) ; Émile Buré dirigeait le journal de droite, mais très antimunichois, l’Ordre, depuis 1929, et il fait référence aux discours de Staline et de Manouilsky au XVIIIe Congrès du PC(b) US.

107 Réduite, après Munich, à une confédération de trois États autonomes, la Tchécoslovaquie était liée par un pacte d’assistance avec la France et avec l’URSS. Le président tchèque, le Dr Émile Hacha, changeait de président du Conseil le 9 mars, remplaçant Mgr Tiso, arrêtait le lendemain deux sécessionnistes slovaques et proclamait l’état de siège. Hitler enlevait Mgr Tiso et Durcansky, et les sommait de proclamer l’indépendance de la Slovaquie, ce qu’ils firent et que confirma, le 14, la diète slovaque, Mgr Tiso étant élu chef du gouvernement. Hacha était reçu par Hitler le 15. Le 16, Hitler proclamait à Prague le « protectorat » sur la Bohême et la Moravie, tandis que la Hongrie occupait l’Ukraine carpatique (ou Ruthénie).

108 Montigny fut à l’origine d’un incident à la Chambre. Au ministre de l’Intérieur qui s’interrogeait dans son discours sur le malheur des populations espagnoles ayant passé la frontière : « Ceux-là, fallait-il les repousser ? », Montigny répondit de l’hémicycle « Oui ! ».

109 Ferdinand Friedensburg (1886-1972), Die Berwirtschaft der erde ; Bodenschatze, Bergbau und Mineralienversogung der einzelnen Lander, Stuttgart, 1938.

110 On connaît la fibre artistique de Cachin (voir, en particulier, le premier volume de ses Carnets). Chartiste de formation, Georges Huisman (1889-1957), secrétaire général de l’Élysée sous Paul Doumer, avait été directeur de cabinet de Jeanneney de 1932 à 1934 (donc les deux premières années de la présidence du Sénat), avant de devenir directeur général des Beaux-Arts.

111 Né en 1879, Joseph Harent est sénateur non inscrit de la Somme depuis 1936, président de la fédération des associations agricoles du nord de la France. Né en 1858, Fernand Lavergne est sénateur du Tarn depuis 1931, inscrit au groupe de la Gauche démocratique. Il fit plusieurs interventions sur les beaux-arts.

112 Daladier demandait de pouvoir prendre par décrets-lois toutes les mesures nécessaires à la défense du pays, dans les domaines militaires et économiques, précisa-t-il dans le débat à la Chambre. Cela dut en partie rassurer le PCF, dont le journal titrait le 18 : « Sous l’ombre d’Hitler. La République en danger. Devant l’effondrement de sa politique extérieure et pour masquer ses écrasantes responsabilités, M. Daladier demande à la Chambre des pleins pouvoirs en vue d’attenter aux libertés démocratiques et au régime parlementaire. » Le groupe parlementaire justifiait son vote négatif en soulignant que cette procédure « équivaudrait à l’instauration d’un pouvoir personnel et porterait un coup terrible à la République ». Le gouvernement demandant la confiance, le contre-projet socialiste était repoussé par 321 voix contre 264. Mais, dès le 20, Péri signait un article intitulé : « Vers le redressement ? ».

113 Socialistes et communistes se retrouvaient au Sénat dans l’opposition aux décrets-lois, le vote étant assuré à Daladier par 281 voix contre 17. Dans son discours, Cachin souhaitait qu’on abandonne résolument la carte italienne et qu’on se rapproche de l’URSS, comme l’esquissait la Grande-Bretagne. Il faut se défendre contre l’agression du fascisme, « mais nous ne pouvons accepter que l’on menace, comme l’a fait le peuple français, d’une politique de force contre ses libertés. Nous n’avons pas non plus, sur la conduite de la politique extérieure de la France, les apaisements qui semblent indispensables. »

114 Depuis le 8 mars circulait un tract de l’UDIF sur les journées précédant Munich et évoquant la mobilisation des pacifistes par Bonnet, à son retour de Londres, pour susciter une campagne en son sens, dont la réception des trois militants des syndicats de fonctionnaires ici cités (épisode évoqué par de Monzie dans Ci – devant, Paris, 1941, pp. 94-95).

115 Après avoir fait l’historique des coups de force hitlériens en Europe centrale, lord Halifax expliquait devant la Chambre haute : « La situation est entièrement changée lorsque nous nous trouvons en présence de la suppression d’un État souverain, indépendant, par la force armée et par la violation de ce que je dois considérer comme les règles élémentaires de la bonne conduite internationale. »

116 Peut-être s’agit-il de cet homme proche de Roosevelt que Lilite avait fait connaître à Cachin.

117 Veyssière avait été chargée par la commission de l’Agriculture du Sénat d’un rapport sur le ravitaillement agricole. Il en présentait les principales conclusions devant la commission de l’Armée, dont il était également membre. Il traitait trois thèmes : l’organisation d’une Direction du ravitaillement général ; la mobilisation agricole ; la création en temps de paix d’un volant minimal de vivres et de produits alimentaires (voir procès verbaux de la commission de l’Armée, Archives du Sénat).

118 Si un secrétaire général par interim était chargé de préparer la mobilisation agricole et alimentaire, deux services en dépendaient, l’un sous la direction de l’inspecteur général de l’agriculture Brazard (également directeur de l’agriculture), l’autre sous celle de l’intendant Mouillot. En outre, les deux services et les deux responsables étaient en désaccord.

119 Chiffres rajoutés après coup à cet endroit du carnet. Voir, au 1er juin d’autres indications chiffrées et, en introduction, la mise au point sur les ventes de l’Humanité et les adhésions au PCF. La réunion du BP du 1er juin fut en effet consacrée à une très longue discussion sur la situation de l’Humanité.

