Version classiqueVersion mobile

Carnets. Tome IV

 | 
Marcel Cachin

Année 1935 (Moscou)

Préface

Serge Wolikow

Texte intégral

1Le séjour de Marcel Cachin à l’occasion du dernier congrès de l’Internationale communiste s’inscrit dans une série qui avait commencé quinze ans auparavant lorsqu’en compagnie de Frossard il avait assisté au IIe Congrès de l’IC, avant même la création du PCF. Depuis lors, il a participé à de nombreuses sessions des organismes dirigeants de l’IC : les réunions plénières du Comité exécutif ou du congrès lui sont familières. Il était ainsi, en 1928, au VIe Congrès, puis, en 1931, au XIe Plénum. Son dernier voyage, en 1933, avait revêtu un caractère différent puisqu’il avait pour objet le repos dans un sanatorium du Caucase, en compagnie de sa femme. Bien que Cachin demeurât le dirigeant communiste français dont la notoriété était la plus forte, sa position dans la direction effective du Parti avait connu une éclipse décisive au tournant des années 1930. Même après la mise en cause de la politique sectaire au nom de laquelle il avait été écarté des instances de décision, il ne retrouve pas le rôle qu’il avait antérieurement joué. La fatigue, l’âge aidant, le pousse à se consacrer à ses responsabilités éditoriales même si, là encore, la ligne du journal est définie par des dirigeants étroitement associés à l’équipe de direction du Parti ou de l’Internationale – Ferrat de 1932 à fin 1933 puis Marty jusqu’à l’été 1935. Cachin, qui n’a plus de siège à la Chambre des députés, a donc une activité moins intense que par le passé. Il reste cependant associé de très près aux réflexions de la direction du Parti, avec laquelle il se retrouve particulièrement en phase au travers de la politique de Front populaire. Pour les militants comme pour les dirigeants de l’Internationale communiste, il reste la figure la plus populaire et la plus représentative du communisme français. Son voyage illustre l’originalité de sa position au sein du PCF. Il fait partie de la délégation officielle du Parti et intervient en tant que tel à la tribune du congrès, mais il reste à l’écart comme en témoigne son emploi du temps très différent de celui de ses camarades. Parti beaucoup plus tôt et résidant en dehors de Moscou, plusieurs semaines durant, il n’assiste qu’à la moitié des travaux du congrès.

2Dès lors on ne s’étonnera pas que ce carnet de voyage se présente d’une tout autre façon que ceux qu’il a rédigés à l’occasion de ses précédentes participations aux séances de l’IC. La recension minutieuse des séances avec la transcription des différentes interventions laisse la place à des annotations plus dispersées même si les grands thèmes à l’ordre du jour sont évoqués d’autres manières. Ses multiples rencontres lui fournissent l’occasion d’aborder, sous forme lapidaire, les différents points qui préoccupent les dirigeants de l’Internationale, notamment les soviétiques. Mais la parcellisation de ses remarques illustre bien la nouvelle situation de Cachin, qui n’a plus autant besoin que par le passé de notes exhaustives, étant déchargé désormais des multiples rapports, comptes rendus ou articles informatifs qui auparavant lui incombaient. Ses articles et ses interventions, encore nombreux, présentent un degré de généralité qui ne réclame plus la même quantité d’informations. Le propos de ce carnet est en revanche plus varié et nous restitue sans doute mieux les effets d’ambiance malgré la difficulté accrue pour lui d’avoir des contacts approfondis et des discussions franches, même avec les dirigeants qu’il connaît depuis de nombreuses années. Il est des silences éloquents, comme celui qui concerne la répression s’abattant, après la mort de Kirov, sur nombre de dirigeants de l’IC que Cachin connaissait de longue date, même s’il ne les appréciait guère. Bien que l’organisation des notations de ce carnet ne corresponde que très partiellement à la chronologie et au déroulement effectif du congrès, les remarques ou les considérations théoriques voire stratégiques consignées par Cachin réclament une présentation générale qui permette de les situer et de mesurer leur intérêt.

3Les conditions de préparation puis de tenue du VIIe Congrès sont surtout connues grâce à de multiples informations parcellaires, faute d’une étude exhaustive fondée sur l’analyse des archives de l’IC. Malgré l’ouverture récente de celles-ci, on ne peut ignorer la lenteur de recherches, obligées de compter avec la masse documentaire et un certain nombre de lacunes dues aux coupes induites par la répression qui a touché, dès 1936, nombre des protagonistes de ce congrès. Cependant, même dans la perspective de l’aboutissement de cette vaste étude à partir des archives, persistera l’intérêt de ce carnet qui garde, en tout état de cause, le caractère spécifique d’une source nous mettant en contact avec la subjectivité d’un acteur-témoin dont les impressions et les remarques sont indemnes des effets de la réécriture postérieure à laquelle même les meilleurs mémorialistes du communisme n’ont pas toujours su échapper.

4Puisque le VIIe Congrès de l’IC est l’objet de ce voyage de Cachin, il faut rappeler les changements significatifs survenus aussi bien dans l’Internationale communiste que dans la situation de l’URSS. Sans doute est-il des continuités fortes sur les plans idéologique et politique qu’il convient de garder toujours à l’esprit ; il reste que les contemporains, au nombre desquels Cachin lui-même, sont alors surtout sensibles à des évolutions perçues positivement par la majorité des communistes occidentaux. La chronologie fine revêt une grande importance car se trouvent, en cette année 1935, associées la nouvelle politique de l’Internationale communiste et le visage plus avenant de l’URSS avant la multiplication des grands procès. À cette date, l’évolution de l’IC et celle de l’URSS paraissent rapides, cohérentes et positives aux yeux de la plupart des observateurs.

5 Lors du XIe Plénum, en 1931, où Cachin avait été l’un des rapporteurs, la situation internationale était analysée par l’IC comme prérévolutionnaire. La progression du nazisme en Allemagne, le développement de la crise économique mondiale, la dénonciation virulente de la diplomatie anglo-française et la critique sans nuance de la social-démocratie étaient autant d’éléments caractéristiques d’une orientation fondée sur la prédiction d’un prochain cycle de guerre et de révolution. Dans cette optique, la montée du fascisme était interprétée comme le signe annonciateur d’une prochaine vague révolutionnaire. La dénonciation de la démocratie bourgeoise était confortée par sa crise jugée définitive. Face au fascisme, la révolution soviétique était censée être la seule possibilité. Concernant la situation internationale, la menace de guerre contre l’URSS restait attribuée à l’ensemble des pays capitalistes, et notamment de la Grande-Bretagne et de la France. Les différents partis devaient, par leur propagande et leur action antimilitariste, freiner sinon empêcher la participation de leur pays à une prochaine agression contre l’URSS, à laquelle ils devaient, en tout état de cause, se préparer. Les interdictions qui pleuvaient sur nombre de partis communistes étaient considérées comme normales pour des partis d’avant-garde, bolchevisés et luttant à contre-courant. La plupart avaient des effectifs réduits et une influence minoritaire dans le monde ouvrier. Malgré le développement de la crise économique, l’influence communiste ne s’était pas renforcée, au début des années 1930, dans les grandes entreprises. La dénonciation du syndicalisme réformiste avait conduit les communistes à déserter les rangs syndicaux dénoncés comme les principaux appuis du social-fascisme. L’Internationale syndicale rouge, sous la direction de Losovsky, avait préconisé la constitution de comités regroupant les ouvriers non syndiqués et les chômeurs ainsi que le développement de syndicats révolutionnaires se mobilisant pour la réussite de grèves politiques de masse mettant en cause le système capitaliste lui-même. Cette orientation dite « classe contre classe », généralisée par l’Internationale communiste depuis 1929, reste la référence officielle jusqu’au début de 1934. Il faut attendre l’été pour que s’exprime un changement d’orientation confirmé en 1935 lors du VIIe Congrès.

