Version classiqueVersion mobile

Carnets. Tome IV

 | 
Marcel Cachin

Année 1937

Carnets Cachin. Année 1937

Texte intégral

1Paris. Élections municipales de 1935 : 241 800 voix réactionnaires, 255 970 voix de gauche. Voix communistes mai 1936 : Paris 161 162, banlieue 199 584 (360 746), S. et O. 94 604, S. et M. 19 905. Total pour la région par. 475 255. Dans la Seine, les communistes à eux seuls ont presque un tiers des voix.

2Les orthopédistes qui veulent rectifier Marx ressemblent à des orthopédistes qui voudraient mettre des bandettes [sic] à des statues anciennes.

3bis, place Palais-Bourbon, RUP Roth. INV 17 04.

4Bretons émancipés de la région parisienne 2, rue du Maine, 14e. Il faut se garder de provoquer la foudre.

5Les démocraties sont des foyers de corruption, porteurs de bacilles, auxiliaires du bolchevisme (Mussolini).

6Le communisme est la logique vivante de la démocratie.

  • 1 Les citations contenues dans ce paragraphe figurent déjà en tête du carnet 1936. On voudra bien s’y (...)

7Le pape n’a pas de désir plus vif que de voir repousser et battre le bolchevisme. Il se réjouit quand un pouce de territoire est purifié de cette peste. Il attend ardemment le jour où la Russie en sera débarrassée. Dans ce but, chaque État doit se servir de tous les moyens. (Congrès international catholique de Vienne, septembre 19331). Depuis le péché originel le travail est devenu une nécessité imposée comme une expiation et accompagnée de souffrance. La terre est maudite à cause de toi (Rerum Novarum). La misère religieuse est l’expression de la misère réelle et une protestation contre la misère réelle. Elle est le soupir de la créature accablée par le malheur, l’âme d’un monde sans cœur, comme elle est l’esprit d’une époque sans esprit. C’est l’opium du peuple. La destruction de la religion comme bonheur illusoire d’un peuple est une exigence de son bonheur réel. Marx.

Janvier

Vendredi 1er janvier 1937

8Nice. Bellet.

  • 2 L’hebdomadaire le Cri des travailleurs fut fondé en 1935 par la fédération du PCF des Alpes-Maritim (...)
  • 3 Né en 1906, Virgile Corbani, militant communiste, était secrétaire adjoint de l’Union départemental (...)
  • 4 Commerçant en primeurs, né en 1890, Joseph Patetta avait succédé en mai 1936 à Virgile Barel – entr (...)
  • 5 Georges Bonnaire, militant communiste, était l’un des dirigeants du syndicat CGT de l’alimentation (...)

9Cri2 : 2, rue Delay. Nice, palais des fêtes, 17 h. Mas commission tourisme populaire. Corbani3, Patetta4, Bonnaire5, Chierico, Prevel, Uhring.

10L’anatomie de la société civile, il faut la chercher dans l’économie politique. Marx. Les conditions économiques sont fatalement déterminantes, mais il faut interpréter cette idée dialectiquement.

11Depuis un siècle 40 fois plus d’énergie. Depuis dix ans 9 fois plus d’énergie. Avec les machines l’homme produit 60 fois plus que sans machines. Il y a des machines qui font des souliers sans un ouvrier. La pelle mécanique fait en trois heures ce que l’ouvrier fait en cent cinquante heures. Avec la machine Alsthom, 4 ouvriers boulangers peuvent faire 30 000 kilos de pain par jour. Une tricoteuse fait 200 mailles par minutes. Une machine à tricoter 480 000. Quelques centaines d’hommes avec des machines satureraient le monde de lampes électriques. Des machines-outils remplacent les hommes à la chaîne. 1 000 ouvriers avec les machines des usines Smith à Milwaukee peuvent alimenter en châssis toutes les usines d’autos du monde.

Dimanche 3 janvier 1937

  • 6 Jules Damaye, mutilé de guerre à 100 %, était secrétaire du rayon communiste de Grasse. Il avait ét (...)

12Grasse, salle municipale sur le cours. Hélène et Jules Damaye6, secrétaire rayon Spéracèdes. Vignetta. La villa Louise. La revalorisation des plantes à parfum.

13Corporatisme : il correspond à l’économie urbaine, locale. Les corporations sont mortes quand l’économie est devenue nationale et internationale et que la division du travail est née. Le corporatisme actuel c’est de l’économie dirigée par l’État capitaliste pour éviter le socialisme. C’est le monopole. Corporatisme et nationalisme sont complémentaires, ce sont deux régressions du fascisme.

14Le marxisme est la science de la libération humaine.

15Le petit bourgeois est un petit producteur produisant en régime d’économie marchande. Il est voué au devoir sacré d’être éternellement une bête de somme. Il produit peu. Il est attaché à un endroit déterminé. La peur de perdre sa parcelle ou son outil l’oblige à renoncer à toute juste revendication. La bourgeoisie a détruit ces traditions de servage. L’économie marchande s’est transformée en économie capitaliste.

16Cap d’Antibes, le château des enfants. En France on a prononcé 260 000 naturalisations en cinq ans (depuis 1931).

17Avec la société bourgeoise s’achèvera la préhistoire de la société humaine.

18Une seule règle : être clair. Stendhal.

19L’égalité ce n’est pas l’égalitarisme : c’est la liquidation des classes, c’est la fin de l’exploitation, c’est la propriété à la disposition de tous, c’est l’obligation de travailler selon ses capacités.

20Sur 2 milliards d’hommes, 500 millions se demandent s’ils mangeront demain.

21Je suis avec l’assurance d’un somnambule la voie que Dieu m’a tracée. (Hitler).

22Les machines à laver et les essoreuses de Bicêtre.

Lundi 4 janvier 1937

23Antibes. Fayence. Saint-Raphaël. Saint-Tropez.

  • 7 Gorges Lachapelle aboutit à 1 502 404 voix pour les candidats communistes. Georges Dupeux totalise (...)

24Voix communistes en mai 1936 : dans Paris 163 000, banlieue 200 000, S. et O. 96 600, S. et M. 20 000. Total 480 000. En France : 1 48 1 7247. Droites en 1936, 4 150 000. Gauches Front populaire, 5 460 000.

25Seine : 32 députés communistes sur 81, 18 droites modérés, 4 pupistes, 3 socialistes, 2 soc. ind., 1 radical. Région parisienne, 43 élus communistes, 57 Front populaire. Chambre 1936 : 110 radie, soc, 72 communistes, 149 soc., 29 un. soc. (360)

  • 8 Roland Lécavelé dit Dorgelès (1885-1973), engagé volontaire durant la Première Guerre mondiale, ava (...)

26Voltaire et Juvénal, socialistes, injurient les communistes. Roland Dorgelès8 flagorne Hitler. Comme l’archer Pandarus, dans Homère, il cherche longtemps dans son carquois une flèche droite et acérée. Il vise et la flèche ne manque pas le but.

Mardi 5 janvier 1937

27Saint-Tropez. But du communisme : organiser l’union et la collaboration des nations dans une économie mondiale unique.

28100 F d’avant guerre = aujourd’hui 13,50 F.

29Envoyer de Strasbourg des ondes de propagande en Allemagne.

30Cité du soleil, Campanella, travail obligatoire quatre heures par jour. Chef de l’État le plus grand savant. Trois ministres : sagesse (instruction publique), puissance (défense nationale), amour (amélioration de l’homme. Les paresseux seront privés de femmes).

Mercredi 6 janvier 1937

31Saint-Tropez. Jean Tucco 48, impératrice Russie. Nice. Les horticulteurs de Pégomas avaient été faire les travaux dans la propriété de Béranger pendant qu’il faisait la campagne électorale du parti.

  • 9 Né en 1895, employé de commerce, Maurice Jouvray était militant communiste et secrétaire de l’Assoc (...)

32Jouvray9 : réunir une commission de petits commerçants pour établir un programme pratique de défense contre les trusts du sucre, huile, savon qui augmentent les prix et créent la disette. Mécontentement des épiciers, boulangers, bouchers qui sont taxés par les préfets ; on leur impose de vendre le sucre à 4 F quand il leur coûte 4,15 F. De même pour les pâtes, pain, etc.

Jeudi 7 janvier 1937

33Bataille La Clarté. Route nationale, angle avenue Eden. Cap d’Ail. Départ de Saint-Tropez après déjeuner, arrivée Nice vers 17 h.

34La terre : en France (Caziot), châteaux, vignobles girondins, forêts ont perdu presque toute leur valeur. La propriété rurale a baissé en valeur de 50 % depuis la crise. Pour les grands domaines c’est la ruine ; les grands patrimoines ruraux sont des charges écrasantes : droits de succession, impôts, manque de revenus. Les grands patrimoines ne peuvent vivre que si l’industrie ou le commerce l’entretiennent. Trois faits dominent la situation agricole : la crise économique générale, le fisc, la diminution de la population agricole. La construction d’un corps de ferme coûte plus cher que la terre (3 000 F à 5 000 F par hectare). La grande culture se défend par la dispersion des grands domaines (qui est la règle) ; les paysans ne peuvent acheter sans s’endetter et gare à l’abus du crédit !

Vendredi 8 janvier 1937

35Menton. Cap d’Ail. Coulon.

  • 10 Le 8 janvier 1937, l’Allemagne et l’Italie rendirent leur réponse – positive sur le principe – à un (...)

36Nice, 21, rue de l’Escarène, siège du PC. Vu Blum à Cannes : « Les choses s’arrangent, c’est le dernier sursaut. On va vers le retrait des troupes italiennes et allemandes d’Espagne10. »

  • 11 Baptistin Meiffret (1898-1988), instituteur et militant communiste, était journaliste au Cri et l’u (...)
  • 12 Claude-Joseph Gignoux, professeur agrégé de droit, avait été député (Action démocratique et sociale (...)

37Meffreit11 au Cri de Nice. Gignoux12 n’est ni patron ni industriel. Il vit de la grande peur des bien-pensants.

38La région du Nord. Nous avons autant d’adhérents que les socialistes. Dans les syndicats, nous les éliminons même à Lille-Roubaix. Lebas a réuni ses amis pour leur reprocher qu’on appelle plus que Normands les syndicats. Il ne faut pas être sectaire.

  • 13 Secrétaire de la CGT, René Belin avait lancé, le 16 septembre 1936, l’hebdomadaire Syndicats, dont (...)

39Le Nord. Nous devons être très souples. Les socialistes veulent la bataille de tendances dans les syndicats. « Syndicats13 » organise l’attaque. Nous ne répondons pas. Il ne faut pas tomber dans le panneau. La seule réponse, c’est l’unité, l’unité. Pas de polémique qui viderait les syndicats.

Samedi 9 janvier 1937

40Menton. Digne. Grenoble. Pont de Beau voisin. Hôtel Gallet. L’œillet Virgile Barel.

Dimanche 10 janvier 1937

41Pont de Beauvoisin. Saulieu. Paris. Ce que réclament les journaux de la classe moyenne française :

  • Révision de la loi sur les locaux à usage industriel et commercial.
  • Projet d’aménagement des dettes.
  • Des impôts moins lourds.
  • Lutte contre les abus de la concentration capitaliste.
  • Lutte contre la nationalisation des industries clés.
  • Les paysans.
  • Les agents de maîtrise.
  • Les intellectuels.

42Contre : les marchands forains, étalagistes, les coopératives, les succursales multiples, les uniprix.

Lundi 11 janvier 1937

43Paris. Il y a des endroits dans l’Hérault et le Pas-de-Calais où des ouvriers socialistes et communistes se sont battus. Il y a un glissement contre le socialisme et réciproquement.

  • 14 Les effectifs de la CGT avaient connu une croissance sans précédent depuis juin 1936, passant de 1  (...)

44La CGT ne subit aucune baisse en 193714. Au contraire !

45Les techniciens du Nord. Nous les avons menacés d’envoyer 500 techniciens pour les remplacer. Or ce sont seulement les dirigeants qui sont Croix de feu. Il faut non pas attaquer les autres, mais les dissocier.

46JC hier, 71 045 dans 79 régions. Jeunes filles 9 100. 85 000 Avant-garde.

Mardi 12 janvier 1937

47Le léniniste est un homme qui analyse.

48La conférence du 22 : 257 000 cartes distribuées aujourd’hui. Dans les cinq régions parisiennes : 92 000 cartes. 5 800 cartes payées à l’usine Renault. Se méfier du courant gauchiste. Les socialistes se disputent (Pivert, Séverac), ils polémiquent. Pour nous, soyons de plus en plus Front populaire.

49Nous avons besoin d’une grande réunion le 22. Sur le plan international poussée fasciste contre le Front populaire depuis juillet en Espagne. C’est le commencement des préparatifs pour la guerre. Carence des pays de démocratie ; hésitation, capitulation du socialisme. En France quelques améliorations. C’est complexe. Le Front populaire est bien pour les masses. Son prestige est certain. La politique communiste a l’approbation des ouvriers et le gouvernement a celui des classes moyennes et des paysans. Il ne faut pas mettre l’accent sur la critique du gouvernement car ça va mieux avec Blum. Les paysans hésitent pour venir à nous au profit des radicaux et socialistes. Et on nous reproche de n’être pas au gouvernement du Front populaire. Nous avons heurté les illusions démocratiques car nous avons semblé douter des réalisations possibles du Front populaire. Puis il y a eu l’Espagne où nous nous séparons du Front populaire socialiste. Les socialistes veulent rompre le Front populaire. Or il faut ramener le PC dans le Front populaire, car le Front populaire c’est nous. Le bilan du Front populaire c’est nous. Esprit d’unité dans le PC et la CGT.

Mercredi 13 janvier 1937

50Les Bretons de Saint-Denis (amicale), cinéma Patti Toudic. Jules Trémel 4, passage Lacroix.

  • 15 Né en 1890, Jean Médecin, avocat, était député (indépendant de gauche) des Alpes-Maritimes depuis 1 (...)

51L’Éclaireur de Nice a lancé Doriot avec Médecin15. Le chef du mouvement Doriot d’Antibes : un amiral. Les hommes de Doriot à Nice, briseurs de grève au service des grands hôteliers.

  • 16 Militant de Fontenay-aux-Roses (Seine), Sérandour fut volontaire en Espagne républicaine. Il mourut (...)
  • 17 Philippe Le Maux (1898-1958), cultivateur, était vice-président du bureau national de la CGPT et dé (...)
  • 18 François Tanguy Prigent, dit Tanguy-Prigent (1909-1970), exploitant agricole socialiste, était – co (...)
  • 19 Jean-Louis Rolland (1891-1970), commis de marine, était le maire socialiste de Landerneau. En 1936, (...)
  • 20 Eugène Leroux (1871-1958), militant socialiste et coopérateur, était député de Nantes depuis 1932.

52Sérandour16, Michel, Le Maux17, T. Prigent18, Rolland19, Leroux20.

  • 21 Le XVIIe Congrès du parti communiste d’Union soviétique se réunit du 26 janvier au 10 février 1934. (...)
  • 22 Le 2 août 1935, Dimitrov présenta devant le VIIe Congrès de l’Internationale commniste réuni à Mosc (...)

53L’avenir du Front populaire. Discours de Staline au XVIIe Congrès21. Dimitrov au VIIe congrès IC22. Il est possible de protéger les libertés et améliorer le sort des ouvriers. Il faut continuer. Le fascisme craint que le Front populaire continue et que le communisme joue son rôle. Que le PC ne soit jamais plus une secte ; si le fascisme avait été victorieux, le communisme eût reculé. Il faut foncer sur les gauchistes, pivertistes, Paul Faure. Propagande pour les soviets.

  • 23 Martha Desrumeaux (cf. Carnets 1936).

54Dans le Nord : SFIO 19 000, Com. 17 000, Jeunesses soc. 2 000,JC 7 000. Syndicat textile Lille : 24 000 membres. Martha23 (lin) 85 % délégués d’usines communistes. Les ouvriers de Lille lisent beaucoup l’Écho du Nord.

Jeudi 14 janvier 1937

  • 24 L’évolution communiste est sensible depuis 1935, où le PCF modérait les ardeurs nationalisatrices d (...)

55Lille (Ambassadeurs). Manguine. Les ouvriers ont des salaires meilleurs, surtout les plus mal payés (mineurs) ; seuls rouspètent les favorisés à 8 F par jour ; mais ils n’iront pas jusqu’à la grève parce qu’ils redoutent de tout perdre. Donc pas de grève. Les quarante heures, les congés payés permettent aux ouvriers de mieux organiser leur vie. Ça va mieux pour les paysans qui vendent mieux alors ils ont peur de ceux qui risquent de compromettre. Ça va mieux chez les fonctionnaires. Les petits fonctionnaires ont eu des avantages. Les gros protestent. Ça va mieux chez les commerçants (dévaluation). Tout cela malgré le sabotage de la réaction. C’est nous qui avons empêché les grèves de mal tourner. Nulle part plus de grèves qu’à Roubaix et chez les socialistes. Il y a une certaine reprise. Tourisme. Noël. Mais on peut connaître à nouveau la crise. Donc on peut faire plus. Chômeurs. Vieux. Enfants. Vie chère. Faire payer les riches. On a fait la suppression de la taxe chiffres d’affaires. Le prélèvement donnerait sept milliards. Ce serait déjà bien ! On peut même nationaliser les assurances si les socialistes veulent24. Oui ! Les ouvriers se sentent plus libres. Chez Renault on lit l’Huma ouvertement. Les conventions ont donné plus de libertés et stabilisé les salaires.

56Un coup a été porté aux ligues, mais elles subsistent armées ; ça va mieux qu’au temps de Laval. On interdit les réunions de Doriot. La radio va un peu mieux. Aux colonies, mieux ! Nous sommes plus forts en Algérie. On fait une réforme électorale ; il y aura un collège avec un 20 000 électeurs en plus qui voteront antifasciste et Front populaire.

Vendredi 15 janvier 1937

572 h chez Willard, 10, rue des Beaux-Arts (Espagne). Vendredi 6 h Éthiopie L.W.

58Delbos courtois, ami Litvinov. Pour la paix, ça va pas bien, mais les événements peuvent évoluer. Déclaration de Delbos à Jouhaux mercredi : il y a différence entre 1914 et aujourd’hui. C’est qu’il y a l’URSS et le fascisme. Jouhaux à Delbos : « L’heure est venue de dire non. » Pour les rapports franco-allemands : « Je suis très réticent avec Hitler. » Delbos : la France s’est séparée de l’Angleterre sur la question des volontaires. Il faut une clause : délégation de pouvoirs pour qu’il y ait simultanément des actes de tous les pays et contrôle commun. Pour les relations franco-allemandes, plusieurs courants dans le Reich. Goebbels contre Schacht. Nous voulons un rapprochement franco-allemand mais les intérêts français sauvegardés. Trois conditions de rapprochement :

  1. réalisation d’un Locarno efficace ;
  2. l’Allemagne à la Société des Nations ;
  3. reconnaissance par l’Allemagne du pacte franco-soviétique.

59Après cela, Schacht ne vint pas à Paris. Bagarre entre Jouhaux et Montagnon à la réunion.

60Blum : Nous proposons avec l’Angleterre de ne plus envoyer de soldats en Espagne. Nous proposons le blocus. Nous demandons à tous les pays du Comité de non-intervention de Londres de participer au blocus. Si l’Italie et l’Allemagne refusent, nous demandons aux autres nations de le faire avec nous.

Samedi 16 janvier 1937

61Conférence internationale pour l’Espagne, salle Chopin, 8, rue Daru, 3 h.

  • 25 Né en 1871, Camille Huysmans, professeur, était député socialiste depuis 1910. Secrétaire de la IIe(...)

62C. Huysmans25, bourgmestre d’Anvers, me dit : « La faiblesse du catholicisme c’est qu’il n’a pas de doctrine d’État. Il est prêt à adopter toutes les formes d’États qui sont établis et forts. »

  • 26 Facundo Roca faisait partie du Comité régional catalan de la CNT.
  • 27 Il s’agit en fait de la Confédération nationale du travail (CNT), centrale syndicale dirigée par le (...)

63L’anarchiste Roca26 me félicite de mon attitude unitaire. Il m’affirme que les anarchistes espagnols sont décidés à travailler unitairement, à réaliser le socialisme en Espagne. Il prend la parole à la conférence au nom de la Confédération générale du travail anarchiste d’Espagne27.

  • 28 Fille et femme de pasteur du Borinage, Isabelle Blume (1892-1975) – que Cachin orthographie comme l (...)
  • 29 Marthe Huysmans, fille de Camille Huysmans, avait effectué plusieurs reportages en Espagne pour le (...)
  • 30 Benjamin Tillet (1860-1943), dirigeant du puissant syndicat des dockers londoniens, contribua à la (...)

64Les chefs socialistes ont tenté d’empêcher leurs organisations d’assister à la conférence. Mais il est venu plusieurs de leurs sections. Alors de Brouckère et Huysmans sont venus, mais à titre individuel. Ils ont refusé de parler à la conférence. Pas un socialiste français sauf Longuet et Grumbach (des apparitions). Isabelle Blum28 et Martha Huymans29 (attaquée par l’ Action française et qu’il faut défendre) sont très unitaires avec Marteaux. Le résultat de la conférence c’est que dans le comité de coordination se réuniront les représentants de la IIe et IIIe Internationales. Je suis assis au bureau entre Huysmans et Brouckère. Schevenels a dit à Basch : « Oui, l’unité ouvrière est indispensable mais ne faites pas état de notre conversation. Les syndiqués britanniques à la conférence y sont inofficiellement et le disent. » Bon discours de Ben Tillet30.

Dimanche 17 janvier 1937

65Conférence pour l’Espagne.

  • 31 Né en 1887, Léon Nicolle était le président socialiste du gouvernement cantonal de Genève (Suisse).

66Dîner rue Washington : Langevin, Basch, Brouckère, Huymans, Nicolle31, Marteaux, Isabelle Blum. Marteaux dit : « Nos spartakistes et de Man passent au fascisme. » De Brouckère et Huysmans sont ouvertement pour l’unité internationale comme Vandervelde. De Brouckère va répétant : « Je ne veux pas briser la IIe Internationale. Mais malgré les ordres, je continuerai à aller parler dans les mêmes meetings que les communistes. Qu’on me mette à la porte si l’on veut. » Au banquet, il me dit : « Vous avez tort, ami Cachin, de dire qu’il est facile de faire l’unité internationale. »

67Nicolle me dit qu’au congrès socialiste suisse du 31 janvier, on se demandera s’il est opportun de réaliser un front populaire suisse à l’exclusion des communistes.

68Un professeur de physique anglais ami de Langevin dit : « Si l’État-major français affirmait au gouvernement anglais que la Méditerranée est menacée et le blocus de l’Espagne nécessaire pour les franco-britanniques, le gouvernement anglais marcherait pour le blocus. »

  • 32 Pierre Rouquès (1900-1952), interne des hôpitaux de Paris, jeta les bases du service de santé des B (...)
  • 33 Vital Gayman (1897-1985), permanent du PCF, officier de réserve, se vit confier par André Marty le (...)

69Rouquès32 : j’ai vu Marty ; il venait de quitter Gayman33 qui avait déclaré je m’en vais, je refuse de t’obéir. A.M. était dans un état d’extrême exaltation. Il se plaignait d’être abandonné, délaissé, de ne recevoir pour sa division que les armes les plus vieilles. Il demandait à Rouquès de me voir, de m’avertir et de n’avoir confiance qu’en moi.

  • 34 Quoique non adhérent (il ne franchira officiellement le pas qu’en décembre), l’écrivain Jean-Richar (...)

70Jean-Richard Bloch me fait part de ses scrupules34 !

Lundi 18 janvier 1937

712 h 30 Huma, le RUP.

72Les Hollandais à la conférence. Ils sont les plus embêtants des hommes. Ils parlent interminablement. Troelstsa dans les anciens congrès socialistes parlait trois jours. Calvinistes, consciencieux. Il faut épuiser le sujet sans omettre un détail. En Suisse la pitié pour l’Espagne républicaine est compromettante, presque criminelle (Dr Fisher).

  • 35 Il s’agit du congrès de La Haye, tenu en septembre 1872, où l’Association internationale des travai (...)

73C. Huysmans me dit qu’il a envoyé à l’Institut Marx-Engels des documents très importants sur le congrès international de 187235 et le rôle des anarchistes.

Mardi 19 janvier 1937

74Del Vayo, 33, Faubourg Saint-Honoré. L’avenir de l’Espagne. 17 h, rue de la Paix, RUP. Statuts, rapports financiers, Espagne, bureau, propagande (exposition 1937). Organiser une semaine de la paix 15-22 août 1937. On y ferait la propagande Peace Ballot. Basch : qu’une action immédiate soit organisée ; puis inviter Roosevelt à offrir une médiation à tous les chefs d’État afin d’éviter la guerre. Un pétitionnement serait fait en France et en Europe pour signer cette requête à Roosevelt.

  • 36 L’année 1937 constitue un sommet dans l’activisme propagandiste du Rassemblement universel de la pa (...)

75Recettes du RUP : 1 200 000 F, dépenses : 1 200 000 F36.

Mercredi 20 janvier 1937

  • 37 Hélène Stassova (1873-1966), issue de la grande bourgeoisie, était bolchevique depuis 1903. Membre (...)

76Déjeuner Stassova37.

Jeudi 21 janvier 1937

  • 38 Socialiste basque, Justo Somonte était proche d’Indalecio Prieto.

77Juste Somonte38, 55, avenue George V, tel. : Ely. 86 80.

78Aujourd’hui : 269 640 cartes du PC distribuées. Première région, région Ouest, deuxième Paris-ville ; Chez Renault 6 100 cartes. La presse de province : 419 000 numéros, 62 journaux hebdo. Rouge-Midi : 27 000. Enchaîné : 37 000. Cri Alpes Maritimes : 18 000. 18 000 Huma Strasbourg. 17 000 Voix du peuple Lyon. 17 000 Travailleur d’Amiens. Rouen 13 000. Le Havre 7 000.

Vendredi 22 janvier 1937

  • 39 Le premier bilan du Front populaire tiré par la conférence du PCF est empreint d’une tonalité optim (...)

79Conférence nationale du PC, Montreuil, salle des fêtes39. Un an après Villeurbanne. Réunion du 22 au Vel d’Hiv. Conférence de presse, conférence sportive. Bonne santé du parti qui travaille, atmosphère de confiance. Dans les régions hautes tenue et compréhension politique. Il faut éviter le sectarisme anti-socialiste. Parti en plein élan : PC gentil, unitaire.

Samedi 23 janvier 1937

  • 40 Marcel Cachin se rend en URSS afin d’y couvrir le procès des « trotskistes » (Piatakov, Radek, Soko (...)

80Paris-Moscou. Soir départ 6 h 10 Nord-Express40.

Dimanche 24 janvier 19371

  • 1 Page rayée.

81Bretons émancipés, 34, rue du Château. Banquet Langevin 99, rue d’Alésia. Berlin-Varsovie.

Lundi 25 janvier 1937

  • 41 L’initiative en matière d’auberges de jeunesse était venue de Marc Sangnier, frappé par l’organisat (...)

82Moscou. En Espagne (ils sont en révolution et le parti socialiste espagnol voulait l’unité) et en Belgique (mais en Belgique il y avait 400 JC), unité avec les socialistes jusqu’à la fusion, c’est le mot d’ordre de l’ICJ. Nos JC sont des jeunes de 14 à 20 ans. Ce recrutement a diminué le caractère sérieux. De plus la Jeunesse socialiste ne s’occupe pas des intérêts ouvriers et populaires. Elle est contre le Front populaire. Elle nous a déviés. Nos discussions sur l’unité sont devenues scolastiques : les grandes revendications de la jeunesse sont écartées. Il y faut revenir. Il faut se mêler à tous les jeunes. Sur ordre du parti socialiste les Jeunesses socialistes ont refusé d’entrer en rapport avec les autres organisations de jeunes. Que les JC se rapprochent avec les syndicats pour organiser les loisirs et les sports et les vacances. Les syndicats organisent déjà leur jeunesse. Et la préparation militaire obligatoire ? Et les auberges41 ?

Mardi 26 janvier 1937

83Moscou. Jeunesse socialiste : 34 000 en France. JC au 25 février : 75 700 cartes plus 12 300 jeunes filles. Diminution partout dans la Seine. 18 000 seulement en 1937 (un tiers de moins) et même pour Paris, 50 % de moins. Avant-garde : 88 000 au lieu de 100 000 . Dans la Seine. Cent clubs où ça coûte cher de loyer ; cotisation trop chère ; ils s’anémient pour trouver de l’argent.

  • 42 Le 30 mars 1937, le conseil national des Jeunesses socialistes, réuni à Creil, décidera l’exclusion (...)

84Éducation et loisirs. Pour l’éducation et loisirs, nous sommes incapables d’organiser les scouts. Il faut des adultes pour organiser tout cela. Pas de politique de défense de la jeunesse. Jeunesse soc. sont trotskistes et sectaires42. Nos JC se sont trop mises à la remorque des J. soc.

  • Au 1erarrondissement, bagarres.
  • Au 4e arrondissement, organisation de la IVe Internationale.
  • Au 6e arrondissement, cercle [ill.], six exclusions.
  • Au 14e arrondissement, démission du secrétaire pour aller aux Jeunesses soc. rev.
  • Au 16e arrondissement, démission.
  • 43 S’agit-il de Marie Wacziarg dite Rosa Michel, née en 1901, militante des JC et de l’appareil intern (...)

85À Saint-Denis, trouble dans les JC ; dans la région Sud, les anarchistes sont acceptés et désorganisent. Issy, Malakoff, Bagneux etc. La JC est certes indépendante du PC mais il ne faut pas la laisser livrée à elle-même. Les JC vivent trop sur elles-mêmes. Elles ne s’occupent pas des jeunes et de leurs intérêts : le travail, l’armée, les loisirs. Michael le représentant d’ICJ43.

Vendredi 29 janvier 1937

86Moscou.

  • 44 Le quotidien parisien est abondamment utilisé par la propagande du PCF à l’occasion du procès de Mo (...)

87Le Temps44 : on ne peut nier l’existence de complots et la liaison des groupes antistaliniens avec les puissances étrangères. Staline est devenu le symbole de l’URSS. Le discours de Radek a ouvert des perspectives troublantes. Le procès a éveillé l’attention sur la collusion du trotskisme et du fascisme allemand, et cette collusion ne saurait nous laisser indifférents. La realpolitik de Trotsky a abouti à la haute trahison. Japan Times : il est normal que nous ayons des espions en URSS.

Samedi 30 janvier 1937

  • 45 Lazaro Cardenas (1895-1970), héros de la révolution mexicaine, était général depuis 1924. Depuis so (...)
  • 46 La constitution de Queretaro (1917) avait posé le principe de la nationalisation de la terre. Le tr (...)

88Moscou. Mexique, président Cardenas45. Il a donné le contrat collectif, minimum de salaires, des lois d’hygiène. Il a créé des biens communaux (éjidos46) ; des canaux d’irrigation, des écoles.

89En Allemagne : 3 600 000 chômeurs, un énorme chômage malgré le surarmement.

90Sunday Times : nous croyons à la culpabilité des accusés... La confession de Radek n’est pas de la bravade, mais l’expression d’un homme sincèrement humilié de s’être radicalement trompé dans ses calculs.

91Le régime fasciste : « Force tragique. Ivresse de suicide. » Volkischer Beobachter. L’obstination avec laquelle on a présenté l’Allemagne comme accusée complice donne la note comique. Cela ne nous intéresse en aucune manière.

  • 47 Maurice Thorez était arrivé en Espagne le 30 janvier 1937.
  • 48 L’offensive finale sur Malaga, menée par les forces nationalistes du colonel duc de Séville et les (...)

92Moscou. Impression de Maurice Thorez47. Une grande difficulté en Espagne c’est Caballero. M.T. dix jours en Espagne en auto, pas d’autre moyen de locomotion. Trois meetings, Barcelone, Valence, Madrid. Drapeau tricolore. Marseillaise. Les partis. Parti unifié de Catalogne : 42 000 membres. Les anarchistes dominent encore (80 assassinés depuis deux mois). Nos syndicats, 500 000 membres en Catalogne. C’est la bagarre constante. Il faut gagner la guerre. Service militaire obligatoire. Préparation militaire dans les entreprises. Une seule armée. On peut couper la Catalogne du reste. Organisation de l’arrière. Industrielle mobilisation. Fin de la spoliation des paysans. Pas une église debout : tous les catholiques contre nous. Les anarchistes sont obligés de désavouer leurs chefs de base. Les groupes incontrôlables. Les anarchistes supportent Companys. Après Malaga48, les anarchistes acceptent l’armée unique. Les anarchistes sont liés aux trotskistes. Le comité de Madrid a exclu les trotskistes comme agents des fascistes. Vu Caballero, heureux de l’aide du PCF. Vu le président des Cortès. Merci aux communistes soviétiques et français. Et contre le gouvernement français. Vu la direction des anarchistes à Valence. Vu nos brigades : les consuls les découragent. Une seule brigade a eu des difficultés. Ce sont des volontaires ; il ne faut jamais sévir ni froisser. Il manque des commissaires politiques fermes et psychologues. Quelques histoires entre Français et Allemands. Les Espagnols se battent bien ; dans les brigades il y a des Espagnols. Toutes les brigades sauf une sont excellentes. Ils n’ont pas de lettres. Organisation des brigades. Mais un effort vers l’autonomie des Français. Non ! nous sommes à la disposition et aux ordres des Espagnols. Il ne faut pas dire : c’est nous qui avons sauvé Madrid. Nos hommes sont fondus au milieu des Espagnols. Les hôpitaux sont en Andalousie, loin, bien organisés. Bon esprit. 16 000 dont 12 000 Français, 4 000 émigrés de France. C’est une armée sans précédent, de haute tenue. Grand ressentiment contre Blum ; amour pour le PC. Grandes possibilités. Énormes difficultés surtout politiques. Caballero dit : « On n’aide pas les Catalans » ; il s’appuie sur les anarchistes. Il faut des cadres, des officiers. Cran, économes de leurs hommes, [ill.]. Il faut des commissaires. Il faut un rédacteur de l’Huma pour faire les journaux de base français.

Février

Mercredi 3 février 1937

  • 49 Né en Hongrie, Georges Politzer (1903-1942) était agrégé de philosophie. Il adhéra au PCF en 1929 e (...)

93Moscou. Politzer49 : de décembre 1935 à décembre 1936 : 100 comme en 1913. Toute l’industrie est en augmentation ; l’indice 93 en août 1936, 100 en décembre ; dans l’auto 406 en 1935, en 1936 à 560, 36 % ; le bâtiment est inquiétant 46 % en dessous d’avant guerre, indice en août 37, en décembre 36. Le capital ne s’investit plus en immeubles, il s’exporte. C’est le sabotage capitaliste. Recettes chemins de fer favorables 193 millions de plus qu’en 1936. 900 millions [ill.] elles continuent.

  • Les faillites diminuent de 814 à 612 (moins 25 %)
  • Excédents de versements dans les caisses d’épargnes : janvier 195 millions excédents.
  • Grande métallurgie avoue qu’elle a des commandes surtout administratives (l’Usine)
  • Chômage 13 fév. 1937 sur 1936 : 66 000 en moins.
  • Les placements des offices sont plus nombreux sauf alimentation et domestique.
  • Les effectifs des grands établissements augmentent de 30 %.
  • Diminution du chômage partiel.
  • Le Comité des forges avoue la reprise générale. Elle est plus sensible en province qu’à Paris.

94Pour la situation financière accroissement continu du rendement des impôts. Les évaluations sont dépassées. Les emprunts du Front populaire ne dépassent pas ceux des anciens gouvernements. Dans le portefeuille de la Banque de France créances de l’État 30 %. Ce n’est pas catastrophique.

  • 50 Né en 1874, Charles Rist, professeur d’économie politique à la Faculté de Droit de Paris, comptait (...)

95Commerce extérieur. Les importations sont très importantes et les exportations petites. Mais il y a augmentation d’exportation des objets fabriqués, en valeur et en tonnage. En trois jours le cuivre 40 % d’augmentation ; c’est la spéculation et non les lois sociales ; trusts. L’armement de l’Angleterre nous coûte cher. Rist50 dit : « Il faut une nouvelle déflation et abolir les lois sociales. » Laval : il faut de nouvelles exportations, c’est la reprise. On peut ruiner le marché intérieur par l’extérieur. Les exportations de capitaux : 100 millions par jour ; diminution de 3 milliards encaisse-or. On insinue qu’il faut libérer l’or ; pas de contrôle des changes.

Vendredi 5 février 1937

96Départ Moscou 6 h du soir.

Samedi 6 février 1937

97De Moscou à Paris. La rente 3 % valait avant la guerre le pair de 100 francs-or. Aujourd’hui elle vaut 11 francs-or. Va-t-on abaisser à 43 milligrammes la parité-or du franc ? La loi du 1er octobre 1936 l’autorise. Mais ce serait faire baisser le franc de 12 %. Les socialistes s’orientent non vers la tactique « faites payer les riches », mais confiance dans les capitalistes par l’emprunt. Les trotskistes peuvent profiter des difficultés économiques et financières (démagogie, aventure).

Dimanche 7 février 1937

  • 51 Par l’élimination, lors de la « nuit des longs couteaux » du 30 juin 1934, des SA d’Ernst Roehm, Hi (...)

98Rentré à Paris. Programme Hitler en 1933 : abolition de l’intérêt de l’argent, nationalisation des industries-clefs, le contrôle des changes, suppression de l’agio, suppression de la spéculation, mise sous séquestre des grands magasins, partage des grands domaines agricoles, la base du capitalisme sera détruite. Le 30 juin 1934, Hitler assassinait ceux de ses amis qui lui rappelaient ses promesses51.

Lundi 8 février 1937

99Secrétariat. L’arbitrage sur les salaires de la métallurgie ; l’arbitre donne 8,5 % et améliore les allocations familiales. Dans la CGT, mot d’ordre : pas de grève. Delmas : pas d’augmentation de salaires. Que les pourparlers continuent. Et qu’on agisse pour obtenir l’échelle mobile. Arbitrage métallurgie, 8,5 % augmentation des salaires. Un père de trois enfants : 110 F d’augmentation par mois. Un père de deux enfants : 80 F pour les allocations familiales plus 100 F par mois de salaire. 22 contre 13 au congrès de l’Union parisienne des syndicats. Sur 1 600 mandats, les confédérés 250. Nous avons été très généreux dans l’attribution des mandats à la direction.

  • 52 Le 9 février, face au ministre des Finances Vincent Auriol, Joseph Caillaux menace : désormais le S (...)

100Les chômeurs sont très excités. Il y a des initiatives de descendre dans la rue et dans les marchés. Au point de vue financier, le gouvernement frise la catastrophe52.

Jeudi 11 février 1937

101Le Front populaire c’est l’alliance du prolétariat et des classes moyennes contre le fascisme, contre le capital financier, pour la paix.

Vendredi 12 février 1937

  • 53 L’Humanité du 12 février annonçait pour le soir la tenue d’un meeting des Amis de l’URSS au cours d (...)

102Wagram. Le procès de Moscou53.

Dimanche 14 février 1937

  • 54 Le 5e cross de l’Humanité vit la victoire du Soviétique Séraphin Znamensky, arrivé en tête des 3 42 (...)

1033 h, La Courneuve, cross54. 9 h, Vel d’Hiv.

Mardi 16 février 1937

104Descartes : ce qui conduit au progrès c’est l’esprit d’analyse. La synthèse retarde le progrès (Herriot).

Mercredi 17 février 1937

  • 55 Depuis la conférence d’Algesiras sur le Maroc (1906), l’Allemagne était isolée face à la France et (...)
  • 56 Empereur d’Allemagne, prince des Pays-Bas, roi d’Espagne et de Sicile, Charles Quint (1500-1558) po (...)
  • 57 C’est en 1910, année où le colonel Mangin publiait la Force noire, que fut créé un corps de 20 000  (...)

10515 h 30, Commission de la marine du Sénat. La politique méditerranéenne et le gentlemen’s agreement. L’Italie et l’Allemagne s’installent en Méditerranée sur les lignes de communication françaises et britanniques. Nos communications avec l’Afrique du Nord risquent d’être paralysées. L’infiltration des Allemands dans le Maroc espagnol n’est pas compatible avec la sécurité française. Les Allemands au Maroc, c’est Agadir55. Ils y ont des stocks d’armes, des ingénieurs, des policiers, une occupation camouflée. Italiens et Allemands occupent leurs positions stratégiques en vue de la guerre, en vue d’une victoire foudroyante. Allemagne, Italie, Espagne ont reconstitué autour de la France démocratique l’empire de Charles Quint56 (1520). Même si les Pyrénées ne sont que le théâtre d’opérations secondaires, elles occuperont une partie de notre armée. Une guerre sur trois fronts ! Si elle se prolongeait, la situation serait désespérée. La mainmise de Hitler sur l’Espagne et le Maroc. Il y cherche des bases, des points de départ, des points d’appui. Les Allemands veulent une guerre foudroyante contre la France. Il faut empêcher l’arrivée en France des 600 000 soldats de l’Afrique du Nord. Aujourd’hui, sur 643 000 hommes de l’armée française, 270 000 sont des hommes de couleur57.

Jeudi 18 février 1937

106Artistic Cinéma, 61, rue de Douai. La vieille consigne anglo-italienne : « Pas de Germains en Méditerranée. » Mais l’Allemagne au Maroc espagnol détruit cette consigne. L’Italie a joué l’Angleterre en Méditerranée comme en Éthiopie. Margaine : les soviets sont les producteurs d’or les seconds du monde. Ils seraient les premiers si les Français leur envoyaient leurs milliards pour l’extension de leur industrie de l’or. Faites une société avec promesse que les intérêts seraient payés en nature-or. Vous aurez tous les crédits que vous voudrez. L’Angleterre fait une campagne d’une grande violence contre l’URSS. Lebrun veut la disparition de Blum et le venue d’Herriot. La situation est très trouble. En mars, fin mars, la trésorerie sera redoutable. Boncour : « Pourquoi Blum a-t-il reculé dans l’affaire espagnole ? » Parce que les radicaux en ont fait une question de politique intérieure. Ils ont espéré briser le Front populaire comme en Belgique. Parce que l’Angleterre a fait pression. Si on avait voulu aider Azaña, l’Angleterre se serait laissée convaincre. Eden me l’a dit.

Samedi 20 février 1937

  • 58 Le meeting franco-britannique du RUP avait pour objectif l’application du pacte de la SDN à l’Espag (...)

107Wagram, Rassemblement universel pour la paix58 : envoyer avant samedi le discours, 6, rue de la Paix.

  • 59 Samuel Vyvyan Trerice Adams (1900-1951), avocat, avait été élu député de Leeds en 1931.
  • 60 Reginald Thomas Herbert Fletcher (1885-1961), député libéral de Basigstoke de 1923 à 1924, rejoigni (...)

108Réunion avec les Anglais, cercle Interallié (salon de Luynes), 33, rue du Faubourg-Saint-Honoré, 17 h 30. Vivyan Adams59, Flechter60, Paul Boncour. Vivyan Adams, conservateur de gauche, Flechter, travailliste. Ils disent : en Angleterre l’opinion ne réalise pas les conséquences de la victoire de Franco. Six ministres, et les plus essentiels, sont pour la défaite de Franco (pas Eden, dit le travailliste). Si, d’après le conservateur ! Tous deux sont en désaccord sur tous les points. Adams dit : « Ce soir, je ferai une charge contre l’Allemagne hitlérienne. » Les Anglais pensent que l’Allemagne est un pays encore trop arriéré pour comprendre la démocratie. Elle a le gouvernement fasciste qu’elle mérite. Depuis la victoire de Mussolini en Abyssinie, la route de Suez est très peu sûre pour les Britanniques. L’Angleterre vient de donner la preuve qu’elle aperçoit enfin le danger pour elle !

Lundi 22 février 1937

10912 h 30 : Sadoul. Dubouis [?] 101, boulevard Haussmann. ANS 86 97. L’affaire Schneider et le cuirassé soviétique. Il se fera aux États-Unis. Le parti paysan tchèque est pro-hitlérien ; c’est le plus fort parti tchèque. En Pologne, on a pris notre argent. Ils restent avec l’Allemagne. La Yougoslavie est hitlérienne. Eden ne sait pas s’il est pour ou contre Franco. Les Russes font 13 milliards d’or par an. Ils le gardent en prévision de la guerre.

Mardi 23 février 1937

11015 h, Rassemblement universel pour la paix 7 bis, place du Palais-Bourbon. Les affaires extérieures au Sénat. Chez les socialistes, inquiétude, trouble ; les tendances les déchirent. Ils disent : il faut une fraction de la majorité. La situation est pour eux difficile dans les masses. Le courant communiste est plus fort. Nos effectifs augmentent, l’Humanité. Nous proposons un plan de sauvetage du Front populaire. Nous avons eu raison pour l’Espagne et pour la dévaluation.

Mercredi 24 février 1937

  • 61 Le 13 février, Léon Blum s’est adressé par radio aux fonctionnaires : « Un temps de pause est néces (...)
  • 62 Le 3 février 1937, devant les commissions des Finances des deux Assemblées, Charles Spinasse avait (...)

111Blum nous a dit qu’il avait envisagé de passer la main mais, qu’ayant réfléchi, il s’est résigné à gérer la pause61 car ce sera un temps d’arrêt et non de recul. Je l’ai dit au Conseil national. Surprise ! Inquiétude. Inquiétude accrue par Saint-Nazaire. L’ennemi reprend courage. Flandin dit : disloquer le Front populaire en attaquant le communisme et la CGT. Mais Blum ne peut pas ! Nous ne pouvons pas nous taire et nous ne pouvons attaquer Blum. Il faut critiquer la pause. Nous ne sommes pas pour la pause qui peut être une liquidation du Front populaire. La pause est la faillite de Spinasse et d’Auriol. Il faut promulguer notre programme du Front populaire. Blum dit : rien pour les vieux, rien pour les calamités, rien pour les fonctionnaires. La dépréciation du franc touche les paysans. L’assaut contre le Front populaire de la réaction. La stabilité politique est solide parce que le PC agit mieux que les socialistes qui ont jeté la gauche à terre. Sur le plan économique et financier, il y a fléchissement. Il y a amélioration économique, progression de la production, sauf dans le bâtiment. À l’origine des crises, il y a contradiction entre la grande production et le manque de consommation des masses (Marx). Blum dit : c’est la production. On ne peut poursuivre la course à la hausse des prix et des salaires. Il faut déterminer les prix ; la fermeté des prix, c’est le travail nécessaire. Spinasse a armé le patronat, américanisé ; il a dit hausse des salaires 32 % et comme elle est pour 10 % dans la hausse des prix, c’est elle qui est la cause62.

Jeudi 25 février 1937

  • 63 Tout en n’ignorant pas le poids du coût du réarmement français dans l’amenuisement des marges de ma (...)

112Il faut dire ce qui est à la base des prix. Il y a hausse des prix mondiaux ; la revalorisation des prix agricoles ; la spéculation sur la hausse ; la hausse injustifiée dans l’industrie (monopoles, cartels), il y a la dévaluation. La hausse des prix est le résultat non de la hausse des salaires, mais des monopoles et des spéculateurs. La situation financière. Ce n’est pas le résultat de la politique du Front populaire. Sur 27 milliards, 1 seulement pour les améliorations sociales (en 1936). En 1937, il faut 40 milliards. Or 4 milliards seulement de déficit du budget à cause des lois sociales. Le reste c’est l’armement, car nous payons pour la politique imbécile vis-à-vis de l’Allemagne63. C’est aussi la caisse des pensions promises aux anciens combattants. Ce sont aussi les arrérages des dettes. C’est 13 milliards d’engagements des autres gouvernements et de leurs dettes. On peut surmonter ces difficultés aisément : carte d’identité fiscale qui donnerait 8 milliards ; prélèvements qui donneraient 7 milliards, réforme fiscale, lutte contre les trusts comme Roosevelt. Tout cela pour réfuter la pause, pour ne pas toucher au bien-être des masses laborieuses. C’est un problème politique. Le Front populaire ne tiendrait pas sans la confiance des masses qui durera si on donne satisfaction aux travailleurs. Ne laissons pas porter préjudice aux intérêts des travailleurs car, en Allemagne, ne pas faire droit aux revendications des travailleurs, ce fut le fascisme. Donc, nous sauvons la démocratie. Pas d’exagération. Tout n’est pas possible ni aux patrons ni aux ouvriers.

Vendredi 26 février 1937

113Sémard. André Marty retour d’Espagne. Chaque usine travaille pour elle. Elle appartient au syndicat. Nulle discipline nationale dans la production. Les chefs anarchistes réagissent vigoureusement contre leur base. Ils sont pour l’armée unique, le commandement unique, l’augmentation de la production et pour gagner la guerre. Les paysans travaillent très bien. Les armements sont rares. Le service de santé bon. La discipline militaire s’améliore. Ce sont les bataillons internationaux, les Soviétiques et le PC qui ont sauvé la situation. Caballero en est très marri. Les meilleurs officiers sont communistes. Il faut des munitions et 10 000 hommes.

Samedi 27 février 1937

114Les prix du cross à Pleyel. Paris-ville information (19e arrondissement) rue Manin. 196 000 numéros à la VO, pas de bouillons. 73 000 membres dans les Maisons de la culture en France. Les fatalités du corps me dominent (duchesse de Réville). En France : 15 762 080 bovins (14 millions en 1913), 9 788 000 ovins (16 millions en 1913), 7 088 000 porcins (7 millions en 1913). L’industrie concentrée a l’avantage sur une agriculture dispersée.

Dimanche 28 février 1937

115Guy Menant me demande un entretien au sujet du Vatican. Il se plaint que trop de communistes dans le Rassemblement universel pour la paix et dans son appareil (Courtade). Les anciens combattants, la droite, les Blache coopérateurs se liguent contre les communistes. Ils sont allés voir Cot pour cela. Laval et Boncour rôdent autour du RUP. Guy Menant dit : il faut laisser mûrir la crise. Une gauche dans l’appareil, de la mollesse. L’appareil se plaint de Marthe Jensen. Il faut agir du côté de la Société des Nations pour l’Espagne.

116200 000 ouvriers électriciens en France. Capital 40 milliards investis dans l’électricité française. Moyenne vente Huma février : 62 919 Paris. 293 374 membres du PC.

117Or. Il y a six ans, 19 millions d’onces d’or étaient produites, en 1937, 36. Si l’or a été choisi comme étalon des valeurs c’est qu’il est rare. Mais s’il n’est plus précieux ! L’Amérique ne peut ramasser l’or qu’en émettant des dollars. Et elle ne veut pas d’inflation. On va être obligé de restreindre la production de l’or. Quelle fut la fonction de l’or ? Faciliter les échanges en plaçant entre les produits un instrument de mesure stable et universel. Pour cela il faut qu’il soit une marchandise comme les autres, qu’il circule librement, que son cours monétaire soit un cours marchand. Or, il ne circule plus d’or. On lui a fixé un cours invariable arbitrairement. On a détraqué le système.

Mars

Lundi 1er mars 1937

118Paris à Lancerf. En 1936, production d’or de 35 millions d’onces (once = 31,1 grammes) : 11 372 044 onces au Transvaal, 7 300 000 onces en URSS, 4 329 000 onces aux États-Unis, Canada, colonies françaises. Production mondiale : 143 500 kilos. La production des États-Unis vaut 152 millions de dollars, soit 3,26 milliards de francs. La production de l’URSS : 5,5 milliards. L’URSS a vendu depuis janvier 800 millions de francs-or à Londres-Paris à 35 dollars. Les banques américaines ont déclaré qu’elles n’accepteraient plus de consignations de métal d’or destinées à être vendues à la trésorerie américaine, d’où panique à New York. Le gouvernement américain a démenti ces bruits. Il ne change pas sa politique de l’or.

Mardi 2 mars 1937

119Lancerf. Dans les quinze premiers jours de février, 2,5 milliards de francs-or ont quitté la Banque de France pour aller à Londres.

120Il faut : échelle mobile, relèvement des secours chômage, grands travaux, protéger les vieux (3 600 F plus 1 200 F à la femme), les enfants, le sport ; protéger les paysans contre les trusts et les calamités, allocations familiales ; protéger les petits commerçants et artisans (crédits, moratoires, aménagement des billets de fonds, modification de l’impôt).

Mercredi 3 mars 1937

121Lancerf. Flandin à Blum :

  1. vous êtes en retard dans tous vos paiements ;
  2. vous cherchez un nouvel emprunt à l’étranger. Vous ne trouvez plus de prêteurs64 : un quart des souscripteurs de bons Auriol a refusé la consolidation de ces bons ; vous n’avez reçu des détenteurs d’or que 172 millions et ils ont des milliards ; deux des plus grands établissements de crédit d’Angleterre ont refusé de souscrire à l’émission des chemins de fer ; vous empruntez à Londres à 12 % ;
  3. vous serez obligé de relever l’indemnité de chômage, les traitements de vos fonctionnaires ;
  4. la hausse des prix absorbe ou gèle les capitaux qui auraient pu être disponibles pour la trésorerie ;
  5. vous n’avez pas les moyens de couvrir en 1937 les emprunts qui seraient nécessaires à la trésorerie. Donc vous allez recourir aux avances de la Banque ;
  6. le déficit de la balance commerciale s’aggrave (5 milliards depuis la dévaluation). Et la hausse des matières premières dans le monde l’accentuera encore ;
  7. l’Exposition ne vous donnera que 4 milliards de devises ;
  8. l’encaisse-or de la Banque de France était le 16 octobre 1936 de 64,35 milliards. Au début mars, 57,35 milliards ;
  9. vous serez obligé d’avoir recours à l’inflation et au contrôle des changes ;
  10. vous avez, à Luna-Park65, sacrifié la République espagnole à la paix ;
  11. vous ne cessez d’opposer le capital au travail, d’attaquer le capital. Autour de vous on annonce les nationalisations, voire la révolution. C’est parce que vous avez perdu la confiance du capital national et international ;
  12. vous allez comme Staline, Mussolini, Hitler, au contrôle des changes, c’est-à-dire : la réquisition des avoirs à l’étranger, la réquisition des valeurs mobilières étrangères, l’interdiction du voyage à l’étranger si vous fixez les prix. Vous introduisez en France le système allemand66 ;
  13. il faut cesser votre politique de division des classes.

Vendredi 5 mars 1937

122En 1935 : 19 milliards d’or sont sortis en dix semaines. De mai 1936 à février 1937 : 14 milliards d’or sont sortis de la Banque de France. Les prix : le capitaliste dit : « La hausse des prix est due aux salaires. » Non ! cf. Marx : salaires, prix, profits. La valeur est déterminée par le salaire, le profit, la rente pour le propriétaire d’immeuble. Le rapport entre le salaire et le profit varie. Il peut varier sans que les prix en soient affectés. Le salaire peut être augmenté au détriment du profit. Ce qui influe maintenant sur les prix c’est : les trusts et leurs surprofits, le revalorisation des prix agricoles, la dévaluation du franc, la spéculation. Il faut des nationalisations (assurances etc.) qui ne portent nulle atteinte à la propriété fruit du travail. On n’a pas le droit de mettre en péril salaire et réformes. En Allemagne et en Italie, la diminution des salaires a été suivie du fascisme.

Samedi 6 mars 1937

123Lancerf à Paris (Paris 44, rue de Rennes). Fleurot à la gare de Saint-Brieuc. Les tilleurs de lin. Tiller : briser à la main le chenevotte (on en fait des allumettes) pour en détacher les filaments, la filasse. La tille c’est l’écorce fibreuse du chanvre ou du lin. À Tréguier, réunion le 1er mars des propriétaires avec Guibriant et Cozannet. [ill.]. « Les cultivateurs veulent s’entendre avec les ouvriers sans que nul ne s’interpose entre eux, ni meneurs, ni syndicats. Trois cents gros cultivateurs sont descendus à Tréguier pour lutter contre les ouvriers. »

  • 67 Boris Lifschitz dit Souvarine (1895-1984) n’était plus « trotskiste ». Socialiste, il avait largeme (...)
  • 68 Maurice Paz (1896-1985) fut exclu du PCF en 1927 pour avoir défendu les thèses de l’Opposition de g (...)
  • 69 André Alfred Griot dit Rosmer (1877-1964), correcteur, avait été membre du BP du PCF et directeur d (...)
  • 70 Amédée Catonné dit Dunois (1878-1945), hostile à la « bolchevisation », quitta le PCF en 1927. Ayan (...)
  • 71 Pierre Monatte (1881-1960), correcteur d’imprimerie, était entré en 1904 au Comité confédéral de la (...)
  • 72 Victor Engler (1884-1935), dirigeant syndical des dockers, fut exclu du PCF en 1927 en raison de la (...)
  • 73 Lucie Colliard (1877-1961), institutrice, membre suppléant du Comité directeur du parti communiste, (...)
  • 74 Fernand Loriot (1870-1932), instituteur, membre du Comité directeur du parti communiste, rompit en  (...)
  • 75 Albert Treint (1889-1971), instituteur, fut en 1923 secrétaire du PC aux côtés de Louis Sellier. Ch (...)
  • 76 Né en 1904, sociologue, Pierre Naville était – quant à lui – un authentique trotskiste. Directeur d (...)
  • 77 Maurice Chambelland (1901-1966), syndicaliste révolutionnaire, avait démissionné du PC en 1924, en (...)
  • 78 Robert Louzon (1882-1976), ingénieur, collaborateur de la Révolution prolétarienne, était un spécia (...)
  • 79 Né en 1912, Fred Zeller, artiste peintre, avait été exclu de la SFIO en octobre 1935 à la suite de (...)

124Les trotskistes français : Souvarine67, Paz68, Rosmer69, Dunois70, Monatte71, Engler72, Colliard73, Loriot74, Treint75,Naville76, Fourier, Bonet [?], Chambelland77, Louzon78, Zeller79.

125À la CGT : 12 000 syndicats.

Dimanche 7 mars 1937

126Paris à Lancerf (Jean Hénaff, Guingamp). André Prigent chez Perrin, Lannion. Queffenlou, cordonnier, Ploëzal. Dans le train je trouve le docteur Quentin, professeur à l’école de médecine de Rennes : 65 % des enfants d’Ille et Vilaine vont aux écoles catholiques, 35 % aux écoles laïques. Archevêque remuant, républicains très mous. Gasnier-Duparc et Lachambre. « Des sacristains épileptiques. »

127Staline a réussi : à se dégager de la vassalité vis-à-vis des pays capitalistes, à rendre impossible le retour à l’ancien état des choses, à créer la liaison entre l’industrie et l’agriculture, à donner aux peuples soviétiques le sentiment collectif, le zèle, l’émulation.

Lundi 8 mars 1937

128Lancerf.

Mardi 9 mars 1937

  • 80 La politique de retour à l’orthodoxie financière, annoncée à l’issue du Conseil des ministres du 5  (...)

129Lancerf. Berlioz au Comité central. Mécontentement chez les chômeurs, chez les petits commerçants : les 6 % incompréhensible ; ils payent plus qu’avant. Situation des communes désespérée. L’assistance. Les travaux. On a confiance en nous parce que nous poussons le Front populaire. La politique de Blum c’est la politique du compromis sans lutte. La social-démocratie cède80. C’est une expérience de la confiance. Déjà les crédits votés au budget sont, en mars, épuisés, en raison de l’augmentation des prix, de la vie. Les progrès du fascisme français, on les remarque dans la petite bourgeoisie. Il faut empêcher le glissement de Blum. Les socialistes disent : aujourd’hui pause, demain nationalisations etc. etc. pour faire avaler. Les baux, nous devons demander qu’ils soient diminués. Ça ne coûtera rien ! Il ne faut pas s’incliner devant les difficultés financières. Il faut notre réforme fiscale. Réforme des finances communales indispensable. Souffle républicain. Inspection du travail réactionnaire. Il faut harceler le gouvernement sur l’Espagne. Le PC reste sectaire en province, anticlérical. Il faut pousser à l’unité organique. Les fascistes montrent Blum aux pieds des puissances d’argent. Ils disent : « Nous, nous briserons ces puissances. » Les paysans bretons aiment mieux les communistes que les socialistes parce que nous ne sommes pas anticléricaux. Dans une petite commune du Cher, une section du PPF (dirigeant : un commandant en retraite). Chaque semaine les sectionnaires se réunissent chez le curé et un délégué de Paris assiste. Nous devons dire, c’est le mur d’argent qui doit céder au Front populaire qui doit faire payer les riches.