120 Rare information sur les difficultés du RUP. Schwernick, secrétaire général de l’union des syndicats de l’URSS, était le représentant soviétéique à la direction du RUP. Cf. supra la note du 12 septembre 1936 qui évoque la troïka Smeral, Schwernick et Münzenberg en charge des organisations de masse internationales luttant pour la paix. Militant syndicaliste PTT, Henri Raynaud (1870-1970) fut membre de la commission exécutive de la CGTU de 1925 à 1935, puis membre de la CA de la CGT réunifiée. Depuis 1923, il dirigeait l’union des syndicats de la région parisienne et, depuis 1936, secrétaire de l’union des syndicats de la région parisienne. Il était membre du CC du PCF, depuis 1926. Il était donc membre du bureau du RUP.

121 Cf. supra sur l’offensive de Bonnet en septembre 1938.

122 Il est fait référence à la rencontre Laval-Mussolini des 5 et 6 janvier 1935. À la fin de la même année, pendant la guerre d’Éthiopie, Mussolini déclarait que à l’occasion de cette rencontre, Laval lui avait donné carte blanche (les « mains libres ») pour la conquête de l’Éthiopie. Laval avait alors répondu par une lettre où il précisait qu’il n’avait évoqué que le droit de pénétration économique. Au moment où Cachin évoque cet épisode, Mussolini venait de prononcer un discours d’ouverture devant les sections de combat fascistes pour le 20e anniversaire des Faisceaux. Inquiet des derniers développements en Europe centrale, Mussolini précisait : « La Méditerranée est un espace vital pour l’Italie, mais celle-ci souhaite la paix » et, dès lors, « des négociations avec la France sont possibles ».

123 Après une première séance, le 8 mars, à laquelle Cachin n’avait pu assister, Pineau, directeur de l’Office national des combustibles liquides, chargé de préparer la mobilisation industrielle en ce qui concerne les huiles minérales et leurs succédanés (hors alcools, benzol et carburants forestiers), et Berthelot, chef de cabinet du ministre des Travaux publics (et futur ministre de Pétain), venaient discuter de la question des carburants de la commission de l’Armée.

124 La Roumanie représentait un enjeu politique et économique important. Un accord commercial germano-roumain venait d’être signé, qui prévoyait que l’Allemagne augmente ses importations de pétrole roumain et fasse un effort de production dans des zones nouvelles, mais la France était en cours de négociation pour conclure un accord tendant à la livraison de 550 000 tonnes de pétrole, soit le double des importations de l’année précédente. L’accord intergouvememental sera signé le 31 mars et portera finalement sur la livraison de 400 000 tonnes de produits pétroliers sur un an, soit 25 % des exportations de pétrole roumain.

125 Berthelot évoque une étude en cours sur un nouveau procédé de stockage, qui consiste à noyer des réservoirs dans le sable des estuaires.

126 Cf. supra sur le congrès de l’UD du Nord.

127 La Centrale sanitaire internationale, animée par le Dr Rouquès, continuait à jouer un rôle essentiel depuis la retraite. Elle tentait en particulier, avec sa vingtaine de médecins (dont Paul Hertzog), d’organiser des trains sanitaires pour rapatrier les blessés sur les hôpitaux parisiens ou d’aider aux soins sur place.

128 L’élection du 15e président de la République se déroula à Versailles, devant l’Assemblée réunie en congrès, qui comptait 617 députés et 315 sénateurs. La candidature de Lebrun était annoncée le 2 avril par Daladier et, outre le socialiste Albert Bedouce et Cachin, seul le radical-socialiste anti-munichois Justin Godard maintint sa candidature. Lebrun l’emporta par 506 voix sur 910 votants.

129 Le 7 avril au matin, les troupes italiennes débarquaient en Albanie. Le lendemain, Tirana était prise et le roi Zog s’enfuyait. Le 13, l’Assemblée constituante offrait la couronne albanaise à Victor-Emmanuel III.

130 Directeur d’école en retraite à Paimpol, Louis Le Guillermic était le beau-frère de Marcel Cachin, ayant épousé sa sœur, alors décédée. Élisa était une autre sœur de Marcel.

131 Réuni les 5 et 6 avril, le comité confédéral de la CGT décidait que, vu les circonstances, la célébration du 1er mai ne devait pas être obligatoirement marquée par la cessation de travail. Le ton des syndicalistes communistes se durcira après le nouveau train de décrets-lois promulgués le 21 avril.

132 Les décrets-lois du 21 mars avaient déjà autorisé de porter à 60 heures la durée de travail hebdomadaire des entreprises travaillant pour la Défense nationale, la majoration de salaire au-delà de 45 heures étant abaissée à 5 %.

133 Syndicaliste, et quelques mois, en 1938, l’un des quatre secrétaires de la région Nord du PCF, il était chassé, avec les autres militants communistes, de la direction de l’Union locale CGT de Roubaix.

134 Le 18 avril, le Comité d’entente national des partis communiste et socialiste se réunissait au siège du PCF.

135 L’éditorial (pp. 155-164) avait pour titre : « Contre la politique de Munich, unité de la classe ouvrière », et s’attachait à analyser la politique britannique à la suite du voyage de Chamberlain à Rome.

136 Journaliste de métier, membre de la CAP de la SFIO au titre de la Bataille socialiste de Jean Zyromski, Andrée Marty-Capgras (1898-1963) en appelait constamment à l’unité PS-PC.

137 Il s’agit de Valy, le secrétaire général des Bretons émancipés.

138 Dans la nuit du 14 au 15 avril, Roosevelt envoyait le même télégramme à Mussolini et à Hitler, leur demandant s’ils étaient prêts à ne pas envahir les territoires et les possessions dont la liste suivait, et s’ils s’engageaient à ne pas les attaquer dans les dix ou vingt-cinq ans à venir. L’Angleterre et la France apportèrent leur soutien et la CGT envoya un message de félicitations.

139 Telle était la métaphore qu’avait utilisée Staline devant le XVIIIe Congrès du PC(b) US.

140 Journaliste pendant la Première Guerre mondiale, William C. Bullitt fit ensuite sa carrière dans le département d’État, occupant en particulier les postes d’ambassadeur à Moscou de 1934 à 1936 et à Paris, depuis 1936.

141 Au premier tour de scrutin, le 23 avril, le PCF obtenait, aux élections municipales partielles de Clamart, 2 200 voix (1 542 en 1935), le PSF 2 024, les socialistes 983 (1 468 en 1935), les radicaux-socialistes 1 204 et le PSOP 270.

