Version classiqueVersion mobile

Lire, copier, écrire

 | 
Élisabeth Decultot

Deuxième partie. De la compilation savante à l’écriture personnelle

Les comptes savants de Johann Caspar Hagenbuch : l’érudit et ses cahiers d’extraits

Klaus Weimar

Texte intégral

1L’article « Dresser des extraits » (« Excerpiren ») paru en 1734 dans le huitième volume du Universal-Lexikon (Dictionnaire universel) de Zedler ne parle que dans sa phrase introductive de l’extrait comme d’une copie. Ensuite, il s’intéresse aux « méthodes » de cet art.

  • 1 Johann Heinrich Zedler, Groβes vollständiges UniversalLexicon Aller Wissenschafften und Künste […], (...)

« Pour y parvenir, diverses méthodes ont été proposées. Certains font insérer des feuilles de papier dans un livre où ils veulent recueillir quelques extraits, se familiarisent avec l’ordre du livre et ajoutent alors ce qu’ils trouvent dans d’autres ouvrages. D’autres commencent par confectionner un livre dans lequel ils consignent de longs passages. Dans un second livre, ils établissent des titres et se contentent de résumer les notes préalablement prises, en renvoyant au premier livre. À partir de ces titres, ils établissent, dans un troisième livre, un index classé par ordre alphabétique. C’est alors que s’achève cette comptabilité érudite, une comptabilité quelque peu fastidieuse par sa longueur. Pour d’autres méthodes, on pourra consulter Drexelii Aurifod. Artium et Scient. Sachinus de Ratione libros legendi 9. Kekermann in Consilio Log. de Locis commun. Placcius de Arte excerpendi. Morhof in Polyhist. III. 1. Lock œuvres Diverses p. 373. On ne peut absolument pas dire quelle est la meilleure méthode. Chacun doit déduire de sa propre expérience ce qui lui est le plus commode et le plus agréable1. »

  • 2 Vincentius Placcius, De arte excerpendi Vont Gelahrten Buchhalten Liber singularis […], Holmiae & H (...)

2 Faire des extraits, nous apprend cet article, ne consiste pas seulement dans la cueillette de citations, d’indications bibliographiques ou de résumés puisés dans des livres, mais aussi et surtout dans la réunion et la classification de ces notes. C’est dans cet esprit que Vincentius Placcius, mentionné dans la précédente notice de Zedler, écrit : « Nous distinguons à bon droit les extraits de ce qui n’est pas du tout copié d’un livre ou n’est que souligné [dans ce livre], ou encore de ce qui est noté sans art et de façon confuse2. » La consignation confuse et sans art de notes de lecture sort de la définition de l’extrait et n’en relève donc pas. Seules la consignation, la réunion et la classification méthodiques d’extraits de lecture méritent pleinement le nom de « Exzerpieren ».

3Je vais parler ici d’un personnage qui a investi une énergie immense à chercher et finalement à trouver la méthode ou l’ordre le plus « commode » et le plus « agréable » pour lui. Il s’agit d’une méthode qui, à ma connaissance, n’a jamais été décrite auparavant et était conçue de façon très personnelle pour satisfaire des besoins propres. Néanmoins, l’histoire ne se termine pas bien, car son héros est mort avant d’avoir écrit et même d’avoir seulement commencé à écrire la somme qu’il avait préparée durant presque trois décennies par ses extraits.

Débuts d’une économie savante : les premiers travaux de Hagenbuch

  • 3 Cf. Urs B. Leu, « Nicht Tigurum, sondern Turicum ! Johann Caspar Hagenbuch (1700 – 1763) und die An (...)
  • 4 Cf. Ernst Gagliardi et Ludwig Forrer, Katalog der Handschriften der Zentralbibliothek Zürich. I : N (...)
  • 5 Quatre catalogues manuscrits de cette bibliothèque ont été conservés : le premier date de 1744 et a (...)
  • 6 U. B. Leu compte « encore à peu près 1 700 volumes » sur les 3 000 volumes environ présents à l’ori (...)
  • 7 Hormis l’œuvre de Placcius (cf. note 2), on trouve le traité de Franciscus Sacchinus, De ratione li (...)

4Il s’agit d’un philologue et d’un théologien zurichois du nom de Johann Caspar Hagenbuch ou encore Ioannes Gasparus Hagenbuchius (1700- 1763), comme il se nommait lui-même dans ses publications et dans ses notes3. Il appartenait à cette nouvelle génération d’intellectuels qui, en l’espace remarquablement bref d’un peu plus de deux décennies, réintégrèrent la ville de Zurich, figée dans son puritanisme, dans le mouvement international et la placèrent même parfois à la tête de ce mouvement – un phénomène qu’illustrent bien ses collègues et amis du même âge Johann Jacob Breitinger et Johann Jacob Bodmer. Hagenbuch est l’un de ces nombreux érudits respectables du passé que presque personne ne connaît plus dans notre siècle, ce qui arrivera sans doute à plus d’un d’entre nous dans les siècles à venir, à supposer que ces siècles existent encore. Au milieu du xviiie siècle néanmoins, son nom avait bonne réputation : il était associé à une connaissance approfondie de l’épigraphie latine. C’était là son domaine de spécialité et c’est dans ce domaine qu’il a rédigé et classé des extraits de lectures. Il a composé plus de quarante volumes manuscrits de grands formats, qui, placés les uns à côté des autres, occuperaient sans doute plus de quatre mètres de longueur. Ce fonds manuscrit se trouve actuellement à la Zentralbibliothek de Zurich4, tout comme d’ailleurs aussi le cœur de sa bibliothèque, qui contenait à l’origine plus de 3 000 volumes5. Ces ouvrages ne sont néanmoins pas regroupés selon le schéma d’origine, mais ont été répartis sous plusieurs groupes de cote. Ils restent reconnaissables à la mention du nom de Hagenbuch sur les pages de garde et de titre6. Cette bibliothèque contient d’ailleurs également des traités sur l’art de dresser des extraits7.

  • 8 Ms C 327, pp. 309 – 408 : Excerpta ad Literaturam Spectantia ex Variis Rei Literariae Scriptoribus. (...)
  • 9 Ms C 335 und Ms C 336.

5En supposant qu’aucun volume plus ancien n’ait été perdu, Hagenbuch a composé son premier cahier d’extraits à l’âge de dix-sept ans8, après qu’il eut rédigé à quinze ans un Index Sallustianus et un Index Ciceronianus9. Ce premier cahier trahit le débutant. Mesurés à l’aune de Placcius, ces « extraits » n’en sont pas de véritables, car ils n’obéissent à aucun ordre : ils ne présentent même pas les traces d’une quelconque organisation. Il s’agit d’une liasse de 24 feuilles in-quarto pliées au milieu et écrites en continu sur les deux côtés. Elles contiennent des notes de lecture d’une variété étonnante, empruntées à presque tous les domaines de l’érudition, avec un intérêt particulier pour la philologie et la théologie. À chaque livre lu correspond un alinéa. Les indications bibliographiques sont toujours fournies. On trouve souvent un résumé du contenu de l’ouvrage et la mention de ses points importants ou intéressants, pratiquement sans citations littérales. Une dissertation de Daniel Georg Morhof nous servira ici d’exemple. Il s’agit d’un extrait relativement long, qui commence, ce qui n’est pas typique, en allemand.

