Version classiqueVersion mobile

Lire, copier, écrire

 | 
Élisabeth Decultot

Troisième partie. Subversion poétique d’une pratique érudite

Wilhelm Heinse et sa bibliothèque manuscrite

Sylvie Le Moël

Texte intégral

  • 1 Wilhelm Heinse, Ardinghello und die glückseligen Inseln, éd. par Max L. Baeumer, Stuttgart, Reclam, (...)
  • 2 Nous adoptons la dénomination « carnets » ou « cahiers » pour désigner l’ensemble des manuscrits po (...)

1Au regard de la postérité, Wilhelm Heinse (1749-1803) est resté l’auteur d’un roman, Ardinghello und die glückseligen Inseln (Ardinghello et les îles bienheureuses), paru anonymement en 1787, après que quelques extraits intitulés « Fragments d’un manuscrit italien du XVIe siècle » eurent été publiés en 1785 dans la revue Deutsches Museum. La mystification courante selon laquelle l’auteur se serait contenté de traduire et d’éditer un ancien manuscrit trouvé dans une bibliothèque italienne correspond bien à une réalité que le succès de scandale du roman a tout d’abord occultée : Ardinghello est issu de la compilation d’un corpus de sources écrites de divers ordres qui va de l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien aux écrits de Lessing et Winckelmann sur la sculpture et la peinture sans oublier les chroniques italiennes du XVIe siècle, génoise et florentine. Il a fallu attendre la première édition critique du roman, réalisée seulement en 1975 par Max Lorenz Baeumer, pour évaluer la part considérable qu’occupe la retranscription par Heinse de ses notes de lecture1. L’intérêt quasi exclusif d’une grande partie de la critique porté à Ardinghello n’a pas seulement conduit à négliger le deuxième grand roman de Heinse, Hildegard von Hohenthal, consacré à la musique et composé selon une méthode analogue. Il est également à l’origine d’une vision fragmentaire, et de ce fait réductrice, de ses carnets posthumes, qui ne comptent pas moins de 7 300 pages manuscrites réparties en 60 cahiers et dont un cinquième n’est pas encore édité2.

  • 3 Cf. M. Baeumer, « Wilhelm Heinses literarische Tätigkeit in Aschaffenburg », in Jahrbuch der Schill (...)
  • 4 Jacobi a entretenu des liens étroits avec Marc Michel Rey, libraire à Amsterdam, qui diffusait en p (...)
  • 5 L’examen du catalogue de la bibliothèque de Jacobi, publié en 1989, permet d’identifier la provenan (...)
  • 6 Ses annotations sur ce fonds particulier d’œuvres religieuses et de classiques latins relèvent de l (...)
  • 7 Cf. Albert Leitzmann, Wilhelm Heinse in Zeugnissen seiner Zeitgenossen, Jena, 1938, p. 32 sq.

2Les notes de lecture de Heinse constituent une partie majeure de ses écrits, ne serait-ce que par leur volume. Mais il semble que l’écrivain les considérait bien lui-même comme une partie intégrante de son œuvre personnelle, car il avait prévu, peu avant sa mort, de les classer et de faire publier celles qu’il jugeait les plus intéressantes sous le titre de Vermischte Schriften (Écrits divers)3. Il convient de rappeler tout d’abord que ces cahiers ne constituent pas uniquement une bibliothèque manuscrite stricto sensu. Une grande partie des notes se rapporte à des impressions personnelles de différents voyages, en particulier à la description de paysages, ou est consacrée à la description d’œuvres d’art vues en Italie ou en Allemagne (architecture, peinture, sculpture), à l’analyse de partitions musicales – notes qui rendent bien compte de la diversité des centres d’intérêt d’un auteur à la sensibilité aussi bien visuelle (Augenmensch) qu’auditive (Ohrmensch), critique acerbe des philosophes en chambre, avide d’exercer ses sens et de connaître le monde par l’expérience. Heinse n’en est pas moins pétri de culture livresque, tout particulièrement gréco-latine, bien que le caractère encyclopédique de ses lectures corrobore par ailleurs sa volonté d’éclectisme et d’ouverture sur le monde. Un examen des titres d’œuvres consultées par Heinse et de leur date d’édition permet de constater qu’il est resté à l’affût des nouveautés éditoriales jusqu’à la fin de ses jours, en dépit de l’isolement dans lequel il s’est trouvé à Aschaffenburg après 1796. Heinse était certes lui-même totalement dénué de moyens et sans véritable domicile personnel. Il n’a donc pu se constituer sa propre bibliothèque, mais il a eu accès à deux bibliothèques importantes durant de longues périodes de sa vie. Il s’agit dans un premier cas de la bibliothèque particulièrement fournie d’un érudit fortuné, Friedrich Heinrich Jacobi, qui disposait d’un réseau de relations avec les libraires de toute l’Europe4. Heinse séjourna chez lui à Düsseldorf, tout d’abord entre 1776 et 1780, puis à son retour d’Italie entre 1783 et 17865. Il a enfin terminé son existence comme bibliothécaire du prince-archevêque de Mayence et de ce fait eu librement accès à un fonds important. La richesse de cette collection d’incunables et de livres anciens lui a en outre permis de développer une connaissance précise de l’histoire du livre et de l’imprimerie6. Il semble que Heinse passait le plus clair de ses journées dans cette bibliothèque durant ses dernières années, au point de négliger le contact avec ses contemporains7. En dépit de ses proclamations, Heinse est donc bien un homme de cabinet en même temps qu’un poeta doctus.

  • 8 Wilhelm Heinse, Sämmtliche Werke in acht Bänden (abrégé ultérieurement en S.W.), éd. par Carl Schüd (...)
  • 9 Kommentierte Neuausgabe der Frankfurter Nachlaβhefte von Wilhelm Heinse, gefördert durch die Gerda (...)

3Il n’en est que plus regrettable que la seule édition partielle des carnets réalisée par Carl Schüddekopf et Albert Leitzmann entre 1902 et 1925 ne reproduise pas les nombreux extraits recopiés par Heinse. Dans l’appareil critique, Leitzmann émet le vœu de voir son travail complété par une édition commentée des œuvres qui vérifierait les sources des citations et recueils cités ou commentés par Heinse, mais une position de principe clairement énoncée indique les limites qui ont volontairement été assignées au travail de transcription des manuscrits : « [Le huitième volume des œuvres complètes] embrasse l’intégralité des manuscrits posthumes tels qu’ils nous sont parvenus sous la forme de différents cahiers et de feuilles éparses, dans la mesure où il ne s’agit pas de simples extraits8. » La réalisation éditoriale montre les contradictions auxquelles aboutit ce parti pris. En annexe sont publiés à titre d’exemples un certain nombre d’échantillons de jugements émis par Heinse sur les œuvres qu’il a recopiées, mais sans justification de critères de sélection. Par ailleurs, les longs commentaires critiques édités in extenso sont privés de leur support textuel originel (seulement matérialisé par des points de suspension) et deviennent parfois incompréhensibles. En outre, Leitzmann est tout de même contraint de reproduire quelques fragments insérés dans les recensions ou analyses critiques de textes, sinon, il effectuerait des coupures en plein milieu d’une phrase ! Une édition complète et commentée des manuscrits posthumes est heureusement en cours à Berlin qui devrait combler ces lacunes et permettre d’établir avec précision la carte des savoirs de Heinse et de mieux cerner la valeur poétique et cognitive de sa pratique de l’extrait9.

Présentation matérielle globale et diversité du fonds manuscrit

  • 10 Nous tenons à remercier ici Monsieur Kroll du département des manuscrits de la bibliothèque, qui a (...)
  • 11 Cahier n° 17 (« Auszüge und Beschreibungen zu sehr auf den Raub für die wichtigsten Gegenstände ; d (...)
  • 12 Heinse s’était réfugié à Düsseldorf durant l’occupation de Mayence par les troupes françaises.
  • 13 Dürten Hartmann, « Kritische Untersuchung und Neubewertung von Wilhelm Heinses Nachlß », in Gert Th (...)