6Avant d’examiner comment sa préparation puis son déroulement coïncident avec des modifications politiques importantes, envisageons la situation du pays qui, depuis 1919, abritait le siège de l’IC. Cachin ne manquait pas de s’intéresser, à chacun de ses voyages, à la situation de l’URSS. Il recevait bien sûr des informations officielles mais il était également un bon observateur de la vie soviétique, à propos de laquelle il pouvait, grâce à ses nombreux voyages, procéder à des comparaisons significatives. Nonobstant les visites officielles qui le conduisaient dans des usines et des fermes modèles, il aimait à se promener dans les rues de Moscou, où il s’attachait aux détails et à l’atmosphère de la vie quotidienne. De ce point de vue, il avait été frappé, comme la plupart des visiteurs étrangers, par l’extrême tension sociale et les pénuries du début des années 1930. Malgré le discours enthousiaste de ses hôtes sur la réussite des deux premiers plans quinquennaux, il ne lui avait pas échappé, en 1931 et 1933, que les magasins étaient vides et que la population semblait fatiguée. La collectivisation forcée et l’industrialisation accélérée n’avaient pas seulement bouleversé l’économie et la société soviétiques. Elles avaient généralisé l’usage des moyens de contrainte et le recours aux procédures administratives dans toute la vie quotidienne. Outre la déportation de millions de paysans et la suppression du système commercial privé dans les villes, la centralisation bureaucratique et autoritaire n’avait cessé de croître dans la société comme au sein du Parti. Même si l’élimination physique n’avait pas atteint ses cadres, ceux qui manifestaient des réticences ou des désaccords étaient écartés sans discussion et selon des méthodes expéditives. La dénonciation et la destitution de certaines des figures les plus connues du Parti étaient devenues habituelles, parallèlement à l’exaltation du rôle de Staline. En dépit de la célébration officielle des résultats du premier plan quinquennal, les difficultés de la vie quotidienne, la pénurie des biens de consommation alimentaires et manufacturés ne pouvaient être dissimulées. En développant une vaste répression pour sabotage de l’effort économique, les autorités trouvaient un moyen indirect d’expliquer les difficultés auxquelles la population soviétique était confrontée. Les différents partis communistes étaient d’ailleurs conviés à soutenir l’ensemble des mesures coercitives prises par l’URSS au nom de sa défense et de son développement. L’année 1934 marque, sur ce plan également, un certain tournant, bien qu’il soit particulièrement ambigu puisque l’apaisement proclamé lors du XVIIe Congrès du Parti répond, quelques mois plus tard, l’assassinat de Kirov, secrétaire du Parti à Leningrad et étoile montante de la nouvelle génération. Dès lors, la répression repart contre d’anciens dirigeants du Parti comme Zinoviev et Kamenev. En revanche, d’autres responsables reviennent au premier plan, tels Boukharine et Radek, associés au projet d’élaboration d’une nouvelle Constitution. La détente est également perceptible sur le terrain économique, avec une amélioration relative de l’approvisionnement en biens de consommation en vertu des nouvelles orientations annoncées lors du dernier congrès. Ces contradictions se retrouvent au niveau de l’Internationale lors de la longue et laborieuse préparation du VIIe Congrès.

  • 1 Kirill Shirinia, Stratégie et tactique du Komintern dans la lutte contre le fascisme et la guerre ( (...)

7C’est au début de juin 1934 que la décision de convoquer le congrès est prise par le Présidium : cela fait, à cette date, six ans que le précédent s’est tenu. Les statuts de l’IC, modifiés en 1925, avaient prévu une périodicité bisannuelle. En fait, le congrès avait été remplacé par des réunions, dite élargies, du Comité exécutif, en 1931, 1932 et 1933. Ces réunions avaient été surtout l’occasion pour la direction de l’IC d’instruire le cas des partis communistes défaillants dans l’application de l’orientation « classe contre classe », dont le bien-fondé avait constamment été réaffirmé, en dépit de l’affaiblissement et des échecs des partis communistes, notamment européens. L’annonce du congrès coïncide avec les changement à la tête de l’Internationale, dont G. Dimitrov devient alors le principal dirigeant. Le 28 mai 1934, l’ordre du jour et la personnalité des principaux rapporteurs sont décidés, des commissions sont mises en place afin de préparer rapidement les documents à soumettre au congrès, qui devait se tenir à l’automne1. Dimitrov, chargé du rapport sur la lutte contre le fascisme, soumet des propositions qui secouent l’équipe dirigeante de l’IC. Elle est loin d’être unanime pour modifier ses analyses sur la démocratie bourgeoise, la social-démocratie et le fascisme, points sur lesquels Dimitrov estime, à la lumière de l’expérience allemande, qu’il faut changer la politique de l’IC. Les consignes et les encouragements prodigués parallèlement par Dimitrov et Manouilsky au PCF pour qu’il propose à la SFIO l’unité d’action contre le fascisme contrastent avec les résistances qui se font jour au Présidium lorsqu’y est examinée la question allemande. Quelques jours après la « nuit des longs couteaux », des dirigeants du PCA et de l’IC comme Piatnitsky ou Béla Kun escomptent encore l’effondrement du nazisme et soutiennent la thèse de la disparition de la social-démocratie. Nombre d’études historiques ont mis en lumière l’existence de clivages et de divergences d’appréciation durables au sein du Présidium de l’IC. L’attitude de Staline est également équivoque puisque, sur le fond, il manifeste des réserves, notamment quand Dimitrov propose de réviser l’analyse de la social-démocratie. S’il laisse s’engager cette inflexion politique, c’est qu’elle rencontre les orientations de la diplomatie soviétique. Le rapprochement avec la France, l’entrée de l’URSS à la SDN, au moment où l’Allemagne la quitte, indiquent un rééquilibrage des relations diplomatiques de l’URSS, désormais prioritairement inquiète de la politique allemande.

  • 2 Présidium de l’IC, séance du 9 décembre 1934, CRCEDHC, 495-2-192.
  • 3 Aldo Agosti, Palmiro Togliatti, UTET, Turin, 1996, p. 191-197.

8Mais durant l’été 1934, en dépit des progrès unitaires en France, la direction de l’IC reste divisée sur l’ampleur des nouvelles perspectives qu’il convient de tracer. En témoignent la décision, le 5 septembre, de reporter le congrès à l’année suivante et les réticences devant le mot d’ordre de Front populaire lancé par le PCF en octobre. En décembre, une réunion du Présidium, consacrée à la situation française, est l’occasion de nouveaux débats qui révèlent la persistance des réserves de certains dirigeants de l’IC comme Losovsky, Kun, Piatnitsky ou Tchémodanov, alors que Manouilsky ou Fried, le représentant de l’IC en France, appuient vigoureusement les initiatives du PCF2. Durant les premiers mois de l’année 1935, la préparation du congrès reste laborieuse, comme l’indiquent les premières études fondées sur l’analyse des archives3. Parmi les questions en suspens arrive en bonne place l’analyse du fascisme, à propos duquel Togliatti et Dimitrov avancent notamment l’idée qu’il est capable de mettre en œuvre des moyens politiques et idéologiques spécifiques pour consolider son assise sans pour cela écarter l’utilisation de la terreur. Ce point de vue continuait de susciter des remarques critiques, de même que la proposition de Dimitrov d’envisager le fascisme comme une forme possible, mais non nécessaire, de la domination capitaliste. La manière de concevoir le Front populaire continue, à la lumière du cas français, de soulever chez les dirigeants de l’IC des remarques d’ampleur générale, car il s’agit toujours de critiques portant sur les concessions exagérées faites par le PCF à ses alliés et sur sa tendance à oublier l’action de classe au bénéfice des accords politiques généraux. L’examen des projets de rapports provoque également des discussions sur l’intérêt d’une partie autocritique qui, pour chacun d’eux, permettrait de clarifier les raisons et l’importance des modifications. Les propositions allant dans ce sens sont toutes repoussées, essentiellement parce qu’elles mettent en cause le dogme de l’infaillibilité de l’IC et, au-delà, la personne de Staline lui-même.

