Version classiqueVersion mobile

Lire, copier, écrire

 | 
Élisabeth Decultot

Première partie. L’art de l’extrait et ses fondements culturels

Johann Jakob Moser et l’organisation érudite du savoir à l’époque moderne1

Helmut Zedelmaier

Texte intégral

  • 1 Les réflexions qui suivent se fondent sur des recherches menées par l’auteur, en collaboration avec (...)
  • 2 Karl Otmar Freiherr von Aretin, in Neue Deutsche Bibliographie 18, 1997, pp. 175-178.
  • 3 Howard Hotson, Johann Heinrich Alsted 1588-1638. Between Renaissance, Refomation and Universal Refo (...)

1Ce fut « l’un des auteurs les plus prolifiques de l’histoire universelle2 », voilà ce qu’on peut lire dans une récente notice biographique sur Johann Jakob Moser (1701-1785), spécialiste allemand du droit public et du droit international au xviiie siècle. Son œuvre imprimée dépasse les 100 000 pages, la liste de ses publications compte 331 titres, dont certaines ont plus de 1 000 pages. À cela s’ajoute un grand nombre de textes non imprimés. C’est sans aucun doute une production impressionnante pour le xviiie siècle, mais qui, si l’on considère toute l’époque moderne, n’en a pas moins des concurrentes, comme par exemple l’œuvre de Johann Heinrich Alsted (1588-1638), l’érudit de Herborn qui n’a certes produit « que » 60 livres, mais dont certains dépassent en revanche plusieurs milliers de pages3.

  • 4 Helmut Zedelmaier, « Von den Wundermännern des Gedächtnisses. Begriffsgeschichtliche Anmerkungen zu (...)
  • 5 Christian Thomasius, Cautelen, Halle, 1713, p. 110.
  • 6 Nikolaus Hieronymus Gundling. Vorrede zu der Neuen Bibliothec von 1715, éditée par ses soins ; cité (...)
  • 7 Johann Christoph Gottsched, Vorrede zu : Pierre Bayle, Historisches und Critisches Wörterbuch (trad (...)

2Cette masse et cette variété de la production textuelle à l’époque moderne, qu’on a aujourd’hui coutume de qualifier de « polyhistorique », sont la marque de l’érudition de l’« humanisme tardif » ou « baroque », dont peut être distinguée la « pensée autonome » du siècle de la raison et des Lumières. Le terme Polyhistor, couramment employé en allemand, et ses dérivés polyhistorisch ou Polyhistorie ont acquis au début des Lumières tout un potentiel conceptuel et critique4. « Garde-toi de croire qu’un sage est un homme qui lit de nombreux livres comme les “Polyhistores” d’aujourd’hui », notait Christian Thomasius5 en 1713 ; ses élèves et disciples ont radicalisé cette idée et fait du Polyhistor un symbole de l’érudit qui certes sait toutes sortes de choses, mais de manière seulement superficielle, qui « sait de tout un peu, mais sans rien savoir du fond des choses », comme le dit par exemple Nikolaus Hieronymus Gundling6. On associe au Polyhistor des « connaissances livresques multiples » qui, lorsqu’elles produisent des textes, s’épuisent dans la simple reproduction du savoir. « Chacune de leurs phrases, chacune de leurs lignes regorge de noms d’écrivains célèbres. Les références aux auteurs qu’ils citent remplissent leurs pages bien plus que leurs propres pensées. Ils s’honorent de voir avec les yeux d’autrui, de parler avec les lèvres d’autrui et d’écrire avec la plume d’autrui », écrit Johann Christoph Gottsched7.

  • 8 Johann Gerhard Meuschen (Praes.) / Christian Iversen (Resp.), De praeiudicio auctoritatis, Kiel, 17 (...)

3Ce que vise la critique « éclairée » de la production du savoir à la manière du Polyhistor, c’est la prééminence de la tradition, l’usage non réfléchi du savoir reçu en héritage, un usage strictement fondé sur la « memoria ». Des textes sont qualifiés de « polyhistoriques » quand ils ne font pas de distinction entre le propre et l’étranger. Quiconque ne fait que s’inscrire dans la tradition, sans la maîtriser par le jugement critique et sans instaurer de distance (historique et identifiée comme telle, par exemple par une note en bas de page) tombe sous le coup d’un « Praejudicium auctoritatis ». Ce dernier naît entre autres d’une « lectio librorum » exagérément développée8. Les réflexions qui suivent entendent examiner le processus de remise en cause de la représentation « polyhistorique » du savoir en s’attachant aux changements intervenus dans les pratiques de l’organisation érudite de la connaissance. On peut décrire ces changements comme le passage d’une assimilation et d’une organisation érudites du savoir liées à un lieu ou à un livre (qui se présentent comme un système de classement rigide, centré sur l’objet livresque, y compris matériellement, un espace de savoir clos), à des systèmes flexibles d’organisation de la lecture. Il s’agit là d’un mouvement d’émancipation porté par la volonté d’entretenir un rapport libre, une relation autonome avec la tradition érudite.

L’armoire à fiches d’un anonyme du XVIIe siècle

  • 9 Dans la suite du texte, nous traduisons le verbe allemand exzerpieren (issu du latin excerpere) par (...)
  • 10 C’est ainsi que Francesco Sacchini (De Rations Libros cum profectu legendi libellus, Ingolstadt. 16 (...)
  • 11 11Les cinquième et sixième règles de la prise de notes (« Leges pauculae ad excerpendum scriptae »)(...)
  • 12 Drexel, Aurifodina Artium et scientiarum, op. cit., p. 83.
  • 13 Ibid., Pars II : « Excerptorum neceβitas ob memoriae inconstantiam » (pp. 4-15).
  • 14 Ibid., Pars X : « Obiectionibus contra Excerpendi sollertiam respondetur » (pp. 94-111).

4Au xviie siècle, les systèmes d’organisation du savoir destinés à l’usage privé, à l’aide de fiches volantes, ne sont pas chose courante. Les techniques de mise en fiches sont décrites dans les méthodes de prise de notes9 uniquement comme un moyen, et non pas comme un principe d’organisation du savoir. Les ordres souples, mobiles, tout comme les déplacements et reclassements d’extraits déjà attribués à un « locus », sont qualifiés de dangereux. On met expressément en garde contre l’utilisation de fiches volantes, car elles mettent en péril la « memoria ». La prise de notes, stipule une consigne souvent répétée, ne doit pas affaiblir la mémoire10. C’est pourquoi les extraits recopiés doivent être sans cesse relus pour être mémorisés11, afin de s’assurer qu’ils soient disponibles sans avoir à consulter la collection d’extraits. La prise de notes est définie essentiellement comme un « medicamentum obliuionis nobilissimum12 », comme simple auxiliaire d’une « memoria naturalis » qui a besoin de ce soutien en raison de sa capacité réduite13. Mais du point de vue des auteurs de ces méthodes de prise de notes, les cahiers d’extraits ne sont en quelque sorte que des lieux de stockage intermédiaires et temporaires. Ils servent à décharger pour un temps la mémoire naturelle, qui doit sans cesse s’assurer de sa maîtrise des extraits collectés pris dans leur ensemble. La prise de notes nécessite donc des structures de classement rigides, qui facilitent le travail de la mémoire. Les méthodes de prise de notes recommandent à cet effet, pour collecter et répertorier les extraits, des livres d’extraits reliés (« libri excerptorum »). Mais ces mémoires externes (artificielles) que sont les livres d’extraits tendent à échapper au contrôle de la « memoria naturalis » – c’est ce qui apparaît à travers les arguments hostiles à la prise de notes, auxquels doivent répondre les auteurs de ces méthodes. Quiconque s’en remet à des notes doit craindre notamment de perdre ses cahiers (suite à un incendie, une inondation, un vol)14 et donc de perdre ses compétences savantes. D’un côté, la prise de notes est donc nécessaire, du fait de la limitation de la mémoire naturelle, mais de l’autre les moyens techniques utilisés pour lutter contre cette limitation mettent en danger la mémoire individuelle.

  • 15 Sacchini (De Ratione Libros cum profectu legendi libellas, op. cit., pp. 69 sq.) reprend, pour décr (...)
  • 16 Christoph Meinel, « Enzyklopädie der Welt und Verzettelung des Wissens : Aporien der Empirie bei Jo (...)
  • 17 Vincentius Placcius, De arte excerpendi. Vom gelehrten Buchhalten liber singularis, Stockholm/Hambu (...)
  • 18 Vincentius Placcius, De arte excerpendi, op. cit., pp. 184-228.
  • 19 Ibid., pp. 121-159.
  • 20 Ibid., pp. 148-149.
  • 21 Ibid., p. 124 (le mot entre crochets droits est un ajout de Placcius, qui a corrigé le texte).
  • 22 Ibid., pp. 124 sq.
  • 23 Cf. le passage « Auctor fatigatus, quomodo ad novum modum excerpendi pervenerit » (ibid., pp. 130 s (...)

5Pourquoi les méthodes de prise de notes insistent-elles donc si fortement sur les dangers d’une organisation du savoir devenue indépendante, déconnectée de la mémoire naturelle15 ? C’est que les formes d’appropriation du savoir se passant des cahiers reliés ainsi que l’utilisation de techniques de classement plus flexibles connaissent de fait une rapide augmen-tation. Voilà en tout cas ce que suggèrent des vestiges de techniques de lecture et de classement ne s’appuyant pas sur des outils reliés, et même ce que laissent entendre certaines méthodes de prise de notes16. Se référant à Francis Bacon, l’érudit allemand Vinzent Placcius a dressé en 1689 un vaste inventaire de l’organisation érudite du savoir qui répertorie les techniques et méthodes, en même temps qu’il les rend accessibles. Son livre s’intitule De arte excerpendi. Vom gelehrten Buchhalten17. Il comporte aussi une Historia excerptorum propriorum, une histoire de sa propre socialisation érudite en tant qu’auteur, où il intègre ses expériences personnelles dans l’art de l’extrait, afin de montrer au lecteur ce qu’est concrètement cette « universalis hujus artis notitia18 ». Le document le plus intéressant de cet inventaire est un passage intitulé « Sur l’armoire érudite » (« De scrinio litterato19 »), où Placcius édite et commente un manuscrit. Il dit ne pas avoir pu en identifier l’auteur, mais des éléments du texte laissent supposer qu’il s’agit d’un partisan du pédagogue réformateur Amos Comenius et d’un ami de Samuel Hartlieb, l’un des pionniers de la Royal Society, et que le manuscrit a dû être rédigé en 1637 ou peu après20. Le titre (selon l’édition de Placcius) en donne le sujet : « Représentation d’une armoire ou lieu de conservation pour des études savantes, une méthode à l’aide de laquelle tout ce qui a été lu, entendu et pensé peut être plus facilement conservé et plus rapidement retrouvé » (« Area studiorum sive Repositorium. Quo lecta, audita, meditata omnia expeditius disponendi, promptiusque [dispositis] utendi, modus proponitur21 »). L’auteur décrit tout d’abord les méthodes communes d’organisation érudite du savoir à l’aide de cahiers d’extraits. Elles sont à ses yeux malcommodes et incapables de gérer la masse du savoir livresque, qu’une croissance exponentielle a rendue incontrôlable. Elles sont inaptes à rendre ce savoir rapidement disponible (« promptitudo utendi22 »). En tout cas, à en croire ce témoignage, l’utilisation de ces méthodes aurait épuisé l’auteur et l’aurait pour cette raison incité à inventer quelque chose de nouveau23 : une armoire à fiches pour conserver les fiches d’extraits.