4Les cahiers tels qu’ils nous sont parvenus, recueillis par l’ami des dernières années de Heinse, l’anatomiste Sömmering, et légués par ses descendants à la bibliothèque de la ville et de l’université de Francfort-sur-le-Main en 1882, sont la concrétisation d’une pratique de lecture et d’écriture entamée par Heinse dès ses années d’étudiant à Erfurt (1768- 1771) et poursuivie jusqu’à sa mort en 1803. Un examen du contenu global des cahiers semble tout d’abord conforter une opinion répandue dans la critique au vu de l’édition Schüddekopf/Leitzman, consistant à souligner le caractère spontané de ces notes10. Elles sont certes de nature hétérogène et leur contenu de valeur inégale. Elles remplissent parfois la fonction de simple aide-mémoire (par exemple la liste de peintres italiens et français avec leurs dates de naissance et de mort, voire plus prosaïquement des notes de frais de voyage). Il y est également fait mention de titres de livres à se procurer, ce qui constitue une véritable ébauche de catalogue d’une bibliothèque idéale. Un certain nombre de notes sont la transcription d’impressions immédiates de première lecture. Mais l’on trouve également des comptes rendus critiques beaucoup plus élaborés. Il s’agit en fait tout à la fois d’un support matériel à l’état brut et d’un véritable atelier de travail conceptuel, critique et poétique. La seule présentation matérielle laisse de ce fait apparaître de grandes différences dans le soin apporté à l’écriture et à la rédaction des notes et des extraits. L’écriture est parfois nerveuse et difficilement déchiffrable, certains passages sont en revanche calligraphiés avec élégance. L’essentiel des carnets est écrit au crayon, mais certains d’entre eux sont écrits à l’encre et manifestement déjà soigneusement recopiés, regroupés par thèmes. Il ne s’agit de ce fait pas seulement de notes jetées à la hâte, ce que confirme la tendance de Heinse à leur attribuer des titres correspondant à leur stade d’élaboration. Il convient en particulier de faire la distinction entre les notes prises durant le voyage en Italie, premier jet à expurger selon les termes mêmes de Heinse (« Extraits et descriptions, trop rapides pour les sujets les plus importants, mais toujours bons pour la suite11 ») et qui ont été de fait remodelées à plusieurs reprises avant d’être intégrées dans Ardinghello, les commentaires de partitions, véritable bibliothèque musicale constituée chez Jacobi à Düsseldorf durant le séjour 1784-86, puis en 179312, qui serviront de base à la rédaction d’Hildegard von Hohenthal et, enfin, les notes prises à Mayence, puis à Aschaffenburg respectivement pendant les années 1787-1792 et 1795-1803. En ce qui concerne la période postérieure à 1787, Dürten Hartmann qui a réalisé la première présentation matérielle globale des cahiers en 1976 souligne que la situation de Heinse à Mayence l’incitait par ailleurs à la prudence. Elle cite en exemple le cahier n° 25 où les passages à caractère érotique, politique et anticlérical ont été rendus illisibles par Heinse qui redoutait la découverte de ses notes dans un contexte politique troublé par les émeutes d’août et septembre 1790 et où la censure avait été renforcée13. Le rôle des extraits n’en apparaîtrait de ce fait que plus capital, leur simple choix pouvant révéler indirectement des prises de position que Heinse hésiterait par ailleurs à formuler.

  • 14 Ibid., pp. 243-245.

5Dürten Hartmann estime que l’on peut même reconnaître dans un certain nombre de carnets un principe de composition mûrement réfléchi. Les dernières pages sont réservées à des notes brèves, des extraits, la copie de vers, à des esquisses et à des premières impressions de lecture, les carnets s’organisant autour de deux ou trois, parfois quatre thèmes14. L’examen des extraits proprement dits permet de confirmer globalement cette hypothèse. La prise de notes s’y révèle cohérente, voire systématique, les cahiers regroupent parfois une suite d’extraits commentés. Le contenu du cahier n° 1 est en fait divisé en trois sections : commentaires de Spinoza assortis de citations, journaux de voyage, et enfin des extraits de traduction de Pindare et de tragédies de Sophocle. Le cahier n° 24 est consacré pour une bonne part aux récits de voyage : y figurent le premier tome du Voyage pittoresque de la Grèce par le comte de Choiseul-Gouffier paru en 1782, à l’analyse duquel Heinse consacre plusieurs jours d’affilée en avril 1786, The Ruins of Palmyra de Robert Wood datant de 1753, le Voyage à l’Isle de France par Melon paru en 1784. Ces deux exemples montrent que Heinse, au départ tributaire du fonds mis à sa disposition, en exploite méthodiquement les composantes.

Pratique de la lecture chez Heinse

  • 15 Il utilise une traduction italienne d’Hérodote pour ses extraits commentés, un ouvrage sur la litté (...)
  • 16 Extraits des biographies de Vasari, de l’ouvrage de Scamozzi : Le fabriche di designi di Andrea Pal (...)
  • 17 Extraits des chroniques du XVIe siècle, de Machiavel et de Giordano Bruno, tous deux disponibles da (...)
  • 18 Cahier n° 25, pp. 47-62 et 74-76a et n° 30 (p. 8a).
  • 19 Cf. sa recension d’un commentaire latin de la grammaire grecque, in S.W. 8/2, pp. 431- 433 (Valcken (...)
  • 20 Cahier n° 24, p. 67b. Les extraits d’un autre récit de voyage dans le même carnet contiennent le te (...)

6La pratique de la lecture revêt chez Heinse un aspect polyglotte et extensif très caractéristique d’un représentant des Lumières avancé. Sa familiarité avec le latin est celle d’un représentant de la République des Lettres, qui émaille ses commentaires de citations. Il est manifeste qu’il ressent le besoin de compléter en permanence sa connaissance du grec ancien, ce dont témoigne l’établissement d’un petit lexique grec-allemand à la suite de commentaires d’Aristote ou de termes grecs extraits du début d’Antigone et assortis de leur traduction latine. En ce qui concerne les langues modernes, la pratique de l’italien lui est devenue naturelle, confortée par son travail de traducteur de l’Arioste et du Tasse ainsi que par un séjour de trois ans en Italie. Les extraits italiens sont utilisés comme moyens d’accès à la littérature ancienne15. Mais ces notes concernent aussi pour une grande part l’histoire de l’art, ancienne et moderne16, ou encore l’histoire et la philosophie de la Renaissance17. Les extraits en français concernent des ouvrages du xviie et du xviiie siècle en matière littéraire. Pour les récits de voyage et les écrits de politique ou d’économie politique, ils s’étendent jusqu’aux années 1780 puis à la période révolutionnaire. C’est dans la traduction française de 1790 qu’il a lu l’ouvrage de Gibbon, The Story of Decline and Fall of the Roman Empire (Histoire du déclin et de la chute de l’ Empire romain) commenté dans un carnet et dont une phrase est citée en français dans un autre18. La relative longueur des extraits en langue française coïncide avec une réelle maîtrise de la langue, décelable à la qualité de la transcription, à l’exception parfois de la ponctuation notée selon des critères grammaticaux, à l’allemande. Pour le français comme pour le grec, la pratique de l’extrait est indissociable de l’intérêt que porte Heinse à la philologie et semble avoir de ce fait la fonction de conforter l’apprentissage linguistique19. À la suite de ses extraits du récit de voyage du Comte Choiseu-Gouffier, il mentionne l’ouvrage de l’abbé Roubaud paru en 1785, Nouveaux synonymes français et note lui-même des termes synonymes ou antonymes à la suite20. Ce goût pour la langue se manifeste également dans les listes qu’il dresse de proverbes ou de jeux de mots – parfois scabreux – ou d’expressions idiomatiques en langue étrangère.

