Version classiqueVersion mobile

Carnets. Tome IV

 | 
Marcel Cachin

Année 1936

Carnets Marcel Cachin. Année 1936

Texte intégral

15 081 RJ9 72 chevaux auto-serreur.

2Commerce international : 750 milliards en 1929. 280 milliards en 1932

  • 1 Le mot d’ordre, avancé le 4 mai 1935 devant une promotion d’élèves de l’Armée rouge, succédait au s (...)

3« Les cadres décident de tout » (Staline)1.

  • 2 À Vienne, le Congrès international catholique du 9 septembre 1933 avait été l’occasion de grandes m (...)

4« Le pape n’a pas de désir plus vif que de voir repousser et battre le bolchevisme. Il se réjouit toutes les fois qu’un pouce de territoire d’un pays est purifié de cette peste. Il attend ardemment le jour où la Russie en sera débarrassée. Dans ce but, chaque État doit se servir de tous les moyens... » (Vienne, sept. 1933. Le légat du pape, Congrès international catholique2).

  • 3 Le 15 mai 1891, l’encyclique du pape Léon XIII avait accéléré l’édification du mouvement démocrate- (...)

5« Depuis le péché originel le travail est devenu une nécessité imposée comme une expiation et accompagnée de souffrance. La terre est maudite à cause de toi. C’est par un travail pénible que tu tireras ta nourriture tous les jours de ta vie... ». Rerum Novarum3.

6« S’il est nécessaire de s’unir, passer des accords en vue d’atteindre des buts pratiques. Mais ne faites pas commerce de principes. Ne faites pas de concessions théoriques ». (Marx).

7Les arts libéraux, ceux que l’homme libre peut exercer sans déchoir par opposition aux arts mécaniques et serviles dévolus aux esclaves.

8« Le gentleman est celui qui pour offrir un whisky à un ami pose la bouteille sur la table et va se mettre à la fenêtre » (Mark Twain).

9Le communisme est la logique vivante de la démocratie. Il faut étonner le monde par de grandes choses qui ne soient pas des guerres.

  • 4 In Faust, drame de Goethe en deux parties (1808 et 1831).

10« Tu seras libre comme le vent des montagnes. Je suis l’esprit qui dit toujours non »4

11« Les hommes font leur propre histoire. Mais ils ne la font pas arbitrairement dans les conditions choisies par eux. Ils la font dans des conditions données et héritées du passé » (Marx).

12Seul le socialisme prépare les conditions matérielles de la culture de l’esprit. Voilà comment il relèvera l’individu.

13 Les conditions économiques sont finalement déterminantes. Mais il faut interpréter cette idée dialectiquement et non comme une équation du 1er degré. Le grand cours des choses se produit sous la forme d’actions et de réactions de forces très inégales ; mais le mouvement économique est de beaucoup la force la plus décisive. Il n’y a rien d’absolu, tout est relatif.

14« La liberté consiste à comprendre la nécessité. L’anatomie de la société civile, il faut la chercher dans l’économie politique » (Marx).

  • 5 In Critique de la philosophie du droit de Hegel. Écrit en 1843, ce travail fut publié en 1927 en UR (...)

15« La misère religieuse est l’expression de la misère réelle et une protestation contre la misère réelle. La religion est le soupir de la créature accablée par le malheur. L’âme d’un monde sans cœur, comme elle est l’esprit d’une époque sans esprit. C’est l’opium du peuple. La destruction de la religion comme bonheur illusoire du peuple est une exigence de son bonheur réel » (Marx)5.

16Le capitalisme est éternel car on ne peut travailler sans espoir de profit.

17Valeurs des immeubles français 300 milliards, valeur locative 15 milliards.

18Budget de la France 20 % du revenu national.

19Blé : 28 F quintal Canada. Charbon anglais 7 £ (?) la tonne. Enfin 113 F fonte française, 19 fois plus que la fonte GB et 23 fois plus que la fonte US-GB.

20Recettes des assurances sociales 18 milliards, dépenses assurances sociales 5 milliards.

21Enseignement primaire : 3,6 millions laïcs ; 850 000 religieux. Enseignement secondaire : 226 000 laïcs ; 180 000 religieux. ; 98 000 étudiants dont 23 000 femmes, 15 000 bacheliers par an.

2230 milliards investis dans 230 sociétés capitalistes françaises.

2375 maisons à succursales, 14 000 magasins, 5 milliards affaires.

24En France, 133 000 instituteurs, 82 000 syndiqués, 6 000 profs enseignement secondaire. 250 000 extrême gauche, 1 500 droite, 2 000 indécis.

251933 en France 224 558 recrues, 98 855 niveau supérieur ou égal au certificat d’études, 109 143 n’ont pas le CEP et savent lire et écrire, 8 115 ne savent que lire, 8 442 ne savent ni lire, ni écrire. (Cette statistique ne comprend pas les jeunes filles).

26En 1929, total des salaires français : 72 milliards. En 1934 perte du pouvoir d’achat des chômeurs : 34 milliards. 600 000 ouvriers étrangers consomment plus ayant été chassés. Des centaines de milliers de jeunes à charge à leur famille ; réduction des revenus des petits rentiers.

27Migration malsaine des capitaux. Les États-Unis ont reçu en ces trois dernières années 86 milliards d’or. Ils redoutent l’expansion du crédit. Les producteurs d’argent sont mécontents. L’épargne universelle affolée se rue à New York où la bourse fait monter artificiellement les valeurs qui valent trois fois plus depuis deux ans. L’Europe envoie tout son or pour acheter des titres enflés. Cette hausse et ces jeux de bourse sont inquiétants.

  • 6 Suivant en cela l’économiste soviétique Eugène Varga, l’Internationale communiste voyait dans cette (...)

28Les crises renforcent la concentration. La petite industrie a connu depuis cinq ans un effondrement massif en Allemagne, aux États-Unis. La centralisation des capitaux dépasse la centralisation de la production. Japon : cinq banques centrales, Angleterre : cinq banques centrales (74 % des dépôts), Allemagne et France : 100 à 200 personnes dirigent les sociétés anonymes. Il y a une interpénétration des banques et de l’industrie. L’État pénètre de plus en plus le capital financier et réciproquement6 . Aux États-Unis et dans les pays fascistes cartellisation obligatoire. Syndicalisation des ententes industrielles en France.

  • 7 En juillet 1935, le président du Conseil Pierre Laval (1883-1945) s’essaya à une politique de défla (...)

29 Classes moyennes. L’association des porteurs de rentes françaises réunie 18 octobre. Les décrets-lois7 leur ont enlevé 950 millions. Depuis 1931 la valeur de leurs fonds d’État s’est abaissée de 29 milliards. En 1926, dévaluation du franc, ils ont perdu 4/5 de leur capital et de leurs revenus. La conversion de 1932 leur a fait perdre 1 200 millions de revenus annuels.

30 Machinisme. Mille ouvriers pourvus du matériel des usines Smith à Milwaukee peuvent alimenter en châssis tous les fabricants d’automobiles du monde entier. Les machines-outils remplacent les hommes à la chaîne. (Petit Parisien 30 décembre). Une tricoteuse fait 200 mailles par minute à la main. Un métier à tricoter fait 480 000 mailles à la minute. Avant la machine 200 ouvriers faisaient 2 500 cigarettes par minute. Avec la machine il faut deux ouvriers. En un an la production de charbon anglais a augmenté de 360 000 tonnes avec 14 500 mineurs de moins. Il y a des machines qui font des souliers sans aucun ouvrier. On met en prison la machine Corning à fabriquer les lampes à incandescence : 10 machines et 12 hommes satureraient le monde entier de lampes électriques. 800 ouvriers font 150 camions automobiles par jour. Un homme avec un bon outillage fait 22 000 briques par jour ; 137 m2 de béton. Avec la pelle mécanique on fait en trois heures ce qu’il faut cent cinquante heures à un ouvrier à la main. Avec une machine Alsthom, quatre ouvriers font 30 000 kilos de pain par jour !

  • 8 Le parti communiste ne se départit pas, à l’époque du Front populaire, de son hostilité à une déval (...)

31 Manipulation monétaire 8. Elle donnera des milliards au trésor qui les distribuera aux particuliers et la reprise générale sera amorcée. Non ! Car les salaires des ouvriers, les revenus des rentiers, les pensions ne seront pas augmentés, donc la capacité d’achat des consommateurs ne sera pas augmentée. On dit : la vie n’augmentera pas. Alors pourquoi ne pas dévaluer à fond ? On comblerait vite les déficits. Un tonneau contient 100 litres de vin ; ajoutez 10 litres d’eau, vous aurez 110 litres, mais ce sera de la piquette ! Le pouvoir d’achat et la monnaie sont deux choses. Les lettres de l’alphabet ce n’est pas de la littérature. Ce que l’un gagne grâce aux prix, un autre le perd, est perdu par un autre. La capacité d’achat ne cesse de diminuer. Les prix n’augmentent pas la masse de capacité d’achat que les consommateurs ont à se partager. Et la thésaurisation ? Si l’argent circulait davantage la production augmenterait et elle est déjà trop grande pour la capacité d’achat. Et les exportations ? Si nous dévaluons, les autres aussi !

32 Économie dirigée : expédient. Hatier (?) (Revue des Deux-Mondes novembre) prouve que l’agriculture dirigée a ruiné les finances françaises. On a détruit : 26 millions sacs café en 1933, 34 millions de sacs café en 1934, 35 millions de sacs café jusqu’en septembre 1935. Qu’est-ce que le retour à la libre économie ? C’est l’anarchie profitable aux privilèges du capital et aux razzias de la spéculation ; c’est la domination de la haute finance et de l’industrie sur les ouvriers, les paysans et les classes moyennes.

33Roosevelt a fait de l’économie dirigée. Dirigée vers quoi ? Vers le rétablissement de la vieille économie ! Résultats : 12 millions de chômeurs, 12 millions de jeunes gens (19 à 29 ans) n’ont pas de place, 600 000 jeunes sont dans des camps de travail, 75 F par mois. Deux écoliers sur cinq sont sous-alimentés. Le déficit budgétaire : 100 milliards de francs. 3 millions de paysans reçoivent en 1934, 13 milliards pour les indemniser de ne plus cultiver. Les banques et les industries ont reçu 150 milliards de prêts à long terme pour éviter l’effondrement. On retarde leur écroulement. La vie augmente, renchérit. On fait de grands travaux publics pour améliorer l’irrigation et la culture, au moment où on paye les paysans pour ne plus cultiver leurs terres et les laisser en jachère. On a distribué 250 milliards gratuitement. Aux dépens de qui ? En octobre 1936, il reste 12 millions de chômeurs aux États-Unis, ils coûtent 4,5 milliards de dollars. On donne 50 dollars pour quatre semaines à condition de trois jours de travail par semaine.

34Staveski : chef des Études marxistes à Moscou.

  • 9 Alfred Rosenberg (1893-1946) a voulu donner au mouvement nazi, auquel il appartenait depuis 1919, s (...)

35National-socialisme (Nouvelles littéraires 2, 9 mai). Alfred Rosenberg9 : « Le mythe du 20e siècle » : 1°) Apologie des valeurs nordiques (Allemagne). 2°) Critique des valeurs périmées des États européens 3°) Pangermanisme 4°) Décadence du Sud catholique, de l’Ouest démocrate et ploutocratique, de l’Est communiste qui ont subi l’influence de l’intellectualisme sémitique.

36Dans le nazisme :

  • Force intérieure
  • Puissance d’exaltation
  • Le mysticisme du sang, c’est la révolution la plus grande de tous les temps. La dominante raciale, le sang s’oppose à l’intellect
  • Apologie de l’instinct et de ses ardeurs contre l’intelligence
  • Il faut obéir aux commandements du sang, de l’inconscient, du subconscient

37S’intellectualiser, c’est dégénérer, s’égarer dans des abstractions, se mêler par goût de nivellement social à des éléments étrangers. Le sens particulier de la vie organique saine vient du septentrion. Pas l’humilité du christianisme, mais le dynamisme par la lutte et la conquête ; écartons la bonté, la pitié, la paix. Honneur, héroïsme, liberté intérieure, ce sont les vertus du führer. (Philosophie élémentaire de géants puérils).

38La guerre a séparé l’histoire du monde en deux périodes. Les grandes constructions économiques se sont effondrées. Les partis politiques ont disparu. Les idées et les convictions sombrent dans le néant. Il faut une foi et des croyances nouvelles, une nouvelle vision mystique. Les deux adversaires sont : le libéralisme d’Occident et le marxisme. Il faut rompre avec la France et la Russie. Rationalisme bourgeois et marxisme ont leur origine dans l’intellectualisme, le matérialisme et l’industrialisme. L’industrie a vidé les campagnes, déraciné, créé l’ouvrier de grande industrie (séparé de la nature et des vertus raciales), produit le libéralisme et le marxisme et aussi un grand capital, la lutte des classes, le faux pacifisme, la haine de la propriété qui est nécessaire. D’où la décadence du monde. Il faut le régénérer. Il faut une foi nouvelle qui repose sur le mystère du sang. Il faut remonter à l’aryanisme. Il faut créer des citoyens authentiques non plus déracinés, mais qui appartiennent de tout leur être à leur peuple. L’histoire des races est donc primordiale. D’elle découle une nouvelle conception de l’histoire. Il faut sauvegarder l’homme germanique. La clef de voûte c’est le pouvoir absolu du führer, incarnation du destin et de la volonté nationale. Il ne faut pas de religion qui détourne le citoyen du culte de la Nation. L’Allemagne est la mère des peuples et la garante de la paix.

39 Corporatisme. Les corporations actuelles ont été appelées artificiellement à la vie. C’est non du corporatisme mais de l’économie dirigée par un État capitaliste pour éviter le socialisme. Les corporations correspondaient à l’économie urbaine. Quand l’économie est devenue nationale et internationale elles sont mortes. Elles étaient faites pour un petit marché local. La division du travail les a tuées. La lutte des classes est la pierre d’achoppement du corporatisme. La corporation c’est le monopole ; corporation et nationalisme se complètent ; ce sont deux régressions qui appellent la dictature fasciste.

  • 10 Avocat, chef de l’Alliance démocratique, Pierre-Étienne Flandin (1889-1958) avait succédé à Doumerg (...)

40 Année économique 1935. Flandin10 et Laval ont prétendu diriger l’économie pour faire reprendre les affaires. Résultat :

  • Le loyer de l’argent a été relevé
  • La thésaurisation n’a pas diminué (40 milliards), la dette publique s’est accrue (20 milliards)
  • Le coût de la vie s’est accru
  • Les impôts ne rentrent plus. Les impôts indirects présentent des recouvrements inférieurs de 4 milliards et demi aux prévisions budgétaires

41L’encaisse or de la Banque de France est ramenée à 66 milliards au lieu de 82 milliards. Les fonds d’État ont baissé de 10 %. Les salariés d’État ont perdu 10 %. Les chômeurs sont 453 000 inscrits, c’est le plus haut chiffre. Le prix des produits agricoles est inférieur à celui de 1934. Le blé vaut 65 F à la ferme ; le pain 32 sous le kilo. (En 1922 le pain valait 20 sous et le blé 78 F). La production de la fonte, 490 000 tonnes par mois, en diminution sur 1934. Régression de 4 milliards et demi sur les chiffres du commerce extérieur. 700 000 wagons chargés de moins qu’en 1934. Le 3 % valait 90 F or en 1914. Aujourd’hui 70 F papier. Les plus-values de propriétés dans la Seine : 40 milliards. La valeur des maisons à Paris 100 milliards. Importation en France en 1936 : 44 600 millions, exportation de France en 1936 : 29 300 millions. 1935 a été favorable aux banques françaises organisées en consortium plus de concurrence. Crédit lyonnais, Société générale, Comptoir d’escompte, Crédit commercial de France, Crédit industriel et commercial, Banque nationale pour le commerce et l’industrie, centralisent les ressources bancaires. Elles réservent les crédits aux trusts. Elles ont tué les petites banques qui donnaient des crédits aux moyens, artisans, industries, commerces.

42Le marxisme est la science de la libération humaine.

  • 11 Historien, Henri Wallon (1812-1904) est le grand-père du spécialiste de la psychologie de l’enfance (...)

43Le 31 janvier 1875, Wallon11, membre de l’Assemblée nationale, fait voter par 353 voix contre 352 un amendement qui consacrait pour la première fois la République en l’inscrivant officiellement dans la constitution. Le président de la République est élu...

  • 12 L’expression désigne le processus de reconstitution du parti prolétarien, par fusion du PCF et de l (...)

44Unité organique12. Conditions :

  • Dictature du prolétariat
  • Entente et action internationale
  • Structure du Parti, discipline, idéologie
  • Défense de l’URSS
  • 13 Jean Chiappe (1878-1940), préfet de police de Paris depuis 1927, avait été révoqué par Daladier le  (...)

45Saint-Tropez. 5 000 habitants, se dépeuple. Beaucoup de fermiers. Vie demeurée provençale malgré l’invasion des Volterra, des princesses de Grèce et des Chiappe13. Beaucoup plus provençale que les Alpes-Maritimes.

46 Huma. Septembre 1935 : 101 586 : vente quotidienne région parisienne, 18 159 : province.

47Abonnés fin 1935 : 17 500.

48 Compte bénéficiaire d’exploitation 1934 : 430 000.

49Compte bénéficiaire d’exploitation 1935 : 1 million.

50En 1933-1934 : Œuvre 7 210 000 n° 5, Popu : 6 717 000 n° 5, Huma : 12 351 000 n° 5.

  • 14 Georges Dangon (1884-1956) dirigeait depuis 1913 l’une des plus importantes imprimeries de la press (...)

51 L’Huma donne à Dangon14 3 millions et demi par an. Publicité Huma 1934 : 800 000 F brut, 1935 : 1 200 000. Là-dessus la Hermès coûte à l’Huma 200 000 000 par an.

52[ill.] consulat. Bensimon 40, rue de la Darse (?).

  • 15 Comités de défense de l’Humanité.

53 Huma décembre 1935 Marseille. Vente Marseille dépositaires 3 132 jours. 240 cartes CDH15. CDH démarche 3 400. Lancement le 17 novembre 8 500. Marseille veut faire une Huma quotidienne.

  • 16 Le 13 février 1936, Léon Blum avait été agressé par certains participants du cortège funéraire de l (...)

54 Huma du 13 au 16 février (Blum16) 38 718 kiosques Paris 19 % invendus.

55 Popu tirage 243 000 le 14, 180 000 le 15, 180 000 le 16, 140 000 le 17. Tirage normal 110 000. Vente Paris 16 000. Le 15 et 16, invendus 60 %.

56 Huma 71 000 Paris lundi 17. 51 000 mardi.

57Le transport d’1 Huma en province coûte 9 centimes. L’Huma de province coûte très cher, plus on vend, plus on perd.

58Ventes Paris : 1931 : 21 800, 1935 : 30 150.

1936
Vente 1re quinzaine de mars 43 229
Vente 2e quinzaine de mars 39 685
Vente 1re quinzaine d’avril 38 692
Vente 2e quinzaine d’avril 48 481 (26 300 en 1931)
Vente 1re quinzaine de mai 55 238 (28 000 en 1931)
Vente 2e quinzaine de mai 50 751
Vente 1re quinzaine de juin 89 709 (26 900 en 1931)
Vente 2e quinzaine de juin 61 700 (35 000)
Vente 1re quinzaine de juillet 59 700
Vente 2e quinzaine de juillet 57 540
Vente lre quinzaine d’août 55 180
Vente 2e quinzaine d’août 54 409
Vente 1re quinzaine de septembre 59 524 (1)
Vente 1re quinzaine d’octobre 64 448 (2)

(1) 2e quinzaine septembre manque.
(2) série de chiffres incompréhensible.
2e quinzaine octobre 1935 : 38 453.

Janvier

Mercredi 1er janvier 1936

  • 17 Depuis la mort d’Henri Barbusse (1873-1935), le PCF s’efforçait de susciter le culte de la mémoire (...)

59Il pleut ! Saint-Raphaël. Pour la mémoire de Barbusse17. Le couloir lumineux du Rhône. L’azur méditerranéen. L’allégresse de la grande lumière. Le Rhône, fleuve forcené, infuse l’enthousiasme. C’est la grande route du soleil.

  • 18 La Ligue des volontaires nationaux est issue, en septembre 1933, de l’union du Regroupement nationa (...)
  • 19 Du 22 au 25 janvier 1936 s’est tenu à Villeurbanne le VIIIe Congrès du PCF. Marcel Cachin rapporta (...)

60Tirage de ma lettre au Volontaire national18 : 200 000 épuisés. Au congrès19, le parti français depuis mars 1932 à juin 1936. Pourquoi nos succès ? A cause de notre politique unitaire. Parce que nous avons un but clair. Le pays va à la ruine. Le salut c’est notre plan. Nous voulons élever la classe ouvrière, le prolétariat au rang de classe régnante. La révolution sociale et la culture sont parallèles.

61La reprise économique en France n’est arrêtée que par l’instabilité politique. Avec la tranquillité politique, la crise s’atténuerait et aussi avec la paix sociale. C’est la politique qui met obstacle à l’amélioration de la conjoncture (le Temps).

  • 20 Pour rastaquouère. Désigne les étrangers menant grand train et aux revenus d’origine douteuse.

62A Saint-Tropez, Volterra du Casino de Paris, maire fasciste. Deux communistes au conseil municipal parce que les royalistes ont voté pour eux : Seillon, Richaud. Vie chère. Orgies à la Tour. Stavisky. La latitude. Magalli Boutin, Volterra et sa femme !!! Don de 10 000 F aux enfants. Poisson très cher. Les rastas20 font renchérir les impôts et la vie.

  • 21 Né en 1891, membre du Centre républicain d’André Tardieu, Horace de Carbuccia était depuis 1932 dép (...)

63Chiappe, Carbuccia21, Guimier et Sainte-Maxime.

641935 : CGT : 600 000, CGTU : 275 000, autonomes : 50 000.

Mardi 2 janvier 1936

  • 22 Responsable du PCF niçois, Virgile Joseph dit Barel était instituteur. Élu député en mai 1936, il p (...)
  • 23 Il s’agit du Cri des travailleurs des Alpes-Maritimes, lancé en 1935.
  • 24 Pierre Thurotte, né en 1900, journaliste, avait été conseiller municipal socialiste de Saint-Quenti (...)
  • 25 Il s’agit là d’un exemple caractéristique des remous provoqués chez les éléments les plus antimilit (...)

65Saint-Tropez (4 600 habitants), Chemin des Moulins, boulevard P. Signac. Nice, Barel22, 22, rue Vernier. Parti à Cannes. École avec F. et 23 élèves. Raymond, secrétaire JC pour la région. Vergèze, mutilé 100 % responsable de l’Huma, prier Pélissier de signaler ses succès. Pastorelli, secrétaire Antibes. Spartacus : Floris, Bertou, employés de banque. Laroche, linotypiste, directeur du Cri23, 7 000 numéros. Rouzat sympathisant. Thurotte24 socialiste à Nice, secrétaire fédéral-adjoint (?) parti socialiste faible dans les Alpes-Maritimes. Damet à Espérandes. A la Trinité Sainte-Victoire, faubourg de Nice, la marchande journaux qui vendait 30 Eclaireurs, vend 30 Huma. La cellule de Cogolin réclama en mai 1935 l’exclusion de ce Staline qui agit tout seul de complicité avec Laval sans consulter les amis25. Nicolas, maître d’hôtel : Grand Hôtel de l’Estérel, Le Trayas.

Vendredi 3 janvier 1936

66Fayence. Mourlan. Démence. « Le petit bourgeois » est un petit producteur produisant en régime d’économie marchande. Il est voué au devoir sacré d’être éternellement une bête de somme. Il produit peu. Il est attaché à un endroit déterminé. La peur de perdre sa parcelle ou son outil l’oblige à renoncer à toute juste rémunération. La bourgeoisie a détruit toutes ces traditions du servage. L’économie marchande s’est transformée en économie capitaliste.

67La dialectique pour les marxistes, c’est le mouvement des choses à travers leurs contradictions dont le mouvement de l’esprit n’est que le reflet dans la conscience.

Samedi 4 janvier 1936

  • 26 Jean Laurenti (1893-1977), métayer communiste, était président de l’Union paysanne des Alpes-Mariti (...)
  • 27 Né en 1865, Neuville (Union démocratique et radicale) était sénateur de l’Eure.
  • 28 Né en 1886, Jean-Marie Guastavino était, depuis 1932, sénateur radical d’Algérie.

68Toulon. Marseille. J. Laurenti26, président de l’Union départementale des paysans travailleurs, convoqué au Sénat par Neuville27, rapporteur. Laurenti parle au nom des producteurs de fleurs et plantes à parfum. La chambre syndicale de défense paysanne. L’union départementale des syndicats de paysans travailleurs des Alpes-Maritimes m’adresse un rapport pour faire hâter par le Sénat le vote de la loi Guastavino28. Visite à Laurenti, les Cayrons, Vence.

69Descartes :

  • Il oppose l’esprit d’examen au principe d’autorité.
  • Il introduit l’idée de loi dans la science physique où régnait encore la métaphysique et les entités.
  • La raison est l’arbitre unique de nos connaissances.
  • Il s’oppose donc à toute la pensée théologique du Moyen Age.
  • Son rationalisme est révolutionnaire. Il est un des maîtres de la bourgeoisie. De lui dérive le XVIIIe siècle.

Dimanche 5 janvier 1936

70Marseille-Paris. En France, dépôts dans les banques : 45 milliards de francs. En Grande-Bretagne, dépôts dans les banques : 200 milliards de francs. Le blé à 90 F le quintal est en France rémunérateur. Dans le monde on produit 200 millions d’hectolitres de vin au lieu de 130 millions en 1900. Or le commerce du vin diminue tragiquement. Combien la politique du blé a-t-elle coûté à la France ? Viticulteurs : 1 million et demi en France, 20 000 en Algérie.

71Le matérialisme français du XVIIIe siècle fut une lutte contre la métaphysique du XVIIe siècle. Contre Descartes, Malebranche, Leibnitz, Spinoza, contre la théologie, contre la religion. Ses théories sont celles de la bonté originelle et des mêmes dons d’intelligence chez tous les hommes, de la toute-puissance de l’expérience, de l’habitude, de l’éducation, de l’influence des circonstances extérieures sur l’homme, de la haute importance de l’industrie, des mêmes droits à la jouissance. Et ces théories se rattachent au socialisme et au communisme. Pour Diderot, obéir à la nature, être bienfaisant, voilà l’obligation morale.

Lundi 6 janvier 1936

  • 29 Pierre Bayle (1647-1706) écrivit un pamphlet en faveur de la liberté civile (la France toute cathol (...)
  • 30 Fermier général, collaborateur de l’Encyclopédie, Pierre Helvétius (1715-1771) s’affirma comme doct (...)

72Paris (secrétariat 2 h). Marx dans la « Sainte Famille » fait l’histoire du matérialisme français. Sa lutte contre la spéculation enivrée de Descartes, Spinoza, Leibniz, Malebranche. Contre la métaphysique : le médecin Leroy, le médecin Cabanis, le médecin La Mettrie, Hobbes, Gassendi. Matérialistes, antithéologiques, antimétaphysiques. Humains. La métaphysique et le dernier appui de la théologie. Helvétius, Condillac, Bayle, La Mettrie, Volney, Dupuis, Diderot, Mandevile, Holbach. Pierre Bayle29 prouva que l’athée peut être un honnête homme et que l’homme ne s’abaisse pas par l’athéisme, mais au contraire par la superstition et par l’idolâtrie. « On ne peut réaliser les grandes réformes qu’en affaiblissant la stupide vénération des peuples pour les vieilles lois et coutumes. » (Helvétius30). « Le communisme développé date directement du matérialisme français » (Marx). « L’intérêt personnel bien compris, les jouissances physiques, c’est le fondement de la morale. Le progrès de la raison, c’est le progrès de l’individu. L’éducation est toute-puissante. Les hommes sont d’intelligence égale. L’homme est bon » (Helvétius).

Mardi 7 janvier 1936

73Hegel : Le monde n’est pas un complexe de choses achevées, d’objets fixes donnés. Il est un complexe de processus où les choses en apparence stables passent par un changement ininterrompu de devenir et de dépérissement. Malgré les hasards apparents et les retours momentanés en arrière, un développement progressif se fait jour. Donc il n’y a pas de solutions définitives ni de vérités éternelles. Toute connaissance est bornée. Ce qui apparaît aujourd’hui comme vrai a son côté faux caché qui apparaîtra plus tard. Le hasard est la forme sous laquelle se cache la nécessité !

  • Découverte de la cellule unité de tout organisme
  • Découverte de la transformation de l’énergie
  • Découverte de Darwin. Ces trois découvertes ont permis de montrer l’enchaînement entre les phénomènes de la nature, non plus comme l’ancienne philosophie qui remplaçait des rapports inconnus par des rapports imaginaires, ou remplaçait le réel par l’imaginaire. Désormais on interprète dialectiquement les résultats de l’étude de la nature. On explique de même l’histoire de la société. L’histoire de la société, c’est l’histoire du développement du travail. Avec la société bourgeoise s’achèvera la préhistoire de la société humaine.

Mercredi 8 janvier 1936

  • 31 L’écrivain Louis Aragon (1897-1982) avait adhéré en 1927 au PCF, en compagnie d’autres membres du g (...)
  • 32 Organisation de masse du PCF, l’Association des écrivains et artistes révolutionnaires avait vu le (...)
  • 33 Peintre néo-impressionniste, Paul Signac (1863-1935) était l’un des fondateurs du Salon des indépen (...)

74Aragon31 doit répondre à l’AEAR32 de Marseille (80) Aragon pour les plaques de Signac33 sur la Hune [sic]. Les communistes de Saint-Tropez proposent de faire l’inauguration de l’avenue P. Signac le 15 août, anniversaire de sa mort. Démonstration en plein air sous la citadelle, avec des illustrations artistiques et politiques. L’avenue va du lavoir à l’avenue Foch.

  • 34 François Billoux (1903-1978) était la figure de proue des communistes de Marseille, où il déploya s (...)

75(Le scandale Croix-de-Feu de Saint-Tropez, envoyé à Billoux34 et à l’Huma).

76Tomazo, service des eaux.

77L’immoralité de Saint-Tropez accrue par la descente des rastas l’été. Les jeunes gens sont corrompus par ce spectacle. Saint-Tropez venu de Pise dans sa barque, la tête coupée avec le coq et le chien. Le coq alla s’envoler dans un champ de lin à Cogolin.

  • 35 Léon Jouhaux (1879-1954) était le secrétaire général de la CGT, depuis la scission qui avait entraî (...)

78À Marseille Jouhaux35 a été très mécontent : « Quatre congrès comme ça et je m’en vais ! »

79Le 28 janvier, CC national syndical d’unité, le 28 février, congrès fédéral d’unité.

80Visite au Sénat. Le secrétaire général de la présidence me dit : « Il n’y a plus rien à l’ordre du jour du Sénat depuis que le gouvernement règle tout par décrets-lois. »

Jeudi 9 janvier 1936

  • 36 Voir au 14 avril. En raison d’une « fuite », le programme du Rassemblement populaire fut publié dès (...)
  • 37 La remontée du mouvement gréviste entre janvier et mai 1936 (environ 50 grèves et 12 000 grévistes (...)
  • 38 Né en 1883, Jean Ybarnegaray était député des Basses-Pyrénées. Le 6 décembre 1935, il avait provoqu (...)
  • 39 L’idée de réformes de structure susceptibles de rallier les couches moyennes et applicables dans le (...)
  • 40 Sur la conception que se faisaient les communistes de l’unité organique, voir le bilan tiré par Man (...)
  • 41 Les ex-unitaires avaient proposé un bureau de neuf membres. À Toulouse, Jouhaux fit prévaloir son p (...)

81BP. Adoption du programme de revendications immédiates du rassemblement populaire36. Les grèves sont plus nombreuses pour le pain37. Elles sont souvent victorieuses. D’où des perspectives, car ces victoires vont jeter les prolétaires dans la lutte. Il faut s’occuper des chômeurs, et de la misère, des femmes, des inondations, grands travaux. Aujourd’hui il n’y a plus la même tension dans la classe ouvrière contre le fascisme. La manœuvre Ybarnegaray38 a réussi en partie. Il faut changer. Le Rassemblement vient de donner l’énumération, le catalogue des_revendications. Nous sommes hostiles à la préface. Mais ils ont maintenu la préface en l’amendant. Quant à la nomenclature des revendications il y manque les moyens financiers. Ils ne veulent pas entendre parler de faire payer les riches. La CGT est hostile à ce programme. Elle garde son plan39 qu’elle espère faire voter par la CGT unique. Les socialistes argumentent comme à Tours sur l’unité. Les cinq conditions de Dimitrov40 sont repoussées par les socialistes. Il est temps de donner la parole aux assemblées communes des ouvriers socialistes et communistes. Unité syndicale. Pour la direction provisoire 6 et 2 (Jouhaux) la convocation au CCN sera signée Jouhaux, Frachon. Nous pouvons avoir trois secrétaires à la CGT : Frachon, Racamond, Monmousseau41. Nous voulons avoir une manifestation d’unité au congrès sur les revendications pratiques ouvrières.

  • 42 Anna Pauker (1893-1960) fut membre du Comité central du PC de Roumanie et de l’appareil du Kominter (...)

82Mobiliser des hommes politiques et intellectuels pour assurer la défense d’Anna Pauker42. Mobiliser aussi le comité international des femmes et la presse. Envoyer une délégation à Bucarest.

Vendredi 10 janvier 1936

  • 43 Marcel Cachin passe ici en revue quelques-uns des bastions communistes dans le mouvement syndical à (...)

83Le fascisme est en déclin international (Roosevelt). L’important ce sont les manifestations économiques. On se bat moins contre le fascisme, on va se battre pour le pain, contre les décrets lois, deux luttes. Fédération cheminots : 15 000 membres et on recrute. TCRP43 parisienne : 10 000 membres. Nous avons la majorité dans les services publics de la région parisienne. Il y a 250 000 ouvriers métallurgistes dans la RP et 50 000 chômeurs. Il y a 10 000 cartes placées, on peut arriver à 20 000. Nous préparons les contrats collectifs. Délégation à la rue Lauriston. Dans l’Huma, la cinquième page ne doit pas être seulement pour l’unité, mais pour la lutte. Les mineurs sont 220 000 en France dont 70 000 au jour, pour l’utilisation des sous-produits.

  • 44 L’hiver a reservé nombre de difficultés aux troupes italiennes engagées depuis le 4 octobre 1935 da (...)

84Italie44. Diminution réserve d’or. Mussolini met la main sur les biens privés, l’or, plus de tourisme. 900 000 chômeurs, situation économique pénible. 1 lire, 0,70, sucre 8 lires le kilo, café, 35 lires le kilo.

  • 45 Rudolf Claus était le trésorier de la section allemande du Secours rouge international. En août 193 (...)

85Allemagne. Nombreux suicides, on paye aux paysans leurs bêtes à moitié prix, misère grise, sombre tableau, les salaires ne monteront pas, Goebbels ; des fortunes s’édifient. Exécution de Rud. Claus45

86Japon. Grande tension financière. Ils veulent faire de l’Asie leur colonie. Tant que l’influence anglaise en Chine ne sera pas détruite, pas de paix en Orient (Général Okamoura).

Samedi 11 janvier 1936

87Paris ville.

  • 46 Nombre de commentateurs politiques partagèrent, à la suite des élections du 6 novembre 1932, ce dia (...)

88« L’accès du pouvoir est désormais clos devant le national-socialisme. La social-démocratie a eu Hitler » (Blum, le Populaire, novembre 193246).

  • 47 Né en 1872, Louis Germain-Martin fut député (gauche radicale) de 1928 à 1936. Il demeura ministre d (...)
  • 48 Paul Rivet (1876-1958), anthropologue et ethnologue, était membre de la SFIO et de la CGT. Assisté (...)
  • 49 Professeur de physique au Collège de France, Paul Langevin (1872-1946) est pour le moins un « compa (...)
  • 50 L’ambassade soviétique est parfaitement consciente de cette nécessité.

89A.B. Tannery n’est plus d’accord avec les dirigeants du ministère des Finances. Il dit : je ferai l’échéance de janvier. En février pas de grosses sorties. En mars ? Donc inflation. Prenez G. Martin47 aux Finances pour éviter les responsabilités. Faites de Rivet48 un sénateur pour en débarrasser le comité de vigilance où on le remplacera par Langevin49. Rivet s’est rapproché de Blum. Que l’ambassade50 flatte Daladier et pas seulement Herriot ! À l’intérieur ? Qui ? Je ne vois pas ! Le manque de contact entre les chefs des gauches serait le désastre au moment de l’action.

Dimanche 12 janvier 1936

  • 51 Membre du parti radical, Albert Bayet (1880-1961) faisait partie du Bureau du CVIA.

90A. Bayet51 à l’Huma. Daladier et l’ambassade. G. Martin finances. Madame Brisson.

91L’œuvre de Stendhal : « du jus de faits ». « Je suis comme un savant qui a étudié les insectes. Je suis un observateur du cœur humain. » La vie est une chasse au bonheur, la vertu c’est augmenter le bonheur. L’amour c’est le plaisir immédiat. Vivre c’est avoir des sensations fortes. Stendhal est de la tradition révolutionnaire française. Élève de Condillac, Tracy, Helvétius, Cabanis, d’Alembert. L’intérêt seul pousse les hommes à agir. Toutes les connaissances viennent des sens. Le jugement c’est une association d’idées. La vertu c’est d’accomplir des actes utiles au plus grand nombre.

92Je lis chaque matin deux ou trois pages du code civil. Une seule règle : être clair, La vérité, l’âpre vérité de l’analyse psychologique, pas de phrases. Contre le cléricalisme, les jésuites, la Restauration, observateur à froid, railleur, sceptique, 1830. Son mécanisme psychologique. Zola : « C’est notre père à tous. » Son livre préféré, l’Encyclopédie. Il est fin XVIIIe siècle. Contre le romantisme sentimental, imaginatif, je fais un traité de médecine morale. Je veux être sec, sévère, mathématique. La psychologie amoureuse se réduit à la physiologie.

Lundi 13 janvier 1936

93Wagram, compte rendu conseillers généraux. Les lois en instance devant le Sénat : projet de loi sur les invalides de la Marine (trois ans) ; loi Guastavino ; les vieux travailleurs non pensionnés, exclus du travail et en chômage forcé.

  • 52 Né en 1870, Maurice Viollette a été gouverneur d’Algérie (1925-1928) et sénateur (radical) d’Eure-e (...)
  • 53 Né en 1870, René Héry était depuis 1920 sénateur (Gauche démocratique) des Deux-Sèvres.

94Viollette52 contre la politique économique du gouvernement ; discours au Sénat à l’occasion du budget des finances, 29 décembre 1935. Héry53 contre la dévaluation.

Mardi 14 janvier 1936

  • 54 Il s’agit de Willy Münzenberg (dont Cachin estropie le nom). Né en 1889 en Allemagne, ce maître de (...)
  • 55 Né en 1895, issu de l’Action française, Pierre Gaxotte est l’un des représentants les plus éminents (...)

95Rentrée du Sénat. La voiture. Contre l’Union soviétique. Sherbin élections sénatoriales, Münzeberg54 a deux autos, de la TSF secrète, des comptes courants dans les banques. Moscou s’apprête à faire tuer 8 000 Français à domicile. La Société des Nations c’est Moscou et les loges. Litvinov fait mettre en circulation de fausses traites (Je suis partout, Gaxotte55). La Juiverie soviétique bat le tambour de guerre.

96(Sénat : 9 bureaux à 36 membres. 302 sénateurs).

97Huma : 32 000 à Paris, augmentation en banlieue. Tirage 225 000. La diminution est générale pour tous les journaux.

Mercredi 15 janvier 1936

  • 56 Né en 1897, Charles Tillon, responsable du travail syndical chez les marins et les dockers, avait é (...)
  • 57 S’agit-il de François Cadoret (1887-1948), député radical du Finistère ?

98Dubois, M.C., Tillon56, M.T. Meeting à Aubervilliers. Les chômeurs au Sénat. Exonération des loyers. Peyrat, Revier sa lutte à Villeurbanne. Cadoret57, 66, boulevard Raspail, vient me dire qu’il est avec nous.

99La victoire de l’Union soviétique est définitive. Elle marque un changement mondial au profit du socialisme, au détriment du capitalisme. Elle condamne le réformisme. Elle commence à mettre les peuples en mouvement. Elle a préservé l’URSS de la crise mondiale. Elle élève le niveau matériel et la culture. Elle montre la voie du salut à 1 milliard et demi d’hommes. Elle a opéré la reconstruction socialiste de l’économie nationale. Elle a créé un enthousiasme populaire unique.

100Depuis 1913, l’Union soviétique a triplé la production industrielle. 96 % de l’économie sont socialisés. 250 000 kolkhozes et 5 000 sovkhozes produisent 15 fois plus de produits agricoles qu’en 1913. L’URSS a été le pays agraire arriéré transformé en un pays hautement industrialisé indépendamment du capitalisme étranger, à l’agriculture collective avancée. Les fondements du socialisme sont inébranlables. L’économie socialiste est dirigée par un plan. Elle a éliminé les forces aveugles de l’économie capitaliste. Des dizaines de millions d’hommes ont lié leur sort au succès du socialisme. Pas de crise, ni de chômage. 35 millions de numéros de journaux quotidiens. Les nationalités de l’URSS ont été appelées à la vie. La femme a été libérée. La démocratie prolétarienne est fortifiée. Elle a développé l’initiative, l’activité, la responsabilité des masses. Dans les nations capitalistes s’effondrent les idées sur le caractère éternel du capitalisme. Le fait soviétique les frappe par contraste et les entraîne par ses succès. Ce ne sont pas les intrigues de quelques dizaines d’agents soviétiques qui agissent sur eux. La ruine des petits paysans les instruit sur la propriété collective rurale.

Jeudi 16 janvier 1936

  • 58 Il s’agit du mariage entre Marcelle (« Siss ») Cachin et Paul Hertzog.

101Mariage Siss-Paul58.

102Le Goffic a écrit un livre sur les Bonnets Rouges à Lannion : Le matérialiste Félix le Dantec. Il faut l’honorer ! Histoire de Bretagne (Durtelle de Saint-Sauveur). André Siegfried (Tableau politique de la France de l’Ouest). Du IIIe au Ve siècle, la Bretagne reçoit les émigrés bretons que les Saxons chassent d’Angleterre. Ces émigrés deviennent les maîtres du pays et imposèrent leur langue. Du XIe au XIVe siècle, les ducs de Bretagne organisent l’indépendance. Nominoé, A. Barbetorte, chassent les Normands. Après Anne de Bretagne, la France l’emporte.

103Économie dirigée en France. En dépit des lois, règlements, manipulation monétaires, le nombre des chômeurs dans le monde reste depuis 1929 irréductible. C’est la représentation de la suppression des échanges internationaux.

Vendredi 17 janvier 1936

104Le syndicat des métallurgistes de la RP à 3 h.

105De Los Angeles à New York : 4 200 kilomètres. En quinze heures par avion avec 14 passagers. 500 000 voyageurs annuels de New York à Chicago.

  • 59 Alfred Costes (1888-1959) dirigeait depuis 1930 le syndicat des métaux de la région parisienne.

106A 15 h Issy-les-Moulineaux, salle des fêtes, 21, boulevard de Verdun. (Costes59, Dourin). 250 000 ouvriers métallurgistes dans la Seine (1/5 de la population). 40 000 en chômage. Les patrons, 106, rue de Lauriston (Union des industries métallurgiques, mécaniques et connexes de la RP). Les ouvriers proposent un projet de contrat collectif.

Samedi 18 janvier 1936

107Lecorre, ouvrier métallurgiste (Lioré-Olivier), Bois-Colombes. Maison commune, 28, rue Cavé, Levallois a fait les portraits des militants exposés au Congrès.

Dimanche 19 janvier 1936

  • 60 L’appel à cette réunion spécifiait : « Avec le Rassemblement populaire » et « Pour la paix ». Aux c (...)

108Originaires de Bretagne, assemblée générale, 13, rue de Vanves. F.P. Meeting Japy60.

  • 61 Écrites pourtant après la mise au point – hostile à l’inscription des nationalisations dans le prog (...)

109Le Front populaire au pouvoir devra nationaliser, en bloc et dès la prise du pouvoir : les forges houillères, trusts chimiques, trusts des engrais, grands moulins, compagnies électriques. Eaux, transports, assurances, banque de France, agences de publicité et d’information61.

  • 62 En 1934, la section française de la IVe Internationale (trotskyste), appliquant une ligne d’entrism (...)
  • 63 Il s’agit du Revolutionnair Socialistische Arbeiders Partij, dirigé par Henk Sneevliet (1883-1942), (...)

110Les trotskistes progressent partout dans les partis et les Jeunesses socialistes62. Ils ont un parti en Hollande63.

111Le gouvernement du Front populaire c’est une manière de s’approcher de la dictature du prolétariat. Ce n’est pas un gouvernement de cartel. On ne peut en parler que par les temps de grande crise.

112Plan de la CGT. Conseil économique (patrons et ouvriers) dans la constitution ; nationalisation des établissements de crédit et industries-clés ; organisation de grands travaux avec les capitaux thésaurisés ; semaine quarante heures avec même salaire que quarante-huit heures ; contrats collectifs ; dispositions pour l’agriculture.

Lundi 20 janvier 1936

113Le PC c’est la fleur de la classe ouvrière française ; c’est l’héroïsme, le dévouement, le sacrifice modeste.

1147 h départ pour Lyon, arrêt à Saulieu, Lyon 5 h.

  • 64 Il s’était tenu du 25 juillet au 21 août 1935 à Moscou. Le PC français s’y était vu introniser cham (...)

115Le VIIe Congrès de l’IC64. Congrès de la victoire du socialisme en URSS ; congrès de la lutte contre le fascisme et la guerre ; congrès de la lutte pour l’unité politique et syndicale ; congrès de la leçon des combats armés : Chine, Espagne, Autriche ; congrès des nouvelles positions tactiques parce que les ouvriers socialistes se rapprochent de la lutte des classes, se rapprochent de la ligne de l’IC ; congrès des cadres bolcheviks en progrès ; congrès des grandes perspectives mondiales de lutte et de victoires.

116Le chômage diminue en Angleterre, aux États-Unis ; le chômage augmente en France, Pologne, Tchécoslovaquie.

  • 65 François de La Rocque, né en 1886, chef des Croix-de-Feu, figurait, dans la propagande du Rassemble (...)

117Il ne faut pas dire le Laroque65 n’a pas de programme. Il en a un : baisse des salaires, fin des associations sociales et des retraites ouvrières, fin des syndicats et des partis ouvriers.

118Le pays va à la ruine. La seule espérance c’est notre programme.

119Gouvernement du Front populaire : 1°) Désarmement et dissolution des ligues fascistes ; 2°) Mettre un terme à la dictature des 200 familles ; 3°) Faire payer les riches ; 4°) Chasser de l’armée et de la police les fascistes.

Mardi 21 janvier 1936

  • 66 Une commémoration rituelle associait dans les rangs communistes les noms de Karl Liebknecht, Rosa L (...)

120Congrès Villeurbanne 21, 22, 23, 24, 25. 8 h meeting sur Lénine à Villeurbanne (Les 3 L.66). A 4 h Palais du travail à Villeurbanne : CC organisation du travail au congrès.

  • 67 Symbole de la gauche non communiste, la Ligue des droits de l’homme était présidée depuis 1926 par (...)
  • 68 L’importance conférée ici au militant communiste Octave Rabaté (1899-1964) chargé de suivre le Comi (...)

121Voix communistes dans la région parisienne : 235 000, voix socialistes dans la région parisienne : 135 000. Depuis mai 1935 : 300 municipalités communistes ; représentants dans 758 communes. 45 écrivains et artistes collaborent à la page de la culture de l’Huma. Proposons au congrès le prix annuel de l’Huma : 10 000 F pour l’œuvre littéraire de combat la plus remarquable. Qu’est-ce que le FP ? La Ligue des droits de l’homme67 plus Rabaté68.

  • 69 L’ouvrage est un recueil de conférences prononcées depuis 1933 devant la commission scientifique du (...)

122À la lumière du marxisme69 : 11 essais de 11 savants. Méthode du matérialisme historique. La science et la technique. Le matérialisme historique. Mort du roi d’Angleterre. Démission de Laval. Meeting au théâtre de Villeurbanne.

Mercredi 22 janvier 1936

  • 70 Georges Lévy (1874-1961), interne des hôpitaux de Lyon, député socialiste de Lyon en 1919, avait ap (...)
  • 71 Jacques Solomon (1908-1942), docteur en physique, avait épousé en 1929 Hélène Langevin. En 1934, il (...)

123Ouverture du congrès à Lyon, Palais d’Hiver. Mercredi matin Lévy70 rapport de M.C., mercredi soir rapport Maurice. Solomon71, gendre de Langevin. Demander à Thorez son passage sur le pacte franco-soviétique. Gillet de Lyon : soie artificielle, teinture, apprêts, produits chimiques. Pour rien, il achète toutes les machines des petits producteurs et les brise. Il avait au préalable travaillé au-dessous du cours pour les ruiner. Lecorre ouvrier métallurgiste chez Lioré-Olivier à Bois-Colombes habite Levallois-Perret 28, rue Cavé, Maison Commune, a fait les portraits des militants (le mien) exposés au congrès.

124La représentation au congrès : 844 délégués et invités ouvriers et IC (dont 237 délégués, 229 cellules d’entreprises, 40 paysans et ouvriers agricoles, 28 artisans et commerçants, 23 femmes). En décembre 1935 : 776 cellules d’usines.

125Georges Lévy parle sur la situation des médecins, leur esprit réactionnaire et les réformes de la profession.

Jeudi 23 janvier 1936

  • 72 Du nom du mineur Alexeï G. Stakhanov (1901-1976), l’expression recouvre la mise en avant par la pro (...)

126Lyon-Villeurbanne. Discussion rapport Thorez-Tomazo. Le capitalisme a rendu la société plus riche en augmentant la production et c’est pourquoi il a battu le féodalisme. Mais aujourd’hui le capitalisme ne peut plus assurer la capacité d’achat des masses ; il ne peut plus créer de richesses. Si le socialisme produit plus que le capitalisme sa supériorité est démontrée. La rationalisation capitaliste ne profite qu’aux exploiteurs. La rationalisation socialiste ne profite qu’aux travailleurs. Qui aujourd’hui s’élève contre le stakhanovisme72 ? La CGT qui autrefois prônait la rationalisation américaine : maximum de production avec minimum de temps pour un maximum de salaire. Staline a jeté l’allumette qui embrase le pays entier. Sa production n’est pas normale. La majorité des ouvriers n’a pas sa qualification. Il a élevé le niveau de culture technique et intellectuel des masses.

Vendredi 24 janvier 1936

127Congrès de Lyon. Les paysans le matin et soir jusqu’à 5 h 30. Duclos : la jeunesse. PS quelle voix désagréable ! Simplisme ! Naïveté !

  • 73 Le 18 janvier 1936, les députés radicaux avaient refusé la confiance au gouvernement Laval, qui dém (...)

128Par égalité, le marxisme n’entend pas l’égalitarisme dans le domaine des besoins et de l’existence. L’Égalité c’est la liquidation des classes, c’est la fin de l’exploitation, c’est la mise de la propriété à la disposition de tous, c’est l’obligation de travailler selon ses capacités, et le droit à la rémunération selon son travail. (Salut socialiste). Les goûts et les besoins des hommes ne sont pas et ne peuvent pas être identiques et égaux, ni en qualité ni en quantité, ni en période socialiste ni en période communiste. Marx et Engels s’élevaient dans le Manifeste communiste contre le socialisme primitif, utopique et réactionnaire parce qu’il prêchait l’ascétisme général et l’égalitarisme grossier. Il n’y a pas de « socialisme radical égalitaire » (Engels). Ministère Sarraut : c’est une tentative contre le Front populaire, pour empêcher le succès des élections législatives73.

Samedi 25 janvier 1936

129Lyon-Croix-Rousse. Tisserands à domicile ; ils furent jadis socialistes. La prospérité les a rendu radicaux. Ils le sont restés. Très peu de communistes. (Guillotière 309, avenue Berthelot). Discussion sur le rapport Duclos. Conclusion. Discours de clôture.

130Croix-Rousse. Voir Aubert, mairie de Villeurbanne. Les capitalistes ont transporté leurs usines en Roumanie, au Mexique et États-Unis. Un grand soyeux, Pichat, qui fait de la soie de luxe, lamée, travaille encore pour l’Angleterre. Gillet fait de la soie artificielle. Il fait l’apprêt, la teinture, le gaufrage. Il a acheté tous les métiers des petits tisserands. Un métier de 30 000 F est payé 1 500 F, on les brise pour la ferraille, ou on les garde dans l’espérance vaine de la reprise des affaires.

  • 74 Félix Brun (1896-1964) était le vice-président de l’Association républicaine des anciens combattant (...)
  • 75 Louis Barnaud, secrétaire du syndicat du bâtiment CGTU de Montluçon (Allier), fut élu député (PCF) (...)

131La Guillotière 200 000 habitants (métallurgie) ; 3e et 7e arrondissements. Jadis socialistes, aujourd’hui socialistes de droite. Massini, Richard. Réunion salle Biollet ; Brun74, Barnaud75. A Lyon et région 32 000 métallurgistes. Capitaux engagés dans la métallurgie : 1 milliard ; salaires ouvriers 200 millions. Aujourd’hui crise : 50 %, parfois 80 % de production en moins ; un quart des ouvriers chômeurs ; 15 % de diminution des salaires. Les patrons disent : « C’est l’instabilité politique et les lois d’économie dirigée qui sont le mal. » Grand patron de l’industrie métallurgique : Weitz.

132Déjeuner lyonnais : quenelles (poissons avec pâtes aux œufs), fonds d’artichauts, poularde de Bresse bouillie.

Dimanche 26 janvier 1936

  • 76 Marie-Antoinette Doron, secrétaire du Comité féminin de lutte contre la guerre et le fascisme de la (...)

133Saint-Étienne. 10 h matin Bourse du travail. De Saint-Étienne à Paris. Départ 8 h 30 de Lyon pour Saint-Étienne. Une heure de voiture. De 10 h à midi : meeting Bourse du travail. Midi : banquet à la coopérative ouvrière. Départ pour Paris. Pouilly-Bailly. Saint-Etienne : le lapin et le pigeon. Doron76. Thibault. Ramier. Le gérant de la coopérative. Il ne vaut pas une grizille. Le Forez et sa vallée. Visite à Bailly, à Pouilly. Départ de Saint-Étienne 1 h 30, arrivée Paris 11 h 30.

134Descartes (contre l’autorité ; contre la scolastique ; contre la religion). Il faut se connaître, se dominer, être l’arbitre de son destin. La vérité réside dans les idées claires. Il faut aller des simples aux complexes et par cela nous dominons nos passions. La pensée est foyer de lumière. Elle a devant elle la nature comme un objet qui lui est donné pour qu’il s’en empare par sa connaissance et qu’il la transforme par son action. La matière c’est l’étendue. L’étendue se prête à toutes les constructions du géomètre, à toutes les applications du calcul. Elle épuise les réalités de la matière. Nous sommes toujours capables d’agir sur elle par le mouvement. Nous la faisons servir aux besoins des hommes. Tel est son but. Descartes est humain.

Lundi 27 janvier 1936

  • 77 L’Humanité publia effectivement cet appel. Le 28 janvier se réunit le Comité confédéral national de (...)

135Ce soir dernière réunion de la CE de la CGTU. Elle envoie à l’Huma un appel pour que sa cinquième page devienne celle de l’unité syndicale. Je ferai la préface, la présentation de cet appel77.

  • 78 Joseph Goebbels (1897-1945), docteur en philosophie, national-socialiste depuis 1922, déploya au se (...)

136L’hitlérisme : « Chaque peuple a le droit de vivre et non de végéter. En Allemagne on a étendu la culture du blé au détriment des autres cultures. On a accumulé des conserves de viande. On n’importe plus que les matières premières pour l’industrie de guerre. » « La disette d’aujourd’hui sera dans dix ans l’un de nos plus beaux souvenirs, car les résultats seront clairement devant nous » (Goebbels78 à Cologne le 25 janvier 1936). « Les Allemands ont besoin de plus de canons que de beurre » (Goebbels). « Il faut nous laisser libres à l’Est » (Hitler). Or c’est la mainmise sur toute l’Europe centrale et sur tout le continent. Cette opération mettrait fin à l’Europe. Et l’Allemagne ne pourrait l’entreprendre sans avoir annihilé la France. Déjà tous les préparatifs d’Hitler sont dirigés contre la France.

Mardi 28 janvier 1936

137Adhésion au groupe féministe du Sénat. 426 candidatures sont ratifiées en ces trois mois. 60 vont l’être demain. Restent 120 qui manquent.

Mercredi 29 janvier 1936

  • 79 Pierre-Dominique Lucchini, dit Pierre Dominique (1891-1973), docteur en médecine, collaborait depui (...)
  • 80 En 1931, dans l’encyclique Quadragesimo anno, Pie XI avait dénoncé un « communisme sauvage et inhum (...)
  • 81 Les dirigeants socialistes avaient en tête l’exemple de l’Espagne, où s’était amorcé un processus d (...)

138BP. Le congrès : cf. Dominique79 dans la République du 29. Le pape demande aux chrétiens de ne jamais entrer au FP ni avec les JC80. Les socialistes disent aussi à leurs jeunes de ne pas entrer en liaison organique avec les JC81. Il a posé les problèmes qui intéressent l’avenir du pays. Les interventions ont prouvé le renforcement des cadres. Encore des faiblesses d’organisation et de cadres.

  • 82 Né en 1867, Marcel Régnier était sénateur (Gauche démocratique) de l’Allier. Ministre des Finances (...)
  • 83 Né en 1899, Thellier était ministre de l’Agriculture dans le gouvernement Sarraut. Il s’était oppos (...)
  • 84 Né en 1871, Louis Nicolle, député du Nord (Entente républicaine et démocratique), était ministre de (...)

139Méfiance des communistes pour Sarraut, Régnier82, Thellier83, Nicolle84. Recul de la droite fasciste. Désarroi, pagaye. Tentative de concentration contre le FP et les extrêmes. On ne peut ni approuver ni condamner. Si nous nous abstenons, les socialistes voteront pour et c’est bon ! Ça sauve le ministère et le Front populaire.

  • 85 Francs-maçons. Marcel Cachin écrit « FM » à l’intérieur des trois points maçonniques.
  • 86 Né en 1898, Robert Lacoste, secrétaire de la Fédération des fonctionnaires CGT, appartenait au cour (...)
  • 87 Raymond Bouyer était secrétaire de la Fédération CGT des métaux. Après la réunification, il prendra (...)

140CGT unifiée. Il faut renouveler le personnel des unions départementales ; beaucoup de FM85 au CCN ; les fonctionnaires (Lacoste86) se sont joints à Jouhaux contre les communistes ; cumul des mandats politiques. Indépendance de la CGT ; nous n’avons pas répondu aux provocations ; Bouyé87 a dit : « Ces partis sont plus dangereux que les députés ; voyez les radicaux qui ont été inconstitutionnels en renversant Laval. » Nous avons 25 unions départementales avec nous. Pour l’Internationale, nous proposons que la nouvelle CGT garde ses liaisons avec les deux Internationales. Nous mènerons la campagne : unanimité sur les problèmes qui intéressent la classe ouvrière. Nous avons un mois pour préparer le congrès. Les bureaux des Unions sont près des masses. Non pas ceux des Fédérations. Malaise des majoritaires qui votaient avec Jouhaux. Au congrès Jouhaux dira : « Ou Frachon ou moi ! » Il faut faire la campagne pour les trois : Frachon, Monmousseau, Racamond.

Jeudi 30 janvier 1936

  • 88 Né en 1896, Marcel Capron avait été élu en 1932 député (PCF) de la Seine.
  • 89 Né en 1872, Jean Garchery, député (PCF) de la Seine de 1924 à 1928, figura parmi les six conseiller (...)
  • 90 Jacques Doriot (1898-1945), qui avait exigé du PCF une politique d’union antifasciste au printemps  (...)
  • 91 Ernest Neuville, né en 1865, était sénateur de l’Eure depuis 1930.
  • 92 Jean Boivin-Champaux (1887-1954) était sénateur (Union républicaine) du Calvados depuis 1928.
  • 93 Yvon Delbos (1885-1956) était ministre (radical) de la Justice dans le gouvernement Sarraut. Il dev (...)
  • 94 Hospitalisé à Bicêtre, Louis Coutant (1858-1936) avait accepté en septembre 1934 d’être gérant de l (...)

141La déclaration ministérielle. Capron88 me prie de soutenir sa candidature ! Il a été présenté en 1929 par Garchery89, en 1932 par Doriot90 ! Voir Neuville91 et Boivin. Champaux92. Écrit à Delbos93 pour Coutant94. Préparer un cours d’orateurs pour les élections. Y donner les arguments pour la campagne électorale ; faire des dossiers d’argumentation ; répondre aux adversaires Croix-de-Feu qui font une brochure contre le communisme par questions et réponses.

Vendredi 31 janvier 1936

  • 95 Prix Nobel (1916) de littérature. Romain Rolland (1866-1944) était devenu, depuis 1927, le compagno (...)
  • 96 Depuis le congrès d’Amsterdam contre la guerre (1932), André Gide (1869-1951) constituait, aux côté (...)

142Les soixante-dix ans de Romain Rolland95 à la Mutualité. Président A. Gide96. 14 orateurs. J.R. Bloch organise. Romain Rolland : « La première science du monde est la science de vivre de manière à faire le moins de mal possible et le plus de bien possible. Mon désir est de rendre ma vie utile aux autres. Dans les œuvres des grands artistes on puise l’oubli de l’égoïsme et la force d’intelligence et de bonté qui résulte de si grands cœurs. Quant aux intellectuels d’Occident, leur couple s’enorgueillit du carcan qu’ils nomment Liberté ! »

Février

Dimanche 2 février 1936

143La Courneuve (4e cross de l’Huma) : 3 000 inscriptions en 1935 ; 4 000 en 1936. Séraphin et Georges Znamensky.

144Chômage officiellement reconnu en France :

Bâtiment 102 000 sur 727 000
Ouvriers agricoles 8 123 sur 2 172 000
Manœuvres 83 654 sur 841 000
Employés d’alimentation 27 000 sur 372 000
Industries chimiques 3 310 sur 230 000
Employés de commerce et de bureau 41 000 sur 1 425 000
Textile vêtement 55 000 sur 1 227 000
Cuirs et peaux 11 000 sur 185 000
Métallurgie 78 000 sur 1 420 000
Livre 4 500 sur 138 000

Lundi 3 février 1936

  • 97 La ratification du pacte franco-soviétique signé par Laval le 2 mai 1935 fut acquise à la Chambre l (...)

145Conversations de Paris : 1°) Le pacte franco-soviétique va être voté97. 2°) La Roumanie se rapproche des Soviets. 3°) Les Bulgares entrent dans l’Alliance balkanique. 4°) L’Autriche reste fidèle à l’Angleterre. 5°) La France, l’Angleterre, la Russie se rapprochent. 6°) Les Yougoslaves se rapprochent de la France. La sécurité est renforcée en Europe.

Mardi 4 février 1936

146Nommé membre de la commission de l’Enseignement au Sénat. Boivin a déposé son rapport qui sera distribué la semaine prochaine et discuté la semaine suivante. Il conclut au rejet des propositions de la Chambre parce qu’elles ne tiennent pas compte de l’intérêt des propriétaires. Il appartient, dit-il, au ministère de la Justice de déposer un projet de loi à la Chambre qui sauvegarde les propriétaires.

147BC me dit que si le ministre de la Justice le convoque il le mettra au courant des intentions de la commission.

  • 98 Représentation proportionnelle.

