Version classiqueVersion mobile

Lire, copier, écrire

 | 
Élisabeth Decultot

Deuxième partie. De la compilation savante à l’écriture personnelle

Les notes de lecture de Herder

Hans Dietrich Irmscher

Texte intégral

1La seule manière de donner une idée juste de la méthode adoptée par Herder dans ses notes de lecture, et de bien en saisir la fonction, est d’analyser en détail son rapport à l’écrit.

Herder et la littérature

Soif de lecture

  • 1 Cf. Sebastian Friedrich Trescho au sujet de Herder, in Johann Gottfried von Herders Lebensbild, éd. (...)

2Dès sa prime jeunesse, c’est à travers la littérature que Herder développe une pensée propre. Enfant calme, timide et « renfermé », vivant entièrement dans ses mondes imaginaires et fréquemment sujet à des pensées mélancoliques1, c’est d’abord par le biais de la littérature qu’il découvre le monde. Son premier contact avec les belles lettres, il le doit d’abord au livre de cantiques piétistes dont les textes l’accompagnent jusqu’à la fin de sa vie, ainsi qu’à l’ouvrage de Johann Arndt Vier Bücher vom wahren Christentum (Quatre livres sur le véritable christianisme), un texte paru en 1610, que son père appréciait beaucoup.

  • 2 Johann Gottfried von Herders Lebensbild, op. cil., vol. 1,1 , pp. 30 sq.
  • 3 Ibid., vol. 1,1 , p. 44.

3Quant à la littérature allemande profane et aux grands textes de la littérature mondiale, il s’y initie dans la bibliothèque du diacre de Mohrungen, Sebastian Friedrich Trescho. C’est à Trescho que les parents avaient confié l’adolescent, qui lui servait de domestique2. Herder était chargé de préparer pour l’impression les textes du diacre versé dans l’écriture. Lejeune homme découvrit ainsi dans l’imposante bibliothèque de Trescho non seulement des œuvres de la littérature européenne de l’époque, mais aussi les grands textes de la littérature mondiale. Une anecdote, dont Trescho s’est lui-même fait l’écho, montre bien à quel point l’adolescent avait soif de littérature. Craignant que Herder n’ait oublié d’éteindre sa veilleuse, Trescho se serait introduit un soir dans la chambre à coucher de son protégé et l’aurait trouvé « à peine vêtu d’une chemise, profondément endormi sur ses couvertures, entouré de livres anciens ou récents, certains ouverts à même le sol, avec, au milieu, la bougie encore allumée... J’examinai les livres ; autant que je m’en souvienne, c’étaient pour la plupart des classiques de la littérature grecque et latine et une quantité de poèmes allemands. J’éteignis la lumière et allai me coucher3 ».

  • 4 Johann Georg Hamann, Briefwechsel, vol. 1, éd. par Walther Ziesemer et Arthur Henkel, Wiesbaden, 19 (...)
  • 5 Cf. « Biga Bibliothecarum », in J. G. Hamann, Sämtliche Werke. éd. par Josef Nadler, vol. 5 (« Tage (...)
  • 6 Cf. Josef Nadler, Johann Georg Hamann (1730-1788), Salzburg, 1949, pp. 257 sq.

4À Königsberg, où il était arrivé en août 1762 pour s’inscrire comme étudiant en théologie, philosophie et belles lettres, Herder découvrit une littérature plus vaste encore grâce aux bibliothèques de la ville, de l’université et du « Collegium Fridericianum », où on l’embaucha bientôt comme professeur remplaçant, ainsi que grâce à la librairie de Johann Jacob Kanter, qui lui permit de feuilleter et d’emprunter les toutes dernières nouveautés du marché éditorial. Il faut aussi mentionner l’amitié qui le liait à Johann Georg Hamann, dans la bibliothèque duquel il put essentiellement trouver des ouvrages de théologie, de littérature orientale (au sens large du terme) et de littérature classique grecque et latine. Dans sa lettre de licenciement, la baronne von Budberg, chez laquelle Hamann ne fut précepteur que six mois en Livonie, dit de lui que c’était une « une colonne pleine de livres, ce qui ne fait pas pour autant un habile précepteur4 ». La baronne met ainsi le doigt sur un problème que Herder et Hamann ont chacun tenté de résoudre à leur manière : comment concilier littérature et réalité ? Pour Herder, la culture littéraire et la bibliothèque de son ami Hamann5 constituaient une mine qui le poussa à lui offrir jusqu’à l’époque de Weimar, et en dépit de ses maigres moyens, de l’argent pour le dissuader de la mettre en vente6. À Riga (1764-1769), c’est d’abord celui qui fut sa vie durant son éditeur, Johann Friedrich Hartknoch, qui lui ouvrit son fonds de librairie et continua à lui adresser, à Weimar, les dernières parutions de son choix, sans exiger de lui qu’il payât dans les délais.