  • 21 Cf. D. Hartmann, « Kritische Untersuchung und Neubewertung von Wilhelm Heinses Nachlaß », art. cit.(...)
  • 22 Cahier n° 27, pp. 12b-15a.

7Un cahier de notes et d’extraits est pour Heinse un atelier toujours ouvert auquel il adjoint sans cesse de nouveaux matériaux, ce qui pose certains problèmes de datation des notes à l’intérieur des cahiers. Dürten Hartmann cite entre autres exemples le cahier n° 27 daté de 1790, mais qui contient un extrait commenté d’un texte de 1796, publié par Madame de Genlis en exil à Hambourg, Précis de ma conduite depuis la Révolution21. L’examen des extraits recopiés par Heinse permet d’expliquer ce rajout ultérieur. Le texte de Madame de Genlis, de nature circonstancielle et politique, est essentiellement un plaidoyer adressé au gouvernement du Directoire, mais ce n’est pas là ce qui intéresse Heinse. Il n’extrait qu’un passage consacré à la critique de Clarissa Harlowe et de La Nouvelle Héloïse en vue de compléter ses propres notes de 1790 sur ces deux œuvres et les soumet désormais aux jugements croisés de Madame de Genlis et de Voltaire. Il se constitue ainsi un véritable dossier personnel sur la base d’un réseau intertextuel22.

  • 23 Respectivement : cahiers n° 26 (pp. 1-20) et n° 21.
  • 24 Cf. l’analyse des Commentaires de César traduits par le comte Turpin de Crissé en 1785 (cahier n° 2 (...)
  • 25 Cf. en particulier l’article de Rita Terras, « Lessing und Heinse. Zur Wirkungsgeschichte des Laoko (...)
  • 26 Cahier n° 64b.
  • 27 Ibid. Cf. également S.W. 8/3, p. 250-256.

8En dépit du caractère très divers des extraits, il est possible d’établir une taxinomie sommaire des cahiers. Une part importante d’entre eux relève incontestablement du mode de lecture érudite traditionnelle et atteste que le rapport de Heinse à la lecture est resté imprégné d’humanisme classique tout au long de sa vie, ce qui vaut pour le contenu des extraits comme pour la méthode utilisée. Il est à cet égard révélateur que Heinse ait retranscrit les Adages rassemblés par Érasme ou compilé dans le même esprit des citations et proverbes latins, en particulier de Virgile23. Heinse recopie également des textes antiques, en langue originale (il convient de rappeler que le premier succès littéraire de Heinse fut sa traduction du Satiricon) ou dans des traductions modernes assorties de gloses24. Aux extraits proprement dits, Heinse adjoint parfois des données qui procèdent d’un désir d’exhaustivité relevant à première vue d’une volonté d’accumulation érudite du savoir. On trouve par exemple dans le cahier n° 13 des listes de noms d’écrivains antiques et de leurs traductions italiennes modernes ainsi que des tableaux chronologiques de l’histoire romaine. Un second type d’extraits révèle chez Heinse un intérêt de nature tout d’abord documentaire et scientifique dans une perspective plus moderne. Il s’agit des récits de voyage, essentiellement en langue française, de textes concernant l’histoire de la cartographie (cahier n° 26) et les principes de géographie. Dans le domaine scientifique, il s’agit d’extraits de Lavoisier (Considérations générales sur la dissolution des métaux dans les acides, cahier n° 7) et d’une recension de l’histoire naturelle de Lamarck (cahier n° 30), textes qui prolongent la réflexion philosophique des dernières années de la vie de Heinse sur l’hylozoïsme et dénotent sa volonté de lui donner une assise scientifique. Un troisième type d’extraits est d’ordre philosophique et esthétique et concerne les auteurs anciens et modernes. Les commentaires assortis d’extraits ou de paraphrases de textes de Lessing, Mendelssohn et Winckelmann sont ceux qui ont le plus retenu l’attention de la critique, car ils révèlent un auteur engagé dans les polémiques esthétiques contemporaines et permettent de mettre à jour les positions de Heinse en matière d’histoire de l’art, mises en perspective dans Ardinghello25. Les extraits de Spinoza contenus dans les carnets de Düsseldorf confirment la participation directe ou indirecte de Heinse aux débats qui animent le champ intellectuel du dernier quart du siècle. Sans prendre position publiquement dans la querelle sur le spinozisme déclenchée par les propos de Jacobi sur le spinozisme supposé de Lessing, Heinse s’y est manifestement intéressé. Les extraits de l’Éthique, de la correspondance de Spinoza côtoient les citations tirées de Über die Lehre des Spinoza (Sur la doctrine de Spinoza) de Jacobi26. C’est vraisemblablement aussi par Jacobi qu’il a été amené à lire ultérieurement Aristée d’Hemsterhuis, dont il cite quelques extraits, ainsi que la philosophie morale sur les lois de la sociabilité de Ferguson que Heinse cite pour sa part en traduction allemande27.

  • 28 Les deux notes sur Jean Paul ont été publiées dans Aus verwischten Blättern, pp. 44-45.

9Le quatrième type d’extraits concerne l’histoire et l’économie politique. Dans ce domaine, les commentaires s’inscrivent clairement dans le contexte de crise de la fin de l’Ancien Régime et des bouleversements induits par la Révolution française. Les ouvrages les plus soigneusement analysés sont les Considérations sur les causes de la grandeur et de la décadence des Romains de Montesquieu et l’ Histoire du déclin et la chute de l’empire romain de Gibbon – un diptyque auquel il faut ajouter Du pouvoir exécutif dans les grands États de Necker et De l’économie politique moderne de Herrenschwand. Le dernier type d’extraits concerne la littérature moderne, et le commentaire critique l’emporte ici nettement sur la tâche de copiste. Les extraits proprement dits se rapportent principalement à la littérature française classique, plus rarement contemporaine (Beaumarchais). Dans le domaine allemand, il s’agit principalement de commentaires critiques des grandes œuvres du moment : Agathon et Oberon de Wieland, les pièces de Lessing, Faust et Wilhelm Meister de Goethe, les pièces de Schiller. Les extraits les plus importants sont consacrés à L’Agathon de Wieland (cahier n° 26), ce qui est révélateur de l’impact durable opéré par ce roman sur Heinse, qui est passé de l’admiration teintée d’ironie à une franche hostilité vis-à-vis de l’œuvre. Les commentaires des deux romans Hesperus (1795) et La Loge invisible (1793) de Jean Paul confirment que Heinse est resté attentif à la vie littéraire dans les dernières années passées à Aschaffenburg, en dépit de son isolement apparent28.

Un art de l’extrait entre tradition et modernité

  • 29 S.W., 8/3, p. 57 sq.
  • 30 Ibid., p. 57.
  • 31 Ibid., p. 244 (1799).