142 Dans le procès-verbal de décisions du BP, le premier et principal point est consacré à la campagne contre les décrets-lois, avec à la clé : « Pousser sur l’idée d’un nouveau gouvernement ayant la confiance du peuple » (Décisions du BP, 27 avril 1939, CRCEDHC, 495-10a-34). Dans la déclaration publique, on en appelle également à l’alliance soviétique contre l’esprit de Munich.

143 La dernière mission de Charles Tillon l’avait mené à la tête d’une délégation internationale qui, en avril 1939, avait été envoyée en Espagne pour aider au rapatriement des républicains bloqués à Alicante et à Valence. Les bateaux de France-Navigation n’ayant pu procéder à l’évacuation, la mission échoua et Tillon resta sur place, fut arrêté par les franquistes, ce qui suscita une certaine mobilisation en France. Il fut libéré après quelques jours.

144 Le 27 avril, la Chambre des communes adoptait par 376 voix contre 148 le principe du service militaire obligatoire.

145 Les décrets-lois du 21 avril organisaient le « secteur mobilisé ». Ils touchaient à la durée du travail, à la rémunération des heures supplémentaires et au rajustement des salaires. Dans son discours à la radio du 21, Paul Reynaud annonçait un plan de redressement qui associait des mesures fiscales à diverses dispositions pour augmenter la durée du travail, dans les entreprises privées et les services publics.

146 Il fit effectivement froid le 30 avril, entre 4 et 11°C dans la région parisienne. L’union des syndicats ouvriers de la Région parisienne organisait la commémoration du 1er mai, deux cortèges, l’un côté Reuilly, l’autre côté Soult, se rejoignant sur la grande pelouse du bois de Vincennes.

147 Le 2 mai se réunissait, sous la présidence de Marcel Cachin et de Francis Jourdain, le jury de concours (dont faisait partie Léon Moussinac) pour l’érection d’un monument en l’honneur de Paul Vaillant-Couturier. Il n’y eut pas de premier prix, mais un 2e, un 3e et trois mentions, les maquettes devant être exposées à la mairie de Villejuif les 6 et 7 mai.

148 Un décret-loi du 21 avril limitait grandement les pouvoirs budgétaires du conseil général de la Seine et du conseil municipal de Paris. Le 4 mai se tint un réunion officieuse du conseil général de la Seine qui adopta à l’unanimité des 93 présents le texte de protestation proposé par le président. Au total, ce seront quelque 106 conseillers sur les 140 possibles qui s’associeront à cette protestation.

149 Comme Cachin, le colonel Fabry était sénateur depuis 1935 (Doubs, Union républicaine) et, comme lui, membre de la commission de l’Armée. Cet ancien ministre de la Défense nationale venait de faire voter, en mars, le projet de loi maintenant à deux ans la durée du service militaire. Dans un article publié le 2 mai par le Matin, il doutait de la valeur de l’Armée rouge et concluait du XVIIIe Congrès du PC(b) US : « Staline ne veut pas d’une guerre avec Hitler. Quel jeu joue-t-il ? » C’est à ces deux points que Cachin consacra son éditorial de l’Humanité du lendemain, sous le titre « Réponse à M. Fabry ».

150 La retraite des vieux fut un des débats importants au premier semestre 1939, à la Chambre comme au Sénat. Rapporteur de la commission d’hygiène de la Chambre, Legorgeu était l’auteur d’un des trois rapports en discussion. Cachin consacra de nombreux articles à la question et, dans ce cas précis, il doit s’agir d’une délégation de l’Union des vieux de France, une organisation contrôlée par le PCF.

151 Le lendemain, Déat publiait, dans l’Œuvre, un article à sensation sous le titre : « Mourir pour Dantzig ? Non ».

152 Dans la première phase des négociations anglo-franco-soviétiques, qui ont débuté au lendemain de l’entrée des troupes allemandes à Prague, les interlocuteurs, côté soviétique, étaient les deux ambassadeurs à Londres, Maisky, et à Paris, Souritz.

153 Ce jour, le projet de conscription passait en deuxième lecture aux Communes, après le vote sur le principe. La majorité fut plus large encore avec 387 voix contre 145.

154 Il s’agissait, bien entendu, de célébrer le 150e anniversaire de l’ouverture des états généraux.

155 Dans la première phase des négociations tripartites, l’URSS avait avancé un contre-projet, le 19 avril, qui voulait étendre le pacte d’assistance mutuelle, prévu pour la Pologne et la Roumanie, aux Pays baltes, et préciser que l’assistance à la Pologne ne devait jouer qu’en cas d’attaque allemande. De fait, Londres était particulièrement réticente devant ces conditions, tandis que Paris poussait là, comme il le fera plus tard, à accepter ces conditions.

156 Le remplacement de Litvinov par Molotov faisait effectivement grand bruit. Cachin lui-même prit la plume, le 5 mai, pour répondre aux interrogations : « Que de bavardages malveillants, que d’hypothèses absurdes envahissent les journaux antisoviétiques... ».

157 Alexandre Lavigne était l’un des deux enfants du leader guesdiste bordelais, Raymond Lavigne. Comme son père, décédé en 1930, il appartint à la fédération girondine du POF. Cachin avait connu de près le père et connaissait très bien le fils (cf. tome 1 des Carnets).

158 Durant tout le cabinet Daladier, l’ancien président du Conseil Camille Chautemps fut vice-président du Conseil, chargé de la coordination des services à la présidence du Conseil.

159 De fait, l’ambassadeur américain était très proche de Daladier, et le secrétaire général du Quai d’Orsay, Alexis Léger, était toujours plus réticent devant la politique de son ministre de tutelle, préférant la fermeté du discours daladiériste.

160 Député travailliste à plusieurs reprises, ministre des Transports de 1929 à 1931 et major du London County Council en 1934, il avait été battu, en 1935, par Attlee pour la direction du Labour. Très opposé aux thèses de Cripps, Morrisson se situait au centre-droit du Labour.

161 Le ministre du Travail redoutait à juste titre la politique de blocage du président de la commission des Finances du Sénat, Joseph Caillaux, qui avait fait repousser le projet de la Chambre.

