Version classiqueVersion mobile

Lire, copier, écrire

 | 
Élisabeth Decultot

Deuxième partie. De la compilation savante à l’écriture personnelle

Notes de lecture et collage

Fonctions de la citation érudite chez Hamann1

Sven Aage Jørgensen

Texte intégral

  • 1 Nous citons les œuvres de Hamann d’après l’édition suivante : Johann Georg Hamann, Sämtliche Werke. (...)
  • 1 J. G. Hamann, Æsthetica in nuce, in id., Kreuzzüge des Philologen, Königsberg, 1762, pp. 158-220, i (...)
  • 2 Bernd Bräutigam (Reflexion des Schönen – Schöne Reflexion. Überlegungen zur Prosa ästhetischer Theo (...)

1La présente illustration (fig. 8), qui reproduit une page caractéristique de la première édition d’Æsthetica in nuce (1762), permet d’évaluer l’importance de la citation dans les écrits de Hamann1. Un simple coup d’œil suffit à nous faire comprendre que l’auteur fait dans des proportions exorbitantes usage de citations, et ce aussi bien dans le texte lui-même que dans les notes de bas de page. D’une analyse plus précise de la page, il ressort en outre clairement qu’il ne se contente pas d’utiliser, en notes, les citations et les indications bibliographiques correspondantes comme de simples références aux sources ou aux passages parallèles. Bien au contraire, comme dans le texte principal, ces éléments sont à ce point intégrés au propos qu’ils font partie intégrante de l’architecture générale, du « collage » que représente l’ensemble, comme si le texte était constitué de citations cousues bout à bout. Dans cette illustration, la proportion entre texte et notes est typique. Après calcul, Æsthetica in nuce contient 503 lignes pour le texte principal dans l’édition historique et critique, à quoi s’ajoutent 360 pour les notes, ce qui place à environ 40 % la part de l’ouvrage consti tuée par des notes2. En lisant d’autres écrits du « mage du nord », on s’aperçoit très nettement que, pour accéder au statut d’« auteur », ce dernier avait besoin d’une bibliothèque bien fournie – ou encore de faire des extraits.

Figure 8 – J. G. Hamann, Æsthetica in nuce, in id., Kreuzzüge des Philologen, Königsberg. 1762, pp. 158-220, ici pp. 184-187.

La vie et les livres

  • 3 J. G. Hamann, Poetisches Lexicon oder nützlicher und brauchbarer Vorrath von allerhand poetischen R (...)
  • 4 « Mon père n’avait pas encore un an lorsque mon grand-père mourut. Ma grand-mère (fille unique de J (...)

2Il nous faudra revenir plus tard sur les différentes formes de réception possibles d’un pareil texte, sur la manière dont il pouvait ou peut aujourd’hui encore être lu et sur la façon dont il devait être lu selon l’auteur. Qu’il nous soit permis, avant d’aborder cette question, de fournir ici quelques informations bio- et bibliographiques concernant les recueils d’extraits et la bibliothèque de Hamann. Johann Georg Hamann (1730-1788) était le fils d’un barbier chirurgien établi à Königsberg et le neveu de l’homme de lettres Johann Georg Hamann (1697-1733) qui avait fait paraître un Poetisches Lexicon (Dictionnaire poétique) réédité plusieurs fois au xviiie siècle3. Cet oncle avait en outre édité Hofmannswaldau et Brockes. Il avait par ailleurs fourni une suite aux romans baroques Die Asiatische Banise (La Banise asiatique) et Der europäischen Höfe Liebes- und Helden-Geschichte (Histoires galantes et héroïques des cours d’Europe). Aussi bien par la chronologie que par les liens familiaux, le modèle de la littérature baroque n’était donc pas très éloigné du Johann Georg Hamann dont nous parlons, bien que, ayant certes évoqué cette parenté au début de sa carrière d’écrivain, il l’ait aussi d’emblée présentée comme une légende familiale4.

3Hamann étudia la théologie dans l’université de sa ville natale, mais, à en croire ses Gedanken über meinen Lebenslauf de 1758-1759 (Réflexions sur ma vie), il se laissa détourner des « sciences sérieuses » par son penchant pour « les antiquités, la critique, puis pour ce que l’on appelle les belles lettres, la poésie, les romans, la philologie, les écrivains français et leur talent si particulier pour l’invention poétique » (N II, 21). Avant même d’avoir achevé ses études, il partit comme précepteur en Livonie. Mais il fuit sa première place – un départ que l’aristocrate qui l’employait justifie ainsi : « Je ne vous vois jamais que planté là comme une colonne pleine de livres, ce qui ne fait pas pour autant de vous un habile précepteur » (ZH 1, p. 52). Par la suite, il entra dans une entreprise de négoce de Riga, l’entreprise Berens, et écrivit à l’occasion de son embauche au patron de la maison : « À peine m’étais-je engagé dans les lettres et sans considérer mon penchant à leur endroit – un penchant qui m’amena à commettre pour elles autant de faiblesses qu’un dandy pour le beau sexe –, que je souffris de ne pas être devenu un négociant » (ZH I, 210). Après s’être converti et avoir dans la foulée rompu avec le fils du patron de l’entreprise, un ami tout imprégné de l’esprit des Lumières françaises, Hamann s’établit à son compte à Königsberg, mais fut obligé, lorsque sa fortune se trouva consommée, de gagner de l’argent. Par l’entremise de Kant, il obtint un poste de traducteur, puis plus tard de gérant d’entrepôt dans l’administration francophone des droits de douane et d’octroi prussiens. Il lui était impossible, sans avoir obtenu d’examen, de prétendre à un poste plus élevé. Il sollicita donc cette place en tant qu’érudit naufragé, en tant « qu’invalide d’Apollon » (requête du 29 juillet 1763, ZH II, 226) et non comme l’un de ces invalides de la guerre de Sept Ans que l’on gratifiait d’une modeste fonction au service de l’État. Le revenu en était faible. Il vécut accablé de problèmes financiers, avec un frère simplet et quatre enfants nés d’un « mariage de conscience » avec sa servante.