  • 24 « Usus privatus in evolvendis & ordinandis collectis » (ibid., pp. 144-145.), « Usus publicus, in c (...)
  • 25 Ibid., pp. 137-143.

6L’auteur explique très précisément comment sa nouvelle méthode lui permet d’être plus efficace dans les trois domaines fondamentaux de la prise de notes et de leur organisation : recopier les extraits (« scribendi modus »), les classer (« digerendi modus »), les retrouver après les avoir stockés (« utendi modus »). Notamment, il aborde la taille (uniforme) et les titres des fiches (« chartae »), les modalités de l’utilisation privée et publique de l’organisation du savoir24. Au centre de ces conseils figure le mode d’emploi pour la construction de cette armoire à fiches (« Arcae seu repositorii fabrica ») en bois, accompagnée de deux illustrations (voir fig. 1)25. Elle consiste en une sorte de buffet muni de deux portes à vantaux. À l’intérieur, on trouve une armature où prennent place des baguettes en bois (« bacilli lignei »), auxquelles sont fixées des cartes en fer-blanc de format carré (« Orichalci schedae »), où sont inscrites les catégories de classement (« loci »). Sur les cartes en fer-blanc sont attachées des aiguilles recourbées en forme de crochets, auxquelles on peut accrocher des feuilles de notes. L’emplacement des « loci » est marqué par les lettres capitales qui figurent sur les barres horizontales de l’armature.

Figure 1 – Armoire à fiches d’un anonyme du xviie siècle, in Vincentius Placcius, De arte excerpendi. Vom gelehrten Buchhalten liber singularis, Stockholm/Hamburg, 1689, cliché Universitätsbibliothek, Munich.

  • 26 Ibid., pp. 138-139 : « Harum particularum numerus capitum sive locorum communium, quae pro studioru (...)
  • 27 Ibid., p. 139 : « Ego certe Titulos sive locos Theologicos omnes, morales omnes, naturales & Civile (...)
  • 28 Ibid., pp. 142-143.
  • 29 Ibid., p. 142 : « In hoc enirn Artificü hujus (sive arcae) compendium constat, unde tantum tituloru (...)

7Ce qui compte pour l’auteur, c’est que chacun construise sa propre « arca », c’est-à-dire qu’il en adapte les dimensions, le classement et l’aménagement à ses besoins propres (selon ses domaines de spécialité), surtout pour le classement des « tituli » et des « loci26 ». L’auteur, lui-même théologien, a rassemblé des « Titulos sive locos Theologicos omnes, morales omnes, naturales & Civiles plerosque » et a inscrit les titres correspondants sur environ 3 000 cartes en fer-blanc27. La possibilité de tout visualiser est considérée comme l’un des principaux avantages de cette organisation du savoir, appelée « machina28 ». Grâce à elle, souligne l’auteur, il est possible de traiter de grands domaines du savoir à l’intérieur d’un espace restreint, si bien qu’on peut tout embrasser d’un seul coup d’œil29. La « machina » permet d’éviter d’avoir à feuilleter longuement des collections reliées de « loci » ou des masses de fiches, et l’on peut retrouver d’un seul coup les informations.

  • 30 Ibid., pp. 221-222 ; les améliorations, accompagnées de trois nouvelles illustrations, sont expliqu (...)
  • 31 Christoph Meinel, « Enzyklopädie der Welt », art. cit., p. 182.
  • 32 Helmut Zedelmaier, « De ratione excerpendi : Daniel Georg Morhof und das Exzerpieren », in Mapping (...)

8Cette nouvelle invention fit fureur dans le monde érudit. Placcius présenta à ses étudiants une réplique de cette armoire, avec ses propres améliorations, rapporte-t-il dans son Historia excerptorum propriorum30, et Leibniz aurait utilisé une armoire à notes de ce type, construite d’après ces instructions31. Avec la « machina », on avait inventé un système d’organisation des notes et des extraits susceptible d’améliorations, système détaché aussi bien des techniques de mémoire individuelles que du livre comme lieu de la mémoire. Mais l’« arca studiorum » est un instrument aussi bien tourné vers le futur que vers le passé. Ce qui annonce le futur, c’est le procédé qui consiste à gérer le savoir de manière ouverte, flexible : les informations (les fiches) sont mobiles, elles peuvent être ajoutées, retirées et déplacées à volonté, des emplacements laissés volontairement vacants (« albi sive vacui ») peuvent être remplis (même si c’est en nombre limité) par de nouveaux éléments (« tituli »). Mais si on la compare avec des armoires à fiches plus tardives, la construction de l’« arca » est compliquée, et l’organisation du savoir est peu commode. Pourquoi le xviie siècle n’a-t-il pas construit d’armoire à fiches toute simple, qu’on aurait pu facilement agrandir, avec des mots-clés mobiles ? A priori, cette méthode était connue depuis le milieu du XVIe siècle, depuis les conseils de Konrad Gessner pour la constitution de tables32 ; la cause n’en est donc pas le manque de connaissances techniques.

  • 33 Wilhelm Schmidt-Biggemann, Topica universalis. Eine Modellgeschichte humanistischer und barocker Wi (...)
  • 34 placcius, De arte excerpendi, op. cit., p. 139 : « Illa autem nomenclatura plena perfectaque semel (...)
  • 35 C’est ce que Meinel (« Enzyklopädie der Welt », art. cit., pp. 183 sq.) a montré de manière convain (...)

9L’architecture compliquée (pour nos critères contemporains) de l’armoire à fiches est due en partie aux représentations topiques de classement et d’ordre qui dominent l’organisation du savoir en ce xviie siècle. Les catégories qui servent au classement des extraits sont issues de l’univers intemporel de la Topica universalis33. Dieu (« Deus »), la foi (« Fides »), la vertu (« Virtus ») ou le plaisir (« Voluptas »), tels sont les « loci » selon lesquels il faut prendre des notes ou classer les notes déjà prises. Les « loci » ou « tituli » ne s’imposent pas au fur et à mesure de la lecture mais sont, du moins pour la plupart, des catégories préétablies34. Le classement dans l’armoire à fiches ne possède donc qu’une capacité limitée à s’affiner et à se développer à partir de lui-même. L’architecture peu mobile du « scrinium litteratum » correspond à la topique fixe du savoir distribuée en fiches dans l’armoire. D’autre part, la particularité de la construction de l’armoire à fiches renvoie aux lieux artificiels de l’art hermétique de la mémoire, et par là à un monde ordonné où les objets dont il faut se souvenir doivent être déposés en des endroits marquants35.

La boîte à fiches de Moser

  • 36 Cf. par exemple : Der expedite Referendarius, oder Anleitung wie man gerichtliche Acten Mit Nutzen (...)
  • 37 Johann Jacob Moser, Einleitung zu denen Cantzley=Geschäfften. Abgefasset zum Gebrauch seiner ehemal (...)
  • 38 Johann Jacob Moser, Einige Vortheile für Canzley=Verwandte und Gelehrte, in Absicht auf Acten=Verze (...)

10Si l’on fait abstraction d’indications isolées comme pour l’armoire à fiches de Leibniz, on ne retrouve de preuves de l’utilisation d’un système de gestion facilement extensible et à usage privé, fonctionnant avec des fiches, qu’avec Johann Jakob Moser. cet érudit cité en introduction, qui fut d’une incroyable fécondité. Moser était juriste. Il fut aussi pendant un temps (de 1748 à 1751) à la tête de la chancellerie du landgrave de Hesse-Hombourg et dirigea une académie d’État et de chancellerie privée à Hanau. Pour les fonctionnaires ou secrétaires de chancellerie existent justement des méthodes spécifiques concernant la prise de notes, qui sont adaptées à la pratique administrative des chancelleries et des archives princières (classification des actes, extraits d’actes, tenue des registres)36. Moser lui-même a rédigé des méthodes de ce genre37. Il évoque sa propre façon de travailler dans le texte de 1773 Einige Vortheile für Canzley=Verwandte und Gelehrte, in Absicht auf Acten=Verzeichnisse, Auszüge und Register (De l’avantage de quelques méthodes à l’intention des employés de chancelleries et des savants pour le classement des actes, les extraits et les registres) et dans la troisième édition de son autobiographie (Lebens=Geschichte), imprimée entre 1777 et 178338.

  • 39 Ibid., vol. 4, p. 116.
  • 40 Mais en un autre endroit il reconnaît qu’un greffier l’a aidé par le passé, « qui a copié pour [lui (...)
  • 41 Voir sur ce sujet notamment Sacchini, De Ratione Libros cum profectu legendi libellus, op. cit., p. (...)
  • 42 Moser, Lebens=Geschichte, op. cit., vol. 3, pp. 78-79.