148RP98 25 juin 1935 ; elle est votée à la Chambre par 320 voix contre 239 ; le 27 juin par 446 voix contre 115. En France, aux élections de 1932, 5 millions 600 000 électeurs ont voté pour les partis qui la réclament (sur 9 millions et demi). Après les élections à l’arrondissement de 1932 : Onze ministères de 1932 à 1936. Dans la RP tous les bulletins comptent, ont le même poids. Mussolini a supprimé la RP en Italie. Le rôle des partis devient important et les partis vivant près des électeurs, le peuple est bien représenté ; chaque parti doit ne compter que sur lui. Et il faut qu’il précise sa position dans tous les problèmes. Il n’y a plus lutte de personnes sordide. Les partis se renforceront et seront moins nombreux.

Mercredi 5 février 1936

149Commission de l’enseignement. Depuis plusieurs jours la TSF cite le papier de l’Huma tous les matins.

  • 99 Jean Zyromski (1890-1975), animateur de la tendance La Bataille socialiste, s’était rapproché des p (...)
  • 100 Les craintes de Cachin peuvent surprendre alors même que les amis de Zyromski ont conquis la majori (...)
  • 101 De nombreux observateurs ont relevé un refroidissement des relations socialo-communistes au début d (...)
  • 102 L’abstention fournit une utile échappatoire à la fraction parlementaire communiste.
  • 103 Gabriel Cudenet, membre du Comité contre la guerre et le fascisme (« Amsterdam-Pleyel »), avait fon (...)
  • 104 Une légère reprise se produisit à la veille de la victoire du Front populaire, se manifestant notam (...)

150Il y a ralentissement dans les adhésions (81 000). Il y a recul de l’Huma. La JC stagne. La souscription traîne. Le parti socialiste se consolide. Dans le parti socialiste l’opposition Zyromski99 stagne ; les trotskistes progressent100. Il faut développer la politique du PC avec force, car les réformistes se consolident parce que nous renonçons à la critique, parce que notre tactique leur permet de dire : nous sommes devenus révolutionnaires ; les communistes sont devenus réformistes101. Il faut donc que nous mettions l’accent sur les Soviets, sur la révolution en construction. Il faut dire notre avis sur la collaboration des classes aux ministères. Il faut montrer l’hypocrisie de la tactique électorale, la confusion de la motion socialiste à leur congrès. Le socialistes seront candidats uniques de la bourgeoisie dans beaucoup de cas contre nous. Nous ne votons pas contre Sarraut, mais nous sommes contre102. Cudenet103 fait le jeu des socialistes en S. et O. Le fascisme décline partout. Le mouvement stakhanoviste émeut beaucoup les ouvriers. La bourgeoisie fait grand tapage sur la reprise : les prix s’élèvent, les exportations augmentent, les luttes sociales reprennent104. Les socialistes et la CGT nous font passer pour des réformistes. On nous reproche de manquer de perspectives ; nous nous en tenons aux revendications immédiates disent-ils. Il faut maintenir le programme immédiat du FP mais il faut engager la bataille sur le fond. JC 27 000 cartes. 42 000 avant-garde. Dans 437 circonscriptions nous assurons la distribution à domicile. Il faut que la souscription soit relancée.

Jeudi 6 février 1936

151Bonvallet, 85, rue Charlot. BP.

Vendredi 7 février 1936

  • 105 Des associations « Les Amis du peuple chinois » furent créées à partir de 1933, d’abord en Amérique (...)
  • 106 Jean-Maurice Lahy (1872-1943), président de l’Association internationale de psycho technique, était (...)

152Les Amis de la Chine105 (Lahy106, Langevin). Les Chinois résidant à Paris et les Amis de la Chine. Restaurant Élysées-Shangaï, 5, rue du Colisée. (Chômeurs présentés à Delbos).

Samedi 8 février 1936

153Préau Dussoub 2e. 4 et 6, avenue de la Porte du Point du Jour.

Dimanche 9 février 1936

154Meudon (Thoreux). 2 h place de la République. 3 h Meudon. Palais du Luxembourg : 1°) Maison du duc de Piney-Luxembourg. 2°) Marie de Médicis l’achète en 1622. 3°) Gaston d’Orléans reçoit ce palais de Marie de Médicis. 4°) Le duc d’Orléans, régent. 5°) Sous la révolution, le palais devient prison. 6°) Le Directoire y tint ses séances. 7°) Louis XVIII y mit la chambre des Pairs. 8°) Le Sénat y fut installé en 1879.

Mardi 11 février 1936

155Maison des syndicats, Grange aux Belles. L’orateur politique : comment aborder la tribune. Comment se faire comprendre. Les divers auditoires. La psychologie des masses. Conseils pratiques. Comment présenter les arguments, construction de l’exposé.

  • 107 Louis Rotschild, dit Georges Mandel (1885-1944) conserva le ministère des PTT de novembre 1934 à ju (...)

156Entre 1926 et 1934 l’Union soviétique a réglé à l’Allemagne 22 milliards de francs. En 1935 elle a escompté des traites de 1 milliard et demi pour des commandes à l’URSS. La France a prêté à diverses nations européennes : Russie tsariste, Égypte. Sud-américaines, 203 milliards francs. À la Russie 50 milliards. Mandel107 a 11 millions de fonds secrets pour l’Alsace-Lorraine.

Mercredi 12 février 1936

  • 108 Théodore Steeg, né en 1868, était sénateur (radical) de la Seine.
  • 109 Jacques Duroux (1878-1944), sénateur radical d’Alger, consacrait l’essentiel de ses interventions a (...)
  • 110 Henri Sellier (1883-1943), licencié en droit, diplômé des Hautes études commerciales de Paris, étai (...)

157Saint-Denis. 12 h 30 Steeg108 déjeuner. Duroux109 : le gouvernement du lendemain des élections devra procéder à l’assainissement du travail, après l’assainissement du blé et du vin. Le moyen : journée de six heures. Puis la dévaluation qui donnera 40 milliards qu’il ne faudra pas gaspiller par la République des camarades, mais faire durer pendant la moitié de la législature. Tannery en promettant la prospérité dit des bêtises. Les communistes sont sympathiques. Les socialistes ne comprennent pas. Le cap. ne pourra pas se rétablir, mais il ne faudra pas brusquer les classes moyennes. Vous pourriez nationaliser les grandes compagnies de navigation et d’autres entreprises concentrées progressivement. H. Sellier110 dit : il faudra nationaliser Havas ! Non. Achetez-le et achetez la grande presse. Inutile de dissoudre les Chambres, mais que vos décrets soient prêts pour le lendemain de la rentrée. En ce moment la droite pousse Régnier à dévaluer.

Jeudi 13 février 1936

  • 111 Jacques Doriot était maire de Saint-Denis. Depuis l’automne 1935, il tablait sur une guerre entre l (...)
  • 112 Refusant de remplacer le Parlement par un Conseil des corporations, les planistes de la CGT préconi (...)
  • 113 En novembre 1933, la dissidence néo socialiste coûta à la SFIO 27 députés, 7 sénateurs et 20 000 ad (...)
  • 114 François de Wendel (1874-1949), prototype du « maître de forges », était sénateur de Meurthe-et-Mos (...)

158Saint-Denis. Quel est l’intérêt du peuple de France au pacte franco-soviétique. Émancipation (30 septembre 1934) Doriot111. Les socialistes du Populaire ne parlent plus de la participation. La candidature unique, oui, si les socialistes et nous, nous l’appliquons dans toute la France. Le Conseil national économique112 prétend intégrer les syndicats dans l’État. Les néos113, Ramadier, Boncour, se sont annexés les syndicats réformistes. La CGTU a un projet : il faut le déposer au Sénat. Wendel114 vote le projet Ramadier. Nous, nous voulons défendre l’indépendance du syndicalisme. La fraction s’est abstenue parce qu’elle ne voulait pas avant le congrès de Toulouse préjuger du vote des syndicats.

Vendredi 14 février 1936

  • 115 Lucien Midol (1883-1979), ingénieur de formation, secrétaire (1924) de la Fédération des cheminots (...)
  • 116 Metteur en scène de cinéma, né en 1894, Jean Renoir était le fils de 1 impressionniste Auguste Reno (...)

159L. Midol115 et le projet du Conseil national économique, le lui réclamer. Pour les élections législatives : les disques, le film, 12 millions de tracts sur le programme du PC, une image d’Épinal par Cabrol, affiche-programme du PC, une Humanité illustrée, affiches illustrées, la radio. Renoir116 et le film : « Je ne puis faire un film que pour le communisme, seul parti d’avenir. »

Samedi 15 février 1936

160Issy. Chablais (Caballiens pagus), province de l’ancien duché de Savoie. Capitale Thonon. Vallées splendides, châtaigniers : arrondissement de Thonon, jardin de la Savoie.

Dimanche 16 février 1936

  • 117 Marcel Giroux dit Gitton (1903-1941), secrétaire national à l’organisation du PCF, apparaissait dep (...)
  • 118 En commémorant le poète allemand Henri Heine (1797-1856), le PCF entendait corriger quelque peu sa (...)

161Pantin. 2 h salle des conférences, 42, avenue Ed. Vaillant, présentation Gitton117 16 h 15. 2 h commémoration de Heine118, cimetière Montmartre. Du Panthéon à la Nation. Pleyel : la fédération musicale populaire.

162Angleterre : le libéralisme est mort ; le protectionnisme est venu ; fidélité aux traditions jointe à un remarquable esprit d’adaptation ; décisions de ne pas abandonner la direction des affaires du monde.

Lundi 17 février 1936

  • 119 Hugo Eberlein, dit Albert (1887-1944), était député communiste au Landtag de Prusse (1928-1932). Ar (...)

163École des cadres des cinq régions parisiennes, Mathurin Moreau, après-midi. À la Chambre contre la ratification du pacte franco-soviétique : géographiquement la Russie ne peut pas aider la France ; nous ne pouvons ratifier parce que le communisme c’est l’ennemi. Clemenceau l’a dit. Et il y a l’affaire Eberlein119.

164Sur 2 milliards d’hommes, 500 millions se demandent s’ils mangeront demain. Le monde est sous-alimenté. Il y a des produits, mais ils n’ont pas d’acheteurs. L’autarcie règne sur le monde ; on veut multiplier les ententes professionnelles (trusts) et les rendre obligatoires (fascisme). En Angleterre, tissage, minoterie, viande, lard, sucre. Les armateurs internationaux veulent rationaliser, c’est-à-dire renoncer aux 20 % de leur tonnage mondial. En France, on assainit le marché du blé, vin, viande, c’est-à-dire on réduit la production. Le ministre de la marine marchande crée le comité du hareng pour restreindre la pêche. Minotiers et boulangers français veulent supprimer les concurrents.

Mardi 18 février 1936

165Sénat : lutte contre la fiscalité exorbitante qui frappe Paris et le département de la Seine qui payent le tiers du total des impositions de la France ; départementalisation, législation du département et de Paris ; lotissement ; eau saine et abondante ; barrages réservoirs ; des hôpitaux en banlieue (et hospices) départementaux ; réforme de la législation des Halles ; grands travaux d’urbanisme ; extension du métro.

Mercredi 19 février 1936

  • 120 Né en 1866, Louis Guichard était député radical du Vaucluse.

166Boulogne (Costes). (Pieux mensonges, faux édifiant). Ce matin, Sarraut a dit à Guichard120 du Vaucluse : « Je veux avoir les tripes des ligues. Je les dissoudrai toutes, les unes après les autres. »

  • 121 Henry Bérenger, (1867-1952), ancien ambassadeur de France aux États-Unis, était sénateur radical de (...)
  • 122 François Labrousse, né en 1870, était sénateur radical de la Corrèze. En 1926, il avait rapporté su (...)

167Vu Bérenger121. La commission ne se réunira que le 28 février. Elle discutera longuement. Puis elle nommera un rapporteur à la majorité. en public, la discussion ne pourra venir avant le 15 mars. L’intervention de Flandin a révélé qu’il n’avait du dossier qu’une connaissance superficielle et qu’il ne s’aventurerait pas. « Je suis l’héritier d’un dossier. » La question des dettes, qui est aux yeux des sénateurs capitale, pourra tout de même être disjointe. Labrousse122 dit : il faut que le Sénat après que sa commission se sera déclarée favorable réserve sa décision publique en disant à Hitler : « Si vous faites les fortifications sur la rive gauche du Rhin nous signons. On garde le parti communiste. Une épée de Damoclès contre la fortification du Rhin qui pour nous serait un désastre. »

168Kusener, 23, rue Sémart, 18e section SFIO demande à Deprister, 18e rayon, son adhésion au PC.

Jeudi 20 février 1936

  • 123 Le 18 février à Madrid, le républicain Manuel Azaña avait formé son gouvernement à la suite de la v (...)

169BP. Les socialistes et les communistes espagnols soutiendront un gouvernement de Front populaire mais sans participation. C’est un exemple pour les Français123.

170La grève du port de Marseille est faite par les patrons effrayés que ce soit les communistes qui dirigent les dockers. La seule arme, c’est la grève générale de Marseille pour sauver par la menace la grève du port.

171Comment expliquer la victoire du F. popul. en Espagne. 1°) Une monnaie moribonde ; 2°) 500 millions de déficit du budget (en pesetas) ; 3°) Une économie en ruine ; 4°) 800 000 chômeurs ; 5°) Une droite avec trois chefs : Hitler, le général des Jésuites, Alphonse XIII.

Vendredi 21 février 1936

  • 124 Les scénarios échafaudés par Cachin excluent toute réaction militaire immédiate. La réaction du PCF (...)
  • 125 Cachin fait référence aux accords franco-italiens du 7 janvier 1935 ainsi qu’au plan Laval-Hoare de (...)

172Mutualité. Élections sénatoriales, [ill.] quand l’aversion pour les Soviets jette dans les filets d’Hitler. Mais la liberté d’action d’Hitler à l’Est, c’est notre déchéance. Hitler dit : l’honneur allemand ne peut plus s’accommoder de la démilitarisation rhénane. Elle est déjà clandestine et préparée. La preuve le plus certaine du désir pacifique d’Hitler serait de déclarer : je ne ferai rien sur le Rhin. La condamnation platonique du réarmement allemand a renforcé son animosité sans nous valoir sa sympathie. Il faut si elle militarise la rive gauche du Rhin, ou bien lui proposer une réduction des armements, ou bien accepter des accords militaires avec l’Angleterre ; ou bien appliquer à l’Allemagne les sanctions comme à l’Italie. Elle cédera124. L’hégémonie allemande est incompatible avec le repos de l’Europe. Il n’y a pas de panslavisme. Il y a un pangermanisme. La petite Entente : Roumanie, Tchécoslovaquie, Yougoslavie a été fidèle à la paix. Les réactionnaires ici l’insultent. Ils sont les seuls à résister au pangermanisme. Laval a perdu la confiance de ces trois peuples. Il a refusé de s’entendre avec Moscou, malgré l’instance de la petite Entente. Il a voulu faire de l’Italie l’alliée numéro 1. Ce mirage a été pourchassé par Laval qui a autorisé la guerre d’Éthiopie, laquelle ne profite qu’à Hitler125.

Samedi 22 février 1936

  • 126 Gaston Bergery, né en 1892, était un dissident du radicalisme. Il avait lancé, le 26 mai 1933, le m (...)

173Bergery126. La droite qui était pour l’alliance soviétique il y a quelques semaines a changé d’avis pour des raisons de politique intérieure. Quant à la gauche, Bergery dit : la sécurité collective est un élément de paix mais si elle retarde la guerre, elle la rend inévitable et généralisée. Il faut éviter l’encerclement de l’Allemagne. Il faut comprendre que l’Allemagne hitlérienne n’entrera jamais dans le pacte oriental. Si on dit : c’est la condition de la paix, on rend la paix impossible. La solution c’est qu’il faut réviser les traités, proposer le désarmement. Hitler dit : pas de limitation des armements avant que l’Allemagne ait signé le pacte d’assistance, alors c’est Poincaré et sa politique. « Ma politique est complexe et pleine de danger. » Je ! Je ! Je !

  • 127 Pierre Viénot, né en 1897, était député « néo » (parti socialiste français) des Ardennes. Il avait (...)

174Viénot127 : il faut signer ; mais il faut que la Russie soit intelligente : or elle considère le monde suivant des schémas intellectuels trop simplifiés.

Dimanche 23 février 1936

  • 128 Jean-Marie Clamamus (1879-1973) était, depuis 1919, le maire de Bobigny. Député communiste de la Se (...)
  • 129 Monmousseau.
  • 130 En octobre 1934, un pacte fut signé par le PC grec avec diverses organisations réformistes en vue d (...)
  • 131 Dimitri Z. Manouilsky (1883-1959) était secrétaire de l’IC depuis 1929.
  • 132 Cachin fait ici référence à un article de Lénine, en date du 12 décembre 1914, traitant de l’« orgu (...)

175Élections sénatoriales. Clamamus128. Gaston129 à Moscou (sur le 8e congrès français) au présidium. La Grèce a dit : « L’expérience française nous a servi. »130 Le rayonnement du communisme dans les jeunesses chrétiennes. Manou131. Le congrès s’est adressé non à lui-même mais au peuple français. Il faut que toute l’IC imite le parti français : l’Espagne, la Grèce et la Tchécoslovaquie. Comparez cela à la politique de la IIe Internationale, à la politique de coalition social-démocrate. Nous, c’est la coalition avec les masses. Finis les grands discours idéologiques antifascistes ; il faut des actes, des démonstrations, des réformes, des défenses de revendications. Le parti français s’est plongé dans les masses et les traditions révolutionnaires françaises et par là il a montré sa fidélité à l’Internationale communiste. Quelques faiblesses : pas d’organisation de Front populaire à la base ; attention à la dévaluation ; il faut dénoncer dès maintenant la dévaluation. Renforcer le recrutement en prenant dans l’ancienne CGTU. Il ne faut pas exagérer pour la patrie, Lénine a parlé du pays natal132.

  • 133 La direction de la CGT avait cru pouvoir ériger la règle de l’interdiction du cumul des mandats pol (...)

176Sur l’unité syndicale : Jouhaux veut porter la discussion de Toulouse sur le cumul133 pour nous écraser. Nous, nous voulons l’unanimité ; faire des compromis sur le programme ; la direction de la CGT ; l’Internationale. On augmente le recrutement CGT. Pour le cumul.

Lundi 24 février 1936

177Disque : l’avenir est au communisme ; trois minutes. Deux pages dactylographiées. 2 h studio Koenig, 99, avenue Général Bizot.

  • 134 Il s’agit de la Fédération internationale des syndicats (rivale réformiste de l’Internationale synd (...)
  • 135 Salomon Dridzo dit Losovsky (1878-1952) était le secrétaire de l’Internationale syndicale rouge.

178Nous allons accepter l’affiliation à l’Internationale d’Amsterdam134 sous condition que Jouhaux travaillera à l’unité internationale. La victoire c’est quand les communistes sont à tous les postes, dans toutes les directions. Cumul : directives : laisser les communistes français libres. Losovsky135 a chargé à fond contre la CGTU : elle abandonne sa tactique, son programme, elle recule, elle marche vers la collaboration des classes. Il a été désapprouvé par tout le secrétariat. Il faut à tout prix éviter les provocations des réformistes. Le courant est vers l’unité. Il faut s’y jeter. Ne pas se laisser prendre par le problème du cumul, mais parler des revendications immédiates prises partout. La Charte d’Amiens est à l’heure actuelle la base de la lutte des classes en France. La force du PC ne se mesurera pas au nombre des communistes dans le congrès. Il faut un vote unanime sur le programme. Maintien de la liaison avec les deux Internationales. Organisation du recrutement. Bases multiples des syndicats. Remplir sa tâche dans le cadre des statuts de la CGT.

179Toute l’église est mobilisée contre le communisme ; les ouvriers nous écrivent : « Critiquez le pape et l’Église mais pas Dieu. »

Mardi 25 février 1936

  • 136 Yves Le Trocquer (1877-1938) était sénateur des Côtes-du-Nord et vice-président de l’Alliance démoc (...)
  • 137 Henry Chéron (1867-1936) était sénateur (Gauche démocratique) du Calvados. Il avait été ministre de (...)

180Vu Bérenger : il y aura une longue discussion à la commission des affaires étrangères. Nous ferons venir à nouveau le ministre des Affaires Étrangères. La commission de l’armée du Sénat sera interrogée pour avis. Le Trocquer136, dit Labrousse, sera un bon rapporteur. Il a toujours été partisan de la reprise des affaires avec l’Union soviétique. Il y aura 200 voix pour la ratification au Sénat (Chéron137). Bérenger : est-ce que le gouvernement est partisan de la ratification au Sénat immédiatement ? Lui seul a en mains toutes les raisons. Trocquer, Labrousse voit Flandin demain matin. Le gouvernement commence à demander aux sénateurs s’ils sont pour la ratification immédiate.

181Qu’elle va être l’attitude de l’Huma (après Toulouse) vis-à-vis de la CGT ? Les réformistes vont essayer de lancer le Populaire.

Mercredi 26 février 1936

  • 138 Louis Prot (1889-1972), dirigeant du syndicat des cheminots (CGTU) de Longueau et maire de cette co (...)
  • 139 Jean Catelas (1894-1941) était le populaire secrétaire des cheminots du Nord. Tête de liste communi (...)
  • 140 Eugène Frot était le ministre de l’Intérieur de Daladier lors du 6 février 1934.
  • 141 Ouvrier mineur, Augustin Dujardin (1896-1980) était le secrétaire de la fédération communiste de la (...)

182Amiens. Salle du Grand cinéma, rue des Capucins. 6 h mairie Longueau, Proste138 maire. 1932 : Catelas139 (1 460), Frot140 (2 944), Dujardin141 (1 039) candidats à Amiens. Vente Huma Amiens 440, dimanche + 600. Travailleur : 900. Le PC est le plus fort comme adhérents (400) à Amiens des partis de gauche. Les Amis de l’URSS très nombreux dans la Somme.

  • 142 Un putsch eut lieu au Japon le 26 février 1936 au lendemain des élections qui virent le succès du M (...)

183Japon : Minsito victorieux. Seyoukaï (fasciste) battu. Le lendemain la clique militaire tue trois ministres142.

  • 143 Né en 1878, Jean-Baptiste Lebas était depuis 1932 député (SFIO) du Nord. Il figurait parmi les adve (...)
  • 144 Adolphe (dit Lucien) Lecointe (1867-1940), typographe, libre-penseur, député d’Amiens depuis 1909, (...)

184Le socialisme a été très touché dans la Somme après le départ de deux députés sur trois. Il a presque disparu à Amiens. Mailly est à Paris sous les ordres de Lebas143. Salaires à Amiens dans le textile : 18 F par jour, 1 000 chômeurs inscrits. Lecointe144 a fait un parti pour lui seul à Amiens, sans lien avec aucune organisation de France.

185Le déficit des transports par rail dans la banlieue de Paris : 1 milliard. Les obligations des chemins de fer français : 80 milliards. Transports sur route : 4 % des chemins de fer (marchandises).

Jeudi 27 février 1936

  • 145 Hispanisant, Jean Cassou (1897-1986) s’engagea dans le Comité de vigilance des intellectuels antifa (...)

186Vernissage des aquarelles de Signac. Conférence J. Cassou145, 12, rue Navarin.

Vendredi 28 février 1936

  • 146 Ernest Mercier (1878-1955), président de la Compagnie générale d’électricité, répondit aux sondages (...)
  • 147 Sur Jacques Sadoul (1881-1956), qui assurait la liaison entre le PCF et l’ambassade soviétique, cf. (...)

187Eur. 44. 78, 28, rue de Liège : 10 h 30 Humery voyage de Mercier146 à Moscou. 12 h déjeuner Marie-Louise. Le voyage de Mercier organisé par lui et Sadoul147. Il sont revenus très frappés. Eau, électricité, gaz, transports. Les techniciens de ces grandes organisations sont disposés à marcher. Ils sont inquiets. Leur intelligence les porterait vite au communisme. Mais ils ont peur. Il faut les ménager. Il faut surtout ne pas les mettre dans le même sac que leurs ennemis les banquiers qu’ils haïssent. Les dirigeants de la métallurgie et des mines sont beaucoup plus arriérés et réactionnaires.

Samedi 29 février 1936

188CDH, Moulin de la Galette. Déclaration du revenu : 41 000 F. 39 000 F pensions, 9 000 F traitement net.

Mars

Dimanche 1er mars 1936

189Du 1er au 15 mars à la maison de la Culture, exposition de Signac, aquarelles. Puis préparation de la manifestation de Montreuil. Propositions du BP : réunions en mars à Alès, Lille, Juvisy, Ussel. Voyage Paris-Lancerf.

Lundi 2 mars 1936

190Lancerf. La chute à la gare.

Mardi 3 mars 1936

  • 148 Historien, économiste, Francis Delaisi (1873-1947) appartenait au « brain-trust » des planistes de (...)

191Lancerf. En France (Delaisi148) : valeurs mobilières, 425 milliards sur lesquels 310 milliards de rentes et fonds d’État dont 58 milliards dans 18 millions de livrets de Caisse d’Épargne. 140 milliards actions et obligations dont la plus grande partie est dans les mains de petits porteurs. Un tiers de cette fortune appartient à la classe riche, les deux tiers aux petits porteurs. Mais ceux-ci n’administrent pas leurs biens. Ce sont les 200 familles qui vivent, non de leurs dividendes, mais des commissions et ristournes qu’ils prélèvent sur les opérations des sociétés qu’ils administrent.

Mercredi 4 mars au samedi 7 mars 1936149

  • 149 L’absence de notes sur la remilitarisation par Hitler de la Rhénanie, le 7 mars 1936, méritait d’êt (...)

192Lancerf.

Dimanche 8 mars 1936

193Lancerf-Paris.

Lundi 9 mars 1936

1948 mai 1935. « Là où des candidats partisans de la liberté, autres que les communistes et les socialistes, sont en tête face aux candidats de la réaction, le bloc de tous les travailleurs doit se réaliser afin d’assurer le succès des candidats antifascistes ».

195Il faut barrer la route au fascisme et à la guerre. Nous avons fait ce miracle de faire pencher à gauche ceux qui voulaient aller à droite. Mais nous ne voulons pas la mort du pécheur. Pas de combinaisons au premier tour. Nous aurons des candidats au premier tour.

Mardi 10 mars 1936

196Ussel. Les paysans. 14 h 30. À 20 h 2e meeting pour la ville. Hôtel Nouaille près la gare. Puech adjoint au maire. Lissandre à Bugeat (sculpteur). Le doyen des communistes en Corrèze.

Mercredi 11 mars 1936

197D’Ussel à Paris, déjeuner à Bourges. Le Médoc : une vigne de 2 millions et demi a été vendue 149 000 F. L’hectare vaut 7 000 F au lieu de 20 000 F. Prix des grands vins trois fois moins cher qu’en 1914. On arrache de vignes des grands crus. Au lieu de 4 millions d’hectolitres de vin fin exportés en 1900, en 1936 : 350 000 hectolitres. Champagne : on exportait en 1914 85 % de la production. Aujourd’hui presque plus rien. À l’intérieur on consomme 20 millions de bouteilles au lieu de 9 en 1914. Mais à quel prix ! Bourgogne : le vigneron vend sa vigne. La Suisse et la Belgique n’achètent plus. Les vignerons ni leurs coopératives ne peuvent s’acquitter vis-à-vis du Crédit Agricole.

Jeudi 12 mars 1936

198Pacte franco-soviétique au Sénat. Mutualité : Hitler. Thälmann. Sénat : intervention.

Samedi 14 mars 1936

  • 150 Joanny Berlioz-Benier (1892-1965), professeur d’allemand et collaborateur de la Correspondance inte (...)
  • 151 À la Voix paysanne de Renaud Jean va succéder, en janvier 1937, la Terre, dirigée par Waldeck-Roche (...)
  • 152 Né en 1897, Henri d’Halluin dit Dorgères était l’organisateur des Comités de défense paysans. Il di (...)
  • 153 Anatole de Monzie (1876-1947) était député du Lot. Il fut ministre de l’Éducation nationale de juin (...)

199Epinay. Berlioz150. 7 h, 30, rue de la Solidarité. 17, rue Soufflot, Brisson. À la campagne que se passe-t-il ? Hausse du blé : 100 F ; perspectives d’une mauvaise récolte ; mesures gouvernementales avances aux paysans. La hausse du blé a joué sur l’esprit des cultivateurs. 20 % augmentation sur le vin (7 F au lieu de 5 F) distillation obligatoire (13 F l’an dernier). Les ouvriers agricoles. Hausse bétail, lait ; aussi le mouvement de protestation est ralenti. Le danger de guerre est maintenant au premier plan, surtout à l’Est. Le soutien national est très fort. Progrès du PC inégaux. Progrès socialiste. Le recrutement dans les cellules rurales. La Voix Paysanne a perdu 500 abonnés151 : 11 000. Les adversaires du communisme agraire sont en recul. Presque pas de candidats après qu’ils en avaient annoncé 300. Ils sont prohitlériens (Dorgères152). Il faut poursuivre l’unification des paysans. Dans le Lot Lacassagne contre Monzie153 ; ils ont un journal paysan : 3 000 exemplaires. La Voix de la Terre : 10 000. Il faut dire aux paysans pourquoi Hitler veut dépouiller les paysans soviétiques. Il faut réorganiser le travail paysan, spécialiser des camarades : l’un sur le blé, l’autre, le vin, l’autre le bétail etc. Dans l’Allier, il faut entrer dans la Fédération Montluçonnaise ; nos camarades ne font pas assez d’efforts.

  • 154 Renaud Jean (1887-1961) fut cultivateur à Samazan (Lot-et-Garonne) puis professeur auxiliaire d’esp (...)

200Le Front populaire à la campagne : suppression du permis de chasse après le discours de R. J154, à Villeurbanne ; nous avons déclenché la campagne pour la revalorisation des produits agricoles ; nous avons contribué à la scission du parti agraire.

Dimanche 15 mars 1936

20120 000 brochures R.J. ont été vendues ; on en fait un deuxième tirage. Les villages demandent plus d’affiches du PC que les villes. À la campagne il faut dire que c’est la France qui est menacée par Hitler plus que l’Union soviétique. Le pacte franco-sovietique sert plus la France que l’URSS. Les 12 millions d’électeurs français recevront le programme du PC. Ça coûterait 2 millions ! Cette année nous ne le pouvons pas. Nous aiderons les régions faibles, mais peu, mais les régions plus riches se débrouilleront. 25 jeunes paysans ont suivi l’École paysanne.

Lundi 16 mars 1936

2022 h studio Pathé Nathan, 2, rue Cyrano de Bergerac. Cl. Durand Cumières (Marne). Paris mange 600 millions d’œufs par an. La production française est de 6 milliards d’œufs par an. Les animaux de basse-cour en France valent 10 milliards francs. Depuis la crise, la basse-cour s’est augmentée de 20 % : 5 % de l’aviculture est industrialisée. Il y a une industrie de la volaille. On vise à fabriquer en série des animaux d’alimentation atteignant en un temps précis un poids et une qualité standard.

203Le 18 mars : 96 445 cartes du PC ont été vendues. Le PC distribue en 1936 autant de cartes qu’en 1922 ; c’est à la campagne qu’on recrute le plus.

Mardi 17 mars 1936

  • 155 Gabriel Péri (1902-1941) était le responsable de la rubrique internationale de l’Humanité.
  • 156 Lord Robert Cecil (1864-1958), ancien ministre conservateur, présidait la League of Nations Union. (...)
  • 157 Anthony Eden, comte d’Avon (1897-1977), député conservateur britannique, était devenu ministre des (...)

204Péri155 retour de Londres me dit : « J’ai vu Lord Robert Cecil156 pour vous excuser de n’avoir pas été présent chez lui après son télégramme. Il a dit qu’il verrait Eden157 et lui demanderait de lever l’interdit qui m’empêche de rentrer en Angleterre. »

205Un bourgmestre allemand qui a vu H. Sellier lui a déclaré que la situation du Reich était mauvaise financièrement et économiquement. Que c’était pour détourner le mécontentement populaire qu’il avait fait le 7 mars afin de se faire plébisciter. Qu’il était donc nécessaire de ne pas se laisser effrayer par le bluff hitlérien.

Mercredi 18 mars 1936

206Saint-Denis. Vente Huma Paris : 40 141. Géorgi, employé de commerce.

  • 158 Loin de pousser à une réaction militaire au coup de poker hitlérien du 7 mars, le PCF se joint au d (...)

207La situation politique : l’Angleterre est de mèche avec Hitler, même dans son coup de force. Flandin reste ferme, laisser les Anglais se débrouiller avec Hitler. Le 5 avril manifestation communiste à Buffalo contre la guerre158. Action internationale du PC à intensifier. La majorité de la CA de la CGT est pour l’unité d’action internationale. Article de Zyromski excellent ; Blum écrit pour rattraper et noyer le poisson. Avec le développement de l’aviation, la question de la frontière du Rhin a beaucoup moins d’importance pour la Grande-Bretagne. C’est pourquoi elle laisse faire Hitler. Son seul objectif est d’obtenir une réglementation de l’aviation internationale.

Jeudi 19 mars 1936

208BP, les paysans. Hitler : « Je suis avec l’assurance d’un somnambule, la voie que la providence m’a tracée. » Un peuple de 60 millions d’habitants, intelligent et industrieux suit un homme qui s’avance les yeux fermés, à tâtons vers des périls que nous ne connaissons pas encore. Il faut accepter de suivre ce fanatique ou le renverser d’un coup de poing.

209L’essentiel en ce moment : faire condamner le geste du 7 mars ; mais c’est insuffisant, il faut restaurer la notion de sécurité collective, en commun avec les peuples pacifiques. Puis entamer une négociation générale pour organiser la paix. Il faut que la Société des Nations applique ses décisions. Or, l’Allemagne a vidé le traité de Versailles ; l’Italie a déclaré la guerre à l’Abyssinie. L’Allemagne a vidé le pacte de Locarno. L’Allemagne peut rentrer à la Société des Nations, si elle reconnaît les principes de la Société des Nations, le respect des traités, des frontières existantes, la sécurité collective, la renonciation absolue à la guerre.

Vendredi 20 mars 1936

  • 159 Né en 1873, Jean Lerolle était député (catholique social) de la Seine. Ancien président de l’Associ (...)
  • 160 César Campinchi (1882-1941) était député de la Corse. En juin 1936, il remplace Daladier à la tête (...)

210Landry, 4, rue Ordener : pouvez-vous m’aider financièrement à battre Chiappe ? On fait venir 1 000 Corses à Ajaccio et environ à 600 F ou 700 F chacun ? Chiappe a été rejeté du 8e de Neuilly et du 7e, Lerolle du 9eà Neuilly, les Croix-de-Feu ont dit pas d’ami de Zographos. Lerolle159 a dit : je me retire mais pas pour Chiappe. Campinchi160 est menacé par Freyssinet fasciste à Bastia.

211Yves Pouhaer me prie d’intervenir près de Belitsky à la mission centrale soviétique pour un achat de bois soviétique. Le bois soviétique est moins cher que le finlandais, suédois. Chalos, 12, rue de Civry est l’agent qui à Paris traite avec les soviétiques.

  • 161 Pierre Mazé, né en 1893, était député radical du Finistère. Sous-secrétaire d’État aux Travaux publ (...)
  • 162 Hippolyte Masson, né en 1875, était député (SFIO) du Finistère. Il fut battu en mai 1936 par le rép (...)

212Je vois Mazé161 : contre lui Tanguy appuyé par les réactionnaires et Nédélec, communiste. Contre Masson162, le Dr Jacques de Huelgoat.

Samedi 21 mars 1936

  • 163 Paul Chopine, militant communiste, est l’auteur de brochures consacrées à l’extrême droite dont Le (...)

213Chopine163 vient me voir. Sa campagne porte : 29 000 démissions de Croix-de-Feu ; ses meetings sont du Front populaire. Il dit : je serai bien fâché qu’on me croit attaché au Popu ; je préfère l’Huma. Désirez-vous un compte rendu. La Rocque parle de faire son coup un dimanche. On donnerait rendez-vous à la messe on se répandrait dans la ville.

  • 164 Membre du parti ouvrier belge, Louis de Brouckère (1869-1951) était le président de l’International (...)
  • 165 L’exécutif de l’Internationale ouvrière socialiste (IIe Internationale) avait repoussé le 13 octobr (...)

214Visite de Zyromski : que Thorez et M. Cachin écrivent à Brouckère164 il leur sera réservé un rendez-vous. La résistance anglaise, Scandinave, hollandaise a été aussi violente que jamais contre l’unité internationale165.

Dimanche 22 mars 1936

215Roubaix salle de la rue de l’Hospice à 15 h 30. Lebas 14 284 communistes 2 572 ; Dupré 12 590 communistes 3 681. 20 chefs de tribus dans le Nord, Lille, Roubaix-Tourcoing, possèdent les 600 usines Roubaix-Tourcoing : Motte, Talowocek (?), Thiriez, Tiberghien, Matton, Vanoutryve, Wallaert, Dubrulle, Masurel, Prouvost etc. Tous apparentés entre eux et administrateurs. Ils possèdent et administrent les usines, les banques, les journaux, les chemins de fer, l’électricité, les mines. Thiriez, Le Blanc, Wallaert = 1 200 millions. Tous enrichis par l’après-guerre et les dommages de guerre. L’État paya au coefficient 4 les réquisitions des Allemands.

216Les socialistes : il faut laisser en sommeil le pacte d’unité d’action pendant la campagne électorale.

Lundi 23 mars 1936

217Maeroran Jérôme, 216, boulevard Strasbourg, Roubaix.

Mardi 24 mars 1936

  • 166 Albert Lebrun (1871-1950) avait été élu à la présidence de la République en 1932.
  • 167 Flandin envisageait dès le mois de janvier 1936 une riposte militaire. Il s’est heurté à l’oppositi (...)

218Montreuil. 2 h 30, téléphone Sénat. 3 h Sénat, YP. Dvolaïtsky dirigeant de la représentation commerciale. Mouller, chef adjoint de la représentation commerciale. Lebrun166 n’a pas encore ratifié le pacte franco-soviétique. Aujourd’hui on a parlé de mobilisation française. Mandel avait proposé d’occuper les têtes de pont en Allemagne, après le 7 mars. Gamelin a refusé. La Banque de France et le Comité des forges sont contre Mandel et contre Flandin167 parce qu’ils sont pour la paix et pour l’Allemagne. Les banques mènent campagne contre Sarraut.

Mercredi 25 mars 1936

  • 168 Darius Le Corre, né en 1903, instituteur en Normandie, avait été muté en 1934 à Morsang-sur-Orge (E (...)

219Corbeil. Salle Duriez rue Ferret, 9 h Lecorre168. Jattelin. 43, rue de Corbeil à Essonnes à 8 h 30, à 7 h 45 à Jaurès pour Midol.

Jeudi 26 mars 1936

  • 169 Neville Chamberlain (1869-1940), conservateur, n’a pas encore acquis son image d’« appeaser ». Il n (...)

220Neville-Chamberlain169, chancelier de l’Échiquier à la chambre des Communes, au nom du gouvernement : « Le principe de la sécurité collective est toujours à la base de la politique britannique. L’Angleterre approuve le pacte franco-soviétique. Au cas d’une agression allemande contre la Tchécoslovaquie, l’Angleterre interviendrait immédiatement. La paix est indivisible. Nous sommes intéressés à son maintien à l’Est et à l’Ouest. »

Vendredi 27 mars 1936

221Ichedaï : Les Anglais viennent d’emprisonner aux Indes quelques communistes Hindous qui arrivaient de Moscou. Les Anglais continuent d’être très inquiets sur ce qui se passe en Abyssinie, dans la Méditerranée et en Égypte où toute la population leur est opposée. Mussolini vient de dire que la Méditerranée est à lui. Les Britanniques continuent à lutter contre Mussolini en Abyssinie. C’est l’essentiel de leur politique en ce moment. Ils veulent que l’Allemagne reste à la Société des Nations pour que toute l’Europe soit pour les sanctions contre l’Italie. Le discours de Sarraut affirmant qu’il ne causerait pas avec Hitler a froissé l’Angleterre.

Samedi 28 mars 1936

222Meudon. Tivoli avenue du Château. Écrit à Hilary ingénieur en chef des Ponts et Chaussées pour l’intéresser au chemin de Penhoat à Paimpol. La lettre du maire de Plourivo, Labbé. Chappedelaine président Commission des chemins vicinaux : la Chambre.

223Grands projets de travaux publics : l’aménagement du Rhône permettrait : métallurgie de l’aluminium, métallurgie des aciers électriques, des alliages, électro-métallurgie du zinc, hydrogénation des lignites et huiles lourdes de la vallée du Rhin, fabrication d’engrais azotés synthétiques. Voie triomphale jusqu’à la terrasse de Saint-Germain.

Dimanche 29 mars 1936

224Douai (hippodrome). P. Midichez Morival à Doriguères, 37 rue Trannois. Déjeuner chez Morvial avec Laurent délégué mineurs. Les jaunes dans le bassin sont les « blancs d’oreilles ». « Je suis un fainéant. » Savon dans les souliers.

225Le stakhanovisme inquiète et trouble les mineurs. Un piqueur gagne 38 F 50 maximum. Ils réclament ce salaire pour tous les piqueurs. Manœuvres, 25 F. Peu de chômage dans le bassin. Les journaux soviétiques disent : « Le piqueur peut porter le rendement de 6 tonnes à 60 tonnes par jour » (25 janvier 1936, Correspondance Internationale février 1936 Stakhanov a fait ses prouesses en août 1935). Correspondance Internationale 22 février 1936 : « Un ouvrier a abattu 200 tonnes de charbon dans sa journée. Il a 55 ans. » (p. 143). En France 1 800 kilos en 1936 au lieu de 600 il y a deux ans.

Lundi 30 mars 1936

  • 170 Joseph Victor Rossé (1892-1951), autonomiste alsacien (Heimatsbund), professeur révoqué pour avoir (...)

226En Alsace, en Lorraine. Depuis le 7 mars, atmosphère de guerre ! on a retiré 20 millions des Caisses d’Épargne. Régression économique ; on écoute plus la radio d’Hitler que celle de la France ; on lit les journaux allemands plus que les français. Nous devons garder notre ligne. Les revendications nationales : ni hitlériens, ni impérialistes français, ni les 200 familles : la révolution prolétarienne. Les autonomistes séparatistes, les prêtres protestants sont hitlériens. Ils font la propagande contre le pacte franco-soviétique. « Nos fils vont être envoyés en Sibérie. » Les Croix-de-Feu y font de grands progrès ; on évoque l’exemple de l’Espagne qui brûle les couvents, contre le Front populaire. Les Alsaciens-Lorrains se plaignent toujours d’être des Français de troisième zone. Rossé170 est acheté par Mandel. Dire aux Alsaciens : si les avions doivent venir écraser vos villes, ce ne seront pas ceux des Soviétiques mais ceux de Hitler !

Mardi 31 mars 1936

227Une Huma vendue à Paris rapporte 4 centimes net ; vendue en banlieue 2 centimes et demi ; vendue en province, elle coûte 4 centimes. Par abonnement, elle rapporte 4 centimes en province. 175 000 membres dans la fédération des cheminots.

Avril

Mercredi 1er avril 1936

  • 171 Jacques Duboin (1879-1976), économiste, député du Cartel des gauches (1924- 1928), était l’animateu (...)

228BP 2 h. R. Heller. J. Duboin171. Aggravation des causes de guerre et de l’assaut antisoviétique. Agression de Hitler contre la paix. Menace directe contre la France, la Belgique, l’Europe centrale et contre l’Union soviétique. Encerclement de l’Union soviétique à l’Ouest de l’Europe. La situation de l’Union soviétique est devenue difficile. La fortification du Rhin est contre l’Union soviétique. Hitler obtient des résultats : dissocier le bloc des puissances orientales ; Hitler a des alliés partout. Sur le plan international il y a discrédit du fascisme allemand et italien. Mauvaise situation intérieure. La provocation hitlérienne détourne les masses. Le Front populaire croît. L’action de la classe ouvrière est faible contre la guerre. Pourquoi ? C’est la division de la classe ouvrière par la faute de la social-démocratie qui empêche l’unité. La social-démocratie a conduit à la défaite intérieure. Elle sabote la force ouvrière contre la guerre. Nous aussi avons des faiblesses. Il faut développer le Front populaire, malgré les socialistes.

229Aujourd’hui on voit bien la menace de la guerre après le geste du 7 mars. En Alsace ce fut comme en 1914. Seuls les communistes n’ont pas entretenu les illusions sur la Société des Nations, le désarmement. Ils ont montré que le fascisme est la cause principale de la guerre. C’est pourquoi les masses nous suivent aujourd’hui. Il y a deux courants : 1 proallemand, 1 antiallemand. Proallemand, fasciste, solidarité fasciste internationale puis la haine du communisme, puis les prétendus pacifistes exploitent le soutien des masses ; puis la politique sociale. Mais le courant essentiel c’est le courant antiallemand. L’ennemi essentiel ce n’est pas Staline mais Hitler qui menace directement la France. Jaurès, Rolland ont essayé de réagir sans succès. Il ne faut pas de chauvinisme. Il y a des forces qui s’opposent à Hitler. Nous avons montré les horreurs de Hitler aux ouvriers. Le rayonnement de l’Union soviétique dans les ouvriers, paysans intellectuels. Le sentiment de sécurité donné par le pacte franco-soviétique.

  • 172 Parue en 1920, il s’agit de l’une des œuvres les plus populaires de Romain Rolland. Empruntant larg (...)
  • 173 Il pourrait s’agir du commandant Raynal, héroïque défenseur du fort de Vaux (11 mars-7 juin 1916) l (...)
  • 174 Fondateur du Centre de propagande des républicains nationaux (1926), collaborateur de l’Écho de Par (...)
  • 175 Marcel Cachin avait été emprisonné à la suite de la campagne menée par le Komintern contre l’occupa (...)
  • 176 Paul Faure (1878-1960), membre de la minorité pacifiste au cours de la Première Guerre mondiale, se (...)
  • 177 Étienne Alexandre Millérand (1859-1943) avait été le premier socialiste à participer à un ministère (...)
  • 178 Marceau Pivert (1895-1958), professeur, hostile envers toute coopération à la Défense nationale, di (...)
  • 179 Au lendemain du 7 mars, l’Humanité avait développé une campagne incessante contre le « fascisme int (...)
  • 180 Félicien Challaye (1875-1967), pacifiste intégral, président de la Ligue internationale des combatt (...)

230Romain Rolland quand il était solitaire, artisan moyen, Colas Breugnon172. Mais maintenant il dit : le pire des maux c’est l’avilissement d’un peuple. Rolland vit maintenant en contact avec les masses communistes ouvrières. Il choisit l’Union soviétique, siège de l’internationale humaine contre le fascisme. Raynal173 : je veux la paix mais pas l’esclavage, pas la capitulation ! Le pacte franco-soviétique est le meilleur barrage contre la guerre. Les paysans, les radicaux le croient. Jamais Daladier ne parle systématiquement de l’Union soviétique, mais son parti ne le suit pas. Les fascistes sont obligés de lâcher Hitler (Kérillis174). Nous disons : vous êtes les agents de Hitler. Ils ont cédé. Dans la classe ouvrière, progrès de l’antihitlérisme. Nous avons eu de grands succès : affiche : Que veut Hitler ? Succès de nos meetings, du recrutement accéléré depuis 7 mars, des résultats électoraux. Contre Hitler contre les hitlériens de France (Ruhr175, fraternisation, Versailles). Les communistes étaient qualifiés pour parler au peuple allemand. Il faut aimer le peuple allemand et Thälmann. La sécurité du peuple de France. Unité d’action ouvrière internationale. Rien de ce qui préoccupe notre pays n’est étranger au communisme. C’est la résolution finale du congrès de Villeurbanne. Nous sommes à la tête du mouvement anti-hitlérien. Pas d’Union sacrée. Le pays est divisé parce qu’il y a 200 familles. Notre parti a compris. Il est uni. Les socialistes panier de crabes (Zyromski article du 19 mars). Ils n’ont aucun lien que la haine du communisme. Ils suivent leur bourgeoisie dans chaque pays. C’est le chaos. Une tendance Blum est favorable au pacte franco-soviétique. Une tendance Faure176 est hostile. La première prévaut aujourd’hui, plus encore dans les syndicats. Nous devons attaquer les insuffisances, Sarraut, Flandin. Faure ne dit rien contre Hitler, mais il dit : il faut lui parler. Il s’est orienté vers la Société des Nations. Il a refusé l’unité d’action en France et internationale. Quand les socialistes ont voulu l’unité organique, nous leur avons répondu, pas de millerandisme177 ! Depuis ils se taisent. Et la candidature unique ? Vous vous méfiez de nous ; vous nous demandez de nous retirer là où nous sommes forts. Le parti socialiste a essayé de diviser le Front populaire. Le PS a dit : vous liquidez la JC. Réponse : 32 000. Le PS : vous faites des comités d’entraide aux chômeurs : nous avons 70 comités à Ivry. Il nous critique de gauche sur la guerre. Pivert178 dit : je suis léniniste. Non, car le léninisme c’est l’étude d’une situation donnée complète qui fixe la politique du prolétariat. Et sa politique c’est sauver l’Union soviétique. Romain Rolland dans ses deux lettres : « Vous ne croyez pas à la révolution. Vous vous bloquez avec les forces contre-révolutionnaires. Vous ne croyez pas au socialisme, à la classe ouvrière, à l’Union soviétique. » Dans notre parti il y a un certain recul devant les socialistes sous prétexte Front populaire. Il faut critiquer la social-démocratie pour gagner les masses. Parlez des Soviets ; c’est la révolution. Pas de solidarité avec le gouvernement de la bourgeoisie ; par de subordination à la classe capitaliste. Nous demandons des mesures contre les ligues179. On n’en prend pas ; aucune confiance dans ce gouvernement. Nous pouvons soutenir des mesures de Sarraut. Mais nous sommes pour le FP, Sarraut ce n’est pas le FP. Nous sommes dans la FP à la pointe des masses. A. Rolland a traité Chall.180 à coup de fouet. Il ne faut pas s’orienter seulement sur la Société des Nations qui a failli. Elle est une illusion, un voile derrière lequel se prépare la guerre. Le Japon s’en va ; l’Allemagne s’en va. Rien ! L’Italie attaque l’Abyssinie. Pas de sanctions ! L’Angleterre a conclu un pacte avec l’Allemagne. Rien, après le 7 mars ! L’essentiel c’est l’action des masses. L’action unie.

Jeudi 2 avril 1936

231CC 9 h, château du parc Montreau.

Vendredi 3 avril 1936

  • 181 Nicolas I. Boukharine (1888-1938), dirigeant bolchevik, premier secrétaire de l’IC (1926-1929), éta (...)

232Affaire P. Lévy ; Vienney. Boukharine181. Mutualité.

Dimanche 5 avril 1936

233PC Buffalo, pour la paix. 101 475 cartes expédiées aux régions. 149 721 F recettes du 1er janvier au 31 mars.

Lundi 6 avril 1936

  • 182 Paul Vienney (1902-1966), avocat communiste, fut chargé vers 1927-1928 du service juridique de l’Hu (...)
  • 183 Né en 1915, Henri Vuillemin avait été tué le 24 février 1934 à Ménilmontant (Paris) lors d’une mani (...)

234Vienney182 avenue G. Courteline, 11 h. Affaire Vuillemin183.

Mardi 7 avril 1936

  • 184 Peut-être s’agit-il de Fernand Vigne. Né en 1910, il était secrétaire adjoint de l’Union départemen (...)

235La vie est à nous à la Bellevilloise, 9 h. Témoignage cour d’assises H. Vuillemin. CGT (Frachon). Il y a une certaine reprise économique. On embauche. Le chiffre d’affaires est 10 % supérieur à 35. Augmentation des prix des agriculteurs, accroissement des transactions. C’est pourquoi les ouvriers recommencent les grèves. Les réformistes. Ils préparent des manœuvres politiciennes, et ont peur des grèves. Nous devons dire : les ouvriers doivent reprendre ce qu’on leur a pris. On manque d’ouvriers qualifiés en France. Vig... est avec nous184 ; il défend le PC, il écrit à l’Huma. On va chez les mineurs à la grève ou au recul des compagnies. Il faut que l’Huma marche à fond. Nous avons la majorité à la CGT, mais nous travaillons dans une atmosphère asphyxiante. On discute une demi-heure pour savoir à quelle heure on va chez le ministre. On veut nous rendre inutiles. Le PC doit réagir. Il délaisse son action syndicale. Dans son travail quotidien, les choses économiques ne tiennent pas une place suffisante dans le parti. Frachon veut avoir sa place dans l’Huma pour répondre à Jouhaux et aux réformistes. Racamond : vous n’aidez pas les communistes dans la CGT ; vous n’écrivez rien sur la tâche des syndiqués révolutionnaires dans la CGT. On croirait que vous avez la même attitude que les socialistes vis à vis de l’indépendance des syndicats. Il faut que C. écrive sur le 1er Mai. Vos journaux de la CGT deviennent réformistes. Il ne faut jamais parler du plan de la CGT.

Mercredi 8 avril 1936

236Le chemin de Penhoat à Paimpol fait partie du réseau vicinal ordinaire de la commune de Plourivo. Son entretien incombe à la commune. Le conseil général a décidé de surseoir à tout nouveau classement de chemin vicinal ordinaire. Que faire le 1er Mai ? Faire paraître l’Huma le 1er Mai. Faire un contrat avec les syndicats ; prendre l’initiative de certains meetings, que les municipalités célèbrent le 1er Mai. Il faut en toutes occasions exalter le travail syndical. Les articles Frachon, Racamond, à la première page de l’Huma. Dans tous nos discours dire : les communistes doivent être les meilleurs syndiqués. Faire venir nos préfets pour leur donner des directives sur la politique syndicale du PC. Les quarante heures, contrats collectifs.

Jeudi 9 avril 1936

237Le front unique contre la guerre.

  • 185 Otto Kuusinen (1881-1964) avait été l’un des fondateurs du PC finlandais. Secrétaire de l’IC jusqu’ (...)
  • 186 Klement Gottwald (1896-1953) était depuis 1929 le secrétaire général du PC de Tchécoslovaquie. Aprè (...)
  • 187 Maxime Wallach dit Litvinov (1876-1951), familier de l’Occident, commissaire aux Affaires étrangère (...)

238Kuusinen185, Gottwald186 sur le front unique dans l’Internationale contre la guerre. Elle n’est pas réalisée. La IIe Internationale même chez nous demande un nouveau partage des colonies. Les socialistes défendent la politique de leur bourgeoisie. Unir pour l’action tous les travailleurs, c’est plus utile que de nous ériger en diplomates. Il faut utiliser Litvinov187 mais pas de discussions interminable sur la diplomatie. Nous ne sommes pas des observateurs. Il faut agir. D’abord améliorer la ligne idéologique du parti. Puis propagande. Tâche : lutter pour le maintien de la paix. Oui, nous n’avons pas confiance dans le gouvernement français, mais l’ennemi essentiel c’est Hitler. Pourquoi le danger est-il si grand ? Parce que les socialistes l’ont permis. Parce que la complaisance des Français et le concours gouvernemental des Anglais ont aidé Hitler. Parce que la passivité de la Société des Nations a aidé l’impunité des agresseurs. Elle a hésité, tergiversé. À cause de la subordination du prolétariat à la Société des Nations.

239La paix peut être maintenue, comme nous avons arrêté le fascisme : 1°) En faisant le FU mondial 2°) En portant tous les coups sur Hitler et les hitlériens 3°) En unissant la défense de la démocratie à la défense nationale, en défendant les ouvriers et les soldats sur notre terrain indépendamment de la classe. Page 6, point 5 : il y a six fractions dans le Labour Party. La plus forte est hitlérienne. Ça a choqué les socialistes allemands, italiens et tchèques ; désarroi complet qui aboutit à favoriser Hitler. Dans l’appel de Londres, socialiste, aucun appel direct aux prolétaires. Les socialistes français n’ont pas le même point de vue contre la guerre que ceux de Labour ou d’Allemagne ou d’Italie. Nous voulons partager à nouveau le monde. Non ! Libérez les colonies ! Voilà le vrai partage du monde. Qu’est-ce que la guerre ? C’est la continuation de la politique par d’autres moyens.

  • 188 Derrière cette vulgate léniniste se cache en réalité chez Lénine lui-même une volonté sans cesse ré (...)

2401°) Il a pu y avoir en 70 des guerres nationales 2°) Depuis 1900 c’est la guerre impérialiste. Nous n’avons pas à prendre parti188. 3°) Aujourd’hui il y a l’Union soviétique, force de la paix.

  • 189 Au cours de la guerre d’Éthiopie.
  • 190 Tchang Kaï-Chek (1887-1975) était le chef de l’armée du gouvernement nationaliste du Kouo-min-tang, (...)
  • 191 Ernst Thälmann (1886-1944) était l’homme de Staline à la tête du PC allemand. Arrêté à la suite de (...)
  • 192 Né en 1898, Luis Carlos Prestes dit Garroto était membre du PC brésilien depuis 1931 et du Comité e (...)

241Il faut appuyer les sanctions contre l’agresseur. Si les dockers et les marins anglais avaient fermé Suez189 ! Ce n’était pas la guerre. C’était la vraie sanction. Les communistes chinois ont mis leur armée près de la Mongolie. Ils font appel à toute la Chine. La Chine du Sud se rapproche d’eux. Ils font des propositions à Tchang Kaï-Chek190. Les communistes chinois ont des écoles de 4 000 cadres. La menace de guerre contre l’URSS n’a jamais été aussi grave. Pas d’affolement. Améliorer la qualité de la politique. Appliquer la résolution. Pour l’armée pas d’organisation secrète, tout public, dans l’Huma la vie des soldats, des marins, la presse antifasciste dans les casernes ; créer la conscience des soldats. Il faut grouper les socialistes français, italiens, espagnols contre le Labour ; multiplier les liaisons internationales. Les rédacteurs extérieurs de l’Huma n’ont aucun rapport avec les ouvriers. Il faut sauver Thälmann191 et Prestes192.

Vendredi 10 avril 1936

242Laguesse, 55, faubourg Montmartre, TRU 14 93.

Samedi 11 avril 1936

24314e. P. Larousse 32. Indice de la production : 93 en janvier 1935, 97 en janvier 1936. Taxe sur chiffre d’affaires en août 1935 : 490 millions, en février 1936 : 510 millions. Blé, vin, bœuf augmentent.

  • 193 L’Ami du peuple survécut à son fondateur, le parfumeur milliardaire Coty. Tirant à 300 000 exemplai (...)

244« L’argent coule à flots au profit du Front populaire » (Ami du Peuple193). « L’argent des Soviets arrose naturellement le PC et les partis alliés » (Kérillis). « Si le Front populaire l’emporte, c’est la guerre civile à coup sûr et peut être la guerre étrangère » (Kérillis).

Dimanche 12 avril 1936

  • 194 Le PCF multiplie les efforts pour conserver le capital de sympathie que lui a valu son image de par (...)

245Colombes. Inauguration groupe H. Barbusse. Manifestation pour la paix. Villejuif 3 h. Fête sportive internationale contre la guerre194. Unité internationale.

  • 195 Le mouvement communiste redoute une mise à l’écart du ministre des Affaires étrangères Titulesco, p (...)

246Une grande victoire hitlérienne en Roumanie est imminente195. En Allemagne : augmentation de la vie 10 % depuis 1933. Le revenu ouvrier a diminué : 206 marks en 1929, 171 marks en 1932, 155 marks en 1935. Indice général de la production : textile 92 en 1934, 88,7 en 1935. Chaussures 10 % de moins en 1935 qu’en 1904. Progrès : industrie militaire, routes, autostrades, automobiles. Recul dans la production agricole.

  • 196 Femmes dans l’action mondiale était l’organe du Comité féminin de lutte contre la guerre et le fasc (...)

247Femmes : 35 000 vendus 1 numéro par mois196.

Lundi 13 avril 1936

  • 197 Marx Dormoy (1888-1941) était député socialiste de l’Allier et maire de Montluçon.

248Dormoy197 refuse de donner la salle de la mairie aux CDH.

  • 198 Jules Bazile dit Guesde (1845-1922) avait fondé au congrès de Marseille (1879) le parti ouvrier fra (...)
  • 199 Paul Lafargue (1842-1911), gendre de Karl Marx, avait compté, aux côtés de Jules Guesde, parmi les (...)

249Guesde198 vint de l’Allier en 1880. Il y créa le POF. Jean Dormoy mort en décembre 1898 né à Vierzon 1851. Poursuivi en 1882 pour provocation au pillage des usines et de la Banque de France, à l’excitation, à la guerre civile. Six mois de prison avec Guesde et Lafargue199. Maire de Montluçon en 1892.

Mardi 14 avril 1936

  • 200 Né en 1911, électricien, Henri Védrines était l’un des dirigeants des métallurgistes de l’Allier. S (...)
  • 201 Pierre Aumoine (1892-1973), viticulteur, était secrétaire de la fédération du PCF de l’ Allier et m (...)
  • 202 Né en 1874, Isidore Thivrier était depuis 1924 député socialiste de l’Allier. Il sera réélu en 1936 (...)
  • 203 Né en 1903, Jean-Baptiste Aucouturier, commerçant, emprisonné en 1925 pour son action contre la gue (...)

250Montluçon, 35 000. Henri Védrines200 Hôtel de l’Écu, place des 3 Hyards, secrétaire rayon. 2e : Dormoy 10 708, Aumoine201 4 765, 1re Thivrier202 9 917, Aucouturier203 3 150.

  • 204 Eugène Jardon, né en 1895, était depuis 1929 maire de Domérat (Allier), dans la banlieue de Montluç (...)
  • 205 Pierre Valignat (1905-1979) était secrétaire du rayon communiste de Montluçon, où il exerçait depui (...)

2512e Jardon204, maire Domerat, candidat, vigneron. 1re Valignat205, instituteur (Commentry). Démêlés avec Aucouturier qui a été blâmé par le Centre : que le PC est soumis à Moscou. Dormoy déclare que le stakhanovisme est du travail forcé ; que le pacte franco-soviétique entraîne à la guerre. Il pense que le fascisme est très faible à Montluçon et que par conséquent le Front populaire est inutile. Meeting Duclos-Blum, 15 décembre 1934.

252Programme Front populaire : amnistie, désarmement, dissolutions des ligues fascistes, incompatibilité parlementaire, abrogation des lois scélérates, obligation pour les journaux de dire leurs ressources, libertés syndicales absolues, scolarité jusqu’à quatorze ans, Société des Nations sécurité collective contre agresseur, sanctions, paix indivisible, réduction des armements, fonds national de chômage, semaine de quarante heures, grands travaux, abolition des décrets-lois, impôts sur les grandes fortunes, progressifs, carte identité fiscale, taxation des profits des monopoles.

Mercredi 15 avril 1936

  • 206 René Froissart (1890-1942), mineur du Pas-de-Calais, s’installa comme fermier vers 1924 dans la rég (...)
  • 207 Waldeck Rochet (1905-1983), ouvrier maraîcher, adhère au PCF en 1924. Responsable en 1934 de la sec (...)
  • 208 Marius Vazeilles, né en 1881, ingénieur des Eaux et forêts et pépiniériste, militant CGPT, fut élu (...)
  • 209 Né en 1908, Jean Flavien était cultivateur à Voué (Aube) lorsqu’il adhéra en 1932 au PCF. Il était (...)
  • 210 Auguste Béchard (1883-1965), vigneron, militant CGPT, était le maire de Lédignan (Gard). Il fut élu (...)
  • 211 Julien Blachon (1887-1960) était un horticulteur et un pépiniériste aisé. Maire de Saint-Uze (Drôme (...)
  • 212 Paysan des Alpes-Maritimes, Julien Béranger militait aux côtés de Jean Laurenti dans le syndicalism (...)

25313e. 70 candidats paysans : Jardon, Froissart206, Lacassagne, Rochet207, R. Jean Vazeille208, Flavien209, Béchard210, Laurenti, Blachon211, Bérenger212.

Jeudi 16 avril 1936

254Choisy.

Vendredi 17 avril 1936

25520e.

Samedi 18 avril 1936

  • 213 Peut-être s’agit-il d’Hubert Ruffe, permanent du Parti dans la région bordelaise. Né en 1899, cet o (...)

