Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books CNRS Éditions Histoire Lire, copier, écrire L’ombre d’une bibliothèque : les...

Lire, copier, écrire

 | 
Élisabeth Decultot

Deuxième partie. De la compilation savante à l’écriture personnelle

L’ombre d’une bibliothèque : les cahiers d’extraits de Montesquieu

Catherine Volpilhac-Auger

Texte intégral

De tous les auteurs, il n’y en a point que je méprise plus que les compilateurs […]. Je voudrais qu ’on respectât les livres originaux ; et il me semble que c’est une espèce de profanation, de tirer les pièces qui les composent du sanctuaire où elles sont […].
Montesquieu, Lettres persanes, 66

  • 1 Louis Desgraves, « Les extraits de lecture de Montesquieu », in Dix-huitième siècle, n° 25, 1993, p (...)
  • 2 Transférées en 1994 à la bibliothèque de Bordeaux, après la dation qui en a été faite par Mme de Ch (...)
  • 3 C. P. Courtney, avec la collaboration de C. Volpilhac-Auger, « Liste bibliographique provisoire des (...)
  • 4 À comparer avec ce qui en était proposé dans la plus récente et la plus vaste publication d’œuvres (...)

1Montesquieu semble a priori l’auteur idéal pour étudier le phénomène des « bibliothèques manuscrites » : une première approche avait permis de lui attribuer, d’après des renvois internes à l’œuvre et les volumes conservés, 72 extraits d’un auteur ou d’un ouvrage, et 28 compilations et recueils divers, principalement thématiques1. Un travail un peu plus approfondi n’a guère ajouté à cette liste, sinon en donnant corps, grâce à l’ouverture des archives de La Brède2, à un certain nombre d’extraits jusque-là désignés sommairement, et en précisant ou rectifiant nombre de références3. Une étape supplémentaire doit être franchie avec la publication de tous les extraits subsistants : deux volumes sont envisagés dans le cadre des Œuvres complètes de Montesquieu, en cours de publication à la Voltaire Foundation (Oxford)4.

  • 5 Je parle moins ici des Pensées et du Spicilège, considérés d’emblée comme dépositaires provisoires (...)

2 Ce sera alors l’occasion d’une mise au point complète, aujourd’hui esquissée en ces pages, sur ce phénomène qui ne laisse pas de poser des problèmes nombreux à l’éditeur, mais qui apparaît comme une nouvelle priorité éditoriale de ces Œuvres complètes. En effet, les recherches entreprises pour cette publication, en se concentrant d’abord sur les ouvrages majeurs, ou du moins les plus connus, les Lettres persanes et L’Esprit des lois (qui sont aussi les plus difficiles à éditer), ou encore sur les opuscules dispersés, qui jusque-là étaient trop sommairement édités, ont eu tendance à rejeter dans l’ombre ce qui n’avait pas le statut d’œuvre, ce qui pouvait apparaître comme relevant du laboratoire, ou des préliminaires aux « vraies œuvres ». Certes cette édition en vingt-deux volumes accorde dans son plan originel une place remarquable à ces matériaux : deux sont consacrés à la Collectio juris (recueil de notes sur le droit romain), deux aux Pensées, un au Spicilège (recueils de miscellanées qui font coexister réflexions personnelles, passages rejetés des œuvres publiées, souvenirs directs et indirects et notes de lecture), deux enfin, nous l’avons dit, sont dévolus aux extraits à proprement parler : autrement dit presque le tiers de la collection complète. Mais ces tomes, égaux en dignité dans la république des lettres, sont peut-être moins égaux que d’autres5. De fait, il est évident qu’on ne peut accorder la même attention à ce qui est parfaitement original et à ce qui relève d’un discours second ; mais il apparaît de plus en plus, au fil des travaux en cours, que la connaissance de ces humbles matériaux est un préalable indispensable ; passer par ces volumes d’extraits n’est pas un détour, rendu indispensable par le besoin de connaître les sources des œuvres majeures, mais le seul moyen d’accéder à la méthode de Montesquieu, de comprendre sa manière de travailler, de lire et d’écrire.

Les difficultés de la reconstitution

  • 6 Ainsi les Pensées, n° 1846. mentionnent les Voyages en Perse de Chardin, comme appartenant au deuxi (...)
  • 7 C. Volpilhac-Auger, avec la collaboration de Claire Bustarret, L’Atelier de Montesquieu. Manuscrits (...)
  • 8 Il faut donc rayer des listes le prétendu Academica, annoncé au n° 2035 des Pensées, qui n’est qu’u (...)
  • 9 Cas que j’ai examiné dans « Montesquieu, l’œuvre à venir », in Revue Montesquieu n° 4, 2000, pp. 5- (...)