162 Les 13 et 14 mai se tenait à Paris la Conférence internationale pour la défense de la démocratie et de la personne humaine, organisée par le Comité mondial contre la guerre et le fascisme (présidée par Paul Langevin et Romain Rolland) et à laquelle participèrent de nombreuses personnalités comme le comte Karolyi, Julien Benda, Paul-Boncour, Marius Moutet, Nehru, Louis de Brouckère, Guglielmo Ferrero, etc., au total 600 délégués venus de 28 pays.

163 La conférence était organisée sous l’égide du prix Nobel de la paix et de Paul Langevin (cf. BMP, boîte 18, dossier 2).

164 Né en 1879, Charles Cachin, le frère de Marcel, avait été médecin colonial, s’installant à Paris après les vingt années qu’il devait. Il mourut d’un cancer du foie.

165 Larmor était un village proche de Kermouster, où s’était constitué une organisation d’aide aux Espagnols, autour de Marianne Larivain.

166 Walter Citrine était, depuis 1926, secrétaire général des Trade Unions Congress, et, depuis 1928, président de la Fédération Syndicale Internationale. Il avait effectué de nombreux voyages en URSS, dans les années 1930, d’où il tira un ouvrage, en 1936, sous le titre 1 search the thruth in Russia. Cf. infra pour le déroulement du congrès de la FSI, du 3 au 5 juillet.

167 De fait, une rencontre à Genève dans le cadre de la SDN, les 22 et 23 mai, confirmait l’impression que les négociations restaient bloquées. Cependant, dans la même période, Bonnet et Halifax s’entendaient sur de nouvelles propositions, qui furent présentées à Moscou, le 28 mai.

168 D’après les prises des messageries, en mars 1939, l’Ordre tirait à 12 000 exemplaires et LlŒuvre à 236 045 (Claude Bellanger et al. dir., Histoire générale de la presse française, tome 3, Pierre Albert, Paris, PUF, 1972, p. 511).

169 Daladier soutenait le montage de banques anglo-hollando-françaises visant à constituer un emprunt au profit de l’Espagne franquiste.

170 Le 1er mai, l’IC avait lancé un appel à l’IOS et à la FSI pour la convocation d’une conférence internationale regroupant toutes les organisations ouvrières. De plus, elle comptait bien sur le congrès de la FSI, en juillet, pour voir accepter l’affiliation des syndicats soviétiques.

171 Le congrès se tiendra en fait du 5 au 7 juillet.

172 L’arrêté de décisions du BP du 25 mai précisait : « 2. Combattre énergiquement Montigny, l’homme d’Hitler, poulain de Caillaux, qui est contre la retraite des vieux ; 3. Poursuivre notre campagne pour l’unité d’action internationale. »

173 La fête des Bretons émancipés se tient à la Courneuve, les 28 et 29 mai 1939. Cachin y prononce un discours où il dit en particulier : « Camarades, nous constatons, une fois de plus, les succès des Bretons émancipés de la Région parisienne. La foule de nos compatriotes, accourus à l’appel de notre organisation et de nos amis de Saint-Denis, en est un nouveau témoignage. C’est ici, à la Courneuve, le plus important Pardon de la Bretagne. » (War Sao, « Organe des travailleurs bretons », n° 16, juillet-août 1939).

174 Éva était la veuve de Charles Cachin et donc la belle-sœur de Marcel, mais aussi une amie de Lili Corroënne. Abel et Lili Corroenne habitaient Villeneuve-sous-Danmartin, et étaient des amis personnels de la famille ; Lilite les avaient connus pendant la première guerre quand, en compagnie de Lili et de la femme de Louis Sellier, elle organisait les soupes populaires dans le 18e arrondissement de Paris.

175 Du 27 au 30 mai se tenait le XXXVIe Congrès de la SFIO. Blum tenait à une motion de synthèse qui fut effectivement votée à une très large majorité. Mais elle traduisait les contradictions profondes qui traversaient le Parti, les positions de Blum en matière de politique extérieure étant suivies par une majorité, mais Paul Faure obtenant l’interdiction de l’adhésion à tout groupement unitaire, considéré comme paracommuniste.

176 Alors qu’il avait été mis en minorité au sein de la CAP, qui, avant le congrès, avait rejeté le rapport moral qu’il devait présenter à Nantes et avait condamné le secrétaire général pour l’avoir diffusé malgré tout, Paul Faure avait obtenu de Blum qu’on ne revoit pas la composition de la CAP jusqu’au prochain congrès, si ce n’est en adjoignant deux représentants du groupe de Deixonne.

177 Siss était le petit nom de Marcelle Hertzog. Sa thèse porta sur : « Postural drainage des affections tuberculeuses ».

178 La situation du quotidien communiste fut l’objet du BP réuni le 1er juin. La très longue discussion fut introduite par deux rapports de Georges Cogniot et de Dorval, dont sont tirés les chiffres fournis par Cachin (compte rendu sténographique in CRCEDHC 495-10a-36). Les chiffres de tirage des autres journaux sont établis à partir des prises des messageries. À titre de comparaison, voici les chiffres rassemblés par Pierre Albert pour mars 1939 des quotidiens parisiens évoqués ici (in Histoire générale de la presse française, op. cit., p. 511) : _____
Abonnements
Total
Paris
Hors Paris
349 587
236 387
L’Humanité
50 000
63 200
139 666
236 045
L’Œuvre
69 500
27 239
33 031
99 506
Le Populaire
25 300
157 837
1 022 401
Le Petit Parisien
156 500
273 201
92 700
33 810
Le Matin
312 597
61 400
217 387
Le Journal
106 200
278 221
26 600
411 021
Le Petit Journal
26 300
104 789
47 238
178 327
Le Figaro
22 950
29 074
28 580
80 604
L’Epoque
16 350
46 029
80 000
Paris-Soir
531 750
1 177 723
30 111
1 739 584

179 Il s’agit bien du chiffre de cartes placées, ce qui, selon Gitton, secrétaire à l’organisation, correspondait à un nombre réel de 200 000 adhérents (CRDCHCE, ibid.).