256Les Juifs de Clignancourt-Bordeaux (600 kilomètres). Ruff213. À l’American Park, arr. 16 h 15. Les CDH de Bordeaux vendent 500 Huma. Mais ils ne les payent pas. Pendant deux dimanches ils ont laissé les paquets à la gare. Reçu chez Max Paillé, ajusteur à Bacalan.

Dimanche 19 avril 1936

257Bordeaux-Paris 8 h 35, 15 h 53.

Lundi 20 avril 1936

258Dulot, 125, avenue Wagram, Carnot 69 23.

Mardi 21 avril 1936

  • 214 Élie Bruneau, maire communiste de Colombes depuis 1935, était secrétaire de la CGTU du textile. C’e (...)
  • 215 Charles Doucet (1895-1938), ouvrier bonnetier à Troyes, fut responsable de la région CGTU Drôme-Ard (...)
  • 216 René Brunet (1882-1951) était député socialiste de la Drôme depuis 1928. Proche des « néos », il ne (...)
  • 217 Joseph Thibon (1888-1972), cheminot, syndicaliste unitaire, devint après la réunification délégué à (...)
  • 218 Fernand Richaud (1896-1974), artisan scieur sur bois, militant de l’ARAC, était conseiller municipa (...)
  • 219 Albert Faure (1887-1966), papetier à Bourg-les-Valence, était délégué régional de la Confédération (...)

259Montélimar. Départ 8 h 05, Bruneau214, Doucet215 à Valence. En auto à Montélimar. Brunet216, SFIO : 9 680, Rad. soc. : 6 570, Thibon217, communiste : 1 007. Montélimar-Nyons : 140 communistes. Assistance mutuelle, désarmement, paix. Brunet dans ses réunions : l’organisation de la paix, le blé, office du blé, nationalisation des industries clés. Julien Blachon, candidat paysan. Lisbonne : j’ai peur que votre venue soit exploitée auprès des républicains du FP un peu timides, par les réactionnaires ! Drôme : Blachon horticulteur, Montélimar-Nyons ; Richaud218 artisan, Die ; Doucet, textile ; Faure219 commerçant, Valence. Ardèche : un cultivateur, Largentière, trois retraités du PLM, Privas 2e. 1 électricien, Privas 1re, 2 Toumus.

  • 220 Jacques Bénichou, né en 1890, était marchand forain. Il dirigeait en 1927 la cellule de Montélimar.

260Bureau : Souchon communiste, Vigné socialiste, Artaud communiste. Mounier, cordonnier, Bénichou220. On remplace l’olivier par l’abricotier. Lavande : culture diminuée par le parfum synthétique. Élevage de brebis, production d’agneaux renommés. On nourrit les agneaux avec des pois chiches. Les catholiques ont éliminé le protestantisme. Œuvres cléricales nombreuses : chocolat d’Aiguebelle Douzide. Les prêtres et les radicaux marchent pour Brunet socialiste seul candidat. Crise agraire, crise à Montélimar, petite ville de rentiers et fonctionnaires. Quelques centaines d’ouvriers nougat huit heures par jour.

Mercredi 22 avril 1936

  • 221 Né en 1904, Charles Vèque dirigeait le syndicat des cheminots CGT de Perrigny (Côte-d’Or). Conseill (...)

261Valence-Paris. 9 h 20, 17 h 40. Dans le train Charles Vèque221, adjoint au maire de Dijon, secrétaire fédération Côte d’Or, 13, rue Manutention, Dijon.

262Pour la page technique mardi, Signol ingénieur des arts et métiers.

Jeudi 23 avril 1936

263Le Pré Saint-Gervais. 10e, rue de Metz.

Vendredi 24 avril 1936

  • 222 L’allocution radiodiffusée de Cachin s’inscrivait dans le cadre de la campagne électorale. Le 17 av (...)

26411e. 55, rue de la Chapelle. Parlé à Radio PTT222, 103, rue de Grenelle.

Samedi 25 avril 1936

  • 223 Jean Oswald dit Dorval (1902-1971), avait été employé à la Banque ouvrière et paysanne jusqu’à la f (...)

265Montreuil. 18e Clignancourt. Reçu 1 000 de L.K. Vo. remis à Dorval223. Toutes les droites 3 925 000 voix plus les Alsaciens ; (en 1936) 4 150 000. Toutes les gauches 5 460 023 voix. En France 600 000 voix sont allées de droite à gauche.

266Prévisions du Bulletin du Comité des forges pour le ballottage : 131 socialistes, 112 radicaux, 53 communistes, 24 union soc., 8 pupistes, 6 soc. indépendants. 334 gauche.

267Avril 1936, voix communistes : dans Paris : 163 000, dans la Seine : 200 450, dans la Seine-et-Oise : 96 583, dans la Seine-et-Marne : 19 905. Total dans la région parisienne : 479 938.

Dimanche 26 avril 1936

268Abstentionnistes : 31 % en 1881, 27 % en 1898, 22 % en 1914, 15 % en 1932. En 1932 : 11 millions 561 000 électeurs inscrits, 9 millions 652 000 votants, 1 909 000 abstentionnistes (15 %), 796 690 voix communistes, 1 964 384 voix socialistes. En 1932, 17,40 % abstentions (24 % en 1876). 4 410 000 voix droite et leurs alliés, 5 100 000 voix gauche.

Rad. soc. 1 800 000
SFIO 1 900 000
Rép. soc. 500 000
Pup. 78 000
Communistes 796 000
Conser. 82 000
URD 1 200 000
Indépendants 500 000
Dém. pop. 300 000
Rép. gauche 1 300 000
Rad. indép. 955 000
En 1936
Communistes 1 481 714 (gain 700 000)
Socialistes 1 891 539 (perte 72 000)
Radicaux 1 250 000 (perte 435 000)
Union Rép. dém. 1 500 000 (gain 340 000)
Dém. pop. 240 000 (perte 60 000)
Alliance dém. Rép. gauche (perte 300 000)
Rad. indép. et g. rad. (perte 265 000)
Indépendants (perte 140 000)

Lundi 27 avril 1936

269Après le premier tour. Droites en 1932 : 4 380 717 voix. Droites en 1936 : 3 925 018 voix (perte en 1936 : 400 000), auxquelles il faut ajouter une partie des 156 000 agraires et une partie des 114 000 Alsaciens UPR, soit 4 150 000. Gauches en 1932 : 5 221 000, en 1936 : 5 460 023 : rad. soc. : 1 401 974, soc. ind. un. soc. : 587 000, SFIO : 1 887 000, pup. et c. : 129 000, communistes : 1 453 923.

Mardi 28 avril 1936

  • 224 Victor Basch (1863-1944) était professeur d’esthétique et d’histoire de l’art à la Sorbonne. Présid (...)
  • 225 André Wurmser (1899-1984), l’un des secrétaires du CVIA en 1934, était le rédacteur en chef de Russ (...)
  • 226 Jean Perrin, né en 1870, prix Nobel de physique (1926), célébra Jeanne d’Arc et Valmy au meeting du (...)
  • 227 Henri Guernut, député socialiste (1928) puis radical (1932) de l’Aisne, fut ministre de l’Éducation (...)
  • 228 Marc Sangnier (1873-1950), démocrate chrétien, fut le fondateur du Sillon (1894) puis de la Jeune R (...)

270Basch224, 8, rue Huymans, près Dt-Placide, 11 h. Wurmser225 : 10 h. Perrin226 est allé demander un siège de député à l’ambassade de l’URSS. Guernut227 fait agir la Ligue Basch, Charles etc. Marc Sangnier228 vient me demander un siège député. Canton de Paimpol : Le Guen réac. 1112 voix, Michel 1 624, Choffé 194, Flouriot 79, etc.

Mercredi 29 avril 1936

2714e de Versailles Ruaux : 13 300. 5e de Versailles 13 735 voix antifascistes. (Cinéma Cyrano). Fourcaut de Pavan.

  • 229 Depuis novembre 1935, les Croix-de-Feu se retrouvent dans le Mouvement social français. À la suite (...)

272La tactique des Croix-de-Feu229. Ils n’ont pas de candidats ; mais ils pratiquent la politique de soutien, d’intervention. Ils voulaient affirmer le 26 leur puissance dans le pays. Ils ont réuni une grande documentation sur toutes les circonscriptions. Le centre désigne les candidats à soutenir. Les sections locales exécutent, montent les étages, chasse à l’abstention. Mènent leurs adhérents en bloc au vote pour les contrôler. Sur quelle base : 1°) Dissolution de la maçonnerie 2°) Contre le drapeau rouge 3°) Pour l’organisation professionnelle 4°) Pacifisme réaliste, abandon SDN 5°) Réorganisation de l’armée 6°) Plus d’initiative parlementaire pour les dépenses ; stabilité ministérielle. L’intervention des Croix-de-Feu n’a pas entamé les gauches. « Les futurs députés seront sous notre surveillance. »

Jeudi 30 avril 1936

273Pantin. Pantin-Palace. Il faut de temps en temps faire oraison, c’est-à-dire s’accorder quelques heures ou quelques jours pour réfléchir sur les grands problèmes de la vie.

Mai

Vendredi 1er mai 1936

  • 230 Né en 1903, Bertrand de Jouvenel, figure des « non-conformistes des années trente », avait dirigé l (...)
  • 231 Marcel Déat (1894-1955), boursier modèle de la IIIe République, était normalien et agrégé de philos (...)
  • 232 Adrien Marquet (1884-1955), maire de Bordeaux, était député de la Gironde depuis 1924. Il quitta la (...)
  • 233 Si l’on se réfère aux résultats publiés par le Temps, le ballottage est dû au résultat de l’indépen (...)

274Préau rue de la Plaine (Charonne) 20e. Bertrand de Jouvenel230 dans la République 3 mai : « Les vaincus du 26 avril sont les idées : Doriot, Monzie, Déat231, Marquet232, Jouvenel. Les vainqueurs sont les partis, c’est-à-dire les formules rituelles. Mon père avait dit il y a vingt-cinq ans les partis sont morts. Or voici de Monzie ballotté par un jardinier communiste. »233

Rad. soc. Socialistes Communistes
En 1928 1 665 427 1 698 084 1 063 943
En 1932 1 836 991 1 964 384 796 630
En 1936 1 401 974 1 887 209 1 453 923

275Au 2e tour les radicaux ont bénéficié de 22 désistements communistes, les socialistes de 52. Les communistes ont bénéficié de 43 désistements socialistes et de 7 désistements radicaux-socialistes.

Samedi 2 mai 1936

276Villemonble, Montreuil, Saint-Denis Pleyel. Rue Martin. Deleuze. Jean de Boule [?]. 1er tour : 71 Front populaire, 9 communistes, 23 SFIO ; 21 radicaux, 8 soc. indépendants, 10 dissidents. Participent au 2e tour : 372, 73 communistes, 164 socialistes, 103 radicaux, 69 divers. Programme de Front populaire : désarmement ligues fascistes, quarante heures, grands travaux, revalorisation agraire, réforme fiscale sur les grosses fortunes, sécurité collective, réduction des armements, abolition des décrets-lois. Le Front populaire est un mouvement de masse contre la guerre et le fascisme. Le Temps, « Le programme est la préface d’un mouvement révolutionnaire ».

277La masse discerne mieux les buts que les moyens, mais elle veut faire le 89 économique. Malheur au Front populaire s’il ne sait pas agir en quelques semaines. Trois dangers : la bourse, la rue, la presse. Si les Croix-de-Feu bougent, ce sont des insurgés ; ils ne bougeront pas. À redouter davantage la presse, la bourse. C’est la presse qu’il faudra museler : calomniateurs, affoleurs.

Dimanche 3 mai 1936

278Vétheuil. 600 habitants, canton Magny (arrdt Mantes). Paris-Vétheuil : Saint-Germain, Poissy, Meulan, Mantes.

Sièges en 1936 Avec RP
Socialistes SFIO 1 887 209 146 121
URD 1 578 419 92 102
Communistes 1 453 923 72 93
Radicaux-socialistes 1 401 974 110 89
Alliance démocratique et républicains de gauche 1 004 182 78 64
Gauche radicale et radicaux indépendants 690 517 31 44
Union socialiste-républicaine 587 774 38 37
Indépendants 359 191 18 23
Démoc. populaires 246 129 22 16
Agraires 156 810
Pupistes-communistes dissidents 129 142 11 9
UPR als. 114 024 7
Conservateurs 3

Lundi 4 mai 1936

279Les sorties d’or : 1 670 millions fin mars, 500 millions par semaine du 17 au 24 avril, si elles continuent ce sera alarmant. « D’énormes disponibilités financières se sont réfugiées à l’extérieur et dans la thésaurisation ». (Le Temps).

  • 234 C’est cette disposition du programme du Front populaire espagnol qui avait – tardivement – décidé d (...)
  • 235 Comme la loi d’amnistie, cette mesure visait à effacer les traces de la répression de la révolte de (...)

280Le Front populaire d’Espagne demande : 1°) Dissolution des ligues fascistes et monarchistes 2°) Laïcisation des hôpitaux et écoles 3°) Réforme de l’organisation de l’armée, magistrature de toute l’administration de l’État 4°) Amnistie234 5°) Lois agraires 6°) Reprise des ouvriers par les compagnies qui les avaient licenciés235 7°) Remise aux chômeurs des biens des fascistes.

Mardi 5 mai 1936

281De Paris à Lancerf. P. Cagaud (?) Lub 15 96.

282Chambre : communistes 72, com. dissidents 9, SFIO 146, soc. dissidents 36, radicaux 109. Total : 372. Mais sur les radicaux, 26 se détacheront du Front populaire. Reste 346. L’opposition : 244 + 26 radicaux = 270. Il y a 82 radicaux élus sur le programme du FP. Les 26 radicaux qui ne sont pas Front populaire.

Mercredi 6 mai 1936

  • 236 Henri Franklin-Bouillon (1870-1937), radical nationaliste, inquiet devant la montée du péril allema (...)

283Lancerf. Fr. Bouillon236 interview Petit Parisien 7 mai : « Le Front populaire n’est pas français. Sa propagande a été conçue, systématisée, payée par l’étranger surtout par Moscou. »

284« Les rois d’Angleterre, de Suède, de Danemark n’ont pas hésité à faire appeler un leader socialiste pour constituer le gouvernement. Ce sont des références et des précédents qui peuvent valoir près du président de la République. » (P. Faure Petit Parisien 7 mai).

Jeudi 7 mai 1936

285Lancerf. La fortune de la France : 1 200 milliards. En France, les salaires ont baissé de 1929 à 1935 de 72 à 54 milliards par an. Soit baisse annuelle de 18 milliards. Les revenus de toutes les sociétés anonymes françaises se sont élevés en 1934 à 11 milliards. La conversion et l’unification de toutes les dettes publiques à 3 % feraient gagner au budget 7 à 8 milliards par an. En France : 48 % d’habitants de la campagne, 52 % d’habitants des villes. En France on travaille un jour sur trois pour le fisc. Une fortune gagnée ne dépasse pas trois générations.

Vendredi 8 mai 1936

286Programme : il faut une refonte de l’éducation populaire, préparer des hommes instruits, sportifs, techniciens et non les orienter vers la profession et le service militaire. Il faut la représentation proportionnelle et le suffrage féminin, il faut une réforme administrative (les réactionnaires disent, il faut un État, un gouvernement fort et une chambre sans pouvoir). 1°) Prélèvement extraordinaire et progressif sur les grosses fortunes 2°) Réorganisation de la Banque de France 3°) Mise en chantier de grands travaux ; contrats collectifs 4°) Réparation des injustices des décrets-lois 5°) Politique de défense de la famille (maternité, familles nombreuses) 6°) Réorganisation du sport 7°) Revalorisation des produits agricoles.

Samedi 9 mai 1936

287Bréhat.

Dimanche 10 mai 1936

288Saint-Ambroise. Le maire de Plourivo.

289Résultats du Rooseveltisme : 18 millions d’hectares de bonne terre enlevés à la production, 13 millions de chômeurs, 115 milliards de francs dépenses budgétaires annuelles, dette accrue de 150 milliards de francs en deux ans, impôts augmentés de 45 milliards francs par an, cette année on taxe les réserves industrielles, c’est-à-dire le grand ressort des affaires.

Lundi 11 mai 1936

  • 237 Marcel Cachin reprend ici l’analyse faite par Dimitrov à l’été 1935 devant le VIIe Congrès de l’Int (...)

290Lancerf. Pontrieux. La Roche Jagu. Le meeting sur la place à Montrieux. Pourquoi pas de participation ? 1°) Nous serions une source de gêne et d’ennuis pour le gouvernement. Nous le paralyserions ; les fascistes en prendraient prétexte pour une campagne acharnée. Puis le prolétariat atténuerait sa vigilance 2°) Le gouvernement Blum n’est pas un gouvernement de Front populaire237 Dans des circonstances différentes, dans les conditions d’un développement important du mouvement des masses, nous pourrions collaborer 3°) Nous avons un programme. quand nous irons au gouvernement, ce sera pour l’appliquer. Nous voulons substituer la souveraineté du travail à la domination de l’argent. Mais nous soutiendrons Blum très loyalement à l’intérieur et à l’extérieur du parlement. Les militants au gouvernement sont obligés d’avoir des préoccupations qui ne correspondent pas au caractère de classe du mouvement ouvrier et syndical. Ils peuvent être tiraillés entre leur rôle de gouvernants et leur mandat de militant.

Mardi 12 mai 1936

291Lancerf. Jean Le Floch, électricien à bord à la Transatlantique.

  • 238 Ferdinand Béghin, né en 1902, était à la tête d’un puissant groupe industriel sucrier et papetier.
  • 239 Né en 1885, Jean Prouvost appartenait à une vieille famille de lainiers du Nord. Il avait acquis en (...)
  • 240 Le financier Édouard-Raphaël Worms, propriétaire de la Grande Maison de blanc et du Cri de Paris, a (...)
  • 241 Avec des moyens réduits, le Journal des débats (10 000 exemplaires) maintenait, sous la direction d (...)
  • 242 Quotidien terne mais réputé pour le sérieux de ses informations, le Temps tirait entre 50 et 80 000 (...)
  • 243 Grand organe de la droite conservatrice, dirigé par Henry Simond, l’Écho de Paris avait vu son tira (...)
  • 244 Sur l’Ami du peuple cf. note supra.
  • 245 Sous la direction de Léon Bailby, l’Intransigeant était, jusqu’en 1930, le plus grand quotidien du (...)
  • 246 Fondé par Henri Dumay en 1923 par souscription, le Quotidien recruta son lectorat originel dans les (...)
  • 247 La Journée industrielle fut fondée le 14 mars 1918 par E. Bernard-Precy. Grand quotidien d’informat (...)
  • 248 Quotidien ouvert et vivant, résistant assez bien à l’érosion générale des ventes (650 000 exemplair (...)
  • 249 Sous la direction de Pierre Dupuy, député de l’Alliance républicaine, le Petit Parisien souffrit de (...)
  • 250 La Croix (150 000 exemplaires) demeura le seul quotidien catholique national de l’entre-deux-guerre (...)
  • 251 L’éditeur Arthème Fayard créa l’hebdomadaire Candide le 20 mars 1924. Ouvert sur le plan littéraire (...)

292Paris Midi, Paris Soir : Beghin238, Crédit du Nord, Prouvost239 Industrielle lainière. Figaro : Worms240, [ill.]. Débats : Wendel, [ill.] de Nalèche241. Temps242 : Comité des forges, des houillères. Écho de Paris 243 : prince de Chimay. Ami du Peuple244 : Romer, banquier de Zurich. Intransigeant245 : Dreyfus. Quotidien246 : [ill.]. Journée Industrielle247 : Duchemin. Journal248 : directeur g, Darblay régent Banque de France. Havas : Darblay. Petit Parisien249 : Dupuy, Blignac. Croix250 : les évêchés. Candide251 : Fayard, Vanderhoeck. Savez-Vous : Simmher (all.), Rollin.

Mercredi 13 mai 1936

  • 252 Plutôt que d’Eugène (1904-1966), secrétaire de l’Union des syndicats de la région parisienne de la (...)
  • 253 Philippe Le Maux, né en 1898, exploitant agricole, fut élu député socialiste des Côtes-du-Nord en 1 (...)

293Expédition à Saint-Michel de Braspars. 9 h Guingamp. Hénaff252. La région doit 10 000 F. La campagne électorale de Voisin et Le Maux253 contre le Front populaire. 10 h Keramanach, Yvonne Guillou. 11 h Guerlesquin. De 11 h à 12 h 30 Soriganc. Saint-Herbot (la queue de vache dans l’Humanité). Brapars, Saint-Michel, Saint-Thégonnec. Plouaret (Marzin, Berthelot). Perros-Guirec, Tréguier, Lancerf. À Plouaret, Berthelot me dit que dans le bureau de poste de la ville on n’a jamais plus porté d’argent que depuis le triomphe du Front populaire. La petite bourgeoisie radicale de Guingamp, Morlaix, Lannion ne marche plus dans le Front populaire. Le rayon de Guingamp prépare la propagande pour récolter 600 adhésions d’ici fin 1936. Déjà dans les communes on réclame des cartes du parti. Dans la 2e de Guingamp on n’a pas fait de propagande directe pour l’élection.

Jeudi 14 mai 1936

294Lancerf. Nombre de voitures automobiles en France : 2 180 000. La frénésie protectionniste a étranglé le commerce international. Les nations non dévaluatrices ont pratiqué le dumping et la protection.

Vendredi 15 mai 1936

295Kermouster. L’île à Bois. Mme Perrot. Brouster me dit que le dimanche, chez lui à Carnaval se réunissent les jeunes gens. Il fait un petit discours. À la fin un assistant crie : « Les Soviets ! » et l’assistance en chœur : « Partout ! »

296Envoyé le 14 à Brouckère, président de l’IS une lettre sur l’unité d’action internationale : nous sommes à votre disposition pour une réunion commune, la semaine prochaine. Nous avons demandé à nos camarades socialistes français d’insister près de vous. La minorité ne peut continuer chez vous à brimer la majorité.

Samedi 16 mai 1936

  • 254 Émile Dutilleul (1883-1948), trésorier du PCF, fut élu député de la Seine en 1936.
  • 255 Francis Marzin (1904-1969), carrossier automobile, était responsable de la CGPT pour l’arrondisseme (...)

297Dutilleul254 à Lancerf. Guingamp. (Vente Huma à Paris : 43 675). On a distribué à Bégard des lettres aux jeunes Croix-de-Feu pour qu’ils se réunissent à Paris le 1er juin, voyage et frais payés. Rayon de Guingamp : 178 membres. Rayon de Lannion davantage. Pontrieux : Charron, Joncourt. Belle-Isle : cellule 20 membres (un instituteur). Réunion le 10 à Guingamp : 50 membres de 8 cellules. Yves Charant, Maison Beau verger, face la halte, Pontrieux. Paul Lechanoine, 15 bis, rue Jules Ferry, Saint-Brieuc. Hénaff Jean Grâces Guingamp, chemin de Callac. Marzin255, Plouaret.

Dimanche 17 mai 1936

298Lancerf. De 1930 à 1934 le revenu national a diminué d’un tiers. Les revenus de la classe moyenne ont diminué de la moitié. Les revenus de la classe ouvrière ont diminué d’un tiers. Les revenus de la bourgeoisie ont diminué de 10 %.

299Bénéfices de six sociétés du Gaz et Électricité : en 1930, 195 milliards de francs, en 1934, 217. Bénéfices de six banques de 326 millions à 394, bénéfices de six sociétés d’alimentation, de 82 à 86. 250 sociétés avouent 2 342 millions de bénéfices en 1934, au lieu de 1 954 en 1933. Bénéfices des marchands de canons, des entreprises pour la défense nationale.

Lundi 18 mai 1936

300De Lancerf à Paris.

Élus Front populaire Communistes
Paris 39 22 16
Banlieue 21 18 16
Région parisienne 81 57 43

301À Vitré, 1 200 voix communistes. Vu Lepriol de Rennes : Sevestre. Agent de train : Laporte.

302Seine : 31 communistes, 18 droite et modérés, 4 pupistes, 3 socialistes, 2 socialistes indépendants, 1 radical. Région parisienne : 43 communistes sur les 72 élus communistes.

303Dans le Rhône : 100 00 républicains (rad. soc. communistes). 60 000 réactionnaires.

Mardi 19 mai 1936

304Givette, 3, square Desaix, métro Dupleix tel : Seg 83 640. Terrasse Charles.

305Constituante, 5 mai 1789-30 septembre 1791 : deux ans, Législative, 1er octobre 1991-20 septembre 1792 : un an, Convention, 21 septembre 1792-27 octobre 1795 : trois ans, Directoire, 1795-1799 : quatre ans, Consulat, novembre 1799-18 mai 1804 : quatre ans et demi.

306Constituante : 5 mai première réunion, 20 juin Jeu de Paume, 9 juillet Necker exilé, 14 juillet, 4 août, 6 octobre le roi à Paris, puis vote desgrandes lois révolutionnaires, 14 juillet 1790 fête de la Fédération, 20 juin 1791 fuite du roi, 16 juillet Champ-de-Mars. Législative : octobre à mars 1792 préparation de la lutte contre l’étranger qui veut rétablir le roi, 20 juin 1792 invasion du palais de Louis XVI, 22 juillet patrie en danger, 10 août 2e invasion du palais, 2 septembre massacres dans les prisons, 20 septembre Valmy. Convention : 22 septembre République populaire, 21 janvier 1793 Louis XVI mort, 9 mars création tribunal révolutionnaire, août 1793 levée en masse, octobre 1793 girondins à l’échafaud, 8 juin 1794 fête de l’Être suprême, 10 juin loi de jugement sommaire, 27 juillet 1794 thermidor mort de Robespierre. De 1793 à juillet 1794, 27 grandes victoires. En octobre 1795 la France allait au Rhin et aux Alpes.

Mercredi 20 mai 1936

307BP. Huma 1935 : 181 000 numéros vente par jour : 1 million et demi bénéfices. A Paris 5 centimes bénéfice vente numéro ; banlieue 2 centimes, la perte de la vente en province : 900 000 F ; 4 centimes de perte par journal à cause de Hachette et de ses transports chers. RP. : 200 000 par jour. En province : 90 000 par jour. Est : 5 000 ; dans la région du Nord ; 13 000 par jour. Marseille : 9 000 par jour ; Bordelais la plus défavorisée. Hachette lutte contre les journaux régionaux qui échappent à sa mainmise et ont leurs transports à eux. D’ici six mois : il faut huit pages par jour à Paris. Il faut une édition pour le Nord. Il faut une édition pour Lyon (dix pages dont deux pour la région), hebdomadaire. Le Progrès vend 100 000 à Lyon. Il faut une édition hebdomadaire pour Saint-Étienne, le journal du soir. Il faut commencer par le progrès du journal à Paris et RP. Il faut que l’Huma soit moins politique, plus informative.

  • 256 Fédération sportive et gymnique du travail, issue de la Fédération sportive du travail affiliée à l (...)

308FSGT256 : 80 000 membres.

  • 257 Jules Bornet (1881-1948), bûcheron du Cher et militant communiste, fut devancé aux élections législ (...)
  • 258 Albert Boccagny (né en 1894), exploitant agricole en Haute-Savoie, fut le candidat malheureux du PC (...)
  • 259 Louis Bernard (1886-1956), horticulteur, avait été député socialiste du Gard de 1914 à 1919. Ayant (...)

309Laurenti, Marzin, Bornet257, Blachon, Boccagny258, Sédillot, Froissait, Bernard259 Nîmes, Nicolas, Flavien, Cassegrande.

Jeudi 21 mai 1936

310La question essentielle c’est le développement du Front populaire, car socialistes et communistes ne peuvent se passer des radicaux. L’entrée des communistes au gouvernement amènerait le retrait des radicaux du Front populaire ; elle exciterait la colère de la réaction ; elle créerait des difficultés intérieures et extérieures. Tout pour et par le Front populaire.

Vendredi 22 mai 1936

311Le communisme essuiera les larmes sur tous les visages. La vie cessera d’être une vallée de larmes.

  • 260 Cachin a probablement tiré profit de la lecture de l’ouvrage de Delaisi, la Banque de France aux ma (...)

312Les régents de la Banque de France260 : Ed. de Rothschild, Ernest Mallet, J. de Neuflize, P. Mirabaut, David Weill, F. de Wendel, Tinardon, Duchemin, Poulenc, Darblay, De Vogué.

Samedi 23 mai 1936

313À l’Hôtel de Ville, le conseil général reçoit les municipalités.

314Moulin de la Galette, gala H. Barbusse.

315Mikhaïlov vient prendre congé. Il est nommé à la Pravda, chef de l’information internationale. Il dit : Sarraut ira cette année à Moscou faire un discours : le communisme c’est l’ami.

  • 261 Édouard Herriot est en semi-retraite depuis son départ du gouvernement le 22 janvier 1936 et son re (...)

316Herriot est très en colère contre Blum. Il dit : « Dans six mois ce sera mon tour de raccommoder la vaisselle. »261

  • 262 Vincent Auriol (1884-1966) appartenait, dans le sillage de Léon Blum, au courant majoritaire de la (...)

317Le plan financier de V. Auriol262 : plus d’impôts indirects ; impôts sur la vente et non sur la production ; réduction de l’impôt sur les opérations de Bourse pour attirer les capitaux ; réduction aussi sur l’impôt des valeurs mobilières. Emprunts, surtout locaux.

318On va voter en Union soviétique après les moissons en septembre ou octobre. Ce sera l’application du nouveau mode de scrutin. Il faudrait venir faire une enquête là-bas à ce moment.

Dimanche 24 mai 1936

  • 263 Le mur des Fédérés, au cimetière parisien du Père-Lachaise, où l’on commémore la répression des com (...)

319Le Mur263, 13 h 30. 125 000 cartes PC, 37 000 JC.

320Le gouvernement Blum n’est ni un gouvernement de Front populaire (7e congrès), ni un gouvernement de gauche puisque nous le soutenons, car nous serons un élément déterminant de son orientation. Ce sera une collaboration, un soutien sans éclipse. Les socialistes renverraient les radicaux. Nous, non ! Nous en appellerons au pays. C’est inédit. Nous voulons que l’expérience réussisse. C’est notre intérêt si nous voulons aller plus loin. En ce moment les masses ne sont pas encore prêtes à aller plus loin. Notre seul but est de servir la cause du peuple, pour cela, nous disons aujourd’hui non, demain oui. On peut faire une politique entre la réaction et le socialisme qui soit favorable au peuple.

Lundi 25 mai 1936

321CC Ivry.

322Y. Lefèvre, conseiller à la cour d’appel d’Amiens, ancien socialiste.

  • 264 Le 25 mai 1936, Maurice Thorez définissait devant le Comité central du PCF la vocation des comités (...)

323Le pouvoir ! Le gouvernement ! Gouvernement et communistes. Un gouvernement de front uni est possible à la veille de la révolution pour agir vigoureusement contre le fascisme. Conditions : une crise politique qui paralyserait l’action de l’appareil d’État bourgeois ; que les masses syndicales se dressent sans être encore mûres pour les Soviets ; que les masses imposent le FU à leurs chefs, qu’elles soient engagées dans un vaste combat. Mais pas de gouvernement parlementaire dans le cadre de la démocratie bourgeoise. Le gouvernement de FU devra réaliser : contrôle de la production ; contrôle des banques ; contrôle de la police. Ce ne sera pas une paisible promenade parlementaire. Pour briser les résistances au programme du Front populaire, il faut l’élection démocratique des comités de Front populaire dans tout le pays, à la ville et dans les villages264. Il faut que le FP s’appuie sur le peuple, sur les masses, sinon il sera battu. Il faut de grandes démonstrations contre le fascisme ; il est nécessaire : l’action unie, la lutte des masses. Les fascistes disent : pour les socialistes et les radicaux, nous les disloquerons parlementairement. Pour les communistes, la rue ! Le fascisme reste fort. En Allemagne aussi socialistes et communistes des millions de voix. On peut faire une politique entre la réaction et les Soviets. Le Front populaire n’est pas le communisme ; mais il y a une politique favorable au peuple.

Mardi 26 mai 1936

324Réunion des députés communistes, salle Colbert à la Chambre.

325Daval me demande rendez-vous. Il me dit : il y a pour 20 millions de travaux rue Championnet ; on me les propose à condition de donner 4 % de commission. Je propose 2 %. Est-ce que votre journal ne pourrait pas nous aider ? C’est une aide financière intéressante. Je le renvoie à H. Sellier dont il me dit avoir vu l’article dans l’Intransigeant.

326Proposition de J.S. sur l’affaire Lévy. Proposition de l’ami de François sur Villeurbanne. Ça fait trois en deux jours. Depuis que nous approchons du pouvoir !

Mercredi 27 mai 1936

327Qu’allez-vous faire de Guernut ? me demande son secrétaire Terrasse. Casez-le en Syrie ou en Tunisie.

328Aragon a été chargé par Huisman de préparer la représentation de la pièce de R. Rolland au Châtelet pour le 14 juillet. On lui offre l’Odéon pour les représentations de la Maison de la culture. Il propose de grandes fêtes populaires dans les jardins du Luxembourg. Je vous donnerai la preuve a dit Aragon que les communistes appliqueront la terreur de l’honnêteté.

  • 265 Depuis le Congrès des écrivains pour la défense de la culture tenu à Paris les 21- 25 juin 1935, Lo (...)
  • 266 Édouard Jeanneret-Gris dit Le Corbusier (1887-1965), architecte et urbaniste, était influencé par l (...)
  • 267 Francis Jourdain (1876-1958), peintre, décorateur et architecte, créa en 1929 avec Robert Mallet-St (...)
  • 268 L’architecte français André Lurçat (1894-1970) construisit des ateliers d’artistes parisiens (villa (...)

329La culture : les écrivains de la section française de l’Association internationale des écrivains pour la défense de la culture265. Commune. Union des théâtres indépendants de France, Fédération musicale populaire, Peintres et sculpteurs de la Maison de la culture, les architectes : Corbusier266, Jourdain267, Lurçat268, cercles des Amis de Commune, Jeunes architectes, décorateurs, urbanistes.

Jeudi 28 mai 1936

  • 269 Alfred Margaine, né en 1870, était député radical de la Marne. Le 3 juin 1936, il fut nommé sous-se (...)
  • 270 Aimé Tranchand, né en 1880, appartenait à la gauche radicale. Il était député de la Vienne.

3303 h. Sénat, Margaine269. 11 h Tranchant270. M. Basset, chimiste, va à Moscou (Maulion). Alcool dénaturé de Coubert, 4, place de la Chapelle.

331Margaine vient au Sénat me demander de réfléchir à un rapprochement de l’URSS et de la France en Chine. Elles s’intéresseraient à des travaux dans la Chine occidentale et quand les Japonais s’approcheraient, ils se heurteraient à des forces établies. Jean Perrin, président de l’Académie des Sciences, me présente James Basset, ingénieur (ultrapression). Basset me demande un rendez-vous après son retour de Moscou pour m’entretenir d’un plan quinquennal après la révolution. Il faudra socialiser dans un pays très évolué. Ce sera plus difficile qu’en URSS. Il connaît bien le capitalisme français. Il propose un plan de transformation qui tiendra compte de l’état de la société française et de la psychologie du peuple français, en même temps de l’état de la technique. Zelinsky est président de l’Académie des Sciences à Moscou.

Vendredi 29 mai 1936

  • 271 Au lendemain du scrutin législatif du 3 mai débute un mois d’interrègne au cours duquel le cabinet (...)

332Saint-Fargeau, 153, rue Gambetta. 20e Hélène. Aux usines drapeaux rouges et tricolores. Le sentiment d’être les maîtres. Pas de femmes dans l’usine la nuit. Chants, danses, jeux, unité ouvrière réalisée dans l’usine. On est chez soi à l’usine. Dans les petits ateliers les patrons dansent avec les ouvriers271.

Samedi 30 mai 1936

333Merle va trouver un banquier : « M. Je fais un petit journal financier.

334– Bien, c’est combien ?

335– Les temps sont durs, c’est 200 000.

336– Soit : voilà 100 000, pour le reste donnez-moi un délai. » Après quelques semaines, Merle revient et dit au banquier : « Eh bien, et les 100 000 F ? » Réponse « Donnez-moi encore un délai. » Merle : « Ah ! Monsieur, serait-ce du chantage ! »

  • 272 A l’antimilitarisme, frontal ou clandestin mais peu efficace, tend à se substituer un « travail arm (...)

337La bourgeoisie va essayer de diviser le Front populaire. Il faut encourager les paysans. Il faut travailler dans l’armée et la police. Le mois prochain les fonctionnaires et les policiers seront dans la bagarre. Les policiers offrent le tabac aux grévistes. Il faut, dans l’armée, épuration non désagrégation, démocratisation, suppression du travail illégal272.

Dimanche 31 mai 1936

  • 273 Militant communiste, Pierre Bonneval (1902-1973) était ouvrier tourneur.
  • 274 Alain Signor (1905-1970), instituteur, était depuis 1934 le responsable régional du PCF pour la rég (...)

338Villeneuve-le-Roi. Fête bretonne. Grand prix cycliste de l’Huma, 5 h La Courneuve, Huma, tirage : 400 000. Pierre Bonneval273, maire de Villeneuve-le-Roi, 17 000 habitants, 9 000 Bretons. Villeneuve-le-Roi (canton de Longjumeau). 1er tour Midol : 10 200, soc. 3 040, R.S. 2 080, réac. 7 130. 2e tour Midol : 14 400, réac. 9 500. (Faucoz de Thonon). La Bretagne ouvrière, paysanne, maritime, Reg. bretonne du PC (Signor274, Kerity, Penmarc’h).

Juin

Lundi 1er juin 1936

  • 275 Friedrich Adler (1879-1960) était secrétaire de la IIe Internationale depuis 1923. Il s’opposait vi (...)
  • 276 André Philip (1902-1970), docteur en droit et en sciences économiques, fut reçu premier à l’agrégat (...)
  • 277 Membre actif de l’IOS (IIe Internationale), Jean Longuet était partisan d’une politique de fermeté (...)

339Entrevue Adler275-Brouckère. Sadoul me téléphone que les Anglais ont refusé les propositions Brouckère-Adler. Philip276 et Longuet277 partent à Londres pour une dernière tentative de conciliation. De Brouckère et Adler nous disent : Nous voudrions savoir si nos deux internationales sont d’accord sur le problème des sanctions à l’Italie. Réponse : Nous ne sommes pas venus ici pour discuter de cela mais pour savoir si vous étiez prêts à accepter la réunion des deux internationales. Brouckère ajoute : Pas de discussion, mais seulement information. Adler : D’ailleurs vos amis de Tchécoslovaquie ont presque rompu avec les socialistes tchèques. C’est un pas en arrière. Réponse : non, mais ils disent qu’ils restent des communistes. Adler : Trois sortes de pays : les démocrates, les fascistes, la France révolutionnaire. Et vous n’avez pas encore donné l’impression que vous vouliez accepter la démocratie évolutive. D’où des inquiétudes dans la IIe Internationale à votre endroit ! De Brouckère : avant tout, nous voulons maintenir l’unité de notre Internationale. Vous dites : c’est la minorité qui dirige la majorité. Il n’y a jamais eu de vote sur la question.

Mardi 2 juin 1936

340Rentrée du Sénat. Tirage Huma 280 000. Voir Serret à la distribution de la Chambre. Régler l’affaire Montreuil Signac. Adhésion Masles au PC. Voir cellule Cochin.

  • 278 Le 30 mai 1936 s’était ouvert le XXXIIIe Congrès de la SFIO. Le même jour, le PCF renouvelait son r (...)
  • 279 Zyromski.
  • 280 Le parti d’unité prolétarienne avait été créé à la suite de l’exclusion du PCF, en 1929, de six con (...)
  • 281 Au début de 1935, socialistes et communistes s’étaient retrouvés au coude à coude contre la loi pro (...)

341Le congrès SFIO contre le communisme278. Le communisme domine les débats. Ils ne sont plus unis, bagarre, lutte de tendances à la fin du congrès. Ils ont attaqué le FP mais ils ont accepté les comités. Collaboration au ministère. Non ! dit le congrès, soutien ! Ils ont accepté le rassemblement populaire. Z.279 propose un comité d’entente. Mais nous avons le comité de coordination. Pas de pupiste280 ! Ils sont foutus. Il faut, pour l’unité, le débat devant les masses. Ils ont accepté la réduction du temps de service. Ils disent : les communistes ne veulent pas, alors il faut répondre. Nous aussi nous proposons la réduction du temps de service. Un affaiblissement du pays est peu favorable. Mais on peut réduire le temps de service à 15 mois en motorisant281. Ils disent : pas de surenchère. Nous disons : tout n’est pas possible. Les grèves parisiennes ne sont pas de la surenchère. C’est le pain.

Mercredi 3 juin 1936

  • 282 Lancé à l’automne 1935 par lord Cecil et Pierre Cot, le RUP se présentait comme un mouvement tourné (...)

34217 h. Wagram. Boulangers. 14 h Société Savante, salle B rue Serpente. Rassemblement universel pour la paix282. Préparation pour septembre du grand rassemblement à Londres ou Bruxelles. Ce sera un congrès de masses avec 12 congrès annexes. Les Anglais veulent convoquer les hitlériens. Il faut 500 Français. Pour préparer activement il faut se mettre à la besogne. Les Anglais veulent un petit congrès à Genève à la remorque de la Société des Nations. Il faut préparer tout de suite un meeting à Buffalo pour le 13. Amsterdam a aujourd’hui 178 000 adhérents dont 30 000 socialistes.

  • 283 Depuis son amnistie (1925), Joseph Caillaux (1863-1944) faisait au Sénat figure de garant de l’orth (...)

343Dans les couloirs du Sénat Caillaux283 m’appelle :

  • « On est très ému ici par les incidents de grèves sur le tas. Et si demain les grévistes assassinaient un patron ! La réaction à la campagne serait terrible. »
  • Je réponds : « Calmez-vous. Si les patrons métallurgistes avaient accordé satisfaction à leurs ouvriers au début, rien ne se serait passé. Il n’y a pas d’incidents. Il n’y en aura pas ! »
  • Caillaux : « Bien ! Calmez les ouvriers. Nous sommes disposés, je suis disposé à les aider, mais dans le calme. »
  • 284 Né en 1896, Henri Boville était ouvrier boulanger. Militant communiste jusqu’en 1929, il adhéra au (...)
  • 285 Auguste Savoie (1876-1949) était le secrétaire de la Fédération de l’alimentation CGT. Réformiste d (...)

344Meeting des boulangers. Boville284, Chassin, Savoie285.

Jeudi 4 juin 1936

345BP.

  • 286 Professeur de droit international, Pierre Cot (1895-1977), jeune-turc du parti radical, était déput (...)

34620 h, 6, rue de la Paix, rassemblement universel pour la paix. Cot286. Levallois, préau École Marius Aufan, Perney, 9 h 30. Huma : 360 000, tirage. 172 000 Paris.

347Il y a une délégation des gauches. Il y a le rassemblement populaire qui va commencer ? Il faut définir.

  • 287 Marcel Cachin, en « homme de masses » expérimenté, rend compte ici de l’émergence d’une aspiration (...)
  • 288 Roger Salengro (1890-1936), député-maire socialiste de Lille, venait de prendre ses fonctions de mi (...)
  • 289 André Morel, dit Ferrat, était né en 1901. Dirigeant de la section coloniale du PCF, il animait (so (...)

348Les grèves. Poussée des masses. Ils veulent aider les députés, revendication professionnelle. Contrat collectif. Vacances payées287. M. Salengro288 vitupère contre les communistes. Sarraut dit : « Ça va-t-il finir ? » Non. Occupation des usines : calme, discipline ; avec ces hommes le PC fera ce qu’il voudra ; si l’Huma disait : grève générale tout partirait. Nous ne disons pas, c’est la masse qui part. Maintenant la province. Le Nord ! Et demain on va vers une grève formidable. Nous ne ferons rien pour l’empêcher. Il faut discipline. Il faut direction. Ou c’est fini, ou il y a conventions, il faut respecter. Il faut des mouvements de vingt-quatre heures réussis avec compromis. Il faut éviter les provocations, au bout de cinq jours la police interviendrait. Il faut tenir compte union classe moyenne et paysans. Il y a des grèves avec un demi-million de chômeurs : ça veut dire une grande sympathie pour les grévistes. Les paysans ! attention ! Car l’augmentation des salaires, c’est le prix de revient augmenté. Non ! L’augmentation des salaires c’est capacité d’augmentation pour les produits de la terre. Les tournées : 19 à Marseille et Provence. Cohésion du PC Ferrat289 ne veut plus du rassemblement populaire. C’est du trotskisme.

Vendredi 5 juin 1936

  • 290 André Malraux (1901-1976) est un écrivain à succès (la Condition humaine, prix Goncourt 1934) lorsq (...)
  • 291 Francisco Largo Caballero (1869-1946), dirigeant de l’Union générale des travailleurs et du parti s (...)

349(Saint-Fargeau, rue Pelleport, 20e). Malraux290 de la part de Caballero291.

350Tentative de la bourgeoisie et parti socialiste de mener la lutte contre la classe ouvrière et le communisme. Il faut y répondre par un communiqué du BP.

  • 292 Julio Alvarez del Vayo (1891-1974), conseiller de Caballero, était l’un des dirigeants socialistes (...)
  • 293 Indalecio Prieto y Tuero (1883-1962), ministre des Finances du premier gouvernement de la républiqu (...)
  • 294 Manuel Azaña y Diaz (1880-1940), républicain de gauche (Action républicaine), était président de la (...)
  • 295 En mai 1936, la Fédération anarchiste ibérique, réunie en congrès annuel à Saragosse, avait réaffir (...)

351A. del Vayo292 est avec Caballero, il est positif. C. romantique. 1°) Peut-on constituer en France un comité de défense de l’Espagne et d’information ? Société des Amis de l’Espagne. 2°) Peut-on envoyer des techniciens en Espagne ? 3°) (voir Maurice et le BP Armes). Prieto293 a la situation de Déat en Espagne. Azaña294 est juriste et bourgeois. Pas d’occupation des terres, mais augmentation des salaires. Tous les anar295 sont fumeux et irréels. Ils songent à une marche de la faim sur Madrid pour la prise du pouvoir. Chaque fois que socialistes et communistes agissent pratiquement, les ouvriers et paysans anarchistes viennent à nous.

352Tirage Huma : 511 000. 285 000 vendus.

Samedi 6 juin 1936

  • 296 Depuis la mise sous le boisseau du pacifisme et de la lutte contre la défense nationale, et avant q (...)
  • 297 Sir Norman Angell (1874-1967), prix Nobel de la paix (1933), était aux côtés de lord Cecil et de Ph (...)
  • 298 Conrad Ulrich était le nom d’emprunt du kominternien hongrois Sandor Nogradi, qui travaillait à Par (...)

353Comité mondial contre la guerre296. Pas de croisade. Il faut que la France et l’Angleterre organisent la paix indivisible ; se lient par des pactes de sécurité, admettent la définition de l’agresseur. Il ne faut pas laisser faire les incendiaires sous le prétexte que l’incendie est loin de notre maison. Comité mondial : président : Langevin, Jourdain, Malraux ; N. Angell297, Longuet, R. Rolland, Ulrich298.

  • 299 Le 6 juin 1936, le cabinet constitué par Léon Blum reçoit l’investiture parlementaire. Au cours du (...)

354Au Sénat, je suis entouré de vingt sénateurs réactionnaires qui m’interrogent sur la grève et me tiennent les propos les plus alarmistes. À la Chambre299 Blum dit : « L’occupation des usines est illégale ! » Charles Gibouin depuis 12 jours en grève à l’usine Lavalette demande à être reçu avec une délégation. Huma de 5 à 7.

Dimanche 7 juin 1936

355Marcel Gibouin. Joubert. Visite des délégués de l’atelier de construction Lavalette, 32, avenue Michelet, Saint-Ouen (850 ouvriers) ; les ouvriers y font les pompes et les parties fines des moteurs. Ils furent les premiers à faire grève sur le tas. Ils ont avec eux les employés et techniciens. Ils demandent conseil : pouvons-nous faire marcher les ateliers ? Réponse : nous allons nous adresser à la CGT : Frachon. Nulle autre direction dans cette grève que celle de la base. Ni CGT, ni syndicat, ni PS, ni PC ni gouvernement. Il en faut un. Si Renault demain propose à toutes les entreprises une réunion à Japy, mardi, des délégués de toutes les usines, qui nommeraient un comité de direction de la grève !!

Lundi 8 juin 1936

356J. Sadoul : Brouckère voudrait vous voir à Paris entre le 20 et le 26 non officiellement ; accepteriez-vous de déjeuner chez moi avec lui ?

357Les wagons-lits acceptent augmentation de 20 % à 25 %. Les autonomes cheminots qui n’ont pas fait grève on leur offre 12 %.

  • 300 Les « accords Matignon » ont été signés vers 1 h du matin, dans la nuit du 7 au 8 juin. Ses princip (...)

358Réunion des secrétaires de cellule Grange aux Belles. 1 500 qui prennent des notes. TCRP et cheminots disent : nous sommes dans une atmosphère de bataille ; c’est pas une grève, mais un conflit social. D’une part freinage, d’autre part exaltation. L’accord300 est sans autorité car il a été conclu sans consultation de la base. C’est le comité de grève qui a l’autorité ; c’est la division [?] dans le mouvement. Il faut augmenter l’allocation des chômeurs. Il y a 30 usines qui ont accepté dans la RP des décisions des comités d’usine. 12 % c’est pas suffisant pour ceux qui gagnent 300 F par mois.

Mercredi 9 juin 1936

359Pas d’accord du 7, mais contrat collectif ! salaire de garantie, disent les ouvriers. Les ouvriers et patrons de l’aéronautique se sont entendus. Yves vient me voir. Il est de gauche, m’interroge sur les jeunesses communistes et médecine du travail.

360Madame Hibral (Brandès).

  • 301 La semaine qui suit la conclusion des accords est marquée par une grande confusion. Le mouvement re (...)

361Les grèves : l’accord c’est : un grand succès puisque les patrons ont signé, pas satisfait à propos des salaires, ça n’ira pas au Sénat, les ouvriers ont raison d’être méfiants, nous devons être prudents, les deux millions de cartes placées, le ouvriers veulent continuer à diriger et à décider. Il faut faire une conférence des comités d’usines, les ouvriers obéissent à tous nos mots d’ordre. Le PC qui a un grand crédit ne peut diriger le mouvement. Les syndicats et le gouvernement n’ont aucune autorité301. Les grèves s’étendent dans toute la province. Il faut rester en contact, obtenir une discussion, que tous nos camarades entrent dans ce comité en laissant aux syndiqués la confiance que c’est eux qui dirigent. Les réformistes disent : c’est Frachon qui doit signer les mots d’ordre. C’est nous qui avons en main les syndicats. Il faut exploiter l’accord à plein. Il ne contient rien de décisif sur les salaires. Il dit 12 % d’augmentation. C’est l’apaisement, mais après cela discutons nos contrats. Les 12 % c’est tout de suite même pour ceux qui n’ont pas fait grève. Pour les grévistes, ils continuent à discuter, plus de promesses, des réalisations ! Les 12 % c’est le résultat de la grève des métallurgistes parisiens. 12 % tout de suite. Puis il y a des contrats collectifs dans toutes les usines de France ; puis les délégués d’ateliers (Soviets). Ça c’est l’accord obtenu par les ouvriers qui l’ont déjà réalisé ; il permet de remuer tous les ouvriers de France. Les réformistes essayeront de faire rentrer leurs ouvriers. Nous, il nous faut des salaires minima de base. Les ouvriers disent : notre contrat ! Les réunions se poursuivent. 33 usines se sont réunies hier : elles disent : bravo pour le contrat, mais il faut le salaire de garantie. Il faut que le syndicat des métaux (80 000 cartes dans la RP) soit représenté.

Jeudi 10 juin 1936

362Perney, rue Marius Aufan, Levallois.

Vendredi 11 juin 1936

  • 302 Willy Münzenberg.

363Soir 8 h 30 : Willi302, 43, rue Ordener. Greber, architecte en chef de l’exposition, 37, rue Saint-Didier. Martzoff commande luminateurs émail sur cuivre pour un des palais définitifs.

  • 303 Cinq projets de loi avaient été déposés par Léon Blum dès le 9 juin. Ils furent tous adoptés : sur (...)

364Les quarante heures, les congés payés, les contrats collectifs, le relèvement des salaires, les mutilés de guerre et du travail303 ; les anciens combattants, reçoivent les 20 % qu’on leur avait enlevés par les décrets-lois lorsqu’ils payeront leurs impôts sur le revenu. C’est une première brèche dans les décrets-lois, mais les communistes demandent qu’on les abroge.

365Congés payés la loi a été votée le 2 juillet 1931 par la Chambre. Le Sénat la retient. Suppression du prélèvement de 10 % sur les traitements des fonctionnaires.

366Contrats collectifs : délégués élus, liberté syndicale, salaires minima, apprentissage.

Samedi 12 juin 1936

  • 304 Udeanu, dit Ludovic Brecher puis Louis Dolivet (1908-1989), est né dans la partie de l’Empire austr (...)
  • 305 Il s’agit en réalité de l’hôtel particulier dont le propriétaire est le banquier suédois Olof Aschb (...)
  • 306 La Néerlandaise Rosa Manus, de sensibilité libertaire, assurait la partie technique du secrétariat (...)

367Hôtel de Nice, 30, rue de Chalons. Dolivet304 , 6, rue de la Paix, opé 85 29. Buffalo : pour la paix et la Société des Nations. Hôpital du Dr Archberg305, 23, rue Casimir Périer. Cecil est entouré de pacifistes prohitlériens. Manus306. Tout cet entourage est antisoviétique.

  • 307 Député de la Seine, Paul Reynaud (1878-1966), membre de l’Alliance démocratique, s’affirma comme l’ (...)

368Reynaud307 : déficit balance commerciale 7 milliards, importation matières premières 11 milliards, exportations tombées de 50 à 14 milliards. On va entrer dans l’économie fermée ; passer la camisole de force à l’économie. Les budgets de la guerre vont augmenter : marine, air, réseaux. 70 % des ouvriers travaillent dans les usines de moins de 100 ouvriers. 55 % des ouvriers allemands gagent moins de 144 F par semaine, 576 F par mois.

369Blum : nous donnerons de bonnes conditions de crédit aux industriels moyens. Nous favoriserons l’exportation. Nous opérerons une détente fiscale. Nous ranimerons l’économie et l’impôt sera plus facilement supportable.

Dimanche 13 juin 1936

370150 000 membres du PC. 2, 5 millions à la CGT.

Lundi 14 juin 1936

371Lille. Départ 7 h 30. Palais Rameau : 10 000 auditeurs. Chaque jour pendant les grèves on a vendu 15 000 Huma. À Fives-Lille un volontaire national donne 5 F pour un cadeau au communiste qui a dirigé la grève. Les JOC, chrétiens socialistes sont dans la lutte avec leurs insignes. Les augmentations de salaires dans le Nord de 12 à 100 %.

Mardi 15 juin 1936

  • 308 Nikolaï M. Schvernick (1888-1970), bolchevik de la première heure, avait succédé en 1930 au boukhar (...)

3724 h soirée soviétique. Rassemblement pour la paix, Schvernick308. Je promets de saisir le BP de propositions. Le 16 j’apprends qu’il n’y aura pas BP cette semaine. Je prie le secrétariat de s’occuper de l’affaire.

  • 309 Louis de Chappedelaine (1876-1939), avocat, avait été ministre de la Marine marchande du 24 janvier (...)
  • 310 Né en 1884, Michel Walter était député (UPR) du Bas-Rhin. Il défendait l’idée d’une Alsace province (...)

373À la Chambre 12 groupes : rad. soc. 109 + 1, comm. 72, US rép. 29, soc. 148 + 1, URD 49 + 11, c. dém. et rad. ind. 36 + 3 (Chappedelaine309), gauche ind. 26, Cam. Pelletan 3, frontiste 2, pup. 6, jeune rép. 4, Doriot-Marquet. Alliance de rép. de g. et des rad. indé. 42+1, dém. pop. 11+2, indép. rép. (Chiappe) 13, rép. ind. d’action soc. et agraires 34 + 6, groupe indépendant d’action pop. 16 (Walter310).

Mercredi 16 juin 1936

  • 311 Émile Kahn (1876-1958), socialiste, avait été l’ une des chevilles ouvrières du comité d’organisati (...)
  • 312 L’assassinat de Serge M. Kostrikov dit Kirov (1886-1934), secrétaire du Parti à Leningrad, par L. N (...)

374Au Sénat, les projets du gouvernement. Visite Schvemik Kahn311. Nous savons que des groupes trotskistes préparent des attentats à Leningrad contre le successeur de Kirov312, contre Staline et d’autres. On ne peut leur donner la liberté d’assassiner. La République des ouvriers ne peut donner asile aux assassins terroristes. Nul pays ne peut admettre qu’on prépare la terreur contre lui. Quant aux mencheviks, la nouvelle constitution leur donne le droit d’élection. Mais nous n’admettrons pas un parti qui veut modifier le régime et le transformer en un État plus arriéré. On a proposé aux mencheviks de leur donner des passeports de citoyens soviétiques. Ils ont refusé. Il faut qu’ils désarment contre le régime soviétique.

  • 313 Les pourparlers FSI/ISR n’aboutiront pas avant le déclenchement du conflit.
  • 314 Le Bureau international du travail était l’un des fruits du traité de Versailles. La participation (...)

375Il y a un rapprochement entre Jouhaux et les Soviets. Il ira en Union soviétique avec une dizaine de ses amis. L’ISR ne sera plus qu’un comité syndical du Komintern313. En Europe il y aura un comité international pour l’unité syndicale internationale. Nous n’irions pas nous fondre dans Amsterdam. La question c’est la lutte contre la guerre et le fascisme. Les syndicats soviétiques sont au BIT314.

Jeudi 17 juin 1936

376A Tréogan paysage splendide.

377Général Nemours chez M. Aymard, Passy 34 66.

Vendredi 18 juin 1936

  • 315 Tom Bell (1882-1940) participa en 1920 à la fondation du PC britannique. Président des Amis de l’UR (...)
  • 316 Principal avocat du PCF, Marcel Willard (1899-1956) avait été en 1933 l’un des défenseurs de Dimitr (...)
  • 317 Egidio Gennari (1876-1942) était membre du Comité central du PC italien. Sans doute Marcel Cachin s (...)

37810 h 15 Atlantic hôtel 42, rue de Londres Tom Bell315. 10 h Willard316, 10, rue des Beaux-Arts, Gennari317. Faire article sur le droit d’asile.

Samedi 19 juin 1936

379Tirage Huma quotidiennement : 347 000, vente Paris : 67 000.

Dimanche 20 juin 1936

  • 318 Orner Sarraut (indépendant de gauche) avait été battu au deuxième tour par Jean de Beaumont (né en  (...)

380Droit d’asile, Tom Bell, Gennari. Sarraut au Sénat, me demande d’intervenir pour faire invalider le concurrent de son fils en Cochinchine318.

Lundi 21 juin 1936

  • 319 Sonia Branting était la fille de l’ancien dirigeant socialiste suédois Karl Branting (1860-1925). S (...)

381Droit d’asile. Mairie 5e arrondissement. Lejour. Sonia Branting319 me dit : depuis la mort de mon père qui avait une culture européenne, les socialistes suédois sont restés très particularistes. Si vous veniez faire une réunion sur les réalisations du Front populaire à Stockholm, le succès serait grand et aussi les répercussions.

382Brouckère : je ne veux pas accepter d’être avec Dimitrov dans le bureau du droit d’asile. Mais je vous reparlerai de Dimitrov sans tarder.

Mardi 22 juin 1936

  • 320 Vladimir Sokoline était le premier secrétaire de l’ambassade soviétique à Paris. Bien introduit aup (...)

38311 h 15, 35, rue Saint-Didier service architecture. 14 h 30, l’Hay-les-Roses. (De Monzie-Sokoline320-Debrandt).

Mercredi 23 juin 1936

384Sénat : les finances.

Jeudi 24 juin 1936

  • 321 Louis Blanc (1811-1882), membre du gouvernement provisoire en février 1848, dut s’exiler après les (...)
  • 322 Pierre Joseph Proudhon (1809-1865) a énoncé dans la Philosophie de la misère sa doctrine fédéralist (...)

385Drapeau rouge, Gabriel Perreux : les origines du drapeau rouge. « Jusqu’à la révolution de février, aux termes de la loi martiale, le drapeau rouge n’était déployé que par les agents des autorités constituées pour maintenir l’ordre. Le drapeau rouge était le drapeau de l’ordre. C’est le parti de l’ordre qui fut baptisé drapeau de l’anarchie par le prétendu parti de l’ordre (L. Blanc321)– La Constituante vota le 21 octobre 1789 la loi martiale. Suivant cette loi, si l’ordre est troublé, les responsables municipaux hissent à l’Hôtel de ville le drapeau rouge et en promènent un autre dans la ville. Tous les attroupements doivent être dispersés, sinon trois sommations et feu ! 1re application : 17 juillet 1791 au Champ-de-Mars. Après cette journée, le peuple a en horreur le drapeau rouge. Mais dans la suite, il a retourné la loi contre ses promoteurs. Il les a punis avec leurs propres armes. Chaque fois qu’il y eut en France des émeutes contre la royauté, les continuateurs de 1793 ont arboré le drapeau rouge. Le drapeau rouge est celui des descendants des Jacobins. Il parut sur les barricades de 1830 avec le tricolore. Il symbolise l’avènement du peuple au pouvoir, l’abolition du salariat. Il est le signe de la victoire du peuple sur ses tyrans ; il est l’étendard de la liberté, de l’émancipation des peuples, de l’avenir de l’humanité. Il est l’étendard fédéral du genre humain (Proudhon322). »

386Drapeau tricolore. C’est le peuple qui l’a imposé à la royauté en 1789. C’est la victoire populaire qui l’a imposé en 1830. Le prétendant au trône de France refuse de l’accepter en 1871. Lors de la première fête du 14 juillet, le clergé français refuse de le hisser sur les églises. Le drapeau tricolore est le drapeau de la Convention de 1793, de 1794, de l’appel aux armes. Il parut sur les barricades de 1848 avec le drapeau rouge.

Samedi 26 juin 1936

387Paris-Paimpol

Dimanche 27 juin 1936

388Lancerf.

Lundi 28 juin 1936

389Kermouster-CamareL Le prédicateur à Plourivo (communion, confirmation) : 1°) Propos inconvenants et immoraux en chaire qui ont blessé les femmes et les enfants. 2°) Contre le communisme : « Vous êtes tous des communistes, voyous. » Et il gifle un jeune de quatorze ans. 3°) A confesse, des questions grossières et sales qui ont fait scandale.

39036 149 paroisses en France, 47 015 prêtres. Paris 1 791 prêtres, Lille 1 610, Lyon 1 573, Strasbourg 1 150, Arras 1 071, Rennes 1 055, Saint-Brieuc 970, Rodez 958, Quimper 955, Nantes 959. Côtes-du-Nord : 1 prêtre pour 556 habitants, Mende 1 prêtre pour 188, Rodez 1 pour 33, Digne 1 pour 361, Chambéry 1 pour 367, Tarentaise 1 pour 379. Côtes-du-Nord : la croisade eucharistique, les petits croisés, les petites croisées mobilisés par les prêtres. Les Artisans. Ligue féminine d’action catholique, contre l’Union soviétique.

Mardi 29 juin 1936

391Lancerf. Fernand Le Faou, maire Quimper Guézennec, Bouëdec. (Les pêcheurs de saumon de Guesvillic). (Les pêcheurs à la ligne de la région).

Mercredi 30 juin 1936

392Lancerf. Tirage moyen Huma en juin 1936 : 403 000.

Juillet

Samedi 3 juillet 1936

393Saint-Brieuc. Plourivo : les conseillers municipaux. Le maire de Quimper : Guézennec.

Lundi 5 juillet 1936

394Camarel.

Mardi 6 juillet 1936

395De Lancerf à Barfleur.

Mercredi 7 juillet 1936

396Barfleur à Paris.

Mercredi 8 juillet 1936

397Vente Huma Paris : 54 233. Tirage Huma : 325 000. Popu. 220 000.

398Lettre de Alexis Cachin, fils de Paul Cachin. Un violent orage a ravagé le Navaron, la maison où est né mon père.

