Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books CNRS Éditions Histoire Carnets. Tome IV Carnets Marcel Cachin – Moscou –...

Carnets. Tome IV

 | 
Marcel Cachin

Année 1935 (Moscou)

Carnets Marcel Cachin – Moscou – année 1935

Texte intégral

Juin

1Arrivée à Moscou dimanche 23 juin.

  • 1 Romain Rolland, né en 1866, reste, dans les années 1930 une grande figure de la littérature engagée (...)

2Voyage de soixante heures de Paris à Moscou. Dans le train avec Romain Rolland1 et sa femme, arrivée à Moscou, fusillés par les photographes.

3On va au Komintern.

  • 2 Mirov-Abramov Jacob. Né dans la Russie tsariste, il adhéra au parti bolchevik en 1917. Il fut l’un (...)
  • 3 Vamava Platovnovna Lebedeva, communiste russe, responsable de l’appareil du Comité exécutif, est ch (...)
  • 4 Il s’agit de Dimitri Manouilsky, né en 1883, membre du parti bolchevik dès 1905, exilé en France, d (...)
  • 5 Stepanov pseudonyme de Minev, S. Né en Bulgarie en 1893, membre du parti socialiste avant la guerre (...)

4Mirov2. Lebedeva3 (2). Manou4 malade dans un sana. Stepanov5 malade du foie et intestin. Mirov remplace Stepanov.

5On va nous installer à 15 kilomètres de Moscou dans la maison de repos du Komintern.

  • 6 Le siège du PCF était situé au 120, rue Lafayette.
  • 7 Revue mensuelle du PCF.

6Au 1206 est arrivée le 20 juin une délégation SFIO se plaignant qu’on n’avait pas encore répondu à leur protestation contre certaines affirmations des Cahiers du bolchevisme7 réclamant l’application des décisions de Mulhouse qu’ils devaient avant tout développer leur parti et lui réserver toutes leurs forces, qu’ils se refusaient à des manifestations trop fréquentes, qu’ils voulaient surtout limiter les manifestations communes aux quatre organisations ouvrières : PC, PS, CGT, CGTU. Qu’ils voulaient qu’on adopte pour le travail commun, le programme SFIO.

  • 8 André Le Troquer, conseiller municipal socialiste du 12e arrondissement de Paris. Dans le nouveau C (...)

7À la gauche du conseil général l’attitude de Le Trocquer8.

  • 9 Les communistes adoptent en cette occasion une attitude modérée afin d’obtenir que les radicaux se (...)

8À la délégation des gauches de la Chambre l’attitude de Blum et soc. qui veulent torpiller la délégation des gauches9.

  • 10 Staline.
  • 11 K. Vorochilov. Né en 1881, bolchevik depuis 1903, il participa activement à la guerre civile. Sa ca (...)
  • 12 Churchill, longtemps ministre conservateur des Affaires étrangères du Royaume-Uni.

9En voyage de Liège à Berlin. Siddiq Thiel aller 32 Berlin, aucun ministre des Affaires étrangères afghan. Il veut voir St10. V.11 en secret tout de suite. Nous sommes des révolutionnaires républicains. Si l’Angleterre conserve la direction du gouvernement d’Afghanistan l’Inde est couverte. Siddiq fut reçu par Ch.12 qui lui dit : « N’allez jamais à Moscou ». Et par le roi qui lui dit : « Les bolcheviks sont des assassins, des sauvages ! » Georges criait cela tout haut, en colère, devant de nombreuses personnalités.

10De M. le voyage des six parlementaires, par navire. Les animaux reproducteurs donnés par la France. Les droits d’auteur. Alphand.

11Yakoblef. Sédillot. Intourist.

  • 13 Louis Oscard Frossard, né en 1889, socialiste, premier secrétaire général du PCF jusqu’au 1er janvi (...)

12Frossard13 : « Je ne me sens pas à mon aise dans cette Internationale. Je la quitte avec un serrement de cœur ».

  • 14 Il s’agit de l’hôtel où logeait les cadres du Komintern et les délégués des partis. Les numéros son (...)
  • 15 Octavio Brandao, né au Brésil en 1896, il est l’un des fondateurs du parti brésilien, membre du Com (...)

13Au Lux14 Brandao15 113, Stepanov 13.

  • 16 Wilhelm Pieck, né le 3 janvier 1876, il avait été un dirigeant de la Ligue spartakiste, puis dans l (...)
  • 17 Pseudonyme de Palmiro Togliatti.

14Au VIIe Congrès : Pieck16 rapporte sur les événements entre le VIe et le VIIe, Dimitrov rapporte sur le fascisme, Ercoli17 rapporte sur la guerre, Manouilsky rapporte sur l’URSS.

Lundi 24-mardi 25 juin 1935

15Kounzevo.

16Maison de repos du Komintern à 15 kilomètres de Moscou.

17Le rayon de Consovet : 155 000 habitants.

  • 18 Claude Servet, pseudonyme de David Retchiski, dirigeant des Jeunesses communistes en 1925-1926. Res (...)

18Le secrétaire du rayon communiste. Le secrétaire du CE des Soviets du rayon. Le commandant de la milice, nous mènent dans leur datcha à 20 kilomètres sur la Moskova. Ils nous font promettre d’un meeting pour les communistes du rayon. Promenade à travers des forêts entretenues à grands frais par le gouvernement de Moscou pour permettre aux habitants de respirer dans cette contrée de la ville. On voit un sovkhoze de poules de 100 000 – un autre de 5 000 porcs. Repos dans la maison du Komintern avec Servet18. Un camarade argentin nous dit que le Japon envahit le Brésil de ses hommes et de ses marchandises. Il offre au gouvernement un emprunt, la création de son industrie lourde. Un grand mouvement d’indépendance nationale vis-à-vis de l’impérialisme auquel est mêlé le PC du Brésil. Le mouvement grandit rapidement. Au Brésil le front unique est réalisé avec les socialistes et les petits bourgeois sur le terrain national. Alliance nationale de la libération de l’impérialisme. L’unité syndicale est réalisée.

Mercredi 26 juin 1935

19Visite à Manou et Dimitrov dans leur sanatorium (30 kilomètres de Moscou).

20Ce qu’il faut, c’est non la dictature du prolétariat, mais barrer la route au fascisme : 1°) Le front uni socialiste communiste et les deux CGT ne suffiront pas à abattre le fascisme.

212°) Il faut étendre le FU jusqu’aux radicaux et constituer avec eux de nouveaux organismes de défense de la République.

223°) Avoir les radicaux c’est avoir les paysans, défendre les revendications paysannes. Aujourd’hui dire aux radicaux : nous sommes pour les Soviets, mais aujourd’hui, ce qu’il faut c’est défendre la démocratie avec vous.

234°) Avoir les paysans c’est avoir l’armée. Il faut avoir l’armée. Les ouvriers avec des revolvers, c’est absurde. Il faut demander aux républicains français de faire venir en France une délégation de l’Armée rouge. Laval pense que la collaboration est tellement bonne et que l’Armée rouge inspire confiance, pourquoi ne pas fraterniser ? Prions donc les gouvernants français de faire échange de visites entre les soldats de l’Armée française et les soldats de l’Armée rouge.

245°) Il faut faire campagne près de la petite bourgeoisie, près des petits commerçants. Défendez-les. Soutenez leurs revendications.

256°) Lutte contre l’Église ; les ouvriers et les paysans sont en France anticléricaux.

26Il faut être pour la défense de la République. Nous aimons mieux la IIe République que le régime hitlérien. La République telle qu’elle est vaut mieux qu’Hitler. Laval a dit à Staline : « Pourquoi ne vous rapprochez-vous pas du pape ? » Réponse : « Le pape n’a pas d’armée. » Laval dit à Staline : « Est-ce que vous ne pourriez pas modérer les attaques du front unique en France ? » Réponse : « Moi, je ne suis que le secrétaire du PC de Russie. Mais voyez mon embarras, Molotov qui est là, il est pour le front unique. »

27Staline nous a donné la clef pour aller vers les masses françaises, contre Hitler. Si vous avez avec vous les soldats, le fascisme ne passera pas. Réduits à vos propres forces, vous êtes impuissants. Vous avez 1 million de syndiqués sur 11 millions de salariés. Il faut élargir ce front uni. Il faut montrer aux prolétaires chrétiens que nous n’attaquons pas l’Église en raison de son dogme ou des croyances, mais parce qu’elle est l’armature du fascisme, c’est à dire du capitalisme finissant. Dire : vous vous appuyez sur l’Armée rouge. Vous avez donc confiance en elle ; elle garantit votre sécurité ; alors envoyez vos soldats fraterniser avec elle. Les radicaux doivent agir sur la police, choisir les officiers. Nous devons exiger l’expulsion de l’armée des officiers royalistes et fascistes ; favoriser les officiers républicains. Donnez aux soldats le droit de vote ; travaillez parmi les ouvriers de l’aviation dans les camps et les aérodromes militaires.

28Avec son aviation l’URSS peut jouer un rôle défensif dans la mise en vigueur d’actions et sanctions collectives. Les avions d’aujourd’hui seraient surclassés en quelques semaines. Les techniciens ont déjà dans les laboratoires des plans d’appareils perfectionnés au point que dès le lendemain de la déclaration de guerre, seraient exécutés. La nation la plus apte à soutenir une guerre à elle seule est celle qui a l’organisation industrielle lui permettant de renouveler son aviation dans le minimum de temps.

29L’Union soviétique peut dans l’assistance mutuelle décourager l’offensive non provoquée en entrant en guerre avec rapidité. Elle peut participer à l’action défensive contre un agresseur. Elle peut se défendre contre l’envahisseur. Elle ne peut pas plus.

30Brandao va voir un paysan ukrainien dans sa maison en 33 pour lui parler de sa situation qui n’était pas bonne. L’autre lisait la Pravda. Il lui répondit : « Laissez-moi achever la lecture de cet article sur la révolution chinoise qui me passionne. »

Jeudi 27 juin 1935

31Brandao 113, Stepanov 13. Le Brésil doit faire d’abord sa révolution nationale contre l’exploitation de l’impérialisme américain, anglais, français, japonais. La petite bourgeoisie brésilienne et une partie de l’armée sont décidés à cette bataille. Le prolétariat unifié les aide. Les communistes sont dans l’alliance nationale libératrice. Si cette révolution réussit, alors commenceront les luttes de classe à l’intérieur de l’alliance. Le Brésil a vu des grèves très importantes en 1934. Les cheminots qui travaillent sur les chemins de fer anglais. Les employés de trams qui travaillent dans les compagnies françaises. Les paysans des immenses propriétés, mal payés, esclaves indiens et noirs.

Vendredi 28 juin 1935

32Kounzevo. Le petit sovkhoze : vaches 20, cochons 140, poules.

33Un camarade belge : le Drapeau Rouge tire à 18 000 – Peuple 65 000. (Moules et frites). Mais le POB possède une vingtaine de journaux quotidiens. Les communistes progressent peu. Les socialistes ont des chefs politiques, des cadres moyens, des ouvriers socialistes qui connaissent la classe ouvrière et qui parlent son langage. Les trotskystes sont entrés dans le POB. Ils écrivent dans le journal l’Action socialiste dirigé par Marteau ; ils parlent un langage sentimental. Trotsky a fait l’Armée rouge, c’est donc lui qui a vaincu l’impérialisme en Union soviétique. Ce n’est pas Staline. Puis la démagogie ! Les communistes n’ont pas une seule municipalité en Belgique. Les syndicats révolutionnaires des environs de Liège sont rentrés à la Centrale belge réformiste.

34Au Parc de la culture le 26, Staline et Kalinine ont assisté à une réception de délégués de pionniers. Un jeune Komsomol a payé 25 roubles pour aller voir Romain Rolland au grand théâtre.

35Visite à 100 pionniers installés dans la maison d’un ancien propriétaire : 50 garçons, 50 filles, élèves d’une école de Moscou. Le camp est parrainé par l’usine de biscuits, bonbons et pâtisserie (4 000 ouvriers) qui appartenait jadis à Siou capitaliste français. Les enfants sont de santé morale et physique remarquable, avenants, polis et confiants. Les surveillants nous disent qu’ils sont là pour donner les directives générales, mais que les enfants se dirigent eux-mêmes. Un million d’enfants de Moscou vont passer une mois par an en vacances dans des maisons de repos comme celle que nous avons visitée. Il y a en Union soviétique 24 millions de pionniers. Chaque camp de pionniers comporte un médecin.

36Les deux derniers livres de Romain Rolland : 75 ans de combat ; Par la révolution, la paix. L’humanisme des grands penseurs de la bourgeoisie. Fraternité des hommes ; droits de la pensée, avenir de la culture. Les meilleurs des penseurs et des écrivains de la bourgeoisie la quittent. Romain Rolland est venu à la révolution par le chemin de l’individualisme comme Gide. « Sur une route sombre et semée d’obstacles, parfois tombant et m’égarant... je suis arrivé au monde nouveau. » L’Union soviétique est l’avant-garde de la société humaine. Le prolétariat révolutionnaire est l’héritier direct de l’humanisme. La révolution prolétarienne réalisera l’humanisme.

Samedi 29 juin 1935

37Au congrès des écrivains à Paris (congrès international) Gide : Je suis internationaliste et français. Je suis individualiste et communiste. C’est le communisme qui aidera le développement de l’individu. Le communisme rend à l’individu sa fertilité. L’Union soviétique respecte les coutumes et l’âme de tous les États fédérés. C’est par le retour au peuple qu’une littérature se renouvelle. Il faut repousser le caractère artificiel de la culture présente. Il faut s’attaquer à l’état social, mensonge dans lequel nous vivons. Le communisme n’est pas une volonté d’uniformisation. Ce n’est pas seulement l’homme écrasé par le capitalisme qui intéresse l’artiste, mais l’homme.

38Aujourd’hui la culture est menacée par le fascisme. On trouve seulement en URSS la pensée libre et l’esprit de recherche. Car on y veut le plein épanouissement de l’homme complet. La culture doit être non nationale mais humaine. Il faut arracher les biens culturels de chaque pays aux oppresseurs qui sont incapables de les gérer.

39Waldo Franck, président de l’association des écrivains américains : « Ma dévotion à la valeur de la vie et à la valeur de l’homme implique la guerre contre le capitalisme. Il faut se mêler à la classe des travailleurs, la seule qui renferme l’énergie de récréer et la volonté de suivre l’évolution de l’humanité. Il faut appuyer le PC qui en Amérique est à l’avant-garde du premier fort mouvement révolutionnaire depuis l’abolition de l’esclavage des nègres. »

40Nous sentons l’avènement du fascisme comme un injure personnelle. Seul compte l’humanisme du prolétariat qui poursuit le but de changer les bases sociales et économiques du monde. Il faut donner aux formes de la vie un contenu nouveau.

41Je mets Knorine au courant de la situation en France. Dans l’Huma du 25 Vaillant déclare le peuple en danger. Laroques à Chartres, 23 juin : « Voici la veillée des armes. Dans quelques semaines nos idées seront au pouvoir. Préparez-vous à obéir à mon ordre ; nous balayerons le parlementarisme, rien ne pourra arrêter notre mouvement. »

42Le colonel d’Armin professeur à l’école polytechnique de Berlin : « Notre but est d’isoler la France, de la séparer de l’Angleterre. Près des côtes baltes sera livrée la grande bataille de l’avenir. Une seule division allemande aura raison de la Lituanie. Le peuple sauvage de Tchécoslovaquie a peur de l’Allemagne. Il se rapproche des Soviets. Mais il n’échappera pas à son destin. La France est notre plus terrible ennemie. L’Allemagne ne pourra faire de projets d’avenir que le jour où la France sera battue et détruite. » (Depuis, il y a eu démenti.)

43Que réclament les réactionnaires français ? La restauration de l’autorité. Il faut armer le pouvoir exécutif, lui permettre de dissoudre la Chambre. Voilà la réforme de l’État. Élargissons le mode d’élection du président comme aux États-Unis. Il faut la RP, le vote des femmes, le vote familial. Il faut prendre les ministres hors du parlement. Il faut un Parlement économique consultatif. Il faut que les élus soient moins dépendants de leurs électeurs. Il faut de la stabilité, la suite dans les idées et le souci de l’élite. Le général Duval ajoute : « La vertu morale qui s’intègre dans l’honneur militaire. Il faut limiter l’omnipotence des hommes politiques. Que les intérêts particuliers cèdent devant l’intérêt général. »

44En Belgique. On va contrôler les banques pour les empêcher de dilapider les fonds des épargnants. Mais ce que réclament les socialistes c’est le contrôle complet du crédit dans l’intérêt de l’État, du commerce, de l’industrie. Les prix sont en hausse de 30 % pour les [?]. Ni les salaires ni les allocations de chômage n’y sont ajustés. La situation des ouvriers est moins bonne qu’avant la dévaluation. La situation des classes moyennes et des intellectuels aussi. Sur 300 000 chômeurs, 40 000 ont trouvé du travail mais c’est sous l’influence de la reprise saisonnière. La masse de manœuvre due à la dévaluation ne permet pas de ranimer l’industrie nationale. Le vrai problème pour un pays sur industrialisé est celui des débouchés. Or les exportations n’augmentent pas, même elles diminuent. La crise belge est en fonction de la reprise des affaires dans le monde, et non de l’expérience [?].

45En Pologne. Le fascisme a été institué en Pologne en 1926. Comment le fascisme polonais lie les ouvriers au capitalisme ? Elle use de la phraséologie anticapitaliste. Elle exaspère le chauvinisme, le nationalisme militant. Il reste en Pologne de grandes survivances nationalistes dans les masses, car la Pologne a été nationalement opprimée pendant un siècle. Paix des classes et sentiment national vont de pair. Pilsudski a mis à la mode le socialisme national rattaché à la tradition insurrectionnelle. Ces illusions sont encore fortes en Pologne. On cultive le culte de la Pologne chevaleresque des deux mers, de la mer à la mer, des Boleslas et des Jagellons. Il faut tendre vers des frontières naturelles, deux plans impérialistes vers la collaboration des peuples slaves, vers la fédération Pologne-Ukraine. Le nationalisme polonais est catholique et antisémite. Il veut persuader que les difficultés peuvent être résolues dans le cadre de l’État existant, avec la collaboration pacifique des classes. Il faut émousser la conscience de classe des travailleurs. Ce fut l’œuvre de Pilsudski. Les chefs socialistes polonais disent aujourd’hui comme Auriol : « L’époque où nous, où l’on pouvait espérer une transformation graduelle de la Pologne en un État populaire est révolue. » C’est que les masses polonaises se racialisent. Mais le parti socialiste polonais reste nationaliste, anticommuniste ; il jongle avec les phrases nationalistes. Mais le front unique gagne en Pologne. Même les socialistes ont voté pour la défense de l’URSS et contre la politique prohitlérienne du gouvernement. Le grand argument contre les communistes polonais, c’est qu’ils veulent « enlever à la Pologne l’Ukraine occidentale et la Russie blanche ». Non ! Ils veulent leur donner la libre disposition d’elles-mêmes.

46Le fascisme. En 1919 – Formation des premiers détachements du fascisme à Milan.

47En 1922 – Les fascistes prennent le pouvoir en Italie.

48En 1926 – Coup d’état polonais. En 1934 Dollfuss.

49En 1933 – Hitler au pouvoir.

50En 1934 – Dollfuss.

51Jusque -là, la démocratie bourgeoise flanquée de la social-démocratie apparut comme le sauveur du capitalisme. Aujourd’hui, la démocratie bourgeoise n’est plus nulle part intacte. À son intérieur, processus de fascisation. Le fascisme est devenu la tendance dominante de l’époque du capitalisme monopoliste et de la crise générale où menace la révolution.

52Dès 1922, l’Internationale communiste analyse le fascisme italien :

  • Il peut conserver le pouvoir pendant une certaine période.
  • Il est le type classique du fascisme.
  • Le fascisme menace tous les pays même les démocraties avancées.
  • Le fascisme est un phénomène de dislocation de l’économie et de l’État.

53La vieille machine bureaucratique ne peut plus maintenir la dictature de la bourgeoisie. Les formes de démocratie bourgeoise sont détruites.

  • Le fascisme est une combinaison de démagogie sociale et de terrorisme contre-révolutionnaire, avec une politique extérieure impérialiste.
  • Le réformisme est responsable du fascisme.
  • Le fascisme crée un type nouveau d’État.

54Depuis l’ébranlement de la stabilisation capitaliste en 29, le fascisme prit de nouveaux traits : social-fascisme variété de méthodes fascistes.

55Après Hitler, en 33, la preuve est faite que les pays industriellement avancés peuvent être fascistes. Et le fascisme se renforce partout, ainsi que l’antifascisme ouvrier. « Le fascisme est la dictature terroriste ouverte des éléments les plus réactionnaires, les plus chauvins, les plus impérialistes du capital financier » (XIIIe plénum).

56Mais le VIIe Congrès devra préciser encore la définition du fascisme. Car le fascisme n’est pas une dictature blanche comme celle du passé. Sa caractéristique est un appareil spécial de répression et de démagogie sociale, de mensonge, de duperie, pour couvrir l’exploitation capitaliste. Démagogie sociale plus terreur, plus impérialisme agressif = fascisme. Aujourd’hui le capitalisme fait marche arrière limite la production. Le fascisme est l’expression du déclin de la bourgeoisie. Il essaye de surmonter les contradictions grandissantes du capitalisme, celles des forces productives, les contradictions politiques et les luttes des partis par le totalitarisme. À côté d’Hitler, Mussolini, d’autres formes, par exemple Roosevelt, nouvelles menaces pour planifier l’économie, pour élever les barrières douanières, l’autarcie, la militarisation de la population. Idéologie fasciste variée : nationalisme raciste (Hitler). Les fascistes anglais ne sont que des conservateurs exaspérés. Les procédés de fascisation sont compliqués.

57Perspectives du fascisme : guerre, aggravation de la crise, crise du fascisme.

58Le front unique grandit. Lutte de masse qui doit aboutir non au renouvellement de la démocratie, mais à la dictature prolétarienne.

59La deuxième vague du fascisme s’est développée pendant la crise mondiale. Il s’est universalisé. Il s’assigne pour tâche de détruire les organisations ouvrières, c’est-à-dire les partis communistes, les syndicats révolutionnaires et leurs cadres. Il a procédé en Allemagne par étapes : la marche à la dictature fasciste Schleicher, Papen, Brüning, puis la dictature fasciste achevée de Hitler. Il se développait déjà sous la démocratie bourgeoise.

60En Angleterre – La déception causée par le gouvernement Labour a porté les conservateurs au pouvoir. Ils ont fait une politique d’arbitraires [sic], douanes, hausse des prix, autarcie, enrichissement des trusts, répression ouvrière intensifiée, protection du fascisme avouée.

61Aux Etats-Unis – Pleins pouvoirs dictatoriaux de Roosevelt. Monopoles favorisés. Violence contre les grèves. Grand processus de fascisation.

62France – Ascendant du fascisme sur le parlement Doumergue.

63Belgique – Pleins pouvoirs.

64Tchécoslovaquie – Renforcement des mesures anticommunistes.

65Canada – Interdiction du parti communiste.

66Suède – Suisse – Hollande – Formes transitoires du fascisme.

67Le progrès du fascisme dépend de la résistance ouvrière. En France, le front uni a fait reculer le fascisme. Le fascisme n’est pas inéluctable.

68Le social-fascisme n’est pas le fascisme. Les socialistes paralysent la lutte de la classe ouvrière contre le fascisme. Ils aident à fasciser l’État et répriment les ouvriers au nom de l’État (c’est ce qu’ont fait les Allemands). Le social-fascisme est une phase du processus de fascisation. Il aboutit à une impasse.

69Dans la social-démocratie allemande et autrichienne se produit aujourd’hui une différenciation. Le FU se réalise à la base. On répudie les anciens réformismes. On constitue des PS de gauche. Dès lors la social-démocratie ne peut plus être traitée comme un tout indivisible. Il faut observer chaque parti socialiste et appliquer la tactique selon les circonstances. Pour les PS où le front uni s’est réalisé, on ne peut les traiter comme ceux où ils refusent le front uni.

70Le bloc anglo-hollandais-scandinave, reste social-fasciste. Ils suivent la même voie que les Allemands. Morrison est un social-fasciste pur, contre tout front unique, pour l’impérialisme et la guerre ; système de corporation industrielle. Depuis le 30 juin 1934, crise du fascisme. On va au-devant de luttes antifascistes. La base de masse du racisme se rétrécit. Les forces ouvrières se raffermissent. Cela ne veut pas dire que le fascisme va s’en aller sans révolution.

71Au VIIe Congrès, analyse scrupuleuse, étude sérieuse des forces ouvrières et des forces fascistes. Juste direction pour la classe ouvrière.

72(Envoyé 29 juin mon rapport écrit sur le fascisme français à Dimitrov et Manouilsky.)

73Le film polonais : Pildzuski au Paradis. Les organisations catholiques des films religieux internationaux.

Dimanche 30 juin 1935

74Parade sportive de Moscou à 13 h.

75Les communistes de Hollande sont en grand progrès. Ils viennent d’obtenir 50 000 voix à Amsterdam. Ils sont sept au conseil municipal. Avec les socialistes, ils forment la majorité. Ils ont comme objectif de diriger la ville d’accord avec les socialistes qu’ils entraînent malgré le sectarisme de leurs alliés. Le parti fasciste hollandais grandit beaucoup. Mais la classe ouvrière hollandaise est très combative et elle résistera au fascisme. La bourgeoisie hollandaise craint l’absorption par l’Allemagne. Elle ne pourra plus rester neutre en temps de guerre. Alors les communistes disent qu’il faut se rapprocher de l’Union soviétique qui sera le défenseur le plus fort contre les impérialismes allemands. Les communistes hollandais sont persuadés que le peuple allemand est fanatisé par le racisme et le nazisme. Nos camarades communistes allemands sont très réprimés. La police a pénétré dans leurs organisations illégales et a fait de véritables hécatombes dans leur rang. Les communistes hollandais sont très frappés par les progrès des nazis dans les pays voisins de l’Allemagne (Tchécoslovaquie). En cas de guerre, ce serait très dangereux. Les Hollandais font venir à Amsterdam des fils de princes indonésiens pour les instruire et les gagner à l’impérialisme. Mais ces jeunes gens voyant que seul le parti communiste hollandais les défend deviennent communistes. Plusieurs le restent et font de bons militants. La police hollandaise en Indonésie est si forte que la propagande devient difficile. La crise s’aggrave en Hollande comme dans tous les pays de l’or. Le chômage grandit.

76Parade de la Place Rouge : six heures (de 1 h à 6 h). 110 000 gymnastes et sportifs des usines, Armée rouge, guépéou, de douze rayons de Moscou, des universités, hommes et femmes qui lancent le disque et le trait. Parachutistes, aviateurs, pêcheurs, chasseurs, alpinistes, canotage, périssoire, marins, chimistes, tennis, métro, échecs, skis, tir à la cible, aviatrices, boxeurs, vélos, courses à pied, ballon, chants. Fleurs dans les cheveux, rythme, couleurs, autant de jeunes filles que de jeunes gens. Voici ce qu’a fait de nous le parti de Lénine-Staline. Voici nos cadres. Organisation parfaite, dans l’ensemble et le détail. Dans dix ans, tous les ouvriers et ouvrières seront des sportifs avec des corps comme ceux de ces sportifs d’aujourd’hui. Hommage à Staline. Les avions à 400 à l’heure.

Juillet

Lundi 1er juillet 1935

77Article à l’Huma sur la parade gymnique sportive. Interview à l’Internationale communiste sur la situation en France.

78Visite aux médecins de l’hôpital du Kremlin. Minor, 86 ans, un spécialiste du cœur, un spécialiste des poumons, un jeune docteur bolchevik. Tout va bien. Il faut du repos.

79En Allemagne. Le chômage va diminuer avec le programme naval. Ce ne sera pas mauvais pour le communisme car ce n’est pas dans les camps de travail qu’on peut préparer la révolution. C’est la classe moyenne écrasée d’impôts qui paye les frais de la guerre. La propagande socialiste continue, illégale, hors des usines, et non sans courage. La propagande communiste est l’objet d’une répression terrible. On tue sans le dire dans les journaux. Tous les cadres sont brisés. Le chauvinisme est encore fort en Allemagne. Les journaux allemands contiennent des pages sur le développement du communisme en France. Ils y insistent pour montrer que la France va au chaos et pour rassurer la grande bourgeoisie. Mais les ouvriers suivent ces faits avec un grand intérêt, et cela les encourage.

Mardi 2 juillet 1935

80Nous trouvons dans le village voisin un paysan qui va chercher de l’eau. Il nous dit : « La récolte sera bonne. » Les kolkhoziens d’ici ne travaillent pas bien. Ils regrettent le temps où ils allaient à Moscou vendre leur lait et leurs produits pour leur propre profit. Il en est ainsi pour le voisinage des grandes villes, ailleurs, non !

  • 19 Friedrich Adler, né en 1879 à Vienne, secrétaire du parti social-démocrate autrichien et de l’Inter (...)
  • 20 Émile Vandervelde, né en 1866, leader de la social-démocratie belge et membre du bureau de l’Intern (...)

81Front uni international. Adler19 et Vandervelde20 disaient : « Nos sections nationales ont des situations diverses qui ne permettent pas une attitude identique. » Réponse : « Les sections qui rejettent le FU sont celles où les socialistes participent au pouvoir. C’est donc la politique de collaboration bourgeoise qui empêche le FU. » Puis ils ajoutaient : « Les PC sont souvent trop faibles. » Réponse : « En Autriche où le PC est faible, et où la politique socialiste a favorisé le fascisme, le PSA est devenu un parti de masse du prolétariat. » « En Angleterre, dit Vandervelde, le PC est trop faible. Mais il ne faut pas oublier que l’Internationale communiste comprend des partis de masse, et aussi un PC de l’URSS qu’il est impossible de comparer au Labour Party, car le PCR a fait la révolution et il construit le socialisme. Le front uni a été accepté en France, Autriche, Italie, Lettonie. Il se réalise en Pologne. »

82Dictature. En Angleterre, l’éditeur Menthen publie une série de volumes : « Si j’étais dictateur ! » Des auteurs de toutes opinions, même socialistes y glorifient la dictature exercée par un seul homme, une dictature joyeuse, et heureuse, charmante, où il ferait bon vivre sous la direction d’un bon chef qui mette de l’ordre dans les choses.

83La paix et l’URSS, Blum disait en 1931 : « Les dictatures (Italie, Pologne, Hongrie, Russie) violent toutes la paix. Seules les démocraties (Allemagne, Angleterre, France) veulent la sauvegarder. » Blum en 1933 : « Si l’Angleterre, la Russie, la France concentrent leurs efforts, ils peuvent sauver la paix. » Or l’Angleterre est un impérialisme prêt à la guerre toujours. La France impérialiste ne veut pas actuellement la guerre parce que le rapport des forces lui est défavorable. L’Union soviétique seule a repoussé toutes les provocations impérialistes car son peuple, seul maître, veut la paix. C’est pourquoi les masses ouvrières occidentales ont confiance dans les initiatives de l’URSS. Elle dit aujourd’hui : Il faut appliquer les sanctions militaires à l’agresseur. C’est cela le pacte régional oriental qui ne recèle aucun plan de reprise mais est destiné à la paix. Blum cependant craint que le pacte franco-soviétique soit une alliance militaire. Jouhaux dit : « Pas de guerre de pseudo-défense . » Ce discrédit jeté sur les pactes régionaux est fatal à la paix et au front uni. Car l’accord franco-soviétique et tchèque-soviétique n’a rien de commun avec l’alliance militaire fermée et secrète de l’avant-guerre. L’accord tend seulement à élever le plus possible d’obstacles devant l’agresseur. Blum lui oppose un projet de règlement amiable des conflits réalisé d’abord entre la France et l’Angleterre, puis proposé à Hitler. Or il y a longtemps que l’Union soviétique a proposé cela. On l’a refusé ! C’est pourquoi elle propose aujourd’hui les pactes régionaux. Blum propose la sécurité sans garantie, en permettant à Hitler d’armer s’il lui plaît et sans le menacer d’une sanction militaire puissante. Pour nous, l’aide à la politique de l’URSS est une partie intégrante de la lutte pour la paix. Mais par surcroît il faut une action révolutionnaire des masses contre le capitalisme français pour les Soviets. Car seule la révolution prolétarienne est la garantie de la paix.

84Le plan de la CGT. Le conseil supérieur de l’économie : patrons plus ouvriers, doit inspirer l’Etat.

85But : nationaliser les banques, nationaliser la grosse industrie, progressivement semaine de 40 h sans diminution de salaires.

86La CGT repousse l’idée de la prise révolutionnaire du pouvoir. Le régime capitaliste peut supporter qu’on va [sic] le transformer en régime socialiste. Les réformistes disent que Lénine a lui aussi parlé de contrôles de la production et de la répartition pour le début et non d’application du socialisme. Mais il n’a pas parlé de confier ce contrôle à un organisme de collaboration de classe. Il s’agissait d’un contrôle ouvrier subordonné aux Soviets de députés ouvriers. Jamais Lénine n’a pensé qu’on pouvait avec un plan socialiste en finir sans douleur avec la crise économique. Il a dit qu’on devra nationaliser les banques, le sol, les trusts ou du moins les soumettre au contrôle des Soviets de députés ouvriers, et cette soumission, début de la nationalisation ne pouvait se réaliser que par la voie révolutionnaire.

87URSS. La forme socialiste = 97 % du revenu national.

88En 1935 (troisième année du 2e plan quinquennal) :

  • Augmentation de l’industrie 16 %
  • Augmentation de l’agriculture 13 %
  • Augmentation des articles de fabrication courante 15 %
  • Augmentation des moyens de production 15 %

89Production naphte, l’URSS, deuxième du monde.

90Production fonte, l’URSS, deuxième du monde.

91Production tracteurs, l’URSS, première du monde.

92Production machines agricoles, deuxième du monde.

93L’agriculture recevra en 1935, 112 000 tracteurs ; les 3/4 des labours sont mécanisés.

94Augmentation sur 1934 : 18 % chevaux, 6 % vaches, 40 % porcs, 20 % moutons, chèvres.

95On élèvera cette année : 11 millions veaux, 17 millions cochons, 16 millions agneaux.

96L’électricité produira 584 000 kW de plus qu’en 1934 ; 6 hauts fourneaux, 30 fours Martin, 24 fours électriques, 22 laminoirs.

97Augmentation des salaires : 13 % – diminution du prix de la vie.

98Culture des travailleurs : 16 milliards, écoles techniques : 1 300 000 élèves – dans les sanatoria 1 million d’ouvriers ; dans les maisons de repos : 1 400 00 ouvriers.

99On ne peut faire tourner en arrière la roue de l’histoire.

