Version classiqueVersion mobile

Carnets. Tome IV

 | 
Marcel Cachin

Année 1935

Carnets Cachin. Année 1935. Premier Carnet

Texte intégral

1 Ouvriers : en 1929, total des salaires français : 72 milliards. En 1934, perte du pouvoir d’achat des ouvriers chômeurs : 34 milliards.

2 Paysans : pouvoir d’achat des paysans dont les produits ont subi des diminutions catastrophiques.

3 Petite bourgeoisie : perte et réduction de revenus des porteurs de titres, propriétaires de fermes, loyers commerciaux. Ouvriers étrangers expulsés qui étaient des consommateurs français. Centaines de mille de jeunes gens de 16 à 25 ans à la charge de leurs familles.

4Le conservatisme est la logique vivante de la démocratie.

5Spinoza : énergie de sérénité, amour universel.

6« Il faut étonner le monde par de grandes choses qui ne soient pas des guerres » (Victor Hugo).

7« Je suis l’Esprit qui dit toujours non ! Une âme d’un beau métal » (Goethe).

8« Tu seras libre comme le vent des montagnes » (Shakespeare).

9Elle a un aiguillon à la langue.

10« Les hommes font leur propre histoire mais ils ne la font pas arbitrairement dans les conditions choisies par eux ; ils la font dans des conditions données et héritées du passé » (Marx).

11« Il n’y a pas d’action automatique des conditions économiques sur la pensée des hommes. Les hommes se font eux-mêmes leur propre histoire, mais dans un milieu donné qui la conditionne » (Engels).

12Les conditions économiques sont l’œuvre des hommes. Ils ne sont pas des pions sur un jeu d’échecs.

  • 1 L’imprimerie française Dangon, 123, rue Montmartre (2e arrondissement), société anonyme, fabrique d (...)

13 Huma 85 85, 85 87 nuit. L’Huma donne trois millions à Dangon1.

14À Paris 40 % des immeubles à prix moyens construits ne sont pas occupés. 100 000 demandes de logements bon marché ne peuvent être satisfaites.

15En 1900 : 1 495 licenciés en droit.

16En 1933 : 2 245 licenciés en droit

17En 1900 : 16 000 médecins en France, 25 600 en 1933.

1825 % des ingénieurs sans travail.

191 200 licenciés ès-lettres chômeurs.

20 91 milliards en 1933 à la Caisse des dépôts et consignations. Caisse d’épargne, Assurances sociales, Caisse de retraites pour la vieillesse. Elles prêtent à l’électrification ; l’État, achat de rentes. HBM, Crédit foncier, chemins de fer ; prêts aux communes, départements, colonies, agriculture. Le commerce international : 1929, 750 milliards, 1932, 280 milliards. Le mazout a diminué de 24 à 8 dans la marine le nombre des chauffeurs. En France : 2 847 000 kilowatts en 1931 (chutes d’eau). Exportations françaises : en 1929, 50 milliards ; en 1932, 19 milliards. Vin, consommation en France : 69 000 hectolitres. Houille, production : 48 millions de tonnes. Consommation : 72 millions. 1913 : 50 millions de tonnes dans la marine marchande mondiale. 1933 : 67 millions.

21Valeur des immeubles bâtis : 300 milliards. Valeur locative : 15 milliards. Impôt foncier : 4 milliards. Budget de la France, 20 % du revenu national. Chômeurs, décembre 1931 : 160 000, décembre 1932 : 277 000, décembre 1933 : 362 000, décembre 1934 : 400 000. Blé : 38 F le quintal au Canada. Charbon anglais : 14 F la tonne, 113 F en France. Fonte française : 19 fois plus qu’en Angleterre, 25 fois plus qu’aux États-Unis, 565 fois plus qu’au Japon.

  • 2 Conclusion du manifeste du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes, adopté après sa for (...)

22« Notre premier acte a été de former un comité de vigilance qui se tient à la disposition des organisations ouvrières » (Appel des intellectuels antifascistes)2.

23La CGT est fédéraliste. Chaque fédération reste maîtresse d’appliquer ou non les décisions de la CGT. L’invention du collier du cheval a permis la fin de l’esclavage.

  • 3 Martial Schutz (1897), marchand de vins.

24Petits commerçants, Martial3, 153, rue Michel-Bizot ; son union syndicale, 18 000 membres.

Janvier

Mardi 1er janvier 19354

  • 4 Au bas de la page du 1er janvier figurent dix chiffres en face des mois de février, mars, avril, ao (...)
  • 5 Arthur Grondahl serait enseignant à Antibes.
  • 6 Joseph dit Virgile Barel (1889-1979), instituteur à Menton (Alpes-Maritimes), secrétaire depuis 193 (...)
  • 7 Commune près de Vence.
  • 8 Artère de Marseille où la région communiste a son siège.

25Nice. Grondahl5, villa Morara, avenue de Picardie. Barel6, 36 Vernier, Saint-Jeannet7. 50, Consolat, Marseille8.

26Crise : 1°) le machinisme ; 2°) le machinisme dans les pays asiatiques.

  • 9 Deux Gianotti habitent Menton rue de la Marne puis place Clemenceau pour Nicolas ; le père, Marcel (...)
  • 10 Pierre Mino (1906), électricien, conduit la liste « antifasciste », comprenant des communistes et d (...)
  • 11 La sœur de Cachin, Sylvie, malade, séjourne dans la maison de repos installée à la Reverderie, doma (...)

27Gianotti9, Menton. Mino10 secrétaire cellule Antibes. Sylvie, la Reverderie, Montmorency11.

  • 12 Henri Cormis (1900-1965), représentant de commerce-cultivateur, militant communiste de Saint-Jeanne (...)

28Saint-Jeannet. Henri Cormis12 : olives, raisins tardifs, fleurs orangers.

  • 13 Julien Béranger (1903), cultivateur, syndicaliste paysan (CGPT), candidat communiste au conseil d’a (...)

29Gattières, Béranger13.

  • 14 Raymond François (1909-1983), fils de Paul François, lieutenant-colonel en retraite, instituteur, é (...)

30François Raymond14, 21, cours Masséna, Antibes.

  • 15 Pierre Girardot (1913), ouvrier agricole, secrétaire du rayon communiste de la Durance depuis 1934.

31Pierre Girardot15, Volonne, Basses-Alpes.

  • 16 François Béraud (1880-1945), agriculteur, secrétaire de la fédération puis du rayon communiste des (...)

32Béraud16, Barême (Basses-Alpes), a été en URSS.

  • 17 Est-ce le militant communiste de Nice ?
  • 18 L’article signé « MC », « La région des Alpes-Maritimes a réalisé d’importants progrès » (l’Humanit (...)
  • 19 550 « sportifs ouvriers » selon l’article cité.
  • 20 Se décomposant en 130 JC et 73 pionniers, selon l’article cité.
  • 21 7 000 voix selon l’article cité.

33Région Alpes-Maritimes et Basses-Alpes : 630 + 150 cartes. 103 femmes, 75 pionniers, 1 200 Secours rouge, AEAR, Aucouturier17, une chorale, un jazz18, 500 sportifs19, 203 jeunes20. 5 00021 voix aux élections cantonales (1934), 1 000 aux socialistes.

  • 22 Claire Espérou (1880-1962), ancienne institutrice devenue employée de commerce à Nice, exclue du pa (...)

34Claire Espérou22, Saint-Denis escroc.

  • 23 Célestin Freinet (1896-1966), instituteur communiste, dirigeant du mouvement de pédagogie moderne, (...)
  • 24 Jean Laurenti (1893-1977), horticulteur à Vence, militant communiste et syndicaliste en milieu pays (...)

35Freinet23 et Laurenti24 à Vence.

  • 25 92 syndicats selon l’article cité.

369 syndicats CGPT25. Peu d’activité dans les syndicats unitaires. Pour les Alpes-Maritimes, unité syndicale réalisée entre confédérés et unitaires.

Mercredi 2 janvier 1935

37Antibes. Le Cap. Recettes globales des assurances sociales : 18,5 milliards, sommes dépensées : 5,5 milliards. On a placé le reste en valeurs d’État : 1,25 milliard. 2,25 milliards en obligations de chemins de fer. 1 milliard autres valeurs. Où est le reste ? A la Caisse des dépôts et consignations.

38Enseignement primaire laïque : 3 600 000 élèves. Enseignement secondaire laïque : 226 000 élèves. Enseignement primaire religieux : 850 000 élèves. Enseignement secondaire religieux : 182 000 élèves.

39Faillites : 40 000 en ces trois dernières années ; charges fiscales augmentées de 85 % pour les petits commerçants. Dans 230 sociétés : 30 milliards : les actionnaires touchent 100 F, le fisc 231 F.

4075 maisons à succursales possèdent 14 000 magasins, font 5 milliards d’affaires.

41Avec les machines l’homme produit 60 fois plus que sans machines.

Jeudi 3 janvier 1935

  • 26 Voir Introduction, les déplacements.
  • 27 Antoine Foucard (1903-1979), instituteur, secrétaire de la cellule communiste du Muy, orateur commu (...)
  • 28 Henry Sénès (1877-1961), sériciculteur, maire socialiste SFIO du Muy depuis 1912, conseiller généra (...)

42Le Trayas. Le Muy26. Foucard27, Sénés28. Le jardin du Muy. Un gouvernement capitaliste ne pourra ni dominer les financiers, ni résoudre la crise économique.

43La socialisation ne peut se faire qu’après la Révolution. En régime capitaliste elle renforce l’État que dominent les trusts.

44La concentration a prolétarisé la classe moyenne. Mais le grand capital exige une armée d’employés de banque, de surveillants, de fonctionnaires. Cette nouvelle petite bourgeoisie hésite ; une fraction s’élève aux hautes fonctions de la bourgeoisie. Les couches inférieures se rapprochent des prolétaires.

45Le fascisme est un indice de faiblesse de la bourgeoisie et non de prospérité. Ici la bourgeoisie tend vers une fascisation lente, légale.

46Jouhaux détache les syndicats des partis politiques prolétariens, mais il les rapproche du gouvernement et des organisations patronales.

47Vu les cellules ou représentants : Le Muy, Saint-Raphaël, Saint-Tropez, Peymeinade, Montauroux, Grasse, Fayence, Nice, Saint-Jeannet, Antibes, Sainte-Anne, Spéracedes.

  • 29 Maurice Chargnioux (1893-1984), artisan électricien à Saint-Raphaël (Var), candidat communiste aux (...)
  • 30 Henri Barbusse (1873-1935) possède une maison « Vigilia » à Miramar, à Théoule, à la limite des Alp (...)

48Chargnioux29 : électromécanique. Tartufe à Moscou ! (Barbusse30).

Vendredi 4 Janvier 1935

49Flayosc. Hitler : qui n’est pas socialiste est un égoïste ou un imbécile !

  • 31 Laval, ministre des Affaires étrangères, se rend à Rome le 5 janvier 1935 pour s’entretenir avec le (...)

50Mussolini : le temps du capitalisme est fini31.

  • 32 Achille Ratti (1857-1939), pape depuis 1922.
  • 33 L’encyclique Rerum Novarum (1891) du pape Léon XIII porte sur l’intervention de l’Église sur la que (...)

51Pie X132 félicite Mussolini d’avoir fait la collaboration des classes Rerum Novarum. Quadragesimo anno33.

52Il faut grouper les hommes non d’après leurs qualités de salariés ou d’employeurs, mais d’après les branches sociales auxquelles ils se rattachent.

53« Depuis le péché le travail est devenu une nécessité imposée comme une expiation et accompagnée de souffrance. La terre est maudite à cause de toi. C’est par un travail pénible que tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie » (Rerum Novarum).

  • 34 Alors que la tension austro-allemande redouble, le congrès catholique de Vienne (7-12 septembre 193 (...)

54Le pape n’a pas de désir plus vif que de voir repousser et battre le bolchevisme. Il se réjouit toutes les fois qu’un pouce de territoire d’un pays est purifié de cette peste. Il attend ardemment le jour où la Russie en sera débarrassée. Dans ce but chaque État doit se servir de tous les moyens. (Septembre 1933, le légat du pape au congrès international catholique à Vienne34).

Samedi 5 janvier 1935

55Le Trayas. Saint-Raphaël. Marseille. Dans le Var, si le vin n’est pas vendu dans trois mois, c’est une grande misère. Région du Muy, récolte du vin déficitaire, prix 80 F l’hectolitre au lieu de 160 F.

56Flayosc : usines de cordonnerie, 9 heures à 10 heures de travail par jour. 10 F aux femmes, 24 F aux hommes ; pas de syndicat, pas de cellule : patrons et ouvriers sont socialistes.

  • 35 André Ribard (1897-1963), ancien secrétaire général de la préfecture de Nice, ami de Barbusse, memb (...)
  • 36 Écho d’une rencontre dans la villa de Barbusse. Maurice Thorez (1900-1964), secrétaire du parti com (...)

57Barbusse, M. Thorez, (Ribard35), Rabaté36 :

  1. il faut renforcer Amsterdam : rassemblement des masses et action ;
  2. maintenir Amsterdam au-dessus des partis ;
  3. Amsterdam a plus de possibilités que le PC pour les classes moyennes ;
  4. Amsterdam doit jouer son rôle mondial ;
  5. si les chefs socialistes s’orientaient vers la rupture, il resterait Amsterdam.

58Il faut aider Amsterdam par des articles à l’Huma, faire des comités d’Amsterdam. Un grand rassemblement pour les événements d’Espagne dans la région parisienne d’abord, national ensuite. Amsterdam, c’est le Front populaire.

Dimanche 6 janvier 1935

  • 37 François Billoux (1903-1978), employé, membre du Comité central du parti communiste depuis 1926, se (...)

59De Marseille à Paris. (Billoux37 à l’Huma). Le chômage détruit les consommateurs.

  • 38 Milwaukee, ville industrielle au nord de Chicago.

60Machinisme : depuis un siècle, 40 fois plus d’énergie. Depuis 10 ans, 9 fois plus d’énergie. Labour d’un hectare, autrefois 200 heures, aujourd’hui 8 minutes. Un ouvrier du fer fait en 8 heures le travail de 8 jours d’autrefois. En 1904, 1 300 heures pour faire une auto, aujourd’hui 92 heures. 5 ouvriers déplacent plus de terre que 4 000 en 1865. 1 000 ouvriers font 100 millions de bouteilles, deux fois plus que 9 800 en 1920. Des manufactures de chaussures : 10 paires par jour. Le Niagara = 9 millions d’hommes à huit heures par jour. Un homme = un dixième de cheval-vapeur. Une usine de Milwaukee fait par jour 10 000 bâtis de châssis pour la General Motors38 avec 208 hommes pour travailler sur les machines. Le capitalisme = profit. Il ne peut s’adapter à la technique socialiste qui crée l’abondance.

Lundi 7 janvier 1935

  • 39 Dupont de Nemours, première société américaine de produits chimiques, fonde en 1908 la General Moto (...)

61Paris. Dupont de Nemours39, c’est la General Motors.

  • 40 Le lieutenant-colonel Faye, délégué général de la ligue des Jeunesses patriotes, corédacteur du « r (...)
  • 41 François de La Rocque (1885-1946), colonel, président des Croix-de-Feu depuis 1931.
  • 42 Jean Ferrandi (1882-1935), lieutenant-colonel, mutilé de guerre, président de l’Union nationale des (...)
  • 43 Louis Marin (1871-1960), avocat, député républicain indépendant de la Meurthe-et-Moselle depuis 190 (...)
  • 44 Famille de banquiers. La Banque française, fondée en 1817, a comme dirigeant le baron Édouard de Ro (...)
  • 45 Horace Finaly (1871-1945), directeur général de la Banque de Paris et des Pays-Bas depuis 1919, ori (...)
  • 46 Pierre Guimier (1887-1956), directeur du quotidien de droite le Journal, siège au conseil d’adminis (...)
  • 47 Une commission parlementaire, présidée par Ernest Lafont, pour enquêter sur l’affaire Stavisky, se (...)

62Hitler a fait de l’Allemagne un pays en faillite, un peuple malheureux. Colonel Faye40, JP ; La Rocque, CF41 ; Ferrandi42, JP ; généraux, maréchaux, propriétaires Marin43, Rothschild44, Finaly45 ; Guimier46, ami du peuple. Église. Zographos47 a gagné un milliard en dix ans dans les tripots ; déposition à la commission Stavisky d’un agent des jeux. Les 9 et 12 février 1934 ont sauvé la France et l’Europe du fascisme.

  • 48 Pierre-Étienne Flandin (1889-1958), avocat, député (Alliance démocratique) depuis 1914, plusieurs f (...)

63Économie dirigée = économie planifiée. L’économie dirigée, c’est la dictature pour fixer les prix. Le libéralisme économique repousse l’économie dirigée. Le libéralisme, c’est le plébiscite qui réalise le seul mécanisme utile des prix. Il faut donc la libération du commerce, la concurrence. Voilà ce que disent les libéraux. Et Flandin48 ! Or Flandin dépose un projet d’organisation de la production.

Mardi 8 janvier 1935

  • 49 Franklin Delano Roosevelt (1882-1945), président démocrate des États-Unis depuis novembre 1932, lan (...)

64Roosevelt et le chômage49. Budget : déficit 50 milliards par an. Emprunt pour grands travaux qui ne concurrenceraient pas les industries privées : électrification rurale, reboisement, grandes routes, plus de passages à niveau, camps de travail civils. Ces travaux devront s’amortir eux-mêmes. Je conserve le profit, mais pas de profits excessifs. La production capitaliste ne peut plus diriger les forces productives. La crise prouve l’incapacité de la bourgeoisie à diriger les forces productives modernes.

65Commerce extérieur de la France : 1929 : 108 milliards, 1932 : 49 milliards, 1933 : 42 milliards.

Mercredi 9 janvier 1935

66Depuis cinquante ans, des milliards de chevaux-vapeur sont intervenus dans la production. La société capitaliste basée sur le profit individuel ne peut s’adapter à la technique qui est sociale et qui crée l’abondance. Le chômage détruit les consommateurs. Le pouvoir d’achat des masses diminue, c’est pourquoi les affaires diminuent. Le régime capitaliste peut-il augmenter le pouvoir d’achat des masses ? Roosevelt a essayé en vain.

67Le monopole du capitalisme devient une entrave au mode de production. La centralisation des moyens de production et la socialisation du travail ne s’accommodent plus de leur enveloppe capitaliste-individuel et la font éclater. Le mode de production se rebelle contre le mode d’échange. Le mécanisme de la production capitaliste fléchit sous la pression des forces productives.

Jeudi 10 janvier 1935

  • 50 La question du front unique est à l’ordre du jour de cette réunion du Bureau politique.

68BP50. (Comité coordination).

  • 51 Otto Wells (1873-1939), député social-démocrate allemand (1919-1933), membre du Comité exécutif de (...)
  • 52 Jean-Baptiste Séverac (1879-1951), professeur, secrétaire général adjoint du parti socialiste SFIO (...)
  • 53 Lev Davidovitch Bronstein, dit Trotsky (1879-1940), séjourne en France depuis juillet 1933.
  • 54 Le Populaire, quotidien du parti socialiste SFIO, publie une lettre de Trotsky, le 1er janvier 1935 (...)
  • 55 Jacques Doriot (1898-1945), ajusteur, député communiste de la Seine depuis 1924, membre du Bureau p (...)
  • 56 Le parti ouvrier et paysan, créé le 6 décembre 1929 par six conseillers municipaux communistes de P (...)
  • 57 Le Peuple, « organe quotidien du syndicalisme » (CGT) depuis le 4 janvier 1921.
  • 58 Émile Farinet (1887-1937), ouvrier monteur aux PTT, secrétaire général de la fédération socialiste (...)
  • 59 Lors du conseil national du parti socialiste SFIO, en novembre 1934, Farinet expliqua la politique (...)
  • 60 Membres du parti d’unité prolétarienne.
  • 61 Les militants néosocialistes forment le 3 décembre 1933 le parti socialiste de France. On continue (...)
  • 62 Le 12 janvier, l’Humanité publie un appel du Comité de coordination du parti socialiste SFIO et du (...)
  • 63 Kurt von Schleicher (1882-1934), général, en juin 1932 ministre de la Reichswehr, dernier chancelie (...)

69Blum contre le prélèvement sur le capital. Les socialistes s’opposent à l’extension du Front unique. Dans la IIe Internationale l’opposition au Front unique s’aggrave. Wells51 entre en conversation avec la Reichswehr. Brochures de Séverac52. Trotsky53 écrit au Populaire54. Doriot55 au POP56... Ils sont contre Amsterdam. Ils sont contre les contacts ouvriers à la base. Ils ne veulent pas de comités de Front unique à la base. Les SFIO se rapprochent de la CGT : attaques contre les bolcheviks dans Populaire et Peuple57. Farinet58 et les listes uniques (dernier Conseil national SFIO, novembre)59. Contre tout cela : il faut organiser la pression de la masse. Pour cela, un programme et des comités de Front populaire (la CGT est avec la SFIO, pupistes60, néos61). Il faut organiser le Front unique et non le défendre. Il faut pousser à l’action. Il faut réaliser des comités d’unité d’action. Contre les Croix-de-Feu62, campagne antifasciste. Sous Schleicher63 on disait : l’hitlérisme est fini. Sous Flandin, on dit la même chose.

Vendredi 11 janvier 1935

  • 64 L’éditorial de Maurice Thorez dans l’Humanité, le 12 janvier, a pour titre « Un objectif du Front p (...)
  • 65 Les élus communistes quittent en novembre 1929 l’Union amicale des maires de la Seine. Ils la regag (...)

70Pour le Front populaire : campagne contre fascisme, la vie chère64, contre les six ans. Avec ou sans vous (SFIO) nous ferons le Front populaire et les comités d’action. Pour la proportionnelle à l’Hôtel de Ville. Est-ce que les socialistes ne pourraient pas agir pour l’unité syndicale ? Transmettre les propositions d’en haut à toutes les régions en leur disant d’agir. Les municipalités sont invitées par les communistes. Jamais de réponse. Le Bureau des municipalités65 : il faut un programme antifasciste pour base des engagements municipaux à la campagne.

Samedi 12 janvier 1935

  • 66 Est-ce Brévélénez, commune des Côtes-du-Nord ?
  • 67 Paul Nizan (1905-1940), professeur, écrivain, journaliste à l’Humanité, séjourne en URSS (janvier-d (...)

71Bré66, Nizan67.

  • 68 Voir introduction « La politique française ».

72Flandin. Les ententes industrielles68.

73En cas de crise, les entreprises d’une corporation doivent se grouper pour limiter la production et assurer les moyens financiers. La corporation sous le contrôle de l’État mettra de l’ordre.

  • 69 Lucien Romier (1885-1944), rédacteur en chef de la Journée industrielle (1920), du Figaro (1925-192 (...)

74Romier69 dit : ce sera l’augmentation des prix, le progrès sera arrêté, la corporation brisera la concurrence. Ce sera un trust. Toutes les industries faibles, mal outillées, disparaîtront.

75La puissance d’un homme = un dixième de cheval-vapeur. La production humaine était assurée aujourd’hui des milliards de chevaux-vapeur.

Dimanche 13 janvier 1935

  • 70 L’Humanité du 13 titre : « Sur le front antifasciste de la Sarre. On vote aujourd’hui pour ou contr (...)

76Plébiscite en Sarre70.

77L’allure de la chaîne laisse huit secondes par opération. Des machines posent 60 rivets d’un coup. 208 hommes surveillent ces machines qui utilisent 1 100 tonnes d’acier découpées mécaniquement. Les pièces sont triées par des cadres magnétiques qui les répartissent sans défaillance.

78Depuis 1932, l’État emprunte 1,25 milliard par mois.

Lundi 14 janvier 1935

  • 71 Jean-Jacques Renaud dit Jean-Renaud (1880-1952), commandant d’infanterie coloniale en retraite, réd (...)

79Le premier devoir c’est de prévenir l’instauration de la dictature fasciste déclarée. Jean Renaud (Solidarité française71, 12 janvier) : « Nous sommes manœuvrés par les polices, les provocateurs, les ambitieux, les politiciens, les aventuriers ».

80Jeunesse communiste : 10 000 membres. 80 meetings du PC première quinzaine de février sur le mouvement de la Jeunesse communiste.

Mardi 15 janvier 1935

  • 72 Raymond Patenôtre (1900-1951), député (« indépendant de gauche ») de Seine-et-Oise depuis 1928, sou (...)

81Patenôtre72.

82L’une des conditions de la prospérité des peuples, c’est que les monnaies soient constantes. Si elles baissent, il y a injustice pour les créanciers ; si elles haussent, il y a injustice pour les débiteurs. Mais, alors, il y a désastre car la déconfiture des débiteurs entraîne celle des créanciers. Aujourd’hui l’or a haussé parce qu’on a renoncé à l’étalon-argent, et les prix se sont effondrés. Il faut donc dévaluer la monnaie dans la proportion où l’or a été valorisé. Depuis 1928, l’or a presque doublé de valeur. On peut acquérir les mêmes marchandises avec moitié moins d’or. Le bénéfice des rentiers ruine ceux qui fabriquent ces rentes. La réadaptation monétaire, là où on l’a faite, a permis le redressement économique. En Suède, Norvège, Danemark, Angleterre, États-Unis.

83Réponse : Roosevelt a lâché l’or, adopté l’argent, dévalué la monnaie, fait de l’inflation, augmenté les salaires, fait des corporations, renfloué les industries à bout de souffle, dégelé les dépôts des banques, effectué des grands travaux publics, diminué les emblavures de blé de 20 %, imposé de mettre en friche 4 millions d’hectares de coton, limité la production de maïs, des porcs, riz, lait, fruits, etc.

84Résultat : la situation n’a jamais été pire, il dépense deux dollars pour un qu’il reçoit, 10 millions de chômeurs. Pourquoi ? Parce qu’il a permis à la production de croître en même temps que le chômage.

Mercredi 16 janvier 1935

85Amsterdam-Pleyel a une organisation d’autodéfense, 300 à 400 camarades décidés.

86Pour les élections municipales, contre le fascisme, barrage au deuxième tour.

  • 73 L’Humanité, le 16 janvier, annonce ce « meeting de masse », à 20 h 30, salle Bullier, 31, avenue de (...)
  • 74 Maurice Thorez signe un article dans l’Humanité, le 26 janvier : « Sous le drapeau d’Amsterdam-Pley (...)

87Il faut que l’on donne comme exemple à toute la France, l’exemple de la R.P. où il y a un grand rassemblement large antifasciste, comme celui du 18 à Bullier73. Le mouvement Amsterdam est à la base du Front unique. À Paris, le 18 novembre, confédérés et unitaires se sont réunis. Le 22 décembre, démarche commune au ministère de l’Intérieur. La réunion du 18 est le compte rendu de cette visite. Il faut qu’Amsterdam agisse d’initiative dans les grands événements ; c’est ainsi qu’il redonnera confiance. Amsterdam c’est l’essentiel du Front populaire. Mais il y a des gens qui considèrent Amsterdam comme une organisation communiste. C’est pourquoi il faut le Front populaire. Concentration nationale pour unifier l’antifascisme. D’où sortira un nouveau comité avec les intellectuels. Il faut un comité national, 150 noms, tous les antifascistes, avec une plate-forme d’action et de revendications74.

Jeudi 17 janvier 1935

  • 75 Marcel Rouffianges (1905-1981), militant communiste, secrétaire de la section française du Secours (...)
  • 76 Julien Racamond (1885-1966), ouvrier boulanger, secrétaire de la CGTU depuis 1923, membre du Bureau (...)
  • 77 Voir supra.
  • 78 Le Comité central d’unité d’action de la région parisienne résulte d’un accord conclu en octobre 19 (...)
  • 79 Militant de la tendance d’Action socialiste au sein de la commission administrative permanente du p (...)
  • 80 Plusieurs « Pierre » ont eu une activité en direction des ports, des dockers ou des marins :
    Pierre (...)
  • 81 Paul Hog (1901-1976), employé limonadier, communiste et syndicaliste de la fédération CGTU de l’ali (...)
  • 82 Voir supra.
  • 83 Jules Mallarte (1893-1946), employé, animateur de la tendance Action socialiste dans le parti socia (...)

88BP. (Amsterdam-Pleyel !) Mouvement d’Amsterdam (Rouffianges75, Racamond76, Ribard77). 1 220 comités locaux, 120 comités d’usines (1 340 groupes d’Amsterdam). 25 comités régionaux ; celui du Loiret est bon. 350 comités de jeunes, beaucoup de comités de femmes indépendants. Le mouvement continue. En décembre, en janvier, 30 comités. La moitié des comités sont paysans (Sarthe). Peu de socialistes dans Amsterdam ; quelques radicaux orthodoxes. Dans la région parisienne, le comité d’action. Le comité central de la région parisienne est permanent78 ; mais on a estompé la figure d’Amsterdam-Pleyel bien que les communistes et les unitaires soient les entraîneurs. Lutte contre le transport des munitions de guerre. Visite aux ports (Périgaud79, Pierre80). À Marseille, les fascistes essayent de prendre le port. Il y a des engins de Krupp à Toulon. Organisation des tournées en cours, commémoration des 9 et 12 février 1934. Un réseau de meetings dans toute la France, pour un nouveau recrutement et un élargissement d’Amsterdam. Nous préparons une concentration nationale à Paris (Pentecôte). À la place de Hog81, Rabaté82 secrétaire du comité d’Amsterdam. Mallarte83 ne veut plus rester à Amsterdam-Pleyel. Périgaud. La CAP donne des circulaires pour intimer l’ordre aux socialistes de quitter Amsterdam. Mais on n’obéit pas.

Vendredi 18 janvier 1935

  • 84 L’Humanité, le 18, titre « Les antifascistes sarrois, en masse, ce soir à Bullier » et publie la li (...)

89Bullier. Front populaire antifasciste84. Congrès communiste anglais les 2, 3, 4, 5 février.

  • 85 Le gouvernement a fait voter une loi sur le blé, le 24 décembre. Ces notes de Cachin sont reprises (...)
  • 86 L’Humanité, le 19 janvier, annonce la parution d’un tract, « Flandin contre les paysans ». Le même (...)
  • 87 Dans son article du 26 janvier, Cachin insiste sur les dirigeants, « les hobereaux des Associations (...)

90Pain et blé. Il y a 8 000 moulins. Le gouvernement Flandin85 a voulu arriver à la déflation des prix agricoles86. Il n’a pas frappé les boulangers et meuniers ; il a demandé aux paysans un relèvement de la taxe à la production. Il exige tout du paysan. Il a supprimé le taux de blutage à 65 %. Le meunier va tirer 72 ou 74 kilos de farine au lieu de 65. Ça fait 8 millions de quintaux. Il veut réglementer toute la vie agricole : ensemencement, emblavement, récoltes. Les semences bonnes pour une terre ne valent rien pour d’autres. Les chambres d’agriculture = 3 millions de paysans (coopératives, syndicats)87.

Samedi 19 janvier 1935

  • 88 48, rue Duhesme, salle de l’Indépendance, siège social d’une société coopérative d’épicerie.
  • 89 Agence de photographie pour la presse d’origine allemande, 7, square Desaix. Elle a notamment réali (...)
  • 90 Margarita Nelken Mausberger (1898-1968), écrivain, critique d’art, militante féministe, député soci (...)

9118e rayon (Rue Duhesme88), Front populaire au 18e. Kitrosser89, téléphone : Alésia 06 28. Vu 39, rue du Colisée, Margarita Nelken90.

  • 91 L’Humanité, le 19 janvier 1935, oppose, sous le titre « Flandin fait à une délégation municipale de (...)

92Flandin dit : le capitalisme est éternel, car on ne travaille pas sans espoir de profit. Les ouvriers travaillent pour ne pas mourir de faim91.

Dimanche 20 janvier 1935

  • 92 Le Salon des Indépendants est ouvert depuis le 19 janvier. Y figure notamment un portrait de Signac (...)

93Indépendants92.

  • 93 Charles-Albert Gueldry (1884-1973), peintre de portraits et paysages, au Salon de 1935, expose un p (...)
  • 94 Claire Valière, née Albanie Combres (1892-1969), expose au Salon depuis 1925 (paysages, natures mor (...)
  • 95 Sans doute Eugénie-Sophie Bonnefoy, peintre.
  • 96 Max Barel (1913-1944), fils de Virgile Barel, dirigeant communiste des Alpes-Maritimes, reçu à l’Éc (...)

94Le peintre Ch. Gueldry93, Valière94, Bonnefoy95 ; Brest. Max B.96 École centrale. École des Ponts : 7.

  • 97 Cachin reprend ces données dans son éditorial de l’Humanité, le 29 janvier.

95Chômeurs en Angleterre : 1 467 000 en 1930, 1 807 000 fin 193497.

  • 98 La révolution mexicaine, commencée en 1910, est marquée depuis 1920 par l’anticléricalisme officiel (...)

96Au Mexique : lois pour limiter le nombre de prêtres : 1 pour 60 000 habitants98. On ferme les églises. On en fait des bibliothèques. Les prélats et les sœurs sont renvoyés du Mexique. L’État encourage toutes les manifestations contre l’Église et la religion. « Le catholicisme est une fable au service des privilégiés. »

Lundi 21 janvier 1935

97Expérience Flandin :

  • abaissement du loyer de l’argent à long terme
  • organisation de la production par les ententes industrielles
  • contre la vie chère
  • aux patrons qui embauchent, la prime de chômage

Mardi 22 janvier 1935

  • 99 Depuis le 12 janvier, l’Humanité annonce un meeting, salle Builier, « Pour la commémoration de la m (...)

98Builier : Lénine. Les trois L99.

Mercredi 23 janvier 1935

99Corporatisme. Les corporations actuelles ont été appelées artificiellement à la vie. C’est non du corporatisme, mais de l’économie dirigée par l’État capitaliste pour détourner du socialisme. Les corporations correspondaient à l’économie urbaine. Quand l’économie est devenue nationale, elles sont mortes. Elles sont faites pour un petit marché local. La division du travail les a tuées. La lutte de classe est la pierre d’achoppement du corporatisme. Aujourd’hui la corporation serait le monopole. Corporatisme plus nationalisme économique se complètent. Ils sont des régressions. Il leur faut la dictature.

Lundi 28 janvier 1935

  • 100 Lefebvre (1887-1975), propriétaire-jardinier à Riva-Bella, plage de Ouistreham (Calvados), sympathi (...)

100Marcel Lefebvre, Riva-Bella100.

Mardi 29 janvier 1935

  • 101 Rue Lafayette, siège du Comité central du parti communiste.

10118 h 30 au 120101.

  • 102 Réunion du comité de coordination parti communiste-parti socialiste SFIO qui publie un communiqué p (...)

10220 h 30, comité de coordination102.

  • 103 Cachin se rend en Grande-Bretagne à la veille du VIIe Congrès du parti communiste anglais du 2 au 5 (...)

103Douvres103.

  • 104 Allusion au voyage de Flandin, président du Conseil, et de Laval, ministre des Affaires étrangères, (...)

104La Côte d’Argent est près de la Malle belge. Elle a transporté d’Ostende 14 voyageurs. Cela arrive aussi à la Malle française. On croise en route les ministres français104. Calais-Dover : 1 h 10.

Mercredi 30 janvier 1935

  • 105 Place et station de métro.

105Morton Hôtel. Russell Square105.

106Connaissez-vous quelqu’un en Angleterre ? M.D.

  • 106 Andrée Jacquet de la Verryere, dite Andrée Viollis (1879-1950), grand reporter au Petit Parisien, m (...)

107Au visa des passeports, trouve Andrée Viollis106.

108D’abord autorisé, je vais monter dans le train. Le policier qui m’avait donné le visa accourt essoufflé : « Suivez-moi ! impossible vous autoriser ! » Pourquoi ? J’ai le regret de ne pas vous répondre.

109Paris, 8 h 20. Calais, 11 h 30. Douvres, 13 h 30. Départ Douvres 16 h.

Jeudi 31 janvier 1935

  • 107 Harry Pollitt (1890-1960), ouvrier chaudronnier, secrétaire du parti communiste depuis 1928.
  • 108 Il s’agit du parti communiste de Grande-Bretagne, dont le siège est King Street dans le quartier de (...)
  • 109 William Gallacher (1881-1965), ouvrier écossais, dirigeant du parti communiste britannique, en désa (...)
  • 110 Rose Smith est chargée des femmes dans le Bureau politique du parti communiste de Grande-Bretagne.
  • 111 Shapurji Dorabji Saklatvala (1874-1936), originaire de Bombay, membre du parti communiste, député d (...)
  • 112 L’Humanité, le 1er février, titre : « Sur ordre du gouvernement MacDonald, la police anglaise inter (...)

110Paris-Douvres. H. Pollitt107 secrétaire parti communiste d’Angleterre. 16 King Street108, Covent Garden. Bill Gallacher109, Rose Smith110, Saklatvala111. Charing Cross. Victoria Station. Douvres, 1 h 30. Sa falaise calcaire. Jusqu’à 4 h, gardé à vue par un policier112.

Février

Vendredi 1er février 1935

  • 113 Ernst Thaëlmann (1886-1944), dirigeant communiste allemand, député au Reichstag (1924-1933), est ar (...)

111Mutualité. Thälmann113.

  • 114 Yann Fouéré (1910), président-fondateur des Étudiants bretons de Paris (1933), administrateur civil (...)

112Yann Fouéré, ar Brezoneg er Skol114, 15, rue du Faubourg-Montmartre.

Dimanche 3 février 1935

  • 115 Le troisième cross de l’Humanité, organisé avec le concours de la Fédération sportive et gymnique d (...)
  • 116 Le comité Thaëlmann organise, à 20 h 30, à la Mutualité, une « grande soirée culturelle et cinémato (...)

113Cross Huma 115, Thälmann116.

  • 117 Un meeting est organisé par le 18e rayon en faveur des candidats communistes aux élections municipa (...)

1149 h, Palace Ordener : Front populaire, élections municipales117.

Lundi 4 février 1935

  • 118 Journal du soir lancé en 1923, racheté en avril 1930 par Jean Prouvost. Son tirage passe de 130 000 (...)
  • 119 Jean Prouvost (1885-1978), industriel du textile, propriétaire de Paris-Midi et de Paris-Soir depui (...)
  • 120 L’Intransigeant, quotidien fondé en 1880 par Rochefort, dirigé par Léon Bailby, devient le plus gra (...)
  • 121 Louis Louis-Dreyfus (1867-1940), négociant en grains et banquier, député de la Lozère (1905-1910) e (...)

115Depoi, Paris-Soir118. Prouvost119 « La Lainière ». Paris-Soir coûte encore cher à Prouvost comme l’Intran 120 coûte à Dreyfus121.

Mercredi 6 février 1935

  • 122 La Trétoire, Sablonnières, Rebais, communes de Seine-et-Marne.
  • 123 Hameau de La Trétoire.
  • 124 Alexandre Gilbert (1885-1936), journalier, se marie et meurt dans le 18e arrondissement, où il conn (...)
  • 125 Georges Foucart (1899-1990), journalier agricole, marié, trois enfants, vit chez son patron, Léon B (...)
  • 126 Jules Lapleige (1879), patron vannier, candidat aux élections municipales de Rebais en 1935.

116La Trétoire122 Fontaine Lange123. Gilbert124. La Rosa et le charretier Foucart125. Paysans briards, irreligieux, jaloux les uns des autres (oseraies). Blé, betteraves, cidre, avoine, lait. Différence entre Gilbert et Léon : de la ville à la campagne. Huit hommes battent 90 quintaux par jour. Machine coûte 22 F l’heure et le charbon. Quatre ventes de grandes fermes affichées à Sablonnières. Lapleige à Rebais, vannier126. Il est des gens du village qui n’ont jamais été à Paris. Des fruits qui se perdent.

Vendredi 8 février 1935

  • 127 L’Humanité, le 9 février, décrit cette réception en présence de Cachin et de Marty de six Soviétiqu (...)

117Les sportifs soviétiques à l’Huma127.

118Cler à Toulouse.

  • 128 Paul Signac (1863-1935), peintre néo-impressionniste, participe à la mobilisation antifasciste (Com (...)

119120 artistes sont antifascistes. Ils veulent entrer en relation avec Signac128. Ils lui ont demandé une œuvre pour leur exposition.

  • 129 Jean Verlhac (1888-1948), comptable, responsable socialiste SFIO de Cahors (Lot), préside la séance (...)

120Verlhac, Cahors129.

  • 130 Marcel Bergé (1899-1949), électricien à la compagnie du Midi à Toulouse, secrétaire permanent de l’ (...)

121Bergé, cheminot130.

122SRRP, 20 000 dont 1 500.

123Secours rouge, 50 000.

Samedi 9 février 1935

  • 131 Dans l’Humanité, le 9 février, Cachin signe un article « Demain à Toulouse... un rassemblement cont (...)

124Paris-Toulouse (141 F). 717 km131.

  • 132 Marcel Craste (1880), employé des postes, responsable communiste de la région Garonne (Ariège, Haut (...)
  • 133 Jean Chauvet (1903-1985), ouvrier, secrétaire national du Secours rouge international, ouvre le mee (...)
  • 134 Adresse du siège de la région communiste de la Garonne et de son hebdomadaire La Voix des travaille (...)

125Craste132, Chauvet133. Siège région : 6 Petite-Rue Saint-Rome134.

126Toulouse : 500 Huma dépositaire, 50 abonnés, 30 bibliothèques de gare.

  • 135 Ferdinand Destrem (1888), commis des PTT, secrétaire du rayon communiste de Toulouse.
  • 136 Pierre Caubon (1895), membre du comité de la région communiste. Il passe de la publicité dans La Vo (...)
  • 137 Joseph Ducuing (1885-1963) signe l’appel national « Au secours des martyrs d’une noble cause » insp (...)
  • 138 Edmond Ginestet (1900-1963), métallurgiste, secrétaire permanent de la région communiste de la Garo (...)
  • 139 L’Aurore, coopérative d’alimentation, restaurant coopératif.

127Destrem135, Caubon136, horloger, 15, rue Saint-Rome. Ducuing137, professeur à la fac de médecine, chirurgien, Toulouse. Des centaines d’étudiants de Toulouse. Ginestet138 : restaurant Aurore139, Family hôtel, 14 F.

  • 140 Les magasins de l’Aurore se situent 6, Petite-Rue Saint-Rome, 4, rue du Sénéchal, 33, rue de la Col (...)

128Union fédérale : 50. Communistes plus socialistes de gauche. Maison du peuple, des syndicats unitaires. Trois magasins d’épicerie (mauvaise situation)140.

  • 141 Depuis 1925, la mairie est tenue par Étienne Billières, socialiste SFIO.

129À Toulouse, la municipalité socialiste141 a réalisé électrification, pavage, écoles. Les chefs ne veulent pas du FU.

Dimanche 10 février 1935

  • 142 À l’appel du Comité populaire d’aide à toutes les victimes du fascisme en Espagne se tient le 10 fé (...)

130Toulouse, aux Jacobins142.

  • 143 Sans doute Juliette-Magdeleine Combaluzier (1898-1974), peintre de paysages qui expose régulièremen (...)
  • 144 Léon Hudelle (1881-1973), rédacteur en chef du quotidien socialiste le Midi socialiste depuis 1914.
  • 145 La Dépêche, quotidien radical-socialiste, fondé à Toulouse en 1870.
  • 146 Le Midi socialiste, journal quotidien socialiste de Toulouse fondé en décembre 1908 pour combattre (...)
  • 147 L’Express du Midi, journal quotidien catholique et monarchiste fondé en 1880, devenu le grand quoti (...)

131De Combaluzier143. Les artistes jeunes peintres ont écrit à Signac. Hudelle144 aurait voulu faire campagne pour le rassemblement. Le parti socialiste lui interdit. Pas un mot de compte rendu à la Dépêche145, ni au Midi socialiste146, ni à l’Express du Midi 147. 4060 F de recette au rassemblement. On avait négligé la Région. Elle était découragée. Elle est réconfortée.

Lundi 11 février 1935

132Toulouse-Paris. Chauvet.

13354 655 membres du PC au lieu de 37 890 en 1934. 18 000 ARAC. 23 000 numéros du journal dont 10 000 abonnés. Textile : 15 000 en France. Métallurgie : 20 000 dont 4 000 à Paris.

Mardi 12 février 1935

  • 148 L’Humanité du 12 février titre : « 12 février 1934-12 février 1935. En avant pour la lutte anti-fas (...)

134Grange-aux-Belles. Mutualité. Bullier148.

Vendredi 15 février 1935

  • 149 La réunion du Comité central se déroule les 15 et 16 février. Elle a été préparée par les membres d (...)

135Comité central149.

Dimanche 17 février 1935

  • 150 Marcel dit Jean Guéhenno (1890-1978), professeur et écrivain, rédacteur en chef de la revue Europe (...)

136Guéhenno150 : « Journal d’un homme de cœur ».

137Ce qui importe aux jeunes, c’est de pouvoir s’enthousiasmer pour quelque chose qui les dépasse. Or la guerre est quelque chose de cruel et d’atroce, mais surtout d’inutile. Le sacrifice de la dernière guerre, vingt millions d’hommes, a été vain et n’a fait qu’ajouter à la détresse du monde. La guerre ne peut pas être juste. Elle n’est qu’une duperie, le crime suprême.

Lundi 18 février 1935

  • 151 La famille Cachin possède une maison à Lanvignec, hameau de Paimpol (Côtes-du-Nord). Mais elle rési (...)

138Paris-Lancerf151.

Mardi 19 février 1935

  • 152 Hameau près de Lancerf dans la commune de Plourivo.
  • 153 En 1931, dans le hameau de Penhoat, est recensée Jeanne Rémond (1884- 1941), veuve Pinel (dite Jann (...)
  • 154 Sans doute Ernest Pinel, neveu du mari de Jeanne Pinel.

139[Penhoat152, Mademoiselle Pinel153 (Jannec Gon, mar ert154). Les grands koulaks prennent comme forestiers à 3 F par jour les chômeurs qui sont à la recherche de travail. Ils offrent le travail au pair aux jeunes gens de seize à dix-sept ans.

  • 155 Le ministre des Pensions, depuis février 1934, est Georges Rivollet (1888- 1974), ancien secrétaire (...)
  • 156 Guillaume Nozahic, né en 1868, meurt à Plourivo, le 16 février 1935. Marié avec Jeanne Gelgon (1875 (...)

140Ministère des pensions155, direction liquidation, 1er service, 3e bureau. G. Nozahic156, n° 146 131, inscription 207 676 : 8 594 F. Seize ans, cinq mois, vingt-six jours.

141On ne veut pas les veaux dont les bouchers ont trop. Tous les cultivateurs abattent leurs bêtes et les vendent au détail. On vend une vieille vache 160 F. Blé : 30 F le cent ; patates à 20 F, on a peine à les vendre.

Mercredi 20 février 1935

142Lancerf-Paris.

143A B C de la dialectique marxiste. Il n’y a pas de vérité abstraite, la vérité est toujours concrète.

  • 157 L’Humanité, le 19 février, publie dans la rubrique « Doctrine et Histoire » une étude de Lucien Con (...)
  • 158 Allusion à une lettre de Staline au comité de rédaction de la revue Proletarskaïa Revoloutsia (La R (...)
  • 159 Lucien Constant termine son article sur les erreurs de Rosa Luxemburg selon Lénine, dans « Notes du (...)

144Rosa Luxemburg se mit avec les mencheviks lors de la discussion de 1903157 sur l’organisation. Elle combattit Lénine. Il s’agissait d’intégrer à leur place les intellectuels petits-bourgeois dans le parti ouvrier. Staline répondit : Cahiers du communisme, 15 janvier 1932158. Lénine, Int. com., n° 20 de 1922159.

  • 160 André Gide (1869-1951), écrivain, admirateur de l’URSS, participe à toutes les actions antifasciste (...)

145On sert la révolution quand on sert la vérité (Gide160).

Jeudi 21 février 1935

  • 161 À cette adresse travaille avec lui G. Mathiot, architecte. Perruch travaillait, au début des années (...)

146Raymond Perruch161, architecte, 8, Boulevard Pershing, 17e. Étoile 06 07.

147Le public veut une nouvelle politique et non de nouveaux visages.

  • 162 L’American Federation of Labor (AFL), fédération de métiers, est née en 1886 aux États-Unis. La pol (...)

148L’AF of L162 propose de travailler cinq jours par semaine et six heures par jour.

  • 163 Cette phrase a dû être lancée par Laval après le discours de Saint-Étienne de Briand présenté, le l (...)

149La bourgeoisie n’a plus d’hommes quand elle en a besoin, elle va les chercher dans la poubelle où le socialisme jette ses détritus (Laval à Briand163 1913).

Samedi 23 février 1935

  • 164 L’Humanité, le 21 février, accorde une large place à un communiqué du syndicat CGTU de la Société d (...)
  • 165 Secrétaire du syndicat CGTU de la TCRP.

150TCRP164, Lochard165 unitaire. BOT 50 47.

  • 166 L’Humanité, le 23 février, annonce une fête de l’ES Transports, salle Japy, en soirée.

151Japy, au profit colonie enfantine166.

Lundi 25 février 1935

152Caisses d’épargne : 1934, dépôts, 7 830 millions ; retraits, 7 930 millions. 20 millions de livrets, 60 milliards dépôts.

153Vendémiaire (Auniac).

  • 167 Une société de brasserie Guinness possède son siège 66, boulevard Malesherbes (8e arrondissement), (...)

154Sir Bazil Guinness167 homme d’affaires.

Mardi 26 février 1935

155Pour le FU le PC n’a pas obéi à son égoïsme. Le PS en a profité plus que nous. Les élections municipales troublent le PS à cause de leur contact avec les radicaux. Nous ne les avons pas assez critiqués politiquement.

Mercredi 27 février 1935

  • 168 Dans un article de l’Humanité, le 1er mars, « Avant le conseil national SFIO Pour l’unité anti-fasc (...)
  • 169 Lettre du 14 février des fédérations socialistes de la Seine et de la Seine-et-Oise, publiée dans l (...)
  • 170 Thorez, dans l’Humanité, le 28 février, indique que dans le Nord « une circulaire de Lebas [respons (...)

156BP. Les socialistes veulent imposer l’unité organique168. Ils disent que les communistes n’en veulent pas. Les socialistes refusent les comités à la base, ce qui a créé un trouble. On dit : les communistes ne sont pas francs, sincères ; on va proposer un congrès de toutes les formations ouvrières (Doriot, pupistes, socialistes, communistes). La Fédération de la Seine a proposé169 : « appui aux organisations syndicales pour le 1er mai » ; délégation chez les confédérés ; accord pour les élections municipales, répondons-nous. La Fédération de la Seine proposait aussi des réunions communes des sections et cellules ; nous répondons : comités de coordination à tous les échelons. Dans le Nord170, les socialistes refusent le FU, refusent le contact, les nôtres sont sectaires ; les socialistes de Cambrai ont retiré leurs hommes d’Amsterdam ; nos comités de chômeurs injurient les socialistes. Dans le Pas-de-Calais nous avons plus de contact sauf dans le bassin minier où les confédérés dirigent.

Jeudi 28 février 1935

  • 171 L’Humanité, le 23 février, publie un long article sur la « lutte des dockers de Bône et de Philippe (...)
  • 172 Maurice Viollette (1870-1960), avocat, député (1902-1919, 1924-1929) puis sénateur depuis 1929, rép (...)

157BP. Algérie171, grand mouvement ouvrier : bâtiment, dockers, cheminots. Grand mouvement paysan nationaliste. La majorité des troupes algériennes sont musulmanes (et israélites). Il y a des gros négociants musulmans comprador, gros brasseurs d’affaires liés à l’impérialisme français. Ceux-là sont aujourd’hui nationaux réformistes. Ils sont avec Viollette172, collaboration avec l’élite indigène. Tous les pays ont plus de dettes qu’ils ne pourront jamais payer. (En Tunisie il y a un moratoire de trois ans). Notre PC n’existe ni à Sétif, ni à Constantine ; il est plus fort à Oran, à Bône, or c’est à Constantine que les mouvements se produisent. Nous n’avons aucune base paysanne et c’est la paysannerie qui sera révolutionnaire. Nous n’avons pas de contact ni FU avec le nationalisme musulman réformiste.

  • 173 Dans un article du Temps, le 27 février, « Les plaintes du Maroc », une description analogue figure (...)

158Au Maroc, la crise frappe plus les colons que les indigènes. Et la moyenne colonisation est malheureuse, couverte de dettes, blé au prix mondial173. Colons contre fonctionnaires. Manifestation des tondus à Rabat ; ils s’étaient tondu la tête pour montrer leur misère. Notre PC a six mois ; il est en rapport avec les nationalistes réformistes, les indigènes. Le capitaine écrit à l’Huma : envoyez les papiers avec la prudence ordinaire (télégramme), il a été emprisonné.

  • 174 Mouvement qui réclame une Constitution (Destour), des institutions démocratiques et la fin du prote (...)

159Tunisie, le Destour174 est le maître. Notre PC sectaire (200 communistes). Le Néo-Destour est troublé ; sa gauche révolutionnaire serait à prendre.

Mars

Vendredi 1er mars 1935

  • 175 L’Humanité du mercredi 6 mars ne comporte pas de développements sur la jeunesse.

160Deux pages sur la Jeunesse pour mercredi175. CC de la Jeunesse communiste.

Samedi 2 mars 1935

  • 176 L’Humanité, le 1er mars, annonce cette soirée, salle Rameau (ex-Pleyel), 252 faubourg Saint-Honoré, (...)

161Pleyel176, FST.

Mardi 5 mars

  • 177 Jacques Boulenger signe dans le Temps, le 1er mars, une chronique, « La vraie renaissance ».

162Renaissance177 : Ce fut un profond réveil contre le Moyen Age de Dante, saint Louis, saint François d’Assise, contre le mysticisme. Ce fut une révolte laïque contre Rome ; ce fut le siècle des armées, des inventions, des grandes découvertes. L’esprit humain descend sur tous. Il veut éclaircir les mystères de la vie. Il repousse le christianisme, religion d’esclaves.

Mercredi 6 mars 1935

  • 178 Friedrich Nietzsche (1844-1900), philosophe allemand.

163Nietzsche178 : « Nous autres, sans patrie, nous tenons par nos origines à trop de races diverses pour être tentés d’imiter la vaniteuse et mensongère glorification de la race. Cette thèse raciste tend à bâtir l’esprit allemand en lui insufflant un orgueil ridicule. La lutte contre les Juifs a toujours été la marque des natures basses, d’une mentalité vulgaire. Les grandes nations qui ont un long passé de militarisme et de guerres devraient pour l’exemple désarmer radicalement, intégralement, courageusement. » Nietzsche est contre le christianisme et le socialisme.

Jeudi 7 mars 1935

  • 179 Marcel Capron (1896-1982), tourneur, responsable du rayon communiste comprenant Charenton depuis 19 (...)

164Charenton (Capron179).

Samedi 9 mars 1935

  • 180 Cachin consacre le 8 un article (« En 1913, les trois ans préparaient la guerre... Action commune c (...)
  • 181 L’Humanité, le 14 mars, annonce que, le 12, une assemblée d’information des 350 comités de lutte co (...)

165BP. Amsterdam doit prendre l’initiative contre les deux ans180. À Lyon, à la veille du congrès radical, manifestation pour les classes moyennes. (350 comités d’Amsterdam dans la RP)181.

166Lutter contre le centralisme, c’est aller au fédéralisme, à l’autonomie. C’est noyer la notion de classe dans la masse électorale amorphe.

Mardi 12 mars 1935

  • 182 Il s’agit certainement d’une séance d’enregistrement de disques diffusés dans les réunions comporta (...)

1679 h. Disques (15, avenue du Maine, studio Ultraphone)182.

  • 183 L’Humanité annonce deux meetings à 20 h 30, l’un organisé par le Comité régional de lutte contre la (...)

168Comité d’action antifasciste de la RP (CUAA)183.

Mercredi 13 mars 1935

  • 184 L’Humanité annonce cette « grande soirée populaire de solidarité internationale » organisée par le (...)

169Thälmann, Mutualité184.

Jeudi 14 mars 1935

  • 185 Le Temps, le 12 mars, publie une analyse de la déclaration du général Goering. ministre de l’Air d’ (...)

170En Angleterre : 1 020 avions de guerre, mars 1935. En Allemagne, on fabrique trois avions de guerre par jour ; ils feront 1 500 appareils en deux ans185.

Vendredi 15 mars 1935

  • 186 L’Humanité annonce ce meeting, pendant plusieurs jours, pour la « commémoration de la Commune de Pa (...)

171Les élus à Bullier. La Commune186.

172Commerce dirigé en France (comme sous Colbert) : l’État détermine les contingents ; fixe l’octroi des licences d’importation ; fixe les pays où il faut exporter, les quantités à acheter et à qui ; il veut encourager les industries actuelles vers une qualité supérieure. Il crée un état-major de l’économie nationale pour tout diriger et tout contrôler. Cela sous Flandin qui a la prétention de ramener la France au libéralisme économique.

Samedi 16 mars 1935

  • 187 Le quatrième congrès des Comités de défense de l’Humanité à la Bellevilloise. La séance solennelle, (...)

173Bellevilloise, CDH187.

  • 188 Brochure de 8 pages.
  • 189 Le titre est suivi de la mention « (Pages choisies) », 44 pages.

174Lénine : Le pouvoir des Soviets et la Femme, 1925, librairie de l’Huma188. Guesde : La femme et la société bourgeoise, 1923, librairie de l’Huma189.

Dimanche 17 mars 1935

175Dans l’Europe chrétienne, la femme a été frappée d’interdit religieux, politique, civil ; dans son sort, pas une ombre de justice.

  • 190 Hitler et ses partisans pensent que les femmes doivent s’occuper des enfants (Kinder), faire la cui (...)

176Proudhon : ménagère ou courtisane, la quenouille ou ses charmes. La femme est confinée dans le ménage, dans l’esclavage domestique. L’homme doit nourrir la femme. La place de la femme est au foyer. La femme ne doit pas faire de politique. KKK. Le fascisme hitlérien190, vestige religieux. Il fait de la femme un automate soumis à tous les préjugés. La femme est une chose, une propriété de l’homme.

  • 191 Avec cette loi, les femmes obtenaient le droit de pouvoir utiliser librement leurs salaires.

177La femme mariée est atteinte d’incapacité générale. En se mariant, elle perd sa nationalité, son nom, son domicile, la libre disposition de sa personne. Elle n’a pas de puissance sur ses enfants, sur ses propres biens : elle ne peut accomplir seule les actes de la vie civile ou judiciaire. La loi du 13 juillet 1907191 est insuffisante. Les mœurs et la loi mettent des entraves à l’action sociale de la femme. Homme et femme ne sont pas égaux mais équivalents.

Mardi 19 mars 1935

  • 192 Depuis quelques jours, l’Humanité annonce ce « grand meeting » à l’initiative du Rassemblement mond (...)
  • 193 Mathilde, Denise dite Gabrielle Duchêne (1870-1954), secrétaire de la section française de la Ligue (...)

178Rassemblement des femmes contre la guerre et le fascisme, Mutualité192 (G. Duchêne)193.

  • 194 Militante de la section française de la Ligue internationale des femmes, membre de la commission mé (...)

179Droit au travail et vote des femmes. Gab. Duchêne, Gisèle Wolfsohn, Yvonne Kanya, Ant. Gilles, Cécile Brunschwicg, Marguerite Schwab, Maria Vérone, Henriette Baron, Éliane Brault, Bracke, M.C., Cattanéo194.

180La femme doit pouvoir vivre en travaillant sans rien devoir à personne. On ne peut subordonner économiquement un sexe à un autre. Pour que la femme soit émancipée, il faut qu’elle participe au travail collectif commun. Pourquoi la parquer dans son sexe devenu une profession ou un métier ? Il n’y a pas de libération non économique.

  • 195 Charles Fourier (1772-1837), socialiste français, reconnu comme un des précurseurs du féminisme.

181Fourier195, les socialistes, l’Union soviétique.

Mercredi 20 mars 1935

182Paris à Lancerf.

  • 196 Dans son intervention, Cachin explique qu’« il faut libérer la femme du travail domestique, si ingr (...)

183Si elle est entretenue par l’homme, la femme ne pourra exister qu’autant qu’il plaira à l’homme ou qu’elle plaira à l’homme. Il faut la libérer de sa condition d’esclave domestique. La grande économie collective seule l’en libérera, l’affranchira (maisons, collectivités, restaurants, crèches)196. Il faut une identité de droits et devoirs réciproques, équivalence des droits sociaux. La femme doit se manifester socialement sous la forme qui lui convient. Pour obtenir la libération complète de la femme, il faudra arracher la liberté de ne plus être exploitée par une classe parasitaire. Il faut que la femme entre dans la lutte sociale, dans la guerre civile libératrice.

Jeudi 21 mars 1935

  • 197 Signac y possède une maison.

184Lancerf, Lézardrieux197.

  • 198 Émile Proudhon (1887), ouvrier tailleur de pierre, militant syndicaliste et communiste en Côte-d’Or

185Émile Proudhon. Comblanchien (Côte-d’Or)198. Yvonne Damon (Mme Duchêne).

Vendredi 22 mars 1935

186Lancerf.

  • 199 Voir 28 février 1935. L’Humanité, le 22, titre : « Au Sénat. L’ex-gouverneur Viollette avoue l’effr (...)

187Viollette au Sénat199. En Algérie, en 1925, sur 60 000 conscrits indigènes, 12 000 ont été incorporés. Sous-alimentés, tares multiples. Usure 200 % à 300 %, pas d’hygiène.

  • 200 Walter Gross (1904-1945), membre du NSDAP (1925), fonde le Bureau pour l’information et la propagan (...)
  • 201 Lors du débat au Sénat, le 20 mars, sur la loi militaire française et le réarmement en Allemagne, F (...)

188Allemagne : les naissances. Gross, directeur de l’Office du racisme200 : en 1900, chiffre des naissances : 2 millions ; en 1933 : 1 million. En 1933 : 15 pour mille habitants en Allemagne, 17,3 pour mille habitants en France. Si cette situation dure, il y aura en Allemagne 47 millions d’habitants en 1999201.

Samedi 23 mars 1935

  • 202 Commune des Côtes-d’Armor qui comprend plusieurs écarts dont Lancerf et Penhoat.
  • 203 Jean dit Yann Sohier (1901-1935), instituteur à Plourivo depuis 1929, décédé dans la commune le 21  (...)

189Plourivo202. Enterrement de Sohier203. Collet, secrétaire unitaire.

Dimanche 24 mars 1935

190Penhoat.

Lundi 25 mars 1935

191Paimpol.

Mardi 26 mars 1935

192Lancerf.

Mercredi 27 mars 1935

193Lancerf à Paris.

  • 204 Olivier Patru (1604-1681), avocat écrivain, académicien qui devint un des arbitres dans les controv (...)

194« Tout ce qu’il faut faire pour devenir riche me déplaît » (Patru204).

  • 205 Paul Faure (1878-1960), journaliste, secrétaire général du parti socialiste SFIO depuis 1921.

195P. Faure205 : « Le Kremlin veut sacrifier l’unité d’action prolétarienne à l’alliance militaire franco-soviétique. »

  • 206 L’Humanité, le 26 mars, publie un article de K. Vorochilov, « Staline et l’armée rouge », extrait d (...)

196La paix proposée par l’Union soviétique. Exalter la politique pacifique de l’URSS. Rôle de l’Armée rouge206.

Jeudi 28 mars 1935

197Paris. La crise. Dure depuis six ans (en septembre). Aujourd’hui, trois millions de chômeurs de plus qu’en 1931 (dans le monde).

  • Commerce international paralysé (un tiers de 1929).
  • Instabilité monétaire.
  • Dumping ; guerre économique internationale.

198C’est la stagnation chronique avec de légères fluctuations (Engels).

Vendredi 29 mars 1935

  • 207 L’éditorial de l’Humanité, le 28 mars, est intitulé « Front populaire ou aide au fascisme ? Le cong (...)
  • 208 Julien Airoldi (1990-1974), mécanicien, secrétaire de la région lyonnaise du parti communiste.
  • 209 Il faut entrer par le 7, cours Lafayette pour accéder au passage Coste, où, au 5, se situe le siège (...)

199Paris à Lyon. Congrès radical207. Airoldi208. 7, cours Lafayette. 5, passage Coste209. 11 h 45, départ Paris. 10 h 30, café Grüber, face à la gare PLM.

Samedi 30 mars 1935

  • 210 Auguste Béchard (1883-1965), cultivateur-vigneron, maire communiste de Lédignan (Gard) depuis 1925, (...)

200Lyon, 14 h 41 ; Avignon, 17 h 48. Lédignan. De Lyon à Lédignan. Béchard210.

  • 211 Kembs, centrale sur le grand canal d’Alsace inaugurée le 9 octobre 1932 par le président de la Répu (...)
  • 212 Rivière du Sud-Ouest comprenant plusieurs barrages.
  • 213 L’Humanité, le 31 mars, fait état d’un débat du conseil municipal de Paris sur les tarifs de l’élec (...)

201Production de l’électricité en France : 15 milliards de kilowatts/heure. On transporte l’électricité à 600 km et plus. En dix ans, on a passé de la tension de 60 000 volts à 220 000 ; l’énergie hydraulique et l’énergie thermique ont une part à peu près égale dans la production. K.211 et La Truyère212 produisent 700 à 800 millions de kilowatts par an. 40 milliards de francs sont investis dans l’industrie électrique en France213.

Dimanche 31 mars 1935

202Alès, 30, rue Botteville.

203Avignon, Central hôtel.

  • 214 L’Humanité, le 1er avril, publie un compte rendu sous le titre : « À Alès, 12 000 travailleurs exig (...)

204La manifestation d’Alès214.

Avril

Lundi 1er avril 1935

205D’Alès à Paris.

  • 215 Le Temps, le 2 avril, annonce une exposition organisée par la Compagnie du PLM sur la Provence et l (...)

206Le couloir lumineux du Rhône ; l’azur méditerranéen ; l’allégresse de la grande lumière. Le Rhône, fleuve forcené, infuse l’enthousiasme ; c’est la grande route du soleil215.

Mardi 2 avril 1935

  • 216 Dans sa lettre, la CAP du parti socialiste SFIO propose de réunir la commission d’unification avec (...)
  • 217 La lettre du secrétariat du parti communiste du 4 avril propose à nouveau « la convocation d’une co (...)
  • 218 Le secrétariat du parti communiste, le 4 avril, indique en italique dans sa réponse au parti social (...)

207Paris. Les socialistes veulent rompre ! Nous, non ! Tout faire pour ne pas rompre. Ils proposent l’unité politique. Nous aussi ! Ils veulent une commission étriquée216. Nous, une conférence pour la préparation du congrès où on examinera tous les problèmes politiques217. Même si les pupistes et les doriotistes sont là ! La conférence serait pour les socialistes la pagaille car nous poserons tous les problèmes de l’Internationale communiste218. Il faut à la conférence donner un programme aux ouvriers socialistes mécontents de leur parti. Il faut essayer d’obtenir à la Fédération de la Seine une discussion sur les deux méthodes.

Mercredi 3 avril 1935

  • 219 Victor Margueritte (1866-1942), écrivain favorable à l’émancipation des femmes et à la paix. L’Huma (...)
  • 220 Maxime dit Max Fischer (1880-1957), directeur littéraire chez Flammarion, romancier et humoriste.

208Victor Margueritte219, Max Fischer220.