  • 10 Hagenbuch, Excerpt ad Literaturam Spectantia […], p. 345 (extrait de : Dan. Georgii Morhofii Stento (...)

« Morhof était présent lorsque Petter fit éclater un verre à l’aide de sons, ce qui l’amène à publier ce traité savant. Il y parle également des murs de Jéricho et discute la question de savoir s’ils sont, ou non, tombés naturellement au bruit des trompettes. Après que l’auteur a fait volé en éclats les élucubrations des rabbins à ce sujet, il abonde dans le sens de Mersenne qui veut que ces murs aient été détruits naturellement par le bruit. Néanmoins, il reconnaît à la fin que la cause directe de cette destruction fut soit Dieu soit les anges, et ce d’autant plus que l’apôtre attribue à la foi seule la chute de ces murs. Beaucoup de remarques philosophiques sur le bruit et le verre. Mais cela vaudra la peine d’étudier l’auteur lui-même10. »

  • 11 Johann Adam Bergk, Die Kunst, Bücher zu lesen. Nebst Bemerkungen über Schriften und Schriftsteller, (...)

6Ce cahier d’extraits se prête certes à la relecture et à la mémorisation, mais n’est d’aucun secours lorsque l’on recherche une entrée particulière. Le nom de l’auteur n’est pas même souligné. Aucun mot-clef n’est mis en évidence. Nulle trace d’organisation, donc. Cette manière encore primitive de dresser des extraits peut cependant bien sûr avoir une utilité, ne serait-ce que celle, paradoxale, qu’évoque Johann Adam Bergk : on fait des extraits afin de ne plus avoir besoin d’en faire. « Nous devons toujours avoir la plume à la main pour recopier ce qui nous frappe et peut éventuellement présenter un intérêt pour nous. Si nous ne relisons pas toujours en détail ce que nous avons copié, nous nous sommes du moins attardés plus longtemps sur le sujet et nous nous en sommes plus profondément imprégnés. Nous ne courons dès lors plus le risque de l’oublier, comme c’était le cas auparavant, avant que nous le recopiions11. » Vu sous cet angle, l’élément décisif n’est pas l’extrait en soi, mais l’acte de copier un extrait. Le fait de consigner ces notes de sa propre main et de sa propre écriture permettait à l’érudit de se les approprier littéralement et de les incorporer efficacement à sa mémoire.

  • 12 Urs B. Leu, « Nicht Tigurum […] », art. cit. (cf. note 3), pp. 246, 268.
  • 13 Ms C 224, fol. 154.
  • 14 Ms C 298.
  • 15 Ms C 283 – 286.
  • 16 Ms C 288, p. 1 : « Antiqua Monumenta peregrina seu extra Helvetiae terram invenienda : quae ad res (...)
  • 17 Ms C 287, p. la : « Notae in inscriptiones antiquas ad Helveticas non pertinentes, huc, ne pereant (...)
  • 18 Quelques éléments de ces travaux sur les inscriptions helvétiques ont quand même été publiés presqu (...)

7Dès l’époque du premier cahier, Hagenbuch a dû commencer à s’occuper des « antiquités helvétiques », c’est-à-dire des objets découverts lors de fouilles en Suisse. Car dès l’âge de dix-huit ans, il était en mesure, en publiant deux articles anonymes en allemand, d’intervenir savamment dans une discussion déjà ancienne sur la classification et la datation des nombreux dés qui n’avaient cessé d’être retrouvés à Baden (aujourd’hui dans le canton d’Argovie)12. En 1722, on trouve dans ses papiers le plan d’un Systema Antiquitatum Helveticarum en quatre volumes13. Un volumineux index des inscriptions trouvées en Suisse portant le titre d’Index in Inscriptiones Helveticas est daté de début 172414. En 1726, il achève une Helvetia litterata en quatre volumes15, dans laquelle les inscriptions antiques de Suisse sont classées selon le lieu où elles ont été découvertes, tout comme d’ailleurs aussi les inscriptions trouvées hors de Suisse mais qui ont un rapport avec la Suisse. Le tout est assorti d’un volume complémentaire de notes et d’extraits afférents16. Enfin, on trouve également un volume intitulé au dos Non Helvetica, dans lequel sont rassemblés tous les produits annexes de son travail sur les Helvetica : « Remarques sur les inscriptions antiques qui n’appartiennent pas aux inscriptions helvétiques, rassemblées ici afin qu’elles ne se perdent pas17. » Il s’agit de la cellule mère du grand projet qui succède aux études helvétiques achevées en 1735 en les élargissant et en leur donnant une dimension internationale18.

  • 19 Ms C 223.

8Qu’il me soit permis, avant d’aborder ce travail, d’évoquer le second et dernier cahier d’extraits que Hagenbuch a entamé de nombreuses années (peut-être vingt ans) plus tard et qu’il a utilisé jusque dans la dernière période de sa vie19. Il ne s’agit plus là d’un protocole continu de lecture comme c’était le cas dans le premier cahier. Sur les feuillets de ce cahier, cette fois-ci de format in-folio, coupés en deux et sans page de titre, il a disposé tout d’abord, selon une organisation qui n’est plus décryptable, quelques notes éparses. Ce n’est qu’ensuite qu’il a peu à peu rempli (ou non) les intervalles laissés initialement vides. Il s’agit la plupart du temps d’extraits très courts concernant des détails tirés pour l’essentiel d’œuvres théologiques et philologiques. Mais on y trouve aussi des comptes rendus de discussions avec d’autres érudits, des tables de matières d’ouvrages reliés contenant plusieurs brochures qui se trouvaient en la possession d’amis, des listes de livres qu’il n’a pas acquis lors de ventes aux enchères et la narration d’un rêve qu’il nous faut retranscrire ici, car il nous est trop rarement donné l’occasion de connaître les rêves des érudits :

  • 20 Ms C 223, p. 2b : « loh. 21 : 12 revocat mihi in memoriam somnium meum. Videbatur mihi ad infimam l (...)

Jean 21,12 me rappelle mon rêve. Sur le chemin qui me menait au pied de mon lit m’accompagnait de toute évidence un promeneur, avec lequel je discutais des disciples d’Emmaüs. La discussion était née de l’erreur d’interprétation de Limborch, selon laquelle c’est l’affaire des seuls érudits et non de tous les chrétiens de connaître les prophéties de l’Ancien Testament. Dans la figure de celui qui m’accompagnait, et qui était d’accord avec moi et non avec Limborch, je reconnus tout d’un coup le Christ, le Seigneur. Aussitôt plongé dans la vénération la plus profonde, je découvre mon chef qui était couvert, dépose dans la plus grande humilité mon couvre-chef en dessous du lit et n’ose pas demander au Christ le sens de quelques beaux passages des prophètes. Je m’enhardis néanmoins et, alors que je suis sur le point d’interroger le Christ sur les prophéties exposées dans Mathieu 2, je vois le Seigneur s’éloigner de moi et, comme je cherche à le saisir avec toute la force de mon esprit, je me réveille, et ce sommeil me fut doux. J’ai raconté ce rêve à ma femme et à ma fille dès le déjeuner, en mars 175920.

