Version classiqueVersion mobile

Lire, copier, écrire

 | 
Élisabeth Decultot

Deuxième partie. De la compilation savante à l’écriture personnelle

L’art winckelmannien de la lecture

Reprise et subversion d’une pratique érudite1

Élisabeth Décultot

Texte intégral

  • 1 Abréviations utilisées dans cet article : BN All. – Bibliothèque nationale de France, Cabinet des m (...)
  • 1 WB 145, [lettre à Dieterich ?], 1er juin 1756, vol. 1, p. 226.
  • 2 Cf. Cari Justi, « Über die Studien Winckelmann’s in seiner vorrömischen Zeit », in Historisches Tas (...)
  • 3 La Geschichte der Kunst des Altertums a été traduite plusieurs fois en français au xviiie siècle. C (...)

1Face à ses amis et face à lui-même, Winckelmann aime à diviser sa vie en deux époques bien distinctes : la première, germanique, se déploie dans les ténèbres des bibliothèques, la seconde, italienne, à la lumière des collections d’art de Rome. Dans cette construction, la phase italienne s’oppose à la phase allemande comme le savoir sensible à l’érudition livresque. « Je ne suis venu à Rome que pour voir », ne cesse-t-il de proclamer à partir de la fin de l’année 1755, date de son arrivée en Italie1. Cette dichotomie, stylisée par Winckelmann lui-même, puis reprise par ses biographes2, revêt pour l’écrivain un double intérêt. Elle lui permet tout d’abord, dans l’ordre autobiographique, de s’ériger en héros d’un récit dynamique, marqué par une césure existentielle forte. En passant de l’Allemagne à Rome, Winckelmann se serait hissé de l’univers mort des in-folio à la réalité palpable des statues de pierre. Mais l’opposition revêt un intérêt épistémologique plus déterminant encore. Elle permet à Winckelmann de se poser en fondateur d’une discipline nouvelle : l’histoire de l’art. Avec la Geschichte der Kunst des Altertums (Histoire de l’art dans l’Antiquité, 1764), écrite sur le sol romain, le discours historique sur l’art, jusqu’alors fondé sur les textes anciens, s’appuierait désormais sur l’observation sensible des œuvres3. Après avoir longtemps laissé parler la tradition écrite, le discours sur l’art donnerait dorénavant la parole aux statues.

  • 4 Pour une analyse plus détaillée de ces cahiers d’extraits, nous nous permettons de renvoyer à notre (...)
  • 5 Le reste est conservé en Allemagne à la Sächsische Landesbibliothek Dresden ainsi qu’à la Staats- u (...)

2Un lecteur attentif ne saurait pourtant se satisfaire d’une pareille construction. L’usage du livre joue dans l’œuvre de Winckelmann un rôle manifestement plus complexe que ce que le Winckelmann romain a bien voulu en dire. À preuve les nombreuses références livresques qui agrémentent les notes infrapaginales de la Geschichte der Kunst, alors même que le texte principal fourmille de dénis d’allégeance à la tradition écrite. Qu’en est-il donc réellement de la place de la lecture dans l’œuvre winckelmannienne ? Quelle est la part du livre dans la phase allemande puis surtout dans la phase italienne de son élaboration ? Pour répondre à ces questions, un fonds d’archives d’une richesse rare s’offre à nous : les cahiers d’extraits4. Dès ses années de formation, Winckelmann avait pris l’habitude de consigner par écrit des passages entiers de ses lectures, constituant par là une bibliothèque portative et manuscrite qui ne le quittait jamais. Le résultat de ce minutieux travail de compilation figure dans environ 7 500 pages couvertes d’une écriture serrée et conservées pour l’essentiel au cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale à Paris5. Parmi les multiples questions que suscite ce fonds, trois retiendront plus particulièrement notre attention. Il s’agira tout d’abord de déterminer quelle évolution a connue l’activité de lecture de Winckelmann, de resituer ensuite cette activité de lecture dans l’histoire plus large de la tradition érudite et enfin de mesurer son incidence sur la rédaction de l’œuvre winckelmannienne, c’est-à-dire à la fois sur son style, sa structure et son contenu théorique même.

L’évolution de l’activité compilatoire de Winckelmann entre l’Allemagne et Rome

  • 6 WB 98. lettre à H.D. Berendis, 6 juillet 1754, vol. I, p. 142.
  • 7 WB 65, lettre à Konrad Friedrich Uden, 7 décembre 1749, vol. 1, p. 94.

3Tout, dans la constitution de ces cahiers d’extraits, indique que Winckelmann leur accordait une importance singulière. « Je les ai rédigés très proprement et les tiens pour un précieux trésor », annonce-t-il à son ami Hieronymus Dietrich Berendis en 17546. Ces recueils de compilations sont organisés avec un soin remarquable. Dans beaucoup d’entre eux, Winckelmann prend la peine de noter en dessous de la dernière ligne les premières syllabes du mot de la page suivante, conformément aux règles typographiques en vigueur pour le livre. Il élabore parfois un système de renvoi alphabétique dans la marge, redessine en cas de besoin les lettres effacées – autant de signes sûrs d’une application minutieuse et d’une utilisation fréquente. Les traces les plus anciennes de ce travail datent de son séjour à Halle (1738-1740). Mais Winckelmann s’est indubitablement familiarisé avec la technique de l’extrait dès son passage par le collège de Stendal et le lycée de Berlin, dans les années 1720-1730. À chaque étape de son séjour allemand (Osterburg, léna, Hadmersleben, puis Seehausen), ce corpus s’accroît. C’est cependant surtout à Nöthnitz, dans la bibliothèque du comte de Bünau (1748-1754), qu’il connaît un développement brutal. Dans ses lettres de l’époque, Winckelmann aime à évoquer les heures très matinales (trois à sept heures du matin !) qu’il consacre à son activité favorite : l’enrichissement de ses cahiers d’extraits7. Ses compilations embrassent alors la quasi-totalité du champ du savoir : littérature grecque et latine, récits de voyage, médecine, histoire naturelle, littérature moderne, etc. La période Seehausen-Nöthnitz fournit une part très importante des cahiers conservés.

  • 8 J. J. Winckelmann, « Sendschreiben von der Reise eines Gelehrten nach Italien und insbesondere nach (...)
  • 9 La datation des extraits de Winckelmann n’est pas toujours aisée. Rares sont les cahiers où figure (...)

4À en croire Winckelmann, tout change à partir de 1755. Arrivé en Italie, l’écrivain ne lit plus, mais regarde. Rome est à ses yeux la ville du savoir incarné, la ville des pierres et des statues qui rendent caduc le savoir livresque. Dans sa correspondance, les critiques de l’érudition se multiplient et, avec elles, les attaques contre l’art de l’extrait. Dans un petit texte de 1762, il trace la caricature de savants germaniques qui, absorbés par leurs « piles de papier noirci », traversent la ville en aveugles, sans jeter un regard sur les marbres qui les entourent8. Cette image, consciemment élaborée par l’auteur lui-même puis accréditée sans autre forme d’investigation par une grande partie de ses exégètes, se heurte cependant aux leçons des archives. Tout porte en effet à croire que l’installation à Rome n’interrompt nullement son activité de lecture. Dans le corpus global des notes de lecture actuellement conservées – dont on a toute raison de croire qu’il correspond au corpus réel constitué par Winckelmann lui-même –, le volume total des extraits rassemblés sur le sol italien est à peu près équivalent à celui des extraits consignés en Allemagne9.

  • 10 Les extraits des Acta eruditorum sont conservés à la Staats- und Universitätsbibliothek Hamburg : C (...)