  • 221 Selon l’Humanité du 2 avril, au cours du congrès de l’Union nationale des officiers de réserve, Wey (...)
  • 222 L’Humanité, le 2 avril, annonce que le général Weygand vient d’être nommé administrateur de la Comp (...)
  • 223 La loi du 13 août 1913 fixait à trois ans la durée du service militaire.
  • 224 Allusion à la bataille de Charleroi, en Belgique, qui opposa troupes allemandes et troupes français (...)
  • 225 Joffre et le Grand État-Major se livrèrent à une sévère épuration au début de la guerre et, à la fi (...)

209La guerre 1°) l’état-major veut augmenter les effectifs ; 2°) créer l’esprit militaire à la caserne et même à l’école221. Il faut désarmer, voilà la réplique aux fascistes nationalistes militaires. Weygand, Suez222. Relèvement des valeurs d’armement. Les trois ans223 et Charleroi224. Les insuffisances des généraux et état-major constatées par Joffre, Foch et Gallieni225.

  • 226 Gaston Bergery (1892-1974), avocat, député radical-socialiste de la Seine-et-Oise (1928-1934), aprè (...)

210Parti Bergery226 : 2 000 en France, dont 600 à Lyon (socialistes et autres).

Jeudi 4 avril 1935

  • 227 Une lettre du secrétaire général adjoint au nom de la CAP du parti socialiste SFIO du 28 mars condu (...)

211BP227.

  • 228 Du 24 mars au 6 avril, l’Humanité publie une enquête de P.-L. Darnar sous le titre « Parle, peuple (...)
  • 229 Il s’agit, dans l’esprit du rapporteur, d’un terme qui désigne diverses organisations, Front paysan (...)

212Sur 6 millions d’indigènes, 4 millions en extrême misère228. Chômage dans le bâtiment et tous les métiers ; pas d’allocations d’où manifestations de chômeurs indigènes et européens, travailleurs agricoles et ouvriers ; petits artisans et commerçants, grèves d’impôts, leurs ouvriers et eux sont solidaires. Les fonctionnaires sont par rapport aux ouvriers des privilégiés relatifs ; mais décrets-lois ? Les Européens, même les petits, ont peur de la révolte des indigènes. On veut manger, travailler. Les revendications immédiates sont au premier rang ; alléger les impôts. Indépendance, libération. Il faut aborder ce sujet avec des mots d’ordre qui mobilisent les masses. La force politique est la petite-bourgeoisie indigène. La terre à ceux qui la travaillent. Il faut différencier les petits colons, petits commerçants et artisans et les arracher au parti nationaliste impérialiste229. Il y a de la place en Algérie pour les travailleurs européens.

Vendredi 5 avril 1935230

  • 230 Le Journal officiel publie un décret sur la « Répression des manifestations contre la souveraineté (...)
  • 231 Mohamed Salah Bendjelloul (1896-1985), médecin, assimilationniste, conseiller général musulman de C (...)
  • 232 Autorité religieuse musulmane. Bendjelloul appartient à une famille maraboutique de Constantine, si (...)
  • 233 Darnar, le 5 avril, soulève la question de la création d’un « mouvement radical de lutte pour l’éma (...)
  • 234 Gaston Monmousseau (1883-1960), ouvrier des chemins de fer, secrétaire de la CGTU depuis 1922, memb (...)

213Algérie : la masse indigène ne sait pas lire. Bendjelloul231 est un marabout232 qui a une action sur 2 millions d’Arabes. Les masses indigènes sont très organisées nationalement. Il y faut des fractions sans bavardage et avec prudence. C’est autour de la CGTU que se groupent les masses. Le Secours rouge pourrait y avoir un rôle important. Il faut un Parti communiste algérien233 quand il y aura des masses et une direction forte, avant, non ! (GM234). Il y a dans les organisations ouvrières une entente entre indigènes et européens. 500 membres du PC. Deux cinquièmes indigènes. 8 000 CGTU. Influence grande du PC. Il y a en Algérie plus de soldats non indigènes arabes que de tirailleurs indigènes. La masse c’est les ouvriers agricoles indigènes misérables ; il leur faut des revendications immédiates.

Samedi 6 avril 1935

  • 235 Le lendemain se déroule une élection au Conseil général dans le canton à la suite du décès du conse (...)

21413 h 03 arrivée Lens 16 h 44 (Carvin235).

  • 236 Nestor Calonne (1894-1979), mineur, dirigeant communiste et syndicaliste dans cette région.

215Nestor Calonne236 à Hénin-Liétard.

  • 237 Albert Bayet (1880-1961), professeur de sociologie à la Sorbonne qui collabore à divers journaux de (...)

216Bayet237 : il faut dire à l’Allemagne : personne ne veut vous encercler, voulez-vous signer un pacte d’assistance mutuelle contre quiconque tenterait une agression ? Si oui, coopérons et désarmons, sinon on signera sans vous. Le pacte d’assistance rendrait toute guerre impossible.

  • 238 L’Humanité, le 11 avril, annonce : « Un accord de principe est intervenu entre l’URSS et la France  (...)
  • 239 Allusion aux entretiens entre la France, l’Italie et la Grande-Bretagne qui s’ouvrent à Stresa, le  (...)

217La France et l’URSS s’apprêtent à signer un traité de coopération franco-russe, pacte comportant des sanctions automatiques en cas d’agression238 ; de même un traité franco-italien, de même un traité Italie-petite entente239.

Mercredi 10 avril 1935

  • 240 Réunion pour présenter le programme municipal d’Ivry avec Cachin, Marrane et Thorez. L’Humanité, le (...)
  • 241 Dans sa réponse à la CAP du parti socialiste, le secrétariat du parti communiste propose comme date (...)

218Ivry. Ciné Ivry Palace, rue de Paris, métro Porte d’Ivry240. 6 h, comité coordination241.

Samedi 13 avril 1935

  • 242 Depuis le 31 mars, l’Humanité annonce un « Rassemblement monstre », organisé par le comité Thälmann (...)

219Buffalo : rassemblement antifasciste242.

220Il y a l’ennemi et il y a l’ennemi principal. « Oui, gouvernement, marchez avec l’Union soviétique, mais nous demandons que les chefs ne soient pas fascistes, mais des conseils d’ouvriers et de soldats ! Com. tchécoslovaques. Marchons, et après la première décision contre l’Allemagne où elle est vaincue, alors nous nous retournons ! »

Dimanche 14 avril 1935

22118e, 10 h du matin.

  • 243 Sur les trois meetings (Bezons, Ivry, Bagnolet), voir note précédente.

222Bagnolet 14 h 30243.

223Défense de l’Espagne : 5 h 44, rue de Rennes.

224Bagnolet, patronage municipal, rue Karl Marx. Métro Place Gambetta et Porte de Montreuil ; descendre Mairie de Bagnolet.

  • 244 Les 13 et 14 avril, la Conférence européenne d’aide aux victimes du fascisme en Espagne se tient 44 (...)
  • 245 Dolorès Ibarruri Gomez, dite la Pasionaria (1895-1989), membre du Comité central du parti communist (...)
  • 246 Elle participe à la conférence. Son intervention n’est pas rapportée par la presse.
  • 247 Allusions à la répression de l’insurrection ouvrière des Asturies à direction socialiste et anarchi (...)

22544, rue de Rennes : Conférence internationale européenne contre le fascisme en Espagne244. Pasionaria245. Nelken246 . 60 0 00 prisonniers, 7 000 massacrés, 2 000 prisonniers d’Oviedo247. C’est l’insurrection ouvrière qui a arrêté le fascisme. L’unité du Front populaire. Il n’y a pas un fascisme espagnol, il y a un fascisme mondial.

Lundi 15 avril 1935

226Margarita Nelken.

  • 248 La majorité gouvernementale repose sur une coalition dont les principaux responsables sont le prési (...)
  • 249 José Maria Gil-Robles (1898-1980), professeur de droit catholique, député du Bloc agraire en 1931, (...)
  • 250 Candido Casanueva y Gorjon, membre de la CEDA, ministre de la Justice dans le gouvernement Lerroux (...)

227Les socialistes lui en veulent pour ses relations avec les communistes. La police française menace les réfugiés espagnols et elle-même. Lerroux248 a écarté G. Robles249. Les jésuites veulent remplacer Robles par Casanueva250. Si on faisait des élections en Espagne en ce moment, les gauches unies l’emporteraient à cause de la répression qui a révolté tout le monde. Il y a des réfugiés espagnols à Moscou, socialistes et communistes.

Mercredi 17 avril 1935

228Bezons. Fête de l’Huma. BP.

Vendredi 19 avril 1935

  • 251 L’Humanité annonce à 20 h 30 ce meeting « Contre les 2 ans, contre la guerre » organisé par le Comi (...)

229Bullier. Amsterdam251.

Dimanche 21 avril 1935

  • 252 L’Humanité, le 20, annonce que Cachin présidera la fête de nuit de la municipalité communiste de Vi (...)

230Villejuif252.

Lundi 22 avril 1935 253

  • 253 Ici prennent place les notes de Cachin prises lors de la réunion du Comité central, le 1er juin. El (...)
  • 254 Fernand Bouisson (1874-1959), industriel, député socialiste SFIO des Bouches-du-Rhône depuis 1909, (...)
  • 255 Le déficit budgétaire ne cesse d’augmenter : l’excédent de dépenses passe de 2,638 millions en 1931 (...)
  • 256 Le 30 mai, le débat à la Chambre des députés sur la demande des « pouvoirs élargis » par le gouvern (...)
  • 257 Flandin en demandant les « pouvoirs étendus » entend refuser la dévaluation qui paraît souhaitable (...)
  • 258 Joseph Caillaux (1863-1944), député de la Sarthe depuis 1898, sénateur à partir de 1925, ministre d (...)
  • 259 L’Humanité, le 29 mai, mentionne dans son titre : « Initiative communiste pour grouper toutes les f (...)
  • 260 Louis-Oscar Frossard (1899-1946), communiste jusqu’en 1923, fondateur en 1923 de l’Union socialiste (...)

231Bouisson254. La crise : la crise économique n’est pas au plus bas en France. Régression de la production. Difficultés financières ; déficit budgétaire255 ; on parle en France d’imiter les Belges256 (dévaluation257). On va attaquer les fonctionnaires (Caillaux.)258 Conversion des rentes. Gouvernement avec apparence plus gauche qui aura comme but de nous isoler. Il faut donc renforcer l’unité politique et syndicale. Le 31 mai, nous avons proposé la délégation des gauches259. Les socialistes comprennent que si nous le faisons c’est pour agir et ils sont inquiets. Les socialistes depuis le ministère Bouisson se disent : nous sommes tranquilles, nous allons dormir. Ils ne voient pas le danger. Ils ne voient pas non plus le danger du départ de Frossard260. Les Jacobins, c’était les clubs, la Commune de Paris qui contrôlait la Convention dans le pays. Dans toute la France, les journaux ont dit : ce sont les communistes qui ont convoqué la délégation des gauches. Ils sont venus parler dans notre réunion.

Mardi 23 avril 1935

  • 261 Meeting à l’occasion des élections municipales à Alfortville. L’Humanité, le 24, annonce « plus de  (...)

232Alfortville261.

  • 262 François Chasseigne (1902-1977), journaliste, membre du Comité central du parti communiste (1925), (...)
  • 263 Le Temps, le 2 juin, le qualifie de « large union pour la défense du franc ».
  • 264 Depuis avril 1934, la CGT possède un plan qui continue à être discuté pour être adopté par le Comit (...)

233Ils ont reconnu la vérité des propositions des communistes. Alors les paysans se disent : il faut faire le front unique avec les communistes. Nous avons gagné les ouvriers socialistes. Maintenant nous allons gagner les classes moyennes. Bouisson a failli prendre Chasseigne262 ; c’est un gouvernement plus national que l’autre263. Nous allons le critiquer ; notre programme : il faut le travail paysan ; il faut aller dans les organisations bourgeoises paysannes ; il faut prélever sur le capital ; il faut examiner le plan de la CGT264. Nous sommes contre les nationalisations ; nous disons oui, s’il est populaire, mais sans rachat. Nous ne croyons pas au contrôle ouvrier. Mais on pourra voir si on ne pourra pas quelque chose ; autonomie des communes. R.P. Lutte contre les bandes factieuses. Laïcité. Contre l’Église.

Mercredi 24 avril 1935

  • 265 Thorez, dans son rapport devant le Comité central, le 1er juin, évoque « notre participation au con (...)
  • 266 Dans son éditorial de l’Humanité, le 23 avril, sous le titre « Laval complice de Hitler », Cachin d (...)
  • 267 Allusion au meeting de la salle Bullier dont l’Humanité, le 30 mai, rend compte sous le titre : « S (...)
  • 268 Charles Tillon (1897-1993), dirigeant national de la CGTU, membre du Comité central du parti commun (...)
  • 269 L’Humanité, le 24 avril, annonce un meeting sous le titre « Laval est invité à venir s’expliquer de (...)

234Lutte pour la paix. Nous avons renforcé Amsterdam265 et en même temps le travail anti. Nous avons provoqué le pacte franco-soviétique266. Puis est venu Staline, sa formule. Bullier a expliqué267. S’il y a eu trouble dans le Parti, c’est dans les régions faibles, et surtout les intellectuels. Rien n’est changé dans notre attitude vis-à-vis des bourgeois français. Mais internationalement, il y a eu changement. L’Union soviétique, quand elle signe, c’est pour la paix. Il n’y a jamais contradiction entre la diplomatie soviétique et l’intérêt ouvrier international. Il y a des nuances de forme entre nos expressions et celles de la diplomatie soviétique. Il faut donc regarder clairement ce qui est changé, c’est l’existence de l’Union soviétique. Laval dit : l’Union soviétique c’est la paix. Alors les ouvriers d’Aubervilliers disent : votons pour Tillon268, ça aussi c’est changé269. Ça aussi c’est le changement, l’Union soviétique. Puis dans la situation internationale il y a un danger essentiel, le gouvernement fasciste de Hitler.

Jeudi 25 avril 1935

  • 270 Allusion au contenu de la brochure de Lénine, le Socialisme et la Guerre (1915) et à ses analyses c (...)
  • 271 Dans la résolution, le Comité central rappelle la validité du communiqué du Bureau politique du 17  (...)

235En cas de guerre, nous lutterons pour la défaite de l’impérialisme allemand, nous faciliterons la victoire de l’Union soviétique. C’est ce qui est changé. Soutien inconditionné de l’Union soviétique. On a dit : nous n’irons pas à la guerre. Cela, c’est pacifiste. Lénine : on va à la guerre, même réactionnaire270. Nous jugerons une guerre selon les cas. Une guerre où l’Union soviétique est engagée n’est pas impérialiste. Nous aurons une situation compliquée, nous communistes français. Ça n’est pas gai. Mais c’est juste. Nous conservons toute notre attitude d’opposition fondamentale à la bourgeoisie. Il faut faire la France soviétique, ce sera la seule garantie pour la paix. Nous continuerons à lutter contre les chauvins antisoviétiques. Nous restons opposés à la défense nationale271 et nous sommes pour la défense de l’Union soviétique. Ça peut coïncider avec l’intérêt de la bourgeoisie. Oui, les Allemands sont pour la transformation de la guerre impérialiste en guerre civile.

236Si un gouvernement français faisait une politique ouvrière, cela aurait des conséquences pour la politique extérieure ; si les travailleurs avaient la liberté et le boulot, ils seraient pour le gouvernement qui leur donnerait. Ce n’est pas les deux ans et les armements. Car en ce moment, l’armée c’est un moyen d’oppression. Ce pourrait être un moyen d’un gouvernement antisoviétique ou impérialiste, ou colonial. Est-ce qu’on renonce à l’anti ? Non. On continuera. À la caserne, un soldat peut dire : vive l’Armée rouge. Il faut contre-attaquer et ne pas rester sur la défensive vis-à-vis du socialisme et des capitalistes. Pour la paix ! Pour la défense de l’URSS. Est-ce que nous sommes pour la police parce qu’elle arrête des brigands ?

Samedi 27 avril 1935

  • 272 L’Humanité annonce que Cachin parlera à 20 h 30 sous le préau des écoles de la rue Baudricourt dans (...)
  • 273 Vladimir Petrovitch Potemkine (1874-1946), enseignant, devient diplomate à partir de 1922, ambassad (...)
  • 274 Francesco Nitti (1868-1953), avocat italien spécialisé dans le commerce et les finances, député (19 (...)

23713e272. P.273 me fait venir pour Prioul [Priacel]-Nitti274.

  • 275 Sans doute Laval et allusion à la campagne pour la signature du pacte franco-soviétique.

238Ce matin, CC. Campagne L275.

239Difficultés venues d’Angleterre. Blum intermédiaire entre

  • 276 Émile Vandervelde (1866-1938), membre du parti ouvrier belge, député depuis 1894, ministre des Affa (...)
  • 277 En 1935, la Belgique, la Suisse et les Pays-Bas n’ont pas reconnu l’URSS. Pour favoriser les relati (...)

240Vandervelde276 et P. pour reconnaissance Union soviétique par Belgique277.

Dimanche 28 avril 1935

  • 278 Depuis le 9 mars se tient une exposition internationale, 83, rue La Boétie, sur le thème « Le fasci (...)

241Allemagne, néo-paganisme. Hostilité anti-chrétienne, déification de la nature, de la terre, du sang, de la vie. Nation Messie, race élue, morale de salut collectif et non personnel. Religion conforme à la mission de l’Allemagne. (La foi allemande est un mécénat de professeurs outranciers – religion nordique, aryenne, en opposition à la religion judéo-romaine.)278

Lundi 29 avril 1935

  • 279 Léon Piginnier (1884-1944), lithographe, maire communiste de Malakoff depuis 1925.

242Piginnier279, la vallée de Chevreuse.

243Concept matérialiste de l’Histoire. Notre concept de l’Histoire est une directive pour l’étude. Le facteur déterminant dans l’Histoire est en dernière instance la production et la reproduction de la vie. Le facteur économique n’est pas le seul déterminant. Les formes politiques, les constitutions, les formes politico-religieuses, philosophiques, exercent aussi leur action sur le cours des luttes historiques. L’application de la théorie du matérialisme historique n’est pas aussi facile que la résolution d’une équation du premier degré. Les conditions économiques sont finalement déterminantes. Mais il faut interpréter cette idée dialectiquement. Le grand cours des choses se produit sous la forme d’action et de réaction de forces très inégales, mais le mouvement économique est de beaucoup le plus décisif ; il n’y a rien d’absolu, tout est relatif.

Mardi 30 avril 1935

  • 280 Selon l’Humanité, le 2 mai, « 3 000 travailleurs » assistent à la réunion publique dans avec Cachin

244Plaisance, rue de la Chapelle280.

245Après le premier tour ! Arcueil, Aubervilliers, Bagneux, Bondy, Bonneuil, Cachan, Châtillon, Choisy, Bois-Colombes, Créteil, Épinay, Fontenay-sous-Bois, Fresnes, La Garenne-Colombes, Issy, L’Hay-les-Roses, Levallois.

246Saint-Ambroise, Roquette (1er), Roquette (2e), Sainte-Marguerite, Gare, Plaisance (1er), Plaisance (2e), Necker (1er), Clignancourt (1er), La Chapelle, Pont de Flandre, Belleville, Charonne (1er), Charonne (2e).

Mai

Mercredi 1er mai 1935

  • 281 L’Humanité, le 7 mai, annonce que le tirage du journal du 1er mai a été de 234 000 exemplaires et q (...)

247235 000 Huma 281.

  • 282 Béranger est membre de la commission exécutive de la Fédération de la Seine des Jeunesses socialist (...)
  • 283 Fred Zeller (1912), artiste peintre, secrétaire de l’entente de la Seine des Jeunesses socialistes (...)

248Jeunesse socialiste : Béranger282, gauche, bon contact. Zeller283, trotskisant. Grande pagaille dans les jeunesses socialistes.

  • 284 Les désistements sont annoncés dans l’Humanité, le 9 mai.

249Désistements284 :

  • 285 Dans ce quartier du 2e arrondissement, le candidat communiste suit le candidat de droite et le radi (...)
  • 286 3e arrondissement ; le communiste arrive derrière le candidat de droite et le radical-socialiste Or (...)
  • 287 15e arrondissement ; le communiste est troisième derrière le candidat de droite et le radical-socia (...)
  • 288 Dans le quartier Saint-Vincent-de-Paul (10e arrondissement), le candidat communiste arrive en trois (...)

250Radicaux : Bonne-Nouvelle285, Enfants rouges286, Saint-Lambert 1er287, Susset288.

  • 289 Dans le quartier Saint-Gervais (4e arrondissement), le communiste suit le candidat de droite et le (...)
  • 290 5e arrondissement ; le candidat communiste Nédélec, aveugle de guerre, arrive en deuxième position, (...)
  • 291 10e arrondissement ; le communiste suit le socialiste SFIO Hirsch.
  • 292 André Le Troquer (1884-1963), avocat, conseiller municipal socialiste SFIO depuis 1919 du quartier (...)
  • 293 Louis Castellaz (1884-1967), ouvrier de la Ville de Paris, conseiller municipal communiste (1925), (...)
  • 294 12e arrondissement ; le conseiller sortant pupiste Taillard est deuxième, le candidat communiste, t (...)
  • 295 15e arrondissement ; le socialiste SFIO est en troisième position derrière deux candidats de droite (...)
  • 296 15e arrondissement ; le conseiller sortant pupiste Duteil arrive en première position devant le com (...)
  • 297 Grandes Carrières, 18e arrondissement ; le candidat communiste Dutilleul arrive en troisième positi (...)
  • 298 Le communiste Colin arrive en troisième position derrière un candidat de droite et le conseiller so (...)
  • 299 18e arrondissement ; le communiste Delaune, arrivé en troisième position, bénéficie du désistement (...)

251Socialistes : Hirschowitz289, Saint-Victor290, Hôpital Saint-Louis291. Le Troquer292, Castellaz293, Picpus294, Saint-Lambert 2e295, Javel296, Grand Carr. 1er297 et 2e298, Clignancourt 2e299.

  • 300 Selon l’Humanité du 10 mai, les listes socialiste SFIO et communiste obtiennent le même nombre de v (...)

252Clamart, proportionnelle300. Liste antifasciste, liste commune socialistes-communistes.

Jeudi 2 mai 1935

253Convoquer le CC pour les 1er et 2 juin.

254Ordre du jour :

  • la situation ;
  • le fascisme ;
  • l’alliance démocratique unie au radicalisme contre le Front populaire301 ;
  • la lutte pour l’unité, l’unité organique ;
  • le VIIe Congrès. Nos sept ans de lutte pour l’unité et l’unité syndicale. Les sept ans et les paysans. Les sept ans et l’Huma ;
  • la France et le fascisme.

255Contre le fascisme : renforcer le Front populaire, grouper les masses à l’entreprise et pour la défense de leurs revendications, grouper les paysans, grouper la classe moyenne.

Vendredi 3 mai 1935302

  • 302 Notes prises lors de la réunion du Bureau politique du 3 mai, où l’ordre du jour comprend notamment (...)
  • 303 L’Humanité annonce un meeting de Cachin à Vitry, préau de l’école Eugène-Pelletan.

256Vitry303.

  • 304 L’Humanité, le 2 mai, dénombre 35 000 manifestants à Marseille, précise « le port est désert » et d (...)
  • 305 Sigismond Moszkowski (1887-1944), professeur, intervient pour l’adhésion à la IIIe Internationale a (...)
  • 306 L’Humanité, le 2 mai, donne des informations entre autres sur Lille, Roubaix, Hénin-Liétard, et pré (...)
  • 307 Dans la seule première circonscription du quartier Plaisance, le candidat pupiste Salom, conseiller (...)
  • 308 La liste pupiste arrive en tête devant les listes communiste, socialiste et de droite.
  • 309 La liste pupiste se place en dernière position derrière les listes communiste, de droite et sociali (...)
  • 310 Parmi les deux seuls candidats pupistes de l’arrondissement, dans le quartier de la Goutte-d’Or, Se (...)

2571er mai d’unité d’action. À Marseille304, succès important pour l’unité. Moszkowski à Châlons305. Confusion extrême. Le 1er mai a été affecté par les élections ; on ne pouvait pas lutter sur les deux terrains. Les ouvriers ont donné plus d’importance aux élections qu’au 1er mai. Dans le Nord et le Pas-de-Calais, union des syndicats et des partis ouvriers306. Les pupistes ne s’entendent pas avec les socialistes. Voir au 14e307, Saint-Ouen308, Ivry309, 18e310

  • 311 Il s’agit de la réunion du Bureau politique. Les principales conclusions sont réparties dans les no (...)

258Lundi, 2 h, décision pour le deuxième tour311.

  • 312 Cette proposition tactique contraste avec le désistement pour la liste de gauche mieux placée. L’Hu (...)
  • 313 Dans son éditorial du 7 mai, Cachin souligne que le parti communiste « offrira hardiment, audacieus (...)

259Frachon : je propose la proportionnelle au deuxième tour avec les socialistes et les rep. soc. (Saint-Étienne)312. La règle doit être le désistement surtout dans la région parisienne. Nous serons très hardis, audacieux, lundi313. Les camarades communistes ont envoyé à domicile, eux-mêmes, tous les programmes. Travail énorme.

Samedi 4 mai 1935

  • 314 Meeting avec Cachin et Duclos annoncé par l’Humanité, du 4, dans la salle du Casino, rue de la Répu (...)
  • 315 Meetings avec Cachin prévus par l’Humanité, du 4, sous les préaux des écoles de la rue Pierre Budin (...)

260Saint-Denis314, Goutte d’or, P. Budin, Chapelle, Guadeloupe315.

261(6 mai, BP, les élections municipales).

  • 316 Le Temps, le 7 mai, commente : « À Paris, les positions de la majorité nationale sont nettement mai (...)
  • 317 Dans son éditorial du 7 mai, Cachin appelle au désistement pour les candidats socialistes « bien qu (...)

262Pour Paris, ce n’est pas bon, pas de politique locale316. Banlieue, c’est meilleur, bonne politique locale. Province, avance des voix. Échec au fascisme. Ce n’est pas facile partout317. Il faut renforcer l’unité d’action. Donnant donnant.

  • pour les socialistes, désistement partout avec déclaration ;
  • pour les radicaux, désistement à Paris (deux ou trois) ;
  • pupistes, donnant donnant, avec éclat ;
  • pour les néos (Michaut318 par exemple), avec une déclaration ;
  • téléphoner aux socialistes pupistes319. Pelletan320.

263Des listes antifascistes ont été élues au premier tour.

  • 321 André Marty (1886-1956), ingénieur-mécanicien de la Marine, mutin de la Mer Noire, membre du Bureau (...)
  • 322 Rue de Torcy, dans le 18e arrondissement (quartier Chapelle)

264Marty321, 30 avril Torcy322.

Dimanche 5 mai 1935

  • 323 Selon l’Humanité du 2 mai 1932, résultats des élections législatives dans la troisième circonscript (...)

Élections municipales, premier tour 1932323 :

Goutte d’Or Chapelle
M.C. 2 709 2 051
S. 2 909 1 017
C. 951 + 988 951 + 425 Rob.
A. 139 562
B. 789 461
Fich. 102 36
  • 324 Georges Cogniot (1901-1978), professeur, secrétaire général de l’Internationale des travailleurs de (...)

265À Paris, conseiller municipal, 12 000 F ; conseiller général, 27 375 F. Total : 39 375 F. Cogniot324 : BOT 50 94.

26621, Villejuif.

26723, Alfortville.

  • 325 Meeting qui ne figure pas au 26 avril dans le carnet de Cachin. Voir la note à cette date sur ce me (...)

26826, Aubervilliers325.

26927, 13e.

27029, Piginnier.

27130, rue de la Chapelle.

  • 326 Aucune allusion à ce meeting dans la presse ou dans l’Humanité. Sans doute est-ce celui du 30 avril

2721, 14e326.

2733, Vitry.

2744, Saint-Denis.

Lundi 6 mai 1935 327

  • 327 Cachin commente les résultats des élections municipales dans son carnet à partir du 30 avril.

275BP. Paris, élections municipales : 485 514 votants. Droite, réactionnaires modérés : 215 406 (45,7 %). Gauche : 263 198 (54,3 %).

  • 328 Composition du conseil municipal sortant. Dix nouvelles circonscriptions viennent d’être créées.

276Le conseil municipal de Paris compte 54 élus de droite, 36 de gauche avec 10 % de voix de plus pour la gauche328. RP pour le conseil municipal et pour le Sénat. Au Sénat : 159 délégués de Paris, 1 106 délégués de Paris et la banlieue.

Mardi 7 mai 1935

  • 329 La réunion du comité de coordination entre parti communiste et parti socialiste SFIO se déroule le  (...)
  • 330 Un article du Temps, le 8 mai, sous le titre « Grande et petite culture », analyse notamment un rap (...)

277Sixième coordination au Populaire329. Si l’agriculture se meurt, c’est qu’elle est coincée entre des prix de vente 2,5 à 3 d’avant guerre et les charges 6 à 7 d’avant-guerre330.

Mercredi 8 mai 1935

  • 331 11e arrondissement ; les candidats communistes Delon (première circonscription) et Frot (deuxième c (...)

278Roquette331.

  • 332 Mohammed Schedai, né en 1898 dans les Indes britanniques, sans profession, habite avec son épouse, (...)
  • 333 Est-ce Ernest Gerst (1875-1958), docteur en médecine, 94 boulevard Flandrin (16e arrondissement) ?

279Schedai, 10, rue Jules-Lemaître332. Geuntz vu333.

  • 334 Commentant la déclaration du sous-secrétaire italien d’État aux Colonies, l’Humanité, le 9 mai, tit (...)

280Dimanche matin : Abyssins334. Bruxelles, Algérie. L’Italie attaquera en Abyssinie en septembre. L’Italie en a pour dix ans d’affaiblissement. L’Angleterre ne lui permettra pas de prendre les plateaux versant Égypte.

Jeudi 9 mai 1935

  • 335 L’Humanité, le 9 mai, annonce un meeting avec Cachin à Montreuil, sous le préau de l’école Lavoisie (...)
  • 336 Cachin consacre son éditorial dans l’Humanité, le 10 mai, sous le titre « Écartez la peste fasciste (...)
  • 337 Paul Rivet (1876-1958), socialiste SFIO, professeur d’anthropologie au Muséum d’histoire naturelle, (...)
  • 338 Paul Langevin (1872-1946), professeur au Collège de France depuis 1909, directeur de l’École de phy (...)

281Montreuil335. 5e, rue du Cardinal Lemoine336. Rivet337, Langevin338.

Vendredi 10 mai 1935

  • 339 L’Humanité annonce un meeting avec Cachin, 14 rue Titon. Dans cette nouvelle circonscription du 11e(...)

282Sainte-Marguerite339.

Samedi 11 mai 1935

  • 340 Selon l’Humanité du 11, des meetings avec Cachin sont annoncés dans le 13e, écoles de la place Jean (...)

28313e, la gare. 18e, grand carr., Clignancourt340. Malakoff

  • 341 Rue Beliard dans le quartier des Grandes Carrières.

284135, Belliard341. 13e, place Jeanne-d’Arc.

  • 342 École où se tient un des meetings (première circonscription du quartier Clignancourt) de Cachin.
  • 343 École où se tient la septième réunion de Cachin (deuxième circonscription du quartier Clignancourt)

2857, Championnat342, 43, Poissonniers343. Belord.

286Contrescarpe. Ch. Guillard.

  • 344 Meeting de soutien à la candidature Rivet dans le quartier Saint-Victor avec Cachin, Rivet, Langevi (...)

287Rue Rollin344, Rivet, 830 Huma.

  • 345 Le franc suisse est à la baisse à la Bourse de Paris sur le marché des changes. La presse britanniq (...)
  • 346 Le Temps, le 8 mai, dans son bulletin financier, note une « pression spéculative » sur les devises (...)

288Les Anglais attaquent le franc suisse345. La spéculation attaque les devises-or346. En France il faut un gouvernement fort pour éviter la panique quand on abandonnera l’étalon-or.

  • 347 Le Temps, les 9 et 10 mai, consacre deux articles à « l’expérience Van Zeeland ». Il rappelle que c (...)
  • 348 L’Humanité, le 10 mai, publie une rubrique de Jean Dupuy, « Notes économiques », sous le titre « Le (...)

289La Belgique a dévalué sa monnaie de 28 %. Elle a répudié la clause or dans ses contrats internes. Elle procède à une conversion forcée347. En France, il faut aussi convertir les rentes et comprimer les dépenses348.

Dimanche 12 mai 1935

  • 349 L’Humanité, le 12, annonce l’élection du maire et du bureau municipal de Drancy en présence de Cach (...)

290Drancy349.

  • 350 Jean-Louis Berrar (1882-1944), ouvrier tôlier, secrétaire de la CGTU (1923- 1929), membre du Comité (...)
  • 351 Guido Miglioli (1879-1954), ancien député catholique (parti populaire italien, 1919-1924), proche d (...)
  • 352 Comité mondial contre la guerre.
  • 353 Sofia Jancu, dite Étienne Constant (1901-1984), journaliste communiste, secrétaire du Comité mondia (...)
  • 354 Denise Moran signe un article dans les Cahiers des droits de l’homme, le 30 mai 1934, « En Afrique (...)
  • 355 Haïlé Sélassié (1892-1975), négus (roi en éthiopien) en 1928, empereur en 1930 d’Éthiopie.

291Le maire de Drancy : Berrar350. Éthiopien : Miglioli351. Comité mondial352, Mme Étienne Constant353, Denise Moran354. Le Négus, Haïlé Sélassié 1er355.

  • 356 Gabriel Péri (1902-1941), chef du service de politique étrangère de l’Humanité depuis 1924, membre (...)

292Péri356, fin de semaine.

  • 357 André Tardieu (1876-1945), journaliste, député de Seine-et-Oise (1914- 1924), du Haut-Rhin à partir (...)
  • 358 Thorez, dans son rapport devant le comité central, le 1er juin, indique : « Chez les paysans, le pa (...)
  • 359 Ce « grand hebdomadaire parisien, politique et littéraire », dont le siège se situe 20 avenue Rapp (...)

293Les fascistes se disputent. Tardieu357 les injurie tous. Scission dans la classe agraire358 (cf. Gringoire, dernier numéro.)359

  • 360 En fait, quatre élus, Taillard (Picpus, 12e arrondissement), Castellaz (Bercy, 12e arrondissement), (...)

294À Paris, une de nos faiblesses c’est le succès des pupistes, dont trois avec notre discipline360.

  • 361 Dans le 18 arrondissement, un candidat du parti socialiste de France arrive en tête au premier tour (...)

295Néos : nous nous refusons à penser que les ouvriers du 20e sont des fascistes et ceux du 18e361.

296Radicaux : nous avons gagné grâce à notre politique, beaucoup de classes moyennes.

  • 362 Liste conduite par le sénateur Louis Soulié, inscrit au groupe radical-socialiste.

297À Saint-Étienne : communistes plus radicaux, front populaire362 : 14 communistes, 1 adjoint.

298Les conséquences en sont encore très importantes. Les radicaux viennent à nous : on peut causer avec vous.

Lundi 13 mai 1935

299Paris à Lancerf.

  • 363 Frot (Roquette 2e, 11e), Marty (Gare, 13e), Le Gall (Croulebarbe, 13e), Mauvais (Plaisance 1er, 14e(...)
  • 364 Image reprise par Thorez dans son rapport devant le Comité central, le 1er juin (l’Humanité, 8 juin (...)
  • 365 La liste du maire sortant Doriot a été élue au premier tour.
  • 366 Selon l’Humanité du 14 mai, les « pupistes et le groupe de Saint-Denis » ont cinq municipalités, le (...)

300Huit conseillers municipaux à Paris363. Gain municipal dans la Seine. Nos gains sont contre les bourgeois. Voilà la volaille qu’on a plumée364. De 9 municipalités communistes on passe à 27. Les socialistes ont 9 mairies. Pupistes, une, Saint-Denis365, néos366, 5. Réactionnaires et fascistes : 35 au lieu de 52.

  • 367 Selon l’Humanité du 14 mai, « En Seine-et-Oise, avec Argenteuil et Villeneuve-Saint-Georges, nous a (...)

301Seine-et-Oise : gain, 20 municipalités367.

302Nord et Pas-de-Calais, de 17 à 50. En Seine-et-Oise : 54 municipalités communistes et socialistes, dont 20 communistes. (Argenteuil, 71 000 hab. ; Villeneuve-Saint-Georges, 19 600 hab.).

  • 368 Aux élections générales de Tchécoslovaquie, le 19 mai, le « parti d’unité nationale (à tendances fa (...)
  • 369 Un communiste, 26 socialistes élus.
  • 370 La liste communiste a cinq élus.

303La caractéristique en province, c’est le progrès des gauches antifascistes. En 1929 il y avait eu succès des droites et échec socialiste. C’était comme en Allemagne et comme en Tchécoslovaquie. Nous avons augmenté de 13 % ; la social-démocratie a reculé. Les fascistes ont gagné ; c’est le premier parti tchèque368. (Hénin-Liétard369, Périgueux370.)

Mardi 14 mai 1935

304Lancerf

  • 371 Dans la rubrique « Doctrine et Histoire », l’Humanité, le 14 mai, publie un article de Jean Bruhat (...)

305Soviets.371

  • dirigés par des ouvriers et des ouvrières372 ;
  • ils dirigent toute l’économie municipale et les branches de l’économie qui se trouvent sur leur territoire373 ;
  • organisme de travail exécutif et législatif374 ;
  • non seulement ils sont maîtres de la commune, mais ils élisent les organismes auprès de la République ;
  • délégués toujours révocables et liés par le mandat impératif375 ;
  • élections fréquentes.

Mercredi 15 mai 1935

  • 376 Écart dans la commune de Plourivo.

306Traou-Nez376.

Jeudi 16 mai 1935

  • 377 Hameau de Plounez entre Paimpol et Lézardrieux.

307Kergrist377.

  • 378 Cette définition constitue la première phrase de la première thèse du XIIIe Plénum du Comité exécut (...)

308Fascisme et socialisme. « Le fascisme, c’est la dictature terroriste déclarée des éléments les plus réactionnaires, les plus chauvins, les plus impérialistes du capital financier » (XIIIe Plénum)378.

  • 379 Front unique.

309Dans le régime démocratique sévit aussi la dictature du capital financier. Le fascisme s’est développé comme produit organique de la démocratie bourgeoise sous l’action de l’aggravation de la lutte des classes. Pourquoi le fascisme persécute-t-il les socialistes et les catholiques ? Parce que les ouvriers socialistes et catholiques haïssent de plus en plus le capitalisme. Parce que la crise s’aggravant, toutes les formes légales de groupement des ouvriers deviennent une menace pour la bourgeoisie, parce que les ouvriers aspirent à la lutte et sont attirés par le FU379. Le fascisme pousse les ouvriers dans la voie du chauvinisme, de l’union des classes. Il n’y réussit pas.

Vendredi 17 mai 1935

310Il pleut ! froid !

  • 380 Dans la rubrique « Doctrine et Histoire », l’Humanité, le 24 mai, publie un article repris de la Pr (...)
  • 381 L’article indique qu’il se produit « la cartellisation et la syndicalisation obligatoires » dans le (...)
  • 382 Pour l’Allemagne, l’article indique 100 à 140 personnes.

311La concentration capitaliste380. Les crises renforcent la concentration, la monopolisation. La petite industrie a connu depuis cinq ans un effondrement massif aux États-Unis, en Allemagne. La centralisation des capitaux dépasse de loin la centralisation de la production. L’État pénètre de plus en plus le capital financier et réciproquement (États-Unis, Allemagne, France, Italie, Japon). Cartellisation obligatoire dans les pays fascistes et États-Unis. Ententes industrielles en France. Syndicalisation381. Japon, cinq banques centrales ; Angleterre, cinq banques centrales, 74 % des dépôts. En Allemagne382 et en France, 200 personnes dirigent les sociétés anonymes. Interpénétration des banques et de l’industrie.

Samedi 18 mai 1935

312Paimpol.

Dimanche 19 mai 1935

313Kergrist.

Lundi 20 mai 1935

314Lancerf.

Mardi 21 mai 1935

315Lancerf, froid, tempête.

  • 383 Ernest Esclangon (1876-1954), directeur de l’Observatoire de Paris (1929), membre de l’Académie des (...)
  • 384 Le général Georges Perrier (1872-1946), directeur de la section de géodésie du Service géographique (...)

316L’URSS est le paradis des savants et des chercheurs (Esclangon, directeur de l’Observatoire de Paris383). La science et l’industrie ont pris un développement formidable en URSS (général Perrier, de la Société d’astronomie384).

Mercredi 22 mai 1935

317Lancerf.

  • 385 Charles Maurras (1868-1952), écrivain d’opinions monarchistes, fondateur de l’Action française.

318Il s’agit, non de mendier des bulletins de papier, mais d’aligner dans Paris des troupes manœuvrières bien commandées (Maurras385).

  • 386 Henri d’Halluin dit Dorgères (1897-1985), journaliste, dirigeant des comités de défense paysanne et (...)

319Des dizaines de mille de paysans sont prêts à se rendre à Paris faire le coup de main (Dorgères386).

  • 387 Marcel Bucard (1895-1946), capitaine, après avoir dirigé les formations paramilitaires du « Faiscea (...)
  • 388 Henri de Kérillis (1889-1958), directeur de l’usine d’aviation Farman, chef des services de politiq (...)
  • 389 Jean Chiappe (1879-1940), fonctionnaire au ministère de l’Intérieur, secrétaire général du ministèr (...)

320Jean Renaud, Bucard387, La Rocque, Tardieu, Kérillis388, Chiappe389.

  • 390 Paul Lavigne-Delville (1866-1957), général d’opinions monarchistes, militant de l’Action française.
  • 391 Prosper Josse (1874-1953), propriétaire, député de l’Eure depuis 1913, mobilisé, lieutenant-colonel (...)
  • 392 Henri de Puymaigre (1858-1940), lieutenant-colonel, siège comme conseiller municipal « républicain (...)

321Le général Lavigne-Del ville390, le colonel Josse391, le colonel de Puymaigre392.

Jeudi 23 mai 1935

322Lancerf (Le Mézou).

323Nul besoin d’aller à la Chambre pour massacrer les députés. En allant chez eux à 2 h du matin, on peut faire la même opération (Ferrandi).

324« Nous avons encerclé la Chambre » (La Rocque).

  • 393 Lionel de Tastes (1881-1951), avocat, député républicain de gauche, puis centre républicain du 15e (...)

325« Nous devions aller à l’Hôtel-de-Ville pour acclamer la révolution nationale » (de Tastes393).

326« C’est Moscou qu’il faut abattre ; nous ne devons pas supporter non plus les soi-disant intellectuels, instituteurs ou professeurs en Sorbonne qui empoisonnent l’âme populaire » (Chiappe).

  • 394 Philippe Henriot (1889-1944), professeur d’enseignement libre, militant catholique, député de la Gi (...)

327« Il faut retirer le droit de vote aux instituteurs » (Henriot394).

Vendredi 24 mai 1935

  • 395 Le premier point indique le rejet « de la résolution prise à Genève le 17 avril ».

328Naïve assimilation d’un propos oratoire d’Hitler à un engagement juridique international. Refus de rentrer à Genève395.

  • 396 Discours d’Hitler devant le Reichstag, le 22 mai, dont le Temps, le 23, donne des larges extraits s (...)

329Discours du Führer396 :

  • lieux communs du nazisme ;
  • refus de conclure des pactes d’assistance mutuelle ;
  • l’Allemagne refuse de réduire ses forces militaires ;
  • aucune ouverture pour la limitation des armements si ce n’est pour l’artillerie lourde qu’il ne possède pas en grande quantité397 ;
  • rien contre l’esprit militariste qui est inculqué à la nation allemande intoxiquée ;
  • nul programme constructif de paix ;
  • graves menaces à la Lituanie398 ;
  • refus d’accepter la non-immixtion du pacte danubien399. Le Führer admet un putsch autrichien victorieux400 ;
  • réticences à Locarno401 et à la démilitarisation de la rive gauche du Rhin ;
  • opposition frénétique à l’URSS ; tentative de rompre le pacte franco-soviétique en agitant le spectre communiste ;
  • Hitler en appelle implicitement à la révolution nazie en Autriche, à Vienne.

Samedi 25 mai 1935

330De Lancerf à Paris.

331Crise en France.

  • 402 Du 5 avril au 13 mai, le Temps consacre dix articles à une enquête sur le commerce extérieur de la (...)

332Total des importations et exportations : 1929, 107 milliards ; 1934, 47 milliards402.

333Indice de la production industrielle : 1929, 100 ; 1934, 65.

334Déficit budgétaire de 1929 à 1934 : 25 milliards. Emprunts : 40 milliards.

  • 403 Le gouvernement Flandin demande les pouvoirs spéciaux comme ceux qui ont été attribués à Poincaré e (...)

335Flandin vient d’élever deux fois en huit jours le taux de l’intérêt de la Banque de France ; or, son programme c’était : abaisser le taux de l’intérêt403.

Dimanche 26 mai 1935

336Paris.

  • 404 Cette idée a été exprimée par Hitler dans son discours attribuant à la France l’initiative de refus (...)

337Les deux ans. L’augmentation des effectifs n’est pas une solution efficace. Il faut une nouvelle tentative de réduction et de contrôle des armements avec pacte d’assistance mutuelle. Nous ne pouvons pas lutter avec l’Allemagne dans la course aux armements et aux effectifs. Notre état-major est aussi paresseux et arriéré qu’en 1914 ; nul lien entre les trois ministères de la guerre ; pas d’utilisation de la technique qui permet d’obtenir plus de résultats avec moins d’hommes. Le problème n’est pas un problème d’effectif mais de matériel. La mobilisation industrielle en France est faible. Le potentiel industriel est moitié de celui de l’Allemagne. On fait des cuirassés d’un milliard. Avec ces milliards on ferait une aviation invincible. Aucune unité de commandement en France. L’impérialisme français en refusant de désarmer a sa responsabilité404. Mais cela dit, Hitler reste menaçant et l’empêcher de nuire.

Lundi 27 mai 1935

  • 405 L’Humanité, le 17 mai, titre : « Non ! Rien n’est changé ! Pour soutenir la politique de paix de l’ (...)
  • 406 L’Humanité, le 28 mai, publie dans la rubrique « Doctrine et histoire », sous le titre « Karl Marx (...)

338Le militarisme français actuel n’a surtout pas pour but la défense nationale. Il est une arme pour la bourgeoisie fasciste contre la classe ouvrière. Nous continuerons à défendre la vie et la santé des soldats qui meurent dans les casernes405. Nous continuerons à lutter contre les deux ans car il n’est nullement prouvé que c’est utile. Une guerre n’est pas dans l’abstrait. Elle oppose des forces sociales déterminées, et la classe ouvrière doit prendre parti contre les plus réactionnaires. En 1870, Marx félicite les ouvriers allemands d’avoir contribué à sauver l’Europe de ce fléau pestilentiel : le Deuxième Empire ; Napoléon vaincu, il se mit avec la France républicaine tout en demandant aux ouvriers de n’avoir aucune confiance dans le gouvernement prussien. Il fallait battre celui qui avait troublé la paix : Bonaparte. Après, être du côté de la Commune de Paris. Il faut toujours utiliser la guerre quand on n’a pas pu l’éviter, au profit du socialisme. Il faut avoir le réalisme révolutionnaire de Marx et Staline406.

Mercredi 29 mai 1935

339Nitti, Prioul [Priacel], 7 h 30, Huma.

  • 407 Victor, Pavlovitch Sourovikine, dit Kin (1903-1937), membre du parti bolchevik depuis 1920, corresp (...)
  • 408 L’agence de presse soviétique Tass, fondée en 1925, est dirigée par son fondateur, Jakub Dolecki (F (...)

340Kin407, Tass408.

  • 409 Louis Buttafoghi (1894-1963), dit Marcel Lucain, journaliste dans diverses publications dont le Mat (...)

341Italien, Toscan Buttafoghi (Marcel Lucain)409 apothéose du 6 février ; demande l’expulsion des métèques.

342Dans la région parisienne : communistes, 235 000 voix ; socialistes, 135 000. Après les élections des 5 et 12 mai : 300 municipalités communistes, 235 minorités communistes et BOP, 133 municipalités antifascistes. Total, 758.

Jeudi 30 mai 1935

  • 410 Depuis deux mois, le siège de l’Association des écrivains et artistes révolutionnaires a été instal (...)

343Hommage à Barbusse, 21 h, 12, rue Navarin410.

  • 411 Voir note, 5 janvier 1935.
  • 412 Les résultats des élections législatives en Tchécoslovaquie se traduisent par une percée, dans les (...)
  • 413 Sans doute, allusion au désaveu de la fédération socialiste SFIO de la Seine sous la plume de Zyrom (...)

344BP. On a approuvé Thorez411 et le PCF : vos succès sont ceux de l’IC. Restez contre les deux ans et pour les soldats, après 1934, vous avez une fois de plus pris position sous le feu de l’ennemi. Le compromis russo-français est la meilleure garantie pour la paix. Aucun gouvernement bourgeois ne nous donne aucune garantie, nous sommes contre leur position militaire. Le PC a une responsabilité considérable. Que faire vis-à-vis d’un gouvernement de gauche ? Les communistes soutiendront un programme politique, économique, la paix. Il faut des formules précises, claires. Nous n’allons pas à la politique de soutien, mais d’appui d’une politique qui va dans le sens des nôtres et affaiblit le fascisme. Même on peut voter pour un gouvernement et non seulement pour certaines mesures. Très prudents dans notre audace. En Tchécoslovaquie, les fascistes un million 100 000 voix, le socialisme affaibli, le communisme renforcé, 100 000 voix412. Le socialisme français est diminué dans son pourcentage, dans ses effectifs ; trouble dans le PS (Zyromski)413, mais s’ils participent au gouvernement, nous restons dans le parti. Nous ne gagnons rien dans les syndicats. L’union syndicale piétine.

Vendredi 31 mai 1935414

  • 414 Les commentaires figurent au 23 avril dans les Carnets.

345Versailles.

  • 415 La Cour d’assises de Versailles juge le 30 mai Joseph Roëlants, militant communiste, inculpé à la s (...)

346Roëlants à Versailles415. Nous sommes pour la suppression des fractions syndicales tout en poursuivant le travail des communistes dans les syndicats. Il ne faut plus se battre par des mots. Nous conserverons les cellules communistes dans les syndicats. Rentrer dans les syndicats réformistes. Rendre impossible le refus des réformistes.

  • 416 De quelle réunion s’agit-il ? (voir notes prises sur le carnet le 22 avril 1935). Il peut s’agir de (...)

347Si on renverse le gouvernement, il faut une formule nouvelle ; pas d’union nationale, le pays l’exige. Les socialistes ne sont pas enthousiastes ; on va réunir la délégation des gauches à 11 h 30416 aujourd’hui. Les socialistes devraient la convoquer. Il faut libérer les radicaux de leurs alliés de droite. Si Herriot fait un gouvernement de gauche contre le fascisme, nous marchons dit Thorez à Herriot. Sinon, c’est des techniciens avec les pleins pouvoirs.

348CC samedi, 2 h. Le congrès mondial est très proche. Il faut être là le 25 juin.

  • 417 Deux réunions annoncées avec Cachin, le 1er juin, pour soutenir le candidat communiste Dubois, écol (...)
  • 418 Réunion annoncée avec Cachin, le 1er juin, à l’école Victor-Hugo de Saint-Ouen pour soutenir le can (...)
  • 419 L’Humanité, le 1er juin, annonce la présence de Cachin dans deux meetings électoraux à Levallois-Pe (...)

349Aubervilliers, école Paul Bert417, Saint-Ouen, Victor Hugo418, “Lèvallois-Perret419.

  • 420 Charles Hueber (1883-1943), directeur d’imprimerie, membre du Comité central du parti communiste (1 (...)

350Hueber420 reste à Strasbourg le plus fort représentant des ouvriers. Nous l’avons lâché en sectaires, sur le terrain national.

  • 421 À la différence de Strasbourg, les communistes de Colmar s’engagent très tôt dans l’action unitaire (...)
  • 422 Joseph Lehmann (1886-1949), négociant, président de la section radical-socialiste, principal soutie (...)
  • 423 Charles Aschbacher (1897-1968), ouvrier, secrétaire de l’union locale CGTU de Colmar depuis 1932, c (...)
  • 424 Notamment, le rétablissement du service militaire obligatoire inquiète les Alsaciens, qui se détour (...)
  • 425 La stratégie politique de l’UPR (Union populaire républicaine, parti d’inspiration démocrate-chréti (...)

351À Colmar421, on a fait une liste avec les socialistes et les radicaux dont un millionnaire, Lehmann422. Aschbacher423 a été battu, lui qui avait fait cette politique. Le drapeau tricolore a flotté sur Colmar, on se liquide en Alsace. La situation nationale en Alsace est devenue sensible à cause d’Hitler qui exerce sur l’Alsace une grande action424. Nos camarades ont été désorientés par l’UPR, on a été loin du léninisme, on a sombré dans les questions locales425.

352Les communistes tchèques ont affiché un grand placard signé Marcel Cachin en invitant les ouvriers à imiter les ouvriers français et leur front unique.

Juin

Samedi 1er juin 1935

  • 426 L’Humanité, le 1er juin, annonce cette réunion au 120 rue Lafayette avec comme ordre du jour : « La (...)

353CC : élections municipales, Front populaire, la Paix426.

  • 427 L’Humanité, le 6 juin, titre : « Les journaux du Comité des Forges exigent une nouvelle équipe gouv (...)

354Les communistes ne sont plus un objet de répulsion pour les paysans radicaux. Les bourgeois sont furieux au Temps et au Comité des forges427. Nous avons réussi à créer une mystique antifasciste. Les socialistes disaient : ne faites pas le front unique avec les communistes car ils vous brouilleront avec les classes moyennes. Or les élections municipales ont montré le contraire.

  • 428 Les notes de Cachin lors de la réunion du Comité central se poursuivent les 22, 23, 24 et 25 avril. (...)

355Nous avons dit : seuls les soviets assureront la paix et la liberté des travailleurs. Mais avant, il est possible d’appuyer un gouvernement qui voudrait défendre les libertés démocratiques. Pas de participation à un gouvernement autre que les soviets. Les communistes apporteront leur appui à toutes les mesures en faveur des prolétaires, des paysans et classes moyennes pour réduire le danger fasciste. Cela veut dire que la classe ouvrière aidera ce gouvernement qui sera le plus fort qui ait jamais existé. C’est cela le Front populaire ; il a été vite, il s’est imposé (cf. 22 avril)428.

Dimanche 2 juin 1935

  • 429 Depuis la fin mai, l’Humanité annonce cette épreuve cycliste à l’occasion de l’arrivée au Parc des (...)

356La Courneuve : Prix cycliste de l’Huma429.

357Seine, électeurs sénatoriaux.

3581922 : 700 gauches, 500 réactionnaires :

350 communistes
114 socialistes
42 pupistes
42 doriotistes
40 radicaux
112
 700
néos et rep. soc.
370 communistes
130 socialistes
90 pupistes
70 néos
40 radicaux

359Paris, 98 900 voix communistes.

360Banlieue, 543 000 inscrits : 143 000 voix communistes, 232 000 voix des trois partis ouvriers.

361Seine, 242 000 voix communistes.

362Seine-et-Oise, 60 000 voix communistes.

Lundi 3 juin 1935

  • 430 Cachin prononce le discours inaugural de la Conférence des municipalités du Bloc ouvrier et paysan (...)

363Conférence nationale des municipalités, Montreuil, 10 h 15430.

  • 431 Peut-être Albert Boyer (1894), ingénieur, secrétaire du comité de défense de l’Humanité du 12e arro (...)
  • 432 Johanny Berlioz-Benier, dit Joanny Berlioz (1892-1965), professeur d’allemand, membre du Comité cen (...)

364Boyer431, Berlioz432.

  • 433 Pour le premier tour des élections sénatoriales du 9 janvier 1927, seul Laval, socialiste indépenda (...)
  • 434 Données du premier tour. 1 071 votants au deuxième tour.

365Aux élections sénatoriales du 9 janvier 1927433 : inscrits 1 077, votants 1 073, majorité : 537434.

  • 435 Auguste Mounié (1873-1940), pharmacien, radical-socialiste, maire d’Antony depuis 1912, conseiller (...)
  • 436 Charles Auray (1879-1938), comptable, socialiste SFIO, communiste, socialiste-communiste, socialist (...)
  • 437 Lucien Voilin (1870-1957), ouvrier mécanicien, socialiste SFIO, maire de Puteaux (1912-1925), déput (...)
  • 438 Amédée Dherbécourt (1865-1937), ouvrier sellier, socialiste SFIO, conseiller municipal de Paris (19 (...)
  • 439 Alexandre Bachelet (1866-1945), enseignant, successivement socialiste SFIO, communiste, socialiste- (...)
  • 440 Théodore Steeg (1868-1950), professeur, radical-socialiste, député de la Seine (1904-1914), sénateu (...)
  • 441 Charles Deloncle, député (1904-1914), sénateur depuis 1914, URD.
  • 442 André Morizet (1876-1942), journaliste, socialiste SFIO, communiste, socialiste-communiste, sociali (...)
Laval 554
Mounié435 671
Auray436 612
Voilin437 582
Dherbé438 560
Bachelet439 558
Steeg440 553
Deloncle441 519
Morizet442 502
  • 443 Paul Strauss (1852-1943), journaliste, sénateur radical de la Seine depuis 1897, ministre (Hygiène, (...)

366Strauss443 491

367En 1935, 1259 électeurs, majorité : 630. Gauche, 654, réaction, 605.

Mardi 4 juin 1935

  • 444 Jean-Baptiste Méchin (1864), jardinier, conseiller municipal de Boulogne-Billancourt depuis 1919, p (...)
  • 445 Léon Moussinac (1890-1964), journaliste communiste, spécialiste de cinéma, président de la commissi (...)
  • 446 Jean Arens ou Ahrens (Isaac Alter), né en 1889, militant polonais du Bund, membre du parti bolchevi (...)

36817 Méchin444 Moussinac445. Arens446.

  • 447 Jan Lewinson (1879-1937), connu aussi sous le nom de Pawal Lapinski, socialiste puis communiste pol (...)

369Michalski447, académicien communiste, doctrine marxiste.

370Nous ne soutiendrons pas un gouvernement mais des mesures. Nous ne soutiendrons qu’un seul gouvernement : celui des paysans et des ouvriers ; il est possible qu’il y ait un gouvernement radical sans socialistes. Nous n’avons pas à proposer un programme de gouvernement ; nous, nous avons notre programme : les soviets. Les socialistes proposent leur programme ; ils ne peuvent pas imposer leur programme aux radicaux. Nous voulons : défendre les travailleurs, défendre la démocratie. Nous ne voulons pas proposer un programme de gouvernement.

Mercredi 5 juin 1935

  • 448 Antiquaire, expert près des tribunaux, arbitre près du tribunal de commerce, 196 rue du Faubourg-Sa (...)

371Weill-Morel448 à la Chambre.

  • 449 Les banques protestantes, souvent familiales (Neuflize, Mallet, Hottinguer, Vernes, Mallet, Heine, (...)

372Banques protestantes449 : les plus riches Français avec les Rothschild :

  • 450 La maison de haute banque Mallet, établie à Paris en 1722 (37 rue d’Anjou, 8e arrondissement), domi (...)
  • 451 La haute banque Neuflize, établie à Paris depuis 1799 (31 rue Lafayette, 9e arrondissement), associ (...)
  • 452 La société en nom collectif « Messieurs Vernes et compagnie » fonctionne depuis 1821 (29 rue Taitbo (...)
  • 453 La banque Hottinguer (38, rue de Provence, 9e arrondissement) est la propriété des deux frères Henr (...)
  • 454 La banque Mirabaut (56, rue de Provence, 9e arrondissement) apparaît en 1822 et associe plusieurs b (...)
  • 455 Famille de banquiers représentée au conseil de régence de la Banque de France jusqu’en 1864. Dans l (...)
  • 456 Jacques Stern (1882-1949), banquier (maison créée en 1923, 8, rue de Penthièvre, 8e arrondissement) (...)
  • 457 La banque Raoul de Lubersac fait une percée grâce aux affaires pétrolières d’Europe centrale. Odon (...)
  • 458 Louis Louis-Dreyfus (1867-1940), fils d’un négociant international en céréales, banquier depuis 190 (...)

373Mallet450, Neuflize451, Vernes452, Hottinguer453, Mirabaut454, Rothschild, Pillet-Will455, Stem456, de Lubersac457, L. Dreyfus458.

374Ces dix noms représentent les dynasties de la Haute Banque française.

  • 459 Allusion au soutien à la candidature de Paul Rivet au second tour des élections municipales dans la (...)
  • 460 Notes de Cachin étalées sur les 5 et 6 juin, prises peut-être lors de la réunion du Bureau politiqu (...)

375Les radicaux veulent que les socialistes participent. Les socialistes ne veulent pas participer. Ils veulent la dissolution pour gêner les radicaux. Nous, nous voulons appuyer toutes les mesures démocratiques. Nous ne voulons pas collaborer : nous voulons faire comme à Saint-Victor459, nous faire collaborer c’est peu sage. Et vous, socialistes, décidez vous-mêmes si vous allez participer ; nous ne vous disons pas : participez ! Là-dessus, les socialistes arrivent avec un papier qui torpille tout460.

Jeudi 6 juin 1935

  • 461 Le cabinet Bouisson, qui demande les pleins pouvoirs, est renversé le 4 juin par 264 voix contre 26 (...)

376BP. Les masses s’opposent aux pleins pouvoirs. On bat Flandin, Bouisson461, sur les pleins pouvoirs. Nous avons suscité la délégation des gauches et c’est cela qui a fait reculer les pleins pouvoirs. Du coup, le Front populaire a grandi. Les socialistes ne veulent pas s’engager et rendent impossible le gouvernement des gauches. C’est l’impuissance. Les radicaux ont rusé. La délégation des gauches n’a pas réussi à voter un texte. Les socialistes risquent de pousser les radicaux à droite et de faire accepter les pleins pouvoirs demain. Il faut que les communistes parlent au pays sur le Front populaire.

  • 462 Allusion au congrès de Mulhouse du parti socialiste SFIO.
  • 463 Dans son article de l’Humanité du 7, Cachin retient le congrès de la fédération socialiste SFIO de (...)
  • 464 Cachin écrit dans l’Humanité, le 7 juin, un article « Avant le congrès socialiste de Mulhouse. Renf (...)

377Mulhouse462 : division, opposition sur le fond. La Haute-Garonne463, c’est le Front populaire. À Paris, les trotskistes ont 1 000 voix au congrès ce qui est contre le Front unique. L’Huma doit saluer cordialement le C. de M.464 ; l’unité se renforce. Il faut renforcer aussi le Front populaire. Le fascisme va faire des mouvements de rue et l’agitation. Il ne faut pas rester sur le terrain parlementaire. Il faut faire des comités de Front populaire dans tous les villages et villes de France. Audace, prudence. Pas de décrets-lois ! Pas de pleins pouvoirs !

Vendredi 7 juin 1935

378Voir aussi Amonnalla le 19 juin à Bruxelles. Trois provinces prêtes pour révolution.

  • 465 L’ambassadeur d’Éthiopie à Paris s’appelle Beljirond Tecle Hawariat (APP, provisoire 286).

379Ambassadeur abyssien465 défend aux jeunes de nous voir. Il est dominé par l’Angleterre.

  • 466 Voir note, 8 mai 1935.

380Péri écrira à Schedai466 pour rendez-vous en fin de semaine prochaine.

  • 467 Ville sur la ligne de chemin de fer près de Berlin.

381Stolpe467, départ 23 h 45, Paris. Supplément couchettes : 350 F.

Dimanche 9 juin 1935

  • 468 L’Humanité annonce cette « grande manifestation sportive » organisée par la nouvelle municipalité c (...)

382Colombes (stade)468.

  • 469 Élie Bruneau (1905-1971), ouvrier teinturier, secrétaire de la Fédération CGTU du textile, devient (...)

383Bruneau469, maire. Textile.

Lundi 10-mardi 11 juin 1935

  • 470 L’Humanité rend compte toujours longuement du congrès de Mulhouse, qui s’ouvre le 9 juin (éditoriau (...)

384Congrès socialiste470

385L’idée : sous l’influence du parti communiste :

  1. le Front unique indiscuté même par la droite P. Faure471 : le FU a consolidé le socialisme ; il juge le FU par rapport aux progrès du socialisme. Mais l’action de masse utile. Les articles de l’IC pas un mot ; pas un mot sur Doriot.
  2. Front populaire, grand succès. Vote Auriol472 ; acceptation de l’invitation de la CGT et CGTU que nous faisons depuis un an ; le droitier Rivière473 dit : il faut l’unité syndicale ; on veut nous rayer ; pas un mot d’appel au parti radical.
  3. l’idéologie communiste pénètre chez les socialistes (Zyromski). Il ne faut pas être imprudent car il serait compromis ; pas considérable des ouvriers socialistes vers le communisme : pas de collaboration de classe, action de masse, structure du parti, adhésion à notre charte d’unité. Zyromski a eu un tiers du congrès474. Les trotskistes475 ont nui à Zyromski. La droite a bloqué contre Zyromski. C’est une victoire du groupe parlementaire. P. Faure à droite. Paul Faure soulève la province contre Paris.
  4. pour la première fois Blum s’abstient sur la motion principale476, c’est-à-dire la direction parlementaire ne prend pas parti. Désarroi. Succès trotskistes représentés à la CAP et au Populaire pour y lutter contre Staline. Discussion ; invraisemblable de l’autodéfense477 ; ils font courir danger aux ouvriers. Les guillotinades de Blum. Désarroi. C’est peu engageant pour l’adhésion. Unissons-nous pour nous guillotiner plus tard478. C’est une erreur immense, car les prolétaires savent faire une révolution. Blum demande au congrès : avez-vous des directions pour la dévaluation479 ? Changement à propos de l’URSS : Grumbach480 dit : la Russie, c’est le socialisme.
  • 481 Le colonel de La Rocque préside à Alger une grande manifestation des Croix-de-Feu et des Volontaire (...)
  • 482 Le 14 juin, Cachin signe dans l’Humanité un article de la rubrique « Aujourd’hui », « Tardieu et La (...)
  • 483 Lebas présente sa motion du nom de la fédération socialiste SFIO du Nord.

386Attitude sur la guerre ! Le congrès a montré l’exactitude de notre Parti communiste. La pression communiste a donné un sens au parti socialiste dans son congrès. Dans le fascisme symptôme de défaite, pas de perspective enthousiaste. La Rocque481, Tardieu482. Dans le Nord, il faut agir. La base de la droite socialiste, c’est le Nord483. Il faut que les sections socialistes travaillent avec nous. Certains de leurs députés ne sont pas contents.

Mercredi 12 juin 1935

387Une seule union sacrée, celle de tous les prolétaires contre les deux ans ; ni union sacrée, ni soutien au gouvernement ; contre le militarisme bourgeois. Large autodéfense, pas de milice ouvrière.

  • 484 Claude Just (1888-1956), tailleur, animateur de la tendance « Action socialiste » d’extrême gauche (...)

388Nous ne voulons pas scissionner le parti socialiste, mais le gagner entier au Front unique. Zyromski n’est pas Just484. Grumbach et Zyromski admettent l’Union soviétique.