  • 5 Nora immendörfer, Hamann und seine Bücherei, thèse, Königsberg, 1932 (Schriften der Albertus-Univer (...)
  • 6 Cf. également les commentaires de J. Nadler à ce sujet.
  • 7 En français dans le texte (NdT).

4La bibliothèque de Hamann qui, d’après des estimations fondées, comprenait environ 2 200 volumes, traduit assez bien ses « faiblesses pour les lettres » mentionnées plus haut5. Dans son édition des œuvres de Hamann, Josef Nadler reproduit le catalogue imprimé de la vente aux enchères de l’année 1776, un ouvrage qui comprend les livres de la bibliothèque de l’écrivain ainsi que ceux de l’un de ses amis, Johann Gotthelf Lindner (N IV, 13-121)6. Les livres de notes (Notizbücher) que Nadler édite sous le titre Annales Studiorum illustrent, avec la correspondance, les intérêts polyhistoriques de l’étudiant de Königsberg devenu précepteur dans les pays baltes avant d’épouser quelque temps plus tard un tout autre métier. À la différence du héros de la pièce de Lessing Der junge Gelehrte (Le Jeune érudit, 1748), il cherchait, comme nous y avons fait allusion, le contact avec le monde moderne de l’Aufklärung tardive et fut envoyé en Angleterre par l’entreprise Berens en 1758. Ce parcours se reflète nettement dans ses livres de notes. Mais il est tout aussi clair qu’il revint également aux études théologiques, philosophiques et philologiques. Cependant, dans ses fonctions ultérieures au sein de l’ Administration générale des Accises et Péages7, il continua de suivre la politique économique et culturelle de Frédéric le Grand, une politique qu’il se devait de connaître en sa qualité de « douanier du roi ». Ce que nous lisons dans les livres de notes ne correspond donc pas exclusivement aux extraits (Exzerpte) d’un érudit – en tout cas pas à ceux d’un érudit éloigné du monde. Hamann est un observateur perspicace, bien qu’en apparence naïf, car raisonnant en termes religieux et moraux. Il est par maints aspects une figure de transition, ce que ses très hétérogènes livres de notes, qui présentent à la fois des aspects polyhistoriques et des traits modernes, prouvent largement.

Les notes de lecture

5Ces livres de notes ont été rédigés en Livonie avant le départ pour l’Angleterre, nous dit Josef Nadler. Pendant son séjour britannique, ils furent sporadiquement complétés par son frère. On trouve en outre dans ces livres des feuilles éparses datant de la période 1757-1772, des carnets d’études (Studienhefte) ainsi que des notations proches du genre du journal rédigées durant la période 1772-1784 (N V, 378). Ces notes accompagnent donc la quasi-totalité de l’existence évoquée ci-dessus, bien que beaucoup de choses, notamment durant le séjour londonien, aient dû se perdre. Les papiers de Hamann, qui avaient été réunis à la bibliothèque universitaire de Königsberg, furent photocopiés par Nadler et ainsi sauvés de la destruction. Ces photocopies se trouvent actuellement à la bibliothèque universitaire de Münster.

6Dans son édition, Nadler a extrait de ces livres de notes des traductions et des brouillons importants, relativement longs mais jusqu’alors non imprimés, pour les publier dans un volume à part. Il n’y a rien à redire à cela, si ce n’est que la forme et le contenu de ces notes émergent ainsi de façon moins plastique. Si l’on compare le volume IV, qui contient les articles de journaux et les traductions non publiées de Hamann, avec le volume V, qui comprend le reste des livres de notes et le catalogue de bibliothèque déjà mentionné, on peut reconstituer assez clairement le nombre et le style des livres qui lui ont été accessibles sa vie durant ainsi que quelques lignes fortes de son évolution. À côté des notations polyhistoriques du précepteur (au début, Hamann se contentait souvent d’indiquer uniquement le titre de l’ouvrage lu avec un court résumé et une brève table des matières) apparaissent dès le séjour dans les pays baltes des traductions très élaborées ou encore des sommaires très complets d’ouvrages qui furent importants pour sa nouvelle orientation.

  • 8 A. Radicati, La Religion muhammedane comparée à la païenne de l’Indostan par Ali-BenOmar, Moslem. É (...)
  • 9 Remarques sur les avantages et les désavantages de la France et de la Grande-Bretagne, par rapport (...)
  • 10 Je laisse de côté la question complexe de l’auteur, car elle est sans importance pour notre présent (...)