11Revenant sur sa propre production, Moser écrit qu’il n’a pas voulu être un Polyhistor, qu’à chaque fois qu’il a écrit quelque chose, il l’a fait « comme s’[il] n’avait jamais rien lu auparavant sur le sujet ou comme s’[il] n’avait jamais [lui]-même rien pensé à ce sujet, pour être d’autant plus sûr de parvenir à la vérité d’une chose, qui seule [l]’intéressait39 ». Dans son usage du mot Polyhistor, Moser reprend la critique « éclairée » des pratiques érudites de lecture et de leurs formes de représentation. Le mot d’ordre des Lumières, « penser par soi-même », apparaît dans son intention de faire abstraction du savoir érudit (acquis par les livres), voire de ses propres pensées antérieures sur le sujet abordé. De plus, Moser ajoute qu’il n’a pas eu recours à des « adjoints » pour constituer ses collections d’extraits40. Et il ne s’est pas contenté de renoncer à la pratique, répandue parmi les érudits du xviie et du début du xviiie siècle, qui consistait à déléguer la prise de notes à des assistants (« amanuenses »)41 : il n’avait pas non plus accès, insiste-t-il, à des bibliothèques importantes. Or la sienne n’était pas très riche : il en avait vendu la majeure partie dès 175842.

  • 43 Ibid..p. 109.
  • 44 Ibid., p. 102.
  • 45 Ibid.

12En reconnaissant n’avoir misé que sur sa propre pensée, Moser montre sa volonté d’être au service de la seule « vérité de la chose », de manière indépendante et totalement intègre. Son programme, qui consiste à renoncer à la lecture et à des aides « étrangères », ne correspond néanmoins pas à la réalité vécue. Car bien évidemment, Moser a beaucoup lu et il a recopié beaucoup d’extraits. C’est justement en raison de son exceptionnelle productivité qu’il a été confronté au reproche d’avoir « utilisé les travaux d’autrui43 » : « Les gens qui n’ont pas eu d’activités concrètes et qui ne parlent jamais que de têtes pensantes, me considèrent comme un simple auteur de collectanea, et ceux qui aiment les Antiquités et ces sortes de choses ne me considèrent pas comme un érudit44 ». Les têtes pensantes, c’était les « philosophes » qui opposaient aux nombreuses lectures des érudits la souveraineté de la pensée individuelle ; les amateurs d’Antiquités, c’était les philologues, qui éditaient et commentaient des textes antiques. « Soit ! », telle fut la réponse de Moser aux reproches qu’on lui adressait. La preuve que, malgré les nombreux livres qu’il a écrits, il n’est pas un Polyhistor, Moser l’apporte en décrivant sa « manière de rédiger [ses] collectanea et traités » : « J’ai de nombreux petits casiers ouverts, longs et larges d’environ un peu plus d’un pied, hauts de quatre doigts, avec au milieu une séparation dans le sens de la longueur, si bien qu’on peut y mettre deux séries de feuilles in-octavo, sur une hauteur d’une demi-feuille in-octavo. Dans ce casier à fiches, il y a des bandes de carton larges d’un doigt et demi et un peu plus hautes que les demi-feuilles, où figurent les noms de tous les domaines du droit public allemand, selon un classement systématique, ainsi que les rubriques de tous les autres domaines sur lesquels je prends des notes, pour les utiliser plus tard45 ».

  • 46 Moser, Einige Vortheile für Canzley=Verwandte und Gelehrte, op. cit., pp. 50-53 (« Vorzüge dieser A (...)
  • 47 Cf. (aussi pour ce qui suit) Moser, Lebens=Geschichte, op. cit., pp. 103-104 (et du même : Einige V (...)
  • 48 Moser, Lebens=Geschichte, op. cit., p. 105.

13Sur les feuilles de ses casiers à fiches, Moser notait non pas des extraits de livres, mais de brefs renvois aux passages intéressants (« quelques lettres ou syllabes indiquent le sujet, ainsi que l’endroit où trouver le renseignement »). Dans sa description du travail effectué à l’aide de ces casiers, dont chacun contient environ 1 000 fiches, il fait l’éloge des avantages de ce dispositif par rapport aux traditionnels « livres de collectanea ». Mais cet éloge repose moins sur l’efficacité de ces casiers en termes d’organisation du savoir (efficacité due surtout à la capacité d’extension illimitée des rubriques individuelles et à la flexibilité du système de classement)46, que sur leur application à la pratique de l’écriture. Car les fiches (« uniquement des pages in-octavo ou des demi-pages ») et les boîtes à fiches servent aussi à préparer des livres47. On commence par réfléchir sur la structure et le découpage du « matériau » : on esquisse une à une les grandes parties du livre et on les consigne sur des feuilles. Dans la boîte à fiches, ces parties font office de rubriques. Les grandes lignes du contenu de chacun des paragraphes (les plus petites unités du livre) sont notées sur des feuilles plus petites et sont attribuées après classement aux grandes parties correspondantes. Puis cette structure (schématique) est alimentée par des connaissances, c’est-à-dire qu’on consulte les boîtes à fiches contenant des extraits en fonction des aspects pertinents qu’elles présentent pour le sujet, avant que le résultat ne soit reporté à son tour sur des feuilles et attribué aux rubriques correspondantes de la boîte à fiches destinée au livre en cours. « Pour finir, je revois l’ouvrage encore une fois dans son ensemble, je numérote les feuilles dans l’ordre, avant de les donner à l’imprimerie. » L’avantage de cette façon d’écrire à la fois dans la boîte à fiches et à partir d’elle réside pour Moser dans la possibilité de procéder sans cesse à des révisions. Jusqu’au dernier moment, jusqu’à ce qu’il soit confié à l’imprimerie, le livre est un work in progress : on peut sans difficulté en changer l’organisation, y intégrer de nouvelles pensées, de nouveaux éléments. Ce n’est que grâce à cette technique que Moser a pu, comme il le dit lui-même, écrire tant d’ouvrages. S’il avait préparé ses livres « selon la manière habituelle, les uns après les autres », il aurait eu besoin de « dix fois plus de temps ou davantage encore48 ».

  • 49 Moser, Einige Vortheile für Canzley=Verwandte und Gelehrte, op. cit., p. 64.

14Les conditions qui préludent à l’écriture, la conception de la problématique, sont uniquement du ressort de l’« auteur », sans intervention d’aide extérieure, « comme s’[il] n’avait jamais rien lu auparavant sur le sujet ou comme s’[il] n’avait jamais [lui]-même rien pensé à ce sujet ». Une fois que le travail a commencé, l’ouvrage s’écrit pour ainsi dire automatiquement à l’aide des boîtes à fiches. Moser fait pièce aux reproches de « polyhistorisme » et s’inscrit en faux contre les représentations érudites du savoir : à ses yeux, la pensée autonome continue de l’emporter sur la matière érudite. C’est l’auteur qui décide quel savoir, quels extraits peuvent être intégrés au livre. La boîte à fiches de Moser constitue l’instrument idéal de la transformation de connaissances étrangères en connaissances personnelles. L’auteur dirige ses extraits comme un général dirige ses soldats : « Certes, un ouvrage réalisé de cette manière », dit-il à propos du livre composé à partir de la boîte à fiches, « ressemble jusqu’au dernier moment à un chaos ou à un jeu de cartes, puisque tout est mélangé, et si un travail de ce genre reste inachevé, il ne peut être terminé par quelqu’un qui ne comprend pas cette manière de procéder. Mais pour moi, c’est comme un régiment dans la cour de la caserne avant que l’exercice ne commence, un régiment dont les soldats courent en tous sens sans qu’on puisse y découvrir quelque ordre ou beauté. Mais dès que le signal retentit, chacun prend son fusil et tout le monde se retrouve impeccablement à son poste en un instant49 ».

Prendre des notes, de Francesco Sacchini à Christoph Meiners

15L’armoire à fiches de l’auteur anonyme évoqué par Placcius et la boîte à fiches de Moser manifestent la volonté de s’approprier de manière autonome la tradition érudite. Elles témoignent aussi du mouvement qui a vu se former l’« exigence » moderne de produire une pensée autonome. Il s’agit bien sûr d’un processus dont les implications épistémologiques sont complexes. Dans l’histoire des systèmes érudits d’organisation du savoir, l’armoire à fiches anonyme et la boîte à fiches de Moser représentent des stades différents de développement. Avec l’armoire à fiches de l’édition de Placcius, l’organisation érudite du savoir possède encore, malgré la mobilité des fiches, une structure topique reposant sur un ordre préétabli. Chez Moser au contraire, cette organisation est devenue la condition de fonctionnement de toute production d’une pensée personnelle. Ici se manifestent deux composantes, étroitement liées l’une à l’autre, du processus d’appropriation de la tradition érudite : la flexibilité de l’organisation du savoir et l’autonomie de la production intellectuelle. On peut en trouver des signes avant-coureurs dès le xviie siècle dans des instructions concernant la lecture et la prise de notes. Les témoignages des érudits eux-mêmes (Moser ou encore l’auteur anonyme mentionné par Placcius) ne doivent se comprendre qu’au sein d’une problématique plus large, envisageant la prise de notes sur la longue durée. La lecture et la prise de notes sont, dans les méthodes qui s’y rapportent, caractérisées comme un art (« ars ») particulier. Chaque érudit doit prospecter dans la mine d’or des arts et des sciences, pour reprendre le titre du texte de Jeremias Drexel, Aurifodina Artium et Scientiarum, publié pour la première fois en 1638 (voir fig. 2) – et ce, en toute autonomie, indépendamment des modes préétablis d’organisation du savoir, c’est-à-dire des ouvrages de compilation qui existent déjà sous forme imprimée, des collections de « loci communes » et des encyclopédies. Il doit lire avec profit les livres et les exploiter, comme l’indique le titre d’un texte de Francesco Sacchini, publié pour la première fois en 1614, De ratione libros cum profectu legendi. Quelques indications sur le « genre » que constituent les instructions pour la prise de notes peuvent faire apparaître que, dès le xviie siècle, les lieux de mémoires fixes, centrés sur le livre, sont remplacés par des systèmes pragmatiques et flexibles d’organisation du savoir érudit. Les modes anciens d’organisation font place à la volonté d’aborder la tradition érudite librement et de façon autonome, malgré les réserves déjà évoquées envers une gestion « sans mémoire » du savoir et envers la conservation de réservoirs de mémoire « reliés ».