Vendredi 10 juillet 1936

  • 323 Animée par Louis Aragon, il s’agissait d’une association regroupant, aux côtés de l’Association int (...)

399Conférence nationale du PC. Et Buffalo ! 9 h matin gymnase Huyghen. 63 972 cartes aux jeunesses communistes, 178 400 au PC. Côtes-du-Nord : 1 200 cartes PC, 250 cartes JC. Maison de la culture323 : 45 000 adhérents.

400Recensement 1936 : Paris 2 871 168, Banlieue 2 119 064, Seine 4 990 232.

Samedi 11 juillet 1936

401Conférence nationale PC. Intervention de l’après-midi.

402Comité national de lutte contre la guerre et le fascisme, 26, rue de Paradis.

  • 324 Il s’agit des assises de l’Assemblée nationale de la Paix et de la Liberté, convoquées les 12 et 13 (...)

403Assemblée nationale324, 252, rue Saint-Honoré, 2 h.

404Au nom du comité de rassemblement universel pour la paix : rapport sur la paix à 6 h 30.

405La Ligue des droits de l’homme est en décroissance. Elle se plaint que le Front populaire lui enlève ses adhérents (Loiret).

406Les détroits. Les Russes considèrent la Mer Noire comme un lac sans issue dans lequel ne peuvent vouloir pénétrer que les agresseurs. Ils veulent pouvoir sortir pour gagner les grandes avenues de navigation et assurer la liaison de leurs fronts de mer. Les Anglais disent : il n’y a pas de mer où les navires britanniques ne puissent circuler et la police britannique s’assurer. Puis la flotte russe ne doit pas menacer la route de l’Inde.

Dimanche 12 juillet 1936

407Fête bretonne de Saint-Cyr 3 h. Buffalo, 8 h fête de nuit. Cafadou, Lézardrieux, David, Issy, compteurs électriques.

408Dîner avec Caballero et del Vayo chez Marie-Louise.

Lundi 13 juillet 1936

409Y. Leribillard, menuisier à Paimpol.

410Dimitrov n’est pas très satisfait de la passivité de Thälmann. Ces jours derniers, la Gestapo a arrêté tous les cadres du socialisme de gauche et des communistes. Elle noyaute toutes les cellules communistes. Nous avons envoyé 30 responsables allemands depuis quelques semaines. Tous ont été arrêtés sauf six. La situation allemande est mauvaise, mais la répression n’a jamais été aussi féroce.

411Laval : la paix indivisible, c’est aussi la guerre indivisible.

Mardi 14 juillet 1936

412Défilé de l’Hôtel de Ville à la Nation.

Jeudi 16 juillet 1936

413Mme Lelièvre, institutrice, rue Cochin, Cherbourg. Ch. Meunier a vu Hilary qui lui a dit : « Je fais faire le chemin de Penhoat. »

  • 325 Signé le 11 juillet 1936, l’accord austro-allemand avait l’aval de Mussolini, jusqu’alors garant de (...)
  • 326 Signée le 20 juillet 1936, la convention de Montreux maintenait la liberté de passage dans les détr (...)

414Questions extérieures : Le gouvernement n’a pas de ligne. Accord austro-allemand325. Succès Hitler. Bloc fasciste et révisionniste. Italie-Allemagne-Hongrie-Autriche-Pologne. Blum n’agit pas pour dissocier Pologne et Hitler. Il nous reproche de faire cette politique de dissociation. La Petite Entente a peur ; pénétration hitlérienne. Les Tchèques peuvent s’orienter vers Berlin. Hitler va proposer un pacte de non-agression avec la Tchécoslovaquie. La Yougoslavie et la Roumanie sont travaillées à plein. La Pologne, malgré Dantzig, reste hitlérienne. Blum dit : « C’est l’héritage de Laval. » Oui, mais Blum le continue en louvoyant. Montreux326 La Tchécoslovaquie, l’Angleterre, l’URSS divergences profondes. Les Anglais et Litvinov ont fait un compromis. C’est heureux ! Blum ne sait pas ce qu’il veut. L’Angleterre a une politique ondoyante diverse. En Angleterre, influence d’Hitler, influence française. L’Angleterre est affaiblie. Elle a mis les pouces. Elle hésite. La France est isolée, indécise, la France est faible moralement et militairement, alors les petits Etats exigent de nouvelles garanties ; allez-vous nous protéger ? La Tchécoslovaquie a peur de l’affaire abyssine. Il faut être fort. Il faut avoir de l’initiative et agir contre Hitler. Pour nous communistes, mobilisons contre Hitler ; offensive doriotiste contre le Front populaire. Il faut anti-hitlérisme. Nous avons rendu au peuple le sens national, contre Kérillis, contre les hésitations petites bourgeoises.

Vendredi 17 juillet 1936

415BP : questions extérieures, questions intérieures, Maisons de la culture.

  • 327 Normalien, agrégé de philosophie et romancier, Paul Nizan (1905-1940) publiait depuis le 30 juin 19 (...)
  • 328 Walter Mc Lellan Citrine, né en 1888, était le président du Conseil général des trade-unions britan (...)
  • 329 Robert Lange appartenait au parti radical. Il était commissaire général du gouvernement pour la jou (...)

416Préparer le 2 août dans l’Huma. Contre les fascistes. Tardieu attaque le Sénat. Si on capitule toujours devant Hitler, c’est dangereux ; il faut pousser au rassemblement Angleterre, France, URSS (Nizan327 !!). Au rassemblement de la paix, hésitations. Ce comité est un ramassis du quai d’Orsay et de l’Intelligence service. On veut faire un congrès sauve-qui-peut et anti-soviétique. On rigole du gouvernement français qui ne change pas son personnel. Manus = Citrine328 = L.R. Cecil ; le torpillage du congrès. Le 2 août, il faut pousser à la grande journée. Il faut que les syndicats soient là. Lange329 dirige, il faut que nous y soyons. Il y a panique dans les chancelleries ; guerre en octobre. Il faut que Racamond y soit. Les cheminots les grandes fédérations doivent déjà dire ce qu’elles vont aller y faire à la conférence internationale. Lange = Daladier. Blum demande à Daladier de réduire le service militaire. Daladier résiste. Nous devons voir Delbos. Dans le rassemblement pour la paix, il y a des prohitlériens. Bien préparer le 2 août Polygone de Vincennes. P. Reynaud y sera invité. Jouhaux parlera comme à Londres. Les socialistes veulent parler avec Hitler. Nous devons parler avec Herriot. Il faut faire adhérer au rassemblement les syndicats, les fédérations, les comités de base d’Amsterdam Pleyel, nos organisations.

417Malleterre c’est Daladier. Les journées d’amitié avec Halluin Belges, Calais Anglais.

  • 330 Max Hymans, né en 1900, était depuis 1928 député socialiste de l’Indre.

418Politique intérieure : aujourd’hui 191 000 membres du PC. L’Huma ne monte pas au même rythme. Le 14 juillet les masses ont acclamé le PC. Les radicaux nous disent : vous valez mieux que les socialistes sectaires. Donc la campagne pour notre isolement a raté. Les radicaux sont furieux contre les socialistes qui attaquent les classes moyennes (Guy Le Normand). Nous devons dire : longue vie à la démocratie française, ce n’est pas encore les Soviets partout. Hier à la commission du suffrage universel Hyman330 a dit : « Il faut vite voter la RP car en novembre il peut y avoir des élections. » L’Huma doit tenir compte du fait qu’il y a 4 millions de syndiqués.

  • 331 Le Comité de vigilance des intellectuels antifascistes était déchiré entre partisans d’un antifasci (...)
  • 332 Magdeleine Paz (1889-1973) était l’épouse de Maurice Paz (né en 1896). Tous deux, après un passage (...)
  • 333 Léo Lagrange (1900-1940), député socialiste du Nord depuis 1932, était sous-secrétaire d’Etat aux L (...)
  • 334 Jean Richard-Bloch (1884-1947), écrivain (le Dernier Empereur, 1926), animait avec Jean Cassou la r (...)
  • 335 Emmanuel Berl, homme de lettres né en 1892, était depuis 1933 directeur de l’hebdomadaire Marianne (...)
  • 336 Le tirage de Marianne (60 000) semble ici surestimé par Cachin. Lancé en 1932 par Gallimard, l’hebd (...)

419Le comité de vigilance331 s’effondre, d’où la force de la maison de la culture (Paz332, Mme [?] Blum essayent de faire des maisons en face). Lagrange dit : « Où serons-nous dans six mois ? » Il y a tentative de mainmise du gouvernement sur la maison de la culture et aussi des socialistes. Les écrivains veulent qu’on joue leurs pièces, la radio. Ils veulent devenir officiels. Toutes les maisons de la culture sont dans nos mains. Malraux est tous les jours avec Lagrange333. On prépare un théâtre populaire. C’est Jean-Richard Bloch334 qui est à la tête et il est sûr. Berl335 fait des avances à Marianne (190 000) contre Vendredi (45 000)336.

  • 337 S’agit-il de Louis de Broglie, né en 1892, physicien créateur de la mécanique ondulatoire et prix N (...)

420Basset-Ammoniaque, industrie trustée, chimie, hautes pressions de Broglie337 (seule l’URSS peut adopter ses procédés). James Basset, 3 h au Sénat.

Dimanche 19 juillet 1936

421Vétheuil.

422Ammoniaque pression ultra, produits chimiques, engrais, Basset a parlé à de Broglie de l’URSS. Il va faire des articles et des réunions.

  • 338 L’un des pseudonymes de Willy Münzenberg. La présence de Louis Dolivet à cette réunion de la fracti (...)
  • 339 Buhomil Smeral (1880-1941), sénateur communiste tchèque, était membre du Comité central du PCT depu (...)
  • 340 Ce projet s’inspirait de l’exemple anglais du Peace Ballott, initié par les milieux britanniques pr (...)
  • 341 Joseph Jacquemotte (1883-1936), député depuis 1925, était depuis 1934 le secrétaire général du PC d (...)

423Dolivet : 7 h Huma. Herfurt338, M.C., Smeral339 (au secrétariat du conseil général du congrès). En aucun cas scission du mouvement du congrès. Les communistes n’ont pas l’intention d’imposer leurs opinions ni de majoriser personne. Le mouvement du congrès c’est le bloc des divers partis et groupes socialistes qui malgré les différences politiques et les diversités de conceptions sont prêts à travailler en commun pour la paix. Il faut tenir compte des particularités de chaque pays. 1°) Le lieu de la réunion est indifférent. Décidez vous-même pourvu que le congrès soit libre ; 2°) Comment améliorer la propagande ? Un plébisciste mondial pour la paix340 ; 3°) Le programme du congrès. Son but. Il faut que les masses voient le salut dans le congrès. Le congrès est large, libre, populaire. Les quatre points : observation des obligations des traités, réduction, limitation des armements, renforcement de la Société des nations, sécurité collective, assistance mutuelle, création d’un mécanisme dans la Société des nations pour agir dans les moments graves et tendus ; 4°) Notre mouvement est universel. Comment intéresser chaque pays, chaque groupe : paysans, intellectuels, syndiqués coopérateurs, prolétaires, classes moyennes. Il serait dangereux que le mouvement soit identifié avec certains partis politiques, il en serait affaibli. Jusqu’ici les communistes belges n’ont rien fait pour le rassemblement. Voir Jacquemotte341. Les chrétiens acceptent le Front populaire à condition que les communistes n’y rentrent pas tout de suite, en Belgique.

Lundi 20 juillet 1936

  • 342 Sur une plus large échelle, le rassemblement de Bruxelles du RUP (3- 6 septembre 1936) mettra en œu (...)
  • 343 Il n’y aura pas de délégation polonaise au rassemblement de Bruxelles.

424Secrétariat 2 h. Il faut une commission politique au congrès. Il faut faire davantage appel aux masses. Il faut un congrès des conférences spéciales pour les paysans, les intellectuels, les syndiqués, médecins342 etc. Le mouvement en Pologne343 doit être renforcé. Il faut que les opposants allemands soient invités.

Mardi 21 juillet 1936

425Bruxelles. Rassemblement, 10 h du matin. Départ Paris 9 h 15, arrivée Bruxelles 12 h 37.

426Rosa Manus.

4271, rue de l’Aurore, pension Leroy Dolivet.

  • 344 Gaston Prache (1898-1984) était le secrétaire général de la Fédération nationale des coopératives d (...)
  • 345 Le Néerlandais Serrarens est le secrétaire de la Confédération internationale des syndicats chrétie (...)
  • 346 La Confédération internationale des associations de mutilés de guerre et d’anciens combattants étai (...)
  • 347 Né en 1878, Pierre Bovet, docteur en philosophie, directeur de l’institut Jean-Jacques Rousseau, ét (...)
  • 348 Né en 1874, Gorges Pouderoux était général de sapeurs-pompiers et pilote de guerre. Membre du parti (...)

428Conférence : hôtel Albert 1er près la gare du Nord contre les prohitlériens (Dantzig). Conseil général du rassemblement : les coopérateurs, Prache344, Allemand, coopération internationale. Internationale des syndicats chrétiens Serrarens345 Hollandais, Ciamac (Fidac, ancien combattant346. La fidac non !), union internationale des associations pour la Société des nations, l’action syndicale internationale, union des églises pour la paix. Bovet347, union suisse des associations pour la SDN, Pouderoux348 union belge. Les Hollandais disent : il faut inviter Hitler.

429À Bruxelles : il faut que Cecil obtienne que le gouvernement anglais manifeste le 2 août. Le gouvernement polonais a supprimé le journal du rassemblement à Dantzig et Varsovie. Que Cecil proteste près de l’ambassadeur anglais à Varsovie. Pour le congrès : trois séances publiques, 20 orateurs. Les trois politiques : Chamberlain, Brouckère, Dimitrov. Deux syndicalistes : Jouhaux, Schvernik. Les Anglais proposent de remettre le congrès de trois mois. Non ! la situation est très grave. L’attaque principale : les communistes ne veulent pas aller à Genève. Nous ne faisons pas d’objections contre Genève. Nous disons : nous préférons Bruxelles.

Mercredi 22 juillet 1936

430Bruxelles. Cirque royal : Brouckère, Schvernik, M. Cachin, Branting, Bodart, Kosak.

  • 349 Caillaux avait fait savoir que le Sénat s’opposerait à toute nationalisation dans laquelle les acti (...)

431Caillaux sur la Banque de France349 : 1°) Le projet V. Auriol est un petit projet ; 2°) La banque de France devrait être une banque de réescompte qui ne ferait pas concurrence aux banques privées ; 3°) Il faut un observatoire économique à la B. ; 4°) Il faut centraliser les assurances crédit surtout pour les exportations extérieures.

432Il faut se faire petit pour qu’on vous oublie, pour qu’Hitler et la guerre vous oublient. La Belgique est mêlée à la vie économique mondiale. Pas de paix de Turcs renouvelée chaque jour. En cédant aux forts, vous ne réduisez pas leurs prétentions, vous aggravez les causes de guerre. Nous voulons une paix qui ose se défendre. Le promeneur souhaite qu’il fasse beau ; le paysan prépare sa moisson. Pour qu’une idée soit juste, il n’est pas nécessaire qu’elle soit basse.

  • 350 Protestant libéral, Théodore Ruyssen (1868-1947) était le père de l’Association de la paix par le d (...)

433Ruyssen350 vient d’être prié de ne pas parler en allemand à la Société des nations ; des religieux allant en Allemagne ont été priés de ne pas insister. Les jeunesses italiennes ont été priées d’assister au congrès international de la jeunesse. Refus.

Jeudi 23 juillet 1936

  • 351 G. Smolianski bénéficia au sein du Profintern (Internationale syndicale rouge) de l’ascension de Sc (...)

434Smoliannski351. Schvernik.

435Aker, secrétaire du comité national belge. Jeudi soir, Astoria hôtel, Schvernik.

  • 352 Harry Pollitt (1890-1960), secrétaire du PC de Grande-Bretagne depuis 1929, était membre du présidi (...)
  • 353 Pollit a probablement nommé Maurice Thorez. L’envoyé de l’IC évoque une aide « officieuse » à laque (...)
  • 354 José Maria Gil Robles y Quiñones (1898-1980) dirigeait la Confédération espagnole des droites auton (...)

436H. Pollitt352 : la situation en Espagne est incertaine. L’IC les communistes français et anglais ont une grande responsabilité. Le Front populaire français atteint par la défaite espagnole. Le fasciste espagnol montre le caractère de la terreur individuelle. C’est lui qui fait la guerre civile. La contre-révolution, c’est le fascisme. Il essaye d’écraser la volonté populaire. L’initiative est celle d’Hitler. T. [?] doit voir Blum et l’entraîner à une aide officieuse353, de lui donner des armes et du mazout, que la radio envoie la solidarité française, que G. Robles354 soit expulsé, montrer que la terreur est ignoble, inhumaine, influencer le Front populaire. Si le FP est battu en Espagne, il est menacé en France.

  • 355 C’est à André Géraud dit Pertinax (né en 1882), chroniqueur de politique étrangère à l’Écho de Pari (...)

437Dans les 13 réunions de samedi et dimanche pour l’Espagne. On fusille les ouvriers pour l’exemple. Les hitlériens et Mussolini sont derrière le fascisme espagnol ; c’est une opération contre le Front populaire français (Pertinax355). Envoyer une mission Croix rouge, un corps de volontaires ; il faut les ravitailler.

Vendredi 24 juillet 1936

  • 356 Georges Sorel (1847-1922), théoricien de l’autonomie ouvrière, s’était nourri d’influences composit (...)

438Pour Lénine Sorel356 n’est qu’un brouillon. Le socialisme est un humanisme réaliste.

  • 357 Alexis Maksimovitch Pechkov dit Maksim Gorki (1868-1936) était revenu en URSS en 1929. Promu écriva (...)

439Gorki357 : « Quand on écrit, il faut être simple, net, pas de mots inutiles, que les mots soient à l’étroit et la pensée au large. »

440Le pain est moins bon parce que mauvaises levures, mauvaises farines. La grosse meunerie extrait trop de farine. Il faut un blutage de 62 à 64 %. La grosse meunerie retire de la farine le germe du grain qui renferme les vitamines, elle l’écrème au profit de produits pharmaceutiques vendus très chers.

Samedi 25 juillet 1936

  • 358 André Dugué, né vers 1906, avait été candidat communiste aux élections législatives d’avril 1936 da (...)
  • 359 Né en 1870, Abel Lefèvre fut sénateur (Gauche démocratique) de l’Eure de 1921 à 1939.
  • 360 Né en 1865, Ernest Neuville fut sénateur (Union démocratique et radicale) de l’Eure de 1930 à 1939.
  • 361 Maurice Hervey (1859-1936) était depuis 1912 sénateur (libéral) de l’Eure.

441Évreux. Les 72 dans la Basse-Seine. Marcelle, l’infirmière. André Duguet358, 35, rue Maréchal Joffre, Évreux. Drouet, avocat. 102 Huma par jour. Sénateurs : A. Lefebvre359, Neuville360, Hervey361. Six députés : deux réactionnaires, un socialiste, trois radicaux. 3 500 voix communistes dans l’Eure. Dans l’Eure, industrie textile et métallurgie. À Évreux, 650 ouvriers à l’usine de guerre Navarre. Baron du Pouget, usine occupée en juin. Duchesne, secrétaire syndicat. Le préfet et le maire arbitres. Dans tout le département, le conflit subsiste, latent. Il faut faire de l’Eure une région. Misère d’Évreux. Les ouvriers du textile, salaires 13 à 23 F mangent mal (l’odeur de hareng sent à travers la ville). Boisson écrasent quelques pains dans l’eau. On boit et on doit au boulanger. Ville à taudis chers : 1 000 F la pièce. Évreux : 800 métallurgistes, 2 000 textiles, 400 cheminots. En hiver : 1 000 chômeurs. Il y a le gagneux. Il y a le caleux, le fainéant. L’huissier, l’avocat est roi. Procéduriers : regardez bien notre baril.

Dimanche 26 juillet 1936

  • 362 Fernand Legagneux (1900-1972), ouvrier du bâtiment, était membre du PCF depuis 1925. Le 5 juillet 1 (...)
  • 363 Michel Collinet (1904-1977), agrégé de mathématiques, avait été responsable de la Fédération de l’e (...)
  • 364 Léon Mayer, né en 1868, était député (radical) de la Seine-Inférieure depuis 1923. Il avait été min (...)

442Rouen. Saint-Ouen. Saint-Maclou (125 000 habitants). Bois de Garenne. Petit Quevilly (17 000 habitants). Courtade. 1 720 Huma par jour (6 800 en plus par CDH). Seine-Inférieure : 5 sénateurs réactionnaires, 11 députés, 6 de gauche, 5 de droite. 27 000 voix communistes au lieu de 15 000. Rouen. Seine-Inférieure, 120 000 syndiqués, Legagneux362, secrétaire. Textile, cellulose, hauts fourneaux, produits chimiques, pétrole, dockers, marins. Beaucoup de Bretons. Le Minter, secrétaire du syndicat des marins à Rouen, Breton. Le grand administrateur de Bénédictine a été en URSS. Bonne impression. Trotskystes, socialistes, pacifistes à Rouen. Collinet363, très en baisse. Le communiste Brasseur, professeur philo à Rouen. Au Havre, le PC et le 2e après Mayer364. Le socialisme est en baisse dans la Seine-Inférieure.

Lundi 27 juillet 1936

  • 365 Münzenberg.
  • 366 Né en Slovaquie, Eugène Fried (1900-1943) avait été nommé en 1931 à la tête de l’équipe internation (...)

443Tirage Huma : 325 000, dimanche 450 000, vente Paris 52 550. 11 h Willy365, 12 h Clément366, Maurice.

Mardi 28 juillet 1936

444Ramon Aldassoro, hôtel Lincoln, près ambassade.

Mercredi 29 juillet 1936

445Vu Blum 9 h. Conseillons l’entente avec Herriot, Caillaux, les radicaux. Londres a été satisfaisant. Veillez à l’agriculture. Si le Sénat veut s’en aller, je pose la question de confiance.

Jeudi 30 juillet 1936

  • 367 Sculpteur valencien, Hilario Arlandis appartenait à la génération de dirigeants du PCE des années 1 (...)
  • 368 Victorio Sala, ancien membre du POUM (parti ouvrier d’unification marxiste, extrême gauche antistal (...)
  • 369 Sous le nom de Partit socialist unificat de Catalunya, il s’agissait de la section catalane de la I (...)

4464 h, 44, rue de Rennes. Hilerio Erlandi367. Victorio Sala368 (Parti socialiste unifié de Catalogne369), Malraux. Wagram : l’Espagne.

  • 370 Ce même 30 juillet, des avions italiens en route vers le Maroc espagnol (tenu par les insurgés) att (...)

447Blum au Sénat : je n’ai voulu leur donner aucun prétexte. Je n’ai rien laissé passer pour l’Espagne370. Je ne dis pas que ce sera toujours ainsi. Dette de la France 31 mai : 348 milliards.

Vendredi 31 juillet 1936

  • 371 Né en 1913, Roger Garaudy s’était converti au protestantisme à quatorze ans avant d’adhérer au PCF (...)

448Roger Garaudy371, 37, chemin Saint-Julien, Saint-Barnabé, Marseille, agrégé de philo, chrétien. Mouly, 22, rue Roussel.

  • 372 Né en 1887, Alexis Léger était secrétaire général du ministère des Affaires étrangères depuis mars  (...)
  • 373 Le 23 juillet, Léon Blum et son ministre des Affaires étrangères Yvon Delbos avaient rencontré à Lo (...)
  • 374 Banquier et financier allemand, Hjalmar Schacht (1877-1970) avait œuvré en 1923 à l’émission du « R (...)
  • 375 L’analyse est confirmée par ce que nous connaissons aujourd’hui des réticences des chefs militaires (...)

449Léger372 me dit que Staline l’a pris à part et lui a fait ses confidences. Il le tient pour un humain psychologue et prêt à l’hétérodoxie. Léger n’a pas vu l’Union, ni Staline. Il m’a demandé avec insistance dans quelles relations exactes les communistes français étaient avec l’Union soviétique. Par exemple notre attitude présente vis-à-vis de la religion. Par exemple qui paye vos frais électoraux ? Je lui ai prouvé que nous étions sur ces points et sur les autres plus indépendants de Moscou que les catholiques l’étaient de Rome. Léger est dominé par la mémoire et la politique de Briand. Il m’a rappelé que Briand avait toujours eu pour moi une sympathie de Breton. Il a vécu sept ministres et non sans luttes. Daladier est pour Hitler. Flandin s’est dégonflé le 7 mars, Laval a trahi la France comme les réactionnaires la trahissent aujourd’hui. Léger : la dernière réunion de Londres373 a eu comme résultat de consolider l’alliance franco-britannique. Blum a fait bon effet. On a dit aux Anglais : nous acceptons avec bon vouloir complet votre proposition de réunion à cinq, à condition que l’Allemagne ayant été entendue et ayant refusé la politique de sécurité collective, l’Angleterre revienne franchement à sa traditionnelle attitude France-Angleterre. Si l’Angleterre prenait cette attitude, la guerre serait reculée. Les experts disent : l’Allemagne a encore besoin d’un an et demi mais nul ne peut prévoir les réflexes d’Hitler. Son coup du 7 mars, il l’a fait seul, malgré la Reichwher et Schacht374 et tous. Il l’a réussi parce que la France et l’Angleterre ont été passives. Ce fut une grave faute politique de notre part. Le 7 mars a renforcé Hitler en Allemagne et en Europe375.

450Mary Bell-Vidalin. R. Rolland à l’Alhambra. 11 h 6, rue de la Paix, réunion des orateurs.

Août

Dimanche 2 août 1936

  • 376 Né en 1881, sir Robert Vansittart, secrétaire permanent au Foreign Office, comptait, avec Churchill (...)

451Voyage Paris-Lancerf. Léger : Vansittart376 est un partisan résolu de l’alliance franco-anglaise. Il est au Foreign Office de plus en plus isolé. Il maintient son idée avec beaucoup de courage devant les hésitations des ministres anglais qui passent et qui sont impressionnés par leur opinion publique pacifiste et pro-allemande. Vansittart est honnête et droit ; mais il est toujours à la merci d’un changement de ministre. Tout le Foreign Office lui est opposé et il n’y a dans son entourage de l’appareil aucun remplaçant en vue. Toute la politique hitlérienne en ce moment consiste à essayer de disloquer la politique de sécurité collective. Elle s’adresse successivement à l’Angleterre, à la France, à la Pologne, à la Tchécoslovaquie. Elle mène une propagande persévérante et puissante. En France, elle a de plus en plus avec elle les nationalismes par haine du communisme.

Lundi 3 août 1936

452Lancerf.

Mardi 4 août 1936

  • 377 Le jugement fut cassé pour vice de forme. Malraux ne parvint pas à récupérer les sculptures qu’il a (...)

453Lancerf. Malraux377 à Angkor, condamné le 21 juillet 1924 pour avoir soustrait au préjudice de l’État onze pierres sculptées. Trois ans de prison. Sur appel, un an avec sursis.

Mercredi 5 août 1936

  • 378 Auguste Blanqui (1805-1881) organisa à partir de 1831 des sociétés secrètes républicaines puis soci (...)

454Lancerf. Blanqui378 à Belle-Isle. L’affaire du tract de Londres. « Désarmer la bourgeoisie, armer le peuple ! C’est le seul gage et la première nécessité du salut de la révolution » (Blanqui). « Une classe opprimée qui ne s’efforcerait pas de posséder des armes et d’apprendre à s’en servir, mériterait d’être traitée en esclave » (Lénine).

Jeudi 6 août 1936

  • 379 Le congrès du SNI (3, 4 et 5 août) avait demandé la révision concertée du traité de Versailles et l (...)

455Lancerf. Au congrès des instituteurs à Lille, août 1936379 : « La servitude vaut mieux que la guerre. Nous n’accepterons jamais de faire la guerre à qui que ce soit. L’armée allemande est un danger, mais pas plus que l’armée française. Il faut recevoir l’envahisseur non avec des mitrailleuses mais avec des tracts. Le désarmement français doit être unilatéral. »

Vendredi 7 août 1936

456Loguivy. 16 visites. Lydia Stahl, Louis Martin, 7, rue Berthollet, Rennes, bibliothèque, lingerie, malade cinquante ans.

457Diderot mourant congédie le prêtre : « Vous n’avez pas voulu enterrer Voltaire parce qu’il ne croyait pas à la divinité du Fils. Eh bien quand je serai mort, on m’enterrera où l’on voudra, mais je déclare que je ne crois ni au Père ni au Saint-Esprit ni à personne de la famille. Je crois à la vie. On ne me vole pas ma vie, je la donne. »

Samedi 8 août 1936

  • 380 Large de 60 km, montagneux, l’isthme de Kra sépare le golfe du Siam et la mer d’Andaman (océan Indi (...)

458Lancerf. Tintin Lapicque : L’Asie évolue rapidement grâce au télégraphe, à la presse, au cinéma qui révèle le monde entier aux spectateurs. Influence croisante du Japon. Moins intelligent que le Chinois, positif, pratique, hardi ; les Japonais veulent percer l’isthme de Kra380 pour ruiner Singapour. Ils ont une alliance militaire avec le Siam qu’ils équipent et arment. Leur dumping devient de plus en plus envahissant pour toute l’Asie. L’Annamite ne pourrait se passer du blanc. Il travaille peu. Quand un ouvrier a gagné quelques piastres, il s’en va. Il n’épargne pas. Il ne prévoit pas. Il y a 20 000 français en Indo-Chine, 15 000 sont des parasites, 5 000 rendent des services. On vient en France en quatre jours de vol : café au lait à Bagdad, déjeuner au Caire, dîner à Athènes. Une belle ligne hollandaise Sumatra-Amsterdam.

Dimanche 9 août 1936

459Lancerf. Maroni.

  • 381 Né en 1902, Georges Philippe Friedmann avait engagé sur les aspects déshumanisants de l’organisatio (...)
  • 382 Le philosophe britannique Herbert Spencer (1820-1903), influencé par le darwinisme, échafauda une t (...)
  • 383 Auguste Comte (1798-1857) eut pour ambition de clore la période révolutionnaire par la fondation d’ (...)
  • 384 Destiné à la prêtrise, Ernest Renan (1823-1892) avait consacré sa rupture avec le catholicisme en é (...)
  • 385 Charles Renouvier (1815-1903) fut le promoteur d’un néo kantisme plaçant la liberté au centre de la (...)
  • 386 Directeur de la Revue des Deux-Mondes, Ferdinand Brunetière (1849-1906) resta marqué après sa conve (...)
  • 387 Maurice Barrès (1862-1923) trouva dans le nationalisme la possibilité d’enraciner socialement une v (...)
  • 388 Émile Boutroux (1845-1921) enseigna la philosophie à l’École normale supérieure. Il s’appuya sur l’ (...)
  • 389 Pierre Duhem (1861-1916), physicien, était un historien des sciences (le Système du monde, histoire (...)
  • 390 Édouard Le Roy (1870-1954), mathématicien hostile au scientisme, avait mis l’accent sur le caractèr (...)
  • 391 Henri Poincaré (1854-1912), mathématicien, avait consacré ses derniers travaux à la philosophie des (...)
  • 392 Henri Bergson (1859-1941), professeur au Collège de France, exerça une profonde influence sur diver (...)
  • 393 Charles Péguy (1873-1914), élève de Bergson à l’École normale supérieure, rompit en 1900 avec les c (...)
  • 394 Physicien et philosophe autrichien, Ernest Mach (1838-1916) influença la pensée d’Einstein par sa c (...)

460La crise du Progrès (G. Friedmann381). 1re révolution industrielle : fin du XVIIIe siècle. La machine à vapeur Watt. La manufacture, c’est à dire la place à la grande industrie. 2e révolution industrielle : l’énergie électrique (Gramme). Le diesel supplante les turbines à vapeur ; dès le début de cette 2e révolution, le capitalisme de monopole, le capitalisme financier, remplace le capitalisme industriel. Les banques interviennent dans l’industrie. Le libre échange régresse. L’impérialisme se généralise. Au cours du XIXe siècle (1re révolution industrielle) croyance au progrès, grand courant de démocratie rationaliste et humanitaire, Hugo, Spencer382, Comte383, optimisme humanitaire, matérialisme mécaniste de la bourgeoisie, recul du catholicisme, croyance en la science ! Machines-outils, automobiles, Pasteur, la biologie, conquête sur la maladie, technique et médecine. Dès la fin du XIXe siècle, la bourgeoisie commence à renoncer à ce culte du progrès, de la démocratie, de la science servant, par les progrès de la technique, à améliorer le sort des hommes, à la belle activité scientifique des cartésiens. Renan384 exalte d’abord la science, puis à la fin de sa vie, il se moque de lui-même : « J’étais atteint d’encéphalite. » Renouvier385, de même. Puis Brunetière386, Barrés387, bafouent la raison. Boutroux388 exalte le spiritualisme, Duhem389, Le Roy390, H. Poincaré391, Bergson392 surtout justifie l’irrationalisme, la défiance de la science, de l’intelligence. Péguy393 univers théocratique et féodal. Mach394 en Allemagne. Cette idéologie bergsonienne coïncide avec le début de l’impérialisme et les contradictions dans la politique et l’économie mondiale.

Mercredi 12 août 1936

461Lozach, quai Kemoa, Paimpol, syndicat des dockers.

Dimanche 16 août 1936

462T. Lapicque.

Mardi 18 août 1936

463Mairie de Plourivo.

  • 395 La discussion des projets d’office du blé avait commencé à la Chambre dès le 3 juillet. Il fallut a (...)

464Blé : dix départements surproducteurs : Nord. Pas-de-Calais. Somme. Eure. Oise. Eure et Loir. Aisne. Seine-Inférieure. Seine-et-Marne. Seine et Oise. Loiret. Il n’est pas rare d’y trouver des rendements de 40 quintaux à l’hectare. Dans les autres départements 8 à 20 quintaux à l’hectare. Cette année, nulle part plus de 30 quintaux à l’hectare. La récolte de 1936 est handicapée, rentrée mouillée, de conservation difficile (blé atteint de piétin). Il est à craindre qu’il pourrisse dans les silos des coopératives. L’office395 est fait pour les années excédentaires.

Mercredi 19 août 1936

465J. Modé, Quérou de Lézardrieux.

466Le vin de Voltaire. C’était le Corton qu’il préférait. Il était en relation avec le conseiller Le Bault qui était le propriétaire du cru. « Pour moi dont la vieillesse a besoin d’être réchauffée, j’ai recours à vos bontés. Quand je prends la liberté de vous demander du vin de Corton ce n’est pas par sensualité, c’est par régime. J’en bois un demi-setier par jour. C’est une affaire de santé non de luxe. Il est dur pour un voisin de la Bourgogne de dépenser en pierres ce qu’on pourrait mettre en vin... »

Jeudi 20 août 1936

467De Lancerf à Paris. Pour comprimer les prix de revient, on recommande : d’aménager les dettes, de réviser les charges fiscales.

Vendredi 21 août 1936

468Paris. Cudenet au P. Journal. Delbos l’a fait venir pour lui dire : vous nous menez à la guerre. On n’a aucune preuve qu’Hitler ni Mussolini fournissent d’armes les rebelles espagnols. Je vais tâcher de réunir la conférence des cinq pour parler de la question. Et leur proposer une médiation internationale pour la paix en Espagne. La veille il avait reçu devant Blum, Thorez et Jouhaux et Delbos. Blum leur avait tenu le même langage.

469En Espagne, il y a tel élan populaire que si les gauches étaient armées, elles seraient victorieuses en 15 jours. (A. Marty). L’insurrection avait été très bien préparée dans toutes les casernes et dans toutes les villes, même dans les villages. Mais la réaction de ce peuple a été vigoureuse. Les anarchistes à Barcelone sont restés face aux canons avec des camions, ont foncé et ont vaincu. Mais en rase campagne ils se sont fait décimer. Ils gardent les armes et les cachent pour agir après la victoire. Le peuple espagnol a su imposer qu’on lui donne des armes.

Samedi 22 août 1936

470Les écoles du parti jusqu’en août : deux écoles centrales 15 jours 28 élèves Parti, 29 élèves JC. 171 élèves dans les écoles régionales. Pour la fin de l’année 1936 : 5 écoles centrales de quatre semaines et 14 écoles régionales de quinze jours.

Dimanche 23 août 1936

  • 396 En fait, Jouhaux s’est montré beaucoup plus favorable à l’aide gouvernementale au camp républicain (...)

471Liberté pour l’Espagne d’acheter ce dont elle a besoin. Les socialistes provoquent les communistes sur la question espagnole. Les radicaux parlent comme Laval de menaces de guerre. Jouhaux396 dit à Lille des paroles favorables au gouvernement, c’est-à-dire laissez écraser les Espagnols. On a arrêté les quêteurs. Le parc des Princes. On veut isoler le PC. Nous sommes dans une bonne position. Mais la question n’est pas là. Il faut que le PC pousse les autres. Il faut changer de front. Non ralentir l’étau, mais considérer qu’il ne faut pas laisser briser le FP. Il faut multiplier les occasions de se coller aux socialistes ; il faut apparaître comme toujours : défendre le Front populaire. Il ne faut pas faciliter l’opération de rupture avec nous ; travail commun avec les socialistes. Dans les syndicats ! Il faut agir ! Grand mécontentement des syndiqués.

  • 397 Le PCF doit développer, dans le cadre de sa ligne de « Front des Français », une ligne mariant la d (...)

472Hotchkiss : mitrailleuse qui tire des obus de 25 à la cadence des balles. Chez Bloch deux avions en préparation. Les ouvriers veulent faire du matériel pour l’Espagne ou arrêter le travail unanimement. Le but gouvernemental est : abandonner l’Espagne. Atteindre le comm. dans le FP. Le blocus de fait est décidé. Il faut faire une délégation au parti socialiste. Il faut renforcer la campagne de meetings397.

Lundi 24 août 1936

  • 398 Zinoviev, condamné à mort à Moscou, est fusillé le 25 août. Le 3 septembre, un meeting de protestat (...)

47310 h Gautier. Et les chômeurs ! Que la radio change : elle est plus favorable aux insurgés qu’à la République. Pas de diversion sur l’Union soviétique. Qui tape sur l’Union soviétique sert Hitler398.

Mardi 25 août 1936

474Mme Buguen institutrice à Sérignac. Melle Bellec institutrice à La Feuillée. 242 000 membres du PC. 85 000 membres JC.

  • 399 Décidé lors d’une réunion des instances dirigeantes du Rassemblement universel pour la paix tenue l (...)

475Lagorgette : « Le grand but de Blum c’est de réconcilier l’Allemagne et la France. Quelle gloire s’il y réussit, ce sera la paix. » Il ajoute : je suis contre l’envoi d’aucune arme en Espagne. Il faut s’entendre avec l’Allemagne399.

Mercredi 26 août 1936

  • 400 Observation exacte, notamment en ce qui concerne les pays anglo-saxons et les Pays-Bas. En France, (...)
  • 401 La décision fut scrupuleusement respectée lors des multiples interventions, à l’exception de quelqu (...)
  • 402 Rudolf Breitscheid (1874-1944), social-démocrate allemand, avait lancé dès février 1933 l’idée d’un (...)
  • 403 Ces appels coïncident remarquablement avec la ligne – méconnue – de « réconciliation nationale » ad (...)

476masse. En France, en Angleterre, c’est un grand congrès de masse. Les protestants organisent sérieusement400. Sous la pression des Anglais, on a dû renoncer à parler de l’Espagne401. Contre le congrès il y a une grande offensive fasciste. La presse hitlérienne l’attaque. Elle fait dire : c’est un congrès communiste de guerre contre l’Italie et l’Allemagne. Il y a aussi Citrine, Breitscheid402, le pape, les conservateurs anglais. Il y aura des attaques des socialistes de gauche contre la société des Nations. Réponse : c’est un congrès de paix. On appelle tous les pays l’Allemagne, l’Autriche, l’Italie peuvent y participer403. Appel aux sportifs allemands, aux amis allemands de la SDN. Tous ceux d’où qu’ils viennent qui admettent les quatre points. La paix indivisible par la sécurité collective. Bruxelles doit créer un front unique pour la paix ; doit opposer une puissance nouvelle aux puissances belliqueuses ; renforcer l’action internationale contre la guerre par la société des Nations ; coordonner les forces éprises de paix.

Jeudi 27 août 1936

477(100 F à la femme de journée).

478BP.

479Espagne. Résultats de l’initiative de Blum. On a mis les insurgés sur le même pied que les Républicains. Le gouvernement français entrave tous les envois. Les fascistes continuent leurs envois. C’est contre l’Espagne. Delbos nous a demandé de renoncer à notre campagne. Nous n’avons pas voulu céder devant Hitler. Les journaux du gouvernement nous accusent de vouloir la guerre ? Nous devons dire Paix. Il y a initiative d’attaque contre le PC chez les socialistes. Ils disent : bavardons sur l’Espagne, société des Nations. Oui comme pour l’Abyssinie. Jouhaux a évolué vers l’attitude gouvernementale. Donc difficultés dans le Front populaire ; danger de menace. Pour nous il faut intensifier la campagne sur l’appui des Espagnols à l’ambassade. Collecte. Travail dans les usines. Les ouvriers de chez Bloch font un avion. En même temps renforcer le Front populaire ; surtout il faut travailler à la base.

  • 404 Le 24 août 1936, l’Allemagne portait à deux ans la durée du service militaire.

480Hitler les deux ans. Les socialistes capitulent. Blum n’a pas dit un mot conte les deux ans d’Hitler404 et va déjeuner avec Schacht. Sa réponse à Thorez : il renouait des conversations politiques. Les ministres socialistes ne vont plus aux réunions pour l’Espagne. La journée d’hier est un grand succès pour Hitler. Il y a fissure dans le Front populaire ; attaque des socialistes contre l’union. Pas de rupture du Front populaire. Songeons à l’Allemagne. Il faut influencer les masses dans le pays, ne pas seulement grossir le PC mais pousser les autres. Partir à l’action. Il faut donc des compromis. Le mot d’ordre essentiel c’est : Vive le Front populaire pour avoir une action dans la politique intérieure et extérieure.

Vendredi 28 août 1936

  • 405 La réunion du Comité mondial contre la guerre et le fascisme précède celle du Rassemblement univers (...)

4819 h, 4, rue Ordener. 10 h comité mondial. 2 h, 6, rue de la paix405.

  • 406 Le 10 août, le PCF avait arrêté le principe du lancement d’un quotidien qui, dirigé par Aragon, par (...)
  • 407 Professeur au Conservatoire national des arts et métiers, Charles Spinasse (1893- 1979) était maire (...)

482On dit que Doriot sort un journal l’Assaut (l’Angrif). Un journal du soir à Paris fait avec le parti socialiste et les radicaux406. Que peuvent penser les petits peuples européens des conversations Blum-Schacht ? Lagorgette : tout le parti socialiste est avec le gouvernement. Zyromski n’existe pas. Les socialistes disent : le gouvernement Blum envoie des armes en Espagne. Spinasse407 est le plus acharné pour le rapprochement Hitler. C’est la politique Laval.

Samedi 29 août 1936

483Pour le rassemblement. Ce ne peut être un congrès d’études. Les catholiques ont protesté parce que Schvernik a dit au meeting de Bruxelles : nous voulons dire nos vérités à Hitler. Il faut à Bruxelles parler de façon à continuer l’œuvre du Rassemblement universel pour la paix avec Cecil et à élargir, étendre le mouvement. Alors : quid d’Hitler, d’Espagne ? Comment parler ? Huit Russes à Bruxelles : Schvernik, Smolianski, la guerre menace. Elle n’est pas proche. Smeral au secrétariat, un des trois secrétaires. La paix indivisible par la sécurité collective. Coordonner les forces de paix éparses impuissantes. Créer un front irrésistible contre la guerre. Front unique pour la paix. Opposer aux forces de guerre une puissance supérieure. Pas d’adhésion officielle de la IIe Internationale, ni de la IIIe.

Dimanche 30 août 1936

484Fête de l’Huma, Garches. Vu Le Gall de Concarneau qui me parle de Lilite.

Lundi 31 août 1936

  • 408 Cette préoccupation transparaît dans le n° 14/15 (25 août 1936) des Cahiers du bolchevisme, où Andr (...)

485Tirage Huma : 400 000, vente Paris 26 août : 51 000. En France : grande crainte de la guerre, progrès du pacifisme. Le cercle est fermé contre nous. Pour l’Espagne, nous sommes seuls ; contre Hitler nous sommes seuls. On dit : les communistes veulent la guerre pour l’Union soviétique. Ça porte sur les classes moyennes. Nous grandissons dans les classes ouvrières, mais la classe moyenne a peur. Campagne contre le communisme et l’Union soviétique ; tous les anciens combattants et les catholiques sont contre nous ; rupture du Front populaire sur notre dos. Le parti socialiste provoque le communisme. Le danger est dans les classes moyennes et notre isolement408. Donc il faut retenir la classe ouvrière. Il faut parler d’unité, de revendications économiques pour les classes moyennes et paysans, boutiquiers, vie chère, gaz. Pour l’Espagne, pas d’épithètes contre les socialistes et les radicaux ; pas de croisade contre les fascistes. La paix pour la France. Tout pour le Front populaire. Pas de polémique, réunions communes unitaires des ouvriers et socialistes. Grand travail fasciste dans les paysans. Situation grave en Espagne.

Septembre

Mardi 1er septembre 1936

  • 409 Jeanne Moussinac était l’épouse de Léon Moussinac (1890-1964), directeur des Éditions sociales inte (...)
  • 410 Pendant la guerre d’Espagne, Lesec combattit dans les rangs des Brigades internationales.
  • 411 Arthur Ramette, né en 1897, secrétaire de la fédération communiste du Nord, était depuis 1932 déput (...)
  • 412 Georges Marrane (1888-1976), mécanicien-horloger, était président du Conseil général de la Seine et (...)
  • 413 Alphonse (dit Maurice) Lampe (1900-1979), ajusteur-mécanicien, était depuis 1933 le secrétaire de l (...)

486100 F à Jeanne Moussinac409 pour les Éditions. Nizan, Lesec410, des Espagnols à Bruxelles. Société savantes. 2 h conférence de la fraction communiste pour Bruxelles : M. Cachin, Duclos, Monmousseau, Péri, R. Jean, Billoux, Ramette411, Marrane412, Rochet, Lampe413.

  • 414 Jean Champetier de Ribes (1882-1947) était sénateur (Démocrate populaire) des Basses-Pyrénées.
  • 415 En réalité, Marcel Cachin, conformément à des impératifs de modération dont il prit connaissance pe (...)

487Congrès. Les catholiques tchèques se sont retirés. Champetier de Ribes414 refuse d’aller au congrès parce qu’à Saint-Cloud on a soutenu l’intervention en Espagne. L’archevêque de Malines a interdit à Bodart et au P. Rutten d’assister au congrès. Le congrès de Bruxelles sera surveillé par les polices de tous les pays. Hitler y aura des agents. Que pourrons-nous y dire et faire ? Tout dépendra de l’atmosphère. Il faut tirer le maximum du congrès et ne rien briser. Il faudra que j’expose tout le point de vue de l’IC sur la guerre415 ; il faut dire que le fascisme hitlérien est fauteur de guerre. Pas de cris, ni de manifestations, posément. Cecil a dit à l’archevêque de Malines : s’il y avait un communiste au bureau, je ne resterais pas au rassemblement. Les Danois, Suisses, Hollandais ont refusé les communistes dans leur délégation. Il a fallu disputer pour donner dix minutes à Sch. et non six. Tact, prudence ! Les quatre points. Un manifeste sur les quatre points ; une organisation permanente. À Varsovie on a arrêté les délégués de Bruxelles. On leur a fait signer : la Pologne n’a pas de traité avec Hitler. Elle ne conclut de traité pour encercler personne. Qu’on nous donne des terres et des colonies. Les socialistes ont refusé de signer. Ils ne viennent pas à Bruxelles. Le congrès doit être large. Il faut admettre le plus possible, dans une forme acceptable pour tous.

Mercredi 2 septembre 1936

488Bruxelles. Hôtel Métropole 8 h. Départ Paris 1 h pour Bruxelles. Nouvelles méthodes de propagande pour la paix. Coordonner les efforts des forces éparses de paix. Couvrir le monde d’un réseau de comités pour la paix. Donner la parole aux peuples. Référendum mondial. Solidarité contre qui trouble la paix ; sanctions contre qui trouble la paix. Il faut mettre au service de la paix les facultés supérieures de l’homme.

489Lord Cecil : but du congrès : une nouvelle doctrine de la paix, bases de la paix permanente, moyens de publicité pour la paix, moyens d’éducation, pas de discussions politique ou religieuse, pas de critique d’une forme de gouvernement, la pression sur les gouvernements.

490Schvernik : Les Russes dans la SDN, leur travail à la société des Nations. La réforme de la société des Nations. Le désarmement. La politique de paix de l’URSS.

491À la réunion de l’exécutif : 1°) Manus se plaint des finances 2°) [Baker] : Peut-on inviter l’Espagne ? Oui, qu’ils prennent la parole en faveur de la paix. Rien sur les événements actuels. Pour nous dit [Baker], ce qu’il faut soutenir, c’est la République espagnole.

Jeudi 3 septembre 1936

  • 416 Universel.
  • 417 Né en 1888, Georges Rivollet était secrétaire général de l’Union nationale des mutilés et réformés (...)
  • 418 Né en 1891, Jean Desbons dirigeait la Fédération nationale des anciens prisonniers de guerre. Déput (...)
  • 419 Animateur de l’Union fédérale des associations françaises d’anciens combattants et victimes de guer (...)
  • 420 Homonyme de l’auteur de Guerre et paix, Alexis Nikolaïevitch Tolstoï (1883- 1945), issu de la noble (...)
  • 421 Né en 1905, Mikhail Alexandrovitch Cholokhov avait publié en 1932 le premier volume de Terres défri (...)

492Bruxelles. Rassemblement uni416 pour la paix, palais du Centenaire. 48, boulevard Botanique, service de presse. À 18 h séance inaugurale. 6 h café [ill.], 8 [ill.] Marché au fromage. À 14 h 30 17, rue du Poinçon : les délégués français anciens combattants : Rivollet417, Desbons418, Mme Cassou, Pichot419, Novine. Les Russes à Bruxelles : 8 : Schvernik, Sokol, Artjinchins, Smolianski (syndicats), Gubkim, académicien. Tolstoï420, Cholokov421 écrivains, Wariasch (coopératives consom.) Kosarev, jeunes. À 5 h Métropole chez Smlolianski : 266.

  • 422 Ouverte aux vainqueurs du conflit, la Fédération interalliée des anciens combattants fut fondée en  (...)

493Assemblée d’ouverture : 20 orateurs, un seul communiste. L’assemblée ne profère ni cri ni chant. La Fidac422 quitte le rassemblement. À l’ambassade de France on dit : si l’Int. intervient nous partons. La presse belge est déchaînée. « Un congrès de guerre. Les pacifistes en délire. Quand vont-ils exiger la guerre contre Hitler, Hitler est bien servi en Belgique. »

494Bruxelles : de plus en plus l’église catholique est fasciste. Le gouvernement belge va tomber. Il ne sera pas possible de faire un gouvernement de Front populaire, car il y a 800 000 socialistes et communistes et tous les autres partis se mettront ensemble (1 400 000).

Vendredi 4 septembre 1936

  • 423 André Delmas (1899-1979) était le secrétaire général du Syndicat national des instituteurs. Très ré (...)

495De Bruxelles. 6 h réception à l’hôtel de ville. Au 370 à 2 h. Commission générale : le rassemblement doit durer. Nous prouvons que nous pouvons travailler ensemble. Nous créons un mouvement de paix immense, le plus grand, avec de puissantes forces morales. Il faut faire travailler en commun les organisations déjà groupées. Il faut : un bureau international avec un budget, un comité de délégués de chaque comité national prêt à venir au centre discuter une fois par mois, un comité de personnalités politiques qui se réuniront deux fois par an, comme le parlement du mouvement. Quatre pays pourraient donner 7 500 F par mois : France, Angleterre, Etats-Unis, URSS (+ le sou de la paix). La base ce sera le comité national. Les deux délégués américains : Ward, S. [ill.] sont contre les sanctions militaires. Delmas423 aussi. On passe outre.

  • 424 Lire probablement : « Schvernik sectaire. »

496Après les récents événements d’Espagne, l’offensive internationale contre les gauches va s’accentuer. La situation internationale s’est aggravée. À la commission syndicale on a trouvé Jouhaux bavard et vide et Sch. sec.424 [ill.]. Notre rôle dans les commissions a été faible.

Samedi 5 septembre 1936

  • 425 Né en 1880, lord Lytton, ferme partisan de la politique de sécurité collective, appartenait à la di (...)
  • 426 Sans doute s’agit-il de Mme Malaterre-Sellier, déléguée permanente française à la Société des Natio (...)
  • 427 Salomon Grumbach (1884-1952) était député (SFIO) du Tarn. Vice-président de la commission des Affai (...)

497Midi, 17 Poinçon. Parleront à l’assemblée plénière : De Brouckère, parti socialiste, Cachin PC, Mme Corbett-Ashby libérale anglaise, professeur Lipajevitch, Polonais, Lord Lytton425, conservateur anglais. Au nom des partis : 1°) Pourquoi les partis se sont mis au service du rassemblement ? 2°) Comment il est possible de travailler dans ce mouvement ? 3°) Pourquoi le mouvement doit-il durer ? Après mon exposé, Rivollet, la catholique Malleterre426, J. Kayser le radical, Grumbach427 le socialiste, se déclarent satisfaits.

Dimanche 6 septembre 1936

  • 428 Sylvia Pankhurst (1882-1960), militante pacifiste et internationaliste en 1914- 1918, participa aux (...)

498Au stade : 60 000 personnes. (Bruxelles). 10 h réunion du conseil général tout à fait vide ; présidence : Ashby. 2 h meeting au [stade ?] 9 h chez Vandervelde, 7 h Pankurst428 et le jeune Éthiopien.

499Conseil général. Exécutif une fois par mois, 20 membres, secrétariat. Le sou de la paix : France, États-Unis, URSS, Angleterre : 100 livres par mois chacun. On peut faire le plébiscite universel tout de suite. Envoyer 80 délégués à Roosevelt.

Lundi 7 septembre 1936

  • 429 Il s’agit du Comité mondial contre la guerre et le fascisme. C’est à cette occasion que Münzenberg (...)

50010 h Albert 1er : organisation centrale du rassemblement universel. De Bruxelles à Paris à 2 h. Conférence du mouvement mondial contre la guerre429, 15 h à la Mutualité, salle E.

  • 430 Il s’agit de la fraction communiste du RUP. Le rôle de Dolivet comme kominternien au sein du Mouvem (...)

501Au 266 Cecil propose. Dolivet parle à la fraction430. Le congrès est un succès. Il y a un grand courant dans chaque pays. Il a proposé : Cot, Cecil présidents et deux chairmen : Baker, Dolivet. Un secrétaire général : Jézéquel. Trois secrétaires : États-Unis, Soviétique, Anglais. L’opinion des dirigeants : le meeting a été acceptable. Le discours de M. Cachin a été plus à gauche qu’au congrès.

  • 431 George Lansbury (1859-1940) avait quitté la présidence du Parti travailliste britannique peu avant (...)

502Dolivet dit : si vous ne voulez pas que j’accepte, je suis prêt à vous suivre. Peut être si je restais provisoirement votre président. Gottwald, cinq secrétaires, Smeral, Dolivet et les trois autres, et Smeral serait le responsable devant l’IC. La troïka disparaît. Il faut la remplacer. Vu Lansbury431 à l’hôtel Albert 1er. Félécitations de Lord Cecil pour le discours et de Duval des anciens combattants [?]. « Le communiste a été loyal et juste. Au stade Marcel Cachin a été plus à gauche. Il a dit que les communistes doivent être à la tête. »

Mardi 8 septembre 1936

503340 000 Huma, 57 000 à Paris. 252 931 membres du PC.

  • 432 Marcelino Domingo Sanjuan (1884-1939), républicain catalan, avait été ministre de l’Éducation de 19 (...)
  • 433 Dolores Ibarruri Gomez, dite La Pasionaria (1895-1989), fille et femme de mineurs, fut des première (...)

504Visite à la délégation espagnole à l’hôtel de la Trémoille. Marcelo Domingo432. Déjeuner avec Pasionaria433 chez Thorez, Caballero et un anarchiste. Il est tout près des anarchistes. Elle préfère Prieto. Ils ont très peu d’officiers, très peu de gardes civils dans leurs rangs. Elle a hâte de rentrer en Espagne. Je la presse d’aller à Londres avec la délégation.

Mercredi 9 septembre 1936

  • 434 Il pourrait s’agir de Chen Yun, né en 1900, membre du Bureau politique du PC chinois, qui s’était r (...)

505T.S. Chien434, communiste chinois délégué à Bruxelles.

  • 435 Louis Lagorgette (1895-1937), ingénieur, avait probablement appartenu au PCF en 1920-1923. Syndical (...)
  • 436 Né en 1909, Henri Dupont, ouvrier métallurgiste, était un dirigeant socialiste de Renault-Billancou (...)
  • 437 Jules Moch (1893-1985), polytechnicien, ingénieur de la Marine, avait perdu son mandat de député (S (...)
  • 438 Le 7 septembre, les métallurgistes de la région parisienne observèrent une heure de grève « pour l’ (...)

506Vrigny chez Renault. Lagorgette435 socialiste agit beaucoup à l’usine Renault. Il a ses amis francs-maçons. La direction fasciste de l’usine se sert des socialistes contre nous. Les socialistes agissent contre les communistes. Les communistes sont insuffisants. Cachin est contre Thorez, contre le front français. 4 000 communistes à Renault (90 délégués communistes de l’usine). 400 socialistes à l’usine Renault (Dupont436). Il y a une proposition des communistes de faire un comité de coordination à l’usine avec eux. Il y avait 20 000 ouvriers de chez Renault à la République. À la visite de la cellule, le camarade communiste répond à Moch437. Il y a eu difficulté énorme pour la grève d’une heure438. Les socialistes font campagne contre. Ils disent : c’est de la politique. Les techniciens sont manœuvrés par les socialistes francs-maçons. Il faut travailler les techniciens (150 jeunes communistes).

507400 cellules à Renault, 17 sous-comités (secteur Dimitrov), comité dirigeant du PC, commission centrale du syndicat 90 % de communistes, journaux, diffusion de littérature : un secteur de 2 500 a collecté 25 000 F pour l’Espagne. Il faut soigner les questions budgétaires du PC. Nous voulons un trésorier général pour l’usine sans aller au rayon. 450 secrétaires tout neufs, jeunes. Cadres inexpérimentés, faibles. Les secrétaires ne peuvent pas répondre aux questions. Nous avons fait une école : 25 auditeurs. Volonté de s’instruire, de savoir ce qu’est le communisme.

Jeudi 10 septembre 1936

508BP. La cellule Renault assiste à la séance.

  • 439 Le 4 septembre à Paris, la manifestation de soutien à la république espagnole avait montré à la foi (...)
  • 440 Ce thème est largement développé par Paul Vaillant-Couturier dans l’Humanité du 8 septembre. À la c (...)
  • 441 Le 7 septembre, le gouvernement français avait chiffré à 20 milliards le montant de son effort de r (...)
  • 442 Membres du parti de l’unité prolétarienne. Fondé en décembre 1929 sous le nom initial de parti ouvr (...)
  • 443 Le 9 janvier 1936, dans le cadre des négociations engagées avec la SFIO sur la question de l’unité (...)

509On veut isoler le communisme en France439. La petite bourgeoisie qui n’aime pas le risque est terrorisée par Hitler. Elle est troublée par la campagne contre l’Union soviétique terroriste !! On a poussé la rupture du Front populaire. Pour nous, nous éliminons les frictions, nous nous accrochons aux ouvriers socialistes et à tous les travailleurs. Le parti socialiste est très divisé sur l’aide à l’Espagne républicaine et socialiste. On a voulu isoler l’Union soviétique440. Or c’est la France qui a proposé, alors l’Allemagne et l’Italie acceptent : si l’URSS avait refusé, on aurait dit, c’est l’Union soviétique qui soutient Madrid. Le führer à Nuremberg aurait tiré les conséquences. Pour nous, nous ne voulons pas de scission dans la classe ouvrière. Unissons-nous avec les ouvriers socialistes pour défendre contre la vie chère. La décision de la CGT montre que la manœuvre d’isolement du communisme est manquée. La paix : montrer les horreurs de la guerre ; ne pas capituler devant Hitler ; modernisation du matériel ; pour les dépenses de la guerre, oui ! mais après prélèvement sur les riches441. Contre le fascisme : proposer aux socialistes des manifestations communes, emprisonner La Rocque ; l’expérience de l’Espagne. Il faut limoger nos Franco. Les socialistes proposent l’unification. Oui ! Pas avec les pupistes442. Mais nous avons offert notre charte443. Étudions-là. Réunions communes avec les socialistes de base.

Vendredi 11 septembre 1936

5102 h : Schvemik, Smeral, Willy : les résultats de Bruxelles.

Samedi 12 septembre 1936

511Popu : 205 000 tirage, Œuvre : 205 000 tirage.

51210 h 30 : la troïka de Bruxelles. Nous avions des directives. Mais on nous a dit : considérez la situation concrète. Si, dit Sch., j’avais fait le discours de Moscou, il ne serait rien resté de ce congrès. Mais le propre des bolcheviks c’est de savoir prendre ses responsabilités. Nous avons réalisé notre tâche. Nous avons gagné des liaisons dans les organismes que nous voulions. Nous aurions voulu autre chose : désigner l’agresseur ; mais nous n’avons pu que coordonner les forces de la paix. Dans les commissions, propositions pratiques de sanctions prolétariennes contre l’agresseur. Bon travail dans les commissions paysannes. Féminines, coopératives : mauvais travail des intellectuels, faibles. Il faut pousser Aragon qui n’a pas compris ce congrès. M. Cachin a dit les choses importantes : l’agresseur, les quatre points. Il faut dans notre agitation éviter de repousser les gens et les pousser en avant. Bon congrès. Rien cassé ! Offensive générale contre la guerre. Vite !

  • 444 Le 3 septembre, à Paris et Bruxelles, s’étaient tenus des meetings de protestation contre les procè (...)

513Les ennemis socialistes de l’URSS vont tenter un contre-procès Trotsky et trotskistes en Europe444.

514Jouhaux doit être par nous placé à la tête de la FSI au lieu de Citrine. Il ira à Moscou lors des fêtes du 7 novembre. Avec le RUP, nous pouvons faire une bonne contre-offensive pour la paix.

Dimanche 13 septembre 1936

  • 445 Le 8 septembre, un monument à la mémoire d’Henri Barbusse a été expédié en France par les « travail (...)

5152 h Père Lachaise, entrée porte avenue Gambetta, monument funéraire d’Henri Barbusse445. Le camarade Saniel de New York fait un livre sur Barbusse. Professeur Ward au Père Lachaise.

Lundi 14 septembre 1936

516Berger : 1 bis, rue de Navarre, 4e droite, métro Monge, matin. Cacaud : Que se passe-t-il en URSS ?

Mercredi 16 septembre 1936

517Paris-Lancerf.

Jeudi 17 septembre 1936

518Lancerf.

Vendredi 18 septembre 1936

519Kermouster. But du communisme : organiser l’union et la collaboration des nations dans une économie mondiale unique. Cette union ne peut être que librement consentie, fondée sur la confiance mutuelle et les rapports fraternels des peuples. Il y a une tendance à construire des États nationaux indépendants. Et aussi une tendance au rapprochement économique des nations grâce à la formation d’un marché et d’une économie mondiale. Il n’y a pas là contradiction, mais deux aspects du progrès. D’où pour les communistes, deux devoirs : aider les peuples opprimés à se libérer, combattre la tendance à se confiner dans le cadre national, l’esprit d’étroitesse et le particularisme du clocher national, comprendre que la libération de chaque peuple est liée au mouvement prolétarien des pays dominants.

Samedi 19 septembre 1936

520Lancerf (on déménage).