Jeudi 11 mars 1937

  • 81 Le fait qu’un cadre dirigeant du PCF puisse encore évoquer ce type de revendication presque deux an (...)

130De Lancerf à Paris par la route. CC. Granjon. Désillusions dans la jeunesse, troubles, inquiétude ; jeunes chômeurs. La reprise a profité aux chômeurs de profession qualifiée, mais les jeunes sont sans métiers. Pas d’apprentissage. Les fascistes se tournent vers les jeunes. Soldats : dans toutes les casernes, nulle amélioration ; la prime d’alimentation a été anéantie par l’augmentation de la vie. Les fascistes, officiers, dressent les soldats contre le Front populaire. Vingt kilos de charbon pour une chambre par semaine. Préparation militaire obligatoire. Il faut prendre position et réclamer la réduction du temps de service81. La direction de la SFIO a saboté l’unité antifasciste des jeunes. Veto. Interdiction de la Commission administrative permanente. Les jeunes lycéens sont en proie au trotskisme.

  • 82 Barthélemy Montagnon (1899-1969), ingénieur, était le secrétaire de la Fédération de la Seine du pa (...)

131Monmousseau. – Le rassemblement populaire. Montagnon82 a dit : le virage général est fait. Lagorgette : nous gageons la paix en Espagne. Ils s’installent dans la capitulation. Ils se demandent jusqu’où irons-nous ?

  • 83 Fernand Soupé (1889-1976), cantonnier, était membre du Comité central du PCF et maire de Montreuil- (...)

132Soupé83. – À Montreuil, 5 200 chômeurs comme l’an dernier à cette date ; ils sont plus malheureux en mars 1937 qu’en mars 1936 ; augmentation de la détresse des vieux. Les fascistes distribuent des tracts aux chômeurs et aux vieux. Les ouvriers se plaignent de la sentence arbitrale : les patrons ferment leurs usines quand la sentence leur déplaît.

133Lebas répond : « Je n’y peux rien. » Petits commerçants : contre le 6 %.

Vendredi 12 mars 1937

134CC. Capitulations, surprises, reculades. Coups de théâtre, piétinement au gouvernement.

135Renaud Jean. – Les paysans, que pensent-ils du gouvernement de Front populaire ? On nous reproche de ne pas participer. Mais on nous dit : gardez le Front populaire ; confiance au PC. Si la pause ne signifie rien pour les paysans, alors attention ! Le mouvement dorgériste devient très fort dans le nord de la France. La loi sur la caisse de compensation des allocations familiales en Allier. Les métayers ne reçoivent rien et s’ils sont domestiques, ils doivent payer pour eux. Pas de pause aux paysans. Calamités agricoles : Monnet dit : « On les fera par des nationalisations d’assurances. » Fumeux ! Propriété culturelle. Réforme du métayage. Dettes agricoles maximum 4 %. Les vieux ! Il faut être réaliste et non fumeux comme Auriol, Spinasse et Monnet.

  • 84 Mineur de fond, Henri Martel (1898-1982) était membre du Comité central du PCF et l’un des grands a (...)

136Martel84. – Les vieux ! assistés incurables ; c’est pire qu’avant le Front populaire. Il y en a qui touchent 20 F par mois dans le Nord 40 et 50 F. Il faut augmenter l’allocation aux vieux. Or des circulaires disent : économies de même pour les familles nombreuses et femmes en couches. On a dit : au-dessus de 8 500 F de salaire, plus rien pour les femmes en couches ; du coup les mineurs ne touchent plus rien. Toutes les circulaires sont contre les chômeurs (Lebas) ; si les chômeurs distribuent des tracts, ils ne touchent plus l’allocation. Taxe de 6 % sur les petits commerçants indignés.

Samedi 13 mars 1937

137CC. Sémard, Dupuy : il faut être attentifs.

138Coutheillas. – On continue d’intervenir ; réunion en Alsace, même où nous avons la municipalité. Les soldats communistes de la région parisienne très surveillés. Les officiers fascistes. Delmas : le Front populaire n’est rien, la CGT, trop de communistes. Il n’y a que Blum. Le fascisme peut venir en France. Doriot, Biron reste son ami. Biron reste ami de Doriot.

139Vassart. – Le grand capital, la bureaucratie réactionnaire réagissent avec insolence. L’impuissance, l’incapacité gouvernementales sont observées par les prolétaires. Ça va plus mal qu’avant. Pourquoi les communistes n’agissent pas ? Il faut maintenir le Front populaire. Il faut le redresser ! Redresser sans outrance, en maintenant l’équilibre. Appliquer le programme du Front populaire. Qu’est-ce que la pause ? Il faut la définir. Il faut faire attention aux syndicats professionnels qui, par menace, chantage, font pression surtout dans l’alimentation. On veut nous isoler politiquement. On pousse les trotskistes contre nous et en même temps que les opportunistes. Il faut s’accrocher à la CGT. Pour cela il faut la lutte revendicative. Il faut les grands travaux, les nationalisations.

140Rochet. – Inquiétude, mécontentement, chômeurs, vieux ; hausse de la vie. Les paysans sont assez satisfaits. Ouvriers et paysans craignent que le Front populaire soit mis en échec. Nous devons prévoir que le mécontentement soit plus grand. Pas de récriminations exagérées. Il faut reconnaître les avantages obtenus par le Front populaire. Pas de discussions sur la pause, faisons nos propositions communes : Renaud Jean.

Dimanche 14 mars 1937

  • 85 Alphonse Bonenfant (1908-1983), ouvrier carrier, avait rejoint le PC belge en 1927. Membre du Comit (...)
  • 86 René Delbrouck (1903-1942), dirigeant des Jeunes Gardes socialistes, animateur de la gauche liégeoi (...)

141Genève, hôtel de Genève et du Brésil, rue du Mont-Blanc. Association générale des États socialistes unifiés. Bruxelles (Delmarche), 184 Banlieusard Fontaine-l’Évêque, Hainaut. Le sujet : unir. Le gouvernement du Front populaire, avec Brouckère, Bonenfant85, René Delbrouk86, député socialiste de Liège (Jeune garde socialiste).

  • 87 Outre cette dotation exceptionnelle, le Rassemblement universel pour la paix bénéficia en 1937 d’un (...)

142Exposition : une colonne (un million donné par le gouvernement87), un pavillon gratuit l’éclairage, l’emplacement pour la colonne, pour le pavillon il faut un demi-million. Les divers ministres des pays adhérents proposent de donner cette somme. Madame Roosevelt, Blum peuvent être présidents.

143Le Rassemblement universel pour la paix a popularisé les quatre points, la sécurité collective a développé la vie des œuvres par la Société des Nations et sa défense. Sou de la paix. Plébiscite pour la paix en France : plus de dix millions de votes. Semaine de la paix : août 1937. Lord Cecil dit : il faut d’abord organiser, après nous ferons de la politique. Mais les organisations nous demandent : quelle politique avez-vous ?

Lundi 15 mars 1937

144Bruxelles. Procès de Moscou. Acker. Travail 39, rue de Lausanne.

145Genève. RUP. Acker me dit : « En Belgique, les catholiques ont dit : nous ne rentrerons jamais au RUP. »

146Balmer, chef du département Justice police suisse.

  • 88 L’ancien gouverneur civil de Barcelone (1909) Angel Ossorio y Gallardo (1873- 1946), « monarchiste (...)
  • 89 Confédération internationale des mutilés anciens combattants.
  • 90 Fédération interalliée des anciens combattants.

147Gallardo88, Menant parleront Espagne. Sychrava tchèque ancien combattant. Ciamac89. (Desbons a été chez Hitler) Fidac90. Demander à l’assemblée d’envoyer une délégation à Prague de toutes les nations pour l’assurer de la solidarité de toutes les nations.

148La résolution sur l’Espagne (Dolivet). Il faut faire de la politique ; il faut une base sans cela nous perdrons nos meilleurs éléments. Aux Etats-Unis le mouvement a des possibilités grandes mais pas trop de mot d’ordre et le mouvement est sans force. Dolivet est trop formel ; il n’aime pas la politique. Or il faut dire pour quel but se réunir. Depuis Bruxelles le mouvement RUP n’a pas progressé parce qu’il n’a pas de politique ; ou l’idée est trop populaire. RUP 7 bis, place Palais-Bourbon. Pour 1937, un congrès de la section française RUP en août. À Genève, une résolution pour l’Espagne et la Tchécoslovaquie à laquelle s’associe Cecil.

Mardi 16 mars 1937

  • 91 Le 16 mars 1937, le conseil général du RUP adopta deux résolutions. La première exprimait sa satisf (...)

149Genève. De Saint-Laurent du Jura à Gex par la Rousse et la Faucille, 57 kilomètres dans la neige (deux à trois mètres). Du haut du col la vue sur Genève ! Au Conseil général du RUP à Genève, 30 femmes, 40 hommes. Ossorio y Gallardo. En dehors de Noël Baker, pas un socialiste français n’était là que comme observateur de Blum. Quand miss Allen appelle l’IC c’est comme observateur. Je proteste : elle me répond : c’est parce que la IIe Internationale n’adhère pas ! Lord Cecil est en pourparlers avec Citrine pour qu’il rentre au RUP avec la FSI. Trois discours remarquables : Gallardo, L.R. Cecil, Jézéquel. Ruyssen : il ne faut pas seulement résister, il faut attaquer. Mon intervention à 12 h 30, approbation de Ruyssen, Prudhommeaux, L.R. Cecil91.

Mercredi 17 mars 1937

150De Genève à Paris. Les officiers italiens qui se sont rendus aux républicains espagnols sont probablement opposés à Mussolini.

  • 92 Ancien combattant, le pasteur Jules Jézéquel, secrétaire de l’Alliance internationale de l’Alliance (...)
  • 93 Marc Sangnier (1873-1950) avait été le principal animateur du Sillon (1890-1914), mouvement politiq (...)

151Les Anglais ont dit aux Français : vous êtes en Espagne libres, tout à fait libres, mais... mais... Lady Hall : le discours de L.R. Cecil est une réponse au pape (on peut collaborer avec les communistes pour la paix. Mme Jensen). Les journaux protestants commencent à attaquer Jézéquel92 à cause de sa collaboration avec les communistes. Marc Sangnier93 reste attaché et il est le seul catholique qui restera dans le RUP.

Jeudi 18 mars 1937

  • 94 Le 16 mars 1937 à Clichy (Seine), un affrontement avec les forces de l’ordre causa 5 morts et 200 b (...)

152Après Clichy94, grève générale à Paris. Grober. Kle 9210 1 bis, rue Navarin 4e. Berger. Hier Huma numéro spécial : 220 000, aujourd’hui : 650 000, insuffisant.

153Coiffeurs, boulangers, cordonniers, demandent que l’on n’ouvre plus de boutiques. Propositions très discutables. Les communistes de la Chambre se sont abstenus.

  • 95 Les radicaux font alors pression sur Léon Blum pour éviter toute mise en cause de l’attitude de la (...)
  • 96 Marius Moutet (1976-1968) s’était rendu en Russie en compagnie de Marcel Cachin et d’Ernest Lafont (...)
  • 97 Né en 1880, Pierre Chaumié, docteur en droit, directeur de sociétés, était sénateur (Gauche démocra (...)

154La police de sûreté générale est plus que suspecte95. Elle envoie des rapports sur la Ligue des droits de l’homme, parti socialiste, parti communiste, rien sur la Maison brune. A Clichy, provocations évidentes. Moutet96 dit : nous sommes trahis par nos services. Le Sénat a voulu refuser des fonds d’emprunt à Blum. Tout est arrêté au Sénat (amnistie). C’est Chaumié97 qui rapporte sur l’amnistie. Le Sénat (radicaux compris) apparaît de plus en plus comme le centre de la réaction : commission des finances, commission de législation très réactionnaires.

Vendredi 19 mars 1937

155Moyenne tirage de l’Huma en mars : 410 000 par jour. 800 000 après Clichy pendant deux jours.

Samedi 20 mars 1937

156Saint-Denis. Bretons. Côtes-du-Nord : 1 500 cartes du PC. Morbihan-Finistère : 2 000. Ille-et-Vilaine : 850. Loire Inférieure : 1 500.

  • 98 Ernest Bevin (1881-1951), prédicateur et camionneur-livreur, entra en 1911 comme permanent au syndi (...)
  • 99 Henri Courtade et – probablement – Mounette Dutilleul, née en 1910, permanente du PCF. Après avoir (...)
  • 100 Georges Leduc avait rapporté sur l’organisation lors de la Ve Conférence de la région communiste de (...)

157RUP. Dolivet va à Bruxelles voir Brouckère pour que Br. fasse une grande tournée au nom du RUP en Scandinavie, Londres, Finlande. Cecil a parlé à Bevin98 pour faire adhérer la FSI au RUP. Douze syndicats anglais adhèrent et payent. Soumettre la résolution de Genève aux comités nationaux pour actions près des gouvernants. Les PC n’agissent pas assez ; ils sont mal renseignés. H. Court. et Moun.99 soient [sic] plus fraternels avec Mme Jensen et Dolivet. Voir Leduc100 Paris-ville pour excuser Dol s’il n’assiste pas aux réunions de la cellule. Prache dit : il y a un bloc du personnel Court. ; un bloc Guy Menant ; c’est intolérable. Il faut que cela cesse tout de suite. Voir Gitton pour qu’il se mêle lui-même de l’affaire. Le plébiscite. L’Exposition. Le congrès français.

Dimanche 21 mars 1937

158Obsèques des victimes de Clichy. 12 h 30 au 120.

159La chronique financière du Temps d’aujourd’hui (22 mars). Les mouvements désordonnés des prix des matières premières (boom malsain) friseront la crise économique.

  • Hausse incontrôlable des matières premières (métaux et caoutchouc).
  • Spéculation sur les valeurs mobilières.
  • Renchérissement de toutes choses.
  • Mystique de l’argent à bon marché.
  • 101 Ce fut notamment le cas aux usines Chrysler de Detroit.

160Tout cela prépare de nouveaux déséquilibres. Le réarmement est l’essentiel responsable du boom des matières premières ; s’il se ralentit la crise suit immédiatement. Les producteurs ne se préoccupent nullement des besoins de l’humanité. Ils satisfont aux demandes de la guerre puis à celles des spéculateurs, puis à celles de l’industrie qui se couvre à tout prix par crainte de la hausse. Au terme de cette surproduction, c’est la crise. C’est de l’Amérique que vient la nouvelle crise : montée des salaires, des prix, des matières premières. Boom suivi d’effondrement comme en 1929. Exigences ouvrières, grèves avec occupation101.

Lundi 23 mars 1937

  • 102 Né en 1902, Adrien Langumier, ajusteur, était depuis 1924 permanent syndical puis du Parti. Élu l’a (...)

161Locataires. Retour au droit commun comme le 1er juillet 1937 pour les logements de plus de 1 000 F à Paris, 250 F en province. Plus de 1 million de familles seront frappées. En province les propriétaires donnent congé pour juillet. Le problème est sous-estimé partout. Ce sont les socialistes qui dirigent les sections de locataires. Beaucoup de communistes craignent de mécontenter les petits propriétaires. Donc que le BP souligne devant le PC le problème. Il faut un mouvement pour pousser le Sénat. On doublera le loyer et les répercussions seront grandes. Or dans notre presse, rien sur les locataires ! Dans le Var, les communistes ne rentrent pas dans le mouvement des locataires : Toulon, 3 000 membres, direction socialiste ; à Mulhouse, un hitlérien dirige les locataires. Le retour au droit commun est contre la famille. 73 000 adhérents en 1937 (Union confédérale) dont 36 000 pour la RP ; 14 000 Alsace-Lorraine. Une commission siège au ministère de la Justice. Elle n’a pas réussi. Les petits propriétaires sont contre les gros. Les cotisations (30 F) sont trop élevées dans les syndicats de locataires. Toutes les villes au-dessus de 4 000 habitants sont dans le droit commun. Langumier102 a déposé un projet communiste.

Mardi 23 mars 1937

162Vente Huma 17, 18, 19, 20, 21 : 82 391 Paris. Tirage Huma : 399 000. 1erPetit Parisien, 2ejournal : 600 000, 3eHuma : 399 000.

  • 103 Louis Bertrand (1866-1941), professeur de lettres, avait exalté dans son œuvre (Sanguis Martyrum, L (...)

163« Il est imbécile quand on est un bourgeois conservateur de vomir les injures de Hitler qui seul a eu le courage de barrer la route au bolchevisme. Le plus grand danger c’est le bolchevisme. » Louis Bertrand103, antifrançais, hitlérien, pro-fasciste.

164Dans vingt ans, nous, Italiens, serons 60 millions. Alors nous prendrons les colonies que nous voudrons.

Mercredi 24 mars 1937

165Mme Simard, 51, rue des Francs-Bourgeois, ARC 77 88.

  • 104 Le 23 mars 1937, le représentant italien au Comité de non-intervention, Grandi, s’était laissé alle (...)

16611 h, visite à Delbos pour lui porter la résolution de Genève sur le désarmement et les affaires d’Espagne. Delbos : il a été très utile de réunir la commission de non-intervention, car l’Allemagne et l’Italie y sont104. Ils ne sont pas à Genève. Maintenant que nous avons les aveux des Italiens, si la commission de non-intervention est impuissante, nous pourrons demander aux Anglais de réunir la Société des Nations. Mais les Anglais sont très hésitants. Les Italiens nous ont menti en disant qu’ils n’avaient pas envoyé de soldats depuis le 20 février. Ils prélèvent par tirage au sort des soldats dans toutes les communes d’Italie pour aller en Abyssinie. Et ils les envoient en Espagne.

167L’aviation est supérieure à celle des insurgés ; artillerie faible, peu d’obus. Industrie de guerre ça va lentement ; si on pouvait avoir des armes ça irait vite. Il y a assez de camions.

Jeudi 25 mars 1937

  • 105 Né en 1899, Hubert Ruff, dirigeant communiste du Lot-et-Garonne, avait été chargé en 1936 d’épauler (...)

168BP. Commission exécutive du RUP, section française, 16 h, 7 bis, place du Palais-Bourbon, INV 17-04. Près la gare d’Arcueil, 2 h école d’Arcueil. Ruff105, Alésia 23 15, rue du Docteur-Gosselin, 24 bis.

  • 106 À la suite de la victoire républicaine de Guadalajara (18 mars 1937), les Soviétiques jugèrent le m (...)
  • 107 Né en 1906, Jesus Hernandez Tomas, membre du Comité central du PCE, député de Cordoue et rédacteur (...)
  • 108 Diego Martinez Barrio (1883-1962), radical, membre de l’Union républicaine, était en 1936 le présid (...)
  • 109 Membre du PCF depuis 1936, Georges Soria (1914-1991) était grand reporter en Espagne.

169Billoux (Espagne). Unité. Caballero a démissionné106. Hernandez107 Azaña est avec Hernandez et aussi M. Barrio108. Hern. est délégué à Madrid. Les communistes s’entendent avec les républicains. Caballero utilise les anarchistes contre nous. Les anarchistes proposent un gouvernement syndical, faillite des partis. Ce gouvernement serait la fin du Front populaire. Ils reculent un peu. On payait les paysans avec un bon ; et on ne le payait pas. Maintenant seuls les bons signés du ministre de l’Agriculture seront valables. Auribat est le ravitailleur militaire et il est de la compagnie militaire de Caballero. Les anarchistes ont dans quelques villages des « commissions libertaires » avec des méthodes caciques. La réaction a été rapide. Cab. a compris que c’était absurde et a favorisé les com. Au front : Soria109 ne va jamais au front. Il est dans les cafés à Madrid. Débandade des Italiens. 3 000 à 4 000 tués. Les Allemands sont dans les états-majors et l’instruction des soldats. Il s’agit d’une division italienne sur quatre. Travail de fraternisation. Grande démoralisation italienne. Mobilisation réussie (87 % des recrues) sauf en Catalogne où les anarchistes ont saboté la mobilisation. Les anarchistes disent : il faut que les Catalans restent en Aragon. À Madrid, guerre de position.

Vendredi 26 mars 1937

170Paris-Le Puy.

  • 110 En février 1937, le lieutenant-colonel Morel, attaché militaire français, note un fléchissement dan (...)
  • 111 Le général républicain José Miaja Menant (1878-1958) avait acquis sa notoriété lors de la bataille (...)
  • 112 Né en 1913, Francisco Anton Sanz, cheminot, membre du Bureau politique, était le commissaire politi (...)
  • 113 Julius Deutsch (1884-1968), typographe puis docteur en philosophie, officier d’artillerie, avait ét (...)
  • 114 Fils d’Isidore Delvigne, dirigeant des métallurgistes liégeois et du POB, Jean Delvigne, secrétaire (...)
  • 115 Franz Dahlem (1892-1981), alsacien, fut élu député communiste au Reichstag en 1928. Il succédera en (...)

171Les brigades. Elles étaient l’État dans l’État. Or il faut assimiler les brigades à l’armée espagnole. Les journaux du front sont bien faits ; mais on oubliait de parler des Espagnols. On disait : les Espagnols ne se battent pas. Mais attention ! Il ne rentre plus de volontaires110. Les brigades sont des cadres ; il ne faut plus qu’ils soient dans le choc. Il ne faut pas qu’ils soient un régiment de cadres. Cab. a intérêt à ce que les brigades durent. Billoux à Albacete : tu ne dois pas aller au front si ce n’est pas dans les brigades. Avec Gayman on s’entendait. L’assimilation va vite au front dans les brigades 11e, 12e, 13e, 14e Les brigades ne sont plus internationales mais mobiles ; on y insère de plus en plus d’Espagnols, d’accord avec Miaja111 et Anton112. On parle volapük. À Albacete, la base est un centre mobilisateur fort, casernes, intendance, autos, ateliers de réparation, de fabrication de grenades, hôpitaux, corps d’instruction, techniciens. Albacete : 150 élèves officiers et sous-officiers, Français, Italiens, Slaves, Espagnols. 100 arrivés de Moscou (Allemands, Tchèques, Bulgares etc.) et sont officiers. À Albacete doivent venir 3 000 Espagnols recrues chaque 3 semaines. Le gouvernement de Valence donne des ordres : marchez contre des anarchistes qui flanchent ! Ah non ! ce n’est pas l’affaire des étrangers. Nous sommes des soldats de la République espagnole. Nenni ne vient plus à Albacete. Il est à Madrid. Il n’y a plus de liaison avec Caballero. Il y a Deutsch113, Autrichien, commandant d’une brigade sud. Delvigne114, Belge qui a organisé l’hôpital de la 2e internationale. Il faut travailler avec eux, Dalhem115, Billoux et faire une commission. Huysmans n’a pas été reçu par André Marty à Albacete.

Samedi 27 mars 1937

  • 116 Henri Neveu (1894-1983), reporter-photographe, était conseiller général de la Seine et secrétaire d (...)
  • 117 Luigi Longo (1900-1980), dit Gallo, dirigeant du parti communiste italien, avait été envoyé par le (...)
  • 118 Henri Janin (1901-1946) était le maire communiste de Villeneuve-Saint-Georges depuis 1935. Professe (...)

172Le Puy-Saint-Tropez. Il y a encore 610 secrétaires de cellule et rayons, syndicats français et beaucoup sont morts. Il y en a beaucoup qui sont devenus des dirigeants entraîneurs d’hommes. Il y a des commissaires de brigade (politique) commandants politiques et militaires. Ils boivent un coup. Sur 18 000, 500 se sont dégonflés et lumpen proletariat. Les brigades sont mieux habillées, nourries, armées que les Espagnols. Service de santé. Il faut quatre chirurgiens français, Charles a 750 malades. Il faut des infirmières. Neveu116 commissaire technique aux hôpitaux. Il faut des officiers français communistes pour éduquer nos jeunes officiers qui deviennent capitaines en huit jours. Luis et Diaz nous ont dit : nous ne voulons pas de contact avec André Marty. Et dans la brigade c’est la bataille avec Franz, Gallo117, Billoux, Pinson, Jannin118, Gallo commissaire de guerre.

Paris-Clermont 380 km
Le Puy-Viviers 130 km
Viviers-Avignon 70 km
Avignon-Aix 75 km
Aix-Saint-Tropez 130 km

173Pradelles, 1 300 m. Les Congères. Aubenas, l’Ardèche. Bagnols-sur-Cèze, Musée.

Dimanche 28 mars 1937

174Saint-Tropez. Gerbaut. Chanvin. Gide.

Lundi 29 mars 1937

175Saint-Jeannet. Iris. Sur toute la côte c’est un afflux de touristes en fête.

  • 119 Henry Beyle, dit Stendhal (1783-1842), s’était très tôt déclaré jacobin et athée. Séduit par les id (...)

176Stendhal119. Au milieu du romantisme, il était resté le disciple de l’Encyclopédie (d’Alembert, Diderot, Condorcet, les idéologues : Cabanis, Tracy, Helvétius). Il est resté fidèle à l’analyse et à la construction logiques dans le débordement d’imagination et de sensibilité romantique.

  • Il veut connaître les motifs des actions des hommes.
  • Il veut conduire les hommes au bonheur.
  • Il faut obéir à la logique, ne pas se tromper dans ses raisonnements, ne pas se tromper dans l’art de marcher au bonheur.
  • Recueillir des faits psychologiques vrais, les ordonner logiquement.
  • Ce qui passe pour vrai est parfaitement faux.
  • Stendhal est athée, démolisseur des traditions religieuses et autres.
  • La vie est une chasse au bonheur. La vertu c’est augmenter le bonheur. Il faut donner toute liberté aux jeunes filles et aux femmes mariées. Vivre c’est avoir des sensations fortes.
  • Ce qui tend au bonheur de l’individu est le bien.
  • Il s’efforce d’écrire exactement, mais il n’écrit pas en artiste. Il a écrit pour le combat. Il veut être sec, sec, sec. Les hommes de lettres sont toujours au feu. Il est dans la tradition révolutionnaire française.
  • L’idéologie est une description détaillée des idées et de toutes les parties qui les composent. Pour étudier l’amour, je décris tous les sentiments qui le composent. En composant la Chartreuse, je lisais chaque matin deux ou trois pages du code civil120. Je ne vois qu’une règle : être clair. La part de la forme devient plus mince chaque jour.

Mardi 30 mars 1937

177Saint-Tropez. L’iris est roi du jardin de Saint-Tropez. L’histoire de Rubens Thomas de la bravade du 16 mai et de la lettre de provocation signée Thorez. R. Thomas, capitaine de ville élu par les bravadeurs. Mme Thomas : mon mari n’est pas à la maison. Il est chez son tailleur, pour essayer son habit de capitaine de ville. Escudier, ancien secrétaire, A. Reynaud, sur papier à lettre de la Chambre a envoyé une fausse lettre écrite par lui et signée de M.T. à Lambat, SFIO et Front populaire, et à Rubens Thomas capitaine de ville de Saint-Tropez pour leur dire de renoncer à la Bravade « pour nous éviter d’intervenir d’une manière plus directe dans cette manifestation purement factieuse ».

Mercredi 31 mars 1937

178Saint-Tropez. Rubens Thomas, capitaine de ville, et sa mission en URSS en 1918. Dans le Var grande activité de Tailledet, président de la Confédération générale de l’artisanat français. Les événements actuels et les revendications artisanales. La constitution de l’Union départementale des maîtres artisans.

Notes

179Les secrétaires régionaux à Gentilly.

  • 121 Né en 1901, Henry Boyer, droguiste, était le secrétaire de la région de l’Aveyron (900 adhérents) d (...)

180Boyer121 (Aveyron). – Le gant, la houille, l’évêque et les maçons. Bassin houiller, 8 000 syndiqués. Nous sommes en contact mais point noir : paysans réactionnaires et malheureux. L’heure est dangereuse. La Rocque à Rodez. Front populaire difficile : les socialistes veulent saboter le Front populaire. JS et JC pour le sou du soldat. Bonne position du PC pour le petit commerce.

  • 122 Joseph Hentgès (1875-1942), successivement ouvrier du textile, engagé volontaire, cheminot, petit e (...)

181Hentgès122 (Nord). – Soc. 23 000. 19 800 cartes, 450 cellules. Nous sommes à la tête des unions locales : 2 sur 4 à l’Union départementale : 2 réformistes, 2 communistes. À Dunkerque, nous avons la direction des syndicats dockers. Nous avons une commission agricole : 6 paysans dans la direction de la région. 40 h, congés. Attention au petit commerce mécontent ! La liberté commerciale pour les commerçants sous la coupe des brasseurs. Nous avons un comité des petits commerçants. Pour les vieux. Nous avons 14 écoles de cadres.

  • 123 Né en 1903, Georges Pelat fut successivement ouvrier du bâtiment, représentant puis employé de coop (...)

182Pelat123 (Aisne). – 45 000 syndiqués. 20 % augmentation salaires. Gros propriétaires agricoles et ouvriers agricoles. 15 000 syndiqués salaires bas dans le textile : 3 F de l’heure, 2,50 F. La Fraternelle, 25 millions d’affaires. 7 000 adhérents à la caisse d’assurances sociales. Nous voulons faire une pharmacie coopérative. Le Front populaire n’a jamais été actif mais il tient. Les socialistes veulent écraser les radicaux.

  • 124 Julien Airoldi (1900-1974), mécanicien, avait succédé en 1934 à Waldeck Rochet à la tête de la Fédé (...)

183Airoldi124 (Rhône). – On a arrêté la vie de Lyon (gaz, électricité) pendant quatre heures. 200 000 ouvriers ont dû chômer. On n’a pas averti les ouvriers, c’est l’électricité qui a marché, ou nous n’avons rien.

  • 125 Fernand Arnal (1890-1979) avait travaillé dans les mines de l’Utah et de Californie de 1905 à 1922. (...)
  • 126 Louis Gros (1873-1963), inspecteur du travail, fut député (1924-1935) puis sénateur d’Avignon, vill (...)

184Arnal125 (Vaucluse). Nous avons la direction de l’Union départementale. Les syndiqués ont permis le travail des petits commerçants. Le travail doit surtout être paysan. Les prix sont très bas. Les maraîchers sont mécontents : poireaux, salades, épinards ; et les ouvriers ont reçu des avantages. Et le Front populaire ? Difficultés avec les socialistes ; ils ne veulent pas réaliser un travail commun. Le maire socialiste Gros126 refuse la manifestation du 1er mai. Puis il y a Daladier. Grande bataille entre socialistes et radicaux. On veut que nous soyons avec les socialistes contre les radicaux. Alliance des radicaux avec la réaction. Les radicaux essayent de grouper les classes moyennes avec les gros propriétaires.

  • 127 Né en 1902, Louis Molinier, fils de cultivateur, avait été employé, manœuvre puis représentant. Il (...)
  • 128 Né en 1898, Louis Perrier appartenait à la Fédération de l’alimentation de la CGT depuis 1922. Il é (...)
  • 129 Edmond Rocca (1903-1976) était ouvrier agricole. À son retour de l’École léniniste internationale d (...)

185Molinier127 (Gard). – Les employés de commerce disent : il faut que les petits commerçants ferment les deux jours comme les grands commerçants. Nous avons protesté. Nous avons 15 communistes sur 27 à la commission administrative de l’Union départementale des syndicats. Au congrès, les confédérés ont dit : si Perrier128 n’est pas secrétaire général, nous partons. Rocca129 est secrétaire général au même titre que Perrier. Dans nos camps, les mineurs enverront leurs enfants. Ouvriers agricoles nombreux ; maraîchers de la vallée du Rhône, mauvaise répartition des marchés. Trop d’intermédiaires. À Alès nous allons faire une université populaire. 4 000 adhérents.

  • 130 Marius Vivier-Merle (1890-1944), métallurgiste, était secrétaire de l’Union départementale CGT du R (...)
  • 131 Léon Émery (1898-1981), professeur à l’École normale de Lyon, dirigeait la section départementale d (...)
  • 132 Edmond Chambon (1891-1965), membre du PCF, ouvrier métallurgiste, était depuis mai 1935 le premier (...)

186Airoldi (Rhône). – Les services publics de Lyon demandent 150 F d’augmentation. Ce sont les socialistes pour dresser Herriot. Nous avons la direction des syndicats. Mais poussés par les soc. et les trotskistes, ils veulent faire la grève après le 2 mai. Herriot ne veut pas donner les quarante heures. C’est la seule ville dans le Rhône. 180 000 syndiqués dans le Rhône. Soc. Vivier-Merle130. Trotskistes Émery131. On y lutte contre les communistes. Berliet [ill.] 350 comm. À la Bourse du travail, 3 communistes au conseil d’administration. Txe [ill.] des transports. 32 000 syndiqués métaux lyonnais. Club moto-auto, camping, voyages ; ils ont fait une fête, 350 000 F de bénéfice. Deux communistes les dirigent, 100 % de syndiqués. Chambon132 est secrétaire à la propagande de l’Union syndicale.

187Dans l’Ain, nous n’avons presque rien. Mais nous allons travailler. Oyonnax touriste. Le 6 juin Thorez vient dans l’Ain à Oyonnax.

18830 cours dans la région lyonnaise. Rhône : soc. 2 600 membres, 5 400 communistes.

  • 133 Cyprien Quinet (1897-1944), secrétaire administratif du syndicat réunifié des mineurs du Nord et du (...)

189Quinet133 (Pas-de-Calais). – 9 000 socialistes à la fédération du Pas-de-Calais. 11 000 communistes. Rapports amicaux à la base entre ouvriers socialistes et communistes. Mais attaques violentes des dirigeants socialistes. Les socialistes agissent avec violence pour les amicales socialistes dans nos organisations syndicales. Syndicat minier 100 000 membres, direction réformiste. Dans le congrès de dimanche, un grand nombre de délégués communistes ont parlé. Une masse de paysans dans le Pas de Calais. Ici, faiblesse.

  • 134 Né en 1901, Georges Martin, cheminot à Chambéry, était secrétaire de la région communiste des deux (...)

190Martin134 (Savoie). – Pays des classes moyennes. La moitié des classes moyennes et prolétaires reste attachée au Front populaire. Les sénateurs radicaux-socialistes avaient refusé d’assister à la manifestation. Malgré ça 6 000 assistants. Il y a flottement dans la direction des cheminots PLM. Nous avons beaucoup de volontaires en Espagne.

  • 135 Né en 1904 à Renault (Algérie ; aujourd’hui : Sidi M’hamed Ben Ali), Ben Ali Boukort avait dû aband (...)

191Benali Boukort135. – 5 000 communistes. Notre PC grandit beaucoup. Il faut voter Viollette. Les musulmans nous rejetaient ; aujourd’hui on nous accueille avec honneur. Les masses arabes adhèrent au PC. 15 000. Les femmes arabes adhèrent. 45 000 adhérents, beaucoup d’indigènes : syndicats agricoles indigènes. Syndicats dockers communistes. Nous avons fait des cercles franco-musulmans.

192Deuxième quinzaine mars. Vente Huma :

– 1934 33 000
– 1935 32 000
– 1936 39 700
– 1937 73 518

193Première quinzaine mars 1937 : 62 384

194Tirage Huma. 10 avril : 380 000 chaque jour

195540 000 le dimanche

196Huma première quinzaine d’avril : 65 602.

Avril

Jeudi 1er avril 1937

197Collobrières, l’Auberge du Dom. La bouillabaisse chez Tomazo. Richou le pêcheur. Coopérative de pêcheurs pour les filets et l’essence. Les pêcheurs sont ignorants, croyants. Ils ont refusé de laisser venir les chaluts, mais malgré cela le poisson devient rare. Ils gagnent peu. Un filet coûtait 98 F en 1936, 198 F en 1937. Ce sont les compagnies textiles qui élèvent les prix. Les pêcheurs ont peine à payer leur rôle. Ils réclament des pensions plus élevées. Ils sont 120 à Saint-Tropez. 44 tartanes en 1900, aujourd’hui 3. À l’usine des torpilles, 250 ouvriers. À la construction navale, 25 ouvriers. Bâtiment 130 ouvriers. 450 syndiqués. On distribue 250 émissions nationales gratuitement. Tourisme, occupation essentielle. Les paysans sont riches, même les fermiers ; il en est qui font 1 000 hectolitres de vin dont ils ont la moitié.

Vendredi 2 avril 1937

  • 136 Jean Mouret, cultivateur, propriétaire à Ramatuelle (Var), devint secrétaire de la cellule communis (...)

198À Ramatuelle, Gustave marchand de vins. Mouret136 Cocorel. À Tourtour, Verdaille et sa femme institutrice. Cocorel, propriétaire à Ramatuelle : « Je n’ai rien à attendre du communisme. J’ai même beaucoup à perdre peut-être. Cependant je suis communiste car ses idées sont si belles. » À Fréjus, comité d’entente socialiste et communiste. A Saint-Tropez, Lilite assiste à la formation du Comité des jeunes filles de France.

199Les artisans du Var et ceux de Nice refusent d’entrer dans la Confédération de Tailledet parce que le prix de la carte est de 40 F par an. Ils ont créé ici des organisations autonomes où on paye 5 F. On les a exclus de l’organisation centrale. Ce sont des petits artisans de gauche. Ketels, Perrier, Vinay, Agens, Giraud, Bardi.

Samedi 3 avril 1937

200Exposition artisanale. Téléphoné sans résultat au 420. Berthe S. me dit : « La Hune sera laissée par moi à Françoise Cachin. »

201Morin de Nuits Saint-George, marchand de vin et peintre. Mme Gerbaud et ses enfants. Le soulèvement du Var après le coup d’État du 2 décembre 1851. 3 000 hommes se réunissent à Aups, armés, venus de 80 communes. Mal dirigés, ils se débandent quand arrive la troupe, le 50e de ligne de Toulon et Marseille.

202Richou, conseiller municipal de Saint-Tropez. – Il y a beaucoup moins de poisson à Saint-Tropez. Les pêcheurs (99 bateaux) ont empêché les chaluts dans le golfe. Mais comme il y en a dans les autres ports, le poisson se raréfie. Ils payent leurs filets deux fois plus que l’an dernier. Ils ont créé une coopérative d’essence et d’achats d’engins de pêche. Ils sont ignorants et croyants.

Dimanche 4 avril 1937

203Nice, à la recherche de Patetta.

204Le congrès des Jeunes filles de France à Saint-Barthélemy (pavillon Chinon). La visite des communistes de Cannes. Samedi Cannes, élections municipales. À Cannes, liste populaire et d’action républicaine.

  • 137 Raymond Patenôtre (1900-1951) était député (USR) de Rambouillet (Seine-et-Oise) depuis 1928. Économ (...)

20570 000 Petit Var. 110 000 Petit Niçois. Patenôtre137. On y accueille les communications communistes.

206Les terrassiers lyonnais refusent de se servir de l’outillage mécanique pour la création d’un parc dans la banlieue de Lyon.

Lundi 5 avril 1937

207Saint-Tropez. Les socialistes à Toulon ont organisé des amicales socialistes à l’arsenal. Les syndiqués les ont blâmés. À Cannes, 10 000 syndiqués : au comité de direction : 13 communistes, 4 socialistes.

Mardi 6 avril 1937

208Meeting de Saint-Tropez à la Renaissance. Recette 910 F. Corotti, Foucard. Douze groupes venus de Toulon, Hyères, Cavalaire, Saint-Raphaël, Lagarde, Freinet. Les femmes de Saint-Tropez : 300 à la réunion. Les communistes de Saint-Tropez étaient suspects à l’ensemble des Tropéziens parce qu’ils étaient étrangers à la Bravade ou hostiles.

Mercredi 7 avril 1937

  • 138 Pierre Chalmette (1902-1944) avait été élu maire communiste de Vallauris (Alpes-Maritimes) le 5 jui (...)
  • 139 Claude Briday, directeur d’une coopérative électrique, était l’une des figures marquantes du comuni (...)

209Cannes. Recette 2 500 F. Au Castille, garage Scati. Bar de la passerelle. Vincent, secrétaire USR. Mas, secrétaire A. Touristique populaire. Chalmette138, maire de Vallauris. Chalmette et l’amiral anglais. Cl. Briday139 et les deux cordonniers serbes.

  • 140 François Mioch (1898-1945), ouvrier agricole, croix de guerre avec palmes (1914-1918), avait été ap (...)

210Mioch140. Le mécontentement des paysans a favorisé Dorgères. Dorgères a créé des troubles entre les ouvriers agricoles et les propriétaires. Dorgères crée des syndicats professionnels. Il a des agents partout. La grève des maraîchers parisiens a échoué deux fois car la province n’a pas suivi Paris. Dorgères essaye de créer des grèves en Vaucluse, Perpignan ; il peut faire des grèves de maraîchers. Dorgères parle des allocations familiales égales pour toutes. Si les paysans refusent de payer pour leurs ouvriers ce sera saboté. Les sociétés mutuelles dans tous les villages groupent des millions de paysans. Il faut y travailler.

Jeudi 8 avril 1937

211Cannes – Saint-Tropez.

  • 141 Né en 1907, Édouard Aymard, agent des postes, était depuis 1936 secrétaire de la région communiste (...)

212Aymard141, Cantal. – 30 cellules, 500 membres, 2 200, journal. Le secrétaire fédéral est Pivert, veut détruire le Front populaire. Nous sommes bien avec Bastid. Bétail, lait. Paris-ville nous a donné une moto.

  • 142 Georges Lassalle (1901-1944), ouvrier métallurgiste puis représentant de commerce, était le maire c (...)

213Lassalle142, Hautes-Pyrénées. – Tourisme populaire. 650 membres. 3 000 numéros du journal hebdomadaire. Mais la CGT dit : c’est moi qui vais faire du tourisme. Amicales populaires dans les entreprises ; en face des amicales socialistes. Office du bétail, il faut un office avec prix minimum.

214Patetta, Nice. – 6 000 membres du PC Alpes-Maritimes ? Nous dirigeons 4 unions locales sur 5. En mai le secrétariat de l’Union départementale sera communiste. 51 000 syndiqués Alpes-Maritimes. 80 syndicats paysans avec 5 500 membres. Les socialistes refusent de faire le Front populaire. 4 000 employés sont syndiqués à Nice, sans parti, sympathisants à notre parti.

Vendredi 9 avril 1937

Saint-Tropez-Le Puy 460 km
Saint-Tropez-Toulon 60 km
Toulon-Aix 80 km
Aix-Tarascon 80 km
Tarascon-Alès 90 km
Alès-LePuy 150 km
Le Puy-Brioude 64 km
  • 143 André Moine (1909-1995), ajusteur, était le secrétaire régional du parti communiste dans les Basses (...)
  • 144 Jean Ybarnegaray (1883-1956) avait été l’un des vice-présidents des Jeunesses patriotes de Pierre T (...)
  • 145 Jean-Louis Tixier-Vignancour, avocat, avait été élu député (Alliance démocratique) des Basses-Pyrén (...)
  • 146 Ouvriers qui recueillent la résine (gemme) des pins.

215Moine143, secrétaire Basses-Pyrénées-Landes. – À Pau, les socialistes ont voulu Verdier à la tête du Front populaire. V. et sa femme sont trotskistes. « Blum est un traître » (notre PC est faible à Pau). Nous avons protesté. Ils ont reculé. À Pau, radicaux, socialistes, communistes avaient la majorité ; au deuxième tour les radicaux ont battu le socialiste. Les socialistes sont uniquement électoralistes. Contre Ybarnegaray144 et Tixier-Vignancour145 il y a à faire pour le Front populaire. La démagogie des socialistes. Les socialistes dirigent la Fédération des gemmeurs146. Le ministre des finances leur a donné tort.

  • 147 Né en 1907, Henri Chassaing connut un itinéraire professionnel très diversifié (facteur, watman-rec (...)

216Chassaing147 (Bordeaux). – Les [ill.] de l’alimentation dressent les petits commerçants contre les ouvriers. Il y a des dirigeants de syndicats tout neufs et dont l’inexpérience est totale : ils dirigent des milliers d’ouvriers. Front populaire en Gironde. Résistance des socialistes très grande. Il y a des groupes locaux de Front populaire. Les radicaux sont plus fidèles au Front populaire. Les socialistes ont concurrencé les radicaux (électoralement). Les communistes n’ont rien dans le Médoc et le Bazadais. 5 400 communistes en Gironde, 30 rayons, 5 700 socialistes.

Samedi 10 avril 1937

217Le Puy-Paris, 513 km. Brioude-La Charité, 240 km, hôtel du Grand Monarque. La Charité-Paris, 205 km (Carpentier). Arrivée à Paris à 5 h 30, 4, rue Ordener.

  • 148 Raymond Latarget (1911-1946) était secrétaire adjoint des Jeunesses communistes depuis mars 1936.

218Latarget148. Les JC ont engagé une campagne pour le travail aux jeunes. Il faut appliquer les lois sur l’apprentissage à tous les jeunes qui sortent de l’école. Il faut que les syndicats se préoccupent de ce problème. On va rediscuter les contrats collectifs : à ce moment, il faut parler de l’apprentissage. La JC organise la lutte contre l’ignorance ; la joie, la distraction. Il faut construire une fédération aux activités multiples, du sport, aviation, mathématiques, chant, musique, camping. Congrès 14 juillet des JC.

  • 149 François Rubeck, membre du Comité régional du PCF, était le maire de Mondelange (Moselle).

219Rubeck149 (Lorraine). – 28 000 syndiqués métallurgistes en Moselle, dirigeants communistes. Les réformistes sont les maîtres des syndicats : 80 000 syndiqués. Les socialistes ont fait faire des écoles syndicales dirigées par un trotskiste. Les socialistes disent : adhérez au parti socialiste puisque l’unité est faite. Nous ne nous occupons pas des paysans. Les paysans ne savent pas ce qu’est le Front populaire.

  • 150 Henri Oudin, comptable, était secrétaire de la région communiste du Loiret/Loir-et-Cher (1550 adhér (...)
  • 151 Jean Zay (1904-1944), député radical-socialiste, était le ministre de l’Éducation du gouvernement d (...)

220Oudin150 Orléans (Loiret, Loir et Cher). – Montargis, Gien, Orléans, Blois, Vendôme. Unions locales Montargis, Vendôme sont communistes. Mais les unions départementales sont dirigées par des réformistes. Gien faïencerie. Zay151 est influent sur les cheminots.

Dimanche 11 avril 1937

  • 152 Le Comité de non-intervention.

221Paris. En Espagne il faut faire un gros effort. Campagne sur les mots d’ordre. Dissolution du Comité de Londres152. Sanctions contre l’agresseur. Conférence européenne des partis communistes pour la solidarité Espagne.

  • 153 Journal des syndicats soviétiques.

222Frachon. – Schvernik est contre l’unité syndicale internationale. L’article du Troud153 contre la FSI. La FSI a envoyé une lettre à Moscou à laquelle de Moscou on ne répond rien. Alors !

Lundi 12 avril 1937

  • 154 Voir à la date du samedi 20 mars.

223Paris. Régler l’affaire Leduc-Dolivet154. 6 h 15, Dolivet Huma.

  • 155 Au premier tour des élections municipales de Cannes, le PCF dirigeait une liste d’union conduite pa (...)

224À Cannes, élections municipales155 : 3 600

2252 450 Front populaire

2261 650 SFIO

2271 800 divers.

  • 156 Il s’agit du pavillon du RUP à l’Exposition universelle de Paris.

228RUP. Dolivet : pour la défense de l’Espagne. Brouckère accepte de faire à Paris un meeting pour le RUP avec Jouhaux et moi à la fin du mois d’avril, veille de la rentrée des chambres. Comme les Suédois sont décidés à insister pour que la IIe Internationale entre au RUP, il ne reste plus que les Anglais pour s’y opposer et Brouckère espère vaincre leur opposition. À l’ouverture du Palais de la paix156, fin mai, grande démonstration internationale avec les radicaux, les catholiques, les socialistes, les communistes internationaux. Jouhaux réunira fin mai la commission syndicale internationale à Paris pour adhérer au RUP. Tout est réglé avec Jensen. P. Cot me dit : j’ai envoyé 70 avions aux Espagnols. Il déclare que Delbos lui a affirmé que l’affaire d’Espagne se terminera par une médiation armée de la France et de l’Angleterre.

Mardi 13 avril 1937

  • 157 André Morizet (1876-1942), docteur en droit, était le maire socialiste de Boulogne-Bilancourt (Sein (...)
  • 158 Le mercredi 14 se réunit pour la première fois la commission d’unification constituée par le comité (...)

22911 h au ministère de la Santé. H. Sellier. Morizet157 dit : si l’unité158 se fait entre socialistes et communistes, 60 députés SFIO quitteront l’unité et on recommencera Tours. C’est l’opinion de P. Faure et Lagorgette. Il faut insister pour faire aboutir la réforme administrative de Paris.

  • 159 Henri Gautier (1897-1943), chaudronnier, membre de la commission exécutive de la CGTU, avait signé (...)

230Il faut tout mettre en œuvre pour la victoire de l’Espagne républicaine. Le Front populaire en France sera influencé par les événements d’Espagne. La victoire en Espagne, c’est la défaite du fascisme européen. Les réactionnaires du monde tireront les conclusions de la défaite des républicains espagnols contre le Front populaire. Le 1er mai doit être une manifestation pour l’Espagne. Vouzeron, château des syndicats métallurgistes. Gautier159, administrateur du syndicat des métaux.

231Un cinquième des trav. français est occupé dans le travail à domicile. Il faut le réglementer.

Mercredi 14 avril 1937

232Sixième anniversaire de la République espagnole, 5 h à l’ambassade d’Espagne. À midi, Frachon, Racamond, Faillet (Ecu de France). La cellule communiste de l’Écu de France.

233Unité politique en France, c’est une œuvre internationale. Il faut accentuer le travail pour l’unité politique. La bourgeoisie française veut en finir avec le Front populaire qui ne peut être que temporaire. Les ouvriers ont encore beaucoup d’illusions sur les nationalisations : il faut que nous y participions. Plus nous gagnerons, plus nous courons des dangers de scission. Les quarante heures et les congés payés c’est la grève de juin qui les a obtenus. Pour le reste de la législation ouvrière, la France est en retard sur tous les points. Caisses d’assurances sociales départementales. Il faut en prendre la direction. 20 000 mutualistes à Montreuil. Il y a six maisons de mutualistes en France. Il faut fondre toutes les caisses de mutuelles dans la caisse des syndiqués. Organiser les deux jours dans les maisons de sport, convalescence, dans les parcs des syndiqués.

Jeudi 15 avril 1937

2348-9-10 juillet : le congrès du PCF. Préparation du Congrès dans les régions. Le Front populaire, l’unité politique, élections cantonales, les rapports avec les catholiques.

235Jeudi 6 mai, midi : banquet des élus députés.

236Sémard, Reynaud, Gitton à Moscou. Le problème syndical. Sept millions d’ouvriers restent hors la CGT. Bases multiples. Législation sociale ; pourquoi le syndicat s’occupe de la vie quotidienne du syndiqué, soutien, conseiller ; le syndicat : foyer familial. Refonte de la législation ouvrière pour donner à la CGT plus de pouvoirs et aux syndiqués plus de droits : accidents du travail, assurances sociales. Sociétés de secours mutuels : il faut les gagner ou que les syndicats les supplantent.

237La tactique dans les syndicats : le prochain congrès de la CGT. Si la majorité nous est favorable, nous n’imposerons pas une direction communiste. Pas d’élimination de Jouhaux. On cherchera les résultats à la base, dans les organes vitaux du mouvement syndical, dans les grandes fédérations essentielles ; dans les unions départementales. Le BP doit reprendre le travail syndical. Nous avons abandonné nos fractions ; les socialistes ont constitué les leurs pour chasser les communistes des directions syndicales. Réunir les secrétaires régionaux avec les militants des syndicats pour la collaboration, le secours, le concours. 250 000 délégués ouvriers en France en 1937. Il faut les éduquer. Voilà les cadres, l’armature syndicale. Il faut réunir les cellules communistes de chaque fédération ; assemblées d’information compartimentées.

Vendredi 16 avril 1937

  • 160 Né en 1904, André Chipaux, ouvrier bobinier, était depuis le 1er avril 1934 secrétaire général de l (...)

238Salle Wagram. Locataires contre les expulsions, contre les taudis, contre le retour au droit commun le 15 juillet. Chipaux160 : Nord 97-55 (Union confédérale des locataires de France).

Samedi 17 avril 1937

239En 1936, les naturalisations se sont élevées à 600 par mois. En France, 2 300 000 étrangers.

240Région Paris-Ouest : 12 journaux, 50 000 numéros. Les ouvriers de la banlieue peuvent bénéficier à plein de la semaine de 40 heures.

Dimanche 18 avril 1937

  • 161 Pierre Dadot (1892-1959), grand invalide de guerre, ouvrier fraiseur à l’Arsenal de Puteaux (Seine) (...)

241Hôtel du prince de Galles (Saint-Germain-en-Laye), Dadot161. 70 000 membres à la fédération des arsenaux militaires. Camarade Janivet, mari en Espagne. Elle se fait servante. Et vos 25 000 F. Soignée par Charles.

  • 162 Le général Erich Ludendorff (1865-1937) avait été, lors de la Grande Guerre, un partisan de la lutt (...)
  • 163 La franc-maçonnerie.

242Ludendorff162. Il préside le mouvement de la « connaissance allemande de Dieu ». Il faut anéantir l’action des forces surnationales qui sapent les bases de notre empire raciste et veulent dominer notre peuple. Il faut détruire le christianisme, religion étrangère qui contrarie notre hérédité, tue la race, enlève au peuple sa cohésion. Les trois forces surnationales sont : Rome, Juda, la FM * * *163. Le nazi est un national-socialiste, mais le socialisme soviétique est au service d’une classe, le nazisme socialiste est au service de la nation. La destruction de la culture latine, universelle, est une des conditions du développement de l’empire germanique. Il faut substituer une humanité germanique à une humanité latine. Le Germain est opposé à l’universalisme gréco-romain. Il lui faut une religion jaillie de sa nature propre et la reflétant.

Mardi 20 avril 1937

  • 164 Le poète français Eugène Pottier (1816-1887) avait pris une part active à la Commune de Paris. Il e (...)

243TRU 0172 , maison de la culture. Mutualité, Pottier164. Les chants de la liberté XVIIIe, XIXe siècles. Jean Le Floch en route pour Lancerf : « Tu sais, maintenant je suis délégué comme toi et j’ai à faire. Dans deux ans ma retraite et je deviens maire de Plourivo. »

244Électrification des campagnes. Dans la Marne on comptait sur une consommation de 15 kWh par habitant : elle dépasse 26. Un tiers est utilisé par des moteurs. Donc réduction considérable de la main-d’œuvre paysanne. Prix : 1,68 F à 2,09 F le kWh lumière, 1,43 F à 1,74 F le kWh autres usages. Toute la population de la Marne, sauf 0,27 %, est desservie.

Mercredi 21 avril 1937

  • 165 L’IC avait convoqué une conférence européenne des partis communistes destinée à examiner les modali (...)

245Mairie d’Ivry, 9 h du matin : conférence internationale sur l’Espagne165. Miranda (Brandas) ch. 11, hôtel Daniel, 18, rue Caulaincourt. 4 h Huma, Mme Villard. 3 h 147, rue Saint-Honoré.

  • 166 Pedro Checa (1910-1942), issu d’un milieu modeste, était entré au Comité central du PCE en 1932. Il (...)
  • 167 Joan Comorera Solé (1895-1960), ancien dirigeant de l’Unio socialista de Catalunya, était député de (...)
  • 168 Juan de Astigarabia était le secrétaire du PC basque. La république d’Euzkadi, fondée le 7 octobre  (...)
  • 169 Député socialiste, Belarmino Tomas Alvarez (1887-1950) avait pris une part importante à la révolte (...)
  • 170 Walther Schevenels, dirigeant syndical belge, était le secrétaire de la Fédération syndicale intern (...)

246Espagne. C’est la social-démocratie qui serait responsable de la victoire fasciste en Espagne comme en Allemagne. Il faut rendre plus efficace la pression populaire sur les gouvernements pour obtenir l’arrêt de l’agression fasciste. Quinze partis sont ici. Pedro Checa166 parle le premier (comité central du PCE). Comorera167, ministre de la justice de la Catalogne. Astigarabia168, ministre des travaux publics de la Biscaye basque. Il y a trois vieux généraux dans le PC. Caballero a demandé à Azaña de remplacer del Vayo au ministère car del Vayo est communiste ! Azaña, petit bourgeois intelligent. Avant la guerre il disait le communisme est l’ennemi. Il a changé. L’UGT a comme secrétaire Caballero. Son adjoint est Tomas169, anticommuniste. Tous les jours, Adler, Nenni, Deutsch, Schevenels170 voient Caballero. Son anticommunisme est croissant. Les socialistes espagnols sont pour l’action internationale commune hors l’Espagne. En Espagne ils sont contre. UGT : la moitié socialistes, la moitié communistes. Dans un congrès, nous aurions la majorité. Les fonctionnaires bourgeois soc. refusent le congrès. En Espagne, l’UGT communisante est plus forte que la CNT.

Jeudi 22 avril 1937

  • 171 Katharine Marjory Stewart Murray, duchesse d’Atholl (1874-1960), élue en 1923 aux Communes, fut en  (...)
  • 172 John Rankin Rathbone (1910-1940), député conservateur de Bodmin (Cornouailles), devint en mai 1937  (...)
  • 173 Ellen Wilkinson (1891-1947), dirigeante syndicaliste, avait appartenu brièvement au PC britannique. (...)
  • 174 Dans le répertoire des parlementaires britanniques, on ne voit guère que John Crowder (1890-1961), (...)

247Meeting au Vel d’Hiv : retraite des vieillards. 17 h 30 P. Cot au RUP 7bis, Palais-Bourbon. 17 h hôtel Chatam 18, rue Volney, duchesse d’Atholl171, Rathbone172, Wilkinson173, Crowdy174 retour de Valence et Madrid. De 15 h à 20 h, 12, boulevard Madeleine : exposition documents sur l’intervention étrangère en Espagne.

Vendredi 23 avril 1937

24811 h Dolivet. Tâches : 1°) défendre l’Espagne ; 2°) l’unité d’action internationale ; 3°) développer le RUP.

249Assurer dans les 25 congrès nationaux des RUP la présence de l’influence des communistes.

  • 175 La Grande-Bretagne venait de se lancer dans un réarmement massif dans les domaines aérien et naval. (...)

250En Grande-Bretagne175 : en cinq ans, 160 milliards pour la défense nationale, 32 par an. Inexorable, inébranlable, implacable.

  • 176 Confronté à une dégradation du rapport de forces que les chiffres mentionnés ici ne révèlent qu’imp (...)

251Les flottes de guerre176 :

– Angleterre 1 000 012 tonnes
– États-Unis 815 000 tonnes
– Japon 697 000 tonnes
– France 475 000 tonnes
– Italie 332 000 tonnes
– Allemagne 90 000 tonnes

Samedi 24 avril 1937

  • 177 José Antonio Aguirre y Lecube (1904-1960) était le président de la république d’Euzkadi, élu à Guer (...)

252Salle M, Mutualité, 16 h. Les trois camarades espagnols devant la presse française : Pedro Checa, Comorera, Catalan, Astigarabia, Basque (de Aguirre177).

253En 1936 :

254Exportations : 15 milliards 450 millions

255Importations : 25 milliards 400 millions

256Déficit : 10 milliards

257Il faut donc exporter davantage. Mais : 1°) trop de charges, fiscales, sociales, prix des matières premières, crédit ; 2°) barrières douanières. Autarcie qui conduit à la sous-consommation car les prix sont très élevés et à la surproduction puisque les ersatz s’ajoutent aux produits naturels.

Dimanche 25 avril 1937

258Les secrétaires régionaux :

259Rosenblatt (Alsace). – Nous avons le fléau de la bureaucratie syndicale. Nos syndicats sont trop centralisés. 120 000 syndiqués dans l’Alsace. Nous avons la confiance des mineurs de potasse, textile et alimentation. Dans les textiles des montagnes, les grèves se terminent par la défaite : on oblige les ouvriers à entrer dans les syndicats professionnels. Les patrons font le lock-out. Tout cela avec l’appui de l’administration. Les journaux agricoles mènent la lutte contre la CGT, les 40 heures. « Les ouvriers sont fainéants. » Les syndicats chrétiens et les fascistes mènent cette campagne. Le parti de France nous donne un bon exemple (réforme fiscale), mais il faut une réforme spéciale pour l’Alsace. Les catholiques avec la répression allemande, en ce moment deux tendances : UPR Michel Walter avec l’impérialisme français est contre Hitler, mais Rossé reste hitlérien.

