Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books CNRS Éditions Histoire Lire, copier, écrire Du discours érudit à l’écriture r...

Lire, copier, écrire

 | 
Élisabeth Decultot

Troisième partie. Subversion poétique d’une pratique érudite

Du discours érudit à l’écriture romanesque : recherches sur les cahiers d’extraits de Jean Paul1

Christian Helmreich

Texte intégral

  • 1 Cet article s’appuie sur notre travail Jean Paul & le métier littéraire. Théorie et pratique du rom (...)
  • 1 SW I, 4, 81.

1Comme Laurence Sterne qu’il admirait beaucoup, Jean Paul (1763- 1825) a composé un nombre important de parodies du discours érudit. Parmi les nombreux savants qui peuplent ses textes, une mention spéciale doit être réservée au protagoniste de Leben des Quintus Fixlein (Vie de Fixlein), un court récit que Jean Paul a fait paraître en 1795. Le modeste maître d’école Fixlein consacre l’essentiel de ses loisirs au progrès de la science : « Il travaillait (je ne compte pas ses œuvres de moindre importance) à un recueil de fautes typographiques dans les écrits en langue allemande ; il comparait les errata, montrait quelles étaient les fautes les plus fréquentes, observait qu’il était possible d’en tirer des conclusions essentielles et conseillait au lecteur de les tirer1. »

  • 2 SW I, 3, 14 (traduction française : Jean Paul, Titan, 2 vol., trad. de l’allemand sous la direction (...)

2Texte exemplaire, car Jean Paul ne manque jamais de relever les aspects ridicules ou grotesques de l’activité érudite. Le regard que l’auteur porte sur les pratiques savantes n’est cependant jamais dépourvu d’une certaine indulgence. Par bien des côtés en effet, Jean Paul ressemble lui-même aux érudits qu’il dépeint. L’auteur du Siebenkäs et du Titan est sans doute l’un des romanciers les plus « savants » de la littérature allemande ; le mélange, chez lui, de discours narratifs et de discours qui relèvent du genre érudit n’a jamais manqué de fasciner ou d’agacer ses lecteurs. Qu’il me soit permis, avant même d’aborder le cœur de mon propos, d’en présenter ici brièvement deux exemples. Dès la première page de son opus magnum, le Titan, qui paraît en quatre volumes entre 1800 et 1803, Jean Paul nous décrit le protagoniste de son roman, le jeune comte Cesara. Après avoir évoqué son regard délibérément perdu dans le futur et l’expression virile de ses lèvres, le narrateur remarque, à propos du jeune homme : « Il semblait n’être encore qu’un miroir ardent au clair de lune ou bien une de ces pierres précieuses dont la couleur sombre est trop intense et que le monde ne peut purifier et amender, comme d’autres joyaux, qu’en les taillant en creux2. »

3La technique de la taille en creux qui sert de métaphore indique le sens du roman : le récit retracera la progressive formation de son protagoniste. L’image elle-même cependant nous intéresse dans une autre perspective encore. La connaissance que Jean Paul a acquise des techniques de joaillerie est le fruit de ses lectures : elles lui permettent d’insérer dans son roman une comparaison technique. Le recours à des savoirs spécialisés apparaît de façon bien plus massive lorsque l’intrusion du discours savant est clairement soulignée, soit par un usage développé de la note de bas de page (dans une œuvre de fiction, la note de bas de page semble à première vue tout à fait déplacée), soit par l’accumulation presque grotesque de références savantes. En voici un exemple tiré du roman Siebenkäs. Dans une courte digression, Jean Paul décrit le peu de considération que les femmes, à l’en croire, ont pour les autres personnes de leur sexe :

  • 3 SW I, 2, 472 sq.

« À vrai dire, chacune est jalouse de toutes les personnes de son sexe, non pas parce que leur mari, mais parce que les autres hommes leur courent après et se montrent ainsi infidèles à son encontre. Voilà pourquoi chacune de ces vicereines du monde font le serment qu’Hannibal fit contre les Romains, ces rois de la terre, et qu’il honora tout aussi bien. C’est pourquoi chacune d’entre elles a la force, propre à tous les corps animaux, selon Fordyce. de refroidir les autres ; et en effet chacune doit poursuivre de sa vindicte un sexe constitué d’autant de rivales. Voilà pourquoi on en trouve beaucoup (par exemple les religieuses) qui se désignent sous le nom de sœurs moraves, ou bien sous celui de sœurs ou d’âmes sœurs, car, comme la désunion est particulièrement fréquente parmi les frères et sœurs, ceci leur permet d’indiquer en partie la nature de leur relation. Voilà pourquoi les parties carrés de Madame Bouillon étaient constituées de trois hommes et d’une femme seulement. C’est peut-être ce qui a forcé Saint Athanase, Basile, Scot Érigène et d’autres Pères de l’Église à croire qu’au Jugement dernier, les femmes – à l’exception de Marie – ressuscitent en hommes, afin que ne se développe pas, au Ciel, de discorde et de jalousie3. »

4Cette accumulation de références savantes est assez représentative du style de Jean Paul. On trouve dans ce passage une illustration du thème de l’hostilité (« le serment qu’Hannibal fit contre les Romains »), puis une série d’exemples (assez disparates et interprétés de façon tendancieuse) de la difficile cohabitation des femmes entre elles. Ce procédé fait sans aucun doute l’un des charmes de l’écriture de Jean Paul. Sans cesse, à la faveur d’une allusion érudite, nous quittons l’étouffante province allemande qui sert de cadre à ses narrations pour nous retrouver en compagnie d’Hannibal, de Caton, du peuple juif expulsé de Jérusalem, des Indiens d’Amérique du Nord, des habitants du pays de Vaud, etc.

  • 4 Georg Wilhelm Friedrich Hegel, Ästhetik, éd. par Friedrich Bassenge, Berlin, Aufbau-Verlag, 1955, p (...)

5Les contemporains de Jean Paul ont immédiatement saisi ce que la structuration de ses textes devait à la technique des cahiers d’extraits. Dans les développements qu’il consacre à Jean Paul dans ses leçons d’esthétique, Hegel souligne ce point : « Pour avoir toujours à sa disposition de nouveau matériaux, Jean Paul a consulté les livres qui traitent des sujets les plus divers – botanique, jurisprudence, les descriptions de voyage, les ouvrages philosophiques –, notant ce qui le frappait, écrivant les pensées que ces lectures lui suggéraient, et lorsque son tour est venu de composer, il a rapproché les objets les plus hétérogènes, par exemple les plantes du Brésil et l’ancienne chambre de justice du Saint-Empire4. »

  • 5 Depuis les années 1970, la culture philosophique et scientifique de Jean Paul a été étudiée de faço (...)
  • 6 On pense par exemple aux notes que Flaubert a pu accumuler pour donner une description précise des (...)
  • 7 Un inventaire extrêmement précieux des extraits de Jean Paul a été fourni par Götz Müllier, Jean Pa (...)

6Longtemps, cet aspect-là de l’écriture jean-paulienne n’a guère retenu l’attention des lecteurs et des spécialistes5. La part d’érudition des textes de Jean Paul était longtemps considérée comme un élément qui leur était en quelque sorte étranger – un élément non seulement encombrant, mais surtout extérieur à la « littérature » au sens restreint du terme. La « critique littéraire » n’avait pas, dès lors, à s’en occuper, d’autant que les notations érudites insérées par Jean Paul dans l’ensemble de ses écrits ne relèvent pas du genre de la documentation que pratiquent couramment les auteurs d’œuvres réalistes ou didactiques6. Il suffit cependant de considérer l’ensemble du fonds Jean Paul conservé à la Staatsbibliothek de Berlin pour mesurer l’importance des lectures spécialisées et savantes de l’auteur. En effet, nous avons conservé pas moins de cent dix cahiers exclusivement réservés aux extraits de lecture. On estime que ce corpus compte à lui seul plus de 7 000 pages manuscrites, près de 20 % de l’ensemble des papiers d’auteur recueillis à Berlin7. Le premier de ces cahiers a été commencé en 1778, alors que Johann Paul Friedrich Richter n’a que quinze ans. Les dernières notations ont été consignées en 1824, un an avant sa mort : c’est dire que l’auteur est resté fidèle tout au long de son existence à la technique des extraits. C’est ce corpus manuscrit que nous allons essayer de décrire et d’éclairer dans les développements qui suivent, ainsi que ses effets sur les textes publiés par Jean Paul.

Portrait de l’auteur en lecteur

  • 8 Cf. sur ce point l’excellente étude de Günther Soffke, Jean Pauls Verhältnis zum Buch, Bonn, Bouvie (...)
  • 9 HKA III, 3, 379.
  • 10 SW I, 6, 1057.