  • 485 Harold Butler (1883-1946), collaborateur du ministre du Travail britannique (1916), secrétaire géné (...)

389Butler à Genève485, 17 juin :

390Il faut l’intervention de l’État. Il faut une politique de crédit ; une politique de grands travaux. En Angleterre depuis 4 ans, la production a augmenté : elle dépasse 29. Mais le chômage aussi. Or, il ne s’agit pas seulement d’augmenter la production, mais d’en répartir équitablement les bénéfices. La puissance de production de la machine augmente plus que le besoin de main-d’œuvre. Il faut une coopération internationale.

Jeudi 13 juin 1935

  • 486 Dans le cadre du New Deal, la création du National Industrial Recovery Act aménage notamment les ra (...)

391NRA486

392But : augmenter le pouvoir d’achat des consommateurs par le relèvement des salaires, la diminution du chômage, la revalorisation des produits de la terre, la reprise de l’économie.

393Moyens : crédits aux fermiers, entrepreneurs, banquiers. Ouverture de grands travaux. Assurance chômage. Minimum de salaire, semaine de 35 heures.

394Coût : 50 milliards de dollars.

395Résultats : la reprise spéculative avril-juillet 1933 ; affaissement jusqu’en septembre. Reprise jusqu’en mai 1934 ; recul de mai à octobre. Retour à la situation du début de la NRA. Profits énormes pour le capital. Profits restreints pour le travailleur. Dette hypothécaire grandissante des fermiers. Les bourgeois s’enrichissent... Les moyens d’achat ne sont pas augmentés.

Dimanche 16 juin 1935

396Saint-Cyr, 2 h.

  • 487 À l’appel du Comité national Victor Hugo, du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes, d (...)

397Victor Hugo, Panthéon, 10 h487.

  • 488 Sur le stade de Saint-Cyr-l’École, une grande fête bretonne sous la présidence de Cachin, avec le c (...)

398À 2 h, Salle des fêtes : Suivez le druide, groupe Octobre FTOF488.

Mercredi 19 juin 1935

  • 489 Monnaie soviétique qui vaut dix roubles.

399Paris-Stockholm-Léningrad, avion 2 000 F. Tchervonetz489 10 roubles.

400De M. les soixante parlementaires par navire.

  • les achats d’animaux reproducteurs ;
  • les droits d’auteurs ;
  • Alphand490.
  • 491 Semen, Borissovitch Tchlenov, professeur, consultant juridique à l’ambassade soviétique à Paris.
  • 492 René Sédillot (1906), secrétaire de rédaction de l’Information (1928), spécialiste des questions mo (...)
  • 493 Est-ce Yakovleff ou Jakovlev qui signent des articles dans les publications du parti communiste ou (...)
  • 494 Fondée en 1929, la Société d’État par actions pour le tourisme étranger en URSS dépend du commissar (...)
  • 495 Ladislas F. Boross (1895-1938), communiste hongrois, membre du parti bolchevik, rédacteur à la Corr (...)

401Tchlenov491, Sédillot492, Yakoblef493, Intourist494, Boross495, Huma.

402Je ne me sens pas à mon aise dans cette Internationale (Frossard). (Le serrement de cœur).

Jeudi 20 juin 1935

  • 496 Station à la frontière de l’URSS.
Paris 23 h 45
Liège 4 h 20 Vendredi
Cologne 9 h 20
Berlin 17 h 53
New B. 21 h 30
Zbasyn 22 h 04
Posnan 0 h 30 Samedi
Varsovie 8 h 30
Stolpce 17 h 40
Niegoreloïe496 20 h 12
Moscou 11 h 35 Dimanche

403Deuxième et couchette : Paris-Niegoreloïe : 670 F + 318 F = 988 F. Niegoreloïe-Moscou : 270 F + 174 F = 444 F. 1 450 F + pourboire 80 F.

Vendredi 21 juin 1935

  • 497 Le quartier de Dahlem se situe au Sud-Ouest de Berlin.

404À travers l’Allemagne avec Siddiq. G. Siddiq, Thielallee 32 Dahlem497.

  • 498 Sans doute Staline.
  • 499 Sans doute Kliment Iefremovitch Vorochilov (1881-1969), commissaire du peuple à la Défense depuis 1 (...)

405St498. Vor.499 secrétaire. Le R. : Georges m’a dit personnellement avec colère : les Russes sont des sauvages assassins ; n’allez jamais à Moscou. Nous sommes des révolutionnaires républicains.

Samedi 22 juin 1935

  • 500 Romain Rolland (1866-1944) se définit comme « compagnon de route de l’Union soviétique ». Invité en (...)

406À travers la Pologne avec Romain Rolland500.

Dimanche 23 juin 1935

  • 501 Hôtel où résident les dirigeants de l’Internationale communiste.

407Arrivée à Moscou. Moscou Lux501 220, Lux 57.

Lundi 24 juin 1935

  • 502 Banlieue de Moscou où se trouvent plusieurs datchas pour les dirigeants de l’URSS.
  • 503 David Retchiski dit Claude Servet (1904-1944), né en Russie, collaborateur du secrétariat latin de (...)

408Maison de repos du Komintern Kounsevo502. Moscou. Servet503, Halwachs.

Mardi 25 juin 1935

409Moscou.

  • 504 La presse signale alors des mouvements de troupes japonaises aux abords de la frontière de Mandchou (...)

410L’invasion japonaise au Brésil504.

Mercredi 26 juin 1935

  • 505 Dimitri Zakharovitch Manouilsky (1883-1959), membre du secrétariat de l’Internationale communiste d (...)
  • 506 Georgi Dimitrov (1882-1949), dirigeant communiste bulgare, membre du Comité exécutif de l’Internati (...)

411Moscou. Komintern. Visite au sanatorium Manouilsky505. Dimitrov506.

Jeudi 27 juin 1935

412Kounzevo, Moscou.

  • 507 Serafima Ilynitchna Gopner (1880-1966), bolchevik d’Ukraine, émigrée à Paris en 1910, dirigeante du (...)
  • 508 Selon l’Humanité, le 30 juin, l’écrivain français séjourne quatre semaines à Moscou et loge chez Go (...)

413Gopner507 : je lui demande les panneaux pour l’Huma. Je lui demande une interview de Romain Rolland pour l’Huma508.

  • 509 Sans doute Hélène Mirov. A-t-elle un rapport avec Jakob Mirov-Abramov, directeur de l’École des cad (...)
  • 510 Marc Willems (1906-1968), secrétaire du parti communiste belge jusqu’à son élimination en 1935, mem (...)

414Hélène au Komintern509. Willems510.

  • 511 L’Humanité ne publie pas cet article.

415Envoi du premier article Huma511.

Vendredi 28 juin 1935

416Kounzevo.

Samedi 29 juin 1935

417Kounzevo.

  • 512 Sans doute le rapport présenté par Cachin au congrès de l’Internationale le 27 juillet sous le titr (...)

418Envoyé mon rapport à Manouilsky. Dimitrov sur le fascisme en France512.

Dimanche 30 juin 1935

  • 513 Selon l’Humanité du 2, la fête annuelle des membres des sociétés de culture physique rassemble dans (...)

419Manifestation de culture physique, 120 000 athlètes, place Rouge513.

  • 514 Boris Mikhaïlovitch Fradkine dit Voline (1886-1957), bolchevik depuis 1904, vécut en France (1911-1 (...)

420Voline514.

Juillet

Lundi 1er juillet 1935

421Kounzevo.

  • 515 L’Humanité, le 3 juillet, publie un article de Cachin, « La parade “Sport et Défense” de Moscou ».

422Envoi deuxième article Huma. La parade sportive515.

423Budget de la France :

  • dettes et pensions : 28 milliards
  • marine et guerre : 15 milliards
  • administration du pays : 8 milliards

424On prétend tout sauver en attaquant ces 8 milliards !

Mardi 2 juillet 1935

425Kounzevo.

  • 516 Sans doute Eva Neumann (1902), communiste allemande envoyée en France par l’Internationale communis (...)

426Neumann516 (57).

  • 517 Stanley Baldwin (1867-1947), conservateur, ancien Premier ministre britannique (1923, 1924-1929), m (...)
  • 518 James Ramsay MacDonald (1866-1937), député travailliste (1906-1918, puis depuis 1922), Premier mini (...)
  • 519 Samuel Hoare (1880-1959), conservateur, secrétaire d’État à l’Inde (1931- 1935) puis ministre des A (...)

427Cinq ministres des Affaires étrangères à Londres : Baldwin517, suit l’opinion anglaise ; MacDonald518, collaboration États-Unis ; Sir Samuel Hoare519, antisoviétique, ancien gouverneur de l’Inde ;

  • 520 John Allsebrook Simon (1873-1954), libéral, puis proche des conservateurs, ministre des Affaires ét (...)
  • 521 Anthony Eden (1897-1977), conservateur, sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères (1931-1933), (...)

428Sir J. Simon520, supplée Baldwin ; Eden521.

429S. Hoare dit qu’il faut laisser l’Italie et son chef de génie prendre l’Abyssinie comme la France a pris le Maroc pour le plus grand bien de la civilisation.

Mercredi 3 juillet 1935

430Moscou.

  • 522 William Christian Bullitt (1891-1967), premier ambassadeur des États-Unis en URSS depuis 1933.

431Bullitt522, 8 h, soir.

  • 523 Le numéro 36 de l’Internationale Communiste, du 20 décembre 1934, organe bimensuel du Comité exécut (...)

432Arbat 13 888. Numéro de l’IC : 24 du 20 décembre 1934523.

  • 524 Boris Danilovitch Mikhaïlov (1895-1950), bolchevik depuis 1912, représentant du Comité exécutif de (...)

433Williams524, représentant de la Pravda à Paris.

434Laval dit à la Chambre : « Les passions politiques du dehors ne doivent pas prétendre entrer dans les bureaux des états-majors, pas plus qu’elles ne peuvent franchir le seuil des casernes. »

  • 525 Sans doute Henriette Carlier (voir Neumann, note au 2 juillet 1935) ou Henriette Royer (voir 8 juil (...)
  • 526 Palmiro Togliatti (1893-1964), secrétaire général du parti communiste italien depuis 1927, membre d (...)

435Lux 103 90. Henriette525 2 1 5. Ercoli526 12 Lux.

436Marg. Nelken, juive de Breslau, 219 Savoy.

Jeudi 4 juillet 1935

437Kounzevo, il pleut.

  • 527 Voir note, 5 janvier 1935. L’Humanité, le 9 juillet, publie un éditorial de Thorez, « L’armée du pe (...)

438Lettre à M. Thorez sur la conquête de l’armée527.

439Rapport à Manouilsky sur visite Bullitt.

Vendredi 5 juillet 1935

440Kounzevo.

  • 528 L’Humanité, le 11, publie cet article sous le titre « Le Congrès de l’Internationale communiste »

441Un article (troisième) à l’Huma sur le congrès528.

  • 529 L’Internationale Communiste, le 20 juillet 1935, comprend l’article de Dimitrov « Pour l’unité des (...)
  • 530 Aleksandr Petrovitch Grunberg (1901), bolchevik depuis 1920, secrétaire de rédaction de l’Internati (...)

442Un article à l’Internationale communiste : un an de Front unique en France529 (Grunberg530).

Samedi 6 juillet 1935

443Kounzevo.

  • 531 Wilhelm Florin (1894-1944), membre du Comité central (1924) et du Bureau politique (1929) du parti (...)
  • 532 Robert Wolfsohn (1895-1970), médecin, dirigeant communiste à Levallois-Perret, militant néomalthusi (...)

444Florin531, ancien secrétaire de Rhur, arrive à K. avec son fïls qui a séjourné chez Wolfsohn à Levallois532.

  • 533 L’Humanité, le 4 juillet, annonce que le « comité exécutif radical approuve la participation aux ma (...)
  • 534 Charles Trochu (1898-1961), industriel, militant des Jeunesses patriotes, président de l’Associatio (...)

445Les radicaux acceptent d’assister au 14 juillet533. À l’Hôtel-de-Ville, Trochu annonce qu’à brève échéance, les questions se régleront dans la rue par la force (4 juillet)534.

Dimanche 7 juillet 1935

446Kounzevo.

  • 535 À la lumière du marxisme, ouvrage collectif, publié par les Éditions sociales internationales, qui (...)

447À la lumière du marxisme535 : onze essais de onze savants dont la méthode est celle du matérialisme dialectique :

  1. rapport de la science et de la technique ;
  2. le matérialisme dialectique.

448Études philosophiques (Marx-Engels). Ludwig Feuerbach (Engels) ; thèse de Marx sur Feuerbach ; préface à la Critique de l’économie politique (Marx) ; matérialisme historique (Engels) ; le matérialisme français du XVIIIe siècle (Marx) ; Lettres philosophiques (Marx-Engels).

449C’est dans ce volume que se trouve la conception marxiste du monde et l’exposé du matérialisme dialectique.

Lundi 8 juillet 1935

450Moscou.

  • 536 L’Humanité, le 7 juillet, annonce le douzième anniversaire de la Constitution. D’après le Temps et (...)

451La fête de la Constitution536, le métro.

  • 537 Annette Chapiro dite Marthe Vatelet ou Wattlé (1903-1985), d’origine polonaise, communiste depuis 1 (...)

452M. Vatelet537 Lux 194 Tel. Komintern 37.

  • 538 Voir note, 27 juin 1935.
  • 539 Quotidien du Présidium du Soviet suprême fondé en 1917 (les Nouvelles).
  • 540 Karl Sobelsohn dit Radek (1885-1939), militant d’origine polonaise, membre de la direction de l’Int (...)
  • 541 Henriette Royer (1901-1944), épouse de Lucien Marrane, sténodactylo du Comité central du parti comm (...)
  • 542 Les secrétariats territoriaux au sein du Komintern apparaissent en décembre 1926 pour cesser leurs (...)

453Hélène Mirov538, des Isvestia539, m’écrit que Radek540 nous invite à déjeuner. Accepté pour le 10. Henriette Royer541 nous renseignera secrétariat Romain542.

454Au parc de la culture, carnaval. Les paysannes et paysans de Riazan dansent et chantent. Costumes du pays. Puis défilent sur la scène les ouvriers immigrés : Chinois, Baltes, Polonais, Tziganes (ouvrières en chaussures), Italiens, Allemands, Autrichiens. Puis les Assyriens. Puis les corporations, syndicats ouvriers de Moscou avec leurs attributs, métallurgistes, bois, cuir, bâtiment, couture, cuisiniers, transport, métro, livre, parachutistes, parfum, disques, produits chimiques, coiffeurs.

Mardi 9 juillet 1935

455Hier, au parc de la culture, les Géorgiens chantent et dansent toutes les races des 190 peuples de l’Union soviétique. On fait apparaître les fascistes hitlériens, fauteurs de guerre (cochons, serpents). Toute la fête éclatante, originale, du goût, de la joie saine, gaieté, costumes splendides, grâce, tous artistes et théâtraux, inventifs, fins, intelligents. Un peuple en joie. Des centaines de mille d’assistants au parc.

Mercredi 10 juillet 1935

456Le camp des pionniers. La parade.

Jeudi 11 juillet 1935

457Kounzevo.

  • 543 Jacques Sadoul (1881-1956), avocat communiste, très lié à l’URSS, correspondant pour la France des (...)
  • 544 Iossif Aronovitch Piatnitski (1882-1938), membre du secrétariat de l’Internationale communiste, fai (...)

458Visite de Sadoul543. Piatnitsky544.

Vendredi 12 juillet 1935

459Kounzevo.

  • 545 Earl Russel Browder (1891-1973), syndicaliste, dirigeant du parti communiste américain (1930), memb (...)
  • 546 Van Min (Wang Ming, Chen Shaoyu dit) [1905-1974], dirigeant chinois qui séjourne à Moscou (1925-193 (...)
  • 547 Stayan Ivanov (1893-1959), militant communiste bulgare, porte plusieurs patronymes, entre autres Mi (...)

460Browder545, Van Min546. 53 Lebedev547, Lux 262, Browder 147, Dalbun 37.

Samedi 13 juillet 1935

461Moscou.

Dimanche 14 juillet 1935

  • 548 Nicolaï, Ivanovitch Boukharine (1888-1938), rédacteur en chef de la Pravda (1917-1927), directeur d (...)

462Moscou. Isvestia. Boukharine548.

Lundi 15 juillet 1935

463Kounzevo.

Mardi 16 juillet 1935

464Kounzevo.

Mercredi 17 juillet 1935

465Moscou, Électrosavod.

  • 549 Vladimir, Nikolaevitch Koutchoumov (1900), bolchevik depuis 1919, travaille dans l’appareil du Komi (...)

466Sugar à 11 h, Lux. Koutchoumov549, secrétaire sud-américain. Laure Radio. Revue, cadres pour traduction portugais.

Jeudi 18 juillet 1935

  • 550 Ville au Nord-Ouest de Moscou.

467Moscou, banlieue, route de Tver550.

468Radek, 11 h 30 Lux. Hélène Mirov.

Vendredi 19 juillet 1935

469Moscou.

Samedi 20 juillet 1935

  • 551 Sans doute l’usine automobile de Moscou.
  • 552 Sans doute Matyas Rakosi (1892-1971), communiste hongrois, membre du gouvernement de Béla Kun (1919 (...)
  • 553 Ruelle Pimenovski.
  • 554 Goudok (le sifflet, la sirène) est le journal quotidien du Commissariat des chemins de fer soviétiq (...)

470Usine Staline551. Rako552. Tel : 94 26. Pimenovski pereoulok553 16/2. Zarmengo. Goudok554.

Dimanche 21 juillet 1935

471Moscou.

  • 555 Surnom de l’épouse de Cachin.

472Lilite555 à l’hôpital, section thérapeutique, 3e étage, 7e chambre. Le docteur dit : c’est un rosa, cause : intoxication et froid. En général il se porte sur la figure et sur les cuisses. Durée cinq ou six jours. C’est contagieux. Soins excellents à l’hôpital.

Lundi 22 juillet 1935

4739 h 30, BP français.

  • 556 Troud (Travail), journal quotidien des syndicats.

474Interview à Troud556.

Mardi 23 juillet 1935

  • 557 Wilhelm Pieck (1876-1960), député communiste allemand (1928-1933), membre du Comité exécutif de l’I (...)
  • 558 Cachin fait partie du présidium du congrès de l’Internationale communiste, ainsi que Thorez et Mart (...)
  • 559 Mauno Heimo (1894-1938), communiste finlandais, travaille dans l’appareil du Comité exécutif de l’I (...)

475Exécutif à 6 h. Pieck557 le 26. Commission de contrôle le 26. Séances : 11 h à 4 h, 6 h à 10 h. Les orateurs : trente minutes de parole. Le 25 : salut, parti chinois, parti espagnol, prolétaires de Moscou. Réponse M C558. Voir Heimo559. Remis le premier article au Goudok.

Mercredi 24 juillet 1935

476Moscou, remis un article à Pravda.

Jeudi 25 juillet 1935

477Ouverture du congrès. Le deuxième article de Goudok est fait.

Samedi 27 juillet 1935

  • 560 Le discours de Cachin est reproduit dans l’Humanité, le 30 juillet.

478Intervention au congrès sur le rapport moral560.

Lundi 29 juillet 1935

479Visite usine 95.

480Deuxième article Goudok remis : sur le 1er août et la guerre.

Mardi 30 juillet 1935

  • 561 Marx écrit, pour le congrès de Gotha d’unification des deux partis socialistes allemands (22-27 mai (...)

481« S’il est nécessaire de s’unir, passez des accords en vue d’atteindre des buts pratiques. Mais ne faites pas commerce des principes. Ne faites pas de concessions théoriques » (Marx, Lettre sur le programme de Gotha561).

Mercredi 31 juillet 1935

482Moscou.

Août

Jeudi 1er août 1935

483Moscou.

Vendredi 2 août 1935

484Moscou.

Samedi 3 août 1935

485Moscou.

Dimanche 4 août 1935

486Moscou.

487Abyssinie.

  • 562 Après le traité d’Addis-Abeba (26 octobre 1896) où l’Italie reconnaît l’indépendance de l’Éthiopie, (...)

4881906 : Anglais et Italiens décident de maintenir l’intégrité de l’Abyssinie562.

  • 563 Depuis 1919, le gouvernement italien propose à la Grande-Bretagne un accord sur les zones d’influen (...)

4891925 : L’Angleterre et l’Italie conviennent de se partager les zones d’influence en Éthiopie563.

  • 564 L’accord franco-italien du 7 janvier 1935 prévoit quelques cessions de terres françaises à l’Italie (...)
  • 565 L’Humanité, le 21 juillet, reproduit en caractères gras les déclarations du négus :
    « Nous attendon (...)
  • 566 Luigi Campolonghi (1876-1944), militant socialiste italien, antifasciste, exilé à Nérac (Lot-et-Gar (...)
  • 567 Texte signé par tout adhérent à la Société des Nations ; dans son article 12, il précise que tout É (...)

490Le 7 janvier 1935, Laval laisse à Mussolini les mains libres en Afrique564. Le Négus Sélassié a toujours dit : je suis prêt à accepter le jugement des commissions d’arbitrage de la Société des Nations565. Campolonghi566 dit : il faut appliquer le 4 septembre sans ménager les articles du covenant567 par le bloc anglo-franco-russe petite entente. Si le fascisme a quitté la Société des Nations tant mieux !

Lundi 5 août 1935

491Moscou.

Mardi 6 août 1935

492Moscou.

Mercredi 7 août 1935

493Économies polytechniques réservées des domestiques de la finance.

494Les conseillers de Laval :

  • R. Dautry568, protégé de Loucheur569 et Rothschild ;
  • J. Rueff570, riche, inspecteur des finances, aux ordres de Baumgartner571, gendre de Mercier572 ;
  • Gignoux573, de la Confédération de la production française574, présidée par Duchemin575, régent de la Banque de France, administrateur des Chemins de fer du Nord.
  • 576 Fondée en 1800, la Banque de France est dirigée par un gouverneur nommé par l’État. L’assemblée gén (...)

495Les régents de la Banque de France576 :

  • 577 Rhône-Poulenc, société née en 1928 de l’absorption des établissements Poulenc frères, créés en 1900 (...)
  • 578 Cette famille, propriétaire des Grands Moulins de Corbeil et des Papeteries de l’Essonne, a déjà eu (...)
  • 579 Société des raffineries et sucreries Say, fondée en 1898, sans doute représentée par R. Darblay.
  • 580 Maurice Tinardon (1870), ingénieur des Ponts, outre ses activités dans la firme chimique Péchiney ( (...)
  • 581 François de Wendel (1874-1949), gérant des sociétés de Wendel et Cie (Jœuf) et « Les petits-fils de (...)
  • 582 Parmi ces six banquiers, cinq appartiennent à la banque protestante d’origine suisse installée en F (...)

496– trois trésoriers payeurs généraux, douze élus dont cinq industriels avec chacun une centaine de conseils d’administration (Poulenc577, Duchemin, Darblay578, Say579-Tinardon580, De Wendel581). Douze dont six banquiers582 et un gros propriétaire foncier qui représente les paysans.

Jeudi 8 août 1935

497Départ de Moscou, 10 h 45 du soir.

498Moscou, 5 h, dîner Lapinski. 6 h, Manouilsky, 10 h 45 départ.

499Darblay : moulins de Corbeil.

Vendredi 9 août 1935

500Moscou-Paris. Traversée de la Pologne. Niegoreloïe, Varsovie.

501Les offices. : Office national du tourisme ; Office national des biens et intérêts privés ; Office national de recherche des scientifiques ; Office national de combustibles liquides.

502La livre : 73 F le 1er mai, 75,30 F le 1er juin, 74,80 F le 3 août.

  • 583 Selon le Temps du 26 avril, le stock monétaire de la Banque « a été ramené à un peu plus de 81 mill (...)
  • 584 Le Temps, le 7 juin, signale d’importantes sorties d’or et 71 778 millions de francs or.

503Encaisse-or de la Banque de France : 81 milliards le 26 avril583, 70,7 milliards le 7 juin584, 71,25 milliards le 4 août.

Samedi 10 août 1935

504Traversée de l’Allemagne.

  • 585 Le congrès du Syndicat national des instituteurs se déroule à Paris à partir du 4 août. Le Temps, l (...)
  • 586 Lionel Nastorg (1881-1940), avocat, écrivain, journaliste, conseiller municipal Union républicaine (...)

505Les instituteurs doivent respecter l’ordre établi585 (Nastorg586).

  • 587 Le gouvernement Laval prend des décrets pour abaisser le coût de la vie visant les commerçants.

506Que réclament les commerçants587 ?

  • révision des prix des fonds ;
  • concordat pour les impôts ;
  • suppression des clauses résolutoires.

Dimanche 11 août 1935

  • 588 Paul Signac (1863-1935), peintre pointilliste, préside pendant longtemps la Société des artistes in (...)

507Rentré à Paris. Vu Signac588.

Lundi 12 août 1935

  • 589 Le Temps, le 18 août, indique que selon le Bureau universitaire de statistiques il y a, en 1934, 87 (...)

508Étudiants en France : 90 000 en 1935589 dont 23 000 femmes. 15 000 bacheliers de philo en France.

Mardi 13 août 1935

509Si vous croyez que vos coups d’épingles peuvent traverser mon vieux cuir épais et bien tanné, vous vous trompez (Engels).

510Le peuple, c’est les ouvriers et la bourgeoisie démocratique. Contre lui, la grande bourgeoisie a de tout temps conclu avec la réaction une alliance offensive et défensive (Marx).

511Les prisonniers des maisons centrales en Suisse ont peur d’être libérés à cause du chômage. Ils veulent rester en prison.

Mercredi 14 août 1935

  • 590 Le Temps, le 12 août, publie l’article « Réflexions sur l’expérience monétaire belge ». Il analyse (...)

512Belgique : grand succès de l’exposition ; grand succès du tourisme (à cause de la chute du franc). Diminution du chômage, amélioration économique. Les socialistes disent : l’expérience Van Zeeland n’est pas socialiste590. Nous voulons arriver au pouvoir seuls pour appliquer notre politique du plan du Travail.

Jeudi 15 août 1935

  • 591 À son domicile, 14 rue de l’Abbaye (6e arrondissement). L’Humanité, le 16 août, annonce ce décès. S (...)

513Mort de Paul Signac591.

  • 592 Cette organisation d’anciens combattants fondée en 1927 avec des filiales, Briscards (1929), Volont (...)

514Croix-de-Feu592 : 25 000 dans la Seine. Les chômeurs rentrent dans les Croix de feu (1 200 adhésions par mois). Ils font effort à la campagne. Ils disent : pas de provocation surtout ; il faut être anticommuniste. Gros industriels, moyens industriels, employés, ouvriers, employés de magasins : un quart du nombre total. Dans les alertes ils réunissent 60 % des adhérents. Dans les sections, on ne discute pas, on examine les sorties, les opinions sont très diverses, gauches et droites. Ils sont contre tous les partis. Le Front populaire est, disent-ils, puissant, mais très organique. Nos forces Croix de feu l’emporteraient, très organisées, disciplinées, par dizaines. Mystique de la force. Tableaux à la Hitler, torches.

Vendredi 16 août 1935

  • 593 Berthe Signac née Robles (1862-1942), nièce de Pissarro, épouse Paul Signac en 1892. Ils se séparen (...)
  • 594 Jeanne Desgrange, désignée comme Jeanne Signac, participe à plusieurs réunions publiques pendant l’ (...)
  • 595 Ker Xavier Roussel (1867-1944), peintre du groupe nabi qui expose régulièrement des paysages intimi (...)

515Berthe Signac593 : j’aurais pu faire mettre les scellés ce matin. Mais par respect pour l’amour de Signac pour J.594 je ne ferai rien. Signac m’a dit : jamais d’homme de loi pour vos affaires. Et malgré les conseils que j’ai reçus, je ne ferai rien contre les intérêts de J. Hier, sur les instances de Signac, je l’ai embrassée. Elle m’a demandé de devenir son amie, c’est impossible. Signac a dû lui donner de l’argent de la main à la main. Je veux qu’on me montre tout de suite, aujourd’hui, les papiers de Signac, son testament, ses dernières volontés. Roussel595 et Francis Jourdain sont atterrés.

Samedi 17 août 1935

  • 596 Sir Robert Vansittart (1881-1957), secrétaire général du Foreign Office depuis 1930, appelé parfois (...)

516Sir Robert Vansittart596.

  • 597 Marcel et Marguerite Cachin sont intervenus auprès des deux femmes pour que la justice ne soit pas (...)

517B. Signac nous dit597 : je veux devenir l’amie de Jeanne, par respect pour la mémoire de Paul Signac.

518Roussel pleure près de P. Signac. Il me dit : « On ne pouvait trouver un homme plus droit que lui. »

  • 598 Félix Fénéon (1861-1944), critique littéraire et critique d’art, connaît Signac depuis 1884, écrit (...)
  • 599 Joseph Jolinon (1885-1971), avocat, défenseur de mutins traduits devant les conseils de guerre en 1 (...)
  • 600 Jean Metthey (1904-1955), fils d’André Metthey (1871-1920), artiste-céramiste. marchand de tableaux (...)
  • 601 George Besson (1882-1971), critique d’art, membre du parti communiste, auteur d’un ouvrage sur Sign (...)

519Fénéon598 chez Jolinon599 en S. et L.J. Metthey600, Aut 38 83. Roussel, Francis Jourdain, G. Besson601.

520B. : je veux de l’argent pour le donner autour de moi et faire du bien.

  • 602 Berthe Signac, née en 1862 dans la Seine, rentière, vit seule au 14 rue La Fontaine (16e arrondisse (...)

521B. : je veux la moitié de ce qui est dans le coffre et à la banque. Je ne veux pas payer de droits d’enterrement ni de succession. Je reste rue La Fontaine602.

Dimanche 18 août 1935

  • 603 Dans l’Humanité, le 18, la CGTU, le Comité national contre le fascisme et la guerre, les Amis du Mo (...)

522Incinération de P. Signac603.

  • 604 Berthe Signac prend le conseil d’un de ses amis, l’avocat Charles Chanvin (1877-1953), ami de nombr (...)

523Jean et Suz. Metthey, Chanvin604. Les trois contradictions de Jeanne Signac entre le 18 et le 20. Jeanne à Berthe : il faudra désormais se restreindre.

Lundi 19 août 1935

  • 605 Les analyses inspirées par le planisme se répandent dans le mouvement ouvrier à partir de la fin de (...)
  • 606 Le Conseil économique du travail, souhaité par la CGT dès le lendemain de la Première Guerre mondia (...)

524Plan de la CGT605. (Patrons et ouvriers). Pas de déflation. Économie dirigée. L’organe en sera le Conseil économique606 (rouage de la Constitution). Il commencera par nationaliser les établissements de crédit, puis il nationalisera les industries-clés. Il organisera de grands travaux avec la thésaurisation de capitaux. Semaine de 40 heures avec même salaire, 46 contrats collectifs. Dispositions pour l’agriculture.

Mardi 20 août 1935

  • 607 Les élections sénatoriales sont fixées dans la Seine le 20 octobre 1935. L’Humanité, le 31 août, pu (...)

Élections sénatoriales607.

  • 608 Henri Sellier (1883-1943), conseiller général socialiste SFIO de Puteaux depuis 1910. maire de Sure (...)
Paris : délégués municipaux 120
députés non conseillers généraux 39
Banlieue conseillers généraux 50
députés non conseillers généraux 17
délégués sénatoriaux 1 034
Total : 1 260
Majorité absolue : 631
Calculs d’H. Sellier608 :
Communistes
385
Socialistes 130 (douteux 45)
Unité ouvrière 95
Rad. soc. indépendants 70
Total : 680
Droite : 535

Mercredi 21 août 1935

525Le Temps : l’administration, la justice, l’instruction : coût trop cher. Il faut réduire les dépenses de l’État :

  • les assurés sociaux ;
  • les anciens combattants.
  • 609 Représentation proportionnelle.

526Il faut un gouvernement fort, échappant au contact des élus ; pour cela la RP609.

Jeudi 22 août 1935

527Front populaire .

528Où en est-on avec le parti socialiste ?

  1. question éthiopienne ;
  2. le programme financier ;
  3. convocation des gauches pour le Sénat ;
  4. la charte d’unité.
  • 610 Le secrétariat de l’exécutif de l’Internationale ouvrière socialiste, réuni à Bruxelles du 18 au 20 (...)
  • 611 Voir note 10 janvier 1935. Doriot, maire de Saint-Denis depuis 1931, anime les Amis de l’unité ouvr (...)

529Le document de l’IOS610 intéressant car il affirme la responsabilité des fascistes dans la guerre (contre Doriot611.) Les socialistes nous avaient offert l’unité organique. Ils ne répondent plus à notre proposition de charte. Il faut les presser de répondre. Vous voulez nationaliser, soit ! si c’est les soviets ; mais si vous voulez quelque chose nous sommes prêts à examiner tout avec une seule vue : qu’est-ce que ça rapporte à la classe ouvrière ? Ils veulent tous empêcher d’aboutir le programme financier, mais ils n’apportent rien de sérieux. Il faut accentuer notre programme financier : faire payer les riches : c’est le programme radical. Ils n’ont rien à proposer. La dévaluation. La dévaluation c’est faire payer les pauvres. Il nous faut une grande propagande pour le programme financier.

  • 612 Henri Queuille (1884-1970), médecin, député radical-socialiste depuis 1914, plusieurs fois ministre (...)
  • 613 Édouard Herriot (1872-1957), professeur, maire radical-socialiste de Lyon depuis 1905, sénateur (19 (...)

530Le programme du Front populaire. Les masses l’attendent. Il faut opposer à la politique de Laval notre politique. (Le pain divise, la liberté unit : Queuille612, Herriot613.) Le programme du Front populaire n’est pas aisé : il faut faire la puissance des masses. Nous sommes prêts à la discussion de tous les projets. Pour les grands travaux, quel financement ? Notre programme financier. La guerre ? Blum essaye de créer des difficultés aux communistes et aux soviets ! Il veut nous brouiller avec tout le monde. Nous devons dire : c’est à la Société des Nations de parler. On va envoyer une délégation à Genève, socialiste-communiste ; il faut la faire avec tous les éléments du Front populaire. Il faut un meeting à Paris avant le 4 septembre.

Samedi 24 août 1935

  • 614 Cachin répartit ses notes prises lors de la réunion autour de cette date.

531BP614.

  • 615 Prévue lors de la session du conseil de la Société des Nations, le 4 septembre.

532Il faut pour la campagne éthiopienne sous le couvert de la paix, non seulement la défense de l’Éthiopie. Il faut insister sur la délégation à Genève615 et ne pas répondre à Blum.

533Jouhaux. Unité syndicale, un procédurier, un maquignon. Il faut répondre sur le terrain politique. Le syndicalisme au service de la classe ouvrière. Il y a des tentatives contre le Front populaire dans les rangs syndicaux. Manœuvres mesquines.

  • 616 Jacques Bourin, membre de l’Association parisienne et de l’Union départementale des anciens combatt (...)
  • 617 Le 6 août se produisent de violents heurts entre forces de police et ouvriers de l’Arsenal maritime (...)

534Le fascisme, c’est la guerre. Le Front populaire, c’est la paix. Nous défendons la paix. Bourin616 dit : je peux aller avec les syndiqués, mais pas avec le Front populaire. Pour l’unité syndicale, il faut plus de pression à la base, il faut des congrès de fusion à la base. Les socialistes refusent le Front populaire, mais nous avons réussi le 14 juillet, puis le Front populaire s’est prononcé contre les intrigues de Brest et Toulon617.

Dimanche 25 août 1935

  • 618 Une réunion s’est déroulée au stade Buffalo, le mardi 20 août, contre les décrets-lois. Des orateur (...)

535Aujourd’hui nous aurons un document contre les armes des fascistes. Hier nous avions Buffalo contre les décrets-lois618. Bourin est néo-socialiste. Son Union départementale menace de la rupture. Il faut des Buffalo partout. Écrire dès la semaine prochaine une lettre à toutes les gauches sur le Sénat.

  • 619 L’Humanité, le 23 août, publie un appel du parti communiste au « Rassemblement pour la défense de l (...)

536Nous défendons la paix. Envoyons à Genève une délégation de toutes les organisations pacifistes619.

537Les jeunesses :

  • 620 La Fédération sportive et gymnique du travail est issue de la fusion de la Fédération sportive du t (...)
Jeunesses communistes 16 000
Jeunesses socialistes 10 000
Jeunesse laïque et républicaine 10 000
Jeunesse radicale 3 000
Étudiants 4 000
Jeunes syndiqués 10 000
FSGT620 50 000
Enfants _ _ _ _
  • 621 Le dimanche 29 septembre, le matin, à la Mutualité, à l’appel de vingt organisations, se déroulent (...)

538100 000 jeunes dans le Front populaire. Les jeunesses de gauche organisent un grand rassemblement le 29 septembre621. Conquérir la jeunesse sportive et la jeunesse chrétienne.

Lundi 26 août 1935

  • 622 L’Humanité, le 25 août, publie en dernière page un placard : « Au secours de l’agriculture français (...)

539Les agrariens622.

540Ils opposent le Front paysan au Front populaire et nos camarades leur en donnent occasion. Il y a des régions où le Front paysan est très fort et nous très faibles. Tout autour de Paris. Le 21 septembre, il doit y avoir de grands rassemblements en France ; c’est à ce mouvement qu’il faut se mêler dès aujourd’hui.

Mardi 27 août 1935

  • 623 Régulièrement l’Humanité publie des interventions de dirigeants du communisme international au cong (...)

541VIIe Congrès623.

  • 624 Selon l’Humanité, Dimitrov a indiqué à propos des cadres :
    « Mais là où “les vieilles outres ne son (...)

542Mobilisation des forces ouvrières mondiales contre le fascisme et la guerre. Congrès de l’unité de la classe ouvrière, syndicale et politique. Congrès de la nouvelle orientation de la tactique de l’IC. Il faut préparer la révolution non par des phrases bruyantes, mais par l’activité bolchevique. Le fascisme est le principal danger contre la paix et contre l’URSS. L’IC est le champion de la paix, des libertés démocratiques, de la culture. Le prochain congrès refondra les statuts de l’Internationale communiste, pour donner une plus grande liberté de manœuvre aux sections. Le VIIe Congrès a renouvelé le personnel dirigeant de l’IC afin de ne pas mettre le vin nouveau dans de vieilles outres624. Il n’y a plus de place que pour une politique de masses. Renoncer aux phrases, au simplisme, au repliement sur soi. Il faut un parti unique dans chaque pays qui utilise les possibilités légales, les illégales, qui ne court pas trop en avant de la classe ouvrière. Jamais, dans aucune condition, le prolétariat ne doit suspendre les luttes de classes.

543Dans un gouvernement où sa bourgeoisie serait alliée de l’Union soviétique, le prolétariat doit dénoncer les buts impérialistes de sa bourgeoisie. Mais dans sa lutte il doit soutenir chaque mesure prise dans l’intérêt de l’Union soviétique. L’action des ouvriers et des soldats doit rendre plus difficile la velléité de trahir l’Union soviétique.

544Jamais de campagne chauvine contre l’Allemagne. Pas de haine de l’Allemand. Nous sommes les frères des ouvriers allemands, nous voulons lutter avec eux contre les exploiteurs français et allemands.

545Il faut s’allier à la classe moyenne qui attaque la grande bourgeoisie. Elle apportera des faiblesses, des erreurs, des préjugés. Le prolétariat, avant-garde de la révolution, unifiera le mouvement contre les trusts, les banques, les ennemis du peuple.

Jeudi 29 août 1935

5469 h, BP. 18 h, Popu : comité de coordination.

  • 625 Allusion au texte publié dans l’Humanité le 23 août.
  • 626 Maksim Maksimovitch Litvinov (1876-1951), commissaire du peuple aux Affaires étrangères de l’URSS d (...)
  • 627 L’Humanité, le 31 août, annonce la tenue de trois rassemblements populaires à Wagram, à la Mutualit (...)
  • 628 Jean-Baptiste Séverac (1879-1951), secrétaire général adjoint du parti socialiste SFIO depuis 1924, (...)

547Il y a huit jours, Blum faisait l’opération contre les soviets comme les journaux bourgeois. Les socialistes avaient refusé l’appel commun625 parce que nous avions proposé de s’adresser à la Société des Nations et qu’eux voulaient attaquer Litvinov626. Ils ont voulu faire un meeting seuls. Nous avons réagi. Blum a fait machine arrière. Nous avons proposé un grand rassemblement le 3627. Jouhaux est venu au comité de rassemblement. Séverac628 a tenu à faire le meeting seul et a refusé le Front unique. Nous, nous avons convoqué le rassemblement populaire à nos trois meetings. Une délégation ira à Genève et une autre ira au gouvernement. Ce sont les décisions du rassemblement populaire qui a blâmé le parti socialiste.

548Quatre questions au comité de coordination :

  1. guerre italo-éthiopienne (appel des deux partis), réponse au groupement pour le peuple éthiopien le 3, échange d’orateurs pour le 3 ;
  2. les riches doivent payer. Que feront les socialistes ?
  3. élections sénatoriales ;
  4. et la charte d’unité ? Il y a trois mois.

549Laval a menti. Les radicaux du gouvernement sont contre lui.

Vendredi 30 août 1935

550Les socialistes n’ont pas voulu pendant une semaine causer avec le parti communiste. Ils ont voulu s’isoler. Ils ont voulu attaquer l’URSS.

  • 629 Parmi les tirages annoncés par la police, 282 000 le dimanche 11 août et 235 000 le lendemain (APP, (...)

551Huma : à huit pages, 260 000 F de plus par an. Un numéro à huit pages coûte 14 centimes. 8 000 F par journal à huit pages. Il faut vendre 126 000 de plus. Les CDH vendent 60 000. Il faut donc trouver 66 000 de plus ; on le peut en faisant l’abonnement du dimanche629. Le personnel de l’administration est insuffisant en quantité et en qualité ; 23 rédacteurs dont 20 payés.

552Aujourd’hui 31 juin : 3 681 cellules, dont 725 entreprises. 60 000 membres.

Samedi 31 août 1935

55316 h, Mutualité, Comité international pour la défense des Ethiopiens, contre le fascisme, pour le soutien de la Société des Nations.

  • 630 Quartier des Épinettes (17e arrondissement), adresse de la secrétaire Léonie dite Léo Wanner (née e (...)

5543, Ernest-Gouin, 17e630.

555Le prix de revient d’un kilomètre autorail est la moitié de celui du kilomètre train. Il y aura, fin 1935, 500 autorails. Elles circulent en août sur 11 500 km. Elles font 105 km/h.

  • 631 Maurice Lampe (1900-1979), ajusteur-mécanicien, secrétaire de la région Paris-Ville depuis 1933, co (...)
  • 632 3e arrondissement, siège de la 44e région communiste Paris-Ville.

556Lampe631, région Paris-ville, 57, rue Charlot632. Tur. 74 04.

557Les sanctions économiques et financières.

Septembre

Dimanche 1er septembre 1935

  • 633 À Garches, dans la clairière des Quatre Cèdres, se tient la « fête champêtre » de l’Humanité, « pou (...)

558Garches633.

559Début du Front unique en Angleterre.

  • 634 George Lansbury (1859-1940), député travailliste (1910-1912, depuis 1922), sympathisant de la révol (...)
  • 635 L’Humanité, le 1er septembre, publie le texte d’un télégramme envoyé par Cachin à George Lansbury, (...)
  • 636 Ralph Lane, dit Norman Angell (1872-1967), journaliste et écrivain britannique (la Grande illusion. (...)
  • 637 Laval redevient président du Conseil, le 7 juin 1935.

560Lansbury634 se dit chrétien, pacifiste, et puis socialiste. « Si vous m’appelez à Paris pour un meeting au nom des amis de l’Ethiopie, je viendrai. » En attendant, voici un message pour la conférence du Comité international pour la défense du peuple éthiopien635. Norman Angell636, Labour, libéral, écrit au Times, mais reste pacifiste : « En Angleterre on est plus opposé que jamais à la guerre. Je veux renforcer les adversaires de Laval. »637

Lundi 2 septembre 1935

  • 638 Les résultats de cette réunion sont commentés par Jacques Duclos dans l’Humanité du 13 septembre. L (...)

56118 h, grande salle des commissions, Mutualité, les communistes convoquent tous les bureaux des partis de gauche. Examen de la tactique pour les élections sénatoriales (Orne à Yonne)638.

Mardi 3 septembre 1935

  • 639 Le Comité international pour la défense du peuple éthiopien, qui vient de se constituer, avec le co (...)
  • 640 Ce meeting est présidé par Maurice Lampe. Il regroupe 10 000 auditeurs selon l’Humanité, 3 600 selo (...)

562Congrès international pour la défense du peuple éthiopien. Mutualité639. Wagram, meeting640.

Vendredi 6 septembre 1935

563BP.

Samedi 7 septembre 1935

  • 641 Après les obsèques à Moscou, la dépouille mortelle arrive à Paris et les funérailles se déroulent à (...)

564Obsèques de Barbusse641.

565Tirage Huma : 300 000.

Dimanche 8 septembre 1935

566Paris-Lancerf.

  • 642 Voir supra.

567Je veux avoir les sommes que me versait Signac642 : 3 000 F par mois et sans charges. Je ne veux pas dépendre de G, c’est pourquoi je vais voir Chanvin, lui demander jusqu’où vont mes droits. Je les réclamerai complètement, fût-ce par un procès.

Lundi, 9 septembre 1935

  • 643 Petit port maritime dans la commune de Ploubalzanec, à cinq kilomètres de Paimpol.

568Loguivy643.

  • 644 Depuis l’été 1935, le parti communiste multiplie les analyses et les propositions concernant l’agri (...)

569Valeur des produits agricoles en France644 :

5701932, 66 milliards ;

5711934, 45 milliards ; 21 milliards.

572Or, les ressources agricoles sont à la base de la vie économique française.

Mardi 10 septembre 1935

  • 645 Petit port, écart de Tréguier.

573Port-Blanc645.

  • 646 Pierre Cathala (1888-1947), avocat, député de la Seine-et-Oise depuis 1928, plusieurs fois ministre (...)

574Cathala à Ambert646.

575Les prix ne peuvent être fixés que par le jeu normal et libre des transactions. La liberté du commerce est la contrepartie et la garantie de la propriété individuelle. Le gouvernement ne peut que contrôler, surveiller, organiser. Il ne doit pas fixer les prix sous prétexte de revaloriser les produits agricoles. Or l’État fait des avances pour le blé, le vin, la pêche, pour tout, parce que la production capitaliste ne peut plus assurer la vie normale du pays. L’État fait des dizaines de lois, toutes mauvaises.

Mercredi 11 septembre 1935

576Lancerf.

  • 647 Le 10 septembre s’ouvre devant l’assemblée et le conseil de la Société des Nations la question du c (...)
  • 648 Siège de la région marseillaise du parti communiste.

577Discours de Hoare à Genève647. Marseille, 50, rue Consolat648.

  • 649 Le Temps, le 10 septembre, publie le compte rendu du congrès de la fédération du Var du parti radic (...)

578Les radicaux du Var proposent649 : la Banque de France a de l’or qui couvre 75 % de ses billets alors que 35 % suffisent. Dès lors, qu’elle donne de l’or à la Caisse d’amortissement pour racheter des rentes. La dette consolidée diminuerait. Les fonds publics hausseraient, on pourrait faire des conversions fructueuses.

Jeudi 12 septembre 1935

579Lancerf.

  • 650 Charles Louis Cachin (1879-1939), plus jeune frère de Marcel Cachin, ancien médecin militaire dans (...)
  • 651 Sans doute Jacques Maroni, né à Paris le 16 septembre 1886, architecte, qui habite Paris (16e arron (...)
  • 652 Marcelle Wahl (1878-1974), peintre et graveur renommé.

580Charles voit Kerguézec à Tréguier650. Maroni651 et Marcelle Wahl652 à Lancerf.

  • 653 Le Temps, le 11 septembre, accorde une place à des articles de Caillaux parus dans le Capital et la (...)

581Caillaux653 : on ne peut pas revenir sur les décrets-lois car c’est le déficit dans des finances aux abois en un pays qui croule sous sa dette publique. Les étatisations, c’est le bureaucratisme et la fonctionnarisation. Toute manipulation monétaire c’est un tribut sur les salariés, les employés, les revenus fixes, c’est aussi la hausse du coût de la vie.

Vendredi 13 septembre 1935

  • 654 Isidore Brandès (1865-1938), médecin de Lézardrieux, d’origine roumaine, a fait ses études de médec (...)

582Brandès654 à Lancerf.

583Lin, 300 F le mille ; avant, 1 200 F.

584En France : 3 millions d’ouvriers et de domestiques agricoles, 1,4 millions de fermiers et métayers, 2 millions de propriétaires exploitants.

585Ce n’est pas le paysan qui possède le champ, c’est le champ qui possède le paysan. Le capitalisme condamne le paysan à la misère. Il l’oblige à émigrer. La terre que cultive les paysans n’est pas un capital. C’est la condition de l’utilisation de sa force de travail. Ils ne sont pas exploiteurs, même s’ils occupent un ou deux hommes.

586Le paysan est exploité par :

  • le capital commercial ;
  • le capital ferroviaire ;
  • le capital financier ;
  • le capital industriel, machines et engrais, trusts qui maintiennent artificiellement les prix.

587Il faut moins d’impôts. Il faut moins d’intermédiaires et spéculateurs. Les décrets-lois sont tournés vers l’abaissement des prix, or il faut augmenter les prix à la production ; diminuer les prix à la consommation.

Samedi 14 septembre 1935

588Penhoat.

589On dit : le paysan est profiteur de la hausse des prix. On dit : l’ouvrier a de trop hauts salaires et cause la cherté industrielle. Si les ouvriers et les paysans sont divisés, le capitalisme les battra les uns après les autres. Les paysans ne peuvent se libérer seuls. Car ils sont dispersés quoique nombreux. Il faut une organisation concentrée capable de jeter au moment voulu les forces nécessaires sur un point décisif. Or, la classe ouvrière est plus expérimentée, plus organisée. Elle a connu des luttes et des défaites. Les paysans bulgares ont eu le pouvoir. Ils l’ont perdu car ils n’avaient pas les ouvriers avec eux. En Union soviétique, l’alliance des ouvriers et paysans est devenue unitaire. Cette union est la plus grande conquête de notre époque. Ensemble ils sont une puissance unique.

Dimanche 15 septembre 1935

590Lancerf.

  • 655 Depuis 1516 fonctionne un « collège » à Guingamp, devenu Institution Notre-Dame en 1890. Il compren (...)

591À l’institution cléricale de Guingamp655, seize élèves de philosophie sont présentés, trois sont reçus, trois poursuivent pour octobre, dix renoncent au baccalauréat et s’engagent.

  • 656 île proche de Paimpol. Sans doute le docteur Duchemin (selon la mairie de Bréhat).
  • 657 Louis Huchet du Guermeur, né en 1894, agent d’assurances à Paimpol, habite route de Lanvignec.

592Un médecin de renom villégiature à Bréhat656. On va le consulter. Il répond : êtes-vous Croix de feu ? Non ! Allez vous faire inscrire à Paimpol chez Huchet du Guermeur657, c’est 20 F. Après, je vous soignerai ou ferai soigner gratuitement.

Lundi 16 septembre 1935

593Lancerf.

Mardi 17 septembre 1935

  • 658 L’Humanité, le 21 septembre, publie un article de Cachin, « Les manœuvres du fascisme à la campagne (...)

594Article sur Dorgères et le Front paysan658. Pour les fascistes ruraux, la féodalité économique c’est la féodalité industrielle. À laquelle s’oppose la classe paysanne en bloc, ayant les mêmes intérêts, le fermier et le hobereau. Il réclame la diminution des impôts, c’est-à-dire la diminution des fonctionnaires. Il réclame la diminution du salaire ouvrier. Ils se disent contre l’État, mais en fait ils veulent prendre l’État pour le faire servir à leurs frais de classe possédante. Ils sont contre le libéralisme économique, c’est-à-dire pour l’économie dirigée par eux et pour leur profit contre les petits et moyens propriétaires et fermiers. Ils se disent contre l’État, mais non contre l’État militaire et policier, et ses subventions.

Mercredi 18 septembre 1935

  • 659 Hameau à cinq kilomètres de Paimpol et de Lancerf.

595Kergrist659.

  • 660 Richard Walter Darré (1895-1953), ingénieur agronome, dirigeant du département agricole du NSDAP de (...)

596La guerre n’est plus la défense du sol. Le paysan était patriote parce que pour lui, sa parcelle c’est une partie de la patrie ; le patriotisme, c’est la propriété. Or, aujourd’hui, le sous-sol l’emporte sur le sol. Le fascisme recule devant la pensée. Le fascisme refuse de se séparer du capitalisme. Dorgères disait : retirez vos comptes en banque. Les paysans n’ont pas de compte en banque. (En Hitlérie, Darré a été dévoré par l’industrie lourde.)660 A la base de la propagande fasciste, il y a le prêtre. Le capitalisme, c’est le profit et la concurrence individuelle. Le socialisme, c’est l’organisation de l’économie par et pour les travailleurs.

Jeudi 19 septembre 1935

  • 661 Son ami Augustin Hamon habite Penvenan, écart de Tréguier. Augustin Hamon (1862-1945), écrivain, mi (...)
  • 662 Guenan signifie « abeilles ».

597Penvenan661. Pen guenan = tête de mouches662.

  • 663 Le Centre de diffusion du livre et de la presse, créé en 1932, reste dans le 10e arrondissement.

598CDLP non plus 132, faubourg Saint-Denis, mais 25, rue d’Alsace663.

  • 664 Édouard-Raphaël Worms, à la tête d’une firme de négoce de produits textiles, prend le contrôle de F (...)
  • 665 Né en 1844, ce magasin à succursales connaît des affrontements mi-familiaux, mi-financiers. En 1924 (...)
  • 666 La Grande Maison de blanc, 6 boulevard des Capucines (9e arrondissement), possède des succursales à (...)
  • 667 La Société financière et commerciale du cuir et de la chaussure, sise au 17 avenue Simon Bolivar (1 (...)

599Worms Raphaël664 : F. Potin665, Maison de Blanc666, Chaussures françaises667.

  • 668 Le Petit Bleu de Paris, journal quotidien, paraît, à l’origine sur papier bleuté, depuis 1898. Son (...)
  • 669 Henry Lémery (1874-1972), avocat, député (1914-1919), puis sénateur (depuis 1920), Gauche démocrati (...)

600Petit Bleu668. Lémery, avocat de Worms669.

  • 670 Le Cri de Paris, hebdomadaire illustré, fondé en 1896, a son siège 18 boulevard Montmartre (9e arro (...)
  • 671 Fernand Laurent dit Fernand-Laurent (1889-1949), avocat, rédacteur en chef de la Liberté, conseille (...)

601Cri de Paris670, Fernand Laurent671.

  • 672 L’agence Havas regroupe depuis 1920 l’agence d’information et la Société générale des annonces dont (...)

602Léon Rénier, président de l’agence Havas672, standardise la presse (grande presse), omnipotence de Havas, roi Soleil :

  • million de la propagande de Laval ;
  • dispensateur des informations officielles ;
  • dispensateur de la publicité commerciale ;
  • distributeur du budget des collectivités financières.

603Récemment : sweepstake (publicité), exposition 1937. Loterie région libérée.

Vendredi 20 septembre 1935

Majorité : 631
Communistes 370
Socialistes 130
Papistes 70
Néos 70
Radicaux 40
Total 680
Rép. soc. et soc. français 1
Néos 1
Pupistes 1
Rad., soc. com. 7
H. Sellier :
droite 540
douteux 45
gauche 680

Samedi 21 septembre 1935

604Lancerf-Paris.

Dimanche 22 septembre 1935

605Paris.

Lundi 23 septembre 1935

  • 673 Dans un article de l’Humanité, le 16 octobre, Cachin indique comme chiffres, pour le tirage, 243 00 (...)

606Tirage moyen Huma : 220 000. Le dimanche : 260 000673.

  • 674 René Mayer (1895-1972), secrétaire général du conseil supérieur des Chemins de fer, vice-président (...)

607Cacaud me dit : Mercier est intelligent et honnête. Il va en URSS appelé par le gouvernement soviétique pour étudier les affaires d’électricité et peut-être pour résoudre les questions financières qu’elles peuvent soulever. Il veut voir l’Union soviétique et est capable d’en retenir certaines leçons. Il est l’ennemi de Mayer674, malhonnête et cynique, agent des Rothschild et de Dreyfus.

  • 675 Charles Auffray (1887-1957), ouvrier, parti communiste, puis parti ouvrier paysan, puis parti d’uni (...)
  • 676 Le rayon communiste de Saint-Denis a indiqué le refus de Doriot de participer « aux réunions convoq (...)
  • 677 Georges Marrane (1888-1976), mécanicien, membre du Comité directeur puis du Bureau politique du par (...)
  • 678 La presse commence à parler d’une candidature de Laval dans le Puy-de-Dôme. Le Temps, le 15 octobre (...)

608Morizet, Auray, n’apporte rien. Auffray675 candidat des pupistes. Doriot676 contre tous les communistes. Les quatre-vingts radicaux ne voteront pas pour les communistes. Il ne manquera pas un socialiste à la liste. Tous seront élus au premier tour, sauf les communistes. Marrane677 serait meilleur que Piginnier. J’ai dit à Laval : nous sommes de vieux copains ; on ne peut pas se battre, quitte la Seine678 (Morizet). Mounié et Steeg sont très niais.

Mardi 24 septembre 1935

609Cacaud, Morizet.

610Cacaud vient me voir pour me dire : Mercier va à Moscou. Ne pouvez-vous lui donner avant son départ (17 octobre) quelques adresses de vos amis à Moscou ? Il ajoute : en ce moment, Laval est dans la main de René Mayer, administrateur de la Compagnie du Nord, homme de confiance des Rothschild et ami de L. Dreyfus. Dreyfus a été avec Laval en 1931 aux États-Unis. Et depuis, Dreyfus a fait rentrer du blé en France, opérations sur lesquelles il a gagné 450 millions. Avec ça, il tient les hommes politiques et la presse. Jamais personne ne parle de Dreyfus dans la presse. Dreyfus ne veut pas que les produits agricoles soient chers. Donc, il ne veut pas que l’économie française intérieure reprenne. Mayer, son ami, et le conseiller de Laval dominent Rothschild qui n’est qu’un imbécile, comme Wendel. Mayer a été imposé par les Rothschild dans les affaires d’électricité françaises.

Mercredi 25 septembre 1935

  • 679 Domicile de Théodore Steeg et de son épouse.

6112 h, Steeg, 207, boulevard Saint-Germain, Lit 64 35679.

  • 680 Ce total des délégués sénatoriaux radicaux-socialistes est donné alors par toute la presse.
  • 681 Auguste Gratien (1878-1945), entrepreneur, député radical-socialiste de la Seine depuis 1928, maire (...)
  • 682 Léon Martinaud-Déplat (1899-1969), avocat, député radical-socialiste de Paris (19e arrondissement) (...)
  • 683 Gaston Bonnaure 1886-1942), avocat, député radical-socialiste de la Seine depuis 1932, poursuivi lo (...)
  • 684 Jean Piot (1889-1948), rédacteur en chef de l’Œuvre depuis 1924, député radical-socialiste de Paris (...)
  • 685 Robert Bos (1892-1953), avocat, conseiller municipal radical-socialiste du 5e arrondissement (Val-d (...)
  • 686 En mai 1935, comme membres du parti radical-socialiste, ont été élus conseillers municipaux Raphaël (...)
  • 687 Ernest Perney (1873-1946), architecte, préside la fédération de la Seine du parti radical-socialist (...)

612Steeg : nos 85 délégués680 sont répartis dans 25 comités nationaux où ils ont été élus comme anticommunistes. Députés : Gratien681, Martinaud-Déplat682, Bonaure683, Piot684, Bos685, trois conseillers municipaux686. Le collège électoral est banlieusard, intérêt communal. Le problème Perney687 est grave. Pas un délégué sénatorial avec lui, mais tous les adhérents des comités de Paris.

  • 688 Paul Fleurot (1875-1946), journaliste, conseiller municipal républicain et socialiste depuis 1907 ( (...)
  • 689 Charles Thévenin (1981-1964), docteur en médecine, maire républicain socialiste de Charenton (1912- (...)
  • 690 Georges Copigneaux (1893-1968), ingénieur, conseiller municipal socialiste français (17e arrondisse (...)
  • 691 Raoul Brandon (1878-1941), professeur en architecture, conseiller municipal républicain et socialis (...)

613Fleurot688 : nous avons une vingtaine de délégués sénatoriaux, Charenton (Thé)689, Copigneaux690, Brandon691. Susset veut être candidat à tout prix. J’ai assez d’argent pour acheter tout le monde.

Jeudi 26 septembre 1935

614Depuis l’attaque de novembre 1934, rien ! Hier, nouvelle crise légère.

  • 692 Charles Alfred Cachin (1907), fils de Marcel Cachin, interne des hôpitaux (1931), marié à Ginette S (...)

615Haut-le-cœur et vertige. Après quelques jours de surmenage, je suis pris de vertige, surtout hier, au dîner chez Charles692. Avions-nous trop mangé ? Peut-être ! On mange des mets un peu lourds (gâteaux). Morale : ne plus sortir le soir.

  • 693 Harry Pollitt (1890-1960), secrétaire général du parti communiste de Grande-Bretagne depuis 1928, a (...)
  • 694 Fils de Paul Jacquier, député radical-socialiste de Haute-Savoie (1909-1919, 1924-1935, élu sénateu (...)

616Passé une nuit mauvaise. Quand je m’allonge sur le lit, la tête me tourne pendant deux minutes, puis les choses reviennent en état. Quand je me pose sur le séant, mêmes symptômes. Quand je me lève, même chose avec perte d’équilibre. Je reste couché trente-six heures ; diète presque absolue ; repos relatif, visites : Fleuret, Duclos, Pollitt693, Marc, Marie-Louise694.

617Très bonne nuit. Lever à midi vendredi. Vertige a disparu ; faiblesse générale.

  • 695 Sylvie Le Guillermic, sa sœur.

618Samedi : au lever, tête lourde et brouillée, à chaque pulsation du sang au cerveau, retentissement dans l’oreille gauche et alentours ; faiblesse et malaise, un peu d’angoisse. Mauvaise nuit. Songe à Sylvie695.

Vendredi 27 septembre 1935

619M. Thorez, Clamamus.

620Recommandations de Manouilsky, Dimitrov :

  1. reposez-vous ! Travail ralenti ;
  2. défense personnelle.
  • 696 La presse annonce que le total des délégués sénatoriaux communistes s’élève à 360.

621Steeg : je considérerais comme malhonnête de vous prendre 361 voix696 et de ne rien vous apporter.

  • Pas de rencontres par cantons, les radicaux seraient noyés ;
  • je verrai M. demain. Nous étudierons comment régler les contacts avec les délégués radicaux ;
  • voir Decros697 ;
  • on pourra faire agir Aubaud698 et Viollette699 ;
  • Grisoni700 : je voterai pour quelques-uns du Front populaire ;
  • vous aurez 40 voix assurées chez nous. Peut-être plus.

622Le nom des 700 délégués du Front populaire. Réunir le plus tôt possible la commission qui dirige l’élection. Hâter la désignation des candidats et la ratification. Intéresser les chefs de partis à la lutte. Y intéresser les organisations du 14 juillet. Comment agir sur les trois fractions pupistes ?

Samedi 28 septembre 1935

  • 701 Jean Garchery (1872-1957), employé de commerce, socialiste, communiste, puis membre du parti ouvrie (...)
  • 702 Marcel Déat (1894-1955), professeur, député socialiste SFIO de la Marne (1926-1928, depuis 1932), f (...)

623Clamamus. Cesser toute polémique avec Doriot. Il verra mercredi Garchery701, Auray, Déat702. La préfecture donne 5-5. Il y aura des candidatures individuelles. Laval n’a plus à sa disposition que deux sortants : Strauss et Voilin. Il songe à être candidat individuel.

Dimanche 29 septembre 1935

624Participation pour préparer les conditions de la dictature des soviets, car il n’y a pas encore une poussée populaire.

625Tâches des communistes français :

  • élargir le front unique ;
  • unité syndicale ;
  • entraîner la petite bourgeoisie ;
  • élargir le mouvement antifasciste avec des organes ;
  • exercer une pression pour désarmer les fascistes. Hitler ! Sauver la République ;
  • épurer l’armée et la police du fascisme ;
  • contre les cadres fascisés, des fonctionnaires ;
  • contre l’Église catholique ;
  • lier l’armée en créant chez elle des organes pour la République, la Constitution et l’accord franco-soviétique ;
  • un gouvernement de Front populaire.

626Le Front populaire, c’est le PC qui l’a lancé. Et le gouvernement ? C’est le rapport de Dimitrov. Pas de collaboration, ni coalition, mais lutte, étape vers la dictature ; pas de bloc. Les conditions, c’est nous qui devons les créer. Pas de cartel. Pour que nous ayons le gouvernement, il faut un mouvement populaire puissant ; appareil d’État désorganisé ; mouvement ouvrier puissant ; lorsque les ouvriers socialistes exigent l’action, lorsqu’il y a crise politique. Il faut orienter la classe ouvrière. Notre participation, c’est un chemin vers le pouvoir. Ce qu’il nous faut, le développement du mouvement et l’utilisation des moyens du pouvoir pour le prolétariat et non défendre la bourgeoisie.

Lundi 30 septembre 1935

  • 703 Né en 1883, employé.

627Yves Charant703, en face la halte, Pontrieux.

  • 704 De quel secrétariat s’agit-il ? Secrétariat du parti communiste ou secrétariat de la délégation des (...)

628Secrétariat : pronostics du secrétariat704

  • 705 À Clichy, les 21 délégués sénatoriaux sont considérés comme membres du PUP. Selon ces décomptes, il (...)
  • 706 La presse annonce 26 délégués pour Saint-Denis, 12 pour Pierrefitte, 7 pour Villetaneuse. Pour cett (...)
  • 707 34 selon la presse.
  • 708 149 selon la presse.
52 pupistes et Clichy705
15 doriotistes706
40 radicaux
20 néos707
10 rép. soc.
151 socialistes708
361 communistes
15 divers.
Total : 664

629Les partis ouvriers : 607 ; les autres Front populaire : 139 = 746.

  • 709 Liste du Front populaire pour les élections sénatoriales du 20 octobre.

630Liste709 : Bachelet, Fleurot, Morizet (maire), H. Sellier (maire), Steeg, Mounié (maire), M. Cachin, Clamamus (maire), Piginnier (maire), Auray (maire). Six maires, sortants cinq.

631Dimanche 6 octobre, réunion délégués sénatoriaux communistes.

  • 710 Le Conseil général de la Seine doit se réunir le 9 en comité du budget. Mais, contrairement aux hab (...)

632Mercredi 9 octobre, commission du budget conseillers généraux710.

633Vendredi 11 octobre, Japy, meeting des soixante-treize conseillers généraux.

634Ça va-t-il s’insérer dans le plan CGT ? Non ! On veut nous faire prononcer sur un programme parlementaire. On veut nous enlever la direction du Front populaire. Nous avons un programme financier immédiat.