5Le séjour italien introduit bien plutôt un déplacement d’accent et de méthode. Winckelmann continue d’accroître son trésor, mais restreint désormais le champ thématique de ses compilations aux domaines directement utiles à ses travaux : l’histoire, l’art et la littérature antiques, pour l’essentiel. Les extraits de médecine ou d’histoire naturelle, par exemple, ont disparu. Un net clivage technique se dessine en outre entre la phase allemande et la phase italienne de cette activité de lecture. En Allemagne, tout dans l’organisation physique des recueils traduit une révérence primordiale envers le texte lu, un souci de le reproduire dans le strict respect de sa cohérence initiale. Ainsi Winckelmann recopie dans leur ordre chronologique originel des articles entiers des Acta eruditorum de Leipzig ou encore l’histoire des empereurs allemands de Simon Friedrich Hahn10. Dans le geste de Winckelmann copiste subsiste quelque chose d’un acquiescement pré-moderne à l’autorité du texte. En Italie, les extraits se font plus courts et plus ciblés. Désormais, cet arsenal de notes vise moins la reproduction massive de connaissances que la production autonome d’un discours propre. De lecteur pieux, Winckelmann devient un lecteur-écrivain.

  • 11 Dans une prose émue, il se décrit volant à la rencontre du porteur des volumes et dévorant dès réce (...)
  • 12 Cf. WB 53, lettre à Heinrich von Bünau, 10 juillet 1748, vol. I, p. 80. Pour la première série d’ex (...)

6L’organisation interne de ses extraits jette sur cette métamorphose une lumière significative. Pendant la première partie de son séjour en Allemagne, Winckelmann compile sans aucun ordre précis. Tout se passe comme si, entraîné par un appétit universel de connaissances, il avait amassé ses notes sans aucune cohérence thématique. Ses extraits de dictionnaires livrent de cette soif encyclopédique un témoignage éloquent. À Seehausen, il absorbe avec enthousiasme le dictionnaire de Zedler11. Quant au Dictionnaire historique et critique de Bayle, il le lit par deux fois dans son intégralité et en tire trois imposantes séries d’extraits entre Halle et Nöthnitz : un premier cahier d’environ 1 400 pages, puis deux condensés d’une quarantaine de feuillets (fig. 4)12. En ampleur, le dictionnaire de Bayle occupe de loin la première place dans sa bibliothèque manuscrite.

Figure 4 – J.J. Winckelmann, extrait de : Pierre Bayle, Historisches und critisches Wörterbuch, traduction allemande annotée par Johann Christoph Gottsche, 4 vol., Leipzig, 1741-1744, in BN All., vol. 72, fol. 176, cliché Bibliothèque nationale de France.

  • 13 Pour une traduction récente de cet essai (plusieurs fois traduit en français au xviiie siècle, cf. (...)
  • 14 Pour ces classements, cf. BN All., vol. 57, fol. 198-233 ; vol. 59, fol. 252-273 ; vol. 69, fol. 43 (...)

7Ce n’est qu’au début des années 1750, lorsque naît le projet des Gedanken über die Nachahmung der griechischen Werke (Réflexions sur l’imitation des ouvrages grecs, 1755), sa première œuvre, que commencent à émerger quelques ensembles thématiquement plus homogènes dans cette bibliothèque manuscrite13. Désormais, Winckelmann rassemble par carnets des extraits portant tantôt sur l’art grec, tantôt sur l’histoire romaine, etc. Cette bibliothèque privée illustre une règle fondamentale dans l’économie de son travail : l’organisation des lectures est déjà en soi un début de création. La genèse de la Geschichte der Kunst des Altertums le confirme. Pendant une large partie de son séjour à Nöthnitz, Winckelmann avait rassemblé dans un ordre manifestement aléatoire une multitude de notes concernant l’art antique. Ce n’est qu’en 1756, au moment même où il fait pour la première fois état d’un projet d’histoire de l’art, qu’apparaissent dans ses cahiers des Collectanea ad historiam artis classés selon un ordre précis et sans cesse affiné14. Dans le classement des lectures se manifeste l’amorce d’un projet d’écriture.

  • 15 BN All., vol. 73, fol. 46-68 (Catalogus). Ce cahier a été vraisemblablement réalisé au début du séj (...)
  • 16 Le manuscrit de ces Collectanea zu meinem Leben, qui se trouve à la bibliothèque de la Rubiconia Ac (...)

8L’installation en Italie induit en outre un renversement d’envergure dans l’objet même de ses lectures. Winckelmann, qui évite de plus en plus la fréquentation directe des bibliothèques, lit et exploite désormais en premier lieu ses propres compilations, rassemblées durant son séjour en Allemagne. Dans l’économie de son travail, ses recueils de notes font dorénavant figure de bibliothèque autonome. Dès 1756, c’est-à-dire un an après son arrivée à Rome, il entame un catalogue de son propre fonds de manuscrits15. Dans un mouvement spéculaire, il commence à rédiger des extraits de ses propres extraits. En 1767, un an avant sa mort, il semble avoir passé en revue l’ensemble de sa bibliothèque pour en tirer une somme de citations marquantes, à l’aide desquelles il retrace sa propre vie. C’est à Ovide qu’il confie le soin de dire l’indigence de sa jeunesse : « Ma vie a été marquée au sceau de la dureté » ; pour évoquer ses errances de voyageur entre la Prusse, la Saxe et l’Italie, il fait parler Salluste : « traverser la vie comme des pèlerins » ; pour décrire son acharnement au travail, il se réfère à Aristote : « commencer, dit-on, c’est avoir déjà accompli la moitié de la tâche ». Dans ces Collectanea zu meinem Leben (fig. 5), sorte d’autobiographie par la lecture, l’extrait prend son sens le plus chimique. Il est la substance concentrée d’une mémoire de lecteur, le précipité de cette bibliothèque manuscrite16.

9Par delà ces divers changements de méthode, une constante remarquable relie néanmoins la phase italienne à la phase allemande : Winckelmann n’assortit ses compilations d’aucun commentaire personnel, pas plus qu’il ne s’approprie la citation d’autrui en la retouchant. À peu près à la même époque, Montesquieu n’hésite pas, en France, à agrémenter ses notes de lecture de jugements incisifs. Un peu plus tard dans le siècle, Wilhelm Heinse et Jean Paul ne se font pas faute de transformer dans leurs cahiers les phrases qu’ils ont lues. Winckelmann, lui, s’en tient rigoureusement au texte original, se refuse à y ajouter toute notation propre ou toute modification formelle. Il maintient fermement l’extrait dans un état d’extériorité, suggéré dès l’abord par la mention exacte des références bibliographiques : nom de l’auteur, titre, tomaison, numéro de page.

Figure 5 – J.J. Winckelmann, Collectanea zu meinem Leben, Rubiconia Accademia dei Filopatridi, Savignano sul Rubicone (Italie), manuscrits Winckelmann du fonds Giovanni Cristofano Amaduzzi (classis VI).

Reprise et subversion d’une pratique érudite

  • 17 C’est notamment le cas de l’Anthologia Graeca (Vent. in ædibus Aldi, 1521) que Winckelmann possédai (...)

10Cette pratique compilatoire est bien sûr dictée par l’origine sociale de Winckelmann. Dans la première moitié du xviiie siècle, le livre constitue encore une denrée rare et onéreuse, notamment pour un fils de savetier. Mais par-delà ce déterminisme sociologique immédiat, quelque chose de plus profond s’opère dans le geste du copiste, qui ressortit à l’intimité même du rapport au livre. Pour Winckelmann, comme pour tout tenant de l’art de l’extrait, posséder un livre, ce n’est pas être propriétaire de son objet physique, l’avoir acquis et placé sur un rayon de sa bibliothèque, mais le recopier, le reproduire, le mimer. Le processus d’appropriation matérielle de l’objet n’intervient qu’au terme du long parcours physique de la main sur la page. La preuve la plus convaincante en est d’ailleurs que Winckelmann recopiait dans ses cahiers d’extraits des livres qu’il possédait lui-même17.

  • 18 Staats- und Universitätsbibliothek Hamburg. Cod. hist. art. 1, 2 (4°), fol. 140-155.
  • 19 En 1758, il dit son aversion pour les lettres « malingres et rachitiques » des éditions grecques de (...)
  • 20 WB 88, lettre à Berendis, 6 janvier 1753, vol. 1, p. 122 : « On m’a proposé une place de bibliothéc (...)
  • 21 Staats-und Universitätsbibliothek Hamburg, Cod. hist. art. 1, 2 (4°), fol. 208.