7Il est rare de rencontrer dans l’histoire littéraire des écrivains qui aient été des lecteurs médiocres. Pour autant, la quantité aussi bien que la variété des lectures de Jean Paul ne manque pas d’étonner. Car si les premiers cahiers d’extraits du fils de pasteur Johann Paul Friedrich Richter nous montrent un adolescent désireux de se préparer avant tout aux études de théologie auxquelles il semblait destiné pour des raisons à la fois familiales et économiques (les études de théologie étaient les seules à être gratuites), on observe assez rapidement un élargissement de la perspective, une volonté quasi encyclopédique de couvrir la totalité des disciplines intellectuelles et scientifiques de son temps. Les cahiers d’extraits de Jean Paul rendent compte de son infatigable activité de lecteur, de son amour quelque peu maniaque (voire pathologique) des livres. Si le livre est un aliment, l’ appropriation des textes peut se décrire comme une ingestion8. Dans une lettre à l’érudit Karl August Böttiger, ami de Wieland et propriétaire à Weimar d’une bibliothèque particulièrement fournie, Jean Paul se décrit en 1800 comme « un vampire à livres » (« Bücher-Vampyr9 »). Cette boulimie peut s’expliquer par des facteurs biographiques. Pour Richter, modeste provincial élevé dans l’une des régions les plus reculées d’Allemagne, à l’écart des grands centres intellectuels, le livre constitue un interlocuteur privilégié. C’est le seul moyen d’entrer en contact avec les grands courants scientifiques, philosophiques et littéraires de son époque. À la fin de sa vie, Jean Paul soulignera lui-même cet aspect. Dans son autobiographie, après avoir dépeint les leçons assez frustes que lui dispensait son père, il note : « Ma soif de livres n’en était que plus intense dans ce Sahara intellectuel. Tout livre m’apparaissait comme une source fraîche et verdoyante. […] Que l’on juge plutôt : pour une âme si désireuse d’apprendre, installée dans un presbytère isolé, au milieu d’un village sans population, les livres étaient nécessairement des personnes douées de parole, c’étaient les plus somptueux des convives étrangers, des mécènes, des princes de passage ou des Américains, les premiers habitants du Nouveau Monde pour un Européen10. » Pour le jeune Johann Paul Friedrich Richter, le contact avec la vie intellectuelle passe notamment par la lecture de périodiques. Ceux-ci fournissent une lecture particulièrement précieuse, non seulement par la diversité des sujets abordés au sein d’un même volume, mais surtout à cause de la place accordée aux comptes rendus critiques. Les périodiques sont pour ainsi dire des livres élevés à la puissance supérieure, des livres pleins de livres. Les livres permettent à Jean Paul de se former, de prendre connaissance des mouvements intellectuels qui agitent l’Europe. On trouve certes quelques extraits de romans. Mais, pour l’essentiel, le futur romancier consacre son activité de copiste à des textes qui relèvent du genre des essais, voire du discours scientifique. Cela explique aussi pourquoi les livres les plus importants pour sa formation littéraire et intellectuelle n’y figurent pour ainsi dire que de façon marginale : Rabelais, Cervantes, Sterne, Swift, Hippel disparaissent presque complètement au profit de lectures plus spécialisées et plus ponctuelles qui couvrent tous les domaines scientifiques.

  • 11 « Sans bibliothèque, la vie sur terre serait vraiment presque trop fade et trop stupide : la sociét (...)
  • 12 SW I, 2, 795.

8Il n’est pas impossible d’étendre à l’ensemble de son existence ce schéma emprunté à la jeunesse de l’auteur. Si l’on excepte les années 1796 à 1801 où il a séjourné tour à tour à Leipzig, à Weimar et à Berlin, Jean Paul a passé l’essentiel de sa vie dans de petites villes provinciales. L’auteur compense la solitude relative de ses séjours provinciaux par la fréquentation assidue et massive des livres. Car, remarque-t-il, les livres forment une société autrement plus spirituelle et plus intéressante que celle des hommes11. Ou, pour reprendre les mots de Vult, l’une des nombreuses figures d’écrivain qui peuplent les romans de Jean Paul : « Mon ami, nous autres hommes de livres qui, jour après jour, heure après heure, menons une conversation animée avec les hommes les plus importants du monde imprimé avant nous – et pour discuter avec eux des événements les plus importants –, nous sommes incapables de concevoir l’ennui mortel des grands qui n’ont guère que les propos et les mets qu’on sert à leur table12. »

  • 13 HKA III. 4, 106.
  • 14 HKA II. 5, 102, n° 355. Cf. aussi la remarque suivante, extraite d’une lettre que Jean Paul envoie (...)

9En apparence, la vie retirée ne pèse donc guère à Jean Paul ; lorsqu’en revanche l’approvisionnement en livres pose problème, il ne manque pas de se plaindre. En 1801, à Meiningen, il note dépité : « On ne trouve guère ici d’autres livres que ceux que l’on écrit soi-même13. » La volonté d’embrasser l’ensemble du savoir accompagne Jean Paul jusqu’à la fin de sa vie et ne cesse de caractériser son activité de lecteur : « Lire tous les genres d’ouvrages, des livres d’économie, de médecine, etc. comme je le fais, c’est commercer avec tous les genres d’hommes, mettre en lumière les diverses facettes de l’humanité14. »

  • 15 Cf. Götz Müller, Jean Pauls Exzerpte, op. cit. [note 7] : pour Montaigne, notamment pp. 122-126 ; C (...)
  • 16 HKA II, 6, 685.

10À partir de 1797, Jean Paul tient un cahier où il consigne les livres à lire (cahier « libri legendi »). Sa correspondance témoigne de ses efforts pour entrer en contact avec les livres désirés : il lit des récits de voyage, des ouvrages de géographie, d’histoire, de droit, de médecine, d’histoire naturelle, de physique, de chimie, des traités philosophiques aussi bien que des ouvrages de théologie, les livres les plus récents aussi bien que les ouvrages les plus anciens, et, pour ne citer ici que quelques-uns des nombreux ouvrages en langue française présents dans ses cahiers d’extraits, Jean Paul s’intéresse aux Essais de Montaigne, mais aussi au Code Napoléon, au Dictionnaire des merveilles de la nature de Sigaud de la Fond ou encore au mémoire de Louis Edmond Bignon examinant en 1821 les prétentions des monarchies absolues à l’égard de la monarchie constitutionnelle de Naples15. « Personne ne lit plus de livres sérieux que moi », écrit-t-il dans un cahier autobiographique16.

  • 17 Die Taschenbibliothek, 1795 ; SW II. 3, 772.
  • 18 Günther Soffke. Jean Pauls Verhältnis zum Buch, op. cit. [note 8].

11Lorsque Jean Paul, dans cette dernière citation, emploie le verbe lire, il faut y entendre autre chose que ce que nous aurions tendance à comprendre. En effet, il ne s’agit pas uniquement pour lui de consulter les ouvrages, de les feuilleter et de s’imprégner de leurs textes ; il convient bien davantage d’en tirer la substantifique moelle, c’est-à-dire de prendre en note tel ou tel passage ponctuel qui aura intéressé le lecteur. Telle est la fonction des cahiers d’extraits. Dans un texte assez court consacré à la technique de l’extrait, Jean Paul montre l’inutilité d’une lecture sans prise de notes : « La marée de livres se retire, ne laisse que quelques coquilles, recouvre à nouveau votre mémoire, et après ce va-et-vient, vous ne trouvez chez vous aucune plante qui soit irriguée, mais une étendue stérile de sable mouillé17 ». En d’autres termes : il convient de conserver des traces des ouvrages lus, d’en archiver la lecture. À cela, il y a également des raisons « économiques » : le livre est en effet une denrée rare et chère. Dans les années 1770 et 1780, le jeune homme impécunieux ne peut pas acheter les livres propres à étancher sa soif de lecture. L’histoire des lectures de Jean Paul est donc avant tout une histoire de ses emprunts. Même lorsqu’à la fin de sa vie, l’auteur du Titan aura les moyens d’acheter des livres, il n’a rien d’un « bibliophile » au sens classique du terme. La matérialité du livre ne l’intéresse guère. Le livre lui importe comme texte, et non pas comme objet. Sa bibliothèque reste relativement modeste18. Pour Jean Paul, les extraits de sa main sont plus importants que ne le sont les livres. Tout se passe d’ailleurs comme si le fait de ne pas posséder les livres qu’il est en train de lire, c’est-à-dire d’être obligé de les emprunter (et donc, passé un certain délai, de les rendre), favorisait la constitution des cahiers d’extraits : ce qui, au début, relevait de la nécessité devient rapidement un mode de gestion des lectures. Par ailleurs, il s’agit de tirer le meilleur profit possible du temps investi dans les lectures – de ne pas, en d’autres termes, dilapider un capital précieux. L’homme qui confectionne des cahiers d’extraits a une mentalité de collectionneur et d’épargnant.