7Cela ne vaut peut-être guère pour la traduction des Betrachtungen von der Philosophie überhaupt (Considérations sur la philosophie en général), c’est-à-dire pour le paragraphe concernant la philosophie dans les Réflexions sur l’Eloquence, la Poétique, l’Histoire et la Philosophie (1686) du Père Rapin (1621-1687), un ouvrage qui, de toute évidence, ne lui servit que d’aperçu général. En revanche, les traductions de la Letter concerning Enthusiasm de Shaftesbury (Lettre sur l’enthousiasme, 1708) ainsi que de Sensus Communis. An Essay on the Freedom of Wit and Humour (Sensus Communis. Un essai sur la liberté des traits d’esprit et sur l’humour, 1709) prouvent une étude approfondie de la philosophie laïque des Lumières. De même, sa traduction de l’ouvrage d’Albert Radicati (1698-1737) La Religion muhammedane comparée à la païenne de I’Indostan8 montre son intérêt pour le déisme, car Radicati était un partisan de Mathew Tindal et de Anthony Collins. Le tournant moderne, et mercantile, de Hamann apparaît très clairement dans sa traduction des Remarques sur les avantages et les désavantages de la France et de la Grande-Bretagne9. Dans les travaux préparatoires à cette traduction (N V, 165-18310) ainsi que dans l’annexe jointe à cette dernière, Hamann consigne en effet ces propos programmatiques : l’érudit est sorti des « chimères du monde intellectuel et de la pénombre des cabinets de livres » pour devenir dorénavant un « familier des paysans, des artisans et des négociants » (N IV, 232). Par la suite, Hamann s’intéressa également à des publications d’ordre économique, historique et juridique (N V, 184-185, 189-193, 212-240). Le contenu de ces lectures est important d’un point de vue biographique. Ces notes illustrent de fait le zèle qu’il mit à se qualifier pour travailler dans la maison Berens. Néanmoins, elles ne contribuent que très peu à faire comprendre la spécificité du futur écrivain.

  • 11 Voici les vers en question (N V, 252) : « Gutgemeinte Reime, die eine Frau vorn in ihr Gebetbuch ge (...)

8Pour comprendre cette spécificité, il faut bien plutôt s’intéresser aux notations très diverses que nous avons déjà mentionnées et qui, dans certains cas, ne sont de toute évidence que des notes tirées de catalogues de foires, mais, dans d’autres, des extraits complets ou des sommaires exhaustifs, assortis de discussions critiques ou même de polémiques. Ce type de notes de lecture permet, surtout si on les met en rapport avec la correspondance, de déterminer de nombreuses sources de ses écrits. Ainsi peut-on lire sur des feuillets de l’année 1776 des informations concernant le contenu d’une édition de Jakob Böhme et de John Pordage ou encore des indications se rapportant à des écrits de Jane Leade et de Madame Bourignon (N V, 324 sq.). Ces carnets d’études (Studienhefte) sont d’une teneur très hétérogène. À côté de sujets théologiques, philosophiques et littéraires, ils contiennent des anecdotes et des passages glanés çà et là au fil des lectures (Lese-früchte), qui illustrent l’intérêt de Hamann pour les choses curieuses, les sujets érotiques et parfois blasphématoires – un intérêt que l’on remarque aussi chez l’écrivain des années ultérieures. Il a par exemple recopié une histoire de loup-garou – extrait en réalité seulement mentionné (et non reproduit) par Nadler (N V, 244) – ou encore un essai concernant le Préservatif contre les maladies des bêtes à cornes, texte cette fois-ci reproduit (N V, 297). Quant à l’ouvrage de Rathelf Acrido-theologie oder historische und theologische Betrachtung über die Heuschrecken (Acrido-théologie ou considération historique et théologique sur les sauterelles), je n’ai pu déterminer s’il s’était contenté de le recopier ou bien s’il l’avait de fait utilisé (N V, 294). À des vers mettant en garde contre l’impuissance de la vieillesse – passages prétendument empruntés au livre de prière d’une femme11 – succèdent ces extraits érudits :

Exemple d’un mariage machiavélique. Macrobe, XI.

Jo. Rhagius dignus est, cuius memoria perpetua vigeat, quia vnus ex iis est, qui profligata barbarie meliores litteras in Germania restitueront. M. Daniel Fidler commentarium de eo scripsit. Lips. 1703.

Jo. Reishii de rei litterariae statu per Europam praesente Partes 4. Luneburgi 1673. 74. Dignae sunt haec schedae, quae denuo recudantur et manibus omnium qui historiae litterarae poscunt pretium terantur.

Freymüthige Gedanken aus der Historie, der Critic und Litteratur. Cologne 1732. 8. Reimann fait un grand éloge de cette imitation de Marville, dont on dit que l’auteur est Schreiber, le conseiller à la chambre d’Eisenach.

  • 12 En français dans le texte (NdT).
  • 13 Citons cette note typique qui n’a, autant que je puisse en juger, pas été utilisée par la suite par (...)