3Cependant les chausse-trapes ne manquent pas. Car les travaux bibliographiques mentionnés ci-dessus ont fait apparaître deux difficultés principales. D’abord celle d’une reconstitution satisfaisante, et celle de la classification des différents types d’extraits. Il ne suffit pas en effet qu’un recueil soit mentionné pour qu’il ait existé, du moins sous la forme qu’on a tendance à lui prêter au vu de la mention qui en est faite ; et les volumes subsistants, qui permettent confrontations et vérifications, posent parfois plus de problèmes qu’ils n’en résolvent. Ainsi nos listes faisaient apparaître, d’après des renvois figurant dans les Pensées, à côté de Juridica et de Mythologica, des volumes Politica, I et II, l’existence du Politica I étant déduite de l’existence du Politica IL Or l’une de ces Pensées (n° 1880) renvoie exclusivement aux Politica II, mais en reprenant en fait le texte des Geographica II (l’un des seuls volumes thématiques qui ait survécu), et en indiquant le numéro de page de ce recueil... Erreur de transcription ? Ou complexité d’un système qui ferait relever un même volume de plusieurs lectures différentes ? Pour le moment il est difficile d’en dire plus, d’autant que les renvois au seul recueil dont on soit absolument sûr, les Geographica II, sont peu nombreux et parfois erronés6. On se demandera simplement avec inquiétude ce que l’on aurait pu imaginer de ces Geographica II, si on ne disposait que de ces renvois... On n’en a pas moins tenté une reconstitution provisoire, et prudente, de certains recueils7, tout en retenant comme leçon principale qu’on se gardera bien de prendre pour le titre d’un volume d’extraits celui d’un passage rejeté dans les Pensées8, ou celui d’œuvres que Montesquieu abandonna, comme il le fit si souvent, pour en reprendre des lambeaux dans d’autres œuvres, comme ce Prince mystérieux qui accompagna si longtemps le philosophe9. Ce qui pourrait bien en réduire le nombre comme peau de chagrin, surtout si l’on se méfie des titres voisins, « Journal », « Journal espagnol », « Journaux de livres peu connus », « Bibliothèque », « Bibliothèque espagnole », variations qui pourraient bien refléter, plutôt que la diversité des contenus, l’hésitation sur un intitulé, ou la désinvolture dans la manière de le citer – voire la mystification par laquelle Montesquieu imagine de faire l’extrait d’un ouvrage fictif, prêté à un « M. Zamega ».

  • 10 La nouvelle édition du Spicilège, procurée par R. Minuti et S. Rotta (Voltaire Foundation, 2002). r (...)
  • 11 Connu seulement par les nombreuses notes qui en sont tirées, dans les manuscrits de Bordeaux (2506/ (...)
  • 12 Connu par une allusion dans les Geographica II, f° 22. Actuellement conservé à Bordeaux, ms. 2526/2 (...)
  • 13 Conservé à la Bibliothèque nationale de France, ce manuscrit en 6 volumes est en cours de publicati (...)

4On élimine enfin sans le moindre doute ce qui faisait figure d’extrait tant qu’on n’en avait pas inventorié le contenu, comme ces « Pièces justificatives sur l’usure » qui consistent en fait en un dossier où Montesquieu a réuni toute la documentation qui pouvait lui être utile pour répondre à des critiques : chapitres rédigés pour une nouvelle édition de L’Esprit des lois, notes pour diriger les recherches de ses secrétaires, listes de vérifications à faire, corrections déjà rédigées à introduire, autrement dit tout, sauf des extraits. On arrive ainsi à une liste étroite : si l’on met à part les Pensées et le Spicilège (qui eux-mêmes contiennent quelques pages d’extraits10) au titre des miscellanées, auxquels on joindra l’hypothétique volume Pièces diverses11 , restent un Recueil d’airs compilés par Montesquieu pour le prince de Galles, et donc destinés à un usage particulier (c’est le seul que l’on pourra désigner comme « compilation » à proprement parler), et au maximum une douzaine de recueils thématiques. Les seuls reliefs en sont aujourd’hui les Geographica II déjà mentionnés, et très probablement une partie du volume Commerce12, qui fait succéder, avec une pagination continue, l’ Histoire du commerce et de la navigation des anciens, de Pierre Daniel Huet aux dernières pages du Dictionnaire de commerce de Savary des Brulons. À quoi il faut sans doute ajouter la Collectio juris, notes de droit prises par Montesquieu pour se former à son métier de parlementaire13 – mais s’agit-il ici d’extraits divers, ou de notes de travail prises de manière continue sur ce qui s’appelle justement le corpus juris civilis ?

  • 14 Aux 75 numéros répertoriés par notre liste de 1998, il faut ajouter ceux que nous avons relevés dep (...)
  • 15 Bordeaux, ms. 1868, n° 328.

5Une difficulté particulière, mais moins grave, consiste en effet dans l’incapacité où nous sommes de distinguer recueils thématiques et extraits d’auteurs ou d’ouvrages. Ces derniers, il faut le rappeler, comptent désormais près de quatre-vingts noms14, de l’Alcoran à Wansleben. Mais là où, sur la foi d’une note que porte un fragment de manuscrit15, nous avions relevé celui de La Loubère, Du royaume de Siam, il faut en réalité se reporter aux Geographica II, où l’extrait se trouve effectivement. Il en est de même, dans le même volume, pour les innombrables renvois au P. Du Halde, Description de la Chine. Ainsi les quelque quatre-vingts noms pourraient bien pour la plupart être absorbés par les recueils thématiques, eux-mêmes, on l’a vu, déjà fort réduits. À l’issue de cet examen, il serait donc possible de proposer sans grand risque d’erreur une fourchette qui irait de quinze à cent volumes... C’est dire quelle est notre marge d’incertitude. C’est dire aussi que la bibliothèque manuscrite de Montesquieu n’est plus que l’ombre d’elle-même.

Méthode et objectifs

  • 16 Les cotes 2523 à 2525 présentent des « notes de lecture » (ou plutôt notes de cours ?) qu’il est ac (...)
  • 17 Ainsi, le feuillet initial des Geographica ici reproduit montre l’utilisation de plusieurs de ces m (...)
  • 18 Montesquieu peut emprunter des ouvrages à la Bibliothèque du Roi, ce dont témoignent les registres (...)