  • 7 Cf. Journal meiner Reise im Jahr 1769, in Sämtliche Werke, éd. par B. Suphan, Berlin, 1877-1913 (ci (...)
  • 8 Lettre à J.G. Hartknoch, fin octobre 1769, in J. G. Herder, Briefe. Gesamtausgabe, vol. 1, Weimar, (...)

5Mais ce qui caractérise le mieux le rapport de Herder à la littérature, c’est la chronologie de son voyage en Europe de l’Ouest – un voyage qu’il vécut comme une délivrance par rapport à l’étroitesse de son existence ordinaire7. Avant même de se rendre à Paris, la capitale de l’Aufklärung, Herder s’arrête en effet à Nantes pendant plus de trois mois (du 16 juillet au 4 novembre), et ce non pas seulement pour d’améliorer son français, mais aussi et surtout pour pouvoir profiter des bibliothèques : « De Voltaire à Fréron, de Fontenelle à Montesquieu et de d’Alembert à Rousseau, j’ai virevolté sans répit au beau milieu des encyclopédistes et des journalistes (dont j’ai beaucoup utilisé le Journal étranger...), au milieu des pièces de théâtre et des œuvres d’art, des écrits politiques et de tout ce qui participe de l’esprit de l’époque8. »

Le livre et sa critique

  • 9 Bibliotheca Herderiana, Vimariae, 1804 ; cf. Heinz Stolpe, « Die Handbibliothek Johann Gottfried He (...)
  • 10 Pour une définition du polyhistor, cf. la contribution de H. Zedelmaier dans le présent ouvrage.
  • 11 Cité d’après H. Stolpe, « Johann Gottfried Herders Handbibliothek und ihr weiteres Schicksal », art (...)

6Dans les années qui suivirent, Herder parvint à se constituer une bibliothèque de travail, dont la richesse et le contenu apparaissent dans le catalogue de mise aux enchères édité après sa mort9. Mais, si riche soit-elle, cette bibliothèque ne pouvait satisfaire aux besoins d’un polyhistor, c’est-à-dire d’un érudit polyvalent et universel tel que lui10. Conformément à son habitude, il empruntait donc les nouvelles parutions dans une librairie de sa fréquentation, et les rendait après les avoir lues et prises en note (exzerpieren). Voici les remarques que sa veuve adressa après sa mort à son fils Emil Ernst Gottfried, afin de l’inciter à être économe : « Il faut également que je te dise ce que ton père faisait des nouveaux livres qu’il empruntait chez Hoffmann à Weimar. Il lisait l’intégralité des parutions récentes de qualité sans les acheter, car elles étaient trop chères. Il s’était entendu avec Hoffmann [la librairie Siegmund Heinrich Hoffmann, située dans la maison de Cranach, sur la place du marché à Weimar], pour qu’on lui prête les nouvelles parutions non reliées et il les rendait non reliées11. »

  • 12 SWS 4, p. 347.
  • 13 SWS 4, p. 350.
  • 14 SWS 4, p. 349.
  • 15 Cf. R. Wisbert, « Kommentar », in J.G. Herder, Werke, vol. 9/2 (Journal meiner Reise, Pädagogische (...)