9Suivent de courts textes littéraires, frivoles et pleins d’esprit, dans lesquels on voit par exemple un paysan demander au prêtre de son village : « Soyez toujours notre père/Mais ne soyez jamais père de nos enfans12 » (N V, 258). Ces anecdotes, ces bons mots et ces histoires curieuses13 seront plus tard bien souvent utilisées par l’écrivain « comique » qu’était Hamann, selon l’acception d’alors.

  • 14 Johann Conta, Hamann als Philologe, thèse, Graz, 1889 ; Bernhard Gajek, Sprache beim jungen Hamann, (...)
  • 15 Wöchentliche biblische Untersuchungen ; welche in dem Jahre 1754, an das Licht gestellet sind von J (...)
  • 16 En français dans le texte (NdT).

10En tant que tels, c’est-à-dire comme genre en quelque sorte, ces extraits de lectures (Exzerpte) ont peu intéressé les chercheurs – une indifférence néanmoins tempérée par d’importantes exceptions, parmi lesquelles notamment celle de Volker Hoffmann14. Même les informations concernant ces lectures sont souvent restées inutilisées. Cela est compréhensible : ces informations supposent en effet d’avoir à sa disposition une bonne bibliothèque. Une reproduction exhaustive des extraits impliquerait, affirme Nadler, un investissement de temps et d’argent trop considérable, ce qui n’est pas faux. Quel degré de précision est-on en outre en droit d’exiger du commentateur de pareils textes ? Les exemples cités plus haut ne sont pas commentés. L’édition Nadler place donc le lecteur face à des problèmes tantôt faciles à résoudre, tantôt sans solution. Si l’on dispose d’une édition des Vermischte Schriften (Œuvres diverses) de Lessing publiés à Breslau en 1771, on pourra deviner à l’aide des numéros de page donnés par Nadler ce que Hamann a pu recopier. Martin Chladenius, dont l’important concept herméneutique de « point de vue » (Sehpunkt) est mentionné dans l’ouvrage de Hamann Æsthetica in nuce, apparaît plusieurs fois dans les livres de notes (N V, 266, 271). Mais les huit feuilles in-quarto d’extraits de Johann Martin Chladenius, signalés dans l’édition Nadler par le début et la fin des passages recopiés, restent inaccessibles au chercheur si sa bibliothèque ne possède pas les Wöchentliche biblische Untersuchungen (Analyses bibliques hebdomadaires) que Chladenius fit paraître en 175415. Il est tout à fait impossible d’en apprendre davantage sur le goût de Hamann en matière de « poésies fugitives », car Nadler n’a pu déterminer leur provenance et se contente de publier une série de titres comme L’Amant discret, Le Diogène moderne, Vers lyriques, Madrigal, Tristes pleurs (N V, 270)16. On pourra tenir ces lectures pour secondaires, mais la sexualité joue un rôle important dans la pensée de Hamann.

  • 17 Le titre complet indiqué par Hamann est le suivant : Admonitions from the Dead in Epistles to the l (...)

11Ces livres d’extraits contiennent aussi des choses intéressantes dans des domaines plus « sérieux ». Dans les rares feuillets qui nous sont parvenus du séjour londonien – période dont on ne sait presque rien – on trouve un extrait non identifié par Nadler, provenant soit de Berkeley soit de son école, ainsi qu’un titre : Admonitions front the Dead in Epistles to the living (Exhortations des morts aux vivants, sous forme d’épîtres) – titre assorti d’une liste des têtes de chapitres en allemand (N V, 281 sq.)17. Le lecteur aurait aimé en apprendre davantage. Ces extraits prouvent en tout cas que Hamann s’est intéressé aussi bien à la théorie idéaliste de la connaissance que, comme Klopstock et Wieland, au sentimentalisme religieux d’origine anglaise.

De la bibliothèque manuscrite au texte d’auteur : Hamann et l’art de la citation

  • 18 V. Hoffmann, Johann Georg Hamanns Philologie, Stuttgart, 1972, p. 7.
  • 19 Elfriede Büchsel, Untersuchungen zur Struktur von Hamanns Schriften auf dem Hintergrunde der Bibel, (...)
  • 20 Augustin « demande à Dieu une éloquence telle que l’incrédule ne puisse rejeter son style au motif (...)
  • 21 Citation (traduite en allemand par Hamann dans ses notes) tirée de : François Gayot de Pitaval, L’A (...)