9C’est seulement le 27 mai que le Présidium appuie explicitement la démarche de Front populaire du PCF et appelle les autres partis à s’inspirer de son expérience. Dans le même temps, différents partis communistes lancent des propositions d’action commune antifasciste, en Bulgarie, en Tchécoslovaquie, en Pologne, en Espagne. Nul doute que la situation internationale et l’évolution de la diplomatie soviétique n’aient pesé sur le ralliement de la direction de l’IC à la nouvelle orientation, même si les conservateurs obtinrent que cette nouveauté soit atténuée. L’annonce par le gouvernement allemand du rétablissement du service militaire, en violation du traité de Versailles, la signature, d’autre part, d’un traité d’alliance entre la France et l’URSS sont les éléments les plus marquants de changements diplomatiques au termes desquels l’Allemagne nazie est désormais clairement désignée comme étant l’ennemi principal de l’URSS. La diplomatie soviétique, conduite par Litvinov, connaît ainsi une évolution qui bouleverse les analyses développées de longue date par l’Internationale communiste. La France, la Grande-Bretagne et leurs alliés en Europe centrale ne sont plus désignés comme les fauteurs de guerre contre l’URSS. La signature de traités d’alliance régionaux avec la France, en mai 1935, puis avec la Tchécoslovaquie, en juin, est accompagnée par une analyse différenciée des pays capitalistes. Dans le domaine international, le caractère agressif des puissances fascistes est désormais clairement affirmé, même si la dénonciation de l’Allemagne et du Japon l’emporte largement sur celle de l’Italie. Il reste que cette nouvelle donne diplomatique n’a pas été sans provoquer des remous dans les rangs des communistes et des organisations de lutte contre la guerre. C’en est fini de la dénonciation générale du militarisme et de la politique de défense nationale dans la propagande des partis communistes, qui, désormais, sont invités à concentrer leur critique sur la politique des pays fascistes. Mais ce changement n’est qu’amorcé en juillet 1935 et les délégués des différents partis communistes au congrès de l’IC ne sont pas encore au fait de ces nouveautés. Même Ercoli, chargé du rapport sur la lutte contre la guerre, éprouve certaines difficultés pour intégrer l’inflexion de la diplomatie soviétique dans son rapport, ce qui témoigne d’ailleurs de la position marginale de l’IC par rapport aux décisions de la politique de l’Etat soviétique.

  • 4 On peut sur ces questions se reporter à notre ouvrage, Le Front populaire en France, Bruxelles, 199 (...)
  • 5 CRCEDHC 495-2-198.
  • 6 Commune, n° 23 et n° 24
  • 7 Nicole Racine, « Correspondance autour de l’affaire Victor Serge (1931- 1936) », in Victor Serge, V (...)

10Pour les dirigeants de l’IC, la situation politique en France est une donnée centrale de la préparation du congrès. L’arrivée de Cachin à la fin du mois de juin est d’ailleurs pour Dimitrov un moyen d’obtenir régulièrement des informations concrètes sur les événements politiques français, comme il nous le révèle dans son carnet. Il nous confirme également à quel point les membres du Présidium sont attentifs à leur déroulement lorsqu’il nous décrit son déjeuner avec les plus importants d’entre eux, le 15 juillet, au lendemain des grandes manifestations qui, dans toute la France, marquent la naissance du Rassemblement populaire suscité par les initiatives du PCF. Comme on l’a vu par ailleurs, la France est le théâtre, depuis le début 1934, d’une évolution politique paradoxale marquée à la fois par la poussée de l’extrême droite dans le pays, un basculement à droite de la majorité parlementaire et un renouveau à gauche. Après le gouvernement d’union nationale présidé par Gaston Doumergue, dans lequel figuraient toutes les personnalités de droite ainsi qu’Édouard Herriot, puis celui d’Étienne Flandin, renversé au mois de juin 1935, c’est Pierre Laval, nouveau président du Conseil, qui développe la politique de déflation économique, de bienveillance à l’égard des ligues et de complaisance à l’égard de la diplomatie italienne. L’avenir de ce gouvernement apparaît cependant incertain quand Cachin quitte la France. Au début du mois de juin, une réunion de la délégation des gauches, reconstituée et élargie aux communistes, avait envisagé l’éventualité d’un gouvernement de gauche auquel le PCF pourrait apporter son appui. Cette position nouvelle traduisait l’ampleur et la rapiditié des changements survenus à gauche. Les propositions du PCF en faveur du Front populaire, fin 1934, lui avaient valu plus de sympathie que d’approbations concrètes. Ce fut seulement au printemps 1935 que le rapprochement entre partis et organisations de gauche s’amorça. La perspective des élections municipales n’y était pas étrangère4. Les progrès électoraux qu’enregistrèrent les communistes à cette occasion, les divisions qui traversaient le parti radical, l’impact de la rencontre Laval-Staline puis de la signature du pacte franco-soviétique furent autant d’épisodes qui contribuèrent au retournement de la situation en faveur de la politique de Front populaire. À Moscou, le Présidium de l’IC félicita, le 27 mai, Maurice Thorez venu exposer la politique de Front populaire du PCF, approuvée, pour la première fois, sans restriction5. La politique des communistes français s’inscrivait dès lors fort bien dans le cadre des préoccupations internationales de l’IC. Fort de cet appui, le PCF proposa, par le biais notamment du comité « Amsterdam-Pleyel », aux différentes forces politiques, syndicales et associatives la tenue de grandes manifestations à l’occasion du 14 Juillet. Les pourparlers, engagés juste avant le départ de Cachin, aboutirent à la constitution d’un Comité de rassemblement populaire regroupant plusieurs dizaines d’organisations, dont le parti radical. Les manifestations du 14 Juillet marquèrent tant par leur ampleur que par leur déroulement original. Outre les centaines de milliers de manifestants qui défilèrent dans la capitale et la plupart des grandes villes de province, les contemporains furent frappés par l’organisation et la thématique des défilés. L’esthétique de ces puissantes démonstrations, qui, à Paris surtout, l’emportaient sur celles qu’avaient organisées les ligues, était entièrement inspirée par la tradition républicaine. La prestation de serment, le matin, par des délégations venues de toute la France renouait explicitement avec le souvenir de la fête de la Fédération. Les emblèmes tricolores mêlés aux drapeaux rouges, la Marseillaise alternant avec l’Internationale témoignaient d’une rencontre délibérée entre les symboles du mouvement ouvrier et ceux des forces se réclamant de la république. La présence, côte à côte, des différents leaders politiques de la gauche dans les cortèges concrétisait un rapprochement sans précédent qui se retrouvait également au niveau des intellectuels et des artistes. La tenue du Congrès international des écrivains pour la défense de la culture, du 21 au 25 juin, fut l’occasion pour Aragon, Jean-Richard Bloch, Malraux, Gide et bien d’autres de manifester leur volonté commune de s’opposer en tant qu’écrivains et citoyens aux entreprises fascistes qui remettaient en cause le rationalisme, les traditions humanistes et critiques dont les intellectuels devaient être les garants6. Même si le rôle de l’URSS et de ses intellectuels fut dans l’ensemble célébré, certaines dissonances s’exprimèrent à l’égard de la politique soviétique et de la politique de front populaire dénoncée par certains, tel André Breton, comme un renoncement aux idéaux révolutionnaires et un alignement sur les positions staliniennes. Le cas de l’écrivain et militant Victor Serge, fort connu à l’étranger, victime de la répression soviétique, fut évoqué lors de ce congrès. Ayant été une grande figure du mouvement anarchiste français, avant la guerre, il avait, de retour en Russie, participé aux activités du pouvoir soviétique durant les années 1920, avant d’entrer dans l’opposition à la politique stalinienne. Privé de la possibilité de s’exprimer, de publier ses écrits et de se déplacer, il apparaissait à beaucoup d’écrivains et d’intellectuels comme un cas qui desservait la cause de l’antifascisme. Madeleine Paz, durant le congrès, souleva, non sans difficulté, le cas de V. Serge mais c’est Romain Rolland, figure emblématique des écrivains compagnons de route des communistes, qui prit en charge le dossier et alla le plaider auprès de Staline. Arrivé à Moscou en même temps que Cachin, il rencontra Staline et obtint de lui que Victor Serge puisse partir à l’étranger7.

11La préparation du VIIe Congrès constitue donc un long processus de plus d’une année durant laquelle les analyses et les positions de l’IC connaissent une évolution qui n’est pas encore terminée lorsque l’assemblée internationale s’ouvre.