  • 19 Götz Müller, Jean Pauls Exzerpte, op. cit. [note 7], pp. 21, 24, 75, etc.
  • 20 Cf. notamment ibid., pp. 24, 33, etc.
  • 21 Un exemple : Richter note la phrase suivante extraite des Observations sur l’homme, sa nature, son (...)

12Tournons-nous à présent vers l’aspect concret de la collection de Jean Paul. Une césure assez nette permet de distinguer la vingtaine de cahiers d’extraits qu’il confectionne dans sa jeunesse, jusqu’au début de l’année 1782, et les cahiers ultérieurs. Jusqu’à l’âge de dix-neuf ans à peu près, Johann Paul Friedrich Richter se conforme à la technique traditionnelle des extraits qui lui a été enseignée par ses précepteurs. Il recopie en règle générale de longs passages (au moins quelques lignes, parfois plusieurs pages) sans aucune modification, sans annotations ou commentaires, si l’on excepte quelques signes inscrits dans les marges des cahiers ou encore les titres que le jeune Richter peut donner à ses extraits. La plupart du temps, les titres choisis par le copiste sont rigoureusement descriptifs. Ils indiquent le sujet traité dans le passage copié : « De la finitude des peines infernales », « Ce qu’on appelle sentiment », « De l’erreur qu’il y a à emmailloter les enfants19 ». Quelques titres comportent des points d’exclamation qui semblent indiquer que le lecteur-copiste a été particulièrement touché20. Il existe seulement un petit nombre de commentaires insérés dans les cahiers d’extraits, des réflexions où le copiste discute ce qui vient d’être copié21. En règle générale, Jean Paul sépare cependant clairement – ce point est une constante dans son activité littéraire – sa propre production de celle des autres. Le dialogue avec les textes lus se situe donc en dehors des cahiers d’extraits. Ses propres développements seront consignés dans d’autres cahiers qui portent par exemple le titre Übungen im Denken (Exercices de pensée) ou encore Tagbuch meiner Arbeiten (Journal de mes travaux).

  • 22 HKA II, 6, 227, n° 16 (Merkblätter 1820).

13On peut dire que les extraits de Jean Paul ont à ce moment-là une double fonction : d’un côté, les passages recopiés fournissent des modèles de rhétorique, de l’autre ils permettent au lecteur-copiste de disposer d’un stock considérable d’arguments et d’idées. L’adolescent, puis le jeune homme copie ce qui lui donne à penser. Jean Paul ne cesse d’assigner à la lecture le rôle de stimulant. Vers la fin de sa vie, il note dans un de ses cahiers : « L’éloge et la valeur de la lecture ne peuvent pas reposer sur la simple réception et transmission de pensées et d’opinions étrangères, mais viennent des idées nouvelles qui, chez tout individu, se développent pendant la lecture pour être transmises à leur tour. La lecture n’est pas l’inoculation de fruits étrangers : c’est une fécondation, et c’est la chaleur du soleil qui favorise nos propres fruits22. »

14En vérité, il ne faut évidemment pas dissocier l’appropriation des idées et tout ce qui relève davantage d’un travail plus spécifiquement stylistique. Car les cahiers d’extraits ont été conçus à l’origine pour donner à un jeune homme qui se destine à la carrière de pasteur ce qui fera la matière de ses sermons : il lui faut d’un côté des idées et des exemples variés, mais il doit acquérir simultanément une certaine aptitude à manier les différents types de discours, par exemple le ton sérieux et sobre des développements argumentatifs, celui, grave, de l’exhortation, mais aussi le ton de l’émotion et du sentiment. C’est ainsi que, dans son troisième cahier (1779), Jean Paul prend en note le passage central de la lettre du 10 mai des Leiden des jungen Werther (Souffrances du jeune Werther) :

  • 23 Johann Wolfgang Goethe, Les Souffrances du jeune Werther, trad. de Pierre Leroux revue par Christia (...)

« Quand les vapeurs de la vallée s’élèvent devant moi, qu’au-dessus de ma tête le soleil lance d’aplomb ses feux sur l’impénétrable voûte de l’obscure forêt, et que quelques rayons épars seulement se glissent au fond du sanctuaire ; que, allongé dans les herbes hautes, près d’un ruisseau bouillonnant, je découvre plus près de la terre mille petites herbes diverses ; que mon cœur sent de plus près l’existence de ce petit monde qui fourmille parmi les herbes, de cette multitude de vermisseaux et d’insectes de toutes les formes ; que je sens la présence du Tout-Puissant qui nous a créés à son image, et le souffle du Tout-Aimant qui nous porte et nous soutient flottants sur une mer d’éternelles délices : mon ami, quand mes yeux sont entourés de crépuscule, et que le monde autour de moi et le ciel reposent entièrement dans mon âme, tels l’image d’une femme aimée, alors je soupire et je m’écrie en moi-même : – Ah si tu pouvais exprimer ce que tu éprouves ! si tu pouvais insuffler et fixer sur le papier cette vie qui coule en toi avec tant d’abondance et de chaleur, en sorte que le papier devienne le miroir de ton âme, de même que ton âme est le miroir d’un Dieu infini23 !... »

  • 24 Ainsi, à la fin du volume 12 de ses cahiers d’extraits, on trouve un recueil de comparaisons tirées (...)

15Ce célèbre paysage apparaît dans le cahier de Jean Paul sous le titre significatif « Du sentiment » (« Vom Gefühle »). Le second grand paysage du Werther, la description du 18 août, apparaît également dans le cahier que tient Jean Paul, sous un titre encore plus caractéristique : « Ravissement ! Émotion ! Sentiment ! » (« Entzückung ! Gefühl ! Empfindung ! »), ce qui, soit dit en passant, fournit encore un exemple de l’efficacité de la rhétorique de l’émotion déployée par Goethe. Dans le même ordre d’idées, il arrive à Jean Paul de mettre en place une rubrique spéciale consacrée aux figures de style24.

16En 1781, à l’âge de dix-huit ans, Johann Paul Friedrich Richter s’est déjà constitué une collection d’extraits de dix-huit volumes qui couvrent plus de trois mille pages, dont un cahier exclusivement consacré aux livres français (copiés en français). Chacun des volumes ou cahiers se conclut par un ou plusieurs index qui facilitent l’accès aux textes copiés : en règle générale, un index des sujets traités ainsi qu’un index des ouvrages. Ce corpus est comparable par certains côtés aux recueils de lieux communs utilisés par les humanistes du xvie siècle et dont la tradition s’est perpétuée en Allemagne jusque tard dans le xviiie siècle.

Quel usage un romancier peut-il faire de cahiers d’extraits ?

  • 25 Sur cette période de la vie de Jean Paul, cf. Geneviève Espagne, Les Années de voyage de Jean Paul (...)

17Nous avons noté tout à l’heure que la forme des cahiers d’extraits de Jean Paul change profondément à partir de 1782. Cette date n’est pas fortuite. C’est en effet à partir de la fin de l’année 1781 que l’étudiant Richter se détourne de la carrière qu’il était censé embrasser. Il abandonne peu à peu les études de théologie et décide de se lancer dans le métier littéraire25. Au moment où Richter décide de se détourner de la carrière ecclésiastique, il pourrait remiser, croirions-nous, ses cahiers d’extraits et arrêter d’en produire de nouveaux. Il n’en est rien. Pourquoi ? En d’autres termes : quel usage un romancier peut-il faire de cahiers d’extraits ? C’est là la question à laquelle nous voudrions répondre en premier lieu avant de donner une description un peu plus précise des cahiers d’extraits tenus par l’auteur entre 1782 et 1824 : l’usage jean-paulien des extraits nous permettra de comprendre la forme que prennent désormais ses cahiers.

  • 26 Cf. Jörg Schönert, Roman und Satire im 18. Jahrhundert. Ein Beitrag zur Poetik, Stuttgart, Metzler, (...)