6Il n’en reste pas moins que nous disposons d’au moins un volumineux recueil thématique complet et de fragments notables de même nature, ainsi que de plusieurs centaines de feuillets, actuellement regroupés sous les cotes ms. 2526 et 2527 de la bibliothèque de Bordeaux16, et correspondant à des ouvrages « individuels » : depuis Les Intérêts de l’Angleterre mal entendus de l’abbé Dubos jusqu’au Conseil de Pierre de Fontaines, un ouvrage écrit au XIIIe siècle, en passant par Pline l’Ancien, l’Iliade et l’Odyssée, le Télémaque de Fénelon, ou le Voyage autour du monde de l’amiral Anson. La diversité des sujets envisagés se comprend mieux si l’on considère que ces lectures se sont échelonnées, pour ce que nous en savons actuellement, des années 1720 aux derniers jours de Montesquieu, en 1755 – la datation en étant facilitée par l’identification des principaux secrétaires de Montesquieu, dont l’intervention, depuis les travaux de Robert Shackleton, peut être située, à quelques mois près (fig. 3)17. La moitié environ des extraits porte sur des ouvrages que Montesquieu possédait à La Brède – mais peut-être furent-ils acquis postérieurement ; en tout cas le mode de vie particulier de Montesquieu, qui alterne les séjours d’environ six mois en Bordelais et à Paris, tout en poursuivant l’élaboration de son grand œuvre, suffirait à rendre nécessaire la constitution d’une bibliothèque portative18 – et on est tenté de faire le rapprochement avec Winckelmann étudié par Élisabeth Décultot. Mais au-delà de ce principe, ce sont les modalités et les fins de ces cahiers qu’il faut cerner.

  • 19 Je renvoie pour ces détails à l’introduction des Intérêts de l’Angleterre mal entendus, dans le vol (...)

7Une des principales difficultés préalables consiste à savoir si les secrétaires n’auraient pas été chargés de dresser eux-mêmes des résumés. Le cas se pose notamment pour la série des extraits relatifs au commerce (antérieurs à 1731) : le transcripteur, l’abbé Bottereau-Duval, est un collaborateur actif de Montesquieu, et non un simple copiste. La forme même de ces extraits, qui diffère légèrement de celle que l’on observe dans les Geographica, et qui notamment en rend difficile l’utilisation ultérieure19, doit être prise en compte. Mais il semble bien que ce soit le seul cas où le doute soit permis. Partout ailleurs, on observe la même méthode : une transcription parfois calquée sur le texte d’origine, mais en fait le plus souvent remodelée (j’y reviendrai), suivie de la mention de page, et comportant à intervalles irréguliers une intervention personnelle de Montesquieu, toujours signalée par un astérisque. Celle-ci introduit une remarque, voire un jugement sur la matière traitée, aussi bien que sur la façon dont l’auteur la traite. L’extrait du Traité des finances des Romains (anonyme) de Chassipol (Paris, Briasson, 1739) en présente un nombre particulièrement élevé. On n’en relèvera que trois exemples : « Le bien des Romains et leur principal trafic consistoit en esclaves. Pline [f. 12v] parle du nombre prodigieux que de certains particuliers en avoint, il dit qu’un grammairien nommé Daphnis fut vendu plus de 75 mille livres. *C’etoit bien de l’argent pour un grammairien p. 116. » ; plus haut, il est question de « ce que l’autheur trouve très juste *Et moi très impertinent » (f°11r°). Enfin, un jugement général et définitif qui vient assez tôt : « Ce livre est insuportable a cause de la negligence ou de l’ignorence de l’autheur qui ne distingue jamais ce qui s’est passé sous les rois sous la republique a son commencement au milieu a sa fin sous les premiers empereurs, sous ceux du Moyen Âge sous le Bas-Empire, sous celluy d’Orient, il confond tout » (f° 5r°). De fait, cet ouvrage commandé par Colbert lui paraît n’avoir été écrit et publié que pour justifier par l’histoire une accumulation d’impôts abusive. L’extrait se présente donc comme un dialogue critique, et la lecture-écriture comme un travail de filtration active, qui lui permet d’extraire non pas seulement ce qui serait juste et intéressant, mais ce qui est utile, voire utilisable. Le mépris qu’il lui voue n’empêche pas en effet qu’il puisse lui servir, ne serait-ce qu’à titre de compilation : Montesquieu y relève nombre de références précises, que L’Esprit des lois utilisera, notamment au livre XIII, sans qu’il ait changé d’avis sur sa source.

Figure 3 – Table des matières des Geographica de Montesquieu, feuillet initial non paginé, ms. Bordeaux 2507, cliché bibliothèque de Bordeaux.

  • 20 Si les deux premiers chapitres font l’objet d’un résumé assez long (6 500 signes pour 40 pages), le (...)