260Croste (Toulouse). – Les socialistes sont sectaires, réfractaires à l’unité d’action. Il n’y a plus un seul communiste dans l’Union des syndicats. Il y a sympathie pour le PC à propos de l’Espagne ; faiblesse des cadres.

261Barel. – Tourisme populaire. Deux députés sont spécialisés dans le tourisme populaire. On peut toucher les hôteliers qui ne venaient jamais avec nous. Ils étaient Croix de feu. 130 hôteliers de Nice sont avec nous (sur 400) ; des municipalités sont avec nous. Nous pouvons créer un tourisme local, auberges de jeunesse. Il faut créer dans toutes les régions une association touristique populaire.

262Mioch (Aude-Hérault). – Ouvriers agricoles ont l’échelle mobile augmentation 15 %, aux métallurgistes 15 % d’augmentation. Les réformistes déclenchent la grève et après les fascistes sont maîtres dans les boîtes. Grèves sans fin. Les camarades du plus grand syndicat met. de Béziers ont fait une commission d’achats en commun. Mais les petits commerçants sont furieux, car les trusts auxquels sont achetés [ill.] écrasent les petits commerçants. Dans l’Aude et l’Hérault, attitude sectaire vis-à-vis des radicaux.

  • 178 Né en 1902, Marins Eychenne, métallurgiste puis cantonnier municipal, fut élu en janvier 1937 secré (...)

263Eychenne178 (Marseille). – On a créé des maisons syndicats, bâtiment, alimentation, produits chimiques ; nous faisons un projet de mutuelle et de maison de repos ; les transports ont une mutuelle.

  • 179 Né en 1901, Léon David, maréchal-ferrant à Roquevaire (Bouches-du-Rhône), conseiller d’arrondisseme (...)

264Pour les quarante heures aux petits commerçants syndiqués avec les syndicats com. et pour les artisans, on a eu des résultats ; dans l’alimentation, sectaires ; nous avons évité grève alimentation. Les marins ne parlent que de la grève. Nous avons habilement évité. Beaucoup d’ouvriers agricoles dans la Crau. Ouvriers excités, fusils, scier les chaînes. Les patrons refusent le contrat collectif. Les petits propriétaires acceptent le contrat collectif. Mécontentement des maraîchers (comme un enfant contre son père). Notre ami David179 spécialisé fait la propagande à la campagne. Les 1 500 du Dr Marseillais. Dans la Barbentane, cellules partout. Nous ferons les États généraux du petit commerce à Marseille.

  • 180 Marcel Raison (1896-1972), cheminot, avait opté au congrès de 1920 pour l’adhésion à l’IC. En mars  (...)
  • 181 Alfred Bernard (1899-1944), comptable révoqué des PTT en 1917, déploya dès lors une incessante acti (...)

265Raison180 (Tours). – Démagogie doriotiste. Front populaire solide. Bernard181, secrétaire fédération socialiste est trotskisant. Dans les syndicats nous faisons trop de concessions aux socialistes. Nous faisons propagande pour le film Espagne 36 ; gros succès d’argent.

Mardi 27 avril 1937

266Mairie de Gentilly, 9 h du matin, conférence des secrétaires régionaux du PC (70). 70 secrétaires régionaux, 311 000 membres du PC.

  • 182 Né en 1908, Jean Flavien, cultivateur à Voué (Aube), adhéra au parti communiste en 1932. Il avait c (...)

267Jean Flavien182 (Aube, Haute-Marne). – Impatience, erreurs gauchistes, heurts avec commerçants et artisans. Dix francs de l’heure (bonneterie) gros salaires (métallurgie, bâtiment). Nous avons la direction d’associations agricoles (coopératives de blé et lait). Il faut une section agraire vivante dans le PC.

  • 183 Toulza avait représenté le PCF aux élections législatives de 1936 en Dordogne. Il s’était désisté a (...)

268Toulza183 (Dordogne). – Le syndicat des cheminots de Périgueux est séparé du PC. Il y a de l’incompréhension dans la politique du parti. Nous avons eu 22 000 voix en 1936, mais les paysans de Dordogne se représentent le PC comme étranger à la paysannerie. Nous avons trop de critiqueurs. Les paysans sont avec le Front populaire. Les classes moyennes hésitent pour le Front populaire. On a empêché les saisies, mais les banques ne font plus crédit et on accuse le Front populaire.

  • 184 René Uni (1903-1968), ouvrier agricole à Marsillargues (Hérault), avait suivi avec Waldeck Rochet l (...)

269Uni184 (région de l’Est). – Le fief du Comité des forges. Le contrat collectif est respecté. Pas de fissures dans le mouvement syndical. Or nos camarades syndiqués sont parfois sectaires contre les confédérés. L’influence du PC est considérable dans le bassin de Meurthe et Moselle. Il y a dans le public ouvrier une grande compréhension dans les ouvriers mais les cadres sont étroits. Peu de résultats parmi les paysans. Petite propriété. Polyculture. Les réunions paysannes ne sont pas suivies. Bons rapports avec le Front populaire ; mouvement Jeune république.

270Lampe (Paris-ville). – Trouble dans les couches moyennes. Elles se croient brimées par les syndicats. Elles espèrent un redressement cf. élections américaines. Il faut éviter les causes de trouble et d’insécurité ; le lundi les grands boulevards sont pleins de police. Les quarante heures dans la nouveauté. Il faut une tactique particulière ; les dirigeants veulent faire fermer les boutiques à tous les commerçants. Il ne faut pas aborder la tribune pour être applaudi. La lutte pour les revendications ne peut menacer le Front populaire. Le 20 avril, nous avions à Paris 31 350 cartes, 1 600 cellules, surtout d’entreprises.

  • 185 Du 22 au 25 octobre 1936 à Biarritz, le congrès du parti radical-socialiste avait confirmé son adhé (...)

271Thorez (conclusion de la conférence). – Le parti est en bonne santé. Contact avec les masses. Esprit de responsabilité. Discipline. La ligne du PC n’est pas discutée. Mais dans les dépositions beaucoup de satisfaction de soi. « Tout va bien. » Or il y a des difficultés. On n’en a pas parlé. On n’a pas parlé des erreurs. On n’a pas parlé des classes moyennes, concrètement. Quelles sont leurs revendications précises et locales ? Le Front populaire aura de plus en plus un rôle international. Les classes dirigeantes craignent davantage le mot d’ordre de front populaire qu’elles ne craignent le mot d’ordre des soviets et de dictature du prolétariat. Car la tactique du Front populaire a mobilisé toute la classe ouvrière et les classes moyennes sous l’influence de la classe ouvrière. C’est pourquoi elle veut briser le Front populaire et écarter les communistes, les isoler. Jamais un parti communiste n’a joué un rôle aussi grand que le nôtre en France et internationalement. Les masses le comprennent. Malgré le mécontentement, l’attachement au Front populaire subsiste. Les élections l’ont montré. Ils ne vont pas à droite. La majorité, le gouvernement sont fiables ; parce que le Front populaire n’est pas seulement électoral, parlementaire, parce que notre PC ne joue pas le jeu de massacre ministériel. Toutes les manœuvres intérieures ont échoué. Biarritz185, Carcassonne, Déat, les financiers, attaques de la Bourse pour jeter la panique dans les classes moyennes. Le gouvernement dit : je serai fidèle à la pause, alors la Bourse monte. Or la situation financière n’est pas si catastrophique. L’emprunt a réussi, les impôts rentrent ; le chômage diminue. Le but du capital n’a pas été atteint. Les masses ont rejeté la pause de Blum. Les revendications des grands travaux, des vieux expliquent l’assaut au Front populaire. Et ce n’est pas fini. Il y aura lock-out, provocation, ligues fascistes, coups de main, assassinats. Alors, il faut que nous voyions loin, ne pas surestimer nos forces ni sous-estimer celles des adversaires : entendre, comprendre. Il faut savoir ce qui se passe dans la tête des gens. Dans toutes les élections, vous prouvez que vous ne voyez pas la réalité, alors vous ne pouvez pas diriger, raisonner ; vous n’analysez pas le rapport des forces. Et alors, dans une situation grave, vous ne verriez pas clair, et vous ne suivriez pas une politique prudente, audacieuse. Il faut voir clair et ne pas dire « tout va bien ».

  • 186 Le mois d’avril avait été marqué, côté socialiste et syndical, par un renouveau des exigences de na (...)

272Aujourd’hui des dangers menacent le Front populaire. Il faut assurer l’application du programme du Front populaire. Et nous entendons des socialistes dire qu’il faut un nouveau programme qui s’attaque à la structure du régime186. Tout cela pour masquer la paresse à réaliser le programme. Il faut réaliser le programmes des paysans, des classes moyennes, des vieux. Pas de revendications qui créent une situation irritante et non sérieuse. On peut se reposer un autre jour que le lundi. C’est sur ces questions irritantes qu’on essaye de dresser les petits commerçants contre le Front populaire. Pas d’application ridicule, exagérée, sinon on compromet les réformes. Pour les vieux ! Au premier plan, et pour les grands travaux. Moyens financiers : prélèvements sur les grosses fortunes et réforme fiscale. En Angleterre : surtaxe et augmentation de 25 % sur le revenu. Organisation de l’action pour ces revendications dans les groupements qui s’occupent de ces revendications. On va défendre les vieux dans les groupements de vieux qui existent, même petits. C’est vrai pour les paysans et les classes moyennes.

273Il faut voir le parti, le journal ; mais ne pas s’arrêter là. Les Allemands ont eu 400 000 communistes mais ils furent vaincus parce qu’ils n’avaient aucun contact avec le reste. Même avec des effectifs moins nombreux, les autres partis ont d’autres forces que leurs membres et certaines influences sur des organisations de masse (Ligue des droits de l’homme, amicales). Les radicaux ont peu de membres mais ils sont influents par leur situation (Anciens combattants, musique, boules). Il ne faut pas laisser relâcher les contacts avec les socialistes, les radicaux, même s’ils sont tortueux, rusés. Gardez le sang froid. Mais il faut garder le Front populaire.

274Sans la CGT et notre rôle dans la CGT, où en serait le Front populaire ? Fédérations du bâtiment, des métaux, des cheminots. Voilà la force, la base des communistes. Oui, mais là aussi l’ennemi provoquera, luttera et les socialistes peuvent faire la scission, affaiblir le mouvement ouvrier. Il y a trouble dans le parti socialiste. Il faut prendre contact et discuter sur le fond et non sur la procédure. L’unité, il faut la faire non pour des raisons de forme, mais parce que le communisme a fait sa preuve et la social-démocratie aussi.

Mercredi 28 avril 1937

  • 187 Roger Rio (1912-1988), rédacteur à l’hôpital psychiatrique de Villejuif (Seine), accomplissait nomb (...)
  • 188 Il s’agit certainement de Louis Prunier (1901-1964), militant du parti communiste à Tulle (Corrèze) (...)

275Rio187 13 h, Prunier188. 11 h, Sénat, syndicat coiffeurs. 12 h, Araquistain. Midi à l’ambassade d’Espagne. Ar. : il serait désirable que vous alliez à Valence, causer avec Caballero. Vous avez sur lui de l’autorité. Or il est en ce moment méfiant et nerveux. Vous auriez bonne influence sur sa décision hésitante à propos de l’unité.

276Daladier à Manchester : « Nous sommes les derniers remparts contre le bolchevisme en France. »

  • 189 Yves Toudic (1901-1944), terrassier, militant communiste, était avec R. Froideval responsable de la (...)

277Jouhaux et nationalisation des réassurances. Toury et Toudic189 ont dit au meeting : faites payer les riches. Mais nous avons besoin de prudence pour Jouhaux. De plus Auriol refuse les grands travaux ; alors nous disons : carte d’identité fiscale pour les travailleurs et la retraite des vieux. Le renouvellement des conventions en juin. C’est la fin de la pause.

  • 190 François Darlan (1881-1942) était depuis le 1er janvier 1937 le chef d’état-major général de la mar (...)

278Amiral Darlan190 : déjeuner de la Marine. Pour la figure j’ai quinze ans, mais dix-huit ans pour les fesses. C’est vrai, tu m’as torpillé mais demain c’est toi qui coules.

Jeudi 29 avril 1937

  • 191 Né en 1868, Léon Meyer était député radical de la Seine-Inférieure depuis 1923. Il avait été minist (...)
  • 192 Dès mars, il était patent que la date d’ouverture de l’Exposition universelle de Paris, fixée au 1e (...)

279BP. 314 000 cartes distribuées. Très forte pression des financiers pour disloquer le Front populaire parce que les masses restent attachées au Front populaire partout ; parce que la majorité et le gouvernement tiennent. Les ouvriers bousculent la pause. Les vieux bousculent la pause. Alors les capitalistes se fâchent et font le chantage à la bourse sur les classes moyennes pour provoquer la panique financière. Après l’exposé de V. Auriol, on apprend que tout ne va pas si mal. Mais nous disons : si les capitalistes exportent leurs capitaux ! La situation n’est pas pire qu’en 1934. La reprise se traîne, mais il y a bonne rentrée d’impôts. Mais alors, pourquoi renoncer aux revendications des ouvriers, des vieux ? Alors appliquez la carte fiscale, puis faites les grands travaux ; il ne faut pas 10 milliards pour cette année ! Mais alors si la situation n’est pas si mauvaise, les radicaux n’ont plus envie de s’en aller du Front populaire (Meyer191). Les masses font pression sur les radicaux et les rep. socialistes. Le PC développe son influence parce qu’il est avec la CGT ; c’est pourquoi on ne peut pas nous isoler. C’est ridicule d’obliger les petits commerçants à fermer deux jours par semaine. Les ouvriers des Halles veulent fermer le dimanche. Il y a des services publics. Mais si les métros sont fermés le dimanche ! Les musiciens ! les marins ! les bistros ! Alors les villes seraient mortes. Il faut les quarante heures et le roulement ! Si on ne le fait pas, les quarante heures sont perdues ! Les employés acceptent le roulement pendant l’Exposition192. Il faut 48 heures de repos, mais pas pour tout le monde les mêmes deux jours. Les petits commerçants qui n’ont pas d’employés libres d’ouvrir comme ils veulent. Pas de contrôle des employés par les syndiqués. Pas d’application mécanique des quarante heures ! Les paysans et les artisans de la campagne ! Puis il y a un travail noir ! Les syndiqués travaillent hors leurs quarante heures.

Vendredi 30 avril 1937

280Huma, banquet porte de Versailles.

  • 193 Le gouvernement, inquiet devant la perspective d’agitation sociale durant la période de l’Expositio (...)

281Le renouvellement des conventions collectives : en juin pour le bâtiment et les métallurgistes. Les patrons sont excédés par les conventions collectives. Ils veulent les grèves pendant l’Exposition. Nous sommes pour la reconduction pendant l’Exposition193. Monopole de l’embauche à des commissions paritaires. Et l’arbitrage ? Il ne nous plaît pas. La loi vient en expiration en juin. Il faut prolonger la loi pendant l’Exposition. Nous avons 14 % d’augmentation de salaire pour la met. Paris.

282Les régions communistes : nous avons 70 régions. Nous en aurons 90 bientôt. Les élections Conseil général : il faut que le Front populaire soit victorieux.

283Sur 100 F que reçoit le Trésor : 48 F vont à la dette, 20 F vont à la défense nationale.

284Côtes du Nord : 1 157 membres. Finistère : 1 400 SFIO. Morbihan : 1 560.

285Une tornade a soufflé sur les marchés financiers. Elle fut plus sévère qu’aucune autre précédente. On conçoit mal une pareille crise financière en pleine reprise économique. Est-ce que cette reprise a été malsaine. La perplexité est générale. C’est Roosevelt qui a cassé les cours pour briser la spéculation et mettre fin au boom des matières premières qui avait pris son origine au commencement du réarmement de l’Angleterre.

Mai

Samedi 1er mai 1937

286Paris : de la République à la Nation.

287Les fédérations ouvrières à la CGT :

– Métaux 800 000
– Textiles 350 000
– Cheminots 320 000
– Bâtiment 520 000
– Employés 285 000
– Fonctionnaires 280 000
– Sous-sol 275 000
– Services publics 200 000
– Agriculture 180 000
– Alimentation 250 000
– Industries chimiques 171 000
– PTT 110 000
– Transports 150 000
– Bois 80 000
– Ports et docks 95 000
– Cuirs et peaux 85 000
– Travailleurs de l’État 10 000
– Éclairage force motrice 80 000
– Habillement 90 000
– Papier carton 72 000
– Livre 54 000
– Marins 40 000
– Verriers 30 000
– Coiffeurs 25 000
– Spectacle 18 000
– Voyageurs et représentants 10 000
  • 194 Amédée Quinio (1893-1982), socialiste, était secrétaire du syndicat CGT des cheminots et secrétaire (...)
  • 195 Né en 1890, Théo Hamon, typographe, était secrétaire de l’Union locale CGT de Saint-Brieuc et membr (...)
  • 196 Militant communiste, Yves Flouriot était commis d’ordre à la gare de Saint-Brieuc. En 1937, il fut (...)

288Côtes-du-Nord. 100 syndicats, 13 000 syndiqués : Dinan 1 200, Guingamp 1 000, Saint-Brieuc 4 500, Lannion, Loudéac, 9 syndicats, 3 secrétaires : Quinio194, Hamon195, Flouriot196. 1 326 moulins en 1886, 340 en 1934. 26 700 ouvriers agricoles dans les Côtes du Nord. 4 800 pêcheurs ; 8 000 vêtement, 1 800 ouvriers textiles, 1 000 bâtiment, 5 000 métallurgistes ; 1 000 ouvriers du bois. 1 400 carriers. 37 000 fermiers.

Dimanche 2 mai 1937

  • 197 C’est dans les derniers jours d’avril 1937 que les communistes catalans ont, probablement à l’initi (...)
  • 198 Largo Caballero.
  • 199 Siège du gouvernement républicain.

289Longueau. Le parc M.C. Del Vayo chez Marie-Louise. Del Vayo est optimiste sur les querelles de Catalogne197. Del Vayo me dit : il est nécessaire que vous alliez à Valence. Il y a une grande tension entre socialistes et communistes. Controverse publique de l’Adelante et du Frente Rojo qui a eu des répercussions sur le front où l’on dit : si les chefs se disputent là-bas, pourquoi nous battons-nous ici ? Del Vayo dit : il y a danger de perdre la guerre à cause des discussions de l’arrière. C.198 est irrité, il croit que ses ennemis ce ne sont pas Franco et les fascistes mais les communistes. Il faut aller là-bas rechercher les moyens de faire l’unité socialistes-communistes en un seul parti ou tout au moins de réaliser un comité de coordination comme en France. Je réponds : soit ! mais il faut que ma visite ait l’agrément des communistes espagnols, de Luis et de Caballero lui-même. Del Vayo rentre mercredi à Valence et il arrangera les conditions de la visite éventuelle. Je devrai être appelé à Valence199 par le PCE.

  • 200 Leader de l’aile pacifiste de la social-démocratie autrichienne, Friedrich Adler avait assassiné en (...)

290Mme Araquistain à F. Adler : « Cher camarade, vous avez tué votre ministre autrichien pendant la guerre. Mais depuis, que vous êtes changé200. » Et comme l’autre se récriait : « Tenez, pour vous réhabiliter et prouver que vous êtes resté le même, tuez Schevenels. »

Lundi 3 mai 1937

  • 201 Né en 1888, Jean-Baptiste Barbier fut ministre plénipotentiaire en Espagne pendant la guerre civile (...)
  • 202 Sir Robert Vansittart, né en 1881, était secrétaire d’État aux Affaires étrangères du gouvernement (...)
  • 203 La petite ville basque de Guernica avait été violemment bombardée (1 000 morts, destruction totale (...)

291Paz et Lagorgette reçoivent à Matignon les pro-Espagnols d’un ton protecteur : vous ne pouvez pas juger ! Si vous saviez ce que nous savons ! On ne peut pas mener la grande politique avec du sentiment ! En fait en Europe, la France a perdu son crédit parce qu’elle a lâché tous ses alliés et cédé partout au chantage des fascistes. Et par là, elle a rapproché la guerre ! Quand Del Vayo se plaint à Y. Delbos que ses chargés d’affaires soient des Croix de feu (Barbier201, que Del Vayo a dû chasser de son bureau), Delbos lui répond en lui présentant des lettres des consuls français en Espagne qui sont réactionnaires et essayent de débaucher les miliciens français des brigades internationales. Blum réserve toujours bon accueil, « cher ami » à Del Vayo, mais premièrement il est d’un optimisme navrant ; il est dans la main des Anglais et de Vansittart202 ; il est à la remorque de Delbos. Del Vayo a dû leur dire : il y a un grand courant en Espagne pour que nous nous retirions avec le Mexique de la SDN. Un courant aussi pour qu’en présence de votre carence, nous ripostions aux Italiens qui sont chez nous en allant bombarder Rome ou Naples et que nous coulions le Kœnigsberg en représailles des assassinats de Madrid, de Valence ou Guernica203. Léon Blum a dit à Isabelle Blum : si vous tenez à me revoir, ne me parlez plus de l’Espagne.

Mardi 4 mai 1937

  • 204 Madeleine Braun (1907-1980), issue de la haute bourgeoisie parisienne, compagnon de route du PCF, é (...)
  • 205 Né en 1874, Hewlett Johnson était doyen de Cantorbéry depuis 1931.
  • 206 Né en 1889, Aled Owen Roberts avait été élu député (libéral) de Wrexham en 1931. Il avait perdu son (...)
  • 207 Raymond Bossus (1903-1981) devint permanent du PCF en 1929, après avoir exercé les professions les (...)

292Madeleine Braun204. L’aide à l’Espagne républicaine. Les Basques à la Mutualité. 1 h à la grille Renoir. Basch, Langevin, Dr Johnson205, doyen de Canterbury ; duchesse d’Atholl, conser. dep. ; Roberts206, libéral, député ; Ellen Wilkinson, soc. député ; Branting. Lisbonne, M ; Cachin, sénateur. Un ministre basque. Isabelle Brown, Bossus207, Aznar.

  • 208 Le film tourné par Jean Renoir s’inscrit dans le réinvestissement communiste de la symbolique natio (...)

293Renoir et la Marseillaise208.

Mercredi 5 mai 1937

  • 209 Diminutif de Marcelle Hertzog-Cachin.

294Ziss209, Schoeller.

29541 228 000 habitants en France. 19 617 000 enfants, vieillards, femmes à la charge du mari. 21 611 000 adultes dans la production : 7 704 000 dans l’agriculture, 7 278 000 dans l’industrie, 3 177 000 dans le commerce et la banque, 1 901 000 dans les services publics (adm. et ind.), 893 000 domestiques et coiffeurs. Salariés : 9 717 000 dans l’industrie et le commerce, 1 574 000 isolés, journaliers etc., 766 000 domestiques. Total : 12 059 000 salariés, soit 55,8 % de la population active. 1 784 000 petites entreprises en France avec 5 600 000 ouvriers. L’oligarchie financière et le grand patronat occupent 4 millions de salariés.

Jeudi 6 mai 1937

  • 210 Il s’agit d’Albert Lejeune, directeur du Petit Niçois, de tendance radicale/socialiste.
  • 211 Louis Louis-Dreyfus (1867-1940), négociant, banquier et armateur, avait été député (radical indépen (...)
  • 212 Jean Médecin (1890-1965), héritier d’un dynastie d’hommes politiques locaux, était maire de Nice (d (...)

296Banquet des députés communistes, Capoulade, 4, faubourg Montmartre. Barel : Lejeune210, LL Dreyfus211, Médecin212.

297Assurances sociales. En 1935 : 10 107 442 immatriculés pour les salariés non-agricoles, 1 157 000 pour les agricoles. Les cotisants sont moins nombreux : 6 400 000 non agricoles, 700 000 agricoles. Cotisations versées : 3,562 milliards en 1931, 3,086 milliards en 1936. Cotisations dépensées : du 1er juillet 1930 au 31 octobre 1936 : 20 milliards, 5 milliards (maladies, maternité, décès).

Vendredi 7 mai 1937

298Déjeuner comité de l’Exposition New York 1939, restaurant Laurent, 41, avenue Gabriel. M. Grover Whalen, président de l’Exposition.

299Francis Collet, secrétaire Bretons émancipés, 28, cours de Vincennes, 12e

Lundi 10 mai 1937

  • 213 Communiste basque, Urondo était ministre des Travaux publics dans le gouvernement de la république (...)
  • 214 Pendant l’hiver, un pilote basque avait livré aux nationalistes le ministre Espinosa. Celui-ci fut (...)
  • 215 Né en 1892. le général Asensio Torrado était sous-secrétaire d’État à la Guerre dans le gouvernemen (...)

300Urondo213 : les commandants nationalistes ont déplacé nos chefs com. du front pour les remplacer par des fascistes qui depuis ont passé à l’ennemi. Des aviateurs ont livré des avions aux fascistes214. Il y a une commission du F. pop. Les socialistes et les républicains sont toujours contre les communistes. Nous avons eu 5 000 morts (3 000 communistes) et 6 000 blessés. Il n’y a que les communistes qui se battent. Pour nous, situation difficile. Les socialistes avaient voulu que Asensio vienne. Nous nous sommes opposés parce qu’il a déjà donné à l’ennemi Tolède, Malaga etc. Les nôtres ont fait un meeting contre Asensio215. D’où Aguirre ! Le problème du commandement subsiste. Le camarade soviétique a dit : je fournirai des compétences à Aguirre. Mais c’est difficile car des soviets ne seront pas bien accueillis par Aguirre. Les soviets acceptent de travailler avec Aguirre si Aguirre ne sert aucun parti mais la défense. Nous avons un bon comité de liaison avec les socialistes, d’où amélioration. Le problème actuel c’est l’évacuation de 200 000 habitants car les nationalistes s’arrangeront avec les factieux s’il y a démoralisation, pas de nourriture et puis l’action de la reddition.

Mardi 11 mai 1937

  • 216 L’Euzkadi (Pays basque) continuait à être dominée par un parti conservateur catholique que les circ (...)

301La situation à Bilbao. Urondo, secrétaire ministère Travaux publics Bilbao. Toute la politique nationaliste et socialiste est anticommuniste216. Les anarchistes ont refusé de participer au gouvernement. Ils sont peu nombreux. Nous voulons trois lignes fortifiées et le commandement unique. Les socialistes ne veulent pas le commandement unique. Ni les nationalistes. Pour les fortifications 4 000 ouvriers, 300 pelles. Nous avons fait des concessions. Mais les socialistes et les nationalistes sont contre nous. On a mis dans les ministères des commissions qui enlèvent l’autorité aux ministres com. et soc. Ce sont les nationalistes qui ont ainsi tout le gouvernement. Les généraux ne donnent rien aux bataillons communistes. Pas d’armes. Ils ne veulent pas armer les communistes pour les faire tuer au front. Les nationalistes refusent de donner des obus aux sous-marins soviétiques qui sont à Bilbao. Le chef des fortifications a félicité Mola et Franco pour leur succès. Nous avons voulu le chasser. Aguirre l’a maintenu. Les fortifications de Bilbao ne valent rien. Le front est à vingt-cinq kilomètres de Bilbao. Aguirre autorise des prêtres à aller chez l’ennemi ou chez les Anglais qui deviendraient les protecteurs de Bilbao. Nous avons été à Valence pour demander au gouvernement de venir aider les Basques et Asturies. Caballero a dit : ça vous regarde seuls. Les rapports sont peu amicaux entre Basques, Asturies, Santander. Cab a donné 300 millions à Aguirre, rien aux Asturies et Santander. Alors les Asturies et Santander ont refusé les armes et le lait à Bilbao. La situation a été aggravée par la carence de Caballero.

Mercredi 12 mai 1937

302316 000 membres du PC. RUP : De Brouckère assure son concours par une réunion à Paris. 16 h, palais Athénée, 31, avenue des Champs-Élysées, film Thälmann. Vaillant-Couturier.

  • 217 Cristobal Errandonea était un dirigeant du parti communiste basque.

303Bilbao, 300 000 réfugiés, rationnement : 125 grammes de pain, pas de viande ; quelques légumes, poissons, souffrance matérielle ; souffrance morale, bombardements. Douze alertes qui affolent, démoralisent. Le PC basque, 12 000 dont 8 000 au front. Le parti nationaliste est le premier, le PC 2e. Son journal 40 000. Il faut collaborer avec les 200 familles. Les nationalistes sont fascistes. Ils font partir leurs enfants les premiers. Un colonel a passé à l’ennemi. Monier est le conseiller d’Aguirre. C’est lui qui avait négocié la médiation avec Hitler. Il représente le 2e bureau. Un grand particularisme, Asturies, Santander. Peu de matériel. Pas un avion ; deux canons. Ybarnegaray, Blum, les deux noms haïs. Progrès dans l’armée. Deux états-majors (Basque, Asturies). Asensio homme de Caballero devait être le chef militaire. Nous avons préféré Aguirre. Cristobal217, communiste, commande une brigade communiste.

Jeudi 13 mai 1937

304BP. Le 12 juin dans toute la France manifestation des vieux ? Le 30 mai, c’est une tentative de nous isoler. Nous faisons distribuer la lettre ouverte de Vandervelde à Blum. Les masses. L’unité ouvrière. Éviter les frictions. Le Front populaire se tient bien dans les masses ; les fascistes se divisent. Le gouvernement devient de plus en plus dans la main de la finance. Nous répondons : il faut appliquer le programme du Front populaire. Un seul candidat dans les élections cantonales. Oui, mais pas celui qui a eu le plus de voix en 1936 dans les cantons ! Un gros effort est fait dans les syndicats pour les syndicats professionnels et aussi chez les techniciens.

305États généraux des classes moyennes : petits propriétaires, locataires, commerçants, paysans, artisans. Que le PC prépare ces états généraux.

Vendredi 14 mai 1937

  • 218 Jordi Benejam Catalâ, militant communiste catalan (PSUC), était membre du conseil municipal constit (...)

306Vel d’Hiv : Urondo, basque ; Benejam218, Catalogne ; Vaillant-Couturier, Péri, Duclos.

307Jonas au Sénat 3 h. Corporatisme. Il oppose l’État corporatif à l’État parlementaire. Il n’existe nulle part d’Etat corporatif. En Italie, les 22 corporations n’existent que sur le papier. La corporation est minée par les luttes de classes à l’intérieur. À l’extérieur, elle n’est nantie d’aucun pouvoir pour faire sa discipline et se prémunir contre l’État. En fait, la corporation italienne est un organisme d’État. En Italie, toute l’industrie travaille pour la guerre : on est en plein étatisme. La chambre des députés est remplacée par un conseil des corporations. Ce seront elles qui contrôleront l’État, alors que c’est lui qui les contrôle.

308Deux conceptions : la corporation fasciste, la corporation chrétienne-sociale. Ni l’une ni l’autre n’existent. Ce sont des théories. La corporation catholique aurait une autorité propre, indépendante de l’État. La corporation fasciste n’a pas de liberté : l’État est corporatif, c’est-à-dire que la représentation n’est pas élue, elle n’a pas de directives à donner, pas d’opposition. La corporation catholique reste en dehors de tout gouvernement qui doit non l’absorber mais l’aider. Le vieux libéralisme est battu en brèche. L’État intervient, devient organique, dirige la vie économique. Pour être viable, dit le pape, la corporation doit être chrétienne : charité, paix sociale, liberté.

Samedi 15 mai 1937

  • 219 Lucien Sampaix (1899-1941), ajusteur-mécanicien, était permanent communiste depuis 1929. Il devint, (...)
  • 220 André Ribard (1897-1963) avait abandonné en 1934 la carrière préfectorale pour mettre sa plume et s (...)
  • 221 Jean Baby (1897-1969), militant communiste, agrégé d’histoire, était membre du Cercle de la Russie (...)

309Paix et Démocratie contre Amsterdam. Universitaires, documentation, études, diffusion dans la presse. Bayet, Kahn, Basch se sont dressés contre Solomon et Sampaix219. Ribard220, Cudenet, Langevin, Baby221. Paix et Démocratie organe du Quai d’Orsay.

Dimanche 16 mai 1937

  • 222 À l’issue du conseil du 13 mai, qui avait vu le départ des ministres communistes, Largo Caballero, (...)

310Vétheuil. Chute de Caballero222. Le 2 décembre 1851, Valette, professeur de droit et député, est réveillé par ses amis républicains qui lui annoncent la dissolution de l’Assemblée. « L’acte est nul de plein droit ! » dit-il.

  • 223 En mars 1937, la région de Guadalajara avait été le théâtre d’une véritable guerre civile italienne (...)
  • 224 Herbert Matthews avait, dans le New York Times, écrit que Guadalajara avait été pour le fascisme ce (...)

311« L’Espagne sera l’apothéose du fascisme. » Les journaux de Rome. En Espagne : échec devant Madrid, échec de Jarama, échec de Guadalajara223, Waterloo du fascisme224. Défection italienne, incapacité de Franco.

312L’Italie abandonne l’Autriche à Hitler. Elle réserve la Méditerranée. Eden va à Bruxelles préparer un Locarno occidental dirigé contre l’URSS.

313Argentan : Front populaire à la mairie. Mineurs de fer. Forest, du Mans, secrétaire régional excellent.

  • 225 L’ARAC (secrétaire général : Jean Duclos) tenait, au cours de ce week-end de Pentecôte, son XIXe Co (...)
  • 226 Se tenait alors le IIe Congrès national de la FMP, sous les effigies de Romain Rolland, Beethoven e (...)

314ARAC225 : 75 000 adhérents unanimes sauf réserves du 15e. Les musiques populaires dans la Fédération musicale populaire226, professionnels et amateurs.

Lundi 17 mai 1937

315Ch. Roth. PC 317 890 cartes. La production mondiale en 1937 : pour l’agriculture, elle excède de un huitième celle de 1914. Dans l’industrie, elle excède des deux tiers celle de 1914. L’armement n’absorbe qu’un cinquième de la production générale. La production croît inégalement dans le monde. 1 URSS et Japon, 2 États-Unis, 3 Europe ; c’est en France que l’augmentation de la production est la moins sensible.

Mardi 18 mai 1937

316Finances. Début juin, 9 milliards de bons 1934 renouvelables. La trésorerie a besoin jusqu’en décembre de 20 milliards et début décembre de 4,4 milliards (dette anglaise), en mai 1938 de 2,5 milliards, en mars 1938 de 3 milliards (bons 1935), en décembre 1938 de 1 milliard (bons 1933) ; d’ici à décembre 1938 : 60 milliards.

317Pertes des épargnants sur les valeurs immobilières, d’avril 1930 à mars 1931, 22 milliards ; de 1931 à 1932, 20 milliards ; de 1932 à 1933, 15 milliards ; de 1933 à 1934, 15 milliards ; de 1934 à 1935, 15 milliards. Pertes de valeurs de bourse en cinq ans : 120 milliards ; avec la dévaluation : 300 milliards depuis 1930. Attention au crédit de l’État ! Attention à la monnaie !

Jeudi 20 mai 1937

318Rentrée du Sénat. Simon : 5 000 concierges syndiqués, 3, rue du Château d’Eau (Bot. 93 60). Statuts des concierges. Rigal, syndicat rival avec Trutrivaux.

Samedi 22 mai 1937

  • 227 Né en 1891, député communiste, théoricien du marxisme, Antonio Gramsci resta emprisonné de 1926 jus (...)

319Huyghens. Gramsci227. Front populaire Italie en faveur d’Espagne. 4 h.

Dimanche 23 mai 1937

  • 228 Pierre Bonneval (1902-1973), ouvrier tourneur, était le maire communiste de Villeneuve-le-Roi (Sein (...)

320Villeneuve-le-Roi. Les Bretons. Bonneval228, mairie. Creston, Bretons émancipés (Duhamel), 61, rue Mathurin-Régnier.

Lundi 24 mai 1937

321École d’Arcueil : l’histoire du mouvement ouvrier français (2 h 30). Ruffe, 24 bis, rue du Docteur-Gosselin. Comité français. Participation de la FSI au RUP. Demander rendez-vous à M. Thorez pour Dolivet mardi ou mercredi. Faire un article au Journal des nations.

  • 229 Social-démocrate, Rudolf Bretscheid (1874-1944) collaborait depuis mars 1936 avec des personnalités (...)
  • 230 Depuis 1936, Willy Münzenberg n’est plus en odeur de sainteté à Moscou, qu’il a pu quitter en octob (...)

322Breitscheid229 vient me voir à l’Huma. Il craint que Münzenberg230 quitte la préparation du Front populaire allemand à Paris et soit remplacé par quelqu’un qui n’inspire pas [sic] aux sociaux-démocrates allemands la même confiance que lui. Breitscheid demande que Münzenberg reste à son poste. L’idée de Front populaire allemand est admise par 80 % de l’émigration mondiale. Ne serait-il pas possible que les camarades allemands du Front populaire se réunissent en commun avec les socialistes et les communistes français pour échange de renseignements ?

Mardi 25 mai 1937

  • 231 Raymond Meunier (1897-1937), graveur sur métaux, était depuis 1933 le secrétaire général de la régi (...)

323Maison des métallurgistes, rue d’Angoulême : obsèques de Meunier231. Garde pour Meunier, 15 h 15. Inauguration du Palais de l’URSS à 17 h.

  • 232 Né en 1864, Jules Jeanneney, juriste, était sénateur (radical) de la Haute-Saône depuis 1909. En 19 (...)

324Jeanneney232 à Luxeuil : « Les classes moyennes disparaissent. Les statistiques paysannes sont frappantes. En France, 2/3 de salariés contre 1/3 de propriétaires artisans, commerçants, paysans. Ne disons donc plus que les classes moyennes jouent en France le rôle essentiel. Elles ne sont plus qu’une force d’appoint. À la propriété, il faut substituer la sécurité. »

Mercredi 26 mai 1937

  • 233 Si Marcel Cachin a respecté l’orthographe, il s’agit de René Michaut, né en 1893, secrétaire de la (...)

3253 h, commission de la Marine du Sénat. Frachon. Difficultés du mouvement syndical. La pause. Pas de grèves avec les classes moyennes contre ouvriers. Dans les petits centres de province, les patrons ont liquidé les syndicats CGT. Les patrons refusent de signer les conventions collectives malgré les lois. Les choses vont mieux dans les grands centres, mais les attaquent subsistent. Il y a des lock-out depuis deux mois. Il y a des divergences chez les patrons. On travaille dans l’automobile mais avec fléchissement. Patiet ne désire pas les complications. Renault cherche les bagarres car le carnet de commandes n’est pas garni. Il peut licencier des milliers d’ouvriers, d’où ses provocations. Les ouvriers sont inquiets. Ils sentent les attaques mais nous ne pouvons leur donner l’ordre d’action et ils sont irrités. Les gauchistes ont chez les peintres gagné du terrain. Il faut être vigilant. Les ouvriers veulent qu’on défende les conventions collectives. C’est pour eux l’essentiel, la consolidation des avantages acquis. On licencie les délégués, les syndiqués. Le gouvernement ne veut pas présenter le projet d’embauchage ; il faut la loi sur le contrôle de l’embauche et du débauchage pour compléter la reconduction des conventions collectives, sinon nous ne marchons pas pour la reconduction. Les patrons refusent d’appliquer la loi sur l’arbitrage. Il faut inclure dans les conventions collectives les garanties de stabilité. Attaque anticommuniste dans les syndicats : Michaut233, service public ; pas de graves conséquences car l’affection pour le PC dépend de la politique du PC, mais quelques difficultés dans certains coins.

Jeudi 27 mai 1937

326BP. La situation du PC s’améliore dans les syndicats.

327Nous avons onze fédérations : agriculture, bois, produits chimiques, bâtiment, cheminots, coiffeurs, cuirs et peaux, métaux, papier-carton, verriers, voyageurs de commerce. Dans d’autres fédérations : travailleurs de l’État, section de l’artillerie, la plus importante a un permanent de Chatellerault, communiste. Textile, nous devons avoir la majorité ; alimentation, on peut l’avoir en septembre (Savoie, Simonin) ; éclairage, ce peut être Marcel Paul ; transports, congrès en septembre, nous avons la majorité, Leclerc. Restent services publics, employés et fonctionnaires. En dehors de ces trois, nous avons la majorité.

  • 234 Jean Domenech (1905-1974), ouvrier agricole, était secrétaire de l’UD CGT de l’Hérault et trésorier (...)

328Nous avons 21 unions. Nous progressons moins rapidement. Les Bouches du Rhône, la Loire, le Gard, les Alpes-Maritimes, la Seine sont les plus fortes. Dans le Nord-Pas-de-Calais, les mineurs sont la dernière fédération qu’on gagnera. 16 restent réformistes : la Drôme, l’Ardèche (bon), l’Hérault (Domenech234), [ill.] (bon). Nous pouvons avoir la Gironde. À Lyon aussi. Nancy, on fait des petits syndicats pour nous majoriser. Beaucoup de nos amis disent : laisser les confédérés pour ne pas avoir de troubles. Mais nous n’avons pas le temps devant nous car il faut consolider l’unité syndicale. Maintenant, il devient difficile de faire la scission syndicale contre nous. Même à Toulouse nous pouvons être forts. Nous avons la direction des gros syndicats. Var, nous devons avoir la majorité. Tout ça sans bagarre !

329Belin, adversaire violent, Jouhaux, adversaire amical, tous manœuvrent contre nous. Ils créent des fonctions et y mettent des anticommunistes. Ils sont peu organisateurs. Tant que le PC est fort, nous sommes forts dans les syndicats.

Vendredi 28 mai 1937

330Hénaff : région parisienne. Dans des établissements parisiens, des ouvriers chassés. Dans l’alimentation nous n’avons pas besoin de la grève et nous ne l’aurons pas. Les confédérés travaillent bêtement contre nous avec leurs amicales socialistes. Chez les employés, ils font des groupes d’amis des syndicats. Nous y avons fait de grands progrès. Il faut Delon. Nous grandissons encore dans la [ill.]. Il y a eu des pertes dans certains centres, compensées ailleurs. Toutes les fédérations ont grandi.

  • 235 Henry de Peyerhimoff (du Comité des houillères) était l’une des figures de proue de la Confédératio (...)

331Peyerhimoff235 dit au gouvernement et à Cah. des insolences sur l’embauchage et le débauchage. Les patrons disent : nous ne voulons rien savoir sur l’embauchage. Le gouvernement veut remettre le problème à une chambre de commerce et au Conseil national économique.

Lundi 31 mai 1937

332Paris-Lancerf.

Juin

Mardi 1er juin 1937

333Lancerf. Huma : tirage 380 000 dont 72 000 pour l’édition provinciale de six pages, 60 000 à Paris.

334Guerlédan, Côtes-du-Nord, près de Mûr.

335L’or (cf. 1er mars). La crainte de la baisse de l’or est si vive qu’à Londres les thésauriseurs en ont vendu en huit jours pour deux milliards. On parle d’une baisse de l’or et d’une revalorisation des monnaies. Alors on vend l’or et on achète des devises. La spéculation internationale accentue le mouvement. Roosevelt a dit qu’il ne changerait pas la politique de l’or. Malgré cela, les valeurs or se sont effondrées. Le Temps souhaite que l’Amérique et l’Angleterre mettent fin au plus tôt à la campagne contre l’or.

3361936 : production d’or soviétique, 228 tonnes ; Transvaal, 356 tonnes ; totale, 1 088 tonnes. Avant la guerre : production russe, 50 tonnes.

Mercredi 2 juin 1937

  • 236 Le nonce pontifical en Allemagne, M. Orsenigo, venait de quitter Berlin à la suite du discours anti (...)

337En Allemagne, un million de religieux sont accusés d’immoralité. Goebbels : « C’est un phénomène de décadence morale effrayant, révoltant, sans précédent dans l’Histoire. Les aberrations criminelles du clergé catholique menacent la santé physique et morale de la jeunesse. Cette peste sera extirpée par l’État. Il s’agit d’attentats contre des milliers d’enfants et de malades. On ne peut plus tolérer ces cochonneries qui ne se rencontrent dans aucune autre classe de la population. Un protestant et un catholique se valent. Le bon patriote allemand est néo-païen. Notre pays est le plus libre et le plus heureux du monde. On n’y a supprimé que la liberté des Juifs et la liberté du mensonge. » L’assemblée : tuons-les ! massacrons-les236.

Jeudi 3 juin 1937

338Lancerf.

Vendredi 4 juin 1937

339Paimpol. Mairie de Plourivo. Boude : piqueteur de l’électricité.

Dimanche 6 juin 1937

340Penc’hoat. Le déficit, ses causes : charge anormale de la dette (on ne peut réduire la dette viagère mais les intérêts de la rente sont trop élevés. Il faut les réduire de 5 milliards) ; déficit des chemins de fer (6 milliards. On peut réorganiser et gagner 4 milliards) ; la fraude fiscale coûte chaque année 5 milliards. Il y a 30 milliards de dépenses annuelles pour la guerre (si on les contrôlait, on pourrait gagner 5 milliards). Au lieu de cela la droite et les banques créent des paniques, envoient leurs capitaux à l’étranger (50 milliards), effrayent les petits capitalistes, achètent des dollars et des livres, c’est leur grève du franc qui est un attribut contre la nation.

Lundi 7 juin 1937

341Lancerf. Bonniec vient à Lancerf. Affaire Taillanter fact. int. Paimpol.

342Les paysans de gauche reprochent au Front populaire la mévente de leurs pommes de terre, artichauts, choux-fleurs. Ils reprochent aussi les lois ouvrières qu’ils ne peuvent appliquer.

  • 237 Naturalisation.

343La nationalisation237 de Quinto Scarcini.

344Huma à six sous : tirage de 450 000-495 000, gain 100 000 numéros par jour. Paris 77 000 + 20 000 métro. Tirage dimanche 6 juin : 660 000.

Mardi 8 juin 1937

345Lancerf. Françoise a treize mois. Elle prend ses ébats dans la grande salle de Lancerf transformée en nursery. Elle marche à quatre pattes et se dresse d’elle-même d’abord en s’appuyant à une chaise ou un meuble ; mais elle ne se risque pas encore d’elle-même à faire plus d’un pas ou deux. Elle marche en poussant une chaise devant elle. Elle dit papa, maman, da et pousse des cris de joie. Elle imite les gestes et les exclamations qu’elle entend. Elle aime à faire du bruit. D’abord peu adaptée au milieu nouveau de Lancerf, au bout de quatre ou cinq jours elle reconnaît tout le monde, sourit à tous, passe dans les bras de chacun, très satisfaite et poussant bien, très bien. À l’arrivée à Lancerf, 1erjuin, Françoise pèse 20 livres et 300 g. Le 11 juin elle pèse 22,5 livres (toute habillée).

Mercredi 9 juin 1937

346Lancerf-Traou-Nez. Le spectacle que l’on a du pont d’Iéna quand on contemple la colline de Chaillot, et le point de vue du Trocadéro sur le pont d’Iéna, sont les effets massue de l’Exposition.

Jeudi 10 juin 1937

347Traou-Nez-Paimpol. Dans la nuit de mercredi à jeudi, le feu à Traou-Nez. Nous partons, Zis, Marcel Gelgon et moi à 5 h le long de la ligne. Il est visible que l’incendie a été produit par les escarbilles des locomotives. Tout le bois de Élisa Le Guen et le nôtre ont été rôtis. On éteint ce matin les restes de l’incendie qui continuait à gagner vers Pen’hoat. Nous revenons par la ferme de Traou-Nez dont l’intérieur est très pauvre. Le fermier est de Scaër, le propriétaire, un marchand d’œufs, millionnaire.

348On signe le contrat Montals. 1 632 F ; courant 230 volts lumière, force 400.

349Visite au chef de la brigade de gendarmerie. Il fera un rapport sur l’incendie où il établira les responsabilités de la compagnie des chemins de fer.

350Visite à Delsaut, chef piqueteur de la maison Garzinski, rue de Ploubazlanec. Le 1er septembre il enverra le dossier pour l’électrification de Lancerf. En fin décembre l’électricité sera installée et fonctionnera. La firme Lebon (courant). Jeanne Gelgon se demande si elle ne sera pas électrifiée !

Vendredi 11 juin 1937

351Lancerf.

Samedi 12 juin 1937

352Lancerf à Paris.

Dimanche 13 juin 1937

  • 238 L’épreuve, remportée par Jean Candoni, a connu un succès d’affluence considérable. Marcel Cachin, d (...)

353Course cycliste de l’Huma238. Ce sont les charges des dettes et des armements qui écrasent le budget et la trésorerie. Les frais de la législation sociale s’élèvent à 1 600 milliards. Mais si on les supprime, on ne soulage pas le budget.

  • 239 Né en 1871, Louis Marin était député (Fédération républicaine-URD) de Meurthe-et-Moselle depuis 190 (...)

354Keynes a proposé le prélèvement sur les grosses fortunes. Herriot, W. Churchill, Marin239 (1920) également. Il donnerait 13 milliards. Nous devons lier les problèmes financiers aux problèmes politiques. Il faut appliquer l’échelle mobile.

355Politzer. – La seule solution c’est de savoir qui payera. Il ne faut pas se laisser impressionner par les campagnes des techniciens étroits. La structure du budget écrase le pays, alors changez-la ! Comme l’Angleterre l’a fait en 1910. En France le revenu national n’est pas connu et c’est parce que les raisonnements des financiers français sont faux. Pour que la dévaluation fût favorable à la bourgeoisie, il fallait une diminution des salaires. Nous l’avons empêchée. Et Reynaud en est furieux. Toutes les difficultés de trésorerie sont artificielles. Les banques ne veulent pas aider le gouvernement. C’est tout. Les difficultés financières ne sont pas sans issues. Ce sont les 200 familles.

Lundi 14 juin 1937

356Collet, Bretons émancipés. Frachon : nous sommes obligés de poser les questions en hommes de gouvernement, mais aussi communistes. La situation financière est inextricable, mais nous quand nous posons le problème dans le cadre du régime actuel, c’est en communistes. Il n’y a pas de solution. Les solutions des communistes sont des réformes contre le capital. Nous ne voulons pas réviser Marx. Nous avons un programme de rassemblement populaire avec des formules momentanées. Nous avons empêché des grèves parce qu’il ne faut pas effrayer les paysans. Nous n’avons presque rien fait pour les paysans, rentiers, artisans, commerçants. Même dans l’industrie métallurgique les socialistes nous créent des difficultés, si faibles soient-ils.

Mardi 15 juin 1937

  • 240 Le PCF s’est déclaré prêt, à l’occasion d’un texte gouvernemental portant sur les pleins pouvoirs e (...)
  • 241 Émile Moreau, qui avait été gouverneur de la Banque de France lors de la stabilisation du franc (19 (...)
  • 242 Sous la direction d’Horace Finaly, la Banque de Paris et des Pays-Bas avait effectué d’importantes (...)

3574 h, BP à la Chambre. Grande nuit à la chambre. Les communistes sauvent le gouvernement240. Agence Havas : Moreau241, Wendel, Doriot, Finaly242, Mercier. Dans la nuit de mardi à mercredi on a dit aux députés communistes : c’est demain qu’il faut payer les fonctionnaires. Attention ! Votez sans quoi pas d’argent pour les fonctionnaires. Or depuis le Sénat attend trois jours. Et le Sénat fera des restrictions contre le mur d’argent et on aggravera les impôts. Le Sénat donnera les pleins pouvoirs mais il sera pour la fiscalité aggravée sur les pauvres.

358Sémard : j’ai vu les socialistes des syndicats. Ils ont été repoussés dans l’opposition anticommuniste. Nous allons renforcer notre position dans les syndicats. H. Sellier dit : je suis seul pour l’unité et pour l’Union soviétique.

  • 243 Le maréchal Toukhatchevski a été fusillé le 12 juin.

359Daladier : hitlérien, a donné le maréchal soviétique243 pour faire sa politique contre l’Union soviétique.

Mercredi 16 juin 1937

360La trésorerie à bout d’expédients. Il faut 30 milliards d’ici à décembre 1937. 50 milliards pour 1938. L’emprunt est impossible. Le gouvernement peut réévaluer l’encaisse-or de la Banque de France en abaissant à 43 mg la parité-or de 49 mg. Ça fera 6 milliards. Il peut emprunter à la Banque de France. On va vers la solution Schacht. C’est Hitler au pouvoir. On ne peut plus emprunter. Les impôts ne peuvent couvrir les dépenses. Reste la réquisition des capitaux, le contrôle des changes et l’autarcie ; la dictature.

  • 244 Dans l’Humanité du 18 juin, Benoît Frachon justifie le vote communiste à la Chambre mais menace : s (...)

361Nous n’avons pas fait une manœuvre, mais une opposition tactique. Jouhaux à Genève voulait envoyer un télégramme à Blum pour lui dire qu’il était avec lui. Frachon dit à Jouhaux : il faut collaborer244. Jouhaux n’a protesté que faiblement.

362Faire un papier sur la journée paysanne.

Jeudi 17 juin 1937

363Les parlementaires bretons pour les pommes de terre. (Visite à Monnet, 10 millions).

364BP élargi. Nous avons voulu sauver le Front populaire en faisant appliquer le programme. Si nous nous étions abstenus, Blum était battu ; nous aurions déclenché d’autres abstentions, d’où dislocation du Front populaire par la faute des communistes. D’où la fin de l’unité d’action entre socialistes et communistes, d’où rupture avec les socialistes de la CGT. Le discours de Blum n’est plus celui du chef de gouvernement, mais du chef du parti qui attaque les communistes. Il l’avait rédigé. Il y a attaque contre les banques comme s’il allait tomber. Les socialistes se sont engagés à fond verbalement dans la lutte contre le mur d’argent. Les socialistes vont créer les impôts et les masses comprennent que les communistes sont contre. Daladier a fait aux communistes la meilleure mine car il espérait la chute. L’Œuvre explique l’hostilité des communistes par la politique extérieure. C’est la manœuvre. Il se prépare un coup dans la direction de la politique extérieure de la France. Hitler travaille avec acharnement. C’est le danger essentiel du moment. Il faut de notre part une parade immédiate. On veut briser le pacte franco-soviétique. On essaye de dire à l’Œuvre que le communiste de Moscou [sic]. Le PC apparaît comme le sauveur de demain du Front populaire. Depuis la pause nous avons gagné. Hostilité aux impôts, fidélité au Front populaire. Notre tactique : il faut insister sur nos propositions. Nous sommes prêts à collaborer. Nous sommes contre les impôts. Nous sommes pour les applications du programme du Front populaire. Nous sommes pour la collaboration ministérielle. Nous ferons une manifestation. Nous demandons la convocation du Rassemblement populaire car dans un mois que sera-ce ?

Vendredi 18 juin 1937

  • 245 Alexandre Israël (1868-1937) était sénateur radical de l’Aube depuis 1927. Il avait été ministre de (...)
  • 246 Paul Baudouin (1895-1964) était le directeur de la Banque d’Indochine.

365Saint-Denis, rue de l’Avenir. Grève dans l’alimentation, dans le bâtiment : possibles, prochaines. Le développement anticommuniste dans le parti SFIO. Nous sommes prêts à collaborer avec un autre gouvernement. La politique c’est choisir entre les difficultés. Le bolchevisme c’est la science des compromis. Nous avons fait sauter la pause parce que les revendications ont continué. C’est pourquoi les capitalistes refusent leur argent. Dans quinze jours la situation financière peut redevenir tragique. Israël245 propose au gouvernement un radical avec Reynaud ou Baudouin246, une compétence financière. On ne peut que frapper les rentiers. Les cheminots et leurs revendications coûtent 2,5 milliards de plus en 1937. La préparation de la guerre coûtera en 1937 23 milliards.

Samedi 19 juin 1937

366Avec Sampaix au 10e. Rue de Patay, 13e Picavia à l’Huma.

Dimanche 20 juin 1937

  • 247 Né en 1842, Paul Lafargue avait épousé la fille de Karl Marx, Laura. Après l’échec de la Commune, i (...)
  • 248 Léon Bru (1887-1944) était le maire communiste de Draveil (Seine-et-Oise).

367Inauguration du monument Lafargue247 à Draveil. Bru248 maire de Draveil. Les Bretons à Saint-Cyr. Comité exécutif RUP. Légation basque : 11, avenue Marceau. Passy 92.00. À Saulieu, lu le Travailleur de l’Yonne, Côte d’Or. Commandant Vachez, secrétaire Rassemblement ; population de la Côte d’Or pour les communistes ! Écrit au général Montarby pour se plaindre qu’un colonel a dit à ses soldats : « L’ennemi c’est le communisme. »

Lundi 21 juin 1937

368Annemasse, 14 000 habitants, avec les communes voisines. Café Laverrière, 20 h, place de la Poste. 7 h chez Blanc, rue des Écoles, réunion socialistes et communistes. 2 400 syndiqués à Annemasse ; les communistes les dirigent. Les socialistes sont pivertistes, très divisés, et voulaient publiquement insulter Blum.

  • 249 Le cabinet Léon Blum a démissionné à 2 h 30 dans la nuit du dimanche 20 juin au lundi 21 juin 1937. (...)

369De Brouckère et Adler nous disent que leurs successeurs pourraient peut-être les désavouer et qu’en tous cas ils ne se prêteraient pas très probablement à des conversations immédiates avec nous. Vente Huma 21 juin : 90 787. Démission Blum : 22 juin249.

Mardi 22 juin 1937

370D’Annemasse à Paris. Dijon : chez Charles, 5, place Ernest Renan. De Dijon à Troyes route 71, Troyes-Paris 19.

371Tcheca me dit : Caballero a été battu à l’UGT par 24 voix contre 14. Il est opposé à l’unité socialistes-communistes. Il est poussé par Araquistain (aventure) sous prétexte que nous sommes unis aux socialistes centristes contre les socialistes de gauche.

372– Non ! puisque nous sommes avec Del Vayo.

373La CNT dit : Caballero. Elle dit lutte armée contre le gouvernement. Oui, mais pas d’armes. La CNT demande participation pour battre Negrin. Nous disons : oui sous condition de désarmer les anarchistes. Ils disent : contre le gouvernement contre-révolutionnaire. Nous sommes avec les petits paysans : bonne récolte. Nous avons négligé les ouvriers agricoles. Negrin honnête, Prieto politicien. Que ferez-vous de nous ? L’IC dit : unité avec les socialistes ! Les anarchistes restent forts ; la CNT joue le double jeu. Vous êtes des contre-révolutionnaires. Nous demandons à collaborer.

Mercredi 23 juin 1937

374Vouzeron, inauguration du château des métallurgistes. Port-Royal, bois de Boulogne [ill.]. 2 h, 20, rue du Parc à Ivry, chez Thorez, réunion des délégués d’Annemasse.

  • 250 Henry Andraud (1895-1949) avait servi dans l’aviation pendant la Grande Guerre. Il venait d’effectu (...)
  • 251 Le socialiste Charles Spinasse (cf. supra 28 août 1936) n’avait pas retrouvé la direction de l’Écon (...)

375Le nouveau gouvernement (meilleure attitude extérieure que le précédent). Goebbels ne peut plus dire que le gouvernement est communiste. Herriot a poussé Chautemps contre Daladier. Sarraut favorable à l’entente soviétique. Andraud250 est prosoviétique avec Cot. Daladier est isolé. Sp. Hitler écarté251.

376En période de crise les grands capitaux s’expatrient ; les petits se cachent. Est-ce que le régime peut tomber à la suite d’une défaillance de trésorerie ?

Jeudi 24 juin 1937

  • 252 Né en 1898, Guy La Chambre était député radical d’Ille-et-Vilaine depuis 1928. Il avait commencé sa (...)

377BP. Jean Maurain, secrétaire de Jeanneney. Les négligences du PCF vis-à-vis de la brigade française à Madrid. Gouvernement Chautemps provisoire. Les réactionnaires disent : ça va mieux ! A l’intérieur le gouvernement est moins anticommuniste ; a pas la même attitude que sous Blum. Ils critiqueront Chautemps. À l’extérieur il est aussi pacifique que Blum. Sarraut a laissé passer le com. en 1936. Guy Lachambre252 homme de Daladier est écarté. Mardi nous aurons à voir certaines difficultés dans la présentation des plans du ministère. Les socialistes dans leur Comité national ont failli voter contre la collaboration ministérielle. Les socialistes Blum se sont dégonflés ; préjudice pour le socialisme mais ils espèrent que les radicaux seront vite visés et déjà les socialistes crient : vive Blum et vive le programme du Front populaire. Pour nous, le mot d’ordre : les communistes au pouvoir.