100La défense soviétique. Frontière polonaise aussi bien organisée que la frontière française. Moscou à 600 kilomètres à l’abri des attaques aériennes. Les parachutistes et les vaches. Un régiment armé. Les mines avant Leningrad. Les kolkhozes de la frontière polonaise sont particulièrement bien pourvus en tracteurs et en machines. Les paysans polonais qui sont misérables et sont obligés de vendre leurs chevaux pour des prix dérisoires viennent et applaudissent. (Aujourd’hui article vigoureux dans la Pravda contre le Japon qui a envahi le territoire sibérien et tué quatre soldats rouges).

Mercredi 3 juillet 1935

101Lettre au secrétariat du PCF. Dîner Bullitt. Il nous rappelle que le Japon en 1919 avait proposé de passer une grande armée à travers la Sibérie et de venir rejoindre Denikine pour écraser les Soviets. Toutes les nations étaient d’accord, sauf Wilson. Il s’opposa jusqu’à une certaine date, et il se montra enfin décidé à céder. Bullitt l’en dissuada et il opposa son veto. En 1933, les États-Unis se sont encore opposés à l’offensive préparée par le Japon contre l’Union soviétique. Les Japonais ont ensuite vivement regretté d’avoir obéi aux suggestions américaines. Pourquoi aujourd’hui les Américains ne poursuivent-ils pas leur opposition vigoureuse aux visées japonaises sur la Sibérie orientale ? Parce qu’ils étaient disposés à s’associer aux Anglais et à opposer à la flotte japonaise les flottes conjuguées de l’Angleterre et des États-Unis. Mais ils se sont aperçus que toutes les confidences et notes qui passaient entre Londres et Washington étaient communiquées par Simon à Tokyo. Alors ils se sont découragés. Si les Anglais n’avaient pas cédé aux Allemands sur la question des flottes de guerre, Singapour devenait inutilisable parce qu’ils devaient immobiliser leur flotte dans la mer du Nord. C’est pourquoi ils ont cédé aux Allemands. Bullitt pense que les Anglais et les Japonais ont fait entre eux un arrangement secret pour leurs possessions dans la Chine du Nord où les Anglais ont plus d’intérêts que les Américains. Les Américains ont toujours eu une sympathie sentimentale pour les Chinois.

102En ce moment Bullitt pense que la situation est très grave pour les Russes en Extrême-Orient. Le fait que les Japonais veulent acheter Sakhaline et qu’ils ne peuvent se passer de Vladivostok est une grande menace. Il suffit qu’un officier japonais fasse un coup de tête sur l’Amour pour tout déclencher. Les militaires japonais sont résolus à brusquer. Les Japonais ont une peur panique de l’Union soviétique non pas celle d’aujourd’hui mais celle qui se sera renforcée d’ici vingt ans. Ils n’ont au Japon que deux vallées où est concentrée toute la vie du pays. Ils ne peuvent y faire de l’aviation : on ne peut faire de l’aviation sur des volcans. Et ils redoutent que de Vladivostok partent des avions qui détruiraient le Japon entier. C’est pourquoi ils veulent rejeter les Soviets de l’autre côté du Baïkal.

103Les États-Unis déclarent que devant la défection britannique ils ne peuvent rien contre le Japon.

104Bullitt s’est plaint des répressions après Kirov. Il ne comprend pas la terreur. Il demande combien de temps votre dictature va-t-elle durer encore ? Il estime qu’il serait temps d’appliquer ici la démocratie ouvrière ! Il dit qu’en Amérique la presse est absolument libre, que la radio est libre : tous les Américains sentent que contre le gouvernement ils ont la Constitution et la Cour suprême !!! Il y a cinq ministres des Affaires étrangères en Angleterre mais le vrai et seul ministre c’est le secrétaire du Foreign Office. Le ministre en exercice, Sir Samuel Hoare, a été chef de la police secrète en Russie pendant la guerre. Il est violemment antisoviétique. Hoare vient de dire : « Il faut laisser l’Italie et son chef de génie prendre l’Abyssinie pour le plus grand bien de la civilisation. »

105Retour à Kounzevo dans l’auto de Bullitt avec le drapeau américain. Bullitt affirme que Weygand n’a aucune confiance ni dans l’Armée rouge ni dans l’aviation soviétique. Bullitt est l’ami le plus intime de Roosevelt. Son admiration va ici à Staline et à Vorochilov. Il a gardé un souvenir enchanté de Lénine. Il a donné confiance du premier coup à l’Union soviétique. Il se demande si l’on ne pourrait pas faire une révolution sans reprendre la « peur », sans recourir à la dictature ou du moins en la réduisant au minimum.

106Résumé : Bullitt est très pessimiste. Il croit à la guerre prochaine. Il dit que la vieille Europe est incorrigible. Elle ressemble à la Grèce du temps de Philippe, toutes les villes se battaient éternellement même quand elles réalisaient une sorte de démocratie des nations ; alors Philippe arriva. Le Philippe moderne c’est l’URSS. Quant aux États-Unis ils laisseront faire l’Europe (ils interviendront à la fin comme en 1918).

107Visite de Bullitt au Japon. Le Japon c’est deux grandes vallées de quelques centaines de kilomètres entourées de montagnes volcaniques. De cette terre si rare, chaque parcelle est cultivée avec un soin intelligent et mieux et plus proprement que nulle part au monde. Mais l’expansion hors du Japon est une nécessité absolue. Les militaires sont prêts à tout, même à tuer les ministres qui s’opposent au plan Tanoka. Le plan T a été amplifié par les Chinois, mais le fond est exact.

108Les États-Unis ont une sympathie naturelle pour les Chinois ; sentimentalement ils sont avec les Chinois, ils n’ont pas d’intérêts en Chine comme les Anglais. Ils s’estiment trahis par les Anglais au profit du Japon. Ils pensent que les Anglais ont un traité secret avec le Japon.

Jeudi 4 juillet 1935

109Electrosavod : 20 000 ouvriers et ouvrières production électrique. Machinisme supérieur. Restaurants ouvriers excellents. Ouvriers bien nourris. Les usines ont des sovkhozes et ont des contrats avec les kolkhozes. Échanges de produits agricoles contre des marchandises industrielles. Dans les usines du Donetz, machinisme supérieur, propreté dans la mine, wagonnets électriques. Salaires plus élevés vie moins chère.

110Coton de l’Aberzaïdjan [sic] et du Turkestan. On a irrigué et le coton est abondant.

111Laines – Kazakhs nomades. Beaucoup à faire pour leur faire adopter les procédés d’élevage moderne, la lutte contre les épizooties, la sélection des races de mouton.

112Les engrais chimiques désormais abondants en URSS.

113La rue de Moscou asphaltée, propre comme une grande ville d’Europe. La foule est ouvrière, propre, vêtue de blanc ; pas trace de luxe ; plus de bourgeois dans les rues. Façades des maisons ravalées. Places immenses, larges avenues ; beaucoup d’autos ; plus d’isnotchik ; circulation très intense et dangereuse. Miliciens très nombreux pour l’ordre et la circulation. Maisons onze étages, belles lignes, simples. Jusqu’à la sortie de Moscou, faubourgs très propres avec encore des vieilles maisons de bois.

114Brésil – Il y aura bientôt une révolution nationale anti-impérialiste au Brésil. Le général Prestes est venu à Moscou.

115Aux Etats-Unis les catholiques grandissent. Ils luttent contre Roosevelt.

116Mexique – Le parti communiste était illégal depuis cinq ans. Le gouvernement vient de lui rendre sa vie légale. Le gouvernement lutte actuellement contre l’église catholique qui possédait les 9/10e de la terre. Le gouvernement a donné beaucoup de terre aux petits paysans.

117A Moscou – M. et P. n’ont pas vu Staline depuis six mois. Dimitrov jouera un rôle de direction générale dans l’Internationale communiste.

118À Berlin – Réception de Beck et du chef d’état-major hongrois. On est monté contre le traité soviéto-tchèque.

119Staline a vu les rapports, cinquante-six pages. Inspiration d’un amendement par un agent contre-révolutionnaire. Staline dit : « Il faut un rapport douze pages et le congrès à sa date. »

120Belgique – Le PCB a été reconstitué sur la base des fractions syndicales. Or les gens du syndicalisme réformiste mettent dehors les syndicats par application du statut Mertaens, les fractions syndicales. En Belgique les syndicats réformistes et chrétiens restent forts. En ce moment l’application de l’assurance chômage les renforce encore. Depuis que les socialistes sont au gouvernement ils n’ont pas perdu leur crédit.

Vendredi 5 juillet 1935

121On ne tire la Pravda qu’à 2 millions d’exemplaires, bien qu’il y ait 2 millions et demi de membres du parti. C’est qu’il faut épargner la cellulose pour la guerre. L’Armée rouge ne se servira jamais de l’arme bactériologique. Elle n’enverra pas l’aviation bombarder les villes, mais seulement les organisations militaires.

122Les paysannes sarclent avec ardeur les carottes, les choux, les oignons, les betteraves, les légumes, les tomates, les patates, les fleurs. Elles vont pieds nus dans la terre et travaillent sans s’arrêter. Elles conduisent aussi la charrue. Les hommes conduisent les chevaux, font les routes et les labours. Tout le travail agricole du sovkhoze du Komintern est très bien réglé, la direction est obéie ; les cultures sont en bon état. Les salles à manger des ouvriers agricoles sont très propres, avec des fleurs sur la table ; la cuisine est à côté, bien tenue. Tous sont gras et bien portants. Le bétail dans les écuries électriques est aussi bien tenu. Pas un morceau de fumier ; il est aussitôt enlevé ; l’écoulement des eaux est assuré. On peut cultiver la terre sans qu’elle soit propriété personnelle. Un berger pour les 110 bêtes du village, vaches, chevaux, moutons. À Kounzevo, pommes de terre bien cultivées sur des surfaces immenses.

Samedi 6 juillet 1935

123Dans le Populaire, Blum et Évrard déclarent que pour lutter contre le fascisme victorieusement, il faut absolument prendre le pouvoir. Les fascistes français disent : « Nous sommes des formations paramilitaires pour aider la police et l’armée contre les communistes et les socialistes. » Il faut donc empêcher la conjonction entre les forces fascistes et les forces gouvernementales. Il faut donc après les élections prochaines faites contre le fascisme que toutes les formations antifascistes fassent un gouvernement à l’image du corps électoral consulté.

124Le prétendu État corporatif italien. Il ne suffit pas d’un réquisitoire creux contre Mussolini. Il faut une analyse sérieuse de ce régime qui se dit au-dessus des classes et le défenseur des intérêts des travailleurs. L’action du fascisme sert exclusivement les capitalistes. La loi du 3 avril 1926 reconnaît les syndicats fascistes, les contrats collectifs, l’interdiction des grèves. Elle a pour but de tenir en main les masses ouvrières. La Charte du Travail (le nouvel Évangile) a permis en 1929 aux industriels de diminuer les salaires de 20 % en deux étapes. En 1929 le syndicat fasciste des métallurgistes de Milan prétendit imposer un délégué chargé des rapports entre les ouvriers et la direction. Le comité intersyndical central présidé par M. répondit : « Non ! » Tous les contrats collectifs de travail ont admis les diminutions croissantes des salaires jusqu’à 40 % et 50 % pour certaines catégories agricoles. Aujourd’hui dans l’industrie les salaires ont baissé de 10 % à 15 % durant les cinq dernières années. Même les contrats de travail ne sont pas respectés par les employeurs. Le syndicalisme fasciste livre sans défense les ouvriers aux patrons.

125L’assurance chômage, inapplicable aux journaliers agricoles. L’assurance est payée 120 jours au maximum aux ouvriers qui ont fait les versements sans discontinuer pendant deux ans. Les contributions ouvrières sont prêtées aux capitalistes. Sur 900 000 chômeurs en 1932, 255 000 touchent une allocation de 1,25 lire, 2,50, 3,75 c’est-à-dire pour la plus haute, 2 kilos de pain. La direction de l’économie italienne appartient aux grandes corporations patronales (Rosenstock – Franck).

126L’URSS. Les trois quarts des citoyens de l’Union soviétique sont des ouvriers et employés des entreprises socialistes et des kolkhoziens. 47 millions ouvriers et employés, 77 millions kolkhoziens.

12790 % du fond de productions sont socialistes. Le commerce passe tout entier par l’État, c’est pourquoi le VIIe Congrès des Soviets, janvier 1935, a modifié la Constitution. Démocratisation du système électoral égal, secret, direct. Les larges masses de travailleurs participent à l’administration de l’État. La vie politique est libérée de l’influence de l’Église, de celle des conditions capitalistes, de celle de la presse capitaliste, de l’école capitaliste, de la science capitaliste, de tout l’appareil de l’État. En URSS émancipation de la femme. L’Armée rouge fraternité ente les soldats et les officiers, et la population. Rapprochement de toutes les nationalités. Éducation internationale, lutte contre le chauvinisme. Les syndicats : leur rôle dans les entreprises et dans l’État. La paysannerie est éveillée à la vie politique, à l’organisation de la production, à l’administration de l’État. Ce n’est pas de la démocratie abstraite. C’est la démocratie soviétique dans un pays arriéré et misérable.

128Dans la démocratie bourgeoise, c’est la pression de l’Église et du capital. Ici, répression du capital, dictature du prolétariat. La dictature du prolétariat a conduit les soviets à la victoire socialiste.

129Espagne – dirigée par des vieilles nonnes. « L’Espagne a besoin d’hommes qui se mettent au service de Dieu et de la patrie. »

130Lutte contre l’esprit révolutionnaire pour l’esprit chrétien. Réforme sociale dans un sens chrétien avec l’aide de Dieu. Redressement de la richesse nationale pour remédier au chômage. Nous traversons le désert pour arriver à la terre promise.

131Démocratie chrétienne. Gil Robles à Valence. Tous les partis espagnols sont disloqués, sauf celui de G.R. Il est ministre de la Guerre, chef de l’armée, en attendant la démocratie chrétienne.

132Matérialisme dialectique. Il n’est pas le matérialisme vulgaire. Il reconnaît le primat de la nature sur l’esprit. Il nie la création et l’immortalité de l’âme. Mais la conscience n’est pas un épiphénomène. Il n’admet pas que le déterminisme physique. Il donne une grande importance à la volonté humaine. Le matérialisme français classique est incapable de considérer le monde dans son processus. Il était métaphysicien car antiéclectique. Il était statique. Il considère les choses et les phénomènes comme isolés, à l’état de repos, non pas éternellement changeants, mais fixés, non comme morts. Quand on considère les objets comme isolés, la pensée est faite d’antithèses sans intermédiaires : oui oui, non non. Or les objets ont des relations, un devenir, une fin. Or tout être organique est à chaque instant le même et non le même ; des cellules se forment en lui, d’autres s’en séparent ; le positif et le négatif se pénètrent, malgré la contradiction dans l’action la cause et l’effet se confondent. La pensée dialectique, la voilà.

133Les conditions économiques déterminent la volonté humaine mais à son tour elle réagit sur elles, non qu’elle soit libre pas plus qu’elle n’est déterminée par des facteurs indépendants d’elle. Nos connaissances sont relatives, mais il y a une vérité objective vers laquelle chaque découverte scientifique marque une avance.

134Le matérialisme dialectique est une philosophie de l’action. Les connaissances humaines c’est un tout en perpétuelle évolution. Les mathématiciens ont brisé les cadres de la logique formelle et tout le vieux artistotélisme. Les vieilles classifications des sciences d’Auguste Comte éclatent. Chaque science a besoin des autres. Union de la théorie et de la pratique ; liaison de la science à la vie sociale entière. Plus de choses éternelles, plus de vérités absolues. Le monde extérieur est réel.

135Interview à l’Internationale communiste (Grumberg).

Dimanche 7 juillet 1935

136Le rythme de l’industrialisation de l’URSS est vif, disent les Américains (Nation). Les réalisations de l’URSS augmentent les dangers de l’intervention ; surtout au Japon et en Allemagne. Les cercles européens sont pour la croisade contre l’Union soviétique car plus les Russes seront un [sic] succès, plus la révolution est proche. L’Union soviétique se hâte vers sa défense avec raison, (la Nation, New York.)

137La chimie à Bersznicki dans l’Oural. Le congrès scientifique de la chimie s’est tenu à Bersznicki (début juillet). Savants, ingénieurs, académiciens soviétiques. Auditoire immense, ouvrier, pour entendre les savants.

138On a lancé un vapeur 13 000 tonnes aux chantiers de Leningrad.

13972 000 cartes géographiques en vingt langues seront distribuées dans les écoles en septembre.

140On a trouvé un nouveau moyen de prospecter le pétrole sous la mer. L’URSS multiplie ses glisseurs à Kazan.

141Depuis le 16 mars, plébiscite de la Sarre ; le chauvinisme allemand s’est beaucoup développé.

142« Pour l’Allemagne, malgré Hitler » !!

143Le chauvinisme est plus enraciné que le fascisme, effréné, agressif, réactionnaire. Le traité de Versailles l’a aggravé, on lui a attribué les malheurs de l’Allemagne : l’inflation, la crise, les souffrances. Les communistes allemands n’ont pas pu intégrer l’agitation contre Versailles dans notre lutte pour l’affranchissement du prolétariat. La petite bourgeoisie a été vers Hitler. Aujourd’hui Versailles est aboli, le chauvinisme allemand manifeste un esprit de conquête, de provocation, de haine surtout contre l’URSS. Le développement des industries de guerre a donné du travail à beaucoup d’ouvriers allemands. Les armements donnent du travail et du pain. Le racisme a aussi ajouté aux formes traditionnelles de démence chauvine. Des centaines de mille de petits bourgeois sont entrés dans l’armée comme sous-officiers, officiers subalternes. Même des ouvriers rentrent aussi dans l’armée, et leur chômage prend fin. Ils laissent la place aux vieux (Hess). Les fascistes disent : « Nous avons déchiré Versailles. Nous sauverons l’honneur allemand. » Non, les héroïques antifascistes allemands seuls sauveront l’honneur allemand. Les ouvriers et paysans allemands n’ont pas besoin de nouveaux km2 de terre. Ce qui leur manque c’est la part du produit de leur travail qui va aux exploiteurs.

144La guerre impérialiste préparée par Hitler ruinera l’Allemagne. Il faut que la propagande communiste combatte l’intoxication chauvine de la jeunesse, surtout dans l’armée. Entrer dans l’armée pour apprendre le maniement des armes mais aussi pour organiser les soldats pour détruire l’idéologie chauvine et militariste. Il faut travailler dans les industries de guerre.

Lundi 8 juillet 1935

145Les 190 nationalités soviétiques fêtent leur union. Elles sont sorties de la prison des nations (la Russie tsariste). Il y a 7 unions de républiques, 19 républiques autonomes, 17 provinces autonomes, 5 000 Soviets nationaux. Le décret du 26 octobre 1917 constitue l’Union soviétique. Le 30 décembre 1922, le congrès des Soviets a voté la Constitution. « Ce congrès montre à tous que les communistes peuvent construire. »

146Il y a 300 000 tracteurs, 3 500 centres d’agriculture mécanisée. Réalisations culturelles. 70 nationalités ont adopté l’alphabet latin. Démocratie soviétique. 3 000 journaux avec 11 millions de numéros par jour.

147Nouvelle forme de participation des ouvriers à l’administration de l’État. C’est une famille unie. Division du travail. La spécialisation excessive, le cloisonnement des activités est un méfait du régime capitaliste. Chaque savant prétend à s’isoler sans souci de la récolte ; l’ouvrier tourne des pièces dont il ignore l’emploi ; le paysan sème une récolte invendable ; d’où gaspillage de force, déséquilibre, désordre. Entre la science et la société il doit y avoir intégration. La société absorbera la science quand elle ne sera plus morcelée en classes.

148En URSS la recherche scientifique est en rapports constants avec la production industrielle ou agricole. Cependant la science théorique ne perd pas ses droits. Car la production est ordonnée selon un plan et non subordonnée à des intérêts fragmentaires, concurrents, tournée seulement vers le profit rapide de quelques uns. Toutes les branches de la science alors collaborent. On recherche les principes communs à toutes et aussi leur utilisation commune pour la solution d’un même problème. Le matérialisme dialectique assoit le développement des sciences sur le besoin de la production.

149La vieille logique d’Aristote est morte, les mathématiques l’ont tuée. Les cieux ne sont pas éternels (astronomie de la fin du XVIIIe siècle). Il n’y a pas de matière indépendante de l’espace et du temps. Le déterminisme mécaniste est mort. Les sciences ne peuvent plus être cloisonnées. Elles s’unissent dans de vastes synthèses. Le savant unit la théorie à la pratique. Il lie la science à la vie sociale entière. Il fait un bond du domaine de la nécessité dans celui de la liberté. Plus de croyances à des choses éternelles, de vérités absolues. Influence considérable de Spinoza sur Marx. La nature est éternelle et infinie, force créatrice d’une richesse inépuisable et dont les modes sont infinis. De toute éternité les modes s’enchaînent comme modes de la pensée et comme modes de l’étendue. À chaque idée correspond un mode de l’étendue. Pas de dualité entre la matière et la pensée. Monisme. Pas de forces mystiques hors la nature. Pas de création transcendante. Spinoza est un révolutionnaire.

150À l’idée de la nature infinie, éternelle, rationnelle et du mécanisme de la causalité linéaire, Hegel ajoute la dialectique. Hegel dit : « La contradiction est au fond de toute réalité dans l’esprit et dans la nature. Les idées se posent, s’opposent et se réconcilient et de nouveau se résolvent en contradictions et en synthèses toujours plus hautes. Il y a interdépendance de tout avec tout, et cette interdépendance se reflète dans les esprits des hommes. À la philosophie mécaniste se substitue la philosophie du mouvement, du développement infini ; tout est mouvement et énergie potentielle. A est comme B, mais B réagit sur A ; C naît de cette action réciproque, dépasse A et B et est leur synthèse sur un plan nouveau. »

151Le carnaval au Parc de la culture. Défilé de paysannes de Riazan, chants et danses ; costumes splendides. Les Géorgiens chantent et dansent admirablement. Les tziganes ouvrières d’usines, chants et danses. Les Ouzbeks et Asie centrale. Toutes les corporations syndicales de Moscou. Des centaines de mille de spectateurs. Le métro envahi.

152Debouk me dit que le POB a déjà imaginé de suggérer aux ouvriers que le plan De Man ne peut être réalisé que par les socialistes au pouvoir. Les ouvriers socialistes, au reste, disent : « Zeeland a demandé un an. » Il faut lui accorder un délai pour son expérience. Dans un an nous verrons. S’il a raté, nous en causerons avec les communistes. Aujourd’hui le POB est plus fort que jamais. Il est tout entier autour de ses ministres. Spaak fait trois meetings par semaine pour grouper les prolétaires autour de lui. Il n’y a pas une seule opposition sérieuse au ministère.

Mardi 9 juillet 1935

153Dans les Izvestia, deux grands articles. Le premier sur les assurances sociales. Comment seront distribués les 6 milliards de l’État aux 150 groupements, syndicats ouvriers de l’URSS. Quelle part pour les sanatoriums, pour les maisons de repos, pour les maisons de culture, pour les pensions de vieillesse, pour les maladies, etc. Le deuxième sur les modifications à la Constitution. On étudie toutes les Constitutions de l’univers ; on va refondre, en les modernisant, les articles de la Constitution du régime soviétique sur la propriété socialiste, les heures de travail, les élections, etc.

154À nouveau La Rocque, à Tourcoing, a dit à ses troupes : « Notre tâche c’est la prise du pouvoir. Je peux vous mobiliser demain ou dans quinze jours contre Blum, Daladier, M. Cachin. » De son côté, le Front populaire a tenu une réunion : 1 143 délégués de 96 organisations et 93 comités d’usines représentant 500 000 hommes. Contre les décrets-lois, pour le 14 Juillet, un grand mouvement est né. Pas une divergence ! A Lyon, Herriot sera à la tête de la manifestation. Marquet est contre l’antifascisme. Dans l’Œuvre on accuse les Croix-de-Feu de s’être réunis pour compromettre les chefs du Front populaire afin de les faire arrêter pour attentats, et pour entraîner Doumergue, Weygand, Chiappe.

155Quand je dis aux camarades soviétiques les dangers de guerre actuels, ils me répondent : (Kérini)

  1. Le Japon ne marchera pas contre l’URSS sans l’Allemagne et l’Allemagne n’est pas prête. Le Japon est réaliste, et il connaît la force de l’Armée rouge. L’URSS n’est pas la Chine. Et si le Japon s’engage dans la guerre antisoviétique, la Chine rouge se dressera contre lui.
  2. L’Allemagne n’est pas prête. Sans doute, l’Angleterre dans le but d’être tranquille en Europe et en Extrême-Orient vient de se rapprocher de l’Allemagne. Même elle a pu signer avec elle un traité. Mais l’Allemagne doit attendre encore une année ou davantage pour compléter son armement.
  3. La France réactionnaire a besoin de l’Union soviétique. Même sa haine du communisme ne peut la pousser dans les bras de l’Allemagne.

156On comprend que l’Allemagne hitlérienne, pour satisfaire son impérialisme, veuille anéantir le communisme pour prendre l’Ukraine. Cela c’est un but réaliste. Mais la France s’alliant à Hitler pour écraser le communisme, c’est la France devenant une puissance de deuxième ordre. Son impérialisme n’a rien à gagner à cette alliance. Elle a tout à perdre. Mais n’ayant nulle frontière commune avec l’URSS, l’impérialisme français peut rationnellement se lier à l’URSS contre l’Allemagne impérialiste.

157Dans toutes ces explications il me semble qu’on fait trop de place au rationnel, au logique et pas assez à la passion haineuse contre le communisme, à la soif de domination du Japon, à la nécessité pour les fascistes de flatter le prestige national.

158L’Allemagne hitlérienne est favorisée d’une vocation unique et providentielle, d’une entente secrète avec Dieu. Le professeur Hauer a inventé pour elle le néopaganisme. Plus d’homme dieu ; mais communion avec les puissances élémentaires de la terre et des eaux. Incantation du Bouleau, culte du feu. Dieu devient présent aux néopaganistes allemands par l’intermédiaire de la terre et du sang. Nouveau messianisme qui va changer le monde : « Car Dieu est au pouvoir du peuple allemand. »

Mercredi 10 juillet 1935

159La parade du camp de pionniers de l’usine bolchevik. Tous les enfants interrogés sur leur profession future veulent être dessinateurs industriels, ingénieurs, constructeurs de moteurs d’avion, constructeurs de navires, pilotes aviateurs, une seule fille veut être docteur parce qu’elle a pris la doctoresse du camp en affection. Ils font des exercices de culture physique avec un ensemble et une discipline déjà admirables. Le chef du camp, une femme, le directeur des exercices physiques, l’instituteur, les moniteurs font des discours. Il faut aussi que les étrangers les saluent en réponse. Ils disent qu’il y a en Crimée un camp de pionniers modèle immense, au pied d’une montagne, le long de la mer. Tous les pionniers des 170 pays de l’URSS, y envoient leurs délégués sélectionnés. Tous sont élevés dans l’idée de la défense de l’URSS du respect de l’Armée rouge, de la technique, de l’internationalisme et de Staline.

160Dans leurs laboratoires misérables, les savants ont inventé les procédés pour l’acier, les teintures, la soie artificielle, le cinéma.

161Marx a découvert la loi du développement du capitalisme. L’ordre bourgeois repose sur l’exploitation de la majorité par une minorité. Il faut être pour l’une ou l’autre classe. La société capitaliste est transitoire ; sa disparition est inéluctable. Le prolétariat, la classe créée par les formes de production capitaliste est la force sociale révolutionnaire par excellence. L’intérêt du prolétariat est celui de la société tout entière. Marx a mis au point la stratégie révolutionnaire du prolétariat. Il a fixé les principes de la société sans classes, la dictature du prolétariat, forme transitoire de l’État (critique du programme de Gotha). Le matérialisme historique c’est la pratique révolutionnaire inséparable des aspects de la doctrine.

162L’application de la science à l’industrie est un fait moderne constant. La découverte des ondes électromagnétiques a suscité l’industrie de TSF. La découverte des rayons X a été suivie de tout l’appareillage médical correspondant. Est-ce qu’en échange, la technique est la cause du développement scientifique ? Il n’y a pas toujours concordance (dans l’Antiquité, au Moyen Âge). Aujourd’hui les progrès de la science et de l’industrie vont souvent de pair. La technique des machines thermiques et le thermodynamique se sont développés ensemble à la fin du XVIIIe siècle. L’électromagnétisme a donné naissance à la grosse industrie électrique. Elle progresse avec elle. Mais on ne peut pas dire que les grands renouvellements viennent de la technique industrielle. Depuis que la science est expérimentale, elle peut vivre d’une existence indépendante sans perdre le contact avec l’industrie. L’expérimentation est à l’origine de toutes les sciences, même des mathématiques. Il y a, grâce à la méthode expérimentale, influence réciproque de la science et de l’industrie. Mais ne disons pas mécaniquement que l’une serait la cause, que l’industrie est la cause de la science. La cause et l’effet envisagés dans leurs rapports avec l’univers se confondent dans l’enchaînement d’une réciprocité universelle, où la cause et l’effet changent de place, la cause devenant effet et réciproquement.

163Dans la préface de Marx à la deuxième édition du Capital, il précise l’application de la méthode dialectique à l’histoire. Et aussi dans la Critique de l’économie politique. Que représentent la Révolution française bourgeoise de 1789 et la Révolution anglaise de 1648 ? :

  • la victoire d’une nouvelle forme de société
  • celle de la propriété bourgeoise sur la féodale
  • celle de la nation sur la province
  • de la libre concurrence sur la corporation
  • du partage des biens sur le majorat
  • le propriétaire domine le sol et non le contraire
  • le rationalisme remplace la superstition
  • l’ind. remplace la paresse héroïque du seigneur
  • le droit bourgeois remplace les privilèges du Moyen Âge.

164Losserand vient à 8 h du soir pour voir Manouilsky et parler avec lui de la question française avant la réunion de la commission politique de demain. Il craint une effusion de sang le 14 Juillet à Paris et demande d’envoyer à Paris des conseils : garder les maisons du PC et de l’Huma. Demander aux responsables de disparaître le soir. La garde démocratique ! Manou et moi lui répondons : « Les maisons seront gardées. » Nos responsables seront en tête de la manifestation. La garde démocratique armée, c’est ce que demandent les trotskistes. Alors dit Los. vous croyez que la journée se passera sans violence ! Pendant la journée, oui ! La nuit peut être des échauffourées locales ! Le 14 Juillet c’est une mobilisation de guerre civile. Ce n’est pas encore la guerre civile. (Information à Los. Manou pour la commission politique du 11). La datcha de Los. est si élégante que Pollitt en y pénétrant lui a dit que c’était une datcha d’Esquire.

165Pour le 14 Juillet. 1°) Nous jurons de défendre les libertés démocratiques conquises par le peuple de France, de donner du pain aux travailleurs, du travail à la jeunesse, au monde la grande paix humaine. 2°) Nous faisons le serment de rester unis pour défendre la démocratie, pour désarmer et dissoudre les ligues fascistes, pour mettre nos libertés hors de l’atteinte du fascisme.

Jeudi 11 juillet 1935

  • 21 Tchang Kaï-Chek, né en 1887, chef du parti nationaliste du Guomindang, tente depuis sa rupture avec (...)
  • 22 Chu Te (Zhu De), né le 30 novembre 1886 dans le nord du Sichuan, adhéra au PCC à Berlin en 1922. Ap (...)
  • 23 Mao Tsé-toung (Mao Zedong), né le 26 décembre 1893. L’année 1935 correspond au moment où il s’impos (...)
  • 24 Su Tien-hsuan (Su Dianxuan), né en 1897, cadre rural du Henan.
  • 25 Lin Piao (Lin Biao), né en 1907, membre des Jeunesses communistes en 1925, puis du Parti, entre à l (...)
  • 26 Chou En-lai (Zhou Enlai), né en 1898, participa au mouvement national de mai 1919, en France de 192 (...)
  • 27 Province de la Chine centrale.

166En Chine. La date du 16 juin. L’Armée rouge a franchi 1 500 kilomètres à travers le Kouan-Toung, le Hounan, le Kouanzi, Koueït-Chéou. Puis 1 000 kilomètres en av. mai-juin en battant sept des treize divisions de Tchang Kaï-Chek21 et les trois divisions du Yunnan. L’Armée rouge a franchi le Yantsé. Elle est dans le Setchouan. Les commandants sont Tchoudé22, Mao Tsé Doung23. Ils se sont réunis à l’armée de Siu Sain Tsan24. Et ensuite à celle de Lin Piao25 et à celle de Holoun. Puis au corps de Siao Ko. C’est la marche vers l’Ouest. À côté de ces corps divers de l’Armée rouge, se trouvent des troupes de partisans, Tcheni, Tran Youn, Tchou Laï26, Sian 80 000 hommes qui ne peuvent s’armer qu’avec les armes prises à l’ennemi. Ainsi toute l’Armée rouge chinoise est concentrée dans le Setchouan27. Elle lutte depuis sept ans pour la libération nationale et sociale de la Chine. Les journaux japonais disent : « C’est une grande victoire de l’Armée rouge. » La jonction s’est opérée le 16 juin. Tchang Kaï-Chek ne peut ni vaincre l’Armée rouge, ni empêcher les Japonais de se saisir de la Chine qui est dans l’angoisse et le deuil à cause des mainmises japonaises. Les Japonais ont pris tout le Nord de la Chine et le Foukim. Les journaux japonais exaltent l’Armée rouge pour détourner l’attention de leur politique annexionniste et pour appeler la colère des impérialistes sur l’Armée rouge. L’Armée rouge est armée, arsenaux, artillerie ; les cadres ont passé par l’École militaire. Elle peut avoir en 1935 un million de combattants.

167Visite à la datcha de Manou.

168Il est avec Mirov. La sœur de Gayman.

  • 28 Il s’agissait de la commission politique de l’IC qui s’occupait périodiquement des affaires françai (...)

169Au sujet de la commission politique. Rien ne partira pour la France sans avoir été vu par nous28. Il faut laisser au parti français la décision. Il est mûr. Il doit se diriger lui-même. Nous avons eu le tort ici en 28 d’intervenir pour Barbé-Célor. Nous ne recommencerons plus. C’est la masse du parti français qui doit choisir ses représentants. Quant à la ligne politique du parti français, elle est excellente et nous sommes d’accord avec lui complètement. Pour cette affaire du 15 juillet, nous ne pouvons pas, à 3 000 kilomètres, suivre les faits de jour en jour. Aux camarades du BP français de décider !