12Étant donné que beaucoup d’extraits ne sont pas reproduits, il est souhaitable et même nécessaire d’étudier les manuscrits, conservés à Münster, qui ont servi de base à l’édition de ces cahiers. Volker Hoffmann fait en outre remarquer que « les lettres ouvrent l’accès le plus direct à la philologie de Hamann […] tandis que les cahiers d’études (Studienbücher) et les textes publiés présentent beaucoup plus de difficultés, les premiers par la sécheresse de leur contenu, les seconds par leur style très élaboré18 ». Tout cela est juste par bien des aspects. Aussi est-ce dans une lettre, très souvent commentée, que les chercheurs ont vu la voie d’accès à l’écriture éminemment artificielle du philologue Hamann (ZH I, 333- 338)19. Hamann discute dans cette lettre des réflexions de saint Augustin sur le style de l’écriture sainte et en déduit pour sa propre situation d’auteur qu’un texte doit être polyvalent et qu’il doit adresser ses messages indirectement20. Puisque le langage de la vérité n’est plus parlé par ses « contemporains », qui sont autant de « faussaires », Hamann se dit obligé de « renier […] le génie de sa langue maternelle et de montrer aux connaisseurs sa familiarité avec les Anciens, d’exposer ses jugements et de prouver son habileté à citer leurs formules et à les jointoyer » (ZH I, 337 sq.). La « citation » typologique, au sens le plus vaste du terme – citation tirée de la Bible, de la littérature antique et moderne ou même de l’histoire dans son ensemble – repose sur la conviction ici formulée que la vérité est historique et a un jour pénétré dans le monde sous les traits de l’homme, que tout laisse deviner de façon cachée cette vérité et que celle-ci peut être actualisée par l’auteur de façon indirecte, parce que tout, même les choses très profanes, peut être lu comme un texte de Dieu. Une pareille conception invite bien sûr à la collecte massive d’extraits et à l’insertion généreuse de citations – gestes qui peuvent parfois paraître pratiqués sans discernement. C’est la raison pour laquelle les extraits sont riches d’enseignements, même dans les livres de notes (Notizbücher). Commentons ici rapidement un extrait glané chez un auteur un peu plus profane que saint Augustin. Dans L’Art d’orner l’esprit en l’amusant de Pitaval (N V, 267 sq.), Hamann copie le passage suivant, qu’il traduit en allemand : « L’Antiquité reprocha à Aristote que ses admirables ouvrages étoient autant de mosaïques, dont l’assemblage & l’artifice étoient à lui, & les différentes pièces rapportées à divers particuliers. Ce n’est pas sans raison que Mercure qui est le dieu des voleurs est aussi le dieu des gens de lettres, il est leur père commun21. »

  • 22 Citation (traduite en allemand par Hamann) tirée de : ibid., pp. 266-267.

13Aux « faux sçavans » (Schulfüchse) qui pillent allègrement et aux érudits « de génie paresseux », Pitaval oppose l’argument suivant : « J’exige d’un homme d’esprit, lorsqu’il emprunte quelque belle pensée, qu’il paye comptant avec usure, qu’il y mette du sien le double de ce qu’il a reçû22. » Entre l’art de « jointoyer » les formules évoqué dans la précédente lettre et celui de rembourser ses emprunts « avec usure » décrit dans le présent extrait, on voit s’esquisser la poétique qui régit chez Hamann le rapport entre les citations, y compris celles des notes de bas de page, et le texte de l’auteur lui-même. C’est là ce que j’aimerais maintenant montrer à l’aide de quelques rapides exemples tirés des ouvrages dont il s’est publiquement reconnu « l’auteur ».

14Hamann se montre ironique et polémique envers le travail des « faux sçavans » comme envers les recensions des critiques modernes. Ses publications portent certes l’empreinte des traités érudits, mais parodient aussi dès l’origine leurs formes. C’est notamment le cas dans ces paratextes typiques que sont les préfaces avec captatio benevolentiae. Dans son premier texte, les Sokratische Denkwürdigkeiten (Réflexions socratiques mémorables, 1759, N II, 57 sq.), l’auteur, tout en se réclamant de devises érudites, se présente de façon ambiguë comme quelqu’un qui aime « l’ennui ». Il se campe en flâneur savant, héritier de la tradition socratique, un flâneur qu’insupporte la production zélée et vaine de livres et qu’indiffère totalement le nombre de ses lecteurs. La préface invective le public et ne sollicite en rien l’éventuelle faveur de lecteurs bienveillants. Le public n’est rien. Il est, comme Baal, un faux dieu, une idole aveugle et sourde. Derrière lui se cachent les grands prêtres, c’est-à-dire les critiques qui prétendent parler au nom de Baal en engloutissant les livres. Puisse son ouvrage, nous dit Hamann, avoir le même effet que celui que produit sur le dragon le gâteau décrit par Daniel dans le texte apocryphe Bel zu Babel (Bel à Babel).

  • 23 V. Hoffmann, Johann Georg Hamanns Philologie, op. cit., pp. 60-65 (concernant le rapport entre les (...)

15L’ensemble d’essais et de courts travaux que Hamann édite sous le pseudonyme du « philologue » est accompagné d’un index qui affiche un mélange d’esprit polémique, de provocation et d’autodérision (N II, 239- 240). Michaelis, le spécialiste de l’Ancien Testament, y est défini comme « l’archange des reliques de la langue de Canaan » qui pratique ce « matérialisme exégétique » qui agace tant le philologue Hamann. Celui-ci, se persiflant lui-même, s’accuse d’affecter un « style jargonnant tout en parlant de perfection classique ». Il faudrait mener plus loin l’analyse de cet index, dans lequel le genus sublime du texte principal est transposé dans le genus humile de la langue scientifique ou de la langue vulgaire. Les textes qui constituent cette première publication ne sont homogènes ni par leur contenu, ni par leur forme. Ils ne prétendent d’ailleurs pas l’être. Le ton peut passer de la discussion polémique à la solennité prophétique ou apocalyptique. Les remarques infrapaginales elles-mêmes constituent un mélange de références biblio-graphiques conventionnelles, d’attaques polémiques et d’allusions très cryptées23.