8Comment ces extraits ont-ils été dressés ? Si l’on excepte le cas douteux que nous avons signalé pour les cahiers transcrits par Bottereau-Duval, il semble qu’on ait affaire à deux modes, qui ne sont pas exclusifs l’un de l’autre. Le Traité des finances des Romains livre des indications révélatrices, notamment grâce à l’intrusion dans une citation latine de deux mots mystérieux : dita sit – incompréhensibles... sauf si on y voit la transcription erronée d’une expression prononcée à haute voix, « dit Tacite » ; et c’est effectivement à l’historien latin qu’il faut rendre la citation. Ailleurs, des erreurs sur des noms propres peu courants (notamment dans les Geographica II) semblent confirmer que Montesquieu lit à haute voix les passages qu’il veut faire consigner – ceux-ci étant bien sûr relus, puisque les erreurs les plus graves sont corrigées de sa main ou d’une autre. Mais on est étonné du petit nombre de ratures que comportent ces cahiers, qui déroulent des lignes parfaitement régulières et lisibles, sans hésitations ni repentirs. Une page des Geographica II suggère l’explication (f° 242v°) : en tête du chapitre « De la médecine des Chinois », cette mention : « J’ai lu ceci fort super[fi]ciellement. » La version fournie par le cahier est donc issue d’un premier travail, purement mental, d’arpentage ou de défrichage, ou d’une première transcription, devenue ensuite inutile et par conséquent détruite. Mais s’agit-il d’une méthode généralement suivie ? Quand il lit le Traité des finances des Romains, c’est semble-t-il sans préalable : à mesure qu’il avance dans l’ouvrage et en perçoit la faiblesse, la prise de notes devient plus sommaire20, tout en faisant ressortir les têtes de chapitre, et donc la structure d’ensemble du livre.

  • 21 En effet, dans ses Pensées, on relève un passage biffé : « Na que j’ai oûi parler d’un voyage d’Add (...)

9On ne saurait cependant faire de cette dernière remarque une règle absolue, ni même chercher à en tirer une, en raison de l’extension chronologique de ces extraits. Commencés avant les voyages de Montesquieu (1728-1731), quand il cherche à s’informer sur la situation économique et politique de l’Europe (son intérêt le porte alors vers une carrière diplomatique), ils sont particulièrement importants durant la période 1734-1738 (c’est un des moments essentiels des Geographica II) : alors Montesquieu a publié les Considérations sur les Romains (1734), il écrit ce qui deviendra un chapitre clé de L’Esprit des lois, l’analyse de la Constitution d’Angleterre (XI, 6), mais n’a pas encore en tête le dessein d’un ouvrage qui se construit progressivement durant les quatorze années suivantes. Que ses extraits aient changé de méthode et de finalité n’aurait rien d’étonnant, d’autant que cette pratique elle-même a pu s’infléchir à mesure que Montesquieu en avait davantage l’expérience. Ainsi, au début des Geographica II, et donc avant le Traité des finances des Romains, aucune volonté ne se manifeste de rendre la structure de l’ouvrage, ou de le suivre jusqu’à la fin : « Je n’ay point achevé de lire ce livre », inscrit-il simplement après avoir rendu compte de la page 218 des Remarques sur différentes parties d’Italie d’Addison (p. 11 des Geographica II) – peut-être a-t-il fini par y trouver ce qu’il y cherchait, la lecture n’étant justifiée que par une curiosité momentanée21.

  • 22 Voir L. Desgraves et C. Volpilhac-auger, avec la collaboration de F. Weil, Le Catalogue de la bibli (...)
  • 23 Ils constituent la seule partie publiée (mais elle-même incomplète) de l’extrait de Du Halde, dans (...)

10Néanmoins la constance semble caractériser d’autres pages : l’extrait des quatre in-folio de la Description de la Chine de Du Halde constitue une partie importante de ces Geographica II, où ne manque pas la laborieuse énumération des monarques qui se succèdent au long des vingt-deux dynasties chinoises. Il s’agit bien alors d’un travail systématique, sur un ouvrage coûteux que Montesquieu ne possédait pas dans sa bibliothèque22 ; on est donc tenté de penser qu’il s’agit pour lui de noter tout point pouvant l’intéresser ultérieurement, le manuscrit servant de substitut concentré à l’imprimé, sans bien sûr interdire le dialogue critique, car Montesquieu se méfie de l’empressement des pères jésuites à célébrer la prospérité et le bonheur de la Chine qu’ils se vantent d’évangéliser – de nombreux astérisques en témoignent23.

  • 24 Il est justement repris dans un manuscrit de La Brède, rejeté de L’Esprit des lois (2506/7, f° 40r° (...)

11Il est cependant clair que le philosophe ne cherche pas à présenter un reflet fidèle de ce qu’il lit ; on le voit particulièrement avec les Mœurs des Ostiakes et comment ils furent faits chrétiens en 1712. Par J.B. Muller capitaine suédois prisonnier en Sibérie (Geographica II, f° 28-30). Montesquieu retient principalement ce qui a trait à la géographie physique : rien d’historique, notamment sur les circonstances qui justifient cette relation, la conversion des Ostiakes ; rien non plus sur leur « morale » (alors qu’ils sont considérés par l’auteur comme « vivant précisément dans l’état de simple nature », p. 396), sur l’éducation ou leurs lois civiles, sur leur religion, à laquelle Muller consacrait tout son chapitre 3 ; aucun des détails précis (et pittoresques) que fournit Muller sur leur habillement, « malpropre », sur les rites de mariage, et en général sur leurs coutumes ne figure ici sauf sur l’usage des traîneaux et la nourriture des chiens. Leur organisation politique, un patriarcat proche de l’anarchie (p. 402-409), n’est pas davantage évoquée. Ce qui semble avoir en revanche beaucoup frappé Montesquieu, c’est leur système de garantie qui compense l’absence d’écriture24, et une forme de religion superstitieuse, qui chez Muller occupent moins de trois pages sur plus de cinquante, et chez Montesquieu constitue l’essentiel. On parlera en fait moins de la liberté qu’il prend alors que de l’intention qui préside à cette lecture : ni « objective », ni neutre, elle se veut au contraire discriminante et personnelle. Cette appropriation correspond à une transformation radicale. On ne saurait trop dire que la bibliothèque manuscrite de Montesquieu est à son propre usage, exclusivement.