170Allemagne et Angleterre. L’impérialisme anglais et Hitler ! L’Angleterre accorde le droit à Hitler d’une flotte de 380 000 tonnes avec sous-marins. Probablement l’Angleterre finance l’opération. L’Allemagne s’engage à ne pas attaquer la flotte anglaise et à attaquer l’Union soviétique. C’est que le gouvernement anglais est de en plus en plus à droite. On a repoussé Chamberlain, Churchill, Eden. Hoare est un ami des Russes blancs ; son rôle aux Indes. La tradition francophile au Foreign Office est représentée par Vansittart. On l’a écarté. La Grande-Bretagne a rompu l’accord européen. La France se rapproche de l’Italie. Le Japon conquiert la Chine avec l’appui de Hoare. L’Angleterre pèse sur la France pour la rupture du traité franco-soviétique. Certains éléments impérialistes français sont favorables à cette politique.

171Les Indes et la Grande-Bretagne. Le projet de loi du gouvernement des Indes a été adopté aux Communes le 5 juin, après sept ans de discussion. Les travaillistes l’ont combattu de manière à la laisser passer. On a renforcé les pleins pouvoirs donnés au vice-roi et aux gouverneurs provinciaux. C’est là l’essentiel. Ils peuvent prendre des décrets sans les soumettre à l’Assemblée législative. 29 millions d’hommes et 6 millions de femmes voteront sur 353 millions d’habitants. Il faut pour voter posséder ; on a subdivisé le corps électoral suivant les communautés religieuses rivales. La bourgeoisie hindoue a peur des révolutions, des grèves grandissantes ; elle se jette dans les bras des Britanniques. La Grande Bretagne va favoriser les fermiers, les propriétaires fonciers, les usuriers contre les prolétaires hindous dont les organisations sont illégales. Une répression forte sévit. Le front uni est réalisée entre toutes les forces ouvrières.

172Les grandes usines ont leurs sovkhozes et des rapports avec les kolkhozes. Les paysannes sarclent en chantant de vieux airs russes.

173J.S. vient voir Manou et nous. Nous déjeunons ensemble. Il a vu Boukharine et Radek. Leur idée c’est que le Front populaire n’est pas fort et qu’il n’empêchera pas le fascisme en octobre en France. D’ailleurs leur idée aussi c’est qu’ils devront s’accommoder du fascisme en France car le fascisme n’osera pas rompre le pacte avec l’URSS. Ce sont des idées fausses. Laisser arriver le fascisme en France sans combattre c’est très grave. Le fascisme au pouvoir en France romprait avec l’Union soviétique. Il laisserait l’Allemagne hitlérienne écraser l’URSS ; puis une fois le gouvernement réactionnaire rétabli en URSS, la France réactionnaire s’associerait de nouveau avec la Russie contre l’Allemagne. Il faut donc combattre en France le fascisme et renforcer le Front populaire. Comment ? En groupant tous les défenseurs de la République sur une plate-forme. En créant des comités de défense de la République partout, dans les villes, les villages, dans les municipalités radicales, socialistes et communistes, dans les usines, dans les syndicats, dans les coopératives, dans toutes les institutions quelles qu’elles soient. Puis en faisant appel à l’armée républicaine, en faisant de la propagande pour l’Armée rouge, en faisant appel aux officiers et sous-officiers. Il faut faire l’impossible pour que les élections aient lieu avant que le fascisme n’arrive. Car les élections seraient très Front populaire. Et quand le Front populaire aurait eu une majorité importante, on pourrait alors avoir le pays légal et le pays réel. Défense de la République ; interdiction aux hitlériens français de prendre le pouvoir.

174Manou : Staline dit aux Tchèques : Si Hitler envahit votre pays, vous aurez à déclarer que vous acceptez la défense nationale en imposant certaines garanties à votre gouvernement pour le parti communiste. Pour la France, on verra plus tard selon les événements. Mais en ce moment les communistes français n’ont rien signé avec Laval ; ils peuvent refuser les crédits de guerre. Cachin et Thorez n’ont pas signé de pacte avec l’Union soviétique. Si nous en signons un, ce sera autre chose. La commission politique d’aujourd’hui a résolu : si les 94 organisations signent l’appel à l’armée, c’est bien. Sinon, il faut réserver l’emploi de l’arme de la grève pour des moments plus décisifs. Il ne faut pas d’incidents le 14 Juillet par notre initiative ou de notre chef.

175Staline dit : « Si l’Allemagne attaque la France, nous allons au secours de la France. Si l’Allemagne nous attaque, la France vient à notre secours. Si l’Allemagne attaque la Tchécoslovaquie, nous défendrons la Tchécoslovaquie. »

176Les journaux de Moscou annoncent que dans dix ans, Moscou sera entièrement reconstruite.

177Les coopératives viennent d’adhérer au mouvement antifasciste français avec leurs 3 millions d’adhérents.

17814 Juillet. Le rassemblement sera pacifique ; 16 groupes dans la manifestation. « Nous jurons de défendre la République et les libertés démocratiques et de rester unis jusqu’au jour où les ligues fascistes seront dissoutes. »

Vendredi 12 juillet 1935

179Il y a des dissentiments dans le PC allemand. Il en est qui pensent que Hitler est plus menacé, que les ouvriers allemands s’éloignent de plus en plus de lui. Les autres disent au contraire que les préparatifs de guerre donnent du travail, que le régime a des succès à l’extérieur, que les ouvriers ne croient plus à la répression bestiale du fascisme, etc.

180Quel est le danger essentiel pour les communistes en ce moment ?

  • C’est d’être à la remorque des événements ;
  • C’est pour la classe ouvrière d’être prise au dépourvu ;
  • C’est de ne pas travailler dans les syndicats réformistes ;
  • C’est de sous-estimer les forces du prolétariat et de surestimer celle du fascisme ;
  • C’est de ne pas surmonter la tradition, la routine ;
  • C’est de réaliser le front uni avec raideur, intransigeance ;
  • C’est de faire des concessions que nos principes interdisent ;
  • C’est de négliger la défense des intérêts immédiats des ouvriers.

181Du VIe au VIIe Congrès :

  • Maturation révolutionnaire
  • Fascisme grandissant
  • Danger de guerre.

182En 1928 la social-démocratie promettait la prospérité. L’Internationale communiste annonçait la crise et la fin de la stabilité du capitalisme en même temps que l’essor révolutionnaire du prolétariat. Cela s’est réalisé et en 1932 la chute de l’industrie capitaliste a atteint son point le plus bas ; pour entrer ensuite dans une dépression d’une nature spéciale, dans un état obtenu par une exploitation plus grande des ouvriers, des paysans, des colonies.

183En ce moment, dit Staline, l’opinion soviétique est beaucoup plus favorable à la France. On se dit ici que les Français, au moins, ne sont pas contre nous ! Au contraire ! Je propose à Manou de faire une campagne pour la culture de la langue française en URSS.

184Vu Dalhem qui arrive de la frontière allemande et dit que l’état d’esprit est bon en Allemagne.

185Visite au camp de pionniers des ouvriers de la construction de la maison des Soviets. Un entrain ! musique, chants, danses, dessins, le journal mural, les aéroplanes, les cerfs-volants, la mécanique ! On demande aux enfants magnifiques de santé, de force, figures ouvertes et intelligents : « Que voulez-vous être ? » géologue, ingénieur, architecte. Les jeunes filles réclament les mêmes professions que les jeunes gens. L’une dit : « Je serai historienne. » Une jeune fille qui veut être ingénieur des mines danse admirablement les danses caucasiennes et de vieilles danses russes. Une autre chante une complainte sur la vie des femmes de la Volga. Les pionniers sont très sélectionnés. C’est l’élite des écoliers, ceux qui sont les premiers et qui entraînent les autres, les oudarniks de l’école.

Samedi 13 juillet 1935

186Manou me dit que la Pravda veut un article sur la Constitution en France. Visite à Hélène Mirov. L’article sur la Constitution est remis à la Pravda. Longue conversation avec Ercoli.

18713 juillet : – 1°) Traité de commerce des États-Unis et URSS. 2°) Reconnaissance de l’URSS par la Belgique.

Dimanche 14 juillet 1935

188À Moscou pour savoir les nouvelles de Paris, 150 rédacteurs aux Izvestia (il y en a plus de 200).

189Boukharine aux Izvestia, dans son bureau. Il nous dit que Laval lui a parlé : « Je suis socialiste, mais pas à la façon des socialistes SFIO qui ne sont que des petits bourgeois. » Si vous acceptez d’aller au pouvoir, que ce soit pour faire des exemples d’énergie et pour armer les prolétaires. Il dit : « L’Armée rouge est prête. » Il a été dans l’Asie soviétique. Les progrès techniques de l’agriculture et les sovkhozes sont encore pus développés que dans le reste de l’Union. S. est trop l’ami de Laval. Il est trop diplomate. Vous avez fait un beau rassemblement, mais en Allemagne aussi avant le fascisme ! et le fascisme est venu.

Lundi 15 juillet 1935

190Rentré à Kounzevo, j’envoie à Dimitrov, avec mes commentaires, le dernier discours de La Rocque à Tourcoing, comme contribution à l’étude sur le fascisme.

191À déjeuner, Manou, Knorine, Bêla Kun, Gottwald, tous sont enchantés de la manifestation de Paris. Ils pensent que maintenant le prolétariat français pourra passer à l’offensive. C’est une remarquable préface au VIIe Congrès. L’événement aura une influence internationale énorme.

192Le 14 Juillet, tradition profonde française. Le 14 Juillet a prouvé l’importance de la conquête du pouvoir pour l’émancipation d’une classe. La Révolution française a dominé la France grâce à l’action du Club des jacobins. Babeuf avait repris la tradition de la conspiration. Blanqui avait écrit que des coups de main organisés par de courageux conspirateurs pouvaient réveiller la masse inerte et sans maturité.

193La liberté altière, étincelante, armée (A. Chénier).

194« Les maîtres, au lieu de nous policer, nous ont rendus barbares parce qu’ils le sont eux-mêmes. Ils récolteront ce qu’ils ont semé ! » (Babeuf).

195Proudhon avait déclaré que la lutte syndicale et politique des prolétaires pour le pouvoir était vaine et vouée à l’échec. Ce qu’il fallait c’est une organisation pacifique de banques d’échanges, de caisses d’assurances, etc.

196Marx, fils de juriste, d’abord juriste et professeur, vient tard à l’économie. Engels, fils d’industriel, élève à l’école de commerce, éducation pratique, vient tout de suite à l’économie. Leur travail commun leur donne leur largeur de vue, le sentiment de l’universel, et ils se complétèrent. Leur mérite fut de fondre les grands courants de pensée de l’Angleterre, de la France, de l’Allemagne. Leur doctrine fut un mélange de la pensée révolutionnaire française, de la science économique anglaise, de la méthode philosophique allemande. L’Angleterre leur fournit une abondance rare de faits économiques que seul ce pays alors industrialisé et coupé en deux classes pouvait donner. En France, pas d’industrie, la petite bourgeoisie et les prolétaires avec les intellectuels furent les maîtres de la Révolution. Ils prouvèrent en 1789 que la prise du pouvoir pouvait libérer une classe et modifier tout l’ordre social. Le Parisien frondeur narquois, hardi dans l’action, à la pensée radicale qui ne respecte rien. En Allemagne pas d’industrie petite bourgeoisie. Le système féodal n’y fut pas aboli par un national, mais par les baïonnettes étrangères. Alors la bourgeoisie qui ne passait pas à l’action se livra à la métaphysique, à la pensée pure, Schiller, Goethe, Kant, Fichte, Hegel. Ces hommes contribuèrent à donner à l’humanité une méthode philosophique. Grâce à elle, Marx a trouvé quel était le vrai but de l’évolution humaine.

197Après le succès du 14 Juillet, il est à présumer que les fascistes s’abstiendront d’agir pendant quelques semaines. C’est en octobre, à la rentrée des Chambres, que le choc peut se produire.

198Quelles sont les perspectives ?

  1. Le ministère actuel reste au pouvoir, on gagne du temps jusqu’aux élections générales du printemps.
  2. Le ministère tombe. Alors se pose la question du nouveau gouvernement. Si c’est un gouvernement de gauche, les socialistes et les communistes seront invités à y participer.

199Que faire ?

  • Ne pas participer et soutenir
  • Participer à deux conditions : ou dissoudre la Chambre et on fera appel au pays ; on armera le prolétariat. Si les banques et la Bourse sabotent le gouvernement on procède à des mesures rigoureuses.

200Que fera la bourgeoisie française en octobre ? Elle est assez intelligente et souple pour essayer de canaliser le mouvement puissant qui vient de se manifester à Paris le 14.

201Ce soir, les ouvriers agricoles sont réunis autour d’un joueur d’accordéon. Ils dansent, chantent à la porte de leur maison commune très avant dans la nuit.

Mardi 16 juillet 1935

202Manifestation du 14 :

  • Nous jurons de rester unis conte le fascisme pour défendre la démocratie.
  • Nous faisons le serment de donner du travail aux jeunes, du pain aux travailleurs, la paix au monde.

203Boukharine : littérature internationale n° 4-1935 :

204Communisme – Fascisme : deux classes, deux camps, deux conceptions, deux cultures.

205Fascisme : la bourgeoisie regroupe ses rangs ; régime militaire d’exception.

206Entre la dictature fasciste et la dictature du prolétariat rien de commun, ni le même sens de classe ; ni même contenu matériel et moral ; nulle identité dans la dialectique du développement ; contenu différent ; sens historique différent.

207Le fascisme et le communisme vis-à-vis du progrès technique :

208– Le fascisme veut réduire le progrès technique ; le retour à la terre, l’émigration vers la terre pour en finir avec le chômage. Le fascisme veut la fin du libéralisme, du libre échange pour l’autarcie c’est-à-dire la préparation à la guerre. Le fascisme veut mettre fin au Parlement et à l’État libéral ; il veut un seul parti, en seul appareil gouvernemental de terreur. Le fascisme remet en question toute la culture spirituelle bourgeoise, il nie la théorie de l’évolution, l’humanisme chrétien (mépris pour les peuples d’Orient, pour les prolétaires) ; il nie les thèses de l’égalité formelle, il nie les efforts de la culture rationnelle, caserne et barbarie.

209En Union soviétique, progrès de la culture matérielle et intellectuelle. Communisme soviétique force créatrice. Libération des forces productives des chaînes du capitalisme et de la petite propriété privée du sol qui ne peut admettre la technique de la mécanisation et de la chimisation. À mesure que la technique rurale se développe, la main-d’œuvre rurale acquiert des qualités techniques, culturelles, politiques. La campagne se rapproche de la ville.

210Le communisme soviétique s’oriente non vers l’autarcie, mais vers une unité organique économique grandiose et organisée sans exploitation, sans classes qui sera la base de la fraternité humaine. Le communisme soviétique a jeté bas la dictature des financiers. Elle dirige l’économie selon un plan et non pour la guerre. Elle appelle les masses à participer à la gestion de l’État. Les Soviétiques n’ont pas le fétichisme des machines ; ils ne veulent pas faire des hommes mécanisés, des ouvriers partiels, des engrenages sans âme. Mais ils veulent que la machine libère l’homme, allège son travail, lui procure du repos, améliore son bien-être. L’appel à l’émulation, c’est-à-dire au développement de la personnalité.

211Les nouveaux intellectuels prolétariens sont des ingénieurs, des techniciens, travaux pratiques. Il n’y a pas d’enseignement classique : c’est que les délais historiques pour cela n’ont pas encore été donnés. Mais le besoin de développement intellectuel dans tous les sens et sous tous les aspects devient chaque jour plus exigeant. La culture communiste assure le développement de tous les potentiels, des grandes masses ouvrières, les formes variées de l’émulation, de l’initiative individuelle.

212Tandis que le fascisme est pour la hiérarchie, le communisme la liquide par l’égalité, la suppression des classes de l’oppression : les masses sont élevées moralement et matériellement : la maturation intellectuelle de millions d’hommes et de femmes progresse, réduit tout le pathétique des distances. Les énergies individuelles se développent dans les masses qui ont plus confiance en elles, une soif de connaissances et de progrès continus. On est loin du capitalisme fascisé sclérotique. On ne va pas vers un praticisme borné. Même notre spécialisation croissante n’a rien de commun avec celle du capitalisme. Car chaque ouvrier ou kolkhozien participe à l’établissement du plan de travail dans l’usine et dans la nation, l’analyse du point de vue technique et économique en rapport avec le reste de l’économie. On va aussi vers la suppression des différents travaux manuels et intellectuels. L’habilité technique s’allie à un niveau théorique élevé. Ainsi se forme l’homme complet : on ne le détaille pas, il est libre de toutes les entraves, tradition conservatrice du passé, sa spécialisation s’unit à une orientation universelle.

213Et la liberté ? Entre un moujik et un kolkhozien, un soldat du tsar et un soldat de l’Armée rouge ! Les travailleurs de choc sont connus de toute la Russie.

214Chaque ouvrier est un créateur, peut se donner libre carrière et initiative dans le cadre du plan. On a aboli l’individualisme, non l’individualité. L’individualisme divise les hommes, la nouvelle culture socialiste les rapproche dans une même tache variée, allant au même but.

215Le socialisme est une économie qui vise à satisfaire les besoins des masses. Il n’est nullement ascétique. Il est pour la plénitude de la vie. Pour se réaliser il exige du désintéressement, du courage, le mépris de la mort, une lutte acharnée. Le communisme se détourne du mysticisme, de la voix du sang ! Il va à la connaissance rationnelle, la science exacte, du matérialisme dialectique au processus de la connaissance, à l’optimisme créateur non au rationalisme abstrait, figé, schématique, antihistorique avec ses vérités de raison données une fois pour toutes. Nous ne voulons pas de l’américanisme, du prosaïque technicisme aride avec sa soif du travail. Nous sommes les héritiers du machinisme américain, de son organisation scientifique du travail. Nous sommes les héritiers des grandes traditions de la science, de l’ampleur de la pensée théorique, foulée aux pieds par les prétoriens fascistes européens. Notre machinisme n’est pas sans âme ; nos hommes ne sont pas asservis par la machine et diminués par d’étroites spécialisations. Notre prolétariat a un magnifique et jeune optimisme. Il se développe hardiment, avec confiance et élan.

216Par le capitalisme, le capitalisme essaye vainement de se survivre :

  1. Il réprime la lutte des classes en anéantissant les organisations ouvrières.
  2. Il fait intervenir l’État par des prétendus plans, des subsides, des restrictions de la production.
  3. Il brise les partis pour dominer les contradictions internes du régime.
  4. Il organise la guerre pour dominer les contradictions internes du régime.

217La conception marxiste révolutionnaire de l’inéluctabilité n’a rien de commun avec le fatalisme. Ce qui est inéluctable ne se réalise que dans des conditions sociales données par la volonté humaine qui fait le choix entre des possibilités qui se présentent. Les masses en action ont une possibilité créatrice, la capacité de changer le cours de l’histoire. La conscience humaine n’est pas automatique. Elle est la conscience d’êtres humains et agissants qui se révoltent contre les calamités, et osent tout pour créer un monde nouveau dussent-ils se sacrifier dans la lutte.

Mercredi 17 juillet 1935

218Traducteur : Obarov. Secrétaire parti : Koulakov.

219Electrozavod – usine = zavod.

220166 étrangers dont 28 membres du PC (électriciens). 20 000 ouvriers dont 9 000 femmes. Triumvirat de direction : le secrétaire du PC responsable politique, le secrétaire syndical, le directeur technique – 920 roubles puis le directeur de l’usine, trois sous-directeurs. Un journal de l’usine : 4 000 numéros quotidiens.

221Lampes de tous les types – transformateurs – équipement électriques des moteurs d’avions et d’autos – électro-machines – fours électriques. L’usine a une maison de repos sur la Volga. Chaque mois 700 ouvriers ; ancienne forteresse avec une église-musée. À 40 kilomètres de l’usine, un sovkhoze de 1 200 hectares pour le lait et les légumes. L’usine possède une école, un camp de pionniers, neuf crèches d’enfants, garderies, ambulances, polyclinique. 1 950 membres du PC – 2 000 komsomols. Un comité central du parti, dans chaque atelier, une cellule. 42 nationalités travaillent dans l’usine. Usine – surtout des transformateurs de toutes puissances ; magnétos, fours électriques, projecteurs, appareils ménagers. L’usine a commencé en 1928 : produit 9 millions R. En 1935 : 350 millions roubles. 85 millions de lampes : 2 millions d’objets en un an. Augmentation de 20 %, 30 %, 40 % est prévue. La production est toujours inférieure à la consommation. Il y a insuffisance d’aciers spéciaux. Le plan quinquennal a été réalisé en deux ans et demi. L’usine a été décorée pour son travail social. Tous les directeurs sont d’anciens ouvriers. 80 % des ouvriers travaillent à leur perfectionnement technique et social ; salaire 210 roubles par mois, 420 roubles pour les techniciens. Journée sept heures, jeunes et ateliers dangereux : cinq heures. Après cinq mois, quinze jours de vacances, un mois pour les travaux pénibles. Plusieurs clubs dans l’usine. L’usine possède dix aéroplanes.

222Visite de l’usine pendant une heure et demie. Un atelier de 500 mètres de long – autant de femmes que d’hommes. Un atelier du Kim, un atelier de vérification, un atelier de lampes, un atelier de transformation ; un atelier de magnétos (un ingénieur femme). Grand atelier de montage des transformateurs pour l’exportation. 300 journaux muraux : exemple d’un journal mural : un poème – un article sur le niveau culturel des ouvriers, un article sur la culture physique. Améliorons la qualité. Le chef d’atelier propose un plan. En dessous, un ouvrier critique. Bonne préparation des cadres. 30 ouvriers ont pris le brevet d’aviateurs. La cuisine commune. Nous avons eu le menu des oudarniks. Machinisme très développé. Machines achetées à l’étranger. On commence à les fabriquer en URSS. Ateliers propres, bien éclairés, escaliers de sûreté partout. Meeting. Sur l’estrade, tous les directeurs de l’usine. Vive le PCF ! Salut au PCF ! Le triomphe sur les épaules des ouvriers.

223La dialectique. De Hegel, Marx a rejeté le système et gardé la méthode. Cette méthode, c’est l’évolutionnisme. Elle suit le mouvement. Elle se modèle sur le devenir. Tout se meut, tout s’écoule, tout devient tout ; tout est tout ; il n’y a que des processus. Héraclite avait dit cela. Le devenir est le principe de la dialectique marxiste appliqué à la société, cette méthode est critique et révolutionnaire. Mais si tout devient et n’existe que par le devenir, tout enferme en soi ce qui le nie, tout est en même temps que soi son contraire. La loi du devenir est celle de l’identité des contraires. Tout naît de cette lutte. La contradiction est dans les choses. Elle est source de toute dialectique. Le progrès de la pensée se fait par la solution des contradictions qui sont dans les concepts. Le changement de la quantité est lent, mais tout à coup il se change en qualité, et un état nouveau se produit. La nature fait des sauts. À un point donné, le droit devient injustice, la vertu péché.

224Un État a dans l’étendue de son territoire et la grandeur de sa population une certaine quantité à laquelle correspond une certaine Constitution républicaine ou démocratique. Mais à mesure que les quantités s’accroissent, la Constitution ne s’accorde plus avec elles, l’État change de Constitution, c’est-à-dire de qualité. Un Etat s’accroît par des conquêtes. Il pense se renforcer. Il se décompose, et renonce aux lois qui firent sa grandeur. L’accroissement d’une fortune amène le malheur de plusieurs. Il se fait que les forces productrices s’accroissent et que les rapports sociaux n’évoluent pas d’eux-mêmes. Les forces productives sont entravées par les rapports sociaux ; au terme du conflit se produit une catastrophe. La superstructure s’écroule ébranlée par sa scission avec l’infrastructure modifiée.

225La révolution socialiste c’est la conversion de la quantité en qualité. Les faits sociaux sont spécifiques. Ils sont des phénomènes nouveaux et irréductibles qui résultent de la réunion des hommes. Ils ne ressemblent pas aux actes des individus rassemblés. Marx a acquis cette conception de la science sociale grâce à la théorie hégélienne des rapports de la quantité à la qualité.

Jeudi 18 juillet 1935

226La crise économique mondiale a éclaté en 1929. Elle atteignit son point culminant en 1932. Alors l’offensive du capital contre la classe ouvrière, l’intensification du chômage, la plus grande combativité des ouvriers ont rendu la situation plus révolutionnaire. Le capital a amélioré un peu sa situation aux dépens des ouvriers, des paysans, des colonies. À la crise économique mondiale succède depuis trois ans la dépression d’une nature spéciale. Ce n’est pas une nouvelle phase d’essor économique. La réduction de la production a été notable et il y eut peu d’investissements nouveaux, peu de reconstitution du capital fixe. C’est un état où la situation économique est presque étale. Cette dépression tend à se prolonger. 1929-1932 : crise accentuée, 1932-1935 : dépression d’une nature spéciale.

227En cette période de dépression : grande bataille de classes. Chine – Espagne – Autriche, la situation révolutionnaire mûrit, l’exploitation capitaliste s’intensifie. Le fascisme grandit. Le front uni se développe. La IIe Internationale se désagrège. L’URSS se développe. Le prolétariat marche dans la voie révolutionnaire. La bourgeoisie dans celle de la guerre et du fascisme.

228La victoire du fascisme est précaire. Le front uni, ses formes et modalités. Se présenter aux élections comme parti indépendant ; ne pas permettre l’élection de réactionnaires, de fascistes, de socialistes qui combattent le FU.

229S’il y a un grave danger fasciste : listes communes antifas.

230Dans les conditions d’une crise révolutionnaire : gouvernement du peuple qui ne serait pas encore la dictature du prolétariat mais obéirait à des mots d’ordre révolutionnaire : contrôle de la production, contrôle des banques ; licenciements de la police ; milice ouvrière armée.

231Pour lutter contre le fascisme :

  • Le combattre idéologiquement (chauvinisme, racisme).
  • Pénétrer dans les organisations fascistes de masse.
  • Jeunes, femmes !
  • Soldats : exiger les droits civiques – protester contre leur utilisation dans les conflits sociaux ; comités pour la défense de leurs intérêts économiques ; élimination des fascistes de l’armée et de la flotte.
  • Autodéfense de masse. Unité organique : la prendre en mains. Elle est possible à la condition d’une rupture avec les coalitions bourgeoises ; que l’unité soit faite par l’action ; que la nécessité révolutionnaire soit reconnue ; que l’on renonce à soutenir sa propre bourgeoisie dans une guerre impérialiste. Centralisation démocratique à la lumière du bolchevisme.

232L’Internationale communiste prête aux pourparlers avec la IIe Internationale.

233Radek traduit par Hélène Mirov (ND les Izvestia).

234Angleterre et Amérique. Dans la lutte contre le Japon, l’Angleterre a peur que les Etats-Unis ne la soutiennent pas. Si l’Angleterre était assurée du concours des États-Unis elle attaquerait le Japon. L’Angleterre déclare que si les Américains lâchent les Philippines, c’est une trahison, car les Indes seraient perdues. L’Angleterre craint la perfidie américaine. Il y a des documents qui le prouvent.

235Angleterre et Allemagne. La politique de l’Angleterre près de l’Allemagne est une politique d’attente. Les deux gouvernements se roulent mutuellement. L’Angleterre veut être bien avec tout le monde. Mais à la fin du compte elle interviendra aux côtés de la France à la dernière minute.

  • 29 Pierre Cot, né en 1895, député radical de Chambéry, ministre de l’Air dans les différents gouvernem (...)
  • 30 Édouard Daladier, né en 1884, a déjà un long passé gouvernemental. Ministre de la Guerre et préside (...)

236France de Laval et URSS. La France fait l’amour avec l’Union soviétique mais elle met une capote anglaise ; mais l’Union soviétique est très ardente et la précaution est inutile. La France bourgeoise est toujours prête à rompre avec l’URSS, même la France de Cot29 et Daladier30. Si l’Allemagne envahissait l’URSS peut-être les communistes seraient-ils seuls en France à demander l’intervention pour soutenir l’URSS. Peut-être aussi l’état-major ! Alors la situation n’aura rien de commun avec celle de 1914. Il ne s’agira pas de défendre la patrie, mais de défendre avec l’URSS les restes de la démocratie dans le monde. Si Hitler était vainqueur, c’est fini de la liberté en Europe. Est-ce que les ouvriers français comprendront ? Oui. Lorsque les Alliés ont voulu envahir l’Union soviétique en 1918, les bolcheviks ont voulu laisser passer les Allemands pour aller au-devant des Anglais à Mourmansk et Arkhangel. Est-ce que les ouvriers russes comprendront ? Oui, répond Lénine. Ils comprendront que nous nous allions avec le diable et sa grand-mère.

237La participation au gouvernement en France. Vous pouvez être appelés à aller au gouvernement en France. Il faut un programme et une politique et des perspectives. Etes-vous prêts à attaquer la Bourse, les banques, les forces de réaction, et à donner satisfaction aux ouvriers, aux paysans, à la classe moyenne ? Êtes-vous sûrs que les radicaux et les socialistes suivront ? Si vous échouez, c’est le fascisme. C’est le risque. Alors quoi, dis-je, faut-il laisser le fascisme s’installer ? Non ! Il y aura une situation révolutionnaire. Il faudra courir le risque. Le parti français est-il mûr ?

238Quid de Hitler ? la petite bourgeoisie allemande est prête à accepter tout pour essayer de conserver ses illusions et les bribes qui lui restent.

239Mussolini. Il se casse les reins en Abyssinie. Les Abyssiens castrent leurs prisonniers. Ils ont fait l’opération au général X. Il a commencé à crier avec une voix de basse et a fini avec une voix de soprano !

240Bullitt. Les délégués américains, au VIIe Congrés, s’ils parlent ici un certain langage, ce pourrait être la rupture. Réponse de R. : l’IC n’a rien à voir avec le gouvernement soviétique. Si le gouvernement soviétique intervenait au congrès. Impossible. Si vous insistez pour qu’il intervienne, ce serait une intervention dans les affaires intérieures d’une nation libre ! Les Soviétiques ont vécu douze ans sans rapport avec les Etats-Unis, si vous rompez, ils demanderont la grâce à la providence de continuer à vivre. Quand Trotsky a abandonné la ligne droite, on a dit : « S’il part 9/10e de l’armée partiront avec lui. » Il n’est parti avec lui que deux personnes dont une était sa créature. L.B. et la vieille juive le soir du pogrome : « C’est ça un pogrome ! Ils n’ont même pas violé les femmes ! » Un juif veut marier sa fille. Il s’adresse à une agence matrimoniale : il trouve un époux ; mais il apprend que la jeune fille a couché avec toute la ville. Oui, répond le juif, mais c’est une si petite ville. Elle n’a pas 3 000 habitants.

241Radek a vu Romain Rolland. Il lui a dit : « Vous parlez de liberté ! Mais vous n’avez plus le choix, avec le fascisme votre compte est réglé. Avec le communisme armé en marche qui combat pour la liberté contre le fascisme, il faudra aussi comme dans toute armée une discipline qui s’imposera à vous. » Il dit : « Le poids qui pèse sur l’Allemagne est si lourd, la carapace est si épaisse, qu’elle ne sera pas crevée par-dessous. Il faudra des bombes d’avions sur le dessus. Nous avons consolidé l’URSS, c’est un premier maillon de la chaîne. Il nous faut encore trois ans ! si on nous attaque avant trois ans, nous serons tout de même vainqueurs ; mais ce sera beaucoup plus cher. »

Vendredi 19 juillet 1935

242Résolution. La guerre.

  1. Préparation de la guerre pour le 1er novembre, partage du monde.
  2. L’Union soviétique et sa lutte pour la paix.
  3. Les tâches de l’Internationale communiste pour la paix, contre la guerre. Front uni. La lutte pour l’armée.
  4. De la lutte pour la paix à la lutte pour la révolution :
    • la résolution de Stuttgart,
    • la lutte pour la paix doit être menée du point de vue de la lutte pour la défense de l’Union soviétique. Il faut contribuer à n’importe quel prix à la victoire de l’Armée rouge.

243Au Brésil. Intégralisme et alliance nationale libératrice. Beaucoup de soldats et d’officiers sont dans le front uni de l’ANC. La Constitution brésilienne donne le droit de vote aux soldats et officiers. Ils peuvent être candidats à l’armée, on s’occupe d’éducation et de culture civique.

244En cas de guerre le Komintern sera transféré à Paris.

245Le Congrès des Écrivains à Paris (juillet 1935). Défense de la culture menacée par le fascisme. L’unique successeur de ce qu’il y a de meilleur dans la littérature mondiale est la classe révolutionnaire. La littérature doit se développer en s’orientant vers le réalisme et l’humanisme socialistes. L’individu ne peut se développer qu’en liaison avec la collectivité. C’est le fondement humaniste du communisme. L’exemple de l’URSS est un modèle vers lequel doit se tourner la civilisation mondiale. Qui se dresse contre l’Union soviétique se dresse contre la culture de l’humanité.

246« Que l’Union soviétique sache que notre confiance en elle est inébranlable et que cette confiance est la meilleure expression de notre amour pour elle » (A. Gide).

  • 31 Heinz Neumann, né le 6 juillet 1902 à Berlin, dirigeant du PCA et représentant de l’IC en Chine, en (...)
  • 32 Jacques Doriot, né le 26 septembre 1898, député maire de Saint-Denis, exclu du PCF en juin 1934. L’ (...)

247Neumann31 – Doriot32 est flatté par tous les journaux allemands qui signalent l’importance de ses interviews contre « l’encerclement de l’Allemagne ». À la première page en caractères gras. L’action de Doriot est très utile au fascisme. Enfin un communiste parle contre l’Union soviétique. Enfin à côté des colonels et des curés, il y aura un représentant des ouvriers dans le camp fasciste ! Doriot est poussé par une haine vulgaire du PC.

248Hitler avant de prendre le pouvoir avait organisé sa garde pour doubler la police ; avait déchaîné les rassemblements partout : joie, espoir, élan théâtral, feu sur les montagnes.

  • Programme clair : libération, liberté, pain, travail.
  • Après chaque succès, démonstrations immenses ; après un tué, grandes funérailles pour mobilisation des masses.

249M.T. – Nous sommes prêts à faire un parti unique avec les socialistes. Si Herriot refuse, il se coupe d’avec ses troupes. Zyromsky ne viendra pas à Moscou : ne rien brusquer. Dès le mois de juin, la participation avait été réglée. A.S. va créer Pierre le Grand en français. A.S. : le cinéma parlant soviétique est en retard. Les merveilles avaient été le muet, surtout Potemkine. En tout, une dizaine de grands films remarquables. Puis, rien ! Il faut trois ans pour faire un film. Énorme bureaucratie. Lenteurs, le temps ne compte pas. Dans toute la vie courante, imprécisions, retards, longueurs, attentes. Les jeunes gens sont très fiers de leur régime. Ils se croient invincibles sur tous les terrains. Ils sont fiers et généreux, et serviables. Les imprécisions et les lenteurs sont très difficiles à admettre par les étrangers occidentaux. On est bien nourri, on n’a pas de besoins. Avec un traitement de 250 roubles, un jeune ingénieur a 150 roubles d’argent de poche. Ils mangent bien et se vêtissent mal. Une fois par semaine ou chaque deux semaines, un grand dîner, où ils boivent sans mesure.