Octobre

Mardi 1er octobre 1935

  • 711 Qui est P.? Sans doute Perney. Qui est M.? Sans doute Mounié.
  • 712 Fleurot est candidat sur la liste de gauche aux élections sénatoriales.
  • 713 Decros ne figure pas sur la liste Laval aux élections sénatoriales.
  • 714 Maurice Félix, sous-directeur des communes de la Préfecture de la Seine, auteurs de nombreux ouvrag (...)

635Steeg. Il me convoque parce qu’il est préoccupé des intrigues de P. qui veut prendre la place de M. sur la liste711. Il dit : je m’en vais si M. n’est pas candidat. Usez de votre influence pour éviter ce résultat. Évoquez le vote des délégués sénatoriaux. P. n’en a pas cinq avec lui. Nous voulons les sortants. Il ajoute : j’espère avoir décidé quarante délégués RS à voter pour la liste. H. Sellier fait une réunion à Suresnes avec Steeg, M.C. et lui. Fleurot712 dispose de huit délégués sénatoriaux (trois à Charenton, Fleurot, [ill.], Brandon, Copigneaux, Fleurot). Decros713 sera candidat de Laval. La discrimination des délégués sénatoriaux donne d’après Félix de la préfecture de la Seine714 : 753 gauche, 519 droite.

  • 715 Le Populaire, le 1er octobre, publie un article signé « H » (sans doute Maurice Hirschowitz, voir n (...)

636Téléphone de Morizet. Article Popu.715 !!

Mercredi 2 octobre 1935

637BP. Il faut une organisation des jeunes où il y ait des jeunes de tous les partis pour les faire venir au marxisme.

638BP : sur quels points du 7e congrès faut-il appeler l’attention ? Le fascisme demeure principal. Or on peut éviter le fascisme en répudiant le réformisme. En Allemagne, les communistes ont sous-estimé le fascisme et on n’a pas mobilisé les ouvriers ; on n’a pas fait cesser la division. Comment faire ? En faisant ce que font les communistes français : front unique, revendications immédiates, démocratie, paix, Union soviétique. Rechercher les accords entre les organisations politiques et syndicales. Le pacte, c’est un moyen.

639Élargissons le Font unique jusqu’au Front populaire ; paysans, petite bourgeoisie urbaine, radicaux. Le Front populaire grandit, mais aussi en face le fascisme, qui se font grandir l’un et l’autre. Possibilité d’un gouvernement populaire, antifasciste, pas social-démocrate, pas parlementaire. C’est le combat antifasciste pour les revendications, la liberté, la paix. Le parti unique et ses conditions, ses bases, pas l’union sacrée, notre dictature du prolétariat. Unité syndicale. Question nationale. À l’intérieur des partis : battre le sectarisme et l’opportunisme ; organisation des cadres. Indépendance des partis communistes. Latitude au comité central. Internationale communiste : secrétariat, présidium, comité exécutif, un seul Russe.

Jeudi 3 octobre 1935

  • 716 Dans le procès-verbal de la réunion du Bureau politique est annoncée la désignation de Cachin, Pigi (...)

640VIIe Congrès. Unité syndicale. Élection sénatoriale716.

  • 717 Le 2 octobre, la majorité du congrès du Labour Party se prononce pour l’application des sanctions p (...)
  • 718 Jean Longuet (1876-1938), avocat, maire socialiste SFIO de Châtenay-Malabry depuis 1925, député (19 (...)

641La guerre. Les sanctions : application de toutes les sanctions. Tout le pacte. Nous disons d’abord aujourd’hui : sanctions politiques, financières, économiques717. Si la situation se modifie, nous sommes pour les sanctions militaires. Article Longuet Populaire718. Les Anglais défendent l’impérialisme britannique. Il faut dire : les sanctions économiques, financières, c’est suffisant pour empêcher l’Italie de faire la guerre. Pas plus loin. Et contre la neutralité favorable à l’Italie, les fascistes compromettent la France et la paix. Nous voulons une action pour l’Éthiopie, pression sur la Société des Nations, contre l’agression fasciste. Action pratique pour l’Éthiopie.

  • 719 À la fin de son éditorial du 3 octobre, consacré à l’entrée en guerre de Mussolini, Cachin écrit : (...)

642S’adresser au parti socialiste pour qu’il insiste près de l’IOS. Quelqu’un doit partir à Bruxelles. Et la réponse719 ! Comité de coordination avec les socialistes pour empêcher les transports pour l’Italie, et avec la CGT. Poursuivre les socialistes pour l’unité politique et syndicale.

643Le fascisme conduit le pays à la ruine, à la guerre, à l’amoindrissement de la France (les 200 familles). La grandeur de la France. Contenu de la grandeur française. Tous nos partis sont battus. Nous ne voulons pas de ça. C’est la faute à la bourgeoisie. La natalité en France, très grave : 80 millions d’Allemands contre 40 millions de Français. Notre pays dépérit. Marx dit : les Français sont les premiers dans la politique ; le coq gaulois réveillera le peuple allemand ; il y a la misère, on ne peut élever des enfants ; avec la campagne sur l’avortement, les communistes allemands ont soulevé les peuples allemands contre eux. En Union soviétique, on fait la campagne pour avoir des enfants. Politique soutien de la famille. Un seul élément peut unifier la nation : le communisme.

Vendredi 4 octobre 1935

  • 720 Charles Dulot (1875-1946), rédacteur du Temps (rubrique sociale et syndicale) jusqu’en 1931, rédact (...)

644Dulot720, 125, avenue Wagram, 3 h.

64580 000 timbres de contrôle distribués aujourd’hui : 6 000 à Paris-ville ; 4 500 à Paris-sud.

  • 721 Allusion à la parution dans l’Humanité, le 4 octobre, du procès-verbal du Bureau politique sous le (...)

646Entraîner les syndicats, la jeunesse, dans le parti ; écoles. Rayon 20e : 700 membres. Il faut décentraliser. Ivry, 500 ; Aubervilliers, 500. Cotisations : il faut les diminuer. 3 F par mois, non ! Il faut 2 F minimum. Région Marseille : 5 000 membres. Huma, VIIe Congrès721.

Samedi 5 octobre 1935

647Situation actuelle : 295 000 CGTU, 465 000 CGT, 50 000 autonomes. 800 000 au départ de l’unité syndicale.

648Jouhaux : « Soyons comme avant 1914, la cause de la scission c’est la guerre. »

  • 722 L’Humanité, le 14 octobre, annonce la constitution du Syndicat unifié des terrassiers de la région (...)

649Nous recommandons : tous à la Bourse du Travail de Paris. Les terrassiers prennent le même local722. Les fusions à la base se font. Les mineurs ont fait un modèle de fusion. Compte rendu des deux congrès. La VO continue. Le Peuple : 8 000 vendus, il coûte un million par an.

  • 723 Son fils.

650Visite de Charles723 : tu n’as que des troubles fonctionnels dus à la fatigue nerveuse et au surmenage. Tu es sous-tendu. Il faut élever la tension. Il faut s’alimenter sans graisse ni lait ni excitant. Frotter la colonne vertébrale avec du Synthol. Nul organe n’est atteint. Le repos aura raison de tout cela. Ces vertiges sont courants, constants à un certain âge et chez les surmenés.

Dimanche 6 octobre 1935

  • 724 L’Humanité, le 6, annonce cette réunion à la Mutualité, sous la présidence de Gitton, avec les troi (...)

65115 h, Mutualité, salle D, réunion des délégués sénatoriaux communistes724.

  • 725 Antoine Villedieu (1887-1947), correcteur d’imprimerie, conseiller général socialiste SFIO depuis 1 (...)

652Programme et tactique des communistes aux élections sénatoriales. Le 31 juillet, à la délégation des gauches, Doriot refuse de désigner des députés pour aller soutenir Villedieu725 à Clermont.

  • 726 Les radicaux à Sceaux figurent sur la liste de droite conduite par Charles Le Blanc. Une liste soci (...)
  • 727 Auguste-Frédéric Marin (1857-1941), comptable, maire radical de Saint-Maur depuis 1908, conseiller (...)
  • 728 Raymond, dit Charles Addé Vidal (1899-1994), avocat à la cour d’appel de Paris, a son cabinet 45 ru (...)

653Ce dimanche matin, à 2 h, Steeg : les radicaux de Sceaux726 ont voté unanimement pour les deux sortants, ainsi que tous les élus radicaux de la Seine, même le maire de Saint-Maur727 avec nous. Clamamus a félicité les communistes. Steeg : nous espérons faire voter les radicaux pour vous. Mounié a refusé la candidature sur la liste Laval. Demain, la réunion radicale peut se terminer dans l’embrassade (les judéo-maçons, Addé-Vidal728).

Lundi 7 octobre 1935

  • 729 L’Humanité annonce cette « grande assemblée d’information » sous le titre : « Compte rendu du VIIe (...)

654Wagram, le VIIe Congrès : M.C., M. Thorez. Cartes d’invitation. Membres du parti et sympathisants729.

Mardi 8 octobre 1935

  • 730 Dans ce hameau de La Ferté-Saint-Aubin (Loiret) en Sologne, la commune de Bezons possède un château (...)

655La Luzière730, Sologne. La Ferté Saint-Aubin, au sud du Loiret, 25 km d’Orléans.

  • 731 Louis Péronet (1885-1976), maire communiste de Bezons (Seine-et-Oise) depuis 1926 et conseiller gén (...)
  • 732 Paul Laumonier (1889-1974), régisseur du château de La Luzière, devenu colonie de vacances de la vi (...)
  • 733 La région de Cléry-Saint-André produit du vin de consommation courante à partir du cépage local, le (...)

656Péronnet731, Laumonier732. Vin de Cléry733.

  • 734 Dans le Loiret, peu touché par l’immigration, les Polonais forment le tiers des étrangers dans les (...)

657Pays de chasse, châteaux, gardes-chasses, terre pauvre, ingrate ; les curés sont très influents. À La Ferté, des petites usines. Les ouvriers chôment ; pour obtenir du travail, la recommandation du prêtre est nécessaire. Russes blancs : ouvriers du bâtiment. La Renaissance. Polonaise : dans les scieries et les fermes ; salaires dérisoires ; journaux polonais catholiques734. Les paysans de la ferme près du château, travail exténuant, cassés avant l’âge ; servante de ferme, 120 F par mois ; pas de machines ; culte du travail jusqu’à l’usure du corps. Aucun loisir pour penser. Tous les autres sont pour eux des fainéants.

Mercredi 9 octobre 1935

658La Luzière.

  • 735 Selon le Temps du 11 octobre, le congrès de la Fédération nationale des contribuables s’est achevé (...)
  • 736 Jacques Lemaigre-Dubreuil (1894-1955), marié à Simone Lesieur, administrateur délégué des Huiles Le (...)

659Rassemblement des contribuables735 ; président Lemaigre-Dubreuil736. Copropriétaires de l’huile Lesieur (240 millions d’affaires par an) qui préparent la révolution nationale.

Jeudi 10 octobre 1935

660Au marché de La Ferté Saint-Aubin, magnifiques volailles, 15 F à 16 F.

  • 737 Selon l’Annuaire du Loiret, en 1922, la veuve Lharidon possède une auberge et l’hôtel des Platanes. (...)

661La dépositaire de l’Huma. Legrand737, Lharidon, hôtel Platanes. Ninie.

Vendredi 11 octobre 1935

662La Luzière.

  • 738 Le 25 septembre, l’Internationale communiste fait une proposition d’action commune contre la guerre (...)

663IOS à Bruxelles738. Laumonier. Laumonier nous mène à la chasse avec Colon. Un faisan, une perdrix.

  • 739 Marcel Gitton (1903-1941), ouvrier du bâtiment, secrétaire de la CGTU depuis 1931, membre du Bureau (...)

664PCV : Gitton739 téléphone, H. Sellier téléphone.

Samedi 12 octobre 1935

665La Luzière-Paris.

  • 740 Le Congrès des Italiens résidant à l’étranger contre le fascisme et la guerre d’Afrique, après avoi (...)

666Congrès italien contre la guerre740.

Dimanche 13 octobre 1935

667Paris.

  • 741 L’Humanité, le 14 octobre annonce en titre de première page : « L’Internationale ouvrière socialist (...)
  • 742 Les élections à la Chambre des communes se déroulent le 14 novembre 1935.
  • 743 Arthur Henderson (1863-1935), député (1903-1918, 1922-1931, depuis 1933), secrétaire général du Lab (...)
  • 744 Évoquant le refus des socialistes de Hollande, du Danemark, de la Suède, de la Tchécoslovaquie et d (...)
  • 745 Fritz Adler (1879-1960), secrétaire du parti social-démocrate autrichien, secrétaire de l’IOS depui (...)

668À Bruxelles, l’IOS refuse la proposition de Dimitrov741. Les Anglais refusent, parce qu’il y a Pollitt742. Ils affectent un grand mépris pour le petit parti communiste anglais. Ils reprochent à Pollitt d’avoir été candidat contre Henderson743. Surtout ils disent que s’ils s’allient aux communistes, leur victoire électorale est compromise744. Mais Adler745 dit à Thorez : j’irai à Paris la semaine prochaine et je causerai volontiers avec vous et Cachin.

Lundi 14 octobre 1935

  • 746 Cette revue reprend un vieux titre. En 1894, soutenue par l’éditeur Calmann-Lévy, elle adopte une p (...)

669Revue de Paris746, 114, avenue des Champs-Élysées. R.P.

670Commission des candidats, 6 h, 32, quai des Célestins.

  • 747 Cachin reprend ces thèmes dans son éditorial du 15 octobre sous le titre : « Oui, pour l’unité inte (...)

671Nous ne renonçons pas à la pression sur la Société des Nations. Mais le moyen principal, c’est l’action des masses, seul moyen efficace de pression sur la Société des Nations. L’unité d’action du prolétariat international et surtout des cheminots et des marins est la garantie essentielle de la victoire sur le fascisme. Elle peut mettre fin à la guerre et punir le trouble-paix747.

  • 748 Robert Lange (1903-1994), journaliste radical-socialiste d’orientation Jeunes-Turcs, fondateur de l (...)

672Robert Lange748 à l’Huma.

Mardi 15 octobre 1935

673Mussolini a mobilisé les avions privés :

  • hausse des prix : 14 % en trois mois ;
  • lire 0,90 F au lieu de 1,34 F ;
  • couverture or : 27 % de la circulation ;
  • augmentation du nombre des fonctionnaires en rapport avec les attributions de l’État ;
  • en compensation, politique de prestige et d’armement.

Mercredi 16 octobre 1935

  • 749 La Flèche de Paris, organe bimensuel du Front commun contre le fascisme fondé le 1er août 1934. Il (...)
  • 750 À l’initiative de Bergery, le Front commun contre le fascisme, créé en mai 1933, comprend notamment (...)
  • 751 Bernard Lecache (1895-1968), journaliste, communiste jusqu’en 1923, président-fondateur de la Ligue (...)
  • 752 Georges Izard (1903-1973), avocat, fondateur et rédacteur en chef d’Esprit (1932), proche de Berger (...)

674La Flèche749. Front social750. Bergery, Lecache751, Izard752.

675Il faut nationaliser en bloc et dès l’accession au pouvoir :

  • forges, houillères ;
  • trusts chimiques, trusts des engrais, grands moulins, compagnies électriques, gaz, eaux, transports, assurances ;
  • Banque de France ;
  • agences d’information et publicité.

676Le Front populaire doit être indépendant de l’extérieur et de l’intérieur. Pas de dictature du prolétariat. Ouvriers et classes moyennes.

Jeudi 17 octobre 1935

  • 753 Les 17, 18 et 19 octobre se tient une réunion du Comité central du parti communiste. L’Humanité, le (...)

677CC du PC. VIIe Congrès IC753.

  • 754 À 20 h 30, salle C, est convoquée une réunion sous la présidence de Steeg de tous les délégués séna (...)

678Mutualité : les délégués sénatoriaux entendent les candidats754.

Vendredi 18 octobre 1935

  • 755 Blum habite 25 quai de Bourbon dans l’île Saint-Louis (4e arrondissement). L’Humanité, le 17 octobr (...)
  • 756 Louis de Brouckère (1870-1951), socialiste belge, sénateur (1925-1932), délégué à l’Internationale (...)

6792 h 25, quai Bourbon755. De Brouckère756, Adler, Blum. Tel : ODE 49 46.

  • 757 Depuis le 7 juin 1935, le travailliste MacDonald a démissionné de la responsabilité de Premier mini (...)
  • 758 Grigori, levseïevitch Apfelbaum dit Zinoviev (1883-1936), président de l’Internationale communiste, (...)
  • 759 Le parti social-démocrate en Tchécoslovaquie participe aux gouvernements depuis les années 1920 (mi (...)
  • 760 Adler, secrétaire de l’IOS, dans sa lettre à Cachin (l’Humanité, 17 octobre), indique que la Fédéra (...)

680De Brouckère : nous sommes chargés de vous renseigner et de nous renseigner. Le Labour veut le pouvoir757, s’il fait front commun avec les communistes, les réactionnaires lui referont le coup Zinoviev758. Il faut qu’il soit vainqueur, car au pouvoir ils ne feront jamais alliance avec Hitler, tandis que les conservateurs le feront peut-être. En Tchécoslovaquie, si les socialistes abandonnent le pouvoir, c’est le fascisme759. L’Union soviétique n’a aucun intérêt à ça. Pourquoi un Russe de l’exécutif n’est-il pas parmi vos délégués ? Pour défendre la paix et combattre la guerre de Mussolini, c’est l’affaire des syndicats. Notre Internationale syndicale a avisé Moscou de toutes ses intentions le 15 octobre760. Pour nous, nous ne voulons pas de front commun avec l’Internationale communiste, mais coordination des efforts contre l’Italie. Nous sommes prêts à nous entendre pays à pays, mais non internationalement.

Samedi 19 octobre 1935

681Rivet a écrit à Saint-Denis une lettre très pressante avec prière de la lire aux délégués.

Dimanche 20 octobre 1935

682Sénat, deuxième tour.

  • 761 Eugène Fiancette (1881-1949), cocher, conseiller municipal socialiste SFIO de Paris (19e arrondisse (...)
  • 762 Henri Pic (1879-1961), fonctionnaire, maire de Vanves (Seine) depuis 1919, député radical indépenda (...)
  • 763 Jules Lauze (1874-1950), brocanteur, communiste, puis socialiste-communiste, puis proche de Doriot, (...)
  • 764 Henry Paté (1978-1942), journaliste, député radical-socialiste, puis radical indépendant de Paris d (...)
Inscrits 1 252
Votants 1 241
Exprimés 1 237 (au lieu de 1 246 au premier et au troisième tour)
Majorité absolue 619
Marcel Cachin 620
Clamamus 594
Fiancette761 618
Pic762 526
Lauze763 42
Pâté764 26
Premier tour Deuxième tour
Cachin 590 620
Fiancette 575 618

683Soit un gain de 43 voix, c’est-à-dire les voix de Lauze sur les bulletins Lauze-Fiancette.

Lundi 21 octobre 1935

  • 765 Georges Bonnet (1889-1973), député radical-socialiste de la Dordogne, sous-secrétaire d’État (prési (...)
  • 766 Henry Morgenthau (1891-1967), ami de Roosevelt, spécialiste de l’agriculture, secrétaire d’État amé (...)

684On pense après ce ministère à une équipe Laval-Frossard-Doriot. Bonnet765 a proposé à Genève l’alignement du franc. Les Anglais refusent de prendre l’engagement de stabiliser leur monnaie pour favoriser l’alignement du franc ; mais les Américains acceptent. Ils vont nommer Morgenthau766 ambassadeur en France.

685Ce qui se prépare sous le couvert de la détente Rome-Londres, c’est le dépècement de l’Éthiopie aux termes des traités de 1906.

Mardi 22 octobre 1935

  • 767 Restaurant renommé, 15 quai de la Tournelle (5e arrondissement).
  • 768 De Wendel est qualifié dans l’Humanité, le 3 novembre 1935, de « carte Croix-de-Feu n° 13, grand ma (...)

686La politique Laval a réussi la première partie de son plan. Elle a dévalué. Mais pour que cette politique soit acceptée, il fallait que la deuxième partie, l’abaissement des prix, soit réussie. Elle ne l’est pas. Les grands industriels et banquiers qui dominent Laval l’ont empêché. Les Dreyfus n’ont pas voulu abandonner leurs bénéfices. Le blé, les produits paysans n’ont pas remonté et cependant la vie reste chère. C’est pourquoi la politique a financièrement et économiquement avorté. Laval est conseillé par René Mayer, ils déjeunent à la Tour d’Argent767. Mayer, marié à une nièce des Rothschild, veut remplacer Mercier à la direction de l’Électricité. Il fait une campagne ardente contre Mercier. Il veut que la colère populaire se retourne contre Mercier et oublie Rothschild, Dreyfus, Wendel768 et les autres.

Mercredi 23 octobre 1935

  • 769 Muséum d’histoire naturelle, adresse de la Société des américanistes. Rivet était un spécialiste de (...)

687P. Rivet, 61, rue Buffon769.

688Cacaud, 11 h.

689Les intérêts de Wendel dans l’industrie chimique allemande et la Reichsbank. Les Wendel sont pro-Allemands et anti-Russes. Les Rothschild sont pro-Anglais.

Dimanche 27 octobre 1935

690Vétheuil, 1,300 km après Lacronière.

691La Seine. Sa boucle à Vétheuil. Les îles de la Seine. La falaise crayeuse de plâtre. Les grottes. La pêche à la ligne, sport de détente absolue. Quand on pêche, il est impossible de songer à autre chose qu’à sa ligne et au poisson.

692La petite bourgeoisie française incapable de comprendre la crise. Elle croit que quelques expédients en viendraient à bout. Briser les machines. Revenir à la production manuelle, artisanale de fin, de luxe. Tendance à l’hitlérisme, à l’antisémitisme.

Mardi 29 octobre 1935

693Berthe Signac, 14, La Fontaine.

  • 770 Peut-être A. Dartiguenave, secrétaire général de la chambre syndicale des agents de change. Depuis (...)

694A.D. Bourse770.

Mercredi 30 octobre 1935

695H. Sellier. Les sénateurs du Front populaire.

Jeudi 31 octobre 1935

  • 771 Alors que depuis plusieurs jours, l’Humanité ne cesse de dénoncer la collusion entre Doriot et Lava (...)

696Saint-Denis, Casino, rue de la République771.

Novembre

Lundi 4 novembre 1935

  • 772 Sylvie, Françoise, Honorine, née à Paimpol, le 19 février 1875, sœur de Marcel Cachin, institutrice (...)

697Mort de Sylvie772.

Mardi 5 novembre 1935

698Paris-Paimpol.

  • 773 Le mouvement régionaliste breton, après la Première Guerre mondiale, n’arrive pas à obtenir la léga (...)

699Pris entre les réactionnaires bretons qui sont des chauvins et le mouvement prolétarien qui les combat, les autonomistes bretons773 végètent et sont destinés à l’étiolement et à la disparition.

Mercredi 6 novembre 1935

  • 774 L’Humanité, le 6, publie les condoléances du secrétariat du parti communiste.

700Enterrement de Sylvie, Paimpol774.

  • 775 François Le Bonniec (1879), retraité.
  • 776 Un communiste, Daniel Le Flanchec, dirige la municipalité de Douarnenez depuis 1924. Les ouvrières (...)

701Tous les instituteurs laïques, le secrétaire de la section socialiste, Le Bonniec775, les maires républicains du canton sont à l’enterrement que Sylvie a voulu religieux. La religion catholique est si forte ici que même les irréligieux la subissent. Tous les instituteurs et institutrices sont enterrés religieusement. Leurs enfants sont élevés religieusement. Comme à Douarnenez776, les ouvrières des usines font des grèves de plusieurs mois avec courage et vont à la messe et suivent les rites de l’Église. L’affluence fut considérable à l’enterrement. Tout Paimpol, de toutes opinions, rendit hommage aux vingt-deux années d’enseignement données par « Madame » aux enfants de la commune et du canton.

Jeudi 7 novembre 1935

  • 777 L’Humanité, le 3 novembre, annonce un « meeting commémoratif de la Révolution russe » le 7 avec Cac (...)

702Lancerf777.

  • 778 Est-ce le communiste de Guingamp noté par Cachin le 21 août 1931 ? Deux autres sont aussi possibles (...)

703Visite de Derrien778.

  • 779 Léonard Lacour (1886-1950), artisan cordonnier, communiste, président de la Confédération du petit (...)

704Il faut organiser les petits commerçants bretons. Les réactionnaires s’en occupent. Les magasins à prix unique n’ayant pu s’installer à Guingamp, les capitalistes ont agencé des camions automobiles qui passent dans les bourgs les jours de marché et vendent à prix très bas. Ils accentuent la crise du petit commerce (aviser Lacour779).

  • 780 Dorgères crée les Comités de défense paysanne, qui s’élargissent, en avril 1934, dans le Front pays (...)
  • 781 Oswen de Keroüartz (1898-1975), ingénieur, député URD de la deuxième circonscription de Guingamp de (...)

705Le sacristain de PI [ill.] a organisé un groupe de cent cinquante chemises vertes à Pontrieux780. Le régisseur du marquis de Keroüartz781 est chef des Croix de feu à Guingamp.

Dimanche 10 novembre 1935

706Penhoat.

70742 % des ouvriers français chôment partiellement, 30 % ne chôment qu’un jour par semaine, 12 % chôment plus d’un jour par semaine. 400 000 chôment totalement.

Lundi 11 novembre 1935

708Paimpol-Paris.

709BP du 14. La situation politique.

  • 782 L’Humanité, le 12 novembre, titre : « L’Inconnu a retrouvé ses camarades ! Pour leurs droits, pour (...)
  • 783 Laval est président du Conseil depuis le 7 juin 1935.
  • 784 Le dimanche 24 novembre, à la veille de la rentrée des Chambres, sont annoncées des manifestations (...)

710Succès prodigieux du 11 novembre782 ; prolétariat compréhensif. Vive le clergé et l’armée républicaine ; finesse des Parisiens. Insuffisance de la politique contre les décrets-lois contre la démocratie et les prolétaires. On fascise comme en Autriche et en Allemagne. Les masses sont malheureuses. On dit : les communistes ne veulent gêner ni Laval783 ni les radicaux ; c’est parce qu’ils ne luttent pas contre les décrets-lois. Le 24, action syndicale contre les décrets-lois784 ; il faut proposer l’unité d’action aux socialistes.

711Relations avec les radicaux. Ils sont roués, réactionnaires ; les chefs font la politique du grand capital ; mais ils s’appuient sur des masses que nous avons influencées. Les radicaux se comportent très habilement avec Laval et contre lui avec le Front populaire. Jusqu’où allons-nous avec les radicaux ? il faut parler clair. Le 15, réunion du bloc des gauches à la Chambre ; on blâme les radicaux sur les finances ; on demande l’action contre les ligues. Dissolution.

Mardi 12 novembre 1935

  • 785 Marceau Pivert (1895-1958), professeur, est un des dirigeants de « La Bataille socialiste », aile g (...)
  • 786 Les 27-29 août 1932 s’est tenu à Amsterdam un congrès international contre la guerre impérialiste. (...)

712Il faut une organisation de défense large de la République pour répondre à Pivert785, pas d’armes, pas de chemises ; mais avec les officiers et sous-officiers républicains, défense républicaine ; dissolvez les ligues et nous nous dissoudrons. Pas de superparti, mais de l’action. Rassemblement des diverses organisations actuelles. Il ne faut pas laisser disparaître Amsterdam786. Le PC se développe. Des intellectuels y entrent ; ils n’ont pas le sentiment du parti, pas de discipline. Il faut renforcer l’esprit de parti. Nous exigerons des garanties pour que l’unité soit vraiment prolétarienne et de classe.

Mercredi 13 novembre 1935

  • 787 En novembre 1935, le Jour et la Liberté affirment qu’Eberlein aurait pénétré clandestinement en Fra (...)

713Au Sénat, 300 F par mois, 15 000 à neuf ans787.

  • 788 Élie Fournié d’Alignan (1876), qui habite 61 avenue Victor-Hugo (16e arrondissement) avec Melle d’A (...)
  • 789 François Labrousse (1870-1951), médecin, sénateur radical-socialiste de la Corrèze depuis 1921 et q (...)

714D’Alignan788, galerie La Boétie. Labrousse789 au Sénat.

715Chaque mois, la publicité a rapporté en 1935 à l’Huma : 80 000 F minimum ; parfois 106 000 F (octobre). Des experts comptables viennent vérifier le tirage et la vente.

  • 790 La « charte d’unité de la classe ouvrière française pour un parti unique du prolétariat », soumise (...)
  • 791 Voir note, 10 janvier 1935.
  • 792 Selon le procès-verbal du BP, « Le BP a chargé ses représentants à la commission d’unification de d (...)
  • 793 Alexandre Desrousseaux dit Bracke (1861-1955), professeur, député socialiste SFIO (1912-1924, depui (...)
  • 794 Paul Lévi dit Paul-Louis (1872-1955), journaliste, dirigeant socialiste SFIO, puis communiste, secr (...)
  • 795 Le procès-verbal de la réunion du Bureau politique estime « qu’une large publicité devrait être fai (...)

716Depuis le 29 mai (dépôt de notre projet d’unité)790, plus rien. On a exclu Doriot791 du congrès d’unification des socialistes et communistes. Le 13 novembre, nouvelle réunion du comité d’unification792. Br793. Zyromski, P. Louis794 disent : c’est la faute des communistes si l’unité ne marche pas. C’est de l’anticommunisme ; puis des unitaires improvisés pour avoir des candidats uniques aux élections législatives. Nous proposons la discussion devant la base 795 sur l’unité. Ils refusent.

Jeudi 14 novembre 1935

  • 796 Les notes sur la réunion commencent le 11 novembre.
  • 797 Brasserie du Tambour, 10 place de la Bastille.

717BP796. 15 h, Tambour de la Bastille797. Amsterdam.

718Congrès, 21 janvier, Villeurbanne.

719Au Front populaire, c’est la Ligue des droits de l’homme plus Rabaté. Il n’y a pas d’argent.

720CGT : 650 000 en 1934, 575 000 en 1935.

721CGTU : 275 000 en 1935.

722Nous ne sommes plus forts que dans le bâtiment et les métaux.

Vendredi 15 novembre 1935

  • 798 Confédération générale des paysans-travailleurs créée en 1929 par le parti communiste.
  • 799 Après le congrès national extraordinaire de Limoges (28-29 septembre 1935) consacré aux questions a (...)

723CGPT798 + commission nationale des paysans socialistes799 = un centième des paysans français. Est-ce que ces deux organisations à elles seules peuvent vaincre le fascisme à la campagne ? Est-ce que si elles fusionnaient, l’unité paysanne serait réalisée ?

Samedi 16 novembre 1935

  • 800 Une vente de masse de l’Humanité est organisée le dimanche 17 novembre.
  • 801 Le département Bibliothèques de gares, messageries de la librairie Hachette a commencé par distribu (...)

724Huma à Paris800. Hachette801 lié aux petits détaillants et non plus aux dépôts. Hachette a augmenté le prix des journaux, d’où mécontentement. On veut nous entraîner dans la grève. Non ! Les dépositaires demandent à être garantis dans leur état. 2 500 marchands de journaux à Paris.

Dimanche 17 novembre 1935

  • 802 La réunion du comité central des Jeunesses communistes de France, les 17 et 18, a comme ordre du jo (...)

7259 h du matin, 120, rue Lafayette, CC de la fédération des Jeunesses communistes802.

  • 803 Une réunion des élus municipaux du Front populaire de Seine et Seine-et-Oise se déroule à Boulogne. (...)

726Solidarité nationale du Front populaire de Seine et Seine-et-Oise803.

  • 804 Joseph Walliser (1895-1966), responsable du syndicat CGTU des mineurs du Haut-Rhin, conseiller muni (...)
  • 805 Jules Walch (1892), typographe, secrétaire de la Région communiste d’Alsace depuis 1929, membre du (...)
  • 806 Marcel Rosenblatt (1908-1973), ouvrier serrurier, président du syndicat CGTU du bâtiment de Mulhous (...)

727Walliser804 et Walch805 ! Rosenblatt806.

Lundi 18 novembre 1935

728Il faut pousser les socialistes à l’unité d’action. Il faut marcher pour la défense républicaine ; il faut faire triompher cette tactique devant le rassemblement populaire qui se réunit le 21. Pas de politique à la petite semaine. Nous sommes les pères du Front populaire et nous voulons qu’il réussisse. Le gouvernement du Front populaire qui ne ferait que les élections signifie le discrédit et la pagaille. Nous voulons un plan mûrement réfléchi. Quand nous aurons commencé, il faudra aller au bout. Nous ne sommes pas les soviets. Et vous ? Nous ne ferons pas de surenchère.

  • 807 Joseph Paganon (1880-1937), ingénieur chimiste, député (1924-1935) puis sénateur radical-socialiste (...)

729Nous voulons que les radicaux nous débarrassent des ligues. Alors, vous, radicaux, il faut agir ; il faut que Paganon807 ne ménage pas les fascistes. Il faut être plus critique pour les radicaux et il faut dire aux socialistes : vous êtes seulement des électoralistes, ce sont des petits moyens.

Mardi 19 novembre 1935

  • 808 Le Populaire, le 22 novembre, sous la plume de Séverac, publie la réponse socialiste, article repri (...)
  • 809 La « charte » publiée dans l’Humanité, le 8 juin 1935, comporte plusieurs passages affirmant la par (...)
  • 810 Albert Lebrun (1871-1950), ingénieur des Mines, député (Gauche démocratique) depuis 1900, plusieurs (...)

730Commission d’unification : les socialistes ont répondu à notre charte d’unité808, pas de synthèse entre le réformisme et la révolution ; depuis 1920 on a vu les résultats. Dans notre charte il y a l’expérience de la gauche et de la révolution ; puis il y a l’union internationale ; puis il y a l’URSS. Ce qui a conduit à la IIIe Internationale, c’est l’Union soviétique en 1920. Mais aujourd’hui le courant vers l’Union soviétique est irrésistible, alors il faut que dans la charte il y ait un soutien avec l’Union soviétique et sa défense809. Puis il faut attaquer Lebrun810.

Mercredi 20 novembre 1935

  • 811 Le Conseil d’État, le 16 octobre, annule quatre résultats aux élections municipales de Paris, dont (...)

73119e, élection municipale811.

  • 812 Charles Hall Thorndike (1875-1935), peintre américain influencé par les impressionnistes, ami de Ca (...)
  • 813 Camille Joly (1899-1980), instituteur communiste, maire de Villeurbanne depuis mai 1935, ami de Gra (...)
  • 814 Sans doute Émile Lenoble (1875), ou son fils Jacques, anciens des Arts décoratifs, céramistes. Peut (...)
  • 815 Plusieurs Labouret travaillent à Paris : il s’agit peut-être de A. Labouret, maître verrier, 7 rue (...)
  • 816 Bourse des valeurs dans les pays anglo-saxons. La police signale que Cachin, le 20, déjeune au rest (...)

732Enterrement de Ch. Thorndike812. Joly813, Lenoble814, Labouret815 Stock Exchange816.

  • 817 Depuis la reconstitution de la Délégation des gauches, à la fin mai 1935, Maurice Thorez fait savoi (...)

733Pas de gouvernement populaire pour faire les élections. Mais ce gouvernement doit prendre des mesures générales car il faut un programme très réfléchi. Il n’y a pas de mesures trop audacieuses pour nous. Mais peut-être pour d’autres qu’il faut respecter. Nous ne ferons pas de surenchère électorale à un gouvernement radical dont le programme serait la dissolution des ligues. (Reste la question Herriot817 : je n’irai pas au pouvoir...)

734Le gouvernement du Front populaire devra :

  1. désarmer et dissoudre effectivement les ligues fascistes ;
  2. mesures pour mettre un terme à la dictature des 200 familles (contrôle des banques) ;
  3. faire payer les riches.

Jeudi 21 novembre 1935

735B.P. Congrès de Villeurbanne, 700 délégués.

  • le PC dans le Front populaire du pain, travail, paix ;
  • la jeunesse ;
  • la question paysanne ;
  • élection des organismes centraux.

736Une colonne, quatrième page, chaque jour dans l’Huma.

  • 818 Le 21 janvier 1936, à la veille du congrès, Cachin parle au théâtre de Villeurbanne avec Frachon, M (...)
  • 819 Le soir du dernier jour, le 25, du congrès de Villeurbanne, de nombreux meetings se déroulent dans (...)
  • 820 Jules Grandclément (1868-1935), médecin, maire socialiste (1908-1922) puis communiste de Villeurban (...)
  • 821 C’est une nouvelle illustration (voir notes, 31 mai 1935) de la politique spécifique des communiste (...)

737Le 21, manifestation solennelle, Lénine818. 22, 23, 24, 25 (soir du 25, meetings819). Inauguration du buste Grandclément820. Il faut que pour l’UPR on soit compréhensif. C’est le vrai mouvement paysan en Alsace et il faut les ménager. Walliser est conseiller municipal et responsable des syndicats à Mulhouse. Il tend vers les socialistes par la question nationale alsacienne821.

Vendredi 22 novembre 1935

  • 822 Jules Jeanneney (1864-1957), avocat, député (1902-1904), puis sénateur de la Haute-Saône, président (...)

738Il faut accepter un ministère de transition. Herriot refuse de discuter sa politique de décrets-lois ; mais il reste attaché à la lutte contre les ligues et à la politique extérieure soviétique. Il reste prêt à conduire les républicains à la victoire en 1936. Donc, pas de gouvernement de Front populaire, pas de gouvernement radical pur ; mais peut-être un gouvernement de sénateurs avec Jeanneney822. Les communistes combattront contre les décrets-lois et contre la dévaluation. Contre les ligues et pour la paix. Plus tôt on fera les élections, mieux ce sera !

Samedi 23 novembre 1935

  • 823 La conférence s’ouvre, le 23, à 14 h 30, à la Mutualité, convoquée par le Comité mondial contre la (...)
  • 824 André Malraux (1901-1976), écrivain, membre de l’Association des écrivains et artistes révolutionna (...)
  • 825 Heinrich Mann (1871-1950), écrivain allemand, proche des socialistes, émigré en France, préside l’U (...)

739Conférence plénière du Mouvement mondial contre la guerre et le fascisme823. Langevin, Angell, F. Jourdain, Malraux824, H. Mann825.

  • 826 Cachin assure une réunion publique à Aulnay-sous-Bois, présentée comme un compte rendu de l’activit (...)

740Aulnay-sous-Bois, Frachon826.

741Les valeurs spirituelles. Le socialisme veut relever l’individu en préparant les conditions matérielles de la culture de l’esprit. La discipline syndicale, la solidarité agissante, préparent les caractères à l’altruisme. La pauvreté et la misère paralysent et empêchent le développement de l’esprit. La révolution socialiste et la culture sont parallèles. Déjà la classe ouvrière crée en artiste malgré les entraves matérielles du salariat et de l’exploitation et de l’ignorance.

742Tirage Popu : 110 000.

Dimanche 24 novembre 1935

743La classe régnante. Nous voulons élever le prolétariat au rang de classe régnante.

Lundi 25 novembre 1935

  • 827 Voir note, 19 septembre 1935.

744Hamon827, 2 h.

Jeudi 28 novembre 1935828

  • 828 L’Humanité, le 28, annonce la réunion du groupe parlementaire à 14 heures. Notons que Cachin ne la (...)
  • 829 Le Conseil d’État, le 16 octobre, annule l’élection de Raymond Bossus (1903-1981), ouvrier du bâtim (...)

74520e, Bossus829.

  • 830 Cinéma Stella-Palace.
  • 831 Jacques Debré (1885-1969), ingénieur dans une société d’électricité du 8e arrondissement.
  • 832 Peut-être Ruth Fischer (1895-1961), dirigeante communiste allemande, exclue du parti communiste en  (...)

746Ciné Stella, 111, rue des Pyrénées830. Debré831, Fischer832, 24 q. Passy.

Samedi 30 novembre 1935

  • 833 Le Conseil d’État a aussi annulé l’élection de Gaston Auguet (1904-1986), contrôleur des contributi (...)

74718e, Auguet833.

  • 834 L’Humanité, le 1er décembre, publie le programme du congrès de Villeurbanne (22-25 janvier 1936). C (...)

748Congrès de Villeurbanne834.

  • 835 11-19 mars 1932, VIIe Congrès national du parti communiste à Paris, salle de la Bellevilloise.

749Discours de clôture de la discussion sur l’organisation que j’aurai à faire. De mars 1932835 à janvier 1936. Pourquoi nos succès ? À cause de notre politique unitaire du Front populaire et parce que nous avons un but communiste clair.

750Schéma du discours de Thorez au congrès :

  • le pays va à la misère ;
  • le salut, c’est le plan du PC ;
  • ce que proposent les autres ;
  • le Parti.

751Le PC, c’est la fleur de la classe ouvrière française, l’héroïsme, le dévouement, le sacrifice modeste.

Décembre

Dimanche 1er décembre 1935

  • 836 À la Maison du peuple de Bondy, Cachin remet le drapeau aux huit cellules communistes. L’Humanité, (...)

752Bondy, drapeau à la cellule836. Henri. Remise aux cellules du drapeau de l’unité. 20 000 habitants, 1 560 voix communistes, 1 500 voix socialistes. Membres du PC : 150 au lieu de 22 en 1934. 600 Huma par jour plus 600 le dimanche.

  • 837 Depuis le 6 novembre 1935, le Comité international pour la défense du peuple éthiopien a transféré (...)

753Comité Éthiopie837, 29, Petites-Écuries, PROV 78 18.

  • 838 Station de métro qui dessert la rue Navarre (5e arrondissement). Au 1bishabitent une vingtaine de m (...)

754Monge838, 1 bis, rue Navarre.

  • 839 Sans doute Varagnat, maire de Bondy.

7552 h 30, voiture de V839.

Lundi 2 décembre 1935

756Unité :

  • dictature du prolétariat ;
  • défense de l’URSS ;
  • affiliation internationale ;
  • discipline et unité idéologique du parti unique.
  • 840 Voir note, début du carnet de 1935. Le total général des fonds de la Caisse est de 93 692 millions (...)
  • 841 Selon le rapport imprimé par les soins du Sénat, l’ensemble des fonds s’élève au 31 décembre 1934 à (...)
  • 842 La Commission de surveillance de la Caisse des dépôts et consignations, réorganisée sous la IIe Rép (...)
  • 843 Vincent Auriol, spécialiste des questions financières, membre de la Commission de surveillance de l (...)
  • 844 Jean-Baptiste Bienvenu-Martin (1847-1943), haut fonctionnaire, député (1897-1905) puis sénateur (de (...)
  • 845 Adrien Dariac (1868-1949), député Union républicaine démocratique de l’Orne (depuis 1919), ministre (...)

757La Caisse des dépôts et consignations840 doit gérer (décembre 1934) 94 milliards841 (Deroy842 directeur). C’est l’argent des caisses d’épargne, des sociétés de secours mutuel, de la caisse nationale des retraites pour la vieillesse, de la caisse d’assurance en cas de décès, des assurances sociales. Elle prête à l’État, achète des rentes, des valeurs du Trésor, prête pour les HBM, l’électrification des campagnes, les chemins vicinaux, l’adduction d’eau, les sinistrés. Vingt membres du comité de surveillance, dont Auriol843, B. Martin844, Dariac845.

Mardi 3 décembre 1935

  • 846 Parue dans l’Humanité, le 6 octobre. L’Humanité, le 21, annonce que 200 000 exemplaires ont été dis (...)

758On a tiré 200 000 exemplaires de ma lettre au Volontaire National. 180 000 ont été vendues jusqu’ici sans publicité846.

Mercredi 4 décembre 1935

759Groupe interparlementaire pour la défense des droits du peuple et de ses élus.

  • 847 Pierre Cot (1895-1977), professeur, député radical-socialiste de Savoie depuis 1928, sous-secrétair (...)
  • 848 Peut-être François Fischer (1875-1949), journaliste, député socialiste de Bruxelles depuis 1919, qu (...)
  • 849 Léon Meysmans (1871-1952), député socialiste de Bruxelles depuis 1902, vice-président de l’Assemblé (...)
  • 850 Georges Branting (1887-1961), fils du Premier ministre socialiste suédois, Hjalmar Branting, milita (...)
  • 851 Julio Just Gimeno (? -1976), député radical de Valence depuis 1931 ; en mai 1934, il adhère au part (...)

760Bruxelles, 23 et 24 novembre, membres du présidium permanent : Cot847, Fischer848, député belge Meysmans849, Branting850, Lord Listowal, Just851, sénateur d’Espagne.

  • 852 En Égypte, les nationalistes multiplient les manifestations et obtiennent en février 1922 que la Gr (...)
  • 853 Par ces privilèges accordés, depuis le XVIe siècle, dans l’Empire Ottoman par le sultan aux pays ch (...)

761Il y a 500 000 ouvriers en Egypte852. Les communistes anglais disent : s’il y a une révolution en Egypte, c’est mauvais pour la paix. Il faut demander l’entrée de l’Égypte dans la Société des Nations. Il faut que la France abandonne les capitulations853. Il faut envoyer un rédacteur de l’Huma en Égypte.

Jeudi 5 décembre 1935

  • 854 À la suite de l’invalidation d’Haton, par le Conseil d’État, l’élection municipale dans le 11e arro (...)

76211e, Sainte-Marguerite, deuxième tour854.

  • 855 Avant la première séance de la Chambre, un désaccord s’instaure dans la délégation des gauches sur (...)

763À la Chambre, vendredi, la tentative de Laval était de briser le Front populaire et d’isoler le PC855. Les ligues se refusent à désarmer et à se dissoudre. Chez les fascistes trouble profond. Ils vont chercher à s’organiser sur de nouvelles bases politiques, mais ce ne sera pas aisé.

Vendredi 6 décembre 1935

  • 856 À 20 h 30, la 18e section socialiste SFIO organise un festival de la paix. Outre Cachin y prennent (...)

76418e, section socialiste, Moulin de la Galette856.

  • 857 Lors du débat à la Chambre sur les ligues, Blum intervient après Ybarnegaray et indique : « Nous so (...)

765L’intervention de Maurice Thorez après Blum857.

766Maurice Thorez. – Nous nous sommes tirés du piège avec honneur et avantage. La fin de la séance a été la victoire du Front populaire. Faire des meetings : nous avons un premier succès. Nous avons une retraite des fascistes. Il faut avoir la dissolution et le désarmement des ligues.

  • 858 Jean Ybarnegaray (1883-1956), avocat, député des Basses-Pyrénées depuis 1914, siège à l’extrême dro (...)
  • 859 Cachin développe cette idée dans son éditorial du lundi 9 décembre.

767Presse, TSF, union sacrée pour mêler Thorez, Blum et Ybarnegaray858, pour discréditer notre parti dans les masses ? À quoi bon le Front populaire puisque tout le monde est d’accord ? Pour répondre, il faut attaquer les Croix-de-feu qui n’ont pas désarmé. Est-ce que les Croix-de-feu ne deviennent pas parlementaires ; s’adaptent-ils à la situation présente pour empêcher nos succès ? Nous ne sommes pas des manœuvriers comme eux. Les fascistes ont fait un coup de maître. Ils étaient parmi les masses859.

Samedi 7 décembre 1935

  • 860 L’Humanité, le 29 novembre, annonce un tirage journalier moyen de 252 055 pour le mois de novembre (...)

768BP, 2 h. Tirage Huma : 265 000860. Ventes à Paris : 51 000 kiosques, 65 000 avec gares, métro.

  • 861 L’Humanité titre sur toute la première page : « Front populaire pour désarmer les ligues ! Les fact (...)

769La Rocque. Ils vont faire comme Hitler, s’adresser au suffrage universel, désagréger les socialistes. L’Huma seule contre quinze millions de journaux. Elle a rectifié ce matin, mais ce n’est pas suffisant861. La séance n’a pas été négative, on peut s’en servir contre les ligues. Les ligues vont faire de la démagogie sociale. À nous de reprendre notre programme économique et revendicatif, sans ça ce serait comme pour Hitler.

  • 862 André Morel dit André Ferrat (1902-1988), membre du Comité central du parti communiste depuis 1924, (...)
  • 863 Le troisième article du texte de loi voté sur les groupes armés et les milices privées englobe ceux (...)
  • 864 L’Humanité, le 8, annonce que le gouvernement veut la dissoudre. Ses dirigeants viennent de recevoi (...)
  • 865 La Ligue anticoloniale et anti-impérialiste, fondée par l’Internationale communiste, tient son prem (...)
  • 866 L’arabisation du parti communiste en Algérie, imposée par l’Internationale communiste, se traduit, (...)

770Ferrat862. La bourgeoisie a renforcé Laval. Les textes votés sont mauvais, car ils visent tous nos groupes863. Hier on a dissous l’Étoile nord-africaine864 et la Ligue anti-impérialiste865 ; on peut poursuivre notre PC algérien866.

Dimanche 8 décembre 1935

771Il y a quelques mois, la petite-bourgeoisie mettait les communistes et les fascistes sur le même pied. Aujourd’hui, la petite-bourgeoisie est avec nous, contre la grande bourgeoisie. Blum est considéré par les radicaux comme l’homme qui a manœuvré pour sauver Laval et pour nous mettre dans une position difficile. Nous avons été surpris. Il y avait le danger d’isoler notre PC. Nous avons paré à ce danger. Les fascistes ont déclaré qu’ils ne votaient pas ces textes. Le Sénat va modifier ces textes. Identité des fascistes français et des préparatifs hitlériens. Il faut surveiller les actes publics des fascistes et les faire localement surveiller par le Front populaire. On essaye de faire croire qu’il n’y a plus de danger fasciste. Toute la presse fasciste nous donne raison ce matin. Elle dit qu’elle ne veut pas dissoudre les ligues.

  • 867 À l’Orangerie, une exposition consacrée à la peinture flamande du XVe siècle se déroule sous le tit (...)
  • 868 Hubert (?-1426) et Jan (1385-1441) Van Eyck, deux frères à l’origine de l’école flamande.
  • 869 Pieter Bruegel, dit l’Ancien, (1525-1569), ses fils Pieter (1564-1638) et Jean (1568-1625).
  • 870 Henri Matisse (1869-1954).
  • 871 Rogier Van der Weyden (1400-1464).

772Aux Tuileries867 : Van Eyck868 ; Bruegel869, Matisse870, Van der Weyden871.

Lundi 9 décembre 1935

773Midi, le chauffeur

  • 872 Maurice Lesecq (1891-1974), industriel, habitait rue de la Manutention (16e arrondissement) en 1930 (...)

774Lesecq872 va à Moscou vendre des vernis, couleurs, peintures. Il nous dit que les films russes sont ici donnés à un Croix de feu qui les exploite. Ofif.

  • 873 Barel habite au 36 rue Vernier comme il est indiqué sur le carnet au 1er janvier. Le Cri des travai (...)

775Barel873, 22, rue Vernier.

  • 874 Mensuel, né en janvier 1932, bimensuel en décembre 1932, hebdomadaire à partir de janvier 1934, con (...)

776Regards874 : tirage, 50 000.

  • 875 Selon le procès-verbal de la réunion du 11 du Bureau politique (l’Humanité, 12 décembre), « Informé (...)
  • 876 Le parti socialiste indépendant, constitué en 1932, par Edo Fimmen, avec comme journal De Fakkel.

777Trotskistes : ils progressent partout dans la jeunesse et la social-démocratie875. Ils ont un parti en Hollande876.

  • 877 L’Humanité, le 9, publie une déclaration de Wilhelm Pieck, vice-président du parti communiste allem (...)

778Thälmann877. Il est isolé, il ne voit que sa femme par des grilles. Pour Thälmann, il faut lutter contre le nazisme.

779Rakosi. Depuis dix ans torturé.

  • 878 La cour d’appel de Saïgon juge dix communistes condamnés à des peines de deux à cinq ans de prison (...)

780Les Indochinois communistes878

  • consolidation organique du PC ;
  • pas de passivité dans le développement du PC ;
  • ne pas surestimer la force du fascisme en Allemagne, Pologne, Italie, car ça diminuerait notre action.
  • Il faut lutter contre les socialistes qui refusent le front unique.
  • le gouvernement du Front populaire, c’est une façon d’approcher de la dictature du prolétariat, mais ne pas croire que ce sera un gouvernement de cartel.

781Cinq éléments du budget des dépenses :

  • dette publique : 17,5 milliards
  • pouvoirs publics : Chambre, Sénat, ministères : 113 millions
  • services généraux : 21 milliards
  • perception des impôts : 1,2 milliard
  • remboursements : 130 millions

Mercredi 11 décembre 1935

  • 879 Anatole de Monzie (1876-1947), avocat, député radicalisant (1909-1919) puis sénateur depuis 1920 du (...)
  • 880 Selon le procès-verbal publié dans l’Humanité, le 12 décembre, Cachin préside la séance.

782Monzie879. BP880.

783Il faut mieux appliquer les résolutions du VIIe Congrès :

  1. le PC ne mène pas une campagne énergique contre les décrets-lois et pour les revendications immédiates ;
  2. la question du gouvernement populaire doit être précisée ; on ne doit en parler qu’après la campagne contre les décrets-lois et les revendications immédiates ;
  3. notre propagande proprement communiste (soviet, dictature) doit être intensifiée et précisée sur l’unité organique ;
  4. il faut créer les organes de défense démocratique ;
  5. dans la lutte syndicale, revendications immédiates, lutte contre les réformistes ;
  6. il ne faut être ni formel, ni schématique. Le chômage diminue en Angleterre, États-Unis ; il augmente en France, Pologne, Tchécoslovaquie ;
  7. on abandonne la propagande proprement communiste ;
  8. il ne faut parler du gouvernement de Front populaire que dans le cas d’une grande crise ;
  9. la lutte contre la guerre est insuffisante ;
  10. dénoncer les partis socialistes qui n’agissent pas pour l’unité d’action internationale ;
  11. le Parti avant tout, et non unité avant tout.

Jeudi 12 décembre 1935

  • 881 L’Humanité, le 10 décembre, publie un article de Duclos, « La réconciliation française », et annonc (...)

784La journée de vendredi c’est la victoire, non de Blum comme il le dit dans le Popu, mais celle du Front populaire, c’est-à-dire du PC, du front uni, de l’unité d’action. Les socialistes veulent l’unité immédiate pour avoir des candidats uniques aux élections législatives prochaines. L’aile droite du PS et les trotskistes mènent contre le PC la campagne : vous trahissez la classe ouvrière. Laval à propos du pacte franco-soviétique dit : « Votre pacte. » Nous allons développer l’idée : il faut travailler à la réconciliation des Français881. Il n’est pas vrai de dire que La Rocque n’a pas de programme : fin des retraites ouvrières, des assurances sociales, des hauts salaires, qu’a pris le fascisme en Italie, et en Allemagne.

Vendredi 13 décembre 1935

  • 882 Cachin reprend cette donnée dans l’éditorial de l’Humanité, le 8 janvier 1936 ; il y ajoute 85 000  (...)

785JC : 25 000 membres882.

Samedi 14 décembre 1935

  • 883 Une municipalité communiste est élue à Stains en mai 1935.

786Stains883.

Dimanche 15 décembre 1935

787Paris-Antibes.

Lundi 16 décembre 1935

788Antibes.

  • 884 Voir note, 1er janvier 1935. Dirigeant de la CGPT des Alpes-Maritimes, Laurenti, selon l’Humanité, (...)

789Mino, électricien, secrétaire rayon. Laurenti884, Les Cayrons. Vence.

Mardi 17 décembre 1935

790Nice, école Papon.

Mercredi 18 décembre 1935885

  • 885 Ce jour-là, la police toujours bien informée annonce que Cachin, souffrant, doit garder la chambre (...)

791Antibes.

Jeudi 19 décembre 1935

792Nice. 48, avenue de la Victoire, hôtel Regina.

Vendredi 20 décembre 1935

  • 886 Le Cri des travailleurs des Alpes-Maritimes, « organe de la région communiste du Sud-Est », hebdoma (...)
  • 887 Paul Laroche (1907-1980), typographe communiste, directeur du Cri des travailleurs.
  • 888 Les époux Grisard, André (1901-1985), métreur-dessinateur ou aviculteur selon les sources, Édith né (...)

793Cap d’Antibes. Paul. Cri : imprimerie Foïano, rue Vieille-Boucherie886. Laroche887. Madame Grisard888, 30, rue Victor-Hugo, secrétaire cellule.

Samedi 21 décembre 1935

794Vence. Jean Laurenti. Freinet. Visite aux champs d’œillets à l’école de Freinet ! Les raviolis de la grand-mère ! La tarte de la belle-sœur ! La famille de Laurenti !

Dimanche 22 décembre 1935

  • 889 Dans la salle de cinéma Le Capitole, boulevard des Italiens, se tient une réunion publique à partir (...)
  • 890 Justin Rousé (1890-1971), représentant de commerce.

795Nice. Réunion Capitole889. Rousé890, villa Espéranto, 9, avenue des Sources.

Lundi 23 décembre 1935

796Laurenti, tél. 20, Vence.

Mardi 24 décembre 1935

  • 891 Cachin ne mentionne pas la visite aux élèves de l’école régionale communiste de deux semaines. Le C (...)

797Nice (pluie diluvienne)891.

  • 892 A cette adresse figure, en 1935-1936, le siège de « L’Entr’aide », restaurant coopératif géré par l (...)

798Serge Monot, 9, boulevard du Peyrou, Montpellier892, ; mettre la d.c. en rapport avec lui.

  • 893 Jean Léon Boivert (1891-1971), ouvrier des lignes de Cagnes-sur-Mer, secrétaire de l’union régional (...)
  • 894 Joseph Campanelli (1909), gendre de Boivert, garçon puis patron boucher à Nice, secrétaire du rayon (...)

799Boivert893, Campanelli894.

Mercredi 25 décembre 1935

800Cannes.

  • 895 Lucien Thomazo (1903-1986), ouvrier, dirigeant communiste de Saint-Tropez.
  • 896 Signac découvre le port de Saint-Tropez en 1892, y séjourne longuement jusqu’à son installation à A (...)

801Thomazo895. Demander à l’AEAR de faire don aux communistes de Saint-Tropez de une ou deux plaquettes portant effigie sur métal de Paul Signac896 pour les faire mettre sous les plaques indicatrices de l’avenue ou sur la maison.

Jeudi 26 décembre 1935

  • 897 Joseph Lanteri (1900-1983), vendeur de journaux, dirigeant communiste de Menton, candidat aux élect (...)
  • 898 Pierre Palmaro (1873), égoutier, dirigeant communiste.
  • 899 Augustin Julien (1906), instituteur à Nice, puis à Menton (école de la Condamine) depuis octobre 19 (...)

802Menton (pluie !). Gianotti, place Georges-Clemenceau. Lanteri897, Palmaro898, Julien899. Le V[ill.], Michel, Charles G[ill.].

Vendredi 27 décembre 1935

  • 900 Salle Courbet se tient une réunion avec Cachin qui attire 500 personnes, selon le Cri des travaille (...)
  • 901 Garavan est le nom d’un quai et d’un boulevard de Menton.
  • 902 Aucun Sarot ne figure sur les listes électorales et les annuaires de Menton.

803Menton900. Garavan901, Gianotti, Sarot902.

804Saint-Raphaël, tel. 4 20 Chargnioux.

  • 903 Henri Seillon (1904-1945), ajusteur, syndicaliste de Saint-Tropez, conseiller municipal communiste (...)

805Henri Seillon903, Bourse du Travail, Toulon.

  • 904 Né en 1892, mutilé de guerre à 100 %, Jules Damaye est un communiste de Spéracèdes, tête de liste c (...)

806Jules Damaye904, Spéracèdes, secrétaire rayon Grasse.

Samedi 28 décembre 1935

807Toulon. Départ Menton 9 h 45, arrivée Saint-Raphaël 11 h 58.

  • 905 Léodie Martin (1878-1958), commerçant, depuis la guerre, occupe des responsabilités dans les organi (...)
  • 906 François Cresp (1887-1960), artisan, dirigeant communiste de La Seyne, vient de conduire la liste c (...)
  • 907 Jean Bartolini (1899-1977), ouvrier à l’Arsenal maritime de Toulon, secrétaire du syndicat CGTU, me (...)

808La Seyne. Martin905, Cresp906 pour Seillon. Bartolini907 (frais d’achat d’un immeuble 18 %).

  • 908 Annonçant le meeting à la bourse du travail de La Seyne, l’appel communiste dans la presse donne le (...)
  • 909 À La Seyne, une conférence sur l’unité organique réunit les militants communistes et socialistes SF (...)

809Réunion à 9 h au Capitole, Pont-du-Las, La Seyne908 Bartolini, Thorez, M. Cachin. À La Seyne, la cellule communiste et la section socialiste se sont réunies pour étudier les problèmes de l’unité909.

  • 910 Jacques Toesca (1887-1976), receveur de l’enregistrement, dirigeant syndical, secrétaire de la fédé (...)
  • 911 Louis Mazen (1879-1944), médecin, maire socialiste SFIO de La Seyne depuis 1919.

810Toesca910 socialiste, Cresp communiste, Mazen911 maire, Martin drapier.

Dimanche 29 décembre 1935

  • 912 L’Humanité, le 21 décembre, annonce que la conférence de la région marseillaise du parti communiste (...)
  • 913 Charles Nédélec (1907-1944), menuisier, secrétaire de la 8e Union régionale CGTU (Marseille) depuis (...)
  • 914 Antoine Christos (1898-1971), ajusteur, dirigeant communiste de Marseille.
  • 915 Charles Gaou (1882-1950), artisan, conseiller général communiste de Brignoles (Var) depuis octobre  (...)
  • 916 Adrien Mouton (1902-1988), ouvrier électricien, secrétaire de la région communiste marseillaise (19 (...)

811Marseille912. Alcazar, cours Belzunce : 7 000 auditeurs. Billoux, Nédélec913, Christos914, Gaou915, Mouton916.

812Le 22 septembre 1935 : 240 CDH ont vendu 42 960 Huma.

  • 917 L’Œuvre, quotidien depuis 1915 de tendance radicale-socialiste.
1933-1934 : Œuvre917 7 210 000
Populaire 6 777 000
Huma 12 351 000

813L’Huma donne tous les ans 3,5 millions à Dangon.

Lundi 30 décembre 1935

814Saint-Tropez.

815Dettes de l’Huma : 2 700 000 F. L’année 1933 a été la plus faible.

  • 918 Récapitulatif des tirages moyens du journal établi par la police : 1931, 159 949 ; 1932, 161 394 ; (...)
Année Tirage Huma918 Vente Vente Paris
1930 174 000 134 000 36 000
1931 160 000 124 000 32 000
1932 161 000 126 000 32 000
1933 155 000 121 000 30 000
1934 201 000 160 000 38 000
  • 919 Le bénéfice d’après le compte d’exploitation de l’Humanité pour l’année 1934 publié le 6 octobre 19 (...)
Année Compte d’exploitation919 Abonnements
1930 – 900 000 F 11 000
1931 – 400 000 F 12 000
1932 + 300 000 F 13 000
1933 – 95 000 F 16 000
1934 + 430 000 F 16 000
1935 17 500

Mardi 31 décembre 1935

  • 920 Nom de la propriété de Signac. Berthe Signac y séjourne (voir note, 16 août 1935).

816Saint-Tropez, La Hune920.

81726 janvier 256 376, 31 000 S.

818Fin février, Huma : Goutte d’Or, 670 ; Chapelle, 705.

819Populaire. Prise Paris, 17 mars 1935 : 22 510. Prise province décembre 1934 : 850 000 par mois.

  • 921 Journal hebdomadaire communiste du Nord. Dans un article des Cahiers du bolchevisme, le 1er janvier (...)
  • 922 L’Humanité, à partir du 17 novembre 1935, annonce plusieurs éditions : deux en semaine, cinq (le 17 (...)

820Tirage Huma 5 mai, 285 000. Enchaîné921 : 21 000 ; il faut qu’il soit plus populaire. Tirage : Huma 15 juin : 195 000. De 1933 à 1935 : 65 000 lecteurs gagnés à l’Huma, dont 13 000 à Paris. Édition Nord et Est922 : gain, 20 % en 1935. Vente en septembre 1935 : 101 526 Huma dans la région parisienne, 87 159 en province.

Notes

1 L’imprimerie française Dangon, 123, rue Montmartre (2e arrondissement), société anonyme, fabrique de nombreux journaux parisiens dont l’Humanité à la suite d’un contrat signé le 20 novembre 1925. Une partie des services de l’Humanité s’y installe, courant 1935 ; l’augmentation de son tirage conduit l’imprimerie à acquérir de nouvelles rotatives (APP, Ba 1719). Son directeur est Georges Dangon (1884- 1956), membre « influent », selon la police, du parti radical-socialiste (APP, Ba 1718).

2 Conclusion du manifeste du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes, adopté après sa formation, le 5 mars 1934.

3 Martial Schutz (1897), marchand de vins.

4 Au bas de la page du 1er janvier figurent dix chiffres en face des mois de février, mars, avril, août et novembre.

5 Arthur Grondahl serait enseignant à Antibes.

6 Joseph dit Virgile Barel (1889-1979), instituteur à Menton (Alpes-Maritimes), secrétaire depuis 1931 du rayon communiste. Retraité, il habite 36, rue Vernier à Nice.

7 Commune près de Vence.

8 Artère de Marseille où la région communiste a son siège.

9 Deux Gianotti habitent Menton rue de la Marne puis place Clemenceau pour Nicolas ; le père, Marcel ou Pascal (1877), épicier, secrétaire de la cellule communiste, le fils Nicolas, Auguste (1909), qui devient dans les années 1930 chauffeur. Aux élections municipales de mai 1935, Marcel Gianotti, chauffeur d’autos, est candidat.

10 Pierre Mino (1906), électricien, conduit la liste « antifasciste », comprenant des communistes et des socialistes, pour les élections municipales à Antibes en mai 1935.

11 La sœur de Cachin, Sylvie, malade, séjourne dans la maison de repos installée à la Reverderie, domaine de Montmorency (Seine-et-Oise).

12 Henri Cormis (1900-1965), représentant de commerce-cultivateur, militant communiste de Saint-Jeannet.

13 Julien Béranger (1903), cultivateur, syndicaliste paysan (CGPT), candidat communiste au conseil d’arrondissement dans le canton de Vence (1934).

14 Raymond François (1909-1983), fils de Paul François, lieutenant-colonel en retraite, instituteur, étudiant ou employé selon les sources, secrétaire régional des Jeunesses communistes (1935), candidat aux élections cantonales à Grasse (1934), écrit le plus souvent dans la presse communiste François Raymond.

15 Pierre Girardot (1913), ouvrier agricole, secrétaire du rayon communiste de la Durance depuis 1934.

16 François Béraud (1880-1945), agriculteur, secrétaire de la fédération puis du rayon communiste des Basses-Alpes (1923-1932), candidat aux élections législatives depuis 1928, est allé en URSS en 1934.

17 Est-ce le militant communiste de Nice ?

18 L’article signé « MC », « La région des Alpes-Maritimes a réalisé d’importants progrès » (l’Humanité, 10 janvier 1935), évoque un groupe de l’Association des écrivains et artistes révolutionnaires « très vivant ».

19 550 « sportifs ouvriers » selon l’article cité.

20 Se décomposant en 130 JC et 73 pionniers, selon l’article cité.

21 7 000 voix selon l’article cité.

22 Claire Espérou (1880-1962), ancienne institutrice devenue employée de commerce à Nice, exclue du parti communiste en 1932, active militante du mouvement Amsterdam-Pleyel, proche de Doriot et dénoncée comme telle par les communistes des Alpes-Maritimes.