  • 253 L’article de Marcel Gitton, paru dans l’Humanité du 13 juin, avançait la perspective de l’unité org (...)
  • 254 L’appel à la traditionnelle manifestation au mur des Fédérés avait été, cette année-là, à l’initiat (...)
  • 255 Après l’appel de Dimitrov « à l’unité internationale », sévère vis-à-vis de l’IOS, l’Humanité du 14 (...)

378Il faut répondre à la CAP avec des concessions à leurs trois reproches : article de Gitton253, Mur des Fédérés254, article de Dimitrov255. Or, malgré la CAP le front unique se resserre et les socialistes se rapprochent des communistes. Les socialistes parisiens, ceux de la Gironde, et partout à la base, il y a rapprochement. Les ouvriers socialistes nous aideront plus sans Blum à aider l’Espagne. Les rapports du conseil fédéral des cheminots (sur 110, 35 socialistes) sont beaucoup meilleurs [sic]. Unanimes à supprimer le courant pour l’Espagne.

Vendredi 25 juin 1937

379300 F Louise. 11 h, pavillon CGT. 3 h, 20, rue du Parc.

Samedi 26 juin 1937

38032, rue Saint-Sébastien, 9 h 30 délégation d’Annemasse. 6 h Huma.

Dimanche 27 juin 1937

  • 256 Jean-Baptiste Clément (1897-1903), socialiste et poète, est l’auteur du Temps des cerises (1866, mu (...)

381Nouzonville. Sculpteur : Badie. Inauguration du monument J.B. Clément256.

3821 535 Huma par jour dans les Ardennes ; pas de CDM, pas de vente de cellules.

  • 257 Charles Boutet (1865-1943), conseiller général socialiste des Ardennes, ancien député, avait été ba (...)
  • 258 Pierre Viénot (1897-1944), député républicain socialiste des Ardennes, avait été sous-secrétaire d’ (...)

383Ardennes : 35 000 syndiqués (sous l’influence communiste), 8 municipalités, 10 000 exploités des Ardennes, 1 conseiller général, 1 député. Troclet, Chausse, Boutet257, Desmoulin, Viénot258, au banquet, le préfet des Ardennes. Ardennes : 1 800 PC, 1 000 JC. Vallée de la Meuse : tréfilerie, estampage, aciéries, fonderies, boulonneries, petite mécanique, appareils de chauffage. Givet : soie artificielle. Petits patrons de plus en plus éliminés. Question frontalière : frontière Belgique. Quelques PPF, racaille et lie.

Lundi 28 juin 1937

384Brouckère hôtel du Pavillon, rue Échiquier, chambre 38. Délégation : Ercoli, Dalhem, Gallo, Checa, Maurice Thorez, Marcel Cachin ; on peut leur proposer : 1°) aller en Espagne ensemble ; 2°) réunions périodiques tous les mois et plus souvent si c’est nécessaire ; 3°) venir en aide à Santander pour les enfants et les vivres ; 4°) pour le 18 juillet.

  • 259 Peintre et sculpteur, Henri Matisse (1869-1954) apparut au Salon de 1905 comme le chef de file des (...)

385Rosenberg fait pendant l’exposition une vente Matisse259. Du coup il a fait donner à Matisse deux salles au Petit Palais (Luce).

Mardi 29 juin 1937

3862 h, Ivry. Dévaluation = dépréciation. On substitue à une unité monétaire une autre d’un poids d’or moindre. Ainsi on la stabilise. On veut stabiliser le franc à 43 milligrammes d’or fin. On gagne 8 milliards.

  • 260 Alexandre Varenne (1870-1947) avait été député socialiste du Puy-de-Dôme de 1914 à 1936. Gouverneur (...)

387Varenne260 au Sénat : je viens de Chine. Le Kuomintang est en grand progrès. La Chine s’organise, s’unifie, devient anti-japonaise. Elle n’a pas peur du Japon. Le Japon affaibli par des divisions intérieures, par la rivalité de son armée et de sa marine, par les exigences de la Mandchourie qui lui coûte un milliard de yens par an, le Japon n’est plus aussi redoutable ni pour la Chine ni pour l’URSS. Varenne pense que l’influence française y est grandie. Les Chinois ont eu à choisir entre la révolution à la Russe, sanglante, et la révolution qui vient de se faire en France, depuis juin 1936, et ils ont choisi la révolution française !

Mercredi 30 juin 1937

388(200 F à Louise.) Attaque socialiste contre le Sénat, diversion, comédie, dégonflage de Lebas, discrédit du parti socialiste.

389Le franc souple, flottant. Il gêne les échanges, or on ne sait pas quel sera son cours dans un mois. Mais il préserve l’encaisse-or, trésor de guerre. Il variera selon l’opinion que se feront les étrangers de notre monnaie. Il n’y aura plus de mouvements d’or.

  • 261 Dans l’Humanité du 30 juin, discrète sur l’agitation ouvrière, Benoît Frachon s’inquiète, en ce déb (...)

390Doury : chez Citroën, occupation de l’usine par les polisseurs trotskistes et anarchistes. Chez Renault même atmosphère provocatrice261, on a renvoyé chez l’un et l’autre un délégué. Gare à la généralisation ! Les socialistes dans les usines poussent à la bagarre, pivertistes, trotskistes ; les communistes subissent le contrecoup. Dans le bâtiment, on réclame la grève illimitée ; ce serait retourner la situation. Il y a mécontentement. Pour le moment il faut éviter les grandes grèves. Les ouvriers savent que tout va augmenter. On ne veut pas au gouvernement de la loi sur l’embauchage et le débauchage.

  • 262 La majorité sénatoriale avait voté l’affichage du discours de son rapporteur général Abel Gardey (s (...)

391BP du 30 : Maurice Thorez : ne pas nous laisser isoler, aucune raison de refuser à Chautemps ce que nous avons accordé à Blum. Tactique dans les masses : si on est là c’est qu’on n’applique pas le Front populaire, si on veut l’appliquer, nous sommes là ! La bourgeoisie mène un assaut formidable contre le Front populaire. Elle est furieuse contre nous parce que nous ne voulons pas nous laisser mettre hors du jeu. Les radicaux ont très bien accueilli Jacques Duclos. Moch a dit à Maurice Thorez : si vous votez Chautemps, le Sénat votera contre lui. Moch voulait tuer le Front populaire et Chautemps. Au Sénat, Laval a mené le jeu. Mais les radicaux ont voté contre lui. Gardey262 a accepté ce qu’il avait refusé et condamné (inflation et dévaluation). Après tout cela, le Front populaire subsiste, c’est-à-dire que le contact subsiste avec les ruraux. Mais les socialistes ne raisonnent pas comme nous. Désarroi profond. Bagarre. Division. La base n’admet pas l’attitude de Blum dont le prestige est atteint. Il n’est plus surhomme dans son parti. Il est obligé de proposer une motion et cette motion est attaquée. A Marseille, la défaite est possible. Leur défaite au Conseil général de la Seine est grave et vient de leur division. Blum comme Caballero provoque une scission dans le parti socialiste. La division socialiste arrête l’élan de la République espagnole. Ici, même chose. Les socialistes ne comprennent rien au Front populaire, ils sont hostiles, gauchistes, bêtise. Ce peut être la catastrophe en France.

392Heureusement, nous avons insufflé l’espérance au peuple ; si nous conservons intactes les organisations et obtenons quelques revendications, nous passerons le défilé. Mais si les socialistes font des bêtises, s’ils sont intransigeants verbalement, il y aura difficultés. Les socialistes poussent les hommes dans les syndicats contre le gouvernement Chautemps. C’est aider les réactionnaires. Les réactionnaires poussent l’hôtellerie contre le Front populaire. Le décret ne touche pas les petits ni à Paris ni ailleurs. Ils veulent des troubles répétés pour préparer les coups d’État. Or aucun trouble dans le bâtiment et dans la métallurgie. Il faut déjouer les provocations du patronat et des gauchistes. Attention ! il ne faut pas avoir l’air neutre pour le Sénat. Il faut attaquer Gardey. Il faut être ferme pour les revendications. Les socialistes sont sans boussole. Il faut aider les ouvriers socialistes en leur donnant quelque chose de positif. Les vieux. Les paysans. Le fisc. Les loyers. Nous allons organiser là-dessus la poussée des masses. Les socialistes disent : dans trois mois il y aura en France union nationale.

393L’Huma à 6 sous vendu le 24 juin. 430 000 numéros par jour au lieu de 370 000. Gains depuis que les journaux sont à 8 sous : 60 000 numéros par jour. Huma, tirage moyen quatre premiers mois 1937 : janvier 396 470, février 395 347, mars 422 234, avril 402 986. Tirage de mai, 415 179. Vente à Paris mai 1937 : kiosques, 60 000 en moyenne ; métro, 16 400 (sauf le dimanche 2 900) ; criée, 35 000 en moyenne. Juin, première quinzaine, tirage moyen : 473 074 ; vente à Paris kiosques, 1er juin, 77 000 ; 10 juin, 69 000 ; métro, 20 340 ; criée, 35 800.

Juillet

Jeudi 1er juillet 1937

394Centre d’amitié et de culture franco-arabe, 8, rue Richelieu. RIC 61 70.

Vendredi 2 juillet 1937

395Paris-Lancerf. Çoizec vient au-devant de moi à la gare. Elle marche à quatorze mois.

Samedi 3 juillet 1937

  • 263 Le 1erjuillet 1937, un décret-loi avait détaché de l’or le franc. Devenu flottant, celui-ci était t (...)

396Lancerf. À la base de la crise aiguë du Trésor et de la monnaie il y a : l’exportation des capitaux, la fuite devant le franc, organisées par les oligarchies capitalistes. Elles exportent leurs propres capitaux. Elles organisent l’exportation par leur compagnie [sic]. Il aurait fallu faire connaître le nom des émigrés en allant jusqu’à la confiscation des contrevaleurs en France des capitaux exportés. Il faut combattre la spéculation sur les prix. Il faut combattre la spéculation sur le franc263. Il faut combattre les monopoles privés, trusts, comptoirs. Il faut réaliser la réforme [ill.] des impôts.

Dimanche 4 juillet 1937

397Traou-Nez. Le feu a pris sur la ligne à deux endroits : à la hauteur du kilomètre 535, à la hauteur de la maison détruite de la propriété de Traou-Nez. Il a couvé depuis le 10 juin, et il reprend en ce moment favorisé par la sécheresse, par le vent, par l’amoncellement des matières inflammables.

Lundi 5 juillet 1937

398Penc’hoat, Traou-Nez. L’art d’être grand-père... Elle est la fleur de mon vieux mur... Et l’attendrissement des vieillards, c’est de voir que le matin veut bien se mêler à leur soir... Toute la matinée adorable de l’homme...

Mercredi 7 juillet 1937

399Lancerf à Barfleur. Lancerf 5 h 52, Guingamp 7 h 05, départ Guingamp 7 h 15, arrivée Saint-Brieuc 7 h 45, départ Saint-Brieuc 8 h 19, arrivée Lison 12 h 57, départ Lison 13 h 15, arrivée Valognes 13 h 53, arrivée Cherle 14 h 14.

Jeudi 8 juillet 1937

400Cherbourg à Paris. Valognes, Carentan, [ill.], Bayeux, Lisieux, Évreux. Temps mardi.

Vendredi 9 juillet 1937

  • 264 Il s’agit du pavillon de la Paix édifié par le RUP à l’occasion de l’Exposition universelle de Pari (...)
  • 265 Nicolae Titulescu (1883-1941), ministre des Affaires étrangères de Roumanie (1932-1936), avait amor (...)
  • 266 Albert Rivière (1891-1953) était député socialiste de la Creuse depuis 1928. Il était ministre des (...)
  • 267 Haut fonctionaire du Quai d’Orsay, Joseph Avenol (1879-1955) avait été secrétaire général de la SDN

401Paris. Inauguration officielle du Palais de la paix264. Midi, déjeuner, 21, rue Casimir-Perier. 6 h, discours à l’Exposition. 8 h 30 défilé de la paix, anciens combattants. La sécurité collective, la Société des Nations sont mortes si les peuples n’agissent pas. Herriot, Cot, Butley, Cecil, Titulesco265, Brouckère, Jouhaux, Marcel Cachin, Rivière266, Avenol267. Exposition placée sous le signe de la paix. Contre les agresseurs. Espagne, Tchécoslovaquie.

  • 268 Né en 1883, François Dortet de l’Espigarie de Tessan était député (radical) de Meaux (Seine-et-Marn (...)
  • 269 Toussaint Ambrosini (1880-1946) avait été député socialiste de Marseille de 1930 à 1936. Il avait é (...)
  • 270 Né en 1879, Louis Rollin, avocat, était député (Alliance des républicains de gauche et des radicaux (...)

402Déjeuner, Ashberg, A. Prato (40 personnes) : Blum, Delbos, de Tessan268, W. Bertrand, Cot, Herriot, Vaillant-Couturier, Marcel Cachin, Péri, Langevin, Lord Cecil, Lord Dewin, J.R. Bloch, Aragon. Pour la manifestation Trocadéro : Ambro.269, Jouhaux, Cot, Herriot, Brouckère, Marcel Cachin, Rollin270, Avenol. Les discours radiodiffusés. Nulle mention de l’intervention communiste à la TSF. À 6 h, réunion à la Chambre : Brouckère, Adler, Thorez, Cachin. Les ouvriers français ont refusé de monter le drapeau allemand au Pavillon de la paix. On ne veut que les drapeaux des pays qui adhèrent à la Société des nations.

Samedi 10 juillet 1937

403RUP, exécutif 10 h du matin, 7 bis, place du Palais-Bourbon. Lord Cecil ouvre la séance. Les peuples désirent la paix par la Société des Nations. Les gouvernements finiront par entendre. L’Espagne domine tout. Le comité de non-intervention a fait faillite. Il faut donc retourner à Genève. L’Italie et l’Allemagne ont quitté Londres comme Genève. C’est à Genève que doit être décidée la question espagnole. La Société des Nations reste malgré tout le seul espoir.

404Les ouvriers français ont achevé hier le Pavillon de la paix gratuitement. La paix domine l’Exposition. Le RUP a commencé il y a seize mois, aujourd’hui nous avons le premier et le plus bel emplacement de l’Exposition pour notre palais de la paix. Dans le palais :

  1. l’action des forces de guerre. Violation des traités ; l’Espagne.
  2. l’activité des forces de paix (paysans, ouvriers, combattants, femmes, jeunes).
  3. œuvre de la Société des Nations. Nos quatre principes. C’est la première maison internationale de la paix. Œuvre populaire. 300 congrès et conférences pendant l’Exposition. Propagande.

Dimanche 11 juillet 1937

405Comité exécutif du RUP. Discussion sur la motion espagnole.

  • 271 Le 9 juillet, le Comité central du PCF avait adressé au congrès socialiste une lettre célébrant l’u (...)
  • 272 Des mouvements de grève touchaient les établissements refusant d’appliquer le décret du 16 juin et (...)

406Le congrès socialiste est dominé à Marseille par le communisme271. Ils sentent que toutes les responsabilités leur seront reprochées à eux seuls. Les socialistes songent à torpiller le gouvernement Chautemps. La grève des hôtels, cafés etc. est avortée. Nous n’avons pas réagi contre la démagogie des 5 x 8272. Il faut aujourd’hui, veille du 14 juillet, proposer une trêve.

Lundi 12 juillet 1937

407Secrétariat du 129. Les Jeunesses communistes. Congrès. Le Rassemblement populaire ne se maintient qu’en se mettant au service du capitalisme libéral et du réalisme anglo-saxon. Quand reprendra-t-il sa marche en avant ? (Déat). Le cabinet Chautemps est une pause entre deux cabinets Blum. Le premier a échoué par l’hostilité du Sénat, par les fascistes et les administrations, par les intrigues des spéculateurs. Le deuxième comprendra les communistes et les radicaux et les socialistes avec les nationalisations ou socialisations. C’est le sens du congrès de Marseille.

  • 273 Les Jeunesses communistes revendiquaient 100 000 adhérents. Marcel Cachin prononça une allocution a (...)
  • 274 Bernard Chochoy (1908-1981), instituteur, était depuis 1934 le secrétaire national des Jeunesses so (...)

408Congrès des jeunesses communistes273 : 2 000 délégués, 3 000 participants. Unanimité, sérieux. Confiance au PC, à Jacques Duclos, à André Marty. Unité socialiste et communiste en progrès international, mais non national. Chochoy274 a refusé de saluer le congrès communiste. Progrès pour les jeunes paysans communistes, chez les jeunes filles. On a jeté les bases pour l’organisation des étudiants.

Mardi 13 juillet 1937

  • 275 Le quotidien l’Aube, dans lequel écrivait Georges Bidault, exprimait une sensibilité démocrate-chré (...)

409L’Aube275 félicite Gide : « La Russie est fasciste. »

410Tirage Huma : 444 000. À Paris, vente : Petit Parisien, Journal, Huma 3eHuma à Paris : 60 000 vente, l’Œuvre : 46 000, le Populaire : 20 000.

411Pour le Sénat : il est l’émanation du parti radical ; il est réaliste au point de vue de la politique extérieure ; si un vote a été pris trois fois par la Chambre, le Sénat doit s’incliner. Sur 120 milliards sortis de France, il en est rentré cinq à la suite de la politique de libéralisme financier et de la pause.

Mercredi 14 juillet 1937

412Place de la Bastille, carrefour Richard Lenoir, vers la Nation ?

413Congrès socialiste de Marseille. Après un Conseil national tumultueux. Il a confirmé une atteinte au prestige du parti socialiste et de Blum à l’intérieur du PS et à l’extérieur. Désarroi, confusion. C’est la contradiction entre ses phrases gauche et ses actes droite. C’est une orientation des masses vers notre PC. Ils avaient orienté leur congrès vers les attaques anticommunistes. Ils ont dû changer. Blum a été peu convaincant et aussi Auriol. Ils ne pouvaient persuader qu’ils avaient réussi. Blum a attaqué l’URSS affaiblie par les divisions internationales. Dès le 15 juin, le PC a dit : je suis prêt à collaborer. Blum a dit : qu’aurait fait le PC si je lui avais offert la collaboration ? P. Faure a dit : je serai à côté de Blum au moment de l’ascension et aussi maintenant qu’il est vaincu et qu’il s’est trompé.

  • 276 Les opposants à la majorité Blum-Faure ont vigoureusement contesté la légitimité de la direction is (...)

414Pour Blum à Marseille : le Nord, 537 mandats sans congrès unanime ; les Bouches du Rhône, 250 mandats sans congrès unanime ; la Haute-Garonne, 136 mandats sans congrès unanime276. Zyromski, Bracke sont les hommes de Blum pour empêcher la motion Pivert d’avoir une grosse minorité. C’est le barrage anti-Pivert. Et pour empêcher d’aller vers nous ! Aucune attaque contre nous. Manœuvre anti-Pivert. Pivert : pas une attaque anticommuniste quoiqu’ils soient acharnés contre nous. Il faut voir la base. Dirigeants aventuriers, trotskistes et tolstoïens, anti-Front populaire.

Jeudi 15 juillet 1937

  • 277 Né en 1906, Eugène Anstett, ouvrier métallurgiste, était secrétaire régional du PCF en Moselle. Il (...)
  • 278 Paul Bouthonnier (1885-1957), professeur, avait exercé quelque temps l’intérim de la direction du P (...)

415Delferrière, Jaurès. Huma Paris : 65 375. 329 000 PC. À 10 h 18, rue François 1er. À 12 h, école du parti, 41 élèves, 3 femmes, Arcueil : Anstett277, Bouthonnier278, Marcel Cachin, Maurice Thorez.

  • 279 La comparaison avec les regroupements socialistes du début du siècle s’appuyait sur deux thèmes mob (...)

416BP. Chez tous les socialistes inquiétude de nos progrès. Ils ont peur des élections, peur des résultats ; la politique espagnole, ils sont partis sans se battre. Ils sont anti-Front populaire, antigouvernementaux. Leur programme qu’ils ont refusé de réaliser au pouvoir, c’est le nôtre qu’ils ont pris dans leur résolution. De même pour l’Espagne. Blum a été unanimement blâmé : votre politique espagnole a fait faillite. Et dans le programme, ils ont admis qu’il fallait aider l’Espagne. Blum a montré une grande indignité en acceptant cette résolution, résolu à la violer. Ils ont admis toutes les formules Litvinov sur la politique extérieure. Contradiction entre les faits et les actes. Blum a fait la politique de la non-intervention. Pour l’unité, c’est au centre de décider ! Et les trois points ; mais oui ! Tout le congrès c’est l’égoïsme de parti qui ne se confond pas avec l’intérêt des masses. C’est une force ; mais ils ne voient pas qu’il faut savoir modifier une tactique. Ils s’enfoncent dans les contradictions et en même temps qu’ils ont besoin de l’unité avec nous. Il faut tenter une manœuvre comme les bolcheviks ; unification mais non fusion. Il faut un pas vers l’unité. Nous dirons : nous ne sommes pas d’accord. Organisons ensemble dans tous les domaines, travail commun. BP et CAP sans les fusionner ; les mettre côte à côte ! Comme on a fait pour l’unité syndicale, syndicat unique. De cette façon, on mettra la moitié des sections socialistes avec nous. Faire comme en France vers 1900279. Les socialistes ont modifié leur attitude pour l’unité contre le gouvernement. Il faut les empêcher de nous entraîner contre le gouvernement.

Vendredi 16 juillet 1937

  • 280 Sous la présidence de l’ambassadeur d’Espagne, Ossorio y Gallardo, un spectacle franco-espagnol « p (...)

417Comité international d’aide au peuple espagnol (Mutualité)280. Déjeuner américain.

418BP. Politzer : programme du Rassemblement populaire. On va le modifier. Laval, Régnier ont laissé des finances désastreuses. Blum, Auriol ont laissé les finances encore plus désastreuses. Aujourd’hui, le désastre s’accentue ? En octobre nouvelle crise ! Les socialistes à Marseille n’ont pas parlé concrètement. Sur le contrôle des capitaux il faut des propositions précises. Bonnet propose 36 % d’impôts sur un million, les communistes français 65 %, les Américains 80 %. Les propositions de la CGT, confus, obscur (la CGT est pour la conversion des rentes).

4191°) Contre la fraude ; 2°) contre les trusts ; 3°) réformes fiscales ; 4°) pour la trésorerie, placer les bons du Trésor, refus des banques ; 5°) nationalisations : transports, électricité, assurances-vie ; 6°) offices : sucre, charbon. Pour l’évasion des capitaux, la CGT déclare déchus juridiquement ceux qui n’auraient pas déclaré les avoirs à l’étranger. Contrôle des agissements des banques, des comptoirs, cartels. Le marché libre. La banque d’Angleterre peut vendre ou acheter des bons du Trésor. C’est l’inflation. Le gouvernement ferait marcher ici la Banque de France, les compagnies d’assurance.

420Est-ce que la nationalisation permet un progrès technique ? Est-ce une meilleure organisation ? Il faut examiner le programme de la production à propos des nationalisations. L’idée de faire entrer les communistes au gouvernement c’est non pas continuer la participation comme les socialistes, mais faire, réaliser, commencer la bagarre contre les résistances.

Samedi 17 juillet 1937

421Bâtiment : le chômage augmente. 1°) Les travaux sont paralysés ; plus d’argent à Paris et à l’État ; pas de dispositions pour une politique de travaux. Que dire aux ouvriers ? ; 2°) il faut que les patrons acceptent les conventions collectives, or ils refusent. Que faire ? ; 3°) les Froideval accusent les communistes de rechercher le pouvoir par les grèves.

422La Fédération du bâtiment propose grève une journée, 21 août ? Les ouvriers veulent garder ce qu’on a ! Or les patrons refusent de faire honneur à leur signature pour les congés payés, beaucoup de patrons refusent. Neuf lock-out dans les cimentiers parisiens.

Dimanche 18 juillet 1937

  • 281 Marcel Cachin se rend à Roubaix pour le 15e anniversaire de la mort de Jules Guesde.
  • 282 Jérôme Moerman (1905-1964), ouvrier du textile, faisait partie du bureau de l’Union locale CGT de R (...)
  • 283 Gilbert Declercq (1896-1944), ancien tisserand, avait fait d’« Halluin la rouge » la citadelle comm (...)
  • 284 Le docteur Léandre Dupré (1871-1951) était député socialiste du Nord (8e circonscription de Lille) (...)

423Roubaix281. Mœrman282, G. Declercq283, 215, boulevard de Strasbourg. Lebas 13 000, Dupré284 11 000 (total 24 000). Mœrman 3 400, Collaert 4 700 (total 8 100).

424Tourcoing : socialistes 6 000, communistes 5 000. Tourcoing-Armentières : communistes 7 000, socialistes 4 500. Dans la région Tourcoing-Armentières : socialistes 34 500, communistes 20 000.

425Huma :

vente quotidienne vente dimanche
Lille 4 365 500
Roubaix 492 300
Tourcoing 721 Pas de CDH ni de ventes cellules.

Lundi 19 juillet 1937

  • 285 Hôtels-cafés-restaurants-brasseries.
  • 286 Le conflit hôtelier se prolongeait depuis deux semaines. Il se soldera le 21 juillet par un accord, (...)

426Grève provoquée par les patrons, le gouvernement, la police. Frachon : grève HCRB285. Il y a des courants dans la CGT contre Chautemps. Chautemps aide les hôteliers286 et la classe moyenne. Belin très radical. Frachon dit : s’il y a grève, nous n’aurons pas 50 %. Jacquet n’a pas résisté. Répétition de la grève des coiffeurs. Méthode dangereuse, violente, dirigée par les francs-maçons contre les syndiqués. On propose six j. heures supplémentaires majorées. Enquête pour savoir s’il y avait des employés en quantité suffisante. Délégués de maisons contrôleront les heures.

  • 287 Né en 1884, Jean Chaussin, ouvrier boulanger, avait rompu avec le PCF en 1929. Il était délégué des (...)
  • 288 Né en 1883, Maurice Sardin avait été secrétaire de la Fédération CGT de la boulangerie. Il avait ré (...)
  • 289 Hilarion Didaret (1887-1967), garçon de café, avait contribué lors de la scission de 1921 à la fond (...)

427Tous sentent que la grève est perdue, mais personne des dirigeants ne veut la responsabilité. Grève à Reims, 50 % et échec final. Chaussin287, Sardin288, Belin, Did.289 poussaient à la grève au nom du parti socialiste. Or il n’y a pas grève de l’hôtellerie. Les coups durs se font contre les petits. Boules puantes. Les patrons résistent parce que la grève est un échec. Les cuisiniers et les garçons de cuisine sont les plus exaltés. Nous avons suivi toutes les exaltations. Mais les 6 000 grévistes sont des communistes, attention ! Il faut être contre les provocations. Mais il ne faut pas accabler les ouvriers. Il ne faut pas accepter la circulaire Chautemps. Il faut dire : vive les 40 heures. Les patrons veulent tuer le syndicat. Personnel salarié. Personnel pourboire.

Mardi 20 juillet 1937

428Pierrefitte, Maison du peuple. 3 h, Dolivet, Smeral. Huma.

429La CGT dit aux vieux : vous allez travailler une heure par semaine pour vous = 1,5 milliard, que les patrons et l’État en fassent autant et voilà la retraite. C’est la réplique des ouvriers aux accusations que le Front populaire n’a aidé que le prolétariat.

  • 290 Au congrès de la LDH, les pacifistes radicaux antistaliniens (Félicien Challaye, Madeleine et Mauri (...)

430Le congrès de la Ligue des droits de l’homme a battu : la politique espagnole, la politique antisoviétique290.

Mercredi 21 juillet 1937

  • 291 René Le Gall (1899-1942), ouvrier terrassier, avait été secrétaire de la Fédération CGTU du bâtimen (...)

43113e : Le Gall291 (rue Vulpian). Disque : Le communisme : espoir du monde, 9 h du matin, 92, boulevard de la Gare, studio Polydor. Déjeuner avec Langevin, Solomon. Si les communistes vont au pouvoir, ils devront avoir une politique financière. Le seul fait qu’ils seront appelés, les fascistes peuvent s’agiter en Italie et en Allemagne et déclarer qu’ils ne toléreront pas un gouvernement communiste en France. Le bruit court que le gouvernement Chautemps ne pourra même pas tenir jusqu’en octobre.

432Reprise économique en France. L’indice de la production passe de 66,7 (mai 1936) à 77,3 (avril 1937) : augmentation du tonnage de l’exportation, recettes fiscales des chemins de fer sont en augmentation, diminution du chômage : de 443 000 à 316 000 (mai 1936-juillet 1937), dépôts en banque augmentent, amélioration des prix. C’est la situation financière qui est précaire. Pas de retour des capitaux. Pas d’investissements de capitaux. (Le bâtiment a fléchi parce que les grands travaux n’ont pas été exécutés). Théâtre, cinéma, groupes artistiques s’améliorent. Amélioration de la vie des travailleurs.

Jeudi 22 juillet 1937

433Montreuil, Comité central élargi, public.

  • Ouverture de Marcel Cachin. Le PC. Exaltation. IC. Les aviateurs soviétiques.
  • Rapports de Jacques Duclos, Sémard, R. Jean, Gitton.
  • Réforme de la presse, origine de ses ressources. Le Front populaire n’a rien fait.
  • Contre le fascisme.

434Beaucoup à faire pour les paysans, les commerçants. La réforme de 1936 de la Banque de France n’a pas été utile. Appel des jeunes au travail et retraite des vieux. Rien ! Électrification, chemins ruraux, contre les inondations ; stades, piscines, terrains de jeux. On n’a pas appliqué le programme du Front populaire. On n’a pas fait la réforme des impôts, le contrôle des sorties de capitaux (confiscation) ; on n’a pas fait les lois contre la fraude. On a fait la manipulation financière, la dévaluation. Aucun résultat utile : les capitaux ne sont pas rapatriés. On a fait la pause pour que les puissances d’argent soient plus malléables. Rien. Pas de rapatriement des capitaux. L’emprunt a garanti le change, n’a rapporté que 5 milliards. Le grand patronat a voulu saboter les lois sociales. Il désorganise la production. Les grandes entreprises ferment leur porte au lieu d’échelonner les congés. Les 40 heures par roulement pour les petits artisans. Garanties d’embauchage et de débauchage, pour le respect de la loi. Les bourgeois usent de la provocation, 48, Hitler. Le peuple français garde sa fidélité au Front populaire. Élections du 14 juillet 1937.

435Le PC est le parti fidèle aux applications du programme. Le 15 juin dépôt des projets Blum sans nous consulter : augmentation des impôts et pleins pouvoirs. Nous avons dit : nous sommes contre. Nous sommes prêts à participer au pouvoir. Nous avons refusé de sacrifier le Front populaire. Nous avons demandé à Blum de ne pas quitter la position de faire cocu Bourgeois en 96 [sic]. Nous continuons à être loyaux pour Chautemps. Nous lui avons dit : vos projets financiers sont mauvais, mais nous ne tuerons pas le Front populaire. On peut assurer une meilleure administration démocratique. Les puissances d’argent sont toujours fortes, elles sont à l’origine des malheurs de notre pays. Banques, trusts, gouvernement occulte. Ils font l’exportation des capitaux qui font chanter le gouvernement, complotent contre le franc, provoquent les scandales pour les exploiter contre le Front populaire. Que le peuple s’unisse contre eux.

  • 292 Né en 1880, Bertrand Nogaro, docteur en droit, agrégé de sciences économiques, avait été député rad (...)
  • 293 Plusieurs militants du nom de Fournier pouvaient avoir participé à ce CC élargi. Il pourrait s’agir (...)
  • 294 Patron d’un puissant groupe de presse, Léon Bailby avait fondé le Jour en 1933. Tirant à 250 000 ex (...)

436Margaine en 1928 au congrès radical réclame la nationalisation ; Caillaux et Nogaro292 présentent une résolution excellente. Contre les trusts. On a parlé de réforme de structure. On peut s’entendre au Front populaire pour les réaliser. Crédit organisé, assainir les finances de l’État. Assurances, réseaux, trusts, comptoirs, cartels qui font la vie chère. Enquête sur les origines de la fortune des hommes publics. Contre le système fiscal. L’emprunt est l’occasion pour les banques de faire chanter l’État. Il y a mécontentement des masses laborieuses. Nous l’avons annoncé. Il fallait appliquer le programme. Voici les décrets. Augmentation des impôts indirects, pas de répression de la fraude (on ne prévoit que 630 millions). Les exportations de capitaux continuent ; on prédit une baisse importante du franc ; on menace les petits épargnants. On comprime les dépenses. C’est une mauvaise politique de déflation. On comprend l’inquiétude (Fournier293). Bailby294 mène la campagne contre le crédit public. Nous voulons lutter contre les oligarchies financières. Nous sommes pour la paix. Nous avons eu raison pour les affaires espagnoles. On a reculé devant les fascistes internationaux comme devant les oligarchies financières.

437Orne : 378 membres PC. PC Tarn : 390 membres, pas de paysans dans le PC. Certains mineurs ont des métayers.

  • 295 Georges Cogniot (1901-1978), normalien, agrégé de lettres, adhérait au PCF depuis 1921. Membre supp (...)

438Cogniot295. – Il faut des bourses plus nombreuses pour nos jeunes. Il y a des trésors dans nos jeunesses. Ouvrons des lycées populaires pour les jeunesses ouvrières, le soir ou en fin de semaine. Voilà la réforme de l’enseignement.

  • 296 Né en 1904, Gaston Auguet, contrôleur des Contributions indirectes, était conseiller municipal comm (...)

439Auguet296, secrétaire Paris-ville. – 34 000 adhérents, 4 500 cellules. Dans les grandes occasions de l’Histoire, Paris domine la France, les ouvriers dominent Paris. 16 députés, 13 conseillers municipaux.

440G. Péri. – Paix indivisible, Société des Nations. Sécurité collective, assistance mutuelle franco-soviétique. Un an de non-intervention : le 12 juin, l’Allemagne hitlérienne enregistrait que les puissances démocratiques avaient fait droit à toutes leurs exigences. Coalition des forces de paix. Il y a croisade du fascisme international. La technique de l’agression, des coups de force : Leipzig, Chine, Tchécoslovaquie. Il faut la paix :

  1. la France doit renoncer à la non-agression [sic] ;
  2. recours à la Société des Nations ;
  3. dans les pays pacifiques, le fascisme crée des conditions de guerre ;
  4. il faut une conception rénovée des rapports franco-anglais. L’Angleterre n’est pas la Cité, c’est l’Angleterre prolétaire et libérale et populaire.
  • 297 Charles Nédelec (1907-1944), menuisier, était membre suppléant du Comité central du PCF et secrétai (...)

441Nédélec297. – Le mécontentement n’est pas contre le Front populaire. On est mécontent du prix de la vie, des violations de la loi. Un douanier, 760 F par mois, crève de faim. Les petits commerçants ont refusé la lutte avec Gignoux contre les ouvriers. Les maraîchers sont dans une situation difficile : de 75 F les 100 kg, les patates à 37 F. Ils ont voulu faire la grève et occuper les gares. Les dorgéristes ont voulu s’emparer du mouvement. Les paysans les ont chassés avec nos mots d’ordre. Les vieux sont avec nous. Le fascisme ne grandit pas en Provence.

  • 298 Raymond Tournemaine (1893-1973), cheminot, était secrétaire général de l’Union Nord CGT et membre s (...)

442Tournemaine298.

443Ben Ali Boukort.

444R. Jean. – On a traité le blé. Les dettes. Conventions collectives de vente pour la vente des récoltes. Convention collective de travail. Réglementation du travail agricole. Allocation familiale aux métayers, devant le Sénat. Ces lois ne coûtent rien à l’État.

445Balissou (Toulouse). – Pas de comité de coordination avec les socialistes. Nous essayons de faire des comités de Front populaire.

446Martha Desrumeaux. – Il y a mécontentement ouvrier dans le Nord. Les rapports sont tendus entre socialistes et communistes. Il n’y a plus d’action commune. Pas une seule manifestation le 14 juillet.

  • 299 En 1936, Toulza fut candidat communiste en Dordogne et recueillit 3 727 voix sur 24 396 inscrits au (...)

447Toulza299. – 2 500 adhérents, 140 cellules en Dordogne. PC : 28 900 voix communistes en 1936. Les paysans de Sarlat ont fourni beaucoup d’argent pour les Espagnols. G. Bonnet a été contre le Front populaire. Nous serons loyaux. Les paysans restent attachés au Front populaire.

  • 300 Né en 1903, Raymond Guyot, employé des chemins de fer, s’était engagé en 1923 dans le travail antim (...)

448R. Guyot300. – La jeunesse est gaie ; elle a l’espoir : c’est le Front populaire. Il y a encore beaucoup de jeunes sans travail et sans qualification. Il faut donner un métier à la jeunesse. Il faut du sport obligatoire. Les jeunesses ont 309 groupes de villages. Congrès en novembre. Étudiants : en retard. Dès la rentrée le BP doit agir.

  • 301 Militante communiste, Bernadette Cattanéo née Laloaer était née en 1899. Elle avait été affectée au (...)

449Bernadette Cattanéo301. – Les femmes socialistes refusent l’unité avec nous. 200 000. Le journal des femmes, 170 000 numéros. Comité des femmes, 200 000 femmes avec Cattaneo dans l’organisation.

450Berlioz. – Nous avons demandé l’équilibre budgétaire. Le système d’impôts a été fait au début du XIXe siècle. Il faut le moderniser. On a cru pouvoir amadouer les 200 familles ! C’est la social-démocratie qui veut à la fois réunir les riches et les pauvres. Les 200 familles ont étranglé la trésorerie du pays. Rien n’est résolu. Les capitaux, 129 milliards, ne rentrent pas (journal économique anglais). La bourgeoisie dit : rien ne sera fait si vous ne changez pas la politique du Front populaire. Les bénéfices du capital sont plus grands en 1936 qu’en 1935. Comment donner du dynamisme au Front populaire ?

  1. Des communistes au pouvoir ;
  2. Chercher comment appuyer l’action parlementaire par l’action des masses comme en juin 1936. Le Sénat céderait ;
  3. Réaliser le parti unique du prolétariat.
  • 302 Né en 1904, André Chipaux était ouvrier bobinier, militant communiste et secrétaire général de la F (...)

451Chipaux302. – Le taudis ; excédent de décès : 260 000 au taudis français. Une protection du logement :

  1. Protection des locataires et de la famille ;
  2. Lutte pour défendre la vie des travailleurs en construisant des logements à bon marché.
  • 303 Pierre Sémard publiait le 28 juillet dans l’Humanité « Pour une véritable réorganisation des chemin (...)

452P. Sémard. – Une société nationale des chemins de fer303 est proposée par nous pour déposséder les 106 administrateurs du rail. 38 conseillers généraux dans la Seine sur 140. Le déficit des transports parisiens est de 2 milliards.

  • 304 Député radical d’Eure-et-Loir, maire de Dreux, Maurice Viollette (1870-1960), ministre d’Etat du go (...)
  • 305 Dirigée par Messali Hadj, l’Étoile nord-africaine avait été dissoute le 20 novembre 1929. La décisi (...)

453Ben Ali Boukort. – Depuis le Front populaire, nous avons la liberté d’expression et d’organisation en Algérie et les lois sociales sont en partie appliquées : office du blé et minimum de salaire. Mais cela ne suffit pas. Il faut le projet Viollette304 et il faut lutter contre le fascisme. 8 communistes élus à Alger sur une liste de Front populaire. L’Étoile Nord-africaine305 est avec Doriot. Le congrès musulman récent. Rassemblement populaire allié du Front populaire (8-9 juillet 1937 à Alger) réclame Viollette.

454V. Couturier. – 425 000 Huma. Maisons de la culture : 70 000 adhérents.

  • 306 Marcel Bucard (1895-1946), ancien séminariste, fut en 1917 le plus jeune capitaine de France. Il la (...)

455Rosenblatt. – L’industrie textile de nos vallées. Les hitlériens alsaciens ont eu les fonds secrets sous Laval. Ils sont contre la France pour Hitler. À Strasbourg les hitlériens sont groupés en un groupe autonomiste. Bucard306 est fort en Alsace. On veut faire de l’Alsace un deuxième pays basque ; il faut le bilinguisme. Le Front populaire doit le donner. Nous avons montré aux catholiques que leurs chefs étaient avec le fascisme. Les ouvriers catholiques fêtent le 1er mai avec nous. Ils sont avec nous dans la CGT. Les catholiques alsaciens ont donné à la campagne communiste pour Bilbao.

  • 307 Pedro (dit Pierre) Terrat (1908-1982), employé de commerce chez un marchand de vins, avait suivi de (...)
  • 308 Julien Paraire (1885-1958), coiffeur, était le secrétaire de la section socialiste de Vinça (Pyréné (...)

456Terrat307. – Pyrénées-Orientales. Le Front populaire est fort. Les maraîchers. Dalbiez est Front populaire. Les socialistes se sont liés avec nous le 14 juillet. Paraire308 est pour le parti unique.

457W. Rochet. – La préparation des élections cantonales. Le lait. Le projet sur les maraîchers. Les chemins.

  • 309 Ouvrier gazier, Jules Auffret (1902-1941) était depuis 1935 maire adjoint de Bondy et conseiller gé (...)
  • 310 Né en 1913, Roland Boudet, instituteur, secrétaire régional de l’Orne depuis 1936, était le plus je (...)
  • 311 Jean Baillet (1908-1941), ouvrier jardinier, ancien dirigeant du syndicat unitaire des gens de mais (...)
  • 312 Raoul Calas (1899-1978), instituteur, adhéra au PCF en 1924. Révoqué en 1929 pour son action antimi (...)
  • 313 Né en 1904, Paul Billat, ouvrier confiseur, secrétaire du syndicat CGT de l’alimentation de l’Isère (...)

458Auffret309, Boudet310 (Orne), Baillet311 (Paris-Ouest), Calas312, Garaudy (Tarn), Billat313 (Isère). Paris-Ouest patronne le Calvados, la Seine-et-Oise.

459Calas, monographie de Marsillargues : 58 membres du PC, 40 JC, 8 JF de France.

460Midol : Les fonctionnaires.

461Airoldi. – La région lyonnaise est anarcho-syndicaliste : au 14 juillet ils ont refusé d’assister (le bâtiment influencé par Émery). Herriot autorise Doriot à tenir son congrès à Lyon dans une salle municipale. 17 500 membres des Jeunes filles de France dont 400 seulement à Paris et les autres en province.

462Paris-Est 15 500, Seine-et-Mame 4 500.

463R. Jean. – En France la majorité des intellectuels se sont détournés du fascisme. Attachement du pays au Front populaire. Le grand capital, le grand patronat est contre le Front populaire. Il ne faut pas être passif : assurer l’alliance des ouvriers avec les paysans et les classes moyennes. Les ligues factieuses continuent de préparer l’assaut contre le Front populaire. Il faut le défendre par : un congrès national des comités du Front populaire qui étudierait les moyens d’appliquer le programme de 1936, c’est-à-dire les mesures financières : réforme de l’impôt, fraude ; défense des libertés contre les ligues factieuses ; souffle républicain dans les administrations ; un gouvernement à l’image du Front populaire ; une unité de la CGT renforcée ; l’unité socialistes communistes politique. Un parti unique permettrait de faire les grands travaux, de donner la retraite aux vieux, de faire payer les riches, d’aider les paysans pour les calamités agricoles et les allocations familiales, de dissoudre les ligues, d’aider l’Espagne. C’est pourquoi, sans attendre l’unité complète, on peut dès maintenant réunir ensemble CAP et BP pour étudier ensemble les problèmes posés devant le pays. De même réunir aussi section socialiste et cellule communiste du sommet à la base, créer des groupes locaux uniques, préface à la fusion totale.

Samedi 24 juillet 1937

464De Paris à Barfleur.

Dimanche 25 juillet 1937

465Barfleur.

Lundi 26 juillet 1937

466De Barfleur à Lancerf. Le blé sera à 170 F. Le prix élevé n’intéresse pas plus de 100 000 cultivateurs en France.

Mardi 27 juillet 1937

467Lancerf. Del Vayo me dit (le 22 juillet) : il faut venir à Valence avec Brouckère. Il faut changer l’ambassadeur d’Espagne à Paris. Il faut que l’activité de l’ambassadeur d’Espagne à Paris soit décisive. C’est l’activité de Paris qui influera le plus sur les décisions de Londres qui est présentement ébranlée en faveur de l’Espagne.

468Caballero a dit : le seul rôle des syndicats en ce moment est d’aider le gouvernement. Dès lors, laissons-le tranquille, ne l’attaquons pas : il a encore, derrière lui, une grande masse ouvrière.

Mercredi 28 juillet 1937

469Lancerf.

Samedi 31 juillet 1937

  • 314 Jean Rospars (1881-1948), militant communiste, avait fondé en 1907 la section socialiste de Concarn (...)

470Concarneau. Le Mont-Noir (304 mètres). (Lancerf, Guingamp, Rostronen, Glomel, Tréogan, Pléin, Spezet, Concarneau). Rospars314, instituteur retraité. Suot, adjoint au maire de Concarneau. A Guerlédan : Union hydroélectrique armoricaine. Saint-Fiacre.

  • 315 Né en 1902, Jean-Marie Bellec, tubiste à Hennebont (Morbihan), avait été candidat du PCF aux électi (...)
  • 316 Né en 1911, André Le Roy, issu d’une famille d’ouvriers de l’arsenal, était lui-même postier. Secré (...)

471Région Finistère : 1 150 membres ; Morbihan : 400. La Bretagne : 8 000 numéros. 200 membres du PC à Concarneau, 250 à Pont-l’Abbé, 100 à Scaër papier Job, 80 à Quimper. Brest, 160 PC, 14 cellules. Bellec315, Leroy316 (Arsenal). Huelgoat : 100 membres. (4 municipalités communistes dans le Finistère). Manque de cadres. Comité fédéral faible.

472Pays bigouden : Pont-l’Abbé, Lesconil, Lechiagat, Penmarc’h. Morbihan : Hennebont, Auray, Vannes, Lorient. Morlaix, Huelgoat, Carhaix, Scaër, Bannalec, Audierne, Douarnenez, Quimper, Brest, Roscoff. Représentés à Concarneau.

Août

Lundi 1er août 1937

  • 317 Pierre Guéguin (1896-1941), professeur de mathématiques, était membre du comité régional (Finistère (...)
  • 318 Né en 1909, Pierre Moalic était instituteur à Poullan-sur-Mer (Finistère). Membre du conseil syndic (...)
  • 319 Né en 1898, Raymond Baudin, ouvrier cimentier puis permanent du Secours rouge international, avait (...)

473Concarneau. Kermesse ville close (Guéguen317 à Carhaix). Guégan, place de la Mairie, Carhaix. Vieille ville close de Concarneau, fête de la Bretagne. Moalic318, instituteur, Triboul pourra agir à Douarnenez. Scaër : château Laperronaye. Concarneau : le thon ! A Concarneau : les enfants de Villejuif et de l’Hay-les-Roses. Baudin319 maire. Les sept enfants des écoles libres.

Lundi 2 août 1937

474De Concarneau à Lancerf.

Mardi 3 août 1937

475Lancerf. Lanvignec (un beau pommier de remplacement pour les David).

Mercredi 4 août 1937

476Penc’hoat. Ils jettent le désordre dans la CGT ; les communistes ont poussé la CGT dans la voie de la politique ; les communistes veulent détruire les classes moyennes, paysans, artisans, agents de maîtrise ; les communistes veulent les grèves, surtout agricoles ; les communistes sont soumis aveuglément à Moscou, ce sont des machines.

  • 320 René Vivès (1888-1979) était instituteur à Saint-Sauvy (Gers). Militant de la Mutualité agricole, i (...)

477Vivès320 au congrès des instituteurs : « Nous sommes pour la non-intervention, parce qu’elle seule peut conduire par la médiation à la cessation des hostilités. »

  • 321 Il s’agit du pavillon du RUP à l’Exposition universelle. Le 1eraoût 1937, le RUP avait organisé à P (...)
  • 322 Georges Rivollet (1888-1974), quatre fois blessé et gazé au cours de la Grande Guerre, avait été él (...)

478Les discours de J. Duclos à l’inauguration du Pavillon321 a éloigné la Confédération nationale des anciens combattants Rivollet322 du RUP par 17 voix contre 14. Les choses s’arrangent. Mais le congrès ne pourra se tenir dans ces conditions. Les socialistes et le 1er août. Séverac a dit : je ne veux pas de cette collaboration avec vous. Il n’y a personne à Paris. Herriot etc. Les organisations (socialistes-communistes) n’avaient pas préparé.

Jeudi 5 août 1937

  • 323 L’Humanité du 4 août s’élevait contre l’éventualité d’un projet Eden-Chamberlain de pacte à quatre (...)

479Lancerf à Paris. En Angleterre l’association pour la paix des églises désavoua Jézéquel comme communiste. Cecil a dit : le RUP n’est pas possible en Angleterre. Chamberlain est contre le RUP. Samuel dit : le statu quo international est impossible (cf. Œuvre du 1er août). Le Times dit : il faut le pacte à quatre323, plus de démocratie isolée, il faut parler aux fascistes. Cecil et Baker ont dit : nous n’irons pas au Conseil général du RUP à Genève le 19 septembre. Chamberlain a changé la politique internationale de l’Angleterre.

Vendredi 6 août 1937

480Paris, Exposition. Congrès national du RUP, Mutualité. Congrès 6-7-8. Congrès remis. Roth. Au RUP : Dolivet, Menant, Jézéquel.

  • 324 Maxwell Garnett, né en 1880, doyen de la faculté de technologie de l’université de Manchester, étai (...)
  • 325 Récemment élevé au rang de vicomte, sir Herbert Louis Samuel, né en 1870, avait été le leader du gr (...)

481Jézéquel revient d’Angleterre où il a été traité de communiste par les délégués du congrès de la paix par les églises. Le gouvernement anglais a déclaré la guerre au RUP. Chamberlain a dit : pas de RUP qui attaque le gouvernement. C’est l’association pour le soutien de la Société des Nations qui seule a l’agrément des conservateurs anglais. Le RUP était dirigé par Gamett324, agent du Foreign Office. Sir R. Samuel325, libéral, est venu à Paris le 1er août. Il a été frappé par la force du meeting. Il déclare qu’il va travailler pour le RUP.

48213 septembre, à Genève, Conseil général du RUP. 25, 26, 27 septembre à Paris, congrès du RUP. Séverac a dit à Dolivet : nous n’avons désigné aucun socialiste comme délégué à votre congrès du 7 août. Nous n’avons envoyé aucun des mandats que vous nous avez fait tenir. Toutes les organisations d’anciens combattants veulent être représentées au prorata de leurs membres. Soit.

Samedi 7 août 1937

483Paris. Tirage Huma 400 000, vente Paris 55 000.

484Sénat : le PC 1 500 00 voix 2 sénateurs, la SFIO 2 000 000 de voix 14 sénateurs, le parti radical 1 400 000 voix 156 sénateurs. Entre 1909 et 1914, la chambre des Lords sous la pression de l’opinion a abdiqué une partie de ses pouvoirs. Il faut aménager la loi électorale du Sénat. Il faut répartir autrement les mandats sénatoriaux dans les départements. La répartition actuelle a cinquante-six ans.

Dimanche 8 août 1937

  • 326 William Bullitt (1891-1967) était ambassadeur des États-Unis à Paris.

485Paris. B.326 : Roosevelt ne reculera pas devant le Sénat. Il a le peuple pour lui. Sa défaite au Sénat le 22 juillet. Higgins : nos idées sont exactement les mêmes. Nous sommes amies personnelles et amies politiques. B. : vous avez une classe moyenne, nous n’en avons pas. Rien n’arrêtera Roosevelt. B. à Chantilly jusqu’au 22 septembre, départ pour les États-Unis.

4864 juillet 1776 : proclamation de l’indépendance de l’Amérique. Washington 1781, bataille décisive de Yorktown. B. Franklin 1783, traité de Paris qui libère les États-Unis. Guerre de Sécession 1861-1865 (Lincoln).

Lundi 9 août 1937

487Paris-Lancerf. Higgins, 25, quai Bourbon. ODE 28 13.

488W. Bullitt. – Les Anglais sont serviles parce qu’ils ont été conquis par les Normands. Les Normands venaient d’arriver du nord depuis un siècle en Normandie. C’étaient des barbares qui buvaient le sang de leurs captives. Depuis leur conquête, les vainqueurs maintiennent leur conquête sur le peuple vaincu. Comme ils violaient les femmes et étaient buveurs, la race asservie est devenue puritaine par haine du vainqueur. Le mépris que les Normands professent pour le peuple anglais vaincu, ils l’étendent à tous les peuples. Leurs avances actuelles aux Italiens, aux Allemands, aux Français, procèdent de leur mépris pour tous.

489Les Japonais veulent arriver jusqu’au Baïkal par la Mongolie et couper la Sibérie de la Russie. Ils ne peuvent tolérer que Vladivostok puisse aller bombarder leurs villes en quelques heures. Aux yeux des Japonais, un Vladivostok non japonais est inconcevable.

490B. – La récolte allemande est déficitaire de 20 % en 1937. Heureusement ! Car les Allemands ne pourront faire la guerre cette année avec une récolte insuffisante. Et nous avons un an pour nous armer et préparer la paix. C’est capital pour la France. Car d’ici un an ses affaires intérieures financières peuvent s’arranger et si elle a la paix, elle évitera le fascisme.

491Pensez-vous que le fascisme puisse être victorieux en octobre ? Et que ferez-vous à ce moment là si la situation financière n’est pas améliorée ?

Mardi 10 août 1937

  • 327 Ce même jour dans l’Humanité, Auguste Gillot, conseiller de Saint-Denis, publiait une « libre opini (...)

492Lancerf. Bonnet a diminué les charges du Trésor de 14 milliards. Il reste encore 25 milliards à trouver. Est-ce que les capitaux exportés ou thésaurisés vont revenir ? Non, disent les réactionnaires, à cause de l’avenant327 du Front populaire : nationalisation des banques et industries clefs, grands travaux, retraite des vieux, calamités agricoles. Dès lors est inévitable la déflation, la réduction des ventes. Il faudra réduire les rentes, traitements, retraites, salaires par un redressement de la valeur de la monnaie. Reynaud parle d’une dévaluation illimitée.

493Coût de la vie : 1935 de 494 à 478 ; 1936 de 486 à 540 ; 1937 606 (deuxième semestre).

Mercredi 11 août 1937

494Lancerf. Atao ordinal a divstu. Bretagne toujours et tout de suite. Drapeau noir et blanc. Breiz Atao (9 avril 1933) : nous sommes des étrangers en France ; nous sommes des étrangers opprimés, nous voulons l’indépendance de notre patrie ; les aspirations économiques de la France et de la Bretagne sont opposées ; la Bretagne ne doit pas faire partie d’un État stupide et monstrueux comme la France. En attendant il faut un parti breton ; il ne faut plus de fonctionnaires en Bretagne, que les Bretons ; la politique de la France rend la guerre inévitable. Que les Bretons se désolidarisent d’elle. Pas de parlement. Hitler. Union avec les catholiques alsaciens. Contre le communisme, contre le parasitisme financier.

495War Zao, debout ! Bretagne fédérale ; la première de War Zao qui rêvait d’unir Lénine à l’Église catholique est morte (Breiz Atao).

Jeudi 12 août 1937

496Lancerf. Fonctionnaires en France : 511 000 fonctionnaires civils, 190 000 auxiliaires, 135 000 agents des régies et offices. 87 % touchent un traitement de 9 000 à 20 000, 12 % touchent un traitement de 20 000 à 50 000, 4 800 de 50 000 à 125 000 (1 %).

497Algérie en un siècle : la population indigène est passée de un million à six millions, la population française de 0 à 840 000 ; la population italienne et espagnole de 0 à 130 000. Si on y fait l’arrosage, il y aura assez de moutons pour fournir la laine et la viande à toute l’Europe. L’élevage du mouton est en progrès.

Vendredi 13 août 1937

498Lancerf.

499Bilan économique français. Indice de la production économique : de mai 1936 à mai 1937, augmentation par rapport à 1929 de 73,3 % à 74,6 %. L’augmentation avait porté sur les industries métallurgiques et mécaniques. Les mines ont baissé de 103 à 98, les textiles de 67 à 66, les cuirs de 103 à 101, le bâtiment de 70 à 61. Recettes des chemins de fer, 183 millions par semaine en mai 1936, 206 millions par semaine en mai 1937. Wagons chargés : 39 400 en mai 1936, 39 800 en mai 1937. Grands magasins vendent moins en 1937 qu’en 1936. Si la baisse de la production continue, si le déficit extérieur continue, c’est le contrôle des changes, l’embargo sur l’or, la réquisition des valeurs étrangères.

Samedi 14 août 1937

500Loguivy, M. Wahl Maroni. Dans les sociétés primitives non encore divisées en classes, c’est la faible domination de l’homme sur la nature qui engendre la religion. Dans les sociétés divisées en classes, c’est l’exploitation des producteurs par une minorité de propriétaires d’esclaves, de seigneurs féodaux, de capitalistes. Durkheim : la religion est un produit de la société. La société se projette dans le divin. La religion existera toujours tant qu’il y aura des sociétés. Il faut seulement épurer la religion de ce qui l’oppose à la science. Marx : il n’y a pas une société abstraite considérée comme un agrégat d’individus dont les qualités essentielles sont la densité et le volume. Il y a un devenir historique des sociétés dont le moteur est la lutte de classes. Il faut observer les formations économiques et sociales dans leur évolution.

501Les idéalistes sont ceux qui admettent le primat de l’esprit sur la nature, et par conséquent qui croient à un créateur du monde. Les matérialistes considèrent la nature comme l’élément primordial.

Dimanche 15 août 1937

  • 328 Peut-être s’agit-il d’Ange Le Louarn (vers 1890-1937), sabotier à Carhaix et l’un des fondateurs du (...)

502Penc’hoat, Le Danot, Le Louarn328. « Les saints classiques du christianisme macéraient leurs corps pour le salut de la masse. Les saints modernes et cultivés macèrent le corps de la masse pour leur propre salut. » Marx.

503P. 109 – La science est parvenue à créer un système de connaissance matérialiste de la nature, grâce à trois découvertes :

  1. La démonstration de la transformation de l’énergie. Une forme d’énergie (le mouvement) se transforme en une autre.
  2. La découverte de la cellule organique qui par multiplication et différenciation produit tous les organismes.
  3. La théorie de l’évolution.

504Les savants dans leurs sciences sont des matérialistes inexorables, même si dans leur vie ils sont des pieux chrétiens. La science moderne commence à la Renaissance. C’est alors que la bourgeoisie battait en brèche la féodalité. Les grandes monarchies s’installent, la dictature du pape est brisée, les bornes du vieux monde sont abolies : la terre est découverte. La science et la philosophie furent révolutionnaires plus que jamais. Copernic émancipa la science de la religion. Plus tard, la chimie et la connaissance de la cellule firent le reste.

Lundi 16 août 1937

505Lancerf (battages). Le protestantisme correspond au progrès de la bourgeoisie naissante. Le Juif s’est émancipé en se rendant maître du marché financier, en faisant de l’argent une puissance universelle. Les Juifs se sont émancipés dans la mesure où les chrétiens sont devenus juifs. Le judaïsme a atteint son apogée dans la société bourgeoise chrétienne. Le christianisme est issu du judaïsme et il se ramène au judaïsme.

Mardi 17 août 1937

506Lancerf.

Mercredi 18 août 1937

507Le Danot, enterrement de François Louam. Bidament, Sirol.

  • 329 Wilhelm Apollinaris de Kostrowitsky, dit Guillaume Apollinaire (1880-1918), ami de Derain, Picasso, (...)
  • 330 Nicolas Machiavel (1469-1527) avait accompli plusieurs missions diplomatiques pour le compte de Cés (...)

508Lefebvre et Luce discutent sur le travail d’un sculpteur qui a fait le buste d’une grande actrice : « Rien qu’en regardant cette figure, dit Lefebvre, on sait que cette femme a mauvais estomac et qu’elle a mauvaise haleine. » Un jour à Aix, madame Cézanne dit à son fils : « Ce soir je vends deux tableaux de ton père pour aller à Monte-Carlo. Je me suis assez em... avec ce vieux... pendant quarante ans. Je veux m’amuser. » Elle avait soixante-dix ans. Guillaume Apollinaire329 : La Rome des Borgia, début XVIe siècle. Borgia s’amuse (tableau de Jules Garnier). « Ce livre n’est pas dirigé contre la religion ni contre ses ministres. Il relate simplement des mœurs très différentes des nôtres. » César Borgia, fils du pape Alexandre VI, fut le prince idéal de Machiavel330.