9Dans ce récit de rêve, où le Christ approuve l’interprétation du rêveur (que peut-il advenir de mieux à un érudit !), l’expression somnium meum est soulignée en rouge, ce qui est un signe de relecture organisée. En effet, Hagenbuch a recopié dans un premier cahier tous les mots-clefs signalés de la sorte en indiquant les numéros de page et de ligne correspondant (sur les marges du cahier ainsi que sur celles de certains de ses livres, les numéros de lignes sont mentionnés par intervalle de cinq). Il a ensuite découpé la liste de ces mots-clefs en bandes étroites, d’environ trois millimètres de largeur. Dans un second cahier, il a collé ces bandes en suivant l’ordre alphabétique des mots-clefs. C’est là que l’on trouve sous l’entrée Somnium meum l’indication suivante : « 2.b : 70 », ce qui signifie « page 2b, ligne 70 ». À droite et à gauche de la colonne constituée de bandes collées, il a laissé de la place pour des entrées similaires, au cas où le cahier serait continué une fois l’index terminé, ce qui fut précisément le cas. Il s’agit ici d’une variante abrégée de la méthode des trois livres qui était évoquée dans l’article du dictionnaire de Zedler.

Index d’index

  • 21 Ms C 289, p. 55 : Bibliotheca Epigraphica. Huic συλλογῆ bono cum Deo feci initium a.d. XXI : Martii (...)
  • 22 Ann Blair, « Bibliothèques portables. Les recueils de lieux communs dans la Renaissance tardive », (...)

10Hagenbuch a expérimenté une autre méthode et une autre classification de ses extraits dans une liasse de 642 pages in-folio, qu’il a inaugurée sous le titre de Bibliotheca Epigraphica le premier jour du printemps de l’année 173821. Dans chacune des pages de ce volume, il a – après les deux premières pages qu’il a utilisées autrement – écrit un titre et parfois même réinscrit ce titre sur plusieurs pages. Citons, parmi quelques centaines, les premiers de ces titres après les Prolegomena : Abusus indicum ; Abusus inscriptionum ; Accentus in saxis latinis ; Additiones in saxis ; Antiquior in saxis, quam in chartis, scribendi modus. Nous avons ici un exemple de la manière d’organiser des loci communes ou encore des mots-clefs suivant l’ordre alphabétique, entrées en fonction desquelles le matériau des extraits doit ensuite être distribué22. Sur les pages ainsi agrémentées d’un titre, Hagenbuch a soit collé sous forme de fiches de taille variable soit directement écrit des citations plus ou moins longues (toujours assorties de références précises) ainsi que ses remarques personnelles. L’entreprise n’est certes pas allée bien loin. Seules les pages concernant les Prolegomena sont bien remplies. Quant aux autres, elles ne le sont que médiocrement. Beaucoup sont même tout à fait vides.

  • 23 Ms C 289, p. 55 : « Ad alia Bibliothecae hujus Epigraphicae inserenda a. 1738. non porrexi, quia to (...)
  • 24 Christoph Meiners, Anweisungen für Jünglinge zum eigenen Arbeiten besonders zum Lesen, Excerpiren u (...)

11On en apprend la raison en lisant les deux premières pages du volume, qui, d’année en année, livrent en quelque sorte le compte rendu des progrès du travail. Voici comment commence ce rapport : « Durant l’année 1738, je n’ai pas réussi à augmenter davantage le nombre des entrées de cette Bibliotheca Epigraphica car j’ai été totalement absorbé par le classement des fiches issues des index de Gruterus, une entreprise très fastidieuse et très prenante que j’ai, Dieu merci, heureusement achevée en douze volumes23. » Durant les années suivantes, Hagenbuch évoque de semblables travaux d’index, sans toutefois mentionner leur effet, dont on peut cependant supposer qu’il fut toujours le même : l’impossibilité de progresser dans l’entreprise de la Bibliotheca Epigraphica, qui, si elle avait été achevée, aurait constitué un index rerum de la littérature épigraphique. Cette Bibliotheca aurait fourni sur une page ou sur quelques pages toutes les données importantes concernant par exemple l’âge relatif de l’écriture sur pierre et sur papyrus. Par là, elle aurait peut-être atteint l’effet secondaire vivement souhaité par Christoph Meiners : la réunion de si nombreux faits et pensées consignés dans des cahiers d’extraits complets donne lieu à une foule de combinaisons et ouvre une quantité de perspectives que l’on n’aurait sinon jamais envisagées ou conservées24.

  • 25 Ms C 304 – 314 (commencé en 1754). L’œuvre manuscrite ne comporte aucune page de titre. Mais ce tit (...)
  • 26 E. Gagliardi et L. Forrer, Katalog der Handschriften der Zentralbibliothek Zürich, op. cit. (cf. no (...)
  • 27 Ms C 315-326.

12Néanmoins, comme nous l’avons déjà dit, tout cela n’a pas abouti. La Bibliotheca Epigraphica est restée un investissement en pure perte. La responsabilité de cet échec n’incombe pas seulement aux index, dont l’établissement prenait énormément de temps. Il faut aussi rechercher la cause de cette faillite dans une conviction de Hagenbuch : la méthode des loci communes, appuyée sur une longue tradition et recommandée par de nombreux auteurs, n’était plus adaptée à ses fins. En 1754, il produit en effet une version considérablement remaniée de la Bibliotheca Epigraphica en onze in-quarto25, qui aurait dû devenir un dictionnaire des noms de personnes. Cet ouvrage contient, rangés par ordre alphabétique, des articles sur les éditeurs d’œuvres épigraphiques et sur « toutes les personnes et corporations qui sont citées comme ayant collaboré à ces travaux, comme les ayant encouragés ou encore comme étant propriétaires d’inscriptions, etc., le tout assorti d’informations sur leur personnalité, leurs ouvrages et l’utilisation de ces ouvrages26 ». Mais cette nouvelle Bibliotheca Epigraphica est restée très lacunaire, sans doute aussi parce qu’elle a été à son tour retravaillée pour être transformée en une Bibliotheca Auctorum Alphabetica plus importante encore (douze volumes), véritable dictionnaire bio-bibliographique resté derechef fragmentaire27.

  • 28 Ms C 295. Ξ[ύν] Θ [εῷ] d. 25. julii 1735 (page de titre), Δ[ιὰ]Θ[εόν] die 25. Octob. 1735 (dernière (...)