11Un cahier d’extraits atteste l’importance du premier moment, strictement manuel et mécanique, de la copie. Dans un carnet vraisemblablement rédigé entre le séjour de Stendal et celui de Seehausen figurent en effet de longs extraits d’Anacréon minutieusement calligraphiés de sa main18. Dans le geste du jeune homme recopiant les caractères grecs se lit celui du moine copiste du Moyen Âge, calligraphiant patiemment un texte ancien. La passion de Winckelmann pour la langue grecque, qui s’éveille durant ces années-là, repose d’ailleurs largement sur une passion plastique pour la forme des lettres grecques19. La compétence calligraphique faisait d’ailleurs partie de ses attributs centraux de bibliothécaire : l’élégance de son alphabet grec lui vaut dès 1753 l’attention particulière du cardinal Passionei, qui le mènera à Rome20. Un feuillet datant de la période allemande traduit avec force ce plaisir d’écrire strictement esthétique et sensible. D’un geste fantasque de plume, Winckelmann transforme une simple lettre majuscule en une belle arabesque saturée de courbes21.

  • 22 J.L. [= John Locke], Méthode nouvelle de dresser des recueils communiquée par l’auteur, in Biblioth (...)
  • 23 Pour l’aspiration nouvelle à une classification personnelle et originale à partir du xviie siècle, (...)
  • 24 En France, dans la seconde moitié du xviie siècle, les attaques se multiplient contre la « pédanter (...)
  • 25 Michel de Montaigne, Essais, éd. par Pierre Michel, 3 vol., Paris, 1973 (1re édition : Paris, 1965) (...)

12Modalité d’un rapport privé au livre, la pratique de l’extrait obéit cependant aussi à une tradition culturelle ancienne et rigoureusement codifiée. Cet art, cultivé par les Anciens comme par les humanistes de la Renaissance, donne lieu jusqu’au xviiie siècle à une foisonnante littérature théorique. John Locke publie en 1686 une Nouvelle méthode de dresser des recueils, suivi quelques années plus tard de Daniel Georg Morhof, qui donne dans son Polyhistor (1688) les instructions les plus précises à ce sujet22. Dans cette histoire de la pratique compilatoire, Winckelmann occupe une position ambiguë, à mi-chemin entre un modèle humaniste ancien et un schéma épistémologique plus moderne. Avec la tradition humaniste, il rompt en quelques points majeurs. Il recourt notamment à une classification résolument personnelle des excerpta, c’est-à-dire indépendante de toute topique. En réalité, il ne classe pas, ou très rarement, ses extraits en fonction de rubriques préétablies, mais les laisse suivre le fil de ses lectures. L’ordre conventionnel des « lieux » a disparu au profit d’une cohérence personnelle23. Cependant, s’il affiche sa modernité au sein de cette tradition de l’extrait, Winckelmann accuse aussi, par cette culture compilatoire même, un décalage certain avec les modèles épistémologiques de son temps. En effet, au tournant du xviie et du xviiie siècle, la confection d’excerpta ne va plus de soi : les longs développements que Morhof ou Locke lui consacrent dans les années 1680 en sont paradoxalement le signe. C’est parce que cette pratique est vivement contestée que ces auteurs s’y attardent si longuement. À l’époque moderne, le cahier d’extraits est au cœur d’un débat central qui touche plus largement au statut de l’érudition, du livre et de l’écrit. La culture de l’extrait est soupçonnée d’instiller le poison de la « pédanterie ». Pire encore, elle est accusée d’encourager la reproduction servile du discours d’autrui, voire le plagiat. Enfin, l’art de l’excerptum est suspecté de détourner l’esprit du grand livre de la nature, de faire écran à l’observation directe de l’univers, seule source du savoir sûr. L’extrait devient le symbole d’une science fondée non sur la vérification empirique, mais sur l’autorité du texte et de la citation24. Il est à ce titre perçu comme un art plus particulièrement « allemand ». Le grief est formulé avec une netteté particulière en France, où très tôt le paradigme de l’éloquence le dispute au modèle érudit. Rien ne vaut, affirme Montaigne dès le xvie siècle, « l’épître liminaire d’un Allemand » pour se « farcir d’allégations ». Au siècle des Lumières encore, Diderot, qui fut pourtant lui-même un maître de l’extrait, vitupère « ces compilations germaniques, hérissées, sans raison et sans goût, d’hébreu, d’arabe, de grec et de latin, qui sont déjà fort grosses, qui grossissent encore, qui grossiront toujours, et qui n’en sont que plus mauvaises25 ». Dans les représentations modernes de l’Europe savante, l’Allemagne, gardienne de traditions érudites anciennes, semble aussi détenir l’apanage de la pratique compilatoire au xviie siècle.

De la lecture à l’écriture

  • 26 Bernard de Montfaucon. L’Antiquité expliquée et représentée en figures, 10 vol., Paris 1719 (augmen (...)
  • 27 Johann Gottfried Herder, « Winkelmann, Lessing, Sulzer », in J.G. Herder, Schriften zur Ästhetik un (...)

13Toute scolaire et insignifiante qu’elle paraisse, la pratique de l’extrait a eu une incidence forte sur la construction de l’œuvre de Winckelmann. Non seulement elle a guidé l’ordre de ses lectures, mais elle a aussi – et peut-être plus encore – déterminé sa technique même d’écriture. Winckelmann, on le sait, aimait à se camper en novateur dans le champ de la production intellectuelle allemande. Dès les Gedanken über die Nachahmung, un petit in-quarto de quarante pages, il revendique son adhésion à la tradition élégante de l’essai, cette forme brève, primesautière et volontiers subjective, qui entretient un rapport explicitement polémique à la tradition érudite. Quant à la Geschichte der Kunst des Altertums, elle déroge elle aussi par sa longueur au modèle savant. Winckelmann rassemble en un in-quarto de 431 pages une matière pour laquelle Bernard de Montfaucon avait à peine eu assez de quinze infolio26. Stylisée avec soin dans sa correspondance, cette image anti-érudite n’a pas tardé à être entérinée par la postérité. Pour Herder, Winckelmann est le pourfendeur par excellence de l’érudition allemande27.

14Par bien des aspects pourtant, l’exercice winckelmannien de l’écriture se rattache directement à une pratique ancienne de l’écriture savante. Sa vie durant, Winckelmann écrit par compilation. Sa première œuvre, les Gedanken über die Nachahmung, le montre nettement. Le lecteur contemporain reste frappé par le caractère composite de cet ouvrage. Cette hétérogénéité se manifeste tout d’abord dans la disparité du matériau. Winckelmann alterne sans transition remarques générales et exemples détaillés, notations sur les Anciens et considérations sur les Modernes. Le discours se décompose en bribes hétéroclites. Cette diversité se manifeste plus encore dans la facture typographique de la page. Le texte est fractionné en une multitude de paragraphes brefs, agrémentés de copieuses notes de bas de page. La citation s’affiche comme telle. L’emprunt est revendiqué.

  • 28 Extrait de : Christine de Suède, Ouvrage de loisir ou Maximes et sentences, in BN All, vol. 72, fol (...)
  • 29 J. J. Winckelmann, Gedanken über die Nachahmung, in KS, p. 43.

15En vérité, cette économie ostensiblement composite de l’écriture repose directement sur la méthode de lecture de Winckelmann. Avant de procéder à la rédaction des Gedanken, Winckelmann avait en effet accumulé, à Nöthnitz et à Dresde, une somme considérable d’extraits sur l’art des Anciens et des Modernes. De cet entrepôt patiemment augmenté au fil de ses lectures, il fait le socle de son essai. Il y garde en dépôt de larges extraits de Pline l’Ancien, de Bellori, de Du Bos, etc., toutes citations dont il fait ensuite le matériau de son œuvre. Il arrive même qu’il transpose tel quel dans son essai quelque passage emprunté à ses cahiers d’extraits, sans en indiquer bien sûr la provenance. Ainsi, c’est par exemple à Christine de Suède qu’il emprunte la comparaison de la mer comme miroir de l’âme. « La mer est l’image des grandes âmes : quelque agitées qu’elles paraissent, leur fond est toujours tranquille », écrit la Reine Christine – une citation que Winckelmann reprend de la manière suivante dans les Gedanken28 : « De même que le fond de la mer reste invariablement calme, quelque violente que soit la tempête à la surface, de même dans les statues grecques, l’expression traduit toujours, en dépit des passions, une âme grande et sereine29. »

  • 30 J. J. Winckelmann, Gedanken über die Nachahmung, in KS, pp. 29-30 : « La seule manière pour nous de (...)