  • 24 J. G. Hamann, Æsthetica in nuce, in id., Kreuzzüge des Philologen, Königsberg, 1762, pp. 158-220, i (...)

16Analysons, en conclusion, une variante de l’interpretatio christiana appliquée à une figure antique, caractéristique d’un écrivain qui qualifiait l’Antiquité de sœur et d’épouse. Il convient ici de remarquer que l’interprétation typologique de la Bible a certes été problématisée mais aussi pratiquée, entre autres, par Michaelis. Comme le montre une reproduction de l’édition originale (voir fig. 9), la citation d’Ovide insérée par Hamann dans Æsthetica in nuce frappe par sa longueur (N II, 209-210)24. La métamorphose de Narcisse, telle que la décrivent les Métamorphoses, devait-elle être recopiée et citée ? Évidemment non ! Les lecteurs que visait Hamann connaissaient bien cette figure et ce texte. Sans doute possédaient-ils d’ailleurs presque tous le livre lui-même. Pourquoi donc citer ? C’est dans l’interaction du texte, de la citation et des mots soulignés par Hamann qu’il faut chercher la réponse à cette question. Lorsque l’on consulte les éditions originales des textes de Hamann, on est frappé par leur typographie bigarrée. On y trouve en effet en masse des mots écrits en gras, en caractères espacés, en majuscules, tant et si bien que l’édition historique et critique dut renoncer à la restitution de ces marques typographiques, bien que l’éditeur n’ignorât bien sûr nullement leur valeur.

Figure 9 – J. G. Hamann, Æsthetica in nuce, in id., Kreuzzüge des Philologen, Königsberg, 1762, pp. 158-220, ici pp. 200-203.

  • 25 Cf. Luise Vinge, The Narcissus Theme in the Western European Literature up to the Early 19,h Centur (...)
  • 26 Jakob Masen, S. J., Speculum imaginum veritatis occultae exhibens symbola, emblemata, hieroglyphica (...)
  • 27 On trouvera une discussion approfondie de cette question, y compris de ses aspects théologiques, da (...)

17Même dans la tradition antérieure à Freud, la figure de Narcisse est en principe négativement connotée. Dans l’emblématique, elle est associée au symbole du « philautisme » (Philautie), du « caecus amor sui ». Ici cependant, elle est interprétée de façon clairement positive grâce à la référence à la lettre de saint Paul (1,23), ce qui a plongé les chercheurs dans de terribles difficultés. Dans la suite du texte, on trouve une autre interpretatio christiana d’une figure antique : Ulysse, vêtu comme un gueux, arrive « en mendiant à la cour d’Ithaque », sa propriété, et les « siens ne l’accueillent pas » (saint Jean 1, 11). De Narcisse, Hamann dit dans son texte qu’il aime son image plus que sa vie. Le Christ est mort sur la croix par amour pour les hommes, que Dieu a faits à son image. Une interprétation christologique de la figure de Narcisse serait-elle possible ? De fait, il existe une tradition interprétative positive, mise en lumière par Luise Vinge, de la figure de Narcisse25. L’un des représentants de cette tradition, Pierre de Marbeuf (1596-1645) – un auteur que je ne connaissais pas, tout comme d’ailleurs peut-être Hamann lui-même – parle de Narcisse comme du « Grand Dieu […] parfait ». Cette interprétation catholique et romane de la figure de Narcisse était, semble-t-il, peu connue en Allemagne. Néanmoins, dans son dictionnaire des symboles et de leur signification occulte (1650), le jésuite de Cologne Jakob Masen insère, après une assez longue présentation de la symbolique négative, cette courte mention : « Est vero etiam quaedam imago Dei amore hominum capti atque incarnati. » Et il ajoute : « Deus amore hominis homo factus »26. Cette remarque confirme mon soupçon selon lequel Narcisse doit être compris ici comme une préfiguration du Christ27.

  • 28 Dans plusieurs lettres, Hamann interprète de façon figurée les « arts amoureux » (Bulerkünste) de J (...)
  • 29 Manfred Lurker, éd., Das Wörterbuch der Symbolik, Stuttgart, 1991, p. 517.