Samedi 20 juillet 1935

250Visite à l’usine Staline (fabrication de camions automobiles). 20 000 ouvriers. En janvier 1937 : 60 000 ouvriers.

251Le cabinet du parti : le secrétaire du PC dans l’usine, un jeune homme de trente ans décoré de l’ordre de Lénine. Le secrétaire syndical. Les délégués du PC sont là ; le soir, ils reçoivent dans ce cabinet tous les membres du parti. Salle pour les cours aux ouvriers. Un cabinet pour les rabcors. Un journal de l’usine : 10 000 numéros quotidiens. Bibliothèque, 60 000 volumes, un tiers politique, un tiers technique, un tiers littéraire. Volumes en toutes langues ; livres prêtés à domicile. Chaque atelier a sa bibliothèque. 105 camions par jour – 365 autobus par mois.

252L’atelier de scierie. Le montage des châssis. Les moteurs. La peinture au pistolet. Les roues montées à la chaîne. Machinisme très évolué. Atelier de pièces détachées immense ; fours électriques. Atelier de fusion. La fonderie. Les presses, les emporte-pièces.

253La piscine, les crèches, les garderies d’enfants. Les maisons ouvrières, les salles de repos, les salles d’oudarniks. Jardins de fleurs autour de l’usine.

2543 500 membres du PC – 3 500 komosols, 75 % jeunes, autant de femmes que d’hommes. La salle à manger. Excellent repas simple : soupe bortsch – viande et légumes.

255Des ateliers soviétiques produisent des machines. Le gros de l’outillage est américain. Le personnel manque en ville. Ils font venir des paysans. Il faut les éduquer techniquement. Ordre, ardeur au travail, la chaîne pas trop rapide. Ambition collective pour l’usine. Des constructions d’ateliers sur un espace immense, dix fois plus grand que l’usine actuelle. Nous trouvons un groupe d’ouvriers de la fonderie au repos dans la cour : « Dépêchez-vous de faire la révolution, on vous aidera ! »

256Brésil. Jusqu’en 1930 le gouvernement est bourgeois, agrarien, proanglais. En 1930 Vargas, agrarien proaméricain (États-Unis) s’empare du pouvoir (alliance libérale). Les planteurs de café de São Paulo ont soulevé une émeute avec l’appui anglais. Le gouvernement central Vargas en est affaibli. Un nouveau coup d’État se prépare. Crise, famine, répression. D’où une poussée du mouvement ouvrier : grèves très nombreuses : mouvement insurrectionnel des paysans du Nord-Est (Lampion). État Rio Grande do Norte, agitation dans l’armée dont les soldats et les sous-officiers fraternisent avec les ouvriers. Les marins aussi fraternisent. Désagrégation de l’État. Le fascisme grandit. Général Goyes Monteira, intégraliste. Pas de bases sérieuses dans les masses. Le gouvernement laisse faire en ayant l’air de maintenir l’Assemblée constituante. La bourgeoisie nationale réformiste de São Paulo se livre à des manœuvres de gauche, même socialistes, général Costa-Tavora. Elle a une grande influence de masse. Elle est avec les planteurs de café et la petite bourgeoisie et d’anciens communistes. Le PC brésilien illégal s’est renforcé dans les grèves, il les dirige. Il est à la tête de syndicats : cheminots, chauffeurs, de grands syndicats à Rio et dans le Rio Grande do Sul. Contact avec les masses. Mais il n’a pas d’influence à São Paulo, grand centre industriel du pays. Il est sectaire et avec des survivances anarchistes. Il n’a pas de liaison avec les paysans.

257PC 5 000 adhérents – JC 1 500 – journal : 7 000 numéros.

258N. Remmelé. En ce moment, les communistes allemands s’associent aux catholiques dont les manifestations antihitlériennes sont encore tolérées. Ils prennent part à des processions pour demander à Dieu de faire cesser la pluie pour les récoltes. En Allemagne 40 % de catholiques ! Ils sont très mécontents. Les hitlériens vont jusque dans les couvents, fouillent les bonnes sœurs sous prétexte qu’elles cachent des devises pour la papauté. Mais, malgré tout, si la guerre éclate, le courant chauviniste est tel en Allemagne et la répression si violente que l’ensemble du peuple marchera à fond avec Hitler. Il y aura quelques actes héroïques de sabotage. C’est tout. Cela malgré que dans les rangs socialistes on commence à parler de défaitisme. Mais il serait imprudent de penser qu’il y aura au début de la guerre une résistance sérieuse de la part des ouvriers allemands. Sans doute, il y a 100 000 Allemands dans les camps de concentration et ce sont comme des prisonniers de guerre – avant la guerre. Mais, dans les premiers temps de la guerre, toute l’Allemagne contrainte, ou librement, marchera. Si l’Allemagne envahit la Russie sans toucher à la France, les communistes français auront le devoir de passer au secours de l’Union soviétique. Ils seront dans la position des Jacobins contre les Girondins et les royalistes qui ne voulaient pas faire la guerre à l’Europe ; dans la position des communards et des blanquistes et de Marx et Engels, face à Thiers et aux capitalistes.

259La situation de Staline en France est considérable. Herriot et sa formule ! Staline s’occupe essentiellement de stratégie. On lui rend compte personnellement de toutes les questions militaires et diplomatiques.

260Les philistins allemands : bourgeois de petites villes.

Dimanche 21 juillet 1935

261Visite de Zamengov du Goudok [Goudsk ?] (1 million d’exemplaires).

  1. Le sens général du congrès.
  2. Le 1er août : le fascisme et la guerre ; rôle des cheminots, unité syndicale.

262Les deux résolutions du congrès sont rédigées d’après les exigences de la situation en France.

263Le camarade Emo m’avertit que la séance de l’ouverture du congrès est fixée au 25 à 8 h. Après que les ouvriers de plusieurs usines de Moscou, les pionniers, les parachutistes auront salué les congressistes, je leur répondrai au nom du congrès :

  1. Les progrès en URSS.
  2. La solidarité des ouvriers du monde envers l’URSS.

264Ce matin à 6 h. Lilite malade. Le médecin vient à 9 h, il ordonne le transport à l’hôpital du Kremlin. Toute la journée, grande dépression. Le soir à 11 h elle est transportée au Kremlin. Frida.

265Reçu une lettre de Ziss [sic] et une lettre de M.L.

Lundi 22 juillet 1935

266Julius 135 – Marty 193 – Mirov = Abramov.

2679 h 30, BP. Dans la délégation française : une femme, textile de Voiron. Même absence de femmes dans les autres délégations. Ma [sic] part : commentaire du rapport de Pieck. Les sept ans de l’activité de l’IC et du PCF. Unité syndicale-Front uni. Les paysans. Les Allemands avaient négligé les paysans et le FU c’est Hitler qui en a profité. Bilan de notre parti. Son attitude vis-à-vis de tous les problèmes. Partie critique. Montrer les insuffisances des autres partis. L’Huma. Qu’avons-nous fait contre la guerre ? Amsterdam-Pleyel. La déclaration de Staline a été bien accueillie dans les casernes. Travail excellent dans l’armée.

268Ordre des travaux : 25 : ouverture, 26 Pieck, 27 Varga, etc.

269En sortant du BP à l’hôpital du Kremlin. Propreté absolue. Chambres isolées pour malades. Soins parfaits. Repos, isolement. Lilite mieux, mais une semaine de soins nécessaires.

270Visite au grand magasin Universel. Affluence aussi dense que dans les grands magasins à Paris. Certains rayons envahis d’une triple haie de clients. Tous les rayons plein de marchandises, surtout du textile. Un flot de monde dépense ; des paysans en très grand nombre. Queue aux caisses qui sont lentes.

  • 33 Robert Wolfsohn, médecin, membre du PCF depuis sa fondation, militant à Levallois-Perret (Seine). S (...)
  • 34 Jacob Kalmanovitch, dit docteur Coron, né en 1898 à Paris, militant des Jeunesses socialistes puis (...)
  • 35 Pierre Rouquès, né en 1900, interne des hopitaux de Paris, au parti communiste dès 1921. Organisate (...)

271Les jeunes médecins communistes sont venus au Lux. Wolfsohn33, Coron34, Rouquès35 et 14e. Ils proposent de réunir les maires de banlieue et d’organiser un grand service intercommunal de médecine et d’hygiène. Ils auront des concours très sérieux de professeurs de la faculté. Au retour de Paris, le BP s’en occupera. Je les prie de passer à l’hôpital du Kremlin où Lilite m’a fait ce soir une impression pénible. Cheveux coupés, visage enflé. Érésipèle. Hors de son entrevue avec Staline, Romain Rolland a évoqué tous les problèmes du pacifisme, de la dictature, etc. Réponse décisive de S. qui a balayé toutes les attaques et convaincu Romain Rolland.

272Les traductions d’Engels en français.

Mardi 23 juillet 1935

273Le Troud, journal des 22 millions de syndiqués de l’Union soviétique, m’interviewe. (1 million d’exemplaires). Obarov.

274Rouquès et Kalmanovitch iront à 5 h hôpital du Kremlin.

2755 h réunion chez Piat – 6 h réunion plénière de l’Exécutif de l’IC :

  • discussion sur les résolutions à présenter
  • l’ouverture du VIIe Congrès.

276Le premier article du Goudok [Goudosk ?] est fait. Pravda : un article pour demain 12 h sur le front uni.

277Victor Serge est à Oldenburg, ce n’est pas un désert, c’est une grande ville ; il n’y manque rien. Nous songeons à le renvoyer en France.

27822, hier Lilite 39°9 – aujourd’hui 23 : 38°7 – 24 : 37°7, 25 soir 37°.

279Le 26 normal, sauf que l’appétit ne revient pas et que l’estomac est fermé.

280Le 30 Lilite se lève mais l’estomac refuse toujours la nourriture. Le 1er août le docteur-chef me dit : « Encore 3 ou 4 jours d’hôpital, après 8 à 15 jours de maison de repos. » 5 août, sortie de l’hôpital.

281La France. Entrée dans la crise en 1930. Réduction rapide de la production jusqu’au milieu de 1932. Rétablissement partiel en 1933 ; Nouvelle aggravation pendant l’année 1934.

282Les prix des produits alimentaires sont plus élevés que dans d’autres pays. C’est un grand obstacle à la réduction des prix de revient. L’endettement des paysans s’est beaucoup accru. Le budget est en déficit considérable, malgré que le fisc absorbe le tiers du revenu national. La résistance des masses, en plus réduction de salaires des fonctionnaires et réductions des dépenses pour les besoins sociaux, a causé la chute des gouvernements de gauche de 1932 à 1934.

283À ces difficultés intérieures, s’ajoute l’aggravation des antagonismes internationaux. La crise a ruiné le système de Versailles. L’hitlérisme prépare la guerre contre l’Union soviétique et la revanche contre la France. Puis la victoire du socialisme en URSS et sa politique de paix ont fait d’elle un centre d’attraction pour les pays qui n’ont pas intérêt à la guerre. L’impérialisme français a signé un traité avec elle, mais il continue de manœuvrer avec l’impérialisme anglais et allemand. Dans ces conditions les anciennes méthodes gouvernementales apparaissent comme insuffisantes à la bourgeoisie. Le 6 février 1934 a été une tentative d’établir une dictature fasciste ouverte. C’était la preuve d’une grande accentuation de la lutte entre le prolétariat et le capitalisme financier.

284Le PCF a réagi vigoureusement les 9 et 12. Il a continué à alerter la vigilance des masses. Il a réussi un large front uni. La capitulation radicale a amené au pouvoir Doumergue et les décrets-lois et la proposition de révision de la Constitution pour établir le fascisme. Doumergue ne réussit pas à amener à lui la petite bourgeoisie. Il tombe. Après Flandin fit un gouvernement avec déclaration parlementaire, mais il continue l’agression contre les intérêts des masses travailleuses. Lui aussi est tombé. Pendant ce temps le fascisme s’est bien préparé en invoquant les chutes gouvernementales, l’instabilité du pouvoir, l’impuissance parlementaire. Laval louvoie, encourage les fascistes, affaiblit le Front populaire, pratique une offensive effrénée pour rejeter le fardeau de la crise sur les travailleurs. Les communistes veulent faire payer la crise par les riches.

285La fédération de Seine, socialiste, a voté hier par 2 500 voix contre 2 000 que l’on présentera au 2e tour une liste unique de gauche antifasciste aux élections sénatoriales.

Mercredi 24 juillet 1935

286Rouquès me téléphone. Il a vu Lilite hier au soir. Il pense que l’origine de la maladie (qui est une variété d’érésipèle) est un panaris au doigt dont l’infection s’est communiquée à tout l’organisme. Il faudra inciser le panaris. Aucun danger pour un sujet résistant dont le cœur est bon. Or elle a un bon pouls. Il faut surveiller l’évolution de très près. L’impression des trois docteurs a été bonne. Ça se présente bien. Pourquoi diable avoir coupé les cheveux ? Aucune nécessité. Peut-être ici est-ce une habitude courante ?

287Les journaux soviétiques sont pleins d’articles sur le mécontentement grandissant en Allemagne contre les fascistes. Surtout ils insistent sur l’attitude des fascistes contre les catholiques menacés de l’application de la loi sur la sécurité de l’État.

288Froment, professeur de Lyon, est à Moscou à l’institut Marx-Engels. Il fait une étude sur les plans. Les plans apparaissent toujours au moment où l’Etat capitaliste est malade : on veut le sauver. Lénine a dit : « Il n’y a de possible que le plan que proposeront les ouvriers et qu’ils réaliseront quand ils seront au pouvoir. »

2892 h – Visite hôpital. Lilite mieux, 37°7, attend l’opération du panaris. Dort peu ; chambre sur la rue.

290Vobski était à Krivoï Rog (usine de fer) au moment de l’entrevue Laval-Staline. Il fit un meeting sur la situation extérieure. Il reçut 641 questions dont plusieurs : « Comment nos camarades français vont-ils recevoir cette nouvelle ? »

  • Inexactitude !
  • Incapacité d’être exact à un rendez-vous !
  • On a le temps !

291Ramette a visité une usine : ce sont de petites boîtes et ça manque de fignolage. Il y a beaucoup de coups de marteau sur les machines fines. Manœuvres spécialisés récemment.

292Les groupes de gauche de la Chambre cherchent des signatures pour la convocation du Parlement. Ils protestent contre les décrets-lois.

Jeudi 25 juillet 1935

293Schch dit : « La guerre a détruit à jamais les théories économiques de l’école libérale. »

294Éditorial de la Pravda : Salut au VIIe Congrès.

295Crise capitaliste – succès de l’Union soviétique – Victoire fasciste en Allemagne qui a encouragé le fascisme international. Fascisme = guerre. L’URSS groupe tous les partisans de la paix. Les ouvriers réalisent leur front uni : Espagne, Autriche, France. Le front uni encourage les ouvriers à la lutte. Il prouve par ses succès en France qu’on peut arrêter le fascisme, à condition qu’on s’unisse, qu’on agisse et qu’on lutte.

296Nous, communistes, nous ne pouvons pas attendre que tous les ouvriers soient devenus des communistes. Nous ne pouvons pas attendre non plus que l’unité organique de la classe ouvrière française soit réalisée. C’est tout de suite que le fascisme et la guerre menacent. Aussi ce n’est pas l’heure des divisions. La dictature du prolétariat est plus lointaine. Aujourd’hui ce qu’il faut c’est disloquer le fascisme et reculer la guerre. Une partie des chefs socialistes combattent le FU et restent ministres de la bourgeoisie. Nous, nous voulons liquider la scission ouvrière. Sans doute il faut conserver, dans la lutte, un parti homogène d’idée et d’action pour la direction de la bataille. Nous sommes prêts à faire l’unité organique avec les socialistes français mais il faudra encore des discussions et du temps. Nous sommes pour le renversement du capitalisme et les Soviets. Mais les communistes dès aujourd’hui ne peuvent être indifférents aux formes de système gouvernemental.

297Nos préoccupations de premier plan vont aux intérêts immédiats des ouvriers qui sont liés à la démocratie ou à ce qui en subsiste encore. Nous sommes pour le droit des nations à être libres, contre le brigandage du fascisme. Donc la lutte est entre le fascisme et le communisme.

298Aujourd’hui nous avons une Internationale communiste avec des partis unifiés et puissants qui ont travaillé depuis quinze ans et ont acquis un grand crédit dans le monde. C’est cela qui domine le VIIe Congrès.

299Ouverture du VIIe Congrès (de 7 h à 11 h.).

300Près de moi à la tribune, la déléguée nègre de l’Afrique du Sud.

301Pieck – À l’appel des noms du présidium, grandes acclamations !

302Le délégué chinois (accents douloureux, déchirants et colère !). – Je salue les représentants de l’humanité affranchie. Notre vieux pays vieux de 50 000 ans est transformé en colonie. Nous ne méritons pas l’esclavage. Nous avons une armée héroïque malheureusement nous n’avons pas d’armement, mais nous sommes appuyés par toute la population et c’est pourquoi nous finirons par être victorieux. Nous nous sentons capable de vaincre l’impérialisme et notre propriété féodale. Les ouvriers et paysans chinois sont entraînés dans l’Armée rouge. Nous vous saluons, notre Armée rouge vous salue chaleureusement. Nous jurons de tendre tous nos efforts pour détruire l’impérialisme rapace. Nous avons espoir dans le prolétariat et le VIIe Congrès pour nous venir en aide.

303Dolorès Pasionaria (brune, éloquente, parle d’abondance, très peuple, très espagnole). – Nous allons ouvrir un congrès historique. Notre bourgeoisie espagnole nous réprime terriblement mais nous allons au pouvoir. Nous avons réalisé le front uni trahi par les anarchistes. L’expérience a prouvé l’incapacité de nos chefs socialistes. Nous venons dire notre fidélité inébranlable à l’Union soviétique, à Staline. Nous saluons nos morts ; aucun obstacle ne nous arrêtera.

304Le délégué des usines de Moscou (Sokolov, éloquent et vigoureux). – Je salue l’état-major de la révolution mondiale, les représentants de 65 pays, avec fierté, avec honneur. Nous pouvons vous faire ici un rapport sur nos victoires. Regardez notre ville ; elle est radicalement transformée ; elle sera la plus belle ville du monde. Nous sommes un grand pays industriel ; nous travaillons sept heures par jour. Nous avons chassé tous ceux qui voulaient nous ramener en arrière. Nous sommes avec Staline qui nous a armés pour les combattre. Nous sommes la brigade de choc de la révolution. Nous ferons tout pour vous aider. À nos frères et sœurs de partout, salut bolchevik.

305Un parachutiste (jeune, ardent). – Nous vous saluons au nom de la réserve de combat de l’Armée rouge. Au nom de millions de combattants. Nous travaillons pour l’Union soviétique et pour l’affranchissement des travailleurs du monde entier. Notre jeunesse s’élance au travail, à la défense, à la campagne, à l’usine, à l’armée. Pourquoi ? Parce que nous sommes dirigés par le PC et le bon conducteur Staline. Nous tendrons tous nos efforts pour le travail et la défense du pays. Salut à nos frères de classe.

306Kamensava. Jeune parachutiste (ses petits bras, ses petites mains, voix douce et chaude, presque une enfant, gracieuse et énergique. Elle se tourne vers Staline pour lui dire son admiration). – Nous sommes les komsomols, filles des bolcheviks. Ô, frères de classe, nous suivons vos luttes. Nous sommes heureuses des victoires de l’Armée rouge chinoise. Nous sommes tous des combattants du même combat. Nous, parachutistes, nous apprenons à avoir du courage et du sang-froid ; quand nous nous élançons à 5 000 mètres, on se laisse glisser, à mesure que le terre se fait plus grande, présence d’esprit, école de courage. Nous sommes fières d’être bolcheviks, c’est le bolchevisme qui nous a appris à monter toujours plus haut. Nous travaillons à la défense de la patrie soviétique ; nous ne la livrerons à personne ; nous renforçons la flotte aérienne. Si l’ennemi attaque, nous le frapperons d’un coup mortel. Nous jurons de défendre la révolution prolétarienne mondiale.

307Les pionniers. Ils saluent Staline. (Un tout jeune lui adresse la parole en riant, avec assurance).

308Nous sommes les enfants heureux de l’Union soviétique. Staline est le meilleur ami des enfants du monde entier. Nous avons avons des soins, des écoles, une culture. Nous devenons des ingénieurs, des techniciens, des savants. Nous avons toutes les possibilités. Nous apprenons à travailler pour les prolétaires du monde entier. Nous nous préparons à remplacer les combattants nos aînés.

309Je réponds au nom du congrès aux ouvriers, aux parachutistes, aux pionniers. Ercoli salue Staline, chef aimé, et tout le prolétariat.

310La musique militaire avec trompettes. Défilés impeccables et puissants . Atmosphère chaude et enthousiaste.

311L’hommage à Staline, unanime, vibrant.

Vendredi 26 juillet 1935

312Servet, Lux 132. Déjeuner : deux œufs, beurre, caviar, café au lait.

313À 11 h au congrès Pieck.

314Stassova, Vassiliev, Valevsky, Julius, Voline, Sokolinkov, Kohn qui s’était sous le tsarisme déguisé en gendarme et avait sorti de la prison 16 condamnés à mort qui s’évadèrent.

315Rouquès me téléphone pour demander des nouvelles.

316Pieck. Les sociaux-démocrates avaient cru à la prospérité d’où les gouvernements de collaboration. On croyait que le capitalisme allait se transformer, que la technique allait l’aider et qu’on s’éloignait de la révolution. Staline a opposé à ça qu’un seul pays pouvait faire le socialisme comme Lénine l’avait dit ; il n’y a pas de développement tranquille car la production augmente et les marchés se ferment ; ça c’est la crise et c’est la guerre. C’est-à-dire que les réformistes avaient tort. L’Internationale communiste a donné les mots d’ordre justes.

317L’action de l’exécutif en six ans – son bilan. La conception de l’exposé des rapports dans le congrès, c’est qu’il faut tout dire. Alors c’est long ; le sujet est épuisé après le rapport. La photo de la Pravda a dû être faite pour répondre à la campagne de la droite française. Elle disait que Staline nous avait désavoués. La Pravda répond. La Pravda a groupé les Français autour de Staline. La photo est une construction, c’est une volonté politique. De même les grandes ovations de hier au congrès, à la séance d’ouverture.

318Le PCF tiendra son congrès en décembre, à ce moment il aura 100 000 membres, autant que le parti socialiste.

319Hier, à la séance d’ouverture, les jeunes on tenu toute la place. Un jeune ouvrier, un jeune parachutiste, une jeune parachutiste, des pionniers. Leur langage était un langage de victoire, de succès ; autrefois c’était un ton moins joyeux, moins assuré de l’avenir.

320Barbusse arrive à Moscou.

32112 000 pionniers en France. 40 000 membres de la FSGT en France. On prépare en France une fédération populaire de l’enfance. 1 200 cellules de jeunes en France.

322Kroupskaïa me dit qu’elle a apprécié hier ce que j’ai dit des jeunes en URSS. Elle s’occupe essentiellement des jeunes ici. Et elle me dit qu’ils ne comprennent pas ce qui se passe chez les jeunes dans les pays capitalistes.

323Pourquoi les jeunes allemands se laissent-ils entraîner par le fascisme ? Pourquoi les jeunes en France se laissent-ils gagner par la démocratie bourgeoise ? Ils ne réalisent pas du tout ce qui se passe en régime capitaliste.

324Le rapport Pieck long et morne ; il eût mieux valu l’écrire, le distribuer et dans un discours d’une heure et demie en faire valoir les points essentiels : Staline veut aller aux masses ! Il a réfuté excellemment cette idée : « Que le syndicat est réformiste, c’est l’école du capitalisme. » Cette affirmation est d’un sectarisme absurde.

325Choura ! Frida !

Samedi 27 juillet 1935

326Coup de téléphone d’Yvonne Sadoul. Elle vient d’arriver.

327Intervention au congrès de 8 à 10 h.

328Barbusse très préoccupé d’Annette. Il me dit qu’on a tiré Staline à 15 000. On s’en tient là. Quand on le demande dans les librairies, la librairie dit : « Je n’en ai plus, mais il y a celui de M. Souvarine ! »

329Soins à l’hôpital pour Lilite : deux gardes-malades se relayent en permanence. L’une est la femme d’un professeur de physique à l’université. Le mieux est sensible. L’infection disparaît. Que de purges !! Quand pourra-t-on se lever ? Quand sera-t-on guéri ? Demain ! Stolko ! Stolko ! Bientôt !

330Campbell : The next speaker will be... comrade...

331Luxembourg. 31 hauts fourneaux qui fournissent l’Allemagne en acier. Le gouvernement luxembourgeois est lié avec Hitler. Les fascistes y font librement leur propagande et même des manœuvres militaires. Hitler occupera le Luxembourg en temps de guerre.

332Trouvé dans les couloirs un délégué de New York qui était dans l’ancien PS américain avec Lilite et voudrait la revoir.

Dimanche 28 juillet 1935

333« La grande utilité de votre intervention, c’est que vous avez montré aux camarades étrangers comment il faut s’y prendre pour appliquer le front uni. Avec quels éléments humains il a réussi. Le ton qu’il faut prendre. C’était une leçon de choses. »

334La délégation soviétique a surtout apprécié le chapitre sur les rapports entre la France et l’URSS ; grande émotion à cette évocation. La Pravda (Valetsky) publiera les deux-tiers du discours. Et c’est aussi le résumé qui en paraîtra dans l’Huma. Quant à l’Imprecor, Julius n’insérera rien sans me le montrer. C’est lui qui a envoyé le premier résumé très bref à l’Huma.

335Les Espagnols disaient : ils vont applaudir comme pour Staline.

336Nicolas. Pour l’expédition des dépêches à l’Huma, la conception est : on enverra à tous les journaux indistinctement la même dépêche, énorme, massive. C’est Knorine qui dirige l’opération. Nicolas se propose pour au moins envoyer un chapeau quotidien. Le discours de Pieck a été envoyé en une vingtaine de pages. Ketty Pohl rédactrice à Communiste de Kiev (380 000 exemplaires) me demande un article pour son journal. Accordé. Journal du CC du PC de l’Ukraine. Elle m’invite à aller à Kiev (dix-neuf heures de Moscou). Le camarade Postchef qui dirige Kiev est très sympathique. Le camarade de Kounzevo m’explique que si nous ne voyons pas d’hommes dans les champs à Kounzevo, c’est qu’ils travaillent à l’usine de cuir voisine. Quant aux femmes du kolkhoze, elles ont une vache et un cochon ; avec le salaire du mari, elles vivent et elles ne sont pas désireuses d’aller sarcler. Elles ne veulent pas travailler la terre. En Ukraine, les kolkhozes sont très développés. Beaucoup de femmes sont les dirigeants du travail et elles sont dévouées et actives. On observe depuis ces dernières années une véritable transformation de l’esprit paysan, qui devient un kolkhozien convaincu et a renoncé au sentiment de petit paysan privé pauvre. La terre est très bien cultivée en Ukraine.

337Le plan financier communiste :

  • Prélèvement sur les grosses fortunes au-dessus de 400 000 F. Il rapporterait 20 milliards pour financer de grands travaux.
  • Impôt unique progressif sur le revenu rapportant 12 à 15 milliards par an.
  • Transformation de la Banque de France en banque d’État. Les banques privées seraient contrôlées. Les changes seraient monopoles d’État.
  • Désarmement des ligues fascistes.
  • 36 Kazuo Fukumoto, né le 4 juillet 1894, était un économiste et théoricien communiste qui élabora les (...)
  • 37 Hitoshi Yamakawa, né le 20 décembre 1880, un des fondateurs du PCJ, s’était vu vivement critiquer s (...)

338Parti communiste au Japon. Les socialistes japonais déclarent que la dictature du prolétariat est possible sous le régime du Mikado. Le Mikado incarne l’unité de la nation. Dans le PC Fukumoto36, intellectuel, ne voulait dans le parti que les marxistes purs, Yamakava37 voulait faire de l’ouvriérisme aidé par les libéraux japonais. Le PC s’est constitué en dehors de ces déviations, en 1929. Il fut en 1930 l’objet d’une répression sévère. En 1937, il fait effort pour se bolcheviser. Il a dénoncé la politique impérialiste de son gouvernement, dans le Sekki (le Drapeau rouge). Il a réclamé le refus de l’impôt pour la guerre, le refus du service militaire. Il a protesté contre l’occupation de la Mandchourie et de la Mongolie en souhaitant la défaite de l’impérialisme japonais. En 1931, on a arrêté 1 500 personnes. Le 1er août le PC organisa des grèves. Le lendemain de l’occupation de Moukden, il protesta violemment contre le pillage et le brigandage de la Mandchourie. Tracts, meetings chez les ouvriers et les paysans. Début 1932, la propagande communiste eut du succès lors de l’occupation de Shanghai ; manifestation de soldats, refus de tirer. En automne 1932, arrestations en masse. En 1933, le Sekki proteste contre la spoliation de l’Est chinois. Il mène la campagne près des soldats et des marins. Le Sekki paraît tous les six jours. Pendant les grèves, les grévistes appuient les revendications des soldats. Les communistes protestent contre les collectes en faveur de la guerre. Ils font des réunions dans les usines contre la guerre. Ils font le 1er août, dans les rues, des manifestations, tracts, etc. Les mots d’ordre contre la guerre de Mandchourie sont le fond de la propagande du PC. Solidarité avec l’Union soviétique. Les paysans sont malheureux. De 1928 à 1933 ont été arrêtées 34 629 personnes. Mouvement gréviste, 100 00 grévistes en 1933. Front unique des ouvriers communistes et socialistes malgré l’opposition des bonzes, mais le travail dans les syndicats réformistes est faible, et aussi parmi les chômeurs. La crise révolutionnaire mûrit au Japon. Pour la reculer, le gouvernement a engagé la guerre Mandchourie-Chine. Il se fait quelques journaux d’usines, des journaux de soldats, de paysans. Il combat le socialisme qui est pour la guerre et chauvin. La répression s’accroît ; les provocations sont nombreuses. Début 1934, 736 personnes furent arrêtées à Tokyo. La presse japonaise mène une campagne très violente contre le communisme. Les luttes sont intenses à l’intérieur du PC du Japon. Malgré toutes ces faiblesses, la presse bourgeoise annonce que les organisations communistes persistent dans les usines. Le Sekki, qui avait cessé de paraître, a de nouveau été répandu en 1935 ; il continue à poursuivre la campagne contre la guerre. Les journaux de Tokyo annoncent que le gouvernement augmente les crédits contre le communisme ; car les communistes et leurs sympathisants sont aujourd’hui plus de 52 000, surtout chez les paysans.

Lundi 29 juillet 1935

339Pravda : l’Huma et le Parti fêtent le premier anniversaire du pacte d’unité d’action. Blum dit : « L’unité a battu le fascisme et a préparé l’unité des syndicats. »

340Le journal officiel nazi constate que le fascisme italien se rapproche de la théorie raciste du national-socialisme allemand : « Cela peut-être le point de départ de nouvelles formes de collaboration entre Etats, sur la reconnaissance du droit vital des peuples et des lois éternelles de leur vie. » C’est-à-dire : que l’Italie occupe l’Abyssinie et que l’Allemagne occupe l’Autriche. L’Abyssinie n’a pas d’armes ; elle n’a pas d’argent pour en acheter.

341Unité syndicale. 1°) Problème de fractions résolu.

3422°) La question de la RP sera résolue par les congrès syndicaux auxquels elle sera soumise.

3433°) Dans la prochaine réunion on discutera la question des questions internationales.

344Le camarade ukrainien compare la prospérité de l’Ukraine soviétique à l’Ukraine occidentale misérable.

345Rapporteur Popov : L’industrie lourde a triplé. L’industrie légère a quadruplé. L’alimentation deux fois et demie La défense de l’Union soviétique croît en même temps dans l’Ukraine soviétique. L’agriculture en Ukraine soviétique ; transformation en culture collective ; bataille acharnée. Que n’a-t-on pas écrit dans la presse étrangère ! 1er juillet 1928 : 2,5 % de l’agriculture collectivisée, 1erjuillet 1935 86 % de l’agriculture collectivisée. Augmentation 2 millions d’hectares travaillés. 44 000 tracteurs, 6 000 combinés ; augmentation de la production des céréales deux fois plus. Le paysan individuel est rare à rencontrer. Ce sera bientôt un objet pour touristes. Ukraine industrielle et kolkhozienne. Nous allons avoir une grande récolte, plus grande qu’en 1934.

3463 700 000 enfants ont étudié dans nos écoles et nous conservons toute la culture ukrainienne : elle est éteinte en Ukraine polonaise. Nous avons transformé Kiev en une ville exemplaire bolchevique et aussi toute la région. Cela n’a pas été sans lutte de classe acharnée contre les koulaks ukrainiens aidés par les contre-révolutionnaires polonais, par les nationalistes ukrainiens qui étaient dans nos rangs.

347Le VIIe Congrès. Les journaux étrangers citent Pieck : « Il faudra soutenir la lutte des petits États pour leur indépendance nationale contre les atteintes du fascisme allemand. » On dit : « Les communistes du monde entier soutiennent la démocratie européenne contre l’Allemagne fasciste. » La IIIe Internationale avec ses 67 sections est aujourd’hui la seule Internationale dans le monde, la seule Internationale vivante de lutte, le point de rassemblement des meilleures forces du mouvement révolutionnaire de tous les pays.

348De grands meetings se tiennent en Union soviétique pour saluer le VIIe Congrès.

349Visite à l’usine 95, préparation du métal pour aéroplanes, 5 000 ouvriers.

350Meeting plein air. Les secrétaires du PC à l’usine, du Rayon, des JC parlent : « Nous travaillons avec courage pour la défense de l’Union soviétique. Nous pensons que notre pays est invincible. Nous souhaitons que le VIIe Congrès fournisse la méthode à tous les prolétaires pour battre le fascisme. Nous connaissons les succès du PC français. » Ce ne sont que des jeunes gens. L’usine en pleine campagne, toute neuve ; outillage excellent et moderne ; fours électriques et laminoirs ; plaques d’aluminium pour ailes d’aéroplanes et tuyaux d’aluminium ; autant de femmes que d’hommes à l’usine. Maisons ouvrières modernes. Le personnel a été recruté parmi les jeunes paysans des alentours. Des jeunes filles commencent, là aussi, à devenir coquettes. Beaucoup sont ingénieurs ; beaucoup d’anciens ouvriers ingénieurs. Usine au milieu d’une campagne verte, des fleurs et des arbres.