23 Célestin Freinet (1896-1966), instituteur communiste, dirigeant du mouvement de pédagogie moderne, au centre d’une « affaire Freinet » à partir de la fin de 1931. Quitte Saint-Paul-de-Vence pour Vence en 1934.

24 Jean Laurenti (1893-1977), horticulteur à Vence, militant communiste et syndicaliste en milieu paysan. Il habite au Pioulier à côté de Célestin Freinet.

25 92 syndicats selon l’article cité.

26 Voir Introduction, les déplacements.

27 Antoine Foucard (1903-1979), instituteur, secrétaire de la cellule communiste du Muy, orateur communiste dans l’est du Var.

28 Henry Sénès (1877-1961), sériciculteur, maire socialiste SFIO du Muy depuis 1912, conseiller général depuis 1925.

29 Maurice Chargnioux (1893-1984), artisan électricien à Saint-Raphaël (Var), candidat communiste aux élections législatives de 1928 ; accueille à plusieurs reprises Cachin et son épouse ; accompagne souvent les dirigeants communistes chez Barbusse.

30 Henri Barbusse (1873-1935) possède une maison « Vigilia » à Miramar, à Théoule, à la limite des Alpes-Maritimes et du Var. Va publier Staline. Un monde nouveau vu à travers un homme, chez Flammarion.

31 Laval, ministre des Affaires étrangères, se rend à Rome le 5 janvier 1935 pour s’entretenir avec le Vatican (Pie XI) et le gouvernement italien (Mussolini). C’est la première fois qu’un membre du gouvernement français rencontre le pape depuis le début de la IIIe République. Le Temps, le 9 janvier, présente le contenu des accords franco-italiens signés le 7.

32 Achille Ratti (1857-1939), pape depuis 1922.

33 L’encyclique Rerum Novarum (1891) du pape Léon XIII porte sur l’intervention de l’Église sur la question ouvrière. L’encyclique Quadragesimo Anno. (1931) de Pie XI la prolonge et encourage les initiatives des catholiques en matière sociale.

34 Alors que la tension austro-allemande redouble, le congrès catholique de Vienne (7-12 septembre 1933) permet notamment de s’interroger sur les relations possibles entre l’Église et le national-socialisme, d’autant que les catholiques allemands n’ont pas reçu l’autorisation de se rendre à Vienne. Mgr Lafontaine, légat du Pape, patriarche de Venise, reçoit un accueil solennel. D’autre part, ce congrès correspond à la célébration par le gouvernement autrichien du deux cent cinquantième anniversaire de la levée du siège par les Turcs. Commentant ce congrès, Gabriel Péri conclut ainsi son article de l’Humanité, le 11 septembre 1933, « Vatican et Troisième Empire. » « C’est que le Vatican est aujourd’hui l’une des forces les plus militantes de la contre-révolution mondiale. Quelles que fussent les prétentions hitlériennes, il a salué le fascisme comme l’instrument redoutable de la lutte anticommuniste. Les évêques qui naguère organisaient leur croisade contre les "atrocités” soviétiques ont donné leur bénédiction aux massacres nazis. » Cachin cite une phrase qu’il attribue au légat du pape dans un meeting de solidarité avec l’Espagne, le 14 avril 1935 : « Là où la peste du communisme grandit, le pape continuera toujours à la combattre » (l’Humanité, 15 avril 1935).

35 André Ribard (1897-1963), ancien secrétaire général de la préfecture de Nice, ami de Barbusse, membre du Comité national de lutte contre la guerre et le fascisme, membre du comité directeur du Monde, secrétaire général de Paix et Liberté.

36 Écho d’une rencontre dans la villa de Barbusse. Maurice Thorez (1900-1964), secrétaire du parti communiste depuis 1930. Octave Rabaté (1899-1964), ouvrier mécanicien, membre du Comité central du parti communiste (1925-1927), envoyé par l’Internationale en Amérique latine et en Espagne, secrétaire de l’Union régionale bordelaise de la CGTU depuis 1933, membre du secrétariat du mouvement Amsterdam-Pleyel sur proposition du Bureau politique du parti communiste (7 janvier 1935).

37 François Billoux (1903-1978), employé, membre du Comité central du parti communiste depuis 1926, secrétaire de la région marseillaise du parti communiste depuis avril 1934.

38 Milwaukee, ville industrielle au nord de Chicago.

39 Dupont de Nemours, première société américaine de produits chimiques, fonde en 1908 la General Motors, société de constructions automobiles.

40 Le lieutenant-colonel Faye, délégué général de la ligue des Jeunesses patriotes, corédacteur du « règlement provisoire sur l’emploi des unités de la ligue des JP », un des responsables de l’organisation paramilitaire des JP.

41 François de La Rocque (1885-1946), colonel, président des Croix-de-Feu depuis 1931.

42 Jean Ferrandi (1882-1935), lieutenant-colonel, mutilé de guerre, président de l’Union nationale des anciens combattants coloniaux, conseiller municipal « républicain-national et indépendant » de Paris (Notre-Dame-des-Champs) depuis 1932, dirigeant des Jeunesses patriotes. Le Temps, le 30 janvier, annonce son décès. Cachin le désigne nommément parmi les officiers et officiers de réserve, « chefs hitlériens français » (l’Humanité, 10 janvier 1935). L’Humanité, le 30 janvier 1935, rappelle qu’il fut un officier particulièrement dur dans les troupes coloniales (il écrit un ouvrage l’Officier colonial, en 1931) et qu’il se distingua en affirmant que les chômeurs étaient des fainéants.

43 Louis Marin (1871-1960), avocat, député républicain indépendant de la Meurthe-et-Moselle depuis 1905, ministre des Régions libérées (1924) et des Pensions (1926-1928), président de la Fédération républicaine depuis 1925.

44 Famille de banquiers. La Banque française, fondée en 1817, a comme dirigeant le baron Édouard de Rothschild (1868-1949), régent de la Banque de France depuis 1906. Son cousin Maurice de Rothschild (1881-1957) représente les Hautes-Alpes au Sénat depuis 1929.

45 Horace Finaly (1871-1945), directeur général de la Banque de Paris et des Pays-Bas depuis 1919, oriente la banque vers des participations au capital d’Hachette, du Journal, de l’agence Havas. Il est dénoncé par Marcel Cachin au meeting de Bullier le 12 février 1935 comme un des « banquiers et trusteurs », soutien de la presse « presque entièrement fasciste à Paris et en province ». Finaly, proche de la gauche modérée, a soutenu le Bloc des gauches en 1924. Il est en outre lié d’amitié avec Blum, son condisciple de lycée. L’Humanité, en avril 1929, lors de la campagne électorale à Narbonne, présente Blum comme l’homme de Finaly.

46 Pierre Guimier (1887-1956), directeur du quotidien de droite le Journal, siège au conseil d’administration de l’agence Havas depuis 1926, dont il devient directeur général ; son parent Maurice Guimier est administrateur du Journal.

47 Une commission parlementaire, présidée par Ernest Lafont, pour enquêter sur l’affaire Stavisky, se réunit au début de 1935 et la presse rend compte régulièrement de ses travaux. Serge Alexandre Stavisky (1886-1934), homme d’affaires, détourne des bons du Crédit municipal de Bayonne. Cette affaire découverte à la fin de 1933 et sa mort suspecte sont à l’origine d’une violente accusation du régime par les ligues d’extrême droite. L’enquête révèle au grand public, à partir de la vie de Stavisky, le monde des jeux (casinos, cercles, courses hippiques) et des affaires. Outre les escroqueries de Stavisky depuis le début des années 1920 sont évoquées diverses figures au hasard des dépositions ou des confrontations. Un commissaire des jeux révèle que Stavisky et Zographos se sont retrouvés plusieurs fois aux casinos de Cannes et de Deau ville en 1932. La personnalité de Zographos se dessine jusqu’à son audition le 20 mars, suivie de sa confrontation avec le commissaire et de la déposition de l’ancien préfet de police Chiappe. Nicolas Zographos, né en 1886 en Grèce, fils d’un professeur de l’université d’Athènes, ami du père de Chiappe, après avoir fourni des renseignements aux armées alliées lors de la bataille de Salonique, s’installe en France et obtient la nationalité française au milieu des années 1920 avec l’aide de Chiappe, qui ne lui ménage pas son amitié. Associé avec son frère armateur en Grèce, il habite avec son épouse rue Gustave-Doré (17e arrondissement), se livre surtout au jeu (courses, puis casinos) et mène grand train sur son yacht. Le commissaire estime qu’il a gagné un milliard de francs dans les casinos. Dans sa déposition, Zographos reconnaît avoir perdu d’importantes sommes au détriment de Stavisky et l’avoir dénoncé au directeur du casino de Cannes comme tricheur (trucage de cartes). Il nie avoir entretenu d’autres relations avec Stavisky. L’Humanité, le 21 mars 1935, le lendemain de son audition, le présente comme le « roi des tripots et des champs de course ».

48 Pierre-Étienne Flandin (1889-1958), avocat, député (Alliance démocratique) depuis 1914, plusieurs fois secrétaire d’État et ministre depuis 1920, président du Conseil depuis le 8 novembre 1934.

49 Franklin Delano Roosevelt (1882-1945), président démocrate des États-Unis depuis novembre 1932, lance le New Deal l’année suivante. Cachin, dans son éditorial de l’Humanité du 13 janvier, indique que « la méthode Flandin » aboutit à « l’inflation de Roosevelt » et « n’a pas résorbé le chômage ».

50 La question du front unique est à l’ordre du jour de cette réunion du Bureau politique.

51 Otto Wells (1873-1939), député social-démocrate allemand (1919-1933), membre du Comité exécutif de l’Internationale socialiste, hostile à une alliance avec les communistes. Dirigeant socialiste allemand dans l’émigration, il ne compte que sur l’armée et la haute bourgeoisie pour renverser Hitler.

52 Jean-Baptiste Séverac (1879-1951), professeur, secrétaire général adjoint du parti socialiste SFIO depuis 1924, méfiant à l’égard de l’unité d’action avec les communistes, prend ses distances par rapport aux militants de la Bataille socialiste. Écrit en décembre 1934 une brochure, De l’unité d’action à l’unité organique.

53 Lev Davidovitch Bronstein, dit Trotsky (1879-1940), séjourne en France depuis juillet 1933.

54 Le Populaire, quotidien du parti socialiste SFIO, publie une lettre de Trotsky, le 1er janvier 1935, à propos de l’assassinat de Kirov. Il nie son implication dans cet assassinat, expose sa défense et dénonce le terrorisme en général.

55 Jacques Doriot (1898-1945), ajusteur, député communiste de la Seine depuis 1924, membre du Bureau politique du parti communiste (1924-1934), exclu en juin 1934.

56 Le parti ouvrier et paysan, créé le 6 décembre 1929 par six conseillers municipaux communistes de Paris, Castellaz, Garchery, Gélis, Joly, Renault et Sellier. Il devient la principale force du parti d’unité prolétarienne, né le 21 décembre 1930.

57 Le Peuple, « organe quotidien du syndicalisme » (CGT) depuis le 4 janvier 1921.

58 Émile Farinet (1887-1937), ouvrier monteur aux PTT, secrétaire général de la fédération socialiste SFIO de la Seine depuis 1931.

59 Lors du conseil national du parti socialiste SFIO, en novembre 1934, Farinet expliqua la politique de la fédération socialiste SFIO de la Seine pour les élections municipales. Il préconise des listes communes pour permettre une plus large défaite de la droite et une entrée de minorités socialistes dans les conseils municipaux dominés par les communistes. La réponse des cinq régions parisiennes du parti communiste (l’Humanité, 17 janvier 1935) reprend des extraits de cette intervention en isolant certains passages reproduits par l’Information sociale du 6 décembre 1934.

60 Membres du parti d’unité prolétarienne.

61 Les militants néosocialistes forment le 3 décembre 1933 le parti socialiste de France. On continue à les appeler « néos » et parfois « socialistes de France ».

62 Le 12 janvier, l’Humanité publie un appel du Comité de coordination du parti socialiste SFIO et du parti communiste, « Renforçons l’unité d’action contre les provocations fascistes et pour le soutien des luttes ouvrières », et annonce une contre-manifestation du Comité de lutte du XXe contre le fascisme (PC, SFIO, ARAC, LACP) contre un rassemblement des Croix-de-Feu, à la suite d’une messe, à l’église Notre-Dame-de-la-Croix de Ménilmontant.

63 Kurt von Schleicher (1882-1934), général, en juin 1932 ministre de la Reichswehr, dernier chancelier (2 décembre 1932-28 janvier 1933) avant Hitler.

64 L’éditorial de Maurice Thorez dans l’Humanité, le 12 janvier, a pour titre « Un objectif du Front populaire. Lutter contre la vie chère ».

65 Les élus communistes quittent en novembre 1929 l’Union amicale des maires de la Seine. Ils la regagnent en janvier 1935. Existe aussi une Fédération nationale des municipalités socialistes et une Union des conseillers municipaux socialistes de la banlieue de Paris. Le compte rendu de sa réunion du 10 janvier 1935 paraît dans le Populaire.

66 Est-ce Brévélénez, commune des Côtes-du-Nord ?

67 Paul Nizan (1905-1940), professeur, écrivain, journaliste à l’Humanité, séjourne en URSS (janvier-décembre 1934).

68 Voir introduction « La politique française ».

69 Lucien Romier (1885-1944), rédacteur en chef de la Journée industrielle (1920), du Figaro (1925-1927), puis (à partir de 1934), dirigeant du Redressement français, fondé par Étienne Mercier.

70 L’Humanité du 13 titre : « Sur le front antifasciste de la Sarre. On vote aujourd’hui pour ou contre Hitler. » Deux jours plus tard, les résultats sont connus : Inscrits : 539 541 ; votants : 528 005 ; pour le rattachement : 477 119 ; pour le statu quo, 46 513. Marcel Cachin commence ainsi son éditorial dans l’Humanité, le 16 janvier : « Les hitlériens ont remporté un succès inespéré dans la Sarre. »

71 Jean-Jacques Renaud dit Jean-Renaud (1880-1952), commandant d’infanterie coloniale en retraite, rédacteur à l’Ami du peuple, lance, au début de 1933, avec François Coty et l’Ami du peuple, le mouvement « Solidarité française », dont il assure le secrétariat (président-chef en juillet 1935, d’après un article de presse). Cette ligue de structure paramilitaire d’inspiration fasciste (objectifs sociaux, corporatisme), aux effectifs variables selon les sources (de 180 000 membres, selon le directeur des renseignements généraux, à 1 500 adhérents selon un rapport de police, APP, Ba 2 1861), a son siège 27 rue Drouot (9e arrondissement). Elle publie, depuis 1934, un hebdomadaire aux titres variables qui en 1935, s’intitule le Journal de la solidarité française, « Mouvement national et social pour la réforme de l’État et le corporatisme intégral ». Le numéro du 12 janvier 1935 demeure introuvable. Par « fascisme », Jean Renaud désigne le « fascisme rouge », le front des gauches. Les dissensions dans le mouvement expliquent ces allusions aux manœuvres.

72 Raymond Patenôtre (1900-1951), député (« indépendant de gauche ») de Seine-et-Oise depuis 1928, sous-secrétaire d’État à l’Économie (1932-1934), contrôle le Petit Journal et de nombreux quotidiens de province. L’Humanité, le 24 janvier 1935, rend compte de son ouvrage Voulons-nous sortir de la crise ? paru chez Plon en 1934. L’article présente l’auteur comme un grand admirateur de l’expérience américaine. Pour lui, la crise résulte de « la mystique de l’étalon-or ». Il préconise la dévaluation, « point de départ d’années de prospérité [...] ». L’article conclut :
« M. Patenôtre exprime l’idéologie de cette fraction de la bourgeoisie française qui spécule sur la chute du franc pour diminuer ses charges, avilir les salaires ouvriers et réduire les revenus de la petite bourgeoisie. Nous devons dénoncer ces manœuvres, les combattre et leur opposer la lutte révolutionnaire pour le programme du.F ront populaire rédigé par le parti communiste »

73 L’Humanité, le 16 janvier, annonce ce « meeting de masse », à 20 h 30, salle Bullier, 31, avenue de l’Observatoire (5e arrondissement), organisé par le Comité d’unité d’action antifasciste de la région parisienne « avec la collaboration de » la Ligue française des droits de l’homme et de l’Union des syndicats confédérés de la région parisienne. Les mots d’ordre sont « le désarmement immédiat des ligues fascistes, le maintien des libertés politiques et syndicales, la défense des antifascistes de la Sarre ».

74 Maurice Thorez signe un article dans l’Humanité, le 26 janvier : « Sous le drapeau d’Amsterdam-Pleyel. Avec tous les antifascistes pour la bataille commune. » Il note au passage : « Nous avons donné les meilleurs d’entre nous, Marcel Cachin en tête, pour collaborer à l’œuvre féconde du Comité national. »

75 Marcel Rouffianges (1905-1981), militant communiste, secrétaire de la section française du Secours rouge international, secrétaire du Comité national contre la guerre et le fascisme Amsterdam-Pleyel depuis le 15 juin 1933.

76 Julien Racamond (1885-1966), ouvrier boulanger, secrétaire de la CGTU depuis 1923, membre du Bureau politique du parti communiste (1926-1930), membre du bureau du Comité national de lutte contre la guerre et le fascisme Amsterdam-Pleyel (15 juin 1933-janvier 1935). Le Bureau politique du parti communiste, le 22 février 1934, le propose à la direction du mouvement.

77 Voir supra.

78 Le Comité central d’unité d’action de la région parisienne résulte d’un accord conclu en octobre 1934 entre le Centre de liaison des forces antifascistes de la région parisienne et le Mouvement parisien d’Amsterdam-Pleyel. En novembre, le Comité de vigilance des intellectuels antifascistes et le Parti radical-socialiste Camille-Pelletan le rejoignent. Il devient comité permanent en janvier 1935.

79 Militant de la tendance d’Action socialiste au sein de la commission administrative permanente du parti socialiste SFIO. Exclu du parti en novembre 1933 en raison d’une motion favorable à l’adhésion du parti au mouvement Amsterdam-Pleyel

80 Plusieurs « Pierre » ont eu une activité en direction des ports, des dockers ou des marins :
Pierre Delon (1905-1984), employé de bureau, secrétaire de la fédération CGTU des employés, secrétaire du Comité central d’unité d’action de la région parisienne ;
Pierre est aussi le pseudonyme de Giulio Cerreti (1903-1985), communiste italien membre du Comité central du parti communiste sous le nom d’Allard depuis 1932 ;
Pierre signalé comme délégué de l’Internationale des marins et dockers, dans divers ports dont Dunkerque en octobre 1935 au moment de la guerre d’Éthiopie (APP, provisoire 286).

81 Paul Hog (1901-1976), employé limonadier, communiste et syndicaliste de la fédération CGTU de l’alimentation, secrétaire du Comité national de lutte contre la guerre et le fascisme depuis le 15 juin 1933.

82 Voir supra.

83 Jules Mallarte (1893-1946), employé, animateur de la tendance Action socialiste dans le parti socialiste SFIO, secrétaire national du Comité mondial contre la guerre et le fascisme depuis août 1932, exclu en novembre 1933 du parti socialiste SFIO.

84 L’Humanité, le 18, titre « Les antifascistes sarrois, en masse, ce soir à Bullier » et publie la liste des orateurs annoncés sous la présidence de Victor Basch (Ligue des droits de l’homme) : Marcel Cachin, Léon Blum, Émile Kahn (Ligue des droits de l’homme), Guiraud (UD CGT), Arrachard (UD CGTU), Langevin (« Front social »), Addé-Vidal (fédération de la Seine du parti républicain-radical et radical-socialiste), Cudenet (parti radical-socialiste Camille-Pelletan), Jean Senac (Comité général permanent d’action combattante pour nos droits, la liberté et la paix), Max Braun (au nom des antifascistes de la Sarre). Le 19 janvier, le journal titre : « Front populaire contre le fascisme international. Quinze mille travailleurs réunis à Bullier solidaires des antifascistes sarrois exigent le désarmement des ligues antifascistes. Cachin, frénétiquement acclamé, salue la présence et l’intervention du représentant des syndicats confédérés de la Seine qui est accueilli aux cris de “Unité syndicale !”. » Le seul orateur annoncé absent est Max Braun.

85 Le gouvernement a fait voter une loi sur le blé, le 24 décembre. Ces notes de Cachin sont reprises dans son article dans l’Humanité, le 26 janvier, « Flandin, les fascistes et le blé ».

86 L’Humanité, le 19 janvier, annonce la parution d’un tract, « Flandin contre les paysans ». Le même numéro présente une page sous le titre « Unité d’action revendicative des paysans-travailleurs ». Le 20 janvier commence une série d’articles de Mars, sous le titre général « La vie chère, plaie du régime », où sont abordés les produits d’origine agricole : le pain, le vin...

87 Dans son article du 26 janvier, Cachin insiste sur les dirigeants, « les hobereaux des Associations agricoles, les marquis, les comtes, les anciens officiers » qui se livrent « à une propagande effrénée en faveur de leur corporatisme rural à la mode catholique et mussolinienne ».

88 48, rue Duhesme, salle de l’Indépendance, siège social d’une société coopérative d’épicerie.

89 Agence de photographie pour la presse d’origine allemande, 7, square Desaix. Elle a notamment réalisé le portrait de Cachin paru dans l’Humanité du 18 novembre 1930 consacrée à ses quarante ans de militantisme.

90 Margarita Nelken Mausberger (1898-1968), écrivain, critique d’art, militante féministe, député socialiste d’Estrémadure aux Cortes espagnoles depuis 1931, membre du comité d’honneur de la Ligue internationale des combattants de la paix depuis 1933, elle fait partie de la « gauche » du PSOE et se montre favorable au rapprochement avec l’URSS. Reçue, avec sa fille, par le comité national des Femmes socialistes, le 9 janvier, elle y présente dans un « français très pur » (le Populaire, 13 janvier 1935) le rôle des femmes dans les événements révolutionnaires espagnols. Elle envoie de Moscou, où elle est émigrée, un télégramme de félicitations à Cachin après son élection au Sénat (l’Humanité, 22 octobre 1935). Le 39, rue du Colisée, construit par l’architecte Bonnal, abrite plusieurs sociétés (« Bitumastic », étalissements Toutmain – couturiers, fourrures –, Société financière de crédit, Société routière Colas, Société hydroélectrique de la Moyenne-Garonne, le journal l’Art et la Mode).

91 L’Humanité, le 19 janvier 1935, oppose, sous le titre « Flandin fait à une délégation municipale des déclarations brutales sur l’aide aux chômeurs », le bon accueil réservé par le président du Conseil aux industriels de l’Est venus demander des commandes (le Temps, le 20 janvier, confirme cette entrevue) et la réponse faite aux municipalités de la même région que résume la phrase : « Ne comptez pas sur le fonds national de chômage ! »

92 Le Salon des Indépendants est ouvert depuis le 19 janvier. Y figure notamment un portrait de Signac en train de peindre par sa fille Ginette (1913-1980), épouse de Charles Cachin, fils de Marcel.

93 Charles-Albert Gueldry (1884-1973), peintre de portraits et paysages, au Salon de 1935, expose un portrait « traité dans le mode impressionniste » (le Temps, 29 janvier 1935) d’Eugène Frot, ancien ministre, « objet, le jour du vernissage, d’un assez sérieux barbouillage » (le Temps, 22 janvier 1935).

94 Claire Valière, née Albanie Combres (1892-1969), expose au Salon depuis 1925 (paysages, natures mortes).

95 Sans doute Eugénie-Sophie Bonnefoy, peintre.

96 Max Barel (1913-1944), fils de Virgile Barel, dirigeant communiste des Alpes-Maritimes, reçu à l’École polytechnique et à l’École des mines en 1933, choisit la première. Les Cachin l’avaient reçu souvent depuis son arrivée à Paris en octobre 1931 au lycée Saint-Louis.

97 Cachin reprend ces données dans son éditorial de l’Humanité, le 29 janvier.

98 La révolution mexicaine, commencée en 1910, est marquée depuis 1920 par l’anticléricalisme officiel qui conduit, sous le président Calles, au soulèvement des cristeros (1926-1929). En 1935, Calles, resté l’homme fort du régime, qui a fondé le parti national révolutionnaire en 1929, impose au nouveau président Cardenas une relance de la politique antireligieuse et l’instauration de l’éducation socialiste (modification de l’article 3 de la Constitution). Ces mesures, présentées dans le Temps le 23 janvier 1935, provoquent de nouveaux soulèvements avant la disgrâce de Calles et un modus vivendi entre Cardenas et l’Église.

99 Depuis le 12 janvier, l’Humanité annonce un meeting, salle Builier, « Pour la commémoration de la mort de Lénine », sous la présidence de Marcel Cachin « et de tous les membres du Comité central », avec Maurice Thorez. Le 20 janvier, l’Humanité consacre sa dernière page, sous le titre « Sous le drapeau de Lénine nous vaincrons », à des articles sur Lénine (« Le Pilote de la Révolution mondiale » par Cachin), sur Liebknecht, de Staline, et publie une photo de Rosa Luxemburg. Cachin appelle personnellement en première page de l’Humanité, le 22 janvier, « Ce soir, en masse salle Builier ». Selon le compte rendu de l’Humanité, 8 000 personnes y participent.

100 Lefebvre (1887-1975), propriétaire-jardinier à Riva-Bella, plage de Ouistreham (Calvados), sympathisant ou militant communiste.

101 Rue Lafayette, siège du Comité central du parti communiste.

102 Réunion du comité de coordination parti communiste-parti socialiste SFIO qui publie un communiqué pour la préparation de la riposte aux menées des ligues pour l’anniversaire du 6 février.

103 Cachin se rend en Grande-Bretagne à la veille du VIIe Congrès du parti communiste anglais du 2 au 5 février à Manchester.

104 Allusion au voyage de Flandin, président du Conseil, et de Laval, ministre des Affaires étrangères, à Londres dans le cadre des entretiens entre la France et la Grande-Bretagne à propos du réarmement allemand.

105 Place et station de métro.

106 Andrée Jacquet de la Verryere, dite Andrée Viollis (1879-1950), grand reporter au Petit Parisien, militante anticolonialiste, proche du parti communiste, amie de Cachin. Elle avait obtenu une autorisation de visite lors de son emprisonnement à la Santé en août 1927 (APP, Renseignements généraux, dossier Cachin 68909).

107 Harry Pollitt (1890-1960), ouvrier chaudronnier, secrétaire du parti communiste depuis 1928.

108 Il s’agit du parti communiste de Grande-Bretagne, dont le siège est King Street dans le quartier de Covent Garden.

109 William Gallacher (1881-1965), ouvrier écossais, dirigeant du parti communiste britannique, en désaccord avec la ligne définie par le VIe Congrès de l’Internationale communiste, seul député communiste élu aux Communes en 1935.

110 Rose Smith est chargée des femmes dans le Bureau politique du parti communiste de Grande-Bretagne.

111 Shapurji Dorabji Saklatvala (1874-1936), originaire de Bombay, membre du parti communiste, député de Londres (North Battersea) [1922-1923, puis depuis 1924] soutenu par la parti travailliste.

112 L’Humanité, le 1er février, titre : « Sur ordre du gouvernement MacDonald, la police anglaise interdit à Marcel Cachin de débarquer à Douvres. » Le policier ne lui fournit pas d’explication et le remet dans un bateau à destination de la France. Le syndicat de la presse parisienne, saisi par l’Humanité, émet une protestation.

113 Ernst Thaëlmann (1886-1944), dirigeant communiste allemand, député au Reichstag (1924-1933), est arrêté le 3 mars 1933. Une campagne mondiale pour obtenir sa libération se déroule.

114 Yann Fouéré (1910), président-fondateur des Étudiants bretons de Paris (1933), administrateur civil au ministère de l’Intérieur (1934), milite pour un régionalisme qui respecte le cadre national. Le mouvement « ar Brezoneg er Skol » naît à la suite de l’initiative du conseil municipal de Guerlesquin de lancer, à la fin de 1933, une pétition réclamant l’enseignement du breton à l’école primaire. Cette campagne pour le breton est relayée par la pétition d’Ar Falz, en décembre 1934 (voir note, 23 mars 1935). Des étudiants bretons, courant 1934, dont Yann Fouéré, lancent l’« Union pour l’enseignement du breton à l’école » pour donner une ampleur à la pétition des conseils municipaux (27 conseils en 1934, plus de 500 en 1939). Tous les élus bretons reprennent la revendication. Fouéré, qui réside à la Cité universitaire, rencontre Cachin pour lui présenter une proposition de loi en faveur de l’enseignement du breton dans les écoles et lui demander un vote favorable par les députés communistes. Trois ans plus tard, la brochure du mouvement sous le titre Enseigner le breton Exigence bretonne, reproduit dix-neuf déclarations dont celle de Cachin : « Nous voulons qu’on respecte la langue bretonne, notre vieille et belle langue libre et barbare. Elle est encore celle de centaines de mille de pêcheurs, marins et paysans, qui la parlent avec amour et qui ne veulent pas la laisser mourir. » Le 16 mai 1947, Cachin, comme député, signe une proposition de résolution favorable à des mesures « pour la conservation de la langue et de la culture bretonnes ». Au 15, rue du Faubourg Montmartre figure, depuis la fin de 1934, la rédaction du journal la Bretagne à Paris, en France et aux colonies, « journal hebdomadaire des Bretons résidant hors de Bretagne », fondé en 1922, propriété du groupe Ouest-Éclair. Fouéré y signe plusieurs articles pour présenter l’action du mouvement, obtenir « l’union de tous nos compatriotes » pour « introduire le breton à l’école », proposer l’adhésion (28 décembre 1934).

115 Le troisième cross de l’Humanité, organisé avec le concours de la Fédération sportive et gymnique du travail, se déroule au parc des sports de La Courneuve (ancien hippodrome), dans l’après-midi. Parmi les 2 900 coureurs annoncés (2 600 engagements selon la police, APP, Ba 1719) figurent neuf Soviétiques pour la première fois. Quatre d’entre eux arrivent en tête dans la catégorie des As.

116 Le comité Thaëlmann organise, à 20 h 30, à la Mutualité, une « grande soirée culturelle et cinématographique », sous la présidence de Jean Guéhenno et de Léon Frapié avec Cachin et Victor Basch.

117 Un meeting est organisé par le 18e rayon en faveur des candidats communistes aux élections municipales, avec Cachin et Marty.

118 Journal du soir lancé en 1923, racheté en avril 1930 par Jean Prouvost. Son tirage passe de 130 000 exemplaires à un million en 1934. Il connaît des innovations techniques (mise en page, photos).

119 Jean Prouvost (1885-1978), industriel du textile, propriétaire de Paris-Midi et de Paris-Soir depuis 1930, directeur général de ce dernier depuis 1932.
Prouvost et Louis-Dreyfus sont dénoncés par Marcel Cachin au meeting de Bullier le 12 février 1935 comme des « banquiers et trusteurs », soutiens de la presse « presque entièrement fasciste à Paris et en province ».

120 L’Intransigeant, quotidien fondé en 1880 par Rochefort, dirigé par Léon Bailby, devient le plus grand journal du soir (près de 400 000 exemplaires). Dans l’été 1931, il connaît des difficultés financières. La banque. Louis-Dreyfus apporte 40 millions de francs. Bailby le quitte et fonde le Jour en décembre 1932. L’Intransigeant veut concurrencer Paris-Soir mais la diffusion baisse et le déficit augmente. Il figure parmi les journaux du fascisme selon l’Humanité.

121 Louis Louis-Dreyfus (1867-1940), négociant en grains et banquier, député de la Lozère (1905-1910) et des Alpes-Maritimes depuis 1930, propriétaire de l’Intransigeant..

122 La Trétoire, Sablonnières, Rebais, communes de Seine-et-Marne.

123 Hameau de La Trétoire.

124 Alexandre Gilbert (1885-1936), journalier, se marie et meurt dans le 18e arrondissement, où il connaît peut-être Cachin.

125 Georges Foucart (1899-1990), journalier agricole, marié, trois enfants, vit chez son patron, Léon Beaujean (1906-1971), dont la femme se prénomme Rosa.

126 Jules Lapleige (1879), patron vannier, candidat aux élections municipales de Rebais en 1935.

127 L’Humanité, le 9 février, décrit cette réception en présence de Cachin et de Marty de six Soviétiques et d’autres sportifs français.

128 Paul Signac (1863-1935), peintre néo-impressionniste, participe à la mobilisation antifasciste (Comité de vigilance des intellectuels antifascistes, Association des écrivains et artistes révolutionnaires notamment). Cachin, dans un article des Cahiers du bolchevisme, le 1er janvier 1936, affirme que Signac était membre du parti communiste, alors qu’il était compagnon de route.

129 Jean Verlhac (1888-1948), comptable, responsable socialiste SFIO de Cahors (Lot), préside la séance de l’après-midi du rassemblement de Toulouse.

130 Marcel Bergé (1899-1949), électricien à la compagnie du Midi à Toulouse, secrétaire permanent de l’Union des syndicats CGTU à partir de 1927, dirigeant régional communiste, prend la parole au nom de l’Union unifiée des cheminots au rassemblement de Toulouse.

131 Dans l’Humanité, le 9 février, Cachin signe un article « Demain à Toulouse... un rassemblement contre le fascisme espagnol ». Il participera le 10 à la réunion antifasciste et de solidarité. Son discours, sous le titre « Pour la revanche des vaillants combattants antifascistes d’Espagne », est publié dans la Voix des travailleurs ; le 23, son discours, sous le titre « Pour la revanche des vaillants combattants antifascistes d’Espagne », est publié dans la Voix des travailleurs, le 23 février 1935.

132 Marcel Craste (1880), employé des postes, responsable communiste de la région Garonne (Ariège, Haute-Garonne) depuis 1934 ; au meeting de Toulouse, il serre la main d’un ancien député socialiste SFIO Labatut. Il signe le compte rendu du rassemblement dans la Voix des travailleurs (16 février).

133 Jean Chauvet (1903-1985), ouvrier, secrétaire national du Secours rouge international, ouvre le meeting de Toulouse au nom du Comité populaire d’aide aux victimes du fascisme espagnol.

134 Adresse du siège de la région communiste de la Garonne et de son hebdomadaire La Voix des travailleurs, « organe des Ouvriers et des Paysans de la région, sous la direction du parti communiste ».

135 Ferdinand Destrem (1888), commis des PTT, secrétaire du rayon communiste de Toulouse.

136 Pierre Caubon (1895), membre du comité de la région communiste. Il passe de la publicité dans La Voix des travailleurs : « Toute l’horlogerie. Meilleures marques. Bijouterie, orfèvrerie. Achat or, argent, réparations garanties. »

137 Joseph Ducuing (1885-1963) signe l’appel national « Au secours des martyrs d’une noble cause » inspiré par le Comité populaire d’aide à toutes les victimes du fascisme en Espagne en janvier 1935.

138 Edmond Ginestet (1900-1963), métallurgiste, secrétaire permanent de la région communiste de la Garonne (1925-1934), candidat à de nombreuses élections.

139 L’Aurore, coopérative d’alimentation, restaurant coopératif.

140 Les magasins de l’Aurore se situent 6, Petite-Rue Saint-Rome, 4, rue du Sénéchal, 33, rue de la Colombette. La coopérative passe de la publicité dans l’organe communiste La Voix des travailleurs jusqu’en juin 1934.

141 Depuis 1925, la mairie est tenue par Étienne Billières, socialiste SFIO.

142 À l’appel du Comité populaire d’aide à toutes les victimes du fascisme en Espagne se tient le 10 février, toute la journée, salle des Jacobins, un rassemblement de 800 délégués du Sud-Ouest et d’un millier d’auditeurs. Sous la présidence d’Henri Wallon y prennent la parole des socialistes, des militants de la Ligue des droits de l’homme, des communistes, des syndicalistes, des francs-maçons. Ils écoutent divers orateurs des mouvements antifascistes dont Cachin et l’ancien ministre socialiste Largo Caballero.

143 Sans doute Juliette-Magdeleine Combaluzier (1898-1974), peintre de paysages qui expose régulièrement au Salon des Indépendants.

144 Léon Hudelle (1881-1973), rédacteur en chef du quotidien socialiste le Midi socialiste depuis 1914.

145 La Dépêche, quotidien radical-socialiste, fondé à Toulouse en 1870.

146 Le Midi socialiste, journal quotidien socialiste de Toulouse fondé en décembre 1908 pour combattre l’influence de la Dépêche.

147 L’Express du Midi, journal quotidien catholique et monarchiste fondé en 1880, devenu le grand quotidien de droite du Sud-Ouest toulousain.

148 L’Humanité du 12 février titre : « 12 février 1934-12 février 1935. En avant pour la lutte anti-fasciste. Ce soir, en masse à La Grange-aux-Belles, à Bullier et à la Mutualité. » Cachin est annoncé comme orateur avec d’autres dirigeants communistes, socialistes SFIO, CGTU et du Comité d’unité d’action antifasciste. Le compte rendu du meeting de Bullier commence par le double cri : « Vive Cachin ! Vive Cachin ! »

149 La réunion du Comité central se déroule les 15 et 16 février. Elle a été préparée par les membres du Bureau politique réunis la veille. Cachin préside la première séance (arch. IRM 721-722). Il fait allusion au seul point de son ordre du jour, l’unité syndicale, dans son éditorial de l’Humanité, le 19 février. La résolution est publiée dans l’Humanité, le 24 février, sous le titre « Pour la défense des revendications des travailleurs. Pour l’unité syndicale ».

150 Marcel dit Jean Guéhenno (1890-1978), professeur et écrivain, rédacteur en chef de la revue Europe depuis 1929. Son Journal d’un homme de quarante ans paraît en 1934 chez Grasset. Il y traite notamment des conséquences de la guerre sur la jeunesse.

151 La famille Cachin possède une maison à Lanvignec, hameau de Paimpol (Côtes-du-Nord). Mais elle réside dans la maison d’une parente à Lancerf, commune de Plourivo, qui possède une gare sur la ligne de chemin de fer Guingamp-Paimpol.

152 Hameau près de Lancerf dans la commune de Plourivo.

153 En 1931, dans le hameau de Penhoat, est recensée Jeanne Rémond (1884- 1941), veuve Pinel (dite Jannec Gon), cultivatrice ; cinq enfants vivent avec elle.

154 Sans doute Ernest Pinel, neveu du mari de Jeanne Pinel.

155 Le ministre des Pensions, depuis février 1934, est Georges Rivollet (1888- 1974), ancien secrétaire général de la Confédération nationale des anciens combattants et victimes de guerre.

156 Guillaume Nozahic, né en 1868, meurt à Plourivo, le 16 février 1935. Marié avec Jeanne Gelgon (1875-1941), il avait été infirmier colonial au Tonkin. Retirés à Lancerf, ils y possédaient la maison qu’ils mettaient à la disposition de leurs cousins Marcel et Marguerite Cachin. Leurs enfants appelaient « tante Jeanne » cette cousine qui avec son frère, Marcel Gelgon (1878-1964), agriculteur, parlait la langue bretonne.

157 L’Humanité, le 19 février, publie dans la rubrique « Doctrine et Histoire » une étude de Lucien Constant, « Rosa Luxemburg et Lénine en 1903-1904 », inspirée par la publication dans les Cahiers du bolchevisme, en février 1935, des deux lettres de Lénine de 1904 à la suite de deux articles de Rosa Luxemburg sur les « questions d’organisation de la social-démocratie russe ». Lucien Constant critique directement ceux qui se réclament actuellement de Rosa Luxemburg. Il estime qu’elle « intervient en 1904 dans la lutte entre les bolcheviks et les mencheviks dans la social-démocratie russe en se plaçant du côté des mencheviks ». Les réponses de Lénine qui n’avaient pas été publiées jusqu’alors démontrent, selon Constant, que la militante « viole l’ABC de la dialectique marxiste ». Et l’auteur ajoute : « Sous le drapeau de la démocratie, les mencheviks luttaient en réalité, non pas contre la tyrannie inexistante de Lénine, mais contre l’intégration des intellectuels petits-bourgeois dans le parti ouvrier, contre leur soumission à la majorité du Parti. »

158 Allusion à une lettre de Staline au comité de rédaction de la revue Proletarskaïa Revoloutsia (La Révolution prolétarienne, revue de la commission d’étude de l’histoire du PC de l’URSS), publiée dans les Cahiers du bolchevisme, le 15 janvier 1932, p. 81-91. La lettre proteste contre la publication dans la revue (n° 6, 1930) d’un « article hostile au parti et demi-trotskiste de Sloutski : “Les bolcheviks sur la social-démocratie allemande dans la période de la crise d’avant-guerre” ». L’auteur y affirme que Lénine « sous-estimait le danger du centrisme en Allemagne et, en général, de la social-démocratie d’avant-guerre [...] ». Staline rappelle que Lénine, dans un article, en octobre 1916, « Sur la brochure de Junius » (Junius, pseudonyme de Rosa Luxemburg), critique les erreurs de la gauche de la social-démocratie : « Oui, les bolcheviks ne soutinrent les gauches de la social-démocratie allemande qu’avec des réserves sérieuses et en critiquant leurs erreurs semi-menchevistes. »

159 Lucien Constant termine son article sur les erreurs de Rosa Luxemburg selon Lénine, dans « Notes du publiciste », l’Internationale communiste, n° 20, 1922. Dans les Cahiers du bolchevisme du 1er décembre 1933, n° 23, la chronique « Coin marxiste-léniniste » reproduit un article de Lénine, « Notes d’un publiciste », écrit le 14 février 1920 et publié dans le n° 9 de l’Internationale communiste, le 22 mars 1920 dans l’édition russe et en avril dans l’édition française. Lénine réagit à une lettre de Longuet et au Manifeste pour la reconstruction de l’Internationale, mais ne fait pas d’allusions aux positions de Rosa Luxemburg.

160 André Gide (1869-1951), écrivain, admirateur de l’URSS, participe à toutes les actions antifascistes. Présidant le compte rendu du congrès des écrivains soviétiques à Paris, le 23 octobre 1934, il déclare : « Mais comme la cause de la vérité se confond dans mon esprit, dans notre esprit, avec celle de la Révolution, l’art, en se préoccupant uniquement de la vérité, sert nécessairement le Révolution. »

161 À cette adresse travaille avec lui G. Mathiot, architecte. Perruch travaillait, au début des années 1930, au 28, rue d’Enghien (10e arrondissement).

162 L’American Federation of Labor (AFL), fédération de métiers, est née en 1886 aux États-Unis. La politique du New Deal, à partir de 1933, favorise son essor. L’abaissement du temps de travail constitue une de ses principales revendications.

163 Cette phrase a dû être lancée par Laval après le discours de Saint-Étienne de Briand présenté, le lendemain, par l’Humanité (22 décembre 1913) sous le titre : « Il a formulé sa politique de réaction et satisfait quelques rancunes personnelles. » Avocat, Pierre Laval devenait, l’année suivante, député socialiste, avant une évolution à droite connue.

164 L’Humanité, le 21 février, accorde une large place à un communiqué du syndicat CGTU de la Société des transports en commun de la région parisienne : « Ripostons aux attaques contre le droit syndical. »

165 Secrétaire du syndicat CGTU de la TCRP.

166 L’Humanité, le 23 février, annonce une fête de l’ES Transports, salle Japy, en soirée.

167 Une société de brasserie Guinness possède son siège 66, boulevard Malesherbes (8e arrondissement), siège aussi de la société Schweppes.

168 Dans un article de l’Humanité, le 1er mars, « Avant le conseil national SFIO Pour l’unité anti-fasciste renforcée », Cachin revient sur cette question : « Blum répète avec insistance que l’unité d’action ne peut être conçue que comme provisoire ; que son complément et sa conclusion, c’est la fusion des deux partis socialiste et communiste ; c’est le parti unique. Notre contradicteur se trompe du tout au tout lorsqu’il va jusqu’à prétendre que l’unité politique de la classe ouvrière n’est pas à nos yeux “souhaitable” ! »

169 Lettre du 14 février des fédérations socialistes de la Seine et de la Seine-et-Oise, publiée dans l’Humanité, le 20 février en page 4. La lettre indique aussi : « Nous vous proposons d’inviter nos sections locales et vos rayons à tenir des assemblées communes d’information et de discussion réservées à nos militants puis à tous les militants des organisations prolétariennes. »
L’Humanité publie le même jour, en pages 1 et 2, la réponse du 19 février des cinq régions communistes sous le titre « Pour le renforcement de l’unité d’action ». Un passage est en contradiction avec ce qu’écrit Cachin, le 27 février, à propos des réunions communes proposées par les socialistes. Les régions communistes répondent en effet :
« Aussi sommes-nous d’accord avec vous pour inviter nos rayons à tenir avec vos sections locales des assemblées communes d’information et de discussion réservées à nos militants et nous sommes prêts aussi à envisager la tenue de ces réunions avec la participation de militants des diverses organisations antifascistes. »
Ces notes de Cachin ne reflètent pas les décisions de la direction, qui sont résumées dans la lettre de Thorez au nom du Comité central du parti communiste au Conseil national socialiste publiée dans l’Humanité, le 3 mars. Elle reprend l’idée d’un 1er Mai d’union avec la CGT et la CGTU, étendu à toute la France, et des réunions communes avec un triple ordre du jour : l’organisation de l’action immédiate, « l’étude des conditions de l’unité totale de la classe ouvrière », avec une précision : « Nous proposons de prendre comme base de discussion le programme de l’Internationale communiste [...], “La lutte pour l’unité du mouvement ouvrier international”. »
De la même façon, la réponse prévoit une délégation commune auprès de l’union départementale CGT et de la 20e union régionale des syndicats unitaires.

170 Thorez, dans l’Humanité, le 28 février, indique que dans le Nord « une circulaire de Lebas [responsable socialiste SFIO] apporte tant de réserves et de restrictions à l’unité d’action que celle-ci a cessé d’être une réalité ».

171 L’Humanité, le 23 février, publie un long article sur la « lutte des dockers de Bône et de Philippeville ». Le 27 février, l’Humanité titre : « Contre la misère, pour la libération nationale. Chômeurs de Mostaganem et dockers d’Alger manifestent et tiennent tête aux troupes de police. » Le 28, le titre est : « La domination impérialiste ébranlée en Algérie. La grève est totale sur le port d’Oran. » D’autre part, la conférence impériale se tient depuis le 23 février et il y est longuement question de l’Algérie.

172 Maurice Viollette (1870-1960), avocat, député (1902-1919, 1924-1929) puis sénateur depuis 1929, républicain-socialiste de l’Eure, gouverneur général de l’Algérie (1925-1927). À la tête d’une commission parlementaire en Algérie en avril 1931, il dépose un projet de loi pour intégrer les élites algériennes dans la citoyenneté française. Il publie l’ouvrage l’Algérie vivra-t-elle ?, Alcan, 1931.

173 Dans un article du Temps, le 27 février, « Les plaintes du Maroc », une description analogue figure : blé vendu 35 F « bien en dessous du prix de revient », « trop grand nombre de fonctionnaires », « croulant encore plus qu’ailleurs sous le poids des dettes, les Français du Maroc sont exaspérés ».

174 Mouvement qui réclame une Constitution (Destour), des institutions démocratiques et la fin du protectorat. Une scission se produit en 1934 : les jeunes intellectuels occidentalisés, partisans d’un état laïque, fondent le Néo-Destour alors que les partisans d’une Tunisie traditionnelle et islamique créent le Vieux Destour.

175 L’Humanité du mercredi 6 mars ne comporte pas de développements sur la jeunesse.

176 L’Humanité, le 1er mars, annonce cette soirée, salle Rameau (ex-Pleyel), 252 faubourg Saint-Honoré, sous le titre général « Fête du 3e cross de l’Humanité ». Outre la remise des prix des épreuves du cross, le programme artistique comprend des exhibitions sportives, de la musique, des danses, la projection de films sur des manifestations sportives travaillistes, un film soviétique (Internationale follies au lieu des Mauvais garçons annoncé). 2 500 personnes, selon la police, acquittent un droit d’entrée de cinq francs et entendent des allocutions de Guillevic (qui évoque l’unité sportive récente dans la FSGT), Signac (« Le sport c’est la jeunesse et la jeunesse c’est l’avenir »). Cachin indique enfin que la jeunesse sportive ne doit « pas oublier dans le sport les luttes révolutionnaires » (APP, Ba 1719).

177 Jacques Boulenger signe dans le Temps, le 1er mars, une chronique, « La vraie renaissance ».

178 Friedrich Nietzsche (1844-1900), philosophe allemand.

179 Marcel Capron (1896-1982), tourneur, responsable du rayon communiste comprenant Charenton depuis 1927, maire d’Alfortville depuis 1929, député depuis 1932.

180 Cachin consacre le 8 un article (« En 1913, les trois ans préparaient la guerre... Action commune contre les deux ans »), le 10, le 11 et le 12, trois éditoriaux (« Pas un jour de plus ! », « Contre toute prolongation du service militaire », « À bas les deux ans ! ») à la lutte contre les deux ans.

181 L’Humanité, le 14 mars, annonce que, le 12, une assemblée d’information des 350 comités de lutte contre la guerre et le fascisme (Amsterdam-Pleyel) de la région parisienne a adopté le manifeste contre les deux ans du comité national du mouvement.

182 Il s’agit certainement d’une séance d’enregistrement de disques diffusés dans les réunions comportant la voix des dirigeants communistes. L’Humanité, le 20 avril, fournit les titres des disques de la série « La voix du communisme », commercialisés par la Coopérative ouvrière de TSF, 31 rue Doudeauville, Paris (18e). Cachin y prononce deux discours, « À la jeunesse », « Les Soviets en France ».

183 L’Humanité annonce deux meetings à 20 h 30, l’un organisé par le Comité régional de lutte contre la guerre et le fascisme, contre les deux ans, à la Maison des syndicats, avenue Mathurin-Moreau, avec Rouffianges, Raynaud, Rabaté, l’autre à la Mutualité, organisé par l’Union des femmes contre la misère et la guerre. Tous deux adoptent le manifeste contre les deux ans du Comité national du mouvement Amsterdam-Pleyel dont le texte est publié dans l’Humanité, le 14.

184 L’Humanité annonce cette « grande soirée populaire de solidarité internationale » organisée par le Comité pour la libération de Thälmann sous la présidence de Malraux avec de Moro-Giafferi, Cachin, Just, Racamond, Lecache, Cudenet pour « la libération de Thälmann et de tous les emprisonnés antifascistes d’Allemagne, d’Autriche et d’Espagne », « le droit d’asile », contre « le chauvinisme, l’antisémitisme, la xénophobie ». Cachin publie un article spécial en italiques dans l’Humanité du 13, « Ce soir à la Mutualité ». Selon l’Humanité du 14, « Cachin fait acclamer la politique de paix de l’Union soviétique, objet de la grande haine du fascisme ». Malraux absent est remplacé par Paul Signac à la présidence ; de Moro-Giafferi absent est remplacé par deux avocats roumains.

185 Le Temps, le 12 mars, publie une analyse de la déclaration du général Goering. ministre de l’Air d’Allemagne qui annonce que le Reich aura, « officiellement », à partir du 1er avril, une armée de l’air et qui donne une réponse au pacte aérien proposé par la Grande-Bretagne aux grandes puissances. Le 13, il publie une longue analyse du débat à la Chambre des communes sur le « livre blanc » de la défense nationale britannique. Le 14, il consacre son « bulletin du jour » à « l’aviation militaire allemande » et deux longs articles à l’aviation allemande et aux armements britanniques. Le 15 mars, enfin, il avance le chiffre de 1 300 appareils de première ligne et commente : « (...) ce qui est plus du double du chiffre que l’on croyait. » L’Humanité, le 14, publie un article de Gabriel Péri, « La course à la guerre. Surarmement anglais, surarmement français, réarmement allemand ». Intervenant dans le débat à la Chambre des députés sur l’allongement du service militaire, Jean Fabry mentionne aussi comme élément de la menace allemande : « Demain, l’Allemagne aura 1 500 avions de combat. »

186 L’Humanité annonce ce meeting, pendant plusieurs jours, pour la « commémoration de la Commune de Paris de 1871 » et la « présentation des candidats communistes aux élections municipales » avec Cachin, Marty, Duclos, Gitton et Vaillant-Couturier. Le 15, la première page du journal est barré d’un « Ce soir en masse salle Bullier » avec en plus « Contre les deux ans ».

187 Le quatrième congrès des Comités de défense de l’Humanité à la Bellevilloise. La séance solennelle, le 16 à 21 h 30, sous la présidence de Cachin, comprend une partie artistique. 400 personnes y participent selon la police (APP, Ba 1719). Le 17, l’Humanité titre : « Marcel Cachin a exalté le rôle des comités de défense de L’Humanité. »

188 Brochure de 8 pages.

189 Le titre est suivi de la mention « (Pages choisies) », 44 pages.

190 Hitler et ses partisans pensent que les femmes doivent s’occuper des enfants (Kinder), faire la cuisine (Küche) et aller à l’Église (Kirche). En France, face à la crise, la droite émet souvent des propos très proches visant la légitimité du travail féminin. Dans son intervention, Cachin expose « qu’il n’y a pas d’erreur plus préjudiciable à la femme, à l’homme, à la civilisation que le mot d’ordre des fascistes “la femme au foyer” » (l’Humanité, 20 mars 1935).

191 Avec cette loi, les femmes obtenaient le droit de pouvoir utiliser librement leurs salaires.

192 Depuis quelques jours, l’Humanité annonce ce « grand meeting » à l’initiative du Rassemblement mondial des femmes contre la guerre et le fascisme, pour le « droit au travail » et le « droit de vote ». Doit le présider Jeanne Signac, et doivent y parler Cécile Brunschwicg, présidente de l’Union française pour le suffrage des femmes, Marguerite Schwab, présidente de l’Action démocratique et laïque des femmes, Maria Vérone, présidente de la Ligue du droit des femmes, Bernadette Cattaneo, du Comité national des femmes contre la guerre et le fascisme, Gabrielle Duchêne, présidente du Comité mondial des femmes contre la guerre et le fascisme, Antoinette Gilles, secrétaire de l’Union des femmes contre la misère et la guerre, Yvonne Kanya, du Comité des jeunes contre la guerre et le fascisme, Gisèle Wolfsohn, de la section française de la Ligue internationale des femmes, Bracke, du parti socialiste SFIO, Cachin, Éliane Brault, secrétaire du parti républicain radical et radical-socialiste. Selon Christine Bard, il s’agit de retrouvailles entre les femmes qui ont choisi la lutte politique dans les partis de gauche et celles qui militent dans les associations féministes (Union française pour le suffrage des femmes et Ligue française du droit des femmes). Selon le compte rendu paru dans l’Humanité, le 20, « près de 2 000 femmes » écoutent les orateurs. Sont défaillantes A. Gilles, H. Baron et B. Cattanéo. S’ajoutent Henri Faron, vice-président du parti radical-socialiste Camille-Pelletan, et Maria Rabaté, du Comité national contre la guerre et le fascisme. Le même soir, dans la grande salle de la Mutualité, se déroule une « manifestation » « Pour l’unité syndicale nationale et internationale ».

193 Mathilde, Denise dite Gabrielle Duchêne (1870-1954), secrétaire de la section française de la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté depuis 1919, secrétaire du Comité mondial de lutte contre la guerre et le fascisme (Amsterdam-Pleyel), préside le Comité mondial des femmes contre la guerre et le fascisme.

194 Militante de la section française de la Ligue internationale des femmes, membre de la commission médico-sociale du Comité mondial des femmes contre la guerre, Ginette Wolfsohn est sans doute parente de Robert Wolfsohn, médecin communiste, militant néomalthusien.
Yvonne Kanya est une militante du Comité des jeunes contre la guerre et le fascisme.
Antoinette Gilles (1893-1939), employée, syndicaliste et communiste, présidente de l’Union fraternelle des femmes contre la guerre impérialiste depuis 1927, organisation qui périclite rapidement, assure le secrétariat de l’Union des femmes contre la misère et la guerre. Collaboratrice de la Française, Éliane Brault est présidente de la Fédération des femmes radicales, fondée en 1935, secrétaire puis vice-présidente du comité exécutif du parti républicain radical et radical-socialiste, secrétaire de l’Entraide internationale des partis radicaux, démocrates et libéraux, déléguée par le Rassemblement populaire en septembre 1935 pour rencontrer le président de la Société des Nations, dirigeante de la franc-maçonnerie (le Droit humain).
Alexandre Desrousseaux, dit Bracke (1861-1955), professeur, ancien membre du parti ouvrier français comme Cachin, député socialiste SFIO (1912-1924, puis à partir de 1928).
Cécile Brunschwicg (1877-1946), épouse de Léon Brunschwicg, professeur à la Sorbonne, fonde l’École des surintendantes d’usines en 1917, préside l’Union française pour le suffrage des femmes et dirige l’hebdomadaire la Française depuis 1924.
Marguerite Sommer-Schwab, professeur, membre de l’Union des femmes pour le suffrage des femmes, préside l’Action démocratique et laïque des femmes, milite dans le parti radical-socialiste.
Maria Vérone (1874-1938), avocate, présidente de la Ligue française du droit des femmes depuis 1919.
Bernadette Cattanéo (1899-1963), syndicaliste et communiste, membre du bureau de la CGTU (1931-1933), secrétaire du Comité féminin français de lutte contre la guerre et le fascisme depuis septembre 1934.

195 Charles Fourier (1772-1837), socialiste français, reconnu comme un des précurseurs du féminisme.

196 Dans son intervention, Cachin explique qu’« il faut libérer la femme du travail domestique, si ingrat, si dur, si asservissant », et il rappelle toutes les institutions soviétiques (crèches, fabriques-cuisines, etc.) créées dans ce but.

197 Signac y possède une maison.

198 Émile Proudhon (1887), ouvrier tailleur de pierre, militant syndicaliste et communiste en Côte-d’Or.

199 Voir 28 février 1935. L’Humanité, le 22, titre : « Au Sénat. L’ex-gouverneur Viollette avoue l’effroyable misère des indigènes en Algérie. » Le Temps, le 23 mars, rapporte ses propos :
« En pleine période de prospérité, en 1925, un inspecteur général de l’hygiène signalait déjà que les indigènes étaient sous-alimentés et atteints de tares multiples et il rappelait, à l’appui de cette affirmation, que sur 60 000 conscrits indigènes appelés en 1924, 12 000 seulement avaient pu être incorporés. Depuis lors, la situation ne s’est guère améliorée [...] l’Algérie souffre cruellement de l’usure [...] Les taux de 200 % et 300 % sont pratiqués couramment par les prêteurs. »

200 Walter Gross (1904-1945), membre du NSDAP (1925), fonde le Bureau pour l’information et la propagande sur la politique de la population et du bien-être racial (1933), qui, en avril 1934, s’intègre dans le département de la Politique raciale.

201 Lors du débat au Sénat, le 20 mars, sur la loi militaire française et le réarmement en Allemagne, Flandin, président du Conseil, construit son argumentation sur la question des « classes creuses » en France (le Temps, 22 mars 1935). Selon les données allemandes, le taux de natalité passe de 35,14‰ en 1896- 1905 à 16,56‰ en 1931-1935, avec sans doute un minimum en 1933, apogée de la crise. Le taux français en 1931-1935 est de 16,5‰.

202 Commune des Côtes-d’Armor qui comprend plusieurs écarts dont Lancerf et Penhoat.

203 Jean dit Yann Sohier (1901-1935), instituteur à Plourivo depuis 1929, décédé dans la commune le 21 mars, membre du parti autonomiste breton -Breiz Atao- (1927), puis du parti national breton (1931), admirateur de la révolution bolchevique et du fédéralisme qu’elle provoque, ami de Cachin, fonde le groupe Ar Falz (la Faucille) en janvier 1933 avec des instituteurs laïcs partisans de l’enseignement et de la défense de la langue bretonne. Pour sauvegarder les valeurs bretonnes, ils réclament l’enseignement du breton dans les écoles primaires et projettent diverses interventions culturelles. À la fin de 1934, ils lancent une pétition populaire : « Pour l’enseignement de la langue bretonne ! Contre l’oppression culturelle ! Ouvriers, paysans, étudiants, intellectuels, femmes de Bretagne, de tous partis, de toutes tendances, formez un front unique de combat. »

204 Olivier Patru (1604-1681), avocat écrivain, académicien qui devint un des arbitres dans les controverses sur le langage. Le Temps, le 27 mars, publie un article, « Éloge de Patru ». Et l’auteur de l’article conclut que Patru resta pauvre et que Boileau lui racheta sa bibliothèque pour lui éviter la saisie.

205 Paul Faure (1878-1960), journaliste, secrétaire général du parti socialiste SFIO depuis 1921.

206 L’Humanité, le 26 mars, publie un article de K. Vorochilov, « Staline et l’armée rouge », extrait de l’Internationale communiste, du 5 mars 1935.

207 L’éditorial de l’Humanité, le 28 mars, est intitulé « Front populaire ou aide au fascisme ? Le congrès du parti radical s’ouvre aujourd’hui à Lyon ». L’Humanité du 30 titre : « Hier à Lyon-Villeurbanne, devant 5 000 travailleurs, Cachin et Thorez font acclamer le Front populaire. » L’article précise que 4 000 auditeurs écoutent Cachin qui présente les « dangers de guerre » et les « menaces d’agression contre l’Union soviétique ». Les questions de politique intérieure ne sont abordées que par Thorez.

208 Julien Airoldi (1990-1974), mécanicien, secrétaire de la région lyonnaise du parti communiste.

209 Il faut entrer par le 7, cours Lafayette pour accéder au passage Coste, où, au 5, se situe le siège régional du parti communiste.

210 Auguste Béchard (1883-1965), cultivateur-vigneron, maire communiste de Lédignan (Gard) depuis 1925, conseiller général depuis 1913, candidat communiste aux élections législatives, orateur lors du meeting d’Alès.

211 Kembs, centrale sur le grand canal d’Alsace inaugurée le 9 octobre 1932 par le président de la République Lebrun et par le président du Conseil Herriot. La presse communiste en faisait à son inauguration le symbole d’une réalisation pouvant favoriser la guerre.

212 Rivière du Sud-Ouest comprenant plusieurs barrages.

213 L’Humanité, le 31 mars, fait état d’un débat du conseil municipal de Paris sur les tarifs de l’électricité distribuée par la CPDE.

214 L’Humanité, le 1er avril, publie un compte rendu sous le titre : « À Alès, 12 000 travailleurs exigent la libération de Valat. » Le maire communiste d’Alès est emprisonné « sous la plus mensongère inculpation ». Cachin « fait acclamer l’action du parti communiste contre la guerre et le fascisme ». Le journal publie un long article sur ce meeting le 4 avril qui se tint au Théâtre de verdure. La sonorisation permet d’entendre les propos tenus depuis la prison où est détenu le maire. Plusieurs orateurs se succèdent et une manifestation termine le rassemblement.

215 Le Temps, le 2 avril, annonce une exposition organisée par la Compagnie du PLM sur la Provence et la vallée du Rhône.

216 Dans sa lettre, la CAP du parti socialiste SFIO propose de réunir la commission d’unification avec des délégués de chaque composante. Elle indique la composition de la sienne.

217 La lettre du secrétariat du parti communiste du 4 avril propose à nouveau « la convocation d’une conférence préparatoire au Congrès d’unification ».

218 Le secrétariat du parti communiste, le 4 avril, indique en italique dans sa réponse au parti socialiste SFIO : « Nous avons toujours pensé que la discussion devrait aussi porter sur les questions capitales du refus ou de l’acceptation de la défense nationale en régime capitaliste, de la prise du pouvoir et de la dictature du prolétariat. Nous avons toujours pensé que la discussion devrait aussi porter sur les problèmes de l’Internationale. »

219 Victor Margueritte (1866-1942), écrivain favorable à l’émancipation des femmes et à la paix. L’Humanité, le 7 avril, se félicite de la baisse des prix des ouvrages de Margueritte dans la « Sélect-collection » chez Flammarion. Il précise que la librairie de l’Huma propose une dizaine de titres de cet auteur.

220 Maxime dit Max Fischer (1880-1957), directeur littéraire chez Flammarion, romancier et humoriste.

221 Selon l’Humanité du 2 avril, au cours du congrès de l’Union nationale des officiers de réserve, Weygand précise la politique de l’état-major. Le service militaire, porté à deux ans, ne sera pas diminué. Il commente :
« On ne pourra revenir à un service à plus court terme que si l’on a rénové l’éducation de nos enfants dans un sens national ; si on ne leur enseigne pas ce qu’est la France, les devoirs qu’ils ont envers elle, si on ne cultive pas leur physique et si l’on n’élève pas leur moral, et si l’on ne remplace pas l’instruction trop souvent antimilitariste d’aujourd’hui par une instruction pré-militaire, on ne pourra penser à un service plus réduit. »

222 L’Humanité, le 2 avril, annonce que le général Weygand vient d’être nommé administrateur de la Compagnie du canal maritime de Suez, constituée en 1854 pour une concession d’exploitation de 99 ans. Maxime Weygand (1867-1965), ancien haut-commissaire de France en Syrie (1920-1924), vient de quitter ses fonctions militaires.

223 La loi du 13 août 1913 fixait à trois ans la durée du service militaire.

224 Allusion à la bataille de Charleroi, en Belgique, qui opposa troupes allemandes et troupes françaises du 21 au 23 août 1914.

225 Joffre et le Grand État-Major se livrèrent à une sévère épuration au début de la guerre et, à la fin de 1914, près de la moitié des 400 généraux en exercice furent relevés de leur commandement. Selon J.-J. Becker, « ces hommes souvent âgés n’avaient, à la suite de la longue période de paix, aucune expérience de la guerre sur le terrain ». Dans son éditorial de l’Humanité, le 6 avril, sous le titre « Offensive chauvine de répression », Cachin cite Gallieni, au début de 1914 : « L’État-major n’a rien appris. Il ne voit que la satisfaction de ses ambitions. Il vit en dehors des réalités [...] Il ignore les procédés de guerre actuels ; il retarde de quarante ans [...]. » Les insuffisances de l’état-major français dans la conduite de la guerre ont été le leitmotiv des quinze conférences de février à mai 1921 données salle du Globe et éditées par Clarté. Parmi celles-ci figure De l’incapacité des militaires à faire la guerre, d’André Morizet (46 p.).
Joseph Joffre (1852-1931), chef d’état-major général (1911), partisan de l’offensive, vainqueur de la Marne, commandant en chef des armées françaises (1915- 1916), maréchal (1916).
Ferdinand Foch (1851-1929), grand inspirateur de la stratégie militaire française fondée sur l’offensive, généralissime des armées alliées (mars 1918), maréchal en août 1918.
Joseph Gallieni (1849-1916), général, commandant du camp retranché et des armées de Paris (26 août 1914), s’aperçoit de l’infléchissement de la marche de la droite de l’armée allemande vers le sud-est et conseille à Joffre de l’attaquer de flanc. Les premiers combats livrés par l’armée de Paris (6 septembre) marquent le début de la bataille de la Marne. Il est ministre de la Guerre d’octobre 1915 à mars 1916.

226 Gaston Bergery (1892-1974), avocat, député radical-socialiste de la Seine-et-Oise (1928-1934), après s’être opposé à la ligne politique du parti radical en 1932, fonde en mars 1933 un mouvement pour le « Front commun contre le fascisme ». Il quitte le parti radical-socialiste et crée en 1934 un hebdomadaire, la Flèche de Paris.