Tenue et déroulement du VIIe Congrès de l’IC

12Sans entrer dans une étude détaillée des travaux du congrès, impossible dans le cadre de cette introduction, on rappellera cependant ses principaux moments avec le souci de donner au lecteur un aperçu général sur un épisode de la vie de l’IC pour lequel on ne possède pas à ce jour, du moins en français, une étude d’ensemble.

13Le contexte dans lequel s’ouvre le VIIe Congrès de l’IC est, à bien des égards, très différent de celui qui entourait habituellement la réunion de ses instances dirigeantes : pour la première fois depuis 1920, il est réellement dominé par une atmosphère de tension internationale et diplomatique : la guerre fait rage en Chine et menace en Éthiopie. Les ambitions impérialistes japonaises, italiennes ou allemandes sont proclamées et mises en œuvre comme telles par les dirigeants de ces pays. Le congrès, se tenant à Moscou, met en valeur la position internationale de l’URSS, qui joue un rôle nouveau dans le concert des nations : son entrée à la SDN et sa politique de pactes régionaux témoignent de son insertion dans le jeu diplomatique européen notamment. Enfin, les initatives politiques unitaires prises par les partis communistes dans plusieurs pays d’Europe, d’Amérique latine ou d’Asie suscitent un intérêt nouveau pour un événement devenu inhabituel, puisque le précédent congrès de l’IC s’était tenu en 1928 ! Précédé, depuis un an, par une série d’événements qui ont surpris le mouvement communiste, entraîné des changements et suscité bien des interrogations, il en est d’une certaine manière l’aboutissement. L’historiographie communiste des années 1970 en avait fait le point de départ d’un communisme renouvelé, plus attentif aux réalités nationales, soucieux des alliances et sensible aux objectifs politiques intermédiaires. Dernier congrès de l’IC, il a été ultérieurement lu comme son legs principal à un mouvement communiste qui se serait affranchi de ses limitations anciennes, telles que la centralisation bureaucratique accrue, la soumission accrue aux intérêts diplomatiques de l’URSS, la persistance du modèle bolchevique stalinien comme mode d’organisation et de fonctionnement.

14Cachin, à travers ses notations écrites dans l’instant, démolit ce bel édifice élaboré ultérieurement. Il nous fait percevoir les hésitations, les réticences et les tonalités diverses des interventions bien qu’il se garde, pour lui-même, de toute généralisation et même de tout jugement de valeur sur les dirigeants de l’IC, à quelques exceptions près sur lesquelles nous reviendrons. Son regard, ni assidu ni exhaustif, mélange les remarques d’ambiance, de brèves informations et de longs passages informatifs souvent puisés dans les interventions des délégués. Il a semblé utile, pour aider le lecteur à se répérer dans cette écriture parfois très dense, de présenter d’abord le déroulement d’ensemble du congrès, en s’appuyant partiellement sur le regard de Cachin, avant d’évaluer ce que ses notes apportent de spécifique à la connaissance de l’Internationale communiste au moment de son dernier congrès.

15Les travaux du VIIe Congrès de l’IC se déroulèrent dans la salle des Colonnes de la maison des syndicats, là où Cachin avait suivi ceux du VIe Congrès. À l’époque, il avait été attentif à ce nouveau lieu qui, étant situé en dehors du Kremlin, marquait le discrédit relatif de l’IC. En 1935, l’habitude aidant, l’utilisation de cette salle ne représentait plus une nouveauté et ne retint pas l’attention de Cachin. Commencées le 25 juillet, les 42 séances du congrès se poursuivirent jusqu’au 21 août. Y prirent part 510 délégués, dont 371 avec vote délibératif et vote consultatif. Ces délégués représentaient 76 sections nationales, dont 19 partis au titre d’organisations sympathisantes. La commission des mandats dénombra 785 000 adhérents aux partis communistes des pays capitalistes contre 445 300 en 1928. Les effectifs des partis français, tchécoslovaque et chinois avaient sensiblement augmenté dans la dernière année, ce qui fut particulièrement souligné. Il s’agissait, malgré ses déconvenues, d’insister sur les progrès de l’Internationale communiste depuis son précédent congrès, manière d’esquiver la perte de sa principale section et l’absence de la crise révolutionnaire escomptée depuis 1929.

  • 8 CRCEDHC 494-1-156
  • 9 La Correspondance internationale, n° 91, 6 octobre 1935, p. 1344.
  • 10 Le sténogramme mentionne également que « Debout les délégués chantent l’Internationale. La délégati (...)
  • 11 La Correspondance internationale, n° 106, 12 novembre 1935.

16L’organisation des travaux s’exprimait par un cérémonial minutieusement établi : que ce soit la séance inaugurale, l’élection du présidium du congrès, la préparation des résolutions finales, toutes obéissaient à une mise en scène. Les comptes rendus achevaient la théâtralisation par la mention des applaudissements dont l’intensité variable était soulignée par une gradation qui partait de l’indication simple pour la compléter par la gamme des adjectifs prolongés, enthousiastes, associés exceptionnellement à une ovation réservée aux interventions des dirigeants prestigieux comme Dimitrov ou Staline. Parmi les français, Cachin eut droit à des « applaudissements prolongés », déjà mentionnés dans le sténogramme conservé dans les archives.8 La rédaction de la Correspondance internationale, dans le compte rendu publié, ajoute : « Les délégués se lèvent, saluent bruyamment le camarade Cachin. Toute la salle entonne l’Internationale. »9 Thorez eut droit, dans la version imprimée, à de « vifs applaudissements prolongés. »10 L’intervention de l’Anglais Harry Pollitt fut ponctuée seulement par de « vifs applaudissements ». C’était mieux que les « applaudissements » mérités par l’Allemand Florin et le Hongrois Béla Kun11. Pour Cachin, la photo qui montre les Français autour de Staline, dans la Pravda, alors qu’ils ne l’ont pas rencontré, est « une construction » au service d’« une volonté politique », « de même les grandes ovations d’hier au congrès, à la séance d’ouverture ».

  • 12 CRCEDHC 494-1-130.
  • 13 Id.

17La première séance, celle des salutations et des hommages, est l’occasion de dessiner la hiérarchie des sections, d’affirmer la prééminence du poids de l’URSS, de célébrer le rôle de Staline tout en exaltant la solidarité avec les victimes du fascisme. Cachin, preuve de sa notoriété comme de la nouvelle considération dont jouit le PCF, y tient une place non négligeable. Il est chargé de répondre au nom du congrès « aux salutations et aux vœux de nos camarades des usines, des parachutistes et des pionniers de Moscou ». Son intervention, dont il ne précise pas davantage la teneur dans son carnet, est d’abord un dithyrambe de l’URSS : « Nous tous, les congressistes, venus de toutes les nations de la terre à l’appel de notre Internationale communiste, nous exprimons notre admiration enthousiaste à tous ceux et toutes celles qui construisent le socialisme, aux 70 peuples de l’Union soviétique. »12 Après avoir rappelé aux jeunes les sacrifices de leurs aînés, il conclut par une apologie de la diplomatie soviétique tournée vers la paix mais dont la vigilance ne dispensait pas qu’elle soit soutenue par tous les prolétaires : « Quant à nous, représentant ici l’élite des travailleurs du monde entier, délégués par les meilleurs et les plus courageux des ouvriers et des paysans, admirateurs passionnés de l’Union soviétique, nous renouvelons ce soir le serment solennel, camarades, de contribuer de toutes nos forces et à n’importe quel prix à la défense et à la victoire de l’Union soviétique. »13

  • 14 La Correspondance internationale, n° 64, 7 août 1935, p. 911.
  • 15 Id., p. 912.
  • 16 « Suivant tes enseignements, les partis communistes consolideront par tous leurs moyens leur liaiso (...)