13Hagenbuch a donc commencé à établir ses index dès avant la première Bibliotheca Epigraphica de 1738. De sa première tentative est né un volume in-quarto de 409 feuillets, qui porte le titre de Liber Observationum in Reinesium, commencé « avec l’aide de Dieu » le 25 juillet 1735 et terminé « grâce à Dieu » exactement trois mois plus tard28. Le résultat reproduit de toute évidence une pratique ancienne : se constituer à partir d’un livre imprimé un exemplaire augmenté de feuilles vierges, comme le mentionne l’article de Zedler. À une feuille écrite recto verso succède une feuille vierge, puis de nouveau une feuille écrite des deux côtés, puis une feuille vierge, etc. Les feuilles vierges sont destinées aux observationes se rapportant aux pages écrites voisines. Dans ce cas précis cependant, ces feuilles sont restées totalement vides, de sorte qu’on a affaire paradoxalement à un Liber Observationum sine Observationibus.

  • 29 Thomas Reinesius, Syntagma inscriptionum antiquarum cumprimis Romœ veteris, quarum omissa est recen (...)
  • 30 Not. Quae rubre scribuntur, Reinesii ; quae atramento, mea sunt, ipsis Reinesii indicibus a me addi (...)

14Les pages écrites contiennent un texte continu et organisé comme suit. On trouve tout d’abord une page de titre, comme par exemple « Rein. 24. I., p. 51 » (ce qui signifie : inscription n° 24 de la première « classe » chez Reinesius29, p. 51), ensuite quelques informations tirées des index de Reinesius concernant cette inscription, comme par exemple « Iunoni Reginae. 1 » (le chiffre correspond à celui de l’index), la plupart du temps à l’encre rouge, mais aussi parfois à l’encre brune30. À la suite, on peut lire, introduites par la notice marginale « comm. p. 52 » (c’est-à-dire « commentaire sur cette inscription p. 52), d’autres entrées d’index comme « Curator Calendrii. 5 » (tiré du cinquième index donc). Puis vient un trait oblique qui barre toute la page. Le modèle se reproduit ensuite pour « Rein. 24. I., p. 52 ». Sur chacune des pages ainsi écrites, les entrées d’index contiennent jusqu’à quatre inscriptions.

  • 31 Ms C 289, p. 57 : « Indices Maffeianos Musei Veronensis descripsi diebus 17. 18. 19. 20. 21. Ian. 1 (...)
  • 32 Indices et observationes in Maffeii Muséum Veronense (Ms C 282).

15Tout cela est rédigé en continu et sans ajout ultérieur, ce qui suppose que Hagenbuch ait travaillé au préalable les index de Reinesius de manière à pouvoir simplement recopier un plan adapté. Ces travaux préalables, Hagenbuch les a lui-même décrits quinze années plus tard. À cette époque-là, il avait à vrai dire abandonné la méthode de l’exemplaire (manuscrit) augmenté de feuilles vierges, une méthode qu’il n’a en vérité pratiquée qu’une seule fois. Il était déjà parvenu à la méthode ultérieure et définitive. Mais le cheminement du travail reste le même : « J’ai recopié les index du Museum Veronese de Maffei du 17 au 21 janvier 1750. Le 22 janvier, j’ai découpé ce que j’avais recopié. Le 23 janvier, j’ai disposé en décades ce que j’avais découpé. Du 24 janvier au 4 février, j’ai introduit dans un volume séparé ce que j’avais ainsi disposé31. » Le fruit de dix-neuf jours de travail fut dans ce cas précis un volume in-folio de 496 pages32, agencé selon l’ultime méthode inventée par Hagenbuch pour dresser des extraits.

  • 33 Inscriptiones antiquae totius orbis Romani in absolutissimum corpus redactae olim auspiciis losephi (...)

16Avant de m’intéresser à cette dernière méthode, il me faut revenir aux index de Gruterus qui avaient empêché Hagenbuch de continuer à progresser dans son travail sur la première Bibliotheca Epigraphica en 1738. Étant donné qu’il en avait tiré douze volumes in-folio d’une taille comparable à celle du volume tiré de Maffei, on comprend facilement pourquoi il ne parvint à rien faire de plus durant cette année-là. L’objet de son travail était les Inscriptiones antiquae totius orbis Romani in absolutissimum corpus redactae (1602), un ouvrage monumental qui circule sous le nom de Ianus Gruterus et que Hagenbuch avait acheté en 1735 dans la nouvelle version de 170733. Le quatrième et dernier volume ne contient pas moins de 25 index sur 303 grands feuillets in-folio, index dans lesquels, pour chaque entrée, sont indiqués le numéro de page et le numéro sous lequel figure l’inscription sur cette page (il peut y en avoir jusqu’à dix sur une seule page). Les index contiennent trois colonnes et chaque colonne comprend 74 lignes. Cela donne, compté approximativement et en arrondissant, à peu près 60 000 entrées d’index. Ces 60 000 entrées, donc, Hagenbuch les a, dans la première phase de son travail, recopiées à l’encre brune, probablement sur des fiches de format allongé et d’une largeur approximative de 8 cm, non sans noter à la fin de chaque ligne à l’encre rouge de quel index il les tirait. Durant la seconde phase du travail, il a découpé les fiches en 60 000 bandes d’une hauteur de 1 cm. Il a, dans un troisième temps, classé ces bandes en groupes (il faut s’imaginer la taille de la table nécessaire pour ce travail !) et, dans un quatrième temps, il les a minutieusement collées les unes au-dessous des autres sur le recto des feuilles d’un in-folio, suivant l’ordre des pages et des numéros d’inscription auxquels elles renvoient. Dans le premier des douze in-folio de Hagenbuch (263 feuilles), ce travail va de la p. 1, n° I, à la p. 102, n° 7.

  • 34 Ms C 253-264.
  • 35 De ce type relèvent aussi les deux volumes tirés de Ioannes Baptista Donius, Inscriptiones antiquae (...)
  • 36 Dans ses lettres et ailleurs, Hagenbuch a l’habitude de désigner ses volumes d’index sous le nom d’ (...)
  • 37 Ms C 253, page de titre : Ξ[υν]  [εῳ] d. 26. April. 1738.
  • 38 Ms C 254.
  • 39 Cf. note 35.
  • 40 Ms C 242, p. 81.
  • 41 Ms C 305, p. 303.