180 Par référence à « l’affaire Barbé-Célor » et à la reprise en main sous la houlette de Maurice Thorez.

181 Meeting en plein air, au cours duquel Cachin prit la parole.

182 Il n’y a pas trace d’une telle délégation à Moscou. Sans doute s’agit-il d’un projet, associant un Anglais (Baker), un Français (Cot) et un Américain dans le contexte des négociations anglo-franco-soviétiques qu’encourageait vivement le RUP.

183 Député de 1928 à 1932, Salomon Grumbach l’était à nouveau en 1936, mais se retrouvait alors vice-président de la commission des Affaires étrangères de la Chambre. Très ferme sur la question allemande dès 1933, Salomon Grumbach est, depuis le début du RUP, membre du Comité exécutif du Comité français et participe à toutes les réunions internationales (ainsi le conseil général réuni en février 1939). Il fait référence là, bien entendu, au congrès de Nantes de la SFIO (cf supra).

184 Le président de la commission, réunie effectivement le 7 juin, précise qu’il a remis, cinq jour plus tôt, au président du Conseil un questionnaire établi en vue de son audition prochaine. Il lui a fait part des obstacles opposés aux missions de contrôle des membres de la Commission. Il a déjà été arrêté qu’une lettre de mission serait remise aux commissaires et que seraient délivrées des « cartes de contrôle » aux commissionnaires. Suivit, en commission, un exposé du colonel Fabry sur le haut commandement, Fabry souhaitant que se confirme la prépondérance du commandement français dans les opérations de la coalition, comme tendaient à le préciser de récents décrets. Il souhaitait enfin que, dès maintenant, soit mis à l’étude un dispositif d’attaque sur la ligne Siegfried (PV de la commission de l’Armée, 7 juin 1939, Archives du Sénat).

185 Au Comité central de mai, il avait été décidé de mettre sur pied une commission chargé d’écrire l’histoire du PCF.

186 Hubert Rouger (1875-1958) est député SFIO du Gard depuis 1919 (avec une interruption de 1919 à 1924). Il avait été l’un des deux délégués de sa fédération aux congrès de Strasbourg et de Tours, en 1920.

187 La conférence se tint les 10 et 11 juin à la Maison de la chimie avec la participation de Madeleine Braun, Henry Raynaud, Jean Zyromski, Victor Basch, Maurice Viollette, le docteur Rouquès et Marcel Cachin.

188 Le 11 juin, Cachin participa à une fête champêtre du PCF à Choisy, qu’il présida, à la fête de l’unité française, organisée à Ivry par les originaires du Nord, les Bretons et les Auvergnats, pour célébrer le 150e anniversaire de la Révolution française, où il prononça un discours, et à l’arrivée du XIe grand prix cycliste de l’Humanité à La Courneuve, après deux jours d’épreuves, l’une entre Le Havre et Rouen, l’autre entre Rouen et La Courneuve, Cachin prenant la parole le 11.

189 Tribune libre de Joseph-Barthélemy parue en première page du Temps, le 12 juin (daté du 13), sous le titre « L’accord avant ou après ? ». Il répondait ici à Léon Blum.

190 Le long article quotidien de Maurras dans l’Action française du 12 juin 1939 a pour premier titre de chapitre : « I. L’alliance germano-russe ! », où il écrit : « L’alliance Moscou-Berlin est un fait que tout vérifie. » Dans le dernier et cinquième chapitre, il s’attaque avec virulence à Prouvost (« V. Paris-Soir : Pourrissoir »), peu après une lettre de Maurras s’indignant qu’on envisage de nommer Prouvost à la direction de la propagande à l’étranger.

191 Charles Cachin, le fils de Marcel, était marié avec Ginette Signac, la fille du peintre.

192 Dorgères animait un mouvement paysan, en perte de vitesse cependant (les « chemises vertes »), mais le parti social français était effectivement à son apogée. Issu des Croix de feu, après leur dissolution, le PSF était animé par le colonel de La Rocque. Il avait pris le contrôle du Petit Journal.

193 Dans l’arrêté de décisions du BP du 1er juin, il était déjà indiqué pour l’Humanité, en 9e point, « Donner plus contre les fascistes, contre le PSF », mais, surtout, le BP du 15 juin était effectivement consacré pour l’essentiel au PSF, aux moyens que se donnait la direction pour obtenir, à tous les niveaux, davantage de renseignements sur ce parti et son action, et à « la lutte idéologique très vigoureuse » qu’il fallait mener contre lui (arrêté de décisions du BP du 15 juin, CRCECHC, 495-10a-34).

194 Plusieurs fois ministre, président de la Fédération républicaine, Louis Marin était le concurrent direct du nouveau PSF qui voulait chasser sur le terrain de la Fédération dans la perspective des élections de 1940. La situation était particulièrement sensible dans la région parisienne, où, en avril 1939, une réunion des cadres PSF se terminait par une conclusion claire : « Quant à nous, nous avons pour la Fédération républicaine le respect que l’on a pour les ruines sur lesquelles nous allons construire l’édifice, beau, fier et jeune du PSF. » (Papiers Marin, arch. nat. 317 AP 72, cité par Jean-Noël Jeanneney, « La Fédération républicaine », in La France et les Français en 1938-1939, Paris, Presses de la FNSP, 1978, p. 350).

195 Fernand Grenier était secrétaire national des Amis de l’URSS depuis juin 1935. Il s’agit du carrefour Pompadour, à Choisy-le-Roi.

196 Comme prévu, Daladier était entendu par la commission de l’Armée du Sénat, le 16 juin. Il parla, en particulier, de l’organisation du commandement, de la situation des effectifs et de la décentralisation des usines travaillant pour la Défense nationale (compte rendu sténographique, hors cote, Archives du Sénat).

197 Daladier dit précisément : « Il faut donc que nous ayons une collaboration de toutes les forces qui, en Europe, ne veulent pas s’incliner devant l’expansion allemande et italienne. Ce n’est pas une question de politique intérieure. Loin de là. Je ne dirai pas comme Kemal Pacha : " Je ferai l’alliance avec la Russie et je tomberai les communistes. " Je n’y songe nullement ; je pense que ce sont des illusions. Il y a deux plans bien différents et qu’on a toujours tort d’essayer de confondre ; c’est le plus mauvais service qu’on puisse rendre à la France. » (ibid.)