  • 50 Florian Neumann, « Jeremias Drexels Aurifodina und die Ars excerpendi bei den Jesuiten », in Die Pr (...)
  • 51 Pour le De Ratione Libros cum profectu legendi libellas de Francesco Sacchini. les bibliothèques al (...)
  • 52 Pour l’ouvrage de Jeremias Drexel Aurifodina Artium et scientiarum omnium ; Excerpendi Sollertia, l (...)
  • 53 Sacchini, De Ratione Libros cum profectu legendi libellus, op. cit., pp. 103-172.
  • 54 Cf. ibid., pp. 104-105.
  • 55 « De constantia lectionis » (ibid., pp. 42-45) : « Deinde ad constantiam spectat, vt destinatas lec (...)
  • 56 « Oportet sapientiae cupidos deditos esse lectioni : in eamque studiose, ac diligenter insistere, c (...)
  • 57 « Quo tempore, & quantum legendum » (ibid., pp. 51-54).
  • 58 « [...] quod corporibus cibus est, id ingeniis esse lectionem » (ibid., p. 12).
  • 59 « Atqui lectio librorum quaedam est cum autoribus consuetudo, & familiaritas » (ibid., p. 139).
  • 60 Sur ce sujet, voir Anthony Grafton, « Der Humanist als Leser », in Die Welt des Lesens. Von der Sch (...)
  • 61 Sacchini, De Ratione Libros cum profectu legendi libellas, op. cit. : « At malus liber, vt immanis, (...)

16Mais il faut d’abord revenir sur un aspect important : les instructions pour la lecture et la prise de notes ont surtout été rédigées au xviie siècle par des jésuites50. Sacchini, auteur de la méthode de lecture (Leseanleitung) qui a connu le plus fort tirage au cours de ce siècle51, était un jésuite italien qui enseigna notamment au Collegio Romano ; quant à Drexel, qui a écrit la méthode de prise de notes (Exzerpieranleitung) au plus fort tirage, c’est un jésuite et prédicateur bavarois52. Ces deux types de méthode portent la marque du système des études très strictement réglementé des jésuites. C’est la protection du lecteur qui est privilégiée. Chez Sacchini, ce souci de la personne qui lit est tout particulièrement exprimé dans un texte publié en annexe de sa méthode de lecture53. Le principe de ce petit traité, intitulé De vitanda librorum moribvs noxiorvm lectione. est que quiconque lit les livres d’hommes mauvais court à sa perte54. Les méthodes de lecture des jésuites tentent de soumettre la lecture privée, qui échappe à toute surveillance, à un ensemble de règles. La lecture est décrite comme une activité qui doit être organisée de manière efficace. L’important, c’est de se montrer « constant » dans cette activité, de respecter strictement des « horaires de travail55 », de lire avec soin (du début jusqu’à la fin)56 et de définir précisément quand on doit lire quoi57. De manière analogue à la « Ratio Studiorum » des jésuites, la rationalisation de la lecture permet au lecteur de se contrôler lui-même, d’apprendre à maîtriser les effets du livre. Car la lecture exerce une influence immédiate. Elle est analogue à la prise de nourriture – un parallèle qui illustre son pouvoir et qui existe depuis l’Antiquité. Elle est un phénomène quasiment médical58. Les textes sont des produits concrets et doués de parole, qui forment des lecteurs « affamés ». Les lecteurs, surtout les jeunes lecteurs, doivent être protégés contre la puissance de ces « influences ». En adoptant une discipline stricte de lecture et en maîtrisant ses techniques, ils sont censés être à même de résister. Les techniques de lecture sont des boucliers destinés à se défendre. Grâce à ces armes, les lecteurs peuvent repousser des attaques, canaliser les voix qui s’abattent sur eux en les faisant entrer dans une structure rigoureuse – structure qui sert aussi à discipliner les curiosités et les désirs séculiers, autrement dit à ne pas oublier son salut. « Quand on lit un livre, on fait la connaissance personnelle de l’auteur59. » La version jésuite de cette vision humaniste des choses60 consiste à dire : « un mauvais livre est pire qu’une bête » ; et comme « il n’existe pas de relation plus intime que celle d’un lecteur avec le livre qu’il lit », les livres peuvent être plus « dangereux que des monstres », car ils « agissent en plusieurs endroits à la fois61 ».

Figure 2 – Jeremias Drexel, Aurifodina Artium et scientiarum omnium ; Excerpendi Sollertia, Omnibus litterarum amantibus monstrata, München. 1638, cliché Herzog August Bibliothek, Wolfenbüttel).

  • 62 Drexel fait l’éloge de Lipsius à plusieurs reprises ; il dit avoir lu chaque œuvre, chaque syllabe (...)
  • 63 Drexel, Aurifodina Artium et scientiarum, op. cit., pp. 81-83. Sacchini argumente déjà de manière s (...)
  • 64 Drexel, Aurifodina Artium et scientiarum, op. cit., pp. 84-85 ; cf. aussi Sacchini, De Ratione Libr (...)

17Dans leur pédagogie, les jésuites imaginent l’assaut de ces « bêtes » afin de mieux tirer parti de leur dressage. L’individu livré à lui-même lors de la lecture solitaire a besoin pour se défendre de former sa capacité de jugement, seul moyen de distinguer les « influences » néfastes des bonnes « influences ». C’est pourquoi la faculté de juger est la catégorie centrale des méthodes jésuites pour la prise de notes. Jeremias Drexel a pensé son art de la prise de note comme un art de la lecture guidé par le « iudicium », s’inspirant en cela de Justus Lipsius qui était, au xviie siècle, la grande autorité en matière de prudence et de perspicacité dans le jugement62. La capacité de juger, selon Drexel, s’acquiert par la prise de notes, par la consignation d’extraits. La prise de notes apprend à lire lentement, prudemment, attentivement, elle contraint le lecteur à soupeser et à comparer63. Elle l’oblige de ce fait à s’approprier la lecture à la faveur d’une confrontation intellectuelle avec les textes. Drexel défend la nécessité de la prise de notes pour tout érudit, en concédant certes qu’il existe déjà d’utiles collections d’extraits, de nombreux produits imprimés de l’« Excerpendi sollertia » (« Miscellanea, Florilegia, Epitomae, Summaria, Pandectae, Collectanea, & Coniectanea, Aduersaria, Promptuaria, Rerum Siluae, Quaestiones epistolicae, Horae subseciuae, Farragines eruditae, Memoriales tituli, Electorum libri, Musarum horti »). Mais les notes qu’on a prises et sélectionnées soi-même, sur la base de son propre jugement, ont incomparablement plus de valeur64.

  • 65 Drexel, Aurifodina Artium et scientiarum, op. cit., p. 2 : « Est igitur Excerpere, e scriptore quoc (...)
  • 66 Ibid., Ad lectorem, 10r : « Lege, scribe, Excerpe, quicquid dum legis, metalli nobilioris inueneris (...)
  • 67 Sur le lien entre la prise de notes et les domaines de spécialité, voir ibid., pp. 206-234 (« Qui d (...)
  • 68 Ibid., p. 47 : « Quod de Excerptis lam diximus, id omnium paene doctorum hominum voces & exempta fi (...)
  • 69 Ibid., pp. 15 sq.
  • 70 Ibid., p. 14 : « Imo ex illis ipsis, quos modo dixi, ingentis memoriae viris, Excerpta & Notas aliq (...)
  • 71 Drexel. Aurifodina Artium et scientiarum, pp. 70-71.
  • 72 Sur la position analogue de Daniel Georg Morhof, voir Zedelmaier, « De ratione excerpendi : Daniel (...)

18Le jugement, la sélection et l’utilité définissent l’art de l’extrait selon Drexel : « Dresser des extraits, c’est donc consigner avec discernement des passages tirés d’un quelconque auteur en les rangeant sous des catégories précises, c’est sélectionner ce que l’on juge utile pour le futur65. » Celui qui fait des extraits est un chercheur d’or qui part lui-même à la recherche des filons de la tradition érudite et les exploite : « Lis, écris, fais des extraits. En lisant, tu auras trouvé tout ce qui relève d’un filon plus précieux66. » L’application de techniques de prise de notes particulières dépend de chaque domaine spécifique67. Drexel n’aborde que les principes et donne seulement des conseils ; en fin de compte, chacun doit trouver sa propre méthode, apprendre à collectionner et à organiser les trésors du savoir en fonction de ses besoins particuliers. L’important, c’est que chacun rédige des extraits s’il veut que sa lecture soit efficace. Presque tous confirment qu’il faut en passer par là68. C’est ce que prouvent de longues listes d’exemples dans l’Aurifodina69. Même ceux qui avaient une mémoire phénoménale, insiste Drexel, ont fait des extraits70. Mais l’art de l’extrait n’en est pas moins entouré d’une aura de mystère. Les extraits sont aussi un instrument de la politique du secret pratiquée par les savants. Dans le texte de Drexel (qui est construit comme un dialogue), l’érudit Eulogius déclare à son élève Faustinus qu’il peut certes lui transmettre l’expérience tirée de sa pratique de l’extrait, mais qu’il ne lui vendra à aucun prix sa collection d’extraits, à moins qu’il lui offre le ciel ou le Christ en échange (« Caelum pollicere, Christum licitatorem oppone : Iam vendo71 »). Dans ce cas, les extraits sont des sources de la production de savoir qu’il faut dissimuler : le savant n’entend pas qu’on puisse pour ainsi dire regarder dans son jeu72.

19Les jésuites, donc, étaient pleins d’inquiétude pour le lecteur livré à lui-même, un lecteur qu’il fallait protéger de l’influence des lectures néfastes. C’est cette inquiétude qui les a conduits à esquisser un art de lire et de dresser des extraits fondé sur le modèle d’une pensée autonome, indépendante d’autrui (et de ce qui est étranger), une pensée qui puise en elle-même. Dans les méthodes de prise de notes de la seconde moitié du xviie siècle, qui désormais sont même rédigées par des érudits protestants s’inspirant des jésuites (comme Vinzent Placcius), ce modèle prend forme plus nettement. Pour conclure, en voici une présentation rapide sous forme de résumé, avec renvoi aux textes fondamentaux.

  • 73 Morhof représente ici une exception (cf. ibid., p. 90).
  • 74 « Quosdam memoriae magistros rideo, qui nescio quot domunculas aedificant, & in domunculis cellulas (...)
  • 75 Après lui, on insiste sur l’efficacité de la gestion du savoir. C’est par exemple le cas du le préd (...)
  • 76 Ce livre a été aussi publié sous forme de traité indépendant (cf. Helmut Zedelmaier, « De ratione e (...)
  • 77 Morhof. Polyhistor, op. cit., Lib. III, Cap. I, § 1, pp. 559-560 : « Ut qui domum exstructurus est, (...)
  • 78 Ibid., § 19, p. 560 (recte : 562) : « Ita enim instituere excerpta tyronem meum velim, ut non multu (...)
  • 79 Ibid., Cap. II. § 27, p. 567 : « Qvare mihi semper placuit methodus illa, ut tituli ex occasione in (...)