18C’est Wihelm Pieck, secrétaire du PCA, qui prononça le discours d’ouverture, de facture traditionnelle aussi bien dans la forme que dans le fond : construit sur l’opposition entre socialisme ou fascisme, il exaltait les victoires de l’URSS, rappelait la radicalisation croissante de la classe ouvrière avec l’approfondissement de la crise, dénonçait les entreprises du fascisme en se réjouissant de la combativité des masses laborieuses pour le socialisme. La critique générale des chefs de la social-démocratie était complétée par l’évocation du rôle néfaste du SPD face au nazisme. N’eût été un bref paragraphe consacré aux possibilités offertes au prolétariat par la survivance « des restes de parlementarisme et de liberté démocratique » et aux progrès du front unique, ce discours eût pu être présenté deux ans auparavant. Sa tonalité volontariste et son registre fortement révolutionnaire affirmaient la continuité et la réussite de l’IC. Dans la lutte contre le fascisme, la dimension offensive préparatoire à la révolution était jugée essentielle : « Il faut que notre congrès élabore une tactique qui rassemble les masses travailleuses pour la lutte contre le fascisme et contre de nouveaux préparatifs de guerre et qui nous permette de pouvoir passer de la défense contre le fascisme à la lutte pour le socialisme. »14 Cette phraséologie classique du dirigeant communiste allemand ne retient pas l’attention de Cachin, qui note seulement les acclamations saluant le nom des délégués choisis pour siéger au présidium du congrès. Le compte rendu publié donne une indication intéressante sur la position occupée par Cachin, qui, comme Marty, recueille de « vifs applaudissements » alors que la plupart des autres membres de ce présidium n’ont droit qu’à de simples applaudissements ou au silence. Cependant, Thorez obtient des « applaudissements impétueux », ce qui l’élevait à la situation de Dimitrov et des dirigeants chinois. En tête à l’applaudimètre, Thälmann, le dirigeant communiste allemand emprisonné, élu président d’honneur du congrès, et Staline reçoivent chacun des « applaudissements impétueux et prolongés, vivats et ovations. »15 La tonalité révolutionnaire de cette première séance est confirmée par les salutations : outre les délégués des organisations soviétiques, des jeunesses, des militaires et des entreprises, Tchou Ho Sine vient relater l’action héroïque de l’armée rouge chinoise à travers sa Longue Marche tandis que Dolorès Ibarruri relate la lutte des ouvriers espagnols lors de l’insurrection des Asturies d’octobre 1934. Cachin est visiblement impressionné par la sincérité spécifique des deux intervenants, qui contribuent à chauffer l’atmosphère de cette première séance dont l’apogée est cependant atteinte avec la lecture par Togliatti d’une adresse à Staline, présent dans la salle. Ce texte, présenté comme un document du congrès, célèbre sans retenue le rôle de Staline, à la fois héritier de Lénine, guide et pédagogue de la révolution. C’est son enseignement que les partis communistes s’engagent à réaliser à travers les orientations nouvelles du congrès, pour la première fois dévoilées16. Cette procédure, sans précédent dans l’histoire de l’Internationale communiste, témoignait des changements survenus dans son fonctionnement, désormais étroitement soumis à la direction du parti communiste soviétique et à son secrétaire général, qui restait en retrait mais laissait ainsi affirmer sa prééminence. Cachin, bien qu’il ne se permette plus aucune remarque sur la personnalité de Staline comme dans ses carnets antérieurs, note à plusieurs reprises que celui-ci exerce un contrôle sur l’orientation générale du congrès et la teneur des rapports.

  • 17 « Devons-nous discuter sur le rapport de Manouilsky ? Cela nous semble superflu », La Correspondanc (...)
  • 18 La Correspondance internationale, n° 83, 17 septembre 1935. Numéro spécial. Le bilan de l’édificati (...)
  • 19 « La victoire du socialisme en URSS et sa portée historique mondiale, Résolution sur le rapport du (...)

19L’ordre du jour, présenté lors de cette séance inaugurale, comprenait six points dont Cachin, en raison de son départ anticipé, ne relate qu’une partie. Sur les quatre rapports principaux, prévus depuis l’année 1934, trois correspondaient à la thématique habituelle des grandes réunions de l’IC puisque le premier, présenté par Pieck, portait sur l’activité de la direction sortante, que le deuxième, dont Togliatti était chargé, avait à traiter des tâches de l’IC face à la préparation de la guerre et qu’un troisième, assuré par Manouilsky, devait exposer les résultats de l’édification du socialisme en Union soviétique. La nouveauté résidait dans le rapport que Dimitrov devait consacrer au fascisme et à l’unité ouvrière contre lui. Cachin, qui n’assista qu’à 23 des 42 séances, relate seulement les travaux ouverts par les rapports de Pieck et Dimitrov et passe sous silence ceux de Togliatti et de Manouilsky. Sans ignorer l’intérêt de ces deux rapports, surtout celui qui était consacré à la question de la guerre, il ne fait pas de doute qu’ils ne comportaient pas d’innovations essentielles. Le rapport de Manouilsky, traitant de l’édification du socialisme, ne devait pas donner matière à discussion, dans tous les sens du terme, puisque son exposé, lors de l’avant-dernière séance, ne fut pas, même symboliquement, suivi de la moindre discussion. André Marty intervint pour expliquer qu’une discussion affaiblirait la portée de ce rapport17. Dans un premier temps, Manouilsky célébrait la victoire du socialisme en URSS en justifiant la politique suivie à la fin des années 1920, la collectivisation générale de l’agriculture et l’industrialisation accélérée. Développant la thèse stalinienne de l’aggravation de la lutte des classes, il légitimait la répression contre tous ceux qui s’étaient opposés à cette orientation. Un deuxième moment du rapport était consacré au développement du socialisme après ses succès initiaux : un tableau des améliorations sociales, des progrès culturels et de l’élévation générale du bien-être était brossé par Manouilsky qui exaltait également l’extension de la démocratie illustrée par les modifications de la Constitution soviétique destinées à garantir l’égalité des droits politiques de tous les citoyens. La dernière partie de cette apologie de l’URSS consistait en une évocation du développement de la révolution mondiale grâce à l’exemple fourni par le pays du socialisme. La logique de ce discours était de fusionner fidélité à l’URSS, à Staline et aux idéaux de l’internationalisme prolétarien18. L’affirmation de la coïncidence entre les intérêts de l’Etat soviétique et ceux des différents mouvements révolutionnaires était un avatar de la thèse déjà ancienne de la défense prioritaire de l’URSS, comme le rappelait la résolution adoptée à la fin du congrès19.

  • 20 Les remarques qui suivent prennent appui sur la magistrale biographie qu’Aldo Agosti a consacrée à (...)
  • 21 La Correspondance internationale, n° 86, 26 septembre 1935, p. 1268.
  • 22 « Nous n’avons pas même la moindre garantie que, le moment décisif venu, vous resterez fidèles au p (...)
  • 23 Id., p. 1280.

20Le rapport d’Ercoli sur les tâches de l’IC face aux perspectives de guerre exposait de manière prudente et classique la politique des partis communistes sur une question qui mettait directement en jeu la diplomatie de l’URSS20. Le dirigeant italien, après une longue introduction consacrée aux causes économiques de la guerre, insistait sur la poussée du fascisme, instigateur de la guerre et de l’instabilité internationale. Il notait ainsi le changement de la situation internationale, marquée désormais par l’existence d’un groupe de pays belliqueux, les puissances fascistes, principaux fauteurs de guerre. Certains grands pays impérialistes, antérieurement sigmatisés, telle la France, étaient jugés moins virulents. Togliatti soulignait que « la bourgeoisie française est encore assez raisonnable pour ne pas oublier que, dans l’évangile de l’hitlérisme, la France est représentée comme l’ennemi traditionnel de l’impérialisme allemand en Europe. »21 Saluant l’action de front unique du PCF, considérée comme une garantie de la paix, il expliquait comment les partis communistes devaient désormais tenir compte des différences d’intérêt entre pays capitalistes et approuver les alliances de l’URSS avec certains d’entre eux. C’était la défense et l’illustration des pactes récemment signés avec la France et la Tchécoslovaquie. La dimension tactique de cette évolution diplomatique, perceptible dans les conversations de Cachin avec Staline, était confirmée par Togliatti, qui rappelait que telle était déjà la démarche de Lénine. Le mot d’ordre, proposé aux différents partis communistes, était celui de la lutte pour la paix, auquel Togliatti était particulièrement attaché, puisqu’il l’avait préconisé dès 1927 avant d’y renoncer. Il impliquait une mobilisation plus large que les actions antérieurement menées contre la guerre, puisqu’il supposait une perspective positive. Il ne s’agissait pourtant pas d’un changement radical de l’analyse dans la mesure où la guerre restait consubstantiellement associée au capitalisme. Pourtant, il paraissait désormais possible de défendre la paix en prenant notamment appui sur « la politique de paix de l’Union soviétique », les pactes d’assistance mutuelle qu’elle signait et l’action menée par les partis communistes qui, dès lors, pouvaient être amenés à pratiquer une politique de défense nationale sans renoncer à leur objectifs révolutionnaires propres. Togliatti, tout en affirmant l’identité des buts entre la politique de l’URSS et l’action des partis communistes, reconnaissait, à la différence de Manouilsky, qu’il n’y avait pas une coïncidence permanente et automatique. Après de longues références historiques, il évoqua ainsi la possibilité pour les partis communistes français et tchèque de refuser de voter le budget de la défense nationale tout en se faisant les ardents défenseurs des pactes signés avec l’URSS22. Son argumentation était presque, mot pour mot, celle que Cachin avait entendue de la bouche de Staline et Manouilsky le 11 juillet et notée dans son carnet : la thèse exposée par Togliatti était bien conforme à la vision stalinienne. La dernière partie de son rapport, où il abordait les formes de la lutte pour la paix, présente sans doute plus d’originalité puisqu’il y préconisait des démarches nouvelles en direction des mouvements pacifistes et associatifs, des femmes et des jeunes, afin d’élargir le rassemblement. Il reste que cette lutte s’inscrivait dans une vision inchangée de l’inéluctabilité de la guerre. « Jusqu’à quel moment notre lutte pour la paix pourra-telle continuer, nous ne pouvons le prévoir, ni personne ne peut le prévoir. Peut-être un an, peut-être plus, peut-être quelques mois. »23