7Herder perçoit très tôt, durant son voyage en France et immédiatement après, les inconvénients que présente son goût prononcé pour la littérature. Dans son Journal meiner Reise im Jahr 1769 (Journal de voyage en l’an 1769), sorte de bilan de sa vie passée et ébauche de sa vie future, il se dit « savant par les livres » plus que « riche des choses » et recourt, pour se décrire, à des expressions qui rappellent le monologue de Faust : « encrier rempli de littérature érudite, […] étagère débordant de papiers et de livres, […] qui n’a pas sa place hors du cabinet de travail12 ». Il reconnaît également ce qui lui fait défaut et ce qu’il lui faut acquérir au moment de partir pour le vaste monde : « des faits et des réalités13. » La véritable cause de cette relation médiate avec le réel, il la trouve dans l’essence de la langue, qu’il cherche précisément à analyser philosophiquement au cours de ces mêmes années : « Oh, pourquoi la langue nous habitue-t-elle faussement à des silhouettes abstraites comme à des corps, à des réalités existantes ! – Quand parviendrai-je à détruire en moi tout ce que j’ai appris et à découvrir par moi-même ce que je pense, apprends et crois14. » Il faut bien comprendre que cette autocritique est également une critique de son époque, de la violence exercée par l’abstraction sur le concret dans l’art, dans la philosophie, la politique et la vie. Dans Auch eine Philosophie der Geschichte zur Bildung der Menschheit (Une autre philosophie de l’histoire : pour contribuer à l’éducation de l’humanité), parue en 1774, il reprend et affine cette critique pour la transformer en une interrogation aiguë sur la définition du présent au sein de la totalité historique. Dans son Journal meiner Reise, il oppose à ce diagnostic qu’il fait de lui-même et de son époque l’ébauche d’une pédagogie reposant sur le réel et le projet d’un nouveau système scolaire15.

8Mais cette critique de son rapport à la réalité, dominé jusqu’alors par la littérature, ainsi que sa décision de s’en remettre dorénavant au réel en vivant pleinement sa vie et en apprenant à connaître la nature, débouche, tout au moins dans son Journal de 1769, une fois encore sur différents projets d’ écriture et de livres. Il n’y a guère que dans le domaine de la pédagogie que Herder soit parvenu concrètement, dès son séjour à Nantes, et surtout ensuite à Bückeburg et Weimar, à franchir le pas tant espéré vers le réel.

La vie littéraire de Herder au regard du fonds manuscrit

Histoire du fonds manuscrit

  • 16 H. D. Irmscher, « Der handschriftliche Nachlass Herders und seine Neuordnung », in Herder-Studien, (...)

9Le fonds manuscrit (Nachlaβ) laissé par Herder constitue l’un des plus importants du classicisme allemand. La majeure partie de ce fonds provient de l’héritage de ses descendants en 1870 et a été confiée à la Bibliothèque royale de Prusse (fonds dit de Berlin). D’autres manuscrits de Herder se trouvent au Goethe- und Schiller-Archiv de Weimar, ainsi qu’à la bibliothèque municipale ou à la Ministerialbibliothek de Schaffhausen16. Afin de le mettre à l’abri pendant la guerre, le fonds fut transféré à l’abbaye bénédictine de Beuron an der Donau dans les années 1940. Ce n’est qu’à la fin des années 1950 qu’il fut remis à la disposition des chercheurs à la bibliothèque universitaire de Tübingen. Il se trouve aujourd’hui dans la section manuscrite de la Staatsbibliothek à Berlin. L’inventaire, intitulé Der handschriftliche Nachlaβ Johann Gottfried Herders (Le fonds manuscrit de Johann Gottfried Herder), établi par Emil Adler et moi-même avec le soutien de l’Académie des sciences de Göttingen, parut à Wiesbaden en 1979. Il nous fournit de précieux renseignements sur la teneur et le classement des manuscrits.