20Commençons par le remplacement des modèles de classement topiques par des modèles flexibles d’organisation érudite du savoir. Le plus significatif, c’est que depuis Drexel, les auteurs de méthodes de prise de notes portent, à de rares exceptions près, un regard critique sur la mnémotechnique et sur son architecture en « loci », dont est encore empreinte l’armoire à fiches chez Placcius73. Drexel se moque des « memoriae magistri » et de leurs directives longues et complexes74. Ce n’est plus la classification des « loci communes », la systématique des cahiers d’extraits qui intéressent Drexel en premier lieu, mais leur organisation concrète, adaptée aux besoins de chaque érudit75. Pour Daniel Morhof, quand on prend des notes, la fin justifie les moyens : tel est ce qu’indique son ouvrage intitulé Polyhistor, dont le troisième livre, paru en 1692 après la mort de l’auteur, est consacré à l’« ars excerpendi76 ». Il faut rentrer la moisson de sa lecture dans la grange pour pouvoir en disposer à tout moment, en bon père de famille77. La science, placée sous le signe d’une prudence toute « politique », est une lutte qui exige rapidité et sens de la repartie. Le plus important, c’est d’avoir vite sous la main ce dont on a besoin. Il ne s’agit pas tant, selon Morhof, de recourir à ses armes dans un certain ordre, mais plutôt de les avoir sous la main quand on entre dans l’arène. Car souvent ceux qui accordent trop d’importance à de subtiles méthodes de prise de notes se retrouvent désarmés au moment décisif78. Dans la mesure du possible, les titres sous lesquels sont classés les citations ne doivent pas être, selon Morhof, des catégories préétablies (empruntées à d’autres). Ils ne se dégagent au contraire qu’avec la lecture, au cours de la réflexion sur le sujet et son contexte79.

  • 80 Elle se trouve aussi au cœur d’une méthode jésuite, parue dans la seconde moitié du xviie siècle : (...)
  • 81 Méthode nouvelle de dresser des recueils communiquée par l’auteur, in Bibliothèque universelle et h (...)
  • 82 Morhof, Polyhistor, op. cit., Lib. III, Cap. I, § 22, p. 561 (recte : p. 563) : « Utilissimum est, (...)
  • 83 Morhof renvoie (ibid., § 25) à la Medicina mentis d’Ehrenfried Walther von Tschirnhaus (Amsterdam, (...)
  • 84 Cf. aussi Morhof, Polyhistor, op. cit., Lib. III, Cap. XIII, § 43 ; d’après Udenius, même les pensé (...)
  • 85 Exercitatio academica de excerptis adornandis (Praeses : M. Andreas Stübelius ; Respondent : Johann (...)
  • 86 L’un des problèmes qui découle de la différenciation entre le propre et l’autre concerne la questio (...)
  • 87 Udenius, Excerpendi ratio nova, op. cit., p. 11 (cité ici d’après l’édition de Leipzig de 1696) ; p (...)
  • 88 Cf. par exemple Morhof, Polyhistor, op. cit., Lib. III, notamment Cap. V, § 19.
  • 89 Schubert, Sciagraphia de studio excerpendi, op. cit., Membrum IV (« Quomodo sit excerpendum »), 6v.

21Cette efficacité dans la pratique, sur laquelle insiste Morhof, est un aspect dominant dans les méthodes de prise de notes de la deuxième moitié du xviie siècle80. C’est la possibilité de retrouver rapidement le savoir à l’aide d’« indices » alphabétiques qui est plus importante que la topique de l’organisation du savoir. L’organisation du savoir au moyen de ces « indices » permet d’être plus indépendant de topiques qui préstructurent la classification. John Locke, par exemple, se concentre dans sa Méthode nouvelles de dresser des Recueils (parue tout d’abord sans nom d’auteur en 1686) exclusivement sur la création d’« indices » les plus courts possibles81. À l’accent mis sur l’autonomie, l’efficacité et le caractère pratique de l’organisation du savoir répond dans les méthodes de prise de notes la montée en puissance des « Adversaria », ces cahiers d’extraits où l’on note sans suivre d’ordre tout ce qu’on rencontre d’important au fur et à mesure de la lecture. Parallèlement diminue l’importance des « Codices », où les extraits étaient rangés selon des grilles topiques préétablies. Morhof a là aussi livré une sentence lucide sur cet aspect : « Il est très utile non seulement de classer ses extraits sous des “Loci”, mais aussi de faire des “Adversaria” où nous collectionnons ce qui nous est venu à l’esprit au cours de la lecture ou pendant nos réflexions de tous les jours, ainsi que ce que nous avons vu ou ce que nous ont raconté d’autres personnes82. » Prendre des notes ne consiste pas ici à chercher des modèles susceptibles d’être imités, mais constitue un acte de « réflexion ». L’extrait n’est pas un « locus communis » disponible, mais une pensée que la lecture a déclenchée83. Ainsi, la prise de notes s’émancipe des seules lectures savantes. Les extraits sont des notes sur des expériences, au sens large : il faut prendre des notes également sur ce qu’on a entendu et surtout sur ce qu’on a vu84. C’est pour cette raison qu’une thèse soutenue à Leipzig en 1684 étend la définition de Drexel, limitée à la lecture, à des aspects auditifs et visuels85. Et parce que les extraits doivent être l’expression de l’appropriation et de la transformation de l’étranger en propre, le recopiage mot à mot perd peu à peu du terrain lors de la prise de notes au bénéfice de la reformulation (sous forme de résumé)86. Recopier mot pour mot, c’est « recopier en toutes lettres [ausschreiben] et non pas prendre en notes [excerpiren] », selon Justus Christopherus Udenius, auteur de la première méthode sur la prise de notes parue en langue allemande (l’ouvrage fut imprimé pour la première fois en 1681)87. Les extraits devraient être brefs88 ; « Excerpe breviter », lit-on dans une thèse de Leipzig datant de 1699. Il ne faut pas consommer trop de temps ni de papier. Il s’agit de tout saisir seulement dans son essence (« in nuce »)89.

  • 90 Jean Le Clerc (Johannes Clericus), Ars Critica, in qua ad studio Linguarum Latinae, Graecae, Hebrai (...)
  • 91 Cf. ibid., pp. 45 et 94.
  • 92 Ibid., p. 45 : « Igitur legendi non semel modo, sed iterum, atque iterum ; ut eodem Stylus nobis ve (...)
  • 93 Ibid., p. 47 : « Utile est tamen, in prima lectione, libellum habere in quo adnotentur loca, quae i (...)
  • 94 Ibid., p. 101 : « Non est etiam excerpendum quidquam, dum lectione distinemur ; ita ut propterea ab (...)
  • 95 « Excerpendi vero tempus ipsa lectio. Vt enim quidque notatu dignum offertur, continua seligendum, (...)
  • 96 Cf. Le Clerc, Ars Critica, op. cit., pp. 99-100. Le Clerc avait édité le texte de Locke dans sa Bib (...)

22Le principe qui consiste à ne pas recopier trop de mots et, de manière générale, à ne pas consacrer trop de temps et d’efforts lors de la prise de notes, est aussi reconnu dans l’art de la prise de notes que Jean Le Clerc développe dans la première partie de l’Ars critica (première édition en 1696-1697) sous le titre : « De ordine in Lectione Veterum Scriptorum observando90 ». Ce qu’il y a d’intéressant (et qui est porteur d’avenir) dans sa méthode, c’est que les règles communément en usage au xviie siècle dans l’art de la lecture sont soumises à un nouveau contexte. On apprend ainsi qu’il faut lire les textes avec soin, plusieurs fois et sans les mélanger91. Des règles analogues se trouvent certes déjà dans des méthodes de lecture antérieures. Mais tandis qu’elles sont marquées dans ces ouvrages par le souci de la mémoire individuelle, ces règles sont dues chez Le Clerc à une volonté de reconstruction (historique et critique) de l’horizon de sens des textes. Lire avec soin, c’est une exigence absolue pour comprendre les textes, en même temps qu’un exercice utile à cette compréhension92. C’est dans cette perspective que figurent les conseils spécifiques de Le Clerc pour la prise de notes : il faut noter les passages difficiles lors de la première lecture dans un cahier prévu à cet effet (dont le titre est « Quaerenda93 »). Mais lorsqu’on lit, il vaut mieux, dans la mesure du possible, éviter de recopier des extraits, afin de ne pas interrompre le fil de la lecture. Seules les références doivent être notées sur des fiches94. Pour Sacchini et Drexel, la prise de notes au cours de la lecture assurait la nécessaire indépendance du lecteur et constituait un moyen de discipliner la lecture « superficielle95 ». Pour Le Clerc, c’est au contraire la lecture accompagnée de prise de notes qui gêne l’acte de compréhension, lequel implique de se concentrer intensément sur la cohérence du texte. Une topique préétablie qui décide de la manière de classer les extraits est tout à fait contre-productive dans la perspective « herméneutique » de la lecture telle que l’entend Le Clerc. L’ordre des extraits est exclusivement lié à la manière la plus confortable et la plus simple de les retrouver, et la meilleure solution, selon le conseil de Le Clerc, consiste à adopter la méthode des « indices » de John Locke96.

  • 97 Michael Harbsmeier, in Killy Literaturlexikon, deuxième édition, Berlin, 2000 (Digitale Bibliothek (...)
  • 98 Christoph Meiners, Anweisungen für Jünglinge zum Arbeiten besonders zum Lesen, Excerpiren, und Schr (...)
  • 99 Ibid, (édition de 1791), p. 90.
  • 100 Ibid. (édition de 1789), p. 62.
  • 101 Ibid., p. 67.