351Le 1er août, rapport Dimitrov !

352Au présidium, quand Piat propose de limiter le temps de parole et le nombre des orateurs, protestation.

  1. Les petits pays doivent pouvoir parler.
  2. Nous venons de l’Afrique du Sud, de l’Arabie, il faut que nous ayons le temps de dire ce qu’on nous a chargé de rapporter ici.

Mardi 30 juillet 1935

353Le communisme dans l’Afrique du Sud. Pas de cadres. Répression intense. L’IC donne le mot d’ordre : lutte pour la République indigène indépendante. Bunting, ancien secrétaire du PC, avocat bourgeois refuse de répandre ce mot d’ordre. Il est exclu pour avoir refusé d’organiser les travailleurs indigènes, décembre 1930. Nzoula le remplace. En Afrique du Sud, quatre années de crise, la réduction des salaires indigènes et blancs, la chute des prix agricoles ont aggravé le sort des travailleurs. En 1934, le boom de l’or a déterminé une reprise de l’activité économique. De plus le prix de la laine a renchéri. L’Afrique du Sud est donc passée au stade de la dépression particulière. Cette amélioration n’a pas profité aux ouvriers blancs, pauvres, d’origine européenne, ni aux paysans fermiers. Quant aux masses nègres, elles sont privées de tout droit. Il y a une grande offensive contre les ouvriers et paysans. Les propriétaires de mines ont fait d’énormes bénéfices ; aussi la haine est grande contre les exploiteurs anglo-boers. Il y a un problème des passeports. Il y a un mouvement gréviste à Newcastle, Johannesburg, dans les mines de Sub Nigel, dans les compunds (camps) d’indigènes. Le parti a un journal hebdomadaire, le Umsebenzi ; il y a une jeunesse communiste, quelques organisations sportives. Il y a trois comités provinciaux : Johannesburg, Le Cap, Durban. Pas de cellules d’usines. Organisation faible. Influence sur les masses des indigènes croissantes. Trois organisations grandissent : Secours rouge, Amis de l’URSS ; Club ouvrier juif. Comités d’action dans les villages nègres contre le lynchage, le boycott des nègres contre le fascisme. 10 000 chômeurs à Johannesburg ; on leur distribue de la bouillie de maïs. Il y a eu des marches de la faim. Comités de chômeurs ; quelques syndicats révolutionnaires médiocres.

354À la porte d’une église, un petit corbillard blanc. J’entre. Le pope dit les prières : ils sont deux plus un assistant ; ils sont revêtus de leurs vêtements sacerdotaux fanés et usés. Le pope embrasse le visage de l’enfant qui est exposé dans sa bière ouverte. Chants derrière l’autel ; les chanteurs sont cachés. Le chant est superbe. Le pope se retire ; la femme avec des cris déchirants embrasse l’enfant. On l’enlève, puis les assistants (une vingtaine) viennent aussi l’embrasser avec de grandes manifestations extérieures de douleur. Donc la religion reste libre et les églises ouvertes, mais elles ne sont plus remplies de fidèles.

  • 38 Jacques Duclos, né en 1896, est alors secrétaire du Parti : il mène la campagne municipale du parti (...)
  • 39 Gaston Bergery, né en 1892, député radical depuis 1928, critiqua violemment Herriot pour sa modérat (...)
  • 40 Pierre Laval, né en 1883, est de nouveau président du Conseil quand Cachin se rend en URSS. Il a ét (...)

355Duclos38 à la Grange-aux-Belles (25 juillet). PCF. Nous avons insisté si fortement près des chefs socialistes que le front uni est fait. À Nantes et à Lyon, nous avons dit que nous étions prêts à lutter de concert avec tous ceux qui mettront au premier plan la défense des travailleurs de la ville et des champs. Dans le Front populaire, il y a des hommes qui mettaient autrefois les communistes sur le plan des fascistes. Contre le fascisme nous sommes prêts avec la droite du parti radical s’ils veulent avec nous défendre la liberté même avec boomerang. Le fascisme il faut le battre car il est l’esclavage et la guerre. Contre le fascisme nous sommes à la pointe du combat, comme les Jacobins contre les féodaux. Nous ne demandons pas aux radicaux de devenir communistes. Nous nous élevons contre certaines exigences élevées par d’aucuns pour amener la rupture avec les radicaux. Bergery39, Laval40, Doriot, les trotskystes veulent saboter le Front populaire. Nous ne le permettrons pas. Le 14 juillet a été fait le serment de rester unis pour dissoudre et désarmer les ligues fascistes. Notre Front populaire lutte pour la liberté et pour le pain des travailleurs. C’est pourquoi nous sommes contre les décrets-lois de Laval.

  • 41 Louis Lévy, né le 11 juillet 1895, journaliste au Populaire. À l’occasion du VIIe Congrès de l’IC, (...)

356L. Lévy41, Populaire, demande la disparition de la IIIe Internationale. Pourquoi ? L’IC a offert l’unité d’action à l’IOS en octobre 34. L’IOS a refusé ! Elle a la responsabilité des événements d’Allemagne et d’Autriche. L’IC a porté secours à tous les prolétariats du monde.

357Où va le Front populaire ? À l’alliance large avec les classes moyennes et les paysans qui ont conservé les traditions révolutionnaires qui ont enlevé la terre aux féodaux. Quel est son avenir ? Les socialistes parlent d’un directoire à sept têtes, d’autres, de Daladier au pouvoir. Pour nous, ce qu’il faut, c’est une autre politique que celle de Laval. Cette politique est possible dans le cadre du régime actuel. Nous sommes prêts à soutenir toutes les mesures d’un gouvernement de gauche pour sauvegarder la paix, la démocratie et à faire payer les riches. À bas les décrets-lois de misère. Il faut faire payer les riches ! Monopole des opérations de change, contrôles des banques, Banque de France, devenue banque d’État. Certains planistes pensent que cela suffirait pour éviter la Révolution. Nous ne le croyons pas. Nous sommes pour les Soviets qui exproprieront sans indemnité les gros capitalistes. Mais nous voulons tout de suite alléger les misères pour empêcher la venue du fascisme.

358Pour cela il faut encore élargir le Front populaire. Ceux des catholiques qui veulent défendre la liberté contre le fascisme peuvent venir au Front populaire, comme en Allemagne. Nous devons porter tous nos coups contre l’ennemi essentiel du moment. Laval favorise la politique d’Hitler. Tous comprennent que Laval n’est pas qualifié pour combattre l’hitlérisme. Le peuple de France a raison (comme dit Staline) d’assurer sa protection contre Hitler, mais Laval n’est pas qualifié pour assurer la sécurité du peuple, lui, l’ami de La Rocque. Il faut agir vite, car les événements n’attendent pas. Nous proposons le prélèvement sur les grosses fortunes et un impôt lourd sur le revenu. Pour cela il faut le recensement des fortunes. Il faut un an de travail. En attendant : taxe exceptionnelle sur les grosses fortunes calculée sur l’impôt des revenus déclarés ; réduction des fraudes fiscales ; emprunt gagé sur les grosses fortunes ; un fonds national de chômage ; semaine de 40 heures sans diminution de salaire ; réduction des loyers et baux. Moratoire des dettes des commerçants, paysans, artisans ; contrôle des banques ; nationalisation Banque de France. Nous appelons comme [sic] l’armée à ne pas se faire complice des fascistes. « L’armée française d’après 1989 est appelée à garantir les droits de l’homme. Les républicains comptent sur l’armée pour donner un démenti aux fascistes. L’armée est à la disposition de la nation indivisible. » Les forces nationales sont constituées pour la défense de la liberté.

359La Spartakiade au stand Dynamo, quatre heures. Stade splendide, vert de la pelouse et les costumes des sportifs. La parade – les exercices de culture physique – les athlètes, le football. Le stand est occupé par 90 000 assistants (on l’agrandit encore).

360Discours. Le secrétaire des syndicats soviétiques. Le chef de la culture physique en URSS ; le secrétaire de la JC, Mausef. « Au nom du comité central de la culture physique, au nom des syndicats ouvriers qui ont organisé cette manifestation, salut à tous, et en particulier aux délégués du VIIe Congrès !! » Nos sportifs qui vont se présenter ici sont les meilleurs de nos sportifs des usines, des bureaux, des ingénieurs, de toutes les corporations, des médecins, des instituteurs. Notre sport syndical se développe. C’est un grand mouvement de masse. Plusieurs millions de sportifs dans les syndicats soviétiques. Ceux qui vont se présenter ici sont des sportifs de choc. Nous luttons pour avoir les meilleurs sportifs du monde, pour enlever tous les records du monde. Nous voulons les préparer à la défense de la patrie soviétique. L’émulation nous a déjà donné des cadres très forts.

36130 % des sportifs de l’URSS sont communistes. Les succès du mouvement sportif en URSS sont considérables. Les syndicats ouvriers, le gouvernement, les responsables et Staline attachent au sport la plus haute importance. À la préparation de la Spartakiade ont participé des millions d’ouvriers d’usine. Chaque travailleur doit devenir un sportif actif sans quitter l’usine, le bureau, le poste d’ingénieur. À nous les meilleurs sportifs du monde ! Notre jeunesse a la tâche d’organiser la victoire du socialisme dans le monde. Vive le mouvement sportif ouvrier international !

362Nous voulons entraîner les kolkhoziens dans notre mouvement sportif. Salut combatif aux délégués du congrès !

363Puis les athlètes, hommes et femmes, splendides, défilent par usine et par ville. Les exercices ! course, saut, athlétisme, football. Les coureurs : Znamensky, Lioulko, Denissov. Les coureuses : Bikova, Chamanova de l’Institut central de culture physique de Moscou.

Mercredi 31 juillet 1935

364B. Stepanov parle pour la Roumanie – PC terreur, illégal. (Chaque délégué arrive à la tribune armé d’un volumineux discours écrit. Il lit : au bout d’une demi-heure, on l’arrête de plusieurs coups de sonnette ; mais il poursuit sa lecture qu’on écoute distraitement. Et ils sont 67 ! Et il y a des sections nationales qui convient trois orateurs à la tribune !)

  • 42 José Diaz, né en 1894, secrétaire du Parti communiste espagnol depuis 1932, s’efforça d’engager le (...)

365Pepe Diaz – sec. PC espagnol – Pepe = Joseph en espagnol42. Nous avons fait de grands progrès. Nous sommes sur le chemin de la bolchevisation de masse. En 1928, pas de PC en Espagne ; quelques groupes sectaires. En 1930 Primo Rivera s’écroule. République. Le PC ne voit pas que c’était un moment précieux pour se lier aux masses : augmentation des salaires, question nationale, la terre, l’Église, etc. Le PC se prononça contre la République. Ils dirent : « Vive les Soviets, à bas la République bourgeoise. » Les ouvriers cherchaient les communistes parce que les communistes leur donnaient des mots d’ordre. Il y avait 800 communistes en Espagne. On les battit quand ils luttaient contre la République. Les dirigeants refusèrent de suivre l’IC jusqu’en 1932. Les dirigeants se croyaient irremplaçables ; on les expulsa. Alors commença le PC en Espagne. La nouvelle direction ouvrit la discussion sur le travail du parti. Aujourd’hui nous avons 19 000 adhérents ; sur lesquels 2 000 sont emprisonnés, déportés. Il y a encore du sectarisme.

366Toutes les illusions démocratiques des ouvriers s’évanouirent quand ils virent que leurs conditions de vie économique ne changeaient pas ou peu. En 1931, 710 grèves, en 1932, 830 grèves en 1933, 1 499. En 1934 de grandes masses firent des grèves. Quand Hitler arriva au pouvoir, tous les consulats allemands furent lapidés.

367La terre aux paysans, salaires pour les ouvriers, église et hobereaux, à tout cela, le gouvernement républicain et socialiste ne répondit que par : une répression contre les communistes et les anarchistes et les ouvriers. Notre passeport était confisqué chaque jour. Les luttes politiques et économiques devinrent plus violentes. Les paysans prennent la terre, refus des impôts et refusent la rente aux propriétaires. La garde civile assassine les ouvriers agricoles. Les socialistes couvraient ces mesures. Les chômeurs attendaient du travail. Rien !

368Le parti socialiste est tombé du pouvoir en 1933. Nous avons offert le FU car la bourgeoisie était très forte. Aux élections de 1933 on offre le FU aux socialistes. Le PS dit : c’est une provocation. Les voix communistes sont des voix perdues. Résultats des élections : le PC a gagné 300 000 voix. Les réactionnaires sont élus en majorité. La réaction a commencé à agir contre la gauche. La volonté de FU était par là accrue. Des luttes armées se dressent, économiques et politiques. En décembre 1933, lutte anarcho-syndicale ; 34 grèves à Saragosse 40 jours – grève métallurgistes à Madrid, grève de solidarité avec les Asturies, 100 000 ouvriers, grèves et manifestation à Madrid [contre la concentration] de l’Escurial, grande manifestation socialiste et communiste dans les Asturies ; [grève agricole] des Asturies, un jeune communiste est tué. Grève générale et manifestation 100 000 à Madrid ; grandiose meeting de FU à Madrid 110 000. 5 octobre : grève et insurrection dans tout le pays surtout Asturies.

369Octobre – Mouvement catalan, basque, Asturies. Le front uni est à peine commencé. Nous étions encore trop faibles. Les ouvriers étaient divisés. C’est pourquoi la révolution ne réussit pas.

370Le FU était toujours considéré comme manœuvre par les chefs socialistes et anarchistes. Mais à la base, FU. Nous avons accepté d’entrer dans les alliances contre le fascisme ; dans notre PC nous donnons l’ordre de se tenir prêts à prendre le pouvoir. La bourgeoisie et les hobereaux en viennent aux violences, ils mènent le pays au fascisme, à la terreur. Le problème fondamental est donc l’union des forces de la révolution, permanente contre le fascisme. Après le 11 septembre 1934, notre CC décide l’action FU avec les socialistes : s’emparer des armes, créer les Soviets, réquisitionner les grands magasins pour les chômeurs. Nous avons voulu prendre le pouvoir. Nous savions que les socialistes du rang marchaient. Nous avons voulu ajourner le moment, pour mieux préparer le mouvement auquel vous êtes peu préparés. Nous voulions une grève générale. Mais les socialistes brusquèrent les choses, le gouvernement profite, il provoque ; alors nous avons participé partout où on a pris les armes malgré l’impréparation. Nous avons réussi dans les Asturies car nous y étions aussi forts que les socialistes. À Séville, nos amis n’ont fait qu’une grève générale pacifiste. Nous avons participé à la lutte. Au cours du mouvement la lutte a été telle que le fascisme n’a pas triomphé. Aujourd’hui la revanche se prépare.

371Les intentions des socialistes voulaient [sic] faire seulement pression sur le gouvernement. Sur la question des armes, on ne les avait distribuées qu’à Madrid, Asturies. Ce sont les socialistes qui les distribuèrent. Les socialistes ne mirent pas en action toutes leurs forces. Ils n’avaient comme mot d’ordre que le mouvement socialiste. Les paysans ne marchaient pas. Pour eux ce n’était pas la prise du pouvoir mais un changement de gouvernement. Le mouvement des Asturies est parti des socialistes. Nous sommes entrés dans le combat. Les socialistes y commandaient. Le drapeau des Soviets a flotté trois jours dans les Asturies grâce à nous. Lorsque les socialistes désertèrent, les communistes reprirent la bataille. Le prolétariat a montré son esprit d’organisation dans les Asturies ; nos morts ont gravé dans les esprits l’idée sov. À Oviedo socialistes et communistes furent admirables. Les communistes étaient en tête. Ils ont pris Oviedo (récit de la bataille). Un communiste fut nommé chef des forces rouges, de l’approvisionnement, de circulation ; un comité d’Alliance ouvrier et socialiste dirigea.

372Les communistes ont joué le rôle essentiel. À la fabrique d’armes, le comité de cellule communiste fut le chef. Mamo. Les canons bombardaient Oviedo. Nous prîmes la ville. Les mineurs à la dynamite. Le comité révolutionnaire prend des mesures pour mobiliser tous les ouvriers, transports, ravitaillement, cuisines roulantes ; les paysans ravitaillèrent en abondance. Le comité et les petits commerçants s’unirent pour distribuer les denrées. Les mouvements révolutionnaires dans les autres parties du pays déclinaient, alors le gouvernement consolida ses positions, envahit les Asturies. Le dévouement d’un jeune communiste sauva la retraite. Le général en chef de la contre-révolution fut obligé d’entrer en pourparlers avec les chefs de l’Armée rouge. Ce sont les communistes qui ont joué le rôle essentiel.

373En Catalogne, notre PC ne sut pas agir. Ils furent héroïques individuellement ; aujourd’hui nous avons augmenté notre parti. Les anarchistes ont trahi.

374En Biscaye, insurrection. Eibar – participation du communisme importante. Bilbao réformistes puissants. Ils arrêtent le mouvement ; à Madrid insurrection armée aussi. Les communistes jouent le premier rôle. Peu d’armes. Les socialistes avaient promis des armes. Elles ne vinrent pas ou peu. Nous manquâmes d’initiative, les chers socialistes refusent de provoquer la grève.

375La défaite est temporaire. Aujourd’hui nous sommes dans l’illégalité. Nous avons fait émigrer des centaines. Nous demandons la mobilisation de tous les antifascistes contre la répression. Répression féroce. État de guerre et d’alarme ; 30 000 ouvriers en prison. Cinq communistes et socialistes exécutés. Malgré nos pertes, nous avons conservé nos cadres ; nous luttons contre la terreur. Nous avons une organisation camouflée, un journal républicain, nous relevons le moral ; à Madrid, à Valence, tracts, journaux, littératures. Pendant plusieurs mois notre PC fut le seul à agir pour l’amnistie. Les grèves recommencent en Espagne dans les Asturies. Misère, chômage accrus surtout dans les campagnes. FU nous travaillons avec les socialistes, les unions du travail. Les socialistes résistent ; nous améliorons nos relations. Les droites du parti socialiste ont poussé les gauches dans les bras du PC : 200 alliances ouvrières et paysannes dans l’Espagne. Comités provinciaux, locaux, dans les entreprises, quartiers : 207 surtout en Basque. Nous avons fait un bon travail illégal en le liant à l’action légale. Nous sommes au centre de l’action ouvrière. Neuf périodiques légaux, d’autres illégaux, en tout 55 000 à 65 000 exemplaires ; l’organe central du CC 17 000 ; activité intense. 1er mai : 60 meetings, 11 manifestations ; mot d’ordre : légalité étendue.

376La révolution en Espagne suit son cours. Acuité de la crise, paysans mécontents, oranges, légumes, ouvriers agricoles misère atroce. 1 million chômeurs, chômage partiel. Nouvelle vague de grèves. Instabilité gouvernementale. Gros événements se préparent. Élections municipales en novembre. Haine du fascisme grande. Le péril fasciste est grave. La bourgeoisie regroupe ses forces ; démagogie dangereuse pour les campagnes dans la Castille, Estramadure, Andalousie. Nous travaillons peu dans les campagnes. On remplace les officiers républicains par les monarchistes. Gil Robles prépare l’armée au fascisme. Le fascisme espagnol grandit. Nous devons faire le FU. Les socialistes disent : les partis et J. socialistes, J. de gauche, enseignants CGT, parti radical socialiste, tabacs, fonctionnaires, dans l’alliance ouvrière et paysanne ; dans les associations il y a grande discussion pour savoir si on va faire le FU. Nous voulons le Front populaire antifasciste avec l’alliance ouvrière et paysanne. Jusqu’à présent il n’est pas réalisé nationalement mais localement.

  • 43 Camille Planche, né en 1893, avocat, député républicain socialiste de l’Allier, puis député sociali (...)

377Vu Planche43 et les députés anciens combattants.

378En Chine 400 000 adhérents au PC. Parti cohérent, avec bons cadres. Il lui faut moins de centralisme de bureaucratie. Il faut plus d’habilité. Nous travaillons dans les conditions les plus pénibles. Il y a des provocateurs dans le PC. Le comité central du parti communiste chinois travaillera dans le Kuomintang. Le parti communiste chinois est un des meilleurs de l’Internationale communiste.

379Discours de Pieck. La victoire du fascisme allemand a encouragé la bourgeoisie internationale. Mais la terreur et la démagogie ne suffisent plus pour le salut du capitalisme. Il faut un nouveau partage du monde. Japon – Italie – Allemagne ; c’est pourquoi le monde est en face du dilemme : fascisme ou socialisme. Il faut donc préparer une tactique qui permette l’union de tous les prolétaires contre le fascisme, contre une nouvelle guerre. Nous nous opposerons au partage de la Chine. Si l’Allemagne s’attaque à l’indépendance et à l’unité d’un des petits pays de l’Europe, la guerre des bourgeois de ces pays sera une guerre juste. Les communistes devront y prendre part.

380Les communistes luttent pour chaque pouce des libertés démocratiques avec ceux qui restent confiants dans les principes de la démocratie bourgeoise et sont prêts à défendre les restes de parlementarisme et de démocratie. Unité prolétarienne autour du PC et de Staline au prix de concessions sur la démocratie et de participation à une guerre défensive contre le fascisme. Au Praesidium, lecture de la résolution sur Pieck : « L’exécutif doit faire confiance à ses partis dans les questions d’organisation. Les partis sont forts, l’IC est solide. Que chaque parti ait son initiative propre ! »

Août

Jeudi 1er août 1935

  • 44 Jean Zyromski, né en 1890, est le leader au sein du parti socialiste SFIO de la Bataille socialiste (...)

381La note de Zyromski44 sur le programme immédiat du Front populaire contre le gouvernement Laval.

  • Il faut défendre le pain des travailleurs par l’abolition des décrets-lois ; par la rupture avec la politique de déflation ; par une action cohérente en faveur de l’augmentation de la capacité d’achat des consommateurs, travailleurs pas des salaires garantis par des conventions collectives de travail.
  • Il faut défendre les paysans en leur garantissant des prix rémunérateurs, par la création des offices publics agricoles, et le développement des coopératives de vente liées aux coopératives de consommateurs.
  • Il faut défendre les chômeurs : en créant un fonds national de chômage ; en diminuant les heures de travail ; en donnant la retraite aux hommes de plus de soixante ans ; en faisant une politique de grands travaux.
  • Il faut défendre la paix par l’assistance mutuelle, la sécurité collective, le désarmement, l’interdiction de la fabrication privée des armes, contre le militarisme, le colonialisme, la diplomatie secrète.
  • Il faut sauvegarder la liberté : par la dissolution des ligues fascistes ; la défense de l’école laïque ; la nationalisation de la Banque de France, des grands monopoles capitalistes.

382La doctoresse qui soigne Lilite me dit : « Je suis au Secours rouge. Je vais en son nom dans les usines et les écoles. Il y faut parler. » Et dans une école un jour, je fais une réunion sur la Commune. Quand j’ai fini, un gamin de dix ans répond que j’ai oublié de rappeler les fautes de la Commune et les leçons qu’il en faut tirer. Je réplique : « Je pensais que vous n’auriez pas été intéressés ! » Ils me disent « qu’ils étaient très offensés de ma réponse. »

  • 45 Litvinov, né en 1876, membre du parti social, démocrate russe depuis 1902, devenu commissaire du pe (...)

383Le Temps se demande si le Komintern prendra dans l’avenir une forme fédérative, chaque section communiste nationale jouissant de son autonomie ? Ou bien le centralisme sera-t-il plus poussé ? Les journaux allemands opposent Litvinov45 prêchant la paix à Genève et le congrès qui se déclare l’état-major de la révolution mondiale.

384Goudok – tel 4 66 40.

385Conclusion de Pieck sur le premier point. Le débat marque un grand progrès de l’IC. Le niveau des luttes et du travail du parti ; homogénéité absolue des partis. Les orateurs ont donné un tableau exact, succès ; 48 pays ont parlé ; ils se sont occupés surtout de leur pays ; pas assez critiques. M. Cachin a montré le travail du communisme français, la croissance du fascisme. Le congrès doit leur demander sur la base de leur ligne juste de renforcer encore. Les Espagnols. Leur lutte n’est pas terminée. Encore plus d’initiatives et plus d’efforts. Ils sont sur le juste chemin. Fourisci, italien, a dit : « Je suis d’accord, mais le parti italien n’a pas d’influence de masse, il ne travaille pas sur les organisations fascistes. Il reste sectaire. Tout le monde est d’accord avec l’IC mais que faire pour vaincre les difficultés et les erreurs ? » Les Indochinois : il serait faux de s’insurger ; mais il faut organiser les travailleurs d’Indochine et aller aux masses. Dans la plupart des colonies nos partis ne sont que des petits groupes. Déjà c’est bien qu’il y ait conscience de classe mais il faut la lutte quotidienne pour renforcer.

  • 46 John Ross Campbell, né en 1894, membre fondateur du PCGB, membre de son Bureau politique et du Comi (...)
  • 47 Abréviation en russe de l’Internationale communiste des jeunes (ICJ).

386Travailler dans les organisations de masse ! On en convient, mais on n’agit que peu, c’est vrai surtout pour la jeunesse ; faiblesse dans les sections et dans l’Exécutif. Très peu ont critiqué l’Exécutif. Cependant il a besoin de s’améliorer. Seul Campbell46 a critiqué l’Exécutif. Nous l’en remercions. Sa critique du travail syndical de l’Exécutif cependant est fausse. Nous n’avons pas expurgé les fautes sectaires. Au contraire. Les plénums ont blâmé le sectarisme en Angleterre. Browder se plaint que le rapport n’ait pas parlé des jeunes. C’est juste. Notre travail des jeunes est des plus importants. Aux États-Unis les jeunes ont progressé. Le Kim47 est sectaire. Le Kim est lié à l’Exécutif donc l’Exécutif est coupable. Certaines formulations sont insuffisantes. Succès de la section des États-Unis ; ils sont réels, mais ils sont très insuffisants par rapport aux événements surtout parmi les paysans.

  • 48 Molotov, Viatcheslav Mikhaïlovitch, né en 1890, était depuis 1930 président du Conseil des commissa (...)

387Pour avoir mal renseigné sur les événements extérieurs nous avons été étonnés de l’entrée à la Société des Nations. Une interview de Staline à Duranty avait annoncé que nous entrerions à la Société des Nations répond Pieck. Molotov48 aussi avait parlé de l’Union soviétique et de ses rapports avec les pays capitalistes. Il avait parlé du développement des liaisons avec la France très clairement en 1932. Les liaisons avec les sections seront plus fortes désormais. Restent les tâches : Les Chinois : ils ont montré ce qu’il fallait faire dans les colonies.

388Les orateurs ont montré trop de satisfaction d’eux-mêmes. Le travail de la JC est très faible. C’est notre point faible. La direction du Kim ne comprend pas assez ce qu’est le travail de masse. Elle a blâmé la JC française lorsque celle-ci a fait son premier pas vers les masses. Il faut que cette résolution se rapporte exclusivement à la tactique.

Vendredi 2 août 1935

389Les Izvestia annoncent que l’intervention du congrès du camarade Cachin a été tirée en brochure (100 000 exemplaires) – Valevski, traducteur.

  • 49 Georgi Dimitrov, né en 1882, communiste bulgare, arrêté en Alemagne en 1933 alors qu’il s’occupait (...)

390Dimitrov49. Dès le VIe Congrès, l’IC vous a avisé que le prolétariat était menacé du fascisme partout. Dans la crise, le fascisme a passé à une large offensive. Mesures exceptionnelles de spoliation, guerre pour prévenir la révolution. Le capitalisme veut asservir les peuples faibles et partager à nouveau le monde. Pour cela il a besoin du fascisme. Il veut écraser l’Union soviétique et le prolétariat.

  • 50 Otto Bauer, né à 1881, mort à Paris en 1938. Dirigeant de la social-démocratie autrichienne et lead (...)

391En Allemagne, dictature fasciste. Sa victoire montre la faiblesse du prolétariat démoralisé par la collaboration de classe de la social-démocratie, et la faiblesse de la bourgeoisie qui a peur de l’unité ouvrière et de la révolution. Elle chasse le parlementarisme. Elle emploie les méthodes terroristes, repousse le pacifisme. Le fascisme (VIIIe Plénum). Le fascisme le plus répugnant est l’hitlérisme. C’est la troupe de choc de l’impérialisme international. ce n’est pas un gouvernement au-dessus des deux classes (O. Bauer)50. Ce n’est pas la petite bourgeoisie qui a pris l’État (Braidford). C’est le pouvoir du capitalisme financier lui-même contre les ouvriers, les paysans, les intellectuels qui hait les autres peuples, chauvin. Par sa démagogie sociale le fascisme a pu entraîner.

392Plusieurs formes de fascisme. Ici analyse du fascisme et du préfascisme dans les pays qui glissent au fascisme. Ce n’est pas simple. Il y a des étapes préparatoires. Il faut à ces étapes combattre vigoureusement. Les socialistes n’ont pas voulu combattre le préfascisme. Le fascisme est la bête féroce de la finance. Où est la source de l’influence du fascisme sur les masses ? Il spécule sur leurs meilleurs sentiments, sur même les sentiments révolutionnaires. Il appelle au sentiment national. Il se dit anticapitaliste. Il se dit un pouvoir honnête et incorruptible. Il est le chauvinisme bestial. Il est la réaction furieuse de la contre-révolution. Il avait fait des promesses. Il a apporté la misère. Il torture. Sa terreur ! Salut aux victimes. Nous jurons de vous libérer. Lénine nous disait : « Peut-être y aura-t-il terreur ; mais la bourgeoisie est condamnée (maladie infantile). Elle périra. » Comment le fascisme a-t-il pu vaincre ? Parce que le prolétariat est divisé, désarmé contre l’offensive de la bourgeoisie. Parce que la social-démocratie a désarmé les prolétaires en Allemagne, en Autriche, en Espagne. Parce que souvent les communistes ont sous-estimé le danger fasciste. Neumann disait : « Brüning est un fasciste, il dédaignait Hitler. »

393On pouvait arrêter le fascisme par l’unité, par la lutte, par un parti bolchevik, par une politique juste des paysans, des intellectuels, des petits bourgeois, par l’initiative du prolétariat, par la riposte quotidienne. Voilà ce que fait le prolétariat français. Le fascisme est un pouvoir précaire ? Pourquoi précaire ?

394(Dimitrov est un orateur émouvant, simple, colère contenue, familier, pas de grands mots, des faits, chaleureux, vigoureux, populaire, clair, argumenté, plein d’ardeur et de vie.)

395Il s’efforce d’aplanir les contradictions, il les aggrave, il ne peut supprimer les classes. Nous, nous effaçons les classes en Union soviétique. La haine des prolétaires grandit contre le fascisme, son autarcie, pour la guerre sape l’économie. Il tue ses partisans. Mais il ne s’écroulera pas de lui-même.

396Que serait la classe ouvrière en Espagne et en Autriche si elle n’avait pris les armes. C’est une rude école, douloureuse qui pousse à la haine et aux plus grands exploits historiques. Les leçons de l’Allemagne portent des fruits. Dans la 2e Internationale désarroi. Beaucoup de socialistes sont pour le front uni et pour la révolution ; le marxisme plus fort que jamais, alors que le fascisme devait l’abattre. Comment empêcher la venue au pouvoir du fascisme ? Comment renverser le fascisme ?

397Front uni dans chaque usine, dans chaque rayon, dans tous les pays, même ça permettra la contre-offensive. Il faut l’unité des deux Internationales. Elle attirerait les chrétiens, les anarchistes et toutes les couches du peuple et des colonies.

398On peut réaliser l’unité tout de suite. Une seule condition : contre l’offensive du fascisme, du capitalisme. Qu’objecte-t-on ? Manœuvre ! Toutes les objections tombent. Quel est le contenu du front uni ? La défense des ouvriers contre les riches, pour la démocratie, pour la paix. Grève politique de masse. Il y aura des formes diverses de front uni. Il faut des organisations au-dehors des partis, chômeurs, paysans ; il faut toucher la grande masse des inorganisés. Il faut le Front populaire. Il faut trouver dans chaque pays le point crucial. Aux États-Unis le fascisme se pose en défenseur de la Constitution ; il est faible mais il peut grandir. La victoire des fascistes américains aurait changé la situation tragiquement. Il faut, pour y lutter contre le fascisme, lutter contre les trusts, pour les assurances ouvrières, contre les impôts, pour les fermiers, pour les vétérans de la guerre. Il faut croire un parti qui ait ce programme. En Angleterre nous lutterons avec les socialistes contre le gouvernement national ; nous voulons que ce gouvernement défende les ouvriers. Résolution du 1er grand congrès communiste anglais.

399La France modèle. Que faire en France ?

400Il faut réaliser le FU sur le terrain économique, l’unité syndicale. Il faut entraîner les paysans et la petite bourgeoisie, des organes élus hors des partis sont nécessaires ; désarmer les ligues fascistes ; épurer les administrations, lutter pour les Soviets. Il faut un gouvernement antifasciste que soutiendront les communistes. Dans les pays où les fascistes sont au pouvoir ? Que faire ? Il faut désagréger le fascisme. Les Italiens communistes ont montré des miracles d’héroïsme. Nous nous inclinons mais il faut agir dans les masses en partant des faits concrets. Il y a mécontentement en Allemagne et en Italie. La base sociale du fascisme est trop diverse ; c’est sa faiblesse. Il faut être partout où sont les masses. Cf. la prise de Troie. Ils sont entrés en ville.

401La lutte antifasciste dans les pays où le gouvernement est socialiste.

  • 51 Il est à noter que la dénonciation du planisme qui s’inspirait en premier lieu de la politique du g (...)

402On peut s’entendre avec ces gouvernements même s’ils ne veulent pas le front uni. Au Danemark depuis dix ans les communistes attaquent les socialistes mais est-ce que les ouvriers sont satisfaits ? Non ! Mais les communistes ne savent pas le chemin vers les ouvriers. Il faut s’entendre avec des ouvriers socialistes pour étudier telle ou telle question (diminution des droits syndicaux, des assurances). En Suède aussi ! Norvège, 1er mai plein de promesses. Il faut de la patience, de la persévérance, obliger les socialistes à réaliser leur programme propre. De même en Tchécoslovaquie, Belgique : plan de Man. Ils ont dit sauvons les banques après nous sauverons les ouvriers. Or les banques ont reçu de l’or, mais les ouvriers ? Nous pouvons défendre tous les articles du programme de Man, pratique ouvrière et faire le front uni51.

