Version classiqueVersion mobile

La France et la question de Syrie (1914-1918)

 | 
Vincent Cloarec

Chapitre 3. La France, la révolte arabe et la Syrie (octobre 1915-1917)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les négociations anglo-chérifiennes et les réactions françaises

Les ouvertures du chérif Hussein

La question syrienne entre dans une phase décisive à l’automne 1915. Plus que les pressions des milieux colonialistes français, c’est la politique orientale de la Grande-Bretagne qui décide et entraîne la France à établir nettement sa position sur l’avenir des régions arabes. Cette modification de la diplomatie française est favorisée par l’arrivée d’Aristide Briand. Le nouveau président du Conseil entend mener une politique différente de celle de Delcassé. Briand est plus ouvert aux projets des théâtres secondaires de la guerre. Moins obnubilé par la question des « marches de l’Est », dont il entend toutefois poursuivre l’obtention, il n’est pas hostile à des ouvertures de paix avec l’ennemi, même si la décision militaire n’est pas clairement établie. Le front balkanique tient une place importante dans sa vision stratégique de la guerre et il poursuit l’idée de faire entrer la Grèce dans ...

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search