23Au xviiie siècle, la prise de notes est elle aussi placée sous le signe du primat de la « pensée autonome » (Selbstdenken). La « pensée autonome » est un concept dont l’utilisation connaît dans l’art de lire du xviiie siècle une véritable inflation. Un bref texte de Christoph Meiners (1747-1810), historien de Göttingen, nous ramène aux origines de ces réflexions, c’est-à-dire à la critique éclairée de la production « polyhistorique » du savoir – une critique précisément fondée sur le concept de « pensée autonome ». Avec plus de trente livres et de nombreux articles, Meiners n’a certes pas été aussi prolifique que Moser, mais cette productivité a suffi pour qu’on lui fasse le reproche d’être un « polygraphe97 ». Dans ses Anweisungen für Jünglinge zum Arbeiten besonders zum Lesen, Excerpiren, und Schreiben (Conseils aux jeunes gens pour travailler, en particulier pour lire, prendre des notes et écrire), qui ont connu deux éditions en 1789 et en 1791, le fait de penser de façon autonome et de savoir beaucoup de choses joue un rôle majeur. Lors de la lecture, selon Meiners, il s’agit de « s’approprier » les textes : « Qu’on ne tente surtout pas d’atteindre à la gloire d’un savant universel ou d’être d’une érudition gigantesque : car l’ensemble du public éclairé est désormais convaincu que savoir énormément de choses sans penser par soi-même est nuisible, et qu’une érudition vaste, mais confuse et mal assimilée est un signe de médiocrité intellectuelle98 ». Ce « penser par soi-même » est rattaché chez Meiners comme chez Moser à des techniques efficaces d’organisation du savoir : à des fiches classées par rubriques et rangées dans des « casiers », « comme on en voit dans les Postes et dans les comptoirs de commerce ou dans de grands cabinets d’archives99 ». Meiners décrit les avantages de la technique des fiches pour sa propre production textuelle dans les mêmes termes que Moser : selon lui, on peut ainsi « réfléchir et travailler sans entraves », on « tient dans sa main l’esprit » de nombreux textes, on est « indépendant des livres qu’on a lus, ainsi que de leurs propriétaires ». C’est ainsi que, presque automatiquement, apparaissent « des combinaisons et des perspectives qu’on n’aurait sans cela jamais faites ou découvertes100 ». Bref, à l’aide de la « pensée autonome » qui s’appuie sur les fiches, on devient un penseur original quand on se met soi-même à écrire101.

(traduit de l’allemand par Éric Chevrel)

Notes

1 Les réflexions qui suivent se fondent sur des recherches menées par l’auteur, en collaboration avec Florian Neumann, dans le cadre du groupe de recherche de Munich « Discours politique et social et formes du savoir à l’époque de l’humanisme », soutenu par la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG) et sur des recherches de l’auteur en cours à la Herzog August Bibliothek de Wolfenbüttel, dans le cadre d’un projet également soutenu par la DFG : « La question des origines de la culture. Le savoir érudit entre autorité et pluralisation », en coopération avec l’unité de recherche 573 de la DFG. Je tiens à remercier les tout premiers lecteurs de la présente contribution : Ann Blair (Harvard), Michel Kowalewicz (Amiens/Montpellier) et Ulrich Johannes Schneider (Wolfenbüttel), dont les conseils m’ont été précieux.

2 Karl Otmar Freiherr von Aretin, in Neue Deutsche Bibliographie 18, 1997, pp. 175-178.

3 Howard Hotson, Johann Heinrich Alsted 1588-1638. Between Renaissance, Refomation and Universal Reform, Oxford, 2000.

4 Helmut Zedelmaier, « Von den Wundermännern des Gedächtnisses. Begriffsgeschichtliche Anmerkungen zu “Polyhistor” und “Polyhistorie” », in Die Enzyklopädie im Wandel vom Hochmittelalter bis zur frühen Neuzeit, éd. par Christel Meier. München. 2002, pp. 421-450.

5 Christian Thomasius, Cautelen, Halle, 1713, p. 110.

6 Nikolaus Hieronymus Gundling. Vorrede zu der Neuen Bibliothec von 1715, éditée par ses soins ; cité ici d’après Herbert Jaumann, Critica. Untersuchungen zur Geschichte der Literaturkritik zwischen Quintilian und Thomasius, Leyde, 1995, p. 301.

7 Johann Christoph Gottsched, Vorrede zu : Pierre Bayle, Historisches und Critisches Wörterbuch (trad. en allemand d’après l’édition de 1740, augmentée d’une préface et des annotations de Johann Christoph Gottsched), vol. 1. Réimpression de l’édition de Leipzig de 1741, avec un préface de Erich Beyreuther. Hildesheim/New York, 1974.

8 Johann Gerhard Meuschen (Praes.) / Christian Iversen (Resp.), De praeiudicio auctoritatis, Kiel, 1704, p. 9.

9 Dans la suite du texte, nous traduisons le verbe allemand exzerpieren (issu du latin excerpere) par « prendre des notes » ou « faire/dresser des extraits ». Il en va de même pour les dérivés de ce verbe allemand tels que Exzerpieranleitungen (traduit par « méthodes de prise de notes » ou par « manuels concernant l’art de l’extrait ») (NdT).

10 C’est ainsi que Francesco Sacchini (De Rations Libros cum profectu legendi libellus, Ingolstadt. 1614, p. 78) place au début du chapitre « Quid curandum, ut excerpendi labor sit totum saluber » cette mise en garde : « Primum, ne hebescat memoria ; illustriores quidam loci non solum scribendi, sed etiam ediscendi sunt. »

11 11Les cinquième et sixième règles de la prise de notes (« Leges pauculae ad excerpendum scriptae ») stipulent ainsi chez Jeremias Drexel (Aurifodina Artium et scientiarum omnium ; Excerpendi Sollertia, Omnibus litterarum amantibus monstrata, München, 1638, pp. 122-123) : « Excerpta horulis subseciuis Relege » ; « Edisce quaedam, non tantum Exscribe & Relege […]. Alterum ab altero iuuetur. Memoriae opitulentur Excerpta, his illa suppeditet adiumentum. H inc ista in familiari vsu, colloquijs eruditis, scribendis litteris, disputationibus priuatis & publicis dextre misceri possunt, quo altins memoriae inhaereant. » Des méthodes plus tardives réitèrent ces exigences, comme par exemple Dominique Bouhours, La Manière de bien penser dans les ouvrages d’esprit. Dialogues. Suivant la copie, Amsterdam, 1688, p. 43 : « Eudoxe ne s’est pas contenté de lire les livres, il en a fait des extraits qu’il relit de temps en temps ; si bien que les choses luy sont fort présentes, & qu’il scait presque par cœur tous les beaux endroits de son recueil. »

12 Drexel, Aurifodina Artium et scientiarum, op. cit., p. 83.

13 Ibid., Pars II : « Excerptorum neceβitas ob memoriae inconstantiam » (pp. 4-15).

14 Ibid., Pars X : « Obiectionibus contra Excerpendi sollertiam respondetur » (pp. 94-111).

15 Sacchini (De Ratione Libros cum profectu legendi libellas, op. cit., pp. 69 sq.) reprend, pour décrire ces dangers, la critique de Platon contre l’écriture.

16 Christoph Meinel, « Enzyklopädie der Welt und Verzettelung des Wissens : Aporien der Empirie bei Joachim Jungius », in Franz M. Eybl, Wolfgang Harms, Hans-Henrik Krummacher, Werner Welzig (éd.), Enzyklopädien der frühen Neuzeit. Beiträge zu ihrer Erforschung, Tübingen, 1995, pp. 162-187.

17 Vincentius Placcius, De arte excerpendi. Vom gelehrten Buchhalten liber singularis, Stockholm/Hamburg, 1689. Le passage qui suit est tiré de Helmut Zedelmaier, « Buch, Exzerpt, Zettelschrank, Zettelkasten », in Archivprozesse. Die Komnunikation der Aufbewahrung, éd. par Hedwig Pompe et Leander Scholz, Käln, 2002, pp. 38-53.

18 Vincentius Placcius, De arte excerpendi, op. cit., pp. 184-228.

19 Ibid., pp. 121-159.

20 Ibid., pp. 148-149.

21 Ibid., p. 124 (le mot entre crochets droits est un ajout de Placcius, qui a corrigé le texte).

22 Ibid., pp. 124 sq.

23 Cf. le passage « Auctor fatigatus, quomodo ad novum modum excerpendi pervenerit » (ibid., pp. 130 sq.).

24 « Usus privatus in evolvendis & ordinandis collectis » (ibid., pp. 144-145.), « Usus publicus, in communicandis collectis, & socianda collectione » (ibid., pp. 145-146.).

25 Ibid., pp. 137-143.

26 Ibid., pp. 138-139 : « Harum particularum numerus capitum sive locorum communium, quae pro studiorum ratione, plura vel pauciora habere desideras, numerum aequare debet, ut singulis portiunculis titulus peculiaris affigatur. Priusquam igitur de illarum numéro statuas, colligenda sunt in Indicem vocabula sive locorum communium capita, quemadmodum ipse non exiguo certe labore feci, adjectis etiam in libro seu nomenclatura, & quasi subordinatis Synonymis, minusque usitatis titulis, ad proprios, & usitatos. »

27 Ibid., p. 139 : « Ego certe Titulos sive locos Theologicos omnes, morales omnes, naturales & Civiles plerosque collegi, ita ut 3000. ad minimum scripti, & laminis istis parvulis affixi sint, relictis insuper albis, sive Vacuis 300. passim inter scriptores hic illicque, séminales, in quibus si forte novus aliquis, quod fit, occurrant titulus, inscribatur, suoque ordini, aliisque locum cedentibus, inseratur. »

28 Ibid., pp. 142-143.

29 Ibid., p. 142 : « In hoc enirn Artificü hujus (sive arcae) compendium constat, unde tantum titulorum numerum, tam parvo spatio contineat, & duabus tantum apertionibus, plane omnes oculis proponat. »

30 Ibid., pp. 221-222 ; les améliorations, accompagnées de trois nouvelles illustrations, sont expliquées dans le chapitre qui suit l’édition (ibid., pp. 149-155).

31 Christoph Meinel, « Enzyklopädie der Welt », art. cit., p. 182.

32 Helmut Zedelmaier, « De ratione excerpendi : Daniel Georg Morhof und das Exzerpieren », in Mapping the World of Learning : The Polyhistor of Daniel Georg Morhof, éd. par Françoise Waquet, Wiesbaden, 2000. pp. 75-92, ici pp. 85 sq.

33 Wilhelm Schmidt-Biggemann, Topica universalis. Eine Modellgeschichte humanistischer und barocker Wissenschaft, Hamburg, 1983.