10Avant d’être nommé bibliothécaire attaché au service de l’Électeur de Mayence, Heinse a tout d’abord été son lecteur. À ce titre, il a pratiqué l’art de l’extrait en professionnel, sur commande, afin de sélectionner les œuvres à lire pour son souverain. Mais il est familier de cette pratique pour des raisons éminemment personnelles qui sont tout d’abord la volonté constante de compléter sa formation intellectuelle. En témoigne le vibrant éloge de l’extrait rédigé à l’occasion de son analyse des mémoires de Madame Roland : « À l’occasion de ses nombreuses lectures, elle en vint à l’idée de faire des extraits pour assimiler totalement les choses. – (Celui qui lit beaucoup doit y venir, on lit beaucoup mieux et on gagne beaucoup de temps. En outre, on ne lit aucun livre en entier dont il n’y ait rien à extraire. L’extrait est la preuve de la qualité. On devrait y habituer tous les jeunes gens)29. » Ces lignes fournissent quelques précieuses indications sur la valeur et le rôle qu’il attribue à cette pratique. Très traditionnellement, l’extrait est considéré comme une discipline formatrice pour de jeunes esprits. Encore convient-il de la pratiquer avec discernement. Il est à cet égard piquant qu’il reproche à Madame Roland, dont il est par ailleurs un fervent admirateur, un certain pédantisme et une méconnaissance du monde réel, induits tous deux par une fréquentation trop assidue et trop précoce des grands hommes de Plutarque30. L’extrait n’a pas seulement valeur de réservoir de citations. L’esprit y exerce tout d’abord ses capacités d’attention et sa faculté à opérer rapidement une sélection tout en accroissant ses connaissances, mais il affirme conjointement son autonomie vis-à-vis de ses sources. Pour Heinse, le rôle ultime assigné aux extraits est de favoriser le dialogue intellectuel avec lui-même en intégrant le principe de contradiction, constitutif de la pensée dialogique qui sous-tend également l’économie de ses propres romans : « Le pour et le contre se trouvent parfois juxtaposés en vue d’un usage ultérieur pour de futures œuvres poétiques31. » Heinse établit fréquemment dans ses carnets des connexions entre les textes commentés et d’autres textes lus, mais n’ayant pas nécessairement fait l’objet d’une recension ou d’un travail de copie, afin d’affiner et de nuancer son jugement premier.

  • 32 Ibid., p. 204. Cf. cahier n° 2, pp. 34b-41.

11Le texte n’est donc pas une autorité indépassable, mais un stimulant : l’attitude de Heinse procède du respect face à la source consultée et de son émancipation vis-à-vis de son contenu. Il note le titre original complet, le lieu et date de l’édition utilisée de manière généralement scrupuleuse. Il donne souvent le numéro du chapitre d’où est issu l’extrait et indique parfois même un numéro de page. Les vérifications que nous avons pu effectuer sur un certain nombre d’éditions d’époque confirment l’exactitude de ces données. À ce respect formel de la source répond son appropriation immédiate à des fins personnelles. Les extraits sélectionnés ne suivent pas toujours l’ordre chronologique du texte. Pour les récits de voyage, Heinse prend manifestement des notes au fur et à mesure de la lecture, les Considérations de Montesquieu font également l’objet d’extraits qui respectent l’ordre des chapitres. Pour d’autres textes en revanche, Heinse regroupe des extraits qu’il combine avec un résumé en allemand du texte lu afin de constituer un condensé de la pensée et des principes de l’auteur, qui fait l’objet de la discussion de fond. C’est particulièrement frappant en ce qui concerne les extraits du traité d’économie politique de Herrenschwand (1786) intitulé Discours fondamental sur la population où le regroupement d’extraits lui permet de critiquer la contradiction décelée entre plusieurs formules32.

  • 33 Cf. sa remarque à propos de la controverse entres les « dogmatiques » et les idéalistes adeptes de (...)
  • 34 S.W. 8/2, p. 361.

12Heinse ne modifie généralement pas les termes du texte d’origine, mais il lui arrive fréquemment de tronquer les phrases. La plupart du temps, il s’agit de les réduire à une formule générale qui prend ainsi la forme d’une sentence ou d’un aphorisme frappants. Le volume de la prise de note est très irrégulier. Heinse peut recopier un paragraphe in extenso ou un simple membre de phrase. Une phrase est parfois commencée dans la langue originale et poursuivie en allemand, car il en vient à résumer ou à paraphraser les passages moins essentiels, de toute évidence pour gagner du temps, mais aussi parce que son rapport au texte dénué de volonté d’exhaustivité est en outre ouvertement réactif. De ce fait, la glose est incorporée à l’extrait, la séparation entre les deux est tout au plus matérialisée à certains endroits par des parenthèses. Les réflexions ou simples appréciations positives ou négatives permettent de voir la pensée critique en mouvement, mais également les simples réactions d’humeur33. Heinse entrecoupe généralement ses extraits de brèves appréciations critiques et de jugements parfois expéditifs ou péremptoires. Ainsi le dictionnaire de musique de Rousseau est-il déprécié d’emblée, ce qui n’empêche pas Heinse de l’analyser en détail, car il y trouve néanmoins quantité d’informations destinées à être intégrées dans sa réflexion sur les fondements de la théorie musicale : « Quantité d’articles sont creux, partiaux, voire faux. De ceux-là je ne dirai pas grand chose ou rien du tout34. » La remarque confirme clairement la valeur qualitative attribuée par Heinse aux extraits qui s’apparentent à des références, ainsi que la fonction éminemment critique de la lecture.

  • 35 Ibid., p. 126 (janvier 1796).

13Le principe de la lecture comme dialogue critique sans complaisance n’exclut pas la possibilité d’une empathie avec le texte lu, qui est dans ce cas très largement recopié et fait l’objet de longs développements. Mais il s’agit là d’exceptions. Un des cas les plus éclatants est celui des extraits des mémoires de Madame Roland qui ont inspiré à Heinse l’admiration la plus vive, ce dont témoigne le grand nombre d’extraits sélectionnés. Des phrases entières, voire des paragraphes entiers se succèdent, recopiés avec soin et avec un minimum de coupures (voir fig. 10 et 11). Les extraits reflètent alors le bonheur résultant d’une lecture qui lui permet de conforter ses propres intuitions et de se découvrir une affinité avec de grands esprits. Ainsi la découverte tardive de l’Éthique à Nicomaque d’Aristote est-elle pour lui une véritable révélation a posteriori : « Je fus ravi lorsque je trouvai plus d’une de mes idées les plus chères chez le prince des philosophes35. » Si la lecture signifie pour Heinse critique, voire subversion, elle est aussi miroir qui réfléchit l’inflexion de sa pensée et de sa sensibilité, et enfin le terreau qui nourrit son écriture et sa réflexion anthropologique. C’est ce point que nous allons analyser selon deux axes : celui de la fonction dévolue au récit de voyage et celui du rapport entre les Anciens et les Modernes.

De la lecture à l’écriture : le rôle des récits de voyage

  • 36 Cf. Nicole Hafid-Martin, Voyage et connaissance au tournant des Lumières, 1780- 1820, Oxford. 1995.
  • 37 Cahier n° 27, pp. 37b-44b.

14Les publications de voyage connaissent un succès prodigieux dans l’Europe des Lumières où elles sont abondamment diffusées et traduites. À titre d’exemple, le récit de Choiseu-Gouffier Voyage pittoresque de la Grèce paraît en allemand à Gotha en deux parties dès l’année de sa parution en 1782. Les carnets de Heinse contiennent des recensions assorties d’extraits d’inégale longueur de huit relations de voyage publiées entre 1728 et 1790 dont certaines comptent parmi les succès de l’époque36. Heinse a effectué la lecture de plusieurs d’entre elles après le retour du voyage d’Italie, période qui coïncide avec le travail de décantage effectué sur ses propres notes de voyage et la genèse d’Ardinghello. Mais son intérêt pour ce type de textes se manifeste jusqu’au début des années 1790. Ces lectures ne sont toutefois pas toutes finalisées : le simple goût de l’exotisme, typique de l’époque, joue bien sûr un rôle dans l’intérêt que porte Heinse au genre. Certains extraits montrent qu’à l’instar de ses contemporains il est friand de détails réalistes qui sont un gage d’authenticité (il extrait du voyage en mer de Melon la description de l’inconfort et de la négligence en matière de sécurité à bord) et apprécie les témoignages de nature socioculturelle qui lui permettent de relever avec prédilection des mœurs contrevenant aux normes européennes en matière de convenance ou de morale. Un aspect capital de la relation de voyage aux yeux de Heinse est en outre la description physique exacte des lieux qui répond à son propre intérêt pour les sciences de la nature, et il reproche à ce titre à plusieurs auteurs leurs erreurs en matière géographique ou la minceur de leurs connaissances en botanique. Mais les enjeux de la description de paysage sont également de nature esthétique et les extraits choisis par Heinse sont de deux types : idylliques dans la tradition du locus amoenus avec des détails botaniques caractérisant les pays du Sud, ou bien contenant une mise en scène grandiose du paysage, comme dans le Voyage aux sources du Nil de James Bruce37. Cette polarité se retrouve dans les nombreuses descriptions de paysages ou de phénomènes naturels dont Heinse émaillé ses romans ou bien qu’il rédige dans ses cahiers avec un soin particulier comme autant d’exercices de style. Aux descriptions de paysages italiens ou rhénans paisibles répondent celles des chutes d’eau de Terni ou de Schaffhouse, qui allient la précision de la description au rendu de l’intensité de la sensation.