16L’exemple le plus frappant de ce procédé réside sans doute dans l’un des tout premiers paragraphes de l’essai, que nous donnons ici, pour les besoins de la démonstration, d’abord en allemand : « Der einzige Weg für uns, groβ, ja wenn es möglich ist, unnachahmlich zu werden, ist die Nachahmung der Alten, und was jemand vom Homer gesagt, daβ derjenige ihn bewundern lernet, der ihn wohl verstehen gelernet, gilt auch von den Kunst-Wercken der Alten, sonderlich der Griechen. Man muβ mit ihnen, wie mit seinem Freund, bekannt geworden seyn, um den Laocoon eben so unnachahmlich als den Homer zu finden30. »

  • 31 J. J. Winckelmann, Gedanken über die Nachahmung, in KS. p. 29. Extrait des Caractères de La Bruyère (...)

17La première phrase de ce texte : « Der einzige Weg für uns, groβ, ja wenn es möglich ist, unnachahmlich zu werden, ist die Nachahmung der Alten » est une traduction quasi littérale d’un extrait de La Bruyère, dûment consigné dans un volume de notes (fig. 6) : « On ne saurait en écrivant rencontrer le partait et s’il se peut surpasser les Anciens que par leur imitation31. »

  • 32 J. J. Winckelmann, Gedanken über die Nachahmung, in KS, pp. 29-30. Extrait de l’Essai sur la critiq (...)

18La deuxième phrase : « Was jemand vom Homer gesagt, daβ derjenige ihn bewundern lernet, der ihn wohl verstehen gelernet, gilt auch von den Kunst-Wercken der Alten, sonderlich der Griechen » est une reprise très fidèle d’un extrait de l’Essai sur la critique d’Alexander Pope, que Winckelmann avait attentivement lu en traduction française (fig. 7) : « Quand on sait bien l’entendre [Homère], on sait bien l’admirer, / Lui-même avec lui il faut le comparer32. »

Figure 6 – J.J. Winckelmann, extrait de La Bruyère, Caractères, in BN All., vol. 70, fol. 20, cliché Bibliothèque nationale de France.

Figure 7 – J.J. Winckelmann, extrait de Alexander Pope, Essai sur la critique, in BN All, vol. 70, fol. 19, cliché Bibliothèque nationale de France.

  • 33 J. J. Winckelmann, Gedanken über die Nachahmung, in KS, p. 30. Extrait de l’introduction d’Anne Dac (...)

19Enfin, la dernière remarque : « Man muβ mit ihnen, wie mit seinem Freund, bekannt geworden seyn, um den Laocoon eben so unnachahmlich als den Homer zu finden » est une variation personnelle sur un motif que Winckelmann avait, entre autres, rencontré chez Madame Dacier, la fameuse traductrice d’Homère : « J’ai lu Homère plusieurs fois, car j’ai pour lui la même passion qu’avait le philosophe Arcésilas qui soir et matin ne manquait jamais de lire quelque endroit de ce poète, et qui disait toujours en prenant son livre “qu’il allait à ses amours”33. »

  • 34 J. J. winckelmann, Sendschreiben über die Gedanken von der Nachahmung der griechischen Werke, in KS(...)
  • 35 BN All., vol. 61, fol. 25 v° (Filippo Baldinucci, Vita del Cavaliere […] Bernini) ; fol. 9 v°, 11 ( (...)

20Pour rédiger ce paragraphe, Winckelmann a cousu bout à bout des extraits de sa bibliothèque manuscrite – un procédé d’écriture qui explique l’impression d’étrange disparité qui saisit le lecteur. Même retravaillé, le texte imprimé conserve quelque chose des aléas de la lecture première. Plus encore, ce mode de lecture a eu une incidence forte sur la structure même des Gedanken über die Nachahmung. Dès la seconde édition de l’essai en 1756, Winckelmann ajoute au texte initial, c’est-à-dire aux Gedanken mêmes, deux autres essais. Tout d’abord, un plaidoyer en faveur des Modernes, le Sendschreiben über die Gedanken (Réponse aux Réflexions), réplique anonyme et fictive au texte de 1755, dont l’auteur réel n’est autre que Winckelmann lui-même. Enfin, dans un troisième temps, une Erläuterung der Gedanken (Explication des Réflexions), riposte au second texte, qui, cette fois-ci au nom de Winckelmann lui-même, clôt l’ensemble de ces essais par une illustration des Anciens34. Il faut bien sûr voir dans ces échanges factices entre contradicteurs imaginaires une pratique publicitaire assez commune à l’époque. Il s’agit de donner l’impression d’un débat, pour piquer l’intérêt du lecteur. Mais par-delà l’astuce éditoriale, cette structure contradictoire est directement liée à l’activité compilatoire qui a précédé la parution du texte. Après avoir, dans la première édition des Gedanken, épuisé en grande partie son « stock » d’arguments en faveur des Anciens, il restait à Winckelmann de nombreuses références modernistes en réserve. La tentation était grande de chercher à exploiter cet imposant arsenal de citations. Il n’en alla pas autrement. Le Sendschreiben über die Gedanken, le deuxième texte donc, est presque intégralement composé de propos modernistes empruntés aux cahiers d’extraits : éloge du Bernin par Baldinucci, de Rubens par Roger de Piles, des Hollandais et des Français par d’Argenville35. On peut, sur la seule base des notes de bas de page, reconstituer le travail compilatoire de l’écrivain copiste. Le troisième texte, Erläuterung der Gedanken, obéit au même mécanisme. Winckelmann y a mis bout à bout, et dans un ordre parfois peu convaincant, des idées qu’il avait, pour des raisons de concision et de sobriété, dû laisser de côté dans sa matrice de 1755. Dans sa structure même, donc, la trilogie des Gedanken est en réalité directement gouvernée par la méthode de lecture de l’auteur.

  • 36 WB 49, lettre de G.C. Walther à Winckelmann, 30 avril 1759, vol. 4, pp. 82-83 : « Dans vos trois le (...)

21Très présente dans les Gedanken, cette économie de l’écriture continue de gouverner ses œuvres ultérieures. Elle sous-tend notamment la structure même de la Geschichte der Kunst, dont Winckelmann n’a pourtant cessé de proclamer la radicale modernité. En janvier 1759, il envoie à Dresde une première version de son ouvrage, texte dont on ne sait guère qu’une chose aujourd’hui : il était assez court, trop court même pour son éditeur, Georg Conrad Walther, qui ne paraît pour cette raison guère empressé de le publier36. Winckelmann retravaille donc son manuscrit et le lui réexpédie, considérablement augmenté, en décembre 1761. Tout porte à croire que la refonte de son texte repose d’abord sur la résorption des extraits résiduels qui n’avaient pu être absorbés dans la première version. De son arsenal d’extraits, Winckelmann tire une masse de références, dont il agrémente copieusement son texte initial. Pour signifier plus nettement encore ce procédé d’écriture, il fournit d’emblée en introduction la liste bibliographique de ces références, qui constitue ni plus ni moins un catalogue ordonné des livres pris en note dans les cahiers d’extraits. À cause des troubles de la guerre de Sept Ans, cette version augmentée, celle que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de première édition, n’est publiée qu’au début de l’année 1764.

22Ce travail de réécriture illustre l’influence d’une économie ancienne de la production savante sur la genèse de textes que Winckelmann a pourtant voulu en rupture avec la tradition. Malgré la modernité apparente du genre choisi (l’essai, forme brève, pour les Gedanken et le panorama synthétique pour la Geschichte der Kunst), c’est pourtant bien une culture traditionnelle de l’érudition qui continue de guider souterrainement sa plume. Il s’agit, comme le recommandaient les manuels de lecture du xviie siècle, d’épuiser ces magasins du savoir que sont les cahiers d’extraits, d’exploiter au mieux ces précieux butins de lectures.