De la lecture à l’écriture

  • 25 Dont il a fait usage, comme tout le monde : ainsi la source principale des citations du Discours su (...)
  • 26 Développé parmi d’autres dans mon article, « Du bon usage des Geographica », Revue Montesquieu n° 3 (...)

12Comment le phénomène de concentration et de sélection s’opère-t-il ? Ce processus pourrait bien être le plus intéressant et le plus original de la démarche de Montesquieu, qui déteste la compilation et les compilateurs25 car lecture et réécriture sont inextricablement liées, non seulement parce que l’extrait doit présenter une version condensée, donc éliminer le détail immédiatement jugé peu pertinent ou l’expression verbeuse, mais surtout parce qu’en le retranscrivant, Montesquieu transforme le texte qui devient alors sien, prêt à s’insérer dans un développement dont on pourrait même se demander s’il n’est pas profondément tributaire de l’extrait. Je reprendrai d’abord un exemple26, qui permet de comparer les trois versions d’un même texte :

« Du Halde, t. I, p. 380 (dans l’énumération des dynasties chinoises, il s’agit de l’évocation de Ven Ti, troisième empereur de la cinquième dynastie) :
Il cultiva la terre de ses mains Royales pour ennoblir en quelque sorte une profession si pénible ; il fit planter des mûriers dans son palais, & y fit nourrir des vers à soye, pour engager les Grands à suivre son éxemple, & il obligea l’impératrice & ses femmes à travailler des ouvrages à l’aiguille, pour animer les dames chinoises à se faire une semblable occupation.

Geographica II, f° 137v° :
[Il] cultiva la terre de ses mains pour rétablir l’agriculture, fit planter des mûriers dans son palais et travailler à la soye l’imperatrice et ses femmes.

  • 27 Ici une erreur inexplicable, due sans doute aux transcriptions successives.

EL, XIV, 8 (note c) :
Ven ty, troisième empereur de la troisième dynastie27, cultiva la terre de ses propres mains, et fit travailler à la soie, dans son palais, l’impératrice et ses femmes. »

  • 28 Ils constituaient alors le chapitre 9 de ce manuscrit, qui n’est pas postérieur à 1746 (BNF, n.a.fr (...)
  • 29 « Il y a plusieurs endroits de la terre où l’on se laisse croître les ongles pour marquer que l’on (...)

13Le travail de « condensation » explique la bizarrerie de l’expression – car il n’est pas pensable que l’impératrice ait dû sortir du palais impérial, même pour cette occupation. Il s’agit en fait d’une contamination avec la phrase précédente. Le commentaire de Du Halde (« pour animer les dames chinoises... ») paraît inutile dès le stade de la lecture, mais surtout la structure de la phrase, qui met en valeur le groupe « l’impératrice et ses femmes », et le détail même de l’expression (« travailler à la soye »), paraissent également d’ores et déjà fixés. Dans d’autres exemples, il apparaît que le rythme, le balancement des phrases, le choix des mots tendent à faire de l’extrait une prérédaction, plus proche du texte de L’Esprit des lois que de celui de Du Halde. Mais on peut aller beaucoup plus loin : le très bref chapitre 8 du livre XIV est composé de trois paragraphes, qui dans le manuscrit n’étaient que deux28 ; ceux-ci sont en fait constitués, en tout et pour tout, notes comprises, de trois citations des Geographica II, deux de Du Halde, une de La Loubère. Comment douter qu’une relecture ou un feuilletage de ce volume n’aient permis de le nourrir, voire d’en concevoir la nécessité ? De même, au livre XIX, les chapitres 9 à 20 (soit dix pages dans les éditions modernes), qui étudient les mœurs et manières des nations ou leur caractère, afin de voir comment se forme « l’esprit général », comportent huit références à des ouvrages dont l’extrait figure dans les Geographica II (Du Halde, Dampierre, les Lettres édifiantes et curieuses, le Journal de Lange au tome VIII des Voyages du nord) – une neuvième étant implicite dans une formulation générale29. Là encore, le rôle du recueil d’extraits est patent : il semble bien que Montesquieu rédige ces pages en l’ayant constamment sous les yeux – signe, non pas qu’il décalque l’ œuvre – source, mais qu’en lisant celle-ci il entrevoit l’usage qu’il en fera et construit l’œuvre à venir, et surtout qu’il relit l’extrait pour en nourrir celle-ci.

Relectures, réécritures

  • 30 Lesquels portent parfois des « astrix ».
  • 31 Ce phénomène est étudié dans : C. Volpilhac-Auger, avec la collaboration de C. Bustarret. L’Atelier (...)

14Les archives de La Brède, dont certains dossiers sont restés inachevés, voire « en chantier », nous en disent plus sur sa manière de travailler à partir de l’extrait, car elles ont conservé trace de tous ses brouillons : Montesquieu fait recopier sur des fiches, qu’il appelle « bultins30 », des passages de ces extraits, qui renvoient à ceux-ci, et jamais à l’original – il appartient sans doute au secrétaire, dans une phase ultérieure, de rechercher la référence qui seule passera dans la version imprimée31. Le même passage est parfois recopié deux fois, par des mains différentes (avec des variantes dues à la négligence ou à une difficulté de lecture). Mais surtout on trouve rassemblées dans une chemise des séries entières de fiches, de la main du même secrétaire, tirées des mêmes feuilles de papier, sur le même sujet, recopiant des passages du même recueil d’extraits. Le volume Pièces diverses a ainsi servi à alimenter une quarantaine de fiches consacrées aux « diverses destructions » dues au fanatisme ou à la cruauté, tout au long de l’histoire de l’humanité. Des fragments de chapitres rédigés à une époque antérieure n’apprennent rien sur le sort que leur destinait Montesquieu. Seul reste ce geste : une relecture systématique qui détaille l’extrait en fragments utilisables, papillons de papier volants ou épinglés, ou plus prosaïquement « Post-it » qui sont peut-être restés jusqu’à aujourd’hui à la place que leur avait assignée Montesquieu, et qui auraient pu devenir les articulations essentielles de développements comparables à ceux qu’avait permis Du Halde.