18Après quelques hésitations, le premier genre littéraire cultivé de façon intensive par Jean Paul est celui de la satire. La satire est l’une des formes littéraires les plus importantes dans l’Europe des Lumières26. Les productions du jeune Richter ne rencontrent cependant pas le succès escompté : seuls deux de ses recueils de satires trouvent un éditeur dans les années 1780. Qui plus est, ces deux ouvrages s’avèrent invendables : à la fin du siècle, la satire est un genre qui s’essouffle. L’auteur connaît dix ans d’échecs et des difficultés matérielles considérables. Ce ne sont pas dix années perdues pour autant : le jeune écrivain perfectionne pendant ces années-là une forme d’écriture qui lui sert de matrice lorsque, dans les années 1790, il commence à composer des romans.

  • 27 SW II, I, 398 (Grönländische Prozesse [Procès groenlandais], 1783).

19Or la satire est un genre à cheval entre le discours argumentatif et la fiction : les cahiers d’extraits trouvent donc ici un prolongement naturel. Prenons un exemple de l’usage que Richter fait des cahiers d’extraits dans sa production satirique. Dans une satire consacrée au métier littéraire (Über die Schriftstellerei), « l’auteur » ou narrateur prend la défense de l’ignorance : « L’érudition froide tue le génie ; celui-ci croît idéalement quand la nourriture vient à manquer. C’est ainsi qu’à Sparte, les enfants poussaient d’autant plus que leurs parents les nourrissaient peu. Voilà pourquoi les têtes sans génie méprisent toute science, car elles guettent la venue de leur génie, de même que dans certaines localités on n’allume pas les lanternes parce que l’on attend que paraisse la lune, souvent d’ailleurs jusqu’au lever du soleil27. »

20La satire jean-paulienne se caractérise ainsi parce que l’on peut appeler un excès logique. On est frappé par tous les enchaînements qui semblent indiquer une concaténation causale : « voilà pourquoi », « car », « parce que », « puisque », etc. De l’argumentation, l’auteur emprunte essentiellement les formes discursives abstraites (le raisonnement inductif, par exemple), bien que l’usage qu’il en fasse apparaisse simultanément comme une espèce de perversion de la logique. Cette façon d’inscrire son propos dans une armature logique est l’un des traits les plus frappants du style de Jean Paul ; et cela même après 1790, c’est-à-dire après avoir abandonné la satire pour un genre qui, normalement, devrait proposer de la narration pure, à savoir le roman. Nous tenons ici l’une des constantes du travail littéraire de notre auteur : Jean Paul aime à reprendre les caractéristiques formelles des genres et des formes de discours fortement codifiés. Le discours savant, avec son cortège de digressions érudites et de notes de bas de page, est l’une des formes les plus fréquemment adoptées et parodiées par Jean Paul. Il y en a d’autres. Le sermon, l’oraison funèbre, la supplique, la plaidoirie, l’apologie ou le réquisitoire, l’épitaphe, l’ordonnance médicale (suivant l’exemple de Sterne), l’éloquence professorale : l’auteur de Siebenkäs et du Titan présente à ses lecteurs tous les types de discours.

21Au-delà de cet aspect important, il convient de noter comment s’élabore, dans le détail, le texte de Jean Paul. Revenons au texte cité à l’instant. Il est en effet constitué d’une forme d’amplification par analogie. Jean Paul désire composer un éloge évidemment ironique de l’ignorance. Il trouve dans ses cahiers des références à des pratiques sociales qui lui permettent de composer un éloge (également antiphrastique) de la privation : à Sparte, l’absence de nourriture était considérée comme un bienfait ; dans certaines communes, les économies d’éclairage sont justifiées par la présence de la lune. Pour utiliser ces exemples, il suffit dès lors d’opérer un transfert métaphorique, c’est-à-dire d’assimiler l’érudition à la nourriture et à la lumière.

22Dans les romans et les récits que Jean Paul compose après 1790, l’auteur reprend ce procédé. Le texte romanesque est saturé de renvois à des savoirs plus ou moins spécialisés, il se nourrit de références géographiques, historiques, philosophiques, théologiques, médicales, juridiques, etc. Le narrateur doit-il dépeindre le spleen de Siebenkäs, enchaîné à une existence sans joie dans l’étouffante ville de Kuhschnappel ? Immédiatement, nous voyons le protagoniste de son troisième grand roman gravir la petite colline qui a servi de cadre, plusieurs chapitres plus tôt, à une grande scène d’adieu entre Siebenkäs lui-même et son ami Leibgeber. Ce lieu qui marque la limite entre l’oppressante cité de Kuhschnappel et l’espace illimité du monde au-dehors,

  • 2 D’après Justin, cf. l’histoire juive de Bastholm, traduit du danois, 1785. [note de Jean Paul]
  • 28 SW 1,2,313. Jean Paul avait pris des extraits de l’ouvrage de Christian Bastholm en 1788 (cf. Götz (...)

« était la colline sur laquelle l’empereur Hadrien permit aux Juifs de monter, deux fois par an, afin de contempler les ruines de la Ville sainte et de pleurer ce qu’ils n’avaient pas le droit de fouler228. »

23Ailleurs, le narrateur nous montre le résultat de la discorde dans le ménage de Siebenkäs : silence obstiné de Lenette, la femme du protagoniste.

  • 3 Wepf. hist. apoplect. p. 468. [note de Jean Paul]
  • 4 Repub. des lettres, Octobr. 1685. V. 1091. [note de Jean Paul]
  • 29 SW I, 2, 332.

« Il n’y a guère qu’avec les étrangers que disparaissait la paralysie de sa langue. Nous attendons qu’un esprit habile nous révèle ce qui fait que les femmes sont souvent incapables de parler, hormis aux étrangers […] Tous les habitants de l’île de Sainte Hilda se mettent à tousser lorsque débarque un étranger : or la toux est, si ce n’est un genre de parole, du moins le premier grincement du mécanisme qui anime notre machine à parler. Ce mutisme périodique […] est bien connu des médecins : Wepfer3 nous raconte le cas d’une femme apoplectique qui ne savait plus dire que le Notre Père et le Credo. Les cas de mutisme sont fréquents dans les couples mariés où la femme est incapable de dire autre chose que le strict nécessaire. À Wittenberg4, un homme atteint de fièvre était incapable de dire quoi que ce soit, sauf entre midi et une heure ; et l’on rencontre pareillement suffisamment de pauvres muettes qui ne disent mot, si ce n’est pendant un quart d’heure ou alors le soir uniquement, et qui, pour surmonter cette difficulté, utilisent les clés, les assiettes, les portes en guise de clochette des muets29. »

  • 30 SW I, 5, 171 ; Jean Paul, Cours préparatoire d’esthétique [Vorschule der Asthetik], traduit par Ann (...)
  • 31 Peut-être faut-il même aller au-delà de cette limite chronologique, indiquée par Michel Foucault (L (...)
  • 32 Cf. l’analyse d’Ann Blair, « Bibliothèques portables : les recueils de lieux communs dans la Renais (...)
  • 33 Jean Paul, Ideen-Gewimmel [cf. note 11], p. 28, n° 20.

24On le voit : les notations érudites s’intègrent au texte proprement narratif sur le mode du rapprochement. Le rapprochement présuppose une similitude plus ou moins marquée ; souvent cette dernière ne l’est pas du tout, et seul l’esprit analogique du narrateur jean-paulien assure un lien qui aurait assurément échappé à tout autre. La faculté d’opérer des rapprochements constitue pour Jean Paul l’une des formes les plus importantes de l’intelligence. C’est là très exactement la définition jean-paulienne de l’esprit (le Witz) : l’esprit, écrit-il dans le paragraphe 43 de sa Vorschule der Asthetik (Cours préparatoire d’esthétique), « découvre le rapport de ressemblance, c’est-à-dire l’égalité partielle cachée sous une inégalité plus grande30 ». La recherche de ressemblances entre les diverses parties de l’univers visible n’est pas une invention de l’auteur de la Vorschule der Asthetik. En faisant de la pensée par rapprochement l’un des fondements de son esthétique, il retrouve paradoxalement un mode d’acquisition et d’organisation des connaissances qui prévalait jusqu’au début du xviie siècle31. Le savoir se constituait par la découverte de similitudes32. Progressivement supplanté par l’étude expérimentale des phénomènes naturels, le principe de l’analogie universelle a certes perdu son statut scientifique. Jean Paul est sans doute l’un des premiers à prendre conscience de sa dimension poétique : la science d’hier acquiert désormais une valeur poétique. En effet, la recherche de similitudes constitue aussi le principe de la métaphore. Ainsi, les références et curiosités érudites que l’auteur collectionne tout au long de son existence fournissent la matière première des comparaisons et métaphores dont l’auteur constelle ses textes. « Bien que je ne sache pas qui, parmi tous les auteurs de la terre, a composé le plus de comparaisons, je suis heureux de noter que personne ne le surpasse si ce n’est moi-même », écrit Jean Paul33. De ce travail métaphorique, les cahiers d’extraits constituent l’inépuisable source.

