Version classiqueVersion mobile

La France et la question de Syrie (1914-1918)

 | 
Vincent Cloarec

Chapitre premier. La question syrienne au début de la guerre. Intervention, révoltes ou attentisme ? (août 1914 - juin 1915)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La France dans les premiers mois de la guerre

Le 4 août 1914, l’état de guerre générale est déclaré entre la France, la Grande-Bretagne, la Russie, la Belgique et la Serbie d’une part, l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie d’autre part. Dès le début des hostilités, les accords navals franco-britanniques, négociés à la fin 1912, sont appliqués à la lettre1. L’essentiel de la flotte de guerre française est utilisée pour transporter les troupes nord-africaines et noires vers la métropole, dans le cadre des plans généraux de mobilisation. Le 6 août, une convention navale alliée stipule que la France reçoit le commandement en chef des escadres basées en Méditerranée. Les forces navales britanniques aideront la marine française jusqu’à ce que les bâtiments allemands soient détruits. Elles retrouveront ensuite leur liberté de mouvement et pourront être transférées sur le théâtre nord de l’Europe, à moins que l’Italie entre en guerre contre l’Entente. Une division navale britannique demeurera en...

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search