Dimanche 20 septembre 1936

  • 446 Langue maternelle.
  • 447 En 1936, le PCF avait troqué sa dénonciation de l’« impérialisme français » au profit d’une ligne d (...)

521Lancerf. Coat-Fritti. Lu : l’Alsace et le Vatican, l’Alsace ruinée, P. Fervacque. La lutte entre l’Union populaire et l’Action populaire nationale. Deux partis catholiques, l’un allemand, l’autre français. La Heïmat, la petite patrie, la Muttersprache446. Que veulent les Alsaciens ? Être tranquilles sur l’avenir. Une bonne administration, verser moins d’impôts, pas d’école laïque, la langue allemande, la paix ! Peur d’Hitler. Particularisme provincial : régionalisme exaspéré. Les chefs du centre allemand mènent la campagne pro-allemande par le truchement des abbés autonomistes alsaciens. Il faut au centre de l’Europe une grande république impériale semblable à la maison d’Autriche en ses beaux jours. L’autonomie alsacienne en soi c’est un chauvinisme borné et fanatique (L’Alsace aux Alsaciens !) religieux447. Il faut des débouchés aux vins, aux phosphates. L’Alsace n’est pas le lien entre la France et l’Allemagne. En Europe l’unité sera faite non par le triomphe d’un nationalisme sur un autre, mais dans la fédération des peuples libres, s’unissant eux-mêmes et respectant leurs traditions et leurs langues. Poincaré a eut tort de faire des procès ridicules ou odieux. Pas de provocation policière. En Provence on parle le français et le provençal. Que l’Alsace ne se replie pas sur elle-même. Qu’elle participe à la vie mondiale.

Lundi 21 septembre 1936

522Lancerf. (La vente à la ferme). L’huissier Gonidec me dit que Legoaster (Pener) de Plounevez (dont le fils se dit communiste et porte la bague avec faucille et marteau) a plus de 2 millions. Nombreux sont les millionnaires du canton de Paimpol. L’huissier reconnaît que la vente a été bonne parce que les primeurs se vendent bien. Il y a de l’argent dans le pays. Vu Henri de Ploezal, René Leden. Pontrieux. Vu les communistes de Pontrieux. Il faut donner l’Huma au dépositaire de l’Ouest-Journal qui vend 250 numéros de Ouest-Journal.

  • 448 Émile Wetterlé (1861-1931), prêtre, fut député au Reichstag en 1898. Emprisonné quelques mois en 19 (...)
  • 449 Né en 1867, le comte Jean de Leusse fut député de 1919 à 1924. Depuis 1927, il était sénateur du Ba (...)
  • 450 Le général Robert Bourgeois (1857-1945) fut sénateur du Bas-Rhin de 1920 à 1936. Auteur d’un projet (...)
  • 451 Charles Scheer (1871-1936) fut député du Haut-Rhin de 1919 à 1928. Partisan d’une assimilation prog (...)
  • 452 Né en 1878, Paul Jourdain fut élu en 1919 député du Bas-Rhin, département qu’il représenta à partir (...)
  • 453 Né en 1870, ancien député (Zentrum) au Reichstag, profondément alsacien et hostile à la laïcité, l’ (...)
  • 454 Robert Ernst, fils de pasteur alsacien ayant opté pour l’Allemagne en 1918, avait fondé à Fribourg- (...)
  • 455 René Hauss, né en 1896, imprimeur à Strasbourg, faisait partie de l’équipe de la Zukunft.
  • 456 L’abbé Fasshauer avait été suspendu a divinis par Mgr Ruch, évêque de Strasbourg, en raison de la l (...)
  • 457 Joseph Rossé (1892-1951), cf. supra.
  • 458 Né en 1862, le Dr Ricklin avait été élu en 1903 député au Reichstag. Envoyé en résidence surveillée (...)
  • 459 Paul Schall était journaliste à la Zukunft.

523Alsace. Les protestataires après 1871 : Wetterlé448, J. Preiss, Dr Bücher. Debeer, De Leusse449, Bourgeois450, Scheer451, Jourdain.452 Autonomistes : Haegy453, Ernst454, Hauss455, Fasshauer456, Rossé457, Ricklin458, Schall459. (Plutôt Hitler que Moscou !) Les révélations de Sumser. Les saintes images ; ils fulminent contre l’école sans Dieu, contre la République qui persécute l’église et la morale, contre les catholiques de la France « catholiques de planche pourrie » ; ils veulent que l’Alsacien soit engagé comme langue de base, le Français langue d’appoint, langue étrangère. Que peuvent les démocrates chrétiens français de Haegy ?

Mardi 22 septembre 1936

524Lancerf. Remis 200 F à Jeanne pour le cidre.

Mercredi 23 septembre 1936

  • 460 Georges Voisin (1895-1945), instituteur à Guingamp (Côtes-du-Nord) était le secrétaire de la sectio (...)
  • 461 Commis à la gare de Saint-Brieuc, Yves Flouriot faisait fonction de secrétaire départemental du PCF (...)

525Pontrieux. Guingamp. Visite à Hénaff. Dans les Côtes-du-Nord : 1 400 cartes (500 SFIO), 40 instituteurs. 650 syndiqués à Guingamp. Voisin460 secrétaire Union locale (son affaire avec Leguennic, voir M. Thorez). Secrétaire région Côtes-du-Nord : Flouriot461, cheminot à la Vilette en Ploufagran. Lechanoine, secrétaire rayon Saint-Brieuc. Yvonne Gouriou est à Maël Carhaix. A Pontrieux : deux cellules (Leden). La mère Richard refuse l’Huma. À la mairie de Plourivo : le maire de Plourivo, le maire d’Yvias. Ils me prient d’obtenir une subvention pour l’électrification de leurs deux communes.

Jeudi 24 septembre 1936

  • 462 Le 24 septembre, devant l’importance des sorties d’or, la Banque de France relevait son taux d’esco (...)

526Bréhat, Loguivy. Ida, Marcelle Whal, Maroni. Maroni m’annonce que la dévaluation est proche462.

« Médite l’œuvre et l’âge essentiel
Sois de labeur prodigue et de temps économe
Et debout sur la terre entre l’herbe et le ciel
Vis comme un paysan pour vivre comme un homme » (Guinle).

Vendredi 25 septembre 1936

527Mathilde ira chercher un plant de vigne vierge et si possible de glycine chez Mme Kynaonet.

Samedi 26 septembre 1936

  • 463 Le 26 septembre, le gouvernement Blum suspendit la convertibilité des monnaies. À la suite de l’acc (...)

528Lancerf à Paris. La dévaluation463 ! Le 20 septembre 1931 Londres avait dévalué, le franc tombe de 65 milligrammes d’or à 45 milligrammes. On escompte : reprise des échanges, la diminution du chômage, la diminution de la crise.

529Vu Flouriot gare Saint-Brieuc. Côtes-du-Nord : 1 200 cartes adultes, 250 cartes JC. Les socialistes attaquent ouvertement le parti communiste en public. Bonne réunion de Berlioz hier à Saint-Brieuc.

Dimanche 27 septembre 1936

  • 464 Né en 1863, Pierre Pichery était sénateur (Gauche démocratique) du Loir-et-Cher depuis 1920.

530Pichery464 me dit : le Sénat est une maison « cancéreuse ». Un médecin est nommé au Sénat avec la spécialité de lutter contre le cancer.

Lundi 28 septembre 1936

  • 465 Le colonel Joseph Beck (1894-1944) avait été nommé, par le maréchal Pilsudski, ministre des Affaire (...)

531Au Sénat je vois Caillaux : « Je crains Staline qui veut la guerre ! Il m’effraye ! » Je vois de Leusse : « Les communistes répandent la terreur partout. Vous voulez donc que notre pays soit réduit au rang de l’Espagne ! » De Monzie : « Si l’Allemagne entrait en guerre, la Tchécoslovaquie ne tiendrait pas trois jours ! » En Pologne, Beck465 est un homme intelligent, vigoureux, que la France a méconnu et méprisé. La Pologne serait plus disposée à s’allier à l’URSS qu’à la Tchécoslovaquie. Il faut absolument s’allier à l’Italie. Je crois à la guerre déclenchée par Hitler. On ne peut pas à la fois avoir contre soi Mussolini et Hitler.

Mardi 29 septembre 1936

  • 466 César Campinchi (1882-1941) était député radical de la Corse depuis 1932. À la Chambre, il présidai (...)
  • 467 Membre du Bureau politique du PC soviétique, Roudzoutak avait rendu visite à Laval en Auvergne. Ren (...)
  • 468 Du 11 au 14 avril 1935, une conférence avait réuni aux côtés de Mussolini dirigeants français (Lava (...)

532Les radicaux de la commission des finances du Sénat sont encore plus mécontents de la proposition Campinchi466 que du texte de l’échelle mobile. Au Sénat, Laval vient me demander si je connais Roudzoutak467 qu’il a vu à Royat. Il lui a dit que les Russes avaient saccagé sa politique d’alliance avec l’Italie qui est indispensable à la France. Il ajoute qu’il ne croit à la force de l’armée soviétique qu’au cas de l’invasion de la Russie par une armée étrangère qui y aurait le sort de Napoléon. A Stresa468, Hitler avait promis de se prêter à un pacte de non-agression. Mais les Russes ont voulu l’écarter du pouvoir. Et c’est ce qui hante l’esprit de Laval. Au reste, il est heureux d’avoir vu Roudzoutak et il est convaincu qu’il a fait sur lui une grande impression. Il est persuadé que nous voulons faire en France un grand bouleversement, et qu’à l’instant où nous nous approcherions du pouvoir, Hitler envahirait la France.

Mercredi 30 septembre 1936

533Caillaux dit aux socialistes : « J’ai proposé l’alignement il y a un an, vous m’avez renversé. J’ai proposé à Auriol de faire comme la banque de Hollande, de refuser de laisser sortir l’or. Il a refusé. J’ai proposé de faire un ordre des banquiers pour épurer la corporation. Les socialistes ont refusé. »

  • 469 Né en 1885, Paul Laffont était sénateur (radical) de l’Ariège depuis 1930.

534P. Laffont469 me dit : « Quelques jours avant le 25 septembre, ce fut une ruée à la bourse, des gens avertis et des spéculateurs amis du gouvernement ont gagné des centaines de millions. »

535En France : population active : 21 millions, salariés : 11,5 millions, petits bourgeois 7,5 millions. Il faut humaniser le procès d’élimination de la classe moyenne écrasée par la concurrence des grandes entreprises.

Octobre

Jeudi 1er octobre 1936

536Gymnase Jean Jaurès : le rassemblement pour la paix. Delaisi : les avantages de la dévaluation. Le prix de la vie n’augmentera que 7 à 10 %. L’État gagne tout de suite 15 milliards. Les capitaux exportés vont rentrer en France (20 milliards). Les 9 milliards d’or thésaurisés par les Français chez eux vont rentrer à la banque de France. Le billet de banque sera ainsi bien gagé. L’épargne va se placer à long terme. L’État convertira ses emprunts anciens chers et en contractera de nouveaux bon marché. L’État pourra tout de suite lancer pour 10 milliards de travaux. Les cours de valeurs industrielles vont monter et les billets sortir des cachettes. Les exportations vont reprendre. L’exposition de 1937 va réussir. Le tourisme va reprendre. Mais il faut contrôler les banques et les trusts.

Mercredi 3 octobre 1936

537La dévaluation va faire gagner des sommes considérables aux spéculateurs. Les charges en actions et obligations des sociétés trustées gagnent 30 %. Les banques ont pu spéculer sur les milliards de leurs déposants. Le capitalisme va se redresser. Les trois ploutocraties : en Angleterre, États-Unis, France, viennent de se renforcer.

Jeudi 4 octobre 1936

538Parc des Princes, 15 h. On a pu à Saint-Denis mobiliser la rue contre Doriot.

539Le billet de banque de 100 F d’avant guerre valait 20 F depuis 1928. Aujourd’hui il ne vaut plus que 13 F 50. 100 centimes anciens = 13,5 centimes. Exportations françaises : 52 milliards 1932 ; 22 milliards 1935. Chute des rentes, des valeurs. Budget de 1936, déficit 7 milliards. Or la banque de France : 80 milliards 1930, 48 milliards 1936.

  • 470 Dans son numéro du 5 octobre, l’Humanité tentait, dans son récit des événements de la veille, de br (...)

540Au parc des Princes : les cheminots communistes du dépôt de la Chapelle m’offrent un objet de cuivre fait par l’un des ouvriers du dépôt. Les Croix-de-Feu n’ont pas pu entrer au Parc, ni empêcher la foule d’y entrer. La journée est excellente pour le FP et situe le PC comme le champion du FP. Mais : nous étions seuls face aux Croix-de-Feu. Donc il faut entraîner les ouvriers socialistes. Nous serons battus si nous sommes seuls. Les socialistes se sont dégagés pour laisser les extrémistes face à face470. Il faut faire agir le FP après la journée.

Vendredi 5 octobre 1936

541Tournée d’Alsace. Elle est comprimée (74 orateurs, 67 réunions) ; proposer au FP d’y participer. La paix.

542Espagne : manque de matériel. Front uni international pour l’Espagne, la CAP verra le 7, rencontre des deux Internationales et de l’Internationale syndicale pour le droit et non pour la guerre. Reconsidérés. Contrôle par les ouvriers, aide matérielle, vêtements chauds, souliers, vivres, femmes, enfants. Ne laisser passer aucun manquement à la non-intervention ; utiliser del Vayo.

Samedi 6 octobre 1936

543Visite à Melle Maréchal, secrétaire de M. Préaud, ministère de l’agriculture, génie rural, pour l’électrification de Plourivo.

544Petits commerçants et artisans : les débarrasser de charges écrasantes, les vendeurs de fonds, les propriétaires, le fisc. Leur accorder des crédits et avances.

  • 471 Le 9 octobre, le congrès du parti travailliste vota à l’unanimité une motion déclarant que l’Allema (...)

545Congrès du Labour Party à Édimbourg471. Il y a trois ans, il était pacifiste. En 1936 il vote : il faut maintenir les forces défensives du pays. Il y a des agresseurs possibles. Il faut qu’on respecte l’indépendance des peuples et les institutions démocratiques. C’est la réplique au discours d’Hitler à l’inauguration de l’œuvre du secours d’hiver : « Tu te plains de ne manger qu’un plat. C’est bon pour la santé ! » « La démocratie n’est que mensonge ; le bolchevisme n’est que sa continuation logique. Nous avons brisé le parlementarisme. Les ridicules petits journalistes étrangers peuvent écrire ce qu’ils veulent ; la démocratie guidée par les Juifs mène les peuples à l’abîme. »

Dimanche 7 octobre 1936

546Visite au salon de l’automobile. 4 h Sénat Basset square Ch. Dickens, 5, rue des Eaux. Les ultra-pressions.

Lundi 8 octobre 1936

  • 472 Parti ouvrier belge (IIe Internationale).
  • 473 Front unique.

547Villeneuve (Corroënne) Membres du PC : 272 360. Le gouvernement capitule. Il faut se maintenir en contact avec les ouvriers socialistes. Il faut faire appliquer le programme du FP. La contre-offensive fasciste a du succès. La vie augmente. Elle augmentera. Le patronat accentue son attaque contre les lois sociales. La réaction frappe le FP. Les ligues se reconstituent, alors on interdit les manifestations dans la région parisienne, attaque directe contre le PC, brimade. Triomphe de la presse fasciste. La presse fait pression pour nous empêcher la tournée d’Alsace. Nous pouvons accepter des concessions pour aller plus loin pour défendre le PC et le FP mais pas de capitulation. On ne peut plus étouffer notre voix. L’affaire d’Espagne a été une capitulation vis-à-vis d’Hitler. Les socialistes essayent d’esquiver leur responsabilité dans le pacte. Il y a des difficultés chez eux. Alors ils se tournent contre les communistes ; à la base socialiste, émotion contre le fascisme et aussi émotion à propos de l’Espagne, amis chez les radicaux, une émotion à propos d’Hitler. Le Labour Party modifie sa politique. Le POB472. Il faut étudier les revendications ouvrières. Dans la CGT les anticommunistes sont dominés par les ouvriers et la base. Le FU473 c’est un combat de tous les instants. Il faut critiquer le gouvernement et la social-démocratie. Nous voterons la confiance au gouvernement lorsqu’il arrêtera La Rocque.

Mardi 9 octobre 1936

  • 474 Peut-être Marcel Cachin fait-il allusion aux incidents qui se produisirent en 1933 à Huningue (près (...)
  • 475 Albert Lebrun (1871-1950) était depuis 1932 président de la République.

548Réunion avec les délégués de l’Alsace et Lorraine. Huningue474 ! Alsace. Le gouvernement veut montrer que nous voulons le désordre dans le pays par nos manifestations. Alors nous modifions les tournées de masses en province. On veut, en Alsace, nous empêcher de parler aux catholiques. Hitler ne veut pas du FP en Alsace. Les préfets font des rapports alarmistes. Ils disent que les fascistes vont faire l’assaut armé des réunions. Lebrun475 veut démissionner parce qu’il va à St. dans huit jours ! Blum dit : « Je n’ai pas assez de troupe pour vous protéger. » Réponse : Nous n’avons pas besoin de vous. Nous sommes forts. Les socialistes disent : nous serons avec vous dans vos réunions.

549Discours : sur la politique générale : FP. Unir pour réduire le programme. Pain. Il faut lutter contre le fascisme en tendant la main aux catholiques. La paix. Ils veulent à tout prix éviter la guerre car ils payeront les premiers. Les Alsaciens, Hitler compte sur eux. Or nous sommes pour le rapprochement du peuple allemand grâce à l’Alsace parce que l’Alsace est de culture germanique ; l’Alsace est de la communauté germanique, le peuple de Goethe, de Gutenberg à Strasbourg. Revendication d’ordre national : langue, fiscalité. Si on nous dit : vous êtes pour la rupture avec la France, oui, nous le désirions. Nous ne le disons plus. Il faut empêcher Hitler de mettre la main sur l’Alsace.

Mercredi 10 octobre 1936

  • 476 Peut-il s’agir de Louis Coutheillas (1907-1972), militant de la fédération du bois CGTU et secrétai (...)
  • 477 Marcel Rosenblatt (1908-1973), ouvrier serrurier, était entré comme suppléant au Comité central du (...)
  • 478 Né en 1906, Eugène Anstett, ouvrier métallurgiste, était le secrétaire régional du PCF pour la Mose (...)
  • 479 Né en 1861, professeur à la faculté de théologie de Strasbourg, le chanoine Eugène Muller était sén (...)
  • 480 Achille Ratti (1857-1939) accéda au trône de saint Pierre en 1922. Il publia en 1926 l’encyclique R (...)
  • 481 Le cardinal Pacelli (1876-1958) succédera en 1939 à Pie XI sous le nom de Pie XII. Nonce à Munich ( (...)
  • 482 Né en 1873, Joseph Pflager, docteur en médecine, avait siégé en 1911 au Landtag comme représentant (...)
  • 483 Le général Robert Bourgeois (1857-1945) fut professeur d’astronomie et de géodésie à l’École polyte (...)
  • 484 Né à Altkirch (Haut-Rhin) en 1878, Paul Jourdain fit ses études en France avant de prendre en 1911  (...)
  • 485 L’abbé Nicolas Delsor (1847-1927), personnalité brillante et controversée, avait été élu sénateur ( (...)
  • 486 Sébastien Gegauff (1862-1935), né à Wittenheim (Haut-Rhin), fit ses études en France avant de reven (...)

550Tournée de Lorraine et Alsace. Coutheilas476, Alsace, Rosenblatt477, Lorraine, Anstett478. Pour les autonomistes, la pensée française, c’est la pensée anti-religieuse. Pas d’école laïque. Le français a fait peu de progrès sauf chez les jeunes. Michel Walter, Schall, Rossé, Fasshauer, Haegy, Muller479 : l’Alsace est un lien entre deux nations. L’autonomie alsacienne c’est la paix entre Allemagne et France. Défense des traditions alsaciennes, institutions religieuses. Ruch, évêque de Strasbourg. Les curés d’Alsace lui reprochent d’être un traître, un nationaliste français. Ils affirment que le pape est avec eux contre lui. Pie X1480. Jamais le pape n’a pris parti pour Ruch contre l’Heimatbund. Les chefs de l’autonomie sont payés par Berlin. Le congrès de Fribourg septembre 1929 ; congrès du centre allemand. Cardinal Pacelli481, Rossé (« Notre sainte religion », il faut introduire la religion catholique dans le peuple et dans la vie publique). Les catholiques alsaciens sont avec le centrisme allemand. Le pape condamne les collusions clérico-communistes en Alsace. Mais les journaux du pape, avec son agrément, approuvent et disent que le pape ne désapprouve pas. Ernst dirige de Berlin les Alsaciens, Lorrains du Reich. En 1929, J. Pflager482, catholique national, a battu Haegy (Sénat). En 1926, les catholiques nationaux ont fait scission avec les autonomistes liés aux communistes. Leussen, général Bourgeois483, Jourdain484, Delsor485, Gegauff486. La Moselle refuse de suivre l’Alsace autonomiste. C’est un obstacle à l’autonomie. L’autonomisme est le fait du clergé lié au centre allemand.

Jeudi 11 octobre 1936

  • 487 Dans l’Humanité du 13, Cachin apparaît photographié en compagnie d’Alsaciennes vêtues du costume tr (...)
  • 488 Alfred Daul (1893-1973), ajusteur serrurier et membre du bureau régional du PCF, était le secrétair (...)
  • 489 UPRNA : Union populaire républicaine nationale d’Alsace, comparable au Zentrum allemand, issue en 1 (...)
  • 490 L’Elsass-Lothringen Heimatbund fut consitué le 24 mai 1936. Il avait publié le 8 juin de la même an (...)
  • 491 Attirant 60 % des électeurs catholiques, le Centre s’était rallié à la République de Weimar sous l’ (...)
  • 492 Le général Édouard de Curières de Castelnau avait en 1919 refusé de prendre part au vote de ratific (...)

551Strasbourg487. Salle de l’Exposition. Daul488 Prist. 3 h, 13 h Bischheim Daul. Huma de Strasbourg 12 000 et 24 000 le dimanche. En Alsace : vif sentiment d’indépendance, attachement aux traditions, esprit frondeur. Le parti radical en Alsace n’est plus qu’une ombre. L’Uperna489, c’est l’Alsace catholique, ouvriers syndiqués chrétiens, paysans sous l’influence des prêtres. L’Uperna c’est une aile du centre allemand, à la fois démocrate et pangermaniste. C’est le nationalisme alsacien avec le catholicisme intransigeant. Il considère la politique du point de vue religieux. Les chefs séparatistes se flattent d’avoir fait céder les chefs catholiques devant l’Heimatbund490 ; à l’école la langue maternelle allemande, pas de français (ou deux heures par semaine). Si l’idée est qu’en Alsace il doit y avoir deux cultures, bien ! Mais pas de prépondérance pour l’une ou l’autre. Voilà dans quelle condition le bilinguisme est utile ; mais les nationalismes français et allemand ont d’autres visées. Zemb, la Zukunft, autonomistes du Zentrum491 allemand ont créé l’Alsace minorité nationale. L’Alsace avec le drapeau rouge et blanc autonomiste. « L’État français se met en opposition avec la loi de Dieu ! L’État français est fanatique d’assimilation ! » Tout le clergé alsacien est contre Ruch et le pape louvoie. Castelnau492 est désavoué par les catholiques alsaciens autonomistes. Haegy et son bras droit Rossé et les fanatiques religieux autonomes du centre allemand Haegy : le Landespartei séparatisme germanophile. Tous les procès intentés par Poincaré à Tardieu n’ont servi qu’à exaspérer les Alsaciens.

Vendredi 12 octobre 1936

552Paris-Strasbourg : 503 kilomètres, Paris-Nancy : 353 kilomètres, Paris-Saverne : 459 kilomètres. Mohn, Wodli, Schaffer, 11, rue des Veaux.

  • 493 Camille Dahlet (1883-1963) fut élu en 1928 député (indépendant de gauche) de l’arrondissement de Sa (...)

553Bas-Rhin, Michel Walter, 9 députés, 1 communiste, 113 000 votants, UPR 39 600, aut. 13 500, ind. 18 400, 27 500 com., 16 000 soc. 6 000 Dah.493, 9 000 com. dissidents.

554Haut-Rhin. Rossé, 7 députés, 102 000 votants, 12 600 corn., 26 000 soc., 36 000 UPR, 27 000 ind. de gauche. En Alsace : 215 000 votants, 40 000 com., 42 000 soc., 3 000 rad.

555Des francistes, Front d’Alsace, Terre d’Alsace. Le Messin, la Lorraine. (Quand l’Allemagne était révolutionnaire nous étions Français, maintenant la République française est révolutionnaire, nous sommes Allemands. Catholiques, autonomistes et autres sont unis pour D. et la patrie.

556Syndiqués : 50 000 Bas-Rhin, 45 000 Lorraine, Mohn : 30 000 Haut-Rhin, métallurgistes, mineurs, cheminots. Vallée Bruche comme Vallée Saint-Amarin fasc. Textile. Soc. sectaires. Les syndiqués chrétiens restent CGT.

Samedi 13 octobre 1936

  • 494 Né en 1893, Marc Rucart était le rédacteur en chef de la République des Vosges. Député (radical-soc (...)

557Occupation d’usines. (Rucart494). Il ne faut pas séparer le droit de l’équité, il y a la propriété, il y a aussi le droit au travail, les ouvriers craignent d’être remplacés, ceux qui ont donné l’exemple de l’illégalité, les gens du 6 février n’ont rien à dire, il ne faut pas juger un fait sur un texte, mais en rapport avec les circonstances et l’état d’esprit général.

558En Allemagne : les ersatz coûtent cher, sont mauvais et en quantité restreinte ; ils épargnent un demi-milliard ; utilisation des déchets. Les prix montent, les salaires baissent ; l’honneur est au plus haut. (Laine de cellulose (bois), bouchons de bois, oléagineux, essence synthétique, caoutchouc (très cher)).

Dimanche 14 octobre 1936

  • 495 Grégoire Radomylski dit Zinoviev (1883-1936), vieux bolchevik, fut le président de l’Internationale (...)
  • 496 Depuis le 7 octobre, les forces républicaines, confrontées à l’offensive des nationalistes déclench (...)

559Entrevue avec de Brouckère, Adler. Adler : nous n’avons pas oublié le temps de Zinoviev495. Brouckère : les deux Internationales ne se réuniront pas. Dans quatre ou cinq jours Madrid peut tomber et ce n’est pas une conversation entre les deux Internationales qui peut arrêter l’événement496. De plus ; vous n’avez qu’à vous entendre avec les socialistes français, comme nous nous sommes entendus avec les communistes belges. Puis il y a deux avions soviétiques construits en Belgique. Faites pression sur le gouvernement soviétique pour les faire envoyer à Madrid. Notre réponse a été très vive ! De Brouckère : « Je pense comme vous. »

Lundi 15 octobre 1936

  • 497 Secrétaire du PC belge, Julien Lahaut (1884-1950) avait été élu en 1932 député communiste de Serain (...)
  • 498 Né en 1900, Xavier Relecom avait quitté le parti ouvrier belge (socialiste) pour le PCB en 1928. Él (...)
  • 499 Georges Van Den Boom (1895-1978) était l’un des membres fondateurs du PCB. Il avait travaillé dans (...)
  • 500 Albert Marteaux (1886-1949) appartenait à la frange pro soviétique du parti ouvrier belge. Il était (...)
  • 501 Henri de Man (1885-1955) avait fait adopter en 1933 par les socialistes belges un « plan de travail (...)
  • 502 Paul-Henri Spaak (1899-1972), rédacteur de l’Action socialiste, avait participé en 1927 aux activit (...)
  • 503 Fondé par Léon Degrelle (1906-1993) en réaction contre l’archaïsme et la modération du parti cathol (...)

560Bruxelles. Départ 9 h 15. Mort de Jacquemotte. (Lahaut497, Brumfaut, Relecom498, Van den Boom499, Marteaux500). « Notre Maison » 30, place Vieille Halle au blé. L’enterrement. Les deux vrais maîtres du socialisme belge : de Man501, Spaak502 (amis de Van Zeeland et que flatte Rex503). Vandervelde et de Brouckère sont écartés.

Mardi 16 octobre 1936

561Ivry. 9 h matin comité central. 275 000 membres PC, 350 000 Huma, 60 000 à Paris.

562On veut faire croire que les communistes et fascistes sont pour le trouble. Hitler fait peur ! On dit : il n’y a plus de danger à droite mais à gauche. Il ne faut pas reculer devant le fascisme ni devant Hitler comme Laval devant Mussolini. Montée de l’Huma et du Jour, baisse du Popu et Œuvre.

Mercredi 17 octobre 1936

  • 504 La politique de la main tendue aux catholiques et aux fascistes menée alors en France et en Italie (...)

563Les tâches : 1°) Défendre le FP contre les hitlériens de partout. Hitler craint plus le FP que les Soviets. Aujourd’hui c’est : ou le fascisme ou la démocratie bourgeoise (Dimitrov). 2°) Il faut sauver le FP par la cohésion des masses. Il ne faut pas que la classe ouvrière aille trop vite. Il ne faut pas qu’elle perde le con. des classes moyennes. Les patrons ont intérêt aux grèves d’occupation. 3°) Les revendications ouvrières. Les chômeurs. Les ligues. La paix par le RUP. 4°) Le front uni prolétarien malgré les refus des chefs socialistes. 5°) Il y a des choses que nous ne pourrons pas voter. Il y a d’autres gouvernements de FP possibles que celui de Blum. Il y a le gouvernement de Blum, un gouvernement socialiste sans Blum, un gouvernement radical. 6°) La main tendue aux catholiques, aux fascistes. Les chefs catholiques voudraient causer, discuter Dieu, religion. Non ! La défense des intérêts matériels des travailleurs. 7°) Pas d’union sacrée504. Il n’y a de salut que contre les agents du capitalisme et Hitler, contre les 200 familles. Nous demandons les fascistes en prison. Ce n’est pas l’union sacrée. 8°) Pour l’Espagne : que le comité de contrôle agisse, aide effective, que l’action ouvrière aide la diplomatie Union soviétique, Kahn : non-intervention : monstruosité juridique, appel aux catholiques.

564Le danger fasciste réapparaît. Toute la propagande anticommuniste c’est pour effrayer la petite bourgeoisie. La petite bourgeoisie reste FP. Nous sommes un grand parti uni. Nous avons la CGT (fédérations, unions régionales).

Jeudi 18 octobre 1936

  • 505 Charles Baron (1876-1960), ingénieur chimiste, inventeur de la bombe au phosphore, avait contribué (...)

565Villeurbanne. Monument à Grandclément. Départ 8 h 06, Lyon 17 h 10, 18 h 50, 23 h 40. Dans le train Paris-Lyon : Ch. Baron505. À Saint-Auban, fabrique de chlore liquide. Les charbons allemands sont favorisés par le gouvernement français plus que les charbons belges. L’Angleterre a imposé à la France dans ses accords pour la dévaluation que la banque de France n’importerait pas d’or britannique.

  • 1 Passage biffé.

566Les gaz de guerre : arsine (à base d’arsenic), ypérite : les premiers obus à Ypres en 1917 : éthylène + bichlorure de souffre + chlorure de carbone, phosgène : phosgène, oxyde de carbone + chlore, poudre de mort : brome injecté dans [ill], 100 fois plus nocif que l’ypérite, bombes électrodes feu partant magnésium, neige carbonique1.

  • 506 Né en 1866, sir Henry Deterding était le directeur général de la Royal Dutch Petroleum Company et l (...)

567Le premier effort des Allemands sera d’anéantir les douze raffineries d’essence française (plus de transports) et aussi les usines de Saint-Gobain qui produisent l’acide sulfurique (plus de poudre). C’est Deterding506 qui a empêché les sanctions d’essence à Mussolini.

Vendredi 19 octobre 1936

568Il faut rappeler à Blum le programme. Campinchi oublie les violations du patronat. La dissolution c’est le chantage. Si ça ne va pas, c’est qu’on n’applique pas le programme.

569Répondre l’Huma sur la question syndicale. Maintenant, nous avons action sur 3 millions syndiqués.

  • 507 Paul Verdier (1901-1938), professeur agrégé de lettres classiques, enseignant au lycée de Pau, fut (...)

570Les trotskistes dans le PC. Ce sont surtout des instituteurs. Jura, Mayenne, Yonne, Côte-d’Or. Verdier507 dans les Pyrénées. Senlis, Ferrat [?] Stains.

Samedi 20 octobre 1936

  • 508 Alexandre Desrousseaux dit Bracke (1861-1955), normalien, professeur de philologie grecque à l’Écol (...)
  • 509 Né en 1891, Guy Menant, membre de la jeune République, ancien député (démocrate populaire) de la Ma (...)
  • 510 Jules Lauze (1874-1950), brocanteur-ferrailleur, avait été maire communiste de Villetaneuse (Seine) (...)
  • 511 Né en 1876, André Morizet, docteur en droit, conseiller général socialiste de la Seine, avait fait (...)

571RUP Boulogne (Bracke508, G. Menant509, Lauze510 M. Cachin, Morizet511, Costes). On retire de l’argent des caisses d’Epargne. C’est une manifestation politique.

  • 512 Marcel Rouffianges (1904-1981) avait été responsable du travail antimilitariste du PCF lors de l’oc (...)
  • 513 Le PPF avait été fondé à Saint-Denis les 27-28 juin 1936. Marcel Cachin reprend ici les chiffres av (...)
  • 514 Henri Barbé (1902-1966), ouvrier métallurgiste, devint permanent du PCF en 1925. Secrétaire des Jeu (...)
  • 515 Alexandre Abremski (1903-1938), ouvrier du bâtiment puis de la Compagnie du gaz, syndicaliste confé (...)
  • 516 Né en 1901, Marcel Marschall, ouvrier métallurgiste, était un compagnon de combat et de détente de (...)
  • 517 Victor-Noël Arrighi (1900-1945) adhéra au PCF en 1923. Il purgea deux années de prison à Alger (192 (...)
  • 518 Paul Marion (1899-1954), licencié en philosophie, enseigna à l’école communiste de Bobigny. Membre (...)
  • 519 À Marseille, le PPF bénéficiait de l’influence musclée de Simon Sabiani. Héros de la Grande Guerre, (...)
  • 520 Eugène Hénaff (1904-1966), ouvrier du bâtiment, avait été promu en 1936 secrétaire des syndicats CG (...)

572Doriot est le vrai hitlérien français. Rouff.512 Sur Doriot (Parti populaire français513). Dirigeants : Doriot, Barbé514, Abremski515, Marschall516, Arrighi517, Marion518. Oriente vers les entreprises contre les communistes. Gros effort dans le Sud-Est. Section Marseille : 5 000 adhérents519. Doriot rassemble tous les fascistes. Bordeaux, Lyon, permanences luxueuses. Toul., Grenoble, Clermont, Lille, sections partout. Afrique du Nord. 32 permanences dans la Seine. 100 000 adhérents pour le congrès 15 novembre. Les communistes sont une armée étrangère campée en France. Les Soviets c’est la guerre. Thorez c’est la guerre. Il tient ses réunions. Il a action sur les chômeurs. Affiches contre l’Union soviétique et le PC, trois tracts contre la dévaluation, brochure contre le communisme. Un livre : Doriot l’homme de demain : 50 000 exemplaires. Un journal pour les artisans, paysans, 250 000 tirage Dominique de Boislin, Raoul Duval, Gil Robles, les journaux italiens : « C’est un événement historique », les journalistes hitlériens, octobre 1935 à Saint-Denis. Moyens énormes. Provocation ouvrière. Hénaff520, à Saint-Denis ; Doriot a un journal : l’Indépendance syndicaliste envoyé à tous les ouvriers, aux chômeurs. La CGT l’a battu. Il faut montrer qu’il est lié aux patrons. Doriot n’a pas réussi dans les usines ni à Saint-Denis, ni dans la Seine.

Dimanche 21 octobre 1936

  • 521 William Pitt (1759-1806), dit le second Pitt, fils de l’homme d’État William Pitt (1708-1778), deme (...)

573Income tax de Pitt521 1797. Impôt revenu français 1907. On saisit les revenus à la source pour éviter la fraude. C’est le locataire qui paye l’impôt sur la maison en retenant la somme sur son loyer. Il n’a pas d’intérêt à frauder. Dégrèvement à la base jusqu’à 26 000 F (en France 10 000 F). Surtaxes du sommet à partir de 225 000 F ; différences entre les revenus du travail et les revenus des rentiers 43 % des revenus sont payés à l’État par les grosses fortunes. Le parlement peut chaque année faire varier le taux de l’impôt. En 1914, le parlement anglais a fait augmenter l’IT de 30 %. L’IT (income tax) représente moitié des impôts généraux d’où stabilité des finances et des marchés financiers anglais. En France on n’a fait que réformer les anciens impôts.

Lundi 22 octobre 1936

574BP Écrire à la CGT contre la vie chère. Nous ne marcherons pas pour une 2e dévaluation. La situation financière : la dévaluation ; elle favorise le tourisme ; si les fascistes ne font pas une campagne de panique. Elle favorise l’exportation provisoirement. On achète beaucoup, on abandonne un peu les douanes excessives. On réévalue l’encaisse-or. Les finances publiques sont soulagées. Il y aura plus de crédit, abaissement du loyer argent ; faillites diminuent de moitié. Mais : les Anglais et Américains peuvent encore déceler, abaisser les monnaies, course vers la dévaluation si la crise s’aggrave. En ce moment, reprise du commerce mondial à cause de la course aux armements. Le taux de la dévaluation est trop bas. Il eût fallu 50 %. Hausse des prix : 60 pays ont dévalué. Les prix de gros n’ont jamais monté autant que la dévaluation. Les prix de détail montent moins que les prix de gros. Les salaires ont augmenté moins que les prix de détail. Mais en France ! Il y aura hausse en France. Le prix des denrées agricoles augmente. Les lois sociales coûteront cher. On ne peut pas toucher beaucoup aux douanes. Le déficit du budget est sans solution. Il y aura un accroissement des dépenses sociales et de personnel. On va discréditer les dévaluateurs : 1°) parce qu’on parle d’une 2e dévaluation ; 2°) les capitaux ne rentrent pas ; 3°) on absorbera les milliards du fonds d’égalisation des changes ; 4°) on empêchera de convertir les rentes ; 5°) les valeurs industrielles ont monté 40 %. Les fonds d’État 10 % donc pas de conversion : il faut 40 % d’augmentation ; 6°) il y a un plan concerté pour reculer les grands travaux et pour désorganiser la production et reprendre la déflation.

575Que peut-on faire contre la hausse de prix ? Sans brimer les paysans ou les classes moyennes ? Réglementation. Répression. Contrôle sur le secret des prix de revient. Secret commercial.

Mardi 23 octobre 1936

576BP, l’Humanité 2 h. Nous dirons quand on nous présentera les crédits militaires, que nous ne voulons pas que les pauvres payent. Nous voterons les crédits militaires quand les riches payeront. Il faut faire des offices, engrais, machine agricole. Il faut la soupape douanière. Commissions paritaires pour étudier les hausses de prix. Réformer le calcul des indices de prix. Grands travaux. Mesures contre les spéculateurs, contre le crédit de l’État. Appliquer les contrats que les patrons sabotent. Assainir les finances. Réforme fiscale à la mode anglaise.

  • 522 Ernest Billiet (1873-1939), maire d’Asnières, avait été sénateur (Union républicaine) de la Seine d (...)
  • 523 Peut-être s’agit-il d’Henri Varagnat (1901-1952). Tourneur sur métaux, Varagnat rallia le PCF à l’i (...)

577Finances locales. C’est une conséquence des finances de l’État. D’abord la réforme des finances de l’État. Décharger les communes sur le département et l’État. Création de ressources nouvelles pour les communes. Déficit : ville de Paris 700 millions, département 500 millions, communes 1 milliard. Il faut à certaines 2 000 centimes. Les communaux acclament Billiet522 et conspuent Varagnat523.

578Nous n’avons pas, nous communistes, assez précisé nos solutions. Il va falloir le faire à propos des finances communales.

Mercredi 24 octobre 1936

579Hitler et la guerre. À son arrivée au pouvoir, Hitler trouve une nation suréquipée, saturée de produits. Il fallait trouver une autre industrie. Ce fut l’industrie de guerre. Il fallait aussi trouver des débouchés extérieurs. Le premier moyen absorbera toutes les ressources d’or et de devises. Il fut obligé de restreindre les prix de revient, d’accroître la misère générale. Puis en 1935 dumping pour l’exportation. Les nations étrangères résistèrent. Alors 7 mars ! Schacht prélève sur l’industrie d’exportation des taxes allant jusqu’à 80 % des bénéfices. D’où élévation du prix de la vie. Schacht alla dans les Balkans faire des traités de commerce pour troc. Mais ce sont des pays pauvres. Alors plan de quatre ans de Nuremberg. Mais l’obstacle ce sont les barrières douanières. Alors Hitler n’a plus d’issue pour ses difficultés croissantes. Il faut des colonies. Il n’a pas même la possibilité du recours à la dévaluation.

Jeudi 25 octobre 1936

580Comité du FP des messageries Hachette, palais des Fêtes Vétheine.

581Rex : la Belgique avait dû son indépendance en tant qu’État à la France et à la Grande-Bretagne. Elle était nettement française. Le flamand n’était qu’un dialecte rural. Mais en 1880 le cabinet libéral Frère d’Orban rompt les attaches avec le Vatican. Dès lors le clergé catholique se tourna vers les Flamands contre les Wallons libre-penseurs et propagea l’idée du séparatisme. Le problème flamand était né. Degrelle le représente comme antifrançais.

Vendredi 26 octobre 1936

  • 524 Fernand Arnal (1890-1879), mineur puis ouvrier électricien, était secrétaire de la région du Vauclu (...)
  • 525 L’empire financier et industriel J.P. Morgan and co. avait été mis sur pied par John Pierpont Morga (...)
  • 526 John Davison Rockefeller (1839-1937) avait fondé en 1870 la Standard Oil Company, qui régna bientôt (...)
  • 527 Andrew William Mellon (1855-1937) fit de la banque paternelle T. Melions & Sons la Mellon National (...)

582Avignon. Arnal524,, 22, rue Bourguet. Fédération nationale des métallurgistes 600 000, métallurgistes parisiens 240 000, fédération bâtiment 500 000, fédération alimentation 300 000, fédération alimentation 300 000. Union des syndicats RP 988 000. Grévistes 1 200 000 juin 1936, 18 000 octobre 1936. 1/5 des États-Unis dans la misère. 200 trusts et consortiums commandent tout la vie économique. 1 Morgan525, 2 Rockfeller526, 3 Mellon527 .

Samedi 27 octobre 1936

583Paris-Saint-Tropez. Berthe : Tomini m’a dit : « Voulez-vous que je vous fasse obtenir tout ? C’est facile ».

584– « Non !! »

585– « Et aujourd’hui tout est payé et il me revient de l’argent. S’il le faut je vendrai de la peinture. Les quatre Seurat valent 300 000 F ».

Dimanche 28 octobre 1936

586Saint-Tropez. Don Quichotte (Émile Gebhardt). « Il donne le spectacle du devoir, même chimérique, embrassé et accompli, à travers les risées des sages jusqu’au sacrifice. »

Lundi 29 octobre 1936

587Saint-Tropez. Ramatuelle.

Mardi 30 octobre 1936

  • 528 Né en 1882, Charles Messager dit Charles Vildrac, fondateur en 1906 du groupe de l’Abbaye avec son (...)

588Grimaud. Cogolin. Gassin. Les vers de Vildrac528 à la doyenne de la Hune.

Mercredi 31 octobre 1936

589Ramatuelle. Le cap de Camarat. Le phare. Domaine de Volterra.

Novembre

Jeudi 1er novembre 1936

590Saint-Tropez. Thomazo. Berl, Mort de la pensée bourgeoise. « Le communisme n’est qu’un capitalisme aggravé ; il est déjà pourri, parlementaire, militariste. Il réclame de nous les trahisons, la veulerie, l’immoralité et un optimisme sur la valeur des machines qu’aucun esprit consciencieux ne peut garder » (p. 139). « Optimisme de Lénine sur l’électrification de la Russie. On a beau recourir à Trotsky contre Lénine la niaiserie n’en reste pas moins évidente et nécessaire. Le but essentiel de la révolution russe fut de sauver la Russie, celui du communisme de sauvegarder l’industrie menacée. (...) La collaboration de l’intellectuel et du communisme ne peut reposer que sur un malentendu. »

Vendredi 2 novembre 1936

591Le Lavandou. Cavalaire. Berthe Ron.

Samedi 3 novembre 1936

592La Garde Freinet (fort des Maures). Les châtaigniers, les chênes-lièges.

Dimanche 4 novembre 1936

593La forêt du Dom. La Môle. Bormes.

Lundi 5 novembre 1936

594Pampelonne-plage.

Mardi 6 novembre 1936

595Avignon. Paris. Saint-Tropez. Avignon. Trois facteurs en faveur de la reprise économique. 1°) Hausse de l’or parce qu’elle permettra de financer un grand volume de production. 2°) La dévaluation des monnaies du bloc-or parce qu’on pourra diminuer les tarifs douaniers. 3°) La baisse des matières premières valorisera les revenus salariés.

Jeudi 8 novembre 1936

59612 h Montreuil. Banquet. 9 h Vel d’Hiv.

Samedi 10 novembre 1936

597Paris-Nice. Arrivée 23 h 20. Rouzet. Patteta.

Dimanche 11 novembre 1936

598Nice à Peira-Cava. La neige. RUP au palais des Fêtes. Rouzet. Soleil magnifique. Visite à la cellule de Las Planas à Saint-Sylvestre. Le drapeau rouge sur Cimiez. Le pain Barel à 43 sous. Dans les Alpes-Maritimes : doriotistes 1 700, La Rocque 1 700, communistes 6 000.

Lundi 12 novembre 1936

  • 529 Rémy Roux (1865-1957), instituteur, était conseiller municipal (SFIO) et quatrième adjoint au maire (...)

599Nice à Paris. Sept employés au wagon-restaurant ; quatre communistes. Cellule. Le départ de la gare de Nice : poings levés. Rémy Roux529 adjoint aux Beaux-Arts de Marseille. Les théâtres de Provence ne peuvent plus vivre. Ils sont ruinés par la TSF. Les budgets des départements : 6 milliards, leurs dettes : 7 milliards. Les budgets des communes : 23 milliards, leurs dettes 25 milliards (dont 16 à Paris). Le déficit du dernier exercice aux États-Unis : 80 milliards.

Mardi 13 novembre 1936

600Paris.

Vendredi 16 novembre 1936

601Bourg-la-Reine. Nomblot. Les poiriers de Françoise. 286 000 membres du PC en fin 1936.

Samedi 17 novembre 1936

  • 530 Jean Zay (1903-1944), membre de l’aile gauche du parti radical, était le ministre de l’Éducation na (...)
  • 531 Georges Monnet (1898-1980) avait été élu en 1928 député (SFIO) de l’Aisne. Il avait adhéré, malgré (...)
  • 532 Le sociologue Célestin Bouglé (1870-1940) avait, tout au long des années 1920, dénoncé au sein de l (...)
  • 533 André Blum dit Blumel (1893-1973), avocat, était membre de la Commission administrative permanente (...)
  • 534 Professeur d’histoire, Vladimir M. Potemkine (1878-1946) avait adhéré au parti bolchevique en 1919. (...)

602Dîner à l’ambassade soviétique : Blum, Zay530, Monnet531, Langevin, Perrin, Bouglé532, P. Marcel, Blumel533, Kayser, El. Braut, Potemkine534 et les secrétaires.

  • 535 Depuis le 20 août, l’hebdomadaire de droite Gringoire menait campagne contre Roger Salengro. Accusé (...)
  • 536 Il n’en sera rien en définitive, le PCF approuvant les dépenses militaires le 30 décembre 1936 aprè (...)
  • 537 La reconnaissance simultanée par Rome et Berlin de la junte de Burgos recouvrait en réalité deux dé (...)
  • 538 L’insurrection nationaliste avait commencé le 17 juillet à Melilla. Le général Franco était le comm (...)

6031°) Amélioration économique. Reprise. Production automobile croissante. Transports. Commerce extérieur. Poussée boursière. Excédent caisses. Épargne. Commencement de normalisation. L’affaire Salengro va être un élément antifasciste535. Vague antifasciste. Tentative d’isolement du PC d’organisation des centres avec les socialistes. Les centres se déclarent contre les fascistes. (Vote de la Chambre sur Salengro). Moins de menaces fascistes. Les socialistes gagnent dans toutes les élections. Il nous faut une politique de revendications et unitaire. Notre position se renforce dans la classe ouvrière. Dans les syndicats, nous gagnons des unions départementales. Vaucluse, Drôme, Bouches-du-Rhône, Saône-et-Loire, Seine-Inférieure, Pas-de-Calais, Allier, Seine. Dans les fédérations de même. Chez les chômeurs, progrès du PC. Les articles Frachon, Racamond sont au premier plan. Nous faisons tout pour arrêter les grèves. Mais les grèves partent. Nous parlons échelle mobile, régularisation des salaires. Il faut aussi défendre les revendications des classes moyennes et des paysans. Défense des lig. Contre la presse. Gringoire. Nous nous abstiendrons dans les crédits de guerre parce que Daladier536. Une vague anti-hitlérienne monte en France. Affaire Salengro. Collusion des fascistes français et Hitler. Reconnaissance de Franco par Hitler. Mussolini537. Là, il faut pousser Blum, élever le ton sur l’Espagne. On calomnie notre PC en disant qu’il est pour la guerre. L’Espagne pendant huit siècles (VIIIe au XVe) ont lutté contre les Maures. Maintenant Franco se sert des Maures contre les Espagnols538. Les ouvriers espagnols sont porteurs de la tradition nationale espagnole. Hitler menace ; il intervient pour Franco. Il faut dire à Blum : l’assassinat du peuple espagnol. Union Allemagne, Japon, Italie contre l’URSS. L’Angleterre résiste à cet anticommunisme. 2°) Les capitulations conduisent à la guerre ? Il faut s’adresser à la base socialiste. Manifestation de la Bastille-Nation, dimanche 2 h.

Dimanche 18 novembre 1936

604Déjeuner de l’Huma. Mort de Salengro.

Lundi 19 novembre 1936

605Bretons émancipés 6 h 30 à l’Huma. 3 h Brasset Sénat. Pierre Caziot : la propriété rurale. La vraie force de la France c’est le sol. La moitié du territoire est cultivée par les propriétaires eux-mêmes. (Il n’y a aucune statistique de la propriété rurale française). En 1884. En 1892 les 72 % du territoire sont aux petits, les 28 % du territoire sont aux gros propriétaires. En 1936 (?). Partout les ouvriers agricoles quittent la terre. Depuis quarante ans la perte de la terre en hommes est d’un tiers.

606Impossible le communisme agraire en France. En Russie ce sont des plaines. En France vallées et collines.

607La valeur de la terre ne cesse de décroître. La chute des revenus fonciers est constante. Les droits de succession s’accroissent. Le crédit disparaît. La terre se vend mal, aux prix de 1914. [ill.]. La crise économique touche gravement l’agriculture.

608La petite Entente a été constituée pour résister au révisionnisme hongrois. Accord français avec la Pologne, 19 février 1921. Pacte franco-soviétique, 2 mai 1935. Pacte franco-roumain, 19 juin 1926. Pacte franco-tchèque, 16 octobre 1925, 25 janvier 1924.

Mardi 20 novembre 1936

  • 539 Né en 1903, Darius Le Corre était instituteur. Il venait d’être élu député communiste de Corbeil.
  • 540 Fernand Valat (1886-1944), instituteur, était député d’Alès (Gard).
  • 541 Gaston Comavin (1894-1945), ouvrier aux Établissements militaires de Bourges, venait de retrouver s (...)
  • 542 Armand Pillot (1892-1953), ajusteur-mécanicien, venait d’être élu député communiste de la Seine.
  • 543 Auguste Touchard (1892-1978), tourneur à la RATP, venait d’être élu député communiste de la Seine.
  • 544 Gustave Saussot (1900-1987), artisan mécanicien, venait d’être élu député communiste de Nontron (Do (...)
  • 545 Henri Pourtalet (1899-1974), horticulteur, venait d’être élu député communiste des Alpes-Maritimes.

609Tournée Côtes-du-Nord : dix élus, 30 réunions. Benoit, Le Corre539, Valat540, Cornavin541, Pillot542, Touchard543, Rochet, Saussot544, Pourtalet545, M.C., Saint-Brieuc, Lannion, Guingamp, Plouha, Caulnes [?], Bronns, Perros, Plestin, Moncontour, Merdrignac, Loudéac, Larmor, Laroche, Tréguier, Matignon, Plancoët, Ploubalay, Plémet, Saint-Quay, Paimpol, Lamballe, Chapel, Quintin, Corlay, Rostrenen.

610Discours d’Eden à Leamigton (dans sa circonscription) : « Les forces armées de l’Angleterre interviendraient si la France et la Belgique étaient l’objet d’une agression non provoquée. Et aussi pour secourir la victime d’une agression dans tous les cas où, selon le jugement du gouvernement, il conviendrait d’agir ainsi en vertu des clauses du covenant. »

  • 546 Le 18 novembre, Rome et Berlin ont reconnu la junte nationaliste. Peu après arriva à Burgos le char (...)
  • 547 Après l’axe Rome-Berlin (1er novembre), le 25 novembre fut signé entre l’Allemagne et le Japon le p (...)

611En Allemagne : entrée des troupes en Rhénanie, militarisation de la rive gauche du Rhin, service de deux ans, 80 milliards depuis 1934 pour les armements, mobilisation de l’industrie pour la guerre, autostrades en direction du Rhin, aménagement de voies ferrées, ponts sur le Rhin près Bâle, 800 000 hommes soldats (France 600 000) (les frontières allemandes sont plus étendues), dénonciation des clauses fluviales du traité de Versailles, reconnaissance du gouvernement de Burgos546, l’accord germano-nippon547.

612Pour nous l’organisation fortifiée servie par des grandes unités motorisées. Il faut laisser l’offensive aux avions.

Mercredi 21 novembre 1936

  • 548 André Prigent militait dans la Confédération générale des paysans travailleurs (CGPT).

613Lannion salle des Fêtes de la mairie. Le rédacteur du Journal de Lannion est contradicteur ! Il avait été invité par Prigent548, secrétaire du bureau du rayon de Lannion. Les délégués de Locquéman [?] (pêcheurs). L’union locale des syndicats de Lannion est tout entière aux réformistes (1 000 membres). Socialistes et syndiqués refusent de venir au bureau de la réunion (de même à Saint-Brieuc). Les communistes ont négligé l’action syndicale.

Jeudi 22 novembre 1936

  • 549 Guy Robert (1908-1984), conseiller municipal de Saint-Brieuc, était depuis 1934 le secrétaire de la (...)
  • 550 Léonard Lacour (1886-1950), artisan cordonnier, militant communiste, était le secrétaire de la Fédé (...)

614Saint-Brieuc. Paimpol. F. Le Bonniec, rue de Kerfahut Paimpol. Robert549, soc. professeur lycée Saint-Brieuc. Saint-Brieuc : les membres du syndicat de la CGPT d’Hillion. Les délégués du petit commerce à Saint-Brieuc. Ils réclament Lacour550 à Saint-Brieuc. Les délégués des agents des lycées. Les mutilés du travail (la loi pendante au Sénat depuis 1927). Mettre dans l’Huma page paysanne ; le cours des marchés de la Villette. Les pionniers et Allainmat. Est-ce que les pionniers communistes peuvent adhérer aux jeunesses amicales laïques ? Les paquets des CDH de Saint-Brieuc n’arrivent jamais régulièrement. Les Côtes-du-Nord doivent encore 1 500 F depuis les élections. Ils demandent : une machine à écrire, une ronéo. A Saint-Brieuc, 4 000 ou 5 000 syndiqués (métaux, 1 000, bâtiment 1 200). Cellules d’usines. Secrétaires Quinio, ami de Brillant, sérieux à la minière de Saint-Brieuc. Secrétaire-adjoint Flouriot (de l’union départementale des syndicats CGT), deux néos, deux communistes au bureau.

615Réunion de Paimpol dans un hangar en plein vent. Les Croix-de-Feu présents restent muets.

Dimanche 25 novembre 1936

  • 551 L’irritation japonaise devant le racisme nazi fut atténuée par les lois de Nuremberg qui, en 1935, (...)

616Lancerf à Paris. Déplacement de forces en France. Mouvement vers le communisme. Élections, manifestation Bastille-Nation ; meetings dans le pays, lancement de l’Huma. Les événements actuels nous permettent de pousser en avant. À l’extérieur : Espagne, congrès des Soviets, accord germano-japonais551. Il ne faut pas exagérer le danger. Les réactions ont été vigoureuses en Angleterre, France, Amérique. Il faut montrer la volonté de guerre des fascistes. Lâcheté du gouvernement français. Qu’attend Blum pour parler !

  • 552 La reprise des grèves allait entraîner, le 28 novembre, la rupture des conversations entre la Confé (...)

617À l’intérieur : grève de Lille, événements de Clichy552. Manœuvre du FP contre nous. On met en accusation le PC (il n’y en a que pour eux !). Maurice Paz. Lagorgette disent : « Ça ne se passera pas comme ça... Nous ne pensons pas qu’il faille discuter, et se laisser entraîner ; il faut dire : devant les masses ! Notre PC est avec la CGT ! Ne l’oublions pas ! »

  • 553 Les Brigades internationales ont été créées à la suite du présidium de l’Internationale communiste (...)
  • 554 La colonne « Libertad » des socialistes catalans s’était débandée le 15 novembre lorsque légionnair (...)

618La colonne internationale de Madrid553. C’est elle qui a sauvé Madrid. Un quart de morts. Il faut que des socialistes y aillent et des sympathisants. Ils n’ont pas beaucoup de vivres, pas de médecins, courage extraordinaire. Les Catalans n’ont pas tenu554. Hongrois, Allemands, Italiens, Français, admirables. Pas de médicaments, pas de médecins. Pas d’ambulances, de brancardiers. Pas de linge. Parrainage des municipalités, des syndicats. Le gouvernement français accumule les difficultés.

Lundi 26 novembre 1936

619Clichy, RUP.

620BP.

621En Allemagne on recommande de bien peler les pommes de terre. On réquisitionne les valeurs étrangères. On mobilise la nation entière. On a créé un climat guerrier. En Italie, Mussolini essaye d’emprunter aux États-Unis et pour cela reconnaît les dettes de guerre (1 milliard).

Mardi 27 novembre 1936

6222 h 30 Margaine Sénat, LW8 Richelieu.

623Le Volontaire de la liberté, journal des 11e et 12e brigades internationales.

624À l’exposition de l’aéronautique avions commerciaux rapides : 400 kilomètres à l’heure. Paris-Bordeaux : 1 h 30, Paris-Marseille : 1 h 45, Paris-Alger : 3 h, Paris-Tunis : 3 h, Paris-Rabat : 3 h.

Mercredi 28 novembre 1936

  • 555 Depuis que le général Mola avait prématurément annoncé qu’il prendrait le café le 12 octobre sur la (...)

625Le général Franco a remis à aujourd’hui, dimanche, son entrée triomphale à la Puerta del Sol (Écho de Paris, 8 novembre 1936)555.

Jeudi 29 novembre 1936

  • 556 Tahar Acherchour, 28 ans, était originaire de Sidi Aïch en Petite Kabylie. Manœuvre dans l’industri (...)

626Obsèques d’ Acherchour556. Thèse fasciste : en France 470 000 chômeurs complets, 1 200 000 ouvriers étrangers. Rejetez hors de France 500 000 étrangers, plus de chômeurs !

627Le FP est une chose. Le ministère Blum en est une autre. Nous n’acceptons pas le chantage : « Si vous ne dites pas amen à Blum, il n’y a plus de FP. » Nous n’acceptons pas d’approuver tout ce que fait Blum sans les consulter. Nous sommes contre l’intervention en Espagne. Seuls Mussolini et Hitler sont pour.

Décembre

Samedi 1er décembre 1936

  • 557 Communiste dès 1920, Ambroise Croizat (1901-1951) était le secrétaire de la Fédération CGT de la mé (...)
  • 558 Raymond Semat (1896-1962), ouvrier métallurgiste, avait rallié en 1920 les partisans de la IIIe Int (...)
  • 559 Né en 1903, Robert Doury, militant communiste, était ajusteur dans l’industrie aéronautique. Depuis (...)
  • 560 Né en 1887, Alexandre Delobelle était président de l’« Union », société coopérative ouvrière de fab (...)
  • 561 André Puech, dit Parsal (1900-1967), ouvrier agricole, était secrétaire général des syndicats agric (...)
  • 562 Charles Michels (1903-1941), ouvrier en chaussures, boxeur à ses heures et orateur convaincant, éta (...)
  • 563 Yves Toudic (1901-1944), ouvrier du bâtiment, militant communiste, était responsable de la région p (...)
  • 564 Marcel Brout (1887-1957), ouvrier cimentier-briqueteur, militant communiste, était député du 20e ar (...)
  • 565 René Arrachard (1905-1972), ouvrier terrassier, était depuis février 1935 délégué du PCF auprès de (...)
  • 566 Marc Dupuy (1889-1979), cheminot, membre du Comité central du PCF depuis janvier 1936, était secrét (...)
  • 567 Henri Gourdeaux (1881-1961), postier, s’était rallié au parti communiste dès 1920. Il fut élu conse (...)
  • 568 Né en 1905, mineur de fond, Victorin Duguet adhéra au PCF en 1928. Membre du comité de rédaction de (...)
  • 569 Henry Raynaud (1890-1970), bachelier, postier, était membre suppléant du Comité central du PCF depu (...)
  • 570 Victor Michaut (1909-1974), révolutionnaire professionnel, devint en 1932 l’un des secrétaires des (...)
  • 571 Léonce Granjon (1904-1967), cheminot puis représentant, était permanent communiste depuis 1928 et m (...)
  • 572 René Mourre (1901-1942), ajusteur parisien, était secrétaire administratif du Comité central du PCF (...)
  • 573 Pierre Delon (1905-1984), employé de bureau, assurait la rubrique « Vie sociale » de l’Humanité. Lo (...)
  • 574 Édouard Finck (1891-1979), cocher, membre du PCF, était le secrétaire général de la Fédération CGT (...)

62813 h, 4, rue Montesquieu, Frachon, Racamond. CGT et communistes. Frachon, Racamond, Croizat557, Semat558, Doury559, Costes, Delobelle560, Doucet, Parsal561, Michels562, Toudic563, Brout564, Arrachard565, Sémard, Dupuy566, Midol, [ill.] Gourdeaux567, Duguet568, M.C., H. Raynaud569, Thorez, Gitton, Duclos, Michaud570, Granjon571, Ramette, Mourre572, Delon573, Rins, Finck574, Ondes. Sept fédérations nationales (1 970 000 syndiqués). 20 unions départementales.

Dimanche 2 décembre 1936

62915 h Sénat, cabinet des secrétaires. Répartition des postes de commissaires, à la proportionnelle, pour la commission des finances. 2 h 30 Soufflot.

Lundi 3 décembre 1936

  • 575 Jenny Marx avait épousé en 1872 Charles Longuet (1839-1903). Le dirigeant socialiste Jean Longuet ( (...)

630Le buste de K. Marx (Karl Longuet575) part pour Moscou. 6 h 30 Bretons à l’Huma, Colet Lemeur, 48 bis, rue de la Sablière. Madeleine Paz [?] ; Vidalin, mai 1936, font la réunion de ce soir. Maisons de la culture : 50 000 adhérents, Vigilance : 5 000 adhérents.

  • 576 Au lendemain des obsèques de Roger Salengro (22 novembre 1836), Marx Dormoy, alors sous-secrétaire (...)

631Le gouvernement Dormoy576 fait chercher Dimitrov à Paris.

Mardi 4 décembre 1936

63217 h au 120, comité d’entente des SFIO et communistes.

633A. Sadoul, 13, rue Alphonse Daudet, Champrosay-Draveil, 15 h.