198 La municipalité communiste de Saint-Cyr, dans la banlieue parisienne, organisait le 6e pardon breton, auquel étaient conviés Jean Duclos et Marcel Cachin, qui participa au repas de midi et prit la parole.

199 Outre la réémigration, le gouvernement français offrait alors trois possibilités aux réfugiés espagnols, le rapatriement, l’engagement dans la Légion ou la mobilisation dans la production.

200 Après la tenue, le 10 juin, d’une conférence nationale sur l’aide aux réfugiés espagnols, il était décidé d’organiser à Paris, à l’occasion des célébrations du 150e anniversaire de la Révolution française, une conférence internationale pour laquelle Cachin comptait bien mobiliser les personnalités avec lesquelles il avait travaillé au sein du RUP ou du Comité d’aide à l’Espagne républicaine.

201 Depuis le congrès d’Arles, en 1937, Raymond Bossus était membre de la Commission centrale de contrôle politique et dirigeait le service d’ordre du Parti. De retour de Moscou, il présenta, le 22 juin, un rapport devant le BP, dont le relevé de décisions précise que le rapport fut approuvé, et qu’il fallait en particulier : « 2. faire une grosse campagne pour la conférence internationale de juillet ; 3. accentuer notre effort pour l’aide aux réfugiés espagnols et aux volontaires internationaux ; 4. accentuer la campagne contre le fascisme (PSF) ».

202 La diffusion de l’histoire du pc(b) US était un des objectifs majeurs de la propagande du Parti au second semestre 1939, sous la houlette du rédacteur en chef de l’Humanité, Georges Cogniot, qui, à la fin novembre 1938, avait été appelé à Moscou pour réviser la traduction française, avant d’être chargé de sa diffusion. La campagne fut lancée en avril.

203 Le Comité central du PCF était à l’origine d’une grande fête commémorative du 150e anniversaire de la Révolution française. Outre le discours de Maurice Thorez, il y eut des reconstitutions historiques, 250 tambours jouant les marches de la Révolution, etc.

204 La session parlementaire se terminait sur le vote par la Chambre d’une réforme électorale (proportionnaliste), mais le Sénat n’avait pas encore été saisi, et sur un discours de Daladier de politique extérieure devant les deux Chambres.

205 Dans le cadre des célébrations de la Révolution française, le RUP organisait à l’Opéra un grand gala de la paix ouvert par un discours d’Herriot, avant un spectacle auquel participait, en particulier, Serge Lifar.

206 Conseiller municipal et député socialiste de Paris, Jean Colly avait suivi les majoritaires au Congrès de Tours. Le 1er juillet 1939, une cérémonie, en présence de Cachin et de Marty, était organisée pour le 10e anniversaire de sa mort. Les militants avaient rendez-vous place Martin-Nadaud, au Père-Lachaise.

207 Il doit s’agir d’Eugène Fried.

208 Les conversations entre la FSI et les syndicats soviétiques s’étaient officiellement engagées à la fin de 1937. Le vote eut lieu le 8 juillet 1939 et donna 46 voix (représentant 6 715 024 adhérents) contre la reprise des relations avec les syndicats soviétiques et 37 voix pour (représentant 9 578 027 adhérents). Contre : Belgique, Danemark, États-Unis, Finlande, Indes-Néerlandaises, Luxembourg, Palestine, Pays-Bas, Pologne, Suède, Suisse ; pour : France, Grande-Bretagne, Mexique, Norvège.

209 Né en 1878, Pierre Clouchard avait rejoint la SFIO en 1904, puis la SFIC. Il était secrétaire de la cellule de Cadillac.

210 Secrétaire fédéral du POF en Gironde, Raymond Lavigne avait quitté ses responsabilités, puis le POF, après la défaite des élections de 1902, le parti socialiste français ayant distancé le POF de 104 voix, alors qu’il se présentait dans 3 ciconscriptions sur 12, contre 11 sur 12. Il était en désaccord avec la tactique de la Fédération. En 1900, au congrès général des organisations socialistes, salle Wagram, il s’était retiré avec les délégués du POF. (Cf. le premier volume des Carnets Cachin).

211 Paul Hertzog, son gendre, et Marcelle, sa fille, membres de la Centrale sanitaire internationale, étaient à Pauillac pour le départ du Winnipeg, un bateau affrété par la compagnie France-Navigation pour évacuer des réfugiés espagnols vers un autre pays d’accueil, le Chili. L’opération avait été favorisée par l’arrivée au pouvoir du radical Pedro Aguirre Cerda et la nomination en France de Pablo Neruda en charge de l’émigration espagnole. Le SERE et le gouvernement Negrin avaient passé un accord avec la Compagnie générale transatlantique, mais cette dernière avait des difficultés pour affréter les bateaux nécessaires. D’où l’intervention de France-Navigation. Trois médecins furent du voyage, le couple Hertzog et le Dr Chrétien, ainsi qu’une vingtaine d’infirmiers.

212 Le Service d’évacuation des réfugiés espagnols (SERE) avait été créé par le gouvernement Negrin. Duroc était, avec Émile Sellon, l’un des deux commissaires politiques français à bord du Winnipeg. Tous deux avaient fait plusieurs transports d’armes soviétiques vers l’Espagne.

213 Cachin présidait la fête du PCF au vélodrome du Jard, à Mérignac. l’Humanité annonce la présence de 15 000 personnes. Marcel Cachin participa en particulier, au meeting présidé par Clouchard.

214 On annonçait l’arrestation pour espionnage d’un journaliste du Matin, Poirier, et d’un autre du Temps, Auboin. Au BP tenu ce même jour, il était en outre arrêté de « publier, dans l’Humanité, un écho sur l’article de Brunet dans l’Europe nouvelle », cet hebdomadaire créé en 1918, dirigé longtemps par Louise Weiss dans une perspective de soutien à Briand et à la SDN, et qui, entre 1938 et 1940, sous la rédaction en chef de Pertinax, prit des positions résolument anti munichoises.