Les notes de lecture dans le fonds manuscrit

10À côté des manuscrits destinés à l’impression, qui concernent principalement des œuvres majeures de Herder, le fonds se compose également de nombreuses ébauches et de premières versions de ces textes. Les manuscrits qui touchent à la collection de chants populaires (Volkslieder) et aux traductions d’œuvres poétiques de la littérature mondiale sont en nombre tout à fait considérable, tout comme les copies de poèmes d’auteurs contemporains. Dans cet ensemble, les notes de lecture ou excerpta, que l’édition critique établie par Bernhard Suphan ne reprend qu’en partie (vol. 5, 6, 8, 14, 32, entre autres), occupent une place particulièrement importante. Des liasses de feuillets épars (boîte xvii) rassemblent entre autres de larges extraits d’écrits de Hume, Leibniz, Lowth et Poiret, pour la plupart dans quelque 24 carnets de notes (Studienbücher) présentant des formats et des noms différents. On les distingue par leur couleur (« Carnet de notes bleu », xx 188) ou par des lettres de l’alphabet attribuées par Caroline von Herder ou d’autres utilisateurs du fonds avant elle (parmi lesquels Johann Georg et Johannes von Müller). Il est rare que Herder ait lui-même donné un titre à ces carnets de notes d’après leur contenu. Ce cas se rencontre néanmoins pour le recueil d’Observations et réflexions tirées de divers ouvrages (XXIII 118, Sammlungen von Beobachtungen und Aussichten : aus verschiedenen Schriften), les Contributions à la connaissance de la littérature (xxviii 12, Beiträge zur Kenntniβ der Litteratur) ou encore le Vallum Humanitatis(xxvi 6). Il arrive également parfois qu’il ait cherché à classer systématiquement les extraits correspondants, comme dans le carnet intitulé Ossa disciplinarum quarundam Anatomica, Logica quaedam, Membra physices disjecta (xxvm 2). Cet effort de classification cède cependant très vite le pas à la foule des idées qui s’accumulent.

  • 17 Adriano Cappelli, éd., Lexicon Abbreviaturarurn. Wörterbuch lateinischer und italienischer Abkürzun (...)

11On peut penser qu’il avait conçu la plupart de ces carnets dès l’époque de Königsberg et de Riga, et qu’ils l’ont suivi jusqu’à Weimar. Il les reprenait sans cesse, ajoutant des extraits et des commentaires à différentes époques. Lorsqu’il manquait de place, Herder inscrivait au besoin un certain nombre d’annotations en marge, sans se préoccuper des remarques antérieures. Dans presque tous les cas, qu’il s’agisse de remarques personnelles ou de citations, Herder a recours à une sorte d’écriture simplifiée, sans doute élaborée à partir de sa connaissance du système des abréviations médiévales17.

Typologie et fonction des notes de lecture

De la simple copie à l’appropriation productive

12Une grande partie des notes de lecture du fonds manuscrit sont des extraits non commentés de livres que Herder n’est pas parvenu ou n’a pas cherché à se procurer. Ils servent donc à combler les insuffisances de sa bibliothèque de travail – une sélection, à laquelle il avait toute liberté de recourir, de ce qui constituait à ses yeux les textes essentiels. Les extraits représentaient aussi sans aucun doute un moyen de reconstruire le raisonnement d’un auteur dans un ouvrage donné. Pour preuve, on citera les larges extraits du mystique français Poiret, du De sacra poesi Hebraeorum de Robert Lowth, des écrits mineurs de Winckelmann et de l’édition d’Erlangen des œuvres de Martin Luther.

  • 18 Extraits de : D. Hume, Philosophische Versuche üher die menschliche Erkenntnis, in id., Vermischte (...)
  • 19 Lettre du 25 janvier 1804 à son frère Johann Georg Müller, in J. v. Müller, Briefwechsel mit Johann (...)