Jeudi 19 août 1937

  • 331 Rodrigo Borgia (1431-1503) fut pape en 1492 sous le nom d’Alexandre VI. Objet de scandale du fait d (...)

509Lancerf. Machiavel : nous autres Italiens nous sommes profondément irréligieux et dépravés. La vie humaine n’a pas de valeur. Des gens sont connus qui font le métier de tuer contre espèces. Le poison ! Alexandre V1331 faisait procéder aussi à des exécutions sommaires.

Vendredi 20 août 1937

510Lancerf. A. Corroënne.

Samedi 21 août 1937

511Modez.

Dimanche 22 août 1937

512Lancerf (Charles Frère).

Lundi 23 août 1937

513Lan Modez, Larmor, Tréguier. Colonies scolaires (Épinay, Fresnes, Stains). Mme Larriven.

Mardi 24 août 1937

514Penc’ hoat, Traou-Nez (le feu). L’incendie s’allume après le départ des trains. Quatre incendies cet été. Les gendarmes ont noté la responsabilité de la compagnie.

Mercredi 25 août 1937

515Maroni Wahl.

Jeudi 26 août 1937

  • 332 Né en 1877, le général japonais Araki Sadao était ministre de l’Éducation. Il fut l’un des artisans (...)

516Lancerf. Japon : 969 habitants au km2 cultivé, contre 394 en Belgique, 226 en Angleterre, 108 en France. L’armée contre le gouvernement et le parlement corrompus. L’armée a décidé et exécuté l’expédition de Mandchourie et Shangai. L’armée organise les assassinats politiques. Première attaque des Japonais contre Chopeï : février 1932. « Une guerre avec les États-Unis c’est le destin inévitable. Il nous faut écraser les États-Unis comme nous avons écrasé les Russes. » Araki332 : « Nous sommes les descendants des dieux. Nous devons régner sur le monde. »

517Les crises se succèdent depuis 1815. Crise de 1836, crise de 1847, crise de 1920-1921, crise cyclique 1929-1933 la plus longue, la plus générale, la plus dévastatrice. Conséquences de la crise 1929-1933 : dévaluation des monnaies ; cessation de l’exportation des capitaux ; désorganisation du crédit, libre échange disparu ; guerre économique générale, resserrement du commerce extérieur ; aggravation de la crise agraire ; on passe du capitalisme des financiers au capitalisme d’État ; une grande bourgeoisie rurale se forme ; préparation de la guerre impérialiste.

Vendredi 27 août 1937

  • 333 Pierre Leroux (1797-1871) avait dû interrompre ses études à l’École polytechnique. Saint-simonien, (...)
  • 334 Étienne Cabet (1788-1856), membre de la Charbonnerie, fonda Le Populaire au lendemain de la révolut (...)

518Berlioz à Lancerf. Avant 1848, journées quinze, seize, dix-sept heures, salaires un franc par jour. Chômage. En 1840, Pierre Leroux333 fait paraître son livre l’Humanité. En 1841, Cabet334 fait paraître le Populaire.

Samedi 28 août 1937

519De Lancerf à Paris. On souhaite de mauvaises récoltes. Nous qui avons à prier pour notre pain quotidien, nous prions maintenant qu’il nous soit enlevé. On passe du capital monopoliste au capital monopoliste étatique de guerre. La crise a entraîné une formidable concentration. On n’a appliqué les nouveautés techniques que lorsqu’elles permettaient une très grande baisse des prix de revient. La désagrégation des partis bourgeois s’accentue. La scission de la classe ouvrière sert le fascisme. La base du fascisme est la petite bourgeoisie des villes et des champs. La tâche du fascisme est de détruire l’avant-garde ouvrière. En Allemagne : 10 à 25 % diminution de salaire ; 50 à 59 heures de travail par semaine ; coût de la vie augmenté de 20 %.

Dimanche 29 août 1937

  • 335 À Douai, Marcel Cachin assurait la présidence d’un meeting où Jacques Duclos appelait à « défendre (...)

520Douai335, arrivée 10 h 30 et 11 h. Douaisis : 16 000 mineurs, 2 500 verriers, 3 000 cheminots, 3 000 métallurgistes. Salaires quotidiens : verriers 80 F ; métallurgistes 100 F ; mineurs 47,54 F (2 500 par mois). En 1930-1931 les mineurs français ont produit 52 millions de tonnes. En 1936-1937 : 34 millions. Pourquoi ? On a chassé les Polonais techniciens et les Français les plus combatifs. Et l’on n’utilise pas les marteaux-piqueurs à plein. On limite la production de l’air comprimé pour ces marteaux. On a acheté à l’étranger 4 milliards de charbon.

Lundi 30 août 1937

  • 336 Théodore Steeg (1868-1950), agrégé de philosophie, fut député radical (1914- 1944) puis sénateur (G (...)

521Au Sénat. Steeg336 : contrôle des dépenses de Paris. Concentration de la terre, de la flotte commerciale. Le Temps : la part du profit est nulle, insignifiante, elle s’est changée en perte.

  • 337 Jean Lurçat (1892-1966) avait remis à l’honneur l’art de la tapisserie. En 1936, la Manufacture nat (...)
  • 338 La comparaison avait eu cours à la Ligue des droits de l’homme pour lire les procès de Moscou à la (...)

52220e anniversaire de la Révolution soviétique d’Octobre. Les Amis de l’Union soviétique : 48 000 cartes encaissées aujourd’hui ; stagnation ou même recul. Notre revue : 2 fois par mois, 98 000 numéros, 20 % invendus. Service de cinéma en plein essor, croisières en URSS. Les socialistes, qui étaient nombreux aux Amis de l’URSS, s’en vont ; le PS vote l’incompatibilité. Nos cadres sont allés aux syndicats et au parti. Le Front populaire a absorbé les esprits, ainsi que l’Espagne ; elle a amorti l’attention pour l’URSS. Dans certaines régions du PC, on écarte les Amis de l’URSS. Rien en Bretagne, rien à l’Est. Il faut un redressement à propos du 20e anniversaire : dresser le bilan de l’URSS ; pacte franco-soviétique. La paix ! Un film : le visage de la France ; journées d’amitié entre la France et l’Union soviétique, 23-24 octobre. Jean Lurçat337. Nous voulons 3 000 délégués. Il ne faut pas rechercher exclusivement le recrutement parmi les socialistes, mais partout, surtout chez les radicaux et la gauche. Il faut montrer que l’intérêt de la France est le pacte. Il faut répondre à toutes les attaques contre l’URSS par le bilan culturel, humain, scientifique, social. Il faut rappeler que la révolution soviétique ressemble à la Révolution française338.

Mardi 31 août 1937

  • 339 Margarita Nelken y Mausberger de Paul (1898-1968), critique d’art et député PSOE, avait en réalité (...)
  • 340 Homme politique catalaniste, Pere Corominas avait été candidat du Front populaire (Front d’Esquerra (...)
  • 341 Juan Simeon Vidarte avocat, était socialiste et franc-maçon. En 1935, comme vice-secrétaire de la C (...)

523Limeil-Brévannes. Margueritte Nelken339 : Madrid est communiste, l’armée espagnole est communiste : Corominas340, Vidarte341 socialistes.

524Dans le Nord attaques violentes des socialistes contre les communistes et l’URSS. Le Réveil du Nord étouffe la manifestation de Douai et exalte le socialisme SFIO. À Calais : 4 000 chômeurs mécontents contre le Front populaire. Ils n’ont rien obtenu et la vie augmenté de 40 %.

Septembre

Mercredi 1er septembre 1937

  • 342 L’Humanité du 1er septembre consacrait un article à la délégation espagnole et aux déclarations du (...)

52533e conférence inter-parlementaire342 (40 parlements), 10 h. Situation générale : le blé à 180 F. Décrets pour les commerçants. Pas d’expulsion avant 1938 ; aménagement des billets de fonds. Décrets sur les chemins de fer. Cela est venu après les décrets impopulaires. Le gouvernement réalise notre plan. Il ne faut pas que le capitalisme ne presse pas la classe ouvrière et nous leur soufflerons. Il y a certaine confiance pour lui du capitalisme. Le capitalisme veut garder Chautemps ; calme, ordre. Il faut que ces choses durent un certain temps car il n’est pas urgent que nous allions au pouvoir. Poursuivre notre campagne pour les vieux ! Pour les élections cantonales, notre programme : application du programme du Front populaire. Nos projets financiers contre les oligarchies capitalistes.

526L’unité. La SFIO montre une hostilité à l’unité. Il faut répondre à P. Faure et aller vite, réunir la commission d’unification la semaine prochaine.

527Nos films : sur les vieux. Le 14 juillet. Les grèves de juin 1936. Les actualités.

528L’Espagne. La non-intervention sombre dans la honte et le déshonneur. Chautemps dit : nous allons envoyer un texte ferme ! mais Eden dit : prudence ! Il y a des attaques contre le gouvernement espagnol dans toute la presse. M. Pivert. Or le gouvernement espagnol c’est le Front populaire à direction socialiste. Condamnation formelle de la non-intervention à Genève. Le Comité national de rassemblement populaire doit être réuni pour l’Espagne. Chautemps dit : si Genève continue, nous ferons comme les autres.

529Higgins. – En Espagne il n’y a que des communistes !

Jeudi 2 septembre 1937

530BP. Chantilly, Bullitt. BP. Le RUP, le Dr G.

531Marcel Cachin : un ou deux articles par semaine à l’Huma d’ici le 20 octobre. Un numéro spécial de l’Huma pour le 25 octobre. Interviews : savants, intellectuels, [ill.], musiciens, écrivains. Les divers aspects actuels de l’Union soviétique.

  • 343 Le 17 juillet 1937, Tchang Kaï-Chek avait refusé de s’incliner devant les exigences des Japonais. L (...)

532Bullitt dans le château de la duchesse de Chartres. Pas de salle de bain. On s’y lavait à l’eau de Cologne. Rappelez-vous qu’à la bataille où participaient les Français en 1781 pour chasser les Anglais, il y eut 20 morts français. Dans la lutte de la Chine contre le Japon, les Chinois imiteront nos aïeux, qui en reculant dans les terres ont diminué les forces des Anglais. Les Chinois de Tchang Kaï-Chek343 et ses ministres sont très intelligents et patriotes. Ils ont les généraux avec eux sauf quelques opiomanes et vénaux. La guerre peut durer longtemps. Les Japonais visent le Baïkal. Quand ils arriveront en contact avec les Russes, ils seront affaiblis. Les Russes les affaibliront encore. Alors les États-Unis interviendront. Les Japonais veulent Vladivostok à tout prix. Un grand navire américain plein de munitions pour la Chine est en route. Qu’en feront les Japonais ? Je ne crois pas aux révoltes intérieures au Japon pendant la guerre. La faculté de souffrance du paysan japonais est indéfinie. S’il est petit, c’est qu’il ne mange jamais à sa faim. En Amérique il grandit.

533Je viens de causer à fond avec Chautemps, Blum, Delbos. L’Angleterre usure l’univers de 50 milliards par an, plus les Indes. Elle ne peut plus défendre à la fois la Méditerranée et le Pacifique. Chamberlain est décidé à soutenir Franco.

Vendredi 3 septembre 1937

534Nichols, Higgins.

Samedi 4 septembre 1937

  • 344 Mieczyslaw Domanski-Dubois (1902-1937), médecin polonais, militant communiste, avait été tué à Quin (...)

5352 h 30, enterrement de Domanski344.

Dimanche 5 septembre 1937

  • 345 Il s’agit de la fête de l’Humanité.

536Garches. Humanité345.

Lundi 6 septembre 1937

537Paris-Ivry-Barfleur.

Mardi 7 septembre 1937

538Barfleur-Lancerf. Crises.

539Elles se succèdent depuis 1815 : crise de 1836, crise de 1847, crise de 1921. Crise cyclique 1929-1933, longue, générale, profonde. En la dernière crise la production des moyens de production tombe de la moitié. Dévalorisation de toutes les monnaies ; cessation de l’exportation des capitaux ; désagrégation du système de crédit ; aggravation des antagonismes de classes ; régression de la social-démocratie ; guerre économique entre tous les pays ; préparation de la guerre impérialiste ; crise agraire générale et chronique ; resserrement du commerce extérieur. Causes : anarchie de la production ; la concurrence oblige à abaisser les frais de production en renouvelant le capital fixe (les machines) ; contradictions entre la production sociale du capital monopoliste et le pouvoir de consommation ; le profit diminue ; la mauvaise monnaie, malsaine, cause de crise.

540La crise agraire. Depuis la guerre, crise de surproduction. Deux causes : pauvreté des consommateurs ; contradiction entre la propriété et la production sociale. La crise a ruiné les paysans pauvres, les ouvriers agricoles. Le capitalisme élimine les paysans pauvres. Il réduira la production. Ce qui frappe le capitaliste s’il veut réduire la crise. Rien de commun que le nom entre la propriété capitaliste exploiteuse et la propriété paysanne.

Mercredi 8 septembre 1937

  • 346 L’Humanité du jour protesta contre la présence de l’ambassadeur de France André François-Poncet au (...)

541Lancerf-Paimpol. (Nuremberg346).

542L’aggravation de la crise hâte les événements. Ce qui est en question, c’est la vitesse avec laquelle la classe ouvrière peut rassembler ses forces : attendre c’est mourir !

543Le pape a béni Goering et lui a donné la médaille d’or de l’année sainte.

544Caillaux et les ec. sont contre la machine. Mais alors, et le capit. financier ?

545Le développement inégal du cap. est à la base de la guerre (Allemagne, Italie, Japon affamés n’ont pas eu leur part dans le partage du monde).

546Le fascisme ne résout rien ; il accroît les difficultés. Il joue à la révolution. Il crie à bas le profit ; il prêche le mépris de la paix et de la légalité. Il se proclame socialiste, il affaiblit la bourgeoisie. Le fascisme se prépare à attaquer le prolétariat avant qu’il ne soit unifié. Coupables, les anti-unitaires.

Jeudi 9 septembre 1937

547Lancerf. Fascisme.

  • 347 Robert Ley (1890-1945), chimiste et docteur en philosophie, avait rejoint le NSDAP en 1925. En 1933 (...)

548« Heureusement le peuple italien n’a pas encore pris l’habitude de manger deux fois par jour. » Mussolini, 18 décembre 1930 au Sénat. Salaires italiens tombés de un tiers. 21 000 faillites en 1931. Un million de chômeurs. Commerce extérieur en débandade. Allemagne. Baisse des salaires, pensions, niveau de vie ; diminution de la production (sauf celle de la guerre) ; femmes retirées de la production. Chômage invisible, semaines courtes ; salaires inférieurs de 31 % à ceux de 1900. Ley347 : le travailleur allemand doit se contenter d’un faible salaire. Il faut renoncer à l’augmentation de salaire et autres choses de ce genre dans l’intérêt de la nation. Japon !

Vendredi 10 septembre 1937

549Lancerf-Paris. Choisy-Le-Roi, 9, me Auguste-Blanqui.

  • 348 Les articles de Cachin des 2, 3 et 5 septembre reprennent le thème de la dénonciation de la pirater (...)

550De Brouckère à Genève. N’est-ce pas le moment en rentrant à Paris de reprendre contact ? Ne peut-on organiser une action internationale des marins contre la piraterie348 ? Votre mémoire est bon, mais uniquement juridique. Il faut des solutions politiques.

Dimanche 12 septembre 1937

  • 349 Délégué de la France à la SDN, François Dortet de l’Espigarie de Tessan fut sous-secrétaire d’État (...)
  • 350 Le général Maurice Gamelin (1872-1958) avait été chef de cabinet de Joffre en 1914. À la tête des t (...)

551Paris-Genève. Déjeuner avec Tessan349 à Saulieu. Le chef d’État-major allemand a dit à Gamelin350 : nous ne pouvons pas faire la guerre. Nos armements techniques ne sont pas au point. Nous ne pouvons faire la guerre ayant contre nous l’URSS et les États-Unis. Pas d’argent et pas de matières premières. L’Allemagne, d’après Tessan, n’est pas d’accord avec Mussolini dans ses violences actuelles dans la Méditerranée. Leur alliance est sans avenir. L’État-major allemand, d’ailleurs, est très défiant vis-à -vis de Hitler. Tessan se dit l’ami intime de Roosevelt. Il a donné le nom de Franklin Roosevelt à une rue de la ville dont il est maire et Mme Roosevelt se rend mercredi à Meaux pour voir cette rue. Tessan a écrit un livre sur Roosevelt. Roosevelt a le plus grand mépris pour le fascisme et les Mussolini et Hitler.

Lundi 13 septembre 1937

  • 351 Né en 1886 en Russie, Moïse Kneller, dit Relenk (ou Relenque), dit Michel le Terrassier, alors anar (...)
  • 352 Peut-être s’agit-il du Britannique Frederick Maze, inspecteur général des Douanes chinoises depuis  (...)
  • 353 Né en 1894, ancien combattant, le Dr Cecil Atkinson était cardiologue à Londres.

552Conseil général du RUP à Genève, Palais Wilson. Hôtel de Genève, rue Mont-Blanc. Jouhaux veut placer Kneller351 au RUP. Schvernik, très bonne presse au RUP. Les conservateurs anglais combattent le RUP et ne combattent pas le pacifisme intégral qui grandit en Angleterre. Brouckère sera à Genève le 13. Baker : les événements me dépassent. Il faut envoyer aux gouvernements des adresses pour qu’ils soient fermes à Genève. Mazé352 et Séverac hésitent. Amérique : le Dr Atkinson353 dit que depuis les événements chinois, grand mouvement aux États-Unis. Union des églises marche. Lytton, Angell, Cecil restent fidèles au RUP. Les Espagnols vont essayer de faire passer l’Espagne à l’assemblée générale. Chamberlain hésite à réunir les trois États-majors anglais, français, soviétique, depuis Toukhatchevsky. Aujourd’hui il est hésitant. Il dit : nous sommes automatiquement avec la France.

553Première séance du Conseil général du RUP. Il s’agit de faire de cette assemblée une véritable conférence internationale des peuples pour la paix. Il s’agit de protester avec force contre les violations du pacte de la Société des Nations ; il s’agit de sauver la Société des Nations attaquée de toutes parts : on veut la liquider, et, avec elle, tous les principes du droit international. Unir tous les peuples démocratiques contre la guerre des fascistes. Les organiser pour la défense de la paix. Si la Société des Nations abandonne la Chine, cette nouvelle carence lui sera fatale. Il faut tenter près de la Société des Nations, aujourd’hui, un effort désespéré pour qu’elle remplisse sa mission de gardienne de la paix.

554Lettre du 24 août de L.R. Cecil, Cot, Rollin, T. Ruyssen, Betty Schields-Collins. Article de L.R. Cecil au Times (8 septembre).

Mardi 14 septembre 1937

  • 354 Nikolaus Hovorka (1901-1966), journaliste chrétien-social autrichien, était un militant de l’éducat (...)

555Genève, Conseil général du RUP. 10 h, discussion sur la motion. 1 h (Boncour, Jouhaux, Del Vayo). Nicolas Hovorka354, Mme Ferri (autrichienne). Rédacteur au Petit Journal de Vienne (300 000). Il me dit l’état d’inquiétude chronique des Autrichiens qui redoutent d’être absorbés ou par l’Allemagne ou par Mussolini. Ils se tournent vers la France. Ouvriers communistes et chrétiens s’entendent en Autriche. Les communistes gagnent à Vienne. Ils sont illégaux, mais travaillent dans les usines. Hovorka me demande du matériel utile pour la gauche autrichienne, et l’Humanité.

  • 355 Sir Thomas William Allen (1864-1943), prédicateur baptiste, était l’une des figures de proue du mou (...)
  • 356 Ernest Poisson (1882-1942), avocat, avait été membre de la CAP du parti socialiste de 1910 à 1933. (...)
  • 357 Alexander Livingstone (1880-1950), ancien député libéral d’Inverness, dirigeant d’une importante ma (...)
  • 358 Le 10 septembre 1937, à l’invitation de la Grande-Bretagne et de la France, s’étaient réunis à Nyon (...)

556Une sous-commission désignée par le conseil général pour la résolution : Lord Allen355, Casporek, Liem, Atkinson, Rollin, Poisson356, Cachin, Livingstone357, Cudenet. Nyon358, premier pas vers la sécurité collective. Lord Allen impose d’insérer un rappel de l’article 19 dans la résolution. Vous ne réclamez que des sanctions ! Vous commettez une erreur tragique et déplorable. Boncour vient au conseil général malgré les avis de Delbos. Jean Dupuy, secrétaire de Boncour. On décide la convocation par le RUP d’un congrès paysan. Schvernik n’est pas là et on accuse le RUP d’être dirigé par les communistes ! Mme Bertrand (Paix et liberté). Le pavillon de la paix a coûté 3 millions, 90 % sont payés. Jouhaux : il faut se féliciter de Nyon. Rollin : ça ne m’intéresse pas, puisque l’Angleterre n’a agi que dans son intérêt personnel.

Mercredi 15 septembre 1937

  • 359 Ancien ambassadeur d’URSS à Berlin, Souritz avait été associé, à l’automne 1935, aux infructueuses (...)
  • 360 Otto Katz, dit André Simone (1895-1952), vétéran communiste et proche collaborateur de Willy Münzen (...)

557Genève. Hôtel Bellevue, Mornex à 1 h. Route de Veyrier : Souritz359. Genève-Saulieu. 9 h, hôtel Bellevue, Vayo. 10 h 10, hôtel Genève, Katz (Simone360). 1 h, Souritz.

558Vayo : Noyon c’est la première défaite diplomatique de l’Italie. L’essentiel pour nous, c’est que l’essence nous arrive. Les Asturies tiennent bon. Mais Santander devait tenir trois semaines de plus. Malgré tout, si on arrive à évacuer les femmes et les enfants, les mineurs tiendront. Cela démontrera une fois de plus que seuls les ouvriers espagnols résistent. Pour briser l’offensive Caballero, il faut élargir le gouvernement en y mettant quelques anarchistes. Les communistes sont d’accord. Les socialistes de Madrid viennent de blâmer le gouvernement avec violence. Il faut qu’ici on élise l’Espagne au conseil, sans cela c’est un gros échec intérieur et extérieur. Les Turcs sont candidats. Ils ne veulent pas renoncer à la candidature, non pour être élus disent-ils, mais pour assurer leur élection l’an prochain. Il faut maintenant renoncer aux attaques contre le Labour qui évolue vers la défense de l’Espagne. Vayo verra M.L. à Paris dans deux semaines.

Jeudi 16 septembre 1937

  • 361 Fils du théologien Adolf Hilgenfeld (1823-1907), Heinrich Hilgenfeld (1862- 1945) était professeur (...)

559Saulieu-Paris. Lucien Cany, hôtel Saint-Honoré. À Nuremberg : la Providence a confié au Führer le soin de résoudre le problème social (Hilgenfeld361) ; Hitler a réalisé les promesses du marxisme et du communisme ; Hitler a fait du christianisme agissant tandis que les églises détruisent la confiance dans le Führer ; Hitler a éliminé chez lui le judéo-bolchevisme. Il veillera à prévenir ce danger à l’extérieur, qu’on le sache bien ! « Nous ne tolérerons pas un déplacement de l’équilibre européen par le triomphe du bolchevisme en Espagne » (Hitler). « Nous avons des canons pour vous défendre. »

560Hitler, discours de clôture à Nuremberg : « Notre pays est plus intéressé que quiconque au salut de l’Europe. Nous avons éliminé de chez nous le judéo-bolchevisme. Nous veillerons à prévenir ce danger à l’extérieur. Qu’on le sache bien ! ».

Vendredi 17 septembre 1937

56110, Kenton Street, Londres, WC1.

  • 362 L’Aga-Khan III (1887-1957), chef de la secte des Ismaïliens, développait en Suisse une action carit (...)

562H. Dr Liem, Chinois PC, 4 h à l’Huma. Un secrétaire du parti, un traducteur. Liem me dit que la délégation de Rollin a été reçue par la réunion plénière. Salle très vide. Pas d’Anglais. L’Aga Khan362 répond : les gouvernements ne sont nullement d’accord avec vous ! mais vous êtes de bonne foi. Le seul bon discours fut celui de Jézéquel. Rollin fut très gouvernemental et parla comme « ancien et futur collègue ».

Samedi 18 septembre 1937

  • 363 Chef de guerre, Yang Hu-ch’eng (1883-1949) avait rejoint les républicains, à la tête de 200 hommes (...)
  • 364 Peut-être s’agit-il du Temps des cerises, film produit par le PCF, avec Svetlana Pitoeff et qui ava (...)
  • 365 En décembre 1936, Tchang Kaï-chek avait été arrêté par Chang Hsueh-liang (incident de Sian). Il ava (...)

5632 h, hôtel Trianon. Liem, général Yang363. Apollo, 10 h, film364 et Jacques Duclos. 9 h, maison de Maurice à Ivry. Gauche Kuomintang. Général Yang ; cf. Ho Tchao-Hsii (liaison). 96, route d’Argenteuil, Cormeilles-en-Parisis. Visa consul soviétique Paris pour Moscou. Yang : je suis l’un des créateurs de l’Unité nationale en Chine. Depuis l’affaire de séquestration de Tchang-Kaï-Chek365, je suis réconcilié avec Nankin. A Nankin il y a encore des hitlériens : l’ambassadeur chinois à Berlin est fasciste. Hitler a offert à la Chine de devenir anticommuniste. Refus ! La Chine résistera longtemps au Japon. Mais elle n’est pas assez forte militairement pour avoir la victoire. À mesure que le Japon quittera la côte, il s’usera et s’affaiblira. En même temps, le sentiment national et le Front populaire chinois croîtront. Yang chargé d’un voyage d’études en Europe par Nankin. D’ici il va à Moscou. (Affaire de Sian-Fon dans le Shen-si.)

564Delbos, à Genève, réclame, au nom de la non-intervention, le retrait des troupes italiennes d’Espagne. Si on ne les retire pas, ce serait la menace d’une rupture d’équilibre au détriment des nécessités vitales de la France. Alors il faudrait reconsidérer le problème espagnol.

Dimanche 19 septembre 1937

565Bretons émancipés, 2 h, mairie d’Ivry. 150 Bretons à la section d’Ivry. Louis Picard de Lannion.

Mardi 21 septembre 1937

566Visite à l’Exposition : l’URSS, l’aquarium, la Bretagne. Pleyel : l’ensemble d’Alexandrov.

Jeudi 23 septembre 1937

  • 366 Le 23 septembre 1937, le Bureau politique du PCF, augmenté de Frachon et Racamond et conduit par Ar (...)

567Le BP à l’exposition de la peinture française366.

Samedi 25 septembre 1937

568Congrès du RUP, 25, 26, 27. Yang à la Mutualité.

Dimanche 26 septembre 1937

569Opéra. Congrès du RUP. 6 h 30, Franck.

Lundi 27 septembre 1937

  • 367 Jean Goy était président de l’Union nationale des anciens combattants. Reçu par Hitler en novembre  (...)

570Mutualité, RUP, clôture du Congrès. Senac dit : Croix de feu et anciens combattants Jean Goy367 très désemparés. Les anciens combattants de gauche progressent. Pivert (seul socialiste de la commission) accepte la résolution. Assaut du Rev. Sennac pour la médiation.

Mardi 28 septembre 1937

  • 368 Chef de l’Association des anciens officiers russes blancs, le général Evgueni Miller (1867-1937) av (...)

571Vel d’Hiv. CC 28-29 octobre. 71 régions dans le PC. Situation extérieure tendue, et à l’intérieur offensive contre le Front populaire, contre les lois sociales, contre mai 1936, par le chantage financier, organisation de la hausse de la vie, plus la baisse des rentes, les attentats, crimes, on brouille les pistes. Miller368, anticommuniste, n’a pas voulu envoyer ses cadres en Espagne ; la Gestapo s’en est débarrassé avec Skobline, son homme. La défense des 40 heures peut isoler la classe ouvrière et le PC, car les paysans ne défendront pas les quarante heures. Danger pour le Front populaire. Il y a un nœud d’intrigues compliquées entre socialistes et radicaux. Les socialistes s’attendent à un succès pour les élections cantonales, alors ils pensent qu’après il y aura modification gouvernementale, mais on n’appellera pas Blum, car Blum c’est le communisme. Et alors la bourgeoisie peut appeler Bonnet. Concentration. Pour les quarante heures, il faut au moins être bloqué avec la CGT. Défendrons-nous 5/8 ? Aurons-nous une attitude négative ? Il faut une production développée lorsque les fascistes veulent la guerre.

572Le danger d’agression grandit. En Angleterre, grande émotion à propos de la Chine. En Amérique également. Si le Japon détruit l’armée soviétique en Chine, il attaque l’URSS et cela renforce le fascisme européen. Les radicaux nous considèrent à cause de la défense nationale. Les socialistes sont des fanfarons, légers, capables de toute imprudence. Il faut travailler dans le RUP et organiser.

573Il faut organiser la défense passive. Il faut mettre les populations à l’abri si on nous traite demain, comme l’Espagne et la Chine, par les avions.

Mercredi 29 septembre 1937

5742 h 30, RUP. Veuve Le Gall, 49, rue du Général-Faidherbe, Le Havre.

575CC. Sémard : grand mécontentement ouvrier en France. Énervement, cheminots. Salaires et quarante heures. 50 % des cheminots ont moins de 1 000 F par mois, beaucoup à 700 F. Les quarante heures très sensible, attention ! Il y a dans les chemins de fer journée de douze heures. Il y a des dérogations constantes, des assouplissements. Les 5/8 sont entrés dans les mœurs. La bourgeoisie veut 45 heures. Dans les chemins de fer, un tiers de communistes mais les socialistes font de la démagogie pour faire revenir Blum au pouvoir. Gare à la bagarre ! Il y a des assouplissements dans les produits chimiques, dans les usines métallurgiques à feu continu. Ce qu’il faut, c’est que les ouvriers causent avec les patrons pour examiner l’assouplissement des quarante heures.

576Reynaud. Pendant ces deux derniers mois, il y a diminution de prise des timbres. Toudic, du bâtiment, dit : situation difficile, recul des grands travaux ; depuis quatre mois demande d’augmentation des salaires en vue de la cherté, dans quelques semaines grave ! Jouhaux est enclin à jeter du lest pour les quarante heures. Au BIT résistance des ouvriers eux-mêmes sur les quarante heures. Les Anglais demandent quarante-quatre heures. Il y a déjà de nombreuses industries où l’assouplissement des quarante heures est fait.

577Mécontentement des fonctionnaires. Mécontentement des chômeurs. Et le renouvellement des conventions collectives ? Il faut (échelle mobile). Dans les grands magasins, nous avons la majorité ; mais les délégués ne sont pas communistes ; ils sont socialistes et communistes. On peut récupérer les jours fériés. Pas de quarante heures chez les PTT, les fonctionnaires, les cheminots, soit un million de travailleurs !

  • 369 Eugène Galopin (1902-1972), ajusteur, avait démissionné en janvier 1935 du secrétariat de la Fédéra (...)
  • 370 Né en 1903, Robert Doury, ouvrier métallurgiste et militant communiste, était membre de la Commissi (...)

578Galopin369 peut réunir 2 000 ouvriers chez les métallurgistes. Doury370 est inquiet. Il faut que nous ayons quelque chose. La procédure, l’arbitrage doit être enfin fixé. On peut faire quelque chose sur le débauchage et l’embauchage, cela nous donnera une base de lutte contre les provocations trotskistes, pivertistes etc.

  • 371 Henri Lozeray (1898-1952), ouvrier typographe, avait été, aux côtés de Raymond Guyot et François Bi (...)
  • 372 Né en 1867, Marcel Régnier était sénateur (Gauche démocratique) de l’Allier depuis 1920. Il fut min (...)
  • 373 Le Dr Bendjelloul, favorable à l’assimilation, était le président de la Fédération des élus algérie (...)
  • 374 Pierre (dit parfois Jean) Fayet (1887-1977), ouvrier ébéniste, avait été membre du Comité central d (...)
  • 375 Le mouvement Destour (« Constitution ») apparaît en Tunisie au lendemain de la Première Guerre mond (...)

579Lozeray371. Algérie. Les Arabes des villes ont bénéficié des lois sociales. Non les ouvriers agricoles. Code de l’indigénat, décret Régnier372. Projet Violette. Classe moyenne anti-Front populaire. Et les nôtres le disent aussi. PPF + Étoile nord-africaine + PSF contre nous. Messali est avec les négriers arabes. Il est en prison. Parti du peuple algérien grandit (PPA) : Messali, Ben Djelloul373. Nos camarades algériens sont contre le PPA et contre le projet Viollette. Or c’est aller contre les volontés des Algériens. Peu d’Arabes dans le PC. Mauvaise organisation intérieure. Pessimisme. Fayet374, c’est un désastre, surtout sa femme. On dit que les Français ne sont plus avec les Nord-Africains. Le parti communiste est dirigé par des Juifs. Désastreux ! En Tunisie : 500 communistes, 200 juifs. Au Maroc, le journal Clarté est communiste. Mais en face, un autre PC contre Clarté. Rôle du fascisme italien et allemand dans le monde arabe. Mein Kampf traduit en arabe. Destour375 est dirigé par Mussolini. Franco influent au Maroc.

580Lasserre, 152, rue de Vaugirard. 11, impasse Ronein, atelier 11. Tel 59 54. Aujourd’hui ! Danger d’attaque aérienne. En cas d’attaque d’avions et de gaz, aujourd’hui la population ouvrière de la Seine n’est pas garantie. Or la population de la Seine est communiste. En Allemagne, 700 000 personnes sont occupées officiellement à la défense passive, en Angleterre des millions de masques par mois sont fabriqués.

Octobre

Vendredi 1er octobre 1937

581L’idée du boycott du Japon fait d’énormes progrès en Angleterre et aux Indes. Journaux nazis : « L’entrevue Hitler-Mussolini ouvre l’époque de la liquidation des idées de 1789 en Europe. » Mussolini : « Demain l’Europe sera fasciste. Si la parole ne suffit pas, il faut se servir des armes comme en Espagne. »

Samedi 2 octobre 1937

582Villeneuve sur Dammartin.

Dimanche 3 octobre 1937

583Villejuif : inauguration du dispensaire Roussy.

Lundi 4 octobre 1937

5842 h 30, correspondant Pravda Huma.

Mardi 5 octobre 1937

  • 376 Ouvrier mécanicien, Victor Fink devint en 1925 secrétaire de la section communiste de Romilly (Aube (...)

585Midi, Marie-Louise. 5 h, Pravda. V. Finck376, 9, rue des Dardanelles, 17e. Fink va voir le pavillon de l’URSS à l’Exposition. Un aveugle arrive, mené par une femme. Il se fait conduire près du buste de Lénine, passe la main sur la figure, caresse et se retire.

Mercredi 6 octobre 1937

  • 377 Dans son discours prononcé le 5 octobre à Chicago, le président Roosevelt avait dénoncé « ceux qui (...)

586Appel de Roosevelt377 à l’univers. 3 h, Smeral. Huma : tirage 385 000, vente Paris : 58 000, Populaire : tirage 205 000 et 24 000.

Jeudi 7 octobre 1937

587Verdier, studio 2 h 30, Montrouge, 5, rue Gentilly.

Vendredi 8 octobre 1937

588Del Vayo. Les 40 000 Asturiens.

Samedi 9 octobre 1937

589Paris-Bruxelles-Terrin. 4, rue du Pont-Neuf, Bruxelles. Union des travailleurs de Flandre et de Wallonie. Les volontaires des Brigades internationales payent le terrain pour le monument Jacquemotte. Jacquemotte, patient, clair, précis. Contre le fascisme et la guerre. Il a donné sa vie aux travailleurs belges. Combatif, froid, familier, imposant le respect ; courageux dans les grèves, en prison, au tribunal. Son œuvre, le PCB et l’unité. Syndicat des employés. Après la grève du Borinage, le grand complet, cinq mois de prison préventive. Député en 1925, tout seul à la Chambre.

59010 000 membres du PCB dont 1 800 Flamands. Il y a des chauvins wallons, des coqs wallons. Bruxelles est française depuis cinq siècles, son peuple parle un patois à base de flamand. À Bruxelles, deux enseignements : en français, en flamand. 17 000 Voix du Peuple, le quotidien ; 30 000 le dimanche. C’est que l’abonnement au Peuple est obligatoire pour les ouvriers socialistes.

591Le ministre de la Justice m’interdit de parler à Bruxelles. On refuse toutes les salles municipales.

Dimanche 10 octobre 1937

  • 378 Jean Terfve (1907-1978), avocat, avait milité pendant ses études au Groupement pour la SDN. Défense (...)
  • 379 Né en 1886, Fernand Brunfaut était député (POB) de Bruxelles depuis 1925. Architecte, il avait réal (...)

592Bruxelles. Commémoration de Jacquemotte. Huma : vente en Belgique : 2 003. Concentration : porte de Hal à 10 h. 15 h 30, Maison des tramway-men. Brasserie flamande. Salle des mille colonnes. Molenbeck. Joseph Jacquemotte, pionnier de l’unité. Relecom, Van den Boom, Lahaut. Tervfe378 intellectuel antifasciste de Liège. Brunfaut379, député socialiste de Bruxelles. Université ouvrière de Bruxelles. Les Jeunes gardes socialistes et sympathisants du communisme. De Brouckère : la classe ouvrière ne se sauvera que si elle opère un rapprochement profond. Il faut restaurer l’amitié entre les prolétaires de tous pays. Les femmes. Le théâtre prolétarien. Tous les drapeaux des cellules et sections communistes belges. Pourquoi les Flamands sont-ils réactionnaires ? Parce que les bourgeois belges étaient des Français, parlaient français, méprisaient la bourgeoisie flamande. L’exploitation économique était doublée d’un mépris de race. Les catholiques et les fascistes ont au contraire poussé au nationalisme flamand. Et le clergé est très fort en Flandre. Le communisme commence maintenant à s’occuper de la question flamande.

593Mort de Vaillant-Couturier.

Mardi 12 octobre 1937

594Uséo.

Mercredi 13 octobre 1937

595Les élections : dans 500 cantons nous n’avions pas de candidats. Nous avons maintenu les voix de 1936. Grand tir de barrage de l’ennemi. D’après l’Intérieur : nous avons 1 % d’augmentation sur 1936. L’USR a diminué au profit des radicaux. La « gauche » de la droite a perdu au profit des fascistes. PPF : 70 000 voix. Le Front populaire est très fort. Les hitlériens ont perdu en Alsace.

596Nous ne faisons rien dans la plupart des cantons de France pour aider les travailleurs. Nos élus cantonaux ne peuvent presque rien en raison de leur pauvreté.

  • 380 Le 12 octobre, le parti radical, l’USR, la SFIO et le PC publièrent un appel au désistement récipro (...)

597Les quatre chefs étaient d’accord380 (P. Faure compris). Le Populaire fait des commentaires et réserves. Nous avons répondu et les radicaux aussi. Lagorgette a parlé d’escroquerie à la signature. (Chautemps : nous soutenons les traîtres mais pas les vaincus). Notre position est excellente à la veille de Lille.

598Les syndicats de la Côte d’Azur se dressent contre le PC en raison de l’attitude de sectarisme du parti. Perte de voix dans le Var et Vaucluse, car nos communistes font une mauvaise politique avec les socialistes ; manque de souplesse. Or nos gains viennent de notre politique d’unité. Si à Rouen et le Havre nous avançons, c’est que le Front populaire a fait élever leur salaires (dockers, textile, métallurgie). Bouches du Rhône : perte de 8 000 voix sur 1936, 18 000 votants de moins. Les socialistes marseillais ont bourré leurs urnes. Pacte Lion – R [ill.] – Sabiani.

Jeudi 14 octobre 1937

  • 381 En 1933, l’Alliance démocratique, jusque-là structure de liaison souple entre groupements de droite (...)
  • 382 L’Union républicaine et démocratique (Jean Guiter, Pierre Taittinger) fut dans l’entre-deux-guerres (...)

5995 h, comité exécutif du RUP français. L’alliance démocratique381 à Marseille : perdue au profit des fascistes. L’URD382 est liquidée à Marseille. Dans les Bouches du Rhône les radicaux. Elle gagne même dans la Vendée. Var : 20 000 voix en 1936, 13 000 en 1937. 10 socialistes candidats uniques. Barrage contre le communisme ; les néos sont maintenant socialistes ; sectarisme syndical. La région du Var a abandonné le travail paysan.

  • 383 Né en 1893, Émile Roche, industriel, ancien directeur de cabinet de Joseph Caillaux (1925), était l (...)

600Nord : 109 000 voix. Trop d’antisocialisme. Sectarisme de Tournemaine. Les socialistes nous attaquent avec violence et nous répondons par la violence au lieu d’une politique d’union. Les radicaux ont aidé les socialistes à nous distancer au premier tour. Émile Roche383. Au Quesnoy, nous nous désistons pour le radical. La position de la réaction a été : vie chère.

601(Staline, Kirov). Élever plus haut le drapeau du parti, c’est l’hommage à rendre à Vaillant-Couturier. Il est tombé pour le Front populaire. Il faut renforcer le Front populaire. Il a été orateur populaire, écrivain ; polémiste impitoyable pour les ennemis ; il faut l’imiter. L’Huma : augmenter la diffusion. Le parti, renforcer le parti.

Vendredi 15 octobre 1937

  • 384 Augustin Hamon (1862-1945), homme de lettres, avait fait de Lannion un bastion de la gauche sociali (...)

60210 h, Aug. Hamon384, 4, rue Ordener. Luis.

Samedi 16 octobre 1937

  • 385 Les obsèques de Paul Vaillant-Couturier furent radiodiffusées et connurent un important succès d’af (...)
  • 386 Louis Peyronnet (1901-1979), maçon, était conseiller municipal de Gentilly (Seine).

603Obsèques de Vaillant-Couturier385. Peyronnet386.

  • 387 Il pourrait s’agir de Josep Maria Imbert Perejoan (cf. 23 octobre), président de la commission des (...)

604Ibert387.

Dimanche 17 octobre 1937

605Deuxième tour des élections cantonales. Résultats donnés par le Temps qui a lui-même fait cette statistique : pour le Front populaire : 1 834 conseillers cantonaux, contre le Front populaire : 1 556. Et il compte contre le Front populaire 234 radicaux-socialistes et républicains-socialistes élus contre des candidats Front populaire et 366 radicaux et républicains de gauche. Aux élections cantonales les Front populaire ont : 4 585 542 voix, l’opposition réactionnaire 3 185 423. Front populaire 59 % ; anti- front populaire 41 %. Les communistes passent de 7 conseillers à 61, et de 18 conseillers d’arrondissement à 66. Nous avons 107 conseillers cantonaux en France (sans la Seine), et 1 500 000 suffrages (sans la Seine).

Lundi 18 octobre 1937

  • 388 Georges Berthier (1870-1949) avait été maire adjoint d’Orléans de 1925 à 1935. En 1934, il avait ro (...)
  • 389 Représentant de commerce, Alphonse Martin était depuis 1934 le préposé communiste aux missions élec (...)

606Paris-La Ferté. Berthier388. Le caïd. La Ferté Saint-Aubin, 2e circonscription d’Orléans : un réactionnaire élu en 1936 au premier tour. Dans La Ferté, il a 1 216 voix, le communiste Martin389 121, le socialiste 29, le radical 319, le socialiste indépendant 390. 899 voix de gauche. Des domestiques, gardes-chasses, fermiers, très mal payés : on a voté jusqu’ici pour le maître. On est fier de servir. Garde-chasse : 350 F par mois. Il se rattrape par la chasse, la vente de gibier, et les coupes de bois.

  • 390 Léon Betoulle (1871-1956), militant socialiste, fut député (1906-1924) puis sénateur de la Haute-Vi (...)
  • 391 Léon Bon (1875-1965), tribun populaire, pionnier du statut du personnel municipal, ne fut pas éparg (...)
  • 392 Joseph Parayre (1893-1940), avoué, militant socialiste, adjoint au maire de Céret, était conseiller (...)

607Aux élections de dimanche les socialistes gagnent 68 sièges, les communistes 32, les radicaux en perdent 42. Sur les 1 500 sièges à pourvoir, les radicaux en ont 526, les socialistes 234, les communistes 41, soit 801. Quatre socialistes président les conseillers [sic] généraux : Betoulle390, Bon391, Parayre392, Lebas.

Mardi 19 octobre 1937

  • 393 N.S. Tchkhéidzé (1864-1926), menchevik géorgien, était l’un des leaders du soviet de Petrograd en 1 (...)

608De la « Luzière » à Ligny-le-Ribault. Souritz fut secrétaire politique de Tchkhéidzé393 ; il adhère au bolchevisme après la victoire.

  • 394 Roland Dallet (1900-1968), ouvrier métallurgiste qui avait adhéré au PC en 1920, avait été recruté (...)
  • 395 Thorez.

609Château de la Frogerie. Dallet394 chef des régies d’Ivry (pour Choisy). Maurice395, Marrane.

  • 396 Né en 1896, Pierre Donnio, militant communiste, était employé de chemin de fer.

610Élections du 17 octobre. Élections à Paimpol : Meynard : 1 794 voix, Plouhaer : 1 668, soit 66 de [différence]. Donnio396 avait eu 81 voix au premier tour. Voix du premier tour : Meynard 1 001, Bonne 971, Plouhaer 1 243, Donnio 81 communistes. Total 972. En 1937 en Bretagne : 39 601. Côtes du Nord : 6 712 voix dans 37 cantons (11 cantons non recensés). En 1936, 6 565. Finistère : 14 972 en 1937, dans 41 cantons sur 43. Gain : 3 222 sur 1936. Morbihan : 5 264 voix dans 35 cantons sur 38. Gain : 2 641 voix. Ille et Vilaine : 5 674 voix dans 29 cantons. Gain : 2 017. Loire Inférieure : 6 929 voix dans 43 cantons Gain : 3 594 voix.

611Nord : la réaction perd 14 sièges au conseil général. Les communistes lui en prennent 4, les socialistes 10. Désormais 10 communistes, 31 socialistes au conseil général du Nord.

Jeudi 21 octobre 1937

612La Luzière. Clément, le vieux garde-chasse de 74 ans : « J’ai servi quarante-trois ans et j’en suis fier. » Il y a 26 châteaux dans la commune de La Ferté Saint-Aubin. Il y en a le même nombre dans les communes voisines. Les grands châteaux et les domaines se divisent. Le pavillon de chasse : La Tuile. À voir, La Goronière.

Vendredi 22 octobre 1937

613La Goronière, achetée un million par un marchand de bois d’Orléans. Bois de chênes et sapins magnifiques (la ferme de l’Essaim).

Samedi 23 octobre 1937

614Journées d’amitié franco-soviétique dans toute la France.

  • 397 Né en 1899, Jiri Kotiatko était un permanent du PC de Tchécoslovaquie depuis 1921. Il avait pris la (...)

615Otto Schmidt. Meeting Vel d’Hiv, 20e anniversaire. Martinez Barrio, président des Cortes, Ibert, ministre catalan, Kotiako397, secrétaire des Amis de l’URSS en Tchécoslovaquie, Brumfaut, H. Sellier.

616Vente Huma Paris : 15, 16, 17, 75 375 (+ 30 000 le 17). Tirage le 17 : 637 506 (la veille obsèques de Paul Vaillant-Couturier). Huma : budget de 50 millions. Achat papier annuel : 5 millions ; papier 200 F les 100 kg, au lieu de 110 F l’an dernier. 2 millions de publicité. Tous les journaux en déficit : Populaire, 2 millions en 1937, l’Œuvre, Ghémier la réorganise. Tirage Huma en moyenne quotidienne : 1934, 201 000 ; 1935, 217 000 ; 1936, 329 000 ; 1937, 424 000 (neuf mois). Vente Paris par coopérative, porteurs, première quinzaine de septembre, 58 052. Deuxième quinzaine de septembre, 61 093. Première quinzaine d’octobre, 67 919. Vente Paris 17 et 18 octobre (Vaillant-Couturier) : 72 000.

Dimanche 24 octobre 1937

617La Luzière. La vision des rabatteurs guidés par deux gardes avec plaque, marchant au pas en blouse blanche, portant bâton. Puis la voiture avec le gibier. Puis la voiture des chasseurs et des dames ! L’avilissement des rabatteurs ! Il y a des chasses de plus de cent chiens. Les rabatteurs ont 18 F par jour et on les traite comme des bêtes.

Lundi 25 octobre 1937

618La Luzière.

Mardi 26 octobre 1937

619La Luzière.

Mercredi 27 octobre 1937

620De La Luzière à Paris.

Jeudi 28 octobre 1937

621CC salle des fêtes, mairie d’Ivry. 9 h du matin. Situation politique : Thorez, situation internationale : Cogniot, le congrès du PC : Gitton.

622Anstett (Moselle), Rosenblatt (Strasbourg), Daul (Strasbourg).

623CC. Les résultats des élections. Avec la proportionnelle : le Front populaire, 2 002 sièges (il a gagné dans l’Ouest). Les réactionnaires, 1 300 sièges. Les élections cantonales ont renforcé le Front populaire. Le communisme a grandi malgré qu’on essaye de nous isoler. 41 conseillers généraux, 65 conseillers d’arrondissement. Nous pénétrons dans 16 départements pour la première fois. Dans 54 départements, gains importants. PC : 1 051 000 = 106 sièges au lieu de 416 élus à la proportionnelle. URD : 1 193 000 = 521 sièges. Nous perdons dans les grandes villes. 68 000 voix de perte dans 34 départements. Corrèze, Lot et Garonne, Bouches du Rhône, Var, Dordogne, Gard, Ain. En Bretagne, Normandie, Creuse, nous progressons.

624La réaction nous a poursuivi ; elle escompte la revanche. La lutte de classe continue. La réaction poursuit une lutte à mort contre notre PC. Ce qui lui rend odieux le Front populaire c’est la préséance du PC. Elle a beaucoup appris de l’expérience, elle puise chez nous. Elle a fait front unique, candidature unique, c’est un progrès pour elle. Elle a fait voter pour le moins rouge. Sa tactique s’améliore. Nos alliés nous plagient. Amicales socialistes dans les usines. Mai 1936 = chorales socialistes, chômeurs socialistes. Donc nos supériorités sont toujours constatées. Il est plus facile de gagner du terrain que de le conserver. Notre action revendicative s’adresse-t-elle à toutes les couches ? Pas de programme local étudié. Il faut que l’élu soit au service de tous. Le sectarisme nous isole. Retard dans le programme de la classe moyenne.

  • 398 C’est le 26 octobre 1937 que Maurice Thorez, à la Mutualité, a développé les thèmes de la politique (...)

625Soyez non des hommes pratiques mais des réalistes. On a été sectaire dans les rapports avec les catholiques398. Dans le Vaucluse, on a été avec les trotskistes. Il ne faut pas être dupes des combinaisons de nos alliés. Nous sommes fiers d’être hors des marchandages. Oui ! Mais il faut de la tactique. Il faut entraver la coalition anticommuniste. Voilà la tactique. Ce n’est pas facile de maintenir le Front populaire. Il faut que les masses exercent une pression sur les chefs alliés pour appliquer le programme ; il faut des victoires sur des objets locaux et les petites revendications. Nos actes doivent être en harmonie avec nos paroles. Dans la Seine, le parti socialiste admet le front unique parce qu’il est en minorité. Dans le Nord, il n’admet pas le front unique parce qu’il est en majorité. Il faut dire un tel est contre l’unité sans se fâcher, et marcher vers l’unité. Il faut choisir les cadres, les changer quand il faut. Il faut que nos hommes soient connus et aimés. Nous ouvrons bientôt une école de six mois. Il faut des écoles régionales. Une situation favorable peut devenir défavorable. 340 000 adhérents au PC. H. Gourdeaux. Indice actuel 642 et il marche vers 650 ; en 1936, 461. C’est la justification des 150 F. Mais l’échelle mobile s’impose.

626CGT : 2 297 000 sous notre contrôle et 2 292 000 sous le contrôle opposé. 5 290 000 adhérents.

Vendredi 29 octobre 1937

  • 399 Le 21 octobre, la prise de Gijon par les hommes d’Aranda et de Solchaga marquait la fin de la campa (...)
  • 400 Léon Archimbaud (1860-1944) était député radical de la Drôme depuis 1919. En 1937, il était rapport (...)

627Vel d’Hiv : pour sauver la France, l’Espagne399, la paix. (CC)) CGT et Union des syndicats de la Seine. Archimbaud400, Brouckère, Jouhaux, M. Cachin, Marty, Nelken.

Samedi 30 octobre 1937

628Secrétaires régionaux.

629Ambassade d’Espagne, 9 h. L’ambassadeur d’Espagne : la politique actuelle de l’Angleterre est de faire battre les républicains espagnols. Puis ils mettraient sur le trône un fils de l’ancien roi et ils élimineraient de l’Espagne le fascisme hitlérien et italien. L’ambassadeur répond : dès maintenant la frontière de la Biscaye est fortifiée par les Allemands et Italiens. Et ces fortifications menacent la France.

Novembre

Mardi 2 novembre 1937

  • 401 Élie Faure (1873-1937) était critique et historien de l’art. Ouvert aux tendances nouvelles (art nè (...)

630Élie Faure401, 2 h, Aug. Hamon, 2 h 30.

Vendredi 5 novembre 1937

  • 402 René Bellanger (1880-1937), ouvrier chaudronnier, avait été gérant de l’Humanité de 1924 à 1928, ac (...)

63110 h, peinture française. 2 h 30, obsèques Bellanger402, cimetière du Perreux.

Samedi 6 novembre 1937

  • 403 Le XXe anniversaire de la prise du pouvoir par les bolcheviks en octobre 1917 fut célébré salle Ple (...)

632Amis de l’URSS, 20, rue du Mail (Aubert). Pleyel, 20e anniversaire403.

  • 404 Cette citation de Hitler avait été rappelée ce jour-là par le colonel Fabry, rapporteur sur les que (...)

633Le Temps du 6 : « Nous offenserions M. Hitler en le comparant à Lénine. » Hitler : « Je surgirai dans la nuit et je frapperai comme la foudre404 ».

Dimanche 7 novembre 1937

6345 h, ambassade soviétique.

635CDH. 4 h 15, Mutualité : Vaillant, 20e anniversaire. 20 000 adhérents aux CDH. Comment élargir ce réseau ? Lecteurs de l’Huma et vendeurs 80 %.

Lundi 8 novembre 1937

  • 405 Madeleine Jacob (1896-1985), journaliste, avait collaboré au magazine de mode Vogue avant d’entrer (...)

6363 h, Garcin Dr 19, rue de Bourgogne. 6 h 30 ambassade d’Espagne. Commémoration de la défense de Madrid. 6 h, Madeleine Jacob405. Madeleine Braun, TRI 78 45, 38, rue de Chateaudun.

637Effondrement des prix des matières premières aux États-Unis. Café tombe de 5,99 à 4,82, cuivre de 70 à 40 livres, étain de 310 à 200 livres, blé de 145 à 90 cents, coton de 14 à 8 cents, hauts fourneaux à feu de 181 à 151. Filatures et tissages tournent au rythme lent. Des usines de tissus imprimés ferment. Les aciéries travaillent à 41 % de leur capacité. Les capitaux refluent des États-Unis vers l’Europe. La crise de l’automobile est ouverte. La lourdeur du dollar s’accentue. Wall Street s’affaiblit. Les États-Unis envoient des tanks au Japon et des rails à la Mandchourie. Crise cyclique [?] crise de surabondance qui serait encore plus rude sans les préparatifs de guerre.

Mardi 9 novembre 1937

63852 Vaug. De Monzie.

Mercredi 10 novembre 1937

639BP Huma (Higgins). Tirage 400 000 en octobre. Seule l’Huma a augmenté depuis les 8 sous. Tous les journaux sont en baisse après les 8 sous : Petit Parisien perd 200 000, Matin et Journal 50 000, l’Œuvre et Populaire 20 000.

  • 406 Né en 1883, Edmond Giraud, avocat marseillais, adhéra à la SFIO en 1910 et rejoignit le PC en 1920. (...)

640CDH : 150 000 chaque dimanche en juillet 1937, 139 000 en août, 144 000 en octobre. Il y a 515 comités en France, 22 000 cartes d’adhérents, 31 000 d’amis. Les CDH et cellules doivent à l’Huma 500 000 F mais ils paient ; mais en réalité elle est 50 000 F (surtout à Marseille, Giraud406). La rentrée se fait bien. La perte est de 2 %. 300 accordéons aux CDH. Il faut d’autres organisations culturelles. On peut aussi amicales des motocyclistes, amis de l’Huma. Organisation des amis de l’Huma pour cinémas, bals, visites, conférences ; fêtes à grand retentissement pour l’Huma. Nous allons faire un congrès fin décembre. Acheter des vêtements et des chaussures aux vendeurs. Vente 5 500 Huma à Marseille ; 23 000 Rouge-Midi ; pour la province, l’Huma est un journal de complément.

641Gain 1936 : 1 250 000. Perte en 1937 : 1 million. En octobre nous équilibrons ; nous donnons 20 % au chef de publicité, 35 % à Hermès. Nous refusons de la publicité pharmaceutique, cartonnerie, rédactionnelle, banques, financiers, loterie nationale, gaz, électricité. Les grands magasins, la Maison du café, nous boycottent.

Jeudi 11 novembre 1937

642Armistice. Le journal coûtait 21 centimes en 1936, il coûte 30 centimes fin 1937.

643À Paris, kiosques, vente Huma :

1re
quinzaine de novembre
2e quinzaine de novembre
1934 36 327 33 215
1935 40 588 43 652
1936 64 785 69 007 (lancement)
1937 65 585 65 998

Vendredi 12 novembre 1937

  • 407 Depuis le 28 janvier 1937, et grâce à l’appui de Pierre Cot, Louis Dolivet a obtenu la nationalité (...)
  • 408 Archevêque de Paris, Mgr Verdier (1864-1940) incarnait, aux côtés du cardinal Liénart et de Mgr Sal (...)

644Margaine, 3 h, Sénat. 6 h, Liebknecht Huma. Les divisions sont aiguës entre socialistes et communistes allemands de l’émigration. Les menées de D.407 au ministère de l’Air. Au RUP les anticléricaux protestent contre les appels de Verdier408. Smeral dit que D. aille d’abord dans son pays faire de la propagande illégale.

Samedi 13 novembre 1937

6452 h, Lasserre, 152, rue de Vaugirard. Conférence Thaëlmann.

646Compte rendu visite M. Thorez à Moscou : maintenir le Front populaire, exerçant le maximum de pression sur la politique extérieure du gouvernement. Se méfier de l’optimisme. Mobiliser toutes les forces. Situation grave. Après Roosevelt, Bruxelles a été décevant. Capitulation des puissances. Il faut une politique indépendante de la France vis-à-vis de l’Angleterre. Ne pas se laisser duper par les manifestations prosoviétiques des radicaux et de Flandin. Mettre l’accent sur les revendications, pas gesticuler mais de bons mouvements bien préparés. Question CGT décisive. Il faut faire attention ; le rapport des forces (qui nous est favorable) peut se modifier. Rapports avec les socialistes. Lutte difficile ; il faut les prendre comme ils sont. Le Front populaire c’est surtout les rapports avec les socialistes.

647Afrique du Nord et Syrie. On ne donne pas satisfaction aux indigènes ; pour combattre Hitler et Mussolini, il faut aider les Arabes. Les socialistes font de la démagogie. Il nous faut démasquer les factieux, mais appliquer le programme du Front populaire. Il faut une journée de solidarité pour les colonies.

  • 409 Le 22 mars 1937, par son encyclique Mit brennender Sorge, le pape Pie XI avait dénoncé le « nouveau (...)

648Goebbels dit : notre attitude vis-à-vis des catholiques a été très importante en Allemagne409.

649Nous sommes contre le monopole de l’enseignement. Pas de proportionnelle scolaire, mais liberté de mettre son enfant où il veut. Défendre l’école laïque. 85 000 Jeunesses communistes. Il en faut beaucoup plus. Vous avez, aux Jeunesses, cédé aux socialistes sur le colis aux soldats. Il faut agir sur la jeunesse paysanne, sur les étudiants. Guyot, Michaut.

  • 410 Jules Decaux (1904-1970), ouvrier métallurgiste, était secrétaire de la Fédération Paris-Sud du PCF (...)
  • 411 Du plénum de février-mars 1937 (arrestation de Boukharine et Rykov) au troisième procès de Moscou ( (...)
  • 412 Quelques jours après l’arrestation de Toukhatchevsky (11 juin 1937), le premier secrétaire de la ré (...)