23Parce qu’il commande une technique singulière d’écriture, l’art de l’extrait induit aussi directement une caractéristique centrale de l’œuvre winckelmannienne : son intrinsèque inachèvement. Winckelmann ne clôt jamais ses textes. Envoyer le manuscrit à l’éditeur – équivalent symbolique d’un « bon à tirer » qui n’existait pas encore – ne signifie nullement pour lui apposer un point final à la rédaction. À peine Walther met-il les Gedanken sous presse en 1755 que Winckelmann travaille déjà à une nouvelle version augmentée. L’écrivain ne lui a pas plus tôt envoyé son premier manuscrit de la Geschichte der Kunst en 1759 qu’il commence, de son propre chef, à lui adjoindre des éléments nouveaux. Lorsque la seconde version augmentée paraît en 1764, Winckelmann a déjà par-devers lui un nouveau manuscrit amélioré, qu’il tente obstinément de publier. Cette construction par agrégation successive s’étend en réalité à toute son œuvre. Aux deux volumes des Monumenti antichi inediti qui paraissent au printemps 1767 à Rome, Winckelmann projette très vite d’ajouter un troisième, déjà bien engagé lorsqu’il est assassiné à Trieste en 1768. Ses publications possèdent ainsi toutes un double caractère de contingence et d’instabilité. L’œuvre, au sens où Winckelmann l’entend, ne se crée que par adjonction successive. Elle est le produit toujours instable d’un bourgeonnement sans fin.

  • 37 BN All., vol. 57, fol. 94-99 (« Anmerkungen über die Baukunst »).
  • 38 J. J. Winckelmann, « Beschreibung des Torso im Belvedere zu Rom », in Bibliothek der schönen Wissen (...)

24Ce sont les cahiers d’extraits qui sont à l’origine de cet infini parcours amplificatoire. Chargés de pourvoir à la copia, ils peuvent à chaque moment augmenter l’œuvre d’une excroissance nouvelle. On trouve dans les manuscrits de Paris une série de notes intitulées « Remarques sur l’architecture » et régulièrement biffées par Winckelmann. Elles ont été manifestement utilisées pour « nourrir » de substance nouvelle les Remarques sur l’architecture des anciens temples d’Agrigente (Anmerkungen über die Baukunst der alten Tempel zu Girgenti, 1759) ou les Remarques sur l’architecture des Anciens (Anmerkungen über die Baukunst der Alten, 1762)37. Winckelmann était d’ailleurs à ce point pénétré de cette pratique cumulative de l’écriture qu’au-delà même de ses cahiers d’extraits, il l’a appliquée à ses propres productions. Il intègre dans sa Geschichte der Kunst des descriptions du Laocoon et du Torse du Belvédère qu’il avait publiées sous une forme légèrement différente auparavant, dans les Gedanken über die Nachahmung et dans la Bibliothek der schänen Wissenschaften38. Son œuvre est ainsi parcourue d’échos internes, d’autocitations. Le processus winckelmannien de création littéraire se développe non sur le mode géométrique de la totalité circulaire et close sur elle-même, mais sur le mode de l’extension à l’infini. Il y a quelque chose d’étrangement baroque dans la méthode d’écriture du fondateur du classicisme allemand.

Pratique de la copie et théorie de l’imitation

  • 39 M. de Montaigne, Essais, op. cit., vol. 2, p. 105.
  • 40 Ibid., vol. 3, p. 358.

25La tentation est grande de voir dans ces procédés d’emprunts la marque infâmante du plagiaire, de l’écrivain faussaire. Pourtant, ce serait sans doute commettre là un anachronisme. La culture de l’extrait suppose une définition singulière de la propriété littéraire. Le plagiat, au sens moderne et juridique qu’il acquiert au cours du XIXe siècle, n’existe pas à proprement parler pour les tenants de l’ excerptum. Pour le praticien de l’extrait, disséquer une œuvre et s’en approprier des bribes n’est pas un acte de violence illégitime. C’est au contraire la marque même des plus grands ouvrages que de se prêter à cette activité de démembrement. « J’aimerais quelqu’un qui me sache déplumer », annonce Montaigne, l’un des auteurs préférés de Winckelmann, dans son chapitre sur les livres39. Dans cette culture de la lecture et de l’écriture, l’auteur est, au sens propre, celui qui « augmente », qui « accroît ». « Nos opinions, écrit Montaigne, s’entent les unes sur les autres. La première sert de tige à la seconde, la seconde à la tierce. Nous échelons ainsi de degré en degré40. » Se dessine ainsi à travers l’histoire littéraire une sorte d’aurea catena dont la progression repose sur l’art de l’extrait. Chaque auteur emprunte et développe les motifs d’un autre, pour être à son tour lu et imité par autrui. Winckelmann compile Montaigne, qui compile Sénèque, qui compile..., etc. Il est le maillon d’une immense chaîne de l’imitation, qui est d’abord une chaîne de la compilation. Et c’est seulement comme maillon de cette chaîne qu’il accède au statut d’auteur. Cette représentation de l’auteur va de pair avec une conception particulière de « l’invention » en littérature. Pour le praticien de l’extrait, la littérature est un ensemble fini de matériaux bruts, dont les productions « nouvelles » ne reposent pas sur l’invention d’éléments inédits, mais sur l’éternelle recomposition du même. Elle est un corps qui peut à tout moment se décomposer en une série de membra disjecta, destinés à être recomposés ensuite en un nouvel ensemble. Le cahier d’extraits est au fondement d’une esthétique de l’imitation, où la variation est à elle seule création.

  • 41 J. J. Winckelmann, Gedanken über die Nachahmung, in KS, p. 29 : « La seule manière pour nous de dev (...)
  • 42 BN All., vol. 70, fol. 20 (la formule de La Bruyère est plus précisément tirée du Discours sur Théo (...)

26Malgré ses professions de modernité, c’est bien à cette culture de la création littéraire qu’appartient Winckelmann. Imitation et invention, copie et création ne constituent pas, dans sa représentation de l’activité littéraire, des pôles contradictoires, mais bien plutôt des notions complémentaires. Le neuf ne peut naître que de l’imitation, la création que de la copie. Cette combinaison subtile entre reproduction et invention se lit très fréquemment dans son œuvre – et tout spécialement lorsque celle-ci ne fait en apparence que copier avec une totale fidélité des sources externes. C’est par exemple le cas avec cette phrase, déjà citée, des Gedanken : « Der einzige Weg für uns, groβ, ja wenn es möglich ist, unnachahmlich zu werden, ist die Nachahmung der Allen41. » En réalité, comme nous l’avons déjà indiqué, c’est chez La Bruyère que Winckelmann a trouvé la matrice de cette sentence. Dans un volume des manuscrits de Paris, il consigne cette maxime, tirée des Caractères : « On ne saurait en écrivant rencontrer le parfait et s’il se peut surpasser les Anciens que par leur imitation42. » Winckelmann, cependant, ne se contente pas de traduire. Au cours de la transposition, il introduit un léger déplacement d’accent qui confère à la phrase allemande une résonance particulière. Chez La Bruyère, la contradiction potentielle entre perfection de l’original et fidélité de la copie se limite à une incise discrète (« et s’il se peut surpasser les Anciens »). Le sens global de la formule des Caractères reste préservé de toute ambiguïté : il faut imiter l’antique. Winckelmann, lui, creuse le paradoxe. Au cœur de sa sentence, il choisit d’entrechoquer deux termes, unnachahmlich (inimitable) et Nachahmung (imitation), qui, formant quasiment oxymore, jettent d’emblée le soupçon sur le compromis proposé. Comment devenir inimitable par l’imitation ? Est-il possible tout à la fois d’imiter et de dépasser un modèle donné comme parfait ? N’y a-t-il pas une contradiction forte entre l’exemplarité d’une œuvre et la possibilité même de sa reproduction ? L’accord suggéré par La Bruyère entre perfection et imitation paraît bien fragile dans cette transposition allemande. Au fil des Gedanken über die Nachahmung et de la Geschichte der Kunst, il sera d’ailleurs clairement remis en question. Le principe de l’inégalable perfection grecque entre subrepticement en conflit avec celui d’imitation. Cette transposition de La Bruyère livre en tout cas un témoignage particulièrement exemplaire de la dialectique qui sous-tend l’écriture winckelmannienne : c’est précisément lorsqu’il paraît rester le plus fidèle à ses sources que Winckelmann s’éloigne en réalité le plus significativement d’elles.