34 placcius, De arte excerpendi, op. cit., p. 139 : « Illa autem nomenclatura plena perfectaque semel quantum fieri potest esse debet, pro studiorum ratione, scilicet in quibus versaris. »

35 C’est ce que Meinel (« Enzyklopädie der Welt », art. cit., pp. 183 sq.) a montré de manière convaincante.

36 Cf. par exemple : Der expedite Referendarius, oder Anleitung wie man gerichtliche Acten Mit Nutzen lesen / geschickt excerpiren / und verständig referiren soll seconde édition revue et corrigée, Wetzlar, 1739. Sur le contexte, voir Cornelia Vismann, Akten. Medientechnik und Recht, Frankfurt/Main, 2000.

37 Johann Jacob Moser, Einleitung zu denen Cantzley=Geschäfften. Abgefasset zum Gebrauch seiner ehemaligen Staats= und Canzlei=Academie ; nun aber zum allgemeinen Nutzen bekannter gemacht, Frankfurt/Main, 1755 (à propos de la prise de notes : pp. 184 sq.).

38 Johann Jacob Moser, Einige Vortheile für Canzley=Verwandte und Gelehrte, in Absicht auf Acten=Verzeichnisse, Auszüge und Register, desgleichen auf Sammlungen zu künfftigen Schrifften, und würckliche Ausarbeitung derer Schrifften, s.l., 1773 (cote de ce texte rare, qui se trouve à la Bayerische Staatsbibliothek München : J.pract. 187h). Du même : Lebens=Geschichte […] von ihm selbst geschrieben, 4 vol. (soit la troisième édition, augmentée et poursuivie), Frankfurt/Main et Leipzig, 1777-1783.

39 Ibid., vol. 4, p. 116.

40 Mais en un autre endroit il reconnaît qu’un greffier l’a aidé par le passé, « qui a copié pour [lui] les passages tirés des écrits et documents qu’[il] lui avai[t] indiqués » (ibid., p. 121, et vol. 3, p. 108).

41 Voir sur ce sujet notamment Sacchini, De Ratione Libros cum profectu legendi libellus, op. cit., p. 94 ; Daniel Georg Morhof, Polyhistor […], Editio tertia […], Lübeck, 1732, vol. 1, p. 560 (recte : p. 562).

42 Moser, Lebens=Geschichte, op. cit., vol. 3, pp. 78-79.

43 Ibid..p. 109.

44 Ibid., p. 102.

45 Ibid.

46 Moser, Einige Vortheile für Canzley=Verwandte und Gelehrte, op. cit., pp. 50-53 (« Vorzüge dieser Art von Collectaneen=Büchern ») ; c’est surtout cet aspect que souligne Markus Krajewski, Zettelwirtschaft : Die Geburt der Kartei aus dem Geiste der Bibliothek, Berlin, 2002, pp. 69-74.

47 Cf. (aussi pour ce qui suit) Moser, Lebens=Geschichte, op. cit., pp. 103-104 (et du même : Einige Vortheile für Canzley=Verwandte und Gelehrte, op. cit., pp. 54-64).

48 Moser, Lebens=Geschichte, op. cit., p. 105.

49 Moser, Einige Vortheile für Canzley=Verwandte und Gelehrte, op. cit., p. 64.

50 Florian Neumann, « Jeremias Drexels Aurifodina und die Ars excerpendi bei den Jesuiten », in Die Praktiken der Gelehrsamkeit in der Frühen Neuzeit, éd. par Helmut Zedelmaier et Martin Mulsow, Tübingen, 2001, pp. 51-61.

51 Pour le De Ratione Libros cum profectu legendi libellas de Francesco Sacchini. les bibliothèques allemandes interrogeables par catalogue électronique répertorient, à côté de la première édition d’Ingolstadt de 1614, les éditions suivantes : s.l., 1614 ; Würzburg, 1614 ; Saint-Mihiel, 1615 ; Ingolstadt, 1616 ; Bordeaux, 1617 ; Dillingen, 1621 ; Leipzig, 1711 (et 1738).

52 Pour l’ouvrage de Jeremias Drexel Aurifodina Artium et scientiarum omnium ; Excerpendi Sollertia, les bibliothèques allemandes interrogeables par catalogue électronique répertorient, à côté de la première édition de Munich de 1638, les éditions suivantes : Anvers, 1638 (et 1641. 1642, 1657, 1658, 1691) ; Köln, 1638 (et 1643) ; München, 1642 ; Vratislavia, 1659 ; Frankfurt, 1670 ; s.l., 1671 ; Lyon, 1675 ; Naumburg, 1695.

53 Sacchini, De Ratione Libros cum profectu legendi libellus, op. cit., pp. 103-172.

54 Cf. ibid., pp. 104-105.

55 « De constantia lectionis » (ibid., pp. 42-45) : « Deinde ad constantiam spectat, vt destinatas lectioni horas perseueranter obserues. Sunt enim singulorum dierum spatia certas in actiones apte distribuenda » (pp. 43-44.) ; ce qu’on doit faire pendant ses loisirs (« vacua tempora », p. 49) est aussi prévu : « Cauendum igitur primum in hisce temporibus est, ne inter manus elabantur » (p. 48).

56 « Oportet sapientiae cupidos deditos esse lectioni : in eamque studiose, ac diligenter insistere, caeterum optimis in quoque genere scriptoribus debere esse contentas : quod profectus in perseueranti magis, salubrique lectione, quam in bibliothecarum peruolutatione consistat » (ibid., p. 24) ; « Ex ordine, porro constanter, ab initio ad extremum vsque prosequere. Ita argumentum operis totum, resque singulae, ac series disputationis percipietur facilius, & haerebit fidelius. Neque taedium capiat, si quaedam spinosiora interueniant, neque transilias » (pp. 41 -42).

57 « Quo tempore, & quantum legendum » (ibid., pp. 51-54).

58 « [...] quod corporibus cibus est, id ingeniis esse lectionem » (ibid., p. 12).

59 « Atqui lectio librorum quaedam est cum autoribus consuetudo, & familiaritas » (ibid., p. 139).

60 Sur ce sujet, voir Anthony Grafton, « Der Humanist als Leser », in Die Welt des Lesens. Von der Schriftrolle zum Bildschirm, éd. par Guglielmo Cavallo, Roger Chartier, Frankfurt/Main, 1999 (paru tout d’abord en 1995 en italien), pp. 263-312.

61 Sacchini, De Ratione Libros cum profectu legendi libellas, op. cit. : « At malus liber, vt immanis, ac venenata bestia, tolli potest, mutari non potest » (p. 141) ; « nulla est coniunctior, nulla magis assidua, nulla magis efficax consuetudo, quam lectori cum eo quem legit » (ibid., p. 147) ; « denique nullis terminis, nec locorum, nec temporum claudantur. Dicam amplius, nulla ex Tartareis Furiis tam funesta, & exitialis est, quam vnus libellus. Nam, nec illae tam multos simul mortales, nec rnultis in locis eodem oppugnant tempore. At hic ita serpit, ita multiplicatur, & spargitur, vt eodem momento, longissimo inter se dissitas interuallo regiones, ac gentes peruagetur, ac perdat. O monstrum, portentum que inauditum. » (p. 155).

62 Drexel fait l’éloge de Lipsius à plusieurs reprises ; il dit avoir lu chaque œuvre, chaque syllabe de Lipsius et pris de nombreuses notes (Aurifodina Artium et scientiarum, op. cit., p. 302). Il ajoute que si Lipsius, en dépit de ses intenses activités d’enseignement et de sa faible constitution, a tant écrit, il le doit uniquement aux notes qu’il avait prises : « Non legit tantum Lipsius, sed & Excerpsit, idque cum iudicio, non obuia quaeuis in chartas rapiendo, sed seligendo, & excerpendo. H inc ipsi us dictum solenne : Non colligo, sed selego. Seligit prorsus haec apis mel eximium. » (pp. 26-27). Selon Drexel, Lipsius n’a pas révélé ses techniques de prise de notes. Il aurait tout au plus livré quelques indices. Drexel se réfère au texte suivant : De conscribendis latine epistolis. Excerpta e dictantis eius ore, Anno MDLXXXVII mense Iunio. Adiunctum est Demetri Phalerei eiusdem argumenti scriptum, Magdeburg, 1594, Cap. XII : « De Excerptis, quo ordine ea instituenda, & a quibus singula carpenda », pp. 28-29. Cette méthode destinée à la jeunesse s’en tient à la rédaction de lettres ; sur le classement des « Excerpta » et des « Notae », Lipsius conseille trois « memorales libri » : pour les formules oratoires, pour les « Ornamenta » (ressemblances, allégories, etc.) et pour les « Dictiones » (phrases entières, mots rares et néologismes).

63 Drexel, Aurifodina Artium et scientiarum, op. cit., pp. 81-83. Sacchini argumente déjà de manière semblable, mais plus brièvement (De Ratione Libros cum profectu legendi libellus, op. cit., pp. 73-74).

64 Drexel, Aurifodina Artium et scientiarum, op. cit., pp. 84-85 ; cf. aussi Sacchini, De Ratione Libros cum profectu legendi libellus, op. cit., p. 76.

65 Drexel, Aurifodina Artium et scientiarum, op. cit., p. 2 : « Est igitur Excerpere, e scriptore quocunque cum iudicio in certas classes id annnotare, ac seligere, quod iudicetur vsui futurum. »

66 Ibid., Ad lectorem, 10r : « Lege, scribe, Excerpe, quicquid dum legis, metalli nobilioris inueneris. »

67 Sur le lien entre la prise de notes et les domaines de spécialité, voir ibid., pp. 206-234 (« Qui dictis Excerpendi modis Philosophus, Mathematicus, Medicus, Iurisconsultus, Theologus vti possint. »)

68 Ibid., p. 47 : « Quod de Excerptis lam diximus, id omnium paene doctorum hominum voces & exempta firmant. >>

69 Ibid., pp. 15 sq.

70 Ibid., p. 14 : « Imo ex illis ipsis, quos modo dixi, ingentis memoriae viris, Excerpta & Notas aliqui velut certissimum, & summe necessarium memoriae subsidium industria singulari adhibuerunt. »

71 Drexel. Aurifodina Artium et scientiarum, pp. 70-71.

72 Sur la position analogue de Daniel Georg Morhof, voir Zedelmaier, « De ratione excerpendi : Daniel Georg Morhof und das Exzerpieren », art. cit., pp. 91-92.