18Dans Æsthetica in nuce, Hamann a plusieurs fois pris position en faveur d’une interprétation ancienne : à travers tout l’Orient antique, on peut détecter la trace d’une révélation primitive annonçant le Christ, révélation dont la mythologie et la littérature gréco-romaines fourniraient un faible écho. Dans le contenu de tous les textes anciens, Hamann voit partout un pareil hypotexte. Dans le cas qui nous occupe, le « philologue en croisade » entend cependant démontrer tout cela par l’étude concrète du texte, c’est-à-dire de la lettre même de la citation d’Ovide, en traitant cette citation quasiment comme un palimpseste et en faisant apparaître par le biais des soulignements typographiques les traces presque effacées d’un texte originel caché derrière elle. Tentons de mettre rapidement au jour ce procédé. Les mots « MINIMUM » et « DIXIT » sont soulignés : le poète païen du monde romain ne pouvait dire que le minimum sur l’énigmatique promesse que laisse transparaître la révélation primitive. Mais c’est justement avec les deux premiers mots soulignés dans le texte d’Ovide, c’est-à-dire « umbra » et « corpus », que la Bible, la Vulgate, exprime clairement cette promesse confuse. Ce qui précède en effet l’incarnation annonce cette même incarnation : « Quae sunt umbra futurorum, corpus autem Christus » ou encore : « Tout cela n’est que l’ombre du futur et devient chair avec le Christ » (Coloss. 2, 13). Si l’on suit les indications typographiques de Hamann, sa lecture figurée et eschatologique du texte d’Ovide devient claire. Le dieu aimant fixe avec attention son reflet et y trouve certes la perfection divine originelle (dignos Baccho) – mais une perfection qui, à la suite de la chute, est devenue trompeuse (mendacem). Il ne cesse d’épier l’homme infidèle (latebra opportuna)28, mais ne trouve jamais son véritable reflet (non tamen invenio), bien que le visage lui prodigue toujours des signes encourageants (signa remittis). L’amour dément (male sanus) finit par précipiter l’amant divin dans la mort – les eaux du Styx préfigurant la descente aux enfers du Christ. Le corps est introuvable (nusquam corpus erat), mais un narcisse blanc fleurit dans le jardin, qui, dans l’Antiquité, est certes une fleur de la mort et du monde d’en bas, mais, dans l’interpretatio christiana, constitue un symbole de la victoire sur la mort et de l’amour de soi29.

(traduit de l’allemand par Élisabeth Décultot)

Notes

1 J. G. Hamann, Æsthetica in nuce, in id., Kreuzzüge des Philologen, Königsberg, 1762, pp. 158-220, ici pp. 184-187.

2 Bernd Bräutigam (Reflexion des Schönen – Schöne Reflexion. Überlegungen zur Prosa ästhetischer Theorie. Hamann, Nietzsche. Adorno, Bonn, 1975, p. 87) formule cette remarque : « L’image extérieure que le philologue donne à son ouvrage est celle d’un essai scientifique érudit […]. L’énorme appareil de notes, qui, dans l’édition Nadler, s’élève à 360 lignes contre 503 lignes pour le texte principal, s’accorde avec l’appétit scientifique de l’époque. » Dans le passage suivant. Bräutigam sous-estime cependant l’importance de la critique scientifique, dissimulée dans la parodie, que Hamann exerce avant tout à l’endroit de Michaelis : « L’art de la citation ici mis en œuvre illustre cependant clairement l’apparence de scientificité de l’ouvrage. Hamann mime la science non pas pour donner à son procédé un caractère scientifique qu’il ne possède pas de lui-même, mais pour mettre ironiquement en perspective la forme scientifique elle-même. »

3 J. G. Hamann, Poetisches Lexicon oder nützlicher und brauchbarer Vorrath von allerhand poetischen Redensarten, Beywörtem und Beschreibungen, nouvelle édition augmentée, Leipzig, 1751 (l’ouvrage fut réédité jusqu’en 1765).

4 « Mon père n’avait pas encore un an lorsque mon grand-père mourut. Ma grand-mère (fille unique de Johann Muscovius, dont la vie remarquable est, pour quelques aspects, évoquée dans le Gelehrten-Lexicon [Dictionnaire des érudits]) resta veuve avec deux fils, dont l’aîné n’est pas demeuré tout à fait inconnu dans la société des écrivains et mourut à Hambourg. Étant donné que cette légende familiale ressemble à un “conte de ma mère l’oye” [en français dans le texte, NdT], la présente remarque sera la dernière par laquelle le philologue prendra congé de l’indulgence, de la magnanimité, de la patience et de l’endurance de ses lecteurs. » (N II, 228).

5 Nora immendörfer, Hamann und seine Bücherei, thèse, Königsberg, 1932 (Schriften der Albertus-Universität, Geisteswissenschaftliche Reihe 20), Königsberg et Berlin, 1938.

6 Cf. également les commentaires de J. Nadler à ce sujet.

7 En français dans le texte (NdT).

8 A. Radicati, La Religion muhammedane comparée à la païenne de l’Indostan par Ali-BenOmar, Moslem. Épître à Cinkniu, bramin de Visapour, traduite de l’arabe, Londres, 1737.

9 Remarques sur les avantages et les désavantages de la France et de la Grande-Bretagne, par rapport au commerce et aux autres sources de la Puissance des États, seconde édition, Leyde, 1754.

10 Je laisse de côté la question complexe de l’auteur, car elle est sans importance pour notre présent propos.

11 Voici les vers en question (N V, 252) : « Gutgemeinte Reime, die eine Frau vorn in ihr Gebetbuch geschrieben : David und Salomon/ das waren Gottes Männer./Sie hatten die Weiber lieb/Und zichteten viel Kinder./Da sie aber kamen ins Alter, /Da machten sie Psalter, /Als sie nicht mehr künnten/Hielten sie es für Sünden./Drum ist mein getreuer Rath : /Es liebe ein Jeder, weil ers im Vermögen hat./Denn es ihm hernach wohl vergeht, /Wenn ihm der Handel nicht mehr ansteht ».