650Contre les deux fronts : 1°) le sectarisme ; 2°) la suffisance, c’est l’opportunisme. À Colombes, le maire est suffisant, vaniteux et sa femme pire. Ça peut le conduire au tribunal. Le secrétaire Decaux410 de la région Sud est suffisant : grisé, méprisant. Le congrès doit être aussi important que le VIIe congrès. Bilan de la politique du VIIe congrès. Problème économique. Lutte contre la guerre. Épuration dans l’URSS411, des catégories : des espions vulgaires dans les sommets, agents de l’Allemagne412 ; ceux qui sont entrés en lutte contre le PC, Trotsky, droite, entraînés dans la logique de l’opposition ; les grands seigneurs, corrompus, guépéou et komintern. Il faut ici aussi savoir que nous ne sommes pas à l’abri de ça. Cependant tout le CC ira au congrès, ce qui est excellent : pas une défaillance, bonne situation. Une commission de contrôle de cinq membres qualifiés. Vigilance. Vive Staline !

651Espagne : Front unique international. Depuis Annemasse, rien. Brouckère a fait un papier sur l’article 11. Il faut être plus agressif. Il faut s’adresser encore à Brouckère et Adler. Il faut une campagne systématique pour le Front unique international à l’Huma, contre l’aide à Franco, s’ils refusent les attaquer comme Dimitrov ; d’accord avec les ouvriers socialistes ; lutter contre le défaitisme. La défaite du Nord était inévitable. Ailleurs, ce n’est pas pareil. Les gaz [?], ça prouve que les républicains sont forts. Le général Baratier dit : en Espagne c’est incertain ! Les chances sont égales. Les rebelles essayeront en Aragon pour couper les républicains de la frontière française. Il y a amélioration dans les brigades ; de nouveaux volontaires partent pour l’Espagne.

  • 413 Né en 1905, René Arrachard, ouvrier terrassier, fut élu membre du Comité central du PCF en 1929 pui (...)

652Arrachard413 est en désaccord avec la politique du PC. Il a envoyé une lettre au secrétariat de la CGT qui donne des armes aux scissionnistes de la CGT contre le communisme, car on croit que c’est le PC qui pousse Arrachard. Arrachard dit : vous êtes des opportunistes. Il agit en dehors du PC. Où nous mène Chautemps ? Il mène à l’apathie ouvrière. Pour nous, il faut créer dans les classes ouvrières un état d’esprit qui puisse changer la situation et aller à gauche.

Dimanche 14 novembre 1937

653Mutualité : la liberté pour l’Allemagne.

Mardi 16 novembre 1937

  • 414 Charles Augustin Daniel Vincent, dit Daniel-Vincent, ancien ministre (1917- 1926), était né en 1874 (...)
  • 415 Né en 1908, René Girard, professeur de lettres dans l’enseignement technique, avait adhéré au PCF e (...)

6542 h, Lasserre. 3 h, rentrée au Sénat. Daniel Vincent414 me signale Girard415, professeur à l’école professionnelle de Maubeuge (communiste). Robert Liebknecht, 46, rue Boissonnade, tel. DAN 06 73.

Jeudi 18 novembre 1937

  • 416 Clément (Fried).
  • 417 Jean Guignebert avait succédé à Jean Antoine à la direction de Radio-Cité (280,9 m). Fondée par l’i (...)

655Cl416, déjeune. Sénat : audition du ministre de la Marine. Guignebert417 rédacteur en chef de Radio-Cité.

656Les quatre vaisseaux de ligne : Dunkerque, 26 000 t, Richelieu, Strasbourg, Jean Bart, 35 000 t. Cuirassés : Loire, Provence, Bretagne. Croiseurs 10 000 t, 8 000 t, 7 500 t. En 1941, la France, l’Allemagne, l’Italie auront 160 000 tonnes de vaisseaux de ligne. Nos batteries de côte françaises sont enfoncées en terre. Les canons de 340 portent à trente-cinq kilomètres.

Samedi 20 novembre 1937

657Comité international de coordination et d’information pour l’aide à l’Espagne : 38, rue de Chateaudun, TRI 78 45. Conférence internationale, Maison de la chimie, 28 bis, rue Saint-Dominique. L’enfance espagnole à l’étranger et en Espagne, les réfugiés espagnols, intervention des pays démocratiques et de la Société des Nations.

658Wu Cheng Huan, Wu Gu Kien, PC.

Dimanche 21 novembre 1937

659Comité d’aide à l’Espagne : de Brouckère, Rollin, Longuet.

  • 418 L’allusion concerne l’un des plus célèbres discours d’Albert Sarraut, alors ministre de l’Intérieur (...)

660Colonies, Afrique du Nord. Grande misère en Afrique du Nord. Bas salaires. Augmentation du prix des choses : huile, semoule etc. ; dans les campagnes, pas de lois sociales. Mécontentement des masses ; menées italiennes et franquistes ; bienveillance de Sarraut pour les communistes. C’est contre Doriot que je parlais à Constantine418. Les communistes servent d’écran pour cacher les intrigues étrangères. Les Français dits nationaux sont plus dangereux que les communistes.

  • 419 Cachin désigne ainsi les partisans de Sliman ben Sliman et de Salah ben Youssef. Formés idéologique (...)

661En Tunisie, 85 000 Italiens, autant que de Français, et chez ces Français, beaucoup d’Italiens naturalisés. Le résident est démocrate. Il a amélioré la situation. Et il a attaqué les fascistes. Guillou est trop républicain ; politique fasciste des colons. Mouvement nationaliste panarabe419, indépendance en bagarre contre le Néo-Destour qui marche avec la CGT. Entre les deux tendances, luttes sanglantes. Parti socialiste peu influent. PC 300 membres, dont 200 Juifs, sectaires. CGT 40 000 dont 25 000 indigènes. Les communistes sous-estiment les syndicats.

  • 420 De fait, après la dissolution en 1936 du parti national d’Allal El-Fassi, les services allemands ap (...)

662Maroc. Misère, famine. Intrigues allemandes420. Mouvement nationaliste contre la France par les Allemands. PPF organisation des colons plus que PSF. Parti socialiste gauchiste, pivertiste, trotskiste, qui sont venus dans le PC. On les a chassés ; c’est un parti à refaire.

  • 421 Émir druze, Chekib Arslan orchestrait depuis Genève le mouvement panarabiste. Il dirigeait la revue (...)
  • 422 Le mouvement des Oulémas est apparu en 1924 en Algérie comme une protestation réformiste dirigée pa (...)

663En Algérie, Messali (homme de cheikh Arslan421. Mussolini) voit augmenter son influence. Notre politique a été fausse. Nous avons amené les ouvriers aux oulémas422. Et maintenant les ouvriers nous ont quittés pour aller à Messali. Il y a des trotskistes dans le PC et même dans sa direction. On a fait les élections avec le matériel français, sans une seule affiche arabe (sauf à Oran où nous avons été élus). Dans le PC on dit que le PC n’est plus communiste, Staline n’est plus communiste ; les 72 font moins que les 10. En janvier, discussion du projet Viollette. Il faut agir à la Chambre.

  • 423 Les accords de « khamessat » (de l’arabe khamsa = cinq), contrats oraux de métayage traditionnel, a (...)

664Comment faut-il poser actuellement le problème de l’indépendance ? Code indigénat : Sarraut le maintient. Code forestier : Sarraut l’améliore. Régnier, Sarraut le garde. Terres au fellah. Salaires métayers au 5e esclaves (Kamis423). Répression de l’usure. Politique de l’eau. Les indigènes dans l’administration. Si la France ne fait rien, elle aura, en cas de guerre, des grèves difficiles. Or elle compte pour un tiers dans la défense nationale.

  • 424 Marius Moutet (1876-1968), avocat socialiste, s’était rendu en Russie avec Marcel Cachin au printem (...)
  • 425 Maurice Honel (1903-1977), artisan encadreur, avait été élu en 1936 député communiste de la 7e circ (...)
  • 426 En 1935 en Indochine, trotskistes et membres du PC avaient conclu un accord, s’exprimant conjointem (...)

665En Indochine, même misère. Usure, vie chère. Moutet424 très hypocrite. Honel425 a été brimé. Brévié est, dit Moutet, un démocrate. J’ai fait passer le souffle républicain. En Indochine de nombreux trotskistes dans le PC. Nous avons exigé la rupture et le PC est maintenant sectaire. Sur 22 millions d’habitants en Indochine, 220 000 ouvriers libres ! En Indochine, 330 000 Chinois commerçants. Syndicats interdits, répression, 1 000 arrestations depuis le Front populaire, pas de réunion de plus de 20 personnes. Parti socialiste, trotskistes426 qui font l’agitation. Moutet soutient les trotskistes et accuse les communistes d’agitation.

  • 427 Sans doute s’agit-il de Raseta, médecin protestant et issu d’une grande famille mérina. Il avait fo (...)
  • 428 Paul Dussac (1876-1938), avocat, était un authentique « fils de famille » dont le père – communard  (...)

666À Madagascar, grande influence communiste (deux journaux communistes). Un descendant du roi se dit communiste427. C’est un escroc : Dussac428. Dussac crée des syndicats, cartes du PC, trois journaux. En dehors de lui, il faut créer un PC.

667Dakar. Les communistes ont de l’influence, beaucoup de provocateurs. Les Noirs de la brousse crèvent de faim. Ils veulent entrer dans l’administration. En Afrique Occidentale vrai colonialisme ignoble.

668Côte d’Ivoire : une cellule communiste.

669À la Martinique : un élu communiste.

670Aux Indes, répression et tueries.

671A la Guadeloupe, rien pour le communisme.

672Les coloniaux en France. Nous avons perdu notre influence (en Indochine trotskistes, en Algérie Messali).

  • 429 En 1921, le parti communiste transforma le « Groupe socialiste des originaires des colonies » en «  (...)
  • 430 Jules Crapier, né en 1895, était employé des chemins de fer. Membre du secrétariat de la Fédération (...)
  • 431 Il s’agit de Radio-Bari, émettant en langue arabe et diffusant des thèmes anti-Britanniques et anti (...)
  • 432 Jean Chaintron, dit Barthel, était né en 1906. Dessinateur industriel, dirigeant national du Secour (...)
  • 433 En décembre 1937, au congrès d’Arles, Maurice Thorez popularisera cette formule dont l’esprit et la (...)

673Il ne faut plus de section coloniale429. Il y a un courrier. Il y a 300 journaux. Il y a des auditions, des liaisons. Il faut donc un travail colonial. Nous avons quelques syndicats aux colonies. Crapier430 s’en occupe. Mussolini a un poste en musulman [sic] tous les matins431. Il faut une plate-forme démocratique pour chaque colonie. À la Chambre nous agirons pour ces réformes. Alors nous pourrions pénétrer. Il faut constituer des syndicats. Et si on ne le peut pas, des amicales, des associations paysannes pour l’eau, pour l’hygiène. Nos communistes sont tous sectaires frénétiques. À Marseille, nous avons 60 cellules sur les bateaux qui font les colonies ; il faut leur donner des directives. À la Réunion, des communistes demandent à être rattachés à la cellule de Marseille. L’IC a décidé que chaque colonie aura son PC. Nous avons dissous nos directions. D’où le désarroi. Puis Ferrat ! La circulaire Barthel432 était de Ferrat. De même en Indochine et de même l’Étoile nord-africaine. Notre mouvement colonial est fonction de notre lutte antifasciste. Ces gens sont dans leur pays, a dit Sarraut. Nous gardons notre mot d’ordre : indépendance des colonies, droit au divorce, ce n’est pas l’obligation du divorce433. Les Algériens ont intérêt à rester en union avec le peuple de France car le joug du fascisme est plus dur. Les socialistes se posent en défenseurs des peuples coloniaux. Or que font les ministres socialistes et les partis socialistes ? Plus de rubriques dans l’Huma sur les colonies.

Mercredi 24 novembre 1937

674Réorganisation de l’Huma. Cogniot.

  • 434 Le 26 novembre 1937, le cartel des fonctionnaires déposera ses revendications (parmi lesquelles l’é (...)

675Dans la question des fonctionnaires, les socialistes ont leurs amis à la tête du cartel434. Nous leur avons dit : agissez près de vos amis ; nous communistes, nous n’avons aucune action sur eux. Et nous respectons trop l’indépendance syndicale pour insister près du cartel. Nous sommes aux côtés du cartel des fonctionnaires.

  • 435 Oreste Capocci (1888-1950), ouvrier tailleur puis représentant de commerce, était secrétaire de la (...)

676Demain, Capocci435 vient devant nous. Nous lui dirons : décidez, nous vous suivrons ! Ce qui importe, c’est la défense des revendications, même les plus petites.

677Une bande quotidienne pour les enfants, un roman policier. Édition de province : 85 000 numéros, 150 000 le dimanche.

Jeudi 25 novembre 1937

678Dîner André Marty.

  • 436 François Le Minter (1902-1973), inscrit maritime à Rouen, dirigeant de la Fédération CGT des marins (...)
  • 437 Yves Le Trocquer (1877-1938), polytechnicien, avait été élu député (1919-1930) puis sénateur (Union (...)
  • 438 Maurice Dormann (1881-1947), imprimeur, mutilé de guerre, fut député (1928- 1936) puis sénateur (no (...)
  • 439 Né en 1867, Edmond Leblanc, avocat, fut député (1906-1910) puis sénateur (1925-1941) de la Mayenne. (...)

679Visite au Sénat de Le Minter436, 33, rue de la Vicomté, Rouen, avec une délégation d’inscrits naviguant en rivière. Amendement Le Trocquer437. Amendement Dormann438. Leblanc439 rapporteur au Sénat pour sauvegarder les droits des pêcheurs à la ligne. Modification de la loi de 1926. Il faut que les inscrits employés dans les Ponts et Chaussées au dragage des ports, au remorquage (et qui n’ont pas quinze ans de service) continuent à bénéficier des avantages de l’Inscription maritime.

  • 440 Henri Tasso (1882-1944), petit industriel, était député socialiste des Bouches-du-Rhône depuis 1924 (...)

680L’amendement Dormann est inquiétant ; celui de Le Trocquer l’est moins. Le projet viendra la semaine prochaine à la commission de la marine au Sénat. Tasso440 espère que les inscrits auront satisfaction.

Vendredi 26 novembre 1937

681Association nationale des travailleurs non pensionnés. Saint-Étienne. Section du 8e arrondissement de Paris, 5, rue La Boétie. Assemblée générale de la section, secrétaire Thillon.

  • 441 Né en 1867, James Hennessy, distillateur de la célèbre marque de cognac, fut député de la Charente (...)
  • 442 Jean Boivin-Champeaux (1887-1954), docteur ès lettres, était sénateur (Union républicaine) du Calva (...)

682Caillaux : il faut faire faire des avions aux États-Unis. Cot est léger. Pourquoi les Russes exécutent-ils tant de gens ? James Hennessy441 : vos Russes sont en train d’exterminer. Boivin-Champeaux442 : j’ai beaucoup connu Vaillant-Couturier. L.L. Dreyfus : je viens de lire le Staline de Barbusse ; c’est vraiment lui le successeur de Lénine. Trotsky n’est qu’un menchevik.

Dimanche 28 novembre 1937

683Les Mesnuls. Moulin-Blanc (Dévé professeur d’espagnol). Moulin. Bicherel. La Mauldre.

  • 443 Né en 1881, Raoul Aubaud, journaliste, était député radical de l’Oise depuis 1928. De 1934 à 1936, (...)
  • 444 Auguste Mounié (1873-1940), docteur en pharmacie, maire d’Antony (Seine), était sénateur radical de (...)
  • 445 Paul Brasseau (1879-1956), fonctionnaire préfectoral, s’était attaqué sous la direction du préfet B (...)

684Comité supérieur de l’organisation de la région parisienne : Morizet président. Vice-présidents : Aubaud443, Maranne, Henry Bertrand. Rapporteurs : Mounié444, Brasseau445, Lynier, Giraud, Montana.

Lundi 29 novembre 1937

  • 446 Roger Liaud (1898-1972) avait appartenu à la Fédération nationale des travailleurs des chemins de f (...)

685Comité français du RUP, 8 h 30. Activité du comité français ; le mouvement international ; les tâches actuelles. RUP : 400 centres en France. La journée du 7 novembre : 310 000 F. Jézéquel en Espagne : les consuls l’ont mal reçu. En Espagne : ordre, tranquillité, confiance, disette de vivres et de munitions, optimisme, cafés pleins de monde. Madrid imprenable. Liaud446, cheminot, ravitaillement en blé, charbon, sucre, tabac.

  • 447 En octobre, Münzenberg bénéficie toujours, face à Ulbricht, du soutien des sociaux-démocrates et de (...)
  • 448 Walter Ulbricht (1893-1973), ébéniste, devint après 1918 permanent du KPD. Élu député en 1928, il e (...)
  • 449 Wilhelm Pieck (1876-1960), menuisier, devint permanent socialiste en 1897. Internationaliste et spa (...)

686W. Münzenberg447 vient me voir pour me renseigner sur les dissentiments à l’intérieur de l’émigration. Je lui dis : question préalable, allez-vous répondre à l’invitation de Dimitrov ? Réponse : oui, je pars pour Moscou aussitôt que Dahlem sera revenu d’Espagne. Je pars avec lui et Ulbricht448. D’ailleurs Pieck449 m’a écrit le 4 novembre et j’ai envoyé à Staline une lettre avec laquelle il s’est déclaré d’accord. Alors je l’ai vivement incité à aller à Moscou le plus tôt possible et à considérer que sans Moscou, toute action est impossible.

Mardi 30 novembre 1937

687Mutualité (les cagoulards). Les entretiens de Londres : N. Chamberlain ne croit pas à Genève, ni à la sécurité collective. Il est pour Franco. Il ne veut pas lier l’Angleterre au sort de l’Europe centrale. Le cabinet de Londres est divisé. Hitler veut être laissé en tête à tête avec l’Autriche et la Tchécoslovaquie. Il veut des colonies dans six ans. Les Anglais : pas de colonies. Mais, en échange d’un règlement européen, des compagnies à charte qui fourniraient des matières premières aux Allemands. Conseils à la Tchécoslovaquie d’élargir les franchises à la minorité allemande.

688Dette de la France : 410 milliards.

Décembre

Mercredi 1er décembre 1937

689Dallet, régie d’Ivry. Le Japon est entré dans la Royal Deutsch où il a placé 2,5 milliards de francs (dans la filiale Asiatic Petroleum). Depuis il est rassuré sur son ravitaillement en pétrole.

  • 450 Ernest Labrousse (1895-1988) avait soutenu en 1932 sa thèse d’histoire économique sur le Mouvement (...)

690Chautemps me dit : Neville Chamberlain m’a approuvé vivement lorsque j’ai dit que nous maintenions plus que jamais le traité franco-soviétique. Nulle réserve. Labrousse450 me dit : je suis radical-communiste. As-tu lu Izoulet sur l’alliance franco-russe ? Le grand reproche que je fais aux gouvernements passés, c’est d’avoir laissé faire le traité roumano-polonais, car dans le traité franco-soviétique était compris le passage des troupes russes par la Roumanie. Si les troupes soviétiques ne peuvent pas traverser la Roumanie, à quoi sert le traité franco-soviétique ?

Jeudi 2 décembre 1937

691BP. Arles : le congrès se fera dans un garage moderne. Guirlandes d’olivier.

  • 451 La France du Front populaire et sa mission dans le monde (Maurice Thorez), La liquidation de la sci (...)
  • 452 Folco de Baroncelli-Javon (1869-1943), manadier et écrivain, est l’un des artisans de la rénovation (...)

692Le congrès d’Arles, du 25 au 29 inclus. Trois rapports451 : M. Thorez, J. Duclos (unité), M. Gitton (la famille communiste). Discours d’ouverture M. Cachin, R. Jean (paysan), A. Marty. Trois commissions. 1. Conférence paysanne. 2. Une conférence des élus cantonaux. 3. Conférence jeunes. 4. Conférence femmes. Le 25 : réjouissances, ouverture. Le matin du 26, Maurice. Invités : intellectuels, presse. Le premier adjoint Palisse, conseiller général communiste, est l’organisateur. Arbre de Noël pour les enfants d’Arles. Arènes : marquis de Baroncelli452 met à notre disposition ses taureaux ; fête de 1 h à 4 h (allocution M. Cachin, M. Thorez aux arènes). Meeting à 200 km à [ill.] d’Arles. Grand meeting international à Marseille, M. Cachin, M. Thorez. Banquet à la presse. Huma : ouvrir une tribune du congrès. Conférences régionales. La politique du PC : Fl. Bonte dirigera cette rubrique. Le 25, séance d’ouverture, le matin Billoux, maire d’Arles. Le discours d’ouverture de M. Cachin aux Arènes.

693Une journée paysanne. M. Thorez : la France du Front populaire et sa mission dans le monde. Le congrès aura une importance internationale. La France est à la tête des nations opposées à l’Italie et l’Allemagne. Vigilance antifasciste nécessaire. La France pourra dans un an célébrer le cent cinquantenaire de la Révolution. Les peuples allemands et italiens se tournent vers la France. Lutte contre le fascisme et la guerre. Contre la politique extérieure de la France.

Vendredi 3 décembre 1937

69410 h 30, 6, rue Jenner (boulevard de la Gare).

695Dîner Souritz. Il faut une politique du Front populaire indépendante, conforme au programme du Front populaire et à la Société des Nations, sécurité collective et Union soviétique. La paix dans l’honneur et la dignité du pays. Il faut assurer la défense de la démocratie, ne pas écouter ceux qui veulent laisser imposer le fascisme de l’extérieur, c’est-à-dire éviter le programme social-démocrate.

696L’unité syndicale s’est réalisée et se maintient malgré la social-démocratie et le réformisme. L’unité n’est pas seulement l’unité des socialistes et des communistes, mais l’unité populaire très large.

  • 453 Le dimanche 14 novembre, l’Union des jeunes filles de France avait organisé une « journée du lait p (...)
  • 454 Clement Attlee (1883-1967) était le fils d’un notaire libéral. Avocat, il suivit la tradition famil (...)
  • 455 Après des études d’histoire, Ellen Wilkinson (1891-1947) avait entamé une carrière politique en 191 (...)
  • 456 Harry Pollitt (1890-1960), chaudronnier, adhéra à l’Independent Labour Party en 1909. Responsable n (...)

697Les délégués du Front populaire espagnol sont là. Les représentants socialistes du Front populaire ont vu Blum et Moutet. Ils acceptent de venir au meeting (un républicain, un socialiste espagnol). Deux millions d’enfants espagnols en Espagne : pas de lait, que faire453 ? Adopter chacun un enfant espagnol. Renforcer l’aide à l’Espagne : 1°) campagne de masse, fin de l’aide à Franco ; 2°) aide matérielle ; 3°) les volontaires (60 % veulent revenir). Il faut des cadres. Les socialistes espagnols sont allés voir les français. On leur a dit : pas d’action commune ! Malgré Blum, ils seront au Vel d’Hiv. Attlee454, Wilkinson455 vont en Espagne. Pollitt456 en est enchanté.

698À l’ambassade soviétique : Herriot, Boncour, Zay, Chinois. Souritz : vous sous-estimez la force soviétique et notre traité commun. Herriot : trouvez un moyen de payer les petits porteurs des dettes russes. Boncour : faites un geste symbolique pour la culture du français en Russie !

Samedi 4 décembre 1937

  • 457 Simon Piera avait été l’un des principaux dirigeants de la CNT en 1917-1919. Dans les années 1930, (...)
  • 458 Peut-être s’agit-il du romancier espagnol José Martinez Ruiz « Azorin », figure caractéristique de (...)
  • 459 Manuel Cordero, dirigeant syndicaliste (UGT), avait été l’un des organisateurs des « Artes blancas  (...)
  • 460 Rodriguez Vega était le secrétaire général du nouvel exécutif de l’UGT mis en place après l’exclusi (...)
  • 461 Socialiste, Felipe Pretel était l’un des vice-commissaires généraux des commissaires politiques mis (...)
  • 462 Le Dr Junod, de la Croix-Rouge, parvint à négocier en décembre 1937 l’échange de petits groupes de (...)

699Midi, Pasionaria. Bretons du 19e, rue Riquet-l’Hélias. Le Front populaire de la région parisienne reçoit la délégation du Front populaire espagnol à 17 h 45, 17, boulevard Poissonnière. Pasionaria, Piera457 PC, Azorin (?)458, Cordero459, PS Meyer, Caballero républicain, Preta [ill.], Vega460, de Santiago, Pretel461 UGT. Déjeuner Pasionaria : la mise en liberté des prisonniers politiques de Bilbao462.

700Les forces militaires en Europe : en 1914 : 1. En 1937 : Angleterre 0,6, Allemagne 3, Union soviétique 8, France 2, Italie 2.

Dimanche 5 décembre 1937

  • 463 Jean Giono (1895-1970) avait dénoncé le machinisme et la ville dans les Vraies Richesses (1936) et (...)

701Jean Giono463 dépeint très bien la nature, et l’homme aux prises avec la nature. Mais le milieu réel de l’homme, la vie industrielle et technique, il veut la détruire. L’univers de Giono n’est pas réel, il n’est pas celui de l’homme avec ses batailles.

Mardi 7 décembre 1937

  • 464 La France a produit en 1937 423 avions de combat contre 569 en 1936. Le décollage n’interviendra qu (...)
  • 465 Il y avait, en 1937, 38 495 travailleurs employés dans l’industrie aéronautique française.
  • 466 Si le 7 septembre 1936 le gouvernement a accordé 14 milliards pour les besoins du réarmement, c’est (...)

70215 h 30. Commission Marine, audition Cot. Cette année, le ministère de l’Air devait livrer 200 avions à la marine. Elle n’en livre que 92, malfaçons, erreurs. Maisons Louard, Dewoitine, Schrek. Je suis le ministre de l’Air le plus pauvre du monde. 4 milliards pour l’air en France, 11 en Angleterre, 15 en Allemagne. Les avions de chasse français pour la marine : 400 km à l’heure, ceux pour la guerre : 500 km à l’heure. Les Allemands produisent 350 avions par mois. La France, 80464. C’est parce que nos crédits sont faibles. Ce n’est pas parce que nos ouvriers sont responsables. Le rendement de la main-d’œuvre française est le même qu’ailleurs. 8 000 hommes pour un avion en Allemagne et en France465. L’aviation allemande est considérée comme l’arme la plus importante. 200 000 soldats attachés à l’aviation allemande, 40 000 soldats à l’aviation française. La Russie produit plus d’avions que l’Allemagne. Il n’y a pas d’usines en France pour fabriquer les machines-outils. Nous les achetons en Allemagne, en Suisse, aux États-Unis466.

Mercredi 8 décembre 1937

703L’encaisse métallique est supérieure de 3 milliards de francs à celle de 1937. La réserve du fonds d’égalisation des charges est augmentée. La Banque de France a réduit le taux de réescompte de 6 % à 3 % ; c’est le crédit à bon marché. Les bons à trois mois sont placés à 2,30 F au lieu de 5,70 F en juin et les bons du Trésor ne cessent de se vendre : un milliard en deux mois. Excédent des caisses d’épargne (600 millions depuis août).

Jeudi 9 décembre 1937

704Attlee, Baker, Wilkinson, Hôtel Commodore, 12 boulevard Haussmann, 14 h 45.

705L’automobile en France. Production : 204 000 par an (au lieu de 300 000 en 1931). En Angleterre, 461 000 ; en Allemagne, 301 000. Depuis dix-huit mois, augmentation main-d’œuvre 70 %, matières premières 40 %. Les clients, surtout les riches clients, diminuent très rapidement.

  • 467 L’Humanité mène alors une campagne sur ce thème dans ses rubriques « Notre Paris » et « Paris-Banli (...)

706Les taudis à Paris467. Abattre 4 500 maisons, reloger 200 000 personnes, dépenses : 7 milliards. Il faut une annuité de 190 millions par an pour l’État et autant pour Paris pendant quarante ans.

Vendredi 10 décembre 1937

  • 468 Raymond Guyot va succéder à Paul Vaillant-Couturier. Il l’emportera au premier tour, par 11 267 voi (...)

707Villejuif468. Cachan, gymnase municipal, rue des Deux-Frères ; des fascistes à Cachan. Café Raoul, 17, rue Camille-Dumoulin.

Samedi 11 décembre 1937

  • 469 Au Grand Conseil fasciste, Mussolini annonce le 11 décembre 1937 le retrait de l’Italie de la SDN, (...)

708Bretons de Saint-Denis. À Rome, Mussolini parle du « troupeau des grandes démocraties469 ».

Dimanche 12 décembre 1937

  • 470 Marcel Donon (1879-1943), ingénieur agricole, était sénateur radical du Loiret depuis 1920.

709Studio Billancourt, 26, quai Point-du-Jour, lundi 14 h. Projets agricoles. Seules pourront venir en discussion au Sénat les conventions collectives du travail. Donon470 hâtera l’étude des autres propositions.

  • 471 Imaginée par le tsar Alexandre Ier afin de préserver l’ordre issu de la défaite napoléonienne, la S (...)

710La Sainte Alliance, 1815471. Alexandre de Russie invite les souverains à s’unir en frères pour faire respecter les Saintes Écritures, pour sauver les religions. Cela permit à Alexandre d’asseoir sa domination en Pologne, en Autriche, en Italie. Il s’agissait de contenir les [ill.] révolutionnaires, les aspirations libérales et patriotiques des peuples.

Lundi 13 décembre 1937

711En France : 860 000 fonctionnaires, 500 000 cheminots.

Mardi 14 décembre 1937

  • 472 Ida Treat (1889-1978), professeur de langue et de civilisation française, paléontologue, était issu (...)

712Ida472, déjeuner. 1°) elle offre sa maison de l’Ariège au parti gratuitement ; 2°) elle offre sa collaboration à l’Huma pour partir en Chine comme collaboratrice.

713Pour Choisy : on a été au maximum des disponibilités actuelles. En 1938 on complétera, et ensuite, si c’est nécessaire.

714Commerce extérieur de la France. Pour les dix premiers mois de 1937 : 25 712 000 000 importations, 13 737 000 000 exportations. Nos importations dépassent de 90 % nos exportations.

715L’URSS nous offrait d’acheter en France pour 250 millions. Nous n’avons pas pu lui assurer les délais de livraison. Nos textiles : les textiles étrangers peuvent vendre ici 25 % moins cher que nous. Fruits : importations 680 millions, exportations 136 millions. Nous donnons par an 20 milliards à l’étranger pour nos importations et 2 milliards seulement à nos colonies. En 1937 nous importons 7,5 milliards de pétrole et combustible. L’État emprunte et absorbe toute l’épargne.

Mercredi 15 décembre 1937

  • 473 Clément (Fried).
  • 474 Adrien Mouton (1902-1988), mineur dès l’âge de douze ans, rallia en 1920 l’Internationale communist (...)

716Visite J. Duclos, Gitton, Cl473. Je serai logé dans la maison de Mouton474. Vingt minutes aux arènes. Ouverture du congrès. Radiodiffusée. Présidence de la première séance dimanche matin.

  • 475 Louis Dauzier (1873-1946), tailleur, sénateur (Gauche démocratique) du Cantal, avait été maire d’Au (...)

717Dauzier475, sénateur du Cantal, Front populaire, me signale le cas du chef du PC à Aurillac, Gaston, commis des Postes, qui a eu une attitude très correcte au deuxième tour, contrairement au socialiste.

Vendredi 17 décembre 1937

718Steeg au Sénat : le PC a sauvé le parlementarisme. Le PC a sauvé la France en créant le Front populaire. Le Sénat l’exaspère par son esprit réactionnaire.

Samedi 18 décembre 1937

  • 476 Ivan Maïsky (Liakhovetsky) (1884-1952), menchevik, avait rejoint le PC à la fin de la guerre civile (...)

719Dolivet retour de Londres. Très bon exécutif du RUP. On se plaint que Schvernik ait été absent trois fois à l’exécutif. Est-ce que l’URSS boude ? Est-ce qu’elle abandonne la Société des Nations ? On s’intéresse beaucoup à ses armements. Que lui manque-t-il ? Conférence à Londres sur le boycott japonais. Le secrétaire de l’Internationale coopérative achète trois milliards par an au Japon. Il va demander à son organisation de boycotter le Japon. Au congrès, propositions de boycott politique et économique du Japon. Maïsky476 était à l’exécutif.

720En Angleterre on reproche à la France de ne pas s’armer assez fort. On tend toujours à isoler Mussolini et à se rapprocher de l’Allemagne. Les conservateurs ultras demandent à Chamberlain s’il ne mise pas sur le mauvais cheval en s’alliant à la France. L’Angleterre demande à la France et à l’URSS une forte production technique d’armements. L’Angleterre a incité l’Allemagne à amnistier les socialistes et les communistes. Elle en amnistie 1 200 à Noël.

721Cecil a vu Roosevelt dans son intérieur. Son infirmité est très pénible, son courage, sa volonté très puissants. Il a été très ulcéré de voir que la grande industrie américaine pouvait diminuer la production de 40 % en quelques jours.

Dimanche 19 décembre 1937

  • 477 Dans sa nouvelle formule, l’Humanité offrait à ses lecteurs Félix le chat en bande dessinée, la Rei (...)

722Lancement Huma477 : tirage 952 000 ; Petit Parisien 950 000.

Lundi 20 décembre 1937

723Villié-Morgon. Hôtel Chagny.

Mardi 21 décembre 1937

724Villié-Morgon à Arles. Arles, siège du parti : bar d’Orient, place Portonielle. Chez Marius Bouche.

Mercredi 22 décembre 1937

  • 478 Zoïa Petrovna Kouznetskaïa (1903-1979), issue d’une famille de bolcheviks, avait épousé Adrien Mout (...)

725Arles. Zoïa Mouton478.

Jeudi 23 décembre 1937

726Les Salins de Giraud, Arles. Les Saintes-Maries. Les Saintes-Maries aux Salins par la côte. Les Salins-Arles. La partie la plus sauvage de la Camargue.

Vendredi 24 décembre 1937

  • 479 Caius Marius (157-86 av. J.-C.), consul romain, vainquit les Teutons en Provence près d’Aix (102 av (...)

727Arles. 30 000 habitants, 737 km de Paris. Fondée deux ou trois siècles avant Jésus-Christ. Marius479 la mit en communication avec la mer par ses fosses. Les vétérans de César s’y installèrent. On l’appela alors la Rome gauloise. Saccagée par les Sarrasins, évangélisée par saint Trophisme au Xe siècle, capitale du royaume d’Arles.

  • 480 Esprit Pioch (1895-1951), commis greffier du juge de paix des Saintes-Maries-de-la-Mer (Bouches-du- (...)
  • 481 Èugène Panisse (1900-1971), cheminot puis employé municipal, était le candidat communiste aux élect (...)
  • 482 Marcel Gontier, né en 1899, travailla dès l’âge de treize ans chez Solvay aux Salins-de-Giraud (Bou (...)

728Mouton, Esprit Pioch480, Panisse481, conseiller général, Gontier482, conseiller d’arrondissement d’Arles. Six conseillers municipaux communistes à Arles. 800 communistes dans la section d’Arles-Camargue. Bon Front populaire dans la région.

729Vente Huma : Basses-Alpes 227, Bouches-du-Rhône 4 851 (Marseille 3 962, Arles 209), Vaucluse 1 014 (Avignon 258), Gard 1 622 (Nîmes 313, Alès 214), Var 1 520 (Toulon 723), Alpes-Maritimes 2 197 (Nice 1 400, Cannes 274).

730Vente Huma après lancement du 19 : le 19, 952 000, le 20, 554 000, le 21, 523 000, le 22, 522 000, le 23, 524 000.

Samedi 25 décembre 1937

  • 483 La volonté d’immersion du PCF dans la société française se traduisit par de multiples initiatives à (...)
  • 484 Toréador provençal, le raseteur (de « rasetaire », fin XIXe siècle) descend dans le plan ou l’arène (...)

731Arles. Aux Arènes : ouverture du congrès483. Le marquis de Baroncelli, ses toros, ses guardians. Brassards. Les tambourins, les danses, farandole. Les razeteurs484 arlésiens.

Dimanche 26 décembre 1937

  • 485 Joseph Imbert (1903-1945), docteur en médecine, était conseiller général (SFIO) du canton d’Arles-O (...)

732Dr Imbert485, maire d’Arles. Mouton, son parapluie, sa clarinette à Moscou.

733Les métallurgistes parisiens. Les ouvriers outilleurs gagnent 12 F, 14 F l’heure, les manœuvres, 7,50 F, les femmes aux machines 8 F. Les salaires parisiens valent les salaires américains. (Ill.) voiture auto d’ouvriers [sic] dans de nombreuses usines.

734Scemana. Tunis. Boudet de l’Orne. Les efforts de l’unité avant la guerre (syndicale et politique). Pacte d’unité d’action, 27 juillet 1934.

Lundi 27 décembre 1937

735Arles : congrès. Les Baux, Montmajour, Saint-Rémy, l’Arlésienne.

  • 486 Boussahbah Kaddour dit Kaddour Belkaïm (1911-1940), ouvrier boucher, était depuis 1936 secrétaire d (...)

736Signor, J. Duclos. Région algérienne. Kaddour486, orateur direct : 400 000 gourbis doivent disparaître. On ne nous instruit pas, 80 000 petits dans les écoles ; la langue arabe est considérée comme étrangère. Un million d’ouvriers agricoles misérables. Il faut abolir le code d’indigénat. Les anti-France ne sont pas les communistes mais les gens du rassemblement national au service de Franco, Hitler, Mussolini. En Algérie, Mussolini fait répandre des revues pour faire l’éloge de sa conquête en Tripolitaine. Le maire de Bel Abbès va en avion à Salamanque et au Maroc espagnol pour le soulever contre la France. Drapeau tricolore avec la croix gammée. Pour nous communistes, nous voulons soutenir le Front populaire. La TSF chaque jour excite contre le Front populaire. Il faut le sirocco et non le mistral ; le gouvernement général d’Algérie refuse d’appliquer les lois françaises.

737Les origines de l’unité avant la guerre. Le rôle du PCF dans l’unité.

Mardi 28 décembre 1937

738Fayet. Le PSF et le PPF en régression en Algérie. 1 000 lecteurs au journal de Doriot. Duroux refuse d’appliquer les lois sociales dans ses minoteries. Augmentation des salaires en Algérie. Journée de 8 h. Syndiqués : 60 000 dans Alger (35 000 indigènes), 12 000 dans Constantine, 30 000 dans Oran (20 000 indigènes). Les indigènes ouvriers agricoles sont avec le Front populaire contre leurs colons hitlériens. Mussolini. Les Arabes veulent marcher avec le peuple français contre le fascisme hitlérien. Au congrès musulman (6 000 membres), nos amis communistes ont fait adopter que le Front populaire pouvait encore rendre des services et qu’il fallait avoir confiance dans le peuple français.

  • 487 De confession luthérienne, Hans Kerrl (1887-1941) était un militant national-socialiste de la premi (...)

739Hans Kerrl487, ministre des cultes d’Hitler : le pape est devenu un allié des communistes.

Mercredi 29 décembre 1937

  • 488 Robert Millet était chroniqueur de politique intérieure au Temps.
  • 489 Né en 1885, Émile Mireaux, normalien, agrégé d’histoire et de géographie, était codirecteur du Temp (...)

740Arles, congrès. Dîner des journalistes au César hôtel. Millet488 me dit : Flandin m’ayant déclaré que l’on préparait une orientation nouvelle de la politique extérieure de la France, je m’en ouvris à Mireaux489 qui me riposta : c’est tout naturel. L’entente franco-soviétique est très lourde.

Jeudi 30 décembre 1937

741Ritchi, cordonnier, rue Allard à gauche. Walter, rue Allard. Clé, restaurant Hôtel de Ville. Cachin la Devinière, hôtel Fourneaux, Chaingy.

742Le 13,417 000, le 14, 426 000.

  • 490 Sans doute s’agit-il du docteur Étienne Gauthier, né en 1885 et qui exerçait à l’hôpital Saint-Jose (...)

743Arrivée 4 h à Marseille, 82, Cannebière. 5 h, Cercle des marins, 11, rue du Tapis-Vert. 6 h 30, meeting, 8 h 30, dîner avec les responsables marseillais. Dr Gautier490, communiste chrétien.

  • 491 André Miffre (1908-1978), ancien mécanicien de la marine marchande, était technicien du pétrole. Se (...)
  • 492 Marcel Lambert était le secrétaire adjoint de la section socialiste de Martigues (Bouches-du-Rhône)

744L’apéritif à Martigues : Miffre491, Lambert492, socialiste. Pêcheurs. Quatre raffineries de pétrole.

Vendredi 31 décembre 1937

  • 2 Suit un emploi du temps sommaire de ses activités en décembre.

745Fêtes des Bretons, 12 février, Maison des métallurgistes, 94, rue d’Angoulême2

Notes

  • 493 Émile Buré (1876-1952) dirigeait le quotidien l’Ordre, qu’il avait fondé en 1929. Seul de toute la (...)

746« Sous le couvert de l’idéologie anticommuniste, la droite française depuis le 6 février 1934 n’a pas cessé de desservir l’intérêt français. Elle a applaudi Mussolini en Abyssinie. Elle a souhaité la victoire de Franco en Espagne. Coblentz garde chez nous une solide armée. Nobles et bourgeois prennent leur mot d’ordre à Berlin et à Rome avec un cynisme dont on s’étonne que les ministres ne s’émeuvent pas » (Buré493).

747La vieille vertu bretonne : ne pas compter sa peine, se donner tout à sa tâche, ne pas s’en acquitter tout juste. Chacun des noms bretons rappelle les souvenirs de légendes.

748On ne peut pas vider la mer avec une cuiller.

« Toute théorie est sèche, et l’arbre de la vie est fleuri » (Goethe).

Notes

1 Les citations contenues dans ce paragraphe figurent déjà en tête du carnet 1936. On voudra bien s’y reporter pour les notes.

2 L’hebdomadaire le Cri des travailleurs fut fondé en 1935 par la fédération du PCF des Alpes-Maritimes (Virgile Barel).

3 Né en 1906, Virgile Corbani, militant communiste, était secrétaire adjoint de l’Union départementale CGT des Alpes-Maritimes. En juin, il en devint secrétaire général.

4 Commerçant en primeurs, né en 1890, Joseph Patetta avait succédé en mai 1936 à Virgile Barel – entré au Palais-Bourbon – à la tête de la fédération du PCF des Alpes-Maritimes.

5 Georges Bonnaire, militant communiste, était l’un des dirigeants du syndicat CGT de l’alimentation à Nice.

6 Jules Damaye, mutilé de guerre à 100 %, était secrétaire du rayon communiste de Grasse. Il avait été élu conseiller municipal de Spéracèdes (Alpes-Maritimes) à la faveur de l’élection partielle du 8 novembre 1936.

7 Gorges Lachapelle aboutit à 1 502 404 voix pour les candidats communistes. Georges Dupeux totalise pour sa part 1 468 949 suffrages in « Le Front populaire et les élections de 1936 », Cahiers de la Fondation nationale des sciences politiques, n° 99, Armand Colin, 1959. Ce même auteur parvient au chiffre de 4 233 928 voix pour la droite contre 5 420 790 pour les formations se réclamant du Front populaire.

8 Roland Lécavelé dit Dorgelès (1885-1973), engagé volontaire durant la Première Guerre mondiale, avait connu un succès considérable en 1919 lors de la publication de son témoignage sur la vie des tranchées, les Croix de bois.

9 Né en 1895, employé de commerce, Maurice Jouvray était militant communiste et secrétaire de l’Association républicaine des anciens combattants de Cannes.

10 Le 8 janvier 1937, l’Allemagne et l’Italie rendirent leur réponse – positive sur le principe – à une initiative franco-britannique du 4 décembre 1936 qui, renouvelée le 27, avait été soutenue par le PCF (Cf. Gabriel Péri dans l’Humanité du 29 décembre). Le débat portait sur la question du départ des volontaires étrangers d’Espagne.

11 Baptistin Meiffret (1898-1988), instituteur et militant communiste, était journaliste au Cri et l’un des secrétaires du Syndicat national des instituteurs des Alpes-Maritimes.

12 Claude-Joseph Gignoux, professeur agrégé de droit, avait été député (Action démocratique et sociale) de la Loire de 1928 à 1932. Rédacteur en chef puis directeur de la Journée industrielle, auteur d’une biographie de Karl Marx, il était titulaire de la chaire d’économie politique à l’Institut catholique de Paris.

13 Secrétaire de la CGT, René Belin avait lancé, le 16 septembre 1936, l’hebdomadaire Syndicats, dont il était le rédacteur en chef. Il s’agissait de regrouper les ex-confédérés autour d’un organe susceptible de contrecarrer l’influence des ex-unitaires qui avaient maintenu la publication de la Vie ouvrière, d’inspiration communiste. Léon Jouhaux avait décliné la proposition qui lui avait été faite par Belin de devenir le directeur du nouvel organe, caractérisé par sa volonté réformiste, son pacifisme et son anticommunisme.

14 Les effectifs de la CGT avaient connu une croissance sans précédent depuis juin 1936, passant de 1 à 5 millions d’adhérents.

15 Né en 1890, Jean Médecin, avocat, était député (indépendant de gauche) des Alpes-Maritimes depuis 1932.

16 Militant de Fontenay-aux-Roses (Seine), Sérandour fut volontaire en Espagne républicaine. Il mourut en 1972.

17 Philippe Le Maux (1898-1958), cultivateur, était vice-président du bureau national de la CGPT et député socialiste des Côtes-du-Nord.

18 François Tanguy Prigent, dit Tanguy-Prigent (1909-1970), exploitant agricole socialiste, était – comme P. Lemaux – partisan de l’unité d’action avec le PCF. Il fut en 1936 le plus jeune député du Front populaire.

19 Jean-Louis Rolland (1891-1970), commis de marine, était le maire socialiste de Landerneau. En 1936, il fut élu député de Brest.

20 Eugène Leroux (1871-1958), militant socialiste et coopérateur, était député de Nantes depuis 1932.

21 Le XVIIe Congrès du parti communiste d’Union soviétique se réunit du 26 janvier au 10 février 1934. Il est particulièrement difficile d’y déceler, comme semble le faire ici Cachin, les signes avant-coureurs de la politique de Front populaire dans l’intervention de Staline, consacrée essentiellement à l’auto congratulation face à un « congrès des vainqueurs » sur lequel la terreur allait bientôt s’abattre massivement.

22 Le 2 août 1935, Dimitrov présenta devant le VIIe Congrès de l’Internationale commniste réuni à Moscou le rapport sur « L’offensive du fascisme et les tâches de l’Internationale communiste dans la lutte pour l’unité de la classe ouvrière », contre le fascisme. Passant par pertes et profits la récente « troisième période » marquée par l’hostilité envers les socialistes, il tirait un bilan positif de l’expérience française en matière d’unité d’action (« Front populaire »), dont il préconisait l’extension sur le plan international.

23 Martha Desrumeaux (cf. Carnets 1936).

24 L’évolution communiste est sensible depuis 1935, où le PCF modérait les ardeurs nationalisatrices de la SFIO. À la Commission économique du Rassemblement populaire, le socialiste Vincent Auriol avait, en accord avec la CGT, préconisé la nationalisation des assurances. Il s’était heurté à un front commun des radicaux et des communistes. Maurice Thorez avait sur ce point dénoncé dans l’Humanité du 13 juillet 1936 les « illusions » véhiculées par ceux qui prônaient les nationalisations avant l’instauration de la dictature du prolétariat.

25 Né en 1871, Camille Huysmans, professeur, était député socialiste depuis 1910. Secrétaire de la IIe Internationale en 1921, il avait été ministre de la Science et des Arts en 1925. Conseiller municipal de Bruxelles en 1921, il avait été élu maire d’Anvers en 1932.

26 Facundo Roca faisait partie du Comité régional catalan de la CNT.

27 Il s’agit en fait de la Confédération nationale du travail (CNT), centrale syndicale dirigée par les anarchistes espagnols (cf. Carnets 1936).

28 Fille et femme de pasteur du Borinage, Isabelle Blume (1892-1975) – que Cachin orthographie comme le dirigeant socialiste français – était membre du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes lancé à Bruxelles à l’automne 1935. Son élection en 1936 avait fait d’elle la première femme député de Belgique. Elle était politiquement proche d’Albert Marteaux, figure de la gauche socialiste, sans toutefois l’accompagner à l’époque jusqu’au terme de son adhésion au communisme.

29 Marthe Huysmans, fille de Camille Huysmans, avait effectué plusieurs reportages en Espagne pour le compte du Peuple, organe du POB.

30 Benjamin Tillet (1860-1943), dirigeant du puissant syndicat des dockers londoniens, contribua à la fondation de l’Independent Labour Party (1893) et de la Fédération internationale des dockers. Personnalité d’envergure, nettement affichée à la gauche du trade-unionisme, Ben Tillett avait, depuis 1931, renoncé à ses mandats politiques et syndicaux.

31 Né en 1887, Léon Nicolle était le président socialiste du gouvernement cantonal de Genève (Suisse).

32 Pierre Rouquès (1900-1952), interne des hôpitaux de Paris, jeta les bases du service de santé des Brigades internationales en Espagne.

33 Vital Gayman (1897-1985), permanent du PCF, officier de réserve, se vit confier par André Marty le commandement de la base d’Albacete des Brigades internationales. Sous le nom de « Commandant Vidal », il y joua jusqu’en août 1937 un rôle essentiel aux côtés d’André Marty.

34 Quoique non adhérent (il ne franchira officiellement le pas qu’en décembre), l’écrivain Jean-Richard Bloch avait dépassé depuis plusieurs années le stade du simple compagnonnage lorsque le PCF lui confia, aux côtés d’Aragon, la direction du quotidien Ce soir (mars 1937). Sans doute a-t-il développé devant Marcel Cachin les arguments (surcharge, incompétence, indépendance...) employés dans une lettre adressée à la direction du PCF et dans laquelle il déclinait – dans un premier temps – la proposition que venait de lui faire, le 15 janvier, Louis Aragon.

35 Il s’agit du congrès de La Haye, tenu en septembre 1872, où l’Association internationale des travailleurs (Ire Internationale) transféra à New York son conseil général, organisme dirigeant jusqu’alors installé à Londres. Cette décision accéléra le déclin de l’AIT, déjà secouée par les divisions internes et à contre-courant de l’enracinement national des mouvements ouvriers.

36 L’année 1937 constitue un sommet dans l’activisme propagandiste du Rassemblement universel de la paix. Si le pétitionnement n’atteindra jamais les dimensions du Peace Ballott britannique de 1935, les souscriptions financières (timbre de la paix) et, surtout, l’érection d’un pavillon de la Paix à l’Exposition universelle de Paris constituent autant de succès à mettre à l’actif de l’organisation.

37 Hélène Stassova (1873-1966), issue de la grande bourgeoisie, était bolchevique depuis 1903. Membre de l’appareil de l’Internationale communiste, elle était depuis 1927 la présidente du Secours rouge international..

38 Socialiste basque, Justo Somonte était proche d’Indalecio Prieto.

39 Le premier bilan du Front populaire tiré par la conférence du PCF est empreint d’une tonalité optimiste. Maurice Thorez s’y est félicité de « l’union indéfectible de la classe ouvrière et de la classe moyenne ». La santé du Parti s’affiche excellente : 222 000 membres (contre 80 000 en janvier 1936), 400 000 exemplaires pour l’Humanité.

40 Marcel Cachin se rend en URSS afin d’y couvrir le procès des « trotskistes » (Piatakov, Radek, Sokolnikov) pour le compte de l’Humanité.

41 L’initiative en matière d’auberges de jeunesse était venue de Marc Sangnier, frappé par l’organisation allemande dirigée par Richard Schirmann lors des rencontres de Jeunes Volontaires pour la paix organisées en 1926. Il avait lancé en 1930 la Ligue française des auberges de jeunesse. C’est de la gauche laïque (Ligue de l’enseignement, CGT, SNI) qu’est issu en 1933 le Centre laïque des auberges de jeunesse, qui en 1938 revendiquera 37 000 membres contre 8 000 pour ceux de la LFAJ.

42 Le 30 mars 1937, le conseil national des Jeunesses socialistes, réuni à Creil, décidera l’exclusion des éléments « trotskistes » et dissoudra l’Entente de la Seine.

43 S’agit-il de Marie Wacziarg dite Rosa Michel, née en 1901, militante des JC et de l’appareil international du Komintern, qui travailla en Espagne auprès des Brigades internationales ?

44 Le quotidien parisien est abondamment utilisé par la propagande du PCF à l’occasion du procès de Moscou. Le 23 janvier, Pierre Berland dans un article intitulé « Le procès des " 17 trotskistes " » croyait pouvoir constater que « le terrain de l’accusation est solide sur plusieurs points importants ». Le 27 janvier, Jacques Duclos en avait tiré argument pour réclamer que justice soit faite à l’encontre des auteurs du « complot contre la paix ».

45 Lazaro Cardenas (1895-1970), héros de la révolution mexicaine, était général depuis 1924. Depuis son accession (1934) à la présidence, il s’appuyait, face aux intérêts nord-américains, sur les organisations de gauche. Le 7 décembre 1936, il avait accordé à Léon Trotsky un visa de séjour. Parti de Norvège le 19 décembre, l’ancien dirigeant de l’Armée rouge avait débarqué le 9 janvier 1937 à Tampico.

46 La constitution de Queretaro (1917) avait posé le principe de la nationalisation de la terre. Le transfert de propriété qui en résulta fut limité (10 % des terres cultivables) et avantagea un noyau de privilégiés, les 500 000 « agraristes ». Cardenas accéléra la réforme, doublant la surface attribuée et le nombre des bénéficiaires. Le code agraire de 1934 précisa le statut de l’ejidatario, producteur usufruitier ne pouvant vendre ni louer. Certaines grandes exploitations (Yucatan) furent transformées en ejidos collectifs.

47 Maurice Thorez était arrivé en Espagne le 30 janvier 1937.

48 L’offensive finale sur Malaga, menée par les forces nationalistes du colonel duc de Séville et les Italiens de Mario Roatta, ne commença que le 3 février 1937. D’ores et déjà, la situation était jugée désespérée par les dirigeants républicains, et le défenseur de la place, le colonel Villalba, ne pouvait plus compter que sur ses propres forces.

49 Né en Hongrie, Georges Politzer (1903-1942) était agrégé de philosophie. Il adhéra au PCF en 1929 et devint l’un des économistes du Parti. Enseignant à l’Université ouvrière, il a condensé ses leçons dans les Principes élémentaires de philosophie, bréviaire de plusieurs générations d’apprenants en marxisme-léninisme à la française.

50 Né en 1874, Charles Rist, professeur d’économie politique à la Faculté de Droit de Paris, comptait parmi les experts financiers sollicités par les États d’Europe centrale. Il avait été vice-gouverneur de la Banque de France de 1926 à 1929.

51 Par l’élimination, lors de la « nuit des longs couteaux » du 30 juin 1934, des SA d’Ernst Roehm, Hitler scella à son profit l’alliance entre le parti nazi et la Reichswehr.

52 Le 9 février, face au ministre des Finances Vincent Auriol, Joseph Caillaux menace : désormais le Sénat s’opposerait à toute nouvelle dépense gouvernementale engagée sans économies correspondantes.

53 L’Humanité du 12 février annonçait pour le soir la tenue d’un meeting des Amis de l’URSS au cours duquel Fernand Grenier, Paul Vaillant-Couturier, Marcel Cachin et Gabriel Cudenet feraient « le procès des terroristes trotskistes assassins d’ouvriers, traîtres à leur patrie ». Et le numéro du lendemain de renchérir : « À Moscou et à Madrid, la démocratie lutte pour la sauvegarde de la paix et la sécurité des peuples. »

54 Le 5e cross de l’Humanité vit la victoire du Soviétique Séraphin Znamensky, arrivé en tête des 3 427 engagés, parmi lesquels un certain nombre de Belges et d’Espagnols.

55 Depuis la conférence d’Algesiras sur le Maroc (1906), l’Allemagne était isolée face à la France et à la Grande-Bretagne. Le 1er juillet 1911, l’ambassadeur du Reich à Paris faisait savoir que son gouvernement venait d’envoyer le navire de guerre Panther devant Agadir, pour répliquer à l’extension de la présence française au Maroc. L’affaire se solda par l’octroi à l’Allemagne de compensations territoriales en Afrique équatoriale.

56 Empereur d’Allemagne, prince des Pays-Bas, roi d’Espagne et de Sicile, Charles Quint (1500-1558) pouvait en effet affronter la monarchie française (François Ier puis Henri II) sur plusieurs théâtres d’opération, dont la dispersion ne fut pas sans lui causer maints désagréments.

57 C’est en 1910, année où le colonel Mangin publiait la Force noire, que fut créé un corps de 20 000 tirailleurs sénégalais. Lors de la Grande Guerre, l’Afrique fournit un total de 450 000 combattants et 140 000 travailleurs civils. Au cours du second conflit mondial, 500 000 hommes furent mobilisés en Afrique, dont 180 000 pieds-noirs.

58 Le meeting franco-britannique du RUP avait pour objectif l’application du pacte de la SDN à l’Espagne. Sous la présidence d’Émile Borel (ancien ministre, président de la Fédération française des associations pro-SDN) étaient présents à la tribune, aux côtés de Marcel Cachin : Salomon Grumbach, Albert Bayet, Jean Cassou, Gaston Prache et Julien Racamond.

59 Samuel Vyvyan Trerice Adams (1900-1951), avocat, avait été élu député de Leeds en 1931.

60 Reginald Thomas Herbert Fletcher (1885-1961), député libéral de Basigstoke de 1923 à 1924, rejoignit le parti travailliste en 1929. Il fut élu député de Nuneaton en novembre 1935.

61 Le 13 février, Léon Blum s’est adressé par radio aux fonctionnaires : « Un temps de pause est nécessaire (car) l’économie privée se trouve dans un état de convalescence encore fragile... » Le 21, à Saint-Nazaire, il tente de camoufler le repli : « Nous ne demanderons pas l’aman au Capital, ni son accord. » Mais le terme « pause » fait désormais partie du lexique de la gauche au pouvoir.

62 Le 3 février 1937, devant les commissions des Finances des deux Assemblées, Charles Spinasse avait déclaré que la répercussion des lois sociales avait majoré les charges salariales de 32 % et que son influence sur les prix de revient variait de 16 à 30 %.

63 Tout en n’ignorant pas le poids du coût du réarmement français dans l’amenuisement des marges de manœuvre financières du Front populaire, Marcel Cachin en fait un paramètre parmi d’autres. La « pause » est pourtant décrétée par Léon Blum au moment où, avec le discours de Hitler du 30 janvier, s’éloignent les espoirs d’accommodement avec l’Allemagne. Alors que Blum a entrepris un effort de réarmement sans précédent, le PCF vient d’attaquer violemment en commission son ministre de la Défense, Daladier, accusé d’être l’homme de l’état-major. Le 28 février, Marceau Pivert abandonne ses responsabilités auprès du gouvernement. Le 1er mars, il s’explique dans la Vague : « Le rassemblement populaire n’a pas été créé pour faire avaler au prolétariat la pilule des crédits militaires et de l’union nationale. »

64 Le 16 décembre 1936, Vincent Auriol avait annoncé un nouvel emprunt offrant aux détenteurs d’or des bons d’une valeur correspondant au prix ancien du métal avec prime de 40 % à verser lors du remboursement, à échéance de trois ans. Parallèlement, étaient consolidés les « bons Auriol » à six mois et à un an émis l’été précédent.

65 Le 6 septembre 1936, à la fête organisée par la Fédération socialiste de la Seine à Luna-Park, Léon Blum avait réaffirmé l’adhésion du gouvernement à la politique de non-intervention en Espagne.

66 Le 6 mars 1937, devant la Chambre, Léon Blum justifiera en ces termes son refus d’une politique de « coercition » à l’égard de l’émigration des capitaux : « On entre alors dans le système de contrôles et de contraintes qu’il n’est pas possible de limiter à son gré et que par-dessus toute autre raison le gouvernement juge incompatible avec les affinités et les nécessités de sa politique internationale. »

67 Boris Lifschitz dit Souvarine (1895-1984) n’était plus « trotskiste ». Socialiste, il avait largement contribué à l’adhésion majoritaire à la IIIe Internationale (1920). Exclu du PCF en 1924 du fait de sa sympathie pour Trotsky, il s’éloigna de ce dernier en 1929 en raison de divergences portant sur la nature du léninisme. Soucieux d’introduire une dimension démocratique dans le mouvement communiste, Souvarine créa en 1930 le Cercle communiste démocratique et lança la revue la Critique sociale. Il publia en 1935 aux Éditions Plon son ouvrage majeur : Staline, aperçu historique du bolchevisme.