13De nombreux extraits se caractérisent par une tentative d’appropriation productive du texte. Herder inscrit ainsi en regard d’excerpta tirés des écrits esthétiques de Moses Mendelssohn un certain nombre d’annotations critiques, dans lesquelles on reconnaît l’embryon d’écrits ultérieurs (Fragment einer Abhandlung lüber die Ode [Fragment d’un traité sur l’ode]). Il en va de même de longs extraits commentés tirés des œuvres de Winckelmann et des philosophes qui l’ont aidé à se forger une première philosophie personnelle : David Hume, Gottfried Wilhelm Leibniz, Johann Georg Sulzer et Alexander Gottlieb Baumgarten. Mentionnons ici, à titre d’exemple, les extraits tirés de la traduction allemande des Essais philosophiques sur l’entendement humain de Hume18, rédigés vers 1764. Herder y alterne citations détaillées du texte et « remarques » critiques, qui finissent toujours par donner lieu à des ébauches personnelles. C’est par exemple le cas lorsqu’il esquisse sous le titre de « Plan » (Plan) un essai de « sagesse universelle négative », concept sous lequel on devinera à juste titre une « philosophie critique » qu’Herder commença à dessiner vers 1768 sous forme de critique du langage, et que Kant développa un peu plus tard sous forme de critique de la connaissance. Tout en prenant des notes sur la traduction de Hume, Herder trouvait manifestement séduisant de passer au crible les remarques de Sulzer, le traducteur, et de laisser ainsi libre cours à son imagination et à son invention, facultés que Johannes von Müllier a décrites comme le don de « tout montrer sous un jour nouveau19 ».

14Une simple recension suffit souvent à déclencher son inventivité, comme le montre l’exemple suivant. À la suite de quelques extraits tirés du compte rendu du livre de Robert Lowth De sacra poesi Hebraeorum (1753), paru en 1757 dans le premier volume de la Bibliothek der schönen Wissenschaften und der freyen Künste (Bibliothèque des belles-lettres et des arts libéraux), Herder note vers 1766 :

« 2. Lowth achevé
Plan d’un livre : de sacra poesi etc.
1. D’où partir : non pas de la religion, mais des chants anciens
totalement changé
2. Démontrer : qu’il s’agit de poésies (Lowth ne le fait pas) et l’organisation générale... de ces chants
3. Expliquer par leur pays, etc., etc.
4. Leur différence radicale par rapport aux autres pays de l’Orient, aux autres nations
5. Les différents âges de leur poésie 6. Différence, dans ces poésies, entre original et style d’imitation. »

15Ceux qui connaissent Herder reconnaîtront dans ces remarques non seulement le plan du livre, achevé durant la période weimarienne, Vont Geist der ebräischen Poesie (De l’esprit de la poésie hébraïque, 1782), mais aussi les grandes lignes de sa vision de l’histoire (individualité, contexte historique, évolution historique). Dans le carnet de notes T, qui rassemble ces annotations, cet extrait est suivi du plan détaillé d’un ouvrage sur la « poésie hébraïque ».

  • 20 Kant, aus den Vorlesungen der Jahre 1762 bis 1764. Auf Grund der Nachschriften Johann Gottfried Her (...)
  • 21 J. G. Herder, <Plan zu einer Ästhetik> (tiré de <Begründung einer Ästhetik in der Auseinandersetzung mit Alexander Gottlieb Baumgarten> (...)

16Dans son art de dresser des extraits, Herder a recours à une méthode différente lorsqu’il s’intéresse aux écrits d’Alexander Gottlieb Baumgarten sur les fondements d’une esthétique philosophique. Lorsqu’il prend en note le Magisterarbeit de cet auteur, intitulé Meditationes philosophicae de nonnullis adpoema pertinentibus et édité à Halle en 1735, ou les Aesthetica (1758-1759), il adopte la même technique que lorsqu’il suit les cours de Kant entre 1762 et 176420 : il plie sa feuille en deux, inscrit sur la droite les extraits du texte de l’auteur et réserve la partie gauche à ses propres remarques et à ses développements critiques. Dans le cas de la lecture des Meditationes philosophicae, ces remarques s’achèvent par l’ébauche d’un traité dans lequel Herder tente de concilier dimension anthropologique et historique. Le titre en est : Bestimmung der Poesie aus der menschlichen Natur – Ähnlichkeit und Unähnlichkeit aller Poesie (Définition de la poésie à partir de la nature humaine – Similitude et différence de toute poésie). Les extraits critiques, plus conséquents, tirés des Aesthetica de Baumgarten s’achèvent par le plan d’une esthétique (Plan zu einer Ästhetik)21, développé par la suite dans le quatrième tome des Kritische Wälder (Sylves critiques) en 1769.