  • 34 HKA II, 5, 72, n° 32.
  • 35 SW I, 5, 842 ; cf. Jean Paul, Lévana ou traité d’éducation [Levana oder Erziehlehre], traduit par A (...)

25Mais il y a plus. Au-delà de sa valeur purement littéraire, la recherche des similitudes conserve pour Jean Paul une indéniable dimension heuristique. « Pour un homme doué de beaucoup d’esprit et d’érudition, il n’y a plus de dissemblances », note-t-il dans un de ses cahiers en 179334. Chez Jean Paul, la pensée par analogie devient un véritable « réflexe intellectuel ». Voilà pourquoi il n’hésite pas à en faire l’un des principes fondamentaux de toute formation intellectuelle. Jean Paul s’oppose à la spécialisation croissante de la science. Il préconise au contraire une circulation accrue des savoirs. Dans son premier roman, le narrateur est en même temps le précepteur du principal protagoniste. Voilà son programme : « J’habituai Gustave à saisir et à comprendre les analogies entre les sciences éloignées les unes des autres et, ainsi, à en inventer par lui-même. Par exemple : tout ce qui est grand ou important se déplace lentement. Sont donc immobiles : les princes de l’Orient, le Dalaï-Lama, le soleil, les crabes. Les sages de la Grèce, selon Winckelmann, marchaient lentement ; de même la roue des heures, l’océan, les nuages par beau temps35. »

  • 36 Jean Paul donne quelques exemples choisis de cette BonmotsAnthologie meiner Eleven dans le § 138 de (...)
  • 37 HKA II, 6, 632, 637.
  • 38 Cf. sur ce point Hans Blumenberg, Die Lesbarkeit der Welt (1981), Francfort-sur-le Main, Suhrkamp, (...)

26Cette pédagogie surprenante n’est pas une simple construction théorique. On sait que, pendant les quatre années (1790-1794) où il était employé par quelques familles de Schwarzenbach pour servir de maître d’école à leurs enfants (sept élèves âgés en 1791 de sept à quinze ans), Jean Paul avait recours à cette méthode pour aiguiser l’intelligence de ses élèves ; il consignait lui-même leurs inventions surprenantes dans une « Anthologie de bons mots » (Bonmots-Anthologie meiner Eleven)36. On trouve dans ce recueil des rapprochements qui ont d’étonnantes similitudes avec celles de Jean Paul lui-même : la trachée-artère, les Espagnols intolérants et les fourmis n’admettent rien d’étranger et l’expulsent ; l’automne est le faubourg de l’hiver ; les grandes villes nuisent au pays, les grands étangs à la santé37. Pour pouvoir constituer de tels rapprochements, le passage par la verbalisation est indispensable. De façon évidente, l’enseignement comme la pratique poétique de Jean Paul présuppose que l’univers visible puisse être appréhendé comme un texte ; sa théorie du Witz prend appui sur la représentation ancienne du liber naturae38.

  • 39 Michel Foucault, Les Mots et les Choses, Paris, Gallimard, 1990, p. 36.
  • 40 SW I, 2, 240 (c’est nous qui soulignons).
  • 41 SW I, 3, 45 ; Titan, trad. fr. [note 2], pp. 36 sq. Cf. une séquence érudite comparable SWI, 2,472.

27La pensée par rapprochement est une figure de pensée ; mais c’est aussi, on le voit, une figure de style. Stylistiquement, le rapprochement peut être plus ou moins souligné, et la transition entre le texte narratif et l’intrusion savante plus ou moins développée. Il n’est pas rare que l’auteur se contente de juxtaposer narration et référence savante ; après tout, la transition n’est jamais qu’un luxe dont l’auteur et le lecteur peuvent se passer. Il suffit de marquer l’analogie entre les deux parties du texte par la conjonction ainsi ou par une autre forme de connexion rapide. L’analogie, on le sait, est l’une des formes les plus légères de similitude ; elle en est simultanément la forme la plus ouvertement intellectuelle. La parenté entre les phénomènes comparés peut être imperceptible. Les similitudes que traite l’analogie, écrit Michel Foucault, « ne sont pas celles, massives, des choses elles-mêmes ; il suffit que ce soient les ressemblances plus subtiles des rapports39 ». Le séducteur Rosa von Meyern, note le narrateur du Siebenkäs, « répandait une senteur paradisiaque, son mouchoir était un sachet de musc et sa tête un autel de parfum ou une poche de civette. De même Shaw observe-t-il que toutes les espèces de vipères exhalent une odeur agréable tout à fait caractéristique40 ». Ce procédé par juxtaposition caractérise le ton humoristique de Jean Paul, mais aussi celui des nombreux discours satiriques que tiennent dans ses romans les humoristes comme le docteur Fenk, Leibgeber, Schoppe, Giannozzo, Vult. Extrêmement léger et maniable, il favorise la constitution de véritables séquences analogiques, par exemple lorsque Schoppe remarque que les Allemands aiment le beau uniquement lorsqu’il est accompagné de l’utile : « La beauté et l’art véritables ne sont donc chez nous appliqués, peints ou imprimés que sur des objets qui sont utiles et de quelque rapport. […] De même, dans l’institution pédagogique de Basedow, on associait toujours un beau tableau à un vocable latin, parce que l’élève retenait plus facilement le second sous le premier. – Quant à Van der Kabel il ne peignait jamais un lièvre sur commande sans en exiger de fraîchement abattus pour repas et pour modèles. – Et le peintre Calcar ne peignait jamais de beaux bas que directement sur ses propres jambes41. »

  • 42 Sur ces cascades savantes, cf. aussi les explications dans le § 50 du Cours préparatoire d’esthétiq (...)
  • 43 Leibgeber « ne savait pas s’arrêter » (SW I, 2, 531), Schoppe « ne se taisait jamais » (SW I, 3,46)
  • 44 SW I, 2, 530.
  • 45 SW I, 5, 142 ; trad. fr. : Cours préparatoire d’esthétique [note 30], pp. 142 sq.
  • 46 SW I, 1, 626.

28Chaque idée est susceptible d’en appeler une autre42. Voilà pourquoi, comme Jean Paul le remarque lui-même à propos de Leibgeber et de Schoppe, l’humoriste est toujours un homme loquace43. Car, explique-t-il dans une phrase qui caractérise de façon détournée son propre style humoristique, « il en est des images et des analogies comme des pièces d’or dont la première est plus difficile à obtenir, selon Rousseau, que les mille suivantes44 ». Ouvertes à l’amplification, les cascades érudites pourraient évidemment se poursuivre à l’infini. Elles illustrent de façon exemplaire l’un des principes fondamentaux de l’écriture humoristique dont Jean Paul lui-même rend compte dans sa Vorschule der Ästhetik en citant les célèbres listes et énumérations de Rabelais : le principe de l’accumulation gratuite45. Le rapport entre les notations érudites et le moment du récit qui sert de prétexte à leur insertion est souvent extrêmement ténu. Au moment d’évoquer le comte d’O (qui, soit dit en passant, ne semble avoir aucun lien de parenté avec la marquise du même nom rencontrée chez Kleist). le narrateur de Hespérus enchaîne : « – c’est aussi le nom d’un officier célèbre pendant la guerre de Sept Ans, le mot par lequel Shakespeare désigne la Terre, celui qui constitue toute la prière d’une vieille femme, et, d’après Bruce, les Hébreux adoraient tout particulièrement cette voyelle ; mais tout cela n’est en fait qu’érudition inutile – », avant de terminer la phrase commencée et de reprendre le cours de son récit46. Dans une autre perspective, la continuité du discours produit par cette accumulation de références savantes n’est pas sans rappeler certains procédés d’écriture modernes comme la technique du stream of consciousness ; à cela près que celle-ci est censée reproduire un phénomène irrationnel et involontaire, tandis que l’énumération de points d’érudition semble rationnelle ou du moins délibérée.

