Version classiqueVersion mobile

La France et la question de Syrie (1914-1918)

 | 
Vincent Cloarec

Chapitre 2. La question syrienne et les négociations alliées sur le sort de l’Empire ottoman (septembre 1914 – décembre 1915)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les premières négociations alliées sur le sort de l’Orient1

Delcassé et les buts de guerre alliés

L’accord du 5 septembre 1915 est exploité de façon très subtile et particulière par le ministre français des Affaires étrangères2. Loin de signifier les buts de guerre de la France à ses alliés, Delcassé préfère attendre que ces derniers se manifestent d’abord. Cette passivité tactique parvient rapidement à ses objectifs. Le gouvernement russe commence à faire connaître dès le mois de septembre ses revendications. En ne donnant pas d’instructions particulières sur ce point à Paléologue, Delcassé encourage tacitement les ambitions russes en direction de la Pologne, de la Galicie et de l’Empire ottoman. Le « droit de veto » dont il dispose, en vertu de l’accord du 5 septembre, lui permet de laisser les demandes de la Russie s’épanouir librement. Plus elles sont importantes et plus il espère obtenir en contrepartie le soutien du tsar aux revendications françaises. Pour Delcassé, comme pour l...

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search