17Les douze volumes de Hagenbuch34 correspondent donc à la réunion des 25 index de Gruterus en un seul index, qui, à la différence de ceux-ci, est classé suivant l’ordre de la colonne des chiffres – une sorte de duplicata d’index donc35. Mais à quoi pouvait donc servir une pareille « mosaïque36 » ? Le titre du premier volume était, comme pour Reinesius : Liber Observationum in Gruterum37. À côté de la colonne où sont collées les bandes se trouvent, cette fois-ci réellement, de nombreuses remarques que Hagenbuch a écrites directement sur les feuillets de son volume manuscrit. Ce sont les observationes, qui se résument souvent à de brèves indications. Prenons un exemple au hasard dans le second volume : « 184 : 12. Vt ineditum est in Don. et ex Don. in Mur. v. omnino me ad Don. II : 145. p. 101. Addo, tacito Grutero, ex Borghinio dare Gorium Etr. T. II p. 86. ut et ad Don. l.c. noto, et bibl. epigr. voc. Borghinius38. » Voici l’explication. « 184 : 12 » désigne l’inscription ou bien la pierre (saxum, d’où le neutre ineditum) n° 12, p. 184 chez Gruterus (1602), reproduite dans l’ouvrage en question d’après Borghinius (1584). Don[ius] (1731) a omis de mentionner cela et qualifié la reproduction qu’il en donne dans son propre ouvrage de « première édition ». Mur[atorius] (1739) a repris son texte. À ce sujet, Hagenbuch renvoie « ad Don. », c’est-à-dire au duplicata de l’index de Donius39, où il a déjà établi la même chose chez Donius dans une notice de douze lignes concernant l’inscription II : 145, le tout assorti de quelques preuves et renvois40. La même inscription se trouve en outre, précise Hagenbuch, chez Gorius (1727), qui l’emprunte à Borghinius, sans que Gruterus ne soit mentionné. Au sujet de Borghinius, on trouve des informations complémentaires dans « bibl. epigr. », la nouvelle version de la Bibliotheca Epigraphica de Hagenbuch, second volume41.

18Ce monstrueux duplicata d’index constitue donc d’abord un organigramme dans la fine grille duquel peuvent être introduites des remarques ou des observations de toutes sortes à l’endroit qui convient exactement. Les observationes, pour la plupart très brèves, contiennent certes des informations plus ou moins compactes (dans le cas présent, il s’agit de l’histoire de la publication d’une unique inscription). Mais leur brièveté permet précisément de saisir l’un de leurs rôles : elles servent entre autres de relais pour accéder à d’autres informations. La seule notice précédente établit des liens avec cinq ouvrages imprimés de la bibliothèque de Hagenbuch et deux volumes de sa bibliothèque manuscrite, qui, avec son fonds de plus de quarante volumes de grand format, ne mérite plus depuis longtemps, bien sûr, le nom de bibliotheca portabilis. Chacune des nombreuses observationes, qui se trouvent d’ailleurs aussi dans les livres imprimés, représente une sorte de nœud dans un réseau, nœud depuis lequel et vers lequel des fils partent et arrivent en provenance ou en direction d’autres nœuds. La bibliothèque manuscrite et la bibliothèque imprimée constituent une maquette de la mémoire, qui possède un caractère pour ainsi dire neurologique. L’érudit ne cesse de travailler à l’enrichissement et au parachèvement de cette maquette, comme s’il voulait, sans reste, mettre par écrit sa mémoire et la transférer sur le papier afin qu’elle lui survive. Nous qualifierons dorénavant cette méthode de « première méthode hagenbuchienne de l’extrait » (prima methodus excerpendi Hagenbuchiana).

  • 42 Iacobus Sponius, Miscellanea eruditae antiquitatis : in quibus mannora, statuae, musiva, toreumata, (...)
  • 43 Du travail sur le volume d’index de Reinesius (cf. note 28) provient un index séparé des cognomina (...)
  • 44 Ms C 241.

19Je suppose que cette première méthode de dresser des extraits est déjà sans modèle antérieur. Mais je n’ai de cela de certitude pour ainsi dire « déductive » qu’en ce qui concerne la seconde méthode de Hagenbuch (secunda methodus excerpendi Hagenbuchiana). Cette seconde méthode traduit toute la créativité et l’originalité de Hagenbuch dans l’art de faire des extraits, c’est-à-dire dans l’art de les ordonner. L’année qui suivit l’achèvement de l’index de Gruterus, en 1739 donc, Hagenbuch s’attaque aux inscriptions réunies par Jacob Spon, un ouvrage qui n’est que très insuffisamment éclairé par un médiocre Index et conspectus totius operis de deux pages et demi42. Un duplicata produit selon la première méthode de Hagenbuch n’aurait fourni qu’un fort mince cahier avec une grille trop grossière et trop peu de place pour toutes les observationes nécessaires. Bien sûr, on aurait pu tout à fait s’attendre de la part de Hagenbuch à ce qu’il commence par établir lui-même un index digne de ce nom43, pour le retravailler ensuite selon sa première méthode. Au lieu de cela, il a élargi et affiné le modèle mnémonique du duplicata d’index en en conservant tous les avantages pour le transformer en duplicata de livre44. Cela fonctionne ainsi : prenez exactement autant de feuilles que le livre en contient et sur le recto de ces feuilles, projetez de façon invisible la distribution typographique des inscriptions et des commentaires sur la page correspondante du livre. Ensuite, collez la bande qui résulte du découpage de l’index (préalablement recopié) sur la page vierge, à l’endroit exact où se trouve dans le livre le mot auquel cette bande se rapporte. Quant aux observationes ultérieures, vous pouvez tout aussi précisément les inscrire dans le livre à l’endroit auquel elles se rapportent. Les extraits tirés d’un ouvrage imprimé et concernant un ouvrage imprimé s’organisent pratiquement comme un livre manuscrit de même allure. Le duplicata de livre laisse transparaître le livre qu’il duplique.

  • 45 Cf. note 35.
  • 46 Travail concernant Raphael Fabrettus, Inscriptionum antiquarum quae in aedibus paternis asservantur (...)

20Après avoir achevé cet ingénieux travail, Hagenbuch est certes revenu par deux fois encore à sa première méthode. La raison en est sans doute que les ouvrages concernés par ces travaux45 possédaient des index infiniment meilleurs. À partir de 1742, cependant, il n’a plus pratiqué que sa seconde méthode parce qu’il savait dorénavant d’expérience ce qui lui était le plus « agréable », pour citer encore une fois le dictionnaire de Zedler. De ce travail est sortie une longue série d’autres duplicatas de livres46. Il semble néanmoins qu’il ait interrompu ce travail après 1753 et qu’à la place il n’ait cessé de remplir de références et d’observationes les duplicatas de livres existants. Les deux volumes de Fabrettus ont de toute évidence constitué le cœur de ce travail. Ce sont en effet les plus complets de toute la série : ils comprennent par exemple de nombreuses notes critiques sur la lettre et sur l’interprétation des inscriptions. Au lieu d’élargir sa grille, Hagenbuch cherche maintenant à la remplir. Il est difficile de dire s’il faut interpréter cela comme un signe de résignation ou de fatigue, ou encore s’il s’agit là d’un pas décidé en vue de la seconde étape préparatoire à la réalisation de la grande œuvre.