634Pichery me rappelle au Sénat que nous avons voté ensemble en 1917 à la commission des affaires étrangères de la Chambre la proposition d’accepter les offres de négociation du prince de Bourbon-Parme et de l’empereur d’Autriche. La guerre eût fini deux ans plus tôt, et la situation de l’Europe et du monde serait aujourd’hui bien différente.

  • 577 Il s’agit de Martha Jensen, en fait l’un des multiples pseudonymes (avec Martha Staschek, Martha Le (...)
  • 578 André Seigneur, animateur du Secours rouge international, collaborait depuis 1932 aux Cahiers du bo (...)
  • 579 Né en 1902, Henri Courtade, ouvrier ajusteur mécanicien, membre du Comité central du PCF depuis 193 (...)
  • 580 S’agit-il de Marcel Perron, né en 1908, et qui rejoindra en 1938 les Brigades internationales d’Esp (...)

635Visite Willi, Martha577, Dolivet. Il faut mobiliser RUP pour l’Espagne. Obtenir une protestation des aviateurs contre le bombardement Madrid. Une conférence immédiate à Genève. Une réunion du conseil général pour le 20 décembre. Intéresser Reynaud et Seigneur578. Voir, dimanche, le secrétaire des syndicats espagnols à Paris. (RUP 23 employés. Courtade579, Perron580. Trop ! Il n’y a pas de directives).

636On dit : « Après Blum, Daladier. »

Mercredi 5 décembre 1936

637Bretons émancipés 20 h 30, Petit journal. Lemeur, 48 bis, rue de la Sablière, 14e. (Fête de l’Huma Vel d’Hiv). Bretons : les Korollerin Breiz Izel (20 danseurs). Le barde Milbeo, groupe artistique des Bretons émancipés.

  • 581 Édouard VIII avait succédé à son père George V en janvier 1936. Devant épouser Mrs Simpson, américa (...)

638L’affaire du roi d’Angleterre581 prouve que les grands journaux populaires anglais ont peu d’influence. Ils vendent des nouvelles ; mais ils n’influencent pas leurs lecteurs.

639Je veux inaugurer chaque automne 1 000 kilomètres d’autostrade.

Jeudi 6 décembre 1936

  • 582 L’avocat Luis Companys y Jover (1883-1940) était depuis 1933 président de la généralité de Catalogn (...)
  • 583 Rafael C. Vidiella avait été le leader socialiste du parti socialiste unifié de Catalogne, affilié (...)
  • 584 Zyromski.
  • 585 Conseiller de Largo Caballero, journaliste, Luis Araquistain Quevedo (1886- 1959) était ambassadeur (...)

640Vel d’Hiv : Espagne. Companys582, Cortès CNT anarchiste. Vidiella583 UGT soc. Jouhaux, Basch, Langevin, M.C., Zyr584, Huart, M. Pivert. Déjeuner ambassade Araquistain585. Les anarchistes espagnols. L’affiche : « A bas la guerre ! Vive la révolution ! »

  • 586 Opposé à la guerre, Joseph Caillaux fut impliqué par Clemenceau à partir de novembre 1917 dans l’af (...)
  • 587 Chemin protégé dans les fossés d’une place forte. Joseph Caillaux, accusé d’intelligence avec l’enn (...)
  • 588 Député radical-socialiste depuis 1906, Louis Malvy (1875-1949), ministre de l’Intérieur en 1914, av (...)

641Basch dit qu’il regrettait d’avoir sauvé Caillaux586 de la caponnière587 en 1918. Il accuse Malvy588 d’être ouvertement avec les fascistes. Il rappelle les discussions en Angleterre pour savoir lequel des dignitaires de l’État porterait des éperons le jour du couronnement du roi.

Vendredi 7 décembre 1936

642Les ouvriers allemands suivent le front ouvrier populaire français et espagnol. Ils se disent : vont-ils faire les mêmes bêtises que nous. Vont-ils renverser Blum ? Le FP français et espagnol ont une action énorme en Allemagne. Il ne faut plus montrer l’Allemagne, ouvriers soc. et communistes vaincue, tuée, victime, la pauvre Allemagne. Non. Il faut montrer l’Allemagne ouvrière et soc. qui s’unit avec les catholiques, et qui mène son opposition comme elle peut, mais tenace et patiente. Leur propagande se fait dans les cadres des possibilités fascistes. Elle se fait uniquement dans les usines sur le territoire des salariés. Résistance passive. Il y a une force potentielle immense en Allemagne qu’il faut renforcer. Les généraux allemands disent à Hitler : Attention aux ouvriers allemands ! Vous ne pouvez liquider les ouvriers qualifiés tous antifascistes. Nous avons de bonnes relations avec les ouvriers catholiques allemands.

643Il faut : 1°) Que le BP du PCA. 2°) Ouvrir une rubrique à l’Huma sur les événements intérieur de l’Allemagne, les documents seraient fournis par un camarade allemand. 3°) Une intervention au Sénat où je montrerais que contre Hitler il y a l’URSS ; le Front populaire et les ouvriers d’Allemagne : socialistes, communistes, catholiques. Il faut dire : il n’est pas vrai que derrière Hitler il y a 99 % d’Allemands. Les forces oppositionnelles d’Allemagne sont des forces de paix. En Allemagne, la Radio de Moscou est entendue partout. Les ouvriers allemands sont de bons techniciens de la TSF. Ils reçoivent Moscou malgré les interdictions et les menaces. Après le discours de Strasbourg, tous les journaux ont agité l’Allemagne contre le communisme. Mais sur ce thème, nos cadres ont parlé et fait leur propagande. Des millions d’Allemands savent lire entre les lignes. Les événements d’Espagne ; les colonnes internationales ont une répercussion énorme dans la classe ouvrière allemande. Il y a trois colonnes allemandes à Madrid. La défaite de Franco en Espagne, c’est la lutte pour la paix renforcée.

Samedi 8 décembre 1936

  • 589 Alsacien, Franz Dahlem (1892-1981) était député et membre du Bureau politique du parti communiste a (...)

644Comité d’entente soc. et com. au 120 à 15 h. Dalhem589 10 h. Les cadres ouvriers en Allemagne sont antifascistes, surtout les ouvriers qualifiés dont Hitler a besoin pour ses usines de guerre. Les réclamations de salaires se font plus pressantes. C’est le terrain de lutte. Les communistes et les socialistes, à l’intérieur de l’Allemagne, sont unis. Ceux de l’étranger se rapprochent. Plus. soc. de gauche travaillent intimement avec nous. Max Braun est l’ancien préfet de police à Berlin. Nous travaillons ensemble sur ce sujet : qui doit venir après Hitler ?

645En ce moment, en Allemagne, grand trouble chez les ouvriers ; la persécution et la terreur sont aussi grandes qu’en 1933. On poursuit les socialistes autant que les communistes (procès de la Ruhr 800 soc., procès de Hanovre, 200 soc.). La mentalité des socialistes et des communistes allemands : c’est qu’il faut la guerre pour vaincre Hitler. Nous réagissons vivement : il faut changer ça et dire, c’est la paix qui tuera Hitler. Ils parlent du défaitisme et l’organisent. C’est parce que la terreur règne et la crainte chez Hitler, Goering. Ceux-ci tuent et continueront de tuer des centaines. Nos amis allemands croient que la guerre est inévitable. Il faut leur enlever cette idée. Il faut qu’ils soient comme nous pour la paix, leur action internationale est une garantie de paix, car Hitler aura peur s’il sait que la classe ouvrière allemande menace de saboter sa guerre. Règle : pénétration dans les syndicats fascistes allemands.

Dimanche 9 décembre 1936

  • 590 Clément-Fried.
  • 591 Jean-Baptiste Séverac (1879-1951), docteur en philosophie, partisan de la non-intervention en Espag (...)

646Cl590. Maurice 12 h 30. Le 8, au comité d’Entente qui a remplacé le comité de coordination, Séverac591 a dit : « Après samedi, il n’est plus possible de collaborer en confiance. Nous avons mis toute notre espérance dans le gouvernement Blum. Et nous avons le sentiment que vous êtes en bataille contre lui. »

  • 592 Le 29 novembre à Saint-Étienne, Maurice Thorez avait déclaré : « Le sort du Front populaire n’est p (...)

647M.T. : « Nous nous ne menons pas la lutte contre le gouvernement. Nous sommes avec le gouvernement Blum, mais il est possible de concevoir que nous ou d’autres entrent au gouvernement592. Même sur l’Espagne, nous pouvons avoir une conversation et nous entendre. Si le gouvernement du FP a vis-à-vis de l’Espagne le point de vue de l’URSS nous sommes prêts à nous entendre. Il faut empêcher les troupes organisées d’Allemagne et d’Italie d’entrer en Espagne. Pour toutes les autres questions, nous soutiendrons le gouvernement Blum sans réserve. »

648Séverac : « Merci à T. sa réponse est suffisante. Nous soumettrons à la CAP. »

649J. Duclos : « Non ! Il faut un communiqué à la presse. »

650Séverac : « Soit ! »

651Il faut une collaboration plus intime. Nous ne repoussons par l’idée du pouvoir. Il ne faut pas se buter. Il faut une détente. Bracke a approuvé l’URSS. C’est la première fois au Popu. Vous dites maintenant : imitons l’URSS. Il faut empêcher le débarquement des troupes régulières allemandes et italiennes.

Lundi 10 décembre 1936

6522 h 30, RUP, 5, rue de la Paix.

Mardi 11 décembre 1936

  • 593 Jacques Duroux (1878-1944), sénateur radical d’Alger, était le directeur du grand quotidien l’Echo (...)

653Comité central (Aragon à la grille). Duroux593 : mon journal tire à 60 000 plus que la Dépêche. Les ouvriers d’Alger sont catholiques d’origine ; il ne faut pas les croire favorables aux Arabes. Il faut faire attention à la propagande d’expulsion des Français d’Algérie. Il faut être discret. Doriot reçoit beaucoup d’argent des colons. Il a pris tous les hommes de La Rocque. Monmousseau a sauvé les gauches à Alger en mai dernier.

  • 594 André Gide, jusqu’alors irréprochable compagnon de route, venait de publier un Retour de l’URSS, im (...)

654Rodriguez complimente Gide594. La révolution soviétique est perdue par la faute de Staline. L’inégalité des classes est installée ; le principe d’obéissance à un homme, l’asservissement à un homme, le peuple russe est un peuple esclave, c’est la compagnie de Jésus, démission de l’intelligence.

Jeudi 13 décembre 1936

655« Je prêche au temporel et ils entendent au temporel », disait Luther aux princes allemands qui l’aidaient dans sa lutte contre Rome.

Samedi 15 décembre 1936

656La plaie du Sénat ce sont les avocats juristes. Duroux, à la gauche démocratique plus de 50 sénateurs sont opposés au gouvernement. La discussion du projet de loi sur l’arbitrage est politique et non technique. Les sénateurs se plaignent de l’occupation des usines, on leur donne un moyen d’y mettre un terme : ils refusent. Alors que les ouvriers qui ne veulent pas de la loi, la laissent passer. La commission du commerce avait avant accepté le projet Reynaldy. Maintenant elle y substitue un autre.

Dimanche 16 décembre 1936

657Déjeuner des conseillers généraux de la Seine.

658FSGT : 49 000 membres, 27 000 dans la RP.

  • 595 Jules Marie Trémel (1884-1964) était depuis 1925 conseiller municipal de Saint-Denis (Seine). Il fi (...)

659Jules Trémel595 , 4, passage Lacroix, Saint-Denis. « Les Bretons de Saint-Denis. »

Lundi 17 décembre 1936

660BP. La majorité du FP à l’h. de v. est précaire. Il faut ne pas nous laisser couper des autres P. du FP. Il y a un gros effort pour dissocier le FP au conseil général.

  • 596 Cheval de bataille des pacifistes de l’entre-deux-guerres, terrain de manœuvres unitaires de la gau (...)

661Au conseil municipal la majorité reste fasc. Nous serons contre le budget. Pour éviter l’augmentation des transports on ferait un emprunt et des centimes additionnels. Les transports : Sémard. Les finances : Vassart. Les grands travaux. Nous y inscrirons d’abord les îlots insalubres et le gouvernement est contre ; il veut résorber le chômage et il y a trop de frais pour l’expropriation. Il y a 180 000 habitants dans les îlots insalubres. Terrains de jeu et sports. La défense passive596. Les abris, aménagement du métro. Évacuation. Route souterraine dans Paris. Il faut garantir la population parisienne.

  • 597 Dans la lignée de l’exposition des Arts décoratifs de 1925, mais aussi de l’exposition coloniale de (...)

662Le personnel. Comité intersyndical des services publics. Il faut reclasser les catégories les moins favorisées et augmenter les petits salaires. Les réactionnaires sabotent l’exposition 37. Le 1er Mai 37, c’est Paris en fête. Exposition 37 : 50 nations597. La ville de Paris a donné 140 millions ; après les lois sociales, les entrepreneurs ont majoré de 59 %. Sabotage de tous les grands capitalistes pour retarder l’exposition. On veut prendre 100 millions sur les crédits des grands travaux. Après l’exposition, il restera le Trocadéro, un musée, un pont. L’exposition est une bataille que le FP doit engager. Trois équipes insuffisantes. Il faut que les chantiers marchent sans arrêt. Il faut que les syndicats participent aux discussions.

Mardi 18 décembre 1936

663L’Afrique commence aux Pyrénées.

664Voilà Daladier, hier hitlérien, se met à attaquer l’Allemagne à fond.

  • 598 Né en 1893, Mao fait partie, en 1921, des douze premiers congressistes du PC chinois. Élu président (...)

665Mao Tsé-Tung598, le Lénine chinois, chef de l’armée communiste chinoise.

Mercredi 19 décembre 1936

  • 599 Roberts appartenait au parti libéral britannique.
  • 600 Né en 1891, Pietro Nenni, secrétaire général du parti socialiste italien, rédacteur en chef de l’Av (...)
  • 601 Julius Deutsch avait été ministre de la Guerre de la république autrichienne.
  • 602 Heinrich Mann (1871-1950) s’opposa pendant la Grande Guerre à son frère Thomas, qui avait épousé la (...)

666La délégation Langevin à Londres. Mutualité 15 h. Banquet des Corréziens 8 h soir. 10 h RUP. Grenjell, Roberts M.P.599, Branting, Marteaux, Nenni600, Deutsch601 (colonne internationale Madrid), Zyromski, Pasteurs Padt, Stempels, Hollande, Henrich Mann602.

Jeudi 20 décembre 1936

  • 603 Fils de Marguerite Vaillant et Félix Couturier, artistes lyriques à succès, Paul Vaillant-Couturier (...)

667Villejuif. Banquet de Vaillant-Couturier603. Mme Baudet, 25, rue de Toulouse, Saint-Malo.

Vendredi 21 décembre 1936

668Le théâtre de propagande est du mauvais théâtre, pièces édifiantes ou d’éducation sociale !! L’art ne démontre pas, il montre. Par la seule puissance et vérité de l’expression, il exalte ou dénonce ce qu’il montre. Il faut étayer la thèse soc. par un conflit humain, où les sentiments, les passions, la nature de l’homme soient considérés. L’homme aux prises avec l’homme. Vérité humaine. Qualité dramatique.

Samedi 22 décembre 1936

669Tremel vient à l’Huma. Il a donné sa démission de conseiller municipal de Saint-Denis. Tous les Bretons de Saint-Denis ont quitté Doriot. Un conseiller municipal donnera bientôt sa démission. Les pupistes aussi. Il doit y avoir 5 000 à 6 000 électeurs bretons à Saint-Denis.

Dimanche 23 décembre 1936

670Départ.

Lundi 24 décembre 1936

671Fête de l’Huma Vel d’Hiv 10 h 30.

Mercredi 26 décembre 1936

  • 604 Élève de l’école léniniste de Moscou (1934-1935), Claudine Chomat était la trésorière nationale des (...)
  • 605 Vincentella Périni, dite Danielle Casanova, était née en 1909 à Ajaccio (Corse). Chirurgien-dentist (...)
  • 606 Née le 26 novembre 1910, Jeannette Vermeersch, ouvrière du textile, entama sa carrière de permanent (...)

672Congrès de l’union des jeunes filles de France, salle Adyar, square Rapp, 35, avenue Rapp (station Champ de Mars, métro). Union des jeunes filles de France, 4, rue Beaurepaire, Paris Xe. Claudine Chomat604, Danielle Casanova605, Jeanne Vermeersch606.

Jeudi 27 décembre 1936

673Paris-Antibes.

Vendredi 28 décembre 1936

674Antibes.

Lundi 31 décembre 1936

  • 607 Tommaso Campanella (1568-1639), dominicain, avait étudié la magie, la kabbale et fomenté en Calabre (...)

675Cité du soleil (Campanella607). Travail obligatoire : quatre heures par jour. Chef de l’État : le plus savant, le grand métaphysicien, trois ministres : celui de la Sagesse (instruction publique), celui de la Puissance (défense nationale), celui de l’Amour (amélioration de la race humaine). Les paresseux seront privés de femmes.

676P. Faure : « Le Kremlin veut sacrifier l’unité d’action prolétarienne à l’alliance militaire franco-soviétique. »

Notes

677URSS. Herriot à Lyon 3 novembre 1935 : « Il en va de notre simple intérêt de nous faire un ami du peuple russe. Il y a la S. des N. sur la route de la paix et à la SDN un grand peuple qui collabore à la paix. J’envoie de tout mon cœur mon salut au peuple de l’Union soviétique. Je l’ai approché dans ses ateliers, dans ses usines, dans ses champs ; je l’ai trouvé cordial, généreux, non pas violent, étonné qu’on ne l’accueille pas dans le grand concert international. »

678Les mêmes qui battent en brèche le pacte d’assistance mutuelle franco-soviétique sont partisans de laisser à l’Est les mains libres à Hitler.

67985 % du sol de l’Union soviétique (grande seize fois comme la France) sont organisés en domaine collectif. Kolkhoze mise en commun par les paysans d’un même village de leurs terres, cheptel, outils. L’URSS est le paradis des savants et des chercheurs. Esclangon, directeur de l’observatoire de Paris. La science et l’industrie ont pris un développement formidable en Union soviétique. Général Perrier, de la société d’astronomie. URSS, agriculture. Le moujik chaussé d’écorce marchait derrière sa charrue de bois. Aujourd’hui il conduit des machines modernes. En pays capitaliste une augmentation de la production des céréales est un fléau. En URSS on a doublé la production des céréales d’avant-guerre. On se prépare à l’augmenter grâce à : l’éducation des cadres techniques, au progrès du machinisme et engrais, à l’enthousiasme au travail ; plus de famine, plus de disette chronique.

680Du fait qu’il y a l’URSS et le fascisme, la question de la guerre ne peut plus être abordée comme en 1914. Les JC soviétiques : « Nous allons avec joie au-devant de la vie, au-devant de l’amour. »

6817 décembre 1935. Congrès de Londres. Paix et amitié avec l’Union soviétique. Conservateurs, libéraux, socialistes, Labour, 757 délégués coopérateurs, religieux (Journal Moscou, 10 décembre).

682Boothy, conservateur : « Il faut l’amitié de l’URSS. Il faut lui donner des crédits. Les deux pays, Angleterre et Russie, veulent la paix. »

  • 608 L’écrivain George Bernard Shaw (1856-1950) était issu de la Fabian Society, dont il rédigea le mani (...)

683B. Shaw608 : « Avec une bêtise incroyable, les gouvernants britanniques ont attaqué l’URSS : ils ont été vaincus en 1919-1920 et ont dépensé 10 milliards. Le Times a tort d’accueillir les ordures de Riga et de n’avoir pas un correspondant à Moscou. »

  • 609 Horace Cox (1908-1957), aristocrate conservateur, avait parcouru le monde de 1927 à 1934 à sa sorti (...)

684Cox609, M.P. : « L’URSS a proposé le désarmement ; l’Armée rouge est l’armée de défense pure. Elle est très puissante. »

685Lord Allian of Hartwood exige une collaboration étroite, l’URSS est la place la plus sûre pour les capitalistes.

  • 610 Né en 1859, Sidney Webb figurait, aux côtés de G.B. Shaw, parmi les fondateurs de la Fabian Society (...)

686Sidney Webb610 : « L’économie soviétique c’est l’abolissement du profit personnel, c’est l’économie planifiée, basée sur une juste appréciation des besoins sociaux. Gloire à Stakhanov, à l’émulation soviétique, particularité remarquable du système soviétique. »

687Ress, mineur : « Le plus simple ouvrier peut devenir en URSS un héros national. Il peut développer toutes ses facultés. Le génie créateur des ouvriers fait des miracles. »

688Heywood, marin : « J’ai visité le monde entier ; je n’ai jamais vu un pays aussi merveilleux que l’URSS. »

  • 611 P.M.S. Blackett figurait, aux côtés de C. Waddington, P. Chalmers Mitchell et J. Needham, parmi les (...)

689Blackett611, professeur à l’université de Londres : « Aucun des gouvernements ne consacre autant de ressources au développement de la science, des littératures, des hygiénistes, des professeurs acclament l’Union soviétique. »

  • 612 François Coty (1874-1934), parfumeur, avait réinvesti une part notable de sa considérable fortune d (...)
  • 613 Le mouvement professionnel paysan s’est développé, sous la IIIe République, à l’instigation de la d (...)

690Figaro. Cotnaréanu et sa femme Yvonne Le Baron, Coty612. Société des agriculteurs de France613, 10, rue d’Athènes.

691M. de Vogue de Monicault, comte Becri, [?] baron de Ravignan, comte de Felcourt, baron Brincard, comte d’Andloi [?], comte de Beaunant, de Dampierre, de Garidel, de Laguiche, des Moutiers, de Wendel.

692Société des viticulteurs de France, 19, rue Casimir Périer. Comte de Chandon-Moët, Mon de Breux-Drezé, comte Berci [?], comte de Boix, de Boussugues [?].

693Commission des producteurs de fruits et légumes, 8, rue Cardinal Mercier. De Guébriaut président. Morlua [?] du Trétey, secrétaire.

  • 614 Jacques Le Roy-Ladurie avait pris, en 1934, la direction de l’Union nationale des syndicats agricol (...)

694Union des syndicats agricoles, 10, rue d’Athènes, de Guébriaut, de Marillac, Le Roy-Ladurie614.

695Syndicat des agriculteurs de France, 42, rue du Louvre. Comte Arthur de Montureux, Lemaigre-Dubreuil (huiles), Brilland de Langardière.

Notes

1 Le mot d’ordre, avancé le 4 mai 1935 devant une promotion d’élèves de l’Armée rouge, succédait au slogan « La technique décide de tout ».

2 À Vienne, le Congrès international catholique du 9 septembre 1933 avait été l’occasion de grandes manifestations religieuses et patriotiques visant essentiellement à prévenir toute menace contre l’indépendance du pays, depuis l’accession de Hitler au pouvoir. Le chancelier Dollfuss y avait apporté la caution du gouvernement. Mgr Verdier, légat pontifical et archevêque de Paris, était venu y commémorer la libération du pays, conquise aux dépens des Turcs.

3 Le 15 mai 1891, l’encyclique du pape Léon XIII avait accéléré l’édification du mouvement démocrate-chrétien, issu du catholicisme libéral.

4 In Faust, drame de Goethe en deux parties (1808 et 1831).

5 In Critique de la philosophie du droit de Hegel. Écrit en 1843, ce travail fut publié en 1927 en URSS. La notation de Marcel Cachin prend toute sa saveur alors que le PCF développe, à destination des chrétiens, sa « politique de la main tendue » (cf. note infra).

6 Suivant en cela l’économiste soviétique Eugène Varga, l’Internationale communiste voyait dans cette interpénétration une caractéristique essentielle du fascisme.

7 En juillet 1935, le président du Conseil Pierre Laval (1883-1945) s’essaya à une politique de déflation marquée par une baisse de 10 % des traitements, rentes, loyers et pensions.

8 Le parti communiste ne se départit pas, à l’époque du Front populaire, de son hostilité à une dévaluation dont Léon Blum avait admis, en mai 1936, la nécessité. Les négociations entreprises avec Londres et Washington dès juin 1936 aboutissent le 26 septembre à un ajustement du franc par rapport au dollar et à la livre sterling.

9 Alfred Rosenberg (1893-1946) a voulu donner au mouvement nazi, auquel il appartenait depuis 1919, ses fondements théoriques dans Le Mythe du XXe siècle, publié en 1930. La diffusion massive de l’ouvrage ne saurait masquer l’isolement de son auteur au sein du parti national-socialiste.

10 Avocat, chef de l’Alliance démocratique, Pierre-Étienne Flandin (1889-1958) avait succédé à Doumergue le 8 novembre 1934 à la tête du gouvernement. Démissionnaire, il revient comme ministre d’État dans le cabinet Laval le 7 juin 1935. Il prend en charge les Affaires étrangères dans le deuxième cabinet Sarraut, du 24 janvier au 4 juin 1936.

11 Historien, Henri Wallon (1812-1904) est le grand-père du spécialiste de la psychologie de l’enfance Henri Wallon (1879-1962), alors proche du PCF, auquel il adhérera en 1942.

12 L’expression désigne le processus de reconstitution du parti prolétarien, par fusion du PCF et de la SFIO. Le slogan réveillait de fortes nostalgies unitaires dans la base socialiste, comme en témoigna la manifestation du Rassemblement populaire du 14 juillet 1935.

13 Jean Chiappe (1878-1940), préfet de police de Paris depuis 1927, avait été révoqué par Daladier le 3 février 1934 au profit de Bonnefoy Sibour.

14 Georges Dangon (1884-1956) dirigeait depuis 1913 l’une des plus importantes imprimeries de la presse parisienne. Homme de gauche, ce professionnel estimé faisait paraître, outre l’organe central du PCF, L’Ami du peuple, qui véhiculait les thèmes de la droite extrême.

15 Comités de défense de l’Humanité.

16 Le 13 février 1936, Léon Blum avait été agressé par certains participants du cortège funéraire de l’historien royaliste Jacques Bainville. L’Action française fut dissoute le soir même. Le PCF tira profit de l’incident pour développer une vigoureuse campagne unitaire antifasciste.

17 Depuis la mort d’Henri Barbusse (1873-1935), le PCF s’efforçait de susciter le culte de la mémoire du disparu, en s’appuyant sur la notoriété littéraire de l’auteur du Feu (Goncourt 1916). À la suite du « tournant patriotique » de 1935, une image unitaire du défunt – présenté comme l’un des pères fondateurs du Front populaire – était mise en avant, de préférence à celle du dénonciateur de la « boucherie impérialiste » de 1914- 1918.

18 La Ligue des volontaires nationaux est issue, en septembre 1933, de l’union du Regroupement national autour des Croix-de-Feu du colonel de La Rocque et des Fils et filles des Croix-de-Feu. Le 10 janvier 1936 est votée la loi (appliquée en juin 1936) permettant la dissolution des groupes de combat et autres milices privées. La lettre de Marcel Cachin s’inscrit dans la politique de « main tendue » aux catholiques qui sera développée par Maurice Thorez à l’assemblée d’information des communistes de Paris, le 14 mai 1936.

19 Du 22 au 25 janvier 1936 s’est tenu à Villeurbanne le VIIIe Congrès du PCF. Marcel Cachin rapporta sur l’essor du parti et de l’Humanité depuis le congrès précédent, tenu à Paris du 11 au 19 mars 1932.

20 Pour rastaquouère. Désigne les étrangers menant grand train et aux revenus d’origine douteuse.

21 Né en 1891, membre du Centre républicain d’André Tardieu, Horace de Carbuccia était depuis 1932 député de la Corse. En 1928, il avait lancé l’hebdomadaire Gringoire.

22 Responsable du PCF niçois, Virgile Joseph dit Barel était instituteur. Élu député en mai 1936, il participe à la fondation de « Partir », ancêtre de « Tourisme et travail », organisme de loisirs lié au PCF et à la CGT.

23 Il s’agit du Cri des travailleurs des Alpes-Maritimes, lancé en 1935.

24 Pierre Thurotte, né en 1900, journaliste, avait été conseiller municipal socialiste de Saint-Quentin (Aisne). En 1933, il devient délégué national à la propagande du Comité contre la guerre et le fascisme (Amsterdam-Pleyel). Secrétaire de la section SFIO de Nice en 1935, il est membre de la tendance Gauche révolutionnaire. En 1937, il entre au Bureau politique du parti populaire français de Jacques Doriot.

25 Il s’agit là d’un exemple caractéristique des remous provoqués chez les éléments les plus antimilitaristes du Parti par le communiqué dans lequel Staline approuvait, le 16 mai 1935, la politique de défense de la France.

26 Jean Laurenti (1893-1977), métayer communiste, était président de l’Union paysanne des Alpes-Maritimes, affiliée à la CGPT.

27 Né en 1865, Neuville (Union démocratique et radicale) était sénateur de l’Eure.

28 Né en 1886, Jean-Marie Guastavino était, depuis 1932, sénateur radical d’Algérie.

29 Pierre Bayle (1647-1706) écrivit un pamphlet en faveur de la liberté civile (la France toute catholique sous le règne de Louis le Grand) publié en 1685, année de la révocation de l’édit de Nantes. Il est surtout l’auteur du monumental Dictionnaire historique et critique (1695-1697), apologie en actes du libre examen.

30 Fermier général, collaborateur de l’Encyclopédie, Pierre Helvétius (1715-1771) s’affirma comme doctrinaire d’une philosophie sensualiste et athée qui suscita les critiques de Diderot.

31 L’écrivain Louis Aragon (1897-1982) avait adhéré en 1927 au PCF, en compagnie d’autres membres du groupe surréaliste (Breton, Éluard, Péret, Unik). Il était secrétaire de rédaction de la revue Commune, organe de l’Association des écrivains et artistes révolutionnaires, depuis juillet 1933. Sous l’égide de la Maison de la culture, il avait animé en mai 1935 le débat « Où va la peinture ? » avec René Crevel. En juin 1935, il avait veillé à l’orthodoxie du Congrès des écrivains pour la défense de la culture, qui l’avait désigné comme secrétaire de l’Association internationale pour la défense de la culture.

32 Organisation de masse du PCF, l’Association des écrivains et artistes révolutionnaires avait vu le jour en février 1932, sous l’impulsion de Paul Vaillant-Couturier.

33 Peintre néo-impressionniste, Paul Signac (1863-1935) était l’un des fondateurs du Salon des indépendants et le beau-père de Charles, le fils de Marcel Cachin.

34 François Billoux (1903-1978) était la figure de proue des communistes de Marseille, où il déploya ses capacités organisatrices dans le domaine syndical (dockers) ainsi qu’en matière de presse et de formation. Suppléant au BP depuis le VIIIe Congrès, il fut élu député en mai 1936 face à Sabiani.

35 Léon Jouhaux (1879-1954) était le secrétaire général de la CGT, depuis la scission qui avait entraîné en 1922 la création de la CGTU, dirigée par le PCF. Les deux organisations avaient accéléré au printemps 1935 un processus de réunification, mené à terme au congrès de Toulouse (2-6 mars 1936). Les réticences de Jouhaux à l’égard des communistes avaient été avivées par la lecture du Staline de Boris Souvarine, paru en 1935.

36 Voir au 14 avril. En raison d’une « fuite », le programme du Rassemblement populaire fut publié dès le 10 dans le Temps. Soucieux de l’accord des radicaux et hostiles aux nationalisations en régime capitaliste, les communistes avaient adopté un profil bas et poussé à une formulation très générale des objectifs de la coalition de gauche.

37 La remontée du mouvement gréviste entre janvier et mai 1936 (environ 50 grèves et 12 000 grévistes par mois) a été masquée par l’explosion de juin (12 000 grèves, près de 2 millions de grévistes).

38 Né en 1883, Jean Ybarnegaray était député des Basses-Pyrénées. Le 6 décembre 1935, il avait provoqué un coup de théâtre à la Chambre en consentant au désarmement des Croix-de-Feu. Léon Blum et Maurice Thorez avaient pris un engagement similaire pour leurs services d’ordre. Le gouvernement Laval avait alors prononcé la dissolution des milices privées.

39 L’idée de réformes de structure susceptibles de rallier les couches moyennes et applicables dans le cadre du régime social existant faisait son chemin à gauche. Si la SFIO faisait la sourde oreille, les intellectuels « planistes » (René Cassin, Francis Delaisi, Georges Lefranc, Louis Vallon...), influencés par le socialiste belge Henri de Man, avaient gagné à leurs vues la direction de la CGT. Un « plan de travail » fut adopté par le Comité confédéral d’octobre 1934.

40 Sur la conception que se faisaient les communistes de l’unité organique, voir le bilan tiré par Manouilski du VIIe Congrès de l’IC dans le n° 19 (octobre 1936) de l’Internationale communiste.

41 Les ex-unitaires avaient proposé un bureau de neuf membres. À Toulouse, Jouhaux fit prévaloir son point de vue : seuls Benoît Frachon et Julien Racamond accédèrent à la direction de la CGT réunifiée.

42 Anna Pauker (1893-1960) fut membre du Comité central du PC de Roumanie et de l’appareil du Komintern. À partir de 1931, elle travailla sous le nom de Marina aux côtés de Fried auprès du CC du PCF. Arrêtée en 1935 en Roumanie, elle servit de monnaie d’échange aux autorités de Bucarest à la suite des annexions soviétiques de 1940.

43 Marcel Cachin passe ici en revue quelques-uns des bastions communistes dans le mouvement syndical à la veille de la réunification. C’est le cas des transports en commun de la région parisienne.

44 L’hiver a reservé nombre de difficultés aux troupes italiennes engagées depuis le 4 octobre 1935 dans la conquête de l’Éthiopie.

45 Rudolf Claus était le trésorier de la section allemande du Secours rouge international. En août 1935, l’Internationale communiste avait lancé un appel en sa faveur lors de son VIIe Congrès.

46 Nombre de commentateurs politiques partagèrent, à la suite des élections du 6 novembre 1932, ce diagnostic erroné. Dans le Populaire des 8 et 9 novembre, Léon Blum avait écrit : « Hitler est désormais exclu du pouvoir. Il est même exclu, si je puis dire, de l’espérance du pouvoir. » Depuis septembre 1930, le dirigeant socialiste – davantage polarisé par le fascisme italien – jugeait que le nazisme était sur son déclin. Après l’accession de Hitler à la chancellerie, il considérait encore le parti national-socialiste comme un otage de la droite et des milieux d’affaires qui lui interdiraient de réaliser son programme (le Populaire, 9 février 1933).

47 Né en 1872, Louis Germain-Martin fut député (gauche radicale) de 1928 à 1936. Il demeura ministre des Finances du 9 février 1934 au 31 mai 1935.

48 Paul Rivet (1876-1958), anthropologue et ethnologue, était membre de la SFIO et de la CGT. Assisté d’Alain et Langevin (vice-présidents), il présidait, depuis le 8 mai 1934, le Comité de vigilance des intellectuels antifascistes.

49 Professeur de physique au Collège de France, Paul Langevin (1872-1946) est pour le moins un « compagnon de route » du PCF. Autour de son nom se regroupe la mouvance communiste, minoritaire à l’intérieur du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes.

50 L’ambassade soviétique est parfaitement consciente de cette nécessité.

51 Membre du parti radical, Albert Bayet (1880-1961) faisait partie du Bureau du CVIA.

52 Né en 1870, Maurice Viollette a été gouverneur d’Algérie (1925-1928) et sénateur (radical) d’Eure-et-Loir (1930-1939).

53 Né en 1870, René Héry était depuis 1920 sénateur (Gauche démocratique) des Deux-Sèvres.

54 Il s’agit de Willy Münzenberg (dont Cachin estropie le nom). Né en 1889 en Allemagne, ce maître de l’agitprop kominternienne avait transféré son appareil à Paris depuis le début de l’année 1933.

55 Né en 1895, issu de l’Action française, Pierre Gaxotte est l’un des représentants les plus éminents de l’« école capétienne » en histoire, exaltant aux côtés de Jacques Bainville l’œuvre de la monarchie française. Sous la direction de Gaxotte, l’hebdomadaire Je suis partout, lancé en 1930, atteignit des tirages considérables et compta des collaborateurs talentueux tels que Thierry Maulnier, Maurice Bardèche et Robert Brasillach.

56 Né en 1897, Charles Tillon, responsable du travail syndical chez les marins et les dockers, avait été élu en mai 1935 conseiller général du canton d’Aubervilliers.

57 S’agit-il de François Cadoret (1887-1948), député radical du Finistère ?

58 Il s’agit du mariage entre Marcelle (« Siss ») Cachin et Paul Hertzog.

59 Alfred Costes (1888-1959) dirigeait depuis 1930 le syndicat des métaux de la région parisienne.

60 L’appel à cette réunion spécifiait : « Avec le Rassemblement populaire » et « Pour la paix ». Aux côtés de Cachin, qui présidait, étaient annoncées diverses personnalités telles que Jouhaux, Pierre Cot ou Marcel Déat.

61 Écrites pourtant après la mise au point – hostile à l’inscription des nationalisations dans le programme du Rassemblement populaire – signée par Benoît Frachon (l’Humanité, 17 janvier 1936), ces lignes témoignent, chez les dirigeants du PCF, de leur difficulté à appréhender cette question de façon cohérente.

62 En 1934, la section française de la IVe Internationale (trotskyste), appliquant une ligne d’entrisme, s’était constituée en tendance (bolchevik-léniniste) de la SFIO. Après avoir conquis la direction des Jeunesses socialistes de la Seine, ses dirigeants en furent exclus à la conférence de Lille en juillet 1935.

63 Il s’agit du Revolutionnair Socialistische Arbeiders Partij, dirigé par Henk Sneevliet (1883-1942), en l’occurrence en désaccord avec Trotsky sur la question de l’entrisme.

64 Il s’était tenu du 25 juillet au 21 août 1935 à Moscou. Le PC français s’y était vu introniser champion de la nouvelle politique de Front populaire.

65 François de La Rocque, né en 1886, chef des Croix-de-Feu, figurait, dans la propagande du Rassemblement populaire, le type même de l’aspirant dictateur, visant à instaurer un fascisme à la française.

66 Une commémoration rituelle associait dans les rangs communistes les noms de Karl Liebknecht, Rosa Luxemburg et Lénine à l’occasion de l’anniversaire de leur disparition, survenue respectivement en janvier 1919 (pour les deux premiers) et en janvier 1924 (pour le dernier).

67 Symbole de la gauche non communiste, la Ligue des droits de l’homme était présidée depuis 1926 par Victor Basch (1863-1944), professeur d’esthétique à la Sorbonne.

68 L’importance conférée ici au militant communiste Octave Rabaté (1899-1964) chargé de suivre le Comité contre la guerre et le fascisme (Paix et Liberté) dit « Amsterdam Pleyel » témoigne du rôle capital attribué par la direction communiste à cette organisation. Elle était en effet chargée d’encadrer – sous le contrôle du PCF – les masses inorganisées dans le cadre d’un Rassemblement populaire qui n’admettait pas les adhésions directes mais avait accepté la participation d’« Amsterdam-Pleyel ».

69 L’ouvrage est un recueil de conférences prononcées depuis 1933 devant la commission scientifique du Cercle de la Russie neuve par Jean Baby, Marcel Cohen, Georges Friedmann, P. Labérenne, Paul Langevin, René Maublanc, H. Mineur, C. Parain, Marcel Prenant, A. Sauvageot et Henri Wallon.

70 Georges Lévy (1874-1961), interne des hôpitaux de Lyon, député socialiste de Lyon en 1919, avait approuvé en 1920 les 21 conditions d’adhésion à la IIIe Internationale. Battu en 1924 par Herriot, il avait en 1935 retrouvé un mandat de conseiller général à Villeurbanne avant d’être é l u e n 1936 député (PCF) d e l a 12e circonscription de Lyon. Depuis 1934, il était directeur politique de la Voix du peuple.

71 Jacques Solomon (1908-1942), docteur en physique, avait épousé en 1929 Hélène Langevin. En 1934, il adhéra au PCF, militant à l’Internationale des travailleurs de l’enseignement et participant, aux côtés d’Étienne Fajon, à la direction des écoles du Parti.

72 Du nom du mineur Alexeï G. Stakhanov (1901-1976), l’expression recouvre la mise en avant par la propagande stalinienne des performances de « travailleurs de choc ». Privilégiés du système, assistés par des auxiliaires, les stakhanovistes étaient censés contribuer à l’augmentation générale de la productivité soviétique.

73 Le 18 janvier 1936, les députés radicaux avaient refusé la confiance au gouvernement Laval, qui démissionna le 22. Cachin porte sur le gouvernement formé par le radical Albert Sarraut (1872-1962) une appréciation sévère, qui n’est pas celle du PCF. Celui-ci considère en effet qu’il s’agit là d’un premier succès du Front populaire. Mais Cachin se souvient. Le 22 avril 1927, à Constantine, Sarraut – alors ministre de l’Intérieur – s’était écrié : « Le communisme, voilà l’ennemi ! »

74 Félix Brun (1896-1964) était le vice-président de l’Association républicaine des anciens combattants (ARAC).

75 Louis Barnaud, secrétaire du syndicat du bâtiment CGTU de Montluçon (Allier), fut élu député (PCF) de Lyon en 1936.

76 Marie-Antoinette Doron, secrétaire du Comité féminin de lutte contre la guerre et le fascisme de la Loire, était la veuve de Jean Doron (1899-1932), secrétaire régional du PCF.

77 L’Humanité publia effectivement cet appel. Le 28 janvier se réunit le Comité confédéral national de fusion CGT-CGTU.

78 Joseph Goebbels (1897-1945), docteur en philosophie, national-socialiste depuis 1922, déploya au service de Hitler ses qualités d’orateur et de propagandiste. Il était ministre de l’Information et de la Propagande du Reich.

79 Pierre-Dominique Lucchini, dit Pierre Dominique (1891-1973), docteur en médecine, collaborait depuis 1930 à la République, quotidien fondé en 1928 (directeur : Émile Roche) où s’exprimaient les sensibilités du parti radical hostiles au Front populaire.

80 En 1931, dans l’encyclique Quadragesimo anno, Pie XI avait dénoncé un « communisme sauvage et inhumain là où il a pris le pouvoir ». En France, l’action du cardinal Baudrillart s’inscrivait dans le cadre des consignes pontificales.

81 Les dirigeants socialistes avaient en tête l’exemple de l’Espagne, où s’était amorcé un processus de fusion des jeunesses socialistes et communistes qui devait donner naissance, le 1er avril 1936, à la Jeunesse socialiste unifiée, dirigée par Santiago Carrillo, et acquise aux thèses kominterniennes.

82 Né en 1867, Marcel Régnier était sénateur (Gauche démocratique) de l’Allier. Ministre des Finances de Laval, il conserva ce poste dans le cabinet Sarraut.

83 Né en 1899, Thellier était ministre de l’Agriculture dans le gouvernement Sarraut. Il s’était opposé aux sanctions contre l’Italie.

84 Né en 1871, Louis Nicolle, député du Nord (Entente républicaine et démocratique), était ministre de la Santé dans le cabinet Sarraut.

85 Francs-maçons. Marcel Cachin écrit « FM » à l’intérieur des trois points maçonniques.

86 Né en 1898, Robert Lacoste, secrétaire de la Fédération des fonctionnaires CGT, appartenait au courant « planiste ».

87 Raymond Bouyer était secrétaire de la Fédération CGT des métaux. Après la réunification, il prendra la direction du Peuple et du Centre confédéral d’éducation ouvrière.

88 Né en 1896, Marcel Capron avait été élu en 1932 député (PCF) de la Seine.

89 Né en 1872, Jean Garchery, député (PCF) de la Seine de 1924 à 1928, figura parmi les six conseillers municipaux communistes de Paris exclus en 1929. Il fut réélu député en 1932 et 1936 sous les couleurs du parti d’unité prolétarienne.

90 Jacques Doriot (1898-1945), qui avait exigé du PCF une politique d’union antifasciste au printemps 1934, fut exclu en juin de la même année, alors même que la ligne qu’il avait défendue triomphait.

91 Ernest Neuville, né en 1865, était sénateur de l’Eure depuis 1930.

92 Jean Boivin-Champaux (1887-1954) était sénateur (Union républicaine) du Calvados depuis 1928.

93 Yvon Delbos (1885-1956) était ministre (radical) de la Justice dans le gouvernement Sarraut. Il devint en juin 1936, à la suite du refus d’Édouard Herriot, ministre des Affaires étrangères dans le cabinet Léon Blum.

94 Hospitalisé à Bicêtre, Louis Coutant (1858-1936) avait accepté en septembre 1934 d’être gérant de l’Humanité, du Conscrit et de l’Avant-Garde. Incarcéré du fait de ses fonctions, il ne sortit de Clairvaux que le 3 avril 1936, peu de temps avant sa mort.

95 Prix Nobel (1916) de littérature. Romain Rolland (1866-1944) était devenu, depuis 1927, le compagnon de route le plus célèbre du mouvement communiste international.

96 Depuis le congrès d’Amsterdam contre la guerre (1932), André Gide (1869-1951) constituait, aux côtés de Rolland, la preuve vivante de l’attraction exercée par le communisme dans le monde des lettres. Son indépendance d’esprit le préservait toutefois de certains excès de servilité à l’égard de l’URSS de Staline.

97 La ratification du pacte franco-soviétique signé par Laval le 2 mai 1935 fut acquise à la Chambre le 27 février 1936 par 353 voix contre 164 et 45 abstentions. Le vote du Sénat intervint le 12 mars, après la remilitarisation par l’Allemagne de la Rhénanie (7 mars). Le gouvernement soviétique ratifia le texte par décret le 8 mars ; l’échange des ratifications eut lieu le 27 mars 1936.

98 Représentation proportionnelle.

99 Jean Zyromski (1890-1975), animateur de la tendance La Bataille socialiste, s’était rapproché des positions de l’IC ; il défendait au sein de la SFIO l’unité organique avec le PCF et, en politique extérieure, l’approfondissement de l’alliance militaire antifasciste avec l’URSS.

100 Les craintes de Cachin peuvent surprendre alors même que les amis de Zyromski ont conquis la majorité dans la fédération de la Seine à l’automne 1935 et que la SFIO a chassé les « bolcheviks-léninistes » (trotskystes) en novembre de la même année. Peut-être songe-t-il à la création, en septembre 1935, de la tendance de la Gauche révolutionnaire (11 % des mandats au congrès extraordinaire des 1-2 février 1936) par Marceau Pivert. Celui-ci est pourtant (du fait de son « centrisme ») l’une des cibles favorites de Léon Trotsky.

101 De nombreux observateurs ont relevé un refroidissement des relations socialo-communistes au début de 1936. Celui-ci s’alimentait du refus communiste des nationalisations ainsi que de la nature transitoire du ministère Sarraut. Une fois encore, la menace fasciste (agression contre Léon Blum et, surtout, remilitarisation de la Rhénanie) fournit à la gauche l’occasion de resserrer ses rangs.

102 L’abstention fournit une utile échappatoire à la fraction parlementaire communiste.

103 Gabriel Cudenet, membre du Comité contre la guerre et le fascisme (« Amsterdam-Pleyel »), avait fondé le parti radical Camille-Pelletan.

104 Une légère reprise se produisit à la veille de la victoire du Front populaire, se manifestant notamment par la revalorisation des revenus agricoles et la reconstitution des stocks de matières premières, du fait de la fermeté des cours mondiaux.

105 Des associations « Les Amis du peuple chinois » furent créées à partir de 1933, d’abord en Amérique du Nord, puis en France, en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas. Un meeting des APC eut lieu le 22 mai 1936 à Paris avec le soutien de la Fédération française des amis de la SDN et de l’Union fédérale des étudiants.

106 Jean-Maurice Lahy (1872-1943), président de l’Association internationale de psycho technique, était directeur du laboratoire de psychologie expérimentale à l’École pratique des hautes études de Paris. Comme son épouse, Marie Lahy-Hollebecque (1881- 1957), il pratiquait à l’égard du PCF un étroit compagnonnage, en dépit de son appartenance à la franc-maçonnerie.

107 Louis Rotschild, dit Georges Mandel (1885-1944) conserva le ministère des PTT de novembre 1934 à juin 1936. Il était partisan (il le montra en mars 1936) d’une politique de fermeté face à Hitler comme le relevait avec satisfaction Gabriel Péri dans un article de la Correspondance internationale du 1er février 1936.

108 Théodore Steeg, né en 1868, était sénateur (radical) de la Seine.

109 Jacques Duroux (1878-1944), sénateur radical d’Alger, consacrait l’essentiel de ses interventions au commerce et aux affaires sociales. Figure de proue de la gauche modérée, il était propriétaire de cet influent quotidien qu’était l’Écho d’Alger.

110 Henri Sellier (1883-1943), licencié en droit, diplômé des Hautes études commerciales de Paris, était une figure reconnue du mouvement ouvrier français. Socialiste, fondateur de la bourse du travail de Puteaux, contrôleur de la verrerie ouvrière d’Albi, créateur de l’Office des habitations à bon marché de la Seine, il avait suivi en 1920 les partisans de l’adhésion à la IIIe Internationale. Il avait quitté le PCF dès 1925. Maire de Suresnes depuis lors, il avait été élu sénateur en octobre 1935. En juin 1936, il fut le ministre de la Santé du gouvernement Léon Blum.

111 Jacques Doriot était maire de Saint-Denis. Depuis l’automne 1935, il tablait sur une guerre entre l’Allemagne et l’URSS, qu’il souhaitait faciliter en s’opposant au pacte franco-soviétique.

112 Refusant de remplacer le Parlement par un Conseil des corporations, les planistes de la CGT préconisaient la création d’un Conseil supérieur de l’économie qui assisterait dans sa tâche le pouvoir législatif.

113 En novembre 1933, la dissidence néo socialiste coûta à la SFIO 27 députés, 7 sénateurs et 20 000 adhérents. Son principal animateur, Marcel Déat, lança le parti socialiste de France-Union Jean-Jaurès. En novembre 1935, Déat retrouva Paul-Boncour et Ramadier au sein de l’Union socialiste républicaine, adhérente au Rassemblement populaire.

114 François de Wendel (1874-1949), prototype du « maître de forges », était sénateur de Meurthe-et-Moselle et régent de la Banque de France.

115 Lucien Midol (1883-1979), ingénieur de formation, secrétaire (1924) de la Fédération des cheminots et membre de la Commision exécutive de la CGTU (1925) était depuis 1926 membre du Bureau politique du PCF. Emprisonné en 1929-1930, il fut élu député à Corbeil (1932) puis à Longjumeau (1936).

116 Metteur en scène de cinéma, né en 1894, Jean Renoir était le fils de 1 impressionniste Auguste Renoir (1841-1919). Le PCF lui avait commandé le film La vie est à nous dans le cadre de la préparation des élections législatives.

117 Marcel Giroux dit Gitton (1903-1941), secrétaire national à l’organisation du PCF, apparaissait depuis le congrès de Villeurbanne comme le numéro trois du Parti derrière Thorez et Duclos.

118 En commémorant le poète allemand Henri Heine (1797-1856), le PCF entendait corriger quelque peu sa récente image cocardière en exaltant une personnalité réputée progressiste et, de surcroît, francophile.

119 Hugo Eberlein, dit Albert (1887-1944), était député communiste au Landtag de Prusse (1928-1932). Arrêté à Strasbourg en septembre 1935, il fut expulsé en Suisse au début de 1936.

120 Né en 1866, Louis Guichard était député radical du Vaucluse.

121 Henry Bérenger, (1867-1952), ancien ambassadeur de France aux États-Unis, était sénateur radical de la Guadeloupe. Marcel Cachin évoque ici la ratification du pacte franco-soviétique par le Sénat.

122 François Labrousse, né en 1870, était sénateur radical de la Corrèze. En 1926, il avait rapporté sur les accords de Locarno.

123 Le 18 février à Madrid, le républicain Manuel Azaña avait formé son gouvernement à la suite de la victoire électorale de la coalition de Front populaire. L’Espagne sert ici de champ d’essai au communisme international ; il en sera de même le 4 septembre lorsque – à la suite du soulèvement nationaliste – le PCE participera au gouvernement dirigé par le socialiste Largo Caballero.

124 Les scénarios échafaudés par Cachin excluent toute réaction militaire immédiate. La réaction du PCF au lendemain du coup de force de Hitler, le 7 mars, sera conforme à cet attentisme préélectoral.

125 Cachin fait référence aux accords franco-italiens du 7 janvier 1935 ainsi qu’au plan Laval-Hoare de démembrement de l’Ethiopie, torpillé le 13 décembre 1935 par une indiscrétion de presse.

126 Gaston Bergery, né en 1892, était un dissident du radicalisme. Il avait lancé, le 26 mai 1933, le mouvement antifasciste Front commun, qui publiait la Flèche. Le néo-jacobinisme du Front reflétait toutefois une indéniable fascination pour certains aspects du fascisme.

127 Pierre Viénot, né en 1897, était député « néo » (parti socialiste français) des Ardennes. Il avait été délégué à la Conférence du désarmement de 1932.

128 Jean-Marie Clamamus (1879-1973) était, depuis 1919, le maire de Bobigny. Député communiste de la Seine depuis 1924, il fut élu sénateur le 23 février 1936. Battu en 1935, il bénéficia de la préférence de Laval pour le Puy-de-Dôme, où ce dernier avait également été élu.

129 Monmousseau.

130 En octobre 1934, un pacte fut signé par le PC grec avec diverses organisations réformistes en vue de la réalisation d’un Bloc démocratique antifasciste.

131 Dimitri Z. Manouilsky (1883-1959) était secrétaire de l’IC depuis 1929.

132 Cachin fait ici référence à un article de Lénine, en date du 12 décembre 1914, traitant de l’« orgueil national des Grands-russiens ». Comme la date de parution le laisse supposer, il s’agit en fait d’un appel – alors que la « guerre impérialiste » vient de commencer – au renversement du tsarisme. Cette lecture « défaitiste » est confirmée par la publication du texte, par le PCF, dans le numéro des Cahiers du bolchevisme paru dans la clandestinité à l’hiver 1939.

133 La direction de la CGT avait cru pouvoir ériger la règle de l’interdiction du cumul des mandats politiques et syndicaux en guise de protection contre les capacités organisationnelles des adhérents issus de la CGTU. En réalité, si Benoît Frachon démissionne pour la forme du BP du PCF, il n’en restera pas moins – pour reprendre les termes d’une note de Maurice Thorez en 1943 – « un des dirigeants les plus actifs du parti ».

134 Il s’agit de la Fédération internationale des syndicats (rivale réformiste de l’Internationale syndicale rouge ou Profintern), regroupant les principales centrales d’Europe (CGT, trade-unions, syndicats Scandinaves...) et proche de la social-démocratie.

135 Salomon Dridzo dit Losovsky (1878-1952) était le secrétaire de l’Internationale syndicale rouge.

136 Yves Le Trocquer (1877-1938) était sénateur des Côtes-du-Nord et vice-président de l’Alliance démocratique.

137 Henry Chéron (1867-1936) était sénateur (Gauche démocratique) du Calvados. Il avait été ministre de la Justice dans le gouvernement Doumergue issu de février 1934. Le Sénat ratifia le pacte par 226 voix contre 48 et 34 abstentions. À la suite du coup de force de Hitler, certains conservateurs se rallièrent, derrière Alexandre Millérand, à la ratification.

138 Louis Prot (1889-1972), dirigeant du syndicat des cheminots (CGTU) de Longueau et maire de cette commune depuis 1925, était une figure marquante du mouvement ouvrier de la Somme.

139 Jean Catelas (1894-1941) était le populaire secrétaire des cheminots du Nord. Tête de liste communiste, il est élu aux municipales de 1935 à Longueau. Il devient député d’Amiens en 1936.

140 Eugène Frot était le ministre de l’Intérieur de Daladier lors du 6 février 1934.

141 Ouvrier mineur, Augustin Dujardin (1896-1980) était le secrétaire de la fédération communiste de la Somme. Il échoua aux élections législatives de 1936.

142 Un putsch eut lieu au Japon le 26 février 1936 au lendemain des élections qui virent le succès du Minseito, rival modéré du parti réactionnaire Seyukaï. Furent assassinés l’amiral Okadu, président du Conseil, le ministre des Finances Takakashi, l’amiral Saïto, ancien Premier ministre, ainsi que le président du trust Mitsui et le général Vatanabe, inspecteur général de l’Armée.

143 Né en 1878, Jean-Baptiste Lebas était depuis 1932 député (SFIO) du Nord. Il figurait parmi les adversaires de l’alliance avec le PCF.

144 Adolphe (dit Lucien) Lecointe (1867-1940), typographe, libre-penseur, député d’Amiens depuis 1909, avait quitté la SFIO en 1919. Battu en 1928, il avait été réélu en 1932. Malgré une forte audience locale qu’il conserva jusqu’à sa mort, il fut battu aux élections législatives de 1936 par le candidat communiste.

145 Hispanisant, Jean Cassou (1897-1986) s’engagea dans le Comité de vigilance des intellectuels antifascistes dès 1934. Il succéda en mai 1936 à Jean Guéhenno à la tête de la revue Europe, reprise en main par le PCF.

146 Ernest Mercier (1878-1955), président de la Compagnie générale d’électricité, répondit aux sondages effectués par Litvinov dans les milieux d’affaires français au début de 1935. Il se rendit à Moscou en novembre 1935. Il en rapporta un ouvrage favorable au resserrement des liens économiques et militaires avec l’URSS. Il prononça en ce sens une conférence, le 29 janvier 1936, sous l’égide du Centre polytechnicien d’études économiques.

147 Sur Jacques Sadoul (1881-1956), qui assurait la liaison entre le PCF et l’ambassade soviétique, cf. Carnets (1917-1920), tome II, p. 437, note 64.

148 Historien, économiste, Francis Delaisi (1873-1947) appartenait au « brain-trust » des planistes de la CGT. En 1936, le CVIA publia son ouvrage la Banque de France aux mains des 200 familles.

149 L’absence de notes sur la remilitarisation par Hitler de la Rhénanie, le 7 mars 1936, méritait d’être relevée.

150 Joanny Berlioz-Benier (1892-1965), professeur d’allemand et collaborateur de la Correspondance internationale, avait été élu en 1935 maire d’Épinay-sur-Seine avant d’entrer à la Chambre en 1936.

151 À la Voix paysanne de Renaud Jean va succéder, en janvier 1937, la Terre, dirigée par Waldeck-Rochet.

152 Né en 1897, Henri d’Halluin dit Dorgères était l’organisateur des Comités de défense paysans. Il dirigeait depuis 1934, avec Fleurant Agricola et Jacques Le Roy-Ladurie, le Front paysan, violemment antiparlementaire.

153 Anatole de Monzie (1876-1947) était député du Lot. Il fut ministre de l’Éducation nationale de juin 1932 à janvier 1934. Personnage controversé, il garda jusqu’à l’Occupation des contacts avec l’ambassade soviétique et le PCF.

154 Renaud Jean (1887-1961) fut cultivateur à Samazan (Lot-et-Garonne) puis professeur auxiliaire d’espagnol (1916-1919). Député socialiste en décembre 1920, il se présente au congrès de Tours en tant qu’élu d’une circonscription rurale adepte du bolchevisme. Hostile à la tactique « classe contre classe », il perdit son mandat en 1928. Lors des événements de février 1934, il adopta les positions unitaires de Jacques Doriot. L’adoption de la ligne de Front populaire le propulsa à nouveau au premier plan ; il fut élu député du Lot-et-Garonne dès le premier tour des législatives de 1936. Alors que Waldeck Rochet assurait le secrétariat de la section agraire, il était le porte-parole du Parti pour les questions paysannes à la Chambre, où il présidait le groupe communiste ainsi que la commission de l’Agriculture.

155 Gabriel Péri (1902-1941) était le responsable de la rubrique internationale de l’Humanité.

156 Lord Robert Cecil (1864-1958), ancien ministre conservateur, présidait la League of Nations Union. Il se retrouvait, en compagnie du radical français Pierre Cot, dans l’aventure du Rassemblement universel pour la paix. Lancé en septembre 1935, ce mouvement entendait regrouper, au-delà des composantes du Front populaire, les forces favorables au renforcement de la SDN et à l’organisation de la sécurité collective.

157 Anthony Eden, comte d’Avon (1897-1977), député conservateur britannique, était devenu ministre des Affaires étrangères en décembre 1935. Il avait manifesté une relative fermeté dans la question éthiopienne face à Mussolini.

158 Loin de pousser à une réaction militaire au coup de poker hitlérien du 7 mars, le PCF se joint au déferlement pacifiste général et attend de pied ferme les élections.

159 Né en 1873, Jean Lerolle était député (catholique social) de la Seine. Ancien président de l’Association catholique de la jeunesse française, il avait été en 1932 à l’origine de la loi sur les allocations familiales.

160 César Campinchi (1882-1941) était député de la Corse. En juin 1936, il remplace Daladier à la tête du groupe parlementaire radical.

161 Pierre Mazé, né en 1893, était député radical du Finistère. Sous-secrétaire d’État aux Travaux publics de janvier à juin 1936, il fut battu par Tanguy-Prigent (SFIO) aux élections de mai 1936.

162 Hippolyte Masson, né en 1875, était député (SFIO) du Finistère. Il fut battu en mai 1936 par le républicain indépendant Lohéac.

163 Paul Chopine, militant communiste, est l’auteur de brochures consacrées à l’extrême droite dont Le colonel de La Rocque veut-il la guerre civile ? (Paris, Bureau d’éditions, 1936).

164 Membre du parti ouvrier belge, Louis de Brouckère (1869-1951) était le président de l’Internationale ouvrière socialiste (IIe Internationale).

165 L’exécutif de l’Internationale ouvrière socialiste (IIe Internationale) avait repoussé le 13 octobre 1935 les offres d’action commune de Dimitrov à propos de la question éthiopienne. Mais les sections de l’IOS restaient libres sur le plan national. Alors que les gros bataillons nordiques et anglo-saxons demeurent opposés au processus de Front unique, la SFIO se retrouve aux côtés des PS espagnol, suisse, autrichien et italien ainsi que du Bund polonais et des mencheviks russes.

166 Albert Lebrun (1871-1950) avait été élu à la présidence de la République en 1932.

167 Flandin envisageait dès le mois de janvier 1936 une riposte militaire. Il s’est heurté à l’opposition de l’état-major – et, au premier chef, de Gamelin – ,convaincu à tort de la supériorité des forces allemandes.

168 Darius Le Corre, né en 1903, instituteur en Normandie, avait été muté en 1934 à Morsang-sur-Orge (Essonne) du fait de son action militante dans les rangs du PCF. En butte, sur son lieu de travail, à l’hostilité de l’extrême droite, il fut élu député en 1936 dans la première circonscription de Corbeil.

169 Neville Chamberlain (1869-1940), conservateur, n’a pas encore acquis son image d’« appeaser ». Il ne sera Premier ministre que l’année suivante.

170 Joseph Victor Rossé (1892-1951), autonomiste alsacien (Heimatsbund), professeur révoqué pour avoir rédigé en 1926 le manifeste de l’Heimatbund, directeur de la Revue scolaire, était journaliste à l’Elsässer Kurier. Il militait en faveur d’un État autonome alsacien. Député (Union populaire républicaine) du Haut-Rhin en 1928, invalidé, il fut réélu en 1932 et 1936. À la suite du plébiscite sarrois de 1935, il avait publié dans l’Aube un article infirmant toute comparaison avec l’Alsace. Pour l’UPR, expliquait-il, « sur le plan national, la question d’Alsace-Lorraine est résolue ».

171 Jacques Duboin (1879-1976), économiste, député du Cartel des gauches (1924- 1928), était l’animateur du Mouvement français pour l’abondance, fondé sous le nom de Ligue pour le droit au travail et le progrès social en 1934. Il exerça une réelle influence sur le groupe Révolution constructive.

172 Parue en 1920, il s’agit de l’une des œuvres les plus populaires de Romain Rolland. Empruntant largement au parler local, elle fait revivre un XVIIe siècle bourguignon folklorisé et haut en couleur.

173 Il pourrait s’agir du commandant Raynal, héroïque défenseur du fort de Vaux (11 mars-7 juin 1916) lors de la bataille de Verdun.