17À la même époque à peu près où il lisait Lowth, Herder s’intéressait de près à Winckelmann et en particulier à sa Geschichte der Kunst des Altertums (Histoire de l’art dans l’Antiquité). On peut lire dans le carnet T, déjà mentionné, la note suivante : Über Winckelmann Geschichte. Plan nach seiner Vorrede zu einer Geschichte der Poesie (« À propos de l’histoire de Winckelmann. Plan d’une histoire de la poésie élaboré d’après sa préface »). Dans le carnet de notes V, Herder note, sur 49 pages, un plan en forme d’organigramme général qu’il intitule : Zur Geschichte der lyrischen Poesie (Histoire de la poésie lyrique), et qui est manifestement une sorte de creuset destiné à recueillir un matériau futur. C’est à la suite de ces travaux préparatoires qu’il rédigea en 1766 le fragment intitulé Versuch einer Geschichte der lyrischen Dichtkunst (Essai d’une histoire de la poésie lyrique).

  • 22 SWS 2, p. 263.

18La technique de prise de notes de Herder répond au principe suivant : mettre pour ainsi dire à l’épreuve l’idée directrice d’un ouvrage et comprendre dans quelle mesure elle peut s’appliquer à d’autres domaines. Ainsi s’explique l’intérêt qu’il porte au tout début d’un texte. On a souvent le sentiment qu’il n’a guère lu que l’introduction et le premier chapitre d’un livre, parce qu’il avait d’emblée imaginé les développements possibles. Dans son journal de voyage de 1769, il fait de cet empressement à extrapoler son principal défaut, sans percevoir qu’il constitue également le moteur essentiel de ses découvertes. Dans chacune des œuvres qu’il lit en prenant des notes, Herder est à l’affût de la « méthode22 » de l’auteur, de la problématique plus ou moins explicite qui a guidé ce dernier dans l’exploration de son terrain.

  • 23 J. W. Goethe, Maximen und Reflexionen. Nach den Handschriften des Goethe und Schiller-Archiva, éd. (...)

19Mais la question de la « méthode » de l’auteur telle qu’elle se dévoile dès le premier chapitre de son œuvre porte en fin de compte sur son applicabilité à d’autres domaines du savoir. Conformément à une ancienne doctrine philosophique, Herder est convaincu que « tout ce qui existe est une analogie du tout », comme l’exprime Goethe dans ses Maximen und Reflexionen (Maximes et Réflexions)23.

Réflexions herméneutiques

20Chez Herder, la pratique de la prise de notes reflète son mode de lecture ou, pour être plus précis, de lecture intelligente. Il en a décrit les traits fondamentaux à différents endroits de ses premiers écrits.

La lecture intelligente et l’art du fragment

  • 24 SWS 2, p. 358.
  • 25 SWS 3, p. 256.
  • 26 SWS 32, p. 177 ; cf. SWS 4, p. 233.
  • 27 SWS 2, p. 256.
  • 28 SWS 2, p. 255.
  • 29 SWS 2, p. 162 et SWS 1, p. 408.
  • 30 SWS 8, p. 209.