  • 47 Ioannes Gasparus Hagenbuchius, Epistolae epigraphicae, ad virum illustrent loannem Bouherium [...] (...)
  • 48 Ms C 240, p. 49 : « [...] conficiendo Artis Epigraphicae Systematis inserviturus ».
  • 49 Ms C 240, p. 49 : « Dies diem docet. neque indicum ratio nisi usu ipso perspicitur. v. verba Scalig (...)
  • 50 Hagenbuch, Epistolae epigraphicae (cf. note 47) p. (88) : « Prius, inquit, capita, quae occurrebant (...)

21Avant de réaliser cette grande œuvre, Hagenbuch a néanmoins encore eu une idée nouvelle. En 1749, pendant les vacances d’été qu’il passe aux eaux de Baden, il prend avec lui ses propres Epistolae epigraphicae47, entre-temps publiées, et établit sur cette base deux index. Le second de ces travaux, le plus étoffé des deux, se présente sur 137 pages comme un index conventionnel, combinant les noms de personnes, les sujets traités et les passages de la Bible. D’une brève remarque placée en dessous du titre, on apprend que toutes ces réalisations d’index ne visent plus entre-temps la simple Bibliotheca Epigraphica, mais sans doute un ouvrage de plus grande envergure encore appelé Artis Epigraphicae Systema. C’est à la rédaction de cette œuvre monumentale qu’est destiné cet index précis48. Comment donc réaliser une telle œuvre ? demandera-t-on sans doute, et cette question sceptique, ou quelque chose d’approchant, doit également avoir effleuré Hagenbuch. Sur la page de titre de cet index, il a en effet rajouté, pour se justifier, cette remarque érudite : le sens des index ne se révèle que dans leur usage, et Hagenbuch dit dans cette même note avoir cité les propos de Scaliger sur la question au sein de ses Epistolae epigraphicae49. Dans ce dernier ouvrage, on lit en effet que ce n’est qu’en copiant ou en notant des passages (et non en se livrant à une libre réflexion préalable) que l’on peut clarifier le plan d’un projet de livre, car, comme le dit le grand Scaliger « en écrivant, il est habituel que beaucoup de choses changent, que beaucoup soient rejetées et beaucoup transformées »50. Dresser des extraits permet de formuler peu à peu sa pensée. Néanmoins, Hagenbuch n’a quant à lui jamais mis sur le papier les idées qui devaient présider à sa grande œuvre Artis Epigraphicae Systema dans les duplicata de livres qu’il considérait comme préliminaires et qui contenaient sa mémoire.

22Cela mis à part, le second index des Epistolae epigraphicae débouche sur un spectacle quelque peu inquiétant. Il fait en effet accéder la propre publication de Hagenbuch au stade qu’ont atteint, dans leur forme publiée, les œuvres de Gruterus, Reinesius et de beaucoup d’autres. En toute logique donc, il faudrait maintenant que Hagenbuch retravaille son propre index selon sa première ou sa deuxième méthode de l’extrait pour le transformer en l’un de ses nombreux duplicatas d’index ou de livres. L’établissement d’index devrait, s’il était mené avec rigueur, recommencer une nouvelle fois. Mais cette perspective a sans doute davantage entravé qu’encouragé le Système d’épigraphie.

  • 51 Ms C 282, p. 513 : « Hagenbuchius a Maffeio citatus [17 passages]. – Non citatus sum, ubi citari au (...)

23Cela vaut a fortiori pour le premier index, qui porte le titre d’Index Epigraphicus. Cet index consigne sur 48 pages les passages « étrangers » cités par Hagenbuch, indique de quels ouvrages épigraphiques il a tiré ces sources et où il les a mentionnés dans ses propres publications. Dans cet Index Epigraphicus figurent donc les publications de Hagenbuch pour lesquelles celui-ci avait utilisé les duplicatas d’index et de livres qui sont eux-mêmes le résultat de son travail sur les index des ouvrages de sa bibliothèque. Il s’agit donc d’un travail d’index au troisième degré. La comptabilité érudite passe ici à la puissance supérieure. On voit mal comment mettre un terme à ce processus d’auto-engendrement et comment éviter sa circularité infinie. Pour être exact, Hagenbuch devrait élargir cet Index Epigraphicus à un index général des citations qui indiquerait les endroits où tous les épigraphistes, lui compris, se citeraient les uns les autres. Et de fait, il a au moins une fois fait quelques pas dans cette direction, en enregistrant avec la plus grande minutie les endroits où Maffei l’a lui-même cité et, qui plus est, où il ne l’a pas cité alors qu’il aurait pu et même dû le faire51. En tout état de cause, il aurait dû pour cela retravailler les deux nouveaux index établis à partir de ses propres publications en même temps que tous les autres index produits jusqu’alors pour en faire, à l’issue d’une nouvelle campagne, un « super-index ». De ce « super-index », on ne peut guère prévoir l’allure. On peut tout au plus en dire deux choses : il aurait d’une part été infini et aurait pourtant d’autre part constitué la condition indispensable ne serait-ce que du début de la rédaction du Système d’épigraphie.

24En 1760 et 1762, Hagenbuch a complété les deux registres de 1749, qui étaient propres à saper toute son entreprise, en leur ajoutant des compléments issus des dissertations et discours, entre-temps parus, qu’il avait composés à l’occasion de festivités scolaires ou de l’assemblée synodale. Il est mort en 1763. Au sein de l’immense fonds manuscrit qu’il a laissé derrière lui dans le domaine épigraphique, il ne se trouve aucun travaux concernant son œuvre principale Artis Epigraphicae Systema.

25Habe, pia anima.

(traduit de l’allemand par Élisabeth Décultot)

Notes

1 Johann Heinrich Zedler, Groβes vollständiges UniversalLexicon Aller Wissenschafften und Künste […], vol. 8, Halle, Leipzig, Zedler. 1734, col. 2322 sq. Sur les méthodes de l’extrait en général, cf. Helmut Zedelmaier, « Lesetechniken. Die Praktiken der Lektüre in der Neuzeit », in Die Praktiken der Gelehrsamkeit in der Frühen Neuzeit, éd. par Helmut Zedelmaier et Martin Mulsow, Tübingen, Niemeyer, 2001, (Frühe Neuzeit. 64), pp. 12 – 30. À propos de Drexel en particulier, cf. Florian Neumann, « Jeremias Drexels Aurifodina und die Ars excerpendi bei den Jesuiten », in ibid., pp. 51 – 61. On pourra également consulter : H. Zedelmaier, « De ratione excerpendi. Daniel Georg Morhof und das Exzerpieren », in Mapping the world of learning, éd. par Françoise Waquet, Wiesbaden. Harassowitz, 2000 (Wolfenbütteler Forschungen. 91), pp. 75 – 92.