Figure 10 et 11 – Wilhelm Heinse, Extraits des Mémoires de Madame Roland, Stadt- und Universitäsbibliothek, Francfort-sur-le-Main, département des manuscrits, cahier 31, fol. 42 et 43.

15Deux des récits de voyage qui donnent lieu à une critique féroce de Heinse permettent a contrario de comprendre ses propres tentatives de faire coïncider connaissance théorique, expérience et esthétique par le médium littéraire du voyage, projet dont Ardinghello est censé constituer la réalisation sous le masque de la fiction. Il s’agit du troisième tome du Traité de la peinture et de la sculpture de Mrs Richardson père et fils datant de 1728 et relatant un voyage artistique en Italie. Le second, est celui du comte de Borch, Lettres sur la Sicile et sur l’île de Malte datant de 1782. Le premier, qui décrit des œuvres d’art italiennes, est confronté à sa propre expérience récente, ce qui lui permet de critiquer les erreurs de description, en particulier dans les proportions des statues décrites, propres à induire le lecteur en erreur. Les lettres de Borch l’insupportent, non tant par leur forme épistolaire traditionnelle – procédé encore courant à l’époque et qu’il utilisera dans la fiction d’Ardinghello –, mais par le ton suffisant et mondain de son auteur, caractéristique des récits de grand tour effectué par les nobles et qui reflète selon Heinse les préjugés de caste de l’auteur.

  • 38 S.W.8/2, p. 7.
  • 39 Ibid., p. 57. Il s’agit des Lettres de Sicile et de Malte, adressées par l’Anglais Patrick Brydone (...)

16Deux autres motifs de critique exercée à l’encontre des deux auteurs nous semblent toutefois plus intéressants, car ils traduisent l’évolution du rapport à la source écrite et celle des enjeux de la lecture. La réaction de Heinse montre la ligne de partage en train de s’établir entre imitation et originalité aux dépens du premier terme. Il reproche généralement aux deux auteurs leur érudition de seconde main, courante dans de nombreux récits de voyage, qui perpétue une tradition de compilation érudite ressentie désormais comme illégitime. Dans un premier cas, Heinse utilise l’image du rapiéçage pour déprécier le travail accompli : « Ce n’est même pas de l’art que d’écrire ainsi un récit de voyage, on prend le premier vieux livre que l’on a sous la main, on recopie tout ce qu’il dit et on assemble toutes les pièces chez soi dans une bibliothèque bien fournie en rajoutant des annotations38. » Les lettres du comte de Borch font l’objet du reproche moderne de plagiat : « Il a voyagé à la suite de Brydone ; il note tout ce qu’il a entendu dire sur Brydone39. » La critique de l’érudition livresque qui se substitue à l’expérience immédiate est certes un topos depuis le milieu du XVIe siècle, repris par Rousseau. Mais elle pourrait étonner chez le Heinse copiste, héritier conscient de la tradition lettrée et qui s’est donné comme maxime « ex nihilo nihil fit ». Elle dénote en réalité la contradiction inhérente à notre auteur qui cherche dans Ardinghello à renouveler l’ekphrasis traditionnelle sur la base de l’adhésion à l’objet contemplé sans médiation livresque, mais n’en recourt pas moins aux descriptions préexistantes. On peut aussi invoquer l’ironie du sort : Heinse qui n’a pu réaliser son rêve de prolonger le voyage italien jusqu’en Grèce est de ce fait obligé de recourir lui aussi au voyage par procuration pour compenser ses propres lacunes, ce qui explique sans doute la minceur des descriptions de l’utopie grecque dans le roman, comparée à celles des trésors de l’Italie qu’il a pu contempler.

  • 40 Ardinghello (éd. Baeumer), respectivement pp. 365 et 371. Cf. Walther Brecht, Heinse und der ästhet (...)

17Le rapport de Heinse à l’extrait constitue une transition entre la compilation traditionnelle et la pratique de l’imitation créatrice. L’utilisation du récit de voyage du comte de Choiseul-Gouffier fournit un exemple frappant de cette attitude. Ce texte a fait l’objet d’extraits particulièrement importants et est étroitement associé à la rédaction finale d’Ardinghello. Il constitue le compte rendu d’une expédition entreprise en 1776 en Grèce et en Asie Mineure et qui a consacré son auteur archéologue, car il est accompagné de relevé de plans des sites, de copie d’inscriptions sculptées sur les temples et de nombreuses planches. Heinse a pour sa part reproduit au crayon une carte du sud du Péloponnèse et des Cyclades dans son cahier d’extraits. Ceux-ci ont tout d’abord une valeur documentaire. Walther Brecht a signalé les deux passages principaux, d’ordre descriptif et purement géographique, qui, directement inspirés par Choiseul-Gouffier, se trouvent dans la cinquième partie du second tome du roman. Il a également analysé le travail de réécriture accompli par Heinse40. À titre d’exemple : Heinse concentre en quelques phrases plusieurs descriptions différentes des Cyclades et intègre une donnée particulière dans la construction utopique, l’absence de port à Naxos, qui fait de l’île la résidence des femmes où seuls les amants peuvent accoster en barque.

  • 41 Marie-Gabriel-Florent-Auguste, comte de Choiseul-Gouffier, « Discours préliminaire » du Voyage pitt (...)
  • 42 Ardinghello (éd. Baeumer), p. 376.
  • 43 Ibid., p. 373.

18D’autres aspects du texte de Choiseul-Gouffier nous semblent avoir exercé sur Heinse une influence tout aussi déterminante. Il s’agit de passages où s’exprime une vision des Grecs selon laquelle la grandeur passée trouve un écho dans le présent. Le récit du Français n’est pas seulement voué à l’exaltation des vestiges antiques qu’il a pu admirer et dont la description suscite au reste quelques critiques de détail chez Heinse. Il manifeste aussi un engagement résolu en faveur des mouvements de libération naissants qui redonnent à un peuple asservi sa fierté. Le discours préliminaire possède de ce fait une valeur programmatique claire : « Il en coûte de mépriser l’infortune ; aussi cherchais-je, au milieu de la dégradation que j’avais sous les yeux, à démêler quelques traits héréditaires des Grecs comme j’eusse cherché l’empreinte d’une médaille antique sous la rouille qui la couvre et qui la dévore ; je recueillois avec toute l’attention de l’intérêt les preuves d’intelligence, d’activité, de courage dont le hasard me rendoit témoin. Dans ces scènes violentes et passagères, que nécessitent enfin quelquefois les Ministres de l’oppression, dans cette chaleur qui souvent foit terminer aux Grecs leurs querelles particulières par des actes de violence, j’aimois à retrouver quelques vestiges de leur ancienne énergie, je la cherchois même jusque dans les emportements d’une grossièreté souvent importune aux voyageurs ; en un mot je leur aurais pardonné d’être féroces, je ne pouvois leur pardonner d’être vils41. » Cette réhabilitation des Grecs modernes permet de fonder l’utopie. Ardinghello n’est pas qu’un roman sur l’art, mais propose une vision de l’homme fondée sur l’exaltation de l’énergie, cette catégorie centrale des secondes Lumières. L’objectif ultime de la colonie fondée par Ardinghello est la libération des Cyclades de l’occupation turque, en dépit des bonnes relations qu’il entretient par ailleurs avec le gouvernement, afin de « mettre fin à tout le gouvernement des Turcs sous ce climat serein et d’élever à nouveau l’humanité à sa dignité42 ». Choiseul-Gouffier espérait pour sa part que la Russie de Catherine II aiderait les Grecs à créer un état libre en Morée, qui affaiblirait la puissance turque et unirait la mer Noire, les côtes grecques et l’Europe occidentale par le commerce. La description que fait Heinse de la politique adoptée par la colonie qu’a fondée Ardinghello, combinant le commerce et les activités de piraterie encore courantes dans ces contrées à l’époque, s’inspire manifestement du modèle suggéré par le Français : « La navigation de guerre et le commerce entre l’Asie Mineure, la mer Noire et les pays occidentaux, la liberté suprême, le doux divertissement et l’activité joyeuse à l’intérieur, c’était l’objectif global de toutes leurs actions43. »

  • 44 Cahier n° 24, p. 23b (le passage en italique est souligné dans le manuscrit).