68 Maurice Paz (1896-1985) fut exclu du PCF en 1927 pour avoir défendu les thèses de l’Opposition de gauche russe. Il s’éloigna de Trotsky en 1929, rejoignant la SFIO en 1930. C’est lui qui rédigea les letttres de Paul Faure au PCF (19 mai et 17 juin 1937), qui mirent fin aux travaux de la commission d’unification entre socialistes et communistes. Son épouse, Magdeleine Paz (1889-1973), connut une évolution parallèle. Membre de la minorité antistalinienne et pacifiste de la Ligue des droits de l’homme, elle avait publié dans la Flèche du 26 janvier 1937 une réponse au rapport de l’avocat de la LDH Me Rosenmark qui, en novembre 1936, avait conclu à la culpabilité des accusés des procès de Moscou.

69 André Alfred Griot dit Rosmer (1877-1964), correcteur, avait été membre du BP du PCF et directeur de La Vie ouvrière. Il avait été exclu du Parti en 1924 pour « trotskisme mal affiné » et « frossardisme grossier ». Il avait fondé en 1925 la Révolution prolétarienne, revue syndicaliste-communiste. Il cessa tout contact avec Trotsky en 1930.

70 Amédée Catonné dit Dunois (1878-1945), hostile à la « bolchevisation », quitta le PCF en 1927. Ayant rejoint la SFIO en 1930, il rejoignit le courant de La Bataille socialiste. Favorable à un antifascisme militant sur les fronts extérieur (il le montrera lors des accords de Munich) et intérieur, partisan de la défense de l’URSS, il est, de tous les noms cités par Cachin, le plus étranger à la galaxie « trotskiste ».

71 Pierre Monatte (1881-1960), correcteur d’imprimerie, était entré en 1904 au Comité confédéral de la CGT. Syndicaliste révolutionnaire, il fonda en 1909 la Vie ouvrière, qui bénéficia de la collaboration de Jouhaux, Merrheim, Dumoulin, Rosmer et Griffuelhes. Hostile à l’attitude de la direction de la CGT en 1914, il interrompit la publication de la VO et partit au front en 1915. Le périodique reparut en 1919, en tant qu’organe de la minorité hostile à l’union sacrée et favorable aux bolcheviks. Affecté par la scission syndicale de 1922, il quitta la VO, entrant comme rédacteur à l’Humanité. Adhérent au PC en 1923, il devint membre de son Comité directeur l’année suivante. Hostile à la bolchévisation, accusé de trotskysme, il fut exclu en novembre 1924. Il fonda en janvier 1925 la Révolution prolétarienne. Antistalinien et antiréformiste, internationaliste, il occupe une position marginale qui n’empêche pas Cachin de l’inclure dans un inventaire hâtif s’expliquant par la chasse aux trotskistes alors de rigueur dans les rangs de l’IC.

72 Victor Engler (1884-1935), dirigeant syndical des dockers, fut exclu du PCF en 1927 en raison de la signature donnée à la lettre « Pour la démocratie ouvrière » (15 janvier 1927). Cette initiative avait également obtenu l’aval des époux Paz et de Lucie Colliard. Lié à la Révolution prolétarienne, il conserva jusqu’à sa mort le contrôle de l’Union locale de Rouen. En 1934, il avait rejoint la CGT.

73 Lucie Colliard (1877-1961), institutrice, membre suppléant du Comité directeur du parti communiste, fut exclue – probablement en 1929 – après avoir signé une lettre ouverte à Henri Barbusse contre l’exclusion de Trotsky (25 février 1929). Elle se situait en 1937 sur les positions de Marceau Pivert, qu elle suivra en 1938 dans le parti socialiste ouvrier et paysan.

74 Fernand Loriot (1870-1932), instituteur, membre du Comité directeur du parti communiste, rompit en 1926. Après avoir rallié l’opposition trotskiste regroupée autour de Contre le courant (1927), il contribua à la revue de Pierre Monatte, la Révolution prolétarienne (1928).

75 Albert Treint (1889-1971), instituteur, fut en 1923 secrétaire du PC aux côtés de Louis Sellier. Champion de la « bolchevisation », désavouant en 1926 l’opposition zinoviéviste, il n’en perdit pas moins ses positions de pouvoir jusqu’à son éviction du BP en juin 1926. Il se rapprocha alors des positions de l’Opposition de gauche et fut exclu du PCF en janvier 1928. Ayant rejoint la SFIO en 1934, il militait en 1937 dans la tendance Gauche révolutionnaire (Marceau Pivert).

76 Né en 1904, sociologue, Pierre Naville était – quant à lui – un authentique trotskiste. Directeur de Clarté en 1926, aux côtés de M. Fourrier, il contribua au rapprochement des surréalistes et du communisme. Il fut exclu du PC en 1928 après avoir manifesté son soutien à Trotsky. Animateur de l’Opposition de gauche internationale, il avait accepté en 1934 le « tournant français » et pratiqué une politique d’entrisme au sein de la SFIO. Le 2 juin 1936, il avait fondé, avec Y. Craipeau, J. Rous et Molinier, le parti ouvrier internationaliste.

77 Maurice Chambelland (1901-1966), syndicaliste révolutionnaire, avait démissionné du PC en 1924, en compagnie de Rosmer, Monatte et Delagarde. Il décida alors de créer la Révolution prolétarienne, revue mensuelle « syndicaliste-communiste » dont il fut jusqu’en 1939 la cheville ouvrière. En 1937, il était secrétaire du syndicat CGT des correcteurs. Participant activement au Front populaire, il ne saurait être qualifié de « trotskyste ».

78 Robert Louzon (1882-1976), ingénieur, collaborateur de la Révolution prolétarienne, était un spécialiste des questions économiques.

79 Né en 1912, Fred Zeller, artiste peintre, avait été exclu de la SFIO en octobre 1935 à la suite de sa coopération avec la minorité trotskiste. Il participa le 2 juin 1936 à la création du parti ouvrier internationaliste et se sépara de l’organisation trotskiste en novembre 1937.

80 La politique de retour à l’orthodoxie financière, annoncée à l’issue du Conseil des ministres du 5 mars 1937, est immédiatement saluée par Paul Reynaud, pour qui Léon Blum « sacrifie la théorie du pouvoir d’achat à l’équilibre budgétaire ». Le gouvernement s’interdit notamment d’introduire auprès du Parlement de nouvelles demandes de crédit et décide de se procurer les fonds nécessaires au programme d’armement par un emprunt spécial de la Défense nationale. Le 9 mars, Maurice Thorez s’élève au Vél’d’Hiv’ contre la « pause aux trusts » et l’entrée de Charles Rist au conseil de gérance de la Banque de France.

81 Le fait qu’un cadre dirigeant du PCF puisse encore évoquer ce type de revendication presque deux ans après le voyage de Laval à Moscou enrichit la perception traditionnelle du « tournant patriotique » du PCF.

82 Barthélemy Montagnon (1899-1969), ingénieur, était le secrétaire de la Fédération de la Seine du parti socialiste de France (« néo socialiste »). Il représenta son parti lors des travaux de préparation du programme du Rassemblement populaire et fut battu par le communiste René Colin aux élections législatives de 1936.

83 Fernand Soupé (1889-1976), cantonnier, était membre du Comité central du PCF et maire de Montreuil-sous-Bois (Seine).

84 Mineur de fond, Henri Martel (1898-1982) était membre du Comité central du PCF et l’un des grands artisans de l’implantation du Parti dans le bassin houiller du Nord.

85 Alphonse Bonenfant (1908-1983), ouvrier carrier, avait rejoint le PC belge en 1927. Membre du Comité central, il était secrétaire permanent fédéral d’Ath-Tournai et rédacteur à la Voix du peuple.

86 René Delbrouck (1903-1942), dirigeant des Jeunes Gardes socialistes, animateur de la gauche liégeoise, avait été élu député de Liège en 1936.

87 Outre cette dotation exceptionnelle, le Rassemblement universel pour la paix bénéficia en 1937 d’une subvention de 400 000 F en provenance du Quai d’Orsay, au titre du soutien aux associations pro-SDN. La présence du ministre de l’Air, Pierre Cot, à la direction du RUP n’était certainement pas étrangère à l’obtention de sommes qui couvraient une part notable d’un budget global de 1 million de francs pour cette même année.

88 L’ancien gouverneur civil de Barcelone (1909) Angel Ossorio y Gallardo (1873- 1946), « monarchiste sans roi », catholique, était depuis 1936 ambassadeur de la république espagnole à Bruxelles.

89 Confédération internationale des mutilés anciens combattants.

90 Fédération interalliée des anciens combattants.

91 Le 16 mars 1937, le conseil général du RUP adopta deux résolutions. La première exprimait sa satisfaction devant la convocation du bureau de la conférence du désarmement pour le 6 mai. La seconde, tout en s’interdisant d’exprimer une opinion sur les problèmes intérieurs espagnols, regrettait la non-application par la SDN des mesures qui s’imposaient et enregistrait les accusations du gouvernement espagnol contre l’Allemagne et l’Italie.

92 Ancien combattant, le pasteur Jules Jézéquel, secrétaire de l’Alliance internationale de l’Alliance universelle pour l’amitié par les Églises, était vice-président du RUP.

93 Marc Sangnier (1873-1950) avait été le principal animateur du Sillon (1890-1914), mouvement politique et spirituel inspiré par le christianisme social de Lacordaire et Lamennais. Depuis 1919, il se consacrait à l’action pacifiste. En 1929, il avait créé la Ligue française pour les auberges de jeunesse. Depuis 1931, il était en relations suivies avec la Ligue internationale des combattants de la paix, créée par Victor Méric.

94 Le 16 mars 1937 à Clichy (Seine), un affrontement avec les forces de l’ordre causa 5 morts et 200 blessés chez les manifestants de gauche, qui tentaient de s’opposer à une réunion du parti social français du colonel de La Rocque. Un mot d’ordre de grève fut lancé par l’Union des syndicats de la région parisienne, contrôlée par le PCF. Jouhaux parvint à le limiter à la matinée du 18 mars.

95 Les radicaux font alors pression sur Léon Blum pour éviter toute mise en cause de l’attitude de la police lors de la fusillade de Clichy.

96 Marius Moutet (1976-1968) s’était rendu en Russie en compagnie de Marcel Cachin et d’Ernest Lafont au printemps 1917. Député socialiste de la Drôme, il était devenu en juin 1936 ministre des Colonies dans le cabinet Léon Blum.

97 Né en 1880, Pierre Chaumié, docteur en droit, directeur de sociétés, était sénateur (Gauche démocratique) du Lot-et-Garonne depuis 1935.

98 Ernest Bevin (1881-1951), prédicateur et camionneur-livreur, entra en 1911 comme permanent au syndicat des dockers. Il adopta une attitude de compromis (« middle of the road ») pendant la Grande Guerre, refusant l’entrée des travaillistes dans le gouvernement d’Union sacrée de Lloyd George. Dans les années 1930, leader incontesté, avec Walter Citrine, des trade-unions, il pourfend communistes et intellectuels. Face à la menace hitlérienne, il défend la politique de réarmement britannique menée par les gouvernements conservateurs.

99 Henri Courtade et – probablement – Mounette Dutilleul, née en 1910, permanente du PCF. Après avoir travaillé pour le compte du Komintern auprès de Willy Münzenberg en Allemagne (1929-1934), elle était devenue en 1937 secrétaire à la commission des cadres. Elle était liée à nombre d’activités clandestines (planques pour militants, appui aux PC illégaux...).

100 Georges Leduc avait rapporté sur l’organisation lors de la Ve Conférence de la région communiste de Paris-ville (9-10 janvier 1937).

101 Ce fut notamment le cas aux usines Chrysler de Detroit.

102 Né en 1902, Adrien Langumier, ajusteur, était depuis 1924 permanent syndical puis du Parti. Élu l’année précédente député du 20e arrondissement de Paris, il était membre de la commission parlementaire des assurances et de la prévention sociale. Il fut chargé de diverses missions internationales, notamment en Espagne et en Tchécoslovaquie.

103 Louis Bertrand (1866-1941), professeur de lettres, avait exalté dans son œuvre (Sanguis Martyrum, Louis XIV) la grandeur française coloniale et monarchique. Il venait de publier un Hitler dans lequel il prônait une politique d’amitié entre la France traditionnelle et l’Allemagne national-socialiste.

104 Le 23 mars 1937, le représentant italien au Comité de non-intervention, Grandi, s’était laissé aller à déclarer qu’il espérait qu’aucun volontaire italien ne quitterait l’Espagne avant que la guerre ne soit finie. La phrase avait de quoi faire douter des intentions italiennes en matière de non-intervention.

105 Né en 1899, Hubert Ruff, dirigeant communiste du Lot-et-Garonne, avait été chargé en 1936 d’épauler Étienne Fajon dans l’organisation de la deuxième école du parti à Arcueil.

106 À la suite de la victoire républicaine de Guadalajara (18 mars 1937), les Soviétiques jugèrent le moment venu de se débarrasser de Largo Caballero. L’offensive fut lancée par Hernandez, mais la satisfaction de Billoux était prématurée : Caballero resta en fonctions jusqu’en mai.

107 Né en 1906, Jesus Hernandez Tomas, membre du Comité central du PCE, député de Cordoue et rédacteur en chef du quotidien communiste Mundo obrero, était devenu ministre de l’Éducation en septembre 1936 dans le gouvernement dirigé par Largo Caballero.

108 Diego Martinez Barrio (1883-1962), radical, membre de l’Union républicaine, était en 1936 le président des Cortes espagnoles. Chargé par Azaña de former un gouvernement lors du soulèvement nationaliste, il avait tenté en vain de négocier avec les insurgés.

109 Membre du PCF depuis 1936, Georges Soria (1914-1991) était grand reporter en Espagne.

110 En février 1937, le lieutenant-colonel Morel, attaché militaire français, note un fléchissement dans le moral des brigadistes : « La fermeture de la frontière, fin février, s’y ajoute pour créer une crise des effectifs. Dès le début de mars, les Brigades internationales sont obligées de faire appel à des volontaires espagnols... » Auguste Lecœur et le futur colonel Roi-Tanguy sont alors chargés par la direction du PCF de se rendre sur place pour redresser la situation.

111 Le général républicain José Miaja Menant (1878-1958) avait acquis sa notoriété lors de la bataille de Madrid. Dans l’ombre, pourtant, l’organisateur de la résistance républicaine semble bien avoir été l’attaché militaire soviétique, le général Goriev (Ivanov).

112 Né en 1913, Francisco Anton Sanz, cheminot, membre du Bureau politique, était le commissaire politique placé par le PCE auprès de Miaja.

113 Julius Deutsch (1884-1968), typographe puis docteur en philosophie, officier d’artillerie, avait été secrétaire d’État aux Affaires militaires dans le gouvernement provisoire formé en novembre 1918 en Autriche. Membre du comité directeur du parti social-démocrate, il fut le créateur du Schutzbund (ligue de protection républicaine), milice d’auto défense du PS. Après l’échec de l’insurrection ouvrière du 12 février 1934, il créa en Tchécoslovaquie le bureau social-démocrate à l’étranger. Pendant la guerre civile espagnole, il servit avec le grade de général comme conseiller militaire du gouvernement républicain.

114 Fils d’Isidore Delvigne, dirigeant des métallurgistes liégeois et du POB, Jean Delvigne, secrétaire du POB, assurait la gestion de l’hôpital de l’Internationale ouvrière à Onteniente (Espagne). Son frère, le docteur Marcel Delvigne, s’était lui aussi investi dans l’aide aux républicains espagnols.

115 Franz Dahlem (1892-1981), alsacien, fut élu député communiste au Reichstag en 1928. Il succédera en fait à Billoux, comme commissaire des Brigades internationales, de juin à novembre 1937.

116 Henri Neveu (1894-1983), reporter-photographe, était conseiller général de la Seine et secrétaire de la section communiste de Colombes. Commissaire politique des Brigades internationales, il fut l’un des artisans de l’organisation du service sanitaire.

117 Luigi Longo (1900-1980), dit Gallo, dirigeant du parti communiste italien, avait été envoyé par le Komintern en Espagne dès août 1936. Quand fut prise la décision de créer les Brigades, c’est lui qui, le 22 octobre, négocia avec le gouvernement républicain.

118 Henri Janin (1901-1946) était le maire communiste de Villeneuve-Saint-Georges depuis 1935. Professeur à l’école centrale du PC installée à Arcueil, il suivait de très près les affaires d’Espagne. Ayant mis en place les Brigades avant l’arrivée d’André Marty, il y était chargé – avec le grade de lieutenant – de missions d’inspection aux cadres et aux effectifs.

119 Henry Beyle, dit Stendhal (1783-1842), s’était très tôt déclaré jacobin et athée. Séduit par les idéologues, il fut bien accueilli, à la Restauration, par le romantisme mondain de l’époque. Sa vie et son œuvre (le Rouge et le Noir, 1830) témoignent de sa capacité à mettre à profit l’esprit analytique et le réalisme le plus froid au service des passions.

120 Cachin cite ici Stendhal et évoque l’un de ses romans les plus connus, la Chartreuse de Parme (1839).

121 Né en 1901, Henry Boyer, droguiste, était le secrétaire de la région de l’Aveyron (900 adhérents) du PCF.

122 Joseph Hentgès (1875-1942), successivement ouvrier du textile, engagé volontaire, cheminot, petit entrepreneur, avait été battu aux élections législatives de 1936. Il était alors entré au secrétariat de la région communiste du Nord avec A. Ramette et L. Lallemand.

123 Né en 1903, Georges Pelat fut successivement ouvrier du bâtiment, représentant puis employé de coopérative. Battu aux élections législatives de 1936 à Saint-Quentin (Aisne), il était depuis 1934 secrétaire de la région communiste du Nord-Est (Aisne et Marne).

124 Julien Airoldi (1900-1974), mécanicien, avait succédé en 1934 à Waldeck Rochet à la tête de la Fédération du Rhône du PCF. Membre de la commission de contrôle financier du Parti, il était délégué du Comité central auprès de la direction des Brigades internationales en Espagne.

125 Fernand Arnal (1890-1979) avait travaillé dans les mines de l’Utah et de Californie de 1905 à 1922. Inscrit au parti communiste en 1924, il était secrétaire de la région du Vaucluse depuis 1936.

126 Louis Gros (1873-1963), inspecteur du travail, fut député (1924-1935) puis sénateur d’Avignon, ville dont il était maire depuis mai 1929. Bénéficiant de la confiance de l’électorat modéré, il se montrait peu soucieux de donner des gages à ses encombrants alliés politiques.

127 Né en 1902, Louis Molinier, fils de cultivateur, avait été employé, manœuvre puis représentant. Il était secrétaire de la région communiste du Gard-Lozère. Aux législatives de 1936, il avait recueilli 1 782 voix sur 15 360 votants dans la circonscription d’Uzès.

128 Né en 1898, Louis Perrier appartenait à la Fédération de l’alimentation de la CGT depuis 1922. Il était secrétaire de la bourse du travail de Nîmes et maire de Lézan (Gard).

129 Edmond Rocca (1903-1976) était ouvrier agricole. À son retour de l’École léniniste internationale de Moscou (1931-1932), il fut quelque temps (août-décembre 1934) secrétaire de la région communiste Aude-Gard-Hérault. Il devint en 1937 secrétaire de l’UD-CGT du Gard.

130 Marius Vivier-Merle (1890-1944), métallurgiste, était secrétaire de l’Union départementale CGT du Rhône depuis 1922. Membre du parti socialiste, il ne se situait pas parmi les plus farouches opposants à la montée des ex-unitaires au sein de la Confédération réunifiée.

131 Léon Émery (1898-1981), professeur à l’École normale de Lyon, dirigeait la section départementale du SNI ainsi que la Fédération rhodanienne de la Ligue des droits de l’homme. Il était l’un des chefs de file de la tendance pacifiste du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes. Son anticommunisme put l’amener à une coopération tactique avec les antistaliniens lyonnais, sans pour autant justifier l’appellation de « trotskiste ».

132 Edmond Chambon (1891-1965), membre du PCF, ouvrier métallurgiste, était depuis mai 1935 le premier adjoint du maire communiste de Villeurbanne, Camille Joly.

133 Cyprien Quinet (1897-1944), secrétaire administratif du syndicat réunifié des mineurs du Nord et du Pas-de-Calais, était député communiste du Pas-de-Calais. Membre du bureau de la région communiste du Pas-de-Calais lors de sa création, en 1936, il avait perdu cette même année ses fonctions de suppléant au Comité central du PCF.

134 Né en 1901, Georges Martin, cheminot à Chambéry, était secrétaire de la région communiste des deux Savoies (2 000 adhérents).

135 Né en 1904 à Renault (Algérie ; aujourd’hui : Sidi M’hamed Ben Ali), Ben Ali Boukort avait dû abandonner l’École normale en raison de ses activités politiques. Premier secrétaire du parti communiste algérien lors du congrès de fondation (octobre 1936), il était conseiller municipal d’Alger.

136 Jean Mouret, cultivateur, propriétaire à Ramatuelle (Var), devint secrétaire de la cellule communiste de la commune à la fin des années 1930.

137 Raymond Patenôtre (1900-1951) était député (USR) de Rambouillet (Seine-et-Oise) depuis 1928. Économiste, il possédait un important groupe de presse français (dont faisait partie l’hebdomadaire Marianne) et détenait des intérêts dans des journaux américains.

138 Pierre Chalmette (1902-1944) avait été élu maire communiste de Vallauris (Alpes-Maritimes) le 5 juillet 1936.

139 Claude Briday, directeur d’une coopérative électrique, était l’une des figures marquantes du comunisme local.

140 François Mioch (1898-1945), ouvrier agricole, croix de guerre avec palmes (1914-1918), avait été appelé en 1933 à la section agraire du PC et à la rédaction de la Voix paysanne. Secrétaire général de la CGPT, il intervint en septembre 1936 à la Conférence agraire internationale (RUP) de Bruxelles. En mai 1937, il prit la direction de la Terre, créée par le PC le 30 janvier précédent.

141 Né en 1907, Édouard Aymard, agent des postes, était depuis 1936 secrétaire de la région communiste du Cantal. Il avait recueilli 6,18 % des inscrits aux élections législatives de 1936.

142 Georges Lassalle (1901-1944), ouvrier métallurgiste puis représentant de commerce, était le maire communiste du Boucau (Basses-Pyrénées) depuis 1930. En 1937, il devint secrétaire de la région communiste qui avait son siège à Tarbes.

143 André Moine (1909-1995), ajusteur, était le secrétaire régional du parti communiste dans les Basses-Pyrénées/Landes. Investi dans le soutien aux républicains espagnols, il avait participé en octobre 1936 à la conférence politico-militaire des communistes du nord de l’Espagne pour l’unification de la défense.

144 Jean Ybarnegaray (1883-1956) avait été l’un des vice-présidents des Jeunesses patriotes de Pierre Taittinger avant de devenir l’un des lieutenants du colonel de La Rocque à la tête du parti social français (1935). Il était député des Basses-Pyrénées depuis 1914.

145 Jean-Louis Tixier-Vignancour, avocat, avait été élu député (Alliance démocratique) des Basses-Pyrénées en mai 1936 face au socialiste Georges Moutet. Invalidé, il fut réélu le 27 septembre. Il était l’un des leaders de l’aile droite de l’Alliance démocratique.

146 Ouvriers qui recueillent la résine (gemme) des pins.

147 Né en 1907, Henri Chassaing connut un itinéraire professionnel très diversifié (facteur, watman-receveur, métallo...). Instructeur dans la région normande puis à Bordeaux, il devint à la fin de 1936 secrétaire fédéral du PCF en Gironde.

148 Raymond Latarget (1911-1946) était secrétaire adjoint des Jeunesses communistes depuis mars 1936.

149 François Rubeck, membre du Comité régional du PCF, était le maire de Mondelange (Moselle).

150 Henri Oudin, comptable, était secrétaire de la région communiste du Loiret/Loir-et-Cher (1550 adhérents). Il avait recueilli 12,9 % des inscrits aux élections législatives de 1936 dans la circonscription de Pithiviers.

151 Jean Zay (1904-1944), député radical-socialiste, était le ministre de l’Éducation du gouvernement dirigé par Léon Blum.

152 Le Comité de non-intervention.

153 Journal des syndicats soviétiques.

154 Voir à la date du samedi 20 mars.

155 Au premier tour des élections municipales de Cannes, le PCF dirigeait une liste d’union conduite par Pourtalet. Elle incluait des représentants de l’Union socialiste et des « classes moyennes ».

156 Il s’agit du pavillon du RUP à l’Exposition universelle de Paris.

157 André Morizet (1876-1942), docteur en droit, était le maire socialiste de Boulogne-Bilancourt (Seine) depuis 1919. Il avait rejoint pour un temps, le parti communiste en 1920.

158 Le mercredi 14 se réunit pour la première fois la commission d’unification constituée par le comité d’entente du PC et du PS.

159 Henri Gautier (1897-1943), chaudronnier, membre de la commission exécutive de la CGTU, avait signé plusieurs articles sur les questions syndicales dans les Cahiers du bolchevisme de 1933 et 1934. Élu trésorier de la Fédération des métaux, il s’occupa en particulier des œuvres sociales.

160 Né en 1904, André Chipaux, ouvrier bobinier, était depuis le 1er avril 1934 secrétaire général de l’Union confédérale des locataires de France et des colonies. Il signa de nombreux articles sur la question du logement dans les Cahiers du bolchevisme.

161 Pierre Dadot (1892-1959), grand invalide de guerre, ouvrier fraiseur à l’Arsenal de Puteaux (Seine), était secrétaire de la Fédération des travailleurs de l’État. Il avait été élu en mai 1936 député de la 3e circonscription de Versailles.

162 Le général Erich Ludendorff (1865-1937) avait été, lors de la Grande Guerre, un partisan de la lutte à outrance à la tête des armées allemandes. Antisémite, il s’était rapproché du nazisme, participant en 1923 au putsch de Hitler.

163 La franc-maçonnerie.

164 Le poète français Eugène Pottier (1816-1887) avait pris une part active à la Commune de Paris. Il est l’auteur de l’Internationale (juin 1871).

165 L’IC avait convoqué une conférence européenne des partis communistes destinée à examiner les modalités de l’aide à l’Espagne. Peu évoquée ultérieurement, elle répliquait à une conférence de l’Internationale ouvrière socialiste réunie à Londres courant mars. Dix-sept partis communistes avaient répondu à l’appel. Si les Soviétiques étaient officiellement absents, la délégation tchèque était conduite par Gottwald, les Américains par Browder et les Anglais par Pollitt. La quasi-totalité de la direction française était présente. À l’issue des travaux, le PCF intensifia les activités de la compagnie maritime France-Navigation à destination de Bilbao.

166 Pedro Checa (1910-1942), issu d’un milieu modeste, était entré au Comité central du PCE en 1932. Il était secrétaire à l’organisation du Parti.

167 Joan Comorera Solé (1895-1960), ancien dirigeant de l’Unio socialista de Catalunya, était député de Lerida et ministre de la généralité de Catalogne. Il était le secrétaire du PSUC, qu’il avait contribué à fonder.

168 Juan de Astigarabia était le secrétaire du PC basque. La république d’Euzkadi, fondée le 7 octobre 1936 et dont il était le ministre des Travaux publics, regroupait les provinces de Biscaye, de Guipuzcoa et d’Alava.

169 Député socialiste, Belarmino Tomas Alvarez (1887-1950) avait pris une part importante à la révolte asturienne de 1934. Commissaire général à l’aviation républicaine, il entretenait des rapports conflictuels avec les Soviétiques.

170 Walther Schevenels, dirigeant syndical belge, était le secrétaire de la Fédération syndicale internationale.

171 Katharine Marjory Stewart Murray, duchesse d’Atholl (1874-1960), élue en 1923 aux Communes, fut en 1924 la première femme membre d’un cabinet conservateur. Depuis le printemps 1935, elle avait pris quelques distances avec son parti.

172 John Rankin Rathbone (1910-1940), député conservateur de Bodmin (Cornouailles), devint en mai 1937 secrétaire privé de J. Llewellin, lord civil de l’Amirauté.

173 Ellen Wilkinson (1891-1947), dirigeante syndicaliste, avait appartenu brièvement au PC britannique. Député travailliste de 1924 à 1931, elle apparaissait comme une militante féministe d’extrême gauche. Activement dévouée à la cause républicaine espagnole, elle faisait partie du comité de rédaction de l’hebdomadaire de la gauche travailliste Tribune.

174 Dans le répertoire des parlementaires britanniques, on ne voit guère que John Crowder (1890-1961), élu député conservateur de Finchley en 1935.

175 La Grande-Bretagne venait de se lancer dans un réarmement massif dans les domaines aérien et naval. Pour l’exercice 1937-1938, elle mettait sur cale 231 000 tonnes, soit plus que les 153 000 tonnes du plan triennal demandé par la marine française.

176 Confronté à une dégradation du rapport de forces que les chiffres mentionnés ici ne révèlent qu’imparfaitement (il faudrait tenir compte des navires hors d’âge et de ceux en construction), le ministre de la Marine Gasnier-Duparc avait annoncé un programme supplémentaire de trois ans destiné à atteindre 660 000 tonnes en 1943, de façon à assurer la parité avec l’Allemagne ou l’Italie. Le Conseil des ministres du 19 mai, tenant compte des impératifs de la pause ainsi que du réarmement britannique, révisera à la baisse ces ambitions, provoquant l’irritation de l’amiral Darlan.

177 José Antonio Aguirre y Lecube (1904-1960) était le président de la république d’Euzkadi, élu à Guernica le 7 octobre 1936 par la quasi-unanimité des conseillers municipaux basques.

178 Né en 1902, Marins Eychenne, métallurgiste puis cantonnier municipal, fut élu en janvier 1937 secrétaire régional du PCF à Marseille aux côtés de Cristofol, Labro et Billoux. En 1937, il effectua un séjour en URSS pour parfaire son éducation politique.

179 Né en 1901, Léon David, maréchal-ferrant à Roquevaire (Bouches-du-Rhône), conseiller d’arrondissement, était responsable des questions paysannes au bureau régional du PCF.

180 Marcel Raison (1896-1972), cheminot, avait opté au congrès de 1920 pour l’adhésion à l’IC. En mars 1937, il devint secrétaire régional du PCF, succédant au cheminot Lucien Vergne. La région groupait 1 800 adhérents.

181 Alfred Bernard (1899-1944), comptable révoqué des PTT en 1917, déploya dès lors une incessante activité politique. Secrétaire adjoint du parti communiste en 1927, il fut exclu en 1930 après avoir collaboré à l’organe trotskiste la Vérité. Entré à la SFIO en 1935, il remplaça Alfred Meunier, élu député, au secrétariat de la Fédération d’Indre-et-Loire. Il fut élu en 1937 membre titulaire du Conseil national du parti socialiste.

182 Né en 1908, Jean Flavien, cultivateur à Voué (Aube), adhéra au parti communiste en 1932. Il avait contribué à la fondation de la coopérative laitière de Troyes et siégeait au Conseil central de l’Office du blé. Élu membre de la direction de la CGPT, il appartenait au bureau régional du Parti. Il deviendra secrétaire régional en 1939.

183 Toulza avait représenté le PCF aux élections législatives de 1936 en Dordogne. Il s’était désisté au second tour en faveur du radical-socialiste Yvon Delbos, qui fut élu.

184 René Uni (1903-1968), ouvrier agricole à Marsillargues (Hérault), avait suivi avec Waldeck Rochet les cours de l’école léniniste à Moscou en 1930-1931. De retour en France, il fut affecté comme secrétaire régional du parti communiste en Meurthe-et-Moselle (région qui comprenait aussi la Meuse et les Vosges), sachant gagner la confiance des militants locaux et renforçant le Parti (5 600 adhérents).

185 Du 22 au 25 octobre 1936 à Biarritz, le congrès du parti radical-socialiste avait confirmé son adhésion au Front populaire, malgré la montée (14 fédérations contre 42) de l’opposition à la ligne de Daladier.

186 Le mois d’avril avait été marqué, côté socialiste et syndical, par un renouveau des exigences de nationalisation. Au conseil de la Fédération SFIO de la Seine, la majorité des délégués s’était prononcée en faveur du plan de la CGT, qui prévoyait le contrôle du crédit et des industries clés. Le 26 avril, à la délégation des gauches, le radical Campinchi avait protesté contre ces surenchères.

187 Roger Rio (1912-1988), rédacteur à l’hôpital psychiatrique de Villejuif (Seine), accomplissait nombre d’aller et retour en Espagne. Il était chargé par le parti communiste français du transport et de l’organisation des soins aux blessés.

188 Il s’agit certainement de Louis Prunier (1901-1964), militant du parti communiste à Tulle (Corrèze) et commissaire aux Brigades internationales.

189 Yves Toudic (1901-1944), terrassier, militant communiste, était avec R. Froideval responsable de la région parisienne de la Fédération du Bâtiment.

190 François Darlan (1881-1942) était depuis le 1er janvier 1937 le chef d’état-major général de la marine. En septembre 1936, Léon Blum avait pesé en faveur de sa nomination en raison d’attaches familiales de l’amiral avec les milieux radicaux et maçonniques.

191 Né en 1868, Léon Meyer était député radical de la Seine-Inférieure depuis 1923. Il avait été ministre de la Marine marchande du 4 juin 1932 au 31 janvier 1933 dans les cabinets Herriot et Paul-Boncour.

192 Dès mars, il était patent que la date d’ouverture de l’Exposition universelle de Paris, fixée au 1er mai 1937, ne serait pas respectée en raison du ralentissement imposé par les 20 000 salariés du site, inquiets pour leur emploi à la perspective d’un achèvement trop rapide des travaux.

193 Le gouvernement, inquiet devant la perspective d’agitation sociale durant la période de l’Exposition, venait de demander que les conventions collectives venant à expiration en juin soient reconduites jusqu’en novembre. La Confédération générale du patronat donna son accord. Le 6 mai, la CGT manifesta une adhésion de principe subordonnée au vote d’une loi réglementant embauchage et licenciement.

194 Amédée Quinio (1893-1982), socialiste, était secrétaire du syndicat CGT des cheminots et secrétaire général de l’Union départementale des Côtes-du-Nord.

195 Né en 1890, Théo Hamon, typographe, était secrétaire de l’Union locale CGT de Saint-Brieuc et membre de la SFIO.

196 Militant communiste, Yves Flouriot était commis d’ordre à la gare de Saint-Brieuc. En 1937, il fut élu membre de la commission administrative et secrétaire adjoint du bureau de l’Union départementale CGT des Côtes-du-Nord.

197 C’est dans les derniers jours d’avril 1937 que les communistes catalans ont, probablement à l’initiative du komintemien Geröe, décidé d’en finir avec les forces de la CNT et du POUM. L’offensive débuta le 3 mai à Barcelone par l’assaut donné par les gardes du PSUC contre l’immeuble de la Telefonica, occupé par les miliciens de la CNT.

198 Largo Caballero.

199 Siège du gouvernement républicain.

200 Leader de l’aile pacifiste de la social-démocratie autrichienne, Friedrich Adler avait assassiné en 1916 le Premier ministre, le comte Stürgk.

201 Né en 1888, Jean-Baptiste Barbier fut ministre plénipotentiaire en Espagne pendant la guerre civile. À en juger par ses écrits postérieurs (le Pacifisme dans l’histoire de France), il était mal disposé à l’égard du « bellicisme » qu’il attribuait au Front populaire français.

202 Sir Robert Vansittart, né en 1881, était secrétaire d’État aux Affaires étrangères du gouvernement britannique depuis 1930.

203 La petite ville basque de Guernica avait été violemment bombardée (1 000 morts, destruction totale du centre) par une escadrille allemande le 26 avril 1937. Ce type d’action fut unique en son genre lors de la guerre d’Espagne. Elle fournit à Picasso le sujet de son œuvre la plus célèbre, exposée la même année au pavillon espagnol de l’Exposition universelle de Paris.

204 Madeleine Braun (1907-1980), issue de la haute bourgeoisie parisienne, compagnon de route du PCF, était la secrétaire générale du Comité international de coordination et d’information pour l’aide à l’Espagne républicaine, présidé par Victor Basch et Paul Langevin.

205 Né en 1874, Hewlett Johnson était doyen de Cantorbéry depuis 1931.

206 Né en 1889, Aled Owen Roberts avait été élu député (libéral) de Wrexham en 1931. Il avait perdu son siège en novembre 1935.

207 Raymond Bossus (1903-1981) devint permanent du PCF en 1929, après avoir exercé les professions les plus diverses (tourneur, matelot, poseur de parquets...). Conseiller municipal de Paris, il était membre du secrétariat de la région communiste de Paris-ville ainsi que de la commission exécutive de la Fédération CGT du bâtiment.

208 Le film tourné par Jean Renoir s’inscrit dans le réinvestissement communiste de la symbolique national-républicaine. Retrouvant des accents jauressiens, Jacques Duclos avait associé, le 14 juillet 1935 au stade Buffalo, la Marseillaise et l’Internationale.

209 Diminutif de Marcelle Hertzog-Cachin.

210 Il s’agit d’Albert Lejeune, directeur du Petit Niçois, de tendance radicale/socialiste.

211 Louis Louis-Dreyfus (1867-1940), négociant, banquier et armateur, avait été député (radical indépendant) des Alpes-Maritimes de 1930 à 1936. Ayant renoncé à se représenter aux élections législatives de 1936, il sera élu sénateur des Alpes-Maritimes le 4 juillet 1937.

212 Jean Médecin (1890-1965), héritier d’un dynastie d’hommes politiques locaux, était maire de Nice (depuis 1928) et député (indépendant de gauche) des Alpes-Maritimes depuis 1932.

213 Communiste basque, Urondo était ministre des Travaux publics dans le gouvernement de la république d’Euzkadi.

214 Pendant l’hiver, un pilote basque avait livré aux nationalistes le ministre Espinosa. Celui-ci fut exécuté peu après.

215 Né en 1892. le général Asensio Torrado était sous-secrétaire d’État à la Guerre dans le gouvernement espagnol. Il avait réorganisé, à l’hiver 1936, l’armée républicaine.

216 L’Euzkadi (Pays basque) continuait à être dominée par un parti conservateur catholique que les circonstances avaient conduit à l’alliance avec les révolutionnaires de l’État espagnol. Son autorité ne s’étendait plus qu’à la Biscaye, Alava (Vitoria) et Guipuzcoa (Saint-Sébastien) étant déjà aux mains des nationalistes.

217 Cristobal Errandonea était un dirigeant du parti communiste basque.

218 Jordi Benejam Catalâ, militant communiste catalan (PSUC), était membre du conseil municipal constitué à Barcelone le 21 octobre 1936. Je remercie Antonio Elorza (Universidad Complutense, Madrid) pour cette information, de même que pour celles qui m’ont permis de rédiger les notes concernant Cordero, Corominas, Cristobal (Errandonea), Erlandi, Ibert, Piera, Roca, Somonte et Vidarte.

219 Lucien Sampaix (1899-1941), ajusteur-mécanicien, était permanent communiste depuis 1929. Il devint, en juillet 1936, secrétaire général de l’Humanité sous la direction de Marcel Cachin.

220 André Ribard (1897-1963) avait abandonné en 1934 la carrière préfectorale pour mettre sa plume et ses talents d’organisateur au service du PCF, tout en se prévalant de sa non-appartenance, fruit en réalité d’une décision de Jacques Duclos. Depuis 1935, il était secrétaire général du mouvement Paix et Liberté, issu du Comité contre la guerre et le fascisme (« Amsterdam-Pleyel »).

221 Jean Baby (1897-1969), militant communiste, agrégé d’histoire, était membre du Cercle de la Russie neuve, qui regroupait des intellectuels attirés par le marxisme et l’Union soviétique. Il avait quitté en juin 1936, avec Paul Langevin, les organismes dirigeants du CVIA.

222 À l’issue du conseil du 13 mai, qui avait vu le départ des ministres communistes, Largo Caballero, qui ne pouvait désormais compter au sein du gouvernement que sur le soutien des anarchistes, avait présenté sa démission à Azaña. La solution d’un gouvernement syndicaliste (UGT/CNT) ayant échoué devant le veto soviétique, l’accord se fit sur le nom du ministre socialiste des Finances, le Dr. Juan Negrin.

223 En mars 1937, la région de Guadalajara avait été le théâtre d’une véritable guerre civile italienne qui vit s’opposer les « Flammes noires » et les « Flèches noires » fascistes aux hommes du bataillon Garibaldi des Brigades internationales. Supérieurs en chars et en aviation, les républicains infligèrent de lourdes pertes au corps expéditionnaire italien. Echec stratégique mineur pour les nationalistes, la « bataille de Guadalajara » – dans laquelle les conseillers russes jouèrent un rôle de premier plan – fut un succès considérable pour la propagande républicaine.

224 Herbert Matthews avait, dans le New York Times, écrit que Guadalajara avait été pour le fascisme ce que la défaite des troupes françaises à Bailen (Espagne) avait été en 1808 pour Napoléon.

225 L’ARAC (secrétaire général : Jean Duclos) tenait, au cours de ce week-end de Pentecôte, son XIXe Congrès national sous la présidence de Paul Vaillant-Couturier. Son journal, le Réveil des combattants, tirait à 55 000 exemplaires.

226 Se tenait alors le IIe Congrès national de la FMP, sous les effigies de Romain Rolland, Beethoven et Berlioz.

227 Né en 1891, député communiste, théoricien du marxisme, Antonio Gramsci resta emprisonné de 1926 jusqu’à sa mort, survenue en 1937 à Rome. Le meeting convoqué le 22 mai entendait honorer sa mémoire. À la tribune s’étaient rassemblés Bracke, Campinchi, Egidio Gennari (PCI), J. Chauvet (Secours populaire), Carlo Rosselli (Giustizia e Liberta) et Bruno Buozzi (PSI).

228 Pierre Bonneval (1902-1973), ouvrier tourneur, était le maire communiste de Villeneuve-le-Roi (Seine-et-Oise).

229 Social-démocrate, Rudolf Bretscheid (1874-1944) collaborait depuis mars 1936 avec des personnalités du KPD aux Deutsche Informationen qui diffusaient les thèses du Volksfront allemand.

230 Depuis 1936, Willy Münzenberg n’est plus en odeur de sainteté à Moscou, qu’il a pu quitter en octobre grâce à l’appui de Togliatti. Depuis mai 1937, il est flanqué au Comité de Front populaire allemand de Walter Ulbricht, responsable du KPD en France. Fort de l’appui des non-communistes du Comité, Münzenberg croit pouvoir également compter, face aux « sectaires » du parti allemand, sur le soutien du Komintern (cf. infra 29 novembre 1937).

231 Raymond Meunier (1897-1937), graveur sur métaux, était depuis 1933 le secrétaire général de la région Paris-ouest du PCF. Le 20 mai, de retour d’une réunion électorale à Falaise (Calvados), il trouva la mort dans un accident de voiture. Son corps fut exposé pendant deux jours au siège de la Région, à Boulogne-Billancourt (Seine), puis à la Maison des métallurgistes à Paris (11e). Il fut remplacé par Jean Baillet.

232 Né en 1864, Jules Jeanneney, juriste, était sénateur (radical) de la Haute-Saône depuis 1909. En 1932, il avait été élu à la présidence du Sénat.

233 Si Marcel Cachin a respecté l’orthographe, il s’agit de René Michaut, né en 1893, secrétaire de la Fédération nationale des travailleurs de l’État CGT et collaborateur de Syndicats. Mais compte tenu du profil anticommuniste et de l’expression « service public », il pourrait tout aussi bien évoquer ici Ernest Michaud (1884-1939), secrétaire (jusqu’en juillet) de la Fédération CGT des services publics, et également collaborateur de Syndicats.

234 Jean Domenech (1905-1974), ouvrier agricole, était secrétaire de l’UD CGT de l’Hérault et trésorier départemental du Secours populaire français.

235 Henry de Peyerhimoff (du Comité des houillères) était l’une des figures de proue de la Confédération générale du patronat français.

236 Le nonce pontifical en Allemagne, M. Orsenigo, venait de quitter Berlin à la suite du discours anti catholique du Dr Frick, ministre de l’Instruction publique. Le Dr. Von Bergen, ambassadeur d’Allemagne auprès du Saint-Siège, se trouvant à Berlin, L’Humanité du 3 juin crut pouvoir titrer : « Le IIIe Reich a provoqué la rupture de fait de ses relations diplomatiques avec le Vatican. »

237 Naturalisation.

238 L’épreuve, remportée par Jean Candoni, a connu un succès d’affluence considérable. Marcel Cachin, dans l’Humanité, y a consacré son papier du jour.

239 Né en 1871, Louis Marin était député (Fédération républicaine-URD) de Meurthe-et-Moselle depuis 1905. Homme du centre droit, il faisait montre d’un indéniable esprit d’ouverture (vote des femmes, congés payés...) et s’affirmait le partisan d’une politique de fermeté à l’égard de l’Allemagne.

240 Le PCF s’est déclaré prêt, à l’occasion d’un texte gouvernemental portant sur les pleins pouvoirs en matière financière, à « prendre toutes ses responsabilités dans un gouvernement renforcé et constitué à l’image du Front populaire ». Les cinq commissaires communistes à la commission des Finances de la Chambre s’étaient abstenus sur le projet. Dans la nuit de mardi 15 à mercredi 16 juin, le PCF avait rallié la majorité (346 voix contre 247).

241 Émile Moreau, qui avait été gouverneur de la Banque de France lors de la stabilisation du franc (1926-1928), entretenait des rapports étroits avec le journaliste Abel Henry qui assurait la liaison avec l’agence Havas.

242 Sous la direction d’Horace Finaly, la Banque de Paris et des Pays-Bas avait effectué d’importantes prises de participation dans le capital de la librairie Hachette, du Journal et de l’agence Havas.

243 Le maréchal Toukhatchevski a été fusillé le 12 juin.

244 Dans l’Humanité du 18 juin, Benoît Frachon justifie le vote communiste à la Chambre mais menace : si la loi sur le contrôle de l’embauche n’est pas votée, la CGT reprendra sa liberté. Dans un post-scriptum, il repousse les « bobards » selon lesquels lui-même et Racamond auraient fait pression en faveur du vote.

245 Alexandre Israël (1868-1937) était sénateur radical de l’Aube depuis 1927. Il avait été ministre de la Santé publique dans le second gouvernement Chautemps (novembre 1933-janvier 1934).

246 Paul Baudouin (1895-1964) était le directeur de la Banque d’Indochine.

247 Né en 1842, Paul Lafargue avait épousé la fille de Karl Marx, Laura. Après l’échec de la Commune, il émigra à Londres, où il rencontra Jules Guesde, avec lequel il fonda le parti ouvrier français (1880). Auteur du pamphlet le Droit à la paresse (1880), il contribua à la diffusion en France de l’œuvre de Marx et Engels. Il mourut à Draveil en 1911.

248 Léon Bru (1887-1944) était le maire communiste de Draveil (Seine-et-Oise).

249 Le cabinet Léon Blum a démissionné à 2 h 30 dans la nuit du dimanche 20 juin au lundi 21 juin 1937. Camille Chautemps (radical) constitua un gouvernement à participation socialiste dans la nuit du 22 au 23. Léon Blum y occupait la vice-présidence du Conseil.

250 Henry Andraud (1895-1949) avait servi dans l’aviation pendant la Grande Guerre. Il venait d’effectuer en janvier 1937 la double traversée de l’Atlantique Sud avec L. Bossoutrot. Député socialiste indépendant d’Issoire (Puy-de-Dôme), il avait rejoint la SFIO au lendemain des élections de mai 1936. Il s’était vu attribuer le sous-secrétariat d’État à l’Air, secondant ainsi Pierre Cot dans le gouvernement Chautemps (22 juin 1937- 17 janvier 1938).

251 Le socialiste Charles Spinasse (cf. supra 28 août 1936) n’avait pas retrouvé la direction de l’Économie nationale.

252 Né en 1898, Guy La Chambre était député radical d’Ille-et-Vilaine depuis 1928. Il avait commencé sa carrière gouvernementale comme sous-secrétaire d’État à la Guerre, dont Daladier était ministre. Il était président de la commission de l’armée depuis juin 1936.

253 L’article de Marcel Gitton, paru dans l’Humanité du 13 juin, avançait la perspective de l’unité organique PC/PS comme seule réplique envisageable aux menées des « deux cents familles ».

254 L’appel à la traditionnelle manifestation au mur des Fédérés avait été, cette année-là, à l’initiative du seul PCF. Certaines fédérations socialistes s’y étaient ralliées.

255 Après l’appel de Dimitrov « à l’unité internationale », sévère vis-à-vis de l’IOS, l’Humanité du 14 juin avait publié un entretien avec Edmundo Dominguez, membre de la Commission exécutive de l’UGT et militant du PSOE, qui envisageait favorablement un processus d’unification avec le PCE, à l’instar de la Catalogne.

256 Jean-Baptiste Clément (1897-1903), socialiste et poète, est l’auteur du Temps des cerises (1866, musique de Renard). Communard, il dédia en 1871 sa Semaine sanglante aux victimes de la répression versaillaise. Après l’amnistie de 1880, il milita au sein du parti ouvrier socialiste révolutionnaire de Paul Brousse puis du parti ouvrier français de Jules Guesde.

257 Charles Boutet (1865-1943), conseiller général socialiste des Ardennes, ancien député, avait été battu aux élections législatives de 1936 par le communiste Pierre Lareppe.

258 Pierre Viénot (1897-1944), député républicain socialiste des Ardennes, avait été sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères dans le gouvernement formé en juin 1936. Il adhéra à la SFIO après la chute de Léon Blum.

259 Peintre et sculpteur, Henri Matisse (1869-1954) apparut au Salon de 1905 comme le chef de file des « fauves » (Derain, Vlaminck). Commande de la fondation Barnes, la Danse (1931) marqua un tournant vers l’abstraction que venait de confirmer, en 1935, le Nu rose.

260 Alexandre Varenne (1870-1947) avait été député socialiste du Puy-de-Dôme de 1914 à 1936. Gouverneur général de l’Indochine de 1925 à 1928, il y avait mené une politique de réformes tout en veillant au renforcement du dispositif militaire français. Représentant du Tonkin au Conseil supérieur de l’Indochine, il avait noué lors d’un séjour en Chine d’utiles relations avec l’entourage de Tchang Kaï-Chek.

261 Dans l’Humanité du 30 juin, discrète sur l’agitation ouvrière, Benoît Frachon s’inquiète, en ce début d’été, des « manœuvres du grand patronat » dans l’hôtellerie et la restauration.

262 La majorité sénatoriale avait voté l’affichage du discours de son rapporteur général Abel Gardey (sénateur radical du Gers, né en 1882), violent réquisitoire contre le gouvernement de Léon Blum. À la suite du départ des ministres socialistes du banc du gouvernement, Gardey avait persuadé ses collègues de renoncer à l’affichage. En échange, les sénateurs avaient obtenu du gouvernement l’engagement écrit du renoncement au contrôle des changes.

263 Le 1erjuillet 1937, un décret-loi avait détaché de l’or le franc. Devenu flottant, celui-ci était tombé de 110,55 F à 128,98 F pour une livre.

264 Il s’agit du pavillon de la Paix édifié par le RUP à l’occasion de l’Exposition universelle de Paris (cf. infra, 10 juillet).

265 Nicolae Titulescu (1883-1941), ministre des Affaires étrangères de Roumanie (1932-1936), avait amorcé une politique de rapprochement avec l’URSS.

266 Albert Rivière (1891-1953) était député socialiste de la Creuse depuis 1928. Il était ministre des Pensions depuis le 4 juin 1936 dans les gouvernements Blum et Chautemps. Il semble avoir été partisan de la non-intervention en Espagne.

267 Haut fonctionaire du Quai d’Orsay, Joseph Avenol (1879-1955) avait été secrétaire général de la SDN.

268 Né en 1883, François Dortet de l’Espigarie de Tessan était député (radical) de Meaux (Seine-et-Marne) depuis 1928. Depuis le 22 juin 1937, il était sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères.

269 Toussaint Ambrosini (1880-1946) avait été député socialiste de Marseille de 1930 à 1936. Il avait été battu en juin 1936 par le communiste M. Cristofol.

270 Né en 1879, Louis Rollin, avocat, était député (Alliance des républicains de gauche et des radicaux indépendants) de la Seine depuis 1919. Il avait participé aux gouvernements présidés par André Tardieu (1929 et 1932), Pierre Laval (1931-1932 et 1935), Doumergue, Flandin et Bouisson (1934-1936).

271 Le 9 juillet, le Comité central du PCF avait adressé au congrès socialiste une lettre célébrant l’unité PC/PS comme un premier pas vers l’unité organique. Réuni du 10 au 13 juillet, le congrès de la SFIO avait vu la majorité dirigée par Léon Blum et Paul Faure l’emporter d’une courte tête sur les oppositions menées par Zyromski (interventionniste) et Pivert (partisan de la lutte ouverte contre le Sénat).

272 Des mouvements de grève touchaient les établissements refusant d’appliquer le décret du 16 juin et l’accord du 3 juillet sur l’aménagement, par roulement, de la semaine de quarante heures en cinq jours.

273 Les Jeunesses communistes revendiquaient 100 000 adhérents. Marcel Cachin prononça une allocution aux côtés de Raymond Guyot (représentant l’Internationale communiste des jeunes) et de Jeannette Vermeersch (Jeunes Filles de France). La JC affirma « sa volonté de grouper tous les jeunes et d’entretenir des rapports avec tous les partis, à l’exclusion des fascistes et des trotskistes ».

274 Bernard Chochoy (1908-1981), instituteur, était depuis 1934 le secrétaire national des Jeunesses socialistes. Appelé au cabinet de Léon Blum en juin 1936, il fut élu en 1937 conseiller général de Lumbres (Pas-de-Calais).

275 Le quotidien l’Aube, dans lequel écrivait Georges Bidault, exprimait une sensibilité démocrate-chrétienne.

276 Les opposants à la majorité Blum-Faure ont vigoureusement contesté la légitimité de la direction issue du congrès, dans la mesure où les grosses fédérations ne comportaient aucun représentant des deux minorités.

277 Né en 1906, Eugène Anstett, ouvrier métallurgiste, était secrétaire régional du PCF en Moselle. Il fut élu conseiller général aux élections cantonales d’octobre 1937 à Metz-campagne. En décembre 1937, il fut élu membre suppléant du Comité central du PCF.

278 Paul Bouthonnier (1885-1957), professeur, avait exercé quelque temps l’intérim de la direction du PCF en 1928. Homme de confiance, secrétaire de l’Université ouvrière, il y assurait également les cours d’histoire. Il était l’un des collaborateurs réguliers de l’Humanité et des Cahiers du bolchevisme pour les questions d’enseignement et d’histoire.

279 La comparaison avec les regroupements socialistes du début du siècle s’appuyait sur deux thèmes mobilisateurs communs aux deux conjonctures : d’une part la croyance en l’unité de classe du prolétariat, de l’autre les nécessités d’un front commun contre l’extrême droite. En décembre 1899 s’était tenu le premier congrès général des organisations socialistes (POF, PSR, POSR, FIS, socialistes indépendants). La fusion s’étant révélée impossible, la coexistence s’imposa en 1902 entre parti socialiste de France (guesdiste), « parti de révolution », et parti socialiste français, « de transformation sociale ».

280 Sous la présidence de l’ambassadeur d’Espagne, Ossorio y Gallardo, un spectacle franco-espagnol « pour la victoire de la république espagnole » avait été donné à la Mutualité, en présence de Léon Jouhaux, Albert Bayet et Santiago Carrillo (pour le PSOE).

281 Marcel Cachin se rend à Roubaix pour le 15e anniversaire de la mort de Jules Guesde.

282 Jérôme Moerman (1905-1964), ouvrier du textile, faisait partie du bureau de l’Union locale CGT de Roubaix. Secrétaire du rayon communiste de cette même ville, il fut nettement battu par le socialiste Lebas aux élections législatives de 1936. Actif pendant les grèves, il fut chargé par le PCF de tournées de propagande dans les centres textiles du Nord.

283 Gilbert Declercq (1896-1944), ancien tisserand, avait fait d’« Halluin la rouge » la citadelle communiste de la région lilloise. Maire de cette villle depuis 1935, membre du secrétariat de l’UD CGT, il avait été élu député du Nord en 1936.

284 Le docteur Léandre Dupré (1871-1951) était député socialiste du Nord (8e circonscription de Lille) depuis 1932.

285 Hôtels-cafés-restaurants-brasseries.

286 Le conflit hôtelier se prolongeait depuis deux semaines. Il se soldera le 21 juillet par un accord, conclu sous la présidence de Chautemps et prévoyant un maximum de 10 % de personnel non réintégré. Dans l’Humanité du 31 juillet, Antoinette Gilles (secrétaire de la Fédération de l’alimentation) mettra en garde les salariés du secteur contre l’impatience (« la grève n’est pas la seule possibilité d’action des travailleurs ») et la « pseudo-démocratie syndicale ».

287 Né en 1884, Jean Chaussin, ouvrier boulanger, avait rompu avec le PCF en 1929. Il était délégué des boulangers de la Seine depuis 1935 et allait être élu secrétaire fédéral de l’Alimentation CGT en septembre 1937.

288 Né en 1883, Maurice Sardin avait été secrétaire de la Fédération CGT de la boulangerie. Il avait récemment rejoint la SFIO.

289 Hilarion Didaret (1887-1967), garçon de café, avait contribué lors de la scission de 1921 à la fondation de la Fédération CGT de l’alimentation dont, il était secrétaire fédéral permanent depuis 1928.

290 Au congrès de la LDH, les pacifistes radicaux antistaliniens (Félicien Challaye, Madeleine et Maurice Paz, René Chateau...) ont dénoncé les procès de Moscou et plaidé – face au « bellicisme » communiste – pour la non-intervention en Espagne. Ils n’ont recueilli que 258 mandats, face aux 1 088 réunis par la direction. Celle-ci adoptait les conclusions du rapport de Me Rosenmark (18 octobre 1936), qui concluait à la culpabilité des accusés. Au nom des majoritaires, Victor Basch avait exprimé son « sentiment d’admiration » à l’égard de l’Union soviétique ainsi que sa solidarité à l’égard de l’Espagne républicaine.

291 René Le Gall (1899-1942), ouvrier terrassier, avait été secrétaire de la Fédération CGTU du bâtiment (1933-1935). En mai 1935, il avait été élu conseiller municipal de Paris 13°.

292 Né en 1880, Bertrand Nogaro, docteur en droit, agrégé de sciences économiques, avait été député radical des Hautes-Pyrénées de 1924 à 1934. Il est l’auteur de nombreux ouvrages d’économie politique.

293 Plusieurs militants du nom de Fournier pouvaient avoir participé à ce CC élargi. Il pourrait s’agir de Marius Fournier (né en 1910), candidat sur la liste dirigée par Virgile Barel aux élections municipales de Nice en 1935. Autre hypothèse : Henri Fournier (1891-1974), conseiller municipal d’Argenteuil. Ou encore : Fernand Fournier (1903- 1944), l’un des populaires animateurs de la Fédération sportive et gymnique du travail.

294 Patron d’un puissant groupe de presse, Léon Bailby avait fondé le Jour en 1933. Tirant à 250 000 exemplaires, ce quotidien, nettement orienté à droite, était en politique extérieure souvent proche des positions de Mussolini et Franco.

295 Georges Cogniot (1901-1978), normalien, agrégé de lettres, adhérait au PCF depuis 1921. Membre suppléant du Comité central depuis janvier 1936, il sera titularisé à Arles (décembre 1937). Il fut élu député du 11e arrondissement de Paris en mai 1936. En 1937, il représentait le PCF au Comité exécutif de l’IC à Moscou.

296 Né en 1904, Gaston Auguet, contrôleur des Contributions indirectes, était conseiller municipal communiste de Paris depuis 1935. Il deviendra suppléant au Comité central du PCF lors du congrès d’Arles (décembre 1937).

297 Charles Nédelec (1907-1944), menuisier, était membre suppléant du Comité central du PCF et secrétaire général de l’UD CGT des Bouches-du-Rhône. Il contribua à la formation des Brigades internationales avec son frère Lucien Nédelec.