174 Fondateur du Centre de propagande des républicains nationaux (1926), collaborateur de l’Écho de Paris, Henri de Kérillis se distinguait, outre son anticommunisme virulent, par un patriotisme intransigeant vis-à-vis de l’Allemagne. Ses campagnes de presse avaient poussé en 1935 à l’adoption du service militaire de deux ans, mesure à laquelle le PCF s’était durement opposé.

175 Marcel Cachin avait été emprisonné à la suite de la campagne menée par le Komintern contre l’occupation de la Ruhr par les forces franco-belges (11 janvier 1923).

176 Paul Faure (1878-1960), membre de la minorité pacifiste au cours de la Première Guerre mondiale, secrétaire général de la SFIO, trouvait dans le tournant patriotique du PCF une justification supplémentaire à son anticommunisme.

177 Étienne Alexandre Millérand (1859-1943) avait été le premier socialiste à participer à un ministère bourgeois, en l’occurrence le cabinet Waldeck-Rousseau, dans lequel il détint, de 1899 à 1902, le portefeuille du commerce et de l’industrie. Figure de proue, en 1918, du Bloc national (droite), il fut président de la République de 1920 à 1924. Cachin utilise ici l’expression dans un sens restrictif, celui de la participation au gouvernement d’hommes politiques non mandatés par le Mouvement ouvrier.

178 Marceau Pivert (1895-1958), professeur, hostile envers toute coopération à la Défense nationale, dirigeait la tendance « gauche révolutionnaire » de la SFIO.

179 Au lendemain du 7 mars, l’Humanité avait développé une campagne incessante contre le « fascisme intérieur », exigeant la dissolution des ligues.

180 Félicien Challaye (1875-1967), pacifiste intégral, président de la Ligue internationale des combattants de la paix, avait accompagné le PCF dans ses initiatives anti guerre (congrès d’Amsterdam, 1932) jusqu’au tournant du printemps 1935.

181 Nicolas I. Boukharine (1888-1938), dirigeant bolchevik, premier secrétaire de l’IC (1926-1929), était depuis 1928 en disgrâce lorsqu’il effectua son dernier voyage à l’étranger, au printemps 1936.

182 Paul Vienney (1902-1966), avocat communiste, fut chargé vers 1927-1928 du service juridique de l’Humanité aux côtés de Marcel Willard.

183 Né en 1915, Henri Vuillemin avait été tué le 24 février 1934 à Ménilmontant (Paris) lors d’une manifestation communiste destinée à empêcher la tenue d’un meeting d’extrêmedroite.

184 Peut-être s’agit-il de Fernand Vigne. Né en 1910, il était secrétaire adjoint de l’Union départementale des syndicats du Vaucluse. Sans appartenir au PCF, son soutien à la ligne défendue par la fraction communiste dans la CGT le fit rapidement apparaître comme un compagnon de route du Parti.

185 Otto Kuusinen (1881-1964) avait été l’un des fondateurs du PC finlandais. Secrétaire de l’IC jusqu’en 1931, il demeurait à Moscou proche de l’appareil central du Komintern.

186 Klement Gottwald (1896-1953) était depuis 1929 le secrétaire général du PC de Tchécoslovaquie. Après quelques incartades (affaire Guttman, 1932), il incarnait désormais au sein de l’IC l’orthodoxie stalinienne la plus stricte. Cachin donne ici la substance d’un article paru dans l’Internationale communiste de février 1936 dont la rédaction de la revue précisait qu’il « était valable pour toutes les sections de l’IC ».

187 Maxime Wallach dit Litvinov (1876-1951), familier de l’Occident, commissaire aux Affaires étrangères depuis 1931, symbolisait la politique de rapprochement soviétique avec Paris et Londres.

188 Derrière cette vulgate léniniste se cache en réalité chez Lénine lui-même une volonté sans cesse réaffirmée de coller aux circonstances, de caractériser les conflits au coup par coup en gardant sans cesse à l’esprit (comme le faisait Marx en 1870) la possibilité de modification du caractère d’une guerre au cours de l’évolution des opérations.

189 Au cours de la guerre d’Éthiopie.

190 Tchang Kaï-Chek (1887-1975) était le chef de l’armée du gouvernement nationaliste du Kouo-min-tang, qui avait mené plusieurs « guerres d’anéantissement » contre le PC chinois. Ce dernier était invité par Moscou à lui proposer le Front unique contre les Japonais.

191 Ernst Thälmann (1886-1944) était l’homme de Staline à la tête du PC allemand. Arrêté à la suite de l’accession au pouvoir de Hitler, il avait bénéficié – en vain – d’une importante campagne de l’IC à l’occasion du tournant unitaire de mai-juin 1934 en direction de la social-démocratie.

192 Né en 1898, Luis Carlos Prestes dit Garroto était membre du PC brésilien depuis 1931 et du Comité exécutif de l’IC depuis 1935. Il venait d’être arrêté après l’insurrection contre la dictature de Vargas.

193 L’Ami du peuple survécut à son fondateur, le parfumeur milliardaire Coty. Tirant à 300 000 exemplaires, il soutenait la Ligue de la solidarité française, dirigée par le commandant Jean Renaud. L’entreprise de presse, mal gérée, tourna court après des débuts favorables (un million d’exemplaires en 1930). Coty mourut le 25 juillet 1934. Le titre avait été repris en janvier 1934 par la Société générale de presse soutenue par Havas. Au printemps 1936, Pierre Taittinger et Pierre-Étienne Flandin prirent le contrôle du journal, qu’ils louèrent en septembre à Georges Mandel.

194 Le PCF multiplie les efforts pour conserver le capital de sympathie que lui a valu son image de parti « anti guerre » au moment où son tournant patriotique sème le trouble dans l’opinion et permet à ses adversaires de lui décerner l’épithète de « belliciste ». Plutôt que la dimension unitaire, c’est alors l’occasion de mettre en avant l’aspect pacifiste de la personnalité de Barbusse.

195 Le mouvement communiste redoute une mise à l’écart du ministre des Affaires étrangères Titulesco, partisan du rapprochement avec Paris et Moscou et du maintien de la Roumanie dans la Petite Entente, aux côtés de la Yougoslavie et de la Tchécoslovaquie.

196 Femmes dans l’action mondiale était l’organe du Comité féminin de lutte contre la guerre et le fascisme.

197 Marx Dormoy (1888-1941) était député socialiste de l’Allier et maire de Montluçon.

198 Jules Bazile dit Guesde (1845-1922) avait fondé au congrès de Marseille (1879) le parti ouvrier français. Marcel Cachin conserva toujours à son égard estime et affection.

199 Paul Lafargue (1842-1911), gendre de Karl Marx, avait compté, aux côtés de Jules Guesde, parmi les propagandistes du marxisme en France.

200 Né en 1911, électricien, Henri Védrines était l’un des dirigeants des métallurgistes de l’Allier. Secrétaire des Jeunesses communistes du département, il fit partie en novembre 1935 du secrétariat collectif qui remplaça Jean-Baptiste Aucouturier à la direction du rayon de Montluçon.

201 Pierre Aumoine (1892-1973), viticulteur, était secrétaire de la fédération du PCF de l’ Allier et militant de la Confédération générale des paysans-travailleurs.

202 Né en 1874, Isidore Thivrier était depuis 1924 député socialiste de l’Allier. Il sera réélu en 1936 avec 100 voix d’avance sur le commmuniste Valignat.

203 Né en 1903, Jean-Baptiste Aucouturier, commerçant, emprisonné en 1925 pour son action contre la guerre du Maroc, avait été remplacé à la tête du rayon de Montluçon en novembre 1935 par Védrines, Valignat et Duprat.

204 Eugène Jardon, né en 1895, était depuis 1929 maire de Domérat (Allier), dans la banlieue de Montluçon. Il sera élu député en 1939 à la suite de la démission de Marx Dormoy.

205 Pierre Valignat (1905-1979) était secrétaire du rayon communiste de Montluçon, où il exerçait depuis 1932. Aux législatives de 1936, il fut devancé de 100 voix par le socialiste Joseph Thivrier. En juin 1936, il devint secrétaire adjoint de l’Union locale CGT.

206 René Froissart (1890-1942), mineur du Pas-de-Calais, s’installa comme fermier vers 1924 dans la région de Migennes (Yonne). Conseiller municipal de Brion, il fut candidat du PCF en avril-mai 1936 dans la circonscription de Joigny-Tonnerre.

207 Waldeck Rochet (1905-1983), ouvrier maraîcher, adhère au PCF en 1924. Responsable en 1934 de la section agraire du Comité central, il est depuis 1935 conseiller municipal de Puteaux. Il devient membre suppléant du Comité central en janvier 1936.

208 Marius Vazeilles, né en 1881, ingénieur des Eaux et forêts et pépiniériste, militant CGPT, fut élu député de la Corrèze en 1936.

209 Né en 1908, Jean Flavien était cultivateur à Voué (Aube) lorsqu’il adhéra en 1932 au PCF. Il était secrétaire départemental de la CGPT. Membre fondateur de la coopérative laitière de Troyes, il fut nommé en 1936 membre du Conseil central de l’Office du blé au titre des représentants des producteurs.

210 Auguste Béchard (1883-1965), vigneron, militant CGPT, était le maire de Lédignan (Gard). Il fut élu député d’Alès en 1936.

211 Julien Blachon (1887-1960) était un horticulteur et un pépiniériste aisé. Maire de Saint-Uze (Drôme) de 1923 à 1933, il fut délégué de la Drôme au congrès d’Amsterdam contre la guerre (1932).

212 Paysan des Alpes-Maritimes, Julien Béranger militait aux côtés de Jean Laurenti dans le syndicalisme agricole.

213 Peut-être s’agit-il d’Hubert Ruffe, permanent du Parti dans la région bordelaise. Né en 1899, cet ouvrier agricole autodidacte, grand amateur des œuvres de Lénine, avait été appelé à Paris comme collaborateur technique de Jacques Duclos. Il travaillait alors à la préparation de l’Album des parlementaires communistes.

214 Élie Bruneau, maire communiste de Colombes depuis 1935, était secrétaire de la CGTU du textile. C’est à ce titre qu’il travailla avec Charles Doucet.

215 Charles Doucet (1895-1938), ouvrier bonnetier à Troyes, fut responsable de la région CGTU Drôme-Ardèche et organisateur des ouvriers du textile. Évincé par Louis Saillant de son poste de permanent après la réunification, il assura la rubrique « Front ouvrier » de l’Humanité.

216 René Brunet (1882-1951) était député socialiste de la Drôme depuis 1928. Proche des « néos », il ne les suivit pas dans la scission. Il bénéficia en 1936 du désistement du communiste Julien Blachon.

217 Joseph Thibon (1888-1972), cheminot, syndicaliste unitaire, devint après la réunification délégué à la propagande de l’Union locale CGT. Membre du secrétariat de la région Drôme-Ardèche du PCF, il était responsable de la Drôme et secrétaire du rayon du Teil (Ardèche), ville dont il était conseiller municipal. Candidat aux élections législatives de 1936, il recueillit 1 995 voix sur 19 116 inscrits.

218 Fernand Richaud (1896-1974), artisan scieur sur bois, militant de l’ARAC, était conseiller municipal communiste de Die (Drôme). Aux élections législatives de 1936, il recueillit 2 597 voix sur 13 004 inscrits.

219 Albert Faure (1887-1966), papetier à Bourg-les-Valence, était délégué régional de la Confédération générale du petit commerce et membre du bureau régional du PCF.

220 Jacques Bénichou, né en 1890, était marchand forain. Il dirigeait en 1927 la cellule de Montélimar.

221 Né en 1904, Charles Vèque dirigeait le syndicat des cheminots CGT de Perrigny (Côte-d’Or). Conseiller municipal socialiste de Dijon, il devint en 1935 adjoint aux questions d’hygiène et de sport dans la municipalité dirigée par Robert Jardillier.

222 L’allocution radiodiffusée de Cachin s’inscrivait dans le cadre de la campagne électorale. Le 17 avril, Maurice Thorez avait, sur Radio Paris, prononcé son discours dit « de la main tendue » aux catholiques.

223 Jean Oswald dit Dorval (1902-1971), avait été employé à la Banque ouvrière et paysanne jusqu’à la faillite de 1931. Il entra à l’Humanité, dont il devint l’administrateur en 1932.

224 Victor Basch (1863-1944) était professeur d’esthétique et d’histoire de l’art à la Sorbonne. Président de la Ligue des droits de l’homme, il présenta le programme du Rassemblement populaire.

225 André Wurmser (1899-1984), l’un des secrétaires du CVIA en 1934, était le rédacteur en chef de Russie d’aujourd’hui.

226 Jean Perrin, né en 1870, prix Nobel de physique (1926), célébra Jeanne d’Arc et Valmy au meeting du Rassemblement populaire de Buffalo, le 14 juillet 1935. Il entra dans le premier cabinet Blum en septembre 1936 comme sous-secrétaire d’État à la Recherche scientifique. Peut-être s’agit-il de Paul Perrin, né en 1891, député socialiste (puis « néo ») du 18e arrondissement de Paris en 1932 et battu en 1936 par le communiste Pillot.

227 Henri Guernut, député socialiste (1928) puis radical (1932) de l’Aisne, fut ministre de l’Éducation nationale de janvier à juin 1936. Il fut battu aux élections législatives de 1936 par Lambin (SFIO).

228 Marc Sangnier (1873-1950), démocrate chrétien, fut le fondateur du Sillon (1894) puis de la Jeune République (1912). Député de la Seine (1919-1924), il fut l’introducteur en France des Auberges de jeunesse (1930). Il lança en 1934 l’Éveil des peuples, organe antifasciste.

229 Depuis novembre 1935, les Croix-de-Feu se retrouvent dans le Mouvement social français. À la suite de la dissolution du MSF, le 15 juin 1936, La Rocque lance le parti social français, qui s’engagera encore davantage dans le circuit électoral classique. Pour l’historien René Rémond, le PSF a contribué à arrimer de larges secteurs de la droite au jeu parlementaire. Le travail de documentation auquel se réfère Marcel Cachin a essentiellement été le fait de l’équipe regroupée autour d’Henri de Kérillis dans le Centre de propagande des républicains nationaux.

230 Né en 1903, Bertrand de Jouvenel, figure des « non-conformistes des années trente », avait dirigé la Lutte des jeunes et animé le groupe Travail et Nation. Il était chef adjoint des services politiques du Petit Journal. Il était le fils d’Henri de Jouvenel, ambassadeur de France. Il rejoignit le PPF lors de sa création.

231 Marcel Déat (1894-1955), boursier modèle de la IIIe République, était normalien et agrégé de philosophie. Socialiste réformiste, hostile au bolchevisme, il cristallisa le courant « néo socialiste », favorable à l’intervention de l’État et désireux d’engager avec le fascisme une course de vitesse pour la conquête des classes moyennes. La scission avec la SFIO se produisit en novembre 1933. Déat devint secrétaire général du parti socialiste de France-Union Jean Jaurès, composante en novembre 1935 de l’Union socialiste républicaine. Déat apparaissait comme un homme politique rénovateur, que le colonel de Gaulle tenta d’intéresser à ses vues sur l’arrmée de métier. Ministre de l’Air en janvier 1936, il fut battu en mai 1936 dans sa circonscription du 20e arrondissement de Paris par le communiste Adrien Langumier. De fait, la victoire du Front populaire marqua un tournant dans la carrière de Marcel Déat, qui dut reprendre un poste (prestigieux) dans l’enseignement, avant de gagner, en 1939, un siège de député à Angoulème.

232 Adrien Marquet (1884-1955), maire de Bordeaux, était député de la Gironde depuis 1924. Il quitta la SFIO en 1933 pour suivre Marcel Déat.

233 Si l’on se réfère aux résultats publiés par le Temps, le ballottage est dû au résultat de l’indépendant Cassagnade, le candidat communiste n’étant pas mentionné par le quotidien.

234 C’est cette disposition du programme du Front populaire espagnol qui avait – tardivement – décidé de la participation des anarchistes au scrutin du 16 février 1936, entraînant la victoire de la gauche.

235 Comme la loi d’amnistie, cette mesure visait à effacer les traces de la répression de la révolte des Asturies (octobre 1934).

236 Henri Franklin-Bouillon (1870-1937), radical nationaliste, inquiet devant la montée du péril allemand, était membre de l’Union nationale des combattants. Député de Seine-et-Oise, il fut battu en 1936 par le communiste Prachay.

237 Marcel Cachin reprend ici l’analyse faite par Dimitrov à l’été 1935 devant le VIIe Congrès de l’Internationale communiste : un gouvernement de Front populaire est possible dans des conditions de crise politique (une invasion, par exemple...) telles que l’appareil d’État n’est plus en mesure de s’opposer à l’intervention directe des masses. Aussi, à la demande de participation formulée le 12 mai par la SFIO, le PCF répondit-il le 14 de façon négative.

238 Ferdinand Béghin, né en 1902, était à la tête d’un puissant groupe industriel sucrier et papetier.

239 Né en 1885, Jean Prouvost appartenait à une vieille famille de lainiers du Nord. Il avait acquis en 1924 Paris-Midi puis, en 1930, Paris-Soir. Il avait fait de ce dernier titre le plus gros tirage (1 700 000 exemplaires) de la presse française.

240 Le financier Édouard-Raphaël Worms, propriétaire de la Grande Maison de blanc et du Cri de Paris, avait racheté en septembre 1934 le quotidien économique le Petit Bleu. L’Histoire générale de la presse française (Bellanger et al., PUF, 1972, ne mentionne pas de financement du Figaro (80 000 exemplaires) par Édouard Worms, pas plus qu’elle n’évoque un éventuel financement par la maison Hippolyte Worms et Cie.

241 Avec des moyens réduits, le Journal des débats (10 000 exemplaires) maintenait, sous la direction d’Étienne de Nalèche, la tradition d’un grand quotidien de notables à destination d’un public d’abonnés.

242 Quotidien terne mais réputé pour le sérieux de ses informations, le Temps tirait entre 50 et 80 000 exemplaires. Dirigé depuis 1931 par Émile Mireaux et Jacques Chastenet, le titre était la propriété d’un groupe où se cotoyaient le Comité des forges, les Houillères, le comte de Feels ainsi que diverses sociétés d’assurances.

243 Grand organe de la droite conservatrice, dirigé par Henry Simond, l’Écho de Paris avait vu son tirage baisser depuis 1919 de 300 000 à 100 000 exemplaires.

244 Sur l’Ami du peuple cf. note supra.

245 Sous la direction de Léon Bailby, l’Intransigeant était, jusqu’en 1930, le plus grand quotidien du soir de Paris. La dégradation de la situation financière du journal facilita en 1930 une prise de participation majoritaire de Louis-Dreyfus, provoquant en 1932 le départ de Bailby. Le titre fut cédé à la fin de 1936 à Jean Prouvost.

246 Fondé par Henri Dumay en 1923 par souscription, le Quotidien recruta son lectorat originel dans les couches moyennes radicales et socialistes. Organe du Cartel des gauches, il souffrit après 1925 des fluctuations politiques mais aussi de l’affairisme de ses dirigeants. Le titre, contrôlé depuis 1928 par le distillateur de cognac Jean Hennessy, disparut le 17 septembre 1936 faute de lecteurs.

247 La Journée industrielle fut fondée le 14 mars 1918 par E. Bernard-Precy. Grand quotidien d’information et de réflexion économiques, elle était dirigée par Claude-Jean Gignoux, qui fut en 1936 le premier président de la Confédération nationale du patronat français.

248 Quotidien ouvert et vivant, résistant assez bien à l’érosion générale des ventes (650 000 exemplaires en 1936), le Journal avait été vendu en 1925 à un groupe comprenant les papeteries Darblay, l’agence Havas et la Banque de Paris et des Pays-Bas.

249 Sous la direction de Pierre Dupuy, député de l’Alliance républicaine, le Petit Parisien souffrit de la concurrence de Paris-Soir et de la presse communiste. Sa diffusion chuta de 1935 à 1939 (un million d’exemplaires). La majeure partie de sa clientèle se recrutait en province.

250 La Croix (150 000 exemplaires) demeura le seul quotidien catholique national de l’entre-deux-guerres. Le titre était la propriété de la société anonyme de la Bonne Presse, dirigée par le comte de l’Épinois.

251 L’éditeur Arthème Fayard créa l’hebdomadaire Candide le 20 mars 1924. Ouvert sur le plan littéraire, le journal était fermement ancré à droite. L’affaire (465 000 exemplaires en 1936) fut un succès commercial.

252 Plutôt que d’Eugène (1904-1966), secrétaire de l’Union des syndicats de la région parisienne de la CGT réunifiée, suppléant au CC du PCF, il pourrait s’agir de Jean Hénaff, mentionné également à la date du 16 mai.

253 Philippe Le Maux, né en 1898, exploitant agricole, fut élu député socialiste des Côtes-du-Nord en 1936.

254 Émile Dutilleul (1883-1948), trésorier du PCF, fut élu député de la Seine en 1936.

255 Francis Marzin (1904-1969), carrossier automobile, était responsable de la CGPT pour l’arrondissement de Guingamp (Côtes-du-Nord). Dirigeant des luttes paysannes contre les saisies, il tenta de s’opposer à la tenue du meeting de Dorgères du 26 janvier 1936. Candidat communiste à Guingamp aux législatives de 1936, il recueillit 13,1 % des suffrages.

256 Fédération sportive et gymnique du travail, issue de la Fédération sportive du travail affiliée à l’Internationale rouge des sports. La FSGT accrut considérablement ses effectifs (de 30 à 130 000) sous le Front populaire. L’un de ses principaux animateurs, le communiste Auguste Delaune (1908-1943), fut nommé membre du Conseil supérieur des sports, sous la direction du ministre socialiste Léo Lagrange. La liste nominative qui suit n’a rien à voir avec la FSGT.

257 Jules Bornet (1881-1948), bûcheron du Cher et militant communiste, fut devancé aux élections législatives de 1936 par le socialiste Lazurick.

258 Albert Boccagny (né en 1894), exploitant agricole en Haute-Savoie, fut le candidat malheureux du PCF à Thonon en 1936.

259 Louis Bernard (1886-1956), horticulteur, avait été député socialiste du Gard de 1914 à 1919. Ayant opté pour le PCF, il ne retrouva pas son siège lors de ses tentatives ultérieures (1928, 1932 et 1936).

260 Cachin a probablement tiré profit de la lecture de l’ouvrage de Delaisi, la Banque de France aux mains des deux cents familles, déjà cité, ou de l’article de ce dernier paru dans le numéro spécial (« France, voici tes maîtres ») de la Flèche du 1er février 1936. Le conseil de régence était composé de six banquiers (Rothschild, Hottinguer, de Neuflize, Mallet, Mirabaut, Weill), cinq industriels (de Wendel, Duchemin, Poulenc, Tinardon, Darblay) et un agriculteur (de Voguë).

261 Édouard Herriot est en semi-retraite depuis son départ du gouvernement le 22 janvier 1936 et son remplacement par Daladier à la présidence du parti radical. Réservé face au Front populaire, ce dernier n’en fait pas moins de lui le président de la Chambre issue des élections du printemps 1936. Le 19 mai, il avait refusé le portefeuille des Affaires étrangères. Pour l’historien Serge Bernstein, il n’est plus désormais « qu’un témoin sans rôle réel dans la vie politique française », en dépit de son influence sur les hommes, qui reste considérable.

262 Vincent Auriol (1884-1966) appartenait, dans le sillage de Léon Blum, au courant majoritaire de la SFIO. Porte-parole du groupe socialiste dans les débats financiers et monétaires, il avait négocié à Washington sous le Cartel des gauches dans le cadre du règlement des dettes interalliées. Il avait participé aux pourparlers de juin 1935 avec le PCF, au cours desquels avait été débattue l’éventualité d’un vote communiste du budget. En dépit de formules d’estrade (« Les banques, je les ferme ; les banquiers je les enferme »), Auriol était sensible aux contraintes de l’économie mixte. Il fut, en juin 1936, ministre des Finances du gouvernement présidé par Léon Blum.

263 Le mur des Fédérés, au cimetière parisien du Père-Lachaise, où l’on commémore la répression des communards de 1871. Le 24 mai 1936, l’Humanité, appelant au rassemblement, arborait son mot d’ordre traditionnel : « Les soviets partout. »

264 Le 25 mai 1936, Maurice Thorez définissait devant le Comité central du PCF la vocation des comités de Front populaire. Ils devaient en effet exprimer « la volonté actuelle des masses et peuvent garantir la collaboration et le contrôle dans les conditions actuelles des masses, pas seulement par les communistes partisans du pouvoir des soviets, mais par des radicaux, des socialistes, des républicains, etc... ». La volonté de peser sur les décisions gouvernementales par l’intermédiaire d’organes semi-soviétiques était suffisamment lisible pour justifier, lors de la publication des Œuvres de Maurice Thorez, une réécriture des passages jugés par trop explicites .

265 Depuis le Congrès des écrivains pour la défense de la culture tenu à Paris les 21- 25 juin 1935, Louis Aragon était le secrétaire de l’Association internationale des écrivains pour la défense de la culture, qui réunissait auprès des intellectuels communistes les compagnons de route ralliés sur les thèmes de l’antifascisme et de la sympathie pour l’expérience soviétique. Aragon dirigeait chez l’éditeur « bourgeois » Denoël la collection « Association internationale des écrivains pour la défense de la culture ».

266 Édouard Jeanneret-Gris dit Le Corbusier (1887-1965), architecte et urbaniste, était influencé par le cubisme et le futurisme. Disciple d’Auguste Perret, adepte du béton armé et du Bauhaus allemand, il avait publié en 1923 son livre-manifeste Vers une architecture (« La maison est une machine à habiter »). Malgré une activité foisonnante, il fait figure, dans l’entre-deux-guerres, d’éternel refusé des commandes publiques et voit dans les chantiers de l’URSS le moyen d’échapper au mécénat (Centrosoyouz, 1928).

267 Francis Jourdain (1876-1958), peintre, décorateur et architecte, créa en 1929 avec Robert Mallet-Stevens l’Union des artistes modernes, qui marqua – réaction contre le style arts déco – la création française du mobilier et de l’environnement du domaine bâti. Il réalisera en 1937 le pavillon de l’UAM à l’Exposition internationale de 1937.

268 L’architecte français André Lurçat (1894-1970) construisit des ateliers d’artistes parisiens (villa Seurat) avant de réaliser le groupe scolaire ultra moderne Karl-Marx à Villejuif, à la demande du maire Paul Vaillant-Couturier (1930). En 1934, il émigra en URSS, où il séjourna jusqu’en 1937.

269 Alfred Margaine, né en 1870, était député radical de la Marne. Le 3 juin 1936, il fut nommé sous-secrétaire d’État aux Travaux publics.

270 Aimé Tranchand, né en 1880, appartenait à la gauche radicale. Il était député de la Vienne.

271 Au lendemain du scrutin législatif du 3 mai débute un mois d’interrègne au cours duquel le cabinet Sarraut expédie les affaires courantes dans l’attente de l’entrée en fonctions de Léon Blum. Depuis le 11 mai (occupation des usines Bréguet du Havre), une première vague de grèves a déferlé sur la France. Le 27 mai, Marceau Pivert s’écrie dans le Populaire : « Tout est possible ! » Le 28, Renault à Billancourt est atteint par le mouvement. La description que fait Cachin concorde avec celle de nombreux témoins.

272 A l’antimilitarisme, frontal ou clandestin mais peu efficace, tend à se substituer un « travail armée » plus sophistiqué, en direction des officiers « républicains », qui aura du mal à porter ses fruits avant le déclenchement du conflit et dont on verra les limites dans les circonstances pourtant favorables de la Libération.

273 Militant communiste, Pierre Bonneval (1902-1973) était ouvrier tourneur.

274 Alain Signor (1905-1970), instituteur, était depuis 1934 le responsable régional du PCF pour la région Finistère-Morbihan. Il dirigeait depuis 1935 l’hebdomadaire la Bretagne ouvrière, paysanne et maritime.

275 Friedrich Adler (1879-1960) était secrétaire de la IIe Internationale depuis 1923. Il s’opposait vigoureusement aux manœuvres de Front unique déclenchées périodiquement par le Komintern vis-à-vis des sociaux-démocrates.

276 André Philip (1902-1970), docteur en droit et en sciences économiques, fut reçu premier à l’agrégation d’économie politique en 1926. Il fut alors nommé professeur à la faculté de droit de Lyon. Il était membre de la SFIO et du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes. Il venait d’être élu député de Lyon, grâce au désistement communiste en sa faveur, au détriment du radical Rolland arrivé en tête au premier tour. Il n’en milita pas moins dans le Comité pour l’enquête sur les procès de Moscou, qui dénonçait la répression stalinienne.

277 Membre actif de l’IOS (IIe Internationale), Jean Longuet était partisan d’une politique de fermeté vis-à-vis de l’Allemagne nazie.

278 Le 30 mai 1936 s’était ouvert le XXXIIIe Congrès de la SFIO. Le même jour, le PCF renouvelait son refus de participer au gouvernement tout en réaffirmant sa volonté d’aboutir à l’unité organique. Dans son discours, Léon Blum avait refusé par avance de jouer le rôle d’un Kerensky. Il s’était montré résolu à tout affronter à l’exception d’« une mésintelligence avec le parti ou une mésintelligence avec l’ensemble de la classe ouvrière ».

279 Zyromski.

280 Le parti d’unité prolétarienne avait été créé à la suite de l’exclusion du PCF, en 1929, de six conseillers municipaux parisiens, parmi lesquels Jean Garchery, élu député en 1932 et 1936, et Louis Sellier. Il avait été marginalisé au sein du Rassemblement populaire, en partie suite à la pression du PCF, peu bienveillant à l’égard de ses dissidents.

281 Au début de 1935, socialistes et communistes s’étaient retrouvés au coude à coude contre la loi prolongeant à deux ans la durée du service militaire. Le programme du Rassemblement populaire était extrêmement vague sur la question. Pour éviter d’être contourné à gauche sur ce point, le PCF coupla l’idée de la réduction à celle de la motorisation, sans que cette initiative propagandiste – avancée au Parlement par Gitton – bénéficie d’un grand écho, à l’intérieur comme à l’extérieur du Parti.

282 Lancé à l’automne 1935 par lord Cecil et Pierre Cot, le RUP se présentait comme un mouvement tourné vers la défense de la sécurité collective dans le cadre de la SDN. Son incontestable succès est pour une large part à mettre au crédit de son secrétaire, le « sous-marin » communiste Louis Dolivet (cf. infra).

283 Depuis son amnistie (1925), Joseph Caillaux (1863-1944) faisait au Sénat figure de garant de l’orthodoxie financière (défense du bloc-or et du franc fort) la plus stricte.

284 Né en 1896, Henri Boville était ouvrier boulanger. Militant communiste jusqu’en 1929, il adhéra au parti socialiste, incitant la fédération unitaire de l’alimentation à rejoindre la CGT. À cette date, Paris risque de manquer de pain : les boulangeries sont à court de mazout, tandis que les dépôts sont occupés. C’est l’armée qui, devant le refus des grévistes, fournit le carburant nécessaire.

285 Auguste Savoie (1876-1949) était le secrétaire de la Fédération de l’alimentation CGT. Réformiste de longue date, il s’opposa à la montée de l’influence communiste après la réunification de mars 1936.

286 Professeur de droit international, Pierre Cot (1895-1977), jeune-turc du parti radical, était député de Savoie. Nommé ministre de l’Air par Daladier en janvier 1933, il plaida pour une coopération militaire franco-soviétique. Il retrouva son portefeuille en juin 1936 dans le cabinet Léon Blum. Avec lord Cecil, il présidait le Rassemblement universel pour la paix, qu’il avait lancé à l’automne 1935.

287 Marcel Cachin, en « homme de masses » expérimenté, rend compte ici de l’émergence d’une aspiration jusqu’alors secondaire dans le mouvement ouvrier français et qui n’était en aucune façon au programme du Front populaire. Votée à la Chambre le 11 juin à l’unanimité des 592 votants, une loi (publiée le 26 au Journal officiel) fera droit à cette revendication : tout salarié bénéficie dès lors de douze jours ouvrables de congés payés annuels.

288 Roger Salengro (1890-1936), député-maire socialiste de Lille, venait de prendre ses fonctions de ministre de l’Intérieur dans le gouvernement formé par Léon Blum.

289 André Morel, dit Ferrat, était né en 1901. Dirigeant de la section coloniale du PCF, il animait (sous le pseudonyme de Marcel Bréval) la revue oppositionnelle Que faire ? Réticent devant les implications (notammment en Algérie) de la ligne de Front populaire, il est évincé du Bureau politique en janvier 1936. Le 25 mai, il se dresse au Comité central contre l’attitude, jugée trop timorée, du Parti vis-à-vis du mouvement gréviste. Démis de ses fonctions au Comité central le 13 juin, condamné publiquement par l’Humanité du 7 juillet, il est définitivement exclu du PCF le 23 juillet 1936.

290 André Malraux (1901-1976) est un écrivain à succès (la Condition humaine, prix Goncourt 1934) lorsqu’il part pour l’Espagne le 17 mai 1936 à l’invitation de José Bergamin, catholique antifasciste proche du PC espagnol. Prenant quelque distance avec le théâtre d’opérations français, il peut dès lors déployer ses talents d’intermédiaire entre les milieux dirigeants du Front populaire de Paris et de Madrid.

291 Francisco Largo Caballero (1869-1946), dirigeant de l’Union générale des travailleurs et du parti socialiste ouvrier espagnol, était un socialiste de gauche à qui ne déplaisait pas son surnom de « Lénine espagnol ». Il présidera le gouvernement de Front populaire formé en septembre 1936.

292 Julio Alvarez del Vayo (1891-1974), conseiller de Caballero, était l’un des dirigeants socialistes espagnols les mieux disposés à l’égard des communistes. En septembre 1936, il sera ministre des Affaires étrangères du gouvernement Caballero.

293 Indalecio Prieto y Tuero (1883-1962), ministre des Finances du premier gouvernement de la république (1931), était un homme aisé mais un socialiste discipliné en dépit de l’antagonisme qui l’opposait à Caballero, doté dans le parti d’une base ouvrière.

294 Manuel Azaña y Diaz (1880-1940), républicain de gauche (Action républicaine), était président de la république espagnole depuis le 10 mai 1936. Cultivé et compétent, il était dépourvu d’une base sociale ou partisane suffisante.

295 En mai 1936, la Fédération anarchiste ibérique, réunie en congrès annuel à Saragosse, avait réaffirmé sa volonté d’instaurer en Espagne un « communisme libertaire » sur la base de communes autonomes. Outre l’amour libre, le programme anarchiste prônait un eugénisme destiné à faciliter la reproduction d’êtres beaux et bien-portants. Les thèses de la FAI étaient largement diffusées à l’intérieur de la puissante Confédération nationale du travail, particulièrement implantée en Andalousie et en Catalogne.

296 Depuis la mise sous le boisseau du pacifisme et de la lutte contre la défense nationale, et avant que la guerre civile espagnole ne lui redonne un second souffle, l’organisation fondée par Henri Barbusse se cherchait des raisons d’être. La crise d’identité était d’autant plus aiguë que la répartition des tâches avec le Rassemblement universel pour la paix promettait d’être laborieuse. La session du 6 juin était d’ailleurs élargie à des personnalités extérieures au Comité.

297 Sir Norman Angell (1874-1967), prix Nobel de la paix (1933), était aux côtés de lord Cecil et de Philip Noel-Baker l’un des dirigeants du mouvement de la paix (« Peace movement ») britannique. Membre de la Ligue britannique pour la Société des Nations (LNU), il collaborait également avec l’Anti-nazi Council de Winston Churchill.

298 Conrad Ulrich était le nom d’emprunt du kominternien hongrois Sandor Nogradi, qui travaillait à Paris au secrétariat d’Amsterdam-Pleyel.

299 Le 6 juin 1936, le cabinet constitué par Léon Blum reçoit l’investiture parlementaire. Au cours du débat, le président du Conseil – qui redoute une extension du mouvement aux services publics – a annoncé un premier train de mesures sociales, dont les quarante heures. La veille, le contact a été établi avec Lambert-Ribot, du Comité des forges, afin d’engager la négociation avec les représentants syndicaux ouvriers. La discussion s’ouvrira le lendemain, 7 juin 1936, à l’Hôtel Matignon.

300 Les « accords Matignon » ont été signés vers 1 h du matin, dans la nuit du 7 au 8 juin. Ses principales dispositions portaient sur les contrats collectifs de travail, la liberté syndicale, l’augmentation (de 7 à 15 %) des salaires et l’élection de délégués du personnel. Les salariés s’engageaient à respecter la loi, éminemment bafouée lors des occupations. Le 5 au soir, Léon Jouhaux avait, dans un discours radiodiffusé, réaffirmé la volonté des directions syndicales de conserver au mouvement une dimension corporative et revendicative, dans le cadre des institutions.

301 La semaine qui suit la conclusion des accords est marquée par une grande confusion. Le mouvement rebondit, touchant des secteurs jusqu’alors demeurés en dehors de l’action (grands magasins). Le ministre de l’Intérieur, Roger Salengro, multiplie les médiations. Dirigeants syndicaux et politiques prônent la reprise, à l’image de Maurice Thorez (« il faut savoir terminer une grève dès que satisfaction a été obtenue ») s’adressant le 11 juin au gymnase Jaurès à une assemblée de militants communistes. Le 9 juin, de son exil norvégien de Honefoss, Léon Trotsky – qui suit les événements grâce à la radio – a tranché : « La révolution française a commencé. »

302 Willy Münzenberg.

303 Cinq projets de loi avaient été déposés par Léon Blum dès le 9 juin. Ils furent tous adoptés : sur les congés payés, le 11 juin, par 563 voix contre 1 ; sur les conventions collectives, le même jour par 571 voix contre 5. Dans la nuit du 11 au 12, le texte sur les quarante heures rencontra davantage d’opposition (408 voix contre 160).

304 Udeanu, dit Ludovic Brecher puis Louis Dolivet (1908-1989), est né dans la partie de l’Empire austro-hongrois rattachée en 1919 à la Roumanie. Arrivé en France en 1929, il devient docteur en droit (Grenoble, 1931) et fréquente l’Institut des hautes études internationales de Genève. En 1932, il adhère au PC suisse. À partir de 1933, il s’investit dans les activités du Comité mondial contre la guerre avant de devenir en septembre 1935, à l’ombre de lord Cecil et de Pierre Cot, le moteur du Rassemblement universel pour la paix. Les archives désormais disponibles à Moscou (et les Carnets Cachin eux-mêmes, on le verra plus loin) permettent d’établir désormais que Dolivet fut bien l’homme installé par la direction soviétique à la direction du RUP, avec un itinéraire qui, par bien des points, ressemble à celui de Münzenberg, jusqu’à l’autonomie de cette très forte personnalité.

305 Il s’agit en réalité de l’hôtel particulier dont le propriétaire est le banquier suédois Olof Aschberg, installé à Paris depuis 1926. C’est à cette adresse que s’est tenu, les 12 et 13 juin 1936, le premier conseil général du RUP. Intermédiaire entre l’URSS et les milieux financiers internationaux, Aschberg a subvenu aux besoins de Münzenberg depuis l’installation en France de ce dernier en 1933.

306 La Néerlandaise Rosa Manus, de sensibilité libertaire, assurait la partie technique du secrétariat international du RUP.

307 Député de la Seine, Paul Reynaud (1878-1966), membre de l’Alliance démocratique, s’affirma comme l’un des porte-parole de l’opposition parlementaire au lendemain du succès de la gauche. Lors du débat sur la loi des quarante heures, il affronta le socialiste André Philip, adepte de la relance par la consommation, au nom de la compétitivité des entreprises françaises, dont les charges s’étaient brutalement accrues.

308 Nikolaï M. Schvernick (1888-1970), bolchevik de la première heure, avait succédé en 1930 au boukharinien Tomski à la tête des syndicats soviétiques, dont il était désormais le représentant à la direction du RUP.

309 Louis de Chappedelaine (1876-1939), avocat, avait été ministre de la Marine marchande du 24 janvier au 4 juin 1936. Il fut député des Côtes-du-Nord (Union répblicaine et nationale) de 1910 à sa mort.

310 Né en 1884, Michel Walter était député (UPR) du Bas-Rhin. Il défendait l’idée d’une Alsace province française et fière de ses particularismes.

311 Émile Kahn (1876-1958), socialiste, avait été l’ une des chevilles ouvrières du comité d’organisation du Rassemblement populaire, où il représentait la Ligue des droits de l’homme. A travers lui, Schvernik entendait influencer la gauche non communiste au moment où se préparait la première série des procès de Moscou. Les efforts de la direction stalinienne ne seront pas dépourvus de succès puisque la LDH rendra l’année suivante des conclusions extrêmement bienveillantes à l’égard de la justice soviétique.

312 L’assassinat de Serge M. Kostrikov dit Kirov (1886-1934), secrétaire du Parti à Leningrad, par L. Nikolaiev, donna le signal d’une répression massive en URSS.

313 Les pourparlers FSI/ISR n’aboutiront pas avant le déclenchement du conflit.

314 Le Bureau international du travail était l’un des fruits du traité de Versailles. La participation des syndicats soviétiques s’inscrivait dans la logique de l’entrée de l’URSS en septembre 1934 dans la Société des Nations.

315 Tom Bell (1882-1940) participa en 1920 à la fondation du PC britannique. Président des Amis de l’URSS (1930), il avait assisté au VIIe Congrès de l’IC. Il se consacrait plus particulièrement à l’International Red Aid (Secours rouge).

316 Principal avocat du PCF, Marcel Willard (1899-1956) avait été en 1933 l’un des défenseurs de Dimitrov au procès de l’incendie du Reichstag à Leipzig.

317 Egidio Gennari (1876-1942) était membre du Comité central du PC italien. Sans doute Marcel Cachin songe-t-il à le faire bénéficier du droit d’asile. Gennari était tombé malade ; il finira ses jours en URSS.

318 Orner Sarraut (indépendant de gauche) avait été battu au deuxième tour par Jean de Beaumont (né en 1904) par 1 566 voix contre 1 536. Président de l’Union des planteurs, de Beaumont sera invalidé le 25 janvier 1938 et réélu le 3 avril suivant. Il s’inscrira au groupe de la Gauche démocratique républicaine et indépendante.

319 Sonia Branting était la fille de l’ancien dirigeant socialiste suédois Karl Branting (1860-1925). Son frère Georg avait participé en septembre 1933 à Londres au contre-procès de l’incendie du Reichstag.

320 Vladimir Sokoline était le premier secrétaire de l’ambassade soviétique à Paris. Bien introduit auprès du personnel politique français, qu’il côtoyait à l’occasion dans les réceptions données par la journaliste Geneviève Tabouis, Sokoline était responsable du renseignement politique en France pour le compte du NKVD.

321 Louis Blanc (1811-1882), membre du gouvernement provisoire en février 1848, dut s’exiler après les journées de juin. Après 1870, il siégea à l’extrême gauche de l’Assemblée nationale.

322 Pierre Joseph Proudhon (1809-1865) a énoncé dans la Philosophie de la misère sa doctrine fédéraliste et ouvriériste, qui suscita la colère de Karl Marx. Sous la IIe République (1848), il ne parvint pas à faire aboutir son projet de « banque du peuple ».

323 Animée par Louis Aragon, il s’agissait d’une association regroupant, aux côtés de l’Association internationale des écrivains pour la défense de la culture, diverses organisations culturelles du Front populaire.

324 Il s’agit des assises de l’Assemblée nationale de la Paix et de la Liberté, convoquées les 12 et 13 juillet à Paris par le Comité de lutte contre le fascisme et la guerre. Tentative de centralisation – sous le label « Amsterdam-Pleyel » – des comités de base du Front populaire combattus par socialistes et radicaux, l’opération tourna court. L’Humanité s’était d’ailleurs gardée de lui donner une publicité excessive.

325 Signé le 11 juillet 1936, l’accord austro-allemand avait l’aval de Mussolini, jusqu’alors garant de l’indépendance de l’Autriche. Reconnaissant la souveraineté autrichienne, il eut pour première conséquence à Vienne l’arrivée au ministère des Affaires étrangères du sympathisant nazi Guido Schmidt, dans le gouvernement Schuschnigg.

326 Signée le 20 juillet 1936, la convention de Montreux maintenait la liberté de passage dans les détroits en temps de paix. En temps de guerre, elle reconnaissait à la Turquie le droit à l’interdiction du passage. L’accord concrétisait le rapprochement anglo-turc, amorcé lors de l’affaire éthiopienne. Il préludait également aux concessions françaises à la Turquie (autonomie du sandjak d’Alexandrette, janvier 1937).

327 Normalien, agrégé de philosophie et romancier, Paul Nizan (1905-1940) publiait depuis le 30 juin 1935, et jusqu’en 1939, des articles de politique étrangère dans l’Humanité, auprès de Gabriel Péri et sous la direction de Paul Vaillant-Couturier. Il se trouve alors en Espagne, d’où il reviendra à Paris après le déclenchement de la guerre civile.

328 Walter Mc Lellan Citrine, né en 1888, était le président du Conseil général des trade-unions britanniques depuis 1925.

329 Robert Lange appartenait au parti radical. Il était commissaire général du gouvernement pour la journée pacifiste du 2 août 1936.

330 Max Hymans, né en 1900, était depuis 1928 député socialiste de l’Indre.

331 Le Comité de vigilance des intellectuels antifascistes était déchiré entre partisans d’un antifascisme purement intérieur et tenants du refus de toute concession à l’hitlérisme en politique étrangère. Réunie en congrès le 21 juin, l’organisation avait mis à l’ordre du jour sa propre survie. Dans l’impossibilité de faire prévaloir son point de vue, la fraction communiste avait tenté (motion J.R. Bloch) de faire adopter la règle de l’unanimité pour toute prise de position publique du CVIA. La majorité (motion Delaisi) l’emporta par 2 118 voix contre 1 316. La minorité (Baby, Joliot, Langevin, Maublanc, Wallon) se retira des organes de direction, où restèrent seules en place les figures du « pacifisme intégral » (Alexandre, Bouché, Emery, Delaisi).

332 Magdeleine Paz (1889-1973) était l’épouse de Maurice Paz (né en 1896). Tous deux, après un passage dans les rangs de l’opposition de gauche trotskyste, étaient restés proches des milieux communistes dissidents. Ils avaient en particulier animé en Occident la campagne pour la libération de Victor Serge, détenu en Union soviétique.

333 Léo Lagrange (1900-1940), député socialiste du Nord depuis 1932, était sous-secrétaire d’Etat aux Loisirs et aux Sports (rattaché au ministère de la Santé publique, puis, en juin 1937, de l’Éducation nationale) dans le cabinet Léon Blum. Dénoncé par une partie de la presse comme le ministre de la paresse, Lagrange voulut susciter dans son domaine les initiatives des associations plutôt qu’imposer une tutelle étatique jugée par lui propice aux dérives totalitaires.

334 Jean Richard-Bloch (1884-1947), écrivain (le Dernier Empereur, 1926), animait avec Jean Cassou la revue Europe. Il s’était, depuis le congrès d’Amsterdam (1932), rapproché du PCF, auquel il adhérera en 1938.

335 Emmanuel Berl, homme de lettres né en 1892, était depuis 1933 directeur de l’hebdomadaire Marianne après avoir collaboré à Monde et appartenu au conseil de rédaction d’Europe.

336 Le tirage de Marianne (60 000) semble ici surestimé par Cachin. Lancé en 1932 par Gallimard, l’hebdomadaire reflétait les points de vue d’une gauche modérée. Fondé en 1935 par Chamson, Guéhenno et Viollis, Vendredi se voulait organe du Front populaire. D’après l’Histoire générale de la presse française, son tirage (100 000) était supérieur à celui de Marianne.

337 S’agit-il de Louis de Broglie, né en 1892, physicien créateur de la mécanique ondulatoire et prix Nobel 1929 ?

338 L’un des pseudonymes de Willy Münzenberg. La présence de Louis Dolivet à cette réunion de la fraction kominternienne au sein du RUP autorise à relativiser ses dénégations relatives aux liens qu’il entretenait avec le Mouvement communiste international.

339 Buhomil Smeral (1880-1941), sénateur communiste tchèque, était membre du Comité central du PCT depuis 1936 ainsi que de la commission de contrôle international du Komintern. Installé à Paris, il supervisait le travail communiste au sein du RUP. Ses rapports détaillés, expédiés à Moscou et conservés au Centre de recherches et de conservation d’histoire contemporaine, constituent aujourd’hui un ensemble unique pour l’étude de l’instrumentalisation par l’IC du mouvement de la paix international.

340 Ce projet s’inspirait de l’exemple anglais du Peace Ballott, initié par les milieux britanniques pro-SDN. Les résultats de cette enquête qui toucha 12 millions de personnes furent publiés le 27 juin 1935. Ils dessinaient le panorama d’une opinion publique disposée à la fermeté envers les perturbateurs de l’ordre international, mais soucieuse d’éviter tout conflit armé. L’organisation par le RUP d’une opération similaire au niveau international ne put être menée à bien.

341 Joseph Jacquemotte (1883-1936), député depuis 1925, était depuis 1934 le secrétaire général du PC de Belgique. Porte-parole du PCB au VIIe Congrès de l’IC, il était membre suppléant du Comité exécutif de l’Internationale. L’importance de la Belgique se précisait au fur et à mesure que les chances d’une tenue du congrès du RUP à Genève allaient s’amenuisant.

342 Sur une plus large échelle, le rassemblement de Bruxelles du RUP (3- 6 septembre 1936) mettra en œuvre des techniques de regroupements catégoriels déjà testées au congrès d’Amsterdam contre la guerre impérialiste (1932). Le mouvement communiste commence d’ailleurs à capitaliser l’expérience acquise dans ce domaine par les fonctionnaires des organisations internationales de l’entre-deux guerres.

343 Il n’y aura pas de délégation polonaise au rassemblement de Bruxelles.

344 Gaston Prache (1898-1984) était le secrétaire général de la Fédération nationale des coopératives de consommation. La Bibliothèque du militant coopérateur publia en 1937 la Coopération et la Paix où Prache se félicita de la participation au RUP de l’Alliance coopérative internationale (secrétaire : H.J. May), jusque-là réticente. Gaston Prache rapporta au congrès de Bruxelles au nom de la commission coopérative internationale.

345 Le Néerlandais Serrarens est le secrétaire de la Confédération internationale des syndicats chrétiens, à laquelle est affiliée la CFTC française et dont la Confédération catholique et la Confédération chrétienne nationale (protestante) des Pays-Bas constituent, avec leurs homologues belges, les principaux piliers.

346 La Confédération internationale des associations de mutilés de guerre et d’anciens combattants était, vue de Berlin, « infestée d’esprit pacifiste et marxiste ». À l’intérieur de la Fédération interalliée des anciens combattants, les représentants britanniques, germanophiles, étaient favorables à une invitation des Allemands. Berlin avait, d’ores et déjà, décidé d’ignorer toute sollicitation.

347 Né en 1878, Pierre Bovet, docteur en philosophie, directeur de l’institut Jean-Jacques Rousseau, était professeur d’Éducation expérimentale à l’université de Genève.

348 Né en 1874, Gorges Pouderoux était général de sapeurs-pompiers et pilote de guerre. Membre du parti radical, il s’était acquis une certaine notoriété en dénonçant au début des années 1930 les menaces de guerre aérochimique. Il prit une part active aux activités propagandistes du RUP.

349 Caillaux avait fait savoir que le Sénat s’opposerait à toute nationalisation dans laquelle les actions seraient échangées contre des titres de rente. Les communistes s’étaient prononcés contre toute formule d’expropriation. La loi réformant le statut de la Banque de France, votée par la Chambre le 16 juillet, fut adoptée le 24 par le Sénat. Elle instituait, à la place du conseil de régence, un conseil général de 20 membres (hauts fonctionnaires, techniciens et usagers du crédit), parmi lesquels deux représentants des 40 000 actionnaires. Joseph Caillaux fit supprimer du texte voté par la Chambre la représentation des banques privées.

350 Protestant libéral, Théodore Ruyssen (1868-1947) était le père de l’Association de la paix par le droit, fondée en 1887. Au lendemain de la Grande Guerre, il s’était réjoui de l’application à la carte de l’Europe du principe des nationalités, considéré comme un enfant de 1792. Il avait soutenu la politique de Locamo (1925). Président de la Fédération internationale des associations pour la SDN, Ruyssen était partisan de la présence au rassemblement RUP de Bruxelles de délégués allemands et italiens.

351 G. Smolianski bénéficia au sein du Profintern (Internationale syndicale rouge) de l’ascension de Schvernik, consécutive à l’éviction de Tomski. Il était attaché, sous la direction de Knorine, au secrétariat de l’IC chargé de l’Europe centrale. Membre de la délégation soviétique à Bruxelles, il ne survécut que peu de temps à Knorine, disparu au cours des purges de 1937.

352 Harry Pollitt (1890-1960), secrétaire du PC de Grande-Bretagne depuis 1929, était membre du présidium du Comité éxécutif de l’IC.

353 Pollit a probablement nommé Maurice Thorez. L’envoyé de l’IC évoque une aide « officieuse » à laquelle, de son côté, Blum s’est immédiatement décidé. Pourtant, ce même 23 juillet, paraît dans l’Écho de Paris sous la plume de Raymond Cartier un article intitulé : « Le Front populaire français osera-t-il armer le Front populaire espagnol ? », résolument anti-interventionniste au nom des futures relations franco-espagnoles dans l’hypothèse d’une victoire des promoteurs du pronunciamiento. L’affaire est désormais sur la place publique. Dans la question espagnole, IC et Union soviétique demeurent dans l’expectative jusqu’au début août, date à laquelle le PCF entendra se situer lui aussi sur le terrain de la sécurité de la France.

354 José Maria Gil Robles y Quiñones (1898-1980) dirigeait la Confédération espagnole des droites autonomes (CEDA). Catholique et conservatrice, elle regroupait partisans d’une restauration monarchique et démocrates chrétiens. L’organisation de jeunesse (Jeunesses d’action populaire, JAP) comportait une aile fascisante. Exclu des préparatifs de l’insurrection contre la République, il avait installé sa famille à Saint-Jean-de-Luz.

355 C’est à André Géraud dit Pertinax (né en 1882), chroniqueur de politique étrangère à l’Écho de Paris, que Léon Blum avait confié, le 22 juillet à Londres, son intention de venir en aide au gouvernement espagnol.

356 Georges Sorel (1847-1922), théoricien de l’autonomie ouvrière, s’était nourri d’influences composites : Renan, Bergson, Proudhon, Marx... Ses Réflexions sur la violence parurent en 1906 dans le Mouvement socialiste d’Hubert Lagardelle. Méconnu en France, son influence fut considérable à l’étranger, aussi bien sur Mussolini que chez les syndicalistes révolutionnaires. Après 1917, il salua le bolchevisme vainqueur, collaborant à la Revue communiste de Rappoport.

357 Alexis Maksimovitch Pechkov dit Maksim Gorki (1868-1936) était revenu en URSS en 1929. Promu écrivain officiel, il avait prêté sa signature à la glorification de la répression antipaysanne engagée alors par le régime. Jusqu’à sa mort, il fut contraint de demeurer en Union soviétique, étroitement surveillé par le NKVD et recevant dans sa cage dorée les visiteurs de marque tels que Romain Rolland.

358 André Dugué, né vers 1906, avait été candidat communiste aux élections législatives d’avril 1936 dans la deuxième circonscription d’Évreux. Il obtint 6,8 % des suffrages des inscrits.

359 Né en 1870, Abel Lefèvre fut sénateur (Gauche démocratique) de l’Eure de 1921 à 1939.

360 Né en 1865, Ernest Neuville fut sénateur (Union démocratique et radicale) de l’Eure de 1930 à 1939.

361 Maurice Hervey (1859-1936) était depuis 1912 sénateur (libéral) de l’Eure.

362 Fernand Legagneux (1900-1972), ouvrier du bâtiment, était membre du PCF depuis 1925. Le 5 juillet 1936, il était devenu secrétaire de l’Union départementale CGT de Seine-Inférieure (aujourd’hui : « Maritime »).

363 Michel Collinet (1904-1977), agrégé de mathématiques, avait été responsable de la Fédération de l’enseignement CGTU. Membre de la Ligue communiste (trotskyste) en 1930-1931, il militait à la tendance de la Gauche révolutionnaire depuis son adhésion (octobre 1935) à la SFIO.

364 Léon Mayer, né en 1868, était député (radical) de la Seine-Inférieure depuis 1923. Il avait été ministre de la Marine marchande de juin 1932 à janvier 1933.

365 Münzenberg.

366 Né en Slovaquie, Eugène Fried (1900-1943) avait été nommé en 1931 à la tête de l’équipe internationale mise en place à Paris par le Komintern pour réorganiser le PCF. Suivant de très près les activités de la direction communiste, il se dissimulait, à usage des dirigeants du Parti, sous le prénom de Clément, qui avait été celui du grand-père de Maurice Thorez.

367 Sculpteur valencien, Hilario Arlandis appartenait à la génération de dirigeants du PCE des années 1920. Il provenait de la CNT et avait fait partie en 1921 de la délégation du syndicat au congrès du Profintem (ISR), en compagnie de Joaquin Maurin, Andrés Nin et Jesùs Ibañez. Il prit part à la préparation de la Conférence d’unité syndicale, d’intiative communiste, du 30 juin au 2 juillet 1932.

368 Victorio Sala, ancien membre du POUM (parti ouvrier d’unification marxiste, extrême gauche antistalinienne), appartenait à la police catalane. Il était aux ordres du kominternien Singer, dit Ernö Geröe (1898-1980), et joua sa partie dans les manipulations préparatoires à la répression qui s’abattit en juin 1937 sur le POUM.

369 Sous le nom de Partit socialist unificat de Catalunya, il s’agissait de la section catalane de la IIIe Internationale, fruit de la fusion entre l’ancien PC catalan et les socialistes locaux (PSOE), renforcés de deux petites formations : l’Union socialiste et le Parti catalan prolétarien. Le PSUC publiait Las noticias et contrôlait l’UGT (Union générale des travailleurs) de Catalogne.

370 Ce même 30 juillet, des avions italiens en route vers le Maroc espagnol (tenu par les insurgés) atterrissent en zone française. La preuve est établie de l’intervention de Mussolini ; la position, au sein du gouvernement français, de ceux qui ferment les yeux sur le passage d’armes vers le camp républicain (« non-intervention relâchée », dira Léon Blum en 1946) est renforcée.

371 Né en 1913, Roger Garaudy s’était converti au protestantisme à quatorze ans avant d’adhérer au PCF en 1933. En 1936, il venait de réussir l’agrégation de philosophie.

372 Né en 1887, Alexis Léger était secrétaire général du ministère des Affaires étrangères depuis mars 1933, date à laquelle il succéda à Philippe Berthelot. Distingué par Aristide Briand depuis la conférence de Washington (1921), il se voulait fidèle à l’esprit de la politique menée par son patron au cours des années 1920. Il poursuivait parallèlement une carrière littéraire qui, sous l’appellation de Saint-John Perse, lui vaudrait en 1960 le prix Nobel.

373 Le 23 juillet, Léon Blum et son ministre des Affaires étrangères Yvon Delbos avaient rencontré à Londres leurs homologues britanniques. Il s’agissait de mettre au point les accords destinés à remplacer ceux de Locarno, désormais caducs depuis le 7 mars. La question espagnole ne fut abordée qu’en marge de la conférence, les Britanniques prodiguant aux Français force conseils de prudence.

374 Banquier et financier allemand, Hjalmar Schacht (1877-1970) avait œuvré en 1923 à l’émission du « Rentenmark ». Président de la Reichsbank après mars 1933, il était ministre de l’Économie depuis 1934. Le 28 août, Léon Blum le rencontra au siège de la Banque de France. L’entretien fut l’occasion d’une correspondance aigre-douce entre Maurice Thorez et le président du Conseil. Il faut le replacer dans le cadre de la politique « atlantique » de Blum : sur la base d’une entente – notamment économique – entre France, Grande-Bretagne et États-Unis, il s’agissait de réinsérer les puissances autarciques (Allemagne, Italie) dans le concert des nations.

375 L’analyse est confirmée par ce que nous connaissons aujourd’hui des réticences des chefs militaires allemands face au coup de poker de Hitler. En mars 1936, le gouvernement britannique de sir Anthony Eden avait été catégorique : en cas d’intervention française, Paris devait faire son deuil d’un éventuel soutien anglais.

376 Né en 1881, sir Robert Vansittart, secrétaire permanent au Foreign Office, comptait, avec Churchill et lord Amery, parmi les conservateurs opposés à l’« appeasement » à l’égard de l’Allemagne.

377 Le jugement fut cassé pour vice de forme. Malraux ne parvint pas à récupérer les sculptures qu’il avait « séquestrées ». Au nom de l’efficacité antifasciste, André Malraux se révéla à l’été 1936 un compagnon de route irréprochable, refusant par exemple d’intervenir en faveur de Victor Serge ou de Trotsky.

378 Auguste Blanqui (1805-1881) organisa à partir de 1831 des sociétés secrètes républicaines puis socialistes. En avril 1849, il fut condamné pour sa participation à l’insurrection du 15 mai 1848 contre l’Assemblée constituante à dix ans de détention. Incarcéré à Doullens, puis au pénitencier de Belle-Île, il s’évada mais fut repris peu après. Sa brochure sur l’armement du peuple, l’Armée esclave et opprimée, fut réimprimée en 1913 au cours de la campagne des socialistes contre la loi des trois ans.

379 Le congrès du SNI (3, 4 et 5 août) avait demandé la révision concertée du traité de Versailles et la réduction de l’effort de guerre français. La majorité l’avait emporté par 695 voix contre 124 à la motion Serret (extrême gauche), qui prônait la guerre sociale « si la guerre éclatait néanmoins ». La formule « plutôt la servitude que la guerre, parce que de la servitude on en revient » avait déjà été prononcée au congrès de réunification de la CGT à Toulouse par Mathé. Elle fut rappelée à Lille par Larrère (Landes), pacifiste intégral, membre de la Ligue internationale des combattants de la paix et co signataire de la motion Serret. Les communistes resteront dans la majorité jusqu’en 1937.

380 Large de 60 km, montagneux, l’isthme de Kra sépare le golfe du Siam et la mer d’Andaman (océan Indien). Ce lieu de transbordement, à la frontière entre la Birmanie et la Thaïlande (Siam), permettait d’éviter de contourner la péninsule de Malaisie et d’emprunter le détroit de Malacca, haut lieu de la piraterie.

381 Né en 1902, Georges Philippe Friedmann avait engagé sur les aspects déshumanisants de l’organisation du travail dans les sociétés industrielles une réflexion qui aboutirait après guerre à ces classiques de sociologie de travail que sont Problèmes humains du machinisme industriel (1947) et le Travail en miettes (1956).

382 Le philosophe britannique Herbert Spencer (1820-1903), influencé par le darwinisme, échafauda une théorie (organicisme) de l’évolution de l’Univers. À partir des données scientifiques de son temps, il voulut vérifier dans son œuvre sociologique la loi de complexité croissante qui poussait à la diversification des activités humaines et à l’intégration des composantes sociales (Principes de sociologie, 1877-1896).

383 Auguste Comte (1798-1857) eut pour ambition de clore la période révolutionnaire par la fondation d’une doctrine unique, le positivisme. Il s’agissait de faire de la politique une science de type physique. Il fut à l’origine d’un courant scientiste alors que lui-même manifesta des préoccupations religieuses (culte du Grand Être de l’humanité) et morales (amour pour principe, ordre pour base, progrès pour but).

384 Destiné à la prêtrise, Ernest Renan (1823-1892) avait consacré sa rupture avec le catholicisme en écrivant, en 1845, l’Avenir de la science (publié en 1890). Philologue hébraïsant, il fit scandale dans la France du second Empire. Après la défaite de 1870, méfiant envers la démocratie émergente, il alimenta avec son interprétation rationaliste du christianisme (Vie de Jésus, 1863) le renouveau nationaliste français (la Réforme intellectuelle et morale, 1871). Il se flattait alors d’être « un tissu de contradictions ».

385 Charles Renouvier (1815-1903) fut le promoteur d’un néo kantisme plaçant la liberté au centre de la vie intellectuelle et morale.