21Lire intelligemment signifie à ses yeux : dépasser ce qu’il lit. Dans son essai Über Thomas Abbts Schriften (Étude sur les écrits de Thomas Abbt), Herder reconnaît dès la préface « qu’ [il] ne parvient pas à se départir de [ses] audaces et de ses anticipations, [c’est-à-dire à s’empêcher] de conclure des propos d’un auteur à ce qu’il pourrait en dire24 ! » Un peu plus loin dans cette même préface, il définit ainsi l’objectif de son travail sur Abbt : « Eh quoi ? Si j’entraînais ne serait-ce qu’un seul lecteur sur les pas de Abbt, si je lui montrais où ce dernier a fait fausse route, lui indiquais comment il peut dépasser les écrits de son prédécesseur, si je montrais à une autre personne des esquisses éparses pour qu’elle les complète25 afin que [les écrits de Abbt] se révèlent un atelier vivant dans lequel d’autres puissent travailler26. » Une telle lecture n’est en aucun cas une « pâle imitation » (Nachäfferei)27. Elle est « émulation » (Nacheiferung)28 ou, comme le dit non sans paradoxe Herder lui-même, elle est un « original fait de copie » (kopierendes Original)29. Non point imitatio, donc, mais aemulatio30.

  • 31 SWS 2, p. 263 ; cf. SWS 2, p. 262 et SWS 4, pp. 233-234.
  • 32 SWS 8, p. 209.
  • 33 SWS 8, pp. 450-451.
  • 34 SWS 4, pp. 438-439.

22Tout ceci explique l’intérêt qu’il porte en tout premier lieu au fragment. « Quand bien même les écrivains ne nous livreraient que des embryons de notions, des idées incomplètes, encore à l’état d’esquisses, écrit-il. Ce qui m’importe, ce n’est pas ce que Bacon pense, mais sa façon de le penser. Une image de ce type n’est pas morte : elle prend vie, elle me parle31. » Ce n’est pas la forme achevée qui retient l’attention de Herder, mais la promesse d’une aube nouvelle, le matin plus que le midi, les premiers textes d’un auteur davantage que ses œuvres de maturité. « Voilà pourquoi le premier ouvrage d’un auteur, encore empreint de naïveté, est souvent le meilleur : la fleur est encore en train d’éclore, son âme est encore rouge de l’aube... Nous préférons toujours la partie au tout, la promesse du matin au soleil de midi à son zénith32. » Herder emploie presque les mêmes termes lorsqu’il dit toute l’estime qu’il porte au premier texte de Winckelmann Gedanken über die Nachahmung der griechischen Werke in der Malerei und Bildhauerkunst (Réflexions sur l’imitation des œuvres grecques en peinture et en sculpture)33. Cette prédilection pour les prémices transparaît aussi dans sa prise de notes, où l’on observe de temps à autre une tendance à se contenter des premières pages d’un texte. Dans son journal de voyage de 1769, il déplore vivement cette prédilection pour les commencements riches en perspectives multiples, qu’il attribue à son penchant à prendre ses distances34. Mais on ne saurait ignorer que c’est précisément ce qu’il appelle un défaut qui est à l’origine de sa productivité au contact des textes et de la tradition en général. Dès le début de sa lecture, il recherchait ce qui structurait le texte en profondeur et, l’imagination prenant les devants, tâchait de voir par analogie comment l’adapter à d’autres contenus et en démontrer ainsi la fécondité. La méthode utilisée par Herder pour ses prises de notes reflète ainsi également sa conception de l’évolution de l’histoire.

(traduit de l’allemand par Richard Le Roux)

Notes

1 Cf. Sebastian Friedrich Trescho au sujet de Herder, in Johann Gottfried von Herders Lebensbild, éd. par son fils Emil Gottfried von Herder, Erlangen, 1846, vol. 2, pp. 42 sq. et p. 54.

2 Johann Gottfried von Herders Lebensbild, op. cil., vol. 1,1 , pp. 30 sq.

3 Ibid., vol. 1,1 , p. 44.

4 Johann Georg Hamann, Briefwechsel, vol. 1, éd. par Walther Ziesemer et Arthur Henkel, Wiesbaden, 1955, p. 52. Pour la relation de Hamann aux livres, cf. la contribution de Sven Aage Jørgensen dans le présent volume.

5 Cf. « Biga Bibliothecarum », in J. G. Hamann, Sämtliche Werke. éd. par Josef Nadler, vol. 5 (« Tagebuch eines Lesers »), Wien, 1953.