227 Une lettre du secrétaire général adjoint au nom de la CAP du parti socialiste SFIO du 28 mars conduit à une réflexion du Bureau politique et à une réponse du secrétariat datée du 4 avril (ces deux lettres sont publiées dans l’Humanité, le 6 avril). Les questions débattues lors de la réunion du Bureau politique sont l’unité d’action et l’Algérie (arch. IRM, 729).

228 Du 24 mars au 6 avril, l’Humanité publie une enquête de P.-L. Darnar sous le titre « Parle, peuple d’Algérie ! ».

229 Il s’agit, dans l’esprit du rapporteur, d’un terme qui désigne diverses organisations, Front paysan, activités des Croix-de-Feu et en ville, d’organisations antisémites (Union latine) ou plus largement du mouvement animé par l’abbé Lambert dans la région d’Oran.

230 Le Journal officiel publie un décret sur la « Répression des manifestations contre la souveraineté française en Algérie ».

231 Mohamed Salah Bendjelloul (1896-1985), médecin, assimilationniste, conseiller général musulman de Constantine depuis 1928, animateur de la Fédération des élus indigènes (musulmans), fédération autonome des élus du département de Constantine, de tendance assimilationniste, devient le porte-parole des revendications des élites algériennes auprès du ministre de l’Intérieur Marcel Régnier, qui l’a reçu, lors de son voyage en Algérie, début mars (audience en deux temps, selon le Temps, 10 mars). Les déclarations de loyalisme faites (il avait été faussement accusé d’avoir donné une interview à un journal allemand), les revendications qu’il présente sont reprises dans les projets Viollette. Selon P.-L. Darnar, les idées de Bendjelloul sont du « national réformisme » (l’Humanité, 5 avril), et « Parmi une mince couche de la population – celle que socialement il représente lui-même – règne l’idée que M. Bendjelloul obtiendra pour l’“élite” et la bourgeoisie arabe une participation à la gestion du pays » (l’Humanité, 31 mars 1935).

232 Autorité religieuse musulmane. Bendjelloul appartient à une famille maraboutique de Constantine, situation qui permet son accès à la vie politique.

233 Darnar, le 5 avril, soulève la question de la création d’un « mouvement radical de lutte pour l’émancipation nationale au profit et sous la conduite des masses ouvrières et paysannes » et note aussitôt : « Il y a déjà l’étoile nord-africaine. »

234 Gaston Monmousseau (1883-1960), ouvrier des chemins de fer, secrétaire de la CGTU depuis 1922, membre du Bureau politique du parti communiste depuis 1926. Darnar, dans ses articles, y fait plusieurs fois allusion : « Le secrétaire de la CGTU maintes fois insiste sur l’importance des mouvements qui à Mostaganem, à Temouchent, à Oran, à Bel-Abbès, à Perregaux, à Mascara, etc.... ont dans l’Oranie soudé pour la lutte commune chômeurs et ouvriers européens et indigènes. »

235 Le lendemain se déroule une élection au Conseil général dans le canton à la suite du décès du conseiller socialiste. Le candidat communiste Quinet, secrétaire du syndicat CGTU des mineurs, y devance le député socialiste SFIO Evrard. L’avance communiste est particulièrement nette à Hénin-Liétard, la plus grosse commune. Cachin signe dans l’Humanité, le 9, un article de la chronique « Aujourd’hui » en italique, « Carvin ! », qui évoque « la réunion enthousiaste de Carvin samedi dernier ».

236 Nestor Calonne (1894-1979), mineur, dirigeant communiste et syndicaliste dans cette région.

237 Albert Bayet (1880-1961), professeur de sociologie à la Sorbonne qui collabore à divers journaux de gauche.

238 L’Humanité, le 11 avril, annonce : « Un accord de principe est intervenu entre l’URSS et la France » et précise que « le pacte d’assistance mutuelle serait signé avant la fin du mois ».

239 Allusion aux entretiens entre la France, l’Italie et la Grande-Bretagne qui s’ouvrent à Stresa, le 11 avril.

240 Réunion pour présenter le programme municipal d’Ivry avec Cachin, Marrane et Thorez. L’Humanité, le 11, annonce 2 500 auditeurs et publie le résumé du discours de Cachin consacré à Doriot et à Saint-Denis.

241 Dans sa réponse à la CAP du parti socialiste, le secrétariat du parti communiste propose comme date pour la réunion du comité de coordination créé en application du pacte d’unité d’action le 10 avril. L’Humanité, le 11, publie les décisions « pour l’unité d’action » : plan de lutte contre les deux ans, sur la vie chère, pour une intervention commune contre la politique du gouvernement en Algérie.

242 Depuis le 31 mars, l’Humanité annonce un « Rassemblement monstre », organisé par le comité Thälmann, au vélodrome Buffalo à 20 h avec les mots d’ordre : « Contre le chauvinisme préparation à la guerre ! Pour l’Allemagne pacifiste de Thälmann ! Pour le droit d’asile et la libération des antifascistes emprisonnés ! », avec André Malraux, Marcel Cachin et Jean Longuet. Une transformation s’opère et l’Humanité, le 10 avril, indique comme mots d’ordre : « Contre le rabiot ! contre les deux ans ! contre le chauvinisme et les fauteurs de guerre ! » Cachin y fait allusion dans ses éditoriaux mais les orateurs ne sont plus annoncés. Le 10 avril, le comité de coordination parti socialiste SFIO-parti communiste pour la région parisienne décide d’appeler à ce meeting ainsi qu’à ceux de Bezons, d’Ivry et de Bagnolet ; ces meetings sont des rassemblements « contre le chauvinisme et les fauteurs de guerre ». Pour celui de Buffalo, « Pour le soutien des forces de paix en Allemagne », sont annoncés 10 orateurs « communistes, radicaux, socialistes, unitaires, confédérés, autonomes ». Effectivement présidée par Malraux, la réunion voit se succéder Addé-Vidal (radical-socialiste), Cachin, Longuet (socialiste SFIO), Reynaud (CGTU), Lacoste (Ligue des droits de l’homme), Cudenet (radical-socialiste C. Pelletan), Rabaté (Amsterdam-Pleyel), Lecache (Ligue contre l’antisémitisme), Seigneur (comité Thaëlmann), Cazaubon (autonomes), Chauvet (Secours rouge international). Un grand titre barre la première page de l’Humanité, le 13 : « À Buffalo, pour Thaëlmann et pour la paix ! » L’Humanité, le 14, avance plus de 30 000 participants.

243 Sur les trois meetings (Bezons, Ivry, Bagnolet), voir note précédente.

244 Les 13 et 14 avril, la Conférence européenne d’aide aux victimes du fascisme en Espagne se tient 44 rue de Rennes.

245 Dolorès Ibarruri Gomez, dite la Pasionaria (1895-1989), membre du Comité central du parti communiste espagnol depuis 1930, du Bureau politique depuis 1932, intervient au début de la conférence et préside la séance du dimanche lors de l’intervention de Cachin.

246 Elle participe à la conférence. Son intervention n’est pas rapportée par la presse.

247 Allusions à la répression de l’insurrection ouvrière des Asturies à direction socialiste et anarchiste par l’armée commandée par le général Franco, terminée le 18 octobre 1934. Données chiffrées figurant dans l’article de l’Humanité, le 14.

248 La majorité gouvernementale repose sur une coalition dont les principaux responsables sont le président du Conseil radical Lerroux et le dirigeant de l’Action populaire catholique Robles. Elle est fragilisée par les conséquences des mouvements révolutionnaires dans les Asturies et en Catalogne (octobre 1934) réprimés par le gouvernement Lerroux. Alejandro Lerroux y Garcia (1864-1949), député républicain anticlérical de Catalogne depuis 1901, évolue vers la droite, devient ministre en 1931 et dirige trois gouvernements sur cinq entre septembre 1933 et mai 1935, avec participation de ministres de droite.

249 José Maria Gil-Robles (1898-1980), professeur de droit catholique, député du Bloc agraire en 1931, dirige la Confédération espagnole des droites autonomes qui l’emporte aux élections de 1933. Il dirige le cabinet à partir du 3 mai 1935.

250 Candido Casanueva y Gorjon, membre de la CEDA, ministre de la Justice dans le gouvernement Lerroux depuis le 3 avril 1935.

251 L’Humanité annonce à 20 h 30 ce meeting « Contre les 2 ans, contre la guerre » organisé par le Comité national de lutte contre la guerre et le fascisme sous la présidence de Francis Jourdain. L’Humanité, le 20, titre son compte rendu sans indiquer le nombre des participants : « Salle Bullier, les travailleurs parisiens acclament la politique de paix de l’URSS et la lutte contre les deux ans. » Cachin parle le premier et donne le ton.

252 L’Humanité, le 20, annonce que Cachin présidera la fête de nuit de la municipalité communiste de Villejuif au stade Karl-Marx, avec ballet, chorale, music-hall et feu d’artifice. Le temps est mauvais, mais 5 000 personnes y participent, selon l’Humanité, le 22. Cachin prend la parole après le feu d’artifice.

253 Ici prennent place les notes de Cachin prises lors de la réunion du Comité central, le 1er juin. Elles se poursuivent les 23, 24 et 25 avril. Ces notes reflètent le rapport de Thorez (extraits publiés dans l’Humanité, le 8 juin) et la résolution publiés dans l’Humanité, le 7 juin, en reprend divers aspects.

254 Fernand Bouisson (1874-1959), industriel, député socialiste SFIO des Bouches-du-Rhône depuis 1909, président de la Chambre depuis 1927, quitte le parti socialiste SFIO en février 1934 pour soutenir le président du Conseil Doumergue. Le ministère Flandin est renversé (vote n’accordant par les « pouvoirs étendus » demandés) le 30 mai 1935 par 353 voix contre 202. Bouisson constitue un gouvernement « d’union nationale » dès le 1erjuin avec trois ministres d’État symbolisant les orientations, Philippe Pétain, Édouard Herriot (radical-socialiste) et Louis Marin (Fédération républicaine), qui ne reçoit pas la confiance le 5 juin.

255 Le déficit budgétaire ne cesse d’augmenter : l’excédent de dépenses passe de 2,638 millions en 1931 à 6,418 millions en 1934, soit un total cumulé depuis 1930 de 27,617 millions (le Temps, 29 mai 1935).

256 Le 30 mai, le débat à la Chambre des députés sur la demande des « pouvoirs élargis » par le gouvernement Flandin porte sur la dévaluation comme remède à la crise financière. L’exemple belge est présent dans tous les esprits (voir infra).

257 Flandin en demandant les « pouvoirs étendus » entend refuser la dévaluation qui paraît souhaitable à différents courants.

258 Joseph Caillaux (1863-1944), député de la Sarthe depuis 1898, sénateur à partir de 1925, ministre des Finances dans le cabinet Briand en 1926, devient ministre des Finances dans le nouveau gouvernement. Il doit être le principal responsable de la politique de déflation résolue, « de grande pénitence », qu’annonce le Temps le 2 juin 1935.

259 L’Humanité, le 29 mai, mentionne dans son titre : « Initiative communiste pour grouper toutes les forces hostiles aux projets de misère ! » En page intérieure, dans le compte rendu de la réunion entre « la fraction communiste et le groupe socialiste », il est indiqué que les communistes ont proposé aux socialistes de se réunir, le 28. L’après-midi, une lettre commune convoque, le 30 à 9 h 30, les « groupes de gauche ». Le 31 mai, le Temps annonce l’échec de la réunion en raison de l’attitude des socialistes SFIO favorables à une alliance exclusive entre formations de gauche et d’extrême gauche pour « une formation de combat ».

260 Louis-Oscar Frossard (1899-1946), communiste jusqu’en 1923, fondateur en 1923 de l’Union socialiste-communiste, revient au parti socialiste SFIO en 1927. Député de la Martinique (1928), de la Haute-Savoie (1932), il vient de quitter le parti socialiste SFIO pour devenir ministre du Travail dans le cabinet mort-né de Bouisson.

261 Meeting à l’occasion des élections municipales à Alfortville. L’Humanité, le 24, annonce « plus de 2 000 travailleurs » : Cachin et Marcel Capron parlent.

262 François Chasseigne (1902-1977), journaliste, membre du Comité central du parti communiste (1925), du parti ouvrier et paysan (1929-1930), du parti d’unité prolétarienne depuis 1930, député de l’Indre depuis 1932.

263 Le Temps, le 2 juin, le qualifie de « large union pour la défense du franc ».

264 Depuis avril 1934, la CGT possède un plan qui continue à être discuté pour être adopté par le Comité confédéral national sous le titre de Plan du travail.

265 Thorez, dans son rapport devant le Comité central, le 1er juin, évoque « notre participation au congrès d’Amsterdam qui est la grande initiative communiste » (l’Humanité, 8 juin).

266 Dans son éditorial de l’Humanité, le 23 avril, sous le titre « Laval complice de Hitler », Cachin dénonce l’attitude attentiste de Laval et dans sa conclusion demande « aux ouvriers de rappeler au maire-ministre [d’Aubervilliers] la volonté de paix du prolétariat et la nécessité pour cela de suivre non la voie d’Hitler et du fascisme mais celle de l’URSS, rempart de la paix dans le monde. » Dans son éditorial de l’Humanité, le 28 avril, Cachin indique : « Il faut bien croire que la campagne de l’Humanité a porté. Les journaux annoncent, en effet, que le pacte franco-soviétique d’assistance mutuelle va être paraphé le 1er mai. Nous répétons que le plus tôt sera le mieux ! »

267 Allusion au meeting de la salle Bullier dont l’Humanité, le 30 mai, rend compte sous le titre : « Six mille auditeurs enthousiastes acclament les témoignages des délégués revenus d’URSS. » Thorez, dans son rapport devant le Comité central, le 1er juin, indique à propos de la réaction à l’accord Laval-Staline : « Le BP a immédiatement pris une position juste. Il n’y a pas eu la moindre hésitation, dans notre séance du BP le jeudi matin. Le rapport qui a été développé au nom du BP le lendemain – dès le lendemain à la parution du communiqué – à l’assemblée de 5 000 communistes à Bullier, a exprimé une ligne juste, sans réserves, ni hésitations » (l’Humanité, 8 juin).

268 Charles Tillon (1897-1993), dirigeant national de la CGTU, membre du Comité central du parti communiste depuis 1932, candidat au Conseil général dans la deuxième circonscription du canton d’Aubervilliers, est élu dès le premier tour, le 26 mai 1935. Thorez, dans son rapport devant le Comité central, le 1er juin, indique : « En même temps, qu’il [Laval] proclame que c’est le pays de la paix, les travailleurs d’Aubervilliers disent : “Alors il faut faire confiance aux communistes” et ils votent pour Tillon comme conseiller général » (l’Humanité, 8 juin).

269 L’Humanité, le 24 avril, annonce un meeting sous le titre « Laval est invité à venir s’expliquer devant les électeurs d’Aubervilliers sur sa politique extérieure », avec Cachin, Thorez et Tillon.

270 Allusion au contenu de la brochure de Lénine, le Socialisme et la Guerre (1915) et à ses analyses constantes.

271 Dans la résolution, le Comité central rappelle la validité du communiqué du Bureau politique du 17 avril 1935 : « [...] le parti communiste persiste dans son refus de voter les budgets de guerre et combat le retour aux deux ans et le maintien à la caserne du contingent libérable. »

272 L’Humanité annonce que Cachin parlera à 20 h 30 sous le préau des écoles de la rue Baudricourt dans le 13e. Dans son compte rendu, l’Humanité, le 28, parle de 4 000 ouvriers écoutant successivement Marty et Cachin.

273 Vladimir Petrovitch Potemkine (1874-1946), enseignant, devient diplomate à partir de 1922, ambassadeur d’URSS en Grèce (1929-1932), en Italie (1932-1934) puis en France. Il présente ses lettres de créances le 24 décembre 1934 et la presse donne de longues informations sur la cérémonie, publiant notamment le contenu des discours.

274 Francesco Nitti (1868-1953), avocat italien spécialisé dans le commerce et les finances, député (1904), ministre (1911), président du Conseil (1919-1920), émigré en France, habite 15 rue Duguay-Trouin (6e arrondissement) et figure parmi les avocats dans l’Almanach du commerce. Il entretient des rapports avec la délégation commerciale de l’URSS à Paris (visite signalée par la police en juin 1926, APP, Ba 1707) et livre à la presse de gauche des informations sur l’Italie, ainsi lors du traité du Latran signé entre Mussolini et le pape en 1931. Sa fille Luigia Nitti est la trésorière du comité de secours de la Ligue italienne des droits de l’homme (LIDU) en 1931 (APP, Ba 1711). Jean Priou (1894-1950), avocat à la cour d’appel, habite avec son épouse Madeleine (1891), avocate, 28 rue Sarrette (14e arrondissement). Il parle plusieurs langues dont l’italien.

275 Sans doute Laval et allusion à la campagne pour la signature du pacte franco-soviétique.

276 Émile Vandervelde (1866-1938), membre du parti ouvrier belge, député depuis 1894, ministre des Affaires étrangères (1925-1927) ; ministre sans portefeuille dans le cabinet Van Zeeland (25 mars 1935-26 mai 1936) ; il réclame depuis plusieurs années la reconnaissance de l’URSS et accepte de participer au gouvernement à cette condition.

277 En 1935, la Belgique, la Suisse et les Pays-Bas n’ont pas reconnu l’URSS. Pour favoriser les relations commerciales et aider la reprise économique, le Premier ministre Van Zeeland, qui prend aussi le portefeuille des Affaires étrangères, dès sa déclaration, le 29 mars 1935, annonce qu’il est favorable à la reconnaissance de l’URSS. Son gouvernement engage des négociations économiques avec l’URSS, qui demande la reconnaissance diplomatique par la Belgique. Pour ménager son parti, hostile à une telle perspective, il charge Vandervelde de prendre des contacts hors de la Belgique. Celui-ci provoque une réunion officieuse avec l’ambassadeur russe chez Blum, le 29 mai 1935. Un échange de lettres entre Belgique et URSS se produit le 12 et le 17 juillet 1935. Un accord commercial se négocie à Paris en août 1935 et la convention est signée en septembre. Les ventes belges en URSS passent de 53 millions à 190 millions de francs belges pour la première année (produits métallurgiques et cuivre du Congo essentiellement).

278 Depuis le 9 mars se tient une exposition internationale, 83, rue La Boétie, sur le thème « Le fascisme contre la civilisation ».

279 Léon Piginnier (1884-1944), lithographe, maire communiste de Malakoff depuis 1925.

280 Selon l’Humanité, le 2 mai, « 3 000 travailleurs » assistent à la réunion publique dans avec Cachin.

281 L’Humanité, le 7 mai, annonce que le tirage du journal du 1er mai a été de 234 000 exemplaires et qu’il a progressé les jours suivants.

282 Béranger est membre de la commission exécutive de la Fédération de la Seine des Jeunesses socialistes SFIO. Soupçonné d’être « l’agent que le PC avait réussi à infiltrer », selon Zeller (Fred), Trois points c’est tout. Les Mémoires de l’ancien Grand Maître du Grand Orient de France, Paris, R. Laffont, Vécu, 1976, p. 64. il participe à une entrevue, les 25 et 27 avril 1935, entre Zeller, Raymond Guyot, responsable des Jeunesses communistes, le responsable des Komsomols et le secrétaire de l’Internationale communiste des jeunes.

283 Fred Zeller (1912), artiste peintre, secrétaire de l’entente de la Seine des Jeunesses socialistes SFIO depuis octobre 1934, anime la tendance majoritaire Jeunesse socialiste révolutionnaire.

284 Les désistements sont annoncés dans l’Humanité, le 9 mai.

285 Dans ce quartier du 2e arrondissement, le candidat communiste suit le candidat de droite et le radical-socialiste Schneid.

286 3e arrondissement ; le communiste arrive derrière le candidat de droite et le radical-socialiste Ory, qui le précède de 6 voix.

287 15e arrondissement ; le communiste est troisième derrière le candidat de droite et le radical-socialiste Vergeot.

288 Dans le quartier Saint-Vincent-de-Paul (10e arrondissement), le candidat communiste arrive en troisième position derrière le candidat de droite, président du Conseil général sortant, et le républicain-socialiste Raymond Susset (1895-1991), industriel, député depuis 1932.

289 Dans le quartier Saint-Gervais (4e arrondissement), le communiste suit le candidat de droite et le socialiste SFIO Maurice Hirschowitz (1888-1966), avocat.

290 5e arrondissement ; le candidat communiste Nédélec, aveugle de guerre, arrive en deuxième position, nettement distancé par le conseiller sortant Lebecq, président de l’UNC présenté par l’Humanité comme le bras-droit de Chiappe, qui manque l’élection de 16 voix. Le retrait du communiste en faveur du professeur Rivet, nouveau « candidat antifasciste », est annoncé dans l’Humanité, le 9 mai.

291 10e arrondissement ; le communiste suit le socialiste SFIO Hirsch.

292 André Le Troquer (1884-1963), avocat, conseiller municipal socialiste SFIO depuis 1919 du quartier des Quinze-Vingts (12e arrondissement), arrive en tête tandis que le candidat communiste est en troisième position.

293 Louis Castellaz (1884-1967), ouvrier de la Ville de Paris, conseiller municipal communiste (1925), puis pupiste du quartier de Bercy (12e arrondissement), arrive en tête et le candidat communiste en troisième position.

294 12e arrondissement ; le conseiller sortant pupiste Taillard est deuxième, le candidat communiste, troisième.

295 15e arrondissement ; le socialiste SFIO est en troisième position derrière deux candidats de droite. Le communiste arrive quatrième.

296 15e arrondissement ; le conseiller sortant pupiste Duteil arrive en première position devant le communiste.

297 Grandes Carrières, 18e arrondissement ; le candidat communiste Dutilleul arrive en troisième position derrière le candidat « socialiste de France » et le candidat de droite. Il bénéficie du désistement du candidat socialiste SFIO. Dans l’appel « Votez rouge » du 10 mai, Dutilleul figure comme candidat et Cachin vient le soutenir dans une réunion publique, le 11 mai.

298 Le communiste Colin arrive en troisième position derrière un candidat de droite et le conseiller sortant « socialiste de France » Thomas : le candidat socialiste SFIO se désiste pour Colin.

299 18e arrondissement ; le communiste Delaune, arrivé en troisième position, bénéficie du désistement du socialiste SFIO.

300 Selon l’Humanité du 10 mai, les listes socialiste SFIO et communiste obtiennent le même nombre de voix, précédées par la liste de droite. Une liste antifasciste à direction communiste est constituée.

301 L’Alliance a réalisé des accords avec les radicaux pour ces listes de « concentration républicaine ». Dans un communiqué (le Temps, 9 mai), elle affirme que dans 59 villes de province de plus de 5 000 habitants on compte dès le premier tour 14 élections et 24 ballottages favorables.

302 Notes prises lors de la réunion du Bureau politique du 3 mai, où l’ordre du jour comprend notamment le 1er Mai et les élections municipales (arch. RM, 729). En revanche, selon ces archives aucune réunion du BP ne se déroule le 6 mai comme Cachin le note, le 4, dans son carnet.

303 L’Humanité annonce un meeting de Cachin à Vitry, préau de l’école Eugène-Pelletan.

304 L’Humanité, le 2 mai, dénombre 35 000 manifestants à Marseille, précise « le port est désert » et décrit le meeting, où toutes les familles syndicales parlent.

305 Sigismond Moszkowski (1887-1944), professeur, intervient pour l’adhésion à la IIIe Internationale au congrès de Tours. Exerçant à Chalon-sur-Saône, il milite dans les rangs du parti communiste.

306 L’Humanité, le 2 mai, donne des informations entre autres sur Lille, Roubaix, Hénin-Liétard, et précise les noms d’orateurs socialistes (Salengro, Évrard) ou CGT (Jouhaux).

307 Dans la seule première circonscription du quartier Plaisance, le candidat pupiste Salom, conseiller sortant, arrive en troisième position derrière le candidat de droite et le communiste et devant le socialiste SFIO.

308 La liste pupiste arrive en tête devant les listes communiste, socialiste et de droite.

309 La liste pupiste se place en dernière position derrière les listes communiste, de droite et socialiste SFIO.

310 Parmi les deux seuls candidats pupistes de l’arrondissement, dans le quartier de la Goutte-d’Or, Sellier est réélu dès le premier tour et, à La Chapelle, Joly arrive en tête.

311 Il s’agit de la réunion du Bureau politique. Les principales conclusions sont réparties dans les notes de Cachin du 2 au 6 mai.

312 Cette proposition tactique contraste avec le désistement pour la liste de gauche mieux placée. L’Humanité, le 10 mai, annonce que cette liste de Front populaire sur 36 candidats comprend 14 communistes : « L’immense succès communiste à Saint-Étienne », titre le journal. Plus tard, lors de la réunion du Comité central des 1er et 2 juin consacrée aux élections municipales, Cachin, sous le pseudonyme de Ménard, se montra réservé sur l’initiative : « Si on généralise ce que propose Cadet [pseudonyme de Frachon] pour Saint-Étienne, cela se retournera contre nous » (Archives IRM, 724.)

313 Dans son éditorial du 7 mai, Cachin souligne que le parti communiste « offrira hardiment, audacieusement son concours à tous ceux qui s’engagent honnêtement et loyalement à combattre le fascisme ».

314 Meeting avec Cachin et Duclos annoncé par l’Humanité, du 4, dans la salle du Casino, rue de la République, à Saint-Denis. La veille, il écrit dans l’Humanité un article, « Un appel aux ouvriers de Saint-Denis ». Selon le compte rendu du journal, 1 500 travailleurs écoutent les critiques contre Doriot.

315 Meetings avec Cachin prévus par l’Humanité, du 4, sous les préaux des écoles de la rue Pierre Budin et de la rue de la Guadeloupe.

316 Le Temps, le 7 mai, commente : « À Paris, les positions de la majorité nationale sont nettement maintenues. » Cachin souligne pourtant dans son éditorial du 7 mai que le parti communiste, avec 100 000 voix, « reste le premier parti dans la grande ville ». En fait, le parti communiste recueille à Paris 98 781 voix contre 107 581 en 1929.

317 Dans son éditorial du 7 mai, Cachin appelle au désistement pour les candidats socialistes « bien que beaucoup de nos camarades aient lieu de se plaindre des procédés et d’attitudes fort répréhensibles ».

318 Est-il le candidat socialiste SFIO désigné pour les élections législatives de 1932 dans la circonscription de la Goutte-d’Or et qui finalement ne se présente pas (Carnets de Cachin, 9 octobre 1931) ? Michaut, candidat néosocialiste ou socialiste français selon les sources, dans la deuxième circonscription du 18e arrondissement (quartier Clignancourt), arrive en deuxième position, avec 1 611 voix sur 8 056 inscrits, derrière le candidat de droite et devant le communiste. Ce dernier est le candidat « rouge » du deuxième tour dans une élection triangulaire où le candidat de droite Sabatier l’emporte devant Michaut, avec 2 051 voix, et le communiste.

319 Les socialistes et les pupistes invitent leurs électeurs à reporter leurs voix sur « le candidat ouvrier le plus favorisé » (l’Humanité, 9 mai 1935).

320 Le parti radical Camille-Pelletan, dissidence d’extrême gauche du parti radical, formé le 13 mai 1934 autour de Gabriel Cudenet et de Pierre Le Brun, démissionnaires du parti radical, après le congrès de Clermont-Ferrand, appelle pour le deuxième tour au rassemblement autour des candidats antifascistes. Camille Pelletan (1846-1915), député (1881-1912) puis sénateur radical, ministre de la Marine (1902-1905), se situait à la gauche du parti radical.

321 André Marty (1886-1956), ingénieur-mécanicien de la Marine, mutin de la Mer Noire, membre du Bureau politique du parti communiste, député (1924-1928, 1929-1932), conseiller municipal du 13e arrondissement depuis 1929, directeur de l’Humanité depuis janvier 1934.

322 Rue de Torcy, dans le 18e arrondissement (quartier Chapelle)

323 Selon l’Humanité du 2 mai 1932, résultats des élections législatives dans la troisième circonscription du 18e arrondissement : Cachin, 4 721 ; Sellier « ren » (c’est-à-dire « renégat »), 3 962 ; Combredet, Concentration républicaine, 1 387 ; Aget, républicain de gauche, 1 285 ; Bloch, socialiste SFIO, 1 268 ; Robinet, Union rép. nat., 1 342. Selon d’autres sources : Cachin, 4 760 ; Sellier, 3 999 ; Combredet, 1 549 ; Robinet, 1413 ; Aget, 1301 ; Bloch, 1 250 ; Fichon, républicain démocrate et social, 138.

324 Georges Cogniot (1901-1978), professeur, secrétaire général de l’Internationale des travailleurs de l’enseignement depuis 1932, candidat communiste aux élections municipales de mai 1935 dans le quartier de la Goutte-d’Or.

325 Meeting qui ne figure pas au 26 avril dans le carnet de Cachin. Voir la note à cette date sur ce meeting.

326 Aucune allusion à ce meeting dans la presse ou dans l’Humanité. Sans doute est-ce celui du 30 avril.

327 Cachin commente les résultats des élections municipales dans son carnet à partir du 30 avril.

328 Composition du conseil municipal sortant. Dix nouvelles circonscriptions viennent d’être créées.

329 La réunion du comité de coordination entre parti communiste et parti socialiste SFIO se déroule le 7 mai dans les bureaux du Populaire. Il en résulte un appel, « Il faut battre la réaction et le fascisme ! » publié, en première page et en gros caractères dans l’Humanité, le 8 mai.

330 Un article du Temps, le 8 mai, sous le titre « Grande et petite culture », analyse notamment un rapport d’André Rouilly, directeur de la Société agricole de comptabilité et de révision, sur les prix et les charges. Rouilly écrit : « Si l’agriculture française se meurt, c’est parce qu’elle est coincée entre des prix de vente au coefficient 2,5 à 3 par rapport à l’avant-guerre, et des charges actuelles au coefficient 6 à 7. »

331 11e arrondissement ; les candidats communistes Delon (première circonscription) et Frot (deuxième circonscription) arrivent en première position. Le meeting du 8 se déroule sous le préau de l’école de la rue Keller ; 5 000 auditeurs selon l’Humanité, le 9 mai, écoutent Cachin et les deux candidats communistes.

332 Mohammed Schedai, né en 1898 dans les Indes britanniques, sans profession, habite avec son épouse, Charlotte, née en 1907, dans le Doubs.

333 Est-ce Ernest Gerst (1875-1958), docteur en médecine, 94 boulevard Flandrin (16e arrondissement) ?

334 Commentant la déclaration du sous-secrétaire italien d’État aux Colonies, l’Humanité, le 9 mai, titre : « Une véritable déclaration de guerre du gouvernement italien à l’Abyssinie. »

335 L’Humanité, le 9 mai, annonce un meeting avec Cachin à Montreuil, sous le préau de l’école Lavoisier.

336 Cachin consacre son éditorial dans l’Humanité, le 10 mai, sous le titre « Écartez la peste fasciste ! », à la signification du meeting, sous le préau de l’école de la rue du Cardinal-Lemoine, autour du candidat du quartier Saint-Victor, Rivet. Une photographie de Langevin, qui préside, est incluse dans le texte. Cachin notamment y parle.

337 Paul Rivet (1876-1958), socialiste SFIO, professeur d’anthropologie au Muséum d’histoire naturelle, directeur du musée d’Ethnographie, président du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes depuis mars 1934, candidat au deuxième tour des élections municipales.

338 Paul Langevin (1872-1946), professeur au Collège de France depuis 1909, directeur de l’École de physique et chimie depuis 1925, vice-président du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes, proche du parti communiste.

339 L’Humanité annonce un meeting avec Cachin, 14 rue Titon. Dans cette nouvelle circonscription du 11e arrondissement, le communiste Gayman arrive en deuxième position.

340 Selon l’Humanité du 11, des meetings avec Cachin sont annoncés dans le 13e, écoles de la place Jeanne-d’Arc (quartier de la Gare), à Clignancourt, 1 rue Foyatier, aux Grandes Carrières, 135 rue Beliard.

341 Rue Beliard dans le quartier des Grandes Carrières.

342 École où se tient un des meetings (première circonscription du quartier Clignancourt) de Cachin.

343 École où se tient la septième réunion de Cachin (deuxième circonscription du quartier Clignancourt).

344 Meeting de soutien à la candidature Rivet dans le quartier Saint-Victor avec Cachin, Rivet, Langevin, Marc Sangnier.

345 Le franc suisse est à la baisse à la Bourse de Paris sur le marché des changes. La presse britannique s’attend à une dévaluation du franc suisse (selon le Temps, 13 mai, article de Frédéric Jenny, « Batailles monétaires ») et les Britanniques, selon le journaliste, escomptent une dépréciation des devises or européennes.

346 Le Temps, le 8 mai, dans son bulletin financier, note une « pression spéculative » sur les devises or, le florin et le franc suisse.

347 Le Temps, les 9 et 10 mai, consacre deux articles à « l’expérience Van Zeeland ». Il rappelle que ce président du Conseil, voici un mois, a pris des arrêtés-lois dévaluant le franc belge de 28 %. L’article indique que le responsable belge « n’a pas voulu laisser flotter la monnaie » et que l’on souhaite maintenant qu’une « parité définitive » soit établie. D’autre part, il prépare « la conversion des rentes ».

348 L’Humanité, le 10 mai, publie une rubrique de Jean Dupuy, « Notes économiques », sous le titre « Le double danger ! Inflation et dévaluation ! ».

349 L’Humanité, le 12, annonce l’élection du maire et du bureau municipal de Drancy en présence de Cachin et de Semard, occasion d’un « rassemblement populaire ». Le lendemain, le journal annonce 7 000 participants. Mais la mairie est entourée par un cordon de gardes mobiles. Le rassemblement se déroule au parc des Sports. Cachin reçoit en cadeau de reconnaissance une statuette.

350 Jean-Louis Berrar (1882-1944), ouvrier tôlier, secrétaire de la CGTU (1923- 1929), membre du Comité central du parti communiste (1925-1926), devient maire de Drancy après la victoire dès le premier tour des élections municipales de 1935.

351 Guido Miglioli (1879-1954), ancien député catholique (parti populaire italien, 1919-1924), proche du mouvement ouvrier, non représenté aux élections législatives, se rapproche des communistes italiens et de l’Internationale communiste. Spécialiste de l’agriculture, il participe aux activités du Krestintern. Il publie un ouvrage en 1924 sur la Collectivisation des campagnes soviétiques. Antifasciste, exilé, il intervient lors de la rencontre organisée par les Amis de l’Union soviétique à Paris, le 9 juin 1935. Dans une lettre lue, selon l’Humanité du 10, il présente « les progrès de l’agriculture soviétique vers l’aisance paysanne ».

352 Comité mondial contre la guerre.

353 Sofia Jancu, dite Étienne Constant (1901-1984), journaliste communiste, secrétaire du Comité mondial contre la guerre.

354 Denise Moran signe un article dans les Cahiers des droits de l’homme, le 30 mai 1934, « En Afrique équatoriale. Comment le gouvernement pratique l’esclavage et la traite ». Dans son ouvrage paru à la NRF, Tchad, elle livre le résultat d’un travail sur les archives de la colonisation française. Elle signe un appel en janvier 1935 au nom des amis de l’Espagne.

355 Haïlé Sélassié (1892-1975), négus (roi en éthiopien) en 1928, empereur en 1930 d’Éthiopie.

356 Gabriel Péri (1902-1941), chef du service de politique étrangère de l’Humanité depuis 1924, membre du Comité central du parti communiste (1924-1929, suppléant à partir de 1932), député de Seine-et-Oise depuis 1928.

357 André Tardieu (1876-1945), journaliste, député de Seine-et-Oise (1914- 1924), du Haut-Rhin à partir de 1926, ministre des Régions libérées (1919-1920), plusieurs fois ministre à partir de 1928 (Travaux publics, Intérieur, Agriculture, Guerre, Affaires étrangères), président du Conseil (1929-1930, 1932).

358 Thorez, dans son rapport devant le comité central, le 1er juin, indique : « Chez les paysans, le parti agraire s’est désolidarisé officiellement du fascisme paysan et notamment de Dorgères » (.l’Humanité, 8 juin).

359 Ce « grand hebdomadaire parisien, politique et littéraire », dont le siège se situe 20 avenue Rapp (7e arrondissement), fondé en novembre 1928, dirigé par Horace de Carbuccia, annonce pour le numéro du vendredi 10 mai 1935 un tirage de 474 000 numéros. Il se rapproche de l’extrême droite depuis février 1934. En avril-mai 1935, il n’y est pas question du thème signalé par Cachin.

360 En fait, quatre élus, Taillard (Picpus, 12e arrondissement), Castellaz (Bercy, 12e arrondissement), Duteil (Javel, 15e arrondissement), Joly (La Chapelle, 18e arrondissement) auxquels s’ajoutent deux élus au premier tour : Gélis (Maison-Blanche, 13e arrondissement), et Sellier (Goutte-d’Or, 18e arrondissement).

361 Dans le 18 arrondissement, un candidat du parti socialiste de France arrive en tête au premier tour (Lucien-Georges Thomas, Grandes Carrières 1er), un autre, Georges Thomas, conseiller sortant, est en deuxième position (Grandes Carrières 2e). Dans le 20e, quatre arrivent en tête, les conseillers sortants Schnitzer (Belleville), Loyau (Père-Lachaise), Levillain (Charonne 1er) et Laurent (Charonne 2e). Les candidats communistes se maintiennent tous contre eux : dans le 18e, les deux néos sont battus par les candidats de droite ; dans le 20e, les trois premiers sont élus et seul le communiste Bossus l’emporte. Alors que pour les résultats du premier tour leur étiquette commune, selon l’Humanité, est « néos », pour le second tour, le 13 mai, elle devient « néo-fasc. ». Pourtant Thorez, dans son rapport devant le Comité central, le 1er juin, commente comme suit ces succès néosocialistes :
« Et ici il faut réfuter un raisonnement pas juste. C’est le raisonnement de quelques camarades socialistes, à savoir que les néos étant des fascistes, il faut faire la croix. Nous nous refusons de faire la croix, nous, sur les ouvriers du 20e même s’ils ont élu trois néo-socialistes. On ne peut penser un seul instant que les ouvriers du 20e sont gagnés au fascisme, sous prétexte que leurs représentants sont des néos. »

362 Liste conduite par le sénateur Louis Soulié, inscrit au groupe radical-socialiste.

363 Frot (Roquette 2e, 11e), Marty (Gare, 13e), Le Gall (Croulebarbe, 13e), Mauvais (Plaisance 1er, 14e), Paul (Plaisance 2e, 14e), Auguet (Clignancourt, 18e), Grésa (Pont-de-France, 19e), Bossus (Charonne 2e, 20e).

364 Image reprise par Thorez dans son rapport devant le Comité central, le 1er juin (l’Humanité, 8 juin). Évoquant les pertes de la droite aux élections municipales et les victoires communistes sur les municipalités socialistes de Drancy et de Bondy, il précise : « Il faut dire que la politique du parti ne consiste pas à plumer la volaille, et que si quelqu’un a été plumé dans des élections municipales, ça a été la bourgeoisie et c’est pourquoi la bourgeoisie crie à la volaille plumée parce que : 1°) elle voudrait glisser un coin entre nous et les ouvriers socialistes et 2°) dissimuler ses propres insuccès. »

365 La liste du maire sortant Doriot a été élue au premier tour.

366 Selon l’Humanité du 14 mai, les « pupistes et le groupe de Saint-Denis » ont cinq municipalités, les néos en ont aussi cinq.

367 Selon l’Humanité du 14 mai, « En Seine-et-Oise, avec Argenteuil et Villeneuve-Saint-Georges, nous avons gagné plus de 20 municipalités ». Le lendemain, l’Humanité précise qu’il y a 23 municipalités nouvelles dirigées par les communistes.

368 Aux élections générales de Tchécoslovaquie, le 19 mai, le « parti d’unité nationale (à tendances fascistes) », selon le Temps du 21 mai, arrive en tête. Toutefois, les sociaux-démocrates perdent un siège alors que les communistes conservent le même nombre de députés.

369 Un communiste, 26 socialistes élus.

370 La liste communiste a cinq élus.

371 Dans la rubrique « Doctrine et Histoire », l’Humanité, le 14 mai, publie un article de Jean Bruhat « Municipalités et soviets ». Cachin prend des notes sur la dernière partie de l’article de Bruhat, le plus souvent dans des passages empruntés à Karl Marx (la Guerre civile en France) ou à L.M. Kaganovitch, l’Urbanisme soviétique. La réorganisation socialiste de Moscou et des autres villes de l’URSS, Paris, Bureau d’éditions, 1932, 182 p. (rapport présenté à la session plénière du Comité central du PC de l’URSS en juin 1931).

372 Citation de Kaganovitch.

373 Idem.

374 Citation de Marx.

375 Renvoi de Bruhat à Marx.

376 Écart dans la commune de Plourivo.

377 Hameau de Plounez entre Paimpol et Lézardrieux.

378 Cette définition constitue la première phrase de la première thèse du XIIIe Plénum du Comité exécutif de l’Internationale communiste en décembre 1933, adoptée sur le rapport de Kuusinen sous le titre « Le fascisme, le danger de guerre et les tâches des partis communistes ». L’éditorial des Cahiers du bolchevisme, le 15 janvier 1934, qui publie ces thèses, affirme que le CE « établit que le fascisme est l’ennemi dangereux de la révolution, mais tout en freinant le mouvement révolutionnaire, il l’accélère du même coup ». Le texte exact de la thèse est « Le fascisme est une dictature terroriste ouverte des éléments les plus réactionnaires, les plus chauvins et les plus impérialistes du capital financier » (p. 118).

379 Front unique.

380 Dans la rubrique « Doctrine et Histoire », l’Humanité, le 24 mai, publie un article repris de la Pravda sous le titre « Un nouveau livre sur la théorie léniniste de l’impérialisme ». Il résume un ouvrage publié en 1934, réédité et complété en 1935, sous le titre les Nouveaux Matériaux pour le livre de Lénine « l’Impérialisme, stade suprême du capitalisme », par l’Institut d’économie et de politique mondiales de Moscou. Cachin retient certaines données.

381 L’article indique qu’il se produit « la cartellisation et la syndicalisation obligatoires » dans les économies des pays capitalistes.

382 Pour l’Allemagne, l’article indique 100 à 140 personnes.

383 Ernest Esclangon (1876-1954), directeur de l’Observatoire de Paris (1929), membre de l’Académie des sciences (1929), président de l’Union astronomique internationale (1935), réalisateur notamment de l’horloge parlante (1932).

384 Le général Georges Perrier (1872-1946), directeur de la section de géodésie du Service géographique de l’armée depuis 1919, professeur de géodésie et d’astronomie à l’École polytechnique depuis 1929, collabore depuis longtemps avec Esclangon. Il préside la Société astronomique de France, fondée par Camille Flammarion entre 1929 et 1931.

385 Charles Maurras (1868-1952), écrivain d’opinions monarchistes, fondateur de l’Action française.

386 Henri d’Halluin dit Dorgères (1897-1985), journaliste, dirigeant des comités de défense paysanne et du Front paysan, créé en 1935, marqué par l’extrême droite.

387 Marcel Bucard (1895-1946), capitaine, après avoir dirigé les formations paramilitaires du « Faisceau », fonde en 1933 le « francisme », mouvement qui se réclame du fascisme italien.

388 Henri de Kérillis (1889-1958), directeur de l’usine d’aviation Farman, chef des services de politique intérieure de l’Écho de Paris, fondateur du Centre de propagande des républicains-nationaux.

389 Jean Chiappe (1879-1940), fonctionnaire au ministère de l’Intérieur, secrétaire général du ministère (1924-1927), préfet de police (1927), sympathisant des ligues, écarté le 3 février 1934, élu conseiller municipal de Paris (6e arrondissement, Notre-Dame-des-Champs) depuis le 5 mai 1935.

390 Paul Lavigne-Delville (1866-1957), général d’opinions monarchistes, militant de l’Action française.

391 Prosper Josse (1874-1953), propriétaire, député de l’Eure depuis 1913, mobilisé, lieutenant-colonel de réserve, sénateur (Fédération républicaine) en 1924- 1929.

392 Henri de Puymaigre (1858-1940), lieutenant-colonel, siège comme conseiller municipal « républicain indépendant » du quartier des Invalides depuis 1912.

393 Lionel de Tastes (1881-1951), avocat, député républicain de gauche, puis centre républicain du 15e arrondissement de Paris depuis 1928, membre de la commission d’enquête sur les événements du 6 février.

394 Philippe Henriot (1889-1944), professeur d’enseignement libre, militant catholique, député de la Gironde depuis 1932, intervient à la Chambre notamment sur les instituteurs et le syndicalisme. Il a lancé à Bordeaux un hebdomadaire sous le titre : Jeunesse 34 et, l’année suivante, prendra la tête des « Jeunesses de la Fédération » (républicaine) à l’occasion du congrès constitutif de Nice.

395 Le premier point indique le rejet « de la résolution prise à Genève le 17 avril ».

396 Discours d’Hitler devant le Reichstag, le 22 mai, dont le Temps, le 23, donne des larges extraits sous le titre : « M. Hitler proclame sa volonté de paix mais maintient ses positions. Il définit en treize points la politique extérieure de l’Allemagne. » L’Humanité, le 22 mai, fait de même et sous le titre « Le discours du Führer est une véritable déclaration de guerre au communisme et à l’Union soviétique » publie un long article de Gabriel Péri.

397 Le dixième point précise « son assentiment à la suppression des armes offensives lourdes. Ces armes sont : l’artillerie lourde et les tanks lourds ».

398 Le Temps, le 19 mai, signale un regain de tension entre la Lituanie et l’Allemagne à propos de la condamnation à mort de quatre nazis en Lituanie. Hitler dans son discours déclare « être prêt à conclure avec tous nos voisins des pactes de non-agression. Si nous en exceptons la Lituanie, ce n’est pas parce que nous désirons la guerre en cette région, mais c’est parce que nous ne pouvons pas conclure de traité politique avec un Etat qui méprise les lois les plus primitives de la cohabitation humaine... ». Et il ajoute : « Tant que les garants responsables du statut de Memel ne réussissent pas à ramener la Lituanie au respect des droits de l’homme les plus primitifs, nous n’avons, en ce qui nous concerne, aucune possibilité de conclure un traité quelconque avec cet État. »

399 Le Temps, le 31 mai, publie un éditorial sous le titre « L’Autriche et le problème danubien » et considère le discours du chancelier autrichien devant la Diète comme « une réplique » au discours d’Hitler. Dans le même temps, une conférence danubienne se prépare.

400 L’intertitre du Temps « En quoi consisterait l’immixtion dans les affaires de l’Autriche » couvre un discours en deux temps : « L’Allemagne n’a ni l’intention ni la volonté d’intervenir dans les affaires intérieures de l’Autriche ni d’annexer l’Autriche » ; « Moi-même je crois qu’à la longue tout régime qui n’a pas ses racines dans le peuple, qui n’est ni porté par le peuple ni désiré par lui ne saurait durer. »

401 À la conférence de Locarno (octobre 1925), les frontières issues du traité de Versailles furent garanties et l’Allemagne s’engagea à maintenir la zone démilitarisée de Rhénanie.

402 Du 5 avril au 13 mai, le Temps consacre dix articles à une enquête sur le commerce extérieur de la France. Le 17 mai, il publie les récapitulatifs mensuels des importations et des exportations pour 1933 et 1934. Cette dernière année, importations, 21 060 699 F, exportations, 17 834 661 F.

403 Le gouvernement Flandin demande les pouvoirs spéciaux comme ceux qui ont été attribués à Poincaré en 1926 pour appliquer son programme financier et économique, selon le Temps. Le projet de loi entre en discussion le 25 mai. Le Temps signale aussi, le 24 mai, une effervescence à la Bourse de Paris en raison de l’élévation des taux de l’escompte et des avances de la Banque de France. Le 27 mai, il annonce un relèvement du taux d’escompte de la Banque de France de 3 % à 4 %, « mesure classique rendue nécessaire par l’accélération des sorties d’or ». Le 29 mai, il annonce une nouvelle augmentation des taux et des avances. L’Humanité, le 29 mai, signale « encore une brusque élévation du taux de l’escompte ». Ces notes semblent ainsi avoir été rédigées par Cachin après le 29 mai.

404 Cette idée a été exprimée par Hitler dans son discours attribuant à la France l’initiative de refuser la limitation des armements : « Ce n’est pas l’Allemagne qui a fait échouer le plan MacDonald prévoyant une armée de 200 000 hommes pour tous les États européens. C’est le gouvernement français, qui, le 17 mars 1934, a rompu les négociations. »

405 L’Humanité, le 17 mai, titre : « Non ! Rien n’est changé ! Pour soutenir la politique de paix de l’Union soviétique, renforçons notre action pour la défense des soldats ! » ; le journal, les jours suivants, dénonce la condition des soldats. Le 28 mai, il publie un article : « Il faut défendre les encasernés ! Quatorze soldats sont morts, en onze jours, au 106e d’infanterie à Reims. »

406 L’Humanité, le 28 mai, publie dans la rubrique « Doctrine et histoire », sous le titre « Karl Marx et la guerre de 1870-1871 », un article de Jean Bruhat, s’appuyant sur l’ouvrage de Marx la Guerre civile en France. L’article de Bruhat se termine par une longue phrase et par cette chute : « [...] il apparaîtra clairement à tout travailleur soucieux de la paix et aussi conscient des responsabilités de sa classe, que l’esprit de Karl Marx et de Engels domine les décisions de Staline et que le réalisme révolutionnaire de la première Internationale se retrouve dans la politique de l’Internationale communiste. »

407 Victor, Pavlovitch Sourovikine, dit Kin (1903-1937), membre du parti bolchevik depuis 1920, correspondant de l’agence Tass en France et en Italie depuis 1931.

408 L’agence de presse soviétique Tass, fondée en 1925, est dirigée par son fondateur, Jakub Dolecki (Fenigstein, 1888-1937), qui n’est pas membre du Comité central du parti communiste.

409 Louis Buttafoghi (1894-1963), dit Marcel Lucain, journaliste dans diverses publications dont le Matin. Conférencier, il milite pour la réforme de l’État.

410 Depuis deux mois, le siège de l’Association des écrivains et artistes révolutionnaires a été installé à cette adresse. Cette « Maison de la Culture comprend au sous-sol une salle de réunions, au rez-de-chaussée, une librairie et une salle d’exposition, au premier étage, les bureaux de l’AEAR et de la Fédération du théâtre ouvrier de France » (APP, Ba 1636, rapport du 23 mars 1935). L’Humanité, le 30, annonce cette soirée d’hommage avec Bloch, Malraux, Nizan, Vildrac et les écrivains de l’AEAR présentés par Vaillant-Couturier. Y prennent aussi la parole Dabit, Crevel, Aragon, Garmy, Louis Paul. (L’Humanité, 1er juin).

411 Voir note, 5 janvier 1935.

412 Les résultats des élections législatives en Tchécoslovaquie se traduisent par une percée, dans les Sudètes allemands, du parti Heimatfront d’Henlein (1 149 000 voix). S’y ajoute la progression, dans la partie tchèque, du parti fascisant d’unité nationale (623 000 voix). Les progrès communistes sont notés par rapport aux résultats de 1929, maintien des 30 sièges et progression de 91 000 voix (total de 849 000 voix). Mais dans les régions allemandes un recul communiste apparaît. Quant aux résultats socialistes, ils varient : dans la coalition gouvernementale, sociaux-démocrates, plus 17 000 voix, socialistes nationaux, moins 12 000 voix, pour les partis allemands, sociaux-démocrates, moins 207 000 voix.

413 Sans doute, allusion au désaveu de la fédération socialiste SFIO de la Seine sous la plume de Zyromski du maintien du candidat socialiste SFIO Poggioli au deuxième tour des élections cantonales dans la troisième circonscription d’Aubervilliers. Jean Zyromski (1890-1975), membre de la CAP du parti socialiste SFIO, dirige le courant « Bataille socialiste » depuis 1927.

414 Les commentaires figurent au 23 avril dans les Carnets.

415 La Cour d’assises de Versailles juge le 30 mai Joseph Roëlants, militant communiste, inculpé à la suite des incidents violents qui se sont déroulés au Pecq (Seine-et-Oise) entre vendeurs de l’Humanité et de l’Action française. Roëlants reconnaît avoir donné des coups de matraque au chef du groupe fasciste en utilisant la matraque de ce dernier. Il est inculpé d’« homicide volontaire » et, depuis quelques jours, l’Humanité réclame son acquittement. Cachin, dans son article de l’Humanité, le 1er juin, indique avoir rencontré Rivet au procès à Versailles. Notons ici l’ambiguïté du texte puisqu’ils y témoignent, le 1er juin, aux côtés de Marc Rucard, député radical. Peut-être ont-ils participé aux deux séances du procès. L’accusé est condamné à six mois de prison.

416 De quelle réunion s’agit-il ? (voir notes prises sur le carnet le 22 avril 1935). Il peut s’agir de la réunion des groupes de gauche dont l’Humanité rend compte le 31 mai. Maurice Thorez y préconise « un gouvernement de combat » sur la base d’un programme. Un radical-socialiste pose la question à Thorez : « Les communistes sont-ils prêts à participer au gouvernement ? » ; Thorez lui répond : « Votre question est une plaisanterie. »

417 Deux réunions annoncées avec Cachin, le 1er juin, pour soutenir le candidat communiste Dubois, écoles Paul-Bert et Victor-Hugo à Aubervilliers. En fait les meetings se déroulent aux écoles Victor-Hugo et Jean-Massé.

418 Réunion annoncée avec Cachin, le 1er juin, à l’école Victor-Hugo de Saint-Ouen pour soutenir le candidat communiste Berlioz.

419 L’Humanité, le 1er juin, annonce la présence de Cachin dans deux meetings électoraux à Levallois-Perret, Maison des syndicats et salle Pelux (candidature de Front populaire du radical-socialiste Perney, contre le vice-président du Conseil général). En fait, le premier meeting se tient à la Maison commune (3 000 personnes aux deux meetings selon l’Humanité). L’Humanité, le 1er juin, mentionne aussi la participation de Cachin à un meeting à Boulogne où les deux candidats appartiennent au parti socialiste SFIO. Ce meeting n’est pas noté dans le carnet.

420 Charles Hueber (1883-1943), directeur d’imprimerie, membre du Comité central du parti communiste (1926-1929), député communiste du Bas-Rhin (1924- 1928), maire de Strasbourg (1929-1935), exclu du parti communiste en août 1929 en raison de ses rapports avec les milieux autonomistes et de ses désaccords avec la tactique « classe contre classe ». Cachin l’aurait alors défendu. Il fonde le parti communiste-Opposition. Le parti communiste, refusant tout rapprochement avec les socialistes SFIO, se désiste pour la liste conduite par Hueber au deuxième tour des élections municipales de Strasbourg.

421 À la différence de Strasbourg, les communistes de Colmar s’engagent très tôt dans l’action unitaire contre le fascisme et l’autonomisme. Lors des élections cantonales d’octobre 1934, le communiste Aschbacher se désiste pour le socialiste Richard au deuxième tour contre le candidat UPR, autonomiste et clérical. Pour les élections municipales, la liste du « Bien public » du maire sortant UPR (APNA, UPR, parti démocratique, parti communiste-Opposition, parti progressiste) au premier tour arrive en tête, précédant la liste « de Propreté et d’Unité antifasciste », conduite par le socialiste SFIO Richard, et la liste communiste SFIC d’Aschbacher. Au deuxième tour, la liste « de propreté municipale » (socialistes, radicaux, communistes) emporte 30 sièges. Sur les quatre communistes, un seul candidat Aschbacher n’est pas élu. Le nouveau conseil municipal comprend notamment 3 communistes, 12 socialistes SFIO, 15 radicaux-socialistes. Le Temps, dans son commentaire, y voit une défaite des autonomistes.

422 Joseph Lehmann (1886-1949), négociant, président de la section radical-socialiste, principal soutien financier de l’équipe professionnelle de football.

423 Charles Aschbacher (1897-1968), ouvrier, secrétaire de l’union locale CGTU de Colmar depuis 1932, communiste, dirigeant du comité de chômeurs.

424 Notamment, le rétablissement du service militaire obligatoire inquiète les Alsaciens, qui se détournent de l’autonomisme.

425 La stratégie politique de l’UPR (Union populaire républicaine, parti d’inspiration démocrate-chrétienne en Alsace) se partage entre une aile régionaliste, défavorable au nazisme qui domine dans le Bas-Rhin, et une aile autonomiste, surtout dans le Haut-Rhin. Cachin reste sous l’influence des analyses d’Hueber, qui jusqu’en mai 1929 étaient approuvées par l’Internationale communiste : alliance avec l’UPR, qui représente les ouvriers catholiques, et lutte contre l’impérialisme français soutenu notamment par les socialistes SFIO.

426 L’Humanité, le 1er juin, annonce cette réunion au 120 rue Lafayette avec comme ordre du jour : « La situation politique ; le développement du Front populaire ; les tâches actuelles du Parti. » La réunion se déroule les 2 et 3 juin, sous la présidence de Cachin. Un bref communiqué dans l’Humanité, le 4 juin, annonce la publication ultérieure de la résolution. L’Humanité, le 7 juin, le reproduit sous le titre : « Pour l’unité de la classe ouvrière et le développement du Front populaire. » le 8, elle publie de « larges extraits » du rapport de Thorez.

427 L’Humanité, le 6 juin, titre : « Les journaux du Comité des Forges exigent une nouvelle équipe gouvernementale avec les pleins pouvoirs. » Sont cités notamment le Temps et l’Ordre.

428 Les notes de Cachin lors de la réunion du Comité central se poursuivent les 22, 23, 24 et 25 avril. D’autres sont réparties dans les diverses journées de la première quinzaine de mai. On ne sait pas exactement alors si ces notes de Cachin ont été inspirées par Thorez ou s’il s’agit d’indications de Cachin griffonnées lors de la réunion du Comité central.

429 Depuis la fin mai, l’Humanité annonce cette épreuve cycliste à l’occasion de l’arrivée au Parc des sports de La Courneuve de la course Troyes-Paris en fin d’après-midi. La journée comprend des compétitions sportives, des spectacles musicaux, un lâcher de ballons, des jeux. La police annonce un maximum de 42 000 personnes. Delaune (FSGT), Cachin (sur l’importance du sport national et international) et Marty prononcent des allocutions. La fête se termine par un feu d’artifice. Selon la police, le journal a fait filmer cette fête (APP, Ba 1719).

430 Cachin prononce le discours inaugural de la Conférence des municipalités du Bloc ouvrier et paysan qui se tient à la mairie de Montreuil.

431 Peut-être Albert Boyer (1894), ingénieur, secrétaire du comité de défense de l’Humanité du 12e arrondissement.

432 Johanny Berlioz-Benier, dit Joanny Berlioz (1892-1965), professeur d’allemand, membre du Comité central du parti communiste depuis 1929, membre du conseil d’administration de l’Humanité depuis 1933, nouveau maire d’Épinay, élu conseiller général, le 2 juin 1935, désigné le même jour comme membre de la commission exécutive de la Fédération des municipalités ouvrières et paysannes.

433 Pour le premier tour des élections sénatoriales du 9 janvier 1927, seul Laval, socialiste indépendant, en tête de la « liste d’Union nationale républicaine », est élu, avec 554 voix. Sur cette liste, les deux sénateurs sortants, avec l’étiquette « Union démocratique et radicale », Charles Deloncle, et Paul Strauss obtiennent 488 voix et 481 voix. Sur la liste radicale-socialiste, Mounié et Steeg, « Gauche démocratique », sénateur sortant, résident général au Maroc, réunissent 332 et 258 voix. Sur la liste socialiste SFIO, Auray, Voilin, Dherbécourt, président du Conseil général, rassemblent 427, 400 et 349 voix. Enfin, sur la liste « socialiste-communiste », Bachelet, vice-président du Conseil général, et André Morizet totalisent 249 et 124 voix. Cachin, à la tête de la liste communiste, obtient 133 voix. Au deuxième tour, sur la liste d’union des gauches, Mounié, Auray, Voilin, Dherbécourt, Bachelet et Steeg l’emportent. Au troisième tour, la liste d’union nationale a deux élus, Deloncle, Strauss, auxquels s’ajoute un élu de gauche, Morizet. La liste communiste se maintient au deuxième tour. Dans son commentaire, le Temps, le 11 janvier, souligne la progression socialiste SFIO et socialiste-communiste (gain de trois et deux sièges).

434 Données du premier tour. 1 071 votants au deuxième tour.

435 Auguste Mounié (1873-1940), pharmacien, radical-socialiste, maire d’Antony depuis 1912, conseiller général (1919-1929), sénateur depuis 1927, sous-secrétaire d’Etat au Travail (décembre 1930-janvier 1931).

436 Charles Auray (1879-1938), comptable, socialiste SFIO, communiste, socialiste-communiste, socialiste SFIO puis PSDF, maire de Pantin depuis 1919, conseiller général depuis 1935, député (1924-1927), sénateur depuis 1927.

437 Lucien Voilin (1870-1957), ouvrier mécanicien, socialiste SFIO, maire de Puteaux (1912-1925), député (1910-1919, 1924-1927), sénateur depuis 1927.

438 Amédée Dherbécourt (1865-1937), ouvrier sellier, socialiste SFIO, conseiller municipal de Paris (1906-1929), sénateur depuis 1927.

439 Alexandre Bachelet (1866-1945), enseignant, successivement socialiste SFIO, communiste, socialiste-communiste, PUP, fut conseiller général (1912-1927), maire de Saint-Ouen (1927-1929), et il est sénateur depuis 1927.

440 Théodore Steeg (1868-1950), professeur, radical-socialiste, député de la Seine (1904-1914), sénateur depuis 1914, plusieurs fois ministre depuis 1911 (Instruction publique, Intérieur, garde des Sceaux), président du Conseil (décembre 1930-janvier 1931). Il a obtenu 555 voix en 1927 et non 553 comme le note Cachin.

441 Charles Deloncle, député (1904-1914), sénateur depuis 1914, URD.

442 André Morizet (1876-1942), journaliste, socialiste SFIO, communiste, socialiste-communiste, socialiste SFIO, maire de Boulogne-Billancourt depuis 1919, conseiller général (1925-1927), sénateur depuis 1927.

443 Paul Strauss (1852-1943), journaliste, sénateur radical de la Seine depuis 1897, ministre (Hygiène, assistance et prévoyance sociale, 1922-1924), candidat URD, obtient 499 voix (au lieu de 491 comme l’indique Cachin, 451 selon le Dictionnaire des parlementaires) et ne se représente pas au deuxième tour.

444 Jean-Baptiste Méchin (1864), jardinier, conseiller municipal de Boulogne-Billancourt depuis 1919, proche de Morizet.

445 Léon Moussinac (1890-1964), journaliste communiste, spécialiste de cinéma, président de la commission cinématographique du Cercle de la Russie neuve, directeur des Éditions sociales internationales depuis 1934, a vécu l’année 1934 à Moscou.

446 Jean Arens ou Ahrens (Isaac Alter), né en 1889, militant polonais du Bund, membre du parti bolchevik (1921), conseiller de la diplomatie soviétique et de l’ambassade soviétique à Paris (1929), administrateur de l’hebdomadaire soviétique en français, le Journal de Moscou (1934), séjourne en France avant de rejoindre son poste de consul aux États-Unis.

447 Jan Lewinson (1879-1937), connu aussi sous le nom de Pawal Lapinski, socialiste puis communiste polonais, travaille à l’Institut de l’économie mondiale et de politique internationale à Moscou depuis 1927.

448 Antiquaire, expert près des tribunaux, arbitre près du tribunal de commerce, 196 rue du Faubourg-Saint-Antoine (Paris, 12e arrondissement).

449 Les banques protestantes, souvent familiales (Neuflize, Mallet, Hottinguer, Vernes, Mallet, Heine, notamment), spécialisées dans la gestion de fortunes, les affaires, les assurances, fondent en 1904 la Banque de l’Union parisienne, qui se tourne vers l’Europe centrale, l’Afrique, et connaît une grave crise au début des années 1930. Elles entretiennent de larges portefeuilles d’investissements financiers. Leur puissance et leur influence les insèrent dans le groupe des « 200 familles », qui obsède les milieux de gauche.

450 La maison de haute banque Mallet, établie à Paris en 1722 (37 rue d’Anjou, 8e arrondissement), dominée par la famille Mallet et la famille Feray, est toujours représentée au conseil de régence de la Banque de France (Ernest Mallet, régent depuis 1905, doyen en 1935).

451 La haute banque Neuflize, établie à Paris depuis 1799 (31 rue Lafayette, 9e arrondissement), associe trois branches familiales. Le baron Jean de Neuflize (1850- 1928), régent de 1902 à 1928 de la Banque de France, en fut le doyen au début des années 1920. Son fils Jacques (1883-1953) siège au conseil de régence à partir de 1930. Entre autres activités, cette banque contrôle la Société indépendante de presse. Jacques de Neuflize est aussi administrateur de Schneider.

452 La société en nom collectif « Messieurs Vernes et compagnie » fonctionne depuis 1821 (29 rue Taitbout, 9e arrondissement). Après la mort de Félix Vernes (1872-1934), régent de la Banque de France depuis 1921, l’établissement comprend comme associés-gérants le cousin de Félix, le doyen Philippe Vernes (1866-1967), administrateur de la Compagnie algérienne, de la Banque de l’Union parisienne, de la Compagnie du Midi, le fils de ce dernier François, la veuve de Félix Vernes, Hélène Mallet-Vernes, et ses trois fils, Pierre, Gérard et Édouard. David David-Weill, associé-gérant de la banque Lazard, remplace Félix Vernes comme régent de la Banque de France en 1934.

453 La banque Hottinguer (38, rue de Provence, 9e arrondissement) est la propriété des deux frères Henri et Maurice (1872-1969). Elle est sans cesse représentée au conseil de régence de la Banque de France : le baron Maurice Hottinguer (1868-1943) y succède en 1928 à son père Rodolphe, régent de 1869 à 1920.

454 La banque Mirabaut (56, rue de Provence, 9e arrondissement) apparaît en 1822 et associe plusieurs branches de la famille. Pierre Mirabaud (1887-1944) succède à son oncle William d’Eichthal au conseil de régence de la Banque de France en 1934. Elle possède des intérêts dans les mines (Nickel, Pennaroya, Gafsa notamment) et une société de transit maritime.

455 Famille de banquiers représentée au conseil de régence de la Banque de France jusqu’en 1864. Dans les années 1930, la banque n’existe plus mais des descendants gèrent leur capital patrimonial. En 1935, le chef de la famille est le comte Maurice Pillet-Will (1870-1952). Son frère, le comte Frédéric Pillet-Will (1873-1962), figure dans une quinzaine de conseils d’administration (dont Banque de Paris et des Pays-Bas, Banque ottomane, Banque de Syrie et du Grand-Liban, Banque Franco-Serbe, Paris-Orléans, Kuhlmann, Crédit national) et préside quatre compagnies d’assurances du groupe « La Nationale ».