Comment composer un cabinet de curiosités. À propos des extraits de Jean Paul après 1782

29L’usage littéraire que Jean Paul fait de ses d’extraits est donc assez différent de celui qu’il pouvait lui-même imaginer, lorsque, à l’âge de quinze ans, il s’était lancé dans la composition de son premier recueil d’extraits. À partir de 1782, ses cahiers vont s’adapter à l’usage qu’il compte faire : il ne s’agit plus de constituer un répertoire d’exemples rhétoriques, mais un magasin de matériaux bruts capables de servir de points de départ à des amplifications par analogie : métaphores, comparaisons, raisonnements fondés sur la similitude, etc. Après 1782, lorsqu’il fait des extraits à partir des livres qu’il lit ou consulte, Jean Paul ne s’intéresse pas en premier lieu aux développements des auteurs des textes lus. Les méandres de leur argumentation lui importent peu. Ce qui l’intéresse, ce sont les opinions ou les faits bruts. Ses cahiers d’extraits changent donc considérablement d’allure. En règle générale, Jean Paul ne recopie plus de longs passages, mais formule lui-même ce qui lui apparaît comme la quintessence de ses lectures. Le recueil d’extraits se transforme ainsi en cabinet de curiosités – c’est en effet l’opinion ou le fait extraordinaire qui intéresse l’auteur, non pas le discours argumentatif qui l’entoure. C’est Jean Paul lui-même qui construira un discours à partir des matériaux recueillis.

30Afin de donner une idée juste de l’aspect des cahiers d’extraits de Jean Paul, prenons quatre entrées telles qu’elles apparaissent dans le volume d’extraits intitulé Geschichte (Histoire), tome 8, 1785 :

  • 47 Cf. la reproduction et la transcription des pages 70 et 71 de ce volume d’extraits dans Götz Müllie (...)

« Les cartésiens divisent les corps en pellucida (transparents), lucida et opaca. La transplantation est l’art qui permet de transférer la maladie depuis l’homme vers un autre objet (une pierre, etc.), afin de le guérir.
Saint Thomas brisa la tête parlante et en bois d’Albert le Grand, pensant qu’il s’agissait de magie.
Paracelse : les hommes sont faits de trois grandes substances : l’âme pour Dieu et issue de Dieu ; le corps pour la terre ; l’esprit astral ou corps stellaire, fait d’air et de feu (les métiers, les arts, la langue) redeviennent de l’air ; sa décomposition prend plus de temps que le corps. Walch, Dictionnaire de philosophie47. »

  • 48 Les mots-clés de l’index sont reproduits chez Götz Müller, Jean Pauls Exzerpte, op. cit. [note 7], (...)

31Chaque entrée constitue en quelque sorte la forme condensée, le concentré ou résumé d’un passage plus ou moins long que Jean Paul a lu dans ses innombrables sources. Comme il a l’habitude de lire plusieurs livres en même temps, il n’est pas évident de saisir la cohérence des fragments qui nous sont ici présentés. Ce type de notations condensées couvre plus de quatre-vingts des cahiers de Jean Paul. C’est dire qu’elles eussent été difficilement utilisables même pour leur auteur si elles n’avaient été accompagnées d’un élément central de son dispositif : un index thématique48. Cet index lui permet de grouper ses extraits dans des rubriques organisées en vue de leur exploitation littéraire.

32L’index, il faut le dire, a des dimensions surprenantes. Il couvre plus de mille deux cents pages, et comprend environ cent soixante rubriques de taille diverse, classées par ordre alphabétique : pour la lettre t, on trouve les articles taub (sourd), Theater (théâtre), Thiere (animaux), tief Grube (profond, trou), Tod (mort), Traum (rêve), trocken (sec), trunken trinken (ivre, boire), Tugend Laster (vertu, vice). Si certaines entrées ne donnent lieu qu’à une ou deux pages de renvois (par exemple einsam, solitaire ; Geschmak, goût ; wiederholen, répéter), d’autres, qui correspondent aux thématiques et aux champs métaphoriques centraux de l’œuvre jean-paulienne, sont au contraire particulièrement fournies : l’article Tod (mort) comprend cinquante pages de renvois aux cahiers d’extraits, l’article Fürst Sklave (prince, esclave) trente-cinq et l’article Bücher Buch (livres, livre) trente-deux pages. On le voit, les rubriques jean-pauliennes préfigurent souvent les constructions antithétiques qui structurent son texte : l’opposition entre le prince et l’esclave, entre la vertu et le vice, mais aussi entre le mouvement et l’immobilité (Bewegung Ruhe), le village et la ville (Dorf Stadt), entre l’ascension et la chute (fallen steigen), etc. Le fait de consigner dans ses cahiers un fait remarquable n’est donc qu’une première étape. L’opération mentale décisive se situe au moment où Jean Paul opère des rapprochements et classe ses notations. Nous avons souligné tout à l’heure l’importance de la figure de l’analogie chez l’auteur du Titan. Le « réflexe analogique » conditionne en effet à la fois sa lecture et sa propre création littéraire.

33Le système de stockage du savoir acquis a des conséquences sur la façon dont Jean Paul lit. La simple existence du système d’indexation des extraits induit chez lui une lecture particulière. Son attention de lecteur sera nécessairement attirée par des anecdotes, des faits, des énoncés qui se laissent intégrer dans les entrées de son index, c’est-à-dire par des éléments particulièrement aptes à être réutilisés ultérieurement dans sa propre production littéraire. De ce fait, les notes de Jean Paul répondent à une organisation et à une taxinomie du savoir tout à fait personnelle. Ce classement est rhétorique : il repose essentiellement sur des figures de pensée et des figures de style. En ce sens, il n’est d’ailleurs pas sans rappeler la technique classique des lieux communs théorisée depuis la Rhétorique d’Aristote. D’une certaine façon, en constituant ses cahiers d’extraits, Jean Paul se contente de reprendre une méthode de conservation et de mémorisation cultivée notamment par les érudits humanistes et par leurs successeurs du xviieet du xviiie siècle. Si la constitution d’un réservoir d’images et de fragments de textes s’inscrit dans une tradition fort ancienne, Jean Paul réinvente et bouleverse complètement ce système en instaurant lui-même une organisation des textes accumulés suivant un classement résolument personnel. L’originalité du système de collection et d’écriture jean-paulien se situe dans ce double décalage. D’un côté, il reprend une technique rhétorique qui, à la fin du xviiie siècle, apparaît de plus en plus désuète : dans le champ de la création poétique, elle est clairement dépassée au moment où l’originalité et la force innovante commencent à constituer l’une des principales valeurs littéraires. D’un autre côté, il pervertit la tradition en conservant uniquement l’idée de la collection sans en reproduire les principes de classement : les lieux jean-pauliens ne sont précisément pas des lieux communs, mais des lieux personnels. Peut-être faut-il noter encore un autre paradoxe : l’application et le sérieux avec lesquels Jean Paul ne cesse d’augmenter sa collection contrastent avec l’usage souvent ludique qu’il fera du matériau si consciencieusement accumulé.

Conclusion

  • 49 Bernhard Böschenstein, « Jean Pauls Romankonzeption » (1966), in Uwe Schweikert (éd.), Jean Paul, D (...)
  • 50 Pour une présentation plus développée de cette discussion, cf. notre travail Jean Paul & le métier (...)

34Parler, comme nous le faisons ici, d’un usage « ludique » de l’érudition n’implique pas que cet usage soit inutile ou dépourvu de sens. Certains interprètes n’ont vu dans les textes de notre auteur qu’un déploiement gratuit d’érudition, une façon particulièrement efficace de proclamer l’inanité du monde. Jean Paul, notent-ils, s’élève au-dessus d’un monde dont il cherche surtout à exhiber l’aspect ridicule : du monde, nous ne saisissons que des fragments incohérents. « Jean Paul », écrit Bernhard Böschenstein, « ne convoque la matière que pour pouvoir la détruire49 ». Nous serions pour notre part davantage tenté de souligner les éléments constructifs de l’érudition jean-paulienne50.

  • 51 Cf. sur ce point Wolfdietrich Rasch, « Die Erzählweise Jean Pauls. Metaphernspiele und dissonante S (...)
  • 52 SW I, 5, 828 ; cf. trad. fr. : Lévana [note 35], p. 209.

35À cela, trois raisons. En obligeant en premier lieu le lecteur à se poser des questions sur ce qui fonde la bizarrerie de tel ou tel phénomène importé dans sa narration, l’auteur interroge de manière indirecte ce qui est réputé normal. Les objets de connaissance et les images apparemment périphériques mettent en lumière des vérités occultées par la normalité. En ce sens, le bizarre est plus révélateur que le banal51. En second lieu, l’importation d’éléments de réalité à l’intérieur de son texte permet à Jean Paul de lui donner de la consistance. Pour lui, le simple fait de nommer les choses, aussi curieuses soient-elles, leur permet d’acquérir une certaine présence, Cette conception du langage est clairement exposée dans la Lévana (Levana oder Erziehlehre), l’ouvrage de pédagogie que l’auteur fait paraître en 1806 : « Par le langage, le monde extérieur est conquis comme une île – après avoir été transformé en île –, de même que les animaux sauvages sont apprivoisés dès lors qu’on les nomme52 ». Nommer la diversité du monde permet en d’autres termes de rendre compte de sa richesse et de sa polyphonie. Enfin et surtout : Jean Paul est un auteur qui a besoin de textes antérieurs pour nourrir les textes qu’il est en train d’écrire. Les notations de ses cahiers manuscrits nourrissent et stimulent sa production littéraire. Toute idée, toute image importée doit être amplifiée, explicitée lorsqu’il faut l’insérer dans le texte d’une œuvre destinée à la publication : il faut ménager des transitions. L’extrait contient ainsi en germe une production textuelle plus importante : ce qui a été résumé par Jean Paul au moment de la lecture est appelé, au moment de la composition littéraire, à être à nouveau développé. L’auteur utilise l’extrait comme noyau discursif à partir duquel le texte peut étendre ses ramifications.