215 Robert Marchadier (1911-1977) était depuis 1936 secrétaire du syndicat CGT de l’usine Michelin, à Clermont-Ferrand. Devenu secrétaire de l’UD, il dirigea les grèves du 30 novembre 1938 dans son usine. Il fut condamné à dix-huit mois de prison et cinq ans d’interdiction de séjour, après sa libération il s’installa dans l’Indre.

216 La manifestation du 14 juillet 1939, que le PCF se retrouvait seul à organiser, n’avait guère à voir, bien entendu, avec celle qui, quatre ans plus tôt, avait scellé l’alliance de Rassemblement populaire.

217 Cachin et Thorez inauguraient à Vitry l’école primaire de filles et trois nouvelles dénominations de rues, Chevalier-de-la-Barre, Maximilien-Robespierre et Lakanal, qui donnait son nom à l’école.

218 Les 15 et 16 juillet se tint, à Paris, la conférence internationale d’aide aux réfugiés espagnols avec pour objectif premier de sortir les réfugiés des camps.

219 Très rapidement, après l’entrée massive d’Espagnols en France, en février 1939, le gouvernement français décidait de construire un grand camp, plus à l’intérieur du pays que les camps improvisés des plages languedociennes. Le 15 mars était prise la décision de construire un vaste camp aux confins du Béarn, entre Navarrenx et Oloron. Pour l’essentiel, le camp est terminé le 25 avril. Le 12 juillet, ils sont près de 18 000 répartis entre le « camp basque », le « camp international » (avec les interbrigadistes) et le « camp espagnol ».

220 Pour célébrer le 14 juillet, les interbrigadistes internés à Gurs ont réalisé des statues de glaise.

221 Voly était un sculpteur venu faire le buste de Marcel Cachin à l’Humanité.

222 Pendant les vacances parlementaires, la commission de l’Armée du Sénat avait décidé de se réunir le dernier mercredi de chaque mois. Après le compte rendu d’une visite au camp de Mailly, le débat porta sur la fabrication des matériels d’artillerie de DCA et des munitions, et sur l’organisation du service de santé. On retrouve l’antenne de membres de la commission avec le retard dénoncé de l’armée de Terre sur la Marine, la première se limitant depuis trop longtemps au canon de 75.

223 Secrétaire-général de l’Humanité, Lucien Sampaix passait devant la 12e Chambre pour divulgation de renseignements pouvant porter atteinte à la Défense nationale (article 5 du décret du 17 juin 1938). Cachin y vint témoigner comme Péri ou Aragon.

224 Poirier était ce journaliste arrêté pour espionnage une quinzaine de jours plus tôt. Le 15 juillet le gouvernement avait précisé à la presse qu’aucun commentaire sur l’arrestation ne serait autorisé. Courtier en publicité, ancien administrateur du Temps et administrateur du Figaro, il avoua avoir touché 3,5 millions de francs par an. De fait, après ses aveux, il meurt d’un infarctus en prison. L’autre journaliste incriminé, Loys Aubun, travaillait, quant à lui, au Temps depuis 1911, et avoua avoir touché des services de Goebbels 3 millions de francs de subventions. Il sera condamné à vingt ans de prison, le 29 mai 1940.

225 La cour argua que les faits indiqués par Sampaix dans son article du 18 juillet, étaient déjà connus du public.

226 Éva avait été invitée, avec sa mère, à passer à Lancerf le premier été depuis le décès de son mari.

227 Ribbentrop, ministre des Affaires étrangères du Reich, arrivait à Moscou pour signer, le lendemain, avec Molotov et en présence de Staline, le pacte germano-soviétique.

228 Né en 1908 dans les Côtes-du-Nord, Marcel Hamon avait adhéré au PCF en janvier 1934. Candidat aux législatives en 1936 à Lannion, il y avait multiplié les voix communistes par 10, et c’était un des principaux orateurs de la région. En 1938- 1939, il était professeur de philosophie au lycée de Pontivy (Morbihan). Il sera muté dans le Maine-et-Loire au début de la guerre.

229 Le 25 août, les deux grands quotidiens communistes étaient suspendus, suivis bientôt par les autres publications liées au PCF.

230 Daladier et Sarrault refusèrent de recevoir les délégations communistes venues protester contre la suspension de l’Humanité et de le Soir.

231 Il semble cependant que le RUP ait condamné le pacte germano-soviétique, y compris la branche britannique. Les socialistes suédois défendaient une position neutraliste. L’article que Léon Nicolle venait de publier dans son journal des socialistes genevois, le Travail, sous le titre « La Russie se fait aujourd’hui le champion de la paix », paraît dans le numéro ronéoté et clandestin de l’Humanité du 28 août (édition de Bagneux). Léon Nicolle y avait depuis longtemps développé des positions originales. Animateur de la gauche au PC suisse, au début des années 20, il en avait été exclu et avait rejoint le PS, en restant cependant très fidèle à l’URSS, au point de créer avec les socialistes genevoix en 1931, avant même le PCS, les Amis de l’Union soviétique. Il alla jusqu’à proposer aux communistes genevois l’adhésion en bloc à sa section, au printemps 1937, ce qui fut chose faite en juin après l’interdiction du PCS à Genève. Les liens étaient particulièrement étroits entre son journal et l’Humanité. Avec la majorité des socialistes genevois, il préférera quitter le PSS plutôt que de condamner le pacte germano-soviétique.

232 Selon le souvenir de Marcelle Hertzog, c’est une personne engagée dans le soutien aux républicains espagnols qui habitait 2, rue Monsieur-le-Prince. Avant de déménager à Suresnes, Marcelle et Paul Hertzog habitaient 18 quai d’Orléans.

233 Auguste Dumay (1888-1955) avait adhéré à la SFIO en 1917 et rejoint la SFIC, dès sa fondation. Propagandiste en Algérie, puis dans le milieu des marins, il fut un membre important de l’Internationale des marins et ouvriers des ports, affiliée à l’IC et créée en 1930. Pendant la guerre d’Espagne, il fut l’un des principaux responsables de la compagnie France Navigation, et fut présent au procès de la compagnie, en août 1940, quand l’acquittement fut signifié.