  • 32 Nous n’avons guère trouvé qu’un exemple où L’Esprit des lois cite un passage de Du Halde qui ne se (...)
  • 33 Masson, t. III, p. 1224. à Mme de Tencin, 15 avril 1749.
  • 34 En fait, les Remarks on several parts of Italy (1705).
  • 35 À une seule réserve près, l’emploi du mot « citadin » (confirmé par la lecture du manuscrit de la l (...)
  • 36 Voir L. Desgraves et C. Volpilhac-Auger, avec la collaboration de F. Weil. Le Catalogue de la bibli (...)

15Un point mérite d’être noté : le philosophe n’a aucun doute sur des notes prises plusieurs années auparavant, et les reprend telles quelles, manifestement sans se soucier de l’original32. Attaqué par des relations génoises de Mme de Tencin sur le rôle dans leur cité de la banque Saint-Georges, qu’il évoquait dans L’Esprit des lois (II, 3), il lui répond : « Il y a environ deux mois que, sur votre lettre, j’allai chercher si je m’étois trompé, et je me suis trouvé fort consolé quand j’ai vu que M. Addison – qui étoit l’homme du monde qui sçavoit le mieux ce qu’il disoit – passant à Gênes comme moi, avoit fait cette réflexion33. » Il dit avoir traduit lui-même de l’anglais la page du Voyage d’Italie34 qu’il cite alors ; or il s’agit des premiers mots du premier extrait des Geographica II, tels qu’il les avait fait transcrire entre 1734 et 1738 (et sans doute plutôt au début de cette période)35. Tout dans sa lettre laisse supposer qu’il s’est reporté à l’ouvrage d’Addison, qu’il possède à La Brède36 où il séjourne alors – mais il est manifeste qu’il ne l’a pas fait : point n’était besoin de chercher l’ouvrage, de le feuilleter et de le retraduire, puisque la solution était à portée de main. En accord avec lui-même, Montesquieu peut répondre sans hésitation à Mme de Tencin et aux Génois contestataires : signe que pour lui l’extrait, dont nous avons dit qu’il ne prétend ni à l’objectivité ni à la neutralité, n’est à ses yeux jamais faux, inexact ou tendancieux, puisqu’il est de bonne foi. N’est-ce pas le postulat d’un tel exercice intellectuel ?

16La bibliothèque manuscrite de Montesquieu lui est donc pour ainsi dire consubstantielle : soutenue par les « astrix » qui engagent le dialogue avec le texte, relayée et prolongée par les « bultins » qui l’insèrent dans l’œuvre en train de s’écrire, elle ne se monnaye pas seulement en preuves, exemples, citations et références. Elle représente une part immense du savoir auquel s’adosse l’œuvre poursuivie pendant quinze ans, elle en est le garant et le fondement, mais elle reflète aussi toute une démarche intellectuelle. « J’ai posé les principes, et j’ai vu les cas particuliers s’y plier comme d’eux-mêmes », dit (orgueilleusement ou très simplement) la préface de L’Esprit des lois. Les « cas particuliers » ne sont pas les « bultins » tirés de Du Halde ou des Lettres édifiantes qui viendraient se loger opportunément là on les attend ; les cas particuliers, déjà passés au crible de la raison, modelant ou relançant le développement, l’informent dans tous les sens du terme, et lui confèrent cette souplesse qui en est une des caractéristiques majeures. L’expression dissociée en deux pans, par le biais de « et j’ai vu », ne doit pas s’entendre en un sens exclusivement chronologique, et les « principes » ne sauraient apparaître comme sortant tout armés d’un crâne, ou tombant du ciel des idées. Les principes se constituent progressivement et reconstruisent rétrospectivement une masse inerte mais malléable, à la lecture des cas particuliers, à travers le dialogue critique, la filtration ou la réduction à l’essentiel que l’on a vus. L’opposition n’est pas entre un moment du non-sens et un moment de l’intellection rétrospective, mais entre celui de l’élaboration des principes et celui de leur vérification, ou de leur mise à l’épreuve, l’une et l’autre s’opérant à travers cette lecture-écriture qui aboutit à la rédaction de L’Esprit des lois. Ce mouvement qui constitue la bibliothèque manuscrite de Montesquieu et la prépare si bien à faire œuvre est l’image même d’une réflexion qui ne dissocie en fait jamais observation et théorisation.

17Cette bibliothèque qui n’est plus que l’ombre d’une ombre, à l’opposé de la bibliothèque borgesienne de Babel, si étrangère à l’esprit de Montesquieu, ne nous renvoie en ses ruines circulaires ni à autrui ni à nous-mêmes, ni à un auteur enfermé dans sa propre construction, mais à une pensée qui au contact des livres se relance sans cesse, et trouve dans chaque particularité « de lois ou de mœurs », une nouvelle raison de ne pas croire à la « fantaisie » des hommes.