  • 43 J. J. Winckelmann, Gedanken über die Nachahmung, in KS, p. 43.
  • 44 Pour l’histoire de ce topos dans la tradition esthétique européenne, cf. notamment Wolfgang stammle (...)
  • 45 Dans le Parallèle des Anciens et des Modernes de Charles Perrault, Winckelmann note par exemple une (...)
  • 46 L’expression se trouve in BN AIL., vol. 70, fol. 128 (extrait de : Jonathan Richardson, père et fil (...)

27Rien n’illustre mieux cette dialectique de l’imitation et de l’originalité que l’usage winckelmannien des lexiques classiques européens, et notamment du vocabulaire du classicisme français. Tout se passe en effet comme si Winckelmann avait entrepris de forger avec méthode une langue allemande du classicisme en s’appropriant tout d’abord celle, étrangère, de sa bibliothèque manuscrite. « Contour », « Drapperie (sic) », « Ordonance (sic) », « Colorit » : ces termes, empruntés aux cahiers d’extraits, apparaissent dans cette forme quasi française dans les Gedanken über die Nachahmung de 1755, avant d’être germanisés dans les écrits suivants. Ce processus d’assimilation lexicale ne se ramène cependant pas à un simple processus de reproduction. Au cours du travail de traduction, il n’est en effet pas rare que Winckelmann introduise des déplacements d’accent qui détournent le mot de son sens originel dans la langue de départ et lui confèrent en quelque sorte une originalité seconde dans la langue germanique. Ce processus d’autonomisation apparaît nettement pour ces notions centrales de l’esthétique classique que sont la « grandeur » et la « simplicité ». Nombreux sont les travaux qui ont montré que la célèbre expression de Winckelmann « edle Einfalt, stille Gröβe43 » n’est en fait que la transcription d’un lieu commun de la littérature esthétique européenne, développé, bien longtemps avant lui, par Félibien, Roger de Piles, Du Bos, etc.44 Chez Charles Perrault ou chez Shaftesbury par exemple, le copiste ne cesse de consigner les termes « sérénité », « tranquillité », « grandeur », « naïveté », « simplicité » ou « simplicity » en rapport direct avec l’Antiquité grecque45. Dans cette bibliothèque manuscrite, on trouve même telle quelle l’expression « noble simplicité » au sein d’une traduction française de Jonathan Richardson, que Winckelmann a à son tour transposée en allemand (« edle Einfalt46 »).

28Cependant, l’écrivain ne s’est pas contenté de transcrire fidèlement ses sources. En traduisant la notion de « grandeur sereine » par « stille Gröβe », il lui confère une densité nouvelle. « Still » signifie en effet en allemand non seulement calme, immobile, serein, par référence au registre spatial ou psychologique, mais aussi, plus spécifiquement, silencieux, muet, par référence au registre vocal. Autrement dit, le calme winckelmannien ne se rapporte pas seulement à l’immobilité physique du corps, mais investit aussi le champ de la parole. Alors que le français doit choisir entre « serein » et « silencieux », Winckelmann joue sciemment des ambiguïtés de l’allemand, qui allie intimement les deux registres. Non seulement Laocoon reste statique dans l’effort, mais il ne crie pas – une interprétation du sublime qui suscitera un long débat sur le rôle du cri dans l’art.

  • 47 J. J. Winckelmann, Pensées sur l’imitation des Grecs dans les ouvrages de peinture et de sculpture, (...)
  • 48 On remarque d’ailleurs dans toutes ces traductions que l’adjectif français « tranquille » restitue (...)

29Ainsi, pour Winckelmann la traduction n’est pas d’abord un acte mimétique, mais un acte de création. Elle vise moins la transcription fidèle d’une langue première que l’invention d’un double, d’un lexique second, résolument autonome par rapport au modèle matriciel. Il suffit pour s’en convaincre de lire les traductions françaises qui, depuis 1755 et jusqu’à la fin du xviiie siècle, ont cherché à retranscrire « stille Gröβe ». Toutes choisissent l’expression « grandeur tranquille » ou « grandeur paisible47 » – sans parvenir à indiquer, en plus de la sérénité physique du corps, sa mutité singulière. L’immobilité est rendue, mais pas le silence48. En d’autres termes, Winckelmann a emprunté au français un concept que cette langue est incapable de traduire en retour. Le rejeton dépasse la matrice. De la copie a surgi un « original ».

30On mesure ici le rôle crucial de l’exercice compilatoire dans l’élaboration de l’œuvre winckelmannienne. Une saisissante analogie se dessine en effet entre la pratique d’écriture du copiste Winckelmann et la théorie générale de l’esthéticien Winckelmann. De même que l’artiste doit imiter pour devenir inimitable, de même l’écrivain doit traduire pour devenir intraduisible. Tout se passe donc comme si Winckelmann avait d’abord expérimenté dans le domaine concret de la compilation une règle de l’imitation qu’il a ensuite transposée dans le champ théorique de la réflexion sur l’art. De la rédaction de ses cahiers d’extraits est née l’intuition d’une loi qui est venue sous-tendre par la suite sa doctrine du beau : l’originalité naît de l’imitation. Création artistique et création littéraire prennent ainsi leur source dans un même geste : la copie.

Notes

1 WB 145, [lettre à Dieterich ?], 1er juin 1756, vol. 1, p. 226.

2 Cf. Cari Justi, « Über die Studien Winckelmann’s in seiner vorrömischen Zeit », in Historisches Taschenbuch, 1866, pp. 129-202, ici p. 139 : « Le style dans lequel la vie de Winckelmann est, si je puis m’exprimer ainsi, dessinée, repose sur le contraste. Le départ pour Rome et l’Italie divise sa vie en deux parties, caractérisées par les antinomies les plus frappantes. »

3 La Geschichte der Kunst des Altertums a été traduite plusieurs fois en français au xviiie siècle. Cf. J. J. Winckelmann, Histoire de l’art de l’Antiquité, trad. de l’allemand par G. Sellius et J.-B.-R. Robinet de Chateaugiron, 2 vol., Amsterdam et Paris 1766 (reimpression : Genève 1972) ; id., Histoire de l’art de l’Antiquité, trad. de l’allemand par M. Huber, 3 vol., Leipzig 1781 (trad. in-quarto rééditée à Paris en 1789 en in-octavo) ; id., Histoire de l’art chez les Anciens, 3 vol., trad. de l’allemand par Hendrik Jansen, Paris an II (1794)-an XI (1803).

4 Pour une analyse plus détaillée de ces cahiers d’extraits, nous nous permettons de renvoyer à notre ouvrage : Johann Joachim Winckelmann. Enquête sur la genèse de l’histoire de l’art, Paris. 2000.

5 Le reste est conservé en Allemagne à la Sächsische Landesbibliothek Dresden ainsi qu’à la Staats- und Universitätsbibliothek Hamburg, en France à la bibliothèque universitaire de Médecine de Montpellier et enfin en Italie à la bibliothèque de la « Rubiconia Accademia dei Filopatridi » de Savignano sul Rubicone (fonds Giovanni Cristofano Amaduzzi).