403Unité syndicale. Les réformistes la refusent. Anglais et Belges ont envoyé des déshonorantes circulaires pour exclure les communistes. (Ils font 90 % de l’action dans les syndicats.) Notre tactique : où se trouvent les masses ouvrières. Or le point le plus volumineux de notre lutte c’est la question syndicale. Qu’est-ce qui fait la faiblesse des communistes d’Occident ? Leur rupture avec les syndicats. Il faut entrer dans tous les syndicats. Cette directive n’est pas appliquée. Aujourd’hui le fascisme a brisé les syndicats, leurs caisses, leurs assurances, leurs intérêts vitaux de classe. Les ouvriers vont aux syndicats confédérés, encore en 1935. Les communistes allemands en 1933 n’étaient pas syndiqués. Il fallait rentrer dans les organisations réformistes ; ailleurs, même chose. En France, l’unité syndicale se fera malgré les réformistes. Une seule CGT, une seule Internationale, lutte de classes. Là où il n’y a pas de syndicats rouges, qu’on entre chez les réformistes ; ailleurs unité syndicale par la fusion.

404La jeunesse. Nous ne l’avons pas entraînée derrière nous. Nous avons sous-estimé son rôle contre le fascisme. Le fascisme allemand a entraîné la jeunesse allemande. Nos JC sont sectaires. Elle copient les partis communistes. Les jeunesses ont été héroïques, mais elles ne peuvent pas arracher les jeunes aux fascistes. En France et aux États-Unis il y a FU et réunion internationale des organisations de jeunes. Il faut aller vers les jeunes où qu’ils soient ; créer des organisations antifascistes. Les femmes, les ouvrières, les paysannes, les mères de famille, on les a négligées et le fascisme les a cependant maltraitées. Il faut un programme de l’égalité des femmes. Il faut créer des organisations féminines, simples, claires.

405Le FU dans les pays coloniaux et semi-coloniaux est capital contre l’impérialisme. En Chine, où il y a des rayons soviétiques et une armée rouge, seuls les Soviets peuvent se poser pour sauver l’indépendance de la Chine. Aux Indes, les communistes doivent aider tous ceux qui attaquent les impérialismes, quels qu’ils soient. Les Chinois communistes doivent faire front uni avec tous les Chinois qui veulent libérer leur peuple. Nous les saluons chaleureusement.

406Nous nous sommes orientés vers le FU avec toutes ses conséquences. Sommes-nous prêts à un gouvernement de FU ? Nous disons oui. Il peut se produire un gouvernement de front populaire antifasciste qui sera nécessaire dans l’intérêt du prolétariat. Nous nous prononcerons sans hésiter pour un tel gouvernement. Je ne parle pas du gouvernement d’après la victoire de la révolution. Dans un pays il n’est pas impossible que se fasse un gouvernement soviétique. Les bolcheviks après Octobre ont fait entrer dans le gouvernement des socialistes de gauche. Il ne s’agit pas d’un cas de ce genre, mais d’un gouvernement de front uni qui serait un tel gouvernement. C’est un gouvernement de lutte antifasciste à la suite du mouvement de front uni ne limitant pas l’action du PC, mais prenant des mesures énergiques contre les magnats et leurs agents fascistes. Le parti communiste peut prendre l’initiative de la formation d’un gouvernement sur une plate-forme gouvernementale. Est-ce que les représentants du PC entreront ou non dans le gouvernement ? Question secondaire ; dans les deux cas le soutien sera actif.

407Dans quelles conditions objectives se fera un tel gouvernement ? Lorsque les classes dominantes ne peuvent plus gouverner. En présence de prémisses bien déterminées, l’appareil de l’État bourgeois est paralysé et ne peut lutter contre la réaction et les syndicats se lèvent contre la réaction. La différenciation et la radicalisation des socialistes ont poussé à prendre des mesures révolutionnaires et énergiques. Dans quel pays et à quel moment ? On ne peut le dire. Cette perspective est possible dans tous les pays capitalistes. Il faut y orienter le PC et les classes ouvrières. Le fait que nous posons ce problème, c’est qu’il y a une situation particulière du FU et des faits politiques.

408À notre IVe Congrès, 1922, Ve, 1924, on a discuté sur le gouvernement ouvrier et paysan. C’était notre question. Les décisions d’alors sont périmées, aujourd’hui la situation est plus mûre. Les fautes d’alors sont actuelles. Quelles sont les fautes ?

409La première erreur : le gouvernement ouvrier n’était pas lié à une crise politique. Les opposants de droite ont interprété ainsi : il faut assister un gouvernement appuyé par le PC normalement. Les gauchistes ne voyaient le gouvernement qu’après le renversement bourgeois. Aujourd’hui il faut considérer les conditions concrètes de la crise politique.

410Deuxième erreur : le gouvernement ouvrier n’était pas né avec un mouvement combatif de FU. Ce n’est pas un bloc parlementaire avec les socialistes. Les gauchistes disaient : rien à faire avec les socialistes. Maintenant nous ne tenons pas à un gouvernement socialiste élargi. Nous préférons renoncer au nom de gouvernement ouvrier mais gouvernement de front uni, c’est-à-dire quelque chose de différent avec les gouvernements prétendus ouvriers des socialistes. Un tel gouvernement socialiste ouvrier est fait pour maintenir le FU. Ici il faut un gouvernement de lutte contre le fascisme et la réaction. Ce sont deux choses radicalement différentes. D’autre part nous insistons sur la nécessité de voir la différence entre les deux camps de la social-démocratie : il y a un camp réactionnaire ; il y a des socialistes de gauche qui se révoltent. Ils se détruisent par leur attitude vis-à-vis du FU. Les socialistes de gauche renforcent le FU de luttes antifascistes ; le FU sera un moteur constant pour le gouvernement de FU ; à la base il y aura FU large nombreux en ville et à la campagne. Impossible ici de le [ill.].

411Troisième erreur : politique prestige du gouvernement ouvrier. Droite il faut rester dans la démocratie bourgeoise ; gauche, il faut renoncer à tout gouvernement de FU. En 1923 on a vu en Saxe la pratique du gouvernement de droite. On pouvait entrer au gouvernement. Mais ne participant au gouvernement, il fallait que les communistes arment le prolétariat ; ils ne l’ont pas fait. Ils n’ont pas réquisitionné un seul appartement de bourgeois ; malgré que les ouvriers étaient sans abri. Ils se sont conduits comme des semi-parlementaires vulgaires. Ce gouvernement est classique pour montrer ce qu’on ne doit pas faire. Chaque gouvernement de FU aura une politique différente. Changements révolutionnaires radicaux. Contrôle des banques ; milice ouvrière armée. Recherche des formes pour nous rapprocher de la révolution prolétarienne. Peut-être que le gouvernement du FU dans un certain nombre de pays sera une forme transitoire importante. Les gauchistes bornés ne se sont pas occupés des formes de transition, mais de but. Les oppositions de droite ont tenté de faire une démocratie intermédiaire entre la bourgeoisie et le prolétariat ; promenade pacifique d’une dictature à l’autre. Cela est fictif. C’est une escroquerie.

412Il faut une approche vers la révolution prolétarienne, mais non une quelconque transition. Pourquoi Lénine attachait-il tant d’importance à la transition ? C’est que la propagande ne suffit pas. Il faut une expérience politique des masses pour la lutte pour le pouvoir. La faute gauchiste c’est : il suffit de parler d’insurrection pour que les masses suivent. Mais les masses ne suivent pas (Espagne). C’est pour aider les masses à comprendre, que des formes d’approche sont nécessaires. Cela dissipe les illusions. C’est pourquoi nous retenons la possibilité de créer d’abord un gouvernement de FU antifasciste dans la mesure où un gouvernement luttera vraiment contre l’ennemi du peuple. Mais nous disons : « Ce gouvernement n’est pas définitif, il ne peut pas faire la révolution ; seul le pouvoir soviétique peut tout sauver. »

413En examinant la situation actuelle on peut voir les crises politiques naître. C’est ce qui détermine notre congrès. Nos PC sauront utiliser ce gouvernement pour un pas vers un gouvernement ouvrier. Un des côtés les plus faibles de la lutte antifasciste des communistes c’est qu’ils ne résistent pas à la démagogie fasciste. Ils traitent avec mépris la lutte contre l’idéologie fasciste. On croit que ces folies ne gagneront pas les masses. La décomposition du capitalisme a pénétré dans le cœur du capitalisme et les masses aussi récompensées sont atteintes de la contagion. Il faut développer l’argumentation simple et claire, populaire. Les fascistes renversent les rôles de chaque pays pour se dire les héritiers de la nation.

414En Allemagne des falsifications de l’histoire allemande pour aider le fascisme. Tous les grands Allemands sont représentés comme les prédécesseurs d’Hitler, Mussolini, Garibaldi. Les fascistes français Jeanne d’Arc. États-Unis, Lincoln. Les communistes qui ne font rien pour dire la vraie histoire de leur peuple et ne rattachent pas à tout le passé ont tort ! Tout ce passé nous est commun. Nous ne sommes pas étroits, ouvriéristes, bornés. Nous sommes les responsables de la plus grande classe moderne devenue dirigeante. Nous défendons toutes les couches exploitées, c’est-à-dire la majorité écrasante du peuple. Adversaire du nationalisme mais non du nihilisme national. Internationale prolétarienne, il ne faut pas se moquer du sentiment national des peuples. Lénine a toujours combattu le nationalisme bourgeois. La fierté nationale 1914 : « Nous ne sommes pas étrangers à notre langue et notre patrie. Nous souffrons de voir souffrir notre admirable pays. Nous sommes fiers des sentiments révolutionnaires de nos aînés. C’est pour cela que nous haïssons notre présent esclave. » Je n’ai pas eu peur de relever l’insulte de barbare au peuple bulgare à Leipzig. Je suis fier d’être fils du prolétariat héroïque bulgare. L’internationalisme doit pousser ses racines dans le sol national. Nationalisme et internationalisme peuvent être défendus ensemble. Il faut prouver aux masses que sous prétexte de sauver la nation, la bourgeoisie essaye de réprimer les autres pays. Le prolétariat est le seul champion de la libre indépendance des peuples. Vouloir débarrasser son pays de ses exploiteurs ce n’est pas rabaisser la nation c’est l’élever. Le prolétariat révolutionnaire veut relever la culture du peuple contre le fascisme bestial. La révolution seule pourra relever la culture populaire, nationale et socialiste comme dans l’Union soviétique. L’intérêt prolétarien n’est pas en contradiction avec la liberté de chaque peuple, au contraire. Seulement en union étroite avec l’URSS le prolétariat des pays capitalistes et coloniaux seront libérés (Marx).

415Si nous allons agir dans cet esprit que nous sommes libérés du nationalisme bourgeois et partisans de la liberté, nous battrons l’idéologie fasciste. Voilà pourquoi la politique léniniste-staliniste est nécessaire. L’importance du PC croît dans le FU ; il est le moteur, le promoteur. Le PC ne peut soulever les masses contre le fascisme qu’en appliquant sa tactique marxiste en tenant compte des chose concrètes. Entre le VIe et le VIIe Congrès, les PC se sont développés mais ce n’est pas suffisant. Des tâches nouvelles, complexes sont devant nous. Il nous faut des PC cohérents ; il faut une force dirigeante, un solide parti révolutionnaire prolétarien. Lorsque nous faisons effort pour le FU ce n’est pas pour le recrutement étroit de nouveaux membres du PC mais nous devons accroître nos efforts justement pour consolider le FU. Ce n’est pas une entente étroite de parti. La cohésion, la combativité du PC apporte à la classe ouvrière entière. Nous marchons avec les socialistes mais nous luttons contre la société. Dans le FU nous nous heurtons dans nos rangs à des obstacles ; il y a des tendances opportunistes, légalistes, il y a eu des expulsions. La lutte contre le sectarisme n’a pas été assez forte. Maladie infantile ; il faut s’en guérir aujourd’hui ; c’est l’insuffisance sectaire qui empêche les communistes d’agir pour le FU. Sectarisme, détachement de la vie des masses, schémas, clichés, qui pense tout savoir ? il n’y a pas d’obstacle suffisant. Or la direction de la classe ouvrière par le PC il faut la conquérir, la mériter, la gagner. Ce sera fait si dans la pratique nous sommes avec les masses, si nous apprécions de sang-froid, si nous avons la confiance des ouvriers. Pas à pas nous pouvons aller aux masses. Ce qu’il faut c’est ne pas croire que les choses périmées pour nous le sont pour la masse. Il y a aujourd’hui chez nous des gens qui ne voient que des dangers dans le FU. C’est de l’impuissance devant les difficultés de la lutte des masses ; on surestime le rythme du révolutionnarisme des masses, on traite durement les masses comme les chefs sans tenir compte des nécessités, on dédaigne le travail chez les réformistes. Les sectaires ont été l’obstacle à la formation des cadres. Le sectarisme a ralenti le communisme, il a empêché la politique des masses. Il faut vaincre cet esprit infatué. Il ne faut pas non plus aller à droite, devenir socialiste. Le FU est la manière de montrer que nous avons raison et non de devenir social-démocrate, légaliste, spontané. Il faut que le PC unisse le principe avec un maximum de liaison avec les masses.

416Le développement du FU pose le problème de l’unité politique. Il faut une direction politique unique. Il faut un travail obstiné, long ; il faut prendre l’initiative. C’est notre tâche. La création d’un seul parti n’est possible que si il y a :

  1. L’indépendance vis-à-vis de la bourgeoisie, des trusts économiques, du bloc cartel ;
  2. Réduction de l’unité d’action – unité de vue sur les moyens d’action ; c’est une étape ;
  3. Nécessité de la dictature des Soviets ;
  4. Plus de soutien de la bourgeoisie dans la guerre impérialiste, brigandage ;
  5. Centralisme démocratique. Unité de volonté contre l’appareil d’État.

417Il faut renverser violemment la bourgeoisie et établir la dictature. C’est la leçon d’Octobre, dictature de la majorité sur la minorité. Il faut des Soviets paysans, ouvriers, soldats. Le parti bolchevik a fait ses preuves. Le parti unique doit être un parti de combat, expérimenté, souple.

418Nous sommes prêts à la collaboration avec les socialistes du FU mais nous combattrons les démagogies de gauche qui veulent créer une nouvelle internationale et scinder la classe ouvrière. Tendance de plus en plus grande des ouvriers socialistes pour le FU. L’IC est prête à entrer en pourparlers avec la IIe Internationale contre le fascisme et la guerre. Nous avons considéré les changements depuis le VIe Congrès ; nous avons posé les questions d’une façon nouvelle : le front uni. Des raisonneurs croient voir un tournant vers la droite quoi ? Une poule affamée rêve de millet. Qu’ils le croient ! Cela nous intéresse très peu. L’important c’est que notre PC et les masses nous comprennent. Nous ne serions pas marxistes si nous ne modifions pas la tactique selon les changements dans le mouvement ouvrier mondial ; si nous ne tirions pas parti de l’expérience des masses. Il faut que les PC agissent comme les partis de la vie ouvrière, qu’ils soient de classe.

419Pas de schématisation, du concret à chaque moment donné et dans les lieux donnés. Nous voulons prendre en considération les problèmes concrets pour les résoudre ; pas d’isolement de l’avant-garde révolutionnaire. Il faut entraîner les masses, les amener à la révolution en s’appuyant sur leurs besoins et leur expérience. Nous voulons combiner l’héroïsme des communistes allemands, espagnols, etc., avec le réalisme ; pas des scolastiques. Les problèmes sont compliqués, il faut de la théorie vivante, il faut que nos partis tirent tout de leur expérience ; il leur faut naviguer sur les vagues et non pas observer les vagues de la rive.

420L’armée révolutionnaire de millions de prolétaires dirigés par Staline remplira sa mission historique.

421Le premier point à l’ordre du jour : 1°) L’IC a renforcé son unité, son idéologie, son organisation, son attachement à la direction ; plus de fractions. 2°) On entre dans la période de la liquidation de la scission. 3°) Les sections sont plus mûres politiquement. L’IC leur fait confiance pour leur activité d’organisation. 4°) L’IC est le parti mondial du prolétariat, la grande union internationale, le triomphe du marxisme-léninisme. 5°) Les ouvriers socialistes ont commencé la lutte commune révolutionnaire avec les PC.

Samedi 3 août 1935

422Reçu le mot de Charles du 27 juillet. Je lui fais téléphoner ce soir par les Izvestia, après la conversation de la camarade Fontenay.

423Le 5 Manou veut faire l’éloge d’Engels.

  • 52 Il s’agissait d’un grand raid aérien passant par-dessus le pôle Nord.

424Lévanevski part à 6 h du matin de Moscou. Son vol peut être de soixante-dix heures52.

  • 53 L’Humanité du 3 août titre : « Staline fixe les tâches des chemins de fer soviétiques. »

425Les cheminots soviétiques sont reçus au Kremlin par Staline : « Les révolutions sont les locomotives de l’histoire » (Marx). Mais il y faut de bons mécaniciens ! Après la réunion, un cheminot dit : « Maintenant que nous avons entendu Staline, nous pouvons soulever des montagnes. Telle est la force de l’élan qu’il nous a donné ! »53

426Néos, républicain-socialistes et socialistes français s’unissent en France pour la République, pour la paix, contre la crise ! Il s’agit de pêcher des âmes dans la petite bourgeoisie, paysanne, parmi les ouvirers arriérés, dans la classe moyenne.

427Anciens combattants français en URSS – Planche – Nowina. Ils ont vu le commissaire à l’[ill.] Nagovisin. Ils ont vu leurs camarades soviétiques. Ils ont décidé de lutter en commun contre le fascisme et la guerre. Ils envoient un manifeste à toutes les nations en vue de la lutte pour le triomphe de l’idée de la paix.

428Chaque balle tirée en Abyssinie nuit à l’indépendance de l’Autriche et facilite l’entente italo-allemande-autrichienne.

429Visite à Rakovsky et à sa femme. Rakovsky est resté le même. Il a 62 ans. Sa femme a les cheveux blancs. Bel appartement au cœur de la ville. Il est à la tête des instituts de médecine les plus importants. Il m’y mène en voiture. Il me présente un des jeunes docteurs qui rendent la vie à un chien mort en lui infusant du sang grâce à un instrument de sa composition qui joue le rôle du cœur de l’animal. Études importantes analogues à celles de Carrel à New York et dont l’importance pour la chirurgie du cœur m’est démontrée par Rakovsky. Joltrain est venu assister à ces expériences. Il s’en est montré très frappé. Bordet, prix Nobel de la physiologie belge, a félicité les Soviets pour les facilités laissées aux savants et aux professeurs de médecine pour leurs recherches. On ne les leur procure dans aucun autre pays comme ici. Staline est venu aussi rendre visite à cet institut. Tous les présents, hommes et femmes, sont couverts de sang.

430Rakovsky me dit que la maladie de Lilite a pu être occasionnée par l’absorption de fraises.

431Rakovsky me dit que les travaillistes comme Alexander lui ont pronostiqué le succès des conservateurs (à quelques voix) aux prochaines élections britanniques. Il croit comme Radek à la guerre imminente. La raison première, c’est l’accord polono-allemand. La raison seconde, c’est l’expédition d’Abyssinie. Puis l’appétit japonais. C’est Poincaré sur ordre de Kroger qui l’a fait rappeler de l’ambassade en France. Poincaré pour obtenir l’autorisation de la Chambre d’emprunter 60 millions de dollars aux Suédois avait dit que les Soviets avaient accepté les mêmes offres. C’est faux, dit Rakovsky. Le mot fut rapporté à Poincaré par Malvy. Poincaré se vengea.

432CGT de l’URSS : 22 millions syndiqués. Réformistes d’Amsterdam : 9 millions syndiqués.

433Production de pétrole de Bakou : 1930 : 10 millions de tonnes, 1934 : 19 millions de tonnes, 1935 : 22 millions de tonnes.

434Production de l’or en Yacoutie : sur la rivière Aldan placers de Nézametmy les plus importants de l’Union soviétique : en 1935 : 27 % d’or de plus qu’en 1934.

Dimanche 4 août 1935

435Certes toutes les puissances capitalistes s’arment ! Mais il en est qui recherchent ouvertement un nouveau partage du monde : Italie, Allemagne, Japon. D’autres, États-Unis, France, nations Sud-Est et Nord de l’Europe ne désirent pas la guerre dans les circonstances présentes. Elles sont satisfaites. Elles ont obtenu leur libération nationale. C’est sur ce fait que l’Union soviétique base sa collaboration avec des pays capitalistes pour maintenir la paix. La paix est nécessaire au socialisme. L’Union soviétique n’a rien à attendre de la guerre.

436Les autostrades allemandes : largeur : 24 mètres ; deux voies de 7,5 mètres chacune ; bas-côtés de 2 mètres. Bande de 3 mètres de terrain entre les deux voies. Camions : 80 kilomètres à l’heure.

437Une guerre déclenchée contre l’URSS par les impérialistes ou une guerre entre impérialistes sera suivie d’une explosion de tous les antagonismes latents entre tous les peuples capitalistes et imprimera une force exceptionnelle à la lutte de classe dans tous les pays. Ce sera le début d’une crise révolutionnaire générale.

438Pollitt me dit : « Aux prochaines élections deux députés communistes, petite majorité conservatrice à la Chambre des communes. »

439Piatnitsky. Une question : travail des communistes dans les chômeurs ; les chômeurs sont les victimes essentielles de la démagogie raciste. Après Hitler, les chômeurs ont été attirés par le chauvinisme. Le chômage s’accroît ; on réduit les allocations, c’est pourquoi le fascisme gagne près d’eux. Dans les camps de travail obligatoire, le fascisme agit sur eux. Il ne faut pas permettre aux fascistes de gagner les chômeurs.

440La production capitaliste a augmenté 30 % depuis 1932.

1929 1932 1934 1935
Indice de production 106 66,5 80,4 87
1932 1933 1934
Chômeurs 24 millions 26 millions 21,5 millions

441Ces chiffres ne sont pas complets ; ils ne parlent pas des colonies, des Indes. Ces chiffres sont inexacts, mais ils montrent que le chômage est intense. Les dernières épargnes des ouvriers sont parties.

442Partout les secours sont diminués plusieurs fois depuis 1925. Les fascistes ont encore réduit les allocations ; on les a supprimés à toutes les femmes, aux ouvriers agricoles, aux jeunes... Les camps de travail obligatoire ont remplacé les allocations aux États-Unis. En Allemagne, militarisation. Travail dangereux dans les camps. On veut les transformer en camps militaires sous l’ordre des officiers. Il y a des camps pour les jeunes et des camps pour les adultes. On a beaucoup dépensé en Amérique pour les travaux publics, 50 % des salaires normaux. Il y a aussi des détachements de travail pour les chômeurs trois jours par semaine ; quelques francs par semaine et des marchandises. En 1934 : 70 camps de travail pour 12 000 chômeurs en Angleterre. Beaucoup désertent. C’est surtout en Allemagne qu’il y a des camps de travail. On ne paye pas, on nourrit ; 300 000 jeunes, pour les travaux agricoles dans les camps de travail, de 20 à 25 ans ; ça dure trois ans, huit à douze heures ; on les nourrit mal, 50 pfennigs par semaine ; 400 000, travaux publics pour les ouvriers privés d’allocation ; on leur paye ce qu’on donne comme allocation ; nourriture mauvaise, travaux difficiles. Donc le travail donné aux chômeurs, c’est du travail dans les camps de travail avec préparation paramilitaire.

443Les communistes ont partout créé des organisations de chômage. On a fait des journées de chômeurs, des comités de chômeurs, mais on n’a pas organisé assez fortement les chômeurs ; on s’est contenté de démonstration. On n’a pas fait des restaurants pour les ouvriers chômeurs. En août 1931, l’IC a fait une conférence internationale sur les chômeurs, mais les PC n’ont pas obéi aux mots d’ordre : il faut travailler dans les syndicats réformistes.

444Dans le commentaire sur le rapport Pieck, presque rien sur les chômeurs ; 48 pays n’en ont pas dit un mot. Il faut engager le travail parmi les chômeurs. Nécessité urgente. Sinon les déclassés chômeurs seront la proie du fascisme : les fascistes disent : « Nous allons donner du travail, nous allons combattre les lois bourgeoises ; on a reçu les chômeurs dans les SA ; cuisines pour chômeurs ; collectes. » Le fascisme travaille énergiquement les chômeurs. C’est le front de la patrie, fasciste, prémilitaire ; salle de lecture, placement. On chasse les ouvriers étrangers. Les cléricaux aussi aident les chômeurs en Amérique ; les fascistes les recrutent. Il faut travailler dans les syndicats réformistes au point de vue des chômeurs. Il faut travailler en commun avec les syndicats, aider les chômeurs syndiqués et non syndiqués. Le syndicat doit entraîner les chômeurs à la lutte. Il faut les soutenir dans les camps. En Belgique, demandez les travaux promis par de Man ; demandez des secours pour l’hiver ; amélioration des allocations minima, soins de maladie, secours aux enfants sous le contrôle des comités de chômeurs, défendre les plus petites revendications en liaison avec la lutte antifasciste. Exigez des allocations d’État pour tous les chômeurs. Marche de la faim avec les femmes et les enfants. Il faut faire ici une conférence spéciale sur le chômage.

445R. Jean revient. Il a vu Nijninovgorod. Hommes et femmes de l’usine Gorki, peu de salaires, mal nourris ; mais ils ont tant de vaillance que la chaîne est aussi rapide que chez Citroën. Dans la ville, vieux restes du tsarisme. L’usine, à 16 kilomètres de la ville, produit 150 machines par jour et des pièces détachées pour 100 machines. Il a vu un kolkhoze. La question de la propriété est résolue. Mais ce kolkhoze de 150 familles n’a que 800 hectares et ce n’est pas assez. Ils ont trop de famille, d’enfants et pas assez de terre. Le machinisme y est inutile. On a assez de chevaux et de bras. Il a vu l’usine de Rostov. Celle-là magnifique, avec une production de machines agricoles intense. Mais dans les grands kolkhozes voisins : 30 000 hectares, on l’[sic] a coupé en 9 ce qui fait 9 kolkhozes. Production de céréales faible, parce qu’on ne fume pas la terre nulle part, et on a laissé reposer un an. Bonne administration des kolkhozes et partage rationnel des produits au prorata des heures de travail. Transports encore insuffisants. 1 000 kilomètres en trente heures.

446Rakovsky m’a raconté que telle était la perspective de Berthelot en 1926 et 1929. Il n’y a au monde qu’une puissance guerrière, c’est l’état-major allemand et l’armée allemande. Il faut les briser pour quarante ans. Après cela les générations qui viendront sans avoir vu et admiré les généraux et la haute armée allemande seront guéris et l’Europe vivra en paix.

447Kalinine vient au congrès. Il porte bien gaillardement ses 60 ans ; seule sa barbiche est blanche. Le cheveu reste noir. Souriant et bonhomme.

448La rue à Moscou. Pas de cabarets, des librairies. Des jeunes gens et des jeunes filles sains de corps, droits, souriants. Des manucures, des ondulations ; des pâtisseries, des magasins remplis de monde où l’on s’écrase ; quelques toilettes élégantes, une rivière humaine qui s’écoule sur les trottoirs, la chaussée dangereuse ; nombre croissant d’autos, pas d’ivrognes, pas de prostituées. Que de femmes enceintes ! Que d’enfants ! Pas un cri, de l’ordre, des miliciens tout blancs ; discipline de la rue, des rires ; balayeurs, arroseurs, asphalte ; une ville ouvrière sans luxe, propre, pas un papier sur le sol.

Lundi 5 août 1935

449Lilite sort de l’hôpital. Diogott savait qu’elle était malade.

450Humbert-Droz me dit que le FU s’organise à Bâle et à Zurich. Plus difficilement à Genève où les socialistes glissent de plus en plus à droite avec les radicaux. Les radicaux suisses n’ont rien de commun avec ceux de France. Ce sont eux qui dirigent le gouvernement actuel.

451En Suisse, ce qui compte c’est la vie du canton non la vie du centre et de la nation.

452P. Dominique – Est-ce que l’armée marchera avec les fascistes ? Non, les officiers sont des fonctionnaires qui tremblent pour leur place et qui subissent la suprématie du pouvoir civil. Clemenceau a fait marcher les maréchaux victorieux. Il n’y a pas une armée, il y a des armes. L’armée est obéissante.

453Le frère du comte de La Rocque – Les royalistes ne suivent les Croix-de-Feu que sur le terrain des revendications sociales formulées par les Anciens combattants. Le comte de Laroque n’a pas d’idées nettes. Comme Boulanger il entraîne des hommes vers des buts obscurs. On le lâchera comme on a lâché Boulanger. La révolution ne sera faite que par ceux qui mettront de leur côté l’appareil de gouvernement. C’est l’homme en place qui sauvera l’État. La police et l’armée serviront l’homme en place.

454Abyssinie – Ce que propose l’Angleterre : mandat de la Société des Nations sur l’Éthiopie comme Dantzig. La Société des Nations aura seule le mandat. L’Italie recevrait sa part des concessions locales. L’Abyssinie serait aidée financièrement et administrativement pour son développement ultérieur.

455À la chambre des Lords – Les Lords avec travaillistes socialisants libéraux : Lord Kerr devenu ministre de Lothian, Lord Ponsonby, Lord Noël Buxton, Lord Didkinson, Lord Allen, ancien objecteur de conscience, Lord Davis. Puis les Lords conservateurs. Tous disent :

  • Heureusement Hitler est anglophile ;
  • Heureusement Hitler est pacifique ;
  • Heureusement Hitler réarme. Heureusement il est révisionniste des traités.
  • Les traités d’assistance sont contraires au Covenant de Genève ;
  • Il faut laisser Hitler maître de remilitariser la Rhénanie, prendre l’Autriche, reprendre les colonies. » (Temps 1er août).

456Amar – Plus de région algérienne du PC. Il faut un PC algérien. On a jusqu’ici méprisé le national-réformisme et le paysan algérien. Ce sont les deux forces essentielles de l’Algérie. Il y a, en Algérie, les gros colons ; les féodaux achetés par la France : caïds, chefs de sectes religieuses, qui ont une grosse influence sur les villages par la religion. Puis les nationaux réformistes intellectuels contre les marabouts. Ils ont une influence très grande sur la jeunesse. Ils dominent les sportifs, les élus musulmans. Ils sont timorés, ont peur du communisme, disent que nous avons raison mais qu’ils se refusent absolument à avoir des rapports avec nous parce qu’ils craignent la répression. Et aussi parce que souvent, dans nos journaux, nous les bafouons. Ils sont influencés en ce moment par la Dépêche algérienne qui soutient les Croix-de-Feu, grand journal d’Algérie, antijuif, contre la mafia judéo-maçonnique, accusée de la crise et de tous les maux. Les radicaux en effet sont des colonialistes et des anti-arabes.

457Nos mots d’ordre sont :

  • contre l’indigénat ;
  • contre les décrets Régnier ;
  • pour l’indépendance algérienne.

458Il faut y ajouter un programme de réformes paysannes.

459Les nationaux réformistes ont accepté à condition qu’on ajoute dans le respect des lois de la République. C’est sur cette base qu’on peut former le seul Front populaire anti-impérialiste en Algérie. Les nat. réformistes demandent des Français avec eux afin d’éviter la répression. Il faut des journaux en langue arabe. Les féodaux et les gros colons sont mécontents du pouvoir central. Et c’est de cet état d’esprit que bénéficient les Croix-de-Feu qui progressent en Algérie ; qui font de la démagogie sur la misère de fellahs qui ont dressé un programme de réformes. Il faut se servir du Secours rouge. La libération des Arabes, c’est la seule application de la démocratie en Algérie. Il y a quelques Arabes francisés, fonctionnaires, francs-maçons, instituteurs, postiers, cheminots, antifascistes. Il nous faut deux Front populaire : l’essentiel avec les Arabes (la masse indigène) ; l’autre avec les gauches algériennes (qui sont [ill.] les indigènes). L’affaire de Constantine a été d’une importance énorme. Les Croix-de-Feu s’en servent contre les juifs et les francs-maçons.

460Pour l’unité syndicale internationale. Los. et Schvernik viennent à Paris au nom du congrès syndicats réformistes FSI du 24 au 27 septembre. Ils demanderont à être entendus par les chefs réformistes. Ils proposeront l’unité syndicale sur la base de la démocratie syndicale ; 22 millions de syndiqués soviétiques : 9 millions de syndiqués FSI.

461Au congrès – Palme Dutt, jeune Hindou à lunettes, parole blanche, figure anguleuse.

462La prospérité anglaise est basée sur une surexploitation coloniale. L’impérialisme anglais est le plus fort pilier de l’impérialisme. Il faut renforcer la lutte anti-impérialiste. Il faut obliger les masses du Labour à blâmer leurs chefs collaborationnistes. Nous avons déjà le FU avec l’ILP et localement avec quelques ouvriers. Mais nous n’avons pas touché les masses. La nouvelle tactique nous indique. En Angleterre le niveau ouvrier monte. Les chômeurs dirigés par le PC ont agi vigoureusement. La bourgeoisie a parlé de panique. Mais le mouvement n’a pas été assez politique. Le jubilé a arrêté le mouvement. Le PC est petit, mais il a de l’expérience pour la conduite de larges masses. Il a fait de grands progrès. Notre PC a de grandes liaisons avec les masses. Il a pu gagner le respect des masses par ses luttes économiques. Mais nous n’avons pas profité de ces efforts dans nos organisations. C’est la faiblesse de notre direction politique. Nous ne savons pas lier la lutte partielle avec la politique générale. La nouvelle politique du FU nous aidera. Le FU c’est contre le gouvernement national. Nous parlons clairement. Le mécontentement grandit. La bourgeoisie est inquiète. Elle se rend compte qu’elle ne serait pas à même de contrôler les actes du gouvernement Labour. Des préparatifs ont été faits pour continuer le gouvernement national. Le Labour s’y prêtera. Notre ligne doit être d’analyser clairement les forces politiques, poser un mot d’ordre : gouvernement ouvrier pour les revendications des masses. Sous les mots de FU il peut y avoir une ligne opportunisme et une ligne rév[isionisme]. Il ne faut pas suivre le Labour Party comme on l’a fait aux dernières élections municipales. Nous remercions Dimitrov parce qu’il a tourné une page nouvelle dans le mouvement ouvrier.

463Guérich.

464Gitton. Palme Dutt, grand diable à l’œil vif, me dit que le bureau d’éditions fait des difficultés pour traduire et pour éditer son livre sur le fascisme en français. S’en occuper dès le retour à Paris.