Notes

1 Louis Desgraves, « Les extraits de lecture de Montesquieu », in Dix-huitième siècle, n° 25, 1993, pp. 483-491, développant, du même, « Notes de lecture de Montesquieu », in Revue historique de Bordeaux, 1952, pp. 149-151, et repris dans Louis Desgraves, Montesquieu, l’œuvre et la vie, Bordeaux, 1995, pp. 261-273.

2 Transférées en 1994 à la bibliothèque de Bordeaux, après la dation qui en a été faite par Mme de Chabannes.

3 C. P. Courtney, avec la collaboration de C. Volpilhac-Auger, « Liste bibliographique provisoire des œuvres de Montesquieu », in Revue Montesquieu, n° 2, 1998, pp. 211-245.

4 À comparer avec ce qui en était proposé dans la plus récente et la plus vaste publication d’œuvres complètes de Montesquieu jusque-là disponible, l’édition dirigée par André Masson, Paris, Nagel, 1950-1955. 3 vol. : t. II, pp. 923-963 (éd. Françoise Weil), et t. III, pp. 703-720.

5 Je parle moins ici des Pensées et du Spicilège, considérés d’emblée comme dépositaires provisoires d’une pensée en évolution : à ce titre, ils sont presque considérés comme des « œuvres ».

6 Ainsi les Pensées, n° 1846. mentionnent les Voyages en Perse de Chardin, comme appartenant au deuxième volume des Geographica. Or ils n’y figurent pas. Il s’agit sans doute d’une simple erreur de transcription, Chardin appartenant au premier de ces volumes.

7 C. Volpilhac-Auger, avec la collaboration de Claire Bustarret, L’Atelier de Montesquieu. Manuscrits inédits de La Brède. Naples. Liguori, Oxford, Voltaire Foundation, 2001, pp. 281-283.

8 Il faut donc rayer des listes le prétendu Academica, annoncé au n° 2035 des Pensées, qui n’est qu’un moyen de désigner une dissertation originellement destinée à l’académie de Bordeaux – sans exclure la possibilité d’un clin d’œil, ce titre étant celui d’un ouvrage de Cicéron.

9 Cas que j’ai examiné dans « Montesquieu, l’œuvre à venir », in Revue Montesquieu n° 4, 2000, pp. 5-25, particulièrement pp. 18-21. Un autre exemple dans les Pensées, n° 220 : « Quelques morceaux qui n’ont pu entrer dans mes Pensées morales » ; pourquoi refuser à ces « Pensées morales », développées en plusieurs paragraphes et insérées dans un Traité des devoirs lui-même abandonné, le statut d’œuvre abandonnée, plutôt que de compilation ou de notes de lecture ?

10 La nouvelle édition du Spicilège, procurée par R. Minuti et S. Rotta (Voltaire Foundation, 2002). révèle précisément que le noyau de ce volume, dit « recueil Desmolets », est un extrait de plusieurs périodiques, dont les Mémoires de Trévoux. N’a pas été mentionnée jusqu’ici une « œuvre » qui n’est admise dans le corpus qu’à titre anecdotique, l’Historia romana, en fait cours dicté à Montesquieu par son régent de quatrième ; il ne doit qu’à une tradition difficilement compréhensible d’être admis parmi des « recueils de notes ».

11 Connu seulement par les nombreuses notes qui en sont tirées, dans les manuscrits de Bordeaux (2506/8), et par trois allusions dans les Pensées (n° 1752, 1765, 1808) ; voir aussi ci-dessous.

12 Connu par une allusion dans les Geographica II, f° 22. Actuellement conservé à Bordeaux, ms. 2526/21 à 24 ; les pages ayant été disjointes, une cotation distincte a été affectée à chaque unité. Le Catalogue des manuscrits envoyés en Angleterre [en 1818] signale également un Extrait de mes extraits constitué avant L’Esprit des lois, et dont Montesquieu semblait n’avoir gardé qu’un souvenir imprécis. Voir ce Catalogue des manuscrits dans : C. Volpilhac-auger, avec la collaboration de C. Bustarret, L’Atelier de Montesquieu, op. cit., pp. 276-280.

13 Conservé à la Bibliothèque nationale de France, ce manuscrit en 6 volumes est en cours de publication, par les soins d’Andrew Lewis et d’Iris Cox (n.a.fr. 12837-12842).

14 Aux 75 numéros répertoriés par notre liste de 1998, il faut ajouter ceux que nous avons relevés depuis : Davila (cité dans le manuscrit de la bibliothèque de Bordeaux, n° 2506/7, f° 2r°), Nouvelles de la République des lettres (ms. de Bordeaux, n° 2506/15, f° 4r°), Polybe (cité dans l’Essai sur les causes, p. 21), Wansleben (ms. de Bordeaux, 2506/8, f°4r°). D’autres sont peut-être encore à découvrir dans les marges de tel ou tel manuscrit que je n’ai pas encore consulté.

15 Bordeaux, ms. 1868, n° 328.

16 Les cotes 2523 à 2525 présentent des « notes de lecture » (ou plutôt notes de cours ?) qu’il est actuellement difficile d’attribuer formellement à Montesquieu.

17 Ainsi, le feuillet initial des Geographica ici reproduit montre l’utilisation de plusieurs de ces mains, en concurrence avec l’écriture autographe. Ces travaux d’identification ont été poursuivis par Georges Benrekassa, Rolando Minuti et moi-même.