6 WB 98. lettre à H.D. Berendis, 6 juillet 1754, vol. I, p. 142.

7 WB 65, lettre à Konrad Friedrich Uden, 7 décembre 1749, vol. 1, p. 94.

8 J. J. Winckelmann, « Sendschreiben von der Reise eines Gelehrten nach Italien und insbesondere nach Rom an Herrn M. Franken » (brouillon, vraisemblablement composé en 1762), in KS, pp. 190-193. Winckelmann cite notamment l’exemple de Jacob Philipp d’Orville (1696- 1751), numismate et philologue néerlandais, auteur d’une œuvre volumineuse, mais, selon lui, sans intérêt.

9 La datation des extraits de Winckelmann n’est pas toujours aisée. Rares sont les cahiers où figure une date explicite de rédaction. La plupart du temps cependant, il est possible de distinguer au moins grossièrement les extraits rédigés en Allemagne de ceux rédigés en Italie grâce à l’examen de la qualité du papier et surtout des filigranes. En Allemagne. Winckelmann utilisait fréquemment un papier à filigrane hollandais (dont la contremarque est « I Villandry »). Cf. Marianne Bockelkamp, « Was lehren uns die Wasserzeichen der Pariser Winckelmann-Handschriften ? », in Philobiblon, 40, 1, mars 1996. pp. 40-48.

10 Les extraits des Acta eruditorum sont conservés à la Staats- und Universitätsbibliothek Hamburg : Cod. hist. art. 1, 2 (4°), fol. 122-139 a. Il en va de même des extraits de : S. Fr. Hahn, Vollständige Einleitung zu der teutschen Staats-, Reichs- und Käyser-Historie und dem daraus flieβenden jure publico, 4 tomes en 2 vol., Halle/Leipzig, 1721-1739, conservés au même endroit sous la cote : Cod. hist. art. I, 2 (4°), fol. 99 v°-111.

11 Dans une prose émue, il se décrit volant à la rencontre du porteur des volumes et dévorant dès réception les lettres C et R de ce dictionnaire. Cf. WB 25, lettre à Christian Friedrich Papier (brouillon), été 1744, vol. 1, p. 58 ; WB 28, lettre à C.F. Papier (brouillon), fin octobre 1744, vol. I, p. 59.

12 Cf. WB 53, lettre à Heinrich von Bünau, 10 juillet 1748, vol. I, p. 80. Pour la première série d’extraits exhaustifs sur le dictionnaire de Bayle, cf. BN All., vol. 76 (en entier). Elle date, pour le début du travail au moins, de Hadmersleben, c’est-à-dire de 1742. Pour les condensés, cf. ibid., vol. 72, fol. 176-191 (ces extraits sont datés de 1755) et Staats- und Universitätsbibliothek Hamburg, Cod. hist. art. 1, 2 (4°), fol. 4-9 v°. Il est difficile de dater précisément ce dernier condensé de Bayle. Il se situe nécessairement entre Hadmersleben (1742), où Winckelmann dit avoir commencé sa première lecture intégrale de Bayle, et Nöthnitz, où il s’intéresse beaucoup à l’histoire. L’ensemble de ces extraits est en allemand. Ils sont empruntés à la traduction allemande du dictionnaire de Bayle, annotée par Johann Christoph Gottsched : Historisches und critisches Wörterbuch, 4 vol., Leipzig, 1741-1744.

13 Pour une traduction récente de cet essai (plusieurs fois traduit en français au xviiie siècle, cf. ci-dessous), on pourra consulter : J. J. Winckelmann, Réflexions sur l’imitation des œuvres grecques en peinture et en sculpture, trad. par Marianne Charrière, Nîmes, 1991.

14 Pour ces classements, cf. BN All., vol. 57, fol. 198-233 ; vol. 59, fol. 252-273 ; vol. 69, fol. 43-126.

15 BN All., vol. 73, fol. 46-68 (Catalogus). Ce cahier a été vraisemblablement réalisé au début du séjour à Rome, en 1756. L’entreprise est restée inachevée.

16 Le manuscrit de ces Collectanea zu meinem Leben, qui se trouve à la bibliothèque de la Rubiconia Accademia dei Filopatridi, à Savignano sul Rubicone en Italie, a été édité in WB, vol. 4, pp. 154-163, ici n° 1, 52, 62.

17 C’est notamment le cas de l’Anthologia Graeca (Vent. in ædibus Aldi, 1521) que Winckelmann possédait dans sa très petite collection de livres et dont il tire néanmoins à Seehausen de longs extraits manuscrits. Cf. BN AIL., vol. 60, fol. 168-245.

18 Staats- und Universitätsbibliothek Hamburg. Cod. hist. art. 1, 2 (4°), fol. 140-155.

19 En 1758, il dit son aversion pour les lettres « malingres et rachitiques » des éditions grecques de son siècle et sa nostalgie des typographes du xvie siècle, qui. tel Robert Étienne, mettaient une grâce véritablement artistique à former leurs caractères (cf. WB 225, lettre à Caspar Füssli, 27 juillet 1758, vol. 1, p. 400).

20 WB 88, lettre à Berendis, 6 janvier 1753, vol. 1, p. 122 : « On m’a proposé une place de bibliothécaire chez le cardinal Passionei. Il a vu mon écriture grecque […]. Elle lui a plu et il a écrit au Nonce. Je vais recevoir à Dresde l’argent pour le voyage. »

21 Staats-und Universitätsbibliothek Hamburg, Cod. hist. art. 1, 2 (4°), fol. 208.

22 J.L. [= John Locke], Méthode nouvelle de dresser des recueils communiquée par l’auteur, in Bibliothèque universelle et historique de l’année 1686, t. II (seconde édition revue et corrigée), Amsterdam, 1687, pp. 315-340 (publication en anglais, sous le nom de l’auteur : J. Locke, A New Method of Making CommonPlaceBooks, London, 1706) ; Daniel Georg Morhof, Polyhistor litterarius, philosophicus et practicus, cum accessionibus virorum clarissimorum Joannis Frickii et Joannis Molleri, 4e édition (Flensburg) avec une préface de Johann Albrecht Fabricius, Lübeck, 1747 (fac-similé de cette édition : Aalen, 1970). Le livre, édité pour la première fois à Lübeck chez P. Böckmann en 1688, connut de nombreuses rééditions en Allemagne, notamment en 1695, 1708, 1732 et 1747.

23 Pour l’aspiration nouvelle à une classification personnelle et originale à partir du xviie siècle, cf. Ann Moss, Printed Commonplace Books and the Structuring of Renaissance Thought, Oxford, 1996, p. 251.

24 En France, dans la seconde moitié du xviie siècle, les attaques se multiplient contre la « pédanterie des compilateurs », selon l’expression de Jean-Louis Guez de Balzac (cf. A. Moss, Printed Commonplace Books, op. cit., p. 259). Et lorsque, en 1686, John Locke publie son essai sur l’art de confectionner des extraits, il se sait déjà quelque peu démodé. Cf. Ann Blair, The Theater of Nature. Jean Bodin and Renaissance Science, Princeton University Press, 1997, pp. 66-67.

25 Michel de Montaigne, Essais, éd. par Pierre Michel, 3 vol., Paris, 1973 (1re édition : Paris, 1965), vol. 3, p. 343 ; D. Diderot, Lettre sur les sourds et muets, in D. Diderot, Œuvres complètes, éd. par J. Assézat, Paris, 1875 sq., vol. 1, P. 370.

26 Bernard de Montfaucon. L’Antiquité expliquée et représentée en figures, 10 vol., Paris 1719 (augmenté de 5 vol. en 1724).

27 Johann Gottfried Herder, « Winkelmann, Lessing, Sulzer », in J.G. Herder, Schriften zur Ästhetik und Literatur 17671781, éd. par Gunter E. Grimm, Francfort/Main, 1993 (in Werke in zehn Bänden, vol. 2)., pp. 676-712, ici p. 677 (1re édition : Der Teutsche Merkur, septembre 1781).