  • 24 C. Natoli, Rinnovatori e conservatori nella preparazione del VII Congresso dell’Internzionale commu (...)

21Le rapport d’activité du Comité exécutif de l’IC, présenté par Wilhelm Pieck, jugé long et fastidieux par Cachin, insistait beaucoup plus sur la continuité de la politique de l’IC que sur ses changements et affirmait ses succès tout en minimisant les erreurs commises. Revenant sur les analyses de la situation économique à la fin des années 1920, le rapporteur célébrait les illusions des sociaux-démocrates et la clairvoyance stalinienne ! Préoccupé de justifier rétrospectivement les analyses et les mots d’ordre de l’IC, il rappela les raisons et le bien-fondé de l’orientation « classe contre classe », la radicalisation de la classe ouvrière en relation avec l’aggravation de la crise économique. Loin de critiquer ou de nuancer la thèse de la maturation de la crise révolutionnaire formulée en 1929 et 1930, Pieck la réitérait en convenant seulement que les partis communistes, faute d’avoir su appliquer la ligne de l’IC, avaient commis des erreurs sectaires, notamment dans le domaine syndical. Évoquant la victoire du nazisme, il revenait sur la responsabilité de la social-démocratie et affirmait la justesse de la politique suivie par le parti communiste allemand. Dans la continuité des analyses du XIIIe Plénum de décembre 1933, Pieck affirmait également la fin du réformisme, dont l’organisation internationale, l’IOS, était paralysée par les divergences entre ses différentes composantes. Tout en reconnaissant la combativité des socialistes autrichiens et espagnols contre le fascisme, il expliquait leur échec par leur refus de suivre le modèle bolchevik. Pour lui, la politique de front unique était seulement une tactique destinée à élargir l’influence des partis communistes par une meilleure liaison avec les masses. Notant que cette orientation avait suscité les réticences de certains partis, Pieck en donnait une interprétation restrictive relevée par Cachin. Les partis communistes pouvaient, face à la dictature fasciste, assimilée à la violence pure, utiliser les « restes de la démocratie bourgeoise ». Au terme de son rapport, Pieck évoquait la modification du fonctionnement de l’IC en expliquant que les partis communistes pouvaient désormais jouir d’une plus grande marge d’initiative dans l’activité concrète dès lors qu’ils avaient gagné en maturité et en cohérence. Dans tous les domaines, le rapport insistait sur la continuité de la politique de l’IC et minimisait sa nouveauté. Bien qu’au sein du parti communiste allemand Pieck ait été de ceux qui avaient admis certaines de ses erreurs, il représentait le courant des conservateurs, caractérisé par l’historien C. Natoli24.

  • 25 Humbert-Droz, Dix ans de lutte antifasciste, 1931-1941, Neuchâtel, 1972. p. 131.

22Le rapport présenté par Georges Dimitrov quelques jours plus tard devait trancher tant par son ton que par ses analyses. Dans le cadre d’une ligne générale qui n’autorisait pas l’expression des divergences ni même des différences explicites, ce rapport consacré au fascisme et à la lutte pour lui barrer la route était d’une tout autre facture. Ce discours de Dimitrov, bien plus que les autres rapports, marque le VIIe Congrès et lui donne son originalité. Il faut également prendre en compte ses deux autres interventions conclusives, prononcées, l’une au terme de la discussion ouverte par son rapport, l’autre à la fin du congrès. Les délégués comme les observateurs furent tous impressionnés par les accents de sincérité et la vigueur du propos du dirigeant bulgare. Humbert-Droz estime qu’« une trombe d’air frais a été lancée dans la salle par Dimitrov. Discours simple, populaire allant droit aux questions et au fond, sans casuistique ni scolastique... »25 Cachin lui fait écho quand il note que « Dimitrov est un orateur émouvant, simple, colère contenue, familier, pas de grands mots, des faits, chaleureux, vigoureux, populaire, clair, argumenté, plein d’ardeur et de vie ».

23Mais l’impact des propos du communiste bulgare ne tenait pas qu’à leur style, il était dû pour une large part à leur teneur. Bien sûr, le rapport présenté par Dimitrov, discuté et examiné préalablement par le présidium, comportait une première partie où étaient rappelées les positions classiques de l’IC sur la crise du capitalisme, les victoires du socialisme, la responsabilité de la social-démocratie dans l’arrivée du nazisme au pouvoir. Cependant, le rapport sortait vite des généralités pour entamer une analyse du fascisme en détaillant les modalités idéologiques de son influence. Il examinait notamment comment, selon les pays, le fascisme récupérait les traditions nationales et utilisait des revendications sociales des couches populaires pour élargir sa base politique. Il nuançait le discours traditionnel de l’IC sur la précarité du fascisme et n’hésitait pas à souligner les exagérations commises par les communistes quand ils avaient assimilé au fascisme toutes les formes de pouvoir autoritaire. Tout en citant la dialectique de Staline, pour qui le fascisme témoignait des difficultés du capitalisme, Dimitrov insistait sur la rupture politique qu’exprimait l’avènement du fascisme au pouvoir. Sans toucher à la critique de l’État bourgeois, il réévaluait l’importance des libertés démocratiques. La majeure partie du rapport était consacrée à la lutte contre le fascisme. La réalisation du front unique à laquelle il appelait était analysée longuement. Ses différents moments étaient distingués : le rassemblement des forces politiques, sociales, l’établissement de la plate-forme commune et la perspective d’un gouvernemt antifasciste étaient envisagés par Dimitrov, qui s’appuyait sur l’exemple français pour concrétiser son propos. Ses remarques avaient, pour beaucoup de délégués, une tonalité inédite car il abordait directement des questions restées taboues depuis de longues années : celle de la transition révolutionnaire, d’un soutien communiste à des gouvernements antifascistes, celle de la différenciation accrue entre les différents courants de la social-démocratie européenne, celle enfin de la réunification du mouvement ouvrier. De ce long rapport qui se terminait par une évocation rapide des responsabilités nouvelles assumées par les partis communistes, Cachin retient surtout les passages consacrés à l’élargissement nécessaire du front unique ouvrier en un front populaire ouvert à des catégories sous-estimées jusque-là : les paysans, les intellectuels, la jeunesse. Il note avec une grande minutie les propos de Dimitrov sur un évenuel gouvernement de front unique. Cachin y était d’autant plus attentif qu’il avait apporté à Dimitrov des informations sur les contacts pris à ce sujet par les communistes français avec les parlementaires socialistes et radicaux au début du mois de juin.