18 Montesquieu peut emprunter des ouvrages à la Bibliothèque du Roi, ce dont témoignent les registres (voir notamment Iris Cox, Montesquieu and French Laws, Oxford, 1983, Studies on Voltaire, 218), mais aussi à la bibliothèque de l’académie de Bordeaux (dressé vers 1740, le catalogue en est conservé à la bibliothèque municipale de Bordeaux, ms. 3165), ainsi que chez des amis comme Barbot. Des vérifications dans ces fonds sont indispensables : les bibliographies ou catalogues que j’ai pu consulter assignent tous à la Dissertation sur le commerce de Girolamo Belloni, traduite par Morenas, la date de 1755 – ce qui rend inexplicable la présence d’extraits (Bordeaux, ms. 2526/24bis) dans le fonds Montesquieu, le philosophe étant mort au début de février 1755 ; inexplicable sauf si l’on se reporte à l’exemplaire conservé à Bordeaux, et provenant de l’académie (cote : S 6807 [1]) : il est daté de 1751, comme le porte l’extrait.

19 Je renvoie pour ces détails à l’introduction des Intérêts de l’Angleterre mal entendus, dans le volume à paraître des Œuvres complètes (Extraits divers, t. XVII) ; des questions de chronologie incitent aussi à la prudence.

20 Si les deux premiers chapitres font l’objet d’un résumé assez long (6 500 signes pour 40 pages), les 45 pages des chapitres 10 à 18 sont évoquées en 4 600 signes.

21 En effet, dans ses Pensées, on relève un passage biffé : « Na que j’ai oûi parler d’un voyage d’Addison ou il a cherché a faire voir par les choses que les poëtes ont chantées et par ce qu’elles sont a present combien il seroit dangereux de les croire, mais ce qu’il attribuë a des mensonges poétiques pourroit bien peut-etre etre attribué a des changemens reels. » (n° 102, f° 96r°). L’étude des écritures révèle qu’il est antérieur à la page des Geographica où Montesquieu énumère justement, à la suite d’Addison, combien les paysages chantés par Virgile ont changé (et cette lecture a dû justifier la biffure) ; n’aurait-il lu Addison que pour y trouver confirmation de ce dont il avait « oûi parler », quand il était occupé des changements que la surface de la Terre a pu connaître au fil des siècles (conformément à un programme de travail qu’il adresse au Mercure en 1719) ? Les Remarques lui apportaient d’autres suggestions, notamment sur les institutions génoises, dont L’Esprit des lois devait un jour faire usage au livre II, comme on le verra plus loin.

22 Voir L. Desgraves et C. Volpilhac-auger, avec la collaboration de F. Weil, Le Catalogue de la bibliothèque de Montesquieu à La Brède, Cahiers Montesquieu n° 4, Société Montesquieu. Naples, Liguori, Oxford, Voltaire Foundation, Paris, Universitas, 1999.

23 Ils constituent la seule partie publiée (mais elle-même incomplète) de l’extrait de Du Halde, dans l’édition Masson des Œuvres complètes de Montesquieu (t. II, pp. 923-963).

24 Il est justement repris dans un manuscrit de La Brède, rejeté de L’Esprit des lois (2506/7, f° 40r°, « Des obligations de la simple parole »).

25 Dont il a fait usage, comme tout le monde : ainsi la source principale des citations du Discours sur la sincérité (1717) est le Florilège de Stobée.

26 Développé parmi d’autres dans mon article, « Du bon usage des Geographica », Revue Montesquieu n° 3, 1999, pp. 169-179.

27 Ici une erreur inexplicable, due sans doute aux transcriptions successives.

28 Ils constituaient alors le chapitre 9 de ce manuscrit, qui n’est pas postérieur à 1746 (BNF, n.a.fr. 12834, f° 173). L’ajout dans l’édition de 1748 du dernier paragraphe, consacré aux « anciens Perses », rompt l’unité d’un chapitre intitulé « Bonne coutume de la Chine ».

29 « Il y a plusieurs endroits de la terre où l’on se laisse croître les ongles pour marquer que l’on ne travaille point », ce qui se retrouve (pour la Chine) chez Du Halde, t. I, p. 80, et Geographica, f° 192r°.

30 Lesquels portent parfois des « astrix ».

31 Ce phénomène est étudié dans : C. Volpilhac-Auger, avec la collaboration de C. Bustarret. L’Atelier de Montesquieu, op. cit., pp. 17-22.

32 Nous n’avons guère trouvé qu’un exemple où L’Esprit des lois cite un passage de Du Halde qui ne se trouve pas dans les Geographica : seul cas où il ne s’estime pas dispensé d’y revenir. Encore peut-il s’agir d’une référence erronée, dont on retrouvera peut-être la source quand l’ensemble des Geographica II aura été transcrit et étudié.

33 Masson, t. III, p. 1224. à Mme de Tencin, 15 avril 1749.

34 En fait, les Remarks on several parts of Italy (1705).

35 À une seule réserve près, l’emploi du mot « citadin » (confirmé par la lecture du manuscrit de la lettre : Bordeaux, BM, ms. 1868) pour évoquer ce que les Geographica désignent comme des « citoyens ».

36 Voir L. Desgraves et C. Volpilhac-Auger, avec la collaboration de F. Weil. Le Catalogue de la bibliothèque de Montesquieu, op. cit., n° 3071.

Table des illustrations

Légende Figure 3 – Table des matières des Geographica de Montesquieu, feuillet initial non paginé, ms. Bordeaux 2507, cliché bibliothèque de Bordeaux.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/34968/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search