  • 53 Sur ces recueils de maximes et de sentences, ainsi que plus généralement sur les digressions de Jea (...)
  • 54 L’expression « présent de l’écriture » peut sembler contestable, puisqu’à proprement parler, il ne (...)
  • 55 Cité dans Günter de Bruyn, Das Leben des Jean Paul Friedrich Richter, Francfort sur le Main, Fische (...)

36Ce procédé que nous avons pu observer pour les cahiers d’extraits se retrouve dans l’usage que Jean Paul fait de l’ensemble de ces cahiers préparatoires. Car, si le cahier d’extraits est l’un des éléments essentiels du dispositif jean-paulien, il ne faut pas le considérer isolément. Les cahiers d’extraits constituent environ 20 % des papiers de Jean Paul. Pour la production de ses textes, l’écrivain peut également recourir aux notations fragmentaires qu’il a dispersées dans de multiples cahiers thématiques – une masse de documents qui permettent à l’auteur d’insérer dans ses textes des sentences, des réflexions ou encore des digressions morales ou « psychologiques53 ». La production textuelle de Jean Paul se joue donc essentiellement dans une tension permanente entre une écriture suivie (au fil de la plume) et les fragments de texte antérieurs (et en quelque sorte extérieurs) qui demandent à être intégrés et exigent éventuellement des détours. L’auteur ne se borne jamais à exécuter ce que l’on pourrait appeler un présent de l’écriture (un premier jet de son texte, une elocutio d’un plan préétabli) ; il s’oblige toujours à faire le détour par le passé, c’est-à-dire par du déjà écrit : le discours quitte souvent la ligne droite qui lui eût été naturelle pour intégrer, à la faveur de multiples détours, de minuscules entités discursives formulées préalablement54. Les textes recueillis dans les divers cahiers – que ce soit des fragments textuels de Jean Paul lui-même ou des matériaux empruntés à des auteurs extérieurs – nourrissent les textes à écrire. L’auteur peut en quelque sorte s’appuyer sur le discours préexistant, se lover dans le discours des autres, c’est-à-dire inscrire ses propos dans un paysage déjà marqué par les discours. L’ensemble des raisons que nous venons d’exposer explique sans aucun doute le prix que Jean Paul attachait à ses cahiers d’extraits. S’il fallait encore se convaincre de leur valeur, il suffirait d’ailleurs de relire les instructions précises (« à lire quotidiennement ») que l’auteur, en 1812, avait laissées à son épouse, au moment de partir pour un court voyage : « En cas d’incendie, il convient de sauver en premier lieu les extraits à reliure noire55 ».

Notes

1 SW I, 4, 81.

2 SW I, 3, 14 (traduction française : Jean Paul, Titan, 2 vol., trad. de l’allemand sous la direction de Geneviève Espagne, Lausanne, L’âge d’homme, 1990,1. I, p. 11).

3 SW I, 2, 472 sq.

4 Georg Wilhelm Friedrich Hegel, Ästhetik, éd. par Friedrich Bassenge, Berlin, Aufbau-Verlag, 1955, p. 303 ; trad. fr. Hegel, Esthétique, trad. de Charles Bénard, éd. de Benoît Tirnmermans et Paolo Zaccaria, Paris, Librairie générale française (Le livre de poche), 1997, p. 391.

5 Depuis les années 1970, la culture philosophique et scientifique de Jean Paul a été étudiée de façon approfondie. Les travaux les plus importants dans ce domaine longtemps délaissé sont dus à Wolfgang Proß, Jean Pauls geschichtliche Stellung, Tübingen, Niemeyer, 1975 ; Wilhelm Schmidt-Biggemann, Maschine und Teufel. Jean Pauls Jugendsatiren nach ihrer Modellgeschichte, Fribourg, Munich, Alber, 1975 ; Engelhard Weigl, Aufklärung und Skeptizismus. Untersuchungen zu Jean Pauls Frühwerk, Hildesheim, Gerstenberg, 1980 ; Götz Müller, Jean Pauls Ästhetik und Naturphilosophie, Tübingen, Niemeyer, 1983 ; Hans Esselborn, Das Universum der Bilder. Die Naturwissenschaft in den Schriften Jean Pauls, Tübingen, Niemeyer, 1989.

6 On pense par exemple aux notes que Flaubert a pu accumuler pour donner une description précise des effets de l’empoisonnement dans Madame Bovary ou pour restituer Carthage aux yeux des lecteurs de Salammbô ; dans le domaine de la littérature « didactique », il suffit d’évoquer le travail de documentation qui accompagne la composition des romans de Jules Verne. En revanche, les lectures de Jean Paul n’obéissent presque jamais à une visée réaliste, à la volonté de « planter un décor ».

7 Un inventaire extrêmement précieux des extraits de Jean Paul a été fourni par Götz Müllier, Jean Pauls Exzerpte, Würzburg, Königshausen & Neumann, 1988. Pour l’ensemble du fonds Jean Paul, cf. Eduard Berend, Prolegomena zur historischkritischen Gesamtausgabe von Jean Pauls Werken, Berlin, de Gruyter, 1927 (Abhandlungen der Preußischen Akademie der Wissenschaften, 1927, Phil.-hist. Klasse, n° 1) ainsi que la récente mise au point de Helmut Pfotenhauer et alii, « Zum Stand der Jean-Paul-Edition », in Jahrbuch der Jean Paul-Gesellschaft, 34, 1999, pp. 9-33.

8 Cf. sur ce point l’excellente étude de Günther Soffke, Jean Pauls Verhältnis zum Buch, Bonn, Bouvier, 1969, ici notamment pp. 6 sq.

9 HKA III, 3, 379.

10 SW I, 6, 1057.

11 « Sans bibliothèque, la vie sur terre serait vraiment presque trop fade et trop stupide : la société la plus spirituelle n’est pas celle qu’habille le tailleur, mais le relieur » (SW II, 3, 784). Cf. de même Jean Paul, Ideen-Gewimmel. Texte und Aufzeichnungen aus dem unveröffentlichten Nachlaβ, éd. par Thomas Wirtz et Kurt Wölfel, Francfort sur le Main, Eichborn Verlag, 1996, p. 50, n° 182 et p. 51, n’ 189.

12 SW I, 2, 795.

13 HKA III. 4, 106.

14 HKA II. 5, 102, n° 355. Cf. aussi la remarque suivante, extraite d’une lettre que Jean Paul envoie à l’un de ses amis en 1790 : « Si je disposais d’un temps et d’une tête suffisants, j’apprendrais toutes les sciences et toutes les langues, car chacune présente un nouveau côté de la nature humaine et une jouissance nouvelle », (HKA III, 1, 297).

15 Cf. Götz Müller, Jean Pauls Exzerpte, op. cit. [note 7] : pour Montaigne, notamment pp. 122-126 ; Code Napoléon, p. 239 ; Bignon, p. 269 ; Sigaud de la Fond, p. 198.

16 HKA II, 6, 685.

17 Die Taschenbibliothek, 1795 ; SW II. 3, 772.

18 Günther Soffke. Jean Pauls Verhältnis zum Buch, op. cit. [note 8].

19 Götz Müller, Jean Pauls Exzerpte, op. cit. [note 7], pp. 21, 24, 75, etc.

20 Cf. notamment ibid., pp. 24, 33, etc.

21 Un exemple : Richter note la phrase suivante extraite des Observations sur l’homme, sa nature, son devoir et ses attentes de David Hartley : « La définition habituelle que l’on donne de la liberté des hommes est fausse. En d’autres termes : l’homme n’est pas libre » ; phrase centrale que l’apprenti cherche ensuite à développer par lui-même.

22 HKA II, 6, 227, n° 16 (Merkblätter 1820).

23 Johann Wolfgang Goethe, Les Souffrances du jeune Werther, trad. de Pierre Leroux revue par Christian Helmreich, Paris, Le Livre de poche, 1999, pp. 43 sq. (cf. Götz Müller, Jean Pauls Exzerpte, op. cit. [note 7], p. 38).