465Le discours de Manouilsky sur Engels. Deux savants et lutteurs, légende de l’amitié des hommes. La IIe Internationale a banalisé, défiguré le marxisme. Des millions d’hommes payent cette trahison. Les opportunistes ont voulu opposer Marx à Engels. Ils ont tous accablé Engels. Il a popularisé Marx et son éc[onomie]. Il a stigmatisé ceux qui s’écartaient de Marx. Lutte contre le socialisme de déviation. Analyse qui pénètre au cœur de l’histoire. Dès ses premiers ouvrages, il donne l’analyse la plus précise de la situation du prolétariat. Il a montré que le développement du capitalisme amène naturellement au communisme. Rapports de l’économie et de la politique. Engels dans sa lutte contre les opportunistes, les philistins et les anarchistes a insisté sur le rôle de l’État.

466Le fascisme prouve avec éclat la justesse de la position d’Engels. L’État n’est pas au-dessus des classes. L’État capitaliste c’est la violence qui rejette la démocratie. Gallifet, Cavaignac ont été dépassés par Hitler, que penser des Noske et Schedeman ? Après la Commune. Engels : « Regardez la Commune pour savoir ce qu’est la dictature fasciste aujourd’hui ! » Nous disons : « Regardez l’Union soviétique et les Soviets : grand laboratoire de la pensée socialiste marxiste, URSS. » Sur la révolution du prolétariat, Engels écrit des paroles prophétiques ; il faut exproprier les propriétaires capitalistes, cela permet de substituer le plan à l’anarchie. Le bolchevisme l’a fait. Personne ne doit rejeter sur l’autre sa part de travail. Le bolchevisme l’a fait. Dans notre vie, nous appliquons le marxisme chaque jour. Théoriciens du prolétariat ; surtout révolutionnaire. La lutte passionnée pour le communisme. Dès le début, il défend l’aile gauche de la démocratie. Création de la Ire Internationale. La Commune, nouvelle école pour l’humanité. À 26 ans, Engels formule le programme du prolétariat, révolution démocratique violente ; domination politique du prolétariat. Pas de phase révolutionnaire. Grand capitaine prolétarien. Citons des textes en rapport direct avec le VIIe Congrès. On trouve des gens qui conçoivent la révolution mécaniquement, non dialectiquement. Pas de couche intermédiaire. Pas d’avant-garde ni de réserve ; pas de travail ingrat et quotidien puisque les masses n’attendent qu’un ordre des super révolutionnaires. Engels s’est moqué de ces schématiseurs bataille d’un jour décisive et victoire sur toute la ligne. Les [ill.] se passant ! On ne commence pas la révolution par le Ve acte. Lénine a développé cela trente ans plus tard.

467La révolution c’est l’explosion des masses petites bourgeoises, ouvrières arriérées, etc., sans ça pas de révolution. Tout cela portera dans la révolution leurs erreurs ; mais il y a une avant-garde, le prolétariat avancé. Là-dedans se trouve la politique juste du parti prolétarien vis-à-vis de ses alliés : nécessité de créer un Front populaire et de profiter des contradictions bourgeoises. Pas de simplisme, pas de ligne droite comme la flèche lancée par l’arc. Il faut des compromis. Il y a des interruptions, des reculs pour sauter plus avant. Il faut entraîner même provisoirement des masses. Il faut utiliser d’autres partis dans l’intérêt de la classe ouvrière.

468Trente ans plus tard, Lénine reprend Engels dans sa Maladie infantile du communisme. C’est la politique du VIIe Congrès, la grande politique de masse. Il faut attirer sous notre influence les couches petites bourgeoises arriérées. Engels nous a montré une vie de 50 ans de combat contre les opportunistes, les petits bourgeois déguisés ; inexorablement il leur arrache le masque du philistin ; sa bêtise est une vertu car il a une fermeté de conviction. Contre les gauchistes même vigueur ; il fut traité d’homme grossier ; c’est un honneur puisqu’il défendait le prolétariat. L’unité est magnifique mais il y a des choses plus importantes que l’unité. Nous voulons un PC dans le monde entier ; mais pas sur un bloc pourri, inerte, passif ; pas d’unité pour mener le prolétariat au fascisme mais l’unité pour la victoire. Le parti doit agir en toute conscience, participer à toute la vie du pays, utiliser tout acte extérieur et intérieur, lancer à temps le mot d’ordre qu’il faut changer dans le mouvement. Engels dit qu’un parti qui perd de vue l’action au moment décisif sera enterré ! Pas de carbonarisme, pas de crétinisme parlementaire, de négation de la violence ; transforme la légalité de la bourgeoisie, méfiance du bakounisme. Il faut utiliser les organisations du fascisme [c’est-à-dire] retourner sa base. En France il faut des organisations illégales, des cellules d’entreprise ; il faut prendre toutes les mesures pour le passage à l’illégalité. Le FU légalise les partis. Le prolétariat international a une unité d’intérêt. Il faut donc un programme et un parti unique ; mais pas de clichés, pas de formules toutes faites.

469Engels fut un magnifique chef du prolétariat tenant compte des mouvements nationaux. Il connaissait le mouvement ouvrier français, anglais, allemand, américain, italien, connaisseur exceptionnel de tous les mouvements. Cela lui a permis de diriger justement chaque parti. Voilà sa tactique qui est la nôtre. Il nous a appris à être un parti de mouvement, d’action, de confiance des masses, d’être à leur tête, d’accroître la confiance dans leur victoire. En cas de défaite, recommencer pour la victoire. Les Espagnols l’écouteront. Appréciez bien le mouvement, n’allez pas trop en avant tant que les masses ne sont pas en mouvement.

470Nos conditions sont plus compliquées qu’au temps d’Engels. Il n’y a pas de science définitive de la tactique révolutionnaire. Nous continuons Engels. Les IIe Internationales ont rectifié Engels et Marx en disant qu’ils s’étaient trompés et s’accommodèrent de la réalité capitaliste. Ils s’appelèrent marxistes mais ils lui enlevèrent toute son essence révolutionnaire.

471Engels nous a quittés en 1895. Alors Lénine est venu. Engels est venu à l’époque de l’ascension du capitalisme, du début du prolétariat ; ils ont donné au prolétariat l’arme de la révolution prolétarienne. Mais ils n’ont pas répondu à des questions qui à leur époque étaient insolubles. Engels se moque des architectes de la société future. Lénine et Staline l’ont complété. Le marxisme n’est pas un dogme, il n’est pas achevé et intangible. C’est la pierre angulaire de la science. L’esquisse de la Bourse d’Engels est admirable mais c’était avant l’impérialisme, du monopole pourris, la crise générale du capitalisme et la révolution d’Octobre. Contribution du léninisme au trésor du marxisme dans la lettre de Staline aux ouvriers américains. Engels n’a pas vécu l’époque de l’impérialisme. Seul Lénine a fixé la position du prolétariat vis-à-vis de la guerre impérialiste. Lénine a élevé le marxisme à un stade nouveau.

472Staline aussi a enrichi la théorie de Marx et Engels. Il a abordé la question de l’application du socialisme dans un seul pays. Il ne s’est pas obstiné dans certaines formules vieillies d’Engels. Dans le développement inégal du capitalisme, la victoire du socialisme dans un seul pays est possible. Staline l’a prouvé. Dans la première phase de la construction du socialisme, Staline a innové. Nous avons été les premiers à [ill.] Staline a concrétisé Marx et Engels. Le kolkhoze, les étapes, la liquidation des koulaks, l’organisation du travail, la lutte contre l’égalitarisme petit-bourgeois. Construire le socialisme, c’est consolider la dictature du prolétariat qui prépare la démocratie prolétarienne. Transformation des mouvements nationaux en révolution prolétarienne comme en Chine, c’est l’œuvre de Staline.

473Quarante ans depuis la mort d’Engels quel chemin parcouru par le prolétariat ! Le fascisme ; les Soviets. La IIIe Internationale. En 1874, Engels disait : « La nouvelle Internationale sera purement communiste. » Elle est dans cette salle. Elle vient de tout le globe. Elle brise les chaînes pour s’emparer du monde.

474Le congrès reçoit le Schutz Bund et des socialistes espagnols ; des sportifs.

475Parachutistes, club aérien central, sport de masse. Il forge des combattants courageux. Il y a cinq ans le parachutisme était inconnu.

476La jeunesse sportive salue les victimes du capitalisme. Nous forgeons notre volonté, nos muscles, nos forces pour la lutte pour la révolution prolétarienne mondiale. Il faudra des sacrifices mais l’IC nous conduira à la victoire. Nous, sportifs, donnerons notre vie pour l’URSS et le communisme international. Vive l’état-major de la révolution.

  • 54 L’organisation paramilitaire des socialistes autrichiens fut la principale force qui tenta en févri (...)

477Schutzbund54. Salut au nom des lutteurs qui ont la possibilité de vivre ici.

478Il y a quelques mois nous étions IIe Internationale, réformiste. Le mécontentement grandissait contre les chefs socialistes qui ne faisaient rien contre le fascisme et avaient le triste courage de laisser le fascisme et pourparlaient avec la bourgeoisie ; alors la classe ouvrière dit : ils ne veulent pas la dictature du prolétariat. Les ouvriers ont essayé de lutter malgré leurs chefs. Nous avons fait des barricades. Nous avons fait ce que nous pouvions. La faute est aux réformistes de la IIe Internationale qui n’avaient pas créé la résistance. Le réformisme n’est pas le moyen d’arriver au pouvoir. On nous reprochait de vouloir briser l’unité. Mais en février nous avons vu la voie vers la victoire, celle du communisme ; nous l’avons choisie. Maintenant que l’unité devienne une unité de Front populaire contre le fascisme. Entre le réformisme et le bolchevisme, le jour et la nuit. Des millions d’ouvriers, nous les gagnerons pour renverser le fascisme autrichien.

479Nous sommes ici depuis quinze mois. Qu’avons-nous vu ici ? Nous sommes au premier front de la réalisation socialiste. Nous sommes 120 ouvriers de choc, 150 aviateurs parachutistes [sic] universités, apprennent la langue. Nous nous préparons pour la lutte décisive. Nous avons été vaincus. Travaillons pour la victoire en Autriche.

480Soc. Espagnols – ont l’honneur d’arriver dans l’Union soviétique. Nous reviendrons en Espagne quand il y a aura un mouvement révolutionnaire de masse. Nous vous saluons pour vous montrer notre désir de vous suivre vous qui luttez pour la victoire dans le monde entier. Créons le front uni pour l’unité révolutionnaire. Un seul parti, une seule CGT. Notre salut est important parce que nous représentons un groupe important du monde entier. Notre but c’est d’en finir avec les luttes internes dans les partis. Nous voulons lutter en Espagne pour la république socialiste et communiste du monde entier.

481Au nom des socialistes espagnols à Moscou je dis : « Depuis la victoire de l’Union soviétique, c’est la première fois qu’un socialiste parle aux communistes. Cet acte est un premier rapprochement. Nous pouvons nous unir dans la volonté de dictature du prolétariat. L’union syndicale et politique contre la guerre. Laissez-moi dire un moment de ma vie de socialiste d’octobre aux Asturies. Tous les ouvriers étaient enchantés et heureux parce que les ouvriers étaient réunis ; ils défendaient la même cause. Les passions ont depuis recommencé ; et depuis le FU a été mal réussi.

482J’ai confiance qu’avec la bonne volonté de tous nous entrerons dans le chemin de la victoire ; l’alerte du fascisme espagnol est quotidien ; la volonté des travailleurs peut écarter le fascisme, la guerre deviendra une guerre civile. Moi, socialiste, nous considérons les socialistes de l’URSS comme le centre du socialisme mondial, nous considérons l’attaque à l’Union soviétique comme un attentat contre le prolétariat, l’œuvre du prolétariat ; il n’y aura pas un seul socialiste qui s’armera pour attaquer l’URSS.

483Que le succès vous accompagne dans le VIIe Congrès.

484Dites à tous les prolétaires notre salut au nom de toutes les victimes du fascisme. Vive l’URSS, vive l’unité. »

485Antonada, président de l’alliance ouvrière, secrétaire-adjoint du comité des mineurs des Asturies.

486Un communiste basque d’Eibar. Nous voulons le FU contre le fascisme et l’impérialisme pour l’assaut au pouvoir avec les socialistes et les anarchistes ; les fascistes oiseaux de proie. Les Asturies dans toute l’Espagne. Ici nous trouvons les leçons révolutionnaires ; nous n’oublions pas les fusils des ouvriers d’octobre ; nous avions une volonté unique. Continuons. Il y a un pacte d’unité avec les jeunes socialistes, partout des journaux communs. Il faut que l’unité s’accentue. Plus d’activité dans le centre ; nous voulons lutter surtout avec les socialistes. Un seul parti révolutionnaire pour une future insurrection avec une seule direction. Vive Staline.

487(Pasionaria a embrassé Marg. Lanken et lui offre des fleurs).

488Vassilief me rapporte les hauts faits des snaïpers à Shanghai. C’était des soldats chinois d’élite, merveilleux tireurs qui ne rataient jamais leur but. Le tireur est très apprécié en Union soviétique.

489Manou, me dit : « Cher ami, nous marchons à grands pas vers la victoire !! »

Mardi 6 août 1935

  • 55 Palme Dutt, né en 1896, universitaire, membre du Bureau politique du PCGB depuis les années 1920. D (...)

490Palme Dutt55 me prie de m’intéresser à la traduction française de son étude sur le fascisme.

491En 1928 a commencé la collectivisation. En 1934 déjà grands résultats. Kolkhozes. Trois décrets pour les paysans : essentiels :

  • Les dettes entières des paysans sont annulées ;
  • Chaque kolkhozien aura une vache ;
  • La norme de livraison au gouvernement est fixée avant la récolte. Si la récolte est bonne, elle profite au kolkhozien.

492Le gouvernement prélève environ 1/10e de la récolte. Les kolkhoziens élisent cinq oudarniks pour diriger le kolkhoze. Ils choisissent leur président. Les kolkhoziens font des contrats avec les stations de machines. Les ouvriers de stations leur apprennent la technique et la politique. Pendant l’hiver les kolkhoziens soignent les bêtes, travaillent dans l’usine, ou sont artisans de village. Ils apprennent à lire. Ils lisent beaucoup. Ils discutent, s’instruisent. Les kolkhozes d’Ukraine reçoivent les engrais chimiques de la montagne d’apatite de Mourmansk. Les enfants à l’école apprennent : la géométrie, la physique, la biologie, la botanique, la géographie, l’allemand. Chaque kolkhoze a un club. Chaque kolkhoze a sa porcherie, son étable de vaches, son écurie de chevaux collectives. Les animaux sont placés sous la responsabilité personnelle de certains camarades désignés.

  • 56 Losovsky, né Solomon Abramovitch en 1878. Militant révolutionnaire, il vécut en exil à Paris de 190 (...)

493Visite à Losovsky56 à 30 kilomètres de Moscou. Dimitrov. Dans les conditions d’une crise révolutionnaire lorsque les classes dirigeantes ne sont plus en état d’enrayer le puissant essor du mouvement de masse, les communistes doivent mettre en avant les mots d’ordre révolutionnaires essentiels pour augmenter la force de la classe ouvrière. Contrôle de la production, des banques ; milice ouvrière armée. Si l’essor révolutionnaire de masse conduit à la nécessité de créer un gouvernement de FU prolétarien ou de Front populaire antifasciste, qui se chargerait de la réalisation de ces revendications, le PC devrait faire former un tel gouvernement ou y participer pour préparer directement la dictature du prolétariat.

494Ercoli. Si un gouvernement impérialiste contre-révolutionnaire contraint l’armée révolutionnaire à défendre le socialisme, les communistes appelleront tous les travailleurs à contribuer par tous les moyens et à n’importe quel prix à la victoire de l’Armée rouge sur les armées impérialistes. Congrès pratique, congrès d’unité absolue.

495Pieck. Si l’Allemagne de Hitler attaque un petit peuple comme la Tchécoslovaquie, les communistes aideront à la défense de la nation attaquée. Les communistes lutteront pour le maintien des restes de la démocratie bourgeoise contre l’agression fasciste.

496Bergery. On va vers un gouvernement radical sans participation des socialistes et communistes. Nul ne peut gouverner sans le Front populaire. Mais le Front populaire ne peut pas gouverner. Reste que le peuple vienne par une migration massive vers nous, vers le front social qui réunira les hommes des ligues et ceux du Front populaire. Pas de Moscou ! Pas de Staline !

  • 57 Rose Duhamel avait épousé Charles Vildrac en 1905. Celui-ci, né en 1882, était écrivain et dramatur (...)
  • 58 Luc Durtain, pseudonyme d’André Neveu, né en 1881, écrivain et journaliste, après avoir été médecin (...)
  • 59 Georges Sadoul, né en 1904, alors journaliste à Regards et déjà critique de cinéma, était membre de (...)

497Madame Vildrac57 est à Moscou avec son mari et Durtain58. Elle a demandé à Sadoul59 : « Entre nous qu’est-ce que c’est que ce Staline ? » Et passant devant le mausolée : « On passerait devant dix fois par jour, ça ferait toujours plaisir. »

498Les parachutistes ont rempli leur programme, malgré le mauvais temps. Un aéroplane en a lâché 30 à 1 500 ou 2 000 mètres.

499Atteintes à la propriété en France :

  • Les propriétaires ne sont plus maîtres des loyers ;
  • Les paysans doivent arracher leur vigne ; distiller obligatoirement ; renoncer à certains cépages ; ne pas cultiver à la place de vignes ni betterave, ni tabac, ni lin.

Mercredi 7 août 1935

500Visite aux magasins. Dès 10 h nous sortons et allons dans les magasins de la Petrovka et environs. Il y a déjà beaucoup de monde ; des paysans, des ouvriers, on achète de la lingerie fine et chère. (Un renard bleu est marqué 2 400 roubles) ; on envahit les magasins de caoutchouc. Le nombre des magasins du centre, bien fournis, remplis de belles marchandises, est énorme. Tous sont bien achalandés. Il y a donc de l’argent en abondance. C’est surtout la belle toile de lin qui attire l’attention avec les broderies à la main, très artistes et originales. Les magasins d’alimentation encore plus fréquentés du matin à minuit.

  • 60 Paul Faure, né en 1878, secrétaire du parti socialiste, SFIO, avait été, lors de la discussion à la (...)
  • 61 Jean Lebas, né en 1878, militant socialiste depuis le début du siècle, maire de Roubaix et membre d (...)

Hier :
Brest, conflit d’arsenal : 20 blessés ;
Toulon, conflit d’arsenal : 13 blessés ;
Marseille, AF : 10 blessés ;
Strasbourg, contre décrets-lois : 20 blessés ;
Paris, JP contre com. : 10 blessés.
Faure60, 3 août, « qu’aurions-nous fait dans un gouvernement ».
Lebas61 (Popu 2 août). – « Rien à faire avec la Chambre actuelle
 – Rien à faire avec les radicaux, même Daladier. »
Zyromski : « Le Front populaire ne doit pas être utilisé pour des combinaisons parlementaires ou gouvernementales. »

501Un Allemand, Walter, le responsable pour la région de Berlin. Nous avions une grande sufFisance dans notre PC. Nous avons été des sectaires sans souplesse. Les français communistes ont donné le modèle. Nous avons fait de grandes démonstrations mais nous n’avons pas organisé. Quand les Français ont appliqué la vraie tactique, nos camarades allemands ont résisté, notre sectarisme a continué jusqu’en janvier 1935. Mais encore certaines hésitations ; les dirigeants n’avaient pas d’enthousiasme pour le FU. En Allemagne nos camarades sont courageux mais nous sommes isolés des masses. Dimitrov a arraché le masque du nazisme. Il nous a montré comment il fallait user de la légalité avec l’exemple du cheval de Troie. On commence dans les usines à réclamer avec adresse des revendications. Ils demandent l’application des promesses des nazis. Ils posent des questions simples, pour discréditer les hitlériens. Ils exigent des améliorations simples dans les usines. Ils travaillent dans les Secours d’hiver et font leur propagande dans les familles. Ils applaudissent les endroits les plus ennuyeux des discours pour montrer qu’ils en ont assez. Nous avons de bons résultats de cette propagande. Les héros du travail de masse grandissent dans les usines. Nous passons à la demi-légalité. Déjà une certaine initiative vient du bas.

  • 62 Wang Ming (Chen Shaoyu, dit), né en 1905, étudiant à Wuhan, où il adhère au communisme en 1925. Il (...)

502Nous voulons le Front populaire. Schiller dans les Brigands, et Guillaume Tell ; nous sommes des descendants de Goethe, Kant, Fichte, Hegel. Nous n’avons jamais surveillé les jeunes. Les jeunes étaient sectaires. Aujourd’hui ils sont dans une prison militarisée. Van Min62 (discours classique), (il lève sa main délicate et son doigt fin).

503Dimitrov. À notre congrès historique, une voix s’est élevée qui est attendue par tous les ouvriers du monde.

  • 63 Maurice Thorez (1900-1964), secrétaire général du PCF, présente le principal discours de la délégat (...)

504Thorez63 a dit l’expérience intéressante de la France communiste. Le Front populaire sur la base du FU a entraîné tout le peuple français. Les Polonais ont parlé de leur expérience dans l’illégalité et parmi les paysans, les Espagnols comprennent l’urgence du FU. Les Autrichiens avec fonctionnaires du parti social-démocrate et Schutzbund sont intervenus et ont montré la banqueroute de la tactique réformiste. Il faut une tactique hardie du FU en Angleterre et partout. Les Italiens commencent à appliquer le FU. Moi, pour les pays coloniaux et semi-coloniaux, je viens en parler uniquement. Qu’y a-t-il de nouveau dans les pays coloniaux et semi-coloniaux ? Depuis le VIe Congrès ?

  1. Le moment le plus caractéristique c’est que l’impérialisme renforce son offensive aux colonies. Il a un peu amélioré depuis 1932 parce qu’il a aggravé la situation des ouvriers, des coloniaux, des pays économiquement faibles. Pillage des Japonais et des Italiens.
  2. Approfondissement de l’exploitation coloniale, diminution du prix des matières premières. Dumping. Tarifs douaniers diminués pour emporter leurs marchandises dans leurs colonies.
  3. Intensité de la lutte militaire et économique contre l’indépendance des coloniaux et semi-coloniaux ; action contre l’Indochine, contre l’Armée rouge en Chine, contre le Chili, Cuba, Argentine, Pérou. L’existence des peuples semi-coloniaux est menacée. L’économie agraire coloniale est tuée ; des millions de paysans meurent de faim.
  4. L’industrie nationale créée avant la crise, depuis rien, les finances coloniales sont en faillite. Suicides en masse par millions, artisans paupérisés. C’est ça l’expansion impérialiste. Cela crée de bonnes conditions pour le front uni.

505Les contradictions grandissent entre la bourgeoisie indigène et les impérialistes, entre les divers impérialismes. Les nationalistes réformistes sont en recul et au profit des nationalistes révolutionnaires de gauche. L’autorité du prolétariat a grandi. Notre PC indochinois est intervenu comme force politique indépendante. On a créé des PC partout. Armée rouge, Chine, Cuba. Action armée au Chili, au Brésil des sept provinces, aux Indes, Philippines, Corée, pétroliers en Perse ; Arabes, Nègres. Tout cela témoigne sur l’aide des travailleurs coloniaux pour la révolution. Aggravation de la lutte de classe partout.

506Le succès de l’Union soviétique agit aussi comme exemple. Donc le VIe Congrès avait raison sur les pays coloniaux. L’idée de l’assaut mûrit dans l’univers. Les colonies sont transformées en un foyer révolutionnaire de masse. Donc la question du Front populaire, du front uni anti-impérialiste est d’importance immense. Dans chaque pays il faut l’appliquer différemment.

507Exemple en Chine. On croit que si la révolution a déjà vaincu sur une partie du territoire, le FU n’a plus d’importance. Erreur ! En Chine le Front populaire anti-impérialiste est décisif. Parce que la Chine traverse une crise nationale inconnue inouïe, cette crise nationale provoquée par la trahison de Nankin. La moitié du territoire chinois est occupé. Tanoka est réalisé. Tchang Kaï-Chek a vendu le pays. Jamais dans l’histoire du monde, pareille trahison. Tchang Kaï-Chek a envoyé des troupes contre les Chinois ouvriers et paysans sur ordre des Japonais ; il a arrêté et puni tous les journaux chinois et leurs rédacteurs ; on a brûlé la littérature chinoise anti-japonaise et la littérature progressiste ; on a dissous le Kuomintang sur ordre des Japonais. Si ça dure, dans les autres provinces du Yantsé, les Japonais vont les prendre. La patrie la plus vieille du monde va être esclave. Est-ce que le peuple chinois peut continuer ?

508Ce peuple se prépare à combattre contre les Abyssins ! Oui, nous combattrons. Ou renoncer à la lutte c’est la mort. Devoir sacré de chaque fils et fille de notre patrie pour sauver la Chine, mobilisation de tout notre grand peuple contre le Japon. Notre PC va mobiliser tout le pays par la tactique du Front populaire. Il a appliqué cette tactique à l’Armée rouge. Elle a proposé un accord pour la lutte armée commune. À condition qu’on mette fin aux offensives contre l’Armée rouge. Donner au peuple toutes les libertés démocratiques, d’organisation. Une armée de volontaires communistes à Shanghai. Nous appliquons notre attitude au Mandchoukouo avec les partisans et les ouvriers et les paysans. Il a commis des erreurs. À Shanghai, puis en 1933. Plusieurs erreurs militaires de l’Armée rouge. D’où proviennent ces erreurs ? Parce que nos camarades ne comprennent pas la situation nouvelle en Chine ; il nous faut poser la question du FU, de la tactique nouvelle. Lié à la crise nationale, c’est l’indignation chinoise des plus grandes masses populaires. Beaucoup de soldats chinois sont avec nous. L’Armée rouge est grande : guerre nationale révolutionnaire pour la défense de l’indépendance de la Chine. Elle peut être un centre, le principal ennemi des Japonais. Contre le Japon il faut unir toutes les forces instables et vacillantes. Le PC chinois avec le gouvernement chinois doit s’adresser à tous les Chinois. Il faut faire un gouvernement populaire national parallèlement au gouvernement soviétique ; il faut en appeler aux soldats et patriotes, aux groupes d’affranchissement national, aux jeunes du Kuomintang, aux émigrés, aux Mongols, Coréens, faire une armée anti-japonaise de Chine. De cette tribune mondiale au nom du CC de Chine je déclare officiellement à l’opinion publique du monde. Le CC et le gouvernement soviétique de Chine est prêt à causer avec toutes les autorités politiques et militaires pour créer un gouvernement populaire de défense de la patrie. L’Armée rouge est prête à intervenir ouvertement, à être la première de l’armée anti-japonaise. Un programme : du riz, du pain, action contre les agents chinois du Japon. Impôts, dettes : l’économie populaire ; libertés démocratiques, alliance avec toutes les nations qui veulent arrêter le Japon brigand. Le PC de Chine a déjà entraîné une force considérable en Chine. La 19e armée au nord de la Chine. Beaucoup de généraux du Nord sont anti-japonais. Le PC est le parti du peuple chinois tout entier. Il a des généraux ; nous en sommes fiers. Nous luttons pour la nation, seuls nous sommes les plus honnêtes, les plus courageux qui ne veulent pas être colonisés, esclaves mourant de faim. La force du PC marxiste-léniniste est telle que de grands génies sont attirés vers lui.

509Il faut mobiliser généralement le peuple entier pour la guerre sacrée. L’armement du peuple. Confiscation des biens japonais en Chine, des traits nationaux. Tous les impôts progressifs pour la guerre. Création du Comité chinois de la défense nationale. Alliance de tous les anti-impérialistes japonais. Beaucoup de jeunes, intellectuels viennent avec nous.

510L’Armée rouge ouvrière paysanne chinoise. Grands sacrifices. Elle a 500 000 hommes. Elle en aura 1 million et le gouvernement soviétique 100 millions. Les rayons abandonnés sont épuisés. Elle est maintenant dans les provinces les plus riches. Elle a des cadres magnifiques ; les chefs sont membres du CC, du BP, du PC. Quatre généraux condamnés à mort crient : « Vive l’Armée rouge, vive la révolution. »

511Notre PC utilise l’expérience bolchevik. Notre PC est fidèle à Lénine, le marxisme de la tactique et Staline. Il s’est grandi dans la lutte contre le trotskysme. Nous sommes la force essentielle de notre patrie.

512Voyons le Brésil. Il y a un grand mouvement national mais il n’y a pas un grand PC. En 1935 on a créé l’alliance nationale. Le PC y est. C’est un FU populaire démocratique avec une partie de l’armée. Le PC y joue un grand rôle. Trois revendications :

  • pour l’indépendance nationale ;
  • contre les latifonds impérialistes ;
  • pour la démocratie populaire, contre le fascisme, Varga64.

513Notre PC doit raffermir sa ligne juste en liant le mouvement à la lutte politique ; il faut la lutte paysanne.

514Il faut un gouvernement national révolutionnaire avec les bourgeois de gauche. Les communistes développent dans ce gouvernement un programme :

  • annulation des emprunts ;
  • nationalisation des capitaux étrangers pour l’indépendance du pays ;
  • contre le dumping ;
  • pour les larges masses populaires, pour les salaires, assistances ;
  • contre la guerre impérialiste de l’impérialisme de l’Amérique latine ;
  • pour l’armement du peuple ;
  • contre la spéculation sur le café ;
  • baisse des loyers ;
  • appui aux artisans ;
  • enseignement gratuit ;
  • pour les paysans contre le féodalisme, les usuriers.

515Les communistes brésiliens ont bien commencé.

516De Verbizier.

  • 65 Khristian Georgiévitch Rakowsky, né en 1873, militant socialiste en Roumanie, étudiant en médecine, (...)

5177 h chez Rakowsky65, Vildrac, Durtain. On cause de Guesde. Brukanenko le physiologiste : Lilite a eu l’anaphylaxie. Visite aux Izvestia, directeur Raïevsky.

518On va supprimer les Torgsin. C’est là que les paysans et les ci-devant portaient les objets d’or et d’argent qui leur restaient. On les vendait contre la valeur pour avoir des devises étrangères.

519Durtain et Vildrac sont très contents et enthousiastes de leur visite en URSS.

520Armée démocratique. Expulsion des fascistes de l’armée. Contre la prolongation du temps de sursis. Des milices. Contrôle démocratique sur la Haute armée. Contrôle populaire sur la production et le transport des armes. Défense des soldats, de leurs droits et intérêts.

Jeudi 8 août 1935

  • 66 Stanislas Lapinski, né en 1879, avait rejoint les bolcheviks en 1917, puis participé à l’organisati (...)

5214 h 30 Lapinski66, Molhovala 13, logement 9.

522Le communisme est l’aboutissement de la démocratie conséquente du XIXe siècle. Le communisme est la logique vivante de la démocratie.

  • 67 Renaud Jean, né en 1887, militant socialiste avant 1920, député du Lot-et-Garonne, l’un des fondate (...)

523À la réunion de hier de la délégation française R.J.67 et Ab. font des réserves sur la résolution Dimitrov. On construit des hypothèses. Les paysans ne comprendront pas. Ils n’aiment pas l’URSS. Si les fascistes arrivent au pouvoir en France impossible de les suivre en guerre.

524En Allemagne grande grève des cheminots, 6 000 ouvriers, huit jours de grève. Victorieux.

525En Pologne, l’État-major français s’appuie sur les fascistes et sur Haller. Il faut que le Front populaire français aide le FP en Pologne. Le Front populaire polonais peut être socialise, plus communistes, plus le grand parti paysan. Si Cot et 25 Français allaient en Pologne faire la propagande pour le FP.

526En Grèce, émeute crétoise ouvrière. Les ouvriers se sont armés à l’Arsenal.

527À Brest, émeute ouvrière.

528Les 2/3 du PC d’Autriche sont d’anciens social-démocrates.

529Les décisions de Genève ne changent rien à la situation. L’Italie et l’Abyssinie restent sur leurs positions de guerre.

530Le discours de Pieck a été dominé par l’idée : lutte des communistes pour le Front unique de lutte. Le congrès est appelé à prendre des décisions de grande conséquence, qui auront une influence déterminante sur le développement de la lutte de libération prolétarienne. Le fascisme marche vers la totalité c’est-à-dire vers le monopole complet des pouvoirs par la clique dominante.

531En France, la politique de déflation à outrance est impopulaire et inefficace. C’est une atmosphère commerciale d’asphyxie. La baisse des prix ? Mais les agrariens demandent la revalorisation des prix et la guerre douanière se poursuit, acharnée. Donc il faut par les moyens fascistes faire payer la crise par les masses laborieuses.

  1. Décrets-lois.
  2. Redressement moral.
  3. Redressement politique en réformant l’État. Laval veut dissocier le Front populaire.

532Tout le congrès est dominé par l’idée du Front uni.

533Puis ; le rapport international des forces s’est modifié non en faveur du capitalisme mais du prolétariat.

534Puis ; le prolétariat mûrit, il prépare l’assaut.

535Puis : l’ère de la IIe Internationale est terminée. Les PC sont devenus des facteurs politiques importants, des facteurs décisifs du mouvement ouvrier. Les mouvements réformistes ne sont plus possibles.

536Puis : la victoire de l’Union soviétique ; la croyance dans le capitalisme est minée chez les prolétaires. C’est parce que le capitalisme passe au fascisme. Donc : contre le fascisme.

5374 h 30 Lapin ski.

5386 h Manou.

53910 h 45 départ.

540Vendredi 9 août : 12 h. Niegoroloïe. 2 h départ pour Stolpe. Moscou – Niegoroloïe : 810 kilomètres.

Vendredi 9 août 1935

541Réveil 9 h dans le sleeping. Déjeuner wagon-restaurant 13 roubles. On passe à travers la Russie blanche ; cultures pauvres, forêts, pommes de terre, seigle court et clairsemé, foin, beaucoup de bétail, tournesol, choux, lin, pavots. Les cigognes. Troupeaux d’oies, tourbe, pommiers.

542À midi Minsk, fleurs dans la gare.

543Minsk – Niegoroloïe : 48 kilomètres. Niegoroloïe – Stolpce : 27 kilomètres.

544On déjeune au buffet de Niegoroloïe, bortsch et navarins excellents, 15 roubles pour deux.

545Je donne 260 roubles à la caisse. On me donne un reçu. Lorsque je reviendrai on me les rendra.

546Départ de Niegoroloïe à 2 h. Lilite pleure l’Union soviétique. Voici les Polonais !

547Stolpce ! On prend les billets pour Paris (couchettes, 635 F). On part à 1 h 20. On sera à Berlin à 10 h du matin. C’est l’heure occidentale, en retard de deux heures sur l’Union soviétique.

548La différence est sensible entre Niegoroloïe et Stolpce. Uniformes, jugulaires des soldats et sous-officiers, beau tissu. Képis à visière, galons, décorations plein la poitrine, l’air soudard et insolent.

549Les employés sont avenants et polis. La gare est très propre. Elle est en pierre et blanchie et est surmontée de l’aigle polonais. Dans la gare, les wagons soviétiques ont l’air pauvre, la peinture est déteinte, délavée.