19On comprend aisément dans ces conditions que Heinse ne recopie pas seulement les descriptions de paysage et de mœurs dans le récit de Choiseul-Gouffier, mais aussi les annotations établissant la fierté et la combativité de certains Grecs et qu’il souligne d’un trait au crayon l’éloge de peuples « où il existe encore les êtres doués de l’activité la plus soutenue, de la pénétration la plus prompte, de la plus vive énergie44. » Heinse ne s’intéresse pas au récit de voyage pour de simples raisons d’érudition ou de pittoresque. Celui-ci est une matrice de l’œuvre, car il contribue à constituer un véritable programme anthropologique. Enfin, il illustre sa technique faite de décalque et de transposition de ses sources, à l’intersection de l’emprunt et de l’invention.

Une image de l’homme entre les Anciens et les Modernes

  • 45 Manfred Dick, Der junge Heinse in seiner Zeit. Zum Verhältnis von Aufklärung und Religion im 18. Ja (...)
  • 46 Jürgen schramke, Heinse und die Frangäsische Revolution, Tübingen, 1986.
  • 47 S.W. 8/3, p. 4 sq. Tite-Live n’est pas cité par Heinse, qui a par ailleurs recopié une phrase criti (...)

20À la suite de Walther Brecht, la critique a longtemps vu en Heinse un adepte de « l’esthétisme immoraliste » pour lequel la jouissance individuelle est le seul objectif en même temps que l’unique règle de conduite. Il a fallu attendre les travaux de Manfred Dick au début des années 1980 pour redécouvrir en Heinse un adepte engagé des Lumières anticléricales et anti-absolutistes et un spectateur attentif de la Révolution française45. Se fondant sur certains passages virulents des carnets, Jürgen Schramke a même développé la thèse d’un Heinse révolutionnaire radical46. En dépit de la réserve à laquelle le contraint son poste au service du prince-archevêque de Mayence, une part importante de la réflexion de Heinse s’articule incontestablement autour des questions du rapport de l’individu à la communauté et contient de nombreuses interrogations sur la forme de gouvernement de la société humaine capable de garantir le libre épanouissement des facultés naturelles. Les extraits consignés dans les cahiers concernant la philosophie politique montrent qu’à l’instar des révolutionnaires français, Heinse se nourrit encore et toujours de la référence à l’histoire romaine, à la source, c’est-à-dire par la lecture directe des historiens romains ou d’après la lecture qu’en donnent deux textes phares du siècle, les Considérations sur la grandeur et la cause de la décadence des Romains de Montesquieu (lues entre autres par Frédéric II, plume à la main) et l’Histoire du déclin et de la chute et de l’Empire romain d’Edward Gibbon (1776-1787). Dans son panthéon des historiens romains, composé de Salluste, Polybe et Tacite, c’est Salluste qui occupe le premier rang pour ses qualités de narrateur, sa peinture saisissante des caractères et, point important pour le lecteur submergé par la matière à découvrir, mais aussi pour le copiste, en raison de sa concision : « L’histoire romaine dans sa totalité est une longue étude, il est bon de l’avoir parcourue une fois et d’en connaître les périodes les plus intéressantes ; mais le petit livre de Salluste nous donne en un petit nombre d’heures la vision la plus substantielle de la partie la plus vivante de l’ensemble. Et le temps est précieux47. »

  • 48 Cahier n° 31,p. 81b.
  • 49 Les courts extraits de Burke (Lettres à un membre de la chambre des communes du Parlement d’Anglete (...)

21Il semble à première vue que la confrontation textuelle entre les Anciens et les Modernes soit comprise dans une réflexion à caractère proprement politique : ce type de notes de lecture date principalement de la période comprise entre 1793 et 1803, c’est-à-dire durant les troubles induits par les guerres révolutionnaires. Les crises de la république romaine, le déclin de la puissance de l’Empire et le problème du pouvoir tyrannique offrent une grille de lecture pour les bouleversements contemporains et fournissent des exemples d’humanité supérieure chers à Heinse qui ne cite pas par hasard Montesquieu : « Dans les guerres civiles, il se forme souvent de grands hommes ; puisque dans la confusion, ceux qui ont du mérite se font jour, chacun se place et se met à son rang ; au lieu que dans les autres tems on est placé, et on l’est presque toujours de travers48. » Les notes du cahier n° 31 écrit en 1795 s’organisent selon la méthode que nous avons caractérisée, autour de deux thèmes principaux : artistique (réflexions sur la musique et le ballet) et politique. Ce deuxième thème, le plus largement développé, est particulièrement riche en extraits et caractéristique de la mise en perspective des événements contemporains par Heinse. Les premières notes sont consacrées aux mémoires de Madame Roland. Mais contrairement à ce que l’on pourrait attendre, Heinse n’en a extrait que des passages relatifs aux « mémoires particuliers » (tomes 3 et 4) et rien concernant la Révolution qui fait l’objet des deux premiers tomes : les circonstances de l’arrestation de Madame Roland et le récit des ministères de Roland. En revanche, il présente globalement la mémorialiste comme une des grandes figures de la Révolution et comme un modèle d’humanité grandiose. Les autres extraits illustrent en revanche parfaitement le parallélisme établi entre les Anciens et les Modernes : les réflexions sur l’héritage et la propriété sont introduites par une présentation de la lex agraria en vigueur sous la république romaine auxquelles succèdent quelques lignes de La Philosophie de Monsieur Nicolas de Restif de la Bretonne, puis des extraits de la préface écrite par Marmontel à sa traduction de Lucain. Les extraits des considérations de Montesquieu sont directement introduits à la suite et les gloses procèdent clairement à une actualisation du contexte antique. Les dernières pages du cahier contiennent quant à elles des notes brèves et des titres de livres étroitement liés à l’actualité politique : il s’agit d’une citation en français sur le caractère sacré de la liberté de la presse aux yeux des Américains, de la mention de l’édition de la traduction française de Gibbon (analysée dans un autre cahier), ainsi que celle d’un ouvrage de Germain Garnier (transcrit inexactement par Leitzmann en Gauvier dans l’annexe critique). Heinse le signale ainsi : « Germain Garnier, ancien administrateur au parlement de Paris, auteur d’un excellent ouvrage sur la propriété. » Ce court ouvrage publié en mars 1792 intitulé De la propriété dans ses rapports avec le droit politique défend farouchement le droit à la propriété agraire comme fondement de la cohésion sociale, alors que certains passages du cahier tendent à remettre en cause sa légitimité. L’on voit que l’organisation thématique relativement cohérente du cahier ne se retrouve pas nécessairement dans les prises de position, directes ou indirectes, de Heinse, plus intéressé par la méthode dialogique en elle-même que par le fondement d’une doctrine cohérente49.

  • 50 S.W. 8/3, p. 153.