12 En français dans le texte (NdT).

13 Citons cette note typique qui n’a, autant que je puisse en juger, pas été utilisée par la suite par Hamann : « La comtesse de la Suze, dont on connaît bien les élégies, se convertit au catholicisme parce que son époux était huguenot. Enfin, elle divorça afin de ne le voir, comme le disait Christine de Suède, ni dans ce monde-ci, ni dans l’au-delà » (NV, 272).

14 Johann Conta, Hamann als Philologe, thèse, Graz, 1889 ; Bernhard Gajek, Sprache beim jungen Hamann, München, 1959 (fac-similé : Bern, 1967 ; entre autres sur Jacob Friedrich Reimmann) ; Volker Hoffmann, Johann Georg Hamanns Philologie. Hamanns Philologie zwischen enzyklopädischer Mikrologie und Hermeneutik, Stuttgart, 1972 ; Roman Prochaska, Hamann und Horaz. Die Funktion des Zilates in der Wortkunst des Magus, thèse (typ.), Graz, 1966.

15 Wöchentliche biblische Untersuchungen ; welche in dem Jahre 1754, an das Licht gestellet sind von Johann Martin Chladenius, Erlangen, 1708.

16 En français dans le texte (NdT).

17 Le titre complet indiqué par Hamann est le suivant : Admonitions from the Dead in Epistles to the living ; addressed by certain Spirits of both sexes to their Friend or Ennemies on Earth etc., London, 1754 (d’Elizabeth Singer-Rowe ?).

18 V. Hoffmann, Johann Georg Hamanns Philologie, Stuttgart, 1972, p. 7.

19 Elfriede Büchsel, Untersuchungen zur Struktur von Hamanns Schriften auf dem Hintergrunde der Bibel, thèse (typ.), Göttingen, 1953, pp. 179-184 ; Sven-Aage jørgensen, « zu Hamanns Stil », in Germanischromanische Monatsschrift, N.F. 16 (1966), pp. 374-387 ; V. Hoffmann, Johann Georg Hamanns Philologie, op. cit., pp. 154-161.

20 Augustin « demande à Dieu une éloquence telle que l’incrédule ne puisse rejeter son style au motif qu’il lui serait trop difficile à comprendre et que le croyant au contraire, même au cas où celui-ci serait d’opinion très différente, puisse pressentir néanmoins une cohérence et une certaine harmonie de sa propre pensée avec les propos de l’écrivain » (ZH I, 334).

21 Citation (traduite en allemand par Hamann dans ses notes) tirée de : François Gayot de Pitaval, L’Art d’orner l’esprit en l’amusant, 2 vol., Paris, 1728, ici vol. 2, p. 265.

22 Citation (traduite en allemand par Hamann) tirée de : ibid., pp. 266-267.

23 V. Hoffmann, Johann Georg Hamanns Philologie, op. cit., pp. 60-65 (concernant le rapport entre les remarques érudites et l’œuvre elle-même).

24 J. G. Hamann, Æsthetica in nuce, in id., Kreuzzüge des Philologen, Königsberg, 1762, pp. 158-220, ici pp. 200-203.

25 Cf. Luise Vinge, The Narcissus Theme in the Western European Literature up to the Early 19,h Century, Lund, 1967, notamment p. 227.

26 Jakob Masen, S. J., Speculum imaginum veritatis occultae exhibens symbola, emblemata, hieroglyphica, aenigmata etc. Köln, 1650. J’ai pu consulter à Göttingen l’édition augmentée de 1654 (cf. notamment chap. 23).

27 On trouvera une discussion approfondie de cette question, y compris de ses aspects théologiques, dans l’article suivant : Sven-Aage Jørgensen et Joachim Ringleben, « Der “Eckel-name” des Narziß. Interpretation einer rätselhaften Stelle in Hamanns Aesthetica in nuce », in Jahrbuch des Freien Deutschen Hochstifts, 1997, pp. 28-63.

28 Dans plusieurs lettres, Hamann interprète de façon figurée les « arts amoureux » (Bulerkünste) de Jupiter comme le signe de l’amour de Dieu, qui s’est abaissé jusqu’à l’homme (cf. ZH I, 350 sq.).

29 Manfred Lurker, éd., Das Wörterbuch der Symbolik, Stuttgart, 1991, p. 517.

Notes de fin

1 Nous citons les œuvres de Hamann d’après l’édition suivante : Johann Georg Hamann, Sämtliche Werke. Historischkritische Ausgabe, éd. par Josef Nadler, vol. I-VI, Wien, 1949- 1957 (abréviation : N). Nous citons la correspondance d’après : Johann Georg Hamann. Briefwechsel, éd. par Walther Ziesemer et Arthur Henkel, vol. I-VII, Wiesbaden, 1953-1979 (abréviation : ZH).

Table des illustrations

Légende Figure 8 – J. G. Hamann, Æsthetica in nuce, in id., Kreuzzüge des Philologen, Königsberg. 1762, pp. 158-220, ici pp. 184-187.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/35003/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende Figure 9 – J. G. Hamann, Æsthetica in nuce, in id., Kreuzzüge des Philologen, Königsberg, 1762, pp. 158-220, ici pp. 200-203.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/35003/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k

Auteur

Université de Copenhague Département d’études germaniques

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search