550De Stolpce à Varsovie. La Pologne de l’Est est en pleine moisson. On coupe le blé à la faucille : on charroie ; ce sont des femmes qui sont au travail.

551Les gares sont bien soignées et fleuries. On soigne même le détail, ce qui manque en URSS.

552Les femmes sont pieds nus !

553Barasovicze, jolis jardins de la gare. Grand élevage d’oies ; petites propriétés, blé noir, seigle, patates, lin ; pas une machine agricole, pas une faucheuse. La femme à la faucille ; pas un fossé ni une séparation entre les champs.

554Les gares sont très fleuries, propres et en grand progrès.

555Trouvé le Matin à Stolpce. Il dit : « Les communistes sacrifient leur doctrine au front unique ; le congrès de l’IC c’est l’intrusion d’une nation étrangère dans les affaires intérieures de la France ; que le gouvernement traque et frappe les communistes agents de trahison. La France ne veut pas être sous la coupe de la Russie soviétique. »

  • 68 André Delmas, né en 1899, instiuteur et dirigeant du SNI, dont il est le secrétaire général depuis  (...)

556Les derniers journaux lus à Moscou sont du 4 août. Ils rappellent le discours de Delmas68. Le Front populaire du 14 Juillet doit prendre le pouvoir. Dans les vingt-quatre heures il doit faire arrêter les directeurs des banques, épurer l’armée et la haute administration, sans faiblesse ; pas de confiance à Daladier et aux partis mais aux syndicats. Désarmer les ligues.

557Dans les cours des gares, pas une auto ni un autocar, mais d’antiques voitures à cheval, des isvostchiks.

558Dans le train on nous vend deux tasses de thé, le Temps et le Matin = 10 F.

559Gare de Volkowysk, très jolie, public élégant, bien habillé ; grand progrès en Pologne.

560Temps (7 août). L’URSS a ouvert des magasins spéciaux d’État pour l’alimentation. Cela parce que depuis la collectivisation la production agricole s’est notablement accrue. On ferme les magasins spéciaux des entreprises. Les kolkhoziens vendent beaucoup de leurs produits personnels. Les prix diminuent beaucoup. Cependant les dirigeants du commerce d’alimentation ne tiennent pas assez compte de la demande des consommateurs et de leurs besoins. Il faut donner aux consommateurs des marchandises nombreuses, de qualité à bas prix. Les prix sont trop hauts.

561soir 9 h Varsovie, arrivée. On en repart à 10 h du soir pour être à Berlin à 10 h du matin.

Samedi 10 août 1935

562Temps couvert, chaud, lourd.

563À 7 h à la frontière polono-allemande Neu-Nentchen. Une heure d’attente. Il faut déclarer les sommes que l’on porte sur soi.

564On moissonne, à la faux, sans machines ; paysages : bouleaux, sapins, ordonnés, bien alignés, nettoyage complet sous les sapins. Cultures pauvres comme en Pologne et en URSS mais des maisons élégantes, vaches blanches et noires, maigres prairies ; l’été a été sec. Les prés sont vides, plus d’herbe, la terre.

565En URSS ce sont les détails, le désordre qui choquent nos habitudes ; désordre que l’on est tenté de regretter ici tant il y a d’ordre, de propreté, d’alignement, de discipline, de froideurs, de laideurs générales. Les arbres sont alignés, les fleurs sont dans des pots ; les fonctionnaires des gares, de la police, de l’armée sont raides, gelés, sans sourire. Où est la fantaisie ?

566On traverse entre Francfort/Oder et Berlin des grandes propriétés, champs immenses de patates et de betteraves à sucre.

567Maisons de briques. Depuis Moscou jusqu’à Lille, pas de pierres. Mais de grandes différences dans l’utilisation des briques dans la construction des maisons, leurs toits, ici, croisés ; fenêtres ornées filets blancs, rappels de maisons du Moyen Âge ou Renaissance ; architecture compliquée ; symphonie rouge et blanc, volets verts et bruns.

568Raide, guindé, triste !

569Les journaux hitlériens : les désordres de Brest sont dus au congrès du komintern. L’Allemagne ne laissera pas réaliser le front unique avec les communistes. C’est parce que la France a lié partie avec Moscou qu’elle connaît les troubles.

570Roosevelt vient d’augmenter l’impôt sur le revenu et les successions.

571Arrivée à Berlin Schlesischer 10 h 25 Bahnhov. 10 h 50 départ.

572Nous sommes depuis Niegoroloïe les seuls voyageurs du sleeping. voilà qui en dit long sur la crise.

573(Drapeau rouge avec la croix gammée. Maison des ouvriers national-socialiste).

574Gare Alexanderplatz près Wurtheim.

575De Berlin à Paris : vingt heures par ce train, quatorze heures par le rapide. Friedrischerstrasse 11 h Charlottenburg, puis on file sur Hanovre. Ce train Varsovie Paris est vide parce qu’il est trop lent. Les autres rapides wagons-lits (treize ou quatorze heures Paris-Berlin) ont 10 à 12 voyageurs par jour.

576Les maisons bourgeoises de Charlottenburg sont belles, fleuries, bons architectes, avec initiative. À Spandau, faubourg du gross Berlin, très belles maisons bourgeoises.

577Dans la campagne : seigle, betteraves, pommes de terre ; grandes propriétés.

578Des glaneurs !!

579De Berlin à Cologne. On déjeune au wagon-restaurant (50 F). Près de nous un gros dignitaire des SS, faciès idéal, gras, épais, brutal. Sur le bras, brassard rouge : au milieu un rond blanc. Dans le rond une croix gammée noire énorme. Une croix de fer énorme sur la poitrine. Déjeuner mauvais, une fiole de Trabener (Moselle).

580Toutes les vaches dans les prés, sans une exception, sont noires et blanches. Elles sont en uniforme ! Partout, chars à quatre roues depuis Moscou pour les travaux des champs.

581Hanovre, des jardins ouvriers dans la banlieue, comme partout en Allemagne. La vigne-vierge jusqu’en haut des maisons.

582Hanovre : deux charrettes du buffet sur les quais, saucisses appétissantes. Hanovre, gare lourde, écrasante. La croix gammée dans les fleurs. Hanovre moitié route de Berlin au Rhin. La terre est plus riche. Le ratier de Hanovre.

583À Lohne, c’est la Westphalie, une partie agricole très riche jusqu’à la Rhur. De Bielefeld à Ham, campagne riche. De Ham à Duisburg, la Rhur.

584« Quand l’œuvre de Marx aura produit tout son effet, l’Internationale sera communiste et elle fera progresser sans restriction nos principes. » (Engels).

585Manou dit : « Cette prédiction s’est réalisée ici où sont représentées 70 nations, tandis que la IIe Internationale se décompose. »

586La réaction demande des sanctions contre les communistes, contre les instituteurs.

587La croix gammée sur les grosses usines de Dortmund. Après Dortmund, un quart d’heure de campagne, comme après Ham : une demi-heure.

588Beaucoup de cheminées fument. Wanne-Eickel, grandes usines, drapeau croix gammée.

589Le drapeau à croix gammée sur les puits de mine, dans quelques rares, très rares maisons ! Après Gelsenkirchen, un quart d’heure campagne. Essen, Bochum, Oberhausen après un quart d’heure campagne. Rhurost, Duisburg, Dusseldorf, Cologne.

590Cologne 7 h 15. Ses saucisses ! De Cologne à Aix-la-Chapelle, grandes propriétés rurales comme en Allemagne du Nord. Blé, betteraves ; fermes considérables, très bonne terre !

591Herstal 9 h. Liège 10 h 10 et là une heure et demie d’arrêt.

592Arrivée Paris, 11 août, 7 h 30 matin.

593Drapeau rouge (p. 140, 4e volume). C’est le 10 août 1792 que les révolutionnaires prennent comme emblème le drapeau rouge portant cette inscription : « Loi martiale du peuple souverain contre la rébellion du pouvoir exécutif. »

594Il signifiait : c’est nous le peuple qui sommes maintenant la loi, le droit. Ceux qui résistent au peuple sont les factieux. C’était aussi le drapeau d’un pouvoir nouveau. C’est le drapeau qui conduisit le peuple aux Tuileries le 10 août 1792 pour chasser le roi et affirmer la victoire républicaine. C’est avec le drapeau rouge que le peuple alla procéder à la déchéance de la royauté et à l’avènement de la République.

595Font unique. Hardiesse dans le FU (tactique). Conserver la perspective révolutionnaire ; conquête de la majorité ouvrière pour le pouvoir des Soviets (stratégie). Critique de la tactique socialiste. Netteté ; buts clairs. Conserver la direction des masses ; diriger les grèves ; diriger les mouvements ouvriers ; pousser le FU à la lutte. Nous n’avons pas renoncé à : classe contre classe. Nous n’en sommes qu’au début de l’application du FU. Vastes perspectives. Nous lier aux ouvriers socialistes ; donner confiance aux ouvriers unifiés ; mener les masses à la lutte pour le pouvoir.

596Le but du FU : faciliter aux masses socialistes le passage à la révolution pour la conquête du pouvoir soviétique. La période actuelle est la période des changements soudains brusques.

597Nous modifions notre tactique du FU parce que la situation a changé :

  • Le fascisme s’est renforcé.
  • Le prolétariat révolutionnaire.
  • La social-démocratie est en crise.
  • Les ouvriers socialistes sont pour l’unité.

598En Espagne, les socialistes avaient accepté le FU pour la défense de la République ; ils l’ont abandonné à un degré supérieur de la lutte, celui de la lutte pour les Soviets. Nous ne poursuivons pas seulement des buts défensifs, mais aussi offensifs. Il faut donc s’opposer à toute tactique purement réformiste des socialistes. Mais, il faut modifier les formes de la lutte contre la social-démocratie. Pas de manœuvre ! Pas d’attaque contre le socialisme si celui-ci est en cours de lutte. Les socialistes veulent raffermir le régime de la démocratie bourgeoise, c’est-à-dire de la dictature bourgeoise. Nous, nous voulons nous servir des libertés démocratiques pour élargir les libertés ouvrières jusqu’à la dictature du prolétariat.

  • 69 Ces notes servent visiblement à alimenter l’éditorial que Cachin signe, dans l’Humanité, le 12 août (...)

599Les Français doivent plus que jamais montrer les différences entre les socialistes et nous. Il faut continuer dans le front unique à recruter pour le PC : à élargir notre influence ; à prolonger notre programme ; à critiquer sans tapage la tactique réformiste. Il faut une fermeté sans limites, un dévouement absolu, dans la période où se rapproche le 2e cycle de révolution et de guerre. Le FU s’est la préparation aux combats révolutionnaires. Le grand danger pour les communistes c’est d’être à la remorque des événements. Il faut vaincre le sectarisme de gauche. Il faut vaincre la passivité opportuniste de droite. Il faut critiquer la surestimation des forces du prolétariat. Nous ne pouvons défendre les intérêts des masses qu’en développant leur lutte69.

Notes

1 Romain Rolland, né en 1866, reste, dans les années 1930 une grande figure de la littérature engagée, compagnon de route du PCF. En 1932, il parraina, avec Barbusse, le Comité de lutte contre la guerre et le fascisme. Son voyage à Moscou, où il est l’invité de Gorki, lui donne l’occasion de rencontrer les principaux dirigeants soviétiques, et notamment Staline, auprès duquel il soumet le cas de Victor Serge. Sans être dupe de tout ce qu’il voit et de ce qu’on lui raconte, comme en témoigne son Journal, il se refuse à critiquer l’URSS.

2 Mirov-Abramov Jacob. Né dans la Russie tsariste, il adhéra au parti bolchevik en 1917. Il fut l’un des responsables du service des liaisons inemationales (OMS) à partir du IIIe Congrès de l’IC. Il s’installa à Berlin, où il resta jusqu’en 1930, date à laquelle il retourna à Moscou pour seconder Piatnitsky. Il devint alors le directeur de l’école des cadres de l’OMS. Depuis le mois d’avril 1935, il semble avoir changé de fonction et quitté la section d’organisation pour travailler avec Stepanov et Manouilsky qui s’occupent des partis de l’Europe du Sud.

3 Vamava Platovnovna Lebedeva, communiste russe, responsable de l’appareil du Comité exécutif, est chargée, au secrétariat latin, des cadres des partis français, belge et luxembourgeois.

4 Il s’agit de Dimitri Manouilsky, né en 1883, membre du parti bolchevik dès 1905, exilé en France, de retour en Russie en 1917. Depuis 1919, il est impliqué dans l’activité de l’IC. Il assura de nombreuses missions en France et en Italie auprès des partis communistes. Après l’élimination de Trotsky, il prit en charge les affaires françaises. Au sein de la direction de l’IC, il fut chargé, lors des différents congrès et plénums, de la présentation de la situation de l’URSS. Il fut, de 1931 à 1934, la principale figure du Komintern : tout en conservant des liens privilégiés avec les communistes français, il est souvent considéré comme le porte-parole de Staline et reste, officiellement, en retrait par rapport à Dimitrov. Il soutient officieusement les initatives de front populaire du PCF au printemps 1935 mais ensuite marque ses réticences à l’égard des déclarations de Thorez et Cachin en faveur d’une éventuelle participation gouvernementale.

5 Stepanov pseudonyme de Minev, S. Né en Bulgarie en 1893, membre du parti socialiste avant la guerre, il devint un des représentant de l’IC pour l’Europe de l’Ouest et du Sud. Il accomplit également des missions en Amérique latine et fut, à partir de 1926, l’un des dirigeants du secrétariat latin. Après avoir été plusieurs années en Espagne, il rentre à Moscou, où, en 1935, il devient l’adjoint de Manouilsky.

6 Le siège du PCF était situé au 120, rue Lafayette.

7 Revue mensuelle du PCF.

8 André Le Troquer, conseiller municipal socialiste du 12e arrondissement de Paris. Dans le nouveau Conseil général de la Seine la majorité change : le 27 juin, l’Humanité titre : « Avec discipline, le Front populaire emporte tout le bureau du conseil général. »

9 Les communistes adoptent en cette occasion une attitude modérée afin d’obtenir que les radicaux se démarquent de Laval.

10 Staline.

11 K. Vorochilov. Né en 1881, bolchevik depuis 1903, il participa activement à la guerre civile. Sa carière se développa avec l’affermissement du pouvoir de Staline. Il est, de 1925 à 1941, commissaire du peuple à la Guerre.

12 Churchill, longtemps ministre conservateur des Affaires étrangères du Royaume-Uni.

13 Louis Oscard Frossard, né en 1889, socialiste, premier secrétaire général du PCF jusqu’au 1er janvier 1923, jour de sa démission du Parti. Après avoir rejoint la SFIO, il sympathisa avec la scission des « néos » en 1933, mais quitta le Parti seulement le 1er juin 1935, lorsqu’il accepta le poste de ministre du Travail dans l’éphémère gouvernement Bouisson puis dans celui, plus durable, qui fut présidé par Laval. Il se présente dès lors comme socialiste indépendant.

14 Il s’agit de l’hôtel où logeait les cadres du Komintern et les délégués des partis. Les numéros sont ceux des chambres que Cachin, à chacun de ses voyages, note sur son carnet car bien souvent les discussions et les rencontres informelles ont lieu chez l’un ou l’autre.

15 Octavio Brandao, né au Brésil en 1896, il est l’un des fondateurs du parti brésilien, membre du Comité exécutif depuis 1932. Il est depuis cette date à Moscou, où il représente son parti.

16 Wilhelm Pieck, né le 3 janvier 1876, il avait été un dirigeant de la Ligue spartakiste, puis dans les années 1920 du Secours rouge, avant d’entrer au Bureau politique du PC allemand. Elu au Comité exécutif de l’IC en 1928, il y représenta son parti de 1930 à 1932. Après le XIe Plénum, en 1931, il devint membre du Présidium et du secrétariat politique de l’IC. Exilé à Paris, à la mi-mai 1933, il participa à la reconstitution de la direction du Parti. Jugé plus favorable que d’autres dirigeants du parti allemand à l’orientation du front populaire, il reste cependant encore très réservé, en juillet 1935, comme l’attestent les notations de Cachin. Il est amené au lendemain du VIIe Congrès à prendre une position plus claire à propos du Front populaire lors de la conférence dite de Bruxelles, au cours de laquelle il est élu à la présidence du Parti.

17 Pseudonyme de Palmiro Togliatti.

18 Claude Servet, pseudonyme de David Retchiski, dirigeant des Jeunesses communistes en 1925-1926. Responsable de l’agit-prop en 1930 et 1931, il fut ensuite critiqué et écarté de la direction du PCF pour avoir fait partie du groupe dit « Barbé-Célor ». Ayant fait son autocritique, il part pour le VIIe Congrès en URSS, où il occupe des responsabilités au secrétariat latin du Komintern.

19 Friedrich Adler, né en 1879 à Vienne, secrétaire du parti social-démocrate autrichien et de l’Internationale socialiste de 1923 à 1939. En 1935, il s’installe à Bruxelles.

20 Émile Vandervelde, né en 1866, leader de la social-démocratie belge et membre du bureau de l’Internationale socialiste. Orateur, conférencier, il défend depuis 1933 l’idée qu’une position unanime de l’IOS étant impossible, chaque section nationale doit restée libre de ses initiatives.

21 Tchang Kaï-Chek, né en 1887, chef du parti nationaliste du Guomindang, tente depuis sa rupture avec les communistes de les réduire par des moyens militaires. Cette offensive culmine en 1934 lorsque ses troupes obligent les communistes à une retraite vers le Nord. Cette Longue Marche vient de s’achever à la veille du VIIe Congrès.

22 Chu Te (Zhu De), né le 30 novembre 1886 dans le nord du Sichuan, adhéra au PCC à Berlin en 1922. Après un séjour bref à Moscou, il retourna en Chine, où il participa aux mouvements insurrectionnels. Ayant une solide formation et une expérience militaires, il prit en charge le commandement des armées communistes qui resistèrent pendant quatre ans (de 1930 à 1934) aux assauts des nationalistes avant d’entreprendre la longue marche vers le Nord sous la direction de Zhu De.

23 Mao Tsé-toung (Mao Zedong), né le 26 décembre 1893. L’année 1935 correspond au moment où il s’imposa à la direction du Parti, après avoir été longtemps minoritaire, l’aventure de la Longue Marche lui ayant permis de jouer le premier rôle.

24 Su Tien-hsuan (Su Dianxuan), né en 1897, cadre rural du Henan.

25 Lin Piao (Lin Biao), né en 1907, membre des Jeunesses communistes en 1925, puis du Parti, entre à l’académie militaire de Huangpu. Il gravit les échelons de la hiérarchie militaire et tint le quatrième rang de la hiérarchie pendant la Longue Marche. Il dirigea l’avant-garde de l’armée pendant cette aventure.

26 Chou En-lai (Zhou Enlai), né en 1898, participa au mouvement national de mai 1919, en France de 1920 à 1924. Pendant la période de collaboration avec le GMD, il dirigea le département politique de l’académie militaire de Whanpoa ; en 1927, après l’écrasement des soulèvements communistes, il perdit ses responsabilités au BP du PCC, dont il resta cependant suppléant. Au début des années 1930 il se consacra à l’éducation politique des cadres militaires de l’Armée rouge et joua un rôle important dans la mobilisation et l’organisation de la Longue Marche.

27 Province de la Chine centrale.

28 Il s’agissait de la commission politique de l’IC qui s’occupait périodiquement des affaires françaises et qui dans le passé avait « suggéré » notamment comment les délégations du Parti devaient être composées. Manouilsky était particulièrement bien placé pour savoir la manière dont il avait, à diverses reprises, de 1927 à 1933, imposé les modifications de la ligne politique du Parti et modifié la composition de la sa direction. Cachin, en 1927 et 1928, en avait directement pâti...

29 Pierre Cot, né en 1895, député radical de Chambéry, ministre de l’Air dans les différents gouvernements de Daladier et Chautemps en 1933 et 1934. Il est en 1935, à la Chambre, l’un des plus chauds partisans de la modernisation de l’armée de l’Air et l’un des plus actifs en faveur de l’alliance franco-soviétique.

30 Édouard Daladier, né en 1884, a déjà un long passé gouvernemental. Ministre de la Guerre et président du Conseil à plusieurs reprises, ce dirigeant du parti radical vit sa carrière apparemment compromise après sa démission de la présidence du Conseil au lendemain de l’émeute du 6 février 1934. Il fit sa rentrée politique au printemps 1935 en se présentant, au sein du parti radical, comme le défenseur de la politique de Front populaire. Il participa ainsi aux manifestations du 14 Juillet 1935 et incarna, à ce moment, le radicalisme avec lequel le PCF comptait s’allier.

31 Heinz Neumann, né le 6 juillet 1902 à Berlin, dirigeant du PCA et représentant de l’IC en Chine, en 1927. Il fut ensuite l’un des protagonistes de la politique du PCA contre les droitiers et le social-fascisme. Après avoir été l’un des plus vigoureux défenseurs de la ligne classe contre classe et de la confrontation avec les socialistes, il fut en 1932 écarté de la direction du Parti, qui l’envoya en URSS, comme son représentant. Après la victoire du nazisme, il se réfugia en URSS où il conserve en 1935 une certaine activité dans les milieux du Komintern avant d’être arrêté en 1937 puis exécuté en prison. Quand on sait les accusations de complaisance à l’égard du nazisme dont il fut l’objet dans son parti et dans l’IC, il est intéressant de noter les remarques de Cachin, qui relève la vigilance antifasciste de Neumann.

32 Jacques Doriot, né le 26 septembre 1898, député maire de Saint-Denis, exclu du PCF en juin 1934. L’ancien dirigeant du Parti mène alors campagne contre le rapprochement de la France avec l’URSS. Il conserve à cette époque une forte assise locale confirmée par les récentes élections municipales.

33 Robert Wolfsohn, médecin, membre du PCF depuis sa fondation, militant à Levallois-Perret (Seine). Secrétaire de la section du 17e arrondissement.

34 Jacob Kalmanovitch, dit docteur Coron, né en 1898 à Paris, militant des Jeunesses socialistes puis communistes. Médecin, collaborateur de l’Humanité. Soignait les dirigeants du Parti. Il intervient en 1935 dans la presse et dans des conférences publiques sur les questions de santé.

35 Pierre Rouquès, né en 1900, interne des hopitaux de Paris, au parti communiste dès 1921. Organisateur de dispensaires municipaux dans la région parisienne, il anime également les œuvres sociales des fédérations CGTU de l’industrie et contribue à la création de la polyclinique des métallurgistes, « Les Bleuets ». Il participa, en 1932, à la constitution du mouvement des médecins contre la guerre. En 1935, il est particulièrement en vue dans la délégation médicale qui se rend en URSS et que Cachin croise.

36 Kazuo Fukumoto, né le 4 juillet 1894, était un économiste et théoricien communiste qui élabora les thèses du PCJ lors de sa reconstitution en 1926. Accusé de sectarisme, il fut écarté par la direction de l’IC, qui, en 1927, réunit les dirigeants du Parti et leur fit adopter de nouvelles thèses. Bien éloigné de la direction et militant dans la section de propagande, il fut arrêté en juin 1928 puis condamné à dix ans de prison.

37 Hitoshi Yamakawa, né le 20 décembre 1880, un des fondateurs du PCJ, s’était vu vivement critiquer sa conception du front unique, qui aux yeux du Komintern sacrifiait la spécifité du Parti d’avant-garde. Il persista ensuite dans cette ligne après 1927 en s’opposant aux thèses du parti et en prônant un front commun de tous les partis prolétariens.

38 Jacques Duclos, né en 1896, est alors secrétaire du Parti : il mène la campagne municipale du parti contre Doriot à Saint-Denis. Il représente la direction du Parti lors des manifestations du 14 Juillet et assure les réunions de militants convoquées pour discuter de l’action contre le gouvernement Laval et des différents affrontements sociaux survenus dans les ports de Brest et de Toulon. L’Humanité du 26 juillet titre : « Discours de J. Duclos à l’assemblée d’information de 3 000 communistes parisiens. »

39 Gaston Bergery, né en 1892, député radical depuis 1928, critiqua violemment Herriot pour sa modération, en 1932, et quitta le parti radical en 1933. Il fonda alors l’organisation Front commun, rassemblement antifasciste. Pourtant, en 1935, il reste à l’écart du rapprochement des organisations de gauche, dont il critique souvent les arrière-pensées tactiques et la modération des objectifs.

40 Pierre Laval, né en 1883, est de nouveau président du Conseil quand Cachin se rend en URSS. Il a été le ministre des Affaires étrangères du gouvernement Flandin. Il occupait ce poste depuis l’assassinat de Louis Barthou. Laval prolonge dans une certaine mesure la diplomatie de celui-ci, qui avait amorcé le rapprochement avec l’URSS. Cependant, malgré la signature du pacte franco-soviétique en mai 1935, la diplomatie de Laval est surtout marquée par les concessions et les encouragements qu’il prodigue à Mussolini. En politique intérieure, il n’hésite pas à se concilier les faveurs des ligues d’extrême droite.

41 Louis Lévy, né le 11 juillet 1895, journaliste au Populaire. À l’occasion du VIIe Congrès de l’IC, l’un des thèmes de la presse socialiste était de considérer que l’unité d’action internationale devait passer par la disparition des anciennes organisations ouvrières internationales.

42 José Diaz, né en 1894, secrétaire du Parti communiste espagnol depuis 1932, s’efforça d’engager le parti dans la voie du travail de masse et de l’unité des forces ouvrières. On peut consulter le compte rendu de son discours dans la Correspondance internationale, n° 100, p. 1461-1465.

43 Camille Planche, né en 1893, avocat, député républicain socialiste de l’Allier, puis député socialiste de la SFIO depuis 1932, avait fondé la Ligue des anciens combattants pacifistes. En 1932, il avait, bien que socialiste, adhéré au Comité contre le fascisme et la guerre avant de s’en retirer sur l’ordre de son parti.

44 Jean Zyromski, né en 1890, est le leader au sein du parti socialiste SFIO de la Bataille socialiste. Il défend une position à la fois favorable à la défense nationale, à l’alliance avec l’URSS et à la formation du Front populaire. Favorable à la réunification des deux partis issus de la scission de Tours, il était partisan du au développement des contacts entre les organisations aux différents niveaux.

45 Litvinov, né en 1876, membre du parti social, démocrate russe depuis 1902, devenu commissaire du peuple aux Affaires étrangères en 1930, imprima à la diplomatie soviétique une orientation favorable à la sécurité collective et à la participation active de son pays à la SDN.

46 John Ross Campbell, né en 1894, membre fondateur du PCGB, membre de son Bureau politique et du Comité exécutif de l’IC depuis 1925.

47 Abréviation en russe de l’Internationale communiste des jeunes (ICJ).

48 Molotov, Viatcheslav Mikhaïlovitch, né en 1890, était depuis 1930 président du Conseil des commissaires du peuple.

49 Georgi Dimitrov, né en 1882, communiste bulgare, arrêté en Alemagne en 1933 alors qu’il s’occupait à Berlin du bureau occidental de l’Internationale communiste, est le premier héros de l’antifascisme. Après son acquittement, il trouva asile en URSS, où il devint rapidement la figure de proue de l’Internationale communiste, qu’il engagea dans la voie du Front populaire.

50 Otto Bauer, né à 1881, mort à Paris en 1938. Dirigeant de la social-démocratie autrichienne et leader de l’Internationale ouvrière socialiste. Après la défaite du mouvement ouvrier autrichien (voir ci-dessous), Bauer quitta l’Autriche et s’installa à Brno, en Tchécoslovaquie.

51 Il est à noter que la dénonciation du planisme qui s’inspirait en premier lieu de la politique du gouvernement socialiste belge, inspiré par les théories d’Henri De Man, si elle persiste, comporte cependant quelques nuances.

52 Il s’agissait d’un grand raid aérien passant par-dessus le pôle Nord.

53 L’Humanité du 3 août titre : « Staline fixe les tâches des chemins de fer soviétiques. »

54 L’organisation paramilitaire des socialistes autrichiens fut la principale force qui tenta en février 1934 de s’opposer à l’austro-fascisme, les armes à la main. La défaite due en partie à la démobilisation militante suscitée par la politique de la direction du Parti suscita un vif débat dans le parti socialiste, réduit à l’illégalité. Les militants du Schutzbund, souvent plus jeunes, reprochèrent aux dirigeants de ne pas avoir préparé le parti à l’affrontement. L’URSS en accueillit un certain nombre et une proportion notable de ces militants adhérèrent au parti communiste autrichien, resté jusqu’alors groupusculaire. Pour les dirigeants de l’IC, ces ralliements donnaient crédibilité au nouveau discours sur la différenciation croissante à l’intérieur de la social-démocratie et pouvaient laisser penser que le mouvement de fusion avec les communistes annonçait les derniers jours du réformisme.

55 Palme Dutt, né en 1896, universitaire, membre du Bureau politique du PCGB depuis les années 1920. Délégué aux VIe et VIIe Congrès.

56 Losovsky, né Solomon Abramovitch en 1878. Militant révolutionnaire, il vécut en exil à Paris de 1909 à 1917. Devenu bolchevik en 1920, il prit la responsabilité de l’Internationale syndicale rouge, le Profintern. Bon connaisseur du mouvement ouvrier français, il avait de nombreux contacts avec les dirigeants communistes français mais avait marqué ses réticences, les mois précédents, devant la perspective d’une réunification syndicale qui marquerait la fin de la CGTU. C’est seulement en juin 1935 qu’il accepte la possibilité de dissoudre les fractions communistes dans les syndicats.

57 Rose Duhamel avait épousé Charles Vildrac en 1905. Celui-ci, né en 1882, était écrivain et dramaturge. Animé de sentiments pacifistes, il fit plusieurs voyages en URSS et participa à l’Association des écrivains et artistes révolutionnaires (AEAR). Il écrit dans la revue Europe et participe au comité directeur de Regards. Il a manifesté à plusieurs reprises son soutien à Victor Serge mais ne prend pas, en 1935, ses distances avec l’URSS, dont il soutient les réalisations.

58 Luc Durtain, pseudonyme d’André Neveu, né en 1881, écrivain et journaliste, après avoir été médecin. Admirateur de l’URSS, il est un « compagnon de route » du Parti, il avait été l’un des signataires en faveur d’un Congrès international des écrivains pour la défense de la culture.

59 Georges Sadoul, né en 1904, alors journaliste à Regards et déjà critique de cinéma, était membre de l’AEAR et collaborateur de la revue Commune.

60 Paul Faure, né en 1878, secrétaire du parti socialiste, SFIO, avait été, lors de la discussion à la délégation des gauches, l’un des plus hostiles à toute participation gouvernementale avec les radicaux sur un programme de défense républicaine.

61 Jean Lebas, né en 1878, militant socialiste depuis le début du siècle, maire de Roubaix et membre de la CAP de la SFIO.

62 Wang Ming (Chen Shaoyu, dit), né en 1905, étudiant à Wuhan, où il adhère au communisme en 1925. Il fit un premier séjour à Moscou de 1925 à 1930, puis s’y retrouve de 1932 à 1937. Représentant du PCC, il est membre du Comité exécutif de l’IC et acquiert une notoriété entérinée par le déroulement du VIIe Congrès, où il présente une intervention sur l’application du front uni au « mouvement révolutionnaire dans les pays coloniaux ». Comme Cachin le relève avec pertinence, son discours manque d’originalité et se contente de généraliser la politique de front unique exposée par Dimitrov. Sur la Chine, ses conceptions sont assez loin de celles que défend et met en pratique Mao, qui n’a de cesse d’affirmer son influence contre celui qui apparaît comme l’homme de l’étranger. Voir son intervention dans la Correspondance internationale, n° 109, p. 1605.

63 Maurice Thorez (1900-1964), secrétaire général du PCF, présente le principal discours de la délégation française. Il ne se contente pas de décrire la situation de son parti mais expose son expérience en valorisant sa portée générale. Voir le compte rendu de son intervention dans les archives de l’IC (494-1-226) et dans la Correspondance internationale, n° 106, p. 1537 à 1545.

64 Getulio Vargas, né en 1883, gouverneur de l’état du Rio Grande, battu aux élections présidentielles de 1930, prit la tête d’une révolte militaire et, comme président provisoire, devint pratiquement le dictateur du pays. Ses positions nationalistes et antiaméricaines le rapprochèrent du mouvement dirigé par Prestes lorsqu’il devint président constitutionnel.

65 Khristian Georgiévitch Rakowsky, né en 1873, militant socialiste en Roumanie, étudiant en médecine, en Suisse, en Allemagne puis en France, retourna en Roumanie en 1904. Expulsé et déchu de sa nationalité, il participa aux congrès socialistes internationaux et parcourut l’Europe. Participant à la révolution russe, il rejoignit les bolcheviks et devint président de l’état soviétique d’Ukraine. Il appuya Trotsky dans sa critique de Staline. Il fut envoyé comme ambassadeur en Angleterre puis en France. Après une campagne antisoviétique conduite par le gouvernement français, il dut quitter la France en octobre 1927. Il fut exclu de la direction du PC(b) puis du Parti même à la fin de cette année. Arrêté et exilé, il poursuivit son opposition jusqu’en 1933. En février 1934, il renonça officiellement à son opposition et fut nommé en mai commissaire du peuple adjoint à la Santé. En mars 1935, il signa un texte à la gloire de Staline.

66 Stanislas Lapinski, né en 1879, avait rejoint les bolcheviks en 1917, puis participé à l’organisation du bureau économique de l’Internationale communiste à Berlin.

67 Renaud Jean, né en 1887, militant socialiste avant 1920, député du Lot-et-Garonne, l’un des fondateurs du PCF et spécialiste des questions paysannes. À plusieurs reprises, il prit ses distances à l’égard de la politique paysanne de l’IC. Ainsi avait-il critiqué en 1928 le programme de l’IC sur ce point. Hostile à l’orientation classe contre classe, en 1928, Renaud Jean avait, au début 1934, marqué son inclination en faveur de l’unité d’action avec les socialistes malgré les critiques émises par le XIIIe Plénum de l’IC. En mai 1935, il montra certaines réserves à l’égard de la manière dont le pacte franco-soviétique avait été signé et expliqué.

68 André Delmas, né en 1899, instiuteur et dirigeant du SNI, dont il est le secrétaire général depuis 1932. Il joue un rôle très actif dans la formation du rassemblement antifasciste. Il se déclare favorable au développement du Front populaire et participe à la préparation des manifestations du 14 Juillet 1935.

69 Ces notes servent visiblement à alimenter l’éditorial que Cachin signe, dans l’Humanité, le 12 août, sous le titre : « Le Front populaire au VIIe Congrès de l’Internationale communiste. »

© CNRS Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search