234 Réception de Ribbentrop à Paris et signature d’une déclaration franco-allemande, le 6 décembre 1938.

235 Tous ces thèmes étaient repris au cours des réunions au moins journalières du groupe parlementaire communiste.

236 Député de l’Aisne depuis 1928 et ministre de l’Agriculture sous le Front populaire, Georges Monnet était très lié personnellement et politiquement à Blum. Maire d’Alfortville depuis 1929 et député de la Seine depuis 1932, Marcel Capron n’était pas mobilisé en raison de son âge (43 ans). Hostile au Pacte, il ne condamne pas tout de suite la lettre à Herriot du 1er octobre, et ne rend publique sa démission du GOPF (formé par les anciens députés communistes) que le 12 octobre.

237 De même que Daladier à la Chambre, le vice-président du Conseil, Camille Chautemps, donnait lecture au Sénat d’un message du président de la République et d’une communication du gouvernement. Il était convenu entre les groupes que personne n’interviendrait. Laval s’y essaya cependant en disant : « En janvier 1935, j’ ai signé avec M. Mussolini les accords de Rome pour sauvegarder la paix de l’Europe. Ces accords ont été détruits. Je demande aujourd’hui au gouvernement de se rappeler que la raison qui les avait déterminés est plus vivante que jamais, et de s’en souvenir pour agir. »

238 De fait, Daladier ne prononça pas un mot sur l’URSS et insista sur l’union nécessaire de tous les Français. Après son discours, Jules Jeanneney proposa au Sénat de s’ajourner sine die, avec possibilité pour le président de le convoquer si les circonstances l’exigeaient.

239 Les députés communistes se joignirent à leurs collègues pour voter le projet de loi « portant ouverture de crédits supplémentaires et autorisations d’engagement de dépense au titre du budget général et du compte des investissements en capital de l’exercice 1939 ».

240 Renaud Jean, député communiste du Lot-et-Garonne, était en désaccord profond avec le pacte germano-soviétique.

241 Né en 1902, Paul Anxionnaz, conseiller général, était l’un des représentants de la gauche du parti radical. Le 19 juin 1935, il était l’un des quatre représentant désignés par le Bureau du Parti pour prendre contact avec les autres organisations de gauche et préparer la grande manifestation commune du 14 juillet. Comme Pierre Cot, il fut, de 1936 à 1939, un soutien et un membre actifs du RUP.

242 Le parti social-démocrate allemand lançait un manifeste depuis Londres, le 6 septembre, qui disait en substance : « La défaite et la chute finale de ce militarisme sont les conditions indispensables à la paix et à la réorganisation de l’Europe (...). Combattez pour votre liberté, débarrassez-vous d’Hitler. »

243 Le groupe parlementaire communiste se réunit, le 7 septembre, sous la présidence de Marcel Cachin : « Après avoir entendu un exposé de Jacques Duclos sur la situation internationale, il a affirmé à nouveau sa volonté de tout mettre en œuvre pour assurer la défaite de l’hitlérisme agresseur. Il a souligné que, pour préparer la défaite d’Hitler et soulever le peuple allemand contre sa dictature barbare, la France doit faire flotter bien haut le drapeau de la liberté, sous le signe de l’union des forces vives. Le groupe a adressé son salut fraternel à tous les mobilisés et il a décidé de faire les démarches nécessaires pour assurer la sauvegarde des légitimes intérêts de ceux qui luttent pour la défense du pays. »

244 Cantonnement de Maurice Thorez.

245 Sénateur-maire d’Antony (Seine), Auguste Mounié était également l’un des questeurs du Sénat. Tours était le lieu de déménagement proposé, le cas échéant, par l’état-major, et le choix avait été arrêté après de longues études auxquelles les Chambres avaient participé.

246 Après Munich, on avait envoyé André François-Poncet réoccuper l’ambassade de Rome, ce qui était également reconnaître tacitement la conquête de l’Éthiopie.

247 L’armistice ainsi annoncé mettait fin à une guerre larvée et non déclarée qui durait depuis des mois, à la frontière entre le Mandchoukouo et la Mongolie extérieure.

248 Angelo Tasca et Lucien Laurat (de son vrai nom Otto Malch) avaient prévu d’organiser les Entretiens socialistes de Pontigny à la mi-septembre. Avec le projet avorté d’une revue, l’Europe libre, ils tentaient là une rénovation fondamentale du socialisme français sur le modèle du travaillisme anglais.

249 Le 20 janvier 1939, en désaccord avec le plan de quatre ans, Schacht était remplacé à la tête de la Reichsbank. Comme lui jadis, Walter Funk cumulait dès lors cette fonction avec le ministère de l’Économie.

250 Professeur à l’école normale de Lyon, Léon Émery était à la tête d’une section départementale du SNI qui prit, en 1938-1939, des positions ultra-pacifistes et avant-gardistes.

251 Sur les manœuvres de Bonnet à la fin septembre 1938, voir supra.

252 Député de Paris, Jean Goy préside l’Union nationale des combattants depuis la fin de 1935. Il est secrétaire général du comité France-Allemagne. Fernand de Brinon est l’un des initiateurs de ce comité, et il est connu pour avoir été le premier journaliste français à avoir interviewé Hitler (le Matin, 22 mars 1933).

253 Ancien polytechnicien, Jean Coutrot organisait pendant l’entre-deux-guerres, des groupes d’études, en particulier sur les questions économiques, et était au cœur du fameux groupe « X-crises ». Ce planiste néo-libéral publia de nombreux livres sur les entreprises et les techniques. En 1941, sa mort mystérieuse sera l’occasion d’une grande affaire autour d’un soi-disant « complot synarchique ».

254 Pierre Caziot (1876-1953) a suivi une longue carrière au Crédit foncier et au ministère de l’Agriculture. Il se veut le défenseur de la petite exploitation familiale et sera le ministre de l’Agriculture (ou secrétaire d’État) entre 1940 et 1942.

255 État des interbrigadistes dans les camps de Saint-Cyprien et d’Argelès, le 29 mars 1939, avant leur transfert à Gurs.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/35222/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 18k

© CNRS Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search