6 Cf. Josef Nadler, Johann Georg Hamann (1730-1788), Salzburg, 1949, pp. 257 sq.

7 Cf. Journal meiner Reise im Jahr 1769, in Sämtliche Werke, éd. par B. Suphan, Berlin, 1877-1913 (cité ci-dessous SWS), vol. 4, pp. 348 sq.

8 Lettre à J.G. Hartknoch, fin octobre 1769, in J. G. Herder, Briefe. Gesamtausgabe, vol. 1, Weimar, 1977, p. 170.

9 Bibliotheca Herderiana, Vimariae, 1804 ; cf. Heinz Stolpe, « Die Handbibliothek Johann Gottfried Herders. Instrumentarium eines Aufklärers », in Weimarer Beiträge, vol. 12, 1966, pp. 1011-1039 ; id., « Johann Gottfried Herders Handbibliothek und ihr weiteres Schicksal », in Goethe-Jahrbuch 1966, pp. 206-235.

10 Pour une définition du polyhistor, cf. la contribution de H. Zedelmaier dans le présent ouvrage.

11 Cité d’après H. Stolpe, « Johann Gottfried Herders Handbibliothek und ihr weiteres Schicksal », art. cit., pp. 210 sq.

12 SWS 4, p. 347.

13 SWS 4, p. 350.

14 SWS 4, p. 349.

15 Cf. R. Wisbert, « Kommentar », in J.G. Herder, Werke, vol. 9/2 (Journal meiner Reise, Pädagogische Schriften), éd. par R. Wisbert, (Deutscher Klassiker Verlag, vol. 147), Frankfurt/ Main, 1997. pp. 837 sq., 875 sq.

16 H. D. Irmscher, « Der handschriftliche Nachlass Herders und seine Neuordnung », in Herder-Studien, éd. par W. Wiora et H.D. Irmscher, Wurzburg, 1960, pp. 1 sq.

17 Adriano Cappelli, éd., Lexicon Abbreviaturarurn. Wörterbuch lateinischer und italienischer Abkürzungen, Leipzig, 1901.

18 Extraits de : D. Hume, Philosophische Versuche üher die menschliche Erkenntnis, in id., Vermischte Schriften. traduit de l’anglais et annoté par J.G. Sulzer. Hamburg/Leipzig, 1754-1756. Ces extraits se trouvent in Fonds Herder, boîte xxv 54.

19 Lettre du 25 janvier 1804 à son frère Johann Georg Müller, in J. v. Müller, Briefwechsel mit Johann Gottfried Herder und Caroline von Herder, éd. par Karl E. Hoffmann. Schaffhausen, 1952, p. 271.

20 Kant, aus den Vorlesungen der Jahre 1762 bis 1764. Auf Grund der Nachschriften Johann Gottfried Herders, éd. par H.D. Irmscher, Köln, 1964 (= Kant-Studien, Ergänzungsheft 88).

21 J. G. Herder, <Plan zu einer Ästhetik> (tiré de <Begründung einer Ästhetik in der Auseinandersetzung mit Alexander Gottlieb Baumgarten>), in J.G. Herder, Werke, vol. 1 (Frühe Schriften, 1764-1772), éd. par U. Gaier, (Deutscher Klassiker Verlag, vol. 1), Frankfurt/Main, 1985, pp. 668 sq.

22 SWS 2, p. 263.

23 J. W. Goethe, Maximen und Reflexionen. Nach den Handschriften des Goethe und Schiller-Archiva, éd. par Max Hecker, Weimar, 1907, n° 554.

24 SWS 2, p. 358.

25 SWS 3, p. 256.

26 SWS 32, p. 177 ; cf. SWS 4, p. 233.

27 SWS 2, p. 256.

28 SWS 2, p. 255.

29 SWS 2, p. 162 et SWS 1, p. 408.

30 SWS 8, p. 209.

31 SWS 2, p. 263 ; cf. SWS 2, p. 262 et SWS 4, pp. 233-234.

32 SWS 8, p. 209.

33 SWS 8, pp. 450-451.

34 SWS 4, pp. 438-439.

Auteur

Universität zu Köln Institut für deutsche Sprache und Literatur

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search