456 Jacques Stern (1882-1949), banquier (maison créée en 1923, 8, rue de Penthièvre, 8e arrondissement), député républicain de gauche des Basses-Alpes (1914-1919, 1928-1936), sous-secrétaire d’État à la Marine militaire (23 décembre 1930-27 janvier 1931)

457 La banque Raoul de Lubersac fait une percée grâce aux affaires pétrolières d’Europe centrale. Odon de Lubersac, fils du marquis Louis de Lubersac (1878-1932), propriétaire terrien, administrateur de sociétés, sénateur (Gauche républicaine) de l’Aisne depuis 1920, fonde une entreprise de transports aériens et une banque (9, boulevard Malesherbes, 8e arrondissement). Son fils Raoul la gère dans les années 1930.

458 Louis Louis-Dreyfus (1867-1940), fils d’un négociant international en céréales, banquier depuis 1904 (4, rue de la Banque, 2e arrondissement), député radical indépendant de la Lozère (1905-1910), des Alpes-Maritimes depuis 1930, joue un rôle important dans la presse (propriétaire de l’Intransigeant).

459 Allusion au soutien à la candidature de Paul Rivet au second tour des élections municipales dans la quartier Saint-Victor.

460 Notes de Cachin étalées sur les 5 et 6 juin, prises peut-être lors de la réunion du Bureau politique du 6. Ces notes concernent les trois réunions successives de la délégation des gauches pendant la crise ministérielle, les 5 et 6 juin. Le parti socialiste SFIO a présenté son programme, qui comprend notamment la dissolution de la Chambre ; les radicaux l’ont refusé.

461 Le cabinet Bouisson, qui demande les pleins pouvoirs, est renversé le 4 juin par 264 voix contre 262.

462 Allusion au congrès de Mulhouse du parti socialiste SFIO.

463 Dans son article de l’Humanité du 7, Cachin retient le congrès de la fédération socialiste SFIO de la Haute-Garonne : « [...] les socialistes de la région toulousaine envisageaient avec nous l’élargissement du front uni jusqu’à un front populaire groupant tous les antifascistes sincères et résolus. Cette décision nous semble excellente et elle répond aux sentiments de tous les communistes. »

464 Cachin écrit dans l’Humanité, le 7 juin, un article « Avant le congrès socialiste de Mulhouse. Renforcer le courant d’unité. »

465 L’ambassadeur d’Éthiopie à Paris s’appelle Beljirond Tecle Hawariat (APP, provisoire 286).

466 Voir note, 8 mai 1935.

467 Ville sur la ligne de chemin de fer près de Berlin.

468 L’Humanité annonce cette « grande manifestation sportive » organisée par la nouvelle municipalité communiste « dont les bénéfices serviront à l’envoi de 1 000 enfants aux colonies de vacances ». Cachin et Thorez y prononcent des allocutions. Cachin lui consacre un article dans l’Humanité, le 10 juin,

469 Élie Bruneau (1905-1971), ouvrier teinturier, secrétaire de la Fédération CGTU du textile, devient maire communiste de Colombes en mai 1935. Il ouvre le rassemblement du 9 juin.

470 L’Humanité rend compte toujours longuement du congrès de Mulhouse, qui s’ouvre le 9 juin (éditoriaux de Marty, analyse des débats par Fontenay). Cachin s’inspire de ses notes pour écrire son éditorial, le 15 juin, sous le titre : « Après le congrès de Mulhouse. Un pas en avant vers l’unité ouvrière. »

471 Paul Faure (1878-1960), secrétaire général du parti socialiste SFIO depuis 1921. Le rapport moral du secrétariat est en discussion dans la première séance du congrès. 11 commence le rapport moral de la CAP en estimant que le parti communiste donne « cette fausse interprétation des faits que notre parti, après de longues années de résistance et de refus, aurait fini par céder à la pression communiste et donné une adhésion tardive à la pratique du front unique. La vérité est toute différente [...] » (Rapports.... p. 3). Dans la discussion au congrès, le 9 juin 1935, intervient contre le rapport moral Zyromski, qui souhaite « plus d’initiative, plus d’audace et plus d’élan » de la part du parti dans la « recherche passionnée des points de jonction nécessaires pour arriver à l’unité organique et à l’unité d’organisation » (Compte rendu sténographique...., p. 14).

472 Vincent Auriol (1884-1966), avocat, député socialiste SFIO de la Haute-Garonne depuis 1914, intervient au congrès à plusieurs reprises (notamment sur l’activité du groupe parlementaire et le cas Frossard, sur les luttes pour le pouvoir et contre la crise). Avec ses amis, il dépose une motion sur la question de la coordination des forces antifascistes « autour d’un programme précis » (Compte rendu sténographique..., p. 411). Il rejette la participation au gouvernement dans les conditions actuelles, la « vieille participation empirique » (idem, p. 406). L’Humanité, le 12, accorde une grande place à cette intervention. Ses partisans et lui-même s’abstiennent dans le vote d’orientation après avoir retiré le texte. La nouvelle résolution lue par Auriol, publiée en caractères gras en première page du Populaire, le 13, est votée par la grande majorité des délégués.

473 Albert Rivière (1891-1953), tailleur, député socialiste SFIO de la Creuse depuis 1928, proche de Renaudel, reste au parti socialiste SFIO à la fin de 1933. Son intervention dans le débat porte sur la question de la lutte pour le pouvoir et contre la crise. Le Populaire, le 12, lui fait dire : « La tâche immédiate c’est le nouvel effort en faveur de l’unité organique la plus large possible. Il faut réaliser également l’unité syndicale. » Le texte du compte rendu sténographique diffère sensiblement : « Je n’ai jamais craint et repoussé un effort sincère dans la voie de l’unité organique, dans la plus large unité possible ; un effort qui rassemblerait dans les organismes syndicaux toutes les forces du travail, un effort aussi dans tous les sens » (idem, p. 380).

474 La motion que Zyromski présente avec Bracke et Marceau Pivert recueille 777 mandats contre 2 025 à la motion déposée par Paul Faure et Lebas, sur 3 277 mandats représentés.

475 La motion de Molinier recueille 105 voix. L’Humanité signale souvent les manifestations de la « fraction trotskiste » à propos des interventions de Naville ou de Molinier.

476 Blum n’intervient pas dans la discussion sur la question de la lutte pour le pouvoir et contre la crise.

477 Certains militants, tel Marceau Pivert, dans leurs interventions sur les questions tactiques, privilégient la défense du Parti avant l’unité d’action.

478 Intervenant avant le vote sur le rapport moral, Blum lance un appel à l’unité. La presse répercute ses propos : « Peut-être un jour ferons-nous la révolution. Malheureusement, ce jour-là nous ferons comme les autres : nous nous fusillerons et nous nous guillotinerons mutuellement comme ont fait les jacobins. Mais, jusque-là, il faut que nous soyons fraternellement unis pour arriver au seuil de la révolution » (le Temps, 11 juin). Dans son compte rendu de la séance, Fontenay, dans l’Humanité, ne cite pas ce passage.

479 Dans son commentaire, le Temps, le 12 juin, juge que le Parti refuse la dévaluation.

480 Salomon Grumbach (1884-1952), journaliste, député socialiste SFIO du Haut-Rhin (1928-1932), proche de Renaudel, reste au parti socialiste SFIO à la fin de 1933. De retour d’URSS, il intervient sur la question de l’unité d’action internationale.

481 Le colonel de La Rocque préside à Alger une grande manifestation des Croix-de-Feu et des Volontaires nationaux, le 10 juin. Dans son éditorial, le 15 juin, Cachin examine la portée de cette réunion, et une photographie de la tribune avec La Rocque est insérée. Il y revient le 18 juin.

482 Le 14 juin, Cachin signe dans l’Humanité un article de la rubrique « Aujourd’hui », « Tardieu et La Rocque parlent ».

483 Lebas présente sa motion du nom de la fédération socialiste SFIO du Nord.

484 Claude Just (1888-1956), tailleur, animateur de la tendance « Action socialiste » d’extrême gauche dans le parti socialiste SFIO.

485 Harold Butler (1883-1946), collaborateur du ministre du Travail britannique (1916), secrétaire général adjoint de la commission de législation du travail à la Conférence de la paix à Versailles. Battu par Albert Thomas pour la direction du Bureau international du travail en 1920, il devient son plus proche collaborateur et lui succède à sa mort. Il est désigné, le 2 juillet 1932, aux termes d’une élection difficile, conséquence de l’opposition des délégués ouvriers et de ceux de l’Allemagne. La Conférence internationale du travail dans le cadre du Bureau international du travail s’ouvre à Genève le 4 juin. Butler présente, le 17 juin, en séance plénière, les grands résultats de la conférence. Il se réjouit notamment que pour la première fois un Soviétique ait pu présenter une communication. Il souligne aussi qu’une des solutions au chômage est la baisse de la journée de travail (le Temps, 18 juin). Il demeure directeur du BIT jusqu’en 1939.

486 Dans le cadre du New Deal, la création du National Industrial Recovery Act aménage notamment les rapports avec les travailleurs. Il est dirigé par la National Recovery Administration. L’Humanité, le 9 juin, annonce la prolongation du NRA jusqu’au 1eravril 1936. Le Temps, le 13, publie une « lettre des États-Unis », « La fin de la NRA » ; l’article commente notamment la décision de la Cour suprême de non-conformité avec la Constitution de la NRA et des pratiques qu’elle entraîne.

487 À l’appel du Comité national Victor Hugo, du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes, de l’Association des écrivains et artistes révolutionnaires, de la fédération de la Seine du parti socialiste SFIO, des régions parisiennes du parti communiste, un rassemblement d’hommage à Victor Hugo se déroule au Panthéon à l’occasion du cinquantenaire de son décès. Le titre de l’appel commun donne le ton général : « Le Front populaire à Victor Hugo. » L’Humanité, le 16 juin, annonce que la manifestation vient d’être interdite par la Préfecture de police.

488 Sur le stade de Saint-Cyr-l’École, une grande fête bretonne sous la présidence de Cachin, avec le concours de la municipalité communiste, des Bretons émancipés et du groupe Octobre, se déroule. Cachin y prend la parole. Entre autres attractions figure une revue bretonne en six tableaux, « Suivez le druide ». Sa tonalité anticléricale et antimilitariste souleva des protestations dans la presse et à la Chambre, et entra en opposition avec la nouvelle ligne du parti communiste en cours d’élaboration. Le groupe Octobre, qui crée son premier spectacle au printemps 1932, interprète des œuvres de Prévert en divers lieux du mouvement ouvrier. La Fédération du théâtre ouvrier de France (FTOF), animée par Moussinac, rassemble depuis 1931 divers groupes amateurs s’inspirant de l’agit-prop allemande au service du mouvement ouvrier.

489 Monnaie soviétique qui vaut dix roubles.

490 Charles Alphand (1879-1942), chef de cabinet d’Herriot, ministre des Affaires étrangères (1932), ambassadeur de France en URSS depuis le 13 mars 1933, se montre partisan résolu du rapprochement avec l’URSS.

491 Semen, Borissovitch Tchlenov, professeur, consultant juridique à l’ambassade soviétique à Paris.

492 René Sédillot (1906), secrétaire de rédaction de l’Information (1928), spécialiste des questions monétaires. Ou est-ce la rue Sédillot (7e arrondissement) où se situe, au 12, la Maison des Italiens ?

493 Est-ce Yakovleff ou Jakovlev qui signent des articles dans les publications du parti communiste ou de l’Internationale communiste ? Est-ce Yakovleff, directeur du Tocsin, organe des Russes blancs, qui en 1932 est dénoncé lors de l’enquête sur Gorguloff, assassin du président Doumer ?

494 Fondée en 1929, la Société d’État par actions pour le tourisme étranger en URSS dépend du commissariat au Commerce extérieur, doit organiser les voyages touristiques en URSS, tout particulièrement les voyages collectifs qui commencent à se répandre à l’initiative du mouvement ouvrier. Son siège parisien est 12 rue Auber.

495 Ladislas F. Boross (1895-1938), communiste hongrois, membre du parti bolchevik, rédacteur à la Correspondance internationale (1922-1933), chef du groupe des correspondants du département de la presse et de la propagande du Comité exécutif de l’Internationale communiste depuis 1933. Dans la Correspondance internationale, comme « envoyé spécial », il signe une série de 12 articles, à partir du 10 juin 1933, sous le titre « La voie du village soviétique vers le socialisme et le bien-être », puis, à partir du 29 septembre 1934, une série de « Lettres d’Ukraine ».

496 Station à la frontière de l’URSS.

497 Le quartier de Dahlem se situe au Sud-Ouest de Berlin.

498 Sans doute Staline.

499 Sans doute Kliment Iefremovitch Vorochilov (1881-1969), commissaire du peuple à la Défense depuis 1934.

500 Romain Rolland (1866-1944) se définit comme « compagnon de route de l’Union soviétique ». Invité en URSS par Gorki, il séjourne une semaine à Moscou puis trois semaines dans la maison de campagne de Gorki. L’Humanité, le 27 juin, signale ce séjour de l’écrivain qui publie un article dans l’Humanité, le 23 octobre 1935, écrit en septembre, sous le titre « Aux calomniateurs ! », où il défend l’URSS et sa politique.

501 Hôtel où résident les dirigeants de l’Internationale communiste.

502 Banlieue de Moscou où se trouvent plusieurs datchas pour les dirigeants de l’URSS.

503 David Retchiski dit Claude Servet (1904-1944), né en Russie, collaborateur du secrétariat latin de l’Internationale communiste.

504 La presse signale alors des mouvements de troupes japonaises aux abords de la frontière de Mandchourie. Ne s’agit-il pas d’une allusion aux conséquences de l’immigration de Japonais en Amérique du Sud ?

505 Dimitri Zakharovitch Manouilsky (1883-1959), membre du secrétariat de l’Internationale communiste depuis 1926, vient régulièrement en France à partir de 1923.

506 Georgi Dimitrov (1882-1949), dirigeant communiste bulgare, membre du Comité exécutif de l’Internationale communiste depuis 1924, secrétaire général du Comité exécutif de l’Internationale depuis avril 1934.

507 Serafima Ilynitchna Gopner (1880-1966), bolchevik d’Ukraine, émigrée à Paris en 1910, dirigeante du parti communiste ukrainien depuis 1928, membre suppléant du Comité exécutif de l’Internationale communiste depuis 1928, secrétaire de la section d’agit prop depuis 1929.

508 Selon l’Humanité, le 30 juin, l’écrivain français séjourne quatre semaines à Moscou et loge chez Gorki. Cachin, dans son article, le 3 juillet, signale que Romain Rolland assiste à la parade sportive du 30 juin dans la tribune gouvernementale.

509 Sans doute Hélène Mirov. A-t-elle un rapport avec Jakob Mirov-Abramov, directeur de l’École des cadres de l’OMS (relations internationales) de l’Internationale communiste ? Peut-être Elena Stassova (1873-1966), membre de la commission internationale de contrôle de l’Internationale, responsable du département des cadres du parti communiste d’Union soviétique, du Secours rouge international, membre de la direction du Comité mondial de lutte contre la guerre en 1932.

510 Marc Willems (1906-1968), secrétaire du parti communiste belge jusqu’à son élimination en 1935, membre du Comité exécutif de l’Internationale communiste des jeunes, sanctionné en 1934 pour avoir accepté l’unification des JC avec les jeunes socialistes et trotskistes en Belgique, appelé dans l’appareil de l’Internationale communiste en 1935.

511 L’Humanité ne publie pas cet article.

512 Sans doute le rapport présenté par Cachin au congrès de l’Internationale le 27 juillet sous le titre « Le parti communiste français porte haut le drapeau du communisme de combat », publié dans le numéro 22 (1er août 1935) de l’Internationale communiste. Le rapport devait être remis tôt en raison de la traduction.

513 Selon l’Humanité du 2, la fête annuelle des membres des sociétés de culture physique rassemble dans l’après-midi sur la place Rouge 110 000 sportifs qui défilent devant la tribune où Staline et les membres du gouvernement les saluent. L’article reprend le chiffre de 120 000.

514 Boris Mikhaïlovitch Fradkine dit Voline (1886-1957), bolchevik depuis 1904, vécut en France (1911-1913) ; secrétaire de l’ambassade soviétique en France (1925-1926), il est depuis 1928 chef-adjoint du département de presse du commissariat des Affaires étrangères.

515 L’Humanité, le 3 juillet, publie un article de Cachin, « La parade “Sport et Défense” de Moscou ».

516 Sans doute Eva Neumann (1902), communiste allemande envoyée en France par l’Internationale communiste, chargée du travail en direction des étrangers. Travaille à l’Humanité sous le nom d’Henriette Carlier. Heinz Neumann (1902-1937), membre du secrétariat du parti communiste allemand depuis 1928, député depuis 1930, séjourne à Moscou après 1933.

517 Stanley Baldwin (1867-1947), conservateur, ancien Premier ministre britannique (1923, 1924-1929), ministre dans le cabinet James Ramsay MacDonald d’Union nationale (1931), puis à nouveau Premier ministre à partir de juin 1935.

518 James Ramsay MacDonald (1866-1937), député travailliste (1906-1918, puis depuis 1922), Premier ministre (1924, 1929-juin 1935) et ministre des Affaires étrangères (1924).

519 Samuel Hoare (1880-1959), conservateur, secrétaire d’État à l’Inde (1931- 1935) puis ministre des Affaires étrangères (cabinet Baldwin, 1935). Partisan de concessions à l’Italie, il démissionne en décembre 1935.

520 John Allsebrook Simon (1873-1954), libéral, puis proche des conservateurs, ministre des Affaires étrangères (1931-1935) puis de l’Intérieur à partir de 1935.

521 Anthony Eden (1897-1977), conservateur, sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères (1931-1933), ministre des Affaires de la Société des Nations (1935), séjourne à Rome du 24 au 26 juin dans le but, après la signature de l’accord naval anglo-allemand, d’améliorer les rapports entre Grande-Bretagne et Italie et d’aborder la question éthiopienne. Le Temps, le 27, juge que « la conversation italo-britannique sur l’Abyssinie a conduit à une impasse ». Il séjourne en France les jours suivants. Partisan de la fermeté à l’égard de l’Italie, il remplace Hoare aux Affaires étrangères en décembre 1935.

522 William Christian Bullitt (1891-1967), premier ambassadeur des États-Unis en URSS depuis 1933.

523 Le numéro 36 de l’Internationale Communiste, du 20 décembre 1934, organe bimensuel du Comité exécutif de l’Internationale communiste, comprend un article non signé, « Pour le front unique de lutte du prolétariat international ». L’auteur indique que le Comité exécutif de la IIe Internationale, réuni à Paris (13-16 juin), « a repoussé la proposition de l’Internationale communiste invitant à réaliser le front unique pour défendre et secourir le prolétariat d’Espagne en lutte ». Le numéro 24 est daté du 20 août 1934.

524 Boris Danilovitch Mikhaïlov (1895-1950), bolchevik depuis 1912, représentant du Comité exécutif de l’Internationale communiste auprès du parti communiste français en 1925-1926, en rapport avec les communistes des pays anglo-saxons. Il assiste Dimitrov en 1934-1935 et devient le correspondant de la Pravda à Paris.

525 Sans doute Henriette Carlier (voir Neumann, note au 2 juillet 1935) ou Henriette Royer (voir 8 juillet 1935).

526 Palmiro Togliatti (1893-1964), secrétaire général du parti communiste italien depuis 1927, membre du secrétariat de l’Internationale communiste depuis 1926, doit présenter au VIIe Congrès de l’Internationale communiste le rapport « La menace de la guerre impérialiste et les tâches de l’Internationale communiste ».

527 Voir note, 5 janvier 1935. L’Humanité, le 9 juillet, publie un éditorial de Thorez, « L’armée du peuple défendra les libertés républicaines ».

528 L’Humanité, le 11, publie cet article sous le titre « Le Congrès de l’Internationale communiste »

529 L’Internationale Communiste, le 20 juillet 1935, comprend l’article de Dimitrov « Pour l’unité des actions du prolétariat dans la lutte contre le fascisme et la guerre » et l’article de Cachin « Fascisme et front unique en France ». Le 5 septembre 1934, la revue comprend un article non signé, « La lutte pour le Front unique en France ».

530 Aleksandr Petrovitch Grunberg (1901), bolchevik depuis 1920, secrétaire de rédaction de l’Internationale communiste depuis 1933.

531 Wilhelm Florin (1894-1944), membre du Comité central (1924) et du Bureau politique (1929) du parti communiste allemand, député depuis 1924, dirigeant politique dans la Ruhr (1925-1932), émigré en France en 1933, membre du Comité exécutif de l’Internationale communiste, appelé à la direction de l’Internationale en 1935, intervient au VIIe Congrès. Son fils Peter (1921), député à la Chambre du peuple de République démocratique allemande, vice-ministre des Affaires étrangères, fut le premier représentant de la RDA à présider l’assemblée générale de l’Organisation des Nations unies.

532 Robert Wolfsohn (1895-1970), médecin, dirigeant communiste à Levallois-Perret, militant néomalthusien.

533 L’Humanité, le 4 juillet, annonce que le « comité exécutif radical approuve la participation aux manifestations du Front populaire du 14 juillet ».

534 Charles Trochu (1898-1961), industriel, militant des Jeunesses patriotes, président de l’Association nationale des officiers combattants, président du Front national, conseiller municipal du 16e arrondissement (Auteuil) depuis mai 1935, lors du débat du Conseil général de la Seine du 3 juillet, en réponse aux vœux communistes et socialistes contre les ligues, affirme à la tribune : « Factieux, oui, je le suis. D’ici peu, ce n’est pas à cette tribune que se régleront les questions... À brève échéance, ce sera une question de force dans la rue », extrait retenu en bandeau par l’Humanité du 4 juillet. En fait, le journal ne reproduit pas l’ensemble des propos de l’orateur, qui sont, selon le procès-verbal imprimé : « Moi, Messieurs, je suis un factieux... Ayez de la franchise : nous sommes à un tournant extrêmement sévère de nos destinées. D’ici peu, ce n’est pas par des paroles à cette tribune que se régleront les destinées de notre pays, vous le savez bien (...) Nous sommes révolutionnaires comme vous ; entre vous et nous, vous le savez bien, finalement, quelles que soient les décisions de l’Assemblée, quelles que soient les motions que nous déposons, entre vous et nous, à brève échéance, ce sera une question de force. »

535 À la lumière du marxisme, ouvrage collectif, publié par les Éditions sociales internationales, qui reproduit des conférences prononcées en 1933-1934 à la commission scientifique de la Russie nouvelle. Après une introduction d’Henri Wallon, il comprend des contributions de Jean Baby, Marcel Cohen, Georges Friedmann, Paul Labérenne, Jean Langevin, René Maublanc, Henri Mineur, Charles Parain, Marcel Prenant, Aurélien Sauvageot. Jean Bruhat consacre une rubrique « Doctrine et histoire » (l’Humanité, 23 juillet) à cette livraison.

536 L’Humanité, le 7 juillet, annonce le douzième anniversaire de la Constitution. D’après le Temps et l’Humanité, le 9 juillet, une première réunion de la commission chargée de la révision de la Constitution s’est tenue à Moscou.

537 Annette Chapiro dite Marthe Vatelet ou Wattlé (1903-1985), d’origine polonaise, communiste depuis 1920, sténodactylo au Comité exécutif de l’Internationale communiste (1931-1933), rédactrice à la revue l’Internationale communiste depuis 1933.

538 Voir note, 27 juin 1935.

539 Quotidien du Présidium du Soviet suprême fondé en 1917 (les Nouvelles).

540 Karl Sobelsohn dit Radek (1885-1939), militant d’origine polonaise, membre de la direction de l’Internationale communiste (1920-1923), exclu du parti communiste (1927), réintégré en 1929, éditorialiste des Izvestia.

541 Henriette Royer (1901-1944), épouse de Lucien Marrane, sténodactylo du Comité central du parti communiste (1932), collaboratrice de l’Internationale communiste à Moscou depuis 1933.

542 Les secrétariats territoriaux au sein du Komintern apparaissent en décembre 1926 pour cesser leurs activités en octobre 1935. Le secrétariat romain supervise le travail des partis communistes français, belge, espagnol, italien, portugais, luxembourgeois.

543 Jacques Sadoul (1881-1956), avocat communiste, très lié à l’URSS, correspondant pour la France des Izvestia.

544 Iossif Aronovitch Piatnitski (1882-1938), membre du secrétariat de l’Internationale communiste, fait partie du présidium du congrès de l’Internationale.

545 Earl Russel Browder (1891-1973), syndicaliste, dirigeant du parti communiste américain (1930), membre du Comité exécutif de l’Internationale communiste depuis 1931, délégué au congrès de l’Internationale. Une analyse de son intervention est reproduite dans l’Humanité le 30 juillet.

546 Van Min (Wang Ming, Chen Shaoyu dit) [1905-1974], dirigeant chinois qui séjourne à Moscou (1925-1930, puis à partir de 1932) et qui partage les analyses critiques de l’Internationale vis-à-vis des communistes de Chine, penchant pour une approche nationale et paysanne de la révolution. Il est chargé par l’Internationale de défendre la nouvelle politique de front uni dans les pays coloniaux. Il participe au congrès de l’Internationale et fait partie de son présidium.

547 Stayan Ivanov (1893-1959), militant communiste bulgare, porte plusieurs patronymes, entre autres Minev, Stepanov, Vanini, Chavaroche, Lebedev. Il a vécu en Suisse et en France, y revient souvent pour le compte de l’Internationale communiste, dont il est le secrétaire de la section latine (1926-1933). Peut-être Varvara Platonovna Lebedeva (1902-1976). Depuis 1926, elle travaille dans l’appareil du Komintern et depuis 1927 est le rapporteur du secrétariat romain et du département des cadres pour les communistes français, belges et luxembourgeois.

548 Nicolaï, Ivanovitch Boukharine (1888-1938), rédacteur en chef de la Pravda (1917-1927), directeur des Izvestia depuis 1933, membre suppléant du Comité central du parti communiste d’Union soviétique.

549 Vladimir, Nikolaevitch Koutchoumov (1900), bolchevik depuis 1919, travaille dans l’appareil du Komintern depuis 1928. Il occupe les fonctions de chef adjoint du secrétariat de l’Amérique latine depuis 1933.

550 Ville au Nord-Ouest de Moscou.

551 Sans doute l’usine automobile de Moscou.

552 Sans doute Matyas Rakosi (1892-1971), communiste hongrois, membre du gouvernement de Béla Kun (1919), militant de l’Internationale communiste.

553 Ruelle Pimenovski.

554 Goudok (le sifflet, la sirène) est le journal quotidien du Commissariat des chemins de fer soviétiques et des syndicats de cheminots, renommé pour ses articles satiriques. Cachin y collabore régulièrement depuis quelques années. Le 26 juillet, Goudok publie l’article de Cachin sous le titre « Congrès de l’unité et du combat ».

555 Surnom de l’épouse de Cachin.

556 Troud (Travail), journal quotidien des syndicats.

557 Wilhelm Pieck (1876-1960), député communiste allemand (1928-1933), membre du Comité exécutif de l’Internationale communiste depuis 1928, émigré en France depuis 1933, après avoir prononcé le discours d’ouverture du congrès de l’Internationale, présente le lendemain le rapport d’activité.

558 Cachin fait partie du présidium du congrès de l’Internationale communiste, ainsi que Thorez et Marty.

559 Mauno Heimo (1894-1938), communiste finlandais, travaille dans l’appareil du Comité exécutif de l’Internationale communiste depuis 1919, et, en 1935, il est le chef adjoint de son département d’organisation.

560 Le discours de Cachin est reproduit dans l’Humanité, le 30 juillet.

561 Marx écrit, pour le congrès de Gotha d’unification des deux partis socialistes allemands (22-27 mai 1875), des Gloses marginales au programme du Parti ouvrier allemand, critiquant un premier projet de programme élaboré par une commission en février 1875. Les congressistes n’en tinrent pas compte. Après l’abrogation de la loi contre les socialistes en 1890, Engels fit paraître ce texte dénonçant les concessions faites aux conceptions de Lassalle par les dirigeants socialistes allemands, sous le titre Critique du programme de Gotha, dans la Neue Zeit et dans le Vorwaerts.

562 Après le traité d’Addis-Abeba (26 octobre 1896) où l’Italie reconnaît l’indépendance de l’Éthiopie, l’empereur Ménélik agrandit son territoire et fait reconnaître ses frontières par les puissances européennes. Le 13 décembre 1906, une convention entre la France, l’Italie et la Grande-Bretagne garantit les frontières et partage l’Éthiopie en trois zones d’influence.

563 Depuis 1919, le gouvernement italien propose à la Grande-Bretagne un accord sur les zones d’influence en Éthiopie, laquelle en 1923 devient membre de la Société des Nations avec l’aide de l’Italie. Des négociations anglo-italiennes aboutissent à un échange de lettres les 14 et 20 décembre 1925. L’Italie aide la Grande-Bretagne à obtenir du gouvernement éthiopien l’accord pour la construction d’un barrage au Soudan, et la Grande-Bretagne aide l’Italie à construire un chemin de fer pour relier l’Érythrée et la Somalie italiennes, la zone éthiopienne traversée devenant zone d’influence italienne. La France proteste et demande le maintien de l’accord de 1906 prévoyant la souveraineté de l’Éthiopie. Cette politique d’entente entre Grande-Bretagne et Italie résulte de l’arrivée à la tête du Foreign Office d’Austen Chamberlain. En échange, ce dernier attend un soutien de l’Italie dans la politique anglaise concernant le pétrole du Moyen-Orient.

564 L’accord franco-italien du 7 janvier 1935 prévoit quelques cessions de terres françaises à l’Italie au sud de la Lybie, en Somalie. Laval, dans son discours, note : « Les conventions que nous avons signées à propos des questions africaines sont équitables et seront, je l’espère, favorablement accueillies. Nous nous sommes efforcés, M. Mussolini et moi, d’apporter la même compréhension dans la recherche de solutions trop longtemps différées à ces problèmes délicats » (le Temps, 9 janvier 1935). Un article de Gabriel Péri, dans l’Humanité, le 28 juillet, dénonce « l’aventure fasciste et la complicité de Laval ».

565 L’Humanité, le 21 juillet, reproduit en caractères gras les déclarations du négus :
« Nous attendons avec confiance [...] les décisions de la SDN. »
Le Temps, le 22 juillet, fait de même.

566 Luigi Campolonghi (1876-1944), militant socialiste italien, antifasciste, exilé à Nérac (Lot-et-Garonne), préside depuis sa fondation en 1927 la Ligue italienne des droits de l’homme (LIDU).

567 Texte signé par tout adhérent à la Société des Nations ; dans son article 12, il précise que tout État signataire, en cas de différend pouvant entraîner une rupture, doit accepter la procédure de l’arbitrage ou l’examen du conseil. Il en est constamment question dans la rivalité diplomatique entre l’Éthiopie et l’Italie à la mi-juillet 1935. La session extraordinaire du Conseil de sécurité de la SDN s’ouvre à Genève le 1er août et s’achève, le 4, par l’adoption de résolutions invitant à la désignation d’un superarbitre.

568 Raoul Dautry (1880-1951), directeur du réseau de chemins de fer État depuis 1928, président de la Conférence des directeurs des grands réseaux de chemins de fer (1934).

569 Louis Loucheur (1872-1931), industriel, député de la gauche radicale (1919- 1931), plusieurs fois ministre.

570 Jacques Rueff (1896-1978), polytechnicien, inspecteur des finances néo-libéral, chargé de missions financières depuis 1923, participe dans le cabinet de Poincaré à la stabilisation du franc (1928). Directeur-adjoint du Mouvement général des fonds (janvier 1934), chargé des relations financières extérieures, partisan de respecter les mécanismes naturels des marchés, il devient, en janvier 1935, membre du comité d’experts formé par Laval, avec notamment Yves Bouthillier, directeur du Budget, qui élabore les décrets-lois de l’été 1935.

571 Wilfrid Baumgartner (1902-1978), inspecteur des finances, directeur du Mouvement général des fonds depuis janvier 1935, participe à l’élaboration des mesures de réajustement monétaire. Son inimitié pour Rueff est grande. Aux conflits d’ambition s’ajoutent des divergences sur le rôle financier de l’État, dont la politique monétaire ne peut, selon lui, faire abstraction des données de la conjoncture économique et politique. Il reste donc, de fait, en marge du groupe d’experts.

572 Ernest Mercier (1878-1955), industriel, crée en 1919 l’Union d’électricité. 11 fonde en 1925 le Redressement français, mouvement de réflexion réunissant patrons et ingénieurs, pour imaginer des liens entre politique et économie inspirés par les compétences managériales. Il dirige quelques sociétés dans des secteurs-clés (Lyonnaise des eaux et de l’éclairage, Union électrique) et préside la Compagnie française des pétroles. Le 9 août 1935, l’Humanité publie un article de Jean Dupuy, « Le “Redressement français” alias Mercier dicte, les gouvernements exécutent ». Mercier est dénoncé dans l’Humanité du 13 octobre, parmi les « ennemis du peuple » comme « Croix-de-Feu, trusteur de l’électricité, rançonneur de la population laborieuse, administrateur de dizaines de sociétés anonymes ».

573 Claude-Joseph Gignoux (1890-1966), professeur de droit (économie politique), député (Fédération républicaine, 1928-1932), dirige la Journée industrielle depuis 1925. Sous-secrétaire d’État à l’Économie nationale (1931), il anime la Conférence économique de la France métropolitaine et d’outre-mer.

574 La Confédération générale de la production française, fondée en 1919, groupe 22 fédérations de syndicats patronaux. Gignoux la préside en 1936.

575 René Duchemin (1875-1963), industriel de la chimie (président des établissements Kulhmann), régent de la Banque de France, administrateur d’une vingtaine de sociétés (mines d’Anzin, chemins de fer du Nord), dirige la CGPF (1924- 1936).

576 Fondée en 1800, la Banque de France est dirigée par un gouverneur nommé par l’État. L’assemblée générale de la Banque, composée des 200 plus gros actionnaires, désigne 15 régents qui constituent le conseil de régence. Les statuts modifiés de 1806 prévoient que sur ces quinze régents, renouvelés par cinquièmes et rééligibles, trois sont des fonctionnaires du ministère des Finances. Parmi les douze élus, cinq sont des actionnaires industriels ou commerçants, les sept autres sont des banquiers parisiens. Depuis 1909, ils ne sont plus que six puisque est désigné un agriculteur (depuis 1929, le marquis de Voguë, membre du Conseil supérieur de l’agriculture, président de la Société d’agriculture de France entre autres). F. Delaisi, dans sa brochure la Banque de France aux mains des 200 familles, Comité de vigilance des intellectuels antifascistes, 1936, 96 p., indique que ces douze régents, personnellement, ou par leurs familles directes, siègent aux conseils d’administration de 95 sociétés et occupent 150 sièges dans ces conseils d’administration (p. 27).

577 Rhône-Poulenc, société née en 1928 de l’absorption des établissements Poulenc frères, créés en 1900, par la Société chimique des usines du Rhône. Camille Poulenc, codirecteur général depuis 1926, siège au conseil de régence de la Banque de France.

578 Cette famille, propriétaire des Grands Moulins de Corbeil et des Papeteries de l’Essonne, a déjà eu deux régents. Robert Darblay (1883-1968), régent depuis 1932, préside la société éditrice du Journal, siège notamment aux conseils d’administration de l’agence Havas et de la compagnie d’assurances Phénix.

579 Société des raffineries et sucreries Say, fondée en 1898, sans doute représentée par R. Darblay.

580 Maurice Tinardon (1870), ingénieur des Ponts, outre ses activités dans la firme chimique Péchiney (Alais-Forges et Camargue), siège dans les conseils d’administration du Crédit foncier, du PLM.

581 François de Wendel (1874-1949), gérant des sociétés de Wendel et Cie (Jœuf) et « Les petits-fils de François de Wendel et Cie » (Hayange), député de Meurthe-et-Moselle (1914-1932), puis sénateur, président du comité des Forges depuis 1918, régent de la Banque de France.

582 Parmi ces six banquiers, cinq appartiennent à la banque protestante d’origine suisse installée en France à la fin du XVIIIe siècle (voir note, 5 juin 1935). Les Rothschild s’installent en France sous le premier Empire. Le baron Édouard siège comme régent depuis 1906.

583 Selon le Temps du 26 avril, le stock monétaire de la Banque « a été ramené à un peu plus de 81 milliards ».

584 Le Temps, le 7 juin, signale d’importantes sorties d’or et 71 778 millions de francs or.

585 Le congrès du Syndicat national des instituteurs se déroule à Paris à partir du 4 août. Le Temps, le 5 août, sous le titre « Instituteurs révolutionnaires », commente le rapport du secrétaire général et précise : « Ils se disposent à renverser l’ordre social et à mettre la France en état de guerre civile. »

586 Lionel Nastorg (1881-1940), avocat, écrivain, journaliste, conseiller municipal Union républicaine nationale du quartier Necker (15e arrondissement) depuis 1929.

587 Le gouvernement Laval prend des décrets pour abaisser le coût de la vie visant les commerçants.

588 Paul Signac (1863-1935), peintre pointilliste, préside pendant longtemps la Société des artistes indépendants, jusqu’à sa démission à la fin de 1934. Selon l’Humanité, « de l’anarchisme de sa jeunesse, il avait su aller au communisme » (16 août), affirmation erronée puisque Signac n’était pas membre du parti communiste, mais membre fondateur de l’Association des écrivains et artistes révolutionnaires. Après un séjour en Corse jusqu’en juillet, Signac était alité. Il était, rappelons-le, le beau-père du fils de Cachin.

589 Le Temps, le 18 août, indique que selon le Bureau universitaire de statistiques il y a, en 1934, 87 152 étudiants français et 14 495 étrangers.

590 Le Temps, le 12 août, publie l’article « Réflexions sur l’expérience monétaire belge ». Il analyse la politique de dévaluation du 28 % décidée en mars par le cabinet Van Zeeland.

591 À son domicile, 14 rue de l’Abbaye (6e arrondissement). L’Humanité, le 16 août, annonce ce décès. Selon l’article, une crise d’urémie l’a emporté. « Quelques heures avant de mourir », il demande à Cachin, « qui était un des ses plus anciens amis », s’il pourra encore peindre.

592 Cette organisation d’anciens combattants fondée en 1927 avec des filiales, Briscards (1929), Volontaires nationaux (1933), présidée par le lieutenant-colonel de La Rocque depuis 1931, connaît depuis 1933 un gonflement des effectifs.

593 Berthe Signac née Robles (1862-1942), nièce de Pissarro, épouse Paul Signac en 1892. Ils se séparent par la suite. Signac la quitte pour vivre avec Jeanne Desgrange (écrit parfois Desgranges) [1877-1958], épouse de l’architecte Eugène Selmersheim (écrit parfois Selmesrseim), mère de trois enfants, peintre néo-impressionniste qui signe Selmersheim-Desgrange. Ils vivent à Paris et à Antibes (Alpes-Maritimes), où leur fille, Ginette, naît le 2 octobre 1913. Afin que Ginette puisse porter le nom de Signac, Berthe Signac, épouse légitime, et Paul Signac adoptent Ginette en 1927. Jeanne Desgrange (divorcée) et Paul Signac habitent 14 rue de l’Abbaye avec Ginette. Selon les listes nominatives du recensement de 1931, Jeanne est mentionnée « épouse ». Signac fait un testament. Ginette (1913- 1980), épouse de Charles Cachin depuis le 13 juin 1934, fils de Marcel Cachin, légataire, devra verser une rente de 1 000 F par mois à Jeanne et à Berthe. Or, comme elle est toujours l’épouse légitime de Signac, Berthe peut prétendre à la moitié des biens.

594 Jeanne Desgrange, désignée comme Jeanne Signac, participe à plusieurs réunions publiques pendant l’année 1935.

595 Ker Xavier Roussel (1867-1944), peintre du groupe nabi qui expose régulièrement des paysages intimistes ou inspirés par la mythologie grecque. Il figure parmi les sept peintres de l’« hommage à Cézanne » peint par Maurice Denis (1901).

596 Sir Robert Vansittart (1881-1957), secrétaire général du Foreign Office depuis 1930, appelé parfois sous-secrétaire d’État permanent aux Affaires étrangères, hostile au nazisme, partisan du réarmement britannique, d’un rapprochement avec la France et avec l’URSS.

597 Marcel et Marguerite Cachin sont intervenus auprès des deux femmes pour que la justice ne soit pas saisie.

598 Félix Fénéon (1861-1944), critique littéraire et critique d’art, connaît Signac depuis 1884, écrit un article sur Signac dans les Hommes d’aujourd’hui (1890) ; Signac peint alors un portrait de Fénéon. Ce dernier est le parrain laïque de Ginette, fille de Signac.

599 Joseph Jolinon (1885-1971), avocat, défenseur de mutins traduits devant les conseils de guerre en 1917, écrit après la guerre des romans de guerre (le Valet de gloire, 1923). Il milite dans les mouvements pacifistes et collabore à la presse, notamment à la Flèche, à la Patrie humaine et à l’Humanité dans la rubrique littéraire.

600 Jean Metthey (1904-1955), fils d’André Metthey (1871-1920), artiste-céramiste. marchand de tableaux, habite 16 rue de l’Assomption (16e arrondissement), avec son épouse Suzanne (1904-1976), fille du peintre décorateur Napoléon Duitz. Ils viennent souvent chez Signac.

601 George Besson (1882-1971), critique d’art, membre du parti communiste, auteur d’un ouvrage sur Signac, exécuteur testamentaire de Signac avec Alphonse Bellier, commissaire-priseur. Il avait été le témoin de Ginette Signac lors de son mariage avec Charles Cachin, l’année précédente.

602 Berthe Signac, née en 1862 dans la Seine, rentière, vit seule au 14 rue La Fontaine (16e arrondissement) selon les listes nominatives de recensement de 1931 et de 1936. Cette adresse est restée celle de Signac dans l’Almanach du commerce, 1932.

603 Dans l’Humanité, le 18, la CGTU, le Comité national contre le fascisme et la guerre, les Amis du Monde saluent le défunt et invitent aux obsèques à 11 heures au columbarium du Père-Lachaise. 700 personnes s’y rendent selon la police (APP, Ba 1636). Cachin y arrive dans l’autocar avec la veuve de Signac. 300 personnes pénètrent dans le columbarium et quatre discours sont prononcés (un sociétaire des Artistes indépendants, un ami, Paul Vaillant-Couturier, qui rappelle le passé libertaire de Signac, son amitié pour la Russie et son adhésion au mouvement Amsterdam-Pleyel, et Racamond). L’urne contenant les cendres est alors portée dans le caveau et, à 12 h 45, les parents de Signac, accompagnés de Cachin, regagnent l’autocar alors qu’une cinquantaine de personnes crient « Vive Cachin ! ».

604 Berthe Signac prend le conseil d’un de ses amis, l’avocat Charles Chanvin (1877-1953), ami de nombreux artistes et écrivains, qui habite 30 quai de Béthune.

605 Les analyses inspirées par le planisme se répandent dans le mouvement ouvrier à partir de la fin de 1933. En octobre 1934, la CGT adopte un document qui, sous le titre « Plan de travail de la CGT », associe nationalisations, contrôle de l’économie et rôle de l’État. Pour populariser ce plan, la CGT lance un journal en mai 1935, l’Atelier pour le Plan. Les communistes critiquent pendant longtemps ces analyses. Mais la marche vers la réunification passe par l’acceptation du programme de la CGT et du Plan.

606 Le Conseil économique du travail, souhaité par la CGT dès le lendemain de la Première Guerre mondiale, constitue le noyau qui doit diriger les nationalisations selon le Plan de la CGT.

607 Les élections sénatoriales sont fixées dans la Seine le 20 octobre 1935. L’Humanité, le 31 août, publie un tableau établi par Sellier sur la répartition politique des délégués sénatoriaux. L’article estime que la gauche peut compter sur 700 voix et la droite sur 560. L’objectif est de parvenir à une liste de gauche dès le premier tour pour battre la liste de Laval.

608 Henri Sellier (1883-1943), conseiller général socialiste SFIO de Puteaux depuis 1910. maire de Suresnes depuis 1919, membre du parti communiste (1920- 1922), de l’Union socialiste-communiste (1922-1924), puis du parti socialiste SFIO, secrétaire de l’Union amicale des maires de banlieue, candidat aux élections sénatoriales en 1927.

609 Représentation proportionnelle.

610 Le secrétariat de l’exécutif de l’Internationale ouvrière socialiste, réuni à Bruxelles du 18 au 20 août, appelle à un congrès des antifascistes italiens à propos de la guerre contre l’Abyssinie.

611 Voir note 10 janvier 1935. Doriot, maire de Saint-Denis depuis 1931, anime les Amis de l’unité ouvrière. Une liste communiste vient de lui être opposée en mai aux élections municipales. Il continue à développer des thèmes pacifistes invitant au défaitisme révolutionnaire.

612 Henri Queuille (1884-1970), médecin, député radical-socialiste depuis 1914, plusieurs fois ministre (Agriculture, 1924-1925, 1926-1928, 1930, 1932- 1934 ; Santé publique, 1930-1931, 1934-mai 1935 ; PTT, 1932). Selon le Temps du 22 août, en tant que président du Conseil général de Corrèze et député, lors d’une réunion à Meymac, il s’est prononcé pour les décrets-lois pour éviter « la faillite ».

613 Édouard Herriot (1872-1957), professeur, maire radical-socialiste de Lyon depuis 1905, sénateur (1912-1919), député depuis 1919, président du parti radical (1919-1926, depuis 1931), président du Conseil (1924-1925, 1932), plusieurs fois ministre (Travaux publics, Transports ravitaillement, 1916-1917 ; Instruction publique, Beaux-Arts, 1926-1928 ; ministre d’État depuis février 1934). Selon le Temps du 27, il estime les décrets-lois « indispensables » dans un discours en région lyonnaise.

614 Cachin répartit ses notes prises lors de la réunion autour de cette date.

615 Prévue lors de la session du conseil de la Société des Nations, le 4 septembre.

616 Jacques Bourin, membre de l’Association parisienne et de l’Union départementale des anciens combattants, prend la parole au meeting de Buffalo, le 20 août, contre les décrets-lois. L’Humanité, le 22, publie sa photographie lors du meeting en illustration d’un article de Gitton, « L’union fait la force ».

617 Le 6 août se produisent de violents heurts entre forces de police et ouvriers de l’Arsenal maritime de Brest protestant contre les décrets-lois. Dans la nuit du 8 au 9, de violents incidents de même origine éclatent à Toulon. Le comité national du Rassemblement populaire dénonce les « provocations évidentes » et les « mesures d’occupation militaire de l’Arsenal » (communiqué dans l’Humanité, le 9 août).

618 Une réunion s’est déroulée au stade Buffalo, le mardi 20 août, contre les décrets-lois. Des orateurs CGTU, CGT et autonomes prennent la parole.

619 L’Humanité, le 23 août, publie un appel du parti communiste au « Rassemblement pour la défense de la paix », mentionnant notamment l’envoi de cette délégation. Ce texte a été proposé à la CAP du parti socialiste SFIO comme « projet d’appel commun », précise l’Humanité.

620 La Fédération sportive et gymnique du travail est issue de la fusion de la Fédération sportive du travail, proche de la CGTU et des communistes, et de l’Union sportive et gymnique du travail, proche de la CGT et des socialistes, au congrès des 23-24 décembre 1934.

621 Le dimanche 29 septembre, le matin, à la Mutualité, à l’appel de vingt organisations, se déroulent les Assises de la jeunesse. L’après-midi, au stade Buffalo, un rassemblement de la jeunesse du Front populaire suit. Un premier appel du comité du Front populaire de la jeunesse est publié dès le 26 août dans l’Humanité. Il annonce le rassemblement du 29 septembre.

622 L’Humanité, le 25 août, publie en dernière page un placard : « Au secours de l’agriculture française ! » qui appelle notamment à des manifestations paysannes, le 21 septembre. La seule allusion indirecte aux mouvements agrariens apparaît en conclusion : « [...] il faut que tous les groupements paysans conjuguent leurs efforts. » La Confédération générale des paysans travailleurs s’adresse au parti agraire pour l’organisation commune de manifestations (l’Humanité, 31 août).

623 Régulièrement l’Humanité publie des interventions de dirigeants du communisme international au congrès, notamment, les 24 et 25, le début du discours final de Dimitrov. Le 25 août, l’éditorial anonyme lui est consacré : « Après le 7e congrès. Le front uni international. » En page intérieure, la dernière partie du discours de Dimitrov est publiée, avec une photographie de Cachin à la tribune. Dans les notes qui suivent, Cachin reprend les grands moments de ce discours et recopie certaines images.

624 Selon l’Humanité, Dimitrov a indiqué à propos des cadres :
« Mais là où “les vieilles outres ne sont pas toujours bonnes pour le vin nouveau”, il faut dégager les conclusions correspondantes et ne pas répandre et gâter le vin dans les vieilles outres, mais remplacer celles-ci par de nouvelles. »

625 Allusion au texte publié dans l’Humanité le 23 août.

626 Maksim Maksimovitch Litvinov (1876-1951), commissaire du peuple aux Affaires étrangères de l’URSS depuis 1930, représentant de l’URSS à la Société des Nations depuis 1934.

627 L’Humanité, le 31 août, annonce la tenue de trois rassemblements populaires à Wagram, à la Mutualité et à la Grange-aux-Belles, « Pour la défense de la paix, contre la guerre de brigandage que veut le fascisme mussolinien et pour la défense du peuple d’Abyssinie ». Sont annoncés notamment des orateurs communistes, dont Cachin, socialistes, radicaux, de la CGTU, de la CGT (pas encore désignés), d’Amsterdam-Pleyel, de la Ligue des droits de l’homme.

628 Jean-Baptiste Séverac (1879-1951), secrétaire général adjoint du parti socialiste SFIO depuis 1924, marque sa méfiance à l’égard de l’unité d’action dans De l’unité d’action à l’unité organique (décembre 1934) et critique le courant de « La Bataille socialiste » au Conseil national (mars 1935).

629 Parmi les tirages annoncés par la police, 282 000 le dimanche 11 août et 235 000 le lendemain (APP, Ba 1719).

630 Quartier des Épinettes (17e arrondissement), adresse de la secrétaire Léonie dite Léo Wanner (née en 1886) du Comité international pour la défense du peuple d’Éthiopie.

631 Maurice Lampe (1900-1979), ajusteur-mécanicien, secrétaire de la région Paris-Ville depuis 1933, continue à habiter Montreuil.

632 3e arrondissement, siège de la 44e région communiste Paris-Ville.

633 À Garches, dans la clairière des Quatre Cèdres, se tient la « fête champêtre » de l’Humanité, « pour la paix », comme le titre le journal le 1er septembre. Selon le programme annoncé, l’après-midi, à 16 h 15, sous la présidence de Vaillant-Couturier, parlent Cachin, Duclos et Racamond. Cachin, notamment, demande aux chorales d’exécuter « l’hymne des morts de la révolution » à la mémoire de Barbusse. D’après l’Humanité, plus de 150 000 personnes participent. La préfecture avance le total de 100 000 (APP, Ba 1719).

634 George Lansbury (1859-1940), député travailliste (1910-1912, depuis 1922), sympathisant de la révolution bolchevique (auteur de Ce que j’ai vu en Russie, Éditions de l’Humanité, 1920, 163 p.), ministre des Travaux publics (1929-1931), président du parti depuis 1932, partisan actif de la paix, est annoncé pour participer à un meeting à Magic City, 168 rue de l’Université, le 3 septembre, avec Jouhaux et Paul Faure, « Contre la guerre, contre les brigandages coloniaux... ». Retenu à Londres par la conférence de son parti, il ne vient pas. L’Ami du peuple, le 2, titre son éditorial : « Blum et Cachin, passe encore ! mais Lansbury ? »

635 L’Humanité, le 1er septembre, publie le texte d’un télégramme envoyé par Cachin à George Lansbury, en tant que leader du Labour Party, pour que sa direction accepte la proposition du parti communiste d’organiser une conférence internationale « contre la guerre de brigandage du fascisme ». Il envoie un message à la Conférence internationale contre la guerre en Éthiopie, à Paris, le 3 septembre, publié dans la presse (le Temps, 4 septembre notamment). Le Temps, le 10 septembre, analyse les divisions qui traversent le Labour à propos de la question éthiopienne. Une large majorité s’est dégagée lors du dernier congrès en faveur de sanctions militaires contre l’Italie. Mais Lansbury vient de réaffirmer son opposition à de telles sanctions. L’Ami du peuple, le 4 septembre, publie un extrait de sa lettre à Cachin : « Tout ce qu’il faut, c’est que nous, qui faisons partie des races blanches, nous les Anglais, les Français, les Allemands et les Italiens, qui professons la foi chrétienne, nous nous unissions pour mettre les dons de Dieu au service des uns et des autres. »

636 Ralph Lane, dit Norman Angell (1872-1967), journaliste et écrivain britannique (la Grande illusion. Le rapport du pouvoir militaire au bénéfice national, 1909), membre du parti travailliste (1920-1931), député (1929-1931), pacifiste, partisan de la Société des Nations, prend des distances avec le parti en septembre 1931, quand MacDonald choisit de former un cabinet d’union nationale. Il obtient le prix Nobel de la Paix en 1933. Il participe à la Conférence internationale contre la guerre en Éthiopie, à Paris, le 3 septembre 1935, à la Mutualité, et, le même jour, parle, salle Wagram, au rassemblement pour la défense de la paix. L’Humanité le présente comme toujours membre du parti travailliste. Il devient membre du conseil du Comité mondial contre la guerre, le 27 octobre.

637 Laval redevient président du Conseil, le 7 juin 1935.

638 Les résultats de cette réunion sont commentés par Jacques Duclos dans l’Humanité du 13 septembre. Le parti communiste propose de constituer une liste commune pour battre Laval. Les partis donnent leur accord « pour assurer l’échec de la réaction et du fascisme ». Seul le parti socialiste SFIO n’avait pas accepté cette liste unique. Il donne son accord quelques jours après.

639 Le Comité international pour la défense du peuple éthiopien, qui vient de se constituer, avec le concours du Comité mondial contre la guerre et le fascisme, organise la Conférence internationale contre la guerre en Éthiopie. Lors de la réunion préparatoire au siège de la Ligue des droits de l’homme, le mot d’ordre est défini : « Conférence internationale des représentants des associations politiques, syndicales, culturelles, pacifistes de toutes races, décidées à défendre le peuple abyssin contre l’agression du fascisme italien et à soutenir la SDN contre les fauteurs de guerre » (APP, provisoire 287). Contrairement aux prévisions du comité de Front populaire, l’initiative commune ne peut se dérouler, et, le 3 septembre, se déroulent quatre meetings d’aide à l’Éthiopie : Mutualité (à partir de 9 h), Grange-aux-Belles, salle Wagram, à 21 heures, à l’initiative du parti communiste, de la CGTU et du Comité de lutte contre la guerre et le fascisme, Magic City, à l’initiative de la SFIO et de la CGT.

640 Ce meeting est présidé par Maurice Lampe. Il regroupe 10 000 auditeurs selon l’Humanité, 3 600 selon la police (APP, provisoire 286). Cachin y parle aux côtés d’autres orateurs, dont notamment Norman Angell et Farinet (SFIO). Un orateur de la CGT était annoncé : l’organisation envoie un télégramme.

641 Après les obsèques à Moscou, la dépouille mortelle arrive à Paris et les funérailles se déroulent à 15 heures de la porte de la Chapelle au Père-Lachaise. L’Humanité, le 7, publie la photographie de Cachin, Duclos, Renaud Jean et Midol montant la garde, le 6, à la Grange-aux-Belles. Au Père-Lachaise, Cachin est un des six orateurs.

642 Voir supra.

643 Petit port maritime dans la commune de Ploubalzanec, à cinq kilomètres de Paimpol.

644 Depuis l’été 1935, le parti communiste multiplie les analyses et les propositions concernant l’agriculture.

645 Petit port, écart de Tréguier.

646 Pierre Cathala (1888-1947), avocat, député de la Seine-et-Oise depuis 1928, plusieurs fois ministre depuis 1930. ministre de l’Agriculture depuis le 7 juin 1935. Le Temps, le 9, publie son discours. Cachin note à peu près quelques phrases : « Il faut que les prix soient réels et sincères ; qu’ils aient été fixés par le jeu normal et libre des transactions. [...] Le gouvernement a le devoir – et il n’y manque pas – d’exercer la police de tous les marchés, au sens le plus élevé de ce terme. Il doit surveiller, il doit contrôler, il doit organiser. [...] La liberté de commerce est la contrepartie et la garantie naturelle de la propriété individuelle. » Toutefois, Cachin, à partir de « Il ne doit pas fixer... », se contente de commenter le discours.

647 Le 10 septembre s’ouvre devant l’assemblée et le conseil de la Société des Nations la question du conflit entre l’Italie et l’Éthiopie. La délégation britannique est conduite par sir Samuel Hoare, ministre des Affaires étrangères. Le Temps, le 11, annonce un discours de Hoare devant l’assemblée, pour le lendemain, où il réaffirmerait le désir de la Grande-Bretagne de consolider l’autorité de la SDN. Ce discours est intégralement publié le 12. Il est analysé dans son éditorial du 13. Gabriel Péri, dans son éditorial « Laval doit dire s’il choisit la guerre ou la paix », qualifie en sous-titre le discours d’Hoare : « Un discours qui fera date. »

648 Siège de la région marseillaise du parti communiste.

649 Le Temps, le 10 septembre, publie le compte rendu du congrès de la fédération du Var du parti radical et radical-socialiste et un résumé de la motion consacrée à la situation financière. Le Temps, le lendemain, sous le titre « Artifices », consacre un article à cette motion, citant notamment les proportions retenues par Cachin.

650 Charles Louis Cachin (1879-1939), plus jeune frère de Marcel Cachin, ancien médecin militaire dans les colonies (Afrique, Tonkin, Madagascar), installé comme médecin à Paris. Il habite Kerroch, hameau de Paimpol. Le comte Gustave de Kerguézec (1868-1955), propriétaire terrien, journaliste, maire de Tréguier depuis 1919, conseiller général depuis 1881, président du Conseil général (1925-1930), député radical-socialiste (1906-1920), puis sénateur des Côtes-du-Nord, prit la défense de Cachin quand le Sénat érigé en Haute Cour examina son attitude à propos de la Ruhr (mai 1923).

651 Sans doute Jacques Maroni, né à Paris le 16 septembre 1886, architecte, qui habite Paris (16e arrondissement), 65 rue Saint-Didier. Peut-être s’agit-il de l’adjudicataire de la publicité de l’Humanité, au début des années 1930, Marini.

652 Marcelle Wahl (1878-1974), peintre et graveur renommé.

653 Le Temps, le 11 septembre, accorde une place à des articles de Caillaux parus dans le Capital et la République, consacrés à la situation économique et financière.

654 Isidore Brandès (1865-1938), médecin de Lézardrieux, d’origine roumaine, a fait ses études de médecine en France. D’opinions de gauche, ami de Cachin et du peintre Thorndike, il soigne Jeanne Le Nozahic, la « tante Jeanne » de Lancerf.

655 Depuis 1516 fonctionne un « collège » à Guingamp, devenu Institution Notre-Dame en 1890. Il comprend toutes les classes d’enseignement primaire, secondaire et professionnel. Depuis la guerre, il connaît plusieurs agrandissements et son internat attire de nombreux élèves. Les effectifs montent progressivement pour atteindre 350 au milieu des années 1930.

656 île proche de Paimpol. Sans doute le docteur Duchemin (selon la mairie de Bréhat).

657 Louis Huchet du Guermeur, né en 1894, agent d’assurances à Paimpol, habite route de Lanvignec.

658 L’Humanité, le 21 septembre, publie un article de Cachin, « Les manœuvres du fascisme à la campagne », qui reprend certaines idées exprimées dans les notes de Cachin sur le sens des conceptions de Dorgères. Le Temps, le 18 septembre, publie le programme du Front paysan. L’Humanité, le 17 septembre, reprend dans un article les trois revendications du Front paysan. Un nouvel article, le 18, développe ces questions. Le Front paysan regroupe diverses associations agrariennes (Union nationale des syndicats agricoles, de Guébriant, associations des producteurs de blé, de lin, de viande, de lait, Parti agraire, comités de défense paysanne de Dorgères).

659 Hameau à cinq kilomètres de Paimpol et de Lancerf.

660 Richard Walter Darré (1895-1953), ingénieur agronome, dirigeant du département agricole du NSDAP depuis 1930, lance la théorie de Blut und Boden (le sang et le sol), devient ministre du Ravitaillement et de l’Agriculture en juin 1933. Il promulgue la loi de réorganisation des productions agricoles en septembre 1933. Après les mauvaises récoltes de 1934 et de 1935, il n’obtient pas immédiatement la possibilité d’importer des produits agricoles devant l’opposition du ministre de l’Économie Schacht.

661 Son ami Augustin Hamon habite Penvenan, écart de Tréguier. Augustin Hamon (1862-1945), écrivain, militant socialiste SFIO, participe en 1932 au congrès d’Amsterdam et devient secrétaire du mouvement Amsterdam-Pleyel. Il est le gérant de l’hebdomadaire socialiste SFIO, la Charrue rouge.

662 Guenan signifie « abeilles ».

663 Le Centre de diffusion du livre et de la presse, créé en 1932, reste dans le 10e arrondissement.

664 Édouard-Raphaël Worms, à la tête d’une firme de négoce de produits textiles, prend le contrôle de Félix Potin en 1924 avec l’aide d’une alliance avec la Banque transatlantique dirigée par Marcel Bloch.

665 Né en 1844, ce magasin à succursales connaît des affrontements mi-familiaux, mi-financiers. En 1924, il devient société anonyme de distribution alimentaire. Le président Julien Potin parvient à coaliser des branches de la famille et des financiers, dont Worms. Son siège social est boulevard de Sébastopol (2e arrondissement).

666 La Grande Maison de blanc, 6 boulevard des Capucines (9e arrondissement), possède des succursales à Londres, Cannes, Nice, Biarritz, Deauville.

667 La Société financière et commerciale du cuir et de la chaussure, sise au 17 avenue Simon Bolivar (19e arrondissement), comprend plusieurs marques : Chaussures françaises, Fayard, Incroyable, Pinet, Raoul.

668 Le Petit Bleu de Paris, journal quotidien, paraît, à l’origine sur papier bleuté, depuis 1898. Son siège, au milieu des années 1930, passe au 12 boulevard de la Madeleine. Bien qu’il ne soit pas spécialisé dans les questions boursières, son audience s’exerce surtout dans les milieux politiques et d’affaires. Après avoir été subventionné par le Comité des forges et par la Banque de Paris et des Pays-Bas, il connaît, depuis le début des années 1930, une baisse importante de diffusion, jusqu’à 1 500 exemplaires environ en 1939. Il est revendu en septembre 1934 au banquier Édouard-Raphaël Worms, déjà propriétaire du Cri de Paris, et à Charles Michel, directeur de Félix Potin. En fait, ce journal reste édité pour être cité dans les revues de presse. Il est lié au sénateur Lémery.

669 Henry Lémery (1874-1972), avocat, député (1914-1919), puis sénateur (depuis 1920), Gauche démocratique de la Martinique, sous-secrétaire d’Etat (Transports maritimes et marine marchande, 1917-1918), ministre (Justice, 1934), lié au Comité des forges et à l’Union des intérêts économiques, joue un rôle dans la presse (le Petit Bleu de Paris, reprise de l’Avenir, journaux de faible diffusion).

670 Le Cri de Paris, hebdomadaire illustré, fondé en 1896, a son siège 18 boulevard Montmartre (9e arrondissement). Racheté par le banquier Charles Worms en 1933, il est dirigé par Édouard-Raphaël Worms.

671 Fernand Laurent dit Fernand-Laurent (1889-1949), avocat, rédacteur en chef de la Liberté, conseiller municipal de Paris (16e arrondissement, Auteuil, 1919- 1935), député de Boulogne-Billancourt depuis 1932, candidat URD aux élections municipales partielles dans le 16e arrondissement (La Muette), arrive en tête le 6 octobre 1935 et l’emporte au deuxième tour.

672 L’agence Havas regroupe depuis 1920 l’agence d’information et la Société générale des annonces dont le vice-président est Léon Rénier (1857-1959). Lors de la fusion, il devient vice-président de l’agence et préside le conseil d’administration à partir de 1924. L’agence contrôle presque toute la publicité financière, possède le monopole de la publicité d’État, a en régie la publicité de 240 journaux français. Rénier dirige la transformation de l’agence, qui connaît de graves difficultés au moment de la crise. En outre, il participe au lancement en 1924 de Radio-Paris et de Radio-Luxembourg.

673 Dans un article de l’Humanité, le 16 octobre, Cachin indique comme chiffres, pour le tirage, 243 000 et 300 000 pour le dimanche. Dans son éditorial du 30 octobre, il annonce un tirage de 230 000 en semaine et de 290 000/300 000 le dimanche.

674 René Mayer (1895-1972), secrétaire général du conseil supérieur des Chemins de fer, vice-président des Chemins de fer du Nord, administrateur de la banque Rothschild.

675 Charles Auffray (1887-1957), ouvrier, parti communiste, puis parti ouvrier paysan, puis parti d’unité prolétarienne, maire de Clichy depuis 1925, conseiller général (1929-1935), député (1924-1928, puis en 1932).

676 Le rayon communiste de Saint-Denis a indiqué le refus de Doriot de participer « aux réunions convoquées en vue des élections sénatoriales par un parti dont l’hypocrisie et le mensonge sont les armes les plus ordinaires » (le Temps, 17 septembre 1935).

677 Georges Marrane (1888-1976), mécanicien, membre du Comité directeur puis du Bureau politique du parti communiste depuis 1922, maire d’Ivry et conseiller général depuis 1925.

678 La presse commence à parler d’une candidature de Laval dans le Puy-de-Dôme. Le Temps, le 15 octobre, l’annonce officiellement.

679 Domicile de Théodore Steeg et de son épouse.

680 Ce total des délégués sénatoriaux radicaux-socialistes est donné alors par toute la presse.

681 Auguste Gratien (1878-1945), entrepreneur, député radical-socialiste de la Seine depuis 1928, maire de Gentilly depuis 1919, conseiller général (1925-1935).

682 Léon Martinaud-Déplat (1899-1969), avocat, député radical-socialiste de Paris (19e arrondissement) depuis 1932, sous-secrétaire d’État (présidence du Conseil, 1934).

683 Gaston Bonnaure 1886-1942), avocat, député radical-socialiste de la Seine depuis 1932, poursuivi lors de l’affaire Stavisky.

684 Jean Piot (1889-1948), rédacteur en chef de l’Œuvre depuis 1924, député radical-socialiste de Paris (14e arrondissement) depuis 1932.

685 Robert Bos (1892-1953), avocat, conseiller municipal radical-socialiste du 5e arrondissement (Val-de-Grâce) depuis 1925.

686 En mai 1935, comme membres du parti radical-socialiste, ont été élus conseillers municipaux Raphaël Schneid (2e arrondissement, Bonne-Nouvelle), Georges Ory (3e arrondissement, Enfants-Rouges), Robert Bos (5e arrondissement, Val-de-Grâce), Raoul Vergeot (15e arrondissement, Saint-Lambert), Gaston Pinot (19e arrondissement, Carrières-d’Amérique). Steeg aurait-il des doutes sur l’engagement de certains élus radicaux ?