2 Vincentius Placcius, De arte excerpendi Vont Gelahrten Buchhalten Liber singularis […], Holmiae & Hamburgi, Liebezeit, 1689, p. 4 : « Secernimus ab excerptis merito, quicquid vel non exscribitur, seu enotatur, vel sine arte, & confuse exscribitur. »

3 Cf. Urs B. Leu, « Nicht Tigurum, sondern Turicum ! Johann Caspar Hagenbuch (1700 – 1763) und die Anfänge der römischen Altertumskunde in der Schweiz », in Zürcher Taschenbuch 2002. Neue Folge. Hundertzweiundzwanzigster Jahrgang, Zürich, Verlag Druckerei an der Sihl, 2001, pp. 233 – 313. Le titre se rapporte au fait que Hagenbuch ait réfuté, à l’occasion de la découverte d’une pierre tombale, la généalogie habituelle qui consistait à faire descendre les Zurichois de la valeureuse tribu des Tigurins (Tiguriner) évoquée par César. L’antique Zurich ne s’appelait pas Tigurum, mais Turicum.

4 Cf. Ernst Gagliardi et Ludwig Forrer, Katalog der Handschriften der Zentralbibliothek Zürich. I : Neuere Handschriften, Zürich 1982, col. 373 – 393. Tous les manuscrits de Hagenbuch appartiennent au groupe portant la cote : « Ms C ».

5 Quatre catalogues manuscrits de cette bibliothèque ont été conservés : le premier date de 1744 et a été retravaillé en 1747 (Ms C 270) ; le second date de 1750 et a été complété en 1754 ainsi qu’en 1756 (Ms C 277) ; le troisième date de 1758 (Ms C 361) ; le quatrième, enfin, date de 1764 et correspond à l’inventaire après décès (Ms C 393).

6 U. B. Leu compte « encore à peu près 1 700 volumes » sur les 3 000 volumes environ présents à l’origine et formule l’hypothèse plausible que le reste était constitué de doublons qui ont été vendus (cf. Urs B. Leu, « Nicht Tigurum […] », art. cit. [cf. note 3], p. 265).

7 Hormis l’œuvre de Placcius (cf. note 2), on trouve le traité de Franciscus Sacchinus, De ratione libros cum profectu legendi libellus (première édition : 1610), Lipsiae, Grossius, 1711.

8 Ms C 327, pp. 309 – 408 : Excerpta ad Literaturam Spectantia ex Variis Rei Literariae Scriptoribus. Anno 1717.

9 Ms C 335 und Ms C 336.

10 Hagenbuch, Excerpt ad Literaturam Spectantia […], p. 345 (extrait de : Dan. Georgii Morhofii Stentor ύαλοκλάστης, sive de Scypho vitreo per certum humanae vocis sonitum fracto Dissertatio, qua soni natura non parvum illustratur, Kilonii A. 1682, 4°) : « Morhof war dabey, da Petter ein glas mit thönen verbrache : wovon er nun diesen gelehrten tractat edirt : er handlet auch darinn de muris Jerichunticis ob sie durch der posaunen=schall naturaliter od. nicht gefallen. Autor postquam Rabbinorum hac de re explosif nugas, speciose multa pro sententia Mersenni, muros illos naturaliter sono fuisse dirutos existimantis, offert : agnoscit tamen tandem, vel Deum ipsum vel angelos immediatam eversionis illius causant, praesertim cum et Apostolus fidei unice ruinant illorum adscribat. Plurima de sono et vitro Philosophica. Sed Autorem inspicere ipsum pretium erit operae ». Au sujet des verres brisés sous l’effet du chant par le négociant en vins néerlandais Nicolaus Petter devant la Royal Society à Londres (sans référence à ce traité), cf. Barbara Bauer, « Der Polyhistor physicus », in Mapping the world of learning, op. cit. (cf. note 1), pp. 179-220, ici p. 179.

11 Johann Adam Bergk, Die Kunst, Bücher zu lesen. Nebst Bemerkungen über Schriften und Schriftsteller, Jena, Hempel, 1799, p. 408.

12 Urs B. Leu, « Nicht Tigurum […] », art. cit. (cf. note 3), pp. 246, 268.

13 Ms C 224, fol. 154.

14 Ms C 298.

15 Ms C 283 – 286.

16 Ms C 288, p. 1 : « Antiqua Monumenta peregrina seu extra Helvetiae terram invenienda : quae ad res Helvetiorum pertinent. »

17 Ms C 287, p. la : « Notae in inscriptiones antiquas ad Helveticas non pertinentes, huc, ne pereant mihi, collata. » Sur la page de titre insérée après coup, on peut lire : « Non Helvetica, quibus, dum in Helveticis illustrandis occupor, lux adfertur. »

18 Quelques éléments de ces travaux sur les inscriptions helvétiques ont quand même été publiés presque cent ans plus tard. Cf. Johannes Casparus Orellius. Inscriptionum Latinarum selectarum amplissima collectio […] cum ineditis Hagenbuchii suisque adnotationibus, 2 vol., Zürich, Orelli, Füeßli, 1828.

19 Ms C 223.

20 Ms C 223, p. 2b : « loh. 21 : 12 revocat mihi in memoriam somnium meum. Videbatur mihi ad infimam lecti partem ambulante adesse quidam viator, cum quo de Emaunticis discipulis caedebam sermones ob Limborchii παϱ εϱ µηνείαν, quasi oracula V.T. nosse doctorum tantum, non omnium Christianorum referat. Comes mecum, non cum Limborchio faciens, subito mihi cognoscitur, Christus Dominus esse : reverentia statim summa motus caput mihi tectum aperio, tegmentum in imo lecto modestissime repono, non ausus ex Christo meo quaerere, qui sensus essent prophetarum in locis specialibus. audacior factus et de oraculis Matth. II. adductis interrogaturus video Dominum a me abire, cumque cogitatione tota complexurus eviglilavi, u. dieser mein Schlaf war mir süβ. narravi uxori meae et filiae gleich am ersten Mittageβen, mense Martio 1759. »

21 Ms C 289, p. 55 : Bibliotheca Epigraphica. Huic συλλογῆ bono cum Deo feci initium a.d. XXI : Martii MDCCXXXVIII.

22 Ann Blair, « Bibliothèques portables. Les recueils de lieux communs dans la Renaissance tardive », in Le Pouvoir des bibliothèques. La mémoire des livres en Occident, éd. par Marc Baratin et Christian Jacob, Paris, Albin Michel, 1996, pp. 84 – 106 ; Ann Moss, Printed Commonplace books and the Structuring of Renaissance Thought, Oxford, Clarendon Press, 1996.

23 Ms C 289, p. 55 : « Ad alia Bibliothecae hujus Epigraphicae inserenda a. 1738. non porrexi, quia totus fui in digerendis indicum Gruterianorum schedulis, opere molestissimo et maximi laboris, quod tandem, Deo sit laus, XII. Voluminibus feliciter absolvi. »

24 Christoph Meiners, Anweisungen für Jünglinge zum eigenen Arbeiten besonders zum Lesen, Excerpiren und Schreiben, Hannover, Helwing, 1789, p. 62.