24 Ainsi, à la fin du volume 12 de ses cahiers d’extraits, on trouve un recueil de comparaisons tirées de Rousseau, Chesterfield, Unzer, Montaigne, Mercier, Göckingk, Montesquieu, Fontenelle, Shaftesbury, Algarotti, etc. (Götz Müller, Jean Pauls Exzerpte, op. cit. [note 7], p. 105).

25 Sur cette période de la vie de Jean Paul, cf. Geneviève Espagne, Les Années de voyage de Jean Paul Richter. Biographie d’une fin de siècle en Allemagne, Paris, Les Éditions du Cerf, 2002, pp. 60 sq., ainsi que les travaux de Wilhelm Schmidt-Biggemann, Maschine und Teufel, op. cit. [note 5] ; Wulf Köpke, Erfolglosigkeit. Zum Frühwerk Jean Pauls, Munich, Fink, 1977 ; Engelhard Weigl, Aufklärung und Skeptizismus, op. cit. [note 5],

26 Cf. Jörg Schönert, Roman und Satire im 18. Jahrhundert. Ein Beitrag zur Poetik, Stuttgart, Metzler, 1969.

27 SW II, I, 398 (Grönländische Prozesse [Procès groenlandais], 1783).

28 SW 1,2,313. Jean Paul avait pris des extraits de l’ouvrage de Christian Bastholm en 1788 (cf. Götz Müller, Jean Pauls Exzerpte, op. cit. [note 7], p. 198).

29 SW I, 2, 332.

30 SW I, 5, 171 ; Jean Paul, Cours préparatoire d’esthétique [Vorschule der Asthetik], traduit par Anne-Marie Lang et Jean-Luc Nancy, Lausanne, L’âge d’homme, 1979, p. 171.

31 Peut-être faut-il même aller au-delà de cette limite chronologique, indiquée par Michel Foucault (Les Mots et les Choses, Paris, Gallimard, 1990, pp. 32 sq.), puisque la physico-théologie (la recherche des preuves de l’existence divine dans les moindres phénomènes naturels), une discipline encore largement pratiquée au cours du xviiie siècle, est marquée par le principe de la similitude : telle arête de poisson ressemble à la croix du Christ, tel chiffre présent dans la nature reprend un nombre biblique, etc. Parmi les livres consultés par Jean Paul, on trouve évidemment des ouvrages de physico-théologie, par exemple la traduction allemande parue en 1764 du livre de W. Derham, mais aussi de Christian Christoph Sturm, Betrachtungen über die Werke Gottes im Reiche der Natur und der Vorsehung, 4 vol., Münster, 1788 (cf. Götz müller, Jean Pauls Exzerpte, op. cit. [note 7], pp. 190, 196).

32 Cf. l’analyse d’Ann Blair, « Bibliothèques portables : les recueils de lieux communs dans la Renaissance tardive », in Marc Baratin, Christian Jacob, Le Pouvoir des bibliothèques. La mémoire des livres en Occident, Paris, Albin Michel, 1996. pp. 84-106, notamment pp. 92 sq.

33 Jean Paul, Ideen-Gewimmel [cf. note 11], p. 28, n° 20.

34 HKA II, 5, 72, n° 32.

35 SW I, 5, 842 ; cf. Jean Paul, Lévana ou traité d’éducation [Levana oder Erziehlehre], traduit par Alain Montandon, Lausanne, L’Âge d’homme, 1983, p. 219 (le texte est la reprise d’une digression pédagogique de La Loge invisible, SW I, 1, 135 ; cf. Jean-Paul Richter, La Loge invisible, traduit par Geneviève Bianquis, Paris, Corti, 1965, p. 119).

36 Jean Paul donne quelques exemples choisis de cette BonmotsAnthologie meiner Eleven dans le § 138 de la Lévana. Le cahier lui-même vient d’être publié (HKA II, 6, 621-652).

37 HKA II, 6, 632, 637.

38 Cf. sur ce point Hans Blumenberg, Die Lesbarkeit der Welt (1981), Francfort-sur-le Main, Suhrkamp, 1986 (Suhrkamp Taschenbuch Wissenschaft, 592).

39 Michel Foucault, Les Mots et les Choses, Paris, Gallimard, 1990, p. 36.

40 SW I, 2, 240 (c’est nous qui soulignons).

41 SW I, 3, 45 ; Titan, trad. fr. [note 2], pp. 36 sq. Cf. une séquence érudite comparable SWI, 2,472.

42 Sur ces cascades savantes, cf. aussi les explications dans le § 50 du Cours préparatoire d’esthétique (SW I, 5, 186 sq.).

43 Leibgeber « ne savait pas s’arrêter » (SW I, 2, 531), Schoppe « ne se taisait jamais » (SW I, 3,46).

44 SW I, 2, 530.

45 SW I, 5, 142 ; trad. fr. : Cours préparatoire d’esthétique [note 30], pp. 142 sq.

46 SW I, 1, 626.

47 Cf. la reproduction et la transcription des pages 70 et 71 de ce volume d’extraits dans Götz Müllier, Jean Pauls Exzerpte, op. cit. [note 7], pp. 324 sq.

48 Les mots-clés de l’index sont reproduits chez Götz Müller, Jean Pauls Exzerpte, op. cit. [note 7], pp. 292 sq.

49 Bernhard Böschenstein, « Jean Pauls Romankonzeption » (1966), in Uwe Schweikert (éd.), Jean Paul, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1974, pp. 330-352, ici p. 348.

50 Pour une présentation plus développée de cette discussion, cf. notre travail Jean Paul & le métier littéraire. Théorie et pratique du roman à la fin du xviiie siècle allemand, Tusson, Du Lérot, 1999, pp. 233 sq.

51 Cf. sur ce point Wolfdietrich Rasch, « Die Erzählweise Jean Pauls. Metaphernspiele und dissonante Strukturen » (1961), in Jost Schillemeit (éd.), Interpretationen. Deutsche Romane von Grimmelshausen bis Musil, Francfort sur le Main, Fischer, 1966, pp. 82-117, ici pp. 108 sq.

52 SW I, 5, 828 ; cf. trad. fr. : Lévana [note 35], p. 209.

53 Sur ces recueils de maximes et de sentences, ainsi que plus généralement sur les digressions de Jean Paul, cf. Christian Helmreich, « “Einschiebeessen in meinen biographischen petits soupers”. Jean Pauls Exkurse und ihre handschriftlichen Vorformen », in Geneviève Espagne, Christian Helmreich (éd.), Schrift und Schreibspiele. Jean Pauls Arbeit am Text, Würzburg, Königshausen & Neumann, pp. 99-122.

54 L’expression « présent de l’écriture » peut sembler contestable, puisqu’à proprement parler, il ne saurait exister aucune phase d’écriture qui ne soit alimentée par le passé. Chez Jean Paul, ce phénomène est encore accentué : chez lui, l’acte même d’écrire passe toujours par la reprise (réécriture) de fragments déjà écrits.

55 Cité dans Günter de Bruyn, Das Leben des Jean Paul Friedrich Richter, Francfort sur le Main, Fischer, 1976, p. 328.

Notes de fin

1 Cet article s’appuie sur notre travail Jean Paul & le métier littéraire. Théorie et pratique du roman à la fin du xviiie siècle allemand, Tusson, Du Lérot, 1999. Nos citations tirées des œuvres de Jean Paul sont extraites de l’édition suivante : Jean Paul, Sämtliche Werke, éd. Norbert Miller, Munich, Hanser, 1959-1985, 10 vol. en deux sections (abréviation SW). Pour la correspondance de Jean Paul ainsi que pour les textes issus de ses divers cahiers de travail et ses recueils de pensées, nous avons recours à la grande édition historico-critique : Jean Pauls sämtliche Werke. Historischkritische Ausgabe, éd. par Eduard Berend et alii., Weimar. Hermann Böhlau, Berlin. Akademie-Verlag, 1927 sq., 36 vol. parus à ce jour, en trois sections (abréviation HKA). Dans les deux cas, nous indiquons après l’abréviation la section en chiffres romains, puis en chiffres arabes le volume et les pages. Sauf indication contraire, les traductions françaises sont de notre main.

2 D’après Justin, cf. l’histoire juive de Bastholm, traduit du danois, 1785. [note de Jean Paul]

3 Wepf. hist. apoplect. p. 468. [note de Jean Paul]

4 Repub. des lettres, Octobr. 1685. V. 1091. [note de Jean Paul]

Auteur

Université de Paris VIII Département d’études germaniques

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search