298 Raymond Tournemaine (1893-1973), cheminot, était secrétaire général de l’Union Nord CGT et membre suppléant du Comité central du PCF depuis janvier 1936.

299 En 1936, Toulza fut candidat communiste en Dordogne et recueillit 3 727 voix sur 24 396 inscrits au premier tour, se désistant en faveur du radical Yvon Delbos, qui fut élu.

300 Né en 1903, Raymond Guyot, employé des chemins de fer, s’était engagé en 1923 dans le travail antimilitariste du PCF. Un temps secoué par les contre-coups de l’affaire Barbé-Célor (1931), il devient secrétaire des JC en février 1934. Il accède en 1935 à l’exécutif de l’IC et au secrétariat général de l’Internationale communiste des jeunes.

301 Militante communiste, Bernadette Cattanéo née Laloaer était née en 1899. Elle avait été affectée au secrétariat du Comité féminin français de lutte contre la guerre en septembre 1934 et était chargée de la rédaction de son journal Femmes. Signe de l’importance du personnage et de son organisation, elle avait été reçue personnellement par Dimitrov à Moscou en février-mars 1937, à l’issue de la réunion du Comité exécutif de l’Internationale communiste.

302 Né en 1904, André Chipaux était ouvrier bobinier, militant communiste et secrétaire général de la Fédération des locataires. Le 1er juillet 1937, il signa dans les Cahiers du bolchevisme un article intitulé « Pour une politique du logement ».

303 Pierre Sémard publiait le 28 juillet dans l’Humanité « Pour une véritable réorganisation des chemins de fer », article dans lequel il s’élevait contre la campagne en faveur des compagnies ferroviaires relayées au Sénat par Abel Gardey. Le lendemain, il mettait en garde les pouvoirs publics contre la suppression des lignes secondaires envisagée à cette occasion. Le débat rebondit après la catastrophe du Paris-Saint-Étienne (28 morts), survenue le 29 juillet. L’accord du 31 août 1937, créant par 45 ans la SNCF, garantissait aux compagnies 49 % des actions de la nouvelle société.

304 Député radical d’Eure-et-Loir, maire de Dreux, Maurice Viollette (1870-1960), ministre d’Etat du gouvernement Léon Blum, avait été gouverneur général de l’Algérie de 1925 à 1927. Le projet dit « Blum-Viollette » était paru le 30 décembre 1936 au Journal officiel. Il visait à accorder à environ 25 000 « indigènes » musulmans d’Algérie le droit de vote aux élections nationales. Viollette se montrait ainsi fidèle à sa déclaration de 1931 devant la Ligue des droits de l’homme : « Je ne connais pas d’autre politique coloniale que l’assimilation. » Le projet fut enterré par l’opposition conjointe des notables européens d’Algérie et du parti radical.

305 Dirigée par Messali Hadj, l’Étoile nord-africaine avait été dissoute le 20 novembre 1929. La décision ne sera appliquée qu’en 1935, pour peu de temps puisqu’un arrêt du 16 juin 1935 avait déclaré caduque la décision antérieure. Dès le 28 février 1935, Messali avait d’ailleurs fait déposer de nouveaux statuts créant une « Union nationale des musulmans ». Malgré les persécutions, il avait pu poursuivre son activité politique dans des conditions telles que des rumeurs (qui ne sont toujours pas dissipées) laissaient supposer l’existence d’une protection policière. Messali Hadj avait créé en mai 1937 le parti populaire algérien (PPA). La méfiance communiste à son égard s’alimentait au fait que ses premiers pas politiques avaient été accompagnés par le Komintern, vis-à-vis duquel il avait rapidement pris ses distances.

306 Marcel Bucard (1895-1946), ancien séminariste, fut en 1917 le plus jeune capitaine de France. Il lança en 1933 le francisme, mouvement inspiré de l’idéologie mussolinienne. Violemment antisémite, il prônait la paix et l’unité européenne par le rapprochement franco-allemand.

307 Pedro (dit Pierre) Terrat (1908-1982), employé de commerce chez un marchand de vins, avait suivi de janvier 1933 à mars 1934 les cours de l’École léniniste internationale de Moscou. Depuis août 1934, il était secrétaire de la région catalane (Pyrénées-Orientales) du PCF. Depuis décembre 1935, il était secrétaire adjoint de l’Union départementale CGT.

308 Julien Paraire (1885-1958), coiffeur, était le secrétaire de la section socialiste de Vinça (Pyrénées-Orientales).

309 Ouvrier gazier, Jules Auffret (1902-1941) était depuis 1935 maire adjoint de Bondy et conseiller général de la 2e circonscription de Noisy-le-Sec. Il était depuis janvier 1937 le secrétaire général de la région communiste Paris-Est.

310 Né en 1913, Roland Boudet, instituteur, secrétaire régional de l’Orne depuis 1936, était le plus jeune des dirigeants communistes de département.

311 Jean Baillet (1908-1941), ouvrier jardinier, ancien dirigeant du syndicat unitaire des gens de maison, avait joué un rôle actif dans les grèves de juin 1936 aux usines Peugeot, Farman et Renault. Il venait de succéder à Raymond Meunier à la tête de la région communiste de Paris-Ouest.

312 Raoul Calas (1899-1978), instituteur, adhéra au PCF en 1924. Révoqué en 1929 pour son action antimilitariste, il devint permanent du Parti, qui l’affecta en 1931 à la tête de la région Nord aux côtés de Florimond Bonte. Le gouvernement de Front populaire le réintégra en juillet 1936. Nommé à Marsillargues (Hérault), il reprit rapidement des fonctions dirigeantes au sein de la région Aude-Hérault.

313 Né en 1904, Paul Billat, ouvrier confiseur, secrétaire du syndicat CGT de l’alimentation de l’Isère, devint permanent de la région Rhône-Alpes du PCF en 1928. Il remplaça Campiglia au secrétariat en 1933.

314 Jean Rospars (1881-1948), militant communiste, avait fondé en 1907 la section socialiste de Concarneau.

315 Né en 1902, Jean-Marie Bellec, tubiste à Hennebont (Morbihan), avait été candidat du PCF aux élections législatives de 1936 dans la 2e circonscription de Vannes.

316 Né en 1911, André Le Roy, issu d’une famille d’ouvriers de l’arsenal, était lui-même postier. Secrétaire du rayon communiste de Brest en mai 1936, il fut le candidat du Parti aux élections législatives. Il contribua au développement du PCF à Brest (14 cellules en 1937 contre 1 seule en 1935).

317 Pierre Guéguin (1896-1941), professeur de mathématiques, était membre du comité régional (Finistère-Morbihan) du PCF, malgré des penchants oppositionnels. Il avait été élu maire de Concarneau en 1935.

318 Né en 1909, Pierre Moalic était instituteur à Poullan-sur-Mer (Finistère). Membre du conseil syndical du SNI, il était secrétaire de la section communiste de Douarnenez.

319 Né en 1898, Raymond Baudin, ouvrier cimentier puis permanent du Secours rouge international, avait conquis la mairie de L’Haÿ-les-Roses à la tête de la liste communiste en mai 1935.

320 René Vivès (1888-1979) était instituteur à Saint-Sauvy (Gers). Militant de la Mutualité agricole, il était secrétaire adjoint de l’Union départementale CGT. Membre du Bureau exécutif du SNI, il fut appelé à Paris en décembre 1937 pour y diriger la Société universitaire d’édition et de librairie, maison d’édition du syndicat. Il appartenait depuis 1907 au parti socialiste.

321 Il s’agit du pavillon du RUP à l’Exposition universelle. Le 1eraoût 1937, le RUP avait organisé à Paris une démonstration-spectacle pour le 22e anniversaire du déclenchement de la Grande Guerre. Péri était intervenu pour le PCF aux côtés de Cudenet, Longuet et Sangnier.

322 Georges Rivollet (1888-1974), quatre fois blessé et gazé au cours de la Grande Guerre, avait été élu en 1930 secrétaire général de la Confédération nationale des anciens combattants. Il fut ministre des Pensions dans le second cabinet Doumergue.

323 L’Humanité du 4 août s’élevait contre l’éventualité d’un projet Eden-Chamberlain de pacte à quatre (France, Grande-Bretagne, Allemagne, Italie) qui recueillait par ailleurs l’assentiment de lord Cecil.

324 Maxwell Garnett, né en 1880, doyen de la faculté de technologie de l’université de Manchester, était secrétaire de la League of Nations Union depuis 1920.

325 Récemment élevé au rang de vicomte, sir Herbert Louis Samuel, né en 1870, avait été le leader du groupe libéral aux Communes de 1931 à 1935. Il était issu d’une des plus anciennes familles juives d’Angleterre.

326 William Bullitt (1891-1967) était ambassadeur des États-Unis à Paris.

327 Ce même jour dans l’Humanité, Auguste Gillot, conseiller de Saint-Denis, publiait une « libre opinion » intitulée « Des avenants .à l’application du programme ». Il y avançait la perspective (évoquée par Renaud Jean le 23 juillet au Comité central, cf. supra) d’un congrès national des comités de Front populaire afin d’élaborer des modifications au programme du Front populaire, parmi lesquelles la représentation proportionnelle à la Chambre ainsi que la modification du scrutin sénatorial.

328 Peut-être s’agit-il d’Ange Le Louarn (vers 1890-1937), sabotier à Carhaix et l’un des fondateurs du PCF dans le Finistère.

329 Wilhelm Apollinaris de Kostrowitsky, dit Guillaume Apollinaire (1880-1918), ami de Derain, Picasso, Vlaminck, avait été sensible aux innovations de la peinture contemporaine. Il renouvela la poésie française dans Alcools (1913), sélection de ses meilleurs poèmes, et composa des « poèmes conversations » ainsi que des « idéogrammes lyriques » réunis dans Calligrammes (1918).

330 Nicolas Machiavel (1469-1527) avait accompli plusieurs missions diplomatiques pour le compte de César Borgia. C’est après l’effondrement de la république florentine qu’il écrivit le Prince (1513).

331 Rodrigo Borgia (1431-1503) fut pape en 1492 sous le nom d’Alexandre VI. Objet de scandale du fait de la simonie qui présida à son élection et de ses enfants illégitimes, il lutta contre les potentats italiens. Contemporain des grandes découvertes, né en Espagne, il favorisa celle-ci face au Portugal lors des délimitations des zones de conquête (Tordesillas, 1494).

332 Né en 1877, le général japonais Araki Sadao était ministre de l’Éducation. Il fut l’un des artisans de la guerre sino-japonaise et prônait une politique agressive à l’égard des États-Unis.

333 Pierre Leroux (1797-1871) avait dû interrompre ses études à l’École polytechnique. Saint-simonien, il exposa en 1840 dans son principal ouvrage, De l’humanité, de son principe et de son avenir, où se trouve exposée la vraie définition de la religion, les principes d’un socialisme empreint de religiosité. Député de la Creuse à l’Assemblée constituante de 1848, il siégea avec la Montagne. Exilé sous le second Empire, il ne se mêla plus à la politique après son retour en France (1869).

334 Étienne Cabet (1788-1856), membre de la Charbonnerie, fonda Le Populaire au lendemain de la révolution de 1830 (ce qui rendrait plus plausible la date de 1831). Dans son roman philosophique le Voyage en Icarie (1842), il prôna un communisme pacifique et utopique.

335 À Douai, Marcel Cachin assurait la présidence d’un meeting où Jacques Duclos appelait à « défendre la paix » et « faire l’unité », aux côtés d’Arthur Ramette et Henri Martel, députés communistes du Nord.

336 Théodore Steeg (1868-1950), agrégé de philosophie, fut député radical (1914- 1944) puis sénateur (Gauche démocratique) de la Seine. Issu du républicanisme protestant, proche de Ferdinand Buisson, il occupa à partir de 1911 des fonctions importantes dans divers cabinets de la IIIe République, accédant à la présidence du Conseil du 13 décembre 1930 au 22 janvier 1931. Il dirigea aux élections sénatoriales (Seine) la liste de Rassemblement populaire, sur laquelle se trouvait Marcel Cachin quand il fut élu.

337 Jean Lurçat (1892-1966) avait remis à l’honneur l’art de la tapisserie. En 1936, la Manufacture nationale des Gobelins avait exécuté l’une de ses œuvres. Membre de l’AEAR, animateur des Amis de l’URSS, il écrivit un avant-propos à Réponse à André Gide de Fernand Grenier. Il n’adhérera officiellement au PCF qu’en 1945.

338 La comparaison avait eu cours à la Ligue des droits de l’homme pour lire les procès de Moscou à la lumière de la Terreur française, elle-même justifiée par les nécessités du Salut public. Le 13 avril 1937, l’historien communiste Jean Bruhat avait donné dans l’Humanité une chronique intitulée « La Révolution française et la conspiration de l’étranger », où il saluait les « mesures pour liquider les fourbes trotskistes et autres » énumérées par Staline dans son discours du 3 mars précédent.

339 Margarita Nelken y Mausberger de Paul (1898-1968), critique d’art et député PSOE, avait en réalité été gagnée au communisme depuis 1935.

340 Homme politique catalaniste, Pere Corominas avait été candidat du Front populaire (Front d’Esquerra de Catalunya) à Barcelone lors du scrutin de février 1936.

341 Juan Simeon Vidarte avocat, était socialiste et franc-maçon. En 1935, comme vice-secrétaire de la Commission exécutive du PSOE, il joua un rôle décisif dans le choix pro républicain du Parti. Ses thèses l’avaient emporté sur le gauchisme de Largo Caballero, alors président de la CE, emprisonné à la suite des événements d’octobre 1934. Vidarte mourut en exil au Mexique, isolé par son parti parce qu’il avait refusé de couper les liens qui l’unissaient à son ami franc-maçon, le roi Carol de Roumanie.

342 L’Humanité du 1er septembre consacrait un article à la délégation espagnole et aux déclarations du président des Cortes Martinez Barrio, selon lequel cette réunion était une preuve supplémentaire de la légitimité internationale de l’Espagne républicaine.

343 Le 17 juillet 1937, Tchang Kaï-Chek avait refusé de s’incliner devant les exigences des Japonais. Le 28 juillet, ces derniers avaient déclenché leur offensive victorieuse sur Pékin. Dès le 9 août s’était engagée la bataille pour Shangai.

344 Mieczyslaw Domanski-Dubois (1902-1937), médecin polonais, militant communiste, avait été tué à Quinto, sur le front d’Aragon, le 25 août. Le PCF le fit inhumer au Père-Lachaise.

345 Il s’agit de la fête de l’Humanité.

346 L’Humanité du jour protesta contre la présence de l’ambassadeur de France André François-Poncet au congrès du parti nazi (NSDAP) à Nuremberg.

347 Robert Ley (1890-1945), chimiste et docteur en philosophie, avait rejoint le NSDAP en 1925. En 1933, il avait créé le Front du travail (Deutsche Arbeitsfront, DAF) destiné à l’encadrement du monde ouvrier. Marginalisé au sein de l’appareil nazi, il se consacrait essentiellement à la mise sur pied des « loisirs totalitaires » à l’enseigne de « la Force par la joie » (Kraft durch Freude).

348 Les articles de Cachin des 2, 3 et 5 septembre reprennent le thème de la dénonciation de la piraterie en Méditerranée. L’URSS venait de protester auprès de l’Italie contre le torpillage des vapeurs Timiriazev et Blagoïev. L’Italie avait rejeté ces accusations.

349 Délégué de la France à la SDN, François Dortet de l’Espigarie de Tessan fut sous-secrétaire d’État à la présidence du Conseil dans le premier cabinet Léon Blum.

350 Le général Maurice Gamelin (1872-1958) avait été chef de cabinet de Joffre en 1914. À la tête des troupes françaises du Levant, il avait réprimé, de 1925 à 1927, la révolte des Druzes de Syrie. Depuis 1930, il était membre du Conseil supérieur de la guerre. En 1938, il fut nommé chef d’état-major de la Défense nationale.

351 Né en 1886 en Russie, Moïse Kneller, dit Relenk (ou Relenque), dit Michel le Terrassier, alors anarcho-syndicaliste, avait fait partie de la délégation française au congrès constitutif de l’Internationale syndicale rouge en juin 1921. On perd ensuite sa trace, sa disparition rapide de l’actualité ouvrière ayant laissé planer diverses hypothèses – utilisation par les communistes comprise – sur ses activités ultérieures.

352 Peut-être s’agit-il du Britannique Frederick Maze, inspecteur général des Douanes chinoises depuis 1929.

353 Né en 1894, ancien combattant, le Dr Cecil Atkinson était cardiologue à Londres.

354 Nikolaus Hovorka (1901-1966), journaliste chrétien-social autrichien, était un militant de l’éducation populaire.

355 Sir Thomas William Allen (1864-1943), prédicateur baptiste, était l’une des figures de proue du mouvement coopérateur britannique. Libéral au plan politique, il avait été élu en 1930 vice-président de l’Alliance coopérative internationale et siégeait à la fin de sa vie dans de multiples commissions tant gouvernementales que privées.

356 Ernest Poisson (1882-1942), avocat, avait été membre de la CAP du parti socialiste de 1910 à 1933. Il était secrétaire de la Fédération nationale des coopératives de consommation.

357 Alexander Livingstone (1880-1950), ancien député libéral d’Inverness, dirigeant d’une importante maison de commerce, avait rejoint en 1930 le parti travailliste, dont il était devenu l’un des principaux dirigeants.

358 Le 10 septembre 1937, à l’invitation de la Grande-Bretagne et de la France, s’étaient réunis à Nyon (Suisse) les États limitrophes de la Méditerranée (Espagne exceptée) ainsi que l’Allemagne et l’Union soviétique. Tenue en l’absence de l’Italie et de l’Allemagne, la conférence aboutit le 14 : les flottes française et britannique patrouilleraient à l’ouest de Malte avec mission d’attaquer tout sous-marin suspect. En fait, l’Italie fut intégrée le 30 septembre dans les accords. Sa zone de contrôle (Sardaigne/Baléares) lui permettait de poursuivre sans entraves ses fournitures à l’Espagne nationaliste via Majorque.

359 Ancien ambassadeur d’URSS à Berlin, Souritz avait été associé, à l’automne 1935, aux infructueuses tentatives d’approche de Hitler par Staline. Il fut remplacé à ce poste par Yurenev en juin 1937, date à laquelle il fut affecté à Paris.

360 Otto Katz, dit André Simone (1895-1952), vétéran communiste et proche collaborateur de Willy Münzenberg, dirigeait l’agence « España » pendant la guerre civile.

361 Fils du théologien Adolf Hilgenfeld (1823-1907), Heinrich Hilgenfeld (1862- 1945) était professeur de philologie sémitique.

362 L’Aga-Khan III (1887-1957), chef de la secte des Ismaïliens, développait en Suisse une action caritative dans le cadre de la SDN.

363 Chef de guerre, Yang Hu-ch’eng (1883-1949) avait rejoint les républicains, à la tête de 200 hommes armés, en 1911. Aux côtés des nationalistes depuis 1929, il avait préconisé en 1936 un rapprochement avec les communistes afin de faire face à la menace japonaise. Il avait participé en décembre 1936 à l’arrestation de Chang Kaï-chek (cf. infra). Depuis juin 1937, il avait entrepris une mission en Europe et aux États-Unis.

364 Peut-être s’agit-il du Temps des cerises, film produit par le PCF, avec Svetlana Pitoeff et qui avait pour thème la lutte des vieux travailleurs pour une retraite décente.

365 En décembre 1936, Tchang Kaï-chek avait été arrêté par Chang Hsueh-liang (incident de Sian). Il avait été relâché sur intervention des communistes, eux-mêmes incités par Moscou. Le 22 septembre 1937, l’accord PCC/Kuomintang fut publié : les communistes s’engageaient à ne pas renverser le gouvernement de Nankin, à liquider leur « gouvernement soviétique » et à placer leurs forces armées sous commandement unique.

366 Le 23 septembre 1937, le Bureau politique du PCF, augmenté de Frachon et Racamond et conduit par Aragon, rendit une visite collective, au palais de Tokyo à Paris, à l’exposition « chefs-d’œuvre de l’art français ». Dans l’Humanité du 24, Vaillant-Couturier titrait son article : « Nous continuons la France. »

367 Jean Goy était président de l’Union nationale des anciens combattants. Reçu par Hitler en novembre 1934, il devint avec Fernand de Brinon et Scapini l’un des animateurs du comité France-Allemagne.

368 Chef de l’Association des anciens officiers russes blancs, le général Evgueni Miller (1867-1937) avait été enlevé à Paris – si l’on suit Pavel Soudoplatov – par le général du NKVD Nikolaï Skobline (né en 1894, nom de code « Fermier »), opérant sous la direction de Sergueï Spiegelglass. Miller, embarqué au Havre sur un navire soviétique, fut abattu à Moscou. Skobline périt en Espagne dans un bombardement. Ancien officier de l’armée Wrangel, il avait épousé la célèbre chanteuse la Plevizkaïa (Nadia V. Vinokova, 1884-1940).

369 Eugène Galopin (1902-1972), ajusteur, avait démissionné en janvier 1935 du secrétariat de la Fédération des métaux CGTU avant de quitter le Parti en février 1936, en désaccord avec l’« électoralisme » ambiant. Secrétaire de la section syndicale et délégué du personnel à « La Précision moderne » (Paris XVe), il était trésorier du cercle syndicaliste « Lutte de classe », constitué en mars 1937.

370 Né en 1903, Robert Doury, ouvrier métallurgiste et militant communiste, était membre de la Commission exécutive de la Fédération des métaux CGT et secrétaire général de l’Union syndicale des métallurgistes parisiens.

371 Henri Lozeray (1898-1952), ouvrier typographe, avait été, aux côtés de Raymond Guyot et François Billoux, l’un des principaux lieutenants de Henri Barbé et Pierre Célor (1929-1931) à la direction du PCF. Revenu en grâce aux yeux du Parti, il fut présenté aux élections législatives de 1936 et devint député de Paris. Il assura à la Chambre la vice-présidence de la commission de l’Algérie et des colonies.

372 Né en 1867, Marcel Régnier était sénateur (Gauche démocratique) de l’Allier depuis 1920. Il fut ministre de l’Intérieur du cabinet Flandin (9 novembre 1934-30 mai 1935) et ministre des Finances du 4e cabinet Laval puis du 2e cabinet Sarraut (7 juin 1935-4 juin 1936).

373 Le Dr Bendjelloul, favorable à l’assimilation, était le président de la Fédération des élus algériens. Son influence était grande sur le gouverneur général, Georges Le Beau.

374 Pierre (dit parfois Jean) Fayet (1887-1977), ouvrier ébéniste, avait été membre du Comité central du PCF de 1925 à 1929. La CGTU l’envoya en Algérie en 1934 pour occuper le secrétariat de l’Union régionale. Secrétaire (1936-1939) de l’Union départementale CGT d’Algérie, il entra au Bureau politique du PC algérien lors de sa fondation. Il avait épousé Szesia (dite Sophie) Zyngieren 1934.

375 Le mouvement Destour (« Constitution ») apparaît en Tunisie au lendemain de la Première Guerre mondiale. Parti nationaliste, ce « Vieux Destour » recrute dans les couches supérieures des commerçants et propriétaires de Tunis. Sous les coups portés par de jeunes universitaires, l’organisation se scinde en 1931. Le parti constitutionnaliste tunisien (« Néo-Destour »), dirigé par Habib Bourguiba, le Dr Matteri et Tahar Sfar, prône la liquidation progressive du protectorat et l’instauration d’un État laïc indépendant. Au lendemain des émeutes du 9 avril 1937, l’appareil du Néo-Destour avait été démantelé et Bourguiba arrêté et transféré à Marseille. Il y restera jusqu’à sa libération en 1942 par les Italiens. Le 10 octobre, Gabriel Péri commencera un reportage sur l’Afrique du Nord intitulé « Les rivages de l’invasion fasciste ». L’affirmation de Cachin est purement polémique, quelles que fussent par ailleurs les visées italiennes.

376 Ouvrier mécanicien, Victor Fink devint en 1925 secrétaire de la section communiste de Romilly (Aube). Il fut ensuite affecté à la direction régionale du Parti.

377 Dans son discours prononcé le 5 octobre à Chicago, le président Roosevelt avait dénoncé « ceux qui (...) créent aujourd’hui un état d’anarchie internationale et d’instabilité auquel on ne peut échapper seulement par l’isolement ou la neutralité ». L’Humanité des 7 et 8 octobre multiplie les éloges à l’égard de la « démocratie américaine » et notamment à l’occasion de la visite de l’American Legion et de l’inauguration de la statue du maréchal Pershing.

378 Jean Terfve (1907-1978), avocat, avait milité pendant ses études au Groupement pour la SDN. Défenseur des grévistes de 1932, il adhère au PC belge l’année suivante. Il était le secrétaire et cofondateur du Comité liégeois de vigilance des intellectuels antifascistes.

379 Né en 1886, Fernand Brunfaut était député (POB) de Bruxelles depuis 1925. Architecte, il avait réalisé quelques bâtiments caractéristiques de l’univers socialiste belge ainsi que la jonction Nord-Midi. Entre les deux guerres, il figurait parmi les animateurs de la gauche du POB.

380 Le 12 octobre, le parti radical, l’USR, la SFIO et le PC publièrent un appel au désistement réciproque en faveur du candidat de Rassemblement populaire arrivé en tête au premier tour. Le texte était signé de Joseph Paul-Boncour, Edouard Daladier, Paul Faure et Maurice Thorez.

381 En 1933, l’Alliance démocratique, jusque-là structure de liaison souple entre groupements de droite, se transforma, sous la direction de Pierre Étienne Flandin, en parti d’adhérents mieux encadrés. Paul Reynaud était l’une des personnalités les plus en vue de l’organisation, mais il entra vite en conflit avec Flandin, en particulier en matière de politique étrangère.

382 L’Union républicaine et démocratique (Jean Guiter, Pierre Taittinger) fut dans l’entre-deux-guerres l’une des principales composantes de la droite républicaine. Depuis les élections de 1932, son groupe parlementaire s’était rebaptisé Fédération républicaine

383 Né en 1893, Émile Roche, industriel, ancien directeur de cabinet de Joseph Caillaux (1925), était le directeur politique du quotidien radical (et anticommuniste) la République.

384 Augustin Hamon (1862-1945), homme de lettres, avait fait de Lannion un bastion de la gauche socialiste, qui y publiait la Charrue rouge. Favorable à l’unité d’action avec le PCF (qu’il rejoindra officiellement en 1944), il faisait partie des membres de la SFIO présents au congrès d’Amsterdam contre la guerre impérialiste (1932).

385 Les obsèques de Paul Vaillant-Couturier furent radiodiffusées et connurent un important succès d’affluence. Marcel Cachin y prononça l’unique discours, en présence de Léon Blum, de René Belin et de deux officiers représentant Daladier et Campinchi. Les honneurs militaires furent rendus par deux compagnies de gardes mobiles. Sur le catafalque se trouvaient épinglées les décorations militaires du disparu. Des organisations locales et d’entreprise du Parti avaient pris leur tour de garde, à la suite de Thorez, Duclos, Gitton et Marrane.

386 Louis Peyronnet (1901-1979), maçon, était conseiller municipal de Gentilly (Seine).

387 Il pourrait s’agir de Josep Maria Imbert Perejoan (cf. 23 octobre), président de la commission des services correctionnels au conseil de la Justice de la généralité de Catalogne en octobre 1936.

388 Georges Berthier (1870-1949) avait été maire adjoint d’Orléans de 1925 à 1935. En 1934, il avait rompu avec la SFIO et rejoint le parti socialiste de France (néosocialiste).

389 Représentant de commerce, Alphonse Martin était depuis 1934 le préposé communiste aux missions électorales difficiles dans le Loiret.

390 Léon Betoulle (1871-1956), militant socialiste, fut député (1906-1924) puis sénateur de la Haute-Vienne, département dont il présidait le Conseil général depuis 1930.

391 Léon Bon (1875-1965), tribun populaire, pionnier du statut du personnel municipal, ne fut pas épargné par les attaques personnelles tout au long de sa carrière politique. Artisan après 1920 de la reconstruction de la Fédération socialiste des Bouches-du-Rhône, il présidait le Conseil général de ce département depuis 1931.

392 Joseph Parayre (1893-1940), avoué, militant socialiste, adjoint au maire de Céret, était conseiller général du canton d’Argelès-sur-Mer depuis 1928. Député depuis 1930, il devint sénateur le 25 juillet 1937.

393 N.S. Tchkhéidzé (1864-1926), menchevik géorgien, était l’un des leaders du soviet de Petrograd en 1917. C’est lui qui accueillit Lenine à son retour de Suisse le 3 avril. Il fut président de l’Assemblée constituante de 1918.

394 Roland Dallet (1900-1968), ouvrier métallurgiste qui avait adhéré au PC en 1920, avait été recruté en 1926 par la municipalité d’Ivry. Son poste de « conducteur de travaux » servait de couverture à ses fonctions de permanent à la section d’organisation du Parti.

395 Thorez.

396 Né en 1896, Pierre Donnio, militant communiste, était employé de chemin de fer.

397 Né en 1899, Jiri Kotiatko était un permanent du PC de Tchécoslovaquie depuis 1921. Il avait pris la direction des Amis de l’Union soviétique en 1934.

398 C’est le 26 octobre 1937 que Maurice Thorez, à la Mutualité, a développé les thèmes de la politique de « main tendue » aux catholiques qu’il avait esquissée le 17 avril 1936 au micro de Radio-Paris. La veille était parue sa biographie, Fils du peuple.

399 Le 21 octobre, la prise de Gijon par les hommes d’Aranda et de Solchaga marquait la fin de la campagne des Asturies. Désormais, l’ensemble du littoral atlantique était aux mains des nationalistes.

400 Léon Archimbaud (1860-1944) était député radical de la Drôme depuis 1919. En 1937, il était rapporteur du budget des Affaires étrangères.

401 Élie Faure (1873-1937) était critique et historien de l’art. Ouvert aux tendances nouvelles (art nègre, cinéma), il s’intéressa dans son Histoire de l’art (1909-1921) aussi bien à Lamarck qu’à Nietzsche ou Cézanne.

402 René Bellanger (1880-1937), ouvrier chaudronnier, avait été gérant de l’Humanité de 1924 à 1928, accumulant soixante-deux années de prison au gré des condamnations qui s’abattirent sur la presse communiste lors de la guerre du Rif. Emprisonné de 1927 à 1931, il retrouva à sa libération ses véritables fonctions au service entretien du quotidien communiste.

403 Le XXe anniversaire de la prise du pouvoir par les bolcheviks en octobre 1917 fut célébré salle Pleyel, à Paris, sous la présidence de M. Archimbaud, député radical de la Drôme, en présence de Souritz, ambassadeur soviétique à Paris.

404 Cette citation de Hitler avait été rappelée ce jour-là par le colonel Fabry, rapporteur sur les questions de Défense nationale au congrès de l’Alliance démocratique.

405 Madeleine Jacob (1896-1985), journaliste, avait collaboré au magazine de mode Vogue avant d’entrer à Vu, où elle publia en 1934 son premier grand reportage sur l’insurrection de Vienne (Autriche). C’était une vedette des chroniques judiciaires parisiennes, redoutée et enviée pour ses articles de l’Œuvre et du Petit journal.

406 Né en 1883, Edmond Giraud, avocat marseillais, adhéra à la SFIO en 1910 et rejoignit le PC en 1920. Membre du comité fédéral élargi en 1923, il s’occupa dans les années suivantes de la défense des militants communistes locaux.

407 Depuis le 28 janvier 1937, et grâce à l’appui de Pierre Cot, Louis Dolivet a obtenu la nationalité française. Il est désormais beaucoup plus libre de ses mouvements vis-à-vis de l’appareil komintemien ; Smeral en conçoit quelques inquiétudes et alerte Moscou. Dolivet n’en demeure pas moins l’indispensable relais en direction de l’univers de la sécurité collective.

408 Archevêque de Paris, Mgr Verdier (1864-1940) incarnait, aux côtés du cardinal Liénart et de Mgr Saliège, la tendance de l’Église de France soucieuse de se démarquer d’une opposition systématique au gouvernement de Front populaire. Le 15 mars 1937, sur les ondes officielles, il avait ainsi invité les catholiques à souscrire à l’emprunt pour la Défense nationale.

409 Le 22 mars 1937, par son encyclique Mit brennender Sorge, le pape Pie XI avait dénoncé le « nouveau paganisme agressif » sévissant en Allemagne. Daté du 14 mars, le texte pontifical était publié trois jours après Divini Redemptoris, véritable fin de non-recevoir à toute politique de « main tendue ».

410 Jules Decaux (1904-1970), ouvrier métallurgiste, était secrétaire de la Fédération Paris-Sud du PCF depuis août 1934 et conseiller municipal d’Ivry-sur-Seine (Seine) depuis 1935. Il était membre suppléant du Comité central depuis le congrès de Villeurbanne (1936). Il succéda en octobre 1937 à Georges Cogniot comme représentant du PCF auprès de l’Internationale communiste à Moscou.

411 Du plénum de février-mars 1937 (arrestation de Boukharine et Rykov) au troisième procès de Moscou (2-13 mars 1938), l’URSS connaît l’apogée de l’« Ejovchina ». Du nom du protégé de Staline, le chef du NKV, N. I. Ejov (1895-1941), la purge frappa par centaines de milliers les cadres du Parti et de l’économie, creusant de larges vides dans les rangs de l’intelligentsia. Maurice Thorez et Marcel Cachin reprennent à leur compte la terminologie de la campagne des autorités centrales soviétiques appelant à un renouvellement des appareils locaux au nom de la lutte contre les « grands seigneurs » implantés dans leurs « fiefs ».

412 Quelques jours après l’arrestation de Toukhatchevsky (11 juin 1937), le premier secrétaire de la région ouest, Rumiantsev, lié au général Uborevitch (lui-même impliqué dans le complot militaire démasqué), a été arrêté pour avoir « organisé un vaste plan de sabotage de l’économie de la Biélorussie en vue d’aider les puissances fascistes voisines à envahir cette région-frontière ».

413 Né en 1905, René Arrachard, ouvrier terrassier, fut élu membre du Comité central du PCF en 1929 puis suppléant du Bureau politique (1933). Membre du Comité national de lutte contre la guerre et le fascisme, il fut mandé en mars 1935 à Moscou, où il fut désigné délégué permanent auprès du Komintern. Élu en janvier 1936 secrétaire de la Fédération unifiée du bâtiment, il en devint, en septembre de la même année, le secrétaire général. Les différends auxquels Cachin fait ici allusion ne furent pas sans conséquence puisque à l’issue du congrès d’Arles (décembre 1937) Arrachard n’était plus que membre suppléant du Comité central.

414 Charles Augustin Daniel Vincent, dit Daniel-Vincent, ancien ministre (1917- 1926), était né en 1874. Docteur ès lettres (1909), il fut député radical (1910-1927) puis sénateur et président (1933) du Conseil général du Nord. Lieutenant d’une escadrille de bombardement pendant la Grande Guerre, il était depuis 1936 président des commissions de l’armée et de l’air.

415 Né en 1908, René Girard, professeur de lettres dans l’enseignement technique, avait adhéré au PCF en 1932. Secrétaire du comité antifasciste de Maubeuge (Nord), il collabora régulièrement à l’Éveil du Nord de 1933 à 1938.

416 Clément (Fried).

417 Jean Guignebert avait succédé à Jean Antoine à la direction de Radio-Cité (280,9 m). Fondée par l’ingénieur-constructeur Lucien Lévy en 1926 sous le nom de « Radio LL », la station passa sous le contrôle de Marcel Bleustein en 1935, date à laquelle il changea son appellation. Poste libéral, voire progressiste, il accordait une place importante (/a Famille Duraton, les sketches de Jane Sourza et Raymond Souplex...) aux variétés et au divertissement grand public.

418 L’allusion concerne l’un des plus célèbres discours d’Albert Sarraut, alors ministre de l’Intérieur. À Constantine, le 22 avril 1927, celui-ci s’était écrié : « Le communisme, voilà l’ennemi . »

419 Cachin désigne ainsi les partisans de Sliman ben Sliman et de Salah ben Youssef. Formés idéologiquement par l’extrême gauche française, ils utilisent comme agents la masse des petits lettrés coraniques (diplômés de la Zitouna de Tunis) et impulsent avec succès des actions violentes s’inscrivant dans le cycle « provocation-répression ».

420 De fait, après la dissolution en 1936 du parti national d’Allal El-Fassi, les services allemands approcheront l’un de ses lieutenants, Balafredj, exilé en Suisse. L’impact de leur activité semble toutefois avoir été moindre au Maroc qu’en Algérie.

421 Émir druze, Chekib Arslan orchestrait depuis Genève le mouvement panarabiste. Il dirigeait la revue (en français) la Nation arabe. Réfugié en Suisse en 1936, Messali y avait rencontré Chekib Arslan. Il avait dès lors donné à son propos une teinture plus nettement religieuse.

422 Le mouvement des Oulémas est apparu en 1924 en Algérie comme une protestation réformiste dirigée par le lettré Abd El Hamid Ben Badis. En 1935, Ben Badis regroupa ses fidèles dans une « Association des oulémas d’Algérie » afin de développer les écoles coraniques. Il déclara en 1937 devant une commission parlementaire qu’il n’était pas opposé à la naturalisation collective. Sa revue, Ech-Chiheb (le Météore), publication religieuse et éducative, ne pouvait en aucun cas être considérée comme antifrançaise.

423 Les accords de « khamessat » (de l’arabe khamsa = cinq), contrats oraux de métayage traditionnel, accordaient au cultivateur (appelé dans ce cas « khammès ») le cinquième de la récolte.

424 Marius Moutet (1876-1968), avocat socialiste, s’était rendu en Russie avec Marcel Cachin au printemps 1917. Député de la Drôme, il était devenu ministre des Colonies dans le cabinet Blum formé en juin 1936.

425 Maurice Honel (1903-1977), artisan encadreur, avait été élu en 1936 député communiste de la 7e circonscription de la Seine (Clichy-Levallois). Ayant cosigné l’affiche appelant à manifester à Clichy le 16 mars 1937, il fut cité à comparaître le 12 juin devant la 12e chambre correctionnelle de Paris en raison des graves incidents qui s’ensuivirent.

426 En 1935 en Indochine, trotskistes et membres du PC avaient conclu un accord, s’exprimant conjointement dans l’hebdomadaire la Lutte. Alors que Trotsky, au même moment, reconnaissait ne pas savoir grand-chose de l’activité de ses partisans, ceux-ci avaient réalisé une percée non négligeable à Saigon et s’étaient emparés de la direction du journal. Leur leader, Ta Tu Thau, était emprisonné depuis le 18 mai 1937.

427 Sans doute s’agit-il de Raseta, médecin protestant et issu d’une grande famille mérina. Il avait fondé, avec le journaliste et ancien colon Paul Dussac, un PC malgache en 1936.

428 Paul Dussac (1876-1938), avocat, était un authentique « fils de famille » dont le père – communard – n’en dut pas moins s’enfuir (en Russie) après mai 1871. L’appréciation portée par Cachin peut s’expliquer dans la mesure où la grand-mère paternelle de Dussac était la nièce du comte de Villèle, ministre de Charles X. Colon anticolonialiste, Dussac fut maintes fois emprisonné en raison de sa collaboration jugée incendiaire à l’Opinion de Diego-Suarez et de sa participation aux manifestations de 1929 à Anakely. Libéré en 1935, il fonda la Nation malgache et participa le 26 août 1936 au lancement du Comité du Front populaire de Tananarive. Le 11 août, il avait fondé la « Section française de l’Internationale communiste : Région de Madagascar » pour des raisons d’opportunité administrative. Son journal le Prolétariat malgache portait en sous-titre « Organe de la section française de l’Internationale communiste ». Mis en demeure par l’IC de régulariser sa position, Dussac se rendit en France en avril 1937. L’accord ne put se faire et il se tourna, peu avant sa mort, vers le parti socialiste ouvrier et paysan de Marceau Pivert.

429 En 1921, le parti communiste transforma le « Groupe socialiste des originaires des colonies » en « Comité d’études coloniales », tout en créant une « Union intercoloniale » (UIC), publiant le Paria. Réservée aux indigènes des colonies en territoire métropolitain, l’UIC disparaîtra en 1928. En 1924, le Comité d’études coloniales est réorganisé en « Commission coloniale centrale », laquelle deviendra la « section coloniale » dirigée par Henri Lozeray.

430 Jules Crapier, né en 1895, était employé des chemins de fer. Membre du secrétariat de la Fédération CGT des cheminots, il suivait depuis 1929 la vie syndicale algérienne pour le compte du PCF.

431 Il s’agit de Radio-Bari, émettant en langue arabe et diffusant des thèmes anti-Britanniques et anti-Français.

432 Jean Chaintron, dit Barthel, était né en 1906. Dessinateur industriel, dirigeant national du Secours rouge international, il fut envoyé à l’été 1935 en Algérie comme instructeur du Comité central. Le 16 octobre 1935, la Dépêche algérienne publia la « circulaire Barthel », adressée aux communistes d’Algérie. Répercutant dans ses propres termes les directives de la section coloniale du PCF dirigée par André Ferrat, Chaintron y développait une ligne réservant le Front populaire aux Européens et développant dans l’ensemble arabo-berbère un front anti-impérialiste. Jean Chaintron fut condamné à un an de prison en décembre 1935 pour avoir dénié dans ce texte l’appartenance de l’Algérie à la nation française. Ayant échappé à l’incarcération, il plongea dans l’illégalité en novembre 1936 sur ordre du Parti. En février 1937, il s’engagea dans les Brigades internationales en Espagne, où son frère, Simon, était mort au combat.

433 En décembre 1937, au congrès d’Arles, Maurice Thorez popularisera cette formule dont l’esprit et la lettre sont frappés au coin de l’orthodoxie léniniste : la question nationale – essence de la question coloniale – est partie de la question générale de la révolution prolétarienne internationale.

434 Le 26 novembre 1937, le cartel des fonctionnaires déposera ses revendications (parmi lesquelles l’échelle mobile des salaires) devant la délégation des Gauches. Celles-ci recueillent le soutien du PCF (voir l’article de Jacques Duclos dans l’Humanité du 21 novembre) mais se heurtent – malgré certaines concessions – au refus du gouvernement.

435 Oreste Capocci (1888-1950), ouvrier tailleur puis représentant de commerce, était secrétaire de la Fédération CGT des employés et membre de la SFIO. Au congrès d’unification de la CGT, il fut l’un des principaux porte-parole de la tendance ex-confédérée. Il se rapprocha par la suite des positions de Syndicats.

436 François Le Minter (1902-1973), inscrit maritime à Rouen, dirigeant de la Fédération CGT des marins, appartenait à l’appareil clandestin du Komintern à Anvers puis Marseille pour l’Afrique du Nord et le Proche-Orient.

437 Yves Le Trocquer (1877-1938), polytechnicien, avait été élu député (1919-1930) puis sénateur (Union républicaine et nationale) des Côtes-du-Nord. Il était vice-président de l’Alliance démocratique.

438 Maurice Dormann (1881-1947), imprimeur, mutilé de guerre, fut député (1928- 1936) puis sénateur (non inscrit) de Seine-et-Oise.

439 Né en 1867, Edmond Leblanc, avocat, fut député (1906-1910) puis sénateur (1925-1941) de la Mayenne. Il était inscrit au groupe de l’Action libérale et membre de la commission de la marine.

440 Henri Tasso (1882-1944), petit industriel, était député socialiste des Bouches-du-Rhône depuis 1924. Il avait été élu maire de Marseille en 1935. Lors de la constitution du gouvernement Léon Blum, il fut désigné sous-secrétaire d’État à la Marine marchande, portefeuille qu’il conserva dans le cabinet Chautemps. Du fait de sa position, il était l’objet de multiples sollicitations contradictoires.

441 Né en 1867, James Hennessy, distillateur de la célèbre marque de cognac, fut député de la Charente de 1906 à 1921, date à laquelle il fut élu au Sénat.

442 Jean Boivin-Champeaux (1887-1954), docteur ès lettres, était sénateur (Union républicaine) du Calvados depuis 1928. En 1934, il avait été appelé aux fonctions de secrétaire du Sénat.

443 Né en 1881, Raoul Aubaud, journaliste, était député radical de l’Oise depuis 1928. De 1934 à 1936, il avait été secrétaire général du parti radical-socialiste sous les présidences d’Édouard Herriot et Édouard Daladier. En juin 1936, Léon Blum lui confia le portefeuille de sous-secrétaire d’État à l’Intérieur. À ce titre, il était plus particulièrement chargé de l’administration départementale et communale.

444 Auguste Mounié (1873-1940), docteur en pharmacie, maire d’Antony (Seine), était sénateur radical de la Seine depuis 1927. Il intervenait fréquemment sur les questions d’urbanisme, dénonçant les pratiques de certains lotisseurs de la banlieue parisienne.

445 Paul Brasseau (1879-1956), fonctionnaire préfectoral, s’était attaqué sous la direction du préfet Bonnefoy-Sibour aux problèmes des lotissements insalubres et défectueux. Il y avait conquis le surnom de « père des mal-lotis » ainsi qu’un siège de sénateur (octobre 1935).

446 Roger Liaud (1898-1972) avait appartenu à la Fédération nationale des travailleurs des chemins de fer de France. En décembre 1935, il était devenu secrétaire général de la Fédération unifiée des cheminots.

447 En octobre, Münzenberg bénéficie toujours, face à Ulbricht, du soutien des sociaux-démocrates et des écrivains (Heinrich Mann). Mais le KPD continue à saper sa position personnelle ; on lui impute notamment les difficultés du Deutsche Informationen, organe du Front populaire allemand, ainsi que la publication de tracts de la Deutsche Freiheitspartei. Diverses sommations le pressent de se rendre à Moscou diriger le service de propagande du Komintern. Münzenberg continue à correspondre avec Dimitrov et engage, en novembre 1937, une procédure pour diffamation envers Ulbricht. Faisant flèche de tout bois, il n’hésite d’ailleurs pas à diffamer à son tour ses adversaires, ne reculant pas devant l’épithète – potentiellement mortelle à l’époque – de « trotskiste ».

448 Walter Ulbricht (1893-1973), ébéniste, devint après 1918 permanent du KPD. Élu député en 1928, il entra l’année suivante au Politbüro. La décimation des cadres du KPD par Hitler et Staline fera de cet homme d’appareil (« camarade cellule ») l’un des leaders du Parti. À Paris depuis octobre 1933, il éprouva de grosses difficultés à faire oublier à ses interlocuteurs sociaux-démocrates ses diatribes antérieures contre le « social-fascisme ».

449 Wilhelm Pieck (1876-1960), menuisier, devint permanent socialiste en 1897. Internationaliste et spartakiste durant la Grande Guerre, il fut l’un des fondateurs du parti communiste allemand (KPD). Responsable à l’organisation, il entra au Bureau politique en 1929. Succédant à Thälmann en 1933, il constitua en France – où il émigra en mai – la direction du KPD à l’étranger (Auslandsleitung) avec Franz Dahlem et Wilhelm Florin.

450 Ernest Labrousse (1895-1988) avait soutenu en 1932 sa thèse d’histoire économique sur le Mouvement des prix et des revenus en France au XVIIIe siècle. En 1935, il avait été nommé directeur d’études d’histoire économique et sociale à l’École pratique des hautes études. Étudiant libertaire puis marxiste, militant socialiste depuis 1916, il avait signé en 1920 la motion Cachin-Frossard. Après son départ du PCF (1925), il demeura un admirateur du « solo léninien » et de la révolution bolchevique, sensible à la filiation qu’il percevait entre la France révolutionnaire jacobine et l’État soviétique.

451 La France du Front populaire et sa mission dans le monde (Maurice Thorez), La liquidation de la scission et l’unité de la classe ouvrière (Jacques Duclos), La grande famille des communistes (Marcel Gitton).

452 Folco de Baroncelli-Javon (1869-1943), manadier et écrivain, est l’un des artisans de la rénovation de l’élevage taurin et des traditions camarguaises.

453 Le dimanche 14 novembre, l’Union des jeunes filles de France avait organisé une « journée du lait pour les bébés d’Espagne ».

454 Clement Attlee (1883-1967) était le fils d’un notaire libéral. Avocat, il suivit la tradition familiale en se vouant au service des deshérités. Membre de la société fabienne, il adhèra à l’Independent Labour Party. Député travailliste de Limehouse (Stepney) en 1922, il surmonta la débâcle électorale de 1931. À la suite de l’affaire éthiopienne, il recueillit la succession du pacifiste Lansbury, devenant leader du parti au congrès de Brighton (octobre 1935). Symbole de la poussée à gauche au sein du Labour party, il se rendit en Espagne républicaine (un bataillon des Brigades portera son nom) tout en veillant à contrecarrer les efforts communistes de « Front unique ».

455 Après des études d’histoire, Ellen Wilkinson (1891-1947) avait entamé une carrière politique en 1913 comme agent électoral des Sociétés pour le droit de vote des femmes. Permanente du mouvement coopérateur puis syndical, elle compta parmi les fondateurs du parti communiste britannique en 1920. Après son départ du PCGB en 1924, elle s’imposa comme l’une des figures de la gauche travailliste, organisant en 1936 la marche de la faim (Jarrow March) et participant en 1937 au comité de rédaction de l’hebdomadaire Tribune.

456 Harry Pollitt (1890-1960), chaudronnier, adhéra à l’Independent Labour Party en 1909. Responsable national du mouvement Hands off Russia, il est en 1920 l’un des fondateurs du Communist Party of Great Britain. Soutenu par le Komintern, il devient en 1928 secrétaire général du parti pour y mettre en œuvre la politique « classe contre classe ». L’adoption à partir de 1935 de la ligne de Front populaire va lui permettre de déployer ses talents unitaires (Unity Campaign, Left Book Club, soutien à l’Espagne réublicaine).

457 Simon Piera avait été l’un des principaux dirigeants de la CNT en 1917-1919. Dans les années 1930, il avait rejoint l’Esquerra republicana de Catalunya en compagnie d’autres militants anarcho-syndicalistes.

458 Peut-être s’agit-il du romancier espagnol José Martinez Ruiz « Azorin », figure caractéristique de la « génération de 1898 ».

459 Manuel Cordero, dirigeant syndicaliste (UGT), avait été l’un des organisateurs des « Artes blancas » (syndicat des boulangers) au début du siècle. Il fit partie de la délégation du PSOE lors des négociations de 1935 qui jetèrent les bases du Frente popular.

460 Rodriguez Vega était le secrétaire général du nouvel exécutif de l’UGT mis en place après l’exclusion de Largo Caballero (1eroctobre 1937).

461 Socialiste, Felipe Pretel était l’un des vice-commissaires généraux des commissaires politiques mis en place dans les unités républicaines en octobre 1936 à l’initiative des communistes et sous la direction d’Alvarez del Vayo. Il s’était progressivement rapproché du parti communiste, sans y adhérer officiellement. Il était trésorier de l’UGT.

462 Le Dr Junod, de la Croix-Rouge, parvint à négocier en décembre 1937 l’échange de petits groupes de prisonniers avec l’appui de l’ambassadeur de Grande-Bretagne à Hendaye.

463 Jean Giono (1895-1970) avait dénoncé le machinisme et la ville dans les Vraies Richesses (1936) et Bataille dans la montagne (1937). Cet écrivain au lyrisme cosmique était un pacifiste convaincu qui venait de publier Refus d’obéissance (1937).

464 La France a produit en 1937 423 avions de combat contre 569 en 1936. Le décollage n’interviendra qu’en 1939, année où la production atteindra 2 125 appareils.

465 Il y avait, en 1937, 38 495 travailleurs employés dans l’industrie aéronautique française.

466 Si le 7 septembre 1936 le gouvernement a accordé 14 milliards pour les besoins du réarmement, c’est l’armée de terre qui a essentiellement bénéficié de cet effort financier sans précédent. La nationalisation des industries de guerre (11 août 1936) a facilité la rationalisation de la production aéronautique. C’est en 1938 que Daladier, devenu président du Conseil, donnera la priorité à l’aviation.

467 L’Humanité mène alors une campagne sur ce thème dans ses rubriques « Notre Paris » et « Paris-Banlieue ». Voir par exemple « La démolition des îlots insalubres ne doit pas être pour certains une bonne affaire » dans le numéro du 29 novembre, par René Le Pape.

468 Raymond Guyot va succéder à Paul Vaillant-Couturier. Il l’emportera au premier tour, par 11 267 voix sur 22 131 suffrages exprimés, sur ses adversaires Jean-Louis Moine (PSF) et Émile Legrand (PPF).

469 Au Grand Conseil fasciste, Mussolini annonce le 11 décembre 1937 le retrait de l’Italie de la SDN, à laquelle elle ne déléguait plus de représentant depuis 1935.

470 Marcel Donon (1879-1943), ingénieur agricole, était sénateur radical du Loiret depuis 1920.

471 Imaginée par le tsar Alexandre Ier afin de préserver l’ordre issu de la défaite napoléonienne, la Sainte-Alliance fut signée le 26 septembre 1815 par les souverains russe, autrichien et prussien. Accord d’assistance mutuelle imprégné de mysticisme, le texte fut précisé le 20 novembre, donnant naissance à une ligue de Quadruple Alliance à laquelle s’était jointe l’Angleterre.

472 Ida Treat (1889-1978), professeur de langue et de civilisation française, paléontologue, était issue d’une famille protestante aisée établie aux États-Unis depuis le XVIIe siècle. Mariée à Paul Vaillant-Couturier (dont elle se sépara en 1934 avant de divorcer le 10 juin 1937), elle avait collaboré à Clarté et Vu. Elle avait effectué de fréquents séjours en Ariège, menant à bien d’importantes fouilles et exhumant un squelette azilien. Elle rendit compte dans l’Humanité de l’évolution de la recherche internationale en paléontologie. Elle avait acheté en 1927 à la famille Sadoul une maison à Bréhat, en Bretagne, non loin de celle des Cachin.

473 Clément (Fried).

474 Adrien Mouton (1902-1988), mineur dès l’âge de douze ans, rallia en 1920 l’Internationale communiste des jeunes. Installé à Marseille en 1926, il devint en 1930 le secrétaire de la région méditerranéenne du PC. Impuissant à surmonter la faiblesse de l’organisation locale, entretenue par la ligne générale anti socialiste, il fut remplacé à ce poste en 1934 par François Billoux. En 1936, il fut élu député des Bouches-du-Rhône. Le succès publicitaire du congrès d’Arles, à forte coloration régionaliste, lui est en grande partie imputable.

475 Louis Dauzier (1873-1946), tailleur, sénateur (Gauche démocratique) du Cantal, avait été maire d’Aurillac de 1919 à 1935.

476 Ivan Maïsky (Liakhovetsky) (1884-1952), menchevik, avait rejoint le PC à la fin de la guerre civile. Il était ambassadeur de l’Union soviétique en Grande-Bretagne depuis 1932.

477 Dans sa nouvelle formule, l’Humanité offrait à ses lecteurs Félix le chat en bande dessinée, la Reine Margot d’Alexandre Dumas en feuilleton, ainsi qu’un roman policier d’Edgar Wallace (Quelqu’un a tué). Elle publiait également une enquête de la journaliste Claude Deroy, « Sans famille », dont le premier article traitait de « l’histoire d’une fille-mère et d’une femme que son mari battait ».

478 Zoïa Petrovna Kouznetskaïa (1903-1979), issue d’une famille de bolcheviks, avait épousé Adrien Mouton à Moscou en septembre 1925. Elle accompagna alors en France son époux avec lequel elle s’installa en Arles lorsqu’il fut élu député de cette ville, en mai 1936.

479 Caius Marius (157-86 av. J.-C.), consul romain, vainquit les Teutons en Provence près d’Aix (102 av. J.-C.).

480 Esprit Pioch (1895-1951), commis greffier du juge de paix des Saintes-Maries-de-la-Mer (Bouches-du-Rhône), avait été élu maire (SFIO) de cette ville en 1921. Ayant rejoint le PC en 1926, il conserva son mandat mais fut arrêté en 1933 en raison de malversations commises dans sa gestion municipale. Condamné (en pleine affaire Stavisky) à cinq ans de réclusion, il fut libéré en 1937. Quoique inéligible, il fut présenté par le PCF en octobre 1937 aux élections pour le siège de conseiller général aux Saintes-Maries. Élu, il fut désigné le 20 octobre comme vice-président de la commission des finances du Conseil général. L’affaire apparaissant difficile à assumer par le Parti, Pioch se retira peu après de la vie politique.

481 Èugène Panisse (1900-1971), cheminot puis employé municipal, était le candidat communiste aux élections locales d’Arles depuis 1931. En octobre 1937, il venait d’être élu conseiller général dans le canton d’Arles-Est. Il fut chargé de l’organisation matérielle du congrès du PCF.

482 Marcel Gontier, né en 1899, travailla dès l’âge de treize ans chez Solvay aux Salins-de-Giraud (Bouches-du-Rhône). Membre du PC depuis 1929, il fonda la cellule communiste de Salins. Il venait d’être élu en octobre 1937 conseiller d’arrondissement du canton d’Arles-Ouest grâce au désistement du socialiste sortant François Gras.

483 La volonté d’immersion du PCF dans la société française se traduisit par de multiples initiatives à l’occasion du congrès d’Arles : représentation de l’Arlésienne d’Alphonse Daudet, interprétée par le Théâtre de l’Odéon au théâtre municipal d’Arles les 27 et 28 décembre ; gala artistique (l’Arlésienne de Georges Bizet) avec la participation de troupes locales ; projections cinématographiques (le Temps des cerises, la Vie d’un homme en hommage à Paul Vaillant-Couturier, Terre d’Espagne de Joris Ivens). L’intérêt porté à l’enfance française se manifestait à travers une distribution de jouets tandis qu’à Montreuil le concours du plus beau bébé organisé par le Parti réunissait 500 concurrent(e) s (l’Humanité du 31 décembre 1937).

484 Toréador provençal, le raseteur (de « rasetaire », fin XIXe siècle) descend dans le plan ou l’arène pour enlever la cocarde des taureaux. Amateur au temps de la course libre, le raseteur s’est progressivement professionnalisé. Cachin utilise correctement la graphie la plus usitée de son temps.

485 Joseph Imbert (1903-1945), docteur en médecine, était conseiller général (SFIO) du canton d’Arles-Ouest depuis 1934 et maire d’Arles depuis juin 1936, date à laquelle il succéda à Sixte-Quenin.

486 Boussahbah Kaddour dit Kaddour Belkaïm (1911-1940), ouvrier boucher, était depuis 1936 secrétaire de la région oranaise du parti communiste algérien. Il entra en 1937 au secrétariat du PCA.

487 De confession luthérienne, Hans Kerrl (1887-1941) était un militant national-socialiste de la première heure. Ministre des Cultes depuis juillet 1935, il avait soutenu le mouvement des « chrétiens allemands », qui s’était essayé à la difficile synthèse du christianisme et du nazisme.

488 Robert Millet était chroniqueur de politique intérieure au Temps.

489 Né en 1885, Émile Mireaux, normalien, agrégé d’histoire et de géographie, était codirecteur du Temps depuis 1932. Il était sénateur (Union démocratique et radicale) des Hautes-Pyrénées depuis 1935.

490 Sans doute s’agit-il du docteur Étienne Gauthier, né en 1885 et qui exerçait à l’hôpital Saint-Joseph de Marseille. Issu de l’Action française, il fit un rapport en décembre 1937 à la conférence régionale du PC sur les relations entre communistes et catholiques.

491 André Miffre (1908-1978), ancien mécanicien de la marine marchande, était technicien du pétrole. Secrétaire administratif de la section communiste de Port-de-Bouc (Bouches-du-Rhône), il était délégué fédéral du syndicat CGT des produits chimiques pour la région méditerranéenne.

492 Marcel Lambert était le secrétaire adjoint de la section socialiste de Martigues (Bouches-du-Rhône).

493 Émile Buré (1876-1952) dirigeait le quotidien l’Ordre, qu’il avait fondé en 1929. Seul de toute la presse de droite, il soutenait la cause gouvernementale en Espagne tout en s’opposant à la politique du Front populaire français. Sceptique, mesuré dans ses jugements, il prônait une ligne de résistance face aux États totalitaires qui recueillait l’assentiment d’un lectorat sans cesse plus réduit (environ 10 000 exemplaires diffusés).

Notes de fin

1 Page rayée.

2 Suit un emploi du temps sommaire de ses activités en décembre.

© CNRS Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search