  • 26 P. Dutt, Fascisme et révolution, ESI, 1936.

24En dépit de la forte impression suscitée par ce rapport, les interventions des très nombreux délégués n’engagèrent pas de véritable débat sur les questions abordées, si ce n’est que de rares intervenants laissèrent transparaître quelques réticences. P. Dutt, « jeune Hindou à lunettes, parole blanche, figure anguleuse » selon Cachin et auteur d’un ouvrage sur le fascisme paru peu avant26, manifestait certaines craintes à l’égard des interprétations opportunistes du front populaire : « (...) sous les mots de Front unique il peut y avoir une ligne opportuniste et une ligne révolutionnaire. » Béla Kun, le dirigeant hongrois, insistait davantage sur la tradition du front unique que sur la nouveauté du Front populaire. Quant à Piatnitsky, l’un des principaux dirigeants de l’IC, il consacra toute son intervention à la question du chomâge sans rien dire des problèmes nouveaux posés par l’alliance avec la social-démocratie, à l’égard de laquelle il restait extrêmement virulent. Manouilsky préféra intervenir, à l’occasion du cinquantenaire de la mort d’Engels, sur son héritage politique plutôt que sur les questions brûlantes abordées dans le rapport. A l’issue des débats, principalement occupés par les interventions des délégués qui tenaient, comme le relève Cachin, à présenter chacun la situation dans leurs pays, Dimitrov revint avec encore plus de vigueur sur certains points qui n’avaient pas été, à son avis, suffisamment remarqués : la question gouvernementale, la lutte pour la paix ou encore l’attention accordée aux spécificités nationales. Ses propos conclusifs n’auraient pas surpris Cachin, déjà parti pour la France, puisqu’il avait relevé tout de suite les points les plus nouveaux du rapport de Dimitrov.

  • 27 Voir t. 3, les carnets de 1928, VIe Congrès de l’IC, de 1931, XIe Plénum de l’IC, de 1933, voyage à (...)

25Parmi les délégués français, Cachin occupe une place particulière, qui, on l’a vu, n’est plus aussi centrale que dans le passé. Sans doute son prestige demeure-t-il, comme en témoigne son rôle lors de la séance d’ouverture, son élection au présidium ainsi que l’accueil qui lui est réservé lors de son intervention. Depuis 1928 il occupait, lors des réunions de l’IC, une place à part dans la délégation française. Cette place avait connu des hauts et des bas : critiqué fortement en 1928 par l’IC, il avait, en 1931 ou 1933, bénéfié d’un traitement de faveur des dirigeants de l’IC alors même que son rôle dans la direction du PCF était plus effacé. Il restait au plan national et international le dirigeant communiste français le plus connu d’autant qu’il incarnait le communisme parlementaire et qu’il jouissait à ce titre d’une autorité particulière27. Cela se vérifie par les sollications dont il est l’objet pour écrire des articles, donner des interviews ou participer à des manifestations de propagande. Même s’il ne joue pas de rôle décisif dans la politique du PCF, son expérience et ses bonnes relations avec nombre de dirigeants soviétiques lui permettent, une fois de plus, d’être au courant des préparatifs politiques du congrès, auxquels il est d’une certaine manière associé. De ce point de vue, il nous apporte des éléments d’information intéressants sur l’ambiance régnant dans le groupe dirigeant de l’IC et de l’URSS. À travers les entretiens qu’il a avec lui, les préoccupations de Staline apparaissent bien. Son intérêt pour la France va grandissant à la faveur du revirement diplomatique que l’URSS est en train d’opérer. Cette attention du dirigeant soviétique pour la France marque l’attitude de l’IC à l’égard de la politique du PCF. À travers les propos de Staline, de Knorine ou de Manouilsky, ce sont toujours des conseils politiques dont la finalité est étroitement conjoncturelle qui sont prodigués à Cachin : prolonger les contacts avec les radicaux, noyauter et influencer l’armée. « La France réactionnaire a besoin de l’Union soviétique. Même sa haine du communisme ne peut la pousser dans les bras de l’Allemagne », lui assure Knorine. Si Cachin nous rapporte de façon biaisée et inégale les divergences entre Staline et Boukharine à propos du fascisme et des perspectives politiques, il nous donne des indications très précieuses sur un domaine encore mal connu. Staline, dénonçant le pessimisme de Boukharine, qui pronostique la victoire du fascisme en France, recueille visiblement l’approbation de Cachin :

  • 28 S. Cohen, Nicolas Boukharine. La vie d’un bolchevik, Paris, 1979.

26« Il a vu Boukharine et Radek. Leur idée c’est que le Front populaire n’est pas fort et qu’il n’empêchera pas le fascisme en octobre en France. D’ailleurs leur idée aussi c’est qu’ils devront s’accommoder du fascisme en France car le fascisme n’osera pas rompre le pacte avec l’URSS. Ce sont des idées fausses. Laisser arriver le fascisme en France sans combattre c’est très grave. Le fascisme au pouvoir en France romprait avec l’Union soviétique. » Cependant, Cachin est sensible aux inquiétudes du directeur des Izyestia et manifeste visiblement de l’intérêt quand celui-ci critique les bonnes relations établies entre Staline et Laval. « S. est trop l’ami de Laval, il est trop diplomate. » Ces notes témoignent en définitive bien de la présence de Staline dans les coulisses du VIIe Congrès, aux travaux duquel il ne participe pas directement mais qu’il surveille de près. Les divergences avec Boukharine ou Radek, officiellement associés à la politique de l’État soviétique, sont perçues clairement par Cachin bien qu’il n’épilogue pas à leur propos. La manière minutieuse dont il relate l’article de Boukharine où celui-ci oppose les principes du communisme à ceux du fascisme témoigne de son intérêt pour une réflexion qui, dans le cadre de la polémique antifasciste, proposait une conception humaniste de la révolution. On se trouve ici devant la manière caractéristique de Boukharine de s’exprimer dans la langue d’Ésope, comme l’historien américain, S. Cohen, son biographe, l’a montré28. Si Cachin n’en avait pas clairement conscience, du moins pouvait-il apprécier une réflexion qui allait à la rencontre de la sienne, comme en témoignent ses diverses notations philosophiques. Cachin ne connaît pas Dimitrov de longue date, comme les autres dirigeants soviétiques, mais les informations qu’il lui apporte, les réflexions sur la situation française qu’il lui transmet dans les semaines où Dimitrov rédige son rapport et surtout la manière dont celui-ci en tient compte lui gagnent l’estime de Cachin, qui apprécie également ses qualités d’orateur populaire et son souci du réalisme : « (...) les problèmes sont compliqués, il faut de la théorie vivante, il faut que nos partis tirent tout de l’expérience. » La dénonciation du sectarisme rencontre l’approbation de Cachin, qui note avec précision des propos qui recoupent chez lui des préoccupations anciennes : « Dans le front unique nous nous heurtons dans nos rangs à des obstacles (...) la lutte contre le sectarisme n’a pas été assez forte ; il faut s’en guérir aujourd’hui. » Dimitrov, qui s’intéresse à la situation française d’une autre manière que Staline, insiste notamment sur la nécessité, pour les communistes, de se réapproprier le passé national, dans la mesure où ils incarnent le rôle social central de la classe ouvrière : « Les communistes qui ne font rien pour dire la vraie histoire de leur peuple et ne se rattachent pas à tout le passé ont tort ! Tout ce passé nous est commun. Nous ne sommes pas étroits, ouvriéristes, bornés. Nous sommes les responsables de la plus grande classe moderne devenue dirigeante. »

  • 29 Séance du 27 juillet, 5e séance du Congrès, placée sous la présidence de M. Thorez, discours de Cac (...)