687 Ernest Perney (1873-1946), architecte, préside la fédération de la Seine du parti radical-socialiste depuis 1928. Le Temps, le 20 septembre, annonce qu’il a été désigné comme candidat aux côtés de Mounié et Steeg, sénateurs sortants. Perney annonce, le 8 octobre, que « soucieux d’assurer le succès de la liste du Front populaire » il décline toute candidature (le Temps, 9 octobre).

688 Paul Fleurot (1875-1946), journaliste, conseiller municipal républicain et socialiste depuis 1907 (5e arrondissement, Jardin des Plantes), président du Comité du budget, président du Conseil général de la Seine (1928), annoncé comme candidat du parti républicain socialiste (le Temps, 18 septembre). Il préside la réunion du groupe de la Gauche démocratique, le 21 septembre, qui comprend les élus départementaux des partis républicains-socialistes, socialiste français, radical-socialiste, indépendant de gauche.

689 Charles Thévenin (1981-1964), docteur en médecine, maire républicain socialiste de Charenton (1912-1919, puis depuis 1925) et conseiller général (depuis 1929), vient d’être battu en juin 1935 pour le renouvellement de ce dernier mandat par le candidat communiste. Les 12 délégués sénatoriaux désignés par le conseil municipal de Charenton sont 5 républicains de gauche, 3 radicaux-socialistes, 1 radical indépendant et 3 Union socialiste républicaine.

690 Georges Copigneaux (1893-1968), ingénieur, conseiller municipal socialiste français (17e arrondissement, Épinettes) depuis 1933, passe au parti socialiste de France.

691 Raoul Brandon (1878-1941), professeur en architecture, conseiller municipal républicain et socialiste (5e arrondissement, Sorbonne) depuis 1925, député depuis 1924.

692 Charles Alfred Cachin (1907), fils de Marcel Cachin, interne des hôpitaux (1931), marié à Ginette Signac. Ils habitent dans l’ancien appartement de Paul Signac, 14 rue de l’Abbaye (Paris, 6e arrondissement) avec Jeanne Selmersheim.

693 Harry Pollitt (1890-1960), secrétaire général du parti communiste de Grande-Bretagne depuis 1928, au nom du Comité central, adresse une lettre au Labour Party pour l’unité d’action, publiée dans l’Humanité le 28 septembre. Sous le titre : « Accentuons l’action pour sauver la paix ! », l’Humanité, le 29 septembre, publie une lettre de Cachin au congrès du Labour Party, qui s’ouvre le 30 septembre. L’Humanité, le 14 novembre, reproduit sa photographie.

694 Fils de Paul Jacquier, député radical-socialiste de Haute-Savoie (1909-1919, 1924-1935, élu sénateur), ancien ministre (Travail, Agriculture, novembre 1934-juin 1935), Marc Jacquier (1909-1986), avocat à la cour d’appel de Paris, collaborateur d’Anatole de Monzie, a épousé en avril 1933 Marie-Louise Alice (1910-1989), fille de Cachin, avocat à la cour d’appel de Paris.

695 Sylvie Le Guillermic, sa sœur.

696 La presse annonce que le total des délégués sénatoriaux communistes s’élève à 360.

697 Eugène Decros (1864-1938), entrepreneur, maire des Lilas depuis 1896, conseiller général (1929-1935).

698 Raoul Aubaud (1881-1966), journaliste, député de l’Oise depuis 1928, secrétaire général du parti radical-socialiste depuis 1934.

699 Maurice Viollette (1870-1960), avocat, député (1902-1930) puis sénateur (depuis 1930) radical-socialiste puis républicain et socialiste de l’Eure.

700 Charles Grisoni (1886-1975), directeur de l’agence Fournier, maire radical-socialiste de Courbevoie depuis 1927, député de la Seine depuis 1932, démissionne du groupe parlementaire radical-socialiste après le 6 février 1934.

701 Jean Garchery (1872-1957), employé de commerce, socialiste, communiste, puis membre du parti ouvrier paysan, puis du parti d’unité prolétarienne, conseiller municipal depuis 1919 et député (1924-1928, puis depuis 1932) de Paris (12e arrondissement).

702 Marcel Déat (1894-1955), professeur, député socialiste SFIO de la Marne (1926-1928, depuis 1932), fondateur du parti socialiste de France à la fin de 1933.

703 Né en 1883, employé.

704 De quel secrétariat s’agit-il ? Secrétariat du parti communiste ou secrétariat de la délégation des gauches de la Seine dans la période d’organisation des élections sénatoriales ?

705 À Clichy, les 21 délégués sénatoriaux sont considérés comme membres du PUP. Selon ces décomptes, il y aurait donc 31 autres délégués sénatoriaux PUP. Aux cinq conseillers municipaux de Paris (Castellaz, Duteil, Gélis, Joly, Sellier) s’ajoutent les représentants des 33 conseillers de Saint-Ouen et des 14 de Villetaneuse recensés par la Préfecture comme « socialistes-communistes », sans doute assimilés aux membres du PUP.

706 La presse annonce 26 délégués pour Saint-Denis, 12 pour Pierrefitte, 7 pour Villetaneuse. Pour cette dernière, les 6 délégués sont classés comme « communistes indépendants » par la Préfecture.

707 34 selon la presse.

708 149 selon la presse.

709 Liste du Front populaire pour les élections sénatoriales du 20 octobre.

710 Le Conseil général de la Seine doit se réunir le 9 en comité du budget. Mais, contrairement aux habitudes, il ne se réunit pas à l’Hôtel de Ville de Paris puisque le préfet s’y oppose. Les élus de gauche du Conseil général décident alors de se réunir à la Mutualité (selon l’Humanité). Cette séance privée est suivie par deux réunions publiques de compte rendu de mandat des élus de gauche au Conseil général, le 11, gymnase Japy et grande salle de la Mutualité.

711 Qui est P.? Sans doute Perney. Qui est M.? Sans doute Mounié.

712 Fleurot est candidat sur la liste de gauche aux élections sénatoriales.

713 Decros ne figure pas sur la liste Laval aux élections sénatoriales.

714 Maurice Félix, sous-directeur des communes de la Préfecture de la Seine, auteurs de nombreux ouvrages sur l’administration locale et départementale, chargé de cours à la faculté de droit, où il enseigne l’organisation administrative de la Seine et de Paris.

715 Le Populaire, le 1er octobre, publie un article signé « H » (sans doute Maurice Hirschowitz, voir note, 1er mai 1935) sous le titre « Les élections sénatoriales de la Seine. L’exacte force électorale de différents groupements ». Il s’inquiète de différents comptages qui réduiraient le nombre des socialistes SFIO sur la liste de gauche. Il estime qu’une soixantaine de délégués radicaux ont été élus sur des listes de droite et qu’ils ne voteront pas pour la liste de gauche. Il propose une nouvelle répartition des délégués non communistes : 144 socialistes SFIO, 19 radicaux-socialistes, 32 néosocialistes, 5 socialistes français, 4 républicains-socialistes, 26 socialistes indépendants. Aussi le parti socialiste SFIO demande-t-il trois sièges sur la liste au lieu de deux.

716 Dans le procès-verbal de la réunion du Bureau politique est annoncée la désignation de Cachin, Piginier et Clamamus comme candidats communistes aux élections sénatoriales (l’Humanité, 4 octobre 1935).

717 Le 2 octobre, la majorité du congrès du Labour Party se prononce pour l’application des sanctions par la Société des Nations.

718 Jean Longuet (1876-1938), avocat, maire socialiste SFIO de Châtenay-Malabry depuis 1925, député (1914-1919, depuis 1932). Il signe, le 1er octobre 1935, dans le Populaire, un article : « Pour éviter la guerre. Les sanctions joueraient de façon décisive contre l’Italie. »

719 À la fin de son éditorial du 3 octobre, consacré à l’entrée en guerre de Mussolini, Cachin écrit : « [...] nous attendons avec grande impatience les réponses que doivent faire à Dimitrov le secrétariat de la IIe Internationale et celles du congrès du Labour Party. »

720 Charles Dulot (1875-1946), rédacteur du Temps (rubrique sociale et syndicale) jusqu’en 1931, rédacteur en chef puis directeur (1920) de l’Information ouvrière et sociale, bihebdomadaire fondé par Albert Thomas en 1918. Le journal devient l’Information sociale, « Action syndicale, organisation du Travail, Évolution économique » en 1924, hebdomadaire dont le siège, en 1935, est 125 avenue de Wagram. Lors de son dernier numéro, le 28 décembre 1935, Dulot rappelle l’intention du journal, « confrontation permanente de la conception de chef d’entreprise et de la conception des travailleurs » pour une réforme. Il écrit aussi régulièrement dans la Lumière au début des années 1930.

721 Allusion à la parution dans l’Humanité, le 4 octobre, du procès-verbal du Bureau politique sous le titre : « Après le VIIe Congrès de l’Internationale. Les progrès du parti et de l’Humanité. »

722 L’Humanité, le 14 octobre, annonce la constitution du Syndicat unifié des terrassiers de la région parisienne.

723 Son fils.

724 L’Humanité, le 6, annonce cette réunion à la Mutualité, sous la présidence de Gitton, avec les trois candidats communistes Cachin, Clamamus, Piginnier. Chaque délégué doit présenter « un mandat possédant la signature du secrétaire et le cachet du rayon ».

725 Antoine Villedieu (1887-1947), correcteur d’imprimerie, conseiller général socialiste SFIO depuis 1925, adjoint au maire de Clermont-Ferrand depuis 1929, lors d’une élection législative partielle à Clermont-Ferrand (première circonscription), arrive en tête, le 28 juillet 1935, avec 4 290 voix sur 18 997 inscrits et 11 697 votants. Placé en deuxième position le 1er mai 1932 derrière le docteur radical-socialiste Marcombes, il s’était désisté pour lui. Marcombes, devenu ministre dans le gouvernement Laval, était décédé. En 1935, le candidat communiste, en quatrième position, se désiste aussitôt pour Villedieu, candidat de Front populaire. La fédération radical-socialiste ne retire pas son candidat arrivé en deuxième position mais le remplace par un autre, maire de Clermont-Ferrand, le candidat URD se retirant. Cette élection apparaît comme une défaite possible pour Laval. Lors de la réunion de la délégation des gauches le 31 juillet, Varennes, député socialiste SFIO, s’inquiète. Malgré son « insistance », Doriot « a refusé de s’associer à une décision d’ensemble de tous les partis représentés à la délégation en vue de désigner un candidat unique de la gauche » (le Temps, 2 août). Jammy-Schmidt et Marc Rucart, députés radicaux, indiquent qu’ils participeront à des réunions de soutien au candidat socialiste. Annonçant la victoire de Villedieu, Vaillant-Couturier titre son article « Le vaincu de Clermont-Ferrand » (l’Humanité, 5 août), visant Laval.

726 Les radicaux à Sceaux figurent sur la liste de droite conduite par Charles Le Blanc. Une liste socialiste se présente. Quatre sièges sont en ballottage pour le deuxième tour, deux socialistes SFIO sont élus, Alix Cornille et Édouard Depreux. Le Populaire, le 9 juin, qualifie la municipalité de « cléricalo-fasciste ». Parmi les neuf délégués sénatoriaux de Sceaux figurent trois radicaux-socialistes.

727 Auguste-Frédéric Marin (1857-1941), comptable, maire radical de Saint-Maur depuis 1908, conseiller général depuis 1909.

728 Raymond, dit Charles Addé Vidal (1899-1994), avocat à la cour d’appel de Paris, a son cabinet 45 rue de Richelieu (1er arrondissement), puis 22 avenue Victoria ; il est un des dirigeants de la fédération radical-socialiste de la Seine.

729 L’Humanité annonce cette « grande assemblée d’information » sous le titre : « Compte rendu du VIIe Congrès de l’Internationale communiste. » Les rapporteurs sont Cachin et Thorez. Selon l’Humanité du 8, 5 000 participants accueillent dans l’enthousiasme les orateurs et l’épouse de Cachin.

730 Dans ce hameau de La Ferté-Saint-Aubin (Loiret) en Sologne, la commune de Bezons possède un château aménagé en colonie de vacances depuis 1931.

731 Louis Péronet (1885-1976), maire communiste de Bezons (Seine-et-Oise) depuis 1926 et conseiller général depuis 1935.

732 Paul Laumonier (1889-1974), régisseur du château de La Luzière, devenu colonie de vacances de la ville de Bezons.

733 La région de Cléry-Saint-André produit du vin de consommation courante à partir du cépage local, le grismeunier.

734 Dans le Loiret, peu touché par l’immigration, les Polonais forment le tiers des étrangers dans les années 1930. Leur seul lien avec les autres Polonais de France est assuré par la presse, non exclusivement catholique. L’hebdomadaire de la Mission catholique polonaise, Polak we Francji, les informe du passage éventuel d’aumôniers. Les contrats de travail signés lors de leur recrutement leur garantissent l’égalité de conditions avec les Français mais n’empêchent pas les bas salaires.

735 Selon le Temps du 11 octobre, le congrès de la Fédération nationale des contribuables s’est achevé par un meeting salle Wagram. Le président de la Fédération nationale des contribuables y présente notamment Dorgères, secrétaire général des comités de défense paysanne.

736 Jacques Lemaigre-Dubreuil (1894-1955), marié à Simone Lesieur, administrateur délégué des Huiles Lesieur, président de la Fédération des contribuables.

737 Selon l’Annuaire du Loiret, en 1922, la veuve Lharidon possède une auberge et l’hôtel des Platanes. La famille de Hyacinthe Legrand en devient propriétaire dès 1923.

738 Le 25 septembre, l’Internationale communiste fait une proposition d’action commune contre la guerre d’Éthiopie à l’IOS. L’Humanité, le 9 octobre, publie un appel de l’Internationale communiste, « À bas la guerre ! », faisant notamment état de la proposition faite à l’IOS.

739 Marcel Gitton (1903-1941), ouvrier du bâtiment, secrétaire de la CGTU depuis 1931, membre du Bureau politique et du secrétariat du parti communiste depuis 1932.

740 Le Congrès des Italiens résidant à l’étranger contre le fascisme et la guerre d’Afrique, après avoir été interdit en Suisse, se tient les 12 et 13 octobre à la Maison du peuple de Bruxelles, et regroupe 371 délégués de toutes tendances. L’Humanité, le 14 octobre, publie des extraits du salut de l’Internationale communiste au congrès transmis par Thorez. Le Populaire, le 14, met l’accent sur la présence des représentants de l’Internationale ouvrière socialiste et de l’Internationale communiste.

741 L’Humanité, le 14 octobre annonce en titre de première page : « L’Internationale ouvrière socialiste, à la majorité de son Comité exécutif, refuse l’action commune. » Dimitrov envoie un télégramme à l’IOS, le 25 septembre, et le renouvelle le 7 octobre. Thorez le lit devant les Italiens à Bruxelles : « Il faut unir les efforts des deux Internationales pour sauver la paix. Elles doivent agir de concert et arrêter par leurs efforts communs le bras des fauteurs de guerre fascistes. Demain ce pourrait être impossible. » Dans l’Humanité, le 15 octobre, Cachin commence son éditorial par l’annonce du refus du Comité exécutif de l’IOS de répondre favorablement à l’Internationale communiste.

742 Les élections à la Chambre des communes se déroulent le 14 novembre 1935.

743 Arthur Henderson (1863-1935), député (1903-1918, 1922-1931, depuis 1933), secrétaire général du Labour Party (1911-1934), ministre des Affaires étrangères (1929-1931), préside la conférence du désarmement de la Société des Nations depuis le 2 février 1932. Il meurt le 20 octobre.

744 Évoquant le refus des socialistes de Hollande, du Danemark, de la Suède, de la Tchécoslovaquie et de la Grande-Bretagne, Cachin note dans l’Humanité, le 15 octobre / « (...) ils ont pensé que si dans les pays où ils collaborent au gouvernement, ils acceptaient l’unité d’action avec les ouvriers communistes, leur action ministérielle présente ou future en éprouverait des difficultés. »

745 Fritz Adler (1879-1960), secrétaire du parti social-démocrate autrichien, secrétaire de l’IOS depuis 1923, est installé à Bruxelles.

746 Cette revue reprend un vieux titre. En 1894, soutenue par l’éditeur Calmann-Lévy, elle adopte une position dreyfusarde puis est vendue au comte de Fels, actionnaire du Temps.

747 Cachin reprend ces thèmes dans son éditorial du 15 octobre sous le titre : « Oui, pour l’unité internationale quand même ! »

748 Robert Lange (1903-1994), journaliste radical-socialiste d’orientation Jeunes-Turcs, fondateur de la Fédération internationale des étudiants pour la Société des Nations (1923), secrétaire général du comité d’action pour la Société des Nations, membre du secrétariat du parti radical-socialiste en 1931, un des quatre responsables désignés pour établir des contacts avec les organisations pour la préparation du 14 juillet 1935, devient un des représentants du parti radical au comité national du Rassemblement populaire. Il écrit dans les Cahiers des droits de l’homme.

749 La Flèche de Paris, organe bimensuel du Front commun contre le fascisme fondé le 1er août 1934. Il s’intitule « Organe central du mouvement frontiste » et comprend un comité politique (Gaston Bergery, Georges Izard, Léon Émery, Bernard Lecache).

750 À l’initiative de Bergery, le Front commun contre le fascisme, créé en mai 1933, comprend notamment dans son secrétariat Bergery, Langevin, Lecache. En novembre 1934, il fusionne avec le groupe « La Troisième force » et devient « Front social ». En juillet 1935, le mouvement, lors des assises de Saint-Denis, décide d’adhérer au Rassemblement populaire.

751 Bernard Lecache (1895-1968), journaliste, communiste jusqu’en 1923, président-fondateur de la Ligue internationale contre l’antisémitisme depuis 1929, dirigeant de Front commun.

752 Georges Izard (1903-1973), avocat, fondateur et rédacteur en chef d’Esprit (1932), proche de Bergery, membre du comité politique de la Flèche, animateur du mouvement « La Troisième force », qui publie le journal Front social.

753 Les 17, 18 et 19 octobre se tient une réunion du Comité central du parti communiste. L’Humanité, le 20, en livre les décisions sous le titre : « Sous le drapeau de l’unité. » Cachin prononce le discours d’ouverture le 17 et Thorez présente le rapport sur le VIIe Congrès de l’IC.

754 À 20 h 30, salle C, est convoquée une réunion sous la présidence de Steeg de tous les délégués sénatoriaux de la Seine « groupés autour du Front populaire ». Chaque candidat doit prononcer une courte allocution. L’Humanité, le 18, rend compte de la réunion, qui commence à 21 heures. Devant 700 délégués, les candidats (Steeg, Mounié, Auray, Bachelet, Morizet, Cachin, Clamamus, Fleurot, Piginnier, Sellier) parlent ainsi que les représentants des partis (Déat pour les socialistes de France, Garchery pour le parti d’unité prolétarienne, Rivet pour les socialistes SFIO, Thorez pour les communistes, Aubaud pour les radicaux).

755 Blum habite 25 quai de Bourbon dans l’île Saint-Louis (4e arrondissement). L’Humanité, le 17 octobre, annonce que Adler et Vandervelde rencontreront à Paris, le lendemain, Cachin et Thorez. Adler écrit une lettre à Cachin reproduite dans le journal. L’Humanité, le 19 octobre, publie un court article sous le titre « De Brouckère et Adler se sont rencontrés hier avec Cachin et Thorez » qui précise : « Un échange de vues prolongé a eu lieu sur la situation générale et sur la coordination des actions de la classe ouvrière internationale contre l’agression du fascisme italien en Abyssinie. »

756 Louis de Brouckère (1870-1951), socialiste belge, sénateur (1925-1932), délégué à l’Internationale ouvrière socialiste depuis 1932 et président en 1936.

757 Depuis le 7 juin 1935, le travailliste MacDonald a démissionné de la responsabilité de Premier ministre du cabinet d’union nationale. Le conservateur Stanley Baldwin le remplace. Dans le Labour Party, Clement Attlee, le nouveau dirigeant, s’entoure d’une équipe nouvelle divisée notamment sur la question de l’alliance avec les communistes. Les élections générales sont fixées au 14 novembre 1935.

758 Grigori, levseïevitch Apfelbaum dit Zinoviev (1883-1936), président de l’Internationale communiste, aurait envoyé une lettre au parti communiste britannique, en octobre 1924, pour l’inciter à étendre son action en direction des militaires. Le Premier ministre travailliste MacDonald était directement visé par le Daily Mail, qui l’avait publiée, l’accusant, avec les milieux conservateurs, de favoriser ainsi la propagande communiste. Cela ne fut pas sans effet sur l’ample défaite électorale qu’il connut avec son parti en octobre 1924. La lettre était un faux.

759 Le parti social-démocrate en Tchécoslovaquie participe aux gouvernements depuis les années 1920 (ministère des Affaires sociales et de la Santé notamment). Il continue dans celui qui est formé en 1935 par le dirigeant du parti républicain Hodja. Divisé sur les questions nationales, il se montre hostile aux mouvements favorables aux nationaux-socialistes et au parti communiste. Depuis 1935, les communistes essayent de se rapprocher des partis social-démocrate et paysan dans le but de constituer un front contre le fascisme. Ils votent les budgets et s’apprêtent à soutenir la candidature de Benès à la présidence de la République en décembre 1935.

760 Adler, secrétaire de l’IOS, dans sa lettre à Cachin (l’Humanité, 17 octobre), indique que la Fédération syndicale internationale et l’IOS ont décidé des actions contre la guerre et en ont avisé l’Internationale communiste.

761 Eugène Fiancette (1881-1949), cocher, conseiller municipal socialiste SFIO de Paris (19e arrondissement) depuis 1913, député depuis 1928, vote en mai 1933 le budget de police de Paris. Exclu du parti socialiste SFIO, il figure sur la liste Laval aux élections sénatoriales.

762 Henri Pic (1879-1961), fonctionnaire, maire de Vanves (Seine) depuis 1919, député radical indépendant depuis 1928, obtient 516 voix selon le Temps.

763 Jules Lauze (1874-1950), brocanteur, communiste, puis socialiste-communiste, puis proche de Doriot, maire de Villetaneuse (1919-1935), conseiller général depuis 1925, vice-président du Conseil général, élu comme candidat du Front populaire.

764 Henry Paté (1978-1942), journaliste, député radical-socialiste, puis radical indépendant de Paris depuis 1910, vice-président de la Chambre des députés depuis 1927, sous-secrétaire d’Etat (Instruction publique et Beaux-Arts, 1928-1930), obtient 28 voix selon le Temps. Cachin note aussi 6, 4, 3, 3.

765 Georges Bonnet (1889-1973), député radical-socialiste de la Dordogne, sous-secrétaire d’État (présidence du Conseil, 1925), ministre (Travaux publics, 1932, Finances, 1933, Commerce et Industrie depuis juin 1935), a proposé à Genève, le 17 septembre, une « action concertée de toutes les nations » pour « une rénovation économique » visant à appliquer « une politique économique plus libérale » avec « une garantie de stabilité monétaire », comme il le rappelle devant la chambre de commerce française de Bruxelles (le Temps, 17 octobre 1935). Il précise notamment devant l’assemblée de la Société des Nations : « (...) la France accepterait de pratiquer à l’avenir une politique plus libérale, à la condition d’être assurée de trouver en face d’elle des nations animées, d’une part, au point de vue économique, de la même volonté, et prêtes, d’autre part, à prendre l’engagement de conserver, pendant toute la durée des accords commerciaux, leur monnaie stable à une parité déterminée » (le Temps, 18 septembre 1935).

766 Henry Morgenthau (1891-1967), ami de Roosevelt, spécialiste de l’agriculture, secrétaire d’État américain au Trésor depuis 1934.

767 Restaurant renommé, 15 quai de la Tournelle (5e arrondissement).

768 De Wendel est qualifié dans l’Humanité, le 3 novembre 1935, de « carte Croix-de-Feu n° 13, grand maître du Comité des forges et régent de la Banque de France »

769 Muséum d’histoire naturelle, adresse de la Société des américanistes. Rivet était un spécialiste des civilisations précolombiennes.

770 Peut-être A. Dartiguenave, secrétaire général de la chambre syndicale des agents de change. Depuis plusieurs jours, l’Humanité dénonce un « scandale des agents de change ».

771 Alors que depuis plusieurs jours, l’Humanité ne cesse de dénoncer la collusion entre Doriot et Laval lors des élections sénatoriales, le 29 paraît l’annonce d’une réunion d’unité d’action au casino de Saint-Denis avec Cachin et Jules Moch,

772 Sylvie, Françoise, Honorine, née à Paimpol, le 19 février 1875, sœur de Marcel Cachin, institutrice, épouse l’instituteur Louis, Marie Le Guillermic, à Kérity-Paimpol en 1897. Retraitée, elle meurt à Paimpol le 4 novembre.

773 Le mouvement régionaliste breton, après la Première Guerre mondiale, n’arrive pas à obtenir la légalisation de la pratique de la langue bretonne. Une minorité demande des droits politiques. L’Union de la jeunesse bretonne, qui publie un mensuel, Breiz Atao, se transforme en parti autonomiste breton en 1927, fortement relayé par les espoirs d’une partie du clergé, autour de l’abbé Madec. En 1928, le parti fait connaître son programme. Deux ans plus tard, il fait scission. La revendication autonomiste change de méthode avec l’attentat contre le monument célébrant le rattachement de la Bretagne à la France (1932). Un parti national breton se constitue en 1932. Ce morcellement n’empêche pas la constitution d’un Front breton qui présente une quarantaine de candidats aux élections législatives de 1936.

774 L’Humanité, le 6, publie les condoléances du secrétariat du parti communiste.

775 François Le Bonniec (1879), retraité.

776 Un communiste, Daniel Le Flanchec, dirige la municipalité de Douarnenez depuis 1924. Les ouvrières des conserveries (les « sardinières ») jouent un rôle essentiel lors du long conflit de 1924-1925. Rien de semblable ne se produit, à Paimpol qui ne possède pas de conserveries.

777 L’Humanité, le 3 novembre, annonce un « meeting commémoratif de la Révolution russe » le 7 avec Cachin, Thorez, Duclos, Vaillant-Couturier, Guyot. Le 6, le nom de Cachin n’est plus mentionné.

778 Est-ce le communiste de Guingamp noté par Cachin le 21 août 1931 ? Deux autres sont aussi possibles : Yves Derrien, né en 1869, infirme, qui habite Lancerf, et Jean Derrien, né en 1911, employé des chemins de fer, qui demeure à Paimpol.

779 Léonard Lacour (1886-1950), artisan cordonnier, communiste, président de la Confédération du petit commerce et de l’artisanat depuis 1933.

780 Dorgères crée les Comités de défense paysanne, qui s’élargissent, en avril 1934, dans le Front paysan, dont les membres du service d’ordre portent des chemises vertes. Il vient de créer les Jeunesses paysannes, qui portent aussi un uniforme avec chemise verte.

781 Oswen de Keroüartz (1898-1975), ingénieur, député URD de la deuxième circonscription de Guingamp depuis 1930, exerce diverses responsabilités dans les organisations agricoles du département. Selon les listes électorales, Alain de Keroüartz, né en 1890, propriétaire-agriculteur, habite le hameau de Saint-Léonard à Guingamp.

782 L’Humanité, le 12 novembre, titre : « L’Inconnu a retrouvé ses camarades ! Pour leurs droits, pour la Paix, pour la liberté, cent mille anciens combattants sont montés à l’Arc de Triomphe aux acclamations de cent cinquante mille Parisiens. »

783 Laval est président du Conseil depuis le 7 juin 1935.

784 Le dimanche 24 novembre, à la veille de la rentrée des Chambres, sont annoncées des manifestations des syndicats de salariés de l’État contre les décrets-lois.

785 Marceau Pivert (1895-1958), professeur, est un des dirigeants de « La Bataille socialiste », aile gauche du parti socialiste SFIO. Après le 6 février 1934, il crée les TPPS (Toujours prêt pour servir), sorte de milice ouvrière pour lutter contre les ligues. Le 30 septembre 1935, il organise la Gauche révolutionnaire dans le parti socialiste SFIO.

786 Les 27-29 août 1932 s’est tenu à Amsterdam un congrès international contre la guerre impérialiste. Il devient le Comité de lutte contre la guerre et le fascisme, souvent dénommé en France mouvement Amsterdam-Pleyel.

787 En novembre 1935, le Jour et la Liberté affirment qu’Eberlein aurait pénétré clandestinement en France, envoyé par Staline, pour donner à Cachin une importante somme d’argent (320 000 francs) pour l’élection-sénatoriale.

788 Élie Fournié d’Alignan (1876), qui habite 61 avenue Victor-Hugo (16e arrondissement) avec Melle d’Alignan, artiste lyrique, possède, 83 rue La Boétie (8e arrondissement), un magasin d’antiquités et une galerie d’art jusqu’au milieu des années 1930. Dans cette galerie (salle de la galerie La Boétie), organisée par les Amis de l’URSS, se tient une exposition « URSS 1935 ». Vaillant-Couturier y prononce, le 7 octobre 1935, une conférence sur le thème « la jeunesse soviétique, le bonheur d’être jeune » (APP, Ba 1636). Notons que la galerie Jacomet, rue La Boétie, possède des toiles de Signac.

789 François Labrousse (1870-1951), médecin, sénateur radical-socialiste de la Corrèze depuis 1921 et questeur de cette assemblée.

790 La « charte d’unité de la classe ouvrière française pour un parti unique du prolétariat », soumise à la réunion de la commission d’unification (29 mai), est publiée dans l’Humanité le 8 juin 1935.

791 Voir note, 10 janvier 1935.

792 Selon le procès-verbal du BP, « Le BP a chargé ses représentants à la commission d’unification de demander l’opinion du parti socialiste sur le projet de charte d’unité du parti communiste remis à la commission le 29 mai dernier ». Le 13 novembre, lors de la réunion de la commission d’unification, Duclos présente le point de vue des communistes. Le « résumé » est publié dans l’Humanité, le 16 novembre.

793 Alexandre Desrousseaux dit Bracke (1861-1955), professeur, député socialiste SFIO (1912-1924, depuis 1928), dirigeant du parti.

794 Paul Lévi dit Paul-Louis (1872-1955), journaliste, dirigeant socialiste SFIO, puis communiste, secrétaire du parti d’unité prolétarienne depuis 1930.

795 Le procès-verbal de la réunion du Bureau politique estime « qu’une large publicité devrait être faite autour des discussions sur l’unité et charge ses représentants à la commission d’unification de demander la publication intégrale des débats de la commission ».

796 Les notes sur la réunion commencent le 11 novembre.

797 Brasserie du Tambour, 10 place de la Bastille.

798 Confédération générale des paysans-travailleurs créée en 1929 par le parti communiste.

799 Après le congrès national extraordinaire de Limoges (28-29 septembre 1935) consacré aux questions agricoles, la Commission administrative permanente désigne une commission pour établir le programme agraire du parti socialiste SFIO. Elle se réunit à Paris, le 15 décembre 1935, pour mettre au point le programme définitif rédigé par Georges Monnet.

800 Une vente de masse de l’Humanité est organisée le dimanche 17 novembre.

801 Le département Bibliothèques de gares, messageries de la librairie Hachette a commencé par distribuer le Journal et le Matin. En 1924, il ouvre 55 dépôts de vente dans Paris et par la suite étend son action avec ses autos et ses cyclistes. Le nombre des points de vente s’accroît à Paris et en province.

802 La réunion du comité central des Jeunesses communistes de France, les 17 et 18, a comme ordre du jour : « Compte rendu du VIe congrès de l’Internationale communiste des Jeunes et les tâches pour l’unité de la jeunesse en France. »

803 Une réunion des élus municipaux du Front populaire de Seine et Seine-et-Oise se déroule à Boulogne. Cachin siège à la tribune et lui consacre un article, le 18 novembre.

804 Joseph Walliser (1895-1966), responsable du syndicat CGTU des mineurs du Haut-Rhin, conseiller municipal communiste de Mulhouse depuis mai 1935.

805 Jules Walch (1892), typographe, secrétaire de la Région communiste d’Alsace depuis 1929, membre du Comité central depuis 1932.

806 Marcel Rosenblatt (1908-1973), ouvrier serrurier, président du syndicat CGTU du bâtiment de Mulhouse (depuis 1927), secrétaire de la Région communiste d’Alsace à partir de décembre 1935.

807 Joseph Paganon (1880-1937), ingénieur chimiste, député (1924-1935) puis sénateur radical-socialiste de l’Isère, sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères (1932), ministre des Travaux publics (1933-1935), est ministre de l’Intérieur depuis le 7 juin 1935. Annonçant les incidents de Limoges, l’Humanité, le 18, publie en bandeau : « Sans doute, M. Paganon avait-il demandé aux Croix de feu de Limoges – comme à ceux d’Algérie – de “maintenir l’ordre” ! »

808 Le Populaire, le 22 novembre, sous la plume de Séverac, publie la réponse socialiste, article repris dans le Temps, le 22.

809 La « charte » publiée dans l’Humanité, le 8 juin 1935, comporte plusieurs passages affirmant la parenté avec le modèle soviétique, notamment : « Le Parti unique du prolétariat suit la voie tracée par les bâtisseurs de la société nouvelle en Union soviétique qui, guidés par Staline, ont fait sortir le socialisme du domaine des espérances et l’ont fait entrer dans la vie sur l’étendue d’un pays qui représente un sixième du globe. » Elle indique plus loin : « Le Parti unique soutient intégralement les conquêtes de la grande révolution prolétarienne d’octobre 1917, de la première révolution socialiste qui ait été victorieuse dans le monde. Il invite les travailleurs de France à soutenir par tous les moyens l’Union des Républiques socialistes soviétiques, suprême espérance des exploités de l’univers et rempart de la paix dans le monde. »

810 Albert Lebrun (1871-1950), ingénieur des Mines, député (Gauche démocratique) depuis 1900, plusieurs fois ministre, président de la République depuis 1932.

811 Le Conseil d’État, le 16 octobre, annule quatre résultats aux élections municipales de Paris, dont celui de Grésa dans le 19e arrondissement (Pont-de-Flandres). Ce dernier, vérificateur des contributions indirectes, est inéligible. Le premier tour est fixé au le décembre. Le conseiller invalidé est l’unique candidat de gauche au premier tour. Cachin tient une réunion publique sous le préau de l’école de la rue Barbanègre, avec les députés Péri et Monjauvis. Grésa est réélu.

812 Charles Hall Thorndike (1875-1935), peintre américain influencé par les impressionnistes, ami de Cachin.

813 Camille Joly (1899-1980), instituteur communiste, maire de Villeurbanne depuis mai 1935, ami de Grandclément, en liaison avec la décision prise par la réunion du Bureau politique (voir 21 novembre 1935).

814 Sans doute Émile Lenoble (1875), ou son fils Jacques, anciens des Arts décoratifs, céramistes. Peut-être Marcel Lenoble (1905-1973), instituteur communiste de la Haute-Vienne, à mettre en relation, avec les incidents violents du 17 novembre provoqués, selon la presse, par les Croix-de-Feu à Limoges.

815 Plusieurs Labouret travaillent à Paris : il s’agit peut-être de A. Labouret, maître verrier, 7 rue Boulard (14e arrondissement).

816 Bourse des valeurs dans les pays anglo-saxons. La police signale que Cachin, le 20, déjeune au restaurant Gallopin à côté de la Bourse en compagnie de sept personnes (APP, Renseignements généraux, dossier Cachin 68909).

817 Depuis la reconstitution de la Délégation des gauches, à la fin mai 1935, Maurice Thorez fait savoir que les communistes soutiendront un gouvernement à direction radicale qui s’engagerait à dissoudre les ligues et à sauver le franc. Mais Herriot, président du parti radical-socialiste, ministre d’État du gouvernement Laval, devant la progression du Rassemblement populaire, n’entend pas suivre ses amis qui se montrent partisans d’une union de la gauche. Il se met de plus en plus en marge de son parti. Il ne s’oppose pas lors du congrès (24-27 octobre 1935) à la tactique de Front populaire, mais n’y fait aucune allusion dans son intervention.

818 Le 21 janvier 1936, à la veille du congrès, Cachin parle au théâtre de Villeurbanne avec Frachon, Marty et Thorez sur Lénine et l’œuvre des bolcheviks. Rappelons que l’annonce de la mort de Lénine était parvenue au cours du congrès de Lyon en janvier 1924.

819 Le soir du dernier jour, le 25, du congrès de Villeurbanne, de nombreux meetings se déroulent dans la région lyonnaise.

820 Jules Grandclément (1868-1935), médecin, maire socialiste (1908-1922) puis communiste de Villeurbanne, meurt le 15 mars 1935. Le 16 novembre 1935, à l’occasion du meeting communiste, salle des fêtes du sixième arrondissement de Lyon, avec Lévy et Frachon, le point fut fait sur la souscription pour l’édification d’un monument à Grandclément (la Voix du peuple apporte des informations chiffrées) et sur la manifestation à prévoir. On décida de demander à Cachin d’être le principal orateur, d’où la lettre ou la visite du maire de Villeurbanne, Joly, signalée le 20. Mais les événements retardent l’inauguration (organisations de diverses collectes pour les chômeurs, grèves du printemps 1936, début de la guerre d’Espagne). Finalement, le 18 octobre 1936, la manifestation se déroule autour du monument et du buste sculpté par L. Josserand avec comme orateurs le député socialiste SFIO André Février et Marcel Cachin.

821 C’est une nouvelle illustration (voir notes, 31 mai 1935) de la politique spécifique des communistes en Alsace, qui refusent une alliance avec les socialistes, considérés comme bourgeois, alors que les forces politiques traditionnelles rayonnent sur les éléments populaires. Walliser se démarque un peu de cette attitude. Déjà, comme secrétaire du syndicat des mineurs de potasse, il avait hésité à rompre avec la CGT en 1921-1922.

822 Jules Jeanneney (1864-1957), avocat, député (1902-1904), puis sénateur de la Haute-Saône, président du Sénat depuis 1932.

823 La conférence s’ouvre, le 23, à 14 h 30, à la Mutualité, convoquée par le Comité mondial contre la guerre et le fascisme. Langevin ouvre les débats, suivi de Jourdain, qui lit un message de Romain Rolland. Heinrich Mann y prend la parole. L’Humanité ne mentionne pas la participation d’Angell et de Malraux.

824 André Malraux (1901-1976), écrivain, membre de l’Association des écrivains et artistes révolutionnaires, préside le Comité international pour la libération de Thälmann et des antifascistes emprisonnés.

825 Heinrich Mann (1871-1950), écrivain allemand, proche des socialistes, émigré en France, préside l’Union des écrivains allemands. Son intervention porte « sur la lutte populaire pour la défense de la culture et des libertés démocratiques » (l’Humanité, 26 novembre)

826 Cachin assure une réunion publique à Aulnay-sous-Bois, présentée comme un compte rendu de l’activité du conseil municipal communiste. La candidature de Frachon pour les élections législatives y est annoncée et ce dernier prononce un discours. Secrétaire de la CGTU depuis 1933, il est membre du Bureau politique du parti communiste depuis 1928.

827 Voir note, 19 septembre 1935.

828 L’Humanité, le 28, annonce la réunion du groupe parlementaire à 14 heures. Notons que Cachin ne la mentionne pas dans son agenda. Peut-être ne concerne-t-elle pas le sénateur ?

829 Le Conseil d’État, le 16 octobre, annule l’élection de Raymond Bossus (1903-1981), ouvrier du bâtiment, dans le 20e arrondissement (Charonne 2e), pour non-domiciliation. Pour le premier tour, le 1er décembre, le conseiller invalidé est l’unique candidat de gauche. Cachin participe à une réunion publique au cinéma Stella avec Midol (annoncé mais absent), Duclos, Maria Rabaté. L’Humanité indique deux chiffres de participation : 2 500 dans le titre, 2 000 dans l’article. Bossus est réélu.

830 Cinéma Stella-Palace.

831 Jacques Debré (1885-1969), ingénieur dans une société d’électricité du 8e arrondissement.

832 Peut-être Ruth Fischer (1895-1961), dirigeante communiste allemande, exclue du parti communiste en 1926, émigrée à Paris à partir de 1934, membre du secrétariat international de la Ligue communiste internationale, fondée par Trotsky en 1934. Est-ce Max Fischer, rencontré le 3 avril 1935 ?

833 Le Conseil d’État a aussi annulé l’élection de Gaston Auguet (1904-1986), contrôleur des contributions indirectes, dans le 18e arrondissement (Clignancourt 1er) en raison de son état de fonctionnaire des finances. Pour le premier tour, le 1er décembre, le conseiller invalidé est l’unique candidat de gauche. Une réunion publique sous le préau de l’école 7 rue Championnet avec Cachin, Ferrat, Midol (ces deux militants ne viennent pas), Montagnon (député socialiste) et deux autres socialistes est annoncée. Auguet est réélu.

834 L’Humanité, le 1er décembre, publie le programme du congrès de Villeurbanne (22-25 janvier 1936). Cachin doit présenter le « rapport politique et administratif du Comité central ».

835 11-19 mars 1932, VIIe Congrès national du parti communiste à Paris, salle de la Bellevilloise.

836 À la Maison du peuple de Bondy, Cachin remet le drapeau aux huit cellules communistes. L’Humanité, le 2, donne des effectifs différents : 27, 180. Interviennent aussi Clamamus et le maire Henri Varagnat (1901-1952), tourneur, membre du Comité central du parti communiste depuis 1929, secrétaire de la région parisienne du parti communiste. Aux dernières élections municipales, la liste communiste recueillait 1 619 voix alors que la liste socialiste sortante réunissait 1 560 voix et une liste de droite, 1 319 voix. Au deuxième tour, la liste antifasciste de 14 communistes et 13 socialistes l’emportait.

837 Depuis le 6 novembre 1935, le Comité international pour la défense du peuple éthiopien a transféré son siège au 27 rue des Petites-Écuries, cinquième étage, bureau 505 (APP, provisoire 287).

838 Station de métro qui dessert la rue Navarre (5e arrondissement). Au 1bishabitent une vingtaine de ménages lors du recensement de 1936 dont Daniel Wanner, industriel, et Léonie Berger, dite Léo Wanner, secrétaire du Comité international pour la défense du peuple d’Éthiopie (voir supra août 1935).

839 Sans doute Varagnat, maire de Bondy.

840 Voir note, début du carnet de 1935. Le total général des fonds de la Caisse est de 93 692 millions pour 1934 et de 99 458 millions pour 1935. Le 25 juin 1936, Bienvenu Martin, président de la Commission parlementaire de surveillance des caisses d’amortissement et des dépôts et consignations, et Deroy, directeur général de la Caisse des dépôts et consignations, déposent sur le bureau de la Chambre des députés le rapport pour 1934. Ce rapport est distribué à tous les parlementaires.

841 Selon le rapport imprimé par les soins du Sénat, l’ensemble des fonds s’élève au 31 décembre 1934 à 94 194 millions. L’accroissement des fonds par rapport à 1933 n’est que de 2,9 milliards, alors qu’il dépassait 4 milliards en 1933 et 10 milliards en 1932.

842 La Commission de surveillance de la Caisse des dépôts et consignations, réorganisée sous la IIe République, reprend vie sous la IIIe République. Elle comprend des parlementaires, des conseillers d’État, le directeur du Mouvement général des fonds au ministère des Finances, le président de la Cour des comptes, le gouverneur de la Banque de France, le président de la chambre de commerce de Paris. Jean Tannery, directeur de la Caisse depuis le Cartel des gauches (février 1925) est nommé gouverneur de la Banque de France, le 2 janvier 1935. Henri Deroy (1901-1979), inspecteur des finances (1923), directeur des contributions indirectes (1932), devient directeur général de la Caisse des dépôts et consignations et de la Caisse autonome d’amortissement et le demeure jusqu’au 23 janvier 1945.

843 Vincent Auriol, spécialiste des questions financières, membre de la Commission de surveillance de la Caisse depuis le 11 juillet 1932.

844 Jean-Baptiste Bienvenu-Martin (1847-1943), haut fonctionnaire, député (1897-1905) puis sénateur (depuis 1905) radical-socialiste de l’Yonne, ministre (Instruction publique, Beaux-Arts et Cultes 1905-1906, Justice 1913, 1914, Travail et Prévoyance sociale 1914), préside la Commission de surveillance de la Caisse depuis le 20 février 1920. Signent le rapport du 21 juin 1935, après le président, neuf personnes (Damecour, Dariac, Auriol, Deloncle, Fochier, Vallette, rapporteur, Tannery, Garnier, Baumgartner).

845 Adrien Dariac (1868-1949), député Union républicaine démocratique de l’Orne (depuis 1919), ministre de l’Agriculture (1914), des Colonies (1926), membre de la Commission de surveillance de la Caisse depuis le 11 juillet 1932.

846 Parue dans l’Humanité, le 6 octobre. L’Humanité, le 21, annonce que 200 000 exemplaires ont été distribués. Un nouveau tirage se prépare et la « distribution méthodique » doit se faire aux « travailleurs, artisans, petits commerçants, étudiants, trompés et dupés par les chefs des ligues factieuses ».

847 Pierre Cot (1895-1977), professeur, député radical-socialiste de Savoie depuis 1928, sous-secrétaire d’État (Affaires étrangères) puis ministre de l’Air (1933- 1934).

848 Peut-être François Fischer (1875-1949), journaliste, député socialiste de Bruxelles depuis 1919, questeur de l’Assemblée depuis 1925.

849 Léon Meysmans (1871-1952), député socialiste de Bruxelles depuis 1902, vice-président de l’Assemblée depuis 1928.

850 Georges Branting (1887-1961), fils du Premier ministre socialiste suédois, Hjalmar Branting, militant de la gauche du parti socialiste suédois, député depuis 1931, participe à des actions antifascistes internationales (Sacco-Vanzetti, commission d’enquête sur l’incendie du Reichstag). Il assiste à des congrès socialistes français.

851 Julio Just Gimeno (? -1976), député radical de Valence depuis 1931 ; en mai 1934, il adhère au parti radical démocratique à la suite d’une scission. Il n’est pas sénateur et devient ministre des Travaux publics en novembre 1936.

852 En Égypte, les nationalistes multiplient les manifestations et obtiennent en février 1922 que la Grande-Bretagne renonce au protectorat. Cette dernière se réserve les communications avec l’Empire, le commerce, le contrôle de la défense, la protection des étrangers. Le roi, après s’être appuyé sur le parti du Wafd (nationaliste), ne tarde pas à l’affronter (dissolutions du Parlement, abolition de la Constitution en 1930, qu’il rétablit à la suite du raidissement britannique lors de l’affaire d’Éthiopie). L’Humanité rend compte régulièrement de « la lutte du peuple égyptien ».

853 Par ces privilèges accordés, depuis le XVIe siècle, dans l’Empire Ottoman par le sultan aux pays chrétiens pour le commerce, les étrangers peuvent être jugés sur la base du statut personnel par le consul. Les milieux nationalistes les dénoncent car ils portent atteinte à la souveraineté. Le traité de Lausanne (1923) les abolit pour la Turquie. En Égypte fonctionnent des tribunaux mixtes, et l’abolition du régime préférentiel pour les étrangers intervient en 1937.

854 À la suite de l’invalidation d’Haton, par le Conseil d’État, l’élection municipale dans le 11e arrondissement, le 1er décembre, place le communiste Gayman en tête avec 3 229 voix, suivi d’Haton (Alliance démocratique), 2 822 voix, et de six autres candidats, dont un socialiste SFIO et un radical-socialiste. En mai, Haton avait été élu de justesse (66 voix d’avance sur Gayman). Après les trois réélections de conseillers municipaux communistes dans les autres quartiers, la victoire de Gayman au deuxième tour paraît possible. Au préau des écoles, 38 rue Alexandre Dumas, se déroule un meeting avec Cachin, trois députés Ramette (communiste), Rucart (radical-socialiste), Graziani (socialiste SFIO), Renoult, conseiller général, Grésa, conseiller municipal.

855 Avant la première séance de la Chambre, un désaccord s’instaure dans la délégation des gauches sur l’opportunité de débattre en priorité des questions financières (position de la majorité du groupe radical-socialiste) ou de débattre d’abord des ligues (position de la minorité radical-socialiste autour de Rucart, des socialistes SFIO, des communistes). En début de séance, le président du Conseil pose la question de confiance en demandant de débattre d’abord des questions financières. Il recueille 345 voix contre 225 ; les députés radicaux-socialistes votent de façon différente (74 pour, 56 contre, 19 abstentions). Le débat sur les ligues est reporté au mardi suivant. Dans son commentaire, le Temps, le 30 novembre, se réjouit de l’échec des élus du Front populaire : « La première journée de la session qui vient de s’ouvrir a donc été bonne. Le fait que tant de radicaux se soient séparés du “Front populaire” autorise bien des espoirs. »

856 À 20 h 30, la 18e section socialiste SFIO organise un festival de la paix. Outre Cachin y prennent la parole Rivet et Blum. La principale vedette de la partie artistique est Fréhel.

857 Lors du débat à la Chambre sur les ligues, Blum intervient après Ybarnegaray et indique : « Nous sommes prêts à dissoudre nos organisations dans la mesure où elles sont de forme paramilitaire. » Thorez donne son accord à cette déclaration. Le gouvernement demande alors la confiance pour « réaliser le désarmement des citoyens et dissoudre les formations de combat des ligues ». Dans le même temps, pour de nombreux députés, la réponse de Thorez est interprétée comme une reconnaissance par le parti communiste qu’il possède des groupes armés. Blum, cette fois, refuse d’accorder la confiance à un gouvernement qui s’appuie sur les ligues. Thorez l’approuve à nouveau et demande la dissolution des ligues. Il précise dans sa déclaration, qui est mise en valeur dans l’Humanité, le 7 décembre : « Je me suis associé à la déclaration de Léon Blum. Mais je répète ici que les textes de dissolution des organismes paramilitaires ne peuvent s’appliquer à nous, car nous n’avons pas et nous n’avons jamais eu de groupes armés. » La confiance est accordée (351 pour, 219 contre), les radicaux se divisant une nouvelle fois (70 pour, 53 contre, 20 abstentions). Dans le même temps, une réunion de la délégation des gauches contribue à ressouder les partis de gauche menacés par l’atmosphère de réconciliation nationale résultant de la proposition d’Ybarnegaray, qui mettait sur le même plan tous les groupes. Les radicaux et d’autres élus de gauche se montrent tentés par ce que Thorez qualifie de « comédie ». Le Temps, le 7, accorde une grande place à cette réunion des partis de gauche où une motion radicale approuvant la seule dissolution des groupes paramilitaires est discutée puis finalement retirée.

858 Jean Ybarnegaray (1883-1956), avocat, député des Basses-Pyrénées depuis 1914, siège à l’extrême droite membre des Jeunesses patriotes, puis des Croix-de-Feu après février 1934, il propose, avec l’accord de Laval, le désarmement des ligues à la Chambre, le 5 décembre 1935, pour obtenir une mesure difficile à appliquer. Dans la discussion, le 7 décembre, il se présente comme membre des Croix-de-Feu, ami de La Rocque, et se montre hostile à la dissolution des ligues mais favorable à leur désarmement.

859 Cachin développe cette idée dans son éditorial du lundi 9 décembre.

860 L’Humanité, le 29 novembre, annonce un tirage journalier moyen de 252 055 pour le mois de novembre alors qu’il était de 201 255 pour l’année 1934.

861 L’Humanité titre sur toute la première page : « Front populaire pour désarmer les ligues ! Les factieux se sentant touchés font une manœuvre de retraite et sauvent le gouvernement » et l’éditorial de Vaillant-Couturier s’intitule : « Jamais d’union sacrée avec les ennemis du peuple ! »

862 André Morel dit André Ferrat (1902-1988), membre du Comité central du parti communiste depuis 1924, du Bureau politique depuis 1928, rédacteur en chef de l’Humanité (1932-1934), responsable de la section coloniale du parti communiste depuis 1934. Il participe au renforcement du mouvement communiste en Algérie et se rapproche de Messali Hadj, le président de l’Étoile nord-africaine. Cette perspective anti-impérialiste divergera de la stratégie de Front populaire.

863 Le troisième article du texte de loi voté sur les groupes armés et les milices privées englobe ceux « qui auraient pour but de porter atteinte à l’intégrité du territoire national ou de la forme républicaine du gouvernement ».

864 L’Humanité, le 8, annonce que le gouvernement veut la dissoudre. Ses dirigeants viennent de recevoir une notification officielle. L’Étoile nord-africaine, fondée en 1926, constitue au début une organisation sous impulsion communiste de masse destinée aux « coloniaux », selon les termes d’alors. Puis, sous l’impulsion de Messali Hadj, elle évolue dans un sens plus autonome. Après une période de difficultés, elle reprend en 1933 comme organisation indépendante, nationaliste, qui rivalise avec le parti communiste.

865 La Ligue anticoloniale et anti-impérialiste, fondée par l’Internationale communiste, tient son premier congrès à Bruxelles en 1927.

866 L’arabisation du parti communiste en Algérie, imposée par l’Internationale communiste, se traduit, en 1930, à Alger, par un congrès ouvrier arabe et la création d’un parti national révolutionnaire autour de Belarbi. Cette orientation se poursuit pendant trois années. Sa remise en cause conduit à la mise à l’écart de Belarbi, remplacé par Ben Ali Boukort, opération dirigée par Ferrat. On s’oriente dès lors vers la reconnaissance d’un parti communiste algérien en 1936.

867 À l’Orangerie, une exposition consacrée à la peinture flamande du XVe siècle se déroule sous le titre général « de Van Eyck à Bruegel ». Jean Cassou présente l’exposition dans l’Humanité, le 1erdécembre, sous le titre « L’art flamand ».

868 Hubert (?-1426) et Jan (1385-1441) Van Eyck, deux frères à l’origine de l’école flamande.

869 Pieter Bruegel, dit l’Ancien, (1525-1569), ses fils Pieter (1564-1638) et Jean (1568-1625).

870 Henri Matisse (1869-1954).

871 Rogier Van der Weyden (1400-1464).

872 Maurice Lesecq (1891-1974), industriel, habitait rue de la Manutention (16e arrondissement) en 1930. Indiqué ingénieur dans le 10e arrondissement, il habite 87 boulevard Murat (16e arrondissement) en 1936. Jacques Coutant (voir 6 mai 1931) habite la même adresse.

873 Barel habite au 36 rue Vernier comme il est indiqué sur le carnet au 1er janvier. Le Cri des travailleurs y a son siège au début de 1935. Il passe au 22 de la même rue à partir d’octobre 1935.

874 Mensuel, né en janvier 1932, bimensuel en décembre 1932, hebdomadaire à partir de janvier 1934, contrôlé par le parti communiste, avec un comité de direction comprenant notamment André Gide, Romain Rolland, André Malraux, Maksim Gorki. Dirigé à partir de 1935 par Léon Moussinac. A son siège 2 rue de Lancry.

875 Selon le procès-verbal de la réunion du 11 du Bureau politique (l’Humanité, 12 décembre), « Informé des nouvelles tentatives des scissionnistes et contre-révolutionnaires trotskystes de nuire à l’unité d’action existant entre les organisations socialistes et communistes, le Bureau politique souligne une fois de plus devant tous les travailleurs le rôle néfaste du trotskysme “avant-garde de la contre-révolution” ».

876 Le parti socialiste indépendant, constitué en 1932, par Edo Fimmen, avec comme journal De Fakkel.

877 L’Humanité, le 9, publie une déclaration de Wilhelm Pieck, vice-président du parti communiste allemand, sous le titre : « Hitler veut un verdict de terreur contre Ernst Thälmann. »

878 La cour d’appel de Saïgon juge dix communistes condamnés à des peines de deux à cinq ans de prison et à dix années d’interdiction de séjour pour propagande en direction d’ouvriers agricoles. L’Humanité, le 13, annonce qu’une peine générale de cinq ans de prison a constitué le résultat du verdict.

879 Anatole de Monzie (1876-1947), avocat, député radicalisant (1909-1919) puis sénateur depuis 1920 du Lot, plusieurs fois secrétaire d’État et ministre depuis 1913 (Transports, Marine marchande, Finances, Instruction publique, Éducation nationale).

880 Selon le procès-verbal publié dans l’Humanité, le 12 décembre, Cachin préside la séance.

881 L’Humanité, le 10 décembre, publie un article de Duclos, « La réconciliation française », et annonce une réunion, le 12, à la Mutualité sous la présidence de Cachin, avec Thorez et Duclos, sur le thème « La réconciliation française contre les affameurs du peuple fauteurs de guerre civile ». Notons que Cachin ne mentionne pas dans son agenda cette réunion dont le compte rendu paraît dans le journal du 13. L’Humanité, le 12, publie le texte d’une affiche communiste, « Réconciliation française ».

882 Cachin reprend cette donnée dans l’éditorial de l’Humanité, le 8 janvier 1936 ; il y ajoute 85 000 adhérents adultes.

883 Une municipalité communiste est élue à Stains en mai 1935.

884 Voir note, 1er janvier 1935. Dirigeant de la CGPT des Alpes-Maritimes, Laurenti, selon l’Humanité, le 14 décembre, est convoqué par Neuville, rapporteur devant la Commission de l’agriculture du Sénat d’un projet de loi sur la production des fleurs à parfum (loi Gustavino).

885 Ce jour-là, la police toujours bien informée annonce que Cachin, souffrant, doit garder la chambre à Paris (APP, Renseignements généraux, dossier Cachin 68909).

886 Le Cri des travailleurs des Alpes-Maritimes, « organe de la région communiste du Sud-Est », hebdomadaire, paraît depuis le 20 janvier 1935 ; il est composé par 1’« Imprimerie spéciale », manière déguisée de baptiser les presses du Petit Niçois, qui impriment le journal. L’imprimerie Foïano, 7 rue Vieille-Boucherie à Grasse, est dirigée par Joseph Foïano (1885-1936). Sa veuve, Gabrielle, née Frédy, (1891) prend sa suite.

887 Paul Laroche (1907-1980), typographe communiste, directeur du Cri des travailleurs.

888 Les époux Grisard, André (1901-1985), métreur-dessinateur ou aviculteur selon les sources, Édith née Guérin (1906-1972), responsables communistes de Grasse, y habitent 28 ou 30 boulevard Victor-Hugo, selon les sources, avec leurs deux enfants.

889 Dans la salle de cinéma Le Capitole, boulevard des Italiens, se tient une réunion publique à partir de 9 h 30, annoncée notamment dans le Petit Niçois, le 20 décembre, avec la mention : « La contradiction sera sollicitée ; un appel spécial est adressé aux habituels calomniateurs du parti communiste et de son leader. » Selon le compte rendu de ce journal, le 23, plus de 3 000 personnes écoutent tour à tour Virgile Barel, Chauvet, responsable national du Secours rouge international, avant que Cachin, orateur à « l’autorité indéniable », expose « les graves problèmes de l’heure ». À propos de l’Éthiopie, il approuve l’action de la Société des Nations et indique notamment, selon le journal : « Il est nécessaire que la guerre en Éthiopie soit arrêtée si l’on ne veut pas qu’un nouveau foyer s’allume ailleurs. Il faut forcer le chef du gouvernement italien à arrêter les hostilités. » Toutefois, l’autre quotidien, l’Éclaireur de Nice et du Sud-Est, le 23, note que le cinéma contient 1 500 places assises et qu’il y avait parmi l’assistance 460 Croix-de-Feu et Volontaires nationaux « venus se documenter ». Le dirigeant communiste aurait déclaré qu’il fallait abattre Mussolini « par tous les moyens », et que « pour sauver et préserver la Russie, les communistes français n’hésiteraient pas à déchaîner la guerre ». Le Cri des travailleurs (28-29 décembre 1935) proteste contre ce compte rendu et publie, le 4 janvier 1936, une lettre de Cachin à ce journal, datée du 23 décembre, qui dénonce notamment ce « faux grossier » et précise : « Jamais je n’ai parlé un langage si absurde. » L’Éclaireur n’insère pas de rectificatif. Notons que le carnet de Cachin ne contient aucune allusion à cette lettre de protestation.

890 Justin Rousé (1890-1971), représentant de commerce.

891 Cachin ne mentionne pas la visite aux élèves de l’école régionale communiste de deux semaines. Le Cri des travailleurs (28-29 décembre 1935) la relate et publie la lettre de remerciements à Cachin écrite par les élèves.

892 A cette adresse figure, en 1935-1936, le siège de « L’Entr’aide », restaurant coopératif géré par la section communiste. Monot est-il le gérant qui reste peu de temps avant l’arrivée de Marc Domenech, en décembre 1935, sur demande de la direction de la région communiste ?

893 Jean Léon Boivert (1891-1971), ouvrier des lignes de Cagnes-sur-Mer, secrétaire de l’union régionale CGTU (1934), secrétaire du sous-rayon communiste d’Antibes depuis 1932, exclu du parti communiste en août 1935 pour avoir critiqué la nouvelle ligne politique.

894 Joseph Campanelli (1909), gendre de Boivert, garçon puis patron boucher à Nice, secrétaire du rayon de Nice des Jeunesses communistes (1929), dirigeant du sous-rayon communiste de Nice depuis 1932, exclu en août 1935 avec Boivert.

895 Lucien Thomazo (1903-1986), ouvrier, dirigeant communiste de Saint-Tropez.

896 Signac découvre le port de Saint-Tropez en 1892, y séjourne longuement jusqu’à son installation à Antibes en 1913, dans sa maison, « La Hune », chemin des Moulins. Il attire de nombreux peintres et artistes. Le conseil municipal unanime, le 15 décembre 1935, sur proposition des conseillers municipaux communistes Seillon et Richaud, décide de donner le nom d’« avenue Paul Signac » au « chemin des Moulins » et de poser trois plaques d’identification.

897 Joseph Lanteri (1900-1983), vendeur de journaux, dirigeant communiste de Menton, candidat aux élections municipales en mai 1935.

898 Pierre Palmaro (1873), égoutier, dirigeant communiste.

899 Augustin Julien (1906), instituteur à Nice, puis à Menton (école de la Condamine) depuis octobre 1932, secrétaire corporatif du syndicat de l’enseignement laïc (fédération CGTU de l’enseignement) depuis octobre 1931.

900 Salle Courbet se tient une réunion avec Cachin qui attire 500 personnes, selon le Cri des travailleurs, lesquelles ont répondu à un « appel de notre Parti cependant lancé au dernier moment » (4 janvier 1936).

901 Garavan est le nom d’un quai et d’un boulevard de Menton.

902 Aucun Sarot ne figure sur les listes électorales et les annuaires de Menton.

903 Henri Seillon (1904-1945), ajusteur, syndicaliste de Saint-Tropez, conseiller municipal communiste de Saint-Tropez depuis mai 1935, responsable communiste à Toulon. Secrétaire du rayon communiste du Var, opposé à la direction de la région marseillaise, il avait été écarté en 1930. Son retour au premier plan dans le parti communiste varois apparaît comme probable. Cachin, qui le connaît bien comme tous les communistes de Saint-Tropez, suit de très près la situation.

904 Né en 1892, mutilé de guerre à 100 %, Jules Damaye est un communiste de Spéracèdes, tête de liste communiste aux élections municipales de 1935.

905 Léodie Martin (1878-1958), commerçant, depuis la guerre, occupe des responsabilités dans les organisations communistes de la ville.

906 François Cresp (1887-1960), artisan, dirigeant communiste de La Seyne, vient de conduire la liste communiste aux élections municipales en mai 1935.

907 Jean Bartolini (1899-1977), ouvrier à l’Arsenal maritime de Toulon, secrétaire du syndicat CGTU, membre du Comité central du parti communiste depuis 1932, secrétaire du rayon communiste du Var depuis juillet 1935, vient d’être élu député lors d’une élection législative partielle en juin 1935. Il habite depuis peu La Seyne, au cœur de sa circonscription.

908 Annonçant le meeting à la bourse du travail de La Seyne, l’appel communiste dans la presse donne le ton : « Il tirera les enseignements qu’un marxiste doit tirer de la démission de M.E. Herriot et de celle de Sir Samuel Hoare. Le problème des sanctions y sera développé. Messieurs les dirigeants fascistes auront la parole. L’ordre communiste sera assuré. Et vous amis, venez en masse au meeting. Vous marquerez des coups ! Vous serez les arbitres ! » (le Petit Var, 28 décembre 1935).

909 À La Seyne, une conférence sur l’unité organique réunit les militants communistes et socialistes SFIO le 14 décembre au Cercle des travailleurs. Y prennent notamment la parole Cresp et Toesca. L’hebdomadaire socialiste SFIO le Populaire du Var rend compte des débats et met en évidence les points de divergence. Billoux, dans son éditorial de Rouge-Midi, le 28, cite en exemple cet examen de la charte proposée par les communistes. Il conclut : « Certes des désaccords persistent. C’est précisément pour cela qu’en commun, socialistes et communistes ont décidé de poursuivre la discussion dans des réunions ultérieures. »

910 Jacques Toesca (1887-1976), receveur de l’enregistrement, dirigeant syndical, secrétaire de la fédération socialiste SFIO du Var depuis 1934.

911 Louis Mazen (1879-1944), médecin, maire socialiste SFIO de La Seyne depuis 1919.

912 L’Humanité, le 21 décembre, annonce que la conférence de la région marseillaise du parti communiste se déroulera à Marseille du 29 au 31 décembre et que Thorez et Cachin y participeront. Elle avait été annoncée primitivement du 15 au 16 décembre. Bartolini et Billoux président le meeting de l’Alcazar avec Cachin et Thorez.

913 Charles Nédélec (1907-1944), menuisier, secrétaire de la 8e Union régionale CGTU (Marseille) depuis 1932, membre du Comité central du parti communiste (1929).

914 Antoine Christos (1898-1971), ajusteur, dirigeant communiste de Marseille.

915 Charles Gaou (1882-1950), artisan, conseiller général communiste de Brignoles (Var) depuis octobre 1934.

916 Adrien Mouton (1902-1988), ouvrier électricien, secrétaire de la région communiste marseillaise (1930-1934).

917 L’Œuvre, quotidien depuis 1915 de tendance radicale-socialiste.

918 Récapitulatif des tirages moyens du journal établi par la police : 1931, 159 949 ; 1932, 161 394 ; 1933, 154 820 ; 1934, 201 255 ; 1935, 217 850 (APP, Ba 2 1720).

919 Le bénéfice d’après le compte d’exploitation de l’Humanité pour l’année 1934 publié le 6 octobre 1935 est de 466 873, 54 F. Pour l’année 1935, selon l’Humanité du 12 avril 1936, il s’élève à 1 107 357, 60 F.

920 Nom de la propriété de Signac. Berthe Signac y séjourne (voir note, 16 août 1935).

921 Journal hebdomadaire communiste du Nord. Dans un article des Cahiers du bolchevisme, le 1er janvier 1936, Cachin indique que le journal tire à 23 800 exemplaires.

922 L’Humanité, à partir du 17 novembre 1935, annonce plusieurs éditions : deux en semaine, cinq (le 17), puis quatre à partir du 24 novembre, le dimanche. Dans son article des Cahiers du bolchevisme, Cachin estime que le tirage moyen de 250 000 exemplaires de l’Humanité passe à 350 000 le dimanche. Ces données dépassent sensiblement celles qui sont annoncées dans le journal, le 12 avril 1936 (234 000), à la fin de 1935. La police, quant à elle, donne des chiffres différents pour les dimanches (420 000 le 17 novembre, 330 000 le 24 novembre, dont 280 000 pour l’édition parisienne) par rapport aux autres jours (235 000 pour le 25 novembre) [APP, Ba 1719],

© CNRS Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search