22Heinse ne s’est jamais voulu un penseur politique et sa mise en relation de l’histoire ancienne et des événements contemporains lui est dictée par son désir de connaissance des ressorts de la psychologie humaine. La recherche de la connaissance de l’homme total, intégrant le corps, les nerfs et l’esprit est au centre de son activité de lecteur, de copiste et d’écrivain. C’est pourquoi il consacre en janvier 1796 la plus grande part d’un cahier à l’étude de l’Éthique à Nicomaque d’Aristote qui comble chez lui une attente ancienne : « Il nous manque encore une œuvre parfaite sur la connaissance de l’homme. Il y a d’excellentes choses à trouver à ce sujet dans la morale d’Aristote. Cela donnerait aussi une riche matière pour un roman, pour une comédie que l’on pourrait justement intituler “Le connaisseur du genre humain”, car l’on doit mettre les points sur les i pour les gens ordinaires si l’on veut qu’ils apprennent quelque chose50. »

  • 51 Ibid., p. 55. Cette pleine conscience de sa valeur dépourvue d’arrogance se retrouve dans le portra (...)
  • 52 Cahier n° 31, p. 42b.
  • 53 S.W. 8/3, pp. 56 et 61.

23Au cœur de sa réflexion se trouve la notion de Megalopsychia pour laquelle il cherche des exemples ainsi qu’un équivalent adéquat dans la langue allemande. La difficulté de trouver une traduction à ce terme est selon lui due au premier chef à l’incapacité pour l’homme moderne à réaliser cet idéal. La longueur exceptionnelle des extraits des mémoires de Madame Roland trouve précisément son explication dans la concordance remarquable que Heinse croit déceler dans ce texte entre l’esprit des Anciens et celui des Modernes : « Ces mémoires sont un modèle (et en même temps la preuve de la véracité du plus grand de tous les philosophes) de l’alêtheutikos kai to bio kai to logo chez l’homme véridique d’Aristote. Combien servile apparaît en revanche la modestie vantée chez nos moralistes modernes face à la noble forme et à la stature de l’homme libre51 ! » Le choix des extraits recopiés par Heinse illustre son intérêt pour la fondation d’une anthropologie moderne : l’autoportrait physique et moral fouillé auquel se livre la mémorialiste est au service de la recherche d’un équilibre entre la réflexion et l’intuition. Aussi recopie-t-il avec prédilection la phrase : « Un être est bon en soi, lorsque toutes ses parties concourent à sa conservation, à son maintien, à sa perfection : cela est vrai au moral comme au physique52. » Madame Roland est à ses yeux un exemple de Megalopsychos contemporain, de ce caractère fort qui cherche à accroître son énergie sans la gaspiller et allie de ce fait la force et la maîtrise de soi, la générosité et la prudence. Dans ce contexte, il cite avec approbation un passage des mémoires qui affirme la supériorité de la générosité sur la morale de l’intérêt décrite par Helvétius. Heinse considère en effet que la théorie d’Helvétius est valable pour l’homme ordinaire, mais pas pour l’exemple d’humanité supérieure qu’est Madame Roland, dont certains extraits sont à ses yeux d’une beauté « classique53 ». Ce terme est généralement réservé par Heinse aux productions artistiques qui allient la majesté de la forme à l’énergie du caractère et réalisent un idéal à la fois humain et esthétique. C’est la raison profonde pour laquelle il laisse au propos de la mémorialiste sa respiration propre, sans le couper ni l’interrompre par des gloses intempestives. Le refus d’une trop grande fragmentation dénote la volonté de respecter le flux d’un discours qui suscite une réelle empathie et dans lequel il perçoit en outre une leçon de style.

  • 54 Ibid., p. 171. Cf. également ibid., p. 146.

24Le rapport de Heinse à l’extrait s’avère en définitive d’une relative complexité. Il illustre indiscutablement la persistance de la tradition lettrée en Allemagne dans le dernier quart du xviiie siècle : l’extrait a pour lui valeur de méthode. Il représente à ses yeux l’acquisition d’une discipline intellectuelle en même temps qu’un accès privilégié à la connaissance. Mais les recueils de notes lui permettent également d’élaborer progressivement une esthétique et une éthique propres pour passer du stade de l’assimilation à celui de l’invention. L’appropriation de l’extrait est devenue telle que le rapport dialectique tend parfois à s’inverser entre l’emprunt et la création. Les extraits d’Aristote sont censés confirmer la véracité des propos tenus par les héros des deux romans, Ardinghello et Hildegard, dont Heinse vient à citer les propos dans le cahier, citations qu’il justifie ainsi : « Lorsque j’ai écrit ceci, je n’avais pas encore lu ces textes et je ne pensais ni à Aristote ni à un autre philosophe. Mais c’est tout à fait la même chose et vivant, en allemand, et pensé et dit à ma manière54... »

25Le processus de constitution par Heinse de sa bibliothèque manuscrite révèle une articulation subtile entre lecture et écriture. L’œuvre de Heinse n’exalte pas l’originalité aux dépens de la tradition, mais se nourrit de cette dernière pour mieux la repenser, voire la subvertir de l’intérieur. La pratique assidue de l’extrait est pour cette raison partie intégrante de sa recherche intellectuelle et de son projet littéraire.

Notes

1 Wilhelm Heinse, Ardinghello und die glückseligen Inseln, éd. par Max L. Baeumer, Stuttgart, Reclam, 1975. Dans un article ultérieur, Rolf Wiecker a recensé d’autres passages incorporés par Heinse à son roman et contesté l’utilisation du terme « montage » pour désigner le travail accompli par l’écrivain, initiant ainsi une discussion sur la poétique romanesque de ce dernier. Rolf Wiecker, « Die Notizhefte Heinses und ihre Bedeutung für den Roman Ardinghello. Ein Beitrag zur Entstehungsgeschichte des Ardinghello », in Text & Kontext, Jg. 5. Heft 1. München, 1977, pp. 49-72.

2 Nous adoptons la dénomination « carnets » ou « cahiers » pour désigner l’ensemble des manuscrits posthumes, qualifiés improprement de « journaux » (Tagebücher) ou d’« Aphorismes » (Aphorismen) dans l’édition des œuvres de Heinse publiée entre 1902 et 1925. Erna M. Moore s’est très justement élevée contre ces appellations fantaisistes qui n’ont plus cours dans la recherche récente. Cf. « Wilhelm Heinses literarischer Nachlaß : Tagebücher oder Aphorismen ? », in Monatshefte, vol. 64, n° 1, 1972, pp. 43-50. Cf. également son ouvrage, Die Tagebücher Wilhelm Heinses, München, 1967. La numérotation de ces cahiers conservés à la bibliothèque de la ville et de l’université de Francfort-sur-le-Main laisse apparaître en outre que certains ont disparu. Le cahier n° 16 a été retrouvé en 1976 et publié en 1997 sous le titre Aus verwischten einzelnen Blättern, éd. par Ira Wilhelm, St. Ingbert.

3 Cf. M. Baeumer, « Wilhelm Heinses literarische Tätigkeit in Aschaffenburg », in Jahrbuch der Schillergesellschaft, 1967, 11, pp. 408-435.

4 Jacobi a entretenu des liens étroits avec Marc Michel Rey, libraire à Amsterdam, qui diffusait en particulier les livres censurés en France. Cf. Les Années de formation de F.H. Jacobi d’après ses lettres inédites à M.M. Rey (1771-1773), textes présentés par J. Th. de Booy et R. Mortier, Genève/Les Délices, 1966.

5 L’examen du catalogue de la bibliothèque de Jacobi, publié en 1989, permet d’identifier la provenance de la majeure partie des ouvrages commentés ou recopiés par Heinse durant ces deux périodes. Cf. Die Bibliothek Friedrich Heinrich Jacobis. Ein Katalog. Bearbeitet von Konrad Wiedemann unter Mitwirkung von Peter Paul Schneider, Stuttgart-Bad Cannstatt, 1989.