73 Morhof représente ici une exception (cf. ibid., p. 90).

74 « Quosdam memoriae magistros rideo, qui nescio quot domunculas aedificant, & in domunculis cellulas, rerumque imagines multiplicant in infinitum. Eruditum sane principium ad inducendam phrenesin. Ad banc porro memoriam, quanta opus est memoria ? Si velimus, Faustine, impendijs minoribus insanire possumus. » (Drexel, Aurifodina Artium et scientiarum, op. cit., p. 375).

75 Après lui, on insiste sur l’efficacité de la gestion du savoir. C’est par exemple le cas du le prédicateur Justus Christophorus Udenius, qui le premier a rédigé en allemand une méthode de prise de notes (et qui préconise de prendre des notes en langue allemande) : Excerpendi ratio nova. Das ist eine neue und sonderbahre Anweisung wie die studierende Jugend in jeden Wissenschaften, Disciplinen und Facultäten vornehmlich aber in Theologia homiletica ihre Locos communes füglich einrichten, leichtlich verfertigen und nützlich gebrauchen […], Nordhausen, 1687, p. 63 ; première édition : Nordhausen, 1681, éditions suivantes à Nordhausen en 1684, Leipzig en 1696. On retrouve ce thème dans une thèse soutenue à Leipzig (Johann Balthasar Schubert, Sciagraphia de studio excerpendi, Leipzig, 1699).

76 Ce livre a été aussi publié sous forme de traité indépendant (cf. Helmut Zedelmaier, « De ratione excerpendi : Daniel Georg Morhof und das Exzerpieren », art. cit., pp. 78-79).

77 Morhof. Polyhistor, op. cit., Lib. III, Cap. I, § 1, pp. 559-560 : « Ut qui domum exstructurus est, lignis & lapidibus opus habet : ita qvi egregium aliqvid in qvocunqve doctrinae genere conatur, silvam prius congerere debet ad opus suum idoneam. Qvorsum enim multa legere proderit, nisi cum fructu legantur, & in usus nostros, velut in horrea qvaedam, seponantur ? qvemadmodum scilicet bonus Pater familias promptuaria habet, e quibus familiam sustentat ; Ita vir doctus suas quasdam opes congerit, quibus bonam mentem alat, ac famam sibi excitet. »

78 Ibid., § 19, p. 560 (recte : 562) : « Ita enim instituere excerpta tyronem meum velim, ut non multum sibi negotii anxia & scrupulosa diligentia facessat, potius vero ad utilitatem rerum, qvam methodi subtilitatem, respiciat. Parum refert, qvo loco, qvo ordine arma qvis posita habeat, modo in promptu sint, cum ad pugnam ventum est. Et accidit plerumqve, ut, qvemadmodum illi, qvi in nummis opibusqve congerendis nimis sunt studiosi, raro iis recte uti norint, ita qvi Excerptis nimis insudant, omniaqve illis scrinia plena habent, cum qvid in medium proferendum est, jejuni & steriles evadant, ac ingenio suo, qvod sui nunqvam juris & arbitrii est, semper diffidant. »

79 Ibid., Cap. II. § 27, p. 567 : « Qvare mihi semper placuit methodus illa, ut tituli ex occasione inter legendum obvii ponantur, facile per indicem postea in ordinem redigendi. »

80 Elle se trouve aussi au cœur d’une méthode jésuite, parue dans la seconde moitié du xviie siècle : P. Philomusus S. (pseudonyme), Industria excerpendi brevis, facilis, amoena, a multis impedimentis, quibus adhuc tenebatur, exsoluta, Konstanz, 1684.

81 Méthode nouvelle de dresser des recueils communiquée par l’auteur, in Bibliothèque universelle et historique, t. II, Amsterdam, 1686, pp. 315-340 ; le texte paraît vingt ans plus tard, légèrement modifié, en anglais, désormais sous le nom de son auteur : John Locke, A New Method of Making CommonPlaceBooks, London. 1706.

82 Morhof, Polyhistor, op. cit., Lib. III, Cap. I, § 22, p. 561 (recte : p. 563) : « Utilissimum est, non tantum sub Locis Excerpta digerere, sed & Adversaria qvaedam conficere, in qvibus congeramus, qvicqvid unqvam cogitatum a nobis est, in lectione Autorum, aut in qvotidiana meditatione : deinde qvicqvid vel vidimus, aut ab aliis nobis narratum est. »

83 Morhof renvoie (ibid., § 25) à la Medicina mentis d’Ehrenfried Walther von Tschirnhaus (Amsterdam, 1687), qu’il cite ; Schubert (Sciagraphia de studio excerpendi) distingue dans le passage « unde excerpendum sit » (Membrum III) « fontes intra & extra nos » et comprend par « intra nos » les pensées qu’on a par soi-même.

84 Cf. aussi Morhof, Polyhistor, op. cit., Lib. III, Cap. XIII, § 43 ; d’après Udenius, même les pensées qu’on a la nuit doivent faire l’objet de notes (Excerpendi ratio nova, op. cit., p. 73).

85 Exercitatio academica de excerptis adornandis (Praeses : M. Andreas Stübelius ; Respondent : Johannes Leonardus Brebis), Leipzig, 1684, p. 8 : « Excerpta sunt collectanea eruditorum ex lectis, auditis et visis, quandoque etiam proprio marte in ventis cum judicio et bono, quoad licet ordine descripta, ut ijs memoriae succurrere, eademque in usurn convertere possint. »

86 L’un des problèmes qui découle de la différenciation entre le propre et l’autre concerne la question du plagiat et la nécessité accrue de références exactes ; cf. les remarques sur ce sujet dans la thèse de Leipzig de 1684 (ibid., p. 35).

87 Udenius, Excerpendi ratio nova, op. cit., p. 11 (cité ici d’après l’édition de Leipzig de 1696) ; pour se justifier, Udenius se réfère, à la suite de Drexel, à Lipsius (« Non colligo, sed seligo », ibid., p. 12).

88 Cf. par exemple Morhof, Polyhistor, op. cit., Lib. III, notamment Cap. V, § 19.

89 Schubert, Sciagraphia de studio excerpendi, op. cit., Membrum IV (« Quomodo sit excerpendum »), 6v.

90 Jean Le Clerc (Johannes Clericus), Ars Critica, in qua ad studio Linguarum Latinae, Graecae, Hebraicae, via minitur ; Veterum emendandorum, spuriorum Scriptorum a Genuinis dignoscendorum, & judicandi de eorum Libris ratio traditur. Editio Quarta auctior & emendatior, ad cuijus calcem quatuor Indices accesserunt, Amsterdam, 1712, pp. 21 -103 (première édition en 2 vol., Amsterdam, 1696/1697), ici p. 101 : « […] ne nimis multa excribantur verba, sed tantum observatu dignissima, adnotato Scriptoris loco. Nimium enim tempus, nec sine magna molestia, alioquin in excribendo absumeretur ».

91 Cf. ibid., pp. 45 et 94.

92 Ibid., p. 45 : « Igitur legendi non semel modo, sed iterum, atque iterum ; ut eodem Stylus nobis veluti familiaris evadat, & omnes Anomalias eorum pernoscamus. Huic jacto fundamento, cetera firmius inaedificabuntur ; quam si, vix intellecto libro, alterius lectio superinijceretur ; nutante enim cognitione nonnisi dubia nititur interpretatio. »

93 Ibid., p. 47 : « Utile est tamen, in prima lectione, libellum habere in quo adnotentur loca, quae intelligi non potuerunt, & in quorum sensum inquirerere nondum licuit. Is libellus inscribetur Quaerenda, in quo postea, si tanti videatur, & inveniri potuerit locorum illorum interpretatio, scribi poteris paucis, aut indicari Scriptor qui eam tradiderit ; addita pagina, Libro & Capite, prout commodissimum erit. Nihil interest illa Quaerenda postea nobis nihili videri, post majores progressus ; imo jucundum erit ex illis, quanti profectus sint, videre. »

94 Ibid., p. 101 : « Non est etiam excerpendum quidquam, dum lectione distinemur ; ita ut propterea abrumpatur lectio, ut calamus in manum sumatur ; hoc enim taediosam lectionem efficit. Notanda sunt tantum locas postea excribenda, in schedula, ut absoluta lectione id fiat ; neque etiam initio, post primant libri lectionem id tentandum, sed post secundam dumtaxat. »

95 « Excerpendi vero tempus ipsa lectio. Vt enim quidque notatu dignum offertur, continua seligendum, ac reponenendum est. » (Sacchini, De Ratione Libros cum profectu legendi libellus, op. cit., p. 85) ; « Nam saepiuscule lector oculis per paginas volât, & cursim ad alla atque alla properat ; cum gnauiter excerpit, & annotat, crebrius subsistere cogitur, & pedem figere ; ita dum lectis immoratur, dum relegit, & retractat, longe melius, quae retinenda, penetrat. » (Drexel,Aurifodina Artium et scientiarum, op. cit., p. 82).

96 Cf. Le Clerc, Ars Critica, op. cit., pp. 99-100. Le Clerc avait édité le texte de Locke dans sa Bibliothèque universelle et historique (cf. note 81).

97 Michael Harbsmeier, in Killy Literaturlexikon, deuxième édition, Berlin, 2000 (Digitale Bibliothek vol. 9), p. 13021.

98 Christoph Meiners, Anweisungen für Jünglinge zum Arbeiten besonders zum Lesen, Excerpiren, und Schreiben, Hannover, 1789, p. 36 ; la deuxième édition augmentée de 1791 porte un titre légèrement différent : Anweisungen für Jünglinge zum eigenen Arbeiten besonders zum Lesen, Excerpiren, und Schreiben.

99 Ibid, (édition de 1791), p. 90.

100 Ibid. (édition de 1789), p. 62.

101 Ibid., p. 67.

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Armoire à fiches d’un anonyme du xviie siècle, in Vincentius Placcius, De arte excerpendi. Vom gelehrten Buchhalten liber singularis, Stockholm/Hamburg, 1689, cliché Universitätsbibliothek, Munich.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/34943/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Figure 2 – Jeremias Drexel, Aurifodina Artium et scientiarum omnium ; Excerpendi Sollertia, Omnibus litterarum amantibus monstrata, München. 1638, cliché Herzog August Bibliothek, Wolfenbüttel).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/34943/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 71k

Auteur

Herzog August Bibliothek Wolfenbüttel

© CNRS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search