27Les nombreuses notations sur la situation internationale ou sur les développements de la crise économique, dans la première partie du carnet, constitutent des éléments utilisés par Cachin pour nourrir son intervention du 27 juillet, lors de la 5e séance. De cette allocution, mentionnée très brièvement dans ses notes, Cachin ne nous dit rien si ce n’est les félicitations qu’elle a recueillies chez les dirigeants soviétiques pour une raison dont il n’est pas dupe : « (...) la délégation soviétique a surtout apprécié le chapitre sur les rapports entre la France et l’URSS. » S’inscrivant dans le débat sur le rapport d’activité, l’exposé de Cachin n’a rien de marquant. Sans doute évoque-t-il la réalisation de l’unité d’action des communistes avec les socialistes ainsi que le développement du Front populaire en France, mais l’essentiel de son propos est consacré à rappeler le bien-fondé des analyses de l’IC sur la crise et le fascisme. Il insiste sur la continuité d’une ligne dont il célèbre la capacité d’adaptation. En somme, il tient des propos rassurants en gommant la nouveauté de la politique de front populaire présentée comme l’aboutissement d’une orientation inchangée. Cachin, qui avait, en 1928, marqué ses réticences à l’égard de la ligne classe contre classe, évoque de manière feutrée le sectarisme auquel le PCF a sacrifié des années durant, notamment au temps où la direction du parti, assurée par Barbé et Célor, jouissait de l’appui permanent et de l’intervention active de l’IC. Il n’est pas question d’évoquer la responsabilité de celle-ci, mais au contraire de louer ses conseils et son aide pour aider le parti à changer. En séance plénière, Cachin déclare ainsi : « Il (le parti) était devenu une secte, il a su trouver le chemin des masses. Maintenant, il défend tenacement les revendications immédiates des travailleurs. Il est descendu de l’abstraction dans la vie. Bref, il a su appliquer la tactique maîtresse de l’Internationale communiste, celle du front unique qui a été complétée par celle du front populaire. »29 En revanche, dans son carnet, Cachin note cet engagement et cet aveu de Manouilsky : « Nous avons eu le tort ici, en 1928, d’intervenir pour Barbé-Célor. Nous ne recommencerons plus. » Mais il n’est pas question de dire publiquement ce que Manouilsky reconnaissait en privé ! Il apporte en revanche son soutien au rapprochement diplomatique de l’URSS avec la France en se portant garant de l’accord des communistes français. Considérée isolément, cette intervention de Cachin est décevante dans la mesure où elle ne fait qu’évoquer l’expérience politique, pourtant très riche, du PCF. En fait, elle n’est pas séparable des sept autres interventions de la délégation française, qui aborde avec Nédélec, le 31 juillet, les questions d’organisation, avec Thorez, le 3 août, la politique générale du PCF, avec Gitton, le 5 août, les luttes économiques et l’unité syndicale. Cachin a quitté le congrès avant les interventions de Rochet, Guyot, Renaud Jean et Marty, respectivement sur le travail à la campagne, la lutte antifasciste des JC, l’antifascisme et les paysans, la guerre et la paix en Europe. L’absence de toute référence au rapport de Thorez laisse cependant perplexe. Peut-on seulement l’attribuer au fait que Cachin préside la séance au cours de laquelle le secrétaire général du PCF intervient ? Suffit-il de considérer que les propos de Thorez ne comportaient rien de nouveau pour Cachin ? On pourrait incliner en faveur de cette seconde suggestion si cette omission était exceptionnelle. Or il est remarquable que Cachin ne nous dise presque rien de la délégation française, avec laquelle ses rapports semblent très intermittents et surperficiels. Il mentionne seulement, le 22 juillet, une réunion du BP à laquelle il participe et indique que Manouilsky, qui y était, a présenté les grandes lignes du rapport de Pieck et l’organisation des travaux du congrès. Mais on ne trouve pas d’autres mentions sur l’activité de la délégation française. Les conditions de résidence de Cachin et les soucis que la santé de sa femme lui apporte permettent d’expliquer l’impression de marginalisation qui se dégage de ce carnet, surtout si on le compare à celui du VIe Congrès. En fait, Cachin, qui n’a plus autant de responsabilités concrètes dans la direction du arti, en reste la figure publique la plus représentative. C’est certainement à ce titre qu’il rentre en France, avant la fin du congrès, afin de préparer les élections sénatoriales, qui, après les succès communistes aux élections municipales, deviennent un objectif important pour le PCF, Cachin étant son porte-drapeau dans cette campagne des sénatoriales.

Notes

1 Kirill Shirinia, Stratégie et tactique du Komintern dans la lutte contre le fascisme et la guerre (1934-1939), Moscou, 1979, p. 63-64 (en russe).

2 Présidium de l’IC, séance du 9 décembre 1934, CRCEDHC, 495-2-192.

3 Aldo Agosti, Palmiro Togliatti, UTET, Turin, 1996, p. 191-197.

4 On peut sur ces questions se reporter à notre ouvrage, Le Front populaire en France, Bruxelles, 1996.

5 CRCEDHC 495-2-198.

6 Commune, n° 23 et n° 24

7 Nicole Racine, « Correspondance autour de l’affaire Victor Serge (1931- 1936) », in Victor Serge, Vie et œuvre d’un révolutionnaire. Actes du colloque de l’Institut de sociologie de l’ULB, 21-23 mars 1991.

8 CRCEDHC 494-1-156

9 La Correspondance internationale, n° 91, 6 octobre 1935, p. 1344.

10 Le sténogramme mentionne également que « Debout les délégués chantent l’Internationale. La délégation allemande lance son vigoureux « Rot Front ». La délégation française crie par trois fois son énergique Hi-hip-hip hourra ! ». CRCEDHC 494-1-225. Cette dernière manifestation sans doute jugée incorrecte politiquement disparaît dans la version publiée.

11 La Correspondance internationale, n° 106, 12 novembre 1935.

12 CRCEDHC 494-1-130.

13 Id.

14 La Correspondance internationale, n° 64, 7 août 1935, p. 911.

15 Id., p. 912.

16 « Suivant tes enseignements, les partis communistes consolideront par tous leurs moyens leur liaison avec les masses, soulèveront et dirigeront des millions de travailleurs, organiseront un large front unique prolétarien, forgeront le front populaire de lutte contre le fascisme et la guerre, le front anti-impérialiste dans les pays coloniaux et semi-coloniaux. », id., p. 918.

17 « Devons-nous discuter sur le rapport de Manouilsky ? Cela nous semble superflu », La Correspondance internationale, n° 72-73, 24 août 1935, p. 1069.

18 La Correspondance internationale, n° 83, 17 septembre 1935. Numéro spécial. Le bilan de l’édification socialiste en URSS.

19 « La victoire du socialisme en URSS et sa portée historique mondiale, Résolution sur le rapport du camarade Manouilsky, adoptée le 20 août 1935 », la Correspondance internationale, n° 82, 15 septembre 1935, p. 1218-1220.

20 Les remarques qui suivent prennent appui sur la magistrale biographie qu’Aldo Agosti a consacrée à Togliatti, 637 p., UTET, 1996, Turin, notamment les pages 191 à 197.

21 La Correspondance internationale, n° 86, 26 septembre 1935, p. 1268.

22 « Nous n’avons pas même la moindre garantie que, le moment décisif venu, vous resterez fidèles au pacte que vous signez aujourd’hui. Pour toutes ces raisons, messieurs, nous ne pouvons ni voter vos budgets militaires, ni renoncer à la lutte contre votre gouvernement. Mais cela ne signifie pas, remarquez-le bien, que nous nous désintéressons du pacte que vous avez conclu avec l’Union soviétique et de la façon dont vous l’appliquerez. » La Correspondance internationale, n° 86, p. 1274.

23 Id., p. 1280.

24 C. Natoli, Rinnovatori e conservatori nella preparazione del VII Congresso dell’Internzionale communista, in L’età dello stalinismo, a cura di C. Natoli e S. Pons, Editori Riuniti, 1991, pp. 427-457.

25 Humbert-Droz, Dix ans de lutte antifasciste, 1931-1941, Neuchâtel, 1972. p. 131.

26 P. Dutt, Fascisme et révolution, ESI, 1936.

27 Voir t. 3, les carnets de 1928, VIe Congrès de l’IC, de 1931, XIe Plénum de l’IC, de 1933, voyage à travers la Russie et le Caucase.

28 S. Cohen, Nicolas Boukharine. La vie d’un bolchevik, Paris, 1979.

29 Séance du 27 juillet, 5e séance du Congrès, placée sous la présidence de M. Thorez, discours de Cachin. CECEDHC 494-1-156.

© CNRS Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search