6 Ses annotations sur ce fonds particulier d’œuvres religieuses et de classiques latins relèvent de la bibliophilie et ne s’attachent pas au contenu. Elles manifestent par ailleurs son admiration pour les premiers témoignages de l’art de l’imprimerie à Mayence. Cf. Kritisches Verzeichniβ höchst seltener Inkunabeln und alter Drucke, welche in der ehemals Kurfürstlich Mainzischen jetzt königlichen Bayerischen Höf. Bibliothek in Aschaffenburg aufbewahrt werden. Von Joseph Merkel K. Hofbibliothekar und Professor der alten Literatur am K. Lyzeum zu Aschaffenburg. Nebst Bemerkungen aus einem von Wilhelm Heinse hinterlassenen Manuscripte, Aschaffenburg, 1832.

7 Cf. Albert Leitzmann, Wilhelm Heinse in Zeugnissen seiner Zeitgenossen, Jena, 1938, p. 32 sq.

8 Wilhelm Heinse, Sämmtliche Werke in acht Bänden (abrégé ultérieurement en S.W.), éd. par Carl Schüddekopf/Albert Leitzmann, Leipzig. 1902-1925, 8/3, p. 279.

9 Kommentierte Neuausgabe der Frankfurter Nachlaβhefte von Wilhelm Heinse, gefördert durch die Gerda Henkel Stiftung, in Zusammenarbeit mit der Stadt und Universitätsbibliothek Frankfurt am Main. Comité éditorial : Adolf Heinrich Borbein, Thomas Gaethgens, Volker Hunecke, Werner Keil, Norbert Miller.

10 Nous tenons à remercier ici Monsieur Kroll du département des manuscrits de la bibliothèque, qui a mis à notre disposition les manuscrits originaux.

11 Cahier n° 17 (« Auszüge und Beschreibungen zu sehr auf den Raub für die wichtigsten Gegenstände ; doch immer gut für die Zukunft »).

12 Heinse s’était réfugié à Düsseldorf durant l’occupation de Mayence par les troupes françaises.

13 Dürten Hartmann, « Kritische Untersuchung und Neubewertung von Wilhelm Heinses Nachlß », in Gert Theile, éd., Das Maβ des Bacchanten. Wilhelm Heinses Über-Lebenskunst, München, 1998, pp. 248-250.

14 Ibid., pp. 243-245.

15 Il utilise une traduction italienne d’Hérodote pour ses extraits commentés, un ouvrage sur la littérature latine de Tiraboschi datant de 1772.

16 Extraits des biographies de Vasari, de l’ouvrage de Scamozzi : Le fabriche di designi di Andrea Palladio raccolti e illustrati de 1776.

17 Extraits des chroniques du XVIe siècle, de Machiavel et de Giordano Bruno, tous deux disponibles dans la bibliothèque de Jacobi.

18 Cahier n° 25, pp. 47-62 et 74-76a et n° 30 (p. 8a).

19 Cf. sa recension d’un commentaire latin de la grammaire grecque, in S.W. 8/2, pp. 431- 433 (Valckenaerii Observationes Academicae p., Lennep praelectiones academicae p., animadversiones adiecit Scheidius. Trajecti ad Rhenum, 1790) et ses remarques sur le grec moderne considéré comme une dégénérescence du grec ancien (ibid., p. 430 sq.). Rolf Wiecker a relevé que la deuxième édition d’Ardinghello était enrichie des notes concernant la grammaire grecque, voir R. Wiecker, « Die Notizhefte Heinses und ihre Bedeutung für den Roman Ardinghello », art. cit., p. 72, note 45.

20 Cahier n° 24, p. 67b. Les extraits d’un autre récit de voyage dans le même carnet contiennent le terme « girouette » dont il a manifestement cherché la traduction, le terme en allemand se trouvant au-dessous du vocable français (p. 71a).

21 Cf. D. Hartmann, « Kritische Untersuchung und Neubewertung von Wilhelm Heinses Nachlaß », art. cit., p. 254 sq.

22 Cahier n° 27, pp. 12b-15a.

23 Respectivement : cahiers n° 26 (pp. 1-20) et n° 21.

24 Cf. l’analyse des Commentaires de César traduits par le comte Turpin de Crissé en 1785 (cahier n° 27).

25 Cf. en particulier l’article de Rita Terras, « Lessing und Heinse. Zur Wirkungsgeschichte des Laokoon », in Lessing-learbook, 1970, pp. 56-89.

26 Cahier n° 64b.

27 Ibid. Cf. également S.W. 8/3, p. 250-256.

28 Les deux notes sur Jean Paul ont été publiées dans Aus verwischten Blättern, pp. 44-45.

29 S.W., 8/3, p. 57 sq.

30 Ibid., p. 57.

31 Ibid., p. 244 (1799).

32 Ibid., p. 204. Cf. cahier n° 2, pp. 34b-41.

33 Cf. sa remarque à propos de la controverse entres les « dogmatiques » et les idéalistes adeptes de Fichte : « E questo basta » (in S.W. 8/3, p. 211).

34 S.W. 8/2, p. 361.

35 Ibid., p. 126 (janvier 1796).

36 Cf. Nicole Hafid-Martin, Voyage et connaissance au tournant des Lumières, 1780- 1820, Oxford. 1995.

37 Cahier n° 27, pp. 37b-44b.

38 S.W.8/2, p. 7.

39 Ibid., p. 57. Il s’agit des Lettres de Sicile et de Malte, adressées par l’Anglais Patrick Brydone à William Beckford, que Heinse pouvait connaître, car Jacobi en possédait dans sa bibliothèque une traduction allemande.

40 Ardinghello (éd. Baeumer), respectivement pp. 365 et 371. Cf. Walther Brecht, Heinse und der ästhetische Immoralismus. Zur Geschichte der italienischen Renaissance in Deutschland. Nebst Mitteilungen aus Heinses Nachlaβ, Berlin, 1911, pp. 47-50.

41 Marie-Gabriel-Florent-Auguste, comte de Choiseul-Gouffier, « Discours préliminaire » du Voyage pittoresque de la Grèce, Paris, 1783. p. 9 sq.

42 Ardinghello (éd. Baeumer), p. 376.

43 Ibid., p. 373.

44 Cahier n° 24, p. 23b (le passage en italique est souligné dans le manuscrit).

45 Manfred Dick, Der junge Heinse in seiner Zeit. Zum Verhältnis von Aufklärung und Religion im 18. Jahrhundert, München, 1980.

46 Jürgen schramke, Heinse und die Frangäsische Revolution, Tübingen, 1986.

47 S.W. 8/3, p. 4 sq. Tite-Live n’est pas cité par Heinse, qui a par ailleurs recopié une phrase critique de Montesquieu le concernant : « J’ai du regret de voir Tite-Live jeter ses fleurs sur ces énormes colosses de l’Antiquité » (in Cahier n° 31, p. 77b).

48 Cahier n° 31,p. 81b.

49 Les courts extraits de Burke (Lettres à un membre de la chambre des communes du Parlement d’Angleterre sur les négociations de paix ouvertes avec le Directoire) sélectionnés par Heinse dans le cahier n° 2 (p. 32b-33b) contrebalancent les accents révolutionnaires que Schramke décèle dans d’autres textes.

50 S.W. 8/3, p. 153.

51 Ibid., p. 55. Cette pleine conscience de sa valeur dépourvue d’arrogance se retrouve dans le portrait de Madame du Châtelet tracé par Voltaire et recopié par Heinse dans le cahier n° 28, p. 93b.

52 Cahier n° 31, p. 42b.

53 S.W. 8/3, pp. 56 et 61.

54 Ibid., p. 171. Cf. également ibid., p. 146.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/35033/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Figure 10 et 11 – Wilhelm Heinse, Extraits des Mémoires de Madame Roland, Stadt- und Universitäsbibliothek, Francfort-sur-le-Main, département des manuscrits, cahier 31, fol. 42 et 43.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/35033/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search