25 Ms C 304 – 314 (commencé en 1754). L’œuvre manuscrite ne comporte aucune page de titre. Mais ce titre peut se déduire de la Bibliotheca auctorum alphabetica (commencée en 1759), dans le premier volume de laquelle (Ms C 315), à la p. 3, est évoquée une Bibliotheca Ephigraphica. MS. 4. Tomi XI dans la liste des sigles quibus usus sum in his Tomis, et alibi, sous l’abréviation B.E.

26 E. Gagliardi et L. Forrer, Katalog der Handschriften der Zentralbibliothek Zürich, op. cit. (cf. note 4), col. 386.

27 Ms C 315-326.

28 Ms C 295. Ξ[ύν] Θ [εῷ] d. 25. julii 1735 (page de titre), Δ[ιὰ]Θ[εόν] die 25. Octob. 1735 (dernière page).

29 Thomas Reinesius, Syntagma inscriptionum antiquarum cumprimis Romœ veteris, quarum omissa est recensio in vasto Jani Gruteri opere cujus isthoc dici possit supplementum, Lipsiae, Francofurti, Fritsch & Gleditsch, 1682.

30 Not. Quae rubre scribuntur, Reinesii ; quae atramento, mea sunt, ipsis Reinesii indicibus a me addita meo in exemplari (Ms C 295, page de titre).

31 Ms C 289, p. 57 : « Indices Maffeianos Musei Veronensis descripsi diebus 17. 18. 19. 20. 21. Ian. 1750. descriptos dissecui d. 22. Ian. 1750. dissectos disposui secundum decades d. 23. Ian. 1750. dispositos volumini singulari intuli ab die 24. lan. 1750. usque ad d. 4. Februar. 1750. »

32 Indices et observationes in Maffeii Muséum Veronense (Ms C 282).

33 Inscriptiones antiquae totius orbis Romani in absolutissimum corpus redactae olim auspiciis losephi Scaligeri et Marci Velseri, industria autem et diligentia lani Gruteri : [...] denuo cura viri summi Ioannis Georgii Graevii recensitae [...], 4 vol., Amstelaedami, Halma, 1707,

34 Ms C 253-264.

35 De ce type relèvent aussi les deux volumes tirés de Ioannes Baptista Donius, Inscriptiones antiquae nunc primum editae notisque illustratae et XXVI. indicibus auctae ab Antonio Francisco Gorio, Florentinae. Tartinius & Franchius, 1731 (1740, Ms C 242), ainsi qu’un ouvrage tiré de Marquardus Gudius, Antiquae inscriptiones quum Graecae, tum Latinae […] a Francisco Hesselio editae, Leovardiae, Halma, 1731 (1741, Ms C 231).

36 Dans ses lettres et ailleurs, Hagenbuch a l’habitude de désigner ses volumes d’index sous le nom d’opus tessellatum, comme par exemple dans le catalogue de sa bibliothèque de l’année 1744-1747 (Ms C 270, p. 41).

37 Ms C 253, page de titre : Ξ[υν]  [εῳ] d. 26. April. 1738.

38 Ms C 254.

39 Cf. note 35.

40 Ms C 242, p. 81.

41 Ms C 305, p. 303.

42 Iacobus Sponius, Miscellanea eruditae antiquitatis : in quibus mannora, statuae, musiva, toreumata, gemmae, numismata, Grutero, Ursino, Boissardo, Reinesio, aliisque antiquorum monumentorum collectoribus ignota, & hucusque inedita referunter ac illustrantur, Lugduni, Sumptibus Auctoris 1685, non paginé après la p. 376.

43 Du travail sur le volume d’index de Reinesius (cf. note 28) provient un index séparé des cognomina que Hagenbuch a réalisé en plus des 24 index de Reinesius (Ms C 221, pp. 365-396).

44 Ms C 241.

45 Cf. note 35.

46 Travail concernant Raphael Fabrettus, Inscriptionum antiquarum quae in aedibus paternis asservantur explicatio et additamentum una cum aliquot emendationibus Gruterianis, Romae, Gallerus, 1702 (environ 1744, 2 vol., Ms C 243 – 244) ; concernant Antonius Franciscus Gorius, Inscriptiones antiquae Graecae et Romanae in Etruriae urbibus existantes, 3 t., Florentinae, Mannus, 1727-1743 (1746, 3 vol., Ms C 279 – 281) ; concernant Ludovicus Antonius Muratorius, Novus thésaurus veterum inscriptionum in praecipuis earundem collectionibus hactenus praetermissarum, 4 t., Mediolani, Aedes Palatinae, 1739 – 1742 (1746 – 1750, 8 vol., Ms C 245 – 252) ; concernant Scipio Maffeius, Museum Veronense hoc est antiquarum inscriptionum atque anaglyphorum collectio, Verona, Seminarium, 1749 (1750, 1 vol., Ms C 282) ; concernant Reinesius (après 1750, 3 vol., Ms C 292 – 294, avec l’ancien extrait d’index [cf. note 28] en guise de vol. 4) ; un mince volume en deux parties concernant Franciscus Antonius Zacharias, Marmora Salonitana […] in ordinem digesta ac brevibus observationibus inlustrata, s.l., s.n., 1752 et Adolphus Occo, Inscriptiones veteres in Hispania repertae, | Heidelberg], Commelinus, 1596 (après 1750, Ms C 291) et un charmant cahier de 127 pages (18 cm de hauteur und 5,5 cm de largeur) concernant Richard Pococke, Inscriptionum antiquarum Graec. et Latin. Liber, [London] s.n., 1752 (1753, Ms C 396).

47 Ioannes Gasparus Hagenbuchius, Epistolae epigraphicae, ad virum illustrent loannem Bouherium [...] et ad virum celeberrimum Ant. Franc. Gorium […], in quibus hoc triennio scriptis plurimae antiquae inscriptiones Graecae et Latinae, thesauri inprimis Muratoriani, emendantur et explicantur, Tiguri, Heidegger, 1747. Les deux destinataires mentionnés dans le titre ne sont pas les seuls. En outre, cet ouvrage contient aussi des lettres adressées à Hagenbuch.

48 Ms C 240, p. 49 : « [...] conficiendo Artis Epigraphicae Systematis inserviturus ».

49 Ms C 240, p. 49 : « Dies diem docet. neque indicum ratio nisi usu ipso perspicitur. v. verba Scaligeri ad Gruterum de indd. suis, a me data in ep. ad Inl. Blaurerum. p. (88) lin. 24. »

50 Hagenbuch, Epistolae epigraphicae (cf. note 47) p. (88) : « Prius, inquit, capita, quae occurrebant prima, collegi. Postea absoluto opere, quis ordo tenendus mihi esset, & quae totius negotii divisio, facilius judicavi, quam si illa animo concipere voluissem antequam scriptionem aggrederer. Frustra enim fuisset : quia inter scribendum multa mutantur, ut solet, multa damnantur, multa innovantur. »

51 Ms C 282, p. 513 : « Hagenbuchius a Maffeio citatus [17 passages]. – Non citatus sum, ubi citari aut potuissem, aut debuissem [14 passages] ».

Auteur

Universität Zürich

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search