28 Extrait de : Christine de Suède, Ouvrage de loisir ou Maximes et sentences, in BN All, vol. 72, fol. 142.

29 J. J. Winckelmann, Gedanken über die Nachahmung, in KS, p. 43.

30 J. J. Winckelmann, Gedanken über die Nachahmung, in KS, pp. 29-30 : « La seule manière pour nous de devenir grands et même, si cela se peut, inimitables, c’est d’imiter les Anciens. Ce que quelqu’un a dit d’Homère, à savoir que lorsque l’on a appris à bien le comprendre, on apprend aussi à l’admirer, vaut également pour les œuvres d’art des Anciens, et notamment pour celles des Grecs. Il faut s’être familiarisé avec eux comme avec un ami pour trouver le Laocoon aussi inimitable qu’Homère. »

31 J. J. Winckelmann, Gedanken über die Nachahmung, in KS. p. 29. Extrait des Caractères de La Bruyère, in BN All, vol. 70, fol. 20.

32 J. J. Winckelmann, Gedanken über die Nachahmung, in KS, pp. 29-30. Extrait de l’Essai sur la critique d’A. Pope, in BN All, vol. 70, fol. 19.

33 J. J. Winckelmann, Gedanken über die Nachahmung, in KS, p. 30. Extrait de l’introduction d’Anne Dacier à la traduction de l’Iliade (3 vol., Paris, 1711), in BN All, vol. 72, fol. 83.

34 J. J. winckelmann, Sendschreiben über die Gedanken von der Nachahmung der griechischen Werke, in KS, pp. 60-89 ; J. J. Winckelmann, Erläuterung der Gedanken von der Nachahmung der griechischen Werke, in KS, pp. 97-144. Entre ces deux textes figurait en outre un troisième essai : Nachricht von einer Mumie in dem Königlichen Cabinet der Alterthümer in Dreβden, qui n’a pas d’incidence directe sur notre propos.

35 BN All., vol. 61, fol. 25 v° (Filippo Baldinucci, Vita del Cavaliere […] Bernini) ; fol. 9 v°, 11 (R. de Piles, Dissertation sur les ouvrages des plus fameux peintres) ; fol. 29 sq. (A.J. Dézallier d’Argenville, Abrégé de la vie des plus fameux peintres).

36 WB 49, lettre de G.C. Walther à Winckelmann, 30 avril 1759, vol. 4, pp. 82-83 : « Dans vos trois lettres, vous m’avez indiqué que vous souhaitiez voir achever l’impression [de la première partie de la Geschichte der Kunst des Altertums] pour la foire de Pâques. Cependant, je n’ai pu faire imprimer cette première partie car, comme vous l’a indiqué Monsieur de Hagedorn, il s’y trouve quelques passages non travaillés qui mériteraient d’être complétés auparavant. Et vous ne m’avez encore donné aucune nouvelle à ce sujet. »

37 BN All., vol. 57, fol. 94-99 (« Anmerkungen über die Baukunst »).

38 J. J. Winckelmann, « Beschreibung des Torso im Belvedere zu Rom », in Bibliothek der schönen Wissenschaften und der freyen Künste, vol. 5, 1. 1759, pp. 23-41. Ce texte a été repris quasiment à l’identique dans le même journal en 1762. Il a été par ailleurs inséré, avec de légères modifications, dans le Versuch einer Allegorie, besonders für die Kunst (Dresde, 1766, pp. 155- 158). Pour la description du Laocoon dans les Gedanken, cf. : J. J. Winckelmann, Gedanken über die Nachahmung, in KS, p. 43.

39 M. de Montaigne, Essais, op. cit., vol. 2, p. 105.

40 Ibid., vol. 3, p. 358.

41 J. J. Winckelmann, Gedanken über die Nachahmung, in KS, p. 29 : « La seule manière pour nous de devenir grands et même, si cela se peut, inimitables, c’est d’imiter les Anciens. »

42 BN All., vol. 70, fol. 20 (la formule de La Bruyère est plus précisément tirée du Discours sur Théophraste de 1688).

43 J. J. Winckelmann, Gedanken über die Nachahmung, in KS, p. 43.

44 Pour l’histoire de ce topos dans la tradition esthétique européenne, cf. notamment Wolfgang stammler, « “Edle Einfalt”. Zur Geschichte eines kunsttheoretischen Topos », in Gustav Erdmann, Alfons Eichstaedt, éd., Worte und Werte. Bruno Markwardt zum 60. Geburtstag, Berlin, 1961, pp. 359-382 (réédition in W. Stammler, Wort und Bild, Berlin 1962, pp. 161-190) ; Claudia Henn, Simplizität, Naivetät, Einfalt. Studien zur ästhetischen Terminologie in Frankreich und in Deutschland, 1674-1771, (thèse), Zurich, 1974 ; ainsi que les notes de W. Rehm, in KS, pp. 342 et 377.

45 Dans le Parallèle des Anciens et des Modernes de Charles Perrault, Winckelmann note par exemple une remarque du Chevalier sur « la simplicité et la naïveté » des Grecs (BN ll., vol. 72, fol. 172 v°). Quant à l’association de l’antique à la notion de « simplicity », elle est extrêmement fréquente dans les Characteristics de Shaftesbury, dont il prend d’abondantes notes (BN All., vol. 66, fol. 42).

46 L’expression se trouve in BN AIL., vol. 70, fol. 128 (extrait de : Jonathan Richardson, père et fils, Traité de la peinture et de la sculpture, 3 vol., Amsterdam, 1728).

47 J. J. Winckelmann, Pensées sur l’imitation des Grecs dans les ouvrages de peinture et de sculpture, in Nouvelle bibliothèque germanique, vol. 17, Amsterdam, octobre-décembre 1755, pp. 302-329 ; vol. 18, Amsterdam, janvier-mars 1756, pp. 72-100, ici vol. 17, p. 326 et vol. 18, p. 74 ; Réflexions sur l’imitation des ouvrages des Grecs en fait de peinture et de sculpture, in Journal étranger, Paris, janvier 1756, pp. 104-163, ici p. 130, 132, 139 ; Réflexions sur l’imitation des artistes grecs dans la peinture et la sculpture, in Gazette littéraire de l’Europe, vol. 4, décembre 1764, pp. 114-121 ; vol. 4, février 1765, pp. 209-231 ; vol. 4, février 1765, pp. 365- 379 ; vol. 5, mars 1765. pp. 105-121. ici vol. 4, p. 371 ; Réflexions sur l’imitation des artistes grecs dans la peinture et la sculpture, in J. J. Winckelmann, Recueil de différentes pièces sur les arts. Paris 1786. pp. 1-62, ici p. 29 et 34.

48 On remarque d’ailleurs dans toutes ces traductions que l’adjectif français « tranquille » restitue indifféremment les adjectifs « ruhig » et « still », sans que la qualité plus spécifiquement vocale de « still » soit prise en compte.

Notes de fin

1 Abréviations utilisées dans cet article : BN All. – Bibliothèque nationale de France, Cabinet des manuscrits, Fonds allemand (manuscrits Winckelmann) ; KS – J. J. Winckelmann, Kleine Schriften. Vorreden. Entwürfe, éd. par Walther Rehm, Berlin, 1968 ; WB – J. J. winckelmann, Briefe, éd. par W. Rehm en collaboration avec Hans Diepolder, 4 vol., Berlin, 1952-1957.

Table des illustrations

Légende Figure 4 – J.J. Winckelmann, extrait de : Pierre Bayle, Historisches und critisches Wörterbuch, traduction allemande annotée par Johann Christoph Gottsche, 4 vol., Leipzig, 1741-1744, in BN All., vol. 72, fol. 176, cliché Bibliothèque nationale de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/34978/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Figure 5 – J.J. Winckelmann, Collectanea zu meinem Leben, Rubiconia Accademia dei Filopatridi, Savignano sul Rubicone (Italie), manuscrits Winckelmann du fonds Giovanni Cristofano Amaduzzi (classis VI).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/34978/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Figure 6 – J.J. Winckelmann, extrait de La Bruyère, Caractères, in BN All., vol. 70, fol. 20, cliché Bibliothèque nationale de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/34978/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Figure 7 – J.J. Winckelmann, extrait de Alexander Pope, Essai sur la critique, in BN All, vol. 70, fol. 19, cliché Bibliothèque nationale de France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/34978/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k

Auteur

CNRS
UMR 8547. Pays germaniques/Transferts culturels
École normale supérieure
Paris

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search