386 Directeur de la Revue des Deux-Mondes, Ferdinand Brunetière (1849-1906) resta marqué après sa conversion au catholicisme (1900) par le positivisme et le dogmatisme classique dont il avait témoigné dans ses études sur la littérature française.

387 Maurice Barrès (1862-1923) trouva dans le nationalisme la possibilité d’enraciner socialement une vigoureuse individualité exaltée dans sa trilogie le Culte du moi (1888-1891). Député de Paris depuis 1906, il nourrissait sa volonté de revanche du fond patriotique révolutionnaire français tout en effectuant de larges emprunts à la mythologie allemande de la terre, du sang et des morts (1897 : les Déracinés ; 1913 : la Colline inspirée).

388 Émile Boutroux (1845-1921) enseigna la philosophie à l’École normale supérieure. Il s’appuya sur l’évolution contemporaine des sciences pour battre en brèche les doctrines déterministes.

389 Pierre Duhem (1861-1916), physicien, était un historien des sciences (le Système du monde, histoire des doctrines cosmologiques de Platon à Copernic, dont la publication fut achevée en 1959).

390 Édouard Le Roy (1870-1954), mathématicien hostile au scientisme, avait mis l’accent sur le caractère éthique des dogmes religieux. Son ouvrage Dogme et critique (1907) fut combattu par l’Église (encyclique Pascendi de Pie X, 1907) en raison de ses vues modernistes.

391 Henri Poincaré (1854-1912), mathématicien, avait consacré ses derniers travaux à la philosophie des sciences. Dans la Science et l’Hypothèse (1902), il s’en prenait aux principes de la mécanique classique.

392 Henri Bergson (1859-1941), professeur au Collège de France, exerça une profonde influence sur divers grands esprits de son temps (Péguy, Proust, Sorel...) séduits par son refus du scientisme alors dominant mais aussi par sa méfiance envers le spiritualisme classique. Marcel Cachin lui a déjà consacré certains passages de ses carnets (cf tome I, 2 janvier 1912, p. 610).

393 Charles Péguy (1873-1914), élève de Bergson à l’École normale supérieure, rompit en 1900 avec les courants socialistes, trop marqués à son gré par l’antimilitarisme et l’anticléricalisme. Converti au catholicisme en 1908, il s’éleva dans les Cahiers de la quinzaine contre la gauche intellectuelle sans pour autant bénéficier de la bienveillance de l’Église, qui n’appréciait guère ses attaques contre le conservatisme. Ses thèmes littéraires alliaient mysticisme religieux et foi patriotique. Il tomba au front à la veille de la bataille de la Marne.

394 Physicien et philosophe autrichien, Ernest Mach (1838-1916) influença la pensée d’Einstein par sa critique des principes de la mécanique newtonienne. En raison de ses travaux sur les rapports entre son et aérodynamique, l’unité de vitesse supersonique utilisée en aviation porte son nom. Lénine taxa ses principes philosophiques d’idéalisme dans Matérialisme et empiriocriticisme (1909).

395 La discussion des projets d’office du blé avait commencé à la Chambre dès le 3 juillet. Il fallut attendre le 14 août pour que le Sénat avalise les textes présentés par le ministre de l’Agriculture Georges Monnet. Celui-ci avait fait valoir la nécessité d’une organisation du marché du blé. L’Office national interprofessionnel du blé, doté de la personnalité juridique (jusqu’en 1939), fixait le prix annuel. Les coopératives prenaient en charge le stockage et le paiement.

396 En fait, Jouhaux s’est montré beaucoup plus favorable à l’aide gouvernementale au camp républicain que ne le laisse supposer la notation de Cachin.

397 Le PCF doit développer, dans le cadre de sa ligne de « Front des Français », une ligne mariant la dénonciation du blocus gouvernemental et l’approbation de la politique soviétique de non-intervention. À sa base ouvrière, qui scande « Des avions, des canons, pour l’Espagne ! » l’Humanité fait écho mais précise néanmoins : « À bas la guerre ! » tout en justifiant le retard apporté par le gouvernement dans la réduction du service militaire par les aléas de la conjoncture. Le 25 août, à Buffalo, Maurice Thorez s’affirme résolument pour la non-intervention étant donné qu’on ne porte pas la liberté à la pointe des baïonnettes. Sur la pelouse, on peut admirer un monoplace aux couleurs de la république espagnole.

398 Zinoviev, condamné à mort à Moscou, est fusillé le 25 août. Le 3 septembre, un meeting de protestation, marqué par une intervention d’André Breton, réunit salle Wagram la gauche antistalinienne.

399 Décidé lors d’une réunion des instances dirigeantes du Rassemblement universel pour la paix tenue les 27 et 28 avril, le congrès de Bruxelles fut un incontestable succès. Devant 4 050 délégués (dont 1 500 Français), Pierre Cot y développa les quatre points à la base du RUP : inviolabilité des traités, réduction des armements, renforcement de la SDN et instauration de mécanismes de gestion rapide des crises internationales.

400 Observation exacte, notamment en ce qui concerne les pays anglo-saxons et les Pays-Bas. En France, la figure de proue du pacifisme pro-SDN était le pasteur Jules Jézéquel, secrétaire de l’Alliance internationale de l’Alliance universelle pour l’amitié par les Églises, et vice-président du RUP.

401 La décision fut scrupuleusement respectée lors des multiples interventions, à l’exception de quelques « Des canons, des avions pour l’Espagne ! » qui ponctuèrent le discours de Pierre Cot et qui furent d’ailleurs omis du compte rendu final. La délégation espagnole se limitait à la seule Dolorès Ibarruri (la « Pasionaria »), dirigeante du PCE.

402 Rudolf Breitscheid (1874-1944), social-démocrate allemand, avait lancé dès février 1933 l’idée d’un pacte de non-agression entre socialistes et communistes. Il avait dans ce but vainement tenté, avant mars 1933, d’établir le contact avec le KPD.

403 Ces appels coïncident remarquablement avec la ligne – méconnue – de « réconciliation nationale » adoptée à l’été 1936 par l’IC à l’égard du NSDAP et de ses homologues autrichiens, ainsi que du fascisme italien. En France, le « Front des Français » pourrait être le pendant de cette ouverture à droite. Il est abandonné à l’automne, alors que la position sur l’Espagne se durcit. Cette attitude avait permis au PC italien d’établir quelques contacts avec les éléments anti allemands du fascisme, alors même qu’on ne renonçait pas – comme l’écrivait encore le 7 septembre dans l’Humanité Gabriel Péri – à réintégrer l’Italie dans le « Front de la paix ».

404 Le 24 août 1936, l’Allemagne portait à deux ans la durée du service militaire.

405 La réunion du Comité mondial contre la guerre et le fascisme précède celle du Rassemblement universel pour la paix.

406 Le 10 août, le PCF avait arrêté le principe du lancement d’un quotidien qui, dirigé par Aragon, paraîtra en mars 1937 sous le titre Ce soir. Avec l’appui du gouvernement espagnol, il s’agissait d’élargir l’audience des thèses du PCF au moment où celui-ci, du fait de la guerre d’Espagne, voyait s’accroître son isolement dans l’opinion.

407 Professeur au Conservatoire national des arts et métiers, Charles Spinasse (1893- 1979) était maire d’Égletons et député (SFIO) de la Corrèze. Proche de Paul Faure en matière de politique extérieure, il était réticent devant le pacte franco-soviétique, auquel il avait opposé l’idée d’une « communauté économique continentale de la mer du Nord au sud de l’Afrique ». Il fut ministre de l’Économie nationale dans le premier cabinet Blum.

408 Cette préoccupation transparaît dans le n° 14/15 (25 août 1936) des Cahiers du bolchevisme, où André Seigneur se penche sur « L’important problème des classes moyennes » tandis que Georges Politzer s’y livre à une analyse fouillée de « La composition sociale de la population en France ».

409 Jeanne Moussinac était l’épouse de Léon Moussinac (1890-1964), directeur des Éditions sociales internationales depuis 1935.

410 Pendant la guerre d’Espagne, Lesec combattit dans les rangs des Brigades internationales.

411 Arthur Ramette, né en 1897, secrétaire de la fédération communiste du Nord, était depuis 1932 député communiste de Roubaix. Fidèle de Maurice Thorez, soutenu par Fried, il entra comme suppléant au Bureau politique du PCF lors du VIIIe Congrès (janvier 1936).

412 Georges Marrane (1888-1976), mécanicien-horloger, était président du Conseil général de la Seine et maire d’Ivry.

413 Alphonse (dit Maurice) Lampe (1900-1979), ajusteur-mécanicien, était depuis 1933 le secrétaire de la région communiste Paris-Ville. À l’automne 1936, il contribuera à la mise sur pied des Brigades internationales.

414 Jean Champetier de Ribes (1882-1947) était sénateur (Démocrate populaire) des Basses-Pyrénées.

415 En réalité, Marcel Cachin, conformément à des impératifs de modération dont il prit connaissance peu après, s’en tiendra à une posture œcuménique. Le gouvernement belge avait interdit toute attaque contre des gouvernements étrangers et la consigne de port de la cravate rouge, initialement diffusée dans les rangs communistes, fut annulée in extremis.

416 Universel.

417 Né en 1888, Georges Rivollet était secrétaire général de l’Union nationale des mutilés et réformés ainsi que de la Confédération nationale des anciens combattants. Ministre des Pensions de février 1934 à mai 1935, il représentait la Confédération des anciens combattants au Bureau international du travail.

418 Né en 1891, Jean Desbons dirigeait la Fédération nationale des anciens prisonniers de guerre. Député (Gauche démocratique) des Hautes-Pyrénées, il comptait parmi les opposants au Front populaire.

419 Animateur de l’Union fédérale des associations françaises d’anciens combattants et victimes de guerre, de sensibilité centre-gauche, Henri Pichot avait été l’objet des attentions d’Otto Abetz. Il avait rencontré Hitler le 20 décembre 1934 et anima à partir d’octobre 1935 le comité France-Allemagne, dont il ne démissionna qu’en mai 1939.

420 Homonyme de l’auteur de Guerre et paix, Alexis Nikolaïevitch Tolstoï (1883- 1945), issu de la noblesse provinciale russe, était revenu en URSS en 1923. Précurseur du roman d’anticipation russe, il se consacrait depuis son retour à son œuvre romanesque (le Chemin des tourments, 1919-1941).

421 Né en 1905, Mikhail Alexandrovitch Cholokhov avait publié en 1932 le premier volume de Terres défrichées, ouvrage traitant de la collectivisation des terres et dont la suite paraîtra en 1959.

422 Ouverte aux vainqueurs du conflit, la Fédération interalliée des anciens combattants fut fondée en 1920 à l’initiative de l’Union nationale des combattants (droite modérée). Son président était l’Italien Carlo Delcroix.

423 André Delmas (1899-1979) était le secrétaire général du Syndicat national des instituteurs. Très réservé à l’égard du PCF, il allait soutenir Belin et Froideval lors du lancement de Syndicats (octobre 1936), destiné à contrecarrer l’influence de la Vie ouvrière (communiste) dans la CGT.

424 Lire probablement : « Schvernik sectaire. »

425 Né en 1880, lord Lytton, ferme partisan de la politique de sécurité collective, appartenait à la direction de la League of Nations Union, qualifiée par l’historien britannique Martin Ceadel de « pro-war peace-movement ».

426 Sans doute s’agit-il de Mme Malaterre-Sellier, déléguée permanente française à la Société des Nations.

427 Salomon Grumbach (1884-1952) était député (SFIO) du Tarn. Vice-président de la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale, il contribua au projet de loi sur le départ des volontaires pour l’Espagne.

428 Sylvia Pankhurst (1882-1960), militante pacifiste et internationaliste en 1914- 1918, participa aux activités de l’Internationale communiste lors de sa fondation. Membre du PC de Grande-Bretagne, elle s’en éloigna au début des années 1920. Elle soutint activement la cause éthiopienne.

429 Il s’agit du Comité mondial contre la guerre et le fascisme. C’est à cette occasion que Münzenberg est dessaisi par l’IC de ses responsabilités dans le Mouvement de la paix au profit de Smeral.

430 Il s’agit de la fraction communiste du RUP. Le rôle de Dolivet comme kominternien au sein du Mouvement de la paix international apparaît ici, une fois de plus, incontestable.

431 George Lansbury (1859-1940) avait quitté la présidence du Parti travailliste britannique peu avant le congrès de Brighton (octobre 1935) en raison de son désaccord avec la politique de sanctions à l’égard de l’Italie prônée par la majorité. Il incarnait depuis la Grande Guerre la sensibilité pacifiste du Labour Party.

432 Marcelino Domingo Sanjuan (1884-1939), républicain catalan, avait été ministre de l’Éducation de 1931 à 1933. Admirateur de Clemenceau et Jules Ferry, il avait fondé avec Alvaro de Albornoz le parti républicain radical-socialiste. Il accompagnait Dolorès Ibarruri (Pasionaria), en quête d’armes et de soutiens, dans sa tournée européenne.

433 Dolores Ibarruri Gomez, dite La Pasionaria (1895-1989), fille et femme de mineurs, fut des premières militantes du PCE. Députée des Asturies en 1936, compagne de Francisco Anton Sanz (membre du Bureau politique), elle était dotée d’exceptionnelles qualités oratoires et s’affirma au cours de la guerre comme l’une des figures de proue du communisme espagnol.

434 Il pourrait s’agir de Chen Yun, né en 1900, membre du Bureau politique du PC chinois, qui s’était rendu à Moscou l’année précédente pour assister au VIIe Congrès de l’IC et était demeuré en Europe jusqu’en 1937.

435 Louis Lagorgette (1895-1937), ingénieur, avait probablement appartenu au PCF en 1920-1923. Syndicaliste CGT, membre de la SFIO, il était depuis 1935 troisième adjoint au maire de Boulogne-Billancourt, André Morizet. Secrétaire général des Jeunesses socialistes, il épura l’organisation des éléments trotskystes lors de la conférence de Lille (juillet 1935). Aux élections législatives de 1936, il avait été devancé par le communiste Alfred Costes. Paul Faure, ministre d’État dans le gouvernement Blum, en fit son secrétaire particulier.

436 Né en 1909, Henri Dupont, ouvrier métallurgiste, était un dirigeant socialiste de Renault-Billancourt. Il rejoignit le PCF pendant l’Occupation.

437 Jules Moch (1893-1985), polytechnicien, ingénieur de la Marine, avait perdu son mandat de député (SFIO) de la Drôme en mai 1936. Il était secrétaire général du gouvernement dirigé par Léon Blum.

438 Le 7 septembre, les métallurgistes de la région parisienne observèrent une heure de grève « pour l’Espagne et pour la paix ».

439 Le 4 septembre à Paris, la manifestation de soutien à la république espagnole avait montré à la fois la combativité de nombreux jeunes ouvriers mais également l’isolement de cette frange combative par rapport aux autres secteurs du Front populaire.

440 Ce thème est largement développé par Paul Vaillant-Couturier dans l’Humanité du 8 septembre. À la crainte de l’isolement international répond celle que le manifeste par le PCF quant à sa position sur la scène politique française alors qu’il doit reculer, face à la contre-attaque socialiste, sur la question du « Front des Français ».

441 Le 7 septembre, le gouvernement français avait chiffré à 20 milliards le montant de son effort de réarmement. Le glissement de la position communiste à l’égard du budget militaire fut progressif, la déclaration de Staline en mai 1935 ne constituant pas à cet égard une rupture. Fin 1935, la fraction parlementaire communiste s’opposait toujours à ce qu’elle persistait à dénommer « course aux armements ». Le 20 mars 1936, pourtant, les députés du PCF s’abstinrent lors d’un scrutin autorisant l’émission de bons du Trésor en vue de la création d’un fonds d’armement. C’est au lendemain du succès du Front populaire que Duclos évoqua, le 10 mai 1936, la possibilité d’un vote des crédits militaires.

442 Membres du parti de l’unité prolétarienne. Fondé en décembre 1929 sous le nom initial de parti ouvrier et paysan par Henri Sellier et Garchery, le PUP avait causé au PCF en 1932 d’importants préjudices électoraux.

443 Le 9 janvier 1936, dans le cadre des négociations engagées avec la SFIO sur la question de l’unité organique, l’Humanité avait publié une « charte d’unité de la classe ouvrière de France ».

444 Le 3 septembre, à Paris et Bruxelles, s’étaient tenus des meetings de protestation contre les procès de Moscou. Le 28 août, Trotsky a été arrêté en Norvège. Partiellement isolé, il a confié à son fils Léon Sedov le soin de réfuter dans un Livre rouge les accusations staliniennes.

445 Le 8 septembre, un monument à la mémoire d’Henri Barbusse a été expédié en France par les « travailleurs de Sverdlovsk » (URSS).

446 Langue maternelle.

447 En 1936, le PCF avait troqué sa dénonciation de l’« impérialisme français » au profit d’une ligne d’« union fraternelle » franco-alsacienne.

448 Émile Wetterlé (1861-1931), prêtre, fut député au Reichstag en 1898. Emprisonné quelques mois en 1900, il fonda avec Jacques Preiss le parti national en 1915. En 1919, il fut élu sur la liste d’Union nationale.

449 Né en 1867, le comte Jean de Leusse fut député de 1919 à 1924. Depuis 1927, il était sénateur du Bas-Rhin. Hostile aux autonomistes, il l’était également au Front populaire.

450 Le général Robert Bourgeois (1857-1945) fut sénateur du Bas-Rhin de 1920 à 1936. Auteur d’un projet de loi réglementant l’implantation des usines dans les zones frontalières, il ne se représenta pas devant l’hostilité des habitants concernés.

451 Charles Scheer (1871-1936) fut député du Haut-Rhin de 1919 à 1928. Partisan d’une assimilation progressive, il fut battu en 1928 par le socialiste Grumbach.

452 Né en 1878, Paul Jourdain fut élu en 1919 député du Bas-Rhin, département qu’il représenta à partir de 1927 comme sénateur (Union démocratique et radicale). Il était membre de la commission des Affaires étrangères.

453 Né en 1870, ancien député (Zentrum) au Reichstag, profondément alsacien et hostile à la laïcité, l’abbé Haegy dirigeait l’important groupe de presse Alsatia (Elsässer Kurier, Écho de Sélestat, Écho de Mulhouse...). Il était mort depuis 1932. Notons qu’à Strasbourg l’Union populaire républicaine (autonomiste catholique) se rangeait dans la majorité municipale aux côtés des « nationaux » (démocrates, catholiques nationaux, radicaux et socialistes) face à l’opposition autonomiste (Volksfront : Landespartei, progressistes, communistes alsaciens).

454 Robert Ernst, fils de pasteur alsacien ayant opté pour l’Allemagne en 1918, avait fondé à Fribourg-en-Brisgau une association d’entraide des Alsaciens-Lorrains dans le Reich. Il déployait une activité importante en faveur d’une Alsace allemande, publiant les Elsass-Lothringische Nachrichten et créant l’Institut d’études alsaciennes auprès de l’université Goethe de Francfort-sur-le-Main.

455 René Hauss, né en 1896, imprimeur à Strasbourg, faisait partie de l’équipe de la Zukunft.

456 L’abbé Fasshauer avait été suspendu a divinis par Mgr Ruch, évêque de Strasbourg, en raison de la liaison qu’il entretenait avec Agnès Eggemann, de nationalité allemande, dactylo à l’Elsässer Kurier et intermédiaire (d’après l’Action française du 15 février 1927) dans le financement du mouvement autonomiste.

457 Joseph Rossé (1892-1951), cf. supra.

458 Né en 1862, le Dr Ricklin avait été élu en 1903 député au Reichstag. Envoyé en résidence surveillée en 1918 par les autorités françaises, il en revint farouchement convaincu de la nécessité d’une Alsace autonome, sinon indépendante. Il lança le 9 mai 1925 la Zukunft, hebdomadaire « pour la défense de la patrie alsacienne-lorraine et du droit des peuples » et qui atteignit rapidement une grande diffusion.

459 Paul Schall était journaliste à la Zukunft.

460 Georges Voisin (1895-1945), instituteur à Guingamp (Côtes-du-Nord) était le secrétaire de la section socialiste et de l’Union locale CGT. Un conflit violent l’avait opposé en 1934 à Le Guennic, également membre de la CGT. L’affaire avait été portée devant les tribunaux pour coups et injures au cours des élections cantonales.

461 Commis à la gare de Saint-Brieuc, Yves Flouriot faisait fonction de secrétaire départemental du PCF des Côtes-du-Nord. Après la réunification syndicale, il devint secrétaire adjoint de l’Union locale de Saint-Brieuc. Il mourut en 1939.

462 Le 24 septembre, devant l’importance des sorties d’or, la Banque de France relevait son taux d’escompte de 3 % à 5 %.

463 Le 26 septembre, le gouvernement Blum suspendit la convertibilité des monnaies. À la suite de l’accord, négocié secrètement depuis juin, conclu avec Londres et Washington, le franc Auriol flotta entre deux limites (43 et 49 milligrammes d’or). En dépit de la reprise, la balance commerciale ne s’améliora guère : de l’ordre de 30 %, la dévaluation n’était pas à la hauteur (40 %) de celles qui avaient été décidées en Grande-Bretagne et aux États-Unis.

464 Né en 1863, Pierre Pichery était sénateur (Gauche démocratique) du Loir-et-Cher depuis 1920.

465 Le colonel Joseph Beck (1894-1944) avait été nommé, par le maréchal Pilsudski, ministre des Affaires étrangères de la Pologne en 1932. Il se voulait fidèle à l’alliance avec la France, à laquelle il avait proposé son appui en mars 1936. Le 28 août, Maurice Thorez, célébrant « l’amitié franco-polonaise nécessaire à la paix du monde », s’était écrié « Vive la Pologne ! » dans un éditorial de l’Humanité d’ailleurs absent de ses Œuvres.

466 César Campinchi (1882-1941) était député radical de la Corse depuis 1932. À la Chambre, il présidait le groupe radical-socialiste depuis l’entrée d’Édouard Daladier dans le gouvernement dirigé par Léon Blum.

467 Membre du Bureau politique du PC soviétique, Roudzoutak avait rendu visite à Laval en Auvergne. Rendez-vous avait été pris par l’intermédiaire de Jacques Sadoul. Au cours des entretiens, si l’on en croit le témoignage de René de Chambrun (gendre de Pierre Laval), l’émissaire de Staline avait envisagé la possibilité d’un retour aux affaires de l’ancien président du Conseil et promis, dans cette hypothèse, la bienveillance du PCF.

468 Du 11 au 14 avril 1935, une conférence avait réuni aux côtés de Mussolini dirigeants français (Laval, Flandin) et britanniques (MacDonald, Vansittart). En raison de l’attitude britannique, La France ne souhaita pas, contrairement aux vœux du chef d’Etat italien, adopter dans la question autrichienne une attitude de fermeté vis-à-vis de l’Allemagne.

469 Né en 1885, Paul Laffont était sénateur (radical) de l’Ariège depuis 1930.

470 Dans son numéro du 5 octobre, l’Humanité tentait, dans son récit des événements de la veille, de brosser une fresque réunissant dans un même respect de la légalité républicaine manifestants communistes et forces de l’ordre, face aux factieux du colonel de La Rocque. La comparaison s’imposait d’elle-même avec l’Espagne républicaine dans laquelle miliciens et asaltos combattaient au coude à coude les rebelles nationalistes. Le lendemain, le quotidien communiste devait déplorer l’interdiction de toute manifestation par le ministre de l’Intérieur Roger Salengro, « mettant ainsi sur le même plan les ligues dissoutes et les partis défendant la République contre les factieux ».

471 Le 9 octobre, le congrès du parti travailliste vota à l’unanimité une motion déclarant que l’Allemagne et l’Italie avaient violé la non-intervention.

472 Parti ouvrier belge (IIe Internationale).

473 Front unique.

474 Peut-être Marcel Cachin fait-il allusion aux incidents qui se produisirent en 1933 à Huningue (près de Mulhouse), à la frontière franco-allemande, où les nazis avaient provoqué les douaniers français Ces provocations s’étaient prolongées en Alsace-Lorraine tout au long de l’année qui vit l’accession au pouvoir de Hitler.

475 Albert Lebrun (1871-1950) était depuis 1932 président de la République.

476 Peut-il s’agir de Louis Coutheillas (1907-1972), militant de la fédération du bois CGTU et secrétaire de la région du Nord du PCF en 1934 ? D’après les rapports de police, il aurait quitté le Parti en 1935. On le retrouve pourtant en 1945 à la direction du quotidien communiste de Grenoble, les Allobroges.

477 Marcel Rosenblatt (1908-1973), ouvrier serrurier, était entré comme suppléant au Comité central du PCF en 1936. Depuis décembre 1935, il était secrétaire de la région Alsace, récemment séparée de la Moselle.

478 Né en 1906, Eugène Anstett, ouvrier métallurgiste, était le secrétaire régional du PCF pour la Moselle. Il échoua au second tour des élections législatives de 1936 dans la 1re circonscription de Metz.

479 Né en 1861, professeur à la faculté de théologie de Strasbourg, le chanoine Eugène Muller était sénateur (Union républicaine et démocratique) du Bas-Rhin depuis 1927.

480 Achille Ratti (1857-1939) accéda au trône de saint Pierre en 1922. Il publia en 1926 l’encyclique Rerum Ecclesiae sur le clergé indigène, prônant l’apostolat du semblable par son semblable.

481 Le cardinal Pacelli (1876-1958) succédera en 1939 à Pie XI sous le nom de Pie XII. Nonce à Munich (1920) puis à Berlin (1924), il s’appuya sur le Zentrum catholique pour préparer les concordats avec la Bavière et la Prusse, préludant à celui qui sera conclu en 1933 avec le Reich.

482 Né en 1873, Joseph Pflager, docteur en médecine, avait siégé en 1911 au Landtag comme représentant de Sélestat-Markolsheim. Mis en résidence forcée en 1914, il est élu député (URD) du Haut-Rhin à la Chambre de 1919. Soucieux du respect de la personnalité alsacienne, il quitte néanmoins l’URD en 1929 et affronte victorieusement l’abbé Haegy au scrutin sénatorial du 20 octobre 1929. Son succès fut considéré comme une défaite de l’autonomisme alsacien. Il fut battu lors du scrutin d’octobre 1935 pour le renouvellement des sièges du Haut-Rhin.

483 Le général Robert Bourgeois (1857-1945) fut professeur d’astronomie et de géodésie à l’École polytechnique. Il fut élu le 11 janvier 1920 aux premières élections sénatoriales du Haut-Rhin d’après-guerre comme représentant du parti d’action populaire républicaine, qui groupait les catholiques nationaux.

484 Né à Altkirch (Haut-Rhin) en 1878, Paul Jourdain fit ses études en France avant de prendre en 1911 la direction de l’entreprise textile familiale. Ministre du Travail dans le gouvernement Clemenceau (1919), il eut à connaître l’épineux dossier de la législation sociale des provinces recouvrées, dotées par l’Allemagne d’un régime plus avancé que le dispositif français correspondant. Depuis 1927, il était sénateur (Union démocratique et radicale) du Haut-Rhin.

485 L’abbé Nicolas Delsor (1847-1927), personnalité brillante et controversée, avait été élu sénateur (Gauche républicaine) du Haut-Rhin en janvier 1920.

486 Sébastien Gegauff (1862-1935), né à Wittenheim (Haut-Rhin), fit ses études en France avant de revenir diriger la ferme de ses aïeux. Réfractaire à l’annexion allemande, il fut élu en janvier 1920 sénateur du Haut-Rhin. Il fonda en 1928 l’Action populaire nationale alsacienne au lendemain de l’éclatement de l’UPR, jugée trop régionaliste.

487 Dans l’Humanité du 13, Cachin apparaît photographié en compagnie d’Alsaciennes vêtues du costume traditionnel. Maurice Thorez s’était élevé « contre toutes tendances séparatistes qui ne peuvent que faire le jeu de Hitler » et avait appelé « à l’union du peuple d’Alsace et de Lorraine avec le peuple de France, au sein de la démocratie française ».

488 Alfred Daul (1893-1973), ajusteur serrurier et membre du bureau régional du PCF, était le secrétaire général de l’Union des employés des chemins de fer d’Alsace-Lorraine. Aux élections législatives de 1936, il fut élu député de « Strasbourg campagne ». Dans sa profession de foi, il réclamait la reconnaissance de la Muttersprache comme langue officielle.

489 UPRNA : Union populaire républicaine nationale d’Alsace, comparable au Zentrum allemand, issue en 1921 de l’UPRA (en alsacien : Elsässische Volkspartei), elle-même fondée le 13 février 1919 par le Dr Pflager.

490 L’Elsass-Lothringen Heimatbund fut consitué le 24 mai 1936. Il avait publié le 8 juin de la même année un manifeste adressé « à tous les Alsaciens-Lorrains fidèles à la petite patrie ». Le texte s’élevait contre les « fanatiques de l’assimilation » ennemis irréductibles de la Kultur du peuple alsacien-lorrain. Il exigeait, en tant que « minorité nationale », une « autonomie complète dans le cadre de la France ».

491 Attirant 60 % des électeurs catholiques, le Centre s’était rallié à la République de Weimar sous l’impulsion de son leader parlementaire Adolf Gröber. Jusqu’en 1933, il se situa à la charnière des majorités successives, de droite comme de gauche.

492 Le général Édouard de Curières de Castelnau avait en 1919 refusé de prendre part au vote de ratification du traité de Versailles, jugé insuffisant. Il avait fondé en 1924 la Fédération nationale catholique, à l’origine de mobilisations massives contre le gouvernement Herriot.

493 Camille Dahlet (1883-1963) fut élu en 1928 député (indépendant de gauche) de l’arrondissement de Saverne (Bas-Rhin). Il avait fondé un parti autonomiste laïc, le Fortschritts-Partei (parti du progrès), et inscrivait la revendication nationale alsacienne dans la perspective des États-Unis d’Europe, au travers de déclarations volontiers incendiaires.

494 Né en 1893, Marc Rucart était le rédacteur en chef de la République des Vosges. Député (radical-socialiste) des Vosges, rapporteur de la proposition créant la Direction des fabrications d’armement, il devient ministre de la Justice dans le cabinet Léon Blum de juin 1936.

495 Grégoire Radomylski dit Zinoviev (1883-1936), vieux bolchevik, fut le président de l’Internationale communiste de 1919 à 1926. Adler songe ici aux attaques dont fut antérieurement victime la social-démocratie, taxée de « social-fasciste » et notamment par Zinoviev. Celui-ci venait d’être exécuté, le 24 août 1936, à l’issue du premier des grands procès de Moscou.

496 Depuis le 7 octobre, les forces républicaines, confrontées à l’offensive des nationalistes déclenchée depuis Tolède en direction de Madrid, essuyaient revers sur revers.

497 Secrétaire du PC belge, Julien Lahaut (1884-1950) avait été élu en 1932 député communiste de Seraing.

498 Né en 1900, Xavier Relecom avait quitté le parti ouvrier belge (socialiste) pour le PCB en 1928. Élu au Bureau politique en 1935, il était l’homme désigné par l’IC pour appliquer la ligne de Front populaire. Il était secrétaire adjoint du Parti et député de Bruxelles.

499 Georges Van Den Boom (1895-1978) était l’un des membres fondateurs du PCB. Il avait travaillé dans l’appareil central du Komintern, à Moscou, de 1933 à 1935. Conseiller provincial du Brabant, il était membre du Bureau politique et comptait parmi les successeurs de Jacquemotte à la direction du Parti.

500 Albert Marteaux (1886-1949) appartenait à la frange pro soviétique du parti ouvrier belge. Il était député de Bruxelles.

501 Henri de Man (1885-1955) avait fait adopter en 1933 par les socialistes belges un « plan de travail » qui l’éloignait de l’orthodoxie marxiste. Vice-président du POB, il était depuis l’année précédente ministre du gouvernement d’union nationale de Van Zeeland.

502 Paul-Henri Spaak (1899-1972), rédacteur de l’Action socialiste, avait participé en 1927 aux activités de la Ligue contre l’impérialisme, créée à l’initiative de Willy Münzenberg. En mars 1935, il était entré au gouvernement Van Zeeland. Ministre des Affaires étrangères, il avait engagé la Belgique dans une politique de neutralité.

503 Fondé par Léon Degrelle (1906-1993) en réaction contre l’archaïsme et la modération du parti catholique, le rexisme s’inspirait du fascisme italien. Avec plus de 11 % des voix aux élections générales de mai 1936, Rex bouleversait – pour un laps de temps qui allait se révéler bref – le paysage politique belge.

504 La politique de la main tendue aux catholiques et aux fascistes menée alors en France et en Italie est très soigneusement distinguée par le PCF de l’Union sacrée. La tâche est d’autant plus ardue que le PCF a célébré, le mois précédent, la victoire de la Marne, qui, depuis septembre 1914, symbolisait l’effort unanime de la nation face à l’envahisseur.

505 Charles Baron (1876-1960), ingénieur chimiste, inventeur de la bombe au phosphore, avait contribué pendant la Grande Guerre à l’essor de la fabrication d’explosifs chez les Alliés. Militant socialiste, député des Basses-Alpes depuis 1919, il était intervenu à la Chambre en 1927 en faveur de la libération de Marcel Cachin.

506 Né en 1866, sir Henry Deterding était le directeur général de la Royal Dutch Petroleum Company et l’un des principaux actionnaires de la Shell Transport and Trading Company.

507 Paul Verdier (1901-1938), professeur agrégé de lettres classiques, enseignant au lycée de Pau, fut l’un des fondateurs de l’hebdomadaire communiste de la région pyrénéenne l’Étincelle. Ses dissensions avec le PCF éclatèrent au grand jour à l’occasion des procès de Moscou. Il démissionna du parti en 1937.

508 Alexandre Desrousseaux dit Bracke (1861-1955), normalien, professeur de philologie grecque à l’École des hautes études, venait de prendre la direction du Populaire à l’issue d’une longue carrière de parlementaire (SFIO).

509 Né en 1891, Guy Menant, membre de la jeune République, ancien député (démocrate populaire) de la Mayenne (1932-1936), était secrétaire du Comité national français du RUP, dont il sera trois ans durant l’un des piliers.

510 Jules Lauze (1874-1950), brocanteur-ferrailleur, avait été maire communiste de Villetaneuse (Seine) jusqu’à son exclusion du Parti en 1929. Réélu en 1931 à la tête d’une liste du parti d’unité prolétarienne, il se rapprocha de Jacques Doriot en 1935 sans jamais adhérer au PPF. En mai 1935, il renonça – malgré sa réélection – à la direction de la mairie au profit d’Émile Maurel.

511 Né en 1876, André Morizet, docteur en droit, conseiller général socialiste de la Seine, avait fait bâtir la nouvelle mairie de Boulogne-Billancourt, dont il avait été élu maire en 1919. Il était sénateur de la Seine depuis 1927.

512 Marcel Rouffianges (1904-1981) avait été responsable du travail antimilitariste du PCF lors de l’occupation de la Ruhr (1923). En 1933, il fut chargé, avec Guy Jerram, de suivre le Comité national contre la guerre et le fascisme (« Amsterdam-Pleyel »).

513 Le PPF avait été fondé à Saint-Denis les 27-28 juin 1936. Marcel Cachin reprend ici les chiffres avancés par l’Émancipation nationale. En dépit de la rituelle dose d’éxagération, la nouvelle organisation avait incontestablement le vent en poupe. À cette date, dénoncer le caractère « fasciste » du PPF relevait de la polémique : son programme de rassemblement national s’apparentait à celui de De La Rocque ; quant aux structures de l’organisation, elles se calquaient de façon mimétique sur celles de la section française de l’IC.

514 Henri Barbé (1902-1966), ouvrier métallurgiste, devint permanent du PCF en 1925. Secrétaire des Jeunesses communistes en 1926, il accumula les inculpations pour « provocation de militaires à la désobéissance ». Membre du secrétariat du BP du PCF en 1930, il est relevé de ses fonctions (« affaire Barbé-Célor ») en août 1931. Conseiller municipal de Saint-Denis, il conserva la « confiance du parti » (Jacques Duclos), dont il fut exclu le 12 septembre 1934. À cette date, il avait associé son destin politique à celui de Jacques Doriot. En juin 1936, il siégeait au bureau du PPF comme secrétaire général.

515 Alexandre Abremski (1903-1938), ouvrier du bâtiment puis de la Compagnie du gaz, syndicaliste confédéré, avait rejoint le Comité national contre la guerre et le fascisme en 1933. Vraisemblablement non membre du PCF, il rejoignit la liste présentée par Jacques Doriot aux élections municipales de 1934 puis de 1935. Membre fondateur du PPF, il fit au congrès de novembre 1936 le rapport sur le travail ouvrier du parti.

516 Né en 1901, Marcel Marschall, ouvrier métallurgiste, était un compagnon de combat et de détente de Jacques Doriot, qu’il suivit lors de sa rupture avec le PCF. Il fut désigné comme trésorier du PPF au premier congrès de ce parti.

517 Victor-Noël Arrighi (1900-1945) adhéra au PCF en 1923. Il purgea deux années de prison à Alger (1925-1927) pour « provocation de militaires à la désobéissance ». Après un passage controversé à la Banque ouvrière et paysanne, il apparut au début des années 1930 dans la mouvance du parti radical. En 1936, il rejoignit le PPF naissant, dont il devint le « délégué général pour l’Algérie et l’Afrique du Nord ».

518 Paul Marion (1899-1954), licencié en philosophie, enseigna à l’école communiste de Bobigny. Membre du Comité central en 1926, il fut détaché en 1927 dans les services de propagande du Komintern. Déçu par la réalité soviétique et l’orientation « classe contre classe » de l’IC, il rompit avec le PCF en 1929. Journaliste, il adhéra en 1933 au parti socialiste de France (néo socialiste) avant de rallier le PPF en 1936. Jacques Doriot lui confia les fonctions de secrétaire à la Propagande.

519 À Marseille, le PPF bénéficiait de l’influence musclée de Simon Sabiani. Héros de la Grande Guerre, adhérent de la première heure du PCF, Sabiani continua à bénéficier du soutien communiste après son départ du Parti en 1923. Premier adjoint au maire en 1929, il assura alors son pouvoir par la manipulation électorale et l’utilisation de la pègre. Il fut écarté de ses fonctions en mai 1935 et adhéra à la formation doriotiste en juillet 1936.

520 Eugène Hénaff (1904-1966), ouvrier du bâtiment, avait été promu en 1936 secrétaire des syndicats CGT de la région parisienne. La même année, le VIIe Congrès du PCF l’avait désigné comme suppléant au Comité central.

521 William Pitt (1759-1806), dit le second Pitt, fils de l’homme d’État William Pitt (1708-1778), demeura à la tête du cabinet britannique de 1783 à 1801. La guerre contre la France, coûteuse pour l’Angleterre, le contraignit à prendre quelques libertés avec l’idéologie libérale.

522 Ernest Billiet (1873-1939), maire d’Asnières, avait été sénateur (Union républicaine) de la Seine de 1920 à 1927. Depuis 1910, il animait l’Union des intérêts économiques, créée par les organisations syndicales patronales et qui se livrait à un efficace « lobbying » parlementaire.

523 Peut-être s’agit-il d’Henri Varagnat (1901-1952). Tourneur sur métaux, Varagnat rallia le PCF à l’issue du congrès de Tours (1920). Chef de la voirie à la mairie de Bagnolet, il avait été élu maire de Bondy (Seine) en 1935.

524 Fernand Arnal (1890-1879), mineur puis ouvrier électricien, était secrétaire de la région du Vaucluse du PCF.

525 L’empire financier et industriel J.P. Morgan and co. avait été mis sur pied par John Pierpont Morgan (1837-1913). Figure éminente de l’establishment américain, philanthrope et amateur d’art, il avait été à l’origine d’entreprises aussi florissantes que la General Electric ou l’International Harvester Corporation. Sa succession avait été recueilllie par son fils John Pierpont Morgan Jr (1867-1943).

526 John Davison Rockefeller (1839-1937) avait fondé en 1870 la Standard Oil Company, qui régna bientôt en maîtresse sur l’industrie du pétrole américain. L’expansion du trust Rockefeller provoqua en 1890 le vote de la loi Sherman, qui visait à limiter l’absorption par les grandes entreprises de pans entiers du marché américain. Donateur généreux à l’égard de l’université de Chicago (1891), Rockefeller multiplia les fondations telles que le Rockefeller Institute of Medical Research (1901, aujourd’hui Rockefeller University) ou le General Education Board (1902).

527 Andrew William Mellon (1855-1937) fit de la banque paternelle T. Melions & Sons la Mellon National Bank (1902), acquérant le contrôle de nombreux géants industriels, parmi lesquels l’Aluminium Company of America, la Gulf Oil Corporation et l’Union Steel Company. Financier du parti républicain, il devint en 1921 secrétaire d’État au Trésor du président Harding. Populaire en raison de ses efforts de recouvrement des créances alliées de la Grande Guerre, il fut désarçonné par la Grande Dépression et démis de ses fonctions en 1932 par le président Hoover.

528 Né en 1882, Charles Messager dit Charles Vildrac, fondateur en 1906 du groupe de l’Abbaye avec son beau-frère Georges Duhamel, avait publié plusieurs volumes de poésie. Il était surtout connu par son œuvre théâtrale : le Paquebot « Tenacity » (1920), la Brouille (1930).

529 Rémy Roux (1865-1957), instituteur, était conseiller municipal (SFIO) et quatrième adjoint au maire de Marseille (Henry Tasso) depuis 1935.

530 Jean Zay (1903-1944), membre de l’aile gauche du parti radical, était le ministre de l’Éducation nationale du gouvernement de Léon Blum.

531 Georges Monnet (1898-1980) avait été élu en 1928 député (SFIO) de l’Aisne. Il avait adhéré, malgré l’opposition de son parti, au Comité mondial contre la guerre de Barbusse (1932) puis au Front commun de Bergery (1933). Il était ministre de l’Agriculture.

532 Le sociologue Célestin Bouglé (1870-1940) avait, tout au long des années 1920, dénoncé au sein de la Ligue des droits de l’homme le système soviétique, qu’il comparait au régime fasciste. Depuis 1935, il était directeur de l’École normale supérieure. Disciple de Durkheim, il est l’auteur des Leçons de sociologie sur l’évolution des valeurs (1922).

533 André Blum dit Blumel (1893-1973), avocat, était membre de la Commission administrative permanente de la SFIO. Il était le directeur de cabinet du président du Conseil Léon Blum.

534 Professeur d’histoire, Vladimir M. Potemkine (1878-1946) avait adhéré au parti bolchevique en 1919. Il était ambassadeur de l’Union soviétique à Paris depuis 1935.

535 Depuis le 20 août, l’hebdomadaire de droite Gringoire menait campagne contre Roger Salengro. Accusé d’avoir déserté en octobre 1915, celui-ci se suicida dans la soirée du 17 novembre 1936. Lors du vote de confiance à la Chambre, l’opposition s’était divisée sur la culpabilité du ministre de l’Intérieur.

536 Il n’en sera rien en définitive, le PCF approuvant les dépenses militaires le 30 décembre 1936 après avoir donné satisfaction à sa base ouvrière en s’étant abstenu, le 5, lors du débat de politique étrangère.

537 La reconnaissance simultanée par Rome et Berlin de la junte de Burgos recouvrait en réalité deux démarches distinctes. Si Mussolini jouait à fond la carte Franco, en échange d’un appui espagnol à la politique italienne en Méditerranée, Hitler voyait dans la guerre civile « une affaire d’importance secondaire » susceptible de détourner les grandes puissances du théâtre essentiel à ses yeux : l’Est européen.

538 L’insurrection nationaliste avait commencé le 17 juillet à Melilla. Le général Franco était le commandant en chef des armées au Maroc espagnol, où il pouvait compter sur la fidélité des troupes indigènes (« Regulares »), renforcées par les hommes du calife Moulay Hassan. Le 22 novembre, Romain Rolland appelait dans l’Humanité à la solidarité envers Madrid, « ville héroïque dont les anciens rois ont sauvé l’Europe des invasions arabes ». De son côté, le poète monarchiste espagnol José Maria Peman comparait le soulèvement nationaliste à « une nouvelle Reconquista, une nouvelle expulsion des Maures ».

539 Né en 1903, Darius Le Corre était instituteur. Il venait d’être élu député communiste de Corbeil.

540 Fernand Valat (1886-1944), instituteur, était député d’Alès (Gard).

541 Gaston Comavin (1894-1945), ouvrier aux Établissements militaires de Bourges, venait de retrouver son mandat de député communiste du Cher, perdu en 1928.

542 Armand Pillot (1892-1953), ajusteur-mécanicien, venait d’être élu député communiste de la Seine.

543 Auguste Touchard (1892-1978), tourneur à la RATP, venait d’être élu député communiste de la Seine.

544 Gustave Saussot (1900-1987), artisan mécanicien, venait d’être élu député communiste de Nontron (Dordogne) après une action intense en faveur des petits exploitants agricoles.

545 Henri Pourtalet (1899-1974), horticulteur, venait d’être élu député communiste des Alpes-Maritimes.

546 Le 18 novembre, Rome et Berlin ont reconnu la junte nationaliste. Peu après arriva à Burgos le chargé d’affaires allemand, le général von Faupel.

547 Après l’axe Rome-Berlin (1er novembre), le 25 novembre fut signé entre l’Allemagne et le Japon le pacte dit « antikomintem ».

548 André Prigent militait dans la Confédération générale des paysans travailleurs (CGPT).

549 Guy Robert (1908-1984), conseiller municipal de Saint-Brieuc, était depuis 1934 le secrétaire de la Fédération socialiste des Côtes-du-Nord.

550 Léonard Lacour (1886-1950), artisan cordonnier, militant communiste, était le secrétaire de la Fédération des petits commerçants et artisans, organisation de masse du PCF.

551 L’irritation japonaise devant le racisme nazi fut atténuée par les lois de Nuremberg qui, en 1935, limitaient la discrimination aux Juifs. Le Japon, bien qu’appartenant au camp des vainqueurs de 1918, partageait avec Rome et Berlin la rancœur des déçus de l’ordre versaillais. De son côté, Hitler voyait en Tokyo un partenaire anti britannique alors même que s’estompaient ses rêves d’alliance avec Londres. Le pacte « antikomintern », paraphé le 23 octobre, fut signé le 25 novembre 1936. Néanmoins le Reich, qui ne souhaitait pas se lier les mains dans sa politique vis-à-vis de Moscou, entendait ne pas brûler les étapes dans sa coopération avec les Nippons.

552 La reprise des grèves allait entraîner, le 28 novembre, la rupture des conversations entre la Confédération générale du patronat et Léon Blum.

553 Les Brigades internationales ont été créées à la suite du présidium de l’Internationale communiste des 17-21 septembre 1936. Le 7 novembre, 1 700 hommes des bataillons « Commune de Paris » (colonel Jules Dumont) et « Edgar André » (commandée par Hans Kahle) défilèrent dans les rues de la capitale espagnole. Le 11 novembre, l’Humanité fit mention, pour la première fois, de l’existence d’une « colonne internationale ». Sa présence sur le terrain, conjuguée à l’apparition des premiers avions soviétiques, modifia le rapport des forces à l’avantage des républicains.

554 La colonne « Libertad » des socialistes catalans s’était débandée le 15 novembre lorsque légionnaires et regulares avaient franchi le Manzanares, s’ouvrant la voie de la Cité universitaire, où se déroulèrent les combats les plus violents de la bataille de Madrid.

555 Depuis que le général Mola avait prématurément annoncé qu’il prendrait le café le 12 octobre sur la Gran Via, les pronostics nationalistes concernant la chute de Madrid étaient devenus un sujet traditionnel d’hilarité dans le camp républicain. En fait, le 23 novembre, une réunion des commandants nationalistes était convenue de substituer une stratégie d’encerclement progressif de la capitale à l’assaut frontal mené jusqu’alors.

556 Tahar Acherchour, 28 ans, était originaire de Sidi Aïch en Petite Kabylie. Manœuvre dans l’industrie chimique, il avait été tué par balles lors d’un affrontement survenu à Clichy le 25 novembre aux portes de l’entreprise Paul Cusimberghe. Ses obsèques avaient donné lieu à une imposante mobilisation ouvrière marquée par la présence de plusieurs milliers d’ouvriers maghrébins, à l’appel de la CGT et de l’Étoile nord-africaine.

557 Communiste dès 1920, Ambroise Croizat (1901-1951) était le secrétaire de la Fédération CGT de la métallurgie.

558 Raymond Semat (1896-1962), ouvrier métallurgiste, avait rallié en 1920 les partisans de la IIIe Internationale. Depuis mars 1936, il était secrétaire de la Fédération des métaux CGT. 11 venait d’être réélu en novembre.

559 Né en 1903, Robert Doury, militant communiste, était ajusteur dans l’industrie aéronautique. Depuis juillet 1936, il était le secrétaire général de l’Union syndicale des métallurgistes parisiens (250 000 membres), qu’il mobilisa en soutien à l’Espagne républicaine.

560 Né en 1887, Alexandre Delobelle était président de l’« Union », société coopérative ouvrière de fabrication de casquettes et chapeaux. Militant communiste, il était depuis juin 1936 secrétaire général de la Fédération CGT du textile aux côtés du socialiste Victor Vandeputte. En novembre, il était entré à la Commision administrative de la CGT.

561 André Puech, dit Parsal (1900-1967), ouvrier agricole, était secrétaire général des syndicats agricoles CGT, conseiller général et député communiste de Saint-Maur-des-Fossés (Seine).

562 Charles Michels (1903-1941), ouvrier en chaussures, boxeur à ses heures et orateur convaincant, était secrétaire adjoint de la Fédération CGT des cuirs et peaux et député de Paris (14e arrondissement) du PCF.

563 Yves Toudic (1901-1944), ouvrier du bâtiment, militant communiste, était responsable de la région parisienne du syndicat CGT du bâtiment aux côtés du socialiste Raymond Froideval.

564 Marcel Brout (1887-1957), ouvrier cimentier-briqueteur, militant communiste, était député du 20e arrondissement de Paris et président de la Fédération réunifiée du bâtiment CGT.

565 René Arrachard (1905-1972), ouvrier terrassier, était depuis février 1935 délégué du PCF auprès de l’Internationale syndicale rouge. Membre du Comité central et suppléant au Bureau politique du PCF, il devint secrétaire de la Fédération unifiée du bâtiment CGT.

566 Marc Dupuy (1889-1979), cheminot, membre du Comité central du PCF depuis janvier 1936, était secrétaire de l’Union du Sud-Ouest et de la Fédération CGT.

567 Henri Gourdeaux (1881-1961), postier, s’était rallié au parti communiste dès 1920. Il fut élu conseiller général du 4e canton de Noisy (Seine) en mai 1935. Il devint secrétaire adjoint de la Fédération postale réunifiée aux côtés de l’ex-confédéré Albert Perrot.

568 Né en 1905, mineur de fond, Victorin Duguet adhéra au PCF en 1928. Membre du comité de rédaction de la Vie ouvrière, il fut élu secrétaire de la Fédération réunifiée des travailleurs du sous-sol CGT en décembre 1935.

569 Henry Raynaud (1890-1970), bachelier, postier, était membre suppléant du Comité central du PCF depuis janvier 1936. En mars 1936, il fut élu à la Commission administrative de la CGT réunifiée.

570 Victor Michaut (1909-1974), révolutionnaire professionnel, devint en 1932 l’un des secrétaires des Jeunesses communistes. Il était rédacteur en chef de l’Avant-Garde.

571 Léonce Granjon (1904-1967), cheminot puis représentant, était permanent communiste depuis 1928 et membre du secrétariat de la Fédération des Jeunesses communistes de France depuis septembre 1935.

572 René Mourre (1901-1942), ajusteur parisien, était secrétaire administratif du Comité central du PCF et collaborateur particulier de Maurice Thorez. La nature de ses fonctions dans l’appareil communiste demande à être éclaircie.

573 Pierre Delon (1905-1984), employé de bureau, assurait la rubrique « Vie sociale » de l’Humanité. Lors du congrès de réunification, il fut élu secrétaire (non-permanent) de la Fédération CGT des employés.

574 Édouard Finck (1891-1979), cocher, membre du PCF, était le secrétaire général de la Fédération CGT de la chimie.

575 Jenny Marx avait épousé en 1872 Charles Longuet (1839-1903). Le dirigeant socialiste Jean Longuet (1876-1938), maire de Châtenay-Malabry (Seine), était leur fils.

576 Au lendemain des obsèques de Roger Salengro (22 novembre 1836), Marx Dormoy, alors sous-secrétaire à la présidence du Conseil, avait été appelé par Léon Blum au ministère de l’Intérieur.

577 Il s’agit de Martha Jensen, en fait l’un des multiples pseudonymes (avec Martha Staschek, Martha Lecoutre ou Martha Malosczyc) d’Alta Kac, née en 1903 à Varsovie. Permanente du Profintern, elle avait été embauchée dès la fin 1935 par Louis Dolivet pour assurer le secrétariat du bureau du RUP. Tenue en suspicion en raison des liaisons qu’elle conservait avec l’oppositionnel allemand Brandler, elle n’en était pas moins l’une des pièces maîtresses du dispositif de contrôle mis en place par le Komintern auprès du Rassemblement.

578 André Seigneur, animateur du Secours rouge international, collaborait depuis 1932 aux Cahiers du bolchevisme.

579 Né en 1902, Henri Courtade, ouvrier ajusteur mécanicien, membre du Comité central du PCF depuis 1932, avait été chargé de renforcer l’influence communiste dans la région Basse-Seine, à la tête de laquelle il fut remplacé en octobre 1936 par Georges Déziré. Il s’installa alors à Paris au 6, rue de la Paix, militant au sein du Rassemblement universel pour la paix.

580 S’agit-il de Marcel Perron, né en 1908, et qui rejoindra en 1938 les Brigades internationales d’Espagne ?

581 Édouard VIII avait succédé à son père George V en janvier 1936. Devant épouser Mrs Simpson, américaine et divorcée, il se heurta à l’opposition du Premier ministre conservateur Stanley Baldwin. Il dut abdiquer en décembre au profit de son frère George VI.

582 L’avocat Luis Companys y Jover (1883-1940) était depuis 1933 président de la généralité de Catalogne. À l’avènement de la République (1931), il avait été le père d’une éphémère république catalane.

583 Rafael C. Vidiella avait été le leader socialiste du parti socialiste unifié de Catalogne, affilié au Komintern. Dans le gouvernement catalan constitué en décembre 1936, les trois représentants (dont Vidiella) de l’UGT appartenaient au PSUC.

584 Zyromski.

585 Conseiller de Largo Caballero, journaliste, Luis Araquistain Quevedo (1886- 1959) était ambassadeur d’Espagne en France.

586 Opposé à la guerre, Joseph Caillaux fut impliqué par Clemenceau à partir de novembre 1917 dans l’affaire Bolo Pacha. Accusé d’intelligence avec l’ennemi, condamné à trois ans d’emprisonnement, il reprit sa carrière politique en 1924. Au Sénat, il multipliait les objections contre la politique financière du gouvernement de Léon Blum.

587 Chemin protégé dans les fossés d’une place forte. Joseph Caillaux, accusé d’intelligence avec l’ennemi, avait été arrêté en 1917. Il risquait la peine de mort, appliquée en ces lieux par fusillade.

588 Député radical-socialiste depuis 1906, Louis Malvy (1875-1949), ministre de l’Intérieur en 1914, avait été attaqué par Clemenceau pour son manque de fermeté face aux grèves de 1917. Accusé de défaitisme et de forfaiture, il fut condamné à cinq ans de bannissement avant d’être réélu député en 1924. Les électeurs renouvelèrent son mandat en 1928, 1932 et 1936.

589 Alsacien, Franz Dahlem (1892-1981) était député et membre du Bureau politique du parti communiste allemand. Il émigra en France en 1933.

590 Clément-Fried.

591 Jean-Baptiste Séverac (1879-1951), docteur en philosophie, partisan de la non-intervention en Espagne, s’était fait le champion de la distinction blumiste entre conquête et exercice du pouvoir.

592 Le 29 novembre à Saint-Étienne, Maurice Thorez avait déclaré : « Le sort du Front populaire n’est pas lié à l’existence d’un ministère. » Le 5 décembre, le groupe communiste s’était abstenu à la Chambre dans le débat de politique étrangère.

593 Jacques Duroux (1878-1944), sénateur radical d’Alger, était le directeur du grand quotidien l’Echo d’Alger.

594 André Gide, jusqu’alors irréprochable compagnon de route, venait de publier un Retour de l’URSS, immédiatement épinglé par la Pravda (3 décembre 1936), qui y voyait « un tissu de calomnies éhontées » manifestement inspirées par « d’habiles agents antisoviétiques ».

595 Jules Marie Trémel (1884-1964) était depuis 1925 conseiller municipal de Saint-Denis (Seine). Il figurait, en mai 1935, sur la liste du « rayon de Saint-Denis » dirigée par Jacques Doriot. Animateur de la puissante association des « Bretons de Saint-Denis », sympathisant communiste mais non inscrit au Parti, il démissionna en avril 1937. Lors de l’élection municipale partielle du 20 juin 1937, il se retrouva aux côtés du vainqueur de Jacques Doriot, Fernand Grenier.

596 Cheval de bataille des pacifistes de l’entre-deux-guerres, terrain de manœuvres unitaires de la gauche socialiste et communiste en 1934, l’action contre les exercices de défense passive avait été abandonnée à l’été 1935 lors du VIIe Congrès de l’IC.

597 Dans la lignée de l’exposition des Arts décoratifs de 1925, mais aussi de l’exposition coloniale de 1931, celle de 1937 était le fruit d’initiatives largement antérieures au Front populaire. Elle se voulait (et fut) « internationale » et non « universelle », développant un thème particulier, à savoir les arts et techniques.

598 Né en 1893, Mao fait partie, en 1921, des douze premiers congressistes du PC chinois. Élu président en novembre 1931 de la république du Kiang-si, il est en butte aux offensives des troupes nationalistes de Tchang Kaï-Chek. Il doit entamer, en octobre 1934, la Longue Marche (12 000 km) qui doit le conduire dans le nord du Shensi. Depuis janvier 1935, président du Comité central, il est le uméro un du parti. En décembre 1936, il installe sa capitale à Yenan, au centre du Shensi-Nord.

599 Roberts appartenait au parti libéral britannique.

600 Né en 1891, Pietro Nenni, secrétaire général du parti socialiste italien, rédacteur en chef de l’Avanti, avait gagné la France en 1926. Membre de la 12e Brigade internationale sur le front de Madrid, il commandait une compagnie du bataillon Garibaldi, sous les ordres du républicain italien Randolfo Pacciardi.

601 Julius Deutsch avait été ministre de la Guerre de la république autrichienne.

602 Heinrich Mann (1871-1950) s’opposa pendant la Grande Guerre à son frère Thomas, qui avait épousé la cause allemande. Écrivain satirique et expressionniste (Professeur Unrat, 1905), tenant d’un humanisme social militant, il émigra en France en compagnie de son frère avant de gagner les États-Unis.

603 Fils de Marguerite Vaillant et Félix Couturier, artistes lyriques à succès, Paul Vaillant-Couturier (1892-1937) contribua de façon décisive à l’insertion communiste dans le paysage culturel français. La Grande Guerre poussa ce dandy littéraire et religieux dans les rangs du socialisme pacifiste. Aux côtés de Raymond Lefebvre, il facilita en 1919 la prise en main de l’Association républicaine des anciens combattants (créée en février 1917) par la IIIe Internationale. Maire de Villejuif depuis 1929, il venait d’être élu député de la Seine. Président de Radio-Liberté, auteur de chansons pour la jeunesse (« Nous bâtirons un lendemain qui chante »), il avait retrouvé en 1935 la rédaction en chef de l’Humanité, dont il augmenta considérablement la diffusion.

604 Élève de l’école léniniste de Moscou (1934-1935), Claudine Chomat était la trésorière nationale des Jeunesses communistes depuis le VIIIe Congrès (mars 1936). On lui confia le secrétariat à l’organisation de l’Union des jeunes filles de France, lors du congrès de fondation (26 décembre 1936). Elle épousa le dirigeant communiste Victor Michaut.

605 Vincentella Périni, dite Danielle Casanova, était née en 1909 à Ajaccio (Corse). Chirurgien-dentiste, elle épousa en 1933 le permanent communiste Laurent Casanova. Membre du Comité exécutif de l’Internationale communiste de la jeunesse, elle devint la première secrétaire générale de l’Union des jeunes filles de France au congrès du 26 décembre 1936. Elle mourut à Auschwitz le 10 mai 1943.

606 Née le 26 novembre 1910, Jeannette Vermeersch, ouvrière du textile, entama sa carrière de permanente en 1929. Membre du secrétariat de la Jeunesse communiste, elle fit partie, en décembre 1936, de l’équipe fondatrice de l’Union des jeunes filles de France où elle fut chargée du secrétariat à l’éducation. Elle était, depuis 1934, la compagne de Maurice Thorez.

607 Tommaso Campanella (1568-1639), dominicain, avait étudié la magie, la kabbale et fomenté en Calabre un complot anti féodal. Libéré après vingt-sept ans de détention, il termina ses jours en France, pensionné par Richelieu. Dans sa Cité du soleil, écrite en prison et publiée à Utrecht en 1643, il prône un communisme intégral.

608 L’écrivain George Bernard Shaw (1856-1950) était issu de la Fabian Society, dont il rédigea le manifeste en 1884. À l’exemple de Fabius Cunctator, qui avait temporisé devant Hannibal pour mieux le vaincre, ses membres préconisaient un socialisme doctrinaire mais réaliste, préférant la voie législative et la coopération à ce qu’ils considéraient comme des utopies continentales. Après 1917, G.B. Shaw sympathisa avec les bolchevistes, avant d’être attiré par les aspects anti libéraux du fascisme italien. Les dirigeants soviétiques le considéraient comme un allié redoutable par ses zig zags idéologiques et déconcertant par sa propension au persiflage.

609 Horace Cox (1908-1957), aristocrate conservateur, avait parcouru le monde de 1927 à 1934 à sa sortie d’Eton. Ici qualifié de « MP » (membre du Parlement), il avait en fait été battu aux élections de novembre 1935 dans le Derbyshire. Il lui faudra attendre le scrutin d’avril 1937 dans l’arrondissement de Stalybridge et Hyde (Cheshire) pour entrer aux Communes.

610 Né en 1859, Sidney Webb figurait, aux côtés de G.B. Shaw, parmi les fondateurs de la Fabian Society. Avec son épouse Béatrice Webb (Potter), née en 1858, il constituait l’exemple type du « compagnon de route » issu de la bonne société britannique. Ils avaient publié, à la gloire du régime stalinien, le Communisme soviétique. Une nouvelle civilisation ? (Londres, 1936).

611 P.M.S. Blackett figurait, aux côtés de C. Waddington, P. Chalmers Mitchell et J. Needham, parmi les scientifiques britanniques qui communiaient dans le culte de l’édification socialiste en URSS, conçue comme une gigantesque expérience pour laquelle le parti au pouvoir se montrait disposé à consentir des crédits illimités.

612 François Coty (1874-1934), parfumeur, avait réinvesti une part notable de sa considérable fortune dans la presse. Outre diverses prises de contrôle (le Temps) ou achats (le Figaro), il avait créé en 1928 l’Ami du peuple. Après avoir alimenté en subsides diverses organisations d’extrême droite, il avait mis sur pied, en 1933, la Solidarité française, dont il confia la direction à un ancien officier des troupes coloniales, le commandant Jean Renaud.

613 Le mouvement professionnel paysan s’est développé, sous la IIIe République, à l’instigation de la droite monarchiste et de l’aristocratie terrienne. En 1886, l’Union centrale des syndicats agricoles fut créée à l’initiative de la Société des agriculteurs de France, présidée successivement par l’ancien ministre des Affaires étrangères Drouin de Lhuys puis par les marquis de Dampierre et (en 1896) Charles-Melchior de Voguë.

614 Jacques Le Roy-Ladurie avait pris, en 1934, la direction de l’Union nationale des syndicats agricoles. Professionnel de l’agriculture, très hostile au marxisme, il développait des thèses favorables à l’autonomie et à la suprématie de la corporation paysanne dans la hiérarchie nationale.

Notes de fin

1 